Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre III. La deuxième vague bancaire française et les premiers balbutiements des sociétés extra-muros

Texte intégral

1La banqueroute de l’Égypte en 1875-1876 et la volonté de rendre le pays productif des sommes nécessaires pour le paiement des coupons de la dette extérieure impliquent un engagement profond dans l’économie égyptienne. Difficile à exercer depuis un siège social installé en métropole, la surveillance de la marche d’une entreprise à capitaux étrangers s’effectue plus avantageusement sur place.

2Se confirme alors une transition notable dans les rapports économiques franco-égyptiens : le retrait des banques pourvoyeuses de fonds à l’État et le recul des sociétés articulées – agents de la deuxième phase de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne – sont relayés par l’avènement des banques parisiennes restées en marge jusque-là et des premières sociétés extra-muros fondées et administrées en Égypte, instruments de la troisième étape de l’internationalisation du pays.

I. DANS LA FOULÉE DU CRÉDIT FONCIER DE FRANCE

3L’échec en 1873 du grand emprunt de 32 000 000 £ (800 000 000 F) brise l’influence de la maison Oppenheim et de celles qui la suivent. S’engouffrent dans la brèche le Crédit foncier de France et le Crédit agricole, le prêt hypothécaire n’ayant pas l’attrait des taux atteignant 25 % qui se pratiquent sur le papier égyptien. Il n’est plus question d’emprunts longs, mais d’avances à court terme et d’acquisition de bons du Trésor égyptien.

  • 1 Fils naturel d’Achille Fould, ministre des Finances du Second Empire. Président de la Banque d’esc (...)
  • 2 Chiffre soumis à TAG du 30.11.1876. Le capital du Foncier n’est que de 90 millions de F.

4Occultes, ces opérations le sont parce que contraires aux statuts des deux établissements. Ceux du Foncier interdisent l’emploi en placements de portefeuille de plus du tiers des dépôts, en l’occurrence, 23 millions de F. Des avances à l’Égypte, le sous-gouverneur de Soubeyran1 est le maître d’œuvre. La majorité du conseil ne semble prendre connaissance de cet élément du portefeuille qu’après la suspension par le khédive le 7 avril 1876 du service de la dette flottante. Elle apprend le montant de bons que recèlent les caisses du Foncier : 168 246 327 F2.

  • 3 Bouvier, art. cité, et Le Crédit lyonnais : les années de formation d’une banque de dépôts, SEVPEN (...)
  • 4 Les p.-v. du conseil du Foncier et les rapports du conseil aux AG ne sont pas aussi laconiques qu’ (...)

5Une telle créance met en cause la solvabilité de l’organisme parapublic et laisse craindre une débâcle politico-financière aux séquelles incalculables. Les efforts déployés par le Foncier et la diplomatie française pour sauvegarder les intérêts des porteurs de la dette « flottante » contre ceux des détenteurs, principalement britanniques, de la dette « consolidée » sont au cœur de la question égyptienne3. Dans une Égypte banqueroutière où les gages se raréfient et où la rémunération de l’argent prêté devient aléatoire, l’ordre de préséance des créanciers est fonction de la pression diplomatique s’exerçant en leur faveur4.

6Les conséquences pour les rapports économiques franco-égyptiens de la mésaventure du Foncier sont doubles : d’une part, la relève par d’autres banques françaises en matière d’exportation de capitaux français vers l’Égypte ; d’autre part, l’émergence en Égypte des sociétés extra-muros, nouveau point d’appui des capitaux français.

  • 5 Armand Brazon, La Commission d’enquête et M. Le baron de Soubeyran. Précis d’histoire sur les affa (...)

7L’espoir de de Soubeyran d’utiliser les 176 602 actions Suez détenues par le khédive comme garantie pour un emprunt de consolidation de la dette flottante restée entre les mains des banquiers tourne court lorsque le gouvernement de Londres devient actionnaire du Suez en novembre 1875. Le Foncier et la diplomatie française ne s’avouent pas vaincus, cependant que les banquiers parisiens tiennent le khédive à bout de bras et lui consentent les avances5 faute desquelles il ne peut faire face aux échéances.

  • 6 Son agence d’Alexandrie a été fermée en 1873, mais il a en Thorny Lory un mandataire en Égypte.

8Les banques parisiennes intéressées s’affairent alors à constituer le « grand syndicat » ou le « syndicat des 105 millions ». Il s’agit toujours de réaliser la conversion des bons à court terme. La direction du syndicat est laissée au Comptoir d’escompte de Paris, non terni par la déconfiture égyptienne6. Le décret khédivial rendu le 7 mai 1876 prévoit une consolidation de la dette flottante et une unification conformes aux vœux du syndicat.

9La constitution du syndicat n’est rien moins que facile, nonobstant la bénédiction des ministères français des Finances et des Affaires étrangères. Débiteur défaillant, le Trésor égyptien repousse comme jadis il attirait. D’autre part, le traitement de faveur accordé à la dette flottante et la majoration de 25 % stipulée à son profit déplaisent aux Britanniques qui boudent la Caisse de la dette qu’il est projeté de créer aux fins de gérer les gages affectés au service de la nouvelle dette « unifiée ». Début juillet, le refus britannique de coter l’Unifiée au Stock Exchange assène un dur coup à l’opération.

  • 7 CNEP, Dossier 277. Au 15.7.1876.

Tableau 19 : « Grand syndicat » ou syndicat des 105 millions7
(En francs)

Tableau 19 : « Grand syndicat » ou syndicat des 105 millions7(En francs)
  • 8 CNEP, Dossier 279, Rostand à E. Denfert, secrétaire général, 5.7.1876. Rostand sera le futur « Tes (...)

10L’on mesure la difficulté de réunir des adhésions au syndicat par la correspondance d’Alexis Rostand, sous-directeur de l’agence du Comptoir à Marseille. Partout il ne rencontre que froideur et dérobades. Grandes déconvenues sur les titres égyptiens et engagements déjà forts sur ces valeurs détournent Etienne Zafiropoulo, chef de file « dont l’influence est déterminante sur nos capitalistes grecs, qui s’occupent plus spécialement de ces sortes d’opérations »8.

11Rostand espère grouper

  • 9 Id.

« des noms de tout premier ordre et de toute respectabilité, comme il convient, autour du Comptoir, qui prendraient l’habitude de la maison, pour des circonstances analogues »9.

12Le groupe Zafiropoulo et ceux qui s’inspirent de lui viendraient d’autant plus aisément à composition.

  • 10 Ibid., Rostand à Girod, directeur, 8.7.1876.

13Sondés, tous les banquiers de la place opposent à Rostand une fin de non-recevoir ; il n’a aucun sous-participant. « Ce résultat négatif a déconcerté mes prévisions et me cause la plus vive contrariété »10. Les valeurs égyptiennes auraient bien mauvaise odeur car nombre de porteurs voudraient dissimuler l’importance de leurs engagements en échangeant leurs titres loin de Marseille.

  • 11 Ibid., Rostand à Denfert, 17.7.1876. Denfert a sans doute fait valoir l’attitude bienveillante du (...)
  • 12 Id.

14Puis se produit un retournement. Ayant fait une démarche au siège à Paris, Zafiropoulo est renvoyé à l’agence de Marseille tout prêt à se rallier. Son allié Théodore Rodocanachi et lui ont dû recevoir « des renseignements, et même des conseils, modifiant complètement leur première impression. Peut-être ont-ils réussi à se dégager ailleurs »11. Rostand qui les avait « poliment, mais très carrément envoyés promener en leur disant qu’on n’avait nullement besoin d’eux » enregistre avec satisfaction cette métamorphose12.

  • 13 CNEP, Dossier 277 et 278. Contrats des 7.5 et 14.7.1876, des 15 et 20.10.1877, et du 9.11.1878 ent (...)
  • 14 Rapport de la commission d’enquête de 1878 in Règlement, op. cit., t. 1er, p. 384.
  • 15 CNEP, Dossier 277, Tableau des participations. Cf. AE, AP Le Caire 215 peur la correspondance (188 (...)

15Néanmoins l’opération de la conversion et de l’unification est un échec. Le « grand syndicat » n’obtient pas la souscription des 105 millions de F que nécessite la conversion. Soucieux de soutenir le crédit de son débiteur et l’intégrité du principal des avances consenties par ses membres, il va de report en prorogation de l’échéance de remboursement13. Le montant de sa créance au 31 décembre 1878 est d’environ 110 000 000 F14. Au 30 avril 1880, 90 080 662 F lui sont toujours dus, même après réduction de l’intérêt de 8 % à 4 %15.

  • 16 Le nouveau consul de France, estime le directeur de l’agence d’Alexandrie, « paraît être spécialem (...)
  • 17 A Marseille, la SG, la SM et le Lyonnais procèdent de leur propre chef à la conversion. CNEP, Doss (...)
  • 18 Plus intéressée à la dette « consolidée » qu’à la dette « flottante ».
  • 19 Ils sont pourtant des clients assidus et membres du comité d’escompte de l’agence de Marseille du (...)

16Le « grand syndicat » est immobilisé en Égypte jusqu’en 1880, tandis que l’insuccès de l’unification achève le processus de marginalisation du Foncier dans les affaires égyptiennes. Déjà le Lyonnais16, la SM17 et la Franco18 étaient restés à l’écart du « grand syndicat ». En 1877, Zafiropoulo et Rodocanachi se retirent19.

17L’arrangement avec les Britanniques, champions de la dette « consolidée », étant désormais incontournable, c’est Edmond Joubert, administrateur de Paribas et conseiller financier de Thiers, qui négocie dès l’été 1876 pour le « grand syndicat » avec son homologue George Goschen de la banque Friihling & Goschen de Londres. Le compromis auquel ils parviennent au Caire, incorporé dans le décret khédivial du 18 novembre 1876, retire à la dette « flottante » les privilèges que lui concédaient les décrets de mai.

18Dès lors le Comptoir lui aussi prend ses distances vis-à-vis du Foncier. Si de Soubeyran est « singulièrement démoralisé » par les concessions qu’a agréées Joubert,

  • 20 CNEP, Dossier 279, Denfert à Lory, 27.10.1876. Le ministre des AE, le duc Decazes, a pourtant mis (...)

« en ce qui nous concerne, en ce qui concerne la majorité des membres du comité, et de notre ministre des Affaires étrangères lui-même (ceci tout confidentiellement), nous apprécions la situation tout différemment »20.

19Sortant de l’ombre du Foncier, le Comptoir participera avec d’autres grandes banques parisiennes à de nouvelles affaires au pays. Une page est tournée dans l’intervention des banques françaises en Égypte.

  • 21 Brazon, op. cit., pp. 58-59 ; Allinne, op. cit., p. 242.

20Reste le versant égyptien de l’épisode du passage du Foncier sur les bords du Nil. On apprend en 1876 le mécanisme par lequel étaient réalisées les avances. Le Foncier n’était que le tiers porteur de bons du Trésor égyptiens qu’il réescomptait à l’Agricole. L’Anglo se chargeait de traiter avec le Trésor. En réalité, elle n’était qu’un prête-nom pour l’Agricole, laquelle lui avançait les fonds et agissait pour le Foncier. Le taux d’intérêt en Égypte est de 12 % ; l’Anglo demandait 25 %. Elle cédait le papier escompté au taux légal de 12 % à l’Agricole qui le passait au Foncier réescompté à 6 %21.

  • 22 Les administrateurs J. Pastré et Giovanni Sinadino signent pour l’Anglo. L’Agricole est représenté (...)

21L’Anglo occupe une place eminente en Égypte. Parmi les arrangements de mai 1876 figure la création d’une Banque nationale d’Égypte qui se réserverait le compte courant du gouvernement. Le privilège de se transformer en Banque nationale reviendrait, bien entendu, à l’Anglo. Face au ministre des Finances d’Égypte, elle est, avec l’Agricole, l’autre partie contractante aux accords d’unification de la dette de mai 187622. La Banque nationale et la conversion de la dette maintiendraient, en quelque sorte, la triade Anglo-Agricole-Foncier dans les conditions nouvelles de remboursement par un débiteur obéré. L’échec du « grand syndicat » et la désapprobation britannique ont raison de cet espoir.

22Les attaches en partie marseillaises de cette institution se ressentent de l’effondrement du crédit égyptien. En effet le rouage central du système qui relie le Trésor égyptien au Foncier est à l’agence de Marseille de l’Agricole. C’est avec ses disponibilités qu’elle règle l’Anglo. Jeté sur l’Agricole, le discrédit rejaillit sur l’Anglo, laquelle doit ce qu’elle a de français aux Pastré et à leurs relations. Les liens avec la France s’effilochent ; c’est désormais une société articulée britannique.

  • 23 Cf. chapitre IV.

23Quant au désengagement de Marseille vis-à-vis de l’Égypte, il dure trois décennies et n’est rompu que par l’entrée sur la scène égyptienne de la SM en 190523. Le double retrait du Foncier et de l’Anglo fait place nette. Les nouveaux vecteurs des investissements français en Égypte, les grandes banques parisiennes et les sociétés égyptiennes de type extra-muros, réalisent leur jonction lors des années euphoriques de 1879-1881.

  • 24 Cf. deuxième partie.
  • 25 Fondée en octobre-novembre 1878.

24Dès le 19 mai 1879, Delort et Suarès décrochent une concession pour la constitution du CFE. Participent à l’affaire la Banque d’escompte de Paris, le Lyonnais, la SG et Paribas. Le Comptoir, écarté au début, est réintégré plus tard24. À la présidence de la Banque d’escompte25, de Soubeyran fait peau neuve. Ses pairs ne lui font pas grief de ses incartades passées, mais il n’a qu’un rôle effacé au CFE.

25Ce dernier est destiné à devenir la plus importante société extra-muros du pays, le modèle pour toutes les autres. Les capitaux recueillis sur les places financières françaises par les soins des grandes banques parisiennes sont confiés à une société égyptienne administrée par des gestionnaires résidant en Égypte. On est loin de la dette publique, « consolidée » ou « flottante », et des sociétés articulées télécommandées depuis un siège en métropole.

26La Loi de liquidation de 1880 met fin aux tiraillements entre créanciers et annonce l’aménagement de l’économie égyptienne en vue de la rendre productive des intérêts à verser sur sa dette. L’intervention dans la vie économique du pays sera plus entière que précédemment et les hommes d’affaires locaux – entendre des résidents étrangers – supputent que leur rôle grandira d’autant. L’Anglo n’est pas en reste ; elle opère une reconversion. La rivalité entre elle et les nouveaux acteurs se déplace sur le terrain des entreprises de travaux publics, avant de déboucher sur un affrontement direct impliquant la Banque générale d’Égypte.

27De 1879 à 1885, les investissements dans les entreprises s’agrègent autour de deux pôles : d’une part, le CFE, la Société égyptienne d’entreprises et de travaux publics (SEETP), et la BGE ; d’autre part, l’Anglo, la Land and Mort-gage Company, et la Société générale des travaux (SGT). L’Anglo voit l’élément grec, en étroite relation avec Marseille, lui échapper, mais elle s’adjoint la Banque franco-égyptienne. Devant les entreprises articulées de la génération d’Ismā‘īl se dressent des concurrentes extra-muros reposant sur leurs deux piliers distinctifs : l’administration locale et le parrainage des grandes banques de Paris.

II. LES TRAVAUX PUBLICS : INITIATIVES RIVALES ET DÉCEPTIONS COMMUNES

28L’apurement ostensible des comptes de la dette extérieure étant concrétisé par la Loi de liquidation de 1880, l’intérêt de mettre l’Égypte en état de la servir durablement et les perspectives d’une amélioration de la situation économique et budgétaire rencontrent l’emballement qui règne sur les places financières européennes. L’on assiste à l’éclosion de sociétés de travaux publics, fruits d’une conjugaison des espoirs et des moyens de banquiers locaux et des banques parisiennes.

29Se distinguent celles qui envisagent de nouvelles modalités d’utilisation de leurs disponibilités, d’exportation du capital et de rattachement de l’Égypte à l’économie de l’Europe. Constructions de tous genres, ouvrages d’art, travaux de canalisation, routes, voies ferrées, projets de terrassement, curage de canaux, telles sont les entreprises qu’elles se proposent de réaliser pour compte de particuliers ou de l’État. Espérances exagérées, vite déjouées par des événements non anticipés, elles soulignent les chancelants débuts des sociétés extramuros.

30La simultanéité de l’autorisation de deux sociétés de travaux publics témoigne à la fois de la confiance qu’inspire ce secteur d’activité et de la concurrence dont il est le champ. Les promoteurs de la SEETP comprennent les grandes banques de Paris. Elles ont pour associés les banquiers d’Égypte qui se signalent dans la création du CFE, de la BGE, de la Société de la raffinerie d’Égypte et du chemin de fer de Hilwan. Toutes, sauf la raffinerie, font appel à des capitaux étrangers recueillis par les banques européennes. Les réunions du conseil de la SEETP se tiennent dans les locaux de la BGE.

31Des notabilités de la finance locale s’y retrouvent : R. et Félix Suarès, Joseph Aslan Cattaui, Menasce, Beyerlé, Émile Huard, J. Lumbroso, Emm. Benachi, Ambroise Sinadino, Constantin Zervudachi, Aristide Sinano et C. Salvago. La présence d’un fort contingent grec reflète le dégagement des hommes d’affaires de cette nationalité des sociétés articulées – notamment l’Anglo – et leur conversion aux méthodes des sociétés extra-muros.

  • 26 Bouvier, op. cit., p. 671, rend compte de cette « action en franc-tireur ».

32Fait inédit, des banques métropolitaines se font représenter au conseil de ces sociétés à la structure originale. Que le Lyonnais consente à patronner la fondation de sociétés en Égypte de concert avec d’autres banques tranche déjà avec la politique de superbe isolement qui est la sienne durant les années 187026. Mais que le directeur de l’agence d’Alexandrie, Kleinmann, siège à leur conseil traduit les changements que commande la troisième étape de l’internationalisation de l’Égypte. Il est suivi d’Albert Frédérici, directeur de l’agence de l’Ottomane.

33Le décret du 3 janvier 1881 autorise la constitution de la société au capital de 10 000 000 F. L’AG du 9 janvier l’augmente à 20 000 000 F, un quart à verser. Les 40 000 actions sont syndiquées. La SG, la Banque d’escompte, le Lyonnais, Paribas, le Comptoir et l’Ottomane participent chacun pour 3 050 actions ; 21 700 sont réservées aux participants d’Égypte.

  • 27 Groupes de Paribas et du Comptoir dans BPPB, Dossier 172/1 et CNEP, Dossier 339/231.

34Les résultats du syndicat ne sont guère heureux. Il est dissous le 7 juillet 1882, aucune vente n’ayant été effectuée. Le 15 mai 1882 la société avait réduit de moitié son capital, partant la participation des syndicataires. Il leur revient 9 150 actions, les autres 10 850 allant aux participants d’Égypte27. L’engorgement du marché français en titres égyptiens, la crise boursière à Paris et le conflit qui met aux prises le mouvement national et les gouvernements anglais et français expliquent l’échec.

  • 28 BPPB, Dossier 173/10, R. Suarès à Sautter, 7.3.1882 ; cf. infra.
  • 29 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 21.3.1882.

35Voilà les banques parisiennes devenues actionnaires sans l’avoir voulu. C’est ce qui motive la présence au conseil de leurs représentants, chargés de surveiller sur place le capital involontairement immobilisé. Dès le 3 mars 1882, elles décident à l’unanimité la liquidation. En Égypte, administrateurs et actionnaires s’y refusent. Persuadé qu’une dissolution serait inopportune, le conseil propose de réduire le capital et de fusionner avec la SGT28. « La vérité est, je crois, que ces Messieurs se trouveraient fort embarrassés pour rembourser intégralement et à assez bref délai le surplus du capital aux actionnaires »29.

  • 30 BPPB, Dossier 173/10, Suarès à Sautter, 23.3.1882.

36R. Suarès adresse un plaidoyer à Paris. La société aurait gagné 20 % sur le montant des travaux exécutés. Les bénéfices au 31 décembre s’élèvent à 40 000 F, et la société a entre les mains des travaux qui lui assurent 150 000 F de bénéfices pour l’année courante. Certes le capital est trop lourd, mais avant de se condamner par eux-mêmes, ils devraient continuer l’essai pour encore une année. « Nous y sommes plus intéressés que vous et nous n’avons pas l’habitude de faire bon marché de notre argent »30.

  • 31 BPPB, P.-v. du conseil, 21.3, 28.3, et 4.4.1882.
  • 32 Déclaration d’Octave Homberg, directeur. SG, P.-v. du conseil, 9.5.1882.
  • 33 BPPB, Dossier 173/10, Frédérici à Pyrame Naville, administrateur de l’Ottomane, 29.10.1882.

37À Paris, le syndicat revient sur la décision de dissoudre la société. En revanche, le capital est réduit de moitié31. Les divisions subsistent : la SG demande toujours la liquidation32. Son mandataire ne s’entend pas avec des collègues qu’il juge insuffisamment sélectifs. « Suivant moi, lorsque l’on ne veut pas refuser une affaire, et qu’on les accepte toutes, on ne peut pas en faire de bonnes »33.

38L’unique bilan disponible, au 31 décembre 1881, fait état de projets achevés pour 601 187 F ; 2 sont en cours d’exécution pour 749 003 F. Le bénéfice est de 116 934 F, mais celui réalisé sur les comptes courants et reports, les placements de fonds et les coupons est de 207 324 F. Les fonds disponibles sont élevés : 2 483 428 F servent à des avances en comptes courants et dépôts chez les banquiers. Les travaux en cours n’emploient que 917 708 F, tandis que le portefeuille-titres renferme au moins 1 505 111 F d’obligations diverses. Qui plus est, il perd 100 000 F à la suite d’une baisse sur les valeurs détenues.

  • 34 CNEP, Dossier 339/231, Comptoir à Huard, 27.12.1883.
  • 35 BPPB, Dossier 173/10, Note de Sautter, 12.4.1881.

39La suspension des travaux publics n’est pas de nature à atténuer les tensions entre Paris et le Caire. C’est au tour du Comptoir de demander la dissolution34. La mise en liquidation est enfin décidée à l’AG du 29 mars 1884. Le capital versé de 2 500 000 F est intact, puisque l’actif se monte à 2 446 000 F. Dans celui-ci, l’encaisse et les dépôts atteignent toujours le chiffre élevé de 1 430 000 F, mais le portefeuille n’a plus que 26 000 F de titres35. Si la société n’est guère déficitaire, elle ne le doit qu’à ses placements, car aucun projet de construction n’est en cours. L’engagement total de sources françaises aura été de 9 150 actions x 125 F= 1 143 750 F.

  • 36 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 160.

40Née le même jour, la SGT vit quelques mois de plus que la SEETP. Elle constitue une entreprise extra-muros dont deux des fondateurs sont des banques à structure articulée. La SGT est le fruit d’une entente entre l’Anglo, la Franco et deux banquiers alexandrins, le comte Édouard de Caprara et le baron Eli de J.-L. Menasce. Ils souscrivent à parts égales les 20 000 actions et les 700 titres de fondateurs. Le quart du capital de 10 000 000 F est versé, et les actions sont admises au comptant à la cote de la Bourse de Paris36.

41L’effort d’adaptation des deux banques articulées qui ont l’une et l’autre connu de meilleurs jours grâce aux opérations sur la dette ne saurait surprendre. Elles ont repéré les secteurs d’avenir dans une Égypte contrainte de trouver les ressources qui serviront sa dette. Elles ont peut-être compris l’imprudence d’administrer une affaire de travaux publics en Égypte depuis un siège social sis en métropole.

42Mais il y a plus. On aura remarqué que les deux banques articulées sont actionnaires de la société rejeton. Dans l’entreprise extra-muros, les banques parisiennes ne le deviennent que malgré elles, suite à l’échec d’une émission dont elles garantissent la souscription. L’Anglo et la Franco sont des actionnaires consentants. Leurs représentants au conseil administrent un investissement, non une participation à une opération syndicale avortée. À côté de Haïdar pacha, président, de Caprara et Menasce, on trouve le directeur de la Franco, P. Flack, un représentant de l’Anglo – Ed. Masterman, administrateur, puis Goussio, directeur général – et J. Pastré, administrateur de l’Anglo à Paris. En l’occurrence, la société articulée, type relativement désuet de structure d’entreprise, a mené plus directement à la fusion moderne banque-entreprise non bancaire que ne l’a fait la société extra-muros.

  • 37 P.-v. de l’AG extraordinaire du 8.10.1884.

43Il y a sans doute eu une redistribution du capital au profit de l’élément local car M. Aghion, Élie Piha et Salīm Zughayb se joignent en 1883 au conseil. Le Lyonnais semble s’être procuré des actions de la SGT. Lors de l’AG de liquidation, Schulthess, l’un des participants, est qualifié de « représentant du Crédit lyonnais »37. Membre du comité de patronage de la société rivale, le Lyonnais est porté à jouer sur tous les tableaux.

44Née sous d’heureux auspices, la SGT doit aussitôt en rabattre. La clientèle privée ne répond pas à l’appel et seules les Administrations ont recours à ses services. Se méritant la plus grande partie des travaux mis en adjudication, elle signe des contrats pour 11 entreprises dont le montant total atteint 3 750 000 F.

45La partie du capital non affectée à l’objet de la société n’en reste pas moins considérable. Au 31 octobre 1881, sur les 2 500 000 F du capital versé, seulement 505 188 F sont employés dans les travaux. Le poste principal du passif étant le capital versé, les emplois produisent des résultats annuels d’un caractère indifférent.

Tableau 20 : Situation de la SGT
(En francs)

Tableau 20 : Situation de la SGT(En francs)

46Non seulement le portefeuille-titres a-t-il le tort d’exister, mais il enregistre des pertes en 1881-1882. Au début de 1882, le gouvernement ajourne jusqu’à nouvel ordre l’exécution des grands projets. La guerre et l’occupation au cours de l’année entraînent l’arrêt du travail, la désorganisation des chantiers et la perte d’une partie considérable de matériaux.

47L’espoir est entretenu en 1882 que l’occupation amènerait la reprise des grands travaux et la reconstruction d’Alexandrie, détruite lors du bombardement britannique. La concurrence ne fera pas défaut.

  • 38 AE, CC Alexandrie 47, Lucien Monge, consul à Alexandrie, à Eugène Duclerc, ministre AE, 10.11.1882

« De riches maisons de commerce et quelques banques, disposant de forts capitaux, cherchent à se constituer en société pour entreprendre : la reconstruction d’une partie des immeubles incendiés »38.

48Il faut déchanter : le budget ne prévoit aucun travail important.

  • 39 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 8.10.1884.

49En 1883 les trois quarts du capital versé sont employés en reports à Londres chez l’Anglo ; l’autre quart est placé en titres égyptiens déposés au ministère des Travaux publics et engagé dans des travaux. On se résout à liquider le 8 octobre 1884. Des 17 constructions entreprises, il n’en reste qu’une, dont les travaux sont suspendus, et 6 en cours d’exécution39. Le portefeuille des actionnaires est sauf car l’actif dépasse le capital versé. La part française se limite à celle de la Franco, soit 725 000 F, celle de l’Anglo ne pouvant plus passer pour française.

  • 40 Barois, directeur de la SEETP, démissionne le 21 janvier 1884 lorsqu’il est nommé secrétaire génér (...)

50Peu de temps après la création de la SEETP, ses promoteurs conçoivent un projet d’irrigation des terres de la Basse-Égypte. Ils prennent pour base une étude faite par les ingénieurs Charles de Rossetti et Julien Barois40. Il s’agit d’élever l’eau du Nil par machines à vapeur et de distribuer le débit régulièrement et en permanence par un système de canaux, surtout entre l’étiage de novembre et, 1a crue d’août. Le gouvernement frapperait la terre d’une taxe perçue par l’État et versée à la société.

  • 41 BPPB, P.-v. du conseil, 27.11.1881.
  • 42 Lucovich, op. cit. ; Landes, op. cit., pp. 261-168.
  • 43 J. Barois, L’Irrigation en Égypte, Ministère de l’Agriculture, Imprimerie nationale, Paris, 1887, (...)

51L’idée n’est pas aussi nouvelle que le croit R. Suarès41. Lucovich avait jadis caressé le projet de vendre ou de louer des pompes élévatoires. Les démêlés de la Société agricole et industrielle avec le khédive en 1864-1865 en furent le résultat42. Le sujet revient à l’ordre du jour en 1880 lorsque le gouvernement choisit de créer des stations de pompage (« usines d’irrigation ») en Basse-Égypte. Elles alimenteraient les principaux canaux pendant l’étiage au moyen de machines établies à leur prise43.

  • 44 Ibid., p. 69.

52C’est une solution de rechange au système d’irrigation par barrages. Les projets de Linan de Bellefonds et de Mougel n’avaient pas été poursuivis depuis les années 1840, et les ressources budgétaires du pays ne permettent pas l’achèvement du grand barrage du Delta et de tous les travaux accessoires de canalisation. L’irrigation par voie d’appareils de pompage est plus onéreuse, mais elle supprime les travaux de curage, donne des résultats à bref délai, assure un remboursement des dépenses d’établissement en peu de temps, et maintient l’arrangement des canaux. D’ailleurs le ministère n’a de ressources que pour le curage ou le dragage des 3 grands canaux, l’Ibrāhīmiyya, l’Ismā‘īliyya et le Maḥmūdiyya. Pour le reste, la main-d’œuvre est fournie par la corvée44.

  • 45 Gelat, op. cit., III, pp. 113-115.

53Une concession est accordée à l’ingénieur Edward Easton qui constitue en 1880 à Alexandrie la Société anonyme d’irrigation dans le Béhéra. Le capital de 6 000 000 F est détenu par des résidents étrangers en Égypte. Le contrat du 11 mai 1880 avec le ministre des Travaux publics ‘Alī Mubārak la charge d’alimenter au moyen de machines à vapeur les canaux Maḥmūdiyya et Khaṭaṭba dans la province de Buḥayra pour 25 ans. Le gouvernement paie aux contractants une somme fixe de 13 200 Lég (342 144 F) par an et une somme variable en proportion de l’eau fournie45. Ayant posé 10 immenses vis d’Archimede qui ne résistent pas aux charges, la société est pénalisée pour inexécution du contrat.

54L’échec de la Société du Béhéra induit la SEETP à s’essayer dans le domaine. Les deux sociétés ne sont pas sans liens : au conseil de la première se trouvent des éléments qui compteront en 1881 parmi les fondateurs de la BGE, participante à la SEETP. C’est à Paris que la Société d’études pour l’irrigation de la Basse-Égypte est constituée le 27 octobre 1881 au capital de 300 000 F. On y retrouve les souscripteurs de la SEETP et des participants anglais, allemands, autrichiens et italiens.

  • 46 BPPB, Dossier 172/2.

Tableau 21 : Syndicat actions Société d’études pour l’irrigation de la Basse-Égypte46

Tableau 21 : Syndicat actions Société d’études pour l’irrigation de la Basse-Égypte46
  • 47 Article 7 de l’acte de société.
  • 48 Membres : R. Suarès, président ; Barois, Beyerlé, Frédérici, de Rossetti, J. Oppenheim, Edward Dic (...)

55Si la concession est obtenue, une société anonyme définitive pourvue du capital considérable de 60 000 000 F serait constituée. On réserverait la souscription des actions pour les deux tiers aux participants à la Société d’études, l’autre tiers pour les actionnaires de la SEETP. Celle-ci est chargée de la direction des études et exécuterait aussi tous les travaux de la Société d’irrigation définitive, moyennant une commission47. Le comité de gestion de la Société d’études est au Caire48.

  • 49 Ibid., Séance du 27.3.1882 ; Suarès à Sautter, 1.4.1882.
  • 50 Ibid., Suarès à Sautter, 15.5.1883.

56Survient la crise politique de février. La sous-commission de la Chambre ayant décidé le 28 février de ne pas donner suite au projet, Suarès suggère de « laisser dormir l’affaire » et de suspendre les séances du comité49. À la suite de l’occupation, le Conseil des ministres reprend l’étude de la question. Le ministère des Travaux publics publie un rapport sur l’irrigation qui, sans le déclarer explicitement, concorde avec les propositions de la Société. Le comité soutient que son projet est accepté50 mais les résultats se font attendre, compte tenu du désordre dans le pays.

  • 51 Ibid., Rapport sur l’AG du 10.10.1883.

57L’existence de la Société d’études est prorogée d’un an le 10 octobre 1883. Le Lyonnais s’étant retiré, un remaniement se produit dans la répartition des actions : les souscripteurs de Paris et d’Égypte rétrocèdent un cinquième de leur participation à l’élément anglais et l’Ottomane est rangée dans le groupe anglais51. L’intention de se rendre agréable aux autorités n’est guère douteuse ; en vain, car la société expire sans avoir obtenu de concession.

  • 52 d. i. Dykstra, A biographical study in Egyptian modernization : ‘Ali Mubarak (1823/4-1893), thèse, (...)
  • 53 Wright, op. cit., p. 458 ; Ed. Papasian, l’Égypte économique et financière, Walker, Le Caire, 1923 (...)

58La Société du Béhéra renouvelle son contrat le 23 janvier 1883 et le ministre Mubārak dresse un long rapport le 24 avril en faveur de l’extension du système d’irrigation par machines élévatoires. Cette politique est renversée un mois plus tard par la désignation de Scott Moncrieff au nouveau poste d’inspecteur-général des irrigations52. La réfection du barrage du Delta et la construction de nouveaux barrages et canaux, jugées plus économiques, constituent désormais le programme des autorités. Sauf dans le Buḥayra, l’irrigation mécanique est abandonnée. La Béhéra se transforme le 27 juillet 1894 en société foncière -achat, amendement, revente – au capital de 200 000 Lég (5 184 000 F)53.

III. LA BANQUE GÉNÉRALE D’ÉGYPTE : PIVOT DU PREMIER ENSEMBLE DES SOCIÉTÉS EXTRA-MUROS

59La BGE naît dans l’optimisme suscité par la reprise des affaires autant en France qu’en Égypte. Une période d’entrain précède le krach de janvier 1882 à la Bourse de Paris. En Égypte, l’amélioration des récoltes et le règlement d’apparence définitif de la dette au moyen de la Loi de liquidation de 1880 ouvrent de nouvelles perspectives. Dès 1879-1880, les grands établissements parisiens et les banquiers du Caire et d’Alexandrie mettent sur pied le CFE et la SEETP.

  • 54 CNEP, Dossier 335/87.

60Au printemps 1881, ils préparent la création de la BGE, dont l’objectif consiste à s’occuper de crédit commercial. Il s’agit de financer l’exportation du coton, du sucre et des céréales. Prenant la suite de la maison Sinadino, Ralli et cie d’Alexandrie, elle réunit autour d’elle le grand négoce d’Alexandrie et du Caire, ainsi que les banques privées locales, à tel point qu’une notice publicitaire la représente comme le monopole de la commission et du courtage que paie la marchandise exportée54.

61Humant l’air de l’époque, à savoir la rentabilisation de l’Égypte dans la perspective du service de la dette, les banquiers locaux et les banques parisiennes s’intéressent au crédit hypothécaire et aux travaux publics. Armés de l’instrument neuf de la société extra-muros, ils s’apprêtent à se porter sur le terrain bancaire jusque-là dominé par les sociétés articulées et les succursales des établissements métropolitains.

  • 55 CL, Dossier 72 799, Note de Mazerat à Germain. 9.4.1881.
  • 56 Id.

62En avril 1881 Paribas, le Comptoir, la SG et la Banque d’escompte prennent des participations dans la société à créer. Sollicité, le Lyonnais s’abstient de concourir à l’organisation d’une concurrence directe à son agence d’Alexandrie. Le directeur général plaide dans le sens de la participation, estimant qu’il n’est pas dans l’intérêt du Lyonnais « de se séparer des groupes parisiens et égyptiens qui ont aujourd’hui la haute main dans toutes les affaires égyptiennes »55. D’ailleurs l’opération s’effectuerait avec ou sans lui. « Il nous semble qu’il serait politique d’entrer dans la combinaison, ne serait-ce que pour suivre la marche de l’affaire et en connaître le fort et le faible »56. Néanmoins le Lyonnais décline l’offre. Peu coutumier des associations, il se défile devant l’invite à se prêter au siphonnement de ses affaires.

  • 57 Le capital de Paribas, par exemple, est de 62 500 000 F.

63L’importance du capital de la BGE, 60 000 000 F, le quart versé, reflète l’ambition du projet57. Sinadino, Ralli et cie reçoit pour prix de ses apports le droit de souscrire 48 000 des 120 000 actions de la Générale, la moitié des 8 000 parts de fondateurs donnant droit à 15 % des bénéfices annuels et 600 000 F en espèces versés par l’ensemble des souscripteurs. Sinadino, Ralli et cie renonce à toute activité bancaire et ferme ses succursales de Paris et du Caire. La maison de commerce à Alexandrie continue à fonctionner.

  • 58 BPPB, P.-v. du conseil, 19.7.1881.

64Les quatre établissements parisiens conviennent d’ouvrir à la BGE un crédit de 4 000 000 chacun en juillet 188158. Ils se partagent à parts égales la souscription de 42 000 actions, le complément de 30 000 actions allant à R. Suarès. Les quatre banques se réservent 840 parts de fondateurs, tandis que les actionnaires d’Égypte en obtiennent 3 160.

  • 59 CNEP, Dossier 335/87, Lettre du 27.4.1881.
  • 60 Ibid., Notice, 1881.
  • 61 Théodore Ralli est président du conseil, R. Suarès et Ed. Carver, de la maison d’exportation de co (...)

65L’espoir est grand de s’assurer le parrainage de tout le grand négoce en Égypte. Des 78 000 actions que les fondateurs d’Alexandrie ont réclamées, 36 000 sont destinées à obtenir le concours des principales maisons de commerce de la place59. De fait, ainsi que le proclame la notice publicitaire sans trop se tromper, le premier conseil groupe « tout ce qu’il y a de plus influent et de plus considérable dans les affaires de ce pays »60. On y retrouve les personnalités les plus en vue du monde des affaires61.

66L’état-major de la BGE est doublement symbolique : de l’entrée en force des banques parisiennes jadis discrètes en ce qui a trait à l’Égypte, et de l’effilage des liens entre les milieux d’affaires grecs d’Égypte et de Marseille, suite à la débâcle Foncier-Agricole-Anglo. Composant de l’Anglo – Giovanni Sinadino, à tout le moins –, les Sinadino ont désormais partie liée avec les nouveaux venus abouchés à la manière extra-muros. Outre le Lyonnais, l’Ottomane, l’Anglo et la Franco observent l’entrée en scène du concurrent, lequel ouvre ses bureaux à Alexandrie, au Caire et à Paris le 25 juin 1881.

  • 62 Ibid., Deux listes de bénéficiaires.
  • 63 BPPB, Dossier 172/1 et CNEP, Dossier 335/87, Tableaux des participants.
  • 64 BPPB, Dossier 172/1, Note du 10.10.1881.
  • 65 AN, 115 AQ24, Archives Heine, Lettre du 22.10.1881 ; BPPB, Dossier 172/1, Note du 10.10.1881 ; Ibi (...)

67Le placement des actions ne rencontre pas le succès escompté, malgré l’incontournable « arrosage » de la presse62. Le syndicat formé en juin et présidé par le Comptoir63 ne vend que 26 270 actions sur les 84 000 qu’il tient. Cependant il les cède avec une prime de 83 F par action64 et enregistre un bénéfice net de 61,68 F par action65, soit 1 682 014 F pour le lot.

  • 66 BPPB, Dossier 173/6, Circulaire du 25.10.1881.
  • 67 CNEP, Dossier 335/87, Conditions du second syndicat, 22.10.1881.

68La BGE elle-même se charge de réunir un second syndicat pour la réalisation à 560 F66 des 57 730 actions non vendues67. Aucune vente n’ayant été effectuée, les titres sont répartis entre les participants. L’encombrement du marché parisien explique l’insuccès du premier syndicat ; la crise politique – à la veille de se muer en conflit militaire entre l’Égypte et l’Angleterre – constitue une raison suffisante pour celui du second.

  • 68 Chiffre de Paribas. BPPB, Dossier 172/1, Tableau des participants ; CNEP, Dossier 335/87, Sautter (...)

69Si chacune des banques, y compris ses sous-participants, possède 3 500 actions68, le total serait de 14 000. Les ventes du premier syndicat étant de 26 270, le nombre d’actions acquises en France se rapproche de 40 270, soit le tiers des 120 000.

Tableau 22 : Versement effectif des souscripteurs français (BGE)
(En francs)

Tableau 22 : Versement effectif des souscripteurs français (BGE)(En francs)

70L’un des faits marquants de l’économie de l’Égypte – jusqu’en 1951 – est l’absence d’une banque centrale. Un Institut d’émission, régulateur du taux de loyer de l’argent, trésorier de l’État, « banquier des banquiers », ne saurait s’insérer dans un tissu économique caractérisé par le défaut d’une véritable monnaie égyptienne, l’action exclusive des banques étrangères, le rôle décisif des marchés financiers européens en ce qui a trait aux taux d’intérêt, l’influence prépondérante de la Caisse de la dette sur le Trésor, etc.

  • 69 C’est par des vers de Racine qu’un administrateur du Comptoir annonce au siège; son triomphe contr (...)

71Saint-Graal du nationalisme égyptien, la banque centrale est aussi le rêve des intérêts européens qui comptent s’ériger en intermédiaires de l’État dans les fructueuses transactions sur la dette69 et les biens publics donnés en gage pour la garantir. Européens et Égyptiens prennent tour à tour l’initiative en vue de mettre sur pied l’institution tant souhaitée.

  • 70 R. ‘A. Ḥāmid, Al-Milkiyyāt... (Les Granités Propriétés agricoles égyptiennes et leur rôle dans la (...)

72Abandonnée en 1876, l’idée refait surface en avril 1879, lors du sursaut nationaliste contre l’imposition de ministres britannique et français au gouvernement d’Égypte. Au capital impressionnant de 14 000 000 Lég (362 880 000 F), elle devait contribuer à rendre l’Égypte indépendante des intérêts étrangers, rapatrier la dette en la rachetant graduellement, prêter aux cultivateurs afin de les affranchir de l’emprise des usuriers et constituer des sociétés70. Le rétablissement du contrôle anglo-français à partir de l’été 1879 tue dans l’œuf ce projet.

  • 71 Ḥāmid, op. cit., pp. 170-171 ; CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 21.3.1882.

73Immanquablement la poussée nationaliste de 1881-1882 charrie une proposition de Banque nationale. Les auteurs, les Syriens d’Alexandrie Jibrān Makhla’, ‘Aida et Zughayb, se disent disposés à participer pour moitié dans le capital initial de 2 400 000 £ (60 000 000 F), l’autre moitié étant réservée exclusivement à des Égyptiens. L’établissement serait dirigé par des Égyptiens. Perturbés à la fois par l’intervention étrangère et les débuts d’une jacquerie au caractère à la fois national et social, grands propriétaires et notables s’abstiennent71.

74Parallèlement un autre projet s’élabore parmi les résidents étrangers, celui de la BGE. Il procède de considérations strictement financières. L’Égypte ayant enfin réalisé un excédent budgétaire en 1881, le temps semble venu d’unifier la dette. On supprimerait ainsi les Administrations des Domaines, de la Dā’ira et des Chemins de fer. Une banque nationale acquerrait les gages et les mettrait en vente, tout en faisant œuvre de banque d’État.

  • 72 BPPB, Dossier 173/6, R. Suarès à Joubert, 4.12.1881.

« Nous demandons pour enlever l’affaire fort peu de choses au gouvernement égyptien : le service de trésorerie et le compte courant nous suffisent pour le moment, le reste viendra le lendemain de notre création »72.

  • 73 AE, CC Le Caire 32, Joseph Sienkiewicz, agent diplomatique, à Léon Gambetta, ministre AE, 19.12.18 (...)

75Ce vaste programme, estime l’agent diplomatique, « ne serait pas moins qu’un grand événement politique »73.

  • 74 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 11.1.1882.
  • 75 BPPB, Dossier 173/6, Suares à Joubert, 3.1.1882.
  • 76 Ibid., 19.12.1881.

76Craignant l’opposition de certains de ses collègues, le président du Conseil Sharīf pacha conseille de laisser de côté les conversions des dettes pour le moment, et de se limiter au service de la trésorerie. L’Ottomane s’en occupe depuis deux ans ; elle a un contrat de quatre ans74. Le compte courant est créditeur et Suarès croit pouvoir le lui arracher75. Cependant d’autres concurrents se remuent, notamment l’Anglo et la Franco76.

  • 77 Ibid., 27.12.1881.

« Cette affaire, courue sans succès depuis des années par tout ce qu’il y a de banque en Égypte soulève de grandes jalousies et je n’ai pas de trop de toute mon énergie, activité et influence sur les ministres pour combattre les opposants »77.

77Suarès propose à ses correspondants de Paris la transformation de la BGE en Banque nationale et l’augmentation de son capital à 100 000 000 de F, libéré de moitié.

  • 78 Ibid., 4.12.1881.

« Lorsqu’on a la bonne fortune d’obtenir le privilège d’une banque d’État dans un pays où le budget des recettes dépasse de 10 % celui des dépenses, je crois, dis-je, qu’il faut en profiter... Nous avons un ministère ami en ce moment. Profitons-en pour nous faire la première et la meilleure place et pour toujours... Ne croyez surtout pas que la Banque nationale ne vous donnera pas d’aussi beaux résultats que la Banque générale. Ce ne sera pas aussi immédiat, mais ce sera plus sûr, plus durable et plus aisé. Pensez que nous sommes destinés à absorber les domaines de la Daira Sanieh et le chemin de fer, et cela plus vite que vous ne le supposez, sans compter les services de la Rousnamé, Beit el mal et les mille autres institutions qui coûtent si cher à l’État et que nous pouvons prendre à forfait »78.

78Les banques parisiennes font un accueil bienveillant à ces propositions : les finances publiques exercent toujours un attrait certain. Ainsi une banque commerciale est à peine fondée qu’elle envisage de délaisser son champ d’action.

79Aux termes des statuts, les actions nouvelles sont réservées moitié aux actionnaires, moitié aux porteurs de parts de fondateur. N’ayant plus qu’une participation minime dans le second syndicat,

  • 79 Ibid., Sautter à Suares, 16.12.1881.

« les quatre établissements de Paris ont dû faire remarquer qu’ils se trouvaient, pour ainsi dire, désintéressés dans la question, et que, du moment qu’on leur demandait leur coopération, il était concevable de leur assurer une participation de quelque importance »79.

  • 80 Ibid., Suares à Joubert, 4.12.1881.

80C’est pourquoi ils ont une « préférence extrêmement marquée », pour la constitution d’une Banque nationale distincte. Or les actionnaires d’Égypte écartent « énergiquement » l’idée d’une création nouvelle80.

  • 81 Ibid., Sautter à Suares, 16.12.1881 ; Notes de Sautter, 16.12.1881 ; Joubert à Suares, 19 et 23.12 (...)
  • 82 Ibid., Suarès à Joubert, 27.12.1881, et Suarès à Sautter, sans date.

81À Paris, on n’exclut pas la possibilité d’une transformation car le marché serait défavorable à une nouvelle valeur égyptienne81. L’entente s’établit lorsque les actionnaires acceptent une société distincte à condition de pouvoir échanger leurs titres BGE contre un nombre équivalent de ceux de la Banque nationale82.

  • 83 Ibid. ; CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 11.1.1882.

82Le projet de concession prévoit l’ouverture par le gouvernement d’un compte courant jusqu’à concurrence de 1 000 000 Lég (25 920 000 F). La Banque recevrait les versements de l’Administration publique sur lesquels elle percevrait une commission de ¼ %. Le gouvernement lui garantirait un versement minimum de 3 200 000 Lég (82 944 000 F). Les comptes créditeurs bénéficieraient d’un intérêt de 3 % ; les comptes débiteurs paieraient 5 %. Il n’y aurait pas d’émission de billets de banque83.

  • 84 BPPB, Dossier 173/6, Dépêche de Suarès à Sautter (?), 29.12.1881.
  • 85 Ibid., Suarès à Joubert, 4.12.1881.
  • 86 Ibid., Dépêche du 31.12.1881. L’Ottomane refuse d’entrer dans l’affaire.

83La vitesse est de mise car des contre-projets se préparent84. Suarès sait que des noms anglais calmeraient le contrôleur anglais qui pourrait devenir hostile « à force d’être chauffé par l’Anglo, qui comme la Banque Ottomane convoite cette affaire depuis cinq ans »85. Il suggère le partage suivant des actions86 :

84Actionnaires de la Banque générale........................ 60 000

85Groupe Suarès........................................... 37 500

86Groupe de Paris.......................................... 37 500

87Maisons anglaises......................................... 25 000

88Banque Ottomane......................................... 20 000

89Égyptiens et Turcs (imposés par le gouvernement)........... 20 000

  • 87 Id. Le Lyonnais se joint aux quatre banques originelles.
  • 88 CL, DAE 1051/1, Kleinmann a Mazerat, 18.1.1882 ; lettre à al-Ṭā’if in PP (1882) LXXXII.

90Le groupe de Paris tient à ce que les maisons anglaises et le groupe d’Égypte ensemble n’aient pas plus d’actions que lui87. Vaines tractations. Le gouvernement ajourne le projet de concession. « On verrait d’un très mauvais œil surgir une nouvelle administration ayant comme fonctionnaires supérieurs des Européens »88. Le krach de la Bourse de Paris en janvier et le renversement de Sharīf en février mettent fin à cet épisode.

  • 89 Le Rentier, 27.8.1882.
  • 90 Ministre des Finances d’Égypte (1878-1879), administrateur Suez (1876-1896).
  • 91 PRO, 30/29/296, Granville Papers, Sinadino à Granville, 30.3.1883.
  • 92 Ibid., Mémorandums de Colvin, 4 et 7.4.1883.

91Au lendemain de l’occupation de l’Égypte, des bruits émanant de Londres laissent croire que l’Ottomane deviendrait banque d’État89. Les dirigeants de la BGE proposent d’installer le siège de la Banque nationale à Londres. Ils offrent à Rivers Wilson90 ou au contrôleur Colvin le poste d’administrateur-délégué au traitement alléchant de 4 000 £ (100 000 F) par an91. Ce dernier récuse l’idée d’une banque d’État ; il préfère traiter avec les Rothschild92.

  • 93 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 14.3.1882. Kleinmann a une piètre opinion de la direction.

92L’occasion manquée d’entrer dans une Banque nationale ne peut que susciter des regrets chez les actionnaires de la BGE, et l’histoire ultérieure de cette dernière ne les console que médiocrement. L’occupation de l’Égypte, le désordre dans l’économie et le choléra président aux débuts douteux de ses opérations. Toujours besogneuse, elle doit au Lyonnais une somme « assez ronde »93. En outre, son conseil se trouve impliqué en juin 1884 dans la déconfiture de la maison Sinadino, Ralli et cie. Les trois frères Sinadino et G. A. Ralli, associés de la société, démissionnent de la BGE.

  • 94 BPPB, Dossier 173/6, Sautter à Rodocanachi, 2.2.1885 ; la Revue économique et financière, 11.4.188 (...)

93Lors du règlement des comptes, il est découvert que les Sinadino, administrateurs-délégués, avaient fait des avances mal garanties ou gagées sur des titres qui n’avaient jamais existé. La mise en liquidation de Sinadino, Ralli et cie révèle qu’elle est débitrice vis-à-vis de la BGE de 7 à 8 millions de F pour avances sur titres, dont la majeure partie se compose d’actions de la BGE. Aussi alarmant est le fait que la maison de commerce constitue le principal client de la banque. En exécutant ce débiteur défaillant, celle-ci se trouve en possession de 38 700 de ses propres actions. La perte subie sur ses actions vient augmenter la perte sur ses créances. Sur les 15 millions de F versés du capital, le tiers est perdu94.

  • 95 Ibid., Sautter à Suarès, 20.1.1885 ; Note de Sautter, 10.2.1885.
  • 96 Ibid., Suarès à Lheureux, 22.1.1885 ; Suarès à Rodocanachi, 6.2.1885.

94Administrateurs en Égypte et banques parisiennes s’accordent pour écarter une liquidation. On compte sur le nouvel emprunt Garanti et le paiement des indemnités de 1882 pour stimuler la reprise des affaires. D’autre part, le mauvais effet d’une liquidation pourrait éclabousser le CFE. Tous les projets ébauchés pour reconstituer le capital conduisent à un appel de fonds sur les actions non libérées et au rachat par un syndicat des actions détenues par la banque. Il faut, pense-t-on à Paris, que le groupe de promoteurs d’Égypte « qui est un peu coupable, donne un vigoureux coup de collier et fasse plus que sa part. S’il entend rester dans son prorata, toute l’affaire s’en ira à vau l’eau »95. Ceux-ci acceptent le versement, mais se déclarent trop gênés pour participer à de nouveaux achats96.

  • 97 Ibid., Note de Rodocanachi, 23.1.1885. Les administrateurs sont les plus gros actionnaires. Aussi (...)

95Depuis le retrait des 38 700 actions, les actionnaires parisiens sembleraient être devenus majoritaires. Au 23 janvier 1885, 27 075 actions sont en Égypte, 28 060 à Paris (tableau 23)97.

  • 98 Ibid., Sautter à Suarès, 10.2.1885.
  • 99 Ibid., Sautter à Suarès, 2.3.1885 ; Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 21.2.1885.

96De la discussion au conseil de Paribas le 10 février émergent les grandes lignes d’un programme : appel de fonds, rachat et annulation d’actions, conversion du solde, démission et reconstitution du conseil98. Suarès trouvant le sacrifice trop lourd, la réorganisation est différée jusqu’à l’automne afin de clore les divers comptes et débrouiller l’écheveau de la liquidation Sinadino99.

97La perte subie par la banque est réellement de 50 %. L’heure est à une prise en main par les commanditaires parisiens, lesquels s’entendent le 28 juillet : l’appel de fonds immédiat est de 87,50 F, 40 000 actions seraient annulées et les autres 80 000 converties en 48 000 actions nouvelles de manière à réduire le capital social de 60 à 24 millions de F, libéré de moitié. Les administrateurs d’Alexandrie sont invités à adhérer sans maugréer aux combinaisons arrêtées à Paris. Non seulement la BGE, aux termes du programme, ne leur remboursera pas avant un an les 1 375 000 F qu’ils lui ont avancés, mais elle ne pourra le faire que sur les rentrées de la liquidation Sinadino. Or celles-ci ne sont pas satisfaisantes et les débiteurs donneraient des preuves de mauvaise foi.

Tableau 23 : Actionnaires connus de la BGE

Tableau 23 : Actionnaires connus de la BGE
  • 100 BPPB, Dossier 173/6, Suares à Sautter, 18.1.1885.

98La banque n’ayant pas de direction véritable depuis les démissions de 1884, il est question de la confier à Rodocanachi. Un directeur venant de Paris, sans attache avec le pays, serait à même de liquider le passé et de poursuivre les débiteurs récalcitrants. Cependant Rodocanachi était l’associé à Paris de Sinadino, Ralli et cie avant la création de la Générale. Par ailleurs, tous les débiteurs sont grecs et Rodocanachi l’est aussi. Suarès ne le croit pas capable de se soustraire aux influences du milieu et de faire rentrer les créances. « C’est un sabreur qu’il nous faut »100.

  • 101 BPPB, P.-v. du conseil, 4.8.1885.
  • 102 BPPB, Dossier 173/6, Aide à Suares, 4.8.1885 ; Sautter à Suares, 11.8.1885.
  • 103 Ibid., Suares à Sautter, 9.8.1885.
  • 104 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 17.8.1885.

99Léon Aidé, que les Parisiens entendent faire nommer administrateur-délégué en Égypte, et Rodocanachi, l’administrateur-délégué à l’agence de Paris, sont chargés de se rendre à Alexandrie pour assurer l’exécution du programme du 28 juillet101. Aidé est en butte dès son arrivée à l’obstruction du « parti hellénique »102. Les administrateurs en Égypte ne sont « pas très chauds pour la combinaison adoptée » à Paris103. Rodocanachi trouve l’opposition la plus vive chez les « administrateurs israëlites qui sont du clan même de Raphaël Suarès ». Leurs collègues grecs n’auraient résisté au programme que par déférence pour eux104.

100Les chefs de désaccord sont nombreux. Les administrateurs acceptent l’appel de fonds mais préfèrent laisser la décision à l’AG. Ils approuvent l’annulation et la conversion mais désirent qu’un article soit inséré aux statuts stipulant que si le quart du capital était perdu, la liquidation s’ensuivrait.

  • 105 Id.
  • 106 Id., et les 19, 20, 24.8.1885.

101Ils veulent supprimer l’agence de Paris afin que Rodocanachi soit l’administrateur-délégué à Alexandrie avec l’adjonction d’un comité de direction, qui serait en réalité à la tête de la banque. On enverrait chaque semaine aux établissements parisiens copie des écritures105. Rodocanachi conclut à leur volonté de s’affranchir de la tutelle des établissements parisiens106.

  • 107 Ibid., Sautter à Rodocanachi, 19.8.1885.
  • 108 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 20.8.1885.
  • 109 Ibid., Sautter à Suares, 12.11.1885.

102Ces derniers mettent la nomination d’Aidé et l’appel de fonds comme conditions de leur concours. Si le conseil fait opposition, ils laisseraient aller la liquidation107. Ce serait regrettable, étant donné qu’une continuation ferait effacer ses créances à la Banque plus avantageusement que si elle se mettait en liquidation. Les administrateurs concèdent la nomination d’Aidé mais exigent la suppression de l’agence de Paris108. L’AG du 31 octobre adopte le programme de juillet. Quant au rachat des actions de la liquidation Sinadino, il paraît avoir été effectué par Suarès109.

  • 110 BPPB, Dossier 172/2, Note de Suares, sans date.

103Aux pertes de 1884-1885 s’ajoutent les rancœurs de la réorganisation, qui ne s’éteignent pas de sitôt. L’AG du 31 octobre modifie les statuts pour rendre obligatoire le maintien d’une agence à Paris, à Londres ou dans les deux villes. Ayant créé à Paris un comité permanent de surveillance de la direction d’Alexandrie, elle fait autant à l’égard de Rodocanachi. Or ce dernier parvient à constituer lui-même le comité. Dès sa première séance, il envoie au siège des observations sur les opérations à Alexandrie. Le conseil répond qu’il n’a pas d’ordres à recevoir du comité de Paris et craint que les banques parisiennes servent sans s’en douter la cause personnelle de Rodocanachi110.

104Le mémoire du comité évoque l’existence de comptes qui n’étaient pas nantis (« crédits en blanc »). Laissant entendre qu’on revenait aux complaisances des Sinadino, il demande la suppression des crédits à découvert. À Alexandrie, on prend ombrage de la censure et des insinuations et l’on proclame son refus d’aliéner sa liberté ou d’accepter un contrôle. Le conseil se félicite de la prudence de sa gestion et de l’effort consenti pour reprendre ses affaires perdues depuis 1884.

  • 111 Ibid., CM. Salvago, administrateur, à T.N. Anslyn, membre du comité, 13.4.1886.

« Les dernières observations de Paris ont tout bouleversé, le peu de clients que la Banque possédait nous quittent et ceux à qui on venait de faire des ouvertures, pour le devenir, ayant eu vent de la nature de vos remarques, nous ont tout de suite tourné le dos »111.

  • 112 Id. ; IbId., Suarès à Sautter, 26.4.1886. Les heurts entre les envoyés de Paris et le conseil pren (...)

105La Banque peut-elle repousser des comptes courants aussi convoités que ceux de la Raffinerie d’Égypte alors que règne une extrême pénurie d’affaires et une concurrence poussée à outrance112 ?

  • 113 Id.

« Si la banque doit refuser de pareils éléments, avec qui voulez-vous qu’elle travaille ? Elle n’est pas seule dans le pays. Le Lyonnais et l’Anglo sont tombés sur notre clientèle comme des vautours au moment de nos désastres et nous faisons des efforts inouïs pour la reprendre cette clientèle depuis que nous sommes debout »113.

106La direction doit avoir un « code large », selon Suarès.

  • 114 BPPB, Dossier 172/3, Suarès à Sautter, 28.5.1886 ; Ibid., Sautter à Suarès, 28.5.1886.
  • 115 BPPB, Dossier 172/2, Analyse des comptes au 31.5.1887.
  • 116 R. et J. Suarès, Beyerlé, Oppenheim, Rodocanachi et Huard.
  • 117 Ibid., Convention du 26.9.1887.
  • 118 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 18.10.1887.

107Il est temps, ajoute-t-il, de mettre fin à une situation où l’on paie 50 000 F par an à Rodocanachi114. L’AG du 30 octobre 1886 ayant supprimé l’agence de Paris, le différend reste en l’état jusqu’à l’automne 1887 et le constat des décevants résultats de l’exercice échu115. La liquidation immédiate est évoquée. Le 26 septembre, au cours d’une réunion tenue entre certains des intéressés se trouvant à Paris116, il est convenu de reporter la liquidation au 15 mai 1888 et de réduire le capital à 15 000 000 F. Joseph Suarès est chargé de faire accepter la convention à Alexandrie117. Rodocanachi entend s’y rendre lui-même, car il déclare que lorsqu’il était allé faire accepter le programme de 1885, les plus forts opposants étaient les frères de Suarès118.

  • 119 Ibid., Suarès à Sautter, 16 et 17.10.1887.

108Les administrateurs ne font obstacle ni à la convention ni à une représentation parisienne dans le comité de liquidation. Ils admettent n’importe qui, sauf Rodocanachi119. Le comité est composé des administrateurs Lumbroso, Rolo, Salvago, J. Suarès et Zervudachi. Dans ces conditions, le conseil accepte de proposer la liquidation à l’AG de mai 1888.

  • 120 BPPB, Dossier 172/3, Circulaire du 27.5.1886.
  • 121 Id.

109Pour calculer la part du marché français dans le capital, on retiendra que le nombre originel d’actions écoulées en France était de 40 270, sur lesquels il a été versé, en 1881-1882, 8 054 160 F. En 1885, 87,50 F sont appelés sur chacune d’elles. 1 200 ne répondant pas, elles sont exécutées à la Bourse de Paris120. Il en resterait donc 39 070. 48 000 actions nouvelles sont réparties aux 80 000 actions anciennes. La part française – en admettant ce que rien n’infirme, à savoir que ces titres restent en France – serait alors de 23 442, en proportion des 39 070. Il faudrait ajouter 1 590 achetées pour le syndicat de juillet 1885 à 192,35 F121, soit un total de 25 032 actions en 1885.

110L’AG du 29 octobre 1887 décide le rachat à 225 F de 18 000 des 48 000 actions nouvelles. La proportion française serait donc de 9 387. Cinq répartitions de Factif après liquidation donnent aux 15 645 actions restantes 245 F chacune.

Tableau 24 : Part du marché français dans la BGE
(En francs)

Tableau 24 : Part du marché français dans la BGE(En francs)

111S’il n’y avait que les animosités personnelles, l’histoire de la BGE relèverait du genre anecdotique. Les dissensions qui caractérisent ses dernières années s’accusent sur fond de difficultés économiques en Égypte et en Europe. Les mésententes sont avivées, par les maigres résultats des activités bancaires. La Générale, dont la fondation suscite de brillants espoirs, connaît une suite de reculades. La faillite Sinadino, se conjuguant au ralentissement de l’économie, lui assène un coup dont elle ne se relève pas.

112Outre le capital, la principale ressource est constituée des crédits ouverts par d’autres établissements. La Banque fait largement appel à ses correspondants à l’étranger, jusqu’au moment où le désastre Sinadino tarit cette source (tableau 25).

113La structure des postes principaux de l’actif (tableau 26) indique une intégration au courant commercial plus grande que celle de la Franco. Les avances sur marchandises et le crédit commercial occupent une grande place, sans pour cela atteindre le total des avances sur titres. A ces avances, la BGE consacre le tiers des emplois. Le portefeuille-titres ne renferme que des fonds d’État égyptiens. Sans doute en raison de la modestie des avances sur marchandises, la banque ne les distingue plus des avances sur titres après 1885. Elle dévie en même temps vers les prêts hypothécaires.

  • 122 Passif des bilans. Le bilan de 1886-1887 n’a pas été conservé.

Tableau 25 BGE : comptes courants créditeurs122
(En francs)

Tableau 25 BGE : comptes courants créditeurs122(En francs)
  • 123 Rapports du c.a. aux AG de 1882, 1883 et 1884.

114Les comptes courants débiteurs, quoique ouverts au commerce, n’excluent pas l’Administration. Le compte le plus important, autorisé jusqu’à 6 480 000 F, puis 7 776 000 F, est celui des Domaines. Cette administration serait prépondérante dans les comptes courants, la Dā’ira dans les avances sur marchandises. La Banque fait des avances sur sucres à la Dā’ira et achète d’elle des sucres pour tiers. Avant la création de la BGE, la banque Delort et Suarès achetait tous les ans la récolte des sucres de la Dā’ira pour compte des raffineries de Marseille et de Gênes. Ces opérations sont cédées à la BGE. Au cours de ses trois premières années, elle est adjudicataire de presque toute la récolte de sucre de la Dā’ira et de près de la totalité des produits des Domaines123.

115Dans les recettes annuelles, la baisse des courtages et commissions reflète celle du crédit commercial (tableau 27). Le poste principal est ailleurs. Les opérations de change constituent une source d’opérations fructueuses pour les banques. Le transfert des fonds de la Caisse en Europe s’effectue par achat de change télégraphique sur Londres, contre versement en Égypte de l’équivalent à la banque qui a acheté les livres sterling. On y trouvera l’explication des bénéfices sur change enregistrés par la BGE. C’est, en définitive, la raison principale de sa rentabilité des premières années.

  • 124 Il s’agit du capital versé de 15, puis de 12 millions de F, car les réserves sont négligeables.

116Eu égard aux fonds propres124, la modicité des recettes est frappante (tableau 28). La BGE en pâtit moins qu’on s’y attendrait car les frais sont relativement légers et les bénéfices nets constituent une proportion importante des revenus bruts. Le volume des affaires ne justifie pas le montant du capital, même après sa réduction en 1885.

117La BGE ne répond pas aux attentes. Aussitôt lancée, elle subit l’attrait des finances publiques, avant de faire naufrage pendant la traversée des années 1880. Créées pour des raisons différentes, la Franco et la BGE aboutissent à une impasse similaire et à une déconvenue. La première ne réussit pas sa transition du rôle de banquier de l’Etat à celui de créancier du commerce. La seconde est conçue comme banque commerciale, et essaie de le devenir véritablement après l’épisode de la Banque nationale. Ni l’une ni l’autre n’y parvient et les deux doivent se rabattre sur l’Administration.

  • 125 Actif des bilans.

Tableau 26 : Activité de la BGE125
(En francs)

Tableau 26 : Activité de la BGE125(En francs)

Tableau 27 Comptes d’exploitation de la BGE
(En francs)

Tableau 27 Comptes d’exploitation de la BGE(En francs)

118Au moment de sa disparition en 1888, la BGE est la seule banque de l’époque administrée par un conseil siégeant en Égypte. Manifestes, ses rapports avec les marchés et établissements européens sont aussi contradictoires. Si la place de Paris s’avère indispensable pour la création de la société et l’ouverture de comptes courants, son rôle devient problématique lors d’une crise. Les établissements parisiens se trouvent alors partagés entre la volonté de soutenir et l’impératif de comprimer les pertes. Devant les aléas du redressement, c’est le réflexe de prudence qui domine à Paris. A Alexandrie, les administrateurs souffrent mal la nécessité de s’adresser à leurs tuteurs et s’accommodent difficilement des directives leur enjoignant de changer de directeurs ou de conduite.

Tableau 28 Performance de la BGE

Tableau 28 Performance de la BGE

119L’influence des banques parisiennes ne s’exerce pas au moyen du nombre d’actions qu’elles détiennent. Il n’y a pas d’administrateurs désignés par elles. Pour être informel, le pouvoir des établissements n’en est pas moins réel, surtout en temps d’incertitude. Intermédiaires obligés entre le marché de Paris et la BGE, elles ont les moyens de se faire écouter. Par contre, elles n’interviennent pas dans les affaires courantes et les choix d’activités de la Banque. Dès lors qu’il n’y a pas appel de fonds, cette dernière jouit de son autonomie. Ce genre de liaison, tangible mais lâche, tend à se généraliser au xxe siècle entre commanditaires français et sociétés égyptiennes. Au xixe, la BGE est, sous ce rapport, originale.

Conclusion.

120L’échec de la BGE, après celui des sociétés de travaux publics, met fin à la tentative d’implanter un ensemble de sociétés extra-muros, soutenues par les mêmes promoteurs à Paris et en Égypte. Il faut attendre le tournant du siècle pour assister à la reprise de ce phénomène. Les années 1879-1881 ressemblent à un faux départ de la troisième étape de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne. Seul le CFE ne chavire pas dans le reflux des années 1880. Il est appelé à devenir la plus importante société extra-muros en Égypte.

121Les banques françaises prêtent leur concours à un mouvement qui s’esquisse en Égypte. Restées à l’écart au moment où le Foncier de France jouait les prime donne, elles se lient aux nouveaux opérateurs qui occupent le devant de la scène économique égyptienne et qui sont en voie de passer du statut d’associés de commandites familiales à celui d’administrateurs de sociétés de capitaux. Des étrangers et protégés domiciliés en Égypte émanent les propositions et initiatives, lesquelles toutefois resteraient lettre morte sans le soutien des établissements français, chaperons sur la place de Paris.

  • 126 BPPB, Dossier 173/6, Suarès à Joubert, 30.1.1882.

122Étroit, le marché égyptien n’est pas en mesure de mobiliser d’importantes ressources. Il lui fait défaut des institutions financières dont la mission serait d’opérer la collecte et la redistribution des fonds dans le pays. Lors de la débâcle de la Bourse de Paris en janvier 1882, Suarès dit son inquiétude : « Nous sentons que Paris, c’est l’avenir pour nous et on n’aime pas se voir une pareille porte fermée »126.

123Les banques parisiennes ne songent ni à la formation de groupes internationaux – à savoir des ensembles cohérents avec centre directeur et stratégie commune – ni à de simples transactions à court terme. Elles inscrivent leur participation à mi-chemin entre l’engagement formel et l’opération ponctuelle. Leur réputation dépend en partie de celle des sociétés qu’elles introduisent sur le marché. Que ces dernières subissent des revers et les banques ne manquent pas d’intervenir. L’action est improvisée et les mesures destinées à assainir une situation ou à sauver la mise, non à administrer la société. Les banques ne sortent qu’avec réticence de leur rôle de lointains garants. On voit leur embarras de se retrouver actionnaires par suite de l’échec d’une émission : leur premier souci est de sauvegarder les fonds placés par leurs soins. En présence d’une situation compromise, leur préférence va à la liquidation et au retrait plutôt qu’à une prise en main de la direction.

Notes

1 Fils naturel d’Achille Fould, ministre des Finances du Second Empire. Président de la Banque d’escompte de Paris, député bonapartiste de la Vienne et tenant du libéralisme économique. Sous-gouverneur du Foncier en 1860, il en est écarté en août 1878. Il crée la Banque hypothécaire en 1879. AN, F™ 359 et PP, Département de la Seine, Ba 1272.

2 Chiffre soumis à TAG du 30.11.1876. Le capital du Foncier n’est que de 90 millions de F.

3 Bouvier, art. cité, et Le Crédit lyonnais : les années de formation d’une banque de dépôts, SEVPEN, Paris, 1961, t. II, pp. 657-682.

4 Les p.-v. du conseil du Foncier et les rapports du conseil aux AG ne sont pas aussi laconiques qu’on pourrait le supposer, surtout après la nomination le 12 février 1878 par le ministre des Finances Léon Say d’un adversaire politique de l’ancienne direction au poste de gouverneur. Le républicain centriste Albert Christophle n’est pas mêlé aux « errements » du passé. Cf. J.-P. Allinne, « Le Crédit foncier de France : 1852-1920. De l’affaire à l’institution », thèse, Paris II, pp. 233-270, et M. Lescure, Les Banques, l’Etat et le marché immobilier en France à l’époque contemporaine, 1820-1940, EHESS, Paris, 1982, pp. 232-236.

5 Armand Brazon, La Commission d’enquête et M. Le baron de Soubeyran. Précis d’histoire sur les affaires égyptiennes et le Crédit agricole, Ethiou Pérou, Paris, 1888, pp. 52-55. Ancien chef de division du Foncier, Brazon défend de Soubeyran et signale les responsabilités des milieux politiques.

6 Son agence d’Alexandrie a été fermée en 1873, mais il a en Thorny Lory un mandataire en Égypte.

7 CNEP, Dossier 277. Au 15.7.1876.

8 CNEP, Dossier 279, Rostand à E. Denfert, secrétaire général, 5.7.1876. Rostand sera le futur « Testis » dans la controverse avec « Lysis » (E. Letourneur) sur les banques françaises. Il est administrateur du CIC (1859) et de la Société marseillaise depuis sa fondation en 1865. Le plus gros actionnaire de la SM, le raffineur C. Rostand, fait faillite en juin 1865. Jules Rostand est administrateur-délégué de la banque phocéenne en 1865 et administrateur en 1870. Eugène Rostand est nommé au conseil en 1900.

9 Id.

10 Ibid., Rostand à Girod, directeur, 8.7.1876.

11 Ibid., Rostand à Denfert, 17.7.1876. Denfert a sans doute fait valoir l’attitude bienveillante du gouvernement et l’appui énergique des diplomates en Égypte.

12 Id.

13 CNEP, Dossier 277 et 278. Contrats des 7.5 et 14.7.1876, des 15 et 20.10.1877, et du 9.11.1878 entre les représentants de gouvernement égyptien et du Comptoir. Cf. aussi Règlement de la situation financière du gouvernement égyptien, 1876-1885, Imprimerie nationale, Le Caire, 1897, t. 1er, pp. 282-298 pour un précis des transactions entre le gouvernement, le « grand syndicat » et l’Anglo-Egyptian Bank de décembre 1875 à janvier 1878.

14 Rapport de la commission d’enquête de 1878 in Règlement, op. cit., t. 1er, p. 384.

15 CNEP, Dossier 277, Tableau des participations. Cf. AE, AP Le Caire 215 peur la correspondance (1880-1881) entre les contrôleurs anglais et français du gouvernement khédivial et le « grand syndicat ».

16 Le nouveau consul de France, estime le directeur de l’agence d’Alexandrie, « paraît être spécialement chargé de soutenir les intérêts du Syndicat et je ne compte pas beaucoup sur son concours pour appuyer les nôtres ». CL, 62AH 148, Kleinmann à Mazerat, 23.9.1876.

17 A Marseille, la SG, la SM et le Lyonnais procèdent de leur propre chef à la conversion. CNEP, Dossier 279, Rostand à Girod, 8.7.1876.

18 Plus intéressée à la dette « consolidée » qu’à la dette « flottante ».

19 Ils sont pourtant des clients assidus et membres du comité d’escompte de l’agence de Marseille du Comptoir. Zafiropoulo, il est vrai, est « également dans le comité de la Société marseillaise qui est notre principal concurrent et qui fait souvent des syndicats ». CNEP, Dossier 277, Rostand à Girod, 18.7.1877. Aussi Rostand à Denfert, 21.7.1877, et Rostand à Girod, 10 et 29.10.1877.

20 CNEP, Dossier 279, Denfert à Lory, 27.10.1876. Le ministre des AE, le duc Decazes, a pourtant mis les ressources diplomatiques de la France au service du Foncier depuis 1875.

21 Brazon, op. cit., pp. 58-59 ; Allinne, op. cit., p. 242.

22 Les administrateurs J. Pastré et Giovanni Sinadino signent pour l’Anglo. L’Agricole est représenté par son administrateur et mandataire Péridon.

23 Cf. chapitre IV.

24 Cf. deuxième partie.

25 Fondée en octobre-novembre 1878.

26 Bouvier, op. cit., p. 671, rend compte de cette « action en franc-tireur ».

27 Groupes de Paribas et du Comptoir dans BPPB, Dossier 172/1 et CNEP, Dossier 339/231.

28 BPPB, Dossier 173/10, R. Suarès à Sautter, 7.3.1882 ; cf. infra.

29 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 21.3.1882.

30 BPPB, Dossier 173/10, Suarès à Sautter, 23.3.1882.

31 BPPB, P.-v. du conseil, 21.3, 28.3, et 4.4.1882.

32 Déclaration d’Octave Homberg, directeur. SG, P.-v. du conseil, 9.5.1882.

33 BPPB, Dossier 173/10, Frédérici à Pyrame Naville, administrateur de l’Ottomane, 29.10.1882.

34 CNEP, Dossier 339/231, Comptoir à Huard, 27.12.1883.

35 BPPB, Dossier 173/10, Note de Sautter, 12.4.1881.

36 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 160.

37 P.-v. de l’AG extraordinaire du 8.10.1884.

38 AE, CC Alexandrie 47, Lucien Monge, consul à Alexandrie, à Eugène Duclerc, ministre AE, 10.11.1882.

39 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 8.10.1884.

40 Barois, directeur de la SEETP, démissionne le 21 janvier 1884 lorsqu’il est nommé secrétaire général au ministère des Travaux publics. On le retrouvera aux conseils des sociétés sucrières. Cf. chapitre X.

41 BPPB, P.-v. du conseil, 27.11.1881.

42 Lucovich, op. cit. ; Landes, op. cit., pp. 261-168.

43 J. Barois, L’Irrigation en Égypte, Ministère de l’Agriculture, Imprimerie nationale, Paris, 1887, p. 68.

44 Ibid., p. 69.

45 Gelat, op. cit., III, pp. 113-115.

46 BPPB, Dossier 172/2.

47 Article 7 de l’acte de société.

48 Membres : R. Suarès, président ; Barois, Beyerlé, Frédérici, de Rossetti, J. Oppenheim, Edward Dicey, A. Sinadino, F. Suarès. P.-v. des réunions dans BPPB, Dossier 172/2.

49 Ibid., Séance du 27.3.1882 ; Suarès à Sautter, 1.4.1882.

50 Ibid., Suarès à Sautter, 15.5.1883.

51 Ibid., Rapport sur l’AG du 10.10.1883.

52 d. i. Dykstra, A biographical study in Egyptian modernization : ‘Ali Mubarak (1823/4-1893), thèse, Université du Michigan, 1977, pp. 333-338.

53 Wright, op. cit., p. 458 ; Ed. Papasian, l’Égypte économique et financière, Walker, Le Caire, 1923, pp. 126-131 ; la Cote égyptienne, 3.4.1907.

54 CNEP, Dossier 335/87.

55 CL, Dossier 72 799, Note de Mazerat à Germain. 9.4.1881.

56 Id.

57 Le capital de Paribas, par exemple, est de 62 500 000 F.

58 BPPB, P.-v. du conseil, 19.7.1881.

59 CNEP, Dossier 335/87, Lettre du 27.4.1881.

60 Ibid., Notice, 1881.

61 Théodore Ralli est président du conseil, R. Suarès et Ed. Carver, de la maison d’exportation de coton, vice-présidents. Les administrateurs-délégués, dirigeants de Sinadino, Ralli et cie, sont Constantin Sinadino, à Alexandrie, Ambroise Sinadino, au Caire, et Théodore Rodocanachi, à Paris.

Le conseil comprend aussi A. Anastassiadis, G. Antoniadis, Henry Barker, Beyerlé, J. Binder, J. A. Cattaui, Dicey, Huard, Jacques Lumbroso, Oppenheim, Georges Ralli, Jacques Rolo, Charles de Tschudi, Constantin Salvago, A. Sinano, Michel Sinadino, F. Suarès, Joseph Suarès, Constantin Zervudachi.

62 Ibid., Deux listes de bénéficiaires.

63 BPPB, Dossier 172/1 et CNEP, Dossier 335/87, Tableaux des participants.

64 BPPB, Dossier 172/1, Note du 10.10.1881.

65 AN, 115 AQ24, Archives Heine, Lettre du 22.10.1881 ; BPPB, Dossier 172/1, Note du 10.10.1881 ; Ibid, P.-v. du conseil, 11.10.1881.

66 BPPB, Dossier 173/6, Circulaire du 25.10.1881.

67 CNEP, Dossier 335/87, Conditions du second syndicat, 22.10.1881.

68 Chiffre de Paribas. BPPB, Dossier 172/1, Tableau des participants ; CNEP, Dossier 335/87, Sautter à Girod, 14.10.1881.

69 C’est par des vers de Racine qu’un administrateur du Comptoir annonce au siège; son triomphe contre l’Anglo et l’Ottomane dans la quête d’un contrat pour le paiement du coupon de la dette. Kleinmann, du Lyonnais, arrive trop tard. « Vous voyez d’ici son nez quand il saura que le contrat est dans notre poche. » CNEP, Dossier 279, Jacques Siegfried à Girod, 21.2.1881.

70 R. ‘A. Ḥāmid, Al-Milkiyyāt... (Les Granités Propriétés agricoles égyptiennes et leur rôle dans la société égyptienne, 1837-1914), Dār al-nahḍa al-’arabiyya, Le Caire, 1983, pp. 169-170 ; ‘A. Ramaḍan, « Nisf qarn... » (« Un demi siècle de lutte par la bourgeoisie égyptienne pour la fondation de la Banque Misr »), al-Kātib, 11, 121, avril 1971, pp. 174-178 ; l’Astre d’Orient 10, 31.8.1882.

71 Ḥāmid, op. cit., pp. 170-171 ; CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 21.3.1882.

72 BPPB, Dossier 173/6, R. Suarès à Joubert, 4.12.1881.

73 AE, CC Le Caire 32, Joseph Sienkiewicz, agent diplomatique, à Léon Gambetta, ministre AE, 19.12.1881.

74 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 11.1.1882.

75 BPPB, Dossier 173/6, Suares à Joubert, 3.1.1882.

76 Ibid., 19.12.1881.

77 Ibid., 27.12.1881.

78 Ibid., 4.12.1881.

79 Ibid., Sautter à Suares, 16.12.1881.

80 Ibid., Suares à Joubert, 4.12.1881.

81 Ibid., Sautter à Suares, 16.12.1881 ; Notes de Sautter, 16.12.1881 ; Joubert à Suares, 19 et 23.12.1881.

82 Ibid., Suarès à Joubert, 27.12.1881, et Suarès à Sautter, sans date.

83 Ibid. ; CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 11.1.1882.

84 BPPB, Dossier 173/6, Dépêche de Suarès à Sautter (?), 29.12.1881.

85 Ibid., Suarès à Joubert, 4.12.1881.

86 Ibid., Dépêche du 31.12.1881. L’Ottomane refuse d’entrer dans l’affaire.

87 Id. Le Lyonnais se joint aux quatre banques originelles.

88 CL, DAE 1051/1, Kleinmann a Mazerat, 18.1.1882 ; lettre à al-Ṭā’if in PP (1882) LXXXII.

89 Le Rentier, 27.8.1882.

90 Ministre des Finances d’Égypte (1878-1879), administrateur Suez (1876-1896).

91 PRO, 30/29/296, Granville Papers, Sinadino à Granville, 30.3.1883.

92 Ibid., Mémorandums de Colvin, 4 et 7.4.1883.

93 CL, DAE 1051/1, Kleinmann à Mazerat, 14.3.1882. Kleinmann a une piètre opinion de la direction.

94 BPPB, Dossier 173/6, Sautter à Rodocanachi, 2.2.1885 ; la Revue économique et financière, 11.4.1885.

95 Ibid., Sautter à Suarès, 20.1.1885 ; Note de Sautter, 10.2.1885.

96 Ibid., Suarès à Lheureux, 22.1.1885 ; Suarès à Rodocanachi, 6.2.1885.

97 Ibid., Note de Rodocanachi, 23.1.1885. Les administrateurs sont les plus gros actionnaires. Aussi Rodocanachi à Sautter, 24.8.1885.

98 Ibid., Sautter à Suarès, 10.2.1885.

99 Ibid., Sautter à Suarès, 2.3.1885 ; Dossier 172/4, Suarès à Sautter, 21.2.1885.

100 BPPB, Dossier 173/6, Suares à Sautter, 18.1.1885.

101 BPPB, P.-v. du conseil, 4.8.1885.

102 BPPB, Dossier 173/6, Aide à Suares, 4.8.1885 ; Sautter à Suares, 11.8.1885.

103 Ibid., Suares à Sautter, 9.8.1885.

104 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 17.8.1885.

105 Id.

106 Id., et les 19, 20, 24.8.1885.

107 Ibid., Sautter à Rodocanachi, 19.8.1885.

108 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 20.8.1885.

109 Ibid., Sautter à Suares, 12.11.1885.

110 BPPB, Dossier 172/2, Note de Suares, sans date.

111 Ibid., CM. Salvago, administrateur, à T.N. Anslyn, membre du comité, 13.4.1886.

112 Id. ; IbId., Suarès à Sautter, 26.4.1886. Les heurts entre les envoyés de Paris et le conseil prennent une tournure personnelle. Rodocanachi et l’administrateur Huard seraient coupables de mauvaise foi, d’ignorance et de commérage, selon Suarès. « Je vous le répète, Rodocanachi est un traître et un polisson et j’ai eu tort de le soutenir quand on n’en voulait pas après la crise ».

113 Id.

114 BPPB, Dossier 172/3, Suarès à Sautter, 28.5.1886 ; Ibid., Sautter à Suarès, 28.5.1886.

115 BPPB, Dossier 172/2, Analyse des comptes au 31.5.1887.

116 R. et J. Suarès, Beyerlé, Oppenheim, Rodocanachi et Huard.

117 Ibid., Convention du 26.9.1887.

118 Ibid., Rodocanachi à Sautter, 18.10.1887.

119 Ibid., Suarès à Sautter, 16 et 17.10.1887.

120 BPPB, Dossier 172/3, Circulaire du 27.5.1886.

121 Id.

122 Passif des bilans. Le bilan de 1886-1887 n’a pas été conservé.

123 Rapports du c.a. aux AG de 1882, 1883 et 1884.

124 Il s’agit du capital versé de 15, puis de 12 millions de F, car les réserves sont négligeables.

125 Actif des bilans.

126 BPPB, Dossier 173/6, Suarès à Joubert, 30.1.1882.

Table des illustrations

Titre Tableau 19 : « Grand syndicat » ou syndicat des 105 millions7(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Tableau 20 : Situation de la SGT(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Tableau 21 : Syndicat actions Société d’études pour l’irrigation de la Basse-Égypte46
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 22 : Versement effectif des souscripteurs français (BGE)(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 23 : Actionnaires connus de la BGE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau 24 : Part du marché français dans la BGE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau 25 BGE : comptes courants créditeurs122(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 26 : Activité de la BGE125(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 27 Comptes d’exploitation de la BGE(En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 28 Performance de la BGE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/765/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540