Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Préface

Philippe Contamine

Texte intégral

1Périodiquement, des historiens s’attachent à « réhabiliter » Louis XI. Étrange démarche et curieuse ambition : car enfin, si la légende noire de ce roi, apparue dès l’époque, a traversé les siècles quasiment jusqu’à nos jours, relayée et nourrie par telle mise en scène dramaturgique ou telle œuvre romanesque, il n’en demeure pas moins qu’il suffit à bien des égards de parcourir les Mémoires de Philippe de Commynes - et Dieu sait si ce grand texte a été répandu à partir du deuxième quart du xvie siècle ! -pour avoir de Louis XI, en tant que personne privée et publique, une vue à la fois positive et équilibrée. Même pour ce qui est des données chiffrées, le sire d’Argenton est presque toujours fiable. De plus, en tout cas depuis Michelet, la majeure partie de l’historiographie sur Louis XI lui a pleinement rendu justice et a tenu à mettre en lumière l’importance du règne, à court, moyen et long terme, et les qualités assez exceptionnelles du roi.

2Issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue en Sorbonne en janvier 1996, l’ample travail de Jean-François Lassalmonie se recommande par ses qualités d’écriture et sa clarté d’exposition, en un domaine où la précision la plus rigoureuse est indispensable. Il se recommande également par le souci constant de ne pas extrapoler à partir d’une documentation certes abondante et scrupuleusement répertoriée et exploitée mais de nature souvent fragmentaire et incomplète.

3Il faut dire que, conformément à la tradition française médiévale, ni le roi ni ses gens de finances ne souhaitaient mettre au courant l’opinion publique du montant total des recettes et des dépenses. C’était là secret d’État, pour deux raisons au moins : il était avantageux pour le roi de passer pour très riche et donc très puissant, et plus encore, comme il arrivait fréquemment que les dépenses l’emportent de loin sur les recettes, ce simple fait était à tenir caché si l’on voulait se donner le temps de trouver des expédients et si l’on était soucieux de pas porter atteinte au crédit du roi. Les précisions budgétaires fournies lors des états généraux de Tours en 1484 (y compris la répartition de la charge selon les régions) durent être pour beaucoup de députés une révélation.

4En principe, Louis XI était régulièrement tenu au courant de l’état de ses finances : un bilan de ce genre à lui destiné s’est même conservé au sein des riches archives du secrétaire Jean Bourré, en date du 26 février 1470 (Jean-François Lassalmonie ne manque pas de le commenter ni d’en procurer l’édition). Louis XI signait lui-même de sa main, comme déjà avant lui Charles VII, les principaux rôles de dépenses, mais souverain fantasque et « volontaire », il lui arrivait de se faire des illusions à ce sujet, il était enclin, à temps et à contretemps, à bousculer imprudemment les habitudes bureaucratiques. En 1466, il se mit en tête de réformer la fiscalité d’une des généralités du royaume. D’où la réaction de son entourage, notamment de Jean de Reilhac qui se risqua à lui dire qu’en agissant ainsi il perdrait son peuple et mettrait en péril ses finances. Fureur du roi, qui « se courroussa de ce qu’on ne vouloit pas délibérer selon son ymaginacion ». Il lui fut alors remis un « mémoire des grands secraitz de finances » dont il fut fort « esmerveillé ». Malheureusement, ce mémoire, destiné à demeurer confidentiel, n’est pas parvenu jusqu’à nous.

5Il faut donc savoir gré à Jean-François Lassalmonie d’avoir dépassé un sensible déficit documentaire qui n’est pas seulement le fruit des destructions postérieures et d’avoir tenu le juste milieu entre les hypothèses un peu en l’air (disons les ordres de grandeur, toujours sujets à caution) et la prudente énumération factuelle des données de détail.

6En fondant sa démonstration sur des bases aussi solides et saines que possible, il s’inscrit consciemment dans la continuité séculaire des travaux de quelques grands érudits, de quelques grands historiens, à commencer par l’ardent républicain que fut sous le Second Empire Jean-Jules Clamageran, auteur, en 1867-1868, d’une Histoire de l’impôt en France, qualifiée en l’occurrence de « magistrale ». Un autre de ses modèles est le livre de René Gandilhon, Politique économique de Louis XI, dont il souligne non seulement la richesse mais encore le bien-fondé.

7Au demeurant, Jean-François Lassalmonie n’a pas voulu faire une histoire institutionnelle de l’impôt en France à l’époque de Louis XI, puisque celle-ci, notamment grâce aux formidables publications de Gustave Dupont-Ferrier, est somme toute bien connue, parfois même dans le plus grand détail. Il n’a pas voulu non plus écrire l’étude sociale systématique des gens de finances du roi, comme on l’a fait pour d’autres officiers, ainsi le corps des notaires et secrétaires. Ce n’est pas que les hommes soient absents de son propos, avec leur formation, leur expérience professionnelle, le déroulement de leurs carrières, leurs disgrâces et leurs promotions : loin de là. Un personnel de qualité, au sein duquel les abus étaient plus rares qu’à d’autres époques, sans doute parce que Louis XI faisait peur. Un personnel très conscient de la difficulté qu’il y avait à toujours « presser » ses sujets, pour employer le mot de Commynes : on voit les gens de finances prévenir collectivement le roi que tel projet « seroit ung grant bruit et pourroit on dire que ce seroient deux tailles en ung an » et redouter le « grant cry » que ne manquerait pas de susciter un nouvel impôt. « Sire, nostre petit advis si est que le moins que vous pourrez charger sur vostre peuple sera le meilleur » : voilà le type de discours que les serviteurs du roi adressaient révérencieusement à leur maître. A la fin du règne, François Bourdin, receveur de Poitou, écrit à Jean Bourré :

8« Vous asseure, monseigneur, que c’est grant pitié que de recouvrer argent car le peuple n’a plus riens et quelque diligence que j’en face ou face fere, je n’en puis rien tirer » (et pourtant l’impôt finissait bel et bien par rentrer, sans plus de manque à gagner par rapport aux prévisions qu’à d’autres moments où la conjoncture avait été plus favorable). Fondamentalement, ainsi que l’indique son titre, le dessein du livre a été d’examiner, de façon chronologique, le soubassement financier de la politique de Louis XI, en partant de l’idée, pleinement justifiée, que la vocation des finances royales était de répondre et de correspondre à cette politique, aux « grandes affaires » qu’il entendait entreprendre ou auxquelles il se trouvait confronté. « De droit, la recette doit précéder la mise » : ainsi s’exprime un orateur lors des états généraux de Tours de 1484, mais il faut reconnaître que dans les faits l’inverse fut vrai.

9L’étude de Jean-François Lassalmonie le confirme : de loin la première source de dépense était l’armée et la guerre, suivie par les pensions versées à un certain nombre de personnages de tout rang originaires de la France « intérieure », de la France « extérieure » (les apanages, les grands fiefs) et aussi de l’étranger. Puis venaient l’hôtel du roi, de la reine et, à partir d’un certain moment, de son fils (or l’hôtel du roi avait toute une dimension militaire). Enfin, surtout à la fin du règne, il ne faut pas omettre la générosité inouïe que Louis XI, pour le salut physique et spirituel de sa propre personne, manifesta envers de très nombreux sanctuaires : chapelles, reliquaires somptueux, grilles en argent massif, effigie en argent de son fils le dauphin Charles du poids qu’il devait avoir à 12 ans, soit -calcul fait - 32 kg. « Les biens qu’il prenoit sur sondit peuple donnoit et distribuoit aux églises, en grans pensions, en ambassades et gens de bas estat et condicion, ausquels, pour les exaulcer, ne se povoit tenir de leur donner argent » (Jean de Roye) : en d’autres termes une véritable manie.

10Les mécanismes financiers étaient robustes et efficaces, sans trace de modernité à la mode italienne : pas de lettres de change, de virements, d’opération bancaire sophistiquée. Même les emprunts furent assez rares. Les pensionnés devaient chercher leur pension, non sans de multiples démarches, sur place, là où elle avait été assignée. On connaît la façon dont furent remis en espèces sonnantes et trébuchantes aux envoyés de Philippe le Bon les quelque 1 400 kg d’or destinés au rachat des villes de la Somme : à cette occasion les différents types de pièces d’or furent scrupuleusement examinés. La stabilité monétaire fut maintenue : ni banqueroute, ni dévaluation, ce qui dut plaire aux marchands comme aux rentiers.

11A juste titre me semble-t-il, le livre prend ses distances vis-à-vis d’une pure et simple explication économique : la croissance de la fiscalité royale est loin d’être le décalque, le reflet ou le produit d’une croissance économique et démographique qui, de toute façon, ne semble s’être dessinée dans plusieurs régions du royaume qu’assez tardivement, à partir de 1475 seulement. On relèvera néanmoins que dans les dernières années du règne les villes, longtemps épargnées, furent largement mises à contribution : с’est que le plat pays était à bout. De fait, pour des raisons d’abord climatiques puis épidémiologiques, les années 1479-1482 furent proprement calamiteuses, ce qui n’empêcha pas la fiscalité royale de se situer à un niveau maximum. Il faut dire qu’à partir de 1477 l’opposition aristocratique ou princière avait pratiquement disparu : il ne demeura plus qu’un mécontentement diffus, avec, ici ou là, des ébauches de rébellion, vite réprimées. Même la paix avec Maximilien de Habsbourg en décembre 1482 n’abaissa pas les exigences du roi, qui, tout valétudinaire qu’il fût, pensait sans doute avoir encore du temps et songeait à réduire la Bretagne et à reprendre Calais, d’où la nécessité de maintenir sur le pied de guerre une armée de quelque « soixante mil combattants a sa souldee » (Jean le Clerc). Épuisés, les Français prenaient leur mal en patience : ils devaient savoir l’état de santé du terrible monarque et attendaient que le Ciel enfin les en délivre. Bref cette extrême tension reposait d’abord et avant tout sur la volonté d’autant plus impérieuse du roi qu’il disposait d’une force armée inégalée. L’impôt payait l’armée dont la présence à son tour permettait de lever l’impôt.

12On ne peut que souscrire aux conclusions de la démonstration argumentée de Jean-François Lassalmonie : année après année, avec persévérance et pragmatisme, Louis XI a lourdement imposé ses sujets, et même de plus en plus lourdement. « Il avoit mis son peuple si bas que au jour de son trespas estoit presque au desespoir » (Jean de Roye). D’où la nécessité, aussitôt comprise par les dirigeants, de « laisser ung petit respirer le peuple ». Toutefois l’Histoire hésite à blâmer ce tour de vis fiscal, qui était aussi un tour de force, dans la mesure où Louis XI, grâce à ses ressources, atteignit une grande partie des buts qu’il s’était fixés et où ces buts coïncident avec l’idée encore et toujours dominante qu’on se fait d’un « grand » roi de France : maintenir, voire repousser les limites de la France royale, faire respecter l’autorité monarchique en tant qu’expression et incarnation du bien commun du royaume de France, abaisser l’orgueil des grands, bref, maintenir l’ordre et la paix (sinon la justice) à travers un très vaste espace en voie d’unification, alors même que la guerre entraînait des dévastations d’une extraordinaire ampleur que des documents contemporains n’hésitent d’ailleurs pas à chiffrer. Un semblable programme avait un coût, et ce coût est considéré avec le recul comme acceptable. Mais il n’est pas sûr que les contribuables du temps aient vu les choses de cette façon : on peut comparer les impôts qu’ils versèrent à flots à un investissement dont leurs descendants bien plus qu’eux-mêmes tirèrent profit.

13« Aucune étude d’ensemble n’a été consacrée aux finances de Louis XI », écrivaient il y a plus de quarante ans les deux grands médiévistes que furent Ferdinand Lot et Robert Fawtier. Jean-François Lassalmonie a voulu combler cette lacune : il y est parvenu, avec maîtrise, élégance et pertinence.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540