Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Troisième partie. Le pragmatisme (1464-1476)

Chapitre XI. La cavalerie de saint Michel (1471-1476)

Texte intégral

1Dès le moment où Louis XI engagea ouvertement la lutte décisive contre Charles le Téméraire, il n’épargna pas ses deniers jusqu’à ce que la puissance bourguignonne fût définitivement abattue. Dans les années précédentes il avait donné à la monarchie les moyens de son relèvement à l’intérieur du royaume ; à présent sa politique entrait dans une phase nouvelle et plus ambitieuse. L’enjeu était désormais la suprématie politique en Occident, et le grand duel franco-bourguignon allait nécessiter des ressources matérielles et humaines toujours plus imposantes pour l’État royal.

  • 1 Calmette & Périnelle, pp. 123-126, 130-131, 133.

2Le souverain, à dire vrai, n’avait pas conçu l’entreprise comme un combat singulier entre les deux pays. Les 26 et 28 octobre 1470 il avait échangé avec le prince de Galles, fils d’Henri VI fraîchement restauré, le serment secret de faire la guerre au duc de Bourgogne jusqu’à la conquête totale de ses terres, et ses ambassadeurs avaient porté aux Anglais trois plans de campagne au choix, qui déboucheraient sur le partage des États bourguignons. Or, cette grande alliance ne se concrétisa pas : les trêves franco-anglaises ne furent officiellement conclues que le 16 février 1471 et le comte de Warwick n’eut que le temps d’envoyer quelques troupes à Calais inquiéter les Pays-Bas1 avant qu’Édouard IV ne reconquît son trône avec l’appui bourguignon. Quelques mois à peine après le début des hostilités, Louis XI perdait tout espoir d’un renfort anglais et se retrouvait seul face à Charles le Téméraire. Ainsi livré à ses propres forces, il ne cessa dès lors de développer la puissance française et œuvra à lui assurer de nouveaux relais à l’extérieur en constituant patiemment un réseau d’alliances de substitution.

1. Le prix des guerres.

  • 2 Lettres, t. IV, pp. 326-328, 328-330 ; Contamine, Guerre, État et société, p. 284.
  • 3 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497 ; Contamine, loc. cit.
  • 4 Ibid. ; Calmette & Périnelle, PJ n° 53, pp. 344-346. - L’Espagnol Martin de Salezedo était le capit (...)
  • 5 Calmette & Périnelle, p. 169.
  • 6 Contamine, op. cit., p. 285. - Un document contemporain, apparemment incomplet, énumère 2 636 lance (...)

3Dans ce contexte belliqueux, l’accroissement des moyens de l’État royal se traduisit avant tout par l’expansion de l’armée. La progression des effectifs de la grande ordonnance s’accéléra. En mai 1472 le roi chercha à enrôler les gens d’armes de son défunt frère : tous ceux qui le souhaitèrent furent incorporés dans ses compagnies2. La guerre de Roussillon, puis la menace anglaise stimulèrent la politique de recrutement. 415 lances extraordinaires furent levées en 1473 outre les 2 094 lances ordinaires et demie3, et en avril 1474 le compère napolitain Boffile de Juge fut chargé d’aller engager au-delà des Alpes et en Catalogne 200 lances « à la mode d’Italie », qui complèteraient la cavalerie royale par un corps étranger dans son organisation comme dans son origine4. Selon l’ambassadeur milanais 1 000 lances furent encore ajoutées au début de 1475 aux 3 000 dont le souverain disposait déjà5. Cet énorme effort, qui répondait à une situation de crise aiguë, se relâcha bientôt : la détente générale qui suivit Picquigny permit au monarque de licencier une partie de ses forces. Lors de la réforme de la trésorerie des guerres au début de 1476, il soldait 2 846 lances réparties en 40 compagnies6 : malgré la récente réduction les effectifs avaient progressé de 43 % en six ans.

4L’essor de l’artillerie fut plus important encore. L’évolution de son budget dans la première moitié de la décennie, sur laquelle notre information est d’ailleurs lacunaire, n’en rend qu’imparfaitement compte (tableau 16). Déjà trois fois plus important en 1473 qu’en 1463, il connut une progression rapide mais non spectaculaire au cours des deux années suivantes avant de se stabiliser en 1476.

  • 7 Ibid., note 121p. 298.

Tableau 16 : Budget de l’artillerie royale de 1473 à 14767 ; (en livres et sous tournois)

Tableau 16 : Budget de l’artillerie royale de 1473 à 14767 ; (en livres et sous tournois)
  • 8 Op. cit., p. 298.
  • 9 BN, ms. fr. 23 264 f° 23.
  • 10 Lettres, t. IV, pp. 166-169, 182-183, 183-184 ; Caillet, p. 199.

5Selon Philippe Contamine, les 50 ou 55 techniciens de 1469 étaient devenus une centaine quatre années plus tard, puis 120 à 130 au milieu des années 1470 ; une troisième bande était alors apparue8. En fait, le budget de cette arme ne nous donne qu’une idée partielle de son coût réel : en 1474 le trésorier des guerres devait reverser 20 000 l.t. au comptable de l’artillerie9, et il serait étonnant que ce dernier ait disposé de moins de fonds en 1475, année de l’offensive en Picardie et Bourgogne et de la descente anglaise. Le budget royal continuait du reste à se décharger sur les finances municipales d’une partie du fardeau. Dès le 30 novembre 1470, Louis XI ordonna aux Lyonnais de fournir 500 l.t. et les pièces de la ville pour l’artillerie de l’armée de Bourgogne. Le 5 janvier 1471, il leur annonça la venue du maréchal de Comminges afin de choisir les canons qu’il prendrait, en ayant soin de leur cacher qu’en même temps il conseillait à ce dernier de les faire fondre pour en réaliser d’autres plus à sa convenance. Le jour même, 23 janvier, où les consuls de Lyon ordonnaient le paiement des 500 l.t. requises, ils reçurent une nouvelle demande de 300 l.t., cette fois pour le charroi de l’artillerie ramenée de Catalogne10.

  • 11 Sée, p. 120 (à Poitiers).
  • 12 Ibid., p. 103. - La ville en obtint la réduction à 51 l.t. en 1477.
  • 13 Lettres, t. VIII, pp. 271-272.

6Les frais de transport de l’artillerie, amplifiés par les campagnes incessantes contre la Bourgogne, furent systématiquement mis à la charge des villes, dès 1474 semble-t-il11 ; en 1476 Orléans acquittait chaque mois 100 l.t. à ce titre12. Le poids de ce nouvel impôt urbain était d’ailleurs aggravé par les abus des agents royaux : vers le 4 septembre 1480, le roi ordonna à son procureur à la Chambre des Comptes Guillaume du Bois et au correcteur Nicole Violle de poursuivre les exactions dont ses élus et commissaires s’étaient rendus coupables dans la levée des « deniers du charroy » du vivant de Charles le Téméraire13.

  • 14 Calmette & Périnelle, notes 4 p. 128, 2 p. 129.
  • 15 Lettres, t. IV, pp. 172-173.

7La monarchie continua de même à reposer sur les villes portuaires pour réunir périodiquement des forces navales. L’escadre qui mena en Angleterre les ambassadeurs français à la fin de 1470 fut ainsi équipée aux frais de Rouen, Caen et d’autres villes normandes sous la responsabilité du receveur général Raguier. La caisse centrale du duché fournit en tout 2 975 1. 6 s. 10 d.t. (2 603 1. 8 s. 6 d.t. en forte monnaie) pour la préparation de cette flotte puis des vaisseaux du roi au début de 1471, alors que les Rouennais avaient déboursé à eux seuls 1 728 1. 4 s. 9 d.t. (1 5121. 4 s. 2 d.t.) pour armer la Royale14. Les villes devaient recevoir en retour une participationaux butins hypothétiques des bâtiments ravitaillés à leurs frais : le 15 décembre 1470 le souverain invita les habitants de Honneur à nommer un boursier sur la Nef de l’amiral, qu’il leur fallait équiper, pour percevoir « le droit que ont acoustumé de prendre les avitailleurs de navires sur le gaing qui se fera »15. Cette contrepartie aléatoire était surtout symbolique.

  • 16 Ord., t. XVIII, pp. 474-476. - Il manque à cette énumération au moins la Royale, qui était aussi un (...)
  • 17 Lettres, t. V, pp. 128-129 ; t. X, Supplément, pp. 339-340.
  • 18 Gandilhon, p. 253.

8Peu après, pour le passage en Angleterre de Marguerite d’Anjou, son fils et sa bru, le receveur général de Normandie mit en état la flottille royale presque au complet, la Nef du roi, la Nef de l’amiral, la Trésorière, la Bourbonnaise, la Madeleine, la Jeannette, la Brunette et la Barquette du capitaine des navires du roi Raoul Péan, huit vaisseaux en tout : il lui en coûta 3 197 1. 14 s. 7 d.t. (2 798 1. 3 d.t.)16. C’est dire la modestie de la marine royale permanente sur la côte la plus exposée du royaume. A fortiori la guerre de Roussillon trahit cruellement son insuffisance en Méditerranée. Le sire du Lau, gouverneur du pays, fit armer une galée conduite par le contrôleur du tirage du Rhône Philippon Rousseau, mais elle fut capturée avec son chargement au large de Marseille par la flotte génoise malgré un sauf-conduit ; le monarque exigea sa restitution du duc de Milan et de ses sujets génois les 16 et 17 mars 147317. En 1474 et 1475 ce furent les galées de France que l’évêque d’Albi réquisitionna pour ravitailler l’armée de Roussillon ; d’Oriole dut s’en plaindre, car le commissaire royal eut à se justifier devant Louis XI18.

  • 19 Lettres, t. V, pp. 280-282 (au duc de Milan, 17 août 1474).
  • 20 Ibid, pp. 296-297.

9L’alliance milanaise était censée suppléer, par le concours de la puissance navale génoise, aux carences des forces françaises sur mer. Une opération combinée fut montée dans l’été de 1474 entre une importante armée française, qui devait se concentrer le 26 octobre à Narbonne, et une flotte de dix galées et deux naves génoises, qui devait se poster un mois plus tôt au large de Collioure pour assurer le blocus des côtes19. En fait la coopération de la baleine et de l’éléphant échoua. Le duc de Milan, nous l’avons vu, répugnait à s’engager contre l’Aragon et les Génois étaient mal disposés envers leur ancien occupant. Leur escadre gagna bien le Roussillon, mais ses chefs demandèrent aux gens du roi la garantie du versement de 5 000 écus pour un mois de solde, affirmant n’avoir été payés que pour deux mois, et bien qu’ils aient reçu satisfaction, ils appareillèrent aussitôt pour la Provence. Averti, le souverain dut presser le 26 octobre Galéas-Marie Sforza de lui renvoyer ses vaisseaux, dont la défection compromettait la campagne au moment même où elle devait commencer sur terre20. Ses finances ne pouvant pourvoir à tout, le monarque avait donné la priorité à sa puissance terrestre, de loin la plus nécessaire à ses desseins. La marine était le parent pauvre des forces royales, et il fallait en subir les inconvénients.

  • 21 Calmette & Périnelle, note 1 p. 169.
  • 22 Lettres, t. V, pp. 337-338.
  • 23 Sée, p. 208 ; Calmette & Périnelle, note 1 p. 169, p. 181 et note 1.
  • 24 BN, ms. fr. 20 685 pp. 596, 640.

10Lorsqu’en 1475 Louis XI constitua une fois encore une flotte sur les côtes de Normandie pour parer à la descente anglaise menaçante, il fit acheter des bateaux en Espagne21 mais recourut pour l’essentiel à la procédure habituelle. Le 13 avril, il informa les habitants de Harfleur qu’il réquisitionnait tous les grands navires du pays, qui devraient être équipés notamment en artillerie et ravitaillés pour quatre mois, et leur ordonna d’acquitter 600 l.t. à Raoulin le Normand, commis aux préparatifs de la force navale, pour la mise en état de leur bâtiment la Madeleine22. Les principaux ports maritimes et fluviaux du duché furent mis à contribution, ainsi Honfleur dont tous les bâtiments furent armés, Dieppe qui dut fournir 646 l.t., Pont-Audemer 200 l.t., Louviers 150 l.t., Rouen 1 770 l.t. Comme en 1468 des navires furent mobilisés dans les ports atlantiques et vinrent en renfort des Sables-d’Olonne et Bordeaux. Une nouvelle escadre fut encore armée en juin pour croiser dans la Manche23. Le souverain avait alors pris à son service l’un des rares bons marins du règne, le réfugié byzantin Georges Paléologue Bissipat dit le Grec, que nous rencontrons pour la première fois comme conseiller et chambellan du roi en 1473-1474, et comme capitaine de la Nef du roi en 1475 : il percevait alors 800 l.t. par an pour son entretien et celui de son vaisseau24.

  • 25 Lettres, t. IV, pp. 210-211.
  • 26 Ibid., pp. 314-315, note 3 pp. 315-316, PJ n° XVI-XVII, pp. 365-366, 366-367 ; Caillet, p.
  • 27 BN, ms. fr. 20 497 f° 24. - Les généraux s’adressèrent en fait ce mandement à eux-mêmes au nom du r (...)
  • 28 BN, ms. fr. 23 264 f° 25.
  • 29 BN, ms. fr. 20 685 p. 659.
  • 30 Ibid, pp. 621, 676.

11Les hostilités stimulèrent naturellement les dépenses d’armement. Le 27 mars 1471, le monarque informa Bourré et le général d’Oriole qu’il envoyait le canonnier Antoine le Blanc et son « faiseur de longues lances » Antoine de Castello - peut-être l’un de ces armuriers milanais réputés engagé à son service pour superviser la production - ramener d’Orléans les 3 500 grandes lances ferrées qu’il y avait fait réaliser pour l’armée du Nord. Les Orléanais fourniraient à leurs frais véhicules et charretiers jusqu’à la capitale, et les Parisiens jusqu’à Beauvais où se tenait Louis XI ; Bourré et d’Oriole devaient veiller à ce que tout fût prêt à Paris pour relayer le convoi dès son arrivée25. À la même époque du matériel de siège était fabriqué à Lyon en vue de l’attaque de Mâcon par l’armée de Bourgogne, mais les fonds manquaient et ce fut en définitive la ville qui régla 600 l.t., à déduire des 1 000 écus de prêt qu’elle devait encore au roi26. Le 20 juin, les généraux des finances reçurent l’ordre de faire payer sur la recette d’Outre-Seine 75 l.t. au « fevre » parisien Jean de la Brosse pour 500 pelles ferrées destinées à l’artillerie27. En 1474 le receveur général de Normandie versa 2 820 1. 16 s. 9 d.t. à trois armuriers de Tours en règlement partiel de leurs fournitures28 ; en 1475-1476, 1 600 arcs et trousses furent acquis du grand marchand parisien Laurent Herbelot pour 6 916 l.t.29 Le champ de guerre du roi existait toujours et se composait en 1474-1475 de 500 chariots et sans doute autant d’abris ou « taudis », dont le commis à l’artillerie Clérembaud de Champanges tenait également le compte30.

  • 31 De Roye /de Mandrot, t. I, p. 252 et note 2 pp. 252-253. -Le 17 février 1471 le roi annonça aux Tro (...)
  • 32 Lettres, t. IV, pp. 180-182 (4 janvier 1471).
  • 33 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 253.
  • 34 Contamine, op. cit., note 229 p. 315. - Louis XI manda le 27 à Chabannes de mettre tous les nobles (...)
  • 35 Le 4 février, il manda à Bourré de remettre les 500 écus d’un prêt au responsable du recrutement de (...)
  • 36 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 100-101.
  • 37 Lettres, t. IV, pp. 211-214 (14 avril).
  • 38 AN, K 71 n° 19.
  • 39 Pilot de Thorey, n° 1 549, t. II, p. 164 (cf. t.1, note 1 p. 512) et note 1 pp. 164-165.

12Les opérations militaires, ponctuées de trêves en armes, tinrent l’État royal et les Français en haleine tout au long de ces six années. À la fin de 1470, avant d’entrer en campagne, Louis XI massa ses forces autour de Compiègne et pourvut à la défense de la Champagne31. L’arrière-ban et les francs-archers furent mobilisés32 ; ceux d’île-de-France furent mis sur le pied de guerre en janvier 147133 En février 5 000 francs-archers furent logés dans les faubourgs d’Amiens, qui venait de se rendre34 et où le roi envoyait des pionniers recrutés à Paris et jusqu’en Bretagne renforcer les défenses35, tandis que la noblesse de Dauphiné et des États de Bourbon servait dans l’armée de Bourgogne36. Les succès dans le Nord et l’Est furent suivis le 4 avril d’une trêve de trois mois et les deux réserves furent congédiées avec l’ordre de rejoindre leurs positions dès qu’elle expirerait37. Dès le 8 mai cependant Louis XI ordonna la levée de l’arrière-ban dans le comté de Blois pour parer à la menace bourguignonne38 ; ce même jour le maréchal de Comminges, gouverneur de Dauphiné, était dépêché outre-Rhône pour y lever l’arrière-ban et le mener en Savoie, où la guerre civile avait éclaté entre la duchesse Yolande, sœur du roi, et le comte de Bresse. 250 lances et les 4 000 francs-archers du Sud-Est sous leur capitaine général Ruffec de Balsac passèrent à leur tour la frontière en août, et cette intervention permit dès le 5 septembre d’imposer la paix aux rebelles sous les auspices des envoyés du souverain39.

  • 40 Lettres, t.V, pp. 113-115, 115-117, 117-120, 121, 122-124 ; t. X, Supplément, pp. 323-324. - Nous r (...)

13Au début de mars 1472, ayant reçu des nouvelles alarmantes sur les intentions du roi d’Aragon, Louis XI ordonna au maréchal de Dauphiné Soffrey Alleman de lever dans la noblesse du pays 200 lances que le trésorier Coct solderait pour un mois. Ce sont 300 lances et 2 000 francs-archers au total que le maréchal devait mener en Roussillon, et le roi annonçait en outre l’envoi sous le connétable des 1 200 à 1 500 lances et des 7 à 8 000 francs-archers massés sur les frontières bourguignonnes, sitôt conclue la trêve avec Charles le Téméraire40. Ces propos relevaient d’une manœuvre d’intoxication, car on imagine mal que le nord du royaume ait été laissé ainsi exposé ; au reste les négociations avec le duc de Bourgogne échouèrent, mais le renforcement de la défense des comtés catalans suffit pour cette fois à prévenir l’agression aragonaise.

  • 41 Caillet, p. 235.
  • 42 Lettres, t. IV, pp. 319-320 ; Stein, PJ n° CXLIII, pp. 810-812 ; Leseur / Courteault, t. II, pp. 25 (...)

14Les francs-archers, nous l’avons vu, étaient alors de nouveau en campagne ; en février précédent Lyon avait équipé les siens, convoqués à Rodez41. En effet, sans attendre la mort du duc de Guyenne à l’agonie, le souverain avait envoyé ses troupes investir le Quercy, l’Agenais et l’Armagnac, après quoi Gaston du Lyon marcha en mai sur la Chalosse avec quelque 200 lances et 1 000 à 1 200 francs-archers. Plus au nord Tanguy du Châtel attendait à Niort avec d’autres forces que le trépas de Charles de France lui permît d’entrer en Saintonge où s’était concentrée l’armée ducale, ce qui fut fait sans encombre à la fin du mois. Le corps du Sud entreprit alors le siège de Lectoure où s’était retranché Jean V d’Armagnac, qui se soumit après plus d’un mois le 17 juin42.

  • 43 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189 ; Contamine, op. cit., p. 289.
  • 44 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 226, 234.
  • 45 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 271.
  • 46 Lettres, t. V, pp. 32-35 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 274-275, 280-281 ; t. II, Interpolations (...)
  • 47 De Roye / de Mandrot, t.I, pp. 283-285. - Les 4 000 francs-archers du Sud-Ouest étaient cantonnés à (...)

15Le théâtre principal des opérations était alors revenu dans le Nord. En juillet 1471 Charles le Téméraire, tirant les leçons de sa déconfiture, avait créé une grande ordonnance sur le modèle français amélioré43 et en mai 1472 il pouvait aligner autour d’Arras la plus puissante armée qu’il eût réunie jusque-là, 1 200 lances avec l’arrière-ban bourguignon bien équipé, qu’il allait jeter sur le royaume44. Lancée en juin, l’offensive bourguignonne emporta plusieurs places45 mais piétina devant Beauvais, à qui vivres, argent, renforts, armes et munitions étaient envoyés depuis Rouen et surtout Paris, notamment par le président des Comptes Jean de la Driesche46. À la fin de juillet le duc dut lever le camp et alla ravager le pays de Caux avant de se replier en septembre, tandis que les nobles d’île-de-France et les francs-archers sortis de Beauvais sous les ordres du prévôt de Paris, avec les lances du maréchal Rouault, le suivaient à distance, délogeant ses garnisons à mesure de sa retraite47.

  • 48 De Roye / de Mandrot, loc. cit.
  • 49 Calmette & Périnelle, note 6 p. 152.
  • 50 Lettres, t. V, pp. 38-39. - Le 3 juillet les pierres à bombarde et à canon du château ducal d’Anger (...)
  • 51 De Roye / de Mandrot, loc. cit.
  • 52 Calmette & Périnelle, p. 153.

16Cependant le roi s’attaquait comme en 1468 au maillon le plus faible de la coalition adverse, la Bretagne, où il entra avec des effectifs considérables que Jean de Roye, toujours porté à l’exagération, évalue à plus de 50 000 hommes48 et qu’un agent diplomatique milanais, peut-être abusé par les déclarations des Français, estimait lui-même à 60 000 hommes le 26 juillet49. Le même jour, averti des plaintes des marchands et voituriers qui ravitaillaient cette armée, le souverain chargea Bourré, le nouveau chancelier d’Oriole et le secrétaire Gilles le Flamand de pourvoir à leur paiement par tous les moyens, « car cela seroit cause de rompre lesdiz vivres et de mettre en avanture tout mon fait »50. Pour le monarque, il ne s’agissait cependant pas tant de porter la guerre en Bretagne que de faire pression sur François II par une formidable démonstration de force pour le détacher du Bourguignon « sans effusion de sang ne perdicion de ses gens de guerre, ce que tousjours il a fort craint plus sans comparoison que ledit de Bourgongne qui est trop cruel et plein de mauvaise obstinación »51. Si Louis XI édifiait à grands frais une puissance militaire imposante, c’était certes pour avoir les moyens de sa politique, mais avec l’espoir d’arriver à ses fins par l’intimidation plus que par la force. Malgré le renfort de 2 000 archers anglais en août, le duc de Bretagne fut amené à composition et conclut une trêve à compter du 15 octobre52.

  • 53 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 285-286 et note 2 p. 285.
  • 54 Caillet, p. 203.
  • 55 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 399.
  • 56 Calmette & Périnelle, pp. 152, 154.

17Enfin, sur le front est, une armée royale sous le comte dauphin d’Auvergne et le maréchal de Comminges s’empara de plusieurs places en Bourgogne et les incendia dans la première moitié d’octobre, après les raids d’une armée ducale sous le comte de Roussy en Champagne et dans le comté de Tonnerre53. Les deux chefs français réclamèrent à Lyon 480 ânées de blé le 9 août pour leur approvisionnement et acceptèrent finalement 100 écus à ce titre, mais ils revinrent à la charge le 30 octobre par le canal du bailli de Mâcon ; la ville menaça alors de se plaindre au roi et eut le dernier mot54. Comme le relève Jean le Clerc, qui cite ce déploiement de forces en exemple, le souverain entretenait alors quatre armées « toutes bien fournies » sur les fronts de Picardie, Bretagne, Bourgogne et Roussillon, sans négliger pour autant les côtes exposées aux Anglais55. Edouard IV devait en effet participer à la traditionnelle triplice antifrançaise et Louis XI avait ordonné le 20 août à l’amiral de Bourbon de tenir prêt l’arrière-ban de Normandie, mais le roi d’Angleterre était tributaire du Parlement qui, réuni le 7 octobre, ne vota les levées d’hommes et d’impôts que le 30 novembre, alors que ses alliés avaient baissé pavillon56.

  • 57 Contamine, op. cit., note 189 p. 309.
  • 58 Leseur / Courteault, t. II, p. 265.
  • 59 Calmette, pp. 364-378.

18L’invasion des comtés catalans par Jean II d’Aragon, qui s’empara de Perpignan dans la nuit du 1er au 2 février 1473 tandis que la garnison française se retranchait dans la citadelle, reporta pour deux ans l’attention du roi dans le Sud. Le comte de Bresse fut chargé de recruter des mercenaires allemands, savoyards et, pour la première fois semble-t-il, 1 200 Suisses57 qu’il mena en mars à Narbonne. Il y fut rejoint par les troupes que venait de libérer la fin du second siège de Lectoure, où le comte d’Armagnac, qui s’était emparé par surprise de la place et de plusieurs serviteurs du souverain, avait trouvé la mort58. Les Français entrèrent en campagne vers le 10 avril mais la malchance ne cessa de les poursuivre, la reconquête piétina et son coût monta. L’armée royale ne put reprendre Perpignan tenue par Jean II et fut décapitée le 21 juin par la capture du seigneur du Lau, des sénéchaux de Toulouse et Beau-caire et du capitaine de Collioure dans une désastreuse embuscade qu’eux-mêmes avaient tendue ; le comte de Bresse dut ordonner la retraite le 24, à l’approche des renforts aragonais du prince Ferdinand. Violant une trêve conclue le 14 juillet, Louis XI expédia alors 400 lances sous le seigneur de Crussol, mais celui-ci mourut en août et le roi dut accepter le 17 septembre la paix de Perpignan, qui rétablissait à la lettre le traité du 9 mai 146259.

  • 60 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 315. - Lyon s’endetta en mai de la somme considérable de 5 082 l.t. (...)
  • 61 Lettres, t. V, pp. 224-232.
  • 62 Contamine, op. cit., note 229 p. 315.
  • 63 Ibid., pp. 292-293.
  • 64 Lettres, t. V, pp. 325-327.
  • 65 Calmette & Périnelle, note 1 p. 346.
  • 66 Lettres, t. V, pp. 339-341, 342-343.

19Ce n’était que partie remise, et en 1474 l’opiniâtre souverain envoya à nouveau des gens d’armes, des francs-archers et de l’artillerie recouvrer les comtés60. En premier lieu, il organisa le 9 avril « une raze » en Roussillon pour la fin du mois afin d’y détruire le blé en herbe, avec le concours de 200 lances régulières, de 200 autres sans archers spécialement levées en Dauphiné et en Languedoc au prix de 10 francs chacune pour un mois, et des 3 000 francs-archers les plus proches du pays : l’opération coûterait 5 000 francs61. Par ailleurs 6 000 francs-archers devaient assiéger Elne62, et cent lances de la garde du corps du roi furent dépêchées vers le 4 septembre sous le capitaine Hector de Goulart, mais celui-ci fut capturé à son tour et remplacé le 17 février 1475 par Claude de Rabodanges. Malgré tant d’avanies, à cette date la soumission des comtés était pratiquement achevée ; dès 1474 300 mortes-payes y avaient été mises en garnison63. Seule Perpignan résistait encore, et le monarque défendait de distraire un seul franc-archer du pays tant qu’elle ne serait pas tombée64. Elle capitula enfin le 10 mars65, et le 20 avril Louis XI, devant la montée du péril anglo-bourguignon, envoya les gens d’armes dans le Nord et en Guyenne en ne laissant qu’une force d’occupation d’une à trois compagnies66.

  • 67 Ibid, t. IV, note l p. 314.
  • 68 BN, ms. fr. 20 685 pp. 580, 584.
  • 69 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 297-298.
  • 70 Ord., t. XVII, pp. 615-617 ; cf. Lettres, t. V, pp. 218-219 (au trésorier de Nîmes, 16 mars).
  • 71 Lettres, t. V, pp. 325-327.

20Ces pénibles entreprises nécessitèrent une infrastructure financière ad hoc pour assurer la solde et l’approvisionnement des troupes. Les gens des finances de Languedoc se retrouvèrent de nouveau en première ligne, de même que leurs collègues - au moins en titre - du Roussillon envahi. Le général de Languedoc Pierre de Refuge joua ainsi un rôle majeur dans les premiers mois de la guerre67, et c’est au nouveau trésorier de Roussillon François de Castillon que devaient être remises les 30 000 l.t. avancées en juillet 1473 par de Beaune et Briçonnet68. Des commissaires royaux vinrent ensuite du Nord : c’est « pour prendre vivres et les paier partout où recouvrer en pourroient pour mener audit [siège de] Parpeignan »69que de Gaucourt, Bourré et Cornu furent dépêchés dans le Midi à la fin de l’été. Par la suite ce fut l’évêque d’Albi, nommé lieutenant du gouverneur de Languedoc le 6 mars 1474 avec de véritables pouvoirs de lieutenant du roi, notamment en matière financière, qui s’étendaient aussi à la Guyenne et aux comtés catalans70, qui passa au premier rang dans cette organisation. Le roi, qui s’en préoccupa jusqu’au bout, annonça encore le 17 février 1475 au chef de ses forces, le sire du Lude, avoir « si expressément escript a monseigneur d’Alby, aux generai et trésorier de Languedoc qu’ilz s’aident de tout mon revenu du païs et qu’Ilz en mectent sus s’ilz en ont mestier que par faulte d’argent, au plaisir de Dieu, mon armée ne se rompera pas »71.

  • 72 BN, ms. fr. 23 264 f° 23.
  • 73 BN, ms. fr. 23 263 f° 25, 27-30.

21Nous ne disposons que d’indications fragmentaires sur le coût de la guerre et de ses suites. En 1474 le receveur général de Normandie versa au trésorier des guerres 20 500 l.t. pour l’armée de Roussillon, peut-être pour partie d’une subvention générale de quelque 82 000 l.t., et encore 1 564 l.t. pour le paiement partiel des gens de guerre de Boffile de Juge72. En 1474-1475 son collègue de Languedoc, naturellement le plus sollicité, fournit 17 922 1. 3 s. 3 d.t. au même pour les renforts envoyés sous Yvon du Fou, mais aussi 43 700 1. 7 s. 8 d.t. en tout à trois commis en charge de la solde et du ravitaillement des forces royales et des travaux de fortification ; en outre l’essentiel des 25 379 1. 10 s.t. de dons et récompenses assignés sur sa caisse avait encore pour objet la gratification de seigneurs catalans et l’entretien de capitaines, de leurs hommes et de leurs places en Roussillon et Cerdagne, sans compter 8 450 l.t. de pensions et gages. Au total les paiements liés à l’occupation des comtés catalans représentaient quelque 20 % des charges supportées par les finances languedociennes dans cet exercice73.

  • 74 Lettres, t. V, p. 126.
  • 75 Ibid., pp. 176-178 (21 septembre ; les « monstres generalles de tout le pays de Normandie » étaient (...)
  • 76 Lettres, t. V PP- 215-216 ; Contamine, op. cit., p. 285.
  • 77 Lettres, t. V, pp. 270-271.
  • 78 Ibid., note 2 pp. 217-218, pp. 293-295.
  • 79 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 307, 312-313. - La date du sommet est fournie par l’itinéraire de L (...)

22L’effort de défense ne se relâcha pas pour autant dans le Nord. Déjà la levée de l’arrière-ban angevin avant le 12 mars 147374 n’avait vraisemblablement pas été motivée par les événements de Roussillon. Dans les premiers jours de l’automne, averti d’une attaque probable de Charles le Téméraire en Champagne malgré les trêves, le souverain dépêcha sous les ordres du sire de Craon 500 lances, la noblesse et les francs-archers de l’Île-de-France, de la Normandie ou encore du comté de Blois, qui y cantonnèrent plus de deux mois avant de s’en retourner75. Les forces permanentes de l’armée de Champagne furent renforcées avant le 3 février 1474 par les 200 genétaires récemment recrutés76. Le 5 juin, dix jours avant l’expiration des trêves, le monarque envoya toutes ses compagnies reprendre position sur les frontières en menaçant d’exclure pour toujours de son service les gens d’armes qui seraient absents aux montres77. Craignant que le duc de Bourgogne, qui menaçait la Lorraine, ne s’emparât du Barrois angevin, il ordonna le 4 septembre son occupation préventive par le sire de Craon, qui installa ses 100 lances à Bar-le-Duc. Il s’en expliqua le 12 octobre auprès des habitants et des gens du roi René, qu’il exhorta à fortifier le pays en promettant de contribuer au financement78 ; c’est à cette fin, nous l’avons vu, que fut alors instituée l’aide d’un écu par queue de vin. La même année, le connétable de Saint-Pol ayant délogé la garnison française de Saint-Quentin, Louis XI suspendit le paiement de ses 400 lances, qui reprit après leur réconciliation dans l’entrevue de Fargniers le 14 mai79.

  • 80 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 320 ; Calmette & Périnelle, p. 169.
  • 81 Lettres, t. V, pp. 355-356, 356-357 ; Calmette & Périnelle, pp. 171-172.
  • 82 Lettres, t. V, pp. 347-348 ; Calmette & Périnelle, p. 172 ; Contamine, op. cit., pp. 306-307.
  • 83 Calmette & Périnelle, p. 173.

23Dès la fin de cette année, la perspective d’une descente anglaise - la première depuis 1452-et de la reprise de la guerre de Cent Ans suscita dans le royaume un vaste branle-bas, qui alla s’amplifiant au fil des mois. Le 26 décembre, à l’annonce que les Anglais cinglaient vers le Mont-Saint-Michel, le roi dépêcha en Normandie les archers de la garde du dauphin nouvellement constituée, tandis que baillis et sénéchaux étaient chargés de passer l’arrière-ban en revue, mais ce n’était qu’une fausse alerte80. En avril et mai 1475 la défense des places de Guyenne fut renforcée par 300 lances au moins de l’ordonnance, que rejoignirent comme on l’a dit des gens d’armes de l’armée de Roussillon, 164 « pensionnaires » accompagnés chacun de plusieurs combattants (sans doute des gentilshommes de l’Hôtel), et 500 lances de l’arrière-ban ; le sire de Beaujeu fut placé à leur tête81. Le comte de Dunois fut envoyé vers le 24 avril comme lieutenant du roi en Poitou, Anjou, Touraine et Maine, où la noblesse fut levée en mai ; les trois premiers pays fournirent également 1 984 francs-archers82. L’amiral de Bourbon fut enfin chargé de défendre la Normandie, dont les deux réserves furent mobilisées83.

  • 84 Ord., t. XVIII, p. 113.-Lyon affecta 200 l.t. à ses hommes le 1er mai (Caillet, PJ n° CCXCIV, p. 58 (...)

24Dès le 30 mars tous les élus du royaume avaient d’ailleurs reçu l’ordre de préparer les francs-archers pour le 20 avril, les trêves avec Charles le Téméraire et ses « complices » venant à expiration84. Le souverain, en effet, n’entendait pas rester sur la défensive. Le 1er mai, au terme de la suspension d’armes, il lança une attaque préventive en Bourgogne et en Picardie, où l’armée principale qu’il accompagnait en personne emporta de nombreuses places perdues trois ans plus tôt, tandis que le duc de Bourgogne et son armée étaient empêtrés au siège de Neuss dans la basse vallée du Rhin. Vers le 18 le connétable annonça au monarque le débarquement imminent, sinon accompli, d’Édouard IV en Normandie où Louis XI se porta en toute hâte avec le gros de ses forces. Cette fausse nouvelle brisa l’offensive dans le Nord où les troupes royales, trop faibles et sans direction ferme, se débandèrent. Le roi redéploya entre Dieppe et Amiens son dispositif, fort de 2 000 lances d’ordonnance et de sa Maison militaire, tandis qu’à la fin du mois arrivaient à Calais les premiers contingents de l’imposant corps expéditionnaire anglais, dont les 20 000 hommes n’achevèrent de passer la Manche qu’au début de juillet.

  • 85 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 339.
  • 86 Calmette & Permeile, pp. 181-183, 185-189, 206.
  • 87 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 254-255 pour la première (Legeay, t. II, p. 164 pour la date)  (...)

25Dès le mois de juin Louis XI avait fait lever pour le 3 juillet l’arrière-ban d’île-de-France, qui gagna le Soissonnais85 ; la noblesse était mobilisée jusque dans le bailliage de Sens. Le roi d’Angleterre marchant sur la Champagne où il devait faire sa jonction avec l’armée bourguignonne, Louis XI repositionna ses forces autour de Beauyais à la fin de juillet. C’est alors qu’il parvint par sa diplomatie à détacher Édouard IV de Charles le Téméraire, exploitant la mésentente des deux hommes. Les Anglais s’en retournèrent au début de septembre : ils n’avaient pas dépassé la vallée de la Somme86. Les accords de Picquigny ayant brisé le 29 août la coalition adverse, Bourgogne et Bretagne durent à leur tour conclure des trêves les 13 et 29 septembre87.

  • 88 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 119.
  • 89 Caillet, p. 236.
  • 90 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 144.
  • 91 AN, K. 71 n° 501-2 ; BN, ms. fr. 21 427 n° 26.
  • 92 Luchaire, pp. 20, 185.

26Dès lors, le roi resta dans la coulisse jusqu’à la défaite finale de son mortel ennemi ; tout au plus fournit-il à son allié le duc René II de Lorraine une forte escorte de gens d’armes, qui revint dans le royaume sa mission accomplie, pour lui permettre de rejoindre les forces suisses avec une petite troupe avant la bataille de Morat88 le 22 juin 1476. Ce n’est pas à dire, cependant, que l’effort militaire se relâcha. Le souverain, qui vint suivre à Lyon les développements de la lutte entre mars et juillet, tenait ses forces prêtes. Les francs-archers étaient en alerte : le 27 septembre les élus de Lyon ordonnèrent à la ville de payer 4 1. 10 s.t. à chacun des siens pour le second semestre89. À la fin de l’année, tandis que Charles le Téméraire assiégeait Nancy, l’armée de Champagne commandée par le sire de Craon avait été portée à 800 lances et massée dans le Barrois pour surveiller au plus près la tournure des événements90. Dans le même temps, à l’autre bout du royaume, une armée plus modeste partie de Bayonne sous les ordres du sire d’Albret guerroyait dans les marches de Guipuzcoa et Biscaye contre la reine de Castille, assiégeant en vain Fontarabie ; des renforts terrestres et navals étaient en préparation en août91. Après une année d’opérations sans grand succès, une trêve mit fin aux hostilités sur ce front secondaire92.

  • 93 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r°; cf. PJ n° IV
  • 94 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497.

27Ces mobilisations et ces campagnes incessantes étaient un fardeau écrasant pour les finances royales. Déjà colossale au début de la décennie, la recette confiée à la gestion du trésorier des guerres unique Noël le Barge était en progression constante, justifiant le dédoublement de la fonction. De 907 362 1. 1 s. 10 d. ob.t. en 147093, elle passa à 1 028 015 1. 5 s.t. en 147394, atteignant pour la première fois sans doute le million de livres tournois au terme d’une hausse lente mais inexorable de 13,3 % en trois ans (+ 4,2 % en moyenne annuelle). En 1474 le trésorier des guerres reçut 1 020 286 1. 5 s.t. pour son budget propre, 20 000 l.t. pour lartillerie et d’autres sommes encore. Les fonds qui lui furent versés cette année-là sur la recette générale de Normandie, gestionnaire d’un quart environ des recettes extraordinaires de la monarchie, représentèrent près des neuf dixièmes de ses paiements aux comptables royaux et près des deux tiers de sa dépense totale (tableau 17).

  • 95 BN, ms. fr. 23 264 f° 23, 25, 34. - Le total de 1 106 350 1. 5 s.t. avancé par Spont (loc. cit.) d’ (...)

Tableau 17 : Poids des crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie en 147495 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 17 : Poids des crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie en 147495 ; (en livres, sous et deniers tournois)
  • 96 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.
  • 97 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.

28Dans l’exercice 1474-1475 le receveur général de Languedoc fournit au même 130 425 l.t. pour l’Ordinaire des guerres de 147596, bientôt complétées par une rallonge de 31 035 l.t. qui absorba l’essentiel des 34 965 l.t. de retranchements opérés alors par le roi dans l’état des finances du pays97. Encore, nous l’avons vu en Roussillon, tous les fonds alloués à l’armée ne passaient-il pas par le trésorier des guerres.

  • 98 Contamine, op. cit., p. 504.
  • 99 Lettres, t. V, pp. 31-32, 39-40.
  • 100 Ibid., t. VI, pp. 29-30.

29L’État de finance eut peine à faire face à un tel accroissement des charges militaires et les problèmes de paiement s’accentuèrent. Non seulement les retards dans les montres des gens d’armes, qui étaient l’exception à la fin du règne de Charles VII, étaient devenus la règle sous son successeur, mais le règlement de la solde, en principe consécutif à la revue, fut de plus en plus souvent différé après 147098. La tentation était grande pour Louis XI de puiser dans la caisse déjà si grevée du trésorier des guerres, réceptacle de tant de ses deniers, pour fournir en particulier à des libéralités pieuses qui participaient au fond de l’effort de guerre. Le 20 juillet 1472, pressant Bourré de trouver 1 200 écus pour le salut de Beauvais, il assurait préférer les lui voir prélever sur les fonds de la guerre que faillir à son vœu, ajoutant tout de même : « mais comme vous savez, j’en ay bien besoing a ceste heure ». Malgré cette réserve, une nouvelle lettre du roi à son compère sept jours plus tard nous apprend que ce fut bien le trésorier des guerres qui délivra les fonds en définitive99. L’heure du péril passée, le souverain avait moins de scrupules encore et ce fut derechef le Barge qui, les trêves conclues, fournit vers le 16 octobre 1475 les 3 000 l.t. vouées à Notre-Dame-de-la-Paix dans l’église de Beauvais100.

  • 101 Louis XI l’appelait alors « le petit trésorier de Normandie » ou « le petit tresorier » par opposit (...)
  • 102 Ibid, t. IX, note 1 pp. 203-205.
  • 103 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 280-281.
  • 104 Ibid., p.341.

30Il était pourtant débordé alors, et ce fut le receveur général de Normandie Jean Raguier, reprenant le rôle de trésorier des guerres pour ce pays qu’il jouait encore en 1471101, qui dut solder par ordre du roi des mortes-payes cantonnées dans le duché pour trois mois, ainsi que des gens d’armes de la grande ordonnance pour le dernier trimestre de 1475102. Quand les finances royales n’en purent mais, au plus fort de la mobilisation, la monarchie chercha une fois encore à faire porter aux villes le surcroît du fardeau. Vers le 20 juillet 1472 il fut question d’envoyer en renfort à Beauvais 3 000 Parisiens armés et payés par la municipalité, les juridictions centrales et les officiers du roi, mais devant cette « moult grant charge » les intéressés arguèrent classiquement de la nécessité de ne pas affaiblir la défense de la capitale pour faire abandonner l’idée103. Ce n’était que partie remise cependant car en août 1475, durant la descente anglaise, une forte troupe montée fut dépêchée au roi aux frais des habitants et officiers de Paris104.

  • 105 Sée, p. 109.
  • 106 Lettres, t. V, pp. 59-60.
  • 107 Ibid., pp. 76-78.
  • 108 Ord., t. XVIII, note (b) en haut de la p. 16.

31Ces difficultés de paiement n’étaient pas faites pour adoucir les mœurs de la soldatesque, et les cas d’indiscipline affectèrent tous les corps de l’armée royale. Le 13 février 1471, Antoine de Chabannes écrivit du front nord à son maître : « vos nobles et francs archers n’ont point d’argent et commencent deja a faire tous les maux du monde, et a grande peine qu’on les peut tenir en ordre pour ce qu’ils n’ont pas d’argent pour vivre »105. Le 3 octobre 1472, le souverain manda à Bourré de revenir auprès de lui dès que possible avec le trésorier des guerres pour lui montrer les assignations faites aux gens d’armes, car ceux-ci, disait-il, « cryent après moy »106. Le 4 novembre, sur la plainte des Amiénois, il ordonna au maréchal de Lohéac de mettre fin aux exactions des gens de guerre dans leur ville, auxquelles les lieutenants du prévôt des maréchaux, chargés en principe de la police militaire, prenaient part eux-mêmes107 ; les abus reprirent bientôt et le monarque dut intervenir derechef en juin 1474108.

  • 109 Lettres, t. V, pp. 101-103.
  • 110 Contamine, op. cit., p. 396.
  • 111 Lettres, t. V, p. 222.
  • 112 Cf. supra,p. 328.
  • 113 Ord., t. XVII, pp. 468-469.

32Le 22 janvier 1473, il pria les Rémois d’assister son chambellan Jean de Bosredont, qu’il envoyait réprimer les ravages commis par ses troupes en Champagne malgré l’ordre donné aux gens d’armes de gagner leurs cantonnements et aux francs-archers de rentrer chez eux109. La même année les nobles du Quercy firent la grève de l’arrière-ban quand le sénéchal les convoqua à nouveau quinze jours après leur retour de campagne : malgré les promesses des capitaines chacun n’avait encore reçu que 15 s.t. en tout pour avoir servi cinq mois à Lectoure et participé au siège de Perpignan110. En 1474, le Conseil ducal du Barrois se plaignit des méfaits des genétaires à Louis XI, qui répondit le 8 avril qu’il dépêchait son maître d’Hôtel Raoulin Cochinard pour y mettre bon ordre111. L’année suivante, nombreux durent être les pays qui, comme la Normandie112, souffrirent du passage des troupes dans un contexte de mobilisation générale où l’intendance suivait tant bien que mal. Ces exactions lésaient d’ailleurs le roi autant que ses sujets : le 24 mars 1472, sur les remontrances de son procureur à la Chambre des Aides, il prescrivit aux généraux de la Justice des Aides, aux élus et à tous ses justiciers de poursuivre les gens d’armes qui se livraient à la contrebande du sel, des boissons et du bois des forêts domaniales113.

  • 114 Pilot de Thorey, n° 1 581, t. II, p. 187 et note 1.

33Le souverain multipliait pourtant les règlements militaires. Le 14 décembre 1472, il rendit une ordonnance sur l’arrière-ban de Dauphiné afin de mettre un terme aux abus constatés dans le passé. Sa publication s’accompagna de la convocation des possesseurs de fiefs et arrière-fiefs du pays à une montre devant le gouverneur en vue de leur recensement, dont l’état devrait être envoyé avant le 8 février au greffier du Grand conseil Jean des Moulins. En fait il s’agissait surtout d’astreindre tous les intéressés à remplir leur devoir : selon le rôle ainsi dressé, la noblesse dauphinoise devait fournir 188 hommes d’armes, 480 brigandiniers, 195 coutilliers et 104 hommes de pied en cas de levée114.

  • 115 De Roye / de Mandrot, t.I, p. 306 ; Legeay, t. II, p. 124.
  • 116 Lettres, t. X, Supplément, pp. 376-379. -Vaesen et de Mandrot publient cette missive d’après une mi (...)

34En janvier 1474 l’ordonnance de Creil rappela la limitation des lances de l’ordonnance à six chevaux et leur interdit de rester plus d’un jour dans un village, mais en même temps défense fut faite aux marchands de leur vendre des étoffes de luxe115, leur train de vie excessif étant jugé responsable de leur impécuniosité, et par suite de leurs exactions. Dans une lettre à un maréchal Louis XI témoignait son exaspération, se plaignant d’avoir été mal servi cette année « ou quartier de par dela » (plutôt dans le Nord qu’en Roussillon, semble-t-il) faute de respect des règlements par les gens d’armes qui détenaient jusqu’à quinze chevaux par lance, « ce qui redonde tout a la charge et foulle du peuple », autant que par les capitaines et les chefs de l’armée qui se disputaient le paiement des hommes même absents. Résolu à mettre fin à la gabegie et ne pouvant être partout, il l’exhortait à appliquer son ordonnance sans ménagements, car « il n’y a si grant, s’il y refuse, que je ne lui oste sa charge »116.

  • 117 Ord., t. XVIII, pp. 72-74, 110-114 ; Gandilhon, pp. 197-198 ; Contamine, op. cit., pp. 340-341.
  • 118 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 341-343.

35Le grand branle-bas de 1475 suscita une nouvelle série de mesures. Le 12 janvier, le paiement et l’équipement des francs-archers furent une fois encore réglementés pour obvier aux « grans et aucuns innumerables maulx, pilleries, concussions, exactions » soufferts par les paroisses à l’occasion de leur entretien. Les intéressés et leurs capitaines ayant protesté que cette ordonnance trop rigoureuse était impraticable et laissait au surplus certains points dans l’ombre, le roi dut la corriger le 30 mars, à l’approche de la fin des trêves avec la Bourgogne, dans des lettres qui s’achevaient par l’ordre de mettre l’infanterie de réserve sur le pied de guerre. Le premier texte instituait en particulier pour les francs-archers une indemnité annuelle de 6 l.t. à la charge des paroisses, que le second porta bientôt à 9 l.t., et avec laquelle ils devraient désormais couvrir eux-mêmes leurs frais d’équipement117 : le souverain tâchait ainsi de protéger leurs concitoyens de leurs abus en substituant à des dépenses ponctuelles et imprévisibles un paiement régulier mais permanent, moins propice aux fraudes peut-être mais pas nécessairement moins lourd. Par ailleurs, Antoine de Chabannes, lieutenant du roi dans l’est des marches de Picardie, et les autres capitaines du lieu adressèrent le 20 août à leurs seconds et au prévôt des maréchaux des instructions sur le logement et le ravitaillement de l’ordonnance dans le plat-pays « pour faire vivre les gens d’armes avec le peuple en bonne police », qui témoignaient d’un réel souci de protéger les « bonnes gens » et d’éviter que « la simplesse desditz povres laboureurs » n’assurât l’impunité des délinquants118.

  • 119 AN, Y 7 153.
  • 120 Pilot de Thorey, 1 638, t. II, pp. 225-226.
  • 121 Ibid., note 1 pp. 228-229 ; 1 994, 2e supplément, p. 444.

36L’alerte passée, le souverain tint ses troupes à l’œil. Le 2 novembre, il manda au prévôt de Paris de contraindre les gens de guerre à se retirer dans les villes sous peine de pendaison et de confiscation de leurs biens119, et le 16 décembre, informé des abus de l’ordonnance et de l’arrière-ban en Dauphiné, ordonna à ceux-ci de ne rien prendre sans payer et de loger dans les villes et les hôtelleries, faisant don par avance des chevaux et de tout le bagage des contrevenants à qui les livrerait à la justice120. 1476, année d’attente et de relatif répit, n’amena pas de pause dans cette activité réglementaire tant le problème restait d’actualité. Nous avons déjà évoqué la grande ordonnance du 16 février sur le paiement des gens d’armes, qui réformait la trésorerie des guerres. Le 25 mai, le gouverneur du Dauphiné rendit en réponse aux doléances des états une ordonnance qui réorganisait notamment le système des francs-archers dans le pays. Ceux-ci devraient tous être des arbalétriers ; un recensement exact des feux était décidé pour déterminer le nombre d’hommes à fournir par les paroisses, leur équipement était minutieusement détaillé et le coût de leur entretien arrêté121.

  • 122 Sée.pp. 120-121.
  • 123 Ibid., pp. 251-252, note 1 p. 252.

37Malgré ces efforts de mise en ordre, le formidable appareil militaire développé et constamment mobilisé par la monarchie écrasait les Français, et notamment les habitants des villes sans cesse requises de relayer les finances royales obérées. Qui pis est, Louis XI ou tout au moins ses agents pouvaient se montrer impitoyables envers ceux-là mêmes qui se démenaient pour satisfaire à ses exigences. En 1474 le corps de ville de Poitiers, à court d’argent pour payer les francs-archers et le charroi de l’artillerie royale, se résolut dans l’urgence à utiliser le produit d’impôts que le roi lui avait octroyés à d’autres fins. Mal lui en prit : ce détournement valut aux édiles des poursuites et une amende de 4 500 l.t.122 L’on conçoit dès lors l’exaspération de l’opinion devant ces sollicitations incessantes, particulièrement vive, nous l’avons vu, lors de l’ouverture d’un nouveau front au sud en 1473. Aurillac refusa alors d’envoyer ses francs-archers à Lectoure et en Roussillon, s’atti-rant la colère du souverain qui leur dépêcha Aubert le Viste avec ces instructions vindicatives : « Vous n’y sçaurez frapper mauvais coup, car ilz m’ont toujours estez trais très ou malvueillans ; gallez les moi bien »123. L’indulgence n’était pas de mise : vaille que vaille, le prix des guerres devait être acquitté.

2. La toile de l’« Araigne ».

38Dans les premières années du duel final entre la France et la Bourgogne Louis XI, frustré comme on l’a dit du soutien lancastrien, dut mener seul la lutte contre son redoutable adversaire. Ses quelques alliés ne lui étaient d’aucun secours : le roi d’Ecosse ne pouvait guère lui servir qu’à faire pression sur l’Angleterre, le duc de Milan se montrait tiède, et il lui fallait tenir à bout de bras la duchesse de Savoie sa sœur. À l’automne de 1472, il chercha à la faveur de la négociation des trêves à se rapprocher du duc de Bretagne, qui comptait plusieurs anciens officiers de Charles de France dans son entourage. Guillaume de Soupplainville, ambassadeur de François II et serviteur de son influent conseiller gascon Odet d’Aydie, fut invité à coucher par écrit les demandes de ses maîtres, qui furent pour l’essentiel exaucées.

  • 124 BN, ms. fr. 20 497 f° 39 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 240-242.
  • 125 Ibid., pp. 241-242.
  • 126 BN, ras. fr. 20 685 pp. 575-576.
  • 127 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 311-312 et note 1 p. 312 ; Commynes / Cannette & Durville, t. I, pp (...)

39Lui-même fut nommé bailli de Montargis et reçut « d’autres petitz estatz en Guyenne » : le 9 décembre il fut fait maire de Bayonne, prévôt de Dax et seigneur de Saint-Sever avec un don de 6 000 écus et une pension de 1 200 francs124. Odet d’Aydie se fit attribuer le comté de Comminges vacant par la mort récente du bâtard d’Armagnac, les offices de sénéchal de Bordelais et des Lannes avec les capitaineries de Blaye, Bayonne, Dax et Saint-Sever, l’ordre de Saint-Michel et 24 000 écus125 ; dès 1472-1473 il devint l’un des principaux prébendiers de la recette générale de Languedoïl dont il eut 6 000 l.t. « pour son estat », 2 000 l.t. pour ses gages d’amiral de Guyenne et 10 000 écus sur son don, tandis que son frère Odet d’Aydie le Jeune recevait 1 200 l.t. « pour son estât »126. Un autre négociateur, Philippe des Essarts, reçut la même pension, un don de 4 000 écus, l’office de bailli de Meaux et quelques terres ; lorsqu’il revint à la tête d’une ambassade au printemps de 1474 le roi y ajouta 10 000 écus et la maîtrise des Eaux et Forêts de Champagne et Brie127.

  • 128 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 289 et note 3.
  • 129 Éd. Calmette & Durville, t. I, p. 242.
  • 130 BN, ms. fr. 20 685 pp. 580, 611, 630.
  • 131 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.
  • 132 À cette époque Louis XI acheta 60 marcs d’argent à un secrétaire d’Édouard IV deux lettres très com (...)

40Enfin, après la conclusion des trêves, leurs intercessions permirent d’aboutir le 1er janvier 1473 à un accord franco-breton par lequel le duc lui-même obtint le comté de Montfort et « certaine somme de deniers »128. Reprenant une idée déjà avancée dans les négociations franco-anglaises de 1467 et qui serait appliquée à grande échelle après Picquigny, le souverain espérait acheter, sinon l’alliance active, du moins la neutralité de son voisin par un versement annuel qui ferait de lui, sans le titre, le premier de ses pensionnaires. Philippe de Commynes qualifie d’ailleurs ce subside de pension, en ajoutant qu’elle ne dura que deux ans129. De fait le receveur général de Languedoïl acquitta 30 000 l.t. en 1472-1473 et en 1473-1474, puis les paiements cessèrent. François II eut encore le temps d’encaisser 20 000 l.t. en 1474-1475130 mais Louis XI annula l’assignation faite au receveur de 4 080 l.t. sur son collègue de Languedoc « pour partie des.xxxm. l. du duc de Bretaigne »131. Il était clair en effet que celui-ci soutenait les Anglais et les Bourguignons, qui préparaient alors leur attaque132. Tout l’or du roi de France ne pouvait lui faire oublier qu’une entente avec celui qui constituait le principal danger pour l’indépendance bretonne n’avait pas de sens.

  • 133 Le cours du florin du Rhin avait été fixé à 23 s. 10 d.t. le 28 décembre 1473 (Ord., t. XVII, pp. 5 (...)
  • 134 Legeay, t. II, pp. 15, 131-132 ; Basin/Garand & Samaran, t. II, notes 1 pp. 184-185, 1 pp. 190-191, (...)

41À cette date, Charles le Téméraire lui-même avait sorti le souverain de son isolement. Les ambitions croissantes du grand duc de Ponant n’inquiétaient pas que son voisin français : en 1473 ses rêves de royaume, ses visées en Lorraine, en Alsace, dans le duché de Gueldre et la vallée du Rhin mettaient en émoi tout l’ouest du monde germanique. Le 14 mars les évêques et cités de Strasbourg et Bâle, les villes de Colmar, Mulhouse et Sélestat et le margrave de Bade conclurent une alliance décennale qui jeta les bases de la Basse-Union. Louis XI, qui observait ces manœuvres diplomatiques avec le plus vif intérêt, encouragea la formation d’une large coalition antibourguignonne. Il poussa à l’association de la Basse-Union et des Cantons suisses dans la Ligue de Constance le 31 mars 1474, à laquelle le duc Sigismond d’Autriche s’adjoignit dès le 4 avril en s’entendant sous ses auspices avec les Suisses, et ratifia lui-même le traité le 11 juin. L’accord prévoyait la fourniture de 80 000 florins (95 333 1. 6 s. 8 d.t.)133 à Sigismond pour le rachat du comté de Ferrette et du landgraviat de Haute-Alsace que, désargenté, il avait accepté d’engager au duc de Bourgogne en 1469. En fait le roi n’eut pas à en fournir un denier car, comme il s’y attendait, Charles le Téméraire refusa la transaction, manquant à la parole donnée tandis que son rusé adversaire apparaissait aux Allemands comme un généreux bailleur de fonds sans bourse délier134.

  • 135 Gandilhon, p. 198.
  • 136 BN, ms. ff. 20 685 p. 547.
  • 137 Contamine, op. cit., p. 310.
  • 138 Gandilhon, note 12 p. 198.
  • 139 Éd. Isambert, Jourdan & Decrusy, t. X, pp. 698-700 ; Legeay, t. II, p. 133 ; Contamine, op. cit., p (...)

42Poussant l’avantage, le souverain, qui dès le 13 août 1470 avait obtenu des Suisses l’interdiction du recrutement de mercenaires par son ennemi135et en 1471-1472 avait remis 300 l.t. à Philippe de Savoie pour leur être distribuées136, engagea avec eux des négociations qui débouchèrent sur le traité d’assistance mutuelle du 26 octobre 1474, complété par une convention secrète avec Berne. Louis XI verserait jusqu’à sa mort 20 000 francs par an aux Cantons, payables à Lyon par termes trimestriels égaux, et recevrait d’eux sur demande, en cas d’agression bourguignonne contre le duc de Lorraine ou lui-même, 6 000 hommes qu’il solderait 4 florins du Rhin et demi par mois (51. 7 s. 3 d.t.), 7,3 % de plus qu’un fantassin français137 et surtout moitié plus qu’un mercenaire suisse au service de Mulhouse138. S’il était de son côté empêché de secourir ses alliés contre le duc de Bourgogne, il devrait en outre leur faire tenir à Lyon 20 000 florins (23 833 1. 6 s. 8 d.t.) chaque trimestre pour la durée du conflit139.

  • 140 BN, ms. fr. 20 685 pp. 631, 632. – 3 000 l.t. en étaient assignées en Languedoc (ms. fr. 23 263 f° (...)
  • 141 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.

43Ainsi les Cantons devinrent-ils dans les faits des pensionnaires collectifs du monarque. Dès 1474-1475 le receveur général de Languedoïl - dont le Lyonnais relevait encore - versa les 20 000 l.t. convenues à l’avoué et au conseil de ville de Berne, qui jouaient un rôle moteur dans la Confédération, « pour ceux des ligues d’Allemagne, pour leur ayder a soustenir les grandes depenses qu’il leur convient [faire] pour ledit seigneur ». Les fonds ne furent pas réunis sans peine, et le général Gaillard dut en faire l’avance140. De même, une partie des 7 000 l.t. « restant de la pension du connestable » sur les finances languedociennes de 1474-1475 après la chute du comte de Saint-Pol fut récupérée pour réunir les 30 000 l.t. que le roi ordonna au trésorier des guerres de payer « aux Souysses et Bernoiz », sans doute pour financer leur lutte contre le Téméraire en 1476141.

  • 142 BN, ms. fr. 20 685 pp. 543 (1471-1472), 571 (1472-1473), 605 (1473-1474), 624, 630 et 680 (1474-147 (...)
  • 143 Ibid., pp. 572, 629. - Sur ce personnage cf. Charles Bellet, Notice historique sur Jost de Silenen, (...)
  • 144 BN, ms. fr. 20 685 p. 621 ; cf. Lettres, t. V, p. 143 et note 1 ; t. VIII, p. 168.
  • 145 BN, ms. fr. 20 685 pp. 631, 642.
  • 146 Ibid., pp. 631, 654.
  • 147 Ibid., p. 678 ; cf. Lettres, t. X, Supplément, p. 362 et note 2.
  • 148 BN, ms. fr. 20 685 pp. 667, 679.

44Parallèlement Louis XI versait des pensions particulières aux principales personnalités des Cantons, de Berne en particulier. La grande famille bernoise des Diesbach venait au premier rang : Nicolas, l’avoué de la ville, et son neveu Guillaume recevaient chaque année 400 et 340 l.t. respectivement ; en 1474-1475 un autre neveu, Louis, touchait 330 l.t. de pension, tandis que l’avoué était gratifié d’une crue de 500 l.t. et d’un don de 8 000 écus142. Le prévôt de Saint-Michel de Lucerne Jost de Silenen, qui percevait 400 l.t. dès 1472-1473, obtint lui aussi une crue de 600 l.t. deux ans plus tard143. Les Suisses n’étaient pas les seuls bénéficiaires des subsides français. Vers le 16 janvier 1475 le roi offrit 302 1. 10 s.t. (soit 200 écus) aux ambassadeurs de la Ligue de Constance parmi lesquels un représentant helvétique, le docteur Conrad, mais aussi un envoyé du duc d’Autriche, le comte d’Eberstein144. Ce dernier était alors pensionné pour 1 200 l.t., de même qu’un maître d’Hôtel de Sigismond, « Malchasar » de Liechtenstein, pour 400 l.t., et leur maître en personne pour 10 000 l.t.145Le duc René II de Lorraine, petit-fils du roi René, était un autre allié crucial dans la lutte contre la Bourgogne. Le souverain lui confia la charge de 100 lances fournies pour la défense du royaume à compter du 1er juin 1475, et lui fit verser 12 000 l.t. pour leur entretien dans les quatre derniers mois de l’exercice financier ; en 1475-1476 le jeune duc reçut une pension de même montant146. Les comptes de l’année 1474-1475, qui marqua le véritable démarrage de cette politique de subsides, nous livrent encore les noms des Allemands Emich, comte de Linanges (Leiningen) et seigneur d’Âpremont, pensionné pour 1 200 l.t.147, et Henri de Guesbach, conseiller et maître d’Hôtel du roi, dont la pension de 400 l.t. avait doublé en 1476-1477148 Même qualifiées de pensions, ces sommes étaient le plus souvent inscrites dans la rubrique comptable des dons et récompenses : la rétribution d’étrangers non régnicoles était plus que toute autre un effet de la libéralité royale. Mettant à profit une communauté d’intérêts née de la menace bourguignonne, Louis XI avait ainsi tissé de ses deniers un solide réseau d’alliances officielles et d’appuis personnels sur son flanc oriental.

  • 149 Calmette & Périnelle, pp. 176-177.
  • 150 Legeay, t. II, p. 129.
  • 151 Ibid., p. 141.
  • 152 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 319. - Cet auteur ajoute, il est vrai, que par la suite le roi lui e (...)

45Le roi se préoccupait en même temps de conjurer la menace anglaise. Par le traité du 25 juillet 1474 Édouard IV et Charles le Téméraire s’entendirent pour mener l’année suivante une offensive combinée contre la France, qu’ils se partageraient149. Le souverain français dépêcha au roi d’Écosse son spécialiste des affaires britanniques, l’Écossais Guillaume de Menypenny, pour lui promettre 10 000 écus si par quelque moyen, guerre ou négociation, il empêchait la descente anglaise150. Il chercha à liquider le contentieux franco-aragonais pour assurer ses arrières et au début de 1475, tandis que son armée achevait la soumission des comtés catalans, ses ambassadeurs offrirent au prince Ferdinand 100 000 écus en complément de leur achat, le mariage sans dot de sa fille Isabelle au dauphin et la renonciation de leur maître aux droits qu’il tenait de sa mère sur la couronne d’Aragon151. Le monarque tâcha enfin de poser les premiers jalons auprès du roi d’Angleterre lui-même : quand les hérauts d’Édouard IV vinrent lui réclamer officiellement la Guyenne et la Normandie à l’automne de 1474, il leur remit à l’intention de leur maître « le plus beau coursier qu’il eüst en son escuierie »152.

  • 153 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 76-77.
  • 154 Ibid., pp. 31-32 et note 2 p. 33 ; Calmette & Périnelle, pp. 184-185, 193.
  • 155 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 52-53.

46Le débarquement des forces anglaises n’ayant pu être prévenu, Louis XI, toute sa puissance militaire déployée, fit assaut de libéralité pour se concilier un roi d’Angleterre qui avait vu son allié bourguignon venir à lui sans troupes, s’était fort mal entendu avec ce caractère emporté, voyait une imposante armée française devant lui et, selon Commynes, avait hâte de repasser la Manche pour minimiser le coût de l’expédition et garder pour lui les crédits de guerre du Parlement153. Dès le début de juillet 1475 le héraut Jarretière, venu sommer le souverain de rendre le royaume de France à son maître, reçut 300 écus de sa main, trente aunes de précieux velours cramoisi et la promesse de 1 000 autres écus si les deux princes s’accordaient ; à la fin du mois le héraut Irlande, envoyé par Édouard IV sonder Louis XI, repartit après de longs entretiens avec 200 écus154. Durant les négociations qui s’ouvrirent en août le roi promit encore des pensions aux principaux conseillers du souverain anglais, et dans l’immédiat leur prodigua « largement argent contant et vaisselle »155.

  • 156 Calmette & Périnelle, pp. 202-205.

47Ces efforts aboutirent au « traité de Picquigny », en fait un ensemble de quatre accords jurés par les deux rois à leur rencontre en ce lieu le 29 août. Le premier instaurait une trêve jusqu’au 29 août 1482. Le deuxième prévoyait le règlement de leur litige par une commission d’arbitrage, et dans l’immédiat le rembarquement des Anglais après le versement de 75 000 écus à leur maître. Le troisième incluait un pacte d’assistance mutuelle tenu secret et des dispositions sur le mariage futur du dauphin et de la fille aînée d’Édouard IV, Élisabeth d’York (ou sa sœur Marie si elle mourait d’ici là), qui dès sa puberté recevrait de son futur beau-père un douaire de 60 000 l.t. par an. Par le quatrième enfin Louis XI s’engageait à verser chaque année à son nouvel allié 50 000 écus, payables par moitiés à Pâques et à la Saint-Michel, de 1476 à la mort d’Edouard ; cet engagement devrait être soit garanti par la banque Médicis, soit ratifié par la papauté, puissance d’argent et pouvoir spirituel étant ingénument (ou crûment) mis sur un pied d’égalité pour valider de leur autorité cet arrangement financier156.

  • 157 Ibid, PJ n° 65, pp. 362-363.
  • 158 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 346-347.
  • 159 BN, ms. fr. 20 685 p. 638.
  • 160 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 81-82.

48Malgré tout le zèle de ses agents le souverain français n’avait pu réunir alors qu’une partie des 75 000 écus (113 437 1. 10 s.t.) convenus pour le départ des Anglais. Pressé de lever le camp, Édouard IV accepta sans difficulté une reconnaissance de dette pour les 20 000 écus manquants, que le trésorier des guerres lui porta deux mois après à Londres. Il en donna quittance le 22 octobre à son « tres chier et tres honnour cousin roy Loys de France »157, formulation la plus proche sans doute de la reconnaissance officielle d’un roi de France par un roi d’Angleterre depuis 1337. Cependant John Cheyne et le seigneur de Howard, laissés en otages jusqu’au rembarquement de leurs compatriotes, étaient fêtés à Paris par les gens du roi. A leur départ en septembre ils furent autorisés à prendre en Île-de-France tout le vin qu’ils voudraient aux frais de Louis XI158 qui, renouant avec sa diplomatie du vin contrariée en 1471, en fit envoyer 20 pipes à la reine d’Angleterre par le négociant rouennais Nicolas Poilevilain pour 302 1. 10 s.t.159Appâté par l’or français et froissé par le comportement de Charles le Téméraire, Édouard IV proposa le même mois de repasser en force la Manche en 1476 pour le combattre, moyennant subside, aux côtés de son allié. Celui-ci fit la sourde oreille : bien que ce fût la réalisation de son rêve de 1470, il avait eu son compte de descentes anglaises160 et jugea préférable de se contenter de la neutralisation du royaume d’outre-Manche.

  • 161 Éd. Champollion-Figeac, Lettres de rois, reines et autres personnages des cours de France et d’Angl (...)
  • 162 Calmette & Périnelle, pp. 211-212.

49Dans la foulée le souverain négocia en revanche la libération de Marguerite d’Anjou. Selon l’accord conclu le 2 octobre, le roi d’Angleterre la lui abandonnerait avec tous ses droits sur elle pour 50 000 écus payables par cinquièmes au jour de la remise et aux Saint-Michel suivantes, mais Louis XI ne lui rendrait la liberté que lorsqu’elle aurait formellement renoncé à tous ses droits en Angleterre au profit d’Édouard161. La reine déchue s’étant exécutée le 13 novembre et de nouveau le 29 janvier 1476 à Rouen, ses geôliers anglais la remirent alors aux mandataires du roi de France, parmi lesquels le receveur général Raguier, et en reçurent les 10 000 premiers écus et une obligation de leur maître pour le paiement du reliquat. Le souverain faisait d’une pierre deux coups, rendant son nouvel allié plus dépendant encore de ses subsides et resserrant son étau autour de la Maison d’Anjou. La fille du roi René, désormais sa captive aux termes de l’arrangement, dut en effet céder le 7 mars tous ses droits sur l’héritage de ses parents à celui qui avait pris en charge sa rançon avant de recouvrer enfin la liberté. Louis XÎ lui servit dès lors une pension annuelle de 6 000 l.t. jusqu’à sa mort en 1482162.

  • 163 C’est aussi la version retenue par la malveillance de Basin, qui reproche à Louis XI d’avoir fait d (...)
  • 164 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 79-80.
  • 165 BN, ms. fr. 20 685 pp. 653, 698, 708 ; ms. fr. 23 264 f° 2, 38 ; Calmette & Périnelle, PJ n° 69-71, (...)

50La nature des 50 000 écus, valant 80 208 1. 6 s. 8 d.t. après la réforme du 2 novembre, que le roi devrait acquitter chaque année à Edouard IV était une question extrêmement sensible. Objectivement, ce versement régulier qui dans le fait créait un lien de dépendance entre le bénéficiaire et le bailleur était une pension, et c’est bien ainsi que les Français le considéraient, mais l’honneur anglais exigeait que ce fût un tribut163. Peu après Picquigny une parole irréfléchie du vicomte de Narbonne déchaîna la colère d’un des otages anglais, et Commynes eut bien du mal à rattraper cette bourde qui menaçait de tout compromettre ; l’Anglais se plaignit à Louis XI, dont l’imprudent bavard encourut les foudres164. Aussi les documents comptables éludent-ils le problème, parlant plus ou moins précisément de 91 733 1. 6 s. 8 d.t. ou de « certaine grant somme de deniers » à délivrer à Londres, en Angleterre, à certaines personnes, voire au roi et à d’autres seigneurs d’Angleterre, sans jamais qualifier davantage ces paiements165.

  • 166 Calmette & Périnelle, PJ n° 71, pp. 371-376.

51Louis XI tint en effet les promesses de pension prodiguées dans l’entourage d’Édouard IV Le rôle des versements à effectuer outre-Manche, signé de sa main le 16 janvier 1476, accordait à côté des 50 000 écus du monarque anglais 1 604 1. 3 s. 4 d.t. en 1 000 écus à l’évêque de Lincoln, chancelier d’Angleterre, le double au seigneur de Hastings, grand chambellan, 1 925 l.t. en 1 200 écus au seigneur de Howard, grand écuyer, autant à Thomas Montgomery, chevalier du corps du roi, et 962 1. 10 s.t. en 600 écus à John Morton, maître des Rôles166. Les cinq hommes se partageaient donc 6 000 écus, ce qui portait le total à 56 000 écus d’une valeur de 89 833 1. 6 s. 8d.t.

  • 167 BN, ms. fr. 20 685 p. 439.
  • 168 Calmette & Périnelle, PJ n° 69, pp. 368-369.
  • 169 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 243.
  • 170 Calmene & Permeile, PJ n° 71, loc. cit.
  • 171 BN, ms. fr. 23 264 f° 4.

52Le changeur rouennais Guillaume Restout, qui avait déjà versé des fonds à la Chambre du roi en 1467-1468167, fut commis le même jour à recueillir l’argent auprès des receveurs généraux et à le distribuer en Angleterre168. 1 200 l.t. lui furent allouées pour ses peines, ainsi que 700 l.t. pour convertir le numéraire reçu en écus d’or à raison de 3 d.t. pièce : l’écu s’échangeait donc contre d’autres monnaies, d’or ou non, avec une prime de 0,78 % en sus de son cours légal de 32 s. 1 d.t. Tous ces versements étaient en effet acquittés en écus à la couronne, seuls frappés au moment de Picquigny. Joyau du monnayage royal, l’écu contribuait au prestige de Louis XI à l’extérieur : « en aultre espece ne donnoit jamais argent a grans seigneurs estranges », témoigne Commynes169. Dans ces conditions un changeur en vue, installé de surcroît sur la grande place de Normandie, paraissait effectivement l’homme de la situation. Tout compris, les pensions anglaises coûtaient bien 91 733 1. 6 s. 8 d.t. par an au roi de France. Les deux premiers semestres furent dûment acquittés, quoique les retards ne pussent être évités. Restout collecta auprès des quatre receveurs généraux du « vieux royaume » le terme de Pâques 1476, échu le 14 avril, entre le 25 de ce mois et le 4 juin au moins et le délivra outre-Manche du 10 juillet au 6 août, puis recueillit auprès des mêmes celui de la Saint-Michel, échu le 29 septembre, du 29 octobre au 12 novembre et le distribua du 30 de ce mois au 19 décembre170. En revanche, bien que les annuités de la rançon de Marguerite fussent dues au même terme que le second semestre des pensions, ce n’est pas à Restout mais au receveur général de Languedoïl Pierre Parent que leur règlement fut confié171.

  • 172 Calmene & Permeile, PJ n° 71, loc. cit.
  • 173 Commynes / Calmene & Durville, t. II, pp. 243-244. - Cet auteur affirme positivement que l’argent a (...)
  • 174 Calmette & Permeile, loc. cit.
  • 175 Ibid. , PJ n°71, loc.cit.

53Même si les 50 000 écus d’Édouard IV étaient entourés d’un flou diplomatique et les 6 000 écus de ses serviteurs officiellement qualifiés de dons, Louis XI n’en tenait pas moins le roi d’Angleterre et ses principaux dignitaires, attachés à ses versements et compromis par l’argent français. Le seigneur de Hastings au moins en était conscient, qui refusa de donner quittance de son premier semestre quand Restout le lui remit le 6 août172. Le comptable eut beau prétendre que son maître était « ung peu suspicionneux » et pourrait croire à une malversation, Hastings lui répondit : « je ne veulx point que pour moy on die : le grand chambellan d’Angleterre a esté pensionnaire du roy de France, et que mes quictances soyent trouvées en sa Chambre des Comptes »173. Louis XI, averti, dispensa Restout le 25 août de produire aux gens des Comptes la quittance du prudent chambellan pour justifier sa dépense, mais aussi, s’attendant à voir cet exemple faire tâche d’huile, celles des autres Anglais pour les versements futurs à l’exception des reçus d’Édouard IV174, les seuls au fond qui lui importaient. Vaine précaution au demeurant, car quand Restout porta le second terme à la fin de l’année il s’avéra que Hastings n’avait pas fait d’émule175.

  • 176 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 13-14.
  • 177 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 264-265.

54Les préparatifs du roi contre l’Angleterre en 1475 avaient quelque peu paralysé son action à l’est où, au demeurant, sa politique visait à éviter l’intervention directe. L’empereur Frédéric III et les princes allemands, assurés de son appui, s’étaient portés en mars au secours de Neuss assiégée par Charles le Téméraire. Arrivés devant les lignes bourguignonnes, ils dépêchèrent le docteur Hessler à Louis XI pour lui demander l’envoi des 20 000 hommes convenus, faute de quoi ils entreraient en tractations avec le duc de Bourgogne. Il n’était pas question pour le souverain, dont les promesses n’avaient pour but que d’encourager les Allemands à prendre les armes contre son ennemi, de distraire un tel contingent de son dispositif à l’heure de la menace anglaise. Il temporisa donc et renvoya Hessler à l’empereur avec un ambassadeur français muni de bonnes paroles, mais le don de 400 écus à l’émissaire impérial apaisa mal son mécontentement176. Ce n’était toutefois qu’un incident de parcours. À la mi-octobre ses alliés suisses firent une incursion dévastatrice dans le nord de la Savoie, s’emparant de Genève et Lausanne qu’ils soumirent à tribut, en représailles contre l’autorisation donnée par la duchesse, alors sous l’influence bourguignonne, aux mercenaires recrutés en Italie par le Téméraire de traverser ses Etats177.

  • 178 Legeay, t. II, p. 164.
  • 179 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 360.
  • 180 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 119 ; Kendall, p. 358.
  • 181 Lettres, t. VI, pp. 93-94 (copie milanaise en italien).
  • 182 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 126-127.
  • 183 Catherin Malet, secrétaire de la duchesse commis par le roi à leur paiement, reçut à cet effet 4 00 (...)

55Le dernier acte du grand duel franco-bourguignon s’ouvrit en 1476. Il eut l’Empire pour théâtre et Louis XI, qui avait conclu une trêve avec son adversaire jusqu’au 13 septembre 1484178, le joua par alliés interposés, s’installant de longs mois à Lyon comme nous l’avons vu pour suivre la partie de plus près. Il œuvra à parachever la coalition anti-bourguignonne en rapprochant le duc de Lorraine et les Suisses, les uns et les autres visés par les nouvelles campagnes de Charles le Téméraire et soutenus par les subsides français. René II surtout, dont le duché avait été investi, dut être tenu à bout de bras par le souverain. Selon une rumeur rapportée sous réserve par Jean le Clerc mais très vraisemblable, « aucuns seigneurs de France prestoient des deniers au duc de Lorraine pour mener ceste guerre, et (...) le roy le faisoit faire »179 ; celui-ci fournit lui-même « ung petit d’argent » et, on l’a dit, le fit escorter jusqu’en Allemagne à travers la Lorraine occupée, ce qui lui permit de rejoindre les Suisses juste à temps pour participer avec trois cents cavaliers à la bataille de Morat, où les Bourguignons furent écrasés le 22 juin180. Après Grandson le 2 mars, c’était pour le duc Charles le deuxième désastre de sa funeste campagne contre les terribles montagnards. Craignant alors un renversement d’alliances en Savoie, il fit enlever la duchesse, mais Louis XI lança avec succès une véritable opération de commando pour la délivrer en pays bourguignon, et dans son style inimitable lui écrivit le 9 octobre à son approche : « je suis aussi aise de vous voir échappée que si j’avais gagné dix millions d’or »181. Il l’entretint à ses frais durant son séjour dans le royaume, se réconcilia avec elle et la fit définitivement basculer dans l’orbite française182. Par précaution il constitua à son neveu le jeune duc de Savoie, qui avait échappé de peu à la rafle bourguignonne, une garde du corps de 100 mortes-payes soldée par ses soins183.

  • 184 Legeay, t. II, p. 235.
  • 185 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 143-144 ; Basin/ Garand & Samaran, t. II, note 3 p. 335. (...)
  • 186 Commynes/ Calmette & Durville, t. II, pp. 143, 150 ; Basin/ Garand & Samaran, t. II, pp. 332-335.
  • 187 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 136-137, 141.
  • 188 Lettres, t. VI, pp. 62-63.
  • 189 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 162 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 332-333.

56Cependant René II, qui avait repris pied en Lorraine et recouvré Nancy, était de nouveau en mauvaise posture. Tandis que le duc de Bourgogne menait en personne la contre-offensive, son adversaire désargenté devait affronter deux rébellions de son armée impayée184. Une fois encore, le roi de France vint à la rescousse. Il le nantit de 40 000 francs pour recruter des hommes auprès de la Ligue de Constance, dont la diète réunie le 5 décembre à Ensisheim lui accorda enfin un soutien formel, fournissant des subsides et des troupes dont elle prenait l’entretien à sa charge185. Avec cette décision, à laquelle la diplomatie royale n’avait cessé de pousser, tous les ennemis du duc Charles unissaient finalement leurs forces, et dans les derniers jours de l’année le duc de Lorraine renfloué, à la tête de ses mercenaires et des contingents de ses alliés, marchait sur Nancy assiégée par une armée bourguignonne à bout de souffle186. La trahison commençait à sourdre dans les rangs adverses : l’un des principaux chefs de guerre, le comte de Campobasso, qui devait tout au Téméraire, avait offert à René de saboter le siège et aux capitaines de Louis XI en Champagne de livrer ou tuer son ennemi, moyennant « le payement de ses quatre cens lances et vingt mil escuz contant et une bonne conté »187. Dès le 5 juin le roi l’avait fait sonder par l’intermédiaire d’un serviteur capturé, prescrivant au comte de Dunois de lui faire miroiter comme de sa propre initiative une pension pour son maître et un office pour lui-même188. Dans cet hiver exceptionnellement rigoureux189le piège acheva de se refermer sur le grand duc de Ponant, pris dans la toile de l’« Araigne ».

57De même que Napoléon fut défait par la « cavalerie de saint Georges », l’or anglais qui galvanisa les coalitions continentales, la puissance bourguignonne fut finalement brisée par la « cavalerie de saint Michel ». Il ne s’agissait pas seulement des lances de l’ordonnance, toujours plus nombreuses mais qui en définitive ne combattirent guère, mais aussi et surtout des écus du roi de France, qui tout en permettant d’édifier à l’intérieur un formidable appareil militaire se répandirent à l’extérieur, suscitant des alliances, anesthésiant l’Angleterre, isolant la Bourgogne, animant et unifiant la résistance de ses adversaires. Cette cavalerie redoutable, invisible mais bien présente, frappa à Grandson, à Morat et pour finir sous les murs de Nancy.

  • 190 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 12-13 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189 ; Basin (...)

58Le duc de Bourgogne forgea certes des instruments qui rivalisaient avec ceux du roi de France, créant une ordonnance mieux fournie encore que la sienne, mais malgré la fallacieuse apparence de richesse que lui conférait la grande prospérité de ses États il n’eut jamais, contrairement à son mortel ennemi, les moyens financiers de sa politique. La situation n’avait pas fondamentalement changé depuis Philippe le Bon : non seulement l’agglomérat de ses principautés restait à mille lieues de la relative cohérence du royaume de France, mais les traditions fiscales y jouaient en sa défaveur. Il eut beau prétendre, dans les dernières années, requérir l’impôt en maître et non plus en solliciteur, il se heurta à l’hostilité croissante d’assemblées représentatives inquiètes d’une dérive à la française et dont le roi attisait à dessein le mécontentement par sa guerre économique ; au surplus les défaites minaient l’autorité ducale190. A la fin des fins Louis XI triompha de Charles le Téméraire parce que la puissante cavalerie de saint Michel terrassa la trop fragile cavalerie de saint André.

3. Le Domaine entre restaurations et aliénations.

  • 191 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, note 2 pp. 258-259.
  • 192 Ord., t. XVII, pp. 370-371 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, note 3 p. 55.
  • 193 Ord., t. XVII, pp. 414-415 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, note 1 p. 59. - Le 27 janvier 1472 le (...)

59Les succès de la monarchie permirent au Domaine royal de recouvrer dans ces années bien des terres concédées aux princes dans la période précédente, mais la gratification par Louis XI de ses serviteurs et alliés dans le royaume limita l’effet de ces restaurations. En prélude à l’offensive dans le Nord le roi envoya le président du Parlement de Paris Guillaume de Corbie - un enfant du pays s’il faut se fier à son nom - et le conseiller Jean Avin saisir les fameuses prévôtés de Vimeu, Beauvaisis et Fouilloy, suscitant une protestation du duc de Bourgogne devant la cour parisienne le 6 décembre 1470191. Saint-Quentin, occupée le 10 par le connétable de Saint-Pol, fut réunie au Domaine avec sa prévôté en janvier 1471192, Amiens, qui s’ouvrit le 2 février à Antoine de Chabannes, en avril193 : la Picardie rentrait dans le patrimoine de la Couronne.

  • 194 Lettres, t. IV pp. 326-328. - Une lettre du même jour montre qu’il savait son frère encore en vie ( (...)
  • 195 Ord, t. XVII, pp. 527-528.
  • 196 Ibid., pp. 488-489.
  • 197 Stein, PJ n° CXLVII, pp. 815-816.

60L’année suivante ce fut le trépas du duc de Guyenne qui y ramena les pays du Sud-Ouest. Le roi n’attendit même pas son dernier souffle pour en reprendre possession : le 18 mai il invita Bayonne à lui faire soumission, prétendant que son frère était mort194. Sa réunion au Domaine ne fut formellement prononcée qu’en juillet195 mais dès le 24 mai, quelques heures avant que Charles de France ne rendît l’âme, le gouvernement de la Rochelle était redevenu terre de la Couronne196. Les gens des finances, fort occupés par ailleurs, ne se préoccupèrent pas tout de suite de la situation des droits de leur maître dans l’ancien apanage. Ce n’est que le 28 décembre 1473 qu’ils commirent au nom du roi l’ancien officier des finances ducales Pierre Morin à parcourir le pays en qualité de représentant des trésoriers de France pour se faire remettre par les officiers locaux des états de la valeur du Domaine ainsi que les comptes ordinaires — y compris ceux des Monnaies de Bordeaux et la Rochelle - depuis 1469, qu’il rapporterait au pouvoir central, et pour réprimer les usurpations qui lui seraient signalées197.

  • 198 Lettres, t. V, PP- 350-351.
  • 199 Ord., t. XVII, note (a) p. 581 ; Lettres, t. VI, note 3 pp. 162-163.
  • 200 Ord., t. XVIII, note (d) pp. 11-12.
  • 201 Lettres, t. V, pp. 344-345 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 381.
  • 202 Le bâtard était mort le 9 juin (Pilot de Thorey, t. I, note 1 pp. 315-317) ; le 31 août Hugues Coct (...)

61Plus au nord Louis XI acquit le 4 août 1473 la place de Montaigu, « si neccessaire pour la seürté de tout de nostre pais de Poictou »198 par sa proximité de la frontière bretonne, en échange de plusieurs terres199 qu’il compléta encore par quatre seigneuries en mai 1474, en même temps qu’il réunissait à sa nouvelle châtellenie d’anciens démembrements200. Le roi ne cessa de veiller à la défense de ce verrou stratégique au sud de Nantes, dont le fidèle Bourré fut nommé capitaine dès le premier mois avec mission de pourvoir à l’entretien de sa garnison et de ses fortifications201. Outre-Rhône, toujours dans l’été de 1473, la mort du bâtard d’Armagnac permit au souverain de récupérer le Briançonnais202.

  • 203 BN, ms. fr. 20 685 p. 629 ; Pilot de Thorey, n° 1 619, t. II, pp. 207-208.
  • 204 Louis XI continua à user de ce titre outre-Rhône après la naissance du dauphin Charles.
  • 205 Pilot de Thorey, n° 1 622-1 622 ter, 1 623-1 623 bis, t. II, pp. 209-211, 211-212, 212-213, 213-214 (...)

62Celui-ci réussit même à étendre sa domination en dehors du royaume. Le prince d’Orange Guillaume VIII de Chalon ayant été capturé en Dauphiné par le seigneur d’Illins alors qu’il se rendait sans sauf-conduit auprès de Charles le Téméraire, Louis XI le racheta 10 000 écus à son geôlier, dont 2 000 furent payés en espèces et le restant acquitté par la cession de la seigneurie de Voiron en février 147 5203. Mené à Rouen, le prince dut se reconnaître prisonnier du roi le 6 juin et s’engager à lui verser une rançon de 40 000 écus. Évidemment incapable de réunir cette somme, il fut contraint de transporter au souverain, en qualité de dauphin de Viennois204, l’hommage lige de son État et lui prêta serment le lendemain ; le monarque lui donna alors quittance de sa rançon et manda aux officiers delphinaux de le laisser jouir de ses terres205.

  • 206 Ord., t. XVII, note (a) pp. 361-362.
  • 207 Ibid., note (a) p. 385.
  • 208 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 261 et note 2.
  • 209 Ord., t. XVII, note (a) p. 572.
  • 210 BN, ms. fr. 20 497 37.
  • 211 AN, Xla 8 606 278 v°.
  • 212 Ord., t. XVIII, pp. 152-154.

63Le roi ne bénéficiait pas seul, cependant, de ces agrandissements. Le comte de Saint-Pol, qui lui était précieux dans sa lutte contre la Bourgogne, reçut non seulement la seigneurie de Marans et l’île de Ré en décembre 1470206, ce qui n’était que la confirmation royale d’un don du duc de Guyenne, mais aussi les seigneuries de Péronne, Roye et Montdidier au début de 1471207, le comté d’Eu saisi à la mort de son seigneur le 25 juillet suivant208, et encore Château-Thierry en mai 1473209. De même, après la réunion de l’apanage de Guyenne les terres de la confiscation d’Armagnac autrefois données au feu duc furent redistribuées : Ymbert de Batarnay en obtint la plus grande partie le 14 juin 1472210 tandis que Gilbert de Bourbon recevait le même mois les Quatre-Vallées d’Aure, Magnoac, Neste et Barousse211 dans les Pyrénées, qui furent toutefois réunies à la Couronne en novembre 1475212.

  • 213 Leseur / Courteault, t. II, note 1 p. 269.
  • 214 Ord., t. XVII, pp. 558-560, 560-561, 561-563.
  • 215 BN, ms. fr. 20 685 pp. 569 (1472-1473), 603 (1473-1474), 623 (1474-1475, dernier compte connu).
  • 216 Louis XI à peine mort, une guerre de succession, la dernière grande guerre féodale en France, éclat (...)
  • 217 Viala, t. II, note 2 p. 299.

64Sans parler des saisies périodiques des biens des Bourguignons et des Bretons dans le royaume, que le souverain redistribuait d’ailleurs pour casser ensuite ses dons et les restituer à leurs propriétaires au rythme des hostilités et des trêves, le Domaine s’accrut temporairement ou non des confiscations qui n’épargnèrent pas les grandes maisons princières, dans ces années où la royauté s’affirmait toujours davantage. Après la mort de Gaston IV le 10 juillet 1472213, le monarque mit les États de Foix dans sa main sous prétexte de la minorité du nouveau comte François Phébus, petit-fils du défunt et son propre neveu. Le 26 février 1473 il institua sa sœur Madeleine de France, mère de François, tutrice légale de ses enfants et leva la saisie214. La Maison de Foix, dès lors au premier rang des pensionnaires de la recette générale de Languedoïl215, était plus étroitement que jamais sous l’influence royale216. Plus au nord, le second siège de Lectoure et la fin brutale du comte Jean V la même année débouchèrent le 27 décembre sur la création d’une sénéchaussée royale en Armagnac217.

  • 218 Legeay, t. II, p. 146 ; Lecoy de la Marche, t. I, p. 405 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, n (...)
  • 219 Ord, t. XVIII, pp. 208-210.

65Dans l’été de 1474 ce fut au tour de la Maison d’Anjou d’être frappée par la confiscation de ses terres. Résolu à mettre son oncle à genoux, Louis XI prétendit dans les négociations qui suivirent à la moitié des domaines angevins pour les droits qu’il tenait de sa mère, et à l’autre moitié en dédommagement de la dot versée pour le mariage d’Anne de France à Nicolas d’Anjou, qui n’avait jamais eu lieu, offrant en retour une pension de 60 000 l.t. Le roi René se soumit par le traité de Lyon le 6 mai 1476 et les saisies furent levées, mais comme nous l’avons vu son neveu honora mal les engagements pris et continua à intervenir dans ses seigneuries218. Du moins le règlement formel du litige franco-angevin permettait-il de dissiper tout nuage entre le souverain et son allié lorrain. L’union manquée de sa fille au défunt marquis du Pont fut par ailleurs invoquée par le monarque pour reprendre à Anne la vicomté de Thouars, qu’il lui avait donnée en vue de ce mariage, et la réunir au Domaine le 27 octobre219.

  • 220 Legeay, t. II, p. 126.

66Trois autres feudataires avaient été brisés entre-temps par la royauté. Le 18 juillet 1474, le duc d’Alençon fut condamné à mort et ses biens confisqués par le Parlement de Paris, qui commit le jour même deux de ses membres à procéder à la saisie. En fait Louis XI commua sa peine et laissa à son fils le comte du Perche la jouissance de ses terres, à l’exception de quelques-unes qu’il échangea contre le comté de Beaumont-le-Roger le 25 mars 1475220.

  • 221 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 254-255 et note 4 pp. 255-256.
  • 222 Legeay, t. II, pp. 173-175.
  • 223 Ord, t. XVIII, note (a) p. 175.
  • 224 AN, Xla 8 607 f° 53 v°, 58 v°, 60 v°, 61 r°.
  • 225 Pilot de Thorey, t. II, note 2 pp. 4-6.
  • 226 Legeay, t. II, p. 176.

67Le connétable de Saint-Pol fut moins heureux. À vouloir jouer son propre jeu entre le duc de Bourgogne et le roi de France, il avait fini par s’attirer la haine des deux ennemis, qui par un acte additionnel à la trêve du 13 septembre suivant s’entendirent pour l’abattre et se partager ses domaines221. Arrêté par le premier malgré un sauf-conduit et livré au second il fut semblablement condamné par la cour parisienne, mais exécuté sur-le-champ222. Comme la confiscation d’Armagnac cinq ans plus tôt, les biens ainsi échus au souverain furent largement redistribués à ses principaux serviteurs. Les seigneurs de Craon et de Chaumont en bénéficièrent les premiers en janvier 1476223, suivis par le maréchal de Gié qui, avec quatre dons de janvier à mars 1477, ne perdit rien à attendre224. Ymbert de Batarnay ne fut pas oublié225, et les héritiers du connétable eurent les restes de la confiscation226.

  • 227 Luchaire, pp. 205-206.
  • 228 Basin / Garand & Samaran, t. II, note 2 p. 301.
  • 229 Lettres, t. VI, pp. 277-278 et note 5 pp. 278-279.
  • 230 Luchaire, p. 206.

68Enfin l’abaissement de la Maison d’Armagnac fut parachevé par l’ordre donné le 10 janvier 1476 au sire de Beaujeu de s’emparer de la personne et des biens du duc de Nemours, qui avait accepté le 17 janvier 1470 la réunion de ses terres au Domaine s’il trahissait à nouveau son souverain et avait récidivé227 ; assiégé dans Carlat, il se rendit le 9 mars228. Ses terres étaient déjà dans la main du roi : dès le 31 janvier Batarnay avait été chargé de l’administration de trois seigneuries dont il percevrait les revenus et nommerait les officiers, prélude à un don formel229, et le 1er mars la réunion du comté de Castres à la Couronne y avait été solennellement proclamée230.

  • 231 AN, K 71 n° 34. - Il reçut par ailleurs une pension de 4 000 l.t. (BN, ms. fr. 20 685 pp. 531 pour (...)
  • 232 Lettres, t. IV, pp. 221-224.
  • 233 AN, Xla 8 606 f° 289.

69Les aliénations consenties à cette époque par le monarque furent innombrables et se heurtèrent souvent au tollé des organes de contrôle. Nous n’en citerons que deux. En décembre 1470 il donna au bâtard Baudouin de Bourgogne, passé dans son camp, la vicomté d’Orbec en Normandie en dédommagement des biens qu’il avait laissés derrière lui pour se mettre à son service231. Le Parlement de Paris fit de telles difficultés pour entériner ses lettres que le 3 mai 1471 Louis XI devait charger Bourré d’une quatrième démarche en exprimant sa colère contre tant d’obstination232. Il n’était pas au bout de ses peines, car l’opiniâtre cour ne s’exécuta que le 2 mai 1474233.

  • 234 Ord., t. XVIII, pp. 135-138. - La date de 1485 pour l’enregistrement au Parlement est une coquille.

70Le bâtard n’eut guère le loisir d’en jouir paisiblement. En septembre 1475, pour remercier la Sainte Vierge d’avoir sauvé le royaume par son intercession, le souverain offrit la vicomté à Notre-Dame-de-la-Victoire près Senlis. Les organes de contrôle n’osèrent cette fois contester un présent si mérité, ni s’opposer à si haut bénéficiaire : dans un ordre inusité la Chambre des Comptes entérina ce don le 22 octobre, suivie le 16 novembre par le Parlement, sans injonctions royales ni réserves à ce qu’il semble234.

  • 235 Kendall, p. 288.
  • 236 Lettres, t. V, pp. 109-111. - Il lui accordait une pension de 7 000 l.t. (Vaesen, « Notice biograph (...)
  • 237 Lettres, t. V, pp. 238-239, 239-240.
  • 238 AN, Xla 8 606 f° 286.

71Un autre illustre transfuge bourguignon fut indemnisé par le monarque, dont il devint très vite l’un des principaux conseillers. Philippe de Commynes, ayant déserté l’armée ducale dans la nuit du 7 au 8 août 1472235, durant la campagne de Haute-Normandie, reçut en octobre la principauté de Talmont et quatre seigneuries de Saintonge et Poitou issues de l’héritage de Thouars tant pour ses pertes en Bourgogne que pour les services jadis rendus au roi à Péronne. Le 21 février 1473, Louis XI manda à la Chambre des Comptes d’entériner ses lettres de don dès que le Parlement l’aurait fait, « sans attendre d’en avoir second ou tiers commandement », ainsi que ses lettres d’hommage et de pension236. Le don des terres souleva néanmoins les oppositions, et le 25 avril 1474 le roi annonça aux organes de contrôle la venue du greffier du Parlement Guillaume de Cerisay, qui devrait lui rapporter le surlendemain les lettres dûment vérifiées237. Curieusement, il semble que le Parlement les avait enregistrées depuis le 13 décembre238, peut-être avec des restrictions qui avaient déplu au souverain.

  • 239 Jassemin, note 5 p. 207.

72Confronté aux résistances des gardiens du Domaine devant l’avalanche de ses aliénations, le souverain tenta du moins de les atténuer en 1474, lorsqu’il stipula à la Chambre des Comptes que l’estimation des terres concédées devait être faite en fonction de leur valeur constatée dans le proche passé, « depuis vingt cinq ou trente ans en ça », et non d’après des documents plus anciens qui présentaient des revenus sensiblement supérieurs239. Ainsi espérait-il ainsi ramener à de plus justes proportions l’appréciation des pertes subies par le patrimoine de la Couronne du fait de sa politique et calmer les critiques des organes de contrôle, sans grand succès d’ailleurs.

4. Le flot montant des dépenses.

  • 240 Contamine, Guerre, État et société, p. 295.
  • 241 BN, ms. fr. 23 265 f° 2.

73Ces accroissements du Domaine et ces aliénations à la décharge des finances royales n’étaient pourtant qu’une goutte d’eau dans l’océan des besoins suscités par la politique de Louis XI. A l’accroissement du budget militaire s’ajoutait celui des dépenses civiles, non seulement par la gratification des services à l’intérieur et à l’extérieur du royaume, mais par le développement même de l’appareil de l’État, à commencer par les diverses branches de l’Hôtel autour de la personne royale. La dotation de la garde du corps, encore stable au début de la décennie, fit un bond spectaculaire à la suite de la réorganisation de 1474240. Trois comptables distincts avaient désormais la charge des 100 lances fournies qui remplaçaient les 120 gentilshommes de l’Hôtel, des célèbres archers écossais et des 100 archers français ; ces derniers allaient encore bénéficier d’une crue de gages de 300 l.t. en 1476-1477241. Au total la réforme fit largement plus que doubler les crédits de la garde, qui approchaient la somme colossale de 100 000 l.t. (tableau 18). La Maison militaire du roi reflétait l’essor de son armée.

  • 242 BN, mss. fr. 23 263 f° 5 pour 1469-1470, 20 497 f° 32 pour 1471-1472, 23 263 f° 24 pour 1474-1475.

Tableau 18 : Crédits de la garde du corps du roi de 1469-1470 à 1474-1475242 ; (en livres tournois)

Tableau 18 : Crédits de la garde du corps du roi de 1469-1470 à 1474-1475242 ; (en livres tournois)

74Les rôles des paiements du receveur général de Normandie pour 1474 et de son collègue de Languedoc pour 1474-1475 nous donnent par ailleurs une idée du budget des principaux services civils des hôtels royaux et de leur évolution (tableau 19). Dans l’Hôtel du roi, la chute brutale des enveloppes affectées à la Chambre aux Deniers et à l’Argenterie s’explique sans doute par de nouveaux démembrements de la compétence de ces vieilles caisses de l’Hôtel et ne doit pas nous abuser. En revanche, la Chambre du roi était en pleine expansion depuis sa réforme en 1470-1471 : quatre ans plus tard sa dotation excédait de plus de moitié la recette effectivement recueillie par le comptable pour le premier exercice de la décennie (qui devait, il est vrai, être en-deçà des crédits alloués) et elle était devenue le premier poste civil de l’Hôtel, indice du poids croissant des dépenses discrétionnaires du monarque.

  • 243 BN, mss. fr. 20 685 p. 525 pour 1470-1471, 23 264 f° 24 pour 1473-1474, 23 263 f° 24 pour 1474-1475

Tableau 19 : Crédits des principaux services des hôtels royaux de 1470-1471 à 1474-1475243 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 19 : Crédits des principaux services des hôtels royaux de 1470-1471 à 1474-1475243 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Recette effective.
Note ** :+ 11,9 % en moyenne annuelle.

  • 244 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r ; cf. PJ n° IV

75Tout compris, la recette de la Maison civile du roi devait atteindre dans ces années 145 000 l.t. environ, et celle de son Hôtel plus de 240 000 l.t. après la réforme de la Maison militaire. Avec les hôtels beaucoup plus modestes de la reine et du dauphin, le poste domestique pesait au bas mot quelque 300 000 l.t. dans le budget de l’État au milieu de la décennie, autant que les crédits cumulés des hôtels, des grands travaux et des paiements comptant par ordre du roi en 1470244. Encore ces dotations ne suffisaient-elles pas : en 1473-1474 l’Argenterie du roi, l’Argenterie et la Chambre aux Deniers de la reine et celles du dauphin furent toutes déficitaires (tableau 20). Certes ces dérapages restaient modestes et les comptables, qui les couvrirent de leurs deniers, en furent remboursés dès l’année suivante outre leur recette, mais la nécessité d’éponger chaque année les déficits passés ajoutait à la progression des dépenses.

  • 245 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.

Tableau 20 : Déficits des services des hôtels royaux en 1473-1474245 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 20 : Déficits des services des hôtels royaux en 1473-1474245 ; (en livres, sous et deniers tournois)
  • 246 BN, ms. fr. 23 264 f° 24.
  • 247 Commynes rapporte ainsi que lorsque Louis XI voulut faire des ouvertures à Edouard IV dans l’été de (...)

76Au regard de ces sommes la charge financière des grands corps de l’État sur les finances royales apparaît dérisoire : au cours du même exercice 1473-1474 les dotations du Parlement et de la Chambre des Comptes de Paris montaient à 29 000 l.t. et 19 738 1. 2 s. 6 d.t. respectivement246. Les deux organes centraux les plus importants de la monarchie coûtaient ensemble trois fois moins que les services civils de l’Hôtel du roi : c’est dire la place primordiale qu’occupaient au cœur de l’appareil d’État les services domestiques. Ceux-ci ne pourvoyaient pas seulement aux besoins quotidiens du souverain et de son entourage et au nécessaire décorum de l’autorité royale, du reste limité par son inclination personnelle247, mais tenaient des fonds à sa discrétion, assuraient les indispensables messageries qui lui permettaient de s’informer et d’expédier ses ordres, bref, fournissaient la logistique immédiate de son gouvernement.

  • 248 Lettres, t. IV, pp. 190-193 et note 2 p. 191.
  • 249 BN, ms. fr. 20 685 p. 522. - Ces dons se répétèrent d’ailleurs les années suivantes, et pour deux d (...)
  • 250 Ibid., pp. 525-526.

77Les deux volets complémentaires de la politique royale à cette époque : accroissement de l’autorité centrale à l’intérieur et lutte contre la Bourgogne à l’extérieur, donnèrent naturellement une nouvelle ampleur à l’autre grande catégorie des dépenses civiles, la gratification des services. Les traits les plus marquants de la politique des pensions dans ces années ont déjà été évoqués en leur temps, aussi est-ce aux dons que nous nous attacherons à présent. Ceux-ci récompensèrent d’abord l’aide apportée aux aimées royales dans les guerres, ainsi lors de la victorieuse campagne de Picardie dans l’hiver de 1470-1471. Le 3 février 1471 Louis XI, accusant réception à Antoine de Chabannes de l’annonce de la prise d’Amiens, l’assura qu’il ratifierait toutes les promesses par lui faites aux habitants. Ceci ne concernait pas que les privilèges collectivement accordés à la ville, sanctionnés par des lettres royaux du même mois248, mais aussi la rétribution personnelle de certains Amiénois : trois d’entre eux reçurent ainsi un total de 1 000 l.t. sur la recette générale de Seine-et-Yonne pour leurs bons offices dans la reddition de leurs concitoyens249. Déjà, le 18 janvier, trois habitants de Saint-Quentin avaient perçu au même titre 100 écus chacun sur la Chambre du roi250.

  • 251 Un certain Jean Mulot était spécialement commis à leur paiement en 1472-1473 (ibid., p. 567).
  • 252 Lettres, t. IV, pp. 324-326.
  • 253 BN, ms. fr. 20 685 p. 576.
  • 254 Ibid., pp. 577, 580, 613, 631. - Ce total est incertain par suite d’erreurs du copiste.

78En 1472 le roi ne se montra pas moins généreux envers les serviteurs du défunt duc de Guyenne, qu’il entendait se rallier. De même qu’il cherchait à reprendre à son service les gens d’armes de son frère, il incorpora dans sa Maison militaire les 41 archers de la garde ducale, qui furent d’abord soldés à part251, et écrivait dès le 18 mai à Chabannes : « Le seneschal d’Agenaiz [Robert de Balsac] est icy ; je lui ay appoincté son estât en maniere que je croy qu’il est bien content »252. De son côté le sénéchal de Saintonge Patrick Foulcard reçut en 1472-1473 1 000 l.t. « pour son estat », 400 l.t. « pour aucuns archers qui avoient servy feu monseigneur le duc de Guyenne » et 2 000 écus sur un don de 16 000 écus pour ses bons services253. Les chefs de l’armée royale ne furent naturellement pas oubliés : quelque 17 587 1. 16 s. 11 d.t. furent ainsi versés en tout sur la recette générale de Languedoïl au sénéchal de Toulouse Gaston du Lyon de 1472-1473 à 1474-1475 pour ses frais dans le recouvrement de la Guyenne et de l’Armagnac254. Le rétablissement de l’autorité royale dans le Sud-Ouest et l’extension du réseau des obligés du souverain avait une inévitable contrepartie pour ses finances.

  • 255 BN, mss. fr. 20 492 f° 84-85 (pouvoir donné par le roi pour négocier le mariage avec le sire et la (...)
  • 256 BN, mss. fr. 20 685 p. 648 pour 1475, 23 264 f° 18 pour 1476-1477.

79Certains dons enfin ne s’inscrivaient dans aucune péripétie politique particulière et n’avaient d’autre but que de resserrer les liens qui unissaient le monarque à ses serviteurs et à ses alliés. Pour n’en citer que trois parmi les plus considérables à avoir été réglés en espèces, en 1472-1473 Louis XI, s’empressant d’unir son nouveau favori Philippe de Commynes à Hélène de Chambes, fille du sire de Montsoreau, donna d’une part 30 000 écus au promis pour ses loyaux services, en vue du rachat de la seigneurie d’Argenton à ses beaux-parents, et d’autre part 22 000 écus à ceux-ci en faveur du mariage255. De son côté le duc de Bourbon, chef de la maison princière la plus liée au roi et la moins malmenée à cette époque, reçut un don de 22 000 écus qui lui fut payé par moitiés dans le dernier trimestre de 1475 et en 1476-1477256.

  • 257 BN, ms. fr. 20 685 p. 525.
  • 258 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r° (cf. PJ n° IV) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 266-267 et note 1 p. 2 (...)
  • 259 Lettres, t. V, pp. 31-32, 50-51.

80Les sollicitations et les sollicitudes royales, on le sait, ne s’adressaient pas qu’aux hommes. Le développement des dons pieux fut l’un des traits les plus saillants de la première moitié des années 1470. Déjà en 1470-1471 les offrandes et aumônes du roi atteignaient la somme respectable de 9 696 1. 1 s. 8 d.t. et absorbaient 41,1 % du budget de sa Chambre257. Les dons de revenus domaniaux aux églises, évoqués au chapitre précédent, ne constituaient qu’un aspect de ses libéralités. En août 1471 le souverain commanda à Paris un tabernacle qu’il fit dorer à Tours pour Notre-Dame de Cléry, où les travaux entrepris à ses frais dès 1470 duraient toujours en 1473, retardés par un incendie accidentel l’année précédente258. En 1472, il offrit à ses intercesseurs favoris des effigies en argent des villes qu’il leur demandait de sauver de Charles le Téméraire, d’un poids de 200 marcs et d’une valeur de 1 200 écus : Beauvais en juillet pour Saint-Martin de Tours, puis Noyon en septembre pour Notre-Dame de Cléry259.

  • 260 Ord., t. XVII, pp. 571-572.
  • 261 Lettres, t. X, Supplément, pp. 347-348.

81Saint-Martin, dont Louis XI aimait à rappeler qu’il était l’abbé, fut encore l’objet d’une fondation originale en mars 1473 : en souvenir du fameux acte de charité du saint, le roi fonda une rente perpétuelle pour l’entretien d’un pauvre qui serait vêtu d’une robe à ses couleurs, mi-blanche mi-rouge, « en maniere de demy manteau ». A cette fin, il renonça à un petit revenu que lui devait l’abbaye et offrit 800 écus pour acquérir des biens-fonds qu’il amortit par avance260. Pour une fois la dévotion du prince était ici exempte de tout opportunisme ; c’est moins le chrétien que le chasseur qui perça en revanche derrière l’ordre donné le 1er septembre suivant au vicomte de Coutances de vouer chaque année en son nom un cerf en cire de 60 livres devant Saint-Gilles de Cotentin, sans égard aux autres charges que porterait sa recette261. Les libéralités pieuses, on le voit, pouvaient s’écarter des soucis de la politique.

  • 262 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 313-314.
  • 263 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.
  • 264 BN, ms. fr. 20 492 f° 125.

82Toutefois, ces préoccupations revinrent bien vite au premier plan et présidèrent assurément aux dons que le monarque prodigua à Notre-Dame-de-la-Victoire où il se rendit souvent au cours du printemps 1474, et que la rumeur publique estimait à 10 000 écus262. En 1474-1475 l’argentier et maître de la Chambre aux Deniers du dauphin fut chargé de payer 750 l.t. pour un présent en argent, peut-être à l’effigie de l’enfant, que le roi vouait pour son fils à Notre-Dame du Puy en Anjou263 ; le 29 décembre 1475 cette église reçut encore 93 écus de Louis XI264.

  • 265 Lettres, t. V, pp. 328-330, 331, 332.
  • 266 Kendall, p. 319.
  • 267 Calmette & Périnelle, note 11 p. 188.
  • 268 Lettres, t. VI, pp. 29-30 (au chapitre de Beauvais, 16 octobre) ; Calmette & Périnelle, pp. 189, 20 (...)
  • 269 Legeay, t. II, p. 166 ; Calmette & Périnelle, pp. 207-208.

83Cette année de grand péril avait naturellement vu se multiplier les dons au Ciel. Le roi ordonna le 9 mars à Bourré de calculer quels capitaux seraient nécessaires à la fondation des messes basses qu’il venait de décider à Orléans et Cléry, envoya 1 200 écus le 1er avril à Notre-Dame de Rouen pour constituer la rente qu’il lui vouait en implorant son secours, et invita le 6 le prieur de Notre-Dame de Salles à Bourges à lui indiquer combien coûterait le treillis d’argent qu’il souhaitait placer devant la statue de la Vierge265. C’est à la plus sûre des intercessions, celle de la Mère de Dieu, qu’il faisait appel ; apprenant les derniers préparatifs d’Édouard IV il se serait écrié dans un moment de dépit : « Ah ! Sainte Vierge, même maintenant que je vous ai donné quatorze cents écus vous ne m’accordez pas le moindre secours !... »266 Paroles apocryphes ou non, mais qui traduisent avec justesse les attentes du souverain envers ses obligés célestes comme terrestres. Le monarque ne se découragea pas cependant et ordonna le 7 mai des processions particulières trois fois par semaine, et générales tous les quinze jours, dans toutes les églises du royaume267. Arrivant à Beauvais le 31 juillet, il promit encore 3 000 l.t. pour offrir un autel à Notre-Dame-de-la-Paix dans la cathédrale s’il repoussait les Anglais. Son vœu exaucé, il tint sa promesse en octobre268 tandis que Notre-Dame-de-Cléry recevait encore deux villes d’argent d’un poids total de 160 marcs 4 onces (39,3 kilogrammes), représentant Dieppe et Arques269.

  • 270 Legeay, t. II, pp. 194-195, 221.
  • 271 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 23.
  • 272 Lettres, t. VII, note 3 pp. 257-258.

84Sa dévotion pour la Vierge ainsi confortée, Louis XI ne lui ménagea pas sa munificence en 1476 lors de ses deux pèlerinages à Notre-Dame du Puy-en-Velay en mars et juillet270, puis à Notre-Dame-de-Béhuard en Anjou après son retour de Lyon, et multiplia les dons aux églises placées sous son invocation, jusqu’à Notre-Dame d’Ardembourg en Zélande qui reçut 1 200 écus271, tandis que sonnait l’hallali pour le duc de Bourgogne. Les saints ne furent malgré tout pas oubliés, et le 15 juin le roi manda au trésorier de Dauphiné de payer 172 écus à l’orfèvre de Vienne qui avait argenté et doré la nouvelle châsse qu’il offrait pour le corps de saint Nicolas en l’église Saint-Pierre272.

  • 273 Ord., t. XVII, pp. 236-255.
  • 274 Ibid, t. XVIII, pp. 217-223.

85Diverses autres charges vinrent encore peser sur les finances royales. Mentionnons pour mémoire les dispositions prises le 22 décembre 1476 pour l’Ordre de Saint-Michel. L’ordonnance fondatrice du 1er août 1469 avait prévu quatre officiers dont un seul avait vu ses revenus précisés, le héraut, qui aurait une pension de 1 200 francs et recevrait un demi-marc d’argent de chaque chevalier dans les chapitres273. Sept ans plus tard, créant un cinquième officier, le prévôt maître des Cérémonies, le souverain en profita pour fixer enfin les gages ordinaires de ces dignitaires : le chancelier percevrait 800 l.p., le prévôt maître 600 l.p., le trésorier autant, le greffier 400 l.p. et le héraut roi d’armes 250 l.p. Au total la masse salariale de l’Ordre monterait à 2 650 l.p. (3 312 1. 10 s.t.), qui seraient acquittées sur les revenus de la fondation. Celle-ci, prévue dès 1469, n’étant toujours pas constituée - elle ne le fut jamais à notre connaissance - le monarque attribua en attendant une pension de 1 000 l.t. au nouvel officier274.

  • 275 BN, ms. fr. 20 685 p. 549.

86Louis XI dut par ailleurs accorder un certain nombre d’indemnités à ses serviteurs ou à ses alliés. Pour commencer il lui fallut rembourser ses banquiers Jean de Beaune et Jean Briçonnet « des pertes qu’ils ont fait en un voyage en Angleterre où ils avoient mené grande quantité de marchandises jusques a la valeur de 25 000 escus, et fut contraint [sic] bailler au comte de Waruich, tant en marchandises que en argent contant, jusques a la somme de 17 00[0] escus qui ont esté perdus pour ce que depuis le conte de Warwich alla de vie a trespas, et le surplus desdittes marchandises et le fils dudit de Beaune ont esté pris sur mer et rançonnez par les Ostrelins »275.

  • 276 Ibid., pp. 549, 579, 611 ; Spont, « La gabelle en Languedoc », p. 465 ; Calmette & Périnelle, pp. 1 (...)

87En effet, Henri VI restauré, le roi avait dépêché les deux grands marchands tourangeaux outre-Manche avec un vaste échantillon de la production française qu’il avait en quelque sorte accepté d’assurer, afin d’inciter les Anglais à développer les échanges avec le royaume au détriment des Pays-Bas. L’expérience avait tourné à la catastrophe : il avait été interdit aux deux hommes de vendre leurs marchandises, dont Warwick avait emprunté une partie pour réunir la solde du contingent envoyé à Calais, et leur navire avait été capturé au retour par les Hanséates tandis qu’en Angleterre Édouard IV reprenait le pouvoir. Le souverain français n’eut plus qu’à honorer ses engagements et le 26 juillet 1471 leur accorda un dédommagement de 30 000 l.t. échelonné sur les exercices 1471-1472 à 1473-1474, dont 27 000 furent fournis par une crue spéciale sur le sel dans tous les greniers du royaume et le reste par trois annuités de 1 000 l.t. sur la caisse du receveur général de Languedoïl Jean Briçonnet l’Aîné276.

  • 277 Gandilhon, pp. 383-384.
  • 278 Lettres, t. V, pp. 309-314, 315, 316-317.
  • 279 Ibid, note 1 p. 347.
  • 280 BN, mss. fr. 23 264 f° 19 (1476-1477), 53 (1477-1478), 23 265 f° 18 (1478-1479, dernier compte conn (...)

88La marine de guerre royale se livrait également à la guerre de course contre les navires italiens qui commerçaient avec l’ennemi anglais ou bourguignon. Le 1er octobre 1474 Georges Bissipat captura au large de la Galice les deux « galées ferrandines » du roi de Naples, chargées de marchandises napolitaines mais aussi génoises, florentines et allemandes à destination de la Flandre277. Les protestations fusèrent donc de toutes parts. Le 31 janvier 1475 Louis XI informa Ferrand qu’il lui faisait restituer ses bâtiments, mais les capitaines napolitains durent jurer de ne pas se rendre en Angleterre pour recevoir les 4 000 écus de dédommagement réclamés au titre de la cargaison278. Le préjudice était beaucoup plus lourd pour les Florentins amis de la France : le 20 avril le roi leur accorda une indemnité de 29 626 écus279(47 525 1. 10 d.t. après la réforme monétaire) qui fut réglée par annuités de 6 000 l.t. sur la recette générale de Languedoc à partir de 1476-1477280 : à ce rythme le remboursement ne dut s’achever qu’en 1483-1484, au lendemain de la mort du souverain.

  • 281 BN, ms. fr. 20 685 pp. 534 et 546 (1471-1472), 562 et 570 (1472-1473) ; Lettres, t. V, note 3 pp. 7 (...)
  • 282 Cf. supra, p. 359.
  • 283 AN, K 71 n° 54 (1477), K 72 n° 28 (1479) ; BN, ms. fr. 23 266 f° 13 (1482), 30 (1483).

89D’autres dédommagements furent octroyés à de proches serviteurs. Tanguy du Châtel, relevé du gouvernement de Roussillon et Cerdagne à la fin de 1471, reçut le 22 décembre un don de 24 000 écus en contrepartie, qui fut apparemment acquitté par moitiés en 1471-1472 et 1472-1473281. Certaines indemnités, régulièrement versées chaque année à de proches serviteurs sans limitation de total ou de durée, relevaient bien davantage de la faveur royale et s’apparentaient à de véritables compléments de pension : les sommes versées à Bourré pour la perte de son office de contrôleur général des finances de Normandie282 étaient de celles-là. De même le bâtard Louis de Bourbon se fit accorder après les trêves de Picquigny, qui le privaient des droits tirés de la course contre les Anglais en sa qualité d’amiral de France, un dédommagement annuel de 6 000 l.t. qui lui procura jusqu’à la fin du règne un confortable complément de revenu si l’on songe que sa pension ne s’élevait qu’à 4 000 l.t.283

  • 284 Legeay, t. II, pp. 109-110 ; de Roye/ de Mandrot, t. I, note 1 p. 302. - Le 28 juillet 1493 Charles (...)
  • 285 Lettres, t. VI, pp. 30-32.
  • 286 BN, ms. fr. 20 685 pp. 584, 634.
  • 287 Ibid., p. 553.

90Enfin, le roi maria ses filles. Les contrats unissant Jeanne de France au jeune duc Louis d’Orléans et sa sœur aînée Anne, libérée par la mort récente de Nicolas d’Anjou, au sire de Beaujeu Pierre de Bourbon, frère du duc Jean II et étoile montante de l’entourage royal, furent conclus les 28 octobre et 3 novembre 1473 : Louis XI dota chacune de 100 000 écus, qu’il ne paya pas284. Le souverain se fit plaisir aussi, demandant le 7 novembre 1475 qu’on lui ramenât de Naples un coursier qu’il désirait « quoi qu’il doye couster »285, poursuivant les travaux du Plessis où des fossés furent creusés en 1472-1473 et une muraille érigée en 1474-1475286 ; austères aménagements, mais certains frais relevaient davantage de l’agrément, tels les 125 1. 3 s.t. réglés en 1471-1472 « pour l’orloge que le roy a fait faire au chastel des Montils »287. Ces dépenses privées ne grevaient pas l’État.

91Quoique la documentation comptable ne permette guère d’appréhender le montant global des dépenses de la monarchie et le rythme de leur progression dans ces années tumultueuses, nous pouvons y puiser quelques indications. La comparaison des rôles des paiements assignés en Languedoc en 1469-1470 et 1474-1475 est ainsi édifiante (tableau 21) : en cinq ans leur volume global s’accrut de près des deux tiers, ce qui représentait une hausse annuelle moyenne de l’ordre de 10 %. Les versements ordonnés aux comptables civils et militaires de l’État royal progressèrent deux fois plus vite encore, si bien que leur part du total s’éleva de moitié pour atteindre les deux tiers de l’ensemble des dépenses programmées.

  • 288 BN, ms. fr. 23 263 f° 5-8 pour 1469-1470, f° 24-30 et ms. fr. 23 264 f° 1 (rôle complémentaire) pou (...)

Tableau 21 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1469-1470 et 1474-1475288 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 21 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1469-1470 et 1474-1475288 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Part des crédits des services de l’État.

92Cette augmentation vertigineuse était essentiellement due à l’explosion des crédits militaires qui firent plus que sextupler, la guerre de Roussillon ayant accentué ici la tendance générale. Le budget de l’armée passa donc en Languedoc du quart aux deux tiers des dotations des comptables royaux, et du neuvième à près de 45 % du total, devenant le premier poste de dépenses de la recette générale. Le poids relatif des charges civiles - dont certaines d’ailleurs concernaient plus ou moins directement la guerre en 1474-1475 - régressa donc, et leur valeur absolue stagna. Ce constat global cache toutefois de fortes disparités : les versements aux hôtels végétèrent autour de 100 000 l.t. et les règlements effectués par ordonnance du roi chutèrent des trois quarts, mais les pensions et gages progressèrent d’un quart et les dons et récompenses d’un septième ; au milieu de la décennie cette rubrique était surtout vouée comme on l’a dit à l’occupation des comtés catalans.

  • 289 BN, mss. fr. 23 264 f° 34 pour 1474, 20 685 p. 637 pour 1475.

93Il nous faut bien sûr tenir compte de certaines distorsions propres au cas languedocien avant de tirer de ces chiffres des conclusions générales. À l’évidence la guerre de Roussillon écrasait les finances de la généralité méridionale, et le souverain les avait ménagées par ailleurs en évitant de leur faire porter de surcroît la montée de ses autres dépenses. Cela est particulièrement net pour les hôtels royaux, dont nous avons noté plus haut l’expansion. Notre exemple exagère donc l’envolée des charges militaires, déjà impressionnante, et occulte au contraire la progression moindre mais néanmoins notable des dépenses civiles. Ni le sens ni l’ampleur de ces évolutions ne sont douteux cependant. Sans nous fournir de renseignements aussi précis, la recette générale de Normandie les confirme. En 1474 les paiements ordonnés sur ses finances s’élevaient à 551 474 1. 18 s. 8 d.t. (c’est dire quel fardeau le Languedoc plus modeste devait alors porter) ; l’année suivante leur montant nous est hélas inconnu, mais les recettes, avec 656 684 1. 4 s. 3 d. ob. t.289, dépassaient ce chiffre de 19,1 % et il est permis de penser que ces rentrées avaient tâché de suivre les dépenses prévues plutôt que le contraire.

94De la guerre du Bien public à la chute finale de Charles le Téméraire, le pragmatisme fut le maître mot de la politique financière de Louis XI. Échaudé par les conséquences désastreuses de l’aventurisme du début du règne, ayant senti son trône vaciller, le roi s’en remit dès lors aux recettes classiques pour financer sa politique. C’était, en un sens, la revanche posthume de Charles VII. Le souverain joua donc de la taille, de la taxation du sel et du vin tout en apportant sa touche personnelle, recourant à l’emprunt et jetant les bases d’une imposition parallèle des villes. Il put ainsi renverser la situation issue des traités d’octobre 1465. Dans un premier temps il restaura son autorité dans le royaume par des alliances à l’intérieur : ce fut l’époque du recueillement. A partir de la fin de 1470 il entra en guerre ouverte contre ses ennemis de l’extérieur en étendant son réseau d’appuis à l’Étranger : ce fut le temps du relèvement. Dans l’hiver de 1476-1477 le monarque ébranlé de 1465 était devenu le prince le plus puissant de la Chrétienté. Il s’en était attribué les moyens : impôts et dépenses n’avaient cessé de croître. Les guerres venues leur donnèrent un nouveau coup de fouet, et la première moitié des années 1470 les vit monter vertigineusement, telle la marée du Mont cher à la piété du monarque, à la vitesse des chevaux au galop de la cavalerie de saint Michel.

Notes

1 Calmette & Périnelle, pp. 123-126, 130-131, 133.

2 Lettres, t. IV, pp. 326-328, 328-330 ; Contamine, Guerre, État et société, p. 284.

3 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497 ; Contamine, loc. cit.

4 Ibid. ; Calmette & Périnelle, PJ n° 53, pp. 344-346. - L’Espagnol Martin de Salezedo était le capitaine d’une des compagnies de 100 « genétaires » ou cavaliers légers ainsi recrutées (BN, ms. fr. 20 685 p. 594).

5 Calmette & Périnelle, p. 169.

6 Contamine, op. cit., p. 285. - Un document contemporain, apparemment incomplet, énumère 2 636 lances réparties en 37 compagnies (Pilot de Thorey, n° 1 643, t. II, pp. 230-236), dont 1 342 étaient confiées au nouveau trésorier Denis le Breton et 1 294 à son collègue Guillaume de la Croix (Contamine, p. 505).

7 Ibid., note 121p. 298.

8 Op. cit., p. 298.

9 BN, ms. fr. 23 264 f° 23.

10 Lettres, t. IV, pp. 166-169, 182-183, 183-184 ; Caillet, p. 199.

11 Sée, p. 120 (à Poitiers).

12 Ibid., p. 103. - La ville en obtint la réduction à 51 l.t. en 1477.

13 Lettres, t. VIII, pp. 271-272.

14 Calmette & Périnelle, notes 4 p. 128, 2 p. 129.

15 Lettres, t. IV, pp. 172-173.

16 Ord., t. XVIII, pp. 474-476. - Il manque à cette énumération au moins la Royale, qui était aussi une nef du roi (Sée, pp. 207-208) ; quant à Raoul Péan (ou Payan), il avait succédé à Briand de Quénelet avant décembre 1470 (de Roye / de Mandrot, t. I, note 1 p. 244). La première tentative de la famille royale d’Angleterre pour traverser la Manche date du 24 mars 1471 (Calmette & Périnelle, p. 138).

17 Lettres, t. V, pp. 128-129 ; t. X, Supplément, pp. 339-340.

18 Gandilhon, p. 253.

19 Lettres, t. V, pp. 280-282 (au duc de Milan, 17 août 1474).

20 Ibid, pp. 296-297.

21 Calmette & Périnelle, note 1 p. 169.

22 Lettres, t. V, pp. 337-338.

23 Sée, p. 208 ; Calmette & Périnelle, note 1 p. 169, p. 181 et note 1.

24 BN, ms. fr. 20 685 pp. 596, 640.

25 Lettres, t. IV, pp. 210-211.

26 Ibid., pp. 314-315, note 3 pp. 315-316, PJ n° XVI-XVII, pp. 365-366, 366-367 ; Caillet, p.

27 BN, ms. fr. 20 497 f° 24. - Les généraux s’adressèrent en fait ce mandement à eux-mêmes au nom du roi, car il est daté de Paris alors que le souverain était dans le Nord.

28 BN, ms. fr. 23 264 f° 25.

29 BN, ms. fr. 20 685 p. 659.

30 Ibid, pp. 621, 676.

31 De Roye /de Mandrot, t. I, p. 252 et note 2 pp. 252-253. -Le 17 février 1471 le roi annonça aux Troyens l’envoi du sire de Châtillon comme son lieutenant en Champagne et Langrois (Lettres, t. IV, p. 202).

32 Lettres, t. IV, pp. 180-182 (4 janvier 1471).

33 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 253.

34 Contamine, op. cit., note 229 p. 315. - Louis XI manda le 27 à Chabannes de mettre tous les nobles et francs-archers disponibles dans la ville et de ne rien épargner pour sa défense (Lettres, t. IV, p. 209).

35 Le 4 février, il manda à Bourré de remettre les 500 écus d’un prêt au responsable du recrutement des Bretons et de l’achat des pelles (ibid., pp. 195-196), et en mai et juin envoya à Paris « haster l’argent desdits pionniers » à pied d’œuvre à Amiens, Roye et Montdidier (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 254-255 et note 2 p. 256).

36 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 100-101.

37 Lettres, t. IV, pp. 211-214 (14 avril).

38 AN, K 71 n° 19.

39 Pilot de Thorey, n° 1 549, t. II, p. 164 (cf. t.1, note 1 p. 512) et note 1 pp. 164-165.

40 Lettres, t.V, pp. 113-115, 115-117, 117-120, 121, 122-124 ; t. X, Supplément, pp. 323-324. - Nous rectifions l’année d’après Kendall (op. cit., Appendice II, pp. 453-454).

41 Caillet, p. 235.

42 Lettres, t. IV, pp. 319-320 ; Stein, PJ n° CXLIII, pp. 810-812 ; Leseur / Courteault, t. II, pp. 259-264.

43 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189 ; Contamine, op. cit., p. 289.

44 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 226, 234.

45 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 271.

46 Lettres, t. V, pp. 32-35 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 274-275, 280-281 ; t. II, Interpolations & variantes, pp. 288-290, 293-294, 295-296.

47 De Roye / de Mandrot, t.I, pp. 283-285. - Les 4 000 francs-archers du Sud-Ouest étaient cantonnés à Beauvais en septembre sous leur capitaine général le seigneur de Vouillon (BN, ms. fr. 23 264 f° 32).

48 De Roye / de Mandrot, loc. cit.

49 Calmette & Périnelle, note 6 p. 152.

50 Lettres, t. V, pp. 38-39. - Le 3 juillet les pierres à bombarde et à canon du château ducal d’Angers avaient été réquisitionnées pour les besoins de l’artillerie royale (AN, K 71 n° 192).

51 De Roye / de Mandrot, loc. cit.

52 Calmette & Périnelle, p. 153.

53 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 285-286 et note 2 p. 285.

54 Caillet, p. 203.

55 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 399.

56 Calmette & Périnelle, pp. 152, 154.

57 Contamine, op. cit., note 189 p. 309.

58 Leseur / Courteault, t. II, p. 265.

59 Calmette, pp. 364-378.

60 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 315. - Lyon s’endetta en mai de la somme considérable de 5 082 l.t. pour équiper 30 francs-arbalétriers envoyés en Roussillon (Caillet, p. 235).

61 Lettres, t. V, pp. 224-232.

62 Contamine, op. cit., note 229 p. 315.

63 Ibid., pp. 292-293.

64 Lettres, t. V, pp. 325-327.

65 Calmette & Périnelle, note 1 p. 346.

66 Lettres, t. V, pp. 339-341, 342-343.

67 Ibid, t. IV, note l p. 314.

68 BN, ms. fr. 20 685 pp. 580, 584.

69 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 297-298.

70 Ord., t. XVII, pp. 615-617 ; cf. Lettres, t. V, pp. 218-219 (au trésorier de Nîmes, 16 mars).

71 Lettres, t. V, pp. 325-327.

72 BN, ms. fr. 23 264 f° 23.

73 BN, ms. fr. 23 263 f° 25, 27-30.

74 Lettres, t. V, p. 126.

75 Ibid., pp. 176-178 (21 septembre ; les « monstres generalles de tout le pays de Normandie » étaient prévues pour le 1er octobre à Grand-Couronne), 178-179 (2 octobre) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 300-301.

76 Lettres, t. V PP- 215-216 ; Contamine, op. cit., p. 285.

77 Lettres, t. V, pp. 270-271.

78 Ibid., note 2 pp. 217-218, pp. 293-295.

79 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 307, 312-313. - La date du sommet est fournie par l’itinéraire de Louis XI.

80 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 320 ; Calmette & Périnelle, p. 169.

81 Lettres, t. V, pp. 355-356, 356-357 ; Calmette & Périnelle, pp. 171-172.

82 Lettres, t. V, pp. 347-348 ; Calmette & Périnelle, p. 172 ; Contamine, op. cit., pp. 306-307.

83 Calmette & Périnelle, p. 173.

84 Ord., t. XVIII, p. 113.-Lyon affecta 200 l.t. à ses hommes le 1er mai (Caillet, PJ n° CCXCIV, p. 583).

85 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 339.

86 Calmette & Permeile, pp. 181-183, 185-189, 206.

87 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 254-255 pour la première (Legeay, t. II, p. 164 pour la date) ; Lettres, t. VI, note 1 p. 216 pour la seconde.

88 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 119.

89 Caillet, p. 236.

90 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 144.

91 AN, K. 71 n° 501-2 ; BN, ms. fr. 21 427 n° 26.

92 Luchaire, pp. 20, 185.

93 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r°; cf. PJ n° IV

94 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497.

95 BN, ms. fr. 23 264 f° 23, 25, 34. - Le total de 1 106 350 1. 5 s.t. avancé par Spont (loc. cit.) d’après ce même document pour le budget total du trésorier des guerres en 1474 est erroné.

96 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.

97 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.

98 Contamine, op. cit., p. 504.

99 Lettres, t. V, pp. 31-32, 39-40.

100 Ibid., t. VI, pp. 29-30.

101 Louis XI l’appelait alors « le petit trésorier de Normandie » ou « le petit tresorier » par opposition à son père, le défunt trésorier des guerres Antoine Raguier (ibid., t. IV, pp. 178-180, 244-245).

102 Ibid, t. IX, note 1 pp. 203-205.

103 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 280-281.

104 Ibid., p.341.

105 Sée, p. 109.

106 Lettres, t. V, pp. 59-60.

107 Ibid., pp. 76-78.

108 Ord., t. XVIII, note (b) en haut de la p. 16.

109 Lettres, t. V, pp. 101-103.

110 Contamine, op. cit., p. 396.

111 Lettres, t. V, p. 222.

112 Cf. supra,p. 328.

113 Ord., t. XVII, pp. 468-469.

114 Pilot de Thorey, n° 1 581, t. II, p. 187 et note 1.

115 De Roye / de Mandrot, t.I, p. 306 ; Legeay, t. II, p. 124.

116 Lettres, t. X, Supplément, pp. 376-379. -Vaesen et de Mandrot publient cette missive d’après une minute, pour laquelle ils proposent la date de 1475. Elle a été écrite entre janvier 1466 et février 1476, puisqu’il y est question du général Guillaume le Picard et d’un trésorier des guerres unique. L’ordonnance de Creil nous paraît pouvoir être identifiée à celle dont parle Louis XI, car elle cadre avec ses remarques sur le nombre excessif de chevaux par lance ; en outre le roi annonce son intention de s’établir à Beauvais, or il était à Creil jusqu’au 17 janvier 1474, et à Beauvais à partir du 19.

117 Ord., t. XVIII, pp. 72-74, 110-114 ; Gandilhon, pp. 197-198 ; Contamine, op. cit., pp. 340-341.

118 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 341-343.

119 AN, Y 7 153.

120 Pilot de Thorey, 1 638, t. II, pp. 225-226.

121 Ibid., note 1 pp. 228-229 ; 1 994, 2e supplément, p. 444.

122 Sée.pp. 120-121.

123 Ibid., pp. 251-252, note 1 p. 252.

124 BN, ms. fr. 20 497 f° 39 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 240-242.

125 Ibid., pp. 241-242.

126 BN, ras. fr. 20 685 pp. 575-576.

127 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 311-312 et note 1 p. 312 ; Commynes / Cannette & Durville, t. I, pp. 240, 242. - Le receveur général de Languedoïl versa 3 437 1. 10 s.t. comptant au roi pour son don à des Essarts en 1473-1474 (BN, ms. fr. 20 685 p. 602).

128 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 289 et note 3.

129 Éd. Calmette & Durville, t. I, p. 242.

130 BN, ms. fr. 20 685 pp. 580, 611, 630.

131 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.

132 À cette époque Louis XI acheta 60 marcs d’argent à un secrétaire d’Édouard IV deux lettres très compromettantes d’un serviteur de François II (Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 11).

133 Le cours du florin du Rhin avait été fixé à 23 s. 10 d.t. le 28 décembre 1473 (Ord., t. XVII, pp. 597-600).

134 Legeay, t. II, pp. 15, 131-132 ; Basin/Garand & Samaran, t. II, notes 1 pp. 184-185, 1 pp. 190-191, 2 p. 191.

135 Gandilhon, p. 198.

136 BN, ms. ff. 20 685 p. 547.

137 Contamine, op. cit., p. 310.

138 Gandilhon, note 12 p. 198.

139 Éd. Isambert, Jourdan & Decrusy, t. X, pp. 698-700 ; Legeay, t. II, p. 133 ; Contamine, op. cit., p. 308.

140 BN, ms. fr. 20 685 pp. 631, 632. – 3 000 l.t. en étaient assignées en Languedoc (ms. fr. 23 263 f° 25).

141 BN, ms. fr. 23 264 f° 1.

142 BN, ms. fr. 20 685 pp. 543 (1471-1472), 571 (1472-1473), 605 (1473-1474), 624, 630 et 680 (1474-1475).

143 Ibid., pp. 572, 629. - Sur ce personnage cf. Charles Bellet, Notice historique sur Jost de Silenen, ambassadeur de Louis XI et évêque de Grenoble, Lyon, Brun, 1880.

144 BN, ms. fr. 20 685 p. 621 ; cf. Lettres, t. V, p. 143 et note 1 ; t. VIII, p. 168.

145 BN, ms. fr. 20 685 pp. 631, 642.

146 Ibid., pp. 631, 654.

147 Ibid., p. 678 ; cf. Lettres, t. X, Supplément, p. 362 et note 2.

148 BN, ms. fr. 20 685 pp. 667, 679.

149 Calmette & Périnelle, pp. 176-177.

150 Legeay, t. II, p. 129.

151 Ibid., p. 141.

152 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 319. - Cet auteur ajoute, il est vrai, que par la suite le roi lui envoya un âne, un loup et un sanglier, présents de dérision qui n’existèrent peut-être que dans la rumeur publique.

153 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 76-77.

154 Ibid., pp. 31-32 et note 2 p. 33 ; Calmette & Périnelle, pp. 184-185, 193.

155 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 52-53.

156 Calmette & Périnelle, pp. 202-205.

157 Ibid, PJ n° 65, pp. 362-363.

158 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 346-347.

159 BN, ms. fr. 20 685 p. 638.

160 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 81-82.

161 Éd. Champollion-Figeac, Lettres de rois, reines et autres personnages des cours de France et d’Angleterre, t. II, pp. 493-494.

162 Calmette & Périnelle, pp. 211-212.

163 C’est aussi la version retenue par la malveillance de Basin, qui reproche à Louis XI d’avoir fait de lui-même et de son royaume les tributaires du roi d’Angleterre (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 374-375).

164 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 79-80.

165 BN, ms. fr. 20 685 pp. 653, 698, 708 ; ms. fr. 23 264 f° 2, 38 ; Calmette & Périnelle, PJ n° 69-71, pp. 368-369, 369-371, 371-376. - Écrivant après la mort des deux rois, Commynes affirme encore prudemment que, pension ou tribut, « ce n’estoit ne l’ung ne l’autre », mais le mot de pension n’en vient pas moins naturellement sous sa plume (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 231).

166 Calmette & Périnelle, PJ n° 71, pp. 371-376.

167 BN, ms. fr. 20 685 p. 439.

168 Calmette & Périnelle, PJ n° 69, pp. 368-369.

169 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 243.

170 Calmene & Permeile, PJ n° 71, loc. cit.

171 BN, ms. fr. 23 264 f° 4.

172 Calmene & Permeile, PJ n° 71, loc. cit.

173 Commynes / Calmene & Durville, t. II, pp. 243-244. - Cet auteur affirme positivement que l’argent avait été porté au grand chambellan par Pierre Clairet, maître d’Hôtel de Louis XI, mais les lettres royaux du 25 août montrent que l’incident eut bien lieu lors du paiement du terme de Pâques, et que Clairet ne fut chargé d’accompagner Restout que pour la distribution du terme de la Saint-Michel (Calmette & Permeile, PJ n° 70, pp. 369-371) : ces deux voyages se sont mêlés dans le souvenir du mémorialiste.

174 Calmette & Permeile, loc. cit.

175 Ibid. , PJ n°71, loc.cit.

176 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 13-14.

177 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 264-265.

178 Legeay, t. II, p. 164.

179 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 360.

180 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 119 ; Kendall, p. 358.

181 Lettres, t. VI, pp. 93-94 (copie milanaise en italien).

182 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 126-127.

183 Catherin Malet, secrétaire de la duchesse commis par le roi à leur paiement, reçut à cet effet 4 000 l.t. du receveur général de Languedoc en 1476-1477 (BN, ms. fr. 23 264 f° 4).

184 Legeay, t. II, p. 235.

185 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 143-144 ; Basin/ Garand & Samaran, t. II, note 3 p. 335. - Par une coïncidence lourde de symbole, la diète s’était réunie là même où trente-deux années auparavant le futur Louis XI avait établi ses quartiers après sa grande campagne en Allemagne.

186 Commynes/ Calmette & Durville, t. II, pp. 143, 150 ; Basin/ Garand & Samaran, t. II, pp. 332-335.

187 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 136-137, 141.

188 Lettres, t. VI, pp. 62-63.

189 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 162 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 332-333.

190 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 12-13 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 188-189 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, note 1 pp. 314-315, pp. 316-329 ; Legeay, t. II, p. 220 ; Sée, p. 265 ; Champion, t. II, note 3 p. 281 ; Gandilhon, pp. 385, 388.

191 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, note 2 pp. 258-259.

192 Ord., t. XVII, pp. 370-371 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, note 3 p. 55.

193 Ord., t. XVII, pp. 414-415 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, note 1 p. 59. - Le 27 janvier 1472 le roi dut démentir une rumeur qui, lui prêtant l’intention de restituer la ville aux Bourguignons, avait alarmé les Amiénois (Lettres, t. IV, p. 303 et note 1 pp. 303-304).

194 Lettres, t. IV pp. 326-328. - Une lettre du même jour montre qu’il savait son frère encore en vie (ibid., pv. 324-326).

195 Ord, t. XVII, pp. 527-528.

196 Ibid., pp. 488-489.

197 Stein, PJ n° CXLVII, pp. 815-816.

198 Lettres, t. V, PP- 350-351.

199 Ord., t. XVII, note (a) p. 581 ; Lettres, t. VI, note 3 pp. 162-163.

200 Ord., t. XVIII, note (d) pp. 11-12.

201 Lettres, t. V, pp. 344-345 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 381.

202 Le bâtard était mort le 9 juin (Pilot de Thorey, t. I, note 1 pp. 315-317) ; le 31 août Hugues Coct, en même temps qu’il annonçait à Bourré le décès de son père Claude, le trésorier du Dauphiné, l’informait qu’il partait mettre le Briançonnais dans la main du roi (BN, ms. fr. 20 487 f° 98).

203 BN, ms. fr. 20 685 p. 629 ; Pilot de Thorey, n° 1 619, t. II, pp. 207-208.

204 Louis XI continua à user de ce titre outre-Rhône après la naissance du dauphin Charles.

205 Pilot de Thorey, n° 1 622-1 622 ter, 1 623-1 623 bis, t. II, pp. 209-211, 211-212, 212-213, 213-214,214.

206 Ord., t. XVII, note (a) pp. 361-362.

207 Ibid., note (a) p. 385.

208 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 261 et note 2.

209 Ord., t. XVII, note (a) p. 572.

210 BN, ms. fr. 20 497 37.

211 AN, Xla 8 606 278 v°.

212 Ord., t. XVIII, pp. 152-154.

213 Leseur / Courteault, t. II, note 1 p. 269.

214 Ord., t. XVII, pp. 558-560, 560-561, 561-563.

215 BN, ms. fr. 20 685 pp. 569 (1472-1473), 603 (1473-1474), 623 (1474-1475, dernier compte connu).

216 Louis XI à peine mort, une guerre de succession, la dernière grande guerre féodale en France, éclata dans la Maison de Foix en 1484, ravageant le Midi pyrénéen, et ne s’acheva qu’en 1512 (Luchaire, p. 187).

217 Viala, t. II, note 2 p. 299.

218 Legeay, t. II, p. 146 ; Lecoy de la Marche, t. I, p. 405 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, note 2 p. 113 ; cf. supra, p. 341.

219 Ord, t. XVIII, pp. 208-210.

220 Legeay, t. II, p. 126.

221 Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 254-255 et note 4 pp. 255-256.

222 Legeay, t. II, pp. 173-175.

223 Ord, t. XVIII, note (a) p. 175.

224 AN, Xla 8 607 f° 53 v°, 58 v°, 60 v°, 61 r°.

225 Pilot de Thorey, t. II, note 2 pp. 4-6.

226 Legeay, t. II, p. 176.

227 Luchaire, pp. 205-206.

228 Basin / Garand & Samaran, t. II, note 2 p. 301.

229 Lettres, t. VI, pp. 277-278 et note 5 pp. 278-279.

230 Luchaire, p. 206.

231 AN, K 71 n° 34. - Il reçut par ailleurs une pension de 4 000 l.t. (BN, ms. fr. 20 685 pp. 531 pour 1471-1472 [montant non spécifié], 560 pour 1472-1473).

232 Lettres, t. IV, pp. 221-224.

233 AN, Xla 8 606 f° 289.

234 Ord., t. XVIII, pp. 135-138. - La date de 1485 pour l’enregistrement au Parlement est une coquille.

235 Kendall, p. 288.

236 Lettres, t. V, pp. 109-111. - Il lui accordait une pension de 7 000 l.t. (Vaesen, « Notice biographique sur Jean Bourré », pp. 446-447).

237 Lettres, t. V, pp. 238-239, 239-240.

238 AN, Xla 8 606 f° 286.

239 Jassemin, note 5 p. 207.

240 Contamine, Guerre, État et société, p. 295.

241 BN, ms. fr. 23 265 f° 2.

242 BN, mss. fr. 23 263 f° 5 pour 1469-1470, 20 497 f° 32 pour 1471-1472, 23 263 f° 24 pour 1474-1475.

243 BN, mss. fr. 20 685 p. 525 pour 1470-1471, 23 264 f° 24 pour 1473-1474, 23 263 f° 24 pour 1474-1475.

244 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r ; cf. PJ n° IV

245 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.

246 BN, ms. fr. 23 264 f° 24.

247 Commynes rapporte ainsi que lorsque Louis XI voulut faire des ouvertures à Edouard IV dans l’été de 1475 il fallut affubler un héraut improvisé d’une livrée aux armes de France découpée dans une bannière, car « ledict seigneur n’estoit point cerimonieux ne acompaigné de herault ne de trompette comme sont plusieurs princes » (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 42).

248 Lettres, t. IV, pp. 190-193 et note 2 p. 191.

249 BN, ms. fr. 20 685 p. 522. - Ces dons se répétèrent d’ailleurs les années suivantes, et pour deux des bénéficiaires furent convertis en pension en 1474-1475 (ibid., pp. 534 [1471-1472], 562 [1472-1473], 596 [1473-1474], 678 et 680 [1474-1475], 656 [1475-1476], 668 et 670 [1476-1477], 688 [1478-1479, dernier compte connu]).

250 Ibid., pp. 525-526.

251 Un certain Jean Mulot était spécialement commis à leur paiement en 1472-1473 (ibid., p. 567).

252 Lettres, t. IV, pp. 324-326.

253 BN, ms. fr. 20 685 p. 576.

254 Ibid., pp. 577, 580, 613, 631. - Ce total est incertain par suite d’erreurs du copiste.

255 BN, mss. fr. 20 492 f° 84-85 (pouvoir donné par le roi pour négocier le mariage avec le sire et la dame de Montsoreau, 23 décembre 1472), 20 685 p. 578.

256 BN, mss. fr. 20 685 p. 648 pour 1475, 23 264 f° 18 pour 1476-1477.

257 BN, ms. fr. 20 685 p. 525.

258 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r° (cf. PJ n° IV) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 266-267 et note 1 p. 267.

259 Lettres, t. V, pp. 31-32, 50-51.

260 Ord., t. XVII, pp. 571-572.

261 Lettres, t. X, Supplément, pp. 347-348.

262 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 313-314.

263 BN, ms. fr. 23 263 f° 24.

264 BN, ms. fr. 20 492 f° 125.

265 Lettres, t. V, pp. 328-330, 331, 332.

266 Kendall, p. 319.

267 Calmette & Périnelle, note 11 p. 188.

268 Lettres, t. VI, pp. 29-30 (au chapitre de Beauvais, 16 octobre) ; Calmette & Périnelle, pp. 189, 208.

269 Legeay, t. II, p. 166 ; Calmette & Périnelle, pp. 207-208.

270 Legeay, t. II, pp. 194-195, 221.

271 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 23.

272 Lettres, t. VII, note 3 pp. 257-258.

273 Ord., t. XVII, pp. 236-255.

274 Ibid, t. XVIII, pp. 217-223.

275 BN, ms. fr. 20 685 p. 549.

276 Ibid., pp. 549, 579, 611 ; Spont, « La gabelle en Languedoc », p. 465 ; Calmette & Périnelle, pp. 127-128, 133 et note 1, 137 et note 3.

277 Gandilhon, pp. 383-384.

278 Lettres, t. V, pp. 309-314, 315, 316-317.

279 Ibid, note 1 p. 347.

280 BN, mss. fr. 23 264 f° 19 (1476-1477), 53 (1477-1478), 23 265 f° 18 (1478-1479, dernier compte connu).

281 BN, ms. fr. 20 685 pp. 534 et 546 (1471-1472), 562 et 570 (1472-1473) ; Lettres, t. V, note 3 pp. 73-74. - Le copiste du manuscrit a manifestement commis des erreurs dans les montants cités.

282 Cf. supra, p. 359.

283 AN, K 71 n° 54 (1477), K 72 n° 28 (1479) ; BN, ms. fr. 23 266 f° 13 (1482), 30 (1483).

284 Legeay, t. II, pp. 109-110 ; de Roye/ de Mandrot, t. I, note 1 p. 302. - Le 28 juillet 1493 Charles VIII finit par ordonner le versement de la dot d’Anne en dix annuités égales à compter de cette année (Pradel, Anne de France, note 72 p. 226).

285 Lettres, t. VI, pp. 30-32.

286 BN, ms. fr. 20 685 pp. 584, 634.

287 Ibid., p. 553.

288 BN, ms. fr. 23 263 f° 5-8 pour 1469-1470, f° 24-30 et ms. fr. 23 264 f° 1 (rôle complémentaire) pour 1474-1475.

289 BN, mss. fr. 23 264 f° 34 pour 1474, 20 685 p. 637 pour 1475.

Table des illustrations

Titre Tableau 16 : Budget de l’artillerie royale de 1473 à 14767 ; (en livres et sous tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 17 : Poids des crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie en 147495 ; (en livres, sous et deniers tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 18 : Crédits de la garde du corps du roi de 1469-1470 à 1474-1475242 ; (en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 19 : Crédits des principaux services des hôtels royaux de 1470-1471 à 1474-1475243 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Recette effective.Note ** :+ 11,9 % en moyenne annuelle.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 20 : Déficits des services des hôtels royaux en 1473-1474245 ; (en livres, sous et deniers tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 21 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1469-1470 et 1474-1475288 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Part des crédits des services de l’État.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/821/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540