Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Troisième partie. Le pragmatisme (1464-1476)

Chapitre X. La mobilisation (1471-1476)

Texte intégral

  • 1 Gandilhon, pp. 374-377.
  • 2 Ord., t. XVII, pp. 353-357. - Les présidents des Comptes Jean de Popincourt et Jean de la Driesche, (...)

1La réussite de son pari anglais au début de l’automne 1470, qui bouleversait la donne diplomatique de l’Occident, fut exploitée sans délai par Louis XI. Selon son habitude lorsqu’il s’agissait de prendre de graves décisions, il réunit des assemblées pour les faire approuver. Son agressivité nouvelle contre Charles le Téméraire se manifesta d’abord par une guerre commerciale. Dès le 28 septembre il suspendit les échanges avec les sujets de son cousin et convoqua deux délégués de chaque bonne ville pour le 20 octobre à Tours. Le 25 octobre il publia une ordonnance préparée depuis le 8, qui interdisait les exportations vers les États bourguignons. De l’aveu même de ses porte-parole, il s’agissait d’interrompre l’approvisionnement des Pays-Bas, « par quoy ceulx desdits païs auroient mieux cause de eulx esmouvoir contre mondit seigneur de Bourgoigne ». Celui-ci riposta le 8 novembre en prohibant tout commerce avec la France1. Le pas décisif fut franchi le 3 décembre, quand le roi, sur l’avis favorable d’une assemblée de princes du Sang, prélats, seigneurs et gens de conseil réunis à Tours, se déclara solennellement délié de ses engagements de Péronne2.

2Cette date marqua un nouveau tournant du règne. Louis XI, qui depuis cinq ans avait toujours été sur la défensive, contraint à la prudence par un redressement inachevé et un rapport de forces encore défavorable, prenait l’offensive contre le plus puissant et le plus dangereux de ses adversaires, qu’il avait fallu ménager jusque-là. Les années suivantes alterneraient campagnes et trêves, mais la lutte larvée de la décennie passée avait tourné désormais à la guerre ouverte. Les exigences de financement de l’État royal devinrent alors plus lourdes et plus tyranniques que jamais : plus encore que les hommes, ce furent les richesses du royaume que la monarchie mobilisa.

1. Trois campagnes de financement.

  • 3 Lettres, t. IV, p. 184. - Ce président est peut-être Jean de la Driesche.

3L’ouverture des hostilités contre la Bourgogne fut accompagnée d’un vaste train de mesures visant à réunir des fonds par tous les moyens, augmentations d’impôts et expédients divers. Toutes furent prises aux Montils le même jour, le 4 janvier 1471, trois semaines après le début de l’offensive dans le Nord, signe qu’elles n’étaient pas improvisées pêle-mêle, mais résultaient d’une préparation méthodique du financement de la guerre. Louis XI entendait néanmoins faire feu de tout bois, comme en témoigne le billet court, impérieux et significatif qu’il adressa le 18 à Jean Bourré : « Allez vous en demain a Paris et, vous et monseigneur le president, trouvez de l’argent en la boete a l’anchenteur pour ce qui sera necessaire, et qu’il n’y ait faulte »3. Comme en mai 1463 le roi, fidèle à une conception des finances que sa verve avait trouvé cette fois à exprimer en une formule frappante, attendait de ses serviteurs qu’ils fissent surgir comme d’une malle magique de quoi fournir à ses besoins.

  • 4 AN.K 71 n°2.
  • 5 La quote-part de ces pays était de l’ordre de 3,4 % et 15,5 % respectivement de celle du Languedoïl (...)
  • 6 BN, ms. fr. 23 909 f° 5-38.

4Le premier volet de ce véritable plan portait sur la hausse de la fiscalité. Une crue de taille fut décidée, assez faible semble-t-il : elle montait à 665 l.t. en Haute-Auvergne4, 3 400 l.t. en Poitou, ce qui nous permet d’avancer une estimation de 40 000 l.t. pour l’ensemble du royaume5. Dans le dernier pays elle ne représentait que 3,3 % des 102 958 l.t. imposées pour les lances et les affaires du roi, et 2,6 % des 130 793 1. 15 s.t. déjà assis en tout pour 14716. Manifestement le souverain et les gens des finances ne misaient guère sur l’impôt direct, déjà très sollicité il est vrai.

  • 7 Ord., t. XVII, note (c) p. 384 ; Gandilhon, p. 313. - Cette mesure, datée du 3 par le marquis de Pa (...)
  • 8 BN, ms. fr. 20 685 pp. 514-515.

5Par ailleurs une crue de 40 s.t. par muid de sel fut instituée dans tous les greniers du royaume, dont les marchands devaient faire l’avance sur leurs stocks en dépôt, et qu’ils récupéreraient à la vente sur les consommateurs7. Le receveur général de Seine-et-Yonne Mathieu Beauvarlet inscrivit dans une rubrique spéciale de son compte de 1470-1471 les sommes perçues des négociants d’Ile-de-France ; nous n’en connaissons hélas pas le montant, mais nous retrouvons sans surprise, parmi ceux qui se livraient à ce trafic rémunérateur, Olivier le Dain, barbier et intime du roi, aux côtés de plusieurs noms liés à l’État de finance, Germain de Marie, Denis et Jean le Breton, Jean le Gendre et Laurent Herbelot8. Rappelons qu’une semblable crue, deux fois plus élevée mais d’une application plus localisée, avait été instaurée en 1463 pour contribuer au remboursement de 100 000 écus : le monarque et ses financiers attendaient certainement davantage de cette mesure que de la crue de taille, et le recours aux fortunes du négoce du sel lui assurait un rapport plus immédiat.

  • 9 Op. cit., pp. 198-199.
  • 10 Gandilhon, p. 287.

6Louis XI s’arrangea au surplus, par divers moyens, pour faire contribuer exceptionnellement à l’impôt d’importantes villes exemptes. Le stratagème éprouvé du chantage à la suppression des foires lui permit de se faire offrir 1 000 écus par les Lyonnais dès la fin de 1470, mais Louis Caillet a observé que la même procédure fut suivie pour obtenir le paiement de ce don forcé que pour la levée d’une taille : « lettre du roi aux généraux des finances, lettre des généraux aux élus, lettre des élus aux consuls, rien n’y manque »9. À Rouen, où les dernières aides sur les ventes au détail avaient été abolies quatre ans plus tôt, ces taxes furent purement et simplement rétablies en 1471 avant d’être définitivement supprimées quelques mois après10, sans doute devant les protestations des habitants, et sûrement au prix d’un présent au souverain.

  • 11 Ibid., p. 345.

7Le second volet du plan de financement, probablement aussi important que le premier par le rapport attendu, consistait en une large batterie d’emprunts collectifs et individuels ; nul doute que les rôles établis en 1468, remis à jour et complétés, aient servi à la préparation de cette campagne, comme de celles qui suivirent. Les serviteurs du roi mis à part, les emprunts particuliers, prédominants trois années auparavant, n’occupaient cependant plus qu’une place marginale tandis que les demandes de prêt collectif aux villes devenaient la règle11. L’expérience avait montré que les sollicitations individuelles n’évitaient pas l’intervention des corps intermédiaires, et la monarchie raffermie se sentait peut-être plus en mesure de leur imposer sa volonté. Le nouveau système, en minimisant le nombre des démarches à accomplir par les commissaires royaux et en permettant de réunir à chaque fois des sommes plus importantes, devait en principe accélérer la collecte des fonds. Enfin, en cas de défaut de remboursement, les rancœurs seraient en partie détournées de la personne royale vers les municipalités incapables d’obtenir la restitution des sommes qu’elles-mêmes auraient rassemblées.

  • 12 Lettres, t. IV, pp. 180-182 pour l’abbé du Bec ; Sée, p. 139 pour la ville de Lyon. - La lettre à c (...)

8Louis XI adressa donc des lettres missives circulaires au clergé, aux bonnes villes et à certains bourgeois, que leur remettraient ses commissaires. Il y rappelait, ainsi à l’abbé du Bec ou aux Lyonnais, respectivement taxés à 600 et 3 000 écus, les menées de « Charles, soy disant duc de Bourgongne » pour détruire le royaume, son alliance à « Edouart, soy disant roy d’Angleterre » et ses actes de guerre ouverte. Cette mise en cause de la légitimité du duc - Edouard IV, lui, était alors détrôné - et la mauvaise foi du roi qui avait pris l’initiative des hostilités donnaient d’emblée la mesure de sa détermination à mener la lutte. Ses finances ne suffisant pas à l’entretien des grandes armées qu’il avait dû lever et « autres tres graves et continuelles despences que incessamment nous convient et conviendra a ceste cause supporter », le souverain avait décidé « certain emprunct par tout nostre royaume sur les prelatz, chapitres, gens d’Esglise et autres plus puis-sans et aisiez de noz subjetz », qui serait cette fois remis au receveur général, et qu’il promettait « de bonne foy et en parolle de roy » de rembourser sur les recettes de 147212. Un tel engagement supposait que les finances royales fussent soulagées alors par la fin de la guerre, ce qui n’était rien moins qu’assuré. Remarquons que, pas plus qu’en 1468 ou par la suite, il n’était question d’intérêt, et que ces « plus puissans et aisiez » n’incluaient pas la noblesse laïque : à la différence du service divin le service des armes, qui entraînait des frais et exposait les corps, dispensait du service contribuable que la monarchie imposait peu à peu aux privilégiés en temps de crise.

9Ce n’était pas sans mal toutefois, le compte rendu de mission du général de la Justice des Aides Guillaume de Sabrevois et du conseiller au Parlement de Paris Guillaume d’Asnières, commis à la levée de l’emprunt en Limousin, en témoigne. Les envoyés du roi devaient recueillir 6 500 écus dans cette contrée pauvre, dont 4 900 du clergé, 1 200 de la ville de Limoges et 400 de six bourgeois, l’un de ce lieu et les autres de Tulle, mais les efforts qu’ils déployèrent en février et mars 1471 rencontrèrent partout la même mauvaise volonté. Bien qu’ils eussent remontré aux prélats les plus influents du pays, l’évêque de Limoges et l’abbé de Saint-Martial, que leurs pairs se règleraient sur eux et qu’ils portaient de ce fait une lourde responsabilité, ceux-ci se dérobèrent ; pour l’exemple, l’abbé fut assigné à comparaître le 15 mars devant Louis XI où qu’il fût.

10Néanmoins, comme le craignaient les commissaires, le clergé pleura misère à l’unisson et rivalisa d’imagination pour démontrer son impuissance à aider le souverain ; seul l’abbé de Solignac fut assez franc pour refuser net de rien prêter tant que l’emprunt de 1468 ne lui aurait pas été remboursé, avant de prendre la fuite. Au total neuf démarches se soldèrent par neuf échecs et par autant de saisies de temporels dont l’administration fut confiée à des bourgeois du pays, chargés d’en reverser les revenus au receveur général de Languedoïl. Le temporel de l’abbé de Saint-Martial ayant déjà été mis sous la main du roi par des commissaires aux francs-fiefs et nouveaux acquêts, celui de tous ses autres bénéfices fut saisi.

  • 13 Éd. Quicherat, « Mémoire des commissaires à la levée d’emprunts en Limousin », pp. 685-694. - L’édi (...)
  • 14 Lettres, t. IV, pp. 195-196.

11D’Asnières et Sabrevois ne furent pas plus heureux avec les laïcs. La ville de Limoges se déclara grevée par les tailles et les emprunts passés et demanda une réduction de moitié de l’emprunt, mais cette fois le marchandage n’était pas de mise. Les commissaires saisirent les revenus municipaux, puis contraignirent seize des bourgeois les plus riches - ils avaient donc leurs renseignements - à faire l’avance des 1 200 écus et leur affermèrent les recettes de la ville sous la main du roi pendant un an pour les en rembourser. Quant aux particuliers, les cinq Tullistes ne versèrent leur écot qu’après avoir été mis aux arrêts dans une maison de la ville, et le Limougeaud fut appréhendé, s’enfuit avec ses biens meubles, fut finalement repris, prétendit n’avoir pas de quoi payer et fut maintenu en prison jusqu’à ce qu’il se ravisât13. Au total 1 500 écus seulement avaient été collectés, moins du quart des demandes royales, et la saisie des temporels ne rapporterait qu’au compte-gouttes le manque à gagner dont le souverain avait un besoin immédiat. Ce dernier fut plus heureux en traitant directement avec deux marchands de Limoges, Guillaume et Mathieu de Julien, avec qui il s’entendit sur un emprunt de 1 000 écus. Le 4 février, de Compiègne, il pressa Bourré d’aller chercher l’argent en toute hâte et de lui en envoyer la moitié « a tue cheval » par un messager qui le rejoignît en six heures14 : la guerre créait plus que jamais une situation d’urgence.

  • 15 Éd. Quicherat, loc. cit. - Le 3 août le roi ordonna au receveur général Jean de la Loère de virer 1 (...)
  • 16 Caillet, pp. 200-201, PJ n° CCLXXXIX, pp. 574-576.
  • 17 Lettres, t IV, pp. 314-315.

12En Languedoc le résultat de la campagne fut moins calamiteux, mais le produit fut sensiblement moins élevé que trois années auparavant, avec 41 821 1. 2 s. 9 d.t. recueillis (- 25,8 %). Pourtant les commissaires s’étaient faits insistants, vaquant quinze jours auprès d’« aucunz prieurs et curez du diocèse d’Usez qu’on disoit estre riches et n’avoir point contribué audit emprunct » et retournant spécialement en Vivarais pour solliciter certains prélats « aultres que ceux qui paravant y avoient esté imposez »15. À Lyon la municipalité, qui n’avait pas fini de verser le don de 1 000 écus, jugea en mars la nouvelle demande « grande et insupportable » mais les consuls durent se soumettre après avoir été mis aux arrêts par les envoyés du roi16 ; néanmoins les Lyonnais en devaient encore le tiers quand le souverain y renonça « a leur grant poursuite » le 28 avril 147217.

  • 18 Le titre de la rubrique mentionne des emprunts à des nobles, alors qu’il ne s’en trouve aucun, et l (...)

13Outre-Seine le receveur général inscrivit dans une autre rubrique de son compte les prêts de divers évêques et chapitres, des procureurs, avocats et greffiers des cours parisiennes du Châtelet, du Parlement, des Requêtes du Palais et du Trésor, des veuves des trésoriers Jean le Picard et Jean Bureau, enfin de plusieurs marchands de Paris et Troyes, pour un total de 21 333 1. 17 s. 6 d.t., et en outre les prêts de tous les officiers de la Chambre des Aides à l’exception du président. Toutefois la copie est défectueuse et l’énumération, qui ne cite ni les présidents et conseillers des autres cours, ni les gens des Comptes, ni les abbés, ni les villes est manifestement incomplète18.

14Si le remboursement scrupuleux des emprunts de 1463, d’ailleurs beaucoup plus localisés, avait pu contribuer au succès de ceux de 1468, le manquement à la parole royale dans la restitution de ces derniers fut certainement cause trois ans après des réticences des créanciers, toujours impayés, comme des autres, édifiés de ce précédent. Si elle réagit énergiquement avec la bourgeoisie et put à peu près parvenir à ses fins, la monarchie, qui devait déjà épargner l’aristocratie laïque, dut traiter le clergé avec plus de ménagements. Le demi-échec des emprunts de 1471 donna raison aux lucides avertissements que le défunt général de Varye avait adressés à son maître.

  • 19 AN, K 71 n° 1.
  • 20 BN, ms. fr. 20 685 p. 514.
  • 21 Ibid., pp. 518-519. - De même Louis XI ordonna dès le 25 juin aux généraux le remboursement du prêt (...)
  • 22 BN, ms. fr. 20 685 p. 548.
  • 23 BN, ms. fr. 20 683 f° 53 et Gandilhon, note 1 p. 344 respectivement.

15Louis XI avait en revanche la partie belle auprès de la population captive que constituaient les salariés de la monarchie. Le 4 janvier toujours, il donna aux trésoriers de France et aux généraux des finances l’ordre de retenir à titre d’emprunt la moitié des gages de ses officiers pour l’année19. Point n’est besoin de préciser que la mesure ne touchait pas les militaires, qui occupaient des « charges » pour les capitaines, des « places » ou « lieux » pour leurs hommes, et non des offices stricto sensu. Si nous nous fions aux prévisions budgétaires de l’année précédente, cet emprunt forcé était susceptible de rapporter 49 156 1. 9 s. ob.t. sans les officiers des hôtels. Là encore, le receveur général de Seine-et-Yonne consacra une rubrique spéciale de son compte à ces retenues, dont le montant total nous échappe malheureusement20. Celles-ci ne furent pas uniformes en fait, et représentèrent la moitié des gages des élus mais le tiers « seulement » de ceux des officiers du Parlement qui, il est vrai, devaient consentir par ailleurs des prêts particuliers. Le remboursement fut plus ou moins rapide suivant la faveur des individus. Le président du Parlement Jean le Boulanger, le conseiller Guillaume Compain et le greffier Guillaume de Cerisay, influent secrétaire du roi, reçurent le reliquat de leurs gages en 1470-1471 même21, et Michel Gaillard dans l’exercice suivant pour son office d’élu de Blois22 ; en revanche Jacques Chambellan, pourtant conseiller au Parlement lui aussi, et le bailli de Velay Béraud Dauphin durent patienter jusqu’en 148123.

  • 24 Lettres, t. X, Supplément, pp. 352-353, note 1 pp. 353-354.
  • 25 Calmette & Périnelle, note 2 p. 129.

16Signalons enfin que les mesures prises à rencontre des sujets de Charles le Téméraire à la rupture des relations franco-bourguignonnes rapportèrent à la monarchie quelques fonds supplémentaires. Les consignations des Bourguignons au Parlement de Paris24, représentant à ce qu’il paraît une somme importante, furent confisquées et confiées par le roi à son avocat Jean Chèneteau avant le 6 décembre 1470, tandis que de petits navires hollandais et zélandais pris au piège sur la basse Seine à l’ouverture des hostilités étaient saisis à Rouen, Quillebeuf et Honfleur ; leur vente produisit 3 174 1. 10 s.t. au profit de la recette générale de Normandie25.

  • 26 Kendall, pp. 300-301. - Louis XI avait déjà connu une alerte semblable en mai 1467 (ibid., pp. 223- (...)

17Deux ans plus tard, la reconquête-éclair du Roussillon et de la Cerdagne par le roi d’Aragon au début de 1473, alors que Louis XI devait pourvoir par ailleurs à la menace anglo-bourguignonne, détermina une nouvelle campagne de financement pour assurer la contre-offensive au sud sans baisser la garde au nord. Il n’y eut pas cette fois de train de mesures simultanées, mais une suite de décisions échelonnées sur plusieurs mois, qui visaient à faire face pragmatiquement aux besoins à mesure qu’ils se présentaient. Notons que dans cette passe critique la santé du roi s’altéra gravement à partir d’une violente crise d’hémorroïdes au début d’avril : souffrant de fièvres et de maux de tête, il tomba un mois plus tard dans un escalier, peut-être victime d’une première attaque, et s’isola à Amboise pour cacher son état avant de se rétablir au début de juin26. Si l’activité du souverain ne se relâcha guère durant ces deux mois, il n’est pas impossible que sa maladie ait causé dans les milieux dirigeants un flottement peu propice à la mise au point d’une politique cohérente et suivie.

  • 27 BN, ms. fr. 21 427 n° 23, 36-37.-Ces élections supportaient respectivement 12,3 % et 13 % environ d (...)
  • 28 AN, K 71 n°26.

18D’abord, Louis XI annonça le 12 mars qu’il lui fallait hâtivement réparer certaines places en Normandie, en Picardie et ailleurs pour résister aux entreprises de ses ennemis et de ses sujets rebelles ; ses finances étant déjà employées à la levée de grandes armées, il avait donc décidé la levée d’« aucune ligiere somme » en sus de la taille de 1473. 1 015 l.t. furent imposées sur l’élection de Coutances et Carentan, 1 085 l.t. sur celle de Lisieux, ce qui suggère un montant global de 33 000 l.t.27 Cette crue serait perçue aux mêmes termes que le principal de la taille en cours : il s’agissait donc d’une simple augmentation destinée à pourvoir à un surcroît de dépenses, sans caractère d’urgence particulier. Le roi semblait néanmoins donner la priorité aux opérations en Roussillon puisqu’il affectait aux préparatifs guerriers les recettes déjà programmées, qu’il espérait suffisantes, la rallonge étant vouée à la mise en état des défenses au nord. Le 5 juin 3 000 l.t. furent encore ordonnées en Poitou pour ces travaux de fortification28 : ou la crue de mars était très progressivement étendue dans le royaume, ce que nous ne croyons pas, ou il s’agissait bel et bien d’une seconde crue que la hausse des coûts nécessitait trois mois après la première, et qui pouvait monter en tout à 37 000 l.t.

  • 29 Lettres, t. V, pp. 137-138 (aux Lyonnais) ; Sée, p. 127 (aux Poitevins).

19Parallèlement, les bonnes villes furent mises à contribution non par une nouvelle campagne d’emprunts mais, pour obvier sans doute au casse-tête des remboursements, par des dons purs et simples. Le souverain annonça le 24 mai avoir décidé sur l’avis du Grand conseil, toujours pour les fortifications du Nord, « de prandre de chacune de noz villes fermées que par cy devant avons exemptées de paier tailles aucunes sommes pour ceste foiz »29. La mesure visait donc à recevoir l’aide financière des communautés qui échappaient aux crues de tailles. Relevons l’assimilation entre l’exemption fiscale et la possession de murailles qui, on le sait, était l’un des critères définissant la bonne ville ; au reste, la monarchie n’en appelait-elle pas ici à la solidarité des cités bien protégées par leurs remparts envers celles qui l’étaient moins ?

  • 30 Sée, p. 137. - Finalement la ville paya 3 100 l.t. (Chevalier, Tours, ville royale, tableau 20 p. 5 (...)
  • 31 Sée, p. 127.
  • 32 Lettres, t. V, pp. 154-156 ; Caillet, pp. 204-205, PJ n° CCXC, pp. 576-578, n° CCXCIV, pp. 582-584.
  • 33 Lettres, t. V, note 1 pp. 156-157.

20Trop près du Seigneur, les Tourangeaux avaient été invités dès le 28 mars à fournir 4 000 écus, sur lesquels ils bénéficièrent après bien des supplications d’un rabais d’un quart30. Les Poitevins crurent être plus heureux, qui obtinrent sur la même somme une remise de moitié à condition d’équiper vingt-trois francs-archers, mais le reliquat leur fut bientôt réclamé par un nouveau commissaire qui les condamna à en verser 1 000 écus sous trois jours31. La même mésaventure advint aux Lyonnais, qui négocièrent le 27 juin une réduction de moitié sur la même demande décidément standard, et furent relancés par Louis XI le 4 juillet. Le roi ne pouvait connaître alors l’arrangement passé avec son envoyé, mais il le désavoua et la ville, qui avait ordonné une taille en juin pour payer les 2 000 premiers écus, dut finalement en lever une autre en mai 1474 pour s’acquitter du reliquat32. Des lettres royaux du 19 juillet 1473, relatives à ce complément, mentionnaient désormais la guerre de Roussillon à côté des travaux dans le Nord parmi les motifs du subside33 : le financement des opérations au sud était devenu alors le souci prioritaire du monarque et de ses serviteurs.

  • 34 BN, ms. fr. 20 493 f° 85 (minute non datée).
  • 35 Ibid, f° 84 (minute non datée).
  • 36 AN, K 71 n°24.
  • 37 BN, ms. fr. 20 493 f° 99.
  • 38 Ibid, f° 93.
  • 39 Ibid, f° 13.

21En effet, la reconquête des comtés catalans s’avérait plus difficile que prévu, et il apparut bien vite que les revenus courants ne permettraient pas d’y fournir. Comme une décennie auparavant le Languedoc fut mis à contribution. Une première version du mandement royal chargea le duc de Bourbon, gouverneur du pays, son lieutenant le sire de Charlus, le général Pierre de Refuge et le receveur général Louis Nyvart d’y lever tous les deniers nécessaires sans convoquer les états34, puis, les besoins ayant été estimés, la surtaxe fut fixée dans une seconde version à 30 000 l.t.35 La maladie du souverain devait créer alors quelque confusion, car bien que ses lettres eussent été données le 18 avril36 le secrétaire des finances Nicole Tilhart, pourtant à Tours, ignorait toujours le 30 le montant exact de cette crue37. Le 8 juin Nyvart put en tout cas annoncer l’envoi de 17 000 l.t. aux troupes sur son produit38. En attendant Jean Maunoir, commis au paiement de l’armée, avait pu réunir quelques fonds par divers expédients, recueillant le 21 mai un prêt de 300 l.t. de l’église de Narbonne39.

  • 40 AN, K 71 n° 27 (Auvergne), 272 (élection de Bayeux), 273 (Poitou).
  • 41 Spont / Jacqueton, p. 293.
  • 42 BN, ms. fr. 20 493 f° 90 (sans date) ; Lettres, note 1 pp. 151-152 ; Sée, p. 355.
  • 43 BN, ms. fr. 20 685 p. 587.
  • 44 BN, ms. fr. 20 490 f° 86 (pour Charles de Gaucourt).
  • 45 BN, ms. fr. 20 685 p. 584. - Bourré ne donna quittance de son remboursement que le 26 janvier 1474 (...)

22Cela ne suffit pas, et un montage financier en quatre temps dut être élaboré dès le début de l’été pour réunir de nouveaux fonds et en disposer, au moins pour une partie, sans délai et au plus près du théâtre des opérations. Le 7 juillet une nouvelle crue de taille fut imposée dans tout le royaume pour entretenir l’armée du Roussillon40. Elle montait à 60 000 l.t., dont le Languedoc, toujours en première ligne, devait fournir la moitié ; dans cette généralité au moins il semble que les villes seules étaient taxées, peut-être parce que les campagnes supportaient l’essentiel de la crue précédente. En même temps Jean de Beaune et son gendre Jean Briçonnet le Jeune, frère cadet du receveur général de Languedoïl41, avançaient les 30 000 l.t. des cités languedociennes, payables par leurs correspondants à Lyon, Avignon et Montpellier42 ; eux-mêmes se rendirent d’ailleurs dans le Midi pour vaquer à l’entretien de l’armée43. Dès le 7 juillet ils furent partiellement remboursés à leur siège de Tours par les versements privés du receveur Briçonnet l’Aîné, des trésoriers Bourré et la Driesche, du trésorier des guerres le Barge et du sire de Gaucourt, tous impliqués dans le financement de la campagne de Roussillon et qui se portaient en quelque sorte caution pour leur maître à hauteur de 10 873 1. 8 s. 4 d.t. au total. Enfin ces derniers furent à leur tour défrayés par le receveur général Briçonnet lui-même, ainsi qu’il en avait reçu l’ordre du roi le 7 juillet44, peut-être avec les rentrées de la crue en Languedoïl, en tout cas sur les recettes de l’exercice en cours, mais avec quelques mois de retard à ce qu’il semble45.

  • 46 Lettres, t. V, pp. 156-157.

23Cette crue fut complétée par un emprunt sur la place de Lyon. Le 7 juillet toujours, Louis XI délivra des lettres de créance pour Bourré, de Gaucourt et le changeur du Trésor Gilles Cornu à l’attention de la ville46 et de certains de ses habitants. Envoyés en Languedoc pourvoir aux besoins des troupes de Roussillon, les trois hommes arrivèrent le 20 dans la cité rhodanienne et en convoquèrent les conseillers pour le lendemain. Tandis que Cornu poursuivait seul sa route, ses collègues leur remontrèrent les grandes charges supportées par le roi pour la défense du royaume sur toutes ses frontières du nord, de la Bretagne à la Bourgogne, « en quoy il avoit employé et expousé toutes ses finances », et requirent des plus riches Lyonnais un prêt de 20 000 l.t., remboursable d’ici mars, pour refouler Jean II du Roussillon. Il s’agissait donc d’un emprunt aux particuliers - gros marchands et banquiers - mais sous la responsabilité de la ville, qui en organisa l’assiette et la collecte.

  • 47 Vaesen, « Notice biographique sur Jean Bourré », PJ n° I-IV, pp. 460-473.
  • 48 Caillet, pp. 210, 212.

24Les commissaires se disaient chargés de recueillir d’autres fonds ailleurs, mais nous n’en avons pas trouvé trace ; peut-être des villes languedociennes furent-elles également sollicitées sur leur chemin, mais la grande place financière était à l’évidence leur objectif majeur, et il est certain en tout cas que cette démarche ne s’inscrivit pas dans le cadre d’un emprunt général sur les villes comme en 1468 ou 1471. Au reste l’énormité de la somme demandée laissait une large marge de négociation. Bourré et de Gaucourt ne se firent pas trop prier pour la ramener à 8 000 l.t. au terme d’une journée de marchandages, et encore la réduisirent-ils par la suite à 5 500 l.t.47 Les délais de remboursement ne furent naturellement pas tenus, mais celui-ci fut intégralement honoré entre août 1474 et janvier 1476 sur les finances de Languedoc48.

  • 49 BN, ms. fr. 23 911 f° 95-98.
  • 50 BN, ms. fr. 23 264 f° 33 ; Calmette & Périnelle, p. 160 et note 6.
  • 51 Lettres, t. V, pp. 146-149. - Le cours du ducat, fixé à 28 s. 9 d.t. par l’ordonnance monétaire du (...)

25Le royaume n’en avait pas encore fini avec les suppléments d’impôt pour 1473 : le 12 septembre les états de Rouergue votèrent une crue de taille de 4 348 l.t., cette fois « per susportar los grans affayres del rey nostre senhor a causa de la guerra de Borgonha »49. En marge de ces exigences prioritaires, quelques expédients pourvurent encore à des frais supplémentaires d’intérêt secondaire. Ainsi, avant le 10 avril, le contrôleur de la recette de Caudebec Jean Fornier contraignit-il en vertu de lettres du roi les vicaires du comte-évêque de Lisieux (qui n’était autre que Thomas Basin) à fournir 3 700 l.t. au receveur général de Normandie pour préparer le passage du comte d’Oxford et de ses hommes de France en Écosse, ultime contribution de Louis XI à la cause lancastrienne moribonde ; ils en furent remboursés dès l’année suivante50. Enfin, le souverain caressa le projet de tirer profit à son tour de sa politique matrimoniale, qui ne lui était jusqu’ici que matière à dépense. Apprenant que le roi Ferrand de Naples négociait l’union de sa fille aînée Béatrice au nouveau duc de Savoie Philibert pour 300 000 ducats de dot, il pria le 19 juin son allié florentin Laurent le Magnifique de le sonder sur ce qu’il serait disposé à accorder pour marier sa fille au dauphin51 ; l’idée n’eut cependant pas de suite.

26Deux années passèrent, et dans l’été de 1475 ce furent les accords de Picquigny, conclus avec Édouard IV après la descente anglaise dans le royaume, qui nécessitèrent une troisième grande campagne de financement. Plus qu’aux précédentes celle-ci s’apparentait au train de mesures pris en 1463 pour le désengagement des terres picardes. Il ne s’agissait pas d’alimenter, le plus rapidement possible certes, les caisses de l’État royal pour fournir au surcroît de charges entraîné par la guerre, mais de payer un puissant prince étranger dont Louis XI avait acheté au prix fort le ralliement à ses vues et qui attendait son dû, ce qui créait un caractère d’urgence tout particulier et limitait la collecte des fonds à une certaine distance du lieu du versement. A un même problème le roi apporta les mêmes réponses, mais avec des différences qui témoignent de l’évolution, et pour ainsi dire de la maturation de ses pratiques.

  • 52 Gilles, p. 68.
  • 53 BN, ms. fr. 23 900 f° 106-112.

27Dès le 1er février le souverain avait décidé d’imposer sur le Languedoc un supplément de taille de 90 000 l.t., sans doute pour parer à la menace anglaise qui se précisait. Il n’osa cependant le solliciter des états du pays, auxquels il allait déjà demander une crue de 151 944 l.t., et prescrivit à ses représentants à la prochaine session annuelle de le lever d’autorité « tantost aprés la finale conclusion desdits estaz, ou dedans autre plus brief temps ou plus long que tel adviserez »52. Bien que l’assemblée se fût tenue en avril, les commissaires royaux attendirent jusqu’au 22 juillet pour l’imposer « pour ceste fois tant seulement » ; il ne fut pas assis avant le 28 août dans le diocèse d’Alet53. Entre-temps les événements s’étaient précipités dans le Nord.

  • 54 Lettres, t. VI, pp. 12-13.

28Les négociations engagées avec le monarque anglais s’acheminant vers une conclusion conforme à ses désirs, Louis XI se préoccupa de réunir promptement les 75 000 écus qu’il allait devoir lui verser et les gratifications annexes à son entourage. À la mi-août le chancelier Pierre d’Oriole, ancien général des finances, fut chargé de contracter des emprunts auprès des villes les plus proches, assisté des généraux d’Outre-Seine et de Languedoïl, Mathieu Beauvarlet et Michel Gaillard. Informant son chancelier de la tournure favorable des pourparlers le 23 août, le roi lui donna des instructions pressantes : « fault bien que nous ayons toute nostre somme a Amyens dedens vendredy [25] au soir, et encores quelque chose davantaige aux particuliers (...) qui se sont meslez des appoinctemens ; et pour ce je vous prie (...), sur tout tant que vous aymez mon bien, mon honneur et cellui de tout le royaume, faites diligence et ne faillez pas a ce besoing, car si faulte y avoit vous me feriez ung dommaige irréparable »54.

  • 55 AN, Xla 1 486 f° 326 v°-327 v ; cf. PJ n° V - Le postulat était une monnaie d’or de faible aloi fra (...)

29Dès le 19 les trois hommes étaient à Paris où, renouvelant l’exceptionnel expédient de 1463, ils empruntèrent pour leur maître les consignations déposées au greffe du Parlement, qu’ils s’engagèrent personnellement à restituer. Le butin fut plus maigre et beaucoup plus hétéroclite que douze ans plus tôt : faute d’une circulation suffisante de numéraire, la cour devait accepter des objets précieux en complément des consignations les plus importantes. Les dépôts remis aux commissaires comprenaient principalement des espèces royales, écus d’or et grands blancs d’argent, mais aussi des monnaies étrangères ou régionales, écus de Bretagne surtout, de Savoie, de Toulouse, de Guyenne, de Foix, ducats et même un postulat, et enfin cinquante pièces d’argenterie simple, émaillée ou dorée, un diamant et un collier d’or émaillé serti de perles prisés ensemble 31 181.2 s. 8 d.t.55 Leur valeur totale peut être estimée à quelque 12 870 l.t., dont le quart consistait en une encombrante quincaillerie que les envoyés du roi ne pouvaient même pas vendre, puisqu’il leur faudrait la rapporter au greffe, et qu’ils durent sans doute mettre en gage avec perte, ce qui compliqua l’opération sans profit.

  • 56 Calmette & Périnelle, p. 198.
  • 57 Éd. de Mandrot, t. I, p. 341.
  • 58 Gandilhon, tableau p. 347.
  • 59 Champion, t. II, note 2 p. 154 (la date de 1476 est de toute évidence une coquille).
  • 60 BN, ms. fr. 20 685 p. 649. - Par suite d’une inversion cette copie donne un total de 57 000 écus.

30Dans le même temps d’Oriole, Beauvarlet et Gaillard obtinrent pour le souverain 2 000 écus des présidents du Parlement en prêts particuliers56, et de la ville de Paris un important prêt collectif remboursable à la Toussaint. Selon Jean de Roye la capitale avança la totalité des 75 000 écus promis à Édouard IV57, mais d’autres villes du nord du royaume furent également sollicitées, jusqu’à Angers et Orléans58 où l’assemblée des notables accorda le 27 un prêt de 1 000 écus59 ; toutefois le temps pressait et il ne semble pas que la collecte ait dépassé la Loire. Enfin, le riche général Gaillard compléta lui-même la somme requise par un prêt personnel de 10 000 écus60.

  • 61 BN, ms. fr. 20 685 p. 650 ; sur Guillaume Briçonnet cf. Lettres, t. VI, note 1 pp. 20-21.
  • 62 Lettres, t. VI, pp. 14-16 (à Harfleur), 16-18 (à Poitiers), 18-21 (à Lyon) ; cf. Sée, note 1 p. 156 (...)

31Le roi d’Angleterre expédié, Louis XI s’occupa d’assurer le remboursement des emprunts. Le 4 septembre, six jours après la conclusion des accords de Picquigny, il ordonna une crue de taille, dans le cadre de laquelle il imposa une aide exceptionnelle aux bonnes villes exemptes. Ses commissaires sillonnèrent à nouveau le royaume, tels Guillaume Briçonnet, fils aîné du receveur général, et Jean Pommereu qui, partis le 10 de Paris, présentèrent ses lettres missives circulaires à Orléans, Bourges, Issoudun et Lyon61. Le souverain informait la bourgeoisie du retrait de l’armée anglaise, de l’instauration pour sept ans de « tresves et entrecours de la marchandise » qui leur seraient d’un « tres grant bien et proffit », et expliquait avoir promis à Édouard IV et ses serviteurs « grans sommes de deniers » payables à brève échéance. Ses finances étant grevées par la « grant armée » qu’il devait entretenir en plusieurs pays contre Charles le Téméraire et ses complices, il avait décidé de faire contribuer les villes aux sommes levées dans leurs élections afin de soulager le « povre peupple du plat païs », sans préjudice de leurs privilèges à l’avenir ; il les laissait d’ailleurs libres de réunir leur quote-part à leur guise62.

  • 63 BN, ms. fr. 21 427 n° 24 (mandement d’imposition de 5 400 l.t. sur l’élection de Coutances et Caren (...)

32Dans chaque élection la crue fut imposée par deux mandements royaux distincts, l’un pour les villes exemptes et l’autre pour le reste du pays, mais fit l’objet d’une assiette unique ; elle devait être levée en une fois d’ici le 15 octobre. Pour une fois le roi se préoccupait de ménager les campagnes : non seulement il invoquait ce motif pour mettre les villes à contribution, mais il invitait en même temps les élus à asseoir la surtaxe « en soulaigant le plus que pourrez ceulx du plat païs (...) et aultres qui ont esté grevez et molestés par les passages de noz gens de guerre et aultres dures pertes et fortunes a eulx survenues ». La paysannerie avait dû fort pâtir des mouvements de troupes dans cette année critique. Décidément soucieux de prévenir les récriminations, le monarque ajoutait encore : « et pour le temps advenir advons en voulenté soulaiger nosdiz subgetz et supporter des charges qu’ilz ont par cy devant portées a nostre tres grant desplaisance, tellement qu’ilz en devront estre contens »63. Cyniques propos de circonstance ? Gardons-nous d’un jugement hâtif. Louis XI pouvait réellement espérer que la neutralisation enfin acquise de l’Angleterre précipiterait l’issue de la lutte contre la Bourgogne. Force est de constater en tout cas que ces bonnes paroles restèrent un vœu pieu.

  • 64 Sée, pp. 143, 155-156  ; Caillet, pp. 211-212, PJ n° CCXCIII, pp. 581-582.
  • 65 Sée, note 2 p. 172.
  • 66 Ibid., p. 127.
  • 67 Calmette & Périnelle, note 9 p. 208. -Tours paraît avoir eu la même fortune : ni Sée (op. cit., pp. (...)
  • 68 Cf. supra, notes 27 et 63 ; l’élection de Falaise portait quant à elle 6,9 % de la quote-part norma (...)

33Cette entorse à leurs franchises ne fut pas goûtée des villes, mais les consignes de ménagement des campagnes s’accompagnaient d’instructions de fermeté à leur égard. Tardivement arrivés à Lyon, terme de leur mission, le 13 octobre Briçonnet et Pommereu coupèrent court aux protestations de la ville, taxée à 3 000 l.t. sur les 5 000 de l’élection, en les informant qu’ils n’avaient nul mandat pour négocier : il s’agissait bien d’un impôt et non d’une subvention. Dès le 15 une taille municipale fut décidée, et la somme requise fut versée le 26 novembre au receveur des aides et tailles de Lyonnais64. A Poitiers, taxée à 2 000 l.t., le receveur des aides et tailles multiplia les arrestations de contribuables récalcitrants65 tandis que Beauvais, choyée trois ans plus tôt pour sa défense héroïque, n’avait droit qu’à une concession dans les modalités de la collecte : elle pourrait se décharger d’une part des 600 l.t. réclamées sur « ceulx des prevostez » voisines « s’ils ont le pouvoir et faculté en ce vous aydier », écrivit Louis XI aux habitants66. Rares furent les cités qui comme Amboise, résidence royale, parvinrent à se faire exempter67. Au total, les quotes-parts connues de quelques élections laissent supposer que cette crue fut de l’ordre de 160 000 l.t68.

  • 69 Vidal, note 101 p. 231.

34Pour achever le parallèle avec 1463, relevons enfin qu’en 1475 aussi le roi accorda au Languedoc une amnistie générale pour toutes les infractions commises par ses habitants, la première depuis douze ans précisément, moyennant une composition dont le montant nous est inconnu mais dont l’existence n’est pas douteuse69. En revanche il n’était plus question de réunir des états régionaux et de rechercher un simulacre de consentement du royaume à la crue de taille : si le souverain voulait bien manifester sa sollicitude pour les contribuables, il n’entendait plus partager même symboliquement le droit de lever l’impôt et l’ordonnait souverainement sans s’arrêter aux résistances, soucieux au demeurant d’efficacité et de rapidité des rentrées dans un contexte belliqueux. Les temps étaient changés, et la politique financière avec eux.

2. Le tour de vis.

35En dehors même de ces moments de crise qui appelaient un ensemble de mesures complémentaires appropriées, la pression fiscale ne cessa de croître dans la première moitié des années soixante-dix du xve siècle. Tous les indices concordent pour le démontrer dans le domaine de la fiscalité directe. Ainsi constatons-nous qu’en Normandie la hausse du volume global des prélèvements directs de la monarchie s’accéléra au point que son rythme annuel moyen doubla pratiquement entre les années 1466-1471 et 1471-1477 (tableau 13).

  • 70 BN, ms. fr. 21 421 f° 1-16 (assiette de l’élection d’Alençon et Perche) pour 1466 ; ms. fr. 20 498 (...)

Tableau 13 : L’impôt direct en Normandie de 1466 à 147770 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 13 : L’impôt direct en Normandie de 1466 à 147770 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Faible monnaie de Normandie (jusqu’en 1471).
Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.

  • 71 Spont, « La taille en Languedoc », p. 500, note 2 p. 502 ; Vidal, p. 66 et note 348 ; Gilles, note (...)

36Le Languedoc, où nous pouvons suivre l’évolution de la fiscalité année par année, fut logé à plus mauvaise enseigne encore (tableau 14 et graphique 8). Des lettres royaux du 10 décembre 1473 portèrent le total fixe de l’aide et de l’équivalent de 186 000 à 187 975 l.t. à compter de 1474 (+1,1 %)71, mais à côté de cette infime correction du principal de l’impôt direct, les crues votées par les états ou ordonnées d’autorité par le roi s’emballèrent entre 1470 et 1475 avant de reculer l’année suivante, sans revenir seulement au niveau de 1474. Malgré le répit éphémère et tout relatif de 1476, le supplément d’impôt direct avait alors pratiquement quadruplé depuis le début de la décennie après s’être accru en moyenne de 25,8 % par an. A partir de 1475, cette part variable des prélèvements royaux dépassa la part stable constituée par l’aide et l’équivalent, dont la fixité n’était plus le gage d’une pression fiscale immuable pour les contribuables languedociens. Par suite l’ensemble de ces impôts avait connu une hausse de 67 % en six ans, soit 8,9 % par an en moyenne, avec deux bonds en avant en 1473 et 1475 où nous retrouvons l’effet des mobilisations financières.

  • 72 Spont, Vidal, Gilles, loc. cit. ; pour les crues Gilles, notes 73 p. 67, 79 p. 68, 84 p. 69 (cet au (...)

Tableau 14 et graphique 8 : Impôts votés ou ordonnés en Languedoc de 1470 à 147672 ; (en livres tournois)

Tableau 14 et graphique 8 : Impôts votés ou ordonnés en Languedoc de 1470 à 147672 ; (en livres tournois)
  • 73 Gilles, p. 69.

37Le Languedoc payait visiblement l’abaissement de son assemblée, jadis si indépendante, devant un pouvoir royal fortifié et de plus en plus impérieux : en avril 1476 les députés en étaient réduits à répondre aux exigences de Louis XI que « lesdits des troys estaz (...) sont tous en meme desliberacion et vouloir de obeïr aux commandemens, plaisirs et bon vouloir du roy (...) car le corps, noz biens, noz vouloirs et tout ce que nous avons sont siens, en lui suppliant et requerant tres humblement que de son pouvre peuple de Languedoc il ait pitié et misericorde »73. Saisissante manifestation de soumission, qui marquait la faillite de l’institution représentative dans l’un de ses plus fermes bastions.

38Mutatis mutandis, un phénomène similaire quoique de moindre ampleur peut être observé à la même époque dans le Rouergue, pays d’états de la généralité de Languedoïl dont l’assemblée, qui se réunissait au début de chaque année pour voter sa quote-part de taille, ne paraît avoir joué que le rôle d’une chambre d’enregistrement (tableau 15). À côté d’une somme fixe pour la taille des gens d’armes, les crues accordées augmentèrent de 92,5 % entre 1471 et 1476, ce qui représentait une hausse annuelle moyenne de 14 % ; tout compris, l’impôt direct progressa de 22,2 % en cinq ans, soit 4,1 % par an en moyenne. L’essentiel de cet alourdissement se concentrait en fait sur les années 1471-1473, mais en l’absence d’informations sur le montant des prélèvements en 1474 et 1475 l’apparente stabilisation des années 1473-1476 doit être considérée avec prudence : il n’est pas impossible que comme le Languedoc ce pays méridional ait été ménagé pour quelque raison en 1476. Le rythme de l’augmentation de la fiscalité, on le voit, différait en tout cas sensiblement d’un pays à l’autre, ce qui rend à peu près irréalisable son appréhension globale ; il n’en était pas moins partout élevé.

  • 74 BN, ms. fr. 23 911 f° 52-59 pour 1471, f° 60-65, 66-75, 76-85 pour 1472 (le premier de ces trois do (...)

Tableau 15 : L’impôt direct dans le Rouergue de 1471 à 147674 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 15 : L’impôt direct dans le Rouergue de 1471 à 147674 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Moyenne sur trois ans : + 4,5 % au total depuis 1473.
Note ** : Idem : + 1,7 % au total depuis 1473.

  • 75 BN, ms. fr. 20 685 pp. 600, 620.

39Livrons une dernière indication, qui bien que partielle nous rapproche le plus d’une évaluation d’ensemble : le receveur général de Languedoïl, qui gérait la moitié environ des revenus extraordinaires du royaume, comptabilisa avec les expédients divers une recette de 1 173 925 1. 17 s. 10 d.t. en 1473-1474 et de 1 387 137 1. 12 s. 9 d.t. en 1474-147575, soit une progression de 18,2 % d’une année sur l’autre - celle de la descente anglaise il est vrai.

  • 76 AN, K 71 n° 14.
  • 77 Cf. supra, note 74.
  • 78 AN, K 71 n° 13,21.
  • 79 Gilles, p. 69 et note 82.

40Outre les crues pour ainsi dire régulières, prévues à l’avance et imposées en même temps que le principal de la taille, les suppléments ordonnés en cours d’année ne manquèrent pas en dehors même des périodes de crise majeure. Louis XI prit d’ailleurs l’habitude de lever des crues locales pour des besoins spécifiques, ce qui ajoute à la difficulté d’apprécier le montant global de la taille. Le 19 décembre 1471 il imposa ainsi 12 000 écus (16 500 l.t.) pour subvenir à des affaires urgentes sur un certain nombre d’élections, toutes de Languedoïl semble-t-il, parmi lesquelles la Haute-Auvergne fut taxée à 966 l.t.76 Les états de Rouergue, qui avaient assis les 18 et 21 février 1472 les sommes originellement prévues pour l’année sur les haute et basse marches du pays, durent répartir le 30 mars une surtaxe additionnelle de 1 350 l.t. affectée notamment au paiement des gens de guerre77. En Languedoc, où la prérogative de lever l’impôt échappait de plus en plus à l’assemblée régionale au profit de la monarchie, les commissaires du roi ordonnaient des crues pour aider des paroisses ravagées par la grêle à se relever, ainsi 500 l.t. le 28 novembre 1471 puis 1 000 l.t. le 27 octobre 147278. Le 16 juillet 1474 c’est encore l’évêque d’Albi Louis d’Amboise, nouveau président des états pour le souverain et bientôt lieutenant du gouverneur, qui assit un supplément de 6 400 l.t. pour les garnisons du Roussillon79.

  • 80 Les nouvelles lettres royaux parvinrent juste à temps aux élus du pays, qui purent inclure cette cr (...)
  • 81 Ibid., f° 290-303. - Sans doute pour gagner du temps l’assiette de ces crues inclut le Franc-Alleu, (...)
  • 82 Dont 1 850 l.t. pour l’élection de Coutances et Carentan (BN, ms. fr. 21 427 n° 25). - Nous supposo (...)
  • 83 BN, ms. fr. 21 427 n° 26 pour Coutances et Carentan ; AN, K 71 n° 5012 pour Évreux et Caen. - Ce su (...)

41Enfin, l’année 1476 connut une véritable cascade de crues, tandis que le dénouement du grand duel franco-bourguignon approchait et que Louis XI ramassait ses forces. Le 24 décembre 1475 il avait ordonné sur le Haut-Limousin 14 219 l.t. pour le paiement des lances et 13 470 l.t. pour ses affaires diverses dans la nouvelle année : la seconde composante de la taille régulière, on le voit, avait presque rattrapé la première. Le 27 janvier, il y rajouta une petite crue de 300 l.t.80, puis le 3 avril une deuxième de 500 l.t. et le 16 septembre une troisième de 1 100 l.t.81 Cette dernière surtaxe, vaguement motivée par de nouvelles et pressantes nécessités, devait être levée dans un délai exceptionnellement bref, d’ici le 1er octobre. La Normandie était pour sa part imposée à 18 000 l.t.82, ce qui suggère un montant total de 72 000 l.t. Si nous retenons cette proportion, les deux crues précédentes auraient été de l’ordre de 20 000 et 33 000 l.t. respectivement. Il faut encore y ajouter un supplément ordonné le 12 août pour une démonstration de force sur les frontières et les côtes basques, à recevoir d’ici le 1er décembre ; l’élection de Coutances et Carentan y était assujettie pour 860 l.t., celles d’Évreux et de Caen pour 740 l.t., ce qui suggère un total de quelque 10 000 l.t. pour la Normandie, et 40 000 l.t. pour l’ensemble du royaume si cette crue était générale83.

  • 84 Pilot de Thorey, n° 1 658, t. II, p. 243.

42Par ailleurs, tandis qu’il suivait de Lyon le cours des événements, le roi avait commis le 19 mai le seigneur du Lude, gouverneur, François de Genas, président des Comptes, et Baude Meurin, auditeur des Comptes du Dauphiné voisin, à lever sur ce pays 300 écus (481 1. 5 s.t.) outre l’aide déjà votée par les états, « pour subvenir a aucuns noz grans et urgens affaires qui puis nagueres et de nouvel nous sont survenuz, et auxquelz bonnement ne pourrions fournir sans l’ayde de noz bons et loyaulx subgectz »84. Ainsi le souverain avait choisi cette année de fragmenter le surcroît de fiscalité, imposant des crues d’un montant modeste pour compléter ses recettes à mesure de ses besoins. Peut-être souhaitait-il limiter au strict nécessaire la hausse de la pression fiscale, qui atteignait alors des sommets ; peut-être, au contraire, prenait-il l’habitude de recourir systématiquement à une crue de taille dès que de nouveaux frais se présentaient, alignant ses revenus sur ses dépenses sans chercher à freiner plutôt celles-ci.

  • 85 Gandilhon, p. 282.
  • 86 Ord., t. XVIII, pp. 187-189 (30 mars 1476-7 juin 1477).
  • 87 Pilot de Thorey, n° 1 584, t. II, pp. 189-190 ; cf. supra, p. 243.
  • 88 Gandilhon, p. 281 ; cf. notre remarque supra, note 56 p. 242.

43Il n’est pas certain cependant que ce soit cet usage intensif de la fiscalité directe qui ait poussé les états du Dauphiné à perfectionner alors l’assiette de l’impôt, dans le but de rendre plus supportable un fardeau croissant par une meilleure ou plus large répartition. Ce pays, en effet, restait un cas à part. Nous y trouvons certes trace de révisions générales des feux en 1472, 147485, 1476 et 1477, mais cette opération, nous l’avons dit, était ici une toile de Pénélope. La contrée comptait alors 6 000 feux, qui semblent n’avoir plus été en fait que des unités fictives servant à définir la quote-part de chaque communauté86. Le Dauphiné paraît avoir été largement protégé par son indépendance vis-à-vis du système financier du royaume : l’aide demandée par le roi aux états de février 1473 montait tout comme en 1470 à 33 750 l.t.87, tandis qu’une crue de 12 000 l.t. pour 1471 - moitié moins que l’année précédente88 - et celle que nous avons citée plus haut pour 1476 sont les deux seules que nous relevions à cette époque.

  • 89 Lettres, t. IV, pp. 190-193 (à Chabannes, 3 février), note 2 p. 191 ; Sée, pp. 242-243.
  • 90 Ord., t. XVII, pp. 387-388. - La Chambre des Comptes entérina ces lettres pour compter de 1472.
  • 91 Gilles, note 155 p. 189.

44Si l’autre rive du Rhône devait subir une fiscalité galopante, Louis XI semble en revanche y avoir plus libéralement accordé des affranchissements que dans la période antérieure. Nous en avons relevé onze au cours de ces six années - qui, pour la première fois à notre connaissance, ne concernaient pas que des villes - contre trois dans les cinq années précédentes. En 1471 Antoine de Chabannes accorda entre autres avantages à Amiens une exemption de tailles par la convention de reddition conclue le 1er février ; il avait reçu carte blanche du roi, qui ratifia ses concessions dans le mois89. Le 11, le souverain exonéra Saint-Denis de toutes tailles et aides, peut-être pour remercier le saint de ses victoires90. Le 28 novembre Alès, dévastée par une inondation, fut affranchie de tailles pour six ans91.

  • 92 Lettres, t. V, pp. 29-30. - C’est Jean de Reilhac, apparemment rentré en grâce, qui porta le messag (...)
  • 93 Ord., t. XVII, pp. 530-531.
  • 94 Legeay, t. II, p. 116.
  • 95 Sée, p. 258.
  • 96 Lettres, t. V, pp. 268-270.
  • 97 L’assiette fut refaite en conséquence à cette date (BN, ms. fr. 23 900 f° 98-105).
  • 98 Ibid., f0 106-112.

45Le 15 juillet 1472, pour encourager Beauvais dans sa belle résistance contre Charles le Téméraire, le monarque l’informa qu’il l’exemptait des tailles92 ; en fait les lettres royaux allèrent plus loin encore, abattant tous les impôts extraordinaires à l’exception des aides sur le vin, le bois et le poisson vendus en gros, le bétail « a pié fourché » et le quatrième des vins et boissons vendus au détail, ramené toutefois au huitième93. C’était étendre à la ville le régime parisien des taxes indirectes, décidément voué à récompenser les cités assiégées. En 1473 Laon fut exonérée de tailles94, peut-être en considération de sa proximité du front nord. Lectoure, réunie la même année au Domaine, fut affranchie de tout impôt ordinaire et extraordinaire le 22 janvier 147495 par un Louis XI peut-être soucieux de faire oublier le drame qui l’avait récemment ensanglantée. À la même époque, il exempta les sujets de l’abbaye de Saint-Hubert d’Ardenne de toutes tailles et aides par dévotion pour le corps du saint ; les élus de Laon n’ayant entériné ses lettres qu’avec effet au 1er janvier suivant, il leur ordonna le 4 juin de lever cette réserve96. Avant le 14 juillet, l’évêque d’Albi, le général et le trésorier général de Languedoc déchargèrent le haut pays du diocèse de Limoux des sommes votées en mars par les états, « pour ce qu’il est en la frontiere d’Arragon »97, mais la mesure était provisoire et l’année suivante les habitants s’entendirent pour partager la charge de l’impôt : les pays de Sault et Fenouillèdes, c’est-à-dire le haut pays, en supporteraient un cinquième et le bas pays le reste98.

  • 99 Ord, t. XVIII, pp. 121-124.
  • 100 Sée,p. 298.
  • 101 Vidal, pp. 66-67 ; Léguai, p. 478.
  • 102 Lettres, loc. cit. ; Sée, pp. 154-155 ; Vidal, loc. cit.
  • 103 Sée, pp. 331-332.

46En juin 1475, le roi assujettit au Parlement et à la Chambre des Comptes de Grenoble la principauté d’Orange, passée sous sa souveraineté, mais l’exonéra de toute fiscalité delphinale ou royale99. Le 10 mars 1476 Boffile de Juge et Ymbert de Batarnay, passant outre aux instructions répressives de leur maître, affranchirent Perpignan de tous impôts extraordinaires par le traité définitif conclu avec la ville, reconquise un an plus tôt100. Enfin, lors d’un pèlerinage à Notre-Dame du Puy, le souverain exempta la ville de la taille et de l’équivalent pendant dix ans en mai ou juin suivant101 ; il faut croire que l’exonération accordée en 1470 n’avait pas eu de suite. A côté de ces exemptions - qui, précisons-le, ne coûtaient rien à la monarchie car les quotes-parts supprimées étaient reportées sur le reste du pays102 -, signalons encore que Montpellier bénéficia en janvier 1476 d’un dégrèvement de 2 500 l.t.103 Dans quatre cas les affranchissements étaient donc motivés par le souci politique de ménager des conquêtes ou des reconquêtes, dans trois cas par la position stratégique des intéressés près ou au cœur même du théâtre de la guerre, dans trois cas par la dévotion du prince et dans le dernier cas par la classique calamité naturelle.

  • 104 Spont, « La taille en Languedoc », p. 503. - Il fut toutefois porté ultérieurement à 2 500 l.t.
  • 105 Sée, pp. 128, 137.
  • 106 Lettres, t. VI, pp. 105-106.

47Plus nombreuses, ces exemptions protégeaient moins bien les bénéficiaires que par le passé. Toulouse, affranchie en 1463, dut ainsi accepter de payer à partir de 1475-1476 un abonnement de 2 000 l.t. qui offrait du moins l’avantage de la fixité104. Surtout, nous avons vu que Louis XI n’hésitait plus à l’occasion à faire une entorse à leurs privilèges. En dehors des trois grandes campagnes de financement, Tours eut à fournir une aide de 1 200 écus dès juin 1471, Poitiers dut s’acquitter de 2 000 l.t. l’année suivante pour entretenir l’armée105, et le 22 décembre 1476 encore, tandis que le dernier acte de sa lutte contre Charles le Téméraire se jouait sous les murs de Nancy, le roi leva « certaines sommes de deniers » sur ses bonnes villes, dont 200 écus sur Pont-Audemer, afin de pourvoir en particulier aux grands dons accordés à diverses ambassades106.

  • 107 Ibid., t. X, Supplément, pp. 225-226.-Vaesen date ces lettres de mars 1465, mais le contexte de l’é (...)

48L’accent manifestement mis sur la fiscalité directe ne détourna pas Louis XI des impositions indirectes. C’est sans doute en 1472 qu’il faut placer ses démarches auprès du Saint-Siège pour obtenir son soutien dans la répression des fraudes des ecclésiastiques touchant le quart ou le huitième des vins et boissons détaillés, dont leur production, on le sait, était exempte. À sa requête le pape intervint auprès du clergé français, mais les lettres pontificaux ne satisfirent pas le roi qui se permit, à ce qu’il semble, de lui demander de les refaire d’après un contre-modèle qu’il lui adressa107.

  • 108 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 337-338.
  • 109 AN,Y 7 f° 143.
  • 110 BN, ms. fr. 20 685 p. 558.
  • 111 L’écu d’or valait alors 30 s. 3 d.t. (Ord., t. XVII, p. 600) tandis que le prix de la queue de vin (...)

49Si le taux des taxes indirectes resta inchangé, une aide nouvelle fut instituée, qui constitue la principale innovation de la période dans ce domaine. Le 28 octobre 1474, alors qu’il prenait ses premières dispositions contre la menace anglo-bourguignonne, le souverain frappa le vin exporté du royaume, et toute marchandise échangée dans les deux sens entre la France et les États bourguignons ou l’Angleterre, d’un droit calculé sur la base d’un écu d’or pour une queue de vin ou sa valeur. Celui-ci serait perçu dans la prévôté et vicomte de Paris et les bailliages de Vermandois, Sens, Troyes, Chaumont, Vitry, Melun et Senlis, c’est-à-dire dans le Nord-Est, de l’Île-de-France aux frontières bourguignonnes, et sur les cours d’eau reliant cette zone à la mer comme l’Yonne et la Seine108. Son produit devait être affecté à la fortification du Barrois récemment occupé109. A dire vrai, il ne s’agissait pas d’une création ex nihilo : une telle taxe avait été instaurée sur le vin au Pont-de-1’Arche, l’on s’en souvient, au début du règne, et en 1472-1473 un certain Jean d’Auderon la recevait à Compiègne110. La nouveauté consistait à en étendre la perception dans tout le nord du royaume, et l’assiette aux autres marchandises. Dans ce dernier cas la queue de vin servait d’étalon de valeur pour la taxation, ainsi fixée au taux de 15 % environ111 : les gens des finances avaient inventé la queue de vin fiscale. Ce choix montrait en tout cas quelle importance le vin tenait dans les exportations du royaume, et quelle matière imposable de premier choix il représentait pour l’État de finance.

  • 112 AN, loc. cit.
  • 113 De Roye / de Mandrot, loc. cit., pp. 338-339.
  • 114 AN, Y 7 f° 145.
  • 115 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 5-6. - Nous ne savons si Denis Chevalier, un ancien notaire au Châ (...)
  • 116 Legeay, t. II, p. 197.

50Les échanges avec la Bourgogne avaient en effet partiellement repris : le royaume pâtissant de l’interruption des importations, Antoine de Chabannes avait été nommé lieutenant général dans une aire couvrant les axes commerciaux de l’Oise et de l’Aisne le 14 décembre 1473, pendant les trêves, avec pouvoir de délivrer des licences pour exporter du vin dans les États bourguignons et en ramener toutes marchandises. Les mesures fiscales du 28 octobre suivant suscitèrent d’ailleurs entre Chabannes et le correcteur des Comptes Pierre Jouvelin, commis ce même jour à la levée de l’aide et habilité lui aussi à délivrer des sauf-conduits aux marchands112, un conflit de compétences que leur maître arbitra le 20 novembre : les prérogatives du lieutenant général furent limitées à Creil, au Pont-Sainte-Maxence et à Compiègne, mais il y percevrait l’aide « a son prouffit singulier »113. Le 12 janvier 1475, de nouvelles lettres définirent les limites dans lesquelles seraient taxés les vins menés en Bourgogne par la Seine et l’Oise114. Il semble que Jouvelin, homme de paperasse plus que de terrain, n’ait pas donné satisfaction au monarque ; au reste les hostilités suspendirent bientôt le négoce avec l’Angleterre et la Bourgogne, et par suite la perception de l’aide. En janvier 1476 celle-ci fut rétablie sur le vin seul, tandis que Laurent Herbelot et Denis Chevalier remplaçaient Jouvelin115 ; lors des conférences franco-bourguignonnes tenues le 15 mars à Noyon, les représentants de Charles le Téméraire dénoncèrent cette mesure comme une infraction à la trêve116.

  • 117 Gandilhon, note 4 p. 300.-C’est sans doute à l’occasion du renouvellement de 1471 que Louis XI char (...)
  • 118 Spont, « La gabelle en Languedoc », pp. 460-461.
  • 119 Le 15 mars 1456 la ferme du tirage à la part de l’Empire était attribuée à Pierre de Villars et Jea (...)

51L’autre article de prédilection du fisc royal, le sel, ne fut pas oublié : nous avons vu que dès le 4 janvier 1471 il fut frappé d’une crue. L’association franco-provençale pour le tirage du Rhône à la part de l’Empire fut renouvelée le 20 juillet, et à nouveau le 23 juin 1475 pour la dernière fois avant que le roi s’appropriât le comté117. Le bail en fut adjugé le 19 mars 1472 à Jean Plouvier. Le souverain, qui récupéra alors sa part dans le tirage jadis concédée au défunt duc de Calabre, le résilia et le confia en mars 1473 à l’ancien fermier Barthélemy de Villars118, mais cette manifestation de la reprise en main royale laissait en fait la ferme entre les mains du même groupe de parents et d’associés qui contrôlait de longue date les deux tirages du Rhône119.

  • 120 Pilot deThorey, n° 1 561, t. II, p. 173.
  • 121 Gandilhon, p. 306.
  • 122 Spont, art. cit., p. 460 ; Viala, t. II, p. 359 pour le Quercy.

52Le monarque continua à défendre les intérêts du sel de Languedoc, et par suite du fisc royal. Il était certainement derrière les entreprises de son commissaire Jean Mareuil, apparemment pour exporter le sel languedocien en Savoie, au préjudice de la ferme du tirage de l’Empire dont le profit lui échappait alors ; devant les protestations de la Maison d’Anjou il ne l’en désavoua pas moins en rejetant la responsabilité sur les fermiers du tirage du royaume120. Dans le contexte de la lutte contre Charles le Téméraire il revendiqua plus que jamais le monopole du sel de Languedoc et le droit de gabelle dans le duché de Bourgogne, mais en vain, malgré commissions et procès121. Soucieux de protéger son aire d’écoulement, il renouvela de vieilles interdictions, celle de 1456 contre le sel provençal en Dauphiné en 1475 et celle de 1454 contre le sel poitevin dans le Quercy en 1476 ou 1477, mais il se heurta à la résistance des consommateurs : le Parlement de Grenoble refusa d’entériner ses lettres, et le Quercy engagea comme vingt ans plus tôt une longue bataille juridique qu’il remporta finalement en 1487122.

  • 123 Lettres, t. V, pp. 92-93.
  • 124 Spont, art. cit., p. 465 ; Gandilhon, p. 299.
  • 125 Ord., t. XVII, pp. 540-541, note (a) p. 606 et t. XVIII, note (a) p. 213 respectivement.
  • 126 Pilot de Thorey, n° 1 601, t. II, p. 198 et note 1.
  • 127 Jassemin, p. 289 et note 5.

53Louis XI se préoccupait toujours d’améliorer le rendement de la gabelle. Les crues particulières octroyées à certaines villes sur divers greniers y décourageaient la consommation en enchérissant le prix de vente. Le 27 novembre 1472, il refusa au duc de Bourbon l’institution d’une telle surtaxe à son bénéfice dans les greniers de ses terres, expliquant : « si je le faiz tous les autres seigneurs m’en presseront aussi, et m’en feroit grant domaige »123. Finalement il les supprima toutes le 30 mars 1474, hormis la fameuse « double » de Languedoc, qu’il percevait à son profit ; plusieurs villes, il est vrai, se firent bientôt confirmer les leurs124. Le réseau des greniers fut par ailleurs complété par le rétablissement de celui du Pont-de-l’Arche le 28 octobre 1472 et par de nouvelles créations à Sancoins le 18 février 1474 et à Marie le 27 novembre 1476125 ; en revanche les lettres du 4 janvier 1474 qui en avaient institué un à Saint-Paul-Trois-Châteaux sur la requête des habitants ne reçurent pas d’exécution126. Enfin les grenetiers furent mis sur la sellette : le 23 janvier 1476 Pierre Jouvelin, fraîchement déchargé de la recette de l’aide sur les queues de vin, fut chargé de réprimer leurs abus127.

  • 128 Spont, art. cit., pp. 463-464.
  • 129 Lettres, t. II, note 1 pp. 252-253.

54Les dons de greniers paraissent d’ailleurs avoir été plus rares que précédemment ; il est vrai que le stock disponible s’était amoindri. À peine récupérés sur le duc de Calabre, les revenus du grenier de Pézenas furent cédés en 1472 à Charles d’Amboise, et le 20 mai 1476 ceux du grenier de Sigean, estimés à 1 600 l.t. l’an, furent abandonnés à Etienne de Poisieu128, tandis qu’en Picardie Colard de Moy recevait la même année les aides et la gabelle de Saint-Quentin129.

  • 130 Éd. Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l’Histoire du tiers état, t. II, pp. 334-336
  • 131 Gandilhon, p. 287.
  • 132 Ord., t. XVII, pp. 366-367.

55La fiscalité indirecte, nous l’avons vu, fut parfois abolie en même temps que l’impôt direct. À Amiens les deux concessions ne furent pas simultanées mais se suivirent de peu : la convention passée entre la ville et Chabannes semble n’avoir rien prévu pour les aides, et c’est apparemment de son propre chef que le 30 mars 1471 le roi lui accorda le régime en vigueur à Paris, comme lui-même le précisa130. Autre cité picarde reconquise, Abbeville bénéficia elle aussi de cette faveur à la même époque131. Beauvais, on l’a dit, suivit un an après, mais dès le 19 janvier 1471 un premier pas avait été fait en ce sens : les bouchers de la ville lui ayant remontré que les bêtes déjà taxées lorsqu’ils les achetaient en gros en Normandie étaient à nouveau frappées de trois aides sur la vente au détail à Beauvais, ce qui ne se pratiquait ni à Paris ni dans les cités voisines, le souverain les avait exemptés de ces dernières132. Ces mesures successives montrent que si le monarque procédait au cas par cas au gré des circonstances, l’extension du régime parisien des taxes indirectes, dont nous avons souligné les avantages, était une constante de sa politique financière, du moins dans les villes du nord du royaume.

  • 133 lbid., t. XVIII, pp. 63-66.
  • 134 Sée, note 2 p. 146.

56Le souci de faciliter l’approvisionnement des citadins, gage de tranquillité publique mais aussi d’une meilleure résistance en cas de siège, fut à l’origine d’un nouveau dégrèvement en faveur de la capitale. La municipalité parisienne se plaignit en effet que certains officiers royaux empêchaient la sortie des blés de leur ressort et que de nouvelles taxes sur la circulation des marchandises décourageaient le ravitaillement de la ville, ajoutant habilement que ses réserves en céréales et en vins, qui selon la rumeur représentaient en 1465 deux années de consommation et lui avaient permis alors de tenir face aux princes, étaient tombées à moins d’un mois. Aussi, Louis XI cassa en décembre 1474 toutes les interdictions passées et à venir de mener des vivres à Paris et tous les droits institués par quiconque sur ceux-ci depuis trente ans, en disposant que les marchands seraient crus sur parole sans verser de caution133. Enfin, le 22 septembre 1475 Chartres fut exemptée de l’aide de douze deniers pour livre sur les marchandises pour avoir accueilli et entretenu les gens d’armes à ses frais134.

  • 135 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 317.
  • 136 Lecoy de la Marche, t. I, p. 394.
  • 137 Lettres, t. X, Supplément, pp. 383-385 ; Legeay, t. II, p. 204 ; Lecoy de la Marche, t. I, pp. 408- (...)

57Le souverain poursuivit dans ces années la lutte pour l’impôt engagée après le Bien public, mais les circonstances avaient changé et il n’était plus sur la défensive mais sur l’offensive. Dans l’été de 1474 il punit le roi René de ses démonstrations d’indépendance en saisissant le duché d’Anjou, dont l’administration fut confiée au greffier du Parlement Guillaume de Cerisay135, puis celui de Bar, et y perçut dès lors les revenus des domaines ducaux et les impôts extraordinaires, dont son oncle jouissait par don royal. Dès l’année précédente il s’était mêlé en Anjou de la nomination des élus, normalement abandonnée au duc136. Ce dernier se soumit le 6 mai 1476 par le traité de Lyon, qui en retour lui restituait ses terres. Louis XI en conservait cependant les recettes, dont il avait déjà disposé, jusqu’à la fin de l’exercice en cours le 30 septembre. Le 25 mai il ordonna la levée de la saisie et la restitution des revenus angevins à compter du 1er octobre, puis renouvela ces prescriptions pour le Barrois le 9 juin, mais l’accord fut mal respecté et les empiètements royaux se poursuivirent137.

  • 138 Pilot de Thorey, n° 1 584, t. II, pp. 189-190 (réponse aux doléances des états de Dauphiné, 2 juin)

58Au total, l’entrée de la lutte de Louis XI et Charles le Téméraire dans sa phase décisive se traduisit - pouvait-il en être autrement ? - par un tour de vis sans précédent de la fiscalité extraordinaire. Le roi pouvait bien proclamer en 1473 que « la chose au monde que plus il desire aprés le sauvement de son ame, c’est de soulager son peuple »138, les impôts directs, déjà orientés à la hausse dans la période précédente, s’envolèrent dans la première moitié des années 1470 tandis que la taxation indirecte était développée. C’est alors que la réalité fiscale rejoignit la légende noire du règne.

3. Les finances ordinaires délaissées.

  • 139 Sée, note 3 p. 173.
  • 140 Ord., t. XVII, pp. 401-403. - Le Parlement de Paris n’enregistra ce privilège que le 2 septembre 14 (...)
  • 141 Ibid., pp. 531-532.
  • 142 Dans le cadre de la charte municipale que Louis XI accorda à la ville (Lecoy de la Marche, 1.1, p. (...)
  • 143 Ord., t. XVII, pp. 365-366. - On le voit, l’imposition foraine est considérée ici comme un droit do (...)
  • 144 Pilot de Thörey, loc. cit.
  • 145 Ibid., n° 1 994, 2e supplément, p. 445.

59Le tableau que présentent dans ces années les finances ordinaires est tout différent. Autant Louis XI alourdissait les impôts extraordinaires, c’est-à-dire l’essentiel, autant il se montrait disposé à sacrifier ses droits domaniaux par une maigre compensation. Certes ses commissaires continuaient à rechercher les francs-fiefs et nouveaux acquêts en situation irrégulière, ainsi, malgré les engagements pris, en Normandie où le roi dut prescrire le 10 décembre 1473 au receveur général Raguier de réprimer leurs abus, ou à Poitiers qui se plaignit l’année suivante qu’ils s’efforçaient « de faire exécuter plusieurs habitans (...) sans cause raisonnable »139. Les affranchissements ne s’en poursuivaient pas moins, motivés par des considérations politiques, en faveur d’Amiens recouvrée en mars 1471140, de Beauvais assiégée en juillet 1472141, d’Angers occupée en février 1475142. Une exemption générale de péages, hauts passages et impositions foraines fut en outre accordée le 16 janvier 1471 à Saint-Quentin également reconquise, qui fut dispensée d’en payer les arriérés143. Dans ses réponses aux doléances des états du Dauphiné, où son pouvoir était plus assuré, le souverain défendait davantage les recettes du Domaine : il refusa d’y supprimer les commissaires des francs-fiefs le 2 juin 1473144, mais accepta en revanche d’intervenir contre les abus entraînés par les exemptions de péages le 25 mai 1476145.

  • 146 Il les exonérait aussi du droit de formariage s’ils épousaient une Française (Ord., t. XVII, pp. 36 (...)
  • 147 Ibid, pp. 478-479.
  • 148 Ibid., pp. 524-525.
  • 149 Sée, p. 333.

60Le monarque reprit également, à la requête des villes, sa politique du début du règne sur la suppression de l’aubaine. Il en exempta en janvier 1471 les étrangers installés ou qui s’établiraient dans les trente ans à Saint-Quentin146, puis le 20 avril 1472 ceux de Toulouse sans limite de temps pour relever la ville de ses « mortalitez, grans innondacions d’eaues, horribles et impetueulx feuz »147, en juin suivant ceux qui vivaient à cette date dans Bordeaux recouvrée148, et confirma en 1473 la franchise des Hanséates149.

  • 150 Ord., t. XVIII, pp. 124-126.

61Enfin, en juillet 1475, il exonéra à la demande des états tous les habitants étrangers du Languedoc présents et à venir afin d’enrayer leur émigration, qui reportait sur ses sujets « le taux et portion de nos tailles et deniers que iceux estrangers portoient et payoient », de repeupler le pays et de ranimer son commerce150.

  • 151 Ibid., t. XVII, pp. 595-596.
  • 152 Sée, note 4 p. 174.
  • 153 Pilot de Thorey, n° 1 608, t. II, pp. 201-202 ; cf. infra, p. 395. - Les lettres royaux étant adres (...)

62Louis XI diminua d’ailleurs à nouveau le rapport du Domaine par des dons de recettes ordinaires. Le 10 novembre 1473 il concéda ainsi au comte de Nevers le produit des francs-fiefs et nouveaux acquêts sur ses terres pour le temps passé et la décennie à venir151, et en 1475 abandonna à Philippe de Commynes les mêmes droits à Tournai152. Entre-temps, le 11 mars 1474, il avait fait don à Antoine de Chabannes de la rente annuelle de 3 960 ducats que lui devait le Briançonnais, revenu entre ses mains l’année précédente par la mort du bâtard d’Armagnac153.

  • 154 BN, ms. fr. 20 490 f° 49 (il s’agit pour la première de Saint-Maximin en Provence : cf. infra, p. 6 (...)
  • 155 Ord., t. XVII, pp. 455-457.
  • 156 Pilot de Thorey, n° 1 620, t. II, p. 208. - L’assiette dut être remaniée le 24 mars 1477 (ibid., (...)
  • 157 Ibid., n° 1 631, p. 218.

63Les principaux bénéficiaires de ces aliénations furent toutefois les établissements religieux. Le 24 février 1471, le roi ordonna au trésorier de Dauphiné de dresser l’assiette de 1 200 l.t. pour « madame saíncte Marie Magdeleine » et autant pour « monseigneur sainct Claude », c’est-à-dire pour leurs abbayes154. Le 24 octobre, il annonça avoir élu sa sépulture à Notre-Dame de Cléry où il fonda plusieurs services, les uns dès à présent et les autres après sa mort, pour lesquels il assit sur le Domaine de Normandie 4 000 l.t. par an à perpétuité155. En avril 1475 il répartit 1 200 l.t. sur les finances ordinaires du Dauphiné en faveur de l’abbaye de Saint-Antoine de Viennois où reposait le corps du saint, dont l’intercession l’avait toujours préservé de tous maux156. Enfin, il fonda en août une collégiale à Pierrelatte sous l’invocation de saint Michel archange, où il institua quatre messes quotidiennes en l’honneur du Saint-Esprit, de la Vierge, de saint Michel et des saints Innocents, et qu’il dota de la moitié des revenus de la seigneurie157. Le cas de Cléry mis à part, ces dates mêmes montrent que le souverain sollicitait ainsi de divers intercesseurs le secours du Ciel, ou les en remerciait.

4. Continuels expédients.

  • 158 BN, ms. fr. 20 685 pp. 538-539. - Les 2 000 l.t. prêtées par le général Herbert furent portées au r (...)
  • 159 Ibid., pp. 559, 568 (dont le sire de Craon).
  • 160 BN, ms. fr. 23 264 f° 40.
  • 161 Ibid, f° 32.
  • 162 BN, ms. fr. 20 685 p. 632.

64La vertigineuse progression de la fiscalité n’empêcha pas Louis XI de recourir de plus en plus souvent à des expédients. Le receveur général de Languedoïl consacra dans son compte de 1471-1472 une rubrique aux emprunts contractés durant l’exercice, dont nous n’avons qu’une copie incomplète, et qui montait à plus de 19 387 1. 10 s.t. Les vingt prêteurs, vraisemblablement sollicités lors de l’offensive bourguignonne de l’été 1472, étaient le chancelier et son audiencier, quatre des gens des finances, six autres notaires et secrétaires du roi, un président et quatre conseillers du Parlement de Paris, le compère Yvon du Fou, l’évêque de Châlons et le fermier de la « boete commune » des marchands de la Loire158 : des officiers de haut rang, de grands serviteurs et le caissier d’une puissante association commerciale. De même le seigneur de Craon avait prêté 1 000 I.t., sans doute auprès d’un autre receveur général. Six au moins de ces créanciers furent remboursés dès 1472-1473 sur les recettes d’Outre-Seine et de Languedoïl159, et un septième en Languedoc en 1477-1478 seulement160. En septembre 1472 le changeur du Trésor Gilles Cornu emprunta encore 2 000 l.t. pour le roi au trésorier Chevalier, et autant à son collègue de la Driesche, pour solder la garnison de Beauvais ; le premier en fut remboursé en 1474 sur la recette générale de Normandie161. Enfin, le général Gaillard fit en 1474-1475 l’avance de 20 000 l.t. destinées aux Suisses162.

  • 163 Sée, p. 129 ; Gandilhon, tableau p. 347.
  • 164 Sée, p. 130.
  • 165 Ibid., pp. 181,300.

65À l’occasion les villes furent elles aussi mises à contribution. En 1472 Orléans dut ainsi prêter 3 000 écus, et en 1474 3 000 l.t. furent demandées aux villes de Champagne, dont 600 à Reims, pour l’entretien de l’armée royale sur ce front163, ainsi que 500 écus à Saint-Quentin dans le Nord164 ; l’exemple de cette année suggère que les emprunts pouvaient être locaux dans leur objet comme dans leur assiette. Toujours en 1474, le souverain saisit diverses occasions de tirer de l’argent des villes : deux amendes de 10 000 l.t. furent exigées de Bourges qui s’était rebellée et, au-delà des frontières, de Verdun qui avait livré aux Bourguignons un secrétaire du roi165.

  • 166 Lettres, t. III, note 1 pp. 151-152.
  • 167 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 284-285.
  • 168 Lettres, t. V, p. 96.

66La guerre même rapporta quelques profits supplémentaires. La reprise des hostilités en 1472 entraîna de nouvelles confiscations : ainsi la saisie des 6 000 l.t. du Bourguignon Philippe de Commynes à la banque de Jean de Beaune166 contribua-t-elle peut-être à le décider à sauter le pas en ralliant le monarque au cours de cette campagne, tandis que la reprise des places d’Eu et Saint-Valery-sur-Somme par le prévôt de Paris Robert d’Estouteville et le maréchal Rouault durant la retraite de Charles le Téméraire fut selon Jean de Roye l’occasion d’exiger 16 000 écus des garnisons bourguignonnes pour les laisser partir167. Exagération sans doute, car on ne voit pas où les assiégés auraient trouvé ces fonds ; au demeurant ces butins occasionnels ne pouvaient être qu’une goutte d’eau dans l’océan des dépenses militaires, non plus que les mises à rançon des prisonniers de guerre, que Louis XI arrangea lui-même ou prescrivit le 26 décembre à Tanguy du Châtel168.

  • 169 Ibid., PJ n° VIII, pp. 386-388.
  • 170 De Roye / de Mandrot, 1.1, pp. 335-336, 353-354.

67De même, sa politique des rançons en 1475 visa à réduire ses prisonniers en son pouvoir bien plus qu’à remplir ses caisses. Le prince d’Orange, racheté au seigneur d’Illins qui l’avait capturé, dut s’engager le 6 juin à verser 40 000 écus, somme impossible à réunir, ce qui permit au roi de faire passer ses États sous sa coupe169, et en décembre le comte de Roussy, fils du comte de Saint-Pol et maréchal de Bourgogne, pris le 20 juin à la bataille de Guipy, fut mené au Plessis où le souverain lui joua la comédie, le menaçant de mort s’il ne lui versait la même rançon sous deux mois170.

  • 171 Lettres, t. IV, pp. 280-281.
  • 172 Calmette, PJ n° 30, pp. 572-575.

68Les péripéties des rapports franco-milanais furent par ailleurs l’occasion pour Louis XI de recevoir le seul subside qu’il accepta sous son règne d’une puissance étrangère. Le duc de Milan Galéas-Marie Sforza caressait en effet l’idée de substituer un secours pécuniaire à l’aide militaire à laquelle il était tenu par traité. Déjà, durant la guerre civile savoyarde de 1471, il avait proposé au choix l’envoi de 800 lances et 2 500 « enffans de pié » ou le prêt de 120 000 ducats (environ 180 000 l.t.) au souverain, qui avait décliné ses offres le 22 septembre171. Devant les menaces de guerre entre son allié et Jean II, le duc, soucieux de ne pas s’engager contre la Couronne d’Aragon, chargea dès le 25 février 1472 son ambassadeur Sforza de Bettini d’exposer au roi de France qu’il tiendrait ses engagements en cas de conflit dans le royaume même, mais ne pourrait envoyer de troupes en Catalogne. De Bettini avança alors l’idée d’un subside compensatoire, mais Louis XI fit savoir que l’offre devrait officiellement venir de son maître, à qui le diplomate en référa le 8 mars172.

  • 173 Legeay, t. II, pp. 91-92 ; Gandilhon, note 6 p. 363.
  • 174 Lettres, t. V, pp. 72-74.
  • 175 Legeay, t. II, p. 92 ; Kendall, note 1 pp. 526-527.
  • 176 Lettres, t. V, note 1 p. 99.
  • 177 Ibid., p. 99. - C’est dans les archives milanaises que Vaesen a retrouvé la lettre à Philippe de Sa (...)

69Finalement le montant fut fixé à 50 000 ducats (environ 75 000 l.t.), dont le versement s’inscrivait dans le cadre du renouvellement de l’alliance. Le roi, qui soutiendrait la politique milanaise en Italie et ne demanderait plus rien durant trois ans, était dispensé de rembourser ces fonds mais ne devrait pas les utiliser contre Jean II173. Il n’en était pas moins décidé à les employer à la défense du Roussillon et prescrivit le 31 octobre à Philippe de Savoie, alors à son service, de lever une armée et de gagner ce pays dès qu’il aurait reçu la part convenue des ducats174, mais celui-ci, peu diplomate, inquiéta tant et si bien l’envoyé de Galéas-Marie, son chancelier Cristoforo da Bollate, que le souverain dut le désavouer175. Le 22 novembre le général Gaillard fut chargé avec d’autres de recevoir le subside, ce dont il s’acquitta le 18 janvier 1473 à la banque Médicis à Lyon176 ; les Milanais ayant eu vent de ses projets, Louis XI démentit toute intention de s’en servir contre l’Aragon lorsqu’il en accusa réception au duc177.

  • 178 Legeay, loc. cit.
  • 179 Calmette & Périnelle, pp. 175-176.
  • 180 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 110-111.
  • 181 Legeay, t. II, p. 195.

70Dans le même temps le traité franco-milanais avait été reconduit et fut ratifié par le roi en juillet 1473178, mais le 30 janvier 1475 Galéas-Marie Sforza s’allia à Charles le Téméraire179. La défaite bourguignonne de Grandson en mars 1476 lui ayant fait réaliser qu’il avait misé sur le mauvais cheval, il tâcha maladroitement de se raccommoder avec le roi, en lui promettant 100 000 ducats (environ 150 000 l.t.) s’il ne consentait ni paix ni trêve à son ennemi. Le souverain accueillit avec mépris ces propositions éhontées et, au témoignage de Commynes qui assistait à la scène, répondit avec hauteur à l’envoyé milanais : « Dictes a vostre maistre que je ne veulx point de son argent, et que j’en leve une foyz l’an trois foyz plus que luy ; et de la paix et de la guerre, j’en feray a mon vouloir, mais s’il se repent d’avoir laissé mon alliance (...) je suys content de retourner comme nous estions »180. L’entente franco-milanaise fut donc restaurée le 9 août181 entre un Galéas-Marie mortifié et un Louis XI plus sûr de lui que jamais.

  • 182 BN, ms. fr. 20 685 pp. 511 (Seine-et-Yonne, 1469-1470), 524 (idem, 1470-1471), 535 (idem, 1471-1472 (...)
  • 183 BN, mss. fr. 23 264 f° 32-33 pour 1474 (Compain figure au f° 33), 20 685 p. 645 pour 1475.

71Si le roi s’efforçait d’accroître ses recettes par divers procédés, il recourut aussi à l’autre moyen de dégager des disponibilités, la réduction des dépenses. Il semble ainsi qu’en 1471-1472 les gages de certains officiers aient été amputés d’un dixième : le receveur général de Seine-et-Yonne perçut en effet 1 080 l.t. au lieu de 1 200, et son contrôleur 270 l.t. au lieu de 300, alors que ni le général de cette charge, ni leurs pairs de Languedoïl n’étaient affectés182. De même, des minorations apparemment sélectives, mais qui pouvaient atteindre d’influents personnages, furent régulièrement appliquées aux pensions des serviteurs de la monarchie. Ainsi rencontrons-nous parmi les victimes Guillaume Compain, conseiller au Parlement de Paris et au Grand conseil, en 1472, alors même qu’il était en ambassade pour Louis XI à Rome, Guillaume de Cerisay, greffier civil du Parlement, en 1473, le fidèle compère Georges de la Trémoïlle, sire de Craon, confronté à un « retranchement pource que le roy s’aide des premiers deniers » en 1474 ou encore Jean de Lessau, secrétaire de la reine, en 1475 et 1476. Les deux premiers cas au moins ne concernaient en fait que des « reculements », des reports de paiement : Compain et Cerisay reçurent leur reliquat au bout de deux ans, en 1474 et 1475 respectivement, l’un et l’autre en Normandie où dans ces années la comptabilité du receveur général comprenait une rubrique inusitée, vouée aux « restitucions et remboursemens »183. Dans les derniers exemples en revanche il peut s’être agi de véritables retranchements, sans espoir de versement différé.

  • 184 Éd. Louis de la Trémoïlle, Archives d’un serviteur de Louis XI. Documents et lettres, 1451-1481, pp (...)
  • 185 Lettres, t. VI, pp. 64-65.

72Dans l’un et l’autre cas les gens des finances avaient la redoutable tâche de couper dans leurs états de dépenses avec tact et discernement, afin de libérer des fonds en évitant tout retour de bâton. Les grands seigneurs étaient donc épargnés, mais même parmi les autres pensionnaires le choix s’avérait délicat. Si bien en Cour qu’il fût, le sire de Craon jugeait utile d’entretenir à son service un notaire et secrétaire du roi bien introduit dans l’État de finance, Morelet du Museau, comptant sur son entregent pour lever les difficultés de paiement ; en 1474 ce fut peine perdue, et dans une lettre du 1er mai son protecteur lui en fit vertement le reproche184. Jean de Lessau fut plus heureux. Picard, il était passé au service de Louis XI avec femme et enfants, laissant tous ses biens derrière lui ; frappé pour la seconde fois en 1476, il se plaignit au roi, qui le 11 juin enjoignit sèchement au trésorier Boutillat de lui faire rendre ses deux années de retenues, « le deussiez vous prendre sur vos gaiges », lui lançait-il, « car il a trop perdu pour moy (...) ne me donnez plus la peine de vous en escripre »185. Le malheureux ordonnateur s’était trouvé pris entre l’enclume et le marteau.

5. Les réformes monétaires.

  • 186 Gandilhon, PJ n° 16, pp. 437-438.
  • 187 Legeay, t. II, p. 300.

73Accélérateur de l’Histoire comme l’on sait, la guerre, en exacerbant la crise monétaire, finit par tirer Louis XI de son immobilisme, mais, contraint à agir, il trahit son indécision - et celle de ses experts - avant d’adopter une direction ferme. Toujours dénoncée, l’exportation des métaux précieux n’était d’ailleurs pas imputée aux besoins de la lutte, mais aux classiques coupables. Hostile à la liberté du commerce des épices défendue par les Lyonnais, Pierre d’Oriole, patron des galées de France, fit valoir au roi le 12 novembre 1471 que les Vénitiens pouvaient « par ce moyen tirer et sucer chascun an deux ou troys cens mil escuz de l’argent et de la substance de vostre royaume »186. De même, quand le souverain interdit aux ecclésiastiques de sortir du royaume en septembre 1476, il brandit une fois encore le spectre de la fuite de l’or vers Rome187.

  • 188 Ord., t. XVII, pp. 446-454 ; Gandilhon, pp. 190-191. - Le duc de Bourbon avait reçu la même année l (...)
  • 189 Gandilhon, PJ n° 28, pp. 452-454.

74La prospection continua donc à être encouragée, mais la politique royale fut contradictoire. Elle s’orienta d’abord dans une voie autoritaire avec l’importante ordonnance de novembre 1471, qui créait une administration royale des Mines chargée non seulement de percevoir le droit d’un dixième sur la production, mais de prendre en main la prospection et l’exploitation en cas de défaillance des propriétaires aussi bien dans le royaume qu’en Dauphiné et dans les comtés catalans188. Guillaume Cousinot, placé le 29 à sa tête comme maître général des Mines, avait reçu en don dès la veille le droit du dixième afin de payer ses subordonnés189. Ainsi toute l’entreprise était en fait confiée à un seul homme, et les officiers ne recevaient pas leur gages du roi mais de ce patron : sous le couvert formel d’une administration c’était une véritable compagnie à monopole, bien selon le goût du monarque, qui était instituée.

  • 190 Ord., loc. cit.
  • 191 Ibid., pp. 483-486.
  • 192 Gilles, note 69 p. 228.
  • 193 Ord., t. XVII, pp. 486-488. - La date de ces lettres est inconnue, la fin étant perdue.

75Cette ordonnance, qui lésait les droits des seigneurs fonciers, se heurta cependant à la résistance des parlements qui ne l’enregistrèrent à Paris que le 27 juillet 1475, avec une liste de douze réserves, et à Toulouse le 26 février 1476, sous les mêmes conditions et sans préjudice des intérêts des grands barons du pays190. Aussi Louis XI suivit-il une ligne diamétralement opposée touchant l’orpaillage, surtout actif en Languedoc. Le 23 mai 1472, la Chambre des Monnaies rendit en son nom des lettres royaux à rencontre des seigneurs méridionaux qui prétendaient soumettre les « doriers » travaillant sur leurs terres à une autorisation payante, alors que cette prérogative revenait au roi et à ses généraux des Monnaies seuls. Ainsi, loin de la prendre en main, la monarchie protégeait la liberté de la collecte du métal précieux dans les rivières, estimée à 500 ou 600 marcs (environ 120 à 150 kilogrammes) par an191. La licence que les orpailleurs devaient obtenir des généraux des Monnaies fut d’ailleurs supprimée à la demande des états de Languedoc en 1476 au plus tard192, après quoi une nouvelle ordonnance, dont le préambule proclamait avec une particulière solennité le monopole régalien de l’imposition, autorisa les hommes de toute condition à prospecter l’« or de paillole » sans autorisation des seigneurs locaux et sans acquitter aucun droit, dans les rivières et les terres inexploitées du pays et de tout le royaume ; seule obligation, l’or recueilli devrait être apporté aux Monnaies du roi193. La politique royale s’écartelait ainsi entre étatisation et recours à l’initiative privée.

  • 194 Ibid., pp. 362-365. - Les états de Dauphiné avaient demandé dès 1460 l’abolition de la faible monna (...)

76Dès l’ouverture des hostilités contre la Bourgogne, la monnaie fut l’objet de l’attention du souverain et de ses conseillers. Le 4 janvier 1471, le jour même où le financement de la guerre était mis au point, une importante ordonnance prit le taureau par les cornes. D’abord, la faible monnaie de compte usitée en Normandie mais aussi en Dauphiné fut supprimée. Ensuite, le cours officiel des espèces royales fut maintenu malgré leur enchérissement dans la pratique. Enfin, les pièces étrangères, toujours accusées d’être excessivement appréciées, circuleraient à un cours diminué dans une période transitoire allant du 1er mars au 1er juin, puis seraient démonétisées et devraient être fondues dans les ateliers du roi194.

  • 195 Pilot de Thorey, n° 1 548, t. II, pp. 163-164 ; cf. Lettres, t. IV, pp. 204 (à Chabannes, 27 févrie (...)
  • 196 Les contribuables du Dauphiné, où l’aide était fixé en florins, étaient une fois encore favorisés.

77Ces dispositions poussaient à l’extrême la politique de la bonne monnaie. Leur effet fut calamiteux. L’insuffisance de la masse monétaire royale était telle que les receveurs ne pouvaient collecter l’impôt sans accepter des espèces étrangères, et les prébendiers de la monarchie, officiers, pensionnaires et gens d’armes, refusaient d’en être payés puisqu’elles allaient être dévaluées puis interdites. Inquiet des conséquences pour l’entretien de l’armée, le monarque revint in extremis sur sa décision le 26 février, du moins pour le temps de la guerre, tout en confirmant le cours de ses propres pièces et l’abolition de la faible monnaie195. Cette dernière mesure, la plus durable, abrogeait un particularisme comptable qui, en Normandie, n’avait cessé de s’éloigner du système tournois standard depuis quelques années. Elle ne simplifiait pas seulement le travail des gens des finances (et des historiens futurs) : ne s’étant apparemment accompagnée d’aucune conversion des sommes en jeu, elle eut pour résultat non seulement de réévaluer de 14,3 % les pensions et les gages versés dans le duché, mais d’y ajouter une augmentation invisible de même ampleur à la hausse nominale des impôts196.

  • 197 Ord.,X. XVII, p. 534.
  • 198 Ibid., pp. 563-564. - Selon Gandilhon la taille au marc aurait en même temps été ramenée de 72 à 71 (...)
  • 199 Ord., t. XVII, p. 600 (notes du secrétaire Guy Aurillot, chargé de rédiger les lettres royaux). - L (...)

78La distorsion entre renchérissement des métaux précieux et le maintien du cours ancien des espèces royales demeurait néanmoins. Le 7 août 1472, la Chambre des Comptes réunie en Conseil du roi avec les trésoriers de France interdit en son nom les monnaies de type royal frappées en Béarn par le comte de Foix, car leur poids et leur aloi étaient tels que ses ateliers faisaient une concurrence déloyale à ceux du souverain197. Louis XI dut se résoudre à toucher enfin au sacro-saint cours de ses espèces. Le 12 mars 1473, la valeur de l’écu neuf fut portée à 28 s. 4 d.t. (+ 3 %)198. C’était un premier pas, mais insuffisant. Une réforme générale suivit le 28 décembre : le cours de l’écu était relevé à 30 s. 3 d.t. (+ 6,8 %), celui du grand blanc d’argent à 11 d.t. (+10 %) et celui de toutes les monnaies étrangères semblablement augmenté. Le 4 janvier 1474 l’écu et le grand blanc furent allégés de 1,4 % et 5,8 % respectivement, ce qui, à poids égal, portait la hausse de leurs cours à 8,3 % et 16,8 %, et le prix d’achat du marc dans les ateliers royaux fut relevé à 110 l.t. pour l’or et 10 l.t. pour l’argent199.

  • 200 Ibid, t. XVII, pp. 619-620.
  • 201 Ibid, p. 621.
  • 202 Lettres, t. V, pp. 241-242.
  • 203 Gandilhon, p. 332.

79Quelques retouches furent apportées par la suite. Le 23 mars, des espèces d’argent d’aloi insuffisant furent prohibées ou dévaluées, et d’autres pièces d’or et d’argent circulant en Languedoc et Guyenne autorisées200, puis le cours du gros d’argent fut encore légèrement relevé le 30201. Le 1er mai, après avoir reçu une ambassade bordelaise, Louis XI informa la ville, qui avait différé l’exécution de ses ordonnances, qu’il entendait les voir appliquer en Guyenne comme ailleurs, mais qu’il envoyait le général des Monnaies Germain Braque fixer le cours des espèces en usage dans le pays202 ; par suite celles d’Angleterre, de Bretagne et de Béarn y furent revalorisées en juin203. Ainsi, la politique monétaire opérait tardivement mais résolument un virage vers le réalisme.

  • 204 Ibid., pp. 331, 332.
  • 205 Desportes, p. 102.

80Ces mesures ravivèrent pourtant le désordre. La forte dévaluation de la monnaie tournois entraîna un enchérissement général tandis que les espèces étrangères, désormais moins intéressantes que celles du roi, tendaient à quitter le royaume au lieu d’être fondues dans ses ateliers malgré une nouvelle interdiction en février 1475, aggravant la pénurie de numéraire204 ; la dévaluation bourguignonne d’octobre 1474 vint ajouter à la confusion205. Finalement, les trêves conclues avec l’Angleterre, la Bourgogne et la Bretagne après la crise de l’année suivante laissèrent à Louis XI le loisir de redéfinir sa politique par la grande ordonnance du 2 novembre 1475, qui fixa le paysage monétaire français pour le restant du règne.

81La responsabilité du récent fiasco fut rejetée sur les généraux des Monnaies, cassés le même jour. Le souverain reconnaissait leur avoir prescrit, lors des réformes de 1473-1474, de donner à ses espèces un cours légèrement supérieur à celui qu’elles avaient à l’Étranger afin d’inverser le mouvement de leur exportation, mais les accusait de les avoir affaiblies contre ses ordres exprès, facilitant les sorties d’écus diminués et se rendant coupables de tromperie en altérant l’aloi des monnaies d’argent. En conséquence il portait le cours de l’écu d’or à 32 s. 1 d.t. (+ 6,1 %), mais décidait qu’il ne serait plus frappé, de même que le grand blanc d’argent, et leur substituait un monnayage plus lourd, l’écu au soleil, de 70 de taille au marc et 33 s.t. de cours, et le grand blanc au chapelet, de 78 de taille et 12 d.t. de cours. Enfin le prix du marc d’argent restait inchangé mais celui du marc d’or était relevé à 118 1. 10 s.t. (+ 7,7 %).

  • 206 Calmette & Périnelle, pp. 212-213.-Les accords de Picquigny avaient prévu une conférence monétaire (...)
  • 207 Gandilhon, p. 334.
  • 208 Ord., t. XVIII, pp. 143-148. - Le même jour Louis XI annonça son intention de ne plus accorder son (...)
  • 209 Comme nous l’a fait remarquer Jean Favier, que nous remercions de cette pertinente observation, ce (...)

82En même temps les espèces étrangères étaient décriées sauf celles d’Angleterre, de Bourgogne et de Bretagne, exceptions qui s’inscrivaient évidemment dans la politique générale du monarque. Leur cours était de nouveau augmenté, le monarque désirant en particulier complaire à Édouard IV206, mais demeurait, ceteris paribus, en deçà de celui des espèces royales et du marc d’or afin de favoriser la circulation du numéraire français et l’approvisionnement des ateliers du roi207. Au total la nouvelle réforme tâchait de concilier l’idéal de la bonne monnaie - Louis XI se flattait que les nouveaux types étaient de même aloi et « meilleurs de poix » que ceux de son père et interdisait leur altération à l’avenir208 - et un réalisme qui, prenant acte de la rareté des métaux précieux, sacrifiait la monnaie tournois, même si les cours légaux ne rattrapaient toujours pas ceux de la pratique209.

  • 210 Gandilhon, p. 335.
  • 211 Ord., t. XVIII, pp. 206-207. - Notons-le, monnaie réelle et monnaie de compte coïncidaient pour une (...)

83L’autorisation très restrictive du numéraire étranger restait néanmoins trop radicale pour être applicable. Les protestations furent unanimes de Tournai à Grenoble, où la Chambre des Comptes de Dauphiné ne publia pas le passage de l’ordonnance relatif au décri et adressa des remontrances à la Chambre des Monnaies. Grâce à une politique bien rodée de gratifications dans l’entourage royal, les Lyonnais appuyés par la banque Médicis obtinrent le 17 mai 1476 une dérogation pour deux foires, étendue le 10 novembre à toutes les foires à venir ; les espèces étrangères ne devraient toutefois pas sortir de la ville et devraient ensuite être portées à l’atelier royal pour y être fondues210. De son côté le souverain s’efforça de substituer aussi la menue monnaie royale au petit numéraire faux ou étranger qui circulait dans le royaume, en ordonnant le 15 septembre de nouvelles frappes de deniers et doubles deniers tournois et parisis en argent211.

  • 212 Champion, t. II, p. 186.
  • 213 Ord, t. XVIII, pp. 121-124.
  • 214 Desportes, pp. 99-104. - La livre tournois valait alors 18 sous de vieux patards (ibid., p. 103), s (...)

84Dans le même temps le monarque continua à défendre ses prérogatives en matière monétaire. Le crime de fausse monnaie fut l’une des accusations lancées contre le duc d’Alençon au procès de 1474212, et si le prince d’Orange fut autorisé en juin 1475 à poursuivre les émissions dans son État, ce fut à condition de les frapper aux armes du roi dauphin et de les aligner sur le monnayage delphinal213, c’est-à-dire royal. Dans le Nord la reconquête française s’accompagna d’un nouveau refoulement du système monétaire bourguignon, définitif celui-ci. Les Picards tâchèrent bien, comme par le passé, de continuer à utiliser une monnaie de compte alignée sur la livre dite d’Artois ou de patards, mais Louis XI et ses techniciens, volontairement ou non, avaient trouvé la parade. Ils ne cherchèrent pas à imposer comme avant 1465 la monnaie parisis, tombée en désuétude et plus forte que la monnaie d’Artois, mais la monnaie tournois récemment normalisée dans tout le royaume et plus faible que sa concurrente, ce qui, à parité nominale maintenue, réduisait les charges courantes. Les villes finirent donc par adopter la monnaie de compte royale : le pas fut sauté à Amiens en 1475-1476214.

6. Un vent de fronde.

  • 215 Éd. de Mandrot, t.1, p. 315.
  • 216 Legeay, t. II, p. 80.
  • 217 Il obtint des lettres de rémission en janvier 1480 (Champion, t. II, note 3 p. 351).

85Guerres au nord et au sud, fiscalité galopante, soubresauts monétaires : la première moitié de la décennie n’épargna pas les épreuves aux Français, dont le mécontentement alla grandissant. La reprise des hostilités en Rous-sillon en 1473 paraît avoir été particulièrement mal supportée. Cette guerre menée par Louis XI pour imposer sa domination hors des limites traditionnelles du royaume était d’autant plus impopulaire qu’elle était meurtrière : « on dit communement que c’est le cimitiere aux Françoys », écrivait en 1474 Jean de Roye des comtés catalans, qu’il identifiait au royaume d’Aragon215. La collecte des impôts entraîna des désordres à Montagnac et Pézenas, qui fermèrent leurs portes aux troupes en route pour le Rous-sillon216. Le souverain lui-même fut ouvertement accusé de n’en faire qu’à sa tête : quand l’arrière-ban de la sénéchaussée de Carcassonne fut levé un certain Pierre Hug protesta que « le roy estoit un folastre, que son cheval portoit tout son conseil avec luy (...) qu’il avoit ruiné le Dauphiné et qu’il ruineroit le royaume », ce qui lui valut des poursuites217.

  • 218 Léguai, pp. 473-476. - Cet auteur utilise un rapport non daté au sire d’Albret en reprenant l’hypot (...)

86C’est vraisemblablement encore au printemps de 1473 qu’éclata en Albret la seule émeute fiscale rurale du règne sur laquelle nous soyons renseignés. Quand les officiers royaux d’Agenais et Bazadais assirent une crue de 507 l.t. en sus du paiement des lances sur cinq paroisses du plat-pays de Casteljaloux, leurs habitants décidèrent de ne pas l’acquitter et, après avoir cherché en vain à entraîner d’autres terres du sire d’Albret dans cette grève de l’impôt, jurèrent de s’entraider en s’ameutant au son du tocsin. Aux deux premiers termes de la taille les villageois refusèrent donc de payer la crue, malmenant les collecteurs et les sergents qui les accompagnaient. Les premières arrestations opérées par le sénéchal de Bazadais sur instruction du Conseil royal mirent le feu aux poudres : les villageois « armez et embastonnez » marchèrent sur Casteljaloux pour libérer les prisonniers, tandis que les officiers du roi et du sire d’Albret repliés dans le château conféraient avec la dame de Tartas, mère de ce dernier. Finalement les émeutiers entrèrent dans la ville mais « ne sceürent, ne purent et aussi n’oserent rompre la porte desdites prisons » et se replièrent, désemparés et effrayés de leur audace. Ils rencontrèrent alors le receveur royal, mais l’intervention d’un sergent suffit à les empêcher de l’enlever ; l’un des meneurs tenta tout de même de le tuer à coups de javeline. Rentrés dans leurs villages, ils persistèrent dans leur « malice »218.

87La plus grave et la plus connue des révoltes de cette période fut toutefois celle de Bourges, où une certaine agitation avait déjà inquiété les autorités en 1473. Le détonateur fut l’institution par Louis XI d’un droit de barrage pour financer la remise en état des fortifications, qui, bien qu’octroyé à la municipalité, devait être perçu par des commissaires royaux aux portes de la ville. Ce nouvel impôt provoqua le 22 avril 1474 le soulèvement des « gens de mestier et menu populaire » qui blessèrent grièvement son fermier, puis le substitut du procureur du roi lorsqu’il prétendit enquêter le lendemain, et d’autres officiers royaux ; il y eut même mort d’homme. Ce n’est que le 26 que les gens du roi et les notables se réunirent pour débattre des mesures à prendre. Les partisans de la manière forte l’emportèrent sur les attentistes qui, prônant la conciliation et souhaitant des ordres formels du souverain avant d’agir, devinrent ceux « de la mauvaise oppinion » et furent ensuite inquiétés.

  • 219 Lettres, t. V, pp. 253-256, 257-258, 259-261, PJ n° IV, pp. 378-381 ; Sée, pp. 179-181, PJ n° VI, p (...)

88En effet, Louis XI réagit vivement à cette rébellion qui menaçait ses arrières alors qu’il se préparait à la prochaine expiration de la trêve bourguignonne, d’autant plus qu’elle réveillait sa défiance envers les élites berruyères car, ainsi qu’il l’écrivit à ses commissaires, « les povres ne l’ont pas fait d’eulx mesmes ». Le 29, il confia la répression à des hommes de confiance, le maréchal de Gié, Ymbert de Batarnay et Yvon du Fou, à qui il ne ménagea pas les consignes de sévérité. Les émeutiers, mais aussi les notables trop tièdes du 26 avril et tous ceux qui n’avaient pas porté secours à ses officiers devaient être poursuivis. La répression devait être exemplaire et rapide, car il fallait ramener au plus tôt sur le front nord les troupes qui y étaient employées. Les commissaires royaux ne quittèrent cependant Bourges qu’à la mi-juin219.

  • 220 Lettres, t. V, pp. 259-261 (21 mai).
  • 221 Eugène Martin-Chabot, « Échos judiciaires des Jeux-Floraux de l’an 1474 ». - Dans son sirventes le (...)

89Tandis qu’une autre émeute éclatait à Sens à la même époque, s’il faut en croire un passage d’une missive du souverain220, c’est à l’occasion des traditionnels Jeux Floraux que l’opposition à la politique royale se manifesta à Toulouse. Six candidats qui avaient dénoncé dans leurs œuvres l’appauvrissement de la population, les guerres incessantes et les mutations monétaires -dont le lauréat, signe de la sympathie du jury - furent arrêtés par le sénéchal pour ces chants séditieux le jour de la remise des prix. Le monarque s’émut assez pour confier l’affaire à un commissaire, mais le parlement du lieu s’en saisit dans un geste d’affirmation du particularisme languedocien face au pouvoir central, de réaction face à l’arbitraire royal et de tacite réprobation de la politique du prince. Les suites de cet incident exemplaire sont inconnues221.

  • 222 Calmette & Périnelle, p. 169.
  • 223 Gandilhon, note 7 p. 399.
  • 224 Sée, p. 350.

90Les dépêches de l’ambassadeur milanais Cristoforo da Bollate témoignent en tout cas de l’ampleur du mécontentement à cette époque. Le 26 décembre 1474 ce diplomate bien informé signalait à son maître les clameurs soulevées par l’effort de financement de la défense du royaume contre la menace anglaise222, et l’année suivante il brossait un tableau extrêmement pessimiste de l’état de l’opinion : « signori et cittadini et contadini sono desesperati, et dubitasse che per omne pocho movimento se rebelleriano »223. Dix ans après le Bien public, l’exaspération générale était telle que Louis XI semblait revenu à son point de départ. Son succès à Picquigny le renforça et désamorça l’explosion, mais le malaise demeurait : en 1476 le maire de Poitiers déplorait la ruine de sa ville « au moyen des grans et innumerables charges (...) supportées depuis.x. ou.xii. ans en ça », c’est-à-dire depuis le début de la politique de redressement, « tant a l’occasion des guerres, des empruns (...) que aultrement »224. Dans ces années cruciales le roi rendait la France puissante, et les Français malheureux.

7. Le temps des purges.

  • 225 Borrelli de Serres, t. III, p. 148.
  • 226 Pilot de Thorey, n° 1 582-1 582 bis, t. II, pp. 188, 189 ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 153, 376
  • 227 Ibid., pp. 144, 148, 374, 378, 381.

91Plusieurs modifications affectèrent à cette époque l’administration financière. Après la mort de Charles de France dans la nuit du 24 au 25 mai 1472, son trésorier Pierre Morin fut chargé de la liquidation des finances ducales, puis le greffier civil du Parlement de Paris Guillaume de Cerisay fut nommé trésorier de France en Guyenne le 6 janvier 1473 ; comme Jean Auger jadis, il dirigeait à la fois les finances ordinaires et extraordinaires, mais ce régime fut de courte durée225. C’est alors en effet que le rôle de premier plan joué par Jean Bourré dans l’État de finance se traduisit par d’importantes fonctions officielles. Le 6 janvier toujours, Louis XI édicta un règlement sur les finances de Dauphiné qui rétablissait le généralat, et confia cet office à son compère226. Ainsi, une direction unique des finances ordinaires et extraordinaires était instituée le même jour dans ces deux pays plus ou moins en marge du royaume. Le 1er juillet 1473 Bourré succéda en outre à Charles d’Orgemont comme trésorier de France en Languedoc, et ne tarda pas à étendre en cette qualité son autorité aux finances ordinaires de Guyenne227.

  • 228 Ibid., pp. 373-374 ; Lettres, t.V, note 1 p. 183-184. - Chevalier était mort la veille (BN, ms. fr. (...)
  • 229 Pilot de Thorey, t. II, note 3 p. 314 ; Lettres, t. X, Supplément, note 1 p. 443 ; Borrelli de Serr (...)
  • 230 Borrelli de Serres, t. III, p. 153, note 3 p. 370, p. 377.
  • 231 Pilot de Thorey, n° 1 725, t. II, p. 277 et note 1 ; Lettres, t. IX, note 2 pp. 41-43.

92Il attendait cependant de recueillir la succession du trésorier Chevalier en Languedoïl : le 10 novembre le maître des Comptes Philibert Boutillat reçut la promesse de devenir alors trésorier de Languedoc. Ce mouvement fut opéré le 4 septembre 1474, à la mort du dernier grand financier de Charles VII228. À cette occasion Bourré fut aussi remplacé outre-Rhône par François de Genas, un riche marchand de Valence229, puis par le secrétaire Nicole Tilhart le 12 août 1476230 ; ce dernier ne fut d’ailleurs pas investi d’un office de général, mais simplement commis à la distribution des finances ordinaires et extraordinaires de Dauphiné, Valentinois et Diois231.

  • 232 Borrelli de Serres, t. III, note 4 pp. 380-381 ; Spont / Jacqueton, note 7 p. 291 ; Dupont-Ferrier, (...)

93Deux retouches furent apportées à l’organisation financière du royaume cette dernière année. L’une fut éphémère. Peut-être au début de l’exercice 1476-1477, la Guyenne redevint une généralité à part : à une date inconnue le même Tilhart, qui devait assumer à distance ses différentes fonctions, en fut nommé général et le secrétaire Denis de Bidant receveur général. En fait cette charge était dans l’orbite du Languedoïl comme le Roussillon dans celle du Languedoc. Promu général de Languedoïl le 1er janvier 1477, Tilhart cumula peut-être dès l’origine les deux offices, tandis que le contrôleur de Languedoïl Laurent Girard officiait aussi dans le Sud-Ouest, et quand deux ans après de Bidant reçut lui-même la recette générale de Languedoïl la Guyenne fut tout à fait absorbée par la grande charge voisine : Tilhart et de Bidant exercèrent dès lors leur autorité en pays aquitain en qualité d’officiers des finances de Languedoïl232.

  • 233 Dupont-Ferrier, loc. cit., note 11 p. 181.
  • 234 « La taille en Languedoc », p. 373.
  • 235 Caillet, passim.
  • 236 BN, ms. fr. 23 915 f° 135-185. -Nous avons calculé les totaux, qui ne sont livrés que par catégorie (...)

94D’autre part, la généralité de Languedoc fut étendue avant le 8 mai 1476 aux élections de Lyonnais, Forez et Beaujolais233. Cet agrandissement peut surprendre, car les trois pays étaient étrangers au particularisme fiscal du Midi et le demeurèrent. Peut-être, comme le pense Alfred Spont, était-ce la conséquence du régime commun instauré dans la vallée du Rhône par le tirage du sel, et des liens économiques entre Lyon et le Sud234. Notons aussi qu’il venait compenser l’échec des états pour récupérer la rive ouest de la Garonne en 1475, et que le général de l’époque, Ymbert de Varey, était élu de Lyonnais235. Son impact sur les finances languedociennes peut être apprécié d’après le contre-rôle de la recette générale pour 1480-1481, qui nous est parvenu. A cette date les assignations sur les différents revenus extraordinaires s’élevaient à 536 835 1. 8 s. 6 d. pte.t. en Languedoc stricto sensu, et à 131 918 1. 6 s. 6 d.t. dans les trois nouveaux pays236 : ceux-ci pesaient alors pour 19,7 % dans les dépenses programmées du nouvel ensemble, où leur entrée cinq ans plus tôt avait dû accroître d’un quart environ le volume des fonds gérés par le receveur général.

  • 237 BN, ms. fr. 20 685 p. 554 ; Stein, p. 467.
  • 238 BN, ms. fr. 20 685 p. 586 ; Jassemin, Index alphabétique, pp. 340, 344.
  • 239 BN, ms. fr. 20 685 p. 615.
  • 240 Gandilhon, pp. 253-254.
  • 241 Spont / Jacqueton, p. 292.
  • 242 BN, ms. fr. 20 685 p. 589.

95Les changements de personnes concernèrent essentiellement les finances extraordinaires. Le général de Languedoïl Pierre d’Oriole, nommé chancelier de France le 26 juin 1472 à la mort de Guillaume Jouvenel des Ursins, fut remplacé le 2 septembre seulement par l’ancien trésorier des guerres du duc de Guyenne, Jean Gaudète237, mais dès le 7 juillet 1473 les correcteur et clerc des Comptes Pierre Jouvelin et Robert de Montmirel furent commis à son office238 jusqu’à la nomination de Michel Gaillard, qui vint couronner le 15 décembre l’ascension de ce riche marchand239. En 1476 d’Oriole lui céda l’affaire des galées de France avec l’approbation royale, ce qui fit de lui le principal agent de la politique économique de Louis XI dans le Sud240, tel Guillaume de Varye dans les années soixante, et conduisit à son transfert en Languedoc le 3 janvier 1477 ; Tilhart, on l’a dit, avait repris l’avant-veille ses fonctions en Languedoïl. Lui-même remplaça dans la généralité méridionale Ymbert de Varey, qui avait succédé à Pierre de Refuge en décembre 1473241. Outre-Seine enfin le receveur général Mathieu Beauvarlet, troquant la comptabilité contre la direction des finances, devint général au lieu de Jean Herbert le 2 novembre 1473242, vraisemblablement parce que celui-ci venait d’être promu évêque d’Évreux : l’état ecclésiastique n’était décidément plus compatible avec les fonctions financières.

  • 243 Spont / Jacqueton, p. 293 ; Spont, « La taille en Languedoc », note 3 p. 503 pour Nyvart ; BN, ms. (...)
  • 244 Lettres, t. V, pp. 224-232 (au gouverneur de Roussillon, 9 avril 1474).

96Les receveurs généraux de Languedoc ne jouirent pas d’une plus grande stabilité que les généraux. A Jean de la Loère succédèrent le trésorier de la sénéchaussée de Toulouse Louis Nyvart en mars 1472, puis l’ancien clerc du général de Reilhac Antoine Bayard en décembre 1473, et enfin Guillaume de Nève, conservateur de l’équivalent à Montpellier et lieutenant du visiteur général des gabelles, en août 1476243. La guerre de Roussillon, qui plaçait les finances languedociennes en première ligne, ne fut sans doute pas étrangère à ces fréquentes mutations : les commissaires royaux comme l’évêque d’Albi jouissaient de pouvoirs exceptionnels sur les officiers du pays pour fournir aux besoins de l’armée244.

  • 245 Spont / Jacqueton, p. 297.
  • 246 Lettres, t. V, pp. 332-335. - C’est à tort que Spont date sa nomination de 1474 (loc. cit.), car il (...)
  • 247 BN, ms. fr. 23 264 f° 7 ; Spont / Jacqueton, loc. cit. (là encore, c’est à tort que Spont date la n (...)

97La situation était pire encore en Roussillon, où Michel du Vivier céda la place à Georges Vilar en 1472245, à la veille de l’invasion aragonaise. Pendant la reconquête, en 1473, François Castillon fut nommé sur la recommandation d’Yvon du Fou, mais la suspicion dans laquelle son protecteur tomba finalement rejaillit sur lui. Le 7 avril 1475 Louis XI prescrivit au seigneur du Bouchage, dépêché à Perpignan, de casser les officiers peu coopératifs, notamment le général et surtout le trésorier Castillon, qu’il préconisait d’expulser en douceur du pays avec de bonnes paroles246. Étienne Petit, fils du défunt receveur général, lui succéda, mais peu après sa nomination comme contrôleur en Languedoc il fut démis le 26 mars 1476 et remplacé par Jean Adam247.

  • 248 Pilot de Thorey, t. II, notes 4 p. 192, 1 p. 283 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 377.
  • 249 Pilot de Thorey, n° 1 590 bis, t. II, p. 192.
  • 250 Ibid., n° 1 633 bis, p. 219 ; Jassemin, p. 63 et note 3.
  • 251 BN, ms. fr. 20 685 p. 589.
  • 252 Spont / Jacqueton, p. 293.
  • 253 Calmette & Périnelle, PJ n° 71, pp. 371-376 (avril à novembre 1476).

98En Dauphiné, le trésorier Claude Coct mourut le 15 août 1473. Son fils Hugues, auditeur extraordinaire à la Chambre des Comptes de Grenoble, fut commis le 22 à exercer ses fonctions par intérim à l’instigation de Bourré248, mais c’est Jean de la Place qui fut nommé à cet office le 4 septembre249. Celui-ci s’effaça toutefois dès le 1er octobre 1475 devant André de Mauregard un clerc des Comptes parisien qui fut exceptionnellement autorisé à conserver ses gages de la cour royale « afin qu’il ayt mieux de quoy (..) nourir et entretenir ses enfans et menaige »250. Au Nord, les changements furent plus rares : Outre-Seine le receveur Beauvarlet, promu général, fut remplacé le 2 novembre 1473 par le secrétaire Pierre de Lailly251, et en Languedoïl le secrétaire Pierre Parent succéda à Jean Briçonnet l’Aîné le 1er janvier 1476252. Au terme - provisoire - de ces mouvements trois des quatre receveurs généraux du « vieux royaume » étaient des notaires et secrétaires du roi253.

  • 254 BN, ms. fr. 20 685 pp. 651, 660.
  • 255 BN, ms. fr. 20 489 f° 49.
  • 256 BN, mss. fr. 20 685 pp. 705 (1479), 723 (1480), 23 266 f° 15 (1481), f° 30 et 20 685 p. 736 (1483).
  • 257 BN, ms. fr. 20 685 p. 651 ; éd. de Reilhac, 1.1, pp. 302-304 ; de Roye / de Mandrot, t. II, p. 24.
  • 258 BN, ms. fr. 20 485 f° 121 ; Noël Valois, « Le Conseil du roi et le Grand conseil pendant la premièr (...)

99Au sein des contrôleurs des recettes générales enfin, les changements se concentrèrent dans l’année 1476. Le 12 janvier, Laurent Herbelot usa tant et si bien de sa faveur auprès de Louis XI que celui-ci, « en besoignant au fait et ordre de ses finances », institua en sa faveur un contrôle unique pour la Normandie et la Seine-et-Yonne, au détriment de Jean Bourré et Jean le Prévôt. L’affaire fut rondement menée : les lettres royaux furent entérinées le jour même par les généraux des finances et Herbelot perçut les gages de son double office pour compter de cette date254. Mis devant le fait accompli, Bourré se plaignit au roi255 et obtint du moins une indemnité annuelle de 450 l.t. sur la recette de Normandie, qui lui fut plus ou moins bien payée jusqu’à la fin du règne256. Dès le 16 juin, le contrôle de Seine-et-Yonne fut cependant ôté à Herbelot au profit de François Boursier, un marchand lyonnais dont l’épouse avait attiré l’œil du roi, ce qui lui avait déjà valu le 19 avril un office de maître des Comptes ôté à Jean de Reilhac257. Le fait du prince jouait ici à plein. Entre-temps, nous l’avons dit, Etienne Petit avait succédé le 26 janvier à Guillaume l’Auvergnat, décédé, au contrôle de Languedoc qu’il conserva jusqu’à la fin du siècle258.

  • 259 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 344-346.
  • 260 Pilot de Thorey, n° 1 643, t. II, pp. 230-236 ; Ord., t. XVIII, pp. 143-148 pour le Breton ; Viala, (...)
  • 261 Contamine, Guerre, État et société, p. 505.
  • 262 Lettres, t. VIII, note 1 pp. 142-143 (4 décembre) ; Borrelli de Serres, t. III, note 6 p. 364 (en N (...)
  • 263 BN, ms. fr. 20 685 p. 653 (1475-1476) ; Lettres, t. IV, pp. 166-169 et note 1 pp. 168-169 (1470-147 (...)

100Le personnel des finances militaires fut lui aussi profondément remanié après Picquigny ; la grande mobilisation de 1475 avait sans doute mis en évidence des abus dans le maniement des fonds. Dès qu’il eut les mains libres, Louis XI chargea des commissaires d’enquêter sur la corruption des capitaines de l’ordonnance, du trésorier des guerres et de ses clercs en soumettant ces derniers à un interrogatoire ; plusieurs clercs et capitaines furent alors destitués259. Surtout, un important règlement sur le paiement des gens d’armes fut promulgué le 16 février 1476, qui dédoublait l’office de trésorier des guerres et remplaçait Noël le Barge par le nouveau général des Monnaies Denis le Breton, qui cumula dès lors les deux postes, et le Montpelliérain Guillaume de la Croix, assistés chacun de six clercs260. Le rétablissement de l’ancienne dualité de la trésorerie militaire devait permettre de mieux surveiller les versements et de lutter plus efficacement contre les fraudes, ce qui était le but des lettres royaux, mais aussi de faire face à l’accroissement des effectifs, partagés par moitié entre les deux comptables261. Par ailleurs Guillaume Bournel était dès 1474 maître de l’artillerie262, mais les fonctions financières étaient à présent dévolues au secrétaire Clérembaud de Champanges, commis à la recette de cette arme et au paiement de ses officiers tout au long de la période, et qui en une occasion fut même qualifié en 1470 de trésorier de l’artillerie263.

  • 264 BN, ms. fr. 20 685 pp. 518, 525.
  • 265 La Chambre du roi faisait l’objet d’une rubrique en dépense dans le compte de l’Hôtel tenu par le m (...)
  • 266 BN, ms. fr. 20 685 p. 530.

101Dans l’Hôtel enfin, le service de la Chambre du roi fut démembré le 8 janvier 1471 par la création de deux nouvelles caisses pour le paiement des gentilshommes et des officiers, à la gestion desquelles Pierre Maudonnier et Martin Poncher furent respectivement commis pour compter du début de l’exercice, le 1er octobre précédent264. Cette réforme s’inscrivait dans une évolution de long terme marquée par l’émiettement progressif de la comptabilité entre un nombre croissant de caisses, confiées à de simples commis et non à des officiers comme les anciens gestionnaires, signe du développement et de la spécialisation des services domestiques, mais peut-être aussi d’une volonté de contrôle accru de la part du souverain sur cet organisme en expansion dont il dépendait quotidiennement. Ainsi, la Chambre du roi nouvellement amputée s’était elle-même séparée sous Charles VII de l’ancienne caisse centrale, la Chambre aux Deniers265. Par ailleurs un nouvel hôtel fut institué, sans doute en 1471-1472, pour le dauphin né en 1470 ; Jean de Beaune devint son argentier et maître de la Chambre aux Deniers266.

  • 267 Jassemin, p. 4 et note 5. - Le colonel Borrelli annonce la même année l’institution d’un autre offi (...)
  • 268 Borrelli de Serres, loc. cit.
  • 269 Jassemin, Index alphabétique, p. 331. - Le comte de Reilhac (op. cit., t. I, note 1 p. 132) et le c (...)
  • 270 Pilot de Thorey, n° 1 602, t. II, p. 198.
  • 271 Ibid., notes 1 p. 103,1 p. 105.
  • 272 Lettres, t. VI, note 1 p. 64.

102Si Louis XI n’hésitait pas à changer les hommes dans la haute administration financière, il eut la main plus lourde encore avec les organes de contrôle, où les purges se multiplièrent à cette époque. La Chambre des Comptes de Paris fut comme d’habitude ménagée. Le 5 mai 1471 le roi y créa un nouvel office de maître ordinaire en faveur du général d’Oriole, qui reçut pouvoir de remplacer les présidents en leur absence, mais cette place fut supprimée dès l’année suivante lorsqu’il devint chancelier267. Jean de Popincourt, nommé président au Parlement, quitta la cour en novembre 1473268 ; un an après, le premier président Bertrand de Beauvau étant mort en octobre 1474, son fils Antoine lui succéda comme prévu le mois suivant en tant que simple président lai269. À Grenoble, où un troisième office d’auditeur des Comptes fut institué le 13 janvier 1474270, le président Jean Philippe avait été remplacé après le 12 octobre 1471 par le maître des Requêtes de l’Hôtel Jean d’Amboise271, qui céda la place à François de Gênas le 19 mai 1476272.

  • 273 Ord., t. XVII, pp. 357-358.
  • 274 Dupont-Ferrier, La Chambre des Aides, Appendice chronologique II bis, pp. 241, 242.

103La Chambre des Aides de Paris fut plus rudement traitée. Le 29 décembre 1470, le souverain décida de mettre un terme aux querelles intestines qui agitaient la cour depuis quelques années en raison de la multiplication des offices extraordinaires. Il réduisit le personnel ordinaire au nombre ancien d’un président, quatre généraux, trois conseillers, un procureur et un avocat du roi, un greffier, un receveur des amendes et deux huissiers qu’il nomma de nouveau, tous les autres officiers étant cassés273. Cette décision visait moins à renouveler le personnel, qui resta pour l’essentiel inchangé274, qu’à assurer à la monarchie une Chambre des Aides resserrée, plus cohérente et plus efficace pour tenir bien en main l’appareil des finances à la veille du tour de vis fiscal.

  • 275 Ord., t. XVIII, pp. 6-7 ; BN, ms. fr. 20 685 p. 522 pour du Caurel ; Lettres, t. IV, note 2 pp. 245 (...)
  • 276 Ord., t. XVIII, pp. 32-34.

104Il n’en alla pas de même lorsque le 5 mai 1474 le monarque, qui avait destitué « puis aucun temps en ça » tous les officiers de la cour, chargea le président du Parlement Guillaume de Corbie et le conseiller Jean de Caulers d’installer leurs successeurs. Le renouvellement était cette fois complet. Le président disparaissait, cependant qu’une hiérarchie était formellement établie entre les généraux, du premier au quatrième, et les conseillers, du premier au troisième. Le premier général Jean du Caurel l’Aîné, principal personnage de la nouvelle Chambre, était un Amiénois qui avait rendu de grands services au roi dans la reddition de sa ville en 1471 et le troisième général, le secrétaire du roi et clerc des Comptes Alberto Magalotti, un familier italien de Louis XI. Le deuxième général et le greffier étaient aussi des secrétaires du roi, tandis que les trois conseillers étaient des avocats au Parlement275. La Chambre des Aides était désormais peuplée de créatures du souverain, mais aussi du Parlement qui remportait là une grande victoire : une ordonnance fut bien rendue le 19 juillet 1474 pour réaffirmer une fois encore la juridiction des généraux de la Justice des Aides, mais elle visait les commissaires extraordinaires276 et non l’envahissante cour parisienne.

  • 277 Ibid., t. XVII, pp. 442-444 ; Viala, t. I, pp. 76-77 (sous la date du 11 septembre) ; Gilles, pp. 2 (...)

105Cependant, dans le sud du royaume, l’imbroglio languedocien se poursuivait. En mai 1471, les états réunis à Montpellier obtinrent des commissaires royaux que le Parlement de Toulouse fût déclaré itinérant et transféré dans la première ville, mais malgré l’envoi d’une délégation montpelliéraine à Louis XI les Toulousains l’emportèrent et le 20 septembre le roi désavoua ses représentants. À cette occasion il ordonna aussi la réunification à Toulouse de la Chambre des Aides de Languedoc, toujours éclatée entre les deux cités rivales, afin que le contentieux des finances extraordinaires ne plongeât pas dans la confusion, « car ce que les ungs feroient, les autres pourroient deffaire ». Malgré les menaces de destitution brandies par le souverain, les lettres royaux restèrent pourtant sans effet et ce nouvel épisode du bras de fer qui opposait les capitales juridique et financière du pays ne changea pas le statu quo : Toulouse conserva le Parlement mais ne put s’imposer comme le siège unique de la Justice des Aides, dont le dysfonctionnement se perpétua au grand dam du monarque277.

  • 278 Ord., t. XVIII, pp. 143-148, 150-151 (sous la date à l’évidence fautive du 12), note (a) en haut de (...)
  • 279 Op. cit., p. 333.
  • 280 Ibid., pp. 93-94, 333 et notes 3-7.

106Enfin, on l’a vu, la réforme monétaire du 2 novembre 1475 s’accompagna de la destitution des généraux maîtres des Monnaies, rendus responsables des récentes perturbations, et de leur remplacement par quatre officiers seulement, Germain de Marie, Denis le Breton, Nicolas Potier et Simon Anjorrant278. La nouvelle équipe, nommée le jour même, ne peut avoir été l’inspiratrice de la réforme comme l’avance René Gandilhon279 : il est plus vraisemblable que le monarque ait chargé ses membres de se faire les exécutants de la nouvelle ligne. Anjorrant, il est vrai, pourrait en être l’instigateur, car il fut le seul des anciens généraux à être reconduit, tandis que les lettres royaux attaquaient surtout Germain Braque et Jean Clerbout : la purge pourrait avoir été l’aboutissement d’une querelle intestine de la Chambre des Monnaies sur la politique à suivre. Ainsi redéfinie par la volonté ou l’arbitrage de Louis XI, celle-ci devait en tout cas convenir à la grande bourgeoisie marchande parisienne dont de Marie, le Breton et Potier, soudés par des liens d’affaires et de famille, étaient d’éminents représentants ; Anjorrant lui-même était un ancien facteur de Jacques Cœur280. Si les notaires et secrétaires du roi paraissaient peser toujours davantage dans l’État de finance, le monde du négoce prenait la monnaie en main.

107À partir de la fin de 1470 la politique financière fut conditionnée par les guerres. Campagnes exceptionnelles de collecte de fonds, progression vertigineuse de la pression fiscale, expédients incessants, tous les moyens furent bons pour mobiliser les ressources du royaume au service de la monarchie. Ce durcissement se traduisit encore par de grandes manœuvres monétaires, après des décennies d’immobilisme, et par trois purges en l’espace de cinq ans dans les organes de contrôle, fait unique dans les annales du règne. Le mécontentement monta dans le clergé, la bourgeoisie, la paysannerie, mais Louis XI, d’ailleurs conforté par ses succès, tint bon : il fallait vaille que vaille que ses caisses fournissent aux besoins croissants d’une lutte devenue internationale.

Notes

1 Gandilhon, pp. 374-377.

2 Ord., t. XVII, pp. 353-357. - Les présidents des Comptes Jean de Popincourt et Jean de la Driesche, aussi trésorier de France, et les généraux des finances Pierre d’Oriole et Jean Herbert figuraient dans l’assistance.

3 Lettres, t. IV, p. 184. - Ce président est peut-être Jean de la Driesche.

4 AN.K 71 n°2.

5 La quote-part de ces pays était de l’ordre de 3,4 % et 15,5 % respectivement de celle du Languedoïl, qui portait quelque 52,5 % de la taille du royaume (Dupont-ferrier, Études..., t. II, pp. 49, 53).

6 BN, ms. fr. 23 909 f° 5-38.

7 Ord., t. XVII, note (c) p. 384 ; Gandilhon, p. 313. - Cette mesure, datée du 3 par le marquis de Pastoret d’après un sommaire de la Chambre des Aides, fut vraisemblablement prise en même temps que les autres.

8 BN, ms. fr. 20 685 pp. 514-515.

9 Op. cit., pp. 198-199.

10 Gandilhon, p. 287.

11 Ibid., p. 345.

12 Lettres, t. IV, pp. 180-182 pour l’abbé du Bec ; Sée, p. 139 pour la ville de Lyon. - La lettre à ces derniers qualifiait Edouard IV d’ancien « injuste usurpateur » (Calmette & Périnelle, note 2 p. 125).

13 Éd. Quicherat, « Mémoire des commissaires à la levée d’emprunts en Limousin », pp. 685-694. - L’éditeur date ce document de 1471 en raison de l’existence d’une telle commission cette année en Languedoc (note 1 p. 685) ; au surplus la concordance entre jours du mois et de la semaine confirme son hypothèse.

14 Lettres, t. IV, pp. 195-196.

15 Éd. Quicherat, loc. cit. - Le 3 août le roi ordonna au receveur général Jean de la Loère de virer 12 000 l.t. sur le produit de l’emprunt de Languedoc à son collègue Jean Briçonnet (BN, ms. fr. 20 497 f° 28).

16 Caillet, pp. 200-201, PJ n° CCLXXXIX, pp. 574-576.

17 Lettres, t IV, pp. 314-315.

18 Le titre de la rubrique mentionne des emprunts à des nobles, alors qu’il ne s’en trouve aucun, et les officiers de la Chambre des Aides sont qualifiés de généraux des Monnaies (BN, ms. fr. 20 685 pp. 515-517).

19 AN, K 71 n° 1.

20 BN, ms. fr. 20 685 p. 514.

21 Ibid., pp. 518-519. - De même Louis XI ordonna dès le 25 juin aux généraux le remboursement du prêt particulier de 1 000 écus consenti par son avocat au Parlement François Halle (BN, ms. fr. 20 497 f° 24).

22 BN, ms. fr. 20 685 p. 548.

23 BN, ms. fr. 20 683 f° 53 et Gandilhon, note 1 p. 344 respectivement.

24 Lettres, t. X, Supplément, pp. 352-353, note 1 pp. 353-354.

25 Calmette & Périnelle, note 2 p. 129.

26 Kendall, pp. 300-301. - Louis XI avait déjà connu une alerte semblable en mai 1467 (ibid., pp. 223-224).

27 BN, ms. fr. 21 427 n° 23, 36-37.-Ces élections supportaient respectivement 12,3 % et 13 % environ de la quote-part de la Normandie, égale au quart de la taille du royaume (Dupont-Ferrier, loc. cit., pp. 49, 52).

28 AN, K 71 n°26.

29 Lettres, t. V, pp. 137-138 (aux Lyonnais) ; Sée, p. 127 (aux Poitevins).

30 Sée, p. 137. - Finalement la ville paya 3 100 l.t. (Chevalier, Tours, ville royale, tableau 20 p. 521).

31 Sée, p. 127.

32 Lettres, t. V, pp. 154-156 ; Caillet, pp. 204-205, PJ n° CCXC, pp. 576-578, n° CCXCIV, pp. 582-584.

33 Lettres, t. V, note 1 pp. 156-157.

34 BN, ms. fr. 20 493 f° 85 (minute non datée).

35 Ibid, f° 84 (minute non datée).

36 AN, K 71 n°24.

37 BN, ms. fr. 20 493 f° 99.

38 Ibid, f° 93.

39 Ibid, f° 13.

40 AN, K 71 n° 27 (Auvergne), 272 (élection de Bayeux), 273 (Poitou).

41 Spont / Jacqueton, p. 293.

42 BN, ms. fr. 20 493 f° 90 (sans date) ; Lettres, note 1 pp. 151-152 ; Sée, p. 355.

43 BN, ms. fr. 20 685 p. 587.

44 BN, ms. fr. 20 490 f° 86 (pour Charles de Gaucourt).

45 BN, ms. fr. 20 685 p. 584. - Bourré ne donna quittance de son remboursement que le 26 janvier 1474 (Borrelli de Serres, t. III, p. 380).

46 Lettres, t. V, pp. 156-157.

47 Vaesen, « Notice biographique sur Jean Bourré », PJ n° I-IV, pp. 460-473.

48 Caillet, pp. 210, 212.

49 BN, ms. fr. 23 911 f° 95-98.

50 BN, ms. fr. 23 264 f° 33 ; Calmette & Périnelle, p. 160 et note 6.

51 Lettres, t. V, pp. 146-149. - Le cours du ducat, fixé à 28 s. 9 d.t. par l’ordonnance monétaire du 4 janvier 1471, allait être porté à 30 s. 10 d.t. par celle du 28 décembre 1473 (Ord., t. XVII, pp. 362-365, 597-600) : la dot représentait ainsi 43 l 250 l.t., et bientôt 462 500.

52 Gilles, p. 68.

53 BN, ms. fr. 23 900 f° 106-112.

54 Lettres, t. VI, pp. 12-13.

55 AN, Xla 1 486 f° 326 v°-327 v ; cf. PJ n° V - Le postulat était une monnaie d’or de faible aloi frappée à Liège et Utrecht (Favier, Louis XI, p. 415), qui ne faisait pas partie des espèces étrangères autorisées ; que le Parlement l’ait accepté en dit long sur la pénurie de numéraire.

56 Calmette & Périnelle, p. 198.

57 Éd. de Mandrot, t. I, p. 341.

58 Gandilhon, tableau p. 347.

59 Champion, t. II, note 2 p. 154 (la date de 1476 est de toute évidence une coquille).

60 BN, ms. fr. 20 685 p. 649. - Par suite d’une inversion cette copie donne un total de 57 000 écus.

61 BN, ms. fr. 20 685 p. 650 ; sur Guillaume Briçonnet cf. Lettres, t. VI, note 1 pp. 20-21.

62 Lettres, t. VI, pp. 14-16 (à Harfleur), 16-18 (à Poitiers), 18-21 (à Lyon) ; cf. Sée, note 1 p. 156 (à la Rochelle).

63 BN, ms. fr. 21 427 n° 24 (mandement d’imposition de 5 400 l.t. sur l’élection de Coutances et Carentan, dont 600 l.t. sur Saint-Lô), 35 (imposition de 2 700 l.t. sur l’élection de Falaise), 43 (imposition de 5 400 l.t. sur l’élection de Lisieux, dont 400 l.t. sur Honfleur et autant sur la partie de Pont-Audemer sise dans l’élection).

64 Sée, pp. 143, 155-156  ; Caillet, pp. 211-212, PJ n° CCXCIII, pp. 581-582.

65 Sée, note 2 p. 172.

66 Ibid., p. 127.

67 Calmette & Périnelle, note 9 p. 208. -Tours paraît avoir eu la même fortune : ni Sée (op. cit., pp. 137-138), ni Champion (op. cit., t. II, pp. 238-250), ni Gandilhon (op. cit., tableau p. 291), ni Chevalier (op. cit., tableau 20 p. 521) n’y signalent de levée.

68 Cf. supra, notes 27 et 63 ; l’élection de Falaise portait quant à elle 6,9 % de la quote-part normande (Dupont-ferrier, loc. cit.), qui devait représenter quelque 40 000 l.t.

69 Vidal, note 101 p. 231.

70 BN, ms. fr. 21 421 f° 1-16 (assiette de l’élection d’Alençon et Perche) pour 1466 ; ms. fr. 20 498 f° 44 pour 1471 ; AN, K 71 n° 52 (ordre d’imposition de 20 999 1. 10 s.t. sur l’élection de Vire pour sa quote-part, 20 janvier) pour 1477.

71 Spont, « La taille en Languedoc », p. 500, note 2 p. 502 ; Vidal, p. 66 et note 348 ; Gilles, note 53 p. 205.

72 Spont, Vidal, Gilles, loc. cit. ; pour les crues Gilles, notes 73 p. 67, 79 p. 68, 84 p. 69 (cet auteur néglige les sous et deniers tournois).

73 Gilles, p. 69.

74 BN, ms. fr. 23 911 f° 52-59 pour 1471, f° 60-65, 66-75, 76-85 pour 1472 (le premier de ces trois documents est daté du 30 mars 1471 v. st., mais il n’y a pas eu de 30 mars cette année-là, qui va du 14 avril 1471 au 28 mars 1472 n. st. : il doit donc s’agir du 30 mars 1472 n. st.), f° 86-99 pour 1473, f° 100-109 pour 1476.

75 BN, ms. fr. 20 685 pp. 600, 620.

76 AN, K 71 n° 14.

77 Cf. supra, note 74.

78 AN, K 71 n° 13,21.

79 Gilles, p. 69 et note 82.

80 Les nouvelles lettres royaux parvinrent juste à temps aux élus du pays, qui purent inclure cette crue dans l’assiette de la taille le 30 janvier (BN, ms. fr. 23 902 f° 278-289).

81 Ibid., f° 290-303. - Sans doute pour gagner du temps l’assiette de ces crues inclut le Franc-Alleu, contrairement à celle de la taille pour les lances et les affaires du roi, qui était ordonnée par avance et devait faire l’objet d’une assiette distincte pour ce dernier pays.

82 Dont 1 850 l.t. pour l’élection de Coutances et Carentan (BN, ms. fr. 21 427 n° 25). - Nous supposons que les mandements d’imposition des élections de Limousin et d’Évreux (AN, K 71 n° 5112), qui figurent sous la date du 1er septembre dans l’inventaire de Jules Tardif (Monuments historiques. Cartons des rois, p. 494), se rapportent à cette crue. Il est peu probable en tout cas que les délais aient été tenus dans le Haut-Limousin, où la crue ne fut assise - avec celle du 3 avril -que le 25 septembre (cf. supra, note 81).

83 BN, ms. fr. 21 427 n° 26 pour Coutances et Carentan ; AN, K 71 n° 5012 pour Évreux et Caen. - Ce supplément ne paraît pas avoir été levé en Haut-Limousin, car il ne figure pas dans l’assiette dressée le 25 septembre qui, comme on l’a dit, englobe pourtant une crue postérieure au 12 août (cf. supra, note 82).

84 Pilot de Thorey, n° 1 658, t. II, p. 243.

85 Gandilhon, p. 282.

86 Ord., t. XVIII, pp. 187-189 (30 mars 1476-7 juin 1477).

87 Pilot de Thorey, n° 1 584, t. II, pp. 189-190 ; cf. supra, p. 243.

88 Gandilhon, p. 281 ; cf. notre remarque supra, note 56 p. 242.

89 Lettres, t. IV, pp. 190-193 (à Chabannes, 3 février), note 2 p. 191 ; Sée, pp. 242-243.

90 Ord., t. XVII, pp. 387-388. - La Chambre des Comptes entérina ces lettres pour compter de 1472.

91 Gilles, note 155 p. 189.

92 Lettres, t. V, pp. 29-30. - C’est Jean de Reilhac, apparemment rentré en grâce, qui porta le message royal.

93 Ord., t. XVII, pp. 530-531.

94 Legeay, t. II, p. 116.

95 Sée, p. 258.

96 Lettres, t. V, pp. 268-270.

97 L’assiette fut refaite en conséquence à cette date (BN, ms. fr. 23 900 f° 98-105).

98 Ibid., f0 106-112.

99 Ord, t. XVIII, pp. 121-124.

100 Sée,p. 298.

101 Vidal, pp. 66-67 ; Léguai, p. 478.

102 Lettres, loc. cit. ; Sée, pp. 154-155 ; Vidal, loc. cit.

103 Sée, pp. 331-332.

104 Spont, « La taille en Languedoc », p. 503. - Il fut toutefois porté ultérieurement à 2 500 l.t.

105 Sée, pp. 128, 137.

106 Lettres, t. VI, pp. 105-106.

107 Ibid., t. X, Supplément, pp. 225-226.-Vaesen date ces lettres de mars 1465, mais le contexte de l’époque, où Louis XI ménageait le clergé dont il rétablissait l’exemption, ne convient pas à cette mesure répressive. Celle-ci a par ailleurs dû être prise dans un (rare) moment de grande cordialité des rapports franco-romains, pour que le roi s’enhardisse ainsi à faire corriger sa copie par le pape. Le début du règne aurait convenu, mais l’exonération du clergé avait alors été abolie, et il s’agit ici de lutter contre les abus qu’elle occasionne ; 1472, année du Concordat, postérieure à la restauration de ce privilège, nous paraît la date la plus probable. Enfin, ce document n’est qu’une minute, et nous ne savons si le souverain osa l’envoyer en définitive.

108 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 337-338.

109 AN,Y 7 f° 143.

110 BN, ms. fr. 20 685 p. 558.

111 L’écu d’or valait alors 30 s. 3 d.t. (Ord., t. XVII, p. 600) tandis que le prix de la queue de vin avait un ordre de grandeur de 10 l.t. (Sée, p. 105).

112 AN, loc. cit.

113 De Roye / de Mandrot, loc. cit., pp. 338-339.

114 AN, Y 7 f° 145.

115 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 5-6. - Nous ne savons si Denis Chevalier, un ancien notaire au Châtelet de Paris, était parent du défunt trésorier ; par ailleurs l’affirmation de Jean de Roye, selon laquelle cette aide fut rétablie « par toutes les extremitez de ce royaume », nous paraît une généralisation abusive.

116 Legeay, t. II, p. 197.

117 Gandilhon, note 4 p. 300.-C’est sans doute à l’occasion du renouvellement de 1471 que Louis XI chargea l’évêque du Puy et le général Pierre de Refuge de régler le différend survenu avec les gens du roi René, dans l’interprétation des accords d’association, à propos de l’aire d’écoulement du sel provençal : Pilot de Thorey date à tort les lettres de commission d’avant septembre 1466 (op. cit., n° 1 472 bis, t. II, pp. 114-115) alors qu’elles ont été rendues entre le 7 août 1469, quand de Refuge fut nommé général, et le 20 mars 1472, quand elles furent reproduites sans date dans des lettres postérieures (ibid., n° 1 561, p. 173).

118 Spont, « La gabelle en Languedoc », pp. 460-461.

119 Le 15 mars 1456 la ferme du tirage à la part de l’Empire était attribuée à Pierre de Villars et Jean du Prat de Lyon, Jean Plouvier de Valence, Thomas Chapuis de Condrieu et Antoine de Joyes du Pont-Saint-Esprit, qui contrôlaient aussi celle du tirage à la part du royaume (ibid., p. 459 ; Gandilhon, p. 301) ; le 26 juillet 1473 cette dernière fut adjugée à Antoine de Joyes et Robinet du Prat (Spont, art. cit., p. 455).

120 Pilot deThorey, n° 1 561, t. II, p. 173.

121 Gandilhon, p. 306.

122 Spont, art. cit., p. 460 ; Viala, t. II, p. 359 pour le Quercy.

123 Lettres, t. V, pp. 92-93.

124 Spont, art. cit., p. 465 ; Gandilhon, p. 299.

125 Ord., t. XVII, pp. 540-541, note (a) p. 606 et t. XVIII, note (a) p. 213 respectivement.

126 Pilot de Thorey, n° 1 601, t. II, p. 198 et note 1.

127 Jassemin, p. 289 et note 5.

128 Spont, art. cit., pp. 463-464.

129 Lettres, t. II, note 1 pp. 252-253.

130 Éd. Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l’Histoire du tiers état, t. II, pp. 334-336.

131 Gandilhon, p. 287.

132 Ord., t. XVII, pp. 366-367.

133 lbid., t. XVIII, pp. 63-66.

134 Sée, note 2 p. 146.

135 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 317.

136 Lecoy de la Marche, t. I, p. 394.

137 Lettres, t. X, Supplément, pp. 383-385 ; Legeay, t. II, p. 204 ; Lecoy de la Marche, t. I, pp. 408-409, 412-414, PJ n° LXXXVII, pp. 364-365.

138 Pilot de Thorey, n° 1 584, t. II, pp. 189-190 (réponse aux doléances des états de Dauphiné, 2 juin).

139 Sée, note 3 p. 173.

140 Ord., t. XVII, pp. 401-403. - Le Parlement de Paris n’enregistra ce privilège que le 2 septembre 1480.

141 Ibid., pp. 531-532.

142 Dans le cadre de la charte municipale que Louis XI accorda à la ville (Lecoy de la Marche, 1.1, p. 396).

143 Ord., t. XVII, pp. 365-366. - On le voit, l’imposition foraine est considérée ici comme un droit domanial.

144 Pilot de Thörey, loc. cit.

145 Ibid., n° 1 994, 2e supplément, p. 445.

146 Il les exonérait aussi du droit de formariage s’ils épousaient une Française (Ord., t. XVII, pp. 368-369).

147 Ibid, pp. 478-479.

148 Ibid., pp. 524-525.

149 Sée, p. 333.

150 Ord., t. XVIII, pp. 124-126.

151 Ibid., t. XVII, pp. 595-596.

152 Sée, note 4 p. 174.

153 Pilot de Thorey, n° 1 608, t. II, pp. 201-202 ; cf. infra, p. 395. - Les lettres royaux étant adressées au trésorier de Dauphiné Jean de la Place, son successeur André de Mauregard en tira prétexte pour faire obstruction au don et Louis XI dut lui enjoindre de s’exécuter le 16 février 1476 (ibid., n° 1 644, p. 236).

154 BN, ms. fr. 20 490 f° 49 (il s’agit pour la première de Saint-Maximin en Provence : cf. infra, p. 637). - Le trésorier Coct renvoya le 8 mars aux finances du Lyonnais et de la sénéchaussée de Beaucaire (ibid, f° 48) ; cf. mss. fr. 20 485 f° 65 (même jour), 20 483 f° 20(11 mai).

155 Ord., t. XVII, pp. 455-457.

156 Pilot de Thorey, n° 1 620, t. II, p. 208. - L’assiette dut être remaniée le 24 mars 1477 (ibid., n° 1 677, pp. 253-254).

157 Ibid., n° 1 631, p. 218.

158 BN, ms. fr. 20 685 pp. 538-539. - Les 2 000 l.t. prêtées par le général Herbert furent portées au roi des Ponts-de-Cé à Ancenis (ibid., p. 555 bis) : c’était donc au début de juillet 1472.

159 Ibid., pp. 559, 568 (dont le sire de Craon).

160 BN, ms. fr. 23 264 f° 40.

161 Ibid, f° 32.

162 BN, ms. fr. 20 685 p. 632.

163 Sée, p. 129 ; Gandilhon, tableau p. 347.

164 Sée, p. 130.

165 Ibid., pp. 181,300.

166 Lettres, t. III, note 1 pp. 151-152.

167 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 284-285.

168 Lettres, t. V, p. 96.

169 Ibid., PJ n° VIII, pp. 386-388.

170 De Roye / de Mandrot, 1.1, pp. 335-336, 353-354.

171 Lettres, t. IV, pp. 280-281.

172 Calmette, PJ n° 30, pp. 572-575.

173 Legeay, t. II, pp. 91-92 ; Gandilhon, note 6 p. 363.

174 Lettres, t. V, pp. 72-74.

175 Legeay, t. II, p. 92 ; Kendall, note 1 pp. 526-527.

176 Lettres, t. V, note 1 p. 99.

177 Ibid., p. 99. - C’est dans les archives milanaises que Vaesen a retrouvé la lettre à Philippe de Savoie...

178 Legeay, loc. cit.

179 Calmette & Périnelle, pp. 175-176.

180 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 110-111.

181 Legeay, t. II, p. 195.

182 BN, ms. fr. 20 685 pp. 511 (Seine-et-Yonne, 1469-1470), 524 (idem, 1470-1471), 535 (idem, 1471-1472), 554 (Languedoïl, 1471-1472), 563 (Seine-et-Yonne, 1472-1473).

183 BN, mss. fr. 23 264 f° 32-33 pour 1474 (Compain figure au f° 33), 20 685 p. 645 pour 1475.

184 Éd. Louis de la Trémoïlle, Archives d’un serviteur de Louis XI. Documents et lettres, 1451-1481, pp. 61-62 (l’édition parle à tort de « retardement » ; nous suivons la leçon correcte établie par Philippe Contamine [lettre à l’auteur du 17 novembre 1993]). - Du Museau était commis au paiement des gentilshommes de l’Hôtel, puis des lances fournies de la garde du corps du roi qui les remplacèrent en 1474 (BN, mss. fr. 20 685 pp. 591, 620 et 23 263 f° 24 ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 202-203 ; cf. infra, p. 400).

185 Lettres, t. VI, pp. 64-65.

186 Gandilhon, PJ n° 16, pp. 437-438.

187 Legeay, t. II, p. 300.

188 Ord., t. XVII, pp. 446-454 ; Gandilhon, pp. 190-191. - Le duc de Bourbon avait reçu la même année l’autorisation d’exploiter les gisements de ses terres (de Surirey de Saint Remy, p. 92) ; à une époque indéterminée une requête pria le roi d’envoyer une commission constater la présence en Roussillon de gisements de plomb argentifère et lui en rapporter des échantillons (BN, ms. fr. 20 495 f° 63).

189 Gandilhon, PJ n° 28, pp. 452-454.

190 Ord., loc. cit.

191 Ibid., pp. 483-486.

192 Gilles, note 69 p. 228.

193 Ord., t. XVII, pp. 486-488. - La date de ces lettres est inconnue, la fin étant perdue.

194 Ibid., pp. 362-365. - Les états de Dauphiné avaient demandé dès 1460 l’abolition de la faible monnaie (Pilot de Thorey, n° 1 929, t. II, Supplément, pp. 405-406).

195 Pilot de Thorey, n° 1 548, t. II, pp. 163-164 ; cf. Lettres, t. IV, pp. 204 (à Chabannes, 27 février), 208-209 (aux conseillers de Lyon, 15 mars).

196 Les contribuables du Dauphiné, où l’aide était fixé en florins, étaient une fois encore favorisés.

197 Ord.,X. XVII, p. 534.

198 Ibid., pp. 563-564. - Selon Gandilhon la taille au marc aurait en même temps été ramenée de 72 à 71 (op. cit., p. 330), ce qui, à poids égal, aurait limité la revalorisation de l’écu à 1,6 %.

199 Ord., t. XVII, p. 600 (notes du secrétaire Guy Aurillot, chargé de rédiger les lettres royaux). - La taille au marc passait de 71 à 72 pour l’écu, de 81 à 86 pour le grand blanc (cf. ibid., t. XVIII, pp. 143-148).

200 Ibid, t. XVII, pp. 619-620.

201 Ibid, p. 621.

202 Lettres, t. V, pp. 241-242.

203 Gandilhon, p. 332.

204 Ibid., pp. 331, 332.

205 Desportes, p. 102.

206 Calmette & Périnelle, pp. 212-213.-Les accords de Picquigny avaient prévu une conférence monétaire pour fixer la parité des monnaies françaises et anglaises.

207 Gandilhon, p. 334.

208 Ord., t. XVIII, pp. 143-148. - Le même jour Louis XI annonça son intention de ne plus accorder son pardon aux faux-monnayeurs - même si on le lui demandait à l’église, lieu propice à une telle démarche - afin que l’impunité ne les enhardît pas, et ordonna de ne pas sceller ni exécuter les lettres de rémission qu’il pourrait se laisser arracher « par importunité de requerans ou autrement » (ibid., pp. 148-149).

209 Comme nous l’a fait remarquer Jean Favier, que nous remercions de cette pertinente observation, ce n’est probablement pas un hasard si la réforme monétaire suivit de peu les accords de Picquigny qui, en programmant pour longtemps d’importantes sorties d’or du royaume, rendaient inévitable son enchérissement.

210 Gandilhon, p. 335.

211 Ord., t. XVIII, pp. 206-207. - Notons-le, monnaie réelle et monnaie de compte coïncidaient pour une fois.

212 Champion, t. II, p. 186.

213 Ord, t. XVIII, pp. 121-124.

214 Desportes, pp. 99-104. - La livre tournois valait alors 18 sous de vieux patards (ibid., p. 103), soit 10 % de moins que la livre de vieux patards, et par conséquent la livre parisis 22 s. 6 d. de vieux patards, soit 12,5 % de plus. La livre de compte du sud des Pays-Bas valait vingt patards, or la réforme monétaire d’octobre 1474 avait créé de nouveaux patards au cours de 12 d.t., si bien que leur livre équivalait à la livre tournois : ainsi le nouveau monnayage bourguignon lui-même facilitait à terme l’implantation du système de compte royal (p. 102).

215 Éd. de Mandrot, t.1, p. 315.

216 Legeay, t. II, p. 80.

217 Il obtint des lettres de rémission en janvier 1480 (Champion, t. II, note 3 p. 351).

218 Léguai, pp. 473-476. - Cet auteur utilise un rapport non daté au sire d’Albret en reprenant l’hypothèse de son éditeur, selon laquelle cette révolte aurait eu lieu en 1477 ou 1478 avec l’aveu d’Alain, qui se serait ainsi vengé de la confirmation par Louis XI en 1476 de la baisse du tarif de ses péages sur la Garonne imposée par le duc de Guyenne en 1470 (art. cit., p. 473 et note 87) ; pure spéculation, que rien ne vient étayer. Nous relevons pour notre part que le Conseil royal, donc le roi, était à Bordeaux, ce qui entre l’avènement d’Alain le Grand en 1471 et la mort de Louis XI en 1483 ne s’est produit qu’en mars 1473.

219 Lettres, t. V, pp. 253-256, 257-258, 259-261, PJ n° IV, pp. 378-381 ; Sée, pp. 179-181, PJ n° VI, pp. 385-387 ; Léguai, pp. 461-468.

220 Lettres, t. V, pp. 259-261 (21 mai).

221 Eugène Martin-Chabot, « Échos judiciaires des Jeux-Floraux de l’an 1474 ». - Dans son sirventes le lauréat, le marchand toulousain Pierre Catel, se plaignait « D’autres greux carx : moneda qu’om remuda, I Guerra tôt jorn, que troba la gen nuda » (ibid., p. 140).

222 Calmette & Périnelle, p. 169.

223 Gandilhon, note 7 p. 399.

224 Sée, p. 350.

225 Borrelli de Serres, t. III, p. 148.

226 Pilot de Thorey, n° 1 582-1 582 bis, t. II, pp. 188, 189 ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 153, 376.

227 Ibid., pp. 144, 148, 374, 378, 381.

228 Ibid., pp. 373-374 ; Lettres, t.V, note 1 p. 183-184. - Chevalier était mort la veille (BN, ms. fr. 20 685 p. 595).

229 Pilot de Thorey, t. II, note 3 p. 314 ; Lettres, t. X, Supplément, note 1 p. 443 ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 153, 379.

230 Borrelli de Serres, t. III, p. 153, note 3 p. 370, p. 377.

231 Pilot de Thorey, n° 1 725, t. II, p. 277 et note 1 ; Lettres, t. IX, note 2 pp. 41-43.

232 Borrelli de Serres, t. III, note 4 pp. 380-381 ; Spont / Jacqueton, note 7 p. 291 ; Dupont-Ferrier, Études..., t.1, p. 182. - De Bidant est encore qualifié de receveur de Guyenne le 10 février 1479 (ibid., note 2 p. 182).

233 Dupont-Ferrier, loc. cit., note 11 p. 181.

234 « La taille en Languedoc », p. 373.

235 Caillet, passim.

236 BN, ms. fr. 23 915 f° 135-185. -Nous avons calculé les totaux, qui ne sont livrés que par catégorie de recette dans chaque pays.

237 BN, ms. fr. 20 685 p. 554 ; Stein, p. 467.

238 BN, ms. fr. 20 685 p. 586 ; Jassemin, Index alphabétique, pp. 340, 344.

239 BN, ms. fr. 20 685 p. 615.

240 Gandilhon, pp. 253-254.

241 Spont / Jacqueton, p. 292.

242 BN, ms. fr. 20 685 p. 589.

243 Spont / Jacqueton, p. 293 ; Spont, « La taille en Languedoc », note 3 p. 503 pour Nyvart ; BN, ms. fr. 20 685 p. 430 pour Bayard ; ms. fr. 23 263 f° 29 et Pilot de Thorey, t. II, note 1 pp. 115-116 pour de Nève.

244 Lettres, t. V, pp. 224-232 (au gouverneur de Roussillon, 9 avril 1474).

245 Spont / Jacqueton, p. 297.

246 Lettres, t. V, pp. 332-335. - C’est à tort que Spont date sa nomination de 1474 (loc. cit.), car il était en poste avant la fin de l’exercice 1472-1473 (BN, ms. fr. 20 685 p. 580).

247 BN, ms. fr. 23 264 f° 7 ; Spont / Jacqueton, loc. cit. (là encore, c’est à tort que Spont date la nomination d’Adam de janvier 1476). - Nota que comme Granier jadis, et sans doute comme tous les receveurs généraux de Roussillon, Petit était en même temps procureur du roi dans ce pays (BN, loc. cit.).

248 Pilot de Thorey, t. II, notes 4 p. 192, 1 p. 283 ; Borrelli de Serres, t. III, p. 377.

249 Pilot de Thorey, n° 1 590 bis, t. II, p. 192.

250 Ibid., n° 1 633 bis, p. 219 ; Jassemin, p. 63 et note 3.

251 BN, ms. fr. 20 685 p. 589.

252 Spont / Jacqueton, p. 293.

253 Calmette & Périnelle, PJ n° 71, pp. 371-376 (avril à novembre 1476).

254 BN, ms. fr. 20 685 pp. 651, 660.

255 BN, ms. fr. 20 489 f° 49.

256 BN, mss. fr. 20 685 pp. 705 (1479), 723 (1480), 23 266 f° 15 (1481), f° 30 et 20 685 p. 736 (1483).

257 BN, ms. fr. 20 685 p. 651 ; éd. de Reilhac, 1.1, pp. 302-304 ; de Roye / de Mandrot, t. II, p. 24.

258 BN, ms. fr. 20 485 f° 121 ; Noël Valois, « Le Conseil du roi et le Grand conseil pendant la première année du règne de Charles VIII », pp. 596-598 (cet érudit confond Petit père et Petit fils, comme l’a bien vu le colonel Borrelli [op. cit., t. III, note 4 p. 577]) ; Lettres, t. IV, note 2 p. 209 ; Spont / Jacqueton, p. 295.

259 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 344-346.

260 Pilot de Thorey, n° 1 643, t. II, pp. 230-236 ; Ord., t. XVIII, pp. 143-148 pour le Breton ; Viala, t. I, note 3 p. 76 pour de la Croix.

261 Contamine, Guerre, État et société, p. 505.

262 Lettres, t. VIII, note 1 pp. 142-143 (4 décembre) ; Borrelli de Serres, t. III, note 6 p. 364 (en Normandie).

263 BN, ms. fr. 20 685 p. 653 (1475-1476) ; Lettres, t. IV, pp. 166-169 et note 1 pp. 168-169 (1470-1475).

264 BN, ms. fr. 20 685 pp. 518, 525.

265 La Chambre du roi faisait l’objet d’une rubrique en dépense dans le compte de l’Hôtel tenu par le maître de la Chambre aux Deniers, mais dès 1450-1451 cette rubrique était vide (éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France, pp. 325-340), ce qui indique que sa gestion échappait de fait à cet officier.

266 BN, ms. fr. 20 685 p. 530.

267 Jassemin, p. 4 et note 5. - Le colonel Borrelli annonce la même année l’institution d’un autre office de maître ordinaire en faveur de Charles d’Orgemont (op. cit., t. III, p. 582), mais pour Jassemin il s’agit d’un office extraordinaire créé en 1473 (Index alphabétique, p. 344).

268 Borrelli de Serres, loc. cit.

269 Jassemin, Index alphabétique, p. 331. - Le comte de Reilhac (op. cit., t. I, note 1 p. 132) et le colonel Borrelli (t. III, p. 585) donnent la date de 1472.

270 Pilot de Thorey, n° 1 602, t. II, p. 198.

271 Ibid., notes 1 p. 103,1 p. 105.

272 Lettres, t. VI, note 1 p. 64.

273 Ord., t. XVII, pp. 357-358.

274 Dupont-Ferrier, La Chambre des Aides, Appendice chronologique II bis, pp. 241, 242.

275 Ord., t. XVIII, pp. 6-7 ; BN, ms. fr. 20 685 p. 522 pour du Caurel ; Lettres, t. IV, note 2 pp. 245-246 et Jassemin, note 4 p. 40 pour Magalotti.

276 Ord., t. XVIII, pp. 32-34.

277 Ibid., t. XVII, pp. 442-444 ; Viala, t. I, pp. 76-77 (sous la date du 11 septembre) ; Gilles, pp. 257-258, note 92 p. 261 (sous la date du 20 décembre).

278 Ord., t. XVIII, pp. 143-148, 150-151 (sous la date à l’évidence fautive du 12), note (a) en haut de la p. 151.

279 Op. cit., p. 333.

280 Ibid., pp. 93-94, 333 et notes 3-7.

Table des illustrations

Titre Tableau 13 : L’impôt direct en Normandie de 1466 à 147770 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Faible monnaie de Normandie (jusqu’en 1471).Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 14 et graphique 8 : Impôts votés ou ordonnés en Languedoc de 1470 à 147672 ; (en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 15 : L’impôt direct dans le Rouergue de 1471 à 147674 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Moyenne sur trois ans : + 4,5 % au total depuis 1473.Note ** : Idem : + 1,7 % au total depuis 1473.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable