Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre IV. Capitaux français et nouvelles banques : des sociétés extra-muros en ordre dispersé

Texte intégral

1Le boom économique est déjà en cours lorsqu’une nouvelle fournée de sociétés à capitaux français émerge en Égypte à partir de 1905. Il s’agit pour elles de prendre part à une période de prospérité que les milieux d’affaires européens attendent depuis la précédente de 1879-1881. Le fait que ces sociétés soient à prédominance bancaire procède autant des inclinations de l’élément français que de l’étroitesse et de la spécialisation de l’économie égyptienne. Dernier trait de cette concentration d’investissements français : elle se concrétise dans des sociétés de structure extra-muros. Les capitaux de source française sont administrés par des directions locales, arrangement sans doute inévitable dès lors que le succès de l’entreprise dépend de la connaissance de l’économie égyptienne.

2Aidées par le courant porteur, les sociétés de création récente sont aussitôt frappées par la crise économique du printemps 1907 dont l’Égypte ne se relève pratiquement pas avant la guerre de 1914. Négligées durant l’euphorie d’avant 1907, les questions relatives au contrôle des sociétés deviennent primordiales durant les années difficiles. La diplomatie française y trouve un terrain pour déployer ses efforts, secondant en cela ceux des banques françaises qui commanditent les sociétés extra-muros établies en Égypte.

3Le problème du contrôle prend la forme concrète de la nomination d’administrateurs français. C’est la contrepartie de l’admission à la cote de la Bourse de Paris des actions et obligations des entreprises créées en Égypte. Contre l’ouverture du marché financier, les autorités exigent le rééquilibrage des conseils.

I. L’ENTRÉE EN SCÈNE DE LA SOCIÉTÉ MARSEILLAISE : LA LAND BANK OF EGYPT

4L’engagement de la SM permet à la finance phocéenne de renouer avec l’Égypte après le hiatus provoqué par les déboires des années 1870. Il suffit d’apparier Alexandrie et Marseille pour mettre en lumière le rôle central des hommes d’affaires grecs des deux cités portuaires. Les attaches de la SM avec les banquiers de Marseille d’origine grecque représentent le trait d’union entre elle et l’Égypte. De Constantinople, Zarifi et Zafiropoulo émigrent vers Marseille où leur maison s’installe en 1845 pour s’occuper des importations des céréales d’Odessa, puis d’opérations bancaires. Ils comptent parmi les premiers actionnaires de la SM, statut consacré par la nomination d’Étienne Zafiropoulo au conseil en 1870.

5Contrairement aux interventions précédentes, celle de 1905 est résolument de type extra-muros. Une part considérable du capital et de la direction est laissée à des banquiers alexandrins, tandis que les éléments anglo-hellène et juif local ne sont pas oubliés. Assise essentielle, la finance d’Alexandrie dispense la SM du besoin de rallier des banques françaises ou européennes.

  • 1 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 4.11.1905 ; CL, Classement spécial, Notice de la Land Ban (...)

6La Land Bank et l’Union foncière sont issues de l’association entre financiers grecs locaux et SM. L’une Crédit foncier, l’autre société immobilière, elles participent au boom que connaît l’Égypte, en particulier dans tout ce qui touche la terre. La prospérité de l’agriculture est soutenue par les grands travaux d’irrigation. À l’accroissement des récoltes s’ajoutent la hausse des prix et l’augmentation de la population. Enfin le labeur infatigable du fallāh, sa soif de la terre, à laquelle il consacre tout argent dont il dispose, fait espérer les meilleurs résultats aux promoteurs1.

  • 2 Id.
  • 3 Cf. chapitre IX.
  • 4 CL, Classement spécial, Notice communiquée par la Land Bank.

7Prêteuse sur hypothèques, la Land Bank s’adresse autant aux gros qu’aux petits emprunteurs. A ces derniers, elle propose des prêts à 6 ou 7 %2. Concurrente sur ce terrrain de l’Agricultural Bank3, elle l’est surtout des usuriers et de certains banquiers, d’autant plus qu’elle s’occupe au début de conversions de prêts consentis par eux à des taux dépassant le taux légal de 9 %4. Quant aux avances sans hypothèque que ses statuts prévoient, elles l’amènent aussi sur les plates-bandes des petits banquiers et des usuriers. La Land Bank est un nouvel arrivé apte à léser les situations acquises.

8Le décret du 10 janvier 1905 autorise la formation de la Land Bank. Fixé à 500 000 £ (12 500 000 F) et libéré du quart, le capital se divise en 95 000 actions et 5 000 parts de fondateur de 5 £ (125 F) chacune. La répartition du fonds social au moment de la souscription traduit l’influence respective des promoteurs (voir tableau 29).

  • 5 Le conseil comprend : Ambroise Zervudachi, président ; Georges Zervudachi, Michel Salvago, Joseph (...)

9Si les intérêts marseillais ont autant de sièges au conseil que les intérêts alexandrins5, c’est que la contribution pécuniaire française est importante pour les emprunts obligataires. Jusqu’en 1956, le conseil appellera des contingents marseillais et alexandrins, la minorité anglaise étant graduellement remplacée par des Égyptiens.

  • 6 CL, Dossier 50 893, agence d’Alexandrie au siège central, 17.1.1905.
  • 7 SM, SM à la Direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre, 21.12.1905. Le rapp (...)

10L’actionnariat d’Alexandrie demeure dans un cercle restreint et il n’y a pas de souscription publique6. Le conseil n’attend pas longtemps pour augmenter le capital. Le 4 novembre 1905, il est porté à 25 000 000 F. et les 100 000 actions nouvelles émises à 175 F, avec prime de 50 F. Elles sont réservées aux actionnaires originels, mais un syndicat en Égypte s’engage à prendre les actions sur lesquelles les anciens porteurs n’auraient pas exercé leur droit de préférence. Il ne lui restera que 4 0007.

  • 8 Acte préliminaire d’association.

Tableau 29 : Souscripteurs Land Bank8

Tableau 29 : Souscripteurs Land Bank8
  • 9 Archives SM.

11Une fraction seulement des actions souscrites par les sociétés fondatrices reste entre leurs mains. Elles justifient en vue de l’AG du 12 mai 19109 :

12C. G. Zervudachi et fils.....................................3 200

13C. M. Salvago et cie........................................2 880

14SM.......................................................2 300

15I. Aghion e figlio........................................... 125

16Les trois premières demeurent les plus grosses actionnaires.

  • 10 Id.
  • 11 SM, Correspondance du 20.9.1907 au 18.3.1914 sur cette tranche.

17La SM, reconnue représentant responsable auprès du fisc français, l’informe en 1905 que la souscription en France se monte à 17 443 actions pour la première émission et 16 783 pour la seconde. 3 842 actions de la seconde sont souscrites à Paris par des étrangers résidant en dehors de la France, dont 2 970 par 7 banquiers alexandrins10. La révision triennale pour fixer la quotité imposable des actions circulant en France donne lieu à des évaluations divergentes. La banque soumet que le nombre de titres de la première émission placés en France est de 27 880 en 1907 ; l’Enregistrement le calcule à 38 000 (40 %) à partir de 1908. Il n’y a pas changement en 1911, mais, en 1914, il est élevé à 41 800 (44 %). Les variations dans le lieu de paiement des coupons attestent le caractère forcément approximatif de ces évaluations11.

Tableau 30 : Lieu de paiement des coupons (Land Bank)

Tableau 30 : Lieu de paiement des coupons (Land Bank)
  • 12 Ibid., Correspondance du 18.5.1908 au 24.7.1914 sur cette tranche.
  • 13 Ibid., SM à la Direction de l’Enregistrement, 22.3.1911.

18Établie à 16 800 en 1905, la circulation en France de la seconde émission de titres est élevée à 27 800 en 1908, puis à 37 300 en 1911 et 191412. La SM essaie naturellement de minorer le calcul du fisc : l’augmentation du nombre de coupons payés en France serait le fait de non-résidents qui font encaisser leurs coupons par l’intermédiaire de banquiers d’Alexandrie ayant des actions en dépôt à Paris13. L’argument ne porte pas car les coupons des actions détenues par des étrangers doivent supporter les taxes. Si la quotité imposable est retenue, il y aurait en France 34 243 des 195 000 actions en 1905, 65 800 en 1908, 75 300 en 1911 et 79 100 en 1914.

  • 14 CL, Classement spécial, Notice de la Land Bank.

19Le chiffre d’affaires de la Land Bank dépasse rapidement les prévisions. En partie due à la conjoncture économique, cette situation résulte aussi d’une particularité dans la pratique de la Land Bank. En effet, elle n’émet d’obligations qu’en représentation des prêts déjà consentis au moyen de crédits qu’elle se procure auprès des banques. Les obligations servent à rembourser les avances et non à se créer des disponibilités14.

  • 15 SM, Contrat du 31.3.1905 et décision du c.a. de la Land Bank du 4.5.1905.
  • 16 Ibid., Correspondance concernant le 3,5 %, 14.5.1906 au 31.12.1913.

20La banque a déjà engagé ses ressources lorsque le conseil décide en mars 1905 d’émettre 50 000 obligations 3,5 % à 470 F, amortissables à 505 F. La SM garantit l’émission en prenant ferme la première moitié à 437,50 F l’obligation, et la seconde à 440 F15. La première tranche rapporte à la Land Bank 10 937 500 F et à la SM 812 500 F, la seconde 11 000 000 F et 750 000 F respectivement. Le fisc fixe la quotité imposable à 27 500 obligations sur les 50 000 en 1905 et 1908, puis à 45 000 en 1911 et 191416.

21Cette émission est à peine placée qu’une autre est décidée le 8 septembre 1906. Le portefeuille de prêts hypothécaires dépasse déjà 52 millions de F, soit plus que le montant nominal du capital et des obligations 3,5 %. 90 000 obligations 4 % sont émises à 475 F le 8 octobre 1906.

  • 17 Ibid., Land Bank à SM, 6.3.1907.

Tableau 31 : Souscriptions obligations 4 % (1906)17

Tableau 31 : Souscriptions obligations 4 % (1906)17
  • 18 Ibid., Correspondance du 17.8.1907 au 7.3.1912.

22La quotité imposable est de 37 170 en 1907, 45 900 en 1909 et 191218.

  • 19 AE, NS Égypte 80 bis, Antony Klobukowski, agent diplomatique, à Pichon, 17.1.1907.
  • 20 Ibid., Note de Klobukowski, mars 1907.

23Lorsque l’agrément du gouvernement français est demandé pour l’admission à la cote, l’opinion est d’abord très favorable19, puis réservée. La spéculation a amené le prix du m2 au centre du Caire au même niveau que sur l’avenue de l’Opéra à Paris. Toutefois refuser l’admission pourrait occasionner un malaise susceptible de provoquer la crise redoutée20. L’admission est autorisée.

  • 21 Les dossiers de la SM ne contiennent pas de contrat de garantie.
  • 22 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 4.6.1908.
  • 23 Ibid., Joseph Caillaux, ministre des Finances, à Pichon, 20.7.1908.

24À la suite de l’émission d’une deuxième tranche de 30 000 obligations 4 % à 447,50 F le 29 septembre 190821, l’attitude de la diplomatie française, instruite par le déferlement de la crise de 1907, se raidit. L’accord est conditionnel à la nomination d’un administrateur français au conseil. L’administration locale est laissée à des Grecs ou des « Levantins », et « conformément à une habitude », l’élément français n’y est pas représenté22. Les prêts sont consentis par le conseil en Égypte sans en référer à une instance en France23.

  • 24 Ibid., Girard à Pichon, 27.8.1908.

25C’est le corps consulaire en Égypte qui se livre à la recherche du candidat24. Édouard Coze, administrateur-délégué du Crédit franco-égyptien, est nommé. L’admission à la cote est prononcée mais le ministre Caillaux profite de l’occasion pour faire une mise en garde.

  • 25 Ibid., Caillaux á Pichon, 20.1.1909.

26« Il me paraît nécessaire que nos représentants à l’étranger s’abstiennent à cet égard de tout engagement et se bornent à nous fournir des indications que je suis tout disposé à prendre en sérieuse considération, mais que je dois naturellement contrôler. Vous jugerez sans doute à propos de leur recommander d’éviter en pareil cas d’insister en faveur d’une personne ou d’une autre et de prendre ainsi des responsabilités qui ne leur incombent pas et qui peuvent avoir les plus fâcheuses conséquences »25.

27Le reproche provoque de la part de l’agent diplomatique une éloquente réponse, exposé du dilemme qui confronte la diplomatie française. Tout en reconnaissant les inconvénients des interventions dans le domaine des intérêts privés, il formule une plainte que répéteront ses successeurs d’une même voix. Les représentants naturels des intérêts économiques français – conseils d’administration, établissements de crédit parisiens – ne soutiendraient pas suffisamment les diplomates dans la sauvegarde de l’épargne et le développement de l’influence du pays. Par ailleurs, l’initiative diplomatique resterait souvent inefficace par suite de l’inertie des épargnants français, incapables de coordonner leurs efforts, de défendre leur argent et de surveiller leurs placements.

  • 26 AE, AP Le Caire 224, Geoffray, á Pichon, 25.2.1909.

28En dehors de toute question de personnes, la politique de l’agence consiste à obtenir une représentation proportionnelle à l’importance des capitaux investis. Les étrangers puisent trop facilement dans le réservoir financier qu’est Paris, et il est naturel que des avantages sous forme de sécurité pour les capitaux et d’influence pour les intérêts du pays soient exigés26. Le personnel consulaire s’appesantira à maintes reprises sur ce raisonnement. Les capitaux français seraient une masse amorphe hors d’état de fournir une assise à l’action politique, voire même de se défendre. Il appartiendrait à la diplomatie de suppléer à ces manques.

  • 27 AE, NS Égypte 82, André Ribot á Pichon, 21.10.1909.

29Cette mise au point terminée, les questions de personnes reviennent à la surface, après, il est vrai, un changement de ministres, aux Finances et au Caire. Le Comptoir s’associe en 1908 à la SM pour les émissions d’obligations de la Land Bank, et le bruit court que le directeur de son agence à Alexandrie, W. Llewellyn, serait appelé à siéger au conseil de la Land Bank. Sa nomination permettrait au Comptoir d’être représenté mais ne correspondrait pas à l’augmentation de l’élément français puisque Llewellyn est de « nationalité étrangère »27. Or la Land Bank ne cherche qu’un sous-directeur, et un Français est nommé.

  • 28 Ibid., 27.12.1909.
  • 29 Ibid., 28.2.1910.

30Deux mois plus tard, croyant que Coze aurait l’intention de résigner ses fonctions, Ribot s’empresse de signaler comme remplaçant Thierry-Mieg, représentant de la Banque de l’union parisienne28. Coze ne démissionne pas, mais Ribot critique sévèrement son absence prolongée en France. Le caractère illusoire du contrôle qu’il est censé assurer enlève toute substance aux garanties qui sont demandées en échange de l’admission à la cote29.

  • 30 SM, Contrat du 18.5.911.

31Le Comptoir et la SM sont contractants pour garantir une nouvelle tranche de 20 000 obligations de 4 % émises le 27 mai 1911 à 500 F. Ils l’achètent ferme à 420 F, et se voient allouer une commission de 1/8 %30. La Land Bank encaisse donc 8 400 000 F.

  • 31 Ibid., Land Bank à SM, 16.3.1911 ; SM à Land Bank, 30.3.1911.

32L’Enregistrement fixe à 100 % la quotité des 30 000 obligations de la tranche précédente, malgré l’insistance de la Land Bank que l’encaissement des coupons en France n’implique pas la circulation des titres dans le pays31. La quotité est de 29 700 (99 %) en 1911 et de 26 400 (88 %) en 1914. Les 20 000 de 1911 sont imposées pour la totalité.

Tableau 32 : Sommes effectivement versées à la Land Bank

Tableau 32 : Sommes effectivement versées à la Land Bank
  • 32 AE, NS Égypte 83, Ribot à Justin de Selves, ministre AE, 30.9.1911 ; AE à Finances, 3.10.1911.
  • 33 Ibid., de Reffye à de Selves, 31.10.1911.
  • 34 EF, B31291, Paul Cambon, ambassadeur à Londres, à de Selves, 30.9.1911.

33L’admission à la cote des 20 000 obligations n’est pas décidée32 que surviennent coup sur coup deux retentissantes faillites. Celle de Zervudachi33 intéresse plus particulièrement la Land Bank ; elle est déclenchée par la suspension des paiements de la Bank of Egypt le 26 septembre 1911. Cette dernière distribue de copieux dividendes : 15 % en 1909, 14 % en 191034. En réalité, le mode d’opération est des plus périlleux.

  • 35 La Bourse égyptienne, 27.9.1911 ; the Economist, 11.3, 30.9 et 21.10.1911, 10.2.1912.
  • 36 PRO, FO 407/178, Confidential Print 10114, Part LXXV.
  • 37 AE, NS Égypte 83, Ribot à de Selves, 31.10.1911.

34Fondée pour faire des avances sur marchandises (coton), la banque se détourne de son objet35. Elle emprunte la moitié de son passif à 3 mois pour prêter à long terme36. Ses disponibilités sont recueillies grâce à une importante circulation de traites tirées sur les meilleures maisons de Londres37. On comprend les plantureux bénéfices produits par des ressources empruntées à des taux plus faibles que ceux qui s’attacheraient à des émissions obligataires amortissables à long terme. La rançon en est la non-concordance des échéances des engagements et celles des disponibilités. La raréfaction du crédit à Londres lui est fatale en 1911.

  • 38 L’importance de ces « tirages » à 3 mois et le manque de liquidité n’étaient pas des secrets pour (...)

35Après le prononcé de la liquidation judiciaire, il est établi que la banque consentait des avances en compte courant sans couverture suffisante38. Les beaux dividendes provenaient des taux exorbitants qu’elle pratiquait. À la manière des usuriers qui sont légion dans le pays, elle n’éteignait les dettes que partiellement et renouvelait les crédits d’année en année. Afin de s’entourer de plus de garanties, elle prenait des hypothèques de deuxième ou troisième rang.

  • 39 L’Économiste européen, 10.11.1911.
  • 40 Cf. sur la liquidation, CL, DAE 7041/1 ; Baster, The International Banks, op. cit., p. 78.

36La liquidation laisse les banques londoniennes en possession de nombreuses traites qu’elles pourraient protester ; la menace d’une cascade de faillites pèse sur les places d’Alexandrie et du Caire. Les effets sont payés au fur et à mesure que se réalise l’actif39. Terminée en 1920, la liquidation est moins coûteuse que prévu : les déposants, créanciers et porteurs de traites sont désintéressés ; les actionnaires rentrent presque dans leur argent40.

  • 41 The Egyptian Gazette, 28.10.1911, article tiré de la Pall Mail Gazette.

37La Bank of Egypt est viable jusqu’au décès en 1909 de son directeur en Égypte, le sujet austro-hongrois Luzzato pacha. Financier téméraire, il est à l’origine du système de la banque et commande, à toutes fins pratiques, seul. Société articulée, la banque fonctionne comme entreprise extra-muros de fait. Le conseil remplace Luzzato par des directeurs anglais et centralise toutes les opérations au siège à Londres41. Il s’ensuit le dérèglement du délicat et dangereux échafaudage de Luzzato.

38La défaillance entraîne l’arrêt des crédits à Alexandrie et la chute d’une société encore plus importante que la Bank of Egypt. Le 24 novembre 1911 se produit la faillite de la maison C. G. Zervudachi et fils, le suicide d’Ambroise Zervudachi, président de la Land Bank, et l’inculpation de banqueroute frauduleuse de son frère Georges, président de l’Union foncière. Elle est suivie en décembre du dépôt de bilan de Rodocanachi, Reynold & co. et du suicide de Théodore Rodocanachi, également directeur de la maison Zervudachi. Tous les membres qui composent ces sociétés en nom collectif sont solidairement responsables des engagements, et leurs situations active et passive sont jointes aux liquidations, du reste fort longues et laborieuses.

  • 42 Bilan au 21.11.1911. CL, DAE 5 657.
  • 43 CL, DAE 3 763, Note de l’agence d’Alexandrie, 18.10.1902.
  • 44 La Bourse égyptienne, 21.11.1911.
  • 45 CL, DAE 5 657, Agence d’Alexandrie au siège, 8.11.1911 ; AE, NS Égypte 83, de Reffye à de Selves, (...)
  • 46 AE, NS Égypte 83, Defrance à de Selves, 29.11.1911.

39La maison Zervudachi est l’une des plus importantes d’Alexandrie. Elle laisse un actif de 62 957 289 F et un passif de 81 505 051 F42. Ses ressources provenaient de tirages garantis par des titres et de crédits en blanc obtenus à Marseille, Paris et Londres43. Sa faillite est attribuée à l’abus de cette méthode, aux facilités accordées sans garanties sérieuses, et à la spéculation sur les terrains. Douze banques ont 23 525 121 F d’avances en souffrance44. Dans les 15,6 millions de l’qu’elle doit à des banques étrangères, le découvert des intérêts marseillais s’élèverait à 14 millions : 10 pour P. Zarift et fils, 2 pour D. & G. Zafiropoulo & cie45, et 2 pour la SM46.

  • 47 Suez, Classeur 1 607, J. Charles-Roux au prince d’Arenberg, président du Suez, 29.11.1911. Sur Cha (...)

40Ébranlé par la crise de 1907, Zervudachi ne vit que d’expédients, voire d’escroqueries et de détournements. Le resserrement du crédit et le naufrage de la Bank of Egypt précipitent sa déconfiture. Ses affaires s’effondrent comme un château de cartes. On y découvre des émissions de fausses traites et de faux titres donnés en nantissement sur des crédits qui lui sont ouverts par les banques. Fourberie dépassant les actes les plus célèbres de Cartouche et de Mandrin, s’exclame le président de la SM47.

  • 48 Frédéric Bohn, vice-président de la C.F.A.O., à Julien Le Cesne, administrateur, 27.11.1911 in H. (...)

« Zarifi a été victime des filouteries des banquiers d’Alexandrie dans des proportions inattendues et tout à fait déplorables... Il estime sa perte à près de 11 millions, soit le quart de sa fortune. Cette perte vient en grande partie de ce que ces banquiers ont volé et réalisé à leur profit les titres déposés chez eux par la Maison Zarifi, titres appartenant en partie à des parents de Zarifi que celui-ci a voulu désintéresser personnellement »48.

41L’agence voit dans le désastre l’illustration d’une thèse qui lui est chère.

  • 49 AE, NS Égypte 83, Defrance à de Selves, 6.12.1911.

« Mes prédécesseurs et moi-même avons répété à satiété qu’il était imprudent d’abandonner à des indigènes ou à des étrangers de moralité ou de capacité trop souvent suspectes le maniement des fonds si libéralement mis à la disposition des affaires égyptiennes par l’épargne et la finance françaises »49.

42Si la Land Bank et l’Union foncière s’en tirent indemnes,

  • 50 Id.

« elles le doivent à ce fait que plusieurs éléments indigènes représentés dans leurs conseils, s’y sont heureusement contrôlés et neutralisés l’un l’autre : et c’est une garantie sur laquelle il ne faudrait pas faire trop de fond »50.

43Ces sociétés n’en sont pas moins atteintes moralement.

  • 51 AE, AP Le Caire 224, Defrance à de Reffye, 15.11.1911.

44Et Defrance de demander sans délai des noms de candidats de la colonie française d’Alexandrie pour les sièges des Zervudachi51. Le choix est restreint : tous les grands établissements français ont des étrangers pour mandataires.

  • 52 Ibid., de Reffye à Defrance,19.11.1911.

« Il en résulte que les personnes les plus indiquées pour représenter les intérêts français dans les sociétés financières doivent être tenues à l’écart des combinaisons qui ont pour but de réserver à nos compatriotes le contrôle des capitaux français en Égypte »52.

  • 53 Ibid., Note confidentielle, s. d. (janvier ou février 1912).
  • 54 AE, NS Égypte 83, Defrance à Raymond Poincaré, ministre AE, 12.2.1912.

45Charles-Roux songe offrir à l’administrateur Salvago la présidence de la Land Bank, puis choisit de Trégonain, administrateur de plusieurs Crédits fonciers. Après avoir accepté en principe, il se dérobe, à l’instigation, croit-on, du CFE53. Pour dissiper le mauvais effet du refus, Charles-Roux prend lui-même la présidence. Désormais le comité de Paris de la Land Bank évoquerait toutes les affaires et exercerait un contrôle étroit. Des réunions tous les quinze jours au siège de Paris de la SM alterneraient avec celles qui se tiendraient à Alexandrie. Une place au conseil d’Alexandrie est attribuée à Félix de Menasce pour apporter à la Land Bank l’appoint local, et une autre réservée à un Français au choix du Comptoir. Jean Meeüs, secrétaire de la direction de la SM, le devient aussi du conseil de la Land Bank54.

  • 55 Ibid., Lucien Klotz, ministre des Finances, à Poincaré, 11.2.1912.
  • 56 Ibid., Defrance à Poincaré, 14.2.1912.

46L’arrangement n’est pas ce que le ministre des Finances pensait avoir obtenu, à savoir 2 administrateurs français, dont l’un serait administrateur-délégué55. Defrance ne compte que 2 Français dans le conseil de 7 membres à Alexandrie. Le directeur général Romano est italien. A moins que l’administrateur-délégué réside à Alexandrie, l’agent voudrait que 2 autres sièges soient réservés. Pour le ministre, un seul suffit56.

  • 57 Ibid., Poincaré à Klotz, 20.2.1912.
  • 58 AE, NS Égypte 84, de Reffye à Poincaré, 26.10.1912.
  • 59 Ibid., 24.1.1913.

47Le Quai d’Orsay obtient 2 administrateurs, dont l’administrateur-délégué qui résiderait à Alexandrie, et la réservation du mandat de l’Anglais Cornish57. En juin 1912 sont nommés 2 inspecteurs des Finances, de Lasteyrie et de Vaugelas, et l’admission à la cote est autorisée. La diplomatie française n’aura qu’à se féliciter des nominations ultérieures. Un Français d’Alexandrie, S. Wellhoff, remplace Cornish, non sans résistance de la part de « l’élément local »58. Un autre, Bourre, devient directeur à la suite du décès de Romano59.

48Au cœur du problème de la nationalité des responsables gît la question du contrôle de l’entreprise. Les établissements de crédit français ne méconnaissent pas la nécessité de s’appuyer sur la finance locale. On constate ce sentiment chez Charles-Roux même au lendemain des faillites qui secouent la place d’Alexandrie. On remarque aussi le peu d’empressement dont il fait preuve à assumer la présidence de la Land Bank. En effet, comment progresser sur le terrain encombré et hautement compétitif de l’économie égyptienne sans les initiatives que les éléments locaux sont les mieux situés pour prendre ?

49Les bonnes places sont prises ; on s’arrache ce qui reste. La hardiesse, voire le degré d’honorabilité, des financiers alexandrins sont fonction de leur milieu économique. On ne leur fait pas toujours grief d’employer des procédés banalisés par les conditions spécifiques de l’internationalisation de l’économie égyptienne. Pour un Zervudachi déchu, d’autres tirent leur épingle du jeu.

50Le mal est au-delà du financier imprudent ou de moralité douteuse. L’exiguïté et la surspécialisation de l’économie conférant à toute activité un caractère hasardeux, les participants ne peuvent se soustraire aux risques. Le transfert en métropole de la direction de la Land Bank inaugure une période d’accalmie mais laisse entier le problème de base : la concentration des capitaux étrangers dans le domaine de la dette publique et de l’immobilier.

  • 60 Bilans.

Tableau 33 : Actif Land Bank60
(En francs)

Tableau 33 : Actif Land Bank60(En francs)
  • 61 Rapport du c.a. à l’AG du 12.5.1914.
  • 62 CL, Dossier 73 080, Note sur les prêts hypothécaires.

51Au 31 mars 1914, la banque a accordé 2 446 prêts61, dont 1 796 sont en cours62. Un portefeuille si rapidement constitué risque de contenir des créances de mauvaise qualité. D’où l’importance des annuités en retard et des gages saisis.

  • 63 AE, AP Le Caire 227, E. H. Cecd à Defrance, 21.4.1913.

Tableau 34 : Moyenne unitaire des prêts hypothécaires63
(En francs)

Tableau 34 : Moyenne unitaire des prêts hypothécaires63(En francs)
  • 64 Bilans.

Tableau 35 : Passif Land Bank64
(En francs)

Tableau 35 : Passif Land Bank64(En francs)

Tableau 36 : Comptes d’exploitation Land Bank
(En francs)

Tableau 36 : Comptes d’exploitation Land Bank(En francs)
  • 65 Bulletin annexe du Journal officiel, 28.9.1908.
  • 66 AE, AP, Le Caire 224, Note de Dombre, conseiller du commerce extérieur, 5.7.1905.
  • 67 Ibid., P. Oziol, Jabès & cie, agents de change, à Bousquet, consul au Caire, 6.7.1905.

52Bien que le conseil déclare qu’il ne prête pas à un montant supérieur à 60 % de la valeur du gage65, la Land Bank est jugée très large en affaires. Elle donnerait jusqu’à 80 ou 90 % de la valeur de l’immeuble et demanderait un taux d’intérêt inférieur de 0,5 à 0,75 % à celui de ses concurrents66. Dès juillet 1905, elle place tout son capital en prêts à 7, 7,5 et 8 %, taux qu’elle baisse ensuite à 6,5 %67. Sa clientèle se situe dans la couche supérieure des propriétaires moyens. La Land Bank a évolué vers le débiteur aisé, mais non le grand propriétaire auquel s’adresse le CFE.

Tableau 37 : Ratios financiers Land Bank
(En %)

Tableau 37 : Ratios financiers Land Bank(En %)

53Le maximum autorisé pour la dette obligataire, soit le quintuple du capital versé, n’est jamais atteint. Il faut cependant rémunérer des obligations qui n’ont pas rapporté le montant intégral de leur valeur nominale parce qu’émises au-dessous du pair.

54Honorable, le rendement global de la société ne sort guère de l’ordinaire. Elle remédie partiellement à ces manques. Premièrement, son endettement lui permet d’augmenter, par l’effet de levier, sa rentabilité, malgré le coût annuel des frais financiers. Deuxièmement ses frais généraux sont suffisamment comprimés pour que les bénéfices nets, partant les dividendes, se montent à une proportion substantielle des recettes brutes. En somme, ce que la Land Bank perd en frais financiers et, à une échelle moindre, en volume de revenus, elle récupère en partie en retirant avec plus d’efficience des bénéfices nets du montant de ses recettes.

55Les considérations de rendement pèsent moins dans les calculs boursiers que la crise de 1907 et le désastre Zervudachi.

  • 68 Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1914.

Tableau 38 : Cours moyens Land Bank68
(En francs)

Tableau 38 : Cours moyens Land Bank68(En francs)
  • 69 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 17.12.1913.
  • 70 Rapport du c.a. à l’AG du 12.5.1914. Sur CFE, cf. chapitre IX.

56La Land Bank étant incapable d’emprunter en Europe à des taux supportables, des financiers anglais offrent de lui avancer des fonds contre l’exercice d’un certain contrôle69. L’agence se hâte d’intervenir pour promouvoir une entente avec le CFE. Les deux banques s’engagent réciproquement à ne pas se faire concurrence ; le Foncier avance tout de suite à la Land Bank 3 375 000 F et lui accorde un crédit annuel de 2 500 000 F70.

  • 71 Cf. ci-dessus tableau des sommes effectivement versées.

57Si l’on évalue la part française à 40 % des actions, parts de fondateurs et tantièmes, et à 71 % des obligations71, l’élément français retire 26 376 925 F des 47 811 096 F distribués.

Tableau 39 : Répartitions Land Bank
(En francs)

Tableau 39 : Répartitions Land Bank(En francs)

II. L’UNION FONCIÈRE D’ÉGYPTE : ALLIÉE DE LA LAND BANK

  • 72 Acte préliminaire d’association.

58C’est un pendant presque naturel de la Land Bank qu’autorise le décret du 6 juin 1905. À côté du Crédit foncier, la société immobilière se livre aux opérations sur les terrains. Secteur le plus prometteur, la terre attire à elle capitaux étrangers et locaux. Comme les autres sociétés du genre qui font éclosion en Égypte, l’Union foncière s’occupe de l’acquisition, amélioration et revente en parcelles de propriétés rurales. La bonification consiste à pratiquer les nivellements, canalisations et lotissements qui, en valorisant la terre, permettent une cession profitable. Entre-temps, la société se charge de mettre en culture et d’exploiter ses domaines. Les fondateurs, identiques à ceux de la Land Bank, souscrivent le capital social de 500 000 £ (12 500 000 F)72.

Tableau 40 : Souscripteurs Union foncière

Tableau 40 : Souscripteurs Union foncière
  • 73 AE, AP Le Caire 227, Lettre non signée du 21.10.1905.
  • 74 AE, NS Égypte 80, Note de la Direction des consulats et des affaires commerciales à la Direction p (...)
  • 75 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change. Bourse de Paris, Case 109, (...)
  • 76 Elle n’a pas conservé d’archives sur l’Union foncière.

59Les Alexandrins ne gardent pas nécessairement leurs titres car 55 000 actions sont offertes en souscription publique à Paris, Londres et Alexandrie le 16 octobre 190573. La participation française minimale est de 10 000 actions, soit 1 250 000 F. L’admission à la cote officielle au comptant à Paris s’effectue sans opposition le 13 novembre74, mais l’inscription à la cote à terme n’est pas agréée, en raison de la rareté des transactions75. La SM est reconnue représentante auprès de l’Enregistrement76.

  • 77 On y trouve : Féraud, président de la SM, président ; A. Zervudachi, vice-président ; G. Zervudach (...)

60Au premier conseil siègent les fondateurs ou leurs représentants77. Le retrait de J. Aghion en mai 1910 ouvre une période de remaniements auxquels la diplomatie française participe étroitement. Ils éclairent sur les rapports entre les administrateurs en France et ceux d’Alexandrie, lieu du siège, ainsi que sur le rôle de l’intervention politique.

  • 78 EF, B31290, Dejean, gérant de l’agence, à Pichon, 16.11.1908.
  • 79 L. Jullien, « L’influence française en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce française d’Al (...)
  • 80 AE, NS Égypte 82, de Selves à Klotz, 16.2.1911.

61Le consul met de l’avant le nom de Léopold Jullien, directeur de l’Union foncière. Cet agronome s’était signalé à l’attention de l’agence78 par un article qui plaidait, entre autres, pour le choix d’administrateurs français résidant en Égypte aux conseils des sociétés faisant appel aux capitaux français79. Le Quai d’Orsay transmet la recommandation aux Finances en l’accompagnant d’une remarque sur la nécessité d’obtenir une « participation effective et directe de nos compatriotes à la gestion et au contrôle des fonds provenant de notre épargne »80.

  • 81 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, 4.3.1911.
  • 82 EF, B31291, Defrance à Poincaré, 12.2.1912.
  • 83 Décidée le 23.4.1912.
  • 84 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 12.2.1912.

62C’est en France – « comme presque toujours en pareil cas »81 –, en l’occurrence chez Bazin, directeur de la SM à Paris, que la nomination rencontre une certaine opposition. Le siège est laissé vacant jusqu’en février 1912. Les nominations qui sont décidées ne vont pas dans le sens souhaité par la diplomatie française. Le conseil désigne René Ismalun, sujet austro-hongrois, et Salomon Bonan, ressortissant français, natif de Tunis. La sélection du premier est « en contradiction avec le principe que nous ne cessons de défendre »82. Quant à la seconde, elle retient un nom sans notoriété et serait comme faite pour discréditer l’action française plutôt que de la faire valoir. De plus, l’agence voit pointer l’accession de l’Anglais Foster à la présidence83. Seule la SM semble être en mesure de faire prévaloir ses vues et le Quai d’Orsay la prie d’appuyer la nomination de Jullien comme administrateur-délégué84.

  • 85 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, les 17, 26 et 27.2.1912.
  • 86 Ibid., de Reffye à Defrance, 28.2.1912 ; Defrance à de Reffye, 28.2.1912.

63Cette fois il obtient gain de cause, mais la lettre de Charles-Roux au conseil de l’Union foncière rencontre l’opposition de Salvago. Il s’élève en termes très vifs, le 26 février, contre la pression que la SM exercerait. Le conflit risque de se terminer par la démission soit de Salvago, soit de Jullien85. Délégué de la SM, Meeüs est envoyé à Alexandrie porteur du message que le Quai d’Orsay exige la nomination de Jullien, faute de quoi le retrait de la cote serait à redouter. En vérité, il n’y a là qu’une appréhension car rien de précis n’est connu à ce sujet86. Mais elle suffit à refroidir les esprits. Dans un but de conciliation, Jullien est nommé administrateur-directeur, transaction que l’intéressé et Meeüs acceptent et à laquelle le consul se rallie.

Tableau 41 : Bilans Union foncière
(En francs)

Tableau 41 : Bilans Union foncière(En francs)
  • 87 Ibid., 3.3.1912.

64L’opposition vient alors de l’agent diplomatique qui craint que le nouveau titre ne donne pas à Jullien l’autorité voulue. Defrance s’aperçoit que l’accord entre la banque et le « Département » repose sur des bases fragiles. Meeüs n’a pas d’instructions formelles, seulement des indications sur lesquelles il peut appuyer sa conduite. Son sentiment est qu’une concession à l’amour-propre des administrateurs locaux apporterait à Jullien l’appui de ceux qui n’ont pas de parti pris formel contre lui. Quant à Salvago, la SM a des intérêts engagés avec lui et serait heureuse de ne pas en arriver à une rupture. Defrance est intraitable87 mais la SM exprime son approbation et, le 14, Jullien est désigné administrateur-directeur.

  • 88 Ibid., de Reffye à Defrance, 14.3.1912 ; Defrance à de Reffye, 17.3.1912.
  • 89 EF, B31291, Note du Mouvement général des fonds, 10.5.1912.

65La banque ayant promis de faire entrer au conseil un Français habitant à Alexandrie, l’agence procède à l’évaluation de divers candidats88. Le représentant de la Banque de l’union parisienne à Alexandrie, G. Yver de la Bruchollerie, est appelé. « En présence de l’intervention du gouvernement et dans un but d’intérêt national »89, elle l’autorise à accepter. Cependant le nombre d’administrateurs français n’augmente plus et Salvago succède à Foster à la présidence.

Tableau 42 : Comptes d’exploitation Union foncière
(En francs)

Tableau 42 : Comptes d’exploitation Union foncière(En francs)
  • 90 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, 17.2.1912.
  • 91 Ibid., Defrance à de Reffye, 28.2.1912.

66L’incident pouvait-il se terminer autrement que par un compromis ? Les itinéraires des banquiers et des diplomates convergent, même si les premiers se montrent moins disposés à aliéner la finance locale. La SM se prête à l’invitation d’exercer une tutelle qui ne correspond pas à son poids dans l’Union foncière. Mais elle préfère éviter la collision. Elle a, après tout, besoin des administrateurs alexandrins. Les diplomates, tout en exagérant l’ampleur des moyens dont disposent les établissements métropolitains90, constatent la résistance qu’oppose l’administration locale. Radier les titres de la cote ? Le Quai d’Orsay ne se prononce pas d’une manière explicite à propos91, et pour cause car les actionnaires français aussi feraient les frais d’une dépréciation.

  • 92 Rapport du c.a. à l’AG du 27.3.1907.

67Les opérations de l’Union foncière sont peu compliquées. Elle gère ses domaines directement ou par la location jusqu’à la revente. Les ventes quadruplent de 1906 à 1907. Mais 516 des 636 transactions de 1907 sont réalisées au premier trimestre avant le krach92. Ensuite les ventes stagnent.

68Tandis que les recettes baissent régulièrement, la rentabilité dégringole, en raison des amortissements, mais aussi des intérêts à verser. Tout le capital est engagé dans les terrains, lesquels ne s’écoulent que lentement. Manquant de liquidités, la société sollicite des avances bancaires et supporte la charge des intérêts.

Tableau 43 : Rentabilité Union foncière

Tableau 43 : Rentabilité Union foncière

69La Bourse de Paris enregistre des résultats qu’elle traduit par une baisse des cours, et l’absence de transactions en 1912 et 1913.

  • 93 Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1914, p. 908.

Tableau 44 : Cours moyens Union foncière93

Tableau 44 : Cours moyens Union foncière93

III. LE CRÉDIT FRANCO-ÉGYPTIEN ET L’AFFIRMATION DU CONTRÔLE FRANÇAIS

70Participer à l’essor de l’économie égyptienne du début du siècle, tel est le but de la création du CrFE. L’accroissement de la fortune, la valorisation des biens immobiliers, la mise en culture de nouvelles terres et l’augmentation de la production du coton permettent d’anticiper sur l’avenir. Les affaires en Égypte jouissent, pense-t-on, d’une notable faveur depuis les accords de 1904, qui mettent le pays à l’abri des rivalités européennes. Or, la société est à peine constituée qu’éclate la crise du printemps 1907. Elle arrive trop tard pour profiter du boom, et juste à temps pour subir le krach. La suite de son histoire est celle de la recherche de l’équilibre.

  • 94 Statuts.
  • 95 L’Information, 14.6.1907.
  • 96 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 110, (...)

71Fondée le 16 octobre 1905, la société est française, avec siège à Paris. Elle se veut banque commerciale, Crédit foncier, entreprise immobilière et banque d’affaires94. Articulée, elle ne l’est qu’en apparence, car si les AG se tiennent à Paris, la direction véritable est à Alexandrie. À l’actionnaire qui se plaint que la nationalité française de la société l’oblige à payer 60 c. d’impôts par action, il lui est répondu que cela est utile pour le classement des titres95. Entièrement libéré, le capital est divisé en 100 000 actions de 125 F ; 51 825 sont propriété française et 45 275 détenues en Égypte96.

  • 97 Thobie, op. cit., p. 281 ; Girault, op. cit., pp. 505-513.

72Les associés des Aghion présentent des profils contrastés. Le Crédit mobilier frappe à la porte de 1’Égypte pour la première fois, après avoir remporté des succès en Amérique latine. C’est une étape dans l’expansion de cette banque d’affaires vers l’Empire ottoman et la Russie97. Fondée en 1902 avec un capital de 10 000 000 F, elle l’augmente à 25 000 000 F en 1905 et à 45 000 000 F en 1909.

  • 98 Bulletin financier, 14.1.1906 et liste officielle. Les « groupes » fondateurs dominent le premier (...)

Tableau 45 : Souscripteurs CrFE98

Tableau 45 : Souscripteurs CrFE98
  • 99 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D14 U3, carton 62 (...)

73Pour être plus long, le passé des Gunzburg est moins heureux. Fondée à Saint-Pétersbourg en 1859, la maison J. E. Gunzburg suspend ses paiements le 15 mars 1892, entraînant avec elle sa maison-sœur ouverte à Parisien 186699. J. de Gunzburg, l’un des successeurs, fait ses premières armes en Égypte.

  • 100 Journal des intérêts financiers, 23.12.1905.
  • 101 Bulletin financier, 14, 21 et 28.1.1906.

74L’organe du CM donne du CrFE les appréciations enthousiastes attendues de lui100, tandis que les feuilles hostiles – ou oubliées dans la distribution des actions ou de la publicité – font les critiques d’usage : le Mobilier refilerait à la nouvelle société les rossignols qui encombrent son portefeuille101. Le péril qui la guette est tout autre.

75Ses activités paraissent équilibrées. L’escompte du papier commercial et le prêt sur titres et effets de commerce suivent de près le poste principal, les avances sur marchandises, à savoir le coton. La banque prête en blanc aux cultivateurs et négociants de l’intérieur en attendant livraison de la récolte. Pour le compte du débiteur, elle vend aussi avec commission le coton qu’il a déposé dans ses magasins.

76N’eût été les avances avec gages hypothécaires, ses engagements seraient en principe de courte durée. Mais le poste des prêts sur hypothèques, auquel s’ajoutent des immobilisations sur terrains et immeubles, est du même ordre que les autres. Quant aux comptes courants ouverts à la clientèle, ils sont toujours de faible importance. Attirée par plus d’une activité, la direction entreprend des opérations qui, à terme, sont contradictoires.

  • 102 Bilans.

Tableau 46 : Actif CrFE102
(En francs)

Tableau 46 : Actif CrFE102(En francs)

77Le krach de 1907 frappe la banque de plein fouet. La crise est aussi commerciale, agricole et immobilière. Les titres achetés à crédit sont jetés sur le marché dès que les banques exigent la rentrée de leurs avances. L’effondrement des cours des valeurs mobilières s’accompagne de la baisse du coton, conséquente à la raréfaction de la demande. Quant aux biens immobiliers, leur fléchissement rend impossibles les réalisations.

  • 103 Revue minière, 24.6.1909.

78La banque est perdante sur tous les plans. Les débiteurs sur titres lui remettent leurs gages dépréciés. Échu et impayé par le client insolvable, le papier commercial qu’elle a escompté n’atteint pas la moitié de sa valeur. Cherchant sans doute des compensations par les avances sur coton, la banque gonfle démesurément cet emploi en 1908. Ces créances s’avérant irrécouvrables dans leur intégralité, le poste est l’objet d’une coupe sombre l’année suivante. Les immobilisations sont d’une réalisation laborieuse, partant d’une valeur hypothétique à l’inventaire. La banque évalue sa perte à un demi-million de l’et se crée une réserve équivalente. L’action qui cote 167 F en janvier 1907 dégringole à 68 F vers la mi-1908103. Trop engagée dans des domaines dispersés, la direction ne conserve pas de disponibilités suffisantes.

Tableau 47 : Passif CrFE
(En francs)

Tableau 47 : Passif CrFE(En francs)
  • 104 CL, DAE 4 741, Note de l’agence d’Alexandrie à la DAE, 6.9.1909. Cf. CL, DAE 4287/2, Note du 22.11 (...)
  • 105 Rapport du c.a. à l’AG du 28.7.1909.

79En 1909, les deux principaux postes de l’actif sont « de rentrée, sinon douteuse, du moins certainement très lente »104. Tandis que les réserves sont doublées, on applique 2 millions à la dépréciation de l’actif. Paralysée, la banque cesse ses affaires. Elle a beau prendre de nouveaux gages, ceux-ci n’ont plus leur valeur originelle. Certaines hypothèques nouvelles sont probablement elles-mêmes des non-valeurs105.

  • 106 La Vie financière, 22.7.1910.

80Les pertes subies et à prévoir se montent à 55 % du capital. En présence des exigibilités, les disponibilités à vue sont dérisoires et aucune ressource réalisable n’existe pour faire face aux risques d’emploi de crédit, voire à de simples demandes de remboursement. Quant aux immobilisations, elles absorbent l’intégralité du capital social et une partie des crédits employés106.

Tableau 48 : Résultats CrFE

Tableau 48 : Résultats CrFE

81Tout calcul de la gestion de la banque fondé sur l’actif ne paraît pas probant dans la mesure où la valeur des éléments qui le composent n’est pas déterminée. Plus utile est le chiffre des recettes et son rapport avec les fonds propres. Il montre que la banque génère des rentrées non négligeables. Elle fait peu d’affaires nouvelles, mais continue à recueillir certains fruits de son activité antérieure. Les recettes sont significatives, car, avec des frais généraux relativement fixes, toute oscillation des rentrées totales se répercute automatiquement sur les bénéfices nets. La banque n’est pas déficitaire sur le plan de l’exploitation annuelle. Elle est rongée par la dégradation de la valeur de son fonds de commerce.

  • 107 Ils sont « fort heureusement » nommés répond le ministre français des Finances à son collègue des (...)
  • 108 CNEP, Dossier 390/792, Note du 4.8.1908 ; CNEP au CrFE, 6.6.1910.
  • 109 Ibid., Note du 4.2.1909. Le Comptoir a des agences en Égypte.

82Atteinte, la banque doit passer sous les Fourches Caudines : renouvellement du conseil, projets de fusion, diminution du capital. De Lapisse et C. Aghion démissionnent, et, le 31 juillet 1908, Alfred Suarès et Isaac Aghion entrent au conseil107. Le premier souci consiste à obtenir une ouverture de crédits auprès de tiers. Suarès s’adresse, entre autres, au CNEP à Paris, lequel accorde jusqu’à 1 500 000 F et accepte des traites à 3 mois108. On a envisagé au Comptoir de prendre la place du CM109. En 1910, le CrFE ouvre une agence à Paris pour promouvoir ce courant de crédits.

83Le défaut de disponibilités ne se dissimule plus : la réserve dépasse à peine un million face à des exigibilités de 3 millions. On se résigne au remaniement du capital. Il s’agit de pratiquer d’un coup des amortissements de 5 millions. Le capital serait réduit d’autant, puis ramené tout de suite à son chiffre originel par une émission de 5 000 000 F d’actions nouvelles. Il y aurait alors 50 000 actions de 250 F entièrement libérées. L’opération « accordéon » de 1909 fait passer les créances douteuses par profits et pertes, et permet de recommencer à neuf.

  • 110 CNEP, Dossier 390/792, Acte syndical, septembre 1909.
  • 111 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 110, (...)
  • 112 AE, AP Le Caire 226, Segnitz, sous-directeur, à F. Charles-Roux, 6.3.1911.

84Les actions nouvelles sont en principe réservées de préférence aux actionnaires, mais le conseil ne se berce pas d’illusions. D’où le recours à un syndicat de garantie dirigé par la banque Thalman et cie de Paris pour prendre ce que les actionnaires n’absorberaient pas. Participent Mosseri et cie, Jacques et Alfred Suarès, qui s’engagent pour 4 000, et le Comptoir pour 1 000. Le Comptoir a versé 135 F par action – expression arithmétique de la détresse du CrFE110, lequel ne reçoit que 2 700 000 F. Tandis que le marché français absorbe 19 453 actions111, la banque se francise : hormis 8 000 à 9 000 actions dans des portefeuilles en Égypte, le solde est détenu en France112.

  • 113 AE, NS Égypte 82, Charles-Roux à Pichon, 18.9.1910 ; Ribot à Pichon, 18.11.1909.
  • 114 EF, B31291, de Reffye à Charles-Roux, 17.9.1910.
  • 115 Victoire pour la politique de « la galette française aux Français », selon le consul. AE, AP Le Ca (...)

85L’agence diplomatique s’intéresse au CrFE depuis ses ennuis de 1907-1908. Elle observe que les administrateurs français se trouvent à Paris et qu’il n’y en a qu’un seul à Alexandrie113. Demandeuse d’argent frais lors de la refonte de 1909, la société est conviée à y remédier. En novembre 1909, elle engage un sous-directeur français, Segnitz, mais le congédie en septembre 1910114. Sur nouvelle intervention, on obtient que le départ soit ajourné d’un an et que le remplaçant soit français115. L’engagement n’est suivi d’aucun effet.

  • 116 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 16.5.1912 ; AP Le Caire 226, de Reffye à Defrance, 24.4.191 (...)
  • 117 AE, AP Le Caire 226, de Reffye à Defrance, 20.12.1912.

86A la recherche de nouveaux concours financiers à Paris en 1911 et 1912, A. Suarès fait des démarches pour trouver un administrateur français116 avant de le laisser désigner par la Banque de l’union parisienne, dont il sollicite l’appui117. Le choix tombe enfin sur le vicomte G. de Breteuil.

  • 118 Rapport du c.a. à l’AG du 27.6.1911.

87La réorganisation terminée, on tente d’assainir les comptes à la faveur du relèvement de l’Égypte. Il s’agit de ramener les immobilisations à leur prix de réalisation, faire rentrer les avances, liquider les créances en souffrance et les affaires litigieuses, et éviter les opérations à longue échéance. Le conseil essaie de développer l’escompte de papier commercial et les opérations de guichets – change, ordres de Bourse, paiement de coupons, service de titres – plus que les crédits sur le coton118. Les activités ordinaires de banque, pour être moins rentables, font courir de moindres risques. Si les avances sur hypothèques reculent, les terrains augmentent, et il apparaît en 1910 un poste « participations » qui ira en grossissant sans que soit expliqué à quoi la banque participe.

  • 119 EF, B31291, Defrance à Poincaré, 8.5.1912 ; de Reffye à Poincaré, 7.5.1912.
  • 120 The Financial News, 7.4.1912.
  • 121 L’Information, 11.7. 1914.
  • 122 Cours de la Banque et de la Bourse, 19.6.1911, 26.7.1912 et 10.7.1913.

88Surviennent les suspensions de paiement de la Bank of Egypt et de Zervu-dachi en 1911, puis de Tilche et cie le 4 avril 1912. Cette dernière est débitrice de la banque de 606 528 F119. Le CrFE restreint ses opérations courantes de banque et effectue un retour vers les avances sur coton, voie aussitôt fermée par la majoration des taux en Europe. Les avances sur coton sont tributaires des crédits de campagne accordés par les marchés européens. Avec le relèvement du loyer de l’argent, les prêts que la banque consent avec intérêt de 6 à 9 % ne laissent plus de marge de bénéfices120. Depuis 1913, avec toute la place, elle est, comme en 1908, en période de recueillement, paralysée. Elle ne cherche plus à accroître son mouvement d’affaires mais à réduire ses immobilisations et renforcer sa trésorerie121. Bien que la banque soit bénéficiaire et qu’elle distribue des dividendes après 3 années d’interruption, le cours, de l’action dégringole de 255 F en 1911 à 155 F en 1914122.

  • 123 Par l’AG extraordinaire du 23.9.1915.

89En 1914, la société doit comprimer son passif par le rachat de 10 000 de ses propres actions au cours déprécié du jour, tout en les comptabilisant au cours nominal. L’année suivante, elle est contrainte d’amortir plus du quart de l’actif, soit 5 459 449 F d’emplois sans valeur réalisable. La contrepartie comprend la réduction du capital à 9 000 000 F et le recours au fonds de réserve123.

90Pendant la guerre, la situation économique de l’Égypte s’améliore. Le doublement, voire le triplement, du prix du coton fait s’accumuler au pays des disponibilités sans précédent. Dix ans plus tard, les séquelles de la crise de 1907 se résorbent. Le CrFE, mal en point depuis sa deuxième année, se dégage, d’une part, en s’amputant de certaines de ses parties atrophiées, d’autre part en emboîtant le pas au mouvement général de l’économie. Le fardeau que constituent les immeubles et terrains est allégé, et la banque reprend ses activités de prêt sur coton.

  • 124 Créée au capital de 12 000 000 F en 1920 par la Banque de la Seine.

91La nature de ces opérations pose des problèmes car elles exigent des disponibilités considérables pendant les récoltes seulement, et laissent sans emploi un capital important le reste de l’année. L’appel au crédit est préférable pour la banque. Afin de l’obtenir plus facilement, elle fusionne le 25 août 1920 avec la Banque commerciale de la Méditerranée124. Le 10 novembre 1920, cette dernière crée une société égyptienne, la Commercial Bank of Egypt, témoignage du souci de se rapprocher de son centre d’exploitation et de recueillir des liquidités en Égypte même.

IV. UNE MANŒUVRE BOURSIÈRE BAPTISÉE LA BANQUE FRANÇAISE COMMERCIALE ET AGRICOLE D’ÉGYPTE

92Alors que le CrFE est fondé pour tirer parti de l’essor économique de l’Égypte, la BFCAE l’est pour profiter des déconvenues du CrFE. Tandis que ce dernier naît dans l’entente mais subit de graves mécomptes, la rivale est le fruit d’objectifs contradictoires mais enregistre de bons résultats. Enfin si les pertes du CrFE l’empêchent d’envisager une liquidation qui les rendrait encore plus lourdes, la situation saine de la BFCAE encourage les fondateurs à anticiper la dissolution.

93Comme le concurrent, la BFCAE est formellement une société articulée, mais tous les administrateurs, sauf le président, résident à Alexandrie, où se trouve le siège administratif, de sorte qu’elle fonctionne en réalité comme une entreprise extra-muros. Constituée à Paris le 29 septembre 1910, elle a des objectifs aussi larges que ceux du CrFE.

  • 125 AE, NS Égypte 106, C. Aghion à Defrance, 3.3.1911.
  • 126 AE, AP Le Caire 226, A.E. Spitzer, directeur de l’agence du Caire du CNEP, à Defrance, 22.2.1911 ; (...)

94La BFCAE maintient un contact direct avec les propriétaires ruraux125 grâce à trois agences dans les provinces de Buḥayra et de Gharbiyya. L’escompte à des taux « excessivement élevés »126 des effets représentant des avances aux agriculteurs est bien son activité principale : service pour lequel elle se fait chèrement payer car le créneau n’a pas la faveur des grands établissements.

  • 127 Il n’est pas de la branche des frères Alfred et Jacques qui siègent au CrFE.

95Le capital de 5 000 000 F est divisé en 50 000 actions, entièrement libérées, et réparties entre un groupe restreint de souscripteurs. Les fondateurs en détiennent la majorité. Il s’agit d’un ensemble dissonant d’Alexandrins et d’une banque parisienne. Démissionnaire du CrFE en 1908, C. Aghion est suivi dans cette voie en 1909 par I. Aghion. Bien qu’ils fassent partie de clans rivaux, ils s’associent et s’adjoignent Edgard Suarès127. Les concours à Paris leur sont assurés par la Banque commerciale et industrielle, maison de 8 500 000 F dirigée par S. Merzbach.

  • 128 EF, B31291, Liste de souscripteurs.

Tableau 49 : Souscripteurs BFCAE128

Tableau 49 : Souscripteurs BFCAE128
  • 129 Le président, Ernest Genty, est à Paris. À Alexandrie siègent le vice-président, C. Aghion ; I., V (...)
  • 130 AE, AP Le Caire 226, de Reffye à Pichon, 30.11.1910 ; NS Égypte 83, Defrance à Cruppi, 7.6.1911 et (...)

96Le type d’activité auquel s’adonne la banque exige d’elle un contact étroit et continu avec le milieu rural. Les fondateurs d’Égypte occupent, de ce fait, une place prépondérante, reflétée dans la composition du conseil129. Au consulat, on ne se fait pas faute de signaler que la banque n’a de français que le nom. L’administration et la direction en Égypte appartenant à des étrangers, l’emploi des fonds est confié à des administrateurs en dehors de tout contrôle français. Suit une invitation aux fondateurs parisiens de faire à l’élément français une part proportionnelle à ses intérêts130.

97Le capital constitue les quatre cinquièmes du passif d’un bilan fort dépouillé. Les neuf dixièmes de l’actif vont à l’escompte du papier des autres créanciers des agriculteurs. Copieux, les bénéfices nets proviennent des intérêts, de l’escompte et des commissions. Les débuts semblent prometteurs.

Tableau 50 : Résultats BFCAE

Tableau 50 : Résultats BFCAE
  • 131 AE, NS Égypte 83, de Reffye à Poincaré, 25.5.1912.

98En 1912 survient le décès du président ; ses fonctions sont exercées par le vice-président, C. Aghion. La situation financière personnelle de ce dernier est réputée compromise par les faillites à Alexandrie. On redoute qu’il passe à la banque les mauvais titres qu’il a en portefeuille ou qu’il se fasse avancer par elle de l’argent sans garanties suffisantes131. I. et G. Aghion tentent alors de rallier les actionnaires français à l’idée d’une liquidation.

  • 132 EF, B31291, Seligman aux fils de B. Merzbach, 14.10.1912.

99Les banquiers Seligman, entre autres, ne sont que trop disposés à collaborer. Il faut, plaident-ils, profiter de l’amélioration de la situation économique en Égypte pour procéder à une liquidation anticipée. Ils s’étaient intéressés à l’affaire en 1910 confiants que les titres seraient introduits en Bourse au bout d’un exercice et qu’ils pourraient réaliser leur placement. La crise financière rend impossible la cotation et la loi qui limite à 5 faddāns la terre que peut saisir un créancier, enlève à la banque certaines garanties. Enfin, « l’amoindrissement notoire » de la situation matérielle de « notre ami à tous », C. Aghion, les oblige à parler net et clair132.

  • 133 Ibid., de Reffye à Camille Jonnart, ministre AE, 28.3.1913.
  • 134 Ibid., le consul à Alexandrie à Pichon, 25.4.1913.
  • 135 Ibid., les fils de Bernard Merzbach à Charles Dumont, ministre des Finances, 3.6.1913.

100Si opposition il y a, ce n’est pas au sujet de la liquidation, mais du liquidateur. Merzbach souhaite que ce soit C. Aghion133. Les administrateurs d’Égypte éprouvent dès lors moins de chaleur pour la liquidation. Ils croient à l’existence d’un contrat secret entre Merzbach et Aghion. Merzbach aurait souscrit fictivement 10 000 actions en 1910, à condition qu’Aghion lui paie 6 % par an sur le prix d’achat. Ils sont en quelque sorte associés et Merzbach a intérêt à ce que Aghion ne manque pas de ressources134. Les Merzbach disent en 1913 avoir 1 650 actions135.

  • 136 Ibid., le consul à Alexandrie à Jonnart, 28.3.1913, et à Pichon, 25.4.1913.

101Les administrateurs alexandrins sont décidés à obtenir, soit des liquidateurs parmi eux, soit des propositions d’hommes d’affaires français pour la reconstitution de la banque. Cette fois, déclare le consul, le groupe alexandrin veut une affaire bien assise, alors que le groupe français paraît y voir une spéculation136.

102La liquidation est votée le 11 juillet 1913, et C. Aghion, Gandour et Riquez désignés liquidateurs. Société rentable, la banque semble réussir presque malgré ses administrateurs. S’en rendent-ils compte qu’ils se hâtent d’y mettre fin et de se partager le bénéfice. L’affaire est, à leurs yeux, provisoire et l’entreprise n’a guère plus de permanence qu’une opération boursière.

V. LE COMPTOIR FINANCIER ET COMMERCIAL D’ÉGYPTE DANS L’ATTENTE D’UN REPRENEUR FRANÇAIS

103Si une banque française se proposait d’intervenir en Égypte par le biais du CFCE, le projet est mort-né. Entamé par la crise de 1907, il apparaît comme une société susceptible de reprise. Un autre désastre met un terme à ces velléités.

  • 137 Ancien agent de change, sujet austro-hongrois. Le conseil est composé d’éléments locaux : Khalīl p (...)

104Société égyptienne fondée à Alexandrie par Alfred Campos137 le 26 juin 1905, le CFCE a un capital initial de 200 000 £ (5 000 000 F). Se consacrant surtout aux opérations de Bourse, il consent aussi des avances sur titres, sur hypothèques et sur papier commercial. Le capital, appelé par fractions, est augmenté à 12 500 000 F en janvier 1907. Les émissions comportent des primes de 25 F en 1906 et de 50 F en 1907 sur chaque action.

105Depuis 1907, le CFCE réduit ses engagements, augmente ses réserves et demande des garanties supplémentaires pour les comptes gages sur des titres dépréciés. Des pertes de 2 688 448 F sont amorties, et le capital diminué à 10 000 000 F en 1909, puis à 7 500 000 F en 1910. Il n’y a pas de bénéfices après 1907.

  • 138 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Spitzer, 18.2.1911 ; EF, B31291, Note S.A.

106En janvier 1911, G. Zervudachi rachète à Campos et aux autres propriétaires leurs actions. Il paie le pair de 100 F pour des titres cotés à la Bourse entre 78,13 F et 81,25 F, et verse un total de 2 750 000 F. Zervudachi fait une bonne affaire, car l’actif donne aux actions une valeur supérieure au prix nominal138.

  • 139 EF, B31291, lettre du 23.1.1911.
  • 140 Ibid., compte rendu de l’AG extraordinaire du 10.2.1911.

107Conjointement avec Poilay bey, Toussaint Suzzarini, D. Tambacopoulo et G. Ralli, il adresse une curieuse lettre au conseil. Ayant cru « comprendre que pour des raisons de santé ou de convenance personnelle, l’idée d’une retraite collective pourrait être envisagée par vous », les signataires jugent opportun « d’assumer nous-mêmes, en votre lieu et place, l’administration de votre société ». Ils se proposent de réorienter la banque afin d’en faire un véritable établissement de crédit et obtenir, dans ce but, « la coopération sinon le concours direct d’un grand marché étranger »139. Zervudachi entend augmenter les ressources de la banque, créer des succursales sur les grandes places financières et demander la cotation officielle à la Bourse de Paris. Le conseil est remplacé140.

  • 141 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Defrance, 24.2.1911.

108Les avis sont partagés sur l’origine des fonds qui ont servi à racheter les actions du groupe Campos. La situation financière de Zervudachi ne lui permet pas de réunir de si fortes sommes. La présence des Français Suzzarini et Poilay dans le nouveau conseil fait supposer que les ressources sont d’origine française, mais ce pourrait n’être qu’un moyen de rassurer le marché. Quoi qu’il en soit, on croit l’état financier de Zervudachi embarrassé. Il aurait besoin d’une banque pour lui prêter à titre d’administrateur ce qui lui aurait été refusé comme client141.

  • 142 Ibid., 14 et 15.11.1911.
  • 143 La Bourse égyptienne, 7.10. 1911.

109En septembre 1911, la Bank of Egypt, à laquelle le CFCE a fait des avances de 1 166 400 F142, suspend ses paiements. Zervudachi et sa maison sombrent en novembre 1911, et en décembre le conseil du CFCE démissionne. Il n’a versé de dividendes qu’en 1906 et 1907. Zervudachi est débiteur du CFCE à hauteur de 3 240 000 F143. Les secours français s’étant volatilisés, le CFCE vivote jusqu’à sa liquidation en 1922.

Tableau 51 : Bilans CFCE
(En francs)

Tableau 51 : Bilans CFCE(En francs)

VI. UN COMTE ROMAIN, LES RENTIERS DU PÉRIGORD ET LA BANQUE FRANÇAISE D’ÉGYPTE

110Les opérations de la BFE commencent au lendemain de la crise de 1907. En plus de présenter de valables résultats initiaux, elle est épargnée de l’embarras d’encaisser les revers qu’occasionne le krach. Cette banque est l’œuvre personnelle du remuant comte Sélim Cressaty (Salīm Craysātī). Tout en imprimant sa marque à la nouvelle société, il sait s’adjoindre les concours qui lui sont nécessaires. Des initiateurs de rapports d’affaires entre la France et l’Égypte, Cressaty est un exemple éclairant.

111Né à Damas en 1875, il se rend au Transvaal et amasse un pécule de 75 000 à 100 000 F dans le négoce. En 1900, il se constitue commissionnaire à Paris. Le commerce consiste à expédier à son frère en Abyssinie des marchandises françaises et lui acheter des produits africains. L’affaire échoue mais Cressaty donne des conférences sur l’Orient et, avec l’aide du clergé, contracte un mariage avec Mlle d’Hugonneau de Limoges. Sa carrière prend un nouveau départ, car son épouse, pieuse et riche, est issue de la petite noblesse catholique. C’est là où Cressaty trouve ses associés et actionnaires.

  • 144 Thobie, op. cit., p. 710.
  • 145 Notes diverses dans AE, AP Le Caire 223. Cf. aussi NS Égypte 83, les consuls à Beyrouth et Damas à (...)

112Par l’intermédiaire de son beau-père, il obtient du Saint-Siège, contre paiement de 20 000 F, le titre de comte romain. Cressaty est partisan de l’annexion de la Syrie par la France144. La diplomatie française n’en a pas moins à son égard une attitude réservée. Candidat à la Légion d’honneur en 1922, il est l’objet de rapports peu aimables145. On ne sait si la défiance s’attache à lui personnellement ou au milieu clérical qui le soutient.

  • 146 L’Égypte aujourd’hui. Rivière, Paris, 1912.

113Homme d’affaires, Cressaty est aussi auteur146. En 1907, il publie une brochure dans laquelle il explique son projet bancaire. Les reports et l’escompte constitueraient le meilleur emploi du capital et éventuellement des dépôts à faible intérêt. Pour les reports, il évalue la commission à 15 % environ, plus du double du maximum qui se pratique à Paris. Quant à l’escompte, il produirait de 10 ou 12 % par an. Les opérations foncières au Caire appelleraient l’émission d’obligations à long terme. Des emprunts pourraient aussi être conclus auprès des grandes banques à 6 % au maximum.

  • 147 Note technique sur le plan financier de la Banque française d’Égypte et sur les résultats probable (...)

114Cressaty se propose non seulement de prêter sur gages hypothécaires, mais aussi de construire pour compte de l’emprunteur. Le taux pour prêts hypothécaires à longue échéance atteindrait 9 %. Si le CFE demande 6 %, c’est qu’il ne prête que jusqu’à concurrence de 50 % de la valeur de l’immeuble. Cressaty avancerait de 65 à 70 %. Pour les obligations, les amortissements ne partiraient pas avant 6 ans. La compensation de l’obligataire serait un prix d’émission inférieur à celui du CFE. Cressaty évalue le dividende moyen par action entièrement libérée à 16,50 %147.

  • 148 AN, 65 AQ A520, Déclaration de souscription.
  • 149 Composé de Cressaty, Martial d’Hugonneau, le baron René d’Orgeval, le comte Stanislas de Godlewski (...)

115La BFE est constituée le 16 mai 1907 à Paris. Le capital est divisé en 20 000 actions de 100 F, entièrement libérées et souscrites par 110 personnes148. Noms à particule et titres d’anoblissement y figurent en bonne place ; il en est de même pour le premier conseil149. Seul maître à bord, Cressaty dirige la société en Égypte, nonobstant l’apparence formellement articulée de la BFE. Le capital est augmenté mais non appelé intégralement : à 4 millions en 1908, 10 millions en 1912, 20 millions en 1914 – avec prime de 25 F par action en 1912 et 1914.

  • 150 EF, B31291, de Selves à Klotz, 8.7.1911.
  • 151 L’Information, 14 et 15.1.1911.
  • 152 EF, B31291, Defrance à de Selves, 29.6.1911.

116De tels appels au marché français ne passent pas inaperçus au Quai d’Orsay150. La prime de 25 l’paraît difficilement justifiable à un organe autorisé151, d’autant plus que le titre n’est pas introduit en Bourse. Il n’a que la valeur qui lui est attribuée dans les négociations de gré à gré. Mais n’est-ce pas conforme à la réalité de sa circulation ? Ne sait-on pas que la majeure partie des actionnaires est composée de rentiers et de propriétaires du Périgord, proches de la famille du fondateur152 ? Avec un tel marché, fortuné et bien délimité, Cressaty peut faire l’économie d’un recours à des syndicats d’émission et il ne manque pas, aux AG, de s’en féliciter.

Tableau 52 : Actif BFE
(En francs)

Tableau 52 : Actif BFE(En francs)

Tableau 53 : Passif BFE
(En francs)

Tableau 53 : Passif BFE(En francs)
  • 153 AE, AP Le Caire 223, Note sur la banque, 1909.
  • 154 Ibid., Note sans date.

117Les résultats de la BFE ne sont pas à dédaigner. La banque réalise des avances sur titres et escompte des effets non bancables, représentant des mobilisations de terrains153. Elle laisse ce champ à la société qu’elle met sur pied en 1910, pour développer ses avances sur marchandises. Un Comptoir de prêts sur gages est créé au Caire en 1911, et, après la guerre, la Banque achète des produits du Soudan comme les ivoires, les gommes et les peaux154.

  • 155 Bulletin des valeurs non cotées, 10.10.1919.

118La rentabilité de la BFE est élevée, la baisse en 1913 étant due au doublement du capital. La direction gère efficacement les fonds à sa disposition et en tire de substantiels revenus, dont une proportion importante lui reste sous forme de bénéfices nets. Les dividendes, au début, ne s’élèvent qu’à une faible partie des bénéfices nets. La Banque rémunère ensuite de moins en moins parcimonieusement ses actionnaires, mais il est reconnu que ceux-ci « se sont trouvés, par suite d’un recrutement opéré dans un milieu assez restreint, être de ceux qui savent attendre »155. De 1907 à 1913, la banque rapporte 1 411 919F aux ayants droit.

Tableau 54 : Résultats BFE

Tableau 54 : Résultats BFE
  • 156 AE, AP Le Caire 223, Fiche de notoriété, novembre 1924.
  • 157 Le Messager de Paris, 2.7.1924.

119La BFE se serait contentée d’affaires d’ordre secondaire à taux élevés ou de prêts à des commerçants en mauvaise posture156. C’est sans doute pour cela qu’elle a trouvé une place sur le marché. Établie à une époque où le crédit se raréfie et les taux s’envolent, elle répond à un besoin – pas celui qu’envisageait le fondateur – en acceptant ce que d’autres déclinent. Assuré de la fidélité des souscripteurs en France, Cressaty est le maître d’œuvre d’une combinaison fructueuse, pour peu qu’il recouvre les avances. La hausse des revenus pendant la guerre rend superflue une intermédiaire comme la BFE. Dissoute en 1924, son actif est transféré à la Société foncière de Syrie, nouvelle entreprise de Cressaty157.

VII. L’INEVITABLE VIRAGE VERS LE FONCIER : LA BANQUE HYPOTHÉCAIRE FRANCO-ÉGYPTIENNE

  • 158 Cressaty, Les Placements hypothécaires en Égypte, Chaix, Paris, 1910.

120Cressaty inaugure la BHFE selon le mode employé pour la BFE, à savoir par une brochure publicitaire. Vantant les rendements en Égypte, il insiste sur le fait que le rapport entre l’ensemble de la dette hypothécaire et la propriété rurale et urbaine n’atteint que 12,60 %. Le champ des opérations n’étant pas occupé, il reste une marge pour de nouveaux placements158.

  • 159 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 3, Li (...)
  • 160 Ibid., Deuxième Liste de souscription.
  • 161 Cressaty, de Godlewski, d’Hugonneau, le comte Fruchard, Paul Jégou d’Herbeline, Maurice Dutreil et (...)

121La BHFE, conçue pour la combler, est constituée à Paris le 15 avril 1910. Le capital de 10 millions de l’est représenté par 20 000 actions de 500 F, libérées d’un quart. Fondateurs et actionnaires sont, à quelques noms près, ceux de la BFE. Le nombre de souscripteurs a néanmoins augmenté et atteint 234. Cressaty prend 800 actions et la seule société sur la liste, la BFE, en possède 550159. Le 12 mai 1910, le capital est porté à 15 000 000 de F. Les 28 souscripteurs aux 10 000 actions font tous partie des actionnaires originels160. Quant au conseil, il a des ressemblances avec celui de la BFE161.

Tableau 55 : La BHFE en chiffres

Tableau 55 : La BHFE en chiffres
  • 162 Ibid., décision du 18.10.1910 de la Chambre syndicale des agents de change.

122Obligée, en tant que société hypothécaire, de recourir aux emprunts obligataires, la BHFE fait aussitôt les démarches pour être admise à la cote officielle. C’est un procédé dont la BFE avait pu faire l’économie. Il lui est demandé de justifier au préalable d’un ou plusieurs bilans annuels162. Aucune émission n’a lieu en raison de l’état du marché. Le capital versé est employé dans les prêts hypothécaires à 77,98 et 96 %. Toutefois les fonds propres produisent moins de recettes que dans la BFE. Les frais d’une banque hypothécaire étant relativement plus élevés que ceux d’une banque d’escompte, les bénéfices et le taux de rentabilité en souffrent. La banque laisse néanmoins 271 750 F aux actionnaires et aux administrateurs.

  • 163 AE, AP Le Caire 223, Henri Gaillard, ministre de France en Égypte, au ministre AE, 10.5.1922.

123Les statuts stipulent que les prêts doivent être sur première hypothèque, mais il semble que la BHFE n’ait pu trouver de gages de première qualité et qu’elle se soit consacrée au système moins rémunérateur des prêts sur deuxième hypothèque163. Incapable de placer des obligations et de se procurer des fonds, la société est acculée à la dissolution anticipée le 16 juillet 1914.

124Deux éléments font défaut à Cressaty dans cette entreprise. D’une part, le créneau du crédit foncier est déjà dominé par de grands établissements. La BFE rencontre moins d’entraves dans le champ des petits prêts à gros intérêts. D’autre part, la BHFE, ne disposant pas comme la BFE d’une clientèle stable pour ses émissions, dépend des aléas du marché financier.

VIII. NÉGOCIER LE CONTRÔLE : UNE BANQUE AVORTÉE

  • 164 CL, DAE 4 741, siège d’Alexandrie à DAE, 19.8.1908.

125Les négociations en vue de former une banque d’escompte, de change et d’avances sur titres se compliquent autant par les revendications des promoteurs que par les exigences du ministère des Finances français. Paribas engage en 1908 des pourparlers avec sir Ernest Cassel et R. Suarès destinés à créer l’établissement qui prendrait la suite de Suarès frères et cie, entrée en liquidation volontaire le 31 mars 1908164. La nouvelle Banque internationale d’Égypte aurait un capital de 300 000 £ (7 500 000 F), à souscrire à fractions égales par les 3 fondateurs.

  • 165 BPPB, P.-v. du conseil, 27.10.1908.

126Paribas fait observer que la part lui restant après les rétrocessions à ses sous-participants serait très réduite, et obtient que le capital soit relevé à 100 000 000 F. Elle souscrirait 50 000 000 F ; Cassel et Suarès auraient un droit de préférence pour un complément de 2 500 000 F chacun en cas d’augmentation du capital. Paribas nommerait 3 administrateurs au conseil, les 4 autres seraient désignés par Cassel et Suarès165.

  • 166 SG, P.-v. du conseil, 17 et 24.11.1908. Paribas offre une participation à la SG.
  • 167 Ibid., 5 et 10.11.1908.

127Pendant le mois de novembre, le capital est ramené au montant originel, majoré à 9 000 000 F, puis, à nouveau, fixé à 7 500 000166. Quant à la dénomination de la banque, elle est modifiée. On adopte celle de Société égyptienne de banque et de crédit. Les fondateurs désigneraient chacun 2 administrateurs167.

  • 168 EF, B31290, Note du directeur du Mouvement général des fonds, 25.1.1909.

128Résultat des difficultés à s’entendre entre promoteurs, ces fréquentes modifications proviennent surtout des conditions que pose l’Administration en France. Il s’agit, comme toujours, de savoir lesquels des souscripteurs de Paris ou d’Égypte seront prédominants au conseil. Le ministre des Finances Caillaux semble croire que Paribas a droit à la moitié des actions, et il charge le directeur du Mouvement général des fonds de lui faire savoir qu’il était « nécessaire que les Français eussent une situation prépondérante dans le conseil d’administration et la direction fût française ; sinon il ne serait pas possible d’envisager l’admission à la cote des actions »168.

  • 169 Id. Les représentants de Paribas étant deux de ses administrateurs domiciliés à Paris, le contrôle (...)
  • 170 Financial News, 16.4.1909.

129Paribas objecte le fait que l’affaire comporte l’apport de la banque Suarès et qu’il n’est pas possible de la réaliser sans donner à cette dernière une situation prédominante169. La société parisienne ne refuse pas le principe du contrôle, mais ne peut l’exercer inconsidérément. On se propose d’en parler au ministre, mais l’affaire est abandonnée avant même le décès de Suarès le 23 avril 1909170.

Conclusion.

130Dans une société extra-muros, la définition des activités, la délimitation du champ des opérations et les modalités d’application des décisions sont le fait de l’entreprise en dehors de toute directive formelle venant de l’extérieur. Le lien avec la France se confinant à l’apport financier, la société n’est incluse dans aucun ensemble soumis à une stratégie en dehors d’elle-même. Tant qu’elle rapporte, les banques qui la parrainent n’ont pas de motif pour s’en mêler, pas plus qu’elle n’a d’obligation à leur en référer.

  • 171 AE, NS Égypte 83, de Selves à Klotz, 6.1.1912.

131La faiblesse de l’intégration est manifeste et le pouvoir politique s’emploie à y parer par le biais de l’autorisation de l’admission à la cote et de la reconstitution des conseils. Lourde, l’arme de l’admission est d’un maniement grossier. « Nous pouvons en user avec succès, mais non d’une façon générale et continue, car très souvent notre refus atteint nos porteurs français eux-mêmes »171. D’autre part, elle demeure susceptible de contournement, au moins partiellement, par l’écoulement en coulisse.

  • 172 AE, AP Le Caire 224, Geoffray à Pichon, 25.2.1909.
  • 173 Ibid., de Reffye à de Selves, 31.10.1911.

132Quant à l’intervention politique dans les affaires d’une société, elle consiste en des conseils de prudence et en la foi dans la surveillance qu’exerceraient des administrateurs français. Les recommandations ne sauraient avoir un caractère absolu. Il faut déconseiller aux commerçants et aux industriels français les crédits à trop long terme sans « cependant les pousser au découragement ni à une méfiance excessive, qui les porteraient à abandonner à nos concurrents une place où les affaires peuvent devenir bonnes »172. La circonspection ne signifie pas l’abstention. Ce serait maladroit de retirer à d’anciens clients, momentanément gênés mais honnêtes, un crédit qu’ils trouveraient peut-être chez des concurrents173.

133Les banques françaises peuvent difficilement se dispenser d’associés locaux aptes à ferrailler pour eux-mêmes et pour les capitaux européens. Par les ressources qu’elles procurent à leurs alliés, elles élargissent appréciablement le champ d’activité de ces derniers et en retirent quelque profit. Elles encourent assurément des risques mais doivent choisir entre cet inconvénient et le retrait. Auraient-elles la volonté d’intervenir directement en Égypte qu’elles affronteraient les aléas de l’engagement prolongé de leurs propres ressources dans une économie hautement concurrentielle.

  • 174 Id.

134Dans ces conditions, le contrôle d’une société extra-muros ne se matérialise que d’une manière ponctuelle, les moments propices étant la fondation, les émissions d’actions et d’obligations, et au lendemain d’une défaillance. L’agent diplomatique s’afflige de son impuissance à porter secours avant l’accomplissement d’un désastre. « Nous n’intervenons que trop tard, quand nous commençons à courir après notre argent »174. Mais la solution qu’affectionnent les diplomates constitue-t-elle un remède ?

135Élément de contrôle, l’augmentation du nombre d’administrateurs français n’affranchit pas la société de la contrainte de se frayer un chemin dans une économie en état de crise. L’administrateur français n’est pas plus à l’abri des déceptions que ses collègues locaux. Si la nomination s’effectue à la suite d’une déconvenue de la société, elle recouvre un changement de cap : l’expansion, jugée téméraire, fait place à la consolidation et l’assainissement, servis peut-être par de l’argent frais. La restriction des activités et le ralentissement du rythme sont alors les gages du relèvement.

136Pour des raisons qui procèdent de leur souci d’étendre l’influence française et de protéger l’épargne nationale, les milieux politiques se montrent sensibles au caractère ténu de la tutelle externe dans les sociétés en Égypte. L’augmentation du nombre d’administrateurs français, solution anthropomorphique, permet sans doute l’exercice d’un contrôle français mais n’assure pas la prospérité de l’entreprise, l’internationalisation de l’Égypte sur la base du service de la dette et de l’exportation du coton ayant comprimé l’essentiel de l’activité économique dans un créneau étroit et surpeuplé de concurrents.

Notes

1 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 4.11.1905 ; CL, Classement spécial, Notice de la Land Bank.

2 Id.

3 Cf. chapitre IX.

4 CL, Classement spécial, Notice communiquée par la Land Bank.

5 Le conseil comprend : Ambroise Zervudachi, président ; Georges Zervudachi, Michel Salvago, Joseph Aghion ; Richard C. Abdy, sujet anglais, négociant ; J. E. Cornish, anglais, administrateur-directeur de l’Alexandra Water Company ; Augustin Féraud, président de la SM ; Jules Charles-Roux, vice-président du Suez et administrateur de la SM ; Périclès Zarifi, administrateur de la SM.

6 CL, Dossier 50 893, agence d’Alexandrie au siège central, 17.1.1905.

7 SM, SM à la Direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre, 21.12.1905. Le rapport du c.a. à l’AG du 7 mai 1906 dit 4 850.

8 Acte préliminaire d’association.

9 Archives SM.

10 Id.

11 SM, Correspondance du 20.9.1907 au 18.3.1914 sur cette tranche.

12 Ibid., Correspondance du 18.5.1908 au 24.7.1914 sur cette tranche.

13 Ibid., SM à la Direction de l’Enregistrement, 22.3.1911.

14 CL, Classement spécial, Notice de la Land Bank.

15 SM, Contrat du 31.3.1905 et décision du c.a. de la Land Bank du 4.5.1905.

16 Ibid., Correspondance concernant le 3,5 %, 14.5.1906 au 31.12.1913.

17 Ibid., Land Bank à SM, 6.3.1907.

18 Ibid., Correspondance du 17.8.1907 au 7.3.1912.

19 AE, NS Égypte 80 bis, Antony Klobukowski, agent diplomatique, à Pichon, 17.1.1907.

20 Ibid., Note de Klobukowski, mars 1907.

21 Les dossiers de la SM ne contiennent pas de contrat de garantie.

22 AE, NS Égypte 81, de Valdrôme à Pichon, 4.6.1908.

23 Ibid., Joseph Caillaux, ministre des Finances, à Pichon, 20.7.1908.

24 Ibid., Girard à Pichon, 27.8.1908.

25 Ibid., Caillaux á Pichon, 20.1.1909.

26 AE, AP Le Caire 224, Geoffray, á Pichon, 25.2.1909.

27 AE, NS Égypte 82, André Ribot á Pichon, 21.10.1909.

28 Ibid., 27.12.1909.

29 Ibid., 28.2.1910.

30 SM, Contrat du 18.5.911.

31 Ibid., Land Bank à SM, 16.3.1911 ; SM à Land Bank, 30.3.1911.

32 AE, NS Égypte 83, Ribot à Justin de Selves, ministre AE, 30.9.1911 ; AE à Finances, 3.10.1911.

33 Ibid., de Reffye à de Selves, 31.10.1911.

34 EF, B31291, Paul Cambon, ambassadeur à Londres, à de Selves, 30.9.1911.

35 La Bourse égyptienne, 27.9.1911 ; the Economist, 11.3, 30.9 et 21.10.1911, 10.2.1912.

36 PRO, FO 407/178, Confidential Print 10114, Part LXXV.

37 AE, NS Égypte 83, Ribot à de Selves, 31.10.1911.

38 L’importance de ces « tirages » à 3 mois et le manque de liquidité n’étaient pas des secrets pour le Lyonnais., CL, DAE 7041/1, Siège social à l’agence d’Alexandrie, 18.3.1908.

39 L’Économiste européen, 10.11.1911.

40 Cf. sur la liquidation, CL, DAE 7041/1 ; Baster, The International Banks, op. cit., p. 78.

41 The Egyptian Gazette, 28.10.1911, article tiré de la Pall Mail Gazette.

42 Bilan au 21.11.1911. CL, DAE 5 657.

43 CL, DAE 3 763, Note de l’agence d’Alexandrie, 18.10.1902.

44 La Bourse égyptienne, 21.11.1911.

45 CL, DAE 5 657, Agence d’Alexandrie au siège, 8.11.1911 ; AE, NS Égypte 83, de Reffye à de Selves, 10.11.1911.

46 AE, NS Égypte 83, Defrance à de Selves, 29.11.1911.

47 Suez, Classeur 1 607, J. Charles-Roux au prince d’Arenberg, président du Suez, 29.11.1911. Sur Charles-Roux, cf. chapitre VIII.

48 Frédéric Bohn, vice-président de la C.F.A.O., à Julien Le Cesne, administrateur, 27.11.1911 in H. Bonin, C.F.A.O. : cent ans de compétition, Economica, Paris, 1987, p. 121. Périclès Zarifi est le plus gros actionnaire de la C.F.A.O., l’un de ses administrateurs (1896 -1927) et son vice-président (1923-1927).

49 AE, NS Égypte 83, Defrance à de Selves, 6.12.1911.

50 Id.

51 AE, AP Le Caire 224, Defrance à de Reffye, 15.11.1911.

52 Ibid., de Reffye à Defrance,19.11.1911.

53 Ibid., Note confidentielle, s. d. (janvier ou février 1912).

54 AE, NS Égypte 83, Defrance à Raymond Poincaré, ministre AE, 12.2.1912.

55 Ibid., Lucien Klotz, ministre des Finances, à Poincaré, 11.2.1912.

56 Ibid., Defrance à Poincaré, 14.2.1912.

57 Ibid., Poincaré à Klotz, 20.2.1912.

58 AE, NS Égypte 84, de Reffye à Poincaré, 26.10.1912.

59 Ibid., 24.1.1913.

60 Bilans.

61 Rapport du c.a. à l’AG du 12.5.1914.

62 CL, Dossier 73 080, Note sur les prêts hypothécaires.

63 AE, AP Le Caire 227, E. H. Cecd à Defrance, 21.4.1913.

64 Bilans.

65 Bulletin annexe du Journal officiel, 28.9.1908.

66 AE, AP, Le Caire 224, Note de Dombre, conseiller du commerce extérieur, 5.7.1905.

67 Ibid., P. Oziol, Jabès & cie, agents de change, à Bousquet, consul au Caire, 6.7.1905.

68 Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1914.

69 AE, NS Égypte 84, Defrance à Doumergue, 17.12.1913.

70 Rapport du c.a. à l’AG du 12.5.1914. Sur CFE, cf. chapitre IX.

71 Cf. ci-dessus tableau des sommes effectivement versées.

72 Acte préliminaire d’association.

73 AE, AP Le Caire 227, Lettre non signée du 21.10.1905.

74 AE, NS Égypte 80, Note de la Direction des consulats et des affaires commerciales à la Direction politique, 26.10.1905.

75 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change. Bourse de Paris, Case 109, SM au syndic, 28.2.1906 ; syndic à SM, 5.3.1906.

76 Elle n’a pas conservé d’archives sur l’Union foncière.

77 On y trouve : Féraud, président de la SM, président ; A. Zervudachi, vice-président ; G. Zervudachi, administrateur-délégué ; Charles-Roux, Zarifi, J. Aghion, M. Salvago et E.W. P. Foster. EF, B31291, séances des fondateurs et du conseil des 9, 15 et 23.6.1905.

78 EF, B31290, Dejean, gérant de l’agence, à Pichon, 16.11.1908.

79 L. Jullien, « L’influence française en Égypte », Bulletin de la Chambre de commerce française d’Alexandrie, octobre 1908, pp. 16-17.

80 AE, NS Égypte 82, de Selves à Klotz, 16.2.1911.

81 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, 4.3.1911.

82 EF, B31291, Defrance à Poincaré, 12.2.1912.

83 Décidée le 23.4.1912.

84 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 12.2.1912.

85 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, les 17, 26 et 27.2.1912.

86 Ibid., de Reffye à Defrance, 28.2.1912 ; Defrance à de Reffye, 28.2.1912.

87 Ibid., 3.3.1912.

88 Ibid., de Reffye à Defrance, 14.3.1912 ; Defrance à de Reffye, 17.3.1912.

89 EF, B31291, Note du Mouvement général des fonds, 10.5.1912.

90 AE, AP Le Caire 227, de Reffye à Defrance, 17.2.1912.

91 Ibid., Defrance à de Reffye, 28.2.1912.

92 Rapport du c.a. à l’AG du 27.3.1907.

93 Annuaire des valeurs admises à la cote officielle, 1914, p. 908.

94 Statuts.

95 L’Information, 14.6.1907.

96 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 110, Liste officielle des souscripteurs au 11.10.1905.

97 Thobie, op. cit., p. 281 ; Girault, op. cit., pp. 505-513.

98 Bulletin financier, 14.1.1906 et liste officielle. Les « groupes » fondateurs dominent le premier c.a. De Lapisse est président, flanqué d’Abramine Tilche, vice-président, Benoît Tilche, Charpentier, César Aghion, Bousquet, sir). C. Ardagh, Édouard Coze et Félix Tuby. De Lapisse, Charpentier et Bousquet sont à Paris, les autres en Égypte.

99 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D14 U3, carton 62, dossier 1434.

100 Journal des intérêts financiers, 23.12.1905.

101 Bulletin financier, 14, 21 et 28.1.1906.

102 Bilans.

103 Revue minière, 24.6.1909.

104 CL, DAE 4 741, Note de l’agence d’Alexandrie à la DAE, 6.9.1909. Cf. CL, DAE 4287/2, Note du 22.11.1907.

105 Rapport du c.a. à l’AG du 28.7.1909.

106 La Vie financière, 22.7.1910.

107 Ils sont « fort heureusement » nommés répond le ministre français des Finances à son collègue des AE. EF, B31291, 9.2.1909.1. Aghion est fils de J. Aghion. Dans les rivalités d’affaires et de famille, J. Est adversaire de C. Aghion.

108 CNEP, Dossier 390/792, Note du 4.8.1908 ; CNEP au CrFE, 6.6.1910.

109 Ibid., Note du 4.2.1909. Le Comptoir a des agences en Égypte.

110 CNEP, Dossier 390/792, Acte syndical, septembre 1909.

111 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 110, Liste officielle au 11.12.1909.

112 AE, AP Le Caire 226, Segnitz, sous-directeur, à F. Charles-Roux, 6.3.1911.

113 AE, NS Égypte 82, Charles-Roux à Pichon, 18.9.1910 ; Ribot à Pichon, 18.11.1909.

114 EF, B31291, de Reffye à Charles-Roux, 17.9.1910.

115 Victoire pour la politique de « la galette française aux Français », selon le consul. AE, AP Le Caire 226, de Reffye a Charles-Roux, 31.10.1910 ; Klotz à Pichon, 13.2.1911.

116 AE, NS Égypte 83, Defrance à Poincaré, 16.5.1912 ; AP Le Caire 226, de Reffye à Defrance, 24.4.1912 ; NS Égypte 84, Klotz à Poincaré, 16.7.1912.

117 AE, AP Le Caire 226, de Reffye à Defrance, 20.12.1912.

118 Rapport du c.a. à l’AG du 27.6.1911.

119 EF, B31291, Defrance à Poincaré, 8.5.1912 ; de Reffye à Poincaré, 7.5.1912.

120 The Financial News, 7.4.1912.

121 L’Information, 11.7. 1914.

122 Cours de la Banque et de la Bourse, 19.6.1911, 26.7.1912 et 10.7.1913.

123 Par l’AG extraordinaire du 23.9.1915.

124 Créée au capital de 12 000 000 F en 1920 par la Banque de la Seine.

125 AE, NS Égypte 106, C. Aghion à Defrance, 3.3.1911.

126 AE, AP Le Caire 226, A.E. Spitzer, directeur de l’agence du Caire du CNEP, à Defrance, 22.2.1911 ; NS Égypte 106, Defrance à Cruppi, 15.3.1911.

127 Il n’est pas de la branche des frères Alfred et Jacques qui siègent au CrFE.

128 EF, B31291, Liste de souscripteurs.

129 Le président, Ernest Genty, est à Paris. À Alexandrie siègent le vice-président, C. Aghion ; I., Victor et Gustave Aghion ; Suarès, Gandur et Riquez. AE, AP Le Caire 226, Spitzer à Defrance, 22.2.1911.

130 AE, AP Le Caire 226, de Reffye à Pichon, 30.11.1910 ; NS Égypte 83, Defrance à Cruppi, 7.6.1911 et Cruppi à Caillaux, 22.6.1911.

131 AE, NS Égypte 83, de Reffye à Poincaré, 25.5.1912.

132 EF, B31291, Seligman aux fils de B. Merzbach, 14.10.1912.

133 Ibid., de Reffye à Camille Jonnart, ministre AE, 28.3.1913.

134 Ibid., le consul à Alexandrie à Pichon, 25.4.1913.

135 Ibid., les fils de Bernard Merzbach à Charles Dumont, ministre des Finances, 3.6.1913.

136 Ibid., le consul à Alexandrie à Jonnart, 28.3.1913, et à Pichon, 25.4.1913.

137 Ancien agent de change, sujet austro-hongrois. Le conseil est composé d’éléments locaux : Khalīl pacha Khayyāt, président ; A. Campos, A.L. Gorra, Jacques Aghion, Henry Barker et Benwell Rees, administrateurs. EF, B31291, AG extraordinaire du 10.2.1911.

138 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Spitzer, 18.2.1911 ; EF, B31291, Note S.A.

139 EF, B31291, lettre du 23.1.1911.

140 Ibid., compte rendu de l’AG extraordinaire du 10.2.1911.

141 AE, AP Le Caire 223, de Reffye à Defrance, 24.2.1911.

142 Ibid., 14 et 15.11.1911.

143 La Bourse égyptienne, 7.10. 1911.

144 Thobie, op. cit., p. 710.

145 Notes diverses dans AE, AP Le Caire 223. Cf. aussi NS Égypte 83, les consuls à Beyrouth et Damas à de Serves, 31.7 et 12.9.1911.

146 L’Égypte aujourd’hui. Rivière, Paris, 1912.

147 Note technique sur le plan financier de la Banque française d’Égypte et sur les résultats probables de ses opérations, Piegoy, Paris, 1907.

148 AN, 65 AQ A520, Déclaration de souscription.

149 Composé de Cressaty, Martial d’Hugonneau, le baron René d’Orgeval, le comte Stanislas de Godlewski, Emmanuel Tessandier et Shukrï M. Kahīl (au Caire).

150 EF, B31291, de Selves à Klotz, 8.7.1911.

151 L’Information, 14 et 15.1.1911.

152 EF, B31291, Defrance à de Selves, 29.6.1911.

153 AE, AP Le Caire 223, Note sur la banque, 1909.

154 Ibid., Note sans date.

155 Bulletin des valeurs non cotées, 10.10.1919.

156 AE, AP Le Caire 223, Fiche de notoriété, novembre 1924.

157 Le Messager de Paris, 2.7.1924.

158 Cressaty, Les Placements hypothécaires en Égypte, Chaix, Paris, 1910.

159 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 3, Liste de souscription.

160 Ibid., Deuxième Liste de souscription.

161 Cressaty, de Godlewski, d’Hugonneau, le comte Fruchard, Paul Jégou d’Herbeline, Maurice Dutreil et Charles de Suyrot.

162 Ibid., décision du 18.10.1910 de la Chambre syndicale des agents de change.

163 AE, AP Le Caire 223, Henri Gaillard, ministre de France en Égypte, au ministre AE, 10.5.1922.

164 CL, DAE 4 741, siège d’Alexandrie à DAE, 19.8.1908.

165 BPPB, P.-v. du conseil, 27.10.1908.

166 SG, P.-v. du conseil, 17 et 24.11.1908. Paribas offre une participation à la SG.

167 Ibid., 5 et 10.11.1908.

168 EF, B31290, Note du directeur du Mouvement général des fonds, 25.1.1909.

169 Id. Les représentants de Paribas étant deux de ses administrateurs domiciliés à Paris, le contrôle de la nouvelle banque resterait entre les mains de Suarès en Égypte.

170 Financial News, 16.4.1909.

171 AE, NS Égypte 83, de Selves à Klotz, 6.1.1912.

172 AE, AP Le Caire 224, Geoffray à Pichon, 25.2.1909.

173 Ibid., de Reffye à de Selves, 31.10.1911.

174 Id.

Table des illustrations

Titre Tableau 29 : Souscripteurs Land Bank8
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau 30 : Lieu de paiement des coupons (Land Bank)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 31 : Souscriptions obligations 4 % (1906)17
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 32 : Sommes effectivement versées à la Land Bank
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau 33 : Actif Land Bank60(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Tableau 34 : Moyenne unitaire des prêts hypothécaires63(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 35 : Passif Land Bank64(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 36 : Comptes d’exploitation Land Bank(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Tableau 37 : Ratios financiers Land Bank(En %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Tableau 38 : Cours moyens Land Bank68(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 39 : Répartitions Land Bank(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Tableau 40 : Souscripteurs Union foncière
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tableau 41 : Bilans Union foncière(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau 42 : Comptes d’exploitation Union foncière(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau 43 : Rentabilité Union foncière
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 44 : Cours moyens Union foncière93
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 45 : Souscripteurs CrFE98
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 46 : Actif CrFE102(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Tableau 47 : Passif CrFE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 48 : Résultats CrFE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 49 : Souscripteurs BFCAE128
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 50 : Résultats BFCAE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 51 : Bilans CFCE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 52 : Actif BFE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 53 : Passif BFE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 54 : Résultats BFE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 55 : La BHFE en chiffres
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/766/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540