Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Note préliminaire

Monnaie de compte et monnaie réelle sous Louis XI

Texte intégral

1Dans les derniers siècles du Moyen Âge le système d’unités de mesure de la valeur économique, ou monnaie de compte, ne coïncidait pas sauf exceptions ponctuelles avec les pièces concrètement en circulation, ou monnaie réelle. Dans l’espace français le système de compte reposait sur la livre (1.), divisée en 20 sous ou sols (s.) à leur tour subdivisés en 12 deniers (d.) ; venaient enfin les fractions successives du denier, la moitié ou obole (ob.), le quart appelé pite ou picte (pte.), et par extraordinaire l’infime huitième nommé semipite ou semipicte (spte.). Mais il existait diverses livres, qui fournissaient la référence de différents systèmes de compte.

2À l’époque de Louis XI la vieille monnaie de compte parisis (p.) tombait en désuétude dans l’État royal, où elle n’était plus guère en usage qu’au sein de quelques institutions anciennes et conservatrices comme l’administration domaniale centrale du Trésor, qui de même restait fidèle au latin, ou les cours de justice des vieilles terres capétiennes, y compris au sommet, à Paris, le Parlement et la Chambre des Comptes dont l’exemple prestigieux avait même contaminé la plus récente Chambre des Aides. L’essentiel des deniers du roi était néanmoins géré en monnaie de compte tournois (t.), plus faible que la précédente (il fallait 5 l.t. pour égaler 4 l.p.) et qui pouvait faire figure de monnaie de compte nationale : avec le français elle régnait depuis l’origine sur les finances extraordinaires, avait rallié les hôtels royaux, investissait peu à peu les positions traditionnelles de la monnaie parisis dans l’administration domaniale locale des pays de langue d’oïl, s’infiltrait jusque dans la comptabilité du Trésor.

3Par ailleurs, depuis les vicissitudes monétaires de la Normandie sous occupation anglaise dans la première moitié du xve siècle, les comptables royaux de ce duché tenaient leurs écritures dans une monnaie tournois de moindre valeur que celle du reste du royaume, mais sauf exception ils ne le précisaient pas, ce qui constitue un piège béant sous les pas du chercheur. Au début du règne de Louis XI le rapport entre ces systèmes fallacieusement homonymes, respectivement qualifiés de faible et forte monnaie quand d’aventure on les comparait, était de 12 à 11 (il fallait 12 l.t. de Normandie pour faire 11 l.t. du reste du royaume) ; mais à partir de la guerre du Bien public la dévalorisation de la faible monnaie tournois de Normandie ne cessa de creuser l’écart jusqu’à ce que Louis XI décide sa suppression en 1471, en même temps que celle d’une autre faible monnaie tournois en usage dans le Dauphiné.

4Le franc, né d’un redressement et mort d’un renoncement, était encore au début de la longue existence dont nous vivons aujourd’hui la fin programmée. Créé en 1360 sous la forme d’une bonne pièce d’or valant exactement 1 l.t, il n’était plus frappé de longue date au temps de Louis XI, mais le souvenir de son cours si commode ne s’était pas perdu et les Français en avaient fait un synonyme de la livre tournois. En marge du royaume le florin du Dauphiné, ancienne monnaie d’or delphinale, s’était semblablement dématérialisé en une unité de compte, divisée en 12 gros subdivisés à leur tour en 24 deniers petits, qui coexistait avec la monnaie tournois ; 4 florins valaient 3 livres de forte monnaie tournois. De même, dans la terre dauphinoise du Briançonnais les redevances dues au roi étaient exprimées en ducats, mais l’usage voulait qu’elles fussent effectivement soldées dans cette espèce en or qui venait d’Italie, n’étant pas frappée sur place, et valait un peu plus que l’écu à la couronne, soit une livre tournois et demie environ. Vainement le futur Louis XI alors dauphin avait-il tenté de rendre une existence réelle aux florins et ducats de ses États en 1445 : les pays d’outre-Rhône étaient trop bien intégrés à l’espace monétaire français.

5La monnaie réelle en circulation dans le royaume était extrêmement composite, ce qui ne facilitait ni la vie quotidienne des Français, ni le travail des comptables jonglant entre les unités fictives de leurs écritures et la bigarrure matérielle des entrées et sorties de fonds de leurs caisses. Le roi aurait bien voulu unifier la masse monétaire sous son monopole exclusif mais son monnayage, tout en tenant la première place, ne pouvait satisfaire à lui seul les besoins de numéraire de l’économie française, sans parler de ceux des acheteurs étrangers, dont les paiements introduisaient les espèces extérieures dans le royaume. En principe l’impôt était dû au roi dans sa propre monnaie uniquement, mais dans la pratique les contribuables ne pouvaient toujours se la procurer et force était bien souvent aux collecteurs d’accepter d’autres espèces.

6Depuis le redressement monétaire opéré par Charles VII entre 1436 et 1447 le monnayage royal était organisé autour de l’écu neuf à la couronne pour les pièces d’or, du grand gros de roi et surtout du grand blanc pour les espèces d’argent. Le cours de l’écu avoisinait une livre tournois et demie, celui du gros était de l’ordre du huitième de livre, enfin le blanc valait le tiers du précédent, soit une dizaine de deniers tournois. Au premier et au dernier la grande réforme de 1475 substitua de nouvelles monnaies un peu plus fortes, l’écu au soleil et le grand blanc au chapelet.

7Les espèces d’or et d’argent, dont la teneur même garantissait la valeur, étaient définies par trois critères. Le premier était l’aloi ou la loi (nous dirions aujourd’hui le titre), c’est-à-dire la proportion de métal pur contenu dans l’alliage composant la pièce : celui des monnaies d’or incorporait de l’argent, seul ou accompagné de cuivre, celui des monnaies d’argent du cuivre. La teneur en or fin était exprimée en vingt-quatrièmes, les carats, eux-mêmes divisés en 8 onces : une pièce contenant trois quarts d’or pur était ainsi à 18 carats. La proportion d’argent s’exprimait quant à elle en douzièmes, les deniers d’aloi ou de loi, subdivisés en 24 grains. Toutefois la teneur indiquée cette fois n’était pas celle du métal pur, mais d’un premier alliage plus maniable appelé argent-le-roi, qui recelait 11 deniers 12 grains (95,8%) d’argent fin : ainsi une espèce à 6 deniers d’aloi d’argent-le-roi ne contenait pas 50% mais 47,9% de fin.

8Les pièces composées d’argent-le-roi pour moins de moitié étaient appelées monnaies de billon. Au-dessous de 3 deniers (soit un quart) d’argent-le-roi l’aspect terne des espèces leur valait dans le public le nom de monnaies noires, tandis qu’au-dessus leur brillant les faisait qualifier de monnaies blanches ; les premières, de faible valeur, étaient utiles aux menus achats quotidiens tandis que les secondes, de pouvoir d’achat plus élevé, servaient aux transactions moyennes, l’or étant réservé aux paiements importants. Par ailleurs, les techniques du temps ne permettant pas une rigoureuse exactitude dans le respect de l’aloi prescrit, les ordonnances monétaires prévoyaient une marge de tolérance en plus ou en moins, le remède, dont l’objet était surtout de limiter l’insuffisance d’aloi, ou empirance. Cet écart licite par rapport à la norme légale restait étroit : sous Louis XI il s’établissait pour l’or à 1 once (0,5% de l’alliage) et pour l’argent à 2 grains (0,7%), sauf durant la période de tâtonnements de 1474-1475 où il s’éleva éphémèrement à 3 grains (1%).

9Le deuxième critère était la taille au marc, c’est-à-dire le nombre de pièces « taillées » dans un marc d’alliage à l’aloi légal prêt à l’emploi (appelé marc d’œuvre, par opposition au marc de métal non encore monnayable, nommé marc hors d’œuvre). Cette indication revenait à définir indirectement le poids de l’espèce, les monnayeurs utilisant le marc de Troyes (ou de Paris) de 244,753 grammes. Le marc se décomposait en 8 onces divisées en 20 esterlins, ou encore en 8 gros subdivisés en 3 deniers ; enfin le grain, 24e partie du denier et 4 608e partie du marc, valait 53 milligrammes à Troyes et Paris où il était défini comme le poids d’un grain de blé. Parfois la taille elle-même était exprimée en deniers et en sous ou sols, ces termes étant alors employés dans le sens d’unités et de douzaines : ainsi une espèce dite à 6 sous ou 72 deniers au marc, ou de taille au marc, ou de poids au marc (à ne pas confondre alors avec les deniers de poids tout court) était frappée à 72 exemplaires dans un marc et pesait donc 3,399 grammes en principe.

10Dans les faits, là encore, l’état des techniques n’autorisait pas tant de précision et un remède de poids pouvait être admis, à la fois par pièce et par marc frappé, mais au contraire du remède d’aloi il apparaît rarement dans la législation monétaire, peut-être parce que l’usage d’exprimer le poids par le biais de la taille au marc ne facilitait pas l’indication d’une marge de tolérance : nous ne l’avons pas rencontré dans les ordonnances de Louis XI. Il devait d’ailleurs être d’autant plus modeste que le poids était plus aisément contrôlable que l’aloi.

11Le lecteur aura en tout cas remarqué à quel point le denier était un terme polysémique, désignant aussi bien une unité de compte que d’aloi, de taille au marc ou de poids : c’est là une redoutable source de confusion, à laquelle même les manuels universitaires spécialisés n’échappent pas toujours. Il importe donc de lire les sources monétaires avec la plus grande vigilance, en prêtant attention au contexte de chaque passage : il peut arriver en effet, pour achever d’égarer le chercheur, que le denier de poids au marc (c’est-à-dire de taille au marc) soit elliptiquement appelé denier de poids !

12Le troisième critère enfin était le cours légal, qui raccordait la monnaie réelle à la monnaie de compte en fixant la valeur officielle de l’espèce en monnaie tournois. En fait, l’insuffisance des moyens de paiement aidant, les conditions locales du marché monétaire déterminaient très souvent un cours supérieur dans la pratique, surtout pour le numéraire d’or : les comptables du roi eux-mêmes prévoyaient très officiellement une prime en sus du cours légal pour acquérir ses propres écus auprès des changeurs privés. Cet écart en principe illicite, mais qu’imposaient les réalités économiques, pouvait être avantageux pour le créancier de l’État assez influent pour obtenir d’un caissier royal, au cours légal, des pièces qu’il dépenserait ensuite au prix plus élevé que leur reconnaissait le marché, mais il pénalisait les contribuables quand le collecteur prétendait ne recevoir que pour leur valeur officielle les espèces qu’ils avaient dû se procurer à plus grands frais au cours réel du change. Ces derniers avaient alors intérêt, s’ils le pouvaient, à payer l’impôt au moyen des pièces d’argent les plus répandues dans leur région, dont la valeur courante approchait le plus ou même rejoignait le cours légal.

13Afin d’informer ses sujets le roi faisait publiquement proclamer par tout le royaume et le Dauphiné le cours légal fixé à chaque espèce dont il autorisait la circulation : il ordonnait leur cri. Parfois il interdisait au contraire l’usage de certaines pièces, en général des monnaies étrangères, dont il prescrivait alors le décri. En principe tous les détenteurs des espèces décriées, désormais démonétisées, devaient les cisailler pour les rendre inutilisables et les porter au plus tôt dans son atelier monétaire (ou Monnaie avec une majuscule) le plus proche, qui les leur rachèterait au poids du métal et s’en servirait après refonte pour frapper son propre monnayage.

14Comme la création ou la première autorisation d’une espèce, sa redéfinition, ou mutation, faisait l’objet d’un nouveau cri. La mutation était réelle lorsqu’elle portait sur son aloi ou son poids, donc sur la quantité de métal fin qu’elle contenait, et nominale quand elle concernait son cours en monnaie de compte. Souvent la mutation touchait simultanément à plusieurs de ces critères. Selon que l’opération aboutissait à augmenter ou à diminuer la quantité de métal pur présente dans la pièce, il y avait renforcement ou affaiblissement de la monnaie réelle ; de même, selon qu’elle avait pour effet d’accroître ou de réduire la quantité de fin correspondant à chaque unité de compte (en l’occurrence le denier tournois), il y avait revalorisation ou dévaluation de la monnaie de compte. Dans la pratique il était bien rare que monnaie réelle et monnaie de compte suivissent des évolutions contraires lors d’une mutation : ou bien l’une était modifiée sans que l’autre bougeât, et il s’agissait alors d’un ajustement limité à telle espèce ou au système de compte, ou bien toutes deux se fortifiaient et s’amenuisaient de concert.

15La mutation était surtout sensible quand elle était nominale, car elle modifiait alors le rapport entre les espèces et la monnaie de compte dans laquelle les transactions de tout ordre étaient fixées. Une dévaluation de la monnaie tournois faisait l’affaire des débiteurs, qu’il s’agît des emprunteurs, des locataires, des tenanciers ou des contribuables : si le cours des pièces augmentait, il en fallait un moins grand nombre pour payer une même somme exprimée en unités de compte. Les créanciers en revanche étaient lésés : les prêteurs, les propriétaires, les seigneurs censiers mais aussi le fisc royal recevaient moins de métal précieux que prévu, de même qu’en cas d’altération matérielle des espèces sans changement de leur cours. A contrario une réévaluation de la monnaie tournois profitait aux seconds aux dépens des premiers, mais dans la seconde moitié du xve siècle le renforcement monétaire, cause de tant de soulèvements populaires dans le passé, n’était plus à l’ordre du jour.

16En effet l’Occident ne disposait pas d’assez d’or et d’argent pour satisfaire la demande de numéraire d’une économie enfin sortie de sa dépression séculaire, ce qui entraînait l’inexorable enchérissement des métaux précieux. Or, augmenter leur prix en unités de compte ou réduire leur quantité dans les espèces, c’était affaiblir la monnaie, ce qui allait contre l’intérêt des possédants et du roi lui-même, dont l’impôt faisait le premier créancier du royaume ; il est juste d’ajouter que producteurs et marchands risquaient fort d’y réagir en relevant leurs prix pour échanger leurs produits contre la même quantité de métal précieux que précédemment, provoquant une hausse du coût de la vie plus préjudiciable encore aux pauvres qu’aux riches.

17La bonne monnaie, c’est-à-dire non seulement la monnaie réelle de qualité mais aussi la monnaie de compte forte, répondait avant tout au vœu des milieux dominants de la société, mais elle représentait également un enjeu politique pour l’État, soucieux de prévenir les émeutes de petites gens réduites à la misère. D’un autre côté pourtant, le maintien artificiel du prix d’achat de l’or et de l’argent à un cours inférieur à celui du marché menaçait de tarir l’approvisionnement déjà irrégulier des ateliers royaux et de paralyser leur activité, aggravant encore la pénurie de moyens de paiement. Dans ces conditions, la politique monétaire relevait de la quadrature du cercle et ne pouvait guère avoir d’autre ambition que de freiner dans toute la mesure du possible l’affaiblissement de la monnaie sans toutefois asphyxier l’économie.

18Pour les monnaies d’argent les trois critères constitutifs de la définition d’une espèce, aloi, taille et cours, étaient réunis depuis 1337 dans un indicateur synthétique de sa qualité intrinsèque, le pied de monnaie. Il s’agissait de la valeur légale (exprimée par convention en unités de compte de 5 s.t.) de l’ensemble des pièces frappées dans la quantité d’alliage réalisée à partir d’un marc d’argent-le-roi. Les dirigeants pouvaient ainsi aisément connaître la valeur d’une émission : un marc d’argent-le-roi permettait par exemple de produire des monnaies de pied 24e pour une valeur totale de 24 fois 5 s.t. Ils pouvaient tout aussi simplement calculer le bénéfice de l’opération, déduction faite de l’achat du métal précieux non monétisé (le billon, à ne pas confondre avec la monnaie de billon) qui formait l’essentiel des frais. Son prix de vente aux ateliers royaux, réglementé par les ordonnances monétaires, passa sous Louis XI de 100 l.t. à 118 l. 10 s.t. pour le marc d’or et de 8 1. 10 ou 15 s.t. à 10 l.t. pour le marc d’argent ; le premier métal était environ onze fois plus cher que le second, et même douze fois sur la fin du règne. La différence entre la valeur des pièces frappées et le coût du métal acheté, appelée traite ou rendage, était partagée entre le droit du roi, parfois forfaitaire (le monnayage) et le plus souvent proportionnel (le seigneuriage), et celui du maître de la Monnaie (le brassage), à charge pour ce dernier de régler là-dessus les modestes frais de fabrication, y compris de main-d’œuvre, dans l’atelier dont il avait la concession.

19De son côté le public, du moins le public averti des milieux marchands, pouvait juger de la qualité de n’importe quelle pièce d’argent en la rapportant au gros tournois émis par Philippe VI en 1329, réputé équivalent au premier gros tournois créé par saint Louis en 1266 (il était en réalité légèrement plus faible que ce dernier), et de pied 12e : une monnaie de pied 24e était ainsi, compte tenu de l’ensemble de ses caractéristiques, deux fois plus faible que le gros de Philippe VI et, pensait-on, que celui de saint Louis promu au rang de référence mythique. Plus le pied était élevé, plus la pièce était donc faible ; en 1422, au plus fort de la grande crise monétaire qui depuis 1417 avait accompagné la reprise catastrophique de la guerre de Cent Ans et le naufrage de l’État royal, le pied de monnaie s’envola jusqu’à 1 440, avec une émission du dauphin Charles aux abois cent vingt fois plus mauvaise que celles de Louis IX et Philippe VI. L’infortuné prince, devenu le roi Charles VII, put finalement opérer un durable redressement monétaire à partir de 1436, et cet héritage-là au moins fut pieusement recueilli par son fils : le grand blanc était toujours une honnête pièce de pied 36e, comme avant son avènement, lorsqu’en 1467 Louis XI supprima cet utile instrument comparatif au grand dam des numismates des temps futurs.

20Mais les Français sont méfiants, à plus forte raison quand ils sont historiens : ceux-ci, après avoir soupçonné Philippe VI de chercher à dissimuler des manipulations monétaires derrière l’institution d’un indice abscons, ont cru déceler le même dessein dans son abolition par Louis XI. C’est peu probable pourtant, car ce roi rêvait de bonne monnaie. Peut-être entendait-il se réserver ainsi de définir plus souplement ses espèces, sans se soucier d’obtenir un pied de valeur ronde : sans cette suppression les monnaies noires dont il ordonna simultanément l’émission eussent été de pied 38,4. La décision de Louis XI n’aurait en ce cas été qu’une manifestation du même esprit de simplification et d’efficacité qui présida à l’uniformisation de la monnaie de compte tournois dans l’ensemble de ses États en 1471, comme il caractérisa sa politique fiscale tout au long de son règne.

21Mais ceci est une autre histoire…

LA FRANCE DE LOUIS XI

LA FRANCE DE LOUIS XI

L’ÉTAT ROYAL EN 1461

L’ÉTAT ROYAL EN 1461

L’ÉTAT ROYAL EN 1483

L’ÉTAT ROYAL EN 1483

Légende des cartes hors texte

Image fig05.jpg Principautés indépendantes

Pays où le roi lève l’impôt à son profit :

Image fig07.jpg Autres terres soumises au roi

ROUERGUE Pays où une assemblée d’états vote l’impôt au roi

Image fig09.jpg Limite entre la généralité de Guyenne et celle à laquelle elle est intégrée de fait : Languedoc (2e carte) puis Languedoïl (3e carte)

TOURS Chef-lieu de généralité (la mention d’Amiens pour la Picardie et l’Artois est conjecturale, cette ville étant sur la rive sud de la Somme)

Bordeaux Chef-lieu de la généralité plus ou moins autonome de Guyenne

Image fig12.jpg Siège de délégation périodique de la Chambre des Comptes de Paris (Échiquier de Normandie, Auditoire des Comptes de Languedoc)

PERPIGNAN Siège de Parlement

e e

Table des illustrations

Titre LA FRANCE DE LOUIS XI
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre L’ÉTAT ROYAL EN 1461
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre L’ÉTAT ROYAL EN 1483
Légende Légende des cartes hors texte
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Légende Principautés indépendantes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Autres terres soumises au roi
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Limite entre la généralité de Guyenne et celle à laquelle elle est intégrée de fait : Languedoc (2e carte) puis Languedoïl (3e carte)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TOURS Chef-lieu de généralité (la mention d’Amiens pour la Picardie et l’Artois est conjecturale, cette ville étant sur la rive sud de la Somme)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Siège de délégation périodique de la Chambre des Comptes de Paris (Échiquier de Normandie, Auditoire des Comptes de Languedoc)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende PERPIGNAN Siège de Parlement
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/803/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540