Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Quatrième partie. Intérêt, richesses et développements possibles de la source orale en histoire

Chapitre II

Pour une prosopographie historique enrichie des acteurs : biographies et sociobiographies1

Texte intégral

  • 1  Pour ce chapitre, le lecteur pourra se reporter à la bibliographie en fin d’ouvrage, car nous ne p (...)

1Si l’histoire orale a largement contribué à l’histoire sociale vue d’en-bas et à l’histoire des élites, il nous semble que les archives orales de façon générale peuvent apporter désormais leur pierre à l’enrichissement d’une prosopographie des acteurs, et ce dans tous les milieux sociaux, dans tous les milieux professionnels, dans tous les milieux de vie.

  • 2  Le terme Prosopographie provient du grec prosopon, personne.
  • 3  M. Fleury, « Prosopographie et histoire de l’administration » dans Histoire de l’administration fr (...)

2La prosopographie est à l’origine une science auxiliaire de l’histoire ancienne2, consistant à étudier la filiation, les qualités, la carrière (cursus honorum) et la descendance des membres des élites romaines (sénateurs, chevaliers, officiers, corps municipaux, etc.). Cette discipline s’est ensuite « exportée » en histoire médiévale, en histoire moderne et aussi en histoire contemporaine, où elle s’est diversifiée en empruntant les voies de l’histoire des élites politiques, économiques et sociales (personnels politiques nationaux et locaux, universitaires, patronat) et de l’histoire administrative (corps et fonctions). Michel Fleury est l’un de ceux qui ont donné leurs lettres de noblesse à la prosopographie administrative3 ; nous utilisons ici la fiche proposée pour le Dictionnaire biographique du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, tout en l’adaptant à notre problématique des récits de carrière. L’historien « prosopographe » distingue trois périodes dans la biographie d’une personne : l’« avant », le « pendant », l’« après ». L’« avant », c’est la famille, ce qui est transmis, hérité et imposé, c’est l’ascendance si possible sur trois générations, soit quatre quartiers, la parenté, la position ou l’état social de la famille, son capital intellectuel et culturel, son patrimoine, sa fortune, son réseau, sa religion. « Pendant », c’est ce qui concerne directement le biographie : son éducation qui fait déjà partie du cursus honorum, sa formation, sa carrière, son mariage, ses alliances et ses relations sociales, ses activités annexes, ses productions intellectuelles ou artistiques, sa fortune et son patrimoine, les honneurs et les décorations qui lui ont été attribués. L’« après », c’est la descendance du biographie, l’hérédité des fonctions, sa succession, la transmission de son patrimoine, la postérité du nom, et nous y ajouterions, pour notre part, les filiations intellectuelles, les parrainages spirituels ou symboliques, les postérités intellectuelles ou d’influence, etc. Ce qui aboutit à une fiche-type, susceptible de s’adapter à des groupes sociaux très diversifiés, comprenant 17 rubriques : 1-Nom, prénom, titre éventuel ; 2-Fonctions exercées au plus haut de la carrière ; 3-Date et lieu de naissance ; 4-Filiation avec qualités des ascendants (hommes et femmes) ; 5-Date et lieu de mariage, nom et prénom du conjoint ; filiation et qualités des ascendants ; 6-Date et lieu du décès ; 7-Écoles fréquentées, universités, diplômes et grades ; 8-Carrière (Cursus honorum, liste des postes ou des fonctions occupées) ; 9-Distinc-tions honorifiques et décorations ; 10-Activités para-professionnelles ; 11-Famille, parenté, alliances ; 12-Publications, activités d’enseignement ou activités intellectuelles ; 13-Fortune, patrimoine ; 14-Descendance ; 15-Sources d’archives, sources imprimées, sources orales ; 16-Bibliographie ; 17-Iconographie... Nous allons voir comment, grâce aux archives orales, nous pouvons remplir de façon efficace et qualitative les différentes rubriques et même, dans certain cas, en allonger la liste.

  • 4  Nous nous appuyons pour cette partie principalement sur notre expérience personnelle des archives (...)

3Les sources orales, notamment celles à base de récits de vie ou de carrière, sont en effet extrêmement précieuses pour tout ce qui concerne le parcours biographique au sens large d’une personne, pour savoir qui elle est et ce qu’elle a fait ; elles sont précieuses, principalement pour trois raisons : premièrement, car elles donnent des informations inédites et introuvables dans aucune autre source (les représentations, les pratiques sociales, la vie quotidienne) ; deuxièmement, car elles permettent un formidable gain de temps : quand bien même les informations existeraient quelque part dans les archives, cela prendrait un temps infini que d’aller « à la pêche » dans les dossiers de personnel, dans l’état-civil ou dans les archives des universités ou des écoles pour trouver des renseignements que la parole donne en quelques secondes ; et troisièmement, car elles sont en général peu falsifiables (l’état-civil) ou peu sujettes à reconstruction (les pratiques sociales et individuelles, le quotidien)4.

I. Des biographies incarnées et situées

4Nous souhaitons dans ce chapitre dessiner l’étendue des champs d’investigation que la source orale permet d’aborder ; cela ne veut pas dire que tout récit de carrière doit aborder systématiquement, un par un, et exhaustivement, la totalité de ces thèmes, ce serait céder à la boulimie de la totalité ou prendre le risque d’une indigestion biographique. Il faut savoir sélectionner et construire ses axes de questionnement.

1. Un état-civil enrichi

  • 5  C’est toujours intéressant de savoir si le témoin appartient à une lignée de militaires, de polyte (...)
  • 6  Dans les anciennes élites sociales, noblesse et grande bourgeoisie, le réseau familial et amical c (...)

5La source orale permet d’abord d’obtenir des informations factuelles concernant l’état-civil et la filiation du témoin (ses parents, ses grands-parents et, si possible, les ascendants plus lointains), sa descendance, son lieu de naissance, ses racines régionales, ses domiciles successifs, le nombre de ses frères et sœurs, sa place dans la fratrie, les origines sociales de ses parents et de ses grands-parents ou du moins leur situation professionnelle (parfois, on obtient des information sur les collatéraux, ce qui peut avoir son importance, notamment en cas de veuvage de la mère ou d’une forte influence, d’un oncle par exemple), la profession de ses frères et sœurs, le statut matrimonial du témoin, les origines sociales de son époux(se) (et des ascendants de ce(tte) dernier(ère), car le « lignage » matrilinéaire peut exercer une influence prépondérante), la profession de son époux(se), le nombre de ses enfants, leur profession, l’activité actuelle du témoin ou la date de sa retraite, etc. Toutes ces informations sont essentielles pour mesurer la « reproduction » d’un milieu social, son degré d’endogamie, la prégnance d’un modèle ou d’un univers professionnel5, l’étendue du capital relationnel, familial et social du témoin6 ou le caractère « émergent » du destin du témoin. Bien sûr, ces informations pourraient être données par écrit sur une fiche biographique remplie par le témoin, mais l’intérêt des entretiens oraux tient précisément aux détails, aux appréciations, aux précisions qualitatives que le témoin ne manque jamais de donner en évoquant ces aspects, même quand il se veut bref ou discret.

2. Vie domestique et vie familiale

  • 7  Jacques Georges-Picot, inspecteur des Finances et ancien président de la Compagnie financière de S (...)
  • 8  Sur la mémoire familiale et ses « lieux de mémoire », A. Muxel, Individu et mémoire familiale, Par (...)
  • 9  Cf. le modèle de la femme « seule » dans les années cinquante, de la célibataire au travail, dans (...)
  • 10  C’est toujours très intéressant de demander au témoin, en faisant preuve de la délicatesse voulue, (...)
  • 11  Les lieux de sociabilité sont très importants pour les élites sociales qui aiment à se retrouver « (...)
  • 12  Sur l’enracinement du receveur des Postes dans la vie locale, voir O. Join-Lambert, Le receveur de (...)

6Très riches et impossibles à obtenir autrement que par la source orale (sauf à mettre la main sur un journal intime ou à tomber sur des souvenirs écrits à usage strictement familial7), sont les informations qui concernent la vie économique, sociale, morale et culturelle de la famille du témoin8, ce que Daniel Bertaux appelle « l’économie familiale » en lui donnant son acception la plus large, y compris symbolique : le niveau de vie, le mode de vie, le logement familial, le mariage et la vie conjugale (ou son absence)9, les relations familiales et sociales, les déplacements et les déménagements, les lieux éventuels de vacances, les fêtes et les loisirs familiaux, l’instruction ou l’éducation donnée aux enfants (pendant la petite enfance, la première scolarisation), les traditions et les valeurs familiales, les références culturelles, morales, religieuses ou politiques, les pratiques culturelles (lectures, musique, arts plastiques), les pratiques religieuses (pratiques collectives familiales et pratiques individuelles), les idées ou les opinions qui s’expriment dans le cercle familial, la conscience de classe10, les pratiques sociales, familiales et amicales (ou mondaines), les lieux de sociabilité (du café au cercle, du club de sport au club mondain)11, l’insertion dans le quartier, la ville ou le village12, les appartenances politiques ou syndicales familiales, l’éventuel enracinement régional, les engagements locaux, etc.

  • 13  Ainsi un professeur du Collège de France lors du premier entretien introduisant son récit de vie s (...)

7Évidemment, le témoin peut prendre quelques libertés avec certaines réalités ou se montrer assez vague ; mais il est extrêmement rare d’assister à un mensonge délibéré ; en outre, l’accumulation de détails, par petites touches impressionnistes, finit toujours par dessiner une image assez fidèle de la réalité. Un grand nombre de ces notations qualitatives et subjectives viennent ainsi nuancer ou affiner des appartenances sociales qu’un regard trop sommaire jeté sur la profession du père définirait de façon trop hâtive ou trop schématique13 ; et l’accumulation de détails, même succincts, permet de dégager des types très diversifiés de cultures familiales et de milieux sociaux.

8Plus rares et plus délicates à obtenir sont les informations sur le « moi intime » du témoin, son intériorité, sa vie sentimentale ou sexuelle, sur cette vie « privée », qui ne se confond pas avec la vie familiale ou avec la vie domestique, que le discours autobiographique est seul susceptible d’atteindre et que seule la parole, si l’on en croit la psychanalyse, serait véritablement capable de restituer. Pour recueillir ce type d’informations, il faut des conditions d’entretien bien particulières que de strictes archives prosopographiques patrimoniales ne permettent guère d’instaurer. Rappelons que notre pacte d’entretien s’inscrit dans le registre historique (incluant certes les champs de la Nouvelle Histoire), mais pas dans celui de la psychanalyse.

3. Vie matérielle, vie quotidienne

  • 14  F. Cribier, « Le logement d’une génération de jeunes Parisiens à l’époque du Front populaire », in (...)
  • 15  Lire O. Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990. Et pour (...)
  • 16  Dans son étude sur les employés des compagnies d’assurance en 1964-1965, Michel Crozier a intégré (...)
  • 17  F. Weber, « Réduire ses dépenses, ne pas compter son temps. Comment mesurer l’économie domestique  (...)
  • 18  F. Weber, Le travail d’à-côté, étude ethnographique ouvrière, INRA-EHESS, Paris, 1989.
  • 19  Le domicile du receveur des Postes, du percepteur ou du responsable d’une petite Caisse d’épargne (...)
  • 20  Par exemple, A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Aubier, 1995 ; A. Rauch, (...)
  • 21  N. Ponsard Lectures ouvrières à Saint-Étienne-du-Rouvray de 1939 à nos jours, thèse EHESS, 1999.
  • 22  F. Cribier, « Santé et pratiques de santé des jeunes retraités parisiens », Gérontologie, n° 29, 1 (...)
  • 23  F. Cribier, Une génération de Parisiens arrive à la retraite, CORDES-CNRS, 1978 ; « Le passage à l (...)
  • 24  F. Cribier, « Les vieux parents et leurs enfants : une génération de parents parisiens, 15 ans apr (...)

9La source orale peut être orientée de façon privilégiée vers la recherche d’informations sur la vie quotidienne et sur ce qu’on a appelé un temps « la civilisation matérielle », et à cet égard, l’on ne laisse pas de voir quelle autre source pourrait se faire plus qualitative : le logement14, les biens domestiques, l’ameublement15, les transformations techniques et l’arrivée de l’électroménager16, les progrès du confort et de l’hygiène, les vêtements, l’alimentation, l’économie domestique et le budget familial17, le travail « à côté » du travail18, l’imbrication de la vie professionnelle et de la vie privée19, les courses et l’approvisionnement, les habitudes alimentaires, le service et les domestiques (ou leur absence), l’organisation de la vie familiale, les horaires, les modes de transport, l’arrivée de la voiture, les vacances20, les loisirs et le temps libre (ou leur absence), les pratiques artistiques et culturelles21, le sport, les soins du corps, l’hygiène, les pratiques de santé et la maladie22, le passage à la retraite23, le vieillissement24...

10Lorsque les entretiens ont pour but la constitution d’archives orales sur le quotidien et que le pacte d’entretien s’est spécifiquement noué sur ce type de questions, les choses sont claires et se passent en général bien : le témoin se conforme au contrat d’origine et fait assaut de détails sur sa vie matérielle. En revanche, ce type de questionnement est difficile à introduire dans un récit de carrière professionnel ou dans un récit de vie même généraliste, et le témoin non prévenu risque de se montrer en retrait par rapport aux questions qui lui sont posées : soit qu’il éprouve de la méfiance par rapport à ce qu’il considère comme une indiscrétion ou comme un viol de sa vie privée, soit qu’il craigne des arrière-pensées sociologiques, soit qu’il ne comprenne pas du tout l’intérêt du sujet. Il s’ensuit qu’il faut absolument prévenir et préparer à l’avance le témoin si l’on veut aborder avec lui ce type de sujet. Néanmoins, nous avons constaté que, dans le cadre d’un récit de carrière, il était possible d’intercaler un chapitre « vie quotidienne » dans la foulée de l’évocation de l’éducation familiale, de l’enfance ou de la jeunesse, car le témoin à ce moment-là s’y prête plus volontiers ; dans la suite de son parcours biographique, c’est plus délicat, notamment s’il considère ne devoir parler que de sa vie professionnelle ou que de tel ou tel épisode de sa carrière. Nous avons pu le faire néanmoins relativement facilement lorsque nous abordions la période de l’Occupation : les pénuries, le marché noir et le rationnement s’y prêtaient relativement bien ; parfois aussi au moment de l’évocation de la Libération (le froid et toujours le rationnement, le dentifrice et le chocolat des Américains), et un peu plus tard pour le début des années cinquante (la crise du logement, l’hiver 1954). Les débuts de la vie professionnelle, les difficultés d’installation d’un jeune ménage ou d’un jeune foyer, l’arrivée des premiers enfants, les mutations de début de carrière, l’inflation permettent aussi quelques ouvertures, notamment sur les problèmes de logement ou de rémunération ; mais, après les années soixante, les témoins se font plus discrets et moins prolixes... Mais nous parlons là d’un certain type de témoins, ceux pour qui les aspects matériels se sont faits moins préoccupants au fur et à mesure de l’avancement de leur carrière et ceux dont le mode de vie et le statut social font que ces aspects relèvent en grande partie de la sphère féminine. Pour un grand nombre de témoins appartenant aux cadres ou aux élites, qui sont de fait historiquement des hommes, ce registre de la vie quotidienne se donne comme « moins noble » que celui de l’histoire économique ou politique ; alors qu’il leur est déjà difficile de parler de la vie quotidienne au bureau, combien leur est-il incongru de parler de la vie quotidienne à la maison... On comprendra en revanche, compte tenu de la répartition traditionnelle, sociologique et historique des tâches, que ce type de sujet soit plus facilement abordable avec les femmes et que ce domaine ait pu être un des points forts de l’histoire orale féminine.

4. Vie scolaire, vie étudiante

  • 25  École laïque, école confessionnelle, lycée public, collège privé...
  • 26  Facultés, classes préparatoires, grandes écoles, études à l’étranger... Les études à l’étranger, r (...)
  • 27  Cette question est importante pour étudier le rayonnement des professeurs célèbres ou de quelques (...)
  • 28  La venue du premier X-Ponts à la direction du Budget au début des années cinquante s’explique par (...)
  • 29  Dans l’entre-deux-guerres, un clivage sépare les familles bourgeoises, entre celles où l’on pousse (...)

11La même productivité informationnelle des archives orales peut être relevée pour ce qui concerne la vie scolaire et étudiante et de façon générale, la formation intellectuelle et humaine du témoin : les écoles et les établissements fréquentées au cours de la scolarité25 et au cours des études supérieures26, le nom des professeurs les plus marquants27, le rôle d’orientation joué par certains d’entre eux (de l’instituteur au professeur de classe préparatoire), les enseignements les plus notables selon le témoin au lycée et à la faculté, les résultats scolaires et les examens (notamment le certificat d’étude et le baccalauréat), les diplômes supérieurs préparés et obtenus, les concours présentés (et ratés), le déroulement de la scolarité dans les grandes écoles, les amitiés d’enfance et de jeunesse durables28, les langues étrangères apprises et pratiquées29, les loisirs, les sports pratiqués, les voyages à l’étranger, les activités extra-scolaires, l’appartenance aux mouvements de jeunesse (scoutisme, syndicalisme étudiant), les engagements associatifs, politiques ou religieux, les vacances (ou leur absence), les lectures, les influences intellectuelles, politiques, philosophiques ou morales...

  • 30  C’est valable autant pour les inspecteurs des Finances, les receveurs des Postes, les policiers, l (...)
  • 31  Cette expression est empruntée à la thèse de J.-F. Sirinelli sur les normaliens et les khâgneux de (...)

12En faisant décrire au témoin son enfance et sa jeunesse, on met en valeur la première phase de formation du capital biographique du témoin, qui vient se greffer sur le capital social et culturel de sa famille, mais qui s’individualise déjà par les premiers choix d’orientation scolaire et professionnelle, ainsi que par la pratique d’un certain nombre d’activités sociales ou culturelles qui lui sont propres. Les sources orales sont particulièrement riches sur les choix scolaires, sur les choix d’études supérieures et de formation professionnelle, sur les choix de carrière30, ainsi que sur le contexte dans lequel ils ont été effectués (rôle de la famille ou de l’école, influences extrafamiliales et rôle des « éveilleurs »31, circonstances économiques ou historiques, volonté individuelle du témoin). Toute cette période de la formation est très importante, des choix décisifs s’y font ou s’y préparent, des lignes de force s’y tracent, des options s’y dessinent, qui porteront peut-être leurs fruits beaucoup plus tard et dont on pourra tirer le fil tout au long de la biographie du témoin.

5. Vie professionnelle, vie publique

a. Cursus officiel

13On passe ensuite à l’étape suivante, où le témoin se fait acteur à part entière et où il dessine progressivement son parcours biographique propre. La source orale est ici particulièrement mobilisable pour en établir factuellement et objectivement les différentes étapes, notamment dans le domaine professionnel (mais aussi dans le domaine familial, ce que l’on a parfois tendance à oublier : mariage, naissances des enfants, déménagements, mutations géographiques, changements de résidence, etc.). Cet « événementiel biographique » passe par un récit, où il y a de l’avant et de l’après, et où le témoin présente les événements de sa vie, ses changements de poste, de fonctions ou de métier dans un certain ordre, selon un enchaînement qui se veut logique, et qui a un sens pour lui.

14Bien sûr, pour les fonctionnaires, pour les militaires, il existe toujours, plus ou moins accessibles, des états de service ou des notices de carrière qui donnent toutes ces informations, mais il n’en est pas de même pour les salariés du secteur privé ou pour les travailleurs indépendants, dont la mémoire seule permet de reconstituer le parcours.

  • 32  Les archivistes-oraux travaillant avec les ingénieurs de l’Armement soulignent la complexité des c (...)
  • 33  Pour les ingénieurs informatiques, Pierre Mounier-Kuhn a montré l’importance du voyage aux États-U (...)
  • 34  Nous distinguons les dossiers actifs et les dossiers passifs : les premiers sont ceux qui ont mobi (...)

15La source orale permet donc de reconstituer avec efficacité un curriculum vitae, mais en l’épaississant du récit qualitatif des expériences professionnelles vécues : les attributions officielles, les responsabilités effectivement exercées32, les tâches réalisées, les voyages effectués à l’étranger ou les périodes de formation continue33, les affaires ou les dossiers traités34, les compétences professionnelles ou relationnelles acquises, les réalisations que le témoin met à son actif, ses échecs et ses regrets, ses succès...

b. Cursus parallèle

  • 35  Sur le Club Jean-Moulin, P. Létrilliart, La naissance et les débuts du Club Jean-Moulin, 1958-1962 (...)
  • 36  Voir, par exemple, la place qu’ont tenues dans la vie de François Bloch-Laîné et d’André de Lattre (...)
  • 37  Sur l’exercice de la solidarité professionnelle et sociale (secours mutuel, loisirs, cantines, ent (...)

16Ce cursus professionnel peut se doubler d’un cursus parallèle, voire d’un cursus caché (quand il s’agit d’activités confidentielles, destinées à rester dans la sphère privée ou en contradiction avec les fonctions exercées), dans un certain nombre de domaines paraprofessionnels : engagements syndicaux, responsabilités associatives, activités maçonniques, activités politiques, participation à des clubs de réflexion35, activités d’enseignement36, activités de conseil, conseils d’administrations, activités d’écriture ou littéraires, militantisme, bénévolat37, engagements religieux confessionnels ou caritatifs.

  • 38  Pour la question du service militaire, on pensera à faire préciser le lieu d’affectation, les miss (...)

17Il faudrait ajouter à cette liste les expériences du service militaire, de la mobilisation, de la captivité, de la Résistance ou de la guerre, qui se révèlent toujours des « lieux » intenses de formation, d’évolution accélérée ou de réorientation personnelle forte ; on pense spontanément à la guerre de 1939-1945, mais pour les générations nées entre 1925 et 1935, il faut penser à l’impact de la guerre d’Algérie, non seulement pour les militaires, mais aussi pour les classes d’âge appelées et engagées sur ce « théâtre d’opérations extérieur »38. Sur toutes ces activités, la source orale se révèle incroyablement prolixe, et de ce fait extrêmement précieuse pour l’historien, qui saura le moment venu reconstituer ces solidarités personnelles et en débobiner les fils compréhensifs.

c. Environnement et réseaux

  • 39  A cet égard, la notion de « patron » dans l’administration est tout à fait intéressante : elle com (...)
  • 40  Par exemple sous la IVe République, les portefeuilles ministériels étaient aux couleurs du tripart (...)
  • 41  Par exemple, les classes préparatoires, les grandes écoles.
  • 42  On peut aussi penser (en vrac) à la conférence du stage pour les avocats, aux clubs de réflexion d (...)
  • 43  Sur l’héritage de la Résistance dans la vie politique française, O. Wieviorka, Nous entrerons dans (...)
  • 44  Cette question des réseaux d’intégration ou d’appartenance est souvent fort délicate : le témoin y (...)
  • 45  Pierre Mounier-Kuhn souligne ainsi les tensions extrêmes qui traversent le champ de l’informatique (...)

18Dans les deux cas, cursus professionnel ou paraprofessionnel, la source orale est précieuse pour obtenir des informations concernant les relations du témoin avec son entourage, avec ses proches, ses amis, ses collaborateurs, ses subalternes et pour évaluer son insertion dans son environnement. Liens verticaux bien sûr39, le plus souvent hiérarchiques ou de clientèle40, mais aussi force des liens horizontaux, formant réseau, à base d’appartenance sociale, d’amitié, de sociabilité, d’esprit de corps, de solidarité de promotion ou d’école (parfois dès l’adolescence41), de club ou de parti, de militantisme, de camaraderie de bureau ou de travail42... Quand on fait des archives orales dans tel ou tel milieu social ou professionnel, il faudrait avoir en tête une liste typologique des réseaux virtuels, auxquels le témoin est susceptible d’appartenir compte tenu de ses origines sociales, de ses études, de son parcours social et professionnel, de ses expériences existentielles (guerre, captivité, Résistance, par exemple43) et de sa position acquise en fin de parcours, de manière à orienter l’entretien sur ces sujets sensibles44. Il ne faut pas avoir une vision angélique de ces réseaux : qui dit intégration, appartenance, réseaux d’information, liens de solidarité et de protection dit aussi exclusions, tensions, conflits, concurrences, rivalités d’écoles, de corps, de sensibilités45... Quoi qu’il en soit, les interdépendances qui lient les individus, les relations interpersonnelles et les pratiques qui s’y attachent ne sont guère connaissables en dehors de la parole des individus eux-mêmes, et elles sont l’un des points forts des archives orales.

6. Un « capital biographique » ?

  • 46  Sentiment d’avoir été reconnu professionnellement, d’avoir progressé ou d’avoir connu une grande v (...)

19Au final, toutes ces expériences professionnelles et sociales, sédimentées et combinées entre elles, à base d’apprentissage et d’expérimentation, colorées d’un sentiment de réussite ou d’échec (les appréciations subjectives qui les accompagnent sont fondamentales46), constituent par excellence le capital biographique du témoin, son identité professionnelle, son capital existentiel, pourrait-on dire, et qui trouve à se raconter de façon privilégiée dans un récit de vie ou de carrière.

  • 47  Sur les initiateurs du PPBS, voir la thèse de V. Spenlehauer, L’évaluation des politiques publique (...)
  • 48  Cf. A. Terray, Le SEEF, 1948-1961, DEA, EHESS, 1994 et intervention de l’auteur à notre séminaire, (...)

20Au sein de ce capital existentiel, on peut parfois discerner des schèmes d’action que le témoin a tendance à reproduire ou à dupliquer et dont la matrice est à rechercher dans une première expérience biographique fondatrice. Cet essaimage de l’expérience (ce n’est jamais un simple clonage, mais toujours une adaptation) est quelque chose de très important à repérer dans la biographie d’un individu : nous pensons, par exemple, au cas de Mac Namara qui, après avoir expérimenté à partir de 1961, à la tête du département de la Défense sous l’influence de la Rand Corporation, un système de rationalisation des grands projets d’armement américains, convainc, en 1965, le Président Johnson de lancer à l’échelle de toutes les administrations fédérales ou locales le Programming Planning Budgeting System (PPBS), l’équivalent de la Rationalisation des choix budgétaires française, puis l’exporte à la Banque mondiale pour le développement des pays du tiers monde47. Nous pourrions aussi parler du schème de « l’idée fixe », ce projet qu’un acteur, envers et contre tout, essaie par tous les moyens et dans toutes les configurations, de réaliser : ce pourrait être par exemple, l’idée de planification chez Claude Gruson, idée qu’il défend d’abord au SEEF puis à l’INSEE, dans toutes les instances publiques et politiques, à temps et à contretemps, ou bien, chez Jean Saint-Geours, l’idée de « rentabilité des investissements », idée mendésiste qu’il développe tout au long de sa carrière administrative, de la Commission des Investissements jusqu’à la direction de la Prévision48.

21Ce qui est repérable relativement facilement dans la biographie d’un décideur ou d’un responsable politique (« une certaine idée de la France ») ne l’est pas moins dans la biographie d’un homme ordinaire, à condition de prêter attention aux moindres épisodes de son existence, de prendre au sérieux le récit qu’il en fait et d’attacher de l’importance aux mots qu’il emploie.

  • 49  Roger Goetze a exercé ces fonctions une première fois entre 1942 et 1944, puis une seconde fois en (...)
  • 50  Sur le parcours de Roger Goetze, voir son interview biographique au CHEFF et l’édition critique et (...)

22Par ailleurs, s’il est intéressant de chercher à repérer ce qui se répète dans un récit de carrière, il n’est pas moins passionnant de mettre en exergue ce qui est totalement unique, contingent et en même temps décisif. Une seule expérience biographique peut se révéler déterminante pour un individu, et, par-là même, explicative, ou à tout le moins source de compréhension pour le biographe qui cherche à reconstituer le puzzle toujours inachevé des causes et des conséquences. L’exaltation et la passion d’un Roger Goetze parlant, plus de quarante ans après, de son expérience de directeur général des Finances de l’Algérie49, c’est-à-dire selon lui l’équivalent de ministre des Finances de l’Algérie, sans le contrepoids politique d’un Parlement français tout-puissant à l’époque, indiquent l’importance qu’a revêtue pour lui cette expérience professionnelle et les fruits qu’elle a engendrés sur le long terme : on peut considérer que c’est au sein de cette expérience algérienne intervenue très tôt dans sa carrière, qu’il a acquis le goût d’une vision globale et pragmatique de l’économie, ce qu’il essaiera de mettre par la suite en œuvre à la tête de la direction du Budget (création d’un Bureau des Investissements et d’un Bureau des Études) ; que c’est en Algérie qu’il a expérimenté pour la première fois une modernisation de l’appareil administratif et amorcé une rationalisation fiscale, budgétaire et financière, ce qu’il cherchera à faire en France en soutenant la réforme budgétaire (décret de 1956 et ordonnance organique de 1959) et la réforme de l’État (création d’un bureau « Rendement, organisation et méthode » ; que c’est en Algérie qu’il s’est formé une vision de l’intérêt général, vision qu’il essaiera de mettre en œuvre autant à la direction du Budget qu’auprès du général de Gaulle ; que c’est en Algérie qu’il a acquis la conviction du nécessaire renforcement du pouvoir exécutif par rapport au pouvoir parlementaire en vue d’une plus grande efficacité de l’État (cf. le décret de 1956, le plan de redressement économique et financier de 1958 et l’ordonnance organique de 1959) ; que c’est en Algérie qu’il a trouvé sa vocation pétrolière (la SNREPAL)... En outrant quelque peu le propos, on pourrait dire que toute la carrière de Roger Goetze « s’origine » et s’enracine dans cette expérience algérienne, qui a, selon nous, mais aussi selon son propre témoignage, bouleversé sa vie50.

  • 51  M.-A. Rauch, Le bonheur d’entreprendre. Les administrateurs de la France d’outremer et la création (...)

23Cette notion d’expérience-matrice peut être appliquée aussi à un groupe d’individus : ainsi Marie-Ange Rauch a montré comment la formation à la fois humaniste reçue à l’École nationale de la France d’outre-mer, les « expériences de terrain » vécues par les administrateurs de la France d’outre-mer pendant la première partie de leur carrière, les compétences relationnelles, organisationnelles et humaines acquises en Afrique les auraient préparés à s’investir et à réussir dans l’aventure de la création du ministère de la Culture en 195951.

  • 52  Sur cette idée d’une génération de la Résistance, O. Wieviorka, « La génération de la Résistance » (...)

24Enfin, on peut aussi élargir cette notion d’expérience-matrice à toute une génération52 : ainsi sommes-nous convaincue, que la Résistance (ou, pour d’autres, la guerre elle-même) a été une expérience matrice pour toute une génération de hauts fonctionnaires modernisateurs : au niveau psychologique, trempage de la personnalité dans l’épreuve ou dans le danger, accroissement du goût pour la prise de risque, pour les responsabilités et pour le pouvoir, acquisition d’une confiance en soi et d’une assurance confinant à une conscience messianique de soi ; au niveau intellectuel, expérimentation de l’innovation quant aux concepts et aux méthodes ; au niveau de l’action, expérimentation d’un style de commandement et d’une volonté de changement...

  • 53  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, A. Colin, 1993, p. 152.
  • 54  Pour une discussion plus générale sur le concept de « génération », voir la thèse de J.-F. Sirinel (...)

25Lorsque plusieurs témoignages rendent compte de façon concordante d’une expérience biographique commune, qu’ils proviennent d’une « cohorte » de gens nés la même année et que ces gens ont le très fort sentiment d’avoir partagé une communauté de destin, on peut parler d’expérience générationnelle. Marc Bloch le soulignait déjà : « Les hommes qui sont nés dans une même ambiance sociale, à des dates voisines, subissent nécessairement, en particulier dans leur période de formation, des influences analogues. L’expérience prouve que leur comportement présente, par rapport aux groupes sensiblement plus vieux ou plus jeunes, des traits distinctifs ordinairement plus nets. Cela, jusque dans leurs désaccords, qui peuvent être des plus aigus. Se passionner pour un même débat, fût-ce en sens opposé, c’est encore se ressembler. Cette communauté d’empreinte, venant d’une communauté d’âge, fait une génération »53. De ce fait, les récits de vie constituent une source très importante pour approfondir, renouveler et travailler le concept de génération en histoire, notamment pour ce qui concerne le vécu des événements structurants de l’histoire du xxe siècle, mais aussi pour les changements de systèmes de valeurs et de modes de vie qu’ils entraînent dans leur sillage54.

  • 55  A. Blum, G. de La Gorce, C. Thélot, « Mobilité sociale et migrations géographiques », Population, (...)
  • 56  F. Cribier et M-L. Duffau, « Logement et stratégies résidentielles des retraités dans le Grand Par (...)
  • 57  D. Bertaux, « Mobilité sociale biographique. Critique de l’approche transversale », Revue français (...)
  • 58  On appelle contre-mobilité le mouvement par lequel un individu cherche à récupérer une position so (...)
  • 59  Y. Lequin et S. Vandecasteele (dir.), L’usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels (...)
  • 60  Tel témoin gaulliste en 1945 ne l’est plus en 1958, ou en 1962 ; tel démocrate-chrétien passe au P (...)

26Enfin, pour terminer, la reconstruction de cet événementiel biographique est essentielle, pour repérer non seulement ce qui est permanent ou rémanent dans la vie d’une personne, pour y repérer ce qui est unique et fondateur, mais aussi pour voir ce qui y change, pour faire l’histoire de sa mobilité, de ses mobilités : mobilité géographique (montée à Paris, brassage Sud-Nord, mutations, retour en province55), mobilité résidentielle56, mobilité sociale57 (ascendante ou descendante, contre-mobilité58), mobilité économique, mobilité professionnelle (changement d’entreprise ou de métier)59 et organisationnelle (changement au sein de l’organisation), mais aussi mobilité culturelle (religieuse par exemple) ou politique60.

II. Témoignages, représentations, « vécu », rationalité de l’acteur

  • 61  Il faudrait aussi des archives photographiques !

27En se faisant l’avocat du diable et en imaginant que les archives écrites aient été conservées dans leur intégralité, on pourrait dire qu’un certain nombre des informations factuelles, objectives, énumérées ci-dessus, pourraient être données par la source écrite61, à la seule condition qu’un chercheur omniscient et universel soit assez rapide et assez ingénieux pour arriver à les retrouver toutes et à les rassembler. Aussi nous faut-il chercher ailleurs ce que la source orale a de plus spécifique, ce qu’elle seule est susceptible d’atteindre (avec la source autobiographique écrite, pour être tout à fait exactes), c’est-à-dire en définitive ce qui est dans la conscience du témoin. Nous pouvons distinguer plusieurs niveaux dans ces informations que par commodité on appellera « subjectives » et que les historiens regroupent en général sous le terme générique de « représentations ». On trouvera dans les témoignages oraux un certain nombre d’informations concernant :

1. Les perceptions, les pensées, les opinions

28Ces représentations relèvent de l’intelligence du témoin, de ses connaissances et de son activité de compréhension, mais mêlent de façon souvent implicite des considérations morales : par exemple, la perception de la montée des périls dans les années trente, la perception du nazisme, de la défaite de 1940, l’opinion du témoin sur la crise économique des années trente, sur Vichy, sur le retour du général de Gaulle en 958, sur le mendésisme, sur Mai 68 ou sur la construction européenne, etc. On a vu que ces thèmes étaient séduisants pour l’historien, mais que c’était probablement les plus passibles de reconstruction et de « mouvance », compte tenu du fait que l’intelligence de l’individu absorbe sans cesse de nouvelles connaissances, que ses capacités de compréhension se modifient tout au long de sa vie et que de nouvelles façons de voir peuvent venir s’imposer à ses propres raisonnements. Pour les archives orales, les questions d’opinion constituent donc les questions-pièges par excellence, elles ont un très mauvais rapport coût/avantage, et devraient être fortement réduites dans un entretien, sauf à travailler directement évidemment sur l’histoire de l’opinion. Il reste que, si rien au cours de la vie du témoin (expérience contradictoire, lectures, nouvelles connaissances, censure morale) n’est venu directement modifier ou retoucher une opinion, il existe une chance de voir resurgir des opinions, des états d’esprit, des sentiments du passé « fossilisés » dans les strates de reconstruction du souvenir, conservés intacts et dans le même état qu’au moment où ils ont été perçus ou ressentis. L’expérience de « la petite madeleine » de Proust fait référence à l’une de ces fulgurances de mémoire où des « noyaux » du passé remontent à la conscience comme des bulles à la surface.

  • 62  Sur le mendésisme au Finances et notamment au SEEF, voir F. Fourquet, Les comptes de la puissance, (...)
  • 63  L. Quennouëlle, La direction du Trésor, 1947-1967, L’État-banquier et la croissance, Paris, CHEFF, (...)
  • 64  Sur ce type de parcours, voir Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, (...)

29Nous avons déjà évoqué le discours de ce haut fonctionnaire des Finances des années cinquante par ailleurs éclairé, modernisateur et mendésiste, qui jugeait néanmoins sévèrement le Front populaire, reproduisant à la fin des années quatre-vingt, sans reconstruction, le jugement de son entourage de l’époque sur l’expérience Blum ; l’utilisation du terme « bolchevique » ne laissait d’ailleurs pas d’ambiguïté sur le caractère scarifié du souvenir. Tel autre fonctionnaire des Finances évoque l’attentisme qui régnait sous l’Occupation dans les services du ministère à Paris et le suivisme des fonctionnaires en poste à Vichy, sans pour autant se livrer à un quelconque discours justificateur, ni dans un sens ni dans l’autre : « On a fait notre travail, c’est tout ! » ; tel autre se livre à une défense et illustration de « la thèse du bouclier » pétainiste, sans nous donner de raison de croire à une reconstruction rétrospective : il n’a tout simplement jamais changé d’avis entre 1940 et aujourd’hui... De même, en relisant très attentivement l’ouvrage dialogué de François Bloch-Laîné et Claude Gruson sur les Hauts fonctionnaires sous l’Occupation (O. Jacob, 1996), on découvre en creux, sous le discours parfois pathétiquement justificateur, les opinions, les illusions, les erreurs, les méconnaissances et les préjugés de l’époque. Tel autre haut fonctionnaire évoque la ferveur mendésiste qui avait saisi certains services du ministère des Finances dans les années cinquante, tandis qu’un autre retrouve les accents d’exaspération et de colère qui l’avaient déjà saisi à l’époque devant les embrouillles « picrocholines » de L’Express62. Concernant la question algérienne, tel autre fonctionnaire des Finances évoque sans difficulté ses convictions Algérie française, alors que ce n’était pas le climat général à la direction du Trésor entre 1960 et 1962 et que cela n’est pas nécessairement plus « politiquement correct » aujourd’hui63. À l’opposé, un grand nombre de hauts fonctionnaires laissent librement et spontanément s’exprimer leur « gaullisme », au nom de la restauration de l’autorité de l’État et de la modernisation de la société française. On peut d’ailleurs distinguer chez certains un continuum entre le mendésisme des années cinquante et le gaullisme des années soixante : la clef en est la mystique de la modernisation64.

  • 65  Intervention de C. Hodeir à notre séminaire le 24 mai 2000. On retrouve là les réflexions de Marc  (...)
  • 66  Entretien accordé à Claude d’Abzac-Epezy par Robert Paxton, « À la recherche des officiers de 1940 (...)
  • 67  Voir sur ce point l’article de L. Quennouëlle sur la culture monétaire des hauts fonctionnaires de (...)

30Dans un autre domaine, tel grand patron colonial, ancien leader d’opinion, au cours d’un entretien d’histoire orale, se livre à une défense éloquente des décisions stratégiques qu’il a été amené à prendre à la tête de son entreprise au cours des soubresauts de la décolonisation. Son discours est si bien construit et si bien maîtrisé que l’historien peut légitimement le considérer comme partiellement reconstruit : ce témoignage exige probablement un prudent croisement avec les archives d’entreprise, ainsi qu’avec la presse sectorielle de l’époque dans laquelle le témoin s’est régulièrement exprimé à l’époque. Mais en parallèle, pour l’historien qui sait se faire attentif, aux détours de la conversation, le témoin livre, en contre-discours, de façon spontanée et non délibérée, sa « vision » du système économique et social colonial de l’époque ; le paternalisme qui s’en dégage ne paraît guère reconstruit, c’est celui des années cinquante et soixante qui perce, authentique, à peine voilé, en dépit des contraintes entretenues par le discours politiquement correct tenu aujourd’hui sur la colonisation65. Jusqu’à Robert Paxton lui-même, qui, malgré les déceptions que l’histoire orale lui a causées lors de sa thèse sur les officiers français sous le régime de Vichy, concède lors d’une interview à Claude d’Abzac-Epezy que certains officiers lui ont visiblement tenu le discours qu’ils avaient toujours tenu : « Avec le général de la Porte du Theil, j’ai eu l’impression d’avoir en face de moi quelqu’un qui n’avait guère modifié son discours, chez qui je pouvais retrouver de façon assez authentique les perceptions de l’époque »66. Il ne faut donc pas renoncer, malgré les difficultés et les déceptions, à rechercher, à travers la source orale, la trace des opinions de jadis, ou de façon plus générale, les perceptions culturelles qui imprègnent encore le témoin, longtemps après la disparition de l’époque qui a vu éclore ces croyances67.

2. Les sensations, les affects, les émotions, les sentiments

  • 68  Et de ce point de vue, les archives orales biographiques n’intéresseront pas seulement les histori (...)
  • 69  Les interventions des anciens acteurs de la création du ministère de l’Équipement en 1966 et des r (...)

31Ensuite, on trouve trace, dans les témoignages oraux, des sensations, des émotions, des affects, bref, du « vécu » affectif et émotionnel du témoin68 : la peur, l’amertume, la honte, l’accablement, l’inquiétude, le désespoir, l’ennui, la frustration, l’esprit de revanche, le doute, le mépris, la solitude, l’isolement ou au contraire l’enthousiasme, l’excitation, l’optimisme, la sérénité, la confiance, l’ambition, le détachement, la générosité, le sentiment de supériorité, la satisfaction, tous les sentiments que le témoin a pu éprouver au cours de telle ou telle période de son existence percent sous la trame d’un récit de carrière en apparence lisse et linéaire69.

32Par exemple, chez les hauts fonctionnaires du ministère des Finances, le contraste est très fort entre l’évocation de l’horizon bouché de la fin des années trente et l’immense appel d’air donné par la Libération et les années de reconstruction ; le ton, le débit de paroles, le vocabulaire en témoignent pour qui veut entendre. L’excitation des cabinets ministériels ou la fièvre des séances de nuit à l’Assemblée sous la IVe République, la jubilation de s’approcher des centres de pouvoir, la satisfaction parfois pleine de soi d’avoir « servi » l’intérêt général, l’admiration pour un « patron » ou pour un « maître », les déceptions d’une carrière trop grise ou l’amertume de services mal récompensés, les frustrations, tout cela transparaît très clairement dans les propos du témoin, souvent d’ailleurs à son corps défendant. Ces émotions du passé, scarifiées dans la mémoire affective, trahies par l’oralité, nous semblent en général fiables, car peu contrôlables et peu prévisibles, bien que la possibilité de tomber sur un « comédien », un « affabulateur » ou tout simplement sur un excellent conteur puisse toujours se présenter.

  • 70  Les mots en italique sont soulignés par nous.
  • 71  On retrouve la grande distinction faite par Marc Bloch : les témoignages volontaires sur 1940 n’on (...)

33Le même Paxton qui avouait avoir échoué dans son projet de reconstituer l’état d’esprit des officiers pendant l’année 1940 à partir d’interviews, dans le même entretien avec Claude d’Abac-Epezy, souligne spontanément les points sur lesquels les entretiens se sont révélés fructueux : « J’ai compris alors que les interviews étaient essentielles et passionnantes, mais que j’avais tort de chercher, grâce à elles, à reconstituer ce que les officiers pensaient en 1940. [...] Ils m’ont [...] révélé les rapports humains, les réseaux, les clans et les familles à l’intérieur de l’armée française, les amitiés et les inimitiés. Certains de leurs sentiments, parfois quelques traces de leur hostilité entre les anciens de l’armée d’armistice, les anciens gaullistes et les anciens giraudistes. Les ressentiments de ceux qui étaient restés en métropole, de ceux que l’on appelait les « naphtalinards » envers leurs camarades qui avaient eu la chance de se trouver du bon côté de la Méditerranée, qui avaient fait campagne et qui s’étaient retrouvés mieux placé qu’eux dans la course à l’avancement, ou qui avaient pu rester dans l’armée alors qu’eux-mêmes avaient été dégagés des cadres. On ressentait encore ces tensions, même parmi les résistants, entre ceux de l’Hexagone, les Giraudistes et les Français libres. Les interviews m’ont permis de retrouver avec une assez grande précision les sentiments des militaires à la Libération »70. On ne peut mieux faire comme défense des témoignages oraux ; simplement, les apports de la source ne se sont pas situés là où l’historien les attendait : sur l’opinion des officiers en 1940, pendant les années d’Occupation et concernant Vichy, il n’y avait pas grand-chose à attendre des entretiens, en revanche sur les sentiments et les sensibilités qui « clivent », et pour longtemps, le milieu des officiers français au sortir de la guerre, il y avait beaucoup à retenir71.

3. L’imaginaire et le rêve

34Ce domaine est extrêmement délicat ; on ne peut y faire que quelques incursions furtives, par exemple lorsque le témoin se laisse aller aux regrets ou aux confidences sur ses espoirs déçus ou ses rêves de jeunesse : il évoque ses espoirs de carrière, le poste qu’il convoitait et qui lui a été soufflé par un camarade, le métier qu’il aurait aimé exercer si les circonstances ne l’avaient pas contraint à faire tel ou tel choix, il effleure les occasions ratées, les opportunités non saisies, sa vie de famille, les contraintes de sa vie professionnelle et ce qu’il lui a sacrifié etc. Parfois, à la fin d’un récit de vie, il évoque le temps de la retraite, ses projets de (futur) retraité : déménager, s’adonner à son hobby favori, retourner en province, se reposer, écrire ses souvenirs ( !) etc. Ce sont des moments fugitifs qu’il faut savoir retenir !

4. Les normes, les logiques internes, les valeurs et les croyances.72

  • 72  Les témoignages oraux qualitatifs peuvent venir compléter ou éclairer ce que de grandes enquêtes q (...)

35Enfin, on trouve dans les témoignages oraux les normes de jugement et de comportement, le système de valeurs, les convictions, le système idéologique du témoin, les « outillages mentaux », bref, tout ce qui a trait au « pourquoi » des choses, aux raisons qui font agir une personne, aux intentions qui l’animent, au sens qu’elle donne à ses actes. C’est ce que les historiens appellent souvent « les motivations » et ce que les sociologues désignent souvent sous le terme de « rationalité de l’acteur ». Alors que pour les informations biographiques factuelles, c’est la mémoire déclarative qui travaille, ici, pour les « motivations », c’est surtout la mémoire de jugement qui est mobilisée : évaluation des positions et des intérêts en jeu, recherche de causalité, mise en relation de différents ordres d’explication, édiction de jugements de valeur, hiérarchisation, expression de normes, fixation de buts à atteindre, morale des fins ou des moyens... Se dessine ainsi à travers les jugements et l’expression de ces valeurs le portrait moral, éthique, du témoin, complétant ainsi un profil biographique déjà bien exploré.

  • 73  N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991 ; M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la m (...)
  • 74  Il existe plusieurs exemples de cette recherche de modèles culturels sous-tendant des organisation (...)

36De même que la description individuelle des études, du logement ou de la carrière professionnelle est instructive pour l’histoire des filières scolaires, pour les progrès de l’habitat dans les années soixante ou pour la modernisation de l’industrie française, de même les appréciations subjectives des témoins sur ce qu’est une carrière réussie, leurs jugements sur l’expérience Pinay, leurs avis sur le rôle économique de l’État ou sur la modernisation de l’administration et de l’industrie, peuvent renseigner l’historien sur les cadres de pensée, non seulement d’un individu, mais éventuellement de tout un groupe social, d’une génération, voire d’une société tout entière73. Et ce sont ces traits de mentalités collectives, cette culture collective que l’historien du social cherche à atteindre au-delà du témoignage individuel du témoin, en accumulant sous forme de corpus les récits de carrière croisés74.

a. Diversité des régimes d’action

  • 75  Nous sommes bien d’accord qu’il s’agit forcément d’une rationalisation a posteriori et que par con (...)
  • 76  On appelle « stratégie » l’ensemble des calculs et des actions mises en œuvre par un individu pour (...)

37De façon focalisée et personnalisée, la source orale permet d’entrer dans la rationalité de l’acteur75, de pénétrer plus avant les stratégies76, les motivations ou les justifications qui ont conduit telle personne à agir de telle ou telle façon ; or, on constate aisément, quand on écoute un récit de vie, qu’il existe plusieurs types de rationalités, plusieurs types de régimes d’action, qui peuvent coexister dans un même individu et même entrer en conflit.

  • 77  Typique, par exemple, ce témoin, épuré à la Libération, qui dit être entré par hasard dans telle b (...)

38On rencontre assez souvent en premier lieu une rationalité de type historique (causalité événementielle ou temporelle) : « J’ai dû interrompre mes études à cause de la mobilisation qui a suivi la réoccupation de la Rhénanie, je suis resté deux ans là-bas, et après, il était trop tard pour reprendre, j’ai dû travailler pour subvenir à mon existence et je suis entré comme auxiliaire aux Contributions directes ». Le hasard est ainsi fréquemment invoqué pour exprimer cette contrainte historique, cette contingence absolue de l’événement ; mais attention, le hasard selon le témoin recouvre parfois souvent bien d’autres choses, à la fois beaucoup plus compliquées et beaucoup moins hasardeuses77.

39Le second type d’explication est de nature sociologique et fait référence à l’appartenance à telle ou telle classe sociale : « J’appartenais à la moyenne bourgeoisie des mérites, étant fils de professeur, mais j’étais sans fortune et sans relation dans le monde, c’est pourquoi j’ai dû abandonner le rêve de la carrière diplomatique ; j’avais des oncles avocats, ils m’ont conseillé, enfin, j’ai pensé plutôt au Conseil d’État, j’ai fait mon droit, et j’ai réussi le concours ! ».

40Le troisième registre d’explication fait référence à une rationalité psychologique ; traditionnellement utilisée autrefois par les historiens psychologisants, elle fait moins recette aujourd’hui, mais les témoins continuent de s’y référer spontanément en invoquant le caractère, le tempérament ou le charisme. Une des figures par excellence en est, par exemple, le rebelle (« J’ai toujours été un révolté ! ») ou le chef (« J’ai toujours aimé avoir des responsabilités, prendre des initiatives ! ») et suit la liste des engagements sociaux, politiques et associatifs successifs du témoin. Le discours autobiographique se fait lui-même reflet d’une philosophie psychologisante ou essentialiste, sur laquelle Jean-Claude Passeron nous a mis en garde, mais qui fonde l’image que le témoin a de lui-même (son identité) et qui mérite donc d’être prise au sérieux.

  • 78  Nous appelons « doctrines » les façons de penser ou les façons de poser un problème et de le résou (...)
  • 79  N. Carré de Malberg, dans son article sur « les Inspecteurs des Finances et la défense du franc da (...)
  • 80  À la limite, c’est même rassurant, cela montre que les deux sphères sont bien séparées et que dans (...)
  • 81  Intervention d’A. Terray sur l’histoire de la direction de la Prévision à notre séminaire, le 18 j (...)

41Le quatrième type de justifications regroupe toutes les rationalités fonctionnelles, statutaires, corporatives, sectorielles ou organisationnelles, qui tiennent à la position de l’acteur dans un système, c’est-à-dire ce que nous appelons les logiques de fonction ou logiques de rôles. Ces logiques de fonction sont très importantes voire prépondérantes dans les grandes organisations, et notamment dans l’administration, où lorsqu’un haut fonctionnaire, par exemple, accède à un poste de responsabilité dans tel ou tel service, il en endosse les droits et les devoirs, les comportements, les pratiques, les « doctrines »78, les intérêts corporatistes, les manières de penser, de s’exprimer, voire de s’habiller79. Ces logiques de fonctions expliquent qu’un même homme puisse endosser successivement sans difficulté dans le cours de sa carrière plusieurs identités fonctionnelles et qu’il puisse défendre avec âpreté les intérêts de la banque privée qu’il dirige, après avoir été un fidèle et un ardent défenseur du service public80. Un bon exemple de ces logiques de fonction est donné par Claude Gruson qui défend, pendant plus de 15 ans, le SEEF contre les revendications de l’INSEE et qui, devenu directeur de l’INSEE, adopte exactement le même ton contre ce qui est devenu la direction de la Prévision et reprend à son compte « mot pour mot, les arguments que son prédécesseur utilisait pour justifier sa volonté d’absorber le SEEF »81 !

  • 82  C. Thélot et F. de Singly, Gens du privé, gens du public, Paris, Dunod 1988.
  • 83  M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éd. du Seuil, 1963 ; M. Crozier et E. Friedberg, L (...)

42Ces logiques de fonctions peuvent se décliner en logiques sectorielles (la sidérurgie a des intérêts que l’activité charbonnière ne partage pas), en logiques statutaires (gens du public, gens du privé82), en logiques fonctionnelles à proprement parler (le marketing a des raisons que la gestion ignore), bureaucratiques et « doctrinales » (la direction du Budget est en compétition avec la direction du Trésor), en logique corporatistes (les inspecteurs des Finances contre les administrateurs civils ou contre les X-Mines) ou positionnelles (un haut fonctionnaire n’a pas le même comportement à un poste directorial que dans un cabinet ministériel), et toutes ces logiques peuvent parfois se montrer contradictoires. Ces rationalités fonctionnelles renvoient plus largement aux rationalités instrumentalistes et utilitaristes, fondées sur le calcul d’intérêt et sur l’analyse stratégique. L’acteur agit par calcul, pour se créer une marge de jeu, pour desserrer les contraintes qui pèsent sur lui et pour accumuler ou maximiser des gains, c’est-à-dire pour améliorer sa position institutionnelle ou organisationnelle83. L’analyse stratégique et systémique permet de rendre compte du calcul coûts/avantages que l’acteur met en œuvre, en fonction de ses moyens et de sa position dans le système, pour réaliser ses objectifs.

  • 84  Sur le désir de promotion et sur les calculs des acteurs, voir O. Join-Lambert, Le receveur des Po (...)
  • 85  P. Masquelier (intro.), Mémoires d’écureuil, Paris, Éd. de l’Épargne, 1999 et à paraître, les ouvr (...)

43Les traces de ce calcul sont aisément repérables dans les témoignages oraux : « J’avais le choix entre trois solutions, innover en allant à la Banque mondiale pour m’occuper des affaires africaines, rester à l’Aviation civile pour essayer d’intégrer l’une des grandes compagnies aériennes, ou essayer de retrouver un poste à l’administration centrale des Finances pour rebondir par la suite vers le secteur financier, j’ai finalement choisi la première solution parce que... ». Et suit une première raison d’ordre matériel et financier, puis une raison d’ordre intellectuel et social (l’intérêt pour les pays du tiers monde, l’envie de travailler avec les Américains et d’apprendre leurs méthodes de travail, la volonté d’apprendre l’anglais parfaitement), une raison psychologique (« relever un challenge, celui d’être le premier directeur français à la Banque mondiale ») et plus discrètement, en contrepoint une remarque qui indique que le témoin a évalué ses chances de revenir dans le sérail des Finances et qu’il les a évaluées comme trop faibles (parti depuis trop longtemps, pas de place à prendre à court terme, une forte concurrence et des atouts « sociologiques » trop faibles, notamment l’absence de « parrainage »). On retrouve la trace de ces calculs à tous les niveaux hiérarchiques : les receveurs des Postes étudiés par Odile Join-Lambert évoquent dans leurs entretiens comment ils se préoccupent de gérer leur carrière, en cherchant à obtenir les « bonnes » informations sur les postes vacants, sur les opportunités créées par les créations de postes urbains ou de banlieues, sur la façon de parvenir plus vite à la tête d’une recette plus importante, quitte à faire quelques sacrifices géographiques84. Les auteurs du concours autobiographiques des Caisses d’épargne, du Trésor public ou des Impôts font de même, dévoilant parfois le rôle des syndicats ou de l’Amicale du corps85.

44De ce point de vue, les sources orales attestent avec force de la liberté de l’acteur, de sa capacité à agir par lui-même, à se dégager des déterminismes qui pèsent sur lui et à profiter du moindre interstice de liberté qu’il rencontre. Mais ces rationalités instrumentalistes ne suffisent pas à rendre compte de tous les comportements humains non plus que de toutes les raisons qui poussent les hommes à agir : « L’homme ne vit pas seulement de pain ».

b. Pour en savoir plus sur les morales de l’action

  • 86  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard 1 (...)
  • 87  Max Weber distingue la rationalité instrumentale (détermination des moyens en vue d’une fin), la r (...)
  • 88  L. Beccaria, Hélie de Saint-Marc, Paris, Perrin, 1988 et H. de Saint-Marc, Mémoires. Les champs de (...)
  • 89  F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, Paris, Éd. du Seuil, 1976 ; R. Chenu, entretien avec, Pa (...)
  • 90  I. Charras, « Notes et études. Récits de vie de policiers : état des lieux », Les Cahiers de la Sé (...)
  • 91  J.-N. Retière, « Etre sapeur-pompier volontaire. Du dévouement à la compétence », Genèses, n° 16, (...)
  • 92  G. Dermenjan et alii, Elles ont épousé l’éducation spécialisée, Paris, L’Harmattan, 1999.

45Le dernier ensemble de justifications regroupe les rationalités supérieures, immanentes ou transcendantes, d’ordre philosophique, éthique ou religieux, « les grandeurs » symboliques86, qui définissent des valeurs supérieures, des croyances ou des obligations morales auxquelles l’individu adhère par conviction, se conforme par obéissance ou par tradition87. Contrairement au système de rationalité précédent qui se préoccupe surtout des moyens et des intérêts, ces rationalités se préoccupent davantage des fins et du sens. Ce sera l’obéissance, le devoir ou l’honneur pour l’officier88, le service public ou l’intérêt général pour le haut fonctionnaire89, l’amour du travail bien fait et de la belle-ouvrage pour l’artisan, l’amour de l’ordre pour le policier90 ou de la justice pour le magistrat, le dévouement pour le sapeur-pompier91, la générosité, la justice sociale ou la solidarité pour le travailleur social92.

  • 93  Sur l’éthique de l’action selon Paul Ricœur, voir O. Abel, Paul Ricœur, La promesse et la règle, É (...)
  • 94  Ces « régimes » ne prétendent pas couvrir l’ensemble « des conduites des acteurs dans l’ensemble d (...)
  • 95  Sur la connexion entre les hauts fonctionnaires et le christianisme, A. Darbel et D. Schnapper, Le (...)

46Les travaux du groupe de sociologie politique et morale de Luc Boltanski et Laurent Thévenot à l’EHESS ont montré comment les personnes, pour justifier de leur action, font en effet appel à différents « régimes de justification publique », qui se réfèrent à des conceptions différentes du bien commun et de la justice dans une cité93. Ces auteurs distinguent principalement six régimes différents de justification94 : la justification civique, fondée sur la volonté collective et l’égalité (modèle Rousseau) ; la justification industrielle fondée sur l’efficacité et la compétence (modèle Saint-Simon) ; la justification domestique fondée sur la relation de confiance liant entre eux les membres d’une communauté (modèle Bossuet) ; la justification par l’opinion fondée sur la reconnaissance des autres (modèle Hobbes) ; la justification marchande fondée sur le marché (modèle Adam Smith) ; la justification inspirée fondée sur le lien entre la personne et une « totalité » telle que Dieu ou l’Art (modèle Saint Augustin). Ces registres de justification fonctionnent comme « des horizons de sens » servant de repère aux acteurs dans leur action, ils peuvent également faire l’objet de compromis et de « compétences » diversement « partagées » (tous les acteurs n’ont pas accès de façon égale à ces justifications). Ces « régimes d’action » moraux (au sens de morale de l’action) s’expriment de façon plus ou moins explicite dans les témoignages oraux : on rencontre assez souvent l’adhésion à une foi religieuse (philanthropisme et paternalisme chez les patrons industriels du Nord, progressisme social tempéré chez les hauts fonctionnaires catholiques et protestants95, catholicisme plus intransigeant chez les militaires), à une foi politique (les militants et le Parti) ou à une philosophie sociale de progrès (Franc-maçonnerie chez les fonctionnaires, mutualisme et prévoyance chez les « gens » des Caisses d’épargne, égalitarisme chez les employés des organismes de Sécurité sociale, saint-simonisme éclairé ou prométhéen chez les polytechniciens ou chez les ingénieurs, conception leplaysienne de la responsabilité sociale chez les anciennes élites, etc.).

  • 96  Un entretien thématique n’en laisse guère le temps, ce qui fait qu’on obtient des informations ou (...)
  • 97  J. Elster (éd.), The Multiple Self, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

47Les archives orales organisées autour du récit de vie96 permettent à ces différentes rationalités de s’exprimer ; elles en restituent l’enchevêtrement (le discours lui-même s’en ressent, entre incises et parenthèses, propositions subordonnées emboîtées, allers-et-retours chronologiques et syntaxe alambiquée), la contradiction parfois, mais elles permettent aussi au témoin et, par ricochet, à l’historien-biographe d’en démêler les fils embrouillés ; elles mettent aussi en scène l’irruption du contingent, la force de l’événement et la brusquerie des bifurcations lors des décisions à prendre, nourrissant ainsi une sociologie de l’action à la fois incarnée et complexifiée. Les récits de vie ou l’éloge de la complexité97 !

  • 98  Le premier né en 1907 en Bretagne, l’autre en 1922 en Périgord.

48Pour illustrer notre propos, nous aimerions évoquer deux trajectoires parallèles qui, par un jeu de miroir réciproque maniant l’identique et le dissemblable, illustrent la complexité des conduites humaines : soient deux officiers de l’armée de Terre, Jacques Paris de Bollardière et Hélie de Saint-Marc, tous deux issus de la petite noblesse provinciale et désargentée98, tous deux élevé dans un milieu imprégné de tradition catholique, militaire, maurrassienne et monarchiste, tous deux saint-cyriens, tous deux légionnaires et parachutistes, tous deux marqués par une certaine conception du « rôle social de l’officier » (Lyautey), tous deux catholiques pratiquants, tous deux entrés en dissidence et en résistance par rapport au régime de Vichy ; tous deux engagés comme militaires de carrière en Indochine, tous deux témoins de l’expansion communiste, des « erreurs du pouvoir politique » et de « l’abandon » par la France de cette colonie ; tous deux officiers supérieurs envoyés en Algérie. Là s’arrêtent les similitudes et là bifurquent les destins personnels de chacun : le premier s’élève publiquement contre l’usage de la torture en 1957, le second s’engage aux côtés des généraux putschistes en 1961. Puis à nouveau, convergence de leur destin : tous deux font l’expérience de la prison et tous deux quitteront l’Armée pour n’y plus revenir. En apparence, un engagement aux antipodes, que l’on pourrait schématiser en désignant l’un comme un adversaire de l’Algérie française, l’autre comme l’un de ses partisans, l’un comme un apôtre de la non-violence, l’autre comme un partisan de la force et de la violence armée. Comment comprendre de telles trajectoires ? Chez les deux protagonistes, il y a d’abord le poids de l’expérience biographique : Jacques Paris de Bollardière, le 17 juin 1940, rejoint le général de Gaulle après la bataille de Narvik en Norvège et rallie les Forces de la France libre ; en 1944, il est parachuté en France pour organiser et diriger le maquis des Ardennes ; cette première expérience réussie de la rébellion, de la rupture avec le pouvoir établi, ici avec le régime de Pétain dont il aurait pu être par sa famille et son éducation un soutien, cette expérience, il la réitère à l’occasion de l’affaire algérienne ; il y a là un schème d’action fondateur. On trouve cette même expérience de rupture, de liberté et de recherche de légitimité chez Hélie de Saint-Marc, qui entre lui aussi très jeune, dès 1941, en résistance, au sein du réseau Jade-Amicol, dans le Sud-Ouest ; mais là, les chemins bifurquent, Hélie de Saint-Marc, malgré sa volonté sincère et active, ne peut gagner Londres en 1943 ; au contraire, suite à une dénonciation, il connaît la déportation et l’emprisonnement à Buchenwald ; son expérience de rébellion est avortée. Lors de la suivante, il ira jusqu’au bout.

  • 99  L’expérience du maquis des Ardennes, de la lutte clandestine, des représailles et des relations av (...)
  • 100  J. Paris de Bollardière avait comme lecture de chevet L’Imitation de Jésus-Christ...
  • 101  Sur Hélie de Saint-Marc, L. Beccaria, Hélie de Saint-Marc, Perrin, Paris, 1988 et H. de Saint-Marc (...)

49Il y a ensuite, plus radicalement, le registre des valeurs et du sens : au moment de la guerre d’Algérie, tous deux choisissent d’entrer à nouveau en dissidence par rapport au pouvoir établi et de refuser les raisons de la raison d’État ; ils le font tous les deux au nom de l’honneur, l’honneur de l’armée, de la vérité et de la fidélité. Ces deux itinéraires illustrent la liberté des acteurs qui choisissent leur vie et leur destin, en dépit de déterminismes sociaux et culturels semblables et en dépit d’événements historiques fortement contraignants ; ils illustrent aussi le poids du contingent et des circonstances (la guerre de 1939-1940, les FFL d’un côté et la déportation de l’autre) et le poids d’expériences biographiques fondatrices99. Mais en filigrane, sous l’apparente dissemblance des destins, nous serions tentées de dégager un schème d’action commun aux deux parcours, un modèle structurant décliné sous deux versions différentes, guidant l’action des deux protagonistes jusqu’à leur faire risquer leur carrière et leur honneur personnel, voire leur vie : un schéma christique du sacrifice et du rachat, dans lequel un individu charismatique sauve la communauté (ici l’Armée) en posant un acte moral radical100. Hélie de Saint-Marc et Jacques Paris de Bollardière, ou deux variations sur le thème « Comment sauver l’honneur de l’Armée »101. Or, comment toucher du doigt ces « motivations intérieures », ces « grandeurs » symboliques, sans en passer par le discours et le témoignage personnel, intime parfois, des acteurs ?

c. Quel mode de questionnement ?

50Plusieurs épisodes du récit biographique permettent d’explorer de façon privilégiée les « régimes de justification », le systèmes de valeurs du témoin, et ces « moments » constituent autant de « lieux de mémoire » symboliques et de rendez-vous à ne pas manquer lorsque l’archiviste-oral constitue la source ou lorsque l’historien l’exploite :

• l’éducation familiale donne lieu en général à de nombreux jugements de valeur et à l’expression de nombreuses normes sociales ou culturelles ;

  • 102  On peut citer deux exemples de ce type d’analyses : N. Carré de Malberg, « Comment on devient insp (...)
  • 103  Sur les motivations des receveurs des Postes à entrer aux PTT et sur le thème de la « vocation », (...)
  • 104  Selon N. Carré de Malberg, chez les candidats à l’inspection des Finances des années trente, préva (...)
  • 105  J.-M. Berlière a ainsi montré dans un article de Romantisme (n° 79, 1993), la transformation de l’ (...)
  • 106  Il peut y avoir un laps de temps entre le moment du choix et celui de la réalisation effective du (...)

• le choix des études, l’orientation professionnelle ou le choix d’un métier, donnent lieu à une reconstruction a posteriori des alternatives envisagées à l’époque et des raisons stratégiques pour lesquelles telle ou telle option a été prise102. Dans cet exercice rétrospectif, l’historien trouve de nombreuses informations sur le processus de décision ayant conduit le témoin à se déterminer, sur le degré d’information détenu par lui concernant les métiers envisageables et accessibles à l’époque, sur les « informateurs-éveilleurs » qui l’ont aidé à s’orienter, sur les influences parentales, familiales, amicales ou scolaires qui ont pu s’exercer sur lui, sur les traditions socioculturelles familiales, sur le profil psychologique du témoin, sur les buts poursuivis par le témoin (« monter » socialement, échapper à la précarité ou à la misère, obtenir la sécurité de l’emploi, avoir une carrière intéressante - euphémisme parfois employé pour dire « avoir du pouvoir » -, gagner de l’argent, servir la communauté ou le bien commun, servir un idéal, réaliser une « vocation »103, etc.), sur le ou les modèles de référence (références familiales, références morales ou sociales104, poids de l’imaginaire105), sur les modèles professionnels rejetés, sur les étapes de la réalisation du choix106, sur le poids des contingences historiques enfin (la conjoncture économique, les recrutements de l’Etat ou la croissance dans le secteur privé, les guerres) ;

• chaque mutation ou changement professionnel, chaque décision professionnelle, ayant des conséquences biographiques (individuelle, familiale ou collective), peut donner lieu de la même manière que l’évocation de l’orientation professionnelle originelle à une reconstitution a posteriori des alternatives, des stratégies des acteurs en présence, des contraintes subies par le témoin, des calculs d’intérêt mis en œuvre, des objectifs recherchés, des influences exercées, des moyens mis en œuvre, etc. (par exemple, un changement de métier, une mutation à l’étranger, un changement de filière, de service ou de ministère, le passage du public au privé) ;

• les crises ou les échecs, eux aussi, donnent lieu à une reconstruction rétrospective privilégiée des choix, avec d’autant plus de fermeté que les forces en présence ont été en situation d’affrontement ouvert ;

• l’entretien-bilan, lors de la dernière entrevue, se prête à une reprise globale des différents jugements proférés par le témoin sur tel ou tel épisode, voire sur l’ensemble de sa vie.

  • 107  E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle, 1850-1914, 1986, p. 3.

51Pour conclure sur ce premier aspect, le principal intérêt pour l’historien de ces archives orales, c’est donc avant tout de disposer de matériaux biographiques inédits et de nourrir une prosopographie historique et sociale qualitative, où l’information foisonnante, contradictoire, multiple, dévoile une réalité humaine complexe et irréductible. Qu’il s’agisse de la prosopographie d’un groupe social (les familles industrielles du Nord ou de Marseille, l’ancienne noblesse ou la grande bourgeoisie parisienne, les ouvriers de Sochaux ou de Montaterre), d’un corps administratif (les inspecteurs de Finances, les ingénieurs au corps des Mines ou les receveurs des Postes), d’une profession (les constructeurs de phare ou les cheminots), d’un métier (les boulangers de l’entre-deux-guerres, les éducateurs spécialisés ou les comédiens de la Comédie française), d’une institution ou d’un service administratif (les administrateurs civils de la direction du Trésor ou ceux du Budget), d’une fonction (les directeurs d’administration centrale), d’une école (les élèves de l’École des Roches), d’un parti (le PC), d’un syndicat, d’un mouvement de jeunesse ou associatif (la JEC ou le scoutisme féminin), d’une génération (celles des khâgneux des années trente, celle de Mai 68), la méthode des archives orales autobiographiques se justifie en raison de sa richesse informative (apport d’informations objectives) et compréhensive (apport d’informations subjectives) ; elle contribue grandement à restituer « l’épaisseur réelle des êtres, les déterminants intimes des comportements individuels »107 et le sens de leurs pratiques.

  • 108  Un entretien strictement thématique semble plus restrictif, un entretien d’histoire industrielle i (...)
  • 109  Les matériaux collectés par Jacques Ozouf lors de sa grande enquête sur les instituteurs ont pu êt (...)

52L’intérêt des ces archives orales biographiques, à base de récits de vie, c’est aussi qu’elles couvrent plusieurs âges de la vie et qu’elles sont susceptibles d’une utilisation polyphonique et pluridisciplinaire108 : un récit de vie ou un récit de carrière, compte tenu de la variété des expériences humaines, sociales et professionnelles relatées, peut servir à un historien social, à un historien de la famille, à un démographe, à un historien de l’éducation, à un psychologue ou à un sociologue du travail109, à un historien de l’administration ou à un chercheur en gestion, à un géographe, à un historien du politique, à un historien d’entreprise, à un historien économiste, puis pour finir à un gérontologue et à un historien des mentalités.

53À cet égard, l’expérience des deux grandes enquêtes statistiques et qualitatives, réalisées par le CNRS, en direction de deux cohortes successives de retraités parisiens, en 1972 (1 370 ménages) et en 1984 (800 ménages) et dont les matériaux ont été conservés, y compris les 85 récits de vie, est exemplaire ; on voit comment depuis maintenant trente ans, au gré des problématiques du temps et des intérêts des chercheurs, ces matériaux ont été exploités successivement pour scruter les inégalités sociales, le travail des femmes, les migrations géographiques, les métiers et les professions des Parisiens entre les années trente et la fin des années soixante, le logement et les stratégies résidentielles des habitants du Grand Paris, la mobilité sociale, les pratiques de santé, les vacances, l’usure au travail et la mortalité, les liens familiaux, le passage à la retraite, le vieillissement et, maintenant, l’entrée dans le « grand âge »... Nous espérons sincèrement que les collections patrimoniales d’archives orales rétrospectives des grands ministères et des grandes entreprises connaîtront la même fécondité et la même polyphonie pluridisciplinaire.

Notes

1  Pour ce chapitre, le lecteur pourra se reporter à la bibliographie en fin d’ouvrage, car nous ne pouvons citer dans les notes tous les ouvrages et les articles illustrant sur tel ou tel point la fécondité des sources orales ; les ouvrages auxquels nous renvoyons ont, en général, utilisé la technique de l’entretien, des témoignages oraux (nominatifs ou anonymes), des récits de vie ou des témoignages autobiographiques écrits. Nous avons aussi cité des travaux d’histoire, d’ethnologie ou de sociologie, qui permettent d’éclairer ou d’enrichir l’approche qualitative des archives orales. Nous avons également cité des travaux de sociologie quantitative, dont il nous a semblé qu’ils appelleraient, en complément, la collecte de matériaux qualitatifs et biographiques destinés à la conservation et à la recherche future.

2  Le terme Prosopographie provient du grec prosopon, personne.

3  M. Fleury, « Prosopographie et histoire de l’administration » dans Histoire de l’administration française depuis 1800. Problèmes et méthodes, Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’EPHE, Genève, Droz, 1975. On peut aussi se reporter au Guide de recherches sur la prosopographie des élites françaises du xvie siècle au xxe siècle, IHMC, CNRS, 1980. Pour l’utilisation de l’informatique en prosopographie, H. Millet, Prosopographie et informatique, Paris, CNRS, 1985.

4  Nous nous appuyons pour cette partie principalement sur notre expérience personnelle des archives orales (Finances, Collège de France, Corps préfectoral, Sécurité sociale), sur l’expérience de l’équipe du Comité pour l’histoire économique et financière et sur les travaux prosopographiques de N. Carré de Malberg sur l’inspection des Finances. Voir sa bibliographie en fin d’ouvrage.

5  C’est toujours intéressant de savoir si le témoin appartient à une lignée de militaires, de polytechniciens, de fonctionnaires, de médecins, d’enseignants, de policiers ou de commerçants ou bien, au contraire, s’il se présente comme un électron libre ou un élément en rupture de ban !

6  Dans les anciennes élites sociales, noblesse et grande bourgeoisie, le réseau familial et amical constitue un véritable capital social qui est d’ailleurs fréquemment sollicité et activé ; celui des ancêtres, plus symbolique, est tout aussi important, et fonctionne comme un réservoir de valeurs, comme un modèle d’identification ou comme une source d’identité et d’intégration. Ce phénomène existe aussi chez les minorités, dans certains milieux sociaux ou dans certaines corporations fortement identitaires.

7  Jacques Georges-Picot, inspecteur des Finances et ancien président de la Compagnie financière de Suez a écrit ses Souvenirs de carrière qui ont été publiés dans la série « Mémoire » du Comité pour l’histoire économique et financière ; il a aussi écrit des Souvenirs d’enfance et de jeunesse à destination de ses petits-enfants, inédits à ce jour, dont on aura néanmoins un aperçu en lisant le résumé qui en a été fait par l’une de ses petites-filles en guise de préambule aux Souvenirs de carrière. Ces Souvenirs d’enfance constituent une véritable anthologie à caractère ethnographique sur la vie d’une famille de la grande bourgeoisie parisienne au début du siècle.

8  Sur la mémoire familiale et ses « lieux de mémoire », A. Muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996. En histoire et pour une exploitation historique des témoignages oraux, on se reportera aux travaux d’E. Mension-Rigau qui, grâce à la source autobiographique orale et écrite, a pu brosser un tableau de l’éducation donnée au tournant du siècle dans les familles de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie. E. Mension-Rigau, L’enfance au château, L’éducation familiale des élites françaises au xxe siècle, Rivages/Payot, Paris, 1986 ; Aristocrates et grands bourgeois. Éducation, traditions, valeurs, Paris, Pion, 1994, 1996, Perrin, 1997. Sur un sujet très proche mais en sociologie, B. Le Wita, Ni vue ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, Ed. de la MSH, 1988 ; M. Perrot, Le mode de vie des familles bourgeoises, Paris, A. Colin, 1961, rééd. FNSP, 1982 ou M. de Saint-Martin, L’espace de la noblesse, Paris, Métailié, 1993. À l’autre bout de l’éventail social, on lira avec beaucoup de profit l’ouvrage d’O. Schwartz sur Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

9  Cf. le modèle de la femme « seule » dans les années cinquante, de la célibataire au travail, dans les bureaux ou à l’usine, notamment dans les villes. Mais les sources orales et autobiographiques écrites montrent également le souci des femmes de trouver un métier qui leur permette de concilier vie professionnelle et vie familiale. Sur cette recherche de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, que le métier de receveur des Postes permettrait aux femmes, on peut se reporter à O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), thèse EHESS, 1999, à paraître chez Belin en 2001.

10  C’est toujours très intéressant de demander au témoin, en faisant preuve de la délicatesse voulue, à quelle classe sociale il a conscience d’appartenir : le témoin hésite ou n’hésite pas (« Dans notre famille..., Dans notre milieu... », « On pense que..., On fait comme ça ! »), il ajuste ses arguments, il donne souvent des détails pour justifier ou illustrer sa déclaration, précise ce qu’il en est aujourd’hui et s’il y a eu des changements ; on est loin de la seule catégorie socioprofessionnelle de l’INSEE. Les élites sociales (ou les ex-élites sociales) ne marquent guère d’hésitation et anticipent spontanément sur la question de l’intervieweur quand il commence à aborder le portrait de leur famille ; leur discours est souvent explicite et « conscientisé » ; de même pour les personnes issues de milieu modeste et ayant connu une ascension sociale forte ; en revanche, les interviewés appartenant aux classes moyennes sont moins à l’aise et plus elliptiques. Mais attention, il y a toujours un risque que le témoin s’effarouche, il ne faut se lancer que si la confiance a été établie en profondeur, et avec doigté ; le moment de l’entretien où on conclut sur l’éducation familiale ou sur la fin de la formation peut constituer un moment favorable.

11  Les lieux de sociabilité sont très importants pour les élites sociales qui aiment à se retrouver « entre soi » (lieux de vacances, cercles et clubs mondains, rallyes pour la jeunesse, écoles privées pour les enfants), mais aussi pour les ouvriers : cf. le rôle du café in O. Schwartz, La vie privée des ouvriers, op. cit., et in A. Pinol, « L’exemple de la rationalisation aux usines Berliet dans l’entre-deux-guerres », IVe Colloque international d’histoire orale, Aix-en-Provence. Pour les sociabilités locales et régionales, qui peuvent plonger leurs racines très loin dans l’histoire, on se reportera aux travaux de M. Agulhon sur la sociabilité provençale (La République au village, Pion, 1970, ou « Les chambrées en Basse-Provence : histoire et ethnologie », Revue historique, avril-juin 1971, p. 337-368).

12  Sur l’enracinement du receveur des Postes dans la vie locale, voir O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, 1944-1973, thèse EHESS, 1999, p. 143-148, et sur l’exercice de la solidarité professionnelle et sociale (secours mutuel, loisirs, cantines, entraide familiale), p. 223-224.

13  Ainsi un professeur du Collège de France lors du premier entretien introduisant son récit de vie se définissait-il spontanément comme un fils de la bourgeoisie intellectuelle et parisienne, fils unique de deux professeurs du second degré ; nous aurions pu en rester là. Mais dans la suite de l’entretien biographique, on apprenait que son père était de petite noblesse polonaise, que ses grands-parents avaient été, d’un côté, des agriculteurs en Picardie et qu’ils possédaient une exploitation de taille notable et, de l’autre, les propriétaires d’une entreprise de papeterie en Auvergne, que la parenté parisienne proche comptait nombre de polytechniciens exerçant des responsabilités dans les chemins de fer ou dans les manufactures de l’État et proches des milieux d’état-major de l’époque, que la maison de famille conservée jusqu’à ce jour, et où il avait passé toutes ses vacances, était une gentilhommière qui servit de refuge pendant l’Occupation, que son père avait rapidement quitté l’enseignement pour exercer des fonctions administratives en devenant, dans l’entre-deux-guerres, directeur de l’Alliance française, que dans les années trente, sa mère avait un jour et tenait salon à Paris (fréquenté par des intellectuels et des hommes de lettres tels que Valéry), qu’il n’avait jamais entendu parler des décrets-lois de Laval et que sa famille ne semblait pas avoir été affectée par la crise des années trente... Ces informations venaient quelque peu complexifier ce que l’on aurait peut-être eu tendance à simplifier grossièrement, elles éclairaient aussi certaines des particularités de cette carrière professorale, notamment la participation à plusieurs cabinets ministériels, la proximité des pouvoirs publics, la familiarité avec la haute administration...

14  F. Cribier, « Le logement d’une génération de jeunes Parisiens à l’époque du Front populaire », in Villes ouvrières, 1900-1950, édité par S. Magri et C. Topalov, L’Harmattan, 1990, p. 109-126 ; F. Cribier, « Le logement à l’heure de la retraite : l’exemple des Parisiens, in Transformations de la famille et de l’habitat. Travaux et documents de l’INED, n° 120, 1988, PUF, p. 107-127. Sur les logements souvent exigus, vétustés, mal équipés ou inconfortables des fonctionnaires et les informations données par la source autobiographique, voir O. Join-Lambert, Le Receveur des Postes, entre l’État et l’usager, 1944-1973, thèse EHESS, 1999, p. 89-101, à paraître, et les récits de vie du concours autobiographique du ministère des Finances sur le Trésor public.

15  Lire O. Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990. Et pour l’autre extrémité de l’éventail social, E. Mension-Rigau, Aristocrates et grands bourgeois. Éducation, traditions, valeurs, Paris, Pion, 1994, 1996, Perrin, 1997 ; La vie des châteaux, Paris, Perrin, 1999, ou en sociologie, B. Le Wita, Ni vue ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, Éd. de la MSH, 1988 ; M. Pinçon et M. Chariot-Pinçon, Dans les beaux quartiers, Paris, Éd. du Seuil, 1989.

16  Dans son étude sur les employés des compagnies d’assurance en 1964-1965, Michel Crozier a intégré une série de questions sur le logement (hôtel, meublé, appartement ou pavillon, nombre de pièces et nombre de personnes vivant au domicile), sur l’équipement du logement (sanitaires, ascenseur, téléphone, machine à laver, aspirateur, poste de radio ou de télévision, électrophone), cf. M. Crozier, Le monde des employés de bureau, Paris, Éd. du Seuil, 1965, p. 221.

17  F. Weber, « Réduire ses dépenses, ne pas compter son temps. Comment mesurer l’économie domestique ? », Genèses, n° 25, déc. 1996, p. 5-29.

18  F. Weber, Le travail d’à-côté, étude ethnographique ouvrière, INRA-EHESS, Paris, 1989.

19  Le domicile du receveur des Postes, du percepteur ou du responsable d’une petite Caisse d’épargne se confond avec son bureau : l’épouse fait office de femme de ménage ou d’auxiliaire, les intérimaires y sont logés, les employés sont parfois nourris dans la cuisine, les espaces public/privé ne sont pas toujours séparés et les enfants en rentrant de l’école traversent le bureau pour gagner le logement, les exigences de disponibilité ou de présence sont fortes, avec parfois une permanence de nuit ou le week-end etc. Voir les ouvrages publiés dans le cadre du concours autobiographique du Trésor public, des Impôts, des Caisses d’épargne et des Postes ; voir aussi le thèse d’O. Join-Lambert, op. cit., p. 101-103 ou p. 452.

20  Par exemple, A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Aubier, 1995 ; A. Rauch, Vacances en France, de 1830 à nos jours, Paris, Hachette, 1996 ; C. Bertho-Lavenir, La roue et le stylo, comment nous sommes devenus touristes, Paris, O. Jacob, 1999.

21  N. Ponsard Lectures ouvrières à Saint-Étienne-du-Rouvray de 1939 à nos jours, thèse EHESS, 1999.

22  F. Cribier, « Santé et pratiques de santé des jeunes retraités parisiens », Gérontologie, n° 29, 1979, p. 12-20.

23  F. Cribier, Une génération de Parisiens arrive à la retraite, CORDES-CNRS, 1978 ; « Le passage à la retraite : l’exemple d’une génération de salariés parisiens », in A. E. Imhof (dir.), Le vieillissement, implications et conséquences de l’allongement de la vie humaine depuis le xviiie siècle, PUL, 1982, p. 79-98.

24  F. Cribier, « Les vieux parents et leurs enfants : une génération de parents parisiens, 15 ans après la retraite », Gérontologie et société, n° 47, 1989, p. 35-51.

25  École laïque, école confessionnelle, lycée public, collège privé...

26  Facultés, classes préparatoires, grandes écoles, études à l’étranger... Les études à l’étranger, rarissimes dans l’entre-deux-guerres et dans les années cinquante, commencent à percer dans les années soixante, notamment avec l’influence du modèle américain et des Business Schools américaines.

27  Cette question est importante pour étudier le rayonnement des professeurs célèbres ou de quelques intellectuels (Alain est un des exemples les plus connus), pour étudier le système d’orientation scolaire et professionnelle ; elle est nécessaire quand le sujet d’étude l’exige directement, par exemple lorsqu’on s’intéresse aux hypokhâgneux et aux khâgneux, à la formation donnée dans les classes préparatoires aux grandes écoles, aux professeurs de lycée ou d’université, à la formation des comédiens et aux cours d’art dramatique, à l’histoire d’une école (Normale Sup, HEC, Polytechnique, l’École des Roches, Sainte-Geneviève, etc.). Sur l’Ecole des Roches, par exemple, on attend avec impatience la thèse de N. Duval (Paris IV), qui sera une des premières monographies d’école privée couvrant une période aussi longue (1899 à nos jours) et pour laquelle l’auteur a fait appel très largement aux souvenirs des anciens élèves (plus de quarante interviews). Le caractère délibérément élitaire de cette école rend cette étude particulièrement intéressante pour comprendre la formation et l’évolution des élites françaises. Cf. N. Duval, « L’École des Roches : une école normande au rayonnement international », Études normandes, n° 4, 4e trimestre 1999, p. 35-62, et sa contribution sur « les activités artistiques à l’École des Roches » dans le numéro spécial de la revue Études sociales, « L’École des roches, un creuset d’éducation nouvelle », n° 127-128, 1998.

28  La venue du premier X-Ponts à la direction du Budget au début des années cinquante s’explique par l’amitié fidèle de deux jeunes lycéens parisiens : le premier, inspecteur des Finances, devenu responsable du bureau des Investissements à la direction du Budget en 1949, invite le second à venir le seconder en 1950 dans le suivi des investissements publics ; d’autres X-Ponts suivront... Le choix des X-Ponts provient peut-être aussi de la distance dans laquelle le directeur du Budget de l’époque veut tenir les X-Mines avec lesquels il est aux prises dans le domaine pétrolier.

29  Dans l’entre-deux-guerres, un clivage sépare les familles bourgeoises, entre celles où l’on pousse les enfants vers l’anglais et celles où l’on favorise l’allemand ; des cultures et des histoires familiales sont enjeu, des sensibilités politiques ou économiques parfois...

30  C’est valable autant pour les inspecteurs des Finances, les receveurs des Postes, les policiers, les professeurs que pour les diplomates ou les militaires.

31  Cette expression est empruntée à la thèse de J.-F. Sirinelli sur les normaliens et les khâgneux de l’entre-deux-guerres, reprise par N. Carré de Malberg pour son étude sur l’orientation des futurs inspecteurs des Finances.

32  Les archivistes-oraux travaillant avec les ingénieurs de l’Armement soulignent la complexité des curriculum vitae auxquels ils ont à faire, la difficulté qu’il y a « à s’y reconnaître » et tout simplement à comprendre de quoi il est question en termes de fonctions ou de responsabilités. L’intitulé ne traduit pas toujours les activités réellement exercées, un sigle s’avère inidentifiable, telle activité n’est pas mentionnée : le recours au témoin lui-même s’impose ! Autre cas rencontré : tel haut fonctionnaire affiche tel poste dans son curriculum vitae, mais lors de l’entretien, on apprend que ce poste n’est qu’une couverture administrative, soit pour permettre à l’individu d’accéder à un grade supérieur (fréquent aux Finances), soit pour lui assurer une assise ou un statut institutionnel, alors qu’il fait tout autre chose, soit véritablement pour lui assurer une « couverture » (c’est surtout le cas dans le domaine militaire, dans le domaine de l’Armement ou du Renseignement)

33  Pour les ingénieurs informatiques, Pierre Mounier-Kuhn a montré l’importance du voyage aux États-Unis, notamment les missions de productivité des années cinquante ; mais l’impact des missions de productivité a été bien plus large et demanderait à être mesuré qualitativement : les milieux industriels ont été très touchés (cf. les archives orales collectées par le Comité d’histoire industrielle lors de la préparation du colloque sur le Plan Marshall, actes du colloque de 1991, Paris, CHEFF, 1991), mais aussi et c’est moins connu les milieux administratifs (cf. le témoignage de M. Lauré sur les missions de productivité fiscales, dont il s’inspirera pour la création des « brigades de polyvalents »).

34  Nous distinguons les dossiers actifs et les dossiers passifs : les premiers sont ceux qui ont mobilisé la créativité, l’énergie, l’investissement du témoin ; les seconds désignent les dossiers de routine, les dossiers « subis » ou imposés d’en haut, les affaires courantes. Les seconds, contre les apparences, ne sont pas moins importants que les premiers, notamment lorsqu’on s’intéresse à la bureaucratie, mais le témoin a tendance à n’évoquer que les dossiers où il pense avoir joué un rôle et à passer sous silence le travail routinier.

35  Sur le Club Jean-Moulin, P. Létrilliart, La naissance et les débuts du Club Jean-Moulin, 1958-1962, mémoire de DEA, IEP Paris, 1988. On lira dans la thèse de L. Quennouëlle les informations données par les archives orales du CHEFF sur l’engagement de certains administrateurs du Trésor au sein de ce club et sur leur sentiment (et leur action) concernant la politique algérienne du général de Gaulle (cf. le club Rencontres créé par J. Mialet), L. Quennouëlle, La direction du Trésor, op. cit., Paris, CHEFF, 2000.

36  Voir, par exemple, la place qu’ont tenues dans la vie de François Bloch-Laîné et d’André de Lattre leurs activités d’enseignement à Sciences Po (temps important consacré à cette activité, mais en contrepartie obtention d’une notoriété durable, voire d’une certaine postérité, exercice discret mais efficace d’un certain magistère d’influence intellectuel et social, constitution d’un réseau d’élèves et de relais dans l’administration et les entreprises, etc.). Sciences Po a su se faire une pompe aspirante des talents pour le service de l’Etat en embauchant comme professeurs les plus attractifs et les plus brillants de ses serviteurs, assurant du même coup à ces derniers un rayonnement et une caisse de résonance extrêmement efficaces. Cette activité peut également accessoirement se révéler gratifiante ou utile lorsque se retourne la conjoncture et qu’une petite traversée du désert s’annonce... avant de rebondir. A. de Lattre, Servir aux Finances, Paris, CHEFF, 1999. Sur la référence « idéologique » que constitue François Bloch-Laîné pour les hauts fonctionnaires des années soixante, A. Darbel et D. Schnapper, Le système administratif, Paris, Mouton, 1972, p. 163 : « 83 % des membres des grands corps, 66 % des corps de contrôle administratif, 60,5 % des corps d’administration centrale, 54, 5 % des corps des services extérieurs et 51, 5 % des corps techniques » citent Bloch-Laîné comme référence.

37  Sur l’exercice de la solidarité professionnelle et sociale (secours mutuel, loisirs, cantines, entraide familiale) au sein des services des Postes, O. Join-Lambert, op. cit., p. 223-224.

38  Pour la question du service militaire, on pensera à faire préciser le lieu d’affectation, les missions confiées et à faire décrire l’environnement militaire, civil et politique dans lequel le témoin a évolué. On cherchera à mettre en valeur une éventuelle évolution du témoin dans la période entre 1954 et 1962 : débuts des « opérations de maintien de l’ordre », la « pacification » et la montée des attentats, le problème de la torture, la crise de 1958, le retour du général de Gaulle et son évolution sur la question algérienne, le putsch des généraux de 1961, les accords d’Evian, l’OAS, etc. Enfin, on cherchera à déterminer l’impact intellectuel, moral et politique du conflit algérien et de la fin de la décolonisation sur le témoin (destin politique de la France, développement économique et modernisation, restauration du rôle de l’État, crise des institutions républicaines, etc.).

39  A cet égard, la notion de « patron » dans l’administration est tout à fait intéressante : elle comporte une connotation hiérarchique forte, un certain mélange de familiarité et d’admiration de la part du témoin, et pourrait traduire l’expression d’un certain dévouement ; elle dénote aussi un fort sentiment d’appartenance à une équipe d’hommes, à une « maison », parfois à une « école de pensée ». Cette notion nous paraît néanmoins un peu désuète aujourd’hui, et semble appartenir précisément à l’histoire administrative ; serait-elle remplacée par hasard par l’expression que nous avons entendue il y a quelques années dans la bouche d’un jeune administrateur civil du Trésor parlant de son directeur : « C’est un chef de bande ! Il chasse en bande ! ». Ce qui dénote pour le moins une autre conception de la fonction de directeur !

40  Par exemple sous la IVe République, les portefeuilles ministériels étaient aux couleurs du tripartisme, avec une composition des cabinets ministériels en harmonie avec la répartition politique du temps... Et tel fonctionnaire s’attachait à tel ministre, qu’il suivait pendant plusieurs années tout au long de ses mandats successifs.

41  Par exemple, les classes préparatoires, les grandes écoles.

42  On peut aussi penser (en vrac) à la conférence du stage pour les avocats, aux clubs de réflexion des années soixante pour les hauts fonctionnaires, au syndicalisme étudiant pour l’extrême-gauche ou pour les démocrates-chrétiens, à l’Action catholique agricole pour la génération d’agriculteurs de l’après-guerre, etc. sans parler de réseaux plus larges comme la Franc-maçonnerie ou ceux issus de la Résistance.

43  Sur l’héritage de la Résistance dans la vie politique française, O. Wieviorka, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Paris, Éd. du Seuil, 1994.

44  Cette question des réseaux d’intégration ou d’appartenance est souvent fort délicate : le témoin y voit souvent une intention inquisitoriale ou des arrière-pensées tendancieuses, il faut agir avec tact !

45  Pierre Mounier-Kuhn souligne ainsi les tensions extrêmes qui traversent le champ de l’informatique : tensions au sein des milieux scientifiques entre Toulouse et Grenoble, entre le CNRS et les autres institutions de recherche ; tensions au sein des milieux industriels, entre les firmes d’origine et les firmes qui « essaiment », autour des marchés publics et des appels d’offre ; tensions au sein des entreprises entre ingénieurs et techniciens, entre innovateurs et dirigeants, etc.

46  Sentiment d’avoir été reconnu professionnellement, d’avoir progressé ou d’avoir connu une grande variété d’expériences, ou au contraire sentiment d’avoir stagné ou même régressé.

47  Sur les initiateurs du PPBS, voir la thèse de V. Spenlehauer, L’évaluation des politiques publiques, avatar de la planification, Grenoble, 1998 (thèse de sciences politiques).

48  Cf. A. Terray, Le SEEF, 1948-1961, DEA, EHESS, 1994 et intervention de l’auteur à notre séminaire, le 18 juin 1998.

49  Roger Goetze a exercé ces fonctions une première fois entre 1942 et 1944, puis une seconde fois entre 1945 et 1949.

50  Sur le parcours de Roger Goetze, voir son interview biographique au CHEFF et l’édition critique et annotée de ce témoignage, Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, Paris, CHEFF, 1997.

51  M.-A. Rauch, Le bonheur d’entreprendre. Les administrateurs de la France d’outremer et la création du ministère des Affaires culturelles, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 1998.

52  Sur cette idée d’une génération de la Résistance, O. Wieviorka, « La génération de la Résistance », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 22, avril-juin 1989.

53  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, A. Colin, 1993, p. 152.

54  Pour une discussion plus générale sur le concept de « génération », voir la thèse de J.-F. Sirinelli sur les khâgneux et les normaliens de l’entre-deux-guerres (1988), le numéro spécial de la revue Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 22, 1989 sur les générations, le colloque de l’Association française de sciences politiques sur Génération et politique, et l’article critique d’A. Kriegel dans Commentaire, « Le concept politique de génération : apogée et déclin », n° 7, 1970.

55  A. Blum, G. de La Gorce, C. Thélot, « Mobilité sociale et migrations géographiques », Population, mai - juin 1985, p. 397-433 ; F. Cribier et C. Rhein, « Migrations et structures sociales, Une génération de provinciaux à Paris entre les deux guerres », Ethnologie française, vol. 10, fév. 1980, p. 137-146 ; F. Cribier, « Des Parisiens se retirent en province : une étude de géographie sociale », Gérontologie et société, n° 7, 1979, p. 18-68 ; F. Cribier et A. Kych, « Les migrations de retraite des Parisiens, une analyse de la propension au départ », Population, 1992-9, p. 677-718 ; « La migration de retraite des Parisiens : l’apport des enquêtes biographiques de cohorte », Espace, population, société, n° 3, 1993, p. 75-83.

56  F. Cribier et M-L. Duffau, « Logement et stratégies résidentielles des retraités dans le Grand Paris », Gérontologie et société, 1994, n° 2, p. 11-27.

57  D. Bertaux, « Mobilité sociale biographique. Critique de l’approche transversale », Revue française de sociologie, vol15, n° 3, sept. 1974, p. 329-360 ; F. Cribier, « Les générations se suivent et ne se ressemblent pas : deux cohortes de nouveaux retraités parisiens de 1972 à 1984 », Annales de Vaucresson, n° 1, 1991, p. 181-197 ; F. Cribier, « Origines socio-géographiques, métiers et mobilité sociale : l’empioi de bureau dans les carrières d’une cohorte de Parisiens et de Parisiennes, 1920-1970 », Milieux et liens sociaux, PUL, 1993, p. 130-145 ; C. Chevandier, « Mobilités : une perception induite par les sources ? », in actes du colloque Mobilités géographiques, sociales, professionnelles en Europe, xvie-xxe siècles, universités de Genève et de Lyon II, Bulletin du Centre Pierre-Léon d’histoire économique et sociale, n° 2-3-4, 1992, p. 113-125 ; D. Merllié, Les enquêtes de mobilité sociale, Paris, PUF, 1994.

58  On appelle contre-mobilité le mouvement par lequel un individu cherche à récupérer une position sociale que son propre père a perdu mais que ses ascendants possédaient.

59  Y. Lequin et S. Vandecasteele (dir.), L’usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise aux xixe-xxe siècles, Lyon, PUL, 1990 ; P. Pol, « Pour une analyse dynamique de la carrière : l’apport des études quantitatives des biographies professionnelles », Publications de recherche du GREGOR, oct. 1996, p. 1-11.

60  Tel témoin gaulliste en 1945 ne l’est plus en 1958, ou en 1962 ; tel démocrate-chrétien passe au PSU, tel autre « vire » Algérie française ; tel haut fonctionnaire adhère en 1945 au PC et rend sa carte en 1956 etc.

61  Il faudrait aussi des archives photographiques !

62  Sur le mendésisme au Finances et notamment au SEEF, voir F. Fourquet, Les comptes de la puissance, Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, 1980 ; et A. Terray, DEA EHESS, 1993, p. 71-77.

63  L. Quennouëlle, La direction du Trésor, 1947-1967, L’État-banquier et la croissance, Paris, CHEFF, 2000, pp. 395-398.

64  Sur ce type de parcours, voir Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, Paris, CHEFF, 1997.

65  Intervention de C. Hodeir à notre séminaire le 24 mai 2000. On retrouve là les réflexions de Marc Bloch concernant les témoignages involontaires, incrustés dans un discours par ailleurs sciemment reconstruit.

66  Entretien accordé à Claude d’Abzac-Epezy par Robert Paxton, « À la recherche des officiers de 1940 », Revue historique des Armées, n° 2, 2000, p. 107-109.

67  Voir sur ce point l’article de L. Quennouëlle sur la culture monétaire des hauts fonctionnaires des Finances à partir de la source orale, « Les hauts fonctionnaires et la monnaie », Études et documents, III, CHEFF, p. 489-550.

68  Et de ce point de vue, les archives orales biographiques n’intéresseront pas seulement les historiens mais aussi les psychologues. Cf. A. Mayrat, Le sentiment de solitude chez les femmes âgées à Paris, thèse de psychologie, université de Paris V, 1980, et « Vieillesses de femmes seules en région parisienne », Pénélope, n° 13, 1985, p. 87-93

69  Les interventions des anciens acteurs de la création du ministère de l’Équipement en 1966 et des réformes des années soixante, lors de la Journée d’études de l’Association Blaise-Pascal, 14 oct. 1998, laissent transparaître l’état d’esprit de ces années d’innovation : « Nous vivions tous à une époque où l’État se refondait, c’était l’œuvre du général de Gaulle et de la Cinquième République. Dans ce contexte-là, il y avait un facteur important qui était la fin des colonies. Le retour de la France d’outre-mer, c’était également la décolonisation. Donc des gens qui avaient appris les grands espaces découvraient des espaces intérieurs. Il y a toute une génération qui a voulu que la France respire comme on respirait ailleurs, à l’extérieur » (Y. Cousquer, p. 88-89). Plus loin, J. Block (p. 46) : « Je voudrais que l’on se mette quelques secondes dans l’état des lieux de l’époque. Je revenais d’Algérie et comme beaucoup de camarades, j’ai servi outre-mer. On trouvait une France sans équipements : pas d’autoroute, pas de téléphone, une absence dramatique de logements, bref une impression qui nous serrait le cœur et nous rendait honteux. On avait le sentiment d’en être un peu les responsables d’une certaine façon, en tant qu’ingénieurs des Ponts. C’est de ce sentiment de honte, et même de fureur, qu’est née cette volonté de mettre les choses sur le tapis et de dire ce que l’on avait sur le cœur. [...] Ceux qui avaient servi outre-mer ressentaient encore davantage cette situation, parce qu’outre-mer, avec très peu de moyens, ils avaient réussi à faire beaucoup de choses, ils étaient obligés de faire beaucoup de choses. [...] On est arrivé à la conclusion que c’était à nous de prendre les choses en main ». Pour les anciens acteurs, c’est ce sentiment de « honte », confirmé par deux ou trois autres témoins dans la salle, qui expliquerait « la virulence », l’intensité des réactions « dans la dénonciation des carences de la situation » et en définitive l’élan constructeur des années soixante (p. 47-48). Les mots en italique sont soulignés par nous.

70  Les mots en italique sont soulignés par nous.

71  On retrouve la grande distinction faite par Marc Bloch : les témoignages volontaires sur 1940 n’ont rien donné, les témoignages involontaires sur l’immédiate après-guerre sont riches d’enseignement. On peut à cet égard regretter que ces entretiens n’aient pas été enregistrés et conservés précieusement. Comme le souligne lui-même R. Paxton, non seulement, ils constituaient une source intéressante sur l’état d’esprit des officiers à la Libération ; mais, du fait qu’ils ont été réalisés en 1961, ils portaient nécessairement la trace des événements et des débats autour de la guerre d’Algérie : « Je sentais de réelles tensions. [...] Il régnait un véritable climat de guerre ». Robert Paxton dans son entretien dit même avoir interviewé, sans avoir pu finir la série d’entretiens, le colonel Lachéroy qui est entré quelques temps après en clandestinité au sein de l’OAS ; heureusement, ce dernier a pu être interviewé par le Service historique de l’armée de Terre, mais plus de trente ans après les événements. Au titre de la guerre d’Algérie, les entretiens de Paxton auraient donc presque pu constituer un témoignage contemporain de première main, non pas rétrospectif, mais quasiment prospectif ou à tout le moins prémonitoire.

72  Les témoignages oraux qualitatifs peuvent venir compléter ou éclairer ce que de grandes enquêtes quantitatives évaluent à intervalle réguliers ; ainsi depuis 1981, les « valeurs » des Français et leur évolutions font-elles l’objet d’une attention suivie ; cf. J. Stoetzel (dir.), Les valeurs du temps présent : une enquête européenne, Paris, PUF, 1983 ; H. Riffault (dir.), Les valeurs des Français, Paris, PUF, 1994 et P. Bréchon et alii (dir.), Les valeurs des Français. Évolutions de 1980 à 2000, A. Colin, 2001 (pour ces enquêtes successives, une large partie du questionnaire est commune à l’enquête de 1981, 1990 et 1999). Des sujets tels que les valeurs familiales et religieuses, les opinions politiques, le sens du travail, l’attachement à tels ou tels principes moraux, la perception de autres et de l’Autre, les mœurs, la conscience de classe, les relations sociales, l’appartenance professionnelle etc. sont abordés systématiquement.

73  N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991 ; M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 et La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997.

74  Il existe plusieurs exemples de cette recherche de modèles culturels sous-tendant des organisations sociales ou des comportements sociaux : M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, P. d’Iribarne, La logique de l’honneur, P. Legendre et le modèle théocratico-ecclésiologique qui sous-tend le droit administratif français et le modèle étatique en France, N. Elias et La société de Cour ; D. Chagnollaud et « le quatrième ordre »... On remarquera que tous ces auteurs font référence au modèle social de l’Ancien Régime ou par contraste au modèle mis en place après la Révolution française et que tous nous parlent des traces qu’ils repèrent jusqu’à nos jours de cet héritage culturel multiséculaire.

75  Nous sommes bien d’accord qu’il s’agit forcément d’une rationalisation a posteriori et que par conséquent les déclarations sont à examiner de manière critique. Mais peut-il en être autrement ? Tout témoignage, même recueilli « en temps réel », comporte une dimension rétrospective, c’est inévitable.

76  On appelle « stratégie » l’ensemble des calculs et des actions mises en œuvre par un individu pour atteindre un objectif donné, compte tenu de sa position, des contraintes qui pèsent sur lui et des ressources dont il dispose.

77  Typique, par exemple, ce témoin, épuré à la Libération, qui dit être entré par hasard dans telle banque à la Libération, alors qu’elle a servi de « refuge » à plusieurs hauts fonctionnaires en délicatesse avec le gouvernement après Vichy ou tel ancien militaire qui dit être entré par hasard dans telle entreprise de vente d’armes, alors qu’un peu plus loin dans l’entretien, il évoque ses liens de connaissances ou d’amitié avec plusieurs des membres de l’entreprise. Les témoins n’aiment guère dévoiler les réseaux qu’ils ont pu mobiliser à un moment ou à un autre de leur existence, soit parce qu’ils croient ou veulent faire accroire au modèle du seul mérite individuel soit parce qu’ils craignent le procès d’intention ou les arrière-pensées polémiques (on passe vite de la dénonciation des « réseaux » à celle du « complot » !).

78  Nous appelons « doctrines » les façons de penser ou les façons de poser un problème et de le résoudre communément partagées et pratiquées dans un service ou dans une institution ; on trouve cette expression dans la bouche des témoins eux-mêmes, elle appartient clairement au registre du langage administratif et fait référence au domaine juridique. Nous ne prenons pas le mot « doctrine » dans le sens de construction conceptuelle ou intellectuelle, au sens où l’on parle de la doctrine d’un parti ou d’une religion. Néanmoins sont communes aux deux acceptions du mot le fait que ces « doctrines » soient liées à une institution, qu’elles s’imposent à ses membres et qu’elles s’incarnent dans une pratique.

79  N. Carré de Malberg, dans son article sur « les Inspecteurs des Finances et la défense du franc dans les années trente » (colloque Du franc Poincaré à l’écu, 1992, Paris, CHEFF, 1993), a montré comment un inspecteur des Finances doit « parler comme un inspecteur des Finances » et non « comme un maire de village » ; un directeur d’administration centrale doit parler comme un directeur et un ministre comme un ministre... On remarque aussi qu’un haut fonctionnaire, membre de cabinet ministériel, « parle » comme son ministre ! (cf. le mimétisme verbal)

80  À la limite, c’est même rassurant, cela montre que les deux sphères sont bien séparées et que dans chaque cas les règles du jeu sont bien identifiées ; le problème naît précisément quand il y a confusion des genres et des registres.

81  Intervention d’A. Terray sur l’histoire de la direction de la Prévision à notre séminaire, le 18 juin 1998. Voir aussi son DEA sur le SEEF 1948-1961, DEA EHESS, 1993.

82  C. Thélot et F. de Singly, Gens du privé, gens du public, Paris, Dunod 1988.

83  M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éd. du Seuil, 1963 ; M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Éd. du Seuil, 1977.

84  Sur le désir de promotion et sur les calculs des acteurs, voir O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, 1945-1974, thèse EHESS, 1999, p. 389-401 et p. 425 et l’exposé de l’auteur au séminaire de P. Fridenson à l’EHESS, le 11 avril, 1996.

85  P. Masquelier (intro.), Mémoires d’écureuil, Paris, Éd. de l’Épargne, 1999 et à paraître, les ouvrages de morceaux choisis réalisés à partir des concours autobiographiques du Trésor public et des Impôts.

86  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification, Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard 1991 ; L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990.

87  Max Weber distingue la rationalité instrumentale (détermination des moyens en vue d’une fin), la rationalité traditionnelle (obéissance à la tradition), la rationalité émotionnelle et la rationalité axiologique (action justifiée par des valeurs), M. Weber, Économie et société, Paris, Plon, p. 3-60 et 327-398.

88  L. Beccaria, Hélie de Saint-Marc, Paris, Perrin, 1988 et H. de Saint-Marc, Mémoires. Les champs de braise, Paris, Perrin, 1995.

89  F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, Paris, Éd. du Seuil, 1976 ; R. Chenu, entretien avec, Paul Delouvrier ou la raison d’agir, Paris, O. Jacob/Éd. du Seuil, 1994 ; A. de Lattre, Servir aux Finances, Paris, CHEFF, 1999 ; Yann Gaillard, Adieu Colbert, Paris, Christian Bourgois, 2000. Sur cette notion d’intérêt général, J. Chevallier, Variations autour de la notion d’intérêt général, Paris, PUF, 1978-1979 ; F. Rangeon, L’idéologie de l’intérêt général, Paris, Économica, 1986 et aussi A. Darbel et D. Schnapper, Le système administratif. Morphologie de la haute administration française et Les agents du système administratif, vol1 et 2, Paris, Mouton, 1969 et 1972.

90  I. Charras, « Notes et études. Récits de vie de policiers : état des lieux », Les Cahiers de la Sécurité intérieure, n° 30, 4e trimestre, 1997, p. 205-227.

91  J.-N. Retière, « Etre sapeur-pompier volontaire. Du dévouement à la compétence », Genèses, n° 16, juin 1994, p. 94-113.

92  G. Dermenjan et alii, Elles ont épousé l’éducation spécialisée, Paris, L’Harmattan, 1999.

93  Sur l’éthique de l’action selon Paul Ricœur, voir O. Abel, Paul Ricœur, La promesse et la règle, Éd. Michalon, Paris, 1996.

94  Ces « régimes » ne prétendent pas couvrir l’ensemble « des conduites des acteurs dans l’ensemble des situations dans lesquelles ils peuvent être confrontés » (postface). Les auteurs ont de ce fait exploré d’autres régimes d’action et de justification : Luc Boltanski dans l’Amour et la Justice comme compétences, a proposé une quadrilogie, composée de la justice, de la justesse, de l’amour (l’agape chrétienne) et de la violence, tandis que Laurent Thévenot a développé ce qu’il appelle le régime de familiarité, régime d’action fondé sur les relations de proximité entre les gens (Genèses, n° 17, sept. 1994). D’autres auteurs ont théorisé le régime de la compassion (Lévinas) ou celui machiavélien de la tactique-stratégie.

95  Sur la connexion entre les hauts fonctionnaires et le christianisme, A. Darbel et D. Schnapper, Les agents du système administratif, Paris, Mouton, 1969 et Le système administratif, Paris, Mouton, 1972. Sur les hauts fonctionnaires protestants au ministère des Finances, notamment à la direction de la Prévision, voir A. Terray et son DEA sur le SEEF, EHESS, 1993, en attendant sa thèse en voie d’achèvement.

96  Un entretien thématique n’en laisse guère le temps, ce qui fait qu’on obtient des informations ou des jugements, dont on n’a pas la clef et dont la critique est de ce fait difficilement faisable.

97  J. Elster (éd.), The Multiple Self, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

98  Le premier né en 1907 en Bretagne, l’autre en 1922 en Périgord.

99  L’expérience du maquis des Ardennes, de la lutte clandestine, des représailles et des relations avec les prisonniers allemands constituent également une expérience fondatrice pour J. Paris de Bollardière quant à sa position par rapport à la torture.

100  J. Paris de Bollardière avait comme lecture de chevet L’Imitation de Jésus-Christ...

101  Sur Hélie de Saint-Marc, L. Beccaria, Hélie de Saint-Marc, Perrin, Paris, 1988 et H. de Saint-Marc lui-même, Mémoires. Les champs de braise, Paris, Perrin, 1995. Sur Jacques Paris de Bollardière, outre des sources orales privées, général de Bollardière, Bataille d’Alger, bataille de l’homme, Paris, Desclée de Brower, 1972 ; J. Toulat, Un combat pour l’homme, le général de Bollardière, Éd. du Centurion, Paris, 1987 ; Y. Roussel, Jacques de Bollardière : de l’armée à la non-violence, Desclée de Brower, Paris, 1997.

102  On peut citer deux exemples de ce type d’analyses : N. Carré de Malberg, « Comment on devient inspecteur des Finances entre les deux guerres », Études et documents, III, CHEFF, p. 293-405, avec en creux, l’analyse des valeurs de la bourgeoisie française des années trente et en positif, la description du socle « mental » fondateur de la technocratie à la française ; et I. Charras, « Comment on devient policier entre 1930 et 1960 », Les Cahiers de l’IHESI, n° 30, 1997, p. 217-227, qui met bien en valeur les caractéristiques socio-culturelles du corpus des 60 anciens policiers interrogés, mais aussi le poids des contingences historiques et des politiques conjoncturelles de l’État. Mais il pourrait y avoir bien d’autres études du, même genre à partir d’archives orales biographiques : comment devient-on conseiller d’État ou ingénieurs des Télécoms, comment devient-on travailleur social ou éducateur spécialisé, comment devient-on comédien du Français ou professeur au Collège de France, comment devient-on secrétaire, comment devient-on cheminot, postier ou instituteur, comment entre-t-on à EFD-GDF etc. ; c’est un questionnement classique aujourd’hui, avec la volonté d’évaluer le poids des diverses déterminations économiques, sociales et culturelles qui pèsent sur l’orientation professionnelle et donc sur le changement social... On peut y voir aussi la prégnance de problématiques constructivistes, venues des nouvelles sociologies.

103  Sur les motivations des receveurs des Postes à entrer aux PTT et sur le thème de la « vocation », O. Join-Lambert, op. cit., p. 366-380 et 399-340. Pour le choix de servir la République, S. Berstein et O. Rudelle, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

104  Selon N. Carré de Malberg, chez les candidats à l’inspection des Finances des années trente, prévaudrait encore une hiérarchie des « valeurs » et des professions bourgeoises (héritée de l’Ancien Régime ? Imprégnée d’un catholicisme social ?), qui place le haut fonctionnaire au-dessus du chef d’entreprise et même au-dessus du banquier.

105  J.-M. Berlière a ainsi montré dans un article de Romantisme (n° 79, 1993), la transformation de l’image du métier de policier depuis la fin du xixe siècle et la montée de son image pittoresque et aventureuse (cf. le rôle de la presse populaire, du roman et du film policier).

106  Il peut y avoir un laps de temps entre le moment du choix et celui de la réalisation effective du souhait : années d’études supplémentaires, contretemps événementiels, entrée progressive dans le travail professionnel etc.

107  E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle, 1850-1914, 1986, p. 3.

108  Un entretien strictement thématique semble plus restrictif, un entretien d’histoire industrielle intéressera l’historien de l’industrie, celui des techniques, éventuellement celui de l’entreprise ou celui du travail.

109  Les matériaux collectés par Jacques Ozouf lors de sa grande enquête sur les instituteurs ont pu être réutilisés par Francine Muel-Dreyfus pour une étude comparée du métier d’éducateur entre les instituteurs de la Belle Époque et les éducateurs de Mai 68.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable