Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Deuxième partie. L'aventurisme (1461-1464)

Chapitre IV. Premiers pas, premiers faux pas (1461)

Texte intégral

  • 1 Contamine, « Louis XI, la prise de pouvoir, la foire aux places », Des pouvoirs en France, p. 143.

1Dans l’été de 1461, alors que celui qui se nommait désormais Louis XI pénétrait dans le royaume de France pour la première fois depuis quinze ans, une fièvre faite d’inquiétude et d’espoir agitait les esprits. Tandis que les officiers du défunt roi craignaient pour leurs situations, le nouveau maître s’alarmait assez de l’accueil qui l’attendait pour prier son oncle de Bourgogne de l’accompagner avec une véritable armée, avant de faire réduire cette escorte, rassuré par les premières allégeances1, pour ne point trop paraître arriver dans les fourgons de l’Étranger. Quant à ses sujets, ils voulaient croire que la fin du long règne de Charles VII tournerait pour tout de bon la page des malheurs, des guerres et des lourds impôts pour la défense du royaume.

  • 2 Selon certains de ses chefs de guerre le vieux monarque avait résolu d’ouvrir les hostilités en ao (...)
  • 3 Paul Murray Kendall, Louis XI, p. 88.

2Le programme de Louis XI pour inaugurer son règne enchaînait trois étapes : Reims d’abord, pour conforter définitivement sa légitimité dans le sacre, Paris ensuite, pour se manifester aux institutions centrales de la monarchie, disposer des offices et, en un mot, prendre le contrôle de l’État, Tours et le val de Loire enfin, pour lancer au calme la nouvelle politique mûrie dans l’exil. Inévitablement, cette prise de possession du royaume se déroula sous l’ostensible égide de Philippe le Bon. L’entente cordiale avec la Bourgogne, alors que dans les derniers mois de Charles VII la montée des tensions avait fait craindre la guerre2, les faveurs prodiguées au duc et à ses serviteurs, la disgrâce des meneurs du parti anti-bourguignon au Conseil royal comme Antoine de Chabannes3 donnaient de celui qui devait orchestrer la chute des grands ducs d’Occident l’image de l’homme des Bourguignons. Au milieu de ces bouleversements, l’exaltation des esprits et peut-être la maladresse du roi occasionnèrent dès les premières semaines de graves dérapages, qui auguraient mal du nouveau règne.

1. Purge de l’administration des finances.

  • 4 Contamine, article cite, p. 138.
  • 5 Ibid, pp. 136, 144.

3Pour asseoir son autorité dans le royaume Louis XI devait prioritairement s’assurer le contrôle des leviers du pouvoir, en écartant des postes-clefs ceux qu’il jugeait trop compromis sous le règne précédent pour y installer ses propres fidèles, la clientèle bourguignonne et en général ceux qu’il voulait se concilier, sinon toujours des hommes sûrs ou compétents. Il est intéressant de relever quels étaient à ses yeux les secteurs stratégiques de l’État : le 28 août, alors qu’il était depuis un mois harcelé de sollicitations et qu’une commission avait été chargée de distribuer les offices, il se réserva expressément le choix des gens du Parlement, des Comptes et du Trésor, des receveurs et contrôleurs généraux, des élus, capitaines, baillis et sénéchaux4. Avec l’État justicier et l’État guerrier, l’État de finance était l’un des trois piliers de la monarchie. Or, des purges massives frappèrent les baillis et sénéchaux aussi bien que les capitaines de gens d’armes, décapitant l’administration domaniale et les compagnies d’ordonnance5. Quel sort le nouveau roi réserva-t-il aux gens des finances ?

  • 6 Ibid., p. 140.
  • 7 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 18-19.
  • 8 BN, ms. fr. 6 544 p. 23.
  • 9 Borrelli de Serres, t. III, pp. 143, 145, 173, 182.

4Le haut personnel du Trésor sortit indemne de la redoutable épreuve. Le trésorier de Languedoïl Jean Bureau ne perdit rien de son influence et s’affirma tout de suite comme un favori de Louis XI, qui l’arma chevalier à son sacre et vint loger chez lui avant son entrée à Paris ; dès les environs du 7 août il fut confirmé dans tous ses offices6. Son collègue Outre-Seine, Etienne Chevalier, l’autre grand financier de Charles VII vieillissant, connut davantage de tribulations. Désigné à la vindicte du fils par sa position d’exécuteur testamentaire du père, il fut arrêté et ses biens saisis7, mais sa disgrâce fut de courte durée et Louis XI reconnut très vite sa compétence, peut-être sur l’intervention de Bureau ou de quelque autre proche conseiller. À aucun moment il ne semble avoir été privé de son office, et dès le mois de novembre il figurait au nombre des exécutants de la nouvelle politique8. Le roi n’entendait pas se priver de tels talents. Les deux autres trésoriers, Pierre Bérard en Languedoc et Jean Hardoin en Normandie, furent semblablement maintenus (le premier le 7 septembre), de même que le changeur Gilles Cornu et le clerc du Trésor Pierre de Saint-Amand9.

  • 10 Spont / Jacqueton, p. 291.
  • 11 Borrelli de Serres, t. III, p. 375 (coquille en note 1 : « 1468 » pour « 1461 »). - D’Oriole cessa (...)
  • 12 Ibid., p. 355. — Spont donne la date du 30 juillet (Jacqueton, p. 292).
  • 13 Borrelli de Serres, t. III, pp. 200, 210-211, 355. - Contrairement à ce qu’écrit cet érudit de Var (...)
  • 14 Spont / Jacqueton, p. 292.
  • 15 . Borrelli de Serres, t. III, p. 153. - Bolomier fut banni et ses biens confisqués par arrêt du Pa (...)

5Le personnel des finances extraordinaires, qui veillait sur l’essentiel des ressources de l’État, fut en revanche profondément remanié. En premier lieu, tous les généraux furent cassés. La carrière de Pierre d’Oriole marqua alors un temps d’arrêt : le généralat de Languedoïl lui fut retiré dès le 29 juillet en faveur de son propre prédécesseur Jean de Bar10, et son office de maître des Comptes le 10 septembre au profit de Jean Bourré11. En Languedoc Jean Herbert dut s’effacer le 10 août devant Guillaume de Varye12, l’ancien facteur de Jacques Cœur, qui fut encore commis à l’Argenterie du roi où il succédait à son maître, ainsi qu’au paiement de l’Écurie, de la Chambre et de la garde13, ce qui faisait de lui le principal comptable de l’Hôtel. De son côté Jean Amoulfin, qui recueillait le fruit de ses investissements, eut le rare privilège de cumuler en août les charges d’Outre-Seine et de Normandie14 : manifestement son auguste client souhaitait lui donner une place de poids dans l’État de finance. En Dauphiné enfin Louis XI ne pardonna pas à Antoine Bolomier son ralliement de 1456 à Charles VII : il lui ôta l’office de général, qui fut purement et simplement supprimé15.

  • 16 Spont / Jacqueton, pp. 293-294.
  • 17 BN, ms. fr. 20 495 f° 100.
  • 18 Pilot de Thorey, n° 1 300, t. II, p. 11.
  • 19 Ibid.,t.I, note 1 pp. 174-175 (cf. n° 1 036, pp. 404-405 : 3 août 1453) ; Borrelli de Serres, t. I (...)

6Les changements qui affectèrent dans un deuxième temps les receveurs généraux furent à peine moindres. Seul le vieil Étienne Petit put conserver sa place en Languedoc. Pierre Jobert, autre facteur de Jacques Cœur, remplaça Simon le Bourlier en Normandie le 11 septembre, puis Mathieu Beauvarlet en Languedoïl le 13 novembre, réalisant à son tour un cumul qui ne recouvrait pas cependant celui d’Arnoulfin. Beauvarlet ne fut d’ailleurs pas disgracié mais transféré Outre-Seine où il succéda à Robert de Moulins16. Peut-être cette mutation était-elle liée aux récents troubles fiscaux d’Angers en Languedoïl, mais à vrai dire Beauvarlet n’était pas étranger non plus à l’autre grande révolte du début du règne, la « commocion » de Reims dans son nouveau ressort, où il avait perdu des pièces comptables17. En Dauphiné Nicolas Erlant connut enfin le sort de Bolomier et fut remplacé le 16 septembre par Claude Coct18, un noble et néanmoins grand marchand grenoblois qui avait fourni Louis en lainages et soieries avant 1456 et était lié à Bourré19.

  • 20 Ibid., pp. 354, 356. - Spont fait de Simon de Varye le fils de Guillaume (Jacqueton, note 1 p. 295 (...)
  • 21 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 32.
  • 22 Spont / Jacqueton, pp. 294-295.

7Les contrôleurs des recettes générales n’échappèrent pas davantage à la purge des gens des finances. Seul Laurent Girard put se maintenir en Languedoïl. En Languedoc Jean le Forestier dut céder l’office jadis tenu par Guillaume de Varye à un parent de ce dernier, Simon, lui-même ancien agent de Jacques Cœur20. Outre-Seine le bâtard d’Armagnac, fidèle entre les fidèles de Louis XI, imposa en lieu et place de Jean de Marie son protégé Jean le Prévôt, qui devint en outre notaire et secrétaire du roi le 3 septembre21. En Normandie c’est un autre compagnon des bons et des mauvais jours, Jean Bourré, qui succéda le 10 septembre à Hugues Aubert, d’ailleurs en poste depuis dix-huit mois seulement22. Nous ne savons ce qu’il en était alors du contrôle de la caisse centrale de Dauphiné.

  • 23 Il est vrai qu’il fut sans doute démis alors, car il vivait toujours en 1464 (BN, ms. fr. 20 494 f (...)
  • 24 Borrelli de Serres, t. III, p. 232. - La destitution de Thomas de Loraille est postérieure au 6 ao (...)
  • 25 L’Ordinaire des guerres couvrait les dépenses régulières de l’armée permanente en temps de paix, t (...)
  • 26 Borrelli de Serres, t. III, p. 363 ; Contamine, « La foire aux places », p. 140.
  • 27 Ibid, p. 142.
  • 28 Ord, t. XV, pp. 360-362 (24 février 1462).

8Les principaux comptables militaires furent au contraire à peu près épargnés. Les deux trésoriers des guerres, Antoine Raguier et Martin Roux, continuèrent à exercer leurs fonctions, même si dès l’année suivante le second devait cesser les siennes23, établissant pour près de quinze ans l’unité de la trésorerie. La commission de Thomas de Loraille, en charge du paiement particulier des gens de guerre de Normandie, fut en revanche révoquée24 : la tendance allait bien à l’unification de l’Ordinaire des guerres25. De son côté le maître de l’artillerie Gaspard Bureau partagea la faveur de son frère et paraît même avoir bénéficié d’un accroissement de compétence à l’occasion du changement de règne26. Nous ne savons si le contrôleur qui lui fut adjoint le 4 août, Pierre de Willeries27, que l’on retrouve aussi peu après comme secrétaire du roi28, était nommé ou simplement confirmé. En tout cas, là encore, Louis XI avait eu soin de conserver l’expérience et la compétence irremplaçables de techniciens blanchis sous le harnois comme Raguier et Bureau.

  • 29 Joseph Vaesen, « Notice biographique sur Jean Bourré », p. 435.

9Enfin, dans le cercle restreint des secrétaires des finances, Jean de la Loère maintint sa prééminence passée, plus heureux que Jean Chaligaut dont le contreseing disparut alors des lettres royaux. Dès le 29 juillet ce milieu accueillit, très logiquement, l’indispensable Jean Bourré29, que toute sa carrière passée aux côtés du dauphin Louis désignait à ces fonctions, et qui y occupa dès lors une position privilégiée.

  • 30 Op. cit., t. VI, p. 435.

10Au total la moitié exactement des gens des finances de Charles VII : douze sur vingt-quatre, furent cassés par Louis XI à son avènement. Certes on peut chercher là, avec le marquis de Beaucourt30, l’indice — plus ou moins fiable - des intelligences entretenues par ce dernier parmi les grands commis de son père ; observons en tout cas que ce chiffre cache une forte disparité entre deux groupes, aussi tranchée pour les officiers ordonnateurs que pour les comptables. D’un côté, le haut personnel du Trésor fut intégralement reconduit et un seul des quatre grands caissiers militaires congédié : la valeur des spécialistes en place, et sans doute aussi la conscience que le Trésor n’était plus une clef du financement de l’État malgré un prestige intact, avaient retenu la main du nouveau roi. De l’autre, la haute administration des finances extraordinaires fut bel et bien l’objet d’une purge massive : les cinq généraux, trois receveurs généraux sur cinq, trois contrôleurs généraux sur quatre furent destitués, soit onze officiers sur quatorze (78,6%). C’est là qu’était concentrée la substance des finances royales, là qu’il importait à Louis XI de placer ses hommes.

11Ce bouleversement fut l’occasion d’une véritable invasion de marchands. Sur les huit arrivants - tous nommés dans les finances extraordinaires - cinq appartenaient au monde des affaires : deux généraux sur trois, deux receveurs généraux sur quatre, un contrôleur général sur quatre étaient désormais issus du négoce. Ils représentaient 45,5 % des onze officiers supérieurs des finances extraordinaires et le quart exactement de l’ensemble des gens des finances, dont les cumuls et les suppressions d’offices avaient réduit le nombre à vingt. Louis XI ouvrait très largement les portes de l’État de finance à ce grand commerce dont il comptait faire un pilier de son gouvernement, au risque de contribuer à l’instauration d’un climat d’affairisme dont on lui ferait grief. La rupture avec le règne précédent était nette : c’était en somme la revanche de Jacques Cœur.

  • 31 Thomas, t. I, Notices biographiques, n° II, pp. 274-275 ; du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 128-12 (...)
  • 32 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 131-132.
  • 33 Ibid., pp. 128-129.

12Précisément, trois de ces cinq marchands étaient d’anciens facteurs de l’argentier, et un autre protégé du nouveau roi, Jean de Bar, était noble mais Berrichon comme les de Varye et Cœur lui-même, à qui il avait été fort lié31. Jean de Bar et Guillaume de Varye ne faisaient d’ailleurs que réintégrer la haute administration financière dont ils avaient été chassés neuf ou dix ans plus tôt, après la chute de leur illustre compatriote. L’entourage du grand homme d’affaires, bien qu’il eût reçu un début de réhabilitation dans les dernières années de Charles VII32, avait de toute évidence lié sa fortune à Louis et triompha à son avènement33. Un effectif resserré, un personnel pratiquement inchangé dans le Trésor et les finances militaires où dominaient les grands experts déjà âgés du règne précédent, presque entièrement renouvelé dans les finances extraordinaires où s’imposaient les marchands et singulièrement la clientèle de Jacques Cœur, telle était la nouvelle physionomie des gens des finances du roi.

  • 34 Contamine, « La foire aux places », p. 132.
  • 35 Ibid, p. 138.
  • 36 Borrelli de Serres, t. III, p. 153.
  • 37 Cf. Joseph Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré à la Bibliothèque nationale » (mss. fr. 20 483-20 4 (...)
  • 38 Les papiers du notaire et secrétaire du roi et général des finances Jean de Reilhac étaient encore (...)
  • 39 Comme l’a bien vu le toujours pénétrant colonel Borrelli (t. III, p. 375).
  • 40 Henri Sée, Louis XI et les villes, PJ n° III, pp. 379-380.

13Jean Bourré occupait en leur sein une place dont ses titres ne rendent qu’imparfaitement compte. Louis XI, on l’a vu, avait récompensé son vieux compère par les offices de maître des Comptes, de contrôleur général de Normandie et surtout, en premier lieu, de secrétaire des finances, poste stratégique d’où il allait pouvoir exercer toute son influence. Il joua un rôle de premier plan dans la prise en mains des finances et de l’État en général par son maître : c’est lui qui fut chargé de recueillir les documents officiels laissés par le feu roi34, puis d’expédier les lettres de nomination aux offices35. Par ailleurs l’abolition du généralat de Dauphiné fit à nouveau de lui l’intermédiaire privilégié de la volonté royale outre-Rhône, où il participa à distance à la direction des finances36. Si la conservation exceptionnelle de ses volumineuses archives37, alors que celles de ses collègues nous sont perdues38, ne doit pas porter à exagérer outre mesure son importance réelle dans l’État de finance louis-onzien39, il n’en demeure pas moins que Bourré était un homme très en vue. Le procureur du roi dans la sénéchaussée des Larmes ne s’y trompait pas, qui, désireux d’ouvrir les yeux du souverain sur des détournements de fonds à Bayonne, jugeait utile de s’adresser le 9 novembre au secrétaire comme à « un des seigneurs du Grand conseil »40.

  • 41 Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la Révolution catalane, note 1 p. 50.
  • 42 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 34-39 ; cf. Ord., t. XIX, pp. 110-111.
  • 43 Gandilhon, note 2 p. 97. - Sur ce personnage cf. Henry Harrisse, Les Colombo de France et d’Italie (...)

14Les échelons intermédiaires de la hiérarchie financière, positions lucratives et qui requéraient sans doute moins de compétences que la direction supérieure ou l’administration concrète à la base, paraissent avoir été colonisés par les favoris du nouveau roi. C’est ainsi que dans l’administration domaniale deux fidèles de longue date, Rémi de Marimont et le nouvel amiral de France Jean de Montauban, furent dès le 3 août promus respectivement maître des Ports et Passages de Languedoc41 et grand maître et réformateur des Eaux et Forêts du royaume. Ce dernier, qui avait reçu le droit de nommer aux offices dépendants de sa charge, se mit à les vendre au plus offrant, poussant ainsi ses subordonnés à se rembourser sur le peuple. Ce trafic qui scandalisa les contemporains était, selon Basin, autorisé par Louis XI42 ; du moins faut-il convenir que le roi ferma les yeux sur la rapacité de son serviteur. C’est sans doute dans ces conditions que Guillaume de Casenove dit Coulon, qui devait devenir lui-même vice-amiral de France en 1465 et serait l’un des marins les plus capables de la monarchie, reçut alors la charge de maître et général réformateur des Eaux et Forêts de Languedoc, à laquelle rien ne le prédisposait43.

  • 44 Cf. Contamine, art. cit., p. 139.
  • 45 Cf. ibid, pp. 140-142.
  • 46 Viala, t. I, p. 195 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 115.
  • 47 Contamine, art. cit., p. 135. - Fagniez, l’éditeur de Maupoint, y voit un fragment de la chronique (...)
  • 48 Études sur les institutions financières, t. I, p. 86 ; cf. notes 15 p. 86, 1 et 2 p. 87.

15La situation est moins nette pour les officiers de moindre envergure. D’un côté, la modestie de leur position ne faisait pas de leur remplacement une nécessité politique, et il avaient soin de demander leur confirmation44 ; de l’autre, Louis XI avait beaucoup d’appétits à contenter, et les offices des finances extraordinaires aussi bien qu’ordinaires étaient très en faveur parmi les solliciteurs45. Il paraît bien en tout cas que les agents inférieurs des finances domaniales ne jouirent pas de l’immunité de leurs supérieurs : ainsi, sur les trois trésoriers des sénéchaussées de Languedoc, deux au moins, à Toulouse et Beaucaire, furent destitués, le second au profit du secrétaire du roi Jean de Reilhac46, ce qui montre que des personnages influents ne dédaignaient pas ces prébendes. Dans les finances extraordinaires une chronique anonyme mais peut-être officielle de ce temps évoque une purge massive des receveurs et des grenetiers47 ; en revanche il ne semble pas que les élus, dont Louis XI, on l’a vu, s’était réservé le choix, aient subi un tel sort bien que leurs offices aient été convoités entre tous. A lire Gustave Dupont-Ferrier, en effet, il apparaît que pour eux le point de rupture ne se situa pas en 1461, avec le changement de règne, mais bien l’année suivante, avec les réformes qui remodelèrent l’organisation financière48. Peut-être, au fond le roi ne voyait-il pas l’utilité d’installer de nouveaux hommes dans des places qu’il savait en sursis.

  • 49 Maupoint / Fagniez, pp. 46-47 ; Contamine, loc. cit. (citant la chronique anonyme).
  • 50 Cf. Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 40-13.
  • 51 Ibid, pp. 38-41.
  • 52 Contamine, art. cit., p. 138.
  • 53 Gandilhon, pp. 95-96.

16L’administration des finances royales fut ainsi affectée du haut en bas, à des degrés divers, par les changements qui accompagnèrent l’avènement de Louis XI. Sauf pour les principaux responsables, il s’agissait d’une redistribution des faveurs plus que d’une véritable purge frappant des adversaires du nouveau roi. En dehors même du mécontentement des victimes49, l’effet produit dans l’opinion ne fut pas heureux. Les nouveaux titulaires n’étaient certes pas plus honnêtes que leurs prédécesseurs et, faute d’expérience, étaient moins compétents50. Bien pis, le spectacle de l’intrusion des brasseurs d’argent dans l’État et des exactions commises par des intimes du roi entouraient ces bouleversements d’un halo de concussion qui n’épargnait pas le souverain. Basin, qui s’en fit une décennie plus tard l’écho complaisant, accusa ainsi Jean Bourré d’avoir extorqué de fortes sommes aux officiers nommés ou confirmés pour leur délivrer leurs lettres et Louis XI lui-même d’avoir, de notoriété publique, orchestré cette « chasse aux deniers » générale (« nummorum aucupacio »)51. En fait, dès la seconde quinzaine d’août, le roi avait tenté d’enrayer la vague frauduleuse des achats d’offices52, mais il est vrai aussi qu’il ne chercha pas à réfréner ceux de ses compagnons d’exil qui rattrapaient en quelque sorte le temps perdu et les imita même dans une certaine mesure, assurant au marchand Michau Dauron - un autre Berrichon - le monopole de la fourniture en draps de l’Hôtel en retour d’une participation pour moitié aux bénéfices53. C’était laisser s’installer une atmosphère délétère, propice à terme aux oppositions.

2. Noyautage des organes de contrôle.

17Si le nouveau souverain n’hésitait pas à remanier profondément le personnel des grandes administrations financières, son intérêt était de ne pas déstabiliser davantage une organisation déjà ébranlée par des changements aussi vastes et brutaux en s’attaquant encore aux institutions garantes de son fonctionnement régulier. Après un flottement initial Louis XI résolut donc bien vite de prendre en main les organes de contrôle des finances royales plus précautionneusement qu’il ne le faisait ailleurs.

  • 54 Ord., t. XV, pp. 1-2, 3. - Ce sont les premiers actes de Louis XI figurant dans ce recueil.

18Dès le 30 juillet, depuis Avesnes, le roi avait certes habilité les gens des Comptes et du Trésor à Paris d’une part, les généraux maîtres des Monnaies d’autre part, à poursuivre jusqu’à nouvel ordre l’exercice de leurs fonctions, mais il ne s’agissait là que de mesures provisoires, la succession au trône ne devant pas paralyser l’État : le terme du 1er octobre était d’ailleurs expressément fixé au maintien des seconds. Ce « nouvel ordre » annoncé, que différaient pour l’heure les soucis de l’avènement et les préparatifs du sacre54, n’était pas pour rassurer les officiers en place.

  • 55 Maupoint / Fagniez, p. 39.
  • 56 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 17.
  • 57 Contamine, art. cit., p. 137.
  • 58 Ord., t. XV, pp. 11-12. - Ces lettres royaux n’énumèrent que vingt-six officiers, mais un clerc av (...)
  • 59 Op. cit., pp. 329-350. - Cet auteur parle de cinq maîtres révoqués (p. 47) mais son index le contr (...)

19C’est à la Sainte-Chapelle, durant une procession « nuds pieds et a cierges » pour la santé de Charles VII, que la Chambre des Comptes de Paris avait appris la mort du vieux monarque le 24 juillet55. Le président lai Simon Charles, bien qu’âgé et malade, était si anxieux de faire au plus tôt allégeance à son successeur qu’il se fit porter à la frontière en litière et y gagna son maintien, mais Louis XI accordait aussi des offices des Comptes aux solliciteurs accourus en masse à Avesnes, comme Pierre l’Orfèvre ou Nicolas de Louviers56, et pourvut le 6 août à l’office vacant de président clerc en faveur de l’évêque de Coutances Richard Olivier de Longueil57. Les gens des Comptes restèrent tenus en haleine jusqu’au 7 septembre, quand le roi promulgua la liste des officiers confirmés : ceux-ci étaient vingt-sept, parmi lesquels le président Charles et les maîtres clercs Jean Bureau et Étienne Chevalier58. Par ailleurs, le dépouillement de l’index alphabétique d’Henri Jassemin nous enseigne qu’en août et septembre quatre seulement des gens des Comptes de Charles VII, tous maîtres lais ou clercs, furent destitués tandis que six officiers ordinaires, dont le maître clerc Jean de Bar et le maître lai Jean Bourré, étaient nommés, rejoints en novembre et décembre par deux maîtres extraordinaires59. Les arrivées étant plus nombreuses que les départs par suite de la bénignité royale, l’effectif de la Chambre progressa légèrement, passant de trente et un à trente-cinq officiers. Les gens des Comptes du feu roi furent ainsi reconduits à 87,1%, mais en même temps près du quart (22,9%) de la nouvelle Chambre se composait de créatures de son fils, à commencer par le premier de ses officiers, le président clerc rétabli par ses soins. Procédant habilement, Louis XI avait su noyauter la vénérable cour sans affaiblir son autorité par une purge et sans même la décapiter.

  • 60 La Cour du Trésor, Appendice II, pp. 211, 213-215.

20La Chambre du Trésor fut plus favorisée encore, puisque ses quatorze membres, selon le recensement large qu’en fait Gustave Dupont-Ferrier, furent tous maintenus. Ceci n’a rien pour étonner, car la séparation entre l’administration et le contentieux était beaucoup moins poussée au Trésor que dans les finances extraordinaires. Non seulement le changeur, le clerc du Trésor et les clercs au Trésor (secrétaires officiels des trésoriers) étaient membres de droit de la cour, mais ses magistrats, les trésoriers de la Justice, n’étaient autres que trois des trésoriers de France, Jean Bureau, Pierre Bérard et Jean Hardoin. La juridiction supérieure des finances ordinaires bénéficia donc logiquement des égards prodigués par le nouveau roi au haut personnel administratif, qui furent étendus aux officiers propres à la Chambre, et c’est par simple contrecoup de la création du clerc extraordinaire au Trésor Guillaume le Binquetier qu’elle s’accrut alors d’un unique membre promu par Louis XI60.

  • 61 Pilot de Thorey, t.I, note 1 pp. 315-317.
  • 62 Ord, t. XV, note (a) pp. 467-468 ; Dupont-Ferrier, La Chambre des Aides, p. 74.
  • 63 Ibid., Appendices chronologiques I bis-IV bis, pp. 235, 241-242, 244, 246, 248-249. - Cet historie (...)
  • 64 Ord., loc. cit.

21La Chambre des Aides de Paris fut en revanche plus rudement traitée. Non seulement elle fut décapitée, l’archevêque d’Auch Jean de Lescun, frère et homonyme du bâtard d’Armagnac61, étant institué président le 11 septembre au lieu de l’évêque de Troyes Louis Raguier62, mais seuls onze de ses dix-huit membres (61,1%) furent confirmés, tandis que sept étaient révoqués et autant nommés. Les magistrats surtout furent visés : un seul des quatre généraux de la Justice des Aides, Jean Compain, fut maintenu par le roi qui l’encadra de quatre nouveaux collègues ; deux de ces derniers, il est vrai, étaient l’ancien général de Languedoc Jean Herbert et l’ancien receveur général d’Outre-Seine Robert de Moulins, que Louis XI dédommageait ainsi de la perte de leurs offices63. Neuf des officiers anciens et nouveaux prêtèrent serment entre les mains de leur président de fraîche date le 18 septembre64. Malgré sa stricte séparation de l’administration des finances extraordinaires, la Chambre des Aides ne put échapper tout à fait à la purge qui frappait cette dernière, même si son statut de deuxième des organes de contrôle de l’État de finance amortit le choc. Avec près des deux cinquièmes (38,9%) de son personnel imposés, président en tête, par le nouveau roi, la cour lui était en principe étroitement assujettie : Louis XI marquait décidément sa volonté de prendre solidement en mains l’ensemble de l’appareil des finances extraordinaires.

  • 65 Nous n’avons pu consulter aucune des monographies consacrées à cette institution, la thèse d’École (...)
  • 66 Ces lettres mettaient fin à la pléthore de généraux en n’en confirmant que sept, parmi lesquels fi (...)
  • 67 Gandilhon, PJ n° 9, pp. 424-426.
  • 68 BN, ms. fr. 20 494 f° 44-45 (24 septembre), 46 (12 décembre).
  • 69 BN, ms. fr. 23 262 f° 20.
  • 70 Pour le premier Robert Favreau, « Les changeurs du royaume sous le règne de Louis XI », note 1 p. (...)
  • 71 Éd. de Reilhac, t. II, PJ n° XI, p. 23 ; Viala, Liste des conseillers au Parlement de Toulouse, t. (...)
  • 72 Pilot de Thorey, t. I, n° 136, p. 56 (16 mars 1445) ; n° 148, p. 61 (11 août 1445). - Le Danois ét (...)
  • 73 Ord., t. XV, p. 261.
  • 74 Borrelli de Serres, t. III, p. 191.
  • 75 Contamine, art. cit., p. 140.

22La situation faite à la Chambre des Monnaies, enfin, nous est plus obscure65. Les généraux maîtres étaient assez nombreux : sept dans l’ordonnance réformatrice du 29 juin 1443, qui prévoyait cependant leur réduction par extinction de l’un des offices66, six au 30 avril 146467 ; en outre certains pays avaient des généraux des Monnaies en propre, Aubert Pavais en Languedoc en 146068, Hémon (ou Raymond) Montfaut en Normandie en 146469 En laissant de côté ces officiers à compétence régionale, sur quatre généraux maîtres rencontrés à la fin du règne de Charles VII, seuls deux, Germain Braque et Jean Clerbout (ou Clerbourg), peuvent être identifiés avec certitude comme maintenus par Louis XI dans leurs fonctions70. Nous ne retrouvons après le changement de règne ni Guillaume Lachon, nommé le 16 juillet 1459 après la mort de Jean Gencien71, ni Ravant le Danois, qui avec ce dernier avait vaqué aux réformes monétaires de Dauphiné en 144572. À l’inverse Guillaume le Maçon, que nous voyons pour la première fois qualifié de général maître le 31 décembre 1461, quand le roi l’envoya faire vérifier ses monnaies et mettre les coins à son nom par la Chambre73, et Michel de la Grange, qui portait ce titre en 1464 mais était un homme de Louis XI, devenu maître de sa Chambre aux Deniers le 8 août 146174, sont vraisemblablement entrés en fonctions à son avènement. Au reste un général maître était mort à la même époque que Charles VII : le garde de la Monnaie de Paris Jean Chenard avait demandé son office au nouveau roi75, vainement semble-t-il.

  • 76 Cf .infra, p. 152.
  • 77 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 29-30. - Cet auteur, il est vrai, n’est pas parfaitement fiable car dans (...)

23Constatons en tout cas, même si des changements ont pu se produire dans les trois premières années du règne, que sur les six généraux maîtres qui ont signé les conclusions de l’assemblée monétaire de Paris le 30 avril 146476, deux seulement, Braque et Clerbout, étaient d’anciens généraux des Monnaies avérés de Charles VII. Ainsi, malgré la confirmation provisoire initialement accordée, le renouvellement de la Chambre - dû dans un cas au moins à des causes naturelles - peut avoir atteint jusqu’aux deux tiers des généraux maîtres, ce que tend à corroborer le témoignage de Jean de Roye, qui les compte au nombre des victimes de la redistribution des places de septembre 146177.

24Au total, les organes de contrôle des finances royales apparaissent relativement favorisés dans le bouleversement de l’État par lequel Louis XI inaugura son règne. En laissant de côté la Chambre des Monnaies et la Chambre des Aides de Languedoc, pour lesquelles les renseignements numériques nous font défaut, sur les soixante-trois membres, en place à la mort de Charles VII, des institutions majeures que nous venons de passer en revue, onze (17,5%) perdirent leur situation, proportion que bien des branches de l’État auraient enviée. Par ailleurs le jeu des départs et des arrivées, dans les premiers mois du nouveau règne, porta leur nombre à soixante-huit, dont seize nouveaux venus ou revenants, près du quart de l’effectif (23,5%), étaient redevables de leur promotion au souverain. Dans l’ensemble ce dernier avait donc bien préféré l’infiltration à la purge brutale. À ne considérer que les officiers principaux de ces cours : présidents, trésoriers, généraux, maîtres ou conseillers, l’on constate que neuf des vingt-cinq serviteurs du monarque défunt (36%) furent révoqués et que douze des vingt-sept agents de son successeur (44,4%) furent installés par ce dernier. La politique de noyautage de Louis XI avait évidemment pris pour cible les postes-clefs, au point de prendre des allures de purges localisées frappant les maîtres des Comptes, les généraux de la Justice des Aides et aussi, semble-t-il, les généraux maîtres des Monnaies.

25Comme on l’a vu ces moyennes, que le poids numérique des gens des Comptes tend à aligner sur les leurs propres, recouvrent des différences entre les cours. Nous y retrouvons l’écho de celles que nous avons pu relever par ailleurs dans l’administration générale : ainsi, tandis que la Chambre du Trésor partageait l’immunité du haut personnel des finances domaniales, la Chambre des Aides avait son lot des avanies essuyées par les officiers supérieurs des finances extraordinaires. La Chambre des Comptes, deuxième grand corps de l’État après son frère ennemi le Parlement de Paris, trop importante pour ne pas être prise en mains et trop éminente cependant pour être attaquée de front, occupait une position intermédiaire entre ces deux cas extrêmes. Quant à la Chambre des Monnaies, si l’état de nos informations est trop lacunaire pour autoriser des conclusions assurées, nous pouvons du moins supposer que la purge vraisemblable des généraux maîtres y avait comme ailleurs épargné le personnel subalterne et que sa situation était analogue à celle de la Chambre des Aides.

  • 78 Contamine, art. cit., pp. 135, 144.

26D’autres corps de l’État, comme le Parlement de Paris ou le collège des notaires et secrétaires du roi, avaient dû leur salut à l’idée de l’inamovibilité des offices, développée dans le milieu juridique des magistrats et des secrétaires, qui avait atténué, sinon toujours empêché, les révocations78. Mais ce sont précisément les juges, quel que fût leur titre, qui furent le plus remplacés par Louis XI dans les organes de contrôle des finances : la prise en main de ces cours, indispensable à la maîtrise de l’administration financière par le nouveau roi, passait par là. En même temps, il est indéniable qu’elles durent à leur position capitale d’être davantage ménagées que d’autres secteurs de l’État : tous les trésoriers de la Justice et conseillers du Trésor, le président lai et la moitié des maîtres des Comptes, la moitié des généraux et conseillers de la Justice des Aides, le tiers au moins des généraux maîtres des Monnaies de Charles VII furent confirmés, plus heureux en cela que les généraux, receveurs et contrôleurs généraux des finances ou que les capitaines de l’ordonnance. Situées à l’intersection du monde des grands corps de la monarchie et de celui des finances royales, ces institutions trouvèrent dans leur appartenance au premier ensemble un frein aux bouleversements auxquels les exposait leur ancrage dans le second. Dans la grande tourmente de l’avènement de Louis XI elles purent tant bien que mal gagner l’œil du cyclone.

3. Louis XI et l’opinion : le malentendu.

  • 79 Kendall, p. 90.

27Le changement de règne, on l’a dit, avait éveillé dans le royaume un immense espoir. Une ère nouvelle s’ouvrait, qui devait marquer la fin des charges extraordinaires. Les Français de 1461 auraient été bien étonnés s’ils avaient pu entendre, une génération après, les états généraux de 1484 dépeindre leur époque comme un âge d’or de mansuétude fiscale. En dépit de l’embellie des dix dernières années, les doléances et les vœux qui saluèrent l’avènement de Louis XI étaient unanimes à lui représenter des contribuables grevés d’impositions et à demander leur soulagement ; il est vrai que les malheurs de la guerre de Cent Ans étaient tout récents encore et que les plaies seraient longues à cicatriser, qui rendaient l’impôt lourd à porter. Les plus anciens n’avaient sans doute pas oublié les proclamations du chef de la Praguerie, et les bons rapports noués par celui-ci avec les yorkistes triomphants en Angleterre79, l’entente cordiale succédant à la guerre froide avec la Bourgogne paraissaient jeter les bases d’une paix solide : l’heure semblait enfin venue d’abolir ces taxes officiellement levées pour la guerre.

  • 80 Caillet, pp. 165, 167.
  • 81 Gandilhon, p. 284 ; Tyrrell, p. 66.
  • 82 . Champion, t. II, p. 238.

28Quand Charles VII mourut, les députés de Lyon étaient déjà en route : quatre jours plus tôt, le 18 juillet 1461, le Consulat de la ville les avait envoyés solliciter un dégrèvement du vieux monarque. Ils n’eurent plus qu’à changer de destination80. Dès le 9 août les états de Poitou se réunirent de leur côté à l’initiative de la municipalité de Poitiers pour débattre de l’envoi d’une délégation à Louis XI, afin qu’il consentît à « subleger et oster les grans charges des aydes »81. Les Tourangeaux, de leur côté, exprimaient le même espoir que le nouveau souverain venait « soulager son peuple »82. Les aides semblent particulièrement visées par ces aspirations : omniprésentes dans la vie quotidienne, sources de tracasseries et d’abus de la part des fermiers et de leurs agents, elles étaient impatiemment endurées et, frappant le commerce, mal vues de l’oligarchie marchande des villes - quand celle-ci ne tirait pas profit de leur ferme. En outre l’on sait qu’elles étaient d’introduction récente en Poitou et d’autant moins goûtées ici. Enfin, si les Français souhaitaient à l’évidence une baisse générale de la pression fiscale, ils n’en plaidaient pas moins pour leur paroisse d’abord.

  • 83 Favier, Louis XI, pp. 190-191. - Legeay attribue la harangue au frère de l’archevêque, le chanceli (...)
  • 84 « ut omnes rapacitates et iniquitates ab omnibus gradibus interdicam » (Lettres, t. IX, note 2 pp. (...)
  • 85 Histoire de Charles VII, éd. Charles Samaran, t.I, Introduction, pp. XII-XIII ; Histoire de Louis (...)
  • 86 Contamine, art. cit., p. 134 (citant le bâtard de Wavrin).
  • 87 Basin / Garand & Samaran, t.I, pp. 46-47.

29D’autres encore se chargeaient de remontrer à Louis XI le vœu de ses sujets. Dans la harangue qu’il lui présenta à Avesnes l’archevêque de Reims Jean Jouvenel des Ursins dénonça le fardeau des tailles, aides et subsides divers qui grevait ses sujets, dont la pauvreté était surtout imputée aux abus dont ils étaient victimes : c’est à la réparation des injustices que le vieil auteur politique appelait son souverain83. Le sacre, moment propice où le roi prêtait le serment solennel de s’opposer aux exactions et aux iniquités84, fut l’occasion de nouvelles suppliques des édiles rémois puis, le lendemain, de l’évêque de Lisieux Thomas Basin. Ce dernier avait préparé un discours en latin, où il exhortait Louis XI à réduire l’armée et les pensions pour baisser les impôts85. Enfin Philippe le Bon ne manqua pas d’y aller de ses conseils. L’avènement de son protégé paraissant lui promettre un rôle de premier plan dans le royaume, il prônait la modération et le soulagement du peuple, cherchant à apparaître comme un mentor rassurant aux côtés d’un roi impétueux et renouant avec la tradition du réformisme bourguignon du début du siècle. De même qu’il cherchait à contenir la politique de « chasse aux sorcières » dans laquelle se lançait son neveu86, il lui recommanda, selon une rumeur qui courut à Paris durant leur séjour commun en septembre, d’alléger les charges militaires et fiscales de ses sujets87. Ce programme, qui rejoignait celui de Basin, était tout à l’avantage du bon oncle, qui y gagnait popularité dans l’opinion et affaiblissement de la puissance royale.

  • 88 Ibid, pp. 18-21, 50-51.
  • 89 « Émeutes et troubles d’origine fiscale pendant le règne de Louis XI », pp. 453-454.

30Ces pressions déférentes ou affectueuses incessamment répétées plaçaient Louis XI dans une situation fort délicate. Il avait ses propres idées en tête, qui, sans être absolument étrangères aux aspirations des Français, étaient bien éloignées d’un vœu aussi ardent que la diminution de la pression fiscale : il n’avait pas atteint enfin son but pour renoncer aux moyens de ce pouvoir si longtemps convoité. En même temps, il ne pouvait paraître indifférent aux appels de ses sujets et se renfermer dans un mutisme embarrassé. Force lui fut donc de s’exprimer sur ce sujet brûlant. Il faut observer que le principal témoignage est ici celui de Thomas Basin, hautement suspect de partialité. Faut-il le croire lorsqu’il affirme que le roi mentit délibérément en promettant la suppression des impôts88 et conclure, avec André Léguai, qu’il avait pu chercher une popularité facile sans réfléchir aux conséquences, ou qu’il n’avait pas plus que ses sujets conscience de la nécessité de l’impôt permanent89 ? Nous nous y refusons. La première hypothèse suppose une légèreté bien éloignée de ce caractère calculateur ; quant à la seconde, elle lui prête une naïveté inadmissible chez un politique presque quadragénaire qui avait fait longuement l’expérience du pouvoir en Dauphiné et eu tout loisir de méditer - s’il en était besoin-sur l’importance des finances dans son exil besogneux.

  • 90 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 18-21.
  • 91 Ibid., pp. 50-51.
  • 92 Loc. cit. -L’écho s’en retrouve jusque dans les confins occidentaux des Pyrénées (Stein, note 3 p. (...)

31La teneur probable de ses propos transparaît à travers l’écho malveillant de Basin. Louis XI lui avait confié combien il était frappé du contraste entre la prospérité bourguignonne et la désolation du royaume90 ; plus tard, à l’évêque d’Auxerre qui lui demandait l’exemption d’un village, il répondit - comme jadis Charles VII aux Lyonnais - qu’il ne ferait pas de faveurs particulières mais entendait prendre des mesures générales91. Il est très vraisemblable qu’il évoqua dans ses déclarations les réformes fiscales qu’il s’apprêtait à mettre en œuvre, mais en se cantonnant dans des généralités car il n’avait pas le loisir, dans le tourbillon des premières semaines, d’en arrêter le détail avec les gens de ses finances, et sans doute aussi parce qu’il jugeait prématuré de dévoiler qu’elles ne combleraient pas pleinement les attentes. De fait ces projets prévoyaient la suppression des aides et de la taille, mais sous réserve de contrepartie et seulement dans les campagnes et les villes respectivement. Les paroles royales, avidement recueillies et qui se répandaient dans le royaume comme une traînée de poudre de l’aveu même de Basin92, subissaient la double altération d’une transmission orale multiple et d’un climat trop enflammé d’espérances pour qu’on n’entendît pas ce qu’on voulait entendre. Les propos de Louis XI sur un sujet sensible qu’il ne devait aborder qu’avec réticence et prudence, peut-être trop subtilement pesés, trop tissés d’ambiguïtés et de demi-vérités, étaient ainsi reçus, dans cet été de 1461 où l’on voyait tout changer, comme l’annonce du vieux rêve des Français enfin réalisé : l’abolition des impôts.

  • 93 Paul Dognon, « La taille en Languedoc », p. 349.
  • 94 Leguai, p. 452.
  • 95 Sée, note 2 pp. 177-178. - C’est nous qui soulignons.

32Le réveil fut brutal. Le financement de l’État ne souffrait pas de trêve, et il fallait bien assurer la soudure en attendant les réformes. Le 30 septembre, terme de l’exercice des aides en Languedoïl et Outre-Seine93, approchait. Quand, à la fin de l’été, les mandements royaux ordonnant leur levée pour la nouvelle année fiscale furent émis, des émeutes éclatèrent dans plusieurs villes. Des lettres de rémission accordées en décembre à deux marchands compromis dans la première et l’une des plus graves d’entre elles, la Tricoterie d’Angers, éclairent bien le mécanisme du dérapage. La publication du mandement, le 29 août, avait rencontré l’incrédulité générale et le bruit s’était aussitôt répandu qu’il s’agissait d’un faux. La thèse s’étayait même de détails précis : « il n’estoit pas seellé en cire jaune ne de nostre grant scel ». Déçue dans ses plus chères espérances, l’opinion se persuadait d’un complot des agents royaux, ses oppresseurs de toujours, pour continuer à l’exploiter au mépris même de la volonté du souverain. C’était le réflexe classique des peuples, alliant la révérence de l’autorité à la contestation de ses suppôts : le maître est bon mais ses serviteurs le trompent. Aux yeux des Angevins les impôts n’étaient d’ailleurs pas prorogés, mais bien recréés tant leur suppression paraissait certaine, si bien que des historiens, abusés, ont cru à une augmentation de la fiscalité94 : un appel à la clémence royale après la répression parlait encore de « la folie faicte (...) a cause du rétablissement des aides »95.

  • 96 Ord., t. XV, pp. 298-302.

33Le lendemain dimanche, après messe, les marchands mécontents et indécis conférèrent avec le corps de ville, le juge d’Anjou, officier du roi René, et l’un des élus des aides, officier royal ; l’on résolut d’envoyer à Poitiers, Chinon et Tours « pour savoir comment on se y gouvernoit sur le fait desdites aydes ». Fait révélateur, ce n’est pas vers l’administration royale mais vers les villes voisines que les Angevins se tournaient, dans un geste d’indépendance et de défiance marquée envers les représentants de l’État. Les marchands devaient se réunir dans l’après-midi pour décider s’ils participeraient à ces missions d’information, mais le tocsin qui les convoquait ameuta la populace et les élites perdirent le contrôle de la situation. Les officiers des finances furent la première cible des violences qui éclatèrent : l’hôtel d’un élu fut mis à sac. Pendant deux jours l’émeute fut maîtresse de la ville. La royauté intervint alors : Louis XI envoya deux commissaires, Bertrand de Beauvau, le futur président de la Chambre des Comptes, et un conseiller au Parlement, peut-être parent de l’élu sinistré, réprimer ces désordres96.

  • 97 Ibid., pp. 297-298.
  • 98 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 68-69 ; cf. supra, p. 93.
  • 99 Nous rejoignons pleinement Leguai sur ce point (pp. 458-459).
  • 100 Leguai, p. 457.

34Bien que moins circonstanciées, les lettres de rémission accordées aux Rémois, toujours en décembre, montrent un processus similaire dans l’autre grande révolte du temps, la Miquemaque de Reims, qui éclata fin septembre. Là encore, « soubs umbre de certain bruit qui fut ou pays » que le souverain avait « ordonné les imposicions estre abattues », le petit peuple s’insurgea quand les élus voulurent affermer les aides en vertu des lettres royaux, et s’en prit aux officiers qui durent s’enfuir97. Les registres des impôts, témoignage honni de l’oppression, furent détruits98. La répression, confiée au trésorier Bureau et au maréchal Rouault, fut plus lourde qu’à Angers par son ampleur et sa brutalité. On était cette fois dans le Domaine royal ; surtout Louis XI, frappé par cette explosion qui survenait peu après son séjour et dans la foulée des événements d’Angers, entendait à la fois punir de mauvais sujets rebellés un mois après l’avoir acclamé et faire un exemple avant que les troubles ne fissent tache d’huile. L’alarme autant que la rancœur expliquent sa réaction99. Les élites rémoises eurent toutefois l’habileté de recourir aux bons offices du duc de Bourgogne qui s’entremit le 13 novembre, trop heureux de jouer une fois encore les conciliateurs, et la cité fut garantie contre de nouvelles poursuites100.

  • 101 Le cas d’Aurillac, cité par Sée (pp. 177-178) et repris par Leguai (p. 459), est tout différent : (...)
  • 102 Legeay, t. I, p. 272 ; Sée, note 2 p. 177.
  • 103 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières, t. II, p. 94.
  • 104 Stein, p. 46.
  • 105 Ainsi à Angers (Leguai, p. 458) ou à Reims (Legeay, t. I, p. 271). Ainsi à Angers (Leguai, p. 458) (...)

35Ce scénario se répéta dans plusieurs villes à des degrés divers de gravité101. À Alençon, autre capitale de prince feudataire, les mandements royaux provoquèrent la même chasse aux officiers ; l’amiral de Montauban fut dépêché dans la ville, qui obtint ses lettres de rémission en juillet 1462102. À Laon, cité épiscopale et royale proche de Reims, la populace se souleva aux cris d’« il n’y a plus d’aides » et voulut noyer le commis d’un fermier ; l’affaire était devant la Chambre des Aides le 10 novembre103. À Rouen les officiers des finances furent semblablement pourchassés par la foule104. La bourgeoisie avait vu avec mécontentement le maintien des aides, mais elle avait vite été dépassée et effrayée par l’explosion de violence populaire qu’elle avait imprudemment encouragée par son attitude frondeuse et qui, visant d’abord le fisc royal, s’était retournée contre elle à l’occasion105. L’ordre rétabli par la force municipale ou royale, elle s’appliqua à échapper aux foudres de Louis XI en rejetant la responsabilité des troubles sur le petit peuple et en tâchant de faire oublier son propre rôle d’apprenti sorcier.

  • 106 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 70-71.
  • 107 Art. cit., pp. 448, 460.

36La poussée de fièvre de la fin de l’été 1461 fut sans lendemain. Thomas Basin attribue le calme qui suivit à la terreur inspirée par la barbarie de la répression à Reims106. André Leguai insiste de son côté sur l’effet apaisant de la reprise économique à partir de 1462, alors que le marasme des affaires qui frappait l’Occident depuis 1458 avait aiguisé les tensions sociales dans les villes107. Ce n’est sans doute pas seulement parce que les archives conservées sont essentiellement urbaines que nous ne rencontrons pas de pareils désordres dans les campagnes : les chroniqueurs n’en parlent pas non plus. C’est dans les villes que le malaise couvait ; le quiproquo apparu entre Louis XI et les contribuables lui servit de détonateur. La rigueur de la réaction royale ne put en tout cas que dissiper les illusions : le malentendu était levé sans ambages.

4. Défense des recettes extraordinaires.

37Arrivant dans ce royaume dont l’accueil l’avait tant inquiété, Louis XI ne put éviter de sacrifier un peu des recettes de l’État sur l’autel de son joyeux avènement. L’usage voulait que le roi inaugurât son règne par des gestes de mansuétude et de largesse : ses sujets, à commencer par les premiers de ses vassaux, l’attendaient là. Pour autant, le nouveau souverain n’avait nulle intention de laisser s’amenuiser les revenus de la monarchie : non seulement il veilla à ce que la succession au trône ne désamorçât pas la « pompe à finances » royale, mais il n’hésita pas à défendre et même accroître les droits du fisc dès les premiers temps de son règne.

  • 108 Champion, t. II, p. 5.
  • 109 Commynes, Mémoires, éd. Godefroy augmentée par l’abbé Nicolas Lenglet du Fresnoy, Preuve n° VIII, (...)

38À peine était-il aux portes de son État que Louis XI se préoccupa de ses finances. Philippe le Bon, soucieux de pousser l’avantage, lui aurait proposé à Avesnes jusqu’à 3 ou 400 000 écus de prêt pour les besoins de son avènement, somme considérable qui l’aurait plus étroitement encore enserré dans les rets bourguignons et qu’au demeurant l’obligeant duc aurait sans doute peiné à fournir ; mais le neveu n’eut garde d’accepter108. Il prit donc les premières mesures qui s’imposaient pour garantir son indépendance financière. Dès le 31 juillet il chargea ainsi le receveur général Étienne Petit de poursuivre en Languedoc la perception des impôts extraordinaires de l’exercice courant, afin que le recouvrement régulier des deniers royaux ne fût pas interrompu au moment où il fallait pourvoir aux frais du sacre109.

  • 110 Vidal, p. 34.
  • 111 Pilot de Thorey, n° 1 328, t. II, p. 28 ; Gandilhon, note 4 p. 300 pour la date exacte.

39Toujours pour ne point désorganiser la rentrée de ses revenus, le roi respecta les accords passés du vivant de son père : nous ne voyons pas que des baux aient alors été cassés, et les fermiers du fisc paraissent avoir été plus heureux que les officiers royaux. Aussi bien, il entrait dans le dessein de Louis XI de se concilier le monde des manieurs d’argent qui détenait ces fermes. Ainsi, en Languedoc, le bail de la ferme de l’imposition foraine, qui arrivait à son terme le 31 août, avait été adjugé aux mêmes fermiers pour un nouveau triennat juste avant la mort de Charles VII ; le 17 septembre son successeur confirma ce marché110. De même, le traité d’association passé entre le souverain défunt et le roi René, comte de Provence, pour le tirage du sel sur le Rhône à la part de l’Empire, organisant conjointement le monopole de l’approvisionnement des pays de la rive gauche du fleuve, fut prorogé pour dix ans le 16 mars 1462111.

  • 112 Ord., t. XV, pp. 27-29.
  • 113 Ibid., pp. 261-263.
  • 114 Ibid, p. 35. - Après audition de témoins les élus ratifièrent ces exemptions le 16 janvier 1462 (p (...)

40Louis XI fut cependant amené à concéder des privilèges au détriment de ses droits fiscaux ; il est du reste vraisemblable qu’il s’agissait bien souvent de simples confirmations, sans que nous puissions toujours le connaître. Malgré ses déclarations, il accorda ainsi des exemptions particulières de taille, à Angoulême le 20 septembre112, à Cléry en décembre113. Si la seconde grâce était dictée au roi par sa dévotion pour la Vierge du lieu, la première accédait aux requêtes du comte d’Angoulême et allait au surplus dans le sens des réformes à venir, qu’elle ne faisait qu’anticiper : c’était l’occasion de contenter à peu de frais un de ses grands vassaux. Ces mêmes considérations de politique intérieure poussèrent le souverain, encore mal affermi sur son trône et soucieux toutefois de limiter les concessions, à complaire au comte de Nevers. Celui-ci s’étant plaint que les officiers de son Hôtel, traditionnellement francs de tailles et d’aides, eussent été contraints de contribuer à la suite de récentes ordonnances de Charles VII, Louis XI prescrivit le 26 septembre aux généraux des finances, à la Chambre des Aides et aux élus de Nevers une enquête sur ces privilèges, et leur rétablissement s’ils étaient avérés114.

  • 115 Champion, t. II, note 2 p. 17 ; cf. supra, p. 50.
  • 116 Albert Lecoy de la Marche, Le roi René, t. I, p. 333, note 1 p. 334 ; cf. infra, p. 114. - La trai (...)
  • 117 Lecoy de la Marche, PJ n° LIV, t. II, pp. 312-313.
  • 118 Ord., t. XVII, note (a) pp. 155-156.

41Les grands seigneurs attendaient encore de leur nouveau souverain la cession de revenus royaux. Le roi se borna généralement à la simple confirmation des faveurs de son père : il ne pouvait faire moins. Le 3 septembre il ordonna ainsi le versement au roi René des 56 000 l.t. de crue de taille dont Charles VII avait ordonné la levée pour aider la Maison d’Anjou dans ses entreprises italiennes115, et le 7 novembre prorogea pour sept ans le don à son oncle de l’imposition foraine, des aides et de la traite des vins du comté de Beaufort116. Il est probable que le don à ce prince de la traite des vins d’Anjou, à la même époque117, était également une confirmation. Louis XI pouvait moins encore faire la sourde oreille aux doléances de son oncle de Bourgogne, qui n’avait pas manqué de lui faire ses représentations. C’est ainsi que le 1er octobre il chargea les baillis et élus de Sens et Troyes d’enquêter sur les violations du traité d’Arras par les officiers royaux dans la châtellenie de Bar-sur-Seine, où le produit du grenier, des aides et des tailles avait été abandonné au duc, et de rétablir ce dernier dans son bon droit118.

  • 119 Ibid., t. XV, pp. 164-165.

42L’aristocratie n’eut cependant pas le bénéfice exclusif de ces concessions fiscales. La bourgeoisie marchande en eut également sa part, mais là encore leur portée resta limitée. C’est ainsi que les états de la sénéchaussée des Lannes ayant remontré à Louis XI que depuis la reconquête les fermiers de l’imposition foraine taxaient contre l’usage ancien les marchandises échangées dans le pays ou menées dans l’intérieur du royaume, au préjudice du commerce régional, le roi ordonna en octobre que cet impôt n’y frappe plus que les marchandises entrant ou sortant du royaume119. Ce faisant, il se bornait à abroger une pratique abusive en ramenant les Lannes dans le droit commun de l’imposition foraine, sans porter le moins du monde atteinte à celui-ci.

  • 120 Gandilhon, p. 305. - La commission fut suspendue le 15 juin 1462 dans la perspective de prochaines (...)
  • 121 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 126-129.

43Non seulement le nouveau souverain mesura chichement le sacrifice de ses revenus que lui imposaient les circonstances, mais il s’employa à les défendre et même à les développer. La lune de miel franco-bourguignonne ne l’empêcha pas, reprenant le flambeau des mains de son père, d’envoyer dès le début du règne des commissaires imposer la consommation du sel de Languedoc en Mâconnais, sans d’ailleurs emporter l’avantage : la guerre des sels se poursuivit donc120. Il fut plus heureux dans ses efforts pour valoriser la taxation du vin dans les terres soumises à sa domination. Au témoignage de Basin la circulation des vins sur la Seine en direction de la basse vallée normande et du littoral fut alors frappée au Pont-de-l’Arche, en amont de Rouen, d’un droit nouveau d’un écu d’or par queue dont la perception s’étendit bientôt dans les terres à la ronde, les marchands ayant tâché de contourner l’obstacle121. Bien que l’auteur ne le précise pas, il s’agissait plus vraisemblablement d’une nouvelle traite des vins que d’un péage domanial. Quoi qu’il en soit Louis XI, bien décidé à retirer tout le profit possible de l’imposition du vin, n’allait pas tarder à prendre une mesure autrement audacieuse à l’occasion de sa grande réforme fiscale.

5. Le Domaine égratigné.

  • 122 Ord.,t. XV, p. 16.

44Le serment du sacre, prononcé par Louis XI le 15 août 1461, contenait l’engagement traditionnel de défendre le patrimoine de la Couronne et de lui réunir les terres et les droits aliénés par ses prédécesseurs. La restauration du Domaine était un acte rituel que tout nouveau monarque se devait d’accomplir à son avènement ; Louis, on l’a vu, n’y avait d’ailleurs pas manqué lors de son accession au delphinat, sans que ce geste formel marquât de réelle volonté politique. Devenu roi de France, il se conforma de nouveau à l’usage établi, dont le cérémonial de l’intronisation lui faisait une affaire de conscience. Le 9 septembre, invoquant son récent serment et le conseil pris à Reims des principaux seigneurs et prélats du royaume, il révoqua tous les dons de terres, revenus et droits domaniaux consentis « de tout le temps passé jusques a présent » à quiconque et pour quelque cause que ce fût. Le radicalisme même de cette mesure, l’approbation de ceux qu’elle eût lésés en premier lieu témoignent assez que chacun tenait son rôle dans l’accomplissement d’un rituel qui ne portait pas à conséquence. Relevons toutefois que le Parlement de Paris n’enregistra cette ordonnance qu’avec retard, le 1er février 1462122, comme si ce texte tout de convention mais, à la lettre, si lourd de conséquences avait rencontré des difficultés.

  • 123 Lettres, t. II, pp. 3-4 ; Legeay, t. I, p. 299 ; Viala, t. II, pp. 214-215.
  • 124 Leseur / Courteault, t. II, note 2 pp. 96-97 (6 août 1461).

45Le nouveau souverain prit, il est vrai, quelques mesures au bénéfice de son patrimoine. Dès le mois d’août il enleva la seigneurie pyrénéenne de Mauléon-de-Soule, qu’il disait être du Domaine, au comte de Foix qui l’avait conquise sur les Anglais, et en décembre envoya le bâtard d’Armagnac, le trésorier Jean Bureau et le nouveau premier président du Parlement de Toulouse Jean Dauvet en prendre possession. Gaston IV produisit des lettres du roi Philippe VI cédant à sa Maison les terres qu’elle libérerait, mais s’inclina123. Plutôt que la réunion d’une terre perdue jadis par la Couronne, il faut voir là un acte politique qui punissait le comte de sa fidélité au feu roi, dont il venait de justifier l’action dans un mémoire à son successeur124, et affirmait l’autorité royale dans ces lointaines Pyrénées, au flanc de ce Béarn qui se prétendait indépendant.

  • 125 . Ord., t. XVII, note (b) pp. 130-131.

46Il n’était naturellement pas question, en revanche, de s’en prendre au duc de Bourgogne, bien que le serment du sacre et l’ordonnance du 9 septembre eussent pu s’entendre dans l’absolu comme une révocation du traité d’Arras. Philippe le Bon avait du reste pris ses précautions durant son séjour à Paris avec le roi. Quand, au lendemain de leur séparation, ce dernier rendit le 1er octobre une série de lettres en réponse aux requêtes de son oncle, il manda entre autres aux gens des Comptes de rechercher dans leurs archives ce que prévoyait ce traité au sujet du Mâconnais, Philippe s’étant plaint de ne pouvoir jouir du don qui lui en avait été fait125. Les accords de 1435 étaient ainsi reconnus comme la seule base juridique valide du partage des droits entre le roi et le duc dans les terres concernées, nonobstant les récentes dispositions.

  • 126 Ord., t. XV, note (b) pp. 176-177 ; Legeay, t. I, p. 267 ; Spont, « La gabelle en Languedoc », pp. (...)

47L’intégrité du Domaine fut toutefois moins affectée par le changement de règne que les nécessités politiques de l’heure et le passé de Louis n’auraient pu le faire craindre. Pour commencer, il lui fallait pourvoir à l’état de sa mère et de son frère. L’assiette du douaire de Marie d’Anjou, d’un revenu annuel de 50 000 l.t., fut arrêtée le 16 octobre : elle reposait bien moins sur le Domaine que sur la fiscalité extraordinaire du sel. Tandis que la châtellenie de Chinon, transportée à la reine mère, et les finances ordinaires de la sénéchaussée de Beaucaire n’entraient que pour 3 800 l.t. (7,6%) dans sa rente, quatre greniers de Languedoc lui étaient affectés, outre la « double » de 10 d.t. par quintal dont elle jouissait depuis 1433 dans ce pays, ainsi que le quart du sel de la Saintonge et du Poitou où elle se retira126.

  • 127 Ord, t. XV, pp. 208-210.
  • 128 Stein, note 4 p. 37.
  • 129 Jassemin, p. 107.
  • 130 Stein, pp. 25-27.

48Un mois plus tard, en novembre, le roi sépara de la Couronne le duché de Berry et l’érigea en apanage et pairie au profit de son frère Charles avec le droit d’y nommer les officiers royaux, et d’abord ceux des finances extraordinaires. Louis XI le cédait officiellement au jeune prince, qui allait sur ses quinze ans, en guise d’« entrée et commencement d’avoir et tenir estat, (...) pour partie de son apanage et en attendant que autrement lui puissions pourveoir »127. De fait, le lot était chichement mesuré : à en croire les doléances certes intéressées de Charles le Domaine berrichon ne rapportait guère que 900 à 1 000 l.t. par an128, et le petit apanage restait assujetti à l’autorité de la Chambre des Comptes de Paris129. Au demeurant Louis XI s’était sans doute borné à réaliser un projet de Charles VII, qui avait déjà conféré le titre ducal de Berry à son fils puîné130. Le roi s’acquitta donc de ses obligations familiales aux moindres frais pour le Domaine, mais à frustrer Charles de l’accroissement d’apanage promis, il allait nourrir chez l’héritier du trône de dangereuses rancœurs.

  • 131 AN, U 446 f° 96-98 v°.
  • 132 Ord, t. XV, pp. 427-432.
  • 133 De Surirey de Saint Remy, p. 99.
  • 134 Jassemin, note 3 p. 253.

49Par ailleurs, prenant le contre-pied de la politique paternelle, Louis XI amnistia le 11 octobre le duc d’Alençon et le comte d’Armagnac et leur rendit leurs possessions131, ainsi qu’à Jacques d’Armagnac le duché de Nemours le 3 avril 1462132. Certes il ne s’agissait pas là de vieilles terres royales mais de saisies, dont Charles VII s’était parfois déjà défait : il fallut ainsi reprendre le comté de l’Isle-Jourdain au duc de Bourbon pour le rétrocéder à Jean V d’Armagnac133. Néanmoins certaines confiscations préparaient bien une réunion au Domaine : les titres du duché d’Alençon avaient déjà été versés aux archives de la Chambre des Comptes, qui dut les restituer134.

  • 135 De Roye / de Mandrot, t. Il, Interpolations, p. 149.
  • 136 AN, Xla 8 605 f° 259 ; Pilot de Thorey, t.I, note 1 pp. 315-317.
  • 137 AN, Xla 8 605 P 236 ;Lettres, t. III, note 3 pp. 431-432.
  • 138 Pilot de Thorey, n° 1 297, t. II, p. 9.
  • 139 Ord, t. XV, note (b) pp. 176-177.
  • 140 Ibid., pp. 176-178.
  • 141 Nous remercions Michel Le Mené pour cette précision.

50Surtout, le roi s’employa à régler les dettes du dauphin. Ses compagnons étaient impatients de recueillir la récompense de leur dévouement : à Avesnes Jean de Salazar et Antoine du Lau, convoitant les biens d’Antoine de Chabannes, n’avaient pas hésité à commander eux-mêmes des lettres de don pour les soumettre à la signature royale. En fait Louis XI leur refusa son seing135, et seuls deux de ses principaux serviteurs paraissent avoir reçu alors des terres. Le 3 août le nouveau roi concéda le comté de Comminges à son premier chambellan, le bâtard d’Armagnac, fait le même jour maréchal de France136, puis en septembre le comté de Guînes au Bourguignon Antoine de Croy, premier chambellan de Philippe le Bon promu grand maître de l’Hôtel de France137. Quelques personnages extérieurs au cercle des fidèles furent également gratifiés par Louis XI, qui fit don de la seigneurie dauphinoise de Roussillon au bâtard Louis de Bourbon, demi-frère du duc Jean II, le 14 septembre138, de la châtellenie de la Roche-Tesson à Guillaume de Vallée en octobre139. De son côté le roi René reçut le comté de Beaufort-en-Vallée en augmentation du duché d’Anjou le 1er novembre140, mais ce n’était en fait que l’entérinement d’une situation acquise141.

  • 142 Legeay, t.I, pp. 269-270 (qui parle de 5 000 écus de prêt) ; Pilot de Thorey, t.I, note 2 p. 244.
  • 143 Legeay, 1.1, p. 270.
  • 144 Pilot de Thorey, n° 1 341, t. II, pp. 33-34.

51Louis XI régla aussi ses créanciers par l’octroi de terres. Pérolle de Bourillon, qui lui avait prêté 6 000 écus, reçut le 2 septembre les châtellenies de Castelsarrasin et Saint-Porquier pour un revenu annuel garanti, avec faculté de rachat par le roi pour le montant de sa dette142, l’écuyer Nicole d’Anglade, bailleur de 7 000 écus, la seigneurie de Monclar, un droit ordinaire à Agen et une rente sur le Domaine en Toulousain, rachetables aux mêmes conditions, en octobre143, et le secrétaire Charles des Astars, qui avait fourni plus de 4 000 écus, la terre de Pierrelatte le 21 juin 1462144.

  • 145 AN, Xla 8 605 f° 259-260 v° ; Lettres, t. II, pp. 34-35 ; t. X, Supplément, pp. 175-177.

52Il paraît malgré tout excessif de parler d’aliénations massives du Domaine. Les registres du Parlement et de la Chambre des Comptes n’en recensent qu’un nombre remarquablement faible, et il ne semble pas que cela soit dû à leur refus d’entériner des dons en plus grand nombre. Les deux cours opposèrent bien une résistance à certaines concessions, mais s’inclinèrent devant les lettres de jussion royales. Ainsi remontrèrent-elles au roi que le comté de Comminges était entré dans son patrimoine sous condition expresse d’inaliénabilité, mais Louis XI ordonna aux gens des Comptes le 15 mars, aux parlementaires le 22 avril 1462 de passer outre et les gardiens du Domaine s’exécutèrent : l’acte fut enregistré au Parlement le 13 mai145. Comme on le verra plus loin, le changement de règne avait donné le signal d’une nouvelle lutte à couteaux tirés entre les deux grandes institutions rivales, qui recherchaient l’une et l’autre l’appui du souverain. Louis XI était ainsi en position de force pour imposer ses volontés.

  • 146 Ord., t. XV, pp. 210-212. - Les droits de tiers et de danger (dixième) étaient perçus par le seign (...)
  • 147 Ibid., pp. 178-179. - Le Parlement et la Chambre des Comptes n’enregistrèrent ces deux actes que s (...)
  • 148 Ibid., pp. 317-318.
  • 149 Borrelli de Serres, t. III, note 2 p. 560.

53Il en fut des revenus ordinaires comme des terres de la Couronne : à côté de quelques concessions de circonstance le nouveau monarque s’attacha à défendre ses droits. En novembre, il accorda ainsi à perpétuité au comte de Tancarville, à sa demande, les droits de haute justice et de tiers et danger dans son comté, jusqu’ici concédés à titre viager146. Ce faisant, Louis XI se bornait à pérenniser dans le droit ce qui l’était déjà dans le fait : c’était contenter à peu de frais un seigneur dont il venait de se faire céder, le 1er de ce mois, la terre de Montrichard voisine d’Amboise en échange de la vicomte normande de Gournay147. En revanche le roi consentit bel et bien à se dépouiller lorsqu’en janvier 1462 il autorisa le comte d’Eu, sur sa requête, à lever à son profit le droit domanial de fouage triennal dans ses terres normandes tenues en pairie, à l’égal des ducs d’Orléans et d’Alençon148. Les grands feudataires solliciteurs ne furent d’ailleurs pas les seuls bénéficiaires de telles concessions : le souverain abandonna ainsi au nouveau chancelier, Pierre de Morvilliers, l’émolument du Sceau149.

  • 150 Lettres, t. IV, note 3 p. 269 ; Sée, note 3 p. 173.
  • 151 Ord, t. XVIII, pp. 124-126.

54Dans le même temps, Louis XI témoignait de sa volonté de mettre pleinement en valeur les droits de son Domaine. C’est ainsi qu’il confirma la commission sur les francs-fiefs et nouveaux acquêts de Poitou confiée depuis plusieurs années par Charles VII au futur parlementaire bordelais Jean Yver, natif du pays ; encouragés de la sorte, Yver et ses collègues reprirent leurs activités avec une ardeur telle que Poitiers s’en plaignit en 1462150. Le roi alla jusqu’à rétablir le droit d’aubaine en Languedoc151.

  • 152 Nous ne savons s’il s’agissait de monnaie tournois ou parisis (5 s.t. valaient 4 s.p.).
  • 153 Jassemin, note 3 p. 279.

55Enfin, selon l’usage, à l’occasion de son avènement Louis XI autorisa les grands officiers de la Couronne, ses serviteurs et alliés, à lever à leur profit une taxe de 5 sous sur les professions traditionnellement soumises à leur juridiction152. Cette faveur fixée par la coutume ne lésait en rien les intérêts du roi, mais il n’en allait pas de même des assujettis et ce fut un beau tollé. L’usage semblait s’être perdu : le cas ne s’était plus présenté depuis quarante ans, et peut-être les circonstances avaient-elles alors empêché la levée de ces droits. Leur légitimité paraissait en tout cas assez peu assurée pour que la Chambre des Comptes fut appelée à se prononcer sur les prétentions du grand panetier de France Louis de Crussol et du grand bouteiller de France Antoine du Lau à l’égard des boulangers et des taverniers de Paris153. Les grands officiers ne manquaient d’ailleurs pas d’avidité. Le grand chambrier de France, Jean II de Bourbon, estimait ainsi à 100 000 livres le produit de son droit sur les merciers et marchands vendant à la mesure ; lorsque la perception en fut affermée il dut cependant revenir aux réalités et conclut un bail pour 7 000 livres.

  • 154 Gandilhon, pp. 172-173 ; Surirey de Saint Remy, pp. 105-106 (protestations de Lyon).
  • 155 Lecoy de la Marche, t. I, p. 476.

56Les fermiers se heurtèrent à des résistances diverses. Les municipalités protestèrent et réussirent souvent à transiger à moindres frais, relayées en Normandie et en Languedoc par les assemblées d’états qui obtinrent l’exonération de ces taxes, à l’exception toutefois des droits du panetier et du bouteiller154. De leur côté les seigneurs locaux firent parfois obstacle à la perception de ces taxes sur leurs terres, tel le roi René qui s’opposa d’abord à leur levée en Anjou et obtint du moins de les faire recevoir par ses propres officiers pour sauvegarder ses prérogatives155. Cette fiscalité parasitaire, qui frappait les marchands et artisans des villes, venait bien inopportunément aviver le malaise urbain né des espoirs déçus d’abolition des aides.

57Au total, il en alla des recettes aussi bien que des terres du patrimoine royal comme des revenus extraordinaires. Le nouveau souverain ne pouvait se soustraire aux concessions que lui imposait la circonstance, il s’employa du moins à les limiter et tâcha dans la mesure du possible de consolider et même développer ses droits par ailleurs. Le Domaine royal ne sortit ni indemne, ni démembré de l’épreuve : il fut égratigné.

6. Politique d’austérité.

  • 156 BN, mss. fr. 20 498 f° 79 r°-80 v°, 23 261 f° 30-31.
  • 157 Spont, « La gabelle en Languedoc », p. 468. - Les greniers dits « de terre » rapportaient alors en (...)
  • 158 73 000 l.t. avec l’abonnement au lieu de l’imposition foraine, affermé conjointement mais abandonn (...)
  • 159 BN, ms. fr. 20 498 f° 77 r°-v° pour les greniers, f° 78 r°-v° pour l’équivalent.
  • 160 Ibid, f°80v°.
  • 161 . Ibid, f°77 v°.

58À son arrivée aux affaires Louis XI apporta quelques retouches, de modeste ampleur semble-t-il, aux états des dépenses arrêtés par son père pour l’année financière en cours. Le cas du Languedoc nous est connu par l’heureuse conservation des pièces comptables. C’est le 23 décembre 1460 que le vieux roi avait fixé l’emploi de l’aide de 114 000 l.t. votée ce même mois par les états du pays156 ; les rôles par lesquels il disposait de même du produit des greniers à sel, estimé à 50 98 1. 15 s.t. avec le tirage du Rhône à la part du royaume157, et de l’équivalent, affermé pour 70 000 l.t. par an158, furent certainement établis à la même date. Si ces derniers redistribuaient intégralement les revenus attendus159, les paiements ordonnés sur l’aide ne montaient en tout qu’à 103 000 l.t., le monarque abandonnant le reste au pays « pour les graces et non valoirs », les dégrèvements et manques à gagner divers, évalués par conséquent à 9,6% du produit de l’impôt160. Ainsi, avec 223 498 1. 15 s.t. de dépenses pour 234 498 1. 15 s.t. de recettes prévues (et encore les gens des finances espéraient-ils en août 1461, en fin d’exercice, 11 à 12 000 l.t. supplémentaires de la gabelle)161, le dernier budget de Charles VII en Languedoc était excédentaire.

  • 162 Dognon, art. cit., p. 350.
  • 163 BN, ms. fr. 20 498 f° 79 r°.
  • 164 BN, ms. fr. 23 262 f° 1-2.

59Devenu roi, Louis XI annula certaines dépenses inscrites dans ces états. Ces retranchements furent toutefois marginaux et n’atteignirent que 5 564 1. 10 s.t., à peine 2,5 % du total. Il est vrai qu’à son avènement l’exercice des finances extraordinaires, qui s’achevait le 30 septembre en Languedoc pour la dépense162, était proche de son terme. Louis XI ne paraît toutefois pas s’être beaucoup hâté, car l’état des retranchements et de leur réemploi ne fut dressé qu’à la date du 5 février 1462. À l’annonce du trépas de Charles VII le receveur général Étienne Petit avait prudemment suspendu jusqu’à nouvel ordre l’exécution des ordres de paiement, en dehors des versements aux officiers comptables : « incontinent que mon maistre sceüt la mort du roy, cui Dieu pardoint, il envoya par tous les receveurs qu’ilz ne baillassent riens a personne sans ce qu’il eüst autres nouvelles ou mandemens », témoigne son clerc, qui ajoute que Louis XI dépêcha à cette fin le nouveau général Guillaume de Varye163. Les crédits ainsi radiés furent réaffectés au profit du souverain et de ses proches : il se fit verser 2 798 1. 10 s.t. comptant « pour faire ses plaisirs et voulentez », et alloua les 2 766 l.t. de reste au bâtard d’Armagnac en règlement partiel d’un don considérable de 25 000 écus dont il l’avait gratifié164.

  • 165 Kendall p. 114.
  • 166 Champion, t. II, note 4 p. 216.
  • 167 Ibid., note 3 p. 216.
  • 168 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 pp. 20-21.

60Le changement de règne inaugura une politique nouvelle de compression des dépenses publiques. Charles VII avait été mesuré, Louis XI se voulut austère. Fidèle à sa coutume, il montra l’exemple par la modestie de son train de vie. Selon les ambassadeurs milanais, il avait annoncé son intention de vivre sur le même pied qu’à Genappe dans la première année de son règne, et tint parole165. Il ne se faisait servir qu’un plat, et n’invitait guère à sa table166. Lui qui avait été un dauphin si prodigue ne donnait plus un sou, écrivait en décembre Prospéro da Camogli au duc de Milan167. De ce fait les dépenses de l’Hôtel du roi diminuèrent. Cette parcimonie étonna et mécontenta : c’est alors sans doute que Louis XI gagna sa tenace réputation d’avarice. Il est vrai que, la rancœur aidant, sa volonté d’économie alla parfois jusqu’au sordide : Tanguy du Châtel, qui avait avancé de ses deniers les frais des funérailles de Charles VII, paya sa fidélité de la disgrâce et ne fut pas remboursé par le fils et successeur du défunt168.

  • 169 Ord., t. XVII, pp. 56-57 ; Viala, t. I, p. 477.
  • 170 Gilles, note 221 p. 276.
  • 171 Pilot de Thorey, n° 1 977, t. II, 2e supplément, p. 436.
  • 172 Borrelli de Serres, t. III, pp. 558-559 ; Contamine, « La foire aux places », p. 135.
  • 173 BN, ms. fr. 20 486 f° 131 (30 janvier 1462).

61Les coupes sombres frappèrent également l’administration royale. Dans le Midi d’incessants conflits de compétence opposaient les sénéchaux aux juges mages. Les premiers - souvent, on l’a vu, des créatures de Louis XI nouvellement installées - s’étant plaints au monarque, celui-ci supprima purement et simplement tous les offices de juges mages en Languedoc, Rouergue, Quercy, Agenais et Périgord avant le 26 novembre169. La réduction du nombre des sergents fut également à l’ordre du jour. Ici, la politique royale rejoignait les vœux de l’opinion : ces sans-grade du service du roi, peu ou pas salariés, devaient vivre du produit de leur activité, ce qui favorisait les abus. En contact quotidien avec les populations pour qui ils étaient la manifestation concrète et contraignante de l’État, les sergents royaux, par leurs tracasseries et leurs exactions, se rendaient insupportables aux administrés qui ne cessaient d’en dénoncer le nombre et la charge jugés excessifs. En mars 1462 les états de Languedoc reprirent ainsi cette doléance, déjà exprimée deux ans plus tôt170. Les états de Dauphiné, qui leur firent écho la même année, obtinrent gain de cause : le 8 octobre 1462 le bâtard d’Armagnac, gouverneur du pays, ramena le nombre des sergents delphinaux à cent huit, ceux du trésorier général exclus171. En revanche les promotions accordées par Louis à ses secrétaires, après son avènement, dans le corps des notaires et secrétaires du roi y entraînèrent un gonflement de l’effectif, mais celui-ci n’eut sans doute pas d’incidence budgétaire, ce collège étant rémunéré globalement par une bourse commune172. Enfin, s’il faut en croire une lettre de Rémi de Marimont au souverain, celui-ci suspendit le paiement des gages de ses officiers pour les mois d’août à décembre 1461173.

  • 174 Joseph Calmette et Gaston Périnelle, Louis XI et l’Angleterre, note 5 p. 5.
  • 175 BN, mss. fr. 23 904 f° 2 pour 1460, 23 262 f° 3 pour 1462. - Contrairement à l’interprétation de C (...)

62L’armée, principal poste de dépenses de la monarchie, fut-elle touchée par la politique d’austérité ? La Chronique du Mont Saint-Michel affirme qu’en 1461 Louis XI « cessa gaiges de.vc. lances des gens de guerre que son pere avoit ordenez a garder les villes dessur la mer (..) en Guyenne, Poitou et Normendie »174. Ce chiffre paraît énorme. 1 729 lances semblent avoir été soldées l’année entière en 1461 : il aurait fallu alors qu’à sa mort Charles VII en entretînt quelque 2 200, 10% de plus qu’à leur création en 1445 malgré la paix revenue. Pour autant, une baisse (peut-être plus modeste) des effectifs de la cavalerie permanente n’est pas exclue. En les ramenant au niveau encore fort respectable de 1 700 lances, qui ne varierait guère avant 1468, Louis XI, qui dans l’immédiat tâchait de cultiver la paix avec ses voisins et ne recherchait pas de conflit, pouvait réaliser d’importantes économies tout en agréant à son oncle de Bourgogne qui, on l’a dit, lui conseillait de réduire l’armée comme l’impôt, et en maintenant néanmoins le royaume au premier rang des puissances militaires d’Occident. Relevons toutefois une inexactitude chez le chroniqueur du Mont, là précisément où il aurait dû être le mieux renseigné : la défense de la Normandie ne fut pas affaiblie, 580 lances y cantonnaient en 1462 comme en 1460. Louis XI ne baissait pas sa garde face à l’Angleterre175.

  • 176 Contamine, Guerre, État et société, pp. 283-284.
  • 177 Ibid., p. 395.

63Toujours est-il que les trente-quatre compagnies qui regroupaient les 1 729 lances conservées furent ramenées au nombre de vingt-trois. Le roi put ainsi entretenir moins de capitaines et disposer de douze compagnies complètes de cent lances, au lieu de huit précédemment176. Désormais la moitié de la cavalerie était organisée conformément aux ordonnances, et sous couvert de rationalisation Louis XI s’était débarrassé des hommes d’armes et des capitaines dont il se défiait le plus tout en soulageant d’autant ses finances. L’arrière-ban n’échappa pas davantage aux mesures d’austérité : à cette époque l’indemnité des vassaux en campagne, que Charles VII avait alignée, à équipement égal, sur les gages des hommes d’armes, fut réduite d’un tiers177.

  • 178 Legeay, t. I, p. 280 ; Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 112-113. - En fait cette pension, dont (...)
  • 179 BN, ms. fr. 23 262 f° 3. - Il s’agit là encore de faible monnaie de Normandie, valant 11 000 l.t. (...)
  • 180 Ord., t. XVII, pp. 266-269.
  • 181 Contamine, « La foire aux places », p. 141.
  • 182 De Surirey de Saint Remy, p. 105.

64Dans le domaine des dépenses civiles, le nouveau roi redistribua la manne des pensions. Les bénéficiaires furent naturellement ses partisans et, au premier rang, les puissants qu’il souhaitait se ménager. Le comte de Charolais, qui séjourna auprès de lui en novembre et décembre, reçut alors, avec une lieutenance en Normandie, une pension de 36 000 l.t.178, la plus forte qu’accorderait jamais Louis XI. Ce n’est certes pas un hasard si elle égalait - en valeur nominale - celle que Philippe le Bon lui avait versée : il entendait ainsi régler sa dette envers la Maison de Bourgogne, le duc étant sans doute trop fier pour accepter lui-même une pension dont il n’avait d’ailleurs nul besoin. De même le duc d’Alençon, réhabilité, fut gratifié de 12 000 l.t. par an179 et le duc de Nemours de « grant pension »180. En revanche les serviteurs de Charles VII, qui, sentant le coup venir, avaient sollicité du nouveau maître le maintien de leurs pensions autant que de leurs offices, se les virent diminuer, quand la disgrâce ne les leur ôta pas tout à fait. Les grands seigneurs ne furent pas épargnés : le vieux comte Jean d’Angoulême, qui recevait 14 000 l.t. du monarque défunt, dut se contenter désormais de 12 000, puis 10 000 l.t.181 Le duc de Bourbon, également atteint, fut toutefois plus heureux : dès le 11 janvier 1462 le roi rétablit son ancienne pension182. Louis XI joua ainsi des pensions comme d’un instrument de récompense et de sanction, sans en accroître la charge.

  • 183 Gandilhon, note 4 p. 355.
  • 184 Lettres, t. X, Supplément, pp. 162-163.
  • 185 Pilot de Thorey, n° 1 332, t. II, p. 29.
  • 186 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. 73.
  • 187 Pilot de Thorey, n° 1 306, 1 310-1 311, t. II, pp. 14-15, 17 (8 et 15 octobre).

65Le nouveau monarque devait aussi rembourser ses dettes. Arnoulfin, devenu général de Normandie, se fit payer sur sa recette générale183 tandis que Louis XI faisait régler par le trésorier de Dauphiné la traduction de Xénophon qu’il avait fait exécuter durant son séjour à Genappe184. Il ne manquait pas non plus d’indemniser ses compagnons d’exil des frais qu’ils avaient supportés pour son service. Le 12 janvier 1462 Hector Josselin et François Royer, qui continuaient à recueillir la dot de la reine, reçurent l’ordre de verser 1 000 écus à Philippe Royer (sans doute parent du précédent) pour lui permettre notamment de se désendetter185 ; nous avons déjà évoqué l’énorme don accordé au bâtard d’Armagnac. Certains services récompensés étaient plus anciens encore : Charles des Marets, le défenseur de Dieppe dont Louis avait fait lever le siège par les Anglais en 1443, reçut 2 000 écus pour son défraiement en 1462186. Plusieurs lettres rendues en octobre 1461 rétablirent par ailleurs les officiers delphinaux cassés par Charles VII en 1456 et prétendirent contraindre leurs successeurs à leur restituer les gages perçus depuis lors187, mesure propre à satisfaire les partisans de Louis sans lui coûter un denier. Du reste ses propres paiements s’étalèrent sur plusieurs années, tandis que les cessions de terres et de droits du Domaine le dégageaient comme on l’a vu de ses plus lourdes dettes : la liquidation de son passif n’obéra pas les caisses royales.

  • 188 Legeay, t. I, p. 269.

66Enfin, il s’acquitta envers le Ciel qui venait d’exaucer ses vœux les plus chers. Le 3 novembre, il offrit 600 écus à Saint-Sauveur de Redon, autant à Notre-Dame de Boulogne et à Saint-Jacques de Compostelle et 1 200 écus à Sainte-Pétronille de Rome188. Par ces offrandes, les premières dont nous ayons connaissance sous son règne, il entamait un long échange de bons procédés avec la Vierge et les saints, sollicités de contribuer comme les hommes à la réalisation de sa politique contre une rémunération qui appelait de nouveaux services autant qu’elle rétribuait les anciens.

  • 189 Kendall, p. 114.
  • 190 Champion, t. II, note 1 p. 195.
  • 191 Ibid., note 3 p. 216 (dépêche de décembre 1461 au duc de Milan).

67Les dépêches diplomatiques milanaises résument bien la politique financière de Louis XI dans les tout premiers temps de son règne : celle-ci consistait en substance « à accroître son revenu » - du moins à le préserver — « et à restreindre les dépenses inutiles »189. Le contexte d’un avènement ne s’y prêtait guère, mais il se montra assez tenace et peu soucieux des réactions pour y parvenir à peu près. Le roi thésaurisait donc : « il ne tend à autre chose qu’à mettre de côté des deniers avec une merveilleuse diligence », rapportait Prospero da Camogli, qui expliquait ce comportement « soit par une avarice extrême, soit par volonté de faire de grandes choses »190. Perspicace et proche du souverain, l’ambassadeur de François Sforza savait à quoi s’en tenir : c’est bien en vue de grandes entreprises que Louis XI amassait des fonds191. L’ancien dauphin besogneux entendait exploiter au maximum les possibilités de l’État royal pour financer de ses deniers, sans plus essuyer l’humiliation de l’emprunt, le grand dessein qu’il avait en tête. Mais les temps n’étaient pas mûrs, et la constitution de son trésor de guerre demandait un délai : en attendant, il allait mettre en œuvre ses idées sur la réforme des finances.

Notes

1 Contamine, « Louis XI, la prise de pouvoir, la foire aux places », Des pouvoirs en France, p. 143.

2 Selon certains de ses chefs de guerre le vieux monarque avait résolu d’ouvrir les hostilités en août, « mes la mort prevint l’entreprise » (Jean Maupoint, « Journal parisien », éd. Gustave Fagniez, p. 48).

3 Paul Murray Kendall, Louis XI, p. 88.

4 Contamine, article cite, p. 138.

5 Ibid, pp. 136, 144.

6 Ibid., p. 140.

7 De Roye / de Mandrot, t. I, pp. 18-19.

8 BN, ms. fr. 6 544 p. 23.

9 Borrelli de Serres, t. III, pp. 143, 145, 173, 182.

10 Spont / Jacqueton, p. 291.

11 Borrelli de Serres, t. III, p. 375 (coquille en note 1 : « 1468 » pour « 1461 »). - D’Oriole cessa de s’occuper de finances, mais ne quitta pas pour autant le service du roi : cf. infra, p. 157.

12 Ibid., p. 355. — Spont donne la date du 30 juillet (Jacqueton, p. 292).

13 Borrelli de Serres, t. III, pp. 200, 210-211, 355. - Contrairement à ce qu’écrit cet érudit de Varye n’était pas argentier en titre, mais commis à cet office (cf. Douët-d’Arcq, Nouveaux comptes de l’Argenterie, Préface, pp. 1-lj).

14 Spont / Jacqueton, p. 292.

15 . Borrelli de Serres, t. III, p. 153. - Bolomier fut banni et ses biens confisqués par arrêt du Parlement de Grenoble le 8 novembre 1462 (Pilot de Thorey, t. I, note 4 pp. 280-281).

16 Spont / Jacqueton, pp. 293-294.

17 BN, ms. fr. 20 495 f° 100.

18 Pilot de Thorey, n° 1 300, t. II, p. 11.

19 Ibid.,t.I, note 1 pp. 174-175 (cf. n° 1 036, pp. 404-405 : 3 août 1453) ; Borrelli de Serres, t. III, note 5 pp. 375-376.

20 Ibid., pp. 354, 356. - Spont fait de Simon de Varye le fils de Guillaume (Jacqueton, note 1 p. 295), ce qui est douteux puisque le premier servait déjà Jacques Cœur alors que les enfants laissés par le second à sa mort étaient encore mineurs en 1471 (Lettres, t. IV pp. 214-217).

21 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 32.

22 Spont / Jacqueton, pp. 294-295.

23 Il est vrai qu’il fut sans doute démis alors, car il vivait toujours en 1464 (BN, ms. fr. 20 494 f° 52).

24 Borrelli de Serres, t. III, p. 232. - La destitution de Thomas de Loraille est postérieure au 6 août, date à laquelle il était toujours officiellement chargé du paiement des lances de Normandie pour le second semestre de 1461 dans des lettres émanées du nouveau roi (BN, ms. fr. 20 496f° 2).

25 L’Ordinaire des guerres couvrait les dépenses régulières de l’armée permanente en temps de paix, tandis que l’Extraordinaire pourvoyait aux frais exceptionnels des levées et des campagnes en temps de guerre. La distinction entre ces deux postes budgétaires s’affirma sous Louis XI, quand le second échappa aux trésoriers des guerres au profit de commissaires. L’artillerie avait ses propres Ordinaire et Extraordinaire (Borrelli de Serres, t. III, pp. 241-242 ; Contamine, Guerre, État et société, p. 277)

26 Borrelli de Serres, t. III, p. 363 ; Contamine, « La foire aux places », p. 140.

27 Ibid, p. 142.

28 Ord, t. XV, pp. 360-362 (24 février 1462).

29 Joseph Vaesen, « Notice biographique sur Jean Bourré », p. 435.

30 Op. cit., t. VI, p. 435.

31 Thomas, t. I, Notices biographiques, n° II, pp. 274-275 ; du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 128-129 ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 354-356 sur la famille de Varye.

32 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 131-132.

33 Ibid., pp. 128-129.

34 Contamine, « La foire aux places », p. 132.

35 Ibid, p. 138.

36 Borrelli de Serres, t. III, p. 153.

37 Cf. Joseph Vaesen, « Catalogue du fonds Bourré à la Bibliothèque nationale » (mss. fr. 20 483-20 499).

38 Les papiers du notaire et secrétaire du roi et général des finances Jean de Reilhac étaient encore conservés dans sa famille au début du xviiie siècle (éd. de Reilhac, t. I, p. 261).

39 Comme l’a bien vu le toujours pénétrant colonel Borrelli (t. III, p. 375).

40 Henri Sée, Louis XI et les villes, PJ n° III, pp. 379-380.

41 Joseph Calmette, Louis XI, Jean II et la Révolution catalane, note 1 p. 50.

42 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 34-39 ; cf. Ord., t. XIX, pp. 110-111.

43 Gandilhon, note 2 p. 97. - Sur ce personnage cf. Henry Harrisse, Les Colombo de France et d’Italie, célèbres marins du xve siècle.

44 Cf. Contamine, art. cit., p. 139.

45 Cf. ibid, pp. 140-142.

46 Viala, t. I, p. 195 ; éd. de Reilhac, t. I, p. 115.

47 Contamine, art. cit., p. 135. - Fagniez, l’éditeur de Maupoint, y voit un fragment de la chronique royale dont Louis XI avait confié la rédaction à Jean Castel (p. 7).

48 Études sur les institutions financières, t. I, p. 86 ; cf. notes 15 p. 86, 1 et 2 p. 87.

49 Maupoint / Fagniez, pp. 46-47 ; Contamine, loc. cit. (citant la chronique anonyme).

50 Cf. Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 40-13.

51 Ibid, pp. 38-41.

52 Contamine, art. cit., p. 138.

53 Gandilhon, pp. 95-96.

54 Ord., t. XV, pp. 1-2, 3. - Ce sont les premiers actes de Louis XI figurant dans ce recueil.

55 Maupoint / Fagniez, p. 39.

56 De Roye / de Mandrot, t. I, p. 17.

57 Contamine, art. cit., p. 137.

58 Ord., t. XV, pp. 11-12. - Ces lettres royaux n’énumèrent que vingt-six officiers, mais un clerc avait été omis par inadvertance (Jassemin, note 2 p. 47) : il s’agit de Nicolas de Lailly, vraisemblablement victime de sa paronymie avec son collègue également maintenu Nicolas de Sailly, et qui en définitive conserva ses fonctions (cf. ibid., Index alphabétique des gens des Comptes, p. 340).

59 Op. cit., pp. 329-350. - Cet auteur parle de cinq maîtres révoqués (p. 47) mais son index le contredit ; au reste nous aurions alors vingt-sept officiers confirmés sur trente-deux (84,4%), ce qui n’altérerait pas nos conclusions.

60 La Cour du Trésor, Appendice II, pp. 211, 213-215.

61 Pilot de Thorey, t.I, note 1 pp. 315-317.

62 Ord, t. XV, note (a) pp. 467-468 ; Dupont-Ferrier, La Chambre des Aides, p. 74.

63 Ibid., Appendices chronologiques I bis-IV bis, pp. 235, 241-242, 244, 246, 248-249. - Cet historien ne sait si le conseiller Guillaume Vuiderue fut reconduit en 1461 (p. 242) : tel fut bien le cas, car il figure au nombre des assermentés du 18 septembre.

64 Ord., loc. cit.

65 Nous n’avons pu consulter aucune des monographies consacrées à cette institution, la thèse d’École des Chartes d’Arnold Ébel (ou tout au moins son résumé dans les Positions) et l’article du docteur Bailhache dans la Revue numismatique, qui fournit des listes « un peu sèches » de son personnel (Marc Bompaire et Françoise Dumas, Numismatique médiévale, coll. « L’atelier du médiéviste », Turnhout, Brepols, 2000, p. 364).

66 Ces lettres mettaient fin à la pléthore de généraux en n’en confirmant que sept, parmi lesquels figuraient déjà Germain Braque, Jean Clerbout, Jean Gencien et Ravant le Danois (Ord., t. XIII, pp. 369-372).

67 Gandilhon, PJ n° 9, pp. 424-426.

68 BN, ms. fr. 20 494 f° 44-45 (24 septembre), 46 (12 décembre).

69 BN, ms. fr. 23 262 f° 20.

70 Pour le premier Robert Favreau, « Les changeurs du royaume sous le règne de Louis XI », note 1 p. 219 (octobre 1456, avril-mai 1462) ; pour le second, déjà désigné par l’ordonnance de 1443, de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 9-10 (novembre 1460) et Pilot de Thorey, n° 1 375, t. II, p. 52 (20 septembre 1463).

71 Éd. de Reilhac, t. II, PJ n° XI, p. 23 ; Viala, Liste des conseillers au Parlement de Toulouse, t. II, p. 477 pour la mort de Gencien, qu’une coquille fait placer en 1469 à Pilot de Thorey (t. I, Additions et corrections [ !], p. 525).

72 Pilot de Thorey, t. I, n° 136, p. 56 (16 mars 1445) ; n° 148, p. 61 (11 août 1445). - Le Danois était toujours général des Monnaies au 1er février 1458 (Favreau, note 1 p. 236).

73 Ord., t. XV, p. 261.

74 Borrelli de Serres, t. III, p. 191.

75 Contamine, art. cit., p. 140.

76 Cf .infra, p. 152.

77 Éd. de Mandrot, t. I, pp. 29-30. - Cet auteur, il est vrai, n’est pas parfaitement fiable car dans l’élan de son énumération il cite aussi la Chambre du Trésor pourtant indemne.

78 Contamine, art. cit., pp. 135, 144.

79 Kendall, p. 90.

80 Caillet, pp. 165, 167.

81 Gandilhon, p. 284 ; Tyrrell, p. 66.

82 . Champion, t. II, p. 238.

83 Favier, Louis XI, pp. 190-191. - Legeay attribue la harangue au frère de l’archevêque, le chancelier Guillaume Jouvenel des Ursins (op. cit., t. I, p. 253), mais Louis XI avait déjà quitté Avesnes que celui-ci était encore à Paris pour les obsèques de Charles VII, célébrées le 6 août à Notre-Dame (de Roye / de Mandrot, t. I, pp. 21, 30) ; il ne fut remplacé qu’en septembre.

84 « ut omnes rapacitates et iniquitates ab omnibus gradibus interdicam » (Lettres, t. IX, note 2 pp. 207-208).

85 Histoire de Charles VII, éd. Charles Samaran, t.I, Introduction, pp. XII-XIII ; Histoire de Louis XI, éd. Garand & Samaran, t.I, pp. 18-19.

86 Contamine, art. cit., p. 134 (citant le bâtard de Wavrin).

87 Basin / Garand & Samaran, t.I, pp. 46-47.

88 Ibid, pp. 18-21, 50-51.

89 « Émeutes et troubles d’origine fiscale pendant le règne de Louis XI », pp. 453-454.

90 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 18-21.

91 Ibid., pp. 50-51.

92 Loc. cit. -L’écho s’en retrouve jusque dans les confins occidentaux des Pyrénées (Stein, note 3 p. 45).

93 Paul Dognon, « La taille en Languedoc », p. 349.

94 Leguai, p. 452.

95 Sée, note 2 pp. 177-178. - C’est nous qui soulignons.

96 Ord., t. XV, pp. 298-302.

97 Ibid., pp. 297-298.

98 Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 68-69 ; cf. supra, p. 93.

99 Nous rejoignons pleinement Leguai sur ce point (pp. 458-459).

100 Leguai, p. 457.

101 Le cas d’Aurillac, cité par Sée (pp. 177-178) et repris par Leguai (p. 459), est tout différent : il s’agit ici d’une enquête sur l’emploi passé des deniers municipaux et royaux par le corps de ville, qui négocia avec Louis XI une composition confirmée en août 1462 (Ord., t. XV, pp. 563-564).

102 Legeay, t. I, p. 272 ; Sée, note 2 p. 177.

103 Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières, t. II, p. 94.

104 Stein, p. 46.

105 Ainsi à Angers (Leguai, p. 458) ou à Reims (Legeay, t. I, p. 271). Ainsi à Angers (Leguai, p. 458) ou à Reims (Legeay, t. I, p. 271).

106 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 70-71.

107 Art. cit., pp. 448, 460.

108 Champion, t. II, p. 5.

109 Commynes, Mémoires, éd. Godefroy augmentée par l’abbé Nicolas Lenglet du Fresnoy, Preuve n° VIII, t. II, pp. 345-346. - Ce texte, édité sur une copie de l’abbé Le Grand, porte la date du 1er juillet ; l’abbé Lenglet l’a relevé et a hésité entre les leçons « dernier jour de juillet » et « premier jour d’aoust » (note 1 p. 346). Comme il s’agit d’un vidimus du 20 août 1461 qui qualifie le mois de « dernier passé », ce ne peut être le mois d’août, alors en cours ; ces lettres doivent donc dater du 31 juillet. Par ailleurs, contrairement à l’analyse que l’abbé Lenglet donne en tête de son édition - d’après Le Grand, semble-t-il - et que plusieurs historiens ont reprise (Sée, p. 125 ; Champion, t. II, note 7 p. 5), elles n’ordonnent nullement une crue pour le sacre mais la simple continuation de la levée des impôts en cours.

110 Vidal, p. 34.

111 Pilot de Thorey, n° 1 328, t. II, p. 28 ; Gandilhon, note 4 p. 300 pour la date exacte.

112 Ord., t. XV, pp. 27-29.

113 Ibid., pp. 261-263.

114 Ibid, p. 35. - Après audition de témoins les élus ratifièrent ces exemptions le 16 janvier 1462 (pp. 36-37).

115 Champion, t. II, note 2 p. 17 ; cf. supra, p. 50.

116 Albert Lecoy de la Marche, Le roi René, t. I, p. 333, note 1 p. 334 ; cf. infra, p. 114. - La traite des vins était le pendant de l’imposition foraine (qui prit d’ailleurs le nom de traite foraine au xvie siècle) pour les vins, dont elle taxait l’exportation vers les pays où les aides n’avaient pas cours (Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières, t. II, note 158 p. 86).

117 Lecoy de la Marche, PJ n° LIV, t. II, pp. 312-313.

118 Ord., t. XVII, note (a) pp. 155-156.

119 Ibid., t. XV, pp. 164-165.

120 Gandilhon, p. 305. - La commission fut suspendue le 15 juin 1462 dans la perspective de prochaines négociations (Lettres, t. II, pp. 53-54).

121 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 126-129.

122 Ord.,t. XV, p. 16.

123 Lettres, t. II, pp. 3-4 ; Legeay, t. I, p. 299 ; Viala, t. II, pp. 214-215.

124 Leseur / Courteault, t. II, note 2 pp. 96-97 (6 août 1461).

125 . Ord., t. XVII, note (b) pp. 130-131.

126 Ord., t. XV, note (b) pp. 176-177 ; Legeay, t. I, p. 267 ; Spont, « La gabelle en Languedoc », pp. 464, 465.

127 Ord, t. XV, pp. 208-210.

128 Stein, note 4 p. 37.

129 Jassemin, p. 107.

130 Stein, pp. 25-27.

131 AN, U 446 f° 96-98 v°.

132 Ord, t. XV, pp. 427-432.

133 De Surirey de Saint Remy, p. 99.

134 Jassemin, note 3 p. 253.

135 De Roye / de Mandrot, t. Il, Interpolations, p. 149.

136 AN, Xla 8 605 f° 259 ; Pilot de Thorey, t.I, note 1 pp. 315-317.

137 AN, Xla 8 605 P 236 ;Lettres, t. III, note 3 pp. 431-432.

138 Pilot de Thorey, n° 1 297, t. II, p. 9.

139 Ord, t. XV, note (b) pp. 176-177.

140 Ibid., pp. 176-178.

141 Nous remercions Michel Le Mené pour cette précision.

142 Legeay, t.I, pp. 269-270 (qui parle de 5 000 écus de prêt) ; Pilot de Thorey, t.I, note 2 p. 244.

143 Legeay, 1.1, p. 270.

144 Pilot de Thorey, n° 1 341, t. II, pp. 33-34.

145 AN, Xla 8 605 f° 259-260 v° ; Lettres, t. II, pp. 34-35 ; t. X, Supplément, pp. 175-177.

146 Ord., t. XV, pp. 210-212. - Les droits de tiers et de danger (dixième) étaient perçus par le seigneur féodal ou le roi, suzerain suprême, sur la vente de bois par ses vassaux dans certaines forêts (ibid., note (c) p. 210).

147 Ibid., pp. 178-179. - Le Parlement et la Chambre des Comptes n’enregistrèrent ces deux actes que sur ordre du roi, et avec des réserves malgré de nouvelles injonctions (ibid., pp. 179-184, 257-258, 498-499).

148 Ibid., pp. 317-318.

149 Borrelli de Serres, t. III, note 2 p. 560.

150 Lettres, t. IV, note 3 p. 269 ; Sée, note 3 p. 173.

151 Ord, t. XVIII, pp. 124-126.

152 Nous ne savons s’il s’agissait de monnaie tournois ou parisis (5 s.t. valaient 4 s.p.).

153 Jassemin, note 3 p. 279.

154 Gandilhon, pp. 172-173 ; Surirey de Saint Remy, pp. 105-106 (protestations de Lyon).

155 Lecoy de la Marche, t. I, p. 476.

156 BN, mss. fr. 20 498 f° 79 r°-80 v°, 23 261 f° 30-31.

157 Spont, « La gabelle en Languedoc », p. 468. - Les greniers dits « de terre » rapportaient alors environ 30 000 l.t. par an et la ferme du tirage du royaume environ 20 000 l.t. (ibid.).

158 73 000 l.t. avec l’abonnement au lieu de l’imposition foraine, affermé conjointement mais abandonné à la reine Marie d’Anjou. Le bail en cours excédait d’ailleurs ce montant de 370 l.t., affectées au paiement des officiers de l’équivalent (Spont, « L’équivalent en Languedoc », pp. 242-243 ; Vidal, pp. 33-34).

159 BN, ms. fr. 20 498 f° 77 r°-v° pour les greniers, f° 78 r°-v° pour l’équivalent.

160 Ibid, f°80v°.

161 . Ibid, f°77 v°.

162 Dognon, art. cit., p. 350.

163 BN, ms. fr. 20 498 f° 79 r°.

164 BN, ms. fr. 23 262 f° 1-2.

165 Kendall p. 114.

166 Champion, t. II, note 4 p. 216.

167 Ibid., note 3 p. 216.

168 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 pp. 20-21.

169 Ord., t. XVII, pp. 56-57 ; Viala, t. I, p. 477.

170 Gilles, note 221 p. 276.

171 Pilot de Thorey, n° 1 977, t. II, 2e supplément, p. 436.

172 Borrelli de Serres, t. III, pp. 558-559 ; Contamine, « La foire aux places », p. 135.

173 BN, ms. fr. 20 486 f° 131 (30 janvier 1462).

174 Joseph Calmette et Gaston Périnelle, Louis XI et l’Angleterre, note 5 p. 5.

175 BN, mss. fr. 23 904 f° 2 pour 1460, 23 262 f° 3 pour 1462. - Contrairement à l’interprétation de Calmette et Périnelle (p. 5), le but de ce désarmement partiel n’était donc pas d’amadouer Édouard IV.

176 Contamine, Guerre, État et société, pp. 283-284.

177 Ibid., p. 395.

178 Legeay, t. I, p. 280 ; Basin / Garand & Samaran, t. I, pp. 112-113. - En fait cette pension, dont 20 000 l.t. étaient assignées sur les finances extraordinaires de Normandie (BN, ms. fr. 23 262 f° 3), était vraisemblablement exprimée en « faible monnaie » du pays, dans laquelle 12 l.t. valaient alors 11 l.t. de « forte monnaie », c’est-à-dire au cours de la monnaie tournois en vigueur dans le reste du royaume (cf. ibid., f° 3, 6 : 4 000 et 2 000 l.t. de forte monnaie respectivement arrondies à 4 363 1. 13 s.t. et 2 181 1. 16 s. 3 d.t. de faible monnaie). En réalité le comte de Charolais ne recevait donc sans doute que 33 000 l.t. en valeur habituelle.

179 BN, ms. fr. 23 262 f° 3. - Il s’agit là encore de faible monnaie de Normandie, valant 11 000 l.t. en forte monnaie.

180 Ord., t. XVII, pp. 266-269.

181 Contamine, « La foire aux places », p. 141.

182 De Surirey de Saint Remy, p. 105.

183 Gandilhon, note 4 p. 355.

184 Lettres, t. X, Supplément, pp. 162-163.

185 Pilot de Thorey, n° 1 332, t. II, p. 29.

186 De Roye / de Mandrot, t. I, note 2 p. 73.

187 Pilot de Thorey, n° 1 306, 1 310-1 311, t. II, pp. 14-15, 17 (8 et 15 octobre).

188 Legeay, t. I, p. 269.

189 Kendall, p. 114.

190 Champion, t. II, note 1 p. 195.

191 Ibid., note 3 p. 216 (dépêche de décembre 1461 au duc de Milan).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable