Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Chapitre II. « Très bien achetés, très mal payés, très bien revendus* »

Les biens nationaux dans les départements du Nord et de la Belgique entre patrimoine et spéculation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Étudiant la répartition de la propriété du sol dans le Nord à la veille de la Révolution, G. Lefebvre2 indique que la part du clergé atteint 110 000 ha, soit 19 à 20 % du total et celle de la noblesse, 21 à 22 %, soit un peu plus de 121 000 ha. C’est principalement sur ces biens que vont porter les ventes de biens nationaux. Il observe également la dispersion de la propriété à l’intérieur de ces deux catégories et l’importance numérique des propriétaires non--résidents, surtout parmi les nobles ; il signale enfin la forte emprise des forêts, qui rapportent plus que toutes les autres terres et dont le prix ne cesse d’augmenter au xviiie siècle. Les conditions sont donc réunies pour proposer aux acquéreurs d’importantes quantités de biens fonciers et immobiliers de toutes sortes et faire du Nord un département attractif pour tous ceux qui désirent participer aux enchères.

Les premières adjudications ont lieu dès le 12 novembre 1790 à Douai, chef-lieu du département, en janvier 1791 à A...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540