Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Troisième partie. Archives orales et exploitation historique

Chapitre V

Appliquer une critique des sources exigeante

Texte intégral

1La dernière réponse que l’on peut apporter au problème de l’utilisation et de la valeur des témoignages a posteriori réside dans l’application rigoureuse des règles traditionnelles de la critique historique, chose sur laquelle tous les historiens de la source orale s’accordent désormais. Il ne s’agit plus de chercher à éliminer en amont l’effet de rétrospectivité, mais de le cerner, de l’évaluer, de le tenir à distance et d’en tirer profit.

  • 1  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 93.
  • 2  M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925, Albin Michel 1994.

2Reprenons dans un premier temps l’héritage de Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois : les règles critiques qu’ils ont mises au point et qu’ils proposent dans leur manuel concernent les témoignages écrits, mais nous avons vu que dans le cas d’une exploitation extensive et intensive des témoignages oraux, il n’est guère possible de faire l’économie de la transcription et que donc, de ce point de vue, nos archives orales sont assimilables à des documents écrits. D’autre part, ces règles, nous rappelle Marc Bloch, ont toujours fait merveille pour les témoignages volontaires comme pour les témoignages involontaires1. Or nous nous situons bien dans ce cas avec les archives orales : elles constituent à la fois des témoignages volontaires lorsque, provoquées par l’historien, elles visent à le renseigner sur tel ou tel objet historique déterminé ou sur tel ou tel événement précis ; mais elles constituent aussi des témoignages involontaires à chaque fois qu’elles donnent spontanément ou incidemment des informations sur des sujets non prévus à l’origine et à chaque fois qu’indirectement et involontairement elles nous renseignent sur « les cadres sociaux » et mentaux qui structurent la conscience et la mémoire des témoins2.

I. Appliquer les règles traditionnelles de la critique des documents aux témoignages oraux : « a la poursuite du mensonge et de l’erreur »3

  • 3  M. Bloch, op. cit., p. 94
  • 4  M. Bloch, op. cit., chapitre « La critique », p. 87-123.
  • 5  H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954, chapitres III à V.
  • 6  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, Paris, Kimé, 1992, p. 69.

3La plupart des articles en histoire sur les archives orales mentionnent de façon unanime la nécessité d’utiliser les méthodes de la critique des sources et les auteurs de manuel en sciences sociales y font également très souvent référence. Il est néanmoins très rare que ces règles soient explicitement citées et énumérées. Il nous a semblé important de les reprendre une à une, d’une part parce que très peu d’étudiants les connaissent (nous avons pu nous en apercevoir au cours de notre séminaire), et d’autre part parce que nous voudrions souligner la pertinence et la modernité de ces règles pour les témoignages oraux. Nous suivrons donc très scolairement et pas à pas la méthode de Seignobos et Langlois, reprise très largement par Marc Bloch4et Henri-Irénée Marrou5, même s’ils en ont une pratique moins littérale. En préambule, Seignobos et Langlois rappellent la propension naturelle qu’a l’homme à croire les affirmations qui lui sont présentées, par paresse, par excès de confiance ou de crédulité, ou par lâcheté6, et ils soulignent l’effort, la rupture avec le sens commun que l’historien doit s’appliquer à mettre en œuvre pour adopter ce doute examinateur qui est contre-nature. Cette tournure d’esprit s’acquiert grâce à la pratique d’un double questionnement appliqué au document, questionnement traditionnellement appelé par les historiens critique externe et critique interne des documents.

1. La critique externe

  • 7  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 69-82.
  • 8  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 83-92.

4La critique externe appelée aussi critique d’érudition s’attache au document lui-même, à sa forme, à la langue qu’il emploie (elle a recours à toutes les ressources de la philologie), aux sources qui l’inspirent et à sa provenance. Elle distingue la critique de restitution qui permet d’établir le texte de la manière la plus exacte possible7 et la critique de provenance8.

  • 9  R. Marichal, « La critique des textes », in Ch. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, op. ci (...)
  • 10  On appelle interpolation l’insertion dans un texte de mots ou de phrases qui ne figuraient pas dan (...)

5La critique de restitution a pour objectif de rétablir le texte originel contre toutes les « fautes » de copie faites par les copistes successifs, qu’il s’agisse de fautes involontaires (actes manques, lapsus, coq-à-l’âne, confusion de sens ou de mots, transposition de termes par analogie de prononciation ou de sens, insertion de nouveaux termes, sauts de morceaux de phrase entiers, oublis) généralement dues à la fatigue ou à la distraction du copiste, ou bien qu’il s’agisse de fautes volontaires (introduction de ponctuation, rectification des illogismes apparents, invention des mots illisibles, continuations, additions ou suppressions sciemment pratiquées) dues à l’intervention consciente du copiste. On remarquera qu’il suffit de remplacer le mot « copiste » par le mot « transcripteur » pour pouvoir appliquer telles quelles les remarques faites à propos des textes recopiés au Moyen Âge aux transcriptions que tout historien est obligé de faire pour exploiter les archives orales. La transcription des entretiens oraux exige la même « pathologie de l’attention »9, la même chasse à l’interpolation10, que le rétablissement d’un texte ancien original à partir de documents tronqués, dès lors que l’on a le souci de proposer « la meilleure version possible » par rapport au document oral original.

  • 11  Une bande-annonce doit indiquer le nom du témoin, de l’archiviste-oral, la date de l’entretien, so (...)
  • 12  Une partie de ces renseignements sont donnés par le dossier individuel du témoin, mais il serait t (...)

6La critique de provenance concerne la transmission, l’attribution et la datation du document dans une dialectique de filiation qui mène de l’original à la copie et réciproquement ; elle vise à authentifier le document, à retrouver l’original sous les versions successives et à démasquer l’imposteur qui a commis le « faux », en trichant sur la date ou sur l’auteur. Les archives orales ne posent en général guère de problème d’attribution, de paternité ou de datation, on sait théoriquement toujours qui parle, et les bandes-annonces, les étiquettes, les bordereaux de versement sont là précisément pour identifier les enregistrements, leur date de « production » et leur auteur11. Mais on peut toujours envisager le pire en imaginant la disparition des étiquettes, le mélange des enregistrements ou des bandes ou bien la circulation dans la nature de copies de cassettes non identifiées, les unes manipulées, les autres à moitié effacées, les troisièmes abîmées ! C’est, dans ce cas, l’analyse de provenance et l’analyse interne du document qui permettront de ré-attribuer les enregistrements à leur auteur en fonction de la langue utilisée, des événements évoqués, des postes occupés et des appréciations portées. Appliquée à nos archives orales, la critique de provenance permet de s’intéresser au contexte de production et à l’environnement global de la campagne d’archives orales : quelle est l’institution qui a lancé la campagne d’archives orales ? Qui en est à l’origine ? Comment cette idée a-t-elle germé ? Pourquoi ? Dans quel but les collections de témoignages ont-elles été constituées ? À quelle date ? Dans quel contexte temporel et institutionnel ? Avec quels moyens ? Selon quelle méthode ? Il est toujours instructif de connaître le contexte dans lequel est né un projet d’archives orales (une demande scientifique, un colloque de prestige, un projet de fusion ou de réorganisation, un projet patrimonial, un événement commémoratif) et il faut également en savoir suffisamment sur la méthode suivie (le questionnement, le choix des témoins, les axes de la campagne, les sources utilisées pour la préparation des entretiens) pour pouvoir par la suite interpréter correctement les documents produits12. Ensuite, individuellement, entretien par entretien, la critique de provenance commence à s’intéresser au témoin : elle établit les principaux éléments de sa biographie, elle cherche à établir quelles sont les sources d’information du témoin et s’il est un observateur direct ou indirect. Cela permet ainsi de classer les témoignages par source, par position ou par point de vue, et de dresser des « familles » de témoignages.

2. La critique interne

  • 13  Ch. Seignobos et Ch.-V Langlois, op. cit., p. 102.

7La seconde critique, la critique interne, appelée aussi critique d’interprétation ou critique herméneutique, est la véritable critique du document et la critique externe ne fait que lui préparer la voie : « C’est en effet la critique psychologique d’interprétation, de sincérité et d’exactitude qui fait pénétrer plus profondément qu’aucune étude dans la connaissance des temps passés »13 ; la critique interne s’intéresse elle aussi au document mais plus encore au témoin, pour lequel elle cherche à établir s’il est « digne de foi ». De ce fait, nous pourrions aussi l’appeler critique de crédibilité ou pourquoi l’historien décide d’accorder foi à tel ou tel témoignage.

a. La critique d’interprétation

  • 14  Dans la critique d’interprétation, l’historien-oral renoue avec la posture de l’archiviste-oral pe (...)

8La critique d’interprétation ou critique herméneutique, qui s’applique au document, vise avant tout à restituer le sens du texte (sens littéral, sens figuré, sens réel) et à comprendre ce qu’a voulu dire l’auteur14 ; elle est une critique positive et s’apparente en réalité à une analyse philologique et littéraire, par l’attention qu’elle porte à la langue employée, au style, aux termes techniques, à la syntaxe, aux répétitions, aux contradictions internes, ce qui s’applique parfaitement à la langue parlée de nos documents oraux. Elle prête également attention aux conventions de langage, aux bienséances, aux manières de dire (on sera par exemple très vigilant à l’égard de l’euphémisme ou aux affirmations indirectes, procédés fréquemment employés dans les archives orales pour dire les choses sans les assumer directement), aux conventions rhétoriques et même littéraires qui organisent un texte ou un témoignage et qui peuvent, dans le cas de nos archives orales, orienter la prise de parole du témoin. Pour atteindre le sens du « texte » oral, rien n’empêche l’historien de s’aider d’une méthode d’analyse structurale des textes ou de toute autre méthode inspirée de la sémantique ou de la sémiologie.

  • 15  Par exemple « bolchevique » ou « démo-chrétien », ou bien encore le mot « trust », « menées anti-n (...)

9Enfin, par cette attention méticuleuse au texte, aux mots et aux temps employés (les temps de conjugaison peuvent fournir des indices), la critique interne traque l’anachronisme, « ce péché irrémissible de l’historien », qui est surtout le premier péché du témoin interrogé rétrospectivement sur son passé et celui de l’intervieweur ancré dans le présent ; elle essaie de distinguer les horizons temporels présents dans un même témoignage et de dater les différentes strates de souvenirs : les formules langagières utilisées, les expressions, certains mots d’argot ou familiers, certaines tournures de phrase, sont autant d’indices qui permettent de « dater » telle ou telle évocation15. Les différences de styles parlés, le passage de l’un à l’autre, les ruptures de ton, les changements de registre sont également de bons indices de registres mémoriels différents : il y a comme un registre pour l’évocation de la jeunesse, un registre pour le domaine professionnel, un registre pour l’heure du bilan et pour la morale de l’histoire… Dans le cas des archives orales, en fait, l’analyse philologique et littéraire du texte écrit (la transcription) est redoublée de l’analyse « littéraire » des indications propres à l’oralité.

  • 16  N. Carré de Malberg, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc, 1934-1935 », actes du (...)
  • 17  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur le tempérament ou sur la psychologie du (...)
  • 18  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur la relation d’entretien : ici, la levée (...)
  • 19  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur la position et la liberté du témoin. On (...)

10Un exemple de ce travail d’analyse de l’oralité est donné par Nathalie Carré de Malberg utilisant l’interview d’un inspecteur des Finances, ancien ministre, ancien membre de cabinets ministériels des années trente, qui avait été interrogé sur la décision de Laval de dévaluer le franc en 193516. Dans son interview, il qualifie cette décision de « connerie majeure ». Comment Nathalie Carré de Malberg commente-t-elle cette assertion, comment interprète-t-elle le recours à un mot grossier ? Selon elle, l’emploi d’un « gros mot » dévoile la nature d’un homme au sang chaud et au verbe haut17 ; il atteste également de la levée de l’autocensure sur le langage18 et d’une réelle liberté de parole dans le jugement porté19. Mais qu’en est-il du contenu ? L’expression employée traduit, selon elle, le mépris pour Laval et sa décision de dévaluation ; mais s’agit-il du sentiment éprouvé à l’époque par Jean Filippi, jeune inspecteur des Finances, ou bien s’agit-il de son jugement actuel, « politiquement correct », dicté par l’opprobre générale dans laquelle est tombé aujourd’hui le personnage ? Or, d’après les archives écrites, Jean Filippi ne se serait aucunement opposé à la mesure en question ; comme les membres du sérail à l’époque, il a soutenu une mesure qu’il croyait être une bonne décision technique et qui était d’ailleurs en phase avec l’opinion de l’époque ; mais d’un autre côté, il est avéré, par d’autres sources, que dès cette époque, Jean Filippi était en profond désaccord avec Laval sur certaines questions politiques et que ces divergences étaient publiques et connues. Bref, en conclusion, l’historienne peut conclure que Jean Filippi livre un témoignage reconstruit sur la dévaluation, mais exprime librement et authentiquement un mépris et un désaccord qu’il a toujours eus avec Laval. À partir de cet exemple, on peut mesurer combien les notations d’oralité sont précieuses sur le témoin et sur la sincérité de son témoignage, on voit aussi comment on peut arriver à démêler ce qui est reconstruit de ce qui est involontaire, mais on mesure aussi combien il est difficile de traduire ces indications en raisonnement scientifique, en termes d’exactitude et de vérité et combien elles restent sujettes à une interprétation empirique du chercheur.

b. La critique de sincérité et d’exactitude

  • 20  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 94.

11Mais la critique d’interprétation ne suffit pas, elle doit se prolonger dans la critique de sincérité et d’exactitude, qui s’intéresse, elle, davantage au témoin qu’au document ; en effet, « l’historien [qui] n’est pas devenu crédule » sait bien que « ses témoins peuvent se tromper ou mentir » et qu’il doit établir s’ils sont « dignes de foi » en se mettant « à la poursuite du mensonge et de l’erreur »20. Méthode destinée à contrôler les dires des témoins, la critique de sincérité et d’exactitude obéit au modèle du questionnaire judiciaire, alors que la critique herméneutique se rapprocherait plus du modèle clinique où la parole est considérée comme source de sens.

  • 21 Ch. Seignobos et Ch.-V Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 140-144.
  • 22  Son intérêt individuel doit être recherché dans ses « goûts et son idéal » ; et pour l’intérêt col (...)
  • 23  Il s’agit de faire la chasse aux formulations de convenances, aux jugements bien-pensants ou « pol (...)
  • 24  Dans cette attitude, Seignobos pointe toutes les formes de pose rhétorique et morale, qui sont sel (...)

12La critique de sincérité et d’exactitude est inspirée par une « défiance méthodique » (ou doute méthodique ou suspicion systématique) selon l’expression de Seignobos, et elle met en œuvre deux « questionnaires » pour essayer de cerner la crédibilité du témoin : le premier est relatif à la sincérité de l’auteur et donc à son intention de dire la vérité, c’est la problématique du mensonge et de la bonne foi ; le second a trait à l’exactitude de l’auteur et donc à l’observation des faits, c’est-à-dire à la réalité elle-même, c’est la problématique de l’erreur. Il faut bien distinguer les deux, car un témoin peut être sincère et véridique, autrement dit dire la vérité, et que cette vérité soit fausse. En réalité, il y a deux sortes de vérités, celle du témoin et celle de la réalité, et elles peuvent ne pas coïncider. Pour évaluer la sincérité du témoin, il faut se pencher sur les motivations du témoin à dire ce qu’il dit et mesurer sa capacité à mentir ; pour les documents écrits, Seignobos propose à cet égard une typologie de six situations différentes que l’historien doit impérativement avoir en tête quand il analyse un témoignage et qu’il nous est facile de décalquer pour nos témoignages oraux21 :
• l’auteur a intérêt à mentir, ce qui pour Seignobos représente la plupart des cas, et il y a avantage soit individuellement soit collectivement22 ;
• l’auteur est placé dans une situation où il est forcé de mentir ;
• l’auteur a une sympathie ou une antipathie pour un groupe d’hommes ou pour un ensemble de doctrines (religion, secte politique, philosophie) ou d’institutions ;
• l’auteur a été entraîné à mentir par vanité individuelle ou collective, pour se faire valoir et faire valoir son groupe ;
• l’auteur a voulu plaire au public ou du moins a voulu éviter de le choquer23 ;
• l’auteur a essayé de plaire à son public par des artifices littéraires ou pour rendre son témoignage plus beau, suivant sa conception de la beauté24.

  • 25  M. Bloch comme Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois insistent sur la « vanité » des témoins, cette pro (...)

13En appliquant ce questionnaire aux propos de notre témoin, nous effectuons une plongée dans l’intériorité du témoin, et nous cherchons à cerner ce qui le pousse à parler et ce qui fait qu’il parle comme il parle : quels objectifs poursuit-il ? À quel intérêt individuel ou collectif obéit-il ? Quelles contraintes, internes ou externes, institutionnelles ou sociales, quelles pressions morales ou psychologiques pèsent sur son témoignage ? Quelles influences intellectuelles ou idéologiques, quelles croyances viennent informer son témoignage ? Quelle image de lui-même ou de son groupe d’appartenance veut-il donner25 ? À quels codes ou à quelles valeurs obéit-il en parlant ? À qui cherche-t-il à plaire ? À qui s’adresse-t-il en livrant son témoignage à l’archiviste-oral qui est en face de lui ? À quelles règles du « bien-penser » et du « bien-dire » se conforme-t-il ?

  • 26  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 97 à 101.

14Dans l’Apologie pour l’histoire, Marc Bloch reprend ce questionnaire de la sincérité, « concept un peu gros, qui ne saurait être manié sans y introduire beaucoup de nuances », et il l’enrichit d’un commentaire inspiré de la psychologie : en évoquant les motifs qui conduisent un témoin à mentir, il met en garde l’historien et lui recommande de bien « se souvenir que ces raisons ne sont pas raisonnables » ; autrement dit, la rationalité de l’acteur n’est pas purement rationnelle, un témoin peut mentir sans y avoir intérêt et « de tous les types de mensonge, celui que l’on se fait à soi-même ne compte point parmi les moins fréquents ». Chez Marc Bloch, les raisons de mentir tiennent davantage à des raisons psychologiques qu’à des raisons rationnelles et utilitaristes26 : vanité, refoulement, acte gratuit, mythomanie, engrenage fatal et excitant de la fraude, « fallacieuse esthétique » et amour de l’ornement, convention rhétorique, bienséance littéraire, psychologie stéréotypée, « rage du pittoresque »…

  • 27  « Il existe une forme plus insidieuse de la tromperie. Au lieu de la contre-vérité brutale, [plein (...)
  • 28  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 101-104.

15Voilà tout ce qui peut conduire au mensonge, sans même qu’il y ait intention délibérée et consciente de mentir de la part du témoin27 ; de ce fait, selon Marc Bloch, toute critique des sources doit s’enraciner dans une psychologie du témoignage, nouvelle science humaine dont les acquis doivent venir nourrir la réflexion de l’historien28 : les cerveaux sont de médiocres « appareils enregistreurs », et les témoins ont par nature des aptitudes inégales en matière de perception et de mémorisation, il y a, par exemple, des individus pathologiquement distraits ou imprécis. Deuxièmement, les conditions physiques et psychologiques de perception (ou d’encodage, pour employer le terme moderne) influent sur la qualité des souvenirs ; la fatigue, les émotions, l’habitude altèrent les capacités de mémorisation en les affaiblissant, ou au contraire en les décuplant, comme la surprise ou la douleur, par exemple. Mais c’est le degré d’attention à la fois individuelle et sociale que les témoins ont porté à un phénomène qui conditionne en grande partie l’acuité du souvenir et la qualité de sa restitution ; ce qui explique que « la familiarité amène presque nécessairement l’indifférence ». Les non-réponses ou les silences sur tel ou tel sujet s’expliquent souvent par un non-enregistrement de l’information à l’époque et par le fait qu’à l’époque la question ne se posait pas en ces termes ; les informations n’ont pas été « encodées », pour parler comme les spécialistes de la cognition. Enfin, la faculté d’observation n’est pas une constante sociale, mais est variable d’un individu à l’autre.

  • 29  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 145-149.

16Le second questionnaire selon Seignobos et Langlois, celui de l’exactitude29, sert à vérifier si les affirmations du témoin reposent sur une observation ou une connaissance directe des faits (et non par intermédiaire) et si cette observation a été faite correctement (cf. la théorie du témoin oculaire direct). Là encore, Seignobos et Langlois proposent une première série de situations susceptibles d’engendrer l’erreur ou de fausser partiellement le témoignage :

  • 30  Les auteurs insistent fortement sur cette notion de préjugé : ils englobent dans cette notion la c (...)

• l’auteur est effectivement en position d’avoir observé ou connu le fait directement, mais il en a été empêché par un « motif intérieur » (hallucination, illusion, préjugé30) ;

• l’auteur était mal placé pour observer (mauvaise position, mauvaise information, mauvaise compréhension) ;

  • 31  « Cette cause d’erreur, très fréquente, […] peut être soupçonnée dans tous les cas où l’auteur a é (...)

• l’auteur affirme des faits qu’il aurait pu observer mais il ne s’est pas donné la peine de l’observer (mauvaise observation, mauvaise perception, mauvaise mémorisation31) ;

• le fait affirmé est de telle nature qu’il ne peut avoir été connu seulement par l’observation (connaissances transmises ou apprises, information de seconde main, etc.).

17Ces quatre situations nous rappellent qu’il convient de faire une analyse positionnelle du témoin avant d’accorder foi à son témoignage, ainsi que de sa capacité informationnelle sur tel ou tel sujet : de quoi a-t-il été témoin ? Qu’a-t-il vu et entendu directement à la place où il était ? Avait-il des raisons d’y porter attention ? Quel était son degré d’information sur tel ou tel sujet ? Quelle était sa capacité d’enregistrer telle ou telle information ? Quel était son degré de connaissance à telle ou telle époque ? Quels sont les préjugés qui ont pu peser sur la manière dont il a perçu les faits ? Comment cette information lui est-elle parvenue ? De qui tient-il cette information et ce quelqu’un est-il digne de foi ?

18Enfin, dérivée de la dernière situation où le fait ne peut avoir été connu que par la seule observation, une troisième série de questions permet de raisonner, non plus sur le témoin et ses capacités, mais sur le fait lui-même, ce qui nous conduit vers l’idée que certains faits ont plus de chance d’être exacts que d’autres et que c’est sur ces faits qu’il faudrait se concentrer en matière d’archives orales. Là encore, Seignobos distingue trois situations :

  • 32  « Un récit même mensonger ne peut pas se composer uniquement, exclusivement, de mensonges ; l’aute (...)

• le fait est de nature à rendre le mensonge improbable (le fait est tellement connu que le témoin ne peut mentir ; le témoin ne se rend pas compte qu’il se porte tort en affirmant tel ou tel propos ; ou bien le fait n’est cité qu’incidemment32) ;

  • 33  « Ce sont ces faits grossiers qui forment la partie solide de la connaissance historique », Ch. Se (...)

• le fait est de nature à rendre l’erreur improbable (le fait est très connu, il a été constaté par un grand nombre de personnes, il a duré très longtemps33) ;

• le fait est de nature à n’avoir pu être affirmé que s’il était exact.

19Toutes ces questions « méthodiques », qui sont ici décomposées au maximum, constituent le cœur de la méthode critique ; ce questionnement peut paraître très lourd et très long, mais en réalité, il ne s’agit pas d’appliquer point par point une procédure d’examen, mais d’acquérir un raisonnement mental, quasi inconscient, un réflexe intellectuel, un automatisme professionnel.

  • 34  C’est ici la dimension biographique du témoin qui est visée, dans toute son épaisseur et dans sa d (...)
  • 35  Cette question recouvre l’analyse positionnelle et stratégique du témoin par rapport à l’objet du (...)
  • 36  Cette question vise le contexte temporel de la prise de parole et les interactions qui s’ensuivent (...)
  • 37  Cette question englobe toutes les réflexions sur le style, le registre de la prise de parole, les (...)
  • 38  Cette question pose le problème des motivations et des intentions du témoin, quand il accepte de t (...)
  • 39  La méthode de l’entretien engendre un « discours adressé » : un discours adressé à l’intervieweur, (...)
  • 40  C’est la question des oublis et des omissions, volontaires ou non, signifiants ou non…

20En définitive, si nous cherchions à résumer cette démarche critique, nous retiendrions pour nos témoignages oraux huit questions générales à avoir sans cesse en tête dès que nous écoutons un témoignage et que nous cherchons à l’analyser : Qui parle34 ? D’où parle-t-il35 ? Quand parle-t-il36 ? Comment parle-t-il37 ? Pourquoi parle-t-il38 ? À qui parle-t-il39 ? Et une fois seulement que l’on a répondu à toutes ces questions, on passerait au témoignage lui-même : Que dit-il ? Que ne dit-il pas40 ?

3. Par-delà l’erreur et le mensonge

  • 41  On s’intéressera à toutes les « violences symboliques », à toutes les contraintes individuelles ou (...)
  • 42  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 96. La note infrapaginale f est encore plus clair (...)
  • 43  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 104-105.
  • 44  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 96. Souligné par nous.

21Cette méthode critique érige la défiance en règle de comportement, elle organise un doute méthodique et une suspicion systématique, dans le but de parvenir à sélectionner, par élimination et purification, les témoignages « dignes de foi » et à écarter les témoignages suspects. C’est précisément sur les témoignages dits « suspects » que Marc Bloch a introduit un véritable dépassement dans la démarche historique, en affirmant, contre la tradition méthodique, que l’erreur et le mensonge ont néanmoins tous deux « une valeur documentaire » pour l’historien. Là où Charles Seignobos rejette avec dédain le témoignage mensonger ou entaché d’erreur, Marc Bloch, lui, institue un questionnement au second degré, qui nous introduit dans le monde des représentations, de la conscience collective, de l’opinion, des croyances, des « outillages mentaux » et des instruments « symboliques » que la société utilise pour contraindre mentalement les individus41. « Constater la tromperie ne suffit point. Il faut encore en découvrir les motifs. […] Souvent, un mensonge en tant que tel est à sa façon un témoignage »42. Quant aux erreurs, « par-delà ces petits accidents cérébraux, d’une nature assez commune, beaucoup d’entre elles remontent à des causes autrement significatives d’une atmosphère sociale particulière. […] L’erreur, presque toujours, est orientée d’avance. Surtout elle ne se répand, elle ne prend vie qu’à la condition de s’accorder avec les partis pris de l’opinion ; elle devient alors comme le miroir où la conscience collective contemple ses propres traits. […] Pour que l’erreur d’un témoin devienne celle de beaucoup d’hommes, pour qu’une mauvaise observation se métamorphose en faux bruit, il faut aussi que létat de la société favorise cette diffusion »43. C’est bien l’historien des « fausses nouvelles » et des rumeurs pendant la Grande Guerre, celui de la « société des tranchées » et des cuisines roulantes, celui de la censure et de la propagande, celui des Rois thaumaturges et du toucher des écrouelles qui parle ici. Autrement dit, les mensonges, les erreurs, les affabulations, les falsifications, les reconstructions, les enjolivements, c’est-à-dire en définitive les croyances, ne doivent pas être méprisés, mais devenir de véritables objets d’étude pour l’historien, car ils nous parlent de « l’état de la société », de son « atmosphère particulière », des « partis pris de l’opinion », des structures mentales de la société, de celles d’hier et de celles d’aujourd’hui, bref de l’homme en société et dans le temps : « Voilà donc la critique amenée à chercher, derrière l’imposture, l’imposteur ; c’est-à-dire, conformément à la devise même de l’historien, l’homme »44. C’est exactement ce qu’a fait Nathalie Carré de Malberg lorsqu’elle a constaté l’erreur des inspecteurs des Finances sur le niveau de difficulté du concours d’entrée. Derrière cette erreur, elle a trouvé des préjugés, des normes de pensée et de comportement, un esprit de corps, une conscience de soi…

  • 45  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 161-162.
  • 46  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 109.

22Quoi qu’il en soit, le travail de critique interne et externe ne constitue pas l’étape finale dans le raisonnement historique et dans la connaissance, car « la critique ne peut prouver aucun fait, elle ne fournit que des probabilités »45, qui s’échelonnent « de l’infiniment probable au tout juste vraisemblable »46. Pour sortir de ce probabilisme, il faut amorcer la phase ultime du travail : le croisement des témoignages entre eux.

II. Croiser les témoignages : la recherche de la concordance

  • 47  On remarquera la prégnance du modèle des sciences de la nature et de l’observation : « les faits s (...)
  • 48  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 167.
  • 49  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 167.
  • 50  Michel Foucauld dit que l’archive ne dit pas la vérité mais de la vérité.

23Le principe qui fonde l’efficacité du croisement des témoignages dans le cas où l’on cherche à établir un fait est le suivant : pour pouvoir affirmer un fait ou une réalité, il faut « avoir constaté le fait par plusieurs observations indépendantes »47 et que ces « observations indépendantes » présentent des « convergences »48, étant entendu que plusieurs observateurs indépendants ne peuvent se tromper de la même manière, sur les mêmes moments, les mêmes personnes ou les mêmes faits. Mais qu’est-ce qu’une observation indépendante ? Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois sont très clairs : « Il n’y a de sûrement indépendantes que les observations contenues dans des documents différents, issus d’auteurs différents, appartenant à des groupes différents, opérant dans des conditions différentes »49. Autrement dit, le point de vue des membres d’un même corps, d’une même direction ou d’un même groupe social ne sont pas strictement et rigoureusement indépendants, ce dont nous tirons pour notre part deux conclusions partielles : le fait que des témoins disent tous la même chose ne signifie pas que ce soit la vérité50, mais seulement qu’ils pensent tous de la même manière ; mais à la suite de Marc Bloch, nous affirmons que le fait qu’ils pensent tous de la même manière peut être construit en objet historique par l’historien.

  • 51  De ce point de vue, Seignobos et Langlois se montrent très modernes ; ainsi soulignent-ils : « Les (...)
  • 52  Sur le croisement des témoignages entre eux, N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source pr (...)
  • 53  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 108 : « À la base de presque toute critique s’ins (...)

24Cette théorie des « observations indépendantes » recoupe largement notre théorie des points de vue et de la nécessaire polyphonie des archives orales51 : en amont, lors de la constitution du corpus, il revient à l’archiviste-oral d’organiser la rotation des points de vue en donnant la parole à des groupes sociaux diversifiés (la caméra tournante) et en multipliant les positionnements par rapport à l’objet historique concerné ; en aval, il revient à l’historien de prendre en compte la multiplicité des points de vue en croisant les témoignages oraux entre eux, en croisant sources orales, sources d’archives et sources imprimées entre elles, sources qui toutes reflètent des points de vue individuels et institutionnels différents52. En pratique, le croisement des témoignages oraux revient à les comparer entre eux53, à rechercher leurs divergences, leurs dissemblances, leurs ressemblances et leurs convergences et à partir de là, à conjecturer de la probabilité relative du fait en question. Mais reprenons les conseils de Charles Seignobos.

  • 54  Pour un exemple de discussion sur la contradiction entre un témoignage oral et une archive écrite, (...)

25Si un témoignage est isolé, l’historien se contente d’en faire état et de donner l’information en citant sa source, mais sans conclure. Si l’on possède plusieurs témoignages sur un même fait et qu’ils se contredisent, l’historien examine attentivement si le fait observé est bien le même et si l’une des affirmations au moins n’est pas fausse ou inexacte (c’est le rôle de la critique interne) ; dans le doute, il écarte le témoignage ou bien s’abstient de conclure en expliquant les raisons qui le poussent à ne pas trancher. Ce problème de la contradiction des témoignages n’est pas propre aux sources orales, il en est de même pour les documents écrits et il entre dans le métier de l’historien de savoir trancher ou de présenter les raisons pour lesquelles il ne peut le faire54. Cela dit, dans le cas où les témoignages oraux viennent en contradiction avec des documents d’archives, la tradition française est d’accorder plus de crédit aux documents d’archives contemporains qu’aux souvenirs rétrospectifs des témoins. Néanmoins, il est des cas où le témoignage oral s’avère plus « vrai » que le document écrit : ainsi par exemple, lorsqu’un haut fonctionnaire est nommé « pour ordre » à tel ou tel poste de manière à lui procurer un grade supérieur, des primes supplémentaires ou une « couverture » administrative, les organigrammes et les états de service mentionnent la nomination, mais seul le témoignage oral permet de rectifier la réalité et d’appendre que ses attributions étaient en réalité tout à fait différentes.

  • 55  Mabillon disait déjà que la critique des chartes ne pouvait mener à des « certitudes métaphysiques (...)
  • 56  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 169-171.
  • 57  Sur la parenté qu’entretient l’histoire avec les probabilités et la statistique, M. Bloch, Apologi (...)

26Si les témoignages concordent, l’historien vérifie d’abord que les témoins sont bien indépendants ; mais attention, la concordance de deux témoignages peut signifier l’identité de leur source d’information, la communauté de points de vue ou d’origine, ou bien encore une chaîne d’apparentement qu’il est d’ailleurs passionnant de dérouler. Si les observations sont réellement indépendantes, l’historien peut conclure en disant que le fait est confirmé. Dans le cas contraire, il laisse au témoignage le statut d’hypothèse. En histoire, on n’est jamais dans le registre de la certitude ni de la preuve55, au sens des sciences naturelles ou mathématiques, mais dans celui de la confirmation56 ou de la probabilité57.

  • 58  N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée orale et écrite ; l’exemple des inspe (...)
  • 59  À condition qu’ils n’aient pas été remaniés et qu’ils aient été publiés après la mort de l’auteur (...)

27Nathalie Carré de Malberg dans son article sur la source autobiographique provoquée a commenté la plus ou moins grande fiabilité des témoignages personnels, en comparant souvenirs écrits et témoignages oraux58. Selon elle, les journaux inédits sont les documents les plus fiables, compte tenu de la contemporanéité de leur écriture par rapport aux événements rapportés ; ensuite viennent les journaux publiés59, puis les témoignages oraux provoqués qui donnent à l’historien la faculté d’entrer en dialogue avec le témoin, de le pousser dans ses retranchements ou de résoudre les questions laissées sans réponse par les documents écrits ; puis suivent les souvenirs inédits, provoqués ou spontanés, et, tout en bas de la hiérarchie, les souvenirs publiés par le témoin.

  • 60  La discussion critique peut être renvoyée en bas de page, si on ne veut pas alourdir le texte.

28Quoi qu’il en soit, dans un travail scientifique, cette activité de confrontation, de recoupement, de comparaison et d’évaluation des témoignages oraux entre eux, des sources orales et des sources écrites entre elles, ne doit pas être cachée dans « une arrière-boutique honteuse », mais explicitement exposée : la discussion autour des témoignages oraux fait partie de l’intérêt de la source orale60. On présente sa démarche, on marque son degré d’incertitude, les non-réponses, les apories, les non-recoupements…

  • 61  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit, p. 123.
  • 62  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 107.
  • 63  En dépit des limites des témoignages que la critique des sources met en valeur, « il convient de v (...)
  • 64  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 121.

29La critique des sources est en réalité la réponse, que Marc Bloch, dans la filiation de Seignobos et Langlois, oppose à la fragilité et aux limites des témoignages des contemporains ; à cette première arme, il ajoute, en homme de son temps, les nouveaux acquis de la psychologie du témoignage : « Nous sommes désormais capables à la fois de déceler et d’expliquer les imperfections du témoignage. Nous avons acquis le droit de ne pas le croire toujours, parce que nous savons mieux que par le passé quand et pourquoi il ne doit pas être cru »61. Pour Marc Bloch, qui reprend ici à son compte la distinction pascalienne, la critique des témoignages, « qui travaille sur des réalités psychiques », est à la fois « un art de finesse » et « un art rationnel, qui repose sur la pratique méthodique de quelques grandes opérations de l’esprit »62. Ces compétences logiques et psychologiques permettent à l’historien de retenir les témoignages les plus fiables et les plus vraisemblables, d’écarter les témoignages suspects, mais aussi de les évaluer ou de les interpréter au second degré. À la critique des sources, enrichie de la psychologie du témoignage, il attribue la capacité de fonder la connaissance du passé et récuse tout pessimisme épistémologique63 : « Mesure-t-on toujours avec exactitude le gain immense que fut l’avènement d’une méthode rationnelle de critique, appliquée au témoignage humain ? Gain, j’entends non seulement pour la connaissance historique ; pour la connaissance tout court »64.

III. Prendre garde aux séductions de « l’idéologie biographique »65

  • 65  D. Bertaux, Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 34.
  • 66  D. Aron-Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’a (...)
  • 67  P. Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, 1975 ; Je est un autre, l’autobiographie de la litté (...)
  • 68  J.-C. Passeron, Revue française de sociologie, t. XXXI, 1989, p. 3 à 22.
  • 69  P. Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986 ; republié in Raisons prat (...)
  • 70  Daniel Bertaux appelle « idéologie biographique » le travail de reconstruction et de « lissage » a (...)
  • 71  J. Peneff, La méthode biographique, Paris, A. Colin, 1990, p. 98-109.
  • 72  Sur cet engouement pour la mémoire et la confusion conceptuelle qui règne ici et là, J. Candau, Mé (...)

30Si les historiens ont su forger un arsenal de règles critiques leur permettant de démêler dans les témoignages le vrai du faux et de mesurer leur valeur relative, il n’est pas inutile en parallèle d’entendre les avertissements de ceux qui, de façon plus récente, ont réfléchi au statut et aux limites des témoignages autobiographiques, et plus particulièrement à ceux obtenus par la méthode de l’entretien ou du récit de vie. Nous faisons ici référence à toutes les critiques mettant en cause « l’illusion biographique », critiques qui ont été pour la plupart émises à l’époque de l’histoire orale triomphante et au moment de l’installation de la méthode biographique en sociologie. Nous retenons pour notre part les réflexions de Dominique Schnapper dont nous avons déjà analysé les arguments66, les travaux de Philippe Lejeune sur le genre littéraire de l’autobiographie67, les réflexions de Jean-Claude Passeron dans son article « Biographie, flux, itinéraires, trajectoires »68, celles de Pierre Bourdieu dans son article sur « l’illusion biographique »69, et celles de Daniel Bertaux lui-même, qui n’est pas sans regard critique sur ce qu’il appelle « l’idéologie biographique »70. Jean Peneff, quant à lui, dans La méthode biographique71 nous semble avoir surtout stigmatisé l’usage vulgarisé et commercial de la méthode du récit de vie, tandis que Joël Candau de son côté a surtout souligné la banalisation des concepts de « mémoire » et « d’identité »72. En effet, ces expressions s’emploient depuis la fin des années quatre-vingt à toutes les sauces médiatiques, recouvrant des phénomènes aussi divers que les commémorations, la nostalgie du passé, la vogue de l’histoire, le culte du souvenir, la demande sociale en histoire, les politiques de patrimoine ou de mémoire, les traces ou les représentations du passé, le devoir de mémoire envers la Shoah, la littérature de témoignage et en définitive tout discours sur le passé prononcé à la première personne.

31Quoi qu’il en soit, pour ce qui nous concerne, ces différents auteurs ont en commun de réfléchir sur le discours du témoin, sur la façon dont il dit ou écrit sa propre histoire, ainsi que sur la manière dont l’historien écrit l’histoire à partir de ces histoires d’hommes. Que nous disent-ils ?

1. « L’illusion biographique » du côté du témoin

  • 73  On pourrait d’ailleurs lire dans cette conception un persistant héritage judéo-chrétien ou la trac (...)
  • 74  Philippe Lejeune décrit lui aussi cette rhétorique dominante du récit de vie : un début, une fin, (...)
  • 75  A. Robbe-Grillet, Le Miroir qui revient, Paris, Éd. de Minuit, 1984, p. 208, cité par P. Bourdieu, (...)
  • 76  Un récit de vie est « une présentation publique de soi », une « officialisation d’une représentati (...)

32Premièrement, ils nous alertent sur le fait qu’adopter la méthode du récit de vie, c’est déjà avoir de façon sous-jacente une certaine conception de l’histoire : la vie serait une histoire et se raconterait comme une histoire, c’est-à-dire comme une succession d’événements pourvue d’un ordre chronologique et logique, pourvue d’un sens, « expression unitaire d’une intention subjective et objective », d’un « projet originel », et promise à un aboutissement73. Pierre Bourdieu souligne ainsi que dans le récit de vie, tout le projet du témoin est de fournir un récit rationalisant, soucieux d’établir des relations cohérentes et intelligibles avec des intentions, des causes et des conséquences, bref de construire du rétrospectif qui serait en même temps prospectif74. Ce serait d’ailleurs cette activité de construction du sens, de recherche de la cohérence et du nécessaire qui serait à la racine du plaisir de l’interviewé, et j’ajouterais, de celui de l’intervieweur. Or, nous dit Pierre Bourdieu, convoquant à l’appui de sa thèse les auteurs du Nouveau Roman qui auraient fait cette découverte : « Le réel est discontinu, formé d’éléments juxtaposés sans raison dont chacun est unique, d’autant plus difficiles qu’ils surgissent de façon sans cesse imprévue, hors de propos, aléatoire »75. Ensuite, souligne-t-il, ce récit de vie public, fait devant un inconnu qui se présente comme quelqu’un travaillant pour l’histoire et pour la postérité, ce serait comme remplir « une carte d’identité » ou « un livret d’état-civil » historique, officiel, figé, gravé dans la pierre, non-retouchable ; autrement dit cet exercice particulier et artificiel engendrerait nécessairement des dispositions d’esprit particulières, une « présentation de soi » particulière et des autocensures spécifiques76.

  • 77  Il y a l’intention officielle, en général fournie par l’archiviste-oral lui-même lors de la présen (...)
  • 78  Voir les travaux de Paul Ricœur sur l’identité narrative.

33Que répondre à ces objections ? Il nous semble que la méthode du récit de carrière intégré, à condition que l’autobiographie soit le produit d’un dialogue entre le témoin et son archiviste-oral, permet d’éviter précisément ce déroulement trop téléologique ; la technique de l’entretien permet précisément de ne pas laisser s’installer un monologue, elle offre la possibilité de revenir sur les alternatives, les choix ou les non-choix qui ont été faits sous l’apparente continuité des enchaînements, elle peut mettre en exergue les ruptures, les point de bifurcation, les hasards ou les contraintes qui ont enserré le parcours du témoin. Par ses questions, l’archiviste-oral rompt les discours tout faits, en casse la logique parfois trop déterministe et introduit la contradiction. C’est l’intérêt du récit de vie oral, par rapport aux souvenirs ou aux écrits autobiographiques monologues, non discutés et non discutables. Par ailleurs, nous sommes bien d’accord qu’un récit de vie ou de carrière, notamment s’il est « filtré », c’est-à-dire orienté thématiquement, n’est qu’une sélection de faits ou d’événements « significatifs », en fonction d’une intention globale, explicite ou cachée77 et mis en interrelation à l’intention de l’intervieweur. Le témoin pratique une sélection déclarative en fonction de ce qu’il croit pouvoir ou devoir dire et de ce qu’il croit que l’archiviste-oral attend. En prendre conscience est déjà une première étape de l’évaluation du témoignage et la critique des sources est là pour repérer toutes ces autocensures spécifiques, ces contraintes particulières du discours autobiographique qui pèsent sur le témoin et qui conduisent l’historien à une interprétation prudente. Oui, un récit de vie est bien « un artefact », une construction de soi, mais cette représentation de soi est unique et originale (l’interviewé fait œuvre intellectuelle de création) et elle permet de se dire « le même » au travers d’expériences multiples (l’identité) et donc de s’unifier dans l’acte narratif78.

34Enfin, il nous semble que nous pouvons aussi retenir des remarques de Pierre Bourdieu que tout récit de vie obéit à des règles particulières, à des règles officielles telles que celles que le pacte d’entretien a définies (objet de l’entretien, confidentialité, but ultime de l’interview), ainsi qu’à des règles implicites qui tiennent à l’image de soi ou même à des héritages littéraires et rhétoriques dont les topoi sont à découvrir (thèmes ou formes obligés du discours). En France, pays de Rousseau, de Chateaubriand et de Saint-Simon, où la tradition littéraire de l’autobiographie et des mémoires reste un modèle prégnant, il existe un modèle implicite de ce qui est racontable, racontable du point de vue de soi, racontable du point de vue de sa famille ou de son groupe social, racontable publiquement et officiellement, qui fait que le témoin fait un tri, une sélection des éléments qui lui paraissent le mieux se conformer à ce modèle. À cet égard, la différence de génération, de formation, de milieu social, culturel ou professionnel entre le témoin et l’archiviste-oral peut faire que les modèles de parler de soi ne sont pas nécessairement les mêmes, d’où parfois les incompréhensions, les déceptions ou les malentendus qui se développent entre l’interviewé et son archiviste-oral. Ces conventions littéraires peuvent être présentes chez le témoin, mais elles peuvent aussi orienter le regard de l’archiviste-oral, qui doit donc exercer un devoir de vigilance critique à l’égard de ses propres préjugés ou présupposés.

2. « L’illusion biographique » du côté du biographe

  • 79  D. Bertaux, « La conception que nous proposons consiste à considérer qu’il y a du récit de vie dès (...)

35Alors que Pierre Bourdieu nous parle surtout du discours autobiographique du point de vue du témoin, Jean-Claude Passeron, lui, nous parle davantage du travail de l’archiviste-oral ou de l’historien-biographe. Le premier piège selon lui, c’est le mirage d’un « savoir intégral » sur l’individu : « Nourri à la nostalgie du savoir total, boulimique d’informations, le vrai biographe ne sera jamais rassasié » ; et de dénoncer la quête et l’exhibition du détail ou de l’anecdotique dans le travail d’interview ou dans la démarche biographique. Daniel Bertaux ne dit pas autre chose, lorsqu’il met en garde le collecteur de récits de vie contre une conception totalitaire du récit de vie assimilé à une tentative d’histoire totale et lorsqu’il conseille de procéder par « tranches de vie » et par « récits de pratiques »79.

36Le deuxième « piège biographique » réside dans une certaine conception de la causalité en histoire et dans la forme structurelle du récit de vie ; en effet, Jean-Claude Passeron souligne que le récit de vie s’organise autour des deux expériences primordiales que sont, d’une part, l’engendrement et la filiation, ce qui renverrait à deux sciences archaïques des origines, la généalogie et la cosmogonie, et, d’autre part, la croissance, c’est-à-dire l’enchaînement logique des états, assorti d’un évolutionnisme rampant. En effet, on peut lire la méthode du récit de vie comme une généalogie à rebours et comme une tentative de recherche des causes premières, que l’on explore sous la forme d’un enchaînement de causes et de conséquences…

  • 80  Derrière toute vie de saint proposée pour l’édification des fidèles, n’y a-t-il pas en réfèrent ul (...)
  • 81  J.-C. Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, t (...)
  • 82  J.-C. Passeron, op. cit., p. 12-13 : la méthode biographique « repose sur l’impression que par-del (...)

37Par ailleurs, Jean-Claude Passeron souligne lui aussi l’importance de la tradition littéraire et du genre biographique, présent dans la littérature depuis les Vies parallèles de Plutarque, christianisé dans les Vies de saints80, genre historico-moral, où les vies, sous forme d’exempla, servent à l’édification morale et religieuse des jeunes Romains ou des jeunes princes chrétiens en leur présentant les vertus nécessaires. Le troisième « piège biographique » réside donc dans la sursignification du procédé biographique, qui prend aujourd’hui une forme différente d’autrefois, non plus celle de l’illustration édificatrice morale, mais celle de l’illustration sociologique : c’est le mirage du « tout-signifiant » et du « tout-pertinent », de « l’histoire totale » appréhendée par une seule histoire de vie ; c’est l’illusion de voir se miniaturiser dans une vie d’homme la société ou un groupe social en entier, ou bien de la considérer comme le « miroir du monde »81 ; à cet égard, le vocabulaire trahit souvent les intentions même les plus innocentes : « emblématique, représentatif, significatif, typique, archétype, etc. ». Cette utilisation de la biographie comme illustration exemplaire d’une idée, d’une thèse ou d’une essence (exemple : Grenadou, archétype du paysan français) est, selon Passeron, la trace du vieux « modèle essentialiste » qui conduit à sélectionner une vie ou une carrière en tant qu’elle exprimerait une essence, celle du haut fonctionnaire, du banquier, du berger auvergnat, du paysan beauceron, du cheminot, du receveur des Postes, du patron ou du cadre d’entreprise. Le récit de vie se fait manifestation d’une valeur, d’une idée ou explicitation d’un sens82. L’avatar moderne de cette conception essentialiste, ce serait, selon Jean-Claude Passeron, l’exemplaire statistique représentatif ou le type sociologique, ce serait la recherche de la norme et du type normal. Si la sociologie est parfois tentée par ce modèle essentialiste, l’histoire n’est pas totalement à l’abri de telles conceptions, notamment dans le choix de ses « biographies » et dans ses procédés d’exposition, lorsqu’elle présente, par exemple, chaque personnage comme l’incarnation d’une force historique ; et Passeron de citer le cas de Michelet, par exemple, qui affectionne « l’effet d’apparition » et fait un usage théâtralisé du biographique. À cet égard, il nous semble que le fait de travailler sur un corpus important d’histoires de vie croisées permet de limiter le discours essentialiste, ce dernier se greffant plus facilement sur l’étude d’un récit de vie ou d’une autobiographie unique.

38Enfin, Jean-Claude Passeron souligne à nouveau la proximité entre le genre littéraire de la biographie et l’histoire, et l’influence du premier sur la seconde dans ses modes d’écriture ; comme Daniel Bertaux, il encourage le chercheur à ne pas succomber à la tentation de l’abus d’exemples et d’illustrations, qui donnent à voir et à entendre, mais qui, en organisant « le choc du direct » peuvent conduire à « l’indigestion » et « court-circuiter les cheminements méthodologiques et conceptuels » de la compréhension historique ; on retrouve ici en quelque sorte les remarques de Dominique Schnapper, qui rappelle que l’accumulation et la juxtaposition de récits de vie ne font pas de l’histoire.

3. À propos de quelques concepts « biographiques »

  • 83  Nous suivons ici les propositions de J.-C. Passeron.

39Après avoir ainsi analysé les défauts de la méthode biographique et dans le but de conjurer la tentation littéraire et essentialiste, qui serait inhérente à cette méthode, les spécialistes de la méthode biographique se sont intéressés à la construction d’un langage scientifique et conceptuel capable d’accompagner l’exploitation transversale et longitudinale des récits de vie ; ils ont, à cet effet, proposé un certain nombre de concepts qui peuvent nous aider à réfléchir à nos propres conceptions d’historien ; ils distinguent en effet plusieurs notions différentes : itinéraire, trajectoire, carrière, parcours83.

  • 84  J.-C. Passeron, op. cit., p. 8 : « Seule la sociologie quantitative a les moyens de […] dégager et (...)

40La première notion est durkheimienne, c’est la notion d’itinéraire ; elle met l’accent sur les structures sociales et culturelles objectives qui précèdent, encadrent et déterminent l’individu et son action84 ; les individus choisissent et tracent leur chemin dans une topographie déjà pré-dessinée et déjà structurée (cf. l’image de plan de métro, où pour aller d’un point à un autre, plusieurs chemins existent, mais où il n’est pas possible d’inventer des lignes qui n’existent pas).

  • 85  J.-P. Sartre, « De la praxis individuelle au pratico-inerte », in Critique de la raison dialectiqu (...)
  • 86  J.-C. Passeron, op. cit., p. 21.
  • 87  Sur la notion de trajectoire, de champ et de surface sociale, P. Bourdieu, Raisons pratiques, op.  (...)

41Les deux notions suivantes sont d’inspiration sartrienne85 : « On essaie de comprendre le devenir biographique comme le produit d’un double mouvement, celui de l’action sociale des individus et celui du déterminisme social ». La notion de trajectoire est emprunté à la balistique : « Il s’agit de composer, [de combiner], une force et une direction initiale propres à un mobile [notre témoin-acteur] avec les champs de forces et d’interactions qu’il traverse »86 ; l’accent est mis ici non plus sur les structures, mais sur le calcul et la « visée stratégique » linéaire mis en œuvre par l’acteur et sur l’interaction entre l’action de l’individu et le poids d’un environnement « lui-même en devenir et soumis à d’incessantes transformations »87.

  • 88  J.-C. Passeron, op. cit., p. 20. Pour approfondir l’idée de carrière, lire M. Crozier et E. Friedb (...)
  • 89  Une des formes paroxystiques de ce système est celui de la grille de la fonction publique, qui dér (...)
  • 90  C’est cette idée d’interaction que nous souhaiterions faire comprendre en proposant la méthode du (...)

42Quant à la notion de carrière, elle rend compte elle aussi, selon Jean-Claude Passeron, de la volonté de décrire les interactions dynamiques entre structures sociales et individu ; la notion de carrière recouvre en effet « une succession d’actions, réactives, défensives, offensives, tactiques, anticipatrices, etc. », que l’acteur choisit de mettre en œuvre personnellement afin de gérer les relations avec les pouvoirs qui surplombent et enserrent son action (notion de règle, assortie de sanctions et de récompenses)88. Pour l’histoire des organisations publiques et privées, cette notion de carrière est particulièrement fructueuse, mais également pour tout récit de vie : « L’analyse de carrière parvient à montrer en chaque point déterminant de la carrière, le pas décisif accompli dans cette carrière comme le produit logiquement croisé d’une décision subjective (transaction, négociation, conflit, abstention) et l’objectivité d’une contrainte de cheminement (cursus préétabli dans une institution89) »90. Ces deux notions, trajectoire et carrière, toutes deux, sous-entendent un point de départ et un point d’arrivée, elles suggèrent une certaine idée de calcul, de projet (au sens de projection) ou même de stratégie, elles supposent un acteur doté d’une volonté et d’intentions.

  • 91  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 33-34. Un parcours « n’est pas assimilable (...)

43À l’opposé, la notion de parcours biographique (Daniel Bertaux) exprime davantage l’indécision, l’incertitude, le flou ; elle accorde plus de place au hasard, à l’événement et au contingent. Elle rend compte des aléas de la vie et des « brisures de la ligne de vie. Un parcours, à la différence d’une trajectoire et même d’un itinéraire, n’implique pas de linéarité, ni un but à atteindre, pas même une direction précise »91.

44Toutes ces remarques sont des éléments de réflexion que nous proposons à tous les archivistes-oraux qui pratiquent le récit de vie et à tous les apprentis-historiens qui utilisent des témoignages autobiographiques, qu’ils soient écrits ou oraux ; elles fonctionnent comme des avertissements ou comme des précautions à prendre, afin d’améliorer notre compréhension des récits de vie que nous collectons et de la valeur des témoignages autobiographiques. De ce qui précède, nous retiendrons pour notre part cinq suggestions principales : concevoir tout homme comme placé au sein d’un champ de forces et d’interactions dynamiques, doté d’atouts et d’une marge de manœuvre (analyse stratégique) ; travailler sur un corpus de récits de vie et opérer des exploitations longitudinales et transversales pour éviter l’effet d’exemplification ou « d’essentialisme » ; réfléchir au fait qu’un récit de vie est toujours une « présentation » de soi, sélective, publique et gouvernée par la situation d’entretien ; se montrer attentif aux modalités du récit par le témoin et détecter les éventuels modèles littéraires ou culturels qui sous-tendent ce récit ; réfléchir à l’usage des citations, au statut probatoire des récits de vie, aux modalités d’écriture d’une biographie et à ses procédés narratifs.

  • 92  Les handicaps précédents s’appliquent autant aux témoignages écrits qu’oraux.

45Pour être exhaustif sur les limites de la source orale en histoire, il nous reste à citer deux handicaps supplémentaires, qui tous deux ont trait directement à l’oralité92 ; ils ne se situent pas au même niveau épistémologique ou méthodologique que les précédents, mais ils entravent indéniablement le développement de l’exploitation de la source orale et découragent souvent les chercheurs. Citons en premier lieu la complexité du matériau et les difficultés d’interprétation.

  • 93  Les sociologues ont davantage l’habitude de se pencher sur les aspects discursifs ; voir les trava (...)
  • 94  N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée orale et écrite ; l’exemple des inspe (...)
  • 95  Selon l’expression d’O. Schwartz dans « L’empirisme irréductible », postface à Nels Anderson, Le H (...)

46En effet, tout se passe comme si l’extrême richesse de la voix et de la communication interpersonnelle excédait les capacités de l’historien à la prendre en compte et le conduisait à user d’un subterfuge en « réduisant » le document à un texte para-écrit pour parvenir à en tirer quelque chose. De fait, pour qui désire, avec la meilleure volonté du monde, prendre en compte les indications d’oralité, les difficultés d’interprétation se font rapidement insolubles. Comment faire la part des interactions entre le témoin et de son archiviste-oral ? Comment mesurer la part de la relation singulière et de la communication interpersonnelle entre l’interviewé et l’intervieweur ? Comment interpréter les inflexions de la voix, le rythme d’élocution ou les intensités de diction ? Selon quels principes scientifiques ? Quels liens peut-on faire entre tel soupir ou telle hausse de ton, l’émotion ressentie aujourd’hui par le témoin et l’événement d’autrefois ? Est-ce de l’énervement ou du regret ? Existe-t-il un lien entre le ton du témoin et la véracité du témoignage ou sa sincérité ? Un enregistrement peut bien donner des indications précieuses sur l’état émotionnel ou psychologique du témoin, sa sincérité, ses hésitations, sa peur, sa colère, sa tristesse, sa nostalgie, son énervement, sa surprise, son assurance, son degré de satisfaction, etc., mais comment traduire ces impressions en termes d’exactitude, de mensonge ou de vérité ? On ne dispose pas de méthode critique et scientifique pour l’oralité en histoire et l’historien se sent parfois si démuni devant ces indications qu’il les laisse bien souvent de côté93. Comme on l’a vu, Nathalie Carré de Malberg est, à notre connaissance, une des rares historiennes à s’être essayée à une telle analyse94. Nous avons vu comment elle a utilisé les ressources de l’oralité pour commenter le fait qu’un témoin avait taxé la dévaluation de 1935 de « connerie majeure ». On voit à travers cet exemple combien il est difficile de construire un raisonnement scientifique sur ces indications de l’oralité et combien elles restent sujettes à l’interprétation subjective et personnelle du chercheur. Il y a là une part « d’esprit de finesse » pour reprendre l’expression de Marc Bloch, « d’empirisme irréductible »95 et d’incertitude dans l’interprétation, qui peut rebuter ou décourager l’historien attaché à une conception strictement scientifique de l’histoire.

47Enfin, dernière limite des archives orales : leur « caractère chronophage », dévoreur de temps qui rebuterait tout chercheur bien disposé, et qui rebute effectivement les historiens contemporanéistes toujours pressés, accoutumés à trouver facilement leurs documents, à les parcourir rapidement et à les citer non moins aisément. Avec les archives orales, il faut retrouver la patience du moine bénédictin de Saint-Maur, établissant son texte et celle du chartiste paléographe déchiffrant son document. On a vu en effet le temps qu’il fallait pour concevoir et mener à son terme une campagne d’archives orales. On mesure ensuite le temps qu’il faut à l’historien pour utiliser et exploiter ces archives : repérer les interviews intéressantes - mais là rien ne diffère de la consultation des inventaires d’archives écrites à consulter - ; faire la demande de consultation et attendre la réponse (on est dans un régime d’archives privées et il faut dans de nombreux cas demander des autorisations aux témoins) ; écouter les enregistrements ; transcrire les extraits (entre 6 à 8 fois plus long que les écouter simplement) ou les résumer (c’est beaucoup plus long que pour un texte écrit) ; éventuellement les réécrire ; demander l’autorisation de citer et de publier ; attendre la réponse… Peut-on imaginer plus rébarbatif et plus décourageant pour les meilleures volontés ? Faut-il s’étonner que les archives orales soient si peu utilisées ? Le salut viendra probablement des logiciels de reconnaissance vocale et du passage direct de la voix à l’écran, lorsque le procédé en sera définitivement mis au point et commercialisé. En attendant, on peut simplement se préoccuper d’améliorer le confort du chercheur, en concevant des instruments de travail efficaces, rapides et précis (cf. dans ce domaine les progrès accomplis par les techniques associées au son numérique) et essayer d’alléger les procédures de communicabilité de témoignages (voir la deuxième partie).

Notes

1  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 93.

2  M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925, Albin Michel 1994.

3  M. Bloch, op. cit., p. 94

4  M. Bloch, op. cit., chapitre « La critique », p. 87-123.

5  H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954, chapitres III à V.

6  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, Paris, Kimé, 1992, p. 69.

7  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 69-82.

8  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 83-92.

9  R. Marichal, « La critique des textes », in Ch. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, op. cit., p. 1 247-1 366, p. 1251.

10  On appelle interpolation l’insertion dans un texte de mots ou de phrases qui ne figuraient pas dans l’original. Ce phénomène se produit souvent au cours de la retranscription d’un enregistrement. Il est souvent involontaire et accidentel, causé par la distraction du transcripteur mais aussi volontaire quand le transcripteur veut corriger, enjoliver ou compléter les propos de l’auteur.

11  Une bande-annonce doit indiquer le nom du témoin, de l’archiviste-oral, la date de l’entretien, son numéro, son objet, le lieu de l’interview, éventuellement le support d’enregistrement.

12  Une partie de ces renseignements sont donnés par le dossier individuel du témoin, mais il serait très utile qu’un document de présentation générale des collections existe pour renseigner le « lecteur-auditeur » qui vient consulter les enregistrements ; d’où l’importance des notes ou des articles de méthode de la part du responsable de la campagne d’archives orales.

13  Ch. Seignobos et Ch.-V Langlois, op. cit., p. 102.

14  Dans la critique d’interprétation, l’historien-oral renoue avec la posture de l’archiviste-oral pendant l’interview : il adopte lui aussi une attitude d’empathie et de compréhension ouverte.

15  Par exemple « bolchevique » ou « démo-chrétien », ou bien encore le mot « trust », « menées anti-nationales », ou dans un autre registre « productivité », « rationalisation », « optimisation » sont des mots datés et connotés.

16  N. Carré de Malberg, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc, 1934-1935 », actes du colloque tenu à Bercy, Du franc Poincaré à l’écu, CHEFF, Paris, 1993.

17  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur le tempérament ou sur la psychologie du témoin.

18  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur la relation d’entretien : ici, la levée de l’autocensure peut s’interpréter comme une marque de confiance à l’égard de l’archiviste-oral.

19  Les mots employés et la façon de dire nous renseignent sur la position et la liberté du témoin. On peut en effet penser que Jean Filippi s’autorise cette liberté de langage, parce qu’il a été ministre lui-même et qu’il peut donc porter un jugement sans langue de bois sur l’un de ses pairs ; le simple inspecteur des Finances ne s’autorise pas souvent de telles familiarités à l’égard de son ancien ministre, même après plus de quarante ans ! La totale déconsidération historique dans laquelle est tombé Laval y est aussi pour beaucoup.

20  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 94.

21 Ch. Seignobos et Ch.-V Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 140-144.

22  Son intérêt individuel doit être recherché dans ses « goûts et son idéal » ; et pour l’intérêt collectif, il faut « savoir démêler le groupe auquel il s’intéresse le plus et pour lequel il travaille », p. 141.

23  Il s’agit de faire la chasse aux formulations de convenances, aux jugements bien-pensants ou « politiquement corrects », aux « pensées uniques », mais aussi de repérer ce qui est formulation de circonstance dans le but de contenter l’archiviste-oral (le témoin cherche à imaginer ce que son intervieweur attend de lui et à lui donner satisfaction).

24  Dans cette attitude, Seignobos pointe toutes les formes de pose rhétorique et morale, qui sont selon lui au nombre de quatre : « La déformation oratoire consiste à attribuer aux personnages des attitudes, des actes, des sentiments et surtout des sentiments nobles […]. La déformation épique embellit le récit en y ajoutant des détails pittoresques, des discours tenus par des personnages, des chiffres, parfois même des noms de personnage ; elle est dangereuse, parce que les détails précis donnent l’illusion de la vérité. La déformation dramatique consiste à grouper les faits pour en augmenter la puissance dramatique en concentrant sur un seul moment ou sur un seul personnage ou un seul groupe des faits qui ont été dispersés. La déformation lyrique exagère les sentiments et les émotions de l’auteur […] pour les faire paraître plus intenses : on doit en tenir compte dans les études qui prétendent reconstituer « la psychologie » d’un personnage », p. 144.

25  M. Bloch comme Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois insistent sur la « vanité » des témoins, cette propension naturelle qu’ils ont à se mettre en avant, à s’attribuer des faits ou des actions qu’ils jugent positifs…

26  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 97 à 101.

27  « Il existe une forme plus insidieuse de la tromperie. Au lieu de la contre-vérité brutale, [pleine et si je puis dire, franche], c’est le sournois remaniement […] ; on interpole généralement par intérêt, on brode souvent pour orner]. » mais heureusement, souligne M. Bloch, « inventer suppose un effort auquel répugne la paresse d’esprit commune à la plupart des hommes. », Apologie pour l’histoire, p. 99. En ce qui nous concerne, nous souscrivons totalement à cette affirmation : il est fatiguant pour un témoin de mentir sur tout et tout le temps, il est fatiguant également de ne mentir que sur quelques faits, en particulier lorsqu’il se livre à un récit de vie qui ménage une multitude d’occasions de recoupements.

28  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 101-104.

29  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 145-149.

30  Les auteurs insistent fortement sur cette notion de préjugé : ils englobent dans cette notion la conception que le témoin se fait de la façon dont il doit répondre compte tenu de la question posée : « Il est indispensable de soumettre à une critique spéciale toute affirmation obtenue par interrogation, en se demandant quelle a été la question posée et quel préjugé elle peut avoir fait naître dans l’esprit de celui qui a eu à y répondre », p. 146. Ou Seignobos en précurseur de l’école interactionniste et de la critique de la méthode du questionnaire.

31  « Cette cause d’erreur, très fréquente, […] peut être soupçonnée dans tous les cas où l’auteur a été obligé pour remplir un cadre de se procurer des renseignements qui l’intéressaient peu », p. 147.

32  « Un récit même mensonger ne peut pas se composer uniquement, exclusivement, de mensonges ; l’auteur pour localiser les faits, a besoin de les entourer de circonstances exactes » (p. 156). Ces éléments cités incidemment entrent alors dans la catégorie des témoignages involontaires et fiables, et peuvent être retenus par l’historien.

33  « Ce sont ces faits grossiers qui forment la partie solide de la connaissance historique », Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 156.

34  C’est ici la dimension biographique du témoin qui est visée, dans toute son épaisseur et dans sa dynamique temporelle.

35  Cette question recouvre l’analyse positionnelle et stratégique du témoin par rapport à l’objet du témoignage.

36  Cette question vise le contexte temporel de la prise de parole et les interactions qui s’ensuivent : contexte chronologique national, contexte biographique personnel…

37  Cette question englobe toutes les réflexions sur le style, le registre de la prise de parole, les contraintes ou les règles qui pèsent sur cette parole.

38  Cette question pose le problème des motivations et des intentions du témoin, quand il accepte de témoigner.

39  La méthode de l’entretien engendre un « discours adressé » : un discours adressé à l’intervieweur, adressé au groupe dont le témoin fait partie, adressé à l’histoire, à la postérité… Cette question recouvre à la fois la question des buts du témoignage, le jeu de rôles qui s’établit entre les deux interlocuteurs et les interactions qui se développent à la faveur de l’entretien.

40  C’est la question des oublis et des omissions, volontaires ou non, signifiants ou non…

41  On s’intéressera à toutes les « violences symboliques », à toutes les contraintes individuelles ou collectives, morales, psychologiques ou mentales, à toutes les règles qui pèsent sur le témoignage et sur le témoin sans même qu’il s’en rende compte : esprit de corps, contrainte institutionnelle, jeux de rôles, identité sociale, culture d’entreprise, contraintes réelles pesant sur la liberté de parole (devoir de réserve ou secret-défense par exemple), enjeu d’image, justification personnelle, contraintes de bienséance ou du bien-dire, déontologie du témoin, crainte de la diffamation ou peur de parler, etc.

42  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 96. La note infrapaginale f est encore plus claire : le mensonge « exprime une mentalité » ; « il renseigne sur les circonstances qui l’ont inspiré ».

43  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 104-105.

44  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 96. Souligné par nous.

45  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 161-162.

46  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 109.

47  On remarquera la prégnance du modèle des sciences de la nature et de l’observation : « les faits scientifiques sont les points sur lesquels concordent des observations différentes ».

48  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 167.

49  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 167.

50  Michel Foucauld dit que l’archive ne dit pas la vérité mais de la vérité.

51  De ce point de vue, Seignobos et Langlois se montrent très modernes ; ainsi soulignent-ils : « Les détails d’un fait social sont si multiples et il y a tant de façons différentes de voir le même fait que deux observateurs indépendants n’ont aucune chance de se rencontrer sur tous les points » (op. cit., p 166).

52  Sur le croisement des témoignages entre eux, N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée, orale et écrite ; l’exemple des inspecteurs des Finances », Études et documents, VI, CHEFF, 1994, p. 551-576.

53  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 108 : « À la base de presque toute critique s’inscrit un travail de comparaison ».

54  Pour un exemple de discussion sur la contradiction entre un témoignage oral et une archive écrite, contradictoires entre elles, nous renvoyons à la réflexion qu’a menée Olivier Feiertag à propos de la lettre de remontrance adressée à Edgar Faure, président du Conseil, par Wilfrid Baumgartner, gouverneur de la Banque de France, le 29 février 1952. Cf. O. Feiertag in colloque Du franc Poincaré à l’écu, CHEFF, Paris, 1993, p. 361-395 et sa thèse Wilfrid Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902-1978). Un grand commis à la croisée des pouvoirs, thèse de doctorat, Paris X-Nanterre, 1994.

55  Mabillon disait déjà que la critique des chartes ne pouvait mener à des « certitudes métaphysiques ». Cité par M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 121. H.-I. Marrou souligne que seul Dieu peut englober la totalité des points de vue, des espaces et des temps.

56  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, op. cit., p. 169-171.

57  Sur la parenté qu’entretient l’histoire avec les probabilités et la statistique, M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 112 à 121. Pour que le doute devienne instrument de connaissance, il faut que dans chaque cas particulier, puisse être pesé, avec quelque exactitude, le degré de vraisemblance de la combinaison. Ici la recherche historique, comme tant d’autres disciplines de l’esprit, croise sa route avec la voie royale de la théorie des probabilités. […] Évaluer la probabilité d’un événement c’est mesurer les chances qu’il a de se produire. » (p. 115). Sur le probabilisme en histoire, voir aussi G. Thuillier, in Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, CHEFF, 1999, p. 155-162.

58  N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée orale et écrite ; l’exemple des inspecteurs des Finances », Études et documents, VI, CHEFF, 1994, p. 551-576.

59  À condition qu’ils n’aient pas été remaniés et qu’ils aient été publiés après la mort de l’auteur et par un tiers désintéressé.

60  La discussion critique peut être renvoyée en bas de page, si on ne veut pas alourdir le texte.

61  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit, p. 123.

62  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 107.

63  En dépit des limites des témoignages que la critique des sources met en valeur, « il convient de voir, cependant, à quelles conclusions, ces remarques pessimistes, peut-être seulement en apparence, engagent dorénavant nos études. Elles n’atteignent pas la structure élémentaire du passé », M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 103.

64  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 121.

65  D. Bertaux, Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 34.

66  D. Aron-Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980.

67  P. Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, 1975 ; Je est un autre, l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980 et sous sa direction, « L’autobiographie en procès », RITM, n° 14, université de Paris X-Nanterre, 1998.

68  J.-C. Passeron, Revue française de sociologie, t. XXXI, 1989, p. 3 à 22.

69  P. Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986 ; republié in Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, 1994, p. 81 à 89.

70  Daniel Bertaux appelle « idéologie biographique » le travail de reconstruction et de « lissage » auquel le témoin se livre en racontant sa vie (Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 34 et Histoires de vie ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, rapport au CORDES, 1976), tandis que J.-C. Passeron parle « d’utopie biographique ». On peut aussi se reporter à M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éd. du Seuil, 1963 (notamment le chapitre de méthode qui se trouve à la fin de l’ouvrage).

71  J. Peneff, La méthode biographique, Paris, A. Colin, 1990, p. 98-109.

72  Sur cet engouement pour la mémoire et la confusion conceptuelle qui règne ici et là, J. Candau, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998.

73  On pourrait d’ailleurs lire dans cette conception un persistant héritage judéo-chrétien ou la trace de philosophies providentialistes de l’Histoire (Saint Augustin).

74  Philippe Lejeune décrit lui aussi cette rhétorique dominante du récit de vie : un début, une fin, des étapes, des incidents, des continuités… On comprend aisément combien l’historien peut se trouver en phase par rapport à un tel schéma.

75  A. Robbe-Grillet, Le Miroir qui revient, Paris, Éd. de Minuit, 1984, p. 208, cité par P. Bourdieu, p. 83. On peut rapprocher cette remarque de celle de Georges Duby, qui explique la vogue éditoriale de la littérature autobiographique par le fait que la littérature du genre de celle du Nouveau Roman a abandonné le récit et arrêté de « raconter des histoires » et que, par suite, le lectorat s’est reporté sur les témoignages et les biographies.

76  Un récit de vie est « une présentation publique de soi », une « officialisation d’une représentation privée de sa propre vie », P. Bourdieu, Raisons pratiques, op. cit., p. 87.

77  Il y a l’intention officielle, en général fournie par l’archiviste-oral lui-même lors de la présentation de la campagne d’archives orales, par exemple, le recueil d’informations sur tel ou tel groupe de hauts fonctionnaires, sur tel ou tel événement ou sur tel ou tel thème, et puis il y a les intentions cachées du témoin, conscientes ou inconscientes…

78  Voir les travaux de Paul Ricœur sur l’identité narrative.

79  D. Bertaux, « La conception que nous proposons consiste à considérer qu’il y a du récit de vie dès lors qu’un sujet raconte à une autre personne […] un épisode quelconque de son expérience vécue », p. 32.

80  Derrière toute vie de saint proposée pour l’édification des fidèles, n’y a-t-il pas en réfèrent ultime, la vie du Christ lui-même ?

81  J.-C. Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, t. XXXI, 1989, p. 6 : « Tout semble pertinent parce que tout est senti comme métonymique » et plus loin « Chaque biographie contient tout », p. 10.

82  J.-C. Passeron, op. cit., p. 12-13 : la méthode biographique « repose sur l’impression que par-delà l’inépuisable richesse singulière qui fait l’individuation d’un individu, la cohérence et l’unité de son existence relèvent d’une essence : un individu mérite d’autant plus d’être raconté qu’il incarne mieux ou plus exemplairement cette essence ».

83  Nous suivons ici les propositions de J.-C. Passeron.

84  J.-C. Passeron, op. cit., p. 8 : « Seule la sociologie quantitative a les moyens de […] dégager et de dresser le plan, certes mobile historiquement, du réseau complet de contraintes, y compris les plus souterraines, par quoi les destins sociaux précèdent les biographies ».

85  J.-P. Sartre, « De la praxis individuelle au pratico-inerte », in Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, 1960, p. 163-177.

86  J.-C. Passeron, op. cit., p. 21.

87  Sur la notion de trajectoire, de champ et de surface sociale, P. Bourdieu, Raisons pratiques, op. cit., p. 88.

88  J.-C. Passeron, op. cit., p. 20. Pour approfondir l’idée de carrière, lire M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Éd. du Seuil, 1977 et E. Friedberg, Le pouvoir et la règle, Paris, 1993.

89  Une des formes paroxystiques de ce système est celui de la grille de la fonction publique, qui déroule minutieusement le moindre de ses corps, mais tolère aussi des variantes individuelles (plus ou moins clandestines).

90  C’est cette idée d’interaction que nous souhaiterions faire comprendre en proposant la méthode du récit de carrière « intégré » ou « imbriqué »

91  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 33-34. Un parcours « n’est pas assimilable à une droite ou à une courbe harmonieuse » et « la plupart des lignes de vie sont « brisées » au sens géométrique du terme : elles sont certes continues, mais leur « dérivée » ne l’est pas ».

92  Les handicaps précédents s’appliquent autant aux témoignages écrits qu’oraux.

93  Les sociologues ont davantage l’habitude de se pencher sur les aspects discursifs ; voir les travaux de C. Dubar et D. Demazière sur les entretiens biographiques, de M. Pollak sur les témoignages des déportés, de M. Leclerc-Olive sur le « dire de l’événement biographique »…

94  N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée orale et écrite ; l’exemple des inspecteurs des finances », Études et documents, VI, CHEFF, 1994, p. 569. On peut aussi se reporter aux travaux de M. Pollak et d’A. Wieviorka sur les récits de déportés.

95  Selon l’expression d’O. Schwartz dans « L’empirisme irréductible », postface à Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, 1993, p. 265-308.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540