Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Conclusion générale. Les archives orales, une porte pour « entrer en histoire »

Texte intégral

1Quand bien même les historiens les plus compétents viendraient nous convaincre de l’inanité des témoignages oraux en histoire, nous persistons à penser que si les archives orales n’existaient pas, il faudrait les inventer. En effet, la constitution d’archives orales demeure une des meilleures « portes d’entrée » qui soient pour éveiller les témoins à une conscience historique, pour acclimater une démarche patrimoniale et historique dans une organisation et pour éveiller des vocations historiennes. Les archives orales constituent un outil à la fois pédagogique, tactique et initiatique.

I. Les archives orales : un outil pédagogique et tactique

  • 1  Dans cette acception du terme, « technique » s’oppose à « politique » et selon certains témoins, s (...)

2Si l’on se place d’abord à l’échelle individuelle du témoin, la démarche des archives orales est une occasion privilégiée de se réapproprier sa propre histoire, de se faire sujet de sa propre histoire et de lui (re)découvrir un sens. Déclenché par une instance patrimoniale ou historienne et destiné à un horizon historique, l’entretien biographique patrimonial est aussi pour le témoin l’occasion d’accéder à une conscience historique, de réaliser la place qu’il a occupée dans l’histoire et la contribution qu’il a pu apporter à cette histoire, si modeste et si obscur soit-il. Tout « dominé » ou anonyme qu’il soit, le fait même de se voir proposer un récit de vie ou de carrière dans le cadre d’un projet patrimonial collectif propulse le témoin au rang d’acteur de l’histoire, l’insère dans une communauté collective, familiale, sociale, organisationnelle, nationale, internationale, dont il découvre les intrications, au gré des fils de l’entretien que lui déroule l’intervieweur, et au cœur de laquelle il apprend à lire son existence, contingente certes mais aussi marquée du sceau de l’unicité. Accéder à cette maturité historique n’est pas donné à tous les témoins de la même manière : certains, prédéterminés par leur formation, leur milieu social, leurs études, et l’hypertrophie de leur « moi » accèdent naturellement à cette conscience historique de leur rôle (parfois un peu trop facilement !) ; d’autres ne se sont jamais perçus comme acteurs, parce que de fait, ils ont été confinés à des tâches d’exécution, parce qu’ils sont persuadés de n’avoir jamais participé à quoique ce soit d’intéressant ou parce qu’ils sont soucieux de se cantonner à des rôles dits « techniques »1 ; dans ces derniers cas, tout le travail de l’archiviste-oral consiste à faire admettre au témoin que son témoignage a de la valeur aux yeux de l’historien, à lui faire comprendre que son témoignage a du prix au regard des attentes de la connaissance historique, ce qui est une première étape dans le chemin qui mène à la reconnaissance et à la valorisation de soi...

  • 2  Au Comité pour l’Histoire Economique et Financière, cela a été le cas de plusieurs témoins de pass (...)
  • 3  Au Comité pour l’histoire économique et financière, nombreux sont les témoins qui ont donné ou com (...)

3Au terme de ce premier travail sur soi, s’il y a pris de l’intérêt et du plaisir, il n’est pas rare que le témoin, dans la foulée de cette initiation personnalisée à l’approche autobiographique et historienne, souhaite lui donner quelques prolongements ; ceux-ci sont traditionnellement de trois sortes : soit le témoin se lance dans la rédaction de ses propres souvenirs, ce qui vient doubler le travail des archives orales mais permet aussi de mesurer l’étendue du travail de mémoire et les variations dans « la présentation de soi »2 ; soit il accepte d’entrer plus avant dans la collaboration avec l’historien en donnant ses archives ou ses papiers privés3, en participant à diverses manifestations historiques (colloques, séminaires) et en entrant dans un dialogue resserré avec l’historien (modèle Bloch-Laîné) ; soit, partant à la recherche de la vérité, confrontant points de vue et archives écrites, il se fait historien lui-même (modèle Daniel Cordier).

  • 4  Nous empruntons à Béatrice Failles archiviste-oral du Comité pour l’histoire de l’Armement l’expre (...)
  • 5  Il est rarissime que les « anciens », une fois interviewés, se fassent les détracteurs des archive (...)
  • 6  Cet aspect n’est pas forcément premier pour des groupes sociaux qui ont l’habitude de se mettre en (...)

4On retrouve cet aspect pédagogique des archives orales à l’échelle institutionnelle : la réalisation d’archives orales est à nos yeux une arme éminemment tactique pour pénétrer une organisation et y acclimater durablement une démarche historienne : l’approche mémorielle, fondée sur l’empathie, permet d’obtenir un accueil bienveillant de la part des institutions qui craignent parfois le regard inquisiteur et critique des chercheurs4 ; elle permet d’obtenir le soutien tactique de la communauté des « anciens », dont certains continuent de graviter autour de l’organisation et savent faire passer les « messages » opportuns au moment où il faut5 ; compte tenu du temps qu’elle demande, la constitution d’archives orales permet d’inscrire la présence d’archivistes-historiens dans la durée et dans la familiarité au sein de l’organisation et elle prépare en douceur un chemin à la démarche historienne, plus critique et plus distanciée ; en organisant un premier dialogue entre le témoin et l’archiviste-oral, qui joue ici un rôle intermédiaire de passeur et de traducteur, les archives orales créent un premier lieu d’échanges et de confrontation ; elles permettent la construction d’un langage commun et initient en douceur les témoins au questionnement historique et à la confrontation avec les chercheurs6. Les archives orales constituent un seuil propédeutique à l’introduction d’une démarche historienne dans les organisations.

II. Les archives orales comme initiation au métier d’historien et comme lieu d’approfondissement méthodologique

5Si les archives orales constituent une bonne initiation à l’histoire pour le témoin, elles constituent aussi une « entrée » intéressante pour les apprentis historiens, notamment en milieu scolaire où la pratique des entretiens auprès des personnes âgées peut contribuer à former les élèves à une approche historique tant du point de vue des contenus que des méthodes : histoire de la seconde guerre mondiale, de la Résistance et de l’Occupation, enquête sur les « anciens » métiers ou sur la vie quotidienne d’autrefois, histoire locale ou municipale, histoire du « quartier », histoire généalogique, familiale et sociale, histoire des migrations et de l’intégration, mais aussi apprentissage de la complexité des points de vue, expérimentation de la difficulté de trouver les « bons » informateurs, réflexion sur les liens entre mémoire et histoire, initiation aux questions de patrimoine et d’identité, réflexion sur la vérité en histoire etc. Les archives orales constituent une véritable pédagogie historique, culturelle, voire philosophique.

6Les archives orales sont également une bonne porte d’entrée pour l’histoire d’entreprise, notamment pour l’archiviste qui entre dans une organisation qu’il ne connaît pas du tout. Nous pensons ici aux archivistes d’entreprise, qui ont été formés à l’Ecole des Chartes et qui sont parfois meilleurs historiens de l’Etat sous l’Ancien Régime que des entreprises ; il est vrai qu’une option « archives d’entreprise » est désormais proposée aux élèves et que cette filière professionnelle commence à porter ses fruits ; mais un conservateur du Patrimoine ne peut connaître dans le détail l’histoire de chaque firme française... Pour s’initier à l’histoire de l’entreprise dans laquelle il entre, pour s’imprégner de sa culture, pour repérer les départements qui comptent et les personnalités qui ont compté, pour identifier les principaux métiers, pour comprendre les enjeux qui se dessinent sous telle ou telle activité, pour comprendre « de l’intérieur » tout simplement les documents qui lui arrivent en masse et qu’il a à trier et à classer, l’archiviste aurait tout intérêt à faire une série d’entretiens d’archives orales au sein de son organisation, qui tiendraient lieu autant d’opération patrimoniale innovante que d’initiation personnalisée à l’histoire de la firme.

7Dans le travail historique à proprement parler, les archives orales peuvent servir d’accélérateur de défrichage et aussi d’accélérateur du déchiffrage. Quand on démarre une recherche historique, avant même de s’immerger dans les archives ou dans la bibliographie, on réalise quelques entretiens de balisage, qui grâce aux vertus synthétiques de la source orale, fournissent instantanément quelques points d’ancrage : irruption de quelques moments-clés, crises ou changements, esquisse d’une périodisation, portraits-phares, événements ou faits saillants, thèses lapidaires, problématiques posées spontanément... Les archives orales fonctionnent vis-à-vis des archives écrites comme une lampe-frontale avec laquelle on part en exploration dans une grotte emplie d’obscurité et d’incertitudes ; elles peuvent orienter les premières hypothèses, les premiers dépouillements, elles permettent de gagner du temps dans les premiers défrichements, elles fournissent des raccourcis imprévus et produisent des fulgurances de compréhension, qui éclairent par la suite toute la recherche. Les archives orales permettent aussi une première familiarisation avec le langage ou le vocabulaire de l’époque et du champ concerné ; elles offrent une initiation vivante aux questions techniques parfois difficiles à comprendre à partir des seuls documents écrits, et surtout elles permettent de dégager plus rapidement les enjeux des problèmes, par rapport aux lenteurs descriptives et analytiques des documents écrits. De ce point de vue, utilisées en amont, elles accélèrent les premiers déchiffrements.

8Utilisées par la suite tout au long de la recherche, les sources orales éclairent les archives écrites d’une vision personnalisée et incarnée ; elles organisent un dialogue constant entre les faits, les documents et les acteurs, préservant l’historien de la tentation ou des excès du schématisme, de la simplification hâtive, de la rationalisation rétrospective ou de l’abstraction théorique. Les archives orales sont des écoles d’empirisme, elles ancrent l’historien dans le concret et l’arriment solidement dans une quête incarnée des hommes, des hommes dans le temps et dans l’espace.

9Avec les archives orales, l’historien fait aussi l’apprentissage de la patience et de la modestie : patience devant les temps de dépouillement et de transcription ; modestie devant Facteur-témoin, devant celui qui a vécu ce dont on se contente de parler ; modestie devant les défaillances de la mémoire et ses limites (qui nous renvoient à nos propres limites) ; modestie devant la « modestie » des résultats auxquels on parvient en matière de connaissance et de certitude ; modestie devant la part d’inexplicable ou d’inconnaissable qui résiste à l’analyse ; modestie devant nos piètres performances en matière de restitution et d’écriture...

  • 7  C’est ce que nous avons été contrainte de faire quand nous avons été confrontée aux archives orale (...)

10Enfin, d’une manière générale, nous attribuons aux archives orales un rôle pédagogique majeur dans la formation au métier d’historien, ce qui justifierait à lui tout seul le fait d’inclure un module « sources orales » dans le cursus de maîtrise ou de DEA en histoire contemporaine. En effet, lorsqu’on constitue des sources orales ou lorsqu’on exploite des témoignages oraux constitués par d’autres, on est obligé de se poser en profondeur toutes les questions qui touchent au métier de l’historien, aux méthodes, mais aussi aux finalités ou à l’utilité de l’histoire7. Les archives orales posent en quelque sorte, en concentré et de façon beaucoup plus crue que les archives écrites, tous les problèmes soulevés par l’activité historienne.

  • 8  Voir sur cette question délicate des relations entre l’individu et la société, entre subjectivité (...)

11Première famille de questions, celles qui tournent autour de l’individu-acteur. Puisque dans les archives orales, on demande à des personnes de parler d’elles et de ce qu’elles ont fait, vu ou entendu, on ne peut faire l’économie d’une réflexion philosophique, si élémentaire soit-elle, sur la place et le rôle que l’on attribue aux individus dans l’histoire : quel poids accorder à l’action individuelle dans l’histoire ? quel est le rôle des personnalités dans l’Histoire ? comment passer de l’individuel au collectif ? comment articuler l’individu, le groupe social et plus largement la société ? que nous dit un individu de la société de son temps8 ? peut-on passer de la mémoire individuelle à la mémoire collective ? et si oui, comment ?

  • 9  R. Dulong, Le témoin oculaire, Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, (...)

12Deuxième famille de questions, méthodologiques et épistémologiques, celles qui tournent autour de la personne-témoin en tant que source : de quelles informations sur le passé la mémoire d’une personne est-elle porteuse ? qu’est-ce qu’un témoignage9 ? qu’est-ce qu’un témoignage sur le passé ? quelle valeur attribuer au témoignage rétrospectif et pour quelles raisons décider de le déclarer recevable historiquement ? qu’est-ce qu’un témoignage fiable ? à quel régime de la preuve l’historien fait-il appel en utilisant des témoignages individuels ? à quel type de connaissance du passé l’historien peut-il espérer accéder en interrogeant des témoignages ? et plus radicalement que peut-on connaître du passé ?

  • 10  P. Ricœur, « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Le Monde, jeudi 15 juin 200 (...)
  • 11  C. Seignobos et C-V. Langlois, Introduction aux sciences historiques, Paris, Kimé, 1992 ; M. Bloch (...)

13Confronté à la contradiction des témoignages, à leurs erreurs, à leurs biais et à leur incomplétude, l’historien est contraint à évaluer sans cesse la nature, la relativité et la fragilité de ses connaissances et à redécouvrir cruellement que l’histoire n’est pas une science exacte, mais indiciaire (Carlo Ginzburg). « L’historien sait que sa preuve n’est pas de même nature que celle des sciences de la nature : la critique du témoignage reste le modèle pour l’ensemble du champ documentaire relevant du paradigme indiciaire : indirecte et conjecturale, telle elle reste »10. L’histoire n’est qu’une science du probable11. De façon plus prosaïque, en exigeant de façon aiguë et incontournable une pratique systématique de la critique documentaire, la source orale rappelle à l’historien contemporanéiste les règles de son métier et lui suggère avec insistance de ne pas oublier de faire de même pour les sources écrites.

  • 12  M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975 ; A. Farge, Des lieux pour l’histo (...)

14Troisième famille de questions, celles qui tournent autour de l’écriture de l’histoire et de la place que l’historien accepte de faire au témoignage dans son récit12 : comment rendre compte du vécu humain dans le discours historique ? l’historien peut-il se passer du témoignage individuel ? comment humaniser le récit historique ? comment intégrer la parole humaine dans l’exposé historique ? quel travail de réécriture et de traduction faut-il faire sur le témoignage pour qu’il s’intègre au discours narratif et distancié de l’historien ?

15Quatrième famille de questions, celles qui tournent autour des liens entre mémoire et histoire : quelle différence y a-t-il entre la mémoire et l’histoire ? comment articuler ces deux notions ? comment passe-t-on de la mémoire à l’histoire ? entretiennent-elles un lien de filiation ? peut-on faire de l’histoire à partir de ce que propose la mémoire ? là où la mémoire entretient « un vœu de fidélité », peut-on instaurer « un pacte de vérité » ? et comment réaliser le passage de l’un à l’autre ?

16Cinquième famille de questions, celles qui tournent autour de l’utilité et du sens de l’histoire : créer des archives orales, les conserver, les valoriser sont des opérations coûteuses ; l’entreprise ne se justifie que si tout cela a un sens, un sens et une utilité pour la communauté scientifique, un sens et une utilité pour la collectivité tout entière... Les archives orales, fruits d’un acte volontaire, obligent à réfléchir à leur utilisation potentielle, non seulement par rapport à des objectifs scientifiques historiques qu’il convient d’ailleurs dans un souci d’efficacité de définir a priori et d’expliciter, mais aussi par rapport à une utilisation sociale plus générale de l’histoire : en quoi la conservation et la transmission de la mémoire sont-elles utiles ? la mémoire et l’histoire peuvent-elle apporter une contribution au fonctionnement et à la compréhension de nos sociétés ? à quoi sert en définitive l’histoire ? est-il possible d’assigner une utilité sociale à l’histoire ?

  • 13  M. Bloch, Apologie, op. cit., p 51 et 127.

17Enfin, si nous nous mettons à la suite de Marc Bloch qui nous dit que l’histoire est un champ infini où l’historien fait la « vaste expérience des variétés humaines », alors, il nous semble que les archives orales, paroles d’hommes volées à l’engloutissement du silence, constituent l’un des lieux privilégiés où l’historien a la possibilité charnelle d’approcher d’un peu plus près ces hommes du passé et d’en faire la « rencontre fraternelle »13.

Notes

1  Dans cette acception du terme, « technique » s’oppose à « politique » et selon certains témoins, seuls les rôles politiques, c’est-à-dire les rôles décisionnels, mériteraient d’être étudiés ; les tâches techniques, si sophistiquées soient-elles, n’auraient selon eux pas d’intérêt et ne mériteraient guère qu’on leur consacre des entretiens approfondis.

2  Au Comité pour l’Histoire Economique et Financière, cela a été le cas de plusieurs témoins de passer des archives orales aux Souvenirs écrits et publiés (Pierre Uri, Paul Delouvrier, André de Lattre, Guy Delorme, Robert Julienne, François Bloch-Laîné, Claude Gruson, André Postel-Vinay, Jean Sérisé, etc.).

3  Au Comité pour l’histoire économique et financière, nombreux sont les témoins qui ont donné ou communiqué leurs archives « privées » dans le cadre de leur entretien biographique : Yves Malécot, Maurice Perouse, Claude Gruson, André de Lattre, Pierre Moussa, Roger Goetze, Jean Saint-Geours, pour ne citer que quelques exemples...

4  Nous empruntons à Béatrice Failles archiviste-oral du Comité pour l’histoire de l’Armement l’expression suivante : « Ils (les témoins mais aussi l’institution) attendent de nous que nous soyons bien intentionnés ! » Intervention à notre séminaire le 10 mai 2000.

5  Il est rarissime que les « anciens », une fois interviewés, se fassent les détracteurs des archives orales ; en général, ils en deviennent les plus ardents défenseurs et s’en font les relais au sein de l’institution. Ce sont de bons prescripteurs d’opinion.

6  Cet aspect n’est pas forcément premier pour des groupes sociaux qui ont l’habitude de se mettre en scène ou d’avoir un discours sur eux-mêmes (élites politiques ou sociales), mais il est des groupes sociaux peu habitués à manier la réflexivité sur eux-mêmes, très peu à l’aise quand on les interroge sur leurs pratiques professionnelles ou organisationnelles et souvent désarçonnés par un questionnement de type historisant... Sans tomber dans des clichés réducteurs, c’est une des principales difficultés que les archivistes-oraux rencontrent dans les organisations marquées par une forte culture technicienne : le discours spontané est souvent purement événementiel, descriptif et très analytique ; une fois ce premier discours recueilli, tout le travail de l’archiviste-oral consiste à faire entrer le témoin, dans un second temps, dans une démarche plus réflexive et à dégager les enjeux sous-jacents.

7  C’est ce que nous avons été contrainte de faire quand nous avons été confrontée aux archives orales : elles nous ont obligée à revoir de fond en comble notre formation méthodologique en histoire.

8  Voir sur cette question délicate des relations entre l’individu et la société, entre subjectivité et objectivité, dans trois registres différents, M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire et La mémoire collective ; N. Elias, La société des individus ; M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système.

9  R. Dulong, Le témoin oculaire, Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998.

10  P. Ricœur, « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Le Monde, jeudi 15 juin 2000, p. 16 et Annales, n° 4, juillet-aout 2000.

11  C. Seignobos et C-V. Langlois, Introduction aux sciences historiques, Paris, Kimé, 1992 ; M. Bloch, Apologie pour l histoire ou le métier d’historien, Paris, A. Colin, 1993 et H-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.

12  M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975 ; A. Farge, Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997...

13  M. Bloch, Apologie, op. cit., p 51 et 127.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540