Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Troisième partie. Archives orales et exploitation historique

Chapitre III

Les limites des archives orales rétrospectives

Texte intégral

Introduction

1Les limites des archives orales sont maintenant bien connues depuis quinze ans, elles ont fait l’objet de maints rappels théoriques ou méthodologiques, et chacun s’accorde maintenant sur le fait que les sources orales doivent être « évaluées », critiquées avec toute la rigueur nécessaire… Il est néanmoins très important d’avoir en tête les termes du procès anti-sources orales : en prendre connaissance permet de mesurer objectivement les limites de cette source et de réfléchir en conséquence à son meilleur usage méthodologique possible ; cela permet aussi d’engager une réflexion sur les moyens de rendre moins opérantes ces critiques ou sur la façon dont on pourrait corriger les défauts les plus voyants de cette source, ce qui est rendu possible par le fait qu’elle est provoquée. Enfin, cela permet aussi, de façon positive, d’établir une « défense et illustration » de cette source, ce que nous ferons dans la quatrième partie consacrée aux richesses des sources orales.

  • 1  Bulletin de l’IHTP, n° 2, déc. 1980, « Problèmes de méthode en histoire orale » ; Les Cahiers de l (...)
  • 2  Voir sur ce sujet, dans la bibliographie (partie « Méthodologie de l’entretien »), les travaux de (...)
  • 3  H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Éd. du Seuil, 1954, 1975, Chapitre III à V.
  • 4  C. Seignobos et C. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 151-152.

2Pour étudier le procès anti-sources orales, nous utilisons surtout les débats et les arguments qui ont été échangés au cours des deux Tables rondes organisées par l’IHTP en 1980 et en 1986 sur « l’histoire orale »1, Les Cahiers de l’IHTP n° 21, qui fait un point définitif sur cette question, le colloque Écrire l’histoire du temps présent de 1992, ainsi que les travaux de certains sociologues qui se sont intéressés ou qui ont mis en cause la validité des informations recueillies par voie d’entretien ou de témoignages2. Pour la défense des témoignages, nous avons également recherché si des historiens, avant que les « historiens oraux » ne se soient vus poser des « questions impertinentes », s’étaient penchés sur cette question de la validité des témoignages des contemporains et à notre grande satisfaction, nous avons trouvé ample matière chez les historiens fondateurs de la discipline, chez les historiens méthodiques, chez Henri-Irénée Marrou3 et chez Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien. C’est donc chez ces auteurs que nous puiserons la matière de notre défense des témoignages oraux. Nous avons déjà vu en première partie comment Seignobos et Langlois dans leur Introduction aux méthodes historiques avaient réfuté catégoriquement la tradition orale et recommandé de ne s’intéresser qu’aux documents écrits4 : « L’écriture fixe l’affirmation et en rend la transmission fidèle ; au contraire l’affirmation orale reste une impression sujette à se déformer dans la mémoire de l’observateur lui-même, en se mélangeant à d’autres impressions ; en passant oralement par des intermédiaires elle se déforme à chaque transmission, et comme elle se déforme pour des motifs variables, il n’est possible ni d’évaluer ni de redresser la déformation. La tradition orale est par sa nature une altération continue ; aussi dans les sciences constituées n’accepte-t-on jamais que la transmission écrite ». Et l’auteur de dénoncer de surcroît dans la tradition orale son caractère légendaire et anecdotique : « [Lorsque la tradition orale se restreint], elle se réduit aux faits non enregistrés, soit qu’ils soient secrets de leur nature, soit qu’on ne prenne pas la peine de les noter, les actes intimes, les paroles, les détails des événements. C’est l’anecdote : on l’a surnommée « la légende des civilisés ». Elle se forme comme la légende, par des souvenirs confus, des allusions, des interprétations erronées, des imaginations de toute origine qui se fixent sur quelques personnages ou quelques événements. Légendes et anecdotes ne sont au fond que des croyances populaires, rapportées arbitrairement à des personnages historiques ; elles font partie du folklore, non de l’histoire et on n’a aucun moyen de discerner si les éléments qui s’y trouvent viennent de la réalité ou de l’imagination ». Absence de fixabilité, déformation, impureté, altération, caractère légendaire, imaginaire ou anecdotique, invérifiabilité, tous les termes du procès anti-oralité sont là et on sait qu’ils n’ont guère changé un siècle après.

3Si l’on relit attentivement le paragraphe concernant la tradition orale, on voit bien que ce qui est en cause en premier lieu chez Seignobos, c’est d’abord son mode de transmission ; aussi, à partir du moment où cette question est réglée par l’invention du magnétophone, qui permet de fixer les propos, de les transcrire, de les vérifier et de les croiser, à partir du moment où l’on collecte les témoignages oraux sur un mode patrimonial, en les conservant sur des supports fixes et durables, et à partir du moment où l’on travaille sur des documents para-écrits (les transcriptions), le problème se déplace de la question de l’oralité à celle du témoignage individuel et la question du support, écrit ou oral, devient secondaire. Et d’ailleurs, c’est bien le cœur de l’argumentation de Jean-Jacques Becker lors de la Table ronde de 1986, qui ne réfute pas tant l’oralité que le témoignage personnel en général, et en particulier, le témoignage rétrospectif.

  • 5  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, 1949, A. Colin, 1993, 1997, p. 101.

4Dès lors que la critique de la non-fixation de la « tradition orale » est évacuée par l’invention du magnétophone et par la transcription, c’est la question de la validité des témoignages personnels qui vient au centre de notre réflexion. Or précisément c’est de ces témoignages individuels-là que Seignobos et Langlois nous parlent, c’est à cette question-là qu’ils consacrent en grande partie leur manuel, à savoir la critique des témoignages et leur recevabilité par l’historien, retravaillant de façon approfondie pour leur compte d’historiens méthodiques l’antique théorie du « témoin digne de foi ». C’est aussi chez Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien que nous trouvons une réflexion renouvelée sur les témoignages oculaires et sur les témoignages des contemporains : après avoir discuté des mérites comparés des témoignages volontaires et involontaires, il nous livre une méthode critique pour traiter des témoignages personnels, inspirée de ce qu’il appelle « la toute nouvelle psychologie du témoignage »5. Sa réflexion nous est d’autant plus précieuse qu’il explicite son propos à l’aide de nombreux exemples tirés de l’histoire « actuelle », ce qui fait de lui à nos yeux le premier théoricien de l’histoire du temps présent et de ses méthodes. À cet égard, les perspectives qu’il trace d’une interpénétration du passé et du présent, résumée dans deux formules lapidaires « comprendre le présent par le passé » et « comprendre le passé par le présent », au-delà du fait qu’elles éclairent le métier d’historien, sont également fécondes pour appréhender le discours du témoin, qui lui aussi dans son témoignage mêle immanquablement considérations du présent et réminiscences du passé, dans une étroite interaction des deux horizons temporels.

5Nous avons retenu pour la commodité de l’exposé de regrouper les critiques contre la source orale sous six rubriques : l’hétérogénéité de la source orale et sa non-représentativité, « le handicap de l’a posteriori » et tout ce qui tient au travail de la mémoire, les illusions du récit autobiographique, les apories du subjectif, les difficultés de l’oralité, le caractère « chronophage » de la source. Ces critiques se situent sur des plans très différents : limites épistémologiques, limites méthodologiques, limites matérielles, limites littéraires… Néanmoins pour chacune des critiques faites à la source orale, nous chercherons quelles actions correctives ou palliatives nous pouvons mener pour atténuer les effets de ces « handicaps », tout en ne perdant pas de vue que nous ne pourrons jamais éliminer totalement ces imperfections et que, plus radicalement, certaines de ces imperfections constituent précisément l’intérêt et la richesse de la source orale.

I. Le caractère nécessairement imparfait de la collecte des témoignages

1. L’hétérogénéité des témoignages

  • 6  J. Peneff a soulevé dans son manuel sur la méthode biographique la question de la non-représentati (...)
  • 7  On commence toujours trop tard les archives orales !

6Toute entreprise d’archives orales rétrospectives se présente d’emblée comme une entreprise marquée par la relativité et l’imperfection et tout fonds d’archives orales est avant tout caractérisé par son hétérogénéité et sa discontinuité. Témoins « résiduels », corpus non représentatif6, témoins affectés par les troubles du vieillissement et par des capacités inégales de remémoration7, inégalement motivés ou intéressés par l’exercice autobiographique ou thématique, inégalement positionnés et inégalement informés, inégalement doués pour le récit…

  • 8  Cf. C. Hagège, L’homme de parole, Paris, Fayard 1986.

7Les choses ne sont pas plus homogènes du côté des collecteurs de la source : on trouve des archivistes-oraux mal formés ou livrés à eux-mêmes ; le questionnement, rarement standardisé, peut devenir erratique ; les problématiques ou leur interprétation peuvent varier d’un enquêteur à l’autre, tandis que des interactions fortes se développent entre le témoin et l’intervieweur ; de fait, on sait que le sexe et l’âge de l’archiviste-oral, sa façon de se présenter, sa raison sociale, sa façon de mener l’entretien, son implication affective ou intellectuelle dans l’entretien, ses préjugés sociaux ou culturels, ses problématiques, ses connaissances, son comportement, la perception par le témoin de ses attentes influent sur la conduite de l’entretien et son contenu… Au sein d’une même campagne d’archives orales, même si des précautions de « standardisation » ont été prises pour assurer un minimum d’homogénéité entre les entretiens, il reste toujours quelque chose d’empirique et d’irréductible qui fait l’unicité de chaque interview et qui tient à l’originalité d’une relation entre deux personnes cherchant à communiquer en profondeur8. C’est aussi ce qui fait d’un entretien une « œuvre de l’esprit » et une œuvre de collaboration. Hétérogénéité enfin des entretiens dans leur forme (plus ou moins longs, plus ou moins thématiques, plus ou moins biographiques) et dans leur contenu (hétérogénéité des informations, hétérogénéité des formes de récit, hétérogénéité des enjeux de prise de parole selon le statut des témoins, « petits ou grands » et selon les sujets d’enquête (enjeux de mémoire ou d’image)…

  • 9  Cf. le Rapport Braibant du 21 juin 1996 sur les Archives de France et l’avant-projet de loi modifi (...)

8Mais en est-il autrement pour les fonds d’archives écrites qui nous parviennent parfois discontinus et lacunaires, déclassés ou reclassés, démembrés, triés, parfois semés de « faux » ou de documents suspects, illisibles ou endommagés. Il faudrait être un historien naïf ou paresseux pour exiger en toute circonstance des séries complètes et bien homogènes de documents, pour attendre des archives qu’elles soient triées et classées selon les critères de notre propre recherche ou de notre propre problématique, ou encore pour espérer trouver tous les documents et toutes les réponses aux questions que l’on se pose ! Que sait-on des conditions de tri, de sélection, de destruction et de conservation des documents par les bureaux d’abord, par les archivistes ensuite ? Quelle « traçabilité » des fonds d’archives a-t-on ? Quelle a été l’action personnelle des archivistes successifs ? Quels ont été leurs critères de sélection et de transmission ? Quelle était leur conception de « l’intérêt historique » ? Et quand bien même en serait-il informé, l’historien contemporanéiste s’en soucie-t-il autant que l’historien médiéviste ou moderniste ? Les débats qui se développent à temps et contretemps entre archivistes et historiens sur les critères de sélection des documents à conserver et qui ont pris une acuité particulière depuis la croissance exponentielle de la production de papier et l’allongement réel et virtuel des kilomètres-linéaires montrent une prise de conscience nouvelle par les historiens des problèmes d’archives, notamment dans le cadre des comités d’histoire et dans le contexte récent du projet de modification de la loi de 1979 sur les archives, mais cela reste encore bien timide9.

2. Le remède : une professionnalisation de la collecte et une réflexion méthodologique en amont

9Peut-on porter remède à cette hétérogénéité des archives orales et des informations contenues dans les témoignages ? S’il n’est guère possible dans le cas des archives écrites de réinventer les documents détruits, dans le cas des archives orales, ne peut-on essayer d’améliorer en amont la qualité des fonds d’archives orales ? Là est précisément l’atout principal des archives orales. Archives provoquées, fabriquées par l’intervention ex nihilo de l’archiviste ou de l’historien, les archives orales sont fondamentalement différentes, dans leur nature et dans leur statut, des archives écrites : ces dernières sont issues primairement de l’activité sociale des hommes et n’acquièrent que secondairement le statut de sources historiques ; quant à l’historien, il se les voit transmettre sous une forme résiduelle et les recueille passivement, impuissant à remonter le temps pour en empêcher la destruction, en assurer un meilleur sauvetage, en refaire le classement ou en améliorer la transmission à travers les âges.

  • 10  « Quel historien n’a rêvé de pouvoir, comme Ulysse, nourrir les ombres de sang pour les interroger (...)
  • 11  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 72.
  • 12  Nous renvoyons pour cette question du corpus des témoins à notre deuxième partie sur l’ingénierie (...)

10À l’opposé, les archives orales font l’objet d’une chaîne de production, de bout en bout conçue par l’archiviste-historien, au profit des historiens. Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, tout en regrettant que ce ne puisse être le cas pour le médiéviste ou le moderniste10, évoquait dans une intuition anticipatrice cette possibilité pour l’observateur du « proche passé » de créer ses propres sources : « Lorsque les phénomènes étudiés appartiennent au présent ou au tout proche passé, l’observateur, si incapable soit-il de les forcer à se répéter ou d’en infléchir, à son gré, le déroulement, ne se trouve pas également désarmé vis-à-vis de leurs traces. Il peut, littéralement, appeler certaines d’entre elles à l’existence. Ce sont les rapports des témoins »11. Là est donc le privilège de l’historien du temps présent et de l’archiviste-oral : ils ont la possibilité de visiter les « ombres » du passé, mais aussi de peser par leur intervention personnelle sur la qualité des archives orales, en dégageant de la façon la plus rigoureuse possible un corpus de témoins « représentatifs » ou à tout le moins polyphonique12, en contribuant à construire un questionnement pertinent par rapport à l’objet d’étude concerné, en homogénéisant les conditions d’entretien et de questionnement et en réorientant régulièrement les problématiques des collections ; ils ont aussi la possibilité de corriger les défauts, de combler les lacunes ou de rectifier les erreurs méthodologiques ou pratiques auxquelles personne n’échappe… Là où l’historien des temps reculés ne peut que subir et déplorer la rareté ou l’insuffisance de ses sources, l’historien du temps présent et l’archiviste-oral, eux, ont la faculté d’agir et d’améliorer leurs sources, ou du moins d’en atténuer les limites par des dispositifs correctifs. C’est pourquoi il est important de bien réfléchir en amont aux objectifs que l’on poursuit, de s’attacher à expliciter les buts de la campagne, de dévoiler les conditions d’enquête, de s’astreindre à analyser les difficultés rencontrées et les erreurs commises, ce qui permet, d’une part, de s’auto-corriger en cours d’enquête et, d’autre part, en bout de chaîne, lors de l’exploitation par des tiers, de faire une meilleure critique de la source.

II. Le « handicap de l’a posteriori » et le travail de la mémoire

1. Le procès de la mémoire

a. L’irrecevabilité des témoignages oraux

  • 13  J.-J. Becker, Questions à l’histoire orale, Table ronde de 1986, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987 (...)

11La charge la plus importante jamais menée contre les archives orales depuis celle de Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos est sans aucun doute celle de Jean-Jacques Becker lors de la Table ronde de 1986, dont les actes ont été publiés en 1987 dans Les Cahiers de l’IHTP n° 4 sous le titre « Questions à l’histoire orale »13.

  • 14  Souligné par nous.

12Nous citons son intervention quasiment in extenso car elle nous paraît résumer parfaitement et de façon totalement pertinente les arguments à rencontre des témoignages oraux. Cette réfutation se développe en deux temps ; d’abord le handicap de l’a posteriori : « Quelle que soit l’apparence de l’archive provoquée (archives orales, témoignages oraux, ou même archives autobiographiques écrites), elle a toujours été constituée plus ou moins longtemps après l’événement et est donc comptable de tout ce qui a été dit ou écrit a posteriori14 ; elle peut relever de souvenirs erronés involontairement, de souvenirs transformés en fonction des événements ultérieurs, de télescopages de souvenirs, de souvenirs transformés volontairement pour qu’ils collent avec ce qui est pensé bien des années plus tard, de souvenirs transformés tout simplement pour pouvoir servir de justification à des prises de position ou à des attitudes postérieures ». C’est la collecte rétrospective de témoignages, quel qu’en soit le support, quelle qu’en soit la forme, qui est ici mise en cause, qu’il s’agisse d’archives orales patrimoniales modèle Schnapper, de pratiques d’histoire sociale orale ou de dialogues historiens-témoins tels qu’ils se développent à l’époque en histoire politique, en histoire des relations internationales ou en histoire économique. Derrière l’effet d’anachronisme, péché majeur de l’historien, c’est le travail de la mémoire qui est ici pointé du doigt et mis en accusation (processus de sédimentation, phénomènes d’altération et de reconstruction) et non plus comme chez Seignobos l’infidélité de la transmission orale. Le débat s’est déplacé des variations du bouche-à-oreille aux variations de la conscience et de la mémoire.

b. Les effets pervers de la mémoire

  • 15  D. Peschanski, Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, nov. 1992, « La bouche de la vérité », p. 45-55.

13Denis Peschanski, dans Les Cahiers de l’IHTP n° 2115, qui commente par Cahiers de l’IHTP interposés les propos de Jean-Jacques Becker, énumère et détaille les « effets pervers » produits par la mémoire sur les souvenirs : le processus de reconstruction qui opère par strates successives, par filtrage, effacement, interférence et acquisition et qui recompose mémoire individuelle et mémoire collective ; l’extrapolation qui conduit le témoin à généraliser son expérience individuelle et la hiérarchisation subjective des faits en fonction de son « vécu » personnel, deux phénomènes qui nourrissent le malentendu entre le témoin et l’historien lors de l’exposé final ou de la publication, car éclate alors l’impossible conciliation entre la force des points de vue fragmentaires et la complexité distanciée des vues d’ensemble ; enfin, le téléologisme qui fait qu’un témoin réinterprète les faits et les comportements en fonction de ce qu’il a vu ou de ce qu’il est devenu plus tard, produisant anachronismes et faux déterminismes…

  • 16 Cette notion de pacte testimonial a été théorisée par les chercheurs travaillant sur les témoignage (...)
  • 17  P. Ricœur, « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Le Monde, jeudi 15 juin 200 (...)
  • 18  Sur tous ces points, R. Frank, « La mémoire et l’histoire », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p (...)

14À ces phénomènes bien connus qui tiennent directement au travail de la mémoire, nous ajouterions trois autres phénomènes qui tiennent au fait que les archives orales sont provoquées a posteriori, en vue d’un objectif historique : c’est l’effet d’adresse qui consiste en ce que le témoin s’adresse à la postérité et qu’il s’édifie une stature historique (autocensure, présentation de soi, effet de pose historique) ; /’effet de reconnaissance qui fait que le témoin veut faire reconnaître son rôle ou celui du groupe auquel il appartient par le jugement de l’Histoire et que parfois même il veut en obtenir de la reconnaissance (gratitude nationale, célébration, réparation) ; l’effet de transmission qui fait que le témoin veut léguer un message pour les générations futures (passage du témoin, legs symbolique, lutte contre l’oubli, lutte contre la répétition, qui sont les ingrédients du pacte testimonial16). Enfin, toute une série d’« effets pervers » peuvent être relevés suite au fait que les archives orales sont produites au cours d’un entretien et que l’archiviste-oral induit par ses questions et son comportement un certain type de réponse (les fameuses interactions). Tous ces phénomènes expliquent la nature profondément métissée du souvenir, qui fait que l’on va trouver dans les témoignages rétrospectifs des informations objectives sur le passé, du « vécu » existentiel (des expériences de vie), du transmis (par la famille ou le groupe social), de l’appris (par l’école ou les livres), de l’imaginaire (du rêve, du désir, de l’idéal), de l’inventé (par souci logique), du silence, de l’oubli, du refoulé, du logique et du rationnel (utilisé pour boucher un trou), des considérations morales, du normatif, du présent et du prospectif. Cela explique que Paul Ricœur puisse discerner, au sein de cette mémoire, « une mémoire empêchée, une mémoire manipulée, une mémoire obligée »17. C’est à l’historien qu’il reviendra, dans son travail d’analyse critique et d’interprétation, de distinguer toutes ces strates et de démêler ces interférences où se tissent les fils de l’individuel et du collectif, de l’objectif et du subjectif18.

c. Invérifiabilité des témoignages en matière de représentations

15Mais reprenons le fil de la démonstration de Jean-Jacques Becker, il n’en reste pas à la dénonciation du caractère rétrospectif du témoignage et au travail de la mémoire, mais s’avance sur le terrain plus délicat de la conscience : « Si on laisse de côté comme non fiables ou plutôt comme inutiles les témoignages sur des faits importants que d’autres types de sources permettent d’atteindre, les archives orales permettent-elles d’éclairer sur des sentiments, des perceptions, des représentations ? Car, comme le disait Pierre Renouvin, il y a dans le comportement des hommes quelque chose d’incommunicable, d’insaisissable. La source orale permettrait-elle donc de réduire cette part d’inconnaissable ? Or s’il est possible de redresser une erreur factuelle, de date etc., est-il possible de redresser les transformations de sentiments ou d’attitudes, si aucune autre source de recoupement n’existe ? ». Cette critique est cruciale, car elle met en question l’un des acquis les plus importants prêtés aux témoignages oraux : la faculté de renseigner utilement les historiens sur les catégories mentales des témoins ou sur leurs motivations, de dévoiler leurs traits de mentalités, leurs représentations ou leurs sentiments, leur « vécu » pour résumer… Et l’on voit bien comment l’on passe dans ce deuxième argument de la critique des témoignages rétrospectifs à la réfutation de la capacité des témoignages tout court à être d’une quelconque utilité pour l’historien (et au-delà pour le sociologue, d’ailleurs). Et de conclure : « L’histoire orale permet de remplir certains « blancs » de l’Histoire, mais si elle les remplit de façon fausse ou de façon incertaine, quel en sera l’avantage ? […] On ne peut interpréter qu’à partir de documents qui sont eux-mêmes fiables. Si les documents d’histoire orale ne sont pas fiables, on ne peut pas faire de lecture à partir d’eux, on ne fera qu’une étude romanesque ».

  • 19  Selon l’expression du philosophe de l’histoire allemand Ranke.

16On ne peut faire critique plus sévère : les témoignages des acteurs, qu’ils soient écrits ou oraux (là n’est pas le problème), ne sont pas fiables et ne peuvent servir à l’historien, car ils sont rétrospectifs, anachroniques, déformés, subjectifs et invérifiables. Dans cette charge contre les archives orales, on assiste à un triple déni, déni pour le témoin de pouvoir ressaisir le passé tel qu’il s’est passé19 (la réalité historique), déni pour le témoin de pouvoir ressaisir en vérité ses propres sentiments passés ou les états antérieurs de sa conscience à cause du travail de la mémoire perçue comme le lieu de recomposition du passé en fonction des exigences du présent, déni pour l’historien de pouvoir se servir des paroles du témoin comme instrument de connaissance en raison de la non-(véri)fiabilité des informations.

17Au-delà de la dépréciation classique des témoignages rétrospectifs, c’est plus radicalement le recours à la parole subjective des individus qui est ici mis en cause ainsi que la validité scientifique de la méthode des entretiens. Les témoignages, expression subjective de consciences individuelles, irréductibles les unes aux autres, sont-ils capables de rendre compte scientifiquement des réalités objectives, conçues comme extérieures à ces mêmes consciences ? Peut-on connaître de façon objective et fiable les états intérieurs d’une personne, a fortiori ses états antérieurs ? Cette réflexion sur les voies de la connaissance, sur la tension entre subjectivité et objectivité, entre conscience et objet, entre subjectivité et réalité est en général l’apanage des philosophes ou des sociologues ; les historiens sont souvent moins à l’aise sur ce terrain (et nous ne faisons pas exception), mais nous avons vu dans la première partie que des présupposés philosophiques et épistémologiques viennent nécessairement servir de soubassements à l’histoire en tant que science. Les historiens peuvent-ils faire l’économie de telles interrogations, quand, de fait, ils se mettent à utiliser, comme les autres chercheurs en sciences sociales, les témoignages de leurs contemporains ? En utilisant des documents d’archives primaires (dits involontaires) ou des témoignages individuels provoqués (dits volontaires), quelle conception de la connaissance et de la vérité met-on en œuvre implicitement ou explicitement ? Quelle problématique du « vrai » et du « faux » met-on en jeu ? Quel arrière-plan philosophique vient nourrir notre raisonnement ? De ce point de vue, les archives orales créent une fêlure dans la carapace positiviste, réaliste ou scientiste que les historiens français ont héritée il y a un siècle, et déstabilisent un système épistémologique séculaire, ce qui pourrait contribuer à expliquer la défiance qu’elles continuent de susciter, en dépit de l’apparent consensus de surface.

d. Une réticence diffuse persistante

  • 20  Cf. les travaux de M. Foucauld, M. de Certeau, P. Veyne, etc.

18Lorsque se tient cette Table ronde de l’IHTP en 1986, l’« histoire orale » déploie ses feux depuis le milieu des années soixante-dix ; depuis le début des années quatre-vingt, la controverse méthodologique tend à se développer, autant dans les sciences sociales qu’en histoire, autour des méthodes qualitatives, autour du statut des témoignages oraux et de leur fiabilité. Jusqu’alors, c’étaient surtout les militants de la source orale qui s’étaient exprimés, ferraillant contre tous les « positivismes » de l’écrit, du quantitatif, du fait et de l’événement, mais à la fin de la décennie une réflexion critique s’amorce, des rappels à l’ordre s’expriment tant en sociologie (Dominique Schnapper) qu’en histoire où les traditionnels réflexes de l’école historique française jouent à plein. On peut voir donc dans les propos de Jean-Jacques Becker en 1986 le reflet de ces controverses méthodologiques du temps, mais aussi la trace des débats plus philosophiques qui ont eu cours dans la décennie précédente sur la connaissance historique ou sur la philosophie de l’histoire20. Il y a là une trace de l’enracinement de l’héritage historique « positiviste » français marqué par la prééminence du document d’archivé primaire, mais aussi l’indice de clivages entre des écoles historiques différentes autour du statut du récit ou du discours, autour du rôle des acteurs individuels par rapport aux structures ou aux classes sociales, clivages également entre les partisans d’un rapprochement des méthodes historiques et des méthodes des sciences sociales et ceux qui y sont hostiles, entre les partisans de méthodes qualitatives et ceux des méthodes quantitatives…

  • 21  À côté de quelques convaincus ou de quelques militants passés par l’école de l’IHTP, de l’IEP ou d (...)

19Aujourd’hui, même si les sources orales n’ont pas donné lieu depuis à d’autres réfutations aussi explicites, même si la plupart des contemporanéistes du temps présent sont fondés à dresser un bilan positif de l’acceptation des sources orales, même s’il règne aujourd’hui un apparent consensus sur les témoignages oraux, en partie due à l’installation institutionnelle de l’histoire du temps présent et de ses méthodes dans le paysage historique français, ils sont encore nombreux parmi les historiens universitaires à exprimer oralement leur scepticisme à rencontre des témoignages21, au nom du primat de l’archive primaire et du témoignage involontaire, de la fragilité des souvenirs personnels, de la distance à conserver vis-à-vis d’une histoire considérée comme trop « chaude » ou trop surveillée. Nous en avons fait nous-mêmes l’expérience à plusieurs reprises, que ce soit au Comité pour l’histoire économique et financière, dans le cadre de nos consultations auprès d’autres comités d’histoire ou d’organismes patrimoniaux ainsi que lors des soutenances de thèse.

  • 22  G. Duby, « Histoire des mentalités », in Ch. Samaran, op. cit., p. 937.

20D’ailleurs, l’un des signes de ce malaise est que les historiens invités à se livrer à une défense et à une illustration de la source orale sont souvent paradoxalement choisis parmi les médiévistes et les modernistes, ou bien alors parmi les historiens les plus proches des sciences sociales : par exemple, c’est un moderniste, Étienne François, que l’IHTP invite à sa Table ronde de 1987 pour exposer la « fécondité » de l’histoire orale ; c’est un médiéviste, Jacques Le Goff, que l’IEP invite pour défendre la source orale à sa Table ronde sur l’histoire immédiate en 1992. Dans le même ordre d’idée, c’est le médiéviste Marc Bloch, en 1940, qui appelle de ses vœux une nouvelle critique psychologique du témoignage et c’est encore le médiéviste Georges Duby qui, en 1961, souhaite voir les historiens faire quelques emprunts aux psychosociologues pour mieux atteindre « les attitudes mentales » et les « comportements » de leurs contemporains en adoptant la méthode de l’entretien22. Comment expliquer l’esprit d’ouverture et l’intérêt que ces spécialistes des temps reculés portent aux témoignages du temps présent ? Nous y voyons cinq raisons principales : la première est leur intérêt jamais démenti pour l’histoire des mentalités et des représentations, qui les conduit depuis Lucien Febvre et Marc Bloch à utiliser avec prédilection les sources privées, les témoignages personnels, les correspondances, les lettres, les journaux intimes, les autobiographies, les livres d’heures, les mesnagers, les chroniques, etc. ; deuxièmement, le fait de manquer cruellement de témoignages individuels sur les périodes qu’ils étudient les conduit à envier la position des contemporanéistes et à les inciter à provoquer ou à collecter les témoignages de leurs contemporains ; troisièmement, ils ont, du fait de la rareté des sources sur la société de leur temps, l’habitude d’utiliser des sources très diversifiées, hétérogènes et indirectes, alors que l’historien contemporanéiste, qui dispose d’une très grande masse de documents, a tendance à se montrer exigeant sur le statut de ces documents et à ne privilégier qu’une seule source, généralement les archives institutionnelles, dont il a, par ailleurs, déjà du mal à faire le tour tant elles sont abondantes. Autrement dit familièrement, pourquoi aller chercher ailleurs quand on a tous les documents écrits à portée de main et pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple… Quatrièmement, ils ont une conception moins « scientiste » et plus « probabiliste » de l’histoire, compte tenu de la fragilité des indices et des documents sur lesquels ils travaillent. Et la dernière raison, selon nous, est la pratique jamais abandonnée d’une sévère critique des sources, ce qui leur permet d’être plus à l’aise avec les témoignages individuels et de mieux les évaluer, alors que les contemporanéistes préfèrent utiliser les sources primaires, considérées comme plus fiables et qui les dispensent d’une critique aussi serrée.

  • 23  Ce doute sur les témoignages individuels explique que certains historiens se soient mis à dépouill (...)
  • 24  Sur ce point, R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle,(...)

21Quoi qu’il en soit, si le débat a tourné court entre partisans et détracteurs de la source orale, - car en réalité il n’y a pas eu véritablement de réponse approfondie aux critiques de Jean-Jacques Becker -, si les critiques se sont assourdies contre l’utilisation des témoignages oraux, ce n’est pas en raison d’une démonstration si convaincante qu’elle aurait remporté l’assentiment de toute la communauté scientifique, mais selon nous, en raison de l’émergence du révisionnisme à la fin des années quatre-vingt : si les témoignages individuels ne sont ni fiables ni vérifiables, ceux des survivants de Shoah ne le sont pas non plus ; dès lors comment attester de la réalité et de la vérité des camps23 ? Personnellement, nous pensons que c’est l’affaire négationniste qui a mis un terme de fait au procès public de la source orale et qui a de fait réglé la question des relations entre témoignage individuel et réalité historique, en obligeant les historiens à déclarer recevables les témoignages des acteurs et à leur reconnaître un statut cognitif24.

e. Une tare : l’incapacité des témoignages à dater précisément les événements

  • 25  D. Cordier, Jean Moulin, l’inconnu du Panthéon, Paris, 1989-1993, 3 volumes parus.
  • 26  D. Cordier, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987, p. 103-104.
  • 27  Séminaire historique de la Caisse des dépôts et consignation, mercredi 1er mars 2000, avec la part (...)
  • 28  Daniel Cordier avait déjà concédé cet usage en 1986 (Table ronde IHTP, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4 (...)
  • 29  Jouant alternativement de ses deux casquettes, Daniel Cordier passe tour à tour de la posture d’hi (...)
  • 30  De ce point de vue, il est en accord parfait avec la doctrine classique en matière d’histoire oral (...)

22Enfin, dernière limite des archives orales rétrospectives, liée également au travail de la mémoire et évoquée lors de cette mémorable Table ronde de l’IHTP de 1986 : l’incapacité des témoignages oraux à dater les événements, « tare » qui trouve son plus ardent dénonciateur en Daniel Cordier, historien de Jean Moulin et de la Résistance25 : « Pour moi, un document fiable est un document qui permet d’établir une chronologie »26. Rappelons brièvement le contexte de l’époque : l’affaire de l’arrestation de Jean Moulin à Caluire bat son plein, la controverse entre Pierre Frénay et Daniel Cordier déclenchée lors d’un « Dossier de l’Écran » quelques années auparavant se poursuit, avec en toile de fonds l’approche du procès Barbie. Et Daniel Cordier de raconter, lors de son intervention orale au cours de la Table ronde, sa quête de la « vérité » dans l’affaire de Caluire, ses déconvenues avec les témoignages oraux des anciens résistants qui, depuis 40 ans, se contredisent sans cesse et réécrivent l’histoire à leur guise, sa conviction finale en l’absolue supériorité des documents d’époque, eux seuls permettant d’établir les faits. Et c’est à nouveau le procès de la mémoire et de ses reconstructions, de ses erreurs et de ses mensonges, de l’oubli… Près de quinze ans plus tard, dans un séminaire organisé par la Caisse des Dépôts sur les rapports entre témoins et historiens27, Daniel Cordier a refait avec éloquence la même démonstration, réaffirmant la prééminence des documents écrits, rappelant la nécessité absolue d’établir la chronologie, d’assurer son invariabilité et d’établir la « véritable causalité » : « Si les dates sont fausses, si le déroulement des faits n’est pas établi, la causalité est fausse ! ». On ne peut faire plus belle profession de foi « positiviste » ! Inébranlable sur ses positions, mais poussé dans ses derniers retranchements, il a fini par concéder deux usages possibles des témoignages : « Insuffler de la vie dans le travail historique » (nous rapprochons ce principe de /’usage esthétique de la source orale28) et restituer « la passion » des acteurs (saisir leur vécu existentiel)29, mais à la condition que « la structure chronologique et événementielle n’en soit ni atteinte ni ébranlée ». Ces deux usages viennent s’ajouter à celui qu’il avait déjà concédé en 1986, en déclarant recevables les témoignages oraux pour les « petits témoins », au motif qu’ils reconstruisent moins que les « grands » témoins30.

III. La parole est à la défense !

  • 31  Là est probablement l’un des griefs les plus importants que l’on puisse faire aux archives orales  (...)

23Quelle défense opposer à ces accusations ? Quelles objections peut-on faire à cette avalanche de critiques ? Les courts propos qui ont suivi à l’époque l’intervention de Jean-Jacques Becker, ou du moins ceux qui ont été reproduits dans les actes de la Table ronde, n’ont guère permis de développer le débat méthodologique et épistémologique lancé par l’historien ; certains chercheurs de l’IHTP ont souligné la nécessité d’une histoire polyphonique, « à multitemporalités » : il n’y aurait pas qu’une seule chronologie et qu’une seule réalité historique, mais des « points de vue » différents ; François Bédarida, directeur de l’IHTP, a rappelé en conclusion que « L’histoire n’est pas une science exacte et que le débat n’est pas seulement entre documents fiables et documents non fiables, mais entre documents plus ou moins fiables… », posant, lui aussi, le problème de la connaissance du passé et esquissant une théorie du probabilisme en histoire. Nous avons émis tout à l’heure l’hypothèse que la réponse avait peut-être été apportée en définitive par l’investissement accompli par les historiens français dans la récusation du négationnisme au début des années quatre-vingt-dix, et, de ce fait, dans l’acceptation de la recevabilité des témoignages oraux. Quoi qu’il en soit, reprenons à notre tour en détails les termes du procès et voyons quels éléments de réponses ou quelles objections nous pourrions essayer d’apporter à la décharge des témoignages. Non-fiabilité des témoignages oraux en raison de leur caractère provoqué31, rétrospectif, reconstruit ou mensonger, non-fiabilité en raison de leur incapacité à fixer une chronologie, non-fiabilité en raison de leur caractère subjectif, invérifiabilité…

1. Des critiques qui ne sont pas l’apanage exclusif des témoignages oraux

  • 32  Voir F. Brayard « Un rapport précoce de Kurt Gerstein », Bulletin du Centre de recherche français (...)

24Nous pouvons essayer dans un premier temps d’aborder le problème par la négative. Les témoignages écrits volontaires qui visent à informer les contemporains ou la postérité tombent à peu près sous les mêmes accusations que les témoignages oraux provoqués, comme le souligne d’ailleurs Jean-Jacques Becker lui-même. Et des travaux récents ont montré que les témoignages autobiographiques écrits pouvaient également varier, lorsque le témoin revient sur ce qu’il a dit plusieurs années auparavant32. Pourtant, ces imperfections n’ont jamais empêché les historiens d’utiliser ce type de documents historiques. Les antiquisants s’abstiennent-ils de lire Thucydide, Xénophon, Philon d’Alexandrie, ou La Guerre des Gaules sous prétexte que ce seraient des témoignages volontaires, les médiévistes renoncent-ils à lire les Chroniques de Joinville et les modernistes les Mémoires du Duc de Saint-Simon, les dix-neuviémistes le Mémorial de Sainte-Hélène, et les vingtiémistes le Journal de Vincent Auriol, les Mémoires du général de Gaulle ou les Chroniques de Jacques Attali ou d’Alain Peyrefitte ?

  • 33  Ch.-V. Langlois et Ch. Seignobos, Introduction aux études historiques, 1898, 1992.

25D’autre part, les archives écrites (involontaires) ne sont pas toujours elles-mêmes à l’abri de telles critiques. Lacunaires, parsemées de « faux » ou antidatées, transmises de façon incertaine, triées sans que soient connus de façon explicite les critères de destruction et de conservation, les archives administratives ou d’entreprise qui nous ont été transmises ne sont pas toujours exemptes de biais et d’opacités. Les historiens positivistes de la fin du xixe siècle ont été eux-mêmes les premiers à en souligner les limites et, pour en protéger le chercheur, ont construit un véritable arsenal d’armes offensives, qui ont pour nom la critique de restitution, la critique de provenance, la critique d’érudition, la critique d’interprétation, la critique de sincérité ou d’exactitude33. On ne peut mieux prouver la défiance dans laquelle les historiens « méthodistes » tenaient les documents écrits ! L’historien s’abstient-il pour autant de les exploiter ? Au contraire, il y applique toutes les ressources de son intelligence et de son art.

  • 34  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 67-69
  • 35  Certains de ces exemples sont donnés par M. Bloch lui-même dans l’Apologie pour l’histoire, op. ci (...)
  • 36  Ch.-V. Langlois et Ch. Seignobos, Introduction aux études historiques, 1992, p. 67. Les termes son (...)

26Dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, Marc Bloch se livre à un inventaire des instruments de connaissance dont dispose l’historien et à leur évaluation respective. Il compare les mérites des documents d’archives et des témoignages des contemporains34 et souligne que d’une manière générale, les archives écrites sont elles-mêmes produites par des observateurs individuels qui témoignent de faits, d’événements ou de comportements qu’ils ont enregistrés parfois directement, mais bien plus souvent encore indirectement. Ainsi en est-il du préfet de police de Paris qui établit son rapport à partir des informations qui lui sont données par ses officiers, ses inspecteurs ou par ses indicateurs, de la correspondance diplomatique établie par les ambassadeurs en poste à l’étranger, du récit de bataille fait par le chef d’armée à partir des rapports de ses lieutenants, de l’étude statistique de l’économiste sur le mouvement des échanges à partir d’informations glanées dans la presse ou établies par des organismes spécialisés, de la note au ministre écrite par le directeur des Prix et établie d’après les observations et les informations collectées par les agents de son administration, du procès-verbal d’un interrogatoire établi par le greffier sous la dictée du juge d’instruction ou des débats d’audience résumés par le greffier35, etc. En réalité, Marc Bloch renvoie dos-à-dos les observateurs du présent et les spécialistes du passé en leur rappelant que « tout recueil de choses vues est fait, pour une bonne moitié, de choses vues par autrui », que « toute connaissance de l’humanité quel qu’en soit, dans le temps, le point d’application, puisera toujours dans les témoignages d’autrui une grande part de sa substance » et conservera un caractère indirect. Quelques décennies auparavant, de la même manière, Charles Seignobos, moins positiviste qu’on veut bien le présenter habituellement, discernait déjà, derrière le document écrit prenant la forme d’une description ou d’une relation, le témoin lui-même et son activité intellectuelle et psychique : « les documents écrits n’ont donc pas de valeur pour eux-mêmes […]. Ils n’en ont que comme signes d’opérations psychologiques, compliquées et difficiles à débrouiller. L’immense majorité des documents qui fournissent à l’historien le point de départ de ses raisonnements ne sont, en somme, que des traces d’opérations psychologiques »36. En conséquence, il convient de ne pas opposer schématiquement (et naïvement) archives écrites et témoignages individuels, en retenant les premières au nom de l’objectivité et de leur apparent caractère involontaire et en rejetant les seconds au nom de la subjectivité et de leur caractère volontaire.

  • 37  M. Bloch, op. cit., p. 96-97.
  • 38  « Le propre des « faits historiques » est de n’être connus qu’indirectement, d’après des traces. L (...)

27Concernant le caractère autojustificateur ou manipulé des témoignages individuels, Marc Bloch montre que les documents d’archives d’époque ne sont pas eux non plus dépourvus de biais, de mensonges ou de reconstruction. Après avoir rappelé l’existence d’innombrables faux fabriqués au Moyen Âge mais aussi au xixe siècle, telles que les fameuses « chartes dûment scellées et dûment datées » a posteriori avec la meilleure conscience possible, il cite l’exemple de Thiers qui, le 21 avril 1834, à la veille du procès des Sociétés secrètes, prescrivait au préfet du Bas-Rhin la marche à suivre pour « trouver » les preuves de la conspiration : « Je vous recommande d’apporter le plus grand soin à fournir votre contribution de documents pour la grande procédure qui va s’instruire. Ce qu’il importe de bien éclaircir, c’est la correspondance de tous les anarchistes ; c’est l’intime connexion des événements de Paris, Lyon, Strasbourg ; c’est, en un mot, l’existence d’un vaste complot embrassant la France entière »37. Dans le même ordre d’idée, on peut penser à la façon, éminemment subtile et non désintéressée dont un préfet pouvait rédiger ses rapports sous l’Occupation et aux variations que cet exercice a dû subir entre 1941 et 1944. Ainsi, chez Seignobos et Langlois comme chez Marc Bloch, nous ne trouvons pas de fétichisme du document d’archivé, mais une conviction que la connaissance historique est avant tout une « connaissance par traces »38, traces imparfaites et le plus souvent indirectes qu’il revient à l’historien de faire parler et d’interpréter.

  • 39  On a vu comment Seignobos et Langlois accordaient leur soutien tolérant et magnanime à l’historien (...)
  • 40  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 75.
  • 41  M. Bloch, op. cit., p. 69-70. Il n’y a donc pas chez Marc Bloch de mise en question de la validité (...)
  • 42  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 103. Cette phrase résume à elle toute seule les t (...)

28En réalité, poursuivant son évaluation des outils à la disposition des historiens, c’est aux documents matériels, aux témoignages involontaires, aux témoins malgré eux, que Marc Bloch accorde la prééminence, aux bijoux, aux livres de prières dans les tombes, aux vestiges archéologiques, aux traits de langage, aux règles de droit, aux livres de compte ou de cérémonies, aux correspondances commerciales, etc. Mais il n’y a pas pour autant chez lui de rejet a priori et catégorique des témoignages volontaires des contemporains39, « ces sources narratives » nées du « souci d’instruire ou l’opinion contemporaine, ou les historiens du futur » (chroniques, souvenirs, mémoires, etc.), dont Marc Bloch souligne qu’elles « n’ont pas cessé assurément de prêter au chercheur un secours précieux »40. Mieux encore, on décèle chez lui la conviction que pour certains sujets, les témoignages individuels demeurent irremplaçables, notamment pour appréhender les croyances et les rites, ou bien une foi inconnue : « Comment donc la connaîtrions-nous sinon à travers les dires d’autrui ? C’est le cas de tous les phénomènes de conscience, dès qu’ils nous sont étrangers »41. De sorte que sur « les ressorts intimes des destinées humaines, les vicissitudes de la mentalité ou de la sensibilité, des techniques, de la structure sociale ou économique », les témoignages humains pourraient bien se révéler recevables et fiables : « Les témoins que nous interrogeons là-dessus ne sont guère sujets aux fragilités de la perception momentanée. Par un heureux accord, que Voltaire avait déjà entrevu, ce qu’il y a en histoire de plus profond pourrait bien être aussi ce qu’il y a de plus sûr »42. Autrement dit, voilà la réponse de Marc Bloch à Jean-Jacques Becker : pas de connaissance des « phénomènes de conscience » sans le recours à la parole et au témoignage des acteurs ! Certes, cette profession de foi ne prend guère le mode d’une argumentation philosophique serrée, mais elle se donne comme l’expression résolue d’un véritable optimisme dans la possibilité de la connaissance des états de conscience des individus dans l’histoire.

2. L’art de l’historien : faire parler les documents « contre leur gré »

  • 43  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 76-77.
  • 44  C’est ainsi que tel haut fonctionnaire progressiste, proche de Mendès France, et ayant exercé des (...)
  • 45  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 93.
  • 46  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 78.

29En définitive, tout l’art de l’historien, rappelle Marc Bloch, consiste à faire dire aux documents, « jusque dans les témoignages les plus résolument volontaires […] ce qu’ils nous laissent entendre, sans avoir souhaité le dire », à « les faire parler, fut-ce contre leur gré »43. Ce questionnement au second degré est la marque spécifique de l’intelligence de l’historien et il s’applique parfaitement aux témoignages autobiographiques oraux provoqués, qui au-delà de leur caractère parfois justificateur voire mystificateur, recèlent de nombreuses informations objectives et involontaires, et de ce fait précieuses et fiables pour le chercheur. Au beau milieu d’un récit de vie dont le sens peut être en effet largement téléologique ou au cours d’un entretien thématique focalisé sur un seul sujet, se glissent des détails « fossilisés » auxquels le témoin n’avait absolument pas prévu de faire allusion, des traits de mentalité « scarifiés » enfouis dans sa mémoire et réactivés par la situation d’entretien, des jugements de valeur qui trahissent des systèmes de références mentaux, des faits ou des sentiments qui remontent à la mémoire comme de grosses bulles à la surface44… C’est ainsi que l’historien de la source orale, à l’instar du médiéviste ou du moderniste qui surinterprètent leurs documents en leur arrachant des informations involontaires, parvient à « extorquer [aux témoignages] les renseignements qu’ils ne voulaient pas fournir »45. Donc, pas de condamnation a priori des témoignages « volontaires », mais la volonté d’utiliser toutes les sources possibles en leur appliquant un questionnement adéquat : « La diversité des témoignages historiques est presque infinie. Tout ce que l’homme dit ou écrit, tout ce qu’il fabrique, tout ce qu’il touche peut et doit renseigner sur lui »46.

Notes

1  Bulletin de l’IHTP, n° 2, déc. 1980, « Problèmes de méthode en histoire orale » ; Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, juin 1987, « Questions à l’histoire orale » ; Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, nov. 1992, « La bouche de la vérité » ; et aussi les deux articles de méthode de N. Carré de Malberg sur l’exploitation de la source orale (Études et documents, VI, CHEFF, 1994 et, en collaboration avec F. Descamps, Recherches contemporaines, Paris X-Nanterre, n° 1, 1993).

2  Voir sur ce sujet, dans la bibliographie (partie « Méthodologie de l’entretien »), les travaux de D. Schnapper, de J. Peneff, de D. Bertaux, de J.-C. Kaufmann, de P. Bourdieu, de R. Dulong, de C. Dubar…

3  H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, Éd. du Seuil, 1954, 1975, Chapitre III à V.

4  C. Seignobos et C. Langlois, Introduction aux études historiques, op. cit., p. 151-152.

5  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, 1949, A. Colin, 1993, 1997, p. 101.

6  J. Peneff a soulevé dans son manuel sur la méthode biographique la question de la non-représentativité des récits de vie. Il n’est pas le seul. Lors de sa soutenance de thèse, le 6 janvier 1986, sur les khâgneux et les normaliens de l’entre-deux-guerres, Jean-François Sirinelli avait récusé la valeur des témoignages sous trois chefs d’accusation : le phénomène de l’oubli (notamment « l’oubli » de certains engagements politiques de jeunesse), les téléologismes auxquels les témoins se livrent en reconstruisant leur vie en fonction de ce qu’ils sont devenus, et le problème de la non-représentativité des témoignages ; pour sa part, il n’a en effet interviewé, parmi les survivants des khâgneux des années trente, que les « phares » des générations qui l’intéressaient. On a vu précédemment que la population de témoins auprès de laquelle on réalise une campagne d’archives orales rétrospectives ne peut jamais être totalement représentative, compte tenu des décès, sauf à la prévoir comme telle en travaillant sur des populations jeunes et contemporaines. Encore faut-il ne pas accentuer volontairement le caractère non représentatif des archives orales en choisissant systématiquement les « chefs », les « élites » ou les « stars » ! Rappelons que la réflexion sur la constitution du corpus-cible est une étape absolument essentielle de la démarche et un gage de scientificité.

7  On commence toujours trop tard les archives orales !

8  Cf. C. Hagège, L’homme de parole, Paris, Fayard 1986.

9  Cf. le Rapport Braibant du 21 juin 1996 sur les Archives de France et l’avant-projet de loi modifiant la loi de 1979 sur les archives (mars 1999). Dans ce dernier texte, il est fait mention explicite de l’intérêt historique comme critère de sélection pour les documents à conserver (article 4) ; mais à aucun moment, malheureusement, il n’a été prévu la consultation des historiens sur le sujet. On peut d’ailleurs se demander finalement si les historiens sont les mieux placés pour discerner l’intérêt des documents produits actuellement et si la réflexion de sociologues, d’anthropologues, de démographes, d’ethnologues ou de philosophes ne serait pas également fructueuse dans le cadre d’une démarche prospective : aux côtés de l’historien du paupérisme au xixe siècle, un spécialiste actuel du RMI apporterait certainement une contribution intéressante sur le fait de savoir quels sont aujourd’hui les documents les plus intéressants et les plus précieux pour faire l’étude de la pauvreté dans nos sociétés modernes… En tout cas, les deux démarches seraient complémentaires et la discussion entre les deux horizons temporels serait certainement très fructueuse. Cela dit, il n’est pas acquis que les historiens se précipiteraient pour travailler sur ce dossier du tri des archives ; en effet, si les historiens se préoccupent régulièrement des problèmes d’accès aux sources pour eux-mêmes et leurs étudiants, ils ne montrent pas toujours le même intérêt pour les choix de politiques d’archives en amont et pour l’héritage documentaire des générations futures d’historiens ; les comités d’histoire ministériels et les associations d’histoire aidant, un esprit de responsabilité et un souci d’intérêt général archivistique progressent petit à petit dans la communauté historienne, mais il reste du chemin à parcourir. Par exemple, dans le cadre de l’avant-projet de loi modifiant la loi de 1979 sur les archives, les historiens contemporanéistes de la commission scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière ont été consultés officiellement par écrit sur le texte de l’avant-projet, un seul d’entre eux a répondu, alors que les enjeux archivistiques et historiques étaient proprement considérables. Pourtant Marc Bloch lui-même n’alertait-il pas les historiens de son temps en leur enjoignant de se pencher sur les conditions de transmission des témoignages et des documents du passé : « Les problèmes que pose leur transmission, loin d’avoir seulement la portée d’exercices de techniciens, touchent eux-mêmes au plus intime de la vie du passé, car ce qui s’y trouve ainsi mis enjeu n’est rien moins que le passage du souvenir à travers les générations. » (M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 82). Guy Thuillier est depuis longtemps l’un des rares historiens à se préoccuper de ces questions et à œuvrer dans ce domaine, hérissant la communauté des archivistes crispés par ce qu’ils croient être un empiétement sur leurs prérogatives ; loin de prôner de façon irréaliste la conservation de la totalité des documents comme d’aucuns se plaisent à le dire, il propose de procéder à la constitution, à intervalles réguliers, de « blocs-témoins » archivistiques, en conservant pendant une durée donnée, tous les papiers produits par une institution dans un secteur donné. Ce système se rapprocherait du système adopté pour les dossiers de personnel des entreprises publiques, où sont conservés intégralement les dossiers des personnes dont le nom commence par telle ou telle lettre et les autres détruits, ou du système de conservation des matériaux d’enquête de l’INSEE.

10  « Quel historien n’a rêvé de pouvoir, comme Ulysse, nourrir les ombres de sang pour les interroger ? » et d’ajouter en note de bas de page « Hélas, toujours sans succès ! ».

11  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 72.

12  Nous renvoyons pour cette question du corpus des témoins à notre deuxième partie sur l’ingénierie des archives orales.

13  J.-J. Becker, Questions à l’histoire orale, Table ronde de 1986, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987, p. 95-99.

14  Souligné par nous.

15  D. Peschanski, Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, nov. 1992, « La bouche de la vérité », p. 45-55.

16 Cette notion de pacte testimonial a été théorisée par les chercheurs travaillant sur les témoignages des survivants des camps nazis. Sur ce sujet, voir A. Wieviorka, L’Ère du témoin, Paris, Plon, 1998 ; Régine Waintrater, « Le pacte testimonial, une idéologie qui fait lien ? », Revue française de psychanalyse, LXIV, n° 1, 2000, p. 201-210. Cette théorie du pacte testimonial est évidemment poussée à son paroxysme dans le cas des survivants des camps nazis, mais nous considérons qu’il est présent dans tout témoignage, notamment lorsque le témoignage est promis d’emblée à la pérennité et qu’il entre explicitement et officiellement dans le patrimoine d’une institution (concept d’archives orales).

17  P. Ricœur, « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Le Monde, jeudi 15 juin 2000, p. 1 et 16.

18  Sur tous ces points, R. Frank, « La mémoire et l’histoire », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 65-72.

19  Selon l’expression du philosophe de l’histoire allemand Ranke.

20  Cf. les travaux de M. Foucauld, M. de Certeau, P. Veyne, etc.

21  À côté de quelques convaincus ou de quelques militants passés par l’école de l’IHTP, de l’IEP ou de l’EHESS, un certain nombre d’historiens universitaires contemporanéistes restent parfois sceptiques ou réservés à l’égard de la source orale ; ils en concèdent l’usage dans le cadre des maîtrises, mais sont plus sévères à son sujet dans le cadre des thèses. Ainsi Marc-Olivier Baruch en 1997 lors de sa soutenance de thèse a-t-il pu expliquer à son jury dans des termes à peu près identiques à ceux de Jean-François Sirinelli, quinze ans auparavant, les raisons qui l’ont conduit à écarter les témoignages d’anciens administrateurs sous Vichy ! Il est vrai que les survivants de cette époque controversée se faisaient très âgés et fort peu nombreux. La même réserve peut être observée chez les chartistes et il a fallu beaucoup de persévérance et de combativité à C. de Tourtier-Bonnazzi pour lancer les archives orales aux Archives nationales. En ce qui concerne les archives orales du ministère des Finances, au tout début, en dehors de G. Thuillier, fervent partisan du système « archives orales » depuis 1973 et dont le soutien ne s’est jamais démenti, c’est à l’extérieur du Comité d’histoire que nous dûmes chercher les concours : auprès de Ch. de Tourtier-Bonnazzi pour la formation archivistique, et auprès de D. Schnapper, sociologue et responsable du projet « archives orales » de la Sécurité sociale, pour la formation méthodologique et conceptuelle. Dans cette première période, les historiens économistes ne s’intéressèrent pas véritablement au projet, ce qui est tout à fait compréhensible compte tenu des fondements et des objectifs de cette discipline, et il fallut attendre les armées 1990-1991 et le renouvellement de la Commission scientifique pour que le soutien aux archives orales s’organise au sein du Comité d’histoire ; ce soutien se développa à partir de deux « entrées » principales : d’une part l’étude des décideurs et des processus décisionnels (dans ce cadre, René Girault en histoire des relations internationales joua un rôle décisif) et l’histoire des entreprises et des organisation d’autre part (Patrick Fridenson et Alain Plessis).

22  G. Duby, « Histoire des mentalités », in Ch. Samaran, op. cit., p. 937.

23  Ce doute sur les témoignages individuels explique que certains historiens se soient mis à dépouiller les archives de gestion des camps pour trouver la preuve écrite du dessein éliminatoire des nazis. Sur cet aspect, voir P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. Un Eichmann de papier, Paris, La Découverte, 1987 et J.-C. Pressac, Les crématoires d’Auschwitz : la machinerie du meurtre de masse, Paris, CNRS, 1993.

24  Sur ce point, R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998.

25  D. Cordier, Jean Moulin, l’inconnu du Panthéon, Paris, 1989-1993, 3 volumes parus.

26  D. Cordier, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987, p. 103-104.

27  Séminaire historique de la Caisse des dépôts et consignation, mercredi 1er mars 2000, avec la participation de Daniel Cordier et d’Olivier Wieviorka, consacré à la question du témoignage.

28  Daniel Cordier avait déjà concédé cet usage en 1986 (Table ronde IHTP, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987, p. 73).

29  Jouant alternativement de ses deux casquettes, Daniel Cordier passe tour à tour de la posture d’historien (les témoignages servent éventuellement à « insuffler de la vie à l’histoire ») à celle de témoin-partisan : en effet, à partir du moment où il est interrogé en tant que témoin, il estime devoir exprimer toute sa passion et tout son engagement d’alors contre Pétain et contre le régime de Vichy et considère que son témoignage doit être pris en considération.

30  De ce point de vue, il est en accord parfait avec la doctrine classique en matière d’histoire orale qui veut que la source orale soit plus rentable pour les petits témoins que pour les « grands » témoins, toujours suspectés d’autojustification et d’esprit partisan. Cf. sur ce sujet les réflexions de Dominique Schnapper, de Danièle Voldman ou les nôtres (infra).

31  Là est probablement l’un des griefs les plus importants que l’on puisse faire aux archives orales : le fait d’être provoquées, décidées par des historiens ou des archivistes, leur confère forcément des biais d’orientation et de fabrication, que précisément il conviendra de mettre au jour.

32  Voir F. Brayard « Un rapport précoce de Kurt Gerstein », Bulletin du Centre de recherche français de Jérusalem, n° 6, printemps 2000, cité par D. Voldman, Bulletin de l’IHTP, n° 75, juin 2000.

33  Ch.-V. Langlois et Ch. Seignobos, Introduction aux études historiques, 1898, 1992.

34  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 67-69

35  Certains de ces exemples sont donnés par M. Bloch lui-même dans l’Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 140.

36  Ch.-V. Langlois et Ch. Seignobos, Introduction aux études historiques, 1992, p. 67. Les termes sont soulignés par nous.

37  M. Bloch, op. cit., p. 96-97.

38  « Le propre des « faits historiques » est de n’être connus qu’indirectement, d’après des traces. La connaissance historique est par essence une connaissance indirecte », Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux études historiques, p. 65.

39  On a vu comment Seignobos et Langlois accordaient leur soutien tolérant et magnanime à l’historien californien de l’immigration américaine, H. H. Bancroft, qui aurait collecté en 1860 des centaines de témoignages de migrants.

40  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 75.

41  M. Bloch, op. cit., p. 69-70. Il n’y a donc pas chez Marc Bloch de mise en question de la validité des témoignages pour appréhender les réalités psychologiques ou « intérieures » ; il semble même convaincu du contraire ; on peut toutefois regretter qu’il ne le démontre pas et qu’il en reste à la pétition de principe.

42  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 103. Cette phrase résume à elle toute seule les thèmes sur lesquels les témoignages oraux sont pertinents, et nous consacrerons un chapitre entier à en explorer les potentialités.

43  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 76-77.

44  C’est ainsi que tel haut fonctionnaire progressiste, proche de Mendès France, et ayant exercé des fonctions importantes dans l’appareil financier de l’État après-guerre, retrouve dans son récit de carrière des accents antisocialistes pour évoquer le Front populaire, reproduisant très probablement les propos de son milieu familial et social à l’époque, alors même que son itinéraire personnel l’a mené postérieurement, au moins pendant une certaine période, vers des rivages politiques assez proches de l’héritage du Front populaire.

45  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 93.

46  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 78.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540