Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Deuxième partie. Les trois pôles des investissements français en Égypte et un laissé-pour-compte

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Au terme de l’examen des investissements français en Égypte, les pages qui suivent présentent un bilan général. Même si la méthode micro-économique et la désagrégation des capitaux en blocs conformes à leur logique opérationnelle a la préférence, un tableau global n’est pas dénué d’intérêt.

2Que la précision du chiffre n’induise pas en erreur : il n’y a guère de vérités mathématiques irréfragables dans ce type d’investigation. Comment traquer des capitaux qui se meuvent derrière l’écran du langage stéréotypé des rapports aux AG et des codes et usages des documents comptables ? Dans quelles mains se trouvent à tel ou tel moment les actions et les obligations d’une entreprise ? À quel rythme et à quel prix s’effectue l’émission ouverte pendant une quinzaine d’années, réalisée au fur et à mesure des besoins ?

3Les archives bancaires elles-mêmes ne contiennent pas une information aussi minutieuse. Sauf exception, les sociétés égyptiennes sont d’une trop faible taille pour mériter le regard pénétrant des banques. Si les bilans publiés des entreprises distinguent les montants nominaux et les montants versés des obligations en circulation, ils sont toujours circonspects au sujet des prix de prise ferme -sauf si la société est en liquidation.

4Le tableau ci-dessous est dressé à partir des renseignements puisés directement à la source, c’est-à-dire au moment de l’émission. C’est l’avantage de la méthode micro. Elle ne saurait procurer la certitude absolue : combien de souscripteurs revendent après la répartition ? Il y a lieu de croire – et les conversions sont l’occasion de le confirmer – que les acheteurs conservent leurs titres, mais la marge de l’inconnu demeure réelle. Le recours à la documentation interne permet tout au moins de la réduire.

5Le tableau se présente comme un plan asymptote d’une surface : il se rapproche de la vérité sans pouvoir l’atteindre. Les chiffres sont donnés en milliers de F afin de prévenir contre les mirages quantitatifs. À côté des montants nominaux, il fixe les sommes effectivement versées. Sont pris en compte les apports monétaires neufs, et exclus, par conséquent, les capitaux des sociétés expatriées fondées par des Français résidant en Égypte. L’accent est placé sur l’exportation des capitaux d’une métropole plutôt que sur l’émigration de ses ressortissants.

6On peut distinguer 4 phases dans l’histoire des investissements français. Les années 1880 débutent par des liquidations, soit par des soldes annuels négatifs entre la France et l’Égypte. La reprise accélère en 1895 et s’envole en 1905, sous l’influence du CFE et de la Land Bank notamment. Plus de capitaux français prennent le chemin de l’Égypte durant les quatre années suivantes que pendant les vingt-deux qui les ont précédées. Après 1908, le rythme est instable car l’effet de la crise économique de 1907 et des faillites de 1911 décourage les engagements.

  • 1 Actions et obligations.

Tableau 187
Capitaux français investis dans les entreprises en Égypte1
(En milliers de F)

Tableau 187Capitaux français investis dans les entreprises en Égypte1(En milliers de F)
  • 2 Cf. tableaux 187 et 197.

7Il est à noter que les investissements dans les entreprises et les placements dans la dette publique évoluent en sens contraire. Alors que les premiers augmentent, les seconds demeurent à peu près au même niveau2. La valeur nominale des investissements français en 1882 représente 52 % de sa part dans la dette égyptienne. Dès 1906, elle s’inscrit à 105 %. L’Égypte n emprunte pratiquement plus depuis les années 1870.

8A ce propos, les investissements réalisés en Égypte se rapportent à la valorisation de la terre, source des revenus de l’État, en particulier par le biais de l’exportation du coton. Les investissements français témoignent de l’inflexion imprimée à l’économie égyptienne. En 1882, 68 % des montants effectivement versés sont dans le Suez, 14 % dans la Compagnie de gaz Lebon et 7 % dans le CFE. En 1914, Suez s’inscrit à 31 %, Lebon à 7 %, tandis que le Foncier atteint 36 %. La ventilation des investissements français par secteur économique reflète le poids acquis par le crédit hypothécaire.

Tableau 188
Capitaux français effectivement investis dans les entreprises égyptiennes

Tableau 188Capitaux français effectivement investis dans les entreprises égyptiennes

9Parmi les capitaux étrangers investis en Égypte, ceux dont la provenance est la France se classent bons premiers avec 50 % du total. Il est impossible, en l’absence de recherches équivalentes sur l’ensemble des capitaux britanniques et belges, de mesurer les sommes effectivement versées par les ressortissants de ces deux pays. Dans le tableau ci-après, les totaux regroupent sous une rubrique nationale des capitaux d’origine étrangère mais soumis à l’influence d’un bloc national. Malgré cette particularité, il a au moins le mérite d’exister.

  • 3 A.E. Crouchley, The Investment of foreign capital in egyptian companies and public debt, Ministry (...)

Tableau 189
Capitaux étrangers effectivement investis dans les entreprises égyptiennes (1914)3
(En milliers de F)

Tableau 189Capitaux étrangers effectivement investis dans les entreprises égyptiennes (1914)3(En milliers de F)
  • 4 Estimation des dividendes, intérêts et allocations aux administrateurs.

Tableau 190
Revenus retirés sur les capitaux français investis en Égypte (1882-1914)4

Tableau 190Revenus retirés sur les capitaux français investis en Égypte (1882-1914)4

10Les chiffres du tableau 190 ne représentent pas la réalité de la situation, car les distributions de certaines sociétés sont soit inconnues, faute de sources, soit comprises dans les comptes du siège social en métropole. C’est le cas de la société Lebon et de nombre d’agences bancaires. Le montant total versé à la France est plus considérable que celui qu’indique le tableau. Rapporté au stock de capitaux français effectivement investis en Égypte en 1914, le chiffre minoré n’en donne pas moins un beau résultat sur le plan de la rentabilité globale, soit 1,71 fois la mise. En excluant Suez du calcul, on obtient le taux de 60,65 %.

  • 5 Cf. tableau 197.

11De 1882 à 1914, la dette publique fait rentrer une masse d’intérêts 1,14 fois plus importante que le placement total, même pris à son seuil le plus élevé, soit en 18925.

12A côté du taux de 4 % autour duquel fluctue l’intérêt annuel versé sur l’ensemble de la dette publique, les investissements français enregistrent des rendements toujours plus élevés. Les dates choisies pour le tableau suivant sont indicatives de la tendance ; elles correspondent à la date de départ, aux premiers résultats de la reprise, au boom et à la fin de notre période.

Tableau 191
Taux de profit global des investissements français
(En %)

Tableau 191Taux de profit global des investissements français(En %)

13La progression est réelle mais elle repose sur des bases étroites. Largement dépendante de la performance de Suez, elle traduit aussi la prédominance du secteur hypothécaire. De 4,24 % qu’il est en 1882, le dividende du CFE atteint 10,4 % en 1913, tandis que celui de la Land Bank passe de 4,25 % en 1906 à 7,80 % en 1913. En dehors d’eux, il y a les Sucreries qui ont de la peine à payer un dividende et des sociétés qui arrivent à le faire mais qui sortent rarement du secteur hypothécaire ou bancaire.

14Le talon d’Achille des investissements français en Égypte n’est pas leur défaut de rentabilité mais leur concentration – à l’exception de Suez – dans l’économie mise en place pour soutenir les finances publiques. Les profits honorables, sinon plantureux, font perdre de vue que cet ensemble, par son uniformité relative, manque d’élasticité. Il procède de la priorité accordée à la culture et l’exportation du coton. En 1906, le stock effectif des investissements français en vient à dépasser le montant dû à des Français sur la dette publique. L’attention se porte de plus en plus sur les entreprises. En réalité, les conditions générales orientent les investissements dans les mêmes domaines qu’auparavant. Tout se passe comme si l’économie de l’endettement se perpétue, l’entreprise privée prenant le relais de l’intervention de l’État.

15Au faîte de leur puissance, plus massifs que jamais, les capitaux français s’installent dans la fixité. Du côté des dirigeants et des politiques, on s’occupe surtout de conserver ou d’étendre le contrôle qui se rattache à eux. La réussite sur ce plan, s’ajoutant aux résultats satisfaisants ou mieux obtenus par ces capitaux, contribue à détourner de la recherche d’activités non tributaires de l’économie de la dette. Peut-il en être autrement lorsque tous les efforts pendant un quart de siècle ont tendu à l’édifier ? S’y heurter n’est pas sans conséquence, ainsi que le démontre l’expérience des Sucreries avant 1905. En définitive, le contrôle ne stimule pas à l’innovation et la prédominance acquise par les capitaux français dans un type de structure économique les fige dans le court terme.

Notes

1 Actions et obligations.

2 Cf. tableaux 187 et 197.

3 A.E. Crouchley, The Investment of foreign capital in egyptian companies and public debt, Ministry of Finance, Government Press, Bulart, 1936, p. 72.

4 Estimation des dividendes, intérêts et allocations aux administrateurs.

5 Cf. tableau 197.

Table des illustrations

Titre Tableau 187Capitaux français investis dans les entreprises en Égypte1(En milliers de F)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau 188Capitaux français effectivement investis dans les entreprises égyptiennes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau 189Capitaux étrangers effectivement investis dans les entreprises égyptiennes (1914)3(En milliers de F)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/776/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 190Revenus retirés sur les capitaux français investis en Égypte (1882-1914)4
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/776/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 191Taux de profit global des investissements français(En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/776/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540