Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Première partie. Les investissements français en Égypte : à la recherche du contrôle des entreprises

Chapitre premier. Le contexte et la contexture : évolution historique et cadre structurel

Texte intégral

  • 1 AE, CC Alexandrie 20 à 35, 1819 à 1856.

1L’histoire de l’intégration de l’Égypte à l’économie mondiale – entendre européenne – se réalise en quatre étapes à la fois distinctes et interdépendantes. Chacune favorise l’apparition d’une forme nouvelle d’entreprise qui se superpose aux modèles plus anciens et les marginalise, mais ne les chasse pas du monde des affaires. À la première période, celle de l’échange des seules marchandises, correspond l’installation à Alexandrie des négociants étrangers et des sociétés de personnes s’adonnant à l’import-export. Les noms de Jean-Baptiste Pastré, Étienne Rolland, Joseph Aubert, Auguste Sakakini, Étienne Zizinia – les deux derniers sont des Marseillais d’origine grecque – reviennent souvent dans les rapports des consuls français1.

  • 2 Les premiers relèvent de leur pays d’origine. Les seconds, de diverses origines, se placent sous la (...)
  • 3 O. Köymen, « The advent and consequences of free trade in the Ottoman Empire (19th century) », Étud (...)

2Les transactions sont le fait d’un abouchement entre les intéressés en Europe et des ressortissants européens ou des résidents étrangers2. La tentative de Muhammad ‘Ali d’instaurer le monopole du commerce extérieur est battue en brèche et le libre-échange imposé à l’Empire ottoman en 18383 et à l’Égypte en 1840.

I. L’AFFLUX DES CAPITAUX EUROPÉENS

  • 4 A. Wright, Twentieth-Century Impressions of Egypt, Lloyd’s, Londres, 1909, p. 453 ; I. Zakhūrā, Al- (...)

3Encouragés par la prospérité des années 1850 et 1860, et par l’arrivée en Égypte des capitaux européens – trait caractéristique de la deuxième étape – nombre de marchands consolident leurs commerces. Dans un processus commencé dès avant 1840, des commerçants expatriés à Alexandrie et au Caire s’associent pour constituer des sociétés de personnes. La maison d’importation de bois S. Karam et frères est créée à Alexandrie en 1848 par trois Tripolitains (Liban) qui prennent la nationalité grecque4.

  • 5 S. D. Chapman, « The international houses : the continental contribution to british commerce, 1800- (...)

4Qu’ils l’aient choisie ne relève pas du hasard. Depuis le siècle précédent, les négociants hellènes, en particulier ceux venant de l’île de Chio, essaiment de l’Asie à Amsterdam pour établir des maisons de commerce. En 1828, Ralli Brothers est active à Odessa, Marseille, Londres et Manchester5, marchés de prédilection pour les Grecs, engagés en particulier dans le négoce des céréales et du coton.

  • 6 A. G. Politis, L’Hellénisme et l’Égypte moderne, F. Alcan, Paris, 1929-1930, t. II, p. 233 ; C. Had (...)
  • 7 Chapman, art. cité, p. 39.
  • 8 Politis, op. cit., II, p. 234.
  • 9 Cf. chapitre IV.

5Leurs parents, également de Chio, créent Rodocanachi, Sons & Co. À Marseille depuis 1823, Emmanuel Rodocanachi est le premier de sa famille à faire partie de l’élite phocéenne. Théodore, son fils, fonde Rodocanachi et cie Alexandrie vers 18606. Elle est précédée par Cassavetti, Cavafy & Co7 et suivie en 1863 par CM. Salvago et cie8. Importateurs de céréales d’Odessa, les négociants marseillais Zarifi et Zafiropoulo interviendront en Égypte avec la Société marseillaise de crédit en 19059.

  • 10 Wright, op. cit., p. 452.
  • 11 Les Rolo deviendront sujets britanniques. Fiches de renseignements in CL, DAE 4 604 (Rodocanachi, T (...)

6Au mouvement des Grecs vers l’Est et vers l’ouverture en Égypte de sociétés de personnes se superpose celui des Italiens de confession juive. Installée au pays au xviie siècle pour organiser le commerce des blés entre l’Égypte et l’Italie, la famille Tilche fonde B. Tilche et fils en 1854 pour faire de même avec le coton10. Les marchands italiens Rolo résident en Égypte depuis les années 1840 ; la maison Reuben Rolo et fils est établie à Alexandrie en 187011. Suivant le même parcours, une autre famille italienne est à l’origine de la maison Isaac Aghion et fils.

  • 12 J.-B. Pastré (1804-1877) séjourne en Égypte de 1824 à 1835. À Alexandrie, il fonde Pastré frères, l (...)
  • 13 Cf. chapitre II.
  • 14 A. Lucovich, La Société agricole et industrielle d’Égypte, de Gaittet, Pans, 1865 ; Landes, op. cit (...)
  • 15 Cf. chapitre III.

7Négociants et banquiers s’orientent parfois vers l’industrie. Avec Darblay jeune, les frères Pastré12 et François Bravay constituent la minoterie Darblay jeune et cie en 185813. L’ingénieur autrichien Antoine Lucovich s’associe au banquier Édouard Dervieu pour fonder en 1864 la Société agricole et industrielle d’Égypte, société anonyme égyptienne14. Datant de 1873, la Brasserie française d’Égypte est la création du baron Delort de Gléon, banquier15.

  • 16 La Kafr-el-Zayat en est une. D. J. Zerbini, Histoire d’une entreprise industrielle : The Kafr-el-Za (...)

8Se joignent aux négociants des nouveaux venus attirés par les beaux taux d’intérêt qui se pratiquent en Égypte sur les avances au vice-roi, l’escompte des bons du Trésor et l’émission des emprunts publics. Il y a des banquiers privés, parmi lesquels on retrouve les Dervieu, Oppenheim, Briggs, Lavison et Landau. Les Sursuq de Beyrouth ouvrent les maisons Sursock frères (liquidée 1885) et Sursock cousins. Le montant de leurs prêts atteint un million de livres et chacun des six frères laisse une fortune qui frôle le demi-million de livres. Des membres de cette famille font partie de conseils d’administration de sociétés anonymes créées ultérieurement16. Oppenheim neveu et cie mise à part, la plupart de ces banques privées sont dissoutes à la suite de la banqueroute de l’Égypte.

9À l’exemple des ressortissants étrangers, les éléments locaux constituent des commandites bancaires. Delort de Gléon prend Raphaël Suarès comme associé dans la maison Delort et Suarès. Cette famille, d’origine espagnole, avait vécu en Italie avant de s’installer au Caire et à Alexandrie au début du xixe siècle.

  • 17 Sujets de l’Empire des Habsbourg jusqu’à la guerre de 1914. Jacoub Menasce est baron austro-hongroi (...)
  • 18 Au sujet des Suarès, Mosseri et Cattaui, cf., outre Landau, op. cit., K. Grunwald, « On Cairo’s Lom (...)

10Le 1er janvier 1882, R. Suarès établit avec Simon Rolo la banque Suarès frères et cie. Félix Suarès est partenaire dans Suarès, Nahman et cie jusqu’en 1882. Le cursus des Mosseri est identique et plus ancien : après l’Espagne et l’Italie, ils arrivent en Égypte vers 1750. En 1876 naît la banque J. N. Mosseri fils & cie ; Mosseri figli est établie en 1888. Les Qattāwī (Cattaui), les Menasce17 et les Aghion constituent des banques sous plusieurs dénominations. Elles sont dirigées par diverses combinaisons d’associés issus d’un nombre restreint de familles, entre lesquelles se tissent des liaisons matrimoniales18.

  • 19 Cf. chapitre II.

11Prenant la suite d’Ismā‘īl, des ressortissants étrangers et des éléments locaux créent des sociétés de capitaux avec leurs propres ressources. Ainsi en est-il des Eaux du Caire (1865), dont Jules Pastré et Nubar pacha sont deux des fondateurs19. Y figure aussi Boghos pacha Nubar, homme d’affaires de premier plan. Les sociétés anonymes à capitaux exclusivement locaux sont rares à cette époque.

12La deuxième phase de l’internationalisation de l’Égypte comporte une nouveauté dont l’impact est décisif pour l’avenir du pays : l’entrée en grandes quantités de capital-argent destiné à rester sur place pour une durée prolongée, contrairement au capital circulant des marchands. Le boom et la prospérité des années 1860 en Europe génèrent des ressources que la quête d’emplois fait voyager pour la première fois dans les contrées de la Méditerranée orientale. Durant la guerre de Sécession aux États-Unis, le Lancashire se tourne vers le coton égyptien et le financement de sa demande attire les capitaux étrangers en Égypte.

  • 20 M. Attia, l’Égypte : ressources et population à travers les rapports de production de la deuxième m (...)
  • 21 Cf. chapitre II.
  • 22 Anonyme (J. Claudy), Histoire financière de l’Égypte depuis Saïd pacha, 1854-1876, Guillaumin, Pari (...)

13Le khédive Ismā‘īl emprunte en sa qualité de prince, de plus grand propriétaire terrien et de premier capitaliste non étranger, non protégé de l’Égypte. Il est le principal actionnaire de la Compagnie de navigation Azizia (1863), que l’État prend en charge en 187020, et de la Société générale égyptienne, fondée en 1869 et mise en sommeil au profit de la Banque franco-égyptienne21. Malgré les dénominations des sociétés, leur vocation réelle est financière22.

14Lorsque le phénomène international de l’exportation des capitaux – distinct de l’émigration des capitalistes ou de ceux qui sont destinés à le devenir dans leur terre d’élection – se manifeste en Égypte, il s’incarne dans les emprunts d’État et les sociétés articulées, à savoir celles dont la direction est en Europe et l’unique exploitation dans un pays étranger. C’est vers ce modèle que s’orientent les ressortissants étrangers et les commandites locales qui recherchent de nouvelles ressources pour participer davantage aux avances au khédive. Ils adoptent la structure commerciale la plus apte à inspirer confiance et capter le courant nouveau qu’est l’exportation des capitaux.

15Le sujet britannique, Grec originaire de Smyrne, Pierre Pasquali met sur pied en 1856 la première banque britannique dans l’Empire ottoman et la première organisée sous forme de société anonyme à fonctionner hors de la Grande-Bretagne. Institut d’émission et comptoir d’escompte, autorisée par une charte royale, la Bank of Egypt est fondée le 25 janvier 1856 avec l’appui de personnalités liées à l’East India Company, la London & Westminster Bank et l’Oriental Bank. Le capital de 600 000 £ (15 000 000 F), un cinquième versé, est recueilli à Londres, lieu où est installé le siège social.

  • 23 A. S. J. Baster, The International Banks, Arno Press, New York, 1977 (P. S. King, Londres, 1935), p (...)
  • 24 AN, F11 7 200, Roustan, consul au Caire, à de Moustier, ministre AE, 14.9.1866.
  • 25 Baster, op. cit., p. 67 ; Statuts et prospectus dans AE, CC Alexandrie 36, 10 et 12.6.1861.

16Directeur à Alexandrie, Pasquali se brouille avec les administrateurs à Londres, banquiers méfiants des finances publiques, et se voit remplacer par des Anglais23. Il se transporte en France et fonde en 1861. Avec l’appui de Hankey’s de Londres, la Société financière d’Égypte au capital de 30 000 000 F, avec siège à Paris. Principale banque du Caire durant les années 186024, elle prend à ferme les revenus du gouvernement et vend des marchandises à commission25.

  • 26 Landes, op. cit., pp. 151-154.
  • 27 Leurs membres siègent au conseil jusqu’au début des années 1880.
  • 28 Au capital considérable de 10 000 000 £ (250 000 000 F), ses statuts sont signés le 18 mai 1863, tr (...)
  • 29 S. Saul, « From the Anglo-Egyptian Bank to Barclays (DCO) : a century of overseas banking », Procee (...)

17En 1863, la banque privée Oppenheim et cie d’Alexandrie innove en créant à Londres l’Egyptian Commercial and Trading Co.26, société articulée dont l’objet comprend le négoce en Haute-Égypte et les activités bancaires. La transition de Pastré frères et de G. Sinadino et cie du commerce à la banque s’effectue au moyen de leur absorption par l’Anglo-Egyptian Bank27, société anonyme articulée constituée à Londres le 19 juillet 1864 sous le patronage de l’Agra and Masterman’s Bank et la General Credit and Finance Co., célèbre Crédit mobilier28. L’Agra, dont la succursale de Paris compte J.-B. Pastré parmi ses administrateurs, cherche un pied-à-terre entre l’Inde et la Grande-Bretagne. La famille Pastré entre pour un quart dans les 1 600 000 £ (40 000 000 F) du capital de l’Anglo, émis à Londres29.

  • 30 Baster, op. cit., p. 70.

18Également en 1864, l’Eastern Exchange Bank, au capital de 120 000 £ (3 000 000 F), est établie à Liverpool par des marchands de cette ville pour financer le commerce entre l’Égypte et l’Asie orientale. L’épidémie de choléra, les taux d’intérêt élevés à Londres, réduisant les profits sur l’escompte, et la difficulté de pénétrer le marché indien mettent un terme à l’agence d’Alexandrie en 186730.

  • 31 Cf. chapitre II.
  • 32 Baster, op. cit., p. 70.
  • 33 Politis, op. cit., II, p. 262.

19Landau et cie fusionne en 1865 avec une banque articulée – siège à Londres, centre d’exploitation à Constantinople – la Continental Bank Corporation pour former la London and Mediterranean Bank. À la suite de la Banque franco-égyptienne (1870)31, la Bank of Alexandria, au capital de 800 000 £ (20 000 000 F), est créée à Londres en 1872 par des marchands alexandrins et des banques de la City dirigées par la Midland Bank et la Metropolitan and Provincial. Les Ralli sont du nombre32 et E. Benachi est administrateur général33. Elle est liquidée en 1884 et absorbée par l’Anglo.

  • 34 Fermée en 1873.
  • 35 Ancêtre de la Banque de Tokyo.

20Arrivent enfin une succursale comme la Compagnie de gaz Lebon (1865) et les agences des banques de dépôts de création récente : le Comptoir d’escompte de Paris à Alexandrie en 186934, la Yokohama Specie Bank35 à Port-Sa‘ïd en 1870, le Crédit lyonnais à Alexandrie en 1874, au Caire en 1875 et à Port-Sa‘ïd en 1876, le Banco di Roma à Alexandrie en 1880.

  • 36 ‘A. al-Jirītlī, « Taṭawwur... » (« Le développement du système bancaire en Égypte ») in Al-Jam‘iyya (...)

21Il reste les cas particuliers. Une entreprise ottomane, mais en réalité articulée, compte tenu du rôle décisif que joue le comité de Paris du conseil, la Banque impériale ottomane, fondée en 1863, ouvre une agence à Alexandrie en 1867, une deuxième à Port-Sa‘ïd en 1872 et une troisième au Caire en 1887. L’événement est peut-être moins original qu’il n’y paraît, étant donné que la banque comprend l’Égypte dans l’Empire ottoman. Le Credit-Anstalt de Vienne, établi en 1855, a une agence à Alexandrie. En 1869, il fonde l’Austro-Egyptian Bank, dont il détient un cinquième du capital de 25 000 000 F. L’Austro-Egyptian ferme ses portes en 1876 au lendemain de la banqueroute de l’Égypte36.

22Cette deuxième phase de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne, caractérisée par le début de l’intervention des capitaux étrangers, comporte quelques traits originaux. Si la masse des capitaux est de source européenne, si les banques métropolitaines se chargent de la canaliser vers les fonds d’État égyptiens, des institutions bancaires sont érigées en Égypte. Elles s’occupent autant de la dette à court terme du khédive que du mouvement commercial, et se distinguent des prêteurs et changeurs traditionnels par leur surface et leurs liens avec l’Europe. La société articulée et la succursale font aussi leur apparition comme formes d’entreprise encadrant le capital et structurant sa mise en œuvre. Sociétés anonymes ou prolongements de sociétés anonymes, elles s’ajoutent aux commandites familiales, mais ne les rendent pas caduques.

23En dernier lieu, les agents de cette étape de l’internationalisation et leurs rôles méritent d’être signalés : la question du contrôle des sociétés en est tributaire. Capitaux et initiatives émanent des places financières européennes en ce qui a trait aux agences ouvertes en Égypte. En revanche, les premières sociétés articulées sont le fruit de la volonté des ressortissants étrangers de se placer en amont des sources de capitaux et de tirer parti de ce genre inédit d’import-export. D’une plus grande échelle que les sociétés de personnes, les sociétés anonymes appellent l’association et la réunion des moyens. Elles commandent aussi le recours aux soins des grandes banques métropolitaines et parfois leur participation dans le capital des nouvelles entreprises : fait original, promis à une considérable extension lors de la troisième phase de l’internationalisation du capital en Égypte.

II. L’ÉGYPTE AU SERVICE DE SA DETTE

24Désormais partie de l’économie mondiale, l’Égypte est soumise à ses oscillations, secouée par ses turbulences et frappée de plein fouet par les convulsions qui ponctuent son histoire. La crise de 1873 arrête l’exportation des capitaux européens vers l’Égypte et précipite le pays dans l’insolvabilité. Elle révèle aussi la mésentente entre créanciers britanniques et français, allume le conflit entre tous les créanciers et le khédive, et balaye nombre de sociétés.

25Après la banqueroute de l’État en 1875-1876, peu de sociétés se créent en Égypte. L’institution du Contrôle en 1879 raffermit la mainmise de l’Angleterre et de la France sur le pays et ranime les affaires. Conjuguée à l’essor du marché financier de Paris au même moment, elle donne lieu à une brève reprise d’activité, début d’une troisième phase de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne. Bonnes récoltes, excédents budgétaires, nouvelles dépenses de l’État, argent relativement facile sur la place de Paris permettent de constater les prodromes d’une situation qui n’aura de lendemain que deux décennies plus tard. Entre-temps, le reflux économique en Europe, ainsi que la guerre et l’occupation, mettent un terme à la fragile conjoncture des années 1879-1882. De courte durée, cette poussée n’en est pas moins significative car elle trace les contours, une fois passé le creux dépressif des années 1880 et 1890, de ce que sera l’élan économique du début du xxe siècle.

26La mise de l’Égypte sous tutelle anglo-française consacre la subordination du pouvoir khédivial et la réorganisation des institutions en fonction de la mission première de l’Administration : veiller au respect des échéances des coupons de la dette de l’État et créer l’assiette fiscale propre à assurer régulièrement son service. Le secteur dominant de l’économie égyptienne depuis les années médianes du xixe siècle, les finances publiques, ne l’est pas moins après 1873. Néanmoins la nature des activités qui s’y agrègent est modifiée : il s’agit non seulement de faire, entrer de l’argent frais levé sur les places européennes mais d’en produire en Égypte par la constitution la plus rapide d’une richesse imposable et exportable à l’étranger. Tout doit tendre à cette fin : le système fiscal, la politique des travaux publics et l’ouverture maximale de l’économie face à l’Europe. Culture rémunératrice, le coton est tout indiqué par les cours mondiaux pour répondre au besoin.

27Ces conditions dictent la conduite du gouvernement, confèrent sa structure à la société égyptienne et délimitent les champs à l’intérieur desquels les capitaux pourront être employés avec quelque perspective de profit. Les investissements ne se justifient que s’ils se rapportent au soutien du système de production et d’échanges qui permet le service de la dette. À côté des banques commerciales qui s’occupent de l’exportation du coton et des comptes des Administrations comme la Caisse de la dette, les tribunaux et les douanes, les banques hypothécaires et les sociétés foncières sont appelées à se multiplier.

28Tant que l’interlocuteur du côté égyptien est le monarque, les détenteurs des capitaux étrangers n’ont affaire qu’à lui, avec renforts diplomatico-militaires au besoin. Si le commerçant s’implique un tant soit peu dans l’économie du pays, il ne le fait que dans des opérations à court terme, vite dénouées. Dès lors qu’il s’agit de s’engager profondément dans l’activité productive, la connaissance du milieu est indispensable. Une nouvelle inflexion est imprimée aux sociétés anonymes qui dépendent de capitaux européens ; les sièges tendent à se situer sur place plutôt qu’en Europe.

29La translation des directions des sociétés anonymes d’Europe en Égypte charrie une mutation dont l’une des conséquences est l’accroissement du rôle des éléments locaux. Hommes d’affaires, ils peuvent dorénavant prétendre au statut d’intermédiaires obligés entre l’Égypte et l’Europe. Issus de leurs commandites familiales, ils se muent en gestionnaires des capitaux recueillis en Europe. A l’orée de la troisième étape de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne, les conditions sont réunies pour l’avènement d’une structure originale d’entreprise. Le qualificatif d’extra-muros est proposé pour cette société à capitaux externes administrée par des dirigeants locaux.

30Elle s’impose jusqu’à la guerre de 1914 autant par le nombre que par les capitaux engagés. Est-ce fortuit que la première du genre, le CFE, soit devenue la plus grande entreprise d’Égypte ? On délaisse la société articulée : Suez, monopole dont les rapports avec l’économie égyptienne sont des plus lâches, les Monts-de-Piété, petite affaire dépendant des colonies européennes en Égypte, et la Banque franco-égyptienne, à la veille de se retirer du pays, sont les seules entreprises françaises qui demeurent dans cette catégorie. Le genre tombe en désuétude, sauf pour les Britanniques.

  • 37 Nom d’origine libanaise. Il est le mandataire de Casimir Eynard, négociant à Beyrouth, d’après les (...)
  • 38 Statuts.

31Il est exceptionnel que les Français renouent avec le modèle des sociétés articulées, abandonné par eux depuis la faillite, des années 1870 et la fin de la deuxième étape de l’internationalisation de l’Égypte. Bien qu’elle soit due à une pluralité de raisons, la rapidité de leur déconvenue tient à l’inadaptation de ce type de structure. Ainsi en est-il de l’expérience de deux entrepreneurs du Caire, Achille Jaillon et Antoine Eddé37. Ils transforment une société de personnes, Jaillon et Eddé, en société anonyme articulée en 1905. La dénomination de la Compagnie lyonnaise d’Égypte dit à la fois le lieu du siège social et la source du capital, fixé à 2 500 000 F, 2 200 000 l’versés. Sur les 5 000 actions, 800 sont réservées aux apporteurs. La Compagnie a des objectifs très divers : affaires immobilières, financières, agricoles, minières, d’irrigation, etc.38.

  • 39 Jaillon, Carlo Deleuze et Joseph Vaast au Caire ; Terrail, Jarrosson et Lordeveau à Lyon ; Schwob à (...)

32Le 30 novembre 1908, Jaillon et Eddé constituent les Plâtrières de Ballah, société anonyme égyptienne au capital de 24 000 £ (600 000 F) avec siège social au Caire et siège administratif à Lyon. Elle exploite des carrières que lui cèdent les deux fondateurs à Ballah, près d’Ismā‘īliyya. Tous les administrateurs de cette entreprise extra-muros sont français39. Elle dure un demi-siècle tandis que la société articulée ne surmonte pas la crise de 1907.

  • 40 Cote de la Bourse et de la Banque, 19.7.1907.
  • 41 Bulletin annexe du Journal officiel, 28.12.1908.

33La Société immobilière d’Égypte est formée à Paris le 31 octobre 1906 et son capital fixé à 1 000 000 F. Elle est dissoute dès le 19 juin 190740. Les Messageries fluviales d’Égypte, en formation à Paris en 1908, ont un capital fixé à 1 290 000 F. Paul Verhaegue, le fondateur, apporte ses études et sept vapeurs et remorqueurs, contre 700 des 2 580 actions41. L’entreprise ne voit jamais le jour.

  • 42 Ibid., 29.6.1908.
  • 43 Déclaration de souscription et de versement, 8.7.1908.

34La région du canal de Suez, carrefour international, attire l’attention depuis la signature d’une convention sanitaire internationale le 3 décembre 1903. Georges Crusso, employé à Paris, fait apport à deux sociétés françaises d’un contrat de décontamination de la zone du canal. Il constitue avec Pierre de Laubespin la Société anonyme française pour l’exploitation en Égypte des brevets Marot au capital de 600 000 F, un quart versé. Son siège est à Paris42. Au même moment Crusso apporte son contrat à la Compagnie franco-égyptienne de désinfection et d’assainissement, qu’il crée avec Jacques Deglos à Paris le 30 juillet 1908 au capital de 500 000 F43. Les deux sociétés sont mort-nées.

  • 44 Caractéristique de leur cursus, cette progression se vérifie aussi chez certains ressortissants eur (...)

35Il convient d’ajouter que, nonobstant le recul des sociétés articulées et la faveur accordée aux sociétés extra-muros, les sociétés en nom collectif et les commandites simples et par actions sont loin d’avoir fait leur temps. Refoulées dans la pénombre par les entreprises qui brassent des quantités considérables de capitaux, elles se perpétuent à leurs côtés. Certains éléments locaux y font leurs classes avant d’accéder aux commandes de sociétés anonymes à capitaux européens44.

  • 45 F. Levernay, Guide-Annuaire d’Égypte : statistique – administration – commerce – industries – agric (...)
  • 46 Wright, op. cit., p. 317.
  • 47 CL, DAE 5 475, Fiche de renseignement, janvier 1911 ; AE, AP Le Caire 223, note sans date.
  • 48 N. Carnoy, La Colonie française du Caire, thèse de droit, PUF, Paris, 1928, pp. 71 et 72.

36Une poussière de minuscules sociétés de personnes constitue le terreau économique des villes égyptiennes, y compris pour les ressortissants étrangers45. Quelques exemples français sont connus. La Confiserie-Pâtisserie, ouverte en 1852 par A. Mathieu et cédée en 1886 à Louis Sault, est toujours sur place quatre décennies plus tard. Un jeune homme de Nîmes crée au Caire en 1906 la seule banque privée française d’Égypte, Louis Causse et cie46. Avec un capital se situant entre 150 000 et 400 000 F, elle fait de l’escompte. La banque est liquidée durant la guerre de 1914-191847. Quant à la maison de représentation Manhes, elle est fondée au Caire en 1908 pour vendre des articles de tous genres48.

  • 49 AE, AP Le Caire 215, Théophile Delcassé, ministre AE, aux agents diplomatiques, 30.9.1900.

37Le Quai d’Orsay, conscient que l’état du commerce extérieur n’est plus le seul indicateur économique qu’il faut suivre, entreprend une évaluation de la fortune mobilière française dans le monde49. Il en résulte un cliché qui comprend les sociétés de personnes, voire les boutiques fondées avec les seules ressources du propriétaire.

  • 50 Ibid., Girard à Delcassé, 13.3.1901.

38Le consul à Alexandrie relève 41 maisons de commerce françaises dans sa circonscription, dont 4 sociétés en nom collectif qui immobilisent des capitaux évalués à 1 450 000 l’et mettent en œuvre environ 6 490 000 F. La commission est représentée par 4 maisons dont le chiffre d’affaires annuel se monte à 4 000 000 F. Les protégés français dirigent 9 maisons de commerce qui immobilisent 70 000 F et mettent en œuvre 2 520 000 F50.

  • 51 Ibid., Emmanuel Bertrand, consul au Caire, à Cogordan, 23.2.1901. Le rapport ne donne pas d’évaluat (...)

39Le Caire compte au total 60 maisons de commerce françaises. Hormis les sociétés anonymes – qui seront examinées dans les chapitres qui suivent – et quelques sociétés en nom collectif, la plupart des propriétaires exploitent seuls avec leurs propres capitaux. Deux maisons font de la commission ; les autres se spécialisent dans le commerce de détail51.

  • 52 Ibid., A. Summaripa, consul à Port-Sa‘īd, à Cogordan, agent diplomatique, 29.1.1901. Cf. AE, CC Por (...)

40À Port-Sa’ïd, les principales transactions ont pour objet le ravitaillement des navires. Vient ensuite la consommation d’une ville de 40 000 habitants. Égyptiens pour les deux tiers. Employant 1 956 000 F, les 14 maisons de commerce françaises sont établies sous forme de sociétés en nom collectif, en commandite simple ou en participation. Plus des trois quarts des capitaux se retrouvent dans L. Savon & cie, P. Talazac & neveux, et C. D. Moulet & cie, respectivement marchands de charbon, magasin de « nouveautés » et commerçants en matériaux de construction. Non comprise est l’agence de Worms & cie dont le siège se trouve à Paris et que l’on évalue à plusieurs millions de F. Elle vend du charbon et du pétrole et dirige d’autres agences en Égypte52.

  • 53 AE, AP Le Caire 215, Rapport de Harismendy, vice-consul à Suez, 11.1.1901.

41Dans la circonscription de Suez, il y a, outre l’antenne de Worms, une agence de L. Savon, et la Coopérative de consommation du personnel de la compagnie Suez. Les ressources des agences sont fournies par les maisons mères, tandis que la coopérative immobilise de 30 à 40 000 F53.

  • 54 Constantin, Michel et Nicolas Sinadino, Pierre Rodocanachi. S. G. Poffandi, Indicateur égyptien adm (...)
  • 55 Zerbini, op. cit., pp. 9-10.
  • 56 AE, AP Le Caire 228, Note sans date.

42Une autre catégorie se maintient. A côté des sociétés de capitaux qui sollicitent les marchés financiers européens, il y a celles, plus petites, qui comptent sur les ressources locales. En règle générale, la majorité des actions de ces anciennes entreprises familiales restent entre les mains des proches des fondateurs. L’éclosion de sociétés anonymes expatriées, créées par des ressortissants étrangers sans le concours de l’Europe, est un phénomène repérable depuis les années 1860. Prolongement de l’installation de négociants européens au pays, il traverse toutes les périodes. Le 12 mai 1885 naît à Alexandrie la Société commerciale d’Égypte. La composition du conseil en 189754 est indicative de l’origine des capitaux. Les Grecs d’Égypte Georges Goussio et Jean Zerbini sont les fondateurs en 1894 de l’entreprise d’égrenage dénommée The Kafr-el-Zayat Cotton Co. Ltd au capital de 80 000 Lég (2 073 600 F)55. La Société de publications égyptiennes prend la suite le 16 mai 1906 des Établissements A. Mourès et cie, de la Typo-lithographie V. Penasson, et des Imprimeries de la Bourse. Le capital social est de 24 000 Lég (622 080 F). Poilay bey préside le premier conseil56.

  • 57 Cf. chapitre X.
  • 58 British Chamber of commerce of Egypt, List of companies established in Egypt. Alexandrie, 1905, p. (...)
  • 59 Wright, op. cit., p. 453 ; Zakhūrā, op. cit., pp. 36-40.
  • 60 J. Zaydân, Tarājim... (Biographies des personnalités éminentes de l’Orient au xixe siècle), Matba‘a (...)

43Désormais l’élément local prend l’initiative de la création de sociétés anonymes, telle la Raffinerie d’Égypte (1881), promise à un avenir agité57. Les actions d’une valeur de 2 500 000 F de Tabacs et cigarettes Matossian, fondée en 1899 au Caire, sont détenues par la famille58. Lorsque la société en nom collectif S. Karam et frères se transforme en société anonyme sous la raison sociale The Commercial and Estates Co. of Egypt en 1904 au capital de 360 000 Lég (9 331 200 F), elle ne s’appuie que sur les ressources des partenaires59. L’itinéraire des frères Ṣidnāwī60 de Damas est analogue : ils ouvrent un magasin de détail d’articles divers au Caire en 1879 et en font une société anonyme, S. and S. Sednaoui and Co. Ltd au capital de 215 000 £ (5 375 000 F) en 1907.

44Le poids des sociétés anonymes dont les fonds propres sont d’origine principalement locale ne saurait être exagéré. Les sources ne permettent pas d’établir leur capitalisation totale, mais il est possible de déterminer leur importance relative.

  • 61 Crouchley, op. cit., p. 73, estime à 91 % la proportion des capitaux étrangers investis dans des so (...)

45Le capital des 31 entreprises énumérées au tableau 1 se monte à 90 950 737 Lég (2 357 443 103 F). Avec la possible exception de celui de la Gabbari Land Co. et de la Nestor Gianaclis Ltd, il est à peu près entièrement externe à l’Égypte. En supposant que les 133 sociétés non énumérées reçoivent leurs fonds propres de sources locales – hypothèse non conforme à la réalité mais retenue à dessein – elles ne disposent que de 11 372 343 Lég (294 771 120 F). 80,97 % des capitaux sont concentrés dans 18,9 % des sociétés anonymes, celles où les intérêts du dehors sont dominants. Quand bien même toutes les autres auraient été fondées par des hommes d’affaires locaux sans recours aux capitaux externes, elles ne réuniraient que le cinquième du total61.

  • 62 La Banque d’Athènes est fondée en 1893, ITonian en 1839 à Londres et la Sino-belge, ancêtre de la B (...)

46Le sort d’un dernier type de sociétés reste problématique. Depuis les années 1860, celles qui se rattachent à des entreprises étrangères sont surtout les succursales des grandes banques européennes de dépôts. Certains établissements inaugurent pour la première fois une agence en Égypte : la Banque d’Athènes à Alexandrie, au Caire et à Port-Sa’ïd (1895), l’Ionian Bank à Alexandrie (août 1907), et la Banque belge pour l’étranger au Caire (1912) et à Alexandrie (1914)62. Parmi les grands magasins français, Orosdi-Back ouvre des succursales dès 1895. C’est après la guerre de 1914 que le Bon Marché fait de même. Le Louvre, le Printemps et les Galeries Lafayette s’en tiennent aux bureaux de commandes, tandis que les maisons françaises d’ameublement Jansen et Krieger ont des vitrines et points de vente en Égypte. Les sociétés rattachées à des entreprises étrangères n’ont pas une aptitude particulière au succès. La société des Sucreries (1897) enregistre en 1905 l’échec le plus dramatique. Moins retentissante est la fermeture en 1913 de la filiale égyptienne du fabricant de matériel électrique Thomson-Houston.

  • 63 Ministère des Finances, Annuaire statistique de l’Égypte, Imprimerie nationale, Le Caire, 1914, pp. (...)

Tableau 1. Sociétés anonymes exerçant principalement en Égypte
(Capital au 31 décembre 1911)63

Tableau 1. Sociétés anonymes exerçant principalement en Égypte(Capital au 31 décembre 1911)63

47Leurs déboires, ainsi que le nombre négligeable de filiales, procèdent de la difficulté de faire correspondre les activités des entreprises étrangères mettant en œuvre une stratégie d’exploitation dans plus d’un pays et la physionomie de l’économie égyptienne. N’est rentable au cours de la troisième phase de son internationalisation que ce qui permet au pays de servir sa dette et d’équilibrer son budget, à savoir l’exportation du coton et les investissements fonciers en vue de répandre sa culture. En dehors de certaines banques, de la Compagnie de gaz Lebon et d’Orosdi-Back, peu de sociétés étrangères trouvent leur place dans l’Égypte de cette époque sous forme de filiales ou de succursales.

48Pour que cela se réalise, il faut qu’au préalable l’économie de l’endettement et de la monoculture cotonnière soit dépassée, et que l’Égypte subisse les transformations qui la mettraient en état d’être comprise dans les champ d’opérations de sociétés étrangères à mission plurinationale. Bouleversement de longue durée, cette quatrième étape de l’internationalisation de l’Égypte est amorcée lors de la crise de 1907 sous la pression du nationalisme égyptien. Aujourd’hui même, elle n’est pas encore arrivée à son terme, tant l’empreinte des deux phases antérieures reste profonde.

49Démanteler les anciennes formes de contrôle étranger c’est briser les contraintes qu’imposent les structures mises en place pour servir la dette extérieure. Ce travail de sape à vocation créatrice ne profite pas qu’aux Égyptiens. Il déblaie le terrain et permet l’inclusion éventuelle de l’Égypte dans les projets des entreprises étrangères à filiales. Leurs besoins en « facteurs de production » ou en marchés ne pouvaient être satisfaits en raison des conditions faites à l’Égypte depuis sa banqueroute. Nationalisme et nouvelle étape de l’internationalisation se disputent toujours l’hégémonie, sans que l’un ou l’autre ne soit assuré de prévaloir.

Figure 1 : Schéma des modes d’intégration de l’Égypte à l’économie européenne

Figure 1 : Schéma des modes d’intégration de l’Égypte à l’économie européenne

Note 64 : Propriété des ressortissants étrangers, capitaux locaux, administration en Égypte.
Note 65 : Initiative des ressortissants étrangers, capitaux d’origine européenne principalement, administration en Europe.
Note 66 : Initiative des éléments locaux (résidents étrangers protégés), capitaux d’origine européenne principalement, administration en Égypte.

III. QUI REÇOIT QUELS CAPITAUX EUROPÉENS EN ÉGYPTE ?

50Parmi les étrangers, ceux qui sont familiers de l’Égypte peuvent s’ériger en manieurs des volumes considérables de capitaux que brasse une société anonyme extra-muros. Ils jouissent d’un atout qui échappe aux administrateurs siégeant en métropole et aux Européens d’Égypte vivant en vase clos au sein des colonies. Une succession de couches nouvelles prend la relève des sociétés de personnes européennes qui constituaient le lien local entre les banques prêteuses d’Europe et le khédive Ismā‘īl. La banqueroute de 1875-1876 fait place nette de ceux-là.

51Tour à tour se distingue une catégorie s’appuyant sur une métropole européenne dont les capitaux font leur entrée sur la scène égyptienne. Après la débâcle des finances publiques, les Grecs partagent l’initiative avec les résidents étrangers de confession juive, lesquels s’avancent au-delà de leurs banques privées et commandites familiales pour occuper la place laissée par le retrait des anciens banquiers d’Ismā‘īl. Tandis que l’avènement d’entreprises articulées est dû aux Français (Lesseps, Pastré) et aux Grecs (Pasquali, Sinadino), les premiers pas vers la formation de sociétés extra-muros sont pris par les Suarès accompagnés de Delort.

  • 64 Les Sinadino (BGE), Salvago (BGE, National Bank of Egypt), Ralli, Rodocanachi et Zervudachi (BGE po (...)
  • 65 Les conseils et les directions générales réunissent souvent une combinaison quelconque d’un ou plus (...)

52Ils s’adressent aux banques parisiennes, notamment celles qui se sont tenues à l’écart des prêts à l’État égyptien, pour fonder le CFE. Se regroupent dans la Banque générale d’Égypte (1881) les Grecs qui font la transition vers la société extra-muros et les Suarès. Ces derniers s’associent tantôt aux banquiers grecs64, tantôt aux autres banquiers juifs65 en Égypte, pour fonder des sociétés anonymes aux capitaux européens. Les années 1890 sont celles des Sucreries, des chemins de fer et de la National Bank of Egypt. Puis viennent les sociétés foncières de Wadi Kom Ombo et de Cheikh Fadl. Les commandites familiales ne sont pas dissoutes, même si les associés administrent aussi des sociétés extra-muros. J.M. Cattaui fils & cie et Suarès frères & cie ouvrent même des succursales à Paris.

  • 66 Les membres de la famille Nubar siègent aussi au conseil de sociétés au capital local, telle, par e (...)

53Les hommes d’affaires grecs et juifs ont l’avantage du nombre ; les Arméniens – il s’agit, à toutes fins utiles, de la famille Nubar – bénéficient des relations dans l’Administration que procure la participation au Conseil des ministres. Les Nubar font le saut – qui dépasse le simple « pantouflage », car ils sont véritablement des hommes d’affaires – vers les sociétés dont l’existence dépend d’une concession du gouvernement (les Eaux du Caire, les tramways, les chemins de fer, Héliopolis). Ce sont de vieux routiers des sociétés anonymes, mais l’accouplement avec les capitaux belges ne date que des années 189066.

  • 67 Les Nubar les rencontrent dans les sociétés des tramways et d’Héliopolis.

54Quant aux Syriens, contingent resté dans l’ombre jusque-là, ils sont arabophones. C’est dans les sociétés foncières rurales et urbaines que l’élément local ou, à tout le moins, acclimaté paraît indispensable. L’achat de grands domaines, la mise en valeur – ou la spéculation – et la revente en petits lots appellent une connaissance intime de l’environnement social et économique. Après avoir franchi l’étape de la boutique à la commandite, les Syriens entrent à leur tour dans le monde des sociétés anonymes et font la jonction avec les capitaux belges67, fraîchement arrivés en Égypte.

  • 68 Entré en Égypte en 1845, le père de Eïd (‘Id) est consul de Belgique au Caire de 1852 à 1878. Natur (...)

55Quand la société en commandite par actions Georges A. Eïd et cie est créée au Caire au capital de 2 500 000 l’le 5 octobre 1895, c’est à Anvers qu’est réalisée l’émission68. La transformation en Société anonyme agricole et industrielle d’Égypte s’effectue le 15 mars 1897, le capital étant fixé à 5 000 000 F. Les émissions d’actions et d’obligations se feront ultérieurement sur les places de Bruxelles et d’Anvers par l’entremise de banques belges.

  • 69 Zakhūrā,, op. cit., pp. 132-134. Né au Caire de parents libanais, il est président du conseil et ad (...)
  • 70 Cf. chapitre IV.

56Cette entreprise extra-muros où Georges Eïd est administrateur-directeur général, en réalité maître à bord, marque le début d’une longue association avec les capitaux belges. Comme son frère Alfred et l’ingénieur Mansūr Najīb Shakūr69, il est administrateur de plusieurs sociétés immobilières fondées avec des ressources recueillies en Belgique. Le caractère exclusif des relations explique peut-être le fait qu’un autre Syrien, le comte Cressaty, prenne le chemin moins réservé des places financières françaises70. Exceptionnelle, l’association des Cattaui et des Suarès avec des intérêts belges ne dure que de, 1900 à 1904. Suite à la démission du conseil de la Compagnie immobilière d’Égypte présidé par R. Suarès, l’administration passe naturellement aux mains des frères Eïd.

57Si les première et deuxième étapes de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne mettent en relief le rôle des étrangers séjournant au pays afin d’exercer une activité précise, la troisième est l’occasion pour les éléments locaux – étrangers qui élisent domicile en Égypte – de devenir le trait d’union entre l’Égypte et l’Europe. La crise de 1907 annonce l’entrée en phase terminale de la troisième étape et amène un nouveau groupe sur la scène politique et économique. Le discrédit qu’elle jette sur l’ordre établi confirme les nationalistes dans leur refus du statu quo. Elle attire leur attention sur la dimension économique de l’affirmation nationale. La critique de l’absence des Égyptiens du secteur proprement capitaliste les engage à prendre la voie de la société anonyme.

  • 71 Tal’at Harb s’inspire du modèle allemand de la banque polyvalente pour créer a Banque Misr.

58Quant aux nouveaux agents économiques qui cherchent à prendre pied en Égypte, ils se montrent compréhensifs à l’égard des Égyptiens, en attente comme eux. Un appariement entre Allemands et Italiens, d’une part, et Égyptiens, de l’autre, s’esquisse-t-il à côté des tandems entre les capitaux français, anglais et belges, d’un côté, et les résidents étrangers, puis les protégés, de l’autre71 ? Il n’est qu’à l’état rudimentaire et subit une rupture brutale en 1914.

59La diplomatie française surveille étroitement les efforts que déploient les banques allemandes et italiennes pour s’attacher cette clientèle. Entreprise de « fidélisation » avant la lettre, elle tranche avec l’attitude des autres établissements européens, habitués à attendre le client et à ne traiter qu’avec des résidents étrangers. La Deutsche Orient Bank dérange par

  • 72 AE, NS Égypte 25, André Ribot, chargé de l’agence, à Stéphen Pichon, ministre AE, 22.5.1910.

« la manière audacieuse, imprudente même, dont elle travaille, n’hésitant pas à engager ses capitaux dans des conditions de sécurité rien moins que satisfaisantes, à ouvrir de larges crédits aux indigènes, sans garanties suffisantes »72.

  • 73 AE, NS Égypte 18, de Reffye à Gaston Doumergue, ministre AE, 17.3.1914.

60Concurrente sur les plans culturel et religieux, l’Italie redouble d’ardeur après 1907 et porte ses efforts dans le domaine de l’économie. Le Banco di Roma prêterait « de l’argent, sans compter, aux notables indigènes, en considération, non pas de leur surface financière, mais de l’influence politique qu’on leur attribuait »73.

61Le consul se désole du conservatisme des banques françaises.

  • 74 Id.

« Elles se sont en effet établies en Égypte pour s’y livrer à certaines opérations de banque très sûres, change, dépôts, escompte, prêts sur titres ou sur garanties : mais elles ne font pas, comme la Deutsche Orient Bank ou le Banco di Roma, des crédits au commerce local ou à des entreprises industrielles sans garanties effectives, sur la seule considération des personnes ou des entreprises »74.

62Ne pensant qu’aux affaires, elles ignoreraient la politique et risqueraient, par conséquent, de voir se restreindre leurs affaires. Sensé, le raisonnement est contrecarré par la politique de 1a Grande-Bretagne et de la France. Pourquoi s’occuper des secteurs où les Égyptiens figurent nombreux quand la mise en tutelle de l’Égypte les réduit à la portion congrue dans les domaines, politique et économique, par conséquent aux affaires de moindre envergure ? À la place d’une distinction entre banques affairistes et banques politiciennes émerge un contraste entre deux ensembles réunissant à la fois une politique et un genre d’affaires : ici, les intérêts établis ; là, les concurrents.

IV. INTÉRESSER LES ÉGYPTIENS

  • 75 Recueil des travaux du premier congrès égyptien, Wadinnil, Alexandrie, 1911, pp. 34-35, 273 et 287.

63La renaissance du mouvement national égyptien au tournant du siècle déborde le domaine politique. La crise de 1907 le mène à remettre en cause l’ordre économique soutenu par l’occupation et à s’interroger sur l’absence ou l’écartement des Égyptiens de la direction économique de leur pays. Le Congrès national égyptien tenu à Bruxelles en 1910 exprime le vœu qu’une banque nationale soit mise sur pied pour coordonner l’économie du pays et diminuer la dépendance à l’égard des ressources provenant de l’étranger. Le sujet est repris lors du congrès d’Héliopolis de 191175 et une commission chargée de la réalisation de la décision.

  • 76 Cf. chapitre IX.

64Sur le plan agricole, la raréfaction des crédits consécutive à la crise atteint la campagne et la prive de ressources. Connu depuis longtemps, le problème du crédit agricole prend toute son acuité. L’Agricultural Bank, créée en 1902, visait à le régler, mais elle devient vite une institution de prêt hypothécaire, non un établissement répondant aux besoins saisonniers de la culture76. L’absence d’une banque agricole – le Crédit agricole est fondé en 1931 avec une participation de 50 % de l’État – laisse le terrain libre aux usuriers qui pullulent dans les villages.

  • 77 M. Guiméi, Le Crédit agricole en Égypte, P. Bossuet, Paris, 1931, p. 166.

65Le fallāh a aussi recours au petit commerçant et au représentant d’une maison d’exportation de coton. Ce dernier est en rapport avec les banques commerciales. L’intermédiaire emprunte à découvert d’une banque pour faire le versement d’un acompte au fallāh au début de la campagne. Il lui règle le solde au moment de la récolte, grâce à un second emprunt bancaire, consenti contre la mise en gage de la marchandise qu’il a achetée de l’agriculteur77. Le crédit n’est pas agricole, car l’avance est accordée à l’intermédiaire qui, lui, se constitue acheteur.

  • 78 J. Zannis, Le Crédit agricole en Égypte, Les Presses modernes, Pans, 1936, p. 35.
  • 79 Ibid., p. 36 ; Guiméi, op. cit., p. 187.
  • 80 Recueil..., op. cit., pp. 235-236.

66En 1875, le taux d’intérêt légal est de 12 %. Le décret du 6 avril 1882 le réduit à 7 % en matière civile et à 9 % en matière commerciale. Celui du 10 juillet 1892 les abaisse à 5 et 7 % respectivement. Le taux maximum de l’intérêt conventionnel est limité à 9 %78. Toutefois ces dispositions ne sont assorties d’aucune sanction. En 1912, on introduit un article sur le délit d’usure, mais seulement dans le code pénal « indigène ». Y échappent les étrangers protégés par le code mixte, c’est-à-dire bon nombre d’usuriers79. Les taux qu’ils pratiquent se montent à 8 % par jour, et 3 000 % par an80.

  • 81 O. Loutfy bey, « Note sur la première coopérative de crédit fondée par décret khédivial du 27 janvi (...)
  • 82 Rapport de ‘Umar bey Lujfī dans Recueil... op. cit., pp. 219-233.
  • 83 Zannis, op. cit., pp. 57-78, et B. Michel, « Note sur les syndicats-coopératives agricoles fonction (...)

67D’autres ébauches de solutions émanent des propriétaires égyptiens réunis autour du prince Husayn Kâmīl. Influencés par des modèles européens, ils promeuvent la formation de syndicats agricoles munis de caisses de crédit mutuel. Des délégués sont envoyés en Europe pour étudier l’organisation de la mutualité81. Les syndicats agricoles, coopératives de crédit, caisses rurales et banques populaires obtiennent les suffrages du congrès d’Héliopolis82. Né en 1910, le mouvement coopératif prend quelque ampleur et contribue à fixer l’attention sur la situation du petit cultivateur83.

68En 1912, les autorités établissent des halaqas. Il s’agit de marchés de coton où le pesage de la marchandise est contrôlé par des agents publics et les prix publiés chaque jour. Les paysans peuvent y vendre leurs récoltes sans être à la merci d’un commerçant bien placé pour les tromper sur le poids et les prix. La loi de l’insaisissabilité de la propriété de moins de 5 faddāns (2,1 ha) est adoptée en 1913. Les prêteurs hypothécaires se rebiffent et diminuent les crédits. N’ayant plus de gage à offrir, le petit agriculteur retourne chez l’usurier. La loi, par conséquent, produit un effet contraire à l’attente de ses auteurs.

  • 84 AE, NS Égypte 83, Jules-Albert Defrance, agent diplomatique, à Jean Cruppi, ministre AE, 29.5.1911.

69Les efforts se poursuivent en 1911 en vue de la réalisation de la banque nationale dont les capitaux de 52 000 000 l’et le conseil seraient égyptiens. Dans l’immédiat, elle aurait pour mission de venir en aide aux agriculteurs. La jurisprudence musulmane interdisant la perception d’intérêts, les suppléments demandés aux cultivateurs seraient minimes et destinés seulement à couvrir les frais d’administration. C’est, pour le diplomate, « un des symptômes les plus curieux que j’ai observés de l’état d’esprit des Égyptiens et des tendances actuelles des Musulmans de ce pays »84.

  • 85 Son rapport sur la situation économique au congrès de 1911 in Recueil..., op. cit., pp. 209-218.
  • 86 AE, AP Le Caire 223, P. Mille (?) à F. Charles-Roux, gérant de l’agence, 17.6.1911.

70L’accueil favorable que rencontrent des initiatives de ce genre parmi les Égyptiens aisés partisans du mouvement national ne se dément pas. Ainsi Yūsuf bey Nahhās85, gendre du ministre des Finances, veut-il constituer et diriger une banque. Il peut compter sur 15 000 000 l’de la part de propriétaires fonciers ; avec la souscription publique, le capital social atteindrait 1 000 000 Lég (25 920 000 F)86.

  • 87 AE, AP Le Caire 228, Note sans date (antérieure à septembre 1911).
  • 88 J. Dreux, négociant et conseiller du Commerce extérieur ; R. Dreux, ingénieur, ex-inspecteur des Do (...)

71Au diapason de ces nouvelles tendances, des Français d’Égypte tentent de leur donner des formes concrètes en proposant des entreprises nouvelles. Des deux sociétés envisagées, la seconde est la plus originale. La première, l’Egyptian Produce and Navigation Co. Ltd, se substituerait aux commerçants. Elle construirait des magasins dans les centres agricoles pour stocker les récoltes, et se chargerait de les vendre aux cours les plus favorables. Sur les dépôts de marchandises, elle ferait des avances ; elle consentirait aussi des prêts sur récoltes sur pied, avec garanties hypothécaires87. Le conseil comprend trois Français et, fait à noter, deux notables Égyptiens88.

  • 89 J. d’Argila et A.- E. Gallois, Le Crédit égyptien : étude préliminaire, éditeur inconnu, Paris, 191 (...)

72Le projet de fondation du Crédit égyptien prend aussi en compte le rôle des Égyptiens dans l’économie. L’idée part du constat de l’absence d’une banque agricole. Elle s’élargit ensuite vers une conception du Crédit égyptien agissant comme régulateur du marché. Les deux promoteurs sont Joseph d’Argila, ancien directeur des Sucreries, et A.-E. Gallois, avocat près la cour d’appel d’Alexandrie. Le capital du Crédit égyptien s’élèverait à 1 000 000 Lég (25 920 000 F) représentées par 250 000 actions de 4 Lég (103,68 F)89.

  • 90 Ibid, p. 4.

73L’établissement ouvrirait des magasins généraux et appliquerait le principe du warrant. Les entrepôts recevraient les récoltes en dépôt libre, en consignation ou en garantie d’avances. À l’intérêt en espèces se substituerait la rétribution en denrées agricoles90. La loi musulmane interdit l’intérêt en argent, mais admet l’intérêt en nature s’il y a une association entre créancier et débiteur. Grâce au magasin, il serait loisible au petit cultivateur de choisir le moment convenable pour écouler ses produits, affranchi des exigences de l’usurier. Il pourrait, sans déplacer ses récoltes du magasin, les vendre, et économiser les frais de transport vers Le Caire ou Alexandrie que lui imputait le marchand.

74Le warrant serait le pivot du fonctionnement du Crédit égyptien, l’instrument qui permettrait aux marchandises en dépôt de servir à des transactions. Le document représenterait les avances d’argent sur les denrées emmagasinées, et pourrait être étendu aux récoltes sur pied et aux récoltes non emmagasinées. Le Crédit égyptien se procurerait des ressources en faisant escompter les warrants.

  • 91 Ibid., p. 6.

75Au-delà du magasin et du warrant, le programme évoque des perspectives plus larges. Les initiateurs souhaitent créer un service de renseignements. Ils afficheraient les cours quotidiens des denrées en Égypte, constituant ainsi de véritables bourses provinciales, unissant les régions et régularisant le marché. Le Crédit égyptien deviendrait « l’intendant de la fortune du pays »91.

  • 92 Ibid., p. 10.

76Il y a plus. La société aiderait à la formation de coopératives et de mutuelles regroupant les petits cultivateurs, à la création d’industries locales, à la constitution de caisses d’épargne populaires. Elle établirait des branches pour venir en aide aux petits entrepreneurs et pour faire des avances sur biens inaliénables remis aux fondations pieuses (waqf)92.

  • 93 Ibid, pp. 6-7.
  • 94 Recueil..., op. cit., pp. 234-241.
  • 95 D’Argila et Gallois, op. cit., pp. 5, 6.

77Le Crédit égyptien est conçu pour être l’instrument de l’autonomie financière de l’Égypte, le tronc sur lequel surgiraient coopératives, groupements agricoles ou commerciaux93. Ce programme s’apparente aux revendications du mouvement national : le congrès d’Héliopolis avait écouté un rapport sur les magasins généraux et les warrants94. D’Argila et Gallois veulent que la société soit l’œuvre des Égyptiens, et que le conseil soit composé exclusivement de notables égyptiens. Les directeurs européens, simples collaborateurs, agiraient sous son contrôle95.

  • 96 Id.

78Il reste un obstacle : le warrant n’est pas légalement reconnu en Égypte. D’Argila et Gallois sollicitent du gouvernement une addition au Code de commerce et se font dire que leur système aboutirait à l’accaparement des céréales et du coton qui intéresse au plus haut point les filateurs anglais96. Boudé par les nationalistes qui redoutent peut-être une récupération de leur programme, le Crédit égyptien se heurte au pouvoir politique, sensible aux intérêts que léserait le nouvel établissement.

V. NATIONALITÉ ET CONTRÔLE DES SOCIÉTÉS ANONYMES

  • 97 Les première et deuxième parties illustrent ce leitmotiv de l’action diplomatique française.

79Les retombées de la crise économique de 1907 ne se limitent pas aux pertes éprouvées sur le plan pécuniaire. Est simultanément ébranlée la confiance dans les mécanismes qui sous-tendent les deuxième et troisième étapes de l’internationalisation de l’Égypte. D’une part, les autorités politiques françaises, inquiètes du nombre d’administrateurs locaux à la tête de sociétés extra-muros financées par des capitaux français, entreprennent une campagne pour la francisation des conseils97. D’autre part, les administrateurs et directeurs domiciliés en Égypte de sociétés articulées s’en prennent à la méconnaissance du pays dont feraient preuve leurs collègues siégeant en métropole. Qu’elles soient de type extra-muros ou articulé, les sociétés par actions sont soumises à un test dont elles avaient jusqu’alors été épargnées : la détermination de leur nationalité.

  • 98 Créés en 1875 et composes en majorité de magistrats étrangers agréés par leurs gouvernements, ils c (...)
  • 99 La Réforme (Alexandrie), 6.7.1905.

80D’aucuns en Égypte s’élevaient déjà contre les sociétés fondées en Europe, échappant à la jurisprudence des tribunaux mixtes98 et, du fait de l’installation de leurs sièges à Londres ou à Paris, au contrôle des actionnaires d’Égypte99. La crise de 1907 confère plus d’acuité à ces critiques et les transporte au sein des sociétés articulées. Face à la dépréciation des actifs, à l’appel du capital non versé ou aux perspectives de faillites, les actionnaires d’Égypte sont portés à douter de la sagesse d’installer des sièges sociaux loin du centre d’exploitation.

  • 100 Le versement minimal est de 25 % de la valeur nominale de l’action, une Lég (25,92 F) au minimum s’ (...)

81Adeptes des structures de type articulé, les actionnaires britanniques sont interpellés avec une insistance grandissante par leurs associés d’Égypte au sujet du contrôle de leurs entreprises. La floraison des sociétés anonymes lors du boom du début de la première décennie du vingtième siècle, le lancement de sociétés n’ayant pour objet que le trafic des parts de fondateurs par les promoteurs, la faiblesse des montants effectivement versés par les souscripteurs100, le jeu des reventes d’actions avec primes et l’encouragement à la spéculation sur les titres suscitent des appels à la réglementation.

82Plus nombreuses que celles qui s’installent à Paris, Bruxelles ou Anvers, les sociétés dont les organes supérieurs logent à Londres deviennent l’objet d’une double contestation. Sur le plan juridique, les tribunaux sont invités à statuer sur la nationalité des sociétés anonymes. A l’intérieur de certaines entreprises, les actionnaires et administrateurs d’Égypte émettent des prétentions à diriger des sociétés jusque-là laissées sous la gouverne de conseils londoniens.

83La City and Agricultural Lands of Egypt est constituée sous le régime de la loi anglaise. Elle a son siège social à Londres, mais son capital est exclusivement d’Égypte, ses assemblées générales se réunissent en Égypte, son siège administratif est à Alexandrie et son actif est composé uniquement d’immeubles sis au Caire. Lorsqu’elle appelle le capital non versé, les actionnaires d’Égypte s’avisent de l’illégalité de la société. Leur raisonnement consiste à affirmer que cette entreprise formellement anglaise est véritablement égyptienne. A ce titre, un firman khédivial d’autorisation est indispensable afin de régulariser son existence. Le défaut de ce document signifie qu’elle n’est pas légalement constituée et doit être proclamée nulle et inexistante au point de vue juridique.

  • 101 EF, B31290, de Valdrôme à Pichon, 5.5.1908 ; AN, AD XIX Yl 15, Rappon pour Vannée 1910 du conseille (...)

84Déboutés par le Tribunal de commerce mixte d’Alexandrie le 6 janvier 1908, les plaignants interjettent appel et l’affaire provoque un vif débat dans les milieux concernés. Le 29 avril 1908 la Cour d’appel mixte d’Alexandrie rend un arrêt retentissant qui infirme le jugement du tribunal, proclame la nullité et nomme un liquidateur. Elle décide que la société a véritablement été créée en Égypte, nonobstant les formalités d’enregistrement en Angleterre, qu’elle est égyptienne par son objet et par l’origine de ses capitaux, que toutes ses assises réelles sont en Égypte. Quant au siège social, c’est le lieu d’où part la direction, où est exercé le contrôle et où est établie l’administration centrale. Il se trouve là où la société a vraiment été créée. Par conséquent, la nationalité des personnes morales découle légalement des conditions de leur institution101.

  • 102 Théorie de « l’intérêt mixte », Eldin, op. cit., pp. 46-47.

85Le jugement fait jurisprudence mais, pour l’Égypte, le changement est infime. En effet, il suffit qu’un étranger, résidant en Égypte ou pas, ait dans une société réputée juridiquement égyptienne un intérêt lui donnant la qualité de partie éventuelle pour que l’entreprise soit justiciable des tribunaux mixtes et soustraite aux juridictions égyptiennes102. En outre, les sociétés véritablement étrangères ne sont pas en cause ; seules les sociétés égyptiennes qui adoptent une nationalité étrangère de convenance sont visées.

  • 103 Malcom Mcllwraith, « The status of british companies in Egypt », Journal of the Society of comparat (...)

86La City and Agricultural Lands se distingue d’une entreprise articulée car elle n’est pas effectivement dirigée de l’extérieur du pays. Elle n’est inscrite sous la loi anglaise que pour contourner l’obligation de se conformer à la législation égyptienne. Il n’en demeure pas moins que l’arrêt sème l’inquiétude parmi les responsables des sociétés articulées britanniques103 et entraîne la mise en liquidation ou la conversion de sociétés fictivement anglaises. Aussi voit-on le nombre d’entreprises enregistrées en Grande-Bretagne se comprimer brusquement, tandis que celui des sociétés extra-muros et égyptiennes évolue dans un sens inverse.

  • 104 Eldin, op. cit., p. 11.

Tableau 2 : Régime des sociétés anonymes exploitant en Égypte104

Tableau 2 : Régime des sociétés anonymes exploitant en Égypte104

87Même si l’arrêt du 29 avril ne concerne pas les entreprises réellement étrangères, il aiguise les tensions au sein des sociétés articulées. Le fait que les entreprises immobilières constituées sous la forme de limited company anglaises comptent parmi les plus touchées ne tient pas du hasard. À un double titre, elles sont les plus vulnérables : sociétés foncières, elles ne sauraient faire l’économie des compétences locales familières du milieu égyptien ; sociétés articulées, elles soumettent l’élément local à un contrôle métropolitain.

  • 105 The Financial Times, 25.2, 15.4 et 12.12.1905 ; 10.1.1907.
  • 106 Anvers-Bourse, 22.4.1907.

88À la Corporation of Western Egypt Limited, fondée en juillet 1904105, le désaccord entre le Board of directors et les deux administrateurs domiciliés en Égypte entraîne la démission de ces derniers. Opposés à la dualité de la direction, ils préconisent la primauté de l’administration locale106.

  • 107 L’Information, 17.3.1906.
  • 108 Inscription à la cote du Syndicat des banquiers en valeurs au comptant.
  • 109 Exception faite de l’Économiste européen. L’Actualité financière du 22 mars 1907 les considère comm (...)
  • 110 La Vie financière, 23.3.1906 ; le Globe, 7.3.1907.

89Plus prolongé est le tumulte dans la New Egyptian Company Limited, fondée en juillet 1899 sous les auspices de l’Oceana Consolidated Company, « cette hydre aux bras multiples, à laquelle il ne manque qu’une tête pour être viable »107. Introduites le 15 mars 1906 sur le marché en banque108 à Paris, les 500 000 actions de la New Egyptian Company ont droit à un accueil réfrigérant109. On passe au crible les activités hétéroclites, les rapports « pharamineux » du conseil, les promesses aléatoires, les comptes médiocres : exigibilités dépassant les disponibilités, immobilisations supérieures au capital, réserves inexistantes, revenus normaux ne couvrant pas les frais généraux, trésorerie embarrassée110.

  • 111 L’Actualité financière, 22.3.1907.

90La New Egyptian Company répartit son unique dividende en 1904-1905, mais seulement en réalisant des titres et des terrains, c’est-à-dire en diminuant l’actif des actionnaires. La distribution ne serait, du reste, qu’un moyen d’amorcer le marché français à la veille d’une sollicitation. En 1905-1906, le conseil, « considérant sans doute qu’il est beaucoup plus facile, pour l’émetteur de papier, de capitaliser des espérances »111, suspend les répartitions.

  • 112 Le Journal du Caire, 21.11.1907.

91Plongée dans la crise économique de 1907, la New Egyptian Company voit se dresser un péril autrement préoccupant que le persiflage des feuilles boursières. Émus par la baisse continuelle de leurs titres, des actionnaires d’Égypte convoquent une réunion au Caire en novembre 1907 afin d’entreprendre une action collective : nommer une commission qui exigerait du conseil un exposé de la situation de l’affaire de nature à les éclairer sur la valeur intrinsèque des actions112.

92Il faut s’efforcer de gérer la société avec les frais généraux minima. Comment ? En centralisant au Caire l’administration et la direction. Les actionnaires d’Égypte,

  • 113 Ibid., 12.2.1908.

« par leur connaissance des affaires [du pays], sont le mieux qualifiés pour donner à vos débats toute l’ampleur qu’ils comportent et pour couvrir par un vote éclairé la gestion de vos administrateurs »113.

  • 114 La Vie financière, 6.11.1909.
  • 115 The Financial Times, 10.10. 1912.

93Deux courants s’affrontent : au Caire, on insisterait pour diriger les efforts exclusivement sur la diminution des dépenses, l’augmentation des recettes et la consolidation de l’actif, à l’exclusion de toute entreprise nouvelle ; à Londres, on rêverait au genre de spéculations qui a failli faire sombrer la société114. L’administrateur-délégué Edgard Suarès explique que sa politique consiste à louer les propriétés en bloc à de gros tenanciers afin d’éviter les frais de collecte des loyers et les nombreux procès associés aux petits locataires115.

  • 116 Ibid. 7.5.1913.
  • 117 Agence Fournier, 29.7.1920.

94Démissions et AG houleuses se succèdent. Les intéressés s’agitent dans des lettres et circulaires publiées dans les journaux. Non sans peine, la paix est rétablie en 1913 : l’administration de l’actif loge en Égypte, le contrôle financier à Londres116. Nul mieux que le fisc ne sait mettre un terme aux tiraillements fractionnels au sein d’une association à but lucratif. En 1920 le siège de la société est transféré au Caire. Les actionnaires d’Égypte n’ont toujours pas plus que la moitié des actions, mais la majorité du conseil est domiciliée au Caire, les AG y seront tenues et la déclaration des profits s’effectuera en Égypte. Cette disposition évitera aux actionnaires d’Angleterre l’excess-profits duty, et aux actionnaires d’Égypte l’income-tax et l’excess-profits duty117. Cahoteux parcours menant une société articulée au statut extra-muros !

Conclusion.

95La multiplication des points de contact économique entre l’Europe et l’Égypte obéit à un ordre de succession. Au commerce s’agrège l’exportation des capitaux. Les placements dans la dette publique sont rejoints par les investissements dans les entreprises, eux-mêmes soumis à un suite ordonnée de formes institutionnelles. L’évolution des structures des sociétés traduit les fonctions envisagées, l’envergure des unités, les modes de fonctionnement et l’identité des agents. Processus historique, elle reflète les mutations d’une relation entre participants à l’économie internationale.

96Les rapports économiques franco-égyptiens s’inscrivent dans le modèle de liaisons proposé. Entre 1882 et 1914, ils révèlent les caractéristiques des trois premières étapes de l’intégration de l’Égypte à l’économie européenne. Mais le poids des éléments constitutifs de chacune des étapes varie au fil du temps. À côté des négociants étrangers apparaissent les entreprises expatriées et articulées, lesquelles sont éclipsées par les sociétés extra-muros.

97Si divers types d’association des capitaux coexistent à travers les périodes de l’internationalisation de l’Égypte, une forme particulière correspond à chaque étape. Le recul relatif des plus anciennes ouvre la voie à la multiplication des plus nouvelles. La banqueroute de l’Égypte et la convalescence qui s’étend sur près de deux décennies entraînent de nombreuses liquidations de sociétés. Tombent des entreprises articulées créées lors du boom et les premières sociétés extra-muros. Toutefois, la déconfiture de ces dernières n’est que temporaire. Lorsque le renversement de la conjoncture s’effectue, leur prédominance se confirme.

98C’est en Égypte que siège de plus en plus la direction réelle des sociétés qui font appel aux investissements européens. Bien que prépondérants, les capitaux étrangers ne détiennent pas a priori le contrôle, tandis que les établissements financiers qui parrainent les émissions d’actions et d’obligations ne disposent pas d’un mécanisme formel d’intervention et ne jouissent pas de pouvoirs tutélaires. Situation inusitée, elle ne se présente guère dans le cas des commandites expatriées, où les propriétaires sont les maîtres. Elle se présente fort différemment dans celui des sociétés articulées et des entreprises à filiales et à succursales, où la direction est en métropole. En ce qui concerne les sociétés extra-muros, le problème du contrôle apparaît dès la genèse de cette structure. Les représentants des intérêts européens doivent improviser pour faire exécuter leurs volontés, thème qui se situe au cœur des relations économiques franco égyptiennes, surtout après 1907.

Notes

1 AE, CC Alexandrie 20 à 35, 1819 à 1856.

2 Les premiers relèvent de leur pays d’origine. Les seconds, de diverses origines, se placent sous la protection d’un État étranger et deviennent des « protégés ». Installés en Égypte, ils forment « l’élément local ». Ce sont surtout des « Levantins » – ancêtres des « Égyptianisés » (mutamassirūn) –, à savoir des Méditerranéens de religion juive, des Syro-Libanais et des Arméniens. Certains « Levantins » demeurent des sujets ottomans.

3 O. Köymen, « The advent and consequences of free trade in the Ottoman Empire (19th century) », Études balkaniques, VII, 2, 1971, pp. 47-55.

4 A. Wright, Twentieth-Century Impressions of Egypt, Lloyd’s, Londres, 1909, p. 453 ; I. Zakhūrā, Al-Sūriyyūn... (Les Syriens en Égypte), Al-Majba’at al-’arabiyya, lieu non indiqué, 1928, pp. 36-40.

5 S. D. Chapman, « The international houses : the continental contribution to british commerce, 1800-1860 », The Journal of european economie history, VI, 1, printemps 1977, p. 38.

6 A. G. Politis, L’Hellénisme et l’Égypte moderne, F. Alcan, Paris, 1929-1930, t. II, p. 233 ; C. Hadziiossif, La Colonie grecque en Égypte, 1833-1856, thèse, Paris IV-EPHE, 1981.

7 Chapman, art. cité, p. 39.

8 Politis, op. cit., II, p. 234.

9 Cf. chapitre IV.

10 Wright, op. cit., p. 452.

11 Les Rolo deviendront sujets britanniques. Fiches de renseignements in CL, DAE 4 604 (Rodocanachi, Tilche, Rolo), 5 657 (Tilche), 5 666 (Rodocanachi). M. Landau, Jews in nineteenth-century Egypt. New York University Press, New York, 1969, donne en annexe des historiques en langue arabe des familles Rolo. Mosseri, Cattaui et Menasce.

12 J.-B. Pastré (1804-1877) séjourne en Égypte de 1824 à 1835. À Alexandrie, il fonde Pastré frères, la maison de négoce la plus importante du pays. Elle aura des succursales au Havre, à Londres et à Trieste. Homme d’affaires et armateur influent dans sa ville natale, il est administrateur de l’Anglo-Egyptian Bank, l’un des fondateurs de la Société marseillaise de crédit (1865), qu’il préside de 1865 jusqu’à son décès en 1877, et président de la Chambre de commerce de Marseille (1852 à 1866). AE, CC Alexandrie 24, consul à Alexandrie au ministre AE, 12.11.1830 ; Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, Marseille, 1913, t. XI, p. 384 ; R. Caty et E. Richard, Armateurs marseillais au xixe siècle, CCIM, Marseille, 1986, pp. 26, 54.

13 Cf. chapitre II.

14 A. Lucovich, La Société agricole et industrielle d’Égypte, de Gaittet, Pans, 1865 ; Landes, op. cit., pp. 261-277. Cf. chapitre III.

15 Cf. chapitre III.

16 La Kafr-el-Zayat en est une. D. J. Zerbini, Histoire d’une entreprise industrielle : The Kafr-el-Zayat Cotton Co. S.A.E., 1894-1956. Société de publications égyptiennes, Alexandrie, 1956, p. 20. Parmi les autres : The Splendid Hotels of Egypt Co. et la Société anonyme des immeubles d’Égypte. Rapport du consul à Alexandrie Pierre Girard, Moniteur officiel du commerce, 1.8.1907, pp. 26, 34. Cf. Notes d’information sur les Sursuq in CL, DAE 1053/1, 1054/1 et 2286.

17 Sujets de l’Empire des Habsbourg jusqu’à la guerre de 1914. Jacoub Menasce est baron austro-hongrois en 1874. Wright, op. cit., pp. 448, 450.

18 Au sujet des Suarès, Mosseri et Cattaui, cf., outre Landau, op. cit., K. Grunwald, « On Cairo’s Lombard Street », Tradition (Munich), XVII, 1, 1972, pp. 13-22.

19 Cf. chapitre II.

20 M. Attia, l’Égypte : ressources et population à travers les rapports de production de la deuxième moitié du xixe siècle à la Première Guerre mondiale, thèse, Montpellier 1, 1981, pp. 192-194.

21 Cf. chapitre II.

22 Anonyme (J. Claudy), Histoire financière de l’Égypte depuis Saïd pacha, 1854-1876, Guillaumin, Paris, 1878, pp. 32, 90 et 103.

23 A. S. J. Baster, The International Banks, Arno Press, New York, 1977 (P. S. King, Londres, 1935), pp. 59-67 et « The Origins of british banking expansion in the Near East », Economic History Review, V, 1, octobre 1934, pp. 78-79 ; Landes, op. cit., pp. 61-68.

24 AN, F11 7 200, Roustan, consul au Caire, à de Moustier, ministre AE, 14.9.1866.

25 Baster, op. cit., p. 67 ; Statuts et prospectus dans AE, CC Alexandrie 36, 10 et 12.6.1861.

26 Landes, op. cit., pp. 151-154.

27 Leurs membres siègent au conseil jusqu’au début des années 1880.

28 Au capital considérable de 10 000 000 £ (250 000 000 F), ses statuts sont signés le 18 mai 1863, trois jours après ceux de la Société générale (Paris). Samuel Laing, promoteur de la General Credit, est proche d’Edward Blount et de Paulin Talabot de la Générale, et les deux banques nouent une alliance par l’échange de 20 000 actions de part et d’autre. Société générale, 1864-1964, Chaix, Paris, 1964, p. 26.

29 S. Saul, « From the Anglo-Egyptian Bank to Barclays (DCO) : a century of overseas banking », Proceedings of the Conference on Business History, Erasmus University, Rotterdam, 1995, pp. 383-405.

30 Baster, op. cit., p. 70.

31 Cf. chapitre II.

32 Baster, op. cit., p. 70.

33 Politis, op. cit., II, p. 262.

34 Fermée en 1873.

35 Ancêtre de la Banque de Tokyo.

36 ‘A. al-Jirītlī, « Taṭawwur... » (« Le développement du système bancaire en Égypte ») in Al-Jam‘iyya... (La Société égyptienne d’économie politique, de statistiques et de législation), Buūth... (Recherches du cinquantenaire, 1909-1959), Sharikat al-i‘lānāt al-sharqiyya, Le Caire. 1960, pp. 197-302 ; EF, B31611, Modem Egypt economically treated, 1924, 92 p. dactyl., par Annis Dosse, professeur à l’École de commerce du Caire.

37 Nom d’origine libanaise. Il est le mandataire de Casimir Eynard, négociant à Beyrouth, d’après les Statuts.

38 Statuts.

39 Jaillon, Carlo Deleuze et Joseph Vaast au Caire ; Terrail, Jarrosson et Lordeveau à Lyon ; Schwob à Paris. AE, AP Le Caire 228, de Reffye, consul à Alexandrie, à Chevandier de Valdrôme, chargé d’affaires, 8.12.1908.

40 Cote de la Bourse et de la Banque, 19.7.1907.

41 Bulletin annexe du Journal officiel, 28.12.1908.

42 Ibid., 29.6.1908.

43 Déclaration de souscription et de versement, 8.7.1908.

44 Caractéristique de leur cursus, cette progression se vérifie aussi chez certains ressortissants européens. Wilhelm Pelizaeus, administrateur de nombreuses sociétés anonymes, est issu de la maison de commerce W. Pelizaeus et cie. Quant à Charles Beyerlé, membre de plus d’un conseil d’administration, il commence sa carrière en Égypte comme agent particulier des banquiers Oppenheim. Notice biographique sur Beyerlé dans la Bourse égyptienne, 12.12.1908.

45 F. Levernay, Guide-Annuaire d’Égypte : statistique – administration – commerce – industries – agriculture, Typographie française Delbos-Demouret, Le Caire, 1872-1873, pp. 182-183.

46 Wright, op. cit., p. 317.

47 CL, DAE 5 475, Fiche de renseignement, janvier 1911 ; AE, AP Le Caire 223, note sans date.

48 N. Carnoy, La Colonie française du Caire, thèse de droit, PUF, Paris, 1928, pp. 71 et 72.

49 AE, AP Le Caire 215, Théophile Delcassé, ministre AE, aux agents diplomatiques, 30.9.1900.

50 Ibid., Girard à Delcassé, 13.3.1901.

51 Ibid., Emmanuel Bertrand, consul au Caire, à Cogordan, 23.2.1901. Le rapport ne donne pas d’évaluation des capitaux engagés dans ces maisons.

52 Ibid., A. Summaripa, consul à Port-Sa‘īd, à Cogordan, agent diplomatique, 29.1.1901. Cf. AE, CC Port-Saïd 3, Daumas, consul, à Hanotaux, 30.5.1895.

53 AE, AP Le Caire 215, Rapport de Harismendy, vice-consul à Suez, 11.1.1901.

54 Constantin, Michel et Nicolas Sinadino, Pierre Rodocanachi. S. G. Poffandi, Indicateur égyptien administratif et commercial, IIe année, Carrière, Alexandrie, 1896, p. 201.

55 Zerbini, op. cit., pp. 9-10.

56 AE, AP Le Caire 228, Note sans date.

57 Cf. chapitre X.

58 British Chamber of commerce of Egypt, List of companies established in Egypt. Alexandrie, 1905, p. 44.

59 Wright, op. cit., p. 453 ; Zakhūrā, op. cit., pp. 36-40.

60 J. Zaydân, Tarājim... (Biographies des personnalités éminentes de l’Orient au xixe siècle), Matba‘at al-Hilāl, Le Caire, 1922, t. 1er, pp. 302-309.

61 Crouchley, op. cit., p. 73, estime à 91 % la proportion des capitaux étrangers investis dans des sociétés anonymes égyptiennes en 1914, soit 92 039 000 Lég (2 385 650 850 F) sur un total de 100 152 000 Lég (2 595 939 800 F) versées. Les 16 218 000 Lég (420 370 560 F) de la Compagnie Suez ne sont pas comprises dans le compte.

62 La Banque d’Athènes est fondée en 1893, ITonian en 1839 à Londres et la Sino-belge, ancêtre de la Banque belge pour l’étranger, en 1902.

63 Ministère des Finances, Annuaire statistique de l’Égypte, Imprimerie nationale, Le Caire, 1914, pp. 524-528.

64 Les Sinadino (BGE), Salvago (BGE, National Bank of Egypt), Ralli, Rodocanachi et Zervudachi (BGE pour les trois) sont du nombre.

65 Les conseils et les directions générales réunissent souvent une combinaison quelconque d’un ou plusieurs Suarès, Cattaui, Menasce, Mosseti, Rolo, Aghion, Tilche ou Adda. Victor Harari pacha, sujet britannique d’origine libanaise, débute en Égypte au ministère des Finances. Il est ensuite administrateur de nombreuses sociétés à capitaux étrangers et devient sir Victor.

66 Les membres de la famille Nubar siègent aussi au conseil de sociétés au capital local, telle, par exemple, la Compagnie frigorifique d’Égypte, fondée en 1904.

67 Les Nubar les rencontrent dans les sociétés des tramways et d’Héliopolis.

68 Entré en Égypte en 1845, le père de Eïd (‘Id) est consul de Belgique au Caire de 1852 à 1878. Naturalisé belge, le fils l’est a son tour de 1893 à 1920. AE (Belgique), PE 1575 ; Zakhūrā, op. cit., pp. 294-298.

69 Zakhūrā,, op. cit., pp. 132-134. Né au Caire de parents libanais, il est président du conseil et administrateur-délégué de la Société anonyme des ciments d’Égypte, fondée à Bruxelles en 1900.

70 Cf. chapitre IV.

71 Tal’at Harb s’inspire du modèle allemand de la banque polyvalente pour créer a Banque Misr.

72 AE, NS Égypte 25, André Ribot, chargé de l’agence, à Stéphen Pichon, ministre AE, 22.5.1910.

73 AE, NS Égypte 18, de Reffye à Gaston Doumergue, ministre AE, 17.3.1914.

74 Id.

75 Recueil des travaux du premier congrès égyptien, Wadinnil, Alexandrie, 1911, pp. 34-35, 273 et 287.

76 Cf. chapitre IX.

77 M. Guiméi, Le Crédit agricole en Égypte, P. Bossuet, Paris, 1931, p. 166.

78 J. Zannis, Le Crédit agricole en Égypte, Les Presses modernes, Pans, 1936, p. 35.

79 Ibid., p. 36 ; Guiméi, op. cit., p. 187.

80 Recueil..., op. cit., pp. 235-236.

81 O. Loutfy bey, « Note sur la première coopérative de crédit fondée par décret khédivial du 27 janvier 1910 », l’Égypte contemporaine, I, 1910, pp. 376-381

82 Rapport de ‘Umar bey Lujfī dans Recueil... op. cit., pp. 219-233.

83 Zannis, op. cit., pp. 57-78, et B. Michel, « Note sur les syndicats-coopératives agricoles fonctionnant en Égypte », l’Égypte contemporaine, IV, 1913, pp. 376-386.

84 AE, NS Égypte 83, Jules-Albert Defrance, agent diplomatique, à Jean Cruppi, ministre AE, 29.5.1911.

85 Son rapport sur la situation économique au congrès de 1911 in Recueil..., op. cit., pp. 209-218.

86 AE, AP Le Caire 223, P. Mille (?) à F. Charles-Roux, gérant de l’agence, 17.6.1911.

87 AE, AP Le Caire 228, Note sans date (antérieure à septembre 1911).

88 J. Dreux, négociant et conseiller du Commerce extérieur ; R. Dreux, ingénieur, ex-inspecteur des Domaines ; L. Causse, banquier ; Rimālī bey et Muḥammad bey Maḥmūd.

89 J. d’Argila et A.- E. Gallois, Le Crédit égyptien : étude préliminaire, éditeur inconnu, Paris, 1912, p. 12.

90 Ibid, p. 4.

91 Ibid., p. 6.

92 Ibid., p. 10.

93 Ibid, pp. 6-7.

94 Recueil..., op. cit., pp. 234-241.

95 D’Argila et Gallois, op. cit., pp. 5, 6.

96 Id.

97 Les première et deuxième parties illustrent ce leitmotiv de l’action diplomatique française.

98 Créés en 1875 et composes en majorité de magistrats étrangers agréés par leurs gouvernements, ils connaissent des litiges impliquant des étrangers résidant en Égypte.

99 La Réforme (Alexandrie), 6.7.1905.

100 Le versement minimal est de 25 % de la valeur nominale de l’action, une Lég (25,92 F) au minimum s’il s’agit du premier versement. CL, Dossier 73 084 (Études financières, 13.8.1908), Règlement relatif à la création des sociétés anonymes du 17.4.1899.

101 EF, B31290, de Valdrôme à Pichon, 5.5.1908 ; AN, AD XIX Yl 15, Rappon pour Vannée 1910 du conseiller juridique sir Malcolm McIlwraith, pp. 24-28 ; Les Juridictions mixtes d’Égypte, 1876-1926 (Livre d’or du cinquantenaire), Alexandrie, 1926. pp. 159 b, 160 ; P. Arminjon, « De la condition juridique des sociétés en Égypte » in Documents du congres juridique international des sociétés par actions et des sociétés coopératives (Bruxelles, 1910), J. Van Linthout, Louvain, 1910, t. I, pp. 131-143 ; ibid., « Les sociétés anonymes étrangères en Égypte et la jurisprudence mixte », Revue de droit international privé et de droit pénal international, 6, 1908 ; R.-N. Eldin, De la condition légale des sociétés anonymes étrangères en Égypte, Les Presses modernes, Paris, 1939, pp. 47-53.

102 Théorie de « l’intérêt mixte », Eldin, op. cit., pp. 46-47.

103 Malcom Mcllwraith, « The status of british companies in Egypt », Journal of the Society of comparative legislation (Londres), 12, 1911, pp. 85-94.

104 Eldin, op. cit., p. 11.

105 The Financial Times, 25.2, 15.4 et 12.12.1905 ; 10.1.1907.

106 Anvers-Bourse, 22.4.1907.

107 L’Information, 17.3.1906.

108 Inscription à la cote du Syndicat des banquiers en valeurs au comptant.

109 Exception faite de l’Économiste européen. L’Actualité financière du 22 mars 1907 les considère comme de « véritables billets de loterie ».

110 La Vie financière, 23.3.1906 ; le Globe, 7.3.1907.

111 L’Actualité financière, 22.3.1907.

112 Le Journal du Caire, 21.11.1907.

113 Ibid., 12.2.1908.

114 La Vie financière, 6.11.1909.

115 The Financial Times, 10.10. 1912.

116 Ibid. 7.5.1913.

117 Agence Fournier, 29.7.1920.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Sociétés anonymes exerçant principalement en Égypte(Capital au 31 décembre 1911)63
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 1 : Schéma des modes d’intégration de l’Égypte à l’économie européenne
Légende Note 64 : Propriété des ressortissants étrangers, capitaux locaux, administration en Égypte.Note 65 : Initiative des ressortissants étrangers, capitaux d’origine européenne principalement, administration en Europe.Note 66 : Initiative des éléments locaux (résidents étrangers protégés), capitaux d’origine européenne principalement, administration en Égypte.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 2 : Régime des sociétés anonymes exploitant en Égypte104
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540