Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre VI. Filiales et succursales : un difficile enracinement

Texte intégral

1Le propre d’une filiale ou d’une succursale, ce qui la distingue d’une entreprise articulée ou extra-muros, est son insertion dans une structure organisationnelle plus grande qu’elle. Non autonome, elle fait partie d’un ensemble et doit se conformer à une stratégie générale qui ne serait pas forcément la sienne si elle était indépendante. Encadrée par les exigences et le type d’activités de la société mère, une filiale ou une succursale se trouve dessaisie des éléments qui déterminent son succès ou son échec sur le plan local, est décisive pour l’un ou l’autre de ces résultats la concordance ou la discordance entre les opérations de l’entreprise mère et l’économie du pays ciblé, la jonction ou le défaut de jonction s’opère à un niveau qui dépasse celui de la société rejeton.

2Au cours de la troisième phase de son intégration à l’économie européenne, l’Égypte offre peu de place à l’expansion des firmes étrangères à structure fractionnée. Économie et société égyptiennes sont, en effet, façonnées en fonction du service de la dette publique et de la recherche de l’équilibre du budget de l’État, la fiscalité est soutenue par les revenus tirés de l’exportation, du coton notamment. Tout concourt à sa production et son mouvement dans un pays marchant à grands pas vers la monoculture. En dehors du prêt hypothécaire, de l’immobilier et des biens et services demandés par les résidents étrangers et les Égyptiens fortunés, les champs rémunérateurs d’investissement sont peu nombreux.

3Quelques filiales et succursales réussissent à prendre pied. Leurs atouts sont soit une denrée rare et d’une fabrication difficile : l’électricité et le gaz, soit, à l’autre extrême, un service déjà banalisé en Égypte mais qu’un détachement avancé d’une société étrangère peut assurer à meilleur compte grâce à ses liens avec l’Europe : la vente de marchandises importées et la banque.

I. LA FILIALE THOMSON-HOUSTON EN QUÊTE DES GRANDS TRAVAUX

4Établie en Égypte en 1906 dans la perspective de prendre part aux adjudications pour l’éclairage et la traction électrique, la filiale est dissoute en 1913 sans avoir réalisé son objectif. Installée au moment où débute le reflux inauguré par la crise de 1907, elle doit se contenter d’entretenir des rapports avec les Tramways d’Alexandrie, de vendre du petit matériel électrique et d’exécuter deux contrats pour l’État.

5Encore plus que sa société mère, la Compagnie égyptienne Thomson-Houston est le fruit de l’association d’éléments hétérogènes, la Compagnie française pour l’exploitation des procédés T-H est constituée à Paris le 11 avril 1893 au capital de 40 000 000 F. C’est une filiale de la Thomson-Houston International Electrical Co. et de la General Electric Co. de New York.

  • 1 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 24.4.1909 de la T-H (Méditerranée).
  • 2 Statuts.

6Le 5 février 1898 la Compagnie d’électricité Thomson-Houston de la Méditerranée est fondée à Bruxelles au capital de 5 000 000 F, en vertu de la politique de partage de l’Europe entre diverses sociétés1. Le capital, qui sera porté à 10 000 000 F en novembre 1898 et à 20 000 000 F en septembre 1900, est représenté au début par 10 000 actions. Les apporteurs s’attribuent les deux cinquièmes2 :

7T-H (France).............................................. 2 500

8T-H International et General Electric......................... 1 500

9Le restant est souscrit en numéraire par :

10T-H (France).............................................. 1 500

11Société générale belge d’entreprises électriques............... 950

12Union Elektrizitäts Gesellschaft (Berlin) (filiale de la General Electric)......................... 900

13Banque Perier, Mercet et cie (Paris).......................... 400

14CNEP..................................................... 200

15Ludwig Loewe & co. AG................................... 100

1623 particuliers (de 5 à 130 actions).......................... 1 950

17Même si la société française participe aux augmentations, elle ne possède plus en 1909 qu’une centaine d’actions de sa filiale. Ses représentants semblent se réserver un tiers des sièges du conseil de la société méditerranéenne, la General Electric et l’Allgemeine Elektrizitäts Gesellschaft étant aussi présentes.

  • 3 Thomson-Houston, bulletin mensuel, 15.9.1899.
  • 4 Rapport du c.a. à l’AG du 28.4.1900.
  • 5 Paris-Bourse, 9.12.1899.
  • 6 Rapport du c.a. à l’AG du 26.4.1902.

18En plus de ses agences et filiales à Madrid, Milan et Athènes3, la T-H (Méditerranée) envoie un représentant en Égypte en 1900 et prend les obligations des Tramways d’Alexandrie contre les actions qu’elle possède de l’Alexandria and Ramleh Railway Company. D’autre part, la société négocie avec un « groupe international ayant de forts appuis en Égypte » pour se créer un mouvement d’affaires dans le domaine du transport4. Il y a lieu de croire qu’il s’agit du groupe Empain et d’un projet d’extension des Tramways du Caire5, car les discussions se poursuivent en 1901 alors que les Tramways d’Alexandrie sont perturbés par le krach Philippart. T-H exécute des commandes pour les Tramways du Caire en 19016, mais les pourparlers sont suspendus en 1902.

  • 7 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 24.4.1909.
  • 8 Revue minière, 5.8.1909.

19En octobre 1906, une agence est ouverte au Caire, et en 1907 une seconde à Alexandrie. Les résultats justifient les prévisions et une filiale, la Compagnie égyptienne T-H, est constituée à Bruxelles le 11 mai 1907. Il est expliqué que la politique de création de filiales suivie depuis 1898 résulte du besoin d’augmenter le capital dans des proportions énormes. Mais, ayant cédé toute exploitation à ses filiales, la T-H (Méditerranée) se laisse absorber pat sa société mère, la T-H (France). Elle compte ainsi se libérer des charges trop élevées, profiter du marché plus actif des titres T-H (France) et intégrer un champ d’action plus large7. Elle essaie sans doute aussi de renverser la tendance à la baisse de ses revenus bruts après la période très favorable de 1901 à 19058.

20Le capital de la T-H (Égypte), fixé à 5 000 000 F, est divisé en 50 000 actions de 100 F. Les 6 000 parts de fondateurs sont prises par la T-H (Méditerranée).

  • 9 Statuts.

Tableau 69 : Souscripteurs actions ordinaires T-H (Égypte)9

Tableau 69 : Souscripteurs actions ordinaires T-H (Égypte)9
  • 10 Au conseil siègent C. Aghion, président ; René Lagout, vice-président ; Burton, administrateur-délé (...)

21Filiale d’une filiale, la T-H (Méditerranée) relève, en dernière instance, des sociétés américaines et doit être perçue comme leur représentante, même si le lien n’est pas rigoureusement direct. La participation proprement française dans la fondation de la société d’Égypte se résume aux 17 300 actions, soit 1 730 000 F10.

22La Compagnie égyptienne s’apprête-t-elle à commencer ses activités que la crise de 1907 ajourne les projets en cours. L’installation d’une usine génératrice et d’appareils de levage au port d’Alexandrie pour lesquels la société a soumissionné est remise par le gouvernement à une date indéterminée. En attendant des entreprises de cette envergure, la société s’emploie à des tâches plus modestes, comme des installations de lumière ou de force motrice chez des particuliers, ou pour le gouvernement. Elle ouvre des magasins au Caire et à Alexandrie pour vendre du petit matériel de sa fabrication ou expédié par des sociétés qu’elle représente.

  • 11 Cf. tableau 60 in chapitre V, section I.

23L’activité première de la Compagnie provient de ses rapports avec les Tramways d’Alexandrie. La T-H (Méditerranée) avait fourni du matériel à cette dernière et acquis un important paquet de ses actions à la suite de la suspension des pourparlers concernant les Tramways du Caire. La T-H (Égypte) devient propriétaire de ces titres et continue à en acheter11. Son portefeuille n’en contient pas d’autres et ils représentent son actif le plus important. Par ailleurs, les Tramways d’Alexandrie restent le client le plus régulier de la société.

  • 12 AN, F12 7283, de Reffye à Pichon, 7.5.1909.
  • 13 AE, NS Égypte 58, F. Charles-Roux à Pichon, 11.10.1910.
  • 14 Rapport du c.a. à l’AG du 25.5.1912.

24Les travaux qu’elle appelle de ses vœux ne se tarissent pas complètement. En mai 1909, elle est déclarée adjudicatrice de l’éclairage électrique de la ville de Zaqāzīq (50 000 habitants), travaux évalués à un demi-million de F. À la demande de la société, le consul l’appuie auprès du ministère des Travaux publics12. Elle obtient la même adjudication en 1909 pour Jīza, près du Caire, et en 1910 pour Asyūṭ – la seconde pour environ 500 000 F13. Enfin, elle est chargée par Suez de l’installation d’une usine génératrice14.

  • 15 Ibid., 28.5.1910.

25Néanmoins, outre l’éclairage de certains palais des environs du Caire, « les entreprises importantes nous ont fait presque complètement défaut »15. En réalité, la Compagnie apparaît moins sous l’aspect d’un entrepreneur de travaux électriques que sous celui d’une société de portefeuille. Les actions Tramways d’Alexandrie, entreprise devenue elle-même une société de portefeuille, constituent son principal emploi et les bénéfices qu’elle en retire dépassent le plus souvent ceux que lui procurent ses installations et ventes.

  • 16 Courrier de la Bourse et de la Banque, 1.6.1913.
  • 17 Ibid., 12.7.1913.

26Sur un autre plan, la société est en présence de la baisse de ses revenus bruts, et de l’instabilité de ses bénéfices nets. Le fléchissement du rendement des capitaux engagés, et les fluctuations du niveau de rentabilité confirment la faiblesse de son chiffre d’affaires par rapport à ses fonds propres. Elle ne distribue jamais de dividendes. En 1911, l’agence d’Alexandrie est réduite ; elle est fermée en 1912. En présence des comptes de 1912 qui se soldent par une perte de 121 970 F, l’AG du 31 mai 1913 prononce la dissolution anticipée et la mise en liquidation16. Il est décidé de transférer l’excédent de l’actif sur le passif à la T-H (France) moyennant 3 750 000 F, de manière à répartir 75 F par action de 100 F17.

Tableau 70 : La T-H (Égypte) en chiffres
(En francs)

Tableau 70 : La T-H (Égypte) en chiffres(En francs)

27T-H ne jouit pas d’une concession du gouvernement. L’immobilisation du capital dans l’espoir de se mettre sur les rangs d’une adjudication à la suivante n’est pas de bonne politique. Trop aléatoires, les projets du gouvernement ne sont pas relayés par des activités d’appoint suffisamment importantes. Seuls clients véritables, les Tramways peuvent être fournis par la société française. Quant aux particuliers, auxquels la Compagnie ne cherche vraiment pas à s’adresser, la crise de 1907 comprime leur demande.

  • 18 Les autres membres sont M. Ralli, H. de Pitner, F. W. Simond et Ḥusnī bey Ghālī. List of companies, (...)
  • 19 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D10 LP, n° 1473, d (...)

28Une incursion antérieure dans le domaine de l’électricité en Égypte n’a rien de l’importance de celle de la T-H ; elle participe plutôt du monde des curiosités. La dénomination Société égyptienne d’électricité ne s’explique que par l’espoir d’exporter en Égypte. Rien de tel ne se réalise, et tout ce qu’expédie cette société avant sa faillite est un dirigeant en fuite. L’entreprise est constituée en août 1902 pour reprendre la suite des affaires de Rougé, Faget et cie, une commandite par actions de Paris. Cette dernière possède des brevets pour la fabrication de « permutatrices et alterno-redresseurs », la société anonyme commence avec un capital de 45 000 F et le porte à 1 100 000 F en 1905. Poilay est président du conseil, Georges Faget administrateur-délégué à Paris et Auguste Faget administrateur à Alexandrie18. Les affaires atteignent 100 000 F par an environ à Paris, mais les frais généraux, trop élevés, créent un lourd passif. En mars 1908, G. Faget se réfugie à Alexandrie et la faillite est déclarée le 13 mars 190919.

II LA COMPAGNIE CENTRALE D’ÉCLAIRAGE PAR LE GAZ (EUGÈNE LEBON & CIE)

  • 20 Devenue un holding financier, la société a toujours son siège à Paris. Elle n’a pas conservé d’arch (...)

29A côté de ses usines d’Espagne, d’Algérie et de la France, la Compagnie Lebon est concessionnaire en Égypte20. Société en commandite par actions fondée le 23 mars 1847 au capital social de 1 200 000 F, elle est présente en Égypte depuis les années 1860. Dans la mesure où la Compagnie n’est pas, en Égypte, une entité juridique distincte de la société-mère, elle n’est pas, à proprement parler, une filiale et tient plutôt de la succursale de l’entreprise uni-fonctionnelle. Les activités de Lebon se déploient dans plusieurs pays et sont suffisamment apparentées pour en faire un ensemble.

  • 21 Lebon & cie : un centenaire, 1847-1947, Paris, 1947, p. 299.
  • 22 Levernay, op. cit., p. 172.
  • 23 Convention in Gelat, op. cit, II, pp. 21-24.

30Le premier contrat, signé le 11 février 1865, lui accorde le privilège exclusif pour 30 ans de l’éclairage au gaz à Alexandrie. Il s’agit de canaliser 8 km de voies et de faire poser 267 lanternes21. Dès 1872, l’usine et la canalisation enfouie sous les principales rues peuvent suffire à une consommation de 2 000 000 m3 de gaz par an22. Il y a 1 434 lanternes lorsqu’une nouvelle convention approuvée le 1er mars 1893 proroge la concession jusqu’au 31 décembre 199123.

  • 24 Id., et AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 17.4.1898.
  • 25 Lebon & cie, op. cit., p. 300.
  • 26 Gelat, op. cit., II, pp. 22-23. La distribution de courant électrique se fait en même temps à Paris
  • 27 Lebon & cie, op. cit., p. 300.

31L’utilisation du pétrole ayant entraîné l’abaissement général du prix du gaz sur tous les marchés, la municipalité d’Alexandrie obtient la réduction du tarif de 0,055 F à 0,035 F/heure par bec24. Le nombre d’abonnés est de 436 en 1888 ; il s’élève à un maximum de 5 700 en 1907, et baisse par la suite25. La convention prévoit la fourniture de l’éclairage électrique. Le prix maximum pour le courant sera celui de Paris, majoré d’un tiers26. En 1898, le kWh est vendu à 40 millièmes (1 F) ; la production mensuelle atteint 15 000 kWh et le nombre d’abonnés 14727, pour une ville d’environ 300 000 habitants.

  • 28 CL, AP 23874, Note du CL sur la Compagnie.
  • 29 Lebon & cie, op. cit., p. 306.

32Le contrat pour l’éclairage par le gaz au Caire est signé le 15 février 1865, et transformé en concession à monopole le 17 décembre 1873, valable jusqu’au 31 décembre 1948. Le prix fixé est de 0,60 F/m3 pour les particuliers, 0,50 F/m3 pour les établissements publics28. En décembre 1892, un contrat est accordé pour l’éclairage électrique au Caire et le prix du kWh fixé pour 5 ans à 1,50 F. la consommation en 1912 atteint 3 millions de kWh pour les 4 800 abonnés29 d’une ville dépassant le demi-million d’habitants.

  • 30 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 4.6.1899.

33À Port-Sa‘īd, la Compagnie acquiert le 29 avril 1899 une usine d’éclairage par le gaz construite en 1875. Lebon l’emporte contre plusieurs concurrents en lice. Une fabrique de glace artificielle approvisionne les paquebots traversant le canal30. L’autorisation de produire et de distribuer à Port-Sa‘īd l’énergie électrique, accordée en 1903, est transformée en concession en 1914.

  • 31 EF, B31291, de Reffye à Pichon, 26.3.1913.

34La Société électrique de la Basse-Égypte est constituée à Alexandrie en 1903 pour exploiter une concession de 30 ans assurant l’éclairage électrique de Tantā. Son capital est de 24 340 Lég (630 893 F) ; Lebon acquiert en 1913 la majorité des actions31.

  • 32 AE, CC Le Caire 37, Hanotaux à Boutiron, 4.12.1896 ; Ibid., Boutiron à Hanotaux, 17.12.1896.

35Étant donné que l’approvisionnement en charbon anglais peut s’effectuer à très bon compte, les tarifs conventionnels sont jugés trop élevés par les autorités. En 1895, elles n’acceptent de payer que la moitié du montant des factures et se voient condamnées suite à un procès intenté par la Compagnie. Craignant cependant l’ouverture d’une société concurrente, celle-ci sollicite les bons offices du pouvoir politique français32.

  • 33 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 17.4.1898. L’agent soupçonne les Anglais de vouloir remplace (...)
  • 34 Ibid., Cogordan à Delcassé, 31.3.1902.
  • 35 AE, AP Le Caire 230, Delcassé à Cogordan, 2.4.1902 ; Ibid., Cogordan à Delcassé, 15.4.1902.

36La baisse du prix du gaz est néanmoins un phénomène mondial, et après de longs pourparlers33 les tarifs au Caire sont abaissés en 1897 au niveau de ceux fixés pour Alexandrie en 1893. Les difficultés trouvent solution la même année par un accord réduisant à 1 F le kWh d’électricité. Croyant être l’objet de la malveillance des autorités, la Compagnie engage des pourparlers en 1902 avec une société anglaise pour lui céder ses usines d’Alexandrie34, tandis que le Quai d’Orsay se plaint de n’être pas écouté35.

  • 36 CL, AP 23874, Note sur la Compagnie.
  • 37 AE, AP Le Caire 215, Girard à Déliassé, 13.4.1901.
  • 38 Ibid., Bertrand à Delcassé, 23.2.1901.
  • 39 EF, B31615, Note de Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

37Le projet d’aliénation à une société anglaise est autorisé par l’AG extraordinaire du 27 mars 1902. L’évaluation des installations en Égypte paraît impossible du fait de leur agrégation dans les chiffres de la Compagnie Lebon tout entière36. Le consulat à Alexandrie estime le capital engagé en 1901 à 38 millions de l’en actions et à 70 millions de l’en obligations37, soit un peu plus que le montant total de 100 millions arrêté par l’enquête du Quai d’Orsay38. Diverses propositions de rachat auraient été faites à 100 millions et repoussées par la Compagnie39.

  • 40 AE, AP Le Caire 230, P. Raveau, secrétaire général de la Compagnie, à de la Boulinière, 26.12.1903.
  • 41 Ibid., Note de la Compagnie à l’agence diplomatique, 4.4.1905.

38Il n’est pas inconcevable que la question d’aliéner la société en 1902 – elle n’aboutit pas – ait quelque rapport avec les négociations entamées au début 1903 pour l’extension de l’éclairage des voies publiques du Caire40. Un accord intervient en 1905. Les 3 803 lanternes publiques seront payées comme par le passé, 0,55 F par bec et par heure, celles à venir, soit 8 000, à 0,0335 F. Une réduction de 25 % est aussi concédée sur le courant électrique à fournir à tous les établissements gouvernementaux. En échange, la Compagnie obtient la prorogation de la concession pour l’électricité de 1928 à 1948 et le quintuplement du périmètre à éclairer41.

39Les différends et litiges entre le gouvernement et la société ne prennent pas fin, sans que le concours des autorités françaises ne soit sollicité. Sa concession à Alexandrie dure jusqu’à son terme en 1948, les autres jusqu’en 1956.

III. LES SUCCURSALES OROSDI-BACK : GRANDS MAGASINS DE L’« ORIENT »

40Les succursales du Caire, d’Alexandrie et de Tantā existent déjà lorsque cette société prend la forme anonyme en 1895. L’Égypte ne représente qu’une partie d’une entreprise commerciale qui, bien qu’ayant ses succursales les plus importantes à Constantinople et Smyrne, ne néglige pas Tunis, Vienne, Salonique, Plovdiv et Bucarest. D’autres naîtront à Adana, Samsoun, Beyrouth, Alep et Yokohama. La crise de 1907 donne un coup d’arrêt aux espoirs que suscite l’Égypte, de sorte que la succursale du Caire, diminuée, éprouve de sérieuses difficultés. La remontée se produit après la guerre et ce grand magasin conserve l’une des premières places en Égypte jusqu’aux années 1950.

  • 42 Journal des valeurs industrielles, 1.2.1898.

41Si le siège, et la plus grande partie du capital et des marchandises sont français, les origines de la commandite sont à Constantinople aux environs de 1855. Orosdi, Back et cie est créée à Paris en février 188842 par les associés, Hongrois naturalisés français. Ils étendent leur réseau de succursales à l’étranger et enregistrent un chiffre d’affaires et des bénéfices non négligeables, avant de décider la transformation en société de capitaux.

42Orosdi-Back est constituée le 7 février 1895 au capital entièrement versé de 10 000 000 F. 70 000 actions sont réservées aux apporteurs – Léon et Philippe Orosdi, Hermann et Joseph Back. Les autres 30 000 mis en souscription publique sont pris par 351 personnes, la grande majorité résidant à Paris ou à Constantinople.

  • 43 Déclaration de souscription et de versement, 20.2.1895.

Tableau 71 : Principaux actionnaires Orosdi-Back (1895)43

Tableau 71 : Principaux actionnaires Orosdi-Back (1895)43

43Outre les 7 000 000 F des fondateurs, le capital versé en France se monterait à environ 1 500 000 F. L’administration et la direction ne sortent pas des mains des Orosdi et des Back, bien que Jules Baratoux soit président de 1898 à 1913.

44La société anonyme exerce les mêmes activités que la commandite, avec de plus grands moyens. Elle se procure des marchandises de toutes sortes qu’elle revend en détail et en gros dans ses succursales et agences. Elle fait aussi œuvre de représentante de sociétés européennes. Il s’agit d’un intermédiaire qui se rémunère au moyen de la différence entre le prix de revient et le prix de vente. Les établissements d’« Orient » tiennent à la fois des grands magasins de nouveautés parisiens et des comptoirs d’exportation.

45Orosdi-Back ouvre des maisons d’achat à Londres, Manchester et Vienne, mais la France constitue sa source principale d’approvisionnement. Orosdi-Back rend service à des grands magasins comme le Louvre, le Bon Marché, et le Bazar de l’Hôtel de Ville, en les aidant à écouler des stocks à l’étranger. Là où elle n’a pas de succursales, elle fait vendre par autrui moyennant commission.

  • 44 P.-v. du conseil, 28.5.1895 et 26.4.1897. Les Établissements Orosdi-Back existent toujours à Paris. (...)

46Les ressources apportées par la transformation en société anonyme permettent le doublement de l’inventaire, qui passe de 3 323 303 F en 1895 à 7 588 840 F en 189744. Néanmoins la croissance des bénéfices nets n’est pas à l’avenant de cette progression au cours des premiers exercices de la société anonyme.

Tableau 72 : Bénéfices nets Orosdi-Back

Tableau 72 : Bénéfices nets Orosdi-Back
  • 45 P.-v. du conseil, 24.1.1898, 3.11.1898, 4.11.1899 et 17.1.1903.
  • 46 Ibid., 5.2 et 15.9.1905, 5.1 et 22.3.1906, 17.1, 20.2 et 30.3.1907, 20.1.1909 et 11.2.1910.
  • 47 L’Information, 23.7.1907.

47Les agences d’Égypte connaissent deux périodes distinctes : l’expansion avant la césure de 1907, puis les difficultés entraînant des fermetures jusqu’à 1914. Les locaux du Caire sont agrandis en 1898 et 1899, et un second magasin ouvert en 190345. Le développement des affaires justifie en 1905 la construction d’un nouvel immeuble pour la succursale, ouvert le 26 décembre 190946. La direction ne croit pas à la gravité de la crise de 1907. Elle estime qu’elle lui profite en raison du bon marché de ses marchandises et de la disparition de ses concurrents spéculateurs. Avant la crise, la plupart des employés quittaient le commerce pour devenir remisiers47.

  • 48 P.-v. du conseil, 23.5.1908.

48Pour payer le terrain et la construction, la société émet 10 000 obligations 4,5 % en juin-juillet 1908 à 470 F. la Banque française pour le commerce et l’industrie et le Crédit foncier d’Algérie lui ouvrent leurs guichets. Non seulement l’émission se fait-elle au-dessous du pair, mais Orosdi-Back accorde aux banques des commissions de 12,50 F par titre souscrit chez elles et de 1 pour mille sur les fonds déposés dans leurs caisses. Elle consent aux autres banques et intermédiaires une commission variant de 7 à 10 F par titre souscrit48. L’émission n’a pu rapporter plus de 4 600 000 F.

  • 49 Ibid., 11.10.1911.

49Mais la baisse du volume des ventes ne se dément pas. Les succursales de Zaqāzīq et de Ṭanṭā sont supprimées en 1911 et 1914, la plus importante, celle du Caire, est source de sérieux ennuis. Les stocks paraissent excessifs par rapport aux ventes ; la succursale commande trop et accuse un découvert considérable auprès du siège. Les avances faites aux succursales dépassent 28 millions de F ; celles de Constantinople et du Caire absorbent environ 15 millions, soit la totalité du capital et des réserves49.

  • 50 Ibid., 8.5.1896 et 11.6.1914.
  • 51 EF, B 31615, Note de Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

50La décomposition générale des chiffres par succursale n’existe pas. Une comparaison de deux tableaux disponibles permet de constater la marginalisation de l’agence du Caire. Son poids dans l’inventaire de 1896 fait contraste à la médiocrité de ses bénéfices en 191450. Une valeur de 8 000 000 F est attribuée à la succursale du Caire51.

Tableau 73 : Agences Orosdi-Back
(En francs)

Tableau 73 : Agences Orosdi-Back(En francs)

51La société n’établit aucun lien avec des commerces ou des personnalités locales. Si les concurrents sont nombreux dans son secteur d’activité, sa pratique sur le plan international et sa longue expérience de l’Empire ottoman la dispensent d’alliances.

52Enfin, Orosdi-Back n’est pas exportatrice de capitaux destinés à s’investir sur place dans des affaires nécessitant étude ou conception. Elle assure le mouvement des marchandises mais, contrairement à d’autres, domiciliés en France, elle s’en charge directement et évite les commissionnaires. Le contrôle par le siège en est facilité et il n’est jamais question de le relâcher.

IV. LES AGENCES DES BANQUES FRANÇAISES

53De toutes les succursales, les banques sont les mieux à même de s’adapter aux structures économiques les plus diverses. Point n’est besoin de transformer l’économie de l’Égypte pour l’intégrer dans les opérations d’une : grande banque étrangère. Les participations au capital des entreprises sont-elles inconnues ? Il y a les avances sur marchandises et les comptes courants. Le crédit commercial est-il anémique ? Il y a les avances sur titres. L’escompte des effets de commerce est peu pratiqué en Égypte, faute d’une banque centrale qui assurerait le réescompte ? Les disponibilités prennent le chemin de l’Europe pour y trouver emploi.

54Les banques en Égypte se livrent à des opérations bancaires plus élémentaires, voire primitives, tels l’import-export de numéraire et le transfert vers les créanciers européens des intérêts sur la gamme de dettes imputées au compte du pays. La double absence d’une banque centrale et, dans la réalité, d’une monnaie nationale n’empêche pas les agences étrangères de s’installer ; au contraire, elle les attire en les incitant à combler le besoin.

55Les succursales des banques étrangères se prêtent à une multitude de structures socio-économiques et, pour peu qu’elles résistent à la concurrence, s’insèrent profitablement dans le tissu économique de la troisième étape de l’internationalisation de l’Égypte. D’aucuns déplorent qu’elles ne s’accommodent que trop des usages archaïques, au détriment des nouveaux champs à explorer.

  • 52 Elle avance le droit de transit aux capitaines traversant le canal en escomptant les traites qu’ils (...)
  • 53 AE, AP Bonin 1, Rapport de L. Querry, premier drogman de l’agence, 25.11.1903.

56Par son ancienneté et l’importance des fonds qu’il brasse, le CL s’impose comme la première banque en Égypte. L’agence d’Alexandrie et la sous-agence du Caire sont établies en janvier 1875, la sous-agence de Port-Sa‘īd en septembre 187752. Tandis que la National Bank recevra après 1898 les fonds du ministère des Finances, du gouvernement soudanais et de la caisse des tribunaux mixtes, le Lyonnais obtient ceux de la Caisse de la dette, c’est-à-dire la moitié des recettes de l’État, et ceux de l’Administration des Douanes et des Eaux du Caire. Le montant des opérations faites annuellement par le Lyonnais avec la Caisse s’élèverait à 146 000 000 F53.

  • 54 Antonini, op. cit., p. 36 ; Forte, op. cit., pp. 205-206.
  • 55 Il n’en va pas de même pour la banque dans son ensemble. Cf. Bilans du CL.

57Il est réputé agir comme dépositaire des Égyptiens riches, rôle d’autant plus enviable que ces épargnants ne réclament pas d’intérêts, conformément aux prescriptions de la loi musulmane contre l’usure54. L’importance des ressources exigibles à vue est confirmée par les bilans internes ; elles sont de très loin -les proportions dépassent toute attente – le principal poste du passif55.

  • 56 Agence d’Alexandrie, sous-agences du Caire, de Port-Sa‘īd et de Jérusalem.

Tableau 74 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)56 : BILANS
(En francs)

Tableau 74 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)56 : BILANS(En francs)

Tableau 74 (Suite et fin)
(En francs)

Tableau 74 (Suite et fin)(En francs)

Sources : CL, 31AH 22 et 426 à 439; DAE 9837/1.

  • 57 Agence d’Alexandrie, sous-agences du Caire, de Port-Sa‘īd et de Jérusalem.

Tableau 75 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)57 : COMPTES D’EXPLOITATION
(En francs)

Tableau 75 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)57 : COMPTES D’EXPLOITATION(En francs)

Tableau 75 (suite et fin)
(En francs)

Tableau 75 (suite et fin)(En francs)

Sources : CL, 31 AH 52 à 54 et 333 à 350. Chiffres disponibles.

  • 58 CL, 31AH 22.

58En matière de collecte de fonds à vue, le siège d’Alexandrie n’est précédé que par ceux de Paris et de Lyon de 1881 à 1905, et uniquement par celui de Paris de 1906 à 191358. Le CL transplante en Égypte, contrée où l’épargne confiée aux intermédiaires est rare, le modèle de banque de dépôts qu’il incarne en Europe. De surcroît, tout se passe comme si un seul établissement drainait l’épargne disponible au pays. La fortune des titulaires se mesure à la somme moyenne des comptes.

Tableau 76 : Comptes de dépôt au Crédit lyonnais (Alexandrie)

Tableau 76 : Comptes de dépôt au Crédit lyonnais (Alexandrie)
  • 59 CL, 31AH 332 à 350, 1896-1914.
  • 60 AE, AP Le Caire 227, Masson à F. Charles-Roux, 8.3.1911.

59Après 1920, la Banque Misr, produit du nationalisme économique égyptien, attire nombre de ces déposants. Outre les dépôts à vue improductifs d’intérêts, le siège du Lyonnais reçoit à échéance des montants moindres bonifiés au taux de 2 à 3 %59. Il commence avec un capital de 10 millions de F – 20 % du capital versé de la banque – et finit par employer des fonds allant de 50 à 100 millions60, selon les saisons. Son succès repose en premier Heu sur l’abondance, la stabilité et le faible coût de ses ressources.

  • 61 CL, 62AH 123, Mazerat à Jacques Letoumeur, directeur général à Lyon, 1.12.1874.

60Il résulte aussi de sa capacité d’adaptation et de la diversification de ses emplois. Cette polyvalence n’est certes pas sans rapports avec le bon marché des ressources. Le Lyonnais ouvre des agences à Constantinople et à Alexandrie afin de « profiter de l’écart considérable qui existe entre le prix de l’argent qui s’y pratique et le rendement que nous pouvons tirer ici de nos ressources »61. Le taux est de 10 à 12 %, contre 5 à 6 % en France. La période faste des opérations sur les bons du Trésor révolue, il se reconvertit au métier de banquier ordinaire.

  • 62 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1879, p. 38.
  • 63 Ibid., 1880, pp. 41-42.

61Il n’y a guère rupture avec les finances étatiques, car, dès 1876, l’un des emplois les plus sûrs consiste à acheter du change télégraphique sur Londres pour compte de la Caisse de la dette. Les remises de fonds en vue de verser les intérêts sur la dette publique s’effectuent sans envoi de numéraire. Quant aux taux que pratiquent les banques d’Égypte pour se procurer les £, ils sont inférieurs aux frais de transport des espèces métalliques62. Les banques soumissionnent leurs offres et la Caisse traite avec celles qui présentent les conditions les plus avantageuses63. Le Lyonnais se taille progressivement la part du lion dans ces ventes de change.

  • 64 Ibid., 1880 à 1900. À partir de 1903, le Compte rendu ne présente que le montant total annuel.

Tableau 77 : Relevé des opérations de change sur Londres pour compte de la Caisse de la dette64
(En livres sterling)

Tableau 77 : Relevé des opérations de change sur Londres pour compte de la Caisse de la dette64(En livres sterling)

62À côté du mouvement des fonds destinés au service de la dette, le CL s’occupe de transactions encore plus élémentaires. L’Égypte n’ayant pas de monnaie fiduciaire pourvue de cours légal, les paiements se réalisent en espèces étrangères, en particulier la livre sterling. Le paysan ne jure que par l’or et celui-ci doit être importé en grande quantité durant la saison des récoltes, puis exporté après que les impôts auront été perçus. Le Lyonnais est là aussi maître du terrain (tableau 78).

  • 65 CL, DAE 3753, siège d’Alexandrie à DAE, 3.12.1901 ; 5666, Note pour James Rosselli, directeur DAE, (...)
  • 66 CL, 31 AH 22.

63Veiller à la rotation du numéraire afin d’éviter l’immobilisation tout en parant aux besoins est un souci majeur de la direction à Alexandrie65. La trésorerie est considérable : les espèces en caisse représentent une proportion anormalement élevée de l’actif (tableau 74). Pour ce poste, Alexandrie se situe 31 fois au deuxième rang – derrière Paris – parmi les agences du Lyonnais entre 1875 et 1914, une fois au 1er rang (1885), 6 fois au 3e, une fois au 4e et une fois au 8e, en raison de la guerre de 191466. Autant par ses disponibilités que par le montant de ses dépôts, le siège d’Alexandrie se distingue par la liquidité de son bilan.

  • 67 EF, B31615, Note de F. Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

Tableau 78 : Importations d’or67

Tableau 78 : Importations d’or67
  • 68 Id.

64Si l’encaisse permet d’opérer sur le change, elle fournit les moyens pour consentir des crédits en compte courant et effectuer des avances sur titres ou cotons. Alexandrie est aux tout premiers rangs parmi les sièges du CL pour les avances nanties : régulièrement 2e après Paris, 8 fois 3e, 4 fois 4e68. L’agence d’Alexandrie compte parmi les principaux prêteurs aux maisons d’exportation de coton. L’étroitesse de ses liens avec ce commerce se vérifie par l’importance des intérêts et commissions dans les recettes (tableau 75) et par l’étalement des bénéfices mensuels, lequel reflète le calendrier de la culture du coton. Les deux tiers rentrent entre octobre et mars, soit durant les 5 mois de la campagne (graphique 1).

65Rouage clé du réseau, le siège d’Alexandrie dégage 32 956 187 F en bénéfices nets de 1878 à 1914 et n’enregistre jamais de perte annuelle (tableau 75). Avec celui de Londres, créé en 1871, il constitue l’exploitation la plus rémunératrice du CL hors France. À eux seuls, ils contribuent près des trois cinquièmes des bénéfices de la DAE.

  • 69 CL, 31 AH 52 à 54.

Tableau 79 : Crédit lyonnais : bénéfices totaux, 1882-191469

Tableau 79 : Crédit lyonnais : bénéfices totaux, 1882-191469

66L’évolution des profits de ces deux centres est en hausse et concourt à la progression des résultats de la banque, tandis que le total des agences étrangères stagne (graphique 2). Même si l’écart va en diminuant, la rentabilité du siège d’Alexandrie est supérieure à celle de l’ensemble, son taux d’exploitation inférieur (graphique 3).

Graphique 1. – Crédit lyonnais (Alexandrie) : bénéfices mensuels (Moyenne 1881-1914)

Graphique 1. – Crédit lyonnais (Alexandrie) : bénéfices mensuels (Moyenne 1881-1914)

Sources : CL, 31AH 63 à 81 ; DAE 3 743, 3 753, 3 763, 3 774, 3 782, 3 791, 3 799, 3808/1, 3808/2, 4287/1, 4287/2, 4 604, 4 741, 5 234, 5 475, 5 657, 5 666, 5 677.

Graphique 2. – Crédit lyonnais : bénéfices nets

Graphique 2. – Crédit lyonnais : bénéfices nets

Sources : CL, 31 ah 52 à 54.

Graphique 3. – Crédit lyonnais : performances comparées

Graphique 3. – Crédit lyonnais : performances comparées

Sources : CL, 31 AH 22, 52 à 54, 426 à 439 ; DAE 9837/1.

  • 70 CL, DAE 8020/2, Rosselli à Escoffier, 15.2.1905.
  • 71 Id.
  • 72 Ibid., 8.1.1907.

67La situation exceptionnelle du Lyonnais – « Que voulez-vous de plus ? » demande le directeur de la DAE au directeur d’Alexandrie70 – lui permet d’accueillir avec sérénité l’arrivée de nouveaux concurrents. « Dans aucun autre pays n’y a-t-il aussi peu de Banques disposant d’aussi peu de capital que celles existant en Égypte par rapport au chiffre d’affaires. »71. La fièvre spéculative de 1906 donne à ce constat un caractère moins désintéressé. « La création de nouvelles Banques en Égypte ne m’effraie pas outre mesure ; je voudrais au contraire vous voir en profiter pour transférer à d’autres nos comptes dangereux »72.

  • 73 Le Petit Temps, 14.2.1906.
  • 74 EF, В 31615, Note de F. Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911. Le Comptoir n’ (...)
  • 75 A. Biliotti, La Banque impériale ottomane, Jouve, Paris, 1909, pp. 298, 300. 1 Liq = 22,78 F.

68Le CNEP s’établit à Alexandrie en 1902, au Caire en 1906 et à Port-Sa‘īd en 1910. Il s’occupe principalement de l’achat des effets des maisons d’exportation de coton. Les agences de France lui envoient des traites à encaisser, Marseille lui transmettant les traites documentaires pour les expéditions de farines73. Les capitaux engagés dans ses agences sont de 13 000 000 F pour Alexandrie et 3 000 000 F pour le Caire. Il n’y a pas de capital affecté spécialement à l’agence de Port-Sa‘īd. En 1911, les bénéfices nets sont de 350 000 F à Alexandrie, et de 200 000 F au Caire. Le chiffre d’affaires global se monte à environ 25 000 000 F74. Quant à la Banque ottomane, elle met en œuvre 330 000 Ltq (7 517 400 F) dans son agence d’Alexandrie, 20 000 Ltq (455 600 F) au Caire et 5 000 Ltq (113 900 F) à Port-Sa‘īd. En 1907, son actif en Égypte se présente ainsi75 :

69Comptes courants débiteurs.......................... 17 882 300 F

70Avances sur marchandises............................ 17 586 160 F

71Avances sur valeurs publiques........................ 15 535 960 F

72Avances sur effets................................... 6 401 180 F

73Effets escomptés.................................... 2 688 040 F

  • 76 AE, NS Égypte 80, Finances à AE, 30.8.1904.

74Des banques européennes constituées, en partie au moins, avec des capitaux français ouvrent des succursales au début du xxe siècle. Dès sa création le 16 janvier 1904, la Banque de l’union parisienne s’intéresse aux Balkans et à l’Égypte. La Banque parisienne, à laquelle elle se substitue n’a pas d’assises dans le pays. Pour y prendre pied, la BUP s’entend avec la Banque d’Athènes, fondée en 1893, et qui a depuis 1895 des agences au Caire, à Alexandrie et à Port-Sa‘īd. Par convention, les deux banques s’engagent à se réserver réciproquement les affaires qu’elles pourraient avoir tant en Égypte, qu’en Grèce et en « Orient »76.

75En Égypte, la BUP ouvre à la Banque d’Athènes des crédits, soit par avances en comptes courants, soit par tirages à 3 mois. Ces avances sont garanties par des nantissements en valeurs ou par des connaissements de marchandises en cours d’expédition. La Banque d’Athènes doit pour chaque opération donner avis à son alliée des conditions de l’emploi des fonds. Le bénéfice est partagé à raison des deux tiers pour la banque grecque et d’un tiers pour la banque française.

  • 77 La BUP en aura 2 par la suite : le baron André de Neuflize et le marquis de Reverseaux, agent diplo (...)
  • 78 AE, AP Le Caire 223, A. Thierry-Mieg à F. Charles-Roux, 16.2.1911.
  • 79 Ibid., Note sans date.

76La BUP fait nommer un de ses vice-présidents administrateur de la Banque d’Athènes77 ; elle a en Maurice Millet un représentant de ses intérêts à la succursale d’Alexandrie de la banque grecque78. Il semble que ce délégué ne soit muni d’aucun pouvoir spécial ou d’attributions précises. C’est davantage un agent d’information qu’un contrôleur avec action effective79.

  • 80 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Défiance, 10.1.1912.
  • 81 AE, NS Égypte 84, de Reffye à Pichon, 8.12.1913 ; BUP à AE, 22.12.1913 ; de Reffye à Doumergue, 5.1 (...)

77La Banque d’Athènes est très touchée par la déconfiture Zervudachi ; les traites qu’elle tient du failli restent impayées80. Les suites du désastre font perdre sa clientèle à la succursale d’Alexandrie et la BUP ne croit plus que les affaires justifient le maintien de son représentant. Le poste de délégué est supprimé, malgré les résistances du consul81.

  • 82 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.
  • 83 Ibid., Klotz à Pichon, 10.12.1910.

78Également en 1904, la National Bank fur Deutschland et la Banque nationale de Grèce créent conjointement à Athènes la Banque d’Orient. Deux succursales sont fondées au Caire et à Alexandrie. La National Bank se retire en 1905. La partenaire, conservant le siège d’Athènes et l’agence d’Alexandrie, se tourne vers la place de Paris. En 1910, le capital est augmenté de 15 000 000 F à 25 000 000 F. Les nouvelles actions sont émises en France pour la totalité et le placement d’un montant de 4 000 000 F garanti par le CNEP82. Deux Français sont administrateurs : Jules Rostand, vice-président, et Dacosta ; les actions nouvelles sont admises à la cote officielle83.

79Après avoir prêché sans relâche l’instauration d’un contrôle français dans les entreprises réceptrices de capitaux français et la défiance à l’égard de l’association avec les intérêts locaux, l’agence diplomatique se prend à regretter que les antennes des banques parisiennes – là où le degré de contrôle répond à tous ses vœux – soient étrangères à l’économie intérieure de l’Égypte. En pleine guerre, le chargé de l’agence, dans un document éclairant, se livre à une critique sans quartier du CL et du CNEP.

  • 84 EF, B31611, Defrance à Ribot, 10.6.1917.

80Conservateurs, ils ne feraient que de 1’« administration bancaire »84 : accueil des dépôts, paiement de coupons, remises d’argent, opérations de change, avances, etc. Satisfaits de leurs courtages, ils ne s’intéresseraient à aucune affaire commerciale ou industrielle française ou égyptienne.

« Ils n’encouragent aucune initiative ni ne soutiennent aucun projet de nos compatriotes ; ils ne servent l’influence française que passivement, par la correction de leurs procédés et par le bon renom dont ils jouissent. »

  • 85 Id.

81Pas « agissants », ils feraient de leurs agences « des bureaux lointains d’une administration métropolitaine bien dirigée à son point de vue propre et bien centralisée » mais guère portés à se mêler à « la vie active du pays, y soutenant particulièrement les intérêts français et y conquérant une influence au bénéfice de notre pays ». Quant aux directeurs des agences, « ce sont des fonctionnaires faisant bien marcher une administration : c’est tout, et ce n’est pas assez »85.

82Qu’est-ce à dire, sinon que ces banques sont trop étroitement et fructueusement associées à l’économie de la dette et de son dérivé, le coton, pour éprouver le besoin de rechercher des emplois d’un moindre repos ? Il n’est pas étonnant que les nouveaux venus soient plus entreprenants : la Deutsche Orient Bank jusqu’à sa mise sous séquestre et sa liquidation forcée au début de la guerre, le Banco di Roma et la Banque belge pour l’étranger. Impitoyable, le diplomate affirme qu’il

  • 86 Id.

« faudrait en Égypte, et ailleurs aussi sans doute, non pas seulement autre chose que ces agences qui obéissent ponctuellement aux ordres qu’elles reçoivent du Crédit lyonnais et du Comptoir d’escompte, mais autre chose que le Crédit lyonnais et le Comptoir d’escompte »86.

83Et de proposer la création d’une banque française pour l’étranger. Faisant preuve d’initiative, elle chercherait des affaires à lancer et à soutenir, provoquerait des offres de la part des industriels et commerçants français, attirerait la clientèle égyptienne. Le capital pour le nouvel établissement viendrait d’un appel de fonds soit sur le marché, soit auprès des grandes banques françaises. Il serait indispensable que le conseil d’administration soit composé non seulement de financiers, mais d’hommes d’affaires, de commerçants ou d’industriels ayant vécu à l’étranger et acquis l’expérience des pays où la future banque serait appelée à exploiter.

84Defrance ajoute enfin des considérations qui ont dû faire sourire ceux dont le métier au Quai d’Orsay est de lire les communications de l’agence diplomatique. Il souhaite que la banque soit dotée

  • 87 Id.

« de statuts assez larges pour lui permettre de se conformer aux usages locaux, de s’affranchir des règles trop strictes de nos banques métropolitaines et surtout d’agir d’après son initiative propre, c’est-à-dire, sans être, en fait, dirigée ou tenue en lisière par les établissements financiers qui auraient coopéré à sa création »87.

85Cette conception d’une banque « ayant assez d’autonomie pour prendre une part effective à la vie économique et commerciale du pays et pour y favoriser les entreprises françaises » n’est-elle pas aux antipodes de la politique que préconisait naguère l’agence ? La quête de moyens d’action politiques ne pousse-t-elle pas à insister sur un contrôle aussi complet que le permettent les circonstances sur les sociétés mettant en œuvre des capitaux français ? Qu’il en résulte un cantonnement dans les affaires sûres – entendre, en l’occurrence, l’économie de l’endettement, essence de la troisième étape de l’internationalisation de l’Égypte – et un faible enracinement dans le terreau économique du pays semblerait normal.

86Une décennie plus tard, les données de la situation demeurent, à toutes fins utiles, les mêmes.

  • 88 EF, B 31615, Note de l’attaché commercial près la légation de France en Égypte, 18.6.1929.

« Les banques françaises n’ont pas bougé. Le Crédit lyonnais a gardé son ancienne formule. Le Comptoir d’escompte qui, en 1906, était venu s’installer avec une formule un peu plus active, n’en demeure pas moins une banque purement française, sans attaches dans le pays, sans participation de capital local et surtout sans possibilités de par ses règlements, de suivre le mouvement nouveau des affaires. La conséquence fatale de cet état de choses sera, dans un délai peut-être assez bref, la diminution puis la disparition de nos banques françaises »88.

  • 89 Ibid., 21.9.1929.

87Quant aux concurrents étrangers, ils s’engagent plus avant dans la voie de l’enracinement dans l’économie égyptienne. En 1922, le Banco di Roma transforme ses succursales en filiale sous la raison sociale Banco di Roma per l’Egitto, société égyptienne. Suite à une entente en 1924 avec le Credito italiano et la Banco nazionale di credito, la filiale est rebaptisée Banco italo-egiziano. D’autres, « sentant venir le vent »89, transforment leurs succursales en filiales ; témoin la Banque belge pour l’étranger qui fait place à la Banque belge et internationale en Égypte.

88Le pays s’étant enrichi durant la guerre, les banques étrangères s’efforcent d’attirer vers elles les disponibilités locales, surtout si leur monnaie nationale est dépréciée. Tel est le cas de la Deutsche Orient Bank qui reprend ses activités en 1926. Comme sur d’autres plans, Allemands, Italiens et Belges sont à l’avant-garde du processus d’adjonction de notables égyptiens – pas seulement de résidents étrangers – à la direction de leurs banques.

89L’attaché commercial revient donc à l’idée de créer un nouvel organisme bancaire français. Compte tenu que de multiples rivalités empêcheraient le CL et le CNEP de le constituer conjointement, il conviendrait de demander le concours de toutes les banques françaises entretenant des rapports avec l’Égypte.

  • 90 Ibid., 18.6.1929.

« Une pareille banque serait enfin une force, une puissance ; elle marcherait d’accord avec les banques déjà existantes, participant à sa création, sans être forcément annihilée par elles. Elle serait à même de traiter, de financer, n’importe quelle affaire pouvant intéresser des fabricants, des entrepreneurs français ».90

90Les grandes banques françaises ne donnent pas suite, à supposer qu’elles aient été mises au courant des propositions émanant du Caire.

Conclusion.

91Les sociétés dont la fonction est d’agir comme bras d’entreprises à caractère international sont rares en Égypte. Elles ont du mal à se frayer un chemin, à s’installer durablement ou à prospérer. L’espace disponible est réduit. L’économie est ainsi modelée par l’étape antérieure de son internationalisation qu’elle offre peu de points de contact avec les activités d’entreprises dont la vocation mondiale est de conception plus récente. Seul le secteur financier peut véritablement donner lieu à un raccordement. D’où le maintien des succursales de banque – encore n’est-ce pas le cas pour toutes celles qui ouvrent en Égypte. Sur ce plan, les intérêts français sont représentés par plusieurs établissements bancaires, à la tête desquels le CL occupe une place considérable.

92Tant que l’Égypte demeure au service de sa dette, voire tant qu’elle n’est pas affranchie de l’économie à dominante cotonnière que lui lègue l’intégration à l’Europe, telle qu’elle s’est réalisée à la fin du xixe siècle, elle ne peut accueillir qu’un nombre infime de filiales ou de succursales de sociétés étrangères. Son réaménagement conformément aux besoins de ces dernières, consécutif à un démantèlement des structures héritées de l’ère de la dette, met l’Égypte au diapason des entreprises exploitant dans plus d’une contrée. Servie par le réveil du nationalisme égyptien, en particulier depuis la crise économique de 1907, cette nouvelle étape de l’internationalisation de l’Égypte est en cours, et contestée à son tour par le nationalisme.

Notes

1 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 24.4.1909 de la T-H (Méditerranée).

2 Statuts.

3 Thomson-Houston, bulletin mensuel, 15.9.1899.

4 Rapport du c.a. à l’AG du 28.4.1900.

5 Paris-Bourse, 9.12.1899.

6 Rapport du c.a. à l’AG du 26.4.1902.

7 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 24.4.1909.

8 Revue minière, 5.8.1909.

9 Statuts.

10 Au conseil siègent C. Aghion, président ; René Lagout, vice-président ; Burton, administrateur-délégué ; Bousquet, administrateur du Crédit mobilier ; Charles Burrell et Ernest Thurnauer, vice-président et administrateur de la T-H (France) ; Victor Fris, F. Lambert, Constantin Achillopoulo et Constantin Nicolaïdi.

11 Cf. tableau 60 in chapitre V, section I.

12 AN, F12 7283, de Reffye à Pichon, 7.5.1909.

13 AE, NS Égypte 58, F. Charles-Roux à Pichon, 11.10.1910.

14 Rapport du c.a. à l’AG du 25.5.1912.

15 Ibid., 28.5.1910.

16 Courrier de la Bourse et de la Banque, 1.6.1913.

17 Ibid., 12.7.1913.

18 Les autres membres sont M. Ralli, H. de Pitner, F. W. Simond et Ḥusnī bey Ghālī. List of companies, op. cit., p. 31.

19 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D10 LP, n° 1473, dossier 18292, 1909.

20 Devenue un holding financier, la société a toujours son siège à Paris. Elle n’a pas conservé d’archives de ses activités dans le domaine de l’éclairage par le gaz. Les bilans annuels ne donnent que les comptes globaux, rendant impossible la saisie des opérations dans chaque pays.

21 Lebon & cie : un centenaire, 1847-1947, Paris, 1947, p. 299.

22 Levernay, op. cit., p. 172.

23 Convention in Gelat, op. cit, II, pp. 21-24.

24 Id., et AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 17.4.1898.

25 Lebon & cie, op. cit., p. 300.

26 Gelat, op. cit., II, pp. 22-23. La distribution de courant électrique se fait en même temps à Paris.

27 Lebon & cie, op. cit., p. 300.

28 CL, AP 23874, Note du CL sur la Compagnie.

29 Lebon & cie, op. cit., p. 306.

30 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 4.6.1899.

31 EF, B31291, de Reffye à Pichon, 26.3.1913.

32 AE, CC Le Caire 37, Hanotaux à Boutiron, 4.12.1896 ; Ibid., Boutiron à Hanotaux, 17.12.1896.

33 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Hanotaux, 17.4.1898. L’agent soupçonne les Anglais de vouloir remplacer la Compagnie par une société nouvelle.

34 Ibid., Cogordan à Delcassé, 31.3.1902.

35 AE, AP Le Caire 230, Delcassé à Cogordan, 2.4.1902 ; Ibid., Cogordan à Delcassé, 15.4.1902.

36 CL, AP 23874, Note sur la Compagnie.

37 AE, AP Le Caire 215, Girard à Déliassé, 13.4.1901.

38 Ibid., Bertrand à Delcassé, 23.2.1901.

39 EF, B31615, Note de Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

40 AE, AP Le Caire 230, P. Raveau, secrétaire général de la Compagnie, à de la Boulinière, 26.12.1903.

41 Ibid., Note de la Compagnie à l’agence diplomatique, 4.4.1905.

42 Journal des valeurs industrielles, 1.2.1898.

43 Déclaration de souscription et de versement, 20.2.1895.

44 P.-v. du conseil, 28.5.1895 et 26.4.1897. Les Établissements Orosdi-Back existent toujours à Paris. À part les p.-v. du conseil, ils n’ont pas conservé d’archives historiques. Bien que les registres contiennent des éléments utiles sur l’Égypte, les chiffres concernant le mouvement d’affaires des agence ; sont rares. Les bilans publiés fournissent les comptes de l’entreprise dans son ensemble.

45 P.-v. du conseil, 24.1.1898, 3.11.1898, 4.11.1899 et 17.1.1903.

46 Ibid., 5.2 et 15.9.1905, 5.1 et 22.3.1906, 17.1, 20.2 et 30.3.1907, 20.1.1909 et 11.2.1910.

47 L’Information, 23.7.1907.

48 P.-v. du conseil, 23.5.1908.

49 Ibid., 11.10.1911.

50 Ibid., 8.5.1896 et 11.6.1914.

51 EF, B 31615, Note de Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

52 Elle avance le droit de transit aux capitaines traversant le canal en escomptant les traites qu’ils émettent sur leurs correspondants en Europe. CL, 62AH 124-125, Siège social (Lyon) au siège central (Paris), 18.9.1877. Fermée le 1.12.1884 ; réouverte le 1.12.1890.

53 AE, AP Bonin 1, Rapport de L. Querry, premier drogman de l’agence, 25.11.1903.

54 Antonini, op. cit., p. 36 ; Forte, op. cit., pp. 205-206.

55 Il n’en va pas de même pour la banque dans son ensemble. Cf. Bilans du CL.

56 Agence d’Alexandrie, sous-agences du Caire, de Port-Sa‘īd et de Jérusalem.

57 Agence d’Alexandrie, sous-agences du Caire, de Port-Sa‘īd et de Jérusalem.

58 CL, 31AH 22.

59 CL, 31AH 332 à 350, 1896-1914.

60 AE, AP Le Caire 227, Masson à F. Charles-Roux, 8.3.1911.

61 CL, 62AH 123, Mazerat à Jacques Letoumeur, directeur général à Lyon, 1.12.1874.

62 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1879, p. 38.

63 Ibid., 1880, pp. 41-42.

64 Ibid., 1880 à 1900. À partir de 1903, le Compte rendu ne présente que le montant total annuel.

65 CL, DAE 3753, siège d’Alexandrie à DAE, 3.12.1901 ; 5666, Note pour James Rosselli, directeur DAE, 29.12.1913.

66 CL, 31 AH 22.

67 EF, B31615, Note de F. Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911.

68 Id.

69 CL, 31 AH 52 à 54.

70 CL, DAE 8020/2, Rosselli à Escoffier, 15.2.1905.

71 Id.

72 Ibid., 8.1.1907.

73 Le Petit Temps, 14.2.1906.

74 EF, В 31615, Note de F. Charles-Roux sur les capitaux français en Égypte, mars 1911. Le Comptoir n’a pas conservé les archives de ses agences égyptiennes.

75 A. Biliotti, La Banque impériale ottomane, Jouve, Paris, 1909, pp. 298, 300. 1 Liq = 22,78 F.

76 AE, NS Égypte 80, Finances à AE, 30.8.1904.

77 La BUP en aura 2 par la suite : le baron André de Neuflize et le marquis de Reverseaux, agent diplomatique de la France au Caire de 1892 à 1894. Avec J. Bonnier, administrateur-délégué, ils seront les 3 Français au conseil en 1919.

78 AE, AP Le Caire 223, A. Thierry-Mieg à F. Charles-Roux, 16.2.1911.

79 Ibid., Note sans date.

80 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Défiance, 10.1.1912.

81 AE, NS Égypte 84, de Reffye à Pichon, 8.12.1913 ; BUP à AE, 22.12.1913 ; de Reffye à Doumergue, 5.1.1914.

82 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

83 Ibid., Klotz à Pichon, 10.12.1910.

84 EF, B31611, Defrance à Ribot, 10.6.1917.

85 Id.

86 Id.

87 Id.

88 EF, B 31615, Note de l’attaché commercial près la légation de France en Égypte, 18.6.1929.

89 Ibid., 21.9.1929.

90 Ibid., 18.6.1929.

Table des illustrations

Titre Tableau 69 : Souscripteurs actions ordinaires T-H (Égypte)9
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 70 : La T-H (Égypte) en chiffres(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 71 : Principaux actionnaires Orosdi-Back (1895)43
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 72 : Bénéfices nets Orosdi-Back
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 73 : Agences Orosdi-Back(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 74 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)56 : BILANS(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Tableau 74 (Suite et fin)(En francs)
Crédits Sources : CL, 31AH 22 et 426 à 439; DAE 9837/1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Tableau 75 : Crédit lyonnais (siège d’Alexandrie)57 : COMPTES D’EXPLOITATION(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 75 (suite et fin)(En francs)
Crédits Sources : CL, 31 AH 52 à 54 et 333 à 350. Chiffres disponibles.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Tableau 76 : Comptes de dépôt au Crédit lyonnais (Alexandrie)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 77 : Relevé des opérations de change sur Londres pour compte de la Caisse de la dette64(En livres sterling)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 78 : Importations d’or67
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 79 : Crédit lyonnais : bénéfices totaux, 1882-191469
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 1. – Crédit lyonnais (Alexandrie) : bénéfices mensuels (Moyenne 1881-1914)
Crédits Sources : CL, 31AH 63 à 81 ; DAE 3 743, 3 753, 3 763, 3 774, 3 782, 3 791, 3 799, 3808/1, 3808/2, 4287/1, 4287/2, 4 604, 4 741, 5 234, 5 475, 5 657, 5 666, 5 677.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 2. – Crédit lyonnais : bénéfices nets
Crédits Sources : CL, 31 ah 52 à 54.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Graphique 3. – Crédit lyonnais : performances comparées
Crédits Sources : CL, 31 AH 22, 52 à 54, 426 à 439 ; DAE 9837/1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/768/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 470k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable