Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Deuxième partie. L'aventurisme (1461-1464)

Chapitre VI. Le grand dessein (1462-1464)

Texte intégral

1Quand Louis XI monta sur le trône, il n’avait pas en tête que le souci de marquer de sa propre empreinte l’œuvre institutionnelle de son père en la remodelant à son idée. Des rêves de grandeur habitaient ce prince qui avait si longtemps rongé son frein. Le serment prononcé à Reims d’accroître son Domaine, de le restaurer dans toute son ancienne étendue, venait sacraliser à ses propres yeux le but qu’à n’en pas douter il s’était déjà fixé de longue date et qui, tantôt souterrainement, tantôt ouvertement, serait le fil conducteur de sa politique au début de son règne. Ses cinq années d’exil lui avaient laissé tout loisir d’admirer et d’envier la richesse des Pays-Bas, et la puissance que leur possession conférait à son oncle. Or, la moitié de cette région tenait du royaume de France, et la frange méridionale, que les historiens nomment les villes de la Somme et que les contemporains appelaient les terres engagées de Picardie, avait fait partie du Domaine jusqu’au traité d’Arras de 1435. Les concessions par lesquelles la royauté s’était alors abaissée devant le duc de Bourgogne avaient été pour Charles VII le prix à payer à la fois pour expier le crime de Montereau et pour gagner la guerre de Cent Ans ; leur abrogation était à présent le grand dessein de son successeur.

2Ambitieux programme, dont l’exécution s’annonçait politiquement difficile et financièrement onéreuse. De là l’ardeur du souverain à thésauriser, de là sa volonté d’autant plus ferme de ne pas perdre un denier dans les réformes fiscales. Sa capacité à reconnaître sans s’obstiner l’échec de ses expériences, son énergie à défendre ses revenus lui permirent de mener de front le financement de sa politique courante, de sa grande idée, et des desseins qui vinrent s’y agréger en cours de route. Louis XI, en effet, ne se laissait pas obnubiler par son maître objectif et, en attendant que sonnât l’heure de le réaliser, restait prêt à saisir toute occasion d’accroître sa domination.

1. Échec en Angleterre.

  • 1 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 101-104 ; Calmette & Périnelle, pp. 5-6.

3Le nouveau roi n’eut pas à attendre pour le démontrer. Réfugiée en Écosse après la victoire d’Édouard d’York en Angleterre, la reine Marguerite d’Anjou avait dépêché une ambassade à Charles VII. Quand celle-ci débarqua sur le Continent, le vieux monarque était mort. Les envoyés résolurent alors d’aller trouver le comte de Charolais, mais Louis XI, averti à Avesnes, chargea le 3 août son secrétaire Jean de Reilhac et le bailli de Berry Claude de Vaudenay de les intercepter. Prenant de vitesse un émissaire bourguignon rencontré en chemin, les deux hommes rejoignirent les Anglais à Eu, s’assurèrent de leurs personnes et les menèrent à Dieppe où ils s’enquirent de leur mission. Les chefs de la députation, le duc de Somerset et le seigneur de Hungerford, avaient reçu mandat de rallier les héritiers de France et de Bourgogne à la cause lancastrienne, d’obtenir des seigneurs les plus influents de l’entourage royal des secours en hommes et en argent, et surtout de Charles VII deux mille soldats et un prêt de 20 000 écus gagé sur la personne même d’Henri VI et le royaume d’Angleterre1.

  • 2 Kendall, pp. 91, 94-95.
  • 3 Gandilhon, p. 367.
  • 4 Éd. Calmette & Durville, t. I, p. 194.

4Cette démarche plaçait Louis XI devant un choix délicat. Y donner suite, c’était rompre alors qu’elle triomphait l’alliance yorkiste que, dauphin, il avait cultivée les mois précédents2, mais c’était aussi, en cas de succès, la possibilité d’un agrandissement territorial à moindres frais. C’était un gage bien fragile ou bien vague que la personne d’un roi prisonnier ou son royaume pour le prêt demandé, mais le souverain pouvait exploiter la nécessité où se trouvait sa cousine pour en exiger un autre, beaucoup plus concret celui-là : Calais. Le recouvrement de cette place lui permettrait, en parachevant l’œuvre de reconquête de son père, de s’affirmer face à l’ombre glorieuse du Victorieux, mais Calais n’était pas qu’un symbole, la dernière terre française aux mains des Godons, c’était aussi un enjeu économique de première importance, l’étape des laines anglaises exportées dans les Pays-Bas bourguignons et le grand port des importations insulaires depuis le Continent3, « le plus grand tresor d’Angleterre » selon Philippe de Commynes, à qui le maire de la ville affirmerait dix ans plus tard que la ferme de l’Etape rapportait 15 000 écus à son souverain4.

  • 5 Calmene & Permeile, PJ n° 10, pp. 283-284.

5Les préoccupations prioritaires de Louis XI à son avènement, sa réflexion avant de renoncer à l’entente avec Édouard IV et sans doute les résistances de Marguerite d’Anjou devant ses prétentions différèrent d’un an la conclusion de l’accord. Enfin, le 24 juin 1462, la reine venue à Chinon parapha de sa main un acte par lequel elle reconnaissait avoir reçu de son cousin 20 000 l.t. et, au nom de son époux, lui engageait Calais en retour. La place étant aux mains des yorkistes, l’exécution de la convention dépendrait du succès des lancastriens : alors Calais serait confiée au comte de Pembroke ou au comte de Candale, qui prêterait serment, si le roi de France n’était remboursé dans le délai d’un an, de la lui livrer contre un versement supplémentaire de 40 000 écus5. Ainsi Louis XI n’entendait pas reprendre Calais à force d’armes, mais la racheter à la faveur des circonstances, comptant évidemment que la Rose rouge victorieuse ne pourrait réunir à temps, dans un État désorganisé, la somme convenue.

6Celle-ci était pourtant peu élevée : les écus sollicités l’année précédente étaient devenus de simples livres tournois. Au total, c’est avec 75 000 l.t. que le roi pourrait, si tout allait bien, acquérir Calais. Les recettes de la ville l’en rembourseraient en moins de quatre ans, à supposer que le changement de maître ne les amoindrissent pas, mais il y avait peu de raison qu’une Angleterre lancastrienne alliée à la France, et n’ayant plus de port propre sur le Continent, se détournât de son étape traditionnelle. Il est possible en fait que Louis XI, n’ayant pas réussi à faire accepter des conditions plus sûres pour lui, ait dû se résigner à ce marché qui, tout de même, laissait de bonnes chances à Henri VI de conserver la place. N’importe : même incertaine, une opération qui pouvait s’avérer aussi avantageuse méritait à ses yeux d’être tentée.

  • 6 6. Ibid., PJ n° 11, pp. 285-286 (dépêche diplomatique milanaise d’Anvers, 3 juillet).
  • 7 Ibid., note 2 p. 23.
  • 8 Lettres, t. X, Supplément, pp. 180-181.
  • 9 Ibid., t. II, pp. 67-68. — Le roi devait ce renseignement au comte de Penthièvre (ibid., pp. 73, 74 (...)
  • 10 . Ibid., pp. 78-79.
  • 11 Ibid. ; Calmette & Périnelle, note 4 p. 27.

7L’accord, en tout cas, fit sensation et les rumeurs les plus folles coururent aussitôt. Rentrant d’une ambassade en France pour le roi d’Écosse, l’évêque d’Aberdeen rapporta à Bruxelles que Louis XI avait consenti 200 000 écus à Marguerite, dont 150 000 comptant, et devait lui fournir une puissante armée embarquée6. Édouard IV se fit menaçant et le roi dut prendre pour la première fois de son règne un train de mesures militaires afin de parer à une descente anglaise. Dès le 17 juin il fit ordonner par le bailli de Sens aux nobles du pays de se tenir prêts7 et le 28 juillet, une flotte ayant été signalée dans la Manche, il fit lever l’arrière-ban du bailliage de Caen8. En août, informé qu’une escadre avait quitté Sandwich pour Bordeaux ou Bayonne, il dépêcha le 13 son compère Michau Dauron inspecter les défenses bordelaises9 et manda au sire de Beaujeu, gouverneur de Guyenne, de mettre le pays sur le pied de guerre, en prenant soin d’expliquer au jeune homme comment procéder et de charger des chefs plus expérimentés de prendre les choses en main dans les faits10. Toute la côte normande et la côte atlantique des Pyrénées à la Loire étaient ainsi mises en état de défense avec le concours des nobles et francs-archers des pays du littoral et de l’intérieur11.

8Louis XI en fut pour les frais de sa mobilisation : les vaisseaux d’Édouard IV ne se montrèrent pas.

  • 12 . Il arrivait que les princes, en témoignage de leur confiance, se signassent des quittances de com (...)
  • 13 Op. cit., notes 3 p. 25, 9 p. 30. - Cette dernière note, qui cite une preuve de l’Histoire de Breta (...)
  • 14 Borrelli de Serres, t. III, p. 200.
  • 15 Calmette & Périnelle, pp. 29-30, note 1 p. 32.

9En fait, le soutien français aux lancastriens était bien loin de l’ampleur que lui prêtait - de bonne foi ou non - le prélat écossais. Nous ne savons même pas si le roi paya les 20 000 l.t. convenues : la quittance incluse dans le traité de Chinon n’est pas une preuve décisive12, et les versements relevés par Joseph Calmette et Georges Périnelle ne totalisent que 5 945 l.t.13 Il est vrai que la documentation est lacunaire, et que le monarque n’avait nul intérêt à fournir à ses alliés un argument pour conserver Calais. Notons en tout cas que 500 écus furent fournis par la caisse de la Chambre, le service de l’Hôtel chargé du paiement des officiers domestiques et des dépenses personnelles du souverain14, comme si celui-ci avait décidément traité l’entreprise comme une affaire privée, d’importance mineure, plutôt que comme une véritable affaire d’État. Quoi qu’il en fût, ces subsides étaient insuffisants et Marguerite d’Anjou dut emprunter autour d’elle, particulièrement auprès du chef de l’expédition, Pierre de Brézé, qui affirma plus tard au chroniqueur Georges Chastellain avoir laissé 5 000 écus dans l’aventure15.

  • 16 Ibid.,p. 31.
  • 17 Ibid., pp. 45, 48-49, 54.

10Le 9 octobre enfin les forces lancastriennes appareillèrent pour l’Angleterre, mais elles ne purent renverser le pouvoir yorkiste ; vers le début de janvier 1463 l’échec était consommé. Une seconde tentative à la fin de mai ne fut pas plus heureuse16. Tout espoir de restaurer Henri VI et, pour Louis XI, de recouvrer Calais s’évanouissait. Renonçant à réaliser dans un futur prévisible ce projet, qu’il devait nourrir toute sa vie sans pouvoir jamais l’exécuter, le roi chercha à se rapprocher d’Édouard IV par l’entremise de Philippe le Bon. Une trêve sur terre fut conclue à Hesdin le 8 octobre et complétée le 12 avril suivant par une trêve sur mer ; ces accords, valables jusqu’au soir du 1er octobre 1464, furent prorogés d’un an dans l’été17. Ils dureraient juste assez longtemps pour assurer le roi de ce côté jusqu’à la fin de la guerre du Bien public.

11Marguerite n’avait pas disposé de moyens suffisants pour forcer le sort. Son cousin, tout alléché qu’il fût par Calais, n’avait pas voulu investir massivement dans l’opération, se bornant à un coup de pouce et comptant pour le reste sur une chance qui avait fait défaut. Face à l’échec, il avait préféré abandonner qu’augmenter sa mise. C’est qu’il lui fallait hiérarchiser ses diverses ambitions, de peur de ne pouvoir les financer toutes. Sans cesser d’accumuler des fonds en vue du désengagement des terres picardes, il devait en effet pourvoir encore à un troisième objectif, auquel il avait donné la priorité sur le dessein anglais comme plus important et moins hasardeux : étendre son autorité à l’autre extrémité du royaume, dans les terres catalanes.

2. Succès en Catalogne.

  • 18 Calmette, p. 32.
  • 19 Ibid., pp. 47-48, 50-51.
  • 20 Ibid., p. 53.

12À l’avènement de Louis XI les États de la Couronne d’Aragon étaient divisés par la querelle qui opposait autour de la succession de Navarre le roi Jean II à son fils aîné Charles, prince de Viane, soutenu par les Catalans18. De même qu’en Angleterre il s’était rallié aux yorkistes contre les lancastriens appuyés par son père, le dauphin n’avait pas manqué de prendre parti pour le prince, Charles VII ayant conclu avec Jean II un pacte d’assistance mutuelle le 17 juin 1457. Quand le roi de France s’éteignit, son fils préparait un traité d’alliance avec Charles d’Aragon19, mais deux mois plus tard, le 23 septembre, le prince de Viane mourut inopinément à Barcelone20.

  • 21 Ibid., p.58.
  • 22 Ibid., pp. 57, 62. - Le (Conseil) Général, ou Députation, du principat de Catalogne était la commis (...)

13Louis XI reçut la nouvelle au début d’octobre, alors qu’il venait de gagner les rives de la Loire. Ce coup du sort, qui laissait les Catalans sans chef, lui offrait une nouvelle occasion de pousser ses pions, dans le Sud cette fois. Non seulement la Catalogne avait tenu jusqu’au xie siècle du royaume de France, mais le monarque pouvait y faire valoir les droits plus récents de sa grand-mère maternelle, la princesse aragonaise Yolande de Sicile. Il se proposa donc d’exploiter au mieux les circonstances. Dès le 12 octobre il chargea Jean V d’Armagnac, l’ancien général Pierre d’Oriole et le secrétaire Nicole du Breuil, qui partaient renouveler l’alliance franco-castillane, de sonder Henri IV sur d’éventuelles prétentions françaises dans les États d’Aragon21. Le lendemain, adressant ses condoléances au Général de Catalogne et au Conseil de Barcelone, il leur annonça l’envoi de deux hommes de confiance, Jean de Reilhac et son compère Aymar de Poisieu, qui le 3 novembre offrirent son soutien à la révolte catalane. Mais le Général recherchait alors la conciliation avec Jean II et déclina l’invite22.

14Nullement démonté, Louis XI changea ses plans et, les adversaires n’ayant pu s’entendre, se rapprocha de Jean II par l’intermédiaire du comte de Foix, son gendre et son allié en Navarre. Énergique et fin politique, informé au surplus par le Général des avances françaises, le roi d’Aragon ne se faisait aucune illusion sur l’indéfectible amitié de son puissant voisin, mais il avait besoin de lui, ne pouvant soumettre seul le Principat. Au printemps de 1462 le roi de France put ainsi mener tambour battant une offensive diplomatique ponctuée par une succession rapide d’accords, qui enserrèrent progressivement le souverain espagnol dans les fils de l’« universelle araigne ».

  • 23 Ibid.,PJ 2, pp. 416-424.
  • 24 Ibid., pp. 79-80.
  • 25 Ibid., PJ n° 3, pp. 424-428 (confirmation par Jean II, Saragosse, 23 mai).

15Le 12 avril les deux rois s’allièrent par le traité d’Olite, par lequel Louis XI reconnaissait les droits de Jean II et du couple comtal de Foix dans la succession de Navarre23. Le 3 mai, après leur rencontre, un pacte d’assistance mutuelle fut conclu à Sauveterre. Il stipulait que la partie qui recevrait des troupes de l’autre devrait les solder à l’avance pour la durée de leur engagement, clause que l’Aragonais désargenté serait incapable d’honorer24. Aussitôt après celui-ci contracta 1’« Obligation générale », qui appliquait cet accord à la question catalane et précisait les intentions de Louis XI. Pour réduire la rébellion le roi de France offrait 700 lances, de l’infanterie et de l’artillerie - plus encore que prévu à Sauveterre - qu’il entretiendrait lui-même, son allié ne pouvant y fournir. En retour Jean II promettait de verser 200 000 écus en deux annuités égales après la soumission de Barcelone ; la ville tombée, il pourrait employer 400 de ces lances dans ses royaumes d’Aragon et de Valence, mais paierait alors en tout 300 000 écus en trois annuités égales. Les revenus de ses possessions, particulièrement en Roussillon et Cerdagne, les plus proches de la France, serviraient d’hypothèque25.

  • 26 Ibid, PJ n° 4, pp. 429-439.
  • 27 Lettres, t. II, pp. 46-49.

16Le 9 mai le traité de Bayonne sanctionna enfin cet accord de principe, dont les termes étaient encore aggravés. La dette aragonaise était fixée en vieux écus de France, d’or pur et de 64 de taille au marc, le délai du premier versement était ramené d’un an à trois mois, et en garantie les châtelains de Perpignan et Collioure, déliés de leur serment envers le roi d’Aragon, jureraient de garder les places pour Louis XI. Une fois Barcelone soumise, Jean II remettrait les comtés de Roussillon et Cerdagne à son allié avec tous leurs droits et revenus, en y relevant ses officiers, vassaux et sujets de leurs engagements, jusqu’à complet paiement des sommes dues. Enfin, ces clauses seraient valables même si Barcelone faisait sa soumission avant l’intervention française. Le 21 mai le monarque espagnol ratifia ce dur traité, sous réserve surtout que le premier terme fut porté à six mois. Louis XI n’y vit pas d’objection, sachant bien que ce maigre sursis ne sauverait pas son débiteur, et ratifia à son tour l’accord ainsi amendé le 15 juin à Chinon26. Ainsi, quand fut conclu l’accord sur Calais neuf jours plus tard, celui-ci n’était déjà plus prioritaire, le roi ayant engagé une partie plus importante. Il avait exploité au maximum la détresse de Jean II, sûr que son allié ne pourrait jamais réunir les sommes colossales qu’il exigeait de lui, comparables à celles que lui-même amassait lentement pour la Picardie dans son vaste État en paix. Il avait pris une solide option sur les deux comtés catalans en deçà des Pyrénées tout en se réservant de pousser plus loin l’avantage au gré des événements, et pouvait écrire à l’amiral de Montauban : « il me semble que je n’ay pas perdu mon escot 27.

  • 28 Leseur / Courteault, t. II, pp. 117-120 ; Calmette, note 4 pp. 131-132 pour la date de l’invasion.

17Restait à remplir son contrat. Aux termes du traité de Bayonne l’armée française devait être prête avant la fin du mois de juin, mais les délais de ratification et le branle-bas contre les Anglais ne permirent pas de respecter cette clause. Le corps expéditionnaire, confié au comte de Foix que Jean II nommait également son lieutenant général en Catalogne, fut néanmoins réuni en un temps record. Vétéran des campagnes outre-Pyrénées, Gaston IV leva sa propre armée qui, selon son historien Guillaume Leseur, comptait 120 lances de sa noblesse et 800 à 1 000 arbalétriers, puis gagna Narbonne où se concentraient les forces royales. Selon le même auteur Louis XI n’avait pas lésiné, envoyant 700 lances - 40 % de son ordonnance -, 4 000 francs-archers, de l’artillerie et des pionniers avec ses meilleurs spécialistes, tels les frères Bureau. C’est une puissante armée qui, le 10 juillet, entra en Roussillon avec peu de retard28.

  • 29 Ibid., pp. 143-144, 149, 159-160.

18Celle-ci se divisa bientôt. Tandis que le comte de Foix passait les Pyrénées le 21 juillet pour rejoindre son beau-père avec le gros des troupes, un fort contingent resta en Roussillon sous le sire d’Orval, Amanieu d’Albret, pour soumettre le pays. La mort de ce capitaine entre le 13 et le 22 août, et peut-être le besoin de renfort de Gaston IV, amenèrent cependant l’arrière-garde à gagner le Sud à son tour29.

  • 30 Ibid., Appendice II, pp. 402-406 ; Contamine, Guerre, État et société, pp. 305, 314.

19Le château de Perpignan, tenu pour Louis XI en vertu du traité de Bayonne, et les arrières de l’armée étant menacés par le soulèvement qui s’ensuivit en Roussillon, le roi en tira prétexte pour conquérir le pays. La constitution d’une seconde armée sous le duc de Nemours fut décidée pour s’emparer de Perpignan. Un projet alors établi prévoyait de récupérer une partie du corps expéditionnaire de Catalogne et de lui adjoindre de nouvelles forces pour réunir 1 106 lances - près des deux tiers de l’effectif -, 6 000 francs-archers de presque tout le royaume qui coûteraient 72 000 francs pour trois mois, en tout quelque 11 000 combattants, et 63 pièces d’artillerie30 : les archives confirment les chroniqueurs, le roi entendait employer les grands moyens.

  • 31 Calmette, pp. 162-166. - Cet auteur date le projet d’une seconde armée et la désignation du duc de (...)
  • 32 Calmette, pp. 166-168.

20En fait, il ne fut pas possible de prélever des compagnies sur l’armée de Catalogne, et c’est avec 600 lances rassemblées en octobre à Narbonne que Jacques d’Armagnac pénétra en Roussillon à la fin de l’année. Perpignan capitula le 8 janvier 1463 et les mois suivants furent consacrés à la soumission du reste du Roussillon, puis de la Cerdagne où Puigcerda envoya le 16 juin un député prêter serment à Louis XI31. Le 2 mars précédent, arguant de son droit de conquête sur de mauvais sujets révoltés contre leur seigneur, de l’engagement fait par Jean II, des droits qu’il tenait de son aïeule, et de ses grands frais dans cette affaire, le roi avait signifié à une ambassade perpignanaise sa volonté de réunir les deux comtés au royaume32. La farce était jouée : l’habileté de sa diplomatie et les ressources de son État avaient emporté la décision.

  • 33 Ibid., pp. 156-157 ; Leseur / Courteault, note 5 pp. 180-182.
  • 34 Ibid., pp. 186-187.
  • 35 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 512.

21Précisément, intéressons-nous de plus près à ces ressources. La présence à l’armée de Catalogne du maître de l’artillerie et d’un trésorier de France qui était sans doute le meilleur spécialiste des questions d’intendance de son temps (et qui fit là sa dernière campagne) ne suffisait pas à garantir l’expédition contre toute difficulté matérielle. Le 15 novembre Jean de Guarguesalle adressa au roi, de Balaguer où l’armée cantonnait, un rapport alarmant : « c’est une pitié de veoir les gens d’armes, tant sont deffaiz, et a pié la pluspart ». Éprouvé par le climat, les fatigues, les privations et les épidémies plus que par les combats, le corps expéditionnaire avait perdu en outre la plupart des chevaux33. Il passa la Noël à Saragosse, où il put se reposer et se rééquiper, mais à grands frais. Leseur, qui estime ses dépenses à plus de 100 000 écus34, exagère sans doute. Reste qu’au témoignage de Guarguesalle tout était ici trois fois plus cher qu’en France ; le maréchal de Comminges en fut de 6 000 l.t. dans cette campagne35.

  • 36 Calmette, PJ n° 7, pp. 444-445 (analyse en français de sa lettre, 1er février).
  • 37 BN, ms. fr. 20 493 f° 77.
  • 38 AN, K 70 n° 10.
  • 39 BN, ms. fr. 6 544 p. 23 ; Lettres, t. II, pp. 96-100.

22Le grand problème était celui de la solde, aggravé, on s’en doute, par l’étirement des lignes de communication à travers des pays hostiles. Gargue-salle déplorait les retards de versement, qui ajoutaient à la misère des troupes, et en janvier 1463 Jean II, priant son allié de les lui laisser encore, demandait « qu’il pleüst au roy leur envoyer leur paiement »36. Louis XI expédiait bien des fonds, pourtant : nous avons conservé un état de « l’argent que le roy a ordonné pour l’armée de Cathelongne », montant à 29 600 l.t.37De même, quand fut préparée la seconde armée les gens du roi, on l’a vu, avaient tâché d’en estimer le coût, mais les trois mois prévus pour l’opération furent largement excédés. Là encore, un certificat du 1erer décembre 1462 nous apprend que 1 954 1. 4 s. 8 d.t. étaient affectés à l’approvisionnement du château de Perpignan38. C’était une chose que d’entretenir les hommes, il fallait encore gratifier les saints : apprenant le 16 janvier le dégagement de cette citadelle, le monarque chargea le trésorier Étienne Chevalier de délivrer un don de 1 200 écus à Saint-Martin de Tours39.

  • 40 Calmette n’ajoute pas foi non plus à ces dires, mais considère que l’état des crédits de l’armée de (...)
  • 41 Ibid., pp. 157-159, 175-176 ; Leseur / Courteault, p. 193. - Un compte spécial de l’artillerie enga (...)
  • 42 Ord, t. XV, pp. 667-669 (24 mai).

23Combien cette entreprise coûta-t-elle en tout à Louis XI ? Lui-même avança devant les députés de Perpignan, en mars 1463, le chiffre bien approximatif de 2 à 300 000 francs, mais il avait intérêt à exagérer ses frais pour mieux faire valoir ses droits et pour justifier le montant énorme réclamé à Jean II40. Du reste, ce dernier ayant employé les Français en Aragon avant le début de leur retrait en janvier 146341, le roi de France considérait désormais que la dette de son allié montait à 300 000 écus vieux, bien que Barcelone n’eût pu être prise, outre 50 000 écus neufs qu’il affirmait lui avoir prêtés42. Il est indubitable en tout cas que la note avait été lourde, et le souverain, quoi qu’il en eût, dut recourir aux premiers expédients de son règne pour réunir des fonds rapidement, ni assez vite ni en assez grande quantité cependant au goût de ses soldats.

24La fiscalité habituelle ne se prêtait pas à de promptes levées d’argent. Là même où nulle assemblée d’états ne s’interposait entre le roi et les contribuables, il fallait dresser l’assiette de la crue de taille, fixer un terme de levée - sinon plusieurs - qui ménageait nécessairement un certain délai, et collecter les quotes-parts, toujours avec un manque à gagner et des arriérés de paiement ; quant aux aides, les fermiers en reversaient le produit aux dates déterminées par leur contrat de bail. La monarchie n’avait alors que deux solutions : l’emprunt ou - simple variante - l’avance de recettes par ses comptables. Confronté pour la première fois à la nécessité de trouver d’urgence les sommes dont on lui réclamait l’envoi, et souhaitant peut-être continuer à réserver une partie au moins du revenu disponible de l’impôt régulier à son grand dessein picard, Louis XI se résolut donc à contracter ses premiers emprunts depuis son avènement.

  • 43 Stein, p. 49. - Il s’agit du seul emprunt connu de Louis XI à un juif, au reste de Savoie (Gandilho (...)
  • 44 Nous ne savons si l’avance de Chevalier provenait de sa fortune personnelle - c’eût été alors un pr (...)
  • 45 Gilles, p. 63.
  • 46 Lettres, t. II, PJ n° 7, pp. 381-382.

25Le 17 décembre 1462, à l’époque de la seconde invasion du Roussillon, il se fit ainsi prêter à Tours 3 000 écus par le juif Melchior Socha pour l’entretien de 300 hommes d’armes43. De son côté Étienne Chevalier dut avancer 60 000 l.t. au trésorier des guerres, qui fit encore main basse sur les crédits annuels assignés à celui-ci sur la recette générale de Languedoc, d’un montant de 14 861 1. 17 s.t.44 De fait, les opérations de financement concernèrent essentiellement cette généralité, base arrière du théâtre des opérations, ce qui limitait les problèmes matériels de convoyage des fonds et abrégeait les délais. Dès l’automne de 1462 les marchands et gens aisés du pays furent conviés à un prêt de 20 000 l.t., dont la collecte fut assurée par un receveur des états ; c’est sur son produit que l’approvisionnement du château de Perpignan fut imputé le 1er décembre. Son remboursement fit l’objet d’une crue de taille, que le roi obtint de l’assemblée régionale en mars suivant45. De même, quand le receveur général de Roussillon parut défaillant dans le paiement de la solde de la garnison de Perpignan, Louis XI entendit le 5 juin que le général de Varye réassignât ailleurs les sommes en souffrance, c’est-à-dire dans son autre charge, le Languedoc.46

26Le rôle crucial que sa situation géographique conférait à ce pays dans le financement des campagnes catalanes contribue certainement à expliquer pourquoi la réforme fiscale y fut si tardive : il importait de ne pas compromettre les opérations militaires par des changements intempestifs. Quand les états s’étaient réunis en mars 1463 il n’avait pas été question de ce projet, à l’évidence déjà conçu, mais des crédits pour la guerre, dont l’emprunt avait en somme fait l’avance ; quand la réforme vint à l’ordre du jour en juillet suivant, l’armée de Catalogne avait repassé les Pyrénées et la conquête du Roussillon et de la Cerdagne était achevée. De même, il faut chercher là l’origine de la tutelle qu’exerceraient les gens des finances de Languedoc sur la nouvelle charge : depuis le début la grande généralité méridionale tenait sa voisine à bout de bras.

  • 47 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 98-99.
  • 48 Calmette, pp. 156, 159.
  • 49 . Éd. de Reilhac, t. III, PJ H, pp. XXV-XXVII.

27Il est certain en tout cas que la guerre ne se finança pas elle-même. Les tributs exigés des petites villes du Roussillon en juillet 1462 : 4 000 florins à Céret47, 100 écus à Argelès, 3 000 florins à Thuir, ou encore de Tarragone qui acquitta 4 000 florins - somme dérisoire pour cette cité - après sa capitulation le 2 novembre48, étaient un bien maigre butin à répartir entre les chefs et leurs hommes et ne pouvaient remplacer les convois de fonds venant du Languedoc, dont l’arrivée était si désespérément attendue. Après la soumission du Roussillon et de la Cerdagne, les confiscations ne furent pas plus lucratives. Il semble que le nouveau maître, soucieux de se concilier les élites locales, les avait limitées aux biens des Catalans d’outre-Pyrénées, et encore en avait-il donné une partie aux Perpignanais. Revenant là-dessus, il les céda toutes au comte de Candale en septembre 1464, à charge pour celui-ci d’honorer les 4 000 l.t. d’arriéré de solde des gens de guerre en Roussillon49 ; c’est dire, même si les termes de l’arrangement pouvaient être avantageux au donataire, que ces saisies étaient d’un faible profit.

  • 50 Calmette, pp. 168-169.
  • 51 Entre 1463 et 1466 (Contamine, Guerre, État et société, p. 292). - Les hommes d’armes et archers à (...)
  • 52 Lettres, t. II, pp. 107-108. — L’éditeur, Joseph Vaesen, n’a pu identifier ce personnage (note 1 pp (...)
  • 53 Cf. supra, p. 162.

28L’occupation des comtés catalans entraîna l’installation de l’administration française sous un lieutenant du roi aux gages annuels de 2 000 l.t., le comte de Candale précisément50, tandis que des mortes-payes y étaient postées en garnison51. La solde de la principale place, le fameux château de Perpignan, fut pour Louis XI un lancinant souci en 1463. Un capitaine commença d’évacuer les lieux en invoquant la pénurie d’argent, et le roi dut le lui interdire en affirmant qu’il avait fait payer ses gens52. Les ressources locales étaient d’un faible secours. Devant la rareté des recettes du pays le général de Varye avait dû assigner sur le « droit du general », c’est-à-dire sur le revenu affecté à sa propre rémunération, les gages d’avril et mai des 200 hommes de pied de Charles d’Oms, l’allié roussillonnais du souverain, cantonnés dans la place. D’Oms se plaignit néanmoins qu’ils n’avaient pas reçu la moitié de leur dû et le monarque, comme on l’a vu, dut écrire le 5 juin au receveur général Granier de verser tout ce qu’il avait perçu de ce droit et d’avertir sans délai de Varye afin qu’il pourvût au complément53. En septembre 1464, nous l’avons dit, les retards de paiement des gens de guerre dans le pays montaient encore à 4 000 l.t. quand le roi s’en défaussa sur son lieutenant.

29L’accroissement territorial qui résultait de l’annexion de fait du Roussillon et de la Cerdagne, au terme d’une campagne diplomatique et militaire d’une année à peine, constituait indéniablement l’un des plus grands succès du début du règne sur le plan politique. Au point de vue financier, il chargeait l’État royal d’un nouveau pays de marche, dont l’occupation et la défense coûteraient bien davantage que ses recettes ne produiraient, et dont l’éloignement causait au surplus de réelles difficultés de paiement.

3. Le désengagement des terres de Picardie.

  • 54 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 234-249.

30Au moment même où l’entreprise catalane arrivait à son terme, l’heure sonnait enfin pour le roi de réaliser le plus ambitieux de ses desseins, le rachat des terres engagées de Picardie. Le traité d’Arras, conclu le 21 septembre 1435, ne les cédait pas en effet purement et simplement au duc de Bourgogne, mais les lui engageait avec faculté de rachat au prix de 400 000 écus du temps, de 64 au marc de Troyes et de 24 carats - les mêmes que Louis XI, inversant les rôles, imposerait à Jean II -, ce qui ne faisait nulle différence en pratique, la monarchie française étant incapable de réunir une somme aussi colossale. Dès le 9 janvier 1449 Charles VII avait caressé le projet de récupérer ces pays sans bourse délier, en s’appuyant sur des lettres du 30 septembre 1435 par lesquelles Philippe le Bon avait accepté leur restitution sans indemnité, mais sous des conditions qui n’avaient pas été remplies. Après des manœuvres d’approche il chargea le 5 juin 1452 une ambassade d’entamer les négociations, mais dès le 21 août le duc se montra intraitable et les pourparlers avortèrent au bout de quinze jours. Selon Chastellain le roi aurait encore envisagé de lever une taille de 400 000 écus vieux pour procéder au rachat, mais le Parlement de Paris l’en aurait dissuadé54.

  • 55 Legeay, t. I, p. 338.
  • 56 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 132-133.
  • 57 Jassemin, note 3 p. 274.
  • 58 Il s’agit du fameux vœu du « banquet du Faisan », prononcé le 17 février 1454, et qui hanta Philipp (...)

31La question restait pendante à l’avènement de son fils, mais ce dernier était fermement décidé à mener l’affaire à bien. Dès la fin de 1461 il avait tâté le terrain auprès du comte de Charolais venu séjourner près de lui, mais devant la réaction hostile de son cousin il n’avait pas insisté55, comprenant que toute précipitation le desservirait. Il entreprit donc de travailler patiemment son oncle par le canal de ses appuis dans l’entourage ducal, les frères de Croy, qui déjà avaient vainement fourni leurs bons offices dix ans plus tôt. Les circonstances ne furent d’abord pas propices. Charolais, alarmé, se défiait et Philippe lui-même prenait selon la rumeur des mesures de dégrèvement fiscal pour raffermir la loyauté des Picards : le 31 octobre 1462 Bertrand de Beauvau informa ainsi son maître d’une nouvelle rapportée par Jean de Reilhac, selon laquelle le duc avait « remys et les imposicions et quatriesmes es paix qui [sic] tient en gaige », ajoutant : « il procède d’une grant malise qui vous pourroint tournez [sic] a grant inconvénient »56. De son côté Louis XI manifestait ses droits dans ces pays en chargeant la même année les gens des Comptes d’établir des gardes de péages domaniaux à Compiègne, mais aussi à Péronne et Roye57. En 1463 enfin le vent tourna. Exploitant peut-être les scrupules de conscience du vieux prince, dont les facultés déclinaient et qui se tourmentait de n’avoir pas respecté son vœu de croisade58, le roi obtint son accord pour la restitution des terres picardes contre remboursement, ainsi qu’il s’y était engagé sur sa foi à Arras.

32Avant même que l’arrangement fût officiel, Louis XI commença à préparer l’énorme paiement depuis la frontière de Castille où il était allé rencontrer Henri IV Le 19 mai, regagnant le Nord à bride abattue, Étienne Chevalier écrivit de Saint-Jean-d’Angely à Jean Bourré que le monarque les avait choisis avec l’amiral de Montauban pour porter au duc les 200 000 premiers écus du rachat. Chevalier n’avait pas caché à son maître « qu’il estoit impossible que il peut faire payement a mondit sieur de Bourgogne desdits deux cens mil escus » : en fait de fonds disponibles le vieil homme de finance ne voyait guère que 35 000 l.t. de crédits du trésorier des guerres, « mais c’estoit argent qui se devoit recevoir au long de l’an », et une rentrée à venir de 10 000 l.t. qui n’arriverait pas à temps non plus.

  • 59 BN, ms. fr. 20 488 f° 92 ; Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 399-401.
  • 60 Lettres, t. II, pp. 119-120.

33Louis XI ne voulut rien entendre. Il rétorqua qu’il y aurait bien moyen de disposer promptement de ces sommes, et que pour le reste il se fiait au zèle aussi bien qu’au crédit des gens de ses finances, à commencer par Bourré à qui son correspondant rapportait la réponse royale : « puisqu’il y a bon fonds, il sçait bien que ne luy faudrez point et que vous luy presterez ce que vous avez, et aussi que nous trouverons des gens a Paris qui nous presterons [sic] ; et pour abreger, c’est tout ce que j’en ay pu tirer de luy ». Sur quoi, le souverain avait expédié Chevalier et Montauban sans leur laisser le temps de se retourner. Le premier avait emmené avec lui le trésorier des guerres Antoine Raguier « pour faire toute diligence possible de recouvrer argent », et comptait déjà récupérer quelque 25 000 l.t. dans les caisses à Tours ; il priait Bourré de le rejoindre au plus vite à Paris, nanti de tout ce qu’il pourrait avancer, « afin que puissions besogner ensemble et adviser les voyes et manieres que aurons a tenir pour parvenir a la fin a quoy le roy tient »59. A la même époque le souverain, encore à Bayonne, priait un inconnu de remettre à Chevalier et Bourré 3 000 écus en prêt60.

  • 61 Ibid., pp. 125-127. - Les tiercements et doublements consistaient à revenir sur l’adjudication init (...)
  • 62 Lettres, t. X, Supplément, pp. 195-196.
  • 63 Pilot de Thorey, n° 1 937, t. II, Supplément, pp. 411-412. - C’est à notre connaissance la seule fo (...)

34Le roi était aussi à l’affût de la moindre disponibilité dans ses finances : le 25 mai, sur le chemin du retour, il demandait pour la troisième fois à Bourré de l’informer au plus vite du montant des tiercements et doublements en Languedoïl et Outre-Seine ainsi que des charges déjà assignées dessus, et de chercher s’il n’y avait pas en Normandie quelques fonds à grappiller61. Peut-être est-ce dans le même esprit qu’il avait ordonné vers le début de l’année au vieux clerc des Comptes Pierre Amer, qu’on lui disait avoir « fort vacqué et traveil[lé] a visiter les chambres anciennes de nostredicte Chambre des Comptes et mettre en ordre les viez estaz estans en icelle », de rechercher dans les archives les vieilles créances de la Couronne et de venir lui en faire son rapport62. Peut-être n’est-ce pas non plus pure coïncidence si le 2 juillet les juifs de Dauphiné étaient contraints à une composition de 1 500 écus pour avoir pratiqué l’usure, médit de Louis et fréquenté ses ennemis durant son exil63. Manifestement, en mai le souverain avait cru la transaction imminente, mais il lui fallut patienter quelques mois encore, ce qui du moins lui procura un sursis dans sa quête d’argent.

  • 64 Legeay, t. I, p. 340.
  • 65 Ord., t. XVI, pp. 55-56 ; Lettres, t. II, pp. 144-145.
  • 66 BN, ms. fr. 6 544 p. 21 ; cf. PJ n° II.
  • 67 Borrelli de Serres, t. III, pp. 167, 203-205.

35Lorsqu’enfin la convention de rachat fut conclue à Paris le 20 août 146364, Louis XI disposait de la moitié des 400 000 écus requis, qu’il expliquait avoir « trouvé moyen d’avoir et prendre de nostre propre Espargne »65. Précision pleine d’intérêt : ainsi le roi avait ressuscité le service de l’Épargne, supprimé par la réforme de 1420, pour lui confier les fonds qu’il réservait au rachat des terres engagées. Cette caisse spéciale paraît en fait être restée officieuse. Nous constatons en effet que le souverain fit procéder aux paiements par Chevalier « des deniers de son Tresor »66 : les sommes réunies en vue de l’opération étaient donc formellement versées aux finances ordinaires, où elles devaient alimenter un fonds à part sous la responsabilité de ce trésorier. Comme sous Charles VI, l’Épargne de Louis XI, dont le nom n’apparut jamais que sporadiquement, fut à l’origine abondamment pourvue afin de financer la grande politique ; par la suite, elle devint le modeste réceptacle de disponibilités récupérées à l’occasion par le roi67.

  • 68 Des lettres royaux du 25 mai 1463 évaluaient à 326 181 écus neufs 22 s. 6 d.t. les 300 000 écus vie (...)
  • 69 Cf.infra, p. 172.
  • 70 Cf.infra, p. 188.
  • 71 Cf. supra, p. 60.

36Il est douteux que les emprunts individuels et les raclages de fonds de tiroirs des mois précédents aient pu à eux seuls fournir une somme de 200 000 écus ; c’est pourquoi nous pensons qu’elle résultait d’un effort entrepris depuis l’avènement du monarque, et que les mesures d’économie qui avaient tant frappé les contemporains en 1461 trouvent là leur explication. A raison d’une livre et demie l’écu vieux68 ce trésor de guerre, s’il était exprimé dans la même monnaie que le prix du désengagement, aurait représenté quelque 300 000 l.t. ; il semble bien cependant qu’il se soit agi en fait d’écus neufs69, montant à 275 000 l.t. Or, dans les deux premières années du règne les recettes de l’État royal, qui n’avaient pas changé depuis la mort de Charles VII, avaient dû totaliser quelque 3 600 000 l.t. : l’effort d’épargne de Louis XI aurait ainsi ponctionné le douzième ou le treizième de ses revenus. Il est vrai qu’une partie de ce pécule provenait des récents emprunts, mais d’autre part les fonds économisés avaient probablement été écornés par la politique catalane, notamment par le prêt de 50 000 écus neufs à Jean II s’il avait existé, et plus certainement encore par le versement au roi René de 60 000 l.t. « sur le Trésor » par le même Chevalier en janvier 146270, alors que le revenu net du Domaine ne dépassait sans doute pas 50 000 l.t. l’an71.

  • 72 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 394-395 ; Ord., t. XVI, pp. 55-56 (20 août 1463). — Selon (...)
  • 73 Ord, t. XVI, pp. 57-58.
  • 74 Ibid., pp. 56-57. - Le Parlement avait remis à Colombel 48 700 réaux, 5 600 écus et 745 l.t. en esp (...)

37Le souverain ne perdit pas de temps pour rassembler la seconde moitié du montant convenu. Arrivé à Paris le jour même de l’accord de désengagement, il commit sur-le-champ le chancelier Pierre de Morvilliers, son prédécesseur Guillaume Jouvenel des Ursins, le président des Comptes Bertrand de Beauvau, le bailli de Sens Charles de Melun et les trésoriers Bérard et Chevalier à emprunter en son nom les consignations du Parlement, du Châtelet, des Requêtes de l’Hôtel et du Palais et les dépôts remis à divers marchands et changeurs de la ville « comme en main de justice ». Ce procédé, expliquait-il, lui permettrait de réunir la Picardie au Domaine conformément au serment de son sacre et à l’intérêt du royaume « sans grans griefs et oppressions de noz subgetz, lesquelz de tout nostre pouvoir desirons relever desdictes oppressions »72, c’est-à-dire sans une levée de taille dont l’inconvénient à ses yeux était surtout la lenteur. Il s’empressa d’ailleurs de fournir des garanties. Ayant chargé le 25 août le commis au paiement des gages du Parlement, Guillaume Colombel, d’assurer la recette de ces sommes, il lui donna pour consigne de rembourser d’abord les dépôts, puis les autres prêts sur les assignations qui lui seraient faites à cette fin, sans obéir aux lettres royaux qui détourneraient ces crédits de leur objet73. Le même jour il s’engagea « en parolle de roy » à faire restituer en priorité par Colombel les 81 495 l.t. confiées par le Parlement74.

  • 75 Éd. Garand & Samaran, loc. cit. - Ces demandes montaient à mille, deux mille, davantage ou moins se (...)
  • 76 Ibid, pp. 124-125 ; cf. supra, p. 148.
  • 77 BN, loc. cit. ; cf. PJ citée. - Il s’agit du futur beau-père de Philippe de Commynes.
  • 78 Gandilhon, p. 345.

38Louis XI multiplia donc les emprunts. Au témoignage de Thomas Basin, il écrivit aux prélats du royaume pour solliciter des prêts conséquents, d’un montant proportionné à leur richesse estimée75. Cette mobilisation financière du clergé supposait que la monarchie eût quelque idée des biens ecclésiastiques, et l’évêque de Lisieux n’a peut-être pas tort de la rapprocher de l’enquête lancée un mois plus tôt par les gens des Comptes pour mieux les apprécier76. Basin signale encore, mais sans plus de détail, des emprunts à de riches bourgeois et aux villes. De fait Colombel, on l’a vu, était aussi chargé de recueillir des prêts ; il reçut ainsi 2 200 écus du sire de Montso-reau, Jean de Chambes (ou de Jambes), qui eut assez de faveur pour en être remboursé sur les fonds mêmes confiés à Chevalier77. Des particuliers furent encore mis à contribution à Rouen78, mais l’urgence ne permit pas de pousser la quête de pécune trop loin de Paris, où elle était centralisée, et des frontières du nord où se ferait le paiement : Louis Caillet ne signale rien de semblable dans une place financière telle que Lyon.

  • 79 Lettres, t. II, pp. 144-145, note 1 pp. 146-147.
  • 80 Ibid, p. 158.
  • 81 Ord.,t XVI, pp. 100-101.
  • 82 Ibid, pp. 122-124.

39Enfin, Louis XI réservait dans ses plans un rôle spécial à Tournai, concernée au premier chef par une opération qui devait sinon la désenclaver, du moins la rapprocher des terres royales ; au reste, comme nous le verrons, il espérait alors agrandir cette enclave. Le 23 août il lui dépêcha l’ancien général Pierre d’Oriole, avec mission d’en obtenir un prêt de 30 000 écus79. C’était une somme considérable, et il est peu probable que le roi ait fait des démarches semblables auprès d’autres villes ; aussi bien la situation des Tournaisiens, isolés au cœur du territoire bourguignon, était-elle unique. Les habitants temporisèrent apparemment et il paraît bien que le rachat des terres engagées dut être effectué sans leur contribution, car nous trouvons que le 24 octobre le souverain leur envoya à nouveau d’Oriole. La demande avait été ramenée à 20 000 écus. Ne pouvant se dérober plus longtemps, les consaux de la ville décidèrent de députer une ambassade au monarque pour lui remontrer les grandes charges de Tournai et s’en remettre à sa volonté80. La décision de Louis XI était prise néanmoins, car le jour même où les édiles recevaient son second message, le 3 novembre, il rendait des lettres pour défendre contre les fraudeurs la fiscalité tournaisienne que, disait-il, la cité avait dû alourdir pour fournir le prêt : il considérait déjà celui-ci comme acquis81. De fait, Tournai dut s’exécuter car le roi intervint à nouveau le 29, cette fois pour assujettir ses officiers aux impôts municipaux82.

  • 83 BN, ms. fr. 23 262 f° 18.
  • 84 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 118-119.
  • 85 Sée, p. 128.

40Tous ces emprunts devaient permettre de réunir le troisième quart du paiement. C’est dans la caisse du trésorier des guerres que le souverain puisa le complément. Les 100 000 écus vieux qui lui manquaient représentaient quelque 150 000 l.t., somme qu’il était tentant de rapprocher de la solde trimestrielle des gens d’armes qui, à 31 l.t. par lance et par mois pour un peu plus de 1 700 lances, montait à 160 000 l.t. environ. Le monarque décida donc de retenir le quartier de solde du troisième trimestre, qui aurait dû être mis en paiement à partir de septembre, « pour fournir au desengaigement et rachapt de ses terres de Picardie »83. Ainsi, par un suprême effort d’économie, les coupes sombres dans le budget de la monarchie assureraient aux trois quarts le financement de l’opération, et les emprunts aux institutions, au clergé, aux villes ou aux particuliers un quart seulement. Bien que le versement de leurs gages fût reporté et non purement et simplement annulé, l’on imagine sans peine la réaction des gens de guerre devant une telle mesure. Toute cette collecte de fonds, dans la brutalité de son urgence, n’alla pas sans quelques vagues. Basin évoque les protestations de certains prélats et parlementaires,84 Chastellain la grogne des Parisiens85. Louis XI passa outre : l’importance de l’objectif justifiait à ses yeux tous les sacrifices.

  • 86 Legeay, t. I, p. 340.

41Tant d’énergie permit en tout cas de rassembler la totalité des fonds avec une remarquable célérité. Un mois et demi après l’accord de désengagement, le duc de Bourgogne avait reçu l’intégralité des 400 000 écus. Le 27 septembre, quinze jours après le premier versement, Louis XI rencontra son oncle à Hesdin et lui proposa encore 200 000 écus pour racheter également Lille, Orchies et Douai. Une telle acquisition aurait considérablement étendu l’enclave de Tournai vers le sud et l’ouest et créé une véritable petite Flandre royale au beau milieu des Pays-Bas méridionaux, entre Flandre bourguignonne, Hainaut et Artois ; ce dernier pays en particulier se serait trouvé pris en tenaille entre ce fort réduit flamand et la Picardie recouvrée. On comprend dès lors l’importance de l’offre du roi, décidé à pressurer jusqu’à l’extrême ses sujets pour pousser l’avantage le plus loin possible, et l’on peut penser qu’une nouvelle collecte de cette ampleur, venant aussitôt après la première, aurait sans doute rencontré des difficultés beaucoup plus grandes. Mais le vieux duc n’avait garde d’enfoncer une telle épine au flanc de ses États et n’était pas disposé à davantage de concessions : il affirma sa volonté de maintenir l’intégrité de l’héritage de Philippe le Hardi86.

42L’arrangement fut donc exécuté ainsi qu’il avait été d’abord convenu. Une bonne fortune nous a conservé un document d’un exceptionnel intérêt, le rôle original du rachat des terres picardes effectué en septembre et octobre par le trésorier Chevalier, signé dès le 8 novembre par Louis XI. Fait unique à notre connaissance dans la comptabilité royale de ce temps, cette pièce n’est pas libellée en livres tournois ou parisis mais en écus, le montant à payer ayant été défini sous cette forme. Il ne s’agit pas d’un compte à proprement parler mais d’un simple état de dépenses, si bien que le détail de la provenance des recettes nous échappe malheureusement. Tel quel, il n’en apporte pas moins un éclairage inestimable sur les aspects matériels de l’opération.

43Le traité d’Arras avait autorisé un règlement en deux termes égaux, le duc de Bourgogne conservant les terres engagées et leurs revenus jusqu’à complet paiement. Philippe le Bon accorda encore à son neveu de recevoir 200 000 écus neufs au lieu d’écus vieux en premier paiement. Cette concession qui, au cours attribué à l’écu vieux dans la transaction, ramenait de 618 489 1. 11 s. 8 d.t. à 584 244 1. 15 s. 10 d.t. le prix du désengagement, équivalait à une remise de 5,5 %. Il fallait donc porter en deux fois au duc 200 000 écus neufs et autant d’écus vieux, somme convertie en 424 905 écus neufs d’au moins 22 carats et demi d’aloi et de 72 au marc, ce qui représentait en théorie une masse de 1 444,4 kilogrammes d’or, dont 1 354,1 au moins d’or fin.

  • 87 Le Blanc paraît avoir été spécialisé dans les convoyages : le 10 septembre 1468 le roi ordonna son (...)

44On ne peut manquer d’être frappé de la modestie des moyens matériels que nécessita une entreprise aussi considérable. Un seul chariot, mené par deux charretiers et tiré par huit chevaux tout de même (à moins que les bêtes n’eussent été attelées par quatre en alternance), suffit à la mener à bien en deux voyages. Il avait donc transporté en principe 679,9 kilogrammes de métal précieux au premier tour, puis 764,5 au second. C’est à un canonnier de l’artillerie royale, Antoine le Blanc, requis sans doute pour ses compétences en matière d’attelage lourd, qu’avait été confiée la conduite du convoi, qu’il accompagnait à cheval avec un aide87.

  • 88 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 392-394 (sans date, août).
  • 89 Les gages des archers de la grande ordonnance étaient de 7 1. 10 s.t. par mois (Contamine, Guerre, (...)

45Les instructions de Louis XI à Étienne Chevalier pour le premier voyage prévoyaient que cinquante lances de la compagnie du bailli d’Évreux Jacques de Floques l’accompagneraient de Paris à Beauvais, où elles seraient renforcées jusqu’à Eu par autant de lances de la compagnie du maréchal Rouault88. Sans doute en alla-t-il de même la deuxième fois, à moins que le roi ait alors cru pouvoir réduire l’escorte ; en tout cas cinquante-cinq archers du bailli d’Évreux, qui apparemment n’étaient pas du premier voyage, reçurent pour le second 2 1. 15 s.t. en deux écus sur les fonds mêmes de Chevalier, maigre viatique en attendant les 22 1. 10 s.t. de leur solde du trimestre89 dont le paiement, on s’en souvient, avait été reporté. Peut-être ces hommes furent-ils favorisés pour une raison qui nous échappe ; peut-être le reste de la troupe reçut-il cette prime d’une autre caisse. Toujours est-il que, même si les régions traversées étaient sûres et même si les Bourguignons avaient certainement pris leurs dispositions de leur côté, on ne peut, là encore, qu’être étonné du modeste appareil de sécurité qui entourait le convoi : une ou deux demi-compagnies, peut-être moins encore dans la dernière phase, veillaient sur une somme égale au tiers des revenus annuels de l’État royal.

  • 90 Commynes / Lenglet du Fresnoy, loc. cit.
  • 91 Ibid., p. 395 (analyse).

46Selon ses instructions, Chevalier devait quitter la capitale avec le premier chargement le 24 août, remettre des lettres de créance du roi au comte d’Eu et déposer provisoirement l’argent dans sa ville, aux portes de la Picardie, avant de se rendre auprès du duc de Bourgogne pour prendre ses ordres90. En fait la reconstitution du calendrier des opérations montre que le premier convoi, réunissant les 200 000 écus neufs dont nous avons vu qu’il s’agissait des fonds de l’Épargne, dut partir sans tarder de Paris vers le 20 août et gagner Eu, à quelque 150 kilomètres de là, vers le 25 ; il y patienta seize jours, attendant que Philippe le Bon, à qui l’on avait dépêché un messager, indiquât où et à qui remettre l’argent. La réponse arrivée, il prit la route d’Abbeville, distante d’une trentaine de kilomètres, où les gens des finances du duc en prirent possession ; le 12 septembre ce dernier en donna quittance depuis Hesdin91.

  • 92 Ibid.

47Peu de jours suffirent au convoi, qui roulait désormais à vide, pour rentrer à Paris où il dut arriver au milieu du mois. Il s’y tint prêt à repartir à tout moment, puisque ces journées d’intermède paraissent incluses dans les vacations des charretiers. Enfin, il quitta de nouveau la capitale vers le 1er octobre avec une escorte peut-être allégée et les 200 000 écus vieux du second chargement, constitués cette fois des emprunts et du troisième quartier de solde de l’ordonnance, et se rendit directement à Abbeville. Le duc, toujours à Hesdin, délivra le 8 sa dernière quittance, par laquelle il s’engageait à restituer la Picardie à son neveu le 1er novembre92, et le charroi retourna à Paris où il parvint vers le 10 octobre. Ces opérations avaient pris cinquante-deux jours au total ; tout au long, des estafettes allant et venant entre le convoi et Louis XI avaient tenu le souverain constamment informé de leur déroulement.

48Gardons-nous cependant de nous laisser abuser par la fallacieuse impression d’homogénéité que peuvent donner les sommes exprimées par commodité en monnaie de compte, ou même en espèces réelles comme les écus, dans les documents du temps. Celles-ci ne doivent pas nous dissimuler le caractère extrêmement disparate qu’elles présentaient concrètement, posant aux manieurs des fonds publics comme aux autres de délicats problèmes pratiques. L’incident qui éclata lors de la réception du premier versement par les financiers de Philippe le Bon a le mérite de nous le rappeler.

  • 93 Finance et fiscalité au bas Moyen Âge, éd. Jean Favier, tableau pp. 56-57.
  • 94 Ibid., p. 68. - Il ne saurait s’agir ici du philippus ou ridder frappé par Philippe le Bon depuis 1 (...)

49Ces 200 000 écus neufs se composaient en fait d’espèces toutes d’or certes mais fort diverses, françaises ou étrangères et parfois très anciennes, dont l’appréciation opposa les techniciens des deux princes. Les gens du duc repoussaient ainsi le cours fixé par leurs homologues pour 1 442 saluts remontant au temps du régime anglo-bourguignon. Les Français prétendaient en outre leur faire accepter au poids tout un assortiment de vieux écus et grands moutons datant de la même époque93 et d’écus de Philippe rescapés du règne du premier Valois94, en tout quelque 2 900 pièces pesant 47 marcs 4 onces, soit 11,6 kilogrammes. Au prix du métal les gens du roi estimaient ce lot à quelque 4 750 l.t., alors que leurs collègues ne voulaient les prendre que pour un réal pièce, soit 4 350 l.t. environ. Les Bourguignons se plaignaient en effet qu’on leur fît par ailleurs recevoir pour autant d’écus neufs quelque 2 500 écus de Toulouse et des écus de Savoie, qui ne les valaient pas, et menaçaient de les refuser.

  • 95 BN, ms. fr. 6 544 p. 21 ; cf. PJ n° II.

50Il fallut transiger : les experts de Philippe cédèrent sur le dernier point, ceux de Louis sur le précédent. Régulièrement tenu au courant comme on l’a vu, le roi, conscient qu’il ne pouvait se montrer trop âpre après avoir déjà obtenu un rabais de 11,1 % sur le premier paiement, et peu soucieux surtout de voir l’entreprise achopper sur un détail technique, s’empressa d’approuver ce compromis qui lui causait un préjudice dérisoire de 347 écus neufs, moins de 0,1 % des sommes enjeu95. La leçon avait porté : le second versement se déroula sans litige bien que ces fonds, hâtivement réunis au moyen d’expédients divers, fussent sans doute plus composites encore que les premiers.

51Il s’agissait à présent pour le souverain de régler ses dettes. C’est par une crue de taille qu’il entendit restituer aux gens de guerre leur quartier de solde. Certes c’était le rôle de l’impôt direct de pourvoir au paiement de l’armée royale ; reste qu’il n’était plus question à présent du souci du monarque d’épargner son peuple, qui en définitive allait acquitter une seconde fois ce fameux trimestre. Il souhaita en tout cas associer ses sujets à cette mesure. Sans aller jusqu’à convoquer des états généraux qu’il craignait sans doute de ne pas maîtriser, il eut recours pour la seule fois de son règne à une procédure originale afin de recueillir le plus large consentement : la réunion d’états régionaux dans tout le royaume. L’ère des expériences n’était pas close.

  • 96 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 395-398 pour la Seine-et-Yonne ; Legeay, t. I, pp. 341-34 (...)
  • 97 Tyrrell, p. 120, Appendice A, p. 142.
  • 98 Éd. de Reilhac, t. I, p. 152.
  • 99 Ibid., p. 151 ; Lettres, t. II, pp. 156-157.
  • 100 La participation de la sénéchaussée des Lannes au moins est avérée (Gandilhon, p. 101 ).

52Les cadres de la consultation furent les généralités de Normandie et de Languedoc, pays d’états, et celle de Seine-et-Yonne, agrandie à la Picardie, tandis que la vaste charge de Languedoïl était divisée en cinq zones : le Nord, avec les élections de Chartres, Châteaudun, Vendôme, Blois et Orléans96 ; le Centre-Ouest, avec le Maine, l’Anjou, la Touraine, le Poitou, la Saintonge et l’Angoumois97 ; la « France centrale » d’Antoine Thomas, avec le Limousin haut et bas, la Marche, la Combraille et le Franc-Alleu, étendue au Périgord, au Quercy et au Rouergue98 ; le Centre-Est, avec les élections de Gien, Nevers, Château-Chinon, le Berry, le Bourbonnais, l’Auvergne haute et basse, le Forez, le Beaujolais et le Lyonnais99 ; et sans doute le Sud-Ouest100. Les 100 000 écus furent répartis entre ces circonscriptions.

  • 101 Commynes / Lenglet du Fresnoy, loc. cit.
  • 102 Tyrrell, note 163 p. 120.
  • 103 Éd. de Reilhac, t. I, p. 152.
  • 104 Lettres, loc. cit. ; Caillet, p. 176.
  • 105 Lettres, t. II, pp. 155-156.
  • 106 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497 ; Gilles, p. 65.

53Dans chacune d’elles Louis XI chargea des commissaires de réunir une assemblée d’états pour requérir en son nom le vote de la quote-part qui lui était assignée. L’évêque de Langres, Guillaume Jouvenel des Ursins, le receveur général Mathieu Beauvarlet et le secrétaire Antoine d’Isome furent ainsi mandatés Outre-Seine le 2 novembre101, le procureur du roi au Parlement de Toulouse Jean Dauvet et d’autres dans le Centre-Ouest102, l’évêque de Limoges et le seigneur des Cars dans le Centre103, l’évêque de Clermont, le sire de la Tour d’Auvergne, le « bailli » de Lyon François Royer et le secrétaire Jean de Reilhac dans le Centre-Est. Dès le 23 octobre, le roi avait mandé aux Lyonnais d’envoyer des députés aux jour et lieu que fixeraient ses représentants104. Le même jour il convoqua les états des terres désengagées pour le 15 novembre à Abbeville, sous prétexte de recevoir leur hommage105 ; on l’a vu, elles allaient être invitées à participer à leur propre rachat avec la Seine-et-Yonne. Le lendemain il ordonna en revanche d’autorite la levée de la taille en Languedoc106 : si l’assemblée normande devait sans doute voter sa contribution dans sa session annuelle, il n’était pas question de réunir sa consœur méridionale pour la troisième fois en sept mois.

  • 107 Lettres, t. II, note 3 p. 157 ; Caillet, loc. cit.
  • 108 Tyrrell, loc. cit.
  • 109 Aid., Appendice A, p. 142.

54Les assemblées ne purent être réunies avant la fin de l’année. Ce n’est que le 24 novembre que les commissaires royaux convoquèrent les états du Centre-Est, pour le 20 décembre107, et ceux du Centre-Ouest ne siégèrent pas avant le 10 janvier. Les sessions semblent avoir été brèves et de modeste ampleur : un seul délégué représentait les trois états du Poitou à la dernière assemblée, qui paraît n’avoir duré qu’un jour. Les représentants du roi y invoquèrent les grandes dépenses qu’avait supportées le souverain pour l’agrandissement du royaume en Roussillon et en Picardie et mentionnèrent le montant total de la taille demandée au royaume, faisant montre d’une transparence tout à fait inhabituelle, mais ne paraissent pas avoir précisé qu’elle était destinée à rembourser les gens de guerre108. Les députés votèrent enfin leur part d’une somme qui devait en fait dépasser les 100 000 écus officiellement avoués, et que nous supposons égaler les quelque 160 000 l.t. du quartier de solde (tableau 6) ; ce ne fut d’ailleurs pas sans plaintes sur la lourdeur de la fiscalité et sans demandes de baisse des impôts, ce qui dut conforter la défiance du roi envers la tenue d’états généraux109.

  • 110 Cf. supra, p. 135.
  • 111 Pilot de Thorey, n° 1 381, t. II, p. 55.
  • 112 Ibid., note 3 pp. 55-56 (lettre à Pierre Gruel, président du Parlement de Grenoble, 16 novembre).

55L’effort particulier demandé à la Picardie même et aux élections d’Outre-Seine, les plus directement concernées par le report de la frontière bourguignonne plus au nord, nous révèle à nouveau un lien entre proximité géographique et degré de mise à contribution des pays du royaume. A contrario, la faible participation du Sud-Ouest n’est pas pour nous étonner. Quant à celle du Languedoc, elle s’explique par la forte implication de ses ressources en Roussillon ; n’oublions pas au reste que la récente abolition générale venait de permettre au roi d’en obtenir 18 000 l.t.110 Le Dauphiné lui-même fut indirectement mis à contribution : le 13 novembre Louis XI imposa outre-Rhône une crue de taille pour financer un don de 4 000 l.t. au comte de Foix111, arguant des « très grans charges que ont a supporter noz subgietz de par deçà »112.

  • 113 BN, ms. fr. 23 262 f° 23.

56Ainsi, les gens de guerre durent faire preuve de patience et attendre que la taille de 1464 rentrât dans les coffres pour être enfin payés de leur quartier. Encore furent-ils moins heureux que les cours de justice parisiennes, car le souverain n’hésita pas à détourner vers d’autres emplois le produit de lacrue : une partie d’un nouveau don à Gaston IV fut expressément assignée sur ces fonds en Normandie113. L’armée n’était pas encore l’enfant chéri du régime, et les désertions du début de la guerre du Bien public allaient bientôt mettre en évidence le malaise qui y régnait.

57

  • 114 Legeay, loc. cit. pour la Seine-et-Yonne ; Louis XI ordonna à ses commissaires d’y requérir le vote (...)

Tableau 6 : Contributions des états régionaux de 1463-1464114 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 6 : Contributions des états régionaux de 1463-1464114 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Hypothèse.

  • 115 Lettres, t. VI, note 2 pp. 315-316. - Vaesen a dû lire trop rapidement les Pièces originales qu’il (...)
  • 116 Gandilhon, pp. 313-314.

58Pour rembourser les 100 000 autres écus qu’il avait empruntés, Louis XI comptait en partie sans doute sur la poursuite de sa politique d’austérité, qui avait permis chaque année de dégager à peu près ce montant sur les finances royales. Le prix de l’amnistie languedocienne fournirait un complément apprécié. Afin de pourvoir plus sûrement à la restitution des sommes confiées à Guillaume Colombel, le monarque habilita son commissaire à soumettre pendant deux ans, là où il le jugerait utile, les marchands de sel à une avance de 4 l.t. par muid déposé dans les greniers depuis le 1er octobre. Colombel, qui en sa qualité de receveur des gages du Parlement avait souvent eu à recouvrer ses fonds dans les greniers de Seine-et-Yonne, était rompu à un tel exercice. Il étendit la mesure selon ses besoins, le 6 novembre à Honfleur, le 20 décembre à Caen, le 15 septembre 1464 encore à Rouen115. La Normandie n’était pas seule touchée : Tours, qui jouissait du monopole de l’approvisionnement de son grenier, y fut aussi assujettie. C’était substituer un emprunt à un autre, mais en déchargeant cette fois le roi du remboursement, dont les consommateurs feraient les frais. Plutôt que de leur imposer directement une surtaxe qui ne pourrait être perçue qu’à mesure des ventes, la monarchie préférait en somme exiger une avance des négociants, capables grâce aux importants bénéfices de leur trafic de fournir l’argent sans délai116.

  • 117 Éd. de Reilhac, t. I, p. 186.

59Relevons enfin pour l’anecdote que cette quête de disponibilités tourna à l’occasion à une véritable chasse au trésor. Dans l’année qui suivit le recouvrement de la Picardie Louis XI envoya aux frais de sa Chambre Jean de Reilhac, qui disposait on ne sait comment de renseignements intéressants, « conduire certaines gens au Crotoy pour montrer au chastel dudit Crotoy la place ou pieça fust mucié certain trésor appartenant au roy »117. Nous ne savons quel fut le résultat de cette expédition.

4. Le Domaine au service de la politique royale.

  • 118 Legeay, t. I, pp. 296-297 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 255 ; Lettres, t. IV, note 1 pp. 274-275.
  • 119 Ord, t. XV, pp. 496-497. - Ce florin valait 22 s. 6 d.t. au cours légal en 1466 (ibid, t. XVI, pp. (...)
  • 120 Jassemin, note 2 p. 209. - Nous nous demandons toutefois s’il ne s’agit pas là en fait du simple en (...)

60Louis XI ne manquait pas d’invoquer, pour justifier le coût de ses desseins en Roussillon et en Picardie, la restauration ou l’agrandissement du patrimoine de la Couronne. De même, le 26 janvier 1462, il avait contraint le dernier vicomte de Thouars Louis d’Amboise à lui céder ses terres contre leur usufruit à vie, une pension et un versement de 100 000 écus qui ne fut que partiellement effectué118. Le 8 juin suivant il avait encore placé sous sa sauvegarde, comme son père avant lui, la cité de Toul dans l’Empire, qui acquitterait une redevance annuelle de 400 florins du Rhin au receveur du bailliage de Chaumont119. Pour autant, malgré une nouvelle révocation générale des aliénations le 3 février 1462 — qui, à cinq mois de distance, accusait assez l’inefficacité de la première120 —, le roi n’hésitait pas à sacrifier le Domaine aux besoins de sa politique.

  • 121 Pilot de Thorey, n° 1 934, t. II, pp. 410-411.
  • 122 Lettres, t. X, Supplément, pp. 185-187.
  • 123 Ibid, pp. 447-449.
  • 124 Pilot de Thorey, t. II, note 2 pp. 328-330.

61Recherchant l’entente avec Pie II, il décida ainsi de faire droit à une vieille revendication du Saint-Siège et le 7 janvier 1462 envoya l’évêque d’Arras Jean Jouffroy abandonner au pape en son nom le Diois et le Valentinois à l’est du Rhône121. Pierre Gruel, président des Comptes du Dauphiné, et Pierre de Champ, lieutenant du gouverneur, furent chargés le 30 novembre d’en mettre le mandataire pontifical en possession122, mais les Dauphinois s’opposèrent farouchement à cette cession. Un an après, le 21 novembre 1463, le monarque enjoignait une fois encore à Gruel, devenu président du Parlement de Grenoble, de remplir sa mission123. Celui-ci finit par s’exécuter le 14 août 1464, mais la nouvelle politique romaine de Louis XI s’accordait alors aux intérêts dauphinois et cet acte tardif ne fut pas suivi d’effet124.

  • 125 Ord, t. XV, pp. 482-486, 486-487, 487-489. - Le Parlement de Toulouse résista au don de Lavaur et G (...)

62Le Domaine fit également les frais de la politique catalane. Désirant à toute force se gagner Jean de Foix, captai de Buch et comte de Candale, membre de la puissante Maison pyrénéenne au service d’Henri VI d’Angleterre, qui faillit être le dernier capitaine anglais de Calais et fut le premier lieutenant royal français en Roussillon, Louis XI pactisa avec lui le 17 mai 1462. Le roi s’engageait à lui restituer les terres que son père et lui possédaient au moment de la première reconquête de la Guyenne et à l’indemniser des biens qu’il perdrait outre-Manche, en particulier par le don du comté de Lavaur et de la ville de Giroussens en Languedoc pour un revenu de 2 000 l.t. L’exécution de ces clauses fit l’objet le même mois de deux lettres de don125.

  • 126 Ord., t. XV, pp. 667-669, 669-672 (les lettres de don de Mauléon ne sont pas éditées). -L’arbitrage (...)
  • 127 Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55.

63Par ailleurs, ayant rendu entre les rois de Castille et d’Aragon un arbitrage qui lésait les droits du couple comtal de Foix en Navarre, Louis XI l’en dédommagea le 24 mai 1463 par le Roussillon et la Cerdagne, passant outre, précisait-il, aux interdictions d’« aliener aucune chose de nostre Domaine » dans lequel il incluait donc explicitement les comtés catalans, ainsi que par la vicomte de Mauléon-de-Soule. Donations de pure forme : le roi n’avait nulle intention de se défaire de la terre pyrénéenne récupérée à son avènement, et moins encore de ses récentes conquêtes. Le jour même, exposant qu’il ne pouvait « pour certaines causes » les remettre à ses cousins pour l’heure, il leur engagea en échange la sénéchaussée de Carcassonne avec tous ses revenus ordinaires pendant deux ans126, ce qui représentait tout de même le tiers du Languedoc. En fait Gaston IV n’en prit pas davantage possession, l’arbitrage espagnol étant resté lettre morte127.

  • 128 Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55.
  • 129 Ibid., t. XV, note (a) p. 138. — Charles VII avait fait préparer l’arrière-ban dauphinois en vue de (...)
  • 130 Ord, t. XV, pp. 439-440.
  • 131 Lettres, t. II, pp. 43-44. — Au deuxième trimestre de 1462 Dunois avait soixante lances dans le com (...)
  • 132 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, note 3 p. 53.
  • 133 Lettres, t. II, pp. 143-144 ; Caillet, pp. 174-175. - Ce recours à la place lyonnaise pour anticipe (...)
  • 134 Ord., X. XVI, pp. 146-148, note (c) p. 149.

64L’entreprise picarde coûta moins au Domaine : tout juste Louis XI confirma-t-il à Antoine de Croy, qui s’employait à décider le duc de Bourgogne, le don du comté de Guînes en y ajoutant la baronnie d’Ardres et la châtellenie de Langle en juillet 1463128. Tout à ses acquisitions au sud et au nord, le roi décida en revanche de se défaire du boulet génois. La ville s’était révoltée contre la domination française peu avant la mort de Charles VII, et son fils ne contrôlait plus guère que Savone129. En avril 1462 encore Louis XI confirmait en qualité de duc de Gênes divers droits au seigneur de Monaco Lambert de Grimaldi130. Le 13 de ce mois il pressait le vieux comte de Dunois d’aller secourir Savone avec ses hommes, en prenant au passage les 10 200 francs portés à Lyon pour payer les troupes outremonts131, et le 22 juillet le chargeait de reprendre Gênes132. Mais les opérations piétinaient, il fallait de nouveaux renforts : le 19 août 1463 le souverain demandait aux Lyonnais d’avancer 3 750 l.t. qu’il imposait en Dauphiné pour y financer la levée de cinquante hommes d’armes et cent hommes de pied destinés à Dunois133. Las de cet effort vain et dispendieux sur un théâtre secondaire, il céda enfin le pays le 22 décembre au duc de Milan François Sforza, qui en fut investi le 7 février suivant134. Ce repli d’Italie, s’il mécontentait la Maison d’Anjou, lui permettait de combler son allié tout en reconcentrant ses moyens en deçà des Alpes au bénéfice de ses propres desseins.

  • 135 Pilot de Thorey, t. I, Introduction, p. XX.
  • 136 Ibid., t. II, note 2 pp. 4-6. — Batarnay peina à entrer en possession des biens de Portier : Louis (...)
  • 137 Ibid., n° 1 366, pp. 46-47 ; cf. supra, note 15 p. 93. - Une demande de grâce de Bolomier à Louis X (...)

65D’autres aliénations plus modestes, destinées à gratifier ses serviteurs, ne présentaient pas de caractère politique particulier. Les confiscations prononcées contre les disgraciés du changement de règne furent ainsi redistribuées aux fidèles du nouveau souverain, ce qui ménageait le Domaine à défaut de l’augmenter. La « chasse aux sorcières » prit une ampleur particulière en Dauphiné, où Louis gardait rancune à ses officiers de leur ralliement à son père en 1456. Le 22 avril 1462 il ordonna au Parlement de Grenoble un vaste train de poursuites pour félonie, qui se solda par des bannissements et des saisies ; l’ex-général Bolomier et l’ex-président de la Chambre des Comptes Jean de Mareuil furent au nombre des condamnés135. Le compère dauphinois Ymbert de Batarnay, un compagnon de Genappe, fut l’un des principaux bénéficiaires de ces confiscations : il reçut les biens de l’ancien président du Parlement François Portier et de l’ancien lieutenant général Gabriel de Bernes en 1462, puis pour son mariage l’année suivante la seigneurie du Bouchage dont il porta dès lors le nom136. Dans sa hâte un autre fidèle dauphinois, Soffrey Alleman, qui avait prêté en tout 10 000 écus à son maître, se fit attribuer sur Bolomier la seigneurie de Tullins avant même l’arrêt de confiscation ; il dut faire renouveler son don le 2 juin 1463137.

  • 138 Ord., t. XVI, pp. 61-63 (ces lettres de don ne mentionnent que Geoffroi Cœur, échanson du roi) ; de (...)
  • 139 Ibid., pp. 162-163 ; Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55. - Leseur dit qu’à cette époque du (...)

66Dans le royaume même, la confiscation la plus importante fut celle des biens d’Antoine de Chabannes, le vieux chef de guerre de Charles VII, prononcée pour crime de lèse-majesté par arrêt du Parlement de Paris le 20 août 1463. L’entourage du roi s’en partagea les dépouilles ce même mois. Les enfants de Jacques Cœur récupérèrent les douze seigneuries que Chabannes s’était lui même fait attribuer sur les biens de leur père138, ce qui tempère notre compassion. Antoine de Châteauneuf, seigneur du Lau, alors le plus intime des favoris de Louis XI, obtint la seigneurie de Blanquefort en Guyenne, Houaste de Montespédon les seigneuries de Rochefort et Aurières en Auvergne, tandis que le principal auteur de la condamnation, Charles de Melun, recueillait la part du lion avec le comté de Dammartin et le reste de la confiscation139.

  • 140 AN, Xla 8 605 268 v°.
  • 141 Ord, t. XV, pp. 360-362.
  • 142 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 512.
  • 143 Ibid., n° 1 405 bis, t. II, p. 68.

67Il arrivait pourtant que le souverain aliénât l’ancien Domaine au profit de ses serviteurs. Du Lau reçut ainsi en juin 1462 la baronnie de Duras en Agenais140 ; le bâtard d’Armagnac surtout, qui se rendait si précieux à l’armée, fut successivement gratifié de la châtellenie de Sauveterre, limitrophe de son comté de Comminges, le 24 février 1462141, puis de la seigneurie de Saint-Béat en Languedoc, en dédommagement de ses frais dans la campagne de Catalogne, en juillet 1463142, et enfin du comté de Briançonnais avec le revenu des tailles et des droits ordinaires, y compris la redevance annuelle de 3 700 ducats due par le pays au roi dauphin, le 30 novembre 1464143.

5. Tassement des charges militaires et progrès des dépenses civiles.

68Si le souverain ne la comblait pas de prévenances, l’armée restait de très loin le premier poste de dépenses de la monarchie. À en juger par les comptes du receveur général de Normandie, sa part dans le budget tendait à régresser, mais cela tenait surtout à la lente progression des autres charges entraînée par la libéralité du roi dans l’exécution de sa politique (tableau 7).

69La forte progression des crédits militaires - et de la majeure partie des assignations totales - constatée en 1464 s’explique en fait par le remboursement de la solde des gens d’armes pour le troisième trimestre de 1463. Sans ce versement différé qui fausse les chiffres de 1464, le receveur général aurait dû acquitter au trésorier des guerres la même somme qu’en 1463 sur un total de 422 562 1. 18 s. l0 d.t. en faible monnaie (387 3491. 7 s. 3 d.t. en forte monnaie), ce qui aurait ramené à 5,2 % la progression sur un an de l’ensemble des assignations sur sa caisse, et à 66,1 % la part vouée aux crédits du principal comptable militaire. En laissant de côté cette opération de régularisation, les paiements imputés sur les recettes extraordinaires normandes - qui représentaient le quart des recettes du royaume - avaient augmenté de 5,9 % entre 1462 et 1464 tandis que les crédits militaires reculaient de 2,4 %.

70

  • 144 BN, ms. fr. 23 262 f° 3 et 9 pour 1462, 12 et 17 pour 1463, 18 et 23 pour 1464.

Tableau 7 : Crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464144 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 7 : Crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464144 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Faible monnaie de Normandie.
Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.

  • 145 Contamine, Guerre, État et société, p. 283 pour 1461, BN, ms. fr. 6 971 f° 239 r°-241 r° pour 1464  (...)
  • 146 Stein, p. 51.
  • 147 Sée, PJ n° IV, pp. 380-383. - Cet éditeur donne pour date Honfleur, « le jour de l’an » 1462 ; sans (...)
  • 148 Pilot de Thorey, n° 1 977, t. II, 2e supplément, p. 436.
  • 149 Ibid., n° 1 367, p. 47.
  • 150 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 164-168 ; Lassalmonie, art. cit., pp. 44, 48-49, 58-63, 79-81.

71L’évolution des effectifs de l’ordonnance confirme cette impression : ceux-ci connurent une baisse modérée, en sorte que les 1 729 lances de 1461 n’étaient plus que 1 676 en 1464 (- 3,1 %)145. Louis XI semblait opter pour l’entretien permanent d’une force minimale, d’ailleurs imposante, qu’il augmenterait par divers moyens en cas de nécessité. En octobre de cette année, il envisageait de demander des renforts soldés à ses frais à son allié milanais en cas de conflit contre la Bretagne ; l’ambassadeur Alberico Maletta, sondé à ce sujet, répondit par une affirmative prudente en conseillant au roi de cultiver la paix146. La discipline des gens de guerre était une préoccupation du souverain. Les premières mesures furent ponctuelles. Dans l’été de 1462, le roi rendit à l’occasion de sa première visite en Normandie un règlement sur les gens de guerre de ce pays exposé à la fois à la Bretagne, à l’Angleterre et à la Bourgogne, où cantonnait le tiers de l’ordonnance147. Le 8 octobre le maréchal de Comminges, gouverneur du Dauphiné, édicta à son tour en réponse aux doléances des états une ordonnance qui traitait notamment du capitaine des francs-archers et du logement des gens de guerre outre-Rhône148, et le 11 juin suivant c’est Louis XI lui-même qui, sur les plaintes d’une députation dauphinoise, donna aux officiers delphinaux des consignes strictes touchant la traversée du pays par les renforts à destination de l’Italie149. Un an plus tard, le 6 juin 1464, le monarque promulgua enfin à Lihons-en-Santerre un important règlement général pour tout le royaume et le Dauphiné150.

  • 151 Sée, pp. 106-107.

72Ces textes accordaient une attention particulière au paiement des gens de guerre. Ils s’attachaient à protéger des abus le roi, en veillant à ce que nul ne perçoive une solde indue, les populations, en contraignant les gens de guerre à ne rien prendre sans payer, mais aussi ces derniers, en tâchant de réprimer les extorsions de leurs propres officiers. C’est avec raison que l’accent était mis sur les questions d’intendance, mais la clef de toute discipline résidait dans la régularité des versements aux troupes. Sauf politesse diplomatique, Louis XI paraît avoir été assez heureux dans ses efforts : en 1463 des ambassadeurs bourguignons le complimentèrent sur la bonne tenue de ses troupes qu’ils avaient constatée en cinq mois de voyage à travers le royaume151.

  • 152 Op. cit., p. 298.
  • 153 Un « inventaire de l’artillerie du roy et declaracion des lieux ou elle est de present » fut dressé (...)
  • 154 Lettres, t. IV, note 2 pp. 42-43.
  • 155 Le 17 novembre les généraux des finances commirent Raoulin Boucault, contrôleur du grenier à sel de (...)
  • 156 Ibid, t. IV, note 1 pp. 252-253.

73Autre élément permanent de l’armée royale, l’artillerie se composait d’un noyau très restreint de spécialistes sous la houlette du vieux Gaspard Bureau : en 1463 son budget montait à la somme dérisoire de 4 829 l.t., dont Philippe Contamine déduit un effectif de quarante à quarante-cinq hommes152. Peut-être, cependant, y avait-il déjà d’autres « bandes » moins importantes, qui ne relevaient pas du maître de l’artillerie. Celle-ci fut en tout cas dispersée sur plusieurs théâtres d’opération jusqu’en 1463153. Alors le désengagement à Gênes permit de faire ramener par le seigneur de la Choletière les pièces de l’armée d’Italie de Savone à Beaucaire154, à la frontière du royaume, tandis que celles de l’armée du Roussillon revenaient après la soumission du pays à Narbonne, d’où elles furent conduites en île de-France par le seigneur de la Barde à la fin de l’année155. Pour fournir son artillerie en munitions Louis XI passa commande à l’automne de 1464, peut-être dans la perspective du conflit breton, de 6 000 boulets de pierre à Dieppe, qui furent réglés en plusieurs fois jusqu’en 1466 au moins156.

  • 157 Contamine, op. cit., p. 348.
  • 158 . Gilles, p. 195. - Les francs-archers (ou arbalétriers) tiraient leur nom de leur exemption de tai (...)
  • 159 Sée, p. 86.
  • 160 Ord.,t. XVII, pp. 498-503.
  • 161 Caillet, note 4 pp. 230-231. - On ne voit pas que sa charge ait augmenté (ibid., passim).

74Enfin, le roi poursuivit l’implantation dans le royaume des francs-archers, ces réservistes de l’infanterie royale dont les paroisses supportaient directement l’entretien au soulagement des finances de la monarchie. Ils furent ainsi institués dans le Rouergue en 1462157, amenant les états de Languedoc à rappeler leur hostilité à ce système qui réduisait le nombre des contribuables158. Ces critiques n’étaient pas isolées : la même année à Poitiers certains étaient d’avis « que les francs archiers doivent estre habillez aux despens du roy »159. Celui-ci fit du moins quelques efforts pour en répartir plus équitablement le fardeau. Le 5 décembre 1462 il exempta les îles sain-tongeaises de Marennes et Arvert, qui devaient déjà se garder à grands frais contre les Anglais, de la charge des sept francs-archers qu’il leur fallait équiper en outre pour son service160, et en 1463 il reporta sur Lyon trente-cinq hommes entretenus par le plat-pays, soulevant le 20 novembre les protestations de la ville qui eut apparemment gain de cause161.

  • 162 Ord., t. XV, pp. 500-501. - Lyon demanda le 5 octobre à avoir aussi son parlement (Sée, note 3 p. 1 (...)
  • 163 Viala, t. II, p. 301.
  • 164 Ord, t. XV, pp. 653-655.
  • 165 Viala, t. II, pp. 302-303.

75Les dépenses civiles de l’État royal s’accrurent quant à elles de la création de nouveaux parlements au début du règne, celui de Bordeaux le 10 juin 1462 pour le Sud-Ouest162 et celui de Perpignan, installé le 16 juillet 1463, pour les comtés catalans163. Faible surcharge à vrai dire : la masse salariale des onze officiers bordelais sans le président et le greffier fut fixée le 11 mai 1463 à 2 463 1. 15 s.t. par an, avec un crédit de 100 l.t. pour les frais courants à prendre sur le produit des amendes et exploits164, tandis que la cour perpignanaise ne se composait après huit ans d’existence, au 27 août 1471, que d’un président et trois conseillers165. Les recettes locales, à commencer par celles de la justice, devaient suffire à l’entretien de ces institutions beaucoup plus modestes que leurs aînées de Paris et Toulouse.

  • 166 Ibid., t. I, note 1 p. 370. - La chancellerie toulousaine parle de « Pierre » Burdelot, sans doute (...)
  • 167 Lettres, t. II, pp. 125-127. - Le roi parle des assignations dues en Languedoc par Etienne Petit et (...)
  • 168 Legeay, t. I, p. 334. - Vaesen date l’achat du 15 février 1464 (Lettres, t. III, note 2 p. 136).
  • 169 BN, ms. fr. 20 490 f° 30.
  • 170 BN, ms. fr. 20 494 f° 95, 96.
  • 171 Lettres, t. IX, note 1 pp. 124-125.
  • 172 Gandilhon, note 4 p. 308. - Il reçut 4 000 l.t. de 1465 à 1468, puis la constitution de l’apanage d (...)

76Les comptables des Hôtels royaux éprouvaient de leur côté bien des difficultés à recouvrer leurs assignations éparpillées dans le royaume. André Burdelot, commis à l’Argenterie jusqu’à la mort de Charles VII, s’efforçait en 1462 de récupérer avec l’aide du Parlement de Toulouse ce qui lui était encore dû en Languedoc166. Le 25 mai 1463 Louis XI transmit à Bourré une lettre de Pierre Artault, maître de la Chambre aux Deniers de la reine, qui se plaignait de n’avoir pu encaisser une grande partie de ses crédits de l’année. Le roi avait chargé le général de Varye de relancer le receveur général Petit « par deça », en Languedoc, et mandait à son secrétaire de veiller à faire acquitter les assignations « par dela » sur le receveur général d’Outre-Seine Beauvarlet et le collecteur des francs-fiefs et nouveaux acquêts du Poitou. Artault demandait encore un supplément pour les travaux entrepris au profit de la reine à Amboise ; Bourré reçut mission de déterminer combien il lui faudrait pour terminer l’exercice et de lui trouver une assignation sûre, dans la limite de 4 000 l.t.167En novembre suivant le souverain lui-même acquit pour 5 300 écus la seigneurie des Montils-lès-Tours autour de sa résidence168. Ce même mois la mort de la reine mère, si elle mettait fin au douaire, laissa aussi un passif à liquider : il fallait honorer ses legs169 et payer ses dettes. Il fut établi qu’elle devait 1 915 écus à l’orfèvre Martin Hersant pour des bijoux impayés170tandis que le fermier du quart du sel de Poitou Michel Gaillard, qui versait à la disparue une partie des revenus de son douaire et fut commis le 13 mars 1464 à payer les gens de son Hôtel avant dissolution171, détenait une créance de 9 000 l.t. qu’il se fit rembourser sur le produit de sa ferme en neuf annuités égales à partir de 1465172.

  • 173 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 114-115 ; cf. Commynes / Calmette & Durville, t.I, p. 7.
  • 174 Calmette & Périnelle, PJ n° 14, pp. 287-288. — Le premier président de la Chambre des Comptes, alor (...)

77Les pensions et les dons, qui entretenaient entre le souverain et ses alliés, vassaux ou serviteurs de tous rangs des liens de clientélisme, participaient à la fois du financement de la politique royale et des charges courantes de l’État : cette fois encore les paiements ordonnés au receveur général Jobert nous renseignent sur leur évolution en Normandie dans les premières années du règne (tableau 8). Le recul de 1464 tant en valeur relative qu’en valeur absolue résulte des effets cumulés du bond en avant du total des assignations, dû au remboursement des gens de guerre, et de la suppression de la pension du comte de Charolais, qui n’avait pas caché son hostilité au rachat de la Picardie et à qui Louis XI retira en même temps le gouvernement de Normandie à la faveur d’une nouvelle brouille entre l’héritier de Bourgogne et le vieux duc173. Cet accident ne doit pas nous masquer la nette tendance à la hausse de ce poste, le deuxième du budget de la monarchie. La pension était une récompense permanente, ad libitum, du service du prince. Son paiement par des comptables récalcitrants ou surchargés était toutefois un lancinant souci pour les bénéficiaires, qui devaient parfois en appeler au roi. Les plus hauts personnages de l’État de finance n’étaient pas à l’abri : le 7 octobre 1462 Bertrand de Beauvau, au terme d’une missive sur les affaires d’Angleterre et sur une importante affaire de fraude dans les finances royales qui mobilisait la fine fleur de l’administration, concluait par deux mots sur sa pension174. Le souverain tenait d’autant mieux ses obligés dans sa main.

  • 175 Ibid.,f° 21-22.

78Les dons récompensaient eux aussi les services rendus, de façon ponctuelle mais d’autant plus fréquente que le bénéficiaire était en faveur. Par nature, ils constituaient l’élément le plus erratique des charges de l’État. Le sens de leur évolution au début du règne de Louis XI est néanmoins fort clair ; le doublement constaté en 1464 dans les assignations normandes s’explique surtout par la réaffectation des fonds de la pension de Charolais et de ses arriérés du second semestre de 1463175.

79

  • 176 BN, ms. fr. 23 262 f° 3 et 6 (gages et pensions) et 7-8 (dons) pour 1462 ; f° 15 (gages et pensions (...)

Tableau 8 : Gages, pensions et dons assignés sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464176 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 8 : Gages, pensions et dons assignés sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464176 ; (en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Faible monnaie de Normandie.
Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.

  • 177 AN, K 70n° 18.
  • 178 Ord., t. XV, pp. 482-486. - Aux termes de la convention, une pension de 4 000 l.t. prendrait le rel (...)
  • 179 Pilot de Thorey, n° 1 381, t. II, p. 55 ; cf. supra, p. 175.
  • 180 BN, ms. fr. 23 262 f° 23 ; cf. supra, p. 176.
  • 181 Pilot de Thorey, n° 1 939, t. II, Supplément, pp. 413-415, note 1 p. 414.

80Les principaux dons, l’on s’en doute, participaient de la grande politique. Le plus important que nous rencontrions au début du règne fut accordé à une date inconnue au grand sénéchal de Normandie Pierre de Brézé, peut-être pour son rôle dans les entreprises en Angleterre aux côtés du parti lancastrien, auxquelles, on l’a vu, il avait contribué de ses deniers. Ce don montait à 40 000 écus dont le versement était évidemment échelonné sur plusieurs années, et dont il reçut 4 500 l.t. le 26 mai 1464177. Les 60 000 l.t. accordées par Louis XI au comte de Candale aux termes de leur accord, payables en six annuités égales à compter de 1462178, entraient également dans le cadre du financement de ses desseins anglais et surtout catalan, de même que les gratifications accordées au chef de la Maison de Foix. Gaston IV reçut ainsi 4 000 l.t. pour ses frais en Catalogne en novembre 1463179, 18 000 l.t. « pour lui aidier a supporter la despense que faire lui conviendra a cause du royaume de Navarre » en 1464180, et 10 000 écus en faveur du mariage de sa fille Marie au marquis de Montferrat, conclu le 8 janvier 1465 ; en fait la guerre civile ne permit au roi d’assigner ce don que le 14 octobre sur le trésorier de Dauphiné, qui n’en reçut quittance que le 18 septembre 1466181.

  • 182 BN, ms. fr. 23 262 f° 8.
  • 183 Ibid., f° 14 pour 1463, 19 pour 1464. - Nota que ces versements n’étaient pas inscrits dans la rubr (...)
  • 184 Ibid., f° 21.

81Le mariage de ses serviteurs était souvent le prétexte de ces gratifications. Le maréchal Rouault eut ainsi droit à 15 000 écus, qui devaient aussi lui permettre de solder ses dettes, et dont 6 000 furent assignés en 1462 sur la recette générale de Normandie182. Olivier de Coëtivy reçut, pour la même cause et pour ses bons offices dans le ralliement de Candale, 29 000 écus payables en quatre annuités égales sur la même caisse de 1463 à 1466, et qui y furent dûment assignés bien que le roi n’eût fait ce don qu’oralement183. Enfin, du Lau eut en cadeau de noces 20 000 écus, dont une partie fut imputée en Normandie sur l’argent de la pension de Charolais en 1464184.

  • 185 BN, ms. fr. 6 544 p. 23.
  • 186 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 334-335.
  • 187 Ibid., t. II, PJ n° XLVIII, pp. 296-298.

82La dot constituait un cas particulier, et particulièrement onéreux, de don. Dauphin, Louis s’était beaucoup appuyé sur cette source de revenu ; devenu roi, il mena une active politique matrimoniale en promettant beaucoup et en tenant moins bien. À peine monté sur le trône, il s’entendit avec la Maison d’Anjou pour marier sa fille nouvelle-née Anne au jeune Nicolas du Pont, petit-fils du roi René et fils du duc de Calabre, moyennant une dot de 100 000 écus qui devait permettre de financer les entreprises angevines en Italie. Un fort acompte de 60 000 l.t. fut versé en janvier 1462 par le trésorier Chevalier185, probablement sur les fonds de l’Épargne comme nous l’avons dit, et René en donna quittance le 20 mars186. Mais rien ne suivit, et c’est en vain que quelque temps après la Maison d’Anjou, à court de fonds, demanda l’assignation du demeurant sur le tirage du Rhône et en Dauphiné187 : le projet tomba à l’eau.

  • 188 Lettres, t. IX, note 2 p. 56.
  • 189 Leseur / Courteault, t. II, note 2 p. 110 ; cf. infra, p. 276.
  • 190 Calmette, note 4 p. 189.
  • 191 Legeay, t. I, p. 368.

83Le 23 décembre 1461 le roi promit aussi pour sa demi-sœur Jeanne, bâtarde de France qu’il mariait à Antoine de Bueil, fils de l’ancien amiral, 40 000 écus en plusieurs termes ; bien que, bâtardise oblige, la dot fût moins élevée, elle n’était encore que partiellement réglée en 1478188. Le 11 février 1462 le contrat de mariage de sa sœur Madeleine au fils aîné du comte de Foix, le nouveau prince de Viane, stipulait le versement par le souverain de 100 000 écus, dont 24 000 furent, paraît-il, payés le 7 mars, jour des noces, le reliquat devant être acquitté par annuités de 10 000 écus jusqu’à complet règlement ; nous ne savons ce qu’il en fut189. A peine la fille puînée du monarque vit-elle le jour qu’elle entra à son tour dans ses combinaisons. Le 9 mai 1463, ayant ratifié le renouvellement de son alliance avec la Castille, il récompensa le marquis de Villena, conseiller influent d’Henri IV et l’un des principaux artisans de l’accord, en offrant à son second fils la main de Jeanne avec la dot décidément standard des princesses de France, 100 000 écus190. Il lui réservait cependant un autre parti et un an plus tard, le 19 mai 1464, l’engagea à l’héritier d’Orléans, âgé de deux ans, pour la même dot191. De telles manœuvres, il est vrai, restaient sans incidence financière immédiate.

  • 192 BN, loc. cit.
  • 193 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, note 4 p. 49.
  • 194 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 145-149 ; BN, ms. fr. 20 685 p. 410. - Cette chapelle avait été fondée pa (...)

84Même étalés sur plusieurs années et en partie impayés, tous ces dons finissaient par alourdir sensiblement les charges de l’État. Les libéralités pieuses, en regard, restèrent modestes. Nous avons évoqué l’offrande à Saint-Martin de Tours pour la prise de Perpignan ; Chevalier versa ce même mois de janvier 1463 1 200 autres écus à Notre-Dame-de-Celles en Poitou, à convertir en biens-fonds pour le service divin192. Le 28 novembre précédent 3 000 écus avaient été alloués à l’orfèvre tourangeau André Mangot pour réaliser une châsse en or offerte à sainte Marthe à Tarascon193. Enfin, le roi subventionna l’agrandissement de Notre-Dame-du-Pont à Saint-Junien en Limousin, visitée en juillet 1463 et où il était revenu en pèlerinage lorsqu’éclata la guerre du Bien public ; 616 1. 7 s. 3 d.t. lui furent encore affectés en 1466-1467 sur la recette générale de Languedoïl194. Ces quelques dons au Ciel que nous avons relevés ne furent sans doute pas les seuls, mais ils demeuraient assez rares et grevaient peu les finances royales.

85L’aventurisme fut la marque de la politique financière de Louis XI dans les premières années de son règne. Tandis qu’il mettait hardiment en pratique ses idées en matière administrative et fiscale, il se lançait avec audace dans les entreprises ambitieuses qu’il avait conçues ou que les circonstances lui avait suggérées, jetant dans la balance les ressources de la monarchie et du royaume qu’il ne craignait pas de solliciter sans ménagement. Sa brutalité, son mépris de la tradition, son manque d’égards pour les privilèges et les situations acquises attisaient les mécontentements dans des milieux aussi redoutables que la noblesse, le clergé ou l’armée. L’État de finance, malgré les réformes et une fiscalité généralement étale, avait accompli des tours de force. Les expériences terminées, les desseins réalisés, il semblait devoir entrer dans une phase d’apaisement quand il fut précipité dans la tourmente du Bien public.

Notes

1 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 101-104 ; Calmette & Périnelle, pp. 5-6.

2 Kendall, pp. 91, 94-95.

3 Gandilhon, p. 367.

4 Éd. Calmette & Durville, t. I, p. 194.

5 Calmene & Permeile, PJ n° 10, pp. 283-284.

6 6. Ibid., PJ n° 11, pp. 285-286 (dépêche diplomatique milanaise d’Anvers, 3 juillet).

7 Ibid., note 2 p. 23.

8 Lettres, t. X, Supplément, pp. 180-181.

9 Ibid., t. II, pp. 67-68. — Le roi devait ce renseignement au comte de Penthièvre (ibid., pp. 73, 74).

10 . Ibid., pp. 78-79.

11 Ibid. ; Calmette & Périnelle, note 4 p. 27.

12 . Il arrivait que les princes, en témoignage de leur confiance, se signassent des quittances de complaisance, ainsi Louis lui-même au duc de Savoie le 15 juillet 1446 pour les 54 000 écus prévus dans leur traité, dont il n’avait encore reçu que 25 000 (Lettres, t. I, PJ n° XXXIX, pp. 204-212).

13 Op. cit., notes 3 p. 25, 9 p. 30. - Cette dernière note, qui cite une preuve de l’Histoire de Bretagne de dom Morice, donne à un versement de 1 000 écus neufs une valeur de 1 145 1. 16 s. 18 d. (sic) que nous rectifions.

14 Borrelli de Serres, t. III, p. 200.

15 Calmette & Périnelle, pp. 29-30, note 1 p. 32.

16 Ibid.,p. 31.

17 Ibid., pp. 45, 48-49, 54.

18 Calmette, p. 32.

19 Ibid., pp. 47-48, 50-51.

20 Ibid., p. 53.

21 Ibid., p.58.

22 Ibid., pp. 57, 62. - Le (Conseil) Général, ou Députation, du principat de Catalogne était la commission permanente des Cortès du pays, dotée de véritables pouvoirs de gouvernement (pp. 33-37) ; le Sage Conseil de Barcelone était le gouvernement municipal de la métropole catalane (pp. 39-40).

23 Ibid.,PJ 2, pp. 416-424.

24 Ibid., pp. 79-80.

25 Ibid., PJ n° 3, pp. 424-428 (confirmation par Jean II, Saragosse, 23 mai).

26 Ibid, PJ n° 4, pp. 429-439.

27 Lettres, t. II, pp. 46-49.

28 Leseur / Courteault, t. II, pp. 117-120 ; Calmette, note 4 pp. 131-132 pour la date de l’invasion.

29 Ibid., pp. 143-144, 149, 159-160.

30 Ibid., Appendice II, pp. 402-406 ; Contamine, Guerre, État et société, pp. 305, 314.

31 Calmette, pp. 162-166. - Cet auteur date le projet d’une seconde armée et la désignation du duc de Nemours pour la conduire de fin août ou début septembre, mais le roi était alors en Normandie et les lettres de nomination furent rendues à Montrichard (BN, ms. fr. 20 493 f ° 87), où il ne put être avant octobre.

32 Calmette, pp. 166-168.

33 Ibid., pp. 156-157 ; Leseur / Courteault, note 5 pp. 180-182.

34 Ibid., pp. 186-187.

35 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 512.

36 Calmette, PJ n° 7, pp. 444-445 (analyse en français de sa lettre, 1er février).

37 BN, ms. fr. 20 493 f° 77.

38 AN, K 70 n° 10.

39 BN, ms. fr. 6 544 p. 23 ; Lettres, t. II, pp. 96-100.

40 Calmette n’ajoute pas foi non plus à ces dires, mais considère que l’état des crédits de l’armée de Catalogne cité plus haut contient la totalité des dépenses de Louis XI dans l’expédition (op. cit., note 1 p. 168) ; pour notre part nous jugeons invraisemblable qu’elle n’ait coûté que 29 600 l.t., et ne voyons dans ce document que la préparation d’un envoi de fonds.

41 Ibid., pp. 157-159, 175-176 ; Leseur / Courteault, p. 193. - Un compte spécial de l’artillerie engagée en Aragon et Navarre, aujourd’hui perdu, était tenu par le futur receveur général Denis de Bidant (Léon Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », Appendice II, E, p. 361).

42 Ord, t. XV, pp. 667-669 (24 mai).

43 Stein, p. 49. - Il s’agit du seul emprunt connu de Louis XI à un juif, au reste de Savoie (Gandilhon, p. 351).

44 Nous ne savons si l’avance de Chevalier provenait de sa fortune personnelle - c’eût été alors un prêt colossal - ou des fonds royaux dont il avait la charge ; elle devait lui être restituée à la fin de mai 1463, et ses assignations en Languedoc un mois après (BN, ms. fr. 20 488 f° 92 ; Philippe de Commynes, Mémoires, éd. abbé Nicolas Lenglet du Fresnoy, t. II, Preuves, p. 399 : lettre de Chevalier à Bourré, 19 mai 1463).

45 Gilles, p. 63.

46 Lettres, t. II, PJ n° 7, pp. 381-382.

47 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 98-99.

48 Calmette, pp. 156, 159.

49 . Éd. de Reilhac, t. III, PJ H, pp. XXV-XXVII.

50 Calmette, pp. 168-169.

51 Entre 1463 et 1466 (Contamine, Guerre, État et société, p. 292). - Les hommes d’armes et archers à la morte ou petite paye, ou de la petite ordonnance, étaient des vétérans de la cavalerie permanente, dite par opposition de la grande ordonnance, démontés et affectés à la garde des places fortes pour une solde en général inférieure d’un tiers à celle du « service actif » dans la cavalerie (ibid., pp. 278, 290-293, Annexe VI, tableau D p. 634 : lire 10 l.t. pour les gages mensuels d’un homme d’armes de la petite ordonnance).

52 Lettres, t. II, pp. 107-108. — L’éditeur, Joseph Vaesen, n’a pu identifier ce personnage (note 1 pp. 107-108), qualifié de sénéchal, qui se faisait donner le grenier à sel de Louviers et avait renvoyé une partie de ses hommes en Normandie. Peut-être s’agit-il de Charles des Marais (ou des Marets), capitaine de Dieppe (de Roye / de Mandrot, t.I, note 2 p. 73), dont nous sont parvenues deux quittances de 1463 et 1464 pour la solde de ses 40 lances en garnison au château de Perpignan (AN, K 70 n° 14-15)-ce qui montre que malgré tout la paye finissait par arriver- ; nous ne savons cependant s’il était sénéchal, faute d’avoir consulté l’Index nominum et locorum inédit de la Gallia regia préparé par Gustave Dupont-Ferrier et conservé dans la série AB XIX des Archives nationales.

53 Cf. supra, p. 162.

54 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 234-249.

55 Legeay, t. I, p. 338.

56 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 132-133.

57 Jassemin, note 3 p. 274.

58 Il s’agit du fameux vœu du « banquet du Faisan », prononcé le 17 février 1454, et qui hanta Philippe le Bon vieillissant ; au début de 1464 encore il fallut le dissuader de partir pour la Terre Sainte (Kendall, p. 127).

59 BN, ms. fr. 20 488 f° 92 ; Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 399-401.

60 Lettres, t. II, pp. 119-120.

61 Ibid., pp. 125-127. - Les tiercements et doublements consistaient à revenir sur l’adjudication initiale des fermes du Domaine ou des aides après un temps déterminé, s’il se présentait un candidat pour enchérir d’un tiers ou de moitié sur le montant du bail, ce qui permettait au roi d’augmenter ses recettes (Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières, t. II, pp. 80-81).

62 Lettres, t. X, Supplément, pp. 195-196.

63 Pilot de Thorey, n° 1 937, t. II, Supplément, pp. 411-412. - C’est à notre connaissance la seule fois que Louis XI recourut au vieil expédient du tribut des juifs, et encore n’était-ce pas dans le royaume.

64 Legeay, t. I, p. 340.

65 Ord., t. XVI, pp. 55-56 ; Lettres, t. II, pp. 144-145.

66 BN, ms. fr. 6 544 p. 21 ; cf. PJ n° II.

67 Borrelli de Serres, t. III, pp. 167, 203-205.

68 Des lettres royaux du 25 mai 1463 évaluaient à 326 181 écus neufs 22 s. 6 d.t. les 300 000 écus vieux dus par le roi d’Aragon (Ord., t. XV, pp. 669-672), et en octobre les 200 000 écus vieux du second paiement pour les villes de la Somme furent estimés à 224 905 écus neufs 8 s. 4 d.t. (BN, loc. cit. ; cf. PJ citée), ce qui établit le cours de l’écu vieux à 29 s. 11 d.t. et 30 s. 11 d.t. respectivement.

69 Cf.infra, p. 172.

70 Cf.infra, p. 188.

71 Cf. supra, p. 60.

72 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 394-395 ; Ord., t. XVI, pp. 55-56 (20 août 1463). — Selon Basin ces consignations étaient déposées à Notre-Dame (éd. Garand & Samaran, t.I, pp. 116-117).

73 Ord, t. XVI, pp. 57-58.

74 Ibid., pp. 56-57. - Le Parlement avait remis à Colombel 48 700 réaux, 5 600 écus et 745 l.t. en espèces diverses ; le compte de l’Argenterie pour 1463-1464 précise que le réal valait 30 s.t. et l’écu (neuf) 27 s. 6 d.t. (Douët-d’Arcq, Nouveau recueil de comptes de l’Argenterie, p. 1).

75 Éd. Garand & Samaran, loc. cit. - Ces demandes montaient à mille, deux mille, davantage ou moins selon les facultés présumées de chacun, écrit cet auteur sans préciser l’unité monétaire, sans doute l’écu.

76 Ibid, pp. 124-125 ; cf. supra, p. 148.

77 BN, loc. cit. ; cf. PJ citée. - Il s’agit du futur beau-père de Philippe de Commynes.

78 Gandilhon, p. 345.

79 Lettres, t. II, pp. 144-145, note 1 pp. 146-147.

80 Ibid, p. 158.

81 Ord.,t XVI, pp. 100-101.

82 Ibid, pp. 122-124.

83 BN, ms. fr. 23 262 f° 18.

84 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 118-119.

85 Sée, p. 128.

86 Legeay, t. I, p. 340.

87 Le Blanc paraît avoir été spécialisé dans les convoyages : le 10 septembre 1468 le roi ordonna son défraiement pour un transport d’artillerie sous sa conduite (BN, ms. fr. 20 496 f° 98), et au 27 mars 1471 il était chargé de mener une commande de 3 500 lances d’Orléans à Beauvais (Lettres, t. IV, pp. 210-211).

88 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 392-394 (sans date, août).

89 Les gages des archers de la grande ordonnance étaient de 7 1. 10 s.t. par mois (Contamine, Guerre, État et société, Annexe VI, tableau D p. 634).

90 Commynes / Lenglet du Fresnoy, loc. cit.

91 Ibid., p. 395 (analyse).

92 Ibid.

93 Finance et fiscalité au bas Moyen Âge, éd. Jean Favier, tableau pp. 56-57.

94 Ibid., p. 68. - Il ne saurait s’agir ici du philippus ou ridder frappé par Philippe le Bon depuis 1433 (Desportes, art. cit., p. 90), car ses serviteurs ne se seraient pas permis d’en discuter la valeur.

95 BN, ms. fr. 6 544 p. 21 ; cf. PJ n° II.

96 Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 395-398 pour la Seine-et-Yonne ; Legeay, t. I, pp. 341-342.

97 Tyrrell, p. 120, Appendice A, p. 142.

98 Éd. de Reilhac, t. I, p. 152.

99 Ibid., p. 151 ; Lettres, t. II, pp. 156-157.

100 La participation de la sénéchaussée des Lannes au moins est avérée (Gandilhon, p. 101 ).

101 Commynes / Lenglet du Fresnoy, loc. cit.

102 Tyrrell, note 163 p. 120.

103 Éd. de Reilhac, t. I, p. 152.

104 Lettres, loc. cit. ; Caillet, p. 176.

105 Lettres, t. II, pp. 155-156.

106 Spont, « La taille en Languedoc », p. 497 ; Gilles, p. 65.

107 Lettres, t. II, note 3 p. 157 ; Caillet, loc. cit.

108 Tyrrell, loc. cit.

109 Aid., Appendice A, p. 142.

110 Cf. supra, p. 135.

111 Pilot de Thorey, n° 1 381, t. II, p. 55.

112 Ibid., note 3 pp. 55-56 (lettre à Pierre Gruel, président du Parlement de Grenoble, 16 novembre).

113 BN, ms. fr. 23 262 f° 23.

114 Legeay, loc. cit. pour la Seine-et-Yonne ; Louis XI ordonna à ses commissaires d’y requérir le vote de 19 879 1. 4 s.t. avec 600 l.p. (soit 750 l.t.) pour tous frais le 2 novembre (Commynes / Lenglet du Fresnoy, t. II, pp. 395-397), puis d’y faire lever 16 034 1. 2 s. 6 d.t. le 30 (ibid., pp. 397-398). Comme Legeay, nous ne croyons pas qu’il faille conclure à un rabais sur le montant initial : selon l’usage les fonds votés par les états étaient directement levés par ordre des commissaires royaux, et il est peu probable que la contribution du Bassin parisien et de la Picardie ait à peine dépassé celle du sud-ouest du Massif central. La somme indiquée le 30 novembre devait donc venir s’ajouter à la première.
BN, ms. fr. 23 262 f° 18, 23 pour la Normandie : 29 291 l.t. et 1 500 l.t. en faible monnaie (nota que la première somme est convertie en forte monnaie selon un rapport de 11 à 10, alors que les autres conversions du compte suivent l’ancien rapport de 12 à 11).
Legeay, loc. cit. pour le Languedoïl hors Sud-Ouest ; Le comte de Reilhac confirme cet historien pour la contribution du Centre-Sud (op. cit., p. 152) ; en revanche nous avons suivi Caillet pour le montant exact de celle du Centre-Est (loc. cit.) contre les précédents, qui parlent de 6 et 5 d.t. respectivement.
Spont, loc. cit. pour le Languedoc ; Gilles parle de 10 100 l.t. (loc. cit.).

115 Lettres, t. VI, note 2 pp. 315-316. - Vaesen a dû lire trop rapidement les Pièces originales qu’il utilise ici ; il parle en effet de 4 l.t. par muid vendu, ce qui n’a guère de sens car il se serait agi alors d’un emprunt forcé aux marchands sur leurs ventes, qui n’aurait en rien résolu l’endettement de la monarchie.

116 Gandilhon, pp. 313-314.

117 Éd. de Reilhac, t. I, p. 186.

118 Legeay, t. I, pp. 296-297 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 255 ; Lettres, t. IV, note 1 pp. 274-275.

119 Ord, t. XV, pp. 496-497. - Ce florin valait 22 s. 6 d.t. au cours légal en 1466 (ibid, t. XVI, pp. 471-473).

120 Jassemin, note 2 p. 209. - Nous nous demandons toutefois s’il ne s’agit pas là en fait du simple enregistrement des lettres du 9 septembre 1461 par la Chambre des Comptes, le Parlement s’en étant acquitté pour sa part deux jours plus tôt à peine (cf. supra, p. 112).

121 Pilot de Thorey, n° 1 934, t. II, pp. 410-411.

122 Lettres, t. X, Supplément, pp. 185-187.

123 Ibid, pp. 447-449.

124 Pilot de Thorey, t. II, note 2 pp. 328-330.

125 Ord, t. XV, pp. 482-486, 486-487, 487-489. - Le Parlement de Toulouse résista au don de Lavaur et Giroussens, acceptant seulement après quatre ans, le 23 mars 1466, que Jean de Foix reçût jusqu’à nouvel ordre les revenus du comté des mains des officiers royaux (Viala, t. II, p. 49, note 2 p. 64, pp. 67, 409, 439, 441

126 Ord., t. XV, pp. 667-669, 669-672 (les lettres de don de Mauléon ne sont pas éditées). -L’arbitrage, sur lequel Calmette porte un jugement excessivement sévère, avait été rendu le 23 avril (op. cit.,pp. 186, 190-191).

127 Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55.

128 Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55.

129 Ibid., t. XV, note (a) p. 138. — Charles VII avait fait préparer l’arrière-ban dauphinois en vue de la reconquête du pays le 15 mai 1461 (Pilot de Thorey, n° 1 931, t. II, Supplément, p. 408).

130 Ord, t. XV, pp. 439-440.

131 Lettres, t. II, pp. 43-44. — Au deuxième trimestre de 1462 Dunois avait soixante lances dans le comté d’Asti, qui reçurent à une date inconnue 5 760 l.t. pour leur solde de ce quartier (BN, ms. fr.20 495 f° 96).

132 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, note 3 p. 53.

133 Lettres, t. II, pp. 143-144 ; Caillet, pp. 174-175. - Ce recours à la place lyonnaise pour anticiper le produit de l’impôt était la première illustration du rôle que Louis XI allait lui réserver dans ses finances. Quant aux nouvelles recrues - en fait quarante-neuf hommes d’armes et soixante-dix-huit hommes de pied -, elles furent passées en revue le 27 septembre à Valence et présentées dès le lendemain en Arles à Dunois, lieutenant général du roi « de là les mons » (BN, ms. fr. 21 497 n° 162).

134 Ord., X. XVI, pp. 146-148, note (c) p. 149.

135 Pilot de Thorey, t. I, Introduction, p. XX.

136 Ibid., t. II, note 2 pp. 4-6. — Batarnay peina à entrer en possession des biens de Portier : Louis XI dut écrire en sa faveur à la Chambre des Comptes de Grenoble le 23 mars 1464 (ibid., note 5 p. 38).

137 Ibid., n° 1 366, pp. 46-47 ; cf. supra, note 15 p. 93. - Une demande de grâce de Bolomier à Louis XI nous apprend qu’Alleman était l’un de ses juges (BN, ms. fr. 20 497 f° 62, 63), pratique courante en ce temps.

138 Ord., t. XVI, pp. 61-63 (ces lettres de don ne mentionnent que Geoffroi Cœur, échanson du roi) ; de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations et variantes, p. 162.

139 Ibid., pp. 162-163 ; Ord., t. XVI, note (a) en haut de la p. 55. - Leseur dit qu’à cette époque du Lau était « mignon du roy » (éd. Courteault, t. II, p. 195), Jean le Clerc qu’il « couchoit ordinairement avecques luy » (de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations et variantes, p. 162).

140 AN, Xla 8 605 268 v°.

141 Ord, t. XV, pp. 360-362.

142 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 512.

143 Ibid., n° 1 405 bis, t. II, p. 68.

144 BN, ms. fr. 23 262 f° 3 et 9 pour 1462, 12 et 17 pour 1463, 18 et 23 pour 1464.

145 Contamine, Guerre, État et société, p. 283 pour 1461, BN, ms. fr. 6 971 f° 239 r°-241 r° pour 1464 ; le règlement du 6 juin 1464 parle de « dix sept cens lances » (ibid., f° 241 v° ; éd. de Reilhac, t.I, p. 164). - Sur l’ordonnance à cette époque cf. Lassalmonie, « L’abbé Le Grand et le compte du trésorier des guerres pour 1464 : les compagnies d’ordonnance à la veille du Bien public ».

146 Stein, p. 51.

147 Sée, PJ n° IV, pp. 380-383. - Cet éditeur donne pour date Honfleur, « le jour de l’an » 1462 ; sans doute faut-il lire plutôt « le... jour de.... l’an » 1462. Le roi était à Honfleur à la fin de juillet et au début d’août.

148 Pilot de Thorey, n° 1 977, t. II, 2e supplément, p. 436.

149 Ibid., n° 1 367, p. 47.

150 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 164-168 ; Lassalmonie, art. cit., pp. 44, 48-49, 58-63, 79-81.

151 Sée, pp. 106-107.

152 Op. cit., p. 298.

153 Un « inventaire de l’artillerie du roy et declaracion des lieux ou elle est de present » fut dressé en août 1463 (BN, ms. fr. 20 492 f° 16, 17).

154 Lettres, t. IV, note 2 pp. 42-43.

155 Le 17 novembre les généraux des finances commirent Raoulin Boucault, contrôleur du grenier à sel de Montpellier, à assurer le financement du convoyage (ibid., t. V, note 6 pp. 11-12), ce qui tend à montrer qu’il n’était pas pris en charge par le maître de l’artillerie.

156 Ibid, t. IV, note 1 pp. 252-253.

157 Contamine, op. cit., p. 348.

158 . Gilles, p. 195. - Les francs-archers (ou arbalétriers) tiraient leur nom de leur exemption de taille.

159 Sée, p. 86.

160 Ord.,t. XVII, pp. 498-503.

161 Caillet, note 4 pp. 230-231. - On ne voit pas que sa charge ait augmenté (ibid., passim).

162 Ord., t. XV, pp. 500-501. - Lyon demanda le 5 octobre à avoir aussi son parlement (Sée, note 3 p. 196).

163 Viala, t. II, p. 301.

164 Ord, t. XV, pp. 653-655.

165 Viala, t. II, pp. 302-303.

166 Ibid., t. I, note 1 p. 370. - La chancellerie toulousaine parle de « Pierre » Burdelot, sans doute mandataire de l’ex-argentier, qui se prénommait bien André (éd. Douët-d’Arcq, Nouveau recueil de comptes de l’Argenterie, p. xlix).

167 Lettres, t. II, pp. 125-127. - Le roi parle des assignations dues en Languedoc par Etienne Petit et Pierre Quotin, comme si le vieux receveur général avait gardé auprès de lui son ancien contrôleur pour l’assister.

168 Legeay, t. I, p. 334. - Vaesen date l’achat du 15 février 1464 (Lettres, t. III, note 2 p. 136).

169 BN, ms. fr. 20 490 f° 30.

170 BN, ms. fr. 20 494 f° 95, 96.

171 Lettres, t. IX, note 1 pp. 124-125.

172 Gandilhon, note 4 p. 308. - Il reçut 4 000 l.t. de 1465 à 1468, puis la constitution de l’apanage de Guyenne en 1469 annula son assignation, sans doute assise sur l’Aunis et la Sain-tonge (BN, ms. fr. 20 497 f° 9) ; les dernières 2 000 l.t. furent imputées sur des greniers languedociens le 26 janvier 1471 (ibid, f° 17).

173 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 114-115 ; cf. Commynes / Calmette & Durville, t.I, p. 7.

174 Calmette & Périnelle, PJ n° 14, pp. 287-288. — Le premier président de la Chambre des Comptes, alors à Paris, s’occupait avec le bailli de Sens Charles de Melun et le trésorier Chevalier d’une mystérieuse affaire, « le fet de la cheve Marsel », qu’il disait être « la plus grant pipée en ceste matiere que ne voise honques » ; les trois hommes s’étaient adjoint le président du Parlement Jean le Boulanger et attendaient un rapport des auditeurs des Comptes de Languedoc sur le dommage que le roi risquait d’encourir de ce fait. De quoi retournait-il ? Les éditeurs ne sont pas sûrs de leur lecture, et nous croyons pouvoir rapprocher ce document d’une autre lettre de Beauvau à Louis XI en date de Paris, le 4 octobre (BN, ms. fr. 20 486 f° 147). Vaesen propose de la placer en 1477 parce qu’il y est question d’un « president de Dole » (« Catalogue du fonds Bourré », n° 933, vol. XLV, p. 504 et note 2), mais Beauvau était alors décédé : aussi nous supposons qu’elle parle du « president le Bole[nger] » et qu’elle a été écrite en 1462, trois jours avant celle qu’ont éditée Calmette et Périnelle, d’autant que son auteur y attire également l’attention du roi sur sa pension. Or, cette première lettre traite d’adjudication des aides et mentionne un certain Jean Marcel : il est donc vraisemblable que la suivante évoque en réalité « le fet de Jehan Marsel ». Nous n’avons cependant pas d’informations sur ce personnage, qui semble avoir été ainsi au centre d’un important scandale financier du début du règne.

175 Ibid.,f° 21-22.

176 BN, ms. fr. 23 262 f° 3 et 6 (gages et pensions) et 7-8 (dons) pour 1462 ; f° 15 (gages et pensions) et 17 (dons) pour 1463 ; f° 20 (gages et pensions) et 23 (dons) pour 1464. - Les gages et les pensions étaient rangés sous une même rubrique, mais le montant des premiers, attachés à un office, étant assez stable, les variations de ce poste d’une année à l’autre s’expliquent principalement par l’évolution des secondes.

177 AN, K 70n° 18.

178 Ord., t. XV, pp. 482-486. - Aux termes de la convention, une pension de 4 000 l.t. prendrait le relais de ces annuités au bout de six ans ; en 1468 le comte relança donc Louis XI, qui le 13 mai chargea Jean Bourré de trouver une assignation sûre pour cette pension (Lettres, t. II, p. 180, sous la date erronée de 1463 que l’accord même de 1462 et l’itinéraire du roi permettent de corriger).

179 Pilot de Thorey, n° 1 381, t. II, p. 55 ; cf. supra, p. 175.

180 BN, ms. fr. 23 262 f° 23 ; cf. supra, p. 176.

181 Pilot de Thorey, n° 1 939, t. II, Supplément, pp. 413-415, note 1 p. 414.

182 BN, ms. fr. 23 262 f° 8.

183 Ibid., f° 14 pour 1463, 19 pour 1464. - Nota que ces versements n’étaient pas inscrits dans la rubrique des dons et récompenses, mais dans celle des deniers payés par ordonnance du roi, sans doute en raison de l’absence de lettres de don en bonne et due forme.

184 Ibid., f° 21.

185 BN, ms. fr. 6 544 p. 23.

186 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 334-335.

187 Ibid., t. II, PJ n° XLVIII, pp. 296-298.

188 Lettres, t. IX, note 2 p. 56.

189 Leseur / Courteault, t. II, note 2 p. 110 ; cf. infra, p. 276.

190 Calmette, note 4 p. 189.

191 Legeay, t. I, p. 368.

192 BN, loc. cit.

193 Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré », vol. XLIV, note 4 p. 49.

194 Éd. de Reilhac, t. I, pp. 145-149 ; BN, ms. fr. 20 685 p. 410. - Cette chapelle avait été fondée par un parent du secrétaire Jean de Reilhac, Étienne le Fèvre, qui accompagnait Louis XI en 1463, et c’est un autre Reilhac, Clément, seigneur de Brigueil, qui reçut quatre ans après les crédits affectés aux travaux.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Contributions des états régionaux de 1463-1464114 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Hypothèse.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 7 : Crédits du trésorier des guerres sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464144 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Faible monnaie de Normandie.Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 8 : Gages, pensions et dons assignés sur la recette générale de Normandie de 1462 à 1464176 ; (en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Faible monnaie de Normandie.Note ** : Forte monnaie du reste du royaume.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable