Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre VII. Chemins de fer et travaux publics

Texte intégral

  • 1 Histoire des chemins de fer égyptiens in L. Wiener, L’Égypte et ses chemins de fer, Bruxelles, 193 (...)

1Le capital français ne porte qu’un médiocre intérêt aux chemins de fer en Égypte. Le secteur appartient à des intérêts anglais, belges ou, plus particulièrement, à une coalition de banques locales et de sociétés allemandes. Le CL et Paribas ont l’occasion de participer, à titre bancaire. Certes les chemins de fer ne se présentent pas comme une affaire prometteuse. Moins technique que financier et politique, l’obstacle au développement du réseau remonte à la banqueroute des années 18701.

2L’État, plus précisément le khédive, se charge de commander et d’exploiter les voies ferrées avant 1876. L’Alexandrie-Caire est achevé en 1856 et diverses villes du Delta réunies en 1868. Un réseau indépendant en Haute-Égypte, commencé en 1867, relie Le Caire et Asyūṭ. Embranchements et lignes de jonction sont construits pour alimenter les voies principales.

  • 2 L’Égypte : aperçu historique et géographique, gouvernement et institutions, vie économique et soci (...)

Tableau 80 : Chemins de fer égyptiens2

Tableau 80 : Chemins de fer égyptiens2

3Ismâ’îl donne en gage les chemins de fer pour les emprunts de 1866 et 1873. L’instauration du condominium anglo-français en 1876 s’accompagne de la création d’une Administration des chemins de fer et du port d’Alexandrie. Elle représente les créanciers de la Dette privilégiée auxquels les revenus en question sont hypothéqués, et verse le montant des coupons à la Caisse de la dette. Jusqu’au remboursement de la Dette privilégiée, l’Administration gère de plein droit les chemins de fer et le port d’Alexandrie. Son conseil est composé d’un membre anglais qui préside, un Français et un Égyptien. Les deux administrateurs étrangers ne peuvent être désignés qu’avec l’autorisation de leurs gouvernements respectifs.

  • 3 Wiener, op. cit., p. 133.

4Les dépenses d’entretien sont comprimées au profit du service de la dette. Il est affecté à ce dernier 55 % des recettes. Les dépenses se situent entre 33,5 et 42,8 % des recettes brutes de 1877 à 1885. La convention de Londres de mars 1885 autorise une augmentation du coefficient d’exploitation à 45 %3, pas assez pour répondre aux besoins. D’autre part, toute nouvelle construction est arrêtée car le budget de l’État est dans une situation de déficit chronique.

5Le rétablissement de l’équilibre budgétaire permet d’envisager des additions au réseau. Des programmes, présentés en 1889, 1893, 1898 et 1904, régissent les constructions nouvelles et l’adjudication des concessions. C’est dans le cadre de ces projets que naissent les sociétés ferroviaires. Cette étape se poursuit jusqu’au décret du 21 novembre 1904 et l’abolition du contrôle international. Les recettes sont dès lors versées au ministère des Finances.

  • 4 Cf. troisième partie.

6En matière de travaux publics, aucune dépense administrative en dehors des limites établies par la convention de Londres de 1885 n’est praticable sans l’assentiment des puissances4. De ce fait, chaque grand projet devient l’objet de tractations prolongées.

7Le gouvernement anglo-khédivial met au crédit de l’occupation des mesures qui répondent à de réels besoins. Seuls des aménagements francs ou non avoués du contrôle international des finances égyptiennes les rendent possibles. Au contraire, le gouvernement français fait des dépenses nouvelles un moyen pour renforcer ce même contrôle. Hormis le consentement des puissances, il impose comme condition que l’entreprise soit concédée au moyen d’une adjudication publique qui empêcherait l’accord de gré à gré avec des éléments anglais et permettrait aux sociétés françaises de concourir.

8Dans ce cadre, la Société des grands travaux de Marseille en 1909 et Schneider en 1912 remportent d’importants contrats au Caire et à Alexandrie. L’entreprise marseillaise et la Société des Batignolles engagent aussi un effort en commun en 1894-1899 pour se faire attribuer les travaux d’Alexandrie.

I. LE CRÉDIT LYONNAIS S’ABSTIENT

  • 5 Gelat, op. cit., vol. III, pp. 242-244. Entente du 12.3.1889.

9Après accord du gouvernement avec la Caisse5, l’Administration des chemins de fer met en adjudication le 2 décembre 1889 4 tronçons de 169,5 km (nos 1, 4,7 et 8 sur la carte). Un pont métallique de 550 m est à construire sur le Nil entre Bulāq (Caire) et Imbāba en vue de raccorder la gare de Bulāq, tête de la ligne de Basse-Égypte, et Imbāba, aboutissement du réseau de la Haute-Égypte.

10Marchandises et voyageurs peuvent à partir de 1892 être transportés de la Méditerranée à Asyūṭ sur une ligne ferroviaire d’un seul tenant.

  • 6 Caisse à Administration des chemins de fer, 25.1.1890, in Gelat, op. cit., vol. Ill, p. 244.
  • 7 BPPB, Dossier 173/10, Conditions de l’adjudication ; Finances à Caisse, 19.1.1890, in Gelat, op. c (...)
  • 8 Caisse à Administration des chemins de fer, 6.2.1890, in Gelat, op. cit., vol. III, p. 244.

11La construction du pont, le troisième du Caire, est adjugée à Daydé et Pillé, de Creil, pour la somme forfaitaire de 2 030 000 F6. Moins aisé à résoudre est le problème du règlement des lignes ferroviaires. Les autorités s’en remettent à des sociétés privées faute de pouvoir exécuter les travaux en régie, arrangement qui les obligerait à recourir à l’emprunt, donc à l’entente internationale. Elles adoptent le mode de paiement par semestrialités, prélevées sur les recettes7. Le montant total est de 23 617 033 F8.

12Cette décision n’est pas sans inconvénients pour les entrepreneurs qui se voient contraints d’attendre longtemps le règlement des travaux effectués. Disposée à soumissionner, la Société des Batignolles voudrait que des banques lui assurent au préalable l’escompte des annuités. Toute opération sur les semestrialités comporte des risques : l’achèvement des travaux pour le prix et dans les délais fixés, le paiement d’intérêts sur les sommes empruntées en attendant que la semestrialité soit acquise.

  • 9 SG, P.-v. du conseil, 19.11.1889.
  • 10 CL, Dossier 72 799 et DAF 110/1, Mazerat aux administrateurs de Lyon, 17.11.1889.

13La Société des Batignolles projette la constitution d’une petite société qui créerait des obligations dont les intérêts seraient assurés pendant la période de construction par un prélèvement sur le produit de l’émission, et, après réception des travaux, par les semestrialités. Les obligations – pour 5 000 000 F, remboursables en 75 ans – qu’elle émettrait seraient cédées à un syndicat bancaire. Jules Gouïn, président, demande aussi aux banques de souscrire 1 500 000 F du capital de la nouvelle société, fixé à 3 000 000 F. La SG9 et le CIC acceptent. Favorables, H. Germain et les administrateurs du CL demandent l’avis de ceux de Lyon10.

  • 11 Ibid., les administrateurs de Lyon à Mazerat, 18.11.1889.

14Il leur est servi un rappel des principes régissant une banque de dépôts. On trouve anormale la participation. Ce serait se garantir soi-même, avec ses propres capitaux, des obligations que l’on prend comme syndicataire. Le risque pécuniaire dépasse le profit à espérer de l’opération et s’étend sur plusieurs années. Les obligations sont d’un intérêt douteux : prix d’émission élevé, marché étroit. Enfin un capital de 5 000 000 F paraît nécessaire afin que la responsabilité des émetteurs d’obligations soit moins engagée11. Le refus du CL entraîne l’échec de la combinaison.

15L’indispensable fonction bancaire sera remplie par trois sociétés locales, provisoirement seulement, car elles doivent bientôt s’adresser à des banques européennes. Les partenaires industriels des maisons locales ne sont pas français mais allemands.

II. PARIBAS S’ESSAIE À UNE OPÉRATION SUR CHEMINS DE FER

  • 12 Gelat, op. cit., vol. III, pp. 68-71.
  • 13 EF, B31291, Cogordan à Léon Bourgeois, ministre AE, 25.4.1896

16La coalition se noue en 1888 entre Suarès frères, J. L. Menasce fils et Cattaui fils dans le but de prendre la concession pour l’exploitation du Caire- Ḥilwān12. Elles sont de presque toutes les activités ferroviaires de la décennie suivante. Les observant accaparer les affaires et, à ses yeux, entraver l’expansion de l’industrie française, l’agent diplomatique se plaint d’une « sorte de puissante féodalité financière, contre laquelle la concurrence est de plus en plus difficile »13.

  • 14 BPPB, Dossier 172/4, R. Suarès à Sautter, 30.7.1889.
  • 15 Ibid., Dossier 173/10, Contrat du 22.2.1890.

17Les recettes du Ḥilwān présentent tous les mois 40 % d’excédent sur les mois correspondants des années précédentes sous l’exploitation de l’Administration des chemins de fer14. Les trois banques sont déclarées adjudicataires des lignes qu’espérait construire la Société des Batignolles. Également contractants à leurs côtés se trouvent deux sociétés de Berlin, Robert Warschauer & cie et la Ber-liner Handelsgesellschaft, et l’ingénieur Frédéric Lenz de Stettin15. Dirigée par Pelizaeus, l’Entreprise des nouvelles lignes des chemins de fer égyptiens est créée pour exécuter le contrat. Les diverses lignes sont inaugurées en 1891-1892 et la question du paiement par les 44 semestrialités revient à l’ordre du jour. Le règlement des trois petites lignes s’effectue en entier en janvier 1892. Restent les semestrialités de l’Asyūṭ-Jirjā.

18On s’y préparait depuis 1891. Encore une fois les banques parisiennes sont sollicitées pour aider à mobiliser ces effets. L’affaire est peu commode mais le prix d’achat semble avantageux et les lignes sont déjà construites.

19Il faudra produire, en représentation des semestrialités, un titre destiné au public. L’intermédiaire achèterait les semestrialités et émettrait des obligations garanties par les sommes à provenir de leur encaissement. La signature sur l’effet des administrateurs des Chemins de fer et des commissaires de la Caisse lui conférerait le caractère d’un titre d’État.

  • 16 CL, Dossier 1 839, J. M. Cattaui fils et cie à Kleinmann, 1.12.1891.
  • 17 BPPB, 672/dossier séparé, Thors, directeur général, à Bauer, directeur de la succursale de Bruxell (...)
  • 18 Ibid., 13.12.1892.

20Le CL estime impossible l’opération en raison de la faiblesse du crédit de l’Égypte16, mais elle ne manque pas d’attrait. D’une valeur de 15 640 700 F, les semestrialités seraient acquises à 9 497 750 F17. En contrepartie, on tient compte de l’étroitesse du marché, du caractère nominatif et non endossable des semestrialités et de l’interdiction de la souscription publique, donc de la cotation officielle. Paribas juge l’opération suffisamment intéressante pour justifier un considérable déploiement d’efforts. Le placement serait bon, même si la banque conservait les semestrialités18. Ces mandats sont escomptables à 5 % alors que le crédit de l’Égypte est à 4 %.

Carte 1. – Les chemins de fer égyptiens

  • 19 Ibid., Thors à Roch, directeur de la succursale Paribas à Genève, 26.10.1892.

21L’émission est certes préférable, et Paribas ne saurait négliger l’avantage de faire considérer les titres comme fonds d’État. Les chemins de fer sont propriété d’État et la Caisse synonyme du Trésor. C’est à cette condition qu’elle subordonne son acceptation19.

  • 20 Ibid., AE à Thors, 6.11.1892.
  • 21 BPPB, Dossier 172/4, Liotard-Voge, directeur-général du cabinet de Rouvier, à Thors, 3.11.1892.

22Le Quai d’Orsay est favorable à la requête mais ne peut convaincre les Finances20, la crise de Panama compliquant les initiatives de ce genre. Pour les Finances, il faut savoir contre qui les porteurs des nouveaux titres pourraient, le cas échéant, réclamer. Si c’est un fonds d’État étranger, les parts doivent être libellées de manière à constituer un titre contre l’État égyptien. Si, par contre, l’émetteur est plus qu’un intermédiaire ou une caution, mais le débiteur principal, ce serait des obligations françaises21.

  • 22 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Alexandre Ribot, ministre AE, 10.12.1892.

23Lorsqu’un syndicat de Berlin se déclare prêt à acheter les semestrialités22, Paribas se porte acquéreur le 13 décembre 1892 pour se donner le temps de trouver une solution.

  • 23 BPPB, 672/dossier séparé, Suarès à Thors, 10.1.1893.
  • 24 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1892, p. 77.
  • 25 BPPB, P.-v. du conseil, 3 et 24.1.1893.

24Au Caire, le gouvernement se refuse à autoriser l’émission du titre représentatif23. Opposé à ce qu’il considère une nouvelle valeur égyptienne, il demande à la Caisse le paiement par anticipation des semestrialités24. La Caisse prélève la somme nécessaire sur le Fonds de réserve général, au crédit duquel l’Administration des chemins de fer continuera à lui présenter ses mandats pendant 22 ans. Paribas se dégage de son offre d’achat25.

III. UN CONTRAT SANS LENDEMAIN POUR LA SOCIÉTÉ DES BATIGNOLLES

  • 26 AN, 89AQ 1296, Fonds Batignolles, Contrat du 18.8.1894.
  • 27 Rapport du c.a. à l’AG du 22.12.1894.

25En 1894, à la faveur d’un nouveau programme d’extension, la Société des Batignolles réussit à décrocher son unique contrat de construction ferroviaire en Égypte. Il comporte la pose de 2 lignes de 66 km au total (nos 2 et 5 sur la carte), payées 57 903 Lég (1 500 746 F)26. La société entreprend ces travaux « avec le désir de profiter de cette première installation pour étudier des opérations plus importantes en préparation dans cette terre privilégiée »27.

  • 28 AN, 89AQ 1261, Fonds Batignolles, Adrien Gacon, ingénieur en Égypte, à Gouïn, 10.11.1895 ; ibid., (...)
  • 29 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 18.1 et 8.6.1897.

26Elle n’aura pas la même volonté au terme de son premier effort. Contrairement à la situation 1889, le paiement n’est pas différé, mais l’exécution du contrat conduit à deux litiges. En juillet 1895, la société suspend les travaux pour réclamer des améliorations dans l’application des clauses du contrat. Le tracé de la ligne ayant été changé, elle demande un délai prolonge et le transport gratuit des matériaux28. L’agent diplomatique arrive, à grand peine, à éviter un procès29 et obtenir qu’une nouvelle entente soit conclue.

  • 30 Ibid., AE a Cogordan, 22.2.1897.
  • 31 AN, 89AQ 1 296, Notes diverses et Accord du 31.3.1898 ; AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 29. (...)

27De nouveaux désaccords surgissent et, en janvier 1897, la société assigne l’Administration des chemins de fer devant le tribunal mixte. Le Quai d’Orsay s’inquiète de l’effet fâcheux que peut avoir le procès au point de vue de l’influence française30, mais le tribunal donne raison à la société31.

  • 32 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 18.1.1897.
  • 33 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 27.3.1895.
  • 34 AN, 89AQ 1 261, Gacon à Gouïn, 2.3.1896.
  • 35 Ibid., 11.2.1897.

28La société ne souhaite plus solliciter de contrats ferroviaires en Égypte32. Déjà en 1895, son représentant, Carlos Barbière, n’est pas autorisé à faire d’offres pour l’adjudication de la ligne Qinā-Aswān33. En 1896, l’ingénieur Gacon lui propose de participer au programme de chemins de fer agricoles. Il aurait un groupe prêt à se joindre à lui, mais il est disposé à faire une place, voire toute la place, à la société34. Gacon ne reçoit pas de réponse nette et, un an plus tard, la concurrence se fait redoutable. « Je ne puis me renfermer éternellement dans de vagues promesses sans courir le risque de perdre le terrain conquis »35. Le correspondant garde le silence et Gacon lui-même ne remporte pas de concessions.

  • 36 Le Moniteur officiel du commerce, 2 et 23.8.1894.
  • 37 Ibid., 7.9.1899.

29Les contrats de 1894 comprennent la fourniture de 24 locomotives. Parmi les 27 offres reçues, celle de la Société franco-belge, de Raismes, qui demande 1 025 000 F, est retenue36. Elle remporte une nouvelle adjudication pour 20 locomotives à 1 086 500 F en 1899 contre 17 concurrents37.

30Les sociétés françaises semblent plus à l’aise dans des transactions de ce genre, ponctuelles et réglées à brève échéance, que dans de lourds travaux publics pour lesquels les paiements sont différés, partant onéreux et aléatoires. La commande a un caractère commercial exempt d’immobilisations dans des projets dont il serait difficile de se dégager. L’industrie montre, la même réserve à l’égard de la formation de sociétés de chemins de fer en Égypte, que leur objet soit la construction, l’exploitation, ou les deux.

IV. NOUVEAU MODE DE FINANCEMENT ET SOCIÉTÉS PRIVÉES : UNE DERNIÈRE TENTATIVE DE PARIBAS

31Sauf pour les Chemins de fer de l’Est (1897), que Paribas parraine, les intérêts français sont absents de l’activité ferroviaire. Celle-ci se caractérise par une progression par étapes vers le Soudan et la constitution d’un réseau de chemins de fer agricoles à voie étroite.

  • 38 Dār al-wathā’iq (Archives nationales, Le Caire), Archives de la Maṣjaḥat al-sharikāt (Administrati (...)

32L’État adopte un mode de paiement suivant lequel il verse aux entrepreneurs un pourcentage des recettes annuelles de la ligne, avec un montant minimal garanti. L’Administration des chemins de fer exploite la ligne pendant un nombre fixe d’années au bout desquelles elle en devient propriétaire. Grâce à la garantie de revenu, la société fondée par les entrepreneurs se finance au moyen d’un emprunt obligataire émis par elle dès sa constitution. Le modèle du genre est le contrat du 30 avril 1895 avec la Société anonyme du chemin de fer de Keneh-Assouan (n° 9 sur la carte)38. Les promoteurs locaux et allemands sont identiques à ceux des lignes de 1891-1892.

  • 39 Acte préliminaire, statuts et décrets in Gelat, op. cit., vol. III, p. 275-277.

33Tantôt la société est exploitante : la ligne Caire- Ḥilwān (n° 6 sur la carte) est déjà construite lorsque Cattaui, Menasce et Suarès en deviennent les concessionnaires en 1888 et créent la Metropolitan and Cairo-Helwan Railway Company le 7 avril 189039. Tantôt elle est chargée de la construction et de l’exploitation. Il en est ainsi pour la ligne Manṣūra-Maṭariyya (n° 3 sur la carte), concédée le 29 juin 1895 à un groupe belge composé d’É. Empain, Georges de la Hault et la Société générale des chemins de fer économiques (Bruxelles).

  • 40 AE, AP Le Caire 228, Réponse de l’agence du Caire du CL à une demande de renseignements du Quai d’ (...)
  • 41 Le prince Husayn pacha Kamil, président, Riaz pacha, A. Sinadino, E. et F. Empain, G. et Frédéric (...)
  • 42 Cf. ci-dessous.

34Les fondateurs de la Société anonyme des chemins de fer de la Basse-Égypte, créée le 26 janvier 1896, sont les mêmes que ceux des Tramways du Caire. Le capital de 3 500 000 F est presque entièrement entre leurs mains40. Le premier conseil est à majorité belge41. L’État garantit une recette annuelle et, dès le début, la société émet un emprunt obligataire. Il en va de même pour la Compagnie des chemins économiques de l’Est égyptien42.

  • 43 AE, CP Égypte 144, Cogordan à Hanotaux, 18.5.1896.

35Une formule spéciale est adoptée pour la ligne d’Aswān à Wādī Ḥalfa (n° 10 sur la carte). L’État lui-même se charge de la construction et ne recourt au groupe germano-local que comme bailleurs de fonds et fournisseurs43. Il sait que la ligne, d’un faible intérêt commercial, est surtout stratégique. Elle fait partie du programme anglais de conquête du Soudan.

36Le système comportant la création de sociétés privées, qu’elles jouissent d’une rente garantie ou qu’elles exploitent directement, résout le problème de financement soulevé en 1889-1892. Jusqu’en 1895, les lignes appartiennent à l’État qui les exploite et règle périodiquement les frais de construction. Par la suite, les sociétés en deviennent elles-mêmes propriétaires pour un temps déterminé.

37L’émission d’obligations étant facilitée par la garantie d’annuité, le poids du financement et du coût de l’attente des paiements de l’État est transféré du groupe fondateur au public. Construit au moyen de l’emprunt obligataire, le tronçon de chemin de fer revient bon marché à la société qui l’entreprend. Celle-ci reçoit une rémunération différée sous forme des recettes d’exploitation ou des versements de l’État, dont elle distrait une portion pour amortir sa dette obligataire.

  • 44 Coptes en l’occurrence. AE, AP Le Caire 228, Réponse de l’agence du Caire du CL à une demande de r (...)

38Les intérêts étrangers se partagent les nouvelles concessions d’une manière relativement stable. A côté du groupe belge et de la coalition germano-locale, les sociétés anglaises demeurent indépendantes. L’Egyptian Delta Light Railways, constituée à Londres le 4 mars 1897, a un capital de 210 000 £ (5 250 000 F). Celui de la Fayoum Light Railways Company, créée au Caire le 17 février 1898, est de 87 750 Lég (2 274 480 F). Rarissime cas d’une société anonyme créée par des Égyptiens44, cette dernière est reprise en 1906 par l’Anglo-Belgian Company of Égypt.

  • 45 AE, NS Égypte 61, Note de Ph. Nicour, ingénieur français de l’Administration des chemins de fer ég (...)
  • 46 EF, B31291, Cogordan à Bourgeois, 14.5.1896.
  • 47 Ibid., 25.5.1896 ; AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.

39Les entreprises françaises se signalent par leur absence. Les seuls efforts décelables paraissent empreints d’une nonchalance fatale à la réussite dans un domaine si contesté. La concession provisoire pour le Manṣūra-Maṭariyya était en fait accordée en 1894 à un Français du Caire, Fr. Oziol, entrepreneur de travaux publics, avant d’être laissée au groupe belge. Pour des raisons personnelles, celui-ci ne donne pas à l’affaire le soin nécessaire45. Par une erreur de calcul, Marchand, constructeur de voies ferrées régionales en France, laisse échapper la concession qui va au groupe germano-local de la Compagnie de l’Est égyptien46. Il obtient qu’une concession lui soit réservée dans la province de Minūfiyya jusqu’à la signature d’un contrat en octobre 1896, mais ne revient pas47.

  • 48 AE, CP Égypte 140, Cogordan à Hanotaux, 5.7.1895.
  • 49 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.

40L’indécision des chefs d’industrie et le manque d’initiative de représentants insuffisamment autorisés mettraient l’industrie française dans une situation d’infériorité vis-à-vis des sociétés étrangères dont les agents sont munis de pouvoirs plus étendus48. Hésitante, elle n’est représentée que par des intermédiaires sans autorité, tandis que les concurrents accréditent de véritables mandataires49.

  • 50 AE, NS Égypte 62, de Valdrôme à Pichon, 14.5.1908.

41Sur place, les représentants des sociétés françaises auraient plus facilement accès aux fonctionnaires chargés d’examiner les soumissions que l’agent diplomatique, tenu à la réserve et à la discrétion que lui impose le principe de l’adjudication publique. « Nous aurions, en effet, mauvaise grâce à paraître demander qu’on tourne, quand notre intérêt est en jeu, un principe dont nous avons, à diverses reprises, énergiquement réclamé le respect »50.

  • 51 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 10.1.1905.

42Nantissement des créanciers de la Privilégiée, les chemins de fer sont considérés par les agents de la France comme un bien à gérer en vue du remboursement de la dette. Toute l’organisation est conçue en fonction du maintien de cette garantie, et non en tant qu’exploitation économique nécessitant des dépenses productives de revenus futurs. Elle n’était qu’un « rouage du mécanisme fiscal de l’Égypte »51. Le membre français de l’Administration des chemins de fer aurait-il des velléités d’étendre le réseau, qu’il lui serait rappelé l’opportunité de ne pas sortir de ses attributions.

  • 52 AE, CP Égypte 127, Ribot à de Reverseaux, 13.7.1892 ; Denaut à Ribot, 18.7.1892.

43En 1892, Prompt, membre français de l’Administration des chemins de fer, prépare une étude qui recommande la prolongation du réseau vers le Soudan. Pour le consul, il n’appartient pas à la France, aussi longtemps que dure l’occupation, de prendre des mesures tendant à accroître l’importance de l’Égypte comme voie de transit et comme marché des produits centrafricains. L’entreprise ne serait qu’un prétexte pour prolonger l’occupation. En somme, le rôle de l’administrateur français consiste avant tout à contrôler la gestion financière des réseaux qui constituent l’un des gages des créanciers et à veiller aux intérêts des porteurs de titres52.

  • 53 AE, CP Égypte 140, Cogordan à Hanotaux, 19.7.1895.

44Face à de telles dispositions, le gouvernement tente, à l’évidence, de contourner l’Administration des chemins de fer pour la construction des nouvelles lignes. Il compte sur l’appui d’une majorité des commissaires de la Caisse de la dette et sur le recours aux sociétés privées. Cette politique va jusqu’à l’octroi de la concession pour la Qinā-Aswān en 1895 sans adjudication publique, procédé nouveau53.

  • 54 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 3.5.1895.

45Le cahier des charges est rédigé par les ministères des Travaux publics et des Finances en dehors de l’Administration des chemins de fer qui n’en est informée qu’après que le contrat est arrêté et convenu. La Caisse en discute, et à quatre voix contre deux – celles des membres français et russe – reconnaît la prérogative du gouvernement de traiter directement avec les concessionnaires et lui accorde une allocation prise sur le Fonds de réserve54.

  • 55 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.
  • 56 Ibid., Georges Louis, commissaire français à la Caisse, à Hanotaux, 17.5.1897.

46Nul doute sous l’effet de la succession de concessions à des sociétés privées, l’agent diplomatique est amené à modifier ses vues et à regretter le défaut de soumissionnaires français. Le revirement prend à contre-pied le représentant à l’Administration des chemins de fer. Prompt se pose alors en défenseur du droit de son organisme à être consulté avant l’octroi de concessions. Toutefois ses protestations n’obtiennent pas l’adhésion de ses collègues55, et le gouvernement fait valoir qu’une concession constitue un acte administratif de sa compétence exclusive. Saisie de la question par Prompt, en mai 1896 et janvier 1897, la Caisse de la dette ne se prononce pas. Par ailleurs, les dispositions de la majorité « ne permettent pas de penser qu’il y aurait avantage à la mettre dans la nécessité de prendre parti »56.

  • 57 Ibid., Note de la Direction politique, 14.4.1897.
  • 58 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 31.5.1895.

47A Paris, on n’éprouve pas, du reste, le besoin de le faire. Le conseiller juridique du Quai d’Orsay, Louis Renault, estime qu’on ne saurait contester au gouvernement le droit de concéder des chemins de fer à des sociétés privées, à condition qu’il ne s’agisse pas d’un emprunt déguisé, et que cela ne porte pas préjudice au réseau affecté aux créanciers en lui suscitant de la concurrence57. Ce sont les deux seules objections que peuvent soulever les représentants français. La première surgit au moment de la concession de la Qinā-Aswān58, et paraît infirmée par la pratique des nouvelles sociétés concessionnaires d’emprunter sous leur propre responsabilité. La seconde est par la suite soulevée par Prompt.

  • 59 AE, NS Égypte 61, Note de Nicour, 17.6.1896.
  • 60 Ibid, Note de Direction politique, 14.4.1897.

48Ce dernier croit, par exemple, en ce qui concerne la ligne du groupe belge, qu’elle est de nature à faire subir un dommage considérable au chemin de fer de l’État. Si la prolongation de la voie ferrée vers Maṭariyya dirigeait le trafic sur Port-Sa‘īd au lieu de Manṣūra, elle détournerait d’Alexandrie les produits des deux provinces les plus riches de la Basse-Égypte, la Daqahliyya et la Sharqiyya59. C’est à ce propos que le changement d’attitude de l’agent diplomatique est le plus marqué. Cogordan estime que Prompt se montre trop intransigeant. Loin de lui taire concurrence, les nouvelles lignes augmentent le trafic du réseau de l’État en lui amenant davantage de marchandises à transporter60.

  • 61 Ibid., Note pour le ministre, 30.12.1896.
  • 62 Ibid., Note de la Direction politique, 14.4.1897.

49Les sociétés françaises sont-elles tenues au courant de cette évolution de la politique française ? Il est permis d’en douter. Paribas ne peut avoir conservé une idée bien nette de la ligne de conduite du gouvernement lors de l’affaire des semestrialités en 1892-1893. En 1896, les autorités paraissent craindre, à tort, la participation de Paribas à des lignes en Haute-Égypte61. Leurs préoccupations sont d’ordre militaire, mais elles ne peuvent qu’entretenir l’équivoque dans l’esprit des banquiers. Aussi, à la veille de participer à la Compagnie de l’Est, Paribas juge-t-elle politique de demander au Quai d’Orsay si des sociétés françaises pourraient s’y intéresser. On ne la décourage pas62.

  • 63 AE, AP Le Caire 268, Note sur la Compagnie.

50La participation de Paribas se produit à l’occasion de la fondation de la Compagnie des chemins de fer économiques de l’Est égyptien. Bien qu’elle ne figure pas parmi les fondateurs, la banque française remplace le groupe allemand qui a coutume de s’associer aux trois maisons locales. La concession est accordée aux banques Suarès, Menasce et Cattaui et à Pelizaeus. Ils se partagent le capital entièrement libéré de 200 000 £ (5 040 000 F) dans les proportions suivantes : 55, 20, 15 et 10 %63.

  • 64 EF, B467, Acte de concession, 21.5.1896.
  • 65 BPPB, P.-v. du conseil, 25.5.1897.
  • 66 BPPB, Dossier 172/4, Suarès frères à Paribas, 12.6.1897. Le conseil est composé de F. Suarès, prés (...)

51Le but de la société, constituée le 19 mai 1897, est de construire et d’exploiter 10 lignes (350 km) de chemins de fer agricoles à voie étroite. La concession est accordée pour 70 ans, au terme desquels le gouvernement deviendra, sans indemnité, propriétaire. Il garantit aux concessionnaires une recette nette annuelle de 900 F/km ; la moitié des recettes brutes au-delà de 5 625 F par an par km appartiendra au gouvernement64. Paribas souscrit au pair un quart du capital65, cédé proportionnellement par les fondateurs, et choisit un membre du conseil66.

  • 67 Ibid., Prospectus du 10.7.1897.
  • 68 AE, AP Le Caire 268, Lefèvre-Pontalis, chargé d’affaires, à Delcassé, 4.8.1898

52La Compagnie émet immédiatement 12 500 obligations de 20 £ (504 F) 3,5 % remboursables en 70 ans. Paribas les prend à 446,25 F et les cède au public au même cours, mais elle a droit à des commissions de 4 %67. Actions et obligations sont admises à la cote officielle. Du point de vue politique, la possession des titres d’une des meilleures concessions de la Basse-Égypte est bénéfique à l’influence française68. La recette nette annuelle garantie par le gouvernement pour les 350 km s’élèvant à 315 000 F et le service total des obligations à 242 304 F, la marge bénéficiaire semble confortable.

  • 69 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898 ; ibid.. Dossier 173/10, Note de l’administrateur-d (...)
  • 70 BPPB, P.-v. du conseil, 20.2.1900.

53L’affaire dépasse les prévisions les plus optimistes des fondateurs69, justifiant une augmentation du capital à 8 125 000 F en mars 1900. Les actions nouvelles de 100 F sont émises à 106,25 F, produisant 3 320 300 F70. Un quart des première et deuxième tranches d’actions, et toutes les obligations sont écoulées en France, soit un total de 7 674 141 F.

54En avril 1900, la société fusionne avec l’Egyptian Delta Light Railways Company au moyen d’un échange d’actions. Paribas se dégage de ce chemin de fer et n’a pas de rapports avec la Delta.

55Cette entreprise n’est suivie d’aucune autre du côté français. D’ailleurs la décennie de construction de nouvelles lignes et de création de sociétés privées tire à sa fin. Le réseau a beaucoup plus besoin de réfection que d’extension ; l’émission d’une nouvelle tranche d’obligations Privilégiées en 1900 doit y pourvoir. En tant que garantie du service de la dette, l’Administration des chemins de fer constitue une institution devenue désormais inutile. D’une part, le danger de banqueroute est écarté ; d’autre part, l’Administration, déficitaire, se trouve toujours dépendante des allocations du Trésor. Une logique commerciale de l’exploitation tend à se substituer à la conception créancière qui prévaut depuis 1876.

56Diverses combinaisons sont évoquées par des financiers pour acheter les chemins de fer de l’État et rembourser la Dette privilégiée. Aucune ne se concrétise et la transformation de l’Administration des chemins de fer à la suite des accords franco-anglais du 8 avril 1904 libère les revenus précédemment affectés à la garantie des créances. C’est l’État qui rachète alors quelques lignes privées, notamment la Port-Sa‘īd-Ismā‘īliyya (1902), appartenant à la Compagnie de Suez, les chemins de fer de la Dā’ira Saniyya (1906), etc. D’autres continuent leur exploitation, tels l’Alexandria and Ramleh Railway Co., la Delta, la Fayoum Company et la Chemins de fer de la Basse-Égypte.

57La Société des Batignolles pose 2 voies ferrées pour 1 500 746 F. Trois commandes de locomotives rapportent à la Franco-belge et à Cail 14 111 500 F. Avec l’investissement dans la Compagnie de l’Est, le bilan n’est pas mince, compte tenu que l’Administration des chemins de fer ne constitue pas un client aux ressources illimitées. Organisme de tutelle des créanciers, elle gère le réseau dans la perspective du paiement des coupons de la dette Privilégiée. Ses dépenses d’extension ou de réfection sont sévèrement comprimées et, tout compte fait, peu fréquentes. Les commandes pour l’entretien après la prise en charge par l’État en 1904 vont de préférence à l’industrie anglaise. Quant au réseau, il est, à toutes fins pratiques achevé, sauf pour la ligne vers la Palestine.

V. LES PONTS SUR LE NIL

58Les sociétés françaises portent plus d’intérêt à la construction de ponts sur le Nil qu’à la pose de voies ferrées. Que ce soit le caractère mieux circonscrit de l’entreprise, l’absence du problème de l’exploitation ou la non-affectation de cette ressource au gage des créanciers de la dette publique, les soumissionnaires français se présentent volontiers.

  • 71 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1890, pp. 226-227.
  • 72 AN, 89AQ 1296, Fonds Batignolles ; le Moniteur officiel du commerce, 23.8.1894.

59On sait que Daydé et Pillé obtient le contrat pour le pont d’Imbāba en 1889. En mars 1891, le pont entre Ṭalkha et Manṣūra lui est adjugé pour 759 000 F, payés en or71. Le pont de Nag’ Ḥammādī dans la Haute-Égypte est construit par la Société de Levallois-Perret au prix de 1 100 000 F et celui de Disūq dans le Delta par Nouguès, Kessler et cie pour 1 553 000 F72.

  • 73 La Compagnie de Fives-Lille, Nouguès et Kessler, Société des ponts et travaux en fer. Société fran (...)
  • 74 William Arrol and Co., Pearson and Sons Ltd, Jackson.
  • 75 Harkort, Rass.
  • 76 Beaume et Marpent, Société anonyme de compression mécanique du sol.
  • 77 Padova et Rolin.
  • 78 Le Capitaliste, 25.2.1904.

60L’adjudication pour le pont métallique de l’île d’al-Rawda à Jīza (535 x 20 m) près du Caire, en avril 1904 suscite un désaccord entre les fonctionnaires britanniques et les représentants français. Il y a 13 soumissionnaires : 5 Français73, 3 Britanniques74, 2 Allemands75, 2 Belges76 et 1 d’Égypte77. Les devis des Anglais sont les plus coûteux et leurs délais d’exécution les plus longs. La commission qui décide de l’adjudication est présidée par sir William Garstin, sous-secrétaire d’État aux Travaux public78.

  • 79 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcassé, 15.4 et 1.5.1904 ; NS Égypte 72, de la Boulinière à (...)
  • 80 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 25.4.1904.
  • 81 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1904.
  • 82 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 24.4.1904.
  • 83 Recueil consulaire belge, t. 41, p. 21. Rapport de de Gaiffïer d’Hestroy 5.6.190 S.
  • 84 AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichon, 16.12.1907.

61Quatre projets sont retenus par le ministère des Travaux publics et soumis à la Caisse : ceux de Cail, Fives-Lille, Daydé et Pillé, et William Arrol de Glasgow. Seuls les deux derniers demeurent vraiment en lice. Les projets des sociétés françaises sont de 475 000 F à 525 000 F inférieurs à celui de Arrol, qui se monte à 4 800 000 F79. Mais d’énergiques pressions s’exercent depuis Londres80 et les autorités anglaises d’Égypte recommandent à la Caisse dans les termes les plus pressants l’adoption du projet d’Arrol81. Celle-ci met de côté les considérations strictement financières et laisse au gouvernement la responsabilité du choix82. Le pont construit par Arrol, inauguré le 6 février 1908, coûte, en fin de compte, un montant sensiblement supérieur à celui prévu par la soumission, soit 7 257 600 F83. La société bénéficie de délais de faveur et d’indemnités spéciales84.

  • 85 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 25.5.1904 ; NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcas (...)
  • 86 Ibid., 23.6.1904.

62Les autorités britanniques en Égypte, voulant transiger, proposent de donner sans adjudication d’autres travaux à titre de compensation à Daydé et Pillé : 2 ponts dans la Basse-Égypte pour 1 425 000 F, différents travaux ferroviaires pour 1 250 000 F et des commandes pour 500 000 F85. Alors que Cail est choisie pour la fourniture de 10 locomotives d’une valeur de 12 000 000 F, le contrat entre Daydé et Pillé et l’Administration des chemins de fer pour les ponts est rejeté par le ministère des Travaux publics en raison du prix trop élevé86.

  • 87 Journal du Caire, 15.1.1908 ; Echo-Bourse (Anvers), 4-7.1.1908.

63La véritable compensation est accordée en 1908 sous forme de la plus importante commande de travaux publics de la période. Il s’agit de la construction de 2 ponts reliant le quartier de Bulāq, au Caire, à l’île d’al-Jazīra, et celle-ci à la rive droite du Nil. La valeur du contrat pour les ponts de Bulāq (275 x 20 m) et de Zamālik (125 x 16,50 m) se monte à 8 164 800 F. Six sociétés soumissionnent87 :

64The Cleveland Bridge & Engineering Co. à........... 7 322 322 F

65Fives-Lille à....................................... 7 741 812F

66John Cochrane & Sons à............................ 9 245 016 F

67Daydé et Pillé à.................................... 9 331 200 F

68Schneider (Creusot) à............................... 10 414 733 F

69William Arrol à.................................... 12 070 036 F

  • 88 Rapport du c.a. à l’AG de Fives-Lille du 18.11.1912.

70Constructeur d’un pont sur le Nil en 1870, Fives-Lille remporte l’adjudication. Les ponts sont inaugurés le 8 août 191288. Au total, les entreprises françaises construisent 4 ponts facturés 5 442 000 F.

VI. L’ASSAINISSEMENT DU CAIRE (1891-1909)

  • 89 G. Alleaume, « Hygiène publique et travaux publics : les ingénieurs et l’assainissement du Caire ( (...)

71Le problème de l’hygiène publique est périodiquement relancé au Caire par le retour offensif des épidémies. La première Commission d’assainissement, constituée le 27 janvier 1885, produit un rapport qui reste sans suite. De nouvelles fièvres en 1891 soulignent l’état alarmant des conditions sanitaires de la capitale. Se posent alors les questions partiellement techniques89 et largement financières en vue d’y porter remède.

  • 90 AE, Affaires d’Égypte, 1884-1893, Imprimerie nationale, Paris, 1893, Circulaire du 20.5.1891.

72Le gouvernement voudrait augmenter les dépenses administratives autorisées ; il propose qu’une partie des recettes de l’octroi soit appliquée aux travaux d’assainissement90. La mesure, comme tout amendement aux conventions, dépend du consentement des puissances.

73Les autorités françaises ne peuvent s’y refuser car l’état du Caire appelle les mesures urgentes. Comme de coutume, ce genre de situation prend couleur de conflit politique. La presse officieuse de l’occupant ne ménage pas ses critiques à un gouvernement français hostile aux réformes et égoïstement tatillon. A quoi ripostent les organes à la dévotion française en mettant sur le compte de l’incompétence et de l’esprit d’accaparement des fonctionnaires anglais les conditions déplorables du pays.

  • 91 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 21.5.1891.

74L’agent diplomatique ne croit pas possible de refuser les moyens sollicités mais la combinaison financière soulève maintes difficultés. Les revenus des contributions directes et indirectes de la capitale sont affectés à l’emprunt de 1888. Les produits des impôts des patentes et de la propriété bâtie devraient, estime l’agent, être employés de préférence aux revenus de l’octroi. Cela rendrait moins impopulaires ces deux nouvelles taxes dont les Européens, récemment soumis à elles, se plaignent. Dernier souci, et non des moindres, l’agence et le Quai d’Orsay ont connaissance de l’intention de concéder les travaux à un Anglais, Baldwin Latham, qui a déposé un projet de canalisation dont le devis se monte à 600 000 Lég (15 552 000 F)91.

  • 92 AE, AD Finances 7, Note pour le ministre, s.d. (entre le 12 et le 27.6.1891).

75Aspects politiques, techniques et financiers s’enchevêtrent. Sans doute s’agit-il d’une dépense sanitaire, mais le gouvernement français doit faire sentir le prix de son accord en posant ses conditions. Par ailleurs, il soupçonne que la situation d’urgence soit suscitée, probablement pour forcer la main des puissances. Jusqu’en 1887, le Caire possédait une canalisation rudimentaire. Le service sanitaire, dirigé par un Anglais, le fait supprimer sans prendre de mesures pour le remplacer. Enfin toute dépense paraît injustifiée : des personnes compétentes croient que la canalisation peut s’effectuer sans charges pour l’État par suite de l’ouverture de nouvelles voies et la vente des terres qui constitueraient le bénéfice de l’entreprise92.

  • 93 AE, CP Égypte 122, Ribot à de Reverseaux, 27.6.1891.
  • 94 Ibid., de Reverseaux à Ribot, 11.7.1891.
  • 95 Ibid., Ribot à de Reverseaux, 25.7.1891.
  • 96 AE, AD Finance 7, de Reverseaux à Ribot, 25.7.1891 ; Affaires d’Égypte, op. cit., Ribot à de Rever (...)

76Le Quai d’Orsay préfère qu’une Commission internationale étudie les différents projets et se prononce sur le chiffre probable des dépenses. Après quoi le gouvernement français examinerait le côté financier93. Cela permettrait d’imposer une forme d’adjudication et des limites aux fonds à allouer. Les autorités en Égypte acceptent la création d’une Commission de trois ingénieurs, français, anglais et allemand, à la condition crue le gouvernement français promette d’accepter par avance sa décision94. À Paris, on donnerait son assentiment si les commissaires tombent d’accord et s’il y a des ressources suffisantes en dehors des économies réservées à la dette publique95. Les autorités du Caire essaient alors de limiter la commission à un rôle consultatif et laissent entendre que l’accord à la Commission s’établirait à la majorité et non à l’unanimité, ce que rejette absolument Paris96.

  • 97 AE, AD Finances 7, Note par Le Chevalier, 21.7.1891.
  • 98 Ibid., Lettre d’E. Wickersheim, ancien député, à Ribot, 23.7.1891 ; Entreprise de travaux publics (...)

77Les négociations en restent là momentanément. De l’avis du commissaire français à la Caisse de la dette, le décret soumis à l’approbation des puissances ne comporte pas de difficultés. Le budget est en état de supporter la dépense annuelle de 40 000 Lég (1 036 800 F) qui en résultera. Il juge plus important d’assurer le bon usage des ressources et d’empêcher l’adoption du projet de Latham97, contre lequel des protestations se font entendre à Paris98.

  • 99 Affaires d’Égypte, op. cit., Mémorandum de Tigrane pacha, 24.9.1891.

78En août 1891, les autorités en Égypte acceptent le principe de l’unanimité. Si les membres ne s’entendent pas, un ingénieur hollandais ou belge sera adjoint à la Commission en qualité d’arbitre avec voix prépondérante. Le projet qu’on aura arrêté sera mis en adjudication. En contrepartie, la France concède que le gouvernement ne soit pas tenu d’exécuter le projet qui lui serait recommandé99. Un décret est promulgué le 8 décembre 1891 autorisant l’augmentation des dépenses jusqu’à concurrence de la moitié du produit de l’octroi.

79Instituée le 6 janvier 1892, la Commission appelle les offres et se réunit le 5 février pour examiner les 30 projets qui lui sont présentés par des Égyptiens, des Français et des Anglais. Elle n’en adopte aucun et soumet, dans son rapport du 10 mars, un avant-projet préconisant une dépense de 12 500 000 F pour un système du « tout à l’égout ». Elle laisse, en outre, le soin de préparer le projet définitif au secrétaire général du ministère des Travaux publics, l’ingénieur français Barois, qui le termine en juin 1893.

  • 100 AN, 89AQ 1 292, Fonds Batignolles, Rapport de la Commission internationale d’assainissement de la (...)

80Le rapport de la Commission fait état des dangereuses conditions sanitaires de la capitale. D’une superficie de 1 630 ha, elle a, selon le recensement de 1882, une population de 374 838 habitants, composée de 353 188 Égyptiens et de 21 650 étrangers. Si la distribution de l’eau est convenable, les égouts font complètement défaut. Les fosses sont seules usitées. Certaines sont vidangées, d’autres à fond perdu. Comme elles ne sont pas toutes aussi étanches que prévu, les infiltrations favorisent la maladie. D’un total de 17 283 en 1882, année du dernier recensement, la mortalité est de 46,1 pour mille alors que, à titre de comparaison, elle atteint 17,4 à Londres, 23,5 à Paris, 23,7 à Berlin et 29,7 à Marseille. Sur 33 villes citées par le Rapport annuel de l’Administration des services sanitaires et d’hygiène publique d’Égypte, trois dépassent 30 pour mille et seule Madras est au-dessus de 40, soit à 48100.

81Après 1885, une entreprise privée, la Cairo Sewage Transport Co., vide les fosses au moyen de pompes à vapeur et transporte les vidanges dans des réservoirs hermétiquement clos hors du Caire vers les deux dépotoirs de la Société des engrais. Séchés, ils sont vendus comme engrais. Le système d’égouts à construire amènerait les matières collectées et les eaux usées vers un champ d’épandage au nord-est du Caire. Des machines élévatoires y seraient installées pour pomper les eaux et les refouler dans le désert, où elles serviraient à la mise en culture et à l’irrigation des terres incultes.

  • 101 Ministre des Travaux publics, Projets d’assainissement de la ville du Caire : rapports et document (...)
  • 102 AE, AP Le Caire 23, Note d’Aristide Gavillot, 13.3.1894.

82Le projet soumis par Barois évalue la dépense à 26 179 200 F et reçoit l’approbation de la Commission101. Face à un débours de cette importance, les autorités ne prennent pas de parti définitif. De son côté, le gouvernement français subit les pressions du groupe colonial qui le pousse dans le sens du strict maintien des lois touchant la dette publique102.

  • 103 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 18.2.1897, 26.4 et 24.5.1898 ; Hanotaux à Cogordan, 7.6.189 (...)
  • 104 AE, NS Égypte 74, Buṭrus Ghālī, ministre AE, à F. Charles-Roux, 5.7.1907.
  • 105 AE, NS Égypte 70, Cogordan à Delcassé, 2.6.1902 ; Lecomte à Delcassé, 15.7.1902.

83Hormis une initiative sans conviction en 1897103, l’assainissement ne revient à l’ordre du jour qu’en 1907 lors d’une épidémie de choléra. Butant toujours sur le problème financier, les autorités du Caire, face à un projet dont les frais s’élèvent à 51 840 000 F, sondent l’agence le 5 juillet 1907 au sujet d’une majoration de 8 à 10 % du taux de la taxe sur la propriété bâtie104. Suite à l’abolition des droits d’octroi, sans cesse décroissants, par le décret du 29 novembre 1902105, le gouvernement recherche des ressources complémentaires.

  • 106 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichon, 12.7.1907.
  • 107 AE, CP Égypte 79, Ramure, agent diplomatique, à P. Challemel-Lacour, ministre AE, 27.6.1883 ; CP É (...)

84La promptitude du bon accueil de l’agent106 fait contraste aux tiraillements auxquels l’imposition de la taxe sur la propriété bâtie donne lieu de 1881 à 1887. En vertu des Capitulations, tout impôt touchant les ressortissants d’un État signataire est soumis à l’approbation de leur gouvernement. Les Européens ne paient pas de taxe foncière dans les villes en Égypte et le projet de décret vise à rendre imposable leur propriété bâtie. De longues négociations s’ensuivent avant l’entrée en vigueur en 1888107.

  • 108 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichon, 8.8.1907.
  • 109 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 3.9.1907.
  • 110 Ibid., Requête à de Valdrôme et rapport d’A. Canéri, 30.11.1907.
  • 111 AE, NS Égypte 58, de Valdrôme a Pichon, 13.1.1908 ; NS Égypte 23, Pichon et Louis au chargé d’affa (...)

85En 1907, il n’est plus de bonne politique de se prévaloir trop rigoureusement des privilèges que confèrent les Capitulations. On donnerait des armes à ceux qui mènent une campagne contre le régime capitulaire. Toute opposition au projet d’assainissement risquerait d’être fort impopulaire108. D’accord en principe, le ministre souhaite, si possible, exercer un contrôle sur l’emploi des sommes affectées109. Malgré les protestations des propriétaires français d’Égypte110, l’agent diplomatique estime que la France aurait mauvaise grâce à marchander son concours pour une œuvre d’un intérêt aussi général et urgent. Elle donne son consentement111.

  • 112 AE, NS Égypte 58, AE à l’agence, 12.12.1908.
  • 113 Ibid, Pichon à Geoffroy, 13.5.1909.

86Plus de 17 ans après les premières études, la mise en adjudication commence fin 1908 et 12 entreprises soumissionnent. Quatre sociétés françaises se font concurrence et réclament l’appui diplomatique. La première en lice, les Établissements Bonna, propose des tuyaux en acier pour la canalisation et obtient que l’agence seconde ses démarches112. Elle est suivie de Perchod qui ne fait pas de représentations auprès du ministère. En avril 1909, la Société des grands travaux de Marseille décide de prendre part à l’adjudication. Elle prévoit l’emploi de tuyaux en fonte et sollicite activement le soutien de l’agence. En mai, la société Allard et Lasserre se présente et se fait accorder le même appui113.

  • 114 AE, AP Le Caire 272 bis, Bazin, directeur, à F. Charles-Roux, 17.4.1909 ; C. Rebuffel, directeur S (...)
  • 115 Ibid, de Blignières à Geoffray, 15.6.1909.

87C’est par le canal de la Société marseillaise de crédit que la SGTM se mérite l’intervention de l’agence. En effet le président de la banque, Jules Charles-Roux, est le père de François, secrétaire au Caire. On a recours à ce dernier pour avoir l’oreille du ministre de France, Geoffray. Les deux sociétés sont en excellentes relations114. Bonna est secondé par de Blignières, le contrôleur de 1880 à 1882115.

  • 116 Moniteur officiel du commerce, 18.3.1909.
  • 117 AE, AP Le Caire 272 bis, Rebuffel au ministre des Travaux publics d’Égypte, 15.4.1909.

88La SGTM n’avait peut-être pas besoin de tant de sollicitude. Le gouvernement impose, pour l’admissibilité, l’obligation de présenter un certificat attestant que le soumissionnaire a exécuté dans les 10 dernières années des travaux d’assainissement d’au moins 300 000 Lég (7 776 000 F)116. La société a effectué les travaux de Marseille de 1892 à 1900, et environ 10 000 000 F de travaux par an117. En pratique, la nouvelle condition élimine les autres sociétés françaises.

  • 118 AE, NS Égypte 58, André Ribot à Pichon, 28.6.1909 ; PP, Egypt n° 1 (1920), p. 35.
  • 119 AE, NS Égypte 58, Pont-à-Mousson à Pichon, 28.6.1909.
  • 120 AE, AP Le Caire 272 bis, Rebuffel à F. Charles-Roux, 20.4.1909.

89En juin 1909, le contrat de 11 623 072 F pour le drainage du Caire, la construction du collecteur principal et l’aménagement des installations de traitement à Khanka, à 24 km au nord du Caire, est adjugé à la firme britannique Hughes & Lancaster. Celui pour l’exécution de la conduite du refoulement de la station principale de pompage aux installations de traitement, d’une valeur de 2 347 756 F, est attribué à la SGTM118. Ainsi la canalisation en fonte l’emporte sur celle en béton armé ou en acier. Les tuyaux de fonte seront fabriqués par la Société des hauts fourneaux de Pont-à-Mousson. La quantité se monte à 9 000 tonnes de fontes moulées pour 12 000 m de tuyaux119. La SGTM amène à ses côtés Fougerolle de Paris et Ed. Almaggia et cie de Rome, avec lesquelles elle a déjà été associée120. Des firmes locales remportent des contrats pour des fournitures diverses.

  • 121 C. Carkeet James, Sewerage of Cairo. Report on the Second Section, Le Caire, National Printing Dep (...)

Tableau 81 Contrats121

Tableau 81 Contrats121
  • 122 Id.
  • 123 PP, Egypt n° 1 (1920), p. 44

90Cinq contrats d’une valeur estimée de 471 000 Lég (12 208 320 F), relatifs à la construction de la centrale de pompage, suivront122. Commencés en septembre 1910, les travaux sont terminés en mars 1915123. Le réseau d’égouts est prolongé de 22 km en 1919. Ajoutés l’année suivante, 27 km supplémentaires traversent la ville ancienne.

VII. ALEXANDRIE : LA MUNICIPALITÉ

91À Alexandrie, les travaux nécessaires sont ajournés par suite : des nombreux différends entre le gouvernement et la municipalité, ainsi que des désaccords sur les plans technique et financier. Soulevé en 1894, le projet de construction de quais et d’un grand égout collecteur s’effectue partiellement en 1902. L’adjudication complémentaire n’est réalisée qu’en 1912. La situation est davantage compliquée par l’existence d’une commission municipale au sein de laquelle s’affrontent Égyptiens et étrangers. La question financière prime toutes les autres.

  • 124 Ilbert, thèse citée, pp. 334-342.

92Rouage central dans l’adjudication des contrats, la municipalité d’Alexandrie124 résulte d’une suite d’essais dans lesquels interviennent les résidents européens, les puissances et le gouvernement. En 1869 négociants et exportateurs de coton créent une Commission municipale provisoire. Au moyen de taxes facultatives et de contributions volontaires que s’imposent ses fondateurs, elle s’occupe surtout de la voirie. Devenue la Commission d’édilité en 1885, son terme expire le 15 mars 1888 comme, du reste, l’engagement quinquennal des négociants et propriétaires d’immeubles de fournir leur contribution volontaire.

93A la veille de cette échéance, ils déclarent qu’ils ne le renouvelleront pas, et soumettent aux puissances un projet d’établissement de municipalité internationale. Bien que le gouverneur d’Alexandrie, nommé par le gouvernement, soit responsable de tous les services urbains, le Trésor ne contribue qu’une faible partie des dépenses municipales.

  • 125 AE, CP Égyptel09, Kleczkowski à d’Aubigny, agent diplomatique, 20.1.1888.
  • 126 Ibid, de Beaucaire, agent diplomatique, à Emile Flourens, ministre AE, 18.7.1887.

94Consul et agent français accueillent le projet avec circonspection. La demande de percevoir sur les Européens des taxes municipales touche les sujets les plus complexes. Il s’agit moins des immunités capitulaires – les demandeurs sont étrangers –, que des prérogatives des créanciers. En suggérant que le gouvernement abandonne à la municipalité une partie des revenus urbains d’Alexandrie, les notables abordent par un côté délicat le budget de l’Égypte125, rigoureusement assujetti aux conventions avec les créanciers. Leurs propositions grèveraient le budget de l’État de près de 750 000 F par an126.

  • 127 Ibid., Kleczkowski à d’Aubigny, 20.1.1888.

95Sur d’autres plans, le projet pour un conseil municipal soulève de sérieuses objections. Munie de pouvoirs trop étendus, la Commission deviendrait un champ de rivalités entre personnes et nations. La colonie française n’est que 3e en nombre – après les Italiens et les Grecs – et 2e en richesse – après les Grecs. Dans un conseil élu, Italiens et Hellènes seraient prépondérants. Si les consuls devaient désigner les membres du conseil, l’immixtion compromettrait l’autorité consulaire sans présenter d’avantage pratique127.

  • 128 Ibid., d’Aubigny à Flourens, 3.2.1888.

96De l’avis de l’agence, les pouvoirs de la municipalité doivent être étroitement délimités. Elle aurait surtout pour mission de veiller à l’emploi des fonds municipaux et peut-être à emprunter pour assurer l’exécution de grands travaux de voirie. Le point capital demeure le budget ; il doit être élaboré par les représentants des puissances de concert avec le gouvernement, et soumis à l’approbation de leurs gouvernements respectifs pour toutes les taxes nouvelles devant frapper les Européens128.

  • 129 AE, CP Égypte 112, d’Aubigny à René Goblet, ministre AE, 16.11.1888.

97L’accord des consuls pour la constitution d’une municipalité se heurte au souhait du gouvernement de réduire, plutôt que d’augmenter, sa participation pécuniaire. Naturellement le projet est écarté et la Commission d’édilité prolongée. « On s’est aperçu bien vite qu’il faudrait payer assez cher le luxe d’une municipalité »129.

  • 130 AE, CP Égypte 114, Circulaire et décret.
  • 131 Ibid, d’Aubigny à Spuller, 9.6.1889.

98En 1889, un projet de décret est arrêté entre le gouvernement et le comité des représentants des puissances formé en 1888 à cet effet. Il prévoit un conseil dans lequel il y aurait parité entre les membres élus par les contribuables et ceux désignés par le gouvernement. Un cens de 2 000 F de loyer écarte la grande majorité de la population. La contribution financière de l’État est allégée de 1 036 800 F à 919 953 F, celle des Européens augmentée130. Les grands propriétaires d’immeubles envisagent le projet sans défaveur. Leurs maisons reprendront de leur valeur après le marasme des années 1880 si des dépenses sont consenties pour l’embellissement et la salubrité de la ville. La masse de locataires paiera plus d’impôts131.

  • 132 Si le décret attribue à la municipalité une nationalité égyptienne, l’arrêt du 9 novembre 1892 lui (...)
  • 133 AE, CP Égypte 127, de Reverseaux a Ribot, 21.5.1892.
  • 134 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 25.11.1892.
  • 135 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Casimir-Périer, 24.12.1893.

99Instituée par le décret du 5 janvier 1890, la Commission municipale d’Alexandrie, organisme administratif à base électorale mixte132, est paralysée dès le début par les dissentiments qui règnent en son sein. Le conflit semble permanent entre le président de droit, le gouverneur d’Alexandrie, et le vice-président, nommé parmi les membres de la Commission. L’un représente le gouvernement, l’autre la municipalité133. Aux frictions entre municipalité d’Alexandrie et gouvernement s’ajoute « la guerre intestine » entre membres égyptiens et étrangers de la Commission134. La crise est telle que la suppression de la municipalité est envisagée au Conseil législatif, mais le gouvernement s’y refuse135.

  • 136 AE, CP Égypte 136, Boutiron à Hanotaux, 18.7.1894.

100L’agence est persuadée que la difficulté d’équilibrer le budget constitue l’un des plus puissants moyens pour amener le gouvernement à modifier le décret organique. Le droit d’un demi pour mille sur les exportations arrivant à expiration à la fin de l’exercice 1894, le gouvernement sollicite l’autorisation de le proroger pour un an. Il présente aussi un rapport qui modifie le décret en augmentant le nombre de hauts fonctionnaires du gouvernement. Les étrangers seraient mis en minorité. Dans ces conditions, la, colonie française préfère revenir à l’ancien système d’administration par l’État, à condition que celui-ci n’ait pas la liberté d’accroître les taxes destinées aux dépenses de la ville136.

  • 137 AE, CP Égypte 141, Cogordan à Hanotaux, 19.11.1895.
  • 138 AE, CP Égypte 139, Hanotaux à Cogordan, 24.4.1895.
  • 139 La Ville du Caire : son présent et son avenir. Le Caire, 1905.

101Lors de la reprise des pourparlers sur le budget municipal, l’agence est dans des dispositions nouvelles. Elle préfère le maintien du statu quo à l’augmentation de la majorité européenne de crainte d’irriter l’élément égyptien137. Hanotaux, ne voulant pas d’incident, compte tenu de l’état de la question d’Égypte138, donne son assentiment aux décrets, promulgués le 13 janvier 1896. Ils prorogent pour une période indéterminée la perception du droit d’un demi pour mille sur la valeur des exportations, et confirment la concession à la municipalité par le gouvernement de diverses recettes. Il n’est pas étonnant que, devant tant de complications, la brochure dans laquelle le Français Toussaint Canéri prône la création d’une municipalité au Caire139 produise si peu d’écho.

VIII. ALEXANDRIE : SOCIÉTÉS FRANÇAISES ET GRANDS TRAVAUX (1894-1902)

  • 140 AN, 89AQ 1261, Barbière, représentant au Caire des Batignolles, à Batignolles, 10.11.1894 ; sur l’ (...)
  • 141 AN, 89AQ, Barbière à Batignolles, 29.4.1895.
  • 142 Ibid., 10.7 et 7.12.1896.

102L’appoint au budget municipal répond à des besoins ordinaires ; il n’est pas suffisant pour les grands travaux prévus dès 1894. La ville veut construire un quai et des égouts collecteurs le long du Port-Est et de la baie d’Anfūshī. L’adjudication, pour environ 7 000 000 F, aurait lieu en mais 1895140. On procédera soit au moyen d’un emprunt municipal, soit avec des avances faites par le gouvernement, soit par des paiements annuels aux entrepreneurs141. Bien que l’emprunt ait la préférence, la municipalité étudie toujours, en décembre 1896, la question financière. Elle cherche des ressources nouvelles pour gager un emprunt ou pour assurer une annuité supérieure à 12 000 Lég (311 040 F)142.

103Très convoités, les travaux paraissent au départ réservés à des éléments locaux, en particulier les banquiers Menasce et leurs alliés Suarès. L’examen du cahier des charges

  • 143 Ibid., 11.10.18%.

« ne peut laisser aucun cloute sur le but qui a présidé à son élaboration et qui est d’éloigner tous les concurrents étrangers du pays ; il en est ainsi pour que l’affaire tombe d’elle-même entre les mains des Menasce. Une fois maître de la situation, ils sauront probablement faire adoucir les conditions du cahier des charges »143.

  • 144 Id.

104Menasce est d’ailleurs bien placé à la municipalité pour le faire. Membre de la Commission, il démissionne pour concourir et faire élire à sa place « une de ses créatures, Padoa bey »144.

  • 145 Ibid., 7.12.1896.

105Barbière conclut que le seul moyen pour la Société des Batignolles de l’emporter est de s’entendre avec Menasce. Comme dans bien des affaires à l’époque, les financiers étrangers de confession juive entretiennent des relations de rivalité et d’entente avec les financiers hellènes. Salvago, à la tête d’un groupe grec, se met sur les rangs « et paraît disposé à faire les plus grands efforts pour enlever l’affaire au groupe israëlite des Menasce, Suarez et eie »145.

  • 146 Ibid., Suarès à la Société, 21.11.1896.
  • 147 Ibid., Gouïn à Augustin Féraud, président de la SGTM, 3.12.1896 ; projet sans date ; Féraud à Gouï (...)

106C’est la SGTM qui est invitée à entrer dans l’affaire par Edgard Suarès146. Cette dernière se met en rapport avec Batignolles, compte tenu qu’elles projettent d’entreprendre ensemble des travaux à Belgrade. L’entente est rapidement conclue. Elles unissent leurs efforts pour une intervention conjointe147.

  • 148 Ibid., Gouïn à Féraud. 7.12.1896.
  • 149 Ibid., Suarès à Féraud, 11.12.1896.

107Il faut décider de l’envoi de deux ingénieurs à Alexandrie pour étudier l’affaire, établir les prix et contacter les personnalités influentes. Dans ce cas, il sera difficile de garder sous silence, même au début, l’entente entre les deux sociétés148. L’intervention de Suarès permet de trancher la question : l’envoi lui paraît prématuré. A la suite des dernières élections municipales, le projet est retiré et la préparation d’un deuxième, plus vaste, décidée. Il vaut mieux attendre le cahier des charges149.

108Gouïn sent le besoin d’une alliance avec une maison locale. Il y est amené en partie par la question financière. La forme de règlement prévue est celle d’un marché à forfait payable en annuités. Jusqu’à la conclusion des travaux et pendant 10 ans, une lourde responsabilité est imposée à l’entrepreneur. Il y aura donc des rapports prolongés entre le concessionnaire et la municipalité avant la réception des travaux et la restitution du cautionnement de 1 000 000 F.

  • 150 Ibid., Gouïn à Barbière, s.d.
  • 151 Ibid., Gouïn à Féraud, 28.12.1896.

109Gouïn demande donc à Barbière, « sans trop nous découvrir », de se renseigner sur le compte de Menasce150. Il se rallie enfin à l’idée d’accepter le concours de Suarès, mais les conditions de l’accord demeurent imprécises. Elles ne pourront être fixées que lorsque tous les éléments de l’adjudication seront prêts et que les deux ingénieurs les auront appréciés sur place. Pour le moment, Suarès est un correspondant qui les tient au courant des rédactions du cahier des charges, et qui sera rémunéré pour ses frais151.

  • 152 Ibid., Suarès à Féraud, 31.12.1896.
  • 153 Ibid., Féraud à Suarès, 22.2.1897.

110Le cahier des charges est l’objet d’une controverse qui porte sur l’emplacement du quai : à 40, 60 ou 100 m du rivage152 ? En attendant, les intéressés français n’ont pas suffisamment d’éléments pour apprécier les difficultés techniques et les coûts. Ils peuvent rester dans l’expectative, réduisant ainsi leurs frais, mais se mettant longtemps dans une position d’attente préjudiciable à l’exercice de leurs activités, avec le risque de voir l’affaire enlevée par des concurrents plus agissants. Ils peuvent aussi intervenir directement, en envoyant sur les lieux un représentant autorisé qui étudierait sur place les projets et les bases de l’accord à intervenir entre les deux constructeurs153. Féraud et Gouïn penchent pour la seconde solution. Peut-être le motif est-il d’activer Suarès ; sa production épistolaire devient tout à coup ample et suivie.

  • 154 Ibid., Féraud à Gouïn, 11.6 et 3.7.1897.
  • 155 Ibid., Suarès à Féraud, 25.6.1897.

111À Alexandrie, les devis techniques se succèdent et s’annulent. Le conseil municipal maintient son projet et repousse celui du ministère des Travaux publics élaboré par ses ingénieurs, Barois et Nicour. Une troisième commission est nommée pour départager les opinions, mais son plan, établi par l’ingénieur en chef de la ville, Dietrich, est rejeté par le conseil. Guérard, ingénieur du port de Marseille, est désigné par la municipalité pour choisir l’un des trois projets mais le gouvernement, favorable au projet Dietrich, annulle la nomination de l’arbitre154. Le tort de l’opposition au conseil municipal, estime-t-on, est d’être politique. « Elle est composée du groupe français. Il se peut qu’elle fasse une telle obstruction à faire renvoyer aux calendes toute décision définitive »155.

  • 156 Ibid., Féraud à Suarès, 1.7.1897.

112Féraud se désole de la tournure des événements. « C’est donc la continuation du gâchis au milieu duquel le meilleur résultat à espérer, tant pour la ville que pour nous-mêmes, serait sans doute la remise indéfinie de l’affaire »156. Il insiste auprès de Suarès pour qu’il emploie toute son influence à faire admettre la décision prise par la municipalité de désigner un arbitre.

  • 157 Ibid., Féraud à Gouïn, 21.4.1898.

113Tout reste en suspens jusqu’en mars 1898, lorsque, par suite de nouvelles élections, le conseil municipal peut enfin réunir une majorité favorable à un projet, en l’occurrence celui du gouvernement. Les travaux pour le quai et l’assainissement sont décidés en principe, les cahiers des charges sont prêts et l’adjudication s’annonce prochaine. L’exécution des travaux, écrit Féraud sans intention ironique, « va sans doute rentrer bientôt dans la phase active »157. Gouïn charge Barbière de rencontrer Suarès et de recueillir des renseignements sur les conditions d’exécution.

  • 158 Ibid., Barbière à Gouïn, 7.5.1898.

114C’est à Suarès que Barbière s’intéresse. L’impression que lui laisse le personnage n’est pas des meilleures. Courtier et commissionnaire, il aurait fait de mauvaises affaires et ne compterait pas à Alexandrie. Tout en disant qu’il travaillait pour son propre compte, il marcherait en réalité avec Menasce. Son rôle se bornerait à celui d’un informateur et d’un intermédiaire, et l’action qu’il pourrait exercer par son autorité personnelle serait faible158.

  • 159 Ibid., Gouïn à Féraud, 12.5.1898.

115Gouïn préfère, sous le bénéfice de ce rapport, s’entendre directement avec Menasce ou les Suarès du Caire, qui sont en très bon termes159. La SGTM n’ignore pas la situation de Suarès ; elle est d’ailleurs en relation avec Menasce. Elle avait poursuivi l’étude avec E. Suarès parce qu’il a été le premier à l’entretenir de l’affaire et le seul à lui fournir des renseignements. Il est actif, intelligent et possède, par sa famille, une influence suffisante,

  • 160 Ibid., Féraud à Gouïn, 16.5.1898.

« alors que sa situation même ne lui permet pas d’élever, pour le concours qu’il pourrait nous donner, des prétentions que d’autres ne manqueraient pas d’avoir »160.

  • 161 Ibid., Gouïn à Féraud, 20.9.1898.

116Le dossier technique étant fixé et la mise en adjudication prochaine, il faudra envoyer des agents l’étudier et dresser l’estimation des travaux. Mais, comme jamais les conditions requises ne semblent simultanément réunies, il est nécessaire de se fortifier du côté financier et sur le plan des influences locales161. Gouïn propose donc une association à R. Suarès. Ce dernier entend que sa participation s’étende

  • 162 Ibid., 30.9.1898.

« non seulement dans la combinaison financière, mais aussi, pour une juste mesure, dans les résultats de l’entreprise ; c’est un procédé qu’il a employé pour la construction d’une grande partie des voies ferrées de l’Égypte et qui lui a, je crois, assez bien réussi »162.

117Les entrepreneurs français poursuivent l’affaire avec Suarès frères du Caire et réservent une participation à Edgard Suarès et eie d’Alexandrie. En mai 1899, une adjudication est enfin annoncée pour le 19 décembre 1899. Compte tenu qu’il s’agit de ce mode de sélection, Féraud ne refuserait pas de se défaire des associés locaux.

  • 163 Ibid., Féraud à Gouïn, 15.5.1899.

« Nous n’aurons peut-être pas trop à regretter ces concours que nous aurions pu craindre de trouver plus onéreux qu’utile, et nous aurons sans doute tout avantage à pouvoir reprendre notre liberté d’action »163.

  • 164 De 499 980 Lég (12 959 481 F), émis à Londres en 1901-1902 par la National Bank of Égypt. CL, Doss (...)
  • 165 AN, 89AQ 1 261, Gouïn à Féraud, 12.7.1899.
  • 166 Ibid., Féraud à Gouïn, 26.7.1899.

118D’après l’estimation dressée par la municipalité, l’importance des travaux se monterait à 6 500 000 F. L’adjudicataire n’a plus à se préoccuper du financement. La municipalité assurera grâce à un emprunt 4 %164 des paiements mensuels, au fur et à mesure de l’exécution des travaux. En revanche, les conditions de l’adjudication se sont aggravées et donnent une grande prise à la municipalité contre l’entrepreneur165. Les deux sociétés françaises en sont à se demander si elles devraient renoncer à concourir, ou si les aléas qu’imposent les stipulations du cahier des charges doivent seulement les engager à majorer les prix166.

119Féraud soulève, parallèlement, diverses questions relativement au partage de l’affaire entre les deux sociétés. Comment seraient répartis les risques encourus ? Si le constructeur parisien obtenait l’adjudication de la construction du quai sans que le partenaire marseillais obtienne celle des égouts collecteurs, ou inversement, comment la participation se règlerait-elle ? Si l’un et l’autre sont choisis, l’exécution se ferait-elle séparément ou en commun ? Quelle serait la nature et le pourcentage de la participation de la société Suarès frères ? Entrerait-elle seulement dans les bénéfices ou dans tous les résultats, y compris les pertes et les risques ? Enfin, quelle rémunération doit-on à E. Suarès ?

  • 167 Id.

« C’est question d’équité d’abord et, en second lieu, nous ne pouvons méconnaître qu’il y aurait inconvénient à susciter des hostilités dans le pays même, au moment où nous nous déciderions à concourir »167.

  • 168 Ibid., Gouïn à Féraud, 28.7.1899.
  • 169 Ibid., Féraud à Gouïn, 10.8.1899.

120Gouïn convient qu’il faudra tenir compte du concours d’E. Suarès au cas où l’entreprise leur est adjugée. Mais il est d’avis « qu’il y a lieu d’être assez réservé vis-à-vis de lui et qu’il ne faut peut-être pas lui créer trop vite un titre à notre reconnaissance anticipée »168. Tandis que Gouïn préfère se borner pour le moment à lui adresser un simple accusé de réception aimable, Féraud croit indispensable de fixer la rémunération éventuelle des concours avant l’adjudication. Il écrit donc à Suarès pour le remercier de ses bons offices et le prier d’indiquer une rémunération. Le mode d’adjudication, lui est-il fait observer, simplifie les démarches169.

  • 170 Ibid., 11.9.1899.
  • 171 Ibid., Suarès à Féraud, 25.8.1899.

121Suarès, se rendant compte qu’avec l’adjudication son concours « se réduirait à fort peu de chose, nous définit le programme de services »170. Il ne discute pas de l’adjudication mais de l’exécution des travaux. Les constructeurs auront besoin pour l’administration générale « de quelqu’un du pays connaissant bien les choses et les gens ». Il faudra réunir des collaborateurs, traiter avec des sous-entrepreneurs et des propriétaires de carrières, acheter des matériaux, embaucher des ouvriers. Quant à la rémunération, il l’entend comme comprenant les services à venir, et suggère une participation dans les bénéfices171.

  • 172 Ibid., Féraud à Gouïn, 10.8.1899.

122Le problème le plus grave est l’impossibilité de partager l’affaire entre les sociétés de Paris et de Marseille. Le Service technique de cette dernière conclut que la construction par deux entreprises distinctes – l’une pour le quai, l’autre pour les collecteurs – serait inacceptable pour la société chargée de l’exécution des collecteurs. Les travaux doivent être mis en commun et constituer une entreprise commune, dont les prix seraient établis conjointement. Chaque société porterait au débit du compte les frais pour sa partie du travail et contribuerait pour moitié aux frais généraux. Le partage des bénéfices ou des pertes se ferait par moitié entre les deux participants172.

123Il n’en fallait pas plus pour déterminer la Société des Batignolles à renoncer à l’entente.

  • 173 Ibid., Gouïn à Féraud, 19.9.1899.

« La combinaison financière étant écartée, l’affaire se réduit à une adjudication, et les chances du soumissionnaire seront d’autant plus grandes que les prix seront plus bas, et que l’organisation à donner à la gestion de l’entreprise sera plus simple et plus économique »173.

  • 174 CL, DAE 4 604, Note sur Almaggia, septembre 1908.

124De fait, les bases de l’association ont disparu. Les deux sociétés sont contraintes de s’entendre tant que le mode de paiement demeure le versement d’annuités longtemps après l’achèvement des travaux. Dans ces conditions, le partage des frais et des engagements s’impose. Du moment que le règlement prend la forme de mensualités acquittées au cours de l’exécution, chaque société peut soumissionner pour tous les travaux. Le contrat est enlevé par la société Almaggia ; son bénéfice s’élèverait à 3 millions de F174.

IX. ALEXANDRIE : TRAVAUX PUBLICS COMPLÉMENTAIRES (1907-1913)

  • 175 EF, B32291, de Reffye à Ribot, 11.7.1910.

125Le quai ayant été construit en eau profonde, les vagues du large qui se heurtent contre le bord extérieur retombent sur la chaussée. Le vent porte l’eau jusque dans les maisons, lesquelles se déprécient. Creusé sous le quai, l’égout collecteur, parallèle à la mer, recueille les eaux-vannes de la ville et les conduit aux deux extrémités du quai, où elles se déversent dans la mer au-dessous du niveau des eaux. Les affluents du collecteur sont rudimentaires et les eaux demeurent assez proches de la ville pour que les courants les ramènent dans le Port-Est. D’où les mauvaises odeurs lorsque la mer est agitée. Il faut construire un brise-lames pour empêcher les vagues de perturber l’eau du port. D’autre part, le réseau d’égouts doit être complété par des canalisations secondaires qui amèneraient au grand collecteur toutes les eaux d’Alexandrie175. Le plan d’assainissement d’Alexandrie est toujours inachevé.

  • 176 14 voix contre 5, et une abstention. EF, B31291, Compte rendu de la séance du 4.5.1909, p. 7.

126La Commission municipale demande au gouvernement de solliciter des puissances l’autorisation de porter de 500 000 Lég (12 960 000 F) à 1 000 000 Lég (25 920 000 F) la faculté d’emprunter que lui a accordée le décret organique du 5 janvier 1890. Par crainte d’accentuer l’autonomie et le caractère international de l’institution, le gouvernement préfère lui faire une avance, opération qui ne nécessite pas l’assentiment préalable des puissances. Les membres européens de la Commission l’emportent sur ceux désignés par le gouvernement176. Les puissances donnent leur assentiment et la municipalité appelle les banques à lui consentir un prêt.

  • 177 EF, B31291, de Reffye à Ribot, 11.7.1910.
  • 178 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Pichon, 13.8.1910.

127Les devis de la municipalité se montent à 4 856 293 F pour le brise-lames et 7 983 360 F pour le drainage des eaux-vannes177. Les travaux seront dirigés par la municipalité, le paiement formant un forfait établi par les ingénieurs de la ville. L’ampleur de l’entreprise se comprend par la quantité de matériaux à employer : 550 000 m3 de blocs artificiels, 25 000 m3 de maçonnerie ordinaire, et 80 000 m3 d’enrochement178.

  • 179 Ibid., de Reffye à Poincaré, 2.4.1912.
  • 180 Ibid., 12.4.1912.

128Les soumissions pour la section Est (Qā’it Bāy) du brise-lames sont ouvertes à Alexandrie le 2 avril 1912. Le concurrent qu’on croyait le mieux placé, Al-maggia, constructeur du quai originel, présente une évaluation étonnamment élevée. Son directeur à Alexandrie, Aldo Ambron, est le gendre d’Almaggia, ancien conseiller municipal. Il ne se présente pas aux élections afin de pouvoir concourir à l’adjudication179. Léon Rolin et cie, société belge du Caire, s’éloigne du cahier des charges en prévoyant l’emploi du béton armé, moins résistant aux vagues du large que la pierre ou le ciment180. Outre Schneider, les autres soumissionnaires sont anglais.

  • 181 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Poincaré, 12.4.912.

Tableau 82 : Soumissionnaires première section du brise-lames181

Tableau 82 : Soumissionnaires première section du brise-lames181
  • 182 20 voix contre 4 abstentions. Ibid., Defrance à Poincaré, 27.6.1912.
  • 183 AN, 89AQ 1262.

129Schneider, qui n’avait exécuté aucuns travaux en Égypte, est déclaré adjudicataire par la Commission municipale182. La section Ouest (Silsila) n’est entreprise qu’en 1929183.

Conclusion.

130Les chemins de fer sont une annexe de la dette extérieure jusqu’aux années 1890. Les capitaux français ne se dirigent pas vers les sociétés privées qui se constituent dans ce domaine entre 1889 et 1897. Peu portés vers les immobilisations depuis les créations des années 1860 – Suez, la Compagnie Lebon, les Sociétés des eaux – ils se désintéressent, sauf Paribas en 1892 et 1897, d’un secteur qui a longtemps été compris comme gage d’une dette internationale. L’évolution dans les conceptions des milieux diplomatiques français en 1895-1896 les encourage à participer, mais la période de formation de sociétés ferroviaires privées arrive à son terme et la concurrence étrangère a déjà investi la place.

131Les sociétés françaises ont plus de succès sur le plan des adjudications pour des travaux non liés à la dette et auxquels ne se rattachent pas une exploitation ultérieure. Elles remportent de haute lutte deux contrats pour l’assainissement du Caire et le brise-lames d’Alexandrie.

132En plus de la défense des Capitulations, la diplomatie française appuie l’entreprise soumissionnaire dans l’assainissement du Caire. À Alexandrie, elle s’occupe surtout de rappeler le caractère de contrat international du décret constitutif de la municipalité. Ni la firme marseillaise ni sa partenaire parisienne ne font appel aux services du Quai d’Orsay ou de l’agence.

133En insistant sur l’ouverture des adjudications, la diplomatie française seconde les intérêts des sociétés françaises et oblige l’Angleterre à partager une partie des bénéfices de l’occupation. Elle contrecarre les effets de l’entente de 1904 qui auraient pu laisser aux autorités de l’occupation, désormais libérées d’entraves politiques, le loisir de dispenser confidentiellement les commandes de l’État.

Notes

1 Histoire des chemins de fer égyptiens in L. Wiener, L’Égypte et ses chemins de fer, Bruxelles, 1932, et l’Annuaire statistique de l’Égypte à partir de 1909.

2 L’Égypte : aperçu historique et géographique, gouvernement et institutions, vie économique et sociale, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 1926, p. 312.

3 Wiener, op. cit., p. 133.

4 Cf. troisième partie.

5 Gelat, op. cit., vol. III, pp. 242-244. Entente du 12.3.1889.

6 Caisse à Administration des chemins de fer, 25.1.1890, in Gelat, op. cit., vol. Ill, p. 244.

7 BPPB, Dossier 173/10, Conditions de l’adjudication ; Finances à Caisse, 19.1.1890, in Gelat, op. cit., vol. III, p. 245.

8 Caisse à Administration des chemins de fer, 6.2.1890, in Gelat, op. cit., vol. III, p. 244.

9 SG, P.-v. du conseil, 19.11.1889.

10 CL, Dossier 72 799 et DAF 110/1, Mazerat aux administrateurs de Lyon, 17.11.1889.

11 Ibid., les administrateurs de Lyon à Mazerat, 18.11.1889.

12 Gelat, op. cit., vol. III, pp. 68-71.

13 EF, B31291, Cogordan à Léon Bourgeois, ministre AE, 25.4.1896

14 BPPB, Dossier 172/4, R. Suarès à Sautter, 30.7.1889.

15 Ibid., Dossier 173/10, Contrat du 22.2.1890.

16 CL, Dossier 1 839, J. M. Cattaui fils et cie à Kleinmann, 1.12.1891.

17 BPPB, 672/dossier séparé, Thors, directeur général, à Bauer, directeur de la succursale de Bruxelles, 14.10.1892.

18 Ibid., 13.12.1892.

19 Ibid., Thors à Roch, directeur de la succursale Paribas à Genève, 26.10.1892.

20 Ibid., AE à Thors, 6.11.1892.

21 BPPB, Dossier 172/4, Liotard-Voge, directeur-général du cabinet de Rouvier, à Thors, 3.11.1892.

22 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Alexandre Ribot, ministre AE, 10.12.1892.

23 BPPB, 672/dossier séparé, Suarès à Thors, 10.1.1893.

24 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1892, p. 77.

25 BPPB, P.-v. du conseil, 3 et 24.1.1893.

26 AN, 89AQ 1296, Fonds Batignolles, Contrat du 18.8.1894.

27 Rapport du c.a. à l’AG du 22.12.1894.

28 AN, 89AQ 1261, Fonds Batignolles, Adrien Gacon, ingénieur en Égypte, à Gouïn, 10.11.1895 ; ibid., Gouïn à Gacon, 20.11.1895.

29 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 18.1 et 8.6.1897.

30 Ibid., AE a Cogordan, 22.2.1897.

31 AN, 89AQ 1 296, Notes diverses et Accord du 31.3.1898 ; AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 29.3.1898..

32 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 18.1.1897.

33 AE, CP Égypte 138, Cogordan à Hanotaux, 27.3.1895.

34 AN, 89AQ 1 261, Gacon à Gouïn, 2.3.1896.

35 Ibid., 11.2.1897.

36 Le Moniteur officiel du commerce, 2 et 23.8.1894.

37 Ibid., 7.9.1899.

38 Dār al-wathā’iq (Archives nationales, Le Caire), Archives de la Maṣjaḥat al-sharikāt (Administration des sociétés), Carton n° 2, Note du ministre des Finances au Conseil des ministres, 5.3.1895 ; CL, DAF 110/1, Correspondance entre Mazerat et Escoffier, mai 1896.

39 Acte préliminaire, statuts et décrets in Gelat, op. cit., vol. III, p. 275-277.

40 AE, AP Le Caire 228, Réponse de l’agence du Caire du CL à une demande de renseignements du Quai d’Orsay, août 1899.

41 Le prince Husayn pacha Kamil, président, Riaz pacha, A. Sinadino, E. et F. Empain, G. et Frédéric de la Hault, Gustave Kumps et Ernest Urban.

42 Cf. ci-dessous.

43 AE, CP Égypte 144, Cogordan à Hanotaux, 18.5.1896.

44 Coptes en l’occurrence. AE, AP Le Caire 228, Réponse de l’agence du Caire du CL à une demande de renseignements du Quai d’Orsay, août 1899.

45 AE, NS Égypte 61, Note de Ph. Nicour, ingénieur français de l’Administration des chemins de fer égyptiens, 17.6.1896.

46 EF, B31291, Cogordan à Bourgeois, 14.5.1896.

47 Ibid., 25.5.1896 ; AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.

48 AE, CP Égypte 140, Cogordan à Hanotaux, 5.7.1895.

49 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.

50 AE, NS Égypte 62, de Valdrôme à Pichon, 14.5.1908.

51 Ibid., de la Boulinière à Delcassé, 10.1.1905.

52 AE, CP Égypte 127, Ribot à de Reverseaux, 13.7.1892 ; Denaut à Ribot, 18.7.1892.

53 AE, CP Égypte 140, Cogordan à Hanotaux, 19.7.1895.

54 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 3.5.1895.

55 AE, NS Égypte 61, Cogordan à Hanotaux, 3.2.1897.

56 Ibid., Georges Louis, commissaire français à la Caisse, à Hanotaux, 17.5.1897.

57 Ibid., Note de la Direction politique, 14.4.1897.

58 AE, CP Égypte 139, Cogordan à Hanotaux, 31.5.1895.

59 AE, NS Égypte 61, Note de Nicour, 17.6.1896.

60 Ibid, Note de Direction politique, 14.4.1897.

61 Ibid., Note pour le ministre, 30.12.1896.

62 Ibid., Note de la Direction politique, 14.4.1897.

63 AE, AP Le Caire 268, Note sur la Compagnie.

64 EF, B467, Acte de concession, 21.5.1896.

65 BPPB, P.-v. du conseil, 25.5.1897.

66 BPPB, Dossier 172/4, Suarès frères à Paribas, 12.6.1897. Le conseil est composé de F. Suarès, président ; Pelizaeus, administrateur-délégué ; R. Suarès, J. de Menasce, F. de Menasce, M. Cattaui bey, S. Rolo, J. Rolo, Beyerlé et Adda.

67 Ibid., Prospectus du 10.7.1897.

68 AE, AP Le Caire 268, Lefèvre-Pontalis, chargé d’affaires, à Delcassé, 4.8.1898

69 BPPB, Dossier 173/7, Suarès à Thors, 11.3.1898 ; ibid.. Dossier 173/10, Note de l’administrateur-délégué, 14.1.1899.

70 BPPB, P.-v. du conseil, 20.2.1900.

71 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1890, pp. 226-227.

72 AN, 89AQ 1296, Fonds Batignolles ; le Moniteur officiel du commerce, 23.8.1894.

73 La Compagnie de Fives-Lille, Nouguès et Kessler, Société des ponts et travaux en fer. Société française de constructions mécaniques (anciens établissements Cail), Daydé et Pillé.

74 William Arrol and Co., Pearson and Sons Ltd, Jackson.

75 Harkort, Rass.

76 Beaume et Marpent, Société anonyme de compression mécanique du sol.

77 Padova et Rolin.

78 Le Capitaliste, 25.2.1904.

79 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcassé, 15.4 et 1.5.1904 ; NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 24.4.1904.

80 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 25.4.1904.

81 AE, NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcassé, 15.4.1904.

82 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 24.4.1904.

83 Recueil consulaire belge, t. 41, p. 21. Rapport de de Gaiffïer d’Hestroy 5.6.190 S.

84 AN, F12 7283, de Valdrôme à Pichon, 16.12.1907.

85 AE, NS Égypte 72, de la Boulinière à Delcassé, 25.5.1904 ; NS Égypte 57, de la Boulinière à Delcassé, 1.5.1904.

86 Ibid., 23.6.1904.

87 Journal du Caire, 15.1.1908 ; Echo-Bourse (Anvers), 4-7.1.1908.

88 Rapport du c.a. à l’AG de Fives-Lille du 18.11.1912.

89 G. Alleaume, « Hygiène publique et travaux publics : les ingénieurs et l’assainissement du Caire (1882-1907) », Annales islamologiques, 20, 1984, pp. 151-182 et M. B. Bezault, « Assainissement général des villes. Cas particulier du Caire », Bulletin de l’Institut égyptien, 5e série, 1907, pp. 115-132.

90 AE, Affaires d’Égypte, 1884-1893, Imprimerie nationale, Paris, 1893, Circulaire du 20.5.1891.

91 AE, CP Égypte 121, de Reverseaux à Ribot, 21.5.1891.

92 AE, AD Finances 7, Note pour le ministre, s.d. (entre le 12 et le 27.6.1891).

93 AE, CP Égypte 122, Ribot à de Reverseaux, 27.6.1891.

94 Ibid., de Reverseaux à Ribot, 11.7.1891.

95 Ibid., Ribot à de Reverseaux, 25.7.1891.

96 AE, AD Finance 7, de Reverseaux à Ribot, 25.7.1891 ; Affaires d’Égypte, op. cit., Ribot à de Reverseaux, 23.7.1891.

97 AE, AD Finances 7, Note par Le Chevalier, 21.7.1891.

98 Ibid., Lettre d’E. Wickersheim, ancien député, à Ribot, 23.7.1891 ; Entreprise de travaux publics et particuliers (Paris) à Ribot, 1.8.1891.

99 Affaires d’Égypte, op. cit., Mémorandum de Tigrane pacha, 24.9.1891.

100 AN, 89AQ 1 292, Fonds Batignolles, Rapport de la Commission internationale d’assainissement de la ville du Caire, 1892.

101 Ministre des Travaux publics, Projets d’assainissement de la ville du Caire : rapports et documents divers, Imprimerie nationale, Le Caire, 1894.

102 AE, AP Le Caire 23, Note d’Aristide Gavillot, 13.3.1894.

103 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 18.2.1897, 26.4 et 24.5.1898 ; Hanotaux à Cogordan, 7.6.1898 ; AN, 89AQ 1261, R. Suarès à Gouïn, 15.12.1898.

104 AE, NS Égypte 74, Buṭrus Ghālī, ministre AE, à F. Charles-Roux, 5.7.1907.

105 AE, NS Égypte 70, Cogordan à Delcassé, 2.6.1902 ; Lecomte à Delcassé, 15.7.1902.

106 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichon, 12.7.1907.

107 AE, CP Égypte 79, Ramure, agent diplomatique, à P. Challemel-Lacour, ministre AE, 27.6.1883 ; CP Égypte 80, Challemel-Lacour à Raindre, les 6, 7 et 25.9.1883 ; AE à Camille Barrère, chargé de l’agence, 15.10.1883 ; NS Égypte 81, Barrère à Challemel-Lacour, 17.9.1883 ; ibid., Challemel-Lacour à Barrère, 20.9.1883 ; ibid., Barrère à Ferry, 6.12.1883 ; Affaires d’Égypte, op. cit. ; AE, PA d’Aunay 5, P.-v. de la séance du 26.5.1887 du Comité des propriétaires européens du Caire.

108 AE, NS Égypte 74, de Valdrôme à Pichon, 8.8.1907.

109 Ibid., Pichon à de Valdrôme, 3.9.1907.

110 Ibid., Requête à de Valdrôme et rapport d’A. Canéri, 30.11.1907.

111 AE, NS Égypte 58, de Valdrôme a Pichon, 13.1.1908 ; NS Égypte 23, Pichon et Louis au chargé d’affaires, 7.6.1908.

112 AE, NS Égypte 58, AE à l’agence, 12.12.1908.

113 Ibid, Pichon à Geoffroy, 13.5.1909.

114 AE, AP Le Caire 272 bis, Bazin, directeur, à F. Charles-Roux, 17.4.1909 ; C. Rebuffel, directeur SGTM, à F. Charles-Roux, 20.4.1909.

115 Ibid, de Blignières à Geoffray, 15.6.1909.

116 Moniteur officiel du commerce, 18.3.1909.

117 AE, AP Le Caire 272 bis, Rebuffel au ministre des Travaux publics d’Égypte, 15.4.1909.

118 AE, NS Égypte 58, André Ribot à Pichon, 28.6.1909 ; PP, Egypt n° 1 (1920), p. 35.

119 AE, NS Égypte 58, Pont-à-Mousson à Pichon, 28.6.1909.

120 AE, AP Le Caire 272 bis, Rebuffel à F. Charles-Roux, 20.4.1909.

121 C. Carkeet James, Sewerage of Cairo. Report on the Second Section, Le Caire, National Printing Department, 1910, p. 3. Publication du ministère des Travaux publics.

122 Id.

123 PP, Egypt n° 1 (1920), p. 44

124 Ilbert, thèse citée, pp. 334-342.

125 AE, CP Égyptel09, Kleczkowski à d’Aubigny, agent diplomatique, 20.1.1888.

126 Ibid, de Beaucaire, agent diplomatique, à Emile Flourens, ministre AE, 18.7.1887.

127 Ibid., Kleczkowski à d’Aubigny, 20.1.1888.

128 Ibid., d’Aubigny à Flourens, 3.2.1888.

129 AE, CP Égypte 112, d’Aubigny à René Goblet, ministre AE, 16.11.1888.

130 AE, CP Égypte 114, Circulaire et décret.

131 Ibid, d’Aubigny à Spuller, 9.6.1889.

132 Si le décret attribue à la municipalité une nationalité égyptienne, l’arrêt du 9 novembre 1892 lui reconnaît une personnalité civile propre et distincte du gouvernement. La municipalité n’est pas une administration gouvernementale. Les Juridictions mixtes, op. cit., p. 159 a.

133 AE, CP Égypte 127, de Reverseaux a Ribot, 21.5.1892.

134 AE, CP Égypte 128, de Reverseaux à Ribot, 25.11.1892.

135 AE, CP Égypte 132, de Reverseaux à Casimir-Périer, 24.12.1893.

136 AE, CP Égypte 136, Boutiron à Hanotaux, 18.7.1894.

137 AE, CP Égypte 141, Cogordan à Hanotaux, 19.11.1895.

138 AE, CP Égypte 139, Hanotaux à Cogordan, 24.4.1895.

139 La Ville du Caire : son présent et son avenir. Le Caire, 1905.

140 AN, 89AQ 1261, Barbière, représentant au Caire des Batignolles, à Batignolles, 10.11.1894 ; sur l’assainissement, cf. Ilbert, thèse citée, pp. 382-386.

141 AN, 89AQ, Barbière à Batignolles, 29.4.1895.

142 Ibid., 10.7 et 7.12.1896.

143 Ibid., 11.10.18%.

144 Id.

145 Ibid., 7.12.1896.

146 Ibid., Suarès à la Société, 21.11.1896.

147 Ibid., Gouïn à Augustin Féraud, président de la SGTM, 3.12.1896 ; projet sans date ; Féraud à Gouïn, 5.12.1896.

148 Ibid., Gouïn à Féraud. 7.12.1896.

149 Ibid., Suarès à Féraud, 11.12.1896.

150 Ibid., Gouïn à Barbière, s.d.

151 Ibid., Gouïn à Féraud, 28.12.1896.

152 Ibid., Suarès à Féraud, 31.12.1896.

153 Ibid., Féraud à Suarès, 22.2.1897.

154 Ibid., Féraud à Gouïn, 11.6 et 3.7.1897.

155 Ibid., Suarès à Féraud, 25.6.1897.

156 Ibid., Féraud à Suarès, 1.7.1897.

157 Ibid., Féraud à Gouïn, 21.4.1898.

158 Ibid., Barbière à Gouïn, 7.5.1898.

159 Ibid., Gouïn à Féraud, 12.5.1898.

160 Ibid., Féraud à Gouïn, 16.5.1898.

161 Ibid., Gouïn à Féraud, 20.9.1898.

162 Ibid., 30.9.1898.

163 Ibid., Féraud à Gouïn, 15.5.1899.

164 De 499 980 Lég (12 959 481 F), émis à Londres en 1901-1902 par la National Bank of Égypt. CL, Dossier 66 961, Note sur la ville d’Alexandrie, et DAE 3 753, Correspondance sur l’emprunt, 1897-1901.

165 AN, 89AQ 1 261, Gouïn à Féraud, 12.7.1899.

166 Ibid., Féraud à Gouïn, 26.7.1899.

167 Id.

168 Ibid., Gouïn à Féraud, 28.7.1899.

169 Ibid., Féraud à Gouïn, 10.8.1899.

170 Ibid., 11.9.1899.

171 Ibid., Suarès à Féraud, 25.8.1899.

172 Ibid., Féraud à Gouïn, 10.8.1899.

173 Ibid., Gouïn à Féraud, 19.9.1899.

174 CL, DAE 4 604, Note sur Almaggia, septembre 1908.

175 EF, B32291, de Reffye à Ribot, 11.7.1910.

176 14 voix contre 5, et une abstention. EF, B31291, Compte rendu de la séance du 4.5.1909, p. 7.

177 EF, B31291, de Reffye à Ribot, 11.7.1910.

178 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Pichon, 13.8.1910.

179 Ibid., de Reffye à Poincaré, 2.4.1912.

180 Ibid., 12.4.1912.

181 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Poincaré, 12.4.912.

182 20 voix contre 4 abstentions. Ibid., Defrance à Poincaré, 27.6.1912.

183 AN, 89AQ 1262.

Table des illustrations

Titre Tableau 80 : Chemins de fer égyptiens2
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Carte 1. – Les chemins de fer égyptiens
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Tableau 81 Contrats121
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Tableau 82 : Soumissionnaires première section du brise-lames181
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540