Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1L’internationalisation du capital ayant pris en Égypte la forme primordiale de l’endettement de l’État, le pays est soumis à l’impératif suprême de servir sa dette. Cela est d’autant plus vrai que l’occupant britannique, appuyé à cet égard par la France, tient en échec toute contestation égyptienne de la créance et des pouvoirs que s’arrogent les organismes internationaux de tutelle qui en sont les gestionnaires. Le capital investi dans les entreprises se meut dans le cadre exigu du développement et de la mise en vente accélérés de la production exportable de l’Égypte, à savoir le coton.

2Deux conséquences en résultent : d’une part, l’implication accrue dans les menus détails de l’économie égyptienne impose un recours à l’intermédiation d’éléments locaux, c’est-à-dire à des étrangers ou protégés résidant en Égypte ; d’autre part, la concentration des capitaux importés dans la gamme étroite des activités monnayables à court terme encourage les concurrents à prendre des risques que leur dépendance à l’égard des places financières étrangères, portées aux retraits précipités, rendent particulièrement hasardeux.

3La transformation de l’Égypte en servante de sa dette à la fin des années 1870 est annonciatrice de la priorité sur le point d’être accordée aux domaines aptes à contribuer à l’exportation du coton, partant au respect des échéances des coupons des diverses dettes de l’État : le prêt hypothécaire et les travaux publics. S’installe une défaveur à l’égard des entreprises articulées, mal adaptées aux nécessités de la conjoncture.

4La première cuvée de sociétés extra-muros – le CFE exclu – sombre dans la tourmente des crises financières parisienne de janvier 1882 et égyptienne du lendemain de l’occupation. À peine le contrôle des entreprises est-il transféré aux résidents étrangers d’Égypte qu’il est réapproprié par les grands établissements bancaires de Paris dont la décision va dans le sens de la liquidation. Si la mesure du contrôle réside dans la rétention du pouvoir d’orienter les capitaux exportés dans les voies souhaitées par leurs propriétaires, elle s’exerce, en l’occurrence, dans le sens du retrait.

5Lorsque les capitaux français reprennent le chemin de l’Égypte au début du xxe siècle, c’est pour se diriger soit vers le CFE, soit vers les nouvelles banques et sociétés hypothécaires et immobilières de type extra-muros. Hormis la Société marseillaise, des banques de moindre envergure se substituent aux grands établissements parisiens dans le rôle de parrains des sociétés égyptiennes. Le problème du contrôle des investissements français demeure entier : quand les sociétés ne sont pas entre des mains belges dûment prévenues contre les visées françaises, elles sont sous la gouverne d’éléments locaux. Les intérêts français paraissent résignés à un tel arrangement lorsqu’une nouvelle, crise financière, celle de 1907, rappelle la fragilité du tissu économique de l’Égypte.

6Aussitôt commence une campagne pour l’affirmation du contrôle français sur des sociétés alimentées par des capitaux d’origine française. Cette fois la diplomatie est de la partie : le contrôle français est présenté comme la sauvegarde de l’épargne nationale contre l’irresponsabilité, voire le manque de scrupules, des administrateurs locaux. Sur un plan plus général, il importe de retirer ces masses de capitaux aux étrangers et de les employer comme instruments de la politique française. Le nationalisme légitime l’effort de restructuration des conseils et des directions des entreprises. Est négligé le mal fondamental : le caractère bancal, tronqué, de l’économie égyptienne, sa surspécialisation et sa sujétion aux intérêts et humeurs de ses bailleurs de fonds. A ce propos, la diplomatie française est en contradiction avec elle-même. Comment, en effet, promouvoir le succès des investissements dans les entreprises quand la politique de maintien à tout prix de l’économie de l’endettement, et de la structure sociopolitique qui repose sur elle, rétrécit le champ d’action des capitaux français et l’économie de l’Égypte en général ?

7Dilemme jamais confronté et pour cause : le contrôle que procure la dette est trop précieux – du moins jusqu’à la renonciation consentie en 1904 – pour être lâché. Cependant les séquelles de l’internationalisation de l’Égypte en fonction du service de sa dette ne s’effacent pas de sitôt, de sorte que le souhait des milieux diplomatiques, apparent après 1907, de réaliser ou de conserver le contrôle des sociétés ne peut trouver satisfaction que sur une mince bande d’entreprises, le CFE notamment.

8Une étape de l’internationalisation de l’Égypte entrave la suivante. Le contrôle français est-il effectivement affirmé sur les sociétés extra-muros que le résultat pratique sur le plan de la performance n’est guère probant, compte tenu de l’héritage du passé, de l’intense concurrence qui se déploie dans une économie à vocation cotonnière et du prolongement des effets de la crise de 1907. Quant aux filiales, là où le contrôle est par définition assuré, elles ne sauraient être que marginales, leur multiplication devant attendre le démantèlement de l’économie de l’endettement et la diversification du système productif égyptien.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540