Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Introduction

Texte intégral

  • 1 T. II, Institutions royales, p. 272.
  • 2 Sous la direction de Fernand Braudel et Ernest Labrousse, t. I, de 1450 à 1660, p. 150.
  • 3 « Du droit d’imposer et de sa pratique. Finances et financiers du roi sous le règne de Charles VII (...)

1En 1958, dans leur classique Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Ferdinand Lot et Robert Fawtier exprimaient un regret : « Aucune étude d’ensemble n’a été consacrée aux finances de Louis XI »1. Passèrent deux décennies, et en 1977 Pierre Chaunu leur fit écho dans sa contribution à l’Histoire économique et sociale de la France, écrivant à propos des finances royales : « Nous sommes trop peu renseignés, hélas, sur la grande mutation du règne de Louis XI »2. Dix-sept années s’écoulèrent encore, et à son tour Bernard Chevalier, dans son intervention au colloque du Mans de 1994, Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Age, ne put que commenter en ces termes la remarque de Lot et Fawtier : « Constatation toujours d’actualité »3.

2Voilà d’éminents auspices sous lesquels placer la présente étude. Comme l’a bien souligné en 1984 le colloque de Fontevraud sur la Genèse de l’État moderne : prélèvement et redistribution, l’argent est le nerf de cette construction politique, l’État, dont le droit romain a fourni le modèle aux xiie et xiiie siècles et qui s’affirme aux xive et xve siècles. À cette époque la monnaie est devenue un instrument indispensable à l’entretien matériel des institutions permanentes qui apparaissent et se développent - l’armée au premier chef - mais aussi à l’exécution de toute action politique : désormais l’exercice du pouvoir se paie. La place centrale de l’argent dans le fonctionnement de l’État moderne constitue bien l’une de ses caractéristiques majeures.

  • 4 Cf. l’avant-propos de Florence Descamps au volume V (1993) des Études & documents du Comité pour l (...)

3Or, alors que l’historiographie de l’État naissant du bas Moyen Âge a fait d’immenses progrès au cours des dernières décennies, les finances sont longtemps restées le parent pauvre de ce courant de recherches ; la même remarque peut d’ailleurs être faite sur la place du Moyen Âge au sein de l’histoire financière de la France, en plein renouveau depuis quelques années4. Si les articles plus ou moins généraux sur les finances royales françaises entre l’âge dit féodal et la Renaissance n’ont pas fait défaut, les synthèses manquent toujours. Entre les travaux de Maurice Rey sur les finances de Charles VI (1965) et de Philippe Hamon sur celles de François Ier (1994) s’étend une vaste terra incognita, dans laquelle le lecteur nous permettra de signaler la petite clairière ouverte par notre étude sur la régence des Beaujeu (1994), qui nous a permis de forger nos premiers outils avant de nous attaquer à de plus vastes défrichements.

4Certes, le règne de Louis XI ne saurait prétendre au même intérêt pour l’histoire des finances que celui de Charles VII, période fondamentale de reconstruction sur laquelle l’absence de synthèse est plus regrettable encore. Néanmoins, il mérite à deux titres les regrets exprimés par plusieurs historiens. D’abord, dans la perspective du développement de l’État moderne, la succession du Victorieux constitua pour la pérennité de son œuvre institutionnelle un test d’autant plus crucial qu’elle coïncida - dans une optique de long terme, s’entend - avec la fin de la guerre de Cent Ans. Depuis plus d’un siècle la présence physique de l’ennemi sur le territoire du royaume et les nécessités incontestables de la défense avaient permis à la monarchie française de mener à bien la grande révolution de l’État moderne déjà amorcée avant-guerre, en sautant le pas décisif de l’imposition permanente. Le pays libéré, le sentiment du danger s’effaça et le jeune Léviathan de la royauté fut privé de l’aliment qui avait nourri sa croissance. Or, nous savons que celle-ci se poursuivit et s’accéléra même sous Louis XI, excessivement au goût des contemporains d’ailleurs puisqu’un recul suivit la mort du roi, mais un recul seulement. Le passage de l’état d’exception à la normalité, voilà sans doute ce qu’il faut comprendre par la « grande mutation » dont parle Pierre Chaunu, qui voit dans ce règne la phase finale de la gestation des finances modernes.

5Ensuite, au point de vue de l’étude du règne de Louis XI, la connaissance et la compréhension de la politique de ce roi, dont l’œuvre a laissé une telle empreinte dans l’Histoire de France, n’est pas complète tant que nous ignorons comment il l’a financée. Parce que l’une des caractéristiques de l’État moderne est le coût pécuniaire de l’action politique, la clef des choix, des succès, des échecs, des limites de Louis XI ne doit pas être uniquement recherchée dans son génie ou dans les circonstances, mais aussi dans ses caisses. Non seulement ce prince à l’énergie inépuisable a multiplié les entreprises les plus ambitieuses et les plus onéreuses, mais il est réputé - à tort ou à raison, c’est ce qu’il nous faudra déterminer entre autres - n’avoir jamais reculé devant le prix à payer, c’est-à-dire à faire payer aux Français. L’étude des moyens employés par le souverain pour se procurer les fonds qui lui étaient nécessaires, et de ses choix dans l’emploi qu’il en a fait, nous paraît une méthode fructueuse pour explorer les coulisses de son règne et mettre en lumière les mécanismes internes de son action.

6C’est sous cet angle, celui de la politique financière de Louis XI, c’est-à-dire du financement de sa politique, que nous avons choisi de mener notre travail. Il s’ensuit que notre propos n’est pas de faire une étude des structures financières de la monarchie, qui devrait de toute façon saisir des évolutions de long terme participant de la dynamique générale de la genèse de l’État moderne, et ne saurait s’inscrire dans le cadre chronologique trop étroit d’un règne de vingt-deux ans. Si les institutions financières et la fiscalité étaient des organismes vivants qui ne cessèrent d’évoluer, pour autant elles ne diffèrent pas radicalement sous le règne de Louis XI et sous celui de Charles VII - qui a bien davantage marqué ces structures - ou de Charles VIII.

7Celles-ci, au demeurant, sont déjà bien connues par les recherches fondamentales de Gustave Dupont-Ferrier, issues du dépouillement exhaustif des archives administratives et conduites, de manière appropriée, sur une période longue embrassant les xive et xve siècles ; il n’y saurait être apporté que des amendements de détail. C’est aux finances de Louis XI que nous nous intéressons, non aux finances sous Louis XI : en d’autres termes, il ne s’agit pas pour nous d’examiner les instruments - d’autres s’en sont chargés - mais l’usage que ce roi en a fait. Certes, il est impossible en pratique de dissocier l’usage des instruments, que nous serons naturellement amené à considérer, mais c’est bien lui qui constitue notre thème central de recherche. Les structures ne seront donc présentes dans ce travail que comme une toile de fond.

  • 5 Sur ce sujet cf. l’article pionnier de Philippe Contamine, « Les fortifications urbaines en France (...)

8De même, notre propos étant d’examiner comment Louis XI a joué des prélèvements de l’État et de leur redistribution pour servir son action politique, nous laisserons de côté les autres prélèvements, ecclésiastiques, seigneuriaux ou municipaux qui pesaient sur ses sujets, mais n’étaient pas des instruments de pouvoir entre ses mains. Même si les villes ne levaient d’impôt que par « octroi » du roi, et avant tout pour l’entretien des fortifications urbaines, ce qui déchargeait la monarchie d’une partie des frais de la défense du royaume -mais une partie qui les intéressait au premier chef, et qui était le symbole même de leur autonomie5 - une différence juridique et politique essentielle sépare les « deniers communs » des villes des deniers du roi. Ces derniers seuls finançaient l’État et la politique du souverain, ces derniers seuls nous intéressent ici.

9L’étude de la politique financière nous amènera à concentrer notre attention sur le sommet de l’État, le roi lui-même et les cercles dirigeants tant de son entourage que de la haute administration des finances, c’est-à-dire tous ceux qui, individuellement ou collectivement, peuvent jouer un rôle dans le procès de la prise de décision, depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre. Nous avons donc écarté d’emblée toute démarche prosopographique, notre propos n’étant pas de nous livrer à une étude sociale de ces milieux considérés en soi, mais de nous intéresser à eux en tant qu’acteurs de la politique financière exclusivement. Nous nous bornerons donc, sur ce point, à définir les grands traits de leur recrutement et de son évolution. Cette place privilégiée accordée aux instances du pouvoir ne nous empêchera nullement de nous intéresser à la grande masse de ceux que touchent les mesures prises, les officiers gagés, les gens de guerre soldés, les pensionnaires, les donataires et naturellement les contribuables. Plus généralement, nous tâcherons de prendre le pouls de l’opinion publique telle qu’elle s’exprime dans les réactions connues des uns et des autres, dans les commentaires des sources littéraires et, en désespoir de cause, dans les émeutes.

  • 6 Il arrive toutefois que les modernistes appliquent ce terme à des époques antérieures, ainsi Ariet (...)

10Mais nous est-il permis de parler d’opinion publique, alors que les historiens de la période moderne ou contemporaine la voient naître au xviiie siècle ?6 Sans doute, c’est de l’âge des Lumières, des gazettes et des premières campagnes d’opinion qu’est issu le visage moderne, relativement net et cohérent, d’une opinion publique structurée et portée à la conscience d’elle-même par des organes de presse, qui la modèlent autant qu’ils l’expriment, et par des organisations politiques ou syndicales, qui en dessinent les tendances. Mais la décrire n’est pas la définir. Si l’on entend par là l’émanation collective des jugements portés par les particuliers sur les affaires publiques, la réaction critique de la société à son information (ce qui est tout autre chose que la rumeur, touchant au mode de diffusion de l’information), les sources témoignent qu’il existait bel et bien une opinion publique à la fin du Moyen Âge. Certes, elle revêtait alors des formes différentes et moins achevées, les individus ou les états de la société n’avaient pas conscience de former « le public » (notion anachronique pour le coup), mais il faut faire justice du cliché bien irrévérencieux selon lequel nos aïeux de ce temps, trop soumis ou frustes pour avoir leurs idées, ne voyaient pas plus loin que le bout de leur glèbe.

  • 7 Cf. les travaux de Nicole Gonthier, d’après les archives des obéances des chanoines de Lyon au xve(...)

11D’abord, il y avait l’opinion « qui compte », celle des élites sociales, clergé, noblesse et bourgeoisie des villes, que le roi et ses opposants visaient à travers lettres et manifestes - sans opinion publique, à quoi eût rimé l’effort de propagande dont nous avons tant d’exemples au bas Moyen Âge ? - et qui s’exprimait dans les assemblées d’états. Mais il y avait aussi, au niveau le plus humble, une opinion publique qui n’a guère laissé de traces écrites, sinon dans les archives judiciaires qui s’en font parfois l’écho à travers les poursuites qu’elle a suscitées (en sorte qu’elle y apparaît toujours subversive, ce qui ne doit pas nous abuser) : elle se manifestait dans les lieux de sociabilité ou de travail, à la taverne ou dans les champs et les vignes7. Quelle que fût leur condition, les sujets du roi ne subissaient sa politique ni passivement ni en silence : il nous faudra en tenir compte. Nous irons donc, autant que possible, chercher à la base les répercussions des décisions du sommet, la mesure de leur application, les causes de leur infléchissement le cas échéant ; mais c’est bien du sommet vers la base que s’orientera notre perspective.

12Notre étude de la politique financière abordera les différentes catégories de recettes et de dépenses. Parmi les premières nous nous intéresserons aux finances ordinaires et extraordinaires, mais aussi aux expédients ; la monnaie étant indissociable des finances, nous l’évoquerons également, bien que les frappes ne tiennent plus aucune place à cette époque dans les ressources de la monarchie. Parmi les secondes nous nous pencherons sur les diverses charges civiles et militaires de l’État et sur le coût de la mise en œuvre de la politique royale. Le lecteur s’étonnera peut-être d’y rencontrer le Domaine ; c’est que, nous le verrons, les aliénations de terres et de droits furent pour Louis XI un instrument de gratification de ses obligés au même titre que les versements en espèces et vinrent par conséquent soulager son budget. Par ses deux objets, les prélèvements et leur redistribution, le présent travail se rattache donc à la fois à l’histoire de la fiscalité, à l’histoire institutionnelle de l’État et à l’histoire politique.

  • 8 L’argent du roi. Les finances sous François Ier, p. 3.
  • 9 Mais non par Jean Rauzier dans Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de B (...)
  • 10 « Recepta enim jure debet praecedere misiam » (Jean Masselin, Journal des états généraux de France (...)

13L’ordre dans lequel étudier recettes et dépenses fournit au chercheur un autre sujet de réflexion. Le dilemme est à la vérité plus apparent que réel, et nous ne saurions mieux faire que citer Philippe Hamon : « il n’y a pas ici une bonne et une mauvaise approche : la validité de chacune est évidente »8. Pour sa part cet auteur a accordé la priorité aux dépenses, selon l’usage adopté aujourd’hui par la plupart des historiens des finances9. Plusieurs raisons nous ont en revanche déterminé à étudier les recettes avant les dépenses. D’abord, cette hiérarchie est conforme à la représentation qu’avaient des finances royales les contemporains eux-mêmes, aussi bien au sein de l’administration, qui organisait ainsi sa comptabilité, que dans l’esprit des administrés, qui estimaient, selon la formule du porte-parole des états généraux en 1484, que « la recette en droit doit précéder la mise »10.

14Mais, objectera-t-on, c’est là une pétition de principe de tous les temps, qui ne doit pas masquer la prosaïque réalité : les recettes courent tant bien que mal après les dépenses. Voire : ce jugement procède, nous semble-t-il, d’une confusion entre les deux notions distinctes de besoin et de dépense.

  • 11 Cf. infra, pp. 160, 308-313, 374.

15En effet, si l’on affine l’analyse du mécanisme de la politique financière, celle-ci consiste à évaluer les besoins de financement d’objectifs préalablement définis (fût-ce le simple entretien de l’État), puis à fixer en conséquence le montant des prélèvements, dont le produit permet enfin de procéder aux dépenses. Quoique les étapes de ce processus s’enchevêtrent dans le temps, rentrées fiscales et versements s’égrenant tout au long de l’année, dans l’ordre logique ce sont les besoins de financement (tels qu’ils sont connus des milieux dirigeants par les estimations, souvent insuffisantes, des techniciens de l’administration) qui sont antérieurs aux recettes, et non pas les dépenses, c’est-à-dire les opérations comptables ouvertes par un ordre de paiement, qui satisfont plus ou moins parfaitement ces besoins et se traduisent concrètement par un déboursement de numéraire : pour que les deniers du roi sortent de ses caisses, il faut qu’ils y soient d’abord entrés. En d’autres termes, la dépense est la mise en œuvre de la redistribution, et celle-ci ne précède pas le prélèvement. Les moyens du roi courent après ses besoins, et non ses recettes après ses dépenses. Or, les sources sont presque muettes sur les besoins de financement : pour tout le règne de Louis XI nous n’en avons retrouvé que quatre évaluations, dont deux seulement de portée générale11. La quasi totalité de notre information concerne les dépenses, ordonnées ou effectivement exécutées.

16La documentation sur laquelle reposent nos recherches est à la fois variée, abondante et lacunaire, à commencer par les sources manuscrites. L’on sait que l’essentiel des archives financières de l’État royal était conservé à la Chambre des Comptes de Paris dont l’incendie en 1737 ne nous a laissé que des épaves, souvent sauvées par le manque de scrupules des érudits de l’Ancien Régime, plus prompts à emprunter qu’à restituer et qui constituèrent leurs collections privées avec les vieux papiers du roi. Nous avons donc concentré nos dépouillements sur l’inestimable fonds réuni sous Louis XIV par le généalogiste François Roger de Gaignières (que La Bruyère railla dans ses Caractères, comme le type du collectionneur maniaque, sous le nom de Démocède) et aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale. Nous avons très peu recouru en revanche aux Archives nationales, où les comptes originaux de la série KK ne concernent que des services particuliers des hôtels du roi ou de la reine.

  • 12 Cf. infra, Annexe II. - Le ms. fr. 20 685, de la collection Gaignières, reproduit les mêmes compte (...)

17En effet, le souci d’embrasser l’ensemble des recettes et des dépenses de l’État nous a conduit à privilégier systématiquement les documents susceptibles de fournir l’information la plus large et la plus globale sur les finances royales. Il s’agit en recette de pièces originales relatives à la fiscalité, essentiellement des mandements d’imposition et des assiettes de la taille, et en dépense d’archives des recettes générales des finances, extraits de comptes recopiés au xviie siècle dans le manuscrit français 20 685 ou rôles de paiements authentiques12. Nos sources manuscrites sont donc presque toujours des documents officiels émis par l’administration à divers stades des procédures réglementaires, et généralement à usage interne, les techniciens des finances royales et les dirigeants de l’État pouvant seuls en avoir connaissance. Elles constituent une documentation hétérogène non seulement par sa nature, mais par sa qualité : notre information sur les dépenses repose fréquemment sur des copies partielles du Grand Siècle, qui posent le double problème de leur fiabilité, le scribe se trompant régulièrement - mais cela pouvait arriver tout aussi bien au clerc du xve siècle - et de leur sélectivité, le propos du copiste ou de son commanditaire n’étant pas de réaliser des duplicata. Force nous est pourtant de nous contenter de ces témoignages de seconde main, les originaux étant perdus.

  • 13 Cf. infra, note 8 p. 234.

18Reste que la confrontation de pièces de nature différente, lorsqu’elle permet un recoupement d’informations - ce qui est malheureusement très rare -, peut s’avérer extrêmement suggestive. Ainsi voyons-nous en une occasion des élus imposer sur leurs administrés, en vertu d’un mandement royal qui n’était pas porté à la connaissance de ces derniers, près du double du montant de la taille réellement fixé par ce document13, ce qui tend à conforter les accusations formulées par les contribuables contre les abus des agents des finances, favorisés par l’opacité même des procédures fiscales. De ce fait, si du point de vue du pouvoir central il y avait à peu près concordance entre le volume des prélèvements ordonnés et celui des rentrées, sur le terrain il pouvait y avoir un décalage important entre l’ampleur réelle des ponctions opérées et le financement effectif de l’État, aggravant le mécontentement des contribuables ; hélas, l’historien peut le soupçonner, non le mesurer.

  • 14 Nous n’avons pu consulter le tome III, un supplément au Catalogue publié douze ans plus tard.
  • 15 Une miniature en frontispice des statuts de l’Ordre de Saint-Michel, réalisée vers 1470 par Jean F (...)

19Afin d’accéder au moins indirectement à de vastes fonds d’archives qui présentaient de l’intérêt pour nos recherches, nous avons recouru à des inventaires de sources, sans nous dissimuler le risque qu’y représentent les possibles erreurs d’analyse ; du moins les recoupements et les invraisemblances permettent-ils d’en écarter quelques-unes. Nous nous sommes essentiellement appuyé sur deux de ces instruments de travail. Le Catalogue des actes du dauphin Louis II (3 volumes, 1899-1911)14, compilé principalement d’après les différentes archives départementales du Dauphiné par Emmanuel Pilot de Thorey, est fort pratique pour étudier la politique de Louis XI dans ce pays avant comme après son avènement au trône de France ; les notes dont ce minutieux érudit l’a pourvu, qui après celles des Lettres de Louis XI rendent les plus grands services, achèvent d’en faire un outil précieux pour le chercheur. Celui-ci est encore redevable au principal éditeur des Lettres, Joseph Vaesen, du « Catalogue du fonds Bourré à la Bibliothèque nationale » paru dans la Bibliothèque de l’École des Chartes (1883-1885), indispensable guide des archives professionnelles de l’un des principaux acteurs des finances royales sous ce règne15. D’une manière générale, nous nous sommes donné pour règle de renvoyer directement au document analysé lorsqu’il appartient aux dépôts d’archives centraux, et à son inventaire dans le cas contraire.

20Parmi les sources imprimées, nous avons essentiellement recouru aux deux collections fondamentales pour l’étude de ce règne, les Ordonnances des rois de France (tomes XIV à XIX, 1790-1835) et les Lettres de Louis XI (11 volumes dont un de tables, 1883-1909). La première nous renseigne sur l’activité législative du souverain : il convient de relever que ses actes y occupent quatre volumes entiers alors que ceux de Charles VII, dont le règne est deux fois plus long, n’en remplissent que deux, ce que l’inégale conservation des archives ne suffit pas à expliquer. La seconde est plus intéressante encore car elle nous livre avec la correspondance du monarque, qui n’était généralement pas destinée à être rendue publique, l’expression sincère de ses pensées et les dessous de son action. En somme, les Ordonnances nous montrent, avec la solennité des textes rédigés par les notaires et secrétaires du roi, la façade officielle de la politique de Louis XI, tandis que les Lettres, dictées par le souverain sur un ton souvent très libre, en éclairent les coulisses, nous dévoilant au jour le jour le fonctionnement concret du gouvernement royal. Ces recueils aident aussi à fixer la chronologie, plus serrée dans les Lettres, que leur principal éditeur Joseph Vaesen a en outre enrichies de nombreuses notices, généralement d’après les Pièces originales du Cabinet des Titres à la Bibliothèque nationale, parfois aussi d’après des travaux de la fin du xixe siècle qu’il résume utilement, ce qui en fait à plus d’un titre un précieux instrument de travail.

  • 16 Mémoires, éd. Joseph Calmette et le chanoine G. Durville.

21Nous n’avons pas davantage négligé le secours des relations du règne par les contemporains. Philippe de Commynes16 est le plus précieux car il a occupé une place de premier plan dans les milieux dirigeants après son ralliement à Louis XI en 1472, et nous offre sur le fonctionnement du pouvoir un témoignage de première main. Celui-ci est d’autant plus fiable qu’il est honnête, car si le mémorialiste porte à son maître une admiration et même une affection dont il ne se cache pas, il n’hésite pas à se montrer critique envers lui à l’occasion, et notamment en matière de finances.

  • 17 Histoire de Louis XI, éd. et trad. Monique-Cécile Garand et Charles Samaran.
  • 18 Histoire de Charles VII, éd. et trad. Charles Samaran, t. I, introduction, pp. vii-viii, xi-xiv. - (...)

22Thomas Basin17, lui, est animé de tout autres sentiments. L’évêque de Lisieux, serviteur de Charles VII, s’intéressait aux questions de réforme et avait placé dans son successeur de grands espoirs qui furent cruellement déçus. La haine inexpiable qu’il lui voua dès lors le pousse à un parti pris systématiquement malveillant ; il est, plus encore que les chroniqueurs bourguignons, l’historien de l’opposition à Louis XI. Toutefois, si ses critiques sont toujours excessives, elles sont souvent fondées et son témoignage présente d’autant plus d’intérêt qu’avant de s’expatrier définitivement aux Pays-Bas en 1468 il a participé à diverses reprises aux affaires publiques et en particulier, bien qu’il ne s’en vante pas, aux expériences financières du début du règne ; même en exil il a conservé de bons informateurs dans le royaume18.

  • 19 Histoire de Gaston IV comte de Foix, éd. Henri Courteault.
  • 20 Journal de Jean de Roye, connu sous le nom de Chronique scandaleuse, éd. Bernard de Mandrot, t. II (...)
  • 21 « Journal parisien de Jean Maupoint, prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture », éd. Gustave Fagni (...)
  • 22 Journal, éd. Bernard de Mandrot, t.I, pp. xxij-xxiv.

23Les autres auteurs, plus éloignés des cercles du pouvoir, ont le mérite de nous éclairer sur la perception de la politique royale dans divers milieux. Guillaume Leseur, le biographe du comte de Foix Gaston IV19, nous livre jusqu’en 1472 quelques indications sur le point de vue d’une grande maison princière des lointaines Pyrénées ; Jean le Clerc, l’interpolateur de Jean de Roye et l’historiographe d’Antoine de Chabannes20, est le porte-parole de l’aristocratie militaire au service de Louis XI. Jean Maupoint21 jusqu’en 1469 et Jean de Roye lui-même nous rapportent enfin l’écho de l’opinion parisienne, chacun avec les nuances propres à sa situation personnelle : le premier est un homme d’Église, le second un notaire au Châtelet dont le loyalisme envers le roi est tempéré mais non pas éteint par son entrée au service du duc de Bourbon vers 146622. Nous avons en revanche généralement laissé de côté les chroniqueurs et mémorialistes bourguignons, qui ne peuvent nous apporter qu’un témoignage extérieur sur la politique financière de la monarchie ; de même, les dépêches des ambassadeurs milanais ne sont pratiquement d’aucune utilité pour notre propos.

  • 23 Cf. infra, note 109p. 144.

24Enfin, la bibliographie couvre les deux domaines à la charnière desquels se place notre étude, les finances royales et le règne de Louis XI. Nous nous sommes reporté dans la mesure du possible aux travaux originaux plutôt qu’aux publications plus récentes qui reposent sur eux, ce qui nous a conduit à utiliser beaucoup d’ouvrages déjà anciens du xixe siècle et de la première moitié du xxe. Leur pertinence n’a pas nécessairement décru avec l’âge, et quand bien même leur problématique est aujourd’hui dépassée ou leur point de vue abandonné (à tort ou à raison, l’historiographie n’échappant malheureusement pas aux phénomènes de mode) ils demeurent souvent un gisement d’informations dont la recherche plus récente ne fournit pas l’équivalent. À titre d’exemple, l’unique indice que nous ayons sur la date -inconnue - de l’exemption de taille de Tours en 1462 ne provient pas des travaux de référence de Bernard Chevalier, qu’il s’agisse de sa thèse sur Tours, ville royale (1975) ou de son article préliminaire sur « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes : le cas de Tours » (1964), mais bien de la vieille Histoire de Louis XI d’Urbain Legeay (1874)23.

25En outre les ouvrages anciens - et pas seulement les thèses publiées -étaient plus souvent qu’aujourd’hui illustrés en annexe par un grand nombre de pièces justificatives ou, comme on disait parfois encore, de preuves, qui représentent un complément non négligeable de sources imprimées. Chaque fois que possible nous avons directement exploité ces éditions de textes plutôt que les études qui les précèdent, dont nous nous sommes servi surtout pour replacer les sources dans leur contexte. Dans le cas de la thèse très instructive de Louis Caillet sur Les relations de la Commune de Lyon avec Charles VII et Louis XI (1909), dont la publication a manifestement été bâclée et dont les chiffres et les dates ne cessent de contredire ses propres pièces justificatives, nous avons chaque fois retenu, sauf erreur flagrante, la leçon de ces dernières.

  • 24 Cf. la préface de sa Correspondance (1849-1902), Paris, Alcan, 1906, pp. III, VI, IX. - Le 31 déce (...)

26Il serait oiseux de passer en revue l’ensemble des titres que nous avons consultés ; certains se détachent cependant par leur utilité dans l’exploration des différents aspects du sujet. Dans le domaine des finances, nous n’avons pas craint de remonter aux travaux pionniers de Jean-Jules Clamageran. Ce militant républicain, qui composa sous le Second Empire sa magistrale Histoire de l’impôt en France (1867-1868) parce qu’il pensait que les siens devaient maîtriser l’économie politique pour bien gouverner le pays quand leur heure serait venue, et qui fut d’ailleurs un éphémère ministre des Finances de la IIIe République pendant dix jours d’avril 188524, rend toujours service au chercheur d’aujourd’hui par la perspicacité de ses analyses. Notre principal auxiliaire a néanmoins été Gustave Dupont-Ferrier, déjà cité, dont les fondamentales Études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age (1930-1932), nourries de la fréquentation assidue des archives, brossent un tableau minutieux de l’organisation financière et fiscale de l’État royal aux xive et xve siècles.

27Les articles consacrés par Alfred Spont au cas particulier du régime fiscal languedocien dans les premiers volumes des Annales du Midi (1890-1891) restent aujourd’hui encore la référence obligée, complétée par les travaux contemporains de Paul Dognon (1891-1896) et par la thèse plus récente de Jacques Vidal sur L’équivalent des aides en Languedoc (1960), qui éclaire notamment la réforme fiscale de 1463-1464. Le rôle fiscal des assemblées d’états a été examiné dans des monographies comme l’History of the Estates of Poitou de Joseph M. Tyrrell (1968), et surtout la thèse d’Henri Gilles sur Les états de Languedoc au xve siècle (1965). Sur les questions monétaires, l’importante étude de Harry A. Miskimin, Money and Power in Fifteenth-Century France (1984), fondée sur d’amples séries statistiques reconstituées, ne saurait être passée sous silence, mais les corrélations qu’elle établit entre politique et frappes de numéraire n’emportent guère la conviction, surtout dans le second demi-siècle tant la production des ateliers royaux est alors sous-évaluée, ainsi que nous aurons l’occasion de le voir, même si la pénurie de métal précieux n’est pas contestable.

  • 25 Ces renseignements nous ont été obligeamment communiqués par notre ami Christophe Verneuil, qui a (...)
  • 26 Sa parution fut l’occasion d’une querelle des Anciens et des Modernes entre Lucien Febvre, qui dan (...)

28Dans le domaine institutionnel, il nous faut saluer un autre amateur éclairé qui comme Clamageran fit œuvre de pionnier, cette fois dans l’histoire administrative. Vétéran des campagnes d’Italie et de France sous le Second Empire, Léon Borrelli de Serres avait déjà derrière lui une longue et flatteuse carrière d’officier, qui l’avait conduit jusqu’au poste d’attaché militaire à Bruxelles, lorsqu’en 1884 une grave chute de cheval entraîna sa mise à la retraite anticipée avec le grade de colonel25. Il eut l’heureuse idée d’appliquer désormais à l’érudition historique la rigueur et la pénétration de son esprit : ses Recherches sur divers services publics du xiiie au xviie siècle, dont le tome III (1909) réunit les Notices relatives aux xive et xve siècles, restent d’un grand profit pour l’historien. Gustave Dupont-Ferrier s’est également intéressé aux organes de contrôle des finances royales dans ses Nouvelles études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age, tout aussi documentées que les premières, et portant successivement sur Les origines et le premier siècle de la Chambre ou Cour des Aides de Paris (1933) et de la Cour du Trésor (1936) ; à la même époque la thèse non moins érudite d’Henri Jassemin sur La Chambre des Comptes de Paris au xve siècle (1933) leur a apporté un précieux complément26. Enfin la thèse de Philippe Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge (1972) a bien mis en lumière l’organisation, mais aussi la place dans la société et le poids pour l’économie de l’appareil militaire de la monarchie française, de loin le principal poste de dépenses de son budget.

29Sur Louis XI et son règne, l’Histoire déjà citée d’un troisième pionnier, Urbain Legeay, eut le mérite d’être en 1874 la première à rompre avec des siècles de légende noire, non sans verser dans l’excès contraire d’ailleurs ; elle a naturellement beaucoup vieilli mais reste, nous l’avons dit, une mine de renseignements profitable pourvu qu’on l’exploite avec prudence. Au xxe siècle le Louis XI de Pierre Champion (1927-1928) n’est pas sans intérêt, mais tend à la vulgarisation à l’usage du grand public et ne répond pas toujours aux attentes du chercheur. La biographie de Paul Murray Kendall (1971, éditée en français en 1974) bénéficie du dépouillement méticuleux des archives diplomatiques milanaises, mais est gâtée tant par d’innombrables erreurs de détail que par une propension peu scientifique à vouloir coucher Louis XI sur le divan du psychanalyste à cinq siècles de distance. Celle de Pierre-Roger Gaussin (1976), thématiquement organisée, est des plus stimulantes, mais sa conception même exclut le détail de la chronologie. Enfin, du magistral Louis XI de Jean Favier (2001), hélas découvert in extremis, nous n’avons pu tirer que d’ultimes retouches.

30Sur la politique royale, les ouvrages consacrés par Joseph Calmette à Louis XI, Jean II et la Révolution catalane (1903) sur son action en Roussillon et, en collaboration avec Georges Périnelle, à Louis XL et l’Angleterre (1930) ont étudié d’importants aspects de sa diplomatie. Sur sa politique intérieure, après les travaux récents de Bernard Chevalier la thèse d’Henri Sée sur Louis XI et les villes (1891) a vieilli, mais elle regorge d’informations ; celle, déjà citée, de Louis Caillet (1909) fournit avec le cas de Lyon une illustration très documentée, quoique sans doute atypique, des relations de ce roi et de ses bonnes villes. L’article publié en 1967 par André Léguai dans Le Moyen Âge sur les « Émeutes et troubles d’origine fiscale pendant le règne de Louis XI » est très suggestif, même s’il appelle parfois la critique. Les biographies des princes de l’intérieur du royaume éclairent l’attitude du souverain à leur égard, particulièrement celle de Charles de France, frère de Louis XI par Henri Stein (1919), et dans une moindre mesure celles du Roi René par Albert Lecoy de la Marche (1875) et de Jean II de Bourbon par Henri de Surirey de Saint Remy (1944).

31Mais la principale étude de la politique royale, et en même temps le plus riche et le plus large gisement documentaire, est sans contredit la thèse magistrale de René Gandilhon sur la Politique économique de Louis XI (1940), édifiée sur l’exploitation d’archives départementales et municipales à travers toute la France. Depuis soixante ans les critiques n’ont pas fait défaut à ce monument d’érudition, dont les imperfections ont été traquées avec un acharnement digne d’une meilleure cause, jusqu’à le reléguer au purgatoire de l’historiographie. Pour l’en sortir, il n’est que de le lire. Que les analyses aient parfois vieilli n’a rien pour étonner, mais l’ampleur de la synthèse et des sources qui la nourrissent force toujours le respect, et l’information n’est pas périmée. Notre sous-titre, le lecteur l’aura compris, entend rendre hommage à l’auteur du plus important travail de recherche consacré à Louis XI au xxe siècle.

  • 27 Histoire de la population française s. d. Jacques Dupâquier, 1.1, Des origines à la Renaissance, P (...)

32Telle qu’elle se présente, la documentation pose à notre étude certaines limites qu’il convient de garder présentes à l’esprit. D’abord, si la place du monde urbain dans la politique royale est bien connue grâce à la relative abondance des archives municipales, les campagnes restent dans l’ombre, faute de sources : Louis XI ne dialoguait pas avec les communautés rurales, et n’avait d’ailleurs pas à le faire, les seigneurs étant considérés comme leurs porte-parole naturels. Or, celles-ci réunissaient l’écrasante majorité de ses sujets : Ariette Higounet-Nadal, extrapolant les conclusions d’Henri Touchard et Jean-Pierre Leguay pour la Bretagne, estime que la population urbaine représentait à la fin du Moyen Âge quelque 6,5% de la population totale du royaume27. Une telle précision laisse perplexe. Retenons du moins l’ordre de grandeur : moins d’un Français sur dix, un sur vingt peut-être, vivait dans ces villes omniprésentes sous les yeux du chercheur. Ainsi la quasi-totalité des émeutes fiscales recensées sous Louis XI concerne-t-elle le milieu urbain : même si, nous le verrons, il est probable que pour diverses raisons le contribuable des villes ait été plus remuant que celui des campagnes, l’inégalité de notre information accentue sans aucun doute la différence et il serait hasardeux de conclure à la passivité de la paysannerie. La surreprésentation du monde urbain dans les sources et les travaux qui les ont exploitées fausse notre perception des rapports entre la monarchie et les Français, concentrée sur une petite minorité non représentative de la population générale, même si, en raison de leur importance économique, la place des villes dans le financement de l’État royal excédait à l’évidence leur poids démographique.

  • 28 Jean-François Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beauj (...)

33Mais la plus grande lacune de notre documentation et la principale carence de notre étude, éminemment regrettable s’agissant d’histoire financière, est le manque de chiffres. Certes les sommes de détail sont légion, mais les totaux, les volumes globaux nécessaires à une vision d’ensemble font cruellement défaut. Le chercheur est ici la double victime du silence des gens des finances de l’époque et du désintérêt des érudits du Grand Siècle. Jalouse de son monopole sur le droit d’imposer, qu’elle avait réussi à confisquer à son profit, et sans doute consciente du fait que l’argent était désormais le fondement de sa puissance, la monarchie française avait érigé ses finances en secret d’État, sur lequel elle n’entendait divulguer que le moins de renseignements possible. Sauf exception rare, elle n’annonçait jamais le montant global des impôts directs dont elle ordonnait la levée : au lendemain de la mort de Louis XI la publicité de la taille fut l’une des grandes conquêtes des états généraux de 148428.

34De ce fait, le produit de la principale ressource de l’État nous échappe généralement. Or, il est pratiquement impossible de le reconstituer d’après les indications fragmentaires que sont les montants imposés dans différentes élections, connus par de très nombreuses assiettes de taille. Nous le verrons, l’évolution de la pression fiscale était bien loin de suivre un rythme uniforme à travers tout le royaume. Chaque élection pouvait être servie ou desservie par sa situation particulière, par l’entremise d’un influent protecteur, par la faveur ou la défaveur royale ; l’explication des différences constatées nous est presque toujours inconnue, mais il est clair qu’indépendamment de leur condition sociale les contribuables des divers pays n’étaient pas égaux devant l’impôt. Dès lors, la plus élémentaire rigueur interdit de généraliser une variation locale au royaume entier : le chercheur en est réduit à relever les cas particuliers, sans pouvoir déterminer ce qui pourtant l’intéresserait le plus, l’évolution du montant total de la taille.

  • 29 Cf. les éloquents exemples cités, pour notre période précisément, par Gustave Dupont-Ferrier, Étud (...)

35De même, les quotes-parts des différentes élections étant fréquemment modifiées par ces inégalités de traitement29, l’exercice auquel nous nous sommes livré à diverses reprises, en estimant le total d’une levée à partir des sommes assises dans quelques élections et de leurs quotes-parts connues à une autre date, n’est qu’un pis-aller dont le résultat conjectural ne peut guère être regardé que comme un ordre de grandeur vraisemblable. Pardessus le marché certaines de ces levées pouvaient être régionales ou même locales, ce qui ajoute à la vanité de toute prétention à évaluer correctement le volume des prélèvements directs, et a fortiori des ponctions totales de l’État royal dans une année donnée.

  • 30 « La taille en Languedoc de 1450 à 1515 », tableau p. 498.

36Ajoutons que sans méconnaître la valeur de la contribution d’Alfred Spont pour la connaissance de la fiscalité royale en Languedoc entre 1450 et 1515, nous nous sommes autant que possible abstenu d’utiliser la reconstitution qu’il propose pour le montant de la taille du royaume30, car cet érudit a trop souvent la fâcheuse habitude de ne pas indiquer ses références - à moins qu’il ne faille en imputer la faute à la rédaction des Annales du Midi - et quand d’aventure il le fait, leur consultation peut révéler des approximations telles que des amalgames tacites et non motivés entre sommes de nature différente. En outre, il n’explique pas par quels calculs il parvient à ses résultats, en sorte que ni ses sources ni sa méthode ne sont généralement susceptibles de vérification, ce qui doit inciter à la prudence devant les chiffres avancés (graphique 1).

Graphique 1 : La taille sous Louis XI d’après Alfred Spont

37(en millions de livres tournois)

  • 31 « La taille en Languedoc (conclusion) », p. 489.

38Il est vrai que l’allure générale de la courbe tracée d’après ces indications offre une idée assez juste de l’évolution de la taille sous Louis XI : la stabilité de la première moitié des années soixante, la hausse de la seconde partie de la décennie, son accélération dans les années soixante-dix, le point culminant de 1481, la légère décrue de 1482 et le statu quo de 1483 (avant la remise d’impôt consécutive à la mort du roi), tout ceci est confirmé par nos recherches. En revanche les données numériques ne sont pas fiables : si le point de départ est correct, l’écart avec la réalité n’atteint pas moins d’un demi-million de livres tournois par excès à la fin du règne. Alfred Spont lui-même a d’ailleurs revu son estimation finale, dans un supplément où il reconnaît que ses chiffres « ne sont pas assez exacts »31, mais sans rectifier en conséquence l’ensemble de la série. Ne demandons pas à ses précieux travaux plus qu’ils ne peuvent raisonnablement fournir : ils offrent à notre étude un élément de comparaison, non une assise solide.

39Par ailleurs, les comptes des receveurs généraux des finances auraient au moins pu permettre de connaître les revenus et les dépenses de la monarchie dans une grande partie du royaume ; hélas, aucun compte original ne nous est parvenu, et nous ne disposons que de séries discontinues d’extraits copiés au xviie siècle. Or, bien souvent les érudits du règne de Louis XIV, qui cherchaient avant tout dans ces comptes des renseignements généalogiques, n’ont pas pris la peine d’y relever le sous-total des rubriques, ni même le total général des recettes et des dépenses. Nous avons conservé en revanche les originaux de rôles de paiements ordonnés par le roi à un receveur général, mais outre qu’ils sont encore plus rares et dispersés dans le temps, ils présentent un double inconvénient : d’une part ils ignorent les recettes, d’autre part ils nous renseignent sur les versements décidés par Louis XI, non sur les paiements effectifs. Leur intérêt pour la connaissance des dépenses de l’État est donc indicatif.

40Au surplus, quand bien même nous disposons à l’occasion d’informations globales sur les ressources et les dépenses d’une recette générale ou sur leur évolution, toute extrapolation au royaume entier nous est là encore interdite. Nous aurons en effet l’occasion de constater que ni la structure des dépenses, ni leur variation ou celle des revenus n’était identique d’une recette générale à l’autre, en sorte qu’en aucun cas elles ne peuvent être considérées comme le modèle réduit de la situation d’ensemble des finances royales. Si frustrant que cela soit, l’honnêteté intellectuelle commande de reconnaître que l’état des sources ne permet pas de reconstituer le budget de la monarchie française et son évolution année après année sous le règne de Louis XI. Les archives ne livrent qu’une information fragmentaire, et ces fragments, même au niveau des recettes générales, ne sont pas représentatifs.

41Cette pénurie de chiffres significatifs est d’autant plus déplorable que le manuscrit français 4 523 de la Bibliothèque nationale, vraisemblablement rédigé à la mort d’Henri II en 1559 car le compte le plus récent qu’il mentionne date de 1558, récapitule les recettes et les dépenses des principaux postes budgétaires de l’État royal, année par année, à partir de celle-là même qui suit la mort de Louis XI. Sans doute le changement de règne avait-il incité la monarchie à faire un bilan de l’évolution de ses finances depuis soixante-quinze ans, sous les quatre derniers rois. 1484, année des états généraux de Tours qui avaient redéfini les conditions du financement de l’État, offrait évidemment un point de départ idéal pour cette rétrospective ; mais comment ne pas regretter que les gens des Comptes de François II ne se soient pas senti le courage d’étendre leurs investigations à l’ensemble des cinq règnes du siècle écoulé ! C’est en tout cas un fait que, compte tenu aussi de la levée du secret sur la taille, cette année constitue aujourd’hui une charnière dans la documentation de l’historien des finances royales françaises aux confins imprécis du Moyen Âge et de la Renaissance.

  • 32 Ibid., note 2 p. 490.

42De son côté Alfred Spont, après avoir collaboré à l’utile recueil de textes de Gilbert Jacqueton sur l’administration des finances royales, annonçait en 1891 que tous deux en préparaient un autre « sur les recettes et dépenses de la Couronne de France de 1450 à 1523 » pour la Collection de Documents inédits sur l’Histoire de France32 : hélas, l’entreprise n’a pas été menée à bien. Il est vrai que la documentation dont ils disposaient alors ne devait être ni plus ni moins riche que la nôtre, les archives ayant somme toute moins souffert, dans l’ensemble, des deux guerres mondiales que de la négligence et des incendies de l’Ancien Régime ou de la « table rase » révolutionnaire.

43Reste que la force des choses nous a imposé une étude plus qualitative que quantitative. Les tableaux et les graphiques que rencontrera le lecteur dans les pages qui suivent ne concernent donc le plus souvent qu’une caisse parmi d’autres, en sorte, nous y insistons, qu’ils ne peuvent donner qu’une idée trompeuse du budget de Louis XI. L’absence presque totale de chiffres globaux, seuls pertinents pour apprécier la situation d’ensemble des finances royales et la politique financière du souverain, est assurément un lourd handicap pour le présent ouvrage. Pour autant, fallait-il maquiller des conjectures en certitudes, aligner des estimations en séries factices, en déduire des évolutions privées de validité par la marge d’erreur de chaque composante, extorquer aux textes ce qu’ils ne disent pas et déclarer représentatifs des chiffres qui ne le sont pas, et cela à seule fin de forger à toute force courbes, histogrammes et camemberts ? Un travail de recherche ne se conçoit plus aujourd’hui, avec juste raison, sans ces utiles représentations graphiques qui fournissent à l’intelligence l’assistance immédiate de la visualisation. Encore faut-il que l’état de la documentation et les exigences de la rigueur scientifique s’y prêtent : le lecteur, nous l’espérons, voudra bien admettre qu’en histoire le premier devoir d’un travail de recherche est de respecter ses sources.

  • 33 Cf. la polémique qui opposa Paul Dognon à Alfred Spont dans les Annales du Midi en 1891.

44Beaucoup de sommes de détail se rencontreront en revanche dans les pages qui viennent. A ce propos nous avons été confronté, après tant d’autres, à un dilemme aussi ancien que l’histoire des finances : fallait-il reproduire le détail des chiffres, ou bien les arrondir pour plus de commodité ?33 Faux problème en vérité, car là encore il n’y a pas de mauvaise solution : tout dépend de l’intention de l’auteur. Pour notre part nous avons fait le choix de l’exactitude, souhaitant que notre travail soit dans la mesure du possible une mine d’informations où les chercheurs puissent venir puiser en confiance des données numériques précises. Nous avertissons donc loyalement le lecteur que nous ne lui épargnerons ni livre, ni sou, ni denier, ni obole, ni pite, ni même la rarissime semipite qui fait une unique apparition dans nos sources.

45L’on pourra objecter que nous prenons ce parti au détriment du confort de lecture, mais nous présupposons que quiconque ouvre une thèse d’histoire financière n’est pas hostile a priori à l’idée d’un petit effort intellectuel. De même, le choix de la facilité commandait de moderniser nos citations en moyen français, et de traduire les quelques brèves citations latines qui se pourront rencontrer : nous nous en sommes abstenu, car il nous a paru que le lecteur trouverait plus d’intérêt, et même d’agrément, à accéder chaque fois que possible à la saveur de l’information brute, écho direct et fidèle de cette époque lointaine, plutôt qu’à une information retouchée, biaisée, bref, affadie.

46Notre travail suivra un plan essentiellement chronologique, le plus propre à mettre en valeur avec précision l’interaction entre les péripéties du règne, l’évolution de la politique financière et celle de la situation budgétaire de l’État royal. En effet, si une période de vingt-deux années est trop courte pour une étude de structures, elle est aussi trop longue pour être considérée comme un bloc uniforme, a fortiori sous un roi aussi actif : un plan thématique aurait présenté un tableau par trop statique et dégagé une fallacieuse impression d’uniformité, alors que la politique financière ne cessa d’évoluer au gré des ambitions royales et de leur adaptation aux circonstances. Nous nous intéresserons dans une première partie à l’époque antérieure à l’avènement de Louis XI, afin d’apprécier les ruptures et les continuités qui accompagnèrent la succession au trône dans les finances royales. Après un rapide historique du premier siècle des finances modernes de la monarchie française, nous examinerons la politique financière de Charles VII dans la dernière décennie de son règne, puis l’expérience acquise par son fils dans ce domaine avant de ceindre la couronne.

47Les trois parties suivantes seront consacrées au règne lui-même. Quatre années charnières feront l’objet d’un chapitre spécial : 1461, année de l’avènement, 1465, année de la guerre du Bien public qui ébranle gravement le pouvoir royal, 1477, année de la mort de Charles le Téméraire qui ouvre à Louis XI de nouvelles perspectives, 1483 enfin, année de la mort du souverain mais aussi de la fin des guerres contre le duc de Bourgogne et ses successeurs après le traité d’Arras. Par ailleurs, l’hiver de 1470-1471 marque sinon un tournant aussi important du règne, du moins un infléchissement aux répercussions financières très nettes avec le passage de la lutte sourde à la guerre ouverte entre le monarque et son rival bourguignon. Ces cinq dates découpent quatre périodes dont chacune, croyons-nous, possède une spécificité qui pour la commodité de l’analyse sera étudiée dans deux chapitres distincts, dans lesquels la politique des recettes et celle des dépenses seront examinées tour à tour.

48En deux occasions seulement nous avons fait une entorse à cette séparation des prélèvements et de leur redistribution. La première concerne le rachat des villes de la Somme en 1463, qui est non seulement l’opération financière la plus importante du règne, mais aussi la seule dont nous puissions suivre le déroulement pas à pas depuis la collecte des fonds jusqu’à leur délivrance. La seconde, moins spectaculaire, touche aux libéralités pieuses de Louis XI dans ses dernières années : nous avons mentionné alors les concessions de revenus domaniaux avec les autres formes de dons aux églises, afin de brosser le tableau complet de ces offrandes qui, par leur ampleur, constituent l’un des traits saillants de la politique financière de la période tardive.

49Au terme de ce voyage dans le temps, nous prendrons du recul dans une cinquième et dernière partie pour tâcher de dégager de notre analyse chronologique détaillée, par-delà les vicissitudes à court terme de la trame événementielle, les grandes constantes dans lesquelles nous pourrons rechercher les principes généraux, les comportements caractéristiques, les cadres mentaux ou matériels déterminants qui ont présidé à la politique financière de Louis XI : en un mot, ses ressorts mêmes. Cette synthèse thématique finale, embrassant cette fois l’ensemble du règne, s’articulera en trois chapitres récapitulatifs examinant tour à tour les éléments qui ont modelé à des titres divers le gouvernement des finances royales, qu’il s’agisse des hommes qui l’ont conduit ou subi, des idées qui l’ont nourri ou réprouvé, ou des contraintes qui lui ont fixé des bornes matérielles.

50Remarquons pour finir que notre documentation, tributaire des aléas de cinq siècles, n’est pas également répartie dans le temps. La fin du règne y est beaucoup mieux représentée que le début ; ce constat vaut tout aussi bien pour les Ordonnances que pour les Lettres ou les manuscrits de la collection Gaignières. Pour autant, nous n’avons pas cherché à maintenir un équilibre factice entre nos chapitres, ce qui aurait nécessité une étude de plus en plus succincte ou sélective des sources disponibles à mesure que nous avancions dans le règne. Ceux-ci sont donc d’autant plus longs que la période est tardive, et leur croissance pourrait être comparée par un mauvais esprit à celle des recettes et des dépenses de la monarchie dans le même temps : que le lecteur ne conclue pas à un nouveau cas de mimétisme du chercheur et de son sujet.

Notes

1 T. II, Institutions royales, p. 272.

2 Sous la direction de Fernand Braudel et Ernest Labrousse, t. I, de 1450 à 1660, p. 150.

3 « Du droit d’imposer et de sa pratique. Finances et financiers du roi sous le règne de Charles VIII », p. 33.

4 Cf. l’avant-propos de Florence Descamps au volume V (1993) des Études & documents du Comité pour l’histoire économique, et financière de la France, dressant le bilan de ses premières années d’activité : le Moyen Âge, surtout tardif paradoxalement, était le moins bien représenté (p. II). Depuis lors, avec le soutien du Comité, l’histoire financière du bas Moyen Âge a affirmé son dynamisme, illustré par les colloques de Moulins-Yzeure sur les chambres des Comptes (1995) et de Paris-Bercy sur l’impôt au Moyen Âge (2000).

5 Sur ce sujet cf. l’article pionnier de Philippe Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers et économiques », la synthèse d’Albert Rigaudière, « Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du xive siècle à la fin du xve siècle » et, dans une perspective plus large, celle de Bernard Chevalier, « Fiscalité municipale et fiscalité d’État en France du xive à la fin du xvie siècle ».

6 Il arrive toutefois que les modernistes appliquent ce terme à des époques antérieures, ainsi Ariette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), p. 348.

7 Cf. les travaux de Nicole Gonthier, d’après les archives des obéances des chanoines de Lyon au xve siècle.

8 L’argent du roi. Les finances sous François Ier, p. 3.

9 Mais non par Jean Rauzier dans Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi en 1996, ni par Dominique Le Page dans Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, deuxième partie, pp. 105-196, en 1997.

10 « Recepta enim jure debet praecedere misiam » (Jean Masselin, Journal des états généraux de France tenus à Tours en 1484, édité et traduit par Adhelm Bernier, p. 330).

11 Cf. infra, pp. 160, 308-313, 374.

12 Cf. infra, Annexe II. - Le ms. fr. 20 685, de la collection Gaignières, reproduit les mêmes comptes que le ms. fr. 32 511 dû à Caille du Fourny, auditeur à la Chambre des Comptes contemporain de Gaignières à qui, semble-t-il, il transmettait les pièces en sa possession ; nous avons préféré utiliser le premier, directement accessible, plutôt que le second, un peu plus riche mais uniquement consultable sous forme de microfilm.

13 Cf. infra, note 8 p. 234.

14 Nous n’avons pu consulter le tome III, un supplément au Catalogue publié douze ans plus tard.

15 Une miniature en frontispice des statuts de l’Ordre de Saint-Michel, réalisée vers 1470 par Jean Fouquet pour l’exemplaire de Louis XI, figure Jean Bourré debout derrière son maître parmi les officiers de l’Ordre, dont il était le trésorier (deuxième personnage à droite du roi : BN, ms. fr. 19 819f° 1).

16 Mémoires, éd. Joseph Calmette et le chanoine G. Durville.

17 Histoire de Louis XI, éd. et trad. Monique-Cécile Garand et Charles Samaran.

18 Histoire de Charles VII, éd. et trad. Charles Samaran, t. I, introduction, pp. vii-viii, xi-xiv. - Dans sa relation de la vie de Basin cet érudit nous paraît lui faire la part trop belle et noircir au contraire le trait pour Louis XI, sans doute sous l’influence de son sujet.

19 Histoire de Gaston IV comte de Foix, éd. Henri Courteault.

20 Journal de Jean de Roye, connu sous le nom de Chronique scandaleuse, éd. Bernard de Mandrot, t. II, Interpolations et variantes.

21 « Journal parisien de Jean Maupoint, prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture », éd. Gustave Fagniez, Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, vol. IV, pp. 1-114.

22 Journal, éd. Bernard de Mandrot, t.I, pp. xxij-xxiv.

23 Cf. infra, note 109p. 144.

24 Cf. la préface de sa Correspondance (1849-1902), Paris, Alcan, 1906, pp. III, VI, IX. - Le 31 décembre 1860 il annonçait être arrivé en 1439 dans son Histoire de l’impôt (ibidem, pp. 192-193), et le 19 août suivant il écrivait avoir passé les deux derniers mois à l’étude des finances de François Ier et Henri II (p. 206).

25 Ces renseignements nous ont été obligeamment communiqués par notre ami Christophe Verneuil, qui a pu consulter le dossier du colonel au Service historique de l’Armée de Terre à Vincennes : cf. sa thèse encore inédite, La Belgique entre la France et l’Allemagne de 1830 à 1914. Diplomatie et stratégie, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1996, t. II, note 102 p. 576, et t. III, Annexes, p. 1080.

26 Sa parution fut l’occasion d’une querelle des Anciens et des Modernes entre Lucien Febvre, qui dans sa croisade pour imposer les conceptions historiographiques des Annales, seules valables à ses yeux, la pourfendit avec sa fougue et son injustice coutumières, et Henri Jassemin, qui défendit l’érudition chartiste classique (cf. Philippe Contamine, La France des principautés. Les Chambres des comptes, xiv et xve siècles, introduction, pp. xxxi-xxxiii)

27 Histoire de la population française s. d. Jacques Dupâquier, 1.1, Des origines à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 394.

28 Jean-François Lassalmonie, « Les finances de la monarchie française sous le gouvernement des Beaujeu », p. 18.

29 Cf. les éloquents exemples cités, pour notre période précisément, par Gustave Dupont-Ferrier, Études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Âge, t. II, pp. 52-55.

30 « La taille en Languedoc de 1450 à 1515 », tableau p. 498.

31 « La taille en Languedoc (conclusion) », p. 489.

32 Ibid., note 2 p. 490.

33 Cf. la polémique qui opposa Paul Dognon à Alfred Spont dans les Annales du Midi en 1891.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540