Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Biard d’Aunet, Comment a disparu l’influence de la France en Égypte, Louis de Soye, Paris, 1913, p (...)

1« Si les problèmes diplomatiques se résolvent dans les chancelleries, c’est au-dehors et sur les lieux mêmes, bien souvent, que se déterminent les conditions dans lesquelles ils se posent »1. Le diplomate parle d’or et l’histoire des rapports franco-égyptiens illustre à merveille la liaison entre les « lieux » et l’intervention diplomatique. « Conditions » économiques et « conditions » politiques produisent en 1882 une action militaire isolée et en 1904 l’Entente cordiale. À quoi tient le passage d’une époque de discorde à un temps de bonne intelligence ?

2Il est frappant de constater à quel point, au sujet de l’Égypte, les éléments indiscutables de conflit entre la France et l’Angleterre voisinent avec d’authentiques points d’accord. S’agit-il du principe de la tutelle étrangère, du maintien du régime khédivial et de la nécessité de contrecarrer tout mouvement national, les instructions des diplomates anglais et français peuvent être rédigés par la même main. Sur ce plan, on cherche en vain une fausse note, à tout le moins dans les milieux officiels.

3Mais alors sont-ce des mouvements d’humeur, des numéros pour la galerie ces dissentiments, cette amertume et ces coups d’éclat qui emplissent les deux décennies ? Certes non, même si, du côté anglais, l’on se plaît à croire que la France subordonne sa politique aux sentiments et foucades de son opinion publique. La nature de la tutelle à instaurer en Égypte fait l’objet d’un réel différend.

4L’abolition du Contrôle dès le début de l’occupation, les menées contre Suez et l’installation de conseillers britanniques aux sommets de l’Administration égyptienne semblent bien participer d’une volonté de mainmise exclusive. On dit sa peine à Paris de voir altérés les arrangements élaborés à la fin des années 1870, comme si une intervention militaire pouvait laisser intact un échafaudage si peu ordinaire. Et puis, divine surprise, l’Angleterre recule devant l’ampleur de la tache. L’autorité du khédive ne dépasse pas le rayon d’action des troupes britanniques. Suez semble intouchable, l’Angleterre étant exposée à des coups de force de même nature ailleurs dans le monde. Tout n’est pas perdu pour la France : son aide est désormais sollicitée et, se réclamant des droits de l’Europe, elle s’emploie à dispenser les concessions au compte-gouttes et à les monnayer contre le maintien de ses positions. Banales tractations où le feu des tribuns du Palais Bourbon masque mal les comptes d’apothicaire ? Sans doute, mais la « grande politique » résiste difficilement à l’examen de sa grandeur.

5Commence alors une période de marchandages, expression de la dualité d’un pouvoir partagé entre deux puissances constituant un singulier ménage. Le protectorat que redoutait la France n’est guère à craindre, l’Angleterre n’étant pas disposée à assumer la garantie des créances de l’Égypte. Le contraire eût été embarrassant pour la France : les porteurs français ne pouvaient se montrer insensibles aux attraits du crédit de la Couronne. Toutefois l’évacuation semble se perdre dans les brumes des négociations. On s’installe donc dans un statu quo inconfortable, marqué par les poses réformistes des Britanniques et la détermination française de se draper dans le droit international. La dette publique de l’Égypte est entourée des attentions auxquelles elle a droit depuis les années 1870.

6L’équilibre est rompu en 1896-1898 lorsque l’Angleterre se décide à faire intervenir son Trésor et à laisser aux soins des intérêts privés le remboursement des dettes publiques et la liquidation de leurs gages. La fin de la partie s’annonce pour la France. Ses atouts commencent à fondre entre ses mains. La charge d’un pays aux comptes équilibrés sourit plus à l’Angleterre que le fardeau d’un État aux abois, et elle paraît prête à réaliser au tournant du siècle ce qui lui répugnait au début de l’occupation.

  • 2 AE, NS Égypte 64, de Courcel à Hanotaux, 10.2.1897.

7L’irruption des capitaux européens, réticents depuis 1882, dérange l’architecture de 1’« œuvre » britannique et indispose Cromer, le gardien du temple qui les avait lui-même attirés. Encore une fois, la situation de la France, quoique compromise, n’est pas intenable. Elle trouve auprès de nul autre que Cromer des affinités qui entretiennent chez elle l’espoir de sauver dignement la mise. On traite en 1904 et Paris renonce à contester ce qu’elle n’est plus en mesure de modifier. Ainsi cesse « la vie litigieuse que nous menons en Égypte les uns contre les autres »2. Aux impératifs des politiques à vocation mondiale se greffent des inquiétudes locales, à savoir la prévision d’un amortissement de la dette égyptienne.

8A la vérité, France et Angleterre ont de nouveaux défis à affronter : liées conflictuellement par les placements dans la dette publique, elles le sont tout autant par les investissements dans les sociétés. L’Angleterre voit-elle enfin s’ouvrir une ère de libre exercice de la prépondérance recherchée depuis 1876 que déferle la crise économique de 1907. Elle prend connaissance de ce facteur, auparavant discret, qu’est la multiplication en Égypte des capitaux prêts à s’investir. Et la lutte commune contre le nationalisme égyptien se poursuit, les ambiguïtés d’avant 1904 ayant été complètement levées.

9Au gré des virages et des revirements de la diplomatie, la politique de l’État s’affirme comme accompagnatrice de l’internationalisation du capital. Tantôt servante, tantôt tête pensante d’un processus anonyme sourdant des profondeurs de l’économie, elle ne fait pas que se superposer à lui. Le volume et l’orientation des capitaux exportés lui sont intimement associés. Lorsque l’État intervient dans l’extension d’un phénomène qui se manifeste indépendamment de lui, il joue un rôle déterminant dans sa maturation et son évolution ultérieure.

10Il suffit de palper le contenu des rapports politiques entre la France et l’Égypte pour se rendre à l’évidence que les préoccupations économiques y sont dominantes. Depuis 1875, il s’agit de mettre en place les mécanismes d’un contrôle susceptible d’assurer le service de la dette. L’occupation n’y change que le contexte et le dualisme franco-britannique finit par prendre corps.

  • 3 H. Alis, Promenade en Égypte, Hachette, Paris, 1895, p. 258.

11« En droit, l’Égypte représente donc assez exactement, au point de vue financier, une société par actions dont le ministre des Finances serait le directeur et la Caisse de la dette le conseil d’administration, avec cette réserve que l’Europe s’est réservée le droit exclusif de modifier les statuts »3.

12En fait, l’Égypte se distingue peu d’une entreprise en liquidation, à cette différence près que, comme un pays ne dépose pas son bilan et ne cesse pas ses opérations, la masse des créanciers n’accepte pas de remboursement avant le terme indiqué sur l’effet détenu. Syndic de faillite, l’État est surtout une agence de recouvrement et un collecteur d’annuités.

  • 4 EF, B467 ; l’Information, 29.11.1956.

131956 : on comptabilise les avoirs français lors des nationalisations. Qu’y trouve-t-on ? Des obligations de la Garantie de 1885, des titres Suez, CFE, Crédit foncier d’Orient, Land Bank, Union foncière, Kom Ombo, Cheikh Fadl, Héliopolis, Eaux du Caire, Gaz Lebon, Sucreries, Orosdi-Back, Monts-de-Piété, et les agences du CL, du CNEP et de l’Ottomane. On se croirait ramené au début du siècle. Seuls changements : des titres National Bank, Chemins de fer économiques de l’Est égyptien, Egyptian Hotels, Salines de Port-Saïd, et des agences de compagnies d’assurances4.

14Les capitaux français, ailleurs dans le monde, n’étant pas allergiques au dynamisme, il convient de se demander pourquoi ils mesurent cette denrée à l’Égypte. De fait, le dynamisme ne leur a pas fait défaut, mais il se manifeste dans une direction en particulier : la quête du contrôle. C’est là un phénomène frappant de la période antérieure à 1914. Conçu comme tel ou comme gage de sécurité, le contrôle s’impose et occupe une place décisive dans l’histoire de l’époque. Et il n’est guère sans conséquences.

15La forme originelle et décisive du contrôle est celle qui, fondée sur la dette publique, s’est étendue à l’économie tout entière. « Réorganisé » en fonction de l’augmentation des revenus et du respect des échéances, le pays est orienté vers le coton, le foncier et la banque, au détriment de secteurs moins immédiatement rémunérateurs. L’État anglo-khédivial met l’accent sur le système d’irrigation ; la fiscalité est élevée ; le régime douanier n’a pour finalité que la perception de revenus à l’entrée et à la sortie. La France, partie prenante à la dette publique, n’érige aucun obstacle à cet égard.

16Une double conséquence s’ensuit : d’une part, les capitaux étrangers – pour peu qu’ils se présentent – se bousculent sur une bande étroite d’activités ; d’autre part, la connaissance du milieu devenue plus importante que lorsqu’il s’agissait de traiter avec le vice-roi Ismā’īl, les étrangers résidant en Égypte et les protégés se placent désormais au centre des affaires.

17Les sociétés extra-muros résultent, en règle générale, de leur initiatives. C’est au sein de ce type d’entreprise que se pose le problème du contrôle, celui-ci étant réglé d’avance dans les sociétés articulées ainsi que dans les filiales, agences et succursales. La société extra-muros est alimentée de capitaux de source européenne, mais la direction réelle a pignon sur rue en Égypte et appartient aux gestionnaires locaux. Un mariage de raison unit ces Grecs et « Levantins » à leur correspondants sur les places européennes. Capitaux et savoir-faire local sont le trousseau et la dot de cette fructueuse union.

18Les Britanniques affectionnent les sociétés articulées ; même les sociétés égyptiennes à capitaux anglais ont un London Board aux pouvoirs substantiels. Elle compensent sans doute leur éloignement du milieu par des rapports privilégiés, quoique informels, avec le personnel anglais de l’Administration égyptienne. Cassel se sépare de ses compatriotes ; les amitiés officielles lui font peut-être défaut dans des services soumis à Cromer. Il s’attache plutôt des mandataires – Palmer, Harari, Peel – dans les sociétés extra-muros. Les entreprises à capitaux belges sont diversement administrées : si Héliopolis relève directement du centre métropolitain, les frères Eïd jouissent d’une large autonomie dans les sociétés qu’ils dirigent.

19Dans le cas des entreprises à capitaux français, la situation est complexe et pleine d’enseignements. Mis à part Suez et les Monts-de-Piété, le type articulé ne fait plus recette. L’essentiel se déroule dans les sociétés extra-muros qui tendent de plus en plus à passer entre les mains des éléments locaux. La francisation, largement acquise, de ces entreprises constitue l’une des grandes campagnes lancées par les milieux bancaires et diplomatiques français au lendemain de la crise de 1907.

20Acte doit être donné du succès de la mise sous contrôle français des sociétés qui émettent en France. Mais l’essentiel est ailleurs. On ne peut s’empêcher de constater que ces entreprises sont solidement enracinées dans l’économie de la dette, caractérisée par la terre, le coton et la banque. Pouvait-il en être autrement ? À ce propos, la mésaventure des Sucreries fournit une démonstration éloquente de la difficulté de donner un nouvel essor à une industrie qui vivote dans un environnement économique hostile.

21Même en faisant la part des facteurs tels l’insuffisante concentration banque-industrie en amont, les imprévus de la convention de Bruxelles, voire une administration déficiente, le projet Cronier-Say a le défaut – fatal – de se mettre en travers de la culture du coton. Deux circuits de l’internationalisation du capital entrent en collision au point de l’approvisionnement. Les besoins du capital industriel sont en contradiction avec ceux du capital-argent placé dans la dette et du complexe cotonnier érigé sur lui.

22L’exemple est d’autant plus probant que le projet Cronier-Say s’inscrit dans un cadre international, plutôt que national. Le modèle d’industrialisation suivi jusqu’alors, voire jusqu’aux années 1960, prescrit la conquête du marché intérieur par l’industrie naissante avec l’assistance d’un régime douanier de faveur instaurée pour éloigner les importations concurrentes. C’eût été un choc encore plus violent avec l’État anglo-khédivial dont la politique commerciale consiste précisément à augmenter les transits, lesquels laissent dans ses caisses 8 % à l’entrée et 1 % à la sortie. Le projet Cronier-Say a ce trait, original pour l’époque, qu’il n’est pas à base nationale ; son cadre est, dès le commencement, international. Orienté vers l’exportation du raffiné et l’importation, en partie au moins, de la matière première, il n’est pas, sur le plan commercial, rebelle à l’économie de l’endettement. Or, l’échec de l’unique industrie un tant soit peu innovatrice et moderne de cette période n’a pas d’égal.

23Sous un contrôle français au-delà de tout soupçon, cette entreprise ne peut se prévaloir de l’assistance de l’État français – elle ne s’y essaie que d’une manière épisodique – pour la raison que ce dernier a partie liée avec d’autres intérêts nationaux en Égypte, à savoir les capitaux placés dans les fonds publics, le crédit hypothécaire et la banque, tous reposant, en dernière instance, sur la culture et l’exportation du coton. L’internationalisation proprement capitaliste entre en contradiction avec l’internationalisation antérieure, à caractère rentier.

24Est-il concevable que l’État troque des intérêts considérables et bien établis contre d’admirables espoirs ? Ce serait préférer la promesse à l’acquis, et quitter le terrain de la politique pratique. Dès les année 1870, et en raison du succès même de leur quête du contrôle, l’État français et le capital dont il se fait le champion, sont engagés dans une impasse que masque provisoirement les brillants résultats d’établissements, tel le CFE.

25Après la Première Guerre mondiale, l’initiative en faveur de l’industrialisation vient de la part d’Égyptiens et de résidents étrangers et de protégés. L’ouragan de 1907 leur a inspiré de salutaires réflexions sur la nécessité de diversifier et d’élargir la base de l’économie égyptienne. L’enrichissement du pays durant la guerre leur fournit les moyens ; son isolement leur apprend à se passer de capitaux étrangers. Ces derniers ne jouent qu’un rôle secondaire dans l’avènement de l’industrie de transformation. Ils demeurent opiniâtrement retranchés dans l’économie du coton, du commerce et de la banque qu’ils contrôlent depuis des lustres.

26Le capital étranger, s’il n’est pas directement impliqué dans l’industrialisation, l’est indirectement. Par le biais du crédit hypothécaire, il permet aux grands propriétaires terriens de prospérer en cultivant le coton. A la recherche d’emplois pour leurs disponibilités, ils seront actionnaires des sociétés égyptiennes, industrielles entre autres. Maître de l’économie de l’endettement et de la structure qui en découle, le capital étranger voit le renouveau économique se préparer en dehors de lui, voire contre lui. Le capital égyptien n’est pas intrinsèquement plus capable de le réaliser que le capital étranger, et doit d’ailleurs affronter les obstacles et les pesanteurs légués par le tandem endettement-coton. Il est toutefois externe à la structure existante et, de ce fait, plus porté à explorer au-delà des circuits traditionnels pour se tailler une place.

27Le cas de la politique et des placements et investissements français en Égypte engage à terminer avec des considérations d’ordre général sur l’impérialisme. L’exigence du concret n’est pas pour l’historien une interdiction de l’abstrait et du général. S’il en était autrement, il se priverait d’un instrument susceptible de donner prise sur des enchaînements insaisissables à première vue.

28L’Égypte à la fin du xixe siècle est un pays on ne peut plus dominé par l’étranger. Les mécanismes et l’assise matérielle de cette intervention ayant été identifiés, il convient de les intégrer dans un ensemble explicatif général ou à un modèle conceptuel. L’histoire des rapports franco-égyptiens de 1882 à 1914 souffre de la malédiction de ne pas cadrer avec les interprétations disponibles de l’impérialisme, quoique certaines soient plus utiles que d’autres. Se contenter de la présentation de ces rapports comme un sujet sui generis dont la spécificité interdirait l’établissement de tout lien entre un cas particulier et des processus historiques généraux ne saurait être satisfaisant. Il paraît plus indiqué de tenter une reconstruction du concept-problème en vue d’englober des cas comme celui de l’Égypte.

29Reconnaissons la multiplicité des relations auxquelles donne lieu la jonction entre l’histoire et la théorie : jeux de miroir entre l’une et l’autre, balancement/ flottement entre l’une et l’autre, subsomption/anéantissement de : l’une par l’autre. L’impérialisme n’est pas une abstraction ou une construction de l’esprit à laquelle le réel est appelé à servir d’illustration. En revanche, le primat du concret ne dispense pas d’effort de théorisation, d’autant plus que la trame historique distille les éléments de sa conceptualisation. L’histoire n’est pas antithétique à la théorie ; elle peut, au contraire, contribuer à sa formation. La conception élaborée ci-dessous procède du concret historique plutôt que de raisonnements sur ce qui résulte logiquement d’un modèle du capitalisme. L’empirisme n’est ni un péché ni un affront à la science, à condition de ne pas constituer une fin en soi.

30Toute analyse de l’impérialisme doit débuter avec l’observation que l’extension spatiale de l’économie atteint une intensité, une épaisseur et une permanence sans précédent avec l’avance progressive du capitalisme. Le fait ne saurait surprendre d’un type d’organisation de la société et de la production orienté plus que tout autre vers le marché. Le schéma fondé sur l’hypothèse d’une économie capitaliste n’entretenant pas de liens avec l’étranger est certes concevable. Il est justifiable, voire indispensable, dans une démarche théoricienne d’écarter les éléments exogènes ou réputés tels et de s’en tenir aux concepts dont les interrelations révèlent, par voie de combinaisons de plus en plus complexes, les mécanismes vitaux et spécifiques d’un système. La modélisation doit éclaircir les virtualités d’un ensemble, réduites à leur expression la plus dépouillée, en supposant inopérants les facteurs accessoires.

31Dans la réalité, une telle aseptisation ne se rencontre pas. Théoriquement possible, l’évolution en vase clos d’une économie capitaliste est historiquement invérifiable. La nature n’offre pas d’échantillon de cette bête autarcique. N’est pas plus susceptible de corroboration le postulat que le fonctionnement d’une économie capitaliste fait des relations avec l’extérieur une condition indispensable à son existence. Aussi éclairants soient-ils au sujet des traits d’un système, les modèles ne sauraient à eux seuls servir d’explication d’une histoire qui s’accomplit dans des conditions non contrôlées par les règles d’un raisonnement déductif. Il est, par conséquent, hasardeux de réfléchir les rapports entre une économie capitaliste et le monde dans des termes à consonance normative, tels la contingence ou la nécessité.

32Le capital ne s’exporte pas pour des raisons abstraites ou philosophiques. C’est une hypothèse invérifiable que de supposer qu’il en va de sa survie. Une accumulation sur une base territorialement restreinte – intensive plus qu’extensive – n’est théoriquement pas inconcevable. À cet égard, il y a moins nécessité qu’inéluctabilité de l’internationalisation, alimentée par le développement en dents de scie des divers secteurs de l’économie et la concurrence permanente entre capitaux en quête d’emplois rémunérateurs.

33Donnée permanente, l’extension outre-frontières d’une économie capitaliste répond à des besoins qui s’incarnent dans une succession de liaisons concrètes : mouvements de personnes, de marchandises et de capitaux, sous des formes variables. Il importe de distinguer la projection au-dehors des pulsions économiques – l’impératif expansionniste – du recours à la coercition. La pression qui fait dériver vers l’extérieur tantôt un élément de l’économie nationale tantôt un autre est toujours opérante. Le débouché qu’elle trouve et les moyens de l’assurer relèvent de rapports de force qui ne se limitent pas aux seuls critères économiques. De ce qu’un besoin économique soit grand, il ne s’ensuit pas qu’il puisse être promu sur le plan international. L’équivalence ou la non-équivalence de la situation générale des parties en cause décide de la nature et de l’étendue des moyens employés. Même si l’économie n’est pas une entité éthérée ou étrangère à l’action politique, l’État quelle que soit sa volonté, ne la seconde pas automatiquement.

34Il est nécessaire de renverser l’hypothèse de travail, tacitement admise, à l’effet que l’État se tienne à l’écart des activités économiques internationales pour des raisons qui ressortissent à sa nature. Ce serait avec gêne et contre son gré qu’il sortirait occasionnellement du rôle légitime qui lui serait dévolu. On oublie de la sorte que l’État n’est pas toujours en mesure de réaliser ce qui lui est demandé, indépendamment du degré d’attachement dont il ferait preuve à l’égard des intérêts en cause. Ignorerait-il que sur la scène internationale peuvent se mouvoir des concurrents outillés pour lui susciter des complications ou lui barrer la route ? Plutôt qu’un refus d’intervenir, la réticence de l’État mérite d’être comprise comme le fruit d’une saine appréciation du rapport des forces et de la valeur de l’enjeu.

35Ces considérations incitent à déplacer la problématique : au lieu de demander pourquoi l’État s’avance dans le soutien des intérêts économiques, il serait plus instructif de savoir pourquoi il s’abstient. Si la cause de l’exercice de la coercition est interne, voire omniprésente, sa mise en œuvre dépend d’une situation extérieure mouvante et pas nécessairement favorable. Est soumise l’idée que le caractère discontinu de la contrainte – et éventuellement de l’impérialisme -ne résulte pas d’une interdiction idéologique et formelle de s’immiscer dans les affaires économiques mais de l’inopportunité d’entamer une partie qui s’annoncerait peu prometteuse, risquée ou plus avantageuse à autrui. Il ne s’agit pas de relever qu’une intervention a lieu, mais de savoir pourquoi elle est possible dans un cas et pas dans un autre. La jonction entre l’expansion perpétuelle de l’économie capitaliste et le soutien de l’État s’effectue lorsque les circonstances historiques le permettent.

36Depuis la Renaissance, le commerce s’adjoint l’exportation du capital-argent comme champ de l’économie internationale. Cette donnée nouvelle connaît une croissance soutenue au xixe siècle. Le phénomène se signale à l’attention des autorités lors des suspensions de paiements par les pays d’Amérique du Sud et par l’Espagne, le Portugal et la Grèce à la suite de la crise de 1825. Les porteurs de titres ont beau protester, ils doivent prendre leur mal en patience et attendre des jours meilleurs. Durant les années 1870, les pays de l’Amérique centrale sont aux abois ; le gouvernement britannique instaure simplement une commission d’enquête pour soulager la douleur de ses créanciers malheureux. Il en va tout autrement lorsque la Tunisie, l’Égypte et l’Empire ottoman font naufrage au cours de ces mêmes années. Là des commissions internationales financières voient le jour en 1869, 1876 et 1881, et bientôt l’ensemble des ressources de ces pays est placé sous la haute surveillance des représentants des créanciers, mi-syndics de faillite, mi-ministres des Finances. D’où vient la différence ?

37Les États prennent en mains les griefs des créanciers. C’est par leur entremise, directe ou indirecte, officielle ou officieuse, que les organismes de tutelle voient le jour. Le refus jusque-là opposé aux prières des créanciers, surtout par le Foreign Office, se mue en soutien, embarrassé, maladroit, voire honteux, mais d’une efficacité qui ne se dément pas. Le changement dans la pratique préfigure les aménagements, puis l’abandon, des principes non interventionnistes. Est faisable dans cette partie de monde ce qui ne l’était pas dans les autres. L’obstacle dans les Amériques se nomme les États-Unis et sa doctrine Monroe (1823), dans la péninsule ibérique la France et la « Sainte-Alliance ». Seule la guerre de Sécession aux États-Unis permet l’expédition de 1862 au Mexique. Dans les régions de plus en plus autonomes de l’Empire ottoman, comme la Tunisie et l’Égypte, la configuration internationale constitue une moindre entrave. Les rivalités entre les puissances tendent, au contraire, à accélérer leur pénétration. La leçon apprise en Tunisie et en Égypte trouve un nouveau champ d’application en Turquie.

38Un événement, entre autres, illustre le raisonnement des milieux politiques de la puissance qui se targue de son non-interventionnisme. Le 11 novembre 1868, les porteurs britanniques créent le Council of foreign bondholders. Lors de la première réunion, un député sollicite des mesures cœrcitives de la part du gouvernement. Goschen, banquier, membre de premier plan du cabinet Gladstone et président de l’assemblée, répond en ces termes :

  • 5 The Economist, 14.11.1868, p. 1301, cite dans L. L. Jenks, The Migration of british capital to 187 (...)

« Nous subirions un tort si l’idée se répandait que la réunion a endossé le point de vue à l’effet que c’est le devoir du gouvernement anglais d’obliger les gouvernements étrangers de payer les dettes contractées auprès des sujets britanniques. Si le gouvernement déclarait la guerre à cette fin au Venezuela, il se trouverait dans la situation suivante : si des puissances plus grandes agissaient de la même manière, il devrait leur faire la guerre »5.

39L’intervention n’est pas repoussée pour des motifs de principe, mais en raison des périls auxquels elle expose.

40La découverte du levier que sont les commissions internationales de la dette marque une date clé dans l’avènement de l’impérialisme. Le capital-argent exporté devient le vecteur de l’instauration d’un contrôle sur l’État débiteur. Les déboires de celui-ci sont désormais l’occasion, lorsque cela se peut, de le faire passer sous les Fourches Caudines et d’effectuer une mainmise sur l’ensemble de ses ressources. L’assainissement financier a pour complément l’investissement des grands axes de l’économie. La Grèce n’est pas étrangère aux banqueroutes mais c’est seulement en 1898 qu’elle est honorée d’une commission internationale de la dette. La Serbie a la sienne depuis 1895 ; la Bulgarie sera placée sous contrôle en 1902. Si le Portugal y échappe en 1892, c’est que la Grande-Bretagne répugne à voir l’Allemagne et la France y prendre pied.

41Les métroples font l’apprentissage par la pratique d’un phénomène nouveau : le contrôle par la voie des capitaux exportés. Les méthodes de colonisation pour le peuplement et de colonialisme pour l’accaparement du commerce sont depuis longtemps rodées. Toujours à l’étape de l’expérimentation, les modes de contrôle résultant de la migration des capitaux sont en voie de se cristalliser. L’entrée enjeu de l’État est à tous égards décisive. Sans lui, les combinaisons des banquiers et les suppliques des porteurs restent sans suite.

42Si la réserve des chancelleries, notamment du Foreign Office, manifestée au début du siècle, fait place à l’esprit interventionniste, c’est que la conjoncture et l’Alignement des forces sur le plan international le permet : l’Amérique centrale, obérée durant les années 1870, n’est pas placée sous la curatelle des créanciers. Quant aux principes, ils ne sauraient s’éloigner de la pratique. La pensée non interventionniste cadre bien avec des réalités qui, au début du siècle, dissuadent l’État de s’ingérer dans des différends touchant les dettes publiques. Les interdits levés de facto, les codes de conduite s’adaptent et gauchissent à l’avenant. Dans sa déclaration aux Communes du 10 juillet 1914, Grey est aux antipodes du non-interventionnisme :

  • 6 HPD, 5e série, t. LXIV, colonne 1445, cité dans H. Feis, Europe : the world’s banker, 1870-1914, N (...)

« Il est de notre devoir, lorsque du capital authentiquement britannique s’avance dans n’importe quelle partie du monde, et se met sur les rangs pour des concessions qui ne soulèvent pas d’objections politiques valables, de lui fournir l’appui le plus complet et de convaincre le gouvernement étranger en question qu’il y va de son intérêt ainsi que du nôtre d’accorder les concessions pour les chemins de fer, etc., à des sociétés britanniques qui les exécutent à des tarifs raisonnables et de la meilleure façon »6.

  • 7 Parfois un capitaliste britannique expatrié.
  • 8 L’investissement direct suppose la jouissance d’avantages marqués et hors de portée de l’entrepris (...)

43Le contrôle des finances étatiques, c’est-à-dire, en dernier ressort, de l’économie nationale, constitue la forme originelle et primitive de l’impérialisme. Plus précoce, mais promis à un meilleur avenir, le contrôle des investissements dans les entreprises pointe déjà. Le décor n’a pas la même netteté, car les sociétés sont diversement structurées ; la mutation est néanmoins sensible. Les premiers investissements internationaux paraissent dénués de toute trace d’hégémonisme. Les entreprises françaises, belges ou étasuniennes dans lesquelles entrent des capitaux britanniques au xixe siècle demeurent, en général, sous contrôle national. L’homme d’affaires local7 jouit d’avantages naturels et l’étranger n’a pas la certitude que ses apports, seraient-ils spécifiques et indispensables, lui permettent d’instaurer ou de conserver un contrôle externe. Sans doute ne le cherche-t-il pas : le rôle de commanditaire, d’obligataire ou d’actionnaire passif n’est pas sans attrait, l’administration locale pouvant procurer, grâce à sa connaissance du milieu, un rendement meilleur8. Sa place est éventuellement prise par l’élément national, lequel rachète les affaires éventuellement.

44La société articulée et la succursale, l’agence bancaire notamment, annoncent l’avènement de structures conçues pour assurer le contrôle direct depuis la métropole. Le capital exporté demeure sous le commandement des seuls dirigeants de l’extérieur. Cadres propres à cette fin, ils comportent l’inconvénient d’une administration à distance, n’ayant pas une prise adéquate sur les conditions de son exploitation. Les sociétés articulées trouvent leur terre d’élection en Grande-Bretagne, mais ne sont pas inconnues en France et en Belgique. Sur un plan formel, elles ne sont pas appelées à un grand développement, sauf que certaines sociétés, juridiquement étrangères, comme Suez, la Banque ottomane ou Héliopolis, sont en réalité des entreprises françaises et belge. La société articulée se perpétue sous d’autres formes parce qu’elle répond au besoin de procurer aux intéressés en Europe un contrôle sans partage sur la marche de l’affaire et l’état de santé de l’investissement.

45Plus problématiques sont les sociétés extra-muros, fondées sur place par des éléments locaux ou par des étrangers faisant appel aux marchés financiers européens. C’est un avantage que d’administrer sur les lieux de son fonds de commerce. Mais, sauf à disposer dans la métropole d’un organe habilité à diriger l’entreprise, les détenteurs de titres européens voient l’administration effective rester ou tomber entre des mains locales. Encore l’intervention d’un pouvoir central n’est-elle pas uniformément bénéfique. Pourquoi s’ingérer dans l’administration s’il n’y a pas de divergences de vue ? Pourquoi heurter l’élément local qui demeure, après tout, le lien vital avec le pays d’accueil ? Les banques françaises ne se refusent pas à prendre en mains le CFE et la Land Bank, mais les vives instances des diplomates doivent parfois stimuler leurs ardeurs.

46Là est tout le problème : qui contrôle les capitaux exportés lorsque l’investissement est « de portefeuille » ? En règle générale, les banques chargées d’émettre des titres ne sont qu’accidentellement actionnaires ou obligataires. Elles s’immiscent dans l’administration d’une société en qualité d’intermédiaires obligés vis-à-vis du marché financier. Il n’est pas connu d’avance qui des banques métropolitaines ou des conseils d’administration locaux seraient plus autorisés à traduire les vœux des détenteurs de titres.

47Le contrôle des capitaux investis à l’étranger est une question litigieuse, un rapport de force, un dosage d’atouts et de handicaps. Cette tension s’aiguise au fur et à mesure que s’accroît la concurrence entre pays exportateurs. La concentration et la centralisation du capital, la naissance des oligopoles et le gonflement de la masse de capitaux cherchant emploi au début du xxe siècle donnent un tour acrimonieux à ce processus. Les velléités d’indépendance des milieux d’affaires locaux deviennent de moins en moins supportables en raison, entre autres, du danger qui se profile derrière elles d’un abouchement avec des sources alternatives de financement. D’où l’importance que revêt la composition des conseils.

48La diplomatie est appelée à alerter qui de droit en métropole et l’inciter à combler les lacunes des mécanismes de contrôle. Dans le cadre des investissements de portefeuille, aucune formule ne garantit le succès, hormis la détention d’une part décisive du capital par un actionnaire souhaitant le contrôle. Ultérieurement, la création de filiales appartenant majoritairement ou entièrement à une entreprise marquera la volonté de contrôle – évocatrice de la société articulée – par l’exclusion ou la subordination de l’élément local.

49Dans la mesure où l’impérialisme n’est pas un phénomène exclusivement politique, et qu’il se distingue de la colonisation et du colonialisme, il convient – c’est le choix méthodologique effectué ici – de l’entendre comme une internationalisation du capital assortie d’une stratégie de contrôle. La domination au moyen du capital n’est pas une composante invariante du capitalisme ; elle constitue une réalité nouvelle dont il faut tenir compte. La notion est historiquement datée : le capital s’internationalise depuis longtemps, mais c’est seulement vers les années 1870 qu’il entraîne l’imposition d’un contrôle à l’étranger. L’historicité est une caractéristique de l’impérialisme : le contrôle ne se concrétise qu’à un moment précis. C’est une donnée historique, ancrée dans le temps et l’espace.

50L’internationalisation du capital n’est impérialiste que si elle conduit au contrôle ; la résistance victorieuse de la société hôtesse, sa transformation et sa capacité d’assimiler ou de concurrencer le capital étranger ne sont pas exclues. On se gardera de mettre en équation le développement ou même l’expansion du capitalisme et l’impérialisme, parti qui mène à noyer l’objet recherché dans l’histoire de l’économie mondiale. Réservé à l’ère de l’internationalisation du capital, le vocable impérialisme ne saurait englober l’ensemble des relations internationales.

51Il y a impérialisme lorsque la société-cible est incapable de contrecarrer l’exercice d’un contrôle issu de l’internationalisation du capital. De sa capacité de réagir dépend l’actualisation ou la non-actualisation du potentiel contrôleur que recèle en tout temps l’internationalisation du capital. Un équilibre, fût-il instable et conflictuel, tient l’impérialisme à l’état latent et renvoie à plus tard l’exercice d’un contrôle. L’internationalisation du capital ne débouche pas sur l’impérialisme de par sa seule nature, mais seulement quand l’occasion lui est donnée. La politique – dans la pluralité de ses formes, y compris les prolongements militaires – conserve tous ses droits dans la mesure où elle se charge de mettre en place les préconditions au contrôle et les conditions de son maintien.

52L’objet d’étude est rigoureusement délimité : les voies et moyens de l’instauration d’un contrôle dérivant de l’internationalisation du capital. La faiblesse des volumes exportés par rapport au produit national brut de la métropole, le fait que certaines métropoles exportatrices se trouvent être simultanément de nettes importatrices, et la tendance permanente des capitaux à se diriger de préférence vers les économies développées plutôt que vers les économies moins développées n’atténuent pas la réalité de l’impérialisme. Au contraire, en ce qui concerne les exportations croisées de capitaux, elles posent les conditions d’un contrôle ultérieur, sans qu’il soit acquis d’avance qu’il aboutira. L’impérialisme est un tissu bigarré de relations de contrainte effectives et virtuelles, en tout temps fluctuantes et allant ici vers l’érosion, là vers le renforcement.

53La conception de l’impérialisme comme contrôle fondé sur l’internationalisation du capital permet de serrer les grands problèmes que soulève ce phénomène. Sont prises en charge les questions relatives à l’expansion du capitalisme à l’échelle mondiale, à la datation de l’impérialisme et à ses mécanismes intérieurs. La problématique de l’instauration du contrôle entraîne celle de la relation de type impérialiste. Le rôle contradictoire – facteur de changement et(ou) de blocage – de l’impérialisme dans la société visée et les secousses du passage vers de nouvelles liaisons, impérialistes ou pas, est au centre de l’analyse. Enfin, le repositionnement du concept conduit à une focalisation sur les modes de contrôle qui pourraient accompagner l’internationalisation du capital et leurs effets.

54Trois sujets méritent discussion : le type de capital qui sert d’armature à une relation impérialiste, les conséquences sur la société réceptrice et les modes de transition d’une période à une autre.

55Le genre de capital que soutient une métropole dans le cadre d’une politique impérialiste ne se déduit pas automatiquement de son niveau de développement. La prémice d’une correspondance directe entre les structures socio-économiques internes et la politique étrangère fait croire, par exemple, que l’État se détournera de son propre chef des formes dépassées d’expansion. C’est oublier que les questions de contrôle constituent son pain quotidien et que ce qui est détenu n’est lâché que parce qu’il impossible de faire autrement. La promotion des intérêts du capital productif – investissements directs ou délocalisation de la production – dans tel pays n’interdit pas à une puissance de promouvoir ceux d’acquis traditionnels dans tel autre pays. L’existence d’un déphasage entre les structures socio-économiques d’une métropole et sa conduite dans des relations de type impérialiste – ou colonialiste – n’est pas de nature à surprendre, compte tenu que les atouts internationaux ne sont pas cédés gratis, nonobstant leur archaïsme. A lui seul, l’avènement de l’impérialisme ne conduit pas au démantèlement des colonies de peuplement, pas plus que la République laïque, voire anticléricale, ne renonce au rôle traditionnel de « protectrice » des catholiques d’« Orient » revendiqué par la France. Autant qu’une périodisation du développement interne de la métropole, l’intelligence de l’impérialisme exige des périodisations différentielles conformes à la multiplicité des relations qu’il entretient dans le monde.

56Deux traits se font jour en matière d’exportation des capitaux dans un contexte impérialiste : la propension au contrôle et le conservatisme. Les deux ne sont pas sans lien. Le capital exporté à l’étranger n’est pas congénitalement atone ou frappé d’anorexie. Il doit, au contraire, faire preuve de dynamisme pour s’introduire dans un espace économique nouveau. Toutefois, le contrôle des secteurs ciblés étant acquis, une inertie, née de la satisfaction à l’égard du présent, le caractérise. En effet, le changement ne peut que déstabiliser l’ordre établi et servir la cause de l’élément local, de la concurrence étrangère, ou d’autres types de capital national.

57Du moment qu’il met en œuvre une politique d’expansion impérialiste, l’État exportateur de capitaux l’oriente dans le sens de la conquête du contrôle, puis du maintien de l’avantageux statu quo. Il fait usage des intérêts économiques susceptibles de devenir dominants, tout en les aidant à se hisser à leur position prééminente. Symbiotique, la relation profite aux deux parties. L’État n’est pas le serviteur sans volonté du capital internationalisé. Toutefois l’influence qu’il exerce pour des raisons politiques dans la direction du contrôle renforce le capital en lui assurant l’acquisition et la conservation d’une situation tout en sa faveur.

58En ce qui concerne l’effet de l’impérialisme, les analyses foisonnent. L’étude des causes et des motivations de l’impérialisme, d’une part, et celle de ses conséquences pour les métropoles et les pays « impérialisés », d’autre part, souffrent de n’être pas raccordées les unes aux autres, faute d’une notion structurante des mécanismes de base de la relation impérialiste. Ainsi les « dépendantistes », au vu du sous-développement, concluent-ils que l’économie mondiale le sécrète toujours et partout, condamnant par avance la naissance du capitalisme national. Réplique du courant mondialiste durant les années 1970 : elle stimule l’essor des capitalismes nationaux, l’exportation des capitaux étant au fond l’exportation du capital, c’est-à-dire l’extension de la relation sociale fondamentale du mode de production capitaliste.

59Est oubliée de part et d’autre l’action contradictoire des capitaux placés ou investis à l’étranger. L’œuvre dissolvante des structures sociales précapitalistes, la monétarisation des économies visées, l’introduction ou la généralisation de la production marchande et parfois du salariat, etc., laissent l’impression que les capitaux étrangers amènent le capitalisme. En fait, il ne s’agit que de créer les conditions minimales de leur emploi. Bouleverser la société accélérerait la formation de nouvelles couches sociales, renforts à la contestation ; déjà les ferments de capitalisme suscitent chez l’élément local l’aspiration à participer et, tôt ou tard, à avoir la haute main sur l’économie nationale.

60L’implantation du capitalisme conduit, à terme, à la gestion des capitaux exportés par l’élément local ou leur retrait. D’où le besoin de renforcer le contrôle sur ces capitaux et de freiner le progrès d’un capitalisme dont les conséquences annoncent une concurrence nouvelle et une mise en cause des positions étrangères. Le refus de l’indépendance, la (re)mise en selle des castes anciennes, la pétrification des structures sociales traditionnelles et l’exclusion ou la mise en minorité de l’élément local dans l’administration économique du pays viennent contrebalancer l’avance du capitalisme.

61Une sorte de schizophrénie frappe le capital étranger. Pendant que sa pénétration agit comme levain de changement, ceux qui ont la charge de veiller sur lui font un pari sur le passé. Sa présence stimule l’éclosion ou la maturation du capitalisme, mais la stratégie de maintien de l’internationalisation du capital comme rapport social dans la mouvance du centre fournisseur entrave l’accomplissement du processus que le capital lui-même a enclenché ou élargi. Le cheval impérialiste est soumis à l’application simultanée de l’éperon et de la bride. Dynamique tronquée, la transformation est inachevée et le mouvement ne procède pas jusqu’au bout de sa logique.

62Ni le développement ni le sous-développement, le mobile consiste à perpétuer le statu quo, à pérenniser le court terme, à figer le présent, celui sur lequel repose le contrôle de ce capital. Action déstabilisatrice et politique conservatoire confèrent à l’impérialisme un visage à Janus : il est progressiste ou passéiste selon qu’on l’observe d’un côté ou de l’autre. La stimulation inévitable du capitalisme local se double d’un effort de confiscation ou de captation, et du blocage de son développement.

63L’impératif ou la contrainte de contrôle en vue de faire durer une situation avantageuse signifie qu’il n’y a pas de transfert mécanique, univoque ou linéaire du capitalisme de la métropole à la périphérie. L’image d’Épinal voulant que, comme un démiurge, l’internationalisation du capital transforme l’univers évacuant le mouvement tortueux, mais non sans direction, qui conduit à l’extension du capitalisme. A la limite, lorsque l’internationalisation des capitaux charrie le contrôle – c’est l’impérialisme, selon la définition ici proposée – elle est contraire à l’internationalisation du capital, entendu comme essaimage de la société capitaliste à l’échelle du monde. Paradoxalement, l’avènement du capitalisme est dû à des transformations sociopolitiques effectuées sous initiative locale et en opposition à l’impérialisme. Au cœur de la relation de type impérialiste loge cette contradiction, saisissable seulement lorsque la notion de contrôle est mise à contribution.

64Là où le contrôle peut être assuré, là s’arrête le choix de l’État acquis à l’impérialisme. Il n’y a parti pris ni pour le progrès ni pour l’arriération, quelles qu’en soient les définitions. La nature de l’impact sur la société réceptrice dépend du type de rapport noué avec elle et du genre de contrôle qui en est issu : ici marqué par un capital concentré, là par des prêts d’argent aux aspects antiques. On ne sera pas troublé d’observer le même État au centre de liaisons dissemblables avec une multitude d’autres États. Les relations internationales se conçoivent plus exactement comme une série d’appariements au contenu variable que comme une toile travaillée uniment ou des rayons émanant d’un foyer et irradiant de tous côtés.

65Le corollaire du décalage entre les structures socio-économiques et la politique étrangère est relatif à la décolonisation. Autour du concept de néocolonialisme s’est répandue l’idée que le capital financier, contrairement au capital parcellaire, se meut plus avantageusement dans le cadre : d’un impérialisme directement économique. L’État métropolitain renonce alors à la domination politique directe (coloniale) et octroie des indépendances formelles ou factices. Or, le type de relation ne dépend pas des seules préférences du capital, quelles qu’elles soient. Entrent en ligne de compte l’ensemble des rapports de force bilatéraux et l’équilibre international. Les gestionnaires du capital ont à mettre en harmonie leurs intérêts et une situation dont ils ne sont pas les maîtres absolus. De ce qu’ils s’accommodent après coup de la décolonisation, il ne s’ensuit pas qu’ils l’aient souhaitée.

66Il reste à expliciter les mécanismes du changement. Les règles de la concurrence entre secteurs de l’économie réceptrice ne sont plus opératoires dès lors qu’il s’agit de mettre en place, par des moyens économiques et politiques, les conditions de la prépondérance. D’où la staticité d’une masse de capitaux à l’apogée de leur puissance. Le mal n’est guère idiopathique : il se rencontre lorsque l’internationalisation du capital se double de l’imposition d’un contrôle. Alors certaines activités sont favorisées et attirent vers elles les capitaux nouveaux. La société est modelée à leur profit et les investissements novateurs en sont détournés.

67Plus l’évolution d’une société est retenue et ralentie en fonction de la mise en valeur d’un type de capital, moins elle sera attirante pour un type plus moderne. Aménagée pour servir la dette, l’économie égyptienne est rattachée au coton et ne peut accueillir des investissements industriels, comme les Sucreries. L’impérialisme ressemble à un système en conflit avec lui-même : une étape de l’internationalisation du capital devient un obstacle à la suivante et l’impasse est à l’horizon pour le programme de contrôle qui réussit.

68Dans des conditions où le grippage est inhérent au processus de déploiement continu du capital, la source du déblocage ne peut que lui être externe. L’initiative locale est appelée à jouer le rôle principal car elle est la mieux placée pour modifier les structures sociales sur lesquelles bute la transition d’une phase de l’internationalisation du capital à la suivante. Le capital local prend son essor à l’ombre d’un capital étranger dont l’effet est d’accentuer le rythme des mutations économiques, sociales et politiques sans que ses détenteurs et gestionnaires entendent les mener à terme, ce qui affaiblirait leurs positions. Le capital étranger ne se succède pas à lui-même. Après l’avoir renforcé, le contrôle le handicape pendant que s’opèrent les transformations économiques et extraéconomiques résultant de sa propre intervention dans le milieu. À défaut de cette solution de continuité, sans détour par la primauté du national, la suite de l’internationalisation est ajournée ou compromise.

  • 9 Il n’est pas paradoxal que le capital étranger contemporain doive compter sur des événements aléat (...)

69La transition d’une structure de contrôle étrangère à une structure, tantôt locale, tantôt locale et(ou) étrangère, ne résulte pas de l’abandon volontaire des positions acquises. La contrainte joue son rôle : guerre et désinvestissement, nationalisations, situation politique ou sociale non maîtrisée, etc. Alors la voie sera ouverte, mais les nouvelles formes de capitaux étrangers devront se tailler une place dans un contexte modifié par les prétentions de l’élément national de diriger le jeu. L’origine du changement, de la modernisation et de l’extension de la sphère capitaliste demeure externe aux capitaux étrangers qui ont acquis le contrôle. En outre, la transition s’opère par la rupture et avec une apparente discontinuité9.

70Le capital local arrivé au pinacle, le changement n’est point assuré, tant est incertain le déracinement des séquelles d’une internationalisation antérieure. Plus contraignant a été le contrôle, plus radicale devra être la rupture. Si changement il y a, la levée complète ou partielle des obstacles érigés par la précédente étape d’internationalisation permet à la prochaine de s’accomplir. Et peut-être à un autre contrôle de se mettre en place, puis de susciter impasse et rupture nouvelles...

Notes

1 Biard d’Aunet, Comment a disparu l’influence de la France en Égypte, Louis de Soye, Paris, 1913, p. 6.

2 AE, NS Égypte 64, de Courcel à Hanotaux, 10.2.1897.

3 H. Alis, Promenade en Égypte, Hachette, Paris, 1895, p. 258.

4 EF, B467 ; l’Information, 29.11.1956.

5 The Economist, 14.11.1868, p. 1301, cite dans L. L. Jenks, The Migration of british capital to 1875, Nelson, Londres, 1971 (1927), pp. 290-291.

6 HPD, 5e série, t. LXIV, colonne 1445, cité dans H. Feis, Europe : the world’s banker, 1870-1914, Norton, New York, 1965 (1930), p. 97.

7 Parfois un capitaliste britannique expatrié.

8 L’investissement direct suppose la jouissance d’avantages marqués et hors de portée de l’entreprise locale, au moins pour un laps de temps.

9 Il n’est pas paradoxal que le capital étranger contemporain doive compter sur des événements aléatoires ou sur l’entrée en jeu de l’élément national pour déboulonner un capital étranger plus ancien.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540