Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Remerciements

Texte intégral

1Nul ne saurait parvenir au terme d’un long travail de recherche, a fortiori doctoral, sans ployer sous le faix de dettes de reconnaissance de tous ordres, dont il lui faut bien s’acquitter : agréable devoir en vérité, dont voici le moment venu.

2Philippe Contamine, membre de l’Institut, professeur à l’Université de Paris-Sorbonne, a dirigé tous nos travaux de recherche depuis l’origine. C’est à lui que revient l’idée première de cette thèse ; c’est sur ses encouragements et sous sa férule que nous l’avons entreprise. Il a su guider nos pas en nous laissant la plus entière liberté : ayant solidement jalonné notre route de ses conseils et de ses suggestions avec l’autorité que l’on sait, il a toujours témoigné une méritoire patience devant nos tendances anachorétiques. Françoise Autrand, professeur à l’École normale supérieure où elle a présidé à nos études et à nos débuts dans la recherche historique, n’a jamais cessé depuis de nous prodiguer le secours précieux de son expérience. Plus d’une fois nous avons recouru en confiance à ses avis éclairés lorsqu’il nous fallait opérer des choix difficiles ; ainsi avons-nous pu prendre des décisions importantes en toute sérénité. Pierre Petitmengin, bibliothécaire, et Marie-Claire Boulez, conservateur à la bibliothèque de l’École normale supérieure, ont interprété avec bienveillance la loi du temple dont ils ont la garde, nous permettant de faire main basse sur ses trésors pour passer loin de la capitale un fructueux été 1993. Durant ces années laborieuses le soutien amical de nos fidèles camarades Christophe Verneuil et Jean-Christophe de Nadaï ne nous a jamais fait défaut ; bien que sollicité par ses propres recherches le premier n’a pas hésité à relire la première partie de notre travail, qui doit plus d’une retouche à sa sagacité. C’est cependant notre père qui s’est attelé à la tâche ingrate entre toutes d’une relecture intégrale : ce n’est pas un mince avantage que l’expérience d’une vie entière d’instituteur dont nous avons bénéficié ainsi. Enfin, la phase intellectuelle tardivement achevée, dans l’urgence de la réalisation matérielle l’abbé Jean-Marie Lecompte, curé de Chassenon qui en digne héritier des érudits locaux du clergé séculier d’autrefois a tant fait pour l’exceptionnel patrimoine gallo-romain de sa paroisse, n’a compté ni son temps ni ses moyens techniques pour nous venir en aide.

3Depuis la soutenance de cette thèse le 25 janvier 1996 à l’Université de Paris-Sorbonne, notre dette s’est encore alourdie. A côté de nos maîtres Françoise Autrand et Philippe Contamine, Pierre Desportes, Philippe Hamon et Michel Le Mené, membres du jury, ont permis le perfectionnement de ce travail à la lumière de leur expérience et de leur savoir : la révision intégrale du manuscrit à laquelle nous nous sommes livré doit beaucoup à leurs observations, leurs mises au point, leurs critiques. D’autres savants éminents, Bernard Chevalier, Henri Dubois, Jean Kerhervé, Werner Paravicini, Albert Rigaudière, membre de l’Institut, nous ont encouragé à en mener à bien la publication. Cette entreprise, freinée par des occupations concurrentes, quelques problèmes informatiques et notre lenteur intrinsèque, s’est avérée une autre œuvre de longue haleine ; pourtant Marie-Ange Santarelli, secrétaire du Comité pour l’Histoire économique et financière de la France qui a dès le début manifesté son intérêt pour notre recherche, ne s’est jamais départie de sa patiente et souriante gentillesse.

4Durant la correction des épreuves Jean Favier, membre de l’Institut, sur le point de publier sa biographie de Louis XI, a bien voulu prêter attention à notre étude dont il s’est fait spontanément un lecteur minutieux et avisé, permettant encore quelques améliorations ; ayant prévu d’intituler son propre chapitre sur les finances du roi « La boîte à l’enchanteur » et découvrant que la même idée nous était venue, il nous en a élégamment réservé la primeur. Enfin l’élaboration des index nous a confronté à divers problèmes d’identification topographique, heureusement résolus par le secours érudit de Bernard Chevalier, Pierre Desportes, Michel Le Mené et Werner Paravicini, déjà cités, aussi bien que de Bertrand Schnerb : tous ont eu à cœur de démontrer, par leur diligence extrême, que la confraternité des médiévistes n’était pas un vain mot. Il est juste de leur associer Anne-Cécile Tizon-Germé, directrice, et Cédric Demory, assistant de conservation aux Archives départementales du Loir-et-Cher, Gilles Désiré Dit Gosset, directeur, et Jean-Michel Bouvris, très diligent attaché de conservation aux Archives de la Manche, ainsi que Louis Le Roc’h Morgère, directeur, et Jean- Yves Laillier, secrétaire de documentation aux Archives du Calvados, mais aussi les nombreux secrétaires de mairie contactés à travers la France, source anonyme mais combien précieuse d’informations locales, à l’obligeance desquels nous devons plus d’une piste, d’une précision ou d’une élucidation.

5Mais ce sont bien nos parents qui sans contredit détiennent sur nous les plus lourdes créances : qu’il nous suffise de dire, pour donner la mesure de leur mérite, que des années durant ils ont - dans tous les sens du terme - supporté un doctorant.

6À tous nous exprimons notre profonde gratitude.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540