Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Avant-propos

Texte intégral

1Toute recherche historique est un périple dans un monde où se côtoient le connu, le moins connu et l’inconnu. Mal avisé le chercheur qui ne sollicite aide et appui pendant ce voyage au long cours. Ce faisant, il accumule dette sur dette mais ne se sent pas accablé pour autant, car il est des créances agréables à supporter et des obligés contents de leur état.

2Au professeur Jacques Thobie, directeur de recherche, maître et ami ; au professeur Jean Dimakis (actuellement à l’Université d’Athènes), qui a dirigé cette recherche à ses débuts ; au professeur Louis Michel (Université de Montréal), qui m’a initié, entre autres, à l’histoire des entreprises ; aux universitaires, qui m’ont éclairé de leur savoir et soutenu de leur bienveillance ; aux conservateurs et au personnel des divers fonds d’archives, qui ont répondu de bonne grâce à mes de mandes incessantes ; aux responsables des institutions bancaires, qui n’ont pas trouvé excentrique l’intérêt porté à des papiers sans utilité apparente pour la bonne marche des affaires courantes, vont les remerciements les plus vifs. Nombreux et répartis dans six pays – la Belgique, le Canada, l’Égypte, les États-Unis, la France, et la Grande-Bretagne –, ils ont contribué plus qu’ils ne le reconnaîtraient à la réalisation du présent ouvrage. Puisse-t-il ne pas être trop en deçà des attentes que mon enthousiasme éveillait.

3De chaleureux remerciements sont dus au Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Son rôle dans la promotion et la diffusion de la recherche ne saurait être trop souligné.

4Le texte qui suit représente une version réduite d’une thèse de doctorat d’État soutenue le 26 octobre 1991 à l’Université de Paris-VIII devant un jury composé des professeurs Jean-Claude Allain (Paris-III), René Girault (Paris-I), président, Robert Ilbert (Aix-Marseille), Michel Margairaz (Paris-VIII), Alain Plessis (Paris-X) et Jacques Thobie (Paris-VIII). Qu’ils veuillent bien accepter l’expression de ma profonde gratitude pour leurs commentaires, critiques et conseils. Mieux que quiconque, je mesure la valeur de leur apport factuel et analytique. Il a été volontiers intégré à l’ouvrage, sans, cela va de soi, engager leur responsabilité. Ont été supprimés les parties ne touchant qu’indirectement la France, des tableaux et les développements théoriques et historiographiques sur l’impérialisme.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540