Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Deuxième partie. Les trois pôles des investissements français en Égypte et un laissé-pour-compte

Chapitre IX. Le Crédit foncier égyptien : vaisseau amiral des entreprises françaises en Égypte

Texte intégral

1L’histoire du CFE se confond, à toutes fins utiles, à celle de la propriété rurale, puis urbaine, d’Égypte. Alimentée par des capitaux français, cette société est récipiendaire de montants considérables. Ces ressources, leur collecte et leur utilisation constituent la trame de l’histoire de l’institution. Premier établissement financier de l’Égypte, le Foncier est, après Suez, la plus grande société au pays en 1914. Sa fonction d’assise de la présence française en Égypte n’échappe à aucun contemporain. Les grandes banques parisiennes et les milieux diplomatiques français le suivent de près : il est à la fois une bonne affaire et une source d’influence générale.

2Le CFE se présente, par ailleurs, comme un exemple instructif d’une société extra-muros, fondée hors d’Europe à l’initiative d’intérêts locaux et avec le concours de capitaux européens. Le problème du contrôle est, à tous égards, central pour ce type de société. Il ne se pose guère durant les douloureuses premières années : point n’est besoin de rechercher la maîtrise d’une entreprise qui vivote. Tout autre est la situation au début du xxe siècle alors que le Foncier s’affirme comme institution financière. La prise en main s’effectue de manière concertée. Milieux bancaires et milieux politiques français s’accordent pour resserrer les liens entre Paris et le Caire. Différentes, leurs raisons n’en sont pas moins concordantes. Parmi les sociétés extra-muros où s’exerce effectivement le contrôle des banques métropolitaines, le CFE est en tête de liste.

  • 1 Mot arabe pour rencontre.
  • 2 Exposé de l’histoire de la juridiction sur la propriété privée dans le domaine immobilier in ‘A. Ba (...)

3Une société hypothécaire ne peut fonctionner que si certaines préconditions sont établies. Le droit de propriété doit être reconnu en ce qui concerne les biens immobiliers. Le décret du 16 février 1842 fait des tenanciers des terres ‘ushrī – qui paient l’impôt du « dixième » – les véritables possesseurs de leurs domaines, devenus ainsi des biens milk. Ce sont principalement des notables et hauts personnages de l’État à qui le pouvoir en a accordé la jouissance en premier lieu. Les usufruitiers des terres soumises à l’impôt kharādj (tribut) acquièrent les attributs de la pleine propriété par une série de mesures édictées par l’État. En 1854, une loi reconnaît le droit de succession aux héritiers mâles. La loi du 5 août 1858 proclame la perpétuité de l’usufruit ainsi que les droits d’héritage sans distinction de sexe, de vente légale et de constitution d’antichrèse. La loi de la Muqābala1, promulguée le 30 août 1871, institue le droit de propriété entière en faveur des usufruitiers qui paient par anticipation six annuités d’impôt. Ils obtiennent, en outre, le dégrèvement à perpétuité de la moitié de l’impôt foncier à un taux qui ne serait jamais augmenté. Enfin le décret du 3 septembre 1896 étend le droit de propriété à tous les détenteurs des terres kharādj. Ces derniers sont dès lors sur le même pied juridique que les propriétaires de terres milk2. Quant aux étrangers, leur droit de posséder des terres en Égypte est affirmé par une série de décrets en 1858, 1861 et 1867.

4D’autre part, il est indispensable que soient adoptées des dispositions juridiques propres à régir les transactions découlant du prêt hypothécaire. Les tribunaux « indigènes » (c’est le titre officiel) connaissent des litiges entre Égyptiens. Les causes entre étrangers de nationalités différentes ou entre étrangers et Égyptiens relèvent des tribunaux mixtes instaurés en 1875. Pilier de l’édifice juridique de l’intervention européenne dans le pays, ils constituent l’élément indispensable à l’engagement des capitaux européens dans le domaine du prêt hypothécaire. Ces tribunaux sont compétents pour statuer sur la validité de l’hypothèque et toutes ses conséquences, y compris la vente forcée de l’immeuble mis en gage et saisi. La législation hypothécaire à laquelle se réfère cette juridiction s’inspire de celle de la France.

  • 3 La France, 24.9.1875.
  • 4 Taux peut-être concurrentiel, car l’usure fleurit, atteignant 2 à 4 % par mois. La Semaine financiè (...)

5L’importance de la création des tribunaux mixtes comme condition préalable à la création de sociétés de prêt hypothécaire ne saurait être exagérée. Dès 1875, le président d’une certaine Société générale pour développer en Égypte l’agriculture, l’industrie et le commerce se propose de fonder un Crédit foncier. Son programme consiste à faire aux propriétaires, pour le paiement de la Muqābala, des avances gagées sur leur domaine immobilier3. Le taux d’intérêt qu’il entend pratiquer s’élève à 16 %4 mais l’abolition de la Muqābala en 1878 sous la pression des créanciers étrangers enlève sa raison d’être à ce projet.

6L’éclatement de la crise financière de l’État en 1876 ajourne jusqu’en 1880, année du règlement réputé définitif de la question de la dette, la fondation d’un Crédit foncier. Il en est ainsi car la mission première de l’institution doit être de servir d’intermédiaire pour la liquidation de l’emprunt domanial de 1878 et la vente des terres qui en sont le gage.

  • 5 AN, 65AQ A4502, Coupure sans titre ni date.

7Le CFE rencontre, à ses débuts, la méfiance que suscite auprès de certains son parrainage, entre autres, par la Banque d’escompte de Paris. L’affaire ne serait qu’une manœuvre des fondateurs esquissée en vue de revendre les actions et d’encaisser la prime. « Le groupe Soubeyran est expert en l’art des majorations »5.

8En fait, la société, ainsi que l’indiquent ses statuts, s’astreint à observer les règles du crédit foncier. Elle prête uniquement sur première hypothèque des montants ne dépassant pas 60 % de la valeur des immeubles. La somme totale des obligations à émettre ne peut être supérieure au chiffre des prêts consentis, de sorte que les annuités dues par les emprunteurs soient toujours au moins égales aux annuités qu’exige le service des obligations.

I. LES ANNÉES MAIGRES (1880-1898)

9L’observateur du début du xxe siècle, impressionné par le puissant établissement financier, le plus considérable du pays, pourrait être porté à oublier les pénibles débuts du CFE. Il n’est auréolé d’aucune gloire pendant les deux premières décennies de son existence. Mesure de la richesse immobilière de l’Égypte, il enregistre avec exactitude la dépression qui caractérise la période initiale de l’occupation, tandis que ses émissions d’actions et d’obligations se soldent par des résultats peu reluisants.

A. ACTIONS ET OBLIGATIONS (1880-1883)

  • 6 Cf. chapitre III pour la nouvelle configuration des banques françaises qui interviennent en Égypte.

10L’initiative de la fondation du CFE émane des banquiers Delort et R. Suarès qui obtiennent une concession le 19 mai 1879. Ils ne sont pas seuls : le 20 avril 1880 est créée à Londres la Land and Mortgage Co. of Egypt au capital de 1 000 000 £ (25 000 000 F), 150 000 £ (3 750 000 F) versées. Tout comme le Foncier est dirigé par les éléments qui établiront la Banque générale d’Égypte6, la Land and Mortgage se rattache à l’Anglo-Egyptian Bank. Ed. Masterman, J. Pastré et sir H. Drummond Wolff siègent au conseil de l’Anglo et de la Land and Mortgage. Goussio, le directeur général de l’Anglo à Alexandrie, dirige également la banque hypothécaire en Égypte.

  • 7 BPPB, Dossier 172/1, Note, 9.9.1879 ; CL, DAF 32/1, P.-v. de la réunion, 9.9.1879.

11Le Comptoir ayant cherché à parrainer le CFE, les autres banques françaises prennent ombrage de sa tentative de faire cavalier seul. Aussi est-il absent de la réunion du 9 septembre 1879 à la Banque d’escompte où les bases de la société sont posées. Le capital de 40 000 000 F, représentés par 80 000 actions, est ainsi réparti7 :

12Delort et Suarès.......................... 30 000

13Julius Beer et Edward Dicey.............. 14 000

14Banque d’escompte de Paris............... 12 000

15CL...................................... 12 000

16SG...................................... 12 000

  • 8 BPPB, P.-v. du conseil, 6.1 et 3.2.1880.

17Cette distribution est modifiée par l’adjonction de Paribas qui obtient une part égale à celle des trois banques françaises8.

  • 9 En 1881, le conseil est composé de : Haïdar pacha, ancien ministre des Finances, président ; R. Sua (...)
  • 10 CL, DAF 32/1, Note du siège social, 27.1.1880.
  • 11 BPPB, Dossier 172/1, Participants.
  • 12 CL, DAF 32/1, Note sans date.
  • 13 CL, 31AH 52, Profits et pertes, 1882. Pas de ventilation dans les Comptes de 1880 et 1881.

18Un décret du 15 février 1880 autorise la création du CFE qui est constitué le 21 du même mois9. Les sous-participants au syndicat, formé le 20, ne se font pas prier. Le CFE est jugé une brillante affaire même s’il émettait ses obligations à 6 ou 7 %, car en Égypte les avances hypothécaires se traitent à 10 ou 12 %10. Dissous le 8 novembre, le syndicat a vendu un cinquième des actions à 580,70 F, un quart exigible11. Aucun compte global n’est disponible, mais, au vu de celui du CL, l’on peut douter que la prime ait été maintenue. Pour les 5 975 actions qu’il n’a pas cédées à des sous-participants12, il inscrit un profit net de 75 735 F13, soit 12,68 F par action. Le bénéfice pour les 80 000 actions avoisinerait 1 014 400 F. Sur les 10 millions versés au CFE, une proportion de 36 000/80 000, soit 4 500 000 F, est de source française. L’épargne française verse aussi une prime et contribue 456 480 F au bénéfice net des promoteurs.

  • 14 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 30.11.1881.

19Le conseil expose qu’il attend une extension considérable des affaires14. L’État est propriétaire de plus d’un million de faddāns (420 000 ha), hypothéqués aux créanciers étrangers pour garantir la Dette domaniale. En vendant ces terres aux cultivateurs, grâce à un intermédiaire comme le CFE, il pourrait rembourser les sommes qu’il doit. L’assemblée décide de doubler le capital. La Land and Mortgage Co. caresse, pour sa part, le même projet.

  • 15 CL, 31AH 52, Profits et pertes, 1883.

20Le placement des actions nouvelles en janvier 1882 ne laisse aucune trace dans les archives bancaires. Il faut conclure qu’elles sont prises par les premiers actionnaires qui, aux termes des statuts, ont droit de préférence en cas d’augmentation du capital. Le CL ayant inscrit un bénéfice net de 20 883 F15, le bénéfice total serait de 280 000 F environ. Il est remis au CFE 10 000 000 F. L’épargne française verse 4 500 000 F plus une prime ; elle contribue 126 000 F au bénéfice des intermédiaires.

21En prévision des opérations sur les domaines de l’État, le conseil constitue des ressources en émettant des obligations. Le doublement du capital, en procurant à l’obligataire un surcroît de garantie, facilite le placement des obligations et abaisse leur prix de revient La première souscription a lieu sans intermédiaires au Caire et à Alexandrie le 15 juin 1880. 20 000 obligations 5 % de 505 F sont cédées à 449,45 F.

  • 16 BPPB, P.-v. du conseil, 11.1.1881.

22Une 2e tranche de 20 000 titres est prise par un syndicat britannique dirigé par Louis Cohen & sons, moitié ferme à 445 F, moitié à option à 446,25 F. Le CFE a donc reçu 8 912 500 F. Compte tenu que Paribas participe pour 1 000 dans le ferme et 1 000 dans l’option16, les autres établissements sont compris pour les mêmes quantités. Les banques françaises versent au Foncier :

234 000 obligations x 445 F = 1 780 000 F

244 000 obligations x 446,25 F = 1 785 000 F

253 565 000 F

  • 17 BPPB, Prospectus, 4.1.1881.

26Au prix d’émission de 464,60 F17, le public français acquitte 3 716 800 F.

  • 18 BPPB, P.-v. du conseil, 25.10.1881.
  • 19 Ibid., 29.6.1880 et 26.7.1881 ; BPPB, Dossier 172/2, Suarès à Paribas, 28.10.1881 ; SG, P.-v. du co (...)

27L’AG du 30 novembre 1881 autorise la création de 60 000 obligations nouvelles 5 % qui seraient offertes au public « aux environs de 450 F » et rapporteraient une commission de 15 F par titre aux établissements émetteurs18. L’un des buts de cet appel au marché est de permettre au CFE de rembourser aux banques parisiennes les avances de 6 à 9 millions de F qu’elles lui ont consenties en attendant l’émission des obligations19.

  • 20 BPPB, Dossier 173/6, Joubert à Suarès, 23.12.1881.

28En moins de deux ans, le CFE demande des souscriptions à 160 000 actions et 100 000 obligations. Manifestement, le conseil est encouragé par le boom sur la place de Paris. Pourtant la deuxième série d’obligations suscite bien des soucis dans les milieux concernés dès son lancement en novembre 1881. Les sollicitations du CFE laissent le public indifférent. « On ne s’occupe pas plus du doublement que s’il n’existait pas, il n’y a pas de marché sur les actions »20.

  • 21 Ibid., Suarès à Joubert, 27.12.1881.
  • 22 Ibid., 3.1.1882. Suarès en possède 11 000 actions à lui tout seul. Ibid., 13.1.1882.

29Les responsables en Égypte proposent de former un syndicat afin de soutenir le marché21. Il devrait acheter de 40 000 à 60 000 actions, dont une moitié lui serait cédée à 560 F environ, par les gros porteurs, Joubert et Suarès en tête22.

  • 23 CNEP, Dossier 328/699, Lettre anonyme au Comptoir, 16.5.1882.
  • 24 BPPB, P.-v. du conseil, 30.5.1882.

30Suivant le krach à la Bourse de Paris fin janvier, la crise politique qui éclate en Égypte réduit à néant tous ces calculs. Elle en fait presque autant pour les 60 000 obligations dont la souscription est ouverte le 23 mai 1882 à 425 F. « Bien téméraire, estime un client, qui oserait souscrire et incompréhensibles les émetteurs de choisir un tel moment »23. Le syndicat réussit malgré tout à placer 30 000 obligations24.

  • 25 BPPB, Dossier 172/3, Paribas au CFE, 10.10.1882 ; Relevé quotidien des transactions.

31Paribas acquiert le solde de l’émission à 395 F, 15 000 obligations ferme, 14 786 à option. L’écoulement de ces titres, débutant le 7 octobre, ne prend fin que le 24 mars 1883, car, pour soutenir les cours, les ventes sont maintes fois contrebalancées par les rachats25.

  • 26 Répartition la plus proche du résultat final. CNEP, Dossier 328/699, Note sans date.

Tableau 93
Participants au syndicat (1882)26

Tableau 93Participants au syndicat (1882)26

32

  • 27 Ibid., Tableau.

Tableau 94
Participants au syndicat (1882-1883)27

Tableau 94Participants au syndicat (1882-1883)27

33L’opération sur les 29 786 obligations laisse un bénéfice de 10,80 F par titre au syndicat. L’émission rapporte au CFE :

3430 000 obligations x (425 F – commission de 15 F)... 12 300 000 F

3515 000 obligations x 395 F......................... 5 925 000 F

3614 786 obligations x 395 F + intérêts................ 5 990 613 F

37Total................... 24 215 613 F

38Le public français verse :

3930 000 obligations x 425 F.......................... 12 750 000 F

  • 28 Ibid., Paribas au CFE, 23.2, 28.2 et 20.3.1883.

4022 78628 x (395 F + 10,80 F) minimum.............. 9 246 559 F

41Total minimal........... 21 996 559 F

  • 29 Ibid., Sautter à Kimmerling, directeur de la Société lyonnaise de dépôts, 18.4.1883.
  • 30 AE, CP Égypte 79, Raindre à Challemel-Lacour, 21.5.1883 ; PP (1883) LXXXIII, Dufferin à Granville, (...)

42Que la tiédeur des réactions du marché n’ait pas détourné le CFE de la création d’une seconde série de 100 000 obligations 5 % en mai 1882 ne peut se comprendre en dehors de l’espoir des bénéfices à retirer de la réalisation des terres domaniales. L’administration des Domaines et Suarès concluent un accord d’après lequel le CFE tiendrait à la disposition de chaque acheteur un prêt représentant 60 % de la mise à prix. Sur des biens dont la valeur atteindrait 210 millions de F au minimum, des prêts de 150 millions seraient assurés au CFE29. En contrepartie, le gouvernement impose une certaine surveillance à la société. S’inspirant du régime établi pour le Crédit foncier de France, il se fait représenter auprès du conseil par un commissaire général et deux censeurs30. Du Caire arrivent des rapports optimistes.

  • 31 BPPB, Dossier 172/3, Henri Bamberger, administrateur de Paribas, à Sautter, 5.3.1883.

« Les affaires du pays vont se ressentir naturellement du nouvel état de choses d’une façon très favorable, pourvu que les Anglais ne commettent pas de grandes erreurs administratives »31.

  • 32 BPPB, P.-v. du conseil, 3.4.1883.

43Paribas prend 27 500 obligations ferme et 22 000 à option à 415 F32.

  • 33 BPPB, Dossier 172/3, Tableau.

Tableau 95
Participants au syndicat (1883)33

Tableau 95Participants au syndicat (1883)33
  • 34 Ibid., Sautter à Suarès, 13.4 et 30.7.1883 ; Sautter à Louis Cohen, 25.5.1883.

44L’émission est un échec presque complet. Dès le mois d’avril, on constate les obstacles qu’elle rencontrera. Ce n’est pas sans peine que Paribas liquide en mars le syndicat des 60 000 obligations de mai 1882. La spéculation s’abat sur les anciennes obligations ; il faut 5 ou 6 semaines d’efforts afin de déblayer le terrain. Les demandes pour le nouveau titre se faisant rares, Paribas se borne à maintenir les cours entre 420 F et 422 F, en attendant des temps meilleurs34.

  • 35 Ibid., Sautter à Roch, 4.6.1883 ; à Suarès, 30.7.1883.

45Les syndicataires ont beau essayer, le public, n’est pas preneur. En juillet 1883, l’épidémie de choléra qui se déclare en Égypte assène le coup fatal à cette émission. Le syndicat n’arrive plus à placer un titre et doit même racheter un peu pour soutenir la retraite35. L’option sur les 20 000 obligations, puis le syndicat, sont prorogés.

  • 36 CNEP, Dossier 328/699, Circulaire, 20.1.1885 ; BPPB, P.-v. du conseil, 27.1.1885.

46Au 30 avril 1884, date de terminaison de la prolongation, seulement 11 % des titres ont été vendus. Pendant le second semestre 1884, le syndicat attend en vain la solution de la question égyptienne par Londres et Pans. En présence de la mévente des titres et de la dépréciation des cours qui ne permettent plus de réaliser avec marge, les opérations du syndicat sont clôturées le 20 janvier 1885. Des 27 500 obligations syndiquées, il en reste 25 025 que doivent reprendre les participants36. Le CFE reçoit 11 412 500 F des banques françaises.

  • 37 BPPB, Dossier 172/3.

Tableau 96
Comptes du syndicat (1885)37
(En francs)

Tableau 96Comptes du syndicat (1885)37(En francs)
  • 38 Calculé d’après les cotations parues dans le Journal des débats. Les moyennes dans le chapitre étan (...)

47Les 25 025 obligations restantes, d’une valeur de 10 187 957 F, sont acquises par les syndicataires. Elles ont été écoulées graduellement, sans laisser de trace dans les archives. La moyenne des cours du titre à la Bourse de Paris au dernier jour de chaque mois de janvier 1885 à mars 1886 est de 405,87 F38. Les intermédiaires ont dû vendre les obligations avec légère perte à un public a versé au total :

4825 025 obligations x 405,87 F (moyenne) = 10 156 896 F

491 003 987 F

5011 160 883 F

51La proportion des syndicataires français atteignant 78 % (21 450/27 500), le public français verse approximativement 8 705 489 F. Le syndicat perd au moins 11 412 500 F – 11 160 883 F = 251 617 F.

B. L’EMPRUNT À LOTS DE 1886 : UN COUP DE DÉS

  • 39 Rapport du c.a. à l’AG du 29.1.1887.

52Des raisons d’opportunité induisent le CFE à aller au-devant d’un nouvel échec par un appel au marché. Aucun besoin de ressources ne l’y pousse : les prêts hypothécaires sont en diminution, tandis que le montant des immeubles expropriés par suite de la réalisation de gages ne cesse de s’élever. L’exercice s’ouvre avec des disponibilités de 6,5 millions de F, de beaucoup supérieures aux emplois prévus. Cependant la société souhaite profiter du faible taux du loyer de l’argent39 et se procurer des fonds à des conditions avantageuses.

  • 40 BPPB, Dossier 172/3, Sautter à Suarès, 9.2.1886.

53Frappée au coin de l’optimisme, la décision se traduit par la création de 400 000 obligations 3 % à lots de 250 F. Chaque mois un lot de 100 000 F et 12 de 1 000 F seraient décernés en guise de remboursement aux obligations tirées au sort. Même si l’émission de 1886 ne comporte qu’une tranche de 100 000 obligations, le chiffre paraît considérable aux intermédiaires parisiens40. Ils limitent la prise ferme à 50 000 titres.

54Ce genre de titre n’est pas exempt de difficultés compte tenu que les lots sont interdits en France, en Grande-Bretagne, en Autriche et en Belgique. Aussi des hésitations se font jour à Paris.

  • 41 Ibid., 13.2.1886.

« Nous sommes, ici, très peu favorables à une forte émission d’obligations à lots. Le champ d’action pour placer le titre est très circonscrit. Il n’y a absolument que des pays secondaires et, généralement, peu riches, où les lots soient autorisés »41.

  • 42 Ibid, 15.2.1886.

55Cela dit, Paribas tâchera de réussir l’affaire. « La Banque de Paris ne peut guère intervenir officiellement, à cause de la question de la loterie, mais son concours officieux reste complètement acquis »42.

  • 43 Ibid, Suarès à Sautter, 22.2.1886.

56En Égypte, on est peu préoccupé des pertes d’intérêt sur l’argent qui rentrera. Si les reports et les prêts ne l’absorbent pas, l’opération tout indiquée consiste à racheter les obligations 5 %. « C’est un arbitrage magnifique pour le Foncier et qu’on ne saurait faire sur une trop grande échelle »43.

57Il reste à fixer les conditions, constituer le syndicat de garantie et arrêter le mécanisme d’une émission qui, en raison des lots, ne peut procéder de la même manière que les précédentes. L’opération est centralisée en Suisse et, accessoirement, en Égypte, où les lots sont autorisés. Dans les autres pays, on recueille les souscriptions en privé par l’entremise de correspondants qui les transmettent à un établissement indiqué sur le prospectus.

  • 44 Ibid, Sautter à Suarès, 18.2.1886.

58La prise ferme s’effectue à 215 F par obligation ; l’émission se ferait à 230 F ; la commission est fixée à 3 F44. Le syndicat est géré par R. Suarès au Caire, Th. Rodocanachi à Paris, et A. Roch, directeur de la succursale de Paribas à Genève. Sur le prospectus, il est indiqué que la souscription est ouverte le 30 mars 1886

au Caire : au CFE et la Banque ottomane ;
à Alexandrie : à la Banque ottomane, au CL et à la BGE ;
à Port-Sa’īd : à la Banque ottomane ;
à Constantinople : au CL et à la Banque ottomane ;
à Genève : à la succursale de Paribas.

  • 45 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 15.2.1886.
  • 46 BPPB, Dossier 172/3, O. Homberg à Sautter, 11.2.1886 ; Sautter à Suarès, 9, 12 et 13.2.1886.
  • 47 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 22.3.1886.

59La constitution du syndicat et l’attribution des participations ne se déroulent pas harmonieusement, du fait des espérances excessives que suscite l’émission. Il y a trois groupes : « celui de Paris représenté par vous, celui d’Alexandrie par la Générale ou le Lyonnais, celui du Caire par moi »45. Les participants se ruent sur les titres. La SG demande 10 000, la Banque d’escompte 10 000, le Comptoir 5 000, le CL 5 000, etc.46. La réduction qu’on leur impose à Paris n’est pas sans provoquer des grincements de dents. Certains s’adressent au CFE47.

  • 48 BPPB, Dossier 172/3, Note, 11.3.1886. Suarès et l’Ottomane, dont le nom apparaît sur le prospectus, (...)

Tableau 97
Participants au syndicat (1886)48

Tableau 97Participants au syndicat (1886)48
  • 49 Ibid., Mazerat à Sautter, 23.2.1886. Sautter a été administrateur du Lyonnais.
  • 50 Ibid, 24.2.1886 ; Sautter à Roch, 25.2.1886. Le siège destine 15 000 prospectus à la Suisse, 5 000 (...)

60D’autre part, l’accord entre Paribas et le CL, fragile à la base, fait place à la mésentente. Les succursales et agences à l’étranger sont appelées à s’occuper matériellement de la souscription. Le Lyonnais propose son concours49. L’entente prévoit qu’il fasse le nécessaire au Caire, à Alexandrie et à Constantinople, mais Sautter réserve Genève à la succursale de Paribas50. C’est vers elle que, en plus des souscriptions de la Suisse, celles de la France doivent être dirigées. L’agence du Lyonnais n’a pas le droit de faire de publicité mais elle peut s’adresser par voie de circulaires à sa clientèle suisse et à qui bon lui semble en France. Elle porterait toutes les souscriptions à la succursale de Paribas qui lui rétrocéderait l’entière commission de 3 F par titre.

61À l’évidence, cette entente qui suppose la collaboration entre concurrents sur le territoire suisse est mal vécue. A Paribas, on se félicite de la participation du Lyonnais.

  • 51 Ibid, Roch à Sautter, 2.3.1886.

« Ce peut être un élément de succès, et ils ne sont pas à dédaigner, car nous aurons ici un terrain un peu ingrat et l’enthousiasme sera difficile à réveiller. Le dernier rapport (du Crédit foncier) n’a pas fait très bonne impression »51.

  • 52 Ibid, 8.3.1886.

62Subitement le Lyonnais se retire. « La combinaison projetée avec le Crédit lyonnais tombe dans l’eau. H. Germain aurait des scrupules !52 La banque est moins travaillée par des troubles de conscience que par l’esprit de concurrence.

  • 53 CL, DAF 32/1, L. Montandon, agence de Genève, à Mazerat, 14.3.1886.
  • 54 Ibid, Montandon au siège social, 12.3.1886.

63L’on soupçonne l’agence du CL de solliciter au-delà de sa clientèle en Suisse lorsqu’elle adresse une circulaire à des employés de la succursale de Paribas. L’agence se défend de vouloir attirer chez elle le public : ses circulaires ne visent que les souscripteurs habituels à ses guichets, parmi lesquels elle compte des employés de Paribas à titre personnel. Toutes les demandes seraient acheminées à Paribas53. « Nous croyons que ces Messieurs ont voulu simplement revenir sur leur promesse de nous donner trois francs par titre »54.

  • 55 F3PPB, Dossier 172/3, Copie de la lettre de C. G. Aubert, directeur du CL à Genève, à Mazerat, 14.3 (...)
  • 56 Ibid., Sautter et Roquerbe à Mazerat, 16.3.1886 ; Sautter à Roch, 16.3.1886.

64Il n’empêche que le CL éprouve peu d’attachement pour une entente qui l’oblige à communiquer de précieuses informations. « Nous n’admettons pas que le Crédit lyonnais abandonne à son concurrent le plus direct la liste de ses clients »55. Sautter concède alors au CL une commission de 0,75 F pour les souscriptions en Suisse en dehors de sa clientèle56.

  • 57 Ibid., Sautter à Roch, 16.3.1886.

65La rivalité n’est atténuée sur un plan que pour apparaître sur un autre. Au lieu de solliciter le public français depuis Genève, le CL demanderait des souscriptions au public suisse à partir d’une de ses agences en France. Il pourrait de la sorte inverser la direction de l’émission : forme de drainage difficile à stopper57.

  • 58 Ibid., Roch à Sautter, 17.3.1886.

66Paribas ne maintient qu’avec peine son privilège de l’exclusivité du marché suisse. Roch propose à Aubert une discussion pour rétablir l’entente. Il lui est répondu que l’agence a reçu des instructions de communiquer directement à Paris les résultats de ses souscriptions. « C’est la guerre qu’il nous déclare »58, s’exclame Roch.

  • 59 Ibid., 18.3.1886.
  • 60 Ibid., 19.3.1886.

67Il doit toutefois affronter une difficulté plus grave, à savoir l’indifférence du marché. Dus à l’origine à une méprise sur la valeur de l’enjeu, les tiraillements entre les deux banques sont ensuite entretenus par les perspectives maussades de l’opération. Le ton général n’est pas favorable. Les intermédiaires se dérobent ; témoin le Crédit mobilier italien qui objecte à Paribas la loi « et nous parle même de peines corporelles »59. Quant aux Genevois, ils craignent de n’avoir pour ces obligations que le marché de leur ville60.

  • 61 Ibid., 26.3.1886.
  • 62 Ibid., 27.3.1886.
  • 63 CL, DAF 32/1, Kleinmann à Mazerat, 26.3.1886.

68Apathie, dispositions incertaines, terrain désespérément froid, telles sont les observations de Roch. Le rapport du CFE est très critiqué. Les sommes prêtées semblent hors de proportion avec la valeur des immeubles. « Le crédit du Foncier égyptien est atteint »61. Roch fait coter 50 obligations à la Bourse de Genève. « Nous avons été seuls acheteurs et vendeurs »62. La situation ne se présente pas sous un meilleur jour en Égypte en raison de l’abondance de l’argent et de la dépréciation de la propriété foncière63.

  • 64 BPPFB, Dossier 172/3, Roch à Sautter, 30.3.1886.

69La souscription, ouverte le 30, est en-dessous des prévisions les plus faibles, un « fiasco complet » que Roch entend tenir secret aussi longtemps que possible64 :

70Souscriptions à la caisse............... 1 046

71Correspondants suisses................ 1 950

72Souscriptions françaises............... 2 921

735 917

  • 65 Ibid., 1.4.1886; Sautter à Roch, 2.4.1886.

74Roch en est réduit à soutenir le cours à la Bourse. Une mauvaise tenue du titre, une fois le résultat de la souscription connu, donnerait le dernier coup au CFE. Non seulement ne faut-il pas songer à placer davantage en Suisse, mais il est nécessaire de ménager le marché afin d’éviter les ordres de vente. Le pessimisme est si ancré que le compte définitif surprend les émetteurs65.

Tableau 98
Souscription obligations (avril 1886)

Tableau 98Souscription obligations (avril 1886)
  • 66 Ibid., Sautter à Roch, 6.4.1886 ; Sautter à Suarès, 2.4.1886.
  • 67 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 29.3.1886.

75Tout n’est pas encore perdu. L’émission aurait eu contre elle des circonstances défavorables comme le conflit en Bulgarie, la baisse de toutes les valeurs orientales et le lancement d’un emprunt de l’État français en été 1886. « Mais il n’y a pas lieu de se décourager le moins du monde. Nous arriverons bien à sortir de cette mauvaise phase »66. Tout bien pesé, il convient d’attendre et d’aviser sereinement aux moyens de placer le solde. Chaque mois, au moment du tirage, il y aura bien des occasions d’en vendre. La création d’un marché en coulisse à Paris pour le titre sera d’un grand secours. Au Caire, Suarès est du même avis67.

  • 68 BPPB, Dossier 172/3, Roch à Sautter, 8.4.1886.
  • 69 Ibid, 3.4, 17.4 et 22.5.1886.

76Pour le moment, Roch est astreint à défendre le cours à Genève et à le relever à 230 F. « Une petite panique de bourse sur ce titre avec la note « invendable » achèverait de le ruiner dans l’opinion publique »68. Ultérieurement, son plan consiste à recourir à des intermédiaires de second ordre69.

  • 70 Ibid., Note de la BGE, 27.8.1886.

77C’est une entreprise futile que celle de ranimer le marché. Après cinq mois, on améliore à peine le résultat de la souscription70.

Tableau 99
Souscription obligations (août 1886)

Tableau 99Souscription obligations (août 1886)
  • 71 Ibid., Plan d’une nouvelle émission, 16.12.1886.

78En vue de sortir de l’impasse, Roch élabore un plan qui comporte l’échange des titres non vendus contre des obligations nouvelles, la constitution d’un syndicat avec des éléments neufs, la création d’un marché en banque à Paris, et le recours aux intermédiaires spécialistes des valeurs à lots et aux journaux financiers. Cette émission ne saurait dépendre de la Suisse71. Le plan proposé n’est pas adopté : tant que les titres auront des lots, l’un des rares pays où ils pourront être licitement acquis est la Suisse, et les opérations pour l’Europe y seront centralisées.

  • 72 BPPB, P.-v. du conseil, 27.9.1887.
  • 73 BPPB, Dossier 172/3, Circulaire de Rodocanachi, pour le comité du syndicat, 20 11.1887.
  • 74 Ibid., 27.2.1888.

79L’émission reste stationnaire jusqu’en septembre 1887, lorsque Paribas négocie avec le CFE la reprise des titres « dont le marché est nul et les cours très dépréciés »72. Contre les obligations à lots au cours de 200 F, entièrement libérées, la société remet la contrevaleur en obligations 5 % au cours de 430 F. Sur les 50 000 obligations de la prise ferme, le syndicat n’a 21 20073. Il se charge de réaliser les nouveaux titres pour compte commun jusqu’au 28 février 1888 à 430 F au moins. Parvenu à son terme, il n’a rien vendu, les cours ayant oscillé entre 425 F et 430 F74. L’émission se clôture par une perte de 5 963 888 F pour le syndicat :

80Remise au CFE : 50 000 x 215 F = 10 750 000 F

  • 75 Prix moyen. BPPB, Dossier 172/3, Compte sans date.

81Versement des souscripteurs : 21 200 x 225,76 F75 = 4 786 112 F

82Les souscriptions en France rapportent 1 642 178 F, soit (5 365 + 1 909) x 225,76 F = 1 642 178 F.

C. UNE OPÉRATION BLANCHE ET UNE ÉMISSION MORT-NÉE

  • 76 Archives du CFE (Le Caire), Inventaire, au 31.10.1891 ; Décision du conseil, 3.3.1891.
  • 77 Prospectus.

83Désireux de profiter de la baisse des taux, le CFE se propose de convertir ses 119 000 obligations 5 % toujours en circulation en 140 000 titres nouveaux 4 %. Le patronage des banques lui est durement marchandé. Leur réticence ouvre le chemin à la Banque d’escompte, laquelle se met à la tête d’un syndicat et prend la moitié ferme à 442,50 F, l’autre moitié à option à 445 F76. Elle s’adjoint le CL, la SG, le CIC et la SM pour une souscription le 25 mars 1891 à 465 F77.

  • 78 SG, P.-v. du conseil, 17.3.1891.
  • 79 Rapport du c.a. à l’AG du 30.1.1892.

84L’enthousiasme des participants ne verse pas dans l’excès. Le 12 mars, ils estiment qu’il vaudrait mieux différer l’émission. Devant les objections de de Soubeyran, ils acceptent de donner le concours de leurs guichets contre commission, mais refusent d’être compris dans la prise ferme78. 69 530 obligations sont présentées à la conversion ; le solde est remboursé79. Le CFE émettra 4 tranches de 10 000 obligations chacune à diverses reprises en Égypte.

85La liquidation de la Banque d’escompte laisse le CFE sans parrainage à Paris. Pendant 7 ans, il émet lui-même ses obligations par petites quantités au fur et à mesure de ses besoins. Il continue à placer en Égypte des obligations à lots créées en 1886. En 1897, le total souscrit atteint 120 000.

  • 80 SG, P.-v. du conseil, 3.8.1897.

86C’est au tour de la Société générale de faire entrer enjeu son antenne suisse – la succursale de Lausanne de la Société générale alsacienne de banque – pour l’écoulement du solde. Elle souhaite prendre ferme 28 000 obligations à 240 F et 252 000 à option80.

  • 81 SG, Liasse 5497, I. Kirchheim (au Caire) à la Société Kirchheim (à Paris), 17.2.1898.

87Le CFE ne met aucune hâte à se décider. La cession à un syndicat constitue une perte sèche au regard du système de ventes graduelles. D’une part, le prix de prise ferme est inférieur à celui pratiqué à ses guichets. D’autre part, n’ayant pas suffisamment d’emplois pour les grosses sommes qu’il recevrait d’un syndicat, l’opération le grèverait de charges inutiles81.

  • 82 Ibid., Kirchheim à Louis Dorizon, administrateur de la SG, 16.2.1898.
  • 83 Ibid., Kirchheim à Kirchheim, 17.2.1898.

88Début février 1898, le CFE vend sans aide 5 000 obligations à lots à 281 F en une semaine. Par conséquent, l’opposition du conseil à la formule syndicale est « acharnée »82. Cependant le lendemain, dans son « désir de se rendre agréable à la Société générale », il accepte de vendre 100 000 titres à 248,50 F si le syndicat ne lève jamais plus de 2 options à la fois et lui abandonne 50 % des bénéfices réalisés. « Véritable cadeau », écrit du Caire le banquier I. Kirchheim à l’intention de la SG83.

  • 84 Ibid., Société alsacienne au CFE, 28.2.1898.
  • 85 SG, P.-v. du conseil, 28.2.1898.
  • 86 SG, Liasse 5497, Liste de participants.

89L’entente s’établit avec l’Alsacienne pour une prise ferme de 25 000 à 256 F et pour 3 options de 25 000 chacune au même prix84. Le CFE ayant demandé la garantie d’un autre établissement, la SG se porte ducroire moyennant une commission de 1,25 F par titre. Par ailleurs, l’Alsacienne lui attribue la moitié de ses bénéfices85. Un syndicat est formé dans lequel l’Alsacienne prend part pour 12 000 obligations, les autres 13 000 allant à 22 participants86.

  • 87 Ibid., Circulaire de Maunoir, Goncquand et cie de Genève, 12.3.1898.

90L’émission a droit à un accueil glacial en Suisse. Une circulaire fort répandue juge excessive la différence entre le pair de 250 F et le prix de vente de 270 F. La baisse du taux d’intérêt sur les prêts menace les bénéfices. L’on n’est pas sûr que les actionnaires répondraient à un appel de versement dans une crise. « La société agirait plus sagement en libérant les actions de moitié et en empruntant 20 millions de moins »87.

  • 88 Ibid., Beyerlé à l’Alsacienne, 22.6.1898.

91Le CFE s’était engagé à continuer le placement à ses guichets pour le compte du syndicat, mais la demande se tarit. Des achats spéculatifs effectués à Genève et le déversement de milliers de titres sur le marché égyptien conduisent au fléchissement des cours. Loin de vendre, le CFE doit acheter afin d’empêcher l’écrasement du marché88.

  • 89 Ibid., Elie Cattaui, administrateur du CFE à Paris, à l’Alsacienne, 6.7.1898; Dorizon à la succursa (...)

92Les contractants perdent manifestement la maîtrise de l’opération et s’accordent pour résilier le contrat89. La faiblesse du syndicat attire les spéculateurs. Outre l’Alsacienne, la seule société qui en fasse partie est Heine et cie. Tous les autres participants, banquiers ou pas, sont des personnes physiques. Le syndicat n’a pu empêcher la spéculation de lui arracher le marché et de faire s’effondrer les cours.

D. L’ACTIVITÉ DU CRÉDIT FONCIER : PRÉMIÈRE PÉRIODE (1830-1898)

93Si la société ne jouit pas d’un crédit incontesté sur les marchés financiers de l’Europe, cela tient en partie aux conditions générales de l’économie. Il n’empêche que le développement de ses activités laisse à désirer. Le : CFE reflète et subit la dépression qui pèse sur l’économie de l’Égypte depuis le début de l’occupation. Tout concourt à contrarier les espoirs qui président à ses débuts : baisse des taux d’intérêt, faiblesse des prix, progression des arriérés et des gages saisis, dévalorisation du domaine constitué à la suite d’expropriations. L’euphorie de 1880-1882 fait place à une profonde torpeur. La liquidation complète de l’emprunt domanial et la revente des terres qui lui servent ce nantissement ne s’étant pas produite, le CFE, qui envisageait de servir d’intermédiaire financier, se trouve comme à la dérive, détourné de son objet.

94L’histoire du CFE de 1880 à 1898 est celle d’un prêteur qui éprouve des difficultés à recueillir des ressources à bon compte et à les employer profitablement. Ces deux fonctions fondamentales d’un Crédit foncier réagissent l’une sur l’autre. Certes le prix de la dette obligataire se mesure par les taux nominal et réel des émissions, les primes et les diverses conditions qui se : rattachent aux souscriptions. Le marché exprime ainsi son évaluation du crédit d’un emprunteur à un moment donné. Mais le prix véritable de l’endettement, au point de vue d’une société, est fonction de l’utilisation qu’elle peut faire des ressources acquises à titre onéreux. Que se présentent des emplois rémunérateurs et les prix, même relativement élevés, des fonds empruntés deviennent supportables ou mieux.

95Les taux d’intérêt baissent au cours des années 1880 et 1890, mais le CFE n’est pas en mesure d’en tirer parti car, outre la diminution naturelle et simultanée des taux de ses prêts, la quantité des avances qu’il consent se comprime et leur qualité se dégrade. La société se trouve, par conséquent, prise entre l’enclume d’un endettement coûteux par rapport à ses activités et le marteau de l’insuffisance du type de prêts qui justifierait les emprunts. De là l’impression qu’elle dégage d’une institution stationnaire, végétant du fait de cette contradiction.

96La structure financière du CFE, comme il convient à un Crédit foncier, est orientée vers l’endettement obligataire (annexes, tableau 132). Les sociétés hypothécaires emploient les produits des obligations pour prêter, le capital social et les réserves servant de garantie aux créanciers. Le ratio Produit net des obligations/Fonds propres exprime le rapport entre les ressources réellement utilisables.

97Si les péripéties des émissions de 1880 à 1898 ont montré la difficulté qu’a eue le CFE à faire souscrire ses titres, l’utilisation des ressources soulève des interrogations sur la valeur des efforts consentis pour les réunir. Le coût de l’endettement sur une base annuelle tend à croître jusqu’en 1900 (tableau 132), c’est-à-dire que les intérêts à verser aux créanciers augmentent plus rapidement que les revenus disponibles en dehors des charges non financières. À terme, il y a aussi les primes que la société s’oblige à payer au moment du remboursement aux porteurs de titres émis en-dessous du pair. Ces sommes sont particulièrement importantes (tableau 128).

98La nullité des avantages que le CFE retire de son endettement ressort avec netteté dans le calcul de l’effet de levier (tableau 132). Cette donnée revêt une signification capitale pour une société qui doit emprunter une partie importante de ses ressources puisqu’elle montre si le recours à l’endettement améliore effectivement la marge bénéficiaire. La médiocrité de cet indice avant 1900 atteint en 1881 et 1888-1890 des seuils en deçà de 0. L’endettement, loin d’améliorer la rentabilité, lui devient néfaste.

  • 90 Rapport du c.a. à l’AG du 31.1.1894 ; le Temps, 2.4.1894.

99Ce n’est pas du côté de la baisse des taux d’intérêt stricto sensu que le CFE se trouve mis à mal. Les taux moyens des prêts et des emprunts reculent solidairement sinon parallèlement. La société conserve donc une marge, faible mais réelle. Néanmoins l’abaissement des taux amène deux inconvénients. Premièrement, les débiteurs remboursent les emprunts anciens à taux élevé et les remplacent par d’autres comportant des charges moins lourdes. Ces remboursements anticipés atteignent, et dépassent parfois, les prêts nouveaux (tableau 127). Le CFE est contraint de compenser cette perte par la conversion de sa dette obligataire. Deuxièmement, la baisse des taux aiguise la concurrence dans le domaine du prêt hypothécaire, car de l’argent nouveau, propriété d’Égyptiens et de résidents locaux, y entre à la recherche d’un emploi plus rémunérateur que les fonds d’État et les valeurs mobilières90.

100En plus du fléchissement des taux (tableau 100), la chute dramatique du nombre de demandes de prêts et la dégradation de leur qualité sont des causes de la stagnation. La société a moins de clients du fait de la dépression économique. Elle a donc moins de choix relativement à la destination à donner à ses ressources.

101Une comparaison entre les prêts demandés et les prêts accordés (tableau 101) démontre que le CFE tend vers la libéralité à partir de 1884. La conséquence en est la multiplication des prêts sur des gages d’une valeur douteuse, l’augmentation des arriérés et l’alourdissement du poste des immeubles acquis par expropriation pour non-paiement des annuités. Lors de la période de prospérité en 1880-1882, les prêts semblent avoir été consentis sur des biens immeubles qui, dès 1883, perdent une partie importante de leur valeur vénale.

Tableau 100
Écart en faveur du CFE
(%)

Tableau 100Écart en faveur du CFE(%)

102

  • 91 CL, Liasse 72799, Note de l’agence d’Alexandrie, 13.2.1885.

« Les premières avances faites ont été basées sur des évaluations trop élevées et le Foncier, obligé d’exécuter un assez grand nombre d’emprunteurs qui ne payaient plus leurs annuités, est resté acquéreur d’une assez forte quantité de terrains qu’il est forcé d’exploiter lui-même ou en location »91.

103Le problème s’aggrave par la suite car, même sur la base d’évaluations plus faibles, la société a moins de clients, partant moins de liberté pour opérer une sélection des meilleurs emprunteurs.

  • 92 Bulletin financier, 20.3.1892.

104C’est sur ce plan que le CFE s’affaiblit. Les terres expropriées entrent pour une part importante dans son actif. En 1892, par exemple, les immeubles qu’il détient sont évalués au bilan à 10 274 137 F (1 628 F/ha), soit 40 % de plus que leur prix de revient92. La crise économique aidant, ces évaluations détournent les acheteurs éventuels. La société doit donc exploiter les terrains saisis, situation que s’efforce d’éviter tout Crédit foncier car l’immobilisation de ses fonds l’oblige à renoncer à l’emploi plus rémunérateur qu’est le prêt hypothécaire.

105Le CFE risque de se transformer en entreprise immobilière, vu que les revenus nets des terres qu’il gère commencent à prendre la place des annuités.

106Déjà peu souhaitable, cette substitution fait dépendre le CFE entièrement des fluctuations des prix des récoltes. Les revenus des immeubles sont, par conséquent, touchés par la baisse du prix du coton.

  • 93 Rapport du c.a. aux AG des 30.1.1890, 29.1.1897 et 31.1.1898.

107La société essaie de vendre ses domaines, mais elle est contrainte de le faire à terme avec des concessions sur le taux de l’intérêt, ou simplement à perte93. Elle consent à ses acheteurs des taux d’intérêt inférieurs à ceux qu’elle paie aux détenteurs étrangers de ses obligations, tout en subissant des pertes sur les prix de vente.

  • 94 Crédit foncier égyptien, 1880-1930, Plaquette sans indication de lieu, p. 16.

108En 1896, le compte Immeubles se comprime subitement, tandis qu’augmente le montant des prêts accordés (tableau 127). Il y a sûrement eu virement, le CFE ayant prêté aux acheteurs les sommes nécessaires aux transactions. De propriétaire, il redevient créancier, lorsque, en, 1900, le compte est complètement soldé par apport à la Société foncière d’Égypte94.

109Les résultats de l’activité du CFE ne sauraient faire illusion. Le rendement n’est maintenu que par la progression particulièrement lente de la dette obligataire et des réserves. De même la rentabilité de la société ne paraît pas brillante (tableau 132) si l’on tient compte de la relative fixité des fonds propres au moins jusqu’en 1895. En vérité, le CFE est engoncé dans la stagnation ; il ressemble fort à une entreprise frappée d’immobilisme et réduite à l’expédition des affaires courantes. La société n’a pas bénéficié du flux de transactions qu’elle attendait de la liquidation des dettes de l’État. Sautter ne se trompe pas qui écrit :

  • 95 BPPB, Dossier 172/3, Sautter à Suarès, 2.4.1886.

« le Foncier trouvera son principal intérêt dans la revente des terres domaniales et Daïra. L’essentiel c’est que la terre revienne entre les mains des particuliers. Alors le Foncier pourra faire des affaires, et de bonnes affaires »95.

110La société attendra 1905 pour avoir la confirmation de ces pronostics.

II. L’ESSOR (1898-1908)

111Aux antipodes des années précédentes, la période qui s’ouvre en 1898 amène une suite ininterrompue de réussites pour le CFE sur les marchés financiers de l’Europe. Aux 18 ans de résultats médiocres succèdent 16 ans d’émissions des plus convoitées. La place de Paris joue sans conteste le rôle principal, tandis que la société égyptienne devient, et de très loin, le plus gros importateur de capitaux européens en Égypte.

112Sa dette obligataire sextuple entre 1897 et 1914. Son portefeuille de prêts se gonfle grâce à l’acquisition des créances de l’ex-Dā’ira Saniyya. C’est l’ère de l’expansion qui fera du Foncier le premier établissement financier du pays. Les grandes banques parisiennes dirigent toutes les opérations. Prenant acte de cette croissance, la diplomatie française ne se fait pas faute d’enjoindre à qui de droit de consolider le contrôle français dans la société.

A. LES EMPRUNTS 4 % ET 3,5 % DE CONVERSION (1898-1905)

  • 96 SG, Liasse 5499, Correspondance et comptes de l’émission. Cf. tableau 125, émission n° 11.

113Avant même que la Société alsacienne ne se charge de l’émission des titres de 1898, la SG entreprenait de placer des obligations 4 % pour le Foncier. C’était la première fois depuis 1886 qu’il faisait appel à de nouvelles ressources européennes, l’émission de 1891 ne représentant qu’une conversion. L’opération des 4 % s’effectue en 6 tranches d’un total de 60 000 titres écoulés entre 1897 et 1902. La SG agit seule, sauf en 1900, lorsque Paribas se joint à elle. Achats et ventes sont réalisés à divers prix mais, fait notable, le placement de chaque tranche rapporte un bénéfice96.

Tableau 102
Obligations 4 % (1897-1902)
(En francs)

Tableau 102Obligations 4 % (1897-1902)(En francs)

114L’émission des 4 % se poursuit parallèlement à la conversion de toutes les obligations 4 % en titres 3,5 %. Elle commence en juin 1897, précédant de quelques mois la décision du conseil du CFE du 7 février 1898 de créer 400 000 obligations 3,5 % pour remplacer les titres au taux plus élevé. Jusqu’en 1902, les deux séries sont émises simultanément. Certaines tranches de 3,5 % représentent de simples conversions, d’autres associent à l’échange de titres la mise en circulation d’obligations nouvelles.

  • 97 SG, Liasse 5503, Dorizon à Suarès et Cattaui, 15.12.1897.
  • 98 Ibid., Rocherand à Dorizon, 20.1.1898.

115Les premières conventions entre le CFE et la SG interviennent en 1897 pour l’émission de nouvelles obligations 3,5 %97. La SG ne prend de décision définitive qu’après l’envoi d’un mandataire au Caire avec mission de vérifier la comptabilité du CFE. Ce dernier ayant trouvé la situation « non seulement saine mais bonne »98, l’opération peut débuter. Désormais la SG et Paribas comblent un vide en devenant les chefs de file des syndicats du CFE.

  • 99 SG, Liasses 5503, 5500, 5496. Total réduit à 396 960 ultérieurement.

Tableau 103
Syndicats obligations 3,5 % (1898-1905)99

Tableau 103Syndicats obligations 3,5 % (1898-1905)99
  • 100 SG, Liasses 5496 et 5497.

116Le détenteur d’une obligation 4 % ne se soumet à l’échange que parce que le 3,5 % est amortissable à 515 F et le 4 % menacé de remboursement anticipé dans sa totalité. Le siège de la SG doit adresser circulaire sur circulaire aux agences leur demandant de joindre les obligataires100. De facultative, la conversion pourrait devenir obligatoire et moins avantageuse. Les porteurs finissent bien par consentir aux échanges et les dernières obligations 4 % sont retirées de la circulation en 1903.

  • 101 SG, Liasses 5496, 5497, 5500, 5503 ; CNEP, Dossier 328/699.

117Les 3,5 % sont émises en 10 tranches entre 1898 et 1905101. Les gérants du syndicat ont droit à un tiers du bénéfice syndical, proportionnellement à leur engagement, ainsi qu’à des commissions.

Tableau 104
Comptes du syndicat (1898-1905)

Tableau 104Comptes du syndicat (1898-1905)

Tableau 105
Commissions des gérants
(En francs)

Tableau 105Commissions des gérants(En francs)
  • 102 Le CFE accorde un forfait de 108 749 F pour la publicité.

118Au bénéfice syndical et aux commissions des gérants s’ajoutent les 446 045 F rétrocédés aux intermédiaires. Par conséquent, le prélèvement total des banques s’élève à 8 251 209 F. L’émission fournit au CFE 100 039 380 F102 d’argent frais, résultat de la différence entre la prise ferme des 3,5 % (190 095 852 F) et le remboursement des 4 % (89 947 723 F). Le versement effectif de source française, au-delà de la conversion, comprend les bénéfices syndicaux, et atteint 110 446 625 F.

B. L’AUGMENTATION DU CAPITAL ET LES DERNIERS EMPRUNTS 3,5 %

  • 103 SG, Liasse 5502, CFE à SG, 22.10.1903.

119La bonne marche des affaires du CFE paraît enfin assurée. Face à la progression de la demande de prêts hypothécaires, le placement des obligations s’effectue avec succès en France, même à un taux moindre. L’accroissement de la dette entraîne celui du capital qui lui sert de garantie. Décidé à le porter de 80 à 100 millions de F, le conseil cède l’émission à la SG qui s’engage à réaliser la souscription à 625 F, moyennant une commission de 12,50 F par action103.

  • 104 Ibid., Liste des participants.

Tableau
106 Syndicat actions (1904)104

Tableau106 Syndicat actions (1904)104
  • 105 Les nouvelles actions peuvent ainsi recevoir tout le dividende de 1904.

120Effectuée en juin à 632 F, l’émission rapporte au CFE 257 F par titre, soit le montant libéré de 125 F, la prime de 125 F et un coupon de 7 F correspondant aux 7 mois de novembre 1903 à mai 1904 sur la base en dividende de l’exercice 1903105. Les souscripteurs versent 10 280 000 F, mais le CFE est débité de la commission de 500 000 F et de 50 000 F pour la publicité.

  • 106 Ibid., Règlement du syndicat.

Tableau 107
Comptes du syndicat (1904)106
(En francs)

Tableau 107Comptes du syndicat (1904)106(En francs)

121Les augmentations du capital sont réservées moitié aux anciens actionnaires, moitié aux porteurs de parts de fondateurs. Le but du syndicat consiste à garantir la souscription des actions qui resteraient disponibles après l’exercice de ce droit de préférence.

  • 107 SG, Liasse 5501, CFE à SG, 1.4.1905.
  • 108 Ibid., CFE à SG, Paribas et Cassel, 17.1.1906.

122Le conseil revient aussitôt aux obligations 3,5 %. De cette série, la SG entreprend le placement de 29 046 titres acquis à 495 F l’unité plus intérêt ; le CFE lui alloue une commission de placement de 25 F et une contribution aux frais de publicité de 2 F par titre placé107. En 1906, la seconde tranche est cédée à des conditions similaires108.

Tableau 108
Syndicat 3,5 % (1905-1906)

Tableau 108Syndicat 3,5 % (1905-1906)
  • 109 Ibid, SG au CFE, 24.8.1905 ; Règlement du 15.2.1906 ; Règlements du syndicat.

Tableau 109
Comptes du syndicat (1905-1906)109
(En francs)

Tableau 109Comptes du syndicat (1905-1906)109(En francs)

Tableau 109 (suite et fin)

Tableau 109 (suite et fin)

123Si le Comptoir accepte, il n’en est pas moins irrité de la part qui lui est attribuée et de son exclusion du placement. Dans un projet de lettre qui n’est pas envoyée, ses dirigeants affirment avoir été

  • 110 CNEP, Dossier 328/699, Projet de lettre à Dorizon, non signée, 26.1.1906. Il s’agit sans doute de l (...)

« approchés par d’excellents amis, avec lesquels nous avons des relations actives et intéressantes, qui nous ont demandé d’introduire à Paris une valeur similaire pour laquelle on donnerait notre patronage. Cette opération n’était à aucun point de vue indifférente pour nous, non plus que pour notre agence d’Alexandrie »110.

124La demande d’admission à la cote officielle de la Bourse de Paris de la tranche de 1905 attire l’attention des milieux politiques français sur le CFE. Elle ne s’en détournera plus. A Paris et au Caire, on paraissait avoir oublié pendant deux décennies un établissement qui était, tout compte fait, peu dynamique. Il n’avait pas beaucoup sollicité les marchés français. Entre 1883 et 1897. Il n’y a que l’emprunt de 1886 émis en Suisse et la conversion de 1891. Depuis 1897, les appels se succédant, les mouvements de l’épargne du pays ne passent pas inaperçus.

  • 111 AE, AP Le Caire 225, Note d’Adoue, 23.8.1905.

125La situation du CFE n’inspire pas d’inquiétude aux observateurs autorisés. Le sous-directeur du Lyonnais à Alexandrie estime que ses affaires sont « prospères, sans réserves »111. Le chargé d’affaires ne peut que donner son aval à l’admission à la cote officielle des 30 000 nouvelles obligations, tout en signalant certains dangers de la situation économique de l’Égypte. Certes le CFE est prospère ; la fortune nationale s’accroît et la valeur des terres et immeubles augmente. Mais qu’adviendrait-il en cas de mauvaise récolte ? La baisse des revenus et la dévalorisation de la terre toucheraient les sociétés immobilières et de prêt hypothécaire.

  • 112 AE, NS Égypte 80, de la Boulinière à Rouvier, 11.12.1905 ; AE à Finances, 6.1.1906.

« Je ne puis, tout en constatant une prospérité croissante, que signaler les inconvénients d’un mouvement, dans la hausse des propriétés foncières, trop rapide pour ne pas risquer de dépasser le but et, en prévision de la possibilité de jours moins prospères, conseiller à l’épargne française une certaine prudence à l’égard des valeurs garanties par des créances hypothécaires »112.

C. L’ACHAT DES CRÉANCES DE LA DĀ’IRA ET L’ÉMISSION 3 % (1905)

126L’un des champs les plus prometteurs d’activité dont le CFE espérait s’occuper à ses débuts était la ventera des particuliers des terres données en nantissement pour les emprunts d’État. On songeait surtout à liquider la Dette domaniale. Celle-ci sera réalisée graduellement, sans qu’il y ait cession en bloc à un intermédiaire, ou que le CFE ne trouve d’occasions de bénéficier des ventes par petits lots. En 1905, la société trouve enfin une compensation sous forme d’achat des créances hypothécaires que détient l’ex-Dā’ira Saniyya sur les acheteurs de ses terres. Transaction majeure, elle confirme la consolidation de la situation du CFE depuis le tournant du siècle et, par l’expansion de l’actif et des ressources qu’elle implique, le consacre comme l’établissement financier prééminent de l’Égypte.

  • 113 Cet épisode ne concerne pas le CFE. Cf. troisième partie. Les avatars des sociétés chargées de liqu (...)

127La vente des terres de la Dā’ira Saniyya ne se fait pas directement à l’agriculteur ; la Daïra Sanieh Company Limited (« New Daïra »), constituée le 9 juillet 1898, en est l’intermédiaire113. Elle désintéresse les porteurs de la Dā’ira, s’interpose entre elle et les acheteurs, et détient les créances sur ceux qui paient par annuités pour les terrains qu’ils achètent. La société étant anglaise, les obligataires français sont assujettis à l’income tax, ainsi qu’à l’impôt sur les valeurs mobilières en France. Pour soustraire leurs coupons à ces charges, une formalité suffit : la constitution de la société sous le régime de la loi égyptienne.

  • 114 Le Journal officiel (Égypte) du 19.4.1905 contient le décret d’autorisation et les statuts.

128La Société égyptienne de la Daïra Sanieh n’est que la nouvelle raison sociale de la Daïra Company. Fondée le 27 mars 1905 au capital de 600 030 Lég (15 552 777 F), elle acquiert l’actif et le passif de la Daïra Company114. Dès sa création, elle se propose de réaliser un emprunt en vue d’un règlement général le 15 octobre 1905. Il s’agit du remboursement des obligations Dā’ira non encore amorties ou présentées à l’échange contre des obligations de la Société égyptienne, et du versement au gouvernement de la moitié du bénéfice des ventes de terres de la Dā’ira Saniyya, selon les termes de l’accord de 1898. La baisse importante qui se produit sur le marché des sucres ne semble pas de nature à l’encourager et l’emprunt projeté est écarté au profit d’un accord avec le CFE. Afin de monnayer les annuités non échues, la Société égyptienne lui cède la totalité des créances qu’elle détient sur les acheteurs à terme. Elle réalise plus rapidement ainsi le bénéfice de la liquidation de la Dā’ira. Tant que les annuités ne seraient pas échues et payées, la Société égyptienne ne pourrait répartir son actif et entrer en liquidation.

  • 115 BPPB, Dossier 172/5, Projet de contrat du 21.4.1905 entre le CFE et la Société égyptienne.
  • 116 Ibid., Projet de contrat du 21.4.1905 paraphé par le CFE et les 3 contractants.
  • 117 BPPB, P.-v. du conseil, 26.4.1905.

129Les premiers projets de contrats sont établis le 21 avril 1905. Au 15 octobre 1905 les acquéreurs des terrains resteraient toujours débiteurs de la Société égyptienne de 216 668 002 F. Le CFE achète cette créance contre un versement en espèces et se substitue à la Société égyptienne115. Pour se procurer ces ressources, il augmenterait son capital de 100 à 150 millions de F par l’émission de 100 000 actions nouvelles à 725 F dont la souscription serait garantie par la SG, Paribas et Cassel, à concurrence de 37,5 %, 37,5 % et 25 % respectivement116. La commission s’élèverait à 12,50 F par titre. Le CFE créerait, en outre, 400 000 obligations 3 % dont 260 000 seraient prises ferme par le même syndicat117.

  • 118 SG, Liasses 5494 et 5495, Listes de participants.

Tableau 110
Syndicat obligations 3 %118

Tableau 110Syndicat obligations 3 %118

130Au contrat définitif signé le 4 juillet 1905, la valeur des créances est réduite à 8 211 118 400 F. Le CFE s’engage à remettre à la Société égyptienne :

  • 119 SG, Liasse 5495, Contrat du 4.7.1905 entre le CFE et la Société égyptienne.

160 574 854 F en espèces, et 25 000 000 F sous forme de 200 000 de ses actions, libérées d’un quart119.

  • 120 Cf. section suivante.
  • 121 SG, Liasse 5494, Contrat du 4.7.1905.
  • 122 CNEP, Dossier 328/699, Note d’Édouard Ullmann, directeur du CNEP, sur sa conversation avec Dorizon, (...)

131Du 20 au 31 août 1905, les 100 000 actions nouvelles sont cédées à la Société égyptienne et la souscription ouverte ; le placement se prolonge jusqu’en 1908120. En juillet 1905 se réalise la première émission d’obligations 3 % destinées à l’échange des titres de la Dā’ira et au règlement en espèces à la Société égyptienne. La SG, Paribas et Cassel prennent 385 000 obligations à 412,50 F, dont 285 000 ferme121. La participation au syndicat semble très convoitée et le Comptoir doit s’assurer de l’appui de la SG pour essayer d’obtenir 10 % de l’émission122.

  • 123 SG, Liasse 5495. Tableaux divers.

Tableau 111
Souscription des 3 % (juillet 1905)123

Tableau 111Souscription des 3 % (juillet 1905)123
  • 124 Prospectus.

132Ouverte au public le 25 juillet 1905, la souscription de 263 819 obligations à 437,50 F124 est couverte plus de 6 fois. Seuls les porteurs d’obligations de la Dā’ira Saniyya ne sont pas soumis à réduction : un droit de préférence leur est accordé. Afin d’établir un barème acceptable de répartition, le syndicat est amené à lever une option sur 36 181 titres, pour atteindre le total de 300 000.

  • 125 SG, Liasse 5495, Remise au CFE, sans date.

133Le CFE reprend au syndicat 15 000 titres, sans doute à cause de la difficulté de placer du papier égyptien à la suite de la déconfiture des Sucreries en août 1905. On ne peut expliquer autrement le fait qu’après la réussite du 25 juillet 1905, le syndicat ne règle ses comptes que le 30 novembre 1906. Le total des souscriptions est réduit à 285 000 ; le chiffre définitif des souscriptions irréductibles est aussi diminué, car il n’est délivré au CFE que 75 100 obligations Dā’ira provenant de l’échange125. Certains obligataires ont préféré un remboursement à des titres égyptiens, fussent-ils ceux du CFE.

  • 126 Ibid., Règlement du syndicat, 30.11.1906.

Tableau 112
Comptes du syndicat (1906)126
(En francs)

Tableau 112Comptes du syndicat (1906)126(En francs)
  • 127 Ibid, SG à l’Enregistrement, 26.2.1906.

134Calculées au pair, plus prime, les obligations Dā’ira remises au CFE compriment d’autant la somme qui lui revient en espèces. S’il lui est dû 117 562 500 F pour 285 000 titres à 412,50 F, il faut soustraire le règlement en titres Dā’ira, de sorte que le montant réellement versé au CFE est de 78 824 625 F. En dehors de l’échange, il a été souscrit 209 900 obligations à 437,50 F. Les souscriptions françaises s’élevant à 92,51 % du total127, elles entrent pour 84 953 089 F dans ce montant.

135Une commission de placement de 1 854 915 F, et une commission de gestion de 1 500 000 F, incluses dans les charges syndicales, vont aux gérants du syndicat.

D. LES RÉCLAMATIONS DES MILIEUX POLITIQUES ET L’EMPRUNT 3 % (1907)

136Vaste opération, la transaction Dā’ira n’est pas encore close. Le prix des actions nouvelles comprend une prime importante exigée pour compenser la perte de 25 543 346 F que subit la Société égyptienne dans l’échange. La prime est fixée à 310 F sur le nominal de l’action, produisant une somme totale de 62 000 000 F et un bénéfice de 36 456 654 F. Naturellement ce bénéfice demeure hypothétique tant que les actions n’auront pas été réalisées sur le marché, c’est-à-dire souscrites.

  • 128 Rapports du c.a. à l’AG extraordinaire du 8.7.905 et à l’AG du 31.1.1906.

137Comment partagera-t-on la prime ? Le conseil du CFE fait des déclarations laconiques et contradictoires à ce sujet128. Avant de prononcer l’admission des nouvelles actions à la cote officielle de la Bourse de Paris, la Chambre syndicale demande des explications. Elle

  • 129 BPPB, Dossier 172/5, de Vemeuil, syndic, à Pestel, 26.6.1906.

« n’a pas à apprécier les avantages et les inconvénients de l’opération dont il s’agit ; elle n’a qu’à se préoccuper de savoir si les actionnaires ont été tenus exactement au courant, et ont donné leur approbation en connaissance de cause »129.

138Le syndic propose donc que le conseil expose à nouveau et d’une façon détaillée les résultats de l’opération à la prochaine AG. Si aucune protestation ne s’élève, la Chambre se contenterait de cette approbation tacite.

  • 130 Ibid., A. Spitzer, administrateur SG, à Cassel, 27.10.1906. L’Actualité financière mène campagne co (...)

139Suarès et Harari, le président de la Société égyptienne, estiment, eux, que personne ne désire d’explications. La Chambre syndicale ne soulève cette question que pour justifier un « refus qui fut pour ainsi dire ordonné par le ministre des Affaires étrangères »130. Ils préfèrent donc éviter de revenir à ce sujet, mais les calculs montrent bien un substantiel bénéfice pour la Société égyptienne.

  • 131 BPPB, Dossier 172/5, Note anonyme, sans date.
  • 132 Rapport du c.a. à l’AG du 31.1.1907.

140Une note non signée révèle la solution adoptée. Le CFE obtient de la Société égyptienne qu’elle réduise le montant de sa cession131. Il est exposé à l’assemblée de 1907 que le montant réel des créances n’était que de 186 100 030 F. On aurait remis à la Société égyptienne la somme convenue en espèces moins les remboursements, soit 138 152 526 F, et le montant nominal des actions nouvelles libérées d’un quart, soit 25 000 000 F. Le solde a servi à garnir la réserve et à couvrir les frais. Quant à la prime, c’est un prix d’estimation que la Société égyptienne a donné aux actions qu’on lui attribuait132.

  • 133 AE, NS Égypte 80, Rapport du consul de Reffye, 28.5.1906.
  • 134 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 15.12.1906.

141Sans attendre une nouvelle demande d’admission à la cote, le consul de France au Caire livre sa propre analyse. Il est remarquable combien son appréciation se modifie dans un laps de sept mois. En mai, il s’inspire largement du rapport de 1906 du conseil : le profit de la Société égyptienne est considéré légitime133. Son rapport confidentiel de décembre est rédigé dans un tout autre esprit. Il ne lui appartient pas, écrit-il, d’examiner la transaction Dā’ira au point de vue financier. C’est sur la diminution de la proportion des capitaux français dans le CFE qu’il veut appeler l’attention. Une grande partie des actions et presque toutes les obligations sont placées en France. Depuis la transaction Dā’ira, la moitié du capital serait entre les mains d’une société « dont les attaches avec les capitalistes anglais et le groupe Cassel ne sont un secret pour personne »134. La représentation française dans le conseil lui paraît insignifiante. Le comité de Paris n’assiste pas aux AG qui se tiennent au Caire.

142Par contre, en Égypte, Suarès, Harari et S. Rolo faisaient partie de la direction de la Daïra Company. Ils ont donc défendu des intérêts en contradiction avec ceux du CFE. Le consul relève alors la question de la prime sous un angle qu’il n’avait pas examiné en mai. Si, d’après le rapport du conseil, 20 700 000 F ont été mis en réserve, et que la prime s’élève à 62 000 000 F, la Société égyptienne aurait encaissé une commission de 41 300 000 F. Tout cela fait regretter que

  • 135 Id.

« les porteurs français de titres du Crédit foncier égyptien, possédant encore la majorité du capital de cette société, ne puissent être groupés par certaines personnalités ou maisons de banque de façon à avoir une part prépondérante effective, et dans les délibérations des assemblées générales et dans le conseil d’administration au Caire »135.

  • 136 Cf. chapitre X.

143Le consul traduit ici la crainte qui s’empare des diplomates français en Égypte face à Cassel et aux financiers locaux. On ne décèle rien d’inquiétant en mai 1906, sans nul doute parce que Cassel est considéré utile en vue du sauvetage en cours des Sucreries. L’attitude des milieux diplomatiques ne se modifie qu’après l’homologation en juin 1906 du concordat qui permet leur survie136.

144La remise des actions à la Société égyptienne s’effectue du 20 au 31 août 1905. Gêné par les déboires des Sucreries, l’acquéreur, comme tout détenteur de papier égyptien, ne peut écouler les actions sur le marché. La Société demeure actionnaire du CFE, un peu malgré elle. La baisse des cours (tableau 131) témoigne de la faiblesse de la demande. L’admission des actions nouvelles à la cote officielle de la Bourse de Paris en mars 1907 élargit leur marché, du moins après la tempête de la crise financière. En dehors de cette tranche, le marché français ne semble pas avoir absorbé d’autres actions.

145Les appréhensions du consul ne sont pas sans fondement. Le fait que la Société égyptienne, afin de tourner la difficulté, distribue à titre de dividende supplémentaire les actions CFE de son portefeuille ne modifie guère la situation : Cassel est le plus important des actionnaires. La défense de l’épargne française devient dès lors le mot d’ordre de l’agence.

146Le moyen d’y arriver consiste à introduire des Français dans les conseils des sociétés égyptiennes qui emploient des capitaux recueillis en France. Le moment propice pour obtenir gain de cause se présente lorsque l’admission à la cote est demandée. Il s’agit d’échanger l’autorisation de figurer parmi les valeurs sur le marché officiel contre la désignation d’administrateurs français. Leur présence est conçue comme garantie des fonds mis en œuvre et du maintien des sociétés dans le giron de l’influence française.

  • 137 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Klobukowski, 2.1.1907.

147De Reffye continue à mettre en garde contre le danger d’une : mainmise anglaise sur le CFE. Des pourparlers pour la fusion avec l’Agricultural Bank auraient eu lieu. Informé qu’Arthur Spitzer, administrateur de la SG et directeur de la banque A. Spitzer & cie de Paris, serait nommé au conseil du Foncier, il croit le personnage « entièrement dévoué à sir Ernest Cassel »137. L’AG du 31 janvier 1907 justifie toutes ses appréhensions. À côté de Spitzer, l’Anglais Sidney Peel est nommé au comité de Paris. Les censeurs français ont des Italiens d’Égypte pour successeurs.

  • 138 SG, Liasse 5502, Note interne sans date (1907).

148Il est indubitable que l’influence de Cassel au sein du CFE augmente en 1907, phénomène qui n’est pas sans rapport avec son intervention dans les Sucreries. L’entrée au conseil de ses collaborateurs Peel et Harari correspond au retrait de Dorizon. Cependant c’est comme représentant de la SG que Spitzer est désigné138. Il occupe le siège qu’elle a au conseil depuis 1898.

149Le consul réitère que le CFE place ses emprunts à Paris à de faibles taux.

  • 139 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à de Valdrôme, 21.2.1907.

« Qu’un apport de capital aussi considérable fait dans des conditions aussi avantageuses doive se payer en influence politique, c’est une question qu’il n’est pas de ma compétence d’examiner »139.

150Transmis à Paris, les rapports ne laissent pas indifférents les AE et les Finances. La recherche de candidats s’engage aussitôt, révélant des divergences qui iront en s’aggravant.

  • 140 Ibid., Pichon à Caillaux, 16.3.1907.

151Le Quai d’Orsay reconnaît que « la haute valeur financière » du CFE justifie l’admission à la cote des 200 000 actions. Mais « au point de vue de nos intérêts généraux et de notre influence en Égypte », la part réduite faite à l’élément français dans la direction de la société ne correspond pas au concours fourni. Son collègue des Finances est prié d’insister auprès de la banque chargée d’obtenir l’admission, la SG, pour que remède soit apporté à cette situation140.

  • 141 EF, F331614, Caillaux à Dorizon, 23.3.1907 ; AE, NS Égypte 80 bis, Caillaux à Pichon, 23.3.1907.
  • 142 EF, B31615, Suarès à Dorizon, 13.4.1907. Le conseil comprend : au Caire, Suarès, président, Beyerlé (...)

152La démarche tentée par les Finances en vue d’une meilleure représentation141provoque une réponse du président du CFE. Suarès s’attache à démontrer que l’influence française est plus prépondérante que naguère au conseil. On y comptait, sur un total de 15 membres, 2 en Égypte et 1 à Paris en 1880, alors qu’en 1907, dans un conseil de 17 membres, 2 siègent en Égypte et 6 au comité de Paris. Journellement renseigné sur la situation de la société et des prêts consentis, ce comité est appelé à se prononcer dans le cas d’opérations importantes. Et Suarès d’énumérer les chefs des divers services de nationalité française142.

153Le jugement du consul est prévisible : le comité de Paris n’a pas d’autorité réelle dans la direction. Il n’a été créé que pour recueillir au meilleur compte de l’argent français dont le comité du Caire règle l’emploi. De Reffye ne lui fait pas grief de procurer à la société des ressources à des conditions inespérées, mais il pourrait, en échange du service rendu, exiger, soit pour lui, soit pour un Français d’Égypte, une plus grande part d’influence. De Reffye ne croit pas trop demander des responsables

  • 143 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Pichon, 22.5.1907.

« qu’ils considèrent comme un devoir envers leur pays, compatible avec celui qu’ils ont envers la société dont les intérêts leur sont confiés, de faire de la puissance financière dont ils disposent un instrument d’influence morale et politique pour la France »143.

154Les capitaux exportés ne sont convertibles en valeurs politiques que si leurs détenteurs en conservent le contrôle.

  • 144 Id.
  • 145 EF, B31615, de Reffye à de Valdrôme, 30.7.1907.

155Il s’ensuit la nécessité de faire contrepoids aux influences locales. Les dirigeants en Égypte, quoique compétents, ne peuvent prendre en mains les intérêts français avec plus de vigueur que ne le demandent leurs obligations contractuelles envers des créanciers. En cas de contradiction entre ces intérêts et les conceptions du conseil du Caire, le nombre de Français est tout à fait insuffisant pour résister aux financiers locaux144. D’autre part, ces derniers étant engagés dans de nombreuses affaires, ils ne sauraient se consacrer exclusivement à la promotion des intérêts français145.

  • 146 SG, Liasse 5494, Comité de Paris au CFE, 8.4.1907 ; BPPB, P.-v. du conseil, 11.4.1907. L’une des co (...)

156L’émission en 1907 de la seconde tranche d’obligations 3 % se rapportant à la transaction Dā’ira est l’occasion de poursuivre ce sujet dans les conditions nouvelles de la crise financière. Dès 1906, le CFE se trouve à court de disponibilités, l’émission de 1905 ayant servi à régler la Société égyptienne. Le CFE est tenu de verser 20 994 100 F au 15 octobre 1907 à la Société égyptienne, laquelle doit payer au gouvernement le solde qui lui est dû. Les banques parisiennes sont d’avis qu’il est impossible dans l’état du marché de tenter une émission et conseillent d’obtenir du gouvernement qu’il accepte le paiement sous forme des 4 % à créer146.

  • 147 EF, B31615, AE aux Finances, 29.5.1907.
  • 148 Ibid, Dorizon à Caillaux, 11.6.1907.
  • 149 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 6.8.1907.
  • 150 Id.

157Le chargé d’affaires se hâte de signaler que l’occasion serait favorable pour obtenir une meilleure représentation de l’élément français au conseil et dans la direction du Caire147. Dorizon répond que l’opération n’est que le solde de l’emprunt de 1905148. Avec regret, de Valdrôme conclut que la partie française se trouve désarmée. Alors qu’il est impossible en Égypte de recueillir des ressources, sauf à des taux usuraires, « l’emprunt consenti par notre marché a tous les caractères d’un véritable cadeau »149. Les dirigeants du CFE en Égypte sont ceux-là mêmes qui ont été incapables de prévoir ou de remédier à la crise : motif supplémentaire pour « nous inciter à réclamer d’autant plus énergiquement la part dans le conseil d’administration à laquelle nous avons droit et qui pourra rassurer nos capitalistes »150.

158Entre elles, les banques françaises négocient les conditions de leur participation à l’émission des 3 % dont l’option est à lever. Le Comptoir se dit intéressé, mais fait observer

  • 151 CNEP, Dossier 328/699, Note d’UUmann sur sa conversation avec Dorizon, 30.5.1907.

« que notre objet était de reprendre au Crédit foncier une situation similaire aux autres établissements – Sté gle et Bque de Paris – notamment une représentation dans le conseil et le contact avec sir Ernest Cassel pour les affaires à traiter en Égypte »151.

  • 152 SG, Liasse 5494, Dorizon à Cassel, 5.6.1907 ; Cassel à Dorizon, 7.6.1907.

159La SG, Paribas et Cassel n’élèvent guère d’objections. Le financier britannique signale qu’un siège a été promis à Gay-Lussac, le contrôleur français de la Dā’ira ; il conviendrait peut-être au Comptoir de le nommer152.

  • 153 Ibid., Contrat, 13.7.1907.

160Cassel, Paribas, la SG et le Comptoir prennent ferme les 100 000 obligations 3 % à 360 F. Les contractants s’engagent dans les proportions de 22,50 %, 33,75 %, 33,75 % et 10 % respectivement153. Un délai de 3 mois est nécessaire avant de procéder à la souscription publique à 390 F.

  • 154 Ibid, Dorizon à Cassel, 6.9.1907.

« L’aggravation des nouvelles marocaines, les appréhensions du gros public qui voit dans cette aventure des éléments de complication et qui craint, dans tous les cas, des dépenses énormes avant que nous en sortions, sont autant de facteurs défavorables »154.

  • 155 Ibid., Compte rendu de la réunion de Spitzer et Minvielle pour la SG, Thors, Chevrant et Chabert po (...)

161Les contractants conviennent d’intervenir sur le marché afin de défendre le cours de 400 F pour les 3 % antérieurement émises155.

  • 156 CNEP, Dossier 328/699, Circulaire, 23.9.1907 ; SG, Liasse 5494, Circulaire, 24.9.1907.
  • 157 SG, Liasse 5494, Assignation, 21.11.1908. En 1922, l’affaire est toujours pendante devant la Cour d (...)

162La précaution n’est pas de trop. Les banques émettrices se soucient de l’écart entre le prix de 437,50 F de 1905 et celui de 390 F. Elles demandent à leurs agences de veiller au maintien du bon classement des obligations anciennes, de prévenir les réalisations des titres déjà cotés et de favoriser les souscripteurs nouveaux156. En effet, les obligataires de 1905 ne se réjouissent pas de subir une dépréciation de 47,50 F. L’un d’eux poursuit la SG pour dommages-intérêts en lui reprochant d’avoir provoqué la baisse des cours157.

  • 158 SG, P.-v. du conseil, 15.10.1907 ; Liasse 5495, Note du 30.10.1907.

163L’émission du 8 octobre 1907 est réalisée en un jour158.

  • 159 SG, Liasse 5494, Règlement du syndicat. Au prix d’achat de 360 F s’ajoute l’intérêt (juillet-septem (...)

Tableau 113
Comptes du syndicat (1907)159
(En francs)

Tableau 113Comptes du syndicat (1907)159(En francs)
  • 160 SG, Liasse 5495, Prix de revient plus l’intérêt.
  • 161 BPPB, Dossier 173/10, Note, 10.3.1908.

164La SG ayant pris 15 000 titres de plus, le public français débourse au total 44 728 232 F. Le CFE est crédité de la somme réelle de 37 690 040 F, plus 15 000 x 364,58 F160 = 43 158 740 F. La Société égyptienne en est pour moitié le destinataire. Son compte chez le CFE est à peu près liquidé : au 31 décembre 1907, il ne lui est dû que 137 500 F161.

E. LE RÉTABLISSEMENT DE L’ENTENTE AUTOUR DU CRÉDIT FONCIER (1907-1908)

  • 162 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 24.10.1907.

165La satisfaction des banquiers émetteurs ne trouve pas d’écho dans les milieux politiques. L’agent diplomatique regrette les conditions dans, lesquelles s’est effectué l’emprunt. Le moment est inopportun pour prêter à l’Égypte et le taux peu rémunérateur, puisque les avances de fonds s’y font au moins à 9 %. Certes les obligataires courent peu de risques, car le CFE demeure solide. Mais il faut, tout en assurant la sauvegarde de l’épargne française, obtenir une part d’influence correspondant à l’apport financier162.

  • 163 Ibid., 4.12.1907.

166Lorsque la Chambre syndicale prononce en principe l’admission des 100 000 obligations de 1907 à la cote, l’agent diplomatique demande que la réponse du Quai d’Orsay soit différée jusqu’à l’AG du 31 janvier 1908, afin d’évaluer les mesures prises pour satisfaire « nos légitimes réclamations ». La crise a fait ajourner un projet de fusion, « funeste aux intérêts français », entre le CFE et l’Agricultural Bank. « La seule garantie que nous possédons contre les influences locales, toujours prêtes à reprendre cette combinaison, me paraît être la modification du conseil actuel »163.

167L’espoir d’obtenir une meilleure représentation française n’est pas irréaliste. Le CFE est à court de ressources ; ses émissions s’effectuent moyennant de lourds escomptes et la crise de 1907 rend aléatoires les appels au marché. Des difficultés touchant l’admission à la cote ne sauraient donc être envisagées de gaieté de cœur. D’autre part, le versement d’un deuxième quart sur les 400 000 actions émises a déjà été appelé le 1er septembre 1906 et le 2 janvier 1907. Le cours des actions s’en ressentirait d’un nouvel appel. Aussi n’est-il pas surprenant que Suarès soulève la possibilité de nommer à la direction au Caire un financier français qui serait appelé ultérieurement à remplacer Beyerlé.

  • 164 Ibid., de Valdrôme aux AE, 27.12.1907 ; AE à de Valdrôme, 18.12.1907.
  • 165 Ibid., de Valdrôme à Pichon, 12 et 13.1.1908 ; AE aux Finances, 13.1.1908.

168De Valdrôme s’en applaudit, pourvu que l’impétrant cumule, comme son prédécesseur, les fonctions d’administrateur-délégué et de directeur général. Toutefois « ce qui importe avant tout, c’est la composition du conseil local »164. S’étant mis en devoir, à la demande du Quai d’Orsay, de trouver des Français qualifiées, le chargé d’affaires fournit des listes, et les AE les recommandent à l’attention des Finances165.

  • 166 Le Progrès (Le Caire), 16.1.1908 ; l’Information, 23.1.1908.

169De leur côté, les administrateurs alexandrins de la National Bank of Egypt, inquiets face à la situation financière du pays, entreprennent une démarche officieuse auprès du gouvernement. Ils lui proposent un projet pour venir en aide aux propriétaires fonciers et les soulager des effets de la crise. Les autorités prélèveraient sur le Fonds de réserve et remettraient au CFE 2 millions de Lég (51 840 000 F) en titres de l’Unifiée d’Égypte et des Consolidés de Grande-Bretagne à 5 % de plus que leur cours du jour. La société paierait 4 % d’intérêt par an et rembourserait le capital en 10 annuités égales. Les titres seraient placés dans les établissements financiers d’Europe pour être négociés graduellement de manière à ne pas provoquer de dépréciation. Le CFE mettrait la somme de 2 millions à la disposition des propriétaires fonciers, dont les demandes ne peuvent être accueillies faute de disponibilités166.

170Dans une interview accordée à un quotidien, Suarès insiste sur l’urgence de prendre des mesures pour combattre le « péril foncier ». La crise, contrairement à ce que d’aucuns maintiennent, n’est pas que financière. La suspension des prêts de son établissement met de nombreux propriétaires dans l’impossibilité de faire face à leurs engagements. L’usure refleurit dans les campagnes. Le spectre des ventes forcées et de la baisse de la valeur de la terre est ici agité.

  • 167 Le Journal du Caire, 22.1.1908.

« Le dernier emprunt, brillamment couvert et qui fut une excellente opération pour le Foncier puisqu’il contracta à 3,95 % pour repasser à 5 % et même à 6 %, n’était pas assez important pour permettre d’avoir en ce moment des guichets ouverts largement »167.

  • 168 Id.,

171Il ne serait pas possible de lancer un deuxième emprunt en si peu de temps. D’où l’importance de l’avance du gouvernement. L’État retirerait un bénéfice de 100 000 livres (2 592 000 F) du fait de la majoration de 5 %, et de 75 000 livres (1 944 000 F) sur la différence de 3/4 % entre le taux d’intérêt de 4 % et le taux des titres compris dans sa réserve168.

  • 169 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichon, 22.1.1908.
  • 170 Ibid, de Valdrôme à Pichon, 25.1.1908 ; EF, B31615, Pichon à Caillaux, 26.1.1908.

172L’agent diplomatique s’empresse de porter à l’attention de Paris ce service évident que rendrait le CFE au gouvernement. L’opération faciliterait la rentrée des impôts en permettant aux cultivateurs d’emprunter et de travailler. Elle profiterait au fonds de réserve du gouvernement169. Tout à l’avantage des intérêts locaux, la combinaison fournit un argument en faveur des modification à apporter à la direction170. Approuvée par les AE, cette interprétation est repoussée par les Finances.

  • 171 EF, B31615, Annotation à la marge de la lettre du 26.1.1908.

« L’opération est surtout avantageuse pour le Crédit foncier égyptien ; c’est un nouveau prêt que lui consent le gouvernement égyptien qui réalise une perte sur la vente de ses titres »171.

  • 172 Ibid., Pichon à Caillaux, 2.2.1908, et annotation à la marge.

173À ce stade, les désaccords entre les deux ministères se précisent. Pichon se rallie à la requête de l’agent diplomatique à l’effet que le nouveau directeur devienne aussi administrateur-délégué, et que des administrateurs et censeurs français soient nommés. À cette communication les Finances répondent froidement : « Il n’est pas à la connaissance de M. Bénac qu’il y ait une vacance dans le conseil d’administration »172.

  • 173 Il entre au conseil en 1904, en même temps que Dorizon.

174Qu’à cela ne tienne, de Valdrôme poursuit ses efforts. Dans une conversation avec Suarès et Thors, administrateur de Paribas et du CFE173 en visite en Égypte, il explique qu’il ne poursuit pas une « politique financière ». Depuis l’entente cordiale, la France avait renoncé à toute visée politique et ne prétendait nullement subordonner les intérêts financiers à une politique quelconque.

  • 174 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 30.1.1908.

« Mais, dans le domaine des affaires, il était bien naturel que nous nous attachions, sans distinction d’influence, au développement de nos intérêts particuliers »174.

175Le CFE a un besoin pressant de se créer des disponibilités. Sa situation du moment permet aux banques parisiennes d’imposer des conditions rigoureuses et un taux d’emprunt assez élevé. Mais la clientèle française bénéficie peu des commissions bancaires, tandis que les taux d’intérêt qu’on leur offre sont dérisoires à côté de ceux qu’on pratique en Égypte. Les dernières considérations de l’agent diplomatique prennent une valeur plus générale, revêtant presque le caractère d’un programme.

  • 175 Ibid, 1.2.1908.

« Je n’ignore pas que notre haute banque trouve l’intervention de cette agence dans ces questions aussi indiscrète que gênante. Mais il me semble que si nous avons quelque intérêt à ne pas troubler inutilement les fructueuses relations d’affaires qu’elle entretient avec les financiers locaux, notre premier devoir doit être de veiller à la garantie de nos capitaux et au maintien de l’influence qu’ils peuvent légitimement nous assurer ici »175.

176Et de conclure, en contradiction apparente avec les déclarations à Suarès et Thors :

« À l’heure actuelle, le plus sûr moyen d’influence que nous possédions en Égypte pour notre politique, c’est l’appui financier qu’on sera, de plus en plus, obligé de venir chercher chez nous ».

  • 176 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 30.1.1908.
  • 177 AE, PA Chevandier de Valdrôme, Defrance à de Valdrôme, 2.2.1908, lettre personnelle.
  • 178 EF, B31615, Pichon à Caillaux, 2.2.1908.
  • 179 AE, PA Chevandier de Valdrôme, Defrance à de Valdrôme, 2.2.1908 ; NS Égypte 80 bis, Caillaux à Pich (...)

177Aux Finances, on se lasse des pressantes instances de l’agence. Caillaux estime préférable de poursuivre les pourparlers uniquement avec les banques. Dorizon et Cassel auraient donné les meilleures assurances au sujet de la nomination d’un Français au poste de directeur. L’AG de janvier 1908 n’a pas à s’occuper de la représentation française176. Ce n’est pas sans amertume que le directeur politique voit le Quai d’Orsay céder le pas aux Finances. Defrance aurait bien voulu que la question soit traitée sur place par l’agent diplomatique. « Je n’ai pu y parvenir, M. Pichon s’étant désintéressé de la chose et M. Caillaux en ayant profité »177. Ce dernier aurait trouvé la désignation d’un directeur assez difficile et écarté l’ultime démarche du Quai d’Orsay178 visant à faire nommer un administrateur et deux censeurs. « J’ai peur qu’on ne lui ait représenté le succès qu’il a obtenu comme trop merveilleux et comme un maximum »179.

  • 180 Le Moniteur des tirages financiers, 20.2.1908.
  • 181 En témoignent maintes notes dont l’agence s’inspire, sur divers sujets, et qui ont été conservées d (...)
  • 182 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 5.3.1908.

178L’aigreur au Quai d’Orsay se dissipe rapidement à la suite de la désignation par l’AG du 31 janvier d’un directeur général au statut éminent. Inspecteur des Finances, Emile Miriel, a occupé de hautes fonctions au ministère : chef de cabinet du ministre Merlou, directeur du personnel et directeur de la dette180. Outre l’autorité qu’il acquerra pendant plus de deux décennies au CFE, il deviendra un conseiller des plus écoutés en matière de défense des intérêts français en Égypte181. On reconnaît vite en lui « le trait d’union tout trouvé entre la haute banque française et le Crédit foncier »182.

179Toutes les parties françaises en cause font le meilleur accueil à Miriel. La détresse de l’Égypte exige l’apport de ressources supplémentaires et l’arrivée du nouveau directeur constitue le gage de la faveur de la place de Paris. Il était essentiel de reprendre les opérations de prêt hypothécaire suspendues depuis le début de la crise, sous peine de la ruine des propriétaires et de l’effondrement de la valeur de la terre.

  • 183 Id.,

180Le gouvernement ne se prête pas à la combinaison proposée par Suarès comportant une remise de titres. Les fonds auraient servi, selon l’agent britannique, à alléger les positions des spéculateurs et des administrateurs du CFE qui se trouvaient engagés dans diverses affaires. Suarès se serait appliqué à sonner l’alarme pour forcer le gouvernement à céder. « Il aurait assombri le tableau et grossi le péril en le représentant comme général, alors qu’un petit groupe seul était atteint »183.

  • 184 PRO, FO 800/47, Grey Papers, Gorst à Edward Grey, 28.3.1908. Cf. chapitre XVI.

181Moins imagé que Gorst, le conseiller financier Harvey avoue que le fonds de réserve du gouvernement ne permettait pas de consentir l’avance au CFE. Il ne peut d’ailleurs prêter son concours à personne184. L’agence britannique semble bien contrainte à se déclarer elle aussi heureuse de l’arrivée de Miriel. Dépourvue des moyens matériels de dénouer la crise de toute autre manière, elle doit se résoudre à accepter ce concours inattendu.

  • 185 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.5.1909.

182Pour sa part, le conseil du Foncier consent à payer le prix d’un emprunt en France. Suarès se félicite de l’arrivée au Caire d’une personnalité de premier plan. De Valdrôme et lui conviennent que l’agence et le CFE étaient « désormais d’accord sur presque tous les points », même si la composition du conseil local demeure préoccupante pour le premier. Il n’est pas inintéressant de noter qu’après le décès de Suarès l’agent diplomatique fera au président le singulier compliment d’avoir prêté un appui loyal au directeur185.

183Dès lors le différend entre les AE et les Finances apparaît sous un autre jour. Le discours des diplomates au sujet de la sauvegarde de l’épargne française et l’extension de l’influence générale de la France importune assurément les milieux financiers. Il n’empêche qu’il rejoint leur souci d’assurer la bonne marche des sociétés faisant appel aux capitaux français. La surveillance des conseils en Égypte, préconisée par la diplomatie pour des raisons qui lui sont propres, ne saurait en rien déplaire à la finance, sous réserve de ne pas démoraliser ou paralyser les éléments locaux qui constituent le lien entre la société et son milieu. Bien plus, la sanction politique ainsi acquise est de nature à faciliter des lancements d’emprunt qui s’annoncent peu commodes. Dorizon répond ainsi en juin 1907 aux reproches de l’agence :

  • 186 EF, B31615, Dorizon à Caillaux, 11.6.1907.

« En ce qui concerne la représentation de l’élément français dans la partie du conseil en résidence en Égypte, nous serions heureux de voir préciser cette demande, notamment sur le nombre complémentaire d’administrateurs français que le représentant de la République au Caire serait désireux de voir participer aux travaux du conseil »186.

184La sincérité de la déclaration n’est pas douteuse, et l’agence aura l’occasion de manifester en 1908 l’heureuse surprise qu’elle éprouve face à l’empressement du CFE à nommer des administrateurs français.

185Il faut donc se garder d’exagérer les divergences entre les AE et les Finances. La politique d’apparence nationaliste des premiers renforce, en dernier ressort, l’action réputée internationaliste des seconds. Si le Quai d’Orsay songe à l’influence générale qui découle de la puissance financière, les Finances et les banquiers se soucient surtout du développement des sociétés à base de capitaux français. Tant que les éléments locaux parviennent à assurer leur bon fonctionnement, les interventions directes sont superflues. Que survienne une crise et l’imposition d’un contrôle plus étroit s’avère opportune. Alors les réclamations des diplomates, quelque gênantes et peu pratiques qu’elles puissent sembler, secondent réellement l’action des financiers.

F. LE CRÉDIT FONCIER ACCLAMÉ PAR LE MARCHÉ : LE GRAND EMPRUNT DE 1908

186Miriel se rend en Égypte en mars 1908. Deux mois plus tard, un important emprunt est lancé sur la place de Paris. Sa nomination n’en était que le prélude. De janvier à mars, Thors séjourne au pays pour inspecter les effets de la crise et préparer l’intervention des banques. L’emprunt de 1908 et les changements ultérieurs dans le conseil et la direction du CFE confirment la primauté de la société en Égypte et son statut de représentant des intérêts français. L’accord est désormais complet entre le Quai d’Orsay, les Finances, le milieu bancaire et les porteurs de titres pour considérer le Foncier comme une espèce de chef de file des capitaux français investis en Égypte.

  • 187 Paris-Bourse, 18.5.1908.

187Nul n’ignore qu’en 1908, au lendemain d’une crise financière et de l’émission d’octobre 1907, un appel au marché ne saurait être entouré de trop de précautions. Avant d’entreprendre l’opération qu’elles envisagent, les banques tiennent à pressentir leur clientèle sur l’accueil qui serait fait aux obligations. Les rapports des agences les convainquent d’éviter une émission publique187. Les guichets des établissements contractants placeront directement les titres et seront rémunérés par une commission. Signataires du contrat de prise ferme, les banques parisiennes constituent le syndicat.

188Cette manière de procéder ne peut aboutir sans l’entrée du CL dans le consortium des banques garantes. Avec son réseau d’agences, les services qu’il rendrait dans une émission de placement direct sont incontestables. Le CL ne s’est pas intéressé au CFE depuis 1886. En 1908, il ne fait pas que participer ; il prend en mains l’opération.

  • 188 BPPB, Dossier 172/5, Paribas à Cassel, sans date ni signature.

« Malheureusement si, à tant de points de vue, ce concours est très précieux, il met les participants des affaires antérieures dans la nécessité de se serrer les coudes, car le Crédit lyonnais connaît très bien la valeur du concours qu’il donne et ses prétentions sont considérables »188.

189Ainsi la crise impose des changements dans la direction du CFE et des réalignements parmi les banques parisiennes qui le parrainent.

190Les anciens syndicataires sont obligés d’accepter des prorata inférieurs à ceux d’antan, car les exigences du Lyonnais laissent peu de place aux négociations. Aussi se refuse-t-il à ce que Cassel conserve sa part habituelle.

  • 189 Ibid., Note manuscrite, sans doute le brouillon d’une lettre de Paribas à Cassel.

« Nous nous sommes beaucoup remué pour sauvegarder votre position, nous avons fait valoir tous vos droits acquis par une longue collaboration et par votre situation spéciale en Égypte »189.

191Paribas et la SG prient l’intéressé de s’en rapporter à elles pour la fixation de son attribution.

192Le Comptoir aussi risque de faire les frais de l’accession du CL au groupe des garants.

  • 190 CNEP, Dossier 328/699, Ullmann à Charles Lazarus, directeur de l’agence de Londres, 13.5.1908.

« D’après une information de bonne source, c’est Rosselli (du Lyonnais) surtout qui voulait nous exclure, afin de porter préjudice à nos agences d’Égypte qui gênent celles du Crédit lyonnais »190.

  • 191 Ibid., Lazarus à Ullmann, 15.5.1908.

193Cassel est mis au courant de ce différend avec le Lyonnais. « Que voulez-vous, dit-il au directeur de l’agence du Comptoir à Londres, on ne peut nier sa prépondérance et dès lors c’est lui qui dicte les conditions »191. Lazarus ne se berce pas d’illusions ; Cassel en parlera à Paribas et la SG, mais ne fera pas de représentations au Lyonnais. En aurait-il la volonté que l’affaiblissement de sa position leur enlèverait tout effet.

  • 192 Ibid, Note d’Ullmann, 13.5.1908 ; SG, Liasse 5476, Minvielle, directeur général, à Dorizon, 13.5.19 (...)
  • 193 CNEP, Dossier 328/699, Note d’Ullmann sur sa conversation avec Dorizon, 27.5.1908.

194Le conseil du Comptoir est unanime à subordonner le concours de la banque à la condition qu’elle soit reconnue comme contractante. Appelé naguère par la SG et Paribas à contribuer dans des circonstances difficiles, il trouve « antiamical » le procédé tendant à l’exclure en 1908192. Dorizon, à qui Ullmann se plaint, affirme qu’il s’est trouvé en présence d’un fait accompli, à savoir un contrat préparé entre le Lyonnais et Thors193.

  • 194 Ibid., Note d’Ullmann ( ?) sur sa conversation avec Turrettini, 31.5.1908.

195Les deux banques auraient vivement insisté pour que la situation de contractant soit maintenue au Comptoir, « ce à quoi le Crédit lyonnais s’était tout d’abord énergiquement opposé par l’organe de monsieur Rosselli »194. Satisfaction est enfin donnée au Comptoir ; mais sa part, comme dans les émissions antérieures, reste inférieure à celle des autres. S’il doit accepter un pourcentage modeste, Cassel en est réduit à la portion congrue, à savoir un prorata constitué par des rétrocessions consenties par les contractants.

  • 195 SG, Liasse 5476, Participations au contrat avec le CFE ; CL, 69AH 77.

Tableau 114
Participations au contrat du 4 % (1908)195
( %)

Tableau 114Participations au contrat du 4 % (1908)195( %)

196On est conscient chez les contractants, de la nécessité d’approvisionner le CFE et l’Égypte en argent frais. Dorizon regrette le taux adopté de 4 % qui oblige toutes les banques à défendre les 3 % et 3 1/2 % en circulation.

  • 196 SG, Liasse 5476, Dorizon à Cassel, 12.5.1908.

« Mais j’ai considéré surtout l’intérêt supérieur de l’Égypte et de l’établissement qui profitera de cette manifestation de confiance que l’intervention du Crédit lyonnais accentuera beaucoup »196.

197C’est avec ces sentiments qu’il accepte pour la SG une part réduite dans le placement. Désintéressé, Cassel estime lui aussi que,

  • 197 Ibid., Cassel à Dorizon, 13.5.1908.

« après tout, la question du coût de l’argent perd beaucoup de son importance en présence de l’intérêt bien supérieur qu’il y a, en ce moment, à fournir de nouveaux capitaux à l’Égypte... L’avènement du Crédit lyonnais dans l’affaire est certainement des plus heureux »197.

  • 198 SG, Liasse 5496, Les quatre banques contractantes à Suarès, 15.5.1908.

198Le contrat pour le placement de 200 000 obligations 4 % est signé le 15 mai 1908. Il comporte une prise ferme de 75 000 titres et 2 options pour 75 000 et 50 000. Le prix de cession est aussi celui de vente au public, soit 470 F. Mais comme le CFE alloue une commission de 25 F, le prix de cession réel revient à 445 F198. Le placement en mai se solde par un grand succès. Levées le 1er juin, les deux options sont réalisées le lendemain. Déduction faite des frais, les 5 000 000 F que procure la commission de 25 F sur les 200 000 obligations permettent la distribution de 2 000 000 F, soit 10 F par obligation, ainsi que des commissions.

  • 199 SG, Liasse 5476, Règlement de l’emprunt ; CNEP, Dossier 328/699, Notes diverses.

Tableau 115
Commissions (1908)199
(En francs)

Tableau 115Commissions (1908)199(En francs)

199Le public débourse 94 000 000 F ; le CFE est crédité de 89 000 000 F moins intérêts, soit 88 756 967 F.

200L’emprunt de 1908 produit une impression des plus favorables en Égypte, surtout chez les propriétaires terriens. Les avances du CFE pourront reprendre.

  • 200 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

« Le succès de notre émission a été accueilli dans toute l’Égypte, aussi bien au Caire et à Alexandrie que dans les campagnes, avec de véritables transports de joie et de reconnaissance »200.

  • 201 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 14.5.1908.
  • 202 Ibid., 19 et 27.5.1908.

201Au mois de mai, un syndicat dirigé par la Banque d’Angleterre ne place à Londres que 300 000 £ (7 500 000 F) d’un emprunt de 1 500 000 £ (37 500 000 F) sous forme d’obligations 3,5 % émis par l’Agricultural Bank. Le succès de l’emprunt du CFE prend alors couleur politique. « Notre influence politique et notre situation morale en Égypte ne manqueront pas de bénéficier de ce contraste »201. La garantie accordée par les banques françaises à un gros emprunt témoigne des ressources de la place de Paris et de l’efficacité de ses services. La presse arabe commente avec approbation une réussite qui contribue à diminuer les effets de la crise et les délégations de notables se succèdent à l’agence pour témoigner leur gratitude202.

III. L’HÉGÉMONIE (1908-1914)

202La crise économique de 1907, en rendant nécessaire le grand emprunt de 1908, modifie la composition du consortium de garants du CEE. Mécontente, l’une des parties prenantes engage autour du CFE des manœuvres enveloppantes dont l’effet, au bout du compte, est de renforcer le contrôle français dans la société.

203Par ailleurs, la crise économique fait surgir sur son terrain d’opérations une banque dont la vocation n’était pas, à l’origine, de lui faire concurrence. Se conjuguent alors les interventions du CFE et de la diplomatie française pour écarter une fâcheuse éventualité. Le Foncier apparaît comme le pôle des investissements français.

A. UNE FAUSSE NOTE : LA MORTGAGE COMPANY DE SIR ERNEST CASSEL

  • 203 Ibid., 19 et 27.5.1908.

204En 1908-1909, les banques et le conseil du CFE vont au-devant des souhaits des milieux politiques en plaçant à la tête de l’entreprise des personnalités françaises de haut rang. « L’état-major de cette société a été francisé »203. Ces décisions découlent des contraintes dues à la crise de 1907.

205Le CFE ayant besoin d’argent, il doit solliciter le marché français. Dans une conjoncture préoccupante, il est de bonne politique d’amadouer le Quai d’Orsay. Par ailleurs, l’émission de 1908 substitue le placement direct à la souscription publique. Elle oblige à recourir aux services du CL et à se plier à ses exigences. Seuls participent au syndicat les établissements dotés d’une puissance éprouvée de placement. Les autres garants sont sacrifiés, notamment Cassel, membre important des syndicats antérieurs dont la garantie est appréciée mais la capacité de placement nulle.

206Le financier britannique se dit heureux de l’adjonction du Lyonnais. En vérité, il souffre mal son exclusion du cercle des contractants et sa réduction à l’état de participant dépendant des rétrocessions d’autrui. Aussitôt fait surface un projet de nature à inquiéter le Foncier. Les banques parisiennes y font front par l’introduction d’administrateurs français au conseil du CFE.

207La lutte est réelle, mais feutrée, car des liens multiples unissent Cassel aux établissements français. La première, et non la moindre en l’espèce, est que Cassel constitue le principal actionnaire du Foncier, soit directement à la suite de la distribution par la Société égyptienne de son paquet d’actions Foncier, soit indirectement à titre de premier actionnaire de la Société égyptienne. Il y a, en outre, le fait qu’au même moment ses collaborateurs en Égypte ont entrepris le relèvement des Sucreries avec l’appui de la SG et Paribas, ainsi que la bienveillance de la diplomatie française.

208Se mêlent à cette question les intérêts politiques divergents que met en mouvement la crise de 1907. Financiers et politiques à Paris conviennent de la nécessité d’accroître la représentation française au sein du conseil local, qui pour préparer l’emprunt de 1908, qui pour renforcer l’influence française. On se hâte de procéder à l’émission de 1908 non seulement pour fournir sans délai des ressources au CFE mais aussi pour couper court aux projets de l’agence britannique.

209En effet, Gorst, pris à partie par les milieux d’affaires et les agriculteurs en raison de l’impuissance de son administration durant la crise, conçoit l’idée de fonder, avec le soutien de Cassel et de la National Bank, une caisse hypothécaire dont le capital serait de source britannique.

  • 204 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.

« L’échec de l’émission de l’Agricultural Bank serait dû en partie à la préoccupation qu’on avait d’amener les groupes indigènes à composition ; on voulait que les banques locales puissent se persuader qu’elles n’avaient aucun secours à attendre de l’extérieur. Les conditions auraient été plus avantageuses pour la constitution de la nouvelle banque et le geste de sir E. Cassel plus auguste »204.

210Le CFE ayant cessé de prêter faute de moyens, la nouvelle société arriverait à point nommé pour prendre sa suite. Les rapports de Gorst avec le Foncier sont déjà peu amènes depuis l’échec du projet de remise de titres en janvier. La menace de la création d’une institution rivale accélère la signature du contrat de l’emprunt de 1908. Son rapide succès contrecarre la proposition de Gorst.

  • 205 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 26.5.1908.

« L’effet moral, la raison d’être immédiate, le but pratique de la banque hypothécaire projetée se trouvent anéantis ou, du moins, gravement compromis par l’initiative de nos financiers »205.

211Toutefois la combinaison n’est pas abandonnée ; Gorst la poursuit activement. Il est manifeste que Cassel, contrarié du peu de cas qu’on fait de lui à Paris dans le syndicat de l’émission, prête son appui à Gorst. C’est pourquoi le conseil du CFE, plus que jamais conscient des attaches de la société avec la place de Paris, est si prompt à désigner des administrateurs français avant même que la mesure ne le lui soit réclamée. Tout en renforçant les liens avec les banques parisiennes et en s’attirant la faveur des milieux politiques français, il fait contrepoids aux délégués de Cassel en son sein, à savoir Harari et Peel.

  • 206 Le cas particulier de l’Agricultural Bank, établissement réglementé par l’Etat, est examiné ci-dess (...)
  • 207 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.
  • 208 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

212Le projet de la nouvelle caisse paraît avoir été improvisé. Les statuts de la National Bank l’empêchent de contribuer au capital d’une telle société206 ou à fournir une garantie. D’autre part, des administrateurs du CFE siègent à son conseil et leur opposition est certaine. Ils constituent l’un des groupes qui dirigent la National Bank. Les promoteurs comptent sur les autres éléments : les Anglais et les banquiers grecs d’Alexandrie qui sont administrateurs de la Land Bank. Ces derniers désapprouvent le plan207 et le conseil décline « très catégoriquement et très loyalement » l’invitation à s’engager208.

  • 209 EF, B31291, de Valdrôme à Pichon, 9.6.1908.

213Cassel annonce alors qu’il se contente d’un patronage purement moral, ce que la National Bank ne se refuse pas à lui accorder. Elle accepte de servir de banquier à la future caisse au même titre et dans les mêmes conditions que pour toutes les sociétés similaires. Ses administrateurs pourront entrer au conseil de la nouvelle banque, mais seulement sous leur responsabilité personnelle. Dès lors le danger d’une concurrence officielle pour le CFE est écarté et la création nouvelle n’aura pas le caractère que Gorst espérait209.

  • 210 Ibid., 3.6.1908.
  • 211 Héliopolis, 10.6.1908.
  • 212 The Egyptian Gazette, 8.6.1908.
  • 213 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.

214Proposition est faite à Suarès de participer à la nouvelle institution210, mais celui-ci trouve à Paris pour le CFE l’apport financier que Gorst avait dû lui refuser. Harari, auquel l’arrivée de Miriel enlèverait l’espoir de succéder à Beyerlé comme administrateur-délégué211, est censé devenir directeur de la nouvelle caisse212. Sa position au CFE est d’autant plus délicate qu’il est reconnu comme représentant des intérêts de Cassel en Égypte, en vertu d’une entente qui lui assure un traitement de 3 000 Lég (77 760 F) par an213.

  • 214 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

215Cassel repousse toute idée de concurrence et offre de faire entrer à la caisse trois administrateurs du CFE : Harari, Peel et Thors. D’ailleurs le refus de la National Bank laisse la société embryonnaire dans un état précaire. « En désespoir de cause, le Foncier a été prié de prendre sous sa protection le nouvel établissement »214. A l’unanimité, en l’absence de Harari, le conseil du CFE rejette la proposition de Cassel.

216Tandis qu’au Caire le projet s’enlise, à Paris est publié un entrefilet qui sonne l’alarme contre un essai de mainmise anglaise sur « le joyau de l’influence française, le puissant levier par lequel elle a pu s’exercer encore avec activité, et conserver sa place en Égypte ». Des « menées sourdes » mettraient le CFE en péril, et tendraient à rééditer le « coup de Suez » de 1875 contre un

  • 215 La Vie financière, 17.6. 1908 ; amplifié dans Anvers-Bourse, 19-21.6.1908.

« établissement bien français, dirigé par des mains françaises, alimenté par des capitaux français, et ramenant chez nous annuellement, sous forme d’intérêts et de dividendes, une part de la richesse de ce pays »215.

217Miriel, auprès duquel le Quai d’Orsay s’enquiert, ne croit pas que Cassel risquerait de déprécier les actions Foncier détenues par la Société égyptienne en perturbant la marche régulière du CFE.

  • 216 AE, NS Égypte 81, Dejean à Pichon, 1.7.1908.

218Le correspondant du quotidien au Caire, Sainte-Claire Deville, signale au gérant de l’agence diplomatique que l’article n’émane pas de lui, mais qu’il a été rédigé à Paris216. C’est sans doute le fait d’une partie hostile à un accord, car Cassel négocie avec le comité de Paris du conseil du CFE. Enfin en juillet, le comité décide qu’une entente avec la caisse n’est possible qu’aux conditions suivantes :

  1. la reconnaissance d’un droit au CFE de désigner deux administrateurs ;

  2. l’interdiction de la cote et du marché de Paris à la caisse ;

    • 217 EF, B31291, Miriel à Caillaux, 14.8.1908.

    l’adoption de mesures pour éviter la concurrence217.

  • 218 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 5.9.1908.
  • 219 Ibid., 8.10.1908.

219Cassel se défend de vouloir nuire au CFE et accepte les conditions. Son désir est d’aboutir à une entente avec l’établissement « dont il est d’ailleurs le principal actionnaire »218. La volonté de composer témoigne de l’échec d’une tentative de faire sur le CFE une pression dont le caractère précis – fusion, remaniement du conseil, etc. – serait mis à jour au moment opportun. Il n’a pas été possible de rédiger un texte en vue de prévenir la concurrence ; « le besoin d’ailleurs ne paraît pas devoir se faire sentir, étant donné le régime de bonne entente admis entre les deux affaires »219.

  • 220 Comptes rendus des rapports aux AG in The Economist dès 1909.

220Cassel se rend en Égypte fin février pour engager les derniers pourparlers. La Mortgage Company of Egypt, fondée le 5 octobre 1908 à Londres au capital de 1 250 000 £ (31 250 000 F)220, ne sera jamais un rival du CFE, mais Cassel ne recouvre pas sa place d’autrefois dans les syndicats de garantie. Quant à la francisation du Foncier, l’épisode ne fait que la confirmer. Il fournit au conseil et aux banques parisiennes de puissants motifs pour donner satisfaction au Quai d’Orsay, pour anticiper même l’expression de ses désirs.

  • 221 AE, NS Égypte 81, Note, 23.7.1908 ; EF, B31615, AE à Finances, 24.7.1908.
  • 222 Pressenti pour prendre la présidence en pleine période de crise, il se tient sur la réserve, avec l (...)
  • 223 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 4.8.1908.

221L’admission à la cote des 200 000 obligations 4 % étant acquise, il s’agit de décider s’il faut demander davantage en matière de représentation française. Le Quai d’Orsay est d’avis de s’abstenir d’exiger des nominations immédiates afin de ne pas entraver l’action de Miriel, mais d’obtenir des engagements pour l’avenir221. On ignore à Paris que, la semaine précédente, le conseil du CFE avait décidé d’attribuer les trois premiers postes vacants d’administrateur à Escoffier222, Benjamin Muller, commissaire français des Domaines, et un représentant du Comptoir résidant en Égypte. Les censeurs se retireraient dès que des Français susceptibles de les remplacer seraient trouvés. « Ces dispositions donnent entière satisfaction à nos desiderata »223. Escoffier est désigné administrateur en 1909, en même temps qu’A.E. Spitzer, le directeur de l’agence du Caire du CNEP. Élu administrateur du CL le 24 novembre 1910, Escoffier réside à Paris mais continue à siéger au conseil du CFE.

222En janvier 1909, suite au décès de Beyerlé, Miriel accède à 1e. fonction d’administrateur-délégué, conformément à l’entente de 1908. Le chargé de l’agence diplomatique ne peut que se louer du résultat de la campagne entamée en 1907.

  • 224 Ibid., Geoffray à Pichon, 5.1.1909.

« Il ne faut pas perdre de vue qu’en Égypte, toute la richesse est foncière et, dans ce pays, où la mise en valeur des terres a subi un élan si brusque, peut-être même trop rapide, tout le monde est plus ou moins tributaire de cet établissement de crédit qui est de beaucoup le rouage financier le plus important. La crise immobilière en a encore augmenté la puissance. Tous les Égyptiens ont, plus ou moins, emprunté et naturellement donné pour gage la seule valeur solide qu’ils possèdent, c’est-à-dire leur terre. Depuis le khédive jusqu’au dernier fellah, tous sont venus, ces derniers temps frapper à la porte du Foncier. Dans ces conditions, c’est un événement pour notre influence de voir la direction générale de la première banque du pays passer entre des mains françaises »224.

  • 225 Ibid, 24.3.1909.
  • 226 AE, NS Égypte 82, Finances à AE, 29.4.1910.
  • 227 Financial News, 1.5.1912.
  • 228 Son concurrent pour la désignation est Maurice Rouvier. L’Information, 15.10.1909.
  • 229 Caillaux devient président honoraire.
  • 230 AE, NS Égypte 82, Geoffray à Pichon, 20.1.1911.

223La série d’heureuses nominations conduit le diplomate à rendre hommage à l’empressement avec lequel Miriel justifie les espérances qu’avait fait naître au sein des milieux français son arrivée en Égypte225. En 1910 un autre inspecteur des Finances, P. Claudio-Jannet, entre au CFE comme secrétaire général226. Il est directeur en 1912 et administrateur en 1914. Le secrétaire général désigné en 1912, Marcel Vincenot, est aussi inspecteur des Finances227. Caillaux lui-même préside le conseil du Foncier de 1909 à 1913, après le décès de Suarès228, et a comme remplaçant en mars 1914 nul autre que Miriel229. Satisfaction complémentaire, Harari230 et Peel ne font plus partie du conseil depuis 1911.

B. LA FIN DES MARCHANDAGES ET LES EMPRUNTS DE 1909-1913

224De si accommodantes dispositions de la part de la direction témoignent de l’importance de la place de Paris. Faute de disponibilités, le CFE ne consent de prêts qu’avec parcimonie. En présence des besoins, il doit se procurer des ressources. Cinq emprunts obligataires se succèdent de 1909 à 1913. Aucun ne nécessite d’efforts particuliers pour trouver des banques garantes ou pour obliger les milieux officiels. À partir de 1908, la comité de parrainage du CFE se stabilise et la sollicitude des autorités financières et politiques de la France ne se dément pas.

  • 231 CL, 69AH 77.

225Le 28 juillet 1909 le CL prend une émission de 21 654 obligations 3,5 % à 460 F. Placés dès le lendemain à 467 F, ces titres coûtent 10 112 418 F au public. Le CFE est crédité de 9 960 840 F ; la différence de 151 578 F constitue la commission de placement231.

  • 232 CNEP, Dossier 329/699, Notes sur la réunion du 2.6.1910.
  • 233 Id. ; SG, Liasse 6456, Rapport sur la réunion.
  • 234 SG, Liasse 5496, Les quatre banques parisiennes au CFE, 17.6.1910.

226La série de 400 000 obligations 3 % à lots de 1886 est épuisée en 17 ans ; celle de 400 000 de 1903 exige 7 ans. L’Égypte constitue le marché principal de ces séries. Il en reste de la seconde un solde de 53 169 obligations. Au siège du CL à Paris, leur placement est discuté entre le CFE et les représentants du CL, de la SG, de Paribas et du CNEP232. Ce dernier proteste contre la modicité de l’attribution de 10 % qu’on lui accorde, chacun de ses partenaires se réservant 30 %. Elle est portée à 20 %233. Une entente intervient aux termes de laquelle le CFE cède 26 585 obligations ferme à 260 F et 26 584 à option au prix de 265 F234. Le bénéfice net doit être partagé par moitié entre le CFE et les contractants.

  • 235 CNEP, Dossier 329/699, Acte syndical, sans date, et Correspondance entre CL et Comptoir, 22.9.1910 (...)

227L’émission s’effectue en Égypte et en Turquie par le truchement des agences du CL et du Comptoir235.

Tableau 116
Obligations à lots 3 % (1910)

Tableau 116Obligations à lots 3 % (1910)
  • 236 CNEP, Dossier 329/699, Règlement, 16.5.1911 ; SG, Liasse 6456, Arrêté des comptes, 14.6.1911.

Tableau 117
Comptes du syndicat 3 % à lots (1911)236
(En francs)

Tableau 117Comptes du syndicat 3 % à lots (1911)236(En francs)

228Il est remis au CFE 14 175 624 F, représentant le prix d’achat et sa part du bénéfice. La commission de placement étant de 2,50 F, les intermédiaires se réservent 132 668 F.

229Une troisième série de 400 000 obligations 3 % à lots est créée en 1910 et émise en Égypte suivant les besoins. Les deux derniers emprunts du CFE de la période sont des opérations presque routinières.

  • 237 SG, Liasse 5476, Notes sur la réunion.
  • 238 CNEP, Dossier 329/699, Note d’Ullmann, 29.11.1911.

230Le 24 novembre 1911, les représentants du CL, de la SG et de Paribas décident de prendre ferme 50 000 obligations 4 % à 471,25 F et de les placer à 490 F237. « C’est le Crédit lyonnais qui a pris la direction de cette affaire. M. Miriel s’oriente vers le Crédit lyonnais »238. Le CNEP doit à nouveau défendre sa position. Le 10 % qu’on lui attribue est porté, après protestation, à 13,5 % à la suite d’une refonte consentie en vue de laisser 10 % au conseil du CFE.

Tableau 118
Obligations 4 % (1911)

Tableau 118Obligations 4 % (1911)

231L’émission est placée entre le 4 et le 8 décembre sans souscription publique, prospectus ou notices. Les guichets des banques offrent les titres directement à la clientèle, selon le mode de l’emprunt de 1908.

  • 239 SG, Liasse 5476, Bénéfice de la SG ; CNEP, 329/699, Bénéfice du CNEP.

232Le public français débourse 24 500 000 F ; le CFE reçoit 23 587 500 F. Outre le bénéfice syndical, une commission de 405 000 F, comprise dans les charges syndicales, est allouée en fonction du nombre d’obligations vendues (8,10 F par titre)239.

  • 240 SG, Liasse 5476, Projet de règlement.

Tableau 119
Comptes du syndicat (1911)240
(En francs)

Tableau 119Comptes du syndicat (1911)240(En francs)
  • 241 CNEP, Dossier 329/699, Notes d’Ullmann, 19 et 20.2.1913.

233Les conditions de l’emprunt de 1911 sont renouvelées dans celui de février 1913, jusqu’aux réclamations du Comptoir pour une meilleure part. Il se voit accorder 21 % de la répartition, alors que chacune des autres banques se porte garante pour 26,33 %241.

234Les banques contractantes écoulent l’émission en moins de deux semaines et s’attribuent une commission de placement de 405 000 F.

235

Tableau 120
Obligations 4 % (1913)

Tableau 120Obligations 4 % (1913)
  • 242 SG, Liasse 6566, Projet de règlement, 11.3.1913 ; CL, 69AH 77.

Tableau 121
Comptes du syndicat (1913)242
(En francs)

Tableau 121Comptes du syndicat (1913)242(En francs)

C. UNE CONCURRENTE MALGRÉ ELLE : L’AGRICULTURAL BANS OF EGYPT

  • 243 Cf. F. Abdel Latif, La Loi des 5 feddāns ou l’insaisissabilité de la petite propriété agricole en É (...)

236L’entrée en vigueur le 4 janvier 1913 de la loi sur l’insaisissabilité de la propriété de 5 faddāns (2,1 ha) ou moins enlève aux petits possédants la faculté d’hypothéquer leurs biens. Inspirée par le Homestead Act américain de 1862, la loi indienne de 1900 et la législation française du 12 juillet 1909 instituant le bien de famille, elle vise, dans sa conception, à empêcher la dépossession du petit agriculteur243. Chemin faisant, elle lui retire le gage qu’il peut donner et, par conséquent, la possibilité d’emprunter. Elle rend inaccessible à l’ABE une catégorie de clients. Sans la garantie de pouvoir exproprier le débiteur pour le recouvrement de sa créance, elle serait amenée à stopper certains types de prêt.

237La situation de la banque est déjà ébranlée par les séquelles de la crise de 1907. Elle demande donc au gouvernement la modification de ses statuts en vue de l’autoriser à pratiquer le prêt hypothécaire à d’autres catégories de propriétaires. Le CFE et la Land Bank qui occupent déjà ce terrain soulèvent des objections fondées sur le fait que l’ABE, créée dans un but précis avec le soutien de l’État, leur ferait une concurrence déloyale. Si l’on retient qu’elle est dans la mouvance de Cassel, son actionnaire le plus important, l’intérêt de ce conflit n’en est que rehaussé. Le CFE et l’agence diplomatique s’unissent pour repousser l’empiétement d’un établissement jouissant, sur les plans officiel et privé, d’un patronage si redouté.

238Parmi les banques, l’ABE a un statut particulier. C’est la National Bank qui commence à prêter aux petits propriétaires de modestes sommes remboursables à court terme. Ce genre d’emploi n’est guère recherché, tant est grande la crainte que le fallāh ne respectera pas les échéances. Le CFE se détourne des prêts de moins de 300 Lég (7 776 F) en raison des frais – de 60 % à 200 % d’une petite créance – qui s’attachent aux recouvrements par la voie judiciaire.

  • 244 Rapport du c.a. à l’AG du 23.2.1904.
  • 245 Statuts.

239Bien vite les ressources de la National Bank font défaut. Le ministère des Finances dénombre 1 026 081 contribuables qui acquittent l’impôt foncier, dont plus de 96 % sont propriétaires de 20 faddāns (8,4 ha) ou moins, et plus de 85 % possèdent 5 faddāns ou moins (2,1 ha)244. L’ABE est fondée le 17 mai 1902 pour s’occuper de crédit agricole et de crédit foncier. Elle consent deux genres de prêts245 :

  1. des avances de catégorie « A » (prêts sur signature) ne dépassant pas 20 Lég (518,40 F) chacune, recouvrables en 15 mois au plus tard et reposant uniquement sur le crédit et la signature de l’emprunteur ;

  2. des avances de catégorie « B » (prêts hypothécaires) ne dépassant pas 500 Lég (12 960 F) chacune, recouvrables en 10,5 années (20,5 depuis 1906), garanties par première hypothèque sur des terres d’une valeur au moins double du montant de l’avance.

  • 246 Rapport du c.a. à l’AG du 25.2.1907.

240L’appui de l’État confère à l’ABE un caractère semi-officiel. Les percepteurs du fisc se chargent du recouvrement des prêts, moyennant une commission de 0,5 % et le paiement par la banque des frais du personnel employé pour ce service. Le gouvernement garantit à l’ABE un bénéfice annuel net de 3 % du capital engagé dans les prêts aux agriculteurs et délègue auprès de la banque deux commissaires. En 1906, il étend sa garantie à la dette obligataire, facilitant ainsi le placement des emprunts246. Le président de l’ABE est le gouverneur de la National et 3 de ses 7 administrateurs sont choisis parmi ceux de la National.

241Le capital de l’ABE est fixé à 2 500 000 £ (62 500 000 F) ; la partie émise consiste en 248 000 actions de 5 £ (125 F), 2 000 parts de 5 £ (125 F) et 62 500 actions privilégiées 4 % de 10 £ (250 F).

  • 247 Acte préliminaire d’association, 17.5.1902.

Tableau 122
Souscriptions actions ordinaires247

Tableau 122Souscriptions actions ordinaires247
  • 248 BPPB, Dossier 173/10, E. Moret, sous-directeur, à E. Noetzlin, administrateur. 31.3.1904 ; Paribas (...)

242En 1906, le capital est porté à 3 740 000 £ (96 940 800 F). Aucun titre de l’ABE n’est coté à Paris. En mars 1904, elle songe à émettre un emprunt de 2 500 000 £ (62 500 000 F) à Paris. Les discussions achoppent sur la question de l’imposition fiscale et l’opération est réalisée à Londres248.

243A peine fondée, l’ABE s’éloigne de ses objectifs. Le nombre des avances consenties fléchit, tandis que la moyenne unitaire augmente.

  • 249 Bilans.

Tableau 123
Prêts consentis durant l’exercice249

Tableau 123Prêts consentis durant l’exercice249

244La compression s’opère au détriment du petit emprunteur : le portefeuille tend vers le prêt au montant de plus en plus élevé, fournissant ainsi quelque fondement aux préoccupations des autres banques hypothécaires.

  • 250 Rapport du c.a. à l’AG du 31.3.1915.

245La crise de 1907, suivie en 1909, de la mauvaise récolte du coton, entraîne l’augmentation du montant des annuités en retard – 3,1 % en 1906, 74,4 % en 1914/1915 – et la diminution du taux de recouvrement sur arriérés – 91,4 % en 1906, 30,1 % en 1914/1915250. Les frais généraux de cette banque qui est contrainte d’avoir des succursales dans tous les districts ruraux s’alourdissent par rapport au volume des affaires. En 1908 apparaît un poste indésirable : les saisies des biens immeubles pour défaillance des débiteurs. C’est le symptôme révélateur d’un mal profond.

  • 251 PRO, FO 407/174, Confidential Print 9699 ; PP (1911) CIII.

246Il se dégage du rapport du conseiller financier Harvey de mars 1909 la conclusion que l’ABE a favorisé l’endettement des cultivateurs et que les avances ont servi davantage à l’achat de terres qu’aux dépenses propres à la culture. Le président de la banque admet que l’usure renaît et que les débiteurs doivent y recourir parfois... pour acquitter les annuités dues à l’ABE251.

  • 252 Journal du Caire, 9.10.1909.
  • 253 AE, AP Le Caire 228, Note de F. Charles-Roux, octobre 1909.

247La banque se consacre à faire rentrer ses créances et à obtenir gain de cause dans les procès qu’elle intente, occupation absorbante car plus de 8 000 sont en cours252. Les exécutions de débiteurs lui valent les condamnations de la presse qui l’accuse de se substituer aux usuriers qu’elle entendait chasser. A l’agence diplomatique française, on reprend le jugement à son compte : « c’est en réalité une rentable affaire d’expropriation rationnelle qu’elle dirige »253.

  • 254 La Bourse égyptienne, 18.1.1910 ; l’Actualité financière, 18.3.1910.
  • 255 PRO, FO 407/179, Confidential Print 10294, Mémorandum de W. E. Brunyate, conseiller khédivial, sept (...)

248À la tête d’une entreprise stagnante, la direction donne prise à des jugements sévères254. La diminution du nombre de prêts accordés se poursuit, si bien que l’ABE ne sait que faire de ses disponibilités. Plus de 30 % du capital n’est pas utilisé255.

249Ostensiblement la loi des 5 faddāns vise à défendre le petit propriétaire. Elle n’en a pas moins l’allure d’une mesure destinée à sauvegarder l’ABE. Cette dernière est incitée à ne plus prêter à une catégorie qui ne lui vaut que des pertes, à se tourner vers des emprunteurs nantis de meilleurs gages et à devenir un Crédit foncier. L’ABE est poussée sur le terrain de la concurrence avec les sociétés déjà établies. Depuis le début, les avances de type « A » n’ont représenté qu’une faible partie du portefeuille de prêts. La loi de 1913 les réduit davantage.

  • 256 Rapport du c.a. à l’AG du 31.3.1913.

250Un arrangement conclu avec le gouvernement en mai 1913 permet de modifier les statuts et les conditions qui régissent les opérations de la banque256. Il autorise l’élévation de la limite des prêts à 200 Lég (518,40 F) pour les prêts A et à 1 000 Lég (25 920 F) pour les prêts B. L’ABE pourra employer ses ressources dans des placements en titres ou dans des prêts hypothécaires de premier rang. Ce faisant, elle s’aventure sur le territoire des autres Crédits fonciers. Leur réplique ne se fait pas attendre.

D. LA REACTION DU CFE ET DE LA DIPLOMATIE FRANÇAISE

251La note du conseiller financier sur l’accord, transmise à titre confidentiel à Miriel, soulève de la part de ce dernier de très nettes objections. L’administrateur-délégué dirige sa critique principalement contre la dernière disposition. L’ABE abandonnerait son rôle qui consiste à faire des avances aux petits cultivateurs pour entrer dans le domaine des prêts hypothécaires à long terme. Il ne s’agit plus d’alléger sa trésorerie et d’employer ses disponibilités. C’est un changement complet d’orientation et l’appui du gouvernement ne saurait se justifier puisqu’il

  • 257 AE, NS Égypte 84, Note de Miriel, 27.3.1913.

« viendrait – au seul bénéfice d’une entreprise privée – rompre les conditions de libre concurrence à l’abri desquelles d’autres capitaux se sont – bien avant l’Agricultural Bank – engagés en Égypte »257.

  • 258 Ibid., Defrance à Pichon, 28.3.1913.
  • 259 Ibid., Pichon aux Finances, 1.4.1913.

252Kitchener, l’agent britannique, reconnaît le préjudice aux établissements existants258. Sans les convaincre, le conseiller financier E. H. Cecil assure l’agent français et Miriel que l’ABE ne pourra employer pour les prêts libres que la partie de son capital non garantie par l’État259.

253Defrance est persuadé que les autorités ont été contraintes de se prêter à une entente dont elles n’étaient pas partisanes. De fait, une campagne est entreprise par certains hommes d’affaires de Londres, Cassel en tête, contre la loi des 5 faddāns et Kitchener lui-même.

  • 260 Ibid., Defrance à Pichon, 4.4.1913.

« L’arrangement destiné à sauver l’Agricultural Bank, qui souffre non seulement de la loi des 5 feddans mais surtout de l’incapacité de ses directeurs et administrateurs locaux, presque tous fils de famille sans aucune expérience envoyés en Égypte pour y occuper des situations bien rétribuées, a donc été vraisemblablement imposé au Foreign Office par les banquiers de la Cité, à lord Kitchener par le Foreign Office, au conseiller financier par lord Kitchener, et aux ministres égyptiens par le conseiller financier »260.

  • 261 PRO, PRO 30/57/42, Kitchener Papers, Carl Meyer à Rothschild, 22.7.1912.
  • 262 PRO, FO 407/179, Confidential Print 10294, Mémorandum de Brunyate, septembre 1912.

254L’agent force la note. En premier lieu, la City a confiance e : n Kitchener261. En second lieu, le petit prêt n’est pas synonyme de rentabilité. La loi des 5 faddāns fait moins de tort à la banque que d’aucuns pensent. Certes les 1 250 000 propriétaires de moins de 5 faddāns lui sont retirés comme clients, mais cette catégorie n’est pas de tout repos, d’autant plus que 750 000 d’entre eux ne possèdent en moyenne qu’un demi faddān. L’ABE gagnerait à travailler avec les 500 000 propriétaires de 5 à 10 faddāns (2,1 à 4,2 ha) et ceux du même nombre qui possèdent de 10 à 20 faddāns (4,2 à 8,4 ha)262.

  • 263 AE, AP Le Caire 227, Cecil à Defrance, 21.4.1913.

255Le conseiller financier continue à rassurer : seul le capital constitué sans garantie de l’État peut être affecté aux prêts hypothécaires. En outre, le gouvernement ne garantit pas le remboursement de ces avances et ne prête pas son concours pour l’encaissement des sommes restées impayées263.

  • 264 AE, NS Égypte 84, Defrance à Pichon, 8.5.1913 ; Note de Miriel. 30.4.1913.
  • 265 Ibid., Cecil à Defrance, 11.5.1913.

256Les nouveaux statuts donnent satisfaction à la partie française sur ce plan. L’ABE ne jouit d’aucun traitement de faveur pour les prêts ordinaires. Miriel exige que les rétrocessions à d’autres sociétés hypothécaires de fonds provenant d’obligations garanties soient interdites264. L’ABE ne serait pas autorisée à faire des prêts ordinaires par l’entremise de tiers avec des ressources garanties. Le conseiller financier donne l’assurance que les obligations à émettre à l’avenir ne seront pas garanties par le gouvernement et ne pourront être converties en obligations garanties265.

  • 266 Ibid, Defrance à Pichon, 22.5.1913 ; CFE à Pichon, 11.6.1913.

257L’ABE serait dans son droit si elle ne prêtait ses fonds disponibles qu’à l’établissement de son choix – par exemple, la Mortgage Co. – mais « le principal danger éventuel », l’augmentation des fonds garantis, est écarté. Bien qu’il estime la libre concurrence atteinte, le CFE décide d’attendre pour voir si les fonds libres se dirigeront vers un établissement déterminé266.

  • 267 Ibid, Defrance à Pichon, 8.5.1913 ; Note de la Land Bank, 30.4.1913.

258Si la Land Bank a les mêmes desiderata que le CFE, il est un sujet sur lequel elle ne peut infléchir la résolution des promoteurs des amendements aux statuts. Sa requête n’est vraiment pas discutée, et pour cause, car elle n’accepte pas l’élévation du maximum des prêts B à 1 000 Lég. Sans illusions, Defrance soumet au conseiller financier la note qu’elle lui remet267.

  • 268 Ibid, J. Charles-Roux à Pichon, 18.5.1913.
  • 269 Cf. tableau 34, p. 101.

259La Land Bank considère lésés ses intérêts, voire ceux de la France268. Elle s’estime menacée par une clause qui permet à l’ABE d’envahir le créneau qui est le sien : le prêt au propriétaire moyen269. Un concurrent représentant des intérêts particuliers bénéficierait de privilèges qu’aucune considération d’ordre général ne justifie. La banque demande enfin que le maximum de 1 000 Lég des prêts garantis soit entendu par propriétaire et non par propriété. En contractant des emprunts sur plusieurs domaines ou en subdivisant un grand domaine en petits lots, un gros propriétaire pourrait obtenir plus d’une fois de l’ABE le maximum statutaire de 1 000 Lég.

  • 270 AE, NS Égypte 84, Charles-Roux à Pichon, 5.6.1913 ; Defrance à Pichon, 3.7.1913.

260L’agence et le Quai d’Orsay ont accordé la priorité aux revendications du CFE dont le souci était d’empêcher l’emploi des fonds garantis dans les prêts libres et l’augmentation de ces fonds. Les appréhensions de la Land Bank n’ont pas paru justifiées. Un propriétaire en mesure d’emprunter plus d’une fois 1 000 Lég sur ses domaines n’ira pas contracter plusieurs emprunts à l’ABE car ses conditions pour ce genre d’avance sont, de par ses statuts, moins avantageuses que celles des autres sociétés hypothécaires270.

  • 271 Administrateur de l’ABE et de la Mortgage Co.
  • 272 Ibid., Fouchet, gérant de l’agence, à Pichon, 26.9.1913.

261L’assemblée de l’ABE approuve les modifications aux statuts le 2 juillet 1913. Aussitôt le président F.T. Rowlatt et Harari271 partent rencontrer Cassel à Londres. Il en résulte une entente suivant laquelle l’ABE consent à la Mort-gage Co. une avance de 400 000 £ (10 000 000 F) à 5 – 5,5 % et s’engage à mettre à sa disposition, moyennant intérêt à convenir, les sommes qu’elle n’emploie pas. La Mortgage Co. assurerait le service du placement et du recouvrement des prêts. L’ABE réduirait ses frais d’administration par un arrangement qui laisse présager, « sinon une fusion véritable, du moins une alliance étroite entre ces deux établissements »272.

  • 273 Ibid., Defrance à Pichon, 27.11.1913 ; Fouchet à Pichon, 26.9.1913.

262Deux mois plus tard, un nouvel accord est conclu. L’ABE réalise l’achat d’un paquet d’actions de la Mortgage Co. Elle se limiterait dorénavant aux prêts de faible importance. Toutes les opérations hypothécaires de plus grande échelle, que ses statuts amendés lui autorisaient, seraient laissées à la Mortgage Co.273. L’ABE se prépare aussi à consentir des crédits à la Caisse hypothécaire d’Égypte, au Crédit foncier d’Orient et presque certainement à la Land Bank. Elle offre à cette dernière une avance assortie de l’exercice d’une sorte de contrôle. De tels développements ne laissent pas l’agence indifférente.

  • 274 Ibid., Defrance à Doumergue, 17.12.1913 et 4.2.1914.

263De fait, Defrance, ayant eu connaissance de la tenue de pourparlers entre l’élément britannique de la Land Bank, prend l’initiative de mettre celle-ci en rapport avec le CFE. La négociation produit une entente aux termes de laquelle les deux banques prennent l’engagement de ne pas se faire concurrence et d’échanger des renseignements. Le CFE avance à la Land Bank 3 375 000 F, et des pourparlers se poursuivront pour la conclusion d’un accord plus étroit et définitif. L’agent entrevoit éventuellement la subordination relative de la Land Bank au CFE et l’inclusion dans son conseil de certains administrateurs de ce dernier. La Land Bank pourra bénéficier pour ses emprunts de la faveur dont jouit à Paris le CFE. Si la Land Bank doit accepter un contrôle, mieux vaut qu’il soit français274.

  • 275 Agence européenne, 28.1.1914 ; la Vie financière, 27.2.1914.
  • 276 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 4.2.1914.

264Le CFE précise la portée de l’accord : il n’est question ni de partager les prêts ni de constituer un syndicat commun pour les émissions d’obligations. L’arrangement se limite à une simple avance de fonds275. Il en va de même pour le CFO, auquel le CFE fournit des liquidités276.

265Les objectifs du CFE et de l’agence ne sont pas, du moins à court terme, similaires. Tout en trouvant un emploi pour ses disponibilités, la banque donne un coup d’arrêt à la politique de l’ABE. Envahissante, cette dernière tend à la constitution d’un groupe. Le CFE a déjà eu maille à partir avec Cassel et le renforcement de la Mortgage Co. ne peut qu’éveiller ses soupçons. Néanmoins sa réaction se résume à des gestes visant à prévenir la formation d’un groupe rival, non à créer le sien. Elle le place sur une trajectoire susceptible de conduire à ce résultat, mais tel n’est pas la motivation à court terme.

  • 277 Ibid., Defrance à Doumergue, 17.12.1913.

266L’agent voit plus loin ; il est, à tout le moins, plus pressé. À ses yeux, le nombre de sociétés hypothécaires en Égypte est hors de proportion avec les besoins réels du pays. Des banques de deuxième ordre se font une concurrence acharnée. D’un autre côté, le resserrement du crédit en Europe signifie que les établissements faibles ne peuvent se procurer de fonds dans des conditions raisonnables. Leur liquidation ou absorption n’est donc pas à exclure. Il semble que les opérations hypothécaires sont appelées à connaître une monopolisation croissante. L’accord intervenu entre l’ABE et la Mortgage Co. est un indice d’une concentration des capitaux britanniques. Le CFE et la Land Bank pourraient former le groupe le plus important, apte à absorber les banques secondaires et devenir le maître incontesté du marché égyptien277. Vision audacieuse, elle n’est pas, ou pas encore, celle du CFE. La taille du tandem ABE-Mortgage Co. n’est pas de nature à lui susciter de graves ennuis dans l’immédiat.

267Moins qu’un dessein réfléchi, ce sont les difficultés inhérentes à sa mission et les séquelles de la crise de 1907 qui font sortir l’ABE de ses attributions et l’amènent à se heurter à d’autres sociétés. Affaiblie dans ses forces vives, incapable de se relever dans le cadre de ses statuts, elle prend texte de la loi des 5 faddāns pour se faire reconnaître une nouvelle vocation. Évacuant le territoire miné des petits prêts, elle se retrouve sur le terrain des prêts hypothécaires, malheureusement déjà occupé par d’autres. Leur opposition impose de strictes limites à son activité libre. Alors s’ouvre une période de réalignements durant laquelle l’ABE monnaie les avantages circonscrits mais réels qu’elle a obtenus. A la recherche de partenaires, elle doit se contenter de la Mortgage Co. et ne réussit pas à aller au-delà du giron des intérêts Cassel. L’action contraire du CFE et de l’agent français s’exerce à nouveau pour lui barrer la route.

E. UN DERNIER TROPHÉE : LES DÉPOUILLES DE L’AEGYPTISCHE HYPOTHEKEN BANK

268Si les banques auxquelles Cassel est associé inquiètent le CFE, il en va tout autrement de l’AHB, établissement d’une envergure modeste qui ne peut rivaliser qu’avec les petits établissements de création récente. Le pays d’origine de ses capitaux et des banques qui le parrainent attirent sur lui une attention à laquelle il n’aurait pas eu droit à première vue.

  • 278 AE, NS Égypte 80 bis, Klobukowski à Pichon, 3.1.1907.
  • 279 EF, B31291, Geoffray à Pichon, 7.1.1909.
  • 280 Ibid., Ribot à Pichon, 8.12.1909.

269Fondée par la Dresdner Bank, la Deutsche Orient Bank, dont le siège est à Berlin, a des agences au Caire, à Alexandrie, Ṭantā, Banī Suwayf et al-Minyā. Son capital de 16 millions de Marks (19 701 961 F) est détenu par la Dresdner, la Schaafhausenscher Bankverein et la National Bank fur Deutschland. Son directeur, fils du directeur de la Dresdner, Herbert M. Guttman, entreprend en 1907 un voyage d’affaires qui le mène en Égypte, au Soudan, en Palestine, en Syrie, en Mésopotamie et en Perse278. L’Orient Bank essaime et ses agences pratiquent des taux d’escompte, de commission et d’avances moins élevés que ceux du CL et du CNEP. Elles consentent à travailler à perte au début afin d’attirer le client, la moins-value initiale étant passée par le compte des dépenses publicitaires279. L’Orient Bank aurait fait sa situation au Caire « en acceptant les affaires dédaignées par les banques concurrentes, établies dans ce pays depuis plus longtemps »280.

  • 281 Ibid., 15.12.1909.

270Guttmann étant au Caire en novembre 1909, il s’active pour mettre sur pied une société de prêt hypothécaire qui, suppose désobligeamment le diplomate français, prendrait à sa charge les mauvaises affaires dont l’Orient Bank a encombré son portefeuille par manque de discernement. Il négocie en vue d’obtenir du gouvernement l’autorisation d’émettre, comme le CFE et la Land Bank, des obligations pour 5 fois la valeur de son capital281.

271L’Orient Bank offre des facilités que nul concurrent n’ose consentir pour les opérations sur coton. Elle conquiert ainsi une clientèle qui serait vraisemblablement celle de la future banque hypothécaire. L’audace de ses procédés

  • 282 Ibid, de Reffye à Pichon, 13.5.1910. Cf. aussi AE, NS Égypte 25, Ribot à Pichon, 22.5.1910.

272- crédits accordés sur titres peu sûrs, crédits à découvert, taux élevés d’intérêt sur dépôts, escomptes faibles sur le papier commercial – la distinguerait des autres banques locales, elles-mêmes peu conservatrices. L’Orient Bank « ayant des attaches officielles », ses méthodes pour se valoir la confiance des clients ne seraient « qu’une des phases de la politique insinuante de l’Allemagne »282.

273Autorisée par le décret du 13 mai 1911, l’AHB est fondée comme société anonyme égyptienne. Son capital de 500 000 £ (12 560 000 F) – un quart versé – est divisé en 20 000 actions.

  • 283 Acte préliminaire d’association, 7 et 8.2.1911.

Tableau 124
Souscripteurs actions AHB283

Tableau 124Souscripteurs actions AHB283
  • 284 Le Progrès (Égypte), 11.6 et 26.10.1911.

274L’AHB est une filiale de l’Orient Bank, tout comme cette dernière est une filiale de la Dresdner. La nouvelle société hypothécaire est placée sous le contrôle de la succursale du Caire de l’Orient Bank. La première AG doit désigner l’Orient Bank fiduciaire (trustée) et garante de l’AHB284.

275À l’idée que l’AHB puisse chercher des capitaux en France, le gérant de l’agence diplomatique française oppose le risque que court l’épargne, le préjudice que ces placements causeraient aux banques françaises et l’inopportunité de renforcer un établissement allemand.

  • 285 AE, NS Égypte 83, Ribot à de Selves, 31.10.1911.

« Un échec de la tentative germanique de prendre pied en mat : ère hypothécaire en Égypte servirait au contraire nos intérêts politiques en montrant au public indigène le vide qui existe réellement derrière l’action financière que les capitalistes allemands ont émis la prétention d’exercer dans ce pays »285.

  • 286 Rapport du c.a. à l’AG du 5.2.1918.

276Le vœu du diplomate est exaucé, quoique d’une manière imprévue, lorsque le déclenchement de la guerre de 1914 entraîne la liquidation forcée des entreprises allemandes. Le CFE achète les créances de l’AHB, mises aux enchères par le gouvernement en 1917, pour 5 443 940 F286.

F. LES RÉSULTATS DES DEUXIÈME ET TROISIÈME PÉRIODES (1898-1914)

277Les succès que remporte le CFE sur le plan des emprunts contribuent d’une manière décisive aux résultats de ses activités de 1898 à 1914. Ces années tranchent avec la difficile progression de la première période. La société importante, mais inerte, du début se transforme en grande institution financière, véritable pilier de la propriété foncière de l’Égypte. Elle connaît une croissance notable, même avant de réaliser le but premier de sa fondation, à savoir la vente des domaines de l’État. Au bout de 34 ans, elle a accordé près de 1,78 milliard de F en prêts hypothécaires, à la grande propriété principalement. Pour les quatre cinquièmes, ces prêts sont sur des gages ruraux et d’une durée de 10 à 30 ans (tableau 126).

278Deux facteurs entrent en ligne de compte pour expliquer cette croissance. D’une part, l’économie égyptienne évolue dans un sens favorable. La phase dépressive des années 1880 et 1890 fait place à la relative prospérité du début du siècle. La construction du réservoir d’Aswān et des barrages d’Asyūt, de Ziftā et d’Isnâ se conjuguent à l’introduction de l’irrigation pérenne et à la hausse des prix pour valoriser la terre. L’Égypte semble enfin en mesure de payer les intérêts de sa dette publique sans être réduite au dénuement. D’autre part, le mouvement de l’économie égyptienne est synchrone de celui des pays qui lui exportent des capitaux. Le krach de la Bourse de Paris de 1882 précède de quelques mois le début d’une longue période de crise en Égypte. Quant à la reprise de la fin du xixe siècle en Europe, elle correspond à celle de l’Égypte. Les graves difficultés du pays lors de la première période sont amplifiées par l’atonie qui prévaut sur les marchés financiers européens ; en revanche, sa reprise l’est également par l’afflux des capitaux étrangers.

279Les sociétés en Égypte reflètent ces développements. Les maux de l’économie les affectent. Privées de ressources, elles le sont aussi des occasions pour des emplois rémunérateurs. L’évolution du CFE ne relève pas mécaniquement de la conjoncture : le trait distinctif de sa situation s’avère être sa capacité de résister à la crise de 1907, non sans avoir à en subir certains de ses contrecoups, comme les arriérés et la réapparition du poste Immeubles. Avant 1907, le CFE semble porté par l’amélioration de l’économie égyptienne et les dispositions favorables des marchés financiers, français notamment. Après le choc du resserrement sur les places européennes, consécutif à la crise, le CFE parvient à fonctionner quasiment comme avant.

280L’explication réside dans l’intervention accrue, voire la prise en charge, par les grandes banques parisiennes. Elles lui permettent de puiser en France les ressources indispensables à la poursuite de ses activités. En effet, la demande de prêts hypothécaires ne faiblit pas. Les emprunts émis à Paris le mettent en état d’y répondre et de maintenir, sinon de renforcer, sa position.

281Les années 1898 à 1907 représentent le moment de l’éclosion du CFE. Ressources et emplois augmentent rapidement, et fructueusement. Le montant des obligations en circulation quadruple, celui des prêts en cours quintuple. L’opération Dā’ira y entre pour beaucoup dans ce résultat, mais n’en est pas la cause unique, car la tendance est déjà établie. Il est vrai que la prime que la société s’oblige à payer à ses obligataires à l’échéance de leur titre augmente au même rythme. Fait notable, les arriérés demeurent faibles, et aucun gage n’est saisi (tableaux 127 et 128). Ce sont des critères reconnus de bonne santé d’une société de prêt hypothécaire. Par ailleurs, le Foncier profite, en règle générale, d’un écart plus grand entre le taux moyen de ses prêts et le taux moyen de ses emprunts (tableau 100).

282La structure financière du CFE est profondément modifiée par le gonflement de la dette obligataire. Le ratio des obligations par rapport aux fonds propres bondit de 1898 à 1903, avant de diminuer sous l’effet des augmentations du capital (tableau 132). Si la somme totale de la dette obligataire s’accroît, le coût de l’endettement sur une base annuelle, d’abord stable, est ensuite à la baisse (tableau 132). Il faut y voir le résultat d’une minoration de la charge du service de la dette relativement aux revenus bruts dont elle est soustraite. Le CFE emprunte plus mais, en tenant compte de ses bénéfices bruts, se trouve grevé de frais moins lourds en matière d’annuités à payer à ses créanciers.

283Le fait que la société ait retiré de substantiels avantages de son endettement se vérifie dans le calcul capital pour un Crédit foncier que constitue l’effet de levier (tableau 132). De 1901 à 1903, la marge bénéficiaire de la société atteint, plus de 20 ans après sa fondation, des niveaux enfin respectables, sans que l’on puisse les qualifier d’exceptionnels. Elle enregistre une baisse en 1904, 1905 et 1906 à la suite des augmentations du capital, mais se maintient à un niveau relativement élevé jusqu’en 1914. L’endettement accentue donc la rentabilité, réalisant ainsi l’objectif en vue duquel la société consent à le supporter.

284La progression du bénéfice net et l’amélioration de la rentabilité ne vont pas sans sacrifice, car le rendement de la société se fixe à des taux plus faibles que précédemment (tableaux 129 et 132). C’est la conséquence de l’augmentation accélérée de la dette obligataire. Le rythme d’accroissement de la masse du revenu brut cède le pas à celui du bénéfice net. Le sacrifice n’est pas, au demeurant, déraisonnable et s’explique par la modicité des frais qu’entraîne le service de la dette. Le taux d’augmentation du revenu brut stagne mais la société, grâce à la compression du coût de l’endettement, en retire un bénéfice net relativement plus élevé.

285Telle est la position du CFE jusqu’à l’avènement de la crise de 1907. L’intervention des banques françaises est, à ce stade, déterminante pour sauvegarder les résultats acquis. Dans l’état où se trouve l’Égypte, la réalisation n’est pas sans mérite. De 1907 à 1914, le CFE présente un bilan global caractérisé par la stabilité, alors qu’autour de lui nombre d’entreprises sont ébranlées. Les banques parisiennes ont jugé l’affaire digne d’intérêt : l’emprunt de 1908 et les suivants alimentent la trésorerie du CFE. La société est mise dans l’heureuse situation d’un emprunteur qui ne souffre pratiquement pas des restrictions propres à une période de resserrement du crédit. Ainsi le marché français qui fournit 46 millions de F lors de la première période, lève 180 millions pour chacune des suivantes, sans compter les 130 millions de la transaction Dā’ira (tableau 125).

  • 287 L’Information, 24.2.1908.
  • 288 A. Eid, La Fortune immobilière de l’Égypte et sa dette hypothécaire, F. Alcan, Paris, 1907, pp. 120 (...)

286Les apports de fonds postérieurs à la crise répondent à une demande de prêts hypothécaires qui ne se dément pas. Contrairement à la période dépressive des années 1880 et 1890, les emprunteurs se présentent toujours aux bureaux du CFE. L’on sait, par ailleurs, et la presse financière s’en fait l’écho287, que la dette hypothécaire globale de l’Égypte par rapport à la propriété immobilière est plus faible que dans plusieurs pays d’Europe288. Le champ du crédit foncier contient encore des parcelles qui restent à labourer. Il s’agit surtout de se procurer les moyens pour le faire. Sur ce plan, les banques parisiennes apportent leur concours et consolident leur statut d’intermédiaires obligés.

287Si les emprunts de 1908 à 1913 augmentent la dette obligataire, la progression est moins accusée que lors de la période précédente. A maints égards, le CFE réalise des résultats marqués par la fixité. Ainsi en est-il du montant des primes qu’il doit amortir et de sa structure financière. Le coût annuel de son endettement est abaissé et la rentabilité que lui rend possible cette dette maintenue, dans l’ensemble, au niveau antérieur. L’écart favorable entre ses taux de prêt et d’emprunt est presque immobile.

  • 289 SG, Dossier 8564, Étude sur le CFE, octobre 1918.

288Ces résultats sont acquis par la continuation de l’activité hypothécaire avec les fonds empruntés. Que le maintien du seuil élevé des prêts ait été nécessaire durant la crise apparaît sous d’autres chapitres. Le tableau général du CFE n’est pas sans ombres, par exemple les montants élevés des prêts remboursés, de 1907 à 1914, et l’accroissement sans précédent des chiffres d’arrérages et d’immeubles expropriés (tableau 127). Comment expliquer ces mécomptes en présence du rendement des capitaux (tableau 132) ? Les remboursements anticipés, favorisés par les bonnes récoltes du coton289, sont le fait de clients solvables. La société conserve ceux qui ne peuvent se libérer entièrement, parmi lesquels certains sont en retard dans leurs paiements et finiront par subir l’expropriation.

  • 290 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

289La direction décide en 1910 de faire preuve de sévérité à l’égard des débiteurs290. Elle entend compenser l’augmentation des créances douteuses par de nouveaux prêts. La société parvient à faire progresser légèrement ses revenus bruts mais aussi à s’exposer à de nouveaux risques de retards et d’acquisition de propriétés. Le CFE semble gagner en quantité ce qui lui échappe en qualité.

290Il n’en demeure pas moins que l’effet pratique de cette activité est le maintien des résultats atteints autrefois. C’est l’assurance de pouvoir émettre ses obligations qui permet au CFE de continuer à prêter sur une échelle qui, malgré les aléas, aboutit aux rendements réalisés avant la crise. La société fait, en réalité, appel aux atouts que constituent son poids et ses appuis bancaires à Paris pour traverser les années de crise sans déconvenue. Ceci est tellement vrai qu’elle en vient à jouir d’excédents de trésorerie dont le placement prend, entre autres, la forme d’avances de fonds à la Land Bank et au CFO.

291Il convient de rappeler enfin que le CFE ne déçoit pas ceux qui veulent bien y placer leur argent. Sur une mise de fonds globale de 897 158 318 F, la société rend 463 471 412 F en dividendes et intérêts, soit 51,66 % du montant versé, 53,02 % si l’on comprend les dividendes aux parts et les tantièmes (tableaux 125 et 130).

292La participation française s’élevant aux trois cinquièmes des actions et des obligations, le CFE est à l’origine de quelque 276 509 861 F de rentrées en France, sans compter les revenus distribués aux fondateurs et aux administrateurs.

Conclusion.

293En 1914, le CFE est le premier établissement financier de l’Égypte sur tous les plans, et la deuxième société du pays, après Suez. En fait, la valeur nominale de ses actions et obligations dépasse celle des titres Suez. Mais la forte hausse des cours des actions et parts civiles de ce dernier leur confère une valeur marchande plus élevée.

294Pour la somnolente entreprise de la fin du xixe siècle, l’expansion au xxe récompense la patience. Son grand mérite au cours des deux premières décennies aura été de durer. En 1898, elle commence à profiter de l’amélioration relative des conditions économiques et des bonnes dispositions des marchés financiers européens. Sa primauté est déjà établie lorsque la transaction Dā’ira de 1905 augmente son actif de plus de 80 %. La crise de 1907 la soumet à une épreuve dont elle se tire fort honorablement grâce à ses appuis bancaires à Paris.

295Après les déceptions des années 1880, les banques parisiennes ont maintes raisons de se féliciter de la bonne affaire que constitue le CFE. Mais de quelle nature est-elle ? Le Foncier représente une banque hypothécaire extra-muros qui recueille ses ressources en France, et qui est dirigée en Égypte. Avant la transaction Dā’ira, aucun bloc décisif d’actions n’est détenu par un actionnaire en particulier. L’actionnariat diffus s’accompagne de deux traits distinctifs d’une société extra-muros : son indépendance vis-à-vis de toute autre société et la restriction de ses fonctions à un seul domaine d’activités. La nomination d’administrateurs français, représentants des banques ou pas, ne place pas le CFE sous leur contrôle et ne l’intègre pas dans une stratégie en dehors de lui-même.

296Pour peu que sa marche soit d’une rentabilité satisfaisante, les banques qui forment son comité de patronage sur le marché parisien ne s’occupent que des émissions de titres. Non point qu’elles refusent de désigner des administrateurs français, recrutés dans leurs conseils ; bien au contraire, elle le font de leur propre gré : le crédit de la société sur la place de Paris n’en est que relevé. Par ailleurs, elles sont disposées à obtempérer aux indications des milieux politiques à ce sujet, tout en restant seules juges de la réalité des dangers que court la société. Ainsi le péril que, de l’avis de l’agence, constitue Cassel en 1906 et 1907, n’est pas vraiment accrédité parmi les banques et la direction est laissée à des éléments locaux.

297Survient la crise de 1907. L’emprunt d’octobre 1907 ne suffit pas pour alimenter le CFE. A un double point de vue, la nomination de Miriel signale un tournant significatif. Premièrement, elle constitue la condition préalable au lancement de l’indispensable emprunt de 1908. L’éminence du personnage est à la mesure des difficultés que traverse l’Égypte et du degré de confiance qu’il convient d’inspirer au marché financier français. Choisi par les banques parisiennes et par Caillaux, il comble les vœux du Quai d’Orsay et de l’agence : le représentant autorisé des intérêts économiques français est enfin sur place et les capitaux français jouissent d’un surcroît de sécurité. Deuxièmement, la direction locale passe véritablement entre les mains de Miriel. Sans doute attendait-on de lui qu’il ne se renferme pas dans un rôle de caution offerte à la veille d’un emprunt et qu’il s’impose sans tarder. Les initiatives de Cassel viennent hâter l’exercice par Miriel d’un contrôle réel sur le CFE au nom des intérêts français.

298Si, dans la sélection de Miriel, les banques entrent dans les vues des milieux politiques, elles ne tardent pas à faire preuve d’un zèle tout particulier pour des raisons qui leur sont propres. Les conditions de l’emprunt de 1908, l’avènement du Lyonnais et la défense par chacune d’entre elles de sa place dans les syndicats d’émission les amènent à élaguer Cassel. C’est seulement lors de l’affaire Mortgage Co. que ce dernier apparaît comme une cause d’inquiétude aux yeux des banquiers. Une forme quelconque de fusion du CFE et de la Mortgage Co. signifie des modifications dans les syndicats et des émissions à Londres, c’est-à-dire des occasions d’affaires détournées de la place de Paris.

299Du moment que se précise le risque que la direction locale ne s’oriente pas spontanément vers sa source traditionnelle de capitaux, le contrôle revêt une valeur essentielle, entendre pécuniaire, pour les milieux financiers parisiens. Ils prennent alors les devants afin de le resserrer et Miriel opère la francisation de la société, avant même que les milieux politiques, enchantés de sa nomination, n’en fassent la demande. À toutes fins pratiques, Suarès est délogé d’une présidence que son décès le 23 avril 1909 lui enlève définitivement.

300A nouveau, en 1913, l’action du CFE montre à la fois l’attitude commune qui le rapproche de l’agence et son indépendance. Il fait annuler volontiers les privilèges accordés à l’ABE et contrarie les tendances qu’elle paraît esquisser vers le monopole, mais ne s’engage pas, ainsi que le souhaite l’agent, dans la voie de la concentration. Protégé par les grandes banques de Paris, il est en état de soutenir la concurrence isolément. Les intérêts du CFE le tiennent sur des positions cette fois-ci en deçà de celles que préconise l’agence.

301L’installation d’une direction française s’effectue sous l’impulsion des banques françaises et à leur profit. Grande est la satisfaction des milieux diplomatiques, soucieux de l’influence générale de la France. La transmutation des rapports économiques en avantages politiques, la fructification si chère à l’agence, n’est concevable que si les investissements demeurent sous le contrôle de la métropole. Il s’agit non seulement de veiller à la sauvegarde des capitaux engagés mais de maintenir le lien avec le pays exportateur. Vu sous cet angle, l’affirmation du contrôle français dans le CFE apparaît comme une mesure défensive conçue pour perpétuer le statu quo plutôt que de le bouleverser. La société est dans l’orbite française depuis ses débuts ; les éléments locaux qui en avaient la direction n’y trouvaient rien à redire.

302Le bon ménage entre le contrôle local et l’influence française est mis à mal par la crise de 1907, qui entraîne une perte de confiance dans les valeurs égyptiennes, et les démarches équivoques de Cassel, qui laissent craindre le basculement de la société dans la mouvance de la City. L’instauration du contrôle français s’impose alors comme moyen de conserver et de renforcer l’acquis. Grandes banques et milieux politiques y trouvent leur compte : le courant d’affaires est maintenu entre le Caire et Paris, et un pôle d’influence française en Égypte reste intact.

303In fine, l’accroissement du contrôle français dans le CFE se réalise par la présence physique de dirigeants français sur les lieux en Égypte. Il ne peut en être autrement tant qu’il conserve son caractère de société extra-muros dont le centre de décision, conseil et direction, est situé au Caire. En l’absence d’un lien direct – par exemple un actionnaire dominant, un conseil logé à l’étranger ou une société-mère – permettant de lui imprimer une orientation particulière, le contrôle ne saurait être qu’anthropomorphe.

304Le passage du contrôle local au contrôle français ne modifie pas la nature du CFE. Entreprise autonome et unifonctionnelle, il tire de lui-même les critères de son activité. Aucune des banques françaises n’envisage de l’intégrer dans un groupe susceptible de définir une stratégie commune. Le CFE se refuse, quant à lui, à constituer le sien. Néanmoins, en raison de sa taille et de sa direction française, il se voit attribuer par les milieux diplomatiques le rôle d’exemple et d’institution de dernier recours pour les autres banques hypothécaires françaises en Égypte.

  • 291 Les séries numérotées 2, 8, 21 et 23 au tableau sont émises en Égypte et, en partie, en Turquie par (...)

Tableau 125
Émissions d’actions et d’obligations291

Tableau 125Émissions d’actions et d’obligations291

Sources : Archives SG, CNEP, Paribas.

Tableau 126
Classification des prêts hypothécaires

Tableau 126Classification des prêts hypothécaires

Source : Rapports du c.a. aux AG.

Tableau 127
Actif du Crédit foncier égyptien
(En francs)

Tableau 127Actif du Crédit foncier égyptien(En francs)

Source : Inventaires et bilans.

Tableau 128
Passif du Crédit foncier égyptien
(En francs)

Tableau 128Passif du Crédit foncier égyptien(En francs)
  • 292 Les comptes publiés sont remaniés afin de distinguer les bénéfices bruts résultant des opérations e (...)

Tableau 129
Comptes d’exploitation du Crédit foncier égyptien292
(En francs)

Tableau 129Comptes d’exploitation du Crédit foncier égyptien292(En francs)

Source : Bilans.

  • 293 Les colonnes 2, 3 et 4 constituent le bénéfice distribué, soit la colonne 6 du tableau 129 moins la (...)

Tableau 130
Répartition des bénéfices et intérêts293
(En francs)

Tableau 130Répartition des bénéfices et intérêts293(En francs)

Tableau 131
Cours moyens à la Bourse de Paris

Tableau 131Cours moyens à la Bourse de Paris

Source : Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1904.

Tableau 132
Ratios financiers

Tableau 132Ratios financiers

Notes

1 Mot arabe pour rencontre.

2 Exposé de l’histoire de la juridiction sur la propriété privée dans le domaine immobilier in ‘A. Barakāt, Taawwur... (Le développement de la propriété agraire en Égypte et son influence sur le mouvement politique (1813-1914)), Dār al-thaqāfa al-jadīda, Le Caire, 1977, pp. 55-70 et A. A. al-Ḥiṭṭa, Ta’rīkh... (Histoire économique de l’Égypte au xixe siècle), Maṭba’at ai-Miṣrī, Le Caire, 1967, pp. 65-102. Cf. aussi Dr. Gatteschi, Des lois sur la propriété foncière dans l’Empire ottoman et particulièrement en Égypte, A. Durand et Pedone-Lauriel, Paris, 1867 et A. Debono, Du système législatif, de l’organisation judiciaire, du régime hypothécaire en Égypte, Fructier, Paris, 1908.

3 La France, 24.9.1875.

4 Taux peut-être concurrentiel, car l’usure fleurit, atteignant 2 à 4 % par mois. La Semaine financière, 20.5.1905. Jusqu’en 1892, le taux conventionnel légal est de 12 %.

5 AN, 65AQ A4502, Coupure sans titre ni date.

6 Cf. chapitre III pour la nouvelle configuration des banques françaises qui interviennent en Égypte.

7 BPPB, Dossier 172/1, Note, 9.9.1879 ; CL, DAF 32/1, P.-v. de la réunion, 9.9.1879.

8 BPPB, P.-v. du conseil, 6.1 et 3.2.1880.

9 En 1881, le conseil est composé de : Haïdar pacha, ancien ministre des Finances, président ; R. Suarès, vice-président ; Beyerlé, administrateur-délégué ; I. Aghion ; Aidé ; Anslyn, agent et consul général des Pays-Bas ; J. A. Cattaui ; Dicey ; Huard ; Kleinmann ; A. M. Ralli ; Oppenheim et A. Smadino, administrateurs de la BGE ; C. Salvago ; F. Suarès.

10 CL, DAF 32/1, Note du siège social, 27.1.1880.

11 BPPB, Dossier 172/1, Participants.

12 CL, DAF 32/1, Note sans date.

13 CL, 31AH 52, Profits et pertes, 1882. Pas de ventilation dans les Comptes de 1880 et 1881.

14 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 30.11.1881.

15 CL, 31AH 52, Profits et pertes, 1883.

16 BPPB, P.-v. du conseil, 11.1.1881.

17 BPPB, Prospectus, 4.1.1881.

18 BPPB, P.-v. du conseil, 25.10.1881.

19 Ibid., 29.6.1880 et 26.7.1881 ; BPPB, Dossier 172/2, Suarès à Paribas, 28.10.1881 ; SG, P.-v. du conseil, 2 5 1882

20 BPPB, Dossier 173/6, Joubert à Suarès, 23.12.1881.

21 Ibid., Suarès à Joubert, 27.12.1881.

22 Ibid., 3.1.1882. Suarès en possède 11 000 actions à lui tout seul. Ibid., 13.1.1882.

23 CNEP, Dossier 328/699, Lettre anonyme au Comptoir, 16.5.1882.

24 BPPB, P.-v. du conseil, 30.5.1882.

25 BPPB, Dossier 172/3, Paribas au CFE, 10.10.1882 ; Relevé quotidien des transactions.

26 Répartition la plus proche du résultat final. CNEP, Dossier 328/699, Note sans date.

27 Ibid., Tableau.

28 Ibid., Paribas au CFE, 23.2, 28.2 et 20.3.1883.

29 Ibid., Sautter à Kimmerling, directeur de la Société lyonnaise de dépôts, 18.4.1883.

30 AE, CP Égypte 79, Raindre à Challemel-Lacour, 21.5.1883 ; PP (1883) LXXXIII, Dufferin à Granville, 14.3.1883.

31 BPPB, Dossier 172/3, Henri Bamberger, administrateur de Paribas, à Sautter, 5.3.1883.

32 BPPB, P.-v. du conseil, 3.4.1883.

33 BPPB, Dossier 172/3, Tableau.

34 Ibid., Sautter à Suarès, 13.4 et 30.7.1883 ; Sautter à Louis Cohen, 25.5.1883.

35 Ibid., Sautter à Roch, 4.6.1883 ; à Suarès, 30.7.1883.

36 CNEP, Dossier 328/699, Circulaire, 20.1.1885 ; BPPB, P.-v. du conseil, 27.1.1885.

37 BPPB, Dossier 172/3.

38 Calculé d’après les cotations parues dans le Journal des débats. Les moyennes dans le chapitre étant arrondies, il pourrait se produire un léger écart entre les totaux effectifs et les totaux arithmétiques.

39 Rapport du c.a. à l’AG du 29.1.1887.

40 BPPB, Dossier 172/3, Sautter à Suarès, 9.2.1886.

41 Ibid., 13.2.1886.

42 Ibid, 15.2.1886.

43 Ibid, Suarès à Sautter, 22.2.1886.

44 Ibid, Sautter à Suarès, 18.2.1886.

45 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 15.2.1886.

46 BPPB, Dossier 172/3, O. Homberg à Sautter, 11.2.1886 ; Sautter à Suarès, 9, 12 et 13.2.1886.

47 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 22.3.1886.

48 BPPB, Dossier 172/3, Note, 11.3.1886. Suarès et l’Ottomane, dont le nom apparaît sur le prospectus, sont probablement participants pour les 19 000 obligations restantes. Les répartitions du ferme et de l’option sont identiques.

49 Ibid., Mazerat à Sautter, 23.2.1886. Sautter a été administrateur du Lyonnais.

50 Ibid, 24.2.1886 ; Sautter à Roch, 25.2.1886. Le siège destine 15 000 prospectus à la Suisse, 5 000 à la France. Ibid, Roch à Sautter, 6, 8, 9, et 10.8.1886.

51 Ibid, Roch à Sautter, 2.3.1886.

52 Ibid, 8.3.1886.

53 CL, DAF 32/1, L. Montandon, agence de Genève, à Mazerat, 14.3.1886.

54 Ibid, Montandon au siège social, 12.3.1886.

55 F3PPB, Dossier 172/3, Copie de la lettre de C. G. Aubert, directeur du CL à Genève, à Mazerat, 14.3.1886.

56 Ibid., Sautter et Roquerbe à Mazerat, 16.3.1886 ; Sautter à Roch, 16.3.1886.

57 Ibid., Sautter à Roch, 16.3.1886.

58 Ibid., Roch à Sautter, 17.3.1886.

59 Ibid., 18.3.1886.

60 Ibid., 19.3.1886.

61 Ibid., 26.3.1886.

62 Ibid., 27.3.1886.

63 CL, DAF 32/1, Kleinmann à Mazerat, 26.3.1886.

64 BPPFB, Dossier 172/3, Roch à Sautter, 30.3.1886.

65 Ibid., 1.4.1886; Sautter à Roch, 2.4.1886.

66 Ibid., Sautter à Roch, 6.4.1886 ; Sautter à Suarès, 2.4.1886.

67 BPPB, Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 29.3.1886.

68 BPPB, Dossier 172/3, Roch à Sautter, 8.4.1886.

69 Ibid, 3.4, 17.4 et 22.5.1886.

70 Ibid., Note de la BGE, 27.8.1886.

71 Ibid., Plan d’une nouvelle émission, 16.12.1886.

72 BPPB, P.-v. du conseil, 27.9.1887.

73 BPPB, Dossier 172/3, Circulaire de Rodocanachi, pour le comité du syndicat, 20 11.1887.

74 Ibid., 27.2.1888.

75 Prix moyen. BPPB, Dossier 172/3, Compte sans date.

76 Archives du CFE (Le Caire), Inventaire, au 31.10.1891 ; Décision du conseil, 3.3.1891.

77 Prospectus.

78 SG, P.-v. du conseil, 17.3.1891.

79 Rapport du c.a. à l’AG du 30.1.1892.

80 SG, P.-v. du conseil, 3.8.1897.

81 SG, Liasse 5497, I. Kirchheim (au Caire) à la Société Kirchheim (à Paris), 17.2.1898.

82 Ibid., Kirchheim à Louis Dorizon, administrateur de la SG, 16.2.1898.

83 Ibid., Kirchheim à Kirchheim, 17.2.1898.

84 Ibid., Société alsacienne au CFE, 28.2.1898.

85 SG, P.-v. du conseil, 28.2.1898.

86 SG, Liasse 5497, Liste de participants.

87 Ibid., Circulaire de Maunoir, Goncquand et cie de Genève, 12.3.1898.

88 Ibid., Beyerlé à l’Alsacienne, 22.6.1898.

89 Ibid., Elie Cattaui, administrateur du CFE à Paris, à l’Alsacienne, 6.7.1898; Dorizon à la succursale de Lausanne de l’Alsacienne, 6.7.1898.

90 Rapport du c.a. à l’AG du 31.1.1894 ; le Temps, 2.4.1894.

91 CL, Liasse 72799, Note de l’agence d’Alexandrie, 13.2.1885.

92 Bulletin financier, 20.3.1892.

93 Rapport du c.a. aux AG des 30.1.1890, 29.1.1897 et 31.1.1898.

94 Crédit foncier égyptien, 1880-1930, Plaquette sans indication de lieu, p. 16.

95 BPPB, Dossier 172/3, Sautter à Suarès, 2.4.1886.

96 SG, Liasse 5499, Correspondance et comptes de l’émission. Cf. tableau 125, émission n° 11.

97 SG, Liasse 5503, Dorizon à Suarès et Cattaui, 15.12.1897.

98 Ibid., Rocherand à Dorizon, 20.1.1898.

99 SG, Liasses 5503, 5500, 5496. Total réduit à 396 960 ultérieurement.

100 SG, Liasses 5496 et 5497.

101 SG, Liasses 5496, 5497, 5500, 5503 ; CNEP, Dossier 328/699.

102 Le CFE accorde un forfait de 108 749 F pour la publicité.

103 SG, Liasse 5502, CFE à SG, 22.10.1903.

104 Ibid., Liste des participants.

105 Les nouvelles actions peuvent ainsi recevoir tout le dividende de 1904.

106 Ibid., Règlement du syndicat.

107 SG, Liasse 5501, CFE à SG, 1.4.1905.

108 Ibid., CFE à SG, Paribas et Cassel, 17.1.1906.

109 Ibid, SG au CFE, 24.8.1905 ; Règlement du 15.2.1906 ; Règlements du syndicat.

110 CNEP, Dossier 328/699, Projet de lettre à Dorizon, non signée, 26.1.1906. Il s’agit sans doute de la Land Bank. Le Comptoir, conservant difficilement sa place dans les prochaines émissions du CFE, finit par garantir des émissions de la Land Bank en 1908 et 1911 (cf. chapitre IV).

111 AE, AP Le Caire 225, Note d’Adoue, 23.8.1905.

112 AE, NS Égypte 80, de la Boulinière à Rouvier, 11.12.1905 ; AE à Finances, 6.1.1906.

113 Cet épisode ne concerne pas le CFE. Cf. troisième partie. Les avatars des sociétés chargées de liquider l’emprunt et le gage Dā’ira sont multiples. Elles sont présentées sous l’angle de leurs rapports avec le CFE, les Sucreries et la dette publique.

114 Le Journal officiel (Égypte) du 19.4.1905 contient le décret d’autorisation et les statuts.

115 BPPB, Dossier 172/5, Projet de contrat du 21.4.1905 entre le CFE et la Société égyptienne.

116 Ibid., Projet de contrat du 21.4.1905 paraphé par le CFE et les 3 contractants.

117 BPPB, P.-v. du conseil, 26.4.1905.

118 SG, Liasses 5494 et 5495, Listes de participants.

119 SG, Liasse 5495, Contrat du 4.7.1905 entre le CFE et la Société égyptienne.

120 Cf. section suivante.

121 SG, Liasse 5494, Contrat du 4.7.1905.

122 CNEP, Dossier 328/699, Note d’Édouard Ullmann, directeur du CNEP, sur sa conversation avec Dorizon, 1.5.1905.

123 SG, Liasse 5495. Tableaux divers.

124 Prospectus.

125 SG, Liasse 5495, Remise au CFE, sans date.

126 Ibid., Règlement du syndicat, 30.11.1906.

127 Ibid, SG à l’Enregistrement, 26.2.1906.

128 Rapports du c.a. à l’AG extraordinaire du 8.7.905 et à l’AG du 31.1.1906.

129 BPPB, Dossier 172/5, de Vemeuil, syndic, à Pestel, 26.6.1906.

130 Ibid., A. Spitzer, administrateur SG, à Cassel, 27.10.1906. L’Actualité financière mène campagne contre la transaction depuis janvier.

131 BPPB, Dossier 172/5, Note anonyme, sans date.

132 Rapport du c.a. à l’AG du 31.1.1907.

133 AE, NS Égypte 80, Rapport du consul de Reffye, 28.5.1906.

134 Ibid., de Reffye à de Valdrôme, 15.12.1906.

135 Id.

136 Cf. chapitre X.

137 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Klobukowski, 2.1.1907.

138 SG, Liasse 5502, Note interne sans date (1907).

139 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à de Valdrôme, 21.2.1907.

140 Ibid., Pichon à Caillaux, 16.3.1907.

141 EF, F331614, Caillaux à Dorizon, 23.3.1907 ; AE, NS Égypte 80 bis, Caillaux à Pichon, 23.3.1907.

142 EF, B31615, Suarès à Dorizon, 13.4.1907. Le conseil comprend : au Caire, Suarès, président, Beyerlé, vice-président et administrateur-délégué, M. et E. Cattaui, Harari, Boghos, S. Rolo, M. Bretschneider, Pelizaeus, Barois, Adda (les deux derniers sont Français) ; à Paris, F. Lhuilier Lheureux, Thors, Pestel, le comte de Matharel, Spitzer, Peel.

143 AE, NS Égypte 80 bis, de Reffye à Pichon, 22.5.1907.

144 Id.

145 EF, B31615, de Reffye à de Valdrôme, 30.7.1907.

146 SG, Liasse 5494, Comité de Paris au CFE, 8.4.1907 ; BPPB, P.-v. du conseil, 11.4.1907. L’une des conditions du contrat de l’émission 3 % de 1905 stipule que si, le 30 juin 1907, les contractants n’ont pas usé de leur droit d’option sur 100 031 obligations, ils s’engagent à prendre ferme, à la place de la quantité non levée, des obligations nouvelles 4 % d’une même valeur.

147 EF, B31615, AE aux Finances, 29.5.1907.

148 Ibid, Dorizon à Caillaux, 11.6.1907.

149 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 6.8.1907.

150 Id.

151 CNEP, Dossier 328/699, Note d’UUmann sur sa conversation avec Dorizon, 30.5.1907.

152 SG, Liasse 5494, Dorizon à Cassel, 5.6.1907 ; Cassel à Dorizon, 7.6.1907.

153 Ibid., Contrat, 13.7.1907.

154 Ibid, Dorizon à Cassel, 6.9.1907.

155 Ibid., Compte rendu de la réunion de Spitzer et Minvielle pour la SG, Thors, Chevrant et Chabert pour Paribas, et Ullmann pour le Comptoir, 21.9.1907 ; CNEP, Dossier 328/699, Notes d’Ullmann, 21.9.1907.

156 CNEP, Dossier 328/699, Circulaire, 23.9.1907 ; SG, Liasse 5494, Circulaire, 24.9.1907.

157 SG, Liasse 5494, Assignation, 21.11.1908. En 1922, l’affaire est toujours pendante devant la Cour d’appel de Paris. Ibid., Note, 22.2.1922.

158 SG, P.-v. du conseil, 15.10.1907 ; Liasse 5495, Note du 30.10.1907.

159 SG, Liasse 5494, Règlement du syndicat. Au prix d’achat de 360 F s’ajoute l’intérêt (juillet-septembre).

160 SG, Liasse 5495, Prix de revient plus l’intérêt.

161 BPPB, Dossier 173/10, Note, 10.3.1908.

162 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 24.10.1907.

163 Ibid., 4.12.1907.

164 Ibid., de Valdrôme aux AE, 27.12.1907 ; AE à de Valdrôme, 18.12.1907.

165 Ibid., de Valdrôme à Pichon, 12 et 13.1.1908 ; AE aux Finances, 13.1.1908.

166 Le Progrès (Le Caire), 16.1.1908 ; l’Information, 23.1.1908.

167 Le Journal du Caire, 22.1.1908.

168 Id.,

169 AE, NS Égypte 75, de Valdrôme à Pichon, 22.1.1908.

170 Ibid, de Valdrôme à Pichon, 25.1.1908 ; EF, B31615, Pichon à Caillaux, 26.1.1908.

171 EF, B31615, Annotation à la marge de la lettre du 26.1.1908.

172 Ibid., Pichon à Caillaux, 2.2.1908, et annotation à la marge.

173 Il entre au conseil en 1904, en même temps que Dorizon.

174 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 30.1.1908.

175 Ibid, 1.2.1908.

176 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 30.1.1908.

177 AE, PA Chevandier de Valdrôme, Defrance à de Valdrôme, 2.2.1908, lettre personnelle.

178 EF, B31615, Pichon à Caillaux, 2.2.1908.

179 AE, PA Chevandier de Valdrôme, Defrance à de Valdrôme, 2.2.1908 ; NS Égypte 80 bis, Caillaux à Pichon, 10.2.1908.

180 Le Moniteur des tirages financiers, 20.2.1908.

181 En témoignent maintes notes dont l’agence s’inspire, sur divers sujets, et qui ont été conservées dans les archives économiques ou politiques.

182 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 5.3.1908.

183 Id.,

184 PRO, FO 800/47, Grey Papers, Gorst à Edward Grey, 28.3.1908. Cf. chapitre XVI.

185 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.5.1909.

186 EF, B31615, Dorizon à Caillaux, 11.6.1907.

187 Paris-Bourse, 18.5.1908.

188 BPPB, Dossier 172/5, Paribas à Cassel, sans date ni signature.

189 Ibid., Note manuscrite, sans doute le brouillon d’une lettre de Paribas à Cassel.

190 CNEP, Dossier 328/699, Ullmann à Charles Lazarus, directeur de l’agence de Londres, 13.5.1908.

191 Ibid., Lazarus à Ullmann, 15.5.1908.

192 Ibid, Note d’Ullmann, 13.5.1908 ; SG, Liasse 5476, Minvielle, directeur général, à Dorizon, 13.5.1908.

193 CNEP, Dossier 328/699, Note d’Ullmann sur sa conversation avec Dorizon, 27.5.1908.

194 Ibid., Note d’Ullmann ( ?) sur sa conversation avec Turrettini, 31.5.1908.

195 SG, Liasse 5476, Participations au contrat avec le CFE ; CL, 69AH 77.

196 SG, Liasse 5476, Dorizon à Cassel, 12.5.1908.

197 Ibid., Cassel à Dorizon, 13.5.1908.

198 SG, Liasse 5496, Les quatre banques contractantes à Suarès, 15.5.1908.

199 SG, Liasse 5476, Règlement de l’emprunt ; CNEP, Dossier 328/699, Notes diverses.

200 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

201 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 14.5.1908.

202 Ibid., 19 et 27.5.1908.

203 Ibid., 19 et 27.5.1908.

204 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.

205 AE, NS Égypte 80 bis, de Valdrôme à Pichon, 26.5.1908.

206 Le cas particulier de l’Agricultural Bank, établissement réglementé par l’Etat, est examiné ci-dessous.

207 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.

208 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

209 EF, B31291, de Valdrôme à Pichon, 9.6.1908.

210 Ibid., 3.6.1908.

211 Héliopolis, 10.6.1908.

212 The Egyptian Gazette, 8.6.1908.

213 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 3.6.1908.

214 SG, Liasse 5476, Miriel à Dorizon, 14.6.1908.

215 La Vie financière, 17.6. 1908 ; amplifié dans Anvers-Bourse, 19-21.6.1908.

216 AE, NS Égypte 81, Dejean à Pichon, 1.7.1908.

217 EF, B31291, Miriel à Caillaux, 14.8.1908.

218 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 5.9.1908.

219 Ibid., 8.10.1908.

220 Comptes rendus des rapports aux AG in The Economist dès 1909.

221 AE, NS Égypte 81, Note, 23.7.1908 ; EF, B31615, AE à Finances, 24.7.1908.

222 Pressenti pour prendre la présidence en pleine période de crise, il se tient sur la réserve, avec l’approbation de la DAE. CL, DAE 8020/2, Escoffier à Rosselli, 22.5.1907 ; Rosselli à Escoffier, 28.5.1907.

223 AE, NS Égypte 81, Caillaux à Pichon, 4.8.1908.

224 Ibid., Geoffray à Pichon, 5.1.1909.

225 Ibid, 24.3.1909.

226 AE, NS Égypte 82, Finances à AE, 29.4.1910.

227 Financial News, 1.5.1912.

228 Son concurrent pour la désignation est Maurice Rouvier. L’Information, 15.10.1909.

229 Caillaux devient président honoraire.

230 AE, NS Égypte 82, Geoffray à Pichon, 20.1.1911.

231 CL, 69AH 77.

232 CNEP, Dossier 329/699, Notes sur la réunion du 2.6.1910.

233 Id. ; SG, Liasse 6456, Rapport sur la réunion.

234 SG, Liasse 5496, Les quatre banques parisiennes au CFE, 17.6.1910.

235 CNEP, Dossier 329/699, Acte syndical, sans date, et Correspondance entre CL et Comptoir, 22.9.1910 au 1.5.1911 ; CL, DAF 2757.

236 CNEP, Dossier 329/699, Règlement, 16.5.1911 ; SG, Liasse 6456, Arrêté des comptes, 14.6.1911.

237 SG, Liasse 5476, Notes sur la réunion.

238 CNEP, Dossier 329/699, Note d’Ullmann, 29.11.1911.

239 SG, Liasse 5476, Bénéfice de la SG ; CNEP, 329/699, Bénéfice du CNEP.

240 SG, Liasse 5476, Projet de règlement.

241 CNEP, Dossier 329/699, Notes d’Ullmann, 19 et 20.2.1913.

242 SG, Liasse 6566, Projet de règlement, 11.3.1913 ; CL, 69AH 77.

243 Cf. F. Abdel Latif, La Loi des 5 feddāns ou l’insaisissabilité de la petite propriété agricole en Égypte, Giard & Brière, Paris, 1914 ; G. Blanchard, « Le bien de famille et la loi égyptienne su- l’insaisissabilité des 5 feddans », L’Égypte contemporaine, n° 15, mai 1913, pp. 337-355 ; L. Potier, « Notes à propos de la loi des cinq feddans », Ibid., pp. 501-517 ; M. Saleh, La Petite Propriété rurale en Égypte, Joseph Allier, Grenoble, 1922, pp. 95-103 ; H. A. el-Rifaï, La Question agraire en Égypte, Pedone. Paris, 1919, pp. 175-178 ; J. Zannis, Le Créait agricole en Égypte, Les Presses modernes, Paris, 1936, pp. 49-56.

244 Rapport du c.a. à l’AG du 23.2.1904.

245 Statuts.

246 Rapport du c.a. à l’AG du 25.2.1907.

247 Acte préliminaire d’association, 17.5.1902.

248 BPPB, Dossier 173/10, E. Moret, sous-directeur, à E. Noetzlin, administrateur. 31.3.1904 ; Paribas à Cassel, 13.4.1904 ; Cassel à Moret, 19.4.1904.

249 Bilans.

250 Rapport du c.a. à l’AG du 31.3.1915.

251 PRO, FO 407/174, Confidential Print 9699 ; PP (1911) CIII.

252 Journal du Caire, 9.10.1909.

253 AE, AP Le Caire 228, Note de F. Charles-Roux, octobre 1909.

254 La Bourse égyptienne, 18.1.1910 ; l’Actualité financière, 18.3.1910.

255 PRO, FO 407/179, Confidential Print 10294, Mémorandum de W. E. Brunyate, conseiller khédivial, septembre 1912.

256 Rapport du c.a. à l’AG du 31.3.1913.

257 AE, NS Égypte 84, Note de Miriel, 27.3.1913.

258 Ibid., Defrance à Pichon, 28.3.1913.

259 Ibid., Pichon aux Finances, 1.4.1913.

260 Ibid., Defrance à Pichon, 4.4.1913.

261 PRO, PRO 30/57/42, Kitchener Papers, Carl Meyer à Rothschild, 22.7.1912.

262 PRO, FO 407/179, Confidential Print 10294, Mémorandum de Brunyate, septembre 1912.

263 AE, AP Le Caire 227, Cecil à Defrance, 21.4.1913.

264 AE, NS Égypte 84, Defrance à Pichon, 8.5.1913 ; Note de Miriel. 30.4.1913.

265 Ibid., Cecil à Defrance, 11.5.1913.

266 Ibid, Defrance à Pichon, 22.5.1913 ; CFE à Pichon, 11.6.1913.

267 Ibid, Defrance à Pichon, 8.5.1913 ; Note de la Land Bank, 30.4.1913.

268 Ibid, J. Charles-Roux à Pichon, 18.5.1913.

269 Cf. tableau 34, p. 101.

270 AE, NS Égypte 84, Charles-Roux à Pichon, 5.6.1913 ; Defrance à Pichon, 3.7.1913.

271 Administrateur de l’ABE et de la Mortgage Co.

272 Ibid., Fouchet, gérant de l’agence, à Pichon, 26.9.1913.

273 Ibid., Defrance à Pichon, 27.11.1913 ; Fouchet à Pichon, 26.9.1913.

274 Ibid., Defrance à Doumergue, 17.12.1913 et 4.2.1914.

275 Agence européenne, 28.1.1914 ; la Vie financière, 27.2.1914.

276 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 4.2.1914.

277 Ibid., Defrance à Doumergue, 17.12.1913.

278 AE, NS Égypte 80 bis, Klobukowski à Pichon, 3.1.1907.

279 EF, B31291, Geoffray à Pichon, 7.1.1909.

280 Ibid., Ribot à Pichon, 8.12.1909.

281 Ibid., 15.12.1909.

282 Ibid, de Reffye à Pichon, 13.5.1910. Cf. aussi AE, NS Égypte 25, Ribot à Pichon, 22.5.1910.

283 Acte préliminaire d’association, 7 et 8.2.1911.

284 Le Progrès (Égypte), 11.6 et 26.10.1911.

285 AE, NS Égypte 83, Ribot à de Selves, 31.10.1911.

286 Rapport du c.a. à l’AG du 5.2.1918.

287 L’Information, 24.2.1908.

288 A. Eid, La Fortune immobilière de l’Égypte et sa dette hypothécaire, F. Alcan, Paris, 1907, pp. 120, 121 et 142. L’auteur tire les chiffres suivants d’un rapport présente au Congrès de la propriété foncière (Paris, 1900), et d’un autre émanant de l’Institut international de statistiques : Angleterre 50 %, Danemark 50 %, Autriche-Hongrie 37 %, Norvège 37 %, Allemagne 30 %, Roumanie 22 %, États-Unis 17 %, Égypte 10,83 %, France 10 %.

289 SG, Dossier 8564, Étude sur le CFE, octobre 1918.

290 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

291 Les séries numérotées 2, 8, 21 et 23 au tableau sont émises en Égypte et, en partie, en Turquie par le CFE sans intermédiaires.

292 Les comptes publiés sont remaniés afin de distinguer les bénéfices bruts résultant des opérations et les bénéfices nets représentant les bénéfices bruts moins les charges financières, et d’uniformiser les prélèvements de provisions et de dividendes statutaires sur les bénéfices nets.

293 Les colonnes 2, 3 et 4 constituent le bénéfice distribué, soit la colonne 6 du tableau 129 moins la partie mise en réserve. Ce tableau ne tient pas compte des faibles sommes, incluses dans les frais généraux, que sont les jetons de présence des administrateurs et les allocations des censeurs.

Table des illustrations

Titre Tableau 93Participants au syndicat (1882)26
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 94Participants au syndicat (1882-1883)27
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 95Participants au syndicat (1883)33
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 96Comptes du syndicat (1885)37(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 97Participants au syndicat (1886)48
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 98Souscription obligations (avril 1886)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 99Souscription obligations (août 1886)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 100Écart en faveur du CFE(%)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 101Prêts
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 102Obligations 4 % (1897-1902)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 103Syndicats obligations 3,5 % (1898-1905)99
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 104Comptes du syndicat (1898-1905)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 105Commissions des gérants(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau106 Syndicat actions (1904)104
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 107Comptes du syndicat (1904)106(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 108Syndicat 3,5 % (1905-1906)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 109Comptes du syndicat (1905-1906)109(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 109 (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 110Syndicat obligations 3 %118
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 111Souscription des 3 % (juillet 1905)123
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 112Comptes du syndicat (1906)126(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 113Comptes du syndicat (1907)159(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 114Participations au contrat du 4 % (1908)195( %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 115Commissions (1908)199(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 116Obligations à lots 3 % (1910)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 117Comptes du syndicat 3 % à lots (1911)236(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 118Obligations 4 % (1911)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 119Comptes du syndicat (1911)240(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 120Obligations 4 % (1913)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 121Comptes du syndicat (1913)242(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 122Souscriptions actions ordinaires247
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 123Prêts consentis durant l’exercice249
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 124Souscripteurs actions AHB283
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 125Émissions d’actions et d’obligations291
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Crédits Sources : Archives SG, CNEP, Paribas.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 126Classification des prêts hypothécaires
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Crédits Source : Rapports du c.a. aux AG.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 127Actif du Crédit foncier égyptien(En francs)
Crédits Source : Inventaires et bilans.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Tableau 128Passif du Crédit foncier égyptien(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Tableau 129Comptes d’exploitation du Crédit foncier égyptien292(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Crédits Source : Bilans.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 130Répartition des bénéfices et intérêts293(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 131Cours moyens à la Bourse de Paris
Crédits Source : Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1904.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 132Ratios financiers
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/773/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540