Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Première partie. L'héritage (1355-1461)

Chapitre III. Le Dauphin Louis et les finances (1439-1461)

Texte intégral

  • 1 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, pp. 96-97.
  • 2 Ord, t. XIV, pp. 426-427 ; Pilot de Thorey, t. II, pp. 399-400.
  • 3 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 20-21.

1En octobre 1456 Charles VII avait dénoncé devant les états de Dauphiné les charges dont son fils avait grevé le pays1 ; le 8 avril 1457, prenant officiellement la contrée sous sa garde, il accusa encore le fugitif d’avoir détruit le Domaine delphinal à force d’aliénations, de dons et de pensions sur les recettes ordinaires qu’il révoqua2. La propagande royale saisissait l’occasion de la soumission du Dauphiné pour opposer les pratiques du père et du fils : d’un côté la régularité, la mesure, la rigueur, le souci du soulagement des sujets, de l’autre le désordre, la prodigalité, la dilapidation, l’indifférence aux souffrances du peuple. Thomas Basin renchérit, quelque quinze ans plus tard, en affirmant que les antécédents du futur Louis XI en Dauphiné et ailleurs avaient gardé les plus lucides, en 1461, des espoirs suscités par son avènement3. Les adversaires de Louis dressaient donc un sévère bilan financier de ses années d’initiation au pouvoir. Qu’en fut-il en réalité ?

1. Premières expériences.

  • 4 Champion, t. I, pp. 193-194.
  • 5 Thibault, pp. 189-198, 203-204, 208-210, 212-213.

2Dès sa première expérience du gouvernement le dauphin put mesurer dans toute son ampleur la nécessité aiguë d’assurer le financement d’une politique. Pour ses premières armes Charles VII l’avait envoyé en mai 1439 délivrer le Languedoc des routiers qui l’infestaient, mais la monarchie manquait de moyens et le roi n’avait fourni à son lieutenant général de seize ans ni troupes, ni fonds pour mener à bien sa mission. Du moins avait-il eu soin de le flanquer des généraux des finances de Languedoc et d’Outre-Seine-et-Yonne, l’évêque de Laon Guillaume de Champeaux, révéré du dauphin qui l’appelait son parrain, et Régnier de Bouligny, qui le servirait plus tard en Dauphiné4, ainsi que du visiteur général des gabelles de Languedoc Hugues de Noer. C’est sous la houlette de ces trois praticiens que Louis, n’ayant d’autre choix que d’acheter le départ des soudards, voua une bonne part de ses efforts à obtenir les subsides, volontaires ou forcés, des divers états locaux et à les recouvrer. Déjà l’on peut déceler, dans l’emploi des sommes laborieusement réunies, certains traits qui s’affirmèrent par la suite : celui-ci était utilitaire, tourné d’abord vers la réalisation de l’objectif fixé. Le train de vie de l’Hôtel du dauphin ne marquait pas de progression notable ; en revanche le jeune prince cherchait à s’attacher des fidèles et récompensait sans lésiner les services rendus. Rappelé par son père, il s’apprêtait à partir, sa mission tant bien que mal remplie, quand il apprit à la fin de juillet le débarquement d’une armée anglaise à Bordeaux. De sa propre initiative il prolongea alors son séjour afin d’organiser la défense du Languedoc et réunit à Castres les états du pays pour leur demander 46 000 l.t., qu’il s’occupait de faire asseoir au début d’octobre, avant de regagner le Nord sur les instances répétées du roi que tant d’indépendance inquiétait5.

  • 6 Ibid., pp. 216-220.
  • 7 Ibid., pp. 229-230, 234.

3Il ne tarda pas à repartir pour les pays du Centre-Ouest, que Charles VII le chargea de reprendre en mains le 12 décembre 1439 en expulsant les routiers et en réprimant les abus, assisté d’une commission où ne figurait cette fois aucun homme de finances. Des collecteurs des tailles furent ainsi punis pour leurs exactions depuis vingt ans6, mais la nouvelle lieutenance générale tourna court, le dauphin ayant pris part à la révolte nobiliaire de la Praguerie contre la royauté en février 1440. Cet épisode ne le grandit certes pas : présomptueux et dévoré d’ambition, impatient de gouverner à seize ans, il s’avéra un démagogue éhonté, ne promettant rien moins, dans un manifeste, que la paix avec l’Angleterre et l’abolition des aides7, et avec toute sa jeune rouerie ne fut au fond qu’un fantoche entre les mains des conjurés, qui n’entendaient certes pas abaisser le père pour se soumettre au fils. En somme, il tint le rôle peu reluisant de prête-nom de la réaction aristocratique dans cette répétition générale de la guerre du Bien public.

2. Coûteux rêves de grandeur.

  • 8 Pilot de Thorey, n° 1836, t. II, Supplément, p. 344.
  • 9 Ibid., t. I, pp. 2-3.

4Le roi triompha aisément des rebelles, mais dut convenir que le temps était venu pour l’héritier du trône de s’exercer sérieusement aux responsabilités qui lui incomberaient un jour et, par lettres du 28 juillet 1440, lui abandonna le gouvernement du Dauphiné8. Louis s’empressa d’y dépêcher ses gens, qui en prirent possession dès le 13 août9 ; désormais un champ s’ouvrait sans réserve à son autorité. Prince absentéiste, encore associé aux affaires du royaume, de 1440 à 1446, comme prince résident, ayant rompu avec son père, de 1447 à 1456, il témoigna un égal intérêt pour l’administration de son État, qu’il gouverna en souverain pleinement indépendant dans la seconde période. Là, il put acquérir une longue expérience de la pratique du pouvoir.

5L’ambition fondamentale de sa politique, qui prit toute son ampleur à partir de 1447, était d’atteindre à une puissance digne d’un futur roi de France, et d’imiter au plus près ce pouvoir royal que la longévité de Charles VII dérobait incessamment à son impatience. Le programme était lourd pour la base territoriale dont il disposait, même si le pays pouvait bénéficier de ses retombées. C’était, en moins caricatural, Napoléon à l’île d’Elbe. Ces rêves de grandeur accrurent les besoins de l’État delphinal.

  • 10 Lettres, t. I, P.J. n° XXX, pp. 195-197.
  • 11 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 328.
  • 12 Legeay, t. I, p. 148 ; cf. Lettres, t. I, P.J. n° XXXVII, pp. 202-203 (20 octobre 1445) ; Pilot de (...)
  • 13 Lettres, t. I, P.J. n° XLIV, pp. 217-218 ; n° L, pp. 228-230.
  • 14 Pilot de Thorey, n° 780, 783, 784,t.I, pp. 283-286 ; note 7 p. 286.
  • 15 Ibid., n° 922, pp. 352-353 (14 mars 1452) ; n° 958, p. 368 (26 juillet 1452) ; n° 1 023, p. 398 (28 (...)

6L’Hôtel du dauphin, auquel vint s’adjoindre celui de la dauphine après son mariage à Charlotte de Savoie en 1451, s’avéra dispendieux une fois émancipé de la royauté après 1447. Ce n’était pas que Louis eût développé le goût du luxe : les dépenses du maître de sa Chambre aux Deniers, passées de 16 4991. 7 s. 3 d.t. en 1444-1445 à 19 405 1. 8 s. 2 d.t. en 1447-1448 (+ 17,6% en trois ans)10, ne reflétaient guère son importance nouvelle. Mais il avait multiplié les fidèles entretenus dans sa Maison au service de ses desseins : « beaucoup de gens de bien le suyvirent », écrit Commynes, « et plus qu’il n’en povoit nourrir »11. Le dauphin entendait ne pas mesurer la rétribution de ses serviteurs et obligés, et déjà s’affirmait sa libéralité envers les églises12, mais tant de gages, de pensions, de dons exténuaient les finances delphinales. En 1447 quatorze personnes se partageaient 10 525 l.t. de pensions ; en 1451-1452 elles étaient trente-neuf, mais la manne n’avait pas suivi et ne montait qu’à 14 049 1. 2 s. 4 d.t.13 De même, le 14 septembre 1450 Louis fit don de 14 000 écus d’or à l’évêque de Valence et Die, qui acceptait enfin de lui faire l’hommage de ses temporels ; neuf ans après le prélat n’en avait encore reçu que 9 200 lorsque Charles VII le contraignit à tenir le delphinat quitte du tout14. Devant ces difficultés de paiement, le dauphin finit par accorder aux gens de son Hôtel des offices domaniaux de gardes, capitaines et châtelains avec tout le revenu ordinaire de leurs ressorts en déduction de leurs gages ou pensions15.

  • 16 Ibid., n° 970, p. 373 ; note 1 p. 373.
  • 17 Ibid.,note 1 p. 405.
  • 18 Ibid., note 1 pp. 436-437.
  • 19 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 65.
  • 20 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 373.
  • 21 Ibid., n°982, p. 378.
  • 22 Ibid., n°961, p. 369 (1er août 1452) ; n° 964, p. 371 (3 août 1452) ; note 2 p. 416 (fin 1453 ?) ; (...)
  • 23 Ibid.,n° 1 226, p. 495.

7Les dépenses militaires, ce grand fardeau qui grevait le royaume de France, ne se développèrent que tardivement dans le Dauphiné de Louis. Celui-ci, qui en 1443 et 1444 s’était forgé un renom guerrier dans ses campagnes de Dieppe, d’Armagnac et surtout d’Allemagne pour le compte du roi, et qui menait une diplomatie active, paraît ne s’être pas préoccupé de longtemps de la puissance militaire de sa principauté. De 1452 à 1454 son ardeur belliqueuse se réveilla toutefois et chaque année le vit réunir ses troupes, en septembre 1452 pour défendre son beau-père le duc de Savoie contre son père16, en août 1453 en faveur du roi René17, en juin 1454 pour disputer l’hommage de Saluées à son même beau-père18 ; les deux dernières mobilisations débouchèrent effectivement sur des expéditions contre la Savoie, en Piémont puis dans le Bugey et la Bresse. Dès 1452 l’armée dauphinoise comptait, outre l’arrière-ban, la garde delphinale composée d’une compagnie de 50 gentilshommes19, d’archers et d’arbalétriers, de l’artillerie et 500 lances selon Pilot de Thorey, chiffre qui semble bien excessif, en tout cas cinq compagnies d’ordonnance20 à l’imitation de l’armée de Charles VII, mais vraisemblablement étiques et dont Louis chercha le 26 octobre à favoriser le recrutement21. Dès lors les dépenses d’armement se multiplièrent, notamment en faveur de l’artillerie22. Il semble même que le dauphin ait fait une première tentative pour instituer les francs-archers dans le pays, car le 1erjuin 1456 il exemptait trois mandements de l’obligation - écrasante - de fournir un archer ou arbalétrier par feu solvable pour son armée23. Cette volonté de faire du Dauphiné un petit royaume de France, aggravée par ses préparatifs pour résister à son père, dut considérablement alourdir les charges militaires du pays dans les dernières années de son gouvernement.

3. Développement de la fiscalité directe.

  • 24 Ibid., 167, p. 68.
  • 25 Lettres, t. I, PJ. n° XXX, pp. 195-197 ; datation d’après l’« Itinéraire du dauphin Louis II », Pil (...)
  • 26 Pilot de Thorey, n° 525, t. I, p. 185.
  • 27 Lettres, t. I, P.J. n° XLV, pp. 219-222.

8Louis était bien conscient du délicat problème que posait le financement de son ambitieuse politique par son modeste État, et ne négligeait pas les questions prosaïques de la gestion des deniers delphinaux. On le voit ainsi ordonner depuis Chinon, le 24 février 1446, la stricte exécution de l’état de distribution des recettes ordinaires arrêté par lui en octobre précédent24, puis, installé en Dauphiné, envoyer à la fin de septembre 1447 Régnier de Bouligny et d’autres consulter à Lyon les archives financières de son Hôtel25 et charger le 15 octobre suivant une commission de recevoir les comptes de tous les gestionnaires depuis cinquante ans26, marquant sa volonté d’une ferme reprise en mains des finances delphinales. Au vrai, la rupture avec son père ne fut pas brutale et Charles VII ne lui coupa pas immédiatement les crédits : de décembre 1446 à janvier 1449 le receveur général de Languedoïl Jean de Xaincoins versa encore au dauphin la somme considérable de 48 000 l.t., représentant presque moitié plus que l’aide annuelle votée par les états de Dauphiné27. C’est dire si ses finances pâtirent lorsque la corne d’abondance royale tarit finalement : il lui fallait désormais compter sur les seules ressources de sa principauté.

  • 28 Ibid., t. X, Supplément, pp. 148-149.

9Pays d’Empire, le Dauphiné restait extérieur à l’organisation financière du royaume, comme le dauphin lui-même le rappelait en 1447 à la reine d’Aragon : « nostredit pais n’est point adjoint au royaume de mondit [sic] seigneur, ne ne contribue en rien es aides, tailles et subsides d’iceluy »28. La fiscalité extraordinaire « pour le fait de la guerre » n’y avait donc pas cours, ce qui limitait évidemment les possibilités d’imitation de l’État de finance royal par son émule delphinal. Néanmoins le régime dauphinois présentait quelques similitudes avec le modèle français. A défaut de taille des gens d’armes la contrée acquittait une imposition directe sous la forme d’une aide votée chaque année par ses états, et en l’absence d’aides indirectes le Domaine delphinal incluait du moins des droits sur les marchandises, qui avaient conservé le vieux nom de gabelles, liés aux nombreux péages si importants dans cette terre de passages.

  • 29 Cf. ibid., t.I, pp. 34, 38 ; Pilot de Thorey, n° 1 166, t. I, p. 463.
  • 30 Gandilhon, p. 282. - Contrairement à ce qu’a compris l’auteur, ce capital arbitrairement fixé (dix (...)
  • 31 Legeay,t. I. pp. 141, 148, 181.
  • 32 Pilot de Thorey, n° 1960, t. II, 2e supplément, p. 427.
  • 33 . Lettres, t. I, P.J. n° XLIV, pp. 217-218. - Dès 1441 un don de même montant, qui représentait alo (...)
  • 34 Ainsi en janvier 1453 (Pilot de Thorey, n° 1 001 bis-quarto, t. I, p. 388 ; n° 1 006 bis, pp. 391-3 (...)

10C’est l’impôt direct qui fut l’objet de tous les soins de Louis. L’aide dauphinoise paraît avoir tenu à la fois de la taille et du fouage : impôt de répartition, son montant global était arrêté par avance, mais il semble qu’il était converti ensuite en une somme fixe par feu29. Chacun des feux solvables du pays était ainsi également taxé : définis comme des unités de richesse immobilière représentant un capital minimal déterminé, ils étaient réputés posséder la même faculté contributive30. Le Dauphiné, on l’a dit, était un pays d’états ; c’est donc de l’assemblée représentative, généralement réunie en février à Romans, que le prince devait chaque année solliciter l’octroi de l’aide31. Une seule fois, un cas de force majeure empêcha leur session : la contrée étant ravagée par une peste violente, le 12 décembre 1451 le gouverneur du Dauphiné prononça par ordre du dauphin la simple reconduction de l’aide de l’exercice échu, sans préjudice des droits du pays32. Louis s’appliqua donc à amadouer et bien tenir en mains cette assemblée dont le concours lui était indispensable, attachant à son service un personnage-clef comme le procureur général des états François Portier et n’hésitant pas à le gratifier avec d’autres, pour avoir œuvré au vote de l’aide en février 1447, d’un don égal au quinzième de ce subside33. Cette politique semble avoir payé : même si les états ne manquaient pas de présenter leurs doléances, auxquelles il s’efforçait autant que possible de faire droit34, le dauphin ne paraît pas avoir jamais éprouvé de difficultés majeures à en obtenir l’essentiel, la concession du précieux impôt, et ce en dépit de sa progression (tableau 4).

  • 35 Lettres, t. I, P.J. n° XXI, p. 184 et n° XXIII, pp. 185-186 pour les états de 1441 ; ibid, P.J. n° (...)

Tableau 4 : Aide du Dauphiné de 1441 à 145635

  • 36 Le florin du Dauphiné, d’une valeur de 15 s.t. (cf. Lettres, t. I, P.J. n° XLV, pp. 219-222 et n° L (...)

11(en florins36 et en livres et sous tournois)

  • 37 Legeay, t. I, pp. 154, 174 ; Lettres, t. I, P.J. n° LI, pp. 230-231 ; Pilot de Thorey, n° 882, t. I (...)
  • 38 Pilot de Thorey, n° 1 162, t. I, p. 462.
  • 39 Le gros dauphinois vaut 15 d. t. (cf. Lettres, t. I, P.J. n° LII, pp. 231-236 : l’écu est évalué à (...)
  • 40 Pilot de Thorey, n° 1 166, t. I, p. 463.
  • 41 Legeay, t. I, p. 191. - Même remarque que supra, fin de la note 35.
  • 42 Ibid., p. 231 ; Gandilhon, p. 281.

12On le constate sans surprise, l’arrivée de Louis dans son État marqua l’étape décisive dans l’alourdissement de la pression fiscale. Diverses surtaxes occasionnelles, votées ou non par l’assemblée dauphinoise, vinrent aggraver encore le poids de la fiscalité directe dans les dernières années. Ce fut d’abord un don de joyeux avènement de 21 042 ou 21 642 florins (15 781 1. 10 s.t. ou 16 231 1. 10 s.t.) accordé par les états à leur nouvelle dauphine en février 1451, suivi peut-être de dons particuliers, plus forcés que volontaires, montant pour les principales villes et plusieurs pays à 3 300 écus et 300 florins (4 762 l.t.)37. Ce furent ensuite des sommes levées d’autorité par le dauphin pour entretenir l’armée, ainsi 82 1. 10 s.t. exigés outre l’aide le 15 juin 1455 des monnayers de Romans pour les archers de la garde38, une aide d’un peu plus de 2 gros39 par feu, d’un montant de 196 florins 8 gros (147 1. 10 s.t.), imposée le 1er juillet suivant dans le Sud-Est pour la solde d’arbalétriers de l’ordonnance40, enfin un subside additionnel de 12 387 florins (9 2901. 5 s.t.) ordonné en avril 1456 pour faire face aux pressantes nécessités41. L’impôt direct du Dauphiné atteignait alors un total de 60 910 florins (45 682 1. 10 s.t.) : il avait doublé depuis le début du gouvernement du dauphin. La reprise en main du pays par Charles VII, qui n’avait nul besoin de tant le pressurer, fut le signal de la décrue ; à la mort du roi le montant de l’aide du Dauphiné était redevenu le même que vingt ans auparavant42.

  • 43 Legeay, t. I, p. 154.
  • 44 Les mandements qui les ordonnent sont innombrables dans le recueil de Pilot de Thorey.
  • 45 Pilot de Thorey, n° 41-42, t. 1, pp. 19-20.
  • 46 Ibid., n° 1 962, t. II, 2e supplément, p. 429.
  • 47 Ibid., n° 1 905, Supplément, p. 392.
  • 48 Ibid., n° 442, t. I, pp. 148-149 (23 avril) ; n° 444, pp. 150-151 (27 avril ; cet acte est aussi an (...)
  • 49 Ibid., n° 1 958, t. II, 2e supplément, p. 426.

13Louis savait le poids de ses exigences lourd à porter pour sa petite principauté. En janvier 1449 il éprouvait le besoin de s’en justifier auprès des états, rappelant que ses prédécesseurs dauphins du Sang de France avaient toujours joui par ailleurs d’un grand apanage dans le royaume, Normandie ou Guyenne, et promettant de soulager le Dauphiné, mieux, de le combler de ses largesses quand il aurait obtenu justice de son père43. En attendant ce jour incertain l’assiette de l’aide était sans cesse remaniée, à la fois pour en assurer le meilleur rendement et - surtout - pour la rendre plus supportable aux contribuables en faisant droit à leurs requêtes de révision des feux. Les recherches des feux, générales ou locales, paraissent d’ailleurs avoir été incessantes et comme routinières dans le Dauphiné du xve siècle44 alors qu’en Languedoc, autre pays de feu réel, une telle entreprise était une véritable affaire d’État. Toujours le dauphin les ordonnait sur le vœu des habitants ; lorsqu’il en lançait dans une région entière ses commissaires avaient pour instruction de ne procéder que dans les communautés qui le souhaiteraient. Telles furent les conditions de la première enquête générale que décida Louis dans ses États le 30 juin 144245, et sans nul doute de la seconde, préparée le 11 novembre 1452 par la réglementation de la procédure46 et décrétée le 19 mars 145347, ou encore des révisions régionales prescrites en Valentinois et Diois en avril 144748, dans le sud et l’est du Dauphiné le 30 mai 144849. Même générale ou régionale, la recherche des feux était un service à la demande, non une entreprise systématique : la souplesse même du procédé explique sa fréquence.

  • 50 Ibid., n° 69, t. I, p. 31 (17 octobre 1443) ; Lettres, t. I, P.J. n° XXVII, p. 40 (6 décembre 1449)
  • 51 Pilot de Thorey, n° 444, t. I, pp. 150-151.
  • 52 Gandilhon, p. 282.
  • 53 Rey, op. cit., p. 365.
  • 54 Ord, t. XVIII, pp. 187-189.
  • 55 Pilot de Thorey, n° 896, t. I, p. 341. - Déjà, le 21 novembre 1449, une exemption particulière de v (...)

14Le motif allégué par les requérants était l’excès de leur charge, qui ne tenait pas compte de la dépopulation50 et les condamnait à l’endettement51. Ce siècle paraît avoir été sombre pour le pays, appauvri et dépeuplé par les guerres et les épidémies52, et les révisions tendaient invariablement à une réduction du nombre des feux. En quelques décennies le Dauphiné avait perdu les trois quarts de sa base d’imposition : les 23 822 feux recensés en 141053 n’étaient plus que 6 000 environ à l’époque de Louis54, et la tentative du dauphin, le 23 novembre 1451, pour repeupler ses terres par l’immigration en exonérant pendant dix ans les étrangers qui viendraient s’y fixer55 ne pouvait être pour l’assiette de l’aide d’aucun secours immédiat.

  • 56 Ibid., n° 513, pp. 179-180.
  • 57 Ibid., n° 1 093, p. 430.
  • 58 Ibid., n° 1 096, pp. 431-432. - Il semble que de telles dispositions aient été prises le même jour (...)

15Ce rétrécissement conjoncturel de l’assise de l’impôt ne pouvait être plus inopportun, alors que la fiscalité s’alourdissait sous l’effet de la politique delphinale. Les communautés cherchaient un soulagement dans la chasse aux exemptions abusives ; Louis seconda leurs efforts. Le 23 septembre 1447, à la demande des états du pays, il révoqua les franchises que ses prédécesseurs et lui-même avaient accordées pour n’exonérer que les seuls clercs et nobles vivant conformément à leur état56, définition extrêmement restrictive qui excluait des catégories traditionnellement dispensées comme les officiers commensaux du prince ou les monnayers et qui, trop radicale, ne fut pas appliquée. Il appuya semblablement les villes dans leur lutte contre l’usurpation de privilèges fiscaux par les gros marchands, ordonnant l’imposition de faux monnayers le 8 juillet 1454 à Romans - les vrais, eux, restaient bien exempts57 - ou de prétendus gens de guerre et affranchis le 19 à Grenoble, où il décida que les habitants de toutes conditions contribueraient pour cette fois et jusqu’à nouvel ordre, à la seule exception des officiers ordinaires et des hommes d’armes de son ordonnance58.

  • 59 Pilot de Thorey, t. I, note 2 p. 242. — Le 30 mai suivant le dauphin ordonna l’imposition des terre (...)
  • 60 Ibid, n° 687, p. 242.
  • 61 Lettres, t. I, p. 38.
  • 62 Pilot de Thorey, t. I, n° 744-745, pp. 267-269.
  • 63 Ibid,n°867 bis, p. 328.
  • 64 Ibid., n° 1 227, p. 495.

16C’est toutefois lors de ces mêmes états de 1449 où Louis avait dû s’excuser du poids de l’impôt que fut prise la mesure la plus décisive pour en élargir l’assiette, avec la mise à contribution des feux allodiaux. Nombreux en Dauphiné, les alleux, détenus souvent par la noblesse et le clergé, constituaient autant de limites à l’autorité féodale du dauphin et n’étaient pas soumis à l’aide, seigneuriale dans son principe ; aussi leur assujettissement au régime fiscal commun avait-il une portée politique plus large qui n’avait certes pas échappé à Louis. Là encore il œuvra de concert avec les états, car si l’assemblée demanda la participation de ces terres privilégiées aux charges du pays c’est le dauphin qui, ayant invité les alleux à s’y faire représenter, obtint dans cette session un subside de leurs députés pour leur part du fardeau. Le pas ne fut pas franchi sans quelques ménagements : le 26 février, tandis que le gouverneur du Dauphiné lançait un recensement général des feux allodiaux de l’Église et de l’aristocratie59, Louis, dans une proclamation solennelle60 comme dans des lettres particulières exhortant les Gapençais, absents aux états, à imiter les autres alleux61, déclarait cette levée sans conséquence pour l’avenir. De même, les feux allodiaux restèrent décomptés à part des autres. Les états de 1450 n’en reconduisirent pas moins la participation des alleux — désormais qualifiés de prétendus tels - à l’impôt, et les 10 et 11 février le dauphin ordonna la révision de leurs feux dans diverses circonscriptions62 ; le 20 mars 1451, ils furent à nouveau taxés63. Ainsi, d’année en année, l’usage s’installa-t-il. Par une tardive et faible contrepartie les possesseurs de biens prétendus allodiaux, contribuables aux subsides delphinaux, furent exemptés du droit de sauvegarde le 2 juin 145664.

4. Dilapidation du Domaine.

  • 65 Ibid.,n° 39, p. 18.
  • 66 Ibid., n° 57, p. 26.

17Autant Louis consacra d’efforts à retirer tout le fruit possible de la version dauphinoise de la taille, autant il paraît être resté indifférent à la valorisation de l’approximatif pendant des aides, les gabelles, dont le produit, comme tout revenu domanial, devait être grevé d’aliénations et de charges locales et d’un faible rapport. Les rares actes rencontrés à ce sujet sont au contraire un dégrèvement sur le sel transitant dans le pays, consenti le 2 mars 1442 au grand commerce65, et la suppression en faveur du duc de Savoie d’une récente taxe sur le sel transporté dans ses États, accordée le 3 février 144366 et qui devait d’ailleurs répondre, autant que l’institution de ce droit, à des considérations d’abord politiques. C’est en l’impôt direct surtout que croyait le dauphin.

  • 67 Ibid., n° 9, p. 6.
  • 68 Lettres, t. I, P.J. n° XXVI, pp. 189-190 ; Pilot de Thorey, n° 113, t. I, p. 148.

18Plus généralement, bien que le moindre développement des finances de type extraordinaire eût pu conférer au Domaine une importance plus grande que dans le royaume, celui-ci ne fut guère qu’un exutoire permettant de décharger le budget delphinal par des aliénations. Louis inaugura certes son delphinat, pour le principe, par la révocation des dons domaniaux consentis par son père ou - déjà - par lui-même, le 26 octobre 144067, mais cette décision de pure forme n’eut guère d’effet. Le 16 septembre 1444, depuis ses quartiers alsaciens d’Ensisheim, le dauphin tâcha du moins de réaffirmer l’autorité de l’administration domaniale sur les châtellenies aliénées : elles devaient être soumises à la juridiction exclusive des juges delphinaux, leurs comptes rendus à la Chambre des Comptes de Grenoble et leur revenu net remis au trésorier du Dauphiné pour être employé à la conservation du Domaine68.

  • 69 Ibid., n° 153, p. 64.
  • 70 Ibid., n° 1955, t. II, 2e Supplement, p. 425 ; note 4 p. 425.
  • 71 Ibid., n° 1 170, t. I, p.466.

19Un an plus tard, le 18 octobre 1445, Louis cassa de nouveau les aliénations. Il ménageait des exceptions en faveur de proches serviteurs ou de grands personnages comme Dunois, mais ces réserves mêmes témoignaient de sa volonté de procéder pour tout de bon quant aux autres69. Un commissaire delphinal réunit de fait dix-neuf châtellenies au Domaine en novembre et décembre, mais en définitive tous les bénéficiaires lésés sauf deux - morts sans doute entre-temps - furent confirmés dans leurs dons70. Les meilleures et les plus fermes intentions se brisaient sur l’impossibilité financière d’indemniser les donataires et l’impossibilité politique de mécontenter ces serviteurs et obligés du prince ; ce fut la dernière tentative du dauphin, qui se borna à limiter de nouveau à son profit, le 22 juillet 1455, les prérogatives juridiques et financières des donataires sur les terres aliénées71.

  • 72 Ibid, n° 169, pp. 68-69.
  • 73 Ibid., n° 780, pp. 283-284 ; n° 786, pp. 287-288.
  • 74 Ibid., n° 904, pp. 345-346 ; n° 910, p. 348.
  • 75 Lettres, t. I, note 1 p. 63 ; Pilot de Thorey, n° 1 136, t. I, pp. 451-452.

20Pas plus que de politique de restauration domaniale, il n’y avait de politique d’agrandissement, sinon par contrecoup de l’affirmation de l’autorité du dauphin à l’extérieur, avec l’accord ratifié le 3 avril 1446 sur l’évacuation des places occupées en Valentinois et Diois par le duc de Savoie - en échange, il est vrai, de l’abandon des prétentions delphinales sur la baronnie de Faucigny72 -, et à l’intérieur, avec la soumission de l’évêque de Valence et Die puis de l’archevêque de Vienne à Louis pour leurs temporels les 10 et 21 septembre 145073. Certes il arrivait que le prince étendît ses possessions, mais ce n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan des aliénations. Les cas de la terre de Beauvoir-de-Marc et de la châtellenie d’Étoile sont symptomatiques. Ayant pu racheter 2 000 écus la première, aliénée depuis 1420, le 16 janvier 1452, le dauphin la vendit onze jours plus tard à Houaste de Montespédon au prix de 4 500 écus, liquidant à bon compte une dette de même montant contractée envers son familier74. De même la seconde, acquise le 7 décembre 1454 par Louis, qui eût été bien incapable de la payer, en échange de terres du Vivarais dont il ne pouvait jouir, fut cédée dès le 23 février suivant, avec le péage et les moulins de Parpaillon, au fidèle Louis de Crussol envers qui le dauphin était lourdement endetté75.

  • 76 Ibid., 134, pp. 55-56.
  • 77 Ibid., n° 1 909, t. II, Supplement, pp. 393-394.
  • 78 Ibid., n° 768, t. I, pp. 277-278.

21Ce n’est pas à dire, cependant, que Louis fermait les yeux sur les abus qui pouvaient diminuer les droits de son Domaine. Au besoin les institutions delphinales veillaient au grain : au nom du prince elles ordonnèrent le 28 février 1445 une enquête sur les fraudes des péages domaniaux aux limites du royaume76, et prescrivirent dix ans plus tard, le 16 juillet 1455, le strict respect de l’usage ancien dans l’amortissement des fiefs delphinaux77. Dans l’intervalle, le 28 juin 1450, le dauphin lui-même avait restreint les exemptions de péages aux seuls biens destinés à la consommation des bénéficiaires et révoqué toutes celles qui outrepassaient cette limite78.

  • 79 Ibid., n° 936, pp. 357-358.
  • 80 Ibid., n° 1107, pp. 435-436 ; n° 1136, pp. 451-452.
  • 81 Ibid, n° 31, p. 15. — Le droit de lods et ventes frappait les ventes de fiefs et de censives (Jasse (...)
  • 82 Pilot de Thorey, n° 1 190, t. I, p. 477.
  • 83 Ibid., n° 124, p. 51.

22Ces efforts ne visaient toutefois qu’à prévenir la spoliation illicite des droits delphinaux, non à les dégrever des dons incessants d’un prince toujours impécunieux qui n’y trouvait pas seulement le palliatif aux gages et pensions de ses serviteurs. Offrait-il 1 000 écus à son compère Jean de Garguesalle pour son mariage, il devait lui constituer une rente sur la châtellenie de Crémieu en attendant un improbable paiement79 ; empruntait-il à Crussol de fortes sommes, montant en tout à 16 360 écus au 8 septembre 1454, il ne pouvait comme promis les rembourser dans les deux mois et, on l’a vu, désintéressait son créancier par une châtellenie, un péage, des moulins80. Certes tous les dons de lods et ventes, amendes et autres droits casuels du Domaine avaient été révoqués le 31 août 144181, mais en vain, une nouvelle prohibition des dons d’amendes le 26 octobre 1455 le montre82. Une mesure plus large quoique provisoire fut prise le 3 janvier 1445 quand le dauphin, sans doute devant le mauvais état de ses finances, suspendit pour cette année la jouissance des dons sur le Domaine83, mais l’ampleur des intérêts atteints permet de douter de son application réelle. Ces sursauts sporadiques étaient de toute façon voués à l’échec aussi longtemps que l’écart entre ses ambitions et ses moyens amènerait Louis à se défausser sur le patrimoine delphinal.

23Au total le dauphin, qui voyait trop grand pour son petit État, ne put trouver dans l’exploitation des ressources régulières que lui offrait le Dauphiné une solution satisfaisante au lancinant problème du financement de sa politique. Pressée de rapporter davantage dans une conjoncture qui ne s’y prêtait pas, l’aide épuisa pratiquement ses possibilités de croissance dans le bond en avant qui marqua l’installation de Louis dans sa principauté, après quoi les gains furent modestes malgré la mise à contribution des alleux. Qui plus est, son produit demeura toujours dérisoire selon les critères du royaume, où le maximum de 1456 aurait à peine permis l’entretien de cent vingt-trois lances fournies. Quant au Domaine, grevé de charges et amoindri par les aliénations, il ne pouvait être que d’un maigre secours. L’un des traits de la politique financière du dauphin fut donc la quête de sources de revenu complémentaires, dont il attendait une contribution significative à ses besoins : ce fut le règne des expédients.

5. Importance des expédients.

  • 84 Lettres, t. I, P.J. n° XXXII, pp. 198-199 ; note 1 pp. 22-23.

24Depuis son entrée officielle sur la scène publique en 1436, les pays d’états avaient régulièrement voté le don de circonstance à l’héritier du trône, indépendamment du financement des missions que lui confiait le roi (tableau 5). Le dauphin lui-même n’hésitait pas à solliciter les villes pour ses dépenses personnelles : après la campagne d’Allemagne il obtint 200 l.t. de Châlons-sur-Marne le 31 mars 1445 et 80 l.t. de Senlis le 17 août suivant pour l’aider à honorer les dettes contractées dans l’expédition84. Après 1447, les ponts coupés avec le royaume, Louis perdit cette double source d’appoints.

  • 85 Thibault, p. 155 (1437) et Lettres, t. I, pp. 1-2, 3-4 (1438 et 1439) pour le Dauphiné ; Thibault, (...)

Tableau 5 : Dons des pays d’états au dauphin de 1437 à 144685

Tableau 5 : Dons des pays d’états au dauphin de 1437 à 144685

Note * : Don de première entrée.
Note ** : Outre 1 000 écus (1 375 l.t.) de don du clergé.

  • 86 Pilot de Thorey, n° 1 839, t. II, Supplément, p. 346.
  • 87 Lettres, t. I, P.J. n° XXXI, p. 197.
  • 88 Pilot de Thorey, n° 1 107, t. I, pp. 435-436.

25Le dauphin se rabattit donc sur les emprunts auprès de riches particuliers de ses États, à commencer par son entourage. Cette pratique ne lui était du reste pas nouvelle : le 25 avril 1442 déjà il priait l’évêque de Grenoble de lui avancer 2 000 écus pour ses frais dans la campagne de Guyenne86 et en février 1445, retour de l’expédition d’Allemagne, ils’était fait prêter 5 500 l.t. par le maître de sa Chambre aux Deniers Jean de la Borderie87. Ce sont d’ailleurs les affaires militaires, nécessitant la prompte mobilisation de sommes importantes, qui occasionnaient surtout ces emprunts : c’est pour la campagne de Piémont que Louis de Crussol avait fourni 11 200 écus à son maître dans l’été 1453, pour l’expédition de Bresse qu’il avait avancé 5 160 écus un an plus tard. L’endettement du dauphin prenait des dimensions considérables : ce sont ainsi 22 495 l.t. qu’il devait à Crussol à l’automne de 145488, les deux tiers peut-être de l’aide de cette année. C’est sur l’aide, précisément, qu’avait été assigné le remboursement de l’évêque de Grenoble en 1442 et de Jean de la Borderie en 1445, mais depuis 1447 celle-ci était tout entière accaparée par les besoins de la politique delphinale et il ne fallait plus compter sur elle pour honorer les créances. On a vu comment, en dernier ressort, Louis y sacrifiait ses terres et ses droits, solution insatisfaisante pour le delphinat, spolié de son patrimoine, comme pour les prêteurs, contraints d’accepter faute de restitution de leur capital des compensations au demeurant surévaluées.

  • 89 Ibid., n° 1 843, t. II, Supplément, p. 348.
  • 90 Lettres, t. I, P.J. n° XL, pp. 213-214.
  • 91 Ibid., P.J. n° XLV, pp. 219-222.
  • 92 Ibid., P.J. n° XXXIX, pp. 204-212.
  • 93 Pilot de Thorey, n° 1 108, t. I, p. 436 ; n° 1 111, p. 438. - Cet érudit explique que le futur arge (...)

26Le dauphin avait cependant d’autres cordes à son arc. Nommé gonfalonier de l’Eglise par le pape Eugène IV le 25 août 144489 il avait droit en cette qualité à une pension pontificale dont le versement, il est vrai, n’était rien moins qu’assuré. Eugène, le 19 mai 1446, puis son successeur Nicolas V en 1447 ordonnèrent à l’archevêque d’Aix de lui verser à ce titre 20 000 florins sur le produit de la décime qu’il était chargé de lever, forte somme qui laissait supposer des arriérés90 ; Louis en attendait une rentrée de 26 000 écus, mais il ne reçut que 3 508 1. 6 d.t.91 Son activité diplomatique fut plus fructueuse, qui lui permit de retirer de l’alliance savoyarde de confortables subsides. Par le traité déjà cité que le dauphin ratifia le 3 avril 1446, le duc de Savoie non seulement le tenait quitte d’une dette de 3 000 ducats, mais s’engageait à lui verser la somme imposante de 54 000 écus. Dès le surlendemain Louis chargea son maître d’Hôtel Gabriel de Bernes, alors l’un de ses principaux serviteurs, d’en assurer le recouvrement. Si les échéances, comme il était prévisible, ne purent être tenues, au 18 juillet 1447 le dauphin avait tout de même reçu 45 500 écus en dix paiements92. De même, le traité qui mit fin à la guerre entre Louis et son beau-père le 14 septembre 1454 prévoyait l’acquittement par celui-ci d’une indemnité que dès le 21 le gendre commit son futur argentier Alexandre Sextre à recevoir93. Ainsi le dauphin était un prébendier du duc de Savoie, dont les subventions pouvaient tenir une place notable dans ses finances, mais un prébendier occasionnel et habile qui avait soin d’encaisser la manne étrangère dans les meilleurs délais pour retrouver aussitôt une entière liberté de mouvements.

  • 94 Ibid., n° 850, t. I, pp. 321-323.
  • 95 Ibid., n° 864, p. 327.
  • 96 Ibid, note 1 p. 327.
  • 97 Ibid., n° 1 186, p. 474.
  • 98 Ibid, note 4 p. 474 ; cf. t. II, note 2 p. 396.
  • 99 Ibid, n° 1 933, Supplément, pp. 409-410 ; note 1 p. 410.

27Ce ne fut pas toujours chose aisée cependant, soit que le duc eût compris que son intérêt était de tenir Louis en haleine, soit qu’il éprouvât tout simplement des difficultés à réunir les fonds promis. L’encaissement du plus considérable des subsides savoyards, la dot de la dauphine, s’avéra ainsi un feuilleton interminable. Le contrat de mariage conclu à Genève le 14 février 1451 fixait la dot de Charlotte à 200 000 écus, dont 15 000 payés comptant par le duc son père94. Le 10 mars l’heureux époux chargea Pierre de Camprémi de recouvrer ce fabuleux pactole, qui équivalait à quelque huit années de l’aide de ses États95 : on voit quel appoint ces apports pouvaient représenter pour le dauphin. Les rentrées furent cependant laborieuses, et les hostilités de 1453 et 1454 entre le gendre et le beau-père ne contribuèrent pas à hâter le mouvement. Camprémi mourut en août 145596 sans avoir pu mener sa mission à bien et fut remplacé le 15 septembre par Raymond Achard97, dont l’oncle Étienne, riche marchand venu de Savoie, paraît avoir tenu le premier rôle en coulisse98. 20 2781. 14 s. 6 d.t. à l’en croire, 41 250 l.t. selon Louis furent recueillis jusqu’à la fin de 145699. Dans le pire des cas ce n’était pas moins de 44,4% de l’impôt direct record de 1456 ; mais d’un autre côté le nouveau receveur n’avait obtenu au mieux qu’un peu plus du septième de la dot en quelque quinze mois. Il ne faudrait pas moins de huit ans, à ce train, pour la recouvrer intégralement, voire dix-sept ans dans l’hypothèse pessimiste : la question n’avait pas fini de hanter l’esprit du dauphin.

6. Limites de la politique monétaire.

  • 100 Ibid., n° 10, t. I, pp. 5-6 ; note 1 p. 6 ; Lettres, t. I, note 1 pp. 6-7.

28La monnaie, enfin, avait dès l’origine suscité l’intérêt de Louis. À peine était-il en possession du Dauphiné que le 5 novembre 1440 il s’informait sur sa compétence en la matière auprès de la Chambre des Comptes de Paris. À ses questions la cour répondit le 14 que les transferts du pays à ses prédécesseurs dauphins n’avaient comporté aucune réserve dans ce domaine, que le roi avait coutume d’y émettre concurremment des espèces royales et delphinales et qu’avec sa permission Louis pourrait faire de même, enfin que les généraux maîtres des Monnaies avaient en Dauphiné la même autorité que dans le royaume100. Au dauphin qui avait voulu savoir s’il pourrait mener sa propre politique monétaire, la gardienne des droits de la Couronne reconnaissait cette prérogative, mais en la soumettant au bon vouloir du roi et au contrôle de ses officiers.

  • 101 Pilot de Thorey, n° 136, t. I, p. 56.
  • 102 Ibid.,n° 138, p. 57.
  • 103 Cf. supra, note 36.
  • 104 Pilot de Thorey, n° 148, t. I, p. 61.
  • 105 Legeay, t. I, p. 102.

29Cinq ans plus tard Louis, auréolé du prestige de sa campagne d’Allemagne et gagnant en hardiesse, tenta d’émanciper totalement sa politique de celle de son père. Le 16 mars 1445, en même temps qu’il marquait formellement son respect pour la juridiction de la Chambre des Monnaies de Paris en chargeant deux de ses généraux de poursuivre les fraudes monétaires dans ses États101, il ordonna à ces officiers de ne plus faire frapper dans les ateliers delphinaux d’autres espèces d’or que des ducats ou florins à ses armes102. Cette mesure radicale, qui ressuscitait la réalité des monnaies de compte traditionnelles du Dauphiné et du Briançonnais103, visait à créer un monnayage d’or dauphinois indépendant des espèces royales, dont l’émission était proscrite. En fait cette décision fut accueillie avec consternation dans le pays, qui y vit un coup de tête irréaliste. Le Conseil delphinal s’empressa d’en suspendre l’exécution et adressa un mémoire défavorable au dauphin, qui le 11 août se résigna à prescrire la frappe exclusive dans ses ateliers d’espèces d’or et d’argent strictement conformes en type et en qualité à celles de son père ; unique satisfaction d’amour-propre, les armes delphinales figuraient seules désormais sur les pièces émises outre-Rhône104. En retour Charles VII lui confirma le 12 août le droit de battre monnaie105. Dès lors Louis aligna toujours scrupuleusement ses monnaies sur celles du royaume, et espèces royales et delphinales circulèrent au même cours des deux côtés de la frontière. Le Dauphiné n’avait pas les moyens d’une politique monétaire indépendante, et Louis avait dû se plier aux rudes réalités économiques ; au demeurant cette sujétion pour l’heure humiliante tournerait à son avantage le jour où il régnerait sur les deux rives du Rhône.

  • 106 Lettres, t. I, note 1 pp. 6-7.
  • 107 C’est en tout cas ce que fit Charles VII lui-même en 1457, au lendemain de la reconquête, et l’on n (...)
  • 108 Pilot de Thorey, n° 381 bis, t. I, p. 130.
  • 109 Ibid., 779, pp. 282-283.
  • 110 Ibid., n°748, p. 271.

30S’il n’osa plus toucher aux monnaies, le dauphin entendit du moins être libre de ses mouvements une fois installé dans sa principauté. On n’y vit plus de généraux maîtres des Monnaies à partir de 1447, et les boîtes des Monnaies n’allaient plus à Paris pour être soumises à leur examen106 mais étaient confiées à la Chambre des Comptes de Grenoble107. C’est de sa propre autorité qu’il ordonnait les frappes dans ses ateliers, ainsi le 8 mars 1447 à son arrivée dans le pays108, le 3 septembre 1450 pour ranimer la circulation du numéraire109. En effet le Dauphiné pâtissait comme le royaume de la disette monétaire générale, et les émissions étaient insuffisantes : le 16 mars 1450 Louis constatait lui-même la faible activité de ses Monnaies depuis dix ou douze ans110.

  • 111 Ibid., 1 074, pp. 420-421.
  • 112 Ibid., 1 048, pp. 409-410.
  • 113 Ibid., 1 213, p. 489.
  • 114 Ibid., 1 236, p. 500.

31Sa réaction devant ce phénomène n’eut d’ailleurs rien d’original. Les exportations illicites de métaux précieux furent incriminées et poursuivies par des commissaires, l’activité de change étroitement réglementée et un véritable impôt métallique exigé de certaines communautés pour fournir les ateliers delphinaux en argent ; ce régime de contrainte ayant donné de mauvais résultats, des lettres du 28 mars 1454 révoquèrent les commissaires, rétablirent la liberté du change dans ses anciennes limites, supprimèrent l’impôt-argent et restaurèrent les ordonnances anciennes sur l’approvisionnement des Monnaies111. Bref, le dauphin et ses gens tâtonnaient. L’invasion des espèces étrangères et surtout savoyardes, favorisée par la pénurie des moyens de paiement comme par la situation même du pays, ne fut pas moins mise en cause. Les commissaires cassés en 1454 avaient aussi pour tâche de réprimer l’usage des monnaies de Savoie ; mais leur maître lui-même n’y contribuait-il pas, en remettant en circulation les subsides de son beau-père ? Louis et ses conseillers tâchèrent donc de prohiber ou de réglementer au mieux le cours du numéraire étranger, non sans confusion là encore : le 19 novembre 1453 il fallut ainsi abroger une récente ordonnance pour revenir jusqu’à nouvel ordre aux dispositions anciennes112. Le 27 février 1456 le dauphin eut à rappeler le cours légal fixé quelque temps auparavant pour les espèces d’or étrangères afin d’obvier à la fuite du métal jaune113, et le 31 juillet encore, un mois avant son exil, il dut lever l’interdiction des vieux quarts de Savoie, les échanges transfrontaliers à l’est de ses États se faisant dans cette monnaie114.

  • 115 Ibid., n° 1 246, pp. 507-508 ; cf. supra, p. 59.

32Si elle ne se démarquait guère dans ses orientations de celle de Charles VII, la politique monétaire de Louis n’en avait toutefois pas suivi exactement l’évolution, surtout sans doute dans les dernières années. Aussi, reprenant le pays en main, le roi fit-il rendre sur les monnaies delphinales des lettres du 6 décembre 1456, formellement émanées du dauphin, qui reproduisaient en fait sa récente ordonnance du 16 juin 1455 et en étendaient l’application outre-Rhône115 : le Dauphiné rentrait dans le rang.

7. Pragmatisme institutionnel.

  • 116 Borrelli de Serres, t. III, pp. 150-151. — Suivant un usage méridional que l’on retrouve en Langued (...)
  • 117 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 77.
  • 118 Ibid., n°485, p. 166.
  • 119 Ibid., n° 1 177 bis, p. 468. — C’est donc à tort que Spont place la création de cet office en 1483 (...)

33Si la politique financière de Charles VII à la fin de son règne venait s’inscrire dans un cadre institutionnel préalablement réformé, ce furent au contraire les choix définis par Louis en Dauphiné qui déterminèrent dans une large mesure l’organisation de ses propres finances, qu’au demeurant il ne se soucia que tardivement de retoucher. Les structures en place dans sa principauté étaient déjà anciennes et assez différentes du modèle français. Une seule administration s’occupait des revenus du Domaine et de l’unique impôt de caractère extraordinaire, l’aide, gérés indifféremment par un même comptable central, le trésorier et receveur général des finances116. Cet office était occupé par l’inamovible Nicolas Erlant, nommé par Charles VII le 28 février 1435117 et retenu par son fils qui le confirma encore à son arrivée dans le pays le 27 juillet 1447118. Il était flanqué d’un contrôleur, qui au 4 août 1455 se nommait Félix Gillet119.

  • 120 Borrelli de Serres, loc. cit. — La Chambre des Comptes de Grenoble ne fut pas officiellement séparé (...)
  • 121 Pilot de Thorey, t. I, n° 167, p. 68.

34L’absence d’officier ordonnateur constituait une autre originalité du système dauphinois. L’ordonnance du 6 avril 1341 avait confié la direction des finances au Conseil delphinal qui en avait chargé l’une de ses sections, devenue la Chambre des Comptes du Dauphiné selon le processus suivi un siècle plus tôt par sa consœur parisienne. Toutefois, à la différence de celle-ci, la cour grenobloise joignait de ce fait à ses missions de défense du Domaine et de contrôle comptable la responsabilité de l’ordonnancement des finances, qu’elle partageait du reste avec le gouverneur du pays, chef du Conseil delphinal dont elle n’était pas formellement émancipée, et même avec le trésorier général120, dont Louis rendit obligatoire la participation à toutes les décisions financières le 24 février 1446121 : cette fonction était ainsi collégiale et même diffuse.

35De son côté le dauphin, qui avant 1447 résidait dans le royaume où il trouvait différentes sources de revenus, avait nommé auprès de lui un trésorier général de toutes ses finances, bien distinct du trésorier de Dauphiné, pour en assurer la collecte et pourvoir à ses besoins. Ce caissier étant dans l’entourage de Louis et réglant ses dépenses non par assignations mais par versements réels, il n’avait pas été nécessaire de le nantir d’un officier ordonnateur et il recevait les ordres de paiement du dauphin lui-même, ou d’un secrétaire de confiance. Après son installation en Dauphiné, cette organisation domestique fut maintenue à côté de l’administration delphinale régulière, chacune remplissant une mission complémentaire. Tandis que le trésorier général du Dauphiné comptabilisait les recettes du pays et fournissait aux dépenses publiques, le trésorier général du dauphin encaissait les expédients, dont on a vu qu’ils pouvaient presque égaler les impôts, et les mettait à la disposition personnelle de son maître.

  • 122 Ibid., n° 1 839, t. II, Supplément, p. 346 ; Lettres, t. I, P.J. n° XXV, pp. 187-188.
  • 123 Ibid., P.J. n° XLI, pp. 214-215.
  • 124 Pilot de Thorey, t. I, passim, à partir du n° 871, pp. 331-332 (23 mai 1451).
  • 125 Ibid., n° 1 019,p. 397.

36Sans chercher à les fusionner, Louis oscilla entre une direction commune de ces services et une séparation plus stricte, qui l’emporta finalement. Casin Chaille, déjà son trésorier général en avril 1442122, fut ainsi remplacé par le trésorier de Dauphiné Nicolas Erlant le 27 juillet 1446. La prochaine installation du prince dans le pays rendait praticable la gestion unifiée de toutes ses finances, où il voyait un remède à la gabegie passée123 ; mais cinq ans plus tard, aussitôt que Pierre de Camprémi fut chargé de recueillir la dot de la dauphiné, il fut bombardé d’ordres de paiement importants124 et devint dans le fait un véritable trésorier du dauphin. Il ne tarda pas à succéder à Erlant, peut-être dès 1451, dans ce poste qu’il occupait en tout cas au 17 avril 1453125.

  • 126 Ibid., note 1 p. 327.
  • 127 Ibid., n° 1 206, pp. 484-485.
  • 128 Ibid., n° 1 913, t. II, Supplément, pp. 395-397.
  • 129 Ibid., t. I, note 1 p. 502. — Dans ce mandement comme dans un autre du 10 septembre (note 1 p. 507) (...)
  • 130 Ibid, n°549, p. 194.— Pilot lui trouve déjà ce titre au 18 février précédent (n° 285, pp. 106-107).
  • 131 Ibid, n° 1 893-1 899, t. II, Supplément, pp. 388-390.
  • 132 Douët-d’Arcq, op. cit., Préface, p. lxvj.

37Lorsqu’en août 1455 Camprémi mourut126 la direction unique fut rétablie au profit d’Erlant, qui le 29 janvier 1456 cumulait derechef les deux offices127, mais pour peu de temps car dès le 26 février Raymond Achard, le nouveau collecteur de la dot, était logiquement devenu trésorier du dauphin128. Peut-être Etienne Achard, dont on a vu le rôle auprès de son neveu, lui succéda-t-il peu avant la fuite de Louis, qui le 5 août adressait à l’oncle un premier ordre de paiement129. Ce comptable aussi avait son contrôleur, Jean Bochetel, nommé - ou confirmé ? - le 5 décembre 1447130et toujours en fonctions en septembre 1450131, mais qui passa en France où il devint trésorier et receveur général des finances de la reine le 10 juillet 1454132. Ainsi, sous le gouvernement de Louis, le modèle dauphinois reposait sur deux structures parallèles, dualité qui ne devait rien à la distinction française entre finances ordinaires et extraordinaires mais traduisait en somme un départ entre finances du prince et finances de l’État et reflétait la double source de financement instaurée par sa politique.

  • 133 Pilot de Thorey, n° 149, t. I, pp. 62-63.
  • 134 Ibid., n°487, pp. 167-169.

38Le dauphin n’imita pas outre-Rhône, au cours de ces seize années, l’activité réorganisatrice que déployait son père dans le royaume. Un seul de ses actes est comparable aux grandes ordonnances réformatrices de Charles VII, qui fut précisément donné le même jour et au même lieu que l’une d’elles. Rendu le 12 août 1445 à Châlons sur la justice et les finances de Dauphiné, celui-ci visait à améliorer la rentrée des deniers delphinaux en réglementant les exonérations et les dons, en s’assurant de la solvabilité des receveurs des châtellenies et en réaffirmant leurs devoirs envers la Chambre des Comptes et le trésorier général du pays133. Il ne modifiait toutefois en rien le fonctionnement des finances delphinales, non plus que la grande ordonnance par laquelle, en juillet 1447, Louis remodela le découpage administratif de ses États134.

  • 135 Ibid., n°418, pp. 140-142.
  • 136 Ibid., n° 1 026, p. 399.
  • 137 Ibid., n°115 bis, p. 280.
  • 138 Cf. Lettres, t. I, PJ n° LIV, pp. 238-239.
  • 139 Borrelli de Serres, t. III, pp. 152-153.

39La seule innovation véritable, motivée par cette même volonté de faire du Dauphiné un royaume de France par défaut qui présida en mars 1447 à la création d’une chancellerie copiée sur celle du roi135 et en juin 1453 à la transformation du Conseil delphinal en parlement136, fut la tardive nomination d’un officier ordonnateur, Antoine Bolomier, à la tête des finances du pays le 13 août 1450137. Coiffant à la fois la distribution des recettes ordinaires et de l’aide, il reçut par analogie avec le modèle français le double titre de trésorier et général des finances, mais à cette appellation qui prêtait à confusion avec celle du comptable central on préféra généralement celle de général de toutes les finances138. Pour autant le dauphin ne renonça pas à se mêler comme par le passé, surtout par le canal du fidèle secrétaire Jean Bourré, de la direction des finances139 et la position du général resta toujours quelque peu en porte-à-faux.

8. L’exilé de Genappe, ou le prodigue indigent.

  • 140 Pilot de Thorey, n° 1 256, t. I, p. 513.
  • 141 Lettres, t. I, note 1 pp. 136-137.
  • 142 Ibid., note 1 p. 94 ; PJ n° LXXIX, p. 288.

40Le 30 août 1456, Charles VII ayant résolu d’en finir avec la désobéissance de son fils par l’invasion du Dauphiné, Louis dut fuir précipitamment son État pour trouver refuge auprès de son oncle Philippe le Bon. Installé par le duc au château brabançon de Genappe, il vécut en exil dans les Pays-Bas bourguignons jusqu’à l’été de 1461. Bien qu’il affectât de mener avec ses serviteurs et ceux de son hôte la joyeuse vie dont les Cent nouvelles nouvelles nous ont conservé l’écho, ces cinq années de traversée du désert furent la pire période de son existence. Non seulement il lui fallait ronger son frein en attendant la mort toujours différée d’un père âgé et malade, mais il n’avait même plus la consolation de sa principauté. Après avoir goûté seize ans du gouvernement, neuf ans de la souveraineté, il était brutalement frustré du pouvoir, et avait l’immense dépit de voir ses serviteurs et obligés de longue date rallier en masse le roi pour conserver leurs positions. Il prétendit continuer à gouverner depuis l’exil son État occupé et, le 7 mai 1458 encore, concédait des taxes à la ville de Romans140, mais ses actes demeuraient évidemment sans effet ; nul doute que cette amère expérience n’ait contribué à sa vision cynique et défiante des hommes. En mars 1461 la dauphine, alors grosse d’Anne de France, demanda bien auprès d’elle l’épouse de Nicolas Erlant141, mais l’avenir montra bientôt que ce caprice n’avait pas conjuré le sort de l’infidèle trésorier du Dauphiné. Le dernier carré des compagnons d’exil n’en fut que plus prisé, parmi lesquels Jean Bourré continua à superviser les maigres finances de son maître142.

  • 143 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 329.
  • 144 Champion, t. I, p. 214.— Il s’agit vraisemblablement de livres tournois ; seul Mathieu d’Escouchy p (...)
  • 145 A une exception bien particulière près, comme nous le verrons au prochain chapitre (cf. infra, p. 1 (...)
  • 146 De moitié selon Legeay, moins fiable (t. I, p. 213), du tiers selon le marquis de Beaucourt (t. VI, (...)
  • 147 Champion, t. I, note 2 p. 219.
  • 148 Ibid., note 7 p. 216. - Legeay parle à ce propos de don (loc. cit.).
  • 149 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, note 6 pp. 334-335.

41Philippe le Bon, soucieux de son prestige et conscient du bénéfice politique qu’il trouverait à obliger l’héritier du trône, eut à cœur de l’entretenir fastueusement, sans oublier son entourage : « a grand honneur le recueillit et luy departit de ses biens, et a ses principaulx serviteurs (...), par forme de pension par chascun an, et fit, durant le temps qu’il y fut, dons a ses serviteurs », rappelle Commynes143. Le dauphin reçut pour sa part 36 000 livres par an144 ; les historiens ont tendu à minimiser l’importance de ce subside, mais il faut considérer que, devenu roi, Louis ne versa jamais à ses plus grands vassaux une telle pension145, qui équivalait à l’aide perçue en Dauphiné dans la seconde moitié des années quarante. Charlotte de Savoie l’ayant rejoint dans l’été de 1457, le duc accrut ses subventions au couple146. Les fidèles du dauphin figuraient aussi au nombre des pensionnés de Philippe : sept d’entre eux reçurent ainsi un total de 1 600 écus cette même année147. Des gratifications venaient à l’occasion compléter ces annuités. Le duc, qui avait avancé 1 000 écus à son neveu pour faire venir son épouse du Dauphiné148, leur offrit ainsi 1 200 livres en avril 1461 pour leurs dépenses courantes149. C’était pour Louis, jadis le dispensateur des bienfaits, une mortifiante humiliation de tomber dans la dépendance financière de son oncle et de voir ses propres serviteurs obligés à un autre.

  • 150 Legeay, t. I, pp. 203, 226-227 ; du Fresne de Beaucourt, t. VI, pp. 213, 281.

42Cela ne l’empêchait pas, du reste, de réclamer à son père la pension qu’il estimait lui être due. À la fin de 1456 ou au début de 1457, en février 1459, en décembre suivant les échanges d’ambassades entre les Cours de France et de Bourgogne étaient pour le dauphin l’occasion des mêmes récriminations et des mêmes requêtes : on l’avait spolié de ses terres, de sa pension de 24 000 l.t., il demandait les moyens d’existence qu’exigeait la dignité de son rang150 ; vaines protestations, peut-être surtout de principe.

  • 151 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 123 ; Gandilhon, loc. cit.
  • 152 Legeay, t. I, pp. 209, 213 (citant Brantôme) ; du Fresne de Beaucourt, loc. cit.

43Ce nonobstant, Louis aurait pu mener une existence aisée entre la plantureuse pension de son oncle et les rentrées épisodiques de la dot de sa femme ; mais il ne pouvait abdiquer ses ambitions. Il s’attacha à compenser la perte de la base territoriale et institutionnelle de sa puissance en développant son réseau de relations et d’appuis en Bourgogne dans l’entourage ducal, de partisans et d’espions dans le royaume à la Cour du roi, de contacts et d’alliés à l’Étranger où il ne relâcha pas son activité diplomatique, chercha à camoufler la faiblesse de sa situation sous la munificence de ses gratifications, et pour commencer s’efforça de ne pas laisser son oncle rémunérer mieux que lui-même ses propres familiers151. Dès cette époque il acquit la réputation d’acheter à prix d’or les hommes qu’il voulait se gagner152, mais il paya cher ce renom.

  • 153 Loc. cit.
  • 154 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 326.
  • 155 . Lettres, t. I, p. 161.
  • 156 Ibid., note 2 p. 369.

44En effet, à ce jeu qui excédait ses moyens le dauphin dut de passer les cinq années de son exil dans un perpétuel état de faillite : « a la despense qu’il faisoit et tant de gens qu’il avoit », rapporte encore Commynes, « l’argent luy failloit souvent, qui luy estoit grand peine et souci, et luy en failloit sercher et emprunter ou ses gens l’eussent laissé, qui est grand angoisse a ung prince qui ne l’a point accoustumé »153. A quatre mois de son avènement, le 23 mars 1461, l’ambassadeur milanais Prospero da Camogli écrivait à son maître : « le dauphin ayant dépensé largement, surtout en aumônes, sans compter avec sa bourse se trouve aux prises avec une grande gêne »154. Celle-ci se manifestait diversement : un jour Louis devait prier un prince du Sang d’accueillir un sien serviteur qu’il ne pouvait plus entretenir155, un jour il demandait aux seigneurs des terres traversées par un sien ambassadeur de lui procurer des guides à prix modéré156.

  • 157 Legeay, t. I, p. 213 ; Gandilhon, loc. cit.
  • 158 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 331.
  • 159 Ibid, p. 306.
  • 160 Lettres, t. I, note 1 p. 140. — Le cours du florin du Rhin fluctuait sous Louis XI un peu au-dessus (...)
  • 161 Gandilhon, note 9 p. 353.

45Il lui fallait donc emprunter, mais dans des conditions plus humiliantes que lorsqu’il était prince régnant. Le nouveau duc de Bretagne François II, sollicité pour 4 000 écus, opposa un refus157 dont il n’effaça sans doute pas le souvenir quand au printemps de 1461, sentant le vent tourner, il fit à Louis une offre de même montant158. Le dauphin fut plus heureux avec le duc de Milan François Sforza, qu’il admirait fort : s’étant allié à lui le 6 octobre 1460159, il en reçut un prêt de 18 000 florins du Rhin qu’il s’engagea le 2 juin 1461 à rembourser dans les six mois après sa réconciliation avec Charles VII ou son avènement160. Louis se tourna encore vers ses serviteurs, envers qui il contracta des dettes parfois considérables qu’il ne put régler que devenu roi, par des dons de terres : quatre d’entre eux lui prêtèrent ainsi un total de 26 000 écus161. Pour tous ses créanciers, princes ou familiers, il s’agissait d’une façon ou d’une autre d’un investissement dans l’avenir ; aussi bien était-ce tout ce qu’il avait à leur offrir.

  • 162 lettres, t. I, pp. 98-100.
  • 163 Gandilhon, PJ n° 1, pp. 410-411. — Selon toute vraisemblance, il s’agit du marchand que Jan Van Eyc (...)
  • 164 Lettres, t. I, pp. 128-129 (août 1460).
  • 165 Ibid, p. 160.
  • 166 Gandilhon, p. 354.

46Le dauphin recourut enfin à la grande place financière voisine de Bruges, mais sa solvabilité douteuse rendait les banquiers italiens défiants. Comme il le constatait avec anxiété le 13 janvier 1458, en pressant ses agents en Savoie de lui envoyer sur la dot de la dauphine de quoi honorer une échéance imminente : « qui fault aux marchans, ilz ne veullent plus rien prester »162. Son impécuniosité le poussait à de périlleuses acrobaties, comme lorsqu’il engagea, vers 1459, une précieuse pièce de drap d’or avant même d’en avoir réglé l’achat : les marchands ayant réclamé leur dû, Louis, qui avait déjà disposé du prêt et ne pouvait les payer, n’eut d’autre ressource que d’appeler à son secours l’obligeant Giovanni Arnolfini, dit Jean Arnoulfin163. Puissant marchand et banquier lucquois, fournisseur et prêteur du duc de Bourgogne, celui-ci fut véritablement la providence du dauphin, lui procurant des draps de luxe164 aussi bien que des fonds165, sans égard à son crédit défaillant qu’il soutenait au contraire sur la place166 : à rencontre de ses prudents confrères, il avait accepté le pari sur l’avenir.

  • 167 Selon Pilot de Thorey ils avaient suivi le dauphin en exil pour ne rentrer en Dauphiné qu’après leu (...)
  • 168 Lettres, t. I, pp. 93-95, 95-96 ; P.J. n° LXXIII, pp. 277-278.
  • 169 Ibid, P.J. n° LXXIV, p. 278.
  • 170 Ibid, note 1 p. 94 (16 octobre 1457).
  • 171 Ibid, pp. 98-100, 100-101.

47Dans ces conditions difficiles, le recouvrement de la dot de la dauphine était une nécessité plus impérieuse que jamais. À l’heure où Louis avait dû fuir ses États le soin en était confié à Raymond et Étienne Achard, mais ceux-ci étaient restés en Dauphine et en Savoie, comme l’exigeait d’ailleurs l’accomplissement de leur mission, et Louis finit par leur retirer sa confiance167. Charlotte l’ayant rejoint à Genappe, le dauphin relança sa belle-mère en août 1457 et la pria de ne plus traiter désormais qu’avec son maître d’Hôtel Perrot Faulquier, les Achard ayant été déchargés de leur commission168 ; le 20, il ordonna à ces derniers de remettre à son nouvel agent 4 000 écus qu’ils avaient recueillis169. Bientôt Faulquier reçut le renfort du secrétaire Charles des Astars170 : c’est aux deux hommes, alors en Savoie, que Louis réclamait d’urgence le virement à Bruges de 4 000 francs au moins le 13 janvier 1458171.

  • 172 Ibid., PJ n° LXXIX, pp. 282-322. — Le cours attribué par Louis à l’écu de Savoie le 27 février 1456 (...)
  • 173 Lettres, t. I, PJ n° LXXXIX, pp. 335-336.
  • 174 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 330.
  • 175 Lettres, t. I, P.J. n° LXXIX, pp. 282-322.

48Durant ces années d’exil l’organisation des finances du dauphin, à la tête desquelles on ne rencontre plus de trésorier général, semble avoir été assez informelle, et c’est oralement qu’en 1459 François Royer et le vidame de Genève Hector Josselin furent à leur tour commis à recueillir la dot, avant de recevoir des lettres en bonne et due forme le 29 juin. Ils menèrent enfin la collecte à son terme, mais l’affaire fut de longue haleine : leur compte ne put être établi qu’en 1474 - Josselin était mort alors - et ne fut approuvé par la Chambre des Comptes de Paris que le 24 juillet 1483, un mois avant le trépas de Louis XI ! Ils reçurent au total 17 356 écus 13 gros 1/2 de Savoie en vingt-neuf versements172. Le recouvrement avait été difficile, Louis ayant perdu ses moyens de pression sur la Savoie, qui devait par ailleurs prendre en compte ses rapports avec Charles VII. Le dauphin sollicita donc l’intervention de ses partenaires diplomatiques. Le 27 novembre 1460 l’ambassadeur milanais Alberico Maletta informait son maître que selon le duc de Savoie les 22 000 écus du reliquat seraient acquittés d’ici l’année suivante173, mais ces propos étaient bien optimistes et le 24 janvier 1461 Louis demandait encore les bons offices de Florence174. Quant aux ordres de paiement adressés par le prince à ses commis, ils concernaient surtout de menues dettes envers ses familiers, mais aussi les gages ou les pensions des gens de son Hôtel175 : c’est dire que les frais de la haute politique avaient relégué au dernier rang ces charges ordinaires, que la pension de Philippe le Bon était censée couvrir.

  • 176 Mireille Jean, « Les institutions financières centrales des anciens Pays-Bas », pp. 148-153.

49Durant son séjour forcé aux Pays-Bas le dauphin, à l’esprit toujours ouvert, s’intéressa à son pays d’accueil, le visita, s’en informa. Les finances bourguignonnes, qui lui offraient le séduisant spectacle de l’opulence du duc et de la prospérité de ses sujets, exercèrent-elles quelque influence sur ses conceptions ? A vrai dire l’administration financière ducale, si elle avait connu depuis Philippe le Hardi un développement autonome et reflétait la nature composite spécifique de l’État bourguignon, s’inspirait depuis l’origine du modèle royal français, toute sa titulature en témoigne176 ; qui plus est, les originalités du régime bourguignon étaient en fait pour Louis autant de repoussoirs.

  • 177 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 13, 27.

50Comme l’expose Commynes, « estoient les subjectz de ceste Maison de Bourgongne en grande richesse a cause de la longue paix qu’ilz avoient eu [sic] et pour la bonté du prince soubz qui ilz vivoient, lequel tailloit peu ses subjectz » ; en effet, « en ceste Maison ne tenoit nulles gens de soulde pour soullager le peuple de tailles »177. Non seulement le temps seul pourrait panser en France les plaies de la guerre pour remplir la première condition de la fortune des Bourguignons, mais la seconde condition était impensable pour le dauphin, qui n’entendait certes pas saper sa puissance, après y avoir si longtemps aspiré, en se privant des formidables instruments forgés par son père, la taille et la cavalerie permanentes.

  • 178 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 406-407.
  • 179 Legeay, t. I, p. 232 ; Champion, t. I, p. 217.

51En outre, non seulement Philippe le Bon régnait sur un conglomérat encore récent de principautés, bien éloigné de la cohésion atteinte malgré tout dans le royaume, mais toutes étaient des pays d’états, dont les représentants se réservaient le vote de l’impôt. Pour lever l’aide de la croisade en 1454, le duc avait dû ainsi s’adresser à part à chacune des assemblées de ses États. Celles-ci n’hésitaient pas à lui tenir la dragée haute : les états d’Artois annulèrent pratiquement le vote de l’aide en subordonnant sa levée au départ effectif de Philippe contre les Turcs178, et au début de l’été de 1461 encore, à la veille de régner, Louis put assister au spectacle édifiant de son oncle bataillant pour arracher aux députés artésiens un subside accru qui permît de mieux entretenir le couple delphinal à l’occasion de la naissance d’Anne, et n’obtenant que la moitié du surcroît demandé179. Ce partage d’autorité aussi était un contre-modèle incompatible avec les idées du dauphin : le droit d’imposition dans la plus grande partie du royaume était une autre conquête de Charles VII qu’il entendait bien maintenir.

  • 180 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 185.
  • 181 Ibid., p. 265.
  • 182 Gandilhon, note 7 p. 355.

52Philippe le Bon, il est vrai, se vantait d’être assez riche pour se passer de financement et, durant une crise avec la France au printemps de 1458, affirmait pouvoir payer quarante mille hommes pendant trois ans « sans faire engagement ni emprunt »180, mais c’étaient là rodomontades de grand seigneur. En fait, il s’endettait pour réunir des fonds sans affronter les états de ses pays, ainsi au printemps de 1459 lors de nouvelles tensions avec le roi181, ou en août 1461 durant sa marche triomphale vers Reims182. Certes l’aisance de ses emprunts témoignait de son incomparable crédit, mais son neveu ne comptait pas monter enfin sur le trône pour persister, même à un niveau supérieur, dans des pratiques de prince nécessiteux : grâce à la fiscalité royale son avènement devrait d’abord marquer pour lui la fin de l’ère des expédients.

  • 183 Ibid., p. 354.

53Les finances italiennes ne l’influencèrent pas davantage. Ce qu’il put en connaître dans son exil, par la place de Bruges, c’était la banque privée, non les finances publiques, et l’on a vu quelle mortifiante expérience il en eut ; par ailleurs, ses rapports avec les représentants des puissances transalpines n’étaient encore qu’épisodiques. Son seul contact important dans le monde de la finance italienne, l’accommodant Arnoulfin, était un homme d’affaires, qui ne paraît pas avoir eu de liens particuliers avec les institutions publiques de sa patrie. Bailleur de fonds de Philippe le Bon, il avait en revanche sa place dans l’État de finance bourguignon, mais au niveau modeste de fermier du tonlieu de Gravelines183, qui n’était pas plus qu’un receveur de péage, et n’appartenait pas au milieu de la haute administration financière du duc. Il n’était pas en mesure d’éclairer beaucoup Louis sur le modèle italien ou bourguignon, et si son client devenu roi le promut au nombre de ses gens de finance, il se contenta de prendre place dans l’administration sans y introduire d’innovations. En définitive le seul vrai modèle pour Louis, le plus impressionnant, celui qui jouissait du rayonnement le plus grand, c’était bien le modèle français, dont il se proposait d’user selon sa propre expérience.

  • 184 Champion, t. II, p. 3.

54Quel était l’état d’esprit du dauphin, après toutes ces années, quand il reçut à la fin de juillet 1461 la nouvelle tant espérée de la mort de Charles VII, lui-même nous l’apprend par le truchement plausible de Chastellain : « hier encore me tenoys pour le plus povre fils de roy qui oncques fust, et qui depuis l’eage de mon enfance jusqu’a ce jour présent n’ay eu que souffrance et tribulation, povreté et angoisse en disette, et qui plus est, expulsion d’héritage et d’amour de pere, jusque a estre constraint de vivre en emprunt et en mendicité, ma femme et moi, sans pied de terre, sans maison pour nous reposer, ne avoir un denier vaillant, s’il ne venoit de grâce et de charité de beaux oncle »184. Rudement formé, frustré, humilié, consumé d’impatience, le nouveau roi de France allait enfin pouvoir réaliser ses ambitions grâce au monumental héritage que lui laissait son père.

Notes

1 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, pp. 96-97.

2 Ord, t. XIV, pp. 426-427 ; Pilot de Thorey, t. II, pp. 399-400.

3 Éd. Garand & Samaran, t. I, pp. 20-21.

4 Champion, t. I, pp. 193-194.

5 Thibault, pp. 189-198, 203-204, 208-210, 212-213.

6 Ibid., pp. 216-220.

7 Ibid., pp. 229-230, 234.

8 Pilot de Thorey, n° 1836, t. II, Supplément, p. 344.

9 Ibid., t. I, pp. 2-3.

10 Lettres, t. I, P.J. n° XXX, pp. 195-197.

11 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 328.

12 Legeay, t. I, p. 148 ; cf. Lettres, t. I, P.J. n° XXXVII, pp. 202-203 (20 octobre 1445) ; Pilot de Thorey, n° 1 913, t. II, Supplément, pp. 395-397 (26 février 1456).

13 Lettres, t. I, P.J. n° XLIV, pp. 217-218 ; n° L, pp. 228-230.

14 Pilot de Thorey, n° 780, 783, 784,t.I, pp. 283-286 ; note 7 p. 286.

15 Ibid., n° 922, pp. 352-353 (14 mars 1452) ; n° 958, p. 368 (26 juillet 1452) ; n° 1 023, p. 398 (28 mai 1453) ; n° 1 144, p. 454 (2 avril 1455) ; n° 1 206, pp. 484-485 (29 janvier 1456) ; n° 1 220, p. 492 (3 avril 1456) ; et encore depuis son exil brabançon : n° 1 249, p. 510 (7 mars 1457).

16 Ibid., n° 970, p. 373 ; note 1 p. 373.

17 Ibid.,note 1 p. 405.

18 Ibid., note 1 pp. 436-437.

19 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 65.

20 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 373.

21 Ibid., n°982, p. 378.

22 Ibid., n°961, p. 369 (1er août 1452) ; n° 964, p. 371 (3 août 1452) ; note 2 p. 416 (fin 1453 ?) ; n° 1 067, p. 416 (31 janvier 1454) ; n° 1 167, pp. 463-464 (3 juillet 1455) ; n° 1 197, p. 480 (1455).

23 Ibid.,n° 1 226, p. 495.

24 Ibid., 167, p. 68.

25 Lettres, t. I, PJ. n° XXX, pp. 195-197 ; datation d’après l’« Itinéraire du dauphin Louis II », Pilot de Thorey, t. II, pp. 449-459.

26 Pilot de Thorey, n° 525, t. I, p. 185.

27 Lettres, t. I, P.J. n° XLV, pp. 219-222.

28 Ibid., t. X, Supplément, pp. 148-149.

29 Cf. ibid., t.I, pp. 34, 38 ; Pilot de Thorey, n° 1 166, t. I, p. 463.

30 Gandilhon, p. 282. - Contrairement à ce qu’a compris l’auteur, ce capital arbitrairement fixé (dix francs d’or nets de dettes) ne représentait pas la valeur immuable d’un feu, mais le seuil à partir duquel celui-ci était considéré comme solvable, donc imposable (cf. Pilot de Thorey, n° 444, t. I, pp. 150-151)

31 Legeay,t. I. pp. 141, 148, 181.

32 Pilot de Thorey, n° 1960, t. II, 2e supplément, p. 427.

33 . Lettres, t. I, P.J. n° XLIV, pp. 217-218. - Dès 1441 un don de même montant, qui représentait alors le dixième de l’aide votée, avait récompensé de tels services (ibid., P.J. n° XXIII, pp. 185-186).

34 Ainsi en janvier 1453 (Pilot de Thorey, n° 1 001 bis-quarto, t. I, p. 388 ; n° 1 006 bis, pp. 391-392).

35 Lettres, t. I, P.J. n° XXI, p. 184 et n° XXIII, pp. 185-186 pour les états de 1441 ; ibid, P.J. n° XXVII, pp. 190-191 pour ceux de janvier 1444 ; ibid, P.J. n° XXXI, p. 197 pour ceux de décembre 1444 ; ibid, P.J. n° XLV, pp. 219-222 pour ceux de 1447 ; Pilot de Thorey, t. I, note 2 p. 244 pour ceux de 1448 ; Legeay, t. I, p. 191 pour ceux de 1456 (cet auteur, qui s’appuie ici sur les copies précieuses mais infidèles de l’abbé Le Grand, parle de livres, à tort pensons-nous ; la hausse de l’aide n’en serait du reste que plus spectaculaire).

36 Le florin du Dauphiné, d’une valeur de 15 s.t. (cf. Lettres, t. I, P.J. n° XLV, pp. 219-222 et n° LII, pp. 231-236), n’était plus frappé et était devenu en pratique une simple monnaie de compte, qui ne servait guère qu’à définir le montant des impôts et n’était généralement pas employé dans la comptabilité delphinale. Le ducat connaissait un statut similaire en Briançonnais (cf. Pilot de Thorey, t. II, note 1 p. 223).

37 Legeay, t. I, pp. 154, 174 ; Lettres, t. I, P.J. n° LI, pp. 230-231 ; Pilot de Thorey, n° 882, t. I, p. 336. - Legeay est ambigu et il se peut que ce don général ne soit en fait que la somme des dons particuliers.

38 Pilot de Thorey, n° 1 162, t. I, p. 462.

39 Le gros dauphinois vaut 15 d. t. (cf. Lettres, t. I, P.J. n° LII, pp. 231-236 : l’écu est évalué à 22 gros) ; c’est donc la douzième partie du florin.

40 Pilot de Thorey, n° 1 166, t. I, p. 463.

41 Legeay, t. I, p. 191. - Même remarque que supra, fin de la note 35.

42 Ibid., p. 231 ; Gandilhon, p. 281.

43 Legeay, t. I, p. 154.

44 Les mandements qui les ordonnent sont innombrables dans le recueil de Pilot de Thorey.

45 Pilot de Thorey, n° 41-42, t. 1, pp. 19-20.

46 Ibid., n° 1 962, t. II, 2e supplément, p. 429.

47 Ibid., n° 1 905, Supplément, p. 392.

48 Ibid., n° 442, t. I, pp. 148-149 (23 avril) ; n° 444, pp. 150-151 (27 avril ; cet acte est aussi analysé sous le n° 178, p. 72, à la date fautive de 1446).

49 Ibid., n° 1 958, t. II, 2e supplément, p. 426.

50 Ibid., n° 69, t. I, p. 31 (17 octobre 1443) ; Lettres, t. I, P.J. n° XXVII, p. 40 (6 décembre 1449).

51 Pilot de Thorey, n° 444, t. I, pp. 150-151.

52 Gandilhon, p. 282.

53 Rey, op. cit., p. 365.

54 Ord, t. XVIII, pp. 187-189.

55 Pilot de Thorey, n° 896, t. I, p. 341. - Déjà, le 21 novembre 1449, une exemption particulière de vingt ans avait été accordée aux étrangers qui s’installeraient à Crémieu (ibid., n° 729, p. 261).

56 Ibid., n° 513, pp. 179-180.

57 Ibid., n° 1 093, p. 430.

58 Ibid., n° 1 096, pp. 431-432. - Il semble que de telles dispositions aient été prises le même jour pour Romans, d’après une confirmation du 19 juin 1456 (n° 1 229, pp. 496-497). Pilot pense que l’acte confirmé est en fait celui du 8 juillet 1454 (note 1 p. 497), mais rien ne s’oppose à ce que le dauphin ait rendu en faveur de plusieurs villes des lettres contre les faux monnayers le 8, puis contre d’autres faux privilégiés le 19.

59 Pilot de Thorey, t. I, note 2 p. 242. — Le 30 mai suivant le dauphin ordonna l’imposition des terres allodiales du chapitre de Die dans le pays de Trièves (n° 710, p. 253).

60 Ibid, n° 687, p. 242.

61 Lettres, t. I, p. 38.

62 Pilot de Thorey, t. I, n° 744-745, pp. 267-269.

63 Ibid,n°867 bis, p. 328.

64 Ibid., n° 1 227, p. 495.

65 Ibid.,n° 39, p. 18.

66 Ibid., n° 57, p. 26.

67 Ibid., n° 9, p. 6.

68 Lettres, t. I, P.J. n° XXVI, pp. 189-190 ; Pilot de Thorey, n° 113, t. I, p. 148.

69 Ibid., n° 153, p. 64.

70 Ibid., n° 1955, t. II, 2e Supplement, p. 425 ; note 4 p. 425.

71 Ibid., n° 1 170, t. I, p.466.

72 Ibid, n° 169, pp. 68-69.

73 Ibid., n° 780, pp. 283-284 ; n° 786, pp. 287-288.

74 Ibid., n° 904, pp. 345-346 ; n° 910, p. 348.

75 Lettres, t. I, note 1 p. 63 ; Pilot de Thorey, n° 1 136, t. I, pp. 451-452.

76 Ibid., 134, pp. 55-56.

77 Ibid., n° 1 909, t. II, Supplement, pp. 393-394.

78 Ibid., n° 768, t. I, pp. 277-278.

79 Ibid., n° 936, pp. 357-358.

80 Ibid., n° 1107, pp. 435-436 ; n° 1136, pp. 451-452.

81 Ibid, n° 31, p. 15. — Le droit de lods et ventes frappait les ventes de fiefs et de censives (Jassemin, p. 244).

82 Pilot de Thorey, n° 1 190, t. I, p. 477.

83 Ibid., n° 124, p. 51.

84 Lettres, t. I, P.J. n° XXXII, pp. 198-199 ; note 1 pp. 22-23.

85 Thibault, p. 155 (1437) et Lettres, t. I, pp. 1-2, 3-4 (1438 et 1439) pour le Dauphiné ; Thibault, pp. 157-158 (1437), Lettres, t. III, note 1 p. 320 (1440) et t. I, P.J. n° XLV, pp. 219-222 (1446) pour le Languedoc ; ibid., P.J. n° X, pp. 172-173 (1439) et n° XXIX, p. 195 (1444) pour la Basse-Auvergne ; ibid., P.J. n° XXII, pp. 184-185 et note 2 p. 185 pour le Bas et peut-être le Haut-Limousin.

86 Pilot de Thorey, n° 1 839, t. II, Supplément, p. 346.

87 Lettres, t. I, P.J. n° XXXI, p. 197.

88 Pilot de Thorey, n° 1 107, t. I, pp. 435-436.

89 Ibid., n° 1 843, t. II, Supplément, p. 348.

90 Lettres, t. I, P.J. n° XL, pp. 213-214.

91 Ibid., P.J. n° XLV, pp. 219-222.

92 Ibid., P.J. n° XXXIX, pp. 204-212.

93 Pilot de Thorey, n° 1 108, t. I, p. 436 ; n° 1 111, p. 438. - Cet érudit explique que le futur argentier de Louis XI se nommait en fait Alexandre de Seytres et appartenait à une famille dauphinoise dont les documents du pays latinisent le patronyme en Sextoris (note 1 p. 281), ce qui explique l’orthographe des sources françaises adoptée par tous les historiens de son maître.

94 Ibid., n° 850, t. I, pp. 321-323.

95 Ibid., n° 864, p. 327.

96 Ibid, note 1 p. 327.

97 Ibid., n° 1 186, p. 474.

98 Ibid, note 4 p. 474 ; cf. t. II, note 2 p. 396.

99 Ibid, n° 1 933, Supplément, pp. 409-410 ; note 1 p. 410.

100 Ibid., n° 10, t. I, pp. 5-6 ; note 1 p. 6 ; Lettres, t. I, note 1 pp. 6-7.

101 Pilot de Thorey, n° 136, t. I, p. 56.

102 Ibid.,n° 138, p. 57.

103 Cf. supra, note 36.

104 Pilot de Thorey, n° 148, t. I, p. 61.

105 Legeay, t. I, p. 102.

106 Lettres, t. I, note 1 pp. 6-7.

107 C’est en tout cas ce que fit Charles VII lui-même en 1457, au lendemain de la reconquête, et l’on ne voit pas pourquoi il aurait institué alors une pratique défavorable à l’autorité centrale (ibid., t. II, pp. 165-166).

108 Pilot de Thorey, n° 381 bis, t. I, p. 130.

109 Ibid., 779, pp. 282-283.

110 Ibid., n°748, p. 271.

111 Ibid., 1 074, pp. 420-421.

112 Ibid., 1 048, pp. 409-410.

113 Ibid., 1 213, p. 489.

114 Ibid., 1 236, p. 500.

115 Ibid., n° 1 246, pp. 507-508 ; cf. supra, p. 59.

116 Borrelli de Serres, t. III, pp. 150-151. — Suivant un usage méridional que l’on retrouve en Languedoc et, sous Louis XI, en Roussillon, ce terme de « trésorier » est ici synonyme de « receveur » et ne désigne nullement l’officier ordonnateur des finances ordinaires. Il serait donc erroné de conclure de cette pure redondance à un cumul des fonctions d’ordonnancement et de gestion, d’autant plus absurde que dans le royaume le trésorier et receveur général aurait ainsi été pêle-mêle ordonnateur du Domaine et comptable des finances extraordinaires. Ce contresens a été commis par Pierre-Roger Gaussin dans sa biographie de Louis XI : un roi entre deux mondes, p. 181, et par nous-même dans notre étude sur « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », p. 45 et Annexe I, tableau D p. 102.

117 Pilot de Thorey, t. I, note 1 p. 77.

118 Ibid., n°485, p. 166.

119 Ibid., n° 1 177 bis, p. 468. — C’est donc à tort que Spont place la création de cet office en 1483 (Jacqueton, p. 298).

120 Borrelli de Serres, loc. cit. — La Chambre des Comptes de Grenoble ne fut pas officiellement séparée du Conseil delphinal, devenu le Parlement de Dauphiné, avant 1628 (ibid., note 4 p. 150).

121 Pilot de Thorey, t. I, n° 167, p. 68.

122 Ibid., n° 1 839, t. II, Supplément, p. 346 ; Lettres, t. I, P.J. n° XXV, pp. 187-188.

123 Ibid., P.J. n° XLI, pp. 214-215.

124 Pilot de Thorey, t. I, passim, à partir du n° 871, pp. 331-332 (23 mai 1451).

125 Ibid., n° 1 019,p. 397.

126 Ibid., note 1 p. 327.

127 Ibid., n° 1 206, pp. 484-485.

128 Ibid., n° 1 913, t. II, Supplément, pp. 395-397.

129 Ibid., t. I, note 1 p. 502. — Dans ce mandement comme dans un autre du 10 septembre (note 1 p. 507) le dauphin ne lui donne aucun titre mais parle de sa « recette », non de sa « commission », et ne paraît donc pas le saisir en qualité de commis au recouvrement de la dot. Pilot aussi le croit trésorier général (note 4 p. 474).

130 Ibid, n°549, p. 194.— Pilot lui trouve déjà ce titre au 18 février précédent (n° 285, pp. 106-107).

131 Ibid, n° 1 893-1 899, t. II, Supplément, pp. 388-390.

132 Douët-d’Arcq, op. cit., Préface, p. lxvj.

133 Pilot de Thorey, n° 149, t. I, pp. 62-63.

134 Ibid., n°487, pp. 167-169.

135 Ibid., n°418, pp. 140-142.

136 Ibid., n° 1 026, p. 399.

137 Ibid., n°115 bis, p. 280.

138 Cf. Lettres, t. I, PJ n° LIV, pp. 238-239.

139 Borrelli de Serres, t. III, pp. 152-153.

140 Pilot de Thorey, n° 1 256, t. I, p. 513.

141 Lettres, t. I, note 1 pp. 136-137.

142 Ibid., note 1 p. 94 ; PJ n° LXXIX, p. 288.

143 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 329.

144 Champion, t. I, p. 214.— Il s’agit vraisemblablement de livres tournois ; seul Mathieu d’Escouchy parle de 36 000 écus (Gandilhon, p. 353), cédant à une licence de style déjà relevée par Rey chez les chroniqueurs de Charles VI (op. cit., pp. 39, 402).

145 A une exception bien particulière près, comme nous le verrons au prochain chapitre (cf. infra, p. 120).

146 De moitié selon Legeay, moins fiable (t. I, p. 213), du tiers selon le marquis de Beaucourt (t. VI, p. 123).

147 Champion, t. I, note 2 p. 219.

148 Ibid., note 7 p. 216. - Legeay parle à ce propos de don (loc. cit.).

149 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, note 6 pp. 334-335.

150 Legeay, t. I, pp. 203, 226-227 ; du Fresne de Beaucourt, t. VI, pp. 213, 281.

151 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 123 ; Gandilhon, loc. cit.

152 Legeay, t. I, pp. 209, 213 (citant Brantôme) ; du Fresne de Beaucourt, loc. cit.

153 Loc. cit.

154 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 326.

155 . Lettres, t. I, p. 161.

156 Ibid., note 2 p. 369.

157 Legeay, t. I, p. 213 ; Gandilhon, loc. cit.

158 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 331.

159 Ibid, p. 306.

160 Lettres, t. I, note 1 p. 140. — Le cours du florin du Rhin fluctuait sous Louis XI un peu au-dessus d’une livre tournois (Gandilhon, tableau 31 pp. 456-457).

161 Gandilhon, note 9 p. 353.

162 lettres, t. I, pp. 98-100.

163 Gandilhon, PJ n° 1, pp. 410-411. — Selon toute vraisemblance, il s’agit du marchand que Jan Van Eyck a représenté encore jeune avec son épouse dans un tableau célèbre de 1434 (nous sommes redevable de cette remarque à l’obligeante érudition de notre ami Christophe Verneuil).

164 Lettres, t. I, pp. 128-129 (août 1460).

165 Ibid, p. 160.

166 Gandilhon, p. 354.

167 Selon Pilot de Thorey ils avaient suivi le dauphin en exil pour ne rentrer en Dauphiné qu’après leur disgrâce (t. I, note 4 p. 474), mais le 10 septembre 1456 Louis écrivait à Étienne de veiller à l’entretien de la dauphine, alors en Dauphiné, ajoutant de sa main : « ne me faillés pas a cecy en mon absence » (note 1 p. 507).

168 Lettres, t. I, pp. 93-95, 95-96 ; P.J. n° LXXIII, pp. 277-278.

169 Ibid, P.J. n° LXXIV, p. 278.

170 Ibid, note 1 p. 94 (16 octobre 1457).

171 Ibid, pp. 98-100, 100-101.

172 Ibid., PJ n° LXXIX, pp. 282-322. — Le cours attribué par Louis à l’écu de Savoie le 27 février 1456 était légèrement inférieur à ceui de l’écu de France et de Dauphiné (Pilot de Thorey, n° 1 213, t. I, p. 489).

173 Lettres, t. I, PJ n° LXXXIX, pp. 335-336.

174 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 330.

175 Lettres, t. I, P.J. n° LXXIX, pp. 282-322.

176 Mireille Jean, « Les institutions financières centrales des anciens Pays-Bas », pp. 148-153.

177 Éd. Calmette & Durville, t. I, pp. 13, 27.

178 Du Fresne de Beaucourt, t. V, pp. 406-407.

179 Legeay, t. I, p. 232 ; Champion, t. I, p. 217.

180 Du Fresne de Beaucourt, t. VI, p. 185.

181 Ibid., p. 265.

182 Gandilhon, note 7 p. 355.

183 Ibid., p. 354.

184 Champion, t. II, p. 3.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 5 : Dons des pays d’états au dauphin de 1437 à 144685
Légende Note * : Don de première entrée.Note ** : Outre 1 000 écus (1 375 l.t.) de don du clergé.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540