Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Chapitre XIV. Le dualisme anglo-français et le mirage de l’évacuation (1888-1895)

Texte intégral

1Depuis 1882, les agents diplomatiques envoient à Paris des communications alarmantes au sujet de l’extension de l’influence anglaise en Égypte. L’accaparement des postes dans l’Administration, le remplacement, réel ou appréhendé, des fonctionnaires français, et les mesures qu’envisagerait l’occupant contre les colonies, en constituent la trame. La partie française défend pied à pied les situations acquises ou demande des contreparties. Le cadre de ses interventions est fixé par la Loi de liquidation. Tant que le gouvernement anglo-khédivial se tient dans les limites du budget administratif établi par la Loi, la France n’a aucun moyen d’action sur lui. Il en est autrement quand il se propose d’y apporter un changement. Elle a aussi l’occasion de se prononcer, en vertu des Capitulations, lorsque le gouvernement projette l’application d’un règlement ou d’un impôt aux étrangers. Elle peut alors s’en tenir à la protection des intérêts concrets ou s’employer à élargir la discussion pour aborder des questions politiques.

2Les conflits qui surgissent en Égypte découlent de deux conceptions divergentes. Pour l’Angleterre, il s’agit de mettre en place un dispositif propre à renforcer le régime khédivial et l’hégémonie britannique. À cette double fin, la collaboration de la France est demandée, mais ses revendications politiques sont jugées irrecevables. Pour la France, l’Ancien Régime est restauré ; les nouvelles mesures conservatoires doivent attendre l’évacuation. Comme il est malaisé de mettre ce sujet sur le tapis, elle s’engage dans la voie de l’opposition aux projets anglais. Elle paraît s’adonner à l’« obstruction », et à la « politique des coups d’épingle ».

3En fait, c’est le marchandage qu’elle pratique : elle autorise les mesures destinées à mieux asseoir le régime, mais elle soustrait leur produit financier à l’Angleterre. Accumulées dans des comptes spéciaux de la Caisse, ces sommes confèrent à l’institution les caractères d’un pouvoir parallèle. La France fait de son siège à la Caisse la pierre angulaire de son influence, et s’affirme comme partie prenante dans le gouvernement et l’administration.

4Le gouvernement et la Caisse se partagent l’administration du pays. Alternativement, ils collaborent et s’affrontent. Lorsque le gouvernement recourt à des méthodes qui, aux termes de la Loi de liquidation, exigent la sanction de la Caisse, l’élément français exerce, de l’intérieur de cette commission, une influence considérable dans le pays. L’Angleterre n’ayant pas réussi à installer rapidement sa prépondérance, la France agit pratiquement comme à l’époque du condominium. Les difficultés de la restauration du régime se traduisent dans des déficits budgétaires que le Trésor britannique renonce à combler. Tant que l’Angleterre s’interdit cette solution, elle se plie aux conditions financières de la Caisse et reconnaît nolens, volens son autorité dans l’État. Il s’instaure en Égypte un pouvoir dual, le gouvernement, sous l’égide de l’Angleterre, faisant face à la Caisse, inspirée et utilisée par la France.

I. L’ABOLITION PARTIELLE DE LA CORVÉE ET L’EMPRUNT DE 1888

5Même si la politique de conciliation est toujours en vigueur, la diplomatie française se prémunit contre son échec. D’Aunay estimait que le moyen d’obtenir l’évacuation était de faciliter sa tache au gouvernement de Londres.

  • 1 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 4.4.1886.

« Aujourd’hui, j’ai pu me convaincre que nous ne devons pas nous borner à spéculer sur les bonnes dispositions de la Grande-Bretagne ou même sur les événements favorables que pourrait nous préparer l’avenir ; mais qu’au contraire, il faut chercher, sans cesse, des motifs pour mettre : en usage l’influence considérable que nous possédons encore dans ce pays »1.

  • 2 Ibid., Freycinet à d’Aunay, 14.4.1886.

6Dans une lettre-programme, le ministre lui répond que le moment est venu de modifier son attitude d’observation et de réserve. « Il faut imprimer à notre politique une allure plus active »2.

7L’agent est invité à entretenir des relations avec les personnalités marquantes, à prendre la tête de la colonie et à

  • 3 Id..

« constituer l’agence française en un centre d’influence, de manière à ce qu’en toute occasion importante les regards se tournent vers vous...Vous devez grouper autour de vous tous les concours, notamment ceux de vos collègues, qui peuvent faire bloc contre l’action envahissante de l’Angleterre »3.

  • 4 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.

8En demandant à l’agence de devenir le contrepoids de l’Angleterre, le ministre lui assigne une mission nouvelle qui sera la sienne jusqu’à l’entente de 1904. Désormais d’Aunay s’applique « sous le couvert de l’internationalisme, à gêner l’action de l’Angleterre ici et à empêcher sa mainmise dans les administrations égyptiennes »4.

9Les occasions de se heurter ne manquent pas. Depuis 1884, trois projets de décrets sont à l’état de discussion. Il s’agit d’appliquer aux étrangers l’impôt sur la propriété bâtie, celui du timbre et des patentes. Les puissances en acceptent le principe lors de la conférence de Londres de 1885. Mais les modalités de perception, le mode d’évaluation et l’opposition de nombre d’Européens fournissent l’Aliment à divers ajournements.

  • 5 AE, CP Égypte 105, Note de Barois, 20.3.1887.

10L’abolition partielle de la corvée, utilisée pour le curage des canaux et l’entretien des digues, exige de longues négociations. L’économie du projet consiste à augmenter les dépenses du ministère des Travaux publics de 250 000 Lég (6 480 000 F) qui serviraient à remplacer une partie des prestations en travail obligatoire et non payé par du travail salarié ou des contrats à des entreprises. Les levées annuelles pour la corvée sont une perte pour le pays car elles éloignent de leurs terres des familles entières 100 à 200 jours/an5. Du projet les considérations économiques ne sont pas absentes.

  • 6 AE, CP Égypte 104, Flourens à d’Aunay, 7.2.1887. Notes détaillées in AD Égypte : Finances 5.
  • 7 AE, CP Égypte 105, Le Chevalier, commissaire à la Caisse, à d’Aunay, 14.3.1887.
  • 8 AE, CP Égypte 108, Flourens à de Beaucaire, 10.11.1887.

11Le gouvernement propose la mesure le 13 décembre 1885. Se multiplient les échanges entre Le Caire et les puissances en vue d’obtenir l’assentiment de ces dernières. D’accord sur le principe, Paris soulève diverses objections. La plus importante porte sur l’absence de vérification de l’emploi des 250 000 Lég. Le gouvernement français veut être sûr que cette somme servira réellement aux fins annoncées et demande le droit pour la Caisse d’examiner le budget des Travaux publics6. L’objet de la vérification est de rechercher si les ressources extraordinaires ne sont pas virées au budget ordinaire7. Les négociations n’aboutissent qu’à la fin de 18878. La corvée est définitivement supprimée en 1892, moyennant une nouvelle augmentation de 150 000 Lég (3 888 000 F) du budget des dépenses administratives.

  • 9 AE, PA d’Aunay 4, brouillon de lettre, d’Aunay à Freycinet, décembre 1886.

12L’affaire suscite des froissements entre l’agence et le Quai d’Orsay. Soumis à la pression de l’Angleterre, obligés de défendre des positions exposées, les représentants de la France découvrent que le programme d’opposition n’est pas d’une exécution facile. Il s’établit un phénomène qui se confirmera au cours des années suivantes : l’agent au Caire se voit obligé de conseiller la souplesse, voire la modération, à Paris, désormais plus enclin à chercher des terrains sur lesquels résister. Raindre et Barrère n’attendaient que des instructions pour se mettre à l’œuvre. D’Aunay, nommé dans un esprit de conciliation, s’adapte mal à la politique d’avril 1886. « Je ne voudrais pas être prophète de mauvais augure et cependant je ne peux m’empêcher d’être moins confiant dans l’âme »9.

  • 10 AE, CP Égypte 104, d’Aunay à Flourens, 5.2.1887.
  • 11 AE, AD, Égypte : Finances 5, F. Charmes à d’Aunay, 30.3.1887.
  • 12 AE, PA d’Aunay 4, brouillon de lettre à ? , sans date.

13Tandis que les fonctionnaires Anglais s’appliquent à déconsidérer la France en Égypte en la représentant comme l’obstacle à l’abolition de la corvée10, les représentants des autres puissances se rallient à l’Angleterre pour ce qui est de la vérification du budget des Travaux publics. Si, à Paris, on n’est pas impressionné par le discours humanitaire11, d’Aunay est conscient de son isolement. « Dans la situation actuelle, je persiste à croire cependant que le meilleur parti à prendre serait de chercher à vendre le plus cher possible notre adhésion au vote des commissaires »12.

  • 13 Ibid., Flourens à d’Aunay, sans date (mars 1887).
  • 14 Ibid., brouillon de lettre d’Aunay à F. Charmes, sans date (mai ou juin 1887).

14Le 4 avril, Flourens retire son opposition, mais le revirement n’a pas son origine dans la situation en Égypte. Les tensions en Europe et le danger de conflagration générale obligent la France à manifester une attitude plus conciliante vis-à-vis de l’Angleterre. On devra « faire le mort, ou même se montrer plus coulant que d’habitude. Nous reprendrons les choses où nous les aurons laissées dès que l’orage sera dissipé »13. D’Aunay est déjà acquis à l’idée d’une politique plus réservée. Se croyant abandonnée, la colonie française s’impatiente et reporte son mécontentement sur l’agent, lequel subit un phénomène appelé à se reproduire. Objet des critiques, harassé par une mission ingrate, d’Aunay demande un poste plus calme14.

  • 15 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, G. Goschen, chancelier de l’Echiquier, à Baring, 18.1 et 11.2.1887.

15Le gouvernement anglo-khédivial relève de l’Europe, si bien que les problèmes administratifs et financiers émaillent la période et occupent l’attention des représentants de la France. L’assiette de l’impôt étant étroite en Angleterre, le Trésor britannique ne peut soutenir les autorités du Caire15 st les dispenser de se prêter aux marchandages avec les puissances. Participante à la gestion de l’Égypte, la France a intérêt à tenir le gouvernement du Caire dans l’interprétation la plus étroite de ses attributions. Une ouverture de crédit donne lieu à des négociations qui permettent de stipuler conditions et concessions, ou simplement de confirmer les pouvoirs des institutions internationales.

  • 16 AE, CP Égypte 109, d’Aubigny à Flourens, 24.1.1888.
  • 17 PRO FO 633/9, Cromer Papers, Baring à Salisbury, secrétaire au Foreign Office, 11.2.1888.
  • 18 AN, IL 53, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 4 4.1888.
  • 19 PRO, FO 633/9, Cromer Papers, Goschen à Baring, 7.3.1888.

16Il en est ainsi de l’émission à 4,5 % de titres de la Privilégiée en 188816. Toutes les garanties de contrôle ayant été données par la Caisse, le gouvernement français acquiesce sans difficulté à l’opération. Richthofen, le commissaire allemand, négocie l’emprunt parce que le gouvernement entend le proposer à Berlin autant qu’à Paris. La Caisse voulait exclure les Rothschild, trop exigeants. Dans l’impossibilité de s’en affranchir, Baring espère au moins susciter une certaine concurrence17. « Nous nous sommes de suite aperçus que nous étions en présence d’un homme qui avait la tête montée par les pourparlers qu’il avait eus avec les banquiers berlinois et par la hausse des fonds égyptiens »18. En fait, le gouvernement britannique avait déjà décidé de retenir les services de « ceux qui sont aujourd’hui si complètement identifiés aux finances égyptiennes »19.

  • 20 AE, CP Égypte 109, Note du 3.2.1888.
  • 21 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Baring à Goschen, 6.4.1888.
  • 22 Taux de 1 £ = 25,345 F.
  • 23 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1888, p. 22.

17Richthofen obtient de meilleurs termes que prévu. La note du gouvernement du 3 février supputait un taux d’émission de 85 à 90 %20. Les banquiers de Berlin offrent 92,5 % à Richthofen, qui demande aussitôt 94 % aux Rothschild de Paris. Ces derniers concluent à 93 %, prix que Baring décrit comme un triomphe21. La convention signée le 4 avril 1888 comporte la prise à forfait d’un emprunt de 2 330 000 £ (59 053 850 F)22 par les Rothschild de Paris, Londres et Francfort, et S. Bleichröder de Berlin. Les commissions et les frais déduits, ils versent au gouvernement 2 112 727 £ (53 547 066 F) pour une émission qu’ils réalisent le 3 mai à 93 %, soit 2 166 900 £ (54 920 081 F)23.

  • 24 AN, IL 54, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 9.8.1888.

18Aucun syndicat n’est formé et la répartition des souscriptions entre les places européennes est inconnue. Les Rothschild de Paris et de Londres trouvent « très satisfaisant » le bénéfice net de 27 121 £ (687 382 F) qu’ils divisent entre eux à parts égales24.

II. LA CONVERSION DES DETTES : ARME POUR LA FRANCE

19La conversion des divers emprunts égyptiens constitue un événement dont l’intérêt est plus politique que financier. Pour la première fois depuis son inauguration, la résistance aux activités de l’occupant implique l’intervention de nouveaux capitaux européens. Le crédit de l’Égypte s’améliore et l’Ancien Régime paraît enfoncer des racines sous l’égide de l’Angleterre. Les banquiers d’Europe n’éprouvent pas de réticence à s’engager dans des opérations sur les fonds publics égyptiens. Approuvé par le gouvernement français, l’emprunt de 1888 s’effectue sans encombre.

20Il n’en va pas de même de la conversion de la Privilégiée. La tentative de la diplomatie française de la subordonner à la fixation d’une date d’évacuation se heurte au désaveu des financiers, sans compter l’opposition de l’Angleterre. En cherchant à manier l’arme financière à des fins politiques, Paris entrave non seulement le renforcement du régime mais aussi le processus d’internationalisation du capital que celui-ci est censé garantir. Pour lutter contre l’hégémonie britannique, le gouvernement français lèse le régime vice-royal et gêne l’action des financiers européens : résultat paradoxal eu égard à la politique qu’il observe en Égypte. Position contradictoire, elle ne peut que le contraindre à se déjuger avant de céder.

A. La conversion de la Privilégiée (1889-1890)

21Comme nombre d’États, l’Égypte profite de l’amélioration de son crédit et de l’abondance de l’argent pour réduire le taux d’intérêt de sa dette. Début mars 1889, il est question de créer une dette privilégiée 4 % en remplacement de la 5 % en circulation. Les nouveaux titres produiraient une économie sur le service annuel de la dette.

  • 25 AE, CP Égypte 113, d’Aubigny à Spuller, 7.3.1889.

22L’agent évoque sans délai les concessions à demander en retour d’un assentiment à l’opération. La France « ne devrait pas, au point de vue politique, donner son autorisation à titre purement gratuit »25. Une conversion indique que l’ordre financier et administratif est rétabli. Ainsi tombe une raison qu’avance l’Angleterre pour la prolongation de l’occupation, et se trouve réalisée l’une des conditions auxquelles elle subordonne le retrait de ses troupes.

  • 26 BPPB, P.-v. du conseil, 14 et 21.5.1889.
  • 27 BL, Add Mss 48922 B, D’Abernon Papers, Vincent à Goscheh, 27.4 et 13.5.1889.

23Le gouvernement anglais approuve la conversion le 2 mai. Deux semaines plus tard, Vincent et Richthofen concluent un contrat au nom du gouvernement khédivial avec les banquiers Rothschild, Bleichröder et Haussmann. Ces derniers prennent ferme la nouvelle Privilégiée de 4 % à 95, le prix d’émission restant à fixer. Paribas participe pour 1 000 000 £ (25 000 000 F) ; ses associés – Warschauer de Berlin, Stern de Londres et Suarès du Caire – y entrent pour 2 500 000 £ (62 500 000 F)26. Les groupes Rothschild et Paribas étaient concurrents27, mais l’importance de l’opération conduit à un arrangement entre eux. Outre la conversion de la Privilégiée 5 %, le contrat comprend le remboursement de l’emprunt de 1888 et un emprunt de 1 200 000 Lég (1 230 769 £).

Tableau 201
Conversion de la Privilégiée

Tableau 201Conversion de la Privilégiée

24Spuller entame alors la négociation avec Salisbury en vue de faire admettre un rapport entre la conversion et l’évacuation.

  • 28 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Spuller à Waddington, 1.6.1889.

« Les questions financières n’ont jamais été considérées en dehors des questions politiques. Cette distinction aurait aujourd’hui moins de raison d’être que jamais, car le projet de conversion est une marque éclatante d ; s progrès faits par l’Égypte dans l’ordre politique, aussi bien que dans l’ordre économique »28.

  • 29 Ibid., Waddington à Spuller, 5 et 24.6.1889.
  • 30 Ibid., 12.6.1889.

25Londres répond invariablement que l’Égypte est menacée par le Sanūsī et le Mahdī, et que le retrait des troupes britanniques serait suivi de la dégradation des conditions du pays29. Paris reconnaît aux forces de l’Angleterre la faculté de rentrer en Égypte après l’évacuation, en cas de troubles graves, à condition que le retour soit limité à un délai déterminé et qu’une date d’évacuation totale soit fixée30.

  • 31 AE, CP Égypte 114, Spuller à d’Aubigny, 16.6.1889.
  • 32 Windsor Royal Archives, CAB 41/21/28, 18.6.1889.
  • 33 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Spuller à Waddington, 22.6.1889.

26Salisbury propose de retirer les troupes anglaises du Caire seulement31. Le 18, Londres repousse les conditions de Spuller et récuse toute liaison entre la conversion et l’évacuation. Des renseignements lui font croire que le cabinet français ne négocie que pour parer à toute critique au terme de, la session32. Si l’Angleterre, répond Spuller, réclame le droit de rentrer en Égypte pour un avenir sans terme, cela « signifierait non pas que la tache n’est pas achevée, mais qu’elle ne le sera jamais »33. Les négociations sont interrompues et le délai imposé par les banquiers expire.

  • 34 AE, CP Égypte 114, Spuller à Denaut, gérant de l’agence, 15.7.1889 ; ibid, Denaut à Spuller, 17.7. (...)
  • 35 AE, AD, Égypte : Finances 6, de Soubeyran à Spuller, 24.7.1889.

27C’est aux intermédiaires que l’échec n’a pas l’heur de plaire. Des démarches simultanées sont entreprises à Paris et au Caire pour engager la France à donner son adhésion34. De Soubeyran a des audiences avec le Spuller et lui écrit sur la gravité de la situation en Égypte35. Mais le ministre est confiant que

  • 36 Ibid, Spuller à Waddington, 18.7.1889.

« l’action des financiers qui s’exerçait, il y a plusieurs semaines, dans un sens contraire à notre politique, peut aujourd’hui la seconder, si nous arrivons à leur faire comprendre qu’ils retrouveraient le concours de la France, dans le cas où les circonstances qui nous ont empêchés de donner notre adhésion au projet de conversion viendraient à se modifier »36.

  • 37 Ibid., Suarès à de Soubeyran, 15.8.1889.

28Aux instances de Vincent, Suarès prie de Soubeyran d’intervenir une dernière fois37.

  • 38 AE, CP Égypte 115, d’Aubigny à Spuller, 1.11 et 2.12.1889.
  • 39 Le Bosphore égyptien, 6.12.1889.
  • 40 AE, CP Égypte 115, d’Aubigny à Ribot, 29.11.1889.

29Au Caire, le gouvernement anglo-khédivial exploite contre la France son refus d’adhérer à la conversion. Dès son retour, l’agent constate que la méthode porte fruit et que le monde officiel tient rigueur à la France de sa décision. L’autorité et les intérêts français sont enjeu : l’opposition à la conversion leur aliène des sympathies. Il est question de représailles, telle l’élimination des fonctionnaires français38. La colonie, appelée à faire les frais de la résistance, exprime ses plaintes39. Sa position devenant intenable, l’agent est convaincu de la nécessité de composer et d’arriver à la détente. « Vous savez que je ne suis pas le plus fort ici. Je ne me refuserais certes pas à la lutte, si j’avais des armes, mais vous savez que je n’ai que des coups à recevoir sans pouvoir les rendre »40.

  • 41 Ibid., d’Aubigny a Spuller, 25 et 29.11.1889.
  • 42 Ibid., Spuller a d’Aubigny, 30.11 et 15.12.1889.

30En mars 1889, d’Aubigny avait conseillé la liaison de la conversion à l’évacuation. En novembre, il se voit contraint de proposer que son gouvernement n’insiste plus sur la condition politique et reporte ses espoirs sur des compensations économiques et administratives. Il faut concéder la conversion afin d’éviter un préjudice grave pour les intérêts français. Les économies résultant de la conversion resteraient entre les mains de la Caisse. Une moitié serait gagée à des emprunts pour de grands travaux d’irrigation élaborés et exécutés sous le contrôle d’une commission technique qui comprendait des Français. L’autre constituerait un fonds destiné à hâter l’évacuation en augmentant à 16 000 hommes l’armée égyptienne41. L’agent souhaite rétablir la position de la France. En s’assurant le bénéfice de l’initiative des grands travaux, elle aurait le beau rôle. Non sans mal, il rallie Spuller à ses vues42.

31C’est déjà trop tard : l’Angleterre revient au problème de la corvée. Le 4 décembre, le gouvernement anglo-khédivial crée un impôt de 150 000 Lég destiné à l’abolition totale de la corvée. Le 11, il propose d’y renoncer s’il pouvait employer à cette fin l’économie que procurerait la conversion. L’Angleterre accentue la pression sur la France. En renouvelant son refus, cette dernière se rendrait impopulaire auprès des propriétaires assujettis à l’impôt.

  • 43 Ibid., 14 et 15.12.1889.
  • 44 Ibid. 16.12.1889.

32Isolé, appréhendant un échec politique, l’agent supplie le ministre de donner son adhésion à la conversion. Le consentement doit être « prompt, presque spontané, sinon les Anglais exploiteront mes hésitations »43. En cas de refus, il se heurterait au mauvais vouloir systématique de l’occupant ; les écoles, concessionnaires de travaux publics et fonctionnaires français auraient gravement à en souffrir. « La situation des Anglais a singulièrement grandi depuis six mois. Aujourd’hui il s’agit moins pour nous d’obtenir de grands avantages que d’éviter de cruelles déchéances »44.

33Dans le projet de mai, l’économie de la conversion n’avait pas d’affectation spéciale. L’on pouvait craindre qu’elle serve à des dépenses intéressant l’occupant. Dans la proposition de décembre, elle n’est plus laissée à la disposition du gouvernement ; son emploi est entouré de toutes les garanties. La France produirait la plus facheuse impression en faisant obstacle à l’abolition de la corvée.

  • 45 AE, CP Égypte 116, d’Aubigny à Spuller, 1.1.1890.
  • 46 PRO, FO 407/94, Confidential Print 5882, Baring à Salisbury, 27.12.1889.
  • 47 PRO, FO 407/95, Baring à Salisbury, 17.1.1890.

34Muni des instructions de Spuller, d’Aubigny commence des pourparlers avec le gouvernement anglo-khédivial le 27 décembre. Il propose, premièrement, que les ressources destinées à des travaux d’irrigation – les deux tiers de l’emprunt de 1 200 000 £ – soient placées sous le contrôle d’un conseil technique. Deuxièmement, le tiers restant et toute somme non absorbée par l’abolition de la corvée irait au renforcement de l’armée45. Baring conseille à son gouvernement de rejeter la création de la commission, mais d’accepter de constituer un fonds spécial réservé à des dépenses militaires en cas de nécessité46. Les négociations s’embourbent dès le début et Baring craint une rupture : l’Angleterre serait peut-être appelée à intervenir pécuniairement47.

  • 48 Ibid., Confidential Print 5986, Baring à Salisbury, 11.1.1890.
  • 49 AE, CP Égypte 116, d’Aubigny à Spuller, 28.2.1890.
  • 50 AE, CP Égypte 117, d’Aubigny à Spuller, 8.3.1890.
  • 51 Ibid., 10.3.1890.

35Les autorités du Caire essaient de hâter la décision de la France. Elles envisagent de procéder à une nouvelle émission de la dette 4,5 % de 188848. La Caisse est saisie le 12 février d’un projet d’emprunt de 1 750 000 £ (43 750 000 F), pour lequel son consentement est sollicité. L’initiative est embarrassante pour la France. Rattaché à la conversion, l’emprunt de 1 200 000 £ prévu dans le projet de mai 1889, ne pouvait s’effectuer qu’avec l’autorisation des puissances, parce qu’il était gagé sur les économies à provenir de la conversion. L’emprunt autonome de février 1890 aurait son service assuré sur le budget des dépenses administratives. On ne sortirait pas des stipulations de la Loi de liquidation, aux termes desquelles la Caisse est habilitée à donner son autorisation49. Si le gouvernement contracte l’emprunt, « il y aura pour nous un grave échec »50. Le commissaire français réussit à faire ajourner l’autorisation par la Caisse, dans l’attente d’un accord sur la conversion51.

36Le commissaire expose que la résistance française a pris le caractère d’une obstruction susceptible d’entraîner des représailles. On n’a pas assez compris à Paris que l’abolition de la corvée n’est pas de la poudre aux yeux, et que l’impôt nouveau fait subir un préjudice à tous les propriétaires fonciers.

  • 52 AE, PA Ribot 2, Le Chevalier à Ribot, 18.3.1890.

« Il ne faut pas se faire d’illusion ; si nous continuons à refuser la conversion, l’hostilité contre nous deviendra plus forte que jamais et, à force de chercher, on trouvera moyen de nous atteindre là où nous avons maintenu nos anciennes positions. Il faut en finir avec cette question en profitant pour, d’une façon ou de l’autre, conserver et assurer le terrain que nous possédons encore »52.

  • 53 PRO, FO 407/95, Confidential Print 5986, Baring à Salisbury, 19 et 22.3.1890.

37Si les propositions françaises de décembre 1889 n’évoquaient plus l’évacuation, désormais la négociation ne comprend ni concessions ni desiderata précis sur l’emploi des économies résultant de la conversion. L’agent anglais se réjouit du fait que le nouveau ministère traite la conversion sur une base purement financière53.

  • 54 AE, CP Égypte 117, Ribot à d’Aubigny, 3 et 5.5.1890.
  • 55 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Waddington à Ribot, 9.5.1890.

38Le gouvernement français détache les questions de la conversion et de l’emploi des ressources qu’elle produirait. Les économies seraient consignées à la Caisse et leur affectation réservée à une entente ultérieure54. La rétention de ces sommes soustrait toute facilité au budget administratif. Si l’Angleterre n’accepte pas, elle aura à expliquer les motifs qui la font retarder la conversion. Pour la France, l’abolition de la corvée est indépendante de la conversion, comme l’est pour l’Angleterre l’augmentation de l’armée. Enfin l’Égypte doit s’engager à ne pas rembourser la nouvelle dette avant le 15 juillet 1905. Le gouvernement français paraît soudain plus pressé que celui de Londres de procéder à l’opération55. Salisbury ne peut qu’acquiescer aux propositions qui lui sont faites.

  • 56 BPPB, P.-v. du conseil, 13.5.1890 ; Dossier 173/7, Note, 13.5.1890 ; Dossier 172/4, Note sans date
  • 57 AN, IL 57, Fonds Rothschild, Rothschild à la Banque impériale ottomane, 6.6.1890.
  • 58 Ibid., Lettres de Rothschild aux intéressés, 2, 3, et 12.6, et 21.7.1890.

39En mai 1889, le gouvernement anglo-khédivial présentait un projet de décret confectionné à la suite d’une négociation déjà terminée avec les banques. En avril et mai 1890, il s’entend avec la France avant de s’adresser aux banques ou aux autres puissances. Les Rothschild n’ont pas de concurrents. Paribas, Warschauer, Stern et Suarès « aliènent leur liberté d’action » dans les offres à faire, moyennant une participation de 3 500 000 £ (87 500 000 F)56. La Banque ottomane répartit la participation de 2 400 000 £ (60 000 000 F) qui lui est accordée entre le CL, la SG, le CNEP, le Crédit industriel et commercial, la Société de dépôts et de comptes courants, et le Crédit mobilier57. Si les demandes de la Société lyonnaise et de Hoskier sont refusées, la Banque d’escompte de Paris que dirige de Soubeyran est comprise pour 150 000 £ (3 750 000 F), et Hottinguer pour 250 000 £ (6 250 000 F)58.

  • 59 BPPB, Dossier 172/4, Contrat du 4.6.1890.
  • 60 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Baring à Goschen, 29.12.1889.

40Les pourparlers avec les Rothschild de Londres prennent fin le 2 juin. Le contrat signé le 4 juin prévoit la prise ferme à 88,75 % d’une Dette privilégiée 3,5 % s’élevant au total des titres en circulation – 22 296 800 £ (557 420 000 F) pour les Privilégiés 5 % à échanger et 2 254 860 £ (56 371 500 F) pour les 4,5 % de 1888 à rembourser au pair – et d’un emprunt nouveau de 1 300 000 Lég (33 333 325 F). Le cours d’émission serait de 91 %59. L’emprunt à 3,5 % au lieu de 4 % entraîne une augmentation de la dette mais permet une diminution de l’annuité de 50 000 £ (750 000 F)60.

  • 61 BPPB, Dossier 172/4, Prospectus.

41La souscription est ouverte à Paris, Londres, Berlin et Francfort le 13 juin 1890. Les porteurs de Privilégiées ne font qu’échanger une 5 % pour une 3,5 % d’un capital égal. Ils reçoivent une soulte en espèces de 9 % du capital nominal, ce qui ramène le prix du nouveau titre à 91 %, soit 458,50 F à Paris ou la parité dans les trois autres villes61.

  • 62 AN, IL 59, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 31.1.1891.
  • 63 Cf. chapitre XII, section I.
  • 64 AN, IL 58, Fonds Rothschild, Rothschild à la Banque ottomane, 21.7.1890.

42La souscription en espèces est de 29 400 000 £ -22 296 800 £ = 7 103 200 £ (177 580 000 F), sur lesquelles 2 318 000 £ (57 950 000 F) (32,63 %) sont réservées à la place de Paris62. L’argent frais effectivement recueilli sur le marché s’élève à 7 103 200 £ – 2 254 860 £ (emprunt 4,5 % à rembourser) = 4 848 340 £. La France contribue plus de 32,63 % de l’opération. Celle-ci est d’ailleurs l’occasion pour les porteurs français d’augmenter leur part dans la Privilégiée63. L’Égypte obtient 88,75 % des 4 848 340 £, soit 4 302 902 £ (107 572 550 F). La différence entre le prix de prise ferme et le prix d’émission représente la commission des contractants. Frais déduits, le bénéfice net de l’opération est de 1,5 %64 du nominal, soit 441 000 £ (11 025 000 F).

Tableau 202
Résumé de l’opération (1890)
(En francs)

Tableau 202Résumé de l’opération (1890)(En francs)
  • 65 AE, CP Égypte 118, Denaut à Ribot, 22 et 24.7.1890.
  • 66 AE, CP Égypte 119, d’Aubigny à Ribot, 29.11 et 20.12.1890 ; PRO, FO 407/98, Confidential Print 604 (...)

43Les discussions touchant l’emploi des économies de la conversion commencent aussitôt. Le ministre Ribot n’a pas complètement renoncé à demander l’évacuation. Il en fait une condition de son consentement à l’usage du produit pour la suppression de la corvée, et rencontre le refus de la partie anglaise de voir de lien entre la conversion et l’évacuation. Le gouvernement français finit par accepter l’affectation de 150 000 Lég (3 888 000 F) à l’abolition de la corvée, mais pour une année seulement65. Il fera un examen d’année en année. 110 000 Lég (2 851 200 F) serviront à l’augmentation des budgets de l’armée et de la police66.

B. La conversion de l’emprunt Dā’ra (1890)

44Affranchir l’État de l’obligation de combler les déficits de la Dā’ira et des Domaines apparaît comme conforme au bon sens et l’idée de convertir les deux dettes fait son chemin. En les remboursant, l’État aurait la pleine possession de terres qu’il vendrait ensuite aux agriculteurs.

  • 67 Le Rentier, 17.5.1890.

45Le gouvernement décide de s’occuper de la dette Dā’ira 4 %. L’opération consiste à réduire le capital nominal à 85 %, en offrant de le convertir vers un nouveau titre ou de le rembourser. Malgré son souhait de s’en tenir à 80 %, il doit offrir 82 à 83 %67, avant de céder aux instances de la France pour un relèvement à 85 %.

  • 68 BPPB, Dossier 172/4, Contrat du 3.7.1890.

46Le montant de la dette s’élevait originairement à 9 512 900 £ (237 822 500 F). Il est réduit à 8 587 480 £ (214 687 000 F) par les amortissements successifs effectués avec le produit des ventes des terres gagées. A 85 %, le montant à créer atteint 7 299 360 £ (182 484 000 F). Les charges annuelles du service de la dette sont allégées de 51 000 £ (1 275 000 F). Le contrat assure aux intermédiaires une commission de 2 %, soit 145 987 £ (3 649 675 F)68.

  • 69 BPPB, Dossier 173/7.
  • 70 Ibid., Liste du 3.9.1890 ; BPPB, P.-v. du conseil, 12.8 et 16.9.1890.

47La conversion n’atteint que 28 % de l’opération. Une souscription en espèces au pair de 20 £ (500 F) est ouverte le 18 juillet à Paris, Londres, Berlin, Francfort et en Égypte pour les titres nouveaux non absorbés par la conversion. Elle ne produit que 8 495 000 F69. Le solde – 122 893 500 F – reste entre les mains du syndicat. Il effectue l’échange d’obligations pour son propre compte et répartit les titres convertis entre ses membres70.

  • 71 BPPB, Dossier 173/4, Liste des participants ; BPPB, Dossier 173/6, Acte syndical du 4.7.1890.

Tableau 203
Syndicat Dā’ira (1890)71
(En francs)

Tableau 203Syndicat Dā’ira (1890)71(En francs)
  • 72 BPPB, Dossier 173/7, Compte général arrêté au 20.1.1891.

48L’opération de 1890 est l’occasion d’un déplacement des tkres Dā’ira. La part française passe de près de 20 % à 50 %. Les remboursements sont 19 fois plus importants à Londres qu’à Paris. Par contre, il est soucrit 16 fois plus à Paris qu’à Londres. Enfin, des titres pour 952 420 £ (23 810 500 F) sont annulés à Londres et livrés à Paris par le syndicat72.

  • 73 Id.

Tableau 204
Répartition géographique73
(En francs)

Tableau 204Répartition géographique73(En francs)

C. La conversion de l’emprunt sur les Domaines (1893)

  • 74 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Joubert, 2.3.1890.

49La conversion de la Dette domaniale de 5 % à 4 %, autorisée par le décret du 6 juin 1890, ne rencontre pas d’obstacle sérieux. Tandis que le gouvernement négocie depuis janvier 1890 avec Rothschild, les banques qui enlèvent l’affaire Dā’ira envisagent de faire une offre concurrente. Suarès suggère à Warschauer et Paribas de traiter sur la base d’une prise ferme à 98,574. A Paris, on préfère attendre le dénouement des pourparlers avec Rothschild.

  • 75 Ibid., Thors à Warschauer, 11.3.1890 ; Paribas à Thors, 7.3.1890.

« Nous sommes absolument décidés à ne pas faire de propositions précises pour une affaire que nous ne jugeons pas libre, pour laquelle des négociations sont déjà engagées et pour que notre proposition ne serve qu’à faire augmenter les propositions de Rothschild »75.

  • 76 Ibid., Warschauer à Paribas, 29.3 et 11.4.1890.

50Les négociations avec les Rothschild aboutissent le 29 mars à une prise ferme à 98,25 d’une opération de 5 000 000 £ (75 000 000 F). Il est réservé 600 000 £ (15 000 000 F) au syndicat concurrent76.

  • 77 BPPB, P.-v. du conseil, 7.10.1890.

51En raison de l’état du marché, les contractants ajournent l’émission. La cherté de l’argent et la tension du marché monétaire à Londres provoquent la hausse de l’escompte. En octobre, les négociations achoppent sur le problème du prix d’achat : le gouvernement demande 95, Rothschild ne propose plus que 93 ; la souscription publique se ferait à 97 ou à 9577.

  • 78 AE, CP Égypte 129, Note par Le Chevalier, 6.1.1893.
  • 79 AE. AD, Égypte : Finances 7, Note pour le ministre, 4.1.1893.

52Pendant plus de deux ans, l’affaire sommeille. Le gouvernement décide de ne pas aller vers une dette 4 %. À ce taux, elle entraînerait une augmentation du capital, car la valeur réelle des terres domaniales données en gage est déjà inférieure au montant de la dette. Afin de maintenir le même capital, il préfère élever l’intérêt à 4,25 %78. La Direction politique, « suivant l’usage »79, demande son avis à de Blignières. Ce dernier n’accepte qu’avec réticence le raisonnement du commissaire français à la Caisse, selon lequel il ne faut pas s’opposer aux conversions.

  • 80 Ibid., de Blignières à Nisard, directeur des Affaires politiques, 16.1.1893.

53Le Chevalier estime, en effet, que les économies réalisées par les conversions ne pouvant, aux termes du décret de 1890, être employées sans l’acquiescement de la France, elles constituent un excellent moyen d’action. Pour sa part, de Blignières considère d’une valeur douteuse un droit de veto qui soulève moult critiques : le gouvernement anglais se charge de donner à entendre aux Égyptiens que, n’eût été l’égoïsme des Français, les sommes inutilisées serviraient à réduire les impôts ou à améliorer l’irrigation80.

  • 81 AE, CP Égypte 129, de Reverseaux à Develle, 10.3.1893.

54La France ayant donné son assentiment, Palmer reprend à Londres les négociations avec Rothschild. Il est accompagné d’A. Boinet, leur correspondant en Égypte, qui a pour mission de le surveiller. Palmer se montre, en effet, favorable à l’offre concurrente d’un syndicat de banques allemandes81. Jugeant léonine la commission de 2 % que demandent Rothschild, le gouvernement rompt les négociations.

  • 82 AE, PA Hanotaux 17, Boinet à Barrère, 22.3.1893.

55Il est sur le point d’accepter l’offre du syndicat Paribas-Warschauer-Suarès de 98,5 lorsque Boinet amène Rothschild à augmenter d’un quart leur proposition. L’entente est conclue, non sans que les contractants aient usé de la menace de saisie-arrêt et de procès pour retarder la conversion. « Les Rothschild étaient prêts à faire une guerre acharnée »82. D’autre part, le groupe rival redoute d’entrer en lutte : Paribas, inquiétée par le scandale de Panama, se retire ; une participation de 800 000 £ (20 000 000 F) est réservée à Warschauer.

  • 83 Il a épousé une Rothschild.
  • 84 AE, CP Égypte 130, de Reverseaux à Develle, 27.5.1893 ; AP Le Caire 218, Jules Herbette, ambassade (...)
  • 85 AE, AD, Égypte : Finances 7, Boinet à ?, 22.3.1893.

56Rosebery83, le secrétaire au Foreign Office, invite Palmer à signer avec Rothschild. Quant à l’agent diplomatique, il se félicite d’un résultat qui évite que l’Administration ne tombe entre des mains allemandes84. Le 10 avril 1893, la conversion au pair est réalisée à Paris, à Londres et en Égypte, sans laisser de traces de la répartition géographique. Le montant des titres anciens en circulation s’élève à 4 825 000 £ (120 625 000 F)85. Par un décret du 29 mai 1893, il est stipulé que l’emprunt ne peut être éteint avant le 1er juin 1908.

D. La France coupe court au projet de conversion de l’Unifiée (1894)

  • 86 A. Souchon, « A propos de la conversion de l’Unifiée égyptienne », Revue politique et parlementair (...)
  • 87 Deux tiers, selon l’agent. AE, CP Égypte 134, de Reverseaux à Casimir-Périer, : 6 et 24.4.1894.
  • 88 BPPB, Dossier 172/4, R. Suarès à Thors, 12.3.1894.
  • 89 CL, Dossier 28850, Historique de la dette.

57Le gouvernement anglo-khédivial souhaite procéder à la conversion de l’Unifiée 4 % en une dette nouvelle 3 %86. Ce serait l’opération financière la plus importante depuis l’occupation. Le capital nominal de l’Unifiée toujours en circulation atteint 56 000 000 £ (1 456 000 000 F) au 31 décembre 1893, soit plus de la moitié de la dette totale. Les trois cinquièmes des titres sont détenus par des Français87. « Vous devez vous préparer, sans perdre de temps, à la grande bataille »88. Rothschild propose une prise ferme à 85, avec émission à 87 ; Suarès suggère 88, avec émission à 90. On porterait le capital à 63 620 613 £ (1 590 515 325 F), mais la baisse de 1 % de l’intérêt réduirait la charge annuelle de 2 239 445 £ (55 986 125 F) à 1 908 618 £ (47 715 450 F)89.

  • 90 BPPB, Dossier 172/4, Thors à Oppenheim, 20.3 1894.
  • 91 Le Journal des débats, 23.3.1894 ; l’Économiste français, 24.3.1894.

58A un tel projet, l’opinion est « sans exception hostile »90. Les obligataires, sacrifiés en période difficile, le seraient aussi dans des temps meilleurs. Le taux originel de l’Unifiée était de 7 %. Réduit à 6 % par le décret de novembre 1876, il l’est à 4 % par la Loi de liquidation. Décidées d’office, ces baisses n’ont pas donné aux porteurs l’occasion de s’exprimer par voie d’un échange de titres. On les considère en France comme des créanciers concordataires à qui l’intérêt impayé depuis 1876 doit être versé avant toute nouvelle conversion91.

  • 92 BPPB, Dossier 172/4, Thors à Suarès, sans date. Même sentiment in CL, DAF 110/1, Mazerat à Palmer, (...)

« La situation est difficile pour les établissements français puisqu’il faut qu’ils marchent d’accord sur une question de cette nature avec la politique du gouvernement et que si l’on laisse se créer dans ce pays un sentiment d’hostilité à l’égard de l’opération, il sera difficile de la réussir »92.

59Suite aux protestations de la France, le projet est retiré. Le gouvernement français protège-t-il les porteurs ? Certes. Son refus se rapporte aussi au problème de l’emploi des économies résultant des conversions. Il est risqué de les voir s’accumuler sans emploi et hors de la portée du gouvernement khédivial. Plus le fonds deviendra important, plus son immobilisation soulèvera des mécontentements. Si les économies de la conversion de l’Unifiée le grossissaient, la France trouverait difficile la résistance aux pressions qui s’exerceraient sur elle.

  • 93 AE, CP Égypte 125, Ribot à de Reverseaux, 3.2.1892.
  • 94 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 9.12.1892.
  • 95 AE, CP Égypte 131, Boutiron à Develle, 23.9.1893 ; Develle à Boutiron, 13.10.1893.

60Bien que la France veuille que ces ressources soient consacrées en premier lieu à l’augmentation de l’armée93, elle ne prend pas d’initiatives en vue de remettre le sujet à l’ordre du jour. L’armée peut, en effet, servir à la reconquête du Soudan au profit de l’Angleterre, au lieu de fortifier le régime en Égypte. La France ne se prêterait à la majoration des dépenses militaires qu’après que la date d’évacuation aurait été fixée94. Telle est sa réponse à la circulaire du 12 décembre dont elle est saisie par le gouvernement anglo-khédivial. Elle doit faire face à des demandes d’emploi des réserves à d’autres fins, par exemple un dégrèvement d’impôts. Au chargé de l’agence qui redoute de voir tomber sur la France l’odieux d’un refus, le ministre transmet une mise en garde contre tout encouragement au gouvernement du Caire95.

  • 96 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Develle, 2.12.1893.
  • 97 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 28.12.1893.
  • 98 AE, CP Égypte 133, Casimir-Périer à de Reverseaux, 18.1.1894.

61Survient ensuite le projet d’employer le fonds pour la construction de réservoirs et de barrages en Haute-Égypte. L’agent conseille de consentir à la proposition, moyennant l’instauration de moyens de contrôle96. La réponse du nouveau ministre est nette : les dépenses doivent avoir directement pour objet de préparer l’évacuation97. Les améliorations matérielles peuvent être réalisées par d’autres moyens98.

  • 99 Ibid., de Reverseaux à Nisard, 7.1.1894.

62Convaincu du tort que le refus causerait à l’influence française, l’agent plaide pour un réexamen de la question. Si, au moins, il avait l’autorisation de justifier le refus par une promesse de négocier à bref délai l’évacuation ou à la préparer par l’augmentation de l’armée, il pense pouvoir atténuer le mauvais effet. Sinon il décline toute responsabilité relativement aux suites qu’il prévoit désastreuses pour la France99.

  • 100 Ibid., Nisard à de Reverseaux, 9.2.1894.
  • 101 AE, CP Égypte 137, Cogordan à Hanotaux, 3.11.1894.

63Le directeur politique insiste qu’on ne saurait se départir des réserves et se démunir des moyens de favoriser l’évacuation100. Le budget de l’État n’étant plus déficitaire, le gouvernement trouve les 50 000 000 F en dehors des économies des conversions101.

64De plus en plus l’évacuation prend l’aspect d’une nébuleuse aspiration. En 1890, après une vaine tentative d’aborder le sujet, le gouvernement français reporte la discussion à plus tard. Cependant un fonds de réserves trop bien pourvu peut servir à d’autres projets. D’où la fin de non-recevoir qu’il oppose à la conversion de l’Unifiée. Depuis 1884, l’arme financière lui permet de participer à la direction de l’Égypte et d’espérer obtenir l’évacuation. L’épisode des conversions indique que l’instrument ne saurait servir indéfiniment.

65L’attitude de l’Angleterre ne fait guère mystère. Elle ne répond pas davantage aux pressions qu’aux incitations amicales. Par ailleurs, la finance internationale désapprouve la remise en question de la mainmise britannique.

  • 102 DDF, 1/9, P. Cambon à Ribot, 8.2.1892.

« L’Europe est complice de cette prise de possession et il semble que le monde politique et le monde financier s’entendent pour éloigner une discussion qui donnerait trop d’évidence à la nature précaire de l’occupation anglaise et ferait baisser les fonds égyptiens »102.

66Sur ces entrefaites apparaissent des phénomènes nouveaux. Premièrement, l’opposition intérieure à l’occupation place la France dans une situation ambiguë. Ses souhaits sont comblés : le régime ne collabore plus volontiers avec l’occupant. En revanche, cette résistance tend à sortir des voies officielles. La France tient à imprimer aux rapports avec l’Angleterre, fussent-ils conflictuels, un caractère exclusivement diplomatique. L’ombre du soulèvement de 1882, signalé emphatiquement par l’Angleterre pour justifier l’occupation, ne laisse pas la France indifférente.

67Enfin, la remuante colonie française en Égypte, depuis longtemps source de soucis pour le Quai d’Orsay, continue à réclamer une protection accrue. Hostile au contrôleur avant 1882, elle l’est à l’agent diplomatique depuis 1885. En 1894, une jonction s’établit entre elle et les partisans français de l’expansion coloniale. Marquant le pas, la politique française est prise à partie par ceux-là mêmes dont elle est en droit d’attendre le concours.

III. L’ACTION DIPLOMATIQUE : UN DERNIER SURSAUT

  • 103 DDF, 1/7, Spuller à de Montebello, ambassadeur à Constantinople, 12.3.1890.
  • 104 AE, PA Ribot 3, Waddington à Spuller, 3.3.1890.

68Les gouvernements anglais et ottoman ayant repris les négociations rompues en 1887, la France ne décourage pas la Porte : « l’évacuation a toujours été et demeure l’objectif principal de notre politique en Égypte »103. Waddington y voit au moins un moyen d’interrompre la prescription. Les conditions de réoccupation lui paraissent secondaires : après l’évacuation, il sera malaisé à l’Angleterre de rentrer de nouveau en Égypte104.

  • 105 AE, PA Ribot 2, de Montebello à Ribot, 19.5.1890.
  • 106 Ibid., 22.4.1890.

69Pour sa part, l’ambassadeur à Constantinople ne croit pas que la fixation d’une date implique nécessairement le retrait des troupes105. Il souhaite une entente directe avec Londres. Inquiet de l’implantation des Anglais en Égypte et d’une entente anglo-ottomane, soucieux d’améliorer les relations avec l’Angleterre, il croit que la France doit faire des sacrifices. Toutes les fautes se paient en politique. La « défaillance » de 1882 impose des concessions ; il s’agit d’éviter « un échec diplomatique trop marqué ».106

  • 107 Windsor Royal Archives, CAB 41/21/38, Rapport du 26.4.1890.
  • 108 DDF, 1/8, Waddington à Ribot, 29.4.1890.
  • 109 German Diplomatic Documents, (Die Grosse Politik...), Barnes and Noble, New York, 1969 (1928), II, (...)
  • 110 Ibid., p. 65, Hatzfeldt, ambassadeur à Londres, à von Caprivi, chancelier, 29.4.1890.
  • 111 « L’attente sera de 4 à 500 ans ! » griffonne, intarissable, le kaiser.
  • 112 Ibid., pp. 65-66, von Radowitz, ambassadeur à Constantinople, aux AE, 2.5.1890.

70Repoussant les ouvertures ottomanes107, le cabinet anglais insiste que désormais la convention Drummond Wolff n’est pour lui qu’un minimum108. Le projet ottoman ne se distingue de celui de 1887 que sur trois points : il est muet concernant le canal de Suez, en raison de l’accord de 1888 ; il stipule que l’évacuation aurait lieu au plus tard un an après la conclusion d’une convention ; il contient l’assurance que le sultan le ratifiera109. Salisbury confie à l’ambassadeur d’Allemagne que la Grande-Bretagne ne se retirerait que lorsque la permanence de toutes ses réalisations serait assurée. « Ce ne peut être le cas pour 100 ans, il dispose de beaucoup de temps », annote Guillaume II d’une plume malicieuse110. Salisbury aurait, en outre, posé deux nouvelles conditions pour toute évacuation : la restauration de l’ordre public et la sauvegarde de la position internationale de l’Égypte contre tout danger extérieur111 ; la reconnaissance explicite du droit de réoccupation par toutes les puissances signataires du traité de Berlin112.

71Ribot ne peut ni engager la Porte à poursuivre l’arrangement ni la pousser à se montrer trop exigeante.

  • 113 AE, PA Ribot 2, Ribot à de Montebello, 2.5.1890.

« Nous ne pouvons pas être intraitables, ayant en mains si peu de moyens de faire capituler l’Angleterre. D’ailleurs le temps est contre nous et diminue nos chances. L’Angleterre le sent bien, et c’est ce qui la rend quelque peu hautaine dans ses prétentions »113.

  • 114 AE, PA Waddington 5 bis, Ribot à Waddington, 6.5.1890.
  • 115 AE, PA Ribot 3, Waddington à Ribot, 26.7.1890.

72La France et l’Angleterre devant vivre en bonne intelligence114, l’examen de la question d’Égypte est momentanément suspendu. « Il n’est plus question d’Égypte pour le moment »115.

  • 116 German Diplomatie Documents, op. cit., II, p. 76, von Radowitz à von Caprivi, 5.5.1891.
  • 117 AE, PA Ribot 3, Ribot à Waddington, 28.5.1891.
  • 118 German Diplomatie Documents, op. cit., II, pp. 81, 86, von Radowitz à von Caprivi, 26.6 et 28.7.18 (...)
  • 119 Ibid., d’Estournelles de Constant, chargé d’affaires à Londres, à Ribot, 23.10.1891.
  • 120 Ibid., Waddington à Ribot, 26.10.1891.

73Un an plus tard, la Porte tente de renouer les pourparlers. Elle se borne à faire reconnaître la suzeraineté du sultan en Égypte. Il n’est plus question d’évacuation. Le grand vizir redouterait une déclaration d’indépendance de la part du khédive, coup d’envoi pour la sécession d’autres parties de l’Empire116. « Les Anglais reconnaîtront tout ce qu’on voudra : mais ils resteront les maîtres de l’Égypte jusqu’à ce que l’Europe sorte de son indifférence calculée »117. Français et Ottomans s’accordent pour mettre de l’avant un nouveau projet de convention autorisant le droit de réoccupation en échange de la fixation d’une date d’évacuation118. L’ambassade de France à Londres croit que l’Angleterre est disposée à envisager l’évacuation. Il suffirait qu’une voix française autorisée lui donne des garanties à propos du lendemain de l’occupation, sujet qui l’inquiète vivement. Des paroles rassurantes du ministre, « avec le beau vêtement dont votre éloquence saura les parer », iraient au cœur d’une opinion publique qui ne demande qu’à se laisser convaincre119. Waddington demande à Ribot de déclarer – une nouvelle fois – que la France n’a aucun désir de remplacer les Anglais en Égypte120.

74Salisbury se charge de démontrer l’erreur de cette appréciation. Dans un discours prononcé le 9 novembre, il s’en prend à l’idée de l’évacuation et à ses partisans. En même temps il met fin aux pourparlers avec la Porte. Le parti libéral lui-même ne se donne plus la peine de réitérer les professions de foi sur le retrait. Indispensable à la restauration du régime khédivial, l’occupation est désormais vantée comme condition sine qua non à la prospérité de l’Égypte. Devant des manifestations aussi catégoriques, Ribot est d’avis de ne pas pousser la Porte à continuer des démarches.

  • 121 AE, PA Ribot 2, Cambon à Ribot, 16.11.1891.
  • 122 Ibid., 3.11.1891.

75Ambassadeur à Constantinople depuis moins d’un mois, Paul Cambon ne peut se résigner à la passivité. Il veut mettre fin à ce qu’il considère une politique inactive, négative et décousue. L’Alliance avec la Russie ouvre de nouvelles perspectives. Il se propose de convaincre le sultan – « et lui faire peur au besoin »121 – de l’intérêt qu’il a à lier partie avec la France et la Russie pour former une « union formidable » qui amènerait l’Angleterre à composition. Cette alliance sonnerait le glas de la Triplice et précipiterait l’arrangement avec Londres122.

  • 123 Ibid., 16.11.1891.

« Le jour où les marchands de la Cité seront convaincus que cette affaire d’Égypte peut devenir une source de conflits sérieux et que la France s’offre à la régler de la façon la plus honorable pour l’Angleterre, ils ; parleront assez haut pour que leur gouvernement, quel qu’il soit, écoute leur voix et s’incline. Mais pour cela, il ne faut pas s’en tenir à des attitudes décoratives dont personne n’est dupe »123.

  • 124 Ibid., Ribot à Waddington. 18.11.1891.
  • 125 AE, PA Waddington 5 bis, Ribot à Waddington, 7.12.1891.

76Ribot ne voit pas l’utilité de rouvrir les discussions124. Il est édifié sur l’attitude de la Russie. Cambon a tort de faire fond sur elle : la question égyptienne est marginale à sa politique et elle n’entend pas être entraînée dans des complications125.

  • 126 AE, PA Ribot 2, Ribot à Cambon, 17.1.1892.
  • 127 Id.
  • 128 DDF, 1/9, Cambon à Ribot, 25.1.1892.

77Cédant aux instances de l’Allemagne, la Porte engage de nouveau des négociations avec l’Angleterre en janvier 1892. « Le moment est venu déjouer serré. Il n’est pas douteux que l’Angleterre cherche à nous servir quelque plat de sa façon »126. L’échec serait lourd si, au lendemain de l’entente avec la Russie, elle arrachait au sultan un accord pire que la convention Drummond Wolff. Ribot est acquis aux méthodes que préconise Cambon vis-à-vis de la Porte : menaces, prises de gages en Égypte ou ailleurs, démonstrations navales127. « Il faut, qu’ils sentent nos cuirassés sur les épaules pour croire à leur réalité »128. La France tient en réserve assez d’affaires litigieuses en Syrie pour se donner des prétextes d’intervention.

  • 129 Ibid., Cambon à Ribot, 4 et 8.2.1892.

78L’entente sous le parrainage de l’Allemagne est à peine écartée que Cambon conseille de renoncer à exiger une convention définitive, compte tenu que l’Angleterre refuse de fixer une date pour l’évacuation. Il faut, à ses yeux, proposer une convention provisoire obligeant les Anglais à conclure dans un certain délai un accord définitif pour l’évacuation129. C’est le maximum que pourraient accepter les dirigeants britanniques.

  • 130 AE, PA Ribot 2, Ribot à Cambon, 17.2.1892.
  • 131 Ibid., Cambon à Ribot, 18.2.1892.

79Pour Ribot, une négociation avec Londres est perdue d’avance130. « Je crains, répond Cambon, que vous n’obéissiez, sans vous en douter, au sentiment qui nous a dominés depuis dix ans et qui nous a mis en l’état où nous sommes, je veux dire la crainte de reconnaître la situation privilégiée acquise par les Anglais sur les bords du Nil »131. Il faut interrompre la prescription, trouver une porte de sortie praticable et rendre à la France sa liberté de mouvement.

  • 132 Ibid., 25.2.1892.

« Nous nous berçons de l’espoir de faire partir les Anglais aujourd’hui après dix ans d’occupation. Nous avons trop cru que la clef de la position était à Constantinople ; elle est à Londres. C’est là qu’il faut aller la chercher. Ici nous pouvons empêcher, voilà tout, empêcher la conclusion de quelqu’accord (sic) à notre préjudice mais nous ne pouvons pas empêcher le temps de s’écouler et de profiter aux beati possidentes »132.

  • 133 AE, PA Ribot 3, d’Estournelles de Constant à Ribot, 27.2.1892.

80Pour le chargé d’affaires à Londres, l’Égypte, « la maudite question », est la seule cause de mésentente entre la France et l’Angleterre. Ni l’une ni l’autre ne tiendrait à l’occupation et leur différend repose sur un malentendu. C’est à Paris, d’après lui, qu’il faut trouver les moyens propres à faciliter une évacuation que souhaitent les Anglais133. Ribot redoute trop l’échec pour se rendre aux arguments, dissemblables mais concordants, des représentants à Constantinople et à Londres.

81Les échanges de 1890-1892 constituent la dernière fois où le sujet de l’évacuation est soulevé par la voie diplomatique. L’Angleterre ne se prêtera plus à des négociations sur cette question. Rosebery est un chaud partisan de l’occupation et ses successeurs communient dans le même sentiment. Tout espoir d’obtenir l’évacuation par des moyens transactionnels est désormais éteint. La France est en mesure de défendre ses intérêts matériels en Égypte, mais l’arme financière ne la rapproche pas de son objectif politique.

IV. LA FRANCE ET LA RÉSISTANCE ÉGYPTIENNE À L’OCCUPATION

82Alors que les moyens d’action de la France se révèlent inopérants pour réaliser l’évacuation, une opposition intérieure à l’occupation se manifeste en Égypte. Fonctionnaires – catégorie qui fait les frais de l’embauche des Anglais -journalistes et étudiants se rencontrent ; leur pensée s’exprime dans le quotidien al-Mu’ayyad. La méfiance des autorités françaises n’est guère surprenante. Cette contestation porte en elle les germes du nationalisme et évoque la remise en question de l’absolutisme khédivial. L’embarras caractérise la politique française en Égypte à partir de 1892. Si la conciliation, puis les marchandages, ne produisent pas de résultats probants sur le plan du retrait des troupes anglaises, elles ont au moins pour elles l’esprit de suite. La France peut à la fois défendre l’Ancien Régime – entièrement restauré selon elle – et réclamer l’évacuation.

  • 134 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 1, 5 et 20.6.1891 ; CP Égypte 124, de Reverseaux à Ribot (...)

83Si la France s’afflige de la servilité du gouvernement khédivial134, le réveil de l’opposition politique en Égypte lui pose problème. Elle se félicite de voir se renforcer la résistance à l’occupation. Par contre, elle éprouve de la défiance à l’égard d’éléments qui pourraient se dresser contre toute intervention étrangère et entraîner, à terme, un affaiblissement du régime. La politique française se trouve à la croisée des chemins : d’un côté, le régime et son protecteur anglais ; de l’autre, la reprise de l’opposition à l’intérieur et les risques qu’elle fait courir au système politique assis sur le tandem contrôle européen-pouvoir vice-royal. Pendant les années 1890, la diplomatie française plaide pour le recours aux moyens diplomatiques, politique qui justement n’a pas conduit à l’évacuation.

  • 135 AE, CP Égypte 122, de Reverseaux à Ribot, 3.7.1891.
  • 136 Ibid., Ribot à de Reverseaux, 27.6.1891.

84Du côté français, on s’attache à l’idée d’un régime vice-royal autonome vis-à-vis d’un occupant dont la présence devient dès lors inutile. Toutefois on est prompt à mettre en garde contre le fanatisme musulman135. Un mouvement contraire à l’influence européenne serait « conçu dans un sens diamétralement opposé à l’esprit de résistance légale et diplomatique que nous cherchons à faire uniquement prévaloir dans les conseils du khédive aussi bien que dans ceux du sultan »136.

  • 137 AE, CP Égypte 124, de Reverseaux à Ribot, 29.10.1891.
  • 138 AE, CP Égypte 120, d’Aubigny à Ribot, 21.2.1891.

85L’agent se plaît à croire que l’action française soutient le gouvernement du khédive ; celui-ci ne demande qu’à trouver en elle la force de résistance qui lui fait défaut137. Il s’agit d’insuffler courage et sens de dignité aux autorités khédiviales afin de les amener à combattre les empiétements des Anglais par des moyens pacifiques arrêtés de concert avec la France138.

  • 139 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 8.12.1892.
  • 140 PRO, CAB 37/31/19, Mémorandum de Cromer, 22.8.1892.
  • 141 Les expressions sont de Cromer.

86Le décès de Tawfīq le 7 janvier 1892 laisse la succession à son fils ‘Abbās, âgé de 18 ans. Sa combativité reflète le mécontentement qui règne dans le pays et la cristallisation de l’opposition politique à l’occupation. Le réveil de l’opinion publique aiguillonne le khédive139. Cromer regrette feu le khédive, lequel « comprenait mieux que quiconque toute la masse vague de sentiment illogique et de préjugé ignorant qui passe pour une opinion publique dans un pays oriental arriéré »140. Avec sa disparition tombe « l’écran » qui séparait « marionnettes » au pouvoir et « prestidigitateur » britannique141. Européanisé, ignorant des coutumes et traditions, « presque trop civilisé pour sa fonction », ‘Abbās ne peut agir comme courroie de transmission et masquer le « protectorat voilé », mode de gouvernement instauré depuis 1882. Sans le camouflage que procurait l’ancien vice-roi, le rôle dirigeant de l’Angleterre apparaîtrait au grand jour.

  • 142 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 25.11.1892 ; Ribot à de Reverseaux, 2 et 24.12.1892.

87Avec ce vice-roi qui aspire à jouir de la plénitude de ses pouvoirs, la France aurait-elle trouvé le rempart contre les envahissements des Anglais ? La politique de la France n’est pas exempte d’équivoque. On craint à Paris que la tension ne tourne à l’avantage de Cromer, vu le rapport de force véritable. ‘Abbās souhaite se défaire du président du Conseil Musṭafā pacha Fahmī, trop docile à l’égard de l’occupant. L’agent lui conseille de ne pas s’exposer aux hasards d’une lutte inégale et de chercher à Constantinople un point d’appui142.

  • 143 PRO, CAB 37/33/10, 14, 17, 19, 20 et 21.

88L’agent britannique s’emploie à faire perdre au khédive toute ambition de gouverner. Il est écarté des affaires par des ministres à la dévotion de l’Angleterre. En janvier 1893, il décide le renvoi de Fahmī, mesure que l’Angleterre représente comme un « coup d’État ». La crise ministérielle dure un mois, suscitant une effervescence diplomatique dont témoigne l’abondance des communications relatives à l’affaire143. Le conflit à proprement parler est résolu dès le 18 par le remplacement du Premier ministre. Mais les remous de l’affaire ne se dissipent que lentement.

  • 144 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Rosebery à Cromer, 16.2.1893.
  • 145 PRO, CAB 37/33/11, Mémorandum de Blunt, 22.1.1893.

89L’Angleterre renforce sa garnison et affirme sa volonté d’être obéie, à défaut de quoi « l’œuvre de réforme » ne saurait se poursuivre144. Blunt, le poète britannique sympathique au patriotisme égyptien, ne peut s’empêcher de faire observer que l’Angleterre était intervenue en 1882 afin de restaurer 1’« autorité légitime » du khédive et son droit de renvoyer ses ministres145.

  • 146 AE, CP Égypte 129, Jules Develle, ministre AE, à de Reverseaux, 13.1.1893.
  • 147 Ibid., 21.1.1893.
  • 148 Ibid., 23.1.1893.

90Quant à l’agent français, ses instructions lui prescrivent de se tenir dans une prudente réserve et de mettre avec discrétion le khédive « en garde contre les dangers des résolutions précipitées et d’une rupture trop éclatante »146. Elle lui recommande de s’appuyer sur l’autorité du sultan147. Le ministre rappelle à l’agent « la nécessité de prémunir Son Altesse contre des entraînements qui ne pourraient que servir les desseins » de l’occupant148.

  • 149 DDF, 1/10, Cambon à Develle, 25.2.1893.

91Que peut attendre le khédive de Constantinople ? L’attitude du sultan confine à l’indifférence, car l’occupation, tout bien considéré, ne lui déplaît guère. Elle contrecarre les velléités d’indépendance de l’Égypte, lui évite d’envoyer des troupes et de voir germer des idées de rébellion dans l’esprit de leur commandant, et entretient une source d’irritation entre l’Angleterre et la France149.

  • 150 AE, CP Égypte 129, de Reverseaux à Ribot, 20.2.1893.
  • 151 AE, CP Égypte 130, de Reverseaux à Develle, 2.4.1893.

92‘Abbās croit que le gouvernement impérial l’a soutenu et, contrairement à Cromer, de Reverseaux se garde de détruire ses illusions. Non seulement est-il indispensable de ne pas se mettre en contradiction avec soi-même, mais il ne faut pas que le khédive compte outre mesure sur la France dort le soutien est forcément limité150. ‘Abbās est bientôt éclairé sur la « défection » du gouvernement ottoman. L’agent ne se dissimule pas les fâcheuses conséquences : le khédive s’appuiera trop sur la France, ou baissera la tête et se résignera à jouer le rôle de son père. L’hypothèse « fatale » serait qu’il devienne antiturc151.

93D’une définition malaisée, la politique française est aussi à ce stade, sans effet pratique. ‘Abbās projette de passer par Paris de retour d’un voyage à Londres. Il ne manquera pas de demander à ses interlocuteurs de définir les limites dans lesquelles il pourrait compter sur l’aide de la France. Question troublante qui suscite cette observation du Quai d’Orsay :

  • 152 AE, CP Égypte 132, Annotation à la dépêche de de Reverseaux à Develle, 8.11.1593.

« Nous ne serons pas plus prêts à répondre à ce moment que nous ne l’avons été depuis onze ans, et il serait dangereux d’être ainsi mis en demeure de laisser voir combien nos encouragements sont forcément académiques »152.

94Les responsables ont vainement cherché pendant le règne de Tawfīq les signes d’une résistance. Tant que durait la soumission du khédive, ils étaient dispensés de l’analyse lucide de leur propre politique.

  • 153 AE, CP Égypte 133, de Reverseaux à Casimir-Périer, 2.2.1894.
  • 154 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 16.2.1894.
  • 155 AE, CP Égypte 134, Casimir-Périer à de Reverseaux, 2.3.1894.

95L’attitude frondeuse de ‘Abbās et les incidents qui se multiplient entre Cromer et lui annoncent l’heure de vérité. Le problème du concours réel qu’elle entend apporter au vice-roi est désormais difficile à éluder. L’agent s’efforce de maintenir l’équivoque, mais ne cache pas que le temps est proche où la terrible question se posera nettement153. Le khédive, répond le ministre, doit envisager l’avenir avec la confiance qu’il puise dans son droit154. La patiente fermeté constituerait le meilleur moyen de sauvegarder sa dignité155.

96La France entend défendre le régime khédivial par la pression diplomatique, secondée par sa participation dans l’administration de l’Égypte. Bien que cette politique n’apporte que de menus résultats sur le plan de l’évacuation, les autorités françaises s’interdisent soigneusement de cultiver, voire d’apprécier avec la moindre sympathie, les remous qui se manifestent au sein de la population égyptienne contre l’occupation. Tout signe de nationalisme – assimilé au fanatisme – réveille les souvenirs de 1882.

97À ce propos, les politiques anglaise et française sont identiques. Le Quai d’Orsay considère le nationalisme comme une cause de la prolongation de l’occupation. Avant 1892, il attribue les allusions au « fanatisme » à l’imagination des Anglais en mal de prétextes pour rester en Égypte. Après 1892, il se détrompe, mais persiste à voir d’un mauvais œil toute opposition non « européenne ». Dans la mesure où la voie diplomatique n’a pas produit de résultats tangibles, il reste à montrer d’où viendra l’impulsion en faveur de l’évacuation.

  • 156 AE, CP Égypte 126, de Reverseaux à Ribot, 1.4.1892.

98Les représentants de l’Angleterre soutiennent la thèse de l’incapacité des Égyptiens à administrer leur pays. Seule l’occupation leur apprendra le self-government. Telle serait la mission historique de l’Angleterre. Tout en contestant la mineure et la conclusion de ce syllogisme, la France en accepte la majeure. L’agent affirme que Cromer a raison : l’éducation de la « race » est à refaire après de longues années de servitude. « L’époque prématurée de la puberté, ajoute-t-il doctement, et l’influence d’un climat très chaud détruisent chez eux d’assez bonne heure la possibilité d’un effort »156. On s’étonne que le diplomate ne célèbre pas les bienfaits de l’occupation à l’unisson de l’agent britannique.

  • 157 Le duc Charles d’Harcourt, L’Égypte et les Égyptiens, Pion, Paris, 1893. La Revue des deux mondes (...)

99En 1893 apparaît le premier ouvrage français de nature à justifier la présence britannique en Égypte157. L’auteur part de la prémisse que les Égyptiens seraient congénitalement dépourvus des dons requis pour se gouverner ou pour la civilisation tout court. Il s’ensuit que l’Angleterre fait œuvre de progrès et qu’on aurait mauvaise grâce de lui compliquer la tache.

  • 158 AE, CP Égypte 127, de Reverseaux à Ribot, 10.6.1892. Programme annexé.
  • 159 Ibid., 1.7.1892.

100Les politiques anglaise et française se rejoignent dès que se manifestent des ferments d’action émanant des milieux égyptiens. Comme ceux-ci sont, par définition, inaptes à l’activité politique, il ne pourrait s’agir que de fanatisme religieux. Les adversaires égyptiens de l’occupation produisent un projet de constitution comportant un régime parlementaire, et un programme de réformes. « Il ne faut pas oublier que le fanatisme est toujours là, prêt à éclater et que tous les chefs religieux sont à la tête de ce parti national »158. Aux yeux de l’agent, une idée domine les projets de réforme, c’est l’élimination de tous les Européens de l’Administration. « Aussi ne devons-nous, à mon sens, encourager, en aucune manière, cette campagne qui pourrait amener des conséquences dont la moins grave serait de prolonger l’occupation anglaise »159.

  • 160 AE, CP Égypte 131, de Reverseaux à Develle, le 30 juillet 1893.

101Avant tout, l’agent déclare au président du Conseil, il est nécessaire de répudier le « fanatisme administratif », et toute idée d’associer au pouvoir des hommes teintés de ‘urābisme. Les Européens doivent constituer la base du personnel gouvernemental et encadrer les troupes « indigènes ». Alors les Anglais ne pourraient plus, avec le spectre du fanatisme, s’ériger en défenseurs du progrès160.

102La Loi organique enfantée par Dufferin en 1883 comprenait la création d’un Conseil législatif. Rouage d’apparat, il peut émettre un avis sur le budget avant sa promulgation. La démarche n’est qu’une simple formalité – rendue encore plus inoffensive par la priorité de la Loi de liquidation – que le gouvernement laisse tomber en désuétude. L’agence française attire l’attention sur l’irrégularité et, en décembre 1892, les prévisions budgétaires pour l’exercice 1893 sont tardivement soumises au Conseil.

103Cette chambre d’enregistrement se prend soudain pour un parlement et refuse d’appuyer le projet de budget. Elle demande que les prévisions lui soient soumises non pas 15 jours mais quatre mois avant le début de l’année financière. Les dépenses de 84 825 Lég (2 198 664 F) de l’armée d’occupation imputées au budget égyptien n’enchantent pas le Conseil.

104En décembre 1893, le Conseil dirige des critiques contre les dépenses du gouvernement et demande des économies, par exemple sur les traitements des hauts fonctionnaires et le budget militaire. Pour le Quai d’Orsay, l’agent paraît trop bienveillant devant ces manifestations nouvelles.

  • 161 AE, CP Égypte 132, Annotation sur la lettre de de Reverseaux à Casimir-Périer, 16.12.1893.

« Ceci est de l’ourabisme provisoirement dynastique, rappelle le « Département »... Je crois qu’il serait nécessaire de prémunir notre ministre contre un optimisme qui pourrait n’être pas sans danger pour nous et pour l’Égypte »161.

  • 162 J. Cocheris, Situation internationale de l’Égypte et du Soudan (juridique et politique), thèse de (...)
  • 163 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Casimir-Périer, 24.12.1893.
  • 164 AE, CP Égypte 133, de Reverseaux à Casimir-Périer, 27.1.1894.

105Les membres du Conseil savent que l’état du pays laisse beaucoup à désirer. La baisse des prix des produits agricoles augmente le taux proportionnel de l’impôt foncier. Il atteint 50 F par tête, alors qu’en Inde il est de 7,50 F162. En dix ans, le total des dettes privées et des hypothèques a presque doublé. Le Conseil signale les économies à faire afin de permettre un dégrèvement fiscal. L’agent se loue du rapport qui en résulte : rédigé d’un style clair et précis, il dénote un grand bon sens, sans contenir d’attaques directes contre les Européens. Souvenir de l’assemblée de 1882, annote-t-on au « Département »163. L’agent se laisse-t-il aller à parler de « la plus dure des oppressions » que l’annotation du « Département » l’invite à se référer aux intérêts français : « il est même fondé à invoquer les intérêts européens, mais il n’a pas, je crois, à lier sa cause à celle du nationalisme fellah »164.

106Le ministre estime qu’il faut sans doute constater avec satisfaction la tendance de quelques personnalités considérables à réagir contre les actes parfois arbitraires et contre les velléités d’absorption des Anglais. Tout ce qui peut affirmer et sauvegarder ce qui subsiste encore de l’indépendance du pays doit contribuer à préparer le moment où il sera rendu à lui-même.

  • 165 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 6.1.1894.

« Il importe seulement d’éviter que, comme en 1881-1882, les aspirations indigènes à l’autonomie ne soient détournées de leur but légitime et n’arrivent à s’attaquer indistinctement à tous les étrangers ainsi qu’aux institutions internationales qui ont été créées en Égypte non seulement pour la sauvegarde des intérêts européens mais aussi au profit de ce pays lui-même, et pour assurer la prospérité et le développement de ses ressources »165.

  • 166 Ibid., de Reverseaux à Casimir-Périer, 7.1.1894.

107L’agent n’en disconvient pas. Il déclare au khédive que son gouvernement doit déjouer les tentatives de l’Angleterre d’exciter le fanatisme et de démontrer la nécessité de l’occupation. Le grand danger pour l’Égypte serait un réveil religieux se confondant avec le réveil national. L’un et l’autre sont inséparables, répond sèchement l’annotation du « Département »166. L’occupant peut-il mieux dire ? La pensée traverse tous les rapports de Cromer.

  • 167 AE, CP Égypte 135, de Reverseaux à Hanotaux, 24.6.1894.
  • 168 AE, CP Égypte 138, Hanotaux à Cogordan, 24.2.1895.
  • 169 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 2.3.1895. Annotation du ministre.

108Les conseils prodigués par la politique française produisent des résultats prévisibles. L’agent constate que le khédive s’est assagi et qu’il a compris la vanité d’une offensive trop hardie et l’impossibilité des solutions radicales. « La meilleure politique consiste dans l’emploi intelligent de la force d’inertie »167. L’Égypte serait préparée à mener une résistance légale. En ce qui concerne le khédive, il faut le « détourner de toute initiative précipitée et qui n’aurait pas été mûrement pesée par lui et par des conseillers fidèles et pondérés »168. Ses difficultés tiennent en grande partie aux boutades de sa politique personnelle et aux fantaisies de la presse de langue arabe. « Notre politique ne peut être à la remorque de celle des cafés du Caire. Elle a bien le droit d’attendre son heure »169.

  • 170 Ibid., Hanotaux à Cogordan, 3.4.1895.
  • 171 DDF, 1/11, de Courcel à Hanotaux, 6.3.1895.
  • 172 AE, PA Hanotaux 18. Cogordan à Hanotaux, 9.3.1895.
  • 173 AE, CP Égypte 141, Cogordan à Berthelot, 5.12.1895.

109Entre-temps, elle n’a pas pour elle la netteté. D’une part, le ministre déclare que le khédive, en empêchant les imprudences, « témoignera de la confiance justifiée qu’il doit mettre en nous »170. D’autre part, l’ambassadeur à Londres propose au Foreign Office de surmonter l’opposition du vice-roi par un accord entre Paris et Londres171. En tout état de cause, Cogordan est convaincu que la résistance est « pour le moment impossible »172. Il s’aperçoit que l’esprit de résistance s’affaiblit dans le pays. C’est un symptôme de cette fâcheuse tendance que le Conseil approuve à l’unanimité les prévisions budgétaires de 1895173.

110Hors d’état d’obtenir l’évacuation par la voie légale et diplomatique, la France combat néanmoins toute action autonome égyptienne à caractère nationaliste. L’intervention européenne, soutien du régime khédivial, constitue le fondement de sa politique. Pendant dix ans, elle préconise la résistance par le vice-roi. Subitement ses vœux sont exaucés en 1892 avec l’avènement de ‘Abbās. L’évidence s’impose : elle n’a pas les moyens, et encore moins la volonté, d’appuyer le khédive.

V. LA COLONIE FRANÇAISE ET LE GROUPE COLONIAL

  • 174 Le Sphinx, 25.4.1891.
  • 175 Ibid., 14.3.1891.

111La colonie en Égypte ressent de plus en plus vivement le piétinement de la politique française. Il est de tradition que les rapports entre elle et l’agent soient tendus. La presse hostile fait observer au représentant de la France qu’il n’est qu’un consul général en pays de Capitulations où les Français jouissent de l’extra-territorialité174. L’action de la France paraît toujours manquer de vigueur à certains membres de la colonie. Ils reprochent au Quai d’Orsay de les négliger175 et tendent à concentrer leurs frustrations sur l’agent.

  • 176 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 30.4.1891.
  • 177 AE, PA Ribot 2, Le Chevalier à Ribot, 27.3.1891.

112Composée en grande partie de négociants, la colonie à Alexandrie ne s’occupe pas de politique. Celle du Caire contient des éléments disparates qui ferraillent entre eux ou avec l’agent176. Elle comprend aussi de nombreux fonctionnaires et employés des administrations internationales et du gouvernement que la pénétration anglaise ne peut que gêner ; sa répugnance à l’égard de l’occupant et son inquiétude se traduisent en des intempérances de langage fort embarrassantes pour l’agence. Le Chevalier croit voir dans l’état d’esprit d’une partie de la colonie un reflet du radicalisme en France : « même manque de mesure ; mêmes revendications de l’impossible ; même dédain ces résultats positifs, s’ils ne sont pas bruyamment obtenus, et hélas ! même indiscipline »177.

  • 178 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 2.5.1891.

113En janvier 1891, le Sphinx est fondé avec mission de remplir le créneau laissé vacant par le Bosphore. Dirigée par Aristide Gavillot, la feuille est un véritable brulôt. Pis, « l’état-major de la colonie, composé surtout de hauts fonctionnaires, soutient par son argent ou son inspiration les théories du Sphinx »178.

  • 179 Ibid., 9.5.1891.
  • 180 AE, CP Égypte 126, Ribot à de Reverseaux, 30.3.1892 ; de Reverseaux à Ribot, 15.4.1892.

114Quelques-uns collaborent plus ou moins ouvertement à cette publication et y soutiennent une polémique ardente et généralement hostile à l’agent179. L’agence parvient à se l’attacher au moyen d’une subvention180, mais le journal disparaît le 9 décembre 1892.

  • 181 AE, CP Égypte 133, Nisard à de Reverseaux, 9.2.1894.

115La réorganisation au même moment du Journal égyptien a ceci de particulier qu’elle témoigne de l’intérêt que le Groupe colonial français commence à porter à l’Égypte. Gavillot lui adresse un rapport pour faire le point sur la situation et les questions pendantes en Égypte181. La critique dirigée par la colonie contre l’agent est relayée par celle qu’adressent les députés en France à la politique expectante du Quai d’Orsay.

  • 182 AE, AP Le Caire 23, Note du 13.3.1894.

« Je ne vous ai jamais considéré comme étant sur un lit de roses. Mais croyez-vous que nous soyons ici nous-mêmes à la noce, traités tous les jours de traîtres et de vendus, parce que nous ne voulons pas faire la guerre à tout le monde à la fois dans toutes les parties du globe »182.

  • 183 AE, PA Casimir-Périer 4, Deloncle à Casimir-Périer, 9.9.1894.

116Le 24 et 25 août 1894, Eugène Etienne et François Deloncle sont reçus en audience privée par le khédive à Genève, en présence de Gavillot183.

  • 184 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 6.3.1895.
  • 185 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, Cromer à Kimberley, secrétaire au Foreign Office, 2.12.1894.
  • 186 AE, CP Égypte 142, Berthelot à Cogordan, 22.1.1896.

117Fin 1894, le secrétaire du Comité de l’Afrique française, Hippolyte Percher – alias Harry Alis –, rachète le Journal égyptien. La feuille n’est pas plus mesurée que celles qui l’ont précédée, et devient l’organe des notables les plus intransigeants de la colonie184. Borelli informe Cromer que la Compagnie du canal de Suez finance la campagne anti-anglaise et que les administrateurs Patinot et d’Arenberg sont les véritables soutiens de Percher185. L’entente qui s’établit avec Gavillot et Deloncle, à la suite du décès de Percher, ne fait rien pour adoucir le ton. La publication le 22 avril 1895 de l’Echo d’Orient par Barrière est un soulagement pour l’agence. Sa modération lui vaut une subvention d’au moins 13 200 F186.

  • 187 AE, CP Égypte 138, Hanotaux à Cogordan, 27.3.1895.

118L’embarras de Cogordan est à son comble lorsque Deloncle débarque en Égypte le 22 mars 1895. Il fait un séjour d’étude pour préparer une interpellation sur l’Égypte. L’exemple lui vient de Percher dont le livre Promenade en Égypte, publié en février 1895, est à teneur antibritannique. A la veille de son départ, Deloncle déclare en Chambre que l’Angleterre doit être contrainte de régler la question égyptienne. C’est surtout une invitation à la colonie à chercher appui auprès de la Chambre et du Sénat français plutôt qu’auprès du gouvernement. Député, il est couvert par l’inviolabilité parlementaire et on ne peut le dissuader de mettre à exécution son projet. Il importe donc d’éviter les démonstrations qui donneraient prétexte à des représailles ou à des récriminations187.

  • 188 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 12.4.1895.
  • 189 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13534, Cogordan à J. Reinach, 18.5.1895.

119Le voyage de Deloncle se termine sans incident le 12 avril mais il encourage « le petit groupe de vieillards mécontents qui font à l’agence une opposition constante »188. Anglophobes, ils ont leur politique à eux et se flattent de la faire prévaloir en forçant la main de leur gouvernement. Cogordar, croit que leur opposition naturelle à l’agent est doublée de l’horreur que leur inspire, anciens fonctionnaires de l’Empire, un représentant de la République189.

  • 190 AE, PA Hanotaux 18, Cogordan à Hanotaux, 9.3.1895.
  • 191 Ibid., 20.4.1895 ; AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 27.4.1895.
  • 192 AE, PA Hanotaux 18, Cogordan à Hanotaux, 11.5.1895.
  • 193 Ibid, 31.10.1895.

120Il est outré de l’attitude de Bouteron, commissaire français des Domaines. Depuis plus de dix ans, celui-ci serait l’âme de l’opposition à l’agence, « tout cela parce qu’il se considère comme l’homme des Rothschild et par suite comme un homme indéracinable »190. Bouteron alimenterait la presse- de renseignements et d’articles. Comble d’insolence, aux yeux de Cogordan, il prétend que Deloncle est le véritable dépositaire de la politique d’Hanotaux et qu’il est en Égypte en mission trop secrète pour que l’agent en sache le but191. « A présent, la guerre est allumée »192. Une campagne de dénonciation est déclenchée en vue d’obtenir le rappel de Cogordan, mais ce dernier a l’appui d’Hanotaux193 et maintient la politique qui a été la sienne.

  • 194 Ibid., 26.12.1895.

« Je lutte de mon mieux pour garder les positions qui nous restent ; mais je ne me résoudrai à l’intransigeance absolue que si elle m’est impérieusement commandée, (ce qui n’est pas), car elle nous a fait trop de mal ici »194.

  • 195 La Situation financière de l’Égypte, ouvrage du Comité publié sous la direction d’Henri Pensa (sec (...)
  • 196 Ibid., p. 51.

121En mai 1895 est fondé à Paris le Comité d’Égypte sous la présidence d’honneur du prince d’Arenberg et d’Etienne. Composé principalement de députés du Groupe colonial et de publicistes, il promeut l’idée d’une Égypte « internationale ». Même s’il semble faire cause commune avec les éléments égyptiens qui s’opposent à l’occupation, ses objectifs ne correspondent pas aux leurs. L’Égypte qu’il envisage ne serait pas affranchie ; les institutions internationales resteraient maîtresses du pays195. Il n’est pas question d’une « Égypte pour les Égyptiens ». Lors de leur rencontre avec ‘Abbās en 1894, Etienne et Deloncle se font les défenseurs des Capitulations. Le soulèvement de 1881-1882 n’est, pour Gavillot, qu’une intrigue de cinq ou six personnes196.

  • 197 Institut de France, Fonds Auguste Terrier, Liasse 5892, Note de Percher.

122Partisan de « l’internationalisme » et du régime khédivial sous contrôle européen, le Comité d’Égypte ne formule pas une politique différente dans le fond de celle du Quai d’Orsay. Il s’agit dans les deux cas de « rendre l’Égypte à elle-même sous tutelle de l’Europe »197, selon la lapidaire et curieuse expression que l’on répète à maintes occasions. Insatisfait des résultats obtenus jusque-là, il souhaite accentuer la note sans avoir une conception précise sur les moyens à employer. Il trouve enfin chez certains colons en Égypte un point d’appui et un écho à ses prétentions de représenter les intérêts de la France, méconnus ou mal servis par le Quai d’Orsay.

123Grey, sous-secrétaire au Foreign Office, attise les rancœurs lorsqu’il laisse entendre aux Communes le 28 mars 1895 que la sphère d’influence britannique s’étend à tout le cours du Nil. Le 9 avril, une assemblée de négociants londoniens adopte une résolution, confirmée le même jour à la réunion du conseil de la Chambre de commerce de Londres et reproduite dans la presse britannique, approuvant la déclaration et recommandant des mesures efficaces pour assurer le contrôle de la vallée du Nil.

  • 198 CCM, MQ 5.2, Résolution du 24.4.1895.

124S’offusque la Société africaine de France. Elle adopte une résolution approuvant le « langage ferme et digne » d’Hanotaux à l’effet que les territoires en question sont sous la haute suzeraineté du sultan et ont comme maître légitime le khédive. Appel est fait aux chambres de commerce des villes maritimes de l’Europe continentale pour « qu’elles expriment le désir que les puissances s’opposent à toute prise de possession par l’Angleterre du bassin du Nil qui doit rester effectivement ouvert au commerce de toutes les puissances »198.

Conclusion.

125Constatant le peu de succès que remporte sa politique de conciliation, la diplomatie française change de registre en 1886. Elle compte désormais arriver à ses fins par l’exercice de diverses pressions sur l’occupant. Il faut bien transiger, mais les concessions sont accordées avec parcimonie et demeurent assorties de conditions.

  • 199 AE, PA d’Aunay 3, Wilson à d’Aunay, 14.10.1886.

126Du côté anglais, il est parfois avancé que la France, en raidissant son attitude, retarde la consolidation du régime, partant l’évacuation199. En fait, l’évacuation est fonction à la fois de la restauration du régime khédivial et de l’affermissement de la prépondérance britannique. La France contribue à la réalisation du premier objectif mais non du second. Avant 1886, elle collabore avec l’Angleterre en vue de rétablir le régime. Puis, la restauration étant, à ses yeux, accomplie, la présence de l’armée d’occupation devient sans objet, voire nuisible au bon fonctionnement de l’administration. Celle-ci serait convenablement assurée par les institutions internationales.

127Les autorités françaises tentent d’obtenir l’évacuation à l’amiable. Après 1890, il ne s’agit plus d’une exigence susceptible d’être immédiatement satisfaite. L’arme financière a plus d’un tranchant : gênante pour l’Angleterre, elle l’est également pour le régime khédivial dont le renforcement est l’objectif commun des gouvernements européens. Elle lèse enfin les intérêts financiers désireux de réaliser des opérations sur les fonds égyptiens, sans attendre la résolution du différend entre Anglais et Français touchant les modalités les mieux conçues pour le renforcement du régime.

128Il ne reste aux responsables qu’à sauvegarder l’influence de la France face à la politique « absorbante » de l’occupant. S’appuyant sur les institutions internationales, ils monnaient leur consentement aux mesures proposées par le gouvernement. Selon qu’ils obtiennent gain de cause ou non au sujet d’une revendication, ils donnent leur permission d’utiliser les ressources réunies entre les mains de la Caisse ou le refusent. Incapables d’obtenir l’évacuation, ils sont aptes à défendre les positions françaises en Égypte et à empêcher l’Angleterre de gouverner à sa guise au moyen de régime khédivial.

129Une situation sui generis s’établit en Égypte depuis l’occupation. Dans les faits, le pouvoir est bicéphale : d’un côté, le gouvernement anglo-khédivial ; de l’autre, les institutions de « l’internationalité », la Caisse en première ligne. Implantée dans l’État, la France joue le rôle d’une opposition loyale et officielle. Elle en donne la preuve par son attitude à l’égard du renouveau de la résistance intérieure, dynastique ou pas. Face à ces remous inattendus, les autorités françaises disent leur préférence pour l’action légale et diplomatique. Si elles semblent ainsi se désarmer, c’est qu’elles défendent prioritairement et avant tout le régime khédivial. La préservation de l’Ancien Régime et le statu quo pour les administrations internationales prennent le pas sur le retrait de l’armée d’occupation.

Notes

1 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 4.4.1886.

2 Ibid., Freycinet à d’Aunay, 14.4.1886.

3 Id..

4 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.

5 AE, CP Égypte 105, Note de Barois, 20.3.1887.

6 AE, CP Égypte 104, Flourens à d’Aunay, 7.2.1887. Notes détaillées in AD Égypte : Finances 5.

7 AE, CP Égypte 105, Le Chevalier, commissaire à la Caisse, à d’Aunay, 14.3.1887.

8 AE, CP Égypte 108, Flourens à de Beaucaire, 10.11.1887.

9 AE, PA d’Aunay 4, brouillon de lettre, d’Aunay à Freycinet, décembre 1886.

10 AE, CP Égypte 104, d’Aunay à Flourens, 5.2.1887.

11 AE, AD, Égypte : Finances 5, F. Charmes à d’Aunay, 30.3.1887.

12 AE, PA d’Aunay 4, brouillon de lettre à ? , sans date.

13 Ibid., Flourens à d’Aunay, sans date (mars 1887).

14 Ibid., brouillon de lettre d’Aunay à F. Charmes, sans date (mai ou juin 1887).

15 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, G. Goschen, chancelier de l’Echiquier, à Baring, 18.1 et 11.2.1887.

16 AE, CP Égypte 109, d’Aubigny à Flourens, 24.1.1888.

17 PRO FO 633/9, Cromer Papers, Baring à Salisbury, secrétaire au Foreign Office, 11.2.1888.

18 AN, IL 53, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 4 4.1888.

19 PRO, FO 633/9, Cromer Papers, Goschen à Baring, 7.3.1888.

20 AE, CP Égypte 109, Note du 3.2.1888.

21 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Baring à Goschen, 6.4.1888.

22 Taux de 1 £ = 25,345 F.

23 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1888, p. 22.

24 AN, IL 54, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 9.8.1888.

25 AE, CP Égypte 113, d’Aubigny à Spuller, 7.3.1889.

26 BPPB, P.-v. du conseil, 14 et 21.5.1889.

27 BL, Add Mss 48922 B, D’Abernon Papers, Vincent à Goscheh, 27.4 et 13.5.1889.

28 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Spuller à Waddington, 1.6.1889.

29 Ibid., Waddington à Spuller, 5 et 24.6.1889.

30 Ibid., 12.6.1889.

31 AE, CP Égypte 114, Spuller à d’Aubigny, 16.6.1889.

32 Windsor Royal Archives, CAB 41/21/28, 18.6.1889.

33 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Spuller à Waddington, 22.6.1889.

34 AE, CP Égypte 114, Spuller à Denaut, gérant de l’agence, 15.7.1889 ; ibid, Denaut à Spuller, 17.7.1889.

35 AE, AD, Égypte : Finances 6, de Soubeyran à Spuller, 24.7.1889.

36 Ibid, Spuller à Waddington, 18.7.1889.

37 Ibid., Suarès à de Soubeyran, 15.8.1889.

38 AE, CP Égypte 115, d’Aubigny à Spuller, 1.11 et 2.12.1889.

39 Le Bosphore égyptien, 6.12.1889.

40 AE, CP Égypte 115, d’Aubigny à Ribot, 29.11.1889.

41 Ibid., d’Aubigny a Spuller, 25 et 29.11.1889.

42 Ibid., Spuller a d’Aubigny, 30.11 et 15.12.1889.

43 Ibid., 14 et 15.12.1889.

44 Ibid. 16.12.1889.

45 AE, CP Égypte 116, d’Aubigny à Spuller, 1.1.1890.

46 PRO, FO 407/94, Confidential Print 5882, Baring à Salisbury, 27.12.1889.

47 PRO, FO 407/95, Baring à Salisbury, 17.1.1890.

48 Ibid., Confidential Print 5986, Baring à Salisbury, 11.1.1890.

49 AE, CP Égypte 116, d’Aubigny à Spuller, 28.2.1890.

50 AE, CP Égypte 117, d’Aubigny à Spuller, 8.3.1890.

51 Ibid., 10.3.1890.

52 AE, PA Ribot 2, Le Chevalier à Ribot, 18.3.1890.

53 PRO, FO 407/95, Confidential Print 5986, Baring à Salisbury, 19 et 22.3.1890.

54 AE, CP Égypte 117, Ribot à d’Aubigny, 3 et 5.5.1890.

55 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Waddington à Ribot, 9.5.1890.

56 BPPB, P.-v. du conseil, 13.5.1890 ; Dossier 173/7, Note, 13.5.1890 ; Dossier 172/4, Note sans date.

57 AN, IL 57, Fonds Rothschild, Rothschild à la Banque impériale ottomane, 6.6.1890.

58 Ibid., Lettres de Rothschild aux intéressés, 2, 3, et 12.6, et 21.7.1890.

59 BPPB, Dossier 172/4, Contrat du 4.6.1890.

60 PRO, FO 633/5, Cromer Papers, Baring à Goschen, 29.12.1889.

61 BPPB, Dossier 172/4, Prospectus.

62 AN, IL 59, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 31.1.1891.

63 Cf. chapitre XII, section I.

64 AN, IL 58, Fonds Rothschild, Rothschild à la Banque ottomane, 21.7.1890.

65 AE, CP Égypte 118, Denaut à Ribot, 22 et 24.7.1890.

66 AE, CP Égypte 119, d’Aubigny à Ribot, 29.11 et 20.12.1890 ; PRO, FO 407/98, Confidential Print 6047, Baring à Salisbury, 11.11.1890.

67 Le Rentier, 17.5.1890.

68 BPPB, Dossier 172/4, Contrat du 3.7.1890.

69 BPPB, Dossier 173/7.

70 Ibid., Liste du 3.9.1890 ; BPPB, P.-v. du conseil, 12.8 et 16.9.1890.

71 BPPB, Dossier 173/4, Liste des participants ; BPPB, Dossier 173/6, Acte syndical du 4.7.1890.

72 BPPB, Dossier 173/7, Compte général arrêté au 20.1.1891.

73 Id.

74 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Joubert, 2.3.1890.

75 Ibid., Thors à Warschauer, 11.3.1890 ; Paribas à Thors, 7.3.1890.

76 Ibid., Warschauer à Paribas, 29.3 et 11.4.1890.

77 BPPB, P.-v. du conseil, 7.10.1890.

78 AE, CP Égypte 129, Note par Le Chevalier, 6.1.1893.

79 AE. AD, Égypte : Finances 7, Note pour le ministre, 4.1.1893.

80 Ibid., de Blignières à Nisard, directeur des Affaires politiques, 16.1.1893.

81 AE, CP Égypte 129, de Reverseaux à Develle, 10.3.1893.

82 AE, PA Hanotaux 17, Boinet à Barrère, 22.3.1893.

83 Il a épousé une Rothschild.

84 AE, CP Égypte 130, de Reverseaux à Develle, 27.5.1893 ; AP Le Caire 218, Jules Herbette, ambassadeur à Berlin, à Develle, 11.4.1893.

85 AE, AD, Égypte : Finances 7, Boinet à ?, 22.3.1893.

86 A. Souchon, « A propos de la conversion de l’Unifiée égyptienne », Revue politique et parlementaire, t. IV, n° 10, avril 1895, pp. 122-132.

87 Deux tiers, selon l’agent. AE, CP Égypte 134, de Reverseaux à Casimir-Périer, : 6 et 24.4.1894.

88 BPPB, Dossier 172/4, R. Suarès à Thors, 12.3.1894.

89 CL, Dossier 28850, Historique de la dette.

90 BPPB, Dossier 172/4, Thors à Oppenheim, 20.3 1894.

91 Le Journal des débats, 23.3.1894 ; l’Économiste français, 24.3.1894.

92 BPPB, Dossier 172/4, Thors à Suarès, sans date. Même sentiment in CL, DAF 110/1, Mazerat à Palmer, 15.11.1894.

93 AE, CP Égypte 125, Ribot à de Reverseaux, 3.2.1892.

94 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 9.12.1892.

95 AE, CP Égypte 131, Boutiron à Develle, 23.9.1893 ; Develle à Boutiron, 13.10.1893.

96 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Develle, 2.12.1893.

97 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 28.12.1893.

98 AE, CP Égypte 133, Casimir-Périer à de Reverseaux, 18.1.1894.

99 Ibid., de Reverseaux à Nisard, 7.1.1894.

100 Ibid., Nisard à de Reverseaux, 9.2.1894.

101 AE, CP Égypte 137, Cogordan à Hanotaux, 3.11.1894.

102 DDF, 1/9, P. Cambon à Ribot, 8.2.1892.

103 DDF, 1/7, Spuller à de Montebello, ambassadeur à Constantinople, 12.3.1890.

104 AE, PA Ribot 3, Waddington à Spuller, 3.3.1890.

105 AE, PA Ribot 2, de Montebello à Ribot, 19.5.1890.

106 Ibid., 22.4.1890.

107 Windsor Royal Archives, CAB 41/21/38, Rapport du 26.4.1890.

108 DDF, 1/8, Waddington à Ribot, 29.4.1890.

109 German Diplomatic Documents, (Die Grosse Politik...), Barnes and Noble, New York, 1969 (1928), II, p. 60, Winckler, chargé d’affaires à Constantinople, aux AE, 2.4.1890.

110 Ibid., p. 65, Hatzfeldt, ambassadeur à Londres, à von Caprivi, chancelier, 29.4.1890.

111 « L’attente sera de 4 à 500 ans ! » griffonne, intarissable, le kaiser.

112 Ibid., pp. 65-66, von Radowitz, ambassadeur à Constantinople, aux AE, 2.5.1890.

113 AE, PA Ribot 2, Ribot à de Montebello, 2.5.1890.

114 AE, PA Waddington 5 bis, Ribot à Waddington, 6.5.1890.

115 AE, PA Ribot 3, Waddington à Ribot, 26.7.1890.

116 German Diplomatie Documents, op. cit., II, p. 76, von Radowitz à von Caprivi, 5.5.1891.

117 AE, PA Ribot 3, Ribot à Waddington, 28.5.1891.

118 German Diplomatie Documents, op. cit., II, pp. 81, 86, von Radowitz à von Caprivi, 26.6 et 28.7.1891.

119 Ibid., d’Estournelles de Constant, chargé d’affaires à Londres, à Ribot, 23.10.1891.

120 Ibid., Waddington à Ribot, 26.10.1891.

121 AE, PA Ribot 2, Cambon à Ribot, 16.11.1891.

122 Ibid., 3.11.1891.

123 Ibid., 16.11.1891.

124 Ibid., Ribot à Waddington. 18.11.1891.

125 AE, PA Waddington 5 bis, Ribot à Waddington, 7.12.1891.

126 AE, PA Ribot 2, Ribot à Cambon, 17.1.1892.

127 Id.

128 DDF, 1/9, Cambon à Ribot, 25.1.1892.

129 Ibid., Cambon à Ribot, 4 et 8.2.1892.

130 AE, PA Ribot 2, Ribot à Cambon, 17.2.1892.

131 Ibid., Cambon à Ribot, 18.2.1892.

132 Ibid., 25.2.1892.

133 AE, PA Ribot 3, d’Estournelles de Constant à Ribot, 27.2.1892.

134 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 1, 5 et 20.6.1891 ; CP Égypte 124, de Reverseaux à Ribot, 13.11.1891.

135 AE, CP Égypte 122, de Reverseaux à Ribot, 3.7.1891.

136 Ibid., Ribot à de Reverseaux, 27.6.1891.

137 AE, CP Égypte 124, de Reverseaux à Ribot, 29.10.1891.

138 AE, CP Égypte 120, d’Aubigny à Ribot, 21.2.1891.

139 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 8.12.1892.

140 PRO, CAB 37/31/19, Mémorandum de Cromer, 22.8.1892.

141 Les expressions sont de Cromer.

142 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 25.11.1892 ; Ribot à de Reverseaux, 2 et 24.12.1892.

143 PRO, CAB 37/33/10, 14, 17, 19, 20 et 21.

144 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Rosebery à Cromer, 16.2.1893.

145 PRO, CAB 37/33/11, Mémorandum de Blunt, 22.1.1893.

146 AE, CP Égypte 129, Jules Develle, ministre AE, à de Reverseaux, 13.1.1893.

147 Ibid., 21.1.1893.

148 Ibid., 23.1.1893.

149 DDF, 1/10, Cambon à Develle, 25.2.1893.

150 AE, CP Égypte 129, de Reverseaux à Ribot, 20.2.1893.

151 AE, CP Égypte 130, de Reverseaux à Develle, 2.4.1893.

152 AE, CP Égypte 132, Annotation à la dépêche de de Reverseaux à Develle, 8.11.1593.

153 AE, CP Égypte 133, de Reverseaux à Casimir-Périer, 2.2.1894.

154 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 16.2.1894.

155 AE, CP Égypte 134, Casimir-Périer à de Reverseaux, 2.3.1894.

156 AE, CP Égypte 126, de Reverseaux à Ribot, 1.4.1892.

157 Le duc Charles d’Harcourt, L’Égypte et les Égyptiens, Pion, Paris, 1893. La Revue des deux mondes critique d’Harcourt, 15.7.1893, pp. 448-463. Kassem Amin réplique dans Les Égyptiens : réponse à M. le duc d’Harcourt, Barbier, Le Caire, 1894.

158 AE, CP Égypte 127, de Reverseaux à Ribot, 10.6.1892. Programme annexé.

159 Ibid., 1.7.1892.

160 AE, CP Égypte 131, de Reverseaux à Develle, le 30 juillet 1893.

161 AE, CP Égypte 132, Annotation sur la lettre de de Reverseaux à Casimir-Périer, 16.12.1893.

162 J. Cocheris, Situation internationale de l’Égypte et du Soudan (juridique et politique), thèse de droit, Paris, Plon-Nourrit, Paris, 1903, pp. 246-247.

163 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Casimir-Périer, 24.12.1893.

164 AE, CP Égypte 133, de Reverseaux à Casimir-Périer, 27.1.1894.

165 Ibid., Casimir-Périer à de Reverseaux, 6.1.1894.

166 Ibid., de Reverseaux à Casimir-Périer, 7.1.1894.

167 AE, CP Égypte 135, de Reverseaux à Hanotaux, 24.6.1894.

168 AE, CP Égypte 138, Hanotaux à Cogordan, 24.2.1895.

169 Ibid., Cogordan à Hanotaux, 2.3.1895. Annotation du ministre.

170 Ibid., Hanotaux à Cogordan, 3.4.1895.

171 DDF, 1/11, de Courcel à Hanotaux, 6.3.1895.

172 AE, PA Hanotaux 18. Cogordan à Hanotaux, 9.3.1895.

173 AE, CP Égypte 141, Cogordan à Berthelot, 5.12.1895.

174 Le Sphinx, 25.4.1891.

175 Ibid., 14.3.1891.

176 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 30.4.1891.

177 AE, PA Ribot 2, Le Chevalier à Ribot, 27.3.1891.

178 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 2.5.1891.

179 Ibid., 9.5.1891.

180 AE, CP Égypte 126, Ribot à de Reverseaux, 30.3.1892 ; de Reverseaux à Ribot, 15.4.1892.

181 AE, CP Égypte 133, Nisard à de Reverseaux, 9.2.1894.

182 AE, AP Le Caire 23, Note du 13.3.1894.

183 AE, PA Casimir-Périer 4, Deloncle à Casimir-Périer, 9.9.1894.

184 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 6.3.1895.

185 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, Cromer à Kimberley, secrétaire au Foreign Office, 2.12.1894.

186 AE, CP Égypte 142, Berthelot à Cogordan, 22.1.1896.

187 AE, CP Égypte 138, Hanotaux à Cogordan, 27.3.1895.

188 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 12.4.1895.

189 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13534, Cogordan à J. Reinach, 18.5.1895.

190 AE, PA Hanotaux 18, Cogordan à Hanotaux, 9.3.1895.

191 Ibid., 20.4.1895 ; AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 27.4.1895.

192 AE, PA Hanotaux 18, Cogordan à Hanotaux, 11.5.1895.

193 Ibid, 31.10.1895.

194 Ibid., 26.12.1895.

195 La Situation financière de l’Égypte, ouvrage du Comité publié sous la direction d’Henri Pensa (secrétaire), Librairie africaine et coloniale, Paris, 1896, p. 53.

196 Ibid., p. 51.

197 Institut de France, Fonds Auguste Terrier, Liasse 5892, Note de Percher.

198 CCM, MQ 5.2, Résolution du 24.4.1895.

199 AE, PA d’Aunay 3, Wilson à d’Aunay, 14.10.1886.

Table des illustrations

Titre Tableau 201Conversion de la Privilégiée
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau 202Résumé de l’opération (1890)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 203Syndicat Dā’ira (1890)71(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 204Répartition géographique73(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/780/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540