Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Troisième partie. Le pragmatisme (1464-1476)

Chapitre VII. La tourmente (1465)

Texte intégral

  • 1 Kendall, p. 143.
  • 2 Lettres, t. II, pp. 234-237.

1En février 1465, après avoir passé comme à son habitude le plus rude de l’hiver dans le val de Loire, Louis XI quitta Chinon pour entreprendre une nouvelle tournée méridionale. Il souhaitait suivre de plus près les affaires de Navarre avec la Maison de Foix et, après avoir plusieurs fois séjourné dans la Picardie recouvrée, visiter enfin ses lointaines conquêtes catalanes. Les tensions paraissaient s’apaiser au nord, l’engageant à descendre dans le Sud. Le roi avait reçu de bonnes paroles d’une ambassade bourguignonne, à qui il avait laissé entrevoir en retour la reprise de la pension du comte de Charolais1, et des envoyés du duc de Bretagne, le chancelier Guillaume Chauvin et Odet d’Aydie, l’avaient rejoint à Poitiers pour préparer sa réconciliation avec François II, qui devait le rencontrer à Tours à son retour2.

2En fait les princes coalisés, qui avaient décidé la rébellion, s’appliquaient à endormir la méfiance du souverain ; Chauvin et d’Aydie étaient venus chercher le jeune duc de Berry, qui l’accompagnait et dont les conjurés entendaient faire leur homme de paille. L’occasion ne tarda pas à se présenter : dans les tout premiers jours de mars le monarque partit en pèlerinage à Saint-Junien, à 90 kilomètres de la capitale poitevine où il laissa son frère, qui disait préférer l’attendre, la chancellerie et le gros de la Cour. À peine était-il arrivé que Louis XI apprit la fuite de l’héritier du trône ; il ne lui restait plus qu’à rentrer à Poitiers en toute hâte pour y prendre les premières dispositions avant de regagner le Nord. Ses projets s’effondraient : il ne devait jamais mettre le pied en Roussillon. De leur côté les princes avaient résolu de justifier dès l’abord leur révolte publiquement, en s’affirmant comme les champions du « bien public », formule nouvelle dont ils allaient faire leur slogan. Leurs attaques contre la politique du roi, qui ne leur avait pas fait dans l’État la place à laquelle ils prétendaient, furent portées sur le terrain qui s’y prêtait le mieux : les finances, sujet sensible s’il en fût.

1. La guerre des manifestes : l’impôt en question.

  • 3 Ibid., pp. 230-232 et t. X, Supplément, pp. 223-225 respectivement.
  • 4 Ibid., t. II, pp. 232-234 pour le premier ; la lettre au second est connue par sa réponse en date (...)
  • 5 Lettres, t. II, pp. 234-237.

3La guerre du Bien public fut pour commencer une guerre de propagande livrée par les deux camps devant l’opinion, c’est-à-dire ce qui comptait dans le royaume, dont il fallait s’assurer le soutien : les seigneurs laïques et ecclésiastiques d’une part et les villes de l’autre. Louis XI prit les devants. À peine revenu à Poitiers, il adressa du 6 au 9 mars des missives à ses grands vassaux et à ses bonnes villes, d’abord improvisées puis mieux ordonnées, pour dénoncer la folle équipée de son frère et stigmatiser son ingratitude. En effet, le roi venait d’augmenter fortement sa pension de 6 000 l.t. et avait promis de lui faire une meilleure situation une fois l’affaire bretonne réglée. C’était cependant trop peu, et trop tard. Si Charles de France n’avait rien du génie politique de Louis XI, il était bien son digne frère pour l’ambition. Comme lui jadis, il aspirait à un rang digne de l’héritier de la Couronne et s’irritait de la modestie de son état, du rôle insignifiant dans lequel le souverain, pour une fois mauvais psychologue, le cantonnait. Pour l’heure le monarque s’efforçait de circonscrire la révolte. Il exhorta Amiens le 6, Montpellier le 9 à la fidélité et leur ordonna d’arrêter tout émissaire de son frère3. Dans un ultime effort pour rallier au moins une partie des princes il appela auprès de lui le duc de Bourbon et le comte d’Armagnac4 et supplia le vieux duc de Bourgogne d’empêcher son fils de lui nuire, « pour ce que », écrivait-il, « aprés Dieu, je tiens la couronne de vous »5.

  • 6 Éd. Quicherat, pp. 196-197.
  • 7 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 437-438. - L’abbé Lenglet donne la date du 16, un manife (...)
  • 8 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 438-439 ; Ord., t. XVI, note pp. 357-358. -L’abbé Lengle (...)

4Ce furent les princes qui ouvrirent peu après le débat sur le fond. Il n’y eut pas à proprement parler un manifeste du Bien public, mais une série de proclamations des divers conjurés qui avaient à l’évidence préparé et coordonné leur action. Le premier semble-t-il, le duc de Bourbon adressa le 13 mars des lettres missives circulaires à ses « tres chers et bons amis » pour annoncer que les principaux seigneurs s’étaient ligués pour mettre fin au mauvais gouvernement du royaume, et notamment « oster et abatre toutes imposicions, exactions indeües, pilleries, mangeries et autres violantes subjections »6. Le 15 ou le 16 le duc de Berry, requérant depuis Nantes l’aide de Philippe le Bon, évoqua plus vaguement le « soulagement du pauvre peuple »7, tandis que son conseil à Bourges, ordonnant en son nom au sénéchal de Berry de convoquer l’arrière-ban le 18 ou le 19, dénonçait plus précisèment « la grande et excessive exaction des pecunes, dont le peuple de ce royaulme est si tres fort foulé que a peine les peut il supporter »8.

  • 9 Dès le 4 le maréchal de Bourgogne s’adressa à Langres (cf. infra, note 13), et le 17 le gouverneur (...)
  • 10 Ibid., pp. 297-299, 306-307 ; cf. aussi pp. 315-318.

5Ainsi les conjurés avaient choisi de faire de la ponction fiscale, récemment alourdie par les crues et par les emprunts forcés qui la complétaient, l’emblème de la politique oppressive de Louis XI. Dans cette logique tous reprirent le thème de l’abolition des impôts, que le duc de Bourbon avait le premier explicitement énoncé. Cherchant à rallier en juin les villes proches de leurs frontières9, les Bourguignons mirent cet argument en avant. Le 16, le comte de Charolais exposa aux Amiénois que le duc de Berry avait décidé, avec l’aide des princes, de « faire destrier, oster et mectre jus les excessives exactions, charges et oppressions indues d’aydes et d’imposi-cions sur ledit povre peuple », et le lendemain l’un de ses serviteurs insista sur « le bon vouloir et la sainte intencion que mondit seigneur de Berry a au bien du royaume et a abattre toutes gabelles, imposicions, mangeries et autres charges indeües du pouvre peuple ». Peine perdue ici : la guerre de propagande consistant aussi à contrôler l’information, le chancelier Pierre de Morvilliers, qui veillait à Amiens, intercepta les manifestes et les envoya au roi10.

  • 11 Stein, PJ n° VI, p. 537.
  • 12 . Gandilhon, p. 99.

6Reste que la Ligue du Bien public jouait sur du velours. Selon les termes d’un suspect interrogé et exécuté à Paris à la fin de juillet, « l’afranchisement des tailles et des imposicions (...) estoit une chose qui pourroit atraire les ceurs du peuple a soy, (...) la chose estoit fort dangereuse pour le roy »11. Comme l’écrivait à la même époque le receveur loyaliste des aides de Basse-Auvergne, Pierre Maudonnier, bien placé pour en juger, « il n’est rien tant plaisant au peuple comme franchise »12. Louis XI savait mieux que tout autre quel atout cette mesure assurait à des rebelles face au pouvoir en place : vingt-cinq ans après, le jeune démagogue de la Praguerie recevait la monnaie de sa pièce.

  • 13 Seul le maréchal de Bourgogne Thibaud de Neufchâtel, soldat peut-être trop honnête pour ces subtil (...)
  • 14 Stein, PJ n° III, pp. 518-519. - On voit que le duc de Bourbon passa à l’action sans attendre ces (...)

7Remarquons que les rebelles, en mêlant ainsi les impositions extraordinaires aux exactions diverses, ménageaient deux interprétations : l’on pouvait comprendre, à la lettre, qu’elles seraient supprimées pour tout de bon, ou bien que seule la taxation abusive serait abrogée, la fiscalité justifiée par le bien public étant maintenue13. Dès le 13 mars en effet, donnant pouvoir à Jean II de Bourbon de faire crier partout l’abolition des impôts, le duc de Berry avait eu soin d’en excepter le nécessaire à l’entretien des gens de guerre14. Cette réserve, logique à la veille de l’épreuve de force, ne pourrait trop profondément décevoir l’opinion, résignée à l’idée de subsides pour la défense commune. Sa formulation habilement ambiguë garantissait à la propagande des princes l’efficacité la plus grande, tout en assurant les besoins immédiats et en réservant l’avenir.

  • 15 Ibid., p. 65.

8Louis XI fut long à répliquer, soit qu’il eût d’abord sous-estimé l’effet de cette campagne sur l’opinion, soit qu’il eût jugé plus urgent de préparer la lutte sur le terrain que de la livrer dans les esprits. Il se borna d’abord à développer ses accusations contre son frère dans un manifeste, expliquant qu’il lui avait accordé les l0 000 l.t. de pension demandées, proposé le Dauphiné en apanage et l’avait autorisé s’il le souhaitait à s’installer en Provence avec le roi René ou en Lorraine avec le duc de Calabre, avec dans tous les cas 60 000 l.t. de revenu, mais que Charles avait repoussé toutes ses offres15. Ce faisant, le roi était en retard d’une bataille : les princes avaient imposé le terrain du débat, c’est lui et non son frère qui était mis en jugement devant le royaume.

  • 16 Lecoy de la Marche, t. II, PJ n° LUI, pp. 309-312.

9Ce n’est que le 1er avril qu’il esquissa une première justification de son action. René d’Anjou, qu’il s’était attaché à circonvenir, l’ayant informé des griefs formulés par les ducs de Bretagne et de Berry et le comte de Dunois rencontrés à la Roche-au-Duc, il fit répondre que « le roy, depuis qu’il est venu a la Couronne, a mis toute la peine qui luy a esté possible de mettre a garder et entretenir son royaume en paix, repos, tranquilité et bonne justice, et a icelui augmenter et accroitre, et y a graces a Nostre Seigneur pené et travaillé en visitant les parties de son royaume plus que ne fist oncques mais roy de France en si peu de temps depuis Charlemaigne jucques a present »16. S’il rappelait l’ampleur des efforts déployés en trois ans et demi, Louis XI ne faisait encore qu’affirmer sans argumenter et n’abordait pas la question financière, où chacun l’attendait.

10La véritable riposte vint cinq jours plus tard, alors même que le souverain, au terme de ses préparatifs guerriers, s’apprêtait à entrer en campagne.

  • 17 Éd. Quicherat, pp. 211-212.
  • 18 Lettres, t. II, pp. 238-239 (9 mars).
  • 19 Ibid., pp. 255-257.

11À ses yeux cette tardive contre-attaque psychologique préludait en somme à l’offensive militaire, qui seule trancherait le débat. Le manifeste royal n’en fut pas moins élaboré avec soin. D’abord conçu en réplique aux « faulses et sedicieuses semences et publicacions » du duc de Bourbon en Auvergne, il fut largement diffusé afin de contrer partout la propagande des princes. Le monarque l’adressa le 6 avril, avec sa réponse au roi René, à ses hommes de confiance dans tout le royaume, le comte Bertrand II de Boulogne, son destinataire original, en Auvergne mais aussi l’ancien général Jean le Boursier, seigneur d’Esternay, en Normandie17 et sans doute le chancelier, envoyé un mois plus tôt en Picardie18, afin de les munir d’arguments pour défendre la cause royale devant l’opinion locale. Ce même jour il l’envoya encore directement aux bonnes villes comme Lyon pour les mettre en garde contre les « mauvaises abusions, cauteles et decepcions » de ses ennemis19.

  • 20 Les deux premiers étaient encore auprès de Louis XI le 16 mars à Thouars (Ord., t. XVI, pp. 307-31 (...)

12De même que la réponse à René, ce mémoire fut arrêté à Saumur dans un Conseil où les lettres royaux de cette période permettent de supputer au moins la présence du trésorier Chevalier et du général de Varye ; la rédaction en fut vraisemblablement confiée à Jean de Reilhac20. Si ses huit paragraphes n’ordonnaient pas l’argumentation royale aussi rigoureusement qu’il siérait à un esprit du xxe siècle, celle-ci n’en était pas moins pertinente et complète. Les promesses des princes, qui « de leur auctorité privée » avaient « donné a entendre » l’abolition des impôts, « reservé la taille des gens d’armes » (§ 1), étaient dénoncées en premier lieu comme « fraudes et fixions » destinées à abuser le peuple, alors que le plus clair effet de leur révolte contre leur souverain seigneur était qu’ilz mectent sus la pillerie en ce royaume » (§ 2). Aux espoirs flattés par le Bien public, Louis XI opposait la dure réalité des désolations entraînées par les troubles. Il rappelait les proclamations d’avant 1418, au temps de Charles le Mauvais et des Maillotins, et la ruine du royaume qui s’en était suivie, dont ses sujets ne s’étaient pas encore relevés (§ 4). Cette évocation d’un passé qui hantait encore les mémoires était fort judicieuse ; il se garda bien en revanche de ranimer le souvenir pourtant plus récent de la Praguerie.

13Le monarque s’en prenait ensuite à la sincérité des rebelles, répétant que le peuple serait grevé « plus qu’il ne fut oncques » s’ils triomphaient (§§ 3 et 5). La vraie raison de leur soulèvement était selon lui « qu’ilz ont voulu avoir pensions et bienffaiz du roy tres excessivement, et plus beaucop qu’ilz n’avoient du temps du roy son pere » ; s’il leur avait donné satisfaction, ils n’eussent pas regardé à la charge du peuple. Remarquons que, sous la pression des circonstances, le souverain se résignait à reconnaître implicitement comme une norme la pratique de Charles VII. Au reste, hormis le paiement des gens d’armes et « les choses necessaires pour le bien du roy », l’essentiel des impôts était allé aux pensions des princes. Puisqu’à présent ceux-ci avaient rompu les ponts, Louis XI était bien décidé à « donner bon soulaige-ment au peuple », une fois les félons vaincus avec l’aide de Dieu (§ 7). Ainsi, ses sujets avaient intérêt à la victoire du roi, non à celle des insurgés : leurs armes étaient habilement retournées contre eux.

  • 21 Éd. Quicherat, pp. 213-215.

14Le souverain justifiait par ailleurs plus longuement les levées de tailles et d’aides, rappelant qu’elles avaient servi au paiement des gens d’armes, à la conquête du Roussillon, au rachat des terres picardes « et autres choses qui grandement touchoient le bien du royaume », et protestant que « n’y a esté riens mis ne creü de nouvel qui n’y feùst du temps du roy son pere », ce qui était une demi-vérité. Il avait toujours désiré soulager ses sujets autant et aussitôt qu’il le pourrait et, ses ennemis lui en fournissant l’occasion, « le fera et monstrera par effect ». « Aussi », soulignait-il, « y a t il plus grant interest que nul autre, veü qu’il est le chief et pere de la chose publicque de son royaume » (§ 6) : il n’avait à recevoir de leçon de personne en matière de bien public. Il concluait sur la mauvaise foi des rebelles et sur leur usurpation des prérogatives royales : non seulement les promesses de dégrèvement faites au peuple n’étaient « que toutes fixions et abusions pour le decevoir et desfrauder », mais « ne leur appartient d’y donner la provision, et sont granz abuz et entreprinses contre la magesté et souveraineté du roy » (§ 8)21. Louis XI n’avait pas de moins bons polémistes que la Ligue du Bien public : l’opinion était dûment prévenue contre de dangereux démagogues coupables de lèse-majesté.

  • 22 Ariette Jouanna, Le devoir de révolte, en particulier pp. 347-348, 378, 393.

15Quelles étaient en fait les intentions des princes ? Dans les siècles suivants, lorsque, des guerres de Religion à la minorité de Louis XIV, une partie de la noblesse française défendit l’idéal d’un système politique respectueux des libertés naturelles de chaque état, qui associerait en particulier l’aristocratie au gouvernement, en réaction à une monarchie bureaucratique sur la voie de l’absolutisme, elle plaça le thème du bien public au centre de son discours et, du moins au xvie siècle, salua explicitement les rebelles de 1465 comme ses précurseurs22. Ceux-ci, en leur temps, proposaient-ils un modèle politique alternatif face à la version autoritaire de l’État moderne préparée par Philippe le Bel, imposée par Charles V et incarnée alors par Louis XI ?

  • 23 Éd. Garand & Samaran, 1.1, pp. 168-169, 170-171.
  • 24 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations et variantes, pp. 187-189.

16Écrivant sept ou huit ans après ces événements, Thomas Basin, qui leur était acquis, affirme que si tous n’étaient pas aussi désintéressés qu’ils le proclamaient, certains du moins se préoccupaient sincèrement du bien public23. Ce que nous savons de leur programme conforte en tout cas les accusations du roi. Selon Jean le Clerc le complot ourdi à Aigueperse à la fin de juin, dans son entourage même, par le duc de Nemours, le patriarche de Jérusalem Louis d’Harcourt et le seigneur du Lau pour s’emparer de sa personne visait à assurer à Charles de France un apanage digne de lui, au comte de Charolais « argent pour la recompance » de sa peine, et à chacun des principaux seigneurs une charge lucrative, connétablie, lieutenance ou gouvernement, et « bonne pencion ». Autant ce partage était précis, autant le reste était vague : le Conseil serait remanié « et toutes choses seroient bien conduites »24.

  • 25 Ibid., p. 186.

17Peu auparavant, le duc de Nemours avait exposé à son oncle le maréchal de Comminges et à du Lau que le roi devait faire « trois choses, c’est assavoir qu’il entretint les seigneurs et leur donnast bonnes et grosses pensions, qu’il mist sus justice et qu’il soulaigast le peuple ». Non seulement l’ordre de ces trois points était révélateur des priorités du prince, mais il y avait entre le premier et le dernier une contradiction manifeste que ne relevèrent ni le maréchal, tout fidèle qu’il fût au souverain, ni du Lau : les deux hommes « louerent assés » ce propos, tant il leur semblait légitime25.

  • 26 Éd. Fagniez, pp. 61-64, 65-66.

18De même, les revendications de la Ligue signifiées le 23 août par le comte de Dunois à une députation parisienne convoquée à Beauté-sur-Marne en l’absence du roi étaient dans l’ordre, au témoignage de Jean Maupoint, la réunion des états généraux, « la recepte et maniement et gouvernement de toutes les finances du royaulme », la distribution des offices, le commandement de l’armée, la tutelle de la personne du souverain et dans l’immédiat la soumission de la capitale. Les coalisés ne voulaient pas en finir avec l’État royal mais bien en prendre le contrôle, et d’abord se rendre maîtres de ses ressources. Rendant compte le lendemain devant ses concitoyens, le porte-parole de l’ambassade évoqua la volonté des princes d’être associés à la politique royale, comme ils disaient l’avoir été sous Charles VII, en commençant à nouveau par la question de leur état : « aus moings le roy les devoibt soubdoier et pansionner comme le feu roy les soubdoioit et pansionnoit et les entretenoit en leurs pansions »26. Les coupes sombres du début du règne nourrissaient le ressentiment des rebelles, qui avaient fait d’un plus large accès à la manne royale leur objectif premier.

19Pour cette raison même, leur programme n’était pas cohérent. Pour concilier la rétribution des princes et les suppressions d’impôts, il eût fallu sacrifier le principal poste de dépenses de la monarchie, les compagnies d’ordonnance ; or, les ligueurs n’en avaient nulle intention car elles faisaient partie du butin convoité. Le retour annoncé à la juste mesure de Charles VII était une solution illusoire, car à cette époque la pression fiscale était encore comparable à celle des dernières années du Victorieux tandis que les effectifs militaires avaient même fléchi : il n’existait pas de marge budgétaire à exploiter. Si les révoltés entendaient substituer à la confiscation de l’État moderne par la royauté sa gestion collective par la haute aristocratie, défendant en cela un contre-modèle politique qui à vrai dire rappelle le « gouvernement des oncles » au temps de la folie de Charles VI et promettait selon toute apparence les mêmes déchirements, les objectifs concrets qu’ils affichaient étaient bel et bien contradictoires et irréalistes.

2. La « pompe à finances » désamorcée.

  • 27 Éd. Quicherat, pp. 211-212 ; Lettres, t. II, pp. 255-257.
  • 28 Éd. Quicherat, pp. 197-198.
  • 29 Lettres, t. II, pp. 259-266.
  • 30 Ibid., pp. 288-292.
  • 31 Éd. Quicherat, pp. 251, 346-348 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 14-15 ; de Roye / de M (...)
  • 32 Éd. Quicherat, pp. 346-348 ; Stein, pp. 92-93.
  • 33 Éd. Quicherat, loc. cit.

20La contestation de l’autorité de Louis XI dans plusieurs régions du royaume perturba le financement régulier de l’État, privé d’une partie de son assise territoriale et, partant, de sa base d’imposition. Celle-ci varia naturellement à mesure du déroulement des opérations. Dans ses missives du 6 avril le roi brossait un tableau volontairement optimiste de la situation à la veille des hostilités, affirmant avoir reçu l’allégeance des comtes de Foix et d’Armagnac, de Bordeaux et du Dauphiné, le soutien de la Savoie et de bonnes nouvelles de Paris et Rouen, de Normandie, de Picardie, d’Ile-de-France, de Champagne, de Gascogne, de Languedoc et, concluait-il, de tous ses autres pays27. En fait Jean V d’Armagnac, malgré de fallacieuses protestations de dévouement28, était passé aux rebelles qui, avec le Berry, le Bourbonnais et une partie de l’Auvergne, tenaient le centre du royaume. Louis XI s’attaqua d’abord à ce ventre mou de la coalition. Il entreprit de soumettre le Berry en avril29, puis le Bourbonnais en mai30, mais les Bourguignons prirent alors l’offensive dans le Nord et, laissant derrière eux de nombreuses places aux mains du roi, descendirent en juin vers l’Île-de-France où ils pénétrèrent dès la fin du mois31. De leur côté les Bretons, contournant par le sud la Normandie bien gardée pour remonter la vallée de la Loire à la rencontre de leurs alliés, envahissaient le Maine, l’Anjou et la Brie32. Renonçant à ses conquêtes dans le Centre, le souverain dut remonter vers sa capitale menacée33 ; la bataille de Montlhéry, le 16 juillet, lui en ouvrit le chemin mais ne trancha rien.

  • 34 Stein, note 1 p. 63 ; Lettres, t. II, pp. 339-342, 345-346.
  • 35 Leseur / Courteault, t. II, p. 207, note 2 p. 213. — Gaston IV fut nommé lieutenant général du roi (...)
  • 36 Lettres, t. II, pp. 349-351, 351-352, 357-358 ; Caillet, pp. 178-180.—Le fils du duc de Milan fut (...)
  • 37 Éd. Quicherat, pp. 381-383.
  • 38 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 80-81.

21Le siège de Paris stabilisa ensuite le front pour deux mois. À côté de plusieurs terres disputées dans le Nord et l’Est le roi tenait le Centre-Ouest avec l’immense élection de Poitou34, la Guyenne et le Languedoc où veillait le comte de Foix35, le couloir rhodanien et le Dauphiné défendus par les Lyonnais, les Dauphinois et un corps expéditionnaire milanais sous Galéas-Marie Sforza36, ainsi que la riche Normandie. Mais la situation finit par tourner à son désavantage en septembre. Le Velay passé aux princes et la Provence armée par le duc de Calabre menacèrent alors les positions royales dans le Sud37, et surtout l’invasion réussie de la Normandie par l’est priva Louis XI de sa principale source de revenus : il sut dès lors qu’il avait perdu la partie38.

  • 39 Stein, PJ n° III, pp. 518-519.
  • 40 Lettres, t. II, pp. 283-284. - Il ne peut s’agir des états de Languedoc comme le croit Vaesen (not (...)
  • 41 Sée, note 4 pp. 211-212 (citant Étienne de Médicis) ; Caillet, PJ n° CCLXXVIII, pp. 566-567.

22De leur côté les rebelles mettaient leurs promesses à exécution dans les pays soumis à leur contrôle. Le pouvoir adressé le 13 mars au duc de Bourbon par Charles de France l’habilitait à interdire toute levée d’impôts aux collecteurs, receveurs et fermiers en dehors de la taille des gens d’armes, sous peine de confiscation de corps et de biens39. Jean II se mit donc en devoir d’empêcher sans tarder la rentrée des subsides votés au roi par les états d’Auvergne40 et fit crier de par le frère du roi aux portes des villes restées fidèles, jusqu’au Puy dans le Velay voisin le 17 août encore, « que n’y eüst homme qui eüst a paier tailles, charges, sixieme du vin ne nuls autres tels subcides »41.

  • 42 Stein, pp. 92-93. - Cet auteur ne parle que de l’annonce d’un prochain dégrèvement, mais il est do (...)
  • 43 Gandilhon, note 4 p. 99.
  • 44 Legeay, t. I, p. 419.
  • 45 Stein, note 5 pp. 89-90 (citant Jacques du Clercq).

23Les autres conjurés reçurent à l’évidence semblables procurations du chef nominal de la Ligue, qui officia lui-même avec le duc de Bretagne dans le Maine, l’Anjou et la Beauce à mesure de leur progression42. Tandis que le maréchal de Bourgogne l’imitait à Auxerre43, le comte de Charolais écrivait de son côté en juin aux bonnes villes de son père, comme Malines, qu’il se présentait partout en qualité de lieutenant du duc de Berry pour abolir les tailles et les gabelles sur son passage44. C’est au nom de Charles de France qu’à Péronne, à Montdidier, au Pont-Sainte-Maxence il supprima ainsi « touts les subsides, imposicions, quatriesmes et autres debittes »45.

  • 46 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 64. - Une miniature du manuscrit interpolé représente les Bourguign (...)
  • 47 Éd. de Reilhac, t. III, pp. 230-232. - En Berry les officiers de Charles de France maintinrent en (...)

24Le témoignage de Jean de Roye nous renseigne plus précisément. Le Parisien explique qu’à Lagny-sur-Marne, investie à la fin du mois, les Bourguignons « firent plusieurs explois comme de ardre et bruler tous les papiers qu’ilz trouverent sur le fait des aides, et ordonnerent dans ladicte ville que tout y seroit franc ». Non seulement ce geste symbolique à l’adresse des populations reproduisait, sous la caution du nouveau pouvoir, les actes subversifs des émeutiers de 1461, mais la destruction des documents administratifs était un sûr moyen de désorganiser l’État royal. En outre, allant plus loin que le maréchal de Bourgogne ne l’avait annoncé aux Langrois, les occupants abrogèrent la fiscalité du sel et le contraignant régime de sa distribution, ordonnant « que le sel qui estoit ou grenier dudit lieu pour le roy feüst baillé et distribué a tous ceulx qui en vouldroient avoir, en paiant le droit du marchant seulement »46. Les stocks du grenier d’Évreux furent semblablement vendus à vil prix après l’entrée du duc de Bourbon dans la ville en septembre47. Par ces feux de joie et ces braderies qui devaient concrétiser aux yeux des habitants leur libération de l’oppression fiscale, la Ligue du Bien public mettait en scène le démantèlement des finances royales comme une fête populaire.

  • 48 Durant la campagne de Bourbonnais il délivra le 15 mai à Montluçon un sauf-conduit à Colas du Pére (...)
  • 49 Lettres, t. II, pp. 240, 259-266.
  • 50 Éd. Quicherat, pp. 215-218.

25Les terres mêmes où Louis XI exerçait sa domination ne lui assuraient pas tout le secours pécuniaire qu’il eût pu en attendre. S’il s’efforçait de maintenir le recouvrement régulier de ses deniers au milieu des opérations militaires48, le roi avait dû lâcher du lest pour raffermir le loyalisme de ses sujets. Ses attentions se portèrent d’abord sur la Picardie, qui gardait la frontière du nord. Dès le 9 mars il informa les élus et les habitants d’Amiens qu’en considération des lourdes charges du pays et de sa fidélité il rabattait de 10 000 écus son imposition de l’année ; cette réduction de moitié, sur une taille fixée à l’origine à 20 000 écus, fut suivie d’un dégrèvement total avant le 8 avril49. Cette concession fit des envieux. « Le roy eüst bien fait de nous laisser pour cest an la moitié des mil frans de nostre compmune : ce eüst fort couragié les subgés », écrivirent les autorités de Montreuil-sur-Mer au chancelier le 6 avril50.

  • 51 Lettres, t. II, pp. 259-266. — L’impôt du sel était la quantité minimale déterminée que les habita (...)

26Dans ces circonstances les doléances des Picards étaient prises au sérieux. Les ressortissants du grenier de Saint-Quentin s’étant plaints à lui que le grenetier de Soissons y avait instauré une crue en vertu d’une commission, le chancelier suspendit la mesure et en référa à son maître le 24 ou le 28 mars. Le monarque consulta les gens de ses finances, qui expliquèrent avoir chargé cet officier de répartir plus équitablement l’impôt du sel entre les contribuables, mais non d’augmenter la gabelle. Le 10 avril Louis XI ordonna donc au chancelier de mener son enquête. Si le grenetier avait excédé son mandat, il entendrait sa justification et prendrait des dispositions en conséquence jusqu’à ce que le roi, averti, pût trancher ; sinon, il n’y avait pas lieu d’intervenir51. Le souverain naviguait précautionneusement entre l’intérêt qu’il avait à satisfaire les Picards et le souci de sauvegarder ce qui pouvait l’être de ses recettes.

  • 52 Ord., t. XVI, p. 310.
  • 53 Éd. Fagniez, p. 58. - Jean de Roye semble bien le confirmer (éd. de Mandrot, t. I, p. 76), tout en (...)
  • 54 Lettres, t. II, pp. 274-277.
  • 55 Vidal, p. 56.

27Ces mêmes considérations politiques l’amenèrent à revenir sur l’une des mesures qui lui avaient tenu le plus à cœur au début de son règne : l’assujettissement des privilégiés à l’aide sur la vente des vins au détail. Des lettres royaux du 24 mars restaurèrent d’abord leur ancienne franchise à Paris, Louis XI s’inquiétant de l’attitude des élites de la capitale. Bien qu’enregistrées dès le 3 avril par la Chambre des Aides52, elles ne furent criées selon Jean Maupoint que le 30 juillet53, ce qui paraît surprenant ; peut-être y eut-il une seconde publication à l’occasion des nouveaux dégrèvements qui furent alors accordés. Qu’ils en eussent eu vent ou non, la noblesse et le clergé de Picardie profitèrent en tout cas des bonnes dispositions du roi pour obtenir à leur tour leur exemption, dont il envoya les lettres à ses représentants dans le pays le 20 avril54. Enfin, la mesure fut étendue au Languedoc à l’occasion de la réunion des états en juin55. La brèche étant dès lors largement ouverte, cette tentative de suppression des inégalités devant un impôt au moins ne survécut pas à la guerre dite du Bien public.

  • 56 Ord., t. XVI, pp. 328-329, 330-331.

28A côté de ces concessions préventives, il fallut encore au roi récompenser les fidélités éprouvées. Le 21 mai il ne put faire autrement qu’accéder au moins en partie à la requête des consuls d’Aigueperse en Basse-Auvergne, qui sollicitaient une exemption totale des impôts extraordinaires, en affranchissant ses habitants des tailles pour n’avoir pas suivi leur seigneur, le comte de Montpensier, dans la révolte et avoir ouvert les portes à ses émissaires. Le même jour il accéda encore à leur demande d’être exonérés des droits de francs-fiefs et, de son propre chef, ajouta une fleur de lys couronnée aux armes de la ville56, distinction insigne qui cette fois ne lui coûtait rien.

  • 57 En retour celle-ci pria Louis XI, qui allait s’absenter, de le maintenir dans sa lieutenance pour (...)
  • 58 Éd. Fagniez, loc. cit. — Jean de Roye ne confirme pas cette assertion, mais il n’est pas impossibl (...)

29Le souverain ayant regagné sa capitale en juillet de peur qu’elle ne tombât aux mains des princes, ce fut au tour des Parisiens de pousser l’avantage, soutenus par son lieutenant en Île-de-France, Charles de Melun, qui soignait sa popularité auprès de la municipalité57. À en croire Maupoint, dès le 30 juillet l’abolition « des imposicions des menues denrées » fut criée de par le roi58. Là encore son témoignage très précis pose problème, car ce n’est que quatre jours plus tard que Louis XI rendit des lettres en ce sens, où il ne fait aucune allusion à une mesure de très peu antérieure. Le prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture, qui rapporte aussi la publication de ces lettres sans autrement s’interroger, se faisait-il l’écho d’une rumeur qui avait couru ce jour de juillet, anticipant la décision royale ? S’était-on hasardé, dans la précipitation, à la proclamer avant que les lettres ne fussent prêtes, quitte à devoir recommencer quelques jours après avec d’ailleurs plus de précisions ? Sans doute nous faut-il voir là un indice de la confusion et de l’effervescence qui régnaient à Paris dans ces fiévreuses journées.

  • 59 Ord., t. XVI, pp. 341-343. — Le « bétail à pied fourchu » comprenait les ovins, les bovins et les (...)

30Quoi qu’il en fût, c’est bien le 3 août que le monarque, à la veille de quitter sa capitale pour une tournée de quelques semaines en Normandie, accorda à ses habitants ce qui, de son propre aveu, devait « les rendre plus enclins a continuer et perseverer (...) de bien en mieux a l’entretien et conservacion de nostre majesté et auctorité royale ». Le prévôt des marchands et les échevins lui ayant - classiquement - remontré que les charges excessives causaient le dépeuplement de la ville et de ses faubourgs, il y abolit toutes les aides à l’exception du quatrième du vin vendu au détail, ramené cependant au huitième, et des impositions du vin vendu en gros, des draps vendus en gros, du poisson de mer, du bétail « a pié fourché » et de la bûche59.

  • 60 Cf. supra, p. 52.
  • 61 Éd. Fagniez, p. 60.

31Cette mesure était plus qu’un simple dégrèvement, elle revenait à étendre au chef-lieu de la généralité de Seine-et-Yonne la réforme des aides instituée quelques années plus tôt en Languedoïl, en poussant plus loin encore l’effort de simplification et de rationalisation qui y avait présidé. Tout en y réduisant de moitié la taxation de la vente au détail du vin, comme son père en Languedoïl en 145660, le roi mettait fin au grouillement d’impositions indirectes particulièrement nombreuses dans la ville la plus peuplée et à l’activité la plus diversifiée du royaume, et dont le rapport ne justifiait généralement pas les tracasseries endurées par la population. L’ordonnance n’exempte pas moins de soixante-dix-huit articles nommément, et encore l’énumération s’achève-t-elle sur la mention de « quelconques autres denrées » ; de son côté Maupoint affirme qu’il y avait alors soixante-six fermes des aides à Paris, « au moien desquelles les bourgois et le peuple avoient esté tres fort traveiliés »61.

  • 62 BN, ms. fr. 4 525 f° 50 v°-51 v ; cf. PJ n° I.

32Cependant, alors que la réforme de 1461, tout en supprimant les « menues fermes », avait maintenu la taxation de quelque trente-sept articles et métiers62, seules six marchandises restaient cette fois soumises aux aides : le vin, dont le fisc exploitait le trafic à l’envi en frappant la vente en gros comme au détail ; le drap, produit en grandes quantités par une véritable industrie et taxé seulement en gros à la décharge du consommateur ; le poisson - de mer uniquement, faveur faite aux pêcheurs de la Seine et de ses proches affluents — et les bêtes de boucherie, dont la taxation frappait la consommation alimentaire courante mais non, là encore, les particuliers directement ; enfin le combustible dont les citadins faisaient grand usage pour le chauffage, la cuisine, l’activité artisanale. Rappelons que le sel, qui relevait d’un régime fiscal à part, n’était pas touché par ces changements.

33À l’évidence Louis XI avait tâché de restreindre à l’extrême la base d’imposition aux quelques produits les plus rémunérateurs : la réforme parisienne visait à alléger et à rentabiliser au maximum la fiscalité indirecte.

  • 63 Ord., loc. cit.
  • 64 Maupoint / Fagniez, pp. 59-60 ; de Roye / de Mandrot, t I, pp. 76-77.

34Bien que ces lettres n’eussent pas été validées par l’administration avant le mois d’octobre63, elles furent criées le jour même à Paris. Au témoignage concordant des chroniqueurs la publication précisa qu’en pratique seules six fermes subsisteraient désormais. Bien que cette décision, on l’a vu, ne fût pas une surprise, sa confirmation officielle produisit bien l’effet désiré. Tandis que Maupoint note sobrement que les Parisiens des trois états « furent tres joieux », Jean de Roye relate qu’« incontinent aprés ledit cry tout le populaire, oyant icellui, crioient [sic] de joye et de bon vouloir "Noël ", et en furent faiz les feux parmi les rues »64. Le roi aussi avait sa fête populaire.

  • 65 Ord., t. XVI, pp. 339-341.
  • 66 Ibid., pp. 435-437. — Maupoint rapporte cette confirmation au 11 ou au 12, quand le roi festoya le (...)

35Ce même jour le souverain fit encore droit aux doléances des Parisiens en abrogeant la ferme domaniale de la prévôté de la foire Saint-Ladre, qui continuait à imposer les marchands dans l’ancienne aire de cette foire durant les dix-sept jours où elle était censée se tenir alors qu’elle était tombée en désuétude. C’était, là encore, mettre fin à une vexation inutile qui ne lui rapportait que 15 ou 16 l.p. chaque année65. Pour autant, l’essentiel de ses concessions était bien la réforme des aides à Paris, que la municipalité eut soin de lui faire confirmer au lendemain des troubles, le 9 novembre, de peur « que ou temps advenir on voulsist dire que nous leur feismes ledict octroy pour captiver leur benevolence pendant lesdictes divisions, soubz espoir de susciter et relever par nous ou temps advenir lesdictes imposi-cions et aydes, combien que ce ne fust ne a esté nostre entencion », protesta le monarque en donnant satisfaction à ses prudents sujets66.

  • 67 Gandilhon, PJ n° 12, pp. 428-43

36Le 29 août, à son retour de Normandie, Louis XI avait accordé aux Rouennais une faveur semblable, qui entra en vigueur dès le 1er septembre, afin d’entretenir leur loyalisme après son départ. L’identité des préambules souligne l’étroite parenté des deux mesures, mais l’exonération fut moins étendue à Rouen qu’à Paris. Les nouvelles lettres mentionnaient cette fois explicitement la gabelle et l’imposition foraine parmi les impôts maintenus, ce qui était sous-entendu dans les précédentes, en limitant cependant cette dernière taxe aux produits transportés par eau, mais elles ajoutaient aux six articles imposables à Paris le bois d’œuvre, les cuirs, les toiles, les fourrures, les teintures, le « charbon de terre », le métier des changeurs (sic), les chevaux et le poisson d’eau douce pour la vente en gros, ainsi que les draps pour la vente au détail67. La nouvelle base des impositions indirectes à Rouen était certes beaucoup plus restreinte que dans les villes du Languedoïl, mais demeurait sensiblement plus large que dans la capitale. Sans doute le roi n’avait-il pas cru devoir pousser aussi loin les concessions qu’avec les turbulents Parisiens, qui l’inquiétaient davantage ; il restait en tout cas fidèle, dans cette nouvelle politique des aides, à sa tactique de l’application au cas par cas.

  • 68 Éd. Quicherat, pp. 385-386, 386-38

37Comme la remise de taille des Picards quelques mois plus tôt, ces faveurs excitèrent les envies. Les habitants de Troyes tentèrent leur chance le 21 septembre. Exposant à Louis XI qu’ils lui gardaient fermement la ville au milieu d’une Champagne ravagée par les soudards du duc de Nemours et du comte d’Armagnac, mais que la destruction des récoltes et l’impossibilité des labours et des semailles dans le plat-pays leur causait un grave préjudice, ils le prièrent, en compensation, de « moderer les aides mis sus en laditte ville et election de Troyes, par la forme et maniere et tout ainsi que avez fait aux habitans de la ville de Paris ». Nous ne savons quelle fut l’issue de cette démarche qu’appuyait une recommandation du vieux bailli Michel Jouvenel des Ursins, frère de l’archevêque de Reims et de l’ancien chancelier68.

  • 69 Cf. supra, p. 146.

38Fait plus préoccupant que les requêtes d’exemption qui assaillaient le roi avec plus ou moins de bonheur, le spectacle de la suppression des impôts par ses adversaires, de ses concessions forcées et de l’affaiblissement de son autorité enhardirent ses sujets à alimenter les caisses de l’État avec une mauvaise volonté croissante là même où la Ligue n’avait pu s’imposer, ajoutant au tarissement des rentrées et aux menaces d’asphyxie financière de la monarchie. Ces difficultés se firent particulièrement sentir en Languedoc. Quand la guerre du Bien public éclata, le pays achevait à peine la transition d’un régime fiscal à l’autre : les opérations d’établissement du nouveau cadastre étaient terminées depuis peu, et Louis XI venait de susciter le mécontentement des élites en relevant fortement, de sa propre autorité, le barème des tranches d’imposition supérieures établi par les états de 146469. Même si, avec le soutien du comte de Foix, le Languedoc était resté fidèle au roi tandis que les États des Maisons d’Armagnac à l’ouest et de Bourbon au nord basculaient dans la sédition, ces événements intervenaient ici à un moment inopportun pour la Couronne, alors que l’appareil de ses finances était en plein redémarrage et la popularité du souverain affaiblie.

  • 70 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 186-187.
  • 71 Lettres, t. X, Supplément, pp. 230-232.
  • 72 Éd. Quicherat, pp. 381-383.
  • 73 Leseur / Courteault, t. II, note 2 p. 213.

39L’action des princes paraît s’être limitée aux confins de l’Armagnac, où Jean V vint piller les caisses du roi70, et surtout au Velay, où le duc de Bourbon, qui se prétendait gouverneur de Languedoc, pouvait intervenir depuis l’Auvergne et le Forez avec la complicité de l’évêque du Puy, un bâtard de sa Maison, et du vicomte Armand IX de Polignac qui s’y disait lieutenant du duc de Berry. Si la capitale vellave, on l’a vu, restait sourde à leurs proclamations, le vicomte et ses alliés prirent les armes contre les partisans du roi et empêchèrent la levée des impôts dans le plat-pays, s’attirant pour la forme un tardif rappel à l’ordre de Louis XI en pleines négociations, le 10 octobre71. Le 14 septembre le parlementaire grenoblois Jean de Ventes, en mission pour le souverain à Lyon, l’avait averti que la chute du Velay entre les mains des rebelles menaçait le reste du Languedoc, « qui pourroit estre grant dommage et assoupement de voz deniers »72. C’est alors sans doute que le comte de Foix entra en campagne pour dégager le Puy73.

  • 74 Gilles, note 181 p. 192.
  • 75 Spont, « La taille en Languedoc », p. 379.
  • 76 Clamageran, t. II, p. 17.

40Quoique la Ligue du Bien public ne paraisse pas s’être manifestée ailleurs dans le pays, la mise en œuvre des nouvelles dispositions fiscales, déjà laborieuse, souffrit certainement des échos de sa propagande. L’aide devait être levée désormais en quatre fois, conformément à une vieille revendication des états, mais à titre transitoire il avait été prévu que la moitié de celle de 1464-1465 serait acquittée au terme tardif du 25 février, le temps d’achever partout les nouvelles estimes74. Or, les diocèses ne se pressaient guère d’établir leurs assiettes, et les rentrées étaient lentes et faibles : le manque à gagner atteignit 74,1% dans le Gévaudan, taxé à 10 820 l.t. et où 2 800 l.t. seulement furent encaissées durant cet exercice75. Les réticences des contribuables prenaient des allures de grève de l’impôt et rappelaient le bras de fer engagé avec Charles VII en 144776.

  • 77 Lettres, t. II, pp. 298-301.

41Bientôt alarmé du tarissement de ses ressources à un moment où il en avait le plus pressant besoin, Louis XI semonça vertement le Vivarais le 18 mai, reprochant à ses habitants de faire des difficultés et de montrer le mauvais exemple aux autres diocèses à sa stupéfaction, alors qu’il avait accordé aux états de 1464 un dégrêvement de 14 000 l.t. sur l’équivalent, et à son grand mécontentement, « pour ce que se nostredit aide ne venoit ens ceste dicte année, pourroit estre cause de la ronpture de noz faiz, et mesme-ment de nostre armée que presentement nous fault entretenir pour resister aux dampnables entreprinses de ceulx qui, contre leur serement et honneur,se sont eslevez contre nous comme il est tout notoire ». Il faisait donc de la levée immédiate de l’impôt l’épreuve de leur loyalisme ; des membres du Grand conseil se rendraient aux états qu’il convoquait à Montpellier le 25 juin avec mandat exprès de satisfaire les doléances, mais pour l’heure l’aide devait rentrer sans faute ni délai dans ses caisses77. Il n’est pas impossible que cette lettre, qui s’achevait sur la convocation de l’assemblée régionale, ait été une circulaire adressée à tous les diocèses du pays.

  • 78 . Spont, art. cit., pp. 379-380. - Cet historien présente les demandes d’explications de Louis XI c (...)

42Dès le 26 mai le roi chargea ses représentants à la session future de mettre en demeure les députés de s’expliquer sur « les causes du refus ou delay que aucuns des habitans des dioceses d’icelluy païs ont fait de payer leur porcion de l’aide qui, l’année passée, avoit esté par eux accordé en la ville du Puy estre mis sus, levé et cueilly selon les estimes et resserches qui avoient esté deliberées estre faictes audit pays, pour ceste presente année commencée en septembre dernier passé ». Les états se défendirent de refuser leur secours au souverain, mais exposèrent que certains diocèses jugeaient excessive leur nouvelle quote-part de l’aide et —argument déjà avancé contre la réforme de 1463 - que « la maniere de la lever a semblé nouvelle et estrange au pays ». Ils demandèrent donc l’abandon des récentes estimes « pour ce que la maniere ancienne de imposer les tailles leur est plus agreable », vœu qui ne fut pas exaucé78. Reste que leurs dires étaient certainement vrais. Si le Languedoc n’était sans doute pas insensible aux menées des princes, c’étaient les difficultés soulevées par le changement de fiscalité qui avaient en premier lieu grippé la machine financière : l’assiette issue des opérations cadastrales ne faisait pas l’unanimité, et les modifications apportées au régime antérieur à 1463 après son rétablissement venaient une fois encore heurter les habitudes.

  • 79 Gilles, note 152 pp. 188-189.
  • 80 . Ibid., note 188 p. 193.
  • 81 Viala, t. II, p. 362.

43Confronté à cette situation, Louis XI recourut à des mesures d’exception afin d’assurer vaille que vaille l’alimentation de ses caisses. Il semble ainsi que pour compenser les difficultés de recouvrement dans l’ensemble du pays les villes exemptes furent mises à contribution. Tel paraît avoir été le cas à Toulouse, selon les états de 1466 qui arguèrent de ce précédent pour demander la continuation de son imposition79. Cette violation de ses privilèges n’alla pas sans résistances, mais les agents royaux furent fermes : les capitouls, collectivement responsables des rentrées de l’impôt qui devaient se faire attendre, furent placés aux arrêts durant un mois à l’Hôtel de ville80. Montauban semble avoir également été sollicitée, qui plaida en juillet devant le Parlement de Toulouse - ravi de damer le pion une fois de plus à la faible Chambre des Aides de Languedoc - pour faire respecter sa franchise de taille81.

  • 82 Ibid., p. 250.
  • 83 Vidal, pp. 52-53. — Le fait que l’adjudication ait eu lieu à Montpellier et que la procédure ait o (...)
  • 84 Maupoint / Fagniez, p. 76 ; cf. infra, p. 220.

44Le 7 septembre, le comte de Foix imposa encore sur le pays une crue de 50 000 l.t. en sa qualité de lieutenant du roi afin d’entretenir les gens de guerre, peut-être en vue de la campagne de Velay, sans l’aval des états qu’il n’était pas question de réunir de nouveau ; à défaut Gaston IV consulta le Parlement pour la forme82. Par ailleurs, le bail de la ferme de l’équivalent arrivant à échéance, le souverain avait chargé le 15 mai ses commissaires de procéder à l’adjudication ; dès le 29 le nouveau bail fut conclu sans encombre, pour 64 000 l.t. par an durant trois années à compter du 1er septembre83. Les efforts de l’administration royale du Languedoc finirent par porter des fruits, car en septembre elle put envoyer à Paris des fonds qui y furent bienvenus84.

3. La course aux deniers.

45Pressés par les besoins de leurs armées, les adversaires rivalisèrent pour faire les premiers main basse sur les précieux fonds qui se trouvaient dans les caisses royales quand le conflit éclata, ou qui avaient pu tant bien que mal y rentrer les mois suivants. En raison des problèmes matériels posés par les transferts de numéraire, la monarchie réduisait depuis longtemps au minimum la centralisation de ses ressources grâce à un large usage du système des assignations, renvoyant ses créanciers aux recettes locales qui avaient engrangé l’impôt à la base. L’argent du roi, ainsi éparpillé sur tout le territoire, au surplus raréfié par l’effet même des événements et d’autant plus convoité, fut donc l’objet d’une véritable compétition entre la Ligue, qui s’en emparait partout où elle le pouvait, et Louis XI, qui s’efforçait de la prendre de vitesse.

  • 85 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 186-187.

46Basin, pourtant favorable aux princes, reconnaît que plusieurs d’entre eux ne manquaient pas de convertir à leur profit le produit des impôts royaux trouvé dans les places dont ils prenaient le contrôle, ainsi en Auvergne et en Berry. Le comte d’Armagnac, l’un des plus désargentés de la coalition, ne s’en faisait pas faute dans ses possessions et les pays voisins, partout où il pouvait mettre la main (« ubicumque manus potuit mittere »). Ils s’en justifiaient par la nécessité, pour la bonne cause, d’affaiblir l’adversaire en lui ôtant ses terres et ses revenus, et de prélever dessus le nécessaire à l’entretien des forces du Bien public85.

  • 86 Stein, PJ n° III, pp. 518-519.
  • 87 Éd. de Mandrot, t. I, p. 38 ; t. II, Interpolations et variantes, p. 165. - En fait Jean le Clerc (...)
  • 88 De Surirey de Saint Remy, p. 116.
  • 89 Ibid, PJ n° IV, pp. 225-228.
  • 90 Éd. Quicherat, p. 470.
  • 91 Jassemin, note 6 p. 271.

47De fait, les pouvoirs dont le duc de Berry avait investi Jean II de Bourbon le 13 mars l’autorisaient à se faire délivrer par les comptables du roi, « par toutes voyes que verres estre a faire », les deniers qu’ils détenaient et ceux que fournirait la seule levée désormais licite, celle de la taille des gens d’armes, afin de solder ses troupes86. C’est probablement sans attendre ces lettres que le prince « print toutes les finances qui estoient au roy » dans ses États, au témoignage de Jean de Roye, y compris dans ses domaines en Languedoc, précise son interpolateur87, emprisonnant les récalcitrants88. Dès le début de la révolte il puisa ainsi 1 935 l.t. dans les caisses de l’équivalent de Basse-Auvergne, où le seigneur d’Aubigny Jacques de Bourbon préleva pour sa part 53 1. 19 s. 6 d.t. qu’il se fit remettre par le commis du receveur dans la ville d’Aigueperse, que son loyalisme n’empêchait apparemment pas de composer avec le plus fort du moment89. Ces scènes se multiplièrent dans les premiers temps sur les terres mêmes des rebelles, avant de s’étendre dans le reste du royaume à mesure de leur avance : Dunois s’empara ainsi de 1 000 écus à Beaugency90, sans doute lorsque l’armée des ducs de Bretagne et de Berry approcha de la Beauce au début de l’été. A défaut de la force, la Ligue employait la ruse. De faux commissaires royaux se présentèrent aux receveurs en se disant chargés de lever des renforts et se firent délivrer des fonds, suscitant des poursuites de la Chambre des Comptes91 ; il n’est d’ailleurs pas absolument impossible que ces imposteurs n’aient pas été des envoyés des princes, mais d’habiles malfaiteurs qui mettaient ces temps troublés à profit.

  • 92 Legeay, t. I, p. 479.
  • 93 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 197-198.

48Louis XI, de son côté, ne restait pas inactif et s’employait à faire recueillir le numéraire disponible partout où la sédition n’avait pas désorganisé l’État et sapé son autorité. Certains de ses partisans ne lui étaient pas d’un plus grand secours que ses ennemis. Le comte du Maine, dont le loyalisme resta incertain tout au long du conflit, collecta les deniers du roi en Poitou pour entretenir l’arrière-ban du pays mais n’arma qu’une partie des nobles, renvoyant même certains chez eux, et exploita la position de faiblesse où se trouvait le souverain pour lui demander en don la somme importante qu’il avait ainsi gardée par devers lui92. Le monarque veillait, dans la première phase des hostilités, à ce que ses succès rouvrissent les vannes de ses finances. L’accord conclu avec les princes du Sud le 30 juin à Aigueperse, au terme de la campagne de Bourbonnais, prévoyait ainsi que Riom serait neutralisée entre les mains du duc de Bourbon mais que le roi y percevrait ses impôts sans empêchement93.

  • 94 Éd. Fagniez, p. 70.

49La fixation de l’essentiel des opérations autour de la capitale, dans laquelle Louis XI avait dû se retrancher à partir de juillet, rendit plus aigus les problèmes de financement pour le camp royal dans la seconde phase du conflit. Désormais sur la défensive, le souverain ne pouvait plus espérer élargir l’accès à ses ressources et l’encerclement de Paris par la Ligue, si incomplet fût-il, ajoutait à la difficulté de se procurer des fonds. Lorsqu’au mois d’août le roi sortit en force pour gagner son fief normand, il partait retremper par sa présence les sentiments de fidélité du pays et y chercher des renforts et du ravitaillement, mais aussi de l’argent : les quelque soixante chars et chariots qu’il ramena le 28 avec des troupes de Normandie et du Maine ne transportaient pas seulement la poudre, les couleuvrines et la farine signalées par Maupoint94, mais aussi tout ce que le monarque avait pu réunir du produit des impôts.

  • 95 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551.
  • 96 Ibid, loc. cit. ; PJ n° XXIV, pp. 580-581 ; PJ n° XXVI, pp. 583-584. - De même Laurent Droillart, (...)

50Quand le duc de Bourbon investit la Normandie le mois suivant il trouva les caisses vides, et d’abord les plus importantes, celles de la métropole rouennaise. Le 12 octobre il chargea Pierre d’Amboise d’aviser Charles de France qu’à son dernier passage Louis XI s’était fait verser par une grande partie des receveurs du pays ce qu’ils avaient perçu durant le trimestre écoulé95. Pour cette fois le souverain avait été le plus rapide, mais il ne pouvait s’absenter trop longtemps de Paris et, pressé par le temps, avait dû limiter sa récolte à la Haute-Normandie : c’est dans les recettes du bas pays que les gens des finances de son frère, à pied d’œuvre avant même la constitution officielle du nouvel apanage, trouvèrent de quoi payer l’armée de la conquête96.

  • 97 Sée, p. 139 ; Caillet, pp. 178-179.—Ce dernier auteur n’est pas clair : sans doute faut-il compren (...)

51Cette recherche de liquidités se traduisit encore, inévitablement, par des emprunts dans lesquels chacune des parties put mesurer ou l’attachement des élites marchandes à sa cause, ou sa force : en un mot, son crédit. Louis XI, qui tenait solidement Lyon, recourut ponctuellement à la grande place financière pour subvenir à la défense du Sud-Est. Le 25 mai le « bailli » informa ses consuls et ses notables que le roi sollicitait de leur ville et de tout le Lyonnais un prêt de 1 500 l.t. pour les besoins des opérations contre le duc de Bourbon, et le 23 juin l’entretien de l’arrière-ban du pays, levé pour marcher contre les régions rebelles voisines, fit l’objet d’une nouvelle demande aux habitants de Lyon sous la forme d’un emprunt à des particuliers ou à la ville même, au choix. Celle-ci protesta que la noblesse devait rester garder le pays, mais accéda à cette nouvelle requête et leva une taille le 11 juillet pour assurer le remboursement97.

  • 98 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 71-72.

52Les Parisiens furent plus réticents quand le souverain, arrivé peu après dans leur ville à court de ressources, fit demander des prêts importants à des particuliers, officiers des grands corps de l’État et riches négociants. La capitale était plus frondeuse, et le pillage de ses propriétés du plat-pays par l’armée royale impayée incitait d’autant moins la bourgeoisie à se fendre de ses deniers. Plusieurs sollicités opposèrent un refus, s’attirant les foudres du monarque aux abois qui y vit une marque de dissidence, particulièrement impardonnable de la part des serviteurs de la monarchie entretenus à ses gages : des officiers furent cassés, tels le greffier civil du Parlement Jean Chèneteau et le conseiller à la Chambre des Comptes Jean Picard98.

  • 99 Sée, note 5 pp. 142-143.

53Le comte de Foix fut moins heureux encore auprès des Toulousains, manifestement indisposés par la violation de leur franchise de taille. Le roi, peu désireux apparemment de jeter de l’huile sur le feu, avait cette fois recommandé la diplomatie à son lieutenant. Travaillant décidément de concert avec le Parlement de Languedoc, Gaston IV chargea la cour d’envoyer deux conseillers prier les capitouls de s’entremettre auprès de particuliers pour obtenir au souverain un prêt de 4 000 l.t., ou 2 000 à défaut. Vaine concession : les édiles firent savoir qu’ils « se sont emploiez et ont fait du mieulx qu’ilz ont peu, mais n’ont treuvé personne desdiz habitans qui y veuille entendre »99.

  • 100 Gandilhon, PJ n° 11, p. 427. - Nous ne voyons pas pourquoi cet érudit parle de prêt (ibid., p. 356 (...)
  • 101 BN, ms. fr. 20 494 f° 51.

54Enfin, les sanctions prises contre les ennemis du roi pouvaient être l’occasion de se procurer des fonds en quantité respectable lorsque d’aventure l’intéressé était un riche financier. Tel fut le cas pour Jean Arnoulfin qui, compromis, disgracié et destitué de sa charge de général, vit ses biens saisis à Rouen et Abbeville : le 19 août Louis XI autorisa leur restitution, mais la soumit au versement d’une amende de 12 000 l.t.100 dont l’infortuné Lombard versa la moitié le 22 à son ancien receveur général101.

  • 102 . Stein, PJ n° XII, pp. 549-55 1 (12 octobre).
  • 103 BN, ms. fr. 23 262 f° 25 (rôle des paiements ordonnés au receveur général du duc de Normandie Robe (...)

55Les princes paraissent s’être moins adressés aux villes, généralement fidèles au roi en dehors de leurs domaines et souvent même en leur sein. Pour payer les gens de guerre le duc de Bourbon engagea une croix d’or pour 1 100 écus auprès de marchands de Bourges, capitale de Charles de France et fief de la rébellion, et se fit encore prêter quelque 10 000 l.t. à Rouen après s’en être rendu maître le 28 septembre102. Les plus impécunieux eurent recours à leurs comparses plus favorisés. Le frère du roi fit don de 10 000 l.t. au duc de Calabre pour entretenir son armée devant Paris, mais dut s’en faire prêter la moitié en octobre, à Saint-Maur-des-Fossés, par le duc de Bretagne, le comte de Dunois et son nouveau général Pierre d’Oriole afin de lui en faire l’avance. Le chef officiel de la Ligue multipliait alors les emprunts auprès de ses alliés et serviteurs, dont il reçut 7 227 1. 5 s. 5 d. ob.t. en forte monnaie. Les princes le savaient solvable grâce au magnifique apanage arraché au roi : c’est aux contribuables normands qu’il revint de rembourser ces prêts, et de désengager la croix de Jean II de Bourbon103.

4. Le poids de la guerre.

  • 104 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 18,40 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 163.
  • 105 Ibid., p. 164 ; Lassalmonie, « L’abbé Le Grand et le compte du trésorier des guerres pour 1464 », (...)
  • 106 Lettres, t. II, pp. 242-243, 251-253, 259-266, 272-274, 274-277, 288-292, 296-298, 301-304.
  • 107 Ibid., pp. 249-251, 259-266.
  • 108 Ibid., pp. 249-251 (1er avril). - Le seigneur de Châtillon lui succéda vers le 4 août (pp. 348-349 (...)

56C’est avec ces fonds péniblement réunis qu’il fallut pourvoir aux frais considérables, l’on s’en doute, de la défense des places et de l’entretien des troupes. Les compagnies d’ordonnance furent d’abord affaiblies par la désertion de sujets des princes rebelles, que Louis XI s’était aliénés par son manque d’égards pour l’armée et qui allèrent grossir les rangs du Bien public104. Ces défections, révélatrices du malaise qui couvait chez les gens de guerre, avaient commencé dès l’hiver parmi les Bretons qui servaient le roi en Normandie105. Le premier souci du souverain fut d’assurer ses frontières les plus exposées et d’augmenter ses forces avant de prendre l’initiative de l’offensive. Il s’occupa ainsi d’organiser la défense de la Picardie, confiée au chancelier et aux comtes d’Eu et de Nevers, face aux Pays-Bas bourguignons106, des marches de Bretagne, où il s’affairait en personne depuis Saumur107, et de la Champagne, où il dépêcha le seigneur de Torcy Jean d’Estouteville comme lieutenant108.

  • 109 Ibid, pp. 259-266.
  • 110 Ibid, pp. 272-274.

57La correspondance entre le monarque et ses agents dans le Nord nous montre l’importance qu’y tenaient les questions financières. Louis XI, qui venait de décharger la Picardie de la taille, n’entendait pas supporter les frais de fortification et d’équipement en artillerie des villes de la Somme. Dans une minute en date du 8 avril il ordonnait au chancelier de les obliger à y pourvoir « a leurs despens, comme raison est et tenuz en sont », mais la version définitive, le 10, fut plus amène : Pierre de Morvilliers devrait leur remontrer « gracieusement » les faveurs déjà accordées par le roi et les prier de subvenir elles-mêmes à leur défense, vu les circonstances, en les assurant qu’elles en seraient récompensées à l’avenir109. Le souverain avait besoin de la collaboration des Picards, l’heure n’était pas aux injonctions impérieuses. De même, ordonnant le 17 à ses représentants de lever l’arrière-ban et les francs-archers du pays, il annonça l’envoi d’un clerc du trésorier des guerres pour les payer afin qu’ils ne molestent pas les habitants, auxquels il fit demander de bien vouloir « supporter les charges qui pourroient avenir »110.

  • 111 Ibid., pp. 288-292.
  • 112 Ibid., pp. 296-298, 301-304.
  • 113 Éd. Quicherat, pp. 278-279.

58La solde tardait cependant et le chancelier en avisa son maître, qui répondit le 10 mai que le clerc était parti depuis deux ou trois semaines. Louis XI prescrivait toutefois au maréchal Rouault et au comte de Nevers de veiller dans leurs revues à déterminer strictement les besoins de la défense, afin « que l’argent que avons envoyé par dela ne soit point mal distribué ne despendu sans cause »111 Les fonds étaient rares, et le gaspillage prohibé. Le 18, il ordonna de nouvelles levées aux comtes d’Eu et de Nevers ; les recrues retenues dans les montres de Rouault ou de ses commis seraient payées par Étienne Chevalier, envoyé à Paris112. Celui-ci avait donc mission d’épauler le trésorier des guerres en réunissant des liquidités pour l’Extraordinaire. À la date du 24 les sommes parvenues dans le Nord étaient centralisées à Péronne, où les troupes passées en revue étaient envoyées pour recevoir leur solde113.

  • 114 Ibid., pp. 208-210 ; cf. Lettres, t. II, pp. 248-249 (Louis XI aux Lyonnais, 28 mars).
  • 115 Ord., t. XVI, note (b) p. 365.
  • 116 Lettres, t. II, pp. 272-274.
  • 117 Éd. Quicherat, pp. 215-218.
  • 118 Ibid, pp. 235-237.
  • 119 Maupoint / Fagniez, pp. 52-53.
  • 120 Lettres, t. II, pp. 296-298, 301-304.

59L’armée permanente, on l’a vu, fut renforcée par des levées qui s’étendirent progressivement à tous les territoires contrôlés par le roi. Dès le mois de mars celui-ci envoya des commissaires hâter les préparatifs de la noblesse dauphinoise. Ils devraient compléter son équipement en se procurant le nécessaire à Lyon, avec l’aide du « bailli » et la caution du receveur des aides de Lyonnais ; le trésorier de Dauphiné et ce dernier avaient ordre de lui délivrer 1 500 l.t. chacun pour la route114. Au nord le bailli de Caux reçut le 22 l’ordre de tenir l’arrière-ban prêt à marcher d’ici un mois115, et à la mi-avril le maréchal Rouault, dépêché en Picardie avec de nombreuses lances, fut chargé de lever tous les nobles et les francs-archers du pays de Caux, du Vexin, du Beauvaisis et des marches septentrionales116 ; dès le 5 la convocation de l’arrière-ban avait été criée à Montreuil-sur-Mer117. A la même époque deux autres commissaires royaux, dont l’ancien chancelier Jouvenel des Ursins, allaient prier les officiers du comte de Nevers de lever les nobles et les francs-archers du Nivernais pour tenir garnison aux frais du roi dans le Berry voisin118, et le 1er mai l’arrière-ban parisien fut convoqué à son tour pour rejoindre le souverain dans ce pays119. Le début de l’offensive bourguignonne suscita le 18 la décision de nouvelles levées en Picardie, en Vermandois et en Champagne120.

  • 121 Ibid., pp. 343-345. - Les Troyens obtinrent de rester garder leur ville (pp. 354-355).
  • 122 Ibid., pp. 355-356, 358-360. - De fait le lieutenant du bailli de Caen avait transmis le 15 au vic (...)

60La mobilisation se radicalisa après Montlhéry. Le 31 juillet Louis XI aux abois ordonna au bailli de Troyes de réunir sous douze jours pour les lui amener ses nobles et ses francs-archers, mais aussi tous les bourgeois et paysans assez équipés pour lui être utiles ; les détenteurs de fiefs, nobles ou non, devaient venir ou fournir un remplaçant et les villes prendre les armes. C’était presque une levée en masse121. Le 16 août le roi informa les Abbevillois qu’il avait convoqué les nobles et francs-archers et tous les hommes en état de servir des villes et des campagnes de Normandie, et ordonné à l’arrière-ban, aux francs-archers et aux bonnes villes du reste du royaume de se tenir prêts à le rejoindre en armes. Il leur manda de réunir pour leur part autant d’hommes qu’ils pourraient en les équipant de leur mieux : tant pis s’ils étaient mal armés. Le 27, à leur requête, il les autorisa à conserver leurs combattants pour garder la ville, mais à condition d’en envoyer cinquante, « paiez pour ung mois de voz deniers et a voz soudées », renforcer la place voisine de Saint-Riquier122.

  • 123 Lettres, t. II, pp. 259-266 (Louis XI au chancelier, 10 avril) ; éd. Quicherat, pp. 227-228 (Guill (...)
  • 124 Ibid., pp. 274-277 (20 avril).
  • 125 Ibid., pp. 339-342.

61Toutes ces mesures laissaient des forces considérables à la charge de la monarchie, dans un pays où les suppressions d’impôts, les ravages de la guerre et la perturbation des communications tarissaient ses rentrées. Selon des renseignements concordants, en avril 1 000 lances gardaient la frontière bretonne, 800 opéraient dans le Centre, 1 000 à 1 200 étaient réunies par le Lyonnais, le Dauphiné et la Savoie, sans parler des nobles et des francs-archers levés un peu partout123 ; en outre le roi préparait 200 lances et 1 000 archers pour la Picardie, qui pourrait encore recourir aux 100 lances de Normandie envoyées en Caux124. En fait l’intervention savoyarde ne se concrétisa pas mais le souverain obtint en revanche, on l’a dit, l’envoi d’un contingent de son allié milanais dans l’été. Quand, le 27 juillet, le monarque annonça aux Poitevins la bataille de Montlhéry, il exposa qu’il était à Paris pour regrouper ses forces et disposait encore de 1 500 à 1 600 lances de la grande ordonnance, sans compter les 300 lances et plus de l’armée de Picardie125, qui s’était repliée sur la capitale devant l’offensive bourguignonne.

  • 126 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, pp. 302-311.

62Le roi s’efforça d’entretenir tout ce monde. Les mandats de paiement qu’il adressa alors au trésorier des guerres, le vieil Antoine Raguier, n’occupent pas moins de dix pages du précieux catalogue du fonds Bourré par Joseph Vaesen. Les gens d’armes et les archers à cheval des compagnies d’ordonnance recevaient leur solde mensuelle accoutumée : 15 l.t. et 71. 10 s.t. respectivement. Ceux de l’arrière-ban touchaient les deux tiers de ces gages : 10 et 5 l.t. Les francs-archers, les mieux représentés dans cette documentation, avaient droit à 4 l.t., leur capitaine à 15 l.t. Les paiements étaient majoritairement ordonnés au cours de la période à solder, en général par mois, de plus en plus souvent par quinzaine pour les francs-archers à partir de la mi-mai. Innombrables jusqu’au 30 juin, ces mandements royaux ne sont ensuite plus que deux jusqu’au 4 août puis disparaissent tout à fait des archives du fidèle secrétaire, soit pur hasard, soit reflet de la détresse financière croissante de son maître à cette époque126.

  • 127 Éd. Quicherat, p. 277 (23 mai).
  • 128 Ibid., pp. 218-219 (8 avril).
  • 129 BN, ms. fr. 20 496 P 17 (24 avril).
  • 130 Ibid, P 31 (23 mai), 34 (1erjuin), 44 (11 juin).
  • 131 Ibid.,f° 12.
  • 132 Ibid., P 43.

63L’artillerie fut par ailleurs renforcée de nouveaux canonniers ordinaires127, et de charpentiers venus d’aussi loin que le Dauphiné128, dont les gages respectifs de 15 et 10 l.t. par mois confirment que ces techniciens constituaient une aristocratie à part dans la société militaire. Il est à noter que dans ce domaine le souverain s’adressait non à Gaspard Bureau, mais au trésorier des guerres qu’il chargeait d’envoyer un clerc porter 2 000 l.t. pour l’entretien de l’artillerie royale confiée au comte du Maine129, puis de verser 12 262 l. 10 s.t. en plusieurs fois à son secrétaire Arnaud Gontier, commis au paiement de l’artillerie130 : il semble que l’Extraordinaire de cette arme au moins échappait au vieux maître. La mise en défense des places requit encore le recrutement de pionniers : le 3 avril Raguier reçut ainsi l’ordre de payer 49 1. 10 s.t. aux 99 « bessons » de Poitiers envoyés par le roi « hastivement besongner » devant Parthenay et ailleurs en Poitou131, soit 10 s.t. par manœuvre : ceux-là constituaient le sous-prolétariat. Enfin, la guerre devait être financée sous toutes ses formes : le 18 juin le monarque ordonna au même de défrayer jusqu’à concurrence de 100 écus ceux que lui présenterait le maréchal de Comminges « pour espies, escoutes et chevauchées »132.

  • 133 Ibid., P 14, 15, 18 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 193.
  • 134 De Mandrot, « Dépêches d’ambassadeurs milanais en France au début du règne de Louis XI », p. 131.
  • 135 Le roi ordonna le 10 à Raguier de défrayer son clerc pour ce convoyage (BN, ms. ff. 20 496 f° 8).
  • 136 Ibid, P 16.
  • 137 Éd. Quicherat, pp. 232-233. — Le roi fit aussi don de 1 000 l.t. au juge d’Anjou Jean Breslay pour (...)

64La caisse du trésorier des guerres drainant pour les besoins de l’armée tous les deniers laborieusement récoltés, Louis XI ne se privait pas d’y puiser. Certains de ces prélèvements étaient en rapport avec l’effort de défense, ainsi lorsqu’il multiplia en avril les dons à ses serviteurs pour leur équipement et celui de leurs hommes133. D’autres participaient de la politique générale. Les 12 000 écus versés comptant sur les 30 000 par lesquels le souverain acheta la neutralité du roi René134 furent sans doute pris sur les 30 000 écus qu’un clerc du trésorier des guerres, Antoine de Beaune, lui apporta de Tours à Saumur au début du mois d’avril sous l’escorte de dix archers135, et c’est à Raguier que le roi s’adressa le 24 avril pour délivrer 1 500 l.t. au duc d’Alençon, qu’il mandait auprès de lui136. Le financement des libéralités royales à cette époque est éloquent. Louis XI avait fait don de 4 000 écus au comte-évêque de Verdun Guillaume d’Haraucourt, conseiller de René, pour services rendus dans les négociations, et de 2 400 écus à Notre-Dame-de-Béhuard en Anjou. Le 15 avril, il ordonna aux généraux d’imputer 9 000 l.t. sur le semestre échu de diverses recettes picardes, et de les faire employer par le receveur général de Seine-et-Yonne Mathieu Beau-varlet au paiement de l’offrande et d’une partie du don. Le recouvrement d’assignations aussi exposées étant problématique, malgré un crédit de 200 l.t. alloué à cette fin, c’est encore le trésorier des guerres qui dut en faire l’avance, à charge pour Beauvarlet de les lui rembourser137.

  • 138 Éd. Quicherat, pp. 204-205.
  • 139 La ville décida le 18 août de faire fabriquer à ses frais une bombarde pour Galéas-Marie Sforza, q (...)
  • 140 Lettres, t. Il, pp. 349-351, 351-352.
  • 141 BN, ms. fr. 20 496 f° 52.

65Chargé à l’extrême, Raguier ne pouvait faire face à tous les frais de la guerre. Le roi, on l’a vu, chercha à en reporter une partie sur les villes, invitées à assurer à leurs dépens leur propre défense ou à contribuer à celle de la contrée. Les offres comme celle des Bordelais, qui lui proposèrent le 28 mars l’envoi de 200 arbalétriers soldés par leurs soins pour un quartier ou leur propre venue à leurs frais138, étaient les bienvenues. Les Lyonnais concoururent de leur côté à l’armement du contingent milanais139, peut-être avec l’aide de la succursale de la banque Médicis dont le facteur, Franceschino Nori, fut désigné le 6 août pour accompagner les Italiens en campagne140. Les états des finances dressés pour 1465 furent évidemment bouleversés : le même jour le souverain ordonna à Beauvarlet de réaffecter à la solde de renforts venus d’Allemagne et de Liège et à l’achat de munitions des sommes allouées sur sa recette aux pensions des seigneurs rebelles, pour un montant de 7 600 l.t.141 C’était cette fois au receveur général d’Outre-Seine de pallier aux défaillances du trésorier des guerres, qui n’en pouvait mais.

  • 142 Éd. Quicherat, pp. 300-306.

66Encore était-ce une chose d’ordonner les paiements, une autre de les effectuer. Une missive du gouverneur et du Conseil du Nivernais au comte leur maître, le 17 juin, témoigne de la difficulté de faire payer les troupes. Le roi les avait autorisés, pour garder le pays, à lever à sa solde les francs-archers et jusqu’à 40 lances de l’arrière-ban et les montres étaient en cours, mais les assignations délivrées pour leurs gages n’avaient pu être recouvrées seulement à moitié, du fait des troubles et de la pauvreté du peuple. Toutes les recettes du comté pâtissaient des événements : ni les pêcheries, ni les droits de justice, ni les greniers ne répondaient aux attentes142. La guerre confrontait l’État de finance à un cercle vicieux : les ravages tarissaient les ressources, rendant plus difficile le paiement de la soldatesque qui redoublait ses pillages.

  • 143 De Mandrot, loc. cit. ; Kendall, p. 152.
  • 144 Legeay, t. I, p. 421.
  • 145 Éd. de Mandrot, t. I, p. 71.
  • 146 Kendall, p. 183.

67La monarchie avait abordé l’épreuve dans de bonnes conditions, grâce aux rentrées régulières dont elle avait joui jusque-là. L’ambassadeur milanais Giovanni Pietro Panigarola mandait à son maître au début de la campagne que Louis XI était bien pourvu en deniers, alors que ses adversaires étaient sans le sou, et que ses soldats ne prenaient rien sans payer143. La discipline de l’armée royale, qui contrastait avec les exactions des troupes mal payées de certains princes désargentés, gagnait les populations au souverain144. Cependant les besoins croissants d’un appareil militaire toujours plus imposant et l’inexorable raréfaction des recettes entraînèrent une dégradation rapide. Lorsque le monarque entra à Paris après Montlhéry, sa situation financière était devenue alarmante et ses gens de guerre laissés sans solde dévastèrent les environs de la capitale et Ta Brie où il les avait installés car, comme l’écrit clairement Jean de Roye, « il ne recevoit riens d’aucunes villes sur lesquelles lesdiz gaiges estoient assignez, qui estoient tenues et usurpées par aucuns princes qui ne vouloient riens souffrir estre cueilly dudit paiement en leurs pays »145. Au début du mois d’août Panigarola signalait la grogne des troupes royales impayées et évaluait à plus de cent lances les désertions par petits groupes depuis leur arrivée à Paris146.

  • 147 Les lettres de créance de l’envoyé du comte sont datées de Péronne, le 9 (éd. Quicherat, p. 379).
  • 148 Maupoint / Fagniez, p. 76. - Le 22 encore Dauvet n’est pas mentionné parmi les négociateurs royaux (...)

68La tournée des caisses normandes dans la seconde quinzaine du mois renfloua le souverain, qui put inviter au début de septembre le comte de Nevers, toujours dans le Nord, à lui envoyer un serviteur pour recevoir la solde de ses troupes147. L’arrivée des « finances de Languedoc en tres grant nombre » le 19 septembre fut un nouveau ballon d’oxygène, « dont les gens de guerre furent joieux ». On aimerait mieux connaître le périple de ces fonds qui, passant soit par le Poitou, soit par le couloir rhodanien, durent de toute façon se faufiler entre les lignes ennemies pour parvenir au monarque ; peut-être le premier président du Parlement de Toulouse Jean Dauvet, qui apparaît après cette date dans la relation de Maupoint, accompagnait-il ce périlleux convoi. Reste que si Louis XI avait averti cinq jours plus tôt qu’il ne prorogerait plus la trêve avec les princes, ce providentiel arrivage explique certainement en bonne part son regain d’agressivité après l’expiration de celle-ci, le 19 précisément148.

  • 149 Le prieur établit ce décompte dans une addition d’après des renseignements recueillis ultérieureme (...)
  • 150 Éd. Quicherat, pp. 230-231 (20 avril), 232-234 (28 avril).
  • 151 Ibid., pp. 215-218 (6 avril).
  • 152 Lettres, t. II, pp. 288-292 (10 mai).
  • 153 Stein, p. 91. — Nous n’avons rien relevé à ce sujet dans Kerhervé, L’État breton.

69Un coup d’œil dans le camp adverse confirme que les embarras pécuniaires étaient le lot commun. Selon Maupoint le Bien public disposait de quelque 51 000 hommes dont 12 000 sous les ducs de Berry et de Bretagne à l’ouest, 3 000 sous les ducs de Bourbon et de Nemours et le sire d’Albret et 6 000 sous le comte d’Armagnac au sud, 5 000 sous le duc de Calabre et le maréchal de Bourgogne à l’est, enfin 25 000 sous le comte de Charolais au nord149. Ceux des rebelles qui en avaient les moyens grâce à un véritable appareil d’État préparèrent le financement de leur campagne, ce qui explique leur intervention tardive. A la fin d’avril Philippe le Bon sollicita des assemblées de ses seigneuries « gracieux don pour une fois » en les priant de se hâter, de peur que les gens de guerre impatientés ne molestassent ses sujets150 ; en attendant son fils était allé prendre congé des dames en Hollande et Zélande, « et poelt estre querir argent a madame sa mere oudit pays » selon les autorités de Montreuil-sur-Mer151. Toutefois Louis XI ne croyait guère aux immenses levées qu’on lui signalait aux Pays-Bas, ne voyant pas « comment on les pourroit paier et entretenir »152. Pour sa part le duc de Bretagne doubla presque son budget qui atteignit quelque 300 000 livres du pays153, soit 360 000 l.t.

  • 154 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 188-191.
  • 155 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 18, 39-40, 59-60.
  • 156 Éd. Fagniez, p. 85.

70Les deux principaux membres de la coalition, soucieux de prévenir des pillages préjudiciables à leur cause, purent ainsi lancer l’offensive avec des troupes bien payées154. Quand ils firent jonction à Étampes le 19 juillet, les 6 000 cavaliers, dont 800 hommes d’armes, soldés par François II avaient encore belle allure, « et sembloit bien a veoir la compaignie que le duc de Bretaigne fust ung tres grant seigneur, car toute ceste compaignie vivoit sur ses coffres », rapporte Commynes. Le même témoigne en revanche de la mauvaise tenue des soldats de Nemours, Armagnac et Albret : « le grant nombre estoit assez mal empoint car ils n’avoyent point de payement, et failloit qu’ilz vesquissent sur le peuple », Lorsqu’ils approchèrent à leur tour de Paris le comte de Charolais leur fournit 5 ou 6 000 francs et les maintint à distance, afin que son propre ravitaillement ne fût pas compromis par les déprédations de ces 6 000 cavaliers « qui faisoient merveilleusement de maulx »155. Maupoint confirme qu’il devait tenir à bout de bras ses alliés impécunieux : c’est lui qui « avoit bailiés grans sommez de deniers dont tous les gens de guerre avoient estés paiés, et si avoit baillée toute l’artillierie »156.

  • 157 Éd. Quicherat, pp. 346-348, 348-349.

71Lui-même, si loin de ses bases, connut les affres de la pénurie : le 14 juillet, à la veille de franchir la Seine, il pressait à nouveau son père de lui envoyer les 100 000 écus attendus et chargeait ses serviteurs d’en accélérer la réunion et l’expédition, « sur tant qu’on puet et doibt doubter la perdicion totale de nostre personne, de toute nostre armée et par consequent de mondit seigneur et pere et de tous ses païs et subgectz » ; les fonds devaient être menés à Saint-Cloud, où il laisserait une force suffisante pour leur assurer le passage du fleuve157. Trois mois plus tard l’armée bourguignonne était à nouveau « en tres grande necessité de vivres, et principalle-ment d’argent » quand Louis XI, ayant appris la chute de Rouen, se résigna à la défaite.

  • 158 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551 (12 octobre).
  • 159 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 81-82.
  • 160 Le futur mémorialiste avait été envoyé par Charolais à son père, muni d’un sauf-conduit du roi, po (...)

72C’est sans un sou d’ailleurs que le duc de Bourbon était parti en Normandie, espérant trouver sur place de quoi solder son armée, mais le roi, nous l’avons vu, l’avait devancé et les troupes impayées refusèrent de marcher quand Jean II voulut les envoyer en Caux et dans le bas pays après la prise de la ville158. Le souverain fut heureux dans son malheur, car peu de jours après que la Ligue, menacée elle-même d’asphyxie, eut agréé ses avances de paix, le seigneur de Saveuse arriva à Conflans avec des renforts bourguignons, du matériel et 120  000 écus portés par dix sommiers selon Commynes159, 100 000 écus sur trois bêtes au témoignage plus fiable d’Olivier de la Marche qui accompagnait la colonne et précise que l’argent venait « du tresor du duc »160. Ceci nous donne une idée de ce qu’avait pu être un mois plus tôt le convoi des fonds languedociens, l’imposante escorte en moins.

5. Les gens des finances compromis.

73La guerre civile mit à rude épreuve la fidélité du haut personnel des finances royales. Celui-ci était ordinairement en rapport avec les grands seigneurs, dont il s’occupait de faire verser les pensions, les gages et les dons, ou sur les terres desquels il avait des intérêts privés ; en outre certains avaient servi un feudataire à quelque moment de leur carrière et n’étaient pas coupés de leur ancien milieu. Ces relations presque obligées en temps normal les mirent en porte-à-faux quand la rébellion éclata.

  • 161 Gandilhon, pp. 355-356, PJ n° 11, p. 427.—Cette dernière pièce prouve que le Flamand était général (...)
  • 162 Stein, PJ n° VI, p. 531 (27 juillet).
  • 163 Éd. Quicherat, pp. 380-381, 381-383 (les commissaires au roi, 14 septembre) ; Lettres, t. II, pp. (...)
  • 164 Éd. Quicherat, pp. 381-383.
  • 165 Spont / Jacqueton, p. 295. - L’Auvergnat est qualifié de secrétaire en août 1466 (BN, ms. fr. 23 2 (...)

74Le cas le plus typique est celui, déjà évoqué, de Jean Arnoulfin, déchiré entre ses intérêts en France et en Bourgogne, sur qui Philippe le Bon fit pression en révoquant la dette de 36 000 écus qu’il avait envers lui : le vieux Lombard, arrêté à Abbeville alors qu’il essayait de gagner la Flandre, fut déchu le 28 juillet des généralats d’Outre-Seine et de Normandie au profit de Jean le Flamand161. Au même moment le nom d’Étienne Chevalier, dont deux anciens serviteurs étaient à présent dans l’entourage du duc de Berry, fut prononcé dans un interrogatoire à Paris162, mais les maigres éléments recueillis ne suffirent pas à compromettre le trésorier. Les manigances du contrôleur de la recette générale de Languedoc, Jacques de Caulers, furent en revanche établies et il fut arrêté vers le mois d’août, sans doute à Lyon où le souverain, qui prenait l’affaire très à cœur, pressa l’instruction de son procès163. Selon l’un des commissaires royaux, il « estoit double et vouloit estre bien de toutes partz »164 ; ce n’était certainement pas le seul. Le notaire et secrétaire du roi Guillaume l’Auvergnat lui succéda dans son office165.

  • 166 Ord., t XVI, pp. 331-333.
  • 167 Ibid, pp. 345-347.
  • 168 Éd. Quicherat, pp. 371-373, 373-375 (dépositions postérieures à ces événements, peut-être de 1467)
  • 169 Stein, p. 115.

75À la Chambre des Aides deux généraux connurent la disgrâce, Jean Herbert, commis à la présidence, supplanté par le rétablissement de l’évêque de Troyes Louis Raguier à la tête de la cour le 20 juillet166, et Jean Compain, remplacé le 29 août par Ravant le Roy peu après avoir rejoint les princes167. En fait Herbert était victime d’une lutte de coteries : à l’époque de sa destitution il se prit violemment de querelle avec le maître de la Chambre aux Deniers du roi Michel de la Grange, un affidé de Charles de Melun qui dénonça ses adversaires, parmi lesquels des gens des Comptes, comme comploteurs contre Louis XI168. L’atmosphère des milieux financiers dans Paris assiégée était exécrable. S’il ne l’était déjà, Herbert devint en tout cas partisan des rebelles et fut de ceux qui livrèrent Rouen au duc de Bourbon dans la nuit du 27 au 28 septembre169.

  • 170 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 306-307 (interrogatoire du duc de Nemours à la Bastille, 18 décembre 147 (...)
  • 171 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 90-91.
  • 172 Éd. Quicherat, pp. 211-212 (6 avril).
  • 173 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551 (12 octobre).

76Si certains des hommes en place pouvaient chercher à ménager l’avenir au cas où la Ligue triompherait, a fortiori l’on ne peut s’étonner de trouver dans son camp des gens des finances destitués en 1461. Le plus éminent était l’ex-général Pierre d’Oriole qui, dans l’entourage royal, participa au complot d’Aigueperse dont le programme lui réservait « le maniement des finances »170. Ce n’est que le 23 août qu’on apprit à Paris sa fuite auprès des princes171 : c’était décidément l’heure où les masques tombaient. L’ancien général Jean le Boursier, chargé par le roi de veiller en Normandie au début du conflit172, trahit lui aussi et fut commis avec Herbert à l’administration des finances du pays par le duc de Bourbon au début d’octobre173.

  • 174 Spont / Jacqueton, p. 297. - Granier était encore en fonctions à cette date (éd. de Reilhac, t. II (...)
  • 175 Lettres, t. II pp. 298-301.
  • 176 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 114. - C’est à tort que le colonel Borrelli écrit que Petit (...)

77Il ne semble pas en revanche que le remplacement du receveur général du Roussillon Pierre Granier par Michel du Vivier, après le 19 avril, ait été l’effet d’une disgrâce174. C’est en tout cas au milieu de ces événements dramatiques que le vieil Étienne Petit mourut après un règne de vingt-cinq années sur la recette générale de Languedoc, sans doute avant le 18 mai, quand Jean Fournier était commis par le roi à la gestion de cette caisse175. Ce n’est qu’après un exceptionnel délai de plus de deux mois, qui témoigne de la désorganisation des finances, que Louis XI désigna enfin l’ancien trésorier de Dauphiné Nicolas Erlant pour lui succéder le 22 juillet176. Deux jours après la réintégration de l’évêque de Troyes, cette nomination montre que la réhabilitation des officiers cassés en 1461 avait commencé dès l’été, avant même le triomphe des princes. Reste que ces changements ne pouvaient intervenir à pire moment, et que la disparition inopinée de Petit ne put qu’ajouter aux difficultés de l’administration languedocienne.

  • 177 Éd. Quicherat, pp. 352-353 ; Stein, PJ n° VI, p. 533.

78Dans le haut personnel financier en exercice fort peu sans doute avaient effectivement trahi leur maître, mais plus d’un avait dû tâcher d’assurer ses arrières sans pousser trop loin sa compromission, et la suspicion du souverain avait été nourrie en juillet par les interrogatoires de prisonniers bourguignons ou de suspects, qui avaient confirmé que la Ligue comptait des complices dans son entourage même177. La tourmente du Bien public ne minait pas seulement l’État de finance en tarissant les recettes, mais aussi en sapant la confiance du monarque dans ses serviteurs.

6. La curée.

  • 178 Maupoint / Fagniez, pp. 72, 74 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 99-100.
  • 179 Maupoint / Fagniez, pp. 74-75. - Si le lieu de la réunion est bien l’« hôtel » du roi, et non le P (...)

79Le 4 septembre une trêve avait été conclue entre les adversaires, las de leur vain face-à-face, afin d’engager des négociations ; le premier président des Comptes Bertrand de Beauvau était l’un des représentants nommés dès le 3 par Louis XI178. Avec un bel aplomb les princes demandaient « que ilz soient par le roy reparés et restitués des dommages et interest que ilz ont eu a la cause de ceste guerre », et réclamaient pour Charles de France la Gascogne, la Guyenne et la Normandie. Le roi présenta ces exigences à une large assemblée de gens des trois états de la capitale, d’universitaires et de membres du Grand conseil, parlementaires et gens des Comptes réunis le 12 à son hôtel179 ; comme il s’y attendait l’assistance, où les gardiens du Domaine étaient en force, les jugea excessives, opposant notamment l’inaliénabilité de la Normandie.

  • 180 Stein, pp. 112-113, PJ n° IX, p. 546 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 106-107. - Cet auteur, qui (...)

80Les coalisés se rabattirent alors sur un apanage plus composite qui, du Berry au Vermandois par le Gâtinais, la Brie et la Champagne, eût constitué pour la Bourgogne un vaste glacis enserrant Paris de près, avec tout le produit des finances ordinaires et extraordinaires sur ces terres. Le contre-projet royal offrait une version réduite avec la Brie moins quelques places et la Champagne à l’est, le comté de Guise et le Tournaisis au nord, le Berry trop proche de la Touraine revenant au souverain qui se réservait par ailleurs la moitié de la taille. Au comte de Charolais qui revendiquait la Picardie, le monarque proposait les comtés de Boulogne et Guînes et les châtellenies de Péronne, Roye et Montdidier. Ces demandes et ces réponses, soumises à une nouvelle assemblée tenue le 19 septembre dans la Grand-Chambre du Parlement, furent encore rejetées tandis que la Ligue les jugeait insuffisantes180. Dans cette journée chargée les deniers du Languedoc arrivaient, la trêve expirait et la guerre reprenait.

  • 181 Ibid., pp. 116-118. - Maupoint rapporte le fait sous la date du 28 (op. cit., p. 79).
  • 182 Maupoint / Fagniez, pp. 80-81.
  • 183 Éd. de Mandrot, t. I, p. 122.

81L’épuisement des belligérants amena vite la reprise des négociations. Louis XI avait bon espoir de faire accepter à son frère la Brie et la Champagne. Le 27 une charrette pleine d’anciens comptes de ces pays fut menée à Saint-Antoine-des-Champs - cas unique à notre connaissance de sortie en masse des archives de la Chambre des Comptes - afin que les experts des deux camps, le trésorier Chevalier et les conseillers des Comptes Arnoul Boucher et Christophe Paillard pour le roi, Pierre d’Oriole et Jean Compain entre autres pour les coalisés, s’accordassent sur leur valeur. Ceux-ci commençaient à peine leurs travaux181 quand, le lendemain, l’annonce de la chute de Rouen vint bouleverser la donne. La Normandie était perdue pour le souverain. Résigné, il réunit le 29 en son hôtel une dernière assemblée qui lui conseilla d’accepter les conditions auxquelles ses ennemis, paraît-il, « c’estoient restrains », « affin de ovier plus grant mal ». Les trêves définitives furent publiées à Paris le 1er octobre182. Les princes n’avaient plus qu’à exploiter leur succès, et ne s’en privèrent pas : comme l’écrit Jean de Roye, « chacun en emporta sa piece »183.

  • 184 Ord., t. XVI, pp. 355-366.
  • 185 Ibid., pp. 366-367.
  • 186 Ibid., pp. 361-362.
  • 187 Éd. de Reilhac, t. III, PJ n° 1, pp. XXVIII-XXX.
  • 188 Ibid., PJ n° CLXXX ter, pp. 238-241 ; Lettres, t. III, pp. 3-5 ; Maupoint / Fagniez, note 3 p. 87.

82Le comte de Charolais fut le premier servi, par le traité de Conflans qu’une ordonnance royale rendit exécutoire dès le 5 octobre. Louis XI cédait à son cousin tout ce que le traité d’Arras avait accordé au nord à Philippe le Bon : les terres picardes, le comté de Boulogne dont il dédommagerait le comte de Nevers et les châtellenies de Péronne, Roye et Montdidier, avec tous leurs revenus ordinaires et extraordinaires. Les premières seraient héréditairement transmissibles, mais rachetables 200 000 écus neufs après la mort de Charles le Téméraire, le deuxième reviendrait à la Couronne par le trépas de ses enfants (ce qui repoussait d’une génération l’échéance fixée en 1435), et les dernières étaient abandonnées sans réserve aucune. En outre le roi donnait à Charolais le comté de Guînes avec ses revenus et indemniserait le sire de Croy ou tout autre ayant droit184. À la requête du comte il dut ajouter le 13 les prévôtés de Vimeu, Beauvaisis et Fouilloy, exclues du traité d’Arras, sous les mêmes conditions que les autres terres picardes et en leur étendant la faculté de rachat sans augmentation du prix, afin que son cousin possédât le bailliage d’Amiens tout entier185. Toutes ces cessions étaient faites non au vieux duc Philippe, mais bien à son fils, qui s’affirmait comme le vrai maître de la Bourgogne. Ce dernier rendit en retour ses lettres de garantie pour la clause de rachat le 16186 et prêta hommage au roi le 31187. Des commissaires royaux mandatés dès le 16 mirent ses représentants en possession effective de ces terres en novembre et décembre, sauf Guînes, frontalière de l’enclave de Calais et que les Anglais occupaient188.

83Le traité général conclu à Saint-Maur-des-Fossés, ratifié le 27 octobre par Louis XI et le 29 par les coalisés, enchaîna aux dispositions générales des mesures particulières en faveur de quelques autres rebelles. Parmi les premières, nul ne serait inquiété pour ses activités durant les troubles (article 2), clause que le roi ne respecta guère, et les saisies sur les partisans des deux camps seraient restituées (articles 5-6). Par ailleurs, pour sacrifier à leur slogan les princes avaient obtenu du souverain la nomination d’une commission de douze prélats, douze nobles et douze gens de conseil et de justice pour enquêter sur les abus commis au détriment du « bien public » et y porter remède ; le monarque s’engageait à ratifier ses décisions sous quinze jours. Elle siégerait deux mois, renouvelables quarante jours, à compter du 15 décembre (articles 12-14).

  • 189 Ord., t. XVI, pp. 378-386, 386-387.
  • 190 Ibid., note (a) pp. 383-384. - Le même jour ses quatre seigneuries dauphinoises lui étaient restit (...)
  • 191 Ord, t. XVI, note (a) pp. 377-378 ; éd. de Reilhac, t. III, PJ n° J, pp. XXXI-XXXV pour le dernier (...)

84Les secondes garantissaient l’apanage normand de Charles de France (article 15) et stipulaient nommément la restitution des terres poitevines saisies sur Dunois et données au comte du Maine pendant les hostilités, le dédommagement de ce dernier par la seigneurie de Taillebourg (articles 16-17), et le rétablissement de Chabannes dans toutes ses possessions, nonobstant l’arrêt du Parlement de Paris (article 18)189. L’exécution de ces dispositions avait commencé avant même la ratification du traité : le bâtard d’Orléans retrouva son bien dès le 14190, et le comte du Maine reçut le 26 la baronnie de Taillebourg, augmentée cinq jours plus tard de la seigneurie de Rochefort191.

  • 192 Ord., t. XVI, pp. 394-397.
  • 193 Ibid., pp. 398-399.
  • 194 Ibid., note (a) p. 396.
  • 195 . Ibid., pp. 401-402.
  • 196 Ibid., pp. 400-401.

85La part du lion fut cependant concédée en dehors des deux grands traités de la fin de la guerre du Bien public. Par une ordonnance rendue en octobre, au plus tard le 29, Louis XI transporta en apanage le duché de Normandie à Charles de France avec tous ses revenus ordinaires et extraordinaires à compter du 1er de ce mois, et réunit en retour au Domaine le Berry restitué par son frère192. Le 29 il décida en outre qu’en cas de retour de l’apanage d’Orléans à la Couronne ses terres normandes écherraient au duc193. La totale autonomie financière de la nouvelle principauté, pour laquelle Charles prêta hommage dès le 30194, fut consacrée le même mois par l’abandon définitif au duc et à sa postérité du droit de lever tous les impôts extraordinaires195, et le 29 encore par le pouvoir irrévocable et exclusif conféré par le roi à la Chambre ducale des Comptes de juger la gestion de tous les caissiers des finances extraordinaires, sous réserve cette fois d’une reconduction à chaque nouvel hommage196. Curieusement, il n’est pas question ici de la comptabilité domaniale, mais les gens des Comptes de Paris avaient de toute façon perdu leur délégation en Normandie, les lettres de constitution d’apanage ayant remis au duc « le droict et auctorité d’Echiquier ». De même, le duché ayant eu jusqu’alors sa propre Chambre des Aides, les généraux de la Justice des Aides de Paris n’y avaient jamais exercé leur autorité. Contrairement à l’ancien apanage de Berry la Normandie échappait tout à fait à l’État de finance royal : c’était une nouvelle Bretagne qui venait jouxter la première, amputant la monarchie du quart de ses revenus.

  • 197 Éd. de Mandrot, t. I, p. 129 (10 octobre).
  • 198 Ord., t. XVI, pp. 408-411 (octobre).
  • 199 Ibid., pp. 405-407 (octobre ; enregistré le 30 au Parlement de Paris). — Louis XI dut ordonner deu (...)

86De nombreuses lettres furent parallèlement rendues en octobre ou novembre en faveur des autres ligueurs ; nous ne retenons ici que celles qui intéressent à quelque titre les finances royales. Le duc de Bretagne, qui espérait bien tenir son nouveau voisin sous sa tutelle, obtint pour lui-même la restitution du comté de Montfort-l’Amaury et « grant somme de deniers » selon Jean de Roye197, la confirmation du comté d’Étampes, dont la possession lui était contestée devant le Parlement de Paris tant par le procureur général du roi au nom de la Couronne que par le comte de Nevers198, et ce que les rois de France déniaient depuis toujours aux feudataires : le droit de battre monnaie d’or199.

  • 200 Maupoint / Fagniez, p. 85 ; de Roye /de Mandrot, t. I, pp. 121-122 ; de Surirey de Saint Remy, pp. (...)
  • 201 Ord., t. XVI, pp. 447-448.

87Le duc de Bourbon, suivant l’accord passé le 2 octobre par le roi avec les princes en son absence, devait avoir la seigneurie d’Usson et une autre terre en Auvergne, la pension, les lances et le gouvernement de Guyenne qu’il avait à la mort de Charles VII, 100 000 écus encore dus pour la dot de sa femme et, disait-on, une partie des impôts royaux sur ses terres. Il s’estima néanmoins mal défendu par ses alliés, à qui il venait de donner la victoire. Louis XI exploita son mécontentement pour se l’attacher : le 31 Panigarola écrivit au duc de Milan que le souverain avait abandonné à Jean II les rentrées en souffrance des revenus royaux de l’année dans ses États, estimées à 50 ou 60 000 francs200. En novembre le duc obtint encore l’interdiction définitive des commissions sur les francs-fiefs et les nouveaux acquêts dans ses terres201.

  • 202 Lettres, t. VIII, note 2 pp. 224-225 (octobre).
  • 203 Sée, p. 300 (20 octobre).
  • 204 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 121 ; de Mandrot, art. cit., pp. 138-139.
  • 205 Calmette & Périnelle, p. 70 et note 3.

88Le duc de Calabre et de Lorraine se fit céder l’hommage de quatre seigneuries et demie dans ce dernier pays202, ainsi que la sous-garde de Toul et Verdun203, et surtout reçut la promesse d’une aide importante en hommes et en subsides pour les menées italiennes de la Maison d’Anjou. Cette dernière concession alarma fort l’ambassadeur milanais, à qui le roi assura qu’il n’avait pas l’intention de délivrer plus de 40 ou 50 000 francs, et même qu’il ne tiendrait pas une des belles promesses qu’il prodiguait au duc pour que l’armée de la Ligue se disperse204. Quant à Marguerite d’Anjou, venue plaider la cause lancastrienne auprès du souverain et des coalisés, elle n’eut qu’une pension de 4 ou 5 000 francs, et dans l’immédiat un viatique de 400 l.t. pour retourner en Lorraine205.

  • 206 Ord, t. XVI, note (b) p. 370.
  • 207 Ibid., pp. 371-375.

89Le duc de Nemours obtint le 15 octobre la nomination aux offices royaux, notamment des finances extraordinaires, dans son duché et dans le comté de la Marche206. Par ailleurs le roi avait fait rechercher dans les archives de la Chambre des Comptes, décidément très sollicitées en cet automne fébrile, les limites du duché au temps de Charles le Mauvais, et par d’autres lettres du même jour ordonna que toutes les paroisses qu’elles englobaient à cette époque dépendissent désormais des élus de Nemours, qu’il investissait à la nomination du duc. Il s’agissait donc de faire coïncider l’élection de Nemours et le duché restauré dans toute son ancienne étendue, et d’accroître ainsi les terres soumises à l’autorité des serviteurs de ce prince207.

  • 208 Ibid., pp. 388-391 ; Luchaire, pp. 139-142.
  • 209 Éd. de Mandrot, t. I, p. 122. - La minute non datée de lettres royaux accordant au premier 6 000 l (...)
  • 210 Éd. Quicherat, pp. 393-394 ; Maupoint / Fagniez, pp. 82-83 ; éd. de Reilhac, t. I, note 1 pp. 201- (...)
  • 211 Legeay, t. I, p. 485.

90Divers personnages de plus ou moins haut parage reçurent encore en octobre la récompense de leur dévouement à la Ligue. Le sire d’Albret se fit confirmer le 28 le don de Fleurance et du comté de Gaure fait par Charles VII en 1426, mais la ville entendait être au roi et entama un long combat contre les nécessités de la politique royale avec le soutien du Parlement de Toulouse208. Selon Jean de Roye le comte de Dunois obtint une grande pension et Antoine de Chabannes, qui n’avait pas encore rejoint le service du roi, de « beaulx dons »209. Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, qui commença à cette époque à jouer un rôle important entre France et Bourgogne, reçut dès le 5 la connétablie vacante depuis des années, charge prestigieuse assortie de 24 000 l.t. de gages et 12 000 l.t. de pension par an, pour laquelle il prêta serment le 12210. Tanguy du Châtel enfin put présenter le 28 la note des funérailles de Charles VII, qu’il avait payée de ses deniers et dont il n’avait jamais été remboursé211.

  • 212 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 224-225

91Si les princes n’avaient pu prendre le contrôle de l’État, et moins encore de la personne royale, ils avaient néanmoins largement atteint leur but. Louis XI avait été contraint de leur céder des terres, des revenus royaux, des charges lucratives, des pensions, des subsides. La manne royale se déversait en abondance dans leurs cassettes, quand ils ne la faisaient pas leur dans les seigneuries aliénées. Thomas Basin, frustré de sa marotte réformatrice, constate avec dépit que tout à leur butin les ligueurs oublièrent vite le Bien public et se bornèrent à de bonnes paroles212. La facile prophétie du roi s’était réalisée : les rebelles victorieux devenaient des prébendiers de la monarchie plus onéreux que jamais pour les contribuables. L’État de finance sortait de la tourmente désorganisé, asphyxié, grevé, mutilé et son personnel remis en question. Le premier souci de la paix revenue serait de le remettre sur pied.

Notes

1 Kendall, p. 143.

2 Lettres, t. II, pp. 234-237.

3 Ibid., pp. 230-232 et t. X, Supplément, pp. 223-225 respectivement.

4 Ibid., t. II, pp. 232-234 pour le premier ; la lettre au second est connue par sa réponse en date du 16 (éd. Jules Quicherat, « Lettres, mémoires, instructions et autres documents relatifs à la guerre du Bien public » in Documents historiques inédits s. d. Jean-Jacques Champollion-Figeac, t. II, pp. 197-198).

5 Lettres, t. II, pp. 234-237.

6 Éd. Quicherat, pp. 196-197.

7 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 437-438. - L’abbé Lenglet donne la date du 16, un manifeste bourguignon un peu postérieur celle du 15 (éd. Quicherat, pp. 297-299).

8 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 438-439 ; Ord., t. XVI, note pp. 357-358. -L’abbé Lenglet donne la date du 19, mais son édition est moins fiable que celle du comte de Pastoret, omettant des mots et défigurant le texte (il a lu ainsi « procureurs » pour « pecunes »).

9 Dès le 4 le maréchal de Bourgogne s’adressa à Langres (cf. infra, note 13), et le 17 le gouverneur et les gens des Comptes du Nivernais signalèrent au comte leur maître l’envoi de plusieurs lettres à Nevers et Decize par le maréchal, Philippe le Bon et son fils (éd. Quicherat, pp. 300-306

10 Ibid., pp. 297-299, 306-307 ; cf. aussi pp. 315-318.

11 Stein, PJ n° VI, p. 537.

12 . Gandilhon, p. 99.

13 Seul le maréchal de Bourgogne Thibaud de Neufchâtel, soldat peut-être trop honnête pour ces subtilités politiques, avait écrit le 4 juin aux habitants de Langres que « lesditz princes ont voulloir et intencion de eulx emploier a ce que toutes les aides [et] subsides (...) soient mises jus (...) reservé les greniers a sel et la taille pour les gens d’armes », vendant peut-être la mèche prématurément (éd. Quicherat, pp. 286-287).

14 Stein, PJ n° III, pp. 518-519. - On voit que le duc de Bourbon passa à l’action sans attendre ces lettres.

15 Ibid., p. 65.

16 Lecoy de la Marche, t. II, PJ n° LUI, pp. 309-312.

17 Éd. Quicherat, pp. 211-212.

18 Lettres, t. II, pp. 238-239 (9 mars).

19 Ibid., pp. 255-257.

20 Les deux premiers étaient encore auprès de Louis XI le 16 mars à Thouars (Ord., t. XVI, pp. 307-310), tandis que les missives du 6 avril accompagnant l’envoi du manifeste portent le contreseing du dernier (cf. supra, notes 17 et 19).

21 Éd. Quicherat, pp. 213-215.

22 Ariette Jouanna, Le devoir de révolte, en particulier pp. 347-348, 378, 393.

La tourmente (1465)

23 Éd. Garand & Samaran, 1.1, pp. 168-169, 170-171.

24 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations et variantes, pp. 187-189.

25 Ibid., p. 186.

26 Éd. Fagniez, pp. 61-64, 65-66.

27 Éd. Quicherat, pp. 211-212 ; Lettres, t. II, pp. 255-257.

28 Éd. Quicherat, pp. 197-198.

29 Lettres, t. II, pp. 259-266.

30 Ibid., pp. 288-292.

31 Éd. Quicherat, pp. 251, 346-348 ; Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 14-15 ; de Roye / de Mandrot, t. I, p. 51.

32 Éd. Quicherat, pp. 346-348 ; Stein, pp. 92-93.

33 Éd. Quicherat, loc. cit.

34 Stein, note 1 p. 63 ; Lettres, t. II, pp. 339-342, 345-346.

35 Leseur / Courteault, t. II, p. 207, note 2 p. 213. — Gaston IV fut nommé lieutenant général du roi dans ces deux pays le 1er mai (ibid., PJ n° XXIX, pp. 363-365).

36 Lettres, t. II, pp. 349-351, 351-352, 357-358 ; Caillet, pp. 178-180.—Le fils du duc de Milan fut nommé lieutenant général du roi en Dauphiné et Lyonnais le 27 juin (Pilot de Thorey, n° 1418, t. II, p. 79).

37 Éd. Quicherat, pp. 381-383.

38 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 80-81.

39 Stein, PJ n° III, pp. 518-519.

40 Lettres, t. II, pp. 283-284. - Il ne peut s’agir des états de Languedoc comme le croit Vaesen (note 1 p. 284).

41 Sée, note 4 pp. 211-212 (citant Étienne de Médicis) ; Caillet, PJ n° CCLXXVIII, pp. 566-567.

42 Stein, pp. 92-93. - Cet auteur ne parle que de l’annonce d’un prochain dégrèvement, mais il est douteux que le duc de Berry soit resté en retrait sur ceux de ses alliés qui agissaient ailleurs en son nom.

43 Gandilhon, note 4 p. 99.

44 Legeay, t. I, p. 419.

45 Stein, note 5 pp. 89-90 (citant Jacques du Clercq).

46 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 64. - Une miniature du manuscrit interpolé représente les Bourguignons brûlant les registres des aides aux portes de Lagny (BN, ms. Clairambault 481 f° 65).

47 Éd. de Reilhac, t. III, pp. 230-232. - En Berry les officiers de Charles de France maintinrent en revanche la gabelle avec la taille lorsqu’ils abolirent les impôts (Stein, PJ n° XV, pp. 554-555).

48 Durant la campagne de Bourbonnais il délivra le 15 mai à Montluçon un sauf-conduit à Colas du Péret, commis à la recette de ses deniers dans les châtellenies de Montluçon même et de Murat, pour que ses agents et lui pussent vaquer sans encombre à leur collecte (BN, ms. fr. 20 491 f° 37).

49 Lettres, t. II, pp. 240, 259-266.

50 Éd. Quicherat, pp. 215-218.

51 Lettres, t. II, pp. 259-266. — L’impôt du sel était la quantité minimale déterminée que les habitants du ressort d’un grenier étaient tenus d’y acheter chaque année, afin de garantir son débit et le rapport de la gabelle.

52 Ord., t. XVI, p. 310.

53 Éd. Fagniez, p. 58. - Jean de Roye semble bien le confirmer (éd. de Mandrot, t. I, p. 76), tout en avançant la date du 3 août : sur ce point cf. infra, note 58.

54 Lettres, t. II, pp. 274-277.

55 Vidal, p. 56.

56 Ord., t. XVI, pp. 328-329, 330-331.

57 En retour celle-ci pria Louis XI, qui allait s’absenter, de le maintenir dans sa lieutenance pour garder Paris (éd. Quicherat, pp. 371-375), mais Charles de Melun n’y était pas apprécié de tous (ibid.) et le roi jugea prudent de le remplacer le 12 août par le comte d’Eu (de Roye / de Mandrot, notes 1 p. 82, 3 p. 83).

58 Éd. Fagniez, loc. cit. — Jean de Roye ne confirme pas cette assertion, mais il n’est pas impossible qu’il ait mis en forme après coup sa relation du siège de Paris à l’aide de ses notes et de ses souvenirs, et confondu alors en une seule deux proclamations similaires faites le 30 juillet et le 3 août.

59 Ord., t. XVI, pp. 341-343. — Le « bétail à pied fourchu » comprenait les ovins, les bovins et les porcins ; la « bûche » désignait le bois utilisé comme combustible, par opposition « au bois d’œuvre » utilisé comme matériau.

60 Cf. supra, p. 52.

61 Éd. Fagniez, p. 60.

62 BN, ms. fr. 4 525 f° 50 v°-51 v ; cf. PJ n° I.

63 Ord., loc. cit.

64 Maupoint / Fagniez, pp. 59-60 ; de Roye / de Mandrot, t I, pp. 76-77.

65 Ord., t. XVI, pp. 339-341.

66 Ibid., pp. 435-437. — Maupoint rapporte cette confirmation au 11 ou au 12, quand le roi festoya les nobles et principaux bourgeois de sa capitale pour les remercier de leur fidélité dans l’épreuve (éd. Fagniez, p. 96).

67 Gandilhon, PJ n° 12, pp. 428-43

68 Éd. Quicherat, pp. 385-386, 386-38

69 Cf. supra, p. 146.

70 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 186-187.

71 Lettres, t. X, Supplément, pp. 230-232.

72 Éd. Quicherat, pp. 381-383.

73 Leseur / Courteault, t. II, note 2 p. 213.

74 Gilles, note 181 p. 192.

75 Spont, « La taille en Languedoc », p. 379.

76 Clamageran, t. II, p. 17.

77 Lettres, t. II, pp. 298-301.

78 . Spont, art. cit., pp. 379-380. - Cet historien présente les demandes d’explications de Louis XI comme une lettre aux états, ce qui est douteux puisque, on l’a dit, ceux-ci ne furent réunis qu’un mois après ; il doit s’agir de ses instructions aux commissaires royaux. Par ailleurs, c’est à tort que Vaesen écrit que l’assemblée se tint au Puy le 5 avril 1465 (Lettres, t. II, note 1 p. 284), induisant Stein en erreur (op. cit., p. 71) : il a confondu avec les états de 1464. Au demeurant, nous avons vu que le Puy n’était pas l’endroit le plus sûr où convoquer les députés languedociens durant le Bien public.

79 Gilles, note 152 pp. 188-189.

80 . Ibid., note 188 p. 193.

81 Viala, t. II, p. 362.

82 Ibid., p. 250.

83 Vidal, pp. 52-53. — Le fait que l’adjudication ait eu lieu à Montpellier et que la procédure ait officiellement été lancée « a la requeste desdits gens des troys estats » a fait croire à cet auteur que l’affermage s’était déroulé dans le cadre de la session des états ; celle-ci, répétons-le, ne se tint qu’en juin.

84 Maupoint / Fagniez, p. 76 ; cf. infra, p. 220.

85 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 186-187.

86 Stein, PJ n° III, pp. 518-519.

87 Éd. de Mandrot, t. I, p. 38 ; t. II, Interpolations et variantes, p. 165. - En fait Jean le Clerc s’exprime de telle manière : « les finances de Languedoc qui estoient au roy, estons en ses pays », qu’il pourrait s’agir d’un lapsus pour les finances royales de Languedoïl sur ses terres, essentiellement situées dans cette généralité.

88 De Surirey de Saint Remy, p. 116.

89 Ibid, PJ n° IV, pp. 225-228.

90 Éd. Quicherat, p. 470.

91 Jassemin, note 6 p. 271.

92 Legeay, t. I, p. 479.

93 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 197-198.

94 Éd. Fagniez, p. 70.

95 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551.

96 Ibid, loc. cit. ; PJ n° XXIV, pp. 580-581 ; PJ n° XXVI, pp. 583-584. - De même Laurent Droillart, commis du trésorier des guerres breton Olivier Baud, employa au paiement de la garde du corps de François II 3 000 livres prélevées dans la caisse du receveur des tailles de Bayeux (Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, t. I, p. 331) : nous supposons qu’il s’agit de livres bretonnes, ce qui représente 3 600 l.t. à raison de 5 l.br. pour 6 l.t. (ibid, p. 208).

97 Sée, p. 139 ; Caillet, pp. 178-179.—Ce dernier auteur n’est pas clair : sans doute faut-il comprendre que la taille fut levée par la ville sur la population afin de rembourser les riches particuliers qui avaient fait pour elle l’avance du prêt, comme ce fut souvent le cas par la suite.

98 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 71-72.

99 Sée, note 5 pp. 142-143.

100 Gandilhon, PJ n° 11, p. 427. - Nous ne voyons pas pourquoi cet érudit parle de prêt (ibid., p. 356).

101 BN, ms. fr. 20 494 f° 51.

102 . Stein, PJ n° XII, pp. 549-55 1 (12 octobre).

103 BN, ms. fr. 23 262 f° 25 (rôle des paiements ordonnés au receveur général du duc de Normandie Robert le Gay d’octobre à décembre 1465). - C’est encore sur les recettes normandes que fut assignée la seconde moitié du don au duc de Calabre (ibid., f° 33). - Nota que dans la comptabilité de la période de l’apanage le rapport de 11 à 10 entre faible et forte monnaie, apparu ponctuellement dès 1464 (cf. supra, note 114 p. 176), a supplanté l’ancien rapport de 12 à 11, ce qui représente une dévaluation infime de 0,8% de l’unité de compte normande : peut-être ce changement visait-il à faciliter les calculs de conversion de forte en faible monnaie.

104 Commynes / Calmette & Durville, t. I, pp. 18,40 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 163.

105 Ibid., p. 164 ; Lassalmonie, « L’abbé Le Grand et le compte du trésorier des guerres pour 1464 », pp. 80-83.

106 Lettres, t. II, pp. 242-243, 251-253, 259-266, 272-274, 274-277, 288-292, 296-298, 301-304.

107 Ibid., pp. 249-251, 259-266.

108 Ibid., pp. 249-251 (1er avril). - Le seigneur de Châtillon lui succéda vers le 4 août (pp. 348-349).

109 Ibid, pp. 259-266.

110 Ibid, pp. 272-274.

111 Ibid., pp. 288-292.

112 Ibid., pp. 296-298, 301-304.

113 Éd. Quicherat, pp. 278-279.

114 Ibid., pp. 208-210 ; cf. Lettres, t. II, pp. 248-249 (Louis XI aux Lyonnais, 28 mars).

115 Ord., t. XVI, note (b) p. 365.

116 Lettres, t. II, pp. 272-274.

117 Éd. Quicherat, pp. 215-218.

118 Ibid, pp. 235-237.

119 Maupoint / Fagniez, pp. 52-53.

120 Lettres, t. II, pp. 296-298, 301-304.

121 Ibid., pp. 343-345. - Les Troyens obtinrent de rester garder leur ville (pp. 354-355).

122 Ibid., pp. 355-356, 358-360. - De fait le lieutenant du bailli de Caen avait transmis le 15 au vicomte de Falaise l’ordre de convoquer pour le 20 à Caen les nobles et francs-archers de son ressort, déjà avertis de se tenir prêts à marcher sous le bailli de Cotentin (éd. Quicherat, p. 377).

123 Lettres, t. II, pp. 259-266 (Louis XI au chancelier, 10 avril) ; éd. Quicherat, pp. 227-228 (Guillaume Cousinot au même, 18 avril). —Le roi avait prié en mars la duchesse Yolande de Savoie, sa sœur, de lever des troupes pour prendre avec les Dauphinois le duc de Bourbon à revers (Lettres, t. II, pp. 248-249). Le seul Dauphiné alignait 400 lances en mai (ibid., pp. 288-292) : nous avons vu plus haut qu’il s’agissait ici de l’arrière-ban.

124 Ibid., pp. 274-277 (20 avril).

125 Ibid., pp. 339-342.

126 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, pp. 302-311.

127 Éd. Quicherat, p. 277 (23 mai).

128 Ibid., pp. 218-219 (8 avril).

129 BN, ms. fr. 20 496 P 17 (24 avril).

130 Ibid, P 31 (23 mai), 34 (1erjuin), 44 (11 juin).

131 Ibid.,f° 12.

132 Ibid., P 43.

133 Ibid., P 14, 15, 18 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 193.

134 De Mandrot, « Dépêches d’ambassadeurs milanais en France au début du règne de Louis XI », p. 131.

135 Le roi ordonna le 10 à Raguier de défrayer son clerc pour ce convoyage (BN, ms. ff. 20 496 f° 8).

136 Ibid, P 16.

137 Éd. Quicherat, pp. 232-233. — Le roi fit aussi don de 1 000 l.t. au juge d’Anjou Jean Breslay pour ses services le 27 mai (BN, ms. fr. 20 496 f° 32).

138 Éd. Quicherat, pp. 204-205.

139 La ville décida le 18 août de faire fabriquer à ses frais une bombarde pour Galéas-Marie Sforza, qui coûta 78 écus et fut remise au prince le 10 octobre, trop tard pour servir (Caillet, p. 180).

140 Lettres, t. Il, pp. 349-351, 351-352.

141 BN, ms. fr. 20 496 f° 52.

142 Éd. Quicherat, pp. 300-306.

143 De Mandrot, loc. cit. ; Kendall, p. 152.

144 Legeay, t. I, p. 421.

145 Éd. de Mandrot, t. I, p. 71.

146 Kendall, p. 183.

147 Les lettres de créance de l’envoyé du comte sont datées de Péronne, le 9 (éd. Quicherat, p. 379).

148 Maupoint / Fagniez, p. 76. - Le 22 encore Dauvet n’est pas mentionné parmi les négociateurs royaux par le prieur de Sainte-Catherine, qui le leur adjoint à la date du 24 (ibid., p. 78) ; Jean de Roye, il est vrai, le compte en leur sein dès le 3 (éd. de Mandrot, t. I, p. 99) mais une confusion dans les dates est possible chez cet auteur (cf. supra, note 58 et infra, note 180), d’autant qu’il n’a pas relevé l’arrivée des fonds languedociens.

149 Le prieur établit ce décompte dans une addition d’après des renseignements recueillis ultérieurement (éd. Fagniez, p. 52).

150 Éd. Quicherat, pp. 230-231 (20 avril), 232-234 (28 avril).

151 Ibid., pp. 215-218 (6 avril).

152 Lettres, t. II, pp. 288-292 (10 mai).

153 Stein, p. 91. — Nous n’avons rien relevé à ce sujet dans Kerhervé, L’État breton.

154 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 188-191.

155 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 18, 39-40, 59-60.

156 Éd. Fagniez, p. 85.

157 Éd. Quicherat, pp. 346-348, 348-349.

158 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551 (12 octobre).

159 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 81-82.

160 Le futur mémorialiste avait été envoyé par Charolais à son père, muni d’un sauf-conduit du roi, pour aller chercher l’argent (éd. Quicherat, note 2 p. 395). - Dans une lettre de Conflans un auditeur du comte signale le 15 octobre la récente arrivée du convoi, « dont il est grant bien par deça » (ibid., pp. 396-398).

161 Gandilhon, pp. 355-356, PJ n° 11, p. 427.—Cette dernière pièce prouve que le Flamand était général de Normandie au 19 août, sans doute depuis la même date qu’Outre-Seine (Spont / Jacqueton, p. 292).

162 Stein, PJ n° VI, p. 531 (27 juillet).

163 Éd. Quicherat, pp. 380-381, 381-383 (les commissaires au roi, 14 septembre) ; Lettres, t. II, pp. 364-365 (4 octobre), 365-366 (même époque). - Ironie du sort, c’est un autre officier compromis, Jean Herbert, qui fut chargé de l’affaire le 6 mars 1466 après son retour en grâce (Pilot de Thorey, n° 1 453, t. II, pp. 99-102).

164 Éd. Quicherat, pp. 381-383.

165 Spont / Jacqueton, p. 295. - L’Auvergnat est qualifié de secrétaire en août 1466 (BN, ms. fr. 23 263 f° 2), et la nomination d’un secrétaire comme contrôleur nous paraît plus plausible que le contraire.

166 Ord., t XVI, pp. 331-333.

167 Ibid, pp. 345-347.

168 Éd. Quicherat, pp. 371-373, 373-375 (dépositions postérieures à ces événements, peut-être de 1467).

169 Stein, p. 115.

170 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 306-307 (interrogatoire du duc de Nemours à la Bastille, 18 décembre 1476).

171 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 90-91.

172 Éd. Quicherat, pp. 211-212 (6 avril).

173 Stein, PJ n° XII, pp. 549-551 (12 octobre).

174 Spont / Jacqueton, p. 297. - Granier était encore en fonctions à cette date (éd. de Reilhac, t. II, PJ n° XXXIX bis, p. 101) ; il fut nommé (ou confirmé) général de la Justice des Aides de Languedoc le 12 septembre 1467 (Ord., t. XVII, pp. 10-13).

175 Lettres, t. II pp. 298-301.

176 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 114. - C’est à tort que le colonel Borrelli écrit que Petit père vécut jusqu’en août au moins (op. cit., t. III, note 4 p. 577).

177 Éd. Quicherat, pp. 352-353 ; Stein, PJ n° VI, p. 533.

178 Maupoint / Fagniez, pp. 72, 74 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 99-100.

179 Maupoint / Fagniez, pp. 74-75. - Si le lieu de la réunion est bien l’« hôtel » du roi, et non le Palais, il doit s’agir des Tournelles.

180 Stein, pp. 112-113, PJ n° IX, p. 546 ; de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 106-107. - Cet auteur, qui place la scène à la Chambre des Comptes, confond manifestement les demandes des princes avec celles du 12.

181 Ibid., pp. 116-118. - Maupoint rapporte le fait sous la date du 28 (op. cit., p. 79).

182 Maupoint / Fagniez, pp. 80-81.

183 Éd. de Mandrot, t. I, p. 122.

184 Ord., t. XVI, pp. 355-366.

185 Ibid., pp. 366-367.

186 Ibid., pp. 361-362.

187 Éd. de Reilhac, t. III, PJ n° 1, pp. XXVIII-XXX.

188 Ibid., PJ n° CLXXX ter, pp. 238-241 ; Lettres, t. III, pp. 3-5 ; Maupoint / Fagniez, note 3 p. 87.

189 Ord., t. XVI, pp. 378-386, 386-387.

190 Ibid., note (a) pp. 383-384. - Le même jour ses quatre seigneuries dauphinoises lui étaient restituées avec tous leurs revenus depuis la date de la saisie (Pilot de Thorey, n° 1 432, t. II, p. 86).

191 Ord, t. XVI, note (a) pp. 377-378 ; éd. de Reilhac, t. III, PJ n° J, pp. XXXI-XXXV pour le dernier don. - Le comte du Maine avait reçu la confiscation de Dunois dès le mois de mars, alors que le roi cherchait à se le gagner au début de la révolte (BN, ms. fr. 20 494 f° 18, 19).

192 Ord., t. XVI, pp. 394-397.

193 Ibid., pp. 398-399.

194 Ibid., note (a) p. 396.

195 . Ibid., pp. 401-402.

196 Ibid., pp. 400-401.

197 Éd. de Mandrot, t. I, p. 129 (10 octobre).

198 Ord., t. XVI, pp. 408-411 (octobre).

199 Ibid., pp. 405-407 (octobre ; enregistré le 30 au Parlement de Paris). — Louis XI dut ordonner deux fois à la Chambre des Monnaies de valider ses lettres avant qu’elle s’exécutât le 16 novembre.

200 Maupoint / Fagniez, p. 85 ; de Roye /de Mandrot, t. I, pp. 121-122 ; de Surirey de Saint Remy, pp. 127-128.

201 Ord., t. XVI, pp. 447-448.

202 Lettres, t. VIII, note 2 pp. 224-225 (octobre).

203 Sée, p. 300 (20 octobre).

204 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 121 ; de Mandrot, art. cit., pp. 138-139.

205 Calmette & Périnelle, p. 70 et note 3.

206 Ord, t. XVI, note (b) p. 370.

207 Ibid., pp. 371-375.

208 Ibid., pp. 388-391 ; Luchaire, pp. 139-142.

209 Éd. de Mandrot, t. I, p. 122. - La minute non datée de lettres royaux accordant au premier 6 000 l.t. de pension paraît confirmer cet auteur (BN, ms. fr. 20 488 f° 107)

210 Éd. Quicherat, pp. 393-394 ; Maupoint / Fagniez, pp. 82-83 ; éd. de Reilhac, t. I, note 1 pp. 201-202. - Ces revenus lui furent assignés sur les aides de Seine-et-Yonne pour compter du 1er octobre (éd. Quicherat, p. 459).

211 Legeay, t. I, p. 485.

212 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 224-225

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540