Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Chapitre XV. La rupture du dualisme anglo-français et la restitution des gages (1896-1904)

Texte intégral

  • 1 Biard d’Aunet, Comment a disparu l’influence de la France en Égypte, Louis de Soye, Paris, 1913, p (...)

1Jusqu’aux années 1890, les difficultés qu’éprouve l’occupant le tiennent dans les limites des conventions qui régissent l’administration de l’Égypte. Une intervention du Trésor britannique soulèverait un tollé en Angleterre de la part des partisans de la rigueur budgétaire et de ceux des colonies, possessions dont les droits à l’assistance de la métropole sont supérieurs à ceux de l’Égypte. Dans ces conditions, la France maintient sa position en maniant l’arme financière, tantôt pour accorder, tantôt pour refuser. « Notre ligne de conduite était, théoriquement, de la plus grande simplicité : ne rien demander, ne rien céder. Ne souffrir aucune atteinte aux droits établis, aux précédents acquis ; attendre les résultats ou les événements »1.

2On se rend compte à Paris que l’Angleterre renonce aux procédés exceptionnels, de nature à briser l’influence de la France, parce qu’elle n’est pas disposée à en assumer le coût. Outre-Manche, le délabrement des finances égyptiennes refroidit les ardeurs impériales. Peu à peu le rétablissement de l’équilibre budgétaire retire à la France les moyens d’action dont dépend sa politique. L’éventualité de voir lui échapper les leviers qu’elle actionne prend corps et se traduit par un malaise sensible dans les échanges des diplomates.

3L’heure des grandes résolutions sonne en 1896. Dans le contexte de la reconquête du Soudan, Londres estime le moment venu pour s’impliquer pécuniairement. L’Égypte n’est plus le gouffre financier qui tempère la ferveur jingo. Pour la France le défi est de taille : le précédent est désormais établi pour triompher de son opposition. Pis, les autorités britanniques découvrent le moyen de contourner l’interdiction d’emprunter sans l’assentiment des puissances. Tombe un pan de la Loi de liquidation. Au lieu de régler à l’avance ses grands projets, le gouvernement du Caire paie à terme et seulement après l’achèvement des travaux. Des sociétés spécialement constituées en Angleterre assument les risques et les profits des opérations. La méthode de la cession en bloc peut s’appliquer également aux biens immeubles et revenus remis aux créanciers comme garantie d’un emprunt de l’État. L’intermédiaire se charge de rembourser la dette et de vendre le gage. Ce genre de transaction conduit immanquablement à la disparition des administrations internationales et l’écroulement des piliers de la politique française en Égypte.

4Entre-temps la stratégie du Haut-Nil arrive à son point culminant à Fachoda. Fondée sur la confiance en la nécessité de la pression et l’espoir d’un concours de l’Europe, elle appartient à une autre époque. Cette crise passée, on revient aux réalités prosaïques, à savoir la sauvegarde des acquis. Les responsables français ne sauraient opposer des refus nets ou de se dérober ; ils doivent composer et négocier au mieux avant que les atouts ne se dissipent.

I. L’AFFAIRE DE LA CAISSE ET LA NEUTRALISATION DE L’ARME FINANCIÈRE

  • 2 PRO, CAB 37/41/21 et 24, Mémorandums de Lansdowne, secrétaire au Foreign Office. 24.3 et 28.4.1896

5L’une des raisons du refus opposé par la France à la conversion de l’Unifiée était la crainte que le gonflement du fonds de réserve ne rende impossible sa soustraction à la mainmise du gouvernement. En 1896, ce dernier ponctionne le Fonds de réserve générale, autre compte constitué en 1888 grâce aux excédents budgétaires et confié à la Caisse de la dette pour garantir le service des coupons en cas d’événements imprévus. La défaite de l’Italie à Adoua le 1er mars 1896 est l’occasion pour l’Angleterre de lancer une expédition militaire afin de reconquérir la province de Dongola. Elle obéit au double impératif de venir en aide à l’Italie et à la Triple Alliance, en créant une diversion, et de réoccuper le Soudan abandonné en 18842.

  • 3 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 18.3.1896.

6A cette fin, elle entend employer l’armée égyptienne et prélever 500 000 Lég (12 960 000 F) sur le Fonds de réserve générale. Georges Louis, le commissaire français à la Caisse, signale que la demande n’est faite à ce Fonds que pour éluder l’obstacle du consentement unanime des puissances exigé pour tout appel au Fonds des économies des conversions3.

7À Paris, le ministère des Finances s’émeut de l’atteinte portée au gage des créanciers. Une note remise au ministre considère déjà faible le Fonds de réserve de 2 204 000 Lég (57 127 680 F).

  • 4 EF, B32290, Note du Mouvement général des Fonds, 18.3.1896.

« Les seules dépenses extraordinaires que la Commission ait le pouvoir d’autoriser sont des dépenses faites en vue d’améliorer la situation du pays, le rendement des impôts, en un mot, le gage des créanciers »4.

  • 5 AE, NS Égypte 63, AE à Boutiron, 24.3.1896 ; JO. Chambre des députés, 2.4.1896, pp. 699-710.
  • 6 DDF, 1/12, Berthelot à Boutiron, 21.3.1896.

8Outre les considérations d’ordre financier, le Quai d’Orsay souligne le caractère politique de la question. La Caisse n’est pas « un simple agent comptable chargé d’une besogne de contrôle »5. Le vote majoritaire, valable pour des décisions d’administration courante, ne l’est point pour des délibérations politiques. L’unanimité est nécessaire comme dans toutes les réunions où se traitent des sujets de politique internationale6.

  • 7 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 21.3.1896.
  • 8 8. P.-v. in Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1896, pp. 119-121.
  • 9 9. Ibid., pp. 122-123.

9Le 21 mars, les commissaires anglais, italien, allemand et austro-hongrois s’efforcent d’obtenir un vote immédiat, tandis que les délégués fiançais et russe déclarent la Caisse incompétente. L’ajournement est décidé7. De Blignières, estimant les arguments juridiques discutables, suggère d’exposer que le consentement préalable et unanime des puissances est nécessaire pour les dépenses militaires. C’est la thèse que défend Louis à la séance du 26 mars8. Le délégué anglais soutient qu’il s’agit de délivrer l’Égypte du danger d’une invasion de « barbares ». Le but auxiliaire serait plutôt humanitaire que politique, à savoir le secours d’Européens menacés par « des hordes de sauvages »9. Le crédit est voté 4 contre 2 et le premier versement effectué immédiatement.

  • 10 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 22.3.1896.
  • 11 EF, B32290, Nemours Herbault à Paul Doumer, ministre des Finances, 26.3.1896.

10L’exercice d’une action judiciaire est déjà prévue par Louis. Il préfère qu’elle soit intentée par un groupe de porteurs de titres, ce qui permet de se prémunir contre l’éventualité d’un jugement défavorable et de garder les mains libres pour le cas où les circonstances politiques amèneraient la France à se désister. On évite enfin la tension qui se créerait si Louis assignait ses collègues10. Répondant aux instances du ministre des Finances, un ancien syndic de la Compagnie des agents de change de Paris réunit trois autres porteurs pour entamer une procédure devant le Tribunal mixte du Caire. Le gouvernement français les couvre de toutes les dépenses11, et le tribunal est immédiatement saisi par l’avocat Padoa d’une requête de faire défense de payer.

  • 12 12. Ibid., Cogordan à Léon Bourgeois, ministre AE, 11 et 14.4.1896.

11Le 11 avril, des porteurs résidant en Égypte font sommation à la Caisse et au gouvernement de ne tenir aucun compte de l’opposition. Ils craignent peut-être que le gouvernement soit obligé d’équilibrer le budget en réalisant des économies, en ajournant des travaux et en résiliant des contrats non encore exécutés12. R. Suarès, engagé dans les affaires ferroviaires, fait partie du groupe. À ses yeux, le gouvernement français aurait dû traiter l’affaire par les voies diplomatiques ; le prestige de la Caisse ne peut que sortir diminué d’un jugement favorable. Toute la place du Caire raisonnerait ainsi.

  • 13 BPPB, Dossier 172/5, Suarès à ? (Sautter ou Thors), 20.4.1896.

« D’ailleurs je ne vois pas parmi le groupe français le nom d’une seule des maisons qui ont joué un rôle dans les affaires financières égyptiennes. Je ne peux que les approuver de n’avoir pas voulu se prêter à cette comédie »13.

  • 14 Hubert Henrotte, président de l’Union des banquiers de Paris et de Province ; Émile Hoskier, banqu (...)
  • 15 The Economist, 28.3.1896.
  • 16 16. AE, CP Égypte 143, Coeordan à Bourgeois, 2 et 13.4.1896.

12En effet, les plaignants ne sont pas des participants de premier plan dans les finances égyptiennes14. Le gouvernement aurait suggéré aux quatre principales banques de Paris d’adresser une protestation collective au Quai d’Orsay. Seule la plus petite s’y serait prêtée ; les autres auraient répondu qu’il s’agissait d’une affaire politique15. Les autorités françaises ne reçoivent aucun appui de la part des établissements financiers. Lorsque Bouteron se joint au groupe qui actionne le gouvernement, ses mandants, les Rothschild, semblent divisés. Ceux de Londres désapprouvent ; la branche de Paris se dit étrangère à l’action de Bouteron16.

  • 17 17. Affaire de fa Caisse de la dette publique égyptienne, Carrière, Alexandrie, 1896 i mémoire de (...)
  • 18 Conclusions et arrêt in Compte rendu, op. cit., 1896, pp. 127-174.

13Le procès commence le 27 avril17. La défense soutient que le tribunal est incompétent : la décision de la Caisse est le résultat d’un acte du pouvoir souverain. Le 8 juin, le jugement est rendu ; il déclare recevable l’action des porteurs et condamne le gouvernement à rendre les sommes perçues. L’appel interjeté le 16 juillet est repoussé par la cour d’Alexandrie le 2 décembre18. On estime que le gouvernement ne sera pas en mesure de rembourser.

  • 19 AE, NS Égypte 63, Louis à Hanotaux, 30.9.1896.
  • 20 AE, PA Hanotaux 2, Note par Hanotaux, 14.10.1896.

14Louis s’y prépare : les dépenses qui incombent au gouvernement et les embarras qui en résulteront peuvent entraîner la réouverture des discussions financières et peut-être de la question politique19. La France et la Russie conviennent de s’appuyer sur le procès et les difficultés financières de l’Égypte « pour amener l’Angleterre à aborder avec nous et, si possible avec l’Europe, les conditions dans lesquelles elle entend exécuter ses engagements en Égypte ».20Les calculs auxquels Louis se livre démontrent que les dépenses excèdent les recettes. Toute augmentation du budget administratif, en vue de rétablir l’équilibre, doit obtenir l’autorisation des puissances. Il s’agit de savoir si les autorités

  • 21 AE, NS Égypte 63, Louis à Hanotaux, 27.10.1896.

« auront un intérêt à s’entendre avec nous et par suite à ouvrit des pourparlers que nous pourrons essayer d’utiliser pour d’autres objets. Je crois que cet intérêt existe dès à présent, et que seule la date à laquelle il deviendra urgent reste incertaine »21.

  • 22 22. Ibid., 30.11.1896.

15Louis songe à faire passer entre les mains de la Caisse une panie des pouvoirs exercés par les contrôleurs jusqu’en 1882 et repris depuis par le conseiller financier. Cette extension ne saurait toutefois substituer, dans les affaires de quelque importance, l’action de la Caisse à celle des puissances22. De tels projets sont prématurés. La confirmation du jugement de première instance donne lieu non pas à des offres de transaction pour une entente internationale, mais à des rumeurs que l’Angleterre viendrait à l’aide du gouvernement anglo-khédivial. C’est la pire des hypothèses pour la France, celle qui fait poindre la marginalisation de la Caisse et permet de passer outre au contrôle des puissances. Par cette innovation, l’Angleterre romprait avec la politique qu’elle a suivie depuis le début de l’occupation.

  • 23 Ibid., 7.12.1896.

16C’est parce qu’elle refusait de grever son budget des besoins de l’Égypte obérée qu’elle était contrainte de tenir compte de l’action des puissances. L’assise, la justification, de l’intervention de ces dernières est la possibilité d’un déficit dans les finances égyptiennes. Or le Soudan est suffisamment précieux et le coût de la campagne assez modeste pour que l’Angleterre change de politique. Par ailleurs, la restauration des finances égyptiennes dissipe la crainte d’un engagement indéfini de sa part. Louis essaie d’écarter le danger en laissant entendre au conseiller financier qu’il accorderait des facilités pour la restitution des 500 000 Lég. Mais Palmer se hâte de payer afin, croit Louis, de pousser Londres à intervenir23.

  • 24 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 27.1.1897.

17Une avance est une opération de nature à renforcer la présence de l’Angleterre en Égypte. Le point capital est de savoir si c’est un emprunt, auquel cas l’autorisation des puissances serait nécessaire. Une note est remise au gouvernement anglo-khédivial lui enjoignant de s’adresser à la Caisse. Le caractère international du régime financier de l’Égypte y est très accentué afin de préparer l’appel aux puissances, comme en 188424.

  • 25 AE, NS Égypte 65, Boutiron à Hanotaux, 14.10.1897.
  • 26 AE, NS Égypte 64, Louis à Hanotaux, 11.2.1897.

18Le 6 février, les Communes votent 798 802 £ (20 704 947 F) au gouvernement du Caire à titre de « grant in aid » expression élastique signifiant don gracieux ou avance. En fait, le taux d’intérêt est de 2,75 % et le montant est remboursable en 5 ans au maximum25. Il s’agit bien d’un emprunt grâce auquel sont payés les deux tiers de l’expédition de Dongola qui a coûté 1 200 000 Lég (31 104 000 F)26.

  • 27 AE, NS Égypte 65, Hanotaux à Cogordan, 16.11.1897.
  • 28 Ibid., Louis a Hanotaux, 5.8 et 27.10.1897.
  • 29 AE, NS Égypte 66, Hanotaux à Cogordan, 5.1.1898.
  • 30 Cf. JO. Chambre des députés, 26.3.1898, pp. 1399-1415. Débat peu concluant.

19Que peut faire la France ? Attendre de nouveaux embarras financiers. Telles sont les instructions de l’agent27. « Même munis d’un jugement favorable, nous n’aurions aucun moyen d’obliger l’Angleterre à reprendre ses 800 000 livres »28. La politique de la France au lendemain de l’affaire de la Caisse consiste à s’abstenir de toute ouverture et à se tenir prête à examiner celles qui lui seraient faites. Elle n’a vraiment pas intérêt à alléger la charge de l’Angleterre qui poursuit sa campagne au Soudan29. Elle n’est pas non plus en mesure de l’obliger à entamer des pourparlers30.

20L’Angleterre s’arrange pour aplanir les difficultés entourant l’avance. Le 17 mai 1898, le chancelier de l’Échiquier annonce qu’aucune date n’est fixée pour le remboursement. Le 27 juin, le Parlement transforme le prêt en allocation définitive. La signification politique de cet abandon de créance n’échappe à personne.

  • 31 AE, NS Égypte 67, Cogordan à Delcassé, 30.6.1898.

« Tout le monde s’accorde à penser que c’est le plus grand pas qui ait été fait par l’Angleterre, dans la voie de l’établissement de sa domination officielle, sinon en Égypte même, du moins au Soudan égyptien »31.

  • 32 Id.

21L’Angleterre « tient assez à l’Égypte et au Soudan pour ne pas se laisser arrêter par des difficultés financières, dans l’accomplissement de ses desseins »32.

22Le litige de la Caisse est l’élément avant-coureur d’importantes modifications dans le rôle de la France en Égypte. L’Angleterre se montre disposée à neutraliser l’arme financière que tient Paris. Avant 1896, Londres se contente d’écarter les conséquences politiques de l’action française sur le plan financier. On arrive à ses fins en représentant la France comme un obstacle aux réformes ou à de lucratives opérations financières. En 1896, l’Angleterre se substitue aux institutions internationales et arrache à la France l’arme financière.

  • 33 AE, PA Hanotaux 20, de Courcel, ambassadeur à Londres, à Hanotaux, 20.3.1897.

23Grosse de conséquences, la décision des Communes constitue un tournant majeur pour la politique française à l’égard de l’Égypte. La portée du précédent ne prête pas à équivoque : désormais l’Angleterre entend parfaire les budgets égyptiens et surmonter les entraves internationales. « La détermination des Anglais de garder ce pays me paraît maintenant irrévocablement prise »33. Leur décision est d’autant plus inquiétante qu’elle évoque la suppression des administrations internationales et le remboursement des dettes égyptiennes. Alors l’influence française, telle qu’elle s’exerce depuis les années 1370, aura vécu. C’est bien l’enjeu de la période qui s’ouvre en 1898.

  • 34 J. Brunhes, « De quelques formes spéciales de la pénétration anglaise en Égypte ». Questions diplo (...)

24L’affaire de la Caisse et la conclusion que lui donne le gouvernement anglais autorisent des perspectives nouvelles à l’occupant. Une formule est enfin trouvée pour prendre à revers le contrôle international au moment où des capitaux anglais s’intéressent à l’Égypte. Leur activité comporte généralement une concession ou une transaction quelconque avec l’État. Par exemple, l’unique compagnie de navigation du pays est vendue en 1898 à un Anglais sans publicité ou adjudication. Le prix, 150 000 £ (3 888 000 F), représente moins que la valeur d’un de ses bateaux34. Le 28 mars 1898, la société Egyptian Market Ltd obtient une concession l’autorisant à organiser les marchés des villages de toute l’Égypte.

  • 35 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 10.2.1899.

25Palmer, « l’âme de la plupart des combinaisons financières en formation »35, participe à titre de conseiller financier. Il sera bientôt le partenaire de son interlocuteur, Cassel. Ce dernier s’oriente vers la création de sociétés dont il serait le principal actionnaire. Son entrée au pays s’effectue en 1898 à l’occasion de la construction du réservoir d’Aswān et du barrage d’Asyūt.

  • 36 PRO, CAB 37/44/27, Cromer à Salisbury, 5.6.1897.

26C’est dans la réalisation de ces travaux publics que le gouvernement anglo-khédivial manifeste l’intention de contourner le contrôle international en matière de contrats, ainsi qu’il l’a fait pour l’expédition au Soudan. Son souhait est d’éviter un emprunt qui l’obligerait à recourir à l’autorisation de l’Europe. Il renonce à exécuter les travaux lui-même et s’en remet à l’entreprise privée, méthode employée pour la construction des lignes ferroviaires. La conclusion d’une entente avec les entrepreneurs et financiers, grâce à laquelle le Trésor égyptien est exempté de toute dépense pendant cinq ans constitue une occasion trop belle pour être ratée36.

  • 37 Biographie de John Aird in Jeremy (dir.), Dictionary, op. cit., vol. 1, pp. 17-19.
  • 38 Ils sont terminés en juin 1902.
  • 39 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 24.2.1898 ; Louis à Hanotaux, 2.3.1898.

27La Société John And & co.37 obtient la concession pour le réservoir d’Aswān le 20 février 1898 à la suite de négociations secrètes avec Palmer. Le gouvernement ne commencera à payer que le 1er juillet 1903, après l’achèvement des travaux38. Pendant 30 ans, il réglera 60 semestrialités de 78 613 £ (1 965 325 F). Le montant total de 4 716 780 £ (117 919 500 F) comprend le coût estimé à 2 000 000 F et les intérêts qui s’élèvent à 5,65 % l’an39. Le mode de paiement est compliqué : le gouvernement remet à Aird des mandats échelonnés sur une période de 30 ans. Ces effets sont cédés en bloc à une société au capital de 400 000 £ constituée à Londres le 4 avril 1898 par Cassel, l’Irrigation Investment Corporation Ltd.

  • 40 Le Progrès, 22.4.1899.
  • 41 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898.
  • 42 CL, Archives de la Direction des études économiques et financières, Dossier Emprunts d’États.

28Celle-ci se procure les 4,7 millions nécessaires à l’achat des mandats par l’émission d’obligations 4 %40. Elle encaissera chaque mandat à son échéance auprès du gouvernement qui le réglera grâce à ses revenus administratifs. La différence entre les taux d’intérêt constitue le bénéfice des intermédiaires. Bien qu’il n’y participe pas, R. Suarès estime que « c’est certainement une très belle affaire et pas si difficile à exécuter qu’on veut le faire voir ; l’entreprise doit garantir un large bénéfice à la partie financière »41. La société entre en liquidation volontaire en juillet 1902 après avoir mis en circulation 6 certificats de 2 714 000 £ (70 346 880 F) dont le produit a servi à l’escompte des mandats42.

  • 43 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898.
  • 44 AE, PA Nisard, Cogordan à Nisard, 13.5.1898.

29Ce contrat place la diplomatie française dans une situation embarrassante. Tout d’abord, sa conclusion la prend au dépourvu. Alors que Suarès est au courant que l’affaire se traite à Londres depuis décembre 189743, Cogordan n’en est pas informé. Son système de renseignements est inopérant ; ces opérations se préparent en dehors des bureaux, entre deux ou trois personnes, « de celles qu’on ne fait pas causer » parce qu’elles y sont directement intéressées44.

  • 45 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 24.2.1898.
  • 46 Ibid., Note de Renault, 29.3.1898.

30Deuxièmement, cette commande semble être un emprunt déguisé. « Obtenir la disposition d’un capital en s’obligeant à le rembourser, anticiper sur des revenus qui ne sont pas encore encaissés, c’est recourir au crédit, c’est emprunter »45. Le gouvernement affirme qu’il n’y a ni émission de titres ni délégation de revenus, mais simple commande payable à terme. Au lieu d’emprunter lui-même, il laisse ce soin aux intermédiaires, et cela lui coûte plus cher46.

  • 47 Ibid., Louis à Hanotaux, 3.3.1898.

31La France peut sans doute essayer de faire annuler le contrat en engageant une action judiciaire. Elle courrait le risque de s’aliéner les propriétaires terriens, auprès desquels le projet du réservoir est accueilli avec grande faveur47.

  • 48 Ibid., 6.3.1898.

« L’opinion publique ne s’expliquerait pas que le commissaire français voulût faire échouer la combinaison du gouvernement sans être en mesure d’en présenter une autre. D’autre part, l’intérêt des créanciers dans cette affaire est trop peu certain pour m’obliger à passer outre à toute autre considération »48.

  • 49 Ibid., Bompard, directeur des Affaires consulaires et commerciales, à Nisard, 30.3.1898.
  • 50 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 3.3.1898.

32Il y a enfin un dernier élément qui empêche la France de protester : si elle conteste la validité du contrat, elle rend impossible la participation de la finance et de l’industrie française à son exécution49. Il est vrai qu’aucun mouvement ne se manifeste à cet effet et Cogordan regrette que les « capitalistes » et « grands industriels » ne cherchent pas davantage à lutter contre les Anglais. « C’est toujours le même manque d’initiative », annote Hanotaux50.

33L’affaire du réservoir est doublement grave du point de vus français. Les Anglais apprennent à ignorer le contrôle international.

  • 51 AE, PA Nisard, Cogordan à Nisard, 13.5.1898.

« Ils ont eu l’habileté de tourner les obstacles que l’Europe a pourtant multipliés ici. Sur le terrain du droit, je crains que nous ne soyons désarmés »51.

  • 52 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 28.2.1898 ; Louis à Hanotaux, 2.3.1898.

34De plus, les contractants n’auraient pas accepté de s’engager dans une opération d’une durée de 30 ans s’ils n’étaient persuadés que l’occupation serait maintenue52. Le contrat du réservoir est un prolongement de l’affaire de la Caisse autant sous l’angle de l’affaiblissement de l’arme financière que comme marque de la détermination de l’Angleterre de rester en Égypte.

35L’inauguration du réservoir d’Aswān inspire des craintes de même nature. La valeur que prendront les terres rendues à l’irrigation et l’augmentation des revenus publics résultant de la prospérité de l’agriculture permettront non seulement d’amortir les annuités mais aussi de désintéresser les créanciers de l’Égypte et de libérer le pays de la tutelle de la Caisse.

  • 53 Ministère de la Guerre, 7 N 1220, Dossier 2, Attaché militaire à Londres aux chef d’État-major, pr (...)

« L’Angleterre se sera alors créé une sorte de privilège, et pour avoir été faite par des procédés financiers, administratifs et économiques, la conquête de l’Égypte n’en sera ni moins complète, ni moins solide que si elle eût été faite de haute lutte »53.

II. FACHODA : LA POLITIQUE FRANÇAISE DANS L’IMPASSE

  • 54 Cf. M. Michel, La Mission Marchand, 1895-1899, Mouton, Paris, 1972 ; G. N. Sanderson, England, Eur (...)

36Le différend de 1896-1897 comporte un autre volet. Il soulève le problème du Soudan et des rivalités qui s’y déploient entre l’Angleterre et la France. Durant la crise de Fachoda, trois grandes questions sont posées : le partage colonial en Afrique, la « place » et le « rang » de deux puissances européennes sur la scène internationale, et le problème de l’Égypte54. Le propos ici se limite à la troisième. La crise apparaît alors comme l’aboutissement et la faillite de l’option diplomatique que préconise la France depuis 1884 pour obtenir l’évacuation.

  • 55 Dans un article justificatif, Hanotaux avance un argument trop subtil pour être convaincant : « En (...)

37Paris employait l’arme financière en vue d’amener l’Angleterre à recourir aux puissances. L’un des objectifs de la stratégie du Haut-Nil est d’arriver au même résultat en posant le problème en terme de monnaie d’échange territoriale55. Couronnement d’une ligne de conduite qu’observe la France depuis des années, son échec est synonyme de la déconsidération définitive de la solution « européenne ».

38L’envoi de la mission du capitaine Louis Monteil en 1893 amorce la politique de prise de gages, préparatoire aux négociations tant souhaitées. Une note de Marchand annexée à son projet de mission exprime une conception similaire. L’entrée en possession des territoires du Haut-Nil exclut toute idée de conflit. On s’efforcera de la réaliser par des moyens pacifiques, « avec toute l’urbanité et la correction désirables » en cas de rencontre avec une mission européenne rivale. Le but de l’entreprise est

  • 56 DDF, 1/12, Note de Marchand, 10.11.1895.

« de mettre l’Angleterre dans la nécessité d’accepter, sinon de provoquer elle-même la réunion d’une conférence européenne au sein de laquelle serait discuté et fixé le sort réservé au Soudan égyptien, c’est-à-dire à la vallée du Nil »56.

  • 57 AE, CP Égypte 142, Cogordan à Berthelot, 15.2.1896.
  • 58 AE, CP Égypte 143, Cogordan à Bourgeois, 16.4.1896.

39Au Caire, l’agent signale qu’il est de plus en plus difficile d’entretenir l’espoir de la délivrance. La France conseille à la fois la résistance et la prudence, en faisant savoir qu’elle est seule juge de l’heure d’agir. On en a conclu qu’à la première occasion favorable, elle poserait nettement devant l’Europe la question d’Égypte et mettrait l’Angleterre en demeure de s’expliquer. « L’heure paraît venue de faire entrer la question d’Égypte dans la phase des négociations »57. L’agent est acquis à l’idée de renouveler la conversation avec l’Angleterre au moyen d’une prise de possession d’un territoire au Soudan. L’Angleterre demandera des explications, ce qui mettrait sur le tapis la question d’Égypte et donnerait lieu à une sorte de troc. « Notre réponse serait facile, car sans doute il nous coûterait peu de prendre l’engagement d’évacuer les lointaines provinces, du jour où les troupes anglaises quitteraient le Delta »58.

  • 59 DDF, 1/13, Cogordan à Hanotaux, 17.3.1897.

40On retiendra de cette équation les idées sous-jacentes que l’Angleterre serait disposée à envisager l’évacuation, qu’il suffirait de la stimuler à s’exécuter et que le marchandage conserverait un caractère pacifique. Dans l’esprit de Cogordan, la mission Marchand, arrivée à Fachoda, formerait « une barrière que l’Angleterre ne pourrait franchir qu’au prix d’une guerre qui n’est guère à craindre ou de concessions qu’il nous appartiendrait d’apprécier »59.

  • 60 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 4.1.1897.

41De retour en Égypte en janvier 1897, Cogordan s’aperçoit que le découragement s’empare du khédive et de son entourage. On attendait que les victoires judiciaires de la France dans le conflit de la Caisse soient le point de départ d’une campagne diplomatique décisive. L’inaction de la France déçoit et le khédive, ayant perdu confiance en elle, accueille ironiquement les conseils de patience. Cogordan craint qu’il ne se détache entièrement de la France s’il juge qu’elle le compromet sans l’aider60.

42Le rapport offusque le ministre au moment où il estime qu’il entame une action énergique en Égypte. Il saisit donc l’occasion pour répéter à l’agent en quoi elle consiste :

  • 61 AE, NS Égypte 19, Hanotaux à Cogordan, 10.1.1897.

« résistance de droit dans la question financière, action persistante auprès des puissances étrangères et notamment la Russie, relations avec Ménélik, marche sur le Bahr el-Ghazal ; vous n’ignorez pas, d’autre part, qu’à Constantinople, parmi les diverses phases d’une négociation compliquée, nous ne perdons pas de vue, un seul instant, cette même question d’Égypte »61.

  • 62 Ibid., Note pour le ministre, 10.2.1897.

43En février 1897, le Quai d’Orsay prépare un projet de règlement des questions pendantes. Y sont exposées nombre de propositions, dressées en vue de négociations éventuelles : un projet de convention réglant l’évacuation, les limites des territoires à constituer dans le bassin du Nil, la neutralité de la région, le régime du Nil, l’organisation politique de l’Égypte après l’évacuation et les concessions financières qui pourraient être faites au gouvernement du Caire62. Singulier document, il pose avec un luxe de détails les jalons d’une réorganisation visant à produire la situation idéale, telle qu’on la conçoit à Paris. Il s’agit, dans l’ensemble, d’opérer la transition d’un gouvernement dominé par l’Angleterre à un gouvernement international. Ce qui est anglais deviendrait européen, de l’administration à l’armée, à laquelle seraient adjoints trois ou quatre bataillons de mercenaires étrangers.

  • 63 AE, NS Égypte 25, Cogordan à Hanotaux, 18.2.1897.

44Tout se passe comme si l’Angleterre pouvait être amenée à renoncer à sa position prépondérante ou à la partager avec les puissances. Pourtant, le 5 février, le chancelier de l’Échiquier déclarait aux Communes que la durée de l’occupation était indéfinie. Quant aux puissances, l’agent n’a-i-il pas constaté le scepticisme que leur inspirent les protestations françaises de désintéressement ? Pour les « étrangers qui ne connaissent pas la filiation des choses, et les enchaînements d’idées », la France ne chercherait qu’à prendre la place de l’Angleterre63.

  • 64 AE, NS Égypte 1, Cogordan à Hanotaux, 25.2 et 3.3.1897.
  • 65 Ibid., 14.4.1897 ; Hanotaux à Cogordan, 16.3.1897.

45Jusqu’à la crise de Fachoda, la politique française se limite à la reprise de deux leitmotive : les conseils de prudence à ‘Abbās et la foi en la solution diplomatique. La France récuse la résistance intérieure et se fie à « l’Europe ». Cogordan met en garde le khédive contre une tentative de sortir du rôle effacé où le maintiennent les Anglais. Elle n’aboutirait qu’à une aggravation de sa situation64. Ainsi conseillé, il n’est pas surprenant que le vice-roi soit démoralisé. L’agent doit alors agir dans le sens inverse et éviter le découragement complet65.

  • 66 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 8.6.1897 ; Hanotaux à Cogordan, 10.6.1897.

46Face aux paroles raides et menaçantes de Cromer, ‘Abbās est invité à s’armer de patience et prié de s’abstenir d’actes inconsidérés66. Le khédive ne se méprendrait pas sur la situation.

  • 67 AE, NS Égypte 19, Cogordan à Hanotaux, 25.6.1897.

« Il comprend bien que dans les circonstances actuelles un acte irréfléchi peut avoir des conséquences irréparables, que tout parti extrême, soit la soumission absolue, soit la résistance excessive, est également dangereux »67.

  • 68 Ibid., 2.7.1897.
  • 69 AE, NS Égypte 1, Boutiron à Hanotaux, 4.11.1897.

47Cogordan lui représente que c’est un tort de voir la question d’Égypte à un point de vue exclusivement égyptien parce qu’il y a encore en Europe des raisons d’espérer68. Le khédive n’aurait pas la vue assez large « pour voir dans la situation diplomatique actuelle en Europe, des gages d’un avenir meilleur »69.

  • 70 AE, NS Égypte 20, Hanotaux à Cogordan, 21.6.1898.
  • 71 DDF, 1/14, Note du Département, 18.7.1898.
  • 72 AE, PA Delcassé 13, Marchand à Delcassé, 10.10.1898.

48Au Quai d’Orsay, on conçoit des pourparlers comme une éventualité pour laquelle il faut se préparer en accumulant les atouts et les avantages susceptibles d’être échangés. Jusqu’à la veille de la crise de Fachoda, la stratégie du Haut-Nil se développe dans la perspective d’une négociation avec l’Angleterre. Hanotaux le rappelle à Cogordan et présente cet espoir comme un antidote contre le découragement qui pourrait se répandre au Caire70. La Direction politique envisage avec sérénité l’arrivée de Marchand à Fachoda : « maîtres par conséquent des grandes artères de la navigation de cette région, nous pourrons attendre, munis d’un excellent gage, l’heure des pourparlers »71. De Fachoda, Marchand écrit à Delcassé que l’Angleterre ne s’opposerait pas à une conférence européenne et tolérerait l’occupation provisoire de Bahr al-Ghazal en attendant l’évacuation de l’Égypte dans un délai de 18 à 20 mois72.

49Tout à coup l’aigreur britannique se transforme en attitude belliqueuse. Au lieu de s’arrêter à Dongola, conformément aux déclarations du gouvernement de Londres, les troupes anglo-égyptiennes poursuivent leur marche vers le sud. Elles s’emparent de Khartoum le 2 septembre et se lancent à la rencontre de l’expédition française dans le Bahr al-Ghazal. Arrivée à Fachoda depuis le 10 juillet, la mission Marchand affronte les troupes de Kitchener le 19 septembre, avec les opinions publiques britanniques et françaises, travaillées par les milieux politiques et la presse, comme spectatrices à distance. L’esprit guerrier est à son comble des deux côtés de la Manche. L’intransigeance de l’Angleterre, sa volonté d’en découdre, prend la France au dépourvu. Rien n’est prêt ; elle entendait améliorer sa situation dans les négociations à venir, mais Londres précipite les événements vers l’affrontement armé.

  • 73 Ibid., Cogordan à Delcassé, 21.11.1898.

« Les hommes intelligents n’avaient jamais pensé que nous irions jusqu’à faire la guerre pour le Nil, quand nous ne la faisons pas pour le Rhin ; mais presque tous admettaient comme une vérité démontrée, que jamais l’Angleterre n’ouvrirait les hostilités »73.

  • 74 Le Temps, 22.1.1899. Le quotidien évoque les compensations.

50Commencé en octobre, le retrait de Fachoda est inconditionnel ; Paris n’a même pas l’assurance que des pourparlers seraient entamés ultérieurement. La convention anglo-égyptienne du 19 janvier 1899 fixe le statut du Soudan : c’en est fait de toute comédie d’évacuation, déclare l’organe officieux de tous les ministères74 Par la convention anglo-française du 21 mars 1899, la France est refoulée du Soudan.

  • 75 PRO, CAB 37/48/79, Edmund Monson, ambassadeur à Paris, à Salisbury, 25.10.1898. Information secrèt (...)

51La reculade à Fachoda met un terme à la stratégie du Haut-Nil, c’est-à-dire à la tentative la plus téméraire d’imposer à l’Angleterre un règlement diplomatique de la question d’Égypte. Depuis 1884, la France s’efforce d’employer tous les moyens – l’emprunt de 1885, la neutralité du canal de Suez, les conversions des dettes publiques – pour aborder le problème de l’évacuation. En 1898, aucune illusion n’est possible : elle ne peut contraindre l’Angleterre. L’Alliée russe conseille d’éviter de donner prétexte à une attaque britannique pour le moment. Plus tard la Russie trouverait l’occasion d’ouvrir l’ensemble de la question égyptienne75.

  • 76 « Le fantôme de l’Europe » dit de Courcel à Delcassé le 5.11.1898. AE, PA Delcassé 13.
  • 77 AE, NS Égypte 38, Corgordan à Delcassé, 29.1.1900.
  • 78 PRO, CAB 37/52/40, Mémorandum de Goschen, 26.3.1900.

52Quant à l’Europe, elle n’est d’aucun secours76. La guerre en Afrique australe fait espérer la formation d’une « Ligue des Neutres » qui convoquerait une conférence où la neutralisation du canal de Suez serait discutée. Cogordan se permet de sacrifier à la candeur : « l’Angleterre, en cas de guerre maritime, n’oserait guère fermer le canal, puisqu’elle violerait par là un engagement envers toutes les puissances maritimes d’Europe »77. Au même moment, la partie britannique discute des modalités de mainmise sur la voie maritime par la Royal Navy et la proclamation de la loi martiale dans la zone du canal.78

53Avec la fin du mythe de l’évacuation par la voie diplomatique tombe la notion d’une Égypte « internationale ». Tous les éléments font défaut à l’exécution de ce qui a été la politique française depuis 1884. Tant que l’Angleterre éprouvait des difficultés à asseoir sa prépondérance, la France a pu envisager de la déloger de l’Égypte. La crise de Fachoda, consécutive à la neutralisation de l’arme financière, est le révélateur que cette politique a fait son temps.

III. LA LIQUIDATION DE LA DĀ’IRA SANIYYA (1898-1905)

54Lors des négociations relatives aux conversions, la France avait obtenu par le décret du 6 juin 1890 que les Dettes privilégiée, domaniale et Dā’ira ne puissent être complètement remboursées. Jusqu’au 15 octobre 1905, la dette Dā’ira ne sera pas amortie de plus de l’excédent des revenus des domaines sur les dépenses, et du produit de réalisations de terrains ne dépassant pas 300 000 Lég (7 776 000 F). L’existence de l’administration qui gère les terres et les sucreries données en gage est acquise pendant ces 15 ans. Le gouvernement anglo-khédivial n’est pas dans les meilleures dispositions envers une administration qui a le tort d’être internationale et qui, de surcroît, le contraint, conformément aux termes de la Loi de liquidation, à parfaire ses revenus annuels s’ils ne suffisent pas au paiement du coupon.

  • 79 AE, AD Égypte : Finances 7, Naus à « cher ami », 15.9.1894.
  • 80 Ibid., Cronier à Hanotaux, 2.11.1894.
  • 81 « On le doit au refus du gouvernement français » réplique froidement l’annotation du Département. (...)

55En 1894, Cronier s’intéresse à la Dā’ira dans le cadre du projet d’expansion de la société Say en Égypte. C’est de Soubeyran qui souhaite intervenir en sa faveur auprès du ministre. Il semble rechercher l’affermage des domaines pour ses associés ; ceux-ci se font fort d’en tirer les revenus nécessaires au service de la dette79. Cronier songe à un rachat de la Dā’ira, même si l’opération est contraire aux accords de 1890. Il entend mettre en vente les terres et modifier les sucreries selon les procédés Say et construire deux nouvelles usines chaque année : c’est le maximum de l’outillage que peut livrer l’industrie française80. La France gagne à multiplier les intérêts industriels et commerciaux en Égypte. On leur doit, dit Cronier, l’insuccès de la conversion de l’Unifiée en 189381. Quant à l’administration internationale de la Dā’ira, on pourrait la maintenir comme élément de contrôle du fonctionnement de la société à créer.

  • 82 AE, CP Égypte 137, Hanotaux à Cogordan, 12.12.1894.
  • 83 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 7.2.1895.
  • 84 Ibid., 15.3.1895.

56Hanotaux se montre réticent à laisser soulever des questions touchant aux administrations « mixtes »82. Pour sa part, l’agent ne voit pas l’utilité de remplacer les sucres inférieurs dont le marché est établi. Il veut être sûr que le personnel français conservera dans la société privée la prépondérance qu’il s’est acquise dans la Dā’ira. Enfin, il lui paraît injuste de désintéresser complètement les créanciers83. Cronier renonce au projet84.

57Trois ans plus tard, une nouvelle tentative de rachat se fait jour. Palmer traite avec un syndicat composé de Cronier, Cassel, R. Suarès et Eli Cattaui. Désireux de recueillir des ressources pour la campagne au Soudan, Palmer exige le versement d’un cautionnement de 500 000 £ (12 500 000 F) au gouvernement. Il élude ainsi les restrictions stipulées par le décret de 1890 et évite de demander aux puissances l’autorisation d’émettre un emprunt.

  • 85 AE, NS Égypte 77, Cogordan à Hanotaux, 26 et 28.4, et 5.5.1898.

58Les syndicataires constitueraient une société qui se rendrait acquéreur de tous les domaines, usines et voies ferrées au fur et à mesure de leur aliénation par la Dā’ira jusqu’en 1905. À cette date, elle entrerait en possession du solde moyennant le paiement de la somme nécessaire pour la réalisation des titres Dā’ira toujours en circulation. Le gouvernement, à part le cautionnement, demande un tiers des bénéfices après liquidation. En l’absence d’une violation du décret de 1890, Cogordan reconnaît que la France est désarmée85.

  • 86 Ibid., Hanotaux à Cogordan, 6.6.1898.
  • 87 Ibid., Louis à Nisard, 17.5.1898.

59Cronier assure le Quai d’Orsay que la société Say entend acheter les usines qui seraient revendues par le syndicat86. Les accords internationaux ne semblent guère fournir à la France les moyens de s’opposer à la transaction. Mieux vaut, estime Louis, y laisser entrer des Français, afin qu’elle se réalise dans leur intérêt plutôt que contre eux87.

  • 88 PRO, FO 407/146, Confidential Print 7158, Part LUI, Cromer à Salisbury, 4.4.1898.
  • 89 AE, NS Égypte 77, Cogordan à Hanotaux, 1 et 18.6.1898.

60Le contrat est signé à Londres le 21 juin entre le gouvernement anglo-khédivial et les promoteurs. De prime abord favorable88, Cromer se montre de plus en plus hostile à un arrangement plus avantageux aux intermédiaires qu’au gouvernement89. Le fonctionnaire qu’il est éprouve peu de sympathie pour le brasseur d’affaires qu’incarne Palmer, même si le conseiller financier n’est pas désavoué.

  • 90 Contrat in AE, NS Égypte 77, BPPB, Dossier 172/5 et JO (Égypte) du 11.7.1898.

61Le contrat est, en effet, généreux90. Le montant global que le syndicat versera par termes fixes jusqu’au 2 janvier 1905, soit 6 431 500 £ (160 787 500 F), représente le capital nominal de l’emprunt Dā’ira toujours en circulation au 31 décembre 1897. Or la valeur réelle des immeubles et usines qu’il acquerra est supérieure au prix d’achat. Il s’engage à ne revendre les domaines qu’à un prix laissant un bénéfice net d’au moins 20 % sur le prix d’achat. Le gouvernement participe pour moitié au profit net, après paiement de toutes dépenses, des intérêts des emprunts et d’un dividende de 5 % aux actions de la société à constituer. Le cautionnement de 500 000 £ (12 500 000 F) portera intérêt à 3,5 % par an jusqu’au 15 octobre 1905. Cassel entre dans l’opération pour 50 %, Suarès pour 25 %, et Cronier et Cattaui pour 12,5 % chacun.

  • 91 AE, NS Égypte 77, Lefevre-Pontalis à Delcassé, 13.7 et les 3, 16 et 24.8.1898.
  • 92 Ibid., Note par Hanotaux sur son entretien avec Cronier, 21.6.1898.

62Tandis que les milieux officiels du Caire dégagent leur responsabilité des activités de Palmer, devenu l’objet d’insinuations malveillantes, ses amis opèrent sur les titres de la nouvelle société. Les fortes quantités négociées à la Bourse d’Alexandrie provoquent une fièvre de spéculation : la prime sur les actions ordinaires s’élève à 75 % ; elle atteint 2 400 % sur les deferred91. On remarque que la Raffinerie Say ne figure pas dans le document. Cronier assure Hanotaux que son nom paraît seul « par suite de circonstances dont le détail ne saurait nous intéresser », mais qu’il représente l’entreprise92.

  • 93 AN, 65 AQ J140, Memorandum of association.
  • 94 Ancien président de l’Administration de la dette publique ottomane. Les autres membres du London B (...)

63Le contrat est transféré à la Dā’ira Sanieh Co.93 et le paiement du cautionnement réalisé sur son capital de 600 000 £ (15 000 000 F), entièrement souscrit et versé. Le conseil, présidé par sir Vincent Caillard94, ne comprend nul autre que Palmer. Engagé dans une multitude d’affaires qui éclosent en Égypte, il résigne ses fonctions de conseiller financier fin août 1898.

  • 95 Ibid., Gay-Lussac à Louis, 12.7.1898 ; Gay-Lussac a Lefèvre-Pontalis, 12.7.1898.
  • 96 Ibid., Delcassé à Lefèvre-Pontalis, 27.7 et 18.8.1898.

64Les intéressés s’aperçoivent à ce stade qu’en vertu de la Loi de liquidation, les ventes des domaines ne sont légales qu’avec l’autorisation des contrôleurs de la Dā’ira. Gay-Lussac considère le contrat inacceptable, mais il rechercherait un terrain d’entente si le gouvernement français le souhaite pour des raisons politiques95. Delcassé lui demande de contester la validité du contrat en son nom personnel et de donner à comprendre aux autorités du Caire qu’elles peuvent, si elles ont de nouvelles propositions à formuler, s’adresser officieusement à Paris96.

  • 97 Ibid., Note par Delcassé, 6.9.1898. Le ministre tient Cattaui pour sujet autrichien domicilié au C (...)
  • 98 AE, PA Nisard, Cronier à Nisard, 29.7.1898.

65Le ministre s’intéresse moins à faire échouer le contrat qu’à obtenir une plus grande part aux capitaux français. Il juge insuffisant le quart de l’affaire qui leur est réservé. De plus, Cronier et Cattaui ne donnent, à ses yeux, que peu de garanties pour l’avenir : l’un serait un « grand spéculateur qui paraît en l’espèce avoir agi pour son propre compte et non pour les Say, et qui vis-à-vis du Département est resté très boutonné » ; l’autre représenterait un « israélite naturalisé français mais appartenant à la race des Levantins cosmopolites »97. Cronier dit avoir été péniblement surpris de la façon dont Delcassé appréciait les résultats obtenus. Sans lui, la France n’aurait eu aucune participation, comme cela s’est produit pour les barrages, les chemins de fer et la National Bank98.

66La crise de Fachoda donne un coup d’arrêt à l’affaire en cours. De passage en Égypte en février 1899, Cassel aborde la question laissée en suspens depuis cinq mois. Il redoute que l’opposition française ne nuise à la rentabilité de la Dā’ira Co. La société dont il est le plus fort actionnaire doit émettre en 1905 des obligations 4 % gagées sur les propriétés qui lui reviendront. Cassel donnerait la préférence aux porteurs de titres Dā’ira, en les assurant qu’ils ne subiraient pas de conversion jusqu’en 1912. En cas de remboursement, ils jouiraient d’une prime de 5 %. D’une part, l’échéance est prolongée ; d’autre part, le taux d’intérêt est maintenu. Cassel se rallie, en outre, à la proposition de Gay-Lussac de faire de la Dā’ira Co., non pas l’acquéreur des terres à aliéner mais le courtier par l’entremise duquel la Dā’ira s’engagerait à vendre ses propriétés, moyennant un courtage de 10 %. Sur des transactions annuelles d’une valeur maximale de 300 000 Lég, le courtage de 30 000 Lég suffirait pour rémunérer le capital-actions.

  • 99 AE, NS Égypte 78, Louis à Delcassé, 17.2 et 9.3.1899.

67Louis ne se dissimule pas les avantages dont bénéficieraient les porteurs de titres. Leur situation n’est pas, en effet, à l’abri des incertitudes. Une demande de maintien de l’administration franco-anglaise ne serait pas accueillie par un tribunal. Le commissaire voulait porter la question sur le terrain diplomatique, mais cette option paraît trop aléatoire au lendemain de la crise de Fachoda. Dans ces conditions, la France a intérêt à ne pas attendre la liquidation de 1905 pour arriver à une entente. Les concessions qu’elle peut faire perdraient leur valeur et, inversement, les compensations qu’elle retirerait seraient moindres99.

  • 100 Ibid., Delcassé à Riffault, chargé de l’agence, 27.2.1899 ; Riffault à Delcassé, 2.3.1899.

68Delcassé demande un dernier effort pour obtenir la conservation de l’administration franco-anglaise après 1905. À défaut de mieux, il faudrait assurer quelques garanties au personnel français. En fait, la Dā’ira Co. avait déjà accepté de prendre à sa charge les pensions de retraites et les indemnités. A la place du maintien de l’administration de la Dā’ira, Cassel s’engage à faire entrer les deux contrôleurs dans le conseil de la Dā’ira Co., en qualité de représentants des obligataires. Les terres affectées comme gage hypothécaire des obligations à créer en 1905 seraient inscrites en leur nom jusqu’à complet remboursement100. Soumis au Conseil des ministres à Paris, le projet soulève des objections de la part du ministre des Finances.

69Paul Peytral craint que l’amortissement ne soit accéléré avant 1905, au détriment des porteurs qu’on rembourserait au pair pour des obligations qui s’échangent désormais avec prime. S’il est vrai qu’en 1905 les titres Dā’ira seront remboursés ou convertis, l’administration mixte, laissée libre, est, d’après lui, en mesure de ralentir les amortissements dans la période intermédiaire. Les titres de la nouvelle société n’auraient pas des garanties aussi sûres que ceux de la Dā’ira ; Gay-Lussac et Crookshank ne seront qu’une faible minorité au conseil de la Dā’ira Co. ; cette dernière, intermédiaire obligatoire de la Dā’ira, acquerrait les terres aux prix qui lui conviendraient. Il s’agit, de l’avis du ministre, d’un contrat léonin.

70En échange de ces avantages exorbitants, la Dā’ira Co. devrait accorder une prime aux titres appelés au remboursement dès 1899, au lieu d’offrir un droit de préférence sur les obligations à émettre en 1905. Peytral ne regretterait pas l’échec des pourparlers : les créanciers n’y perdraient rien et le gouvernement français n’aurait pas à se dessaisir avant 1905. Le ministre évoque enfin le cautionnement et l’expédition du Soudan pour souligner que l’opinion exigerait des compensations adéquates. L’annotation de Delcassé est révélatrice de sa perception du rôle de la France en Égypte.

  • 101 Ibid., Peytral à Delcassé, 7.3.1899. Aussi ibid., Delcassé à Peytral, 14.3.1899.

« On a invoqué des considérations sentimentales de cette nature chaque fois que nous aurions pu tirer encore quelque chose des restes de notre situation d’antan en Égypte. Je l’ai personnellement vu en 1882, et plus tard lors du rejet de la convention Drummond Wolff »101.

71Peytral s’occupe des intérêts immédiats de la France en Égypte, et s’appuie à cette fin sur les acquis administratifs. Delcassé sent la nécessité de transiger afin de sauvegarder des positions rien moins qu’inexpugnables. Les intérêts financiers sont adéquatement servis : la perte au remboursement au pair à laquelle ils sont exposés avant 1905 serait compensée par l’attribution des obligations de la Dā’ira Co., titres bien garantis par le maintien de l’hypothèque de la Dā’ira Saniyya sur laquelle veilleraient deux délégués spéciaux au conseil.

  • 102 Ibid., Note sans date ou signature.
  • 103 Ibid., Note par Cassel, sans date ; Note pour le ministre, 23.3.1899.

72En mars 1899, Cassel se transporte à Paris. Delcassé, soucieux de continuer les pourparlers, le reçoit volontiers. « Le ministre désire que la négociation soit menée ici et non aux Finances »102. Le financier soutient que le gouvernement du Caire ne consentirait pas à une prime de remboursement avant 1905 et qu’il n’y aura pas accélération de l’amortissement des titres avant 1905. Le montant des remboursements est toujours inférieur à celui des ventes de terres. L’acheteur paie comptant 20 % du prix ; le solde est acquitté en annuités. L’amortissement des titres a lieu non pas au prorata des aliénations mais au fur et à mesure des recouvrements. Jusqu’en 1905, il porterait sur 7 % environ du capital de la dette. L’information confirme le Quai d’Orsay dans sa conclusion approbatrice103. Peytral demande seulement que la libération de l’acheteur se fasse obligatoirement en 20 termes, et que les titres nouveaux de la Dā’ira Co. soient négociables et cotés à Paris.

73Gay-Lussac et Louis rentrent à Paris en juin afin de reprendre les pourparlers avec Cassel et Caillard. Gay-Lussac apporte des nouvelles étonnantes : le gouvernement du Caire retire son appui à Cassel. Grand commis de l’État, le nouveau conseiller financier, Eldon Gorst, est, contrairement à Palmer, un fonctionnaire dans la lignée de Cromer. Il embrasse aisément le parti que prend son maître contre les affairistes, péril pour les finances publiques et, à terme, pour la stabilité sociale. L’entrée en scène de Cassel est, en effet, dérangeante pour l’agent britannique. Le revirement au sujet de la Dā’ira n’est qu’un épisode dans la lutte que se font les représentants, de deux conceptions exclusives sur l’action du capital et le rôle de l’État en Égypte. Cromer n’a jamais vraiment prisé le contrat du 21 juin 1898. La dépossession de l’État dont il a la charge par des intérêts privés, fussent-ils britanniques, ne correspond point à ses conceptions d’une saine administration publique.

  • 104 Ibid., Gay-Lussac à Raindre, directeur politique, 9.6.1899.

74Gorst déclare à Gay-Lussac que la meilleure solution serait la liquidation de la Dā’ira et des Domaines par les administrations mixtes elles-mêmes. Quant à la Dā’ira Co., le gouvernement s’intéresse peu à ce qu’elle puisse fonctionner ou pas avant 1905104. Soudain, situation inespérée, la prorogation de la Dā’ira Saniyya au-delà de 1905 ne semble plus hors de portée. Louis et Gay-Lussac n’y avaient renoncé qu’en raison de l’opposition du côté anglais.

  • 105 Ibid., Louis à Raindre, 9.6.1899.

« Si cette opposition cesse, je dois modifier l’avis que j’ai exprimé au mois de mars dernier : je ne puis plus considérer le projet Cassel comme acceptable, du moment où apparaît la possibilité d’un arrangement qui, de toute évidence, serait plus favorable à nos intérêts »105.

75Louis et Gay-Lussac proposent à Cassel la prorogation du contrôle international. Devant son refus, la négociation est suspendue. Les mandataires français, dans ces conditions nouvelles, ne sont plus pressés d’aboutir ; ils comptent attendre pour mettre à profit le concours de Gorst. Des résultats infructueux de cette phase de la liquidation de la Dā’ira les autorités françaises ne sont que partiellement responsables. Le Quai d’Orsay est certes l’élément le moins heureux de la tournure des événements.

  • 106 AE, NS Égypte 79, Annotation sur la lettre de Cogordan à Delcassé, 16.4.1902.

« La Direction politique était d’avis de ne pas se montrer trop difficile quant au détail financier, en raison des avantages politiques évidents de la combinaison »106.

  • 107 AE, NS Égypte 78, Cogordan à Delcassé, 4.4.1900 et 20.3.1901.
  • 108 Rapports du c.a. aux AG, 1900-1904.
  • 109 CNEP, Dossier 328/699, Meyer à Betzold, 30.5.1903.

76La Dā’ira Co. reste privée d’une reconnaissance officielle. Elle est en possession d’un contrat inexécutable, et semble vouée à marquer le pas en attendant l’échéance de 1905. La société annonce son intention de vendre : des domaines livrables en 1905, mais les contrôleurs mettent le public en garde contre l’irrégularité de ces opérations à terme107. Les rapports annuels de Dā’ira Co. ne doivent pas faire illusion : les activités qu’ils décrivent sont celles de l’administration de la Dā’ira Saniyya, non les siennes. Ses revenus ne proviennent que de l’intérêt perçu sur le cautionnement et sur des prêts effectués à Londres avec le solde de son capital social108. Les titres font 200 % de prime109, mais les dividendes sont modiques. Les actionnaires devront patienter jusqu’en 1905 avant de partager les 25 000 000 F qui pourraient leur revenir dans la liquidation.

  • 110 Cf. chapitre X.
  • 111 AE, NS Égypte 79, Rouvier à Delcassé, 8.8.1902.
  • 112 Ibid., Cogordan à Delcassé, 20.8.1902 ; Delcassé à Rouvier, 29.9.1902.

77Le projet de Cronier d’acquérir les sucreries de la Dā’ira110, connu en avril 1902, entraîne la reprise des négociations sur l’ensemble de cette dette. Pressé d’aboutir, Cronier se propose de suggérer à Cassel un arrangement général sur la base des discussions de 1899. Le nouveau ministre des Finances prend le contre-pied de l’opinion du précédent. Il ne s’explique pas l’abandon de ces pourparlers et trouve très regrettable d’exposer les porteurs de titres Dā’ira à un remboursement pur et simple de 1905111. Cogordan et Delcassé aussi souhaitent arriver à une entente112. Il est certain que la position de Cassel s’est renforcée. Au Quai d’Orsay, la conviction est installée qu’il faut renoncer à tout espoir de proroger au-delà de 1905 le contrôle international.

  • 113 Ibid., Note en date du 19.9.1902.

« Les autorités anglo-égyptiennes, en eussent-elles le désir, ne seraient pas en état d’imposer à la Dā’ira Limited, qui s’appuie sur la haute influence de sir E. Cassel, une solution qui serait une calamité pour ses actionnaires »113.

  • 114 BPPB, Dossier 173/7, Convention du 18.11.1902.

78En revanche, Cassel a intérêt à éviter un procès au moment de la suppression du contrôle franco-anglais, et à mettre au plus tôt la Dā’ira Co. en état de profiter de son rôle d’intermédiaire de la liquidation. Il offre donc aux porteurs les mêmes conditions qu’en 1899. Une convention est signée le 18 novembre 1902 entre les contrôleurs et la société. Les nouvelles obligations seraient amortissables au pair dans 25 ans ; tout remboursement au cours des 7 premières années s’accompagnerait d’une prime de 5 %. Les contrôleurs en fonction feront de droit partie du conseil de la Dā’ira Company114. Ce règlement est facilité par la vente des usines à la société des Sucreries le 12 novembre.

  • 115 The Financial Times, 15.6.1903.
  • 116 Rapport du c.a. à l’AG du 13.6.1904 ; l’Information, 18.12.1905.
  • 117 CNEP, Dossier 328/699, Meyer à Betzold, 30.5.1903.

79L’Aliénation des terres procède dès lors avec célérité, les contrôleurs ne faisant plus obstacle aux ventes à terme. Originairement, 203 756 ha avaient été remis à la commission internationale en 1877. Fin 1897, il lui reste 129 411 ha. Le décret du 6 juin 1890 prévoit la constitution d’une sorte de crédit pour toute partie non utilisée du total autorisé de ventes de 300 000 Lég par an. Les cessions de la Dā’ira ayant été faibles auparavant, elle invoque cette clause pour les accélérer. Les 14 543 ha qui restent à vendre le 23 mai 1903115 ne sont plus que 166 un an plus tard116. Cédés à terme, les lots sont livrables en 1905 et payables en annuités gagées sur des hypothèques prises sur les terrains. L’acheteur paie 10 % comptant, le solde en 20 annuités avec intérêt de 15 %117.

  • 118 BPPB, Dossier 173/7, Avis des contrôleurs, 31.8.1904.
  • 119 Le Globe, 16.6.1904 ; l’Information, 1.8.1904.
  • 120 Circulaire Roumagnac, 10.9.1904 ; le Journal des intérêts financiers, 17.9.1904 ; Causeries financ (...)
  • 121 SG, Liasse 5495, Notes sur la liquidation, sans date.
  • 122 SG, P.-v. du conseil, 14.4.1905.

80Le 31 août 1904, les contrôleurs annoncent aux porteurs que la dette Dā’ira sera remboursée le 15 octobre 1905. La Dā’ira Co. les invite à échanger leurs titres avant le 1er octobre 1904118. La presse financière ne fait pas bon accueil à cette novation de la créance hypothécaire d’une société foncière à la rente d’État. Il est admis que le remboursement du montant nominal entraîne une perte puisque les cours se maintiennent au-dessus du pair. Par contre, la valeur du gage des nouvelles obligations n’inspire pas confiance : les acheteurs de terrains pourraient se dérober à l’engagement de payer119. On conseille au « capitaliste » de réaliser son titre tout de suite avec prime et de faire un arbitrage120. Au 31 décembre 1904, le solde de l’emprunt est de 4 444 340 Lég (115 197 290 F) ; le montant des titres présentés à l’échange ne dépasse pas 1 266 740 Lég (32 833 900 F)121. Sur 230 395 obligations admissibles, 65 668 acceptent l’échange. « Cette opération n’a eu qu’un résultat incomplet »122.

  • 123 Cf. chapitre IX.
  • 124 Le Temps, 21.7.1905.

81L’héritière de la Dā’ira Co., la Société égyptienne de la Dā’ira Sanieh est fondée le 27 mars 1905. Elle cède ses créances au CEE123 et invite tous les obligataires Dā’ira à échanger leurs titres directement en obligations du CFE lors de son émission du 25 juillet 1905 ou à demander un remboursement124.

  • 125 AE, NS Égypte 79, Bonin à Rouvier, 18.10.1905.

82L’actif de la Société égyptienne ne comprend plus que les versements des acheteurs et le paiement du CFE pour les créances, soit 6 353 000 £ (160 574 854 F) en espèces et 200 000 actions du CFE de 500 F, libérées d’un quart. Le 15 octobre, elle rembourse les obligations non échangées et crédite le gouvernement de la moitié du bénéfice net des ventes des terres. Après clôture des comptes, il est estimé que la liquidation de la Dā’ira Saniyya laisse 3 536 500 Lég (91 666 080 F) au gouvernement et 4 941 211 Lég (128 076 188 F) à la Société125, soit un total légèrement plus élevé que la valeur des créances. De l’emprunt Dā’ira de 1877, il n’y a plus que les 75 100 titres, transformés en obligations du CFE de 437,50 F.

  • 126 Financial News, 27.2 et 4.4.1908 ; la Gazette du crédit, 25.11.1908 ; l’Information. 25.3.1909.
  • 127 AE, NS Égypte 79, Gay-Lussac à Cogordan, 6.8.1904 ; Rouvier à Delcassé, 6.10.1904.

83La répartition de l’actif de la Société égyptienne et sa mise en liquidation exigent un certain délai. D’une part, elle doit attendre la création de la tranche d’obligations 3 % du CFE en octobre 1907. D’autre part, il lui est impossible de réaliser d’un coup un actif composé d’un gros paquet d’actions du CFE sans provoquer une chute des cours. La crise de 1907 rend cette solution tout à fait hasardeuse. À partir de mars 1908, le conseil distribue aux actionnaires, avec leur dividende annuel, des actions du CFE prélevées sur son portefeuille126. La participation française dans la Société est insignifiante ou nulle. Cronier et Cattaui n’ont vraisemblablement pas conservé leurs actions Dā’ira Co. au cours de la période d’inactivité de 1898 à 1902. Ces titres ne sont pas cotés en France et ont dû prendre le chemin de Londres. Ce n’est qu’en préparation de l’échange des obligations Dā’ira, dont la majorité des porteurs est française, que la Dā’ira Co. s’intéresse à l’inscription à Paris127, et se transforme en société égyptienne pour leur éviter de subir l’income tax en Angleterre et l’impôt sur les valeurs mobilières en France.

IV. LA LIQUIDATION DES DOMAINES (1882-1912)

84Fort différente de la liquidation de la Dā’ira, celle des Domaines ne donne guère de soucis au gouvernement français. Elle commence plus tôt ; mais l’insuccès des tentatives faites depuis 1882 écarte tout espoir d’accélérer l’amortissement de l’emprunt. Le maintien de l’institution mixte n’en est que mieux assuré.

  • 128 L’administration a 9 000 employés. AE, CP Égypte 89, Bouteron à Barrère, 17.11.1884.
  • 129 BL, Add Mss 48948, D’Abernon Papers, Diary, 4.12.1883.

85Les frais de surveillance, la multiplication du personnel administratif128 et la méconnaissance des conditions locales par la direction centrale située au Caire aggravent les « insuffisances de revenus » des Domaines. Cette administration fournit la probante démonstration que la culture directe ou en régie de grandes propriétés est moins productive que la location à des tenanciers ou l’Aliénation de la terre au fallāh qui la travaille pour son propre compte. Le consensus est que le rendement d’une parcelle confiée au petit cultivateur augmente de 30 %129.

  • 130 Rapport annuel des Domaines, 1881.

86Aussi la vente des terres se recommande-t-elle dès le début aux commissaires. Toutefois la cession des petits lots est entravée par le manque d’acheteurs ; les prix pratiqués les découragent. Ils sont, en effet, élevés pour les terres de qualité supérieure – 18,70 Lég le faddān (1 154 F/ha)130 – car l’administration craint de se retrouver en possession de lots invendables de qualité inférieure comme gage pour l’emprunt. La vente de grandes étendues de terre connaît plus de succès mais risque d’attirer les spéculateurs désireux d’accaparer les propriétés mises en adjucation pour les revendre avec majoration. Le 12 juin 1881, le gouvernement interdit les aliénations à une seule personne ou société d’une surface supérieure à 15 000 faddāns (6 300 ha).

  • 131 PP (1883) LXXXIV, mémoire, 16.11.1882 ; AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc. 31.12.1882.
  • 132 Rapport annuel des Domaines, 1882, Suarès aux Domaines, 20.12.1882.
  • 133 PRO 30/29/296, Granville Papers et PP (1883) LXXXIV, Granville à Dufferin, 9.1.1883, et Dufferin à (...)

87Au lendemain de l’occupation, les commissaires espèrent que les autorités verront d’un meilleur œil les aliénations rapides131. R. Suarès propose de constituer un groupe d’intermédiaires qui rechercherait les acquéreurs et les mettrait en rapport avec l’administration des Domaines. Contre hypothèque, le CFE accepte de prêter aux acheteurs une partie du prix de la terre. Les intermédiaires demanderaient à l’acheteur un courtage de 2 % sur le prix de vente132. Granville et Dufferin sont d’un seul avis : la vente des Domaines est éminemment souhaitable133.

  • 134 Rapport annuel des Domaines, 1882, Commissaires aux Rothschild (Londres et Paris), 26.12.1882.

88Méfiants à l’égard des intermédiaires, les Rothschild cherchent à s’entourer de toutes les garanties avant de donner leur accord. Les commissaires se ravisent : tout en se déclarant partisans de la proposition de Suarès, ils affirment ne lui reconnaître qu’un droit de préférence. Ils entendent traiter aussi avec quiconque offrirait un prix égal ou supérieur à celui fixé par l’évaluation134.

89Les Rothschild s’accommodent mal de l’exclusivité que se réserve Suarès. De plus, ils souhaitent obtenir des majorations sur les premiers lots à aliéner : ce seront certainement les meilleures terres et il faut constituer un fonds de prévoyance pour le cas où le solde devait être réalisé au-dessous du prix d’évaluation. Ils veulent conserver le droit d’autoriser chaque vente partielle et d’en discuter le prix afin de se prémunir contre le danger de la dévaluation d’une partie du gage. Ils donnent enfin libre cours à leurs soupçons :

  • 135 AN, IL 42, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 18.1.1883.

« Il s’est formé au Caire et à Alexandrie, autour du Crédit foncier un groupe de maisons européennes et levantines qui veut faire une grosse opération et sans aucun doute un gros bénéfice sur les Domaines. Ces gens-là ont dû jeter leur dévolu sur un certain nombre de propretés qu’ils veulent acquérir à bon prix, soit pour les garder, soit pour les revendre avec bénéfice, et le fond de l’opération doit être, sous couleur de liquidation des Domaines, de mettre la main sur ce qu’il y a de meilleur dans notre gage. Ils ont des influences et peut-être des associés dans le gouvernement et ils comptent ainsi arriver à un contrat général mettant tous les Domaines à leur disposition et leur permettant de faire leur choix »135.

  • 136 PP (1883) LXXXIV ; Rapport annuel des Domaines, 1882, président du Conseil aux commissaires, 17.1. (...)

90Le gouvernement anglo-khédivial autorise les commissaires, sous réserve de l’adhésion des Rothschild, de traiter avec Suarès sur les bases suivantes : que l’emprunt soit complètement éteint ; qu’aucune vente ne soit faite à une société anonyme ; que l’État puisse retirer certains lots en vue d’une répartition parcellaire entre villageois ; que le lotissement produise le nombre maximum d’unités ; que le taux d’intérêt des prêts du CFÉ à tout acquéreur n’excède pas de plus de 1 % le taux des obligations qu’il émettrait. L’État s’engagerait à n’accueillir pendant cinq ans aucune offre d’achat faite en dehors de Suarès et d’accepter toute proposition d’achat au comptant présentée par Suarès à un prix égal ou supérieur au prix du lotissement convenu. L’intermédiaire ne pourrait prélever sur l’acheteur un droit de courtage de plus de 2 %136.

  • 137 AN, IL 42, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 22.2.1883.
  • 138 Ibid., Rothschild de Paris à Bouteron, 16 et 23.2.1883.

91Les Rothschild n’attaquent pas de front les termes qui leur sont soumis mais indiquent une modification qui aurait pour effet de retirer à Suarès le monopole des ventes et « de rendre ainsi son projet inoffensif »137. Toute personne aurait le droit de faire aux commissaires des offres de vente sur la base des prix d’évaluation. Le changement est accepté. Les Rothschild veulent que Bouteron reste en bons termes avec le conseiller financier. « On paraît en effet fonder tant d’espérances sur ce fameux projet qu’on soulèverait de grandes colères au Caire si l’on se mettait en travers »138.

  • 139 Rapport annuel des Domaines, 1882.

92La préparation du cahier des charges est suivie de la signature d’une convention le 3 avril entre les commissaires et Suarès. L’entremise de ce dernier n’est plus obligatoire. L’article 6 permet aux commissaires de prononcer la résiliation du contrat, sans indemnité ou dommages-intérêts, si les ventes n’ont pas atteint des montants déterminés à des dates fixes de 1884 à 1891139.

  • 140 AE, PA d’Aunay 5, Note sur les ventes, 7.1.1886.
  • 141 Bulletin financier et commercial du CL (Alexandrie), novembre-décembre 1883

93Cette opération est un échec. Dans les conditions déprimées des années 1880, il n’y a pas assez d’acheteurs pour absorber les terres. Trop élevés, les prix fixés par l’évaluation correspondent à une répartition du montant de l’emprunt en circulation plutôt qu’à une estimation réelle140. « L’on a commis une erreur en écartant un grand nombre de courtiers intéressés à la vente de ces terres pour en confier le monopole exclusif à un seul intermédiaire »141.

94Les ventes étant restées stationnaires, des membres du Conseil législatif, tous propriétaires, proposent un projet d’affermage des terres. Nubar, le président du Conseil, provoque la tenue de trois « conférences » auxquelles ils sont conviés. Le but est de déterminer s’il convient d’étendre le système de culture par voie de location.

95À la réunion du 22 janvier 1884, les commissaires répondent positivement, mais croient que tous les fermages ne seraient pas recouvrés et qu’il y aurait une accumulation d’arriérés. Bouteron insiste sur les obstacles, entre autres le mauvais vouloir des régisseurs et surveillants qui ne manqueraient pas de retarder une solution dont l’un des résultats serait leur licenciement.

  • 142 Documents relatifs à la location et à la liquidation des Domaines, Berger-Levrault, Nancy, 1886, p (...)

96Les notables sont moins pessimistes. Tous ont des tenanciers et peu de difficulté à faire rentrer les fermages. Il suffit d’accorder des facilités et des délais de paiement. En règle générale, ils préfèrent le manque à gagner sur les baux aux pertes sur les récoltes qu’entraîne l’exploitation directe142.

  • 143 Ibid, pp. 20-24.
  • 144 Ibid, pp. 39-44.

97À la réunion du 29 janvier, un participant signale que le gouvernement pourrait se charger de percevoir les fermages au même titre que les impôts. Bouteron répond que depuis deux ans il n’y a plus d’autorité dans le pays. Les notables attribuent les difficultés à la stagnation des affaires et à la gêne générale qui en résulte143. Quoi qu’il en soit, les commissaires repoussent le projet d’affermage. Ils y voient la suppression du gage ; on l’enlève aux tiers détenteurs pour en placer complètement la gestion entre les mains du propriétaire, en l’occurrence le gouvernement144.

  • 145 Ibid, pp. 57-69.
  • 146 AE, CP Égypte 83, Barrère à Ferry, 24.2.1884.

98Une vive discussion se développe à la réunion du 10 février autour du projet145. Manifestement inspiré par Bouteron, l’agent diplomatique adopte les arguments des commissaires et souligne l’intérêt de maintenir l’administration des Domaines146. Ces discussions éclairent les esprits mais ne contribuent naturellement pas aux ventes : le contrat de Suarès est résilié le 4 juin.

  • 147 Documents, op. cit., p. 85, Nubar aux commissaires, 22.10.1885.
  • 148 Ibid., pp. 86-87, Bouteron à Nubar, 24.10.1885.

99La question reste en suspens pendant plus d’un an. Le 22 octobre 1885, Nubar propose que les locations se fassent par les soins des mudīrs (gouverneurs), qui, par ailleurs, recouvreraient les fermages147. Bouteron répète qu’on ne trouvera pas les locataires offrant les garanties nécessaires. Les déficits seraient dus moins au mode d’exploitation qu’aux charges qui grèvent le gage148.

  • 149 Ibid., pp. 145-146, Nubar aux commissaires, 5.1 1.1885.

100Ces charges, répond Nubar, sont administratives, car les terres se situent dans les parties les plus fertiles du pays ; l’exploitant pratiquant le faire-valoir direct pour son compte personnel y échapperait. Les commissaires seraient trop exigeants à l’égard des locataires. Enfin la garantie de l’État couvre les arrérages et non-valeurs comme elle pourvoit aux « insuffisances de recettes »149.

  • 150 AE (Égypte), Archives du majlis al-wuzarā’ (Conseil des ministres), Dā’ira Saniyya. 1/J, Note sans (...)
  • 151 Documents, op. cit., p. 77, Nubar à Egerton, gérant de l’agence, 24.10.1885.

101Nubar a déjà fait observer à l’agence britannique que la population avait le sentiment que les Européens administraient mal les Domaines. Deux notables affirment que ces terres et celles de la Dā’ira, bien gérées, ne produiraient pas de déficits car leur qualité n’est pas douteuse150. Nubar demande donc que Salisbury intervienne auprès des Rothschild de Londres pour les induire à recommander aux commissaires l’exploitation par le système des locations151.

102C’est dans un sens contraire que les Rothschild de Paris souhaitent les voir agir. Dans ce différend, le commissaire anglais se rallie à la position du gouvernement. Les Rothschild sont d’accord avec Bouteron mais savent qu’un conflit entre les deux commissaires comporte des dangers. La siniation est d’autant plus délicate que les locations sont une question administrative pour laquelle les contrats ne leur donnent aucun droit d’intervention.

  • 152 AN, IL 48, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 23.10, 6 et 10.11 1885 ; Rothschild d (...)

103Tout en reconnaissant la nécessité de rester sur le « terrain de la conciliation », les Rothschild de Paris se prononcent dans le sens des opinions de Bouteron152.

  • 153 153. Ibid., Rothschild de Paris à Bouteron, 10.11.1885.

104S’il est vrai que l’État demeure le garant de l’emprunt, les Domaines en sont la première garantie153.

  • 154 154. AE, CP Égypte 97, Barrère à Ferry, 14.11.1885.

105Les créanciers ne se sont pas contentés d’une hypothèque sur ces propriétés ; ils ont exigé un gage placé sous leur surveillance directe précisément parce qu’ils considéraient insuffisante la seule garantie du gouvernement154.

  • 155 Documents, op. cit., pp. 169-171.

106Le projet de Nubar est écarté et suivi de deux autres. Le CFE se propose de créer un nouveau titre en vue de racheter un cinquième de l’emprunt domanial et de réduire ainsi le solde à un chiffre nominal égal à la valeur vénale des biens domaniaux155.

  • 156 Ibid., pp. 171-173.

107Par un second projet, le CFE prêterait au gouvernement 4 251 000 £ (106 275 000 F) à 6 % afin de lui procurer les ressources pour rembourser une partie de l’emprunt contre restitution de 304 000 faddāns (127 680 ha). Suarès serait chargé de la revente de ces terres aux cultivateurs156.

  • 157 AN, IL 48, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 11.12.1885.

108Les Rothschild savent que leur concours est indispensable au succès de cette opération. « Ce concours nous sommes fermement résolus à ne pas le donner »157.

109Ils ne voient aucun avantage à remplacer le titre domanial par un papier moins bien garanti. De plus, ils ne veulent pas attacher leur nom au remboursement d’un emprunt émis par eux : ils s’exposeraient au reproche d’être des intermédiaires à la fois de la vente et du rachat des obligations domaniales.

  • 158 Ibid., ? à Rothschild, 5.1.1886 ; AE, CP Égypte 97, Saint-René Taillandier à Freycinet, 27.12.1885
  • 159 Documents, op. cit., pp. 194-198 ; AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 29.3.1886.

110Le conseiller financier propose alors la location au gouvernement de 304 000 faddāns (127 680 ha), avec un fermage suffisant pour régler le coupon, les impôts et les dépenses sur le solde des terres laissées aux Domaines. Le gouvernement sous-louerait ensuite aux cultivateurs. Mais le Code civil égyptien annule un gage lorsqu’il revient à celui qui l’avait engagé158. Le 24 février 1886, Vincent soumet un plan pour une conversion facultative des Dettes domaniale et Dā’ira en titres de la Privilégiée. Le service des obligations serait confié à la Caisse et les terres gagées reviendraient à l’État. Les revenus de trois provinces entreraient dans T’hypothèque générale que la Caisse surveille mais ne gère pas159.

  • 160 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 25.3 et 5.4.1886 ; Freycinet à d’Aunay, 30.3.1886 ; AN, IL (...)
  • 161 AN, IL 49, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 26.2.1886.
  • 162 A. d’Anthouard, « La dette domaniale égyptienne. Histoire d’une administration internationale », R (...)

111Il va de soi que la suppression des administrations des Domaines et de la Dā’ira rencontre l’opposition de la diplomatie française ainsi que des Rothschild160. « Les Anglais comme les Égyptiens ne font que patauger lorsqu’ils cherchent des combinaisons pour liquider les Domaines »161. Les Rothschild espèrent que l’insuccès de ces combinaisons fera comprendre qu’on doit s’entendre avec les commissaires et les charger de la liquidation. L’administration des Domaines s’occupe elle-même de la vente des terrains. En 1894, elle inaugure le système de ventes à terme : la moitié du prix comptant, le solde en annuités à 4,25 %162. Au 31 décembre 1897, plus de la moitié des terres gagées en 1878 est aliénée ; l’administration ne détient plus que 218 626 faddāns (91 823 ha).

112Ce n’est qu’en 1899 que naît le projet d’une vente en bloc des Domaines et d’un remboursement anticipé de l’emprunt. Il émane – naturellement – de Cassel. Le financier vient de faire son entrée sur la scène égyptienne et se propose d’arriver à un arrangement similaire à celui de la Dā’ira. Mais, comme dans cette affaire, la route lui est barrée par Gorst, et le résultat de ses démarches se révèle tout à fait contraire à ses prévisions. Il n’ignore assurément pas les obstacles puisqu’il se met en rapport avec Bouteron en mars 1899 sans l’aval du gouvernement du Caire.

  • 163 AE, NS Égypte 68, Riffault à Delcassé, 23.3.1899.

113Le commissaire assiste alors à un curieux spectacle. Dès le lendemain, Gorst vient s’enquérir de la situation auprès de lui. Après consultation avec Cromer et le président du Conseil, il revient déclarer à Bouteron que non seulement la combinaison de Cassel est écartée, mais que le gouvernement renonce à l’idée de vendre les Domaines. La liquidation se fera par l’administration elle-même. Peu au courant des divergences qui travaillent l’élément anglais, l’agence éprouve « quelque surprise en face des revirements successifs »163.

  • 164 Ibid., Cogordan à Delcassé, 20.5.1899.

114Bouteron ne tarde pas à saisir que Cassel et Cromer ne sont pas en communion d’idées. Il cherche à s’aboucher avec celui qui constitue le moindre danger pour son administration. Depuis la conversion de 1893, l’existence de celle-ci est assurée jusqu’au 1er juin 1908, date à laquelle la totalité de l’emprunt pourra être remboursée et l’administration supprimée. Dans les plans de Cassel, son sort demeure incertain. Par conséquent, Bouteron fait des ouvertures à Gorst à l’effet de conclure un accord sur les bases suivantes : la prolongation de la durée de la dette et de l’administration des Domaines jusqu’au 1er janvier 1915, contre le droit pour le gouvernement d’opérer, à partir de 1908, des prélèvements sur les économies de la conversion de 1893 afin de pourvoir aux déficits annuels des Domaines164.

  • 165 AE, NS Égypte 69, Note de Bouteron à Cogordan, 31.5.1899.
  • 166 Ibid., Cogordan à Delcassé, 4.6.1899.
  • 167 Ibid., Louis à Delcassé, 10.10.1899.

115Au nom de l’influence de la France, l’agent est d’emblée favorable à la prolongation d’une administration où le personnel français est prépondérant165. Paris n’a refusé d’autoriser l’emploi des économies des conversions que « pour des éventualités qui ne se sont malheureusement pas réalisées et dont il est difficile d’escompter aujourd’hui la prochaine réalisation »166. L’arrangement qu’admet Gorst pour les Domaines est exactement celui que demande la France pour la Dā’ira167. L’assentiment du Quai d’Orsay est donc notifié et le décret promulgué le 20 janvier 1900. La liquidation des Domaines est, à toutes fins pratiques, réglée.

  • 168 D’Anthouard, art. cité, p. 113.
  • 169 Id. ; AE, NS Égypte 76, Defrance à Poincaré, 6.1.1913.

116L’administration des Domaines, aidée par la conjoncture, mène la liquidation à son terme. Grace à la hausse des prix des immeubles, le gage est désormais d’une valeur supérieure au montant de l’emprunt toujours en circulation. En 1897, les bonnes terres sont vendues en moyenne à 21 Lég lefaddān (1 296 F/ha) ; après 1902, les terrains de qualité médiocre rapportent 47 Lég le faddān (2 900,57 F/ha)168. Dès janvier 1913, l’emprunt est complètement amorti. L’administration remet à l’État 151 475 faddans (63 620 ha) d’une valeur de 180 000 000 F et des créances sur les acquéreurs de terres d’un montant de 4 664 000 F169.

V. LES CHEMINS DE FER : MODUS VIVENDI FRANCO-ANGLAIS

  • 170 Le Moniteur des intérêts matériels, 28.7.1898 ; le Journal des débats, 30.7 et 23.8.1898.

117La cession des chemins de fer, gage le plus important de la Privilégiée, est évoquée en 1898. Un syndicat anglais ou mi-anglais mi-local aurait cherché à les acheter à 25 000 000 £ (625 000 000 F) afin de commencer le remboursement de la dette et la suppression du contrôle international170.

118En 1900, Lange, Suarès et Sauerbach remettent à Delcassé un projet comportant le rachat par une société qui se chargerait en même temps d’assurer le service de la Dette privilégiée. Il veulent faire échec à une action isolée de la part de la finance anglaise.

  • 171 AE, NS Égypte 70, Delcassé à Cogordan, 2.11.1900.

« Si un tel projet avait l’appui moral du gouvernement français, il assurerait probablement, aux établissements financiers français, et à noire marché, une part légitime dans l’opération et contribuerait puissamment à conserver et à augmenter l’influence politique de la France en Égypte »171.

119Delcassé demande des renseignements sur les promoteurs ; il veut savoir s’ils ont un consortium financier derrière eux et s’ils ont fait des arrangements secrets avec des Anglais ou des sociétés anglaises.

120Aux termes du décret de conversion du 6 juin 1890, la Privilégiée ne peut être remboursée avant le 15 juillet 1905, et l’administration franco-anglaise doit rester en place jusqu’à cette date. Une vente ne saurait s’effectuer que sous la forme d’une opération à terme, avec ajournement de la réalisation jusqu’en 1905.

  • 172 Ibid., Louis a Delcassé, 20.3.1902.
  • 173 PP (1903) LXXXVII.

121Les représentants de la France n’ont même pas besoin de combattre le projet : Cromer est décidé à désavouer le contrat Dā’ira et toute la politique de privatisation des gages appartenant à l’État. Le gouvernement ne songe pas à aliéner les chemins de fer ; les propositions des financiers ne sont même pas examinées172. Dans son rapport annuel pour 1902, Cromer se prononce contre le transfert des chemins de fer à une société commerciale. Partisan de l’entreprise privée, il explique que celle-ci ne donne de résultats que s’il y a concurrence. Or une compagnie ferroviaire égyptienne serait inéluctablement un monopole173.

  • 174 AE, NS Égypte 69, Louis à Delcassé, 10.6.1899.

122Les critiques contre le fonctionnement des chemins de fer de l’Égypte ne sont pas de fraîche date. Les commerçants se plaignent du mauvais état des lignes, de l’insuffisance du matériel roulant et des retards. Des études complétées fin 1898 montrent qu’une dépense de 1 330 000 Lég (34 473 600 F) au moins est nécessaire à bref délai. En décembre 1898, la Caisse consent à faire une avance tirée du Fonds de réserve générale. Mais ses disponibilités sont insuffisantes et un emprunt est proposé. L’administration des chemins de fer est partiellement française et l’objet de l’emprunt a un caractère d’utilité générale. « Nous avons donc intérêt à ne pas élever de difficultés qui justifieraient les attaques dirigées par les agents de l’occupation contre le régime international en Égypte »174.

  • 175 Ibid., Louis a Delcassé ( ? ), 27.6.1899.
  • 176 Ibid., Cogordan à Delcassé, 21.6.1899.

123L’emprunt à contracter n’est pas considérable. Il s’agit de la partie non émise de l’opération de 1888 : sur les 5 000 000 Lég autorisées, 2 000 000 Lég ont été recueillies en 1888 et 1 300 000 Lég lors de la conversion de la Privilégiée en 1890. Le projet de 1899 concerne le complément, soit 1 700 000 Lég (44 064 000 F). Louis y voit « une occasion de nous montrer conciliants sans qu’il nous en coûte rien »175, mais Cogordan veut saisir l’occasion pour obtenir un avantage en échange, si possible la prolongation de l’existence de l’administration franco-anglaise176.

  • 177 Ibid., 3.4.1900.

124Par suite d’avances de la Caisse, l’emprunt est retardé de quelques mois. En avril 1900, Delcassé subordonne l’adhésion de la France à l’assurance qu’il n’y aurait aucune diminution du personnel français tant que durerait l’administration mixte. Moins désagréable pour les Anglais que le maintien du contrôle international, cette concession est accordée par Gorst. Ce dernier accepte aussi de consulter officieusement le gouvernement français au sujet de l’emprunt avant de demander l’approbation des autres puissances177.

  • 178 CL, DAE 3743, Siège à Alexandrie, 18 et 27.4.1900 ; AE. NS Égypte 69, Louis a Delcassé, 9.5.1900, (...)
  • 179 AE, NS Égypte 69, Cogordan à Delcassé, 14.5.1900 ; CL, DAF110/1, Cogordan à Mazerat, 19.5.1900.

125Le Lyonnais est prêt à traiter ; il demande que le gouvernement français stipule qu’il y ait adjudication publique en vertu de soumissions cachetées178. L’entrée en scène du CL résulte de la volonté d’enlever l’affaire au rival de l’heure, la National Bank créée en 1898. Cependant Gorst n’entend pas émettre la totalité de l’emprunt ou recourir à un contractant. Le marché n’étant pas favorable à une adjudication, il sera mis en circulation au fur et à mesure des besoins des titres de la Privilégiée que l’on répartira entre les principales banques de l’Égypte179. Le décret promulgué le 12 juillet 1900 annonce la voie adoptée en fin de compte : les titres seront placés par la Caisse.

  • 180 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1902, pp. 87-88, ministre des Fina (...)
  • 181 AE, NS Égypte 70, Louis à Delcassé, 20.3.1902.

126L’esprit de conciliation se manifeste deux ans plus tard lorsque l’Administration des chemins de fer demande la majoration des dépenses d’exploitation, d’entretien et d’amélioration du réseau. Le gouvernement aurait voulu que la Caisse le laisse libre d’attribuer à ce service tout l’excédent des recettes nettes sur les charges, mais la Caisse refuse toute majoration du budget des dépenses sans son consentement. Le coefficient d’exploitation est fixé par le décret du 27 juillet 1885 à 54 % des recettes brutes. On s’accorde que la solution consiste à obtenir des puissances la faculté de varier la proportion chaque année selon les besoins, avec une limite de 55 % afin d’assurer la sécurité des créanciers180. La France donne son assentiment : « En refusant au gouvernement égyptien le moyen d’améliorer l’exploitation de ses chemins de fer, nous justifierons les critiques que l’on élève contre le régime international »181.

  • 182 Bulletin du ministère des Travaux publics-Statistique et législation comparée (France), t. XIV, no (...)

Tableau 205
Chemins de fer de l’État182

Tableau 205Chemins de fer de l’État182

127Avant d’accepter, Louis entend bien marquer, dès le début, le droit de la Caisse à examiner le détail du budget.

  • 183 AE, NS Égypte 70, 25.3.1902.

« Il y a intérêt à ne pas laisser l’occasion qui s’offre d’établir un contrôle budgétaire. Entre les mains de la Commission, ce contrôle peut, dans certaines circonstances, devenir un moyen d’entraver une liquidation trop hâtive de la Dette privilégiée »183.

  • 184 Ibid., Cogordan à Delcassé, 15.4.1902.
  • 185 Ibid., Delcassé à Cogordan, 14.5.1902.

128Cogordan songe à l’avenir de l’Administration des chemins de fer. Si Cromer et Gorst ne sont pas partisans d’une vente, il n’est pas sûr qu’ils puissent résister à la pression des financiers, « toujours à l’affût des grandes affaires et de plus en plus puissants à Londres »184. Les grosses dépenses de 1903 seront une occasion de prolonger de dix ou quinze ans le régime international. Tout en lui conseillant d’éviter « un empressement qui pourrait susciter des méfiances, comme aussi toute prétention de nature à décourager le désir d’entente »185, Delcassé adhère à l’idée.

  • 186 AE, NS Égypte 62, de La Boulinière à Delcassé, 10.1.1905.

129En fait, le régime international est aboli en vertu des accords de 1904. Le 20 novembre 1905, l’Administration des chemins de fer et du port d’Alexandrie, créée en 1876, prend fin. Elle est remplacée par une Direction générale relevant du ministère des Travaux publics. De gage des porteurs de la Privilégiée, les chemins de fer deviennent entièrement partie de l’Administration et ne versent plus leurs revenus à la Caisse. On restitue le caractère d’une exploitation commerciale « à une institution qui n’était jusqu’ici qu’un rouage du mécanisme fiscal de l’Égypte »186. Leur organisation avait été conçue en vue d’assurer le maintien de la garantie des créances. Désormais il est possible d’envisager de plus grandes dépenses pour les constructions, extensions et améliorations du service.

Conclusion.

130Ses déficits résorbés, l’Égypte ne se présente plus comme une charge inacceptable pour le Trésor britannique. La marche vers la prépondérance, jusque-là ralentie par les difficultés de la restauration de l’Ancien Régime, peut reprendre l’Allure qui était la sienne en 1882. Seule différence, l’évacuation, envisagée peut-être au début de l’occupation, est désormais écartée sans détour.

131La période qui débute en 1896 s’annonce comme l’heure de vérité pour la France. Elle laisse présager la fin de l’intermède qui dure depuis 1884 et qui lui permet de rétablir des positions entamées par l’occupation. La Grande-Bretagne s’immisce directement dans les finances égyptiennes durant l’affaire de la Caisse. Elle s’oriente ensuite vers la cession en bloc à des intérêts privés des biens de l’État donnés en gage aux créanciers. Dans les deux cas, le contrôle international, pierre angulaire de la présence française, est entamé. Quant à la crise de Fachoda, elle enterre le projet d’obtenir l’évacuation par la voie diplomatique avec le soutien de l’Europe.

132Les responsables français font la part du feu. Ils transigent par anticipation afin d’empêcher l’occupant d’agir à sa guise et avant que la valeur de leurs atouts ne se soit dissipée. Ils défendent et monnaient simultanément les intérêts des créanciers français et les instruments de contrôle sur lesquels s’assoit l’influence de la France. Par bonheur, les divergences de vue et de principes de gouvernement du côté anglais leur facilitent la tache. Il en résulte des règlements négociés, quoique non identiques, touchant la Dā’ira, les Domaines et les chemins de fer. L’entente règne entre la France et l’Angleterre au sujet de la dette publique.

Notes

1 Biard d’Aunet, Comment a disparu l’influence de la France en Égypte, Louis de Soye, Paris, 1913, p. 16.

2 PRO, CAB 37/41/21 et 24, Mémorandums de Lansdowne, secrétaire au Foreign Office. 24.3 et 28.4.1896.

3 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 18.3.1896.

4 EF, B32290, Note du Mouvement général des Fonds, 18.3.1896.

5 AE, NS Égypte 63, AE à Boutiron, 24.3.1896 ; JO. Chambre des députés, 2.4.1896, pp. 699-710.

6 DDF, 1/12, Berthelot à Boutiron, 21.3.1896.

7 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 21.3.1896.

8 8. P.-v. in Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1896, pp. 119-121.

9 9. Ibid., pp. 122-123.

10 AE, CP Égypte 142, Boutiron à Berthelot, 22.3.1896.

11 EF, B32290, Nemours Herbault à Paul Doumer, ministre des Finances, 26.3.1896.

12 12. Ibid., Cogordan à Léon Bourgeois, ministre AE, 11 et 14.4.1896.

13 BPPB, Dossier 172/5, Suarès à ? (Sautter ou Thors), 20.4.1896.

14 Hubert Henrotte, président de l’Union des banquiers de Paris et de Province ; Émile Hoskier, banquier ; Louis Lacombe, avocat et ancien sénateur.

15 The Economist, 28.3.1896.

16 16. AE, CP Égypte 143, Coeordan à Bourgeois, 2 et 13.4.1896.

17 17. Affaire de fa Caisse de la dette publique égyptienne, Carrière, Alexandrie, 1896 i mémoire de Padoa).

18 Conclusions et arrêt in Compte rendu, op. cit., 1896, pp. 127-174.

19 AE, NS Égypte 63, Louis à Hanotaux, 30.9.1896.

20 AE, PA Hanotaux 2, Note par Hanotaux, 14.10.1896.

21 AE, NS Égypte 63, Louis à Hanotaux, 27.10.1896.

22 22. Ibid., 30.11.1896.

23 Ibid., 7.12.1896.

24 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 27.1.1897.

25 AE, NS Égypte 65, Boutiron à Hanotaux, 14.10.1897.

26 AE, NS Égypte 64, Louis à Hanotaux, 11.2.1897.

27 AE, NS Égypte 65, Hanotaux à Cogordan, 16.11.1897.

28 Ibid., Louis a Hanotaux, 5.8 et 27.10.1897.

29 AE, NS Égypte 66, Hanotaux à Cogordan, 5.1.1898.

30 Cf. JO. Chambre des députés, 26.3.1898, pp. 1399-1415. Débat peu concluant.

31 AE, NS Égypte 67, Cogordan à Delcassé, 30.6.1898.

32 Id.

33 AE, PA Hanotaux 20, de Courcel, ambassadeur à Londres, à Hanotaux, 20.3.1897.

34 J. Brunhes, « De quelques formes spéciales de la pénétration anglaise en Égypte ». Questions diplomatiques et coloniales, XI, 100, 15.4.1901, p. 463.

35 AE, NS Égypte 80, Cogordan à Delcassé, 10.2.1899.

36 PRO, CAB 37/44/27, Cromer à Salisbury, 5.6.1897.

37 Biographie de John Aird in Jeremy (dir.), Dictionary, op. cit., vol. 1, pp. 17-19.

38 Ils sont terminés en juin 1902.

39 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 24.2.1898 ; Louis à Hanotaux, 2.3.1898.

40 Le Progrès, 22.4.1899.

41 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898.

42 CL, Archives de la Direction des études économiques et financières, Dossier Emprunts d’États.

43 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898.

44 AE, PA Nisard, Cogordan à Nisard, 13.5.1898.

45 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 24.2.1898.

46 Ibid., Note de Renault, 29.3.1898.

47 Ibid., Louis à Hanotaux, 3.3.1898.

48 Ibid., 6.3.1898.

49 Ibid., Bompard, directeur des Affaires consulaires et commerciales, à Nisard, 30.3.1898.

50 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 3.3.1898.

51 AE, PA Nisard, Cogordan à Nisard, 13.5.1898.

52 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, 28.2.1898 ; Louis à Hanotaux, 2.3.1898.

53 Ministère de la Guerre, 7 N 1220, Dossier 2, Attaché militaire à Londres aux chef d’État-major, président de la République et ministre AE, 15.10.1902.

54 Cf. M. Michel, La Mission Marchand, 1895-1899, Mouton, Paris, 1972 ; G. N. Sanderson, England, Europe and the Upper Nile (1882-1899 ), Edinburgh University Press, Edimbourg, 1965 ; R. G. Brown, Fashoda reconsidered : the impact of domestic politics on french policy in Africa, 1893-1898, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1969.

55 Dans un article justificatif, Hanotaux avance un argument trop subtil pour être convaincant : « Encore une fois, ce n’était pas une conquête que la mission Marchand était allée chercher si loin, ce n’était pas même un objet d’échange, un gage ou une matière à négociation, c’était la négociation elle-même. » Revue des deux mondes, 5’ période, XLIX, 15.2.1909, p. 740.

56 DDF, 1/12, Note de Marchand, 10.11.1895.

57 AE, CP Égypte 142, Cogordan à Berthelot, 15.2.1896.

58 AE, CP Égypte 143, Cogordan à Bourgeois, 16.4.1896.

59 DDF, 1/13, Cogordan à Hanotaux, 17.3.1897.

60 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 4.1.1897.

61 AE, NS Égypte 19, Hanotaux à Cogordan, 10.1.1897.

62 Ibid., Note pour le ministre, 10.2.1897.

63 AE, NS Égypte 25, Cogordan à Hanotaux, 18.2.1897.

64 AE, NS Égypte 1, Cogordan à Hanotaux, 25.2 et 3.3.1897.

65 Ibid., 14.4.1897 ; Hanotaux à Cogordan, 16.3.1897.

66 AE, NS Égypte 7, Cogordan à Hanotaux, 8.6.1897 ; Hanotaux à Cogordan, 10.6.1897.

67 AE, NS Égypte 19, Cogordan à Hanotaux, 25.6.1897.

68 Ibid., 2.7.1897.

69 AE, NS Égypte 1, Boutiron à Hanotaux, 4.11.1897.

70 AE, NS Égypte 20, Hanotaux à Cogordan, 21.6.1898.

71 DDF, 1/14, Note du Département, 18.7.1898.

72 AE, PA Delcassé 13, Marchand à Delcassé, 10.10.1898.

73 Ibid., Cogordan à Delcassé, 21.11.1898.

74 Le Temps, 22.1.1899. Le quotidien évoque les compensations.

75 PRO, CAB 37/48/79, Edmund Monson, ambassadeur à Paris, à Salisbury, 25.10.1898. Information secrète communiquée à Monson.

76 « Le fantôme de l’Europe » dit de Courcel à Delcassé le 5.11.1898. AE, PA Delcassé 13.

77 AE, NS Égypte 38, Corgordan à Delcassé, 29.1.1900.

78 PRO, CAB 37/52/40, Mémorandum de Goschen, 26.3.1900.

79 AE, AD Égypte : Finances 7, Naus à « cher ami », 15.9.1894.

80 Ibid., Cronier à Hanotaux, 2.11.1894.

81 « On le doit au refus du gouvernement français » réplique froidement l’annotation du Département. Ibid., Note par Cronier, décembre 1894.

82 AE, CP Égypte 137, Hanotaux à Cogordan, 12.12.1894.

83 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 7.2.1895.

84 Ibid., 15.3.1895.

85 AE, NS Égypte 77, Cogordan à Hanotaux, 26 et 28.4, et 5.5.1898.

86 Ibid., Hanotaux à Cogordan, 6.6.1898.

87 Ibid., Louis à Nisard, 17.5.1898.

88 PRO, FO 407/146, Confidential Print 7158, Part LUI, Cromer à Salisbury, 4.4.1898.

89 AE, NS Égypte 77, Cogordan à Hanotaux, 1 et 18.6.1898.

90 Contrat in AE, NS Égypte 77, BPPB, Dossier 172/5 et JO (Égypte) du 11.7.1898.

91 AE, NS Égypte 77, Lefevre-Pontalis à Delcassé, 13.7 et les 3, 16 et 24.8.1898.

92 Ibid., Note par Hanotaux sur son entretien avec Cronier, 21.6.1898.

93 AN, 65 AQ J140, Memorandum of association.

94 Ancien président de l’Administration de la dette publique ottomane. Les autres membres du London Board sont sir W. Ward, sir E. Sassoon, Earl Cairns, Carl Meyer et Robert Miller. Le comité d’Égypte est composé de Palmer, président, R. Suarès, S. Rolo, ‘Alī bey Sha’rāwī, Borelli, Dusseigneur et Willcocks.

95 Ibid., Gay-Lussac à Louis, 12.7.1898 ; Gay-Lussac a Lefèvre-Pontalis, 12.7.1898.

96 Ibid., Delcassé à Lefèvre-Pontalis, 27.7 et 18.8.1898.

97 Ibid., Note par Delcassé, 6.9.1898. Le ministre tient Cattaui pour sujet autrichien domicilié au Caire. Ce dernier proteste qu’il est français, chevalier de la Légion d’honneur, et qu’il réside à Paris depuis de longues années. Ibid., Cattaui à Delcassé, 31.7.1898.

98 AE, PA Nisard, Cronier à Nisard, 29.7.1898.

99 AE, NS Égypte 78, Louis à Delcassé, 17.2 et 9.3.1899.

100 Ibid., Delcassé à Riffault, chargé de l’agence, 27.2.1899 ; Riffault à Delcassé, 2.3.1899.

101 Ibid., Peytral à Delcassé, 7.3.1899. Aussi ibid., Delcassé à Peytral, 14.3.1899.

102 Ibid., Note sans date ou signature.

103 Ibid., Note par Cassel, sans date ; Note pour le ministre, 23.3.1899.

104 Ibid., Gay-Lussac à Raindre, directeur politique, 9.6.1899.

105 Ibid., Louis à Raindre, 9.6.1899.

106 AE, NS Égypte 79, Annotation sur la lettre de Cogordan à Delcassé, 16.4.1902.

107 AE, NS Égypte 78, Cogordan à Delcassé, 4.4.1900 et 20.3.1901.

108 Rapports du c.a. aux AG, 1900-1904.

109 CNEP, Dossier 328/699, Meyer à Betzold, 30.5.1903.

110 Cf. chapitre X.

111 AE, NS Égypte 79, Rouvier à Delcassé, 8.8.1902.

112 Ibid., Cogordan à Delcassé, 20.8.1902 ; Delcassé à Rouvier, 29.9.1902.

113 Ibid., Note en date du 19.9.1902.

114 BPPB, Dossier 173/7, Convention du 18.11.1902.

115 The Financial Times, 15.6.1903.

116 Rapport du c.a. à l’AG du 13.6.1904 ; l’Information, 18.12.1905.

117 CNEP, Dossier 328/699, Meyer à Betzold, 30.5.1903.

118 BPPB, Dossier 173/7, Avis des contrôleurs, 31.8.1904.

119 Le Globe, 16.6.1904 ; l’Information, 1.8.1904.

120 Circulaire Roumagnac, 10.9.1904 ; le Journal des intérêts financiers, 17.9.1904 ; Causeries financières, 24.9.1904.

121 SG, Liasse 5495, Notes sur la liquidation, sans date.

122 SG, P.-v. du conseil, 14.4.1905.

123 Cf. chapitre IX.

124 Le Temps, 21.7.1905.

125 AE, NS Égypte 79, Bonin à Rouvier, 18.10.1905.

126 Financial News, 27.2 et 4.4.1908 ; la Gazette du crédit, 25.11.1908 ; l’Information. 25.3.1909.

127 AE, NS Égypte 79, Gay-Lussac à Cogordan, 6.8.1904 ; Rouvier à Delcassé, 6.10.1904.

128 L’administration a 9 000 employés. AE, CP Égypte 89, Bouteron à Barrère, 17.11.1884.

129 BL, Add Mss 48948, D’Abernon Papers, Diary, 4.12.1883.

130 Rapport annuel des Domaines, 1881.

131 PP (1883) LXXXIV, mémoire, 16.11.1882 ; AE, CP Égypte 76, Raindre à Duclerc. 31.12.1882.

132 Rapport annuel des Domaines, 1882, Suarès aux Domaines, 20.12.1882.

133 PRO 30/29/296, Granville Papers et PP (1883) LXXXIV, Granville à Dufferin, 9.1.1883, et Dufferin à Granville, 22.1.1883.

134 Rapport annuel des Domaines, 1882, Commissaires aux Rothschild (Londres et Paris), 26.12.1882.

135 AN, IL 42, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 18.1.1883.

136 PP (1883) LXXXIV ; Rapport annuel des Domaines, 1882, président du Conseil aux commissaires, 17.1.1883.

137 AN, IL 42, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 22.2.1883.

138 Ibid., Rothschild de Paris à Bouteron, 16 et 23.2.1883.

139 Rapport annuel des Domaines, 1882.

140 AE, PA d’Aunay 5, Note sur les ventes, 7.1.1886.

141 Bulletin financier et commercial du CL (Alexandrie), novembre-décembre 1883

142 Documents relatifs à la location et à la liquidation des Domaines, Berger-Levrault, Nancy, 1886, pp. 3-15.

143 Ibid, pp. 20-24.

144 Ibid, pp. 39-44.

145 Ibid, pp. 57-69.

146 AE, CP Égypte 83, Barrère à Ferry, 24.2.1884.

147 Documents, op. cit., p. 85, Nubar aux commissaires, 22.10.1885.

148 Ibid., pp. 86-87, Bouteron à Nubar, 24.10.1885.

149 Ibid., pp. 145-146, Nubar aux commissaires, 5.1 1.1885.

150 AE (Égypte), Archives du majlis al-wuzarā’ (Conseil des ministres), Dā’ira Saniyya. 1/J, Note sans date par Ṭulba Sa’ūdī et Aḥmad al- Ṣabāḥī.

151 Documents, op. cit., p. 77, Nubar à Egerton, gérant de l’agence, 24.10.1885.

152 AN, IL 48, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 23.10, 6 et 10.11 1885 ; Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 29.10 et 4.11.1885.

153 153. Ibid., Rothschild de Paris à Bouteron, 10.11.1885.

154 154. AE, CP Égypte 97, Barrère à Ferry, 14.11.1885.

155 Documents, op. cit., pp. 169-171.

156 Ibid., pp. 171-173.

157 AN, IL 48, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 11.12.1885.

158 Ibid., ? à Rothschild, 5.1.1886 ; AE, CP Égypte 97, Saint-René Taillandier à Freycinet, 27.12.1885.

159 Documents, op. cit., pp. 194-198 ; AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 29.3.1886.

160 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 25.3 et 5.4.1886 ; Freycinet à d’Aunay, 30.3.1886 ; AN, IL 49, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 4.3.1886.

161 AN, IL 49, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Bouteron, 26.2.1886.

162 A. d’Anthouard, « La dette domaniale égyptienne. Histoire d’une administration internationale », Revue politique et parlementaire, LXXXV, 251, octobre 1915, p. 113.

163 AE, NS Égypte 68, Riffault à Delcassé, 23.3.1899.

164 Ibid., Cogordan à Delcassé, 20.5.1899.

165 AE, NS Égypte 69, Note de Bouteron à Cogordan, 31.5.1899.

166 Ibid., Cogordan à Delcassé, 4.6.1899.

167 Ibid., Louis à Delcassé, 10.10.1899.

168 D’Anthouard, art. cité, p. 113.

169 Id. ; AE, NS Égypte 76, Defrance à Poincaré, 6.1.1913.

170 Le Moniteur des intérêts matériels, 28.7.1898 ; le Journal des débats, 30.7 et 23.8.1898.

171 AE, NS Égypte 70, Delcassé à Cogordan, 2.11.1900.

172 Ibid., Louis a Delcassé, 20.3.1902.

173 PP (1903) LXXXVII.

174 AE, NS Égypte 69, Louis à Delcassé, 10.6.1899.

175 Ibid., Louis a Delcassé ( ? ), 27.6.1899.

176 Ibid., Cogordan à Delcassé, 21.6.1899.

177 Ibid., 3.4.1900.

178 CL, DAE 3743, Siège à Alexandrie, 18 et 27.4.1900 ; AE. NS Égypte 69, Louis a Delcassé, 9.5.1900, et Mazerat à Louis, 9.5.1900.

179 AE, NS Égypte 69, Cogordan à Delcassé, 14.5.1900 ; CL, DAF110/1, Cogordan à Mazerat, 19.5.1900.

180 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1902, pp. 87-88, ministre des Finances à la Caisse, 17.3.1902 ; pp. 92-93, Caisse au ministre des Finances, 19.3.1902.

181 AE, NS Égypte 70, Louis à Delcassé, 20.3.1902.

182 Bulletin du ministère des Travaux publics-Statistique et législation comparée (France), t. XIV, novembre 1886, pp. 465-466 ; Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1891, p. 264 ; Ministry of Finance, Statistical Yearbook of Egypt, National Printing Department, Le Caire, 1909, pp. 128-129 ; Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, pp. 168-169.

183 AE, NS Égypte 70, 25.3.1902.

184 Ibid., Cogordan à Delcassé, 15.4.1902.

185 Ibid., Delcassé à Cogordan, 14.5.1902.

186 AE, NS Égypte 62, de La Boulinière à Delcassé, 10.1.1905.

Table des illustrations

Titre Tableau 205Chemins de fer de l’État182
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540