Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Troisième partie. L'État français et la politique de l'internationalisation du capital

Chapitre XIII. La reprise des rapports franco-britanniques et les espoirs d’une évacuation à l’amiable (1884-1888)

Texte intégral

1À la lumière des complications qui se confirment de 1882 à 1884, l’Angleterre a de solides raisons de se soumettre aux aléas des tractations avec les autres puissances. Certains jingoes réclament le protectorat et la garantie de la dette, mais le gouvernement n’ignore pas les inconvénients de cette politique. Moins coûteux, quoique non exempts d’ennuis, les pourparlers avec les puissances lui font entretenir l’espoir de maintenir sa prépondérance en Égypte en encourant le minimum de responsabilité.

2La France effectue un retour officiel dans les négociations de la question d’Égypte. Elle marchande son appui afin d’entraver le processus d’affaiblissement de ses positions enclenché depuis 1882. Elle appréhende aussi, à tort, l’institution du protectorat. Pas plus que l’Angleterre n’entend prendre en mains le gouvernement de l’Égypte, la France ne saurait pousser ses résistances jusqu’à porter sérieusement atteinte au régime khédivial. Au contraire, sa tendance est d’entourer le vice-roi de sollicitude dans l’espoir de montrer qu’il n’a plus besoin de la présence de l’armée d’occupation. La recherche de la stabilité de ce pouvoir est une constante de la politique française. De sa perpétuation dépend le maintien de la Loi de liquidation dans sa forme originelle et le principe de la priorité du service de la dette. Entre les deux puissances qui se disputent le pays, il y a à la fois une similitude latente de vues et des divergences aiguës sur la manière d’arriver à leur mise en œuvre.

3La crise financière permet de soulever, directement ou par divers biais, la question de l’avenir politique de l’Égypte. La France tente en 1884 de faire de la Caisse de la dette le vecteur de l’internationalisation du pays. En 1885, elle reporte ses espoirs sur une commission d’enquête internationale, sur la garantie collective accordée à l’emprunt contracté par l’Égypte et sur une commission de surveillance de la liberté du canal de Suez. L’Angleterre réussit à vider de leur contenu ces propositions et à écarter les velléités françaises d’obtenir l’évacuation de l’Égypte et sa neutralisation. Au cours de cette période, les gouvernements français sont acquis à une politique d’entente avec l’Angleterre. Soucieux d’aplanir les obstacles qui les séparent des Britanniques, ils entretiennent l’espoir que l’occupant finira par comprendre l’inutilité de sa présence en Égypte. Ce n’est qu’avec réticence qu’ils se rendent à l’évidence et tournent le dos à la conciliation.

I. LES INDEMNITÉS : L’ÉGYPTE DÉDOMMAGE LES COLONIES EUROPÉENNES

4L’un des premiers résultats de l’occupation de l’Égypte est l’alourdissement des charges financières qui pèsent sur le pays. Le Trésor égyptien est, en effet, appelé à assumer les dépenses des événements de 1882 et à indemniser ceux qui auraient subi des préjudices lors des désordres qui ont précédé l’installation des troupes britanniques au Caire. Les réclamations proviennent des colonies étrangères d’Alexandrie en raison des bagarres du 11 juin, et des destructions et incendies consécutifs au bombardement de la ville le 11 juillet par la flotte britannique.

  • 1 AE, MD Égypte 10, Note des contrôleurs, 8.7.1882.
  • 2 Id..

5Nombre d’Européens assignent le gouvernement devant les tribunaux mixtes. Brédif et Col vin s’occupent alors de déterminer « les mesures à prendre pour désintéresser les nouveaux créanciers du gouvernement égyptien »1. S’attendant à ce que les tribunaux exagèrent le chiffre des pertes et rendent des arrêts dommageables pour le Trésor, « c’est-à-dire pour les porteurs de titres »2, les contrôleurs sont d’avis de dessaisir les juridictions ordinaires au profit d’une Commission internationale spéciale.

  • 3 Ibid., de Vorges à Duclerc, 7.8.1882.

6L’agent diplomatique, du reste, ne croit pas les tribunaux compétents : la question ne relève pas du droit civil mais de l’entente des puissances. S’agissant d’une émeute, comment peut-on rendre le gouvernement civilement responsable de faits commis contre sa volonté par des éléments qui ne lui obéissent plus ? L’équité est seule susceptible d’être invoquée et l’affaire relève exclusivement de considérations d’ordre diplomatique3.

7À Paris, on n’ignore pas que les faits de guerre ou de rébellion sont des cas de force majeure et les dommages qui en résultent

  • 4 AE, Institution d’une Commission mixte pour l’examen des réclamations résultant des derniers événe (...)

« sont considérés, en vertu d’une jurisprudence universellement reconnue, comme ne créant aucun droit à indemnité au profit des victimes, aucune obligation juridique à la charge du souverain territorial »4.

8Saisis de réclamations contre l’État pour faits de guerre ou de pillage, les tribunaux débouteraient les demandeurs et déclineraient toute compétence. Afin de ne pas établir de précédent, le décret ne devrait contenir aucune expression qui puisse être interprétée comme la reconnaissance par le gouvernement d’Égypte d’une obligation de réparer un préjudice. Il agirait de son plein gré pour des considérations d’équité.

9En fait, la culpabilité du gouvernement est tenue pour une évidence. Les causes des troubles du 11 juin, l’identité des fauteurs et le rôle des éléments intéressés à donner prétexte à une intervention active des navires de guerre stationnés dans les eaux d’Alexandrie depuis le mois de mai, ne sont pas soulevés. Il n’est question que d’incendies et de pillage. Le bombardement de la ville est ignoré : silence explicable, car la conséquence d’une allusion à cet événement eût été des recours contre les autorités de Londres. Le gouvernement d’un pays occupé constitue un accusé autrement vulnérable ; ceci est d’autant plus vrai que, depuis l’arrivée des chasseurs de concessions au cours des années 1850, Le Caire a la pratique de la condamnation au versement d’indemnités de tout genre.

  • 5 Ibid., pp. ?, 16, 50, 61 et 92.

10La procédure est conforme à la thèse à l’effet que le gouvernement de 1882 ne représente qu’une rébellion. Il n’y aurait pas de guerre, donc pas de situation de force majeure. La préparation du décret instituant la Commission trahit le souci de présenter la situation sous l’angle voulu. Son objet, selon le premier projet, est d’examiner les réclamations des victimes « de faits de guerre ou de rébellion ». Disparaît l’expression gênante : on se contente du mot « événements ». La rédaction finale précise le fond de la pensée des auteurs : il s’agit des « événements insurrectionnels »5. Le bombardement n’entre pour rien dans les destructions.

  • 6 AE, MD Égypte 11, KJeczkowski, consul et délégué à la Commission, à Challemel-Lacour, 23.4.1883.
  • 7 Ibid, 14.5.1883.

11Certains Européens ne sont pas à l’abri d’un refus. La Commission rejette la requête du Suisse John Ninet : il aurait pris fait et cause pour les insurgés6. Par ailleurs, il n’est pas question d’élargir le cadre de la Commission. À Ismā’īliyya, les soldats britanniques se sont livrés à des vols et actes de pillage7. La Commission ne s’intéresse qu’à Alexandrie, et dans une perspective déterminée d’avance.

  • 8 AN, F12 7365, Lettres au ministre du Commerce, 6 et 7.10.1882, 16 et 17.2.1883.
  • 9 L’Économiste français, 6.9.1884.

12En France, les chambres de commerce plaident en faveur des indemnitaires8. Elles s’intéressent au débouché que constitue une colonie française prospère. Elles tiennent aussi à ce que les indemnités permettent au commerce alexandrin de s’acquitter vis-à-vis de l’Europe pour les marchandises fournies à crédit9.

13L’un des tout premiers défis consiste à trouver les ressources pour les indemnités. La modification de la Loi de liquidation léserait les créanciers et provoquerait une dépréciation des fonds égyptiens. Indemnitaires et créanciers ont des intérêts divergents. Le décret du 13 janvier 1883 instituant la Commission laisse à une date ultérieure la fixation de l’époque et des voies et moyens de paiement.

  • 10 AE, MD Égypte 12, KJeczkowski à Ferry, 31.3.1884 ; CP Égypte 84, Relevé général du conseiller juri (...)
  • 11 CL (Alexandrie), Bulletin financier et commercial, n° 213, novembre-décembre 1883.
  • 12 AE, CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 16.12.1883.

14La Commission siège du 6 février 1883 au 8 mars 1884 afin d’examiner 9 843 réclamations pour 205 068 659 F ; elle accorde 104 673 498 F à 9 331 bénéficiaires10. Déficitaire, le budget administratif de l’État ne saurait assurer le paiement des indemnités. De toute manière, la Loi de liquidation ne permet pas de prélèvements directs sur le budget. Il faut donc contracter un emprunt. S’agira-t-il d’une dette nouvelle ou d’une émission supplémentaire de titres de l’Unifiée ? L’agence d’Alexandrie du Lyonnais espère pour le crédit de l’Égypte que la seconde solution l’emporte. Le budget des ressources affectées au service de la dette est toujours excédentaire, contrairement à celui de l’Administration11. Cette solution éviterait à l’Égypte le douloureux taux d’intérêt qui lui serait imposé pour un emprunt séparé. Le service de ses coupons devant passer après celui des dettes antérieures, elle ne pourrait obtenir de ressources qu’à 15 ou 20 %12.

  • 13 AE, PA Freycinet 1, F. Mérez, rédacteur du Temps, à Freycinet, 27.6.1885.
  • 14 Id., CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 24.12.1883.
  • 15 Id., Ferry, a Barreré, 27.11.1883.

15Dans un cas comme dans l’autre, la Loi de liquidation demeure un obstacle car elle interdit les nouvelles émissions. L’assentiment des puissances à sa modification est obligatoire. Dans l’intervalle, les porteurs de titres d’indemnité s’endettent auprès des banques locales à 15 %, plus 30 à 35 % de commission, courtage, risques, change, etc. L’escompte des délégations d’indemnités se fait sur une large échelle, à 12 %, plus 10 à 15 % de commission, etc. C’est dans les caisses des banques « qui ont « travaillé sur les indemnités » avec l’argent de Londres et de Paris » que rentreront les sommes allouées13. Dans l’attente du règlement, le commerce d’Alexandrie s’étiole faute de crédits. Les propriétaires ne reconstruisent pas leurs immeubles, provoquant une crise des loyers14. Le 4 novembre, un comité d’indemnitaires présente à Ferry un mémoire demandant une répartition immédiate de la « dette d’honneur »15.

  • 16 AE, CP Égypte 83, Le Chevalier à Barreré, 31.1.1884.
  • 17 Ibid., Barreré à Ferry, 3 et 10.2.1884.
  • 18 AE, CP Égypte 86, Barreré à Ferry, 8.5.1884.

16En attendant la modification de la Loi de liquidation, le gouvernement du Caire use de la faculté que lui accorde l’article 37 d’emprunter en compte courant jusqu’à concurrence de 2 000 000 Lég (51 840 000 F). L’avance de 950 000 Lég (24 624 000 F) à 5 % par an, plus 0,5 % de commission, consentie par Rothschild paraît trop importante pour être comprise comme une opération de trésorerie. Véritable emprunt, elle ne pourrait être remboursée sur les recettes ordinaires de l’exercice. Le commissaire français à la Caisse craint qu’elle ne le soit sur le produit du grand emprunt dont elle ne serait qu’une anticipation16. Le degré de confiance que la banque témoigne dans la solvabilité de l’Égypte étonne et éveille des soupçons sur le caractère de la transaction. L’agent suppose qu’elle a obtenu une promesse de remboursement en titres nouveaux de l’Unifiée, voire des assurances que l’émission s’effectuerait par ses soins17. C’est, en tout cas, elle qui sera chargée de l’emprunt de 1885. Pour sa part, le gouvernement continue dans la voie de l’endettement. À bout de ressources, il négocie en mai un emprunt de 300 000 Lég (7 776 000 F) auprès de la BGE et du CL à 9 % (taux réel). Il peut ainsi payer ses employés pendant deux mois18.

  • 19 AE, CP Égypte 84, Barreré à Ferry, 5.3.1884.

17Le projet du conseiller financier Edgar Vincent comporte la réduction de l’amortissement, un emprunt de 8 500 000 £ (212 500 000 F) et le paiement des indemnités avec une réduction de 20 %19. Toute augmentation de la dette exige une modification de la Loi de liquidation, par conséquent des négociations entre les États signataires.

II. LA CONFÉRENCE DE LONDRES (1884)

18La crise financière et le paiement des indemnités appellent les mesures les plus urgentes. Bien avant que l’Angleterre ne place le problème de la restauration du régime khédivial devant les puissances, on se prépare en France à des négociations auxquelles on s’emploiera à imprimer un caractère politique.

  • 20 AE, CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 7.12.1883.

« Si en effet l’Égypte ne peut sortir de la crise financière qu’elle traverse qu’en contractant un emprunt, nous devons désirer qu’elle soit obligée de faire appel à nos bons offices, car alors il sera établi devant l’Europe que l’Égypte ne peut éviter la ruine que parce que nous consentons à lui tendre une main secourable. Ce jour, je l’espère, arrivera bientôt »20.

  • 21 Ibid., 16.12.1883.

19L’Angleterre demande une concession, la France l’accorde et fait de la première son obligée21. Il suffira donc d’attendre que les événements et les difficultés dans lesquels s’enlise le gouvernement anglais le mettent dans la nécessité de remplacer son action individuelle et exclusive par une recherche de l’entente.

  • 22 Le Journal des débats, 7.2.1884.

20D’un autre côté, Ferry est loin de se réjouir des défaites des Anglo-Egyptiens au Soudan. Au contraire, il se montre inquiet du danger qui menace l’ordre établi dans la vallée du Nil. L’émoi est grand chez les publicistes, tel Lemoinne : la barbarie menacerait l’Occident et la chrétienté22. La correspondance privée de Ferry ne le montre nullement enclin à tirer parti des déboires du cabinet Gladstone. Il y a là une raison de plus qui pousse à un accord, dans des formes à définir, entre les deux puissances.

21Ferry exprime à l’ambassadeur de France à Londres l’angoisse – c’est son mot – qui l’habite. En étalant aux yeux du monde son impuissance, l’Angleterre permet la reconstitution du prestige du drapeau musulman, qu’il soit porté par le mahdī ou par le sultan ottoman invité par Londres à reconquérir le Soudan.

  • 23 AE, PA Waddington 8, Ferry à Waddington, 8.1.1884.

« Quelle revanche douce à savourer, si l’une ou l’autre de ces alternatives, la victoire du mahdi ou la victoire du Turc, pouvaient nous laisser indifférents. Mais si de ces deux maux l’un est moindre, la situation la moins mauvaise est encore un péril, et dans tous les cas un recul, une défaite morale, une source d’incalculables embarras dans le présent et dans l’avenir »23.

22Le refus de toute réaffirmation de la suzeraineté ottomane en Afrique est une constante de la politique française depuis l’occupation de l’Algérie et surtout de la Tunisie. C’est à contrecœur que Ferry doit se résoudre à admettre l’entrée d’un corps ottoman au Soudan.

  • 24 Id.

« Et cependant le premier besoin, la nécessité la plus pressante, à notre point de vue de puissance musulmane, c’est d’arrêter cette légende formidable, qui va tout à l’heure frapper aux portes de l’Égypte, et qui peut gagner le monde arabe comme une traînée de poudre. Nous en sommes donc réduits à regarder l’intervention turque comme un bienfait »24.

  • 25 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 8.1.1884.
  • 26 Ibid., Waddington à Ferry, 10.1.1884.

23Ferry souffre mal le rôle passif auquel Paris est condamné depuis la rupture des communications avec Londres en 188325. L’heure n’est pas encore venue, répond l’ambassadeur. Lorsque les responsables anglais auront besoin de la France, ils seront en position de demandeurs. « Je voudrais, quant à présent, rester vis-à-vis d’eux dans le rôle du spectateur bienveillant, et les voir venir »26. Les embarras financiers les ayant amenés à résipiscence, Paris leur tiendra la dragée haute.

  • 27 Ibid., Ferry à Waddington, 7.3.1884. « Voici donc le quart d’heure de Rabelais vem. pour l’Anglete (...)
  • 28 AE, PA Waddington 8, Waddington à Ferry, 12.3.1884.

24Le 5 mars, Ferry prend connaissance du projet Vincent. « Le moment est venu, mon cher ami »27. Waddington trace les grandes lignes d’un programme. Le retour au Contrôle lui paraissant peu vraisemblable, il estime préférable de rechercher pour la France la tutelle des intérêts internationaux en Égypte. Au condominium succéderait un contrôle collectif des puissances, seul moyen réaliste de prévenir une mainmise complète de l’Angleterre. C’est aussi le maximum pour lequel la France peut espérer obtenir l’appui de l’Europe28.

25La note circulaire du Foreign Office aux puissances les invitant à une conférence pour modifier la Loi de liquidation est transmise le 19 avril. L’exposé financier qui l’accompagne fait état du contraste entre le budget affecté au service de la dette, toujours excédentaire, et celui, déficitaire, laissé à l’Administration. L’intention du côté anglais est de limiter cette consultation à des questions financières, à l’exclusion de toute discussion sur le statut politique de l’Égypte et la durée de l’occupation. La diplomatie française s’applique à l’étendre dans le sens d’une prise en mains des intérêts européens. Toutefois elle doit procéder prudemment.

  • 29 AE, AD, Égypte : Finance 4, Note de Raindre, 27.4.1884.
  • 30 AE, PA Waddington 8, Mémorandum de Waddington, 28.4.1884.

26Est-elle sûre que les puissances veuillent s’associer à une politique accordant à la France la direction dans la protection des intérêts européens ? Mais en abandonnant toute prétention à une situation privilégiée, elle laisse chaque puissance pourvoir à la défense de ses propres intérêts. « On peut craindre en effet que des considérations de politique générale ne les conduisent à reconnaître la puissance occupante comme héritière universelle du condominium détruit »29. Par conséquent, il vaut mieux circonscrire le champ d’action de la conférence au domaine financier. Par ailleurs, en se mettant à la tête d’une opposition européenne, la France court le risque de faire le jeu de l’Allemagne30.

  • 31 AE, CP Égypte 86, Barrère à Ferry, 5.5.1884.

27Les motifs d’ordre financier et politique concordent pour commander une politique de modération. Il n’y a point d’idée fixe de profiter des difficultés de l’Angleterre. Toute négociation reste dans les bornes de la reconnaissance d’un intérêt commun au rétablissement, à, l’évidence pénible, de l’Ancien Régime en Égypte. « Dans l’état actuel de l’Égypte, on ne peut malheureusement pas inviter l’Angleterre à évacuer le pays »31.

  • 32 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 2.5.1884.
  • 33 AE, CP Égypte 86, Ferry à Barrère, 2.5.1884.

28Les propositions françaises du 29 avril traduisent cette volonté de trouver un terrain d’entente. Paris accepte la suppression du Contrôle et s’engage à ne pas occuper l’Égypte après l’évacuation de l’Angleterre sans l’assentiment de cette dernière. Il demande à Londres de fixer un terme à l’occupation et, en échange de l’autorisation à émettre l’emprunt, d’étendre les attributions de la Caisse32. Tout en acquiesçant à la réunion d’une conférence, il souhaite en préciser le mandat au préalable33. Waddington est chargé de négocier avec le gouvernement anglais.

  • 34 Ibid., Barreré à Ferry, 5.5.1884.

29Barrère adhère d’emblée aux propositions. Quels qu’aient pu être les avantages du condominium, incarné par le Contrôle, sa reconstitution est un leurre. L’égalité d’influence ne saurait être que nominale aussi longtemps que les troupes d’occupation seront en Égypte et que les fonctionnaires anglais détiendront les principaux postes. « Le contrôle des finances est tout »34. En démontrant son ascendant dans ce domaine, la France le ferait indirectement sur l’administration entière du pays. La Caisse renforcée exercerait son autorité sur toutes les ressources et remplacerait avantageusement l’ancien Contrôle.

  • 35 Ibid., A. Billot, directeur des Affaires politiques, à Barrère, 9.5.1884 ; Ramm op. cit., II, p. 1 (...)
  • 36 AE, PA Waddington 8, Note de Waddington, 7.6.1884.

30La perspective d’une substitution n’échappe pas à la vigilance de Londres. Malgré le bon accueil que réserve le gouvernement aux ouvertures françaises et à l’esprit amical et « désintéressé » qui les a inspirées35, il s’unira à l’opposition parlementaire pour repousser l’instauration formelle d’un « contrôle multiple ». On ne s’y trompe pas : cette commission financière internationale peut devenir la pierre angulaire d’un contrôle international sur tous les plans. « C’est au seul point de vue des intérêts collectifs de l’Europe et de la part légitime que nous y représentons, que nous considérons désormais les affaires d’Égypte »36, déclare Waddington à Granville.

  • 37 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 22.5.1884.
  • 38 Cf. HPD, 3e série, t. 287 et 288. Un lecteur dit son agacement en présence de l’obscurité des répo (...)

31Ferry sait qu’il est essentiel d’arriver à une entente avant que l’excitation de l’opinion à Londres ne crée de difficultés37. Observant le mutisme sur le fond des négociations, le cabinet Gladstone se limite aux énoncés amphigouriques dont le Premier ministre a le secret38. À la vérité, si le gouvernement laisse à l’opposition parlementaire et à la presse le soin d’émettre publiquement les exigences maximales, il n’est pas en reste dans les pourparlers. Pas plus que les Tories, les Libéraux n’entendent céder la prépondérance britannique en la noyant dans un Contrôle international, succédané du condominium.

32Est-on fondé à croire que les deux gouvernements sacrifiaient les créanciers ? En fait, ces derniers ont peu à craindre, car le respect des conditions de la dette publique et le maintien des garanties dont elle est entourée sont au cœur de la politique de Londres et de Paris. La volonté commune des deux gouvernements est bien de restaurer la situation financière du régime en Égypte sans trop s’éloigner de la Loi de liquidation.

  • 39 AN, IL 44, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à « Monseigneur », 19.4.1884.

« Il ne paraît pas douteux que, quoi qu’il arrive, les intérêts de la dette Unifiée ne soient complètement sauvegardés et telle semble être l’opinion du public, puisque malgré tout ce qui se passe les cours de la cette égyptienne se maintiennent avec une fermeté qui témoigne de la confiance qu’on a dans la solution finale »39.

33La perpétuation de l’Ancien Régime et du contrôle financier sont autant de vérités qu’il est inutile de ressasser, tellement elles constituent des critères fixes de la conduite des puissances.

34C’est précisément parce que les puissances s’entendent sur l’essentiel en ce qui concerne la dette égyptienne, qu’une négociation entre elles devient possible sur des éléments secondaires entraînant la modification de la Loi de liquidation, l’arche sainte de toutes les chancelleries. Les négociations qui s’engagent sont effectivement politiques, non parce que les finances ne représentent qu’une monnaie d’échange d’un intérêt secondaire aux yeux des diplomates, mais parce que les bases de l’arrangement élaboré en 1880 ne sont discutées par personne. Des concessions sur un point relatif à la dette laissent intactes les conditions principales qui la régissent, quand elles ne compensent pas le manque à gagner immédiat par un supplément de revenus à long terme ou d’assurance du respect des échéances.

35Politiques, les négociations de 1884-1885 le sont parce qu’elles concernent le partage du pouvoir entre l’Angleterre et la France. Que la prépondérance britannique ou l’internationalité sous l’égide française s’installe, il s’en faut que les intérêts des créanciers soient méconnus, en dépit des concessions faites ou obtenues sur des questions connexes. Les désaccords sur les aménagements à apporter à la dette ne masquent pas l’accord fondamental touchant son intégrité.

  • 40 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 30.5.1884.
  • 41 AE, PA Waddington 8, Waddington à Ferry, 22 et 26.5.1884.
  • 42 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 30.5.1884.

36Le gouvernement de Londres avait proposé que l’occupation dure cinq ans, celui de Paris deux ans. On s’entend pour trois ans et demi. La partie anglaise refuse la présence d’un commissaire de la Caisse au Conseil des ministres40. Elle repousse l’idée d’investir la Caisse de pouvoirs d’inspection sur les revenus non affectés à la dette. Ce serait un retour au Contrôle, mais à quatre41. Par contre, elle émet le vœu que la présidence de la Caisse soit réservée au membre anglais, « pilule dure à avaler »42. Waddington conseille de transiger.

  • 43 Ibid., Ferry à Waddington, 31.5.1884.
  • 44 Ibid., 4.6.1884.

37Ferry ne s’explique pas qu’on entende toucher à ce règlement interne de la Caisse. Nul n’y a songé. Soulevée pour satisfaire l’amour-propre, « la reconnaissance d’une situation de supériorité dans un comité d’égaux, au profit de l’Angleterre, éveillera en France les plus dangereux sentiments »43. Est-ce seulement une question de prestige ? L’Angleterre ne cherche-t-elle pas à prendre la direction d’une institution portant en elle le danger d’un Contrôle international ? Tel semble être le cas, car devant l’insistance de Londres, Ferry, qui trouve puérile l’attitude de ses interlocuteurs, cède sur la question de la présidence, à condition qu’elle n’ait pas de voix prépondérante44.

  • 45 PRO, PRO 30/29/293, Granville Papers, Confidential 5025, Granville à Lyons, 6.5.1884.

38Lors de la rencontre du 6 juin, Waddington obtient que la Caisse soit consultée pour la préparation du budget, qu’elle puisse apposer son veto à toute dépense au-delà des chiffres prévus, et qu’elle ait, après l’évacuation, les pouvoirs d’inspection les plus étendus. Toutefois, l’Angleterre introduit une clause posant l’avis favorable des puissances comme condition à l’évacuation. L’occupation acquiert le caractère d’une situation sans limite dans le temps. Ce sont les demandes de prolongation, et non d’évacuation, que le gouvernement français entendait subordonner à l’avis des puissances45.

39Excédé, Ferry réclame qu’une fin soit mise aux finesses par trop normandes de Granville.

  • 46 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 11.6.1884.

« Je ne puis admettre la rédaction à double sens qui pourrait ôter à la clause principale, la seule vraiment utile, la seule qui vaille tout le mal que nous nous donnons, le caractère d’un délai d’occupation loyalement offert, loyalement accepté »46.

  • 47 HPD, 3e série, t. 189, colonnes 1058 et 1143, 23.6.1884.

40La condition nouvelle fait néanmoins partie de l’accord rendu public les 15, 16 et 17 juin. La neutralisation de l’Égypte et du canal de Suez suivraient l’évacuation. En outre, Gladstone promet au Parlement qu’il sera demandé à la conférence d’accorder une voix prépondérante au membre anglais de la Caisse47. L’accord anglo-français n’aurait de validité que si les travaux de la conférence aboutissent à des résultats satisfaisants.

  • 48 Ibid., colonnes 1044-1146.

41Simultanément l’entente est présentée au Parlement48 et à la Chambre des députés. Les deux gouvernements mettent la transaction sous le jour le plus favorable aux yeux de leurs ultras. Ferry s’attache à se défendre contre ceux qui lui reprocheraient d’avoir abandonné toute prétention à une situation privilégiée pour la France dans un Contrôle à deux. Cette institution a fait son temps et il est vain d’espérer la ressusciter.

  • 49 Journal officiel, p. 1453, 24.6.1884.

« Il faut, en politique, savoir reconnaître la force des faits accomplis et des situations acquises, et se garder des regrets inutiles : la politique du tout ou rien n’est pas meilleure pour les nations que pour les partis »49.

  • 50 Id..

42Avec ses nouvelles prérogatives, la Caisse aura les attributions de l’ancien Contrôle, à l’exception du droit d’assister au Conseil des ministres. Au condominium, la politique française substitue l’internationalisation. « L’Égypte, Messieurs, n’est ni chose anglaise, ni chose française ; c’est une terre essentiellement internationale et européenne »50.

  • 51 Ibid., pp. 1487-1491, 27.6.1884.
  • 52 Ibid., pp. 1495-1498.

43Le projet consacre la prépondérance de l’Angleterre et l’éviction définitive de la France, proteste le député bonapartiste Jules Delafosse51. De Soubeyran prétend que l’Égypte est solvable et qu’il n’y a aucune raison de spolier les créanciers par une atteinte aux coupons. Si l’Administration en Égypte est désorganisée, c’est à cause de l’ingérence brouillonne des fonctionnaires anglais52. La Chambre obtient l’engagement que les résultats de la conférence soient soumis à son approbation.

44Ferry prend bonne note de l’avertissement. La présidence anglaise a été difficile à accepter, et

  • 53 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 26.6.1884.

« les rédactions de lord Granville, et tout ce que le noble lord a accumulé dans ses papiers, pour rester armé devant les Communes, d’ambigüité calculée, de réserves inutiles, de phrases à double sens, de mauvaise diplomatie, en un mot, est apparu à tous les yeux »53.

45Deux écueils sont à craindre : la réduction de l’intérêt ne sera acceptée qu’à la suite de démonstrations irréfutables ; la voix prépondérante de l’Angleterre est à écarter.

  • 54 Le Temps, 25 et 28.6, et 3.7.1884.
  • 55 Le Journal des débats, 1.7.1884.
  • 56 AE, PA Waddington 5 bis, de Soubeyran à Waddington, 10.7.1884.

46Si le Temps, porte-voix de tous les ministères, appuie l’entente54, les Débats et l’Économiste français diffusent les critiques de l’opposition. « Notre avis est que nous avons cédé quelque chose pour rien ; le sien est que nous avons cédé rien contre quelque chose »55. Compte tenu que les négociateurs français à la conférence tiennent un discours en partie emprunté aux censeurs de Ferry, il convient de noter que les divergences ne sont pas aussi tranchées qu’elles ne paraissent. Waddington donne d’ailleurs des assurances au comité des porteurs de titres56.

  • 57 Le Journal des débats, 17.6.1884.

47L’argumentation que développent les Débats et l’Économiste est aussi cohérente que révélatrice d’un état d’esprit qui règne à Paris et à Londres à l’égard de la question d’Égypte. Les deux publications se réclament hautement des intérêts des créanciers, d’après elles bafoués par les deux gouvernements. L’Angleterre, malgré sa « prétention de tenir en main le sceptre eu commerce », acclimate chez elle « les habitudes vicieuses des gouvernements qu’elle a mis à l’index dans son propre palais de la Bourse »57.

  • 58 L’Économiste français, 7.6.1884 ; le Journal des débats, 25.6 et 11.7.1884.

48Aucun sacrifice ne doit être imposé aux porteurs parce que l’Égypte ne manque pas de ressources pour acquitter pleinement et scrupuleusement ses annuités58.

  • 59 L’Économiste français, 7.6.1884.

« Quant à réduire les intérêts, déclare Leroy-Beaulieu, ou même l’amortissement des créanciers égyptiens actuels, avec lesquels l’Europe entière a fait un arrangement équivalent à un concordat, ce serait une spoliation, une spoliation sans excuse et sans circonstance atténuante »59.

  • 60 Ibid., 21.6.1884.
  • 61 Le Journal des débats, 25.6.1884.

49L’intérêt ne doit pas être diminué d’une obole60. « Ce serait une véritable spoliation qui entacherait l’honneur de l’Europe et celui de la France »61. Toute autre conduite ferait perdre à un État ce qu’il y a de plus précieux, son crédit, et lui vaudrait l’opprobre qui s’attache à une banqueroute. Tous les pays d’Europe s’imposent des sacrifices pour payer leurs créanciers, satisfaisant ainsi à l’honneur et conservant leur faculté d’emprunter.

  • 62 L’Économiste français, 7.6.1884.
  • 63 Ibid., 12.1, 7 et 21.6.1884 ; le Journal des débats, 7, 11 et 23.6.1884.
  • 64 L’Économiste français, 12.1.1884.

50Mais le désordre, voire l’anarchie, dans l’Administration en Égypte ? Ils résultent de l’intervention britannique. D’une part, l’action égoïste, et exclusive de l’Angleterre l’amène à supprimer le Contrôle, âge d’or pour l’Égypte et ses créanciers62. D’autre part, l’Angleterre mine l’autorité du khédive63 et discrédite l’absolutisme par ses idées saugrenues de réformes et de self-government pour une population qui n’en a cure64.

  • 65 Outre les discours au Parlement, il y a les nombreux Blue Books sur l’Égypte et la littérature pro (...)

51Les réformes sur lesquelles les dirigeants britanniques se plaisent à disserter65 sont mal comprises. Ce système de gouvernement indirect, qui contraint l’Angleterre à le tenir perpétuellement en état de réforme pour assurer sa sauvegarde, a l’inconvénient d’inquiéter ceux qui croient que l’occupant envisage de bouleverser la société égyptienne. D’où la défense, avec la dernière énergie, d’une dette publique somme toute bien protégée. Passerait sans doute l’accaparement politique si l’Angleterre ne devait se targuer d’instituer des réformes.

  • 66 Le Journal des débats, 5.2.1884.
  • 67 L’Économiste français, 1.11.1884.
  • 68 Id..

52Se laissant égarer, les Débats et l’Économiste rejoignent les jingoes qui remplissent les pages du Times et qui s’en prennent à l’Angleterre, accusée de se comporter en Égypte en championne des réformes, du constitutionnalisme et de l’indépendance du pays66. « En matière d’impôt, elle a aussi affiché des sentiments d’humanité qui se traduisent aujourd’hui par la non-rentrée des impôts fonciers »67. Le déficit s’explique par « la tendresse exagérée que l’on a montrée vis-à-vis des fellahs » qui, du reste, seraient très à l’aise sur le plan matériel68. L’Angleterre aurait enfin traité les rebelles et fauteurs de trouble avec une coupable générosité.

53Les uns et les autres attribuent les déficits et désordres à l’excès de réformes et à un libéralisme déplacé, alors qu’il s’agit des conséquences de la désagrégation de l’armature étatique. En définitive, cette occupation, accompagnée de professions de foi généreuses et bruyantes, n’inspire pas confiance aux défenseurs publics des bondholders et des porteurs.

  • 69 Ibid., 22 et 24.6.1884.
  • 70 Ibid., 23.6.1884.

54Là où le Times conclut à la nécessité du protectorat, les publications de Paris proclament le caractère intouchable de la Loi de liquidation. G. Charmes, enregistrant avec peine la nature illusoire d’une évacuation soumise à l’accord des puissances, dit avoir le pressentiment d’un Sedan méditerranéen69. « Ce pays, créé en quelque sorte de nos mains, arraché par nous à la barbarie, civilisé et fécondé par nos soins, nous échappe de plus en plus »70.

  • 71 Waddington est assisté de Barrère, de Blignières et Liron d’Airolles, membre de la Commission de L (...)

55Si les représentants français71 à la conférence qui s’ouvre à Londres le 28 juin laissent de côté la question de l’avenir politique de l’Égypte, ils se donnent pour mission d’étayer la thèse de sa solvabilité financière. Mal accueillie par ceux en Angleterre qui redoutent la création d’un « contrôle multiple », la conférence qu’on réunit pour modifier la Loi de liquidation n’a pas la faveur des défenseurs des créanciers français.

  • 72 Le Journal des débats, 17.6.1884.

« Il ne faut jamais se hâter de s’asseoir autour d’une table dont on est appelé à payer le service ; et nous ne pouvons pas avoir grand soif de boire à la santé des Anglais avec du vin qu’ils prétendent tirer de notre cave sans bourse délier »72.

  • 73 Ibid., 20J.1884.
  • 74 AE, CP Égypte 87, Comité des porteurs aux Affaires étrangères, 22.6.1884.

56Pour Leroy-Beaulieu, sont en jeu « les maximes financières ». « le principe de la répudiation des dettes publiques » et « le crédit public universel »73. A Paris, un meeting de porteurs proteste contre toute réduction de l’intérêt et adresse un mémoire au Quai d’Orsay tendant à démontrer que l’Égypte possède les ressources suffisantes74.

57En mai 1884, l’Unifiée s’affaisse ; les autres titres faiblissent solidairement. Une remontée s’esquisse lorsque les résistances françaises parviennent à rassurer le marché (tableau 200).

  • 75 AE, PA d’Aubigny 5, Protocole n° 2, Séance du 22.7.1884.
  • 76 Le Journal des débats, 20.7.1884.

58Les projets de budget présentés par Childers et de Blignières à la conférence ne concordent pas. Le premier conclut à un déficit de 376 000 Lég (9 745 920 F), le second à un excédent de 220 000 Lég (5 702 400 F)75. L’Angleterre veut diminuer l’impôt foncier tandis que la France propose d’en remanier l’assiette afin de retirer aux terres ‘ushrī les privilèges fiscaux dont elles bénéficient par rapport aux terres kharādj. On soupçonne Londres de vouloir s’attirer l’affection de l’Égypte par ce dégrèvement fiscal. « Quand on est généreux, la tance Leroy-Beaulieu, il faut l’être avec son argent, non avec celui des créanciers »76.

  • 77 Le Journal des débats.

Tableau 200
Bourse de Paris (comptant)77
(En francs)

Tableau 200Bourse de Paris (comptant)77(En francs)
  • 78 Ibid., Protocole ne 4, Séance du 28.7.1884.
  • 79 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 27.7.1884.

59Waddington repousse toute idée de réduction de 0,5 % de l’intérêt et, dans des termes que ne récuseraient pas les Débats et l’Économiste, rappelle l’importance de ne pas porter atteinte au crédit de l’Égypte. « Ses finances ont été déjà par deux fois dans les sept dernières années mises en liquidation, et une faillite de plus serait un coup mortel pour sa prospérité »78. Le maintien du taux représente pour le gouvernement français une position fixe et bien arrêtée, même si les idées personnelles de Waddington ne sont pas en harmonie avec ses déclarations à la conférence. « Je serai donc toujours d’avis, écrit-il, de chercher par tous les moyens d’arriver à un compromis financier, qui permette de conserver l’accord sur les questions politiques »79.

  • 80 Gladstone et Granville font état des projets dans le détail. HPD, 3e série, t. 291, colonnes 1519- (...)

60Tour à tour les délégués avancent propositions et contre-propositions80. Waddington accepte l’émission d’un nouvel emprunt de 8 000 000 £ (200 000 000 F) et la suspension de l’amortissement, mais les travaux achoppent sur la question des pouvoirs de la Caisse. Waddington souhaite lui confier la responsabilité de décider des moyens à prendre pour combler un déficit, le cas échéant. Quant à la réduction du taux d’intérêt de la dette, elle ne serait admissible qu’à l’unanimité.

  • 81 AE, PA d’Aubigny 5, Protocole n° 7, Séance du 2.8.1884.
  • 82 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 27.7.1884.

61En éveil contre le danger d’un Contrôle international, Granville estime que, par ce biais, la Caisse exercerait sa tutelle sur le gouvernement81 Les objections anglaises sont insurmontables et la conférence est ajournée sine die le 2 août. L’entente de juin est lettre morte. L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Russie appuient la France mais s’abstiennent de voter pour son projet ; l’Italie et l’Empire ottoman secondent l’Angleterre. Pour les représentants fiançais, il n’est pas nécessaire de faire de concessions. Les conseillers de Waddington sont confiants que l’état des finances égyptiennes est moins critique que ne le prétendent les Anglais. « Barrère est toujours persuadé qu’on peut faire la vie si dure aux Anglais en Égypte qu’ils seront obligés d’évacuer, et il se chargera volontiers d’exécuter le programme »82.

62A la conférence, comme dans la presse et à la Chambre des députés, la partie française se refuse à concourir à l’installation de l’hégémonie anglaise. La promesse d’évacuer étant manifestement sans valeur, la France n’insiste pas. L’espoir que les concessions financières mèneraient à un Contrôle international rencontre l’opposition catégorique de l’Angleterre.

63Les négociations se sont déroulées à trois niveaux : l’accord est entier au sujet de la restauration de l’Ancien Régime ; les divergences sont palpables entre une intervention européenne fondée sur la prépondérance anglaise et une autre représentée par un Contrôle international ; enfin, les demandes ponctuelles ne prennent leur signification et ne sont accordées ou refusées que par rapport au point précédent. L’enjeu de la conférence dépasse la question du demi pour cent du taux de l’intérêt.

64Négociations politiques ? Certes, puisqu’il s’agit de fixer les paramètres du pouvoir en Égypte et de partager entre les puissances les instruments de son exercice. Quant aux intérêts des créanciers, ils sont déjà protégés, indépendamment du résultat de la conférence. Il s’agit de définir de quel surcroît de garantie serait accompagnée une réduction du taux des coupons, dont la nécessité, au demeurant, est matière à discussion. Les protestations des créanciers ne sauraient laisser oublier la sécurité accrue de leur position du fait de l’intervention européenne, quelle qu’en soit la forme.

III. LA CONVENTION DE LONDRES (1885)

  • 83 Le Journal des débats, 11.8.1884.
  • 84 AN, IL 45, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Weisweiller et Bauer, 29.7 1884.

65Accueilli avec une prévisible satisfaction dans la presse parisienne, l’échec de la conférence est jugé comme une délivrance par le Stock Exchange de Londres83. Plus sobres, les Rothschild observent que « cet échec est plutôt favorable aux bondholders »84. Les indemnitaires seuls paraissent s’en désoler.

  • 85 AE, CP Égypte 87, Monge Égypte Ferry, 4, 11 et 18.8.1884.

66Le 18 août, 8 000 d’entre eux manifestent Égypte Alexandrie85. En fait, la conférence n’est qu’une phase des négociations, car l’état de l’Administration en Égypte est critique.

  • 86 The Economist, 9.8.1884.
  • 87 PRO, CAB 37/13/38, Mémorandum de Northbrook sur sa mission, 9.8.1884.

67Dès le 5 août, Gladstone annonce l’envoi en Égypte de Northbrook, premier lord de l’Amirauté et cousin de Baring, avec mission de faire une enquête et des recommandations. Northbrook doit chercher Égypte « confier Égypte des mains anglaises entièrement libres l’application des idées anglaises de la réforme »86. Il se propose, entre autres, d’obtenir la collaboration du sultan et, le cas échéant, des troupes ottomanes afin que l’armée britannique puisse être retirée dans un délai de trois Égypte cinq ans. En cas de réduction de l’intérêt sur la dette publique, l’Angleterre consentirait Égypte un sacrifice sous forme d’une garantie pour un emprunt de 4 000 000 £ (100 000 000 F)87.

  • 88 AE, CP Égypte 87, Barrère Égypte Ferry, 22.9.1884.

68Le 18 septembre, le gouvernement prend une décision unilatérale : l’amortissement est suspendu ; pendant un mois, les recettes affectées Égypte ce fonds doivent être remises au ministère des Finances et non Égypte la Caisse. La somme en question ne dépasserait pas 250 000 Lég (6 480 000 F)88.

  • 89 AN, IL 45, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris Égypte Weisweiller et Bauer, 19.9.1884.
  • 90 AE, PA Waddington 4, Billot Égypte Waddington, 21.9.1884.

69Le tollé est général devant le « coup d’État financier »89. C’est rien moins que la modification de la Loi de liquidation sans le consentement des parties contractantes. « Coup de Jarnac »90 qui donne Égypte craindre que l’Angleterre s’approprie des revenus de la Caisse ou porte la main sur les institutions internationales, il fait s’agiter les milieux diplomatiques. Ferry se montre réaliste.

  • 91 AE, PA Hanotaux 8, Ferry Égypte Billot, 23.9.1884.

« Au lieu de rêver Égypte des solutions par la force, selon l’usage de tous nos agents d’Orient, il vaudrait mieux examiner s’il n’est pas possible, en concédant le fond de la mesure, qui est indispensable, de l’aveu de Barrère lui-même, de lui donner une forme légale, en substituant une consultation préalable Égypte la signification brutale d’un fait accompli »91.

  • 92 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1884, pp. 110-124.

70Les représentants des puissances au Caire remettent une note identique de protestation. Elles réservent le droit en attendant de saisir les tribunaux mixtes ; leur jugement ne saurait faire de doute. Le 20 octobre la Caisse assigne le gouvernement. Prononcée le 9 décembre92, la sentence ordonne la restitution des sommes prélevées. Mais l’aspect judiciaire de l’affaire a déjà perdu son intérêt car l’attention est ramenée sur les nouvelles propositions que soumet l’Angleterre.

  • 93 BL, Add Mss 48949, D’Abernon Papers 28, Diary, 15.9.1884.
  • 94 AE, CP Égypte 89, Barrère à Ferry, 3 et 4.11.1884.

71Rentré Égypte Londres, Northbrook laisse Égypte Vincent le soin de préparer un mémoire pour le gouvernement anglais. Le conseiller a des idées personnelles sur la manière de négocier. Il s’oppose Égypte la réunion d’une conférence et affirme qu’il est erroné de traiter avec le Quai d’Orsay. Il suffirait de pressentir les financiers français pour savoir à quoi s’en tenir93. Son mémoire témoigne de la volonté de s’engager dans des voies inquiétantes pour la France. Vincent propose de réduire de moitié le service de la dette mais de la placer sous la garantie de l’Angleterre pendant dix ans. Il voudrait suspendre l’amortissement, diminuer l’impôt foncier, abolir la séparation entre le budget affecté et non affecté à la dette, et procéder au rachat des Dettes domaniale et Dā’ira. Il propose enfin qu’un emprunt de 8 000 000 £ (200 000 000 F) soit émis avec la garantie de l’Angleterre94.

  • 95 Ibid., 16.11.1884.

72Barrère s’élève contre l’idée d’une garantie de la dette par l’Angleterre. Elle impliquerait l’occupation du pays pendant une période correspondant à la garantie. Or il importe de réserver l’avenir. Au lieu de laisser la prépondérance anglaise s’établir sur des bases plus solides, « il serait de beaucoup préférable de consentir à des sacrifices financiers, à la condition toutefois qu’ils fussent balancés par des avantages politiques »95.

  • 96 Ibid., 21.11.1884.

73Le rachat des Dettes domaniale et Dā’ira par l’Angleterre conduirait à la suppression de ces deux administrations anglo-françaises. Un tiers de l’Égypte serait hypothéqué à perpétuité au gouvernement de Londres et 15 000 employés égyptiens et étrangers dépendraient de lui. Il y aurait intérêt à faire échouer ce projet96. Enfin, la France doit joindre sa caution à celle de l’Angleterre pour l’emprunt de 8 000 000 £.

  • 97 Ibid., 16.11.1884.

« Qui dit garantie financière dit aussi droit d’ingérence dans les affaires administratives du pays. Le gouvernement français acquerrait ainsi, sans encourir le moindre risque, le droit qu’il a perdu de veiller à la bonne gestion des finances égyptiennes »97.

  • 98 BL, Add Mss 48949, D’Abernon Papers 28, Diary, 30.10 et 30.11.1884.
  • 99 BL, Add Mss 44267, Gladstone Papers, Northbrook à Gladstone, 19.11.1884 ; Gladstone à Northbrook, (...)

74À Londres, le Conseil des ministres du 16 novembre rejette les recommandations de Northbrook. L’auteur s’est inspiré du mémoire de Vincent, mais l’emprunt qu’il propose est porté de 8 000 000 £ (200 000 000 F) à 22 000 000 £ (550 000 000 F) en vue du rachat des Dettes domaniale et Dā’ira98. Le cabinet n’admet pas de donner sa garantie. En outre, il insiste sur la diminution de 0,5 % du taux de la dette générale, afin d’éviter l’imputation d’une dépense équivalente sur le budget de l’Angleterre99.

  • 100 AE, Affaires d’Égypte, Imprimerie nationale, Paris, 1885.
  • 101 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 25.11.1884.

75Le 29 novembre 1884 les propositions britanniques sont soumises aux puissances100. Prévenu, Waddington affirme que le projet constitue « dans son ensemble une mainmise de l’Angleterre sur l’Égypte pour un temps indéfini »101. L’emprunt pour consolider la dette flottante et pourvoir aux besoins de l’Administration s’élèverait à 5 000 000 £ (125 000 000 F) à 3,5 %. Le gouvernement anglais le garantirait mais se couvrirait en faisant verser les revenus des

  • 102 La Privilégiée 5 %, détenue majoritairement en Angleterre, et la Domaniale ne sont pas touchées.

76Domaines et de la Dā’ira à la Banque d’Angleterre. Ces administrations seraient supprimées et les indemnitaires recevraient des titres de la Privilégiée. Le taux des Dettes unifiée et Dā’ira serait réduit de 4 % à 3,5 %102 ; en revanche, l’Égypte abaisserait de 0,5 % l’intérêt qu’elle verse à l’Angleterre pour les actions Suez achetées en 1875.

  • 103 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 29.11.1884.

77Coup d’envoi d’une négociation, les propositions paraissent sévères, le prélude d’un partage léonin aux dépens des intérêts français. Elles ne rencontrent aucune faveur en France. « Il est clair qu’elles dépassent de beaucoup en gravité celles que nous avons repoussées, et qu’elles ne comportent aucune compensation dans l’ordre politique »103.

  • 104 AE, CP Égypte 90, Note du 1.12.1884.
  • 105 L’Économiste français, 27.12.1884.

78Le Comité de défense des porteurs, réuni à Paris sous la présidence de de Soubeyran, les condamne immédiatement et demande que le gouvernement s’abstienne de faire des contre-propositions. Les garanties données par la Loi de liquidation ne sauraient à aucun prix être abandonnées. Il serait préférable de subir un abus éventuel et de réserver le droit, plutôt que de compromettre la situation par un arrangement transactionnel104. Le budget égyptien est excédentaire, renchérit Leroy-Beaulieu. « Et voilà un pays qu’on dit ruiné ! Plût au ciel que nos finances françaises ne fussent pas en plus mauvais état »105.

  • 106 AE, CP Égypte 90, Barrère à Ferry, 3.12.1884.
  • 107 Ibid., 4.12.1884.
  • 108 Ibid., 25.12.1884.

79Le mémorandum reproduit les propositions présentées à la conférence de Londres, avec cette aggravation que des administrations anglo-françaises seraient placées sous le contrôle exclusif de l’Angleterre. Quant à la réduction de l’intérêt, sa nécessité reste à démontrer. Une commission internationale d’enquête serait seule apte à en juger106. L’agent français souligne l’opportunité de témoigner que les arrangements financiers impliquent une solution politique, à savoir la neutralité de l’Égypte à brève échéance107. En échange d’une évacuation irrévocable dans trois ans et la mise de l’Égypte sous l’autorité de l’Europe, Barrère accepterait la diminution de 0,5 % sur l’Unifiée108.

  • 109 AE, CP Égypte 90.

80Le commissaire anglais de la Caisse ne signe pas avec ses collègues l’épais document qu’ils présentent le 29 décembre109 pour critiquer une à une les propositions de Londres. Il ne veulent pas toucher aux coupons ; la suspension de l’amortissement suffit. La suppression des administrations Domaniale et Dā’ira n’est pas agréée. Rien ne justifie la diminution de l’impôt foncier : on fait subir aux créanciers des sacrifices. Quant aux compensations que l’Angleterre offre en échange, elles ne sont pas égales aux pertes des obligataires et ménagent les détenteurs de titres anglais aux dépens des autres.

  • 110 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 8.12.1884 ; AD, Égypte : Finances 4. Note sans date.
  • 111 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 8.12.1884.
  • 112 AE, AD, Égypte : Finances 4, Note confidentielle de Waddington à Ferry, 23.12.1884.

81A Paris, Liron d’Airolles trouve inacceptables les propositions anglaises. On ne doit pas toucher aux administrations des Domaines et de la Dā’ira ; elles constituent un gage dont il serait imprudent de se dessaisir. Il conseille de faire connaître l’opposition de la France mais de s’abstenir de formuler de contre-propositions afin de maintenir le caractère européen de la démarche110. Cette dernière considération revient sous la plume de Waddington. Le gouvernement a intérêt à éviter de se faire de nouveau le porte-parole des puissances. Il conviendrait de s’adresser à elles pour les amener à présenter des observations et des objections, ou des contre-propositions111. Cette procédure est tout indiquée, étant donné que la France doit obtenir le remplacement de la garantie exclusivement anglaise à l’emprunt projeté par une garantie européenne112.

  • 113 DDF, 1/5, de Courcel à Ferry, 25.4.1884.

82Elle rencontre du côté de Berlin une volonté de coopérer trop marquée pour ne pas éveiller sa méfiance. En ménageant à la fois la France et l’Angleterre, l’Alīemagne compte mettre aux enchères son appui113. Bismarck soutire des concessions coloniales à l’Angleterre en se joignant avec ostentation à la France dans les questions égyptiennes.

  • 114 Ibid., Note de Ferry sur sa conversation avec Herbert von Bismarck, 6.10.1884.

« Actuellement le chancelier proclame le caractère européen de la question d’Égypte. Sa tendance manifeste est de nous pousser en avant, en promettant de nous suivre ; notre rôle est de l’attendre et de ne pas faire un pas sans le concours assuré de l’Europe »114.

  • 115 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 11.10.1884.

83D’où l’importance d’être circonspect. Il ne faut lier partie avec l’Allemagne que pour les questions dans lesquelles les intérêts des deux pays resteront pour longtemps les mêmes115.

  • 116 DDF, 1/5, de Courcel à Ferry, 19.1.1885.
  • 117 Ramm, op. cit., II, p. 316, Granville à Gladstone, 9.1.1885.

84Par ailleurs, la guerre au Tonkin empêche la France de trop s’Aliéner les sympathies de l’Angleterre. Des deux côtés du Rhin, on s’accorde pour laisser traîner la solution aux problèmes financiers de l’Égypte, de manière à mieux faire apprécier à Londres la valeur du concours des puissances. Le zèle de l’Allemagne ne se dément pas, à tel point que Berlin juge modérées les contre-propositions enfin formulées le 8 janvier116. Surpris, Granville lui-même les considère trop belles pour être vraies117.

  • 118 Affaires d’Égypte, 1885, op. cit., pp. 6-10.

85Le débat sur la véritable situation financière n’étant pas tranché, Paris demande la tenue d’une nouvelle enquête internationale en vue de s’assurer de la nécessité d’une baisse de l’intérêt. Pour le moment, il ne serait pas réduit, mais on appliquerait provisoirement un impôt de 5 %. Il est proposé un emprunt de 9 000 000 £ (225 000 000 F) à 3,5 % garanti collectivement par les puissances. Si certaines exemptions d’impôt seraient retirées aux étrangers, aucune modification n’est admise aux administrations des Domaines et de la Dā’ira. En dernier lieu, la France demande l’établissement d’un régime destiné à garantir en tout temps le libre usage du canal de Suez118.

  • 119 AE, CP Égypte 91, Ferry à Barrère, 15.1.1885.

86Dans la pensée de Ferry, cela entraîne l’évacuation et la neutralisation119. On note que les pouvoirs de la Caisse ne seraient pas étendus, même si l’enquête internationale est confiée à ses quatre membres, augmentés de représentants de l’Allemagne et de la Russie à partir du 27 janvier. Les puissances continentales donnent leur accord à ce programme.

  • 120 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 18.1.1885.

« La partie est liée avec l’Europe, mais nous n’avons aliéné qu’une part voulue de notre liberté d’action, et contracté aucun engagement dangereux pour notre politique générale »120.

  • 121 Affaires d’Égypte, 1885, op. cit., pp. 18-19.

87L’Angleterre répond le 21121. Elle avance que le rétablissement de la prospérité rendra peut-être inutile la réduction de l’intérêt. L’enquête apparaît évidemment comme l’embryon d’un contrôle international. Le maintien de « l’autorité du gouvernement égyptien », la « réforme financière qui est maintenant en réel progrès » et « les intérêts du peuple égyptien » sont invoqués pour demander que toute enquête soit ajournée à deux ans. Le gouvernement anglo-khédivial n’aurait pas à s’en soucier s’il remboursait l’impôt de 5 % avant l’expiration de ce délai. Londres donne son assentiment aux autres contre-propositions françaises.

88Waddington se réjouit de l’acceptation de la garantie collective de l’emprunt. Elle implique la surveillance éventuelle de l’Europe sur les finances égyptiennes.

  • 122 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 22.1.1885.

« C’est le commencement du système international appliqué à l’Égypte. Après les négociations pour la liberté du canal viendra la question de la neutralisation de l’Égypte et, par conséquence nécessaire, l’évacuation de ce pays par les Anglais »122.

  • 123 Ibid, Ferry à Waddington, 23.1.1885.

89Ferry partage l’avis de Waddington. « Je crois, comme vous, que la garantie collective et la liberté du canal sont les clefs de voûte et que la question d’enquête peut s’arranger »123. Toutes les puissances donnent leur agrément au mémorandum anglais.

  • 124 PP, Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 3.12.1884.
  • 125 AE, CP Égypte 91, Barrère à Ferry, 25.1.1885.
  • 126 Ibid., 26.1.1885.
  • 127 Ibid., 30.1.1885 ; CP Égypte 92, Barrère à Ferry, 3.2.1885.

90Au Caire, les colonies européennes ne le trouvent pas satisfaisant124. Tout en aliénant sa liberté sur le plan financier, la France ne prend pas assez de précautions sur le terrain politique. L’Angleterre ne s’engage à rien et, en l’absence d’une enquête internationale, gagne tout au marché125. En deux ans, elle pourra absorber le pays126. Sans revenir sur l’accord, l’agent croit qu’il faudrait obtenir que l’ajournement de l’enquête ne soit admis que lorsque les puissances auront arrêté les conditions de la neutralité du canal et de l’Égypte127. L’arrangement politique aurait la priorité sur les concessions financières. Ferry ne répond pas à Barrère.

  • 128 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 1.2.1885.
  • 129 Ibid, Billot à Waddington, 14.2.1885.

91Hypothétique dans l’entente de juin 1884, l’évacuation l’est davantage dans celle de janvier 1885. Quant au contrôle international, il n’a pour assise ni l’extension des pouvoirs de la Caisse ni l’assurance d’une enquête internationale. Ferry investit de cette mission une commission à créer en vue de préparer une conférence et une convention sur Suez. « C’est le point capital, et qu’il faut enlever. Cette conférence en deux actes me paraît une pilule très bien dorée, et difficile à repousser. »128 Siégeant au Caire, elle montrerait la volonté de l’Europe de s’interposer dans le règlement politique. Ce serait une manifestation tangible de 1’« internationalité » et de la transition vers un nouveau régime. Les questions politiques telles l’évacuation et la neutralisation ne manqueraient pas d’y être soulevées comme garanties nécessaires au libre usage du canal129.

  • 130 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 18.2.1885.

92Il va de soi que, sur un sujet aussi central, les autorités anglaises ne sont pas abusées. Moins les puissances se réunissent, plus grande est leur liberté d’action. A leurs yeux, tous les détails techniques sont déjà connus. Une commission au Caire, voire une conférence en Europe, sont des rouages superflus ; il suffit de négocier directement de gouvernement à gouvernement130. Une transaction intervient en février en faveur de la réunion d’une commission internationale à Paris le 30 mars 1885.

  • 131 DDF, 1/5, Ferry à Barrère, 5.2.1885.
  • 132 Le Journal des débats, 7.2.1885.
  • 133 Ibid, 27.1.1885.
  • 134 Ibid., 11.2.1885.

93La défaite de Gordon et la chute de Khartoum le 5 février donnent lieu à de nouvelles expressions de sympathie de la part de Ferry131. Reprenant le thème de l’unité des « nations civilisées » contre « la barbarie »132, Le Journal des débats tait ses critiques de l’arrangement financier133. « Que l’Angleterre venge et relève son prestige, soit ! pourvu qu’elle ne nous le fasse pas payer »134. La convention par laquelle les puissances garantissent l’emprunt est conclue le 18 mars. Leur responsabilité est minime car l’annuité constitue la première charge sur le budget et ne représente qu’un trentième des recettes. La convention doit être ratifiée par les corps législatifs des six puissances garantes L’accord de la Chambre des députés est acquis le 30 mai, celui du Sénat le 7 juillet.

94L’emprunt de 9 000 000 £ (225 000 000 F) est contracté à 3,5 %. Outre 105 millions de F destinés aux indemnitaires, 60 millions sont absorbés par le remboursement de 7 avances bancaires en compte courant. Patronnée par les puissances, l’Égypte peut émettre pour la première fois à un taux d’intérêt équivalent à celui des fonds d’État européens les plus stables.

  • 135 Prospectus et Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1885, p. 4.
  • 136 AN, 5 d, Fonds Rothschild, Convention sans date.
  • 137 Compte rendu, op. cit., p. 23.

95Après entente avec Vincent, les Rothschild de Londres émettent des titres pour 9 424 000 £ (235 600 000 F) à 95,5 %, soit un produit de 8 999 920 £ (224 998 000 F)135. Leur commission est fixée à 500 £ (12 500 F) par 1 000 000 £ (25 000 000 F), avec montant proportionnel pour la fraction d’un million, 1/4 % de courtage et 1/8 % pour le service des coupons136. En tenant compte de la différence de change, il est remis à l’emprunteur 8 979 303 £ (224 482 575 F), desquelles l’intermédiaire soustrait un bénéfice de 45 443 £ (1 136 075 F)137.

  • 138 AN, IL 47, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 8.8.1885.
  • 139 Ibid., 14.8.1885.
  • 140 Ibid., 12.8.1885.
  • 141 Le Journal des débats, 1.8.1885.

96Cette opération est trop facile pour nécessiter la formation d’un syndicat. La souscription est ouverte pour un jour le 30 juillet à Londres, Paris, Berlin et Francfort, mais le marché londonien absorbe la plus grande partie de l’émission138. Ni le contrat ni le prospectus n’obligent les Rothschild à répartir l’emprunt par parties égales139. 14 000 obligations de 100 £ sont réservées à la France140. Au change de 25,20 F par 1 £, et à 95,5 %, le versement effectif total est de 33 692 400 F pour la France. Souscrit 3 fois à Berlin, 5 fois à Paris et 11 fois à Londres, l’emprunt fait prime. « C’est une tabatière enrichie de diamants » susurre un poétique chroniqueur boursier141.

IV. LES SUITES POLITIQUES DE L’ENTENTE FINANCIÈRE

97La convention de Londres n’est pour les gouvernements français qu’un accord préliminaire. Assurément le sauvetage des finances égyptiennes est l’un de leurs objectifs. Cependant ils entendent en même temps déblayer le terrain pour aborder une question qui les intéresse au même titre que l’ordre intérieur et la conservation du régime khédivial. En démontrant à l’Angleterre, le bon vouloir de la France, ils espèrent la rassurer et lui faciliter son retrait de l’Égypte. C’est par une politique de conciliation, prolongement de l’accord financier, que la diplomatie française se propose d’induire l’Angleterre à évacuer ses troupes. Freycinet est, à cet égard, le continuateur de la ligne adoptée par Ferry.

A. La France se dérobe aux invites de l’Allemagne

  • 142 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 10.5.1885.

98Bismarck se dit perplexe face à la politique suivie outre-Rhin. Il s’étonne de la modération de la France et souhaite savoir si elle veut vraiment marcher d’accord avec l’Allemagne vers la formation d’un bloc des puissances continentales142. Elle lui paraît disposée à renoncer aux moyens qui rendraient difficile la position des Anglais et hâterait leur évacuation.

  • 143 Ibid., 24.5.1885.

« Ne croyez pas que je veuille prendre avec vous le rôle de séducteur. S’il ne vous plaît pas de jouer la grande partie, jouons ensemble la petite »143.

  • 144 AE, PA Freycinet 1, Deux notes de Freycinet, avril-mai 1885.

99À Paris, la politique allemande en Égypte retient l’intérêt du nouveau ministre144. Le mobile principal de Berlin semble être d’empêcher un rapprochement entre la France et l’Angleterre. Pour Bismarck, l’Égypte n’est qu’un moyen de pression contre l’Angleterre qu’il pourrait relâcher au besoin. Il lui crée des difficultés pour l’embarrasser et l’amener à composition, mais pas assez pour l’arrêter. La prudence s’impose donc au gouvernement français car, en cas de brouille avec l’Angleterre, il pourrait ne pas trouver l’appui nécessaire chez les autres puissances.

100De l’avis de l’ambassadeur, Bismarck garde pour lui la « faculté d’oscillation ». En cas de revirement en France, il se retournerait vers l’Angleterre et gagnerait ses voisins de vitesse. Ayant indiqué à Londres le chemin le plus court vers un accord, il ne manquerait pas de le conclure

  • 145 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 24.5.1885.

« le jour où il concevrait sérieusement le soupçon que nous songeons à lui fausser compagnie, séduits par le mirage d’un accommodement sur les affaires d’Égypte qui nous permettrait de nous passer du concours de l’Allemagne »145.

101Ni la France ni la Russie n’entrent dans une coalition continentale qui aurait engagé les grandes rivalités et lié la politique des puissances pour longtemps. La France craint de voir l’enjeu se déplacer de l’Égypte aux ambitions coloniales de l’Allemagne. Cette dernière, au lieu d’appuyer la politique égyptienne de la France, jouirait, au contraire, de son soutien dans l’affrontement avec l’Angleterre. Le leadership de la coalition européenne passerait à Berlin qui en ferait l’usage qui lui conviendrait.

102Bismarck continue de presser Freycinet, lequel répond que Berlin n’envisage pas l’hypothèse où les embarras amèneraient, non pas l’évacuation, mais un règlement par l’Angleterre seule.

  • 146 Ibid., Freycinet à de Courcel, 29.5.1885.

« Qu’est-ce qui nous prouve qu’elle ne préférerait pas, de guerre lasse, assumer la totalité de l’emprunt, ainsi qu’elle en avait eu la pensée, et laisser indéfiniment en suspens le régime du canal, qui lui importe, après tout, moins qu’à nous-mêmes puisqu’elle jouit du rôle privilégié de quasi-occupant »146 ?

  • 147 Ibid., de Courcel à Freycinet, 1.6.1885.

103Les conditions d’une action serrée – le « grand jeu » – étant absentes, Bismarck se résout à ne pas contrarier la conclusion de la convention de Suez147.

B. L’affaire du Bosphore égyptien

  • 148 Cf. ‘A. al-Shinnāwī « Ḥādith... » (« L’incident du journal le Bosphore égyptien »), Al-Majalla... (...)
  • 149 AE, CP Égypte 84, Barrère à Ferry, 15.3.1884 ; CP Égypte 85, Ferry à Barrère, 1.4.1884.
  • 150 Ce Marseillais s’installe en Égypte en 1879. Conseiller et agent de renseignements de l’agence dip (...)

104Freycinet a déjà fait preuve de modération à l’occasion de la fermeture de l’imprimerie du Bosphore égyptien148. Le quotidien s’est fait une spécialité du verbe violent et du ton provocateur à l’égard des Anglais en Égypte. L’agent doit intervenir plusieurs fois pour prier le directeur Paul Giraud d’être plus mesuré dans ses appréciations149. Borelli est le propriétaire du Bosphore depuis ses débuts en 1883150.

  • 151 AE, PA Freycinet I, F. Mérez, rédacteur du Temps, à Freycinet, 27.6.1885.

105Cette feuille traduit le malaise qui se développe chez les fonctionnaires, menacés de remplacement par des Anglais, et chez les commerçants, éprouvés par le chaos qui règne en Égypte. Les employés de l’État et les milieux mercantiles, traditionnellement peu amicaux à l’égard des Britanniques, voient se joindre à eux « les anciens familiers de Mr. de Blignières, en faveur desquels une réaction s’était opérée dans la colonie »151. Froissés par les indélicatesses de leurs partenaires anglais de l’époque du condominium, ils font bloc avec leurs rivaux français d’antan. Un changement se produit dans l’attitude de la colonie : la répression du mouvement national égyptien dilue son association momentanée, scellée en 1882, avec l’Angleterre et lui permet de renouer avec le passé de rivalité. Le discours égyptianisant dont s’entoure la pénétration britannique ne fait qu’accentuer cette évolution.

106Négateur de l’existence d’une nation égyptienne, le Bosphore se fait l’avocat d’une Égypte internationale, c’est-à-dire européenne. Rompant avec la tradition de la colonie antérieure à l’occupation, il s’en prend, de proche en proche, à l’agence.

  • 152 AE, CP Égypte 93, Saint-René Taillandier, gérant de l’agence, à Freycinet, 14.4.1885.

« Rédigé d’ailleurs avec plus de bonne volonté que d’esprit politique et de talent, il a été souvent par le ton agressif de ses critiques, un embarras pour le représentant de la France en Égypte »152.

  • 153 AE, PA Freycinet 1, Mérez à Freycinet, 27.6.1885.

107En 1885, le Courrier d’Égypte (Alexandrie), produit dans un esprit analogue, est suspendu par l’agence elle-même. Elle supprime ainsi sa propre création : c’est Barrère qui contribue pour 3 000 F à la fondation de ce journal afin de faire pièce au Bosphore. Il finit par le dépasser dans les polémiques gênantes pour l’agence, voire dans les critiques désobligeantes de l’agent153.

108Le 5 avril 1885, le Bosphore publie en arabe une proclamation – apocryphe -du mahdi. Le 8, l’imprimerie est fermée malgré l’opposition du consulat dont les agents sont bousculés. La violation du domicile d’un Européen et des immunités des agents transforment un litige mineur en épreuve de force diplomatique.

  • 154 AE, CP Égypte 93, Freycinet à Saint-René Taillandier, 14.4.1885.
  • 155 Ibid., 17.4.1885.

109Freycinet entend tenir séparées la question du journal, « dont nous ne voulons à aucun degré nous faire solidaires », et la fermeture illégale de l’imprimerie154. L’agence userait de son influence pour empêcher le Bosphore de donner de nouveaux sujets de plaintes au gouvernement. Le ministre demande la réouverture de l’imprimerie, et la punition des auteurs des actes coupables155. Le président du Conseil doit aussi faire une visite à l’agence pour exprimer ses regrets.

  • 156 PP. Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 21.4.1885.
  • 157 AE (Belgique), CP Consulats Égypte 5, G. Heldewick à Caraman, 5.5.1885 ; AE (France), CP Égypte 94 (...)

110L’incident devient une question de prestige. D’aucuns au sein des colonies souhaitent que la France défende « la vieille arche des Capitulations, notre habeas corpus à nous autres »156. Le dénouement ne satisfait pas ceux qui veulent la voir regagner à la faveur de l’affaire le terrain qu’elle a perdu en Égypte. Nubar s’en tire à trop bon compte ; sa chute était désirée157.

  • 158 AE, CP Égypte 94, de Ring, directeur politique, à Saint-René Taillandier, 7.5.1885.
  • 159 Ibid., Freycinet à Saint-René Taillandier, 8.5.1885.
  • 160 AE, PA Saint-René Taillandier, Freycinet à Saint-René Taillandier. 12.5.1885.
  • 161 CP Égypte 95, Saint-René Taillandier à Freycinet, 20.7.1885.
  • 162 Ibid., 22.7.1885.
  • 163 Ibid., 30.8.1885.

111Pour Freycinet, le différend est aplani. Il « ne veut à aucun prix qu’il y ait une deuxième question du Bosphore »158. Giraud devra comprendre que les intérêts généraux de la France ne peuvent être laissés à la merci de ses écarts de plume159. L’agence est autorisée à employer « les moyens de séduction qui peuvent agir sur lui (au besoin même les promesses de subvention pécuniaire) »160 pour l’amener à imprimer une allure modérée à son journal. Elle fait exercer secrètement une surveillance directe sur la rédaction des articles161, tutelle qui risque d’être compromettante si elle venait à couvrir le quotidien de sa protection. Elle est d’ailleurs inefficace car il ne se départit pas de son style injurieux. L’agence arrête la surveillance162 ; elle entend citer le journal devant le tribunal consulaire163.

  • 164 AE, PA Saint-René Taillandier, Saint-René Taillandier à Bailly, 25.7.1885.
  • 165 AE, CP Égypte 96, Saint-René Taillandier à de Freycinet, 7.9.1885.
  • 166 AE, CP Égypte 135, A. Boutiron, chargé de l’agence, à Hanotaux, 29.6.1894.

112Borelli compte sur la sympathie de Freycinet et lui en appelle du gérant de l’agence. Il a « la fatuité de croire que le ministre s’occupe de son journal »164. Proclamant son refus d’abdiquer son indépendance absolue, le quotidien se dit prêt à se saborder165. En fait, il tourne casaque au début des années 1890, se place au service de l’occupant et émarge au budget du gouvernement khédivial166. Le dernier numéro paraît le 1er décembre 1894.

C. La libre navigation dans le canal de Suez

  • 167 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 28.5.1885.

113Le gouvernement français désire clore l’affaire du Bosphore. Il regretterait de la voir compromettre la négociation autrement importante sur le libre passage dans le Suez. Bismarck observe que la France a « fait patte de velours » lors de l’incident – « il n’y avait pas de griffes » – et se plaint à nouveau de l’attitude « molle » du gouvernement français à la commission167.

  • 168 Cf. A. d’Avril, « Négociations relatives au canal de Suez », Revue d’histoire diplomatique, I, 188 (...)

114Ce dernier se prépare à rouvrir les questions politiques relatives à l’Égypte dans le cadre des pourparlers sur le canal168. Le libre passage importe aux puissances engagées dans la création ou l’extension de leurs empires coloniaux. Toutefois cette garantie ne devient effective que si elle enlève à l’Angleterre la faculté de s’emparer du canal ou de le fermer selon ses convenances. Aucun traité ne saurait à lui seul annuler la donnée fondamentale de l’hégémonie de la flotte britannique. Tant qu’elle s’impose, on ne peut interdire à l’Angleterre de passer outre à quelque entente que ce soit.

  • 169 AE, CP Égypte 102, de Beaucaire, à Freycinet, 18.10.1886.

115Dans ces conditions, la valeur d’un accord n’est autre que celle des moyens de surveillance mis en œuvre pour en assurer l’application. C’est par ce biais que le gouvernement français compte amener la discussion sur la question d’Égypte que l’Angleterre a réussi à esquiver en 1884 et 1885. La neutralité du canal s’accompagne de la neutralisation de l’Égypte, elle-même accessoire de son internationalisation. En Europe, on redoute que, pour franchir le canal, les navires ne doivent passer entre deux haies de baïonnettes anglaises. Tout un chacun se trouve sous le coup d’un mouvement de mauvaise humeur à Londres169. L’Angleterre, elle, veille au grain : la question d’Égypte ne doit pas passer par la petite porte de Suez, comme elle l’a fait en 1875-1876 et en 1882.

  • 170 AE, CP Égypte 94 et MD Égypte 16 ; Suez, Classeur 72.

116La Commission se réunit à Paris du 30 mars au 13 juin170. Son mandat est fixé par la convention de Londres : la rédaction d’un acte destiné à garantir le libre usage. Il va de soi que la France et l’Angleterre soumettent des projets divergents.

  • 171 P.-v. de la sous-commission, Séance du 13 avril, p. 15.
  • 172 Ibid., pp. 16-17.
  • 173 Ibid., p. 20.

117Pauncefote, le délégué anglais, objecte au texte français l’inadmissibilité du fait qu’il repose sur le principe d’intervention, la garantie internationale, une commission internationale et la présence de stationnaires aux embouchures du canal171. Mais le projet anglais n’établit que des principes généraux, et Pauncefote doit céder car les délégués allemand, austro-hongrois et italien se rallient à Billot172. Il fait toutefois des réserves formelles à tout ce qui implique une garantie : l’Égypte, comme puissance territoriale, serait chargée de surveiller l’application de la convention en ce qui concerne les navires de guerre173.

118Ainsi est posé, dès le départ, le refus de l’Angleterre d’admettre une immixtion des puissances en Égypte. La question de la surveillance du traité est le point focal des négociations, car nul ne conteste le principe du libre passage et l’assimilation du canal à un bras de la mer.

  • 174 AE, PA de Ring 14, Note sans date.

119Le désaccord fondamental porte sur l’article 9 du traité projeté. La France propose une commission spéciale composée des représentants des puissances, sous la présidence d’un délégué de la Porte. Un mandataire de l’Égypte, avec voix consultative, lui serait adjoint. La surveillance aurait un caractère collectif, obligatoire et permanent. L’Angleterre préfère charger du soin de veiller à l’exécution du traité les agents diplomatiques des puissances en Égypte. S’il se produisait une menace pour la liberté du canal, ils se réuniraient obligatoirement sur la convocation de l’un d’eux. Aucun président ne serait désigné à l’avance, et il n’y aurait pas de délégué ottoman ou égyptien174. L’Angleterre ferait l’économie d’un nouvel organisme qui contesterait son autorité et nuirait à ses mouvements.

  • 175 AE, PA Freycinet 10, Freycinet à d’Aubigny, chargé d’affaires à Londres, 23.5.1885 ; PA Freycinet (...)

120Freycinet accepte l’arrangement175. L’abandon de la commission n’est pas une perte sérieuse. Peu occupée, elle

  • 176 AE, PA de Ring 15, de Ring à de Courcel, 6.5.1885.

« serait un nid à ennuis, attendu que ses membres, obéissant à la tendance naturelle de faire quelque chose, succomberaient certainement a la tentation fréquente de faire des bêtises, faute de mieux »176.

121Occupés, les agents ne s’assembleront que quand besoin sera et formeront une commission à action intermittente. En tout cas, le gouvernement se refuse à contrarier ou à taquiner les Anglais.

  • 177 Id.

« Le jour où M. de Bismarck voudra engager une campagne sérieuse contre l’Angleterre, nous tacherons de faire le moins mal possible ce que nous commandent nos intérêts. Mais jusque-là nous n’aimerions pas trop jouer le rôle de Raton dans les fables »177.

  • 178 Suez, Classeur 72, Commission internationale, Protocole de la séance du 13 juin.

122Cependant l’Angleterre va plus loin dans ses exigences. Le 13 juin, Pauncefote formule une réserve générale quant à l’application des dispositions du traité en tant qu’elles entraveraient la liberté d’action de l’Angleterre pendant l’occupation178. Cela revient à souligner à gros traits la futilité de l’entreprise. La marine anglaise n’a pas besoin de garanties. L’Angleterre n’a que faire d’une surveillance qui gênerait sa situation. Les travaux de la commission à Paris sont ajournés sine die. Toute la politique, définie depuis 1884, qui consiste à étendre la négociation financière à la discussion de l’occupation semble compromise.

123Pourtant de Freycinet continue de montrer ses bonnes dispositions. Il a voulu arrêter

  • 179 DDF, 1/6, Freycinet à de Courcel, 15.6.1885.

« le système des tracasseries gratuites et des provocations inutiles à l’adresse de l’Angleterre, tracasseries et provocations qui pouvaient favoriser les visées secrètes de certaine politique, mais qui compromettraient sans compensation les bons rapports de la France avec son alliée naturelle. Pour prix de notre complicité dans ses projets d’abaissement de la puissance britannique, que nous promettait le prince de Bismarck ? Pas même la libération de l’Égypte puisque, de votre propre avis, il songerait à rétablir la domination turque dans la vallée du Nil »179.

124Freycinet juge que la présence d’une armée anglaise en Égypte est un état de fait qui prendra fin un jour. Ramener les Turcs dans un pays dont l’autonomie est l’œuvre maîtresse de la politique française en Orient serait une grande humiliation.

  • 180 AE, PA Freycinet 11, Freycinet à Waddington, 1.7.1885.

125Le président du Conseil dit au chargé d’affaires anglais que l’évacuation est une condition sine qua non des bons rapports entre les deux pays. Mais les susceptibilités de l’Angleterre seront ménagées. La France évitera tout ce qui pourrait donner l’apparence d’une pression ou d’une mise en demeure. Ce sera aux ministres anglais de prendre leur résolution et de choisir le moment180.

  • 181 Ibid., 3.7.1885.

« Nous attendons avec confiance leur initiative sur la question d’Égypte, mais... nous n’entendons nullement les embarrasser par des interrogations impatientes ou une pression indiscrète. L’examen de la situation et le sentiment des vrais intérêts doit les amener spontanément au but vers lequel nous tendons nous-mêmes »181.

  • 182 AE, CP Égypte 96, Instructions à Barrère, 22.9.1885.
  • 183 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, Granville à Baring, 8.5.1885.

126Freycinet est aussi conduit à demander à Barrère, qui reprend la direction de l’agence après la fin des négociations, de tempérer ses ardeurs antibritanniques. Il est nécessaire d’éviter les démarches intempestives de nature à provoquer « une prise de possession plus complète de l’Égypte »182. En décembre, Barrère est muté. Granville agit peut-être sur Waddington qui déteste l’agent183.

  • 184 Il se définit comme « un de vos partisans les plus dévoués ». AE, PA d’Aunay 3, d’Aunay à Gambetta (...)
  • 185 Ibid., 17.8.1882.

127Le comte d’Aunay, chargé d’affaires à Londres, lui succède. Diplomate de carrière, c’est un partisan discret de Gambetta184. D’Aunay est nommé par Freycinet dont il a autrefois, en bon gambettiste, critiqué en privé la politique185. Son caractère amène le recommande à ce poste délicat.

  • 186 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13815, Freycinet à Adam, 19.5.1885.
  • 187 Ibid., 13.10.1885. « Ne vous pressez pas de partir en guerre » lui écrit-il le 17 novembre.
  • 188 AE, PA d’Aunay 4, Waddington à d’Aunay, 24.12.1885.

128Par ailleurs, Freycinet, soucieux d’amadouer l’Angleterre en Égypte, fait en France, auprès des amis de Gambetta, « un grand travail de rapprochement, dans l’intérêt de la République »186. Il demande à Juliette Adam « de ne « batailler » contre personne. Vous serez toujours à temps, après, de reprendre le fer »187. D’Aunay est donc tout désigné pour des raisons de politique intérieure et extérieure. Ses instructions sont « conformes à la politique de modération vis-à-vis des Anglais en Égypte, que j’ai toujours conseillée »188.

V. LA FRANCE ET LA CONVENTION ANGLO-OTTOMANE DE 1887

  • 189 Anciennement administrateur de l’Anglo et de la Land and Mortgage Co.

129Les négociations de 1885-1887 montrent que toutes les parties restent sur leurs positions. En annonçant le 6 juillet l’envoi du député Drummond Wolff189 à Constantinople, le nouveau cabinet tory entend retirer la question d’Égypte de son contexte européen pour en faire le sujet d’un tête-à-tête entre l’Angleterre et l’Empire ottoman. L’ordre de mission est large : défense de la frontière méridionale de l’Égypte, maintien de l’ordre à l’intérieur, réorganisation administrative du pays.

  • 190 AE, PA cie Freycinet 11, Freycinet à Waddington, 29.7.1885.
  • 191 AE, CP Égypte 95, Saint-René Taillandier à Freycinet, 19.8.1885.
  • 192 Ibid., Freycinet à Saint-René Taillandier, 24.8.1885.
  • 193 DDF, 1/6, Saint-René Taillandier à Freycinet, 26.8.1885.

130Expectante, l’attitude du Quai d’Orsay n’en est pas moins, aux aguets pour s’opposer à toute modification de la situation juridique de l’Égypte. Freycinet rappelle que courtoisie et cordialité ne signifient pas que son gouvernement se désintéresse de l’Égypte190. Lorsqu’il apprend que le khédive sollicitait l’établissement d’un protectorat191, Freycinet lui laisse entendre qu’il expose son trône à de grands périls et accroît les chances des prétendants192. La tentative du vice-roi échoue devant la résistance des ‘ulamā’ les savants traditionnels193.

  • 194 AE, CP Égypte 98, Freycinet à d’Aunet, 10.1.1886.

131Arrivé à Constantinople en août, Drummond Wolff signe le 24 octobre une convention prévoyant l’envoi en décembre en Égypte de deux hauts-commissaires, mandatés par Londres et la Porte, pour réorganiser l’armée égyptienne. Bien qu’il n’y ait pas d’arrangement formel à évacuer, l’intention est conforme aux vues de la France. « La réorganisation de l’armée égyptienne sur des bases solides est le nœud de l’évacuation »194.

  • 195 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit..
  • 196 AE, CP Égypte 98, Freycinet à d’Aunay, 22.1.1886.
  • 197 Ibid., d’Aunay à Freycinet, 11.2.1886 ; CP Égypte 99, Freycinet à d’Aunay, 19.3.1886.
  • 198 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.
  • 199 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 24 et 29.4.1886.

132Les négociations des deux hauts-commissaires, de Drummond Wolff et de Mukhtār pacha, avec le khédive sont productives de nombreux mémorandums. Celui du maréchal turc, en date du 6 février 1886195, préconise l’emploi d’officiers ottomans. Au grand regret de Freycinet, le sultan refuse d’autoriser leur enrôlement : à Yildiz Kiosk, on craint qu’ils ne veuillent pas revenir196. Les intrigues qu’ourdissent ses rivaux à Constantinople ne renforcent pas l’autorité de Mukhtār197, même si le maréchal, par sa ténacité et son sérieux, commence à exercer une réelle influence en Égypte198. Le 24 avril, l’Angleterre repousse ses propositions. Elle insiste pour que les cadres de l’armée soient britanniques, et rejette le, projet de reconquête du Soudan. Elle n’accepte pas enfin d’abandonner à l’Égypte les 200 000 Lég (5 184 000 F) que celle-ci lui verse annuellement pour les frais de l’armée d’occupation. Les pourparlers sont suspendus199.

133Freycinet a déjà eu des doutes à propos de la politique de conciliation. La réponse de l’Angleterre ne semble pas propre à faciliter l’évacuation.

  • 200 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.

« Les dispositions conciliantes que nous avons témoignées à cette puissance, ne paraissent plus de saison.... Notre rôle doit consister maintenant à mettre obstacle aux agissements de nos adversaires en prenant, dans toute occasion, la défense des intérêts européens »200.

  • 201 Ibid., Freycinet à d’Aunay, 13.5.1886.
  • 202 Ibid., 21.5.1886.

134Freycinet approuve les vues de l’agent201, mais souhaite poursuivre avec la Porte la réorganisation militaire202.

135Sur ce plan, l’agent ne se paie pas d’illusions. Quelle que soit la bonne volonté du gouvernement ottoman et de Mukhtār,

  • 203 Ibid., d’Aunay à Freycinet, 21.6.1886.

« les négociations, selon toute vraisemblance, se traîneront péniblement à travers des délibérations oiseuses et se heurteront à la force d’inertie que l’agent britannique opposera sans cesse à son adversaire »203.

136L’Angleterre ne modifiera ses intentions que lorsque les circonstances permettront à la France de participer de nouveau au règlement de la question égyptienne.

  • 204 AE, CP Égypte 102, de Beaucaire, à Freycinet, 17 et 18.10.1886.

137Drummond Wolff est loquace en ce qui concerne les avantages que l’Angleterre reconnaîtrait à la France dans les Administrations internationales et la neutralisation du canal de Suez sans la neutralisation de l’Égypte. Ses propos se perdent dans le vague lorsqu’il s’agit de l’évacuation. Il la subordonne à des conditions dont son gouvernement pourra toujours se prévaloir pour l’ajourner aussi longtemps qu’il le voudra. Un engagement ainsi contracté serait illusoire pour la France. « L’œuvre de régénération » de l’Angleterre ne se terminerait jamais et il serait nécessaire de mettre continuellement l’Égypte à l’abri des secousses auxquelles elle est exposée204.

138Au Quai d’Orsay on réitère la position de la France.

  • 205 Ibid, Annotation en marge de la lettre de de Beaucaire du 18.10.1886.

« La seule manière pratique d’engager des pourparlers serait de tomber d’accord avec nous sur un plan d’organisation de l’armée égyptienne. Une fois ce point arrêté, tout le reste viendrait facilement. Mais tant que les Anglais ne veulent pas s’occuper de l’armée efficacement, cela signifie qu’ils veulent perpétuer le statu quo »205.

  • 206 AE, CP Égypte 102, Freycinet à d’Aunay, 30.10.1886.

139Ne voulant pas « froisser ses justes susceptibilités » et « soucieuse de sa dignité », la France ne demande rien à l’Angleterre mais attend qu’elle prépare elle-même, de sa propre initiative, les conditions de l’évacuation. Dès qu’elle aura fixé une date raisonnable, la France l’aidera dans sa tache206.

  • 207 DDF, 1/6, Waddington à Freycinet, 3.11.1886.

140La question de l’évacuation domine les entretiens qui se déroulent à Londres en novembre entre Waddington et les ministres britanniques. Ces derniers évoquent l’idée que l’Angleterre demanderait à l’Europe de fixer un terme pendant lequel elle aurait le droit de rentrer en Égypte dans des conditions déterminées, si de « nouveaux désordres » venaient à mettre en péril « l’œuvre de réorganisation »207.

  • 208 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Freycinet à Waddington, 8.11.1886.
  • 209 DDF, 1/6, Freycinet à Waddington, 10.11.1886.

141Freycinet n’y fait pas d’objections de principe, à condition que l’Angleterre fixe une date d’évacuation. L’exécution des réformes administratives devrait être remise au lendemain de l’évacuation208. « Ce ne sont pas les réformes qui prépareraient l’évacuation, ... c’était au contraire l’évacuation qui préparerait et favoriserait les réformes »209.

  • 210 AE, PA d’Aunay 4, d’Aunay à Freycinet, 9.11.1886.
  • 211 AE, PA Freycinet 1, Note du chargé d’affaires à Constantinople, 25.11.1886.
  • 212 AE, CP Égypte 103, d’Aunay à Flourens, 20.12.1886.

142Ces discussions donnent à penser que l’Angleterre préférerait la première situation en Égypte au prix de l’évacuation, plutôt que d’occuper indéfiniment le pays sans pouvoir s’en rendre maîtresse et avec la certitude de provoquer des tensions avec la France210. « Depuis longtemps le moment n’avait pas paru aussi favorable pour travailler à une solution conforme aux vues de la France et aux intérêts généraux »211. S’il est impossible d’arriver à un accord, « le statu quo est préférable à tout arrangement qui, sous des apparences séduisantes, consacrerait, même à titre provisoire, l’occupation de l’Égypte par les troupes anglaises »212.

  • 213 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit..

143Drummond Wolff reprend le chemin de Constantinople en janvier 1887 pour sa seconde mission. Il essaie de s’entendre avec la Porte sans l’intermédiaire de Mukhtār. Le 8, février, il remet un mémorandum comportant le droit de réoccupation de l’Égypte par l’Angleterre, en cas de troubles intérieurs ou extérieurs, et le maintien des officiers anglais dans l’armée khédiviale. La Porte répond le 28 par la demande qu’une date soit fixée pour l’évacuation, que des cadres ottomans dirigent l’armée et que le droit de réoccupation soit abandonné213.

  • 214 Ibid..
  • 215 Ibid., Flourens à Montebello, 16.5 et 3.6.1887.

144La convention signée le 22 mai prévoit que l’évacuation aurait lieu dans un délai de trois ans, sauf si des dangers internes ou externes rendaient nécessaire son ajournement. L’Angleterre obtient un droit indéfini de réoccuper l’Égypte214. Le nouveau ministre français des AE n’admet pas qu’elle soit mise en Égypte sur le même pied que la Porte suzeraine. C’est la substitution d’un droit régulier à une situation de fait. Quant à la date d’évacuation, elle n’a rien de contraignant215. Pour la France, le statu quo semble meilleur que la situation qui naîtrait de la convention.

  • 216 AE, PA Hanotaux 1, Journal, juin 1887 (jour non indiqué). Pour l’Angleterre, cf. PRO FO 633/7, Cro (...)

145La lutte se transporte à Constantinople. Les ambassades d’Angleterre et de France ne lésinent pas sur les moyens propres à recommander leurs arguments à la bienveillance des dignitaires ottomans. Les présents accompagnent les menaces216.

  • 217 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Montebello à Flourens, 14.7.1887.
  • 218 Ibid., Flourens à Montebello, 15.7.1887.
  • 219 Windsor Royal Archives, CAB 41/20/39, Rapport du 23.6.1887.

146Soumis à l’action combinée de la France et de la Russie, le sultan refuse sa ratification. La Porte propose un nouveau projet autorisant une occupation de trois ans, la reconnaissance à elle seule du droit de réoccupation et le maintien des officiers anglais pendant deux années après l’évacuation217. Flourens le trouve acceptable218, mais Drummond Wolff met fin aux négociations. Elles se brisent sur l’écueil du droit de réoccupation, sans lequel le cabinet anglais est décidé, lui aussi, à se satisfaire du statu quo219.

147Les négociations anglo-ottomanes de 1885-1887 revêtent une signification internationale qui dépasse leur dimension égyptienne. La convention de 1887 s’élabore au moment où des réalignements importants se dessinent en Europe. La crise bulgare mine l’Alliance des Trois Empereurs et rapproche la Triple Alliance et l’Angleterre. D’autre part, les rapports franco-allemands sont particulièrement tendus. C’est durant une crise ministérielle impliquant le général Boulanger que la convention de mai 1887 est signée.

VI. LA CONVENTION SUR LA LIBRE NAVIGATION DANS LE CANAL DE SUEZ

  • 220 AE, PA Goblet, F. Charmes à Goblet, 24.9.1888.

148La non-ratification de la convention de 1887 constitue un succès pour une combinaison nouvelle réunissant informellement la France et la Russie. Cependant ni l’Angleterre ni la France n’est acquise à l’idée de dépendre de ses partenaires conjoncturels. D’où la recherche d’une entente entre elles. On ne saurait s’expliquer autrement la conclusion d’un traité sur la libre navigation dans le canal de Suez, affaire mort-née en 1885. Tout laisse croire qu’elle répond à un besoin pour Londres et Paris de s’accorder sur un sujet, quel qu’il soit, et sans se soucier de la vacuité de l’instrument diplomatique qui en résulte. Le directeur politique ne s’en cache pas : il craint un rapprochement entre la Triple Alliance et la Russie, et « désire ardemment » que la convention Suez soit signée afin de s’entendre avec l’Angleterre220.

  • 221 DDF, 1/6, Waddington à Freycinet, 15.3.1886.
  • 222 AE, CP Égypte 108, Flourens à de Beaucaire, 21.12.1887.
  • 223 Ibid., de Beaucaire a Flourens, 28.12.1887.

149En mars 1886, l’Angleterre refuse la requête de la France de reprendre les négociations relatives au canal de Suez221. Elles ne sont renouées qu’en mai 1887 et une entente s’établit le 24 octobre. Mukhtār est d’avis que l’accord sera tout à l’avantage des Anglais, tant qu’ils occuperont l’Égypte. Flourens répond que la convention aura tout son effet après l’évacuation222. Mais Mukhtār persiste à croire qu’il convient de lier la convention à l’évacuation, et le sultan demande pour son délégué la présidence de la réunion des agents diplomatiques223. La France a abandonné cette revendication en 1885.

  • 224 AE, CP Égypte 109, Flourens a d’Aubigny, 2.2.1888 ; CP Égypte 110, Flourens a d’Aubigny, 21.3.1888

150Ce n’est pas sans réticence qu’elle s’entend avec l’Angleterre pour reconnaître ce droit à la Porte224. La convention est enfin signée par les représentants de neuf États le 29 octobre 1888 à Constantinople. Outre une disposition qui prévoit une réunion annuelle des agents diplomatiques pour constater la bonne exécution du traité, l’instrument est conforme aux vues de l’Angleterre dans toutes ses parties essentielles.

  • 225 AE, PA Goblet, Waddington a Goblet, 31.10.1888.

151On se demande pourquoi Waddington se félicite d’un succès225. Le document proclame le canal libre et ouvert en tout temps et à tous ; mais de mécanisme effectif d’application, point. Bien ingénu l’adversaire de l’Angleterre qui ferait emprunter cette voie par ses navires. La réserve générale de 1885 érige déjà l’Angleterre en arbitre du passage pendant F occupation. Ni l’évacuation ni la neutralisation ni l’internationalisation de l’Égypte ne peuvent être déduites de la convention. Quoi qu’il en soit, et indépendamment des textes, la navigation dépend, en dernier ressort, de la maîtrise de la Méditerranée.

  • 226 Ibid., Goblet a d’Aubigny, 27.11.1888.

152Quant à l’évacuation réalisée par voie d’une transaction franco-anglaise, elle semble hors de portée. Une action collective de l’Europe étant exclue, « c’est à la Porte seule qu’il convient, si elle le juge à propos, de rouvrir aujourd’hui avec l’Angleterre la question de l’évacuation de l’Égypte et de régler de concert avec le Cabinet de Londres les détails de cette opération »226. La diplomatie française se bornerait à l’encourager discrètement et, au besoin, à la conseiller pour le règlement des détails.

Conclusion.

153La convention sur le libre passage constitue la maigre récolte de la politique conciliatrice menée depuis 1884. Encore est-elle due à la conjoncture européenne et non à la résolution des litiges touchant l’Égypte. Les négociations de 1884 se brisent sur l’écueil des attributions de la Caisse ; celles de 1885 sur les problèmes de la surveillance du canal de Suez et de la neutralisation/internationalisation de l’Égypte. L’enquête internationale évoquée dans la convention de Londres n’a pas lieu : l’impôt de 5 % est remboursé avant le délai. Enfin la convention 1887 annonce la possibilité d’une occupation légale et de longue durée de l’Égypte par l’Angleterre.

154L’espoir de rétablir une situation compromise par la politique de coercition menée de 1876 à 1882 est un luxe, un boni dont jouit la France en raison de la situation difficile de l’Angleterre. Celle-ci n’envisage de quitter l’Égypte que si sa primauté est assurée, auquel cas l’évacuation n’aurait pas la signification que lui attache la France.

155De 1884 à 1887, la France s’efforce de construire des ponts conçus pour faciliter l’évacuation de l’Égypte. Elle ne pose qu’indirectement les questions politiques touchant le statut et l’avenir de ce pays. Elle tente de transformer la prépondérance anglaise en contrôle international, et se heurte au refus de l’Angleterre de voir réduit à néant l’un des objectifs de son expédition militaire.

156En 1887-1888, la période marquée du sceau de la conciliation arrive à son terme. Les espoirs de réaliser l’évacuation amiablement sont mis de côté. Sur le terrain, en Égypte, l’affrontement est déjà commencé.

Notes

1 AE, MD Égypte 10, Note des contrôleurs, 8.7.1882.

2 Id..

3 Ibid., de Vorges à Duclerc, 7.8.1882.

4 AE, Institution d’une Commission mixte pour l’examen des réclamations résultant des derniers événements d’Égypte, 1882-1883, Imprimerie nationale, Paris, 1883, Duclerc à Plunkett. 4.9.1882.

5 Ibid., pp. ?, 16, 50, 61 et 92.

6 AE, MD Égypte 11, KJeczkowski, consul et délégué à la Commission, à Challemel-Lacour, 23.4.1883.

7 Ibid, 14.5.1883.

8 AN, F12 7365, Lettres au ministre du Commerce, 6 et 7.10.1882, 16 et 17.2.1883.

9 L’Économiste français, 6.9.1884.

10 AE, MD Égypte 12, KJeczkowski à Ferry, 31.3.1884 ; CP Égypte 84, Relevé général du conseiller juridique, 5.3.1884. Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1885, p. 56.

11 CL (Alexandrie), Bulletin financier et commercial, n° 213, novembre-décembre 1883.

12 AE, CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 16.12.1883.

13 AE, PA Freycinet 1, F. Mérez, rédacteur du Temps, à Freycinet, 27.6.1885.

14 Id., CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 24.12.1883.

15 Id., Ferry, a Barreré, 27.11.1883.

16 AE, CP Égypte 83, Le Chevalier à Barreré, 31.1.1884.

17 Ibid., Barreré à Ferry, 3 et 10.2.1884.

18 AE, CP Égypte 86, Barreré à Ferry, 8.5.1884.

19 AE, CP Égypte 84, Barreré à Ferry, 5.3.1884.

20 AE, CP Égypte 81, Barreré à Ferry, 7.12.1883.

21 Ibid., 16.12.1883.

22 Le Journal des débats, 7.2.1884.

23 AE, PA Waddington 8, Ferry à Waddington, 8.1.1884.

24 Id.

25 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 8.1.1884.

26 Ibid., Waddington à Ferry, 10.1.1884.

27 Ibid., Ferry à Waddington, 7.3.1884. « Voici donc le quart d’heure de Rabelais vem. pour l’Angleterre », écrit Ferry à l’ambassadeur a Rome. DDF, 1/5, Ferry à Decrais, 17.4.1884.

28 AE, PA Waddington 8, Waddington à Ferry, 12.3.1884.

29 AE, AD, Égypte : Finance 4, Note de Raindre, 27.4.1884.

30 AE, PA Waddington 8, Mémorandum de Waddington, 28.4.1884.

31 AE, CP Égypte 86, Barrère à Ferry, 5.5.1884.

32 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 2.5.1884.

33 AE, CP Égypte 86, Ferry à Barrère, 2.5.1884.

34 Ibid., Barreré à Ferry, 5.5.1884.

35 Ibid., A. Billot, directeur des Affaires politiques, à Barrère, 9.5.1884 ; Ramm op. cit., II, p. 185, Gladstone à Granville, 3.5.1884.

36 AE, PA Waddington 8, Note de Waddington, 7.6.1884.

37 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 22.5.1884.

38 Cf. HPD, 3e série, t. 287 et 288. Un lecteur dit son agacement en présence de l’obscurité des réponses. Lettre au Times, 5.6.1884.

39 AN, IL 44, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à « Monseigneur », 19.4.1884.

40 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 30.5.1884.

41 AE, PA Waddington 8, Waddington à Ferry, 22 et 26.5.1884.

42 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 30.5.1884.

43 Ibid., Ferry à Waddington, 31.5.1884.

44 Ibid., 4.6.1884.

45 PRO, PRO 30/29/293, Granville Papers, Confidential 5025, Granville à Lyons, 6.5.1884.

46 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 11.6.1884.

47 HPD, 3e série, t. 189, colonnes 1058 et 1143, 23.6.1884.

48 Ibid., colonnes 1044-1146.

49 Journal officiel, p. 1453, 24.6.1884.

50 Id..

51 Ibid., pp. 1487-1491, 27.6.1884.

52 Ibid., pp. 1495-1498.

53 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 26.6.1884.

54 Le Temps, 25 et 28.6, et 3.7.1884.

55 Le Journal des débats, 1.7.1884.

56 AE, PA Waddington 5 bis, de Soubeyran à Waddington, 10.7.1884.

57 Le Journal des débats, 17.6.1884.

58 L’Économiste français, 7.6.1884 ; le Journal des débats, 25.6 et 11.7.1884.

59 L’Économiste français, 7.6.1884.

60 Ibid., 21.6.1884.

61 Le Journal des débats, 25.6.1884.

62 L’Économiste français, 7.6.1884.

63 Ibid., 12.1, 7 et 21.6.1884 ; le Journal des débats, 7, 11 et 23.6.1884.

64 L’Économiste français, 12.1.1884.

65 Outre les discours au Parlement, il y a les nombreux Blue Books sur l’Égypte et la littérature produite par les hauts fonctionnaires, dont les mieux connus sont Cromer et Milner.

66 Le Journal des débats, 5.2.1884.

67 L’Économiste français, 1.11.1884.

68 Id..

69 Ibid., 22 et 24.6.1884.

70 Ibid., 23.6.1884.

71 Waddington est assisté de Barrère, de Blignières et Liron d’Airolles, membre de la Commission de Liquidation de 1880.

72 Le Journal des débats, 17.6.1884.

73 Ibid., 20J.1884.

74 AE, CP Égypte 87, Comité des porteurs aux Affaires étrangères, 22.6.1884.

75 AE, PA d’Aubigny 5, Protocole n° 2, Séance du 22.7.1884.

76 Le Journal des débats, 20.7.1884.

77 Le Journal des débats.

78 Ibid., Protocole ne 4, Séance du 28.7.1884.

79 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 27.7.1884.

80 Gladstone et Granville font état des projets dans le détail. HPD, 3e série, t. 291, colonnes 1519-1527, 2.8.1884, et colonnes 1540-1545, 4.8.1884.

81 AE, PA d’Aubigny 5, Protocole n° 7, Séance du 2.8.1884.

82 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 27.7.1884.

83 Le Journal des débats, 11.8.1884.

84 AN, IL 45, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris à Weisweiller et Bauer, 29.7 1884.

85 AE, CP Égypte 87, Monge Égypte Ferry, 4, 11 et 18.8.1884.

86 The Economist, 9.8.1884.

87 PRO, CAB 37/13/38, Mémorandum de Northbrook sur sa mission, 9.8.1884.

88 AE, CP Égypte 87, Barrère Égypte Ferry, 22.9.1884.

89 AN, IL 45, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris Égypte Weisweiller et Bauer, 19.9.1884.

90 AE, PA Waddington 4, Billot Égypte Waddington, 21.9.1884.

91 AE, PA Hanotaux 8, Ferry Égypte Billot, 23.9.1884.

92 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1884, pp. 110-124.

93 BL, Add Mss 48949, D’Abernon Papers 28, Diary, 15.9.1884.

94 AE, CP Égypte 89, Barrère à Ferry, 3 et 4.11.1884.

95 Ibid., 16.11.1884.

96 Ibid., 21.11.1884.

97 Ibid., 16.11.1884.

98 BL, Add Mss 48949, D’Abernon Papers 28, Diary, 30.10 et 30.11.1884.

99 BL, Add Mss 44267, Gladstone Papers, Northbrook à Gladstone, 19.11.1884 ; Gladstone à Northbrook, 20.11.1884.

100 AE, Affaires d’Égypte, Imprimerie nationale, Paris, 1885.

101 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 25.11.1884.

102 La Privilégiée 5 %, détenue majoritairement en Angleterre, et la Domaniale ne sont pas touchées.

103 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 29.11.1884.

104 AE, CP Égypte 90, Note du 1.12.1884.

105 L’Économiste français, 27.12.1884.

106 AE, CP Égypte 90, Barrère à Ferry, 3.12.1884.

107 Ibid., 4.12.1884.

108 Ibid., 25.12.1884.

109 AE, CP Égypte 90.

110 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 8.12.1884 ; AD, Égypte : Finances 4. Note sans date.

111 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 8.12.1884.

112 AE, AD, Égypte : Finances 4, Note confidentielle de Waddington à Ferry, 23.12.1884.

113 DDF, 1/5, de Courcel à Ferry, 25.4.1884.

114 Ibid., Note de Ferry sur sa conversation avec Herbert von Bismarck, 6.10.1884.

115 AE, PA Waddington 4, Waddington à Ferry, 11.10.1884.

116 DDF, 1/5, de Courcel à Ferry, 19.1.1885.

117 Ramm, op. cit., II, p. 316, Granville à Gladstone, 9.1.1885.

118 Affaires d’Égypte, 1885, op. cit., pp. 6-10.

119 AE, CP Égypte 91, Ferry à Barrère, 15.1.1885.

120 AE, PA Waddington 4, Billot à Waddington, 18.1.1885.

121 Affaires d’Égypte, 1885, op. cit., pp. 18-19.

122 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 22.1.1885.

123 Ibid, Ferry à Waddington, 23.1.1885.

124 PP, Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 3.12.1884.

125 AE, CP Égypte 91, Barrère à Ferry, 25.1.1885.

126 Ibid., 26.1.1885.

127 Ibid., 30.1.1885 ; CP Égypte 92, Barrère à Ferry, 3.2.1885.

128 AE, PA Waddington 4, Ferry à Waddington, 1.2.1885.

129 Ibid, Billot à Waddington, 14.2.1885.

130 DDF, 1/5, Waddington à Ferry, 18.2.1885.

131 DDF, 1/5, Ferry à Barrère, 5.2.1885.

132 Le Journal des débats, 7.2.1885.

133 Ibid, 27.1.1885.

134 Ibid., 11.2.1885.

135 Prospectus et Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1885, p. 4.

136 AN, 5 d, Fonds Rothschild, Convention sans date.

137 Compte rendu, op. cit., p. 23.

138 AN, IL 47, Fonds Rothschild, Rothschild de Paris aux Rothschild de Londres, 8.8.1885.

139 Ibid., 14.8.1885.

140 Ibid., 12.8.1885.

141 Le Journal des débats, 1.8.1885.

142 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 10.5.1885.

143 Ibid., 24.5.1885.

144 AE, PA Freycinet 1, Deux notes de Freycinet, avril-mai 1885.

145 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 24.5.1885.

146 Ibid., Freycinet à de Courcel, 29.5.1885.

147 Ibid., de Courcel à Freycinet, 1.6.1885.

148 Cf. ‘A. al-Shinnāwī « Ḥādith... » (« L’incident du journal le Bosphore égyptien »), Al-Majalla... (La Revue historique égyptienne), n° 9-10, 1960-1962, pp. 117-213.

149 AE, CP Égypte 84, Barrère à Ferry, 15.3.1884 ; CP Égypte 85, Ferry à Barrère, 1.4.1884.

150 Ce Marseillais s’installe en Égypte en 1879. Conseiller et agent de renseignements de l’agence diplomatique française de 1881 à 1885, il abandonne petit à petit le journalisme pour s’adonner aux affaires, évolution dont le parallèle semble être son passage de l’anglophobie à l’anglophilie. Il laisse tomber le Bosphore en 1894, au moment où la Société des engrais qu’il a fondée est tirée de ses difficultés par le gouvernement khédivial qui la rachète à un prix avantageux. Borelli rentre en France en 1900. F. Garcin, « Un notable français du Caire à la fin du xixe siècle », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 30. 1980, pp. 71-99.

151 AE, PA Freycinet I, F. Mérez, rédacteur du Temps, à Freycinet, 27.6.1885.

152 AE, CP Égypte 93, Saint-René Taillandier, gérant de l’agence, à Freycinet, 14.4.1885.

153 AE, PA Freycinet 1, Mérez à Freycinet, 27.6.1885.

154 AE, CP Égypte 93, Freycinet à Saint-René Taillandier, 14.4.1885.

155 Ibid., 17.4.1885.

156 PP. Département de la Seine, Ba 337, Rapport du Caire, 21.4.1885.

157 AE (Belgique), CP Consulats Égypte 5, G. Heldewick à Caraman, 5.5.1885 ; AE (France), CP Égypte 94, Saint-René Taillandier à Freycinet, 4.5.1885.

158 AE, CP Égypte 94, de Ring, directeur politique, à Saint-René Taillandier, 7.5.1885.

159 Ibid., Freycinet à Saint-René Taillandier, 8.5.1885.

160 AE, PA Saint-René Taillandier, Freycinet à Saint-René Taillandier. 12.5.1885.

161 CP Égypte 95, Saint-René Taillandier à Freycinet, 20.7.1885.

162 Ibid., 22.7.1885.

163 Ibid., 30.8.1885.

164 AE, PA Saint-René Taillandier, Saint-René Taillandier à Bailly, 25.7.1885.

165 AE, CP Égypte 96, Saint-René Taillandier à de Freycinet, 7.9.1885.

166 AE, CP Égypte 135, A. Boutiron, chargé de l’agence, à Hanotaux, 29.6.1894.

167 DDF, 1/6, de Courcel à Freycinet, 28.5.1885.

168 Cf. A. d’Avril, « Négociations relatives au canal de Suez », Revue d’histoire diplomatique, I, 1888, pp. 1-26 et ii, 1888, pp. 161-189. Basés sur les Livres jaunes et les Blue Books.

169 AE, CP Égypte 102, de Beaucaire, à Freycinet, 18.10.1886.

170 AE, CP Égypte 94 et MD Égypte 16 ; Suez, Classeur 72.

171 P.-v. de la sous-commission, Séance du 13 avril, p. 15.

172 Ibid., pp. 16-17.

173 Ibid., p. 20.

174 AE, PA de Ring 14, Note sans date.

175 AE, PA Freycinet 10, Freycinet à d’Aubigny, chargé d’affaires à Londres, 23.5.1885 ; PA Freycinet 11, Freycinet à Waddington, 5.6.1885.

176 AE, PA de Ring 15, de Ring à de Courcel, 6.5.1885.

177 Id.

178 Suez, Classeur 72, Commission internationale, Protocole de la séance du 13 juin.

179 DDF, 1/6, Freycinet à de Courcel, 15.6.1885.

180 AE, PA Freycinet 11, Freycinet à Waddington, 1.7.1885.

181 Ibid., 3.7.1885.

182 AE, CP Égypte 96, Instructions à Barrère, 22.9.1885.

183 PRO, FO 633/7, Cromer Papers, Granville à Baring, 8.5.1885.

184 Il se définit comme « un de vos partisans les plus dévoués ». AE, PA d’Aunay 3, d’Aunay à Gambetta, 26.8.1882.

185 Ibid., 17.8.1882.

186 BN, Mss, Nouvelles acquisitions françaises 13815, Freycinet à Adam, 19.5.1885.

187 Ibid., 13.10.1885. « Ne vous pressez pas de partir en guerre » lui écrit-il le 17 novembre.

188 AE, PA d’Aunay 4, Waddington à d’Aunay, 24.12.1885.

189 Anciennement administrateur de l’Anglo et de la Land and Mortgage Co.

190 AE, PA cie Freycinet 11, Freycinet à Waddington, 29.7.1885.

191 AE, CP Égypte 95, Saint-René Taillandier à Freycinet, 19.8.1885.

192 Ibid., Freycinet à Saint-René Taillandier, 24.8.1885.

193 DDF, 1/6, Saint-René Taillandier à Freycinet, 26.8.1885.

194 AE, CP Égypte 98, Freycinet à d’Aunet, 10.1.1886.

195 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit..

196 AE, CP Égypte 98, Freycinet à d’Aunay, 22.1.1886.

197 Ibid., d’Aunay à Freycinet, 11.2.1886 ; CP Égypte 99, Freycinet à d’Aunay, 19.3.1886.

198 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.

199 AE, CP Égypte 99, d’Aunay à Freycinet, 24 et 29.4.1886.

200 AE, CP Égypte 100, d’Aunay à Freycinet, 3.5.1886.

201 Ibid., Freycinet à d’Aunay, 13.5.1886.

202 Ibid., 21.5.1886.

203 Ibid., d’Aunay à Freycinet, 21.6.1886.

204 AE, CP Égypte 102, de Beaucaire, à Freycinet, 17 et 18.10.1886.

205 Ibid, Annotation en marge de la lettre de de Beaucaire du 18.10.1886.

206 AE, CP Égypte 102, Freycinet à d’Aunay, 30.10.1886.

207 DDF, 1/6, Waddington à Freycinet, 3.11.1886.

208 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Freycinet à Waddington, 8.11.1886.

209 DDF, 1/6, Freycinet à Waddington, 10.11.1886.

210 AE, PA d’Aunay 4, d’Aunay à Freycinet, 9.11.1886.

211 AE, PA Freycinet 1, Note du chargé d’affaires à Constantinople, 25.11.1886.

212 AE, CP Égypte 103, d’Aunay à Flourens, 20.12.1886.

213 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit..

214 Ibid..

215 Ibid., Flourens à Montebello, 16.5 et 3.6.1887.

216 AE, PA Hanotaux 1, Journal, juin 1887 (jour non indiqué). Pour l’Angleterre, cf. PRO FO 633/7, Cromer Papers, Salisbury à Baring, 4.2.1887.

217 Affaires d’Égypte, 1884-1893, op. cit., Montebello à Flourens, 14.7.1887.

218 Ibid., Flourens à Montebello, 15.7.1887.

219 Windsor Royal Archives, CAB 41/20/39, Rapport du 23.6.1887.

220 AE, PA Goblet, F. Charmes à Goblet, 24.9.1888.

221 DDF, 1/6, Waddington à Freycinet, 15.3.1886.

222 AE, CP Égypte 108, Flourens à de Beaucaire, 21.12.1887.

223 Ibid., de Beaucaire a Flourens, 28.12.1887.

224 AE, CP Égypte 109, Flourens a d’Aubigny, 2.2.1888 ; CP Égypte 110, Flourens a d’Aubigny, 21.3.1888.

225 AE, PA Goblet, Waddington a Goblet, 31.10.1888.

226 Ibid., Goblet a d’Aubigny, 27.11.1888.

Table des illustrations

Titre Tableau 200Bourse de Paris (comptant)77(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540