Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre V. Un contrôle jalousement gardé : entreprises belges et capitaux français

Texte intégral

  • 1 « Les sociétés belges en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce internationale, Le Caire, n° (...)
  • 2 Y. Rahimlou, « Aspects de l’expansion belge en Égypte sous le régime d’occupation britannique (188 (...)

1Les capitaux belges font leur entrée en Égypte durant les années 1890 pour se placer dans leur secteur de prédilection : les tramways et l’électricité. Au deuxième rang, les sociétés de crédit hypothécaire sont la spécialité de la place d’Anvers. « Il y a 30 ans, en Égypte, le nom de Belge était presque inconnu, tandis que nous voyons aujourd’hui de nombreuses sociétés de tout premier ordre, dont beaucoup sont très importantes »1. De 1895 à 1912, une quarantaine d’entreprises à capitaux entièrement ou partiellement belges sont créées. Les ressources investies dans ces sociétés sont évaluées en 1907 à 400 000 000 F ou 500 000 000 F2.

  • 3 On compte, dans plus d’un c.a., Léon Carton de Wiart, Florent et Gustave Lambert, Frédéric Jacobs, (...)
  • 4 Deux Français d’Égypte sont nommés par la Compagnie agricole du Nil, fondée à Anvers le 29 novembr (...)

2Nombre de sociétés à capitaux belges sont fondées à Bruxelles ou à Anvers, et ont, de ce fait, un caractère articulé. Ce n’est toutefois qu’apparence, la direction véritable logeant en Égypte aux mains soit de Belges du pays3, soit de Syriens ou d’Arméniens. Les intérêts belges cèdent rarement le contrôle aux intérêts français, même si ces derniers ont des sièges au conseil4 et participent au capital et/ou à la dette obligataire.

  • 5 CNEP, Dossier 323/659, 1906 à 1909.

3Les sociétés à dominante belge dans lesquelles la participation des capitaux français est connue- les seules retenues – ont un trait commun : elles se tiennent à l’écart des grandes banques françaises, dotées des moyens de les faire passer sous leur contrôle. On ne retrouve qu’un exemple d’un appel adressé à une banque de dépôts de Paris. Il ne s’agit que d’une faible participation à un syndicat de garantie acceptée par le CNEP pour une émission d’actions de l’Anglo-Belgian Company of Egypt, rare cas de collaboration entre capitaux britanniques et belges en Égypte5.

I. LE PARCOURS TOURMENTÉ DES TRAMWAYS D’ALEXANDRIE

4Chasse gardée des intérêts belges, les tramways électriques sont l’œuvre d’une société au Caire et d’une autre à Alexandrie. Les firmes sont distinctes et le capital français n’entre que dans la seconde. Précédée par les Tramways du Caire, la société d’Alexandrie connaît un début laborieux, en raison de son association avec Simon Philippart fils et de la débâcle de la Banque industrielle d’Égypte.

  • 6 Gelat, op. cit., III, pp. 190-193.

5Dès 1890 les tramways font partie du paysage égyptien. Des concessions sont accordées le 30 janvier au Français Charles de Sérionne pour Ismā’īliyya et le 30 mars au Britannique John Fell pour Le Caire. « La traction par animaux est seule autorisée »6, mais la traction électrique ne tarde pas à s’imposer.

  • 7 Elle exploite le Métro de Paris, ainsi que les tramways de Marseille, Genève et Maples.

6La Société des tramways du Caire fournit le modèle pour ce genre d’entreprise en Égypte. Elle est formée à Bruxelles le 19 mars 1895 avec un capital de 10 000 000 F pour exploiter la concession obtenue le 5 décembre 1894 par la Société générale des chemins de fer économiques de Bruxelles7 et l’ingénieur Édouard Empain. Les concessionnaires reçoivent en rémunération de leur apport 7 500 des 20 000 actions et 75 000 des 80 000 parts. Il n’y a pas de participation française.

  • 8 AE, CC Alexandrie 51 bis, Lacretelle, consul à Alexandrie, à Casimir-Périer, 20.4 et 18.8.1894.
  • 9 AE, CC Le Caire 37, Adolphe Boutiron, consul au Caire, à Hanotaux, 12.9.1897.
  • 10 EF, B31291, AE à Finances, 16.5.1898.

7La Société des tramways d’Alexandrie est constituée le 4 décembre 1897 à Bruxelles. La première mise en adjudication des lignes a lieu le 15 juillet 18948. Lors de son renouvellement le 1er octobre 1895, la soumission d’un groupe belge est retenue. Mais le khédive, mécontent de la Société (belge) des tramways du Caire9, obtient que la concession soit octroyée les 17 et 31 mars 1896, à Édouard Cauderay, administrateur de la Compagnie générale de traction, de Paris. Cette dernière doit faire les travaux d’installation. L’adjudicataire s’engage à payer à la municipalité une redevance annuelle de 58 Lég (1 503 F) par voiture. Le matériel électrique est fourni par Walker des États-Unis, les machines par E. Garnier de Paris, les rails par Ougrée de Belgique. Le coût total est d’environ 1,5 million de F10.

  • 11 Statuts.

8Le capital de la Société est de 3 000 000 F. Il est attribué à Cauderay et la Compagnie de traction 25 000 des 30 000 actions et 25 000 des 30 000 parts. Les actions restantes sont souscrites par11 :

9La Compagnie générale de traction……….. 4 535

10Édouard Cauderay............... 50

11L’Entreprise, Bruxelles........... 50

12Paul Otlet, Bruxelles............. 50

13Maurice Otlet, Bruxelles......... 50

148 personnes..................... 265

  • 12 Rapport du c.a. à l’AG du 2.7.1900. Cette déclaration ne correspond pas au renseignement selon leq (...)
  • 13 Rapport du c.a. à l’AG du 2.5.1899.

15Les premiers souscripteurs prennent les nouvelles actions émises pour doubler le capital en 189812. Le réseau atteint 25,6 km pour les 5 lignes desservies13.

  • 14 Constituée à Londres en mars 1883, au capital de 62 000 £ (1 550 000 F), pour prendre la suite d’u (...)

16En 1899, la société est perturbée par les conséquences de certaines de ses décisions et par l’avènement en Égypte et dans son conseil de Simon Philippart. Au début de l’année, convaincue de la nécessité de raccorder le tramways avec le chemin de fer suburbain de l’Alexandria and Ramleh Railway Co. Ltd14, elle achète 5 000 des 8 350 actions de 10 £ (250 F) de cette société à 970 F.

  • 15 Rapport du c.a. à l’AG du 2.7.1900. Les explications que doit donner le conseil à la suite des méc (...)
  • 16 EF, B31291, Girard à Delcassé, 21.4.1899.

17Il faut transformer la traction du Ramleh de la vapeur à l’électricité : 20 000 actions nouvelles sont émises et souscrites à 120 F, 14 000 obligations à 450 F, soit une rentrée de 8 700 000 F15. Les Tramways procèdent à un achat supplémentaire de 3 079 actions Ramleh, venant à bout des concurrences autrichiennes et belges16.

  • 17 Rapport du c.a. à l’AG du 3.5.1899.
  • 18 Le premier conseil comprend F. Guillon, président, Cauderay, K. de Burlet, P. Hammelrath, Femand M (...)

18Quatre personnalités d’Alexandrie entrent au conseil : les banquiers Philippart, A. Zervudachi, et Achille Bimsenstein, et l’industriel Georges Karan17. Ce sont, on s’en doute, les acquéreurs des nouvelles actions et obligations. La composition du conseil en est transformée18. Majoritaires, les actionnaires d’Égypte provoquent l’AG du 25 février 1899 qui accroît leur influence.

  • 19 Rapport du c.a. à l’AG du 2.5.1900.

19En février 1900, les administrateurs d’Égypte, à l’exception de l’administrateur-délégué Philippart, démissionnent19. Mêlée à la faillite de Philippart et au fiasco de la Banque industrielle, la société est plongée dans la crise.

  • 20 AE, CPC Alexandrie 53, Girard à Delcassé, 21.4.1899.

20Fils du célèbre directeur de la Banque européenne, Simon Philippart fait irruption à Alexandrie au début de 1898 auréolé de la réputation d’être soutenu par des financiers importants d’Europe. Ses achats immobiliers alimentent la hausse des prix. Il a « révolutionné depuis quelques mois le marché égyptien par la hardiesse et l’activité qu’il apporte dans le maniement des affaires financières »20. La ville est en plein essor, les travaux d’embellissement se multiplient et l’argent y afflue. Philippart suscite un mouvement d’affaires, notamment par l’acquisition des terrains du Gabbārī (250 ha) que le gouvernement met à prix à 1 555 200 F et qui, avec les enchères, montent à 4 014 600 F, ainsi que des Jardins Nubar à 800 000 F.

  • 21 EF, B31291, Raymond Lecomte, chargé de l’agence, à Delcassé, 12.10.1900.

21Les terrains sont surévalués mais leur achat s’insère dans un projet ambitieux. Philippart veut construire au Gabbārī une cité ouvrière qui justifierait l’extension du réseau des tramways. Quant aux Jardins Nubar, ils seraient revendus après lotissement pour la construction de villas. Il est aussi question d’un parc de distraction qui développerait la circulation des voyageurs21. Discrédité par sa, déconvenue, Philippart n’a jamais été reconnu comme un précurseur d’Édouard Empain. Celui-ci réussit entre Le Caire et Héliopolis ce que Philippart tente de réaliser entre Alexandrie et le Gabbārī. Empain aura appris une leçon, à savoir la nécessité de fonder la nouvelle ville sur des terrains bon marché, à la rigueur en plein désert.

  • 22 AE, NS Égypte 8,0, Cogordan à Delcassé, 6.5.1899.
  • 23 Journal officiel (Égypte), 5.4.1899. 50 000 parts sont à répartir entre les promoteurs.

22Le pivot de ces projets se trouve être la Banque industrielle d’Égypte créée le 27 mars 1899, laquelle se placerait au cœur d’un ensemble d’activités économiques, entre autres l’organisation du marché à terme à la Bourse d’Alexandrie au moyen d’une banque de reports22. Le capital de 400 000 Lég (10 368 000 F) de l’Industrielle est représenté par 100 000 actions ainsi souscrites23 :

23Simon Philippart...................... 82 250

24Périclès Glymenopoulos................ 7 500

25Joseph Goar........................... 2 500

26Fernand Montagne..................... 2 500

27Elie Piha.............................. 2 500

28Nicolas Tamvaco...................... 2 500

29Albert Gheude-Olin..................... 250

30Le projet tourne court. Les fondateurs locaux ne comprennent pas les éléments importants que Philippart voulait rallier. Ceux qui se joignent à lui vendent leurs titres, et un mouvement baissier se dessine. Philippart, après avoir cédé les trois quarts de sa part pour intéresser d’autres souscripteurs, doit opérer des achats pour soutenir le marché.

  • 24 EF, B31291, Lecomte à Delcassé, 12.10.1900.

31Il s’en remet en juin 1899 aux frères Otlet, administrateurs des Tramways, de la Caisse générale d’épargne et de crédit de Paris, et de la société l’Entreprise de Bruxelles. Ils achètent à Philippart des actions Industrielle pour environ 1 200 000 F mais lui cèdent en échange des actions Caisse générale. La Caisse lui ouvre un crédit de 500 000 F pour le rachat des titres Industrielle sur le marché24.

  • 25 Le Courrier du Nil, 20.8.1900.

32Aux abois, Philippart s’engage dans d’importantes opérations de Bourse sur les titres les plus divers, perd lourdement et confond ses comptes personnels avec ceux de la Banque. Elles-mêmes gênées, la Caisse et l’Entreprise revendent ses titres à la Banque industrielle, lui retirant ainsi leur appui. Cette dernière est acculée à une liquidation provisoire le 19 juillet 1900, et Philippart écroué pour avoir disposé à son profit des obligations des Tramways déposées à la Banque. Il a détourné 3 369 600 F des 8 838 720 F de l’actif. Le passif s’élève à 2 851 200 F25.

  • 26 Le rapport des liquidateurs est publié dans la Bourse égyptienne, 26, 27, 28.2, et 1.3.1902.
  • 27 AE, AP Le Caire 228, Harismendy à Delcassé, 12.8.1900.

33La liquidation de la Banque, opération embrouillée, soulève les passions26. Philippart avait entraîné de nombreuses personnes dans ses activités ; celles-ci sont d’autant plus véhémentes dans leur campagne pour le conspuer qu’elles ont été séduites par ses projets. Le tribunal consulaire de Belgique qui doit connaître de l’affaire est entravé, compte tenu que presque tous les Belges d’Alexandrie auraient quelque intérêt dans la cause27.

  • 28 EF, B31291, Lecomte à Delcassé, 12.10.1900.

34Une instruction pour abus de confiance, faux en écritures et malversations s’ouvre le 20 septembre, et le procès se déroule simultanément à la liquidation de la Banque. Délicate en raison de la confusion dans la gestion des deux sociétés dont Philippart est l’administrateur-délégué, la clôture des comptes l’est aussi parce qu’elle n’irait pas sans porter atteinte à des personnalités en vue28.

  • 29 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Delcassé, 7.11.1900.
  • 30 Archives générales du Royaume (Bruxelles), Fonds Otlet, n° 126, État au 7.9.1899.
  • 31 « Cette nomenclature invraisemblable nous a fait faire en quelques instants le tour du monde, à la (...)

35Philippart se voit condamner le 7 novembre 1900 à deux ans de prison et 100 F d’amende pour détournement frauduleux de titres29. Outre les actions Tramways, l’actif de la Banque30 contient des titres exotiques dont rémunération déclenche l’hilarité31. Piteuse conclusion à des projets conçus dans un esprit étranger à l’humour.

  • 32 Il est composé de J. Lumbroso, président, Poilay, vice-président, A. Robino, E. Delta, F. et G. La (...)

36Afin de relever la Société des tramways, un nouveau conseil est élu à l’AG du 2 mai 190032. Il est conforté par un rapport encourageant de l’ingénieur Souter sur l’actif, mais il doit d’abord se dégager du krach de l’Industrielle. À cet égard, la situation est moins nette. La société recouvre la plupart de ses actions déposées à la Banque mais certains comptes courants donnent lieu à des litiges.

37Si les conséquences des détournements sont atténuées, il reste à remédier aux déficiences de la gestion. Les dépenses d’exploitation sont lourdes, le contrôle des matières et des fournitures défectueux et la comptabilité, tenue à Bruxelles, inconnue de la direction à Alexandrie. Principale propriétaire du Ramleh, la société n’a pas les ressources pour réaliser la transition à l’électricité.

  • 33 Sir Elwin Palmer, Boghos pacha Nubar, C. Salvago, A. Zervudachi, J. R. Reev ; s (directeur Banque (...)
  • 34 Archives générales du Royaume (Bruxelles), Fonds Otlet, nos 127-128, Note du 16.1.1901.
  • 35 L’Écho de la Bourse, 2.5.1901.

38Des démarches pressantes sont faites en 1901 auprès de certaines personnalités33 qui acceptent de former un conseil si la société cède tout son actif au Ramleh, contre remise d’actions de cette dernière. La transformation électrique du Ramleh s’effectuerait par la dissolution de la Société des tramways34. L’AG du 4 février prononce la mise en liquidation, laquelle est aussitôt annulée par le tribunal de commerce de Bruxelles et par une nouvelle AG : les actionnaires alexandrins, majoritaires, s’y opposent35.

  • 36 Le Courrier de la Bourse et de la Banque, 19.6.1905.
  • 37 L’Économie financière, 28.5.1913. La transformation à l’électricité s’accomplit en 1903.

39Les tentatives visant à mettre en commun les Tramways et le Ramleh ne sont pas abandonnées. En 1902, un contrat est passé suivant lequel le Ramleh exploiterait le réseau des Tramways moyennant une redevance36. La solution proposée en 1901 est adoptée une décennie plus tard, liquidation en moins. Le 10 avril 1912, la Société des tramways cède au Ramleh tout son actif contre remise de 77 500 actions nouvelles Ramleh de 1 £ (25 F) et l’engagement de payer une annuité de 372 000 F jusqu’en 1949. Le Ramleh exploite le réseau, supporte toutes les charges de l’exploitation et du service des obligations. Avec sa participation antérieure de 80 430 actions, la Société des tramways détient 157 930 des 187 500 actions Ramleh37.

  • 38 R. al-Sa’īd, Ta’rīkh... (Histoire du mouvement socialiste en Égypte, 1900-1925). 5e édition, Dār a (...)
  • 39 Al-Mu’ayyad, 19 et 23.10.1908. Cette grève marque l’entrée en scène des ouvriers égyptiens comme f (...)

40Des incertitudes sur trois plans amènent les Tramways à passer de l’affermage à la cession d’actif. La nécessité de remettre en état un réseau mal entretenu explique le recours au Ramleh en 1902. La grève de 191138 des employés des tramways du Caire et d’Alexandrie fait suite à celle d’octobre 1908 des seuls employés du Caire39. Enfin, la hausse du coût du charbon en 1912 oblige la société à se tourner vers le pétrole russe pour les chaudières.

41L’approvisionnement est arrêté par la fermeture des détroits du Bosphore et des Dardanelles lors des guerres balkaniques. Celles-ci provoquent l’exode de résidents étrangers d’Alexandrie, notamment les Grecs, sa principale clientèle.

42La société se sépare de l’exploitation, cède son actif pour le modique prix de 1 937 500 F sous forme d’actions Ramleh et devient une société de portefeuille.

43La ventilation de la comptabilité de la société montre une évolution régulière des bénéfices bruts d’exploitation. La progression du coefficient d’exploitation après la baisse de 1903-1906 se manifeste dans la marge bénéficiaire. Celle-ci est décourageante au début, les années 1899 à 1901 apparaissant comme un intervalle de courte durée dans une évolution relativement stable.

44Y a-t-il eu précipitation en 1912 lors de la cession de son actif ? La baisse du bénéfice brut en 1912 exerce peut-être son influence sur la décision : la société opte pour la prudence, en préférant encaisser les coupons Ramleh plutôt que de s’occuper de l’exploitation d’un réseau.

  • 40 Bilans. Les comptes des exercices 1901, 1907, 1908 et 1909 n’ont pas été conservés.

Tableau 56 : Actif Tramways d’Alexandrie40
(En francs)

Tableau 56 : Actif Tramways d’Alexandrie40(En francs)

Tableau 57 : Passif Tramways d’Alexandrie
(En francs)

Tableau 57 : Passif Tramways d’Alexandrie(En francs)
  • 41 Cf. Chapitre VI.

45La participation française dans la Société des tramways est indirecte. En effet, la Compagnie égyptienne Thomson-Houston, créée le 11 mai 1907, acquiert le portefeuille-titres de sa société fondatrice, la Compagnie d’électricité Thomson-Houston de la Méditerranée, dont une agence est installée au Caire depuis 190641. Avant et après 1907, T-H agit à la fois comme fournisseur et comme actionnaire des Tramways, transformés en quelque sorte en filiale d’une filiale. En peu de temps le portefeuille de la Compagnie égyptienne T-H ne contient que des actions Tramways.

  • 42 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Pichon, 31.3.1910.

46Un paquet d’actions représentant un tiers du capital versé (tableau 60) est digne de sièges au conseil des Tramways, en l’occurrence attribués à Charles Burton et à R. Lagout de T-H en 1907. La liquidation de T-H (Égypte) met un terme à l’évolution des Tramways vers un statut de filiale et permet à l’élément local d’y retrouver son ascendant. Ne faisant pas d’appels au marché financier de Paris, les Tramways ne se signalent à l’attention de la diplomatie que par le biais des commandes qu’ils procurent à l’industrie française42.

Tableau 58 : Comptes d’exploitation Tramways d’Alexandrie

Tableau 58 : Comptes d’exploitation Tramways d’Alexandrie

Tableau 59 : Répartitions Tramways d’Alexandrie
(En francs)

Tableau 59 : Répartitions Tramways d’Alexandrie(En francs)

Tableau 60 : Actions Tramways dans portefeuille T-H

Tableau 60 : Actions Tramways dans portefeuille T-H

II. HÉLIOPOLIS : VILLE DU BARON EMPAIN

  • 43 Cf. llbert, Héliopolis, op. cit.,

47D’entrée, l’entreprise de l’Héliopolis participe de trois catégories d’activités. La première, très en vogue à l’époque en Égypte, se rattache aux opérations sur l’immobilier. La seconde, propre aux intérêts belges, consiste à étendre l’utilisation des moyens de transport électriques. Il y a enfin les plans d’urbanisation et de création d’une ville nouvelle qui représentent la contribution d’Édouard Empain et de son groupe bancaire et industriel43. Acquisition et revente de terrains, installation et exploitation d’un réseau de tramways et de trains électriques, enfin construction d’habitations, en font une vaste entreprise, contrainte de recourir à des partenaires alors même que son aspect risqué les éloigne.

  • 44 Cf. deuxième partie.

48Sollicité, le marché français réserve à Empain un accueil des plus tièdes. Quant à la diplomatie française, elle ne se départit jamais de sa défiance à l’égard d’une entreprise qui lui paraît confuse et aventurée. Ses critiques ne sont pas, au moment de leur formulation, injustifiées et contribuent à une réorientation bénéfique à la société. En revanche, aucune action précise n’est préconisée par les milieux politiques français. En cela, ils sont à l’unisson des grandes banques parisiennes, dont le rôle reste effacé. Des immobilisations du genre qu’Empain affectionne ne sauraient leur sourire au moment où l’écheveau de la faillite des Sucreries est à peine démêlé44. D’autre part, Empain constitue un véritable groupe qui ne lâche jamais le contrôle de l’affaire. Auraient-elles souhaité prendre des engagements de longue durée, les grandes banques parisiennes ne pouvaient espérer plus qu’un rôle d’appoint.

  • 45 L’Express-Finance, 12.4.1910.
  • 46 Rapport du c.a. à l’AG du 17.5.1910.

49Les promoteurs, Empain et Boghos, se font accorder le 23 mai 1905 une concession qui autorise la construction d’un chemin de fer électrique et de 2 lignes de tramways électriques du Caire vers le désert de ‘Abbāsiyya au nord-est de la capitale. Dans cette région de l’antique Héliopolis, ils s’engagent à mettre en valeur les terrains qui leur sont cédés en toute propriété par le gouvernement. L’achat des 5 952 faddāns (2 500 ha) est comptabilisé à 1 Lég/faddān (62,24 F/ha). Ils acquièrent donc 25 km2 à 6,23 centimes/m2, alors que les terrains du Caire se vendent 25 à 30 F/m245. En 1910, une option sur 50 km2 adjacents est levée au prix de 311 000 F. La superficie du domaine, 7 500 ha, dépasse celle de la ville de Paris46.

50La Cairo Electric Railways and Heliopolis Oases Co., est constituée le 23 janvier 1906 pour exploiter la concession. Elle doit construire le réseau de transport et créer la cité et les centres d’habitation susceptibles d’apporter du trafic aux lignes. À son siège social du Caire, elle adjoint des sièges administratifs à Bruxelles, Paris et Londres. Le capital de 15 000 000 F est représenté par 60 000 actions. Il est aussi créé 60 000 parts sans désignation de valeur.

  • 47 Acte préliminaire d’association.

Tableau 61 : Souscripteurs actions Héliopolis47

Tableau 61 : Souscripteurs actions Héliopolis47
  • 48 E. Empain, Nubar, Symons, Armstrong, Rogers, Fitzgeorge et Jules Jacob, administrateurs des Chemin (...)
  • 49 EF, B31291, directeur général au syndic des agents de change, 10.1 et 15.11.1907.

51Le conseil48 double aussitôt le capital par l’émission de 60 000 actions nouvelles, libérées d’un quart. L’émission d’avril 1906 à Londres et au Caire est réalisée par les soins de la National Bank. La maison Bénard et Jarislowsky de Paris est reconnue représentant responsable pour les 120 000 actions auprès de l’Enregistrement49, mais l’admission à la cote officielle n’est pas demandée. Les ventes à Paris s’effectuent en coulisse. En 1909 et 1910, 30 000 obligations 5 % de 500 F sont créées et négociées à Bruxelles.

  • 50 Ibid., AE aux Finances, 27.6.1911.

52« Presque toutes ces obligations, que le marché belge n’a pas voulu absorber, ont été prises soit par le baron Empain et son groupe, soit par M. Lambert de Bruxelles et son groupe, soit par Boghos pacha Nubar »50.

  • 51 La Vie financière, 14.2.1910.

53Systématique, la manière de procéder d’Empain consiste à créer des filiales contrôlées par l’Héliopolis. C’est dans l’une de ces filiales que sont réunies les participations françaises. La méthode provoque d’abondantes critiques de la part des observateurs, car on y décèle le dessein de camoufler les insuccès de la société mère. En réalité, Empain crée des filiales pour leur faire assumer des fonctions spécialisées. Un échec par l’une d’entre elles n’entraîne pas de conséquences fâcheuses pour l’Héliopolis51.

54Tout en diminuant les risques, les filiales fournissent des occasions de faire appel aux marchés financiers, ce qui n’échappe guère aux critiques. De surcroît, certaines filiales réalisent des transactions immobilières avec l’Héliopolis, et apparaissent comme les principaux acquéreurs de ses terrains : simples passations d’écritures ou ventes fictives pour les détracteurs.

55Dès le 10 août 1905, la Société des travaux publics du Caire est fondée à Bruxelles au capital de 6 000 000 F. Elle cède aussitôt son actif à la Société des terrains du Caire et sa banlieue, filiale créée le 23 janvier 1906 au capital de 3 000 000 F. Le 23 avril 1906, la Cairo Suburban Building Lands Company est constituée au capital de 4 147 200 F, suivie le 2 février 1907 par la Société française d’entreprises en Égypte (SFE) au capital de 20 000 000 F.

  • 52 Outre les Tramways du Caire, il faut retenir la fondation par Empain des Chemins de fer de la Bass (...)
  • 53 Ilbert, op. cit., p. 40.

56Empain établit en 1908 un service de transport hebdomadaire entre Marseille et Alexandrie, l’Egyptian Mail Steamship Company Ltd. La société fait construire 2 paquebots de 15 000 tonnes chacun. En 1909, elle érige l’Héliopolis Palace Hôtel au capital de 4 000 000 F pour attirer une riche clientèle dans la nouvelle banlieue du Caire52. Sa mission accomplie, la filiale disparaît : la Société française en 1911, l’Héliopolis Palace en 192753.

  • 54 AE, NS Égypte 83, Defrance à Cruppi, 26.4.1911.
  • 55 AE, AP Le Caire 230, Note de Berthelot, 29.11.1909.

57Empain s’inspire du développement de Brooklyn, affirme un des promoteurs54. Il entend répéter en Égypte une opération qui a été réalisée aux États-Unis, à savoir la mise en valeur par la création d’un moyen de transport rapide des terrains un peu éloignés d’une grande ville et qu’on place ainsi à un quart d’heure du centre des affaires dans la ville55. Moins loin d’Héliopolis, Philippart avait eu, on l’a vu, des idées similaires. Il lui a fait défaut une concession de terrains à bon marché et le soutien d’un établissement de l’envergure de la Banque industrielle belge du groupe Empain. La Banque industrielle d’Égypte n’en était qu’une faible imitation.

  • 56 374 000 d’habitants en 1886, près d’un million en 1909.

58Le congestionnement du Caire56, l’insuffisance des immeubles d’habitation, la montée en flèche des loyers et l’insalubrité de certains quartiers – le site est à 19 m seulement au-dessus du niveau de la mer et sujet aux inondations du Nil – promet d’apporter à Héliopolis de nombreux habitants. Plus élevée, de 25 à 75 m, mieux aérée, la banlieue offre des conditions hygiéniques de vie. Il reste à la relier au Caire par des moyens de transports qui pourraient parcourir les 8 km de distance en 15 minutes.

  • 57 Rapport du c.a. à l’AG du 21.5.1907.

59La société a deux tâches : construire la ville pour attirer des voyageurs, et trouver des voyageurs pour justifier la création de la ville. Les réseaux de transports et l’aménagement de la ville vont de pair... et coûtent cher. Le plan initial consiste à vendre des lots de terres, avec obligation pour l’acheteur de bâtir un immeuble dans un délai prescrit. Par exemple, le 17 avril 1906, 50 parcelles de 950 m2 en moyenne sont adjugées à des cours allant de 13 à 29 F/m257.

60Cependant cette formule ne donne pas le succès escompté. Les acheteurs ne sont guère légion et la crise de 1907 met fin aux transactions sur l’immobilier. La société traverse alors trois années creuses. Elle s’efforce toujours de vendre, mais sa clientèle est, en vérité, composée de ses succursales. Elle construit les lignes électriques et les infrastructures de la ville, tout en commençant, bon gré mal gré, à bâtir et louer elle-même des habitations.

  • 58 Ibid., 16.5.1911.

61Enfin et surtout, elle tente d’imprimer à Héliopolis le caractère d’un centre de villégiature de luxe pour une clientèle aisée. Le peuplement est délaissé au profit d’une opération de captage du courant hivernal de touristes nantis. Ce n’est qu’en 1910-1911 que la société s’aperçoit que la demande de logements à louer est supérieure à l’offre58, et qu’elle pousse plus avant la construction pour son propre compte.

62Le projet originel consistant à revendre des terrains s’apparente aux opérations foncières en plein essor avant 1907. Le peu de résultats jette la société dans un embarras dont elle essaie de sortir par une solution improvisée. Jusqu’à la guerre, la société s’oriente vers la création d’une colonie de vacances. Les circonstances après 1911 la ramènent vers sa mission première, mais par le biais de la location et non de la vente. L’objectif n’est atteint qu’après la guerre.

  • 59 AE, NS Égypte 103, Dussap, gérant du consulat au Caire, à Pichon, 3.6.1909.

63Le mérite des promoteurs a été de persévérer en attendant que la croissance démographique du Caire produise enfin l’exode prévisible. Même durant la période de stagnation qui suit la crise de 1907, la société n’arrête pas ses travaux59. Sans doute obtient-elle les oasis pour une bagatelle mais sa propriété est un désert et sa mise en valeur la conduit à y engloutir des sommes considérables et à prendre véritablement l’allure d’une entreprise d’urbanisation.

64Pendant quatre ans, il n’y a que dépenses, et pas de compensations. La société trace des rues, installe égouts et conduites d’eau, et construit deux centrales électriques. Tout bénéfice est consacré aux amortissements ; aucun dividende n’atteint l’actionnaire avant 1911. Les ventes de terrains languissent au regard de l’ampleur des investissements consentis.

  • 60 Rapport du c.a. à l’AG du 17.5.1910.
  • 61 Rapport du c.a. à l’AG du 29.6.1910 de la SFE.
  • 62 La Vie financière, 1.3.1910.

65Entre avril 1906 et décembre 1909, il n’est vendu que 355 104 m2 pour 6 438 860 F, soit 18,13 F/m2. En 1910, le total s’élève à 19 454 m2 pour 448 632 F, soit 23,50 F/m260. Or une filiale, la SFE, en détient 336 000 m261. Alors qu’elle triple la superficie de son domaine en février 1910, l’Héliopolis n’a vendu que 1,50 % de sa première concession. La ville n’a attiré que 1 500 habitants62.

66Les deux lignes de tramways sont ouvertes à l’exploitation le 10 mai 1908 et le métro électrique inauguré le 11 juillet 1910. La société espère tirer parti de toutes ses sources de revenus : les recettes des réseaux de transport, les bénéfices sur ventes de terrains, les produits des services d’eau et l’électricité, et la vente d’électricité en dehors d’Héliopolis.

  • 63 Rapports du c.a. aux AG des 18.5.1909, 17.5.1910 et 16.5.1911.

67En réalité, elle a déjà pris une autre direction, celle de faire d’Héliopolis un centre de divertissement. Sont construits un hippodrome, un sporting club, un Luna Park, une brasserie-restaurant et un aérodrome pour des exhibitions aériennes. Le Palace Hôtel, ouvert le 1er décembre 1910, se classe parmi les plus luxueux du monde. Les réunions mondaines et les fêtes animées par une « population flottante » doivent faire de l’oasis, les Champs-Elysées du Caire. En ce qui concerne les habitations, ce sont surtout des villas. La SFE construit en plus un palais pour un oncle du khédive63.

68Onéreuses, ces activités sont aussi instables, parce que saisonnières. Les touristes tendent à ne faire qu’une escale à Héliopolis sur la route vers la Haute-Égypte. La société, en quête d’argent frais, se tourne vers la Bourse de Paris, et, le 20 octobre 1909, ses actions sont admises à la cote officielle. Pour le gérant de l’agence au Caire, l’entreprise est une spéculation immobilière entourée d’une réclame tapageuse.

  • 64 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 21.10 et 3.11.1909

69« L’inscription à la cote n’a pour but que de débarrasser le marché de valeurs à l’avenir incertain et de permettre du même coup aux lanceurs de se rembourser aux dépens de l’épargne française »64.

  • 65 Fils de Marcelin, ministre AE (1895-1896), et frère de Philippe, directeur du service Asie au Quai (...)
  • 66 AE, AP Le Caire 230, Note de Berthelot, 29.11.1909.

70La note d’André Berthelot65 exposant les objectifs et réalisations de la société est soumise à une analyse minutieuse66.

71L’agent marque le fait qu’il n’a été construit que deux hôtels et des villas, non des habitations à loyer moyen. Si le tramway génère des recettes, c’est qu’il dessert une grande partie du Caire sur son trajet. Plus que des visiteurs, Héliopolis a besoin d’habitants.

  • 67 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 18.12.1909.

72« Que veut faire la société ? Est-ce un quartier de luxe, est-ce un quartier à bon marché ? Croit-on qu’une cité ouvrière indigène va attirer la clientèle de luxe ? Le plan de la société n’apparaît pas clairement. Il semble qu’elle ne sache pas ce qu’elle veut et cherche à faire flèche de tout bois »67.

73Et c’est à la société elle-même qu’il incombe de construire des immeubles pour loger une population nombreuse. La totalité du capital est épuisée et la ville reste à créer. En somme, l’introduction à la cote permettrait d’écouler des titres aventurés sur le marché français et de faire immédiatement appel à ce marché pour augmenter son capital.

  • 68 La Belgique financière, 8 et 13.10.1910.

74L’Héliopolis se contente de l’inscription à la cote du marché en banque de Paris le 26 janvier 1910, et les titres sont vendus à Bruxelles68 est décidée en octobre 1910 la fusion avec la SFE ainsi que l’augmentation du capital nominal de l’Héliopolis à 50 000 000 F.

75En tant que filiale, la SFE est créée pour soutenir la société-mère sur deux plans : l’achat de terrains et le recours au marché financier français. Sa documentation interne et publiée révèle qu’elle a été d’un plus grand secours sur le premier que sur le second plan.

  • 69 SG, Dossier 6 353.

76En 1910, le quart de son capital – 80 000 actions de 250 F- est versé. 20 000 actions sont prises par l’Héliopolis elle-même ; 10 000 autres actions lui ont peut-être été remises. Les 50 000 actions restantes sont souscrites par « les groupes français, anglais, égyptien et belge69 ». En admettant que toutes les actions et toutes celles appartenant à l’Héliopolis aient été revendues sur le marché en banque de Paris, le capital de source française ne peut dépasser le fonds effectivement versé de la SFE qui, en 1911, est de 7 625 000 F.

  • 70 SG, Dossier 5 931.

77Le but de la fusion consiste à augmenter le capital de l’Héliopolis par une triple opération. Il s’agit d’échanger les actions de la SFE partiellement libérées contre des actions Héliopolis libérées du même montant. Ces dernières vendues sur le marché, la partie non libérée serait appelée. La combinaison échoue : le syndicat, dirigé par Empain et Bénard et Jarislowsky, est liquidé sans avoir effectué de ventes sur les 80 000 actions70.

  • 71 Le Cours de la Banque et de la Bourse, 28.5.1912 et 2.6.1914 ; le Pour et le contre, 16.1.1914.

78Si les actionnaires SFE sont obligés d’accepter l’échange, aucun ne cherche à augmenter sa part d’actions Héliopolis. Bon nombre s’en défont, car les cours ne cessent de dégringoler. L’action qui se traite à Paris à 243 F au marché en banque en mai 1912, ne cote que 115 F en juin 1914 et ne se négocie plus71.

79La participation française dans l’Héliopolis comprend – généreusement – la mise originelle de 7 625 000 F et les appels au 31 décembre 1913 de 11 706 313 F, soit 19 331 313 F. Quant à des achats d’actions Héliopolis par le marché français avant 1911, les sources n’en portent aucune trace. Si la proportion française atteint vraiment les deux cinquièmes du capital, elle n’a été placée qu’avec peine.

  • 72 AG des 14.2.1911 et 8.3.1911. Joseph Thors, administrateur de Paribas, l’est aussi de la SFE. Les (...)
  • 73 SG, Dossier 5 931.

80Les banques françaises ne jouent un rôle de premier plan ni dans l’une ni dans l’autre des sociétés. Les plus forts actionnaires dans la SFE sont la SG, Paribas et la Banque française pour le commerce et l’industrie (Banque Rouvier)72. La SG détient 2 450 actions SFE73, les deux autres banques ont probablement le même nombre chacune.

81Le leader du syndicat représente une « maison de banque » fort modeste. C’est assurément un syndicat de placement et non de garantie. Réelle est la réserve des grandes banques parisiennes à l’égard de cette entreprise d’Empain. Les réticences du Quai d’Orsay ne sont pas soumises à une influence contraire, hormis la démarche de Berthelot.

  • 74 Rapports du c.a. aux AG des 29.6.1910 et 9.3.1911. Une autre filiale, la Société des travaux publi (...)

82L’activité de la SFE se résume aux achats des terrains de l’Héliopolis, qui représentent de 40 % à 80 % de son capital versé. De 1906 à 1911, elle construit, à Héliopolis, 15 villas, 9 immeubles de rapport de 59 appartements, un palais et, au Caire, un immeuble. Elle possède 80 faddāns (336 080 m2)74. Comme l’Héliopolis avant 1911, la société ne distribue pas de dividendes.

  • 75 Bilans.

Tableau 62 : Société française d’entreprises en Égypte75
(En francs)

Tableau 62 : Société française d’entreprises en Égypte75(En francs)
  • 76 Rapports du c.a. aux AG des 20.5.1913 et 19.5.1914.
  • 77 AE, AP Le Caire 230, Note de la société à Poincaré, 22.2.1912.
  • 78 Id.
  • 79 La Journée, 9.5.1914.
  • 80 EF, B31291, AE aux Finances, 27.6.1911.
  • 81 La Belgique financière, 18.6.1914.
  • 82 La Bourse égyptienne publie son plaidoyer à partir du 19.3.1913.

83Après 1911, l’Héliopolis aborde plus sérieusement son rôle d’entreprise d’urbanisation. Se conjuguant à l’intérêt que suscite l’importance de la location, les difficultés – financières et diplomatiques – à pénétrer le marché français mettent hors de la portée des fondateurs les solutions de facilité consistant à se désencombrer de leurs paquets d’actions ou à multiplier les appels de fonds. La société ne vend presque plus de terrains76. En 1911, 30 642 m2 sont cédés à 29,70 F/m277. L’accent est mis sur la construction pour le compte de la société : en 1911, 602 habitations en appartements sont occupées78 ; en 1914, le nombre s’élève à 1 10079. La population passe de 3 300 en mars 191180 à 8 000 en juin 191481. En 1912, la société intente un procès au gouvernement au sujet des impôts fonciers. Conseillée, entre autres, par Alexandre Millerand82, elle gagne en première instance, mais perd en appel. Litige retentissant, il lui permet de se faire de la publicité.

  • 83 En fait, les actions sont syndiquées et finiront, on l’a vu, par être remises aux actionnaires SFE

84La question de l’admission à la cote officielle est rouverte en 1912 par un biais original. Empain fait entendre qu’un groupe allemand propose à l’Héliopolis de lui acheter avec prime les actions nouvelles émises en 1911. Le diplomate croit que le lot est détenu pour la presque totalité par les banques françaises83.

  • 84 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 20.3.1912.

85« Une fois dans la place, les Allemands auraient vite fait d’y prendre une influence prépondérante et de transformer la ville d’Héliopolis en un centre actif de propagande germanique »84.

  • 85 Ibid., Poincaré à Klotz, 9.4.1912 ; AE, AP Le Caire 230, Paléologue, directeur des Affaires politi (...)

86Simultanément une nouvelle demande est faite à Paris pour l’admission à la cote. Quelle que peut être l’authenticité de l’offre allemande, elle arrive à point nommé pour conforter Empain. Le ministre estime qu’il ne lui appartient pas d’intervenir auprès des banques ou de revenir sur le refus de l’admission à la cote. Comment conseiller aux banques de conserver du papier dont les autorités se gardent de faciliter l’écoulement sur le marché français85 ?

  • 86 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 20.6.1912.
  • 87 EF, B31291, Note sans date d’Albert Turrettini aux Finances.

87On s’enquiert si la situation de la société a subi quelque modification depuis le dernier refus. Analysant sobrement les bilans, l’agent constate d’indéniables progrès, mais pas suffisamment pour justifier l’admission86. Il n’en demeure pas moins que les jugements sans appel de 1909 ne sont plus de mise. À Paris, le directeur général de Paribas vante l’Héliopolis, sans que sa communication puisse être qualifiée d’appel pressant d’une banque vacillant sous le poids d’un portefeuille surchargé87.

  • 88 Ibid., Note d’août 1912.

88Il est enfin décidé d’attendre la distribution d’un premier dividende88. De fait, la société se résout à une répartition pour l’exercice 1912, mais s’en abstient ensuite pendant 10 ans. Les pourparlers avec le groupe allemand ne portent pas fruit, si tant est qu’ils aient eu lieu.

  • 89 Arboux, op. cit., p. 163.

89Depuis 1911 des désaccords entre les Affaires étrangères et les Finances se font jour au sujet de l’admission à la cote des valeurs étrangères. Un débat se déroule alors en Chambre le 3 février 1912, au cours duquel Poincaré déclare « que dans toute demande l’intérêt français devait primer l’intérêt financier »89.

  • 90 AE, AP Le Caire 214, lettre strictement confidentielle de Poincaré aux agents diplomatiques, 14.5. (...)

90La nouvelle demande de l’Héliopolis relance la question peu de temps après. Poincaré fait allusion à des « différences d’appréciations » dans un document capital90. Les jugements de trois parties entrent en ligne de compte. La Chambre syndicale des agents de change examine l’admission d’une valeur étrangère au point de vue de l’intérêt du public (la régularité de l’emprunt, l’opportunité de la cotation, etc.). Sa décision n’est exécutoire qu’après l’autorisation du ministre des Finances qui l’examine du point de vue du Trésor et de la situation du marché (les avantages fiscaux et la répercussion éventuelle sur les opérations analogues de l’État français).

91Cette autorisation est elle-même subordonnée à la non-opposition du ministre des AE qui apprécie l’emprunt projeté au point de vue de l’action extérieure de l’État, des rapports politiques avec les États emprunteurs et des intérêts français généraux et particuliers à l’étranger. La responsabilité des émissions, en ce qui regarde l’avantage des souscripteurs et la sécurité des capitaux engagés, appartient aux banques. L’inscription d’un titre étranger à la cote n’a aucunement le caractère d’une recommandation officielle.

92L’entente de 1912 se rapporte à un point précis : les droits respectifs des ministères des AE et des Finances en matière d’opposition à l’inscription à la cote. On reconnaît, d’un commun accord, que le souci des conditions financières, au point de vue notamment de l’intérêt du Trésor et de la situation du marché, doit être la principale préoccupation du gouvernement. Toute demande repoussée par les Finances le sera définitivement, quel que puisse être son intérêt politique, et sans que le Quai d’Orsay ait à intervenir.

93Néanmoins, par rapport aux intérêts politiques et économiques à l’étranger, aucun fonds étranger, quelle qu’en soit la valeur intrinsèque, ne peut être admis à la cote officielle si les AE s’y opposent. C’est par les émetteurs d’une valeur, les introducteurs ou la. Chambre syndicale qu’il convient de négocier les avantages à réclamer aux États ou aux sociétés emprunteuses en faveur de la politique, de l’industrie ou du commerce français.

94La situation de l’Héliopolis a ceci de singulier, que, contrairement à ce qui se produit en d’autres circonstances, l’opposition des autorités est d’ordre économique plutôt que politique. L’accord pour refuser l’admission à la cote s’établit sur cette base en 1909 entre les AE et les Finances. Or, en 1912, c’est, de toute évidence, au Quai d’Orsay qu’émergent, pour des raisons politiques, des tendances favorables à l’admission.

95Grâce à l’entente de 1912, il leur suffit d’avoir la certitude que l’Héliopolis constitue une affaire valable sur le plan économique pour que soit levée l’opposition des Finances. De là la demande adressée à Defrance en juin pour déterminer où en est exactement l’entreprise. C’est sur la base de la réponse réservée de l’agent que l’admission est derechef repoussée.

96La diplomatie française a eu dans le cas de l’affaire d’Héliopolis une ligne de conduite qui tranche avec la norme. Aucune demande, par exemple, n’est formulée pour l’introduction d’administrateurs français au conseil. Ce n’est pas parce qu’elle est belge que l’entreprise éveille la méfiance des diplomates, mais parce qu’elle paraît irréaliste et périlleuse pour l’épargne française.

  • 91 Suez, Classeur 1607, J. Charles-Roux à d’Arenberg, 29.11.1911.

97Leurs réserves sont partagées, au fond, par les grandes banques qui ne se mettent pas de l’avant : il est futile d’exiger le contrôle d’une affaire douteuse. Pour J. Charles-Roux, on aurait englouti 60 millions dans un projet des plus insensés. L’Égypte devrait porter son attention sur le coton, plutôt que sur les chimères91.

98Pourtant, par un détour, la froideur de l’accueil des diplomates a peut-être eu d’heureuses conséquences. Par le biais du refus de l’admission à la cote, ils ont pesé sur les dirigeants de l’Héliopolis. Un moment tentés par les dépenses somptuaires pour la clientèle étrangère afin d’enregistrer des résultats rapides de nature à satisfaire d’éventuels souscripteurs, ils s’en détournent, en raison de l’intérêt qu’ils trouvent à la location d’immeubles, mais aussi des obstacles qui entravent leur recours aux marchés financiers.

99Il n’en demeure pas moins qu’en dépit de leur discrétion, et de leur défaut d’enthousiasme – les cours des actions sont une mesure probante du degré de leur satisfaction – les capitaux français représentent les deux cinquièmes de l’Héliopolis. Le petit épargnant a été ici plus entreprenant ou patient que les grandes banques.

100Elles ont d’autant moins de raisons de s’enthousiasmer qu’Empain n’envisage jamais de partager avec elles la direction de l’affaire. La Banque industrielle belge, socle de son groupe, n’a pas suffisamment besoin des banques françaises. Il s’ensuit l’appel à une épargne française diffuse, sans l’intermédiation des grandes banques parisiennes, voire des banques de provinces, auxquelles ont recours des établissements belges moins puissants que la banque d’Empain.

101Les bilans de l’Héliopolis ne se prêtent pas au genre d’analyse valable pour une entreprise menant une seule activité et orientée vers la rentabilité à court terme. D’une part, les divers chefs de recettes ne sont pas désagrégés dans les bilans. D’autre part, les années 1906 à 1914 constituent une période d’investissement du capital dans des immobilisations ; la rentabilité ne compte pas comme critère décisif. Tous les bénéfices d’exploitation – sauf en 1912, année de l’unique dividende : 786 880 F – sont consacrés aux amortissements. La société amortit jusqu’à son portefeuille qui ne contient que des actions et obligations de ses filiales. Les ratios ne sauraient, dans ces circonstances, faire ressortir des tendances significatives.

  • 92 Bilans.

Tableau 63 : Héliopolis en chiffres92
(En francs)

Tableau 63 : Héliopolis en chiffres92(En francs)
  • 93 Le Journal des finances, 7.5.1920.

102La société entre dans une phase d’exploitation active au lendemain de la guerre. La crise de logement au Caire amène enfin le courant de locataires. La population d’Héliopolis atteint 15 000 en 192093. En 1907, un contrat avait été signé entre la société et les autorités pour la construction de 400 habitations à louer à des fonctionnaires. La fonction d’Héliopolis comme ville d’employés, de fonctionnaires et de petits commerçants se confirme après la guerre.

III. LA CAISSE HYPOTHÉCAIRE D’ÉGYPTE ET LE REFUS DU CONTRÔLE FRANÇAIS

103Divers traits particuliers distinguent la CHE. En premier lieu, la participation française y est appréciable. C’est ensuite une société qui noue des relations en France à l’écart des grandes banques de Paris, en s’adressant aux établissements de province. En outre, la structure financière de la CHE révèle un faible rapport entre le capital et la dette obligataire, laquelle est, au moins en partie, placée en France. Enfin, la société refuse d’obtempérer aux conditions posées par la diplomatie française pour l’admission à la cote officielle.

104Le but de la CHE consiste à occuper dans le champ du crédit foncier la seule partie laissée libre par le CFE et l’Agricultural Bank. Jusqu’en 1913, cette dernière ne peut statutairement prêter qu’à de petits tenanciers. Quant au CFE, s’il ne refoule pas les moyens propriétaires, il est volontiers au service des grands. La Caisse se propose de consentir des prêts au groupe intermédiaire.

105Fondée à Anvers le 31 avril 1903, son capital est de 5 000 000 F, représentés par 10 000 actions, libérées de 20 %. Fait exceptionnel, elles sont nominatives et incessibles sans l’assentiment du conseil. Connus, les actionnaires sont aussi porteurs de quantités relativement stables de titres. Autre spécificité : la participation de notables égyptiens et syro-libanais, et la représentation effacée des résidents étrangers, sauf, il va de soi, des Belges.

106L’actionnaire le plus important, la Banque de reports, de fonds publics et de dépôts, d’Anvers, y entre pour 719 actions. Édouard Thys, son administrateur-délégué, s’inscrit pour 300 actions. Il n’y a que 3 autres sociétés sur la liste : des commandites qui souscrivent 34, 33 et 30 actions. La famille Jacobs détient 560 actions, les frères Eïd 600. 107 personnes physiques figurent parmi les actionnaires de la première heure.

  • 94 Le baron van Eetvelde, président, Henri Morel de Boucle St- Denis et A. Eïd sort aussi membres.

107La composition du premier conseil affiche l’identité des géniteurs : la Société agricole et industrielle d’Égypte représentée par Frédéric Jacobs et G. Eïd ; et la Banque de reports d’Anvers, représentée par Thys. Poilay et Philippe von Hemert, banquier à Paris, sont les seuls Français94.

108Le 27 décembre 1905, le capital est porté à 10 000 000 F, libéré d’un quart, et 4 administrateurs français adjoints au conseil. La structure de l’actionnariat s’en trouve légèrement modifiée. La Banque de reports n’a plus que 427 actions mais Thys en détient 963.

  • 95 Statuts.

Tableau 64 : Souscripteurs actions CHE (1903)95

Tableau 64 : Souscripteurs actions CHE (1903)95
  • 96 Annexe au rapport du c. a. à l’AG du 16.4.1907.

Tableau 65 : Souscripteurs actions CHE (1906)96

Tableau 65 : Souscripteurs actions CHE (1906)96
  • 97 Achille Adam, de la maison Adam et cie de Boulogne-sur-mer, plus tard président de la Société cent (...)
  • 98 La Banque privée de Lyon est fondée en 1898 au capital de 4 000 000 F, porté à 20 000 000 F. Les v (...)

109Le fait que les administrateurs français proviennent de banques relativement modestes97, comme d’ailleurs la Banque de reports, vaut d’être souligné. En dehors de Bruxelles, où la SG de Belgique et la Banque de Bruxelles sont seules, et à Paris, où la Banque de l’union parisienne figure, le service des coupons à Anvers, Paris, Bordeaux, Boulogne, Lyon et Bâle est assuré par les banques de province98.

110La CHE apparaît dès lors comme un produit de la collaboration d’établissements étrangers aux circuits des grandes banques de Paris et de Bruxelles, et aux débuts de leur expansion internationale. Sous le patronage d’établissements de taille moyenne, encore moins familiers du pays que les grandes banques, la direction véritable est en Égypte et repose entre les mains des frères Eïd, gestionnaires attitrés de capitaux belges.

  • 99 Wright, op cit., p. 312.
  • 100 Rapport du c.a. a l’AG du 16.4.1907.

111C’est moins dans les conditions qu’elle impose que dans le choix des nantissements que la CHE se distingue. Les avances ne dépassent pas en moyenne 50 % de la valeur estimative des gages. La durée moyenne du prêt est de 19 ans et le taux d’intérêt de 7 %99 Mais l’importance moyenne des prêts est de 1 694 Lég (43 908,48 F)100, soit le quart de celle du CFE.

112D’autre part, la CHE fait largement appel aux emprunts obligataires pour se procurer ses ressources. Tout Crédit foncier, de par la nature de son activité, doit recourir à l’endettement. La CHE est statutairement autorisée à emprunter jusqu’à concurrence de 5 fois son capital. Avec le versement d’un quart seulement du capital, soit 2 500 000 F, elle atteint le plafond de son endettement, 50 000 000 F, dès l’émission de 1908. Les trois quarts du capital non appelés sont une réserve mais la structure financière de ce Crédit foncier n’en perd pas pour cela son caractère audacieux.

  • 101 EF, B31291, Note du 12.12.1908.

113La CHE est perçue comme un émetteur d’obligations à jet continu. Par l’entremise de ses commanditaires, elle ne tarde pas à s’adresser au marché français. Les obligations sont du 4 % émis en-dessous du pair – à 451,25 F – pour les 36 000 titres de novembre 1908. À la mi-décembre 1908, les tranches à placer sont ainsi réparties101 :

  • 102 Les évaluations de l’agence au Caire vont du simple au double, de 50 % à 100 %. AE, AP Le Caire, 2 (...)
  • 103 EF, B31291, de Valdrôme à Pichon, 24.11.1908.

114La part française dans la dette obligataire n’est pas aussi aisée à déterminer que dans celle du capital102. Le Quai d’Orsay est amené à s’intéresser à l’affaire et aux appels répétés au marché financier lorsque se manifeste fin 1908 l’intention de la CHE de demander l’admission des obligations à la cote. Accorder cette faveur, estime le chargé d’affaires, reviendrait à placer la CHE sur un pied d’égalité avec des sociétés qui ont des droits autrement sérieux à l’appui de la diplomatie française. S’il a été exigé du CFE et de la Land Bank l’introduction d’éléments français dans leur administration locale, il serait inexplicable d’ouvrir sans compensation le marché de Paris à la CHE103.

  • 104 Ibid., Notes de la Direction du Mouvement général des fonds, 8 et 21.12.1908.

115Deux personnalités sont nommées au conseil par la CHE pour représenter les obligataires français : Louis de Rosière, directeur de la Banque privée à Paris, et Casimir Petit de la Société centrale, lequel conduit les négociations avec le milieu politique. Il est reproché à la direction du Caire de pratiquer un régime de pots-de-vin et signifié à Petit qu’elle doit être francisée, tout en se séparant d’un des frères Eïd. En conséquence, la CHE songe à prendre un avocat français du Caire dans son comité de direction104.

  • 105 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 31.1.1909 ; AE, AP Le Caire 224, Geoffray à Pichon, 25.2.1909

116Rendu au Caire en janvier 1909, Petit découvre qu’il n’a pas les moyens, après l’émission, d’imposer ces conditions à la direction locale. « Maintenant que ces messieurs ont touché l’argent, ils ne veulent pas se laisser faire », ou partager leur pouvoir. Ils accepteraient l’inclusion d’un administrateur français au Caire, « mais la prétention de faire entrer dans l’administration de la Caisse un directeur ou sous-directeur français rencontrerait de leur part une opposition catégorique105 ».

  • 106 Ibid., NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 19.2.1909.
  • 107 Ibid., Note de Pichon, 24.3.1909.
  • 108 Ibid., Caillaux à Pichon, 31.3.1909.
  • 109 AE. NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 28.2.1910.
  • 110 Cf. section suivante.

117La nomination d’un administrateur français est abandonnée peu après106, et la CHE renonce à demander l’admission à la cote. Son président déclare ne pas admettre l’ingérence du gouvernement français dans une affaire belge107. Quant au conseil, il « se refuse absolument » à remplacer le directeur Eïd « qui lui donne toute confiance108 ». L’année suivante, de Rosière soulève à nouveau la question de la cote et envisage la désignation d’un directeur-général. Un administrateur pourrait aussi être nommé sur place, et le nombre d’administrateurs français en Europe augmenté pour qu’il égale celui des Belges109. Il n’en est rien car la CHE tourne l’obstacle par la création du Crédit foncier d’Orient110.

118Si la rentabilité est d’un niveau plus qu’honorable, l’utilisation du « levier » démontre aussi que la structure financière de la CHE lui est avantageuse. Exceptionnellement élevé, l’endettement par rapport aux fonds propres – 10 : 1 en 1911 – contribue à maintenir la rentabilité.

Tableau 66 : La CHE en chiffres
(En francs)

Tableau 66 : La CHE en chiffres(En francs)

119Aidée par les ressources obligataires, la CHE étend ses activités dans le créneau peu encombré de la propriété moyenne. Les fonds parviennent sans mal à la société, en raison des résultats, mais également des prix d’émission fixés en-dessous du pair. Munie d’un tel atout, elle n’est pas astreinte à rechercher l’admission à la cote.

120Les intérêts belges qui contrôlent l’entreprise ont d’autant moins de raisons de partager les commandes avec leurs vis-à-vis français que ces derniers n’ont pour chefs de file que des banques d’une surface relativement modeste. Si l’on calcule au plus bas la part française dans la dette obligataire, soit 50 000 obligations à 450 F environ, et l’on y ajoute 824 875 F versés pour les actions, le placement effectif du marché français en Égypte est de 23 324 875 F.

IV. LE CRÉDIT FONCIER D’ORIENT S’INSTALLE À PARIS AFIN DE PRÉVENIR UN CONTRÔLE FRANÇAIS

121Bien que la création du CFO vise manifestement à annuler les effets du refus de l’admission à la cote des obligations de la Caisse, elle s’inscrit dans un projet plus large. Société française, le CFO n’est pas soumis à l’autorisation du ministre des Finances – et, conjointement, du ministre des AE – pour avoir accès au marché officiel de Paris. Par le biais d’une création en France, les promoteurs de la Caisse parviennent à maintenir le rythme de leur expansion et à conserver le contrôle de leur société originelle.

  • 111 Thobie, op. cit., pp. 468-471.

122Leurs projets vont au-delà des frontières de l’Égypte. L’Empire ottoman est, depuis 1908, en voie de se doter d’un code foncier qui rendrait possibles les opérations de prêt hypothécaire. Les dispositions ne sont adoptées qu’en 1913111. Le CFO envisage d’étendre ses opérations à tout l’Empire. En attendant, il confine ses activités à l’Égypte.

  • 112 AE, AP Le Caire 226, de Rosière à Ribot, 27.5.1910.

123La Caisse prend soin de ménager les susceptibilités des milieux politiques. Le directeur de la Banque privée expose une version légaliste et neutre des raisons qui poussent à la création du CFO. La Caisse est arrivée au terme de ses placements. Elle a épuisé sa faculté d’émission d’obligations112. Il n’est pas expliqué pourquoi la société n’augmente pas son capital, ou ne modifie pas ses statuts. Le but est, à l’évidence, non seulement de poursuivre l’expansion de la société, mais d’en conserver le contrôle.

  • 113 La société prend la dénomination de Compagnie du foncier d’Orient en 1977.

124Le CFO est fondé le 6 juin 1910 à Paris. Le capital de 10 000 000 F est divisé en 20 000 actions libérées d’un quart113. Le total des emprunts obligataires en cours ne peut être supérieur à 5 fois le capital nominal.

  • 114 AN, 65AQ A777, Déclaration de souscription et de versement. Aucune liste n’est disponible, mais un (...)
  • 115 Le baron van Eetvelde, A. Eïd, F. Jacobs, de Jardin et de Trincaud-Latour sont de la Caisse. Les a (...)
  • 116 G. Pelissier du Rausas, Paul Philippar, le baron de Langsdorff, plus tard Maxime Charvant.
  • 117 AE, AP Le Caire 226, de Rosière a Ribot, 27.5.1910 ; EF, B31291, Defrance à Pichon, 22.12.1910.

125Les actions sont souscrites par 707 personnes ou sociétés114. A côté de 5 administrateurs issus de la Caisse, 7 nouveaux éléments siègent, dont 6 Français115. Le CFO s’adjoint au Caire un comité de contrôle composé de 3 personnalités françaises d’Égypte116. Pour montrer ses dispositions conciliantes, il va jusqu’à demander à l’agence diplomatique au Caire de le guider dans son choix117. Les titres de la société sont cotés à la Bourse de Paris.

126Le CFO n’est pas un concurrent de la Caisse : les deux sociétés passent une convention le 12 mai 1910. La Caisse effectue déjà des prêts hypothécaires pour compte de tiers. Elle se charge de ceux du CFO et reçoit en rémunération une commission forfaitaire.

  • 118 AE, AP Le Caire 226, Note confidentielle sur la convention.

127Lequel des établissements est subordonné à l’autre ? La convention stipule que les propositions de prêts doivent être soumises à l’approbation du comité local du CFO. Deux interprétations sont possibles. L’une ferait de la Caisse et de son personnel les employés du CFO ; les opérations s’effectueraient au nom de ce dernier. L’autre mettrait la Caisse en première ligne. Gérante des prêts, elle les consentirait en son nom avec l’argent du CFO. Celui-ci ne recevrait pas de demandes directement. Elles lui seraient présentées par l’intermédiaire de la Caisse qui lui serait subrogée. Le comité de contrôle n’interviendrait que pour accepter ou refuser les propositions, et ne pourrait s’ingérer en aucune manière dans les opérations intérieures de gestion des prêts. Le CFO n’aurait aucune personnalité propre et le comité n’exercerait aucune surveillance118.

  • 119 AE NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 22.2.1911.

128Le diplomate croit que le CFO n’est pas distinct de la Caisse. L’administrateur-délégué, A. Eïd, avec le personnel de la Caisse, accomplit tout le travail préparatoire du prêt. Le comité de contrôle n’entre en scène que pour accepter ou refuser les dossiers déjà constitués. Le CFO n’a donc pas de personnalité propre et se confond avec la Caisse, dont l’administrateur-délégué préside concurremment aux destinées des deux établissements119.

  • 120 L’Économiste européen, 8.7.1910.
  • 121 En 1919, il crée le Crédit foncier de Syrie, filiale dont il détient la majorité des actions.
  • 122 Deux administrateurs du CFO siègent au c.a. de la Société hypothécaire du Canada, créée en 1910 pa (...)

129Les responsables du CFO ont de la combinaison une conception fort différente. Elle leur assure dès le début les avantages d’une organisation expérimentée et une réduction des frais120. Par la suite, le CFO opérerait en Turquie de la même façon par l’intermédiaire d’une Caisse hypothécaire Ottomane, à créer121. Par un renversement des rôles, la Caisse entrerait ainsi dans une stratégie de grande envergure du CFO. Divers événements viendront contrarier le projet, mais il témoigne des mouvements qui se dessinent sur un plan international dans le secteur du crédit foncier122.

130Le CFO s’efforce de suivre la formule de la Caisse, à savoir l’extension rapide des opérations de prêt grâce aux ressources fournies par l’accroissement des emprunts obligataires. Sa structure financière est en voie d’atteindre le même rapport entre la dette et le capital nominal. Au seuil de la sous-capitalisation, le CFO est, avec une dette de 37 500 000 F en 1913, à une émission près du maximum autorisé par les statuts, soit 50 000 000 F.

131Bien qu’il suive le modèle de la Caisse, il n’aura pas un succès analogue. Il anticipe sur les produits de ses emprunts obligataires en consentant des prêts hypothécaires au moyen de crédits bancaires. Le montant total de l’émission de 1911 est déjà placé en prêts avant que les ressources ne soient réalisées. Le placement des obligations devenu impératif, il consent des taux plus élevés. L’intérêt est comprimé, il est vrai, par des primes plus faibles de remboursement. L’émission du 15 mars 1911 porte sur 50 000 obligations de 500 F 4,5 %, vendues à 473,50 F. Celle du 1er juin 1913 offre 50 000 obligations de 250 F 5 % à 245 F.

  • 123 A côté de la Société centrale et la Banque privée, on trouve, pour la seconde émission, la Banque (...)
  • 124 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 14.2.1914.
  • 125 Bilan présenté à l’AG du 10.1.1914.

132Les banques « amies » assurent en 1911 l’écoulement des obligations123, mais elles ne réussissent à placer que 7 500 000 F sur les 12 000 000 F de l’émission de 1913124. Le CFO émet lui-même ses obligations : les banques offrent leurs guichets, moyennant commission, mais ne constituent pas un syndicat de garantie. Elles lui font, par contre, des avances à court terme, renouvelables tous les 3 mois à des conditions onéreuses. Outre les primes qu’il doit amortir et qui s’élèvent à 3 611 309 F en 1913, le CFO est donc débiteur des banques – 10 500 000 F en 1912, 4 150 000 F en 1913 – et ses réserves sont minimes. Sa trésorerie, note la presse boursière, n’est pas « à l’aise ». Les intérêts et commissions bancaires lui coûtent 400 512 F en 1912-1913125, et aggravent ses charges.

  • 126 Revue des valeurs de l’Afrique du Nord, (Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie), 5.6.1913.

133L’empressement dont il fait preuve à gonfler son portefeuille de prêts est inexplicable. Le CFO ne vise pas, comme la Caisse, une catégorie nouvelle d’emprunteurs. Au 31 août 1912, il a 232 emprunts en cours, dont l’importance moyenne est de 4 256 Lég (110 316 F). Bien que 193 soient au-dessous de 5 000 Lég (129 600 F) pour un total de 254 972 Lég (6 608 874 F), 39 sont au-dessus pour un total de 731 396 Lég (18 957 784 F)126.

  • 127 La Vie financière, 13, 27 et 28.2.1914 ; AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 4.2.1914.

134Le CFO prête donc à la grande propriété, terrain de prédilection du redoutable CFE. Soutenir la concurrence paraît au-delà de ses moyens. D’ailleurs le CFE avance au CFO 5 000 000 F en 1914 pour lui permettre d’éteindre ses dettes bancaires127. Il lui est cédé en retour certaines créances hypothécaires.

135Le CFO cherche à occuper un champ nouveau par la création en octobre 1911 de la Caisse auxiliaire foncière. Son but est de prêter, premièrement, à ceux qui, pour des raisons religieuses, n’acceptent pas l’intérêt ou l’hypothèque, secondement, sur des fondations pieuses (waqf). Dans ces cas, la garantie de contrats d’assurances sur la vie auprès de compagnies françaises est exigée. Le capital de la Caisse auxiliaire est de 2 000 000 F, dont le quart est versé.

  • 128 Rapport du c.a. à l’AG du 11.1.1913.
  • 129 Beau-frère de Philippar. AE, AP Le Caire 223, Note sur la Caisse, sans date. Cf. chapitre 1er.

136Le CFO en détient les deux tiers128. Quant à la direction, elle est aux mains des responsables du CFO, avec comme seul élément nouveau, L. Causse129.

137Les résultats du CFO ne sont pas à dédaigner, ni sous le rapport du rendement ni sous celui de la rentabilité. Sauf pour la première année, l’utilisation du « levier » de l’endettement a d’heureuses conséquences pour la marge bénéficiaire. Le défaut du CFO découle de ce que ces résultats sont tout de surface et qu’il les réalise au moyen d’expédients. Sa structure, autant pour les ressources que pour les emplois, demeure fragile. Ce n’est qu’en 1920, profitant du change favorable, que la société parvient à amortir les charges et les primes des obligations émises.

Tableau 67 : Le CFO en chiffres
(En francs)

Tableau 67 : Le CFO en chiffres(En francs)
  • 130 Le calcul ne retient que la moitié du total pour 1913-1914.

138Il est malaisé de calculer exactement la part française en raison des difficultés que pose la seconde émission d’obligations. En admettant l’hypothèse d’un échec total, l’investissement français doit comprendre au minimum tout le capital versé et toute la première émission (23 675 000 F). Les actionnaires français ont droit à 275 000 F en dividendes, les obligataires à 3 671 883 F en intérêts130.

V. UNE AFFAIRE BRUSQUÉE : LE CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE AGRICOLE ET URBAIN D’ÉGYPTE

  • 131 De Gaiffier d’Hestroy, op. cit., pp. 32-33.

139La naisance du CHAUE apparaît comme la conséquence de l’effort de personnalités issues de milieux non bancaires. L’initiative revient à la maison d’importation belge établie en Égypte, la Société commerciale Lambert et Ralli, fondée en 1892. Société en nom collectif dont le siège est à Bruxelles, elle entretient depuis ses débuts des succursales à Alexandrie et au Caire. Grande importatrice de charbon, elle s’occupe aussi des produits les plus divers131.

140Autour d’elle se rallient le Crédit général hypothécaire et divers individus pour fonder le CHAUE à Bruxelles le 9 juillet 1908. La décision de créer un Crédit foncier au lendemain de la crise économique de 1907 est peut-être prise sous l’effet enchanteur de la réussite de la grande émission de mai-juin 1908 du CFE. La société débute avec un capital de 5 600 000 F, un dixième versé.

  • 132 Statuts.

141Tous les actionnaires sont belges132 :

142Veuve Alfred Solvay............. 1 200 actions

143Armand Solvay.................. 600 actions

144Joseph Naus..................... 550 actions

145Crédit général hypothécaire....... 500 actions

146Florent Lambert................. 500 actions

147Paul Lambert.................... 500 actions

148Hippolyte Meeus................ 500 actions

149112 actionnaires................. 6 850 actions

15011 200 actions

  • 133 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.
  • 134 V. Bergerem, président, G. Francotte, vice-président, F. Lambert, administrateur-délégué, Joseph B (...)
  • 135 SG, P.-v. du conseil, 19. 4.1910.

151Le capital est porté à 10 000 000 F le 26 janvier 1910. Ultérieurement, quelques actions trouvent preneur en France ; Paul et Pierre Lebaudy en ont la plus grosse part133. Les membres du conseil sont belges134, et la direction réelle appartient à l’administrateur-délégué en Égypte. Le CHAUE réalise deux émissions d’obligations. Le 15 octobre 1908, 11 200 obligations 5 % sont émises au pair de 500 F à Anvers. 20 000 nouveaux titres 4,5 % sont créés par décision du 7 avril 1910 et émis à Paris en 1911 à 452 F. La SG (Paris) se charge du service des coupons135.

Tableau 68 : La CHAUE en chiffres
(En francs)

Tableau 68 : La CHAUE en chiffres(En francs)
  • 136 AE, NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 12.1 et 9.2.1911.

152L’emprunteur ayant demandé l’admission à la cote officielle à Paris, l’agence diplomatique estime que la société jouit d’une bonne réputation et que ses administrateurs en Égypte passent pour compétents et expérimentés. Mais elle souhaite l’augmentation de l’élément français. De mauvaise grâce, le conseil autorise Lambert à s’adjoindre un Français, mais à condition que ce soit « un homme à lui »136. Il finit par renoncer à l’admission à la cote officielle et introduit les obligations chez les coulissiers le 9 février 1911. La part française dans la société est, par conséquent, de 9 040 000 F. Les porteurs français se méritent les trois cinquièmes des intérêts versés aux obligataires, soit 975 276 F.

  • 137 Rapports du c.a. aux AG des 22.4.1912 et 28.4.1913.
  • 138 Revue financière des deux mondes, 18.3.1911.

153Nullement retenu par la médiocrité de ses moyens, le CHAUE se hâte de rayonner sur le plan international. En août 1911, avec le concours de banques belges, allemandes et suisses, il fonde le Crédit foncier belgo-suisse du Mexique. En décembre, il participe à la constitution de la Banque hypothécaire belgo-argentine. En 1913, il ouvre une succursale à Sofia (Bulgarie) et, seul, crée le Crédit foncier du Canada137. L’enthousiasme pour les pays « neufs » ne connaît pas de bornes138.

  • 139 AE, NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 12.1.1911.
  • 140 Rapport du c.a. à l’AG du 28.4.1913.

154La progression du chiffre des prêts en 1911 s’explique par le rachat du portefeuille de prêts placés par Privât, avocat français du Caire, pour le compte de particuliers français139. D’un rendement respectable, le CHAUE génère de substantiels bénéfices et sa rentabilité est, sauf en 1910, relativement élevée. L’utilisation de ses fonds obligataires, le « levier », accroît sensiblement sa capacité bénéficiaire. N’était-ce le manque de ressources, le conseil aurait augmenté les opérations140.

  • 141 Cote de la Bourse et de la Banque, 22.12.1919.
  • 142 Cote Desfossés, 27.9.1920.

155Pourtant le portefeuille de prêts du CHAUE est de qualité douteuse. Dès 1914, la société subit des pertes et n’établit plus de comptes. Le service des obligations 4,5 % est en souffrance depuis mars 1914 et la guerre accentue les pertes141. Pratiquant de sévères amortissements, elle réduit celles-ci de 888 685 F durant l’exercice 1918 à 430 006 F en 1919. Une partie importante du portefeuille de créances est cédée et certains prêts sont remboursés142.

  • 143 L’Information, 29.5.1921.
  • 144 Revue économique et financière, 2.7.1921.

156Profitant de la situation du change, elle règle le montant appréciable des annuités en retard sur ses obligations, et parvient à combler ses pertes antérieures et enregistrer un solde créditeur de 573 923 F en 1920143. Si elle paie un dividende de 18,10 F en 1921, c’est qu’elle prépare la transformation de sa raison sociale et de son objet. Le 28 juin 1921, elle prend la dénomination Crédit immobilier pour la Belgique et l’étranger, l’objet fort nébuleux étant de faire tout genre d’opérations dans tous les pays. Il s’agit de tirer parti des écarts de change144.

Conclusion.

157Les intérêts belges réussissent à constituer des sociétés dirigées en Égypte et à en conserver le contrôle. Confiance dans les mandataires locaux et méfiance à l’égard des grandes banques métropolitaines sont les deux constantes de leur intervention.

158Les relations avec les capitaux français se trouvent, par conséquent, circonscrits à leur plus simple expression. De la France les intérêts belges n’admettent qu’un apport financier consenti par des particuliers. Les banques parisiennes, a fortiori la diplomatie française, sont tenues à l’écart. Si les investisseurs français sont dûment rémunérés pour leur participation, ils doivent renoncer à tout espoir de diriger une société belge et de la transformer en source d’influence économique ou politique.

159Par ailleurs, l’attraction mutuelle des milieux d’affaires belges et des marchés financiers français est toute relative. Le besoin que les premiers éprouvent pour l’épargne française n’est pas tel qu’il justifie un relâchement sur le plan du contrôle. Quant aux investisseurs français, ils se reconnaissent davantage dans le prêt hypothécaire que dans les spécialités belges, tels les tramways et leurs ramifications immobilières.

Notes

1 « Les sociétés belges en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce internationale, Le Caire, n° 2, août 1903, p. 12.

2 Y. Rahimlou, « Aspects de l’expansion belge en Égypte sous le régime d’occupation britannique (1882-1914) », Civilisations (Bruxelles), XXXVIII, janvier 1988, p. 150. Le FB est à parité avec le FF. Cf. aussi H. de Saint-Omer, Les Entreprises belges en Égypte, G. Piquart, Bruxelles, 1907 et le rapport du 5.6.1908 de l’agent et consul général de Belgique en Égypte, le baron E. de Gaiffier d’Hestroy, compris dans le tome 141 du Recueil consulaire belge et publié sous le titre Égypte : situation économique, financière et commerciale en 1907, G. Piquart, Bruxelles, 1908.

3 On compte, dans plus d’un c.a., Léon Carton de Wiart, Florent et Gustave Lambert, Frédéric Jacobs, Édouard Thys, Ernest et Léon Rolin.

4 Deux Français d’Égypte sont nommés par la Compagnie agricole du Nil, fondée à Anvers le 29 novembre 1904, mais ils ont à leurs côtés Alfred Eïd, protégé rodé a la gestion des entreprises sous contrôle belge.

5 CNEP, Dossier 323/659, 1906 à 1909.

6 Gelat, op. cit., III, pp. 190-193.

7 Elle exploite le Métro de Paris, ainsi que les tramways de Marseille, Genève et Maples.

8 AE, CC Alexandrie 51 bis, Lacretelle, consul à Alexandrie, à Casimir-Périer, 20.4 et 18.8.1894.

9 AE, CC Le Caire 37, Adolphe Boutiron, consul au Caire, à Hanotaux, 12.9.1897.

10 EF, B31291, AE à Finances, 16.5.1898.

11 Statuts.

12 Rapport du c.a. à l’AG du 2.7.1900. Cette déclaration ne correspond pas au renseignement selon lequel les actions sont prises par la société anonyme l’Entreprise, dont le président, Paul Otlet, est administrateur des Tramways d’Alexandrie. Archives générales du Royaume (Bruxelles), Fonds Otlet, nos 127 -128, 21.2.1898.

13 Rapport du c.a. à l’AG du 2.5.1899.

14 Constituée à Londres en mars 1883, au capital de 62 000 £ (1 550 000 F), pour prendre la suite d’une autre société formée en 1862.

15 Rapport du c.a. à l’AG du 2.7.1900. Les explications que doit donner le conseil à la suite des mécomptes de la société entraînent la production de documents moins sibyllins que de coutume pour ce genre de littérature.

16 EF, B31291, Girard à Delcassé, 21.4.1899.

17 Rapport du c.a. à l’AG du 3.5.1899.

18 Le premier conseil comprend F. Guillon, président, Cauderay, K. de Burlet, P. Hammelrath, Femand Montagne, M. Otlet et P. Otlet.

19 Rapport du c.a. à l’AG du 2.5.1900.

20 AE, CPC Alexandrie 53, Girard à Delcassé, 21.4.1899.

21 EF, B31291, Raymond Lecomte, chargé de l’agence, à Delcassé, 12.10.1900.

22 AE, NS Égypte 8,0, Cogordan à Delcassé, 6.5.1899.

23 Journal officiel (Égypte), 5.4.1899. 50 000 parts sont à répartir entre les promoteurs.

24 EF, B31291, Lecomte à Delcassé, 12.10.1900.

25 Le Courrier du Nil, 20.8.1900.

26 Le rapport des liquidateurs est publié dans la Bourse égyptienne, 26, 27, 28.2, et 1.3.1902.

27 AE, AP Le Caire 228, Harismendy à Delcassé, 12.8.1900.

28 EF, B31291, Lecomte à Delcassé, 12.10.1900.

29 AE, NS Égypte 57, Cogordan à Delcassé, 7.11.1900.

30 Archives générales du Royaume (Bruxelles), Fonds Otlet, n° 126, État au 7.9.1899.

31 « Cette nomenclature invraisemblable nous a fait faire en quelques instants le tour du monde, à la poursuite de sociétés extraordinaires, pourvues d’appellations plus ou moins baroques ». The Egyptian Gazette, 14.8.1900.

32 Il est composé de J. Lumbroso, président, Poilay, vice-président, A. Robino, E. Delta, F. et G. Lambert y siégeront l’année suivante.

33 Sir Elwin Palmer, Boghos pacha Nubar, C. Salvago, A. Zervudachi, J. R. Reev ; s (directeur Banque Ottomane), Cornish, et J. Aghion. L’Echo de la Bourse, 4-6.1.1901.

34 Archives générales du Royaume (Bruxelles), Fonds Otlet, nos 127-128, Note du 16.1.1901.

35 L’Écho de la Bourse, 2.5.1901.

36 Le Courrier de la Bourse et de la Banque, 19.6.1905.

37 L’Économie financière, 28.5.1913. La transformation à l’électricité s’accomplit en 1903.

38 R. al-Sa’īd, Ta’rīkh... (Histoire du mouvement socialiste en Égypte, 1900-1925). 5e édition, Dār al-thaqāfa al-jadīda, Le Caire, (1982 ?), pp. 57-59. Les salaires sont faibles, 7 à 12 piastres (1,81 F à 3,11 F) par jour en moyenne. AE, NS Égypte 5, te consul suppléant à Alexandrie à Pichon, 9.8.1911.

39 Al-Mu’ayyad, 19 et 23.10.1908. Cette grève marque l’entrée en scène des ouvriers égyptiens comme facteur autonome. Elle « dénote une transformation complète dans la mentalité du peuple égyptien ». AE, NS Égypte 5, consul suppléant au Caire à Pichon, 19.8.1911. Manifeste de la société et exposé des revendications annexés.

40 Bilans. Les comptes des exercices 1901, 1907, 1908 et 1909 n’ont pas été conservés.

41 Cf. Chapitre VI.

42 AE, NS Égypte 58, de Reffye à Pichon, 31.3.1910.

43 Cf. llbert, Héliopolis, op. cit.,

44 Cf. deuxième partie.

45 L’Express-Finance, 12.4.1910.

46 Rapport du c.a. à l’AG du 17.5.1910.

47 Acte préliminaire d’association.

48 E. Empain, Nubar, Symons, Armstrong, Rogers, Fitzgeorge et Jules Jacob, administrateurs des Chemins de fer économiques de Bruxelles. La composition du conseil laisse voir le souci de faire agir des intermédiaires dans les rapports avec l’Administration anglo-khédiviale. Berthelot, F. Empain, Carton de Wiart, Alfred Curphey adhéreront ultérieurement.

49 EF, B31291, directeur général au syndic des agents de change, 10.1 et 15.11.1907.

50 Ibid., AE aux Finances, 27.6.1911.

51 La Vie financière, 14.2.1910.

52 Outre les Tramways du Caire, il faut retenir la fondation par Empain des Chemins de fer de la Basse-Égypte le 26 janvier 1896 au capital de 4 500 000 F, et de la Menzaleh Canal and Navigation Co. le 14 avril 1904 au capital de 100 000 £ (2 500 000 F). Sur la dernière, cf. la Bourse égyptienne, 21.4.1904.

53 Ilbert, op. cit., p. 40.

54 AE, NS Égypte 83, Defrance à Cruppi, 26.4.1911.

55 AE, AP Le Caire 230, Note de Berthelot, 29.11.1909.

56 374 000 d’habitants en 1886, près d’un million en 1909.

57 Rapport du c.a. à l’AG du 21.5.1907.

58 Ibid., 16.5.1911.

59 AE, NS Égypte 103, Dussap, gérant du consulat au Caire, à Pichon, 3.6.1909.

60 Rapport du c.a. à l’AG du 17.5.1910.

61 Rapport du c.a. à l’AG du 29.6.1910 de la SFE.

62 La Vie financière, 1.3.1910.

63 Rapports du c.a. aux AG des 18.5.1909, 17.5.1910 et 16.5.1911.

64 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 21.10 et 3.11.1909

65 Fils de Marcelin, ministre AE (1895-1896), et frère de Philippe, directeur du service Asie au Quai d’Orsay.

66 AE, AP Le Caire 230, Note de Berthelot, 29.11.1909.

67 AE, NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 18.12.1909.

68 La Belgique financière, 8 et 13.10.1910.

69 SG, Dossier 6 353.

70 SG, Dossier 5 931.

71 Le Cours de la Banque et de la Bourse, 28.5.1912 et 2.6.1914 ; le Pour et le contre, 16.1.1914.

72 AG des 14.2.1911 et 8.3.1911. Joseph Thors, administrateur de Paribas, l’est aussi de la SFE. Les autres sont : Boghos, Adrien Bénard, Alexandre Marcel et Alfred de Wandre.

73 SG, Dossier 5 931.

74 Rapports du c.a. aux AG des 29.6.1910 et 9.3.1911. Une autre filiale, la Société des travaux publics lotit, outre l’hôtel, 90 immeubles et 6 villas. Ilbert, op. cit., p. 40.

75 Bilans.

76 Rapports du c.a. aux AG des 20.5.1913 et 19.5.1914.

77 AE, AP Le Caire 230, Note de la société à Poincaré, 22.2.1912.

78 Id.

79 La Journée, 9.5.1914.

80 EF, B31291, AE aux Finances, 27.6.1911.

81 La Belgique financière, 18.6.1914.

82 La Bourse égyptienne publie son plaidoyer à partir du 19.3.1913.

83 En fait, les actions sont syndiquées et finiront, on l’a vu, par être remises aux actionnaires SFE.

84 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 20.3.1912.

85 Ibid., Poincaré à Klotz, 9.4.1912 ; AE, AP Le Caire 230, Paléologue, directeur des Affaires politiques et commerciales, à Defrance, 6.6.1912

86 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 20.6.1912.

87 EF, B31291, Note sans date d’Albert Turrettini aux Finances.

88 Ibid., Note d’août 1912.

89 Arboux, op. cit., p. 163.

90 AE, AP Le Caire 214, lettre strictement confidentielle de Poincaré aux agents diplomatiques, 14.5.1912.

91 Suez, Classeur 1607, J. Charles-Roux à d’Arenberg, 29.11.1911.

92 Bilans.

93 Le Journal des finances, 7.5.1920.

94 Le baron van Eetvelde, président, Henri Morel de Boucle St- Denis et A. Eïd sort aussi membres.

95 Statuts.

96 Annexe au rapport du c. a. à l’AG du 16.4.1907.

97 Achille Adam, de la maison Adam et cie de Boulogne-sur-mer, plus tard président de la Société centrale des banques de province ; le baron Marcel Baeyens, administrateur de la Banque de Bordeaux ; Émile de Trincaud-Latour, vice-président de la Banque de Bordeaux, administrateur de la Société centrale des banques de province ; Francisque Vial, administrateur de la Banque privée de Lyon.

98 La Banque privée de Lyon est fondée en 1898 au capital de 4 000 000 F, porté à 20 000 000 F. Les valeurs industrielles russes bénéficient de l’enthousiasme de la région lyonnaise. Mais la crise industrielle en Russie et le marasme dans les affaires en France réduisent la banque à l’inactivité à partir de 1901. Elle regarde alors vers d’autres horizons. Le Capitaliste, 17.11.1904.

99 Wright, op cit., p. 312.

100 Rapport du c.a. a l’AG du 16.4.1907.

101 EF, B31291, Note du 12.12.1908.

102 Les évaluations de l’agence au Caire vont du simple au double, de 50 % à 100 %. AE, AP Le Caire, 223, Note ; Le Caire 226, Note pour le chargé d’affaires, février 1910.

103 EF, B31291, de Valdrôme à Pichon, 24.11.1908.

104 Ibid., Notes de la Direction du Mouvement général des fonds, 8 et 21.12.1908.

105 AE, NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 31.1.1909 ; AE, AP Le Caire 224, Geoffray à Pichon, 25.2.1909.

106 Ibid., NS Égypte 81, Geoffray à Pichon, 19.2.1909.

107 Ibid., Note de Pichon, 24.3.1909.

108 Ibid., Caillaux à Pichon, 31.3.1909.

109 AE. NS Égypte 82, Ribot à Pichon, 28.2.1910.

110 Cf. section suivante.

111 Thobie, op. cit., pp. 468-471.

112 AE, AP Le Caire 226, de Rosière à Ribot, 27.5.1910.

113 La société prend la dénomination de Compagnie du foncier d’Orient en 1977.

114 AN, 65AQ A777, Déclaration de souscription et de versement. Aucune liste n’est disponible, mais une étroite correspondance avec celle de la Caisse hypothécaire ne saurait surprendre.

115 Le baron van Eetvelde, A. Eïd, F. Jacobs, de Jardin et de Trincaud-Latour sont de la Caisse. Les autres membres sont : Georges Sohier, président, Chomereau-Lamotte, André Lebon (administrateur, entre autres, du Suez), Petit, de Rosière (les deux derniers de la Société centrale et de la Banque privée), Henri Prost et Josse Allard (banquier à Bruxelles).

116 G. Pelissier du Rausas, Paul Philippar, le baron de Langsdorff, plus tard Maxime Charvant.

117 AE, AP Le Caire 226, de Rosière a Ribot, 27.5.1910 ; EF, B31291, Defrance à Pichon, 22.12.1910.

118 AE, AP Le Caire 226, Note confidentielle sur la convention.

119 AE NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 22.2.1911.

120 L’Économiste européen, 8.7.1910.

121 En 1919, il crée le Crédit foncier de Syrie, filiale dont il détient la majorité des actions.

122 Deux administrateurs du CFO siègent au c.a. de la Société hypothécaire du Canada, créée en 1910 par la Société centrale et la Banque privée pour concurrencer le Crédit foncier franco-canadien établi en 1880 par Paribas et le Lyonnais. Deux autres administrateurs siègent au Crédit foncier mexicain et au Crédit foncier du Nord (Argentine). Le CHAUE (section suivante), poursuit aussi son expansion internationale. Les puissantes entreprises fondées antérieurement par les banques parisiennes, tel le CFE, n’ont plus l’exclusivité, même si leur prépondérance est toujours solidement assise.

Dans le domaine immobilier, la Caisse hypothécaire d’Égypte et ses « amis » fondent la Land and Agricultural Company of Canada en 1907 ; suivie en 1912 par une rivale, la Société immobilière du Canada, patronnée par Paribas et le CNEP.

123 A côté de la Société centrale et la Banque privée, on trouve, pour la seconde émission, la Banque de Bordeaux, la Banque de l’union parisienne, le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, et la Société nancéienne de crédit industriel et de dépôts.

124 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 14.2.1914.

125 Bilan présenté à l’AG du 10.1.1914.

126 Revue des valeurs de l’Afrique du Nord, (Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie), 5.6.1913.

127 La Vie financière, 13, 27 et 28.2.1914 ; AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 4.2.1914.

128 Rapport du c.a. à l’AG du 11.1.1913.

129 Beau-frère de Philippar. AE, AP Le Caire 223, Note sur la Caisse, sans date. Cf. chapitre 1er.

130 Le calcul ne retient que la moitié du total pour 1913-1914.

131 De Gaiffier d’Hestroy, op. cit., pp. 32-33.

132 Statuts.

133 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

134 V. Bergerem, président, G. Francotte, vice-président, F. Lambert, administrateur-délégué, Joseph Berger, le chevalier Ivan de Spirlet, P. Lambert, Naus, Maurice Pauls, le comte Adrien van der Burch, Oscar Vandermolen, le comte Georges de Beauffort, Remacle Bonjean, Ferdinand Dauwe.

135 SG, P.-v. du conseil, 19. 4.1910.

136 AE, NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 12.1 et 9.2.1911.

137 Rapports du c.a. aux AG des 22.4.1912 et 28.4.1913.

138 Revue financière des deux mondes, 18.3.1911.

139 AE, NS Égypte 82, Defrance à Pichon, 12.1.1911.

140 Rapport du c.a. à l’AG du 28.4.1913.

141 Cote de la Bourse et de la Banque, 22.12.1919.

142 Cote Desfossés, 27.9.1920.

143 L’Information, 29.5.1921.

144 Revue économique et financière, 2.7.1921.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 56 : Actif Tramways d’Alexandrie40(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 57 : Passif Tramways d’Alexandrie(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Tableau 58 : Comptes d’exploitation Tramways d’Alexandrie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Tableau 59 : Répartitions Tramways d’Alexandrie(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Tableau 60 : Actions Tramways dans portefeuille T-H
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 61 : Souscripteurs actions Héliopolis47
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 62 : Société française d’entreprises en Égypte75(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 63 : Héliopolis en chiffres92(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Tableau 64 : Souscripteurs actions CHE (1903)95
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 65 : Souscripteurs actions CHE (1906)96
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau 66 : La CHE en chiffres(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau 67 : Le CFO en chiffres(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Tableau 68 : La CHAUE en chiffres(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/767/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540