Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Deuxième partie. Les trois pôles des investissements français en Égypte et un laissé-pour-compte

Chapitre XI. Ressorts et limites du commerce franco-égyptien

Texte intégral

1D’entrée constatons la modestie des rapports bilatéraux franco-égyptiens. En 1913, la France reçoit 8,9 % des exportations égyptiennes ; ses produits représentent 9,3 % des importations de l’Égypte. Ce pays figure pour 0,8 % des exportations françaises et 1,1 % de ses importations. Hormis la minoterie de Marseille, aucun secteur de la production française ne dépend du marché égyptien ; il en est de même pour les produits égyptiens vis-à-vis de la France.

2Après 1895, l’Égypte achète le tiers des farines que Marseille expédie à l’étranger ; la proportion atteint 51 % en 1906. L’Égypte est son premier client de 1895 à 1914, excepté en 1899 et 1900. Le coton vient en tête de liste des produits importés d’Égypte, mais la France est loin de l’Angleterre. Cette dernière achète la moitié de la récolte égyptienne ; la France n’atteint jamais le dixième.

  • 1 J. Thobie, La France impériale. 1880-1914, Mégrelis, Paris, 1982, pp. 64-69.

3L’importance du commerce ne se compare pas à celle des placements et des investissements. La discordance entre l’exportation des capitaux et le flux des marchandises, maintes fois repérée dans les relations de la France avec l’étranger1, est ici confirmée. Intéressant en soi, le commerce l’est davantage par rapport au mouvement des capitaux et à la structure de la société égyptienne. L’on comprendra alors pourquoi les rapports commerciaux franco-égyptiens restent stationnaires, et combien sont illusoires les espoirs des consuls de les diversifier.

4En effet, le soutien de l’importation de produits européens et la promotion de l’exportation de biens égyptiens sont à la base des premiers emprunts des khédives Sa’īd et Ismā’īl. Il s’agit de construire les infrastructures en vue de faciliter les échanges. Internationalisation des marchandises et internationalisation des capitaux – du capital-argent, en l’occurrence – vont de pair jusqu’à la crise des années 1870. Les deux circuits se dissocient lorsque les emprunts, dits de consolidation, acquièrent une véritable autonomie par rapport au commerce. L’argent rapporte de l’argent sans se rattacher aux systèmes de production ou de circulation des biens.

5La crise des années 1870 renverse la liaison. Désormais l’exportation des marchandises contribue au service de la dette. De support à l’internationalisation des marchandises, celle du capital-argent devient une fin en soi, à laquelle est subordonnée la quête de l’excédent commercial.

6Le lien entre prêts et commandes à passer en Europe, absent durant les années 1870, l’est d’autant plus après l’occupation que les emprunts d’État sont à peu près stoppés. Quant aux émissions des sociétés, elles sont réalisées par des banques qui n’imposent aucune condition relativement à l’emploi des ressources recueillies.

I. LES TENDANCES

7Toute étude du mouvement commercial entre l’Égypte et les pays étrangers doit commencer par le constat de la vulnérabilité de son assise statistique. Avant 1884, les données de la Direction générale des douanes égyptiennes sont étab1ies sur la base du port de chargement ou de déchargement des marchandises et non de leur provenance ou de leur destination réelle. Un produit français embarqué à Anvers est compté comme importation de provenance belge. Le coton égyptien débarqué à Marseille à destination de la Suisse entre dans les statistiques comme exportation vers la France. Moins soucieuse de la précision scientifique de ses tableaux que de l’acquittement des droits de 8 % sur les produits importés, d’où qu’ils viennent, et de 1 % sur les produits exportés, l’administration laisse à l’historien des séries aussi irremplaçables que sujettes à caution.

  • 2 Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, p. 283.
  • 3 P. Arminjon et B. Michel, « Le commerce extérieur de l’Égypte », Revue d’économie politique, 21, 19 (...)

8Il y a plus. La valeur des marchandises est fixée périodiquement par les Douanes dans des réunions avec les importateurs et exportateurs. Les tarifs ont une durée d’un à douze mois et s’appliquent à 50 % des marchandises importées et à 98 % des exportations. L’usage est de fixer la valeur des principaux produits exportés à 10 % au-dessous des prix réels2. D’autre part, le coton – 80 % de l’exportation totale – est tarifé sur la base des cours du good fair brown, qualité étatsunienne dont le prix est d’environ 4 % inférieur à celui des cotons égyptiens3. Enfin, les chiffres des douanes françaises ne concordent pas exactement avec ceux des douanes égyptiennes (tableau 184) en raison des différences dans la classification des produits et l’identification des réexportations. Ni l’une ni l’autre des sources ne saurait être tenue pour indiscutable.

9Reconnaissons qu’en l’espèce il faille renoncer aux affirmations tranchées et faire la part des approximations. En revanche, il y a lieu de croire que les importations, frappées de droits d’entrée élevés, font l’objet d’une surveillance stricte.

10Les rapports consulaires, pour nombreux et fournis qu’ils soient, n’apportent rien de neuf sur le plan quantitatif. Comme les articles du Bulletin de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, ils sont confectionnés à partir des données officielles égyptiennes.

11La balance commerciale de l’Égypte est toujours positive sur le plan général – particulièrement avec l’Angleterre – et négative avec la Turquie. Sauf exception, la France, l’Allemagne et l’Italie importent plus de l’Égypte qu’elles ne lui exportent, alors que l’Autriche-Hongrie fait l’inverse. Mais dans le cas de ces quatre pays, l’écart est faible à côté de ceux qui ressortent vis-à-vis de l’Angleterre, dans un sens, ou de la Turquie, dans le sens opposé.

12La balance commerciale de l’Égypte reflète la situation caractérisée du pays endetté et exportateur de matières premières. Au moyen de ses expéditions de marchandises, en sus de leur équivalent en importations, l’Égypte paie les États créanciers, car les sommes que ceux-ci lui versent pour solde de leurs achats leur reviennent sous forme d’annuités.

Figure 6
Rapports entre l’Égypte et ses principaux partenaires commerciaux

Figure 6Rapports entre l’Égypte et ses principaux partenaires commerciaux

13La stabilité de la position relative de la France dans le commerce extérieur de l’Égypte se dégage du tableau 171. En 1882 comme en 1913, la France se classe 3e importateur de produits égyptiens et 3e exportateur vers l’Égypte. Si elle achète à peu près le même pourcentage des marchandises égyptiennes, elle est à l’origine d’une part réduite des biens vendus à l’Égypte.

14Les exportations égyptiennes vers la France témoignent de la place prépondérante du coton brut et du recul des cultures vivrières consécutif à l’extension des surfaces consacrées au coton (tableau 183). Résultat de la création d’une industrie du raffinage, la vente du sucre égyptien à l’étranger diminue sensiblement.

15Moins accusée, l’évolution des exportations françaises en Égypte présente l’image inversée du flux dirigé vers la France. A partir de 1895, les trois quarts des achats alimentaires en France consistent en farines. L’augmentation de la part des textiles dans les exportations totales est due principalement aux tissus de soie et de coton. La moitié des exportations françaises de métaux est composée de fer, d’acier ouvré et d’ustensiles. Il est rare que les « machines à vapeur » atteignent un dixième du total de cette catégorie.

  • 4 Direction générale des douanes égyptiennes, Le Commerce extérieur de l’Égypte, 1882, 1913. Chiffres (...)

Tableau 171
Principaux partenaires commerciaux de l’Égypte4

Tableau 171Principaux partenaires commerciaux de l’Égypte4
  • 5 Ibid., années citées.

Tableau 172
Composition des exportations égyptiennes à destination de la France5

Tableau 172Composition des exportations égyptiennes à destination de la France5

16Dans les deux sens, la concentration s’accentue, si bien que quelques catégories de marchandises représentent une part de plus en plus grande du total. Il n’en demeure pas moins que les relations conservent un caractère presque primaire : les produits échangés ne comportent qu’une faible valeur ajoutée. L’Égypte, devenue le type de la monoculture, est exportatrice d’une matière première. La France n’est pas son fournisseur en produits fabriqués. Ce rôle revient surtout à l’Angleterre, qui doit ultérieurement faire une place à la Belgique et à l’Allemagne.

  • 6 Id.

Tableau 173
Composition des exportations françaises à destination de l’Égypte6
(En%)

Tableau 173Composition des exportations françaises à destination de l’Égypte6(En%)

17La navigation à vapeur entre la France et l’Égypte augmente à long terme, quoique irrégulièrement (tableau 185). Le tonnage français s’élève à 22 % du total anglais en 1882 et à 25 % en 1913. Il occupe la 2e place jusqu’en 1903, alors qu’il est dépassé par le tonnage des bateaux battant pavillon italien. L’année suivante, celui des navires austro-hongrois le devance. Il se retrouve au 5e rang en 1907, derrière le tonnage de l’Allemagne.

18La navigation à vapeur française enregistre une part à peu près identique dans le tonnage total du port d’Alexandrie, soit 11 % en 1882 et 10 % en 1913. Les gains des autres pays européens s’effectuent aux dépens de la navigation anglaise dont le chiffre subit une baisse relative par rapport au total – de 52 % – en 1882 à 38 % en 1913. Toujours est-il qu’une partie de plus en plus importante du négoce entre la France et l’Égypte se sert de navires étrangers.

19C’est à la ligne Marseille-Alexandrie-Beyrouth que se résume la liaison France-Égypte. Les paquebots français qui se dirigent vers l’Extrême-Orient ne font que transiter par Port-Sa‘īd. D’autre part, il n’existe aucun service entre l’Égypte et les ports de l’Ouest et du Nord de la France.

20Quant aux statistiques sur l’importation et l’exportation de pièces d’or et d’argent de l’Égypte, elles sont peu sûres. Le cycle saisonnier des déplacements du numéraire est connu. Du mois d’août au mois de janvier, les pièces arrivent de l’étranger en vue de régler propriétaires et agriculteurs pour la récolte de coton. Les impôts rentrés, l’État acquitte les annuités de la dette extérieure et le numéraire repart à l’étranger entre janvier et juillet.

  • 7 The Economist, 19.12.1903. Rapport à la British Chamber of commerce in Egypt.
  • 8 AE, NS Égypte 103, de Valdrôme à Pichon, 22.8.1907.
  • 9 Ministère des Finances, Direction générale des douanes (France). Tableau générai du commerce et de (...)

21On s’accorde pour conclure qu’il en reste quelque chose au pays7 ; néanmoins l’exactitude des calculs n’est que de surface. La circulation du numéraire étant libre, les douanes n’ont pas de raison d’exercer de contrôle. Les observateurs estiment qu’une part non négligeable des entrées et des sorties se fait dans les poches des voyageurs. Ainsi le visiteur arrive en Égypte avec des lettres de change ou de crédit et part avec le numéraire représentant les montants non dépensés8. Les sommes importées par les riches Égyptiens et résidents étrangers d’Égypte en villégiature d’été en Europe sont-elles supérieures à celles qu’apportent les touristes européens et américains en hiver ? Nul ne le sait. D’où les fluctuations et les écarts entre les chiffres égyptiens, français et britanniques9.

  • 10 Le Commerce extérieur de l’Égypte, 1882 à 1914 ; Commerce extérieur de l’Égypte – Statistique compa (...)

Tableau 174 : Mouvement du numéraire10
(En millions de F)

Tableau 174 : Mouvement du numéraire10(En millions de F)

22La vérification est compliquée par l’absence de toute obligation de changer les devises en signes nationaux. La monnaie nationale n’est en réalité qu’une unité de compte ; elle n’a pas force libératoire. Les pièces étrangères, en particulier la £, circulent librement et lui sont d’ailleurs préférées. Sur ce plan, l’« internationalisation » de l’Égypte est complète. Elle a aussi l’inconvénient d’interdire la mesure du stock monétaire du pays au-delà des approximations officielles.

II. LE CONTENU DES ÉCHANGES

23L’historien est, sur le plan de la quantité, comblé de rapports des consuls français sur le commerce de l’Égypte. Passée la première impression de satisfaction, il doit reconnaître la relative indigence de cette documentation et en faire une utilisation ne correspondant pas à son volume.

24Les communications consulaires sont de deux sortes : le rapport annuel sur le commerce de l’Égypte ou d’une ville égyptienne – et le rapport concernant un produit ou une catégorie de produits. Dans les deux cas, il faut comprendre qu’il s’agit de commentaires attirant l’attention sur telle ou telle donnée des statistiques égyptiennes. Les auteurs s’efforcent, consciencieusement et avec un luxe de chiffres, de signaler l’évolution d’une année à l’autre, du commerce par pays et par article. À la recherche d’analyses ou d’appréciations des tendances d’une durée plus longue, l’historien doit revenir aux statistiques officielles.

A. LES EXPORTATIONS ÉGYPTIENNES À DESTINATION DE LA FRANCE : LE COTON

25Accordons au coton le droit de préséance qui lui est dû. De ce vaste sujet il ne sera retenu que les aspects relatifs au commerce international. Principal produit d’exportation, c’est le pivot de l’agriculture et de la vie économique de l’Égypte. Autour de sa culture s’ordonne le calendrier des échanges et des transferts financiers. Son besoin d’eau durant l’été, la saison de sa croissance, est à la base de la transformation de l’organisation de l’irrigation de l’Égypte. Les programmes de construction de grands barrages et de réservoirs procèdent de la nécessité de régulariser le débit de l’eau. Les digues sont remplacées par des canaux. Aux inondations au moment de la crue du Nil et aux bassins (hauds) est substituée l’irrigation pérenne qui permet la distribution de l’eau selon les besoins toute l’année. Il en résulte un contrôle accru du régime hydraulique du pays et une extension de la superficie des terres cultivables.

  • 11 M. Schanz, La Culture du coton en Égypte et au Soudan anglo-égyptien, Thiel et Tangye, Manchester, (...)

26Les États-Unis et l’Inde produisent beaucoup plus de coton que l’Égypte. En 1910, ils fournissent respectivement 60 % et 18 % de l’approvisionnement mondial, tandis que l’Égypte n’atteint que 8 %11. Mais les variétés que l’on récolte dans la vallée du Nil sont d’une exceptionnelle qualité. Leur fibre, longue, résistante et soyeuse, ne se retrouve pas ailleurs. Elle confère au coton égyptien une sorte de monopole dans sa catégorie malgré l’influence déterminante qu’exerce la production étatsunienne sur les cours mondiaux. L’autonomie du coton d’Égypte est accrue par le fait que la production est exportée tandis que les États-Unis et l’Inde transforment chez eux la majeure partie de leurs récoltes.

  • 12 AN, F12 7366, Girard à Delcassé, 3.8.1899.
  • 13 AE, NS Égypte 104, Cogordan à Delcassé, 29.4.1901.
  • 14 E. R. J. Owen, « Lord Cromer and the development of egyptian industry 1883-1907 », Middle Eastern S (...)

27La création de deux filatures en 1899, l’Egyptian Cotton Mills Co. et l’Anglo-Egyptian Spinning and Weaving Co.12 demeure célèbre dans l’histoire économique de l’Égypte. La première est liquidée en 1907, la seconde doit réduire son capital en 1912. Par le décret du 13 avril 1901, les autorités imposent un droit compensateur de 8 % afin de retirer aux produits de ces sociétés l’avantage dont elles jouiraient face aux articles importés. On trouve paradoxal « cet étrange système de protection industrielle à rebours, qui dissimule mal le souci de défendre les intérêts des fabricants de Manchester »13. Les contemporains voient dans cette mesure une manifestation de l’attitude de l’occupant à l’égard de l’industrie manufacturière en Égypte, fût-elle entre des mains britanniques14.

  • 15 Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1913.

28Le coton égyptien représente de 6 à 13 % des importations de la France15. Les statistiques égyptiennes placent la France au 3e rang des destinataires du coton égyptien.

Tableau 175
Destinations du coton exporté
(En %)

Tableau 175Destinations du coton exporté(En %)
  • 16 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, Compte rendu de la situation commerciale et indust (...)

29Le port de Marseille est au premier chef concerné par les expéditions en provenance d’Égypte. Les arrivages de coton égyptien triplent entre 1882 et 1914, alors que les importations totales, indiennes notamment, n’augmentent que de 74 %. La proportion de coton venant d’Égypte progresse du cinquième en 1882 à la moitié en 191416. En réalité, Marseille ne fait que reprendre les quantités perdues au profit de Trieste, Venise, Gênes, Dunkerque et le Havre. Il s’écoule une trentaine d’années avant que son port ne retrouve la part des exportations égyptiennes qui était la sienne au cours des années 1870.

  • 17 Ibid., 1884, p. 59.
  • 18 Ibid., 1886, p. 59.
  • 19 Ibid., 1887, p. 58.

30L’évolution de ce commerce n’est pas harmonieuse. Deux problèmes se posent concernant le transport. La Chambre de commerce se plaint continuellement des « tarifs de détournement »17 vers l’Alsace et la Suisse établis par les compagnies de navigation Rubattino et le Lloyd autrichien. Gênes et Trieste concurrencent Marseille pour l’approvisionnement des filatures de l’Europe centrale. De plus, l’Espagne achète directement à l’Égypte, grâce au nouveau service de vapeurs liant Barcelone à Alexandrie. « Marseille a perdu presque entièrement son rôle de distributeur pour l’Espagne et pour l’Italie »18. Gênes lui enlève le transit pour la Suisse en 188719.

  • 20 Ibid., 1885, p. 55.

31A ces causes extérieures de pertes de trafic s’ajoutent les tarifs des chemins de fer français, dissuasifs aux yeux de la Chambre de commerce. Elle ne cesse de réclamer auprès de la compagnie Paris-Lyon-Méditerranée des abaissements de nature à ramener à Marseille le coton qui tend à s’en éloigner20.

32La perte du transit vers les centres manufacturiers de l’Est, de l’Alsace et de la Suisse paraît définitive. La Chambre compte alors sur la consommation croissante de l’industrie du Midi, et cette tendance se confirme au cours des années 1890. Ainsi la fourniture de la matière première à l’industrie du hinterland français de Marseille a-t-elle une importance qui va en augmentant. La Chambre peut affirmer en 1904 que la progression des importations du coton

  • 21 Ibid., 1904, p. 164.

« ne provient pas du transit, de ce mouvement de longue pénétration, qui laisse à notre port à peu près le rôle d’une gare de chemin de fer à travers laquelle un train passe sans s’arrêter »21.

33L’organisation du marché du coton en Égypte fait ressortir le nombre réduit d’intermédiaires français. Au sommet du complexe cotonnier en Égypte, les maisons d’exportation d’Alexandrie constituent, sur le plan international, le maillon principal de la chaîne qui rattache l’agriculteur égyptien au fabricant européen.

  • 22 AN, F12 7283, G. T. Hartmann, président du Syndicat cotonnier de l’Est, à Poincaré, 23.7.1912.
  • 23 Ministry of Finance, Statistical Department, Joint Stock Companies operating chiefly in Egypt. Part (...)
  • 24 CCM, MQ 5.2 ; Schanz, op. cit., p. 103 ; Owen, op. cit., p. 386. 1 balle = 340 kg.

34Parmi ces sociétés, une seule, G. Frauger et compagnie, est propriété française. Gustave Frauger de Mulhouse s’installe à Alexandrie en 1865, au moment où l’interruption des approvisionnements due à la guerre de Sécession aux États-Unis crée une demande sans précédent pour le coton égyptien. A la suite de son décès en 1898, la maison est transformée à l’aide de « capitaux alsaciens et français »22 en Société anonyme de commerce et capitalisée à 30 000 Lég (777 600 F), aussitôt doublées. Les actions restent entre les mains des fondateurs et la société ne publie pas de rapports23. Du 7e rang en 1884-1885, elle se hisse au 6e en 1911-1912. Elle a à son compte 28 471 des 489 148 balles exportées en 1884-1885 (5,82 %), et 53 837 des 964 301 balles (5,58 %) en 1911-191224.

  • 25 Schanz, op. cit., pp. 83-86 ; AE, Guerre 1939-1945, K Vichy Afrique 69, Rapport sur l’organisation (...)

35Les achats à l’intérieur de l’Égypte s’effectuent soit par les agents de ces maisons soit par des commissionnaires indépendants qui écoulent leur stock sur le marché d’Alexandrie. Les transactions sont réglées en espèces contre livraison du coton ; l’acheteur consent des avances à l’agriculteur et paie parfois avant la récolte, voire l’ensemencement. Une dernière méthode comporte l’achat à terme avec détermination du prix à une date à fixer ultérieurement sur la base du cours des contrats à terme à la Bourse d’Alexandrie25.

  • 26 A. Zohny, Le Coton égyptien, son importance dans la vie économique, son rôle dans la vie sociale de (...)

36Avant d’être acheminé vers Alexandrie, le coton passe par une usine d’égrenage de l’intérieur. En 1913, il en existe 14026, souvent de simples stations. Le pressage en balles nécessaire pour le transport à l’étranger se fait soit en province soit à Alexandrie. Certains établissements d’égrenage et de pressage appartiennent aux maisons d’exportation.

37Celles-ci ont recours, au crédit bancaire et font ainsi participer les banques locales à leurs affaires. À l’étranger, les maisons d’exportation sont représentées par des agents qui les mettent en rapport avec leurs clients, les filateurs.

Figure 7
Intermédiaires dans le commerce du coton

Figure 7Intermédiaires dans le commerce du coton
  • 27 AN, F1 2 7283, Defrance à Poincaré, 12.6.1912.
  • 28 Ibid., Mémoire du 13.5.1912.

38En 1912, une initiative se fait jour en vue de créer une société française au capital de 10 millions de F pour le commerce du coton. Henri Moisant arrive en Égypte comme représentant de plusieurs filateurs du Nord visant à passer outre aux intermédiaires27. La société projetée ferait des avances à un taux modéré aux coopératives et leur achèterait toutes leurs récoltes. Elle installerait en Égypte des usines d’égrenage et de pressage et organiserait un entrepôt de cotons égyptiens en France. Enfin elle exporterait en Égypte des tissus français. « Tout y gagnera, notre honneur national tout autant que notre bourse »28.

39Le consul à Alexandrie accueille un projet qui permettrait aux intérêts français de participer à un fructueux commerce. Le conseil devra être composé de personnes résidant pour la plupart en Égypte.

  • 29 Ibid., de Reffye à Defrance, 22.5.1912.

« Dans cette affaire, comme dans toutes les affaires où les capitaux français sont utilisés en Égypte, il convient de faire la part indispensable à la collaboration des éléments indigènes et celle, non moins importante, du contrôle et de la direction technique qui doivent être français, non seulement dans l’intérêt général de notre influence, mais encore dans l’intérêt particulier de la société qui profitera du prestige mérité qu’ont en Égypte les financiers et les ingénieurs de notre pays »29.

  • 30 Ibid., H. Lefeuvre-Méaulle, attaché commercial, à P. Arminjon, professeur à l’École khédiviale de d (...)

40Le projet est recommandé par l’agent diplomatique au ministre des AE, et par ce dernier à celui du Commerce et de l’Industrie. L’attaché commercial pour le Levant aussi lui est favorable : « Il serait vraiment temps que nos capitalistes se décident à venir eux aussi prendre leur part de ce succulent gâteau »30.

  • 31 Ibid., Hartmann à Poincaré, 23.7.1912.

41Le Syndicat cotonnier de l’Est ne partage pas l’avis des filateurs du Nord. Son président répond qu’il existe déjà une maison d’exportation française, la société Frauger. Quoi qu’il en soit, les filateurs qu’il représente préfèrent avoir comme fournisseurs un grand nombre de maisons afin de profiter de la concurrence des prix et, de la diversité des qualités du coton. En ce qui concerne l’écoulement en Égypte de tissus français, la Société d’exportation de l’Est, créée sous le patronage du Syndicat, a, entre autres, cet objet31.

B. LES EXPORTATIONS FRANÇAISES À DESTINATION DE L’ÉGYPTE : LES FARINES

42En échange de l’exportation sans cesse grandissante d’une matière première industrielle, l’Égypte importe des articles fabriqués. Bien plus, elle se voit progressivement obligée d’acquérir à l’étranger les biens indispensables à sa subsistance. Les cultures vivrières reculent, en effet, face au coton.

  • 32 Le Moniteur officiel du commerce (MOC), 22.6.1899.

« Il y a lieu de s’étonner qu’un pays qui fut dénommé, dans l’antiquité, le grenier de l’Empire romain, soit aujourd’hui devenu le tributaire de l’Europe, pour les céréales nécessaires à sa consommation »32.

  • 33 Annexe au MOC, 9.11.1911, Rapport de Lefeuvre-Méaulle.

43En 1897, la culture du blé occupe 17,39 % des terres et la population est de 9 734 000. En 1907, la part du blé est de 15,38 % et la population s’élève à 11 287 00033.

  • 34 CCM, Réponses au questionnaire du Conseil supérieur du commerce et de l’industrie préparé en vue du (...)

44Marseille devient l’un des principaux entrepôts de blé du monde, situation que ses porte-parole attribuent au traité de libre-échange de 1860. De 50 en 1865, le nombre de minoteries atteint 100 en 1883. Plus de 1 000 ouvriers y travaillent. L’outillage est transformé ; à l’exemple de la concurrence, on y substitue les cylindres à la primitive meule de pierre. De 1875 à 1882 le volume des exportations est doublé. En 1890, les réexportations de Marseille représentent près de la moitié des exportations de la France34.

  • 35 CRSCI, 1885, p. 138.
  • 36 Chambre de commerce de Marseille, Réponses..., op. cit., pp. 53-56.

45La Chambre de commerce ne cesse de protester « contre la tendance protectionniste qui envahit le Parlement », dont la loi du 28 mars 1885 sur les céréales est une manifestation35. Les minoteries marseillaises importent des blés grâce au régime de l’admission temporaire et des acquits-à-caution, les transforment et exportent les farines. Fermes partisanes de la liberté commerciale, elles souhaitent le retour au système de l’entrée en franchise36.

  • 37 Rapport de Lefeuvre-Méaulle, MOC, 9.11.1911.

Tableau 176
Importations de farines de blé et de maïs en Égypte37

Tableau 176Importations de farines de blé et de maïs en Égypte37
  • 38 MOC, 13.6.1895.

46Au début des, années 1890, certains facteurs modifient la structure des importations de l’Égypte. En 1892, la Russie interdit les exportations des blés et farines à la suite d’une mauvaise récolte. L’année suivante, c’est en Égypte que la récolte est déficitaire38 et les importations en provenance de Marseille augmentent. Ce mouvement s’accentue à la suite de l’excellente récolte de blés de 1894 en France.

  • 39 CRSCI, 1894, p. 174.

47Pour la minoterie de Marseille, la conjoncture est préoccupante. Tandis que les blés étrangers dont elle s’approvisionne lui reviennent cher, la minoterie de l’intérieur, alimentée à bon prix par le produit local, lui ferme le débouché français. « Aussi, nos minotiers ont-ils dû diminuer sensiblement leur production, et chercher, dans l’exportation, en avilissant le prix de leurs farines, l’écoulement de leur fabrication »39. Dès 1894, ils viennent vendre leurs farines aux boulangers d’Alexandrie meilleur marché que ne peut le faire l’industrie de la ville.

  • 40 AN, F12 7200, Girard à Hanotaux, 31.7.1895.
  • 41 Ibid., Rapport du 18.12.1895.

48Il s’agit en réalité d’accroître les exportations car l’industrie marseillaise est déjà familière des marchés étrangers. Elle a, en l’occurrence, l’appui de l’État qui institue des primes à la sortie en faveur des farines. Ainsi se trouve-t-elle en mesure de fournir les 100 kg à 10,50 F bord Marseille40, soit de 4 à 8 F en-dessous des prix cotés. L’effort n’est pas de trop car, de l’avis de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, les farines tendres de la Russie sont supérieures et, à prix égal, préférées41.

49Quoi qu’il en soit, le volume des exportations de Marseille sur l’Égypte triple entre 1894 et 1895 (tableau 186). S’ouvre alors une nouvelle période : elles supplantent celles d’Odessa. Leur part dans la valeur des importations égyptiennes bondit. Début xxe siècle, elles ont les deux tiers du marché et comptent pour le quart des exportations françaises vers l’Égypte. Se classant entre le 4e et le 22e rang de 1882 à 1894, l’Égypte devient le premier débouché de la minoterie marseillaise de 1895 à 1914.

  • 42 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 3.6.1910.
  • 43 AN, F12 7283, de Reffye à René Viviani, ministre AE, 23.7.1914.

50De 1894 à 1905, le poids des farines de Marseille importées en Égypte décuple. Les exportateurs étrangers profitent des conséquences du recul des cultures vivrières et de l’extension des surfaces cultivées de coton. Les difficultés que connaît cette plante vers 1909 ont pour eux des retombées négatives. En effet, le coton subit à la fois des attaques du ver rose et un mal plus profond : la baisse des rendements. L’agriculteur se tourne davantage vers la culture de céréales, tels le blé et le maïs42. L’Égypte importe moins de farines produites en France de 1908 à 1912, et le volume des exportations de Marseille dépasse à peine en 1914 le quart de ce qu’il était en 1908. Bien que les importations de l’Égypte se relèvent en 1913 et 1914, les principaux bénéficiaires ne sont pas français43.

  • 44 CCM, MQ 5.2, Correspondance entre la Chambre et le ministre du Commerce, avril et juin 1911, mai 19 (...)

51L’industrie s’emploie à reprendre la place qu’elle tend à perdre sur le marché égyptien. Face aux obstacles les autorités françaises ne lui mesurent pas leur appui. En 1911, elles la secondent dans son refus d’une nouvelle méthode de tarification des farines proposée par les douanes égyptiennes44.

  • 45 AE, NS Égypte 106, Note du 20.1.1913 ; de Reffye à Defrance, 11.3.1913.
  • 46 Ibid., Defrance à Jonnart, 17.3.1913.

52En 1913, elles l’aident contre une proposition insolite de Moisant. Ce dernier souhaite créer à Alexandrie un port franc. À cette fin il semble avoir le concours de la Société de construction des Batignolles et de certains bailleurs de fonds45. L’agent diplomatique estime qu’il n’y a pas d’intérêt à le soutenir : le gouvernement n’accepterait pas la perte des droits de douane et de port ; un port franc à Alexandrie nuirait à l’activité de celui de Marseille et à certaines industries françaises, telle la minoterie46.

53Le port d’Alexandrie n’ayant pas d’entrepôts, les farines étrangères s’acheminent directement vers l’intérieur. À cause de leur connaissance du marché et de la faible distance relative qui sépare leur ville d’Alexandrie, les minotiers de Marseille sont avantagés.

  • 47 CC M, MQ 5.2, la Chambre au ministre du Commerce, 18.11.1913.

« Il est à craindre qu’avec un port franc et des magasins généraux, les farines étrangères ne profitent des facilités qui leur seraient offertes pour séjourner sur place presque sans frais et attendre à loisir le moment le plus favorable à leur mise à la consommation »47.

  • 48 AE, NS Égypte 106, le ministre du Commerce au ministre des AE, 8.12.1913.

54Le ministre du Commerce se range à l’avis négatif de la Chambre48.

C. LES VINS, TISSUS, SUCRES, SAVONS ET AUTRES PRODUITS

  • 49 Rapport de Lacretelle publié dans le supplément au MOC, 12.3.1896.

55A côté du coton et des farines on trouve un grand nombre de marchandises d’une importance et d’une valeur totale moindres. Pour aucun de ces produits l’un des partenaires n’est le premier client de l’autre. Le consul à Alexandrie voit juste qui observe que la France exporte en Égypte « une grande variété de produits, mais, pour la plupart, par petites quantités »49.

  • 50 MOC, 17.6.1897.
  • 51 CRSCI, 1882 à 1914.

56Si la France jouit d’une place privilégiée en Égypte pour ses vins fins, cognacs et liqueurs, elle est concurrencée et souvent dépassée pour les vins ordinaires par l’Italie, la Grèce, Chypre, la Palestine et la Syrie. Depuis que le débouché français lui est rendu plus difficile, l’Italie dirige ses efforts, entre autres, vers l’Égypte50. La perte pour la France du marché des vins ordinaires se reflète dans le volume des exportations de Marseille. L’Égypte est la 1re importatrice de vins français provenant de Marseille en 1881, la 3e en 1882 et 1883, et la 2e en 1884. Son déclassement est régulier par la suite ; elle se place au 16e rang en 191451.

  • 52 MOC, 31.5.1894.
  • 53 Ibid., 17.6.1897.
  • 54 AN, F12 7198, Monge aux AE, 18.6.1883 ; F12 7283, de Reffye au ministre du Commerce, 3.7.1907.

57De plus en plus les vins français se confinent aux catégories luxueuses, réservées aux « classes aisées »52. Ils ne conviennent guère à la petite consommation qui ne peut payer 0,75 F et 1 F le litre. « Notre exportation est en décroissance à cause de nos prix trop élevés »53. Ce thème est une constante des rapports consulaires54.

58Un phénomène d’un autre ordre accompagne le commerce des vins et spiritueux français en Égypte : la falsification sur une grande échelle. Les imitateurs s’approprient les noms, étiquettes, capsules et bouteilles des marques françaises. L’hommage qu’elles rendent à ces dernières est des plus douteux puisque les liquides inférieurs finissent par jeter le discrédit sur les produits authentiques, diminuant davantage l’importation que leur seule présence sur le marché entrave déjà.

  • 55 CCM, MQ 5.2, Chambre de commerce française du Caire à la Grande distillerie E. Cusenier (Marseille) (...)

« Les contrefaçons de liqueurs, vins et cognacs français sont tellement nombreuses au Caire, qu’elles ont donné lieu à un commerce spécial, celui de marchand de matériel à l’usage du parfait contrefacteur »55.

  • 56 Ibid., Chambre de commerce française du Caire à la CCM, 1.7.1913.

59En l’absence d’un traité de garantie de marques, ces opérations se poursuivent dans l’impunité. La jurisprudence des tribunaux mixtes ne prévoit pas de pénalité contre le délit ; il n’y a pas de loi, seulement des jugements. Procédure et procès sont longs et coûteux56.

  • 57 MOC, 2.6.1904 et 9.8.1906.

60L’Angleterre est maîtresse du marché des cotonnades ; sa part dépasse les 90 % des importations. Négligeable, celle de la France voisine le 1 % ; l’Autriche-Hongrie, puis l’Allemagne et l’Italie en viennent à la dépasser. Dans la grande gamme de produits compris dans la catégorie de 1’« industrie textile », les « tissus de soie » et la « lingerie confectionnée » comptent respectivement pour 20 % et 18 % des exportations françaises vers l’Égypte. La concurrence turque et italienne pour la soie57 et britannique pour la lingerie enlève tout espoir de monopole à l’un des producteurs. A côté, la France exporte des fils, velours, toiles, couvertures, dentelles, bonneterie, etc.

61Les produits français dans les catégories « métaux » n’atteignent pas le quart de la valeur de ceux de l’Angleterre. Depuis le début des années 1890, la part de la France dans les importations totales de l’Égypte de ces marchandises se comprime. La Belgique et l’Allemagne la relèguent à la 4e place. Pour les divers articles en métal, les exportations françaises semblent stationnaires ; elles régressent pour les « machines ». Le prix élevé de leurs marchandises, maintes fois signalé par les consuls, empêche les fabricants français de trouver une clientèle nombreuse en Égypte.

  • 58 CRSCI, 1882 à 1914.
  • 59 A/OC, 3.9.1896 et 8.4.1909.
  • 60 Ministère de l’Agriculture et du Commerce, Bulletin consulaire français, Rapport du consul à Alexan (...)

62Deux produits intéressent particulièrement l’industrie marseillaise. Cinquième ou sixième importatrice de sucres raffinés à Marseille au début des années 1880, l’Égypte n’en achète que des quantités négligeables une décennie plus tard en raison de la création d’une industrie de raffinage sur son territoire58. Les sucres qu’elle importe sont à l’état brut et proviennent de l’Autriche-Hongrie, de Java ou de la Russie59. Quant aux exportations égyptiennes sur Marseille, elles sont ascendantes pendant les années 1860. De 1870 à 1876, la France alterne avec l’Angleterre au 1er rang des importateurs de bruts égyptiens60.

  • 61 CRSCI, 1891 à 1907.

Tableau 177
Importations de sucres sur Marseille61
(En kg)

Tableau 177Importations de sucres sur Marseille61(En kg)

63Les exportations égyptiennes entament en 1880 un mouvement descendant induit par la demande que suscite sur place la fondation en 1881 de la Raffinerie d’Égypte. La reprise des années 1890 est de courte durée, les sucreries d’Égypte, désormais sous l’égide de la société Say, fournissant à la production égyptienne un débouché local.

64Les questions des sucres et des farines sont dissemblables. Tandis que les produits marseillais s’assurent la première place parmi les farines importées, les minoteries françaises d’Égypte, telle Darblay, périclitent. Les importations de sucres raffinés français baissent au fur et à mesure que l’industrie sucrière se développe en Égypte. La culture plus importante d’une matière première (la canne) par rapport à l’autre (le blé propre à la fabrication de la farine blanche) explique en partie la différence entre l’évolution des sucreries et celle des farines. Mais l’importation de blés russes n’était pas impossible. Le défaut d’une minoterie d’une taille équivalente aux Sucreries, pourvue des moyens de s’engager sur le marché international, empêche d’enrayer le déclin de l’industrie française des farines en Égypte. En outre, des primes sont instituées en faveur des farines de la métropole, tandis que la conférence de Bruxelles abolit celles allant aux sucres raffinés.

  • 62 Ibid., 30.7.1896 et 26.1.1911 ; CCM, MQ 5.2, Chambre de commerce française consultative d’Alexandri (...)
  • 63 MOC, 20.10.1892 et 11.10.1894.

65Même si l’Égypte ne constitue par un marché de première importance pour les savons de Marseille, ils y trouvent preneur. La Turquie (Crète et Syrie) fournit plus de 90 % de l’importation des savons ordinaires ; la France partage avec l’Angleterre et l’Italie le marché beaucoup plus modeste des savons parfumés62. Enfin les ciments et les chaux du Dauphiné, recherchés en Égypte, sont d’un écoulement facile et procurent à la France un marché restreint mais stable63.

III. LES MOYENS ET LES POLITIQUES

  • 64 C. G. Drossinis, Les Chambres de commerce à l’étranger, Payot, Paris, 1921, p. 74.

66La volonté d’accroître les échanges avec l’Égypte ne fait pas défaut chez le partenaire français. L’Office national du commerce extérieur, institué par la loi du 4 mars 1898, recueille les informations de l’étranger. La création de la fonction de conseiller du commerce extérieur date du 21 mai 1898 ; celle d’attaché commercial du 7 décembre 190864.

67Les consuls s’emploient à encourager les exportateurs et à aplanir les difficultés. A côté d’eux œuvrent les Chambres de commerce françaises d’Alexandrie et du Caire. Régissant les rapports entre les deux pays sur le plan commercial, le traité franco-ottoman de 1861 est remplacé par une convention franco-égyptienne en 1902.

A. LES TRANSPORTS MARITIMES

68Les usagers français se plaignent en chœur : leurs intérêts sont mal défendus sur le, plan des transports. Contre les Messageries maritimes, subventionnées par l’État et jouissant du monopole postal, les griefs s’accumulent et se répètent. Les rapports des consuls à Alexandrie sont de véritables cahiers de doléances. Constantes, les réclamations s’élèvent avec le plus de vivacité à la veille de la signature d’une nouvelle convention.

  • 65 CCM, Compte rendu des travaux, 1885, p. 70.
  • 66 Ibid., p. 71.

69Ainsi le 22 avril 1885, la Chambre de commerce française d’Alexandrie communique-t-elle un rapport au ministre du Commerce à Paris « relativement à l’infériorité marquée dans laquelle se trouve le commerce français en ce qui concerne le transport des voyageurs et surtout des marchandises »65. La Chambre de commerce de Marseille croit qu’il faudrait, pour avoir un service avec des navires grands et rapides, une augmentation de la subvention, mesure difficile à obtenir en l’état des finances du pays66.

  • 67 AE, CC Alexandrie 49, Kleczkowski à Goblet, 29.8.1888.

70La nouvelle convention, conclue le 30 juin 1886, supprime le service hebdomadaire qui existait depuis plus de 20 ans entre Alexandrie et Marseille. La société n’est tenue qu’à un courrier de quinzaine, qu’elle complète de temps en temps par des paquebots supplémentaires au début de l’été et de l’hiver, les deux périodes de l’année où le mouvement des passagers est le plus actif67.

  • 68 Ibid., 24.11.1888.

71En conservant un service hebdomadaire de Trieste et de Gênes, le Norddeutscher Lloyd et Rubattino tirent le plus grand avantage des embarras du commerce français. Le consul suggère qu’un supplément de subvention soit accordé aux Messageries pour leur permettre de reprendre l’ancien service68.

  • 69 Ibid., 19.1.1889.

72À la diminution des courriers s’ajoutent les irrégularités et les retards. Aux termes du traité avec l’État, le parcours Marseille-Alexandrie et vice versa est fixé à 4 jours et 12 heures. Mais un accord avec les Postes françaises prévoit que les vitesses ne seraient calculées que sur la moyenne d’une année entière pour l’ensemble de toutes les lignes de la société69.

  • 70 Ibid., Goblet à Kleczkowski, 31.1.1889 ; Spuller à Kleczkowski, 31.3.1889.

73Les Messageries ne font que confirmer la réponse donnée le 6 juin à la Chambre de commerce : le service ne paraît pas appelé à produire des résultats suffisamment rémunérateurs. Rapportant peu d’avril à juin et d’octobre à décembre, il est onéreux en dehors de cette période. Un service hebdomadaire ne pourrait être rétabli que si un supplément de subvention était a loué, ce à quoi le ministre du Commerce ne consent pas70.

  • 71 AE, CPC Égypte 7, Suzzarmi, vice-président de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, au min (...)
  • 72 CCM, MQ 5.2, Pétition. Demandes similaires in AN, F12 7199, Lacretelle à Hanotaux, 26.4.1895.

74En août 1889, 72 commerçants français d’Alexandrie et 34 du Caire adressent une pétition au Sénat et à la Chambre des députés en faveur du rétablissement du service hebdomadaire71. Parmi les États méditerranéens possédant une marine marchande, la France seule n’en a pas72. Entreprise commerciale, les Messageries sont considérées en Égypte presque comme une branche de l’Administration. Leurs carences discréditent la France.

  • 73 AE, NS Égypte 104, Lecomte à Delcassé, 21.9.1899.
  • 74 Ibid., Note de la Direction politique, 11.10.1899.

75Les retards et accidents, qu’on attribue à la vétusté de l’équipement, sont fréquents. A côté de la ponctualité des services rivaux, l’effet produit est des plus fâcheux. Les Messageries sont accusées de ne faire circuler dans la Méditerranée que des bateaux fatigués et de laisser leur matériel flottant en mauvais état73. A cela la société répond que les recettes de la ligne d’Alexandrie – où la morte saison dure 8 mois – et le taux de la subvention postale ne justifient que l’emploi de paquebots ayant servi précédemment sur les lignes de Chine et du Brésil74. Mais les retards se renouvellent au point de devenir la règle et d’habituer le public aux contrariétés.

  • 75 AN, F12 7468, de Valdrôme au ministre du Commerce, 15.10.1907.
  • 76 AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichon, 8.8.1907.

76À l’échéance de la convention de 1894, les doléances n’ont guère changé75. Les Messageries tendent à n’employer que des cargo-boats économiques et à marche lente, alors que les autres compagnies cherchent à augmenter la vitesse de leurs navires. « Notre commerce maritime témoigne toujours d’une crainte trop timide de ne pas trouver des débouchés suffisants et un fret assuré »76.

  • 77 AE, CC Alexandrie 52, Lacretelle à Hanotaux, 12.1.1895.

77La Chambre de commerce française d’Alexandrie appelle de ses vœux la création d’une ligne directe entre Dunkerque et Alexandrie. Un monopole de fait y est exercé par l’armateur anglais Moss. Le service existant au Havre impose un transbordement à Marseille, ce qui augmente le fret et occasionne des avaries à la cargaison. La compagnie Cyprien Fabre avait inauguré une ligne Dunkerque-Alexandrie en octobre 189477, mais elle est supprimée peu de temps après.

  • 78 AN, F12 7468, Rapport de P. Bargeton, 10.9.1909 ; Comité central des armateurs de France au ministr (...)
  • 79 AN, F12 9675 et 7283, Kirsis et Giustiniani à de Reffye, 24.5.1913 ; de Reffye à Pichon, 3.6.1913.

78L’idée d’une ligne reliant le Nord et le Levant est promue par le consul à Alexandrie en 1909 mais ne rencontre pas d’écho chez les compagnies françaises78. En 1913, deux commerçants alexandrins, Kirsis et Giustiniani, se proposent de reprendre le service Dunkerque-Alexandrie. Des agents maritimes mettent mensuellement sous charge un vapeur sur ce parcours ; ils font payer 36 F la tonne pour le coton alors qu’il ne coûte que 15 F d’Alexandrie à Liverpool. Kirsis et Giustiniani ne réussissent pas à intéresser les exportateurs d’Alexandrie : d’une part, le fret est égal pour les expéditeurs ; d’autre part, ce sont les acheteurs qui le supportent79.

  • 80 AN, F12 7468, de Valdrôme à Pichon, 17.12.1907.

79Critiquées pour le transport des marchandises, les Messageries le sont aussi pour celui des passagers. Leurs paquebots de ligne souffriraient de la comparaison avec ceux de la concurrence tant pour la vitesse que pour le confort. « La faveur de la clientèle riche se détourne de leurs paquebots avec une unanimité inquiétante »80. C’est ce marché, plus sensible à la qualité du passage qu’à son prix, que les sociétés étrangères enlèvent aux Messageries. Les concurrents, notamment le Lloyd autrichien, lancent de nouveaux steamers à turbine, rapides et bien aménagés.

  • 81 AN, F12 7283, Annexe au rapport de de Valdròme à Pichon, 8.8.1907.

80Avec appréhension les consuls observent l’activité des compagnies étrangères. Les paquebots de la Peninsular and Oriental font le parcours Londres-Port-Sa‘īd, touchant à Marseille, chaque quinzaine. La Deutsche Levant Linie, puis la Norddeutscher Lloyd, installent leur tête de ligne à Marseille, tandis que la Hamburg-Amerika fait de même à Gênes. L’originalité des services allemands tient à ce qu’ils ont pour points terminus des ports étrangers. « C’est dans les eaux mêmes, dans les ports de ses rivaux, que la marine allemande vient leur faire concurrence »81.

  • 82 Ibid., Notes, 16 et 19.1.1911, et mars 1911.

81Le renouvellement de la convention avec les Messageries maritimes le 11 juillet 1911 ne produit pas d’amélioration. Toutes les marines qui fréquentent le port d’Alexandrie ont vu s’accroître leur tonnage, à l’exception de la marine française qui reste stationnaire au niveau de 1888. Parallèlement des concurrents ouvrent une nouvelle ligne Alexandrie-Bizerte-Gênes (Norddeutscher Lloyd) et lancent deux navires rapides et modernes (Lloyd autrichien)82.

82La vitesse est un enjeu de la rivalité entre les compagnies de navigation. On atteint 18 nœuds en 1912. Or la nouvelle convention des Messageries ne prévoit que 14,5. D’autre part, le Lloyd autrichien, grâce à une entente avec les chemins de fer du continent, assure les relations les plus rapides entre l’Europe du Nord et l’Égypte. Partant de Paris, le voyageur arrive à Alexandrie via Londres et Trieste en 101 heures, alors qu’il faut 119 via Marseille.

  • 83 AN, F12 7464, de Reffye à Poincaré, 23.4.1912.

83D’autres inconvénients sont à signaler : les trains n’amènent pas les voyageurs jusqu’au quai d’embarquement de la Joliette ; les retards et frais de transbordement à la Gare Saint-Charles sont source de désagréments ; les agents de santé sont lents à se rendre à bord des navires en rade pour les formalités sanitaires. Les Messageries ne peuvent compenser ces handicaps qu’en réduisant le tarif83.

  • 84 Ibid., Messageries à Poincaré, 22.5.1912.
  • 85 Ibid., 1.6.1912.

84La société trouve discordant qu’on lui demande à la fois d’améliorer le service et d’abaisser le tarif. Le surcroît de dépenses nécessiterait une subvention plus large. Par ailleurs, l’obligation de faire concorder les départs des paquebots de Marseille avec l’arrivée des trains de Paris rendrait sans effet une vitesse dépassant 14,5 nœuds. Alexandrie n’étant pas accessible la nuit, il faudrait 19 nœuds pour arriver dans la soirée. L’arrangement est possible si la société renonçait aux marchandises, auquel cas l’État aurait à rémunérer le service non seulement en raison de l’augmentation des dépenses d’exploitation mais aussi pour les pertes résultant de l’abandon du trafic des marchandises84. Nombre de voyageurs ne cherchent pas le voyage de Paris en une seule traite, mais s’attardent dans les villes d’eaux et les stations thermales ou hivernales85.

  • 86 AE, F12 7468, de Reffye à Poincaré, 26.11.1912.
  • 87 AN, F12 7464, de Reffye à Poincaré, 10.12.1912.
  • 88 Ibid., 23.12.1912.

85À côté de la régularité des lignes postales autrichienne et allemande, et du nouveau service roumain, le consul reconnaît que le « monopole des retards » revient aux Messageries86. La société remplace 2 anciens navires par 2 paquebots auparavant affectés aux lignes d’Amérique du Sud. Dès son premier voyage, l’un d’eux subit un retard de 40 h87. L’effet est déplorable et les irrégularités si fréquentes que les horaires imposés par le cahier des charges ne sont plus respectés. Le consul demande l’intervention de l’État, cette situation « étant nuisible, non seulement aux intérêts de la Compagnie mais au prestige du pavillon national dans le Levant »88.

  • 89 Ibid., Defrance à Doumergue, 21.4.1914.

86Enfin la société inaugure en janvier 1913 un paquebot de 15 nœuds pour desservir la ligne Marseille-Alexandrie-Beyrouth. Le consul approuve sa décision de chercher le confort au lieu de tout sacrifier à la vitesse. Elle pourra ainsi regagner l’élite de la société alexandrine que la mauvaise tenue des anciens paquebots avaient rebutée. Il n’en est rien : les retards sont d’une journée. Les résidents qui partent en été et les touristes qui arrivent en hiver ne le font pas par les soins des Messageries89.

87Les faiblesses du service des voyageurs ont leur contrepartie dans celles du service des marchandises. Les Messageries sont peu désireuses de charger leurs navires de matériaux encombrants et peu rémunérateurs comme les chaux, ciments et briques. Dans l’impossibilité de recevoir à date fixe les marchandises commandées, les commissionnaires en Égypte s’habituent à acheter en Belgique.

  • 90 Ibid., de Reffye à Jonnart, 17.2.1913.

« De cette façon, la compagnie des Messageries maritimes, subventionnée par l’État, contribue involontairement à nuire à une importante industrie française et à favoriser ses rivaux étrangers »90.

88Et le consul de se soucier que l’abondance du fret n’incite le Lloyd à établir entre Marseille et Alexandrie une ligne commerciale, comme il a déjà établi une ligne postale.

B. LES CHAMBRES DE COMMERCE

89À l’origine de la création d’une Chambre de commerce française est la volonté de réagir à la décroissance des exportations de la France vers l’Égypte.

  • 91 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Monge à Challemel-Lacour, 11.6.1883.
  • 92 AN, F12 9110, Questionnaire du 12.6.1883.

90Au reçu de deux circulaires du Quai d’Orsay en mars et avril 1883, le consul à Alexandrie convoque les principaux importateurs français de sa ville91. L’institution de chambres de commerce à l’étranger est le sujet d’un questionnaire adressé aux consuls par une Commission du ministère du Commerce92.

  • 93 Ibid., Raindre, agent diplomatique, à Challemel-Lacour, 11.7.1883.

91Les chambres devraient être laissées assez indépendantes et libres de choisir leurs présidents. Comme, en Orient, « il conviendrait de ne pas se dessaisir de tout moyen de donner dans certaines circonstances, une impulsion déterminée aux négociants réunis »93, la présidence honoraire pourrait être attribuée au consul, avec droit de présider les séances auxquelles il assisterait et faculté de convoquer des réunions extraordinaires.

  • 94 Les attributions des députés du Levant sont restreintes successivement par l’ordonnance de 1681, l’ (...)
  • 95 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Raindre à Challemel-Lacour, 11.7.1883.

92Les représentants de la France ont une autre raison pour souhaiter le développement des chambres de commerce : ils y voient un moyen de remplacer l’archaïque institution du « député de la nation ». Créée sous l’Ancien Régime94en vue de défendre la « nation » – c’est-à-dire la colonie – française dans les Échelles du Levant contre les « avanies », elle gêne de plus en plus les agents diplomatiques et consuls. Selon les édits, deux députés sont élus au Caire et deux autres à Alexandrie par les négociants. Leur rôle, estime l’agent diplomatique, est devenu tout d’apparat, propre surtout à flatter certaines vanités ou à servir de petites ambitions. Mieux vaudrait leur substituer des conseillers commerciaux95.

93Des réclamations sont formulées de temps en temps à l’effet de reconnaître la qualité d’électeurs à de nouvelles catégories de notables, voire d’instaurer le suffrage universel. Un député élu par tous les Français serait forcément un représentant politique et une gêne pour les représentants officiels de la France.

  • 96 AE, CP Égypte 125, de Reverseaux à Ribot, 16.2.1892. Cf. ibid., 1.1.1892 et Ribot à de Reverseaux, (...)

94Les députés de la nation se croient déjà en devoir de prendre en mains les intérêts des Français. Mandat éminemment politique, il a l’inconvénient de s’exercer parfois dans un sens contraire à celui adopté par l’agence « dont la conduite s’inspire des nécessités de la politique générale »96.

  • 97 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Barrère à Ferry, 17.3.1884.
  • 98 Ibid., Kleczkowski à Ferry, 30.4.1885.

95La chambre d’Alexandrie est instituée en novembre 1883. Elle fixe la condition d’admissibilité à un chiffre d’affaires de 200 000 F par an97. Les premières années ne laissent guère de doute que l’initiative de la création de cet organisme a été d’origine officielle. Aux termes des statuts, le consul de France en est d’ailleurs le président honoraire. Les négociants paraissent indifférents ; les rapports avec la France sont si faciles que chacun préfère se restreindre à ses relations propres plutôt que de chercher à les étendre par une action combinée98.

  • 99 Ibid., Kleczkowski à Freycinet, 21.12.1885.
  • 100 Ibid., Girard à Freycinet, 14.2.1886. Elle élit au comité de direction : Frauger, président ; Touss (...)
  • 101 Ibid., Kleczkowski à Goblet, 3.5.1888.
  • 102 Ibid., Biard d’Aunet à Ribot, 6.7.1891.
  • 103 Ibid., 7.7.1892.

96Apathique, la colonie ne prend qu’un médiocre intérêt au développement de la Chambre. En 1885, la cotisation annuelle est réduite de 120 F à 25 F, même si le ministère du Commerce ne consent à allouer à la Chambre que 1 500 F au lieu des 5 000 F demandés99. Les membres ne montrent pas plus d’empressement que d’habitude à assister à l’AG de février 1886100. La Chambre n’a pas déployé beaucoup d’activité, écrit le consul en 1888101. Les membres sont découragés par la situation des affaires, dit son successeur102. Les commerçants n’utilisent pas la Chambre ; son rôle consiste à faire connaître au ministère du Commerce, à l’agence et au consulat les difficultés que rencontrent les exportateurs de la France103.

  • 104 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Rapports des consuls, 1883-1894 ; AD 262, A 65 I, Rapports des cons (...)

97Le nombre d’adhérents tant en Égypte qu’en France, de participants aux AG et d’exemplaires tirés du Bulletin est indicatif, pour les années disponibles, de l’intérêt que suscite la Chambre104.

Tableau 178
Chambre de commerce française d’Alexandrie

Tableau 178Chambre de commerce française d’Alexandrie

98La Chambre végète jusqu’à la moitié des années 1890. Son relèvement coïncide avec l’augmentation de la valeur des échanges entre la France et l’Égypte.

  • 105 Rapport du Comité de direction pour 1901.

« La progression de notre commerce en Égypte nous assure le concours toujours plus empressé de nos compatriotes qui, à la recherche de débouchés pour leurs industries, dirigent leurs vues sur nos confiées »105.

  • 106 AE, CC Le Caire 33, Lacretelle a Hanotaux, 18.2.1895.
  • 107 MOC, 20.8.1896, Rapport de Lacretelle ; Rapport du Comité de direction pour 1906.

99À partir de 1894, la subvention du ministère du Commerce est portée à 4 000 F par an106. La Chambre n’est pas loquace sur son activité. Les rapports du Comité de direction ne fournissent que rarement les chiffres touchant le volume de la correspondance. Les totaux de trois années sont disponibles107.

100En 1903, Alexandrie compte des Chambres de commerce française, anglaise, italienne, austro-hongroise, hellénique et russe. Aucune n’est formée au Caire. Le 9 mai 1903, un groupe de négociants présidé par Leroux, administrateur-délégué des Sucreries, crée la Chambre de commerce internationale du Caire. Leroux pense qu’il y a une

  • 108 Bulletin de la Chambre de commerce internationale, juillet 1903.

« nécessité pressante de constituer sans tarder un grand corps solidement uni qui puisse représenter devant tous et partout l’universalité du commerce, non seulement de cette ville mais de toute l’Égypte »108.

10111 s’agit d’une mesure de sauvegarde contre l’arbitraire des administrations publiques : les estimations fantaisistes de la douane et les brusques changements de tarifs des chemins de fer.

102Ces prétentions font sourire les négociants d’Alexandrie. Le trafic pour toute l’Égypte est concentré dans leur ville ; le Caire n’est qu’un entrepôt. Ses commerçants ne peuvent aspirer à prendre en mains les intérêts du négoce.

  • 109 AE, NC, Série A, 1902-1907, Carton 20, A 235-5, Girard à Delcassé, 10.6.1903.

103Venu à Alexandrie faire une conférence pour entraîner des adhésions, Leroux n’attire que 30 personnes109.

  • 110 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 14.4.1904. Sont élus au bureau de direction : Leroux, président (...)
  • 111 Ibid., ministre du Commerce au ministre AE, 29.4.1904.
  • 112 MOC, 20.2.1913. Le c.a. comprend : H. Nicoullaud, agent des Messageries, président ; E. Dombre et J (...)

104S’élevant à 400, le nombre d’adhérents de la nouvelle Chambre comprend des membres des principales Chambres de commerce. Elle a 120 correspondants et son Bulletin se tire à 1 000 exemplaires110. Le ministre du Commerce refuse de donner à la Chambre internationale une marque particulière d’encouragement, en raison de l’existence de la Chambre française d’Alexandrie111. En fait, la nouvelle association sera une Chambre comme les autres, une de plus dans le paysage. Une modeste Chambre de commerce française du Caire est fondée le 15 juin 1912112.

C. LA CONVENTION COMMERCIALE DE 1902 : VINGT-DEUX ANS DE GESTATION

105La politique de la France dans cette négociation constitue un chef-d’œuvre d’atermoiement et d’attentisme avantageux. Après des années de discussions infructueuses, les autorités anglo-khédiviales consentent à signer une convention au moment où elle apporte peu à l’Égypte. Demandeur en 1884, le gouvernement du Caire ne l’est plus en 1902 ; c’est la France qui craint une élévation des tarifs douaniers. Elle s’en tire fort bien et atteint son objectif : le maintien du statu quo.

  • 113 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 19.

106Le régime douanier de l’Égypte est empreint de complications. Les États étrangers ont à leur disposition une gamme d’arguments pour paralyser l’action du gouvernement. Du fait de son appartenance à l’Empire ottoman, l’Égypte est soumise aux conditions qui découlent des Capitulations octroyées par les sultans en 1569, 1604, 1673 et 1740. Les privilèges accordés par ces décisions souveraines du Prince sont réputés perpétuels113. Ces traités confèrent aux étrangers des avantages dont les plus importants sont l’immunité en matière d’impôts personnels, l’inviolabilité du domicile et le fait de n’être pas justiciables des tribunaux de l’Empire.

107Petit à petit s’impose une interprétation abusive : aucune mesure ayant le moindre lien aux Capitulations n’est applicable sans l’accord unanime de toutes les puissances capitulaires. Tout se trouve subordonné à leur consentement préalable. Il suffit que l’une d’entre elles refuse de donner son assentiment pour que la mise en vigueur d’une décision soit suspendue.

108Libre donateur à l’origine, l’Empire ottoman voit sa souveraineté considérablement rétrécie. Conçues comme régime d’exception et de droits extra-territoriaux juridiques et fiscaux pour le non-croyant en terre d’Islam, les Capitulations deviennent un instrument et un prétexte d’intervention dans toutes les sphères de la vie collective. Il n’est pas de mesure qui ne touche au moins indirectement ne serait-ce qu’un étranger. Au fur et à mesure que se confirme l’affaiblissement de l’Empire par rapport à l’Europe, les Capitulations prennent l’allure d’un vaste engrenage qui contribue à l’immobiliser et à le soumettre aux volontés des puissances.

109En Égypte, la fondation en 1875 des tribunaux mixtes – essentiellement européens – retire aux cours consulaires l’exclusivité qu’elles avaient dès lors qu’un étranger était concerné. Les tribunaux mixtes connaissent des litiges entre étrangers et Égyptiens dans le domaine civil ; les tribunaux consulaires demeurent compétents et appliquent les lois de leurs pays dans les cas de juridiction criminelle impliquant un étranger.

110Sur le plan commercial, les Capitulations comportent la clause de la nation la plus favorisée. Ce qu’un État obtient s’étend automatiquement à tous. Inversement, aucun de ces États ne peut jouir de mesures que l’un d’entre eux se refuse à ratifier. Chacun s’accorde un droit de veto.

111D’autres complexités caractérisent la situation de l’Empire ottoman et de l’Égypte. La Porte a signé des traités de commerce avec l’Europe en 1802 et en 1838. Le dernier, en date du 29 avril 1861, est valable jusqu’au 13 mars 1890 et s’applique à l’Égypte, formellement province ottomane. Mais l’Égypte obtient d’importantes prérogatives ; les firmans impériaux des 8 juin 1867, 8 juin 1873 et 7 août 1879 lui reconnaissent le droit de conclure des conventions commerciales et des ententes douanières. Ce sont des corollaires de l’autonomie administrative dont elle jouit face à la Porte.

112Pour la France, l’alternative est la suivante : elle peut refuser les propositions du gouvernement anglo-khédivial, auquel cas les dispositions du traité de 1861 restent en vigueur ; si ces termes sont rendus plus onéreux en 1890, elle conserve en Égypte son privilège capitulaire de la nation la plus favorisée.

113Comme le souhait au Caire et à Constantinople est de majorer le tarif de 8 % ad valorem sur les importations, la France s’y oppose aussi longtemps que possible. Elle est seule avec la Russie dans le camp des réfractaires. A Constantinople, les positions sont renversées. Pour des raisons que lui dictent ses relations générales avec l’Empire, la France est la première à admettre des droits différentiels s’élevant jusqu’à 11 % à l’entrée. Ce sont les autres puissances qui manifestent leur réserve, tandis que la durée du traité de 1861 est provisoirement prolongée. Mais la France ignore quand elles permettront la mise en vigueur du nouveau tarif.

  • 114 AE, NC, Série A, Égypte 1, A. Dobignie, consul, à de Ring, agent diplomatique, 9.2.1881.

114Des conditions aussi fluctuantes entraînent des prises de position variables, voire contradictoires. L’objet consiste à prendre texte de la thèse juridique la plus conforme aux intérêts du moment. En janvier 1881, les commerçants français d’Alexandrie réunis au consulat sont unanimes au sujet des avantages à retirer d’un traité direct avec l’Égypte, si le firman de 1879 l’autorisait. Ils salueraient avec plus de satisfaction que de regret la dénonciation par la Porte des tarifs de 1861114.

  • 115 AN, F12 7365, Avant-projet de convention douanière, 1883.
  • 116 Ibid., Barrère à Ferry, 21.1.1884.

115En 1884 le gouvernement anglo-khédivial propose des modifications aux tarifs. Seraient allégés les droits d’entrée à percevoir sur les articles de première nécessité, tels les textiles, charbons et machines agricoles, et majorés jusqu’à un maximum de 16 % ceux sur les articles de luxe, tels les meubles riches, vins et boissons distillées115. Fâcheuse coïncidence ou favoritisme sans fard, les premiers proviennent de l’Angleterre, les seconds de la France. Le directeur des douanes est l’Anglais Caillard. Enumération naïve qui se passe de commentaires, rétorque l’agent diplomatique français116.

  • 117 Ibid., Ferry à Hérisson, ministre du Commerce, 17.3.1884.

116Le 3 mars 1884, le gouvernement hellénique accepte l’avant-projet de convention et le règlement douanier. La convention commerciale est signée le 2 avril. Soucieux d’introduire en Égypte les tabacs grecs, il est entravé par les actes intervenus entre la Porte et les puissances qui interdisent l’entrée en Égypte de tabacs étrangers et réservent le monopole en faveur de la Régie co-intéressée des tabacs de l’Empire ottoman. Pour obtenir l’assentiment du gouvernement du Caire, il renonce, de surcroît, au principe de l’inviolabilité du domicile de ses ressortissants117. Privilège capitulaire exorbitant, il place l’étranger à l’abri des perquisitions par les autorités locales en l’absence de son consul. Fleurissent sur ce terreau juridique contrebande et trafics divers, œuvres d’individus à toutes fins pratiques au-delà des lois du pays.

  • 118 AE, CC Le Caire 33, Barrère à Ferry, 16 et 31.3.1884.

117L’agent diplomatique français, persuadé que l’Angleterre poursuit l’abrogation des Capitulations sous couvert d’un accord commercial, conseille de repousser la proposition de convention118.

  • 119 Ibid., 28.4.1884.

« Nous n’avons pas d’intérêt à pousser l’Égypte à relâcher encore les liens si distendus qui l’unissent à la Sublime Porte dans le but de procurer des avantages commerciaux à la Grèce et à l’Angleterre »119.

  • 120 Accepté par l’Angleterre, les États-Unis et l’Italie en 1884, le Portugal et les Pays-Bas en 1885, (...)

118A défaut d’une convention, le gouvernement du Caire soumet un règlement douanier120.

  • 121 AN, F’2 7365, P. Legrand, ministre du Commerce, à Goblet, 28.7.1888 ; Goblet à Legrand, 29.9.1888 ; (...)
  • 122 AE, CC Alexandrie 49, Spuller à Girard, 26.11.1889.
  • 123 AE, CC Le Caire 35, d’Aubigny à Spuller, 14.2.1890.

119Paris s’en tient au traité de 1861 et au tarif de 8 %121. Cependant un concours de circonstances l’amène à se déclarer prêt à adhérer « éventuellement sous certaines conditions »122 au règlement. L’attitude des autres puissances et l’expiration prochaine du traité ottoman de 1861 fournissent à l’Égypte l’occasion d’affirmer son autonomie commerciale123. Les négociants français seraient placés dans une situation défavorable si la France seule refusait son assentiment.

  • 124 Ibid., Spuller à d’Aubigny, 4.11.1889 ; AN, F12 7365, Spuller à Tirard, ministre du Commerce, 27.11 (...)

120Elle accepte donc le règlement – pas la convention commerciale de 1884 – sous la réserve que la douane renonce au droit de perquisition124.

  • 125 AE, CC Le Caire 35, d’Aubigny à Spuller, 14 et 21.2.1890 ; Spuller à d’Aubigny, 7.3.1890.
  • 126 Elle est suivie du Portugal et de l’Autriche-Hongrie en 1890, de la Belgique en 1891, de l’Italie e (...)
  • 127 AE. CC Le Caire, d’Aubigny à Spuller, 14.3.1890.
  • 128 AE, NC, Série A, Égypte 2, Mémoire de la Chambre, 17.4.1890.

121Or le gouvernement anglo-khédivial s’intéresse moins à un règlement douanier qu’à une convention commerciale en bonne et due forme125. À l’instar de la Grèce, l’Angleterre signe une convention avec l’Égypte le 29 octobre 1889126. Cela est exclu pour la France, et « la reprise des négociations du règlement douanier séparé n’offre pas un caractère d’urgence »127. Quant à la Chambre de commerce française d’Alexandrie, inquiétée par la convention anglo-égyptienne, elle demande à Paris de persister dans son refus d’un nouveau tarif128. Laissant durer le modus vivendi, chacun se retire sous sa tente.

122Le modèle des négociations franco-égyptiennes est en place. Les ouvertures du gouvernement anglo-khédivial s’effectuent sur fond de tractations avec d’autres puissances. L’article qui intéresse le plus les exportateurs français, les vins, est exclu du bénéfice du tarif de 10 % dans chaque convention. En faisant peser sur eux le danger d’un taux plus élevé, les autorités espèrent amener la France à composer.

  • 129 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Ribot, 4.2 et 2.3.1892.
  • 130 Ibid., 12.3.1892.
  • 131 AE, NC, Série A, Égypte 2, Note pour le ministre, 12.3.1892.
  • 132 AE, CC Le Caire 36, Ribot à de Reverseaux, 13 et 25.11.1892, 18.11.1893.

123En 1892, les termes français pour engager des pourparlers sont les mêmes : droit maximum de 10 %, haut fonctionnaire à la douane, tarif minimum pour les marchandises égyptiennes en France129. L’agent est autorisé à négocier130, mais le Quai d’Orsay ne se presse pas car le tarif de 10 % n’est applicable que lorsque les nouveaux tarifs ottomans remplaceront le droit de 8 %131. L’agent s’impatiente : la dénonciation du régime provisoire ottoman obligerait la France à réclamer le bénéfice du régime égyptien le plus favorable, et rien d’autre. Les rôles seraient inversés, au préjudice de la partie française132. L’occasion est manquée ; la volonté fait défaut à Paris.

  • 133 AN, F12 8893, ministre du Commerce à la Chambre, 17.7.1893. Accusé de réception.

124Le peu de hâte dont fait preuve la diplomatie française ne saurait mécontenter les négociants français d’Égypte. Il se dégage des analyses de la Chambre de commerce française d’Alexandrie l’intention de jouer sur tous les tableaux et un manque d’empressement à traiter avec l’Égypte. La France aurait en principe plus d’intérêt à englober l’Égypte dans les conventions avec l’Empire ottoman. Mais si l’Égypte accordait des conditions plus favorables que le tarif ottoman, il y aurait intérêt à réclamer les avantages des conventions conclues entre l’Égypte et les pays étrangers. Dans cette hypothèse, cependant, il importerait de maintenir intégralement les privilèges et immunités dérivant des Capitulations133.

  • 134 Ibid., Étude sur la convention italo-égyptienne, 2.3.1893.

125La Chambre s’attarde longuement sur cette question. « Nous considérerons surtout le gouvernement égyptien comme un gouvernement musulman qui peut échapper à un moment donné à la tutelle anglaise »134. Notant avec inquiétude que les conventions signées par l’Égypte sont basées sur la réciprocité absolue pour de nombreux points, elle perçoit le désir de l’Égypte de se placer au même rang que les États européens et de s’écarter de la rédaction des Capitulations.

  • 135 Id..

« Il est inadmissible que la France accorde à l’Égypte, quel que soit son gouvernement actuel, les droits que l’Égypte est obligée de reconnaître à la France, en France »135.

  • 136 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.
  • 137 AE, NC, Série A, Égypte 2, Note sur la convention, janvier 1895.

126À Paris, l’intérêt qu’on porte à une convention avec l’Égypte est proportionnel à l’approche d’une négociation avec la Porte. Les pourparlers avec cette dernière débutent en août 1896136. La majoration du tarif ottoman à 11 ou 12 % encourage les autorités à Paris à se prémunir du côté de l’Égypte en négociant sur le pied de 10 %. Il y a intérêt à traiter avec l’Égypte. Certes sur le plan politique, cela rend service à l’Angleterre en relâchant les liens de vassalité de l’Égypte à l’égard du sultan, mais les avantages commerciaux sont indéniables. Il s’agit de faire payer le plus cher possible la signature de la France. Lorsque la convention sera conclue, la France ajournera son entrée en vigueur jusqu’à la révision du traité avec l’Empire ottoman et jouira ainsi le plus longtemps du tarif de 8 %137.

  • 138 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.
  • 139 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Hanotaux, 21.1.1897.

127Un accord franco-ottoman est effectivement paraphé en novembre 1896138. En Égypte, une raison politique majeure prend le pas sur les intérêts commerciaux. Au moment où l’Angleterre cherche à détacher la province de Dongola du reste de l’Égypte et de l’Empire ottoman au point de vue douanier, il semble dangereux que la France, à son tour, rompe par l’acte diplomatique que constitue une convention commerciale les liens qui rattachent l’Égypte à la puissance suzeraine, le tout au profit de l’Angleterre. De toute façon, il n’y a pas urgence puisque le tarif ottoman ne semble pas à la veille d’être modifié139.

  • 140 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.
  • 141 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Delcassé, 2.3.1901 ; NC, Série A, Égypte 2, Raindre à Bompard, 21.3. (...)

128Cela est moins vrai en 1900 et 1901. Les négociations entre la France et l’Empire ottoman aboutissent à de nouveaux accords140. Bien qu’aucun résultat pratique ne soit à craindre avant l’adhésion des autres puissances, l’attitude des autorités françaises à l’égard de l’Égypte évolue. L’enjeu commercial est assez considérable pour faire passer sur les inconvénients d’ordre politique qu’il peut y avoir à traiter directement avec l’Égypte141.

  • 142 AN, F12 8893, Delcassé à Millerand, 16.3.1901.
  • 143 Ibid., Note sans date.

129Il s’agit principalement de transférer les vins et soieries de la catégorie des articles frappés du droit d’entrée de 15 % à celle que l’on taxerait à 10 %. C’est une concession que le gouvernement anglo-khédivial aura moins de raison d’accorder le jour où la mise en vigueur du nouveau tarif ottoman élèvera réellement les droits142. Le tarif annexé à la convention avec la Porte comporte des droits spécifiques de 18 à 20 % sur les alcools143.

  • 144 AN, F12 8893, Delcassé à Trouillot, ministre du Commerce, 12.7.1902 ; AE, NS Égypte 104, Cogordan à (...)

130Les négociations entreprises au Caire en avril 1902 produisent un projet de convention deux mois plus tard. L’agent diplomatique obtient pour l’ensemble des importations un résultat important, à savoir le maintien de la taxe de 8 % ad valorem dans une entente d’une durée de 21 ans144. L’article 20 admet la distinction établie dans l’accord germano-égyptien entre les domiciles et les magasins ou entrepôts. Dans les seconds, le droit de perquisition peut s’exercer sans que l’autorité consulaire ne soit convoquée.

  • 145 Texte dans le Journal officiel (France), 24.11.1906, pp. 7810-7812.
  • 146 Annexe au p.-v. de la séance du 12.6.1903.
  • 147 AE, NS Égypte 104, de la Boulinière à Delcassé, 28.3.1905.
  • 148 Ibid., Delcassé à de la Boulinière, 13.4.1905.

131Signée le 26 novembre 1902145, la convention est présentée à la Chambre des députés le 12 juin 1903146. L’agent diplomatique croit salutaire de rappeler que si le nouveau tarif ottoman de 11 % est adopté, la convention germano-égyptienne, plus onéreuse, serait appliquée à la France147. Mais la tradition est respectée : le gouvernement britannique pose des conditions qui rendent peu probable le relèvement des droits ottomans148. La convention est ratifiée par la Chambre le 5 avril 1906, par le Sénat le 13 juillet. Les instruments sont échangés le 25 octobre et la loi promulguée en France par le décret du 22 novembre 1906.

132La nonchalance des législateurs se comprend aisément. Confortés par l’immobilisme qui règne dans les négociations des puissances avec la Porte, ils savent que la convention confirme le maintien du statu quo. La France obtient de l’Égypte le traité de commerce le plus favorable ; ses termes sont naturellement étendus à toutes les puissances capitulaires. La politique française consistant à invoquer la suzeraineté ottomane ou les Capitulations, puis à faire traîner en longueur les pourparlers, est mise en œuvre pendant 22 ans. Dictée autant par les intérêts politiques que commerciaux, elle réussit au-delà des espérances de ceux qui ont la charge de l’exécuter. Résolus à n’admettre qu’un minimum de changement, attendu que toute modification implique une aggravation, ils parviennent à ne pas s’écarter de leur point de départ.

133Les avantages que retire l’Égypte de la convention sont moins apparents. Elle n’obtient rien sur le plan pécuniaire : la majoration des droits n’est plus aussi recherchée en 1902 qu’elle ne l’était lorsque la situation financière de l’État laissait à désirer. Certes le principe de la réciprocité est admis et les marchandises égyptiennes jouissent en France du traitement réservé à la nation

134la plus favorisée. La France reconnaît le droit de l’Égypte à négocier un règlement douanier sans l’intermédiaire de la Porte. L’Égypte paie cette concession par l’abandon de l’élévation de ses droits d’entrée que la France avait pratiquement acceptée. La prospérité des finances de l’État modifie les données d’une négociation devenue une constante des rapports franco-égyptiens depuis 1884.

IV. LES PROBLÈMES

  • 149 Cf. sur ce fécond sujet : G. Aubert, A quoi tient l’infériorité du commerce français. Comment y rem (...)

135On connaît l’avis des consuls. L’exportateur français néglige les besoins et les préférences de sa clientèle étrangère149. Il n’en va pas autrement dans le commerce franco-égyptien.

  • 150 M. Rondet-Saint, Rapport à M. le ministre du Commerce. Voyage de circumnavigation 1908-1909, Châtea (...)

136Un conseiller du commerce extérieur dresse un catalogue qui passerait pour impitoyable si les chefs d’accusation n’avaient pas large cours dans la littérature : nombre insuffisant de représentants de commerce dans les marchés extérieurs, inadaptation des produits aux goûts de la clientèle, ignorance des usages locaux, conditions sévères de paiement, nombre inadéquat de banques françaises à l’étranger, défaut d’une banque d’exportation, indifférence de l’armement français, rapports ténus entre les colonies françaises, les représentants de commerce et les consulats, aversion du corps consulaire pour les « affaires » et des capitaux pour les placements directs au dehors150.

137Fondée sur divers motifs, la critique revient comme un refrain. Les négociants se seraient-ils trompés de métier ? L’uniformité des conseils que prodiguent les consuls laisse perplexe. D’où vient qu’ils aient une perception si différente de celle des exportateurs ? Il y a discordance entre la pratique de ces derniers et les moyens qui leur sont suggérés. Les consuls se laissent-ils aller à des espoirs peu conformes à la situation réelle ?

A. L’EXPORTATION FRANÇAISE EST-ELLE MAL ADAPTÉE A LA DEMANDE ?

138D’une manière générale, les rapports consulaires font un triple reproche aux exportateurs français. Premièrement, les marchandises expédiées en Égypte sont jugées trop chères, quoique d’une qualité supérieure à celle de la concurrence.

  • 151 AN, F12 7283, consul à Port-Sa‘īd aux AE, 15.2.1907. Ce rapport présente sous une forme succincte t (...)

« Il est hors de doute que nos articles sont de bonne qualité, bien présentés et qu’ils jouissent d’un incontestable prestige. A prix égal, ils seraient préférés car ils sont mieux finis... Mais ils ont le défaut capital de n’être pas à la portée de toutes les bourses »151.

139Deuxièmement, les fabricants français ne tiennent pas suffisamment compte des goûts du marché égyptien. Ils lui offrent les mêmes articles qu’ils proposent en France, tandis que les concurrents le sondent, prennent des échantillons et reviennent avec des produits identiques et moins chers.

  • 152 Id.,

« Nos concurrents s’inclinent toujours devant les préférences du consommateur. Ils n’hésitent pas à modifier leur fabrication. Ils se tiennent constamment au courant des exigences du marché »152.

140Les rapports des consuls et les articles du Bulletin mensuel de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, réimprimés dans le MOC, sont censés tenir les intéressés au courant de l’état et des besoins immédiats de la consommation en Égypte. Sommeillent-ils dans les Chambres de commerce ?

  • 153 AN, F12 7283, Bonzon aux AE, 26.5.1913.

« Il semble malheureusement trop acquis, se lamente le consul au Caire, que les travaux de nos consuls sont souvent plus appréciés par nos concurrents que par ceux pour qui ils sont écrits »153.

  • 154 MOC, 19.1 et 16.11.1899.

141Les exportateurs français tendent à imposer leurs modes. Ils sont trop sûrs du renom de leurs marchandises et pas assez attentifs à la nécessité de plaire aux clients. Ils n’envoient pas assez de commis-voyageurs pour visiter les détaillants, demander leur avis ou leur montrer des collections154. Ceux qui y vont ont des pouvoirs moins étendus que leurs concurrents et ne peuvent engager leur société.

142De 1883, à 1916, cette opinion reste inchangée. En 1883, les négociants français d’Égypte reprochent à ceux de la France

  • 155 AN, F12 9110, Monge à Challemel-Lacour, 26.7.1883.

« de n’avoir songé jusqu’à ce jour qu’à satisfaire à la consommation intérieure, sans se préoccuper de se créer des débouchés au-dehors »155.

  • 156 Bulletin mensuel de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, 15.10.1916, p. 15.

143L’industriel français serait trop persuadé de la supériorité de ses produits ; il attendrait la demande au lieu de la provoquer ; il entendrait régler le goût des marchés étrangers ; il resterait sourd aux conseils des négociants du dehors. En 1916, la Chambre de commerce française d’Alexandrie se plaint que les fabricants ne veulent vendre à l’étranger que les produits pour lesquels ils ont en France un débouché. « Ils ne s’intéressent à l’exportation qu’en présumant qu’ils pourraient y déverser le surplus momentané de leur production »156.

  • 157 Ibid., 27.3.1913.
  • 158 Ibid., 30.6.1898.
  • 159 Ibid., Annexe du 9.11.1911, Rapport de Lefeuvre-Méaulle.

144En dernier lieu, le problème du paiement semble être le plus préoccupant aux yeux des consuls. Les exportateurs français font preuve d’intransigeance et n’accordent pas assez de facilités à leurs clients ou commissionnaires. Jusqu’au début des années 1890, le paiement à terme généralement admis en Égypte est de 3 mois. La concurrence que se livrent alors les industries européennes modifie la règle. « Les fabricants d’un même article se sont fait entre eux une guerre à coup de crédit »157. L’enjeu est important car les commerçants en Égypte ne disposent que d’un faible fonds de roulement et donnent leur préférence à la marque à laquelle s’attache le plus long terme de paiement. La qualité d’un produit, un escompte, voire son prix avantageux par rapport à un autre, le cèdent alors au critère premier : l’éloignement de l’échéance. De plus en plus, le paiement comptant s’entend comme étant à 90 jours ; il faut accorder un minimum de 6 mois pour le terme. La concurrence ayant modifié les habitudes, « le terme est devenu l’âme de la vente »158. Certains exportateurs ouvrent des comptes courants à leurs grossistes en Égypte ; le stock de marchandises n’est payable qu’après vente159.

  • 160 Ibid., le 1.8.1912.

145Le fabricant est lent à démordre du règlement par traite à échéance fixe, et du paiement comptant contre remise des connaissements ou même avant livraison. Ses envois sont facturés franco fabrique, quai Marseille ou bord Marseille alors que la concurrence vend caf Alexandrie. « Or, n’agréer que les marchés au comptant est synonyme de renoncer aux affaires, car il n’y a rien à tenter dans ce sens »160.

146En effet, le fournisseur européen est désormais obligé d’être accommodant parce que le commerçant en Égypte est hors d’état d’effectuer des paiements avant que sa clientèle n’ait réglé ses comptes auprès de lui. Il doit attendre la vente des marchandises en sa possession pour payer ses traites. Les ventes sont toujours à crédit ; le paiement au comptant est presque inconnu.

  • 161 A. Ferrerò, « L’extension des crédits en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce international (...)

« Il s’ensuit que le capital réel destiné aux affaires est transformé en un clin d’œil en une masse inerte, en un capital engourdi, paralysé, qui ne sera rendu que petit à petit et bien tard »161.

147Les longues échéances, maintes fois renouvelées, sont entrées dans les mœurs et le commerçant ne saurait les refuser que sous peine de perdre sa clientèle. Dans des conditions qui rendent difficile le recouvrement de ses créances, il est porté à voir avec le plus de faveur l’exportateur qui lui accorde le crédit le plus libéral.

  • 162 Ibid., 12.10.1893, 20.9.1894, et 31.3.1898 ; AN, F12 7283, Bonzon au ministre du Commerce, 23.4.191 (...)
  • 163 A. Martineau, Le Commerce français dans le Levant, Guillaumin. Paris, 1902, p 36.

148Il n’est que juste de signaler qu’en dehors de leurs pratiques commerciales, les fabricants français font face à certains risques propres au marché en Égypte. La concurrence acharnée entre les exportateurs européens encourage nombre d’éléments peu recommandables à s’improviser commissionnaires ou représentants de commerce et se livrer au carambouillage. L’Égypte des Capitulations est un terrain privilégié des trafics de tout acabit, le coupable étant couvert par l’impuissance de la police, la multitude des juridictions et la complexité des procédures. Des commerçants malhonnêtes – désignés sous le nom de « bande noire » au cours des années 1890 – mettent en coupe réglée des exportateurs imprudents. Sans aveu, sans surface, parfois n’ayant pour tout domicile qu’une boîte postale, ils disposent d’un instrument : l’annuaire Didot-Bottin. Ils offrent leurs services à des sociétés en France et commandent des marchandises qu’ils réalisent à vil prix. L’échéance de paiement arrivée, ils protestent la traite, se font déclarer en faillite et déménagent à la cloche de bois162. Des maisons sont créées sans déclaration officielle ni capital social dûment réuni ; les raisons sociales se modifient et le recours à la faillite apparaît comme un expédient pratique163.

  • 164 AE, CC Alexandrie 51, Biart d’Aunet à Ribot, 22.6.1892.

« La rigueur des exportateurs français en matière de paiements a pour contrepartie la légèreté avec laquelle ils entrent quelquefois en relations avec des intermédiaires d’honorabilité et de solvabilité douteuses, ou même moins encore »164.

  • 165 MOC, 8.8.1895.
  • 166 AN, F12 7283, Bonzon au ministre du Commerce, 23.4.1914.

149Les consuls engagent les fabricants à se renseigner au préalable auprès des chambres de commerce françaises et des consulats. Ils leur conseillent surtout d’avoir des agents sur place chargés de les éclairer sur la « moralité » de leur correspondants165. « Il est toujours plus sage de souscrire une police d’assurance plutôt que d’appeler les pompiers quand la maison est en feu »166.

  • 167 AN, F12 7200, Bertrand à Delcassé, 13.12.1900 ; MOC, 1.9.1898.
  • 168 L’Exportation française et les établissements de crédit, Fischbacher, Paris, 1909, répond à l’attac (...)

150Quoi qu’il en soit, les consuls sont persuadés de la nécessité d’éviter à la fois la témérité et la trop grande réserve par rapport au marché égyptien. Restent les obstacles à surmonter sur le plan strictement commercial. Comment les sociétés françaises pourront-elles accorder de longs crédits sans le concours d’une banque spécialisée dans le commerce extérieur ? En France, les échéances sont généralement à 3 mois ; les banques n’ouvrent de crédits aux commerçants que contre remise d’effets dont la signature leur inspire confiance. On sait que le banquier allemand accepte des valeurs de 6 mois et même d’un an, et avec une seule signature. Bien plus, il fait des crédits à découvert et il lui arrive de commanditer une maison quand elle présente des garanties suffisantes167. Fortifié par les conseils consulaires, l’exportateur français ne l’est guère par les avances bancaires168.

151Il convient de s’interroger sur la validité des critiques et conseils dont le commerce franco-égyptien est l’objet. N’est-il pas étrange que les consuls demandent aux exportateurs français de faire ce que le gouvernement français, à l’unisson des autres gouvernements d’Europe, rend de moins en moins réalisable par sa politique à l’égard de l’Égypte ? Il y a contradiction entre les intérêts politiques et financiers de la France en Égypte et les espoirs qu’entretiennent les consuls pour le commerce français avec l’Égypte.

152La première question, celle des négociants malhonnêtes, est moins importante que la seconde, relative au commerce dans son ensemble. Le fabricant français qui se renseigne auprès des consulats et des chambres de commerce françaises en Égypte avant d’établir une relation d’affaires avec un importateur est rare, et pour cause. Il lui sera sans doute indiqué une maison française, membre de la chambre de commerce. Ni les rapports des consuls ni les articles du MOC ne sont avares de telles listes.

  • 169 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 10.5.1910.

153Est-ce certain que l’exportateur veuille se confiner à une seule catégorie de représentants ? Les rapports des consuls constatent avec regret que les exportateurs étrangers s’adressent plus souvent que leurs concurrents de France aux commerçants français d’Égypte169. La représentation est une relation commerciale dans laquelle chaque partie cherche son avantage. Réduits à ne compter que sur les importateurs français d’Égypte, les exportateurs de France se feraient l’un l’autre une concurrence sévère. Le nombre des correspondants non français est plus grand, leur clientèle plus étendue du seul fait de l’importance de leurs colonies.

154Apparaît alors le risque du contrefacteur et du commerçant véreux dont les Capitulations constituent la meilleure protection. En les mettant en pratique hors d’atteinte des tribunaux, elles offrent une prime à la malhonnêteté.

  • 170 MOC, 12.10.1893.

« En beaucoup de pays d’Europe, les lois pénales feraient vite bonne justice, mais ici, sous le régime des Capitulations, les procédures sont si compliquées, les frais tellement élevés, les résultats si incertains, que le commerçant dupé a plus de profit à acheter un peu de philosophie tout en s’estimant heureux si l’expérience ne lui a pas coûté trop cher »170.

155Quand on sait avec quelle constance les puissances européennes défendent les Capitulations, l’incompatibilité entre la politique générale de l’Europe en Égypte et la répression des délits commerciaux devient évidente. Salutaires certes, les conseils des consuls sont à cet égard singulièrement affaiblis par la conduite qu’ils ont instruction de tenir sur le plan politique et judiciaire.

156Reste à traiter la question de l’adaptation des produits français au marché égyptien. Qu’il s’agisse des prix, des types d’articles ou du mode de paiement, les consuls sont persuadés que les fabricants étrangers bénéficient d’avantages certains en raison de l’attention qu’ils accordent aux besoins spécifiques du marché extérieur. L’opinion est, tellement répandue qu’il semble hasardeux de n’en pas accepter la véracité. À les en croire, il y aurait des produits et des méthodes adaptés au marché égyptien, partant différents de ceux qui ont cours dans le pays exportateur. Pourtant aucune preuve n’est présentée de ces assertions. Et les consuls de reprocher aux fabricants de vouloir agir en Égypte selon les règles et les pratiques consacrées en France.

157Cette conception repose sur l’idée sous-jacente qu’il y a une césure entre le marché intérieur et le marché extérieur. L’histoire du commerce anglais et allemand, entre autres, ne démontre-t-elle pas que les succès sur les deux marchés vont de pair ? N’y a-t-il pas similitude entre les deux débouchés pour les produits qui percent sur le plan international ? Les exportateurs étendent à l’étranger les produits qu’ils vendent dans leur pays.

158Il n’est pas sans intérêt de relever l’exemple d’une tentative faite par une industrie française d’envoyer en Égypte un article différent de celui qu’elle livre en France. Les fabriques marseillaises de bougies mettent sur le marché égyptien un modèle inférieur, d’un prix moins élevé que précédemment. Aussitôt la clientèle s’en détourne au profit des bougies d’Amsterdam. Le consul à Alexandrie est bien obligé d’émettre un jugement qui rompt avec toute la teneur des conseils qu’adresse depuis des années la succession de ses confrères. Il estime qu’il faut engager la lutte sur le terrain de la qualité et non des prix

  • 171 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 10.5.1910.

« Notre commerce trouve en Égypte un terrain particulièrement favorable, précisément parce que ce pays n’est pas un de ceux qui regardent uniquement au bon marché, et qu’il y a une clientèle qui recherche la bonne qualité »171.

  • 172 AN, F12 7283, Girard à Pichon, 8.6.1907.
  • 173 AE, CC Le Caire 34, Bapst à Ribot, 10.9.1891.

159Les consuls regrettent la relative stagnation du commerce franco-égyptien. Cette réalité tient moins aux habiles procédés des concurrents qu’à la nature des produits qu’exporte la France et à l’évolution de la structure sociale de l’Égypte. À la vérité, les fabricants français n’ont jamais perdu leur place. Ils tiennent sans trop de mal un marché précis quoique limité : le secteur des articles de luxe destinés aux colonies européennes, aux résidents étrangers et à la classe supérieure d’Égyptiens172. Il faut aussi y ajouter les milliers de riches touristes qui commencent à faire du Caire une résidence de plaisance en hiver173. Les vins fins, tissus chers, meubles de qualité, faïences, verreries, bijoux, parfums, automobiles, etc. trouvent toujours un débouché sûr, même grandissant jusqu’à la compression inévitable consécutive à la crise de 1907.

160Les producteurs français ne font aucune concession particulière au marché égyptien ; ils reproduisent en Égypte auprès de la clientèle « éclairée » les succès remportés en France. Cela vaut aussi pour les farines marseillaises, le seul article de grande consommation où domine la France. Elles doivent leur réussite en partie aux primes à la sortie et au régime de l’admission temporaire sur le territoire français ; mais ce système n’est qu’une compensation conçue pour annuler l’effet des prix élevés qu’entraîne la protection du blé de l’intérieur. Les minoteries marseillaises écoulent dans leur région le même produit qui se fabrique ailleurs en France. Elles ne consentent pas de conditions spéciales à l’Égypte et ne lui destinent pas un genre spécifique de farine.

  • 174 Annexe au MOC, 12.3.1896, Rapport de Lacretelle.

161Pour les produits qui conquièrent des marchés étrangers, il y a parallélisme entre la demande à l’intérieur et à l’extérieur des pays exportateurs. Les succès de l’Angleterre, et plus tard de l’Allemagne, dans la vente des textiles ou des articles en métal relativement bon marché par suite de la mécanisation et des économies d’échelle s’affirment simultanément sur les plans national et international. Aucune mesure spéciale – en l’absence d’une politique de protection de la production égyptienne – n’est nécessaire pour imposer leurs exportations dans le créneau des biens de grande consommation à prix relativement modique. Il en est de même pour celles de la France dans le marché des articles chers et non uniformes. « On demande surtout à notre commerce des articles de luxe, d’un prix relativement élevé, destinés à une clientèle spéciale et restreinte »174. Le consul dégage la nature fondamentale du problème.

  • 175 Id.

« Ou nos fabricants devront se contenter ici de la clientèle qui consomme 1,’article de luxe – et cette clientèle est restreinte, bien qu’elle existe en Égypte plus qu’ailleurs peut-être – ou nos industriels doivent s’efforcer de fabriquer des produits, qui seront d’une qualité inférieure sans doute, mais dont les prix se rapprochent sensiblement de ceux des produits étrangers. Notre industrie peut-elle modifier ainsi ses procédés de fabrication ? »175.

162L’exportation, fait incontournable, est la manifestation extérieure d’un appareil productif.

163En attendant, les marchandises françaises se placent chez la clientèle qui leur convient et à qui elles conviennent. Les espoirs des consuls d’augmenter les échanges franco-égyptiens vont dans le sens de la différenciation entre les produits consommés en France et ceux qui sont exportés. Contraires à l’expérience, ces vœux n’ont pas d’effet pratique. D’une part, le système productif français se distingue dans l’exportation – à part les farines – des articles de luxe. D’autre part, la France contribue puissamment à forger une structure sociale en Égypte au sommet de laquelle le goût pour les articles de luxe et les moyens d’en faire l’acquisition se renforcent. Non seulement les fabricants ne peuvent-ils pas s’adapter mais ils n’ont pas véritablement besoin de s’appliquer à le faire.

B. LE MARCHE ÉGYPTIEN EST-IL TROP ÉTROIT ?

164La situation qui prévaut chez les exportateurs français ramène au problème de départ : l’état de l’Égypte en tant qu’importatrice de biens de l’étranger. A ce point de vue, la nature de la demande sur le marché ne saurait être isolée de l’évolution de la société en général. À la fois génératrice et conséquence du système de production et de consommation, elle commande en dernière instance l’action de l’Égypte en tant qu’exportatrice et importatrice.

165Sur ce plan apparaissent les effets de la rigidité de la structure sociale de l’Égypte, à savoir le caractère relativement fixe des produits qui entrent dans le commerce extérieur et l’étroitesse du marché. Le rôle de l’intervention étrangère est ici capital. Similaire à celle de l’Angleterre, la politique de la France à l’égard de l’Égypte est en contradiction avec l’espoir de ses consuls de promouvoir, grâce à la diversification, les échanges. Comme l’Angleterre, la France a en Égypte des priorités, et le commerce n’est en tête de liste ni pour l’une ni pour l’autre.

166Les recensements de 1882, 1897 et 1907 démontrent la stabilité de la distribution démographique.

  • 176 Ministère de l’Intérieur, Recensement général de l’Égypte, Imprimerie nationale, Bulāq, 1884 ; Mini (...)

Tableau 179
Distribution de la population de l’Égypte176

Tableau 179Distribution de la population de l’Égypte176

167La population rurale se tient invariablement au seuil des neuf dixièmes du total, malgré la croissance démographique. L’exode rural vers les villes n’est pas un phénomène marquant de l’époque.

168Les campagnes comprennent la grande majorité de la population. Leur hiérarchie sociale mérite examen. À ce propos, la distribution de la propriété rurale constitue l’information la plus éclairante. La soif de la terre est un phénomène socio-économique de la première importance. Le désir d’acquérir ou d’agrandir une propriété est un réflexe de l’époque. Bien le plus recherché, la terre fournit un révélateur de l’articulation de la société.

169Il ressort du tableau 180 que la proportion des petits propriétaires et de la superficie qu’ils possèdent augmente ; que les moyens propriétaires enregistrent des reculs sur les deux plans ; et que la grande propriété maintient son importance dans la distribution totale et se concentre dans un nombre relativement moindre de mains.

170En termes proportionnels et absolus, la catégorie des propriétaires moyens se rétrécit et possède une surface totale moindre. S’enrichit-elle ? Le nombre de propriétaires moyens, 144 532 en 1897, diminue à 133 988 en 1907 et s’établit à 132 594 en 1913. La baisse est de 10 544, puis de 1 394. Or le nombre de grands propriétaires n’augmente que de 440 avant d’en perdre 66. Par conséquent, des propriétaires moyens rejoignent la masse des petits.

171Il en résulte une accentuation de l’écart entre les propriétés ; la superficie moyenne des petites et moyennes propriétés diminue, tandis que celle des grands domaines augmente (tableau 181).

172Une tendance aussi accusée n’est pas sans conséquence pour le commerce extérieur. Le seul véritable marché rural dont la croissance est autre que numérique se trouve chez les grands propriétaires fonciers. Les exportateurs français se trompent-ils vraiment en répondant à une demande qui ne peut venir que de ce secteur ? Encore convient-il de préciser que ce marché est encore plus restreint qu’il n’y paraît : parmi les grands propriétaires figurent les sociétés foncières. Leur consommation rentre déjà dans la catégorie de celle de leurs propriétaires.

173Les clivages sociaux commandent l’activité commerciale. On peut pratiquement considérer les petits propriétaires – ainsi que les tenanciers et paysans sans terre – comme à peine solvables et à l’écart des circuits commerciaux. Hormis quelques articles de grande consommation et bon marché, la majorité de la population égyptienne est hors d’état de se procurer les marchandises importées. Ce territoire est d’ailleurs occupé par les produits de l’industrie britannique, en premier lieu les cotonnades et les objets en métal peu coûteux. Les campagnes n’utilisent pas le seul produit de grande consommation qu’exporte la France, les farines. Le pain qu’on y fabrique est à base de maïs.

  • 177 Annuaire statistique. 1909 et 1914. 1 faddān = 0,42 ha.

Tableau 180
Répartition de la propriété du sol177

Tableau 180Répartition de la propriété du sol177
  • 178 Ibid., 1914.

Tableau 181
Superficie moyenne des propriétés178
(Faddāns)

Tableau 181Superficie moyenne des propriétés178(Faddāns)
  • 179 Barakāt, op. cit., pp. 213-230.

174Restent les villes, soit un dixième de la population. Les grands propriétaires fonciers y résident une partie de l’année, si ce n’est en permanence. Nombre de ces propriétaires sont, en fait, d’origine citadine179. Les Européens représentent 10,40 % de la population urbaine en 1882, 11.59 % en 1897 et 13,25 % en 1907.

  • 180 Recensement général de l’Égypte, 1884 ; The Census of Egypt, 1907 ; Annuaire statistique, 1909 et 1 (...)

Tableau 182
Population étrangère en Égypte180

Tableau 182Population étrangère en Égypte180
  • 181 Le Bulletin mensuel de la Chambre de commerce française d’Alexandrie contient des listes de membres (...)

175Les rapports consulaires ne laissent guère de doute que ces groupes – auxquels il faut ajouter les sujets ottomans : Turcs, Syriens, Arméniens – constituent le débouché proportionnellement le plus important des importations en Égypte. Les boutiques françaises sont nombreuses dans les villes181. On compte parmi elles des maisons d’articles luxueux comme Jansen et Krieger pour l’ameublement. Outre les Syro-Libanais Sidnāwī, tous les grands magasins de nouveautés, d’habillement et marchandises diverses sont français : le Bon Marché, le Printemps (depuis 1896), Le Louvre, les Galeries Lafayette, et Orosdi-Back. Ils écoulent des biens d’une qualité et d’un prix supérieurs. Intermédiaires entre la production française et l’Égypte, leur marché se compose des colonies étrangères et des Égyptiens dont les ressources sont d’un niveau moyen ou élevé.

176Le pouvoir d’achat est comprimé et le marché égyptien segmenté, de sorte que la demande effective et l’acquisition de biens importés – particulièrement ceux en provenance de la France – est largement le fait de citadins riches ou aisés. Les exhortations qu’adressent les consuls aux fabricants français se heurtent à cette double réalité. Les importations de grande consommation sont de fabrication principalement britannique. Sauf à tenter de la supplanter – ce qu’aucun consul ne recommande – l’on discerne mal quelle demande de masse les exportateurs français peuvent combler. Reste la mission de fournisseurs de farines aux villes égyptiennes et d’articles de luxe à la couche supérieure de leurs habitants.

177Il suffit de faire la part du rôle de la politique anglaise et française dans le maintien de la structure de la société égyptienne pour qu’aussitôt se révèle le caractère inapplicable des velléités d’accroître les échanges franco-égyptiens. L’exportation du coton est à la base de l’activité économique. L’Angleterre et, dans la limite de ses moyens, la France l’encouragent par les programmes de développement de l’irrigation et de construction de voies ferroviaires. L’extension de cette culture répond assurément aux besoins de Lancashire ; elle réalise encore plus les exigences du Trésor. Grâce au coton, l’agriculteur paie, ses impôts. L’impôt foncier est, de loin, la source principale des recettes de l’État.

178Sur le plan social, la politique anglaise n’est pas unilatérale. Divers facteurs contribuent au renforcement de la grande propriété. Le poids de l’impôt, l’augmentation des prix, des loyers et des coûts de la culture obligent les petits propriétaires et locataires à emprunter, et les met à la merci de l’usurier ou de leurs voisins plus riches. La conséquence de cette dynamique eût été l’expropriation des petits propriétaires et l’éviction des locataires.

179Le gouvernement anglo-khédivial n’est guère l’ennemi des grands domaines, tant s’en faut ; mais il sait, comme tout un chacun en Égypte, que le petit cultivateur, propriétaire de plein droit d’un lopin qu’il soigne avec un dévouement hors du commun, constitue la forme la plus efficiente et la plus productive d’organiser l’agriculture, compte tenu des conditions sociales, scientifiques et techniques de l’époque. Toute l’expérience des Administrations des Domaines et de la Dā’ira en fournit la preuve a contrario. La grande propriété est reconnue antiéconomique.

180Percepteur des impôts et garant de l’ordre social, le gouvernement est doublement intéressé à ce que la petite propriété ne soit pas éliminée. Il ne lui échappe pas, et l’expérience du soulèvement de 1881-1882 est toujours proche, qu’une paysannerie criblée de dettes et expropriée peut trouver son compte dans une remise en question du statu quo et un partage des grands domaines. D’où les déclarations de sollicitude à l’égard de la petite propriété que renferment les rapports annuels de l’agent britannique.

181Il en résulte des mesures dont l’objet est d’atténuer les effets, tout en maintenant les causes, d’un processus économique et social tendant vers la concentration de la propriété terrienne. Péréquation des impôts, allégements fiscaux, insistance que les domaines de l’État soient revendus en menues parcelles, création de l’Agricultural Bank, adoption de la loi des 5 faddāns, sont autant de moyens d’éviter l’extinction de la petite propriété rurale.

182Le succès de cette politique n’est que relatif. Les statistiques montrent que la petite propriété augmente quant à la superficie totale et au nombre d’exploitants. Elles montrent aussi que ceux-ci s’appauvrissent inéluctablement, au fur et à mesure que les lopins sont subdivisés et que des propriétaires se joignent aux rangs des locataires et travailleurs agricoles permanents ou saisonniers.

183La politique du gouvernement n’assure pas la prospérité des paysans. Elle leur permet d’exister, de continuer à produire et de payer leurs impôts. Elle ne fait pas pour autant d’eux un marché. La grande majorité de la population, l’épine dorsale de son système productif, est dépourvue de pouvoir d’achat et vit pour l’essentiel dans le circuit de l’autoconsommation ou du commerce local. L’exportateur n’y trouve preneur que pour les marchandises bon marché et les produits anglais sont déjà maîtres de ce terrain.

184Dans les villes, deux univers se juxtaposent : les quartiers populaires, et la cité des Européens et Égyptiens fortunés. La hausse du coût de la vie frappe les premiers. Artisans, boutiquiers, employés et ouvriers ne sauraient constituer un marché porteur pour les fabricants d’Europe. La compression de la consommation de ce secteur, consécutive à la crise de 1907, contribue à briser le rythme de croissance des importations de l’Égypte. La paupérisation pousse certains petits commerçants à s’essayer au métier de représentant de maisons étrangères avant de faire faillite.

185L’édifice social repose sur les impératifs de l’internationalisation du capital, le développement et l’exportation du coton, et le versement d’intérêts sur les ressources prêtées à l’Égypte. Sa construction n’est pas due aux gouvernements anglais ou français, mais au vice-roi Ismā’īl et ses bailleurs ce fonds. L’Angleterre est en Égypte pour veiller à ce que les tendances inhérentes à cet arrangement, à savoir la pression de la dette publique, la concentration de la richesse et la paupérisation du producteur, n’entraînent son renversement, ainsi que cela a failli se réaliser en 1881-1882.

186Les historiens égyptiens s’accordent pour affirmer que le but de l’Angleterre est de faire de l’Égypte une plantation de coton destinée à alimenter les filatures de Manchester. Mais l’occupation n’est pas nécessaire pour y parvenir, le gouvernement khédivial et les propriétaires terriens, grands et petits, se seraient chargés sans contrainte de répondre à la demande mondiale.

187La difficulté essentielle demeure que le service de la dette, et le fardeau fiscal ainsi que l’endettement rural qu’il entretient, se joignent aux forces du marché pour mettre le petit agriculteur sous la menace permanente de la dépossession. Toute modification de fond à cette structure étant exclue, le gouvernement est dans l’obligation de tenir sous surveillance étroite une situation instable à la base.

188La mission première de l’occupant consiste à prévenir les troubles comme ceux de 1881-1882 et la rupture du système. De là les rapports à la fois amicaux et antagoniques qui s’établissent entre les grands propriétaires et les Anglais. L’occupant protège la grande propriété mais lui retire la jouissance des recettes de l’État aux fins de les dépenser dans l’intérêt bien compris de l’ordre social et pour la rémunération des créanciers étrangers.

189L’Angleterre, appuyée par la France, garantit la continuation et le bon fonctionnement d’un cycle précis de l’exportation du capital ; celui des marchandises, soumis à la configuration spécifique de la structure sociale de l’Égypte, lui est subordonné. L’internationalisation du capital prend le pas sur l’internationalisation des marchandises. A la limite, l’expansion des échanges exigerait des transformations dans la société égyptienne de nature à perturber le mouvement des capitaux que l’Europe a exportés en Égypte. Le commerce est tributaire des conditions qu’imposent les placements et investissements. Plus que tout autre, le commerce entre la France et l’Égypte se confine aux couches sociales aisées et se heurte aux bornes que la politique française, en accord à cet égard avec celle de l’Angleterre, contribue à ériger et à maintenir.

Conclusion.

190Si la France a une stratégie commerciale par rapport à l’Égypte, elle doit être comprise dans le sens le plus général. Il n’est pas envisagé de développer des axes précis d’exportation par une action concertée des milieux économiques seuls ou conjointement avec l’État. On ne rencontre de politique de ce type – encore l’Égypte n’est-elle pas la raison de son adoption – qu’en ce qui touche les subventions à la société de navigation des Messageries maritimes, les primes à l’exportation des farines et, jusqu’à la conférence de Bruxelles en 1902, les primes accordées à la culture de la betterave. La politique commerciale de la France face à l’Égypte se résume aux mesures tarifaires et aux accords douaniers, ensemble de nature permissive plutôt qu’incitative.

191Au-delà de la fixation des droits, le contenu des rapports commerciaux entre la France et l’Égypte comporte une particularité qui tient aux Capitulations. Les États signataires jouissent, entre autres privilèges, de la clause de la nation la plus favorisée. Les partenaires commerciaux de l’Égypte ont droit, de ce fait, au même traitement et l’occupation du pays par l’Angleterre n’y change rien. D’autre part, cette dernière refuse d’accorder de faveurs à la production égyptienne. C’est une politique dont elle a été la promotrice depuis qu’elle a affronté les monopoles de Muḥammad ‘Alī et obtenu leur dissolution au début des années 1840. Ainsi les exportateurs vers l’Égypte se trouvent sur un pied d’égalité et n’ont à redouter aucune mesure visant à protéger l’article national.

192En matière d’exportation, la politique des autorités consiste à tirer parti de la demande mondiale pour le coton spécial cultivé en Égypte. Le programme de développement des réseaux d’irrigation n’a pas d’autre finalité. L’occupation apporte dans ce domaine la consécration des moyens que les propriétaires terriens n’auraient pas tardé à exiger dans leur propre intérêt.

193Dans les limites des conditions du marché mondial de l’époque, et pour peu que les dirigeants du pays soient portés ou contraints à s’y soumettre, la théorie ricardienne des avantages comparatifs – absolus dans le cas du coton égyptien à fibre longue – joue pleinement en faveur de la production cotonnière. L’occupant accélère le processus car le renflouement des finances de l’État et le service régulier de la dette extérieure nécessitent des disponibilités à court terme ; l’assiette fiscale ne peut les générer que si les propriétaires sont en mesure d’écouler le produit le plus rémunérateur. N’ayant pas moins que l’Angleterre le souci du respect des échéances, la France ne saurait élever d’objection à l’extension des surfaces réservées au coton et au renforcement de l’exportation, vers l’Angleterre principalement.

194L’alimentation du Trésor en vue du règlement des annuités de la dette extérieure conditionne la vie économique du pays. Un structure précise de la demande pour les produits étrangers résulte du maintien, voire de l’accentuation, des clivages sociaux. Les importations provenant de la France en restent tributaires, quels que soient les efforts des consuls pour encourager la diversification.

Tableau 183
Exportations/Importations Exportations françaises en Égypte
(En millions de F)

Tableau 183Exportations/Importations Exportations françaises en Égypte(En millions de F)

Source : Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1914. Sauf pour les farines, les chiffres représentent le « commerce spécial ». Il s’agit des produits français et des produits étrangers francisés.

Source : Id. « Commerce spécial », soit les produits de provenance égyptienne consommés en France, à l’exclusion des réexportations.

195Peaux et pelleteries brutes

Tableau 184
Tableau comparatif
(En millions de F)

Tableau 184Tableau comparatif(En millions de F)

Sources : Le commerce extérieur de l’Égypte, 1882 à 1914 (données exprimées en F et majorées pour compenser la sous-évaluation officielle) ; Commerce extérieur de l’Égypte – Statistique comparée 1884-1903, Unione cooperativa editrice, Rome, 1904 ; Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1914 (« Commerce spécial »).

  • 182 À quelques unités près, le nombre de bateaux sortis correspond à celui des bateaux entrés.

Tableau 185
Bateaux de commerce entrés à Alexandrie182. Nombre de pavillons et tonnage
(En milliers de tonnes)

Tableau 185Bateaux de commerce entrés à Alexandrie182. Nombre de pavillons et tonnage(En milliers de tonnes)

Sources : Annuaire statistique de l’Égypte, 1909 et 1914 ; rapports consulaires in AN, F12 7199.

Tableau 186
Exportations de farines depuis Marseille

Tableau 186Exportations de farines depuis Marseille

Source : CRSCI, 1882 à 1914.

Notes

1 J. Thobie, La France impériale. 1880-1914, Mégrelis, Paris, 1982, pp. 64-69.

2 Annuaire statistique de l’Égypte, 1914, p. 283.

3 P. Arminjon et B. Michel, « Le commerce extérieur de l’Égypte », Revue d’économie politique, 21, 1907, p.15.

4 Direction générale des douanes égyptiennes, Le Commerce extérieur de l’Égypte, 1882, 1913. Chiffres officiels avant les majorations pour les exportations.

5 Ibid., années citées.

6 Id.

7 The Economist, 19.12.1903. Rapport à la British Chamber of commerce in Egypt.

8 AE, NS Égypte 103, de Valdrôme à Pichon, 22.8.1907.

9 Ministère des Finances, Direction générale des douanes (France). Tableau générai du commerce et de la navigation ; PP, Accounts and Papers, Abstract Tables.

10 Le Commerce extérieur de l’Égypte, 1882 à 1914 ; Commerce extérieur de l’Égypte – Statistique comparée 1884-1903, Unione cooperativa editrice, Rome, 1904 ; Annuaire statistique de l’Égypte, 1909, 1914.

11 M. Schanz, La Culture du coton en Égypte et au Soudan anglo-égyptien, Thiel et Tangye, Manchester, 1913, p. 6 ; Owen, op. cit, pp. 222-224, 302-304, 343-344.

12 AN, F12 7366, Girard à Delcassé, 3.8.1899.

13 AE, NS Égypte 104, Cogordan à Delcassé, 29.4.1901.

14 E. R. J. Owen, « Lord Cromer and the development of egyptian industry 1883-1907 », Middle Eastern Studies, II, 4, juillet 1966, pp. 282-301. Pas plus que Cromer, les représentants français ne font bon accueil aux initiatives industrielles des leurs. La Société coloniale d’Amiens demande des renseignements en vue de fabriquer en Égypte des conserves alimentaires. Le consul craint une concurrence à l’industrie française et l’affaire n’a point de suite. AE, CC Le Caire 38, Bertrand à Delcassé, 27.10.1898.

15 Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1913.

16 Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, Compte rendu de la situation commerciale et industrielle de la circonscription de Marseille (CRSCI), 1882 à 1914.

17 Ibid., 1884, p. 59.

18 Ibid., 1886, p. 59.

19 Ibid., 1887, p. 58.

20 Ibid., 1885, p. 55.

21 Ibid., 1904, p. 164.

22 AN, F12 7283, G. T. Hartmann, président du Syndicat cotonnier de l’Est, à Poincaré, 23.7.1912.

23 Ministry of Finance, Statistical Department, Joint Stock Companies operating chiefly in Egypt. Part II, 1907, National Printing Department, Le Caire, 1909, pp. 22, 56 ; Wright, op. cit., p. 292.

24 CCM, MQ 5.2 ; Schanz, op. cit., p. 103 ; Owen, op. cit., p. 386. 1 balle = 340 kg.

25 Schanz, op. cit., pp. 83-86 ; AE, Guerre 1939-1945, K Vichy Afrique 69, Rapport sur l’organisation de la culture et du marché du coton en Égypte, 5.5.1941, pp. 18-20.

26 A. Zohny, Le Coton égyptien, son importance dans la vie économique, son rôle dans la vie sociale de l’Égypte, Imprimerie du Réveil du Beaujolais, Villefranche, 1921, p. 41 ; AE, Guerre 1939-1945, K Vichy Afrique 69, Rapport cité, pp. 21-29.

27 AN, F1 2 7283, Defrance à Poincaré, 12.6.1912.

28 Ibid., Mémoire du 13.5.1912.

29 Ibid., de Reffye à Defrance, 22.5.1912.

30 Ibid., H. Lefeuvre-Méaulle, attaché commercial, à P. Arminjon, professeur à l’École khédiviale de droit, 8.7.1912.

31 Ibid., Hartmann à Poincaré, 23.7.1912.

32 Le Moniteur officiel du commerce (MOC), 22.6.1899.

33 Annexe au MOC, 9.11.1911, Rapport de Lefeuvre-Méaulle.

34 CCM, Réponses au questionnaire du Conseil supérieur du commerce et de l’industrie préparé en vue du renouvellement des traités de commerce, Barlatier et Barthelet, Marseille, 1890, pp. 39-53.

35 CRSCI, 1885, p. 138.

36 Chambre de commerce de Marseille, Réponses..., op. cit., pp. 53-56.

37 Rapport de Lefeuvre-Méaulle, MOC, 9.11.1911.

38 MOC, 13.6.1895.

39 CRSCI, 1894, p. 174.

40 AN, F12 7200, Girard à Hanotaux, 31.7.1895.

41 Ibid., Rapport du 18.12.1895.

42 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 3.6.1910.

43 AN, F12 7283, de Reffye à René Viviani, ministre AE, 23.7.1914.

44 CCM, MQ 5.2, Correspondance entre la Chambre et le ministre du Commerce, avril et juin 1911, mai 1912, février 1913. Cf. CCM, Compte rendu des travaux, 1911, pp. 356-361 ; 1912, pp. 338-341, 394-395 ; 1913, p. 395.

45 AE, NS Égypte 106, Note du 20.1.1913 ; de Reffye à Defrance, 11.3.1913.

46 Ibid., Defrance à Jonnart, 17.3.1913.

47 CC M, MQ 5.2, la Chambre au ministre du Commerce, 18.11.1913.

48 AE, NS Égypte 106, le ministre du Commerce au ministre des AE, 8.12.1913.

49 Rapport de Lacretelle publié dans le supplément au MOC, 12.3.1896.

50 MOC, 17.6.1897.

51 CRSCI, 1882 à 1914.

52 MOC, 31.5.1894.

53 Ibid., 17.6.1897.

54 AN, F12 7198, Monge aux AE, 18.6.1883 ; F12 7283, de Reffye au ministre du Commerce, 3.7.1907.

55 CCM, MQ 5.2, Chambre de commerce française du Caire à la Grande distillerie E. Cusenier (Marseille), 9.6.1913.

56 Ibid., Chambre de commerce française du Caire à la CCM, 1.7.1913.

57 MOC, 2.6.1904 et 9.8.1906.

58 CRSCI, 1882 à 1914.

59 A/OC, 3.9.1896 et 8.4.1909.

60 Ministère de l’Agriculture et du Commerce, Bulletin consulaire français, Rapport du consul à Alexandrie, 28.4.1877. Une exception : 4e rang en 1874.

61 CRSCI, 1891 à 1907.

62 Ibid., 30.7.1896 et 26.1.1911 ; CCM, MQ 5.2, Chambre de commerce française consultative d’Alexandrie à la CCM, 20.7.1886.

63 MOC, 20.10.1892 et 11.10.1894.

64 C. G. Drossinis, Les Chambres de commerce à l’étranger, Payot, Paris, 1921, p. 74.

65 CCM, Compte rendu des travaux, 1885, p. 70.

66 Ibid., p. 71.

67 AE, CC Alexandrie 49, Kleczkowski à Goblet, 29.8.1888.

68 Ibid., 24.11.1888.

69 Ibid., 19.1.1889.

70 Ibid., Goblet à Kleczkowski, 31.1.1889 ; Spuller à Kleczkowski, 31.3.1889.

71 AE, CPC Égypte 7, Suzzarmi, vice-président de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, au ministre du Commerce, 29.6.1890.

72 CCM, MQ 5.2, Pétition. Demandes similaires in AN, F12 7199, Lacretelle à Hanotaux, 26.4.1895.

73 AE, NS Égypte 104, Lecomte à Delcassé, 21.9.1899.

74 Ibid., Note de la Direction politique, 11.10.1899.

75 AN, F12 7468, de Valdrôme au ministre du Commerce, 15.10.1907.

76 AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichon, 8.8.1907.

77 AE, CC Alexandrie 52, Lacretelle à Hanotaux, 12.1.1895.

78 AN, F12 7468, Rapport de P. Bargeton, 10.9.1909 ; Comité central des armateurs de France au ministre du Commerce, 3.12.1909.

79 AN, F12 9675 et 7283, Kirsis et Giustiniani à de Reffye, 24.5.1913 ; de Reffye à Pichon, 3.6.1913.

80 AN, F12 7468, de Valdrôme à Pichon, 17.12.1907.

81 AN, F12 7283, Annexe au rapport de de Valdròme à Pichon, 8.8.1907.

82 Ibid., Notes, 16 et 19.1.1911, et mars 1911.

83 AN, F12 7464, de Reffye à Poincaré, 23.4.1912.

84 Ibid., Messageries à Poincaré, 22.5.1912.

85 Ibid., 1.6.1912.

86 AE, F12 7468, de Reffye à Poincaré, 26.11.1912.

87 AN, F12 7464, de Reffye à Poincaré, 10.12.1912.

88 Ibid., 23.12.1912.

89 Ibid., Defrance à Doumergue, 21.4.1914.

90 Ibid., de Reffye à Jonnart, 17.2.1913.

91 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Monge à Challemel-Lacour, 11.6.1883.

92 AN, F12 9110, Questionnaire du 12.6.1883.

93 Ibid., Raindre, agent diplomatique, à Challemel-Lacour, 11.7.1883.

94 Les attributions des députés du Levant sont restreintes successivement par l’ordonnance de 1681, l’édit de 1781, l’ordonnance de 1833 et la loi de 1836.

95 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Raindre à Challemel-Lacour, 11.7.1883.

96 AE, CP Égypte 125, de Reverseaux à Ribot, 16.2.1892. Cf. ibid., 1.1.1892 et Ribot à de Reverseaux, 7.1.1892 : CP Égypte 126, Ribot à de Reverseaux, 4.3.1892.

97 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Barrère à Ferry, 17.3.1884.

98 Ibid., Kleczkowski à Ferry, 30.4.1885.

99 Ibid., Kleczkowski à Freycinet, 21.12.1885.

100 Ibid., Girard à Freycinet, 14.2.1886. Elle élit au comité de direction : Frauger, président ; Toussaint Suzzarini, fabricant d’allumettes, vice-président ; l. Hochapfel, associé de la maison l. Chalons (Paris), secrétaire, Ricard, agent des Messageries, trésorier ; Guerry, directeur des Moulins français d’Égypte, député de la nation ; A. Dervieu, banquier, député de la nation ; Diab, ex-agent de la compagnie de navigation Fraissinet ; F. Dol, agent général de compagnies d’assurances françaises ; Jules Bleton, importateur-représentant de commerce.

101 Ibid., Kleczkowski à Goblet, 3.5.1888.

102 Ibid., Biard d’Aunet à Ribot, 6.7.1891.

103 Ibid., 7.7.1892.

104 AE, AD Commerciales 256, A 65c, Rapports des consuls, 1883-1894 ; AD 262, A 65 I, Rapports des consuls, 1896-1901 ; NC, Série A, 1902-1907, Carton 22, A 238-1.

105 Rapport du Comité de direction pour 1901.

106 AE, CC Le Caire 33, Lacretelle a Hanotaux, 18.2.1895.

107 MOC, 20.8.1896, Rapport de Lacretelle ; Rapport du Comité de direction pour 1906.

108 Bulletin de la Chambre de commerce internationale, juillet 1903.

109 AE, NC, Série A, 1902-1907, Carton 20, A 235-5, Girard à Delcassé, 10.6.1903.

110 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 14.4.1904. Sont élus au bureau de direction : Leroux, président ; M. Bretschneider, et H. E. Wood, directeur de l’agence de la Banque ottomane, vice-présidents ; E. Dombre, juge assesseur du Tribunal mixte, et A. Ferraro, secrétaire ; T. Stross, trésorier.

111 Ibid., ministre du Commerce au ministre AE, 29.4.1904.

112 MOC, 20.2.1913. Le c.a. comprend : H. Nicoullaud, agent des Messageries, président ; E. Dombre et J. Fleurant, négociant, vice-présidents ; Sainte-Claire Deville, juge assesseur du Tribunal mixte, P. Vallois, importateur, J. Manhes, négociant-commissionnaire, secrétaires généraux ; Causse, banquier, juge assesseur du Tribunal mixte, trésorier ; et 16 membres.

113 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 19.

114 AE, NC, Série A, Égypte 1, A. Dobignie, consul, à de Ring, agent diplomatique, 9.2.1881.

115 AN, F12 7365, Avant-projet de convention douanière, 1883.

116 Ibid., Barrère à Ferry, 21.1.1884.

117 Ibid., Ferry à Hérisson, ministre du Commerce, 17.3.1884.

118 AE, CC Le Caire 33, Barrère à Ferry, 16 et 31.3.1884.

119 Ibid., 28.4.1884.

120 Accepté par l’Angleterre, les États-Unis et l’Italie en 1884, le Portugal et les Pays-Bas en 1885, la Suède en 1886, la Belgique en 1889 et l’Espagne en 1890.

121 AN, F’2 7365, P. Legrand, ministre du Commerce, à Goblet, 28.7.1888 ; Goblet à Legrand, 29.9.1888 ; AE, CP Égypte 112, Goblet à d’Aubigny, 21.12.1888.

122 AE, CC Alexandrie 49, Spuller à Girard, 26.11.1889.

123 AE, CC Le Caire 35, d’Aubigny à Spuller, 14.2.1890.

124 Ibid., Spuller à d’Aubigny, 4.11.1889 ; AN, F12 7365, Spuller à Tirard, ministre du Commerce, 27.11.1889.

125 AE, CC Le Caire 35, d’Aubigny à Spuller, 14 et 21.2.1890 ; Spuller à d’Aubigny, 7.3.1890.

126 Elle est suivie du Portugal et de l’Autriche-Hongrie en 1890, de la Belgique en 1891, de l’Italie et de l’Allemagne en 1892. Cf. I. H. Kabil, Le Commerce extérieur de l’Égypte, thèse de droit. Pedone, Paris, 1934, p. 41 ; A. A. al-Ḥiṭṭa, Ta’rīkh... (Histoire économique de l’Égypte au dix-neuvième siècle), Maṭba’at al-Miṣri, Le Caire, 1967, p. 313.

127 AE. CC Le Caire, d’Aubigny à Spuller, 14.3.1890.

128 AE, NC, Série A, Égypte 2, Mémoire de la Chambre, 17.4.1890.

129 AE, CC Le Caire 36, de Reverseaux à Ribot, 4.2 et 2.3.1892.

130 Ibid., 12.3.1892.

131 AE, NC, Série A, Égypte 2, Note pour le ministre, 12.3.1892.

132 AE, CC Le Caire 36, Ribot à de Reverseaux, 13 et 25.11.1892, 18.11.1893.

133 AN, F12 8893, ministre du Commerce à la Chambre, 17.7.1893. Accusé de réception.

134 Ibid., Étude sur la convention italo-égyptienne, 2.3.1893.

135 Id..

136 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.

137 AE, NC, Série A, Égypte 2, Note sur la convention, janvier 1895.

138 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.

139 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Hanotaux, 21.1.1897.

140 Thobie, Intérêts, op. cit., p. 502.

141 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Delcassé, 2.3.1901 ; NC, Série A, Égypte 2, Raindre à Bompard, 21.3.1901 ; NS Égypte 104, Note pour la Direction politique, 16.3.1901.

142 AN, F12 8893, Delcassé à Millerand, 16.3.1901.

143 Ibid., Note sans date.

144 AN, F12 8893, Delcassé à Trouillot, ministre du Commerce, 12.7.1902 ; AE, NS Égypte 104, Cogordan à Delcassé, 26.11.1902.

145 Texte dans le Journal officiel (France), 24.11.1906, pp. 7810-7812.

146 Annexe au p.-v. de la séance du 12.6.1903.

147 AE, NS Égypte 104, de la Boulinière à Delcassé, 28.3.1905.

148 Ibid., Delcassé à de la Boulinière, 13.4.1905.

149 Cf. sur ce fécond sujet : G. Aubert, A quoi tient l’infériorité du commerce français. Comment y remédier ? Flammarion, Paris, 1901 ; G. Blondel, La France et le marché du monde, Sirey, Paris, 1901.

150 M. Rondet-Saint, Rapport à M. le ministre du Commerce. Voyage de circumnavigation 1908-1909, Châteauroux, 1909, pp. 9, 14-23, 62.

151 AN, F12 7283, consul à Port-Sa‘īd aux AE, 15.2.1907. Ce rapport présente sous une forme succincte tous les griefs exprimés çà et là par plus d’un consul.

152 Id.,

153 AN, F12 7283, Bonzon aux AE, 26.5.1913.

154 MOC, 19.1 et 16.11.1899.

155 AN, F12 9110, Monge à Challemel-Lacour, 26.7.1883.

156 Bulletin mensuel de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, 15.10.1916, p. 15.

157 Ibid., 27.3.1913.

158 Ibid., 30.6.1898.

159 Ibid., Annexe du 9.11.1911, Rapport de Lefeuvre-Méaulle.

160 Ibid., le 1.8.1912.

161 A. Ferrerò, « L’extension des crédits en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce internationale du Caire, n° 2, août 1903.

162 Ibid., 12.10.1893, 20.9.1894, et 31.3.1898 ; AN, F12 7283, Bonzon au ministre du Commerce, 23.4.1914 ; CCM, MQ 5.2, Chambre de commerce consultative française d’Alexandrie à CCM, 4.6.1897.

163 A. Martineau, Le Commerce français dans le Levant, Guillaumin. Paris, 1902, p 36.

164 AE, CC Alexandrie 51, Biart d’Aunet à Ribot, 22.6.1892.

165 MOC, 8.8.1895.

166 AN, F12 7283, Bonzon au ministre du Commerce, 23.4.1914.

167 AN, F12 7200, Bertrand à Delcassé, 13.12.1900 ; MOC, 1.9.1898.

168 L’Exportation française et les établissements de crédit, Fischbacher, Paris, 1909, répond à l’attaché commercial à Londres, selon lequel il faut fonder une banque spéciale pour les exportations.

169 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 10.5.1910.

170 MOC, 12.10.1893.

171 AE, NS Égypte 105, de Reffye à Pichon, 10.5.1910.

172 AN, F12 7283, Girard à Pichon, 8.6.1907.

173 AE, CC Le Caire 34, Bapst à Ribot, 10.9.1891.

174 Annexe au MOC, 12.3.1896, Rapport de Lacretelle.

175 Id.

176 Ministère de l’Intérieur, Recensement général de l’Égypte, Imprimerie nationale, Bulāq, 1884 ; Ministry of Finance, The Census of Egypt taken in 1907, National Printing Departement, Le Caire, 1909 ; Annuaire statistique, 1909 et 1914.

177 Annuaire statistique. 1909 et 1914. 1 faddān = 0,42 ha.

178 Ibid., 1914.

179 Barakāt, op. cit., pp. 213-230.

180 Recensement général de l’Égypte, 1884 ; The Census of Egypt, 1907 ; Annuaire statistique, 1909 et 1914. Ces chiffres comprennent les protégés.

181 Le Bulletin mensuel de la Chambre de commerce française d’Alexandrie contient des listes de membres et de la publicité. Cf. MOC supplément du 16.3.1905, Rapport de Girard, consul à Alexandrie.

182 À quelques unités près, le nombre de bateaux sortis correspond à celui des bateaux entrés.

Table des illustrations

Titre Figure 6Rapports entre l’Égypte et ses principaux partenaires commerciaux
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 171Principaux partenaires commerciaux de l’Égypte4
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 172Composition des exportations égyptiennes à destination de la France5
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 173Composition des exportations françaises à destination de l’Égypte6(En%)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 174 : Mouvement du numéraire10(En millions de F)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 175Destinations du coton exporté(En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 7Intermédiaires dans le commerce du coton
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 176Importations de farines de blé et de maïs en Égypte37
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 177Importations de sucres sur Marseille61(En kg)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 178Chambre de commerce française d’Alexandrie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 179Distribution de la population de l’Égypte176
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 180Répartition de la propriété du sol177
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 181Superficie moyenne des propriétés178(Faddāns)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 182Population étrangère en Égypte180
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 183Exportations/Importations Exportations françaises en Égypte(En millions de F)
Crédits Source : Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1914. Sauf pour les farines, les chiffres représentent le « commerce spécial ». Il s’agit des produits français et des produits étrangers francisés.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Crédits Source : Id. « Commerce spécial », soit les produits de provenance égyptienne consommés en France, à l’exclusion des réexportations.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau 184Tableau comparatif(En millions de F)
Crédits Sources : Le commerce extérieur de l’Égypte, 1882 à 1914 (données exprimées en F et majorées pour compenser la sous-évaluation officielle) ; Commerce extérieur de l’Égypte – Statistique comparée 1884-1903, Unione cooperativa editrice, Rome, 1904 ; Tableau général du commerce et de la navigation, 1882 à 1914 (« Commerce spécial »).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 185Bateaux de commerce entrés à Alexandrie182. Nombre de pavillons et tonnage(En milliers de tonnes)
Crédits Sources : Annuaire statistique de l’Égypte, 1909 et 1914 ; rapports consulaires in AN, F12 7199.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Tableau 186Exportations de farines depuis Marseille
Crédits Source : CRSCI, 1882 à 1914.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/775/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540