Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre II. L’effacement des sociétés expatriées et articulées

Texte intégral

1Les sociétés anonymes contrôlées en Égypte par des résidents étrangers et financées majoritairement par des capitaux locaux sont l’exception durant la troisième étape de l’internationalisation de l’Égypte. Il ne reste que quelques-unes de ces entreprises expatriées. Premières sociétés anonymes fondées avec la participation de capitaux européens, les entreprises articulées – celles avec direction supérieure en Europe et unique centre d’exploitation en Égypte – résistent mal à la banqueroute du pays. En ce qui concerne les établissements français de ce type, la disparition de la plupart d’entre eux témoigne de la spécificité de ceux qui continuent d’exister : les Monts-de-Piété et Suez.

2Elle confirme aussi que, dans une Égypte qui attire les capitaux étrangers susceptibles de contribuer à désintéresser les créanciers par le développement de ce qu’elle a d’imposable et d’exportable, les dirigeants des entreprises doivent être au fait des menues réalités de la vie du pays, connaissances qui s’acquièrent malaisément dans des sièges domiciliés à Paris. Le recul des modèles anciens ressemble à la liquidation du passé, à une manière de libérer la place pour les structures mieux adaptées aux nouveaux impératifs de rentabilisation – « fructification », disait-on plus joliment – des capitaux étrangers.

I. RÉSIDENTS FRANÇAIS ET SOCIÉTÉS EXPATRIÉES : DES EAUX AUX CIGARETTES

3Deux exemples illustrent la participation de ressortissants français à des entreprises expatriées. Dans la Société anonyme des eaux du Caire, les capitaux d’Europe n’y entrent guère. En revanche, la Société anonyme Le Khédive, fabricant de cigarettes, n’est pas sans originalité. Elle fait appel à des capitaux européens, mais seulement comme ressources d’appoint. Par ailleurs, créée sous forme de société articulée, avec siège à Bruxelles, elle ne l’est qu’en apparence, car elle demeure une société expatriée dont le contrôle appartient à son fondateur, Français résidant en Égypte.

4Traditionnellement l’eau puisée au Nil est distribuée au Caire et à Alexandrie par des saqā’ (porteurs d’eau) dans des qirbas (outres en peau de bouc d’environ 66 litres). L’ingénieur français J.-A. Cordier obtient une concession pour la distribution d’eau par conduites à Alexandrie le 26 octobre 1857 et au Caire le 17 mai 1865. La concession vaut pour 25 ans à Alexandrie et 99 ans au Caire, à l’expiration desquels le gouvernement rachèterait les usines et le matériel.

  • 1 Soit à 6,67 centimes/girba où 1 F/m3.
  • 2 Firmans et cahiers des charges.

5Le tarif maximum de vente est fixé à 10 paras cuivre/qirba1, ce qui représente la moitié du prix exigé au moment de l’octroi de la concession. Le gouvernement s’engage à acheter à 50 centimes/m3 un minimum de 2 000 m3 par jour à Alexandrie et, à 40 centimes, la quantité qu’il juge nécessaire au Caire pour les établissements et fontaines publics. Les concessions ne constituant pas de privilèges, les autres moyens de fournir l’eau restent libres. Enfin les sociétés à former sont juridiquement égyptiennes et soustraites à toute intervention des consulats2.

  • 3 15 qirba = 1 m3. Le prix de vente pour les porteurs d’eau serait de 2,25 F/m3.
  • 4 Levernay, op. cit., pp. 170-171.

6L’exploitation commence le 1er juillet 1860 à Alexandrie. Trois machines à vapeur prennent l’eau dans le canal Muharram bey par un conduit souterrain. Filtrée, elle est envoyée dans un réservoir d’une capacité de 10 000 m3 situé sur une butte. L’eau redescend dans la ville à l’aide d’un réseau de conduites en fonte de plus de 50 km de longueur. 75 bornes-fontaines fournissent de l’eau aux saqā’ qui la revendent à 15 centimes ou 22,5 paras/qirba3. La ville d’Alexandrie consomme en moyenne 12 000 m3 par jour4.

  • 5 AN, 115AQ 39, J.-B. Pierre, directeur des Eaux du Caire, à R. de Sédières, représentant du Crédit (...)
  • 6 CNEP, Dossier 277, Note sur les Eaux d’Alexandrie, 8.1.1878.

7Si les deux sociétés connaissent des débuts difficiles, elles suivent des trajectoires divergentes. Celle d’Alexandrie ne reste pas longtemps aux mains du concessionnaire. Des erreurs de construction ont été commises dans la construction : il faut faire fonctionner des machines élévatoires auxiliaires pour alimenter l’aqueduc pendant les basses eaux car le réservoir ne retient pas l’eau5. Le gouvernement rachète en 1867 pour 9 600 000 F la société dont le revenu brut voisine les 900 000 F par an, le forfait du gouvernement de 365 000 F par an compris6. La nouvelle administration laisse à désirer et, en 1874, le ministre des Finances propose d’affermer l’exploitation des eaux d’Alexandrie à la Société des eaux du Caire pour 15 ans. Celle-ci trouve les usines dans un grand besoin de réfection et décline l’offre.

  • 7 CNEP, Dossier 278, Contrat relatif aux avances, 7.5.1876. Cf. chapitre III.
  • 8 AN, 115AQ 39, J.-B. Pierre à R. de Sédières, s. d. (1878) ; CNEP, Dossier 277, Note sur les Eaux d (...)
  • 9 Ibid., Albert Christophle, gouverneur du Crédit foncier de France, à Edouard Hentsch, président du (...)
  • 10 Ibid, Jacquin à Hentsch, 26.10.1878.

8Le gouvernement vend alors la société à réméré au « grand syndicat » le 13 mars 1876 pour 7 500 000 F, transaction vite transformée en hypothèque garantissant les avances de ce même syndicat7. Début 1878, il est question de procéder à une adjudication pour trouver un concessionnaire8. Le « grand syndicat » obtient du gouvernement l’engagement qu’il n’approuvera pas l’adjudication au cas où les enchères n’atteindraient pas 6 250 000 F9. Personne ne dépose les 500 000 F requis pour être admis à enchérir. Les seuls adjudicataires possibles, des financiers alexandrins, trouvent les conditions trop onéreuses10.

  • 11 Ibid., Charles Sautter, directeur général Paribas, à Hentsch, 7.6.1879.

9La Société est enfin cédée le 29 mars 1879 pour 7 500 000 F à l’Alexandria Water Company Ltd, fondée à Londres la même année11.

  • 12 Les deux derniers sont des négociants à Alexandrie.
  • 13 AN, 115AQ 39, Notice sur les Eaux du Caire, s.d. ; CL, AP 23 874, Étude sur la société, s.d.

10Constituées au capital de 10 000 000 F, les Eaux du Caire exploitent la concession de Cordier à qui elles paient 250 000 F pour ses frais. Les fondateurs – Nubar, Cordier, J. Pastré, A. Nicopoulo et J. Claude12 – se partagent également les 20 000 actions sur lesquelles 250 F sont versés. La société dépense 1 500 000 F pendant 5 ans. La direction et les statuts doivent être modifiés, et le capital réduit à la somme effectivement versée de 5 300 000 F. La distribution commence en mars 1870 et la construction n’est achevée qu’à la fin de 187213.

  • 14 BPPB, Dossier 172/4, Note s.d.
  • 15 AN, 89AQ 1 292, Fonds Batignolles, Rapport de la Commission internationale d’assainissement de la (...)

11En 1888, la société a 3 600 abonnés sur un total de 55 000 maisons au Caire14. Le chiffre s’élève à 4 297 sur 55 597 maisons en 1891, les ventes de 9 188 432 m3 se répartissant entre15 :

12les particuliers ………………….. 6 940 618

13le gouvernement ………………….. 1 822 814

14administrations gouvernementales ………………….. 696 017

15abonnements à forfait pour le gouvernement ………………….. 601 500

16arrosage des rues ………………….. 400 720

17jets d’eau ………………….. 94 007

18mosquées ………………….. 30 570

19les bornes-fontaines ………………….. 425 000

  • 16 L’Économiste français, 16.1.1886, p. 78.

20Quatre machines à vapeur pompent l’eau du Nil à l’usine de Bulāq. Grâce à une double conduite, elles relèvent et la dirigent vers l’usine installée sur les collines de ‘Abbāsiyya. Là le filtrage s’effectue dans des bassins de décantation. D’une superficie de 28 000 m2, ils sont équipés d’une succession de filtres : pierres cassées, deux couches de cailloux de silex blanc, gros sable et sable fin. Emmagasinée dans des réservoirs fermés ou citernes en contrebas, l’eau filtrée est ensuite aspirée par des pompes pour alimenter la ville. La canalisation, 64 km au début, atteint 127 en 188616.

  • 17 Id.
  • 18 AN, 115AQ 39, Notice sur les Eaux du Caire, s.d.

21L’eau est livrée jour et nuit aux abonnés avec défense expresse d’en vendre ou d’en donner. Divers tarifs s’appliquent pour l’abonnement mensuel. Le prix moyen de vente du m3 – recette divisée par le volume fourni – revient à 19 centimes, en deçà du maximum autorisé d’un franc17. La société installe les prises d’eau et oblige l’abonné à acheter un robinet qu’elle lui livre au prix coûtant plus 10 %, bénéfice qu’elle veut modeste afin d’éviter l’émergence de concurrents. Au Caire, une prise d’eau, regard et robinet compris, est facturée 35 F ; à Alexandrie, 100 F. Les 60 bornes-fontaines du Caire fournissent ceux qui ne peuvent se permettre de s’abonner. Les revendeurs au détail s’y approvisionnent à 60 centimes/m3 ou 4 centimes/qirba18.

  • 19 CL, AP 23 874, Étude sur la Société, s.d.

Tableau 3 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation19 (Milliers de francs)

Tableau 3 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation19 (Milliers de francs)
  • 20 Id.
  • 21 La Cote égyptienne, 26.4.1907.

22L’amélioration des résultats d’exploitation fait monter l’action de 375 F en 1879 à 750 F en 188020. En 1884, la société procède à l’augmentation comptable du capital à 7 950 000 F par distribution gratuite de 10 000 actions aux actionnaires. Elle négocie, par convention du 27 janvier 1887, la prorogation de la concession jusqu’en 1938, moyennant participation du gouvernement pour moitié dans les bénéfices nets, après paiement aux actionnaires d’un dividende de 10 % sur le capital versé. Une nouvelle convention, en date du 10 juillet 1889, abroge la clause du rachat et la participation aux bénéfices, contre attribution gratuite au gouvernement de 4 000 actions libérées de 125 F21. De là la présence d’un commissaire du gouvernement au conseil. Mais 4 000 actions sont réellement émises à titre onéreux, avec une prime considérable de 375 F. Le capital réellement versé est de 7 300 000 F au total.

23Les années d’installation passées, la société procède à la paisible jouissance de son actif, en quoi elle fait preuve d’une stabilité aussi grande que la pureté de son eau. L’audace n’est assurément pas un trait essentiel à la gestion d’un service municipal. Recettes et dépenses progressent à peu près au même rythme. Il s’ensuit que les bénéfices restent plus ou moins proportionnels à l’augmentation des immobilisations. Non seulement le capital fixe génère-t-il des excédents appréciables, mais ceux-ci augmentent régulièrement et rapidement par rapport aux fonds engagés. Enfin la société distribue à ses actionnaires une part importante de ses bénéfices nets, prenant le risque – le seul, mais la stabilité est là aussi à l’honneur – de ne pas augmenter ses réserves.

  • 22 Bilans conservés.

Tableau 4 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation22

Tableau 4 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation22
  • 23 Rapport du c.a. à l’AG du 21.3.1902.
  • 24 AE, AP Le Caire 227, Henri Masson, directeur du Lyonnais en Égypte, à F. Charles-Roux, 8.3.1911.
  • 25 Un découvert aussi important et de longue durée constitue une mise de fonds, ce qui est « à l’oppo (...)
  • 26 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 5.6.1907.

24La société ajoute aux concessions pour les villes d’Asyūt et de Ḥilwān obtenues en 1880, celles de 1902 pour les banlieues du Caire. Son expansion l’induit à recourir aux emprunts obligataires : 3 750 000 F en 1902, moitié pris ferme par la National Bank of Egypt23, et 2 500 000 F en 1909, emprunt placé par le Lyonnais24. Ce dernier détient le compte courant de la société. En 1907, il demande le remboursement du montant de ses avances, soit 4 406 400 F25. Les conditions étant peu favorables à une émission d’obligations, la société crée 30 000 actions nouvelles qu’elle fait souscrire à ses actionnaires à 180 F26. L’alourdissement de la créance longue (20 ans) ne fait reculer que faiblement la rentabilité, et pour peu de temps.

  • 27 L’évaluation faite par F. Charles-Roux ne prend en compte que les titres déposés à la société. EF, (...)
  • 28 AE, AP Le Caire 231, Émile Barrière, rédacteur du Journal égyptien, à Lefèvre-Pontalis, chargé d’a (...)
  • 29 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

25La participation française dans le capital et les obligations ne peut être chiffrée avec précision27. Nubar et son fils Boghos sont les plus importants actionnaires, avec 12 000 des 68 000 actions. Fonctionnaires et personnel du Suez en possèdent une partie notable, mais les valeurs sont très dispersées28. La participation française serait probablement celle de Français résidant en Égypte et s’élèverait à la moitié du capital29.

26À l’image de la société, le conseil ne change que lentement. Nubar le préside, suivi de son fils. Y siègent sans interruption un dirigeant du CFE – Beyerlé, puis Miriel – et le directeur du Lyonnais en Égypte – Escoffier, suivi de Masson. Sir Elwin Palmer, le conseiller financier, y est délégué pour représenter le gouvernement.

  • 30 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, ministre AE, 12.4.1897 ; Gallois à Reymond, sénateur, 29.4. (...)

27Le consulat de France attribue à ce dernier le renvoi en 1897 de Gallois, le directeur français, et son remplacement par un Anglais, sir William Willcocks. Ce serait le prix de la consession de grands travaux, tel l’assainissement du Caire, à la société30.

  • 31 Ibid., Gallois à Reymond, 20.5.1897.

« Il ne faut pas perdre de vue que, outre les pertes de positions, le remplacement des Français par des Anglais a pour conséquence immédiate la substitution des fournisseurs anglais aux fournisseurs français... Pendant ma gestion de directeur à la Société des eaux, je ne faisais pas moins de 3 à 400 000 francs par an en fontes, plombs, bronze, huiles, graisses, etc., tout cela avec des maisons françaises. Avant un an, tous ces fournisseurs seront anglais »31.

  • 32 Ibid., Note du Cabinet du ministre à la Direction politique, 7.7.1897.

28L’affaire est prise au sérieux à Paris. Une députation de parlementaires élève des protestations, et Escoffier, qui a voté le renvoi avec les autres administrateurs, n’est pas proposé pour la Légion d’honneur32.

29Les premiers fabricants de cigarettes en Égypte sont les Grecs qui y installent les entreprises qu’ils ont dû fermer à Constantinople à la suite de la création en 1875 d’un monopole sur le tabac par l’État ottoman. Industrie exportatrice, la cigarette est également importatrice de sa matière première, car les autorités britanniques d’occupation font interdire la culture du tabac en Égypte en 1890 afin d’augmenter les recettes douanières – mesure caractéristique de la troisième phase de l’intégration du pays à l’économie européenne. La fabrication est entre les mains d’une multitude d’agents, de l’artisan au chef d’entreprise employant une main-d’œuvre salariée. C’est dans l’industrie de la cigarette que l’on trouve le plus d’ouvriers dans le sens moderne. Le domaine est dominé par les entreprises de propriété grecque et arménienne.

  • 33 AE, CC Alexandrie 49, A. Kleczkowski, consul à Alexandrie, à Eugène Spuller, ministre AE. 7.5.1889

30Résidant en Égypte depuis les années 1860, Édouard Laurens fabrique des cigarettes à Alexandrie depuis au moins 1888. Il est le seul Français actif dans cette industrie. À la recherche d’une clientèle européenne, il soumissionne pour devenir fournisseur de cigarettes égyptiennes de tabac supérieur à la Régie française. L’adoption du produit, après intervention du consul de France à Alexandrie, constitue son premier succès33. Mais Laurens entend augmenter son chiffre de vente par l’ouverture de nouveaux marchés. Pour s’en donner les moyens, il transforme la manufacture en Société anonyme Le Khédive le 24 juin 1896. Modeste, l’apport financier est à la mesure de la société qui le reçoit.

  • 34 Rapport du c.a. à l’AG du 8.9.1897.

31Cette entreprise se distingue par sa nature plurielle. Société belge, elle a son siège social à Bruxelles, son siège administratif à Paris et son siège d’exploitation à Alexandrie. Cependant la direction tricéphale n’est qu’une formalité : le véritable centre de commandement est en Égypte. La société n’est à Paris que pour se rapprocher de sa clientèle. Quant au choix de Bruxelles, il s’explique par l’ouverture d’une exposition dans cette ville en 1897 ; la société y a un pavillon34. Les appels qu’elle fait aux marchés financiers n’ont rien d’immodéré. Le capital de 1 000 000 F n’est jamais augmenté et le montant des obligations en circulation ne dépasse guère le demi-million. Cette entreprise de taille réduite est, à la vérité, une société anonyme expatriée : dirigée en Égypte, elle n’est pas une société articulée ; demandeuse de capitaux étrangers, elle n’en est pas dépendante, contrairement aux sociétés extra-muros.

  • 35 Bilans.

Tableau 5 : Le Khédive : passif (au 30 avril)35 (En francs)

Tableau 5 : Le Khédive : passif (au 30 avril)35 (En francs)
  • 36 Circulaire Lenger, 25.3.1901.

32L’argent frais injecté en 1896 n’est guère considérable. Des 10 000 actions privilégiées de 100 F, Laurens se voit attribuer 3 000, ainsi que la totalité des 10 000 actions ordinaires, en représentation de l’apport de sa fabrique. Il prend encore 1 200 actions privilégiées sur les 7 000 restantes36. Le versement effectif à l’affaire est donc de 580 000 F. Souscrivent avec Laurens :

33F. de P. Alvarez ………………….. 1 690

34Jean Faure ………………….. 1 200

35Léon Blum ………………….. 1 000

36Alfred de Labarre ………………….. 700

37Comte de Galarza ………………….. 250

38Lino Martinez ………………….. 250

39Léon Béchet ………………….. 100

40Louis Monnier ………………….. 100

41Charles Ménagé ………………….. 100

42Pierre Girod ………………….. 100

43Ezequiel Garcia ………………….. 10

445 800

  • 37 Alvarez, Faure, de Galarza, Laurens, Martinez.

45Cinq des souscripteurs deviennent administrateurs37. Au conseil, on se relaie de père en fils.

46La plus grande partie, sinon la totalité, du capital est de source locale française. Si des reventes ont dû se produire, le marché reste sûrement restreint, les titres n’étant pas cotés en Bourse. Deux séries de 1 000 obligations 500 F 5 % sont décidées et émises graduellement, la première en 1898 à 427,50 F, la seconde en 1912. La souscription est peut-être le fait des administrateurs eux-mêmes.

  • 38 Entretiens financiers et économiques, 1.12.1897.

47La transformation en société anonyme produit néanmoins l’effet recherché : l’augmentation de la production et du chiffre d’affaires. En un an elle triple ses ventes mensuelles de cigarettes : 600 000 à 1 800 00038. Sa clientèle régulière comprend les régies française, austro-hongroise et italienne, ainsi que des importateurs en Europe, aux États-Unis et au Transvaal. En octobre 1906, une nouvelle fabrique est ouverte et les stocks sont augmentés.

  • 39 Bilans. Deux sont introuvables. Les fréquents changements expliquent les discontinuités.

Tableau 6 : Le Khédive : actif (au 30 avril)39 (En francs)

Tableau 6 : Le Khédive : actif (au 30 avril)39 (En francs)
  • 40 Rapport du c.a. à l’AG du 14.5.1913.

48Seul fait notable dans une évolution sans drame ni forfanterie, un changement se produit en 1912, annoncé dans un langage obscur. « Par suite des événements qui se sont passés l’année dernière, il était indispensable que la société fut placée sous la protection des lois anglaises »40. À Londres naît la société anglaise Ed. Laurens Ltd, à laquelle la société Le Khédive cède une partie de ses droits, parmi lesquels ceux des filiales et la fabrique de Bruxelles. Elle lui loue à bail son immeuble. Tous les titres de la nouvelle société appartiennent à la société belge, qui crée, en outre, des filiales en Suède et à Bruxelles. L’entreprise belge n’est plus qu’une société de portefeuille renfermant les actions de la société Ed. Laurens. D’où la baisse de l’encaisse et la disparition des stocks de marchandises au bilan. Le dividende versé par la société anglaise constitue la principale recette de la société belge.

  • 41 Les bilans disponibles du début ne contiennent pas toujours des comptes d’exploitation.

Tableau 7 : Le Khédive : comptes d’exploitation41 (En francs)

Tableau 7 : Le Khédive : comptes d’exploitation41 (En francs)

49Les comptes d’exploitation disponibles frappent par le contraste entre la progression du volume de la production, des recettes et du capital fixe, et la relative stagnation, voire le recul, des bénéfices nets. En 1913, les revenus chutent brutalement, car la société change de profil et se déleste de ses immobilisations. Mais le bénéfice net n’en reste pas moins au même palier.

50L’accroissement du volume de production s’accompagne d’un mouvement parallèle des frais d’exploitation. La société ne fait pas de bond significatif sur le plan de la rentabilité : sa marge bénéficiaire est maintenue dans une progression simultanée des recettes brutes et des dépenses d’exploitation. Ses résultats sont à l’image d’une société en vitesse de croisière, saine mais sans ressorts particuliers ou ressources neuves.

51Cet agencement de résultats n’est rompu que par la transformation de l’entreprise en société de portefeuille. L’absence de matériel fixe, de lourdes charges financières et de la nécessité de générer des recettes sans cesse croissantes pour conserver le même niveau de profits, libère les bénéfices nets. Ceux-ci atteignent alors à une proportion inégalée des bénéfices bruts, bien que les recettes aient baissé dramatiquement. Outre les intérêts de près de 200 000 F sur les obligations, les 18 exercices de 1896 à 1913 permettent les répartitions suivantes :

5210 000 actions privilégiées x intérêt de 6 % x 18 = 1 080 000 F

5310 000 actions ordinaires ………………….. 935 000 F

54Tantièmes des administrateurs ………………….. 175 887 F

552 190 887 F

II. LA DISPARITION DES MOULINS FRANÇAIS ET DE LA BRASSERIE FRANÇAISE D’ÉGYPTE

56L’échec de deux anciennes entreprises tient au fait qu’elles ont la mauvaise fortune de buter contre d’autres intérêts français. Incapables de redéployer leurs activités ou de s’appuyer sur une grande entreprise, elles s’évanouissent comme deux vestiges des années fastes du khédive Ismā’īl. De l’une et l’autre il ne subsiste que quelques renseignements d’une extrême minceur. Elles ont un caractère hybride : expatriées parce que manifestement dirigées en Égypte par des ressortissants étrangers ; articulées parce que leur capital est d’origine métropolitaine et leur siège social installé à Paris.

  • 42 Caty et Richard, op. cit., p. 54 ; AE, CC Alexandrie 36, Communication du 26.11.1860.
  • 43 Isidore Guerry assure la direction générale depuis 1858. En 1873, Th. Facier est sous-directeur à (...)
  • 44 CL, DAE 3 743, Note de l’agence d’Alexandrie au siège, 19.11.1900.
  • 45 AE, AP Le Caire 228, le consul à Alexandrie à la Direction des Affaires commerciales, 25.8.1880.
  • 46 Id. ; Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, Imprimerie nationale, Le Cai (...)

57La commandite par actions Darblay jeune et cie, au capital de 2,5 millions de F, est fondée en 1858 par les frères Pastré, Darblay jeune de Paris et François Bravay42. A l’expiration de sa durée de 15 ans, sa suite est prise en 1873 par la Société anonyme des moulins français d’Égypte, laquelle a un capital de 3 500 000 F et une direction centralisée en Égypte43. Darblay préside le conseil et détient la plus grande partie des actions44. La société possède 5 usines dont le chiffre d’affaires atteint 6 millions de F45. Son personnel se compose en 1880 de 250 Égyptiens, 29 Français et 19 Européens d’autres nationalités. En 1891, elle emploie 160 Égyptiens et 40 Européens46.

  • 47 Id.
  • 48 Cf. chapitre XI.

58La moitié des blés est importée de Russie jusqu’en 1880 ; cette part diminue à un tiers vers 1891. Quant à l’exportation des farines, elle se fait surtout vers la Turquie. Le consul évalue à 5 millions de F le coût des achats en céréales et à 6 millions le prix de vente des farines fabriquées47. Longtemps prospère, la société connaît des difficultés au cours des années 1890 par suite de la pénétration accrue de farines marseillaises sur le marché égyptien48. Contrairement à l’industrie sucrière égyptienne, la minoterie n’est pas prise en charge par une grande entreprise d’Europe.

  • 49 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Delcassé, 18.4. et 31.5.1899.
  • 50 AE, AP Le Caire 215, Bertrand à Cogordan, 23.2.1901.
  • 51 AE, AP Le Caire 228, Girard à de la Boulinière, agent diplomatique, 23.2.1906.

59A côté de son activité principale, elle se résout à produire de la glace. Des hommes d’affaires d’Égypte se proposent de la racheter en 1899 mais renoncent en présence du prix demandé49. Les immeubles au Caire sont évalués à 1 620 000 F, et le bénéfice moyen à 3,5 %50. C’est en mars 1906 qu’elle est vendue à l’Egyptian Delta Land Investment pour près de 4 000 000 F. Mise à mal par la concurrence locale, elle l’est surtout par les farines de Marseille, pour lesquelles les acquits-à-caution sont une prime à l’exportation51.

  • 52 AN, 115AQ 32, Statuts.
  • 53 CL, DAE 1051/1, Réponse de l’agence d’Alexandrie à la demande du siège, 10.4.1883.

60Quant à la Brasserie française d’Égypte, elle prend la suite de la Société genevoise. Les frais généraux de cette dernière, dont l’usine est établie au Caire, sont élevés. Ayant dépensé 1 200 000 F sans jamais voir de bénéfices, les souscripteurs suisses décident la liquidation et le directeur Henri Karcher propose l’affaire à Delort de Gléon. Une nouvelle société anonyme est créée le 7 septembre 1881 à Paris au capital de 1 600 000 F, la moitié versée52. La société en liquidation lui cède – outre son directeur – tout son matériel et son immeuble pour 600 000 F. Anciennes, ces machines grèvent le fonds de roulement par leur consommation en charbon53.

  • 54 AE, PA d’Aunay 5, Delort à d’Aunay, agent diplomatique, 23.4.1886 ; Delort à Rouchdy, 23.4.1886.

61La Brasserie produit aussi de la glace avec l’eau du canal Ismā’īliyya sur les bords duquel elle est construite. A cette date, la seule autre fabrique appartient à la Compagnie des eaux du Caire. En 1886, l’eau vient à manquer dans le canal. On est obligé de fermer l’usine et Delort fait des représentations auprès du ministère des Travaux publics et de l’agent diplomatique français. C’est une question de vie ou de mort pour une fabrique dont l’installation a coûté 2 000 000 F. Mais le ministre n’admet pas qu’une nouvelle conduite soit posée aux frais de l’État. Delort croit que toutes les difficultés viennent de la Compagnie des eaux qui voudrait soit vendre de l’eau à la Brasserie, soit éliminer une concurrente dans la fabrication de la glace54.

  • 55 AE, AP Le Caire 215, Bertrand à Cogordan, 23.2.1901.

62Autant les Moulins français se heurtent aux minotiers marseillais, autant la Brasserie française emboutit une Compagnie dont une partie des capitaux est française. La Brasserie continuera malgré tout de fonctionner et sa valeur sera établie à 300 000 F en 190155. Peu de temps après, l’entreprise devient la Brasserie Karcher ; elle est liquidée au début du xxe siècle.

III. UNE BANQUE D’AFFAIRES ET SES MÉTAMORPHOSES : LA BANQUE FRANCO-ÉGYPTIENNE

  • 56 Landes, op. cit., p. 302. Ismā’īl lui fait un cadeau dès sa naissance : le second emprunt Dā’īra ( (...)

63Fondée le 5 avril 1870 pour se consacrer, comme il se doit, aux emprunts d’Ismā’īl56, la Banque franco-égyptienne connaît les aléas de la période de banqueroute de l’Égypte. A la recherche d’une nouvelle vocation, elle est amenée à diversifier ses actifs et à les étendre géographiquement. En Égypte, les difficultés financières de 1882, le soulèvement national, l’occupation et le marasme général des années 1880 brisent net les espoirs de 1881 et remettent en cause la présence de la société en Égypte. Force est de conclure à l’échec de la transition qu’elle aurait pu opérer du rôle de banquier de l’État à celui de banque commerciale.

  • 57 Girault, op. cit., pp. 302-303.

64Baromètre de ses activités, le comptoir d’Alexandrie enregistre un rendement incertain, et devient déficitaire en 1888, à la veille de la liquidation de la société. L’Égypte, champ premier de ses intérêts à l’origine, l’est de moins en moins par la suite, si bien que sa transformation en Banque internationale de Paris en 1889 et son entrée sur la scène des emprunts russes57 apparaît comme un aboutissement naturel du retrait progressif de l’Égypte.

65L’évolution en dents de scie du montant du capital fournit un indicateur général de l’état de la banque. Il est fixé en 1870 à 25 millions F, le quart souscrit par le khédive lui-même.

  • 58 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change. Bourse de Paris, Case 52, S (...)

Tableau 8 : Souscriptions actions de la Franco58

Tableau 8 : Souscriptions actions de la Franco58
  • 59 Il n’est placé que 1 714 sur l’émission partielle de 12 500 actions, dont 1 500 auprès de Paribas. (...)

66Les actions de 500 F sont émises au pair ; lors du doublement du capital en 1872, elles le sont à 535 F. Sur les 50 000 actions nouvelles, 30 000 sont destinées au marché de Londres. Outre le résultat décevant59, la Banque est affaiblie par la dépression ; elle réduit son capital de moitié en 1877.

67La banqueroute de l’Égypte en 1875-1876 produit une inflexion dans la politique et la structure de la société. Elle élargit son champ d’intérêts et entre dans des affaires étrangères à l’Égypte. La vallée du Nil n’est plus son unique centre d’exploitation : désormais l’établissement d’Alexandrie a le statut de succursale. Impliquée dans plusieurs pays, la banque s’éloigne du modèle articulé, sans devenir une société à base nationale, car la France ne représente qu’une part marginale de ses opérations.

68Le fructueux exercice de 1878 et les profits réalisés en 1879 dans la conversion des dettes de la Dā’ira lui permettent de ramener le capital à 50 millions en 1880 par l’émission de 50 000 actions nouvelles à 600 F (350 F versés). Les trois quarts sont statutairement réservés de préférence aux actionnaires et fondateurs. L’autre quart est cédé à un syndicat formé par le Crédit industriel et commercial, la Banque d’escompte de Paris et A. et M. Heine.

  • 60 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 52.

69La déclaration de souscription des 50 000 titres dressée le 12 juin 1880 rassemble 682 noms, dont certains figurent plus d’une fois. Les seuls qui s’inscrivent pour plus de 1 000 actions sont60 :

70Crédit industriel et commercial ………………….. 8 252

71Banque d’escompte de Paris ……………………… 4 385

72Marc Lévy-Crémieu ………………………………. 2 549

73A. et M. Heine …………………………………….. 1 895

74Lévy-Crémieu frères et cie ………………………... 1 490

75Frédéric Grieninger ………………………………... 1 460

76Résidant principalement à Paris et décrits comme banquiers ou rentiers pour la plupart, 36 actionnaires détiennent chacun entre 200 et 813 actions, pour un total de 12 987. Environ 600 actionnaires se partagent le solde de 16 982 actions.

  • 61 Le Rentier, 7.1.1882.
  • 62 Albert Rostand, administrateur CIC, président, Défalque, Grieninger, Lévy-Crémieu, Lippmann, Rey d (...)

77À la veille du krach boursier de janvier 1882 à Paris, l’action de la banque enregistre 907,50 F au comptant et 905,90 F à terme61. La glissade l’entraîne inexorablement en deçà du pair. Le 22 juillet 1886, le capital est à nouveau réduit, cette fois à 18 500 000 F. En revanche, le conseil est relativement stable durant les années 188062.

  • 63 La Caisse générale de reports, la Société franco-belge pour la construction de machines et de maté (...)

78Les rapports annuels de la banque font état d’une activité dispersée : participation à la constitution de la Banque nationale d’Haïti, concession pour la fondation de la Banque nationale du Mexique (1881), lancement d’affaires diverses en France63, ouverture d’une succursale à Port-Louis (île Maurice) en 1881, participation à des syndicats de garantie d’obligations des canaux de Panama et de Corinthe, des chemins de fer brésiliens, espagnols et américains, etc.

79Les proportions dans l’actif entre les postes tels les reports, le portefeuille de titres et d’effets, les participations financières et les avances sur garanties paraissent particulièrement fluctuantes, justifiant le maintien de réserves importantes atteignant – dépassant en 1887 – 50 % du capital versé. La part de l’Égypte se limite à la somme confiée à la succursale d’Alexandrie. C’est le montant effectif qui est transféré de la France à l’Égypte.

Tableau 9 : Part de l’Égypte dans l’actif de la Franco (En francs)

Tableau 9 : Part de l’Égypte dans l’actif de la Franco (En francs)

80La somme due au siège social constitue l’essentiel du passif de la succursale. Les seuls autres postes paraissent dans le tableau suivant avec leurs contreparties de l’actif. Il n’y a pas de réserves.

Tableau 10 : Franco : bilan succursale d’Alexandrie (En francs)

Tableau 10 : Franco : bilan succursale d’Alexandrie (En francs)

81Aucune tendance ne se dégage de ces résultats, si ce n’est l’atonie et le manque de suite dans la marche des opérations. La succursale végète, les oscillations et discontinuités des postes du bilan reflétant l’état précaire de l’économie égyptienne. Les comptes courants et les avances sur titres constituent les activités principales, alors que le prêt sur marchandises et le crédit commercial n’occupent qu’une place secondaire. La Franco n’est plus directement intéressée au défaillant Trésor khédivial, mais elle n’est pas tout à fait au service du commerce, au demeurant peu florissant.

Tableau 11 : Franco : emplois à Alexandrie (En francs)

Tableau 11 : Franco : emplois à Alexandrie (En francs)

82La banque ne s’éloigne pas de l’Administration puisqu’elle escompte les coupons émis par la Dā’ira – Régie des terres gagées pour l’emprunt de 1870 – et lui prête ainsi à court terme. La créance de la Dā’ira s’établit comme suit au 31 décembre :

831881 ………………….. 1 570 859

841882 ………………….. 996 534

851883

861884 ………………….. 1 829 704

871885 ………………….. 2 177 010

881886 ………………….. 3 666 358

891887 ………………….. 506 421

901888 ………………….. (– 1 010 633)

91L’évolution de ce poste paraît encore plus heurtée que celle des autres. Un parallèle – imparfait – peut être signalé avec l’oscillation des sommes mises à la disposition de la succursale par le siège social, comme si la banque obéit toujours au réflexe de créancier de l’État. La Dā’ira est une administration déficitaire et, même si le gouvernement est tenu de parfaire l’intérêt sur ses obligations, certains établissements sont moins prompts que la Franco à consentir des crédits jugés hasardeux.

  • 64 CL, Dossier 72 799, Édouard Kleinmann, directeur de l’agence d’Alexandrie, à Adrien Mazerat, direc (...)

92En 1884, le Lyonnais refuse, à l’instar de l’Ottomane, d’ouvrir à la Dā’ira un compte courant d’un an comportant un découvert maximum de 7 500 000 F64 est également repoussée une demande d’avance de 1 500 000 F contre affectation des premières rentrées de sucre.

  • 65 Ibid., Mazerat au siège à Lyon, 27.9.1884.

93« Nous ne devons, je le répète, annote le président Henri Germain, n’avancer (sic) à tout ce qui est le gouvernement égyptien sous une forme quelconque qu’avec des gages réalisables et en nos mains ou à des maisons solvables qui feront elles-mêmes ces avances à leurs périls et risques »65.

  • 66 Ibid., Kleinmann à Mazerat, 27.9.1884.
  • 67 BPPB, P.-v. du conseil, 11.11.1884.

94La dépêche de Kleinmann porte sa sèche annotation : « Les conditions brillantes de cette affaire prouvent qu’elle ne trouve pas de preneur »66. Les réticences du Lyonnais ne sont pas partagées par la Franco, laquelle fait l’avance. Paribas décline la proposition de participer pour moitié67.

95Les bilans de la Franco communiquent la situation active et passive, ainsi que les bénéfices nets de la succursale d’Alexandrie, mais pas les comptes d’exploitation qui révéleraient le chiffre d’affaires et les bénéfices bruts.

Tableau 12 : Bénéfices nets de la succursale d’Alexandrie

Tableau 12 : Bénéfices nets de la succursale d’Alexandrie

96En 1886, la banque diminue son capital et améliore son rendement, mais l’augmentation de son apport à la succursale ne produit que de médiocres résultats. La liquidation de la succursale est décidée en août 1888. Les périls entourant le crédit commercial au cours des années 1880 tiennent aux difficultés économiques du pays et n’incitent pas les banques à s’y adonner.

97Depuis des années, le conseil souhaite trouver des compensations au déclin de sa succursale d’Alexandrie. Mais, sur les marchés financiers, l’argent est abondant,

  • 68 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 14.5.1889.

« et les affaires sont devenues l’objet d’une concurrence que l’on ne peut plus aborder sans capitaux importants ou sans alliances puissantes. Nous avions cru éviter ces difficultés en portant au loin nos efforts »68.

98D’où les opérations dans divers pays. De fait, la rentabilité de la Banque es supérieure à celle de sa succursale.

Tableau 13 : Résultats de la Franco

Tableau 13 : Résultats de la Franco
  • 69 Bilans.

99Pendant les années 1880, la Franco distribue 15 660 970 F69.

Tableau 14 : Distributions de la Franco (En francs)

Tableau 14 : Distributions de la Franco (En francs)
  • 70 BPPB, Dossier 172/2, Tableau des participants et correspondance du syndicat, 1888-1889.

100Les opérations hors d’Égypte ayant remplacé l’objet originel de la société, la raison sociale paraît comme un obstacle. Le conseil propose donc de se détacher définitivement de l’Égypte et de créer la Banque internationale de Paris. Paribas est en rapport avec la Franco depuis 1888 en vue de la réorganisation. Avec ses associés, elle entre dans son capital pour 4 000 actions, à échanger contre 4 000 actions Internationale. En 1889, ils auront 6 260 des 50 000 actions de la nouvelle banque70.

  • 71 Le Messager de Paris, 21 et 22.4.1892 ; la Revue, 23.4.1892 ; l’Epargne française, 7.5.1892.

101En 1892, celle-ci se charge de la liquidation de la Franco en prenant à forfait son actif et son passif moyennant un paiement de 3 816 500 F (103,15 F/action), le règlement des sommes revenant aux parts de fondateur et le versement des honoraires des liquidateurs et censeurs71. La Banque internationale s’occupe d’emprunts russes et sera liquidée en 1901.

102Incapable de se découvrir une vocation autre que celle de banquier de l’État, engoncée dans des conditions économiques défavorables à une réorientation, la Franco est en quête de son identité pratiquement dès sa naissance. Elle repousse l’échéance d’une décision, en dispersant ses activités dans le monde. D’unique centre d’exploitation, l’Égypte devient une base d’opérations parmi d’autres. Cette banque est dès lors une variante originale de la société articulée. Les appels de la Russie au marché parisien s’ajoutent aux piètres résultats de la, succursale d’Alexandrie pour inciter à l’émigration. En se détournant de l’Égypte, la banque effectue un redéploiement géographique qui la met à l’unisson, sinon à la tête, du mouvement qui entraîne les capitaux français de la Méditerranée vers l’Europe orientale.

IV. LA TRIPLE VIE D’UNE SOCIÉTÉ FONCIÈRE

103L’entreprise dont il s’agit s’étend sur une période de 35 années. Pas plus de deux n’ont été productives, et encore avec des résultats dérisoires. Le projet porte la marque de l’esprit aventureux ainsi que de l’optimisme technologique de l’époque d’Ismā’īl. Rien ne paraît plus indiqué que l’introduction de la mécanisation dans l’agriculture et l’irrigation de l’Égypte. Tous les éléments de la réussite sont jugés présents, sauf les techniques d’exploitation modernes. Or, cette conception pèche par la base, ainsi que les administrateurs l’apprendront de bonne heure. La société s’embourbe dès le départ et les tentatives de la dégager aboutissent à fort peu.

104Le comte du Tillet et deux ingénieurs, J. Saige et C. Langlois, créent à Paris le 8 décembre 1874 la Société civile foncière et agricole du Mazraf. Du Tillet y forme aussi le 15 décembre 1875 la Société civile de Kom el-Saïd. L’ingénieur Cluzet se joint à elles pour commencer la mise en culture en commun. Les terres constituent un domaine d’un seul tenant de 4 000 ha situés à 45 km d’Alexandrie dans la province de Buhayra. Il faut assurer l’irrigation par un système de digues et de canalisation ; on croit nécessaire d’introduire l’usage de laboureuses à vapeur, de machines agricoles et d’un outillage moderne. Bâtiments d’exploitation, ateliers de réparations et constructions diverses sont érigés.

105En 1877 Saige apporte aux sociétés 3 000 ha de plus, et le 27 juin 1877 elles se transforment d’associations de personnes en Société anonyme foncière et agricole de la Basse-Égypte, au capital de 5 500 000 F divisé en 11 000 actions ainsi réparties :

  • 3 000 aux 31 porteurs des 3 000 parts de la Société du Mazraf,
  • 3 000 aux 25 porteurs des 3 000 parts de la Société de Kom el-Saïd,
  • 4 900 à Saige et
  • 100 à 14 autres personnes72.
  • 73 Les 22 000 actions sont admises à la cote au comptant le 10 mars 1879.
  • 74 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1893, p. 165.

106Seules les 100 actions produisent de l’argent frais. Les statuts autorisent la nouvelle société à contracter un emprunt obligataire de 5 500 000 F sur lequel elle offre 10 % d’intérêts. Or 3 578 000 F sont destinés à éteindre le passif des deux sociétés civiles, le complément à poursuivre l’acquisition de terrains, aux travaux et à la constitution d’un fonds de roulement. Le 5 novembre 1878, le capital est porté à 11 millions73 et le domaine s’agrandit d’une concession de 20 957 faddāns (8 802 ha) près de ‘Atfa dans le Buhayra. Il atteint 35 000 faddāns (14 700 ha)74.

  • 75 J.-C. Colfavru, Les Français en Égypte. Les établissements agricoles de Com-el-Akdar et de l’Atfeh(...)
  • 76 Le Moniteur des valeurs à lots, 25.5.1879.

107Les terres sont en réalité d’immenses terrains incultes cédés par l’État75. Tout l’aménagement est à faire. Héritant d’une dette, la société est obérée dès le premier jour. Ses difficultés tiennent à la conception que se font les promoteurs du mode d’exploitation. Lourdement capitalistique, il exige, d’une part, d’onéreuses immobilisations repoussant dans l’avenir les revenus correspondants, et, d’autre part, une extension permanente des surfaces déjà immenses afin d’amortir les coûts et réaliser éventuellement des économies d’échelle. Chacune de ces conditions nourrit l’autre et entraîne la société vers sa chute. Plus la confiance grandissait pour l’avenir, plus il était impératif de dépenser au présent76.

108Son besoin permanent de ressources l’oblige à recourir constamment à des appels au public. N’ayant aucuns résultats à lui présenter, la société doit s’employer à l’entretenir de prévisions, de perspectives et de bénéfices assurés. D’où une abondante littérature publicitaire, de séduisants calculs escomptant l’avenir et des rapports aux AG qui, par leur prolixité, tranchent avec les canons du genre. Les promesses ronflantes étayées d’une arithmétique créative, le ton dithyrambique et les tournures recherchées confèrent à ces publications un caractère peu ordinaire.

109On remarque que les mirifiques rendements que les auteurs font miroiter sont toujours au conditionnel. La fécondité inépuisable et proverbiale de l’Égypte, les garanties entourant le droit de propriété et l’efficience des procédés font que l’affaire serait appelée à prendre un grand développement. Elle aurait surtout pour elle l’avenir. Supputant les revenus probables, d’éventuels dividendes de l’ordre de 35 à 80 % sont proposés à l’imagination des actionnaires.

  • 77 Rapport du c.a. à l’AG du 31.5.1879.

110Or les travaux d’installation, le nivellement des terres et toute la mise en culture est à faire. Il faut même entreprendre parmi les travaux de premier établissement le creusement d’un canal d’irrigation de 37 km vers le Nil. Faute d’eau, on n’ensemence que 850 ha sur 14 700 en 1878, mais l’AG double le capital et la surface de la propriété. Le rapport du conseil soutient que la société touche au but, et que la période des essais et des tâtonnements est close. La campagne qui s’ouvre apporterait la période des résultats77.

  • 78 Rapport du c.a. à l’AG du 19.8.1879.
  • 79 Administrateur et mandataire du Crédit agricole en Égypte à l’époque de la suspension des paiement (...)

111Au cours de l’année, le ton est toujours à l’optimisme. Un expert conseille l’assolement triennal et une culture intensive à l’aide d’engrais chimiques. Les dépenses d’irrigation déjà faites ne seraient supportables que si tout le domaine était mis en exploitation. Le conseil doit réaliser un prêt bancaire de 7 000 000 F78. Il annonce aussi la démission pour raisons de santé du président, Adolphe Péridon79, et de son frère, Eugène, administrateur.

  • 80 L’action s’offrait à 630 F. Journal de la Bourse, 12.1.1880.
  • 81 AG de la Société civile des obligataires, 4.10.1880.

112Aucune banque n’accorde le prêt et, en 1880, la société est insolvable. Les récoltes ne produisent que 475 021 F et les frais se montent à 401 737 F en 1879-1880. Le conseil révèle que les émissions d’obligations et d’actions80 avaient échoué, et que la société était sans ressources depuis le début. Il propose donc d’affermer toutes les terres à la Delta Syndicate Co. Ltd. moyennant partage des bénéfices. Les 22 obligataires sont invités, sous peine de subir de lourdes pertes en cas de liquidation, d’accepter la suspension pendant 6 ans de l’amortissement et la réduction de l’intérêt à 6 %81.

  • 82 La Revue économique et financière, 21.10.1882.
  • 83 Le Rentier, 17.1. et 27.3.1883.
  • 84 Compte rendu, op. cit., p. 165.

113La Delta verse 235 000 F en 1881. Mais le paiement des intérêts aux obligataires est arrêté le 5 juillet 1882 et l’AG du 30 octobre 1882 délibère sur la mise en liquidation82. Celle du 6 février 1883 décide la dissolution anticipée et approuve le projet de cession à des intérêts britanniques83. La société entre en liquidation le 29 mars 1884 ; 59 ha sur 14 700 ont été mis en culture84. Grevés d’hypothèques, les terrains se vendent mal et les créanciers s’impatientent. En outre, la société n’a pas payé d’impôts depuis 1882 et le gouvernement la menace de saisie et de vente judiciaire.

  • 85 AE, AP Le Caire 228, Armand Vernhette, liquidateur, à Cogordan, 12.4.1892.
  • 86 Le président de la Société d’études de Kom el Akdar s’interroge, sur les échecs agricoles en Égypt (...)
  • 87 AN, 115AQ J105, Société anonyme des domaines égyptiens de Kom el Akdar et l’Atfeh, notice.

114En 1889 du Tillet et Cluzet85 – sans se découvrir – essaient de reconstituer une Société anonyme des domaines égyptiens de Kom el Akdar et l’Atfeh. Croyant pouvoir mettre fin au gaspillage et à l’incurie, ils incriminent la gestion défectueuse du passé86. L’affaire elle-même leur paraît saine, mais avec 20 millions (sic) à rémunérer, l’ancienne société était surcapitalisée. Expertises faites, on estime qu’un capital de 4 300 000 F suffirait87. Les terres, évaluées à 7 millions, seraient acquises à 2 millions.

  • 88 Ibid., Manuscrit intitulé Affaire de Kom el Akdar et el Atfeh en Basse-Égypte.

115Le mode d’exploitation est inchangé, mais on pense que l’erreur de l’ancienne direction était d’avoir voulu mettre tout en culture dès le début. De là son besoin constant de ressources. Les nouveaux veulent se borner à exploiter un cinquième du domaine ; ils n’étendraient l’exploitation qu’avec les revenus des cultures, de manière à disposer d’un fonds de roulement. La totalité de la propriété ne serait pas mise en culture avant 10 ou 11 ans. On croit à un dividende de 12 % au début et il irait en augmentant88.

  • 89 AE, AP Le Caire 228.
  • 90 P. Gelat, Répertoire annoté de la législation et de l’administration égyptiennes, 1894-1896, Lagou (...)
  • 91 AE, AP Le Caire 228, Note sans date.

116Les lenteurs de la reconstitution s’aggravent en raison des mises en demeure que lui notifie le fisc de s’acquitter de ses arriérés d’impôt. Une vente judiciaire serait désastreuse pour la liquidation de l’ancienne société et la constitution de la nouvelle. Les demandes de dégrèvements, de dérogations, de sursis et de délais donnent lieu à d’abondants échanges épistolaires entre le liquidateur et les représentants diplomatiques de la France en Égypte89. Le gouvernement accorde un traitement d’exception en 189390 et, en 1894, reporte une majoration qui devait entrer en vigueur91.

  • 92 Statuts.
  • 93 AE, NS Égypte 63, Vernhette et F. Barrot, président de la Société civile des obligataires, au mini (...)

117La Compagnie franco-égyptienne agricole et industrielle acquiert les domaines en mai 1893 et se constitue à Paris le 20 octobre 1895, au capital de 6 000 000 F. Un ancien ambassadeur, le comte de Chaudordy, préside le conseil92. La bienveillance des milieux politiques en France ne fait pas défaut aux obligataires de la première société lorsqu’ils demandent une remise des droits d’enregistrement dus au Trésor français93.

  • 94 AE, AP Le Caire 228, Vernhette à Cogordan, 8 et 20.7.1899.

118Rien n’y fait, et un nouveau conseil, présidé par Vernhette, est nommé le 24 juin 1899 pour éviter la faillite. La liquidation judiciaire est prononcée par le Tribunal de commerce de la Seine le 12 juillet, tandis que les impôts sont réclamés en Égypte. Craignant la saisie et la vente au rabais, Vernhette a encore une fois recours à l’intervention diplomatique en invoquant les intérêts de la France94. Insatisfait de l’appui de l’agence, il adresse ses plaintes au Quai d’Orsay, qui souhaite alors être renseigné sur cette affaire.

119Accablants, les rapports du consul Girard font état d’une direction incompétente et véreuse. Le directeur en Égypte, ancien lieutenant de vaisseau dépourvu d’expérience de l’agriculture, est un créancier de Cluzet. Amer d’avoir été remboursé en actions dépréciées, il se fait nommer en Égypte pour surveiller son argent. Le ton cassant, il est prompt à engager l’honneur de son pays dans ses démêlés avec les autorités. Les administrateurs s’accusent mutuellement de corruption. Il en résulte une gestion imprévoyante qui conduit au gaspillage. Si les récoltes sont faibles, c’est que les semailles ne sont pas faites, faute d’argent, au moment opportun.

  • 95 Il écrit des ouvrages de facture catholique et patriotique sur le Proche-Orient. Cf.. entre autres (...)
  • 96 La notice du 9.10.1889 est dans le style propre à toute l’affaire depuis 1877 : verbeuse et truffé (...)
  • 97 AE, AP Le Caire 228, Girard à Cogordan, 14 et 9.12.1899.

120Dans son embarras, la société avait concédé le 6 mars 1899 à l’un de ses anciens présidents, l’abbé Raboisson95, 1 000 ha sur lesquels il se proposait de faire des cultures potagères et fourragères. Ce dernier essaie sans succès de former une société en commandite de 500 000 F96 pour acclimater une plante de l’Argentine destinée à se substituer, selon lui, au birsīm (trèfle) pour le fourrage. Il ne plante que 53 ha et ne fait qu’une vente, au rabais de surcroît. En cas de réussite, il ne pouvait jouir d’un monopole, puisque les autres cultivateurs l’auraient plantée chez eux97.

  • 98 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D14 U3, Carton 11 (...)
  • 99 Cours de la Banque et de la Bourse, 23.7.1904.

121Le 6 mars 1900, les créanciers acceptent les propositions de concordat de la Compagnie pour éviter une désastreuse liquidation judiciaire. La dette de 4 890 149 F est réduite de 50 %, remboursable en 5 ans98. Parallèlement aux ventes des terres en Égypte, créanciers et administrateurs se menacent les uns les autres, qui de poursuites en responsabilité, qui de poursuites en diffamation99. La liquidation clôturée, on dissout définitivement, la société le 10 avril 1906. C’est au seul boom immobilier du moment en Égypte que l’on peut attribuer toute vente de terrains.

  • 100 Chiffres de Vernhette dans AE, AP Le Caire 228, Vernhette à Cogordan, 20.7.1899.

122Trop d’éléments font défaut pour calculer le débours exact d’argent des intéressés après tant de, rebondissements. Admettons que la propriété a absorbé 12 millions de F100. Étant donné que les répartitions aux créanciers ne correspondent pas aux conditions du concordat, il faut conclure que la liquidation de l’actif n’a pas rapporté 4 890 149 F, et que les pertes se chiffrent donc à 7 109 851 F au minimum.

  • 101 Colfavru, op. cit., p. 25.
  • 102 Concordat du 6.3.1900.

123Dès leur création, les Administrations des Domaines – régie anglo-française qui gère les terres gagées pour l’emprunt de 1878 – et de la Dā’ira s’aperçoivent que le faire-valoir direct exige une coûteuse gestion et une surveillance continue. Les rendements s’avèrent plus faibles que pour les petites parcelles des fallahīn et le métayage. La Société foncière de Basse-Égypte emploie à ses débuts 1 100 travailleurs101, bien que ses études évoquent le métayage. La notice annonçant la fondation de la Compagnie franco-égyptienne en 1896 s’engage à affermer une très grande partie des terres. Mais elle ne donne pas en location plus de 8 ha102.

124L’entreprise sombre pour avoir été le terrain d’une transposition irréfléchie du modèle industriel. En premier lieu, tout est à faire, y compris l’infrastructure. Les moyens ne sont manifestement pas à la mesure des ambitions, et les dépenses fixes sans commune mesure avec les résultats escomptables. Pis, elles appellent pour amortir le coût à long terme l’agrandissement du domaine, partant davantage de dépenses.

125En deuxième lieu, il était à démontrer que l’agriculture en Égypte souffrait d’une faible mécanisation. Les entraves à la productivité du fallāh étaient moins techniques que sociales et prenaient nom d’expropriation, d’impôts et de dettes. Les initiateurs arrivent avec un lourd bagage d’idées préconçues et une confiance excessive dans les moyens techniques. Si l’agonie du projet est longue, son échec véritable est immédiat.

  • 103 AN, 65AQ J189, deux notices.

126La Société foncière n’est pas seule à concevoir d’ambitieux projets pour la terre d’Égypte. Témoin cette Grande Compagnie agricole égyptienne de J. Brégante, « agriculteur au Caire »103. Le but est de mettre en exploitation 2 100 ha près de Zaqāzīq, dans la Basse-Égypte. Persuadé d’en pouvoir centupler les revenus par un nouveau genre d’exploitation, il se propose de constituer en 1881 à Paris une société de 8 000 000 F. Toutes les actions seraient remises au fondateur en paiement de son apport. Aussitôt après la constitution de la société, le conseil émettrait pour 4 000 000 F des obligations 10 % gagées par la propriété. De 30 F la deuxième année, le dividende augmenterait progressivement pour arriver à dépasser la valeur nominale de l’action de 500 F. Le titre, comme valeur de placement, n’aurait d’égal que l’action de la Banque de France à sa création. Quant à la propriété, les trois cinquièmes seraient mis en location. Sur les terres restantes, on planterait des ricins, des eucalyptus et des arbres à caoutchouc. Le projet n’est pas mis à exécution.

127Les plans fantaisistes élaborés loin de l’Égypte ne sont pas sans rapports avec la structure articulée des sociétés exploitantes. Ce ne sont guère des entreprises administrées depuis Paris qui fourniront aux fondateurs les connaissances qui leur font défaut. La pensée ne point jamais dans leur esprit d’associer à leurs affaires des éléments locaux aptes à les renseigner sur les réalités égyptiennes. L’épisode rocambolesque des entreprises du Tillet jette le discrédit sur les sociétés articulées qui, si elles réservent le contrôle incontesté aux intérêts d’Europe, se montrent inadaptées à toute activité exigeant un contact étroit avec le pays-cible.

V. DE LA BOUTIQUE À L’ENTREPRISE : LES MONTS-DE-PIÉTÉ ÉGYPTIENS

  • 104 Cf. chapitre VIII.

128Deux sociétés articulées survivent à toutes les épreuves jusqu’en 1956 : Suez104 et les Monts-de-Piété égyptiens. Ce sont les entreprises françaises dont l’existence est la plus longue. Y a-t-il meilleure démonstration de l’inadéquation de ce genre de structure par rapport à l’économie du pays que ces vénérables institutions qui n’entretiennent avec elle que le commerce le plus lointain ? L’une s’occupe de la grande navigation internationale, l’autre du financement des petites gens, membres des colonies européennes installées en Égypte.

  • 105 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.
  • 106 Les rapports annuels sont calligraphiés au moins jusqu’en 1921 et conservent un cachet confidentie (...)

129On citerait difficilement des affaires présentant davantage de contraste, par leur envergure, par le champ de leurs opérations, ou par l’attention qu’elles attirent. Bien que les Monts-de-Piété aient pris la forme de société anonyme et qu’ils représentent avant 1914 le plus important des 83 établissements de prêts sur gages en Égypte105, ils conservent longtemps l’aspect d’une commandite, non cotée à la Bourse, au conseil quasi familial106. A partir de 1897 débute, sous des influences externes, une transformation graduelle qui substitue à l’officine de prêts à taux usuraires la petite banque à taux élevés. L’affaire fonctionne avec régularité ; constant, son développement est en même temps rémunérateur.

  • 107 Il a épousé l’une des filles de Koenig. Landes, op. cit., p. 104.
  • 108 Au premier conseil on retrouve Dervieu, trois banquiers de Paris (Léon Gay, Frédéric Mannberguer e (...)

130C’est par le firman du 12 juillet 1860 que Provins obtient l’autorisation de constituer la société. Concédée à Richard Koenig, puis à Voisin et cie, l’autorisation est adjugée le 16 mars 1870 à Mazeau, qui s’associe à Dervieu107. Ce dernier mange à deux râteliers : financier du prince, il a pignon sur rue chez ses sujets. Une société anonyme est constituée par eux à Paris le 27 janvier 1872, son objet étant de prêter sur nantissements d’objets mobiliers et de marchandises, de faire des avances sur nantissements de titres du gouvernement égyptien et sur hypothèques, de recevoir des fonds en dépôts productifs d’intérêt, et d’émettre des obligations nominatives transmissibles par voie d’endossement. Le siège social est à Paris ; les sièges administratifs à Alexandrie et au Caire. On fixe le capital à 2 250 000 F, divisé en 450 actions de 5 000 F, libérées d’un quart. Mazeau et Dervieu s’attribuent 40 actions chacun en rémunération de leur apport. La durée de la société est de 10 ans, renouvelable à l’échéance108.

  • 109 La Revue économique et financière, 4.11.1882.
  • 110 En 1875, le frère d’É. Dervieu, André, entre au conseil. Le fils d’A. Dervieu, Paul, entré en 1907 (...)

131Suite au bombardement d’Alexandrie par la marine britannique le 11 juillet 1882, le siège de la société est détruit par l’incendie, puis livré au pillage. L’AG du 30 septembre autorise un appel de 1 000 F par action109. En septembre 1883, le fonds social devient plus facilement négociable lorsqu’il est converti en 4 500 actions de 500 F, libérées de moitié, dont 400 sont remises aux apporteurs initiaux. Cela n’implique guère que l’actionnariat se soit étendu au-delà du cercle des fondateurs. Quant aux administrateurs, leurs mandats sont de longue durée et presque cessibles de père en fils110.

132Le firman autorise les Monts-de-Piété à percevoir un intérêt de 1,5 % par mois. S’ajoute en sus un droit fixe de 3 % pour frais d’estimation, d’assurance, de régie et de gardiennage. On prête les deux tiers du prix d’estimation du gage. La durée d’un prêt est de 6 mois. En cas de renouvellement, les objets sont réestimés et réassurés, moyennant un autre 3 %. Le taux est donc en réalité de 24 % l’an.

  • 111 AE, CP Égypte 133, Casimir-Périer, ministre AE, à de Reverseaux, agent diplomatique, 5.1.1894 ; CP (...)

133Un décret du 10 août 1892 ayant réduit le taux d’intérêt légal pour les prêts conventionnels à 9 %, L’Imparziale d’Alexandrie lance une campagne de presse contre les Monts-de-Piété et le gouvernement est amené à s’y intéresser. En septembre 1893, il leur signifie son intention de dénoncer la concession. Monchicourt alerte le Quai d’Orsay : l’existence de la société est menacée111.

  • 112 Rapport du c.a. à l’AG du, 25.9.1897.
  • 113 Annuaire statistique de l’Égypte, 1913, p. 541.

134Les Monts-de-Piété finissent par accepter le taux de 9 %112. D’autre part, les frais d’estimation, mesurage, emmagasinage, etc., ne doivent pas dépasser 4 % pour les prêts inférieurs à 250 piastres (64,80 F) et 3 % pour les autres113.

  • 114 AE, AP Le Caire 450, Ém. Maggiar à togordan, mars 1899 ; AE, NS Égypte 80, Girard à Delcassé, 15.2 (...)
  • 115 Rapport du c. a. à l’AG du 29.9.1900.

135Le danger est plus grand en ce qui concerne la réalisation du gage, et pourrait rendre les opérations de la société impraticables. Le Code de commerce exige l’autorisation du juge du Tribunal de commerce, une sommation au débiteur par acte d’huissier et de la publicité par affiches avant toute vente aux enchères. Outre les charges qu’il imposerait pour les petits prêts, et qui dépasseraient parfois la valeur du gage, il est, en règle générale, impossible d’exécution car les déposants des objets ne sont bien souvent pas leurs propriétaires. Du fait que l’essence même de l’institution consiste à permettre à l’emprunteur de rester inconnu, les reconnaissances émises sont au porteur, non nominatives. La société demande l’appui de l’agence diplomatique pour obtenir l’amendement du Code à l’effet que la sommation soit remplacée par l’affichage des numéros de reconnaissances en retard114. Le décret du 18 avril 1900 va dans le sens souhaité115.

  • 116 AE, AP Le Caire 450, Note d’Ém. Maggiar, 13.6.1899.

136L’abaissement du taux de l’intérêt ne diminue les bénéfices de la société que durant 3 ans. Le montant des prêts, au même titre que le taux, entre en ligne de compte dans le bénéfice. Le directeur note que les opérations de 3 à 40 F sont les plus onéreuses ; celles de 41 à 79 F sont onéreuses ou rémunératrices selon que le gage séjourne plus ou moins longtemps dans les magasins. Seuls les prêts de plus de 80 F rapportent un bénéfice116. C’est dans cette catégorie que les opérations les plus importantes ont toujours été réalisées.

  • 117 AE, AP Le Caire 450.

Tableau 15 : Opérations de prêts nouveaux et renouvelés117

Tableau 15 : Opérations de prêts nouveaux et renouvelés117

137La société contrecarre la baisse du taux de l’intérêt autorisé en doublant le nombre de prêts nouveaux en 1901. Ils continuent à augmenter, quoique par à-coups.

  • 118 Annuaire statistique de l’Égypte, 1913, pp. 542-543.

Tableau 16 : Mouvement des prêts118

Tableau 16 : Mouvement des prêts118

138Le supplément de prêts entre dans la catégorie la plus élevée car les bénéfices nets, après le recul de 1898-1901, ne cessent de croître. En outre, la proportion de bénéfices nets retirés des revenus bruts – en général plus de 50 % – paraît forte pour ce genre d’établissement, et indique la faveur accordée aux prêts les moins onéreux.

  • 119 Bilans. Les bilans n’étant pas assortis de comptes d’exploitation avant 1905, les bénéfices bruts (...)

Tableau 17 : Monts-de-Piété : comptes d’exploitation119

Tableau 17 : Monts-de-Piété : comptes d’exploitation119

139Les Monts-de-Piété prennent de plus en plus l’allure d’une petite banque où le volume des opérations compte autant que le revenu unitaire que chacune d’elle. Ils s’engagent, en outre, dans les avances sur titres. La progression du rendement de l’entreprise et de sa rentabilité – les deux soutiennent la comparaison avec ceux d’autres banques – amènent l’augmentation du capital à 2 500 000 F le 1er juin 1908 et à 4 000 000 F le 26 septembre 1913. Cette dernière émission se fait avec prime de 25 F, et, le 6 mai 1914, les actions sont inscrites à la cote du Syndicat des banquiers en valeurs à la Bourse de Paris. Une distribution attrayante de dividendes prépare le terrain pour l’opération.

140Discrets, les Monts-de-Piété sont une société comme les autres et représentent 4 000 000 F investis en Égypte, auxquels la diplomatie française n’est plus appelée à prêter son concours. De 1881-1882 à 1914-1915, la société verse 4 193 090 F en dividendes et environ 60 000 F en allocations à la direction et au personnel.

  • 120 Bilans. Les bilans des années antérieures n’ont pas été retrouvés.

Tableau 18 : Bilans Monts-de-Piété120 (En francs)

Tableau 18 : Bilans Monts-de-Piété120 (En francs)

Conclusion.

141L’impression qui se dégage de l’apport de capitaux français dans les sociétés expatriées et articulées est celle de la fragilité. Que ce soit le retrait de la manne gouvernementale pour la Banque franco-égyptienne, les vices de conception pour la Société foncière ou une forme quelconque de concurrence, il n’en faut pas beaucoup pour que les faiblesses des entreprises se révèlent au grand jour.

142Elles sont vite amoindries et acculées aux décisions inexorables. Si les Eaux et les Monts-de-Piété se maintiennent, c’est parce que la première est un service public et la seconde – plus petite – un prêteur occupant un créneau ancien aux limites étroites.

143Autre élément notable : l’isolement des entreprises en question. Sans liens avec d’autres établissements en Égypte, elles ne s’appuient que sur elles-mêmes. Ces sociétés ne font partie d’aucun plan d’ensemble, si ce n’est celui de s’installer en Égypte.

Notes

1 Soit à 6,67 centimes/girba où 1 F/m3.

2 Firmans et cahiers des charges.

3 15 qirba = 1 m3. Le prix de vente pour les porteurs d’eau serait de 2,25 F/m3.

4 Levernay, op. cit., pp. 170-171.

5 AN, 115AQ 39, J.-B. Pierre, directeur des Eaux du Caire, à R. de Sédières, représentant du Crédit foncier de France à Alexandrie, sans date (1878).

6 CNEP, Dossier 277, Note sur les Eaux d’Alexandrie, 8.1.1878.

7 CNEP, Dossier 278, Contrat relatif aux avances, 7.5.1876. Cf. chapitre III.

8 AN, 115AQ 39, J.-B. Pierre à R. de Sédières, s. d. (1878) ; CNEP, Dossier 277, Note sur les Eaux d’Alexandrie, 8.1.1878.

9 Ibid., Albert Christophle, gouverneur du Crédit foncier de France, à Edouard Hentsch, président du Comptoir d’escompte et du « grand syndicat », 23.10.1878 ; Riaz pacha à Hentsch, 24.10.1878.

10 Ibid, Jacquin à Hentsch, 26.10.1878.

11 Ibid., Charles Sautter, directeur général Paribas, à Hentsch, 7.6.1879.

12 Les deux derniers sont des négociants à Alexandrie.

13 AN, 115AQ 39, Notice sur les Eaux du Caire, s.d. ; CL, AP 23 874, Étude sur la société, s.d.

14 BPPB, Dossier 172/4, Note s.d.

15 AN, 89AQ 1 292, Fonds Batignolles, Rapport de la Commission internationale d’assainissement de la ville du Caire, 10.3.1892.

16 L’Économiste français, 16.1.1886, p. 78.

17 Id.

18 AN, 115AQ 39, Notice sur les Eaux du Caire, s.d.

19 CL, AP 23 874, Étude sur la Société, s.d.

20 Id.

21 La Cote égyptienne, 26.4.1907.

22 Bilans conservés.

23 Rapport du c.a. à l’AG du 21.3.1902.

24 AE, AP Le Caire 227, Henri Masson, directeur du Lyonnais en Égypte, à F. Charles-Roux, 8.3.1911.

25 Un découvert aussi important et de longue durée constitue une mise de fonds, ce qui est « à l’opposé de tous nos principes de Banque mobilière et de Banque liquide ». CL, DAE 4604, Auguste Cellérier, directeur DAE (Paris), à Louis Escoffier, directeur des agences en Égypte, 26.4.1907.

26 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 5.6.1907.

27 L’évaluation faite par F. Charles-Roux ne prend en compte que les titres déposés à la société. EF, B 31 615, Note sur les capitaux français en Égypte, 1911, pp. 34-35.

28 AE, AP Le Caire 231, Émile Barrière, rédacteur du Journal égyptien, à Lefèvre-Pontalis, chargé d’affaires, 9.4.1896.

29 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

30 AE, NS Égypte 59, Cogordan à Hanotaux, ministre AE, 12.4.1897 ; Gallois à Reymond, sénateur, 29.4.1897.

31 Ibid., Gallois à Reymond, 20.5.1897.

32 Ibid., Note du Cabinet du ministre à la Direction politique, 7.7.1897.

33 AE, CC Alexandrie 49, A. Kleczkowski, consul à Alexandrie, à Eugène Spuller, ministre AE. 7.5.1889.

34 Rapport du c.a. à l’AG du 8.9.1897.

35 Bilans.

36 Circulaire Lenger, 25.3.1901.

37 Alvarez, Faure, de Galarza, Laurens, Martinez.

38 Entretiens financiers et économiques, 1.12.1897.

39 Bilans. Deux sont introuvables. Les fréquents changements expliquent les discontinuités.

40 Rapport du c.a. à l’AG du 14.5.1913.

41 Les bilans disponibles du début ne contiennent pas toujours des comptes d’exploitation.

42 Caty et Richard, op. cit., p. 54 ; AE, CC Alexandrie 36, Communication du 26.11.1860.

43 Isidore Guerry assure la direction générale depuis 1858. En 1873, Th. Facier est sous-directeur à Alexandrie, Hiltbrunner au Caire. Levernay, op. cit., p. 173. Deux décennies plus tard, D. Priolay est directeur général, et E. Facier directeur au Caire. Poffandi, op. cit., pp. 89, 195.

44 CL, DAE 3 743, Note de l’agence d’Alexandrie au siège, 19.11.1900.

45 AE, AP Le Caire 228, le consul à Alexandrie à la Direction des Affaires commerciales, 25.8.1880.

46 Id. ; Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, Imprimerie nationale, Le Caire, 1891, p. 139.

47 Id.

48 Cf. chapitre XI.

49 AE, CC Le Caire 38, Cogordan à Delcassé, 18.4. et 31.5.1899.

50 AE, AP Le Caire 215, Bertrand à Cogordan, 23.2.1901.

51 AE, AP Le Caire 228, Girard à de la Boulinière, agent diplomatique, 23.2.1906.

52 AN, 115AQ 32, Statuts.

53 CL, DAE 1051/1, Réponse de l’agence d’Alexandrie à la demande du siège, 10.4.1883.

54 AE, PA d’Aunay 5, Delort à d’Aunay, agent diplomatique, 23.4.1886 ; Delort à Rouchdy, 23.4.1886.

55 AE, AP Le Caire 215, Bertrand à Cogordan, 23.2.1901.

56 Landes, op. cit., p. 302. Ismā’īl lui fait un cadeau dès sa naissance : le second emprunt Dā’īra (1870). D’un montant nominal de 7 142 860 £ (178 571 500 F), il ne rapporte à l’Égypte que la somme effective de 5 000 000 £ (125 000 000 F). Ibid., pp. 339-340.

57 Girault, op. cit., pp. 302-303.

58 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change. Bourse de Paris, Case 52, Souscripteurs primitifs, 1870.

59 Il n’est placé que 1 714 sur l’émission partielle de 12 500 actions, dont 1 500 auprès de Paribas. BPPB, P.-v. du conseil, 1.3, 26.4 et 10.5.1872.

60 Archives de la Chambre syndicale de la Compagnie des agents de change, Bourse de Paris, Case 52.

61 Le Rentier, 7.1.1882.

62 Albert Rostand, administrateur CIC, président, Défalque, Grieninger, Lévy-Crémieu, Lippmann, Rey de Foresta, Germain Halphen, Édouard Delessert, Charles Ferry, Pierre Rodocanachi, Georges May, Ernest May et Frédéric Flersheim. Les deux derniers sont aussi directeurs.

63 La Caisse générale de reports, la Société franco-belge pour la construction de machines et de matériels de chemins de fer, la Société de l’annuaire du commerce Didot-Bottin.

64 CL, Dossier 72 799, Édouard Kleinmann, directeur de l’agence d’Alexandrie, à Adrien Mazerat, directeur général (Paris), 4.7.1884.

65 Ibid., Mazerat au siège à Lyon, 27.9.1884.

66 Ibid., Kleinmann à Mazerat, 27.9.1884.

67 BPPB, P.-v. du conseil, 11.11.1884.

68 Rapport du c.a. à l’AG extraordinaire du 14.5.1889.

69 Bilans.

70 BPPB, Dossier 172/2, Tableau des participants et correspondance du syndicat, 1888-1889.

71 Le Messager de Paris, 21 et 22.4.1892 ; la Revue, 23.4.1892 ; l’Epargne française, 7.5.1892.

72 Statuts et AG du 10.7.1877.

73 Les 22 000 actions sont admises à la cote au comptant le 10 mars 1879.

74 Compte rendu des travaux de la Commission de la dette publique, 1893, p. 165.

75 J.-C. Colfavru, Les Français en Égypte. Les établissements agricoles de Com-el-Akdar et de l’Atfeh, Ethiou-Pérou et Klein, s. 1., 1878, p. 17.

76 Le Moniteur des valeurs à lots, 25.5.1879.

77 Rapport du c.a. à l’AG du 31.5.1879.

78 Rapport du c.a. à l’AG du 19.8.1879.

79 Administrateur et mandataire du Crédit agricole en Égypte à l’époque de la suspension des paiements par le khédive ; négociateur des décrets de mai 1876 sur la dette publique (cf. chapitre III ). La notice publicitaire de la Société foncière le présente comme ancien président de la Chambre des notaires de Metz, etc., mais omet toute mention du Crédit agricole.

80 L’action s’offrait à 630 F. Journal de la Bourse, 12.1.1880.

81 AG de la Société civile des obligataires, 4.10.1880.

82 La Revue économique et financière, 21.10.1882.

83 Le Rentier, 17.1. et 27.3.1883.

84 Compte rendu, op. cit., p. 165.

85 AE, AP Le Caire 228, Armand Vernhette, liquidateur, à Cogordan, 12.4.1892.

86 Le président de la Société d’études de Kom el Akdar s’interroge, sur les échecs agricoles en Égypte. Certaines causes sont communes à tous les pays. « Il y a cependant en Égypte, je le reconnais, deux écueils qui sont propres à ce pays : l’immixtion des Grecs et des Juifs dans les affaires, d’une part, et de l’autre, la routine du fallāh. En général toute entreprise française en Égypte, qui emploie des agents grecs ou juifs, sans avoir la possiblité de contrôler leurs opérations, est une entreprise vouée à la ruine. On doit renoncer à utiliser de tels concours ou se résoudre à lutter avec eux d’habilité et de rouerie, ce qui n’est point facile ». AN, 65AQ J105. Le président de la Société d’études à H. de Vilmorin, 16.1.1889. Derrière les Grecs et les Juifs, la société extra-muros est visée. La vivacité de la désapprobation fait oublier à l’auteur que la Société de la Basse-Égypte avait une structure articulée, laquelle, curieusement, est l’objet d’une pointe ironique à la page suivante : « une gestion technique à Paris d’opérations agricoles en Égypte ! ».

87 AN, 115AQ J105, Société anonyme des domaines égyptiens de Kom el Akdar et l’Atfeh, notice.

88 Ibid., Manuscrit intitulé Affaire de Kom el Akdar et el Atfeh en Basse-Égypte.

89 AE, AP Le Caire 228.

90 P. Gelat, Répertoire annoté de la législation et de l’administration égyptiennes, 1894-1896, Lagoudakis, Alexandrie, 1897, vol. III, pp. 123-125 et 141-143.

91 AE, AP Le Caire 228, Note sans date.

92 Statuts.

93 AE, NS Égypte 63, Vernhette et F. Barrot, président de la Société civile des obligataires, au ministre des Finances, 24.12.1896 ; NS Égypte 64, Cogordan à Hanotaux, 2.2.1897.

94 AE, AP Le Caire 228, Vernhette à Cogordan, 8 et 20.7.1899.

95 Il écrit des ouvrages de facture catholique et patriotique sur le Proche-Orient. Cf.. entre autres. En Orient, Œuvre de Saint-Paul, Paris, 1886.

96 La notice du 9.10.1889 est dans le style propre à toute l’affaire depuis 1877 : verbeuse et truffée de chiffres prévisionnels.

97 AE, AP Le Caire 228, Girard à Cogordan, 14 et 9.12.1899.

98 Archives départementales de la Seine, Fonds du Tribunal de commerce de la Seine, D14 U3, Carton 116, dossier 145 ; Cours de la Banque et de la Bourse, 19.5.1900.

99 Cours de la Banque et de la Bourse, 23.7.1904.

100 Chiffres de Vernhette dans AE, AP Le Caire 228, Vernhette à Cogordan, 20.7.1899.

101 Colfavru, op. cit., p. 25.

102 Concordat du 6.3.1900.

103 AN, 65AQ J189, deux notices.

104 Cf. chapitre VIII.

105 AE, AP Le Caire 223, Note sans date.

106 Les rapports annuels sont calligraphiés au moins jusqu’en 1921 et conservent un cachet confidentiel.

107 Il a épousé l’une des filles de Koenig. Landes, op. cit., p. 104.

108 Au premier conseil on retrouve Dervieu, trois banquiers de Paris (Léon Gay, Frédéric Mannberguer et Achille Hermel) et le comité d’Alexandrie (Victor Floriel de Bisschop, Pol Maunoury, Chenaud, directeur de l’agence du Comptoir d’escompte de Paris, et J.-N. Anslyn, chancelier du consulat des Pays-Bas). Statuts.

109 La Revue économique et financière, 4.11.1882.

110 En 1875, le frère d’É. Dervieu, André, entre au conseil. Le fils d’A. Dervieu, Paul, entré en 1907, y est toujours en 1929. Charles Monchicourt et Jules Rostand sont au conseil de 1904 à 1929 au moins. André Monchicourt compte parmi les administrateurs en 1929. Émile Maggiar est directeur en Égypte de 1881 jusqu’à son décès en mai 1900. Son successeur, Picard, ayant demandé d’être relevé de ses fonctions en 1903, il est remplacé par Édouard Maggiar. Octave Maggiar est suivi à la présidence par Paul Monchicourt.

111 AE, CP Égypte 133, Casimir-Périer, ministre AE, à de Reverseaux, agent diplomatique, 5.1.1894 ; CP Égypte 134, de Reverseaux à Casimir-Périer, 11.3.1894

112 Rapport du c.a. à l’AG du, 25.9.1897.

113 Annuaire statistique de l’Égypte, 1913, p. 541.

114 AE, AP Le Caire 450, Ém. Maggiar à togordan, mars 1899 ; AE, NS Égypte 80, Girard à Delcassé, 15.2.1899 ; ibid, Note du 8.3.1899.

115 Rapport du c. a. à l’AG du 29.9.1900.

116 AE, AP Le Caire 450, Note d’Ém. Maggiar, 13.6.1899.

117 AE, AP Le Caire 450.

118 Annuaire statistique de l’Égypte, 1913, pp. 542-543.

119 Bilans. Les bilans n’étant pas assortis de comptes d’exploitation avant 1905, les bénéfices bruts et les dépenses restent inconnus pour les premières années.

120 Bilans. Les bilans des années antérieures n’ont pas été retrouvés.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation19 (Milliers de francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Tableau 4 : Eaux du Caire : comptes d’exploitation22
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Tableau 5 : Le Khédive : passif (au 30 avril)35 (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 6 : Le Khédive : actif (au 30 avril)39 (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Tableau 7 : Le Khédive : comptes d’exploitation41 (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 8 : Souscriptions actions de la Franco58
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Tableau 9 : Part de l’Égypte dans l’actif de la Franco (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 10 : Franco : bilan succursale d’Alexandrie (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 11 : Franco : emplois à Alexandrie (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 12 : Bénéfices nets de la succursale d’Alexandrie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 13 : Résultats de la Franco
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 14 : Distributions de la Franco (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau 15 : Opérations de prêts nouveaux et renouvelés117
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Tableau 16 : Mouvement des prêts118
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 17 : Monts-de-Piété : comptes d’exploitation119
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Tableau 18 : Bilans Monts-de-Piété120 (En francs)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/764/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540