Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Le gouvernement français ne sort qu’en 1884 de son expectative relativement à la question d’Égypte. Il a la bonne fortune de voir les difficultés s’accumuler pour le cabinet Gladstone : c’est l’occasion inespérée d’essayer de reprendre en Égypte quelque parcelle du terrain cédé en 1882. L’objet de la diplomatie française pendant les vingt ans qui précèdent l’entente de 1904 se résume à une tentative d’annuler les conséquences, néfastes pour elle, de la politique de pression contre l’Égypte dont elle a été, avec celle de la Grande-Bretagne, l’initiatrice depuis les années 1870. Les Anglais installés au Caire, la situation acquise par la France en 1880 ressemble à un maximum. Prévenir son érosion nécessite un effort sans relâche.

2Le retrait des troupes anglaises de l’Égypte est la première revendication de la France. En plus de l’opposition de l’Angleterre, la diplomatie française a contre elle les contradictions inhérentes à la politique qu’elle fait sienne. Un État ne peut employer que les moyens d’action qu’il a à sa disposition. Dans les rapports entre la France et l’Égypte, ces moyens sont en tout premier lieu la part française dans la dette publique. La primauté de cette forme d’internationalisation du capital est confirmée, si besoin en est, par la stagnation, voire le retrait, des capitaux déjà plus faibles investis dans les sociétés au cours des années 1880. Les gouvernements français sont donc amenés, comme avant 1882, à s’ériger en défenseurs des créanciers, c’est-à-dire à recueillir intact l’héritage de la politique qui a presque consommé la mise au rancart de la France en Égypte. La protection des intérêts économiques étrangers n’est pas moins un objectif de l’occupant et il n’est pas avéré que sa présence en Égypte déplaise aux porteurs français. Comment faire en sorte que l’arme financière qui a ouvert la voie à l’Angleterre serve ensuite à contenir ou à déjouer ses prétentions à l’hégémonie ?

3Par ailleurs, les responsables admettent les fondements de l’intervention anglaise en Égypte. Aucun différend n’existe entre Paris et Londres en ce qui concerne la restauration de l’Ancien Régime, garantie des arrangements budgétaires entourant la dette et rouage de l’internationalisation du capital placé dans les fonds publics. Les deux s’emploient à mettre l’économie et l’État égyptiens en harmonie avec le service de la dette et la Loi de liquidation. Il y a communauté de vues sur ces points essentiels la politique générale à suivre en Égypte. Ni, l’Angleterre ni la France n’envisagent de laisser la gestion des finances de l’État à un corps élu ou représentatif. Il s’agit plutôt de consacrer soit le gouvernement anglo-khédivial soit la Caisse de la dette comme centre directeur des finances publiques et de l’économie de l’Égypte.

4Comment la diplomatie française peut-elle motiver une demande d’évacuation sans contester que l’occupation ait été légitime en 1882 pour rétablir l’absolutisme khédivial ? L’argument sans cesse avancé est que le régime a acquis une stabilité suffisante et que le mouvement de 1881-1882 n’a jamais revêtu un caractère sérieux ou national. Sans l’occupation, rétorquent inlassablement les Anglais, « l’œuvre de réorganisation » serait compromise et l’Ancien Régime ne tiendrait pas longtemps. La partie française allègue-t-elle que les Anglais sèment le gâchis et affaiblissent le khédive dans le but secret de prolonger l’occupation ? La réplique anglaise est que l’obstruction des Français retarde la consolidation de l’Ancien Régime et le départ des troupes d’occupation.

5Tels sont les paramètres des tractations qui se déroulent entre Londres et Paris après 1882. Dans la crainte – longtemps injustifiée, compte tenu du piètre état des finances égyptiennes – de la déclaration d’un protectorat par l’Angleterre, la France plaide alternativement pour la nécessité d’instaurer une autorité internationale en Égypte sous la surveillance du concert européen, de rendre au khédive la plénitude de ses pouvoirs ou de renforcer les liens, de suzeraineté avec le sultan. Londres souscrit volontiers aux diverses déclarations, à condition qu’elles soient platoniques et qu’elles n’impliquent pas l’obligation de mettre fin à l’occupation.

6L’Angleterre s’apprête en 1882 à assumer à elle seule le rôle de gardienne des capitaux européens placés en Égypte. Mais la mise à flot de l’Ancien Régime est ardue et lente. Le voudrait-il, l’occupant n’est pas en mesure d’avancer vers le protectorat ; il jette du lest et s’adjoint la France dans l’entreprise de restauration. L’accord sur cet objectif commun s’accompagne de contreparties qui permettent le maintien d’un dualisme informel mais réel entre les deux puissances. Cela ne suffit pas pour obtenir l’évacuation. Après 1896, l’incertitude entoure la durabilité des atouts financiers de la France. Alors l’État, fidèle à la vocation qu’il fait sienne, cède un contrôle sur le point de devenir aléatoire en Égypte contre un autre à la veille de se concrétiser au Maroc.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable