Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Troisième partie. Le pragmatisme (1464-1476)

Chapitre IX. La corde raide (1466-1470)

Texte intégral

  • 1 De Mandrot, « Dépêches d’ambassadeurs milanais... », p. 137.

1À la fin de la guerre du Bien public, tandis qu’il s’inclinait devant les princes victorieux et souscrivait sans broncher à leurs prétentions dans d’innombrables lettres royaux qu’il veillait à faire dûment enregistrer par les organes de contrôle, Louis XI confia à l’ambassadeur milanais Panigarola, son familier : « Tout cela vaut bien juste l’encre et le papier »1. Ce brutal propos à la Bethmann-Hollweg démontre éloquemment, s’il en était besoin, quelles arrière-pensées recouvrait l’ostensible bonne grâce avec laquelle le roi prenait acte de sa défaite. Il ne se sentait nullement tenu par les engagements contractés pour se sortir de ce mauvais pas, et de même que le grand dessein du début de son règne avait été d’effacer le traité d’Arras, déchirer les « chiffons de papier » d’octobre 1465 fut son objectif constant dans les années qui suivirent.

2Cette politique, qui nécessitait un renversement du rapport des forces, fut onéreuse. Le souverain devait accroître les moyens humains et matériels de l’État, sa puissance militaire surtout, et forger des alliances dans le royaume comme à l’extérieur. Certes le passé témoignait qu’il n’était pas homme à reculer devant la dépense pour atteindre son but, mais quoiqu’il eût dans le même temps œuvré à l’indispensable consolidation de ses revenus, c’étaient là bien des charges nouvelles pour un budget déjà grevé par les concessions aux ligueurs. Au demeurant le coût fut alourdi par la maladresse même du roi, qui compromit à Péronne trois années d’effort et retarda le redressement de la monarchie ; or, pour ses finances, le temps, c’était de l’argent.

1. Les suites du Bien public.

  • 2 De même il abandonna au comte de Dunois les 1 000 écus dont il s’était emparé à Beaugency, mais au (...)

3Pour commencer, il importait de remettre les finances royales en ordre afin de repartir sur des bases assainies. Un état rectificatif des charges assignées sur la recette de l’équivalent et du quint du sel de Basse-Auvergne pour l’exercice 1464-1465, signé par Louis XI le 26 mars 1466, nous renseigne sur cette opération de régularisation comptable. Le receveur, le fidèle Pierre Maudonnier, se rendit à deux reprises auprès du roi et des gens des finances à Orléans pour faire le point avec eux sur l’état de sa caisse. Les événements de l’année précédente s’étaient apparemment soldés pour lui par une perte de 4 444 1. 13 s.t. Cette somme fut retranchée sur les gages et pensions appointés sur cette recette, qui par suite n’avaient pu être versés, et réaffectée à ceux qui l’avaient perçue en fait, les francs-archers du pays pour leurs gages d’avril 1465 ou le prince de Navarre, fils du comte de Foix, pour un don du souverain en juin, mais aussi les rebelles pour leurs pillages. Dans ce dernier cas le souverain procéda de deux manières : ou bien il fit don a posteriori des sommes ravies, ainsi au duc de Bourbon2, ou bien il en tint quitte le comptable, tel le commis du receveur à Aigueperse.

  • 3 Henri de Surirey de Saint Remy, PJ n° IV, pp. 225-228 ; cf. supra, p. 211.
  • 4 L’envoi par le roi à un receveur d’un nouvel état des dépenses annulant celui qu’avaient précédemme (...)
  • 5 BN, ms. fr. 20 496 f° 92.

4Les pertes résultaient non seulement du détournement des revenus, mais aussi du manque à gagner causé par les troubles, en particulier pour les fermiers liés par leur bail : celui du quint du sel bénéficia à ce titre d’une remise sur ses obligations contractuelles. La régularisation consistait donc à sanctionner le fait accompli par un simple jeu d’écritures, afin de mettre les gestionnaires des deniers royaux en règle vis-à-vis de la Chambre des Comptes et de clarifier la situation financière. Quelques serviteurs du monarque en profitèrent pour se faire dédommager de leurs revenus impayés de 1465, comme Jean de Bosredont, qui n’avait rien eu de ses assignations en Dauphiné, ou l’apothicaire Antoine Champel, qui n’avait touché ni gages ni pension3. Un état rectificatif des dépenses assignées à Maudonnier sur le produit de la taille de 1465 devait compléter ce document, et les receveurs des finances extraordinaires de toutes les élections furent sans doute convoqués de la sorte dans les mois qui suivirent le Bien public pour recevoir leurs nouveaux justificatifs comptables4. Ceci n’empêcha du reste pas quelques incidents. Maudonnier poursuivit le seigneur d’Aubigny et les paroisses de Salers et Montet pour récupérer 366 l.t. de taille qu’elles avaient payées à ce dernier durant la guerre civile, et dont le receveur n’avait sans doute pas été tenu quitte ; finalement, le roi leur en fit remise le 20 juin 14685.

  • 6 Cf. supra, p. 229.

5Si Louis XI professait en privé son mépris des accords de l’automne 1465, il ne pouvait refuser ouvertement de les exécuter, de peur de susciter prématurément le mécontentement de ses vassaux ; en outre, il lui fallait cultiver les uns, au premier rang desquels les Maisons d’Anjou et de Bourbon, pour avoir les mains libres contre les plus dangereux, Bretagne et Bourgogne. Il louvoya donc. Le duc de Calabre avait obtenu le 5 novembre 1465 deux dons colossaux d’un montant total de 360 000 écus. D’abord, il devait recevoir pour la reconquête du royaume de Sicile trois annuités de 100 000 écus ; si la campagne excédait trois ans, le roi continuerait à verser un subside raisonnable fixé par le comte de Charolais. C’était bien plus que le souverain ne l’avait annoncé à Panigarola, mais la chose importait peu car, comme il le lui avait assuré, il n’avait pas l’intention de payer6 ; de fait, nous n’avons pas trouvé trace de versements à ce titre.

  • 7 Lecoy de la Marche, t. I, p. 364.
  • 8 Éd. Quicherat, p. 460 ; Kendall, pp. 200, 513.
  • 9 BN, ms. fr. 20 489 f° 78.
  • 10 BN, ms. fr. 20 497 f° 90.
  • 11 Legeay, t. I, p. 462.

6Par ailleurs, une indemnité de 60 000 écus était accordée au duc pour ses frais dans la campagne de Gênes au début du règne7. Dans l’esprit du monarque, elle devait sans doute le faire patienter assez longtemps pour que lui-même fût en mesure de se dispenser de son principal engagement. Un premier terme de 15 000 écus devait lui être versé à Noël, sur lequel il reçut dès novembre un acompte de 3 000 écus8, mais les finances royales épuisées ne purent acquitter le reste à la date prévue. Craignant que sa bonne foi ne fût trop tôt suspectée, Louis XI se hâta d’envoyer une ambassade expliquer à Charolais pourquoi il « ne pouroit ne sçauroit fournir a monseigneur de Calabre ne autres d’argent comptant »9 ; le général de Varye trouva d’ailleurs moyen d’assigner quelque temps après les 12 000 écus en souffrance10. À ce moment le recouvrement de la Normandie avait rendu au roi assez d’autorité pour qu’il pût se permettre d’éluder désormais les réclamations, d’autant qu’il appâtait dans le même temps la Maison d’Anjou par sa politique matrimoniale. Néanmoins le duc reçut encore 14 000 l.t. en 1465-1466 sur la recette générale de Languedoïl11.

  • 12 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 369-370 ; Calmette, pp. 269-270, note 8 pp. 275-276.
  • 13 Pilot de Thorey, n° 1 544, t. II, pp. 161-162.

7Après que le roi René eut accepté le 25 septembre 1466 la couronne d’Aragon que lui offraient les Catalans, délaissant les rêves italiens pour les châteaux en Espagne, le souverain promit de fournir pour l’expédition du duc de Calabre outre-Pyrénées ce qui avait été convenu pour la campagne transalpine, mais il se borna à quelques versements pour la forme12. Il est vrai qu’à partir de 1468 au moins il accorda au duc une importante pension de 24 000 l.t. sur les finances du Dauphiné : telle était la destination de la crue demandée à cette époque aux états du pays. Cependant, comme il arrivait bien souvent, le monarque dut récupérer ces fonds pour ses propres affaires, car quand le duc mourut le 16 décembre 1470 il n’avait reçu des annuités de 1469 et 1470 que 12 000 l.t., et encore le trésorier Coct les avait-il fournies de sa poche. Dès le 30 Louis XI, ayant appris sa disparition, dispensa les Dauphinois de payer les arriérés à ses héritiers à la seule condition de rembourser le trésorier de son avance13.

  • 14 Legeay, loc. cit.
  • 15 Éd. Quicherat, p. 470 (nous rectifions le chiffre donné par l’éditeur).
  • 16 Ibid., p. 460.

8De son côté le duc de Bourbon reçut un don de 30 000 l.t. sur la recette générale de Languedoïl en 1465-146614, et les 6 084 1. 7 s. 6 d.t. (soit 4 425 écus) que Charles de France lui avait accordés sur ses finances de la même année en Normandie lui furent maintenus par son frère après la reconquête15. Le roi ne gratifiait pas cependant que les plus hauts personnages : il offrit au Bourguignon Philippe d’Esquerdes, l’un des capitaines du comte de Charolais, 4 000 écus payables en trois fois sur le produit des aides de l’élection de Soissons, dont la première annuité fut dûment inscrite dans l’état du receveur général de Seine-et-Yonne pour le même exercice16.

  • 17 Viala, t. I, p. 129 ; Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 268-269.
  • 18 AN, K 70 n° 38 (mandement d’imposition de la Haute-Auvergne pour 1467, 4 octobre 1466) ; Stein, pp. (...)
  • 19 Legeay, t. I, pp. 462, 465-466 ; Stein, pp. 192-193 ; Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècle (...)

9Le traité de Caen, conclu le 22 décembre 1465 entre le souverain et le duc de Bretagne, fut une conséquence indirecte du Bien public. Pour reprendre la Normandie sans provoquer la reconstitution de la Ligue, le monarque devait en neutraliser les meneurs. Les Bourguignons étaient occupés par la révolte des Liégeois, encouragée par ses soins17 ; restaient les Bretons. Louis XI acheta la passivité d’un François II indisposé de l’indocilité de Charles de France par un don de 120 000 écus échelonné sur deux ans. Il n’était pas question de tergiverser cette fois, car l’enjeu était d’importance ; le montant du don fut levé avec la taille des gens d’armes18. Le duc donna ses quittances dès le 10 mars 1466 à plusieurs receveurs généraux pour un total de 60 000 écus versés à son trésorier Pierre Landais, et le 27 janvier 1467 pour la seconde moitié19. Le roi avait payé rubis sur l’ongle, car la sécurité de la précieuse Normandie était à ce prix.

  • 20 Kendall, p. 201.
  • 21 Legeay, t. I, p. 461.
  • 22 Éd. Fagniez, p. 101. - Les dix derniers mots sont une addition anonyme contemporaine.

10Tant de dons, ajoutés aux « bonnes et grosses pensions » dont le duc de Nemours rêvait à Aigueperse et qui s’étaient accrues de quelque 200 000 l.t.20, augmentaient sensiblement les charges de l’État. La comparaison des comptes du receveur général de Languedoïl, qui gérait la moitié environ des recettes extraordinaires du royaume, pour 1464-1465 et 1465-1466 nous permet d’avoir quelque idée du bond en avant des dépenses publiques après les accords d’octobre. Sans parler même des pensions, le montant des dons et récompenses, déjà gonflé sans doute pendant la guerre par le besoin de raffermir les fidélités, passa d’une année sur l’autre de 186 064 à 266 845 l.t. (+ 43,4 %)21. Les contribuables, qui vivaient à présent ce que leur avait prédit le manifeste royal d’avril 1465, s’indignaient de la voracité des anciens champions du Bien public. Jean Maupoint se fait l’écho de la rumeur publique en 1466 : les princes, à l’entendre, percevaient « grandes et prouffitables penssions d’argent, qui montoient par chascun an a la somme de.cccm. francs et mieulz (...), dont pluseurs murmuroyent pour l’amour du povre peuple qui estoit fort grevé »22. Si sa libéralité était aussi en cause, le souverain n’en tirait pas moins un bénéfice politique certain de la désillusion de l’opinion à l’endroit de ses adversaires.

2. Grandes manœuvres matrimoniales.

11Louis XI a dans l’historiographie traditionnelle la réputation d’un redoutable marieur. De fait, nous en avons vu des exemples dès le début du règne, mais c’est surtout au lendemain du Bien public que le roi fut saisi d’une frénésie d’hyménées. Ces mariages étaient l’instrument privilégié de sa politique intérieure, qui visait à constituer dans ses États un réseau d’alliances aristocratiques afin de consolider son autorité ébranlée. L’ambitieuse stratégie matrimoniale qu’il déploya alors exigeait, pour cimenter plus sûrement le ralliement de ses vassaux, que le prestige de la monarchie fût exalté à leurs yeux par la largesse royale, que le souverain leur donnât par ses libéralités une impression magnifiée de richesse et de puissance. Le monarque était tout disposé à une telle parade, dès lors qu’elle servait ses desseins, mais c’était un lourd fardeau de plus à porter pour ses finances convalescentes.

  • 23 Éd. Quicherat, p. 465 ; éd. de Reilhac, t. III, pp. 236-237.
  • 24 Le receveur général de Languedoïl Jean Briçonnet en versa pour sa part 11 921 l.t. en 1466-1467 (ib (...)
  • 25 Lettres, t. IX, note 1 p. 247.

12Avant de verser de nouvelles dots, il convenait d’acquitter celles du temps passé. Le duc de Bourbon, on l’a vu, avait obtenu enfin le règlement des 100 000 écus prévus le 23 décembre 1446 par son contrat de mariage avec Jeanne de France, sœur de Louis XI, et qu’il attendait toujours dix-neuf ans après. Le roi les lui fit payer par annuités de 16 000 l.t. jusqu’à complet versement à partir de 146723. Les termes furent dûment acquittés24, mais à ce train ce n’est que le 20 juillet 1475 que Jean II put enfin donner quittance générale de la dot de sa femme25 : l’étalement des paiements permit à son beau-frère de tenir le chef de la Maison de Bourbon en haleine pendant une décennie.

  • 26 Éd. Quicherat, loc. cit.
  • 27 BN, ms. fr. 23 263 f° 5-8 (rôle des paiements pour 1469-1470), 24-30 (idem pour 1474-1475).
  • 28 Leseur / Courteault, t. II, p. 254, note 1 p. 269 ; Ord, t. XVII, pp. 561-563 (26 février 1473).

13Une autre dot en souffrance était celle de Madeleine de France, mariée en 1462 à l’héritier du comte de Foix. Les paiements reprirent en 1465-1466, quand l’annuité convenue de 10 000 écus fut versée par le receveur général de Languedoc, et ils devaient être doublés l’année suivante26. La rareté des archives comptables de la généralité à cette époque nous permet seulement de constater qu’aucun versement ne fut ordonné en 1469-1470, ni par la suite27. Ou bien la dot avait été entièrement réglée avant la fin de la décennie, ou bien la mort de l’époux le 23 novembre 1470 puis de Gaston IV le 10 juillet 1472 et l’avènement d’un comte mineur sous la protection du roi28 permirent à ce dernier de se soustraire définitivement à ses engagements.

14Le souverain engagea ses grandes manœuvres matrimoniales dès l’automne de 1465, tandis qu’il fêtait sa réconciliation avec les princes. Elles s’inscrivaient certes dans le prolongement des accords d’octobre, puisqu’elles intéressaient généralement d’anciens rebelles qui voyaient dans ces brillantes alliances un moyen supplémentaire d’occuper une place plus importante dans l’État. En même temps, elles étaient déjà pour le monarque un jalon dans la restauration de son autorité, puisqu’elles créaient entre ses beaux-parents et lui une solidarité qui les séparait du reste des seigneurs.

  • 29 Op. cit., p. 200. - Le roi avait lancé cette idée dès le 29 septembre (ibid., p. 196).

15Le plus considérable de ces projets était l’union du comte de Charolais à Anne de France, que Louis XI proposa formellement à son cousin avant leur séparation au début de novembre. Selon Paul Kendall, qui utilise sans doute ici les dépêches diplomatiques milanaises, le roi offrait une dot de 1 200 000 écus, somme tout à fait invraisemblable et qui eût de toute façon suscité par son énormité la méfiance de Charles le Téméraire. Ou Paniga-rola en a exagéré l’importance, ou il s’agit d’une coquille pour 120 000 écus : on sait que l’usage fixait la dot des princesses de France à 100 000 écus, et le souverain pouvait avoir voulu flatter l’héritier de Bourgogne par un montant record. Quoi qu’il en fût, la Champagne devait lui être engagée en garantie du paiement, le souverain, peu soucieux d’ajouter encore à ses pertes, s’y réservant toutefois la levée des impôts. Le contrat devait être conclu pour Pâques 146629. En fait, ces avances visaient sans doute surtout à disposer favorablement le plus redoutable des ligueurs envers Louis XI au moment où celui-ci était affaibli ; le contrat ne vit jamais le jour.

  • 30 Lecoy de la Marche, t. I, p. 365. - En juillet 1467 Louis XI envoya en hâte chercher du drap d’or c (...)
  • 31 Legeay, t. I, p. 482 ; Lecoy de la Marche, loc. cit. ; Lettres, t. VIII, note 2 pp. 224-225. -Selon (...)

16La petite princesse Anne, à cinq ans le plus beau parti du royaume et la pièce maîtresse de cette vaste partie, retourna alors à son premier fiancé. Le projet arrêté en 1461 avec la Maison d’Anjou fut relancé, et aboutit cette fois à un contrat de mariage en bonne et due forme, ratifié par le roi le 1er août 1466, entre sa fille aînée et l’héritier du duc de Calabre, qui furent solennellement engagés l’année suivante30. Le souverain cédait à son « fils et cousin » neuf seigneuries dans le bailliage de Chaumont et le sud du bailliage de Vitry, aux portes du duché lorrain de son père, le comté de Pézenas et, comme nous l’avons vu, ses droits dans le tirage du sel à la part de l’Empire31.

  • 32 Éd. Quicherat, loc. cit.
  • 33 Lettres, t. X, Supplément, note 4 pp. 248-249.
  • 34 Éd. de Reilhac, t. III, pp. 251-254 ; cf. supra, p. 250. - Le comte de Reilhac libelle le prix du r (...)
  • 35 En 1469-1470 le receveur général de Languedoc devait toujours verser 23 400 l.t. au duc de Calabre, (...)

17En exécution du contrat 25 000 l.t. furent assignées au duc en Languedoc pour 1466-146732, et le comté de Pézenas lui fut remis en janvier 146733. Les modalités de la cession des seigneuries champenoises firent l’objet d’un accord promulgué par lettres royaux le 21 septembre suivant. Louis XI abandonnait Saint-Dizier, Sainte-Menehould et tout le Domaine royal dans le bailliage de Chaumont en dehors des terres aliénées par le traité d’Arras, avec leurs recettes ordinaires et une partie des recettes extraordinaires indirectes à compter du 1er octobre, pour un rapport garanti de 15 000 l.t. par an et avec faculté de rachat au prix de 150 000 écus34. Ces dispositions paraissent être restées en vigueur jusqu’en 1472, puis la disparition dans l’été 1473 de Nicolas d’Anjou, devenu duc de Calabre à la mort de son père en 1470, permit au roi de récupérer ses terres et ses revenus35. Entre-temps la Maison d’Anjou avait reçu quelque 225 000 l.t., plus de 160 000 écus, pour cette union restée toujours en suspens.

  • 36 Legeay, t. I, p. 486. — Cet érudit parle à tort de 60 000 l.t.
  • 37 Éd. Quicherat, loc. cit.
  • 38 Ord, t.XVI, note (b) p. 512.
  • 39 Lettres, t. IV, note 1 p. 271.
  • 40 Éd. Quicherat, loc. cit. pour 1466-1467 ; BN, ms. fr. 20 685 pp. 418 et 424-425 pour 1467-1468, 471 (...)

18Le souverain disposait de peu de filles de France à marier, mais sa belle-famille lui fournit un vivier de princesses à offrir aux seigneurs qui n’étaient pas de son Sang. La Maison de Savoie n’avait d’ailleurs pas voix au chapitre dans ces manœuvres, le monarque prenant les dots à sa charge. Le comte de Saint-Pol épousa ainsi Marie de Savoie, sœur de la reine. Par leur contrat de mariage, ratifié le 1er août 1466 - un grand jour décidément pour sa politique matrimoniale -, Louis XI s’engageait à verser 60 000 écus en trois fois et cédait le comté de Guise et la seigneurie du Nouvion-en-Thiérache36, qui vinrent arrondir la principauté en gestation du connétable. En outre il offrit 6 500 l.t. à sa belle-sœur pour ses atours nuptiaux37 et abandonna aux époux la succession du comté d’Eu le 14 ou le 24 août38. Le comte du Maine, qui détenait jusqu’ici Guise et le Nouvion par don royal, en fut dédommagé par d’autres possessions en Saintonge39. Quant à la dot, elle fut scrupuleusement versée : 28 000 écus en furent assignés en 1466-1467 et autant l’année suivante, mais les paiements durent être mal acquittés ; quoi qu’il en fût, le reliquat fut entièrement réglé en 1468-1469 comme convenu40.

  • 41 Pilot de Thorey, n° 1 470, t. II, pp. 111-113.
  • 42 Éd. Quicherat, pp. 465, 468.
  • 43 BN, ms. fr. 20 685 pp. 403-404.
  • 44 Lettres, t. II, note 1 pp. 44-45.
  • 45 BN, ms. fr. 20 685 p. 491.

19Une autre sœur de la reine, Agnès de Savoie, fut mariée au comte de Longueville, fils du vieux comte de Dunois. Par contrat sanctionné dès le 2 juillet 1466 par le roi, celui-ci, garant pour le duc et la duchesse de Savoie, promettait 40 000 écus en quatre annuités égales à compter du 1er octobre 1466, que l’époux devrait employer à l’achat de terres. Dans l’immédiat les seigneuries de Langeais en Touraine, La Mure et Oisans en Dauphiné lui étaient engagées avec leurs revenus ; la première reviendrait au souverain après le versement initial, les secondes après complet paiement41. Les 10 000 premiers écus furent inscrits dans l’état prévisionnel de 1466-1467, mais devant l’ampleur des charges les gens des finances proposèrent de n’en verser que la moitié42, et en définitive 4 000 écus seulement furent réglés cette année-là43. Ce mariage n’était pas prioritaire, ou Louis XI voulait faire pression sur son beau-frère, car bien que celui-ci fût devenu comte de Dunois à la mort du bâtard d’Orléans le 24 novembre 146844 les versements ne totalisaient que 20 000 écus en 1469-1470, l’année ou ils auraient dû s’achever ; que le nouveau comte de Dunois eût obtenu de ne restituer Langeais qu’après le règlement de la moitié de la dot45 n’était qu’une médiocre compensation. Nous ne relevons pas d’autres versements par la suite ; sans doute le comte dut-il se contenter de conserver les terres dauphinoises.

  • 46 Lettres, t. I, note 1 p. 69.
  • 47 Gandilhon, p. 361. - La disgrâce suivit de peu cette ultime manifestation de faveur (ibid., p. 362)

20Une troisième sœur de la reine, Bonne de Savoie, fut enfin mariée au nouveau duc de Milan Galéas-Marie Sforza le 6 juillet 146846. Bien que le choix du facteur lyonnais de la banque Médicis, Franceschino Nori, pour négocier cette union au nom du roi laisse a priori supposer des transactions financières, nous ne trouvons nulle trace de paiement, ni même une simple mention de la dot. Il est possible que le souverain ait simplement voulu marquer sa confiance à son conseiller et valet de chambre florentin47, et mettre à profit son entregent outremonts ; pour le reste, ou bien la Maison de Savoie avait pour une fois pris la dot à sa charge, ce que nous ne pensons pas, ou bien Louis XI s’en était fait tenir quitte par son riche allié milanais au nom de leurs relations cordiales.

  • 48 Pilot de Thorey, n° 1 437, t. II, pp. 88-89. - Jeanne fut légitimée le 25 février suivant par son p (...)
  • 49 Pilot de Thorey, n° 1 438, pp. 89-91 ; Ord, t. XVI, note (a) p. 433. - Le Parlement de Paris ne les (...)
  • 50 Pilot de Thorey, n° 1 461, t. II, pp. 106-107.

21Les bâtardes de sang royal étaient encore un parti attrayant pour les fils naturels des grandes maisons aristocratiques ou les seigneurs de moins haut parage. Dès le 7 novembre 1465 le roi parfit le ralliement des Bourbon à son service en concluant avec le duc Jean II et le bâtard Louis, son demi-frère, le contrat de mariage de ce dernier et de sa fille naturelle Jeanne, qu’il avait eue en Dauphiné de Félise Reynard. Il promettait 40 000 écus à raison de 5 000 l.t. au jour des épousailles, puis 1 000 l.t. par an jusqu’à complet règlement : à ce rythme les paiements s’échelonneraient jusqu’en 1515. Le monarque entendait décidément tenir longtemps cette maison à sa merci, même si un nombre aussi faible nous porte à soupçonner une coquille. En outre il constituait à sa fille et ses descendants directs une rente annuelle de 6 000 l.t., en garantie de laquelle il cédait la seigneurie d’Usson en Auvergne et cinq autres en Dauphiné avec leurs revenus, moyennant une clause de rachat pour 100 000 écus48. Dès le 11 des lettres exécutoires aliénèrent ces terres49, et le 31 mars 1466 les gens des Comptes de Grenoble furent chargés de dresser l’assiette de la rente dans leur pays50.

  • 51 Éd. Quicherat, loc. cit.
  • 52 Ces 6 000 l.t. lui furent versées sur la recette générale de Languedoïl de 1466-1467 au moins à 146 (...)

22Quant au versement des 40 000 écus, il ne suivit pas la cadence annoncée plus haut. En 1465-1466 le bâtard de Bourbon devait en recevoir 15 000 l.t, mais n’eut que les 5 000 de l’acompte. Il réclama les 10 000 l.t. d’arriérés et un nouveau paiement de même montant l’année suivante, mais les gens des finances recommandèrent de limiter cette annuité à 8 000 l.t.51 ; finalement il n’en perçut que 6 000. Dès lors, c’est cette somme qui lui fut versée chaque année jusqu’en 1475, terme du règlement sans doute car nous n’en trouvons plus trace ensuite ; de fait il avait eu le temps alors de toucher l’intégralité de son dû52. Ce n’était sans doute pas un hasard si Louis XI achevait de payer la même année les dots des deux demi-frères.

  • 53 Pilot de Thorey, n° 1 486, t. II, pp. 122-124. - Le 3 juillet Louis XI ordonna au Parlement et à la (...)
  • 54 Ibid., n° 1 502, p. 134 et note 1.
  • 55 Lettres, t. IV, pp. 6-7. - Nota que Vaesen lui donne pour mère Marie de Sassenage (ibid., note 2 p. (...)

23La sœur de Jeanne, Marie, fut de son côté mariée à Aymar de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier, d’une grande famille du Dauphiné. Le contrat, ratifié par le roi en juin 1467, fut plus modeste. Le souverain constituait à sa fille et ses descendants légitimes une rente annuelle de 2 000 l.t. pour laquelle il lui engageait quatre châtellenies dauphinoises et ses droits dans une cinquième terre du pays, le péage de la Sauvetat dans le royaume et, nous l’avons vu, la gabelle du sel de Romans ; la clause de rachat était fixée à 30 000 écus53. Le 20 octobre il manda au trésorier Coct de verser pour sa garde-robe 612 1. 3 s. 9 d.t. à sa fille, qui n’en donna quittance que le 28 août 146854. Elle mourut dès l’année suivante et la dot revint à Louis XI, qui ordonna le 5 juillet à Jean Bourré de la faire recouvrer par les officiers delphinaux conformément au contrat55.

  • 56 Legeay, 1.1, p. 131 ; Stein, note 1 p. 115. - Le mariage ne devait pas être conclu en 1466, car l’é (...)
  • 57 L’état des paiements ordonnés au receveur général pour 1474 ne contient rien à ce sujet (BN, ms. fr (...)

24Enfin, c’est sans doute à cette époque que le souverain maria l’aînée des filles de Charles VII et d’Agnès Sorel, Charlotte, à Jacques de Brézé ; la dot était fixée à 40 000 écus56. Nous n’avons pas trouvé trace de son règlement, mais il est vraisemblable qu’il avait été assigné en Normandie, où l’époux avait succédé comme grand sénéchal à son père, mort pour le roi à Montlhéry, et les archives comptables de cette recette générale après son recouvrement en 1466 font défaut jusqu’en 147457 ; rien ne permet de penser que la dot n’avait pas été acquittée entre-temps.

  • 58 Çalmette & Périnelle, pp. 79-80, 96.

25Les instructions données par le monarque à l’ambassade qu’il envoya en Angleterre en février 1467 entrent dans le cadre de cette grande politique matrimoniale. Inquiet des projets de mariage entre Charles le Téméraire et Marguerite d’York, sœur d’Édouard IV, Louis XI proposait l’union de Marguerite à un prince français ou ami de la France, en promettant de prendre les noces à sa charge et de fournir le douaire. Mais aucun parti ne pouvait égaler l’héritier de Bourgogne, devenu duc en juin, et le contrat tant redouté du roi de France fut ratifié par le souverain anglais le 14 mars 146858.

  • 59 Éd. Quicherat, pp. 465, 468. - La mention de 4 000 écus pour Toustain est une coquille.
  • 60 Lettres, t. III, pp. 332-333.
  • 61 Ibid, t. IV, note 1 p. 215.

26À un niveau plus modeste, la politique matrimoniale de Louis XI consistait aussi à favoriser, sinon à provoquer, les alliances entre ses serviteurs qu’il récompensait par de nouvelles gratifications. Le secrétaire Louis Tous-tain était ainsi inscrit dans l’état prévisionnel de 1466-1467 pour 3 000 écus valant 4 125 l.t., et le maître des Requêtes de l’Hôtel Simon Davy pour 1 000 l.t. sur les 4 000 qu’il aurait dû recevoir en une année - et encore les gens des finances étaient-ils d’avis de différer ce dernier paiement59. Vers le 19 mars 1469, quand son échanson Antoine de Batarnay, frère aîné du fidèle Ymbert, épousa la fille de son chambellan le bailli de Caen May de Houllefort, sire de Hamars, un influent seigneur de Basse-Normandie, le souverain lui fit don de 6 000 écus et lui engagea la seigneurie d’Évrecy près de Caen jusqu’au règlement de cette somme60. C’est dans l’union déjà évoquée de Pierre d’Oriole à la veuve de Guillaume de Varye en 1470 que la volonté royale apparaît le plus clairement. Pour encourager le peu enthousiaste général, le monarque lui abandonna le 19 juin l’intégralité des restes du disparu pour la gestion de toutes ses recettes et commissions passées, à condition qu’il consentît à convoler61.

  • 62 Éd. Quicherat, loc. cit.
  • 63 BN, ms. fr. 21 426 n° 15 (instructions aux commissaires royaux aux états de Languedoc, 25 février 1 (...)

27De même que les concessions de la fin de la guerre du Bien public avaient entraîné un fort accroissement des charges de l’État royal en 1466, tous ces accords se soldèrent par un nouveau bond en avant en 1467. Quand les gens des finances préparèrent un état prévisionnel des dépenses nouvelles à porter dans l’exercice 1466-1467, ils consacrèrent une rubrique spéciale aux « creües pour le fait des mariages », c’est-à-dire non au total des versements dus à ce titre, mais à leur seule augmentation par rapport à l’année précédente ; celle-ci montait à 141 325 l.t. Les financiers essayèrent de la comprimer, mais les retranchements suggérés ne totalisaient que 22 175 l.t.62 ; nous avons vu qu’il fallut en définitive les pousser plus loin. Louis XI était d’ailleurs pleinement conscient de la situation. Lorsqu’il leva une crue de taille sur le royaume à la fin de 1466, il la motiva à la fois par les grandes sommes promises aux princes dans les traités d’octobre 1465, et par celles qu’il avait accordées « en faveur de certains mariages que avons fait traicter entre aucuns desdiz seigneurs de nostre Sang pour tousiours acroistre l’amour qu’ilz doivent avoir a nous et au bien de nostre royaume, et afin qu’ilz soient plus enclins a nous servir contre tous ceulx qui voul-droient grever et dommager noz bons et loyaulx subgetz »63. Il n’eût pu définir plus clairement sa politique matrimoniale.

28Au total, à ne considérer que les neuf grands mariages des princesses de France et de Savoie et des bâtardes royales, entre les arriérés en souffrance et les dots nouvelles Louis XI s’était engagé à verser à tout le moins 310 000 écus et à céder des seigneuries et des recettes pour un prix de rachat de 280 000 écus, sans parler des aliénations pures et simples. Le Domaine paya un lourd tribut à cette politique, particulièrement en Champagne et en Dauphiné. Le montant connu des revenus abandonnés dans ces terres ou en sus d’elles, qui n’est que partiel, atteint déjà 48 000 l.t. par an, et les annuités des dons en espèces purent totaliser quelque 75 000 l.t. à la fin des années soixante. Il est vrai que plus d’une disparition mit un terme prématuré à ces onéreux arrangements. Reste que sans les recettes aliénées dont le montant nous échappe, les beaux-parents du roi reçurent dans la décennie qui suivit le Bien public un minimum de quelque 600 000 l.t. au titre des dots. Ces grandes manœuvres matrimoniales coûtèrent sans doute plus cher que le rachat de la Picardie, et si leur règlement fut plus étalé dans le temps, il n’en pesa que plus longuement sur les finances royales.

3. L’effort militaire.

  • 64 Louis XI ignorait encore la nouvelle le 18 mars, quand il donna congé à son lieutenant général en D (...)
  • 65 Ibid., PJ n° I-II, pp. 350-351 (Louis XI et Bourré à Coct, 31 mars) ; pp. 43-45 (Louis XI au même, (...)

29L’une des leçons que Louis XI tira de la guerre civile fut la nécessité de pouvoir compter sur ses propres forces. Dans les années qui suivirent, il appuya donc sa politique de redressement sur la montée en puissance de l’armée royale. Le corps expéditionnaire milanais stationna encore quelques mois en Dauphiné et permit au roi d’assurer ses arrières pendant la reconquête de la Normandie, mais Galéas-Marie Sforza dut repasser les Alpes quand la mort de son père, le 8 mars 1466, l’eut fait duc de Milan64. Le souverain mit alors un point d’honneur à défrayer les troupes de son allié pour leur voyage de retour, mais les difficultés que rencontra l’opération illustrent bien le piteux état de ses finances à ce moment. Dans des courriers pressants qu’appuyaient des lettres de Jean Bourré, il ordonna le 31 mars au trésorier de Dauphiné Claude Coct d’emprunter 4 000 écus, somme jugée insuffisante et portée le 3 avril à 6 000 écus, pour les remettre aux Milanais suivant les instructions du président de la Chambre des Comptes de Grenoble, Jean Philippe. Le capital et les intérêts lui seraient remboursés sans faute sur le premier terme de l’aide en cours65.

  • 66 Ibid., pp. 43-45 (Louis XI à Coct, 3 avril) ; PJ n° III-IV, pp. 352-353 (le roi et Bourré au même, (...)
  • 67 Ibid., PJ n° VI, pp. 357-360 (quittance de De Bianchi pour ces versements, 21 mai).

30Cependant, même après le recouvrement de la Normandie, le crédit du roi sur la place lyonnaise, qui détenait déjà sans doute des créances en souffrance, n’était pas florissant. Ne parvenant pas à obtenir pour son maître les fonds nécessaires, le trésorier pria celui-ci d’intervenir auprès de Frances-chino Non, alors à la Cour ; Louis XI l’avait d’ailleurs déjà fait contacter par le général de Varye. Il fallut en passer par les conditions du facteur des Médicis, et encore ne prêta-t-il que 2 000 écus, tandis que Coct en avançait autant de sa poche66. Giovanni de Bianchi, trésorier et chancelier du duc de Milan, reçut donc le premier tiers du subside royal de Nori le 19 avril à Lyon, le deuxième de Coct le 21 mai à Grenoble67, et le dernier ne fut à notre connaissance jamais versé.

  • 68 Op. cit., p. 150.
  • 69 Contamine, Guerre, État et société, p. 284.
  • 70 BN, ms. fr. 23 898 f° 106-126. - Ce document montre qu’il faut avancer d’un an la date proposée par (...)
  • 71 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 194. - C’est sans doute alors qu’il recruta les 13 hommes d’armes et (...)
  • 72 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r°; cf. PJ n° IV.
  • 73 Contamine, op. cit., p. 308.

31Les efforts du roi portèrent d’abord sur l’armée permanente. Selon Henri Stein, dès la fin de 1465 il prit à sa solde 300 lances bretonnes pour garder la Normandie68, sans doute des gens d’armes de François II déjà présents dans le duché et recrutés après le traité de Caen pour témoigner sa confiance au duc ; il est vraisemblable en tout cas que le souverain, fort de son expérience, ne garda pas longtemps des forces aussi peu sûres à son service. En 1466 l’ordonnance ne comptait encore que 1 765 lances ordinaires69, soit 5,3 % de plus qu’avant-guerre. Le vrai décollage de ses effectifs eut lieu en 1467, quand 300 lances sans doute extraordinaires furent levées dans le royaume avant le 9 novembre70, probablement à la suite de l’offensive bretonne en Normandie. Le monarque, qui cherchait alors à reconstituer ses forces, fit crier le 21 à Paris « que toutes gens qui avoient acoustumé de suivre la guerre et qui avoient esté cassez de gaiges se tirassent pardevers certains commissaires qu’il avoit ordonnez pour les recevoir et mettre a ses gaiges et souldées pour le servir en ses guerres »71. En 1470 les lances ordinaires étaient 1 99072, 18,7 % de plus qu’à la veille du Bien public. Par ailleurs, le recrutement de deux compagnies d’« enfans de pié de Lombardie » en 1469 ou 147073 paraît avoir été le premier pas vers la création d’un embryon d’infanterie permanente par le recours à des mercenaires étrangers.

  • 74 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 167 ; Sée, p. 85 ; Champion, t. II, p. 241 ; Contamine, op. cit., pp (...)
  • 75 Éd. Quicherat, p. 462 pour 1466-1467 ; BN, ms. fr. 20 485, loc. cit. (cf. PJ citée) pour 1470. - Po (...)
  • 76 Lettres, t. X, Supplément, pp. 261-262 ; Contamine, op. cit., p. 338, 348, note 79 pp. 348-349. - L (...)

32Louis XI développa par ailleurs l’infanterie de réserve des francs-archers. À la fin de 1466, tandis qu’il convoquait l’arrière-ban en raison des tensions avec la Bourgogne, il multiplia le nombre des francs-archers par deux, trois, voire près de quatre selon les lieux et coiffa les capitaines régionaux par quatre capitaines généraux placés chacun à la tête d’une vaste circonscription. L’effectif devait être porté à 16 000 hommes, à raison de 4 000 par capitainerie générale74. Les gages des nouveaux officiers, d’abord fixés à 800 l.t., furent ramenés à 710 l.t. en 1470 au plus tard75. Les francs-archers qui, nous l’avons vu, n’étaient pas inconnus en Dauphiné y furent définitivement organisés à la même époque, avant le 22 décembre 1467, quand le roi réitéra au gouverneur l’ordre de les convoquer comme ils l’étaient dans le royaume76 : sous ce rapport au moins, l’intégration du pays dans l’État royal était chose accomplie.

  • 77 Contamine, op. cit., pp. 373-374. - Cet érudit date la réforme de la fin de l’été ou de l’automne 1 (...)
  • 78 BN, ms. fr. 20 685 p. 405.
  • 79 Ibid., pp. 416-417 (leur qualité exacte est précisée dans le compte de l’année suivante, p. 470).
  • 80 Contamine, op. cit., p. 380.
  • 81 Ibid, p. 374.
  • 82 BN, ms. fr. 20 485, loc. cit. ; cf. PJ citée. - Ce document parle de pensions, ce qui montre que le (...)

33À la fin de 1466 ou au début de 1467 l’arrière-ban fut pourvu d’un encadrement régional permanent à l’exemple des francs-archers. Un capitaine choisi dans la noblesse locale fut institué dans chaque pays à la solde du souverain77. Dès l’exercice 1466-1467 treize des quinze capitaines placés à la tête des 2 000 lances et des 650 brigandiniers et gens de trait de l’arrière-ban de Languedoïl perçurent 2 800 l.t. de gages78 ; l’année suivante leurs huit collègues de Seine-et-Yonne touchaient 1 900 l.t.79 En Normandie leur nombre fluctuait entre six et neuf80 : ils étaient donc une trentaine au total dans le royaume en dehors du Languedoc. Leur solde annuelle, qui variait de 200 à 500 l.t. selon les charges, subit en 1470 un nivellement par le bas81 : Louis XI inaugurait décidément la nouvelle décennie par des coupes sombres dans la rémunération des cadres de ses réserves. Celles-ci furent décidées après le 26 février, car la masse salariale des capitaines de l’arrière-ban était alors estimée à 5 700 l.t.82

  • 83 Champion, t. II, p. 241.
  • 84 Maupoint / Fagniez, p. 103.
  • 85 Dix de ces lettres de ratification, datées simplement de juin (Ord, t. XVI, pp. 654-671, 679-686), (...)

34Enfin, à côté des réserves traditionnelles des francs-archers et de l’arrière-ban ainsi renforcées, Louis XI imagina de constituer une troisième réserve, bourgeoise et organisée sur une base professionnelle. Il paraît avoir d’abord cherché à mettre ses idées en pratique à Tours, où le peuple s’agita en janvier 1467 « pour ce que on le veult contraindre a guerrier et eulx [sic] armer d’abillemens qui soient leurs »83 ; le roi n’insista pas, ayant jeté son dévolu sur une plus grosse proie. Au mois de mai l’évêque d’Evreux Jean Balue et le prévôt de Paris apportèrent dans la capitale l’ordre à tous les habitants de s’équiper dans les deux mois « de tout hernois de guerre » pour servir le souverain et garder la ville84. Les gens du Parlement et du Conseil royal étaient commis à la levée en armes des Parisiens et chargés de dresser à cet effet un règlement que le monarque promulgua le mois suivant, probablement le 24 juin, en même temps qu’il ratifiait en contrepartie les statuts de vingt-cinq métiers de la capitale85.

  • 86 Ibid., pp. 671-678.

35L’ordonnance organisait militairement l’ensemble des métiers en soixante et une bannières (articles 1 à 22), et les officiers municipaux et royaux en trois autres compagnies (articles 23 à 27). Parmi ces derniers les présidents du Parlement commanderaient les gens de la cour mais aussi des Chambres des Requêtes de l’Hôtel et du Palais, de la Chambre du Trésor et de la chancellerie, notaires et secrétaires du roi compris (article 23), tandis que leurs collègues de la Chambre des Comptes dirigeraient les officiers de leur corps, de la Chambre des Aides, de la Chambre des Monnaies et les élus (article 24). Les organes de contrôle, dont les membres avaient promis avec l’enthousiasme que l’on devine de s’armer ainsi que leurs serviteurs86, n’échappaient pas à la conscription, et l’on notera que le Parlement en avait profité pour mettre sous sa coupe la Chambre du Trésor, pourtant plus proche de la Chambre des Comptes.

  • 87 Maupoint / Fagniez, pp. 103-104 (sous la date erronée du 24) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 180- (...)

36Cette armée de métiers réunissait des effectifs beaucoup plus importants que les autres réserves sans rien coûter à la monarchie, sa mission étant officiellement limitée à la défense de la place, ce qui libérait par ailleurs le reste des troupes pour les opérations de campagne. Une grande revue fut organisée le 14 septembre en présence de Louis XI et de la reine Charlotte sous les murs de la capitale pour vérifier l’exécution des ordres royaux. Tous les hommes de seize à soixante ans avaient été convoqués. Jean de Roye évalue le nombre des participants à 60 ou 80 000, dont 30 000 convenablement équipés ; Maupoint ramène ce nombre à 28 ou 30 000, tout en ajoutant que les souverains et leur entourage furent « tres joyeulx de voir (...) si grand nombre de peuple si fort et si bien habillé (...) partir de une seule des villes du roy »87.

  • 88 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 193-196, 232, 280, 310-311.

37D’autres revues suivirent le 26 novembre 1467, vers le début de novembre 1469, vers le 20 juillet 1472 et encore le 20 avril 1474, puis il ne fut plus question de cette réforme, qui ne paraît pas avoir jamais été étendue à d’autres bonnes villes. Il semble au reste qu’à partir de 1472 la mobilisation s’était faite plus classiquement par dizaines et quartiers. Ces levées, qui paralysaient la vie économique de la capitale pour fournir des effectifs imposants mais sans valeur militaire, ne pouvaient être d’aucun secours réel au roi. De telles démonstrations de force n’eurent d’autre but pratique que d’impressionner amis ou ennemis, après l’agression bretonne en novembre 1467, pendant le siège de Beauvais en 1472 ou pour la visite d’une ambassade aragonaise en 147488. L’éphémère réserve urbaine servit en somme à la guerre psychologique.

  • 89 Contamine, op. cit., pp. 297-298, 312.
  • 90 BN, ms. fr. 23 262 f° 34.
  • 91 Ibid., f°73.
  • 92 BN, ms. fr. 20 496 f° 87.
  • 93 Contamine, op. cit., pp. 297-298, note 121 p. 298.

38L’artillerie fut elle aussi développée. Quand Louis XI reprit la Normandie en 1466, il y trouva l’artillerie de son frère sous le maître Giraud de Saman89 et la conserva à son service : ainsi fut constituée la deuxième bande de l’artillerie royale, stationnée dans le duché90. De nouveaux offices paraissent avoir été créés à cette époque, que nous rencontrons pour la première fois. Jean de Graville fut nommé capitaine des maçons et garde des boulets des bombardes du roi aux gages mensuels de 20 l.t. pour compter du 1er juin 146791, puis Pierre Guillard dit Chandelier fut commis « a tenir le compte des pouldres, salepestres et plombées » avec les mêmes gages à partir du 1er mai 146892. En 1469 le budget du maître Gaspard Bureau pour la bande principale était de 5 1081. 15 s.t, seulement 5,8 % de plus qu’en 1463, et il n’avait encore que 44 subordonnés, mais il s’y ajoutait une dizaine d’hommes dans la seconde bande93.

  • 94 Le 11, Antoine Raguier reçut l’ordre de délivrer 500 l.t. pour lui être portées (BN, ms. fr. 20 496 (...)
  • 95 Le défraiement du convoyage fut confié à un certain Huguet Régnier (BN, ms. fr. 23 263 f°5).
  • 96 Caillet, pp. 197, 208.

39À la veille de la contre-offensive en Normandie, en juillet 1468, celle-ci était concentrée avec l’armée de l’amiral de Bourbon à Falaise94. A la fin de 1469 ou en 1470, sans doute dans la perspective des hostilités contre la Bourgogne, des pièces qui avaient dû être accordées au duc de Calabre pour son expédition en Catalogne puis ramenées en Languedoc furent menées de Narbonne à Orléans sous la conduite de l’élu de Paris Jean des Vignes95. L’expansion encore modeste de l’artillerie était à la charge du trésorier des guerres : c’est lui qui payait le garde des boulets et le commis aux poudres, lui encore qui envoya des fonds à Falaise en 1468. Le souverain recourut néanmoins à l’artillerie des villes, dont il disposait d’ailleurs à sa guise. Le 30 août 1468 le maréchal de Comminges réclama aux Lyonnais de l’artillerie lourde et des hommes pour la transporter et la servir dans la campagne de Bourgogne ; les consuls offrirent leur plus grosse bombarde et 200 ou 300 l.t. pour acheter de la poudre. Cinq ans s’écoulèrent sans qu’ils revissent leur pièce ; quand ils demandèrent à la récupérer en octobre 1473, ils apprirent qu’elle avait été fondue à Narbonne, à l’autre bout du Languedoc96.

  • 97 BN, ms. fr. 20 490 f° 98.
  • 98 BN, ms. fr. 20 496 f° 72, 83.
  • 99 Sée, note 3 p. 208.
  • 100 Ibid., p. 208 et note 2 ; Calmette & Périnelle, note 1 p. 106 (ces auteurs corrigent la date fourni (...)
  • 101 Lettres, t. X, Supplément, pp. 298-299. - Vaesen date sans certitude cette missive de 1470 d’après (...)
  • 102 BN, ms. fr. 20 497 f° 71.
  • 103 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. 244.

40La flotte de guerre permanente fut elle aussi renforcée. Le 23 janvier 1467 le capitaine des navires du roi, Briand de Quénelet, s’engagea à entre tenir désormais « vingt compaignons mariniers et autres de creüe en la Caraque et en la Nef du roy »97. En 1468 l’entretien des « gens de guerre et de navie » placés sous ses ordres coûtait 1 500 l.t. par quartier, réglées par le trésorier des guerres98 : c’est dire la faiblesse des effectifs malgré cette augmentation. Plus encore que pour l’artillerie, les forces royales n’étaient ici que le noyau des escadres du temps de guerre, constituées à leurs frais par les villes portuaires. Les habitants de Honfleur dépensèrent ainsi 600 l.t. en 1466 pour armer la Madeleine99. Quand Louis XI ordonna le rassemblement d’une flotte en Normandie au printemps de 1468, les élections du duché furent imposées, tandis qu’à Bordeaux la municipalité empruntait à l’en croire quelque 10 000 l.t. à ses administrés, tant en espèces qu’en vivres, cordages et munitions pour équiper trois grandes nefs et une caravelle100. Le 8 mai le roi écrivit aux habitants d’Harfleur de tenir leurs navires de guerre prêts à gagner Saint-Vaast-la-Hougue où il comptait concentrer les vaisseaux de tous les ports du royaume, y compris les grandes nefs de Bordeaux, pour parer à la menace d’une descente anglaise101. L’opération fut néanmoins subventionnée en partie par le souverain, qui manda le lendemain à Raguier de verser 2 000 l.t. pour le ravitaillement des navires présents dans le port aquitain102. Des escadres imposantes pouvaient être ainsi réunies : à l’automne de 1470 l’amiral de Bourbon disposait d’une soixantaine de navires sur les côtes normandes pour faire face à la flotte bourguignonne et escorter celle du comte de Warwick à son retour en Angleterre103.

  • 104 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 274-277.
  • 105 Champion, t. II, pp. 85-86 ; Contamine, op. cit., p. 300.
  • 106 Éd. Quicherat, p. 467.

41L’accroissement des effectifs et le renforcement institutionnel de l’armée royale furent complétés par un effort d’armement. Une ambassade bourguignonne venue trouver Louis XI à Montargis en juin 1466 découvrit dans la région plusieurs arsenaux où se fabriquaient des machines de guerre, des boulets de fer et de solides clôtures pour fortifier les camps104. Le roi faisait réaliser son « champ de guerre », c’est-à-dire un campement modèle puissamment équipé à l’imitation de l’Italie ou de la Bourgogne105. Les sommes affectées à ces travaux paraissent en fait avoir été faibles : 3 127 l.t. en 1465-1466 (il est vrai qu’ils avaient commencé vers la fin de l’exercice), puis 6 284 1. 3 s. 4 d.t. en 1466-1467, que devait recevoir le secrétaire Jean le Clerc « pour achever le parc du roy ». Toutefois cette hausse des crédits, que les gens des finances portèrent dans leur état prévisionnel sous la rubrique des « creües pour le fait de l’artillerie »106, échappa aux coupes sombres envisagées : la dépense était prioritaire.

  • 107 BN, ms. fr. 20 685 p. 411.
  • 108 BN, ms. fr. 20 496 f° 87.
  • 109 BN, ms. fr. 20 685 p. 499.

42Une fois réalisé, le « parc et champ de bataille » fut conduit sur ses chariots de transport à Orléans, d’où le bâtard de Rochechouart les mena par la Loire à Blois, peut-être pour les montrer au roi qui y séjourna en mars et avril, avant de les ramener à Orléans107. Sans doute fut-il étrenné dans le déploiement de forces qui suivit l’invasion bretonne en Basse-Normandie à la fin de l’année. En 1468 il était à Mantes, où le souverain le fit remettre en état, probablement en vue de la contre-offensive : le 3 juillet il ordonna au trésorier des guerres de verser dans ce but 300 l.t. au clerc Martin Chatoru108, qui reçut encore 112 l.t. sur la recette générale de Languedoïl en 1468-1469109. Là encore, la modestie des frais engagés témoigne de l’ampleur limitée que conservait l’expérience.

  • 110 BN, ms. fr. 20 496 f° 66.
  • 111 Ibid., 88.
  • 112 Lettres, t. III, pp. 175-177, 189-190, PJ n° VIII, pp. 364-365 ; Caillet, pp. 183-186.

43Le monarque veillait par ailleurs à pourvoir ses forces en armes et en munitions : ainsi manda-t-il le 30 juin 1467 à Raguier de remettre 56 l.t. au secrétaire Guillaume l’Auvergnat pour régler 5 800 carreaux d’arbalète110, et le 9 juillet 1468 de verser un acompte de 100 l.t. à deux marchands de Forez pour 600 fers et 600 fûts de lances coûtant 300 l.t.111 Ces fournitures courantes pesaient beaucoup moins sur le budget militaire que la solde des hommes. Au demeurant, Louis XI n’hésita pas à se défausser sur les Lyonnais du reliquat d’une importante commande. Les généraux Herbert et de Varye avaient acheté sur la place 53 brigandines et 243 harnais de guerre, dont 200 restaient à payer pour un montant de 2 900 écus (3 987 1. 10 s.t.). Le roi, invoquant ses lourdes charges, fit inviter la ville à reprendre sa dette à sa charge le 7 octobre 1467. Celle-ci tergiversa, marchanda, mais dut se soumettre, d’autant que le souverain jouait d’un véritable chantage en laissant planer la menace d’une suppression de foires. Les harnais du roi furent réglés par une taille municipale112.

  • 113 BN, ms. fr. 20 496 f° 68.
  • 114 En Soissonnais et Laonnois Nicolas Alvequin de 1466-1467 à 1469-1470 (BN, ms. fr. 20 685 pp. 403, 4 (...)

44Le parc d’artillerie fut enfin développé en même temps que l’organisation de cette arme. Louis XI ordonna le 12 avril 1467 au trésorier des guerres de verser 200 l.t. à Gaspard Bureau pour la fabrication de pièces à Orléans, autant le 30 juin à Michau Baudoin pour la réalisation de boulets de fer -qui paraissent progresser alors devant les boulets de pierre -, et le 26 juillet de payer 100 s.t. par mois les ouvriers employés à la production de pièces sous la direction de Giraud de Saman, sans doute en Normandie113. Par ailleurs, à partir de 1466-1467, l’on voit apparaître dans les comptes des commis chargés de collecter du salpêtre dans divers pays, qui recevaient des fonds dont le montant nous échappe malheureusement pour alimenter la production de la poudre à canon114. L’institution d’un garde des poudres et salpêtres ne fut sans doute pas étrangère à cette prise en main par la monarchie de ses fournitures en explosifs.

  • 115 Calmette & Périnelle, p. 71 et note 4.
  • 116 AN, K 70 n° 341-3 ; ibid., n° 35 (arrière-ban du bailliage de Rouen, 26 mai) ; de Roye / de Mandrot (...)
  • 117 Ibid., p. 167 ; AN, K. 70 n° 40 (arrière-ban de la sénéchaussée de Beaucaire, 15 janvier 1467).
  • 118 De Roye/de Mandrot, t. I, p. 175 (arrière-ban d’île-de-France). - Le 18 août Louis XI consulta le c (...)
  • 119 Caillet, p. 233 (francs-archers de Lyon, avant le 14 novembre) ; Lettres, t. III, pp. 188-189 (arri (...)
  • 120 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 196.

45Au demeurant, la fin de la guerre du Bien public n’apporta pas aux Français le répit espéré. Dès les derniers jours de novembre 1465 les côtes furent mises en état de défense, la trêve avec l’Angleterre ayant expiré115. Le 4 mai 1466 Louis XI chargea le connétable de Saint-Pol de faire lever l’arrière-ban et les francs-archers dans tout le royaume pour parer à une descente anglaise116. Ce fut la première d’une longue série de mobilisations qui se succédèrent rapidement, entre la fin de 1466 et le début de 1467117, en juillet suivant118 et à la fin de l’année119 contre la Bourgogne et la Bretagne. En novembre des forces imposantes étaient déployées entre le Mans et Alençon, face à l’armée de François II120.

  • 121 Maupoint / Fagniez, p. 106. - L’arrière-ban avait reçu l’ordre de se tenir prêt dès le début de l’a (...)
  • 122 Contamine, op. cit., pp. 316-317.
  • 123 Ibid., p. 280 ; Maupoint / Fagniez, p. 107 ; Leseur / Courteault, t II, pp. 243-244, 247-248. -Selo (...)
  • 124 Maupoint / Fagniez, p. 106 ; Contamine, p. 306.

46La menace de la coalition anglo-burgundo-bretonne suscita en 1468 le plus grand branle-bas depuis la guerre civile. L’arrière-ban et les francs archers du royaume furent convoqués en avril121 ; le souverain prévoyait de répartir entre quatre armées sur tous les fronts 1 800 lances de l’ordonnance, 350 lances du comte de Foix, quelque 800 gens d’armes et 10 000 brigandiniers de l’arrière-ban des trois quarts du royaume et 20 000 hommes de pied122. L’armée réunie en mai autour du roi en Île-de-France et aux environs pour se porter soit vers la Normandie, soit vers le Nord réunissait 950 lances de l’ordonnance, des nobles de l’arrière-ban et des francs-archers, dont les forces de Foix123. Deux armées étaient chargées de l’offensive contre les Bretons, l’une depuis la Touraine et l’Anjou, qui incluait les 3 979 francs-archers de la circonscription de l’Ouest, l’autre depuis la Normandie, qui selon Jean Maupoint comptait 14 à 15 000 hommes124.

  • 125 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 209, 214.
  • 126 Lettres, t. III, pp. 235-236 (lettres de créance d’un envoyé royal au duc de Savoie, 4 juillet), 24 (...)
  • 127 Ibid., t. X, Supplément, pp. 271-273.
  • 128 Lettres, t. III, pp. 289-291 (à Chabannes), 292-293 (à son « cousin », sans doute Gaston IV). - Dès (...)
  • 129 Ibid., pp. 295-297. - Selon Jean le Clerc Chabannes n’exécuta pas ces ordres extorqués à son maître (...)

47Le 6 avril Antoine de Chabannes fut envoyé comme lieutenant du roi en Champagne avec 400 lances et 4 000 francs-archers, sans doute ceux de la capitainerie générale du Nord-Est ; par la suite cette armée dut manœuvrer vers les marches de Picardie, où Chabannes fut nommé lieutenant à la tête d’effectifs identiques avant le départ de Louis XI pour Péronne125. Si la guerre éclatait avec le duc de Bourgogne le maréchal de Comminges devait enfin attaquer en Bresse son allié Philippe de Savoie avec l’arrière-ban et les francs-archers du Dauphiné, tandis que le duc de Milan et le marquis de Montferrat le prendraient à revers en Piémont126. Au milieu de ces préparatifs, le roi se permit encore de proposer le 20 août aux Bernois, qui venaient de défaire le duc d’Autriche, 2 à 3 000 chevaux ou 4 000 francs-archers soldés pour six mois en cas de besoin127. Dès le 14 octobre Charles le Téméraire l’obligea à ordonner depuis Péronne le congédiement de l’arrière-ban et des francs-archers par ses chefs de guerre128, et le 22 il manda à Chabannes d’envoyer sa compagnie « tout droit » en Armagnac, où trois à cinq autres devaient la rejoindre. Le souverain avait déjà évoqué avec son principal capitaine ce mouvement129 qui préludait à la campagne de 1469-1470 contre Jean V, mais pour l’heure le duc de Bourgogne lui faisait surtout expédier les forces royales bien loin de ses États.

  • 130 Calmette, p. 282. - Le 16 février 1468 le roi manda à Raguier de verser leur quartier de solde à 10 (...)
  • 131 Caillet, p. 234.
  • 132 Calmette, pp. 298-300.

48En 1469 le monarque dépêcha des troupes au duc de Calabre en Catalogne pour remercier la Maison d’Anjou de son soutien dans la crise de l’année précédente. À l’automne de 1467 déjà 400 lances lui avaient été envoyées, mais l’invasion bretonne avait entraîné leur retrait130. Cette fois, ce furent 500 lances et 5 000 francs-archers, le quart des forces royales, qui passèrent les Pyrénées en avril sous le nouveau comte de Dunois. Une grande partie des francs-archers fut donc levée, ainsi à Lyon avant le 19 mars131. D’importants renforts suivirent en octobre, mais la campagne d’Armagnac les ramena vite dans le royaume132.

  • 133 Calmette & Périnelle, pp. 108-109. - La convocation de l’arrière-ban fut criée le 14 à Paris (de Ro (...)
  • 134 Ibid., pp. 239-240.
  • 135 Lettres, t. IV, p. 141-143.

49En 1470 enfin, les affaires anglaises déterminèrent une nouvelle série de levées. Apprenant au début de février qu’Edouard IV et les seigneurs qui s’étaient soulevés contre lui avaient scellé leur réconciliation par un projet de descente en France, Louis XI fit lever l’arrière-ban pour le 25 courant ou le 1er mars selon les lieux ; au printemps, devant les nouveaux développements, l’amiral de Bourbon ordonna à la noblesse de Normandie de se tenir prête133. En juin plusieurs compagnies d’ordonnance quittèrent leurs cantonnements pour prendre position dans le duché et sur les marches de Picardie134, et à la fin du mois d’août, les attaques de la flotte du Téméraire sur les côtes normandes après la fuite de Warwick en France ayant fait craindre au souverain une offensive anglo-bourguignonne par terre et par mer, celui-ci convoqua à Harfleur les compagnies les plus proches et tous les francs-archers de la capitainerie générale du Nord-Ouest sous Capdorat135. Ainsi, une dizaine de mobilisations générales ou partielles ponctuèrent les cinq années qui séparent la fin de la guerre du Bien public du début du duel final entre Louis XI et Charles le Téméraire : ce fut la drôle de paix.

  • 136 Sée, note 6 pp. 107-108. - À la même époque l’amiral de Bourbon demandait au roi de faire dépêcher (...)
  • 137 Legeay, t. I, p. 364 ; Sée, note 1 p. 124.
  • 138 Maupoint / Fagniez, pp. 105-106.

50Indépendamment même du développement des forces royales et de l’effort d’armement, ces campagnes et ces levées répétées qui pouvaient mobiliser des effectifs considérables pendant plusieurs mois furent un poids constant sur les finances royales. Les problèmes de paiement furent aigus, surtout dans la crise de 1468. En juillet l’arrière-ban de Poitou se révolta aux Ponts-de-Cé, refusant de rejoindre le siège de Champtocé avant d’avoir reçu un mois de solde et des garanties pour l’avenir ; bien que le roi eût prescrit de ne leur verser que huit jours de gages ses capitaines prirent sur eux de leur faire porter l’argent d’une quinzaine, mais cette demi-concession ne calma pas l’ire des nobles poitevins et le seigneur de la Forêt fut tout juste arraché au lynchage par les autres capitaines136. À la fin de l’année le prévôt des maréchaux Tristan l’Hermite écrivit à son tour au souverain depuis les marches de Picardie : « il y a sept mois entiers que nous n’avons eu un blanc, et n’y a nul qui ait de quoy payer une mesure d’avoine a son cheval »137. Les scènes de désertion qui avaient inauguré la guerre du Bien public se renouvelèrent d’ailleurs : plusieurs capitaines et gens d’armes de l’ordonnance passèrent à Charles le Téméraire au début de l’été, « dont le roy fut tres mal content »138.

  • 139 Gilles, p. 67. - En 1467-1468 l’assignation du trésorier des guerres en Languedoc montait à 11 245 (...)
  • 140 Le nouveau trésorier des guerres Noël le Barge assista d’ailleurs à la vente (de Roye / de Mandrot, (...)
  • 141 Lettres, t. IV, pp. 134-137 ; cf. supra, p. 253.
  • 142 Calmette & Périnelle, PJ n° 27, pp. 302-303.

51Divers expédients tâchèrent de compléter les crédits du trésorier des guerres. La subvention triennale de 24 000 l.t. votée en 1467 par les états de Languedoc pour les travaux d’Aigues-Mortes fut réaffectée aux dépenses militaires139, et nous avons vu que le grand emprunt de 1468 était destiné au trésorier, au profit de qui l’argenterie du cardinal Balue, arrêté en 1469, fut aussi vendue aux enchères pour un total de 5 070 1. 12 s. 7 d.t.140 Louis XI tenta par ailleurs de constituer une réserve dotée de revenus propres et gérée par le trésorier, qui pourrait y puiser au besoin. Quand le roi partagea le produit de la commission des francs-fiefs et nouveaux acquêts de Normandie avec l’amiral de Bourbon peu avant le 7 août 1470, il affecta sa part à « l’Espargne de nostre guerre », mais la commission fut bientôt cassée141. L’Épargne de la Guerre, qui fait là son unique apparition dans notre documentation, semble avoir été un fugace avatar de la caisse de l’Épargne dont nous avons déjà évoqué l’existence intermittente. Le trésorier des guerres fut enfin soulagé de certains paiements à l’occasion : c’est du receveur général de Normandie que le 10 août 1468, au fort de la crise, le comte d’Eu reçut les 2 000 l.t. de la solde annuelle des mortes-payes en garnison à Saint-Valery-en-Caux142.

  • 143 Ord., t. XVII, pp. 82-84.
  • 144 AN, Y 3 f° 77 v°. - Elles étaient adressées au maréchal de Lohéac, lieutenant du roi en Île-de-Fran (...)
  • 145 Ord., t. XVII, pp. 293-297.
  • 146 Lettres, t. IV, pp. 58-60.

52Ces difficultés financières sapaient les efforts répétés du souverain pour assurer la régularité des paiements et la discipline de ses gens d’armes, dans un statut spécial à la Normandie en avril 1467143, des instructions publiées à Paris le 26 août suivant144, et encore un règlement applicable à tout le royaume le 13 mai 1470145. Ce n’est pas sans arrière-pensées que le monarque défendait ses sujets contre les exactions de ses gens de guerre : le 15 novembre 1469, il autorisa Chabannes à laisser l’armée royale en dehors des États d’Armagnac si le comte se montrait coopératif, « pour soupporter le povre peuple et afin qu’ilz puissent [sic] mieux payer les tailles »146.

  • 147 Sée, p. 350.
  • 148 Champion, t. II, p. 241 (Louis XI aux Tourangeaux, 26 juillet).
  • 149 Ils préparaient leur départ le 14 mars (BN, ms. fr. 20 488 f° 75).
  • 150 Éd. Isambert, Jourdan & Decrusy, t. X, pp. 547-561 ; Clamageran, t. II, pp. 45-46 ; Legeay, t. I, p (...)
  • 151 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 248-249, 251.
  • 152 BN, ms. fr. 20 492 f° 24. - Nous suivons la datation de Vaesen (« Catalogue... », vol. XLV, p. 161)
  • 153 Lettres, t. IV, pp. 119-121 (aux Lyonnais, 29 mai).
  • 154 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 239-240.
  • 155 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 174, 244 ; t. II, p. 86.
  • 156 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 240.

53Les abus n’en persistèrent pas moins. En 1466 les habitants de Poitiers se disaient ruinés par « les gens d’armes qui pillent et prennent toute la substance du peple »147 ; la Commission des Trente-Six était chargée d’y pourvoir148. Au début de l’année suivante une enquête sur les détachements cantonnés en Saintonge, en Périgord et en Limousin fut confiée aux capitaines Jacques de Brézé et Louis de Beaumont149. En 1468 les états généraux dénoncèrent les méfaits des gens d’armes, notamment dans les campagnes, et la Commission des Six reçut à son tour mandat d’y porter remède150. Si dans l’hiver 1469-1470 le comte de Dammartin veilla à la discipline de ses troupes en Armagnac, l’ancien Écorcheur recourut aux pratiques du temps jadis en exigeant en retour un pâtis des habitants151. En 1470, le Coutançais et l’Avranchin envoyèrent deux députés se plaindre à l’amiral des excès de la soldatesque152. Ce sont de telles doléances qui suscitèrent le règlement du 13 mai, à la suite duquel le monarque, se déclarant résolu à éradiquer définitivement ces exactions, invita ses sujets à signaler toute infraction à ses commissaires ou à ses officiers locaux, voire à lui-même si ces agents temporisaient153. Le mois suivant les compagnies d’ordonnance dépêchées en Normandie et dans le Nord n’en marchèrent pas moins en « gastant tout le plat pays » sur leur chemin154. En juin toujours, un retentissant fait divers vint d’ailleurs illustrer la persistante gravité du mal : deux hommes d’armes du connétable de Saint-Pol - qui entretenait par privilège spécial 400 lances de son choix aux frais du roi sans devoir en rendre aucun compte155 - assassinèrent dans la Beauce deux clercs du trésorier des guerres pour s’emparer du paiement des troupes. Force resta cette fois à la loi : arrêtés à Honfleur alors qu’ils tentaient sans doute de quitter le royaume, les meurtriers furent ramenés à Meaux au connétable, qui les pendit156.

  • 157 Gandilhon, pp. 102-103.
  • 158 Gilles, note 207 p. 195.
  • 159 Champion, t. II, p. 241.
  • 160 Caillet, p. 234.

54Les griefs envers les gens d’armes n’avaient d’égal que les récriminations contre les francs-archers, qui furent avec le poids des impôts la principale doléance présentée en 1466 à la Commission des Trente-Six157. La même année une nouvelle tentative pour les instaurer en Languedoc se heurta à la résistance de l’assemblée régionale, qui souligna le danger de cette institution pour la base contribuable du pays et obtint un sursis158. En janvier 1467 leur convocation fut l’une des causes de l’agitation à Tours159, tandis que la multiplication de leur effectif à cette époque en aggravait partout le fardeau. Leur quote-part de taille, d’autant plus conséquente qu’ils étaient nombreux, était reportée sur les autres contribuables, et si leur entretien en campagne était à la charge du roi, leurs paroisses devaient à chaque levée remettre leur équipement en état et les munir d’argent pour la route. Le viatique de 443 1. 11 s.t. que le consulat de Lyon accorda le 19 mars 1469 à ses francs-archers envoyés en Catalogne fut ainsi la goutte d’eau qui fit déborder le vase des finances municipales et contraignit les édiles à mettre en vente l’hôtel de ville160.

  • 161 BN, ms. fr. 6 971 f° 243 r°.
  • 162 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r ; cf. PJ n° IV

55Avec cet effort militaire tous azimuts, les dépenses de la monarchie aussi commencèrent à prendre dans cette période la physionomie qui les caractériserait toujours davantage jusqu’à la fin du règne. Dès 1466 le trésorier des guerres maniait une recette de 828 230 1. 2 s. 8 d.t.161 ; en 1470 le budget prévisionnel de l’Ordinaire des guerres et de l’artillerie atteignait 907 362 1. 1 s. 10 d. ob.t.162 Sans parler même des frais extraordinaires que venaient y ajouter les mobilisations répétées, la hausse encore relativement lente des crédits militaires réguliers ne doit pas faire oublier l’importance des formidables sommes en jeu. Louis XI remodelait progressivement l’imposant appareil de guerre hérité de son père et lui donnait une ampleur nouvelle, au prix inévitable d’une pression accrue sur ses finances et sur ses sujets.

4. Le pari anglais.

  • 163 Calmette & Périnelle, pp. 79-80, 84 ; Kendall, p. 227.
  • 164 Calmette & Périnelle, p. 82.

56La principale menace qui pesait sur le relèvement du pouvoir royal était la constitution d’une triplice qui, de la Bretagne à la Bourgogne par la Manche et les Pays-Bas, enserrait le royaume dans un dangereux étau. L’obsession de Louis XI fut d’en détacher le maillon central et le plus fragile, l’Angleterre, où les feux de la guerre des Deux Roses étaient mal éteints, et dont la neutralisation romprait cet encerclement en isolant la Bourgogne et surtout la Bretagne. Peu lui importait d’ailleurs de s’entendre avec l’une ou l’autre Rose : puisqu’Édouard IV était le maître de l’heure, c’est à lui qu’il adressa ses avances. L’ambassade qu’il lui envoya en février 1467 avait mission de lui offrir, outre le mariage de Marguerite d’York, la prolongation des trêves pendant quatre ans, un accord d’assistance mutuelle et le versement d’un subside annuel de 4 000 marcs, quelque 13 000 écus163. Cette dernière clause annonçait Picquigny : le roi, qui rêvait déjà d’un retournement d’alliances et d’un partage des États bourguignons entre la France et l’Angleterre164, était résolu à ouvrir sa bourse pour parvenir à ses fins.

  • 165 Ibid., pp. 83-91 ; de Roye / de Mandrot, t. I, p. 172 ; Basin/Garand & Samaran, t. I, pp. 286-287.

57Une ambassade conduite par l’homme fort du parti yorkiste, le comte de Warwick, traversa la Manche en juin à la suite de ces ouvertures. Le souverain lui-même rencontra à Rouen le « Faiseur de rois », en qui il appréciait un grand politique, et combla les Anglais d’attentions. Ceux-ci reçurent des médailles d’or de 10 écus frappées pour l’occasion, de l’argenterie, des chevaux, des fonds, et Warwick une coupe d’or sertie de pierreries commandée tout exprès pour 2 009 1. 13 s. 9 d.t. en faible monnaie (1 826 1. 19 s. 9 d.t. en forte monnaie) ; en outre le roi prit à sa charge tous les frais de leur séjour, y compris leurs achats personnels à Rouen. Son habituelle munificence envers les négociateurs étrangers atteignit des sommets : la note que le receveur général de Normandie eut à régler monta à 15 135 1. 9 s. 11 d. ob.t. (13 759 1. 12 s. 8 d.t.). Enfin, le monarque fit libérer par Jean de Bueil un parent du comte en promettant de payer sa rançon de 21 000 écus, que d’ailleurs il n’acquitta pas. Ces investissements furent infructueux à court terme, car si les contacts avec Warwick furent prometteurs son maître Édouard IV, qui privilégiait l’alliance bourguignonne, n’y donna pas de suite165.

  • 166 BN, ms. fr. 20 685 pp. 379 pour 1465-1466, 391 pour 1466-1467, 439 pour 1467-1468, 461 pour 1468-14 (...)
  • 167 Calmette & Périnelle, pp. 107-114.

58Louis XI attendit donc une occasion plus propice. Il tenait toujours en réserve la carte lancastrienne, et faisait verser sur les deniers de sa Chambre une honnête pension de 1 200 l.t. au comte de Pembroke, demi-frère d’Henri VI et l’un des chefs de la Rose rouge166. Outre-Manche les coups de théâtre se succédaient : le « Faiseur de rois » se rebella contre Edouard IV en 1469, se réconcilia avec lui, puis s’enfuit vers le Continent avec un fort parti et son nouveau poulain le duc de Clarence, frère du roi, en avril 1470. Le souverain français saisit cette chance et échafauda un ambitieux dessein : rallier aux lancastriens ces éminents dissidents du yorkisme pour restaurer Henri VI et faire basculer l’Angleterre dans son camp. Vers la fin du mois la flotte de Warwick fut autorisée à accoster en Normandie et en juin le monarque s’entendit avec son hôte à Amboise : il se chargeait d’obtenir de Marguerite d’Anjou sa réconciliation avec son ennemi d’hier, que scellerait le mariage de leurs enfants, le prince de Galles et Anne Neville, et fournirait 50 000 écus pour la reconquête du trône d’Angleterre. La reine Marguerite, tirée de son exil barrois pour gagner Amboise à son tour, accepta cette offre inespérée de restauration et le contrat de mariage fut conclu le 25 juillet167.

  • 168 Ibid., note 6 pp. 112-113 ; Lettres, t. IV, pp. 110-114 (19 mai) ; cf. BN, mss. fr. 20 485 P 101 (B (...)

59Louis XI avait réussi sa manœuvre politique ; restait à transformer l’essai, car il lui fallait tenir tous ces exilés à bout de bras. Pour commencer, il s’agissait de préparer l’expédition de Warwick ; Jean Bourré fut envoyé dès le mois de mai en Normandie pour en assurer le financement. Le roi avait hâte que le comte rembarquât, car la présence de sa flotte dans le royaume attirait les foudres d’Édouard IV et de son allié bourguignon. Ce dernier protestait d’ailleurs contre l’attaque de navires marchands flamands par les vaisseaux de Warwick lors de leur traversée ; le souverain se hâta de désamorcer la crise en chargeant Bourré de racheter aux Anglais leur butin, estimé à 5 ou 6 000 marcs, et de le restituer aux Bourguignons168.

  • 169 Calmette & Périnelle, pp. 121-122
  • 170 Ibid., PJ n° VI, pp. 349-350.
  • 171 Ibid., pp. 128-129.
  • 172 Ibid., pp. 130-132.

60Le 22 juin, Louis XI pressa le secrétaire d’activer le départ de son allié afin de lever les menaces de guerre avec Charles le Téméraire et de voir enfin Warwick triompher, « ou a tout le moins que par son moien le royaume d’Angleterre fust en brouilliz »169. Bourré répondit le 29 que le comte attendait la réalisation de l’accord avec les lancastriens, et sollicita des instructions sur la délivrance des fonds. Il se tenait volontairement à Honfleur, à l’écart des Anglais, « pour obvier aux requestes qu’ilz feroient d’avoir argent » et inclinait à ne rien leur délivrer avant qu’ils ne fussent sur le départ, car s’il les écoutait tout serait dépensé avant qu’ils ne fussent prêts et il faudrait trouver de nouveaux fonds pour l’expédition170. Son maître l’approuva le 3 juillet, sauf à trouver une autre solution qui précipitât leur départ, et lui annonça l’issue imminente des négociations171. Le 25, il l’informa enfin de la conclusion du contrat de mariage et lui prescrivit, ainsi qu’au général le Picard, de se conformer aux instructions d’Yvon du Fou afin que les Anglais « n’aient aucune disete ou neccessité et qu’ilz ne se malcontentent »172.

  • 173 BN, ms. fr. 20 486 f° 8 ; Calmette & Périnelle, p. 117. - Ces auteurs parlent à tort de livres.
  • 174 Calmette & Périnelle, pp. 116-117.
  • 175 Ibid, p. 117, PJ n° 36, pp. 315-316.

61Pris entre l’ordre d’éviter les gaspillages et les réclamations d’un Warwick désargenté, les gens du roi étaient dans une posture inconfortable. Avant même de pourvoir à son équipement, il leur fallait entretenir ses hommes, et le coût s’alourdissait à mesure que le temps passait. Le 8 juillet le comte demanda 6 000 écus pour solder ses équipages, mais Bourré n’en fournit que la moitié sur instruction royale173. Vers le 12 ou le 13 août, l’amiral de Bourbon sollicita à son tour 4 000 écus pour payer les marins anglais qui commençaient à s’agiter174. Le 21, quand Warwick, qui avait dû engager pour ses besoins une partie de ses biens, leur ordonna de se retirer de Valognes à Barfleur, ils se mutinèrent en proclamant « qu’ilz ne yront plus combatre pour luy se il ne leur baillet de l’argent, et que plus ne les pestroit de parolles ». Alarmé, le comte pria Tanguy du Châtel de lui faire remettre des fonds par Bourré. Du Châtel, qui avait « oÿ les complaintes et veü les assemblées de ses gens murmurans », appuya sa requête et pressa le secrétaire de demander l’autorisation de Louis XI pour verser 3 ou 4 000 écus outre les 4 000 déjà délivrés ; le roi donna son feu vert175.

  • 176 BN, ms. fr. 20 490 f° 12.
  • 177 BN, mss. fr. 20 489 f° 17, 20 490 f° 52 (13 août) ; Calmette & Périnelle, note 2 p. 117.
  • 178 BN, ms. fr. 20 487 f° 19.
  • 179 Calmene & Périnelle, note 6 pp. 112-113.
  • 180 BN, ms. fr. 20 685 p. 499. - La copie, qui parie de 46 700 l.t. et 34 000 écus, est manifestement f (...)

62Cependant les préparatifs avançaient. Warwick commanda de l’artillerie à Rouen176 tandis qu’en août 110 brigandines, 480 arcs et 1 300 trousses étaient acquis dans la capitale normande et à Paris pour 2 320 l.t. en faible monnaie (2 030 l.t. en forte monnaie) sans les frais de port177. Le pire restait à venir : le 4 septembre Tanguy du Châtel, Jean de Daillon et Yvon du Fou préférèrent se mettre à trois pour demander à Bourré le versement de 10 000 écus pour une nef achetée par le comte à Dieppe178. Le ravitaillement de la flotte anglaise monta encore à 16 000 l.t.179 Au total le receveur général de Languedoïl Jean Briçonnet fournit 34 000 écus valant 46 750 l.t. pour financer le retour de Warwick en Angleterre180.

  • 181 Lettres, t. IV, pp. 110-114.
  • 182 BN, ms. fr. 20 685 p. 490.
  • 183 Ibid., pp. 490, 500, 507.
  • 184 Ibid., p. 500.
  • 185 Ibid., p. 499.
  • 186 BN, ms. fr. 23 263 f° 5.

63Enfin, le souverain prit à sa charge le séjour de ses hôtes illustres dans le royaume. Le 19 mai il pressait Bourré d’envoyer l’épouse et la fille de Warwick en Basse-Normandie, hors de portée d’un coup de main bourguignon, même si cela devait lui « couster le double des despens, car je les paieray tres voulentiers »181 ; Simon de Conflans fut commis à la dépense du comte, du duc de Clarence et de leur entourage182. De même, Marguerite d’Anjou et son fils furent flanqués dès leur départ du Barrois de Jean Pommereu, commis par le monarque à régler tous leurs frais, qui reçut 700 l.t. pour ses peines183. De son côté le receveur général de Languedoïl fournit directement, par don du roi, 2 550 l.t. pour l’entretien de la reine Marguerite, du prince de Galles et de sa promise d’août à octobre, 2 830 l.t. pour leur Argenterie en novembre et décembre et 1 000 l.t. pour leurs plaisirs184, et versa encore 1 200 l.t. au comte de Pembroke « pour son entretenement » outre sa pension sur la Chambre du roi185. Lui-même reçut d’ailleurs 1 975 l.t. de son collègue de Languedoc Jean de la Loère pour supporter ces charges186.

  • 187 Calmette & Périnelle, p. 119.
  • 188 Ibid., p. 133, note 1 p. 134. - En 1483 le marc d’argent ouvragé valait 12 1. 5 s.t. (BN, ms. fr. 2 (...)

64La fortune parut favoriser les desseins de Louis XI. Warwick appareilla enfin vers le 9 septembre et débarqua sans encombre en Angleterre vers le 13 ; au terme d’une marche triomphale il sortit Henri VI de prison et le remit sur le trône le 6 octobre, tandis que le régime yorkiste s’effondrait et qu’Édouard IV se réfugiait dans les États bourguignons187. Le roi de France exultant fit célébrer le mariage du prince de Galles à la fille de Warwick vers le 13 décembre, après avoir attendu une dispense pontificale, et combla ses alliés de présents en se séparant d’eux, offrant 20 000 l.t. à Marguerite d’Anjou et partageant 149 marcs d’argenterie d’une valeur de quelque 1 800 l.t. entre sa dame d’honneur, son aumônier et son chancelier Fortescue188. Le souverain lésinait moins que jamais alors que tout lui semblait possible.

  • 189 Legeay, t. II, p. 34.
  • 190 Kendall, pp. 272-274.
  • 191 Éd. de Mandrot, t. I, p. 259.
  • 192 Ord., t. XVIII, pp. 474-476. - Il semble que son prix soit exprimé en forte monnaie.

65L’année suivante le receveur général de Normandie Jean Raguier reçut l’ordre d’acheter 160 pipes de vin que son maître comptait offrir à Henri VI, au duc de Clarence et à la comtesse de Warwick, mais alors que ses clercs avaient déjà acquis 129 pipes et 1 poinçon pour un montant de 1 547 1. 3 s. 9 d.t. un contre-ordre arriva. Le roi venait d’apprendre les désastreuses nouvelles d’Angleterre, le débarquement d’Édouard IV financé par Charles le Téméraire189 à la mi-mars, la défaite et la mort de Warwick à Barnet le 14 avril, la mort du prince de Galles, la capture de sa mère et la totale déroute des lancastriens à Tewkesbury le 5 mai, enfin l’assassinat d’Henri VI dans la Tour de Londres dans la nuit du 21 au 22 mai190. Louis XI fut « moult desplaisant », nous dit Jean de Roye, car il « avoit frayé et despendu moult grant finance pour l’entretenement dudit de Waruik »191. En moins d’un an, il avait consacré plus de 75 000 l.t. - pour les seules dépenses connues - à son audacieux pari anglais, mais les finances bourguignonnes avaient jeté leur poids dans l’autre plateau de la balance et l’alchimie volatile de la politique anglaise avait fait le reste : en huit mois la roue de Fortune avait effectué un tour complet. Pour comble de gâchis le vin fut entreposé, s’aigrit et fut perdu192.

5. L’apanage de Charles de France et la politique domaniale.

  • 193 Pilot de Thorey, t. I, note 3 pp. 454-455 ; n° 1 444, t. II, p. 95.
  • 194 Le roi l’annonça aux bonnes villes dès le 5 janvier (Lettres, t. III, pp. 15-17).

66À la fin de 1465 le Domaine delphinal fut appelé à soulager les finances épuisées des dettes contractées par Louis XI pendant la guerre. Le 26 novembre, il céda les terres de la Tour du Pin, la Balme et Quirieu à Robin Malortie, et le même mois les seigneuries de Montélimar et Savasse à Raymond du Lyon, qui avaient commandé des troupes du pays, jusqu’au remboursement de leurs frais à son service, estimés à 25 000 et 4 000 écus respectivement193. C’est cependant la question de l’apanage de l’héritier du trône qui domina les affaires domaniales dans les années qui suivirent. Les principaux changements qui affectèrent alors le patrimoine de la Couronne furent, nous l’avons vu, la réunion de la Normandie en 1466194 et l’aliénation du Sud-Ouest en 1469. Entre-temps le nouvel apanage avait été l’objet d’âpres négociations.

  • 195 Éd. Quicherat, pp. 435-442, 442-444 ; de Roye / de Mandrot, t. I, notes 3 p. 151, 1 p. 168 ; Stein,(...)
  • 196 Ed. Isambert, Fontanon & Decrusy, t. X, pp. 547-561 ; cf. de Roye / de Mandrot, 1.1, pp. 199-200.

67Après la reconquête de la Normandie, l’intention du roi était de verser une forte pension à son frère et d’éluder la reconstitution de sa principauté. Il lui proposait donc un revenu annuel de 60 000 l.t., qu’il assortissait d’offres inacceptables de terres lointaines et plus ou moins sûres, le Valentinois, le Roussillon ou même le comté d’Asti, avec obligation d’y résider. Les conseillers de Charles de France réclamaient le Berry augmenté soit du Vermandois, de la Champagne et de la Brie près des États bourguignons, soit de la Saintonge et du Poitou près de la Bretagne195. C’est notamment pour appuyer ses positions que le souverain réunit en avril 1468 les états généraux, auxquels il remontra que selon les ordonnances de Charles le Sage les apanages de France devaient avoir un revenu annuel de 12 000 l.t. et le titre de comté, mais qu’il consentait néanmoins à ériger en duché le futur apanage de son frère et à lui assurer 60 000 l.t. par an. Comme il l’escomptait les députés, après avoir réaffirmé l’inaliénabilité de la Normandie, jugèrent que Charles de France devait se contenter de cette offre généreuse et demandèrent à ce qu’elle ne tirât pas à conséquence pour les apanages des fils de France à venir en raison de la grande charge qu’elle représentait196.

  • 197 Ord., t. XVII, note (a) pp. 113-115 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 122-123.
  • 198 Ibid.,p. 169.
  • 199 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 219 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, (...)
  • 200 Stein, p. 261.

68C’est sur ces bases que le monarque se soumit en septembre, par le traité d’Ancenis, à l’arbitrage du duc de Bretagne vaincu et du comte de Saint-Pol qu’il pouvait espérer acheter pour définir l’apanage dans un délai d’un an197, mais un mois plus tard le désastre de Péronne vint tout remettre en question. Le duc de Bourgogne exhorta Charles de France à accepter la Champagne et la Brie qu’il avait extorquées à son frère, en faisant valoir qu’il y jouirait des tailles et des aides et pourrait au besoin y être secouru sans délai depuis les terres bourguignonnes limitrophes198. Si cette solution avait paru un pis-aller à Louis XI lui-même en septembre 1465, la constitution d’un glacis bourguignon jusqu’aux portes de Paris lui était à présent intolérable et il travailla à faire agréer par l’intéressé et ses conseillers un apanage plus à son goût. Au début de 1469 ceux-ci acquiescèrent au principe d’une principauté en Guyenne, mais à condition qu’elle excédât le duché stricto sensu. Le roi consentit à l’étendre dans le Sud mais acheta 10 000 écus, selon la rumeur, le renoncement des plénipotentiaires de son frère, Gilbert de Chabannes et Patrick Foulcard, au vaste Poitou voisin de la Bretagne199 ; en contrepartie il accrut de 20 000 l.t. le revenu de 60 000 l.t. déjà promis200. Ainsi, on l’a dit, l’apanage fut-il constitué en avril et augmenté en septembre.

  • 201 Lettres, t. III, PJ n° X, p. 373 (Panigarola au duc de Milan, 28 septembre).
  • 202 Sée, pp. 300, 301.

69Pour le reste, le Domaine ne connut guère d’accroissements. Le 28 septembre 1467 Louis XI confia à l’ambassadeur Panigarola son espoir de racheter la Picardie à Charles le Téméraire pour 120 000 écus, moins encore que ne le portait le traité de Conflans, mais ajouta que le sujet était trop sensible pour qu’il pût avoir aucune certitude201. La cuisante mésaventure de Péronne acheva de le dessiller : il ne pourrait recouvrer ce pays que par la force. De même, ses efforts pour restaurer son influence dans le Nord-Est furent compromis : le 8 mars 1466 il offrit sa protection aux habitants de Bar, sujets du roi René, mais en 1468 il dut céder au duc de Bourgogne la garde de Verdun, dont le duc de Calabre avait déjà la sous-garde depuis la fin du Bien public202.

  • 203 Od, t. XVII, pp. 198-204.
  • 204 Ibid., pp. 173-174. -Les revenus des terres devaient être restitués pour compter du 1er octobre 146 (...)
  • 205 Ibid., pp. 214-216.
  • 206 AN, K 70 n° 361-7 ; Pilot de Thörey, t. II, note 4 p. 101.

70Les confiscations furent certes nombreuses dans cette période de tensions répétées, mais le Domaine en retira peu de profit. Les accords successifs entre le roi et ses adversaires levèrent les saisies prononcées contre les biens de leurs sujets ou de leurs partisans et alliés dans le royaume, ainsi ceux de Charles le Téméraire au traité de Péronne le 14 octobre 1468203, du duc de Bretagne en exécution du traité d’Ancenis le 1er janvier 1469204 et du nouveau duc de Guyenne en mai de la même année205. Quand bien même ces confiscations étaient durables, le souverain les redistribuait à ses serviteurs ou à ceux qu’il voulait compromettre en quelque sorte à ses côtés, telle la duchesse d’Orléans qui reçut en 1466 les terres de Chaumont, de la Borde et des Rochettes dans le comté de Blois, saisies sur Pierre d’Amboise206.

  • 207 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 229-230, notes 2 p. 229, 4 pp. 229-230, 1 p. 230.
  • 208 Lettres, t. IV, note 1 pp. 238-239.
  • 209 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. xxiij.
  • 210 BN, mss. fr. 20 490 13, 20 491 36.
  • 211 BN, ms. fr. 20 497 7.

71De même les biens meubles du cardinal Balue, confisqués par ordre du roi le 8 mai 1469, furent en partie vendus au profit du trésorier des guerres ainsi qu’on l’a vu et en partie distribués à Tanguy du Châtel, Pierre d’Oriole et Louis de Crussol. Il est significatif que Jean de Roye, qui participa à l’inventaire, parle ici de dons alors qu’il ne s’agissait formellement que de remises en dépôt207. Outre d’Oriole, nous retrouvons des acteurs officiels ou officieux de l’État de finance : Jean de la Driesche fut commis le 5 août à la gestion du temporel du prieuré de Saint-Éloi de Paris, aussi saisi sur Balue208, tandis que Jean de Beaune tenait le compte des deniers issus de la confiscation209 et avait en garde la vaisselle de l’évêque de Verdun210, le compagnon d’infortune du cardinal. Louis XI n’hésitait cependant pas à y puiser : le 20 juin il manda à Jean de Beauvau, l’ancien évêque d’Angers évincé par Balue, de remettre au receveur général Jean Briçonnet 4 337 1. 10 s.t. sur les biens confiés à sa garde211.

  • 212 Legeay, t. II, p. 25. - Les terres de Charles d’Armagnac, frère cadet du comte, furent confisquées (...)
  • 213 Lettres, t. IV, pp. 79-82 (au trésorier de Rodez, 4 février), note 2 p. 81.
  • 214 BN, ms. fr. 20 488 f° 50 ; Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLV, note 1 pp. 161-162. - L (...)

72La confiscation la plus importante de ces années fut toutefois celle des États d’Armagnac, la première des grandes saisies féodales du règne ; une fois encore, elle fut dilapidée en une vaste redistribution. Celle-ci commença peu après l’occupation des terres par Antoine de Chabannes dans l’hiver 1469-1470, et plusieurs mois avant leur confiscation officielle par le Parlement de Toulouse le 7 septembre suivant212 : Ymbert de Batarnay reçut cinq seigneuries, dont le roi lui confia l’administration le 3 février en attendant l’arrêt de la cour languedocienne213, et Gaston du Lyon obtint en mars les restes des comptables dans le comté d’Armagnac et les jugeries de Rivière et Verdun214.

  • 215 AN, Xla 8 606 f° 226 r°, 228 r°, 230 r°, 231 r°, 235 v°, 236 v°, 240 v°, 243 r°, 244 v°, 245 r°, 24 (...)
  • 216 BN, ms. fr. 20 490 f° 85 ; de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 251.
  • 217 Lettres, t. IV, pp. 294-298 (à Antoine de Chabannes, 22 décembre).
  • 218 Viala, t. II, p. 159.

73La grande vague des aliénations suivit cependant l’arrêt de confiscation. Quatorze lettres de don délivrées entre septembre et décembre furent enregistrées au Parlement de Paris ; huit autres encore devaient suivre entre juin 1471 et novembre 1478. Les bénéficiaires étaient les principaux serviteurs du monarque comme le sire de Beaujeu, le bâtard de Bourbon, Georges de la Trémoïlle, Gaston du Lyon, Ymbert de Batarnay, Louis de Crussol ou, bien sûr, Antoine de Chabannes215. Le duc de Guyenne reçut pour sa part les terres d’Armagnac à l’ouest de la Garonne216, mais il les restitua à Jean V à la fin de 1471217. Cette braderie, il est vrai, laissa au Domaine de quoi créer une nouvelle sénéchaussée autour du comté de Rodez218.

  • 219 AN, Xla 8 606 f° 232 ; BN, ms. fr. 20 494 f° 22-24 ; Legeay, t. II, p. 26 ; Lettres, t. IV, note 1 (...)
  • 220 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 213, note 1 pp. 213-214.
  • 221 Ord., t. XVI, note (b) pp. 454-455. - Le 14 avril 1468 Louis XI confirma plusieurs lettres de resti (...)
  • 222 Ord., t. XVII, note (d) p. 24. - Il s’agissait en fait d’une reconnaissance royale, car son père Ga (...)
  • 223 Ord, t. XVII, note (d) p. 112.
  • 224 AN, Xla 8 606 f° 227.

74En 1470 toujours les possessions de la Maison de Thouars, que Louis XI s’était réservées huit ans plus tôt, lui échurent par la mort du dernier vicomte Louis d’Amboise le 28 février, mais il ne les conserva pas et céda en mai la vicomte de Thouars et les seigneuries de Berrie et Châtillon-sur-Sèvre à Anne de France en faveur de son mariage toujours en attente avec Nicolas du Pont219. D’autres dons se soldèrent bel et bien par des aliénations de l’ancien Domaine. Non seulement le roi n’attendit pas que l’arrêt de confiscation des biens d’Antoine de Chabannes, rentré en grâce comme tant d’autres après la guerre du Bien public, fût tardivement cassé par le Parlement de Paris le 13 août 1468220 pour les lui restituer, mais dès le mois de janvier 1466 il lui céda les terres de Crécy-en-Brie, Gournay-sur-Marne et Gonesse en échange de sa seigneurie de Blanquefort, et en outre lui fit don de quatre autres fiefs proches de Paris qu’avec Gournay et Gonesse il réunit à son comté de Dammartin221. De même, parmi les alliés et serviteurs ainsi gratifiés par le souverain, Jean de Foix reçut la vicomte de Narbonne le 20 octobre 1467222, le maître des arbalétriers Jean d’Estouteville la seigneurie de Gaure en Languedoc le 20 août 1468223, le capitaine de la garde écossaise Thomas Stuyer la baronnie normande de Bazoches en juin 1470224. Saisies et héritages ne suffisaient pas à alimenter les distributions de terres.

6. Le temps des déficits.

  • 225 Ord., t. XVI, note (a) p. 440. - Nous avons calculé le total ; bien que les gages des gens des Comp (...)
  • 226 BN, ms. fr. 20 496 64.
  • 227 Ord, t. XVII, pp. 231-233.
  • 228 BN, ms. fr. 23 909 f° 5-38.
  • 229 Viala, t. I, p. 478.

75L’armée mise à part, qui en représentait le principal fardeau, les charges courantes de l’État connurent en général une tendance à la hausse à cette époque. Le 12 novembre 1465 Louis XI accéda à la requête de la Chambre des Comptes de Paris, qui le priait de fixer une fois pour toutes l’assignation de ses gages, comme au temps de son père, afin qu’elle pût se consacrer tout entière à son service sans en être chaque année distraite par le souci de pourvoir à sa rétribution. Le roi sanctionna l’assiette qui lui était soumise : celle-ci, qui embrassait plus de dix-huit caisses des finances ordinaires et extraordinaires à travers le royaume, portait sur un total de 11 500 livres225. Les effectifs de la justice royale tendaient à s’étoffer : alors qu’en 1467 la masse salariale du Parlement de Bordeaux montait à 2 894 l.t.226, pour 1470 et 1471, malgré son transfert à Poitiers et le démembrement de son ressort en juillet 1469 après la constitution d’apanage227, elle était estimée à 3 385 1. 7 s. 6 d.t.228 (+ 17 %). De même, les juges mages supprimés dans le Sud en 1461 furent rétablis au début de 1468229.

76L’Hôtel du roi paraît avoir coûté lui aussi chaque année davantage, si l’on en juge par la forte progression de la recette de sa Chambre (tableau 9) : convertie en mensualités pour la commodité de la comparaison, celle-ci augmenta de 39 % sur trois ans, soit 11,6 % par an en moyenne.

  • 230 BN, ms. fr. 20 685 pp. 379, 389, 439, 455. - Le chevauchement des comptes de 1465-1466 et 1466-1467 (...)

Tableau 9 : Recette de la Chambre du roi de 1465-1466 à 1468-1469230 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 9 : Recette de la Chambre du roi de 1465-1466 à 1468-1469230 ; (en livres, sous et deniers tournois)
  • 231 BN, ms. fr. 20 495 f° 78 (sans date, mais avant la mort de Raguier en 1469) ; Contamine, p. 295.
  • 232 Éd. Quicherat, p. 462.
  • 233 Lettres, t. X, Supplément, pp. 257-258 (Louis XI à Bourré, 27 août) ; BN, ms. fr. 20 486 f° 136 (Gu (...)
  • 234 BN, ms. fr. 20 496 f° 65.
  • 235 Lettres, t. X, Supplément, pp. 283-284.
  • 236 BN, ms. fr. 20 497 f° 14. - Le sacre est un grand faucon d’Europe du Sud et d’Asie.

77Peut-être pendant la guerre du Bien public, Louis XI avait prélevé 50 lances dans les compagnies d’ordonnance pour renforcer sa garde, mais cette mesure ne fit que transférer leur entretien du trésorier des guerres, qui continua dans un premier temps à les solder comme les autres231, à un comptable de l’Hôtel. Dès 1466-1467 cependant il fut prévu de leur accorder une crue de gages d’un montant total de 7 500 l.t.232 Le roi ne s’oubliait pas, et fit exécuter en 1467 par Jean Guédon des travaux de réaménagement du château d’Amboise, ravagé deux ans plus tôt par les francs-archers qui y avaient tenu garnison233. Cédant déjà à sa passion des animaux, il fit payer 1 000 écus le 14 avril 1468 un cheval et une mule amenés de Catalogne234, demanda le 9 mai 1469 au vicomte d’Orbec de lui envoyer six paons blancs pour le parc des Montils235, et fit acheter quarante-six sacres à un marchand espagnol par le receveur général de Languedoc pour 690 écus, qu’il fit porter à son acquit le 26 décembre236.

  • 237 Clamageran, t. II, p. 45.
  • 238 Lettres, t. III, pp. 135-136. - Cousinot dut néanmoins revenir à la charge (ibid., pp. 178-179 : 18 (...)
  • 239 Lettres, t. IV, pp. 103-104.
  • 240 Ibid., t. X, Supplément, pp. 271-273.
  • 241 BN, ms. fr. 20 685 pp. 409,498.

78Nous avons déjà évoqué l’alourdissement des pensions et des dons, et leur impopularité ; les états généraux de 1468 dénoncèrent à nouveau la charge excessive des pensions237. Celle-ci, ajoutée aux autres, compromettait d’ailleurs les paiements. Guillaume Cousinot s’étant plaint d’un retranchement de 1 000 francs sur sa pension, le souverain expliqua le 22 mars 1467 qu’il n’en était pas responsable, mais que les gens des finances avaient fait des coupes sombres dans les pensions « pour la grande multitude qui y estoit » ; il les avait déjà fait restituer à plusieurs -les protestations n’avaient pas dû manquer - et s’occuperait aussi de lui238. Le ralliement des gens du comte d’Armagnac en 1470 accrut le nombre des services à rétribuer : « j’ay icy ung grant tas de Gascons, et n’ay pas ung blanc pour leur donner », écrivit Louis XI à Jean Bourré le 25 avril en le priant de trouver des fonds pour les contenter239. Par ailleurs, les premiers étrangers faisaient une apparition discrète parmi les pensionnaires du roi. Lorsqu’il fit des avances aux Bernois le 20 août 1468, celui-ci promit ses attentions à deux de leurs plus influents dirigeants, Nicolas de Diesbach et son neveu Guillaume240 ; dès 1466-1467 il leur avait fait porter 140 l.t., et en 1469-1470 ils recevaient 300 et 240 l.t. respectivement241. Il ne s’agissait encore officiellement que de dons, mais qui se répétaient et s’étoffaient. Patiemment, prudemment, l’« Araigne » tissait sa toile.

  • 242 Ord., t. XVI, note (b) p. 546.
  • 243 Jassemin, note 4 p. 147.

79Le monarque manifesta bien, sur les remontrances des organes de contrôle, quelques velléités de limiter et pour ainsi dire discipliner ses dons. Le 17 janvier 1467, il interdit d’entériner ses lettres de don sur les amendes du Parlement de Paris si elles ne comportaient une clause expresse de consentement des maîtres des Requêtes de l’Hôtel, afin de ne pas compromettre le paiement de ses officiers242, et en 1470 il interdit d’exécuter ses dons des restes des comptables, sinon pour la moitié de leur montant243. Peine perdue : ces prescriptions vertueuses ne recevaient pas d’application.

  • 244 BN, ms. fr. 20 685 p. 388.
  • 245 BN, ms. fr. 20 496 f° 70.
  • 246 Lettres, t. X, Supplément, p. 280 (à Bourré, 17 avril) ; BN, ms. fr. 20 490 f° 80 (reçu du porteur (...)
  • 247 Legeay, t. II, p. 31. - Peut-être est-ce encore à cette occasion que dès le début de l’année il ava (...)
  • 248 Calmette & Périnelle, note 6 p. 119.

80Les dons du roi s’adressaient d’ailleurs davantage aux hommes qu’au Ciel, et les libéralités pieuses demeuraient encore assez rares. A la fin de 1465 ou en 1466 Louis XI fit payer 36 l.t. à l’orfèvre tourangeau André Mangot pour dorer en partie sa propre effigie en argent, qu’il comptait offrir à Saint-Martin de Tours244. À la fin du mois d’août 1468 il envoya chercher à Paris 100 écus pour les apporter à Notre-Dame-de-la-Victoire près de Senlis après ses succès en Normandie et en Bretagne245. En avril 1469 il fit une offrande de 3 700 écus à Notre-Dame-de-Bonne-Espérance en Brabant, sans doute pour l’heureuse conclusion des négociations sur l’apanage de son frère246. La naissance du dauphin l’année suivante fut l’occasion de nouveaux présents à Saint-Pierre de Rome et à plusieurs églises du royaume, notamment Notre-Dame du Puy en Anjou à qui il avait promis un enfant en argent s’il avait un fils247. Cette matérialisation de l’auteur du vœu ou de son objet était chez lui une pratique bien établie, car la même année il offrit pour la réussite de la flotte de Warwick un gros cierge, seize nefs et sa propre effigie en cire à Notre-Dame-de-la-Délivrande près de Caen248.

  • 249 Commynes / Calmette & Durville, t. I, p. 124.

81En ce qui concerne les hommes, l’affaire de Péronne, fort bien exposée par Philippe de Commynes qui en fut le témoin direct, est exemplaire tant elle illustre les procédés du souverain, qui espérait amener à ses vues jusqu’à ses ennemis en payant le prix fort. Lorsqu’il se rendit sur le front nord après avoir imposé à Ancenis ses conditions de paix aux ducs de Bretagne et de Normandie vaincus, Louis XI espérait faire admettre le fait accompli à leur allié bourguignon à coups d’arguments sonnants et trébuchants. « Il sembla bien lors au roy qu’il estoit a la fin de son intencion, et que aiséement il gaigneroit ledict duc a semblablement haban-donner lesdictz ducz dessus nommez (...) et finablement donna le roy audict duc de Bourgongne six vingtz mille escuz d’or, dont il paya la moitié contant (...) pour les despens qu’il avoit faictz a mectre sus l’armée »249. C’est sans doute à cette fin qu’il avait fait venir le produit des emprunts, tels ceux du Languedoc qui eurent en définitive une autre destination. Il avait préparé à Liège de nouvelles difficultés sur les arrières des Bourguignons pour les détourner plus sûrement des affaires françaises, mais cette manœuvre qui avait permis dans l’hiver 1465-1466 la reconquête paisible de la Normandie tourna mal cette fois. La bombe à retardement liégeoise explosa trop tôt, et le royal intrigant fut pris à son propre piège.

  • 250 Ibid., p. 142.
  • 251 Kendall, note p. 241.

82Puisqu’il n’était dès lors plus question d’acheter Charles le Téméraire pour atteindre son but, il s’employa à acheter ses gens pour se tirer d’affaire. « Le roy faisoit parler a tous ceulx qu’il pensoit qui luy pourroient ayder », relate Commynes, qui en était, « et ne failloit pas a promectre ; et ordonna distribuer quinze mil escuz d’or »250. En fait le cardinal Balue, à qui il s’en remit, délivra 3 500 ou 4 500 écus, en rendit 3 000 et garda le reste pour lui251. L’intérêt doubla donc la sagesse des conseillers bourguignons pour tempérer leur maître, qui n’en resta pas moins le grand vainqueur de Péronne. C’est ainsi que quelque 72 000 écus - près de 100 000 l.t. - furent perdus par imprudence.

83Deux documents exceptionnels nous permettent d’avoir une vision d’ensemble de l’accroissement des dépenses publiques au début de cette période de difficile relèvement, et de leur montant total lorsqu’elle s’acheva. Dans les premiers temps de l’exercice du 1er octobre 1466 au 30 septembre 1467, les gens des finances cherchèrent à déterminer, comme ils le faisaient sans doute chaque année, l’évolution des charges de l’État royal par rapport à l’exercice précédent (tableaux 10 à 11 et graphiques 3 à 5).

84

  • 252 Éd. Quicherat, pp. 462-467 pour le premier état (nous avons calculé les totaux, qui ne sont jamais (...)

Tableau 10 : Nouvelles charges de l’État royal prévues en 1466-1467252 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 10 : Nouvelles charges de l’État royal prévues en 1466-1467252 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : C’est-à-dire à ses créanciers.

Graphique 3 : Structure des nouvelles charges prévues en 1466-1467

Graphique 3 : Structure des nouvelles charges prévues en 1466-1467

Graphique 4 : Économies possibles sur les nouvelles charges prévues en 1466-1467 ; (en livres tournois)

Graphique 4 : Économies possibles sur les nouvelles charges prévues en 1466-1467 ; (en livres tournois)

85Un premier état prévisionnel concernait les augmentations dans divers postes budgétaires. Le total atteignait près de 350 000 l.t. ; les mariages orchestrés par Louis XI se taillaient la part du lion dans cette somme colossale, suivis à bonne distance par les pensions et gages et par les dons. Un deuxième état dressait la liste des retranchements envisageables sur ce surcroît de charges, sous réserve de l’approbation royale. En proportion, les gens des finances envisageaient surtout de sacrifier les créanciers du souverain, alors qu’ils n’osaient trop toucher à l’argent de ses alliances matrimoniales ; les économies ainsi réalisables ne représentaient guère qu’un cinquième de la hausse attendue. Un troisième état proposait, cette fois par généralité, des retranchements sur les charges reconductibles de 1465-1466 : la marge était ici beaucoup plus faible encore. Enfin, un quatrième état recensait les dépenses de l’année passée qui ne reviendraient plus. Ces économies ne pourraient toutefois compenser que 37,9 % de la hausse prévue et laisseraient à la charge de la monarchie une progression nette des dépenses de plus de 200 000 l.t., représentant plus du dixième de ses revenus.

86

  • 253 Ibid. ; BN, ms. fr. 20 498 f° 62 pour le troisième état (que pour une raison inconnue Quicherat n’a (...)

Tableau 11 et graphique 5 : Évolution prévue des dépenses de l’État royal entre 1465-1466 et 1466-1467253 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 11 et graphique 5 : Évolution prévue des dépenses de l’État royal entre 1465-1466 et 1466-1467253 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Languedoïl 13 765 l.t., Outre-Seine 4 533 1. 6 s. 8 d.t., Normandie 3 250 l.t., Languedoc 6 900 l.t.

87Trois ans plus tard, le 26 février 1470, les gens des finances réunis à Tours pour établir les états de l’année adressèrent à Louis XI un rapport sur la situation budgétaire (tableau 12 et graphiques 6 à 7).

  • 254 BN, ms. fr. 20 485 f° 89-90 ; cf. PJ n° IV

Tableau 12 et graphique 6 : « Budget prévisionnel » de l’État royal pour 1470254 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Tableau 12 et graphique 6 : « Budget prévisionnel » de l’État royal pour 1470254 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)

88Pour la première fois sans doute, la dépense prévue atteignait la barre des deux millions de livres tournois. Entre l’Ordinaire des guerres et de l’artillerie, la garde des places, l’entretien des capitaines généraux des francs-archers, des capitaines de l’arrière-ban et des commissaires des montres, les crédits militaires en représentaient près de la moitié. Loin derrière, les pensions des princes du Sang, de l’Ordre de Saint-Michel, des gens des hôtels et des conseillers du roi occupaient le deuxième rang par ordre d’importance, mobilisant plus d’un quart du budget de la monarchie, tandis qu’en troisième place les hôtels de la famille royale et les autres dépenses pour le souverain en absorbaient encore un sixième. Or, l’ensemble de ces charges excédait de près de 150 000 l.t. le revenu net attendu : dans l’impossibilité de les honorer toutes, les gens des finances faisaient une fois de plus appel à l’arbitrage du monarque. Selon leurs prévisions ce solde négatif ne représentait encore que 7,9 % de la recette, mais il ne tenait pas compte des lourds surcoûts, libéralités nouvelles et surtout frais des levées et des campagnes militaires, qui viendraient s’y ajouter en cours d’année. L’État royal s’était bel et bien installé dans les déficits chroniques.

Graphique 7 : Structure des dépenses prévues de l’État royal en 1470

Graphique 7 : Structure des dépenses prévues de l’État royal en 1470

89Dans la seconde moitié des années soixante du xve siècle, la monarchie française traversa une période de recueillement, durant laquelle elle travailla à recouvrer de la guerre du Bien public puis de la rechute de Péronne.

90Louis XI se donna tous les outils du redressement, par le développement de l’instrument militaire et de l’État en général, ainsi que par une politique matrimoniale et une politique anglaise ambitieuses qui lui assurèrent d’indispensables alliances à l’intérieur et à l’extérieur. Cet effort avait son prix, et les finances royales ne cessèrent d’être sur la corde raide. Néanmoins, à la fin de 1470, cinq ans après les traités d’octobre, le roi avait opéré un complet rétablissement et pouvait passer à la contre-attaque. Le grand duel contre Charles le Téméraire allait commencer.

Notes

1 De Mandrot, « Dépêches d’ambassadeurs milanais... », p. 137.

2 De même il abandonna au comte de Dunois les 1 000 écus dont il s’était emparé à Beaugency, mais au titre de l’exercice 1465-1466 (éd. Quicherat, pp. 469-470 ; cf. supra, p. 211).

3 Henri de Surirey de Saint Remy, PJ n° IV, pp. 225-228 ; cf. supra, p. 211.

4 L’envoi par le roi à un receveur d’un nouvel état des dépenses annulant celui qu’avaient précédemment établi les généraux, signalé la même année par Jassemin (op. cit., note 2 p. 166), est sans doute un autre exemple de cette régularisation.

5 BN, ms. fr. 20 496 f° 92.

6 Cf. supra, p. 229.

7 Lecoy de la Marche, t. I, p. 364.

8 Éd. Quicherat, p. 460 ; Kendall, pp. 200, 513.

9 BN, ms. fr. 20 489 f° 78.

10 BN, ms. fr. 20 497 f° 90.

11 Legeay, t. I, p. 462.

12 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 369-370 ; Calmette, pp. 269-270, note 8 pp. 275-276.

13 Pilot de Thorey, n° 1 544, t. II, pp. 161-162.

14 Legeay, loc. cit.

15 Éd. Quicherat, p. 470 (nous rectifions le chiffre donné par l’éditeur).

16 Ibid., p. 460.

17 Viala, t. I, p. 129 ; Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 268-269.

18 AN, K 70 n° 38 (mandement d’imposition de la Haute-Auvergne pour 1467, 4 octobre 1466) ; Stein, pp. 173-174 (élections de Gisors et Valognes ; l’auteur a mal interprété ces documents).

19 Legeay, t. I, pp. 462, 465-466 ; Stein, pp. 192-193 ; Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles, t. I, note 336 p. 331 pour la première annuité. - C’est à tort que Legeay distingue entre un versement de 150 000 écus, qui aurait été effectué en vertu du traité de Caen, et un autre de 120 000 écus.

20 Kendall, p. 201.

21 Legeay, t. I, p. 461.

22 Éd. Fagniez, p. 101. - Les dix derniers mots sont une addition anonyme contemporaine.

23 Éd. Quicherat, p. 465 ; éd. de Reilhac, t. III, pp. 236-237.

24 Le receveur général de Languedoïl Jean Briçonnet en versa pour sa part 11 921 l.t. en 1466-1467 (ibid. ; BN, ms. fr. 20 685 p. 403), puis la totalité les années suivantes (ibid., pp. 424 pour 1467-1468, 490 pour 1469-1470, 540 pour 1471-1472, 567-568 pour 1472-1473, 602 pour 1473-1474), et enfin un complément de 7 698 l.t. pour parfaire la dot en 1474-1475 (pp. 621-622).

25 Lettres, t. IX, note 1 p. 247.

26 Éd. Quicherat, loc. cit.

27 BN, ms. fr. 23 263 f° 5-8 (rôle des paiements pour 1469-1470), 24-30 (idem pour 1474-1475).

28 Leseur / Courteault, t. II, p. 254, note 1 p. 269 ; Ord, t. XVII, pp. 561-563 (26 février 1473).

29 Op. cit., p. 200. - Le roi avait lancé cette idée dès le 29 septembre (ibid., p. 196).

30 Lecoy de la Marche, t. I, p. 365. - En juillet 1467 Louis XI envoya en hâte chercher du drap d’or chez Jean de Beaune à Tours « pour faire robe pour madame Anne de France pour le jour et feste de ses epousailles » (BN, ms. fr. 20 685 p. 397).

31 Legeay, t. I, p. 482 ; Lecoy de la Marche, loc. cit. ; Lettres, t. VIII, note 2 pp. 224-225. -Selon Legeay la dot montait à 487 500 l.t., dont 137 500 déjà payées (sans doute les 100 000 écus promis en 1461, dont la Maison d’Anjou aurait tenu le roi quitte) et le reste « hypothéqué » sur diverses terres.

32 Éd. Quicherat, loc. cit.

33 Lettres, t. X, Supplément, note 4 pp. 248-249.

34 Éd. de Reilhac, t. III, pp. 251-254 ; cf. supra, p. 250. - Le comte de Reilhac libelle le prix du rachat en francs ; nous rectifions d’après les autres exemples cités plus bas. - Le 7 octobre Louis XI ordonna aux habitants de Nogent-sur-Seine d’obéir aux officiers de leur nouveau maître (Lettres, t. III, pp. 173-174).

35 En 1469-1470 le receveur général de Languedoc devait toujours verser 23 400 l.t. au duc de Calabre, qui complétait cette somme par 1 600 l.t. prises dans son comté de Pézenas (BN, ms. fr. 23 263 f° 5-6) ; le tirage du sel à la part de l’Empire resta aliéné jusqu’en 1472 (Spont, « La gabelle en Languedoc », p. 463), et il est vraisemblable que le roi reprit en même temps ses autres concessions.

36 Legeay, t. I, p. 486. — Cet érudit parle à tort de 60 000 l.t.

37 Éd. Quicherat, loc. cit.

38 Ord, t.XVI, note (b) p. 512.

39 Lettres, t. IV, note 1 p. 271.

40 Éd. Quicherat, loc. cit. pour 1466-1467 ; BN, ms. fr. 20 685 pp. 418 et 424-425 pour 1467-1468, 471 pour 1468-1469. — Cette dernière année plus de 9 500 l.t. furent appointées au connétable ; si les deux annuités précédentes avaient été intégralement versées ce complément aurait excédé le montant de la dot.

41 Pilot de Thorey, n° 1 470, t. II, pp. 111-113.

42 Éd. Quicherat, pp. 465, 468.

43 BN, ms. fr. 20 685 pp. 403-404.

44 Lettres, t. II, note 1 pp. 44-45.

45 BN, ms. fr. 20 685 p. 491.

46 Lettres, t. I, note 1 p. 69.

47 Gandilhon, p. 361. - La disgrâce suivit de peu cette ultime manifestation de faveur (ibid., p. 362).

48 Pilot de Thorey, n° 1 437, t. II, pp. 88-89. - Jeanne fut légitimée le 25 février suivant par son père (ibid., n° 1 452, p. 99), qui nomma son mari amiral de France après la mort du seigneur de Montauban en mai (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 159-160).

49 Pilot de Thorey, n° 1 438, pp. 89-91 ; Ord, t. XVI, note (a) p. 433. - Le Parlement de Paris ne les enregistra que le 12 août 1466 sur les injonctions réitérées du roi, suivi le 18 par la Chambre des Comptes.

50 Pilot de Thorey, n° 1 461, t. II, pp. 106-107.

51 Éd. Quicherat, loc. cit.

52 Ces 6 000 l.t. lui furent versées sur la recette générale de Languedoïl de 1466-1467 au moins à 1468-1469, puis par moitiés sur les recettes de Languedoïl et de Seine-et-Yonne de 1469-1470 à 1473-1474, et enfin sur la recette de Normandie en 1475 (BN, ms. fr. 20 685 pp. 404 pour 1466-1467, 425 pour 1467-1468, 490 et 510 pour 1469-1470, 522 pour 1470-1471, 535 et 540 pour 1471-1472, 562 et 568 pour 1472-1473, 596 et 602 pour 1473-1474, 638 pour 1475). Le total atteindrait ainsi 59 000 l.t., alors que 40 000 écus ne valent que 55 000 l.t., mais le compte du receveur de Languedoïl pour 1468-1469 est perdu : peut-être ne versa-t-il que 2 000 l.t. cette année-là.

53 Pilot de Thorey, n° 1 486, t. II, pp. 122-124. - Le 3 juillet Louis XI ordonna au Parlement et à la Chambre des Comptes de Dauphiné d’enregistrer les lettres de ratification (ibid., n° 1 487 bis, p. 125).

54 Ibid., n° 1 502, p. 134 et note 1.

55 Lettres, t. IV, pp. 6-7. - Nota que Vaesen lui donne pour mère Marie de Sassenage (ibid., note 2 p. 6).

56 Legeay, 1.1, p. 131 ; Stein, note 1 p. 115. - Le mariage ne devait pas être conclu en 1466, car l’état prévisionnel des dépenses nouvelles de 1466-1467 ne mentionne pas cette dot (éd. Quicherat, p. 465).

57 L’état des paiements ordonnés au receveur général pour 1474 ne contient rien à ce sujet (BN, ms. fr. 23 264 f° 23-34).

58 Çalmette & Périnelle, pp. 79-80, 96.

59 Éd. Quicherat, pp. 465, 468. - La mention de 4 000 écus pour Toustain est une coquille.

60 Lettres, t. III, pp. 332-333.

61 Ibid, t. IV, note 1 p. 215.

62 Éd. Quicherat, loc. cit.

63 BN, ms. fr. 21 426 n° 15 (instructions aux commissaires royaux aux états de Languedoc, 25 février 1467).

64 Louis XI ignorait encore la nouvelle le 18 mars, quand il donna congé à son lieutenant général en Dauphiné et Lyonnais pour le cas où son père ne survivrait pas à sa maladie (Lettres, t. III, pp. 25-27).

65 Ibid., PJ n° I-II, pp. 350-351 (Louis XI et Bourré à Coct, 31 mars) ; pp. 43-45 (Louis XI au même, 3 avril). - Le président Philippe, souvent employé par le roi à des missions diplomatiques en Milanais, était l’un des ambassadeurs envoyés au nouveau duc et à sa mère (p. 42 et note 2).

66 Ibid., pp. 43-45 (Louis XI à Coct, 3 avril) ; PJ n° III-IV, pp. 352-353 (le roi et Bourré au même, 18 avril) ; PJ n°VI bis, pp. 360-362 (mandement royal de paiement des Milanais, 17 avril). - Nori exigea d’être remboursé par moitiés au bout de quatre mois et six mois et demi, à la mi-août et à la Toussaint (PJ n° IV, loc. cit.), pour un intérêt de 5 % qui, avec les voyages à Lyon et autres frais de l’emprunt, montait en tout pour le roi à 7 % (PJ n° VI bis, loc. cit.).

67 Ibid., PJ n° VI, pp. 357-360 (quittance de De Bianchi pour ces versements, 21 mai).

68 Op. cit., p. 150.

69 Contamine, Guerre, État et société, p. 284.

70 BN, ms. fr. 23 898 f° 106-126. - Ce document montre qu’il faut avancer d’un an la date proposée par Philippe Contamine (loc. cit.).

71 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 194. - C’est sans doute alors qu’il recruta les 13 hommes d’armes et 32 archers savoyards auxquels il fit payer 1 305 l.t. pour le premier semestre de 1468 par le trésorier des guerres le 12 août suivant (BN, ms. fr. 20 496 f° 95).

72 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r°; cf. PJ n° IV.

73 Contamine, op. cit., p. 308.

74 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 167 ; Sée, p. 85 ; Champion, t. II, p. 241 ; Contamine, op. cit., pp. 305-306, 340, carte 5 p. 350.

75 Éd. Quicherat, p. 462 pour 1466-1467 ; BN, ms. fr. 20 485, loc. cit. (cf. PJ citée) pour 1470. - Pour le premier exercice les gens des finances proposèrent de soulager les caisses royales en retranchant 1 000 l.t. sur ceux des capitaines « qui ont d’autres grans biens du roy » (éd. Quicherat, p. 467).

76 Lettres, t. X, Supplément, pp. 261-262 ; Contamine, op. cit., p. 338, 348, note 79 pp. 348-349. - Le 24 juin 1468, en contrepartie d’un amortissement, le roi dauphin porta de six à sept le nombre des brigandiniers ou francs-archers que le chapitre de Gap était de toute ancienneté tenu de lui fournir pour ses guerres (Ord., t. XVII, pp. 95-97).

77 Contamine, op. cit., pp. 373-374. - Cet érudit date la réforme de la fin de l’été ou de l’automne 1467, mais les capitaines créés en Languedoïl paraissent bien avoir touché leurs gages pour la totalité de la période du compte du receveur général, du 16 décembre 1466 au 30 septembre 1467 (cf. infra). Par ailleurs, l’état des charges nouvelles de l’année financière commencée le 1er octobre 1466, établi au début de cet exercice, ne fait pas mention des gages des capitaines de l’arrière-ban (éd. Quicherat, pp. 462-464).

78 BN, ms. fr. 20 685 p. 405.

79 Ibid., pp. 416-417 (leur qualité exacte est précisée dans le compte de l’année suivante, p. 470).

80 Contamine, op. cit., p. 380.

81 Ibid, p. 374.

82 BN, ms. fr. 20 485, loc. cit. ; cf. PJ citée. - Ce document parle de pensions, ce qui montre que les capitaines de l’arrière-ban étaient considérés comme des nobles au service du roi plutôt que des officiers.

83 Champion, t. II, p. 241.

84 Maupoint / Fagniez, p. 103.

85 Dix de ces lettres de ratification, datées simplement de juin (Ord, t. XVI, pp. 654-671, 679-686), ont à l’évidence été rendues le même jour que les quinze autres (ibid., pp. 581-652).

86 Ibid., pp. 671-678.

87 Maupoint / Fagniez, pp. 103-104 (sous la date erronée du 24) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 180-181.

88 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 193-196, 232, 280, 310-311.

89 Contamine, op. cit., pp. 297-298, 312.

90 BN, ms. fr. 23 262 f° 34.

91 Ibid., f°73.

92 BN, ms. fr. 20 496 f° 87.

93 Contamine, op. cit., pp. 297-298, note 121 p. 298.

94 Le 11, Antoine Raguier reçut l’ordre de délivrer 500 l.t. pour lui être portées (BN, ms. fr. 20 496 f° 93).

95 Le défraiement du convoyage fut confié à un certain Huguet Régnier (BN, ms. fr. 23 263 f°5).

96 Caillet, pp. 197, 208.

97 BN, ms. fr. 20 490 f° 98.

98 BN, ms. fr. 20 496 f° 72, 83.

99 Sée, note 3 p. 208.

100 Ibid., p. 208 et note 2 ; Calmette & Périnelle, note 1 p. 106 (ces auteurs corrigent la date fournie par Sée). - En 1469 la ville fut autorisée à lever un droit sur le vin pour rembourser l’emprunt (Sée, p. 227).

101 Lettres, t. X, Supplément, pp. 298-299. - Vaesen date sans certitude cette missive de 1470 d’après l’itinéraire de Louis XI, mais le contexte de 1468 lui convient beaucoup mieux.

102 BN, ms. fr. 20 497 f° 71.

103 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. 244.

104 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 274-277.

105 Champion, t. II, pp. 85-86 ; Contamine, op. cit., p. 300.

106 Éd. Quicherat, p. 467.

107 BN, ms. fr. 20 685 p. 411.

108 BN, ms. fr. 20 496 f° 87.

109 BN, ms. fr. 20 685 p. 499.

110 BN, ms. fr. 20 496 f° 66.

111 Ibid., 88.

112 Lettres, t. III, pp. 175-177, 189-190, PJ n° VIII, pp. 364-365 ; Caillet, pp. 183-186.

113 BN, ms. fr. 20 496 f° 68.

114 En Soissonnais et Laonnois Nicolas Alvequin de 1466-1467 à 1469-1470 (BN, ms. fr. 20 685 pp. 403, 415, 468, 506) puis le receveur des aides de Soissons Jean Jeulin dès cette dernière année (ibid, p. 506), dans la vicomte de Paris le marchand parisien Jean Foucauld dès 1467-1468 (p. 415), au Pont-Saint-Esprit et alentour le trésorier de Nîmes Macé Picot dès 1469-1470 (ms. fr. 23 263 f° 5). - Ces dates sont les termini a quibus que nous livre une documentation lacunaire ; soulignons en particulier que nous ne disposons avant 1465 que des archives de la recette générale de Normandie, qui à ce qu’il semble n’était pas concernée par ces collectes (il n’en est fait aucune mention dans son rôle des paiements de 1474 : ms. fr. 23 264 f° 23-25).

115 Calmette & Périnelle, p. 71 et note 4.

116 AN, K 70 n° 341-3 ; ibid., n° 35 (arrière-ban du bailliage de Rouen, 26 mai) ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 158-159 (arrière-ban et francs-archers de Paris, 24 mai).

117 Ibid., p. 167 ; AN, K. 70 n° 40 (arrière-ban de la sénéchaussée de Beaucaire, 15 janvier 1467).

118 De Roye/de Mandrot, t. I, p. 175 (arrière-ban d’île-de-France). - Le 18 août Louis XI consulta le chancelier sur les mesures à prendre contre les gens du duc de Nemours, qui avaient empêché le nouvel élu de la Marche d’entrer en fonctions et de lever les francs-archers du pays (Lettres, t. III, pp. 167-168). La noblesse languedocienne fut levée plus tard : Pierre de Bourbon y vaqua en septembre (de Surirey de Saint Remy, note 5 p. 140).

119 Caillet, p. 233 (francs-archers de Lyon, avant le 14 novembre) ; Lettres, t. III, pp. 188-189 (arrière-ban du bailliage de Senlis, 4 décembre).

120 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 196.

121 Maupoint / Fagniez, p. 106. - L’arrière-ban avait reçu l’ordre de se tenir prêt dès le début de l’année (Lettres, t. III, pp. 197-198 : au duc de Bourbon, 18 février). A Paris sa levée fut criée à la fin de juin, et à nouveau le 8 octobre (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 206, 213).

122 Contamine, op. cit., pp. 316-317.

123 Ibid., p. 280 ; Maupoint / Fagniez, p. 107 ; Leseur / Courteault, t II, pp. 243-244, 247-248. -Selon ce dernier auteur Gaston IV avait fourni son contingent habituel de 400 lances et 5 à 6 000 arbalétriers, qui cantonnaient dans la Beauce.

124 Maupoint / Fagniez, p. 106 ; Contamine, p. 306.

125 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 209, 214.

126 Lettres, t. III, pp. 235-236 (lettres de créance d’un envoyé royal au duc de Savoie, 4 juillet), 240-241 (au duc, 26 juillet), 247-248 (au maréchal de Comminges, fin juillet), 252-255 (au duc, 10 août).

127 Ibid., t. X, Supplément, pp. 271-273.

128 Lettres, t. III, pp. 289-291 (à Chabannes), 292-293 (à son « cousin », sans doute Gaston IV). - Dès la veille le roi avait dû prier le duc de Milan de cesser ses attaques contre Philippe de Savoie (ibid., pp. 286-287).

129 Ibid., pp. 295-297. - Selon Jean le Clerc Chabannes n’exécuta pas ces ordres extorqués à son maître, ce que le texte même des missives paraît cependant démentir (de Roye / de Mandrot, loc. cit., pp. 214-217).

130 Calmette, p. 282. - Le 16 février 1468 le roi manda à Raguier de verser leur quartier de solde à 100 lances levées en Languedoc pour servir le duc de Calabre en Catalogne (BN, ms. fr. 20 496 f° 62).

131 Caillet, p. 234.

132 Calmette, pp. 298-300.

133 Calmette & Périnelle, pp. 108-109. - La convocation de l’arrière-ban fut criée le 14 à Paris (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 235-236).

134 Ibid., pp. 239-240.

135 Lettres, t. IV, p. 141-143.

136 Sée, note 6 pp. 107-108. - À la même époque l’amiral de Bourbon demandait au roi de faire dépêcher la solde de l’armée de Bretagne (BN, ms. fr. 20 495 f° 42).

137 Legeay, t. I, p. 364 ; Sée, note 1 p. 124.

138 Maupoint / Fagniez, pp. 105-106.

139 Gilles, p. 67. - En 1467-1468 l’assignation du trésorier des guerres en Languedoc montait à 11 245 l.t. (Lettres, t. IX, note 1 pp. 203-205).

140 Le nouveau trésorier des guerres Noël le Barge assista d’ailleurs à la vente (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 229-230).

141 Lettres, t. IV, pp. 134-137 ; cf. supra, p. 253.

142 Calmette & Périnelle, PJ n° 27, pp. 302-303.

143 Ord., t. XVII, pp. 82-84.

144 AN, Y 3 f° 77 v°. - Elles étaient adressées au maréchal de Lohéac, lieutenant du roi en Île-de-France (de Roye / de Mandrot, t. I, p. 167) ; les autres lieutenants régionaux reçurent sans doute les mêmes.

145 Ord., t. XVII, pp. 293-297.

146 Lettres, t. IV, pp. 58-60.

147 Sée, p. 350.

148 Champion, t. II, p. 241 (Louis XI aux Tourangeaux, 26 juillet).

149 Ils préparaient leur départ le 14 mars (BN, ms. fr. 20 488 f° 75).

150 Éd. Isambert, Jourdan & Decrusy, t. X, pp. 547-561 ; Clamageran, t. II, pp. 45-46 ; Legeay, t. I, p. 526.

151 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 248-249, 251.

152 BN, ms. fr. 20 492 f° 24. - Nous suivons la datation de Vaesen (« Catalogue... », vol. XLV, p. 161).

153 Lettres, t. IV, pp. 119-121 (aux Lyonnais, 29 mai).

154 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 239-240.

155 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 174, 244 ; t. II, p. 86.

156 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 240.

157 Gandilhon, pp. 102-103.

158 Gilles, note 207 p. 195.

159 Champion, t. II, p. 241.

160 Caillet, p. 234.

161 BN, ms. fr. 6 971 f° 243 r°.

162 BN, ms. fr. 20 485 f° 89 r ; cf. PJ n° IV

163 Calmette & Périnelle, pp. 79-80, 84 ; Kendall, p. 227.

164 Calmette & Périnelle, p. 82.

165 Ibid., pp. 83-91 ; de Roye / de Mandrot, t. I, p. 172 ; Basin/Garand & Samaran, t. I, pp. 286-287.

166 BN, ms. fr. 20 685 pp. 379 pour 1465-1466, 391 pour 1466-1467, 439 pour 1467-1468, 461 pour 1468-1469 (avec une interruption d’octobre à juin), 475 pour 1469-1470 (cf. Calmette & Périnelle, note 1 p. 115).

167 Calmette & Périnelle, pp. 107-114.

168 Ibid., note 6 pp. 112-113 ; Lettres, t. IV, pp. 110-114 (19 mai) ; cf. BN, mss. fr. 20 485 P 101 (Bourré ? au roi, 14 juin), 20 490 f° 39, 91 (instructions sur cette affaire).

169 Calmette & Périnelle, pp. 121-122

170 Ibid., PJ n° VI, pp. 349-350.

171 Ibid., pp. 128-129.

172 Ibid., pp. 130-132.

173 BN, ms. fr. 20 486 f° 8 ; Calmette & Périnelle, p. 117. - Ces auteurs parlent à tort de livres.

174 Calmette & Périnelle, pp. 116-117.

175 Ibid, p. 117, PJ n° 36, pp. 315-316.

176 BN, ms. fr. 20 490 f° 12.

177 BN, mss. fr. 20 489 f° 17, 20 490 f° 52 (13 août) ; Calmette & Périnelle, note 2 p. 117.

178 BN, ms. fr. 20 487 f° 19.

179 Calmene & Périnelle, note 6 pp. 112-113.

180 BN, ms. fr. 20 685 p. 499. - La copie, qui parie de 46 700 l.t. et 34 000 écus, est manifestement fautive.

181 Lettres, t. IV, pp. 110-114.

182 BN, ms. fr. 20 685 p. 490.

183 Ibid., pp. 490, 500, 507.

184 Ibid., p. 500.

185 Ibid., p. 499.

186 BN, ms. fr. 23 263 f° 5.

187 Calmette & Périnelle, p. 119.

188 Ibid., p. 133, note 1 p. 134. - En 1483 le marc d’argent ouvragé valait 12 1. 5 s.t. (BN, ms. fr. 23 266 32).

189 Legeay, t. II, p. 34.

190 Kendall, pp. 272-274.

191 Éd. de Mandrot, t. I, p. 259.

192 Ord., t. XVIII, pp. 474-476. - Il semble que son prix soit exprimé en forte monnaie.

193 Pilot de Thorey, t. I, note 3 pp. 454-455 ; n° 1 444, t. II, p. 95.

194 Le roi l’annonça aux bonnes villes dès le 5 janvier (Lettres, t. III, pp. 15-17).

195 Éd. Quicherat, pp. 435-442, 442-444 ; de Roye / de Mandrot, t. I, notes 3 p. 151, 1 p. 168 ; Stein, pp. 170, 177, 178, 190-191.

196 Ed. Isambert, Fontanon & Decrusy, t. X, pp. 547-561 ; cf. de Roye / de Mandrot, 1.1, pp. 199-200.

197 Ord., t. XVII, note (a) pp. 113-115 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 122-123.

198 Ibid.,p. 169.

199 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 219 ; Basin / Garand & Samaran, t. II, pp. 104-105.

200 Stein, p. 261.

201 Lettres, t. III, PJ n° X, p. 373 (Panigarola au duc de Milan, 28 septembre).

202 Sée, pp. 300, 301.

203 Od, t. XVII, pp. 198-204.

204 Ibid., pp. 173-174. -Les revenus des terres devaient être restitués pour compter du 1er octobre 1468.

205 Ibid., pp. 214-216.

206 AN, K 70 n° 361-7 ; Pilot de Thörey, t. II, note 4 p. 101.

207 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 229-230, notes 2 p. 229, 4 pp. 229-230, 1 p. 230.

208 Lettres, t. IV, note 1 pp. 238-239.

209 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. xxiij.

210 BN, mss. fr. 20 490 13, 20 491 36.

211 BN, ms. fr. 20 497 7.

212 Legeay, t. II, p. 25. - Les terres de Charles d’Armagnac, frère cadet du comte, furent confisquées à leur tour l’année suivante (Champion, t. II, pp. 134-135).

213 Lettres, t. IV, pp. 79-82 (au trésorier de Rodez, 4 février), note 2 p. 81.

214 BN, ms. fr. 20 488 f° 50 ; Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLV, note 1 pp. 161-162. - Les hommes de loi employés à la saisie furent aussi parmi les premiers servis : le secrétaire Guillaume de Cerisay dès le 17 novembre 1469 et Georges Colomb, procureur du roi dans le comté de Rodez, le 19 mai suivant (AN, Xla 8 606 f° 293 v° et 241 v° respectivement). Tous deux durent cependant faire confirmer leur don après l’arrêt de confiscation (ibid., f° 294 v° [13 juillet 1474] et 242 r° [novembre 1470] respectivement).

215 AN, Xla 8 606 f° 226 r°, 228 r°, 230 r°, 231 r°, 235 v°, 236 v°, 240 v°, 243 r°, 244 v°, 245 r°, 246 r°, 246 v°, 248 v°, 300 r° pour les dons de septembre à décembre 1470 ; ibid, f° 259 v°, 285 r°, 295 r° et Xla 8 607 f° 2 v°, 5 v°, 12 v°, 67 v°, 150 r° pour les dons ultérieurs, auxquels il faudrait ajouter en juin 1472 deux réattributions de dons d’abord faits au duc de Guyenne, récemment décédé (Xla 8 606 f° 278 v°, 301 r°).

216 BN, ms. fr. 20 490 f° 85 ; de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 251.

217 Lettres, t. IV, pp. 294-298 (à Antoine de Chabannes, 22 décembre).

218 Viala, t. II, p. 159.

219 AN, Xla 8 606 f° 232 ; BN, ms. fr. 20 494 f° 22-24 ; Legeay, t. II, p. 26 ; Lettres, t. IV, note 1 pp. 274-275.

220 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 213, note 1 pp. 213-214.

221 Ord., t. XVI, note (b) pp. 454-455. - Le 14 avril 1468 Louis XI confirma plusieurs lettres de restitution en faveur de Chabannes (de Roye / de Mandrot, loc. cit., pp. 206-207).

222 Ord., t. XVII, note (d) p. 24. - Il s’agissait en fait d’une reconnaissance royale, car son père Gaston IV était vicomte de Narbonne en 1458 comme en 1464 et lui-même portait ce titre dès 1466 (Leseur / Courteault, t. II, P.J. n° XXI, p. 337, n° XXVIII, p. 359, n° XXXI, p. 367).

223 Ord, t. XVII, note (d) p. 112.

224 AN, Xla 8 606 f° 227.

225 Ord., t. XVI, note (a) p. 440. - Nous avons calculé le total ; bien que les gages des gens des Comptes fussent exprimés en livres parisis (Jassemin, pp. 66-67) nous pensons que les sommes assignées dans cette assiette sont indiquées en livres tournois, les assignataires tenant leur comptabilité dans cette monnaie.

226 BN, ms. fr. 20 496 64.

227 Ord, t. XVII, pp. 231-233.

228 BN, ms. fr. 23 909 f° 5-38.

229 Viala, t. I, p. 478.

230 BN, ms. fr. 20 685 pp. 379, 389, 439, 455. - Le chevauchement des comptes de 1465-1466 et 1466-1467 (cf. ms. fr. 32 511 f° 257 r, 261 r°) s’explique peut-être par un décalage entre l’exercice des recettes et celui des dépenses ; par ailleurs ce dernier manuscrit donne pour 1466-1467 une recette de 58 513 1. 16 s. 3 d.t. qui est peut-être plus fiable si le précédent a été copié sur lui, mais cela ne contredirait pas notre propos.

231 BN, ms. fr. 20 495 f° 78 (sans date, mais avant la mort de Raguier en 1469) ; Contamine, p. 295.

232 Éd. Quicherat, p. 462.

233 Lettres, t. X, Supplément, pp. 257-258 (Louis XI à Bourré, 27 août) ; BN, ms. fr. 20 486 f° 136 (Guédon au roi, 27 septembre), 181 (idem, 18 novembre).

234 BN, ms. fr. 20 496 f° 65.

235 Lettres, t. X, Supplément, pp. 283-284.

236 BN, ms. fr. 20 497 f° 14. - Le sacre est un grand faucon d’Europe du Sud et d’Asie.

237 Clamageran, t. II, p. 45.

238 Lettres, t. III, pp. 135-136. - Cousinot dut néanmoins revenir à la charge (ibid., pp. 178-179 : 18 octobre).

239 Lettres, t. IV, pp. 103-104.

240 Ibid., t. X, Supplément, pp. 271-273.

241 BN, ms. fr. 20 685 pp. 409,498.

242 Ord., t. XVI, note (b) p. 546.

243 Jassemin, note 4 p. 147.

244 BN, ms. fr. 20 685 p. 388.

245 BN, ms. fr. 20 496 f° 70.

246 Lettres, t. X, Supplément, p. 280 (à Bourré, 17 avril) ; BN, ms. fr. 20 490 f° 80 (reçu du porteur à Bourré, 18 avril).

247 Legeay, t. II, p. 31. - Peut-être est-ce encore à cette occasion que dès le début de l’année il avait commandé à l’orfèvre parisien Jean Chenard un grand calice d’or, pour l’achèvement duquel il ordonna le 3 avril à Bourré de trouver 515 écus et demi dans les caisses de l’Hôtel (Lettres, t. IV, pp. 99-100).

248 Calmette & Périnelle, note 6 p. 119.

249 Commynes / Calmette & Durville, t. I, p. 124.

250 Ibid., p. 142.

251 Kendall, note p. 241.

252 Éd. Quicherat, pp. 462-467 pour le premier état (nous avons calculé les totaux, qui ne sont jamais fournis par l’éditeur), 467-469 pour le deuxième.

253 Ibid. ; BN, ms. fr. 20 498 f° 62 pour le troisième état (que pour une raison inconnue Quicherat n’a pas publié avec les autres), éd. Quicherat, pp. 469-470 pour le quatrième.

254 BN, ms. fr. 20 485 f° 89-90 ; cf. PJ n° IV

Table des illustrations

Titre Tableau 9 : Recette de la Chambre du roi de 1465-1466 à 1468-1469230 ; (en livres, sous et deniers tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 10 : Nouvelles charges de l’État royal prévues en 1466-1467252 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : C’est-à-dire à ses créanciers.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Graphique 3 : Structure des nouvelles charges prévues en 1466-1467
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Graphique 4 : Économies possibles sur les nouvelles charges prévues en 1466-1467 ; (en livres tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 11 et graphique 5 : Évolution prévue des dépenses de l’État royal entre 1465-1466 et 1466-1467253 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Languedoïl 13 765 l.t., Outre-Seine 4 533 1. 6 s. 8 d.t., Normandie 3 250 l.t., Languedoc 6 900 l.t.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 12 et graphique 6 : « Budget prévisionnel » de l’État royal pour 1470254 ; (en livres, sous, deniers et oboles tournois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Graphique 7 : Structure des dépenses prévues de l’État royal en 1470
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/819/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540