Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l'Égypte de 1882 à 1914

 | 
Samir Saul

Préface

Jacques Thobie

Texte intégral

1Fruit du nécessaire raccourcissement d’une puissante thèse de doctorat d’État – genre par la force des choses en voie de disparition – le livre de Samir SAUL, que j’ai ici le plaisir de préfacer, nous présente l’analyse de la subtile et complexe dialectique des intérêts économiques et politiques français, des affaires et de la diplomatie, dans un contexte international original, puisqu’il s’agit de l’Égypte sous contrôle britannique, de la fracture de l’occupation à l’Entente cordiale et à la Grande Guerre.

2L’auteur nous avertit lui-même, dans son introduction, que sa recherche se situe dans la lignée de plusieurs travaux d’historiens, initiés par Pierre RENOUVIN et Jean-Baptiste DUROSELLE, se rattachant à la problématique des « forces profondes » et aspirant à une histoire « globale ». Sans doute y a-t-il là quelque chose de dynamisant, mais le risque pouvait exister de la répétition et de la monotonie. Eh bien, le livre de Samir SAUL échappe complètement à cet hypothétique inconvénient, et son originalité est entière, grâce certes à la fécondité de la méthode, mais aussi à la pertinence des analyses, à la clarté du discours, à la richesse de l’interprétation.

3On ne peut que rester impressionné par l’ampleur de la documentation utilisée. Parfaitement trilingue, l’auteur a exploité tout ce qui pouvait lui être utile, tant sur le plan des archives que de la bibliographie, en français, en anglais et en arabe. Sans doute a-t-il interrogé toutes les archives publiques disponibles, financières, commerciales, diplomatiques, mais aussi, comme il se doit, mais comme cela n’est pas toujours aisé, les archives privées. Avec une curiosité et une persévérance jamais démentie, Samir SAUL a fait une ample moisson d’archives d’entreprises, notamment bancaires, dont beaucoup sont utilisées pour la première fois. Encore fallait-il que cette surabondance de renseignements fût maîtrisée, et nourrît un discours historique accessible. Grâce à son impeccable maniement de la langue française, notre auteur réussit à démontrer que l’histoire économique est parfaitement accessible et à en rendre la lecture agréable. Il n’est jamais ennuyeux, car arrivent toujours, à point nommé, la citation topique, la comparaison judicieuse, l’image éclairante. Et il sait nous faire apprécier, avec discrétion, l’humour involontaire de certains acteurs économiques et politiques.

4La notion de « contrôle », soit par l’État, soit par les bailleurs de fonds, des capitaux exportés, est le fil d’Ariane qui nous permet de suivre le cheminement de l’analyse et de la démonstration. Elle est à la base de la typologie des entreprises, fondée sur la combinaison des lieux d’origine des capitaux et des lieux de prise des décisions : sociétés articulées et succursales, où le contrôle va presque de soi, et sociétés extra-muros dont le contrôle exige manœuvre et vigilance ; cette typologie, particulièrement pertinente pour les sociétés françaises fonctionnant en Égypte, est parfaitement adaptable à maintes régions du globe. On assiste alors à la présentation, dans leur spécificité, mais avec la progressive domination des organismes de prêts hypothécaires, de nombreuses sociétés à capitaux français. L’analyse prend de l’ampleur en abordant les trois grands du capital français en Égypte : Suez, dont la fort juteuse insularité est savamment confirmée ; le Crédit foncier égyptien, « vaisseau amiral » qui se taille finalement une brillante croisière et une solide influence ; les Sucreries, où la fin dramatique du maître d’œuvre témoigne de l’échec d’une tentative prématurée d’internationalisation du groupe Say, avec une délocalisation en Égypte, qui portait nécessairement atteinte à la culture du coton, garant du remboursement régulier de la dette publique. En dépit des échecs et des crises, le dynamisme du capital français fait contraste avec la somnolence du commerce franco-égyptien.

5La dimension humaine étant toujours présente, se dégagent aussi de cette étude les portraits d’acteurs économiques campés avec talent : Ferdinand de Lesseps qui, soucieux de défendre l’indépendance de son canal, estime que les fauteurs de trouble ne sont pas les nationalistes, mais les Anglais ; sir Ernest Cassel, bien introduit dans les cercles politiques influents, mais toujours en quête d’alliés argentés ; Ernest Cronier, le visionnaire imprudent acculé à la spéculation et au suicide ; Émile Miriel, l’homme du consensus et le gestionnaire heureux du Crédit foncier et aussi Raphaël Suarès, Simon Philippart, le baron Édouard Empain, et plusieurs autres.

6Il faut savoir gré à Samir SAUL de nous faire prendre la mesure des intérêts économiques et financiers français dans la définition d’une position internationale de la France en Égypte et de présenter, pour la première fois, une analyse claire et circonstanciée des relations franco-britanniques dans le contexte de la question d’Égypte. Contrairement à l’interprétation dominante de la littérature anglo-saxonne, l’auteur estime que l’intervention militaire anglaise n’est pas d’abord motivée par une aléatoire menace sur le canal de Suez et partant sur la route de l’Inde, mais par la volonté de remettre en selle le khédive. Et dès l’occupation, les gouvernements français et anglais sont d’accord sur trois points : la restauration de l’ancien régime, l’opposition à tout mouvement national, le paiement de la dette publique, « personnage historique principal de la période », où le capital français intervient pour moitié. Tandis que l’Angleterre vise à diminuer l’influence française, Paris après la suppression du condominion anglo-français, va s’accrocher aux atouts qu’elle conserve en vertu de la Loi de liquidation et aussi grâce au contrôle incessamment recherché des sociétés à capital français, tout en réclamant l’évacuation. Les intérêts français sont effectivement sauvegardés, et le gouvernement se limite donc à une opposition loyale et officielle dans un cadre légal et diplomatique. Lorsque l’arme financière commencera à s’émousser avec le contournement par les Anglais du contrôle international, et après la reculade de Fachoda, la diplomatie française sera conduite à une stratégie de compensation. A cet égard, Samir SAUL insiste à juste titre sur les racines proprement égyptiennes de l’Entente cordiale, trop souvent occultées.

7La dernière période est marquée par la crise économique de 1907, qui prend en Égypte une dimension structurelle et dont ce pays, contrairement aux autres, ne se remettra pas avant 1914. Filant une analyse qui traverse tout l’ouvrage et en constitue une des richesses – dont il serait vain de vouloir ici les évoquer toutes – notre auteur apporte une ultime réflexion sur l’évolution de l’Égypte elle-même et sur les énormes difficultés auxquelles doivent faire face les balbutiements du capitalisme industriel égyptien. « La crise de 1907 étale au grand jour les tares de l’ère ouverte dans les années 1870 » : depuis l’occupation s’est renforcé le type de développement fondé sur la production de revenus destinés à honorer les coupons, et impliquant l’augmentation des impôts fonciers et des droits de douane ; la route est ainsi barrée à l’investissement industriel ainsi que l’illustre le fiasco des Sucreries. Indirectement, il est vrai, par le biais du crédit hypothécaire, une accumulation est engendrée, chez les grands propriétaires terriens, qui prépare la voie à la création d’industries de transformation, à laquelle l’isolement provoqué par la première guerre mondiale donnera un sensible élan.

8Une analyse de flux internationaux de capitaux, dans le cadre de relations inégales, ne peut naturellement faire l’impasse d’une réflexion sur l’impérialisme, même si le mot, nonobstant la chose, naguère voué aux oubliettes, ne fait que timidement sa réapparition dans l’historiographie. Samir SAUL, lui, compte parmi ces historiens qui ne répugnent pas à appeler les choses par leur nom et qui pensent qu’il ne convient pas forcément, sous la pression de circonstances, de jeter le bébé avec l’eau du bain. Passant légitimement de l’analyse concrète à la conceptualisation, et constatant que les interprétations disponibles sur l’impérialisme, « bien que certaines soient plus utiles que d’autres », ne cadrent pas avec le cas étudié, notre auteur expose en quelques pages – il faut espérer que les cent quarante pages du texte originel puissent donner lieu à publication – l’interprétation générale qu’il tire de sa connaissance de l’Égypte, pays dominé par l’étranger s’il en fut, et où la notion de « contrôle » prend toute sa dimension. « L’internationalisation du capital n’est impérialiste que si elle conduit au contrôle ». La tâche, parfois fort malaisée, de l’historien, est donc de vérifier l’existence de ce contrôle et, le cas échéant, d’appréhender, dans ses multiples nuances, son exercice. Samir SAUL fait judicieusement remarquer qu’au lieu de se demander pourquoi l’État intervient dans les intérêts économiques, il serait plus démonstratif d’expliquer pourquoi il s’abstient. Le contexte égyptien le conduit à insister tout particulièrement sur le contrôle des finances étatiques, forme originelle et primitive de l’impérialisme, le contrôle des investissements industriels n’étant encore qu’embryonnaire. Surtout – car il faut bien ici résumer au risque de déformer – notre auteur insiste sur l’action contradictoire des capitaux placés ou investis à l’étranger : une étape de l’internationalisation du capital devient un obstacle à la suivante, « le cheval impérialiste [étant] soumis à l’action simultanée de l’éperon et de la bride ». Ici s’affirme le caractère universel de cette conception, qui prend en compte l’ensemble des rapports de force et l’équilibre international.

9Ce beau livre, témoin d’une recherche tenace et d’une pensée féconde, approfondit nos connaissances dans les domaines de l’histoire des entreprises, de l’histoire économique, de l’histoire des relations internationales appréhendées dans leur globalité. Il fait honneur d’abord à son auteur, mais aussi à la famille de pensée qui se reconnaît dans une conception générale commune de l’histoire des relations internationales contemporaines, et à laquelle le professeur de l’Université de Montréal fait l’hommage d’appartenir.

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Paris – VIII.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable