Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Introduction

Texte intégral

1Au départ, une constatation intrigante et une question classique. Les deux ne sont pas sans liens.

  • 1 Journal officiel, 25.9.1902.

2Constatation. La France subit un revers lors de l’occupation de l’Égypte par l’Angleterre en 1882. Pour les publicistes passionnés, la perte est d’un ordre inférieur seulement à celui de l’Alsace-Lorraine. Et pourtant, jusqu’en 1914, voire jusqu’en 1956, les intérêts matériels français en Egypte sont plus considérables que ceux de l’occupant. En 1902, l’enquête menée par le Quai d’Orsay sur la fortune française à l’étranger indique que l’Égypte se classe au sixième rang sur une liste de 62 pays récepteurs de capitaux français1. Elle n’est précédée que par la Russie, l’Espagne, l’Autriche-Hongrie, la Turquie et le Transvaal-Orange. Après Bonaparte et Champollion, il y a les actions « dorées sur tranches » du Suez et les obligations « de tout repos » du CFE.

  • 2 Le Journal des débats, 23 et 25.6.1884.

3D’où la question, à deux volets. Quels sont les intérêts économiques qui se profilent derrière les ténors de la politique, et quelle est leur influence dans la rivalité franco-britannique en Égypte ? Que de récits émouvants, de périodes lyriques et de déclamations ampoulées autour de ce séculaire conflit ! Les relations internationales semblent en être tributaires jusqu’aux spectaculaires retrouvailles de 1904. N’a-t-on pas dit à Londres qu’il en allait de la sécurité de la route de l’Inde, joyau de la couronne impériale, et à Paris que la vallée du Nil, « fécondée par la culture française », ne pouvait appartenir à une autre puissance ? Il n’est pas malséant de ramener la question de ces nobles hauteurs aux prosaïques réalités, car, nonobstant le lyrisme, l’Égypte est bien l’une de ces « colonies de capitaux »2 qu’évoque, connaisseur, un célèbre quotidien.

  • 3 J.-C. Allain, Agadir, Publications de la Sorbonne, Paris, 1976.
  • 4 R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, A. Colin, Paris, 197 (...)
  • 5 P. Guillen, L’Allemagne et le Maroc de 1870 à 1905, PUF, Paris, 1967.
  • 6 R. Poidevin, Les Relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 191 (...)
  • 7 J. Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Publications de la (...)

4L’interrogation originelle se rattache à la problématique des « forces profondes » élaborée par Pierre Renouvin et ses collaborateurs. Débordant l’histoire strictement politique, elle se place dans le sillage des travaux d’historiens tels Jean-Claude Allain3, René Girault4, Pierre Guillen5, Raymond Poidevin6 et Jacques Thobie7. Elle s’inspire de leur démarche pour tenter de déterminer l’incidence du facteur économique dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique étrangère. La question d’Égypte est bien campée au carrefour des grands axes de l’historiographie contemporaine des relations internationales : liens entre la politique et l’économie, rapports multiformes entre grandes puissances, liaisons entre le capitalisme européen et une société moins développée, conflit entre mainmise étrangère et nationalisme local.

5Le recours systématique aux archives d’entreprises est une orientation empruntée à ces historiens. La nécessité de scruter les dossiers des agents économiques n’est plus à démontrer. Lorsqu’une correspondance est tenue, elle peut contenir sans fard ou apprêt les raisons de leurs décisions. Utilisé à bon escient, un paquet de lettres vaut des rayons d’imprimés. Les milieux d’affaires se confient peu au papier. Leur pensée se prête mal à la fixité du texte ; leurs objectifs, à réaliser dans un contexte où l’incertitude a une grande part, ne sauraient avoir un caractère immuable.

6Les limites temporelles de l’étude s’expliquent à la fois par des raisons historiques et historiographiques. Il fallait, en effet, éclaircir le mystère du maintien des intérêts français dans un pays occupé par une autre puissance. Pourquoi s’arrêter en 1914 ? La guerre réoriente les deux partenaires. La France a en Syrie et au Liban de nouvelles zones d’expansion ; ses capitaux ne prennent plus le chemin de l’Égypte. Cette dernière sort transformée de la guerre : une bourgeoisie nationale émerge, frappe au portail du temple des affaires et, sur la lancée du mouvement national, se fait fort de prendre en mains l’économie égyptienne. Les résidents étrangers eux-mêmes, interlocuteurs traditionnels des capitalismes français, anglais et belge, se passent de plus en plus des capitaux européens, lesquels, du reste, ont d’autres priorités.

  • 8 D. S. Landes, Bankers and pashas : international finance and economic imperialism in Egypt, Heinem (...)
  • 9 J. Bouvier, « Les intérêts financiers et la question d’Égypte (1875-1876) » Revue historique, CCXX (...)
  • 10 E.R. J. Owen, Cotton and the egyptian economy, 1820-1914, Oxford University Press, Londres, 1969.
  • 11 R. L. Tignor, Modernization and British colonial rule in Egypt, 1882 1914, Princeton University Pr (...)
  • 12 R. Ilbert, Alexandrie, espace et société (1830-1930), Doctorat d’État, EHESS, 1990 ; Héliopolis. L (...)

7Par ailleurs, la période allant de 1882 à 1914 a été moins étudiée du point de vue des « forces profondes » agissant sur les relations internationales que les années fébriles et hautes en couleur de Lesseps et du khédive Ismā’īl. Qui ne connaît l’heureux parti qu’ont tiré David Landes8 et Jean Bouvier9 des archives bancaires pour l’éclairage de cette époque ? L’histoire économique10, économico-administrative11 et urbaine12 des années 1882 à 1914 a fait des progrès notables. Il convient que l’histoire des relations internationales et de son substratum économique comblent leur retard.

8Premiers plongeons dans les archives : récolte de paradoxes. L’opposition française à 1’« envahissement » britannique prend diverses formes, subtiles ou pleines d’éclat. Mais la France n’est pas mieux disposée à l’égard de l’opposition égyptienne que ne l’est l’Angleterre. Comment envisage-t-elle l’évacuation ? On est prolixe, du côté anglais au sujet des « réformes » à apporter à l’administration de l’Égypte, moins sur le fait qu’il s’agit surtout de ravauder et de remettre en marche un appareil étatique brisé par l’intervention européenne des années 1870 et par le soulèvement de 1881-1882. Pourquoi accepte-t-on ce raisonnement du côté français ? La politique française n’a pas le caractère tranché qu’on lui prête.

9C’est dans le domaine économique qu’apparaissent les paradoxes les plus insolites. Aucune des entreprises à capitaux français ne sécrète de stratégie nouvelle. La seule qui s’y essaie, les Sucreries, subit en 1905 la déconfiture la plus dramatique de la période. Il faut méditer une coïncidence qui n’est pas, malgré les apparences, le fruit du hasard. L’Égypte occupée est-elle fatale aux entreprises nouvelles ? Qu’y a-t-il dans la stratégie des Sucreries qui mène à la déroute et dont sont épargnées les entreprises qui ne sortent pas des sentiers battus ?

  • 13 D’où la surprise pour certains d’apprendre que Suez et le CFE sont égyptiens.

10D’autre part, l’articulation entre la métropole et les sociétés en Egypte est rien moins que transparente. Le lieu où loge la direction ne se déduit pas de la raison sociale. Les banques françaises qui émettent en France actions et obligations pour le compte des sociétés égyptiennes n’ont formellement pas droit de regard sur leurs clients. Toutefois, à des moments critiques, leur influence est décisive. L’idée commune que le Lyonnais agit en Égypte par l’intermédiaire du CFE est inexacte, mais il y exerce après 1908 son influence au même titre que les autres banques françaises. Égyptiennes, nombre de sociétés passent pour françaises13. Qui – question cruciale si elles doivent jouer un rôle dans la politique de l’État français – contrôle les sociétés à capitaux français ?

  • 14 Pour le groupe Misr, cf. The Stock Exchange Yearbook of Egypt, Le Caire, 1946, p. 55.
  • 15 J. Thobie, « Les choix financiers de 1’« Ottomane » en Méditerranée orientale de 1856 à 1939 », in (...)

11Dernier paradoxe, et non le moindre : la première banque à tout faire sur le sol égyptien, le premier intermédiaire financier à s’engager dans la voie des participations-contrôle dans d’autres sociétés et de la formation d’un groupe à noyau bancaire, n’est pas étrangère mais égyptienne et, de surcroît, conçue pour faire la lutte au capital étranger. Il faut donc attendre l’impulsion de nul autre que le mouvement nationaliste pour voir éclore la Banque Misr en 192014. Le modèle allemand que préfère son fondateur, Tal’at Harb, n’est justement pas celui des banques en Égypte, laquelle n’a pas à cette date l’équivalent de la Banque ottomane15 Conscient que cette manifestation de centralisation et de concentration du capital que constitue la Banque Misr soit issue du terreau national, l’observateur est néanmoins peu préparé pour la découverte que les banques étrangères installées en Egypte ne lui fournissent aucun précédent.

12Dès lors l’interrogation du début ne suffit plus. Derrière la rivalité franco-britannique gisent des tensions internes propres à la composition et au mouvement du capital lui-même. Produisant des résultats inattendus, l’internationalisation du capital appelle une correction de perspective et oblige à faire son deuil de la recherche de grands projets audacieux et innovateurs. Le capital frappe plus par sa staticité que par son dynamisme. Certes les montants grossissent, les masses s’alourdissent, les totaux s’allongent sur la ligne. Mais l’essentiel demeure dans les postes traditionnels : dette publique, Suez, banque et tout ce qui a trait à la terre et au coton. L’exportation de celui-ci étant essentielle pour assurer le service régulier de la créance de l’État, toute autre activité est marginalisée.

13Une problématique plus fine et mieux adaptée à la relation France-Égypte s’impose. Au-delà des chiffres et des champs d’activité, parfaitement dignes d’attention, le contrôle des sociétés se précise comme champ d’investigation. L’absence de toute stratégie nouvelle – hormis pour les Sucreries – a ceci de particulier qu’elle s’accompagne d’une lutte intense pour la maîtrise des capitaux exportés. Conserver les capitaux sous la haute direction du centre exportateur apparaît dans les sources comme un défi formidable et permanent, plus présent que celui de la mise en route de nouveaux projets.

  • 16 Les sociétés articulées et extra-muros (explications dans le texte).

14On conçoit qu’à défaut de liens organisationnels formels, les intérêts métropolitains ne puissent commander d’office des sociétés égyptiennes. Les voies et moyens empruntés pour réaliser le contrôle constituent un aspect central de l’investissement international et les pages qui suivent le prennent comme fil conducteur et pivot de l’ensemble de l’analyse des sociétés à capitaux français. L’examen des structures des entreprises œuvrant en Egypte fait ressortir une diversité dont on n’avait pas assez tenu compte. Il a été nécessaire de les classer et, dans deux cas16, de leur trouver des noms pour les décrire adéquatement.

15L’étude des rapports franco-égyptiens intègre une histoire des entreprises à capitaux français durant la période 1882 à 1914. Par bonheur, leur nombre n’est pas grand, ce qui permet de les scruter de près, notamment les trois principales. Le parti de la présente étude est résolument micro-économique, choix d’autant plus indiqué que les archives d’entreprises fournissent, avec les détails des émissions d’actions et d’obligations les plus importantes réalisées sur le marché français, une abondante documentation interne et, naturellement, des bilans. Mieux que les flux globaux et les comptes nationaux, l’étude des entreprises met en lumière les agents économiques – les « décideurs » – dans le cadre institutionnel qui est le leur.

16Du moment que la quête du contrôle se manifeste dans les relations économiques internationales, l’État, orfèvre en la matière, intervient pour des raisons à la fois politiques et économiques. Sur quelle option s’arrêtera son choix ? Entrent en ligne de compte le poids des intérêts en cause, mais aussi les suites des décisions du passé. Point n’est besoin d’attribuer aux représentations occultes dans les cabinets de ministre l’origine de ses décisions. La sécurité de l’épargnant lui est chère, certes, mais plus utile pour les besoins d’une politique étrangère est la concentration de cette épargne dans un bloc compact répondant au pouvoir décisionnel de ses nationaux. Sécurité et contrôle national ne vont pas toujours de pair ; témoin le sauvetage onéreux des Sucreries par l’entremise britannique avec la caution des autorités françaises. Tout le problème consiste à savoir si la quête du contrôle par la voie la plus courte n’entraîne pas des choix qui hypothèquent les intérêts de ses nationaux à plus long terme.

17L’étude est divisée en trois parties. La première inscrit dans le cadre historique de l’intégration de l’Égypte à l’économie mondiale une histoire des sociétés à capitaux français, regroupées selon leur structure. La deuxième partie soumet des études de trois sociétés à capitaux français – à la fois grandes et typiques – et ajoute, pour bien marquer le contraste, l’histoire du commerce franco-égyptien. Cette partie n’est, en réalité, extraite de la première que pour des raisons de commodité, car il s’agit des blocs les plus considérables d’investissements français. La troisième et dernière partie sonde l’État français afin de déterminer les objectifs qu’il poursuit en Égypte. La dette publique, vache sacrée, est, depuis les années 1870, un sujet aussi politique que financier. Objet premier des attentions des puissances en Égypte, elle entre dans cette partie. Sertis dans le texte, les chiffres y sont comme éléments de mesure. L’essentiel demeure les décisions et l’action des protagonistes économiques et politiques.

18De récit parfaitement linéaire ou diachronique de l’intervention des intérêts français en Égypte il n’en est point question. L’objet consiste à situer les entreprises en fonction de leur appartenance structurelle à l’un des stades successifs de l’internationalisation de l’Egypte. Tenter de fondre des unités disparates eût conduit à l’enfermement dans les généralités et au renoncement de l’appréciation du rôle des véritables centres de décision. De là le parti de préférer à une organisation d’ensemble de type chronologique un plan respectant la spécificité, voire la logique, des entreprises, puis de l’État.

19En dernier lieu, il est à peine besoin d’insister sur l’exceptionnelle richesse des archives conservées sur l’Égypte de 1882 à 1914. Publiques, certaines n’attendaient qu’à être interrogées. Privées, elles obligeaient d’abord à se mettre sur leur piste pour les trouver. Les unes et les autres ont été inlassablement appelées à fournir des éléments de réponse aux questionnements. Nombre d’entre elles, notamment la mine de renseignements que sont les sources bancaires, sont utilisées pour la première fois.

Notes

1 Journal officiel, 25.9.1902.

2 Le Journal des débats, 23 et 25.6.1884.

3 J.-C. Allain, Agadir, Publications de la Sorbonne, Paris, 1976.

4 R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, A. Colin, Paris, 1973.

5 P. Guillen, L’Allemagne et le Maroc de 1870 à 1905, PUF, Paris, 1967.

6 R. Poidevin, Les Relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, A. Colin, Paris, 1969.

7 J. Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman (1895-1914), Publications de la Sorbonne, Imprimerie nationale, Paris, 1977.

8 D. S. Landes, Bankers and pashas : international finance and economic imperialism in Egypt, Heinemann, Londres, 1958.

9 J. Bouvier, « Les intérêts financiers et la question d’Égypte (1875-1876) » Revue historique, CCXXIV, 1960, pp. 75-104.

10 E.R. J. Owen, Cotton and the egyptian economy, 1820-1914, Oxford University Press, Londres, 1969.

11 R. L. Tignor, Modernization and British colonial rule in Egypt, 1882 1914, Princeton University Press, Princeton, 1966.

12 R. Ilbert, Alexandrie, espace et société (1830-1930), Doctorat d’État, EHESS, 1990 ; Héliopolis. Le Caire 1905-1922, genèse d’une ville. Éditions du CNRS, Paris, 1981.

13 D’où la surprise pour certains d’apprendre que Suez et le CFE sont égyptiens.

14 Pour le groupe Misr, cf. The Stock Exchange Yearbook of Egypt, Le Caire, 1946, p. 55.

15 J. Thobie, « Les choix financiers de 1’« Ottomane » en Méditerranée orientale de 1856 à 1939 », in M. Courdurié et E. Temime (dir.), Banque et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, CCIM, Marseille, 1985, pp. 57-84.

16 Les sociétés articulées et extra-muros (explications dans le texte).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable