Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Troisième partie. Archives orales et exploitation historique

Chapitre II

Pour une utilisation approfondie des archives orales

Texte intégral

  • 1  Nous empruntons cette distinction à D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997 et à D. Dem (...)

1Plaçons-nous maintenant dans le cas où nous disposons de belles et larges transcriptions d’entretiens intégrales. Comment utiliser ces « textes » ? Quel usage peut-on en faire ? Comment exploiter leurs potentialités ? Nous pouvons distinguer trois usages possibles de la source orale : un usage « illustratif ; un usage analytique ; un usage « expressif » ou « restitutif » 1.

I. L’usage « illustratif » ou ornemental de la source orale

  • 2  Sur l’usage « illustratif » des entretiens en sciences sociales, on peut lire C. Dubar et D. Demaz (...)

2Dans le premier cas de figure, qui est le plus courant et qui obéit à la tradition historienne classique, même si l’émergence de l’histoire du temps présent a quelque peu modifié le rapport entre sources écrites et témoignages oraux2, les sources orales sont secondaires. Elles viennent en appoint de la source écrite, qui a en général servi de terrain d’expérimentation primaire pour l’élaboration des problématiques de départ et de matière première documentaire pour la démonstration. Placés dans la bouche des acteurs-témoin, les témoignages oraux tombent en général « à pic » pour illustrer une affirmation, confirmer un raisonnement dont les termes sont en général issus de l’examen des documents écrits ; ils viennent aussi « donner de la chair à l’événement », introduire du « vécu » et donner à l’ensemble une touche de couleur (ou plutôt d’époque) locale. Les témoignages, souvent isolés, ponctuels ou en petit nombre, ne sont pas véritablement interrogés en tant que sources ni analysés en tant que tels, mais seulement convoqués à titre « illustratif » ou ornemental, pour renforcer un effet de preuve, pour faire joli ou pour faire vrai. Car, de fait, la source orale a des vertus d’expressivité et d’émotion que la source écrite n’a pas ; c’est la force du témoignage oculaire, de celui qui dit « J’y étais, j’en étais, j’ai vu et j’ai entendu ! ». Cette expressivité des témoignages conduit fréquemment, à l’autre extrémité de l’éventail des utilisations possibles de la source orale, à avoir recours à la publication directe et même parfois « brute » des témoignages, et ce sera notre deuxième cas de figure.

II. L’usage « expressif » ou « restitutif » de la source orale3morceaux choisis et corpus de témoignages

  • 3  Sur l’usage « restitutif » des témoignages, on peut lire C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 24 (...)
  • 4  D. Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archiv (...)
  • 5  Par exemple, dans des registres différents, P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, (...)
  • 6  C’est négliger que dans un recueil de témoignages, le chercheur-éditeur intervient nécessairement (...)

3Deuxième façon de procéder : les récits de vie, les témoignages, les extraits d’entretiens thématiques sont considérés comme la matière première de la recherche ; dans l’exposé final, ils sont sensés se suffire à eux-mêmes et, lors de la publication, le chercheur choisit de présenter les documents « bruts ». C’est le principe de « l’histoire orale » première manière, qui fait du témoignage la source principale et lui assigne la fonction de dire directement le sens des choses et l’histoire. On a déjà vu les objections qu’une Dominique Schnapper avait pu faire concernant une telle approche4. Il n’en demeure pas moins que cet exercice reste souvent pratiqué dans les sciences sociales : les témoignages forment le corps principal de la recherche et le chercheur se contente de courtes introductions contextuelles, éventuellement de notes infrapaginales, d’une préface ou d’une postface5, et il s’astreint théoriquement à ne pas livrer d’interprétation personnelle6. C’est au lecteur lui-même qu’il revient de faire le travail d’analyse et d’interprétation.

  • 7  P. Bourdieu, La misère du monde, op. cit., p. 1 419. Dans le chapitre « Comprendre », Pierre Bourd (...)

4Indéniablement cette méthode met en valeur la source orale ; elle utilise les capacités d’expressivité de la voix et les vertus émotionnelles du témoignage personnel ; elle s’adresse moins à l’intelligence du lecteur qu’à sa sensibilité : « Par la vertu de l’exemplification, de la concrétisation et de la symbolisation qu’ils opèrent et qui leur confèrent parfois une intensité dramatique et une force émotionnelle proche de celle du texte littéraire, les entretiens transcrits sont en mesure d’exercer un effet de révélation [...]. À la façon des paraboles du discours prophétique, ils permettent de livrer un équivalent plus accessible d’analyses conceptuelles complexes et abstraites [...]. Capables de toucher et d’émouvoir, de parler à la sensibilité, sans sacrifier au goût du sensationnel, [les « entretiens transcrits »] peuvent entraîner les conversions de la pensée et du regard qui sont souvent la condition préalable de la compréhension »7. Et ce sont ces vertus d’expressivité qui permettent aux témoignages d’être utilisés dans d’autres buts que des buts strictement scientifiques (voir notre quatrième partie).

  • 8  M.-C. Dubreil-Villatoux, « Algérie 1959-1960 : Souvenirs d’aviateurs », Revue historique des Armée (...)
  • 9  M. Le Roux (dir.), Une génération de postiers raconte..., Paris, 1998.
  • 10  P. Bourdieu (dir.), La misère du monde, « Comprendre », Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 1 418-1 419  (...)
  • 11 L. Valensi et N. Waechtel, Mémoires juives, Paris, Gallimard/Julliard, 1987. Nous attendons la paru (...)

5On pourrait en un certain sens rapprocher un tel procédé d’exposition de l’exercice historique bien connu de l’édition critique d’une source ou d’un recueil de documents, qui consiste à mettre à la disposition des chercheurs des sources authentifiées et fiables et renvoie l’analyse et l’interprétation à une étape ultérieure. Un tel exercice suppose néanmoins que soient respectées les règles d’érudition et d’annotation critique couramment reçues et suivies dans la communauté historienne (corpus exhaustif ou représentatif, identification de l’auteur, annotations critiques sous la forme de notes de bas de page grâce au croisement avec d’autres sources, contextualisation, etc). Les historiens-oraux du Service historique de l’armée de l’Air, dans le cadre des exploitations qu’ils commencent à faire de leur fonds d’archives orales, pratiquent quelque chose d’approchant en publiant sur un thème ou un événement donné des extraits de leurs archives orales, présentés de façon critique et croisés8. Si les règles d’annotation critique et d’érudition ne sont pas respectées, la publication de témoignages, par morceaux choisis ou par récits de vie s’apparente alors davantage à la littérature de témoignage, où c’est la fonction d’expressivité de la source orale qui est mise en valeur, soit dans une fonction « restitutive » (il s’agit avant tout de rendre leur parole aux gens)9, soit pour appuyer un discours engagé ou militant10, soit tout simplement pour nourrir un discours mémoriel11.

  • 12  Par exemple, M. Catani, Tante Suzanne. Une histoire de vie sociale, Librairie des Méridiens, Paris (...)

6Un cas particulier se pose, celui de la publication ou de l’exploitation d’un seul récit de vie ou d’un seul témoignage. Ce type d’exercice fut assez prisé à une certaine époque par des sociologues ou des ethnologues, notamment pour l’histoire orale des « humbles » ou des « gens ordinaires »12, sans que l’on puisse toujours connaître avec une parfaite exactitude l’environnement et le contexte de la publication : pourquoi avoir fait le choix de ce témoin ? Quelle valeur accorder à ce témoignage ? Est-il représentatif ? Emblématique ? Mais de quoi ou en quoi ? Quelles relations unissent-elles le témoin et son intervieweur et quelles interactions se sont glissées dans la relation intervieweur-interviewé ? Quel travail de réécriture a-t-il été réalisé sur la parole du témoin ? Cet exercice fut également adopté et aménagé par les journalistes qui, s’adressant à des personnalités connues, lancèrent la mode éditoriale de l’autobiographie dialoguée sur le mode du livre d’entretiens, explorant tour à tour les différents domaines de notre société : religion, économie, politique, culture, entreprise, arts, etc.

  • 13  L’IHTP a publié des journaux de guerre ou des témoignages écrits, assortis d’un apparat critique ( (...)
  • 14  Cf. Le Journal du septennat de Vincent Auriol, dont l’édition critique complète, sous la direction (...)
  • 15  Le journal de ma vie : Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Éd. Daniel Roche (...)

7En histoire, la publication d’un récit de vie unique ou d’un seul témoignage oral reste peu usitée13, mais une longue tradition d’édition critique annotée existe pour les journaux intimes rédigés par les « grands » témoins14 et même pour les « humbles »15. Dans le cas des acteurs de premier plan, il paraît quelque peu abusif de parler de « journaux intimes » et il vaudrait mieux sans doute parler de chronique historique et de tradition mémorialiste. Quoi qu’il en soit, cette tradition d’édition critique, qui découle de l’école d’érudition française, peut être utilement récupérée pour la publication d’un récit de vie oral. Nous ne détaillerons pas ici les différentes étapes de la critique des sources appliquées à la source orale, car nous y consacrons le chapitre six de cette partie, mais nous rappellerons simplement brièvement les questions à se poser avant la publication de tout témoignage oral.

  • 16  Sur cet exercice du choix du « biographie », on peut lire N. Carré de Malberg sur Roger Goetze. No (...)

8La première série de questions à résoudre dans ce type d’exercice concerne le choix du (des) témoin(s) et les raisons scientifiques (ou non), qui conduisent à la sélection du témoin : pourquoi prendre celui-ci et pas un autre ? Si l’on travaille sur un décideur ou sur un dirigeant, l’on part souvent du point de vue qu’il ne représente en quelque sorte que lui-même et l’on s’abstient parfois d’expliciter les critères du choix ; mais il apparaît relativement facilement qu’un dirigeant, qu’il soit un homme politique, un responsable administratif ou syndical, ou bien encore un chef d’entreprise, appartient nécessairement à un groupe social, ne serait-ce que celui de ses pairs, et qu’il est toujours intéressant d’expliciter les raisons pour lesquelles on a jugé bon de s’intéresser à lui, et pas à tel autre16. Si l’on travaille sur des « petits » ou des « moyens » témoins, la question, insistante, se pose de la représentativité du témoignage ou à défaut de sa « signifiance », et là encore un effort de justification méthodologique s’impose. On s’interrogera aussi sur les critères formels qui ont pu conduire au choix de tel ou tel témoin : talent narratif, brio rhétorique, qualités de chroniqueur, force du témoignage, effet d’affichage et de notoriété...

9La deuxième série de questions concerne le témoignage lui-même et sa fiabilité, ce qui implique de s’intéresser à la position du témoin par rapport à l’objet analysé et à l’intention qui sous-tend le témoignage. Il faut aussi réfléchir aux spécificités du témoignage oral provoqué et aux conditions de « production » de ce document : quand ce témoignage a-t-il été provoqué ? Dans quel contexte historique ? Par qui ou par quelle institution ? À l’intention de qui ou à destination de quel public ? Dans quel but et selon quelles problématiques ? Par quel intervieweur et selon quelles consignes ? Répondre à ces questions suppose de connaître les conditions de production du document, ce qui n’est pas évident, notamment dans les centres patrimoniaux, où l’on ne pense pas forcément à conserver les documents de travail qui entourent la collecte des témoignages. De là, l’importance de tenir un journal d’enquête et de conserver les « archives » des campagnes d’archives orales.

10La troisième série de questions porte sur l’établissement du témoignage lui-même et sur la qualité de la transcription, dont on a vu que c’était un exercice éminemment délicat et déjà interprétatif : qui a transcrit ? Qu’est-ce qui a été transcrit ? Selon quelles consignes ? Le « texte » a-t-il été corrigé ? Modifié ? Le déroulement de l’entretien a-t-il été bouleversé ? On a vu que les interventions de l’annotateur devaient être scrupuleusement indiquées (réécriture, coupures, déplacements de paragraphes ou d’épisodes), soit en notes de bas de page, soit dans le texte lui-même par un système de codage.

  • 17  Intervention de N. Carré de Malberg à notre séminaire, le 23 avril 1997, sur l’édition des témoign (...)
  • 18  Il faudrait ajouter les notes liées à la présence de l’archiviste-oral.

11La quatrième série de questions concerne cette fois-ci la nature des annotations portées par l’éditeur critique et nous empruntons à Nathalie Carré de Malberg sa typologie des notes critiques, qui ne diffèrent guère pour trois d’entre elles des annotations critiques faites sur un document écrit17 : il y a les notes explicitant les allusions (noms propres, lieux, dates, événements) ; les notes de complément d’information ou de comparaison grâce au croisement avec d’autres témoignages ou d’autres sources ; les « notes de vérification du vrai et du faux », les plus délicates ; les notes liées à la rétrospectivité du témoignage et aux éventuels anachronismes qui ne manquent pas de surgir ; enfin, les notes liées spécifiquement à l’oralité et au déroulement de l’entretien18. Nathalie Carré de Malberg souligne que plus le témoin est concerné par le sujet de l’entretien, plus ses propos sont pertinents, moins les notes ont besoin d’être abondantes ; en revanche, moins il est impliqué par les questions de l’intervieweur, plus son témoignage risque d’être reconstruit et plus il nécessite l’intervention de l’annotateur critique.

  • 19  Ainsi, au Comité pour l’histoire économique et financière, les souvenirs de Jacques Georges-Picot (...)

12Un certain nombre de conditions doivent donc être réunies pour la réussite de l’exercice : l’intérêt historique et la fiabilité du témoignage doivent être établis, sa signifiance également, à défaut de sa représentativité ; une discussion critique sur les limites et les apports du témoignage, une mise en perspective et une contextualisation doivent être mises en œuvre, ce qui fait de cet exercice un véritable travail de spécialiste. Mais on peut aussi envisager un travail collectif avec intervention de plusieurs spécialistes, surtout quand le récit de carrière brasse des expériences professionnelles diversifiées et s’inscrit dans des horizons sociaux divers19. Quoi qu’il en soit, ce qui est important à nos yeux, c’est que le travail d’annotation critique et d’érudition appliqué à la source orale atteste du caractère sérieux de la source orale et de son accession au rang de source comme les autres.

III. Pour une exploitation approfondie des sources orales : la démarche analytique

13Entre le picorage de citations illustratives et la restitution intégrale des enregistrements, existe-t-il un autre traitement possible de la source orale ? Peut-on envisager une exploitation approfondie des témoignages oraux et préserver, à l’instar de la source écrite, un équilibre entre exposé argumentatif et citations documentaires ? Nous tenterons dans les paragraphes suivants de suivre pas à pas la démarche du chercheur débutant désireux d’exploiter les potentialités de la source orale.

1. La constitution du corpus de témoignages et L’immersion dans la source orale

14La première étape consiste d’abord à écarter la tentation de n’utiliser les sources orales qu’en fin de recherche, une fois dépouillés tous les fonds d’archives possibles et imaginables, car de nombreux effets « pervers » se glissent alors dans la démarche : le temps manque pour collecter un corpus signifiant et la collecte des témoignages se réduit à un petit nombre de témoins, avec tous les risques de mise sous influence qui s’y attachent, d’autant plus que pressé par le temps, le chercheur s’empresse en général d’aller voir les témoins les plus en vue ; les problématiques restent dérivées des archives écrites et non pas d’un questionnement propre aux sources orales ; les transcriptions sont immanquablement limitées ou bâclées et les citations réduites à un usage « illustratif ». Dans la mesure du possible, il faut essayer de prendre en considération la source orale dès le début de la recherche et de lui appliquer dès le départ les mêmes réflexes et les mêmes méthodes qu’à la source écrite : quelques sondages de repérage, la formulation de problématiques adaptées, des lectures bibliographiques adaptées, l’établissement d’un inventaire de cotes d’archives orales comme on établit la liste des cotes d’archives à consulter, la « plongée » dans la source orale (collecte de témoignages ou écoute d’archives orales déjà constituées), la transcription des entretiens, la redéfinition de l’objet de recherche à partir des données recueillies...

15La deuxième étape consiste à constituer un corpus signifiant de transcriptions, à base de récits de vie ou de carrière ou d’extraits d’entretiens, sélectionnés en fonction du thème de la recherche, par exemple les récits de vie de percepteurs existant dans tel fonds d’archives orales, les témoignages évoquant la direction du Budget après 1945, les extraits d’interview concernant Antoine Pinay ministre des Finances, les témoignages concernant la politique monétaire concernant la période 1958-1968, les témoignages concernant le rôle de telle ou telle banque ou de telle entreprise dans les années soixante, etc.

16Une fois ce corpus rassemblé, l’historien se livre à une lecture « flottante » de toutes les transcriptions pour s’en imprégner, pour « s’impressionner » de leur atmosphère, de leur tonalité, de leur « petite voix », de cet « air du temps » qui s’impose parfois avec tant de force lors de l’audition d’archives orales et qui fait que l’on perçoit intuitivement, sans l’avoir vérifié, que le témoin parle des années cinquante et non des années soixante. Cette étape d’imprégnation peut paraître superflue, mais c’est souvent lors de cette première lecture, en quelque sorte « vierge » de toute construction préalable, que se dégagent des problèmes, que s’esquissent des hypothèses ou au contraire des réponses d’ensemble, des intuitions que la décomposition distanciée du corpus en fragments ne permettra peut-être plus de saisir avec autant de force.

  • 20  A. Farge, Le goût de l’archive, 1997, p. 87.

17A l’occasion de cette première lecture, le corpus se présente souvent avant tout comme un corpus de documents disparates et hétérogènes : hétérogénéité d’un témoignage à l’autre (pauvre/riche, court/long, détaillé/synthétique, bavard/concis), hétérogénéité des niveaux de discours (développement libre/réponse à une question, réponse conventionnelle/réponse de surface/réponse « engagée »), hétérogénéité des informations (objectives, factuelles, psychologiques, subjectives), singularité apparente de chaque récit de vie, diversité des styles oraux et des perceptions... C’est ce caractère hétérogène, foisonnant et multidirectionnel du corpus qu’il va falloir à la fois rationaliser et rendre intelligible. Le risque le plus grand, à cet instant de la recherche, est de se noyer dans le corpus, de se laisser « engloutir » par la masse des témoignages, de se laisser « absorber » par les récits et les discours, « au point de ne même plus savoir comment [les] interroger »20. Quel historien-oral n’a pas été ainsi saisi de découragement devant la masse des transcriptions de ses entretiens ?

  • 21  Selon la distinction de F. de Saussure.

18L’analyse de contenu est en quelque sorte la bouée de sauvetage qui va permettre d’échapper à la noyade tout en explorant en profondeur le corpus d’entretiens ; elle est, rappelons-le, inséparable de l’analyse du contenant, puisque la matière première sur laquelle l’utilisateur de sources orales travaille est constituée de discours et de récits, et même si le tropisme historien pousse à ne prendre en compte bien souvent que les informations dites « signifiées », il est important d’essayer de tenir compte du « signifiant »21.

2. L’analyse de contenu

a. Imperfection mais nécessité de l’analyse de contenu

  • 22  J. Péneff, La méthode biographique, Paris, 1990, p. 85.

19L’analyse de contenu a souvent été critiquée, raillée même, et un sociologue comme Jean Péneff a pu parler d’« analyse de contenu introuvable » pour les témoignages ou les récits de vie22 : quantification impossible, absence d’analyse lexicale ou syntaxique, paraphrase et placage d’un discours théorique sur les propos du témoin, escamotage du témoin qui n’est pas cité, absence d’analyse des contradictions internes et externes des récits entre eux, absence de réflexion théorique sur le statut de l’autobiographie et plus spécifiquement sur l’autobiographie orale, manipulation des témoignages... Ces critiques qui visent apparemment certains travaux de sociologie n’atteignent pas, d’après nous, véritablement l’analyse de contenu en tant que telle ; elles visent plutôt, nous semble-t-il, à dénoncer le fait que cette analyse de contenu est dans certains cas non menée ou dans d’autres mal menée. Ces critiques sont en tout cas très utiles à l’historien, qui peut largement les reprendre à son compte, car elles lui rappellent les exigences incontournables de son propre métier : critique interne et externe du document, croisement des sources, réflexion méthodologique à mener sur le statut de la parole et du témoin, respect du document, citations rigoureuses, chasse à la paraphrase et à la glose ! Seule la critique concernant l’impossibilité de l’analyse quantitative nous paraît véritablement viser le fonds, mais elle tombe partiellement à plat du fait que pour nous la méthode du récit de vie et même celle de l’entretien thématique semi-directif ne sauraient, sauf exceptions rares, être en mesure de fournir des données rigoureusement quantifiables : ce sont avant tout des méthodes compréhensives.

  • 23  Sur le rôle de la description dans la démarche ethnographique, F. Laplantine, La description ethno (...)
  • 24  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 128.
  • 25  M. Bloch, op. cit., p. 77.
  • 26  M. Bloch, op. cit., p. 77 ; M. Bloch parle ici des témoignages écrits ou archéologiques des temps (...)

20Et puis, comment se passer d’une analyse de contenu en histoire ? Tout imparfaite qu’elle soit, elle seule permet de prendre connaissance de façon approfondie de l’objet étudié et de le décrire pour le rendre intelligible ; comment faire l’économie de ce temps de la description ? N’est-ce pas un passage obligé en histoire, mais aussi en ethnologie, ainsi que dans toute perspective ethnographique23 ? Se passer de toute analyse de contenu ne conduirait-il pas à revenir aux apories de « l’histoire orale » mal comprise, comme le rappelait Dominique Schnapper, à savoir la publication brute de transcriptions de récits de vie, sans commentaire ni introduction ? Or, l’histoire, en tant qu’exposé historique, n’est pas la simple juxtaposition de documents, « car presque jamais, nous rappelle Marc Bloch, [les documents] n’organisent conformément aux besoins d’un entendement qui veut connaître »24 et « les textes ou les documents archéologiques, fût-ce les plus clairs en apparence et les plus complaisants, ne parlent que lorsqu’on sait les interroger »25. C’est pourquoi, « du moment que nous ne sommes plus résignés à enregistrer [purement] et simplement les propos de nos témoins, du moment que nous entendons les faire parler [...], un questionnaire plus que jamais s’impose. Telle est en effet la première nécessité de toute recherche historique bien conduite »26. Autrement dit, l’exposition du document ne suffit jamais à faire l’histoire, elle n’en est qu’une première étape, nécessaire certes mais aucunement suffisante, elle doit trouver son prolongement dans l’analyse et dans l’interprétation.

b. Analyse de contenu et analyse du discours

  • 27  E. Cassirer, La philosophie des formes symboliques, « I. Le langage », 1923, Paris, Éd. de Minuit, (...)
  • 28  En dehors de toute théorie linguistique ou sémantique particulière des entretiens, c’est aussi cet (...)

21Mais comment, dès lors que l’on est tombé d’accord pour se lancer dans une exploration analytique, mener une analyse de contenu ? Plusieurs méthodes existent pour analyser les « textes oraux » issus d’entretiens, dont nous rappelons qu’ils possèdent deux spécificités par rapport à des textes d’archives ou même par rapport à des textes autobiographiques écrits : ils sont constitués de paroles orales, de discours oraux et ils ont été « créés » dans une relation de communication interpersonnelle, dans une relation de dialogue. Rappelons en premier lieu que, pour tous ceux qui s’intéressent aux théories du discours et qui ne veulent pas séparer signifiant et signifié, le langage est considéré non pas comme un support de « représentations » ou d’affirmations sur la réalité extérieure, mais avant tout comme le lieu « de production de formes différentes de conceptions du Moi et du Monde »27. C’est par et dans le langage qu’un individu construit les représentations qu’il a de lui-même et du monde qui l’entoure, c’est par et dans le langage qu’il leur donne sens et c’est donc par le langage que le chercheur peut essayer de saisir « les formes » du social qui habitent la conscience de l’individu28.

  • 29  Nous suivons ici la présentation qu’en font C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 38-42. Voir aus (...)

22Venues de la psychologie, de la sémiologie et de la linguistique, on trouve essentiellement deux méthodes, centrées sur la construction du sens par « la mise en mots » : l’analyse propositionnelle du discours (APD) et l’autre, dérivée de la linguistique structurale, l’analyse des relations par opposition (ARO)29. Nous laissons de côté les méthodes inspirées de la psychanalyse, car elles concernent surtout l’interprétation des discours par le patient lui-même, alors que nous nous intéressons aux méthodes d’analyse capables de servir à l’historien.

  • 30  Pour en savoir plus, R. Ghiglione, Les Dires analysés : l’analyse propositionnelle du discours, Pa (...)
  • 31  En principe, ces noyaux-référents sont peu nombreux : une quinzaine de référents doit permettre d’ (...)
  • 32  C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, op. cit., p. 39.

23La première, l’analyse propositionnelle du discours (APD), est une méthode issue de la psychologie, qui a été appliquée dans un premier temps sur d’autres « documents » que des entretiens : discours politiques, articles de journaux, romans, chansons. Le principe de base en est que « tout locuteur construit, dans l’activité de mise en mots, une structure d’univers simple, organisée autour de quelques notions-clés », qui structurent un « programme argumentatif »30. L’APD consiste à expliciter ce monde référentiel en déchiffrant ces notions-clés et en décryptant les relations qui unissent les noyaux-référents entre eux31 (y compris par des analyses statistiques), afin de mettre au jour les structures argumentatives du discours. De ce point de vue, certains ont pu dire que l’APD était plus une analyse du « contenant » que du contenu32.

  • 33  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 40-42. Pour en savoir plus, H. Raymond Une méthode de dépou (...)
  • 34 On pensera au couple mis en valeur par P. d’Iribarne, « le noble et le vil », dans La logique de l’ (...)
  • 35 H. Raymond « Analyse de contenu et entretien non directif : application au symbolisme de l’habitat  (...)
  • 36 C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 41.

24L’analyse des relations par opposition (ARO)33, née dans les années soixante et inspirée de la démarche structurale, évoque les travaux de Claude Lévi-Strauss sur l’existence d’univers symboliques opposés : le cru et le cuit, le miel et la cendre ; elle adopte comme postulat que le langage se structure autour d’oppositions de termes. Elle consiste dès lors, à partir de la recherche et de l’établissement d’un dictionnaire de mots-clés, à repérer les relations qui peuvent exister entre des objets, des pratiques, des éléments objectifs et les propriétés, jugements, significations symboliques, qui leur sont associées, puis à mettre en lumière des couples signifiés/signifiants s’opposant terme à terme34. Par exemple : le couple cuisine/désordre s’oppose terme à terme au couple salon/ordre35. On repère ainsi dans chaque entretien, et même transversalement à l’échelle d’un corpus entier d’entretiens, les systèmes de significations qui structurent en profondeur l’univers idéologique, symbolique et cognitif de l’individu ou du groupe social étudié. Cette méthode « vise à extraire des entretiens de recherche les modèles culturels, les cadres de référence, les champs symboliques dans lesquels les individus organisent leurs activités36 » ; elle est adaptée aux univers sociaux marqués par des tensions ou des conflits ainsi qu’à une démarche visant à retrouver ce qui est commun à une multiplicité d’individus appartenant à un même groupe (cf. la visée structurale de retrouver sous la diversité un socle général et stable).

  • 37  Les récits de vie que C. Dubar et D. Demazière ont collectés, lors d’une enquête collective menée (...)
  • 38  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 7.
  • 39  E. Cassirer, La philosophie des formes symboliques, « I. Le langage », Paris, Éd. de Minuit, 1923, (...)
  • 40  La narration est « un processus créateur de valeurs », A. J. Greimas, Du sens. Essais sémiologique (...)

25La troisième méthode est celle de Claude Dubar et Didier Demazière, sociologues de la formation et du travail (ou du non-travail), qui se sont proposés d’adapter la méthode sémantique structurale aux entretiens biographiques et aux récits d’insertion qu’ils avaient collectés au cours de leurs enquêtes sociales auprès de jeunes professionnels37. Claude Dubar commence par souligner l’importance à accorder au statut de « la parole des gens » pour appréhender leurs représentations : « Les entretiens ne nous livrent jamais des “faits” mais des “mots”. Ces mots expriment ce que le sujet vit ou a vécu, son point de vue sur “le monde” qui est “son monde” et qu’il définit à sa manière en même temps qu’il l’apprécie et qu’il tente de convaincre son interlocuteur de sa validité. [...] Or [ce] monde ne se révèle pas de [lui-même] par une simple lecture. La parole n’est pas transparente mais constitue une dialogique complexe [...]. Un discours sémantique est nécessaire pour analyser les structures de signification du discours qui est aussi un dialogue. Comprendre le sens de ce qui est dit, ce n’est pas seulement être attentif, écouter et faire “siennes” les paroles entendues, c’est aussi analyser les mécanismes de production du sens, comparer des paroles différentes, mettre à nu les oppositions et les corrélations les plus structurantes »38 ; c’est reconstituer les « réseaux de relations par lesquels se réalise l’activité signifiante » du témoin quand il raconte sa vie39, c’est-à-dire les mots-clés autour desquels se déploient les dispositifs de production du sens et de « valeurs »40.

26Dans une telle méthode, qui accorde une importance capitale aux faits de langage, l’enregistrement de la parole par magnétophone et le fait de transcrire « le mieux possible » les récits de vie deviennent deux opérations essentielles, ce qui rapproche pour une fois la pratique du sociologue de celle de l’historien. Claude Dubar préconise d’ailleurs que la transcription soit faite par celui qui a réalisé l’interview, de façon à ce que puisse être restituée la situation d’intercommunication verbale et non-verbale ; cette situation d’intercommunication est en effet très importante, elle traduit une intention particulière dont il faut garder trace et souvenir, à savoir que l’interviewé se livre à un argumentaire (explicite ou implicite) pour convaincre son interlocuteur.

  • 41  R. Barthes, L’analyse structurale du récit, Paris, Éd. du Seuil, 1981 et A. J. Greimas, Sémantique (...)
  • 42  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 101-104.
  • 43  Tout entretien a une « logique narrative » par laquelle le témoin construit son récit et son argum (...)
  • 44  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 271.
  • 45  Il ne s’agit pas de faire ici une typologie de groupes d’individus mais une typologie d’univers sy (...)

27Pour pouvoir comprendre cette « mise en mots » et la production de sens qui en découle, Claude Dubar propose le recours à la méthode de l’analyse structurale du récit41 : il s’agit dans une première étape de procéder à la « condensation » de chaque entretien en un « schème spécifique »42 ; ce « schème spécifique » doit exprimer de façon synthétisée la « logique narrative » de l’entretien43 et la logique sociale de l’interviewé (c’est-à-dire « l’arrangement » qui lui est propre entre « des catégories et des croyances ») ; le chercheur doit également mettre en évidence « le jeu des disjonctions/oppositions et des conjonctions/corrélations entre des mots-clés utilisés dans l’entretien pour désigner la structure du monde vécu et la position du sujet parlant dans ce monde »44. Dans une seconde étape, on compare les schèmes spécifiques entre eux pour tenter de trouver des « schèmes communs » qui relèvent du même type de logique (ils doivent avoir « le même air de famille »), que l’on compare à nouveau entre eux pour trouver des « schèmes typiques » qui permettront de faire une typologie de « combinaisons d’ordres catégoriels et d’univers de croyances »45.

28Appliquée aux récits d’insertion que Claude Dubar et son équipe ont collectés (25 à 30 entretiens réalisés dans 6 régions différentes), cette méthode structurale, qui revient elle aussi à « une méthode des tas », a permis par agrégation de mettre en exergue pour ces jeunes en attente de réinsertion l’existence de quatre « mondes socioprofessionnels » symboliques différents, affectés de « valeurs » et de temporalités différentes (fermées ou ouvertes) : le premier « monde » est celui des « métiers » (travail qualifié, indépendance, risque, débrouillardise) ; le second est celui des « emplois » (stabilité, sécurité, taches d’exécution ou déqualification) ; le troisième est celui des « fonctions » (formation, diplômes, ascension professionnelle, statut ou position sociale) et le quatrième celui de « la providence » (aide, assistance, hasard providentiel, protection, dépendance).

  • 46  Ce n’est pas nouveau en histoire ; dans les années trente, Marc Bloch et Lucien Febvre préconisaie (...)

29Ces trois méthodes peuvent sembler bien loin de la discipline historique ou, du moins, de la pratique de l’historien qui cherche avant tout à saisir une réalité passée conçue comme extérieure à la conscience des acteurs, et qui n’est pas toujours à l’aise avec la méthode des entretiens « centrés sur les individus eux-mêmes », dans laquelle il craint toujours une dérive psychologique, voire psychanalytique. Néanmoins, le fait de s’intéresser de plus en plus en histoire sociale ou en histoire culturelle aux représentations qu’un groupe social peut véhiculer sur le monde et sur lui-même, de se pencher sur la culture des organisations et des institutions et de donner la parole aux acteurs, pourrait bien conduire les historiens à regarder d’un peu plus près du côté de la psychologie ou des sciences du langage46.

  • 47  Dans l’utilisation de nos archives orales telles que nous les préconisons, la difficulté pourrait (...)

30En tout cas, ces méthodes, pour ardues qu’elles puissent paraître, pourraient certainement être appliquées aux récits de carrière rétrospectifs47 tels que ceux qui ont été collectés depuis une quinzaine d’années dans un certain nombre de grandes institutions comme les Armées ou les Finances et il en sortirait certainement des choses très intéressantes pour l’étude des « mentalités » ou des représentations des membres de ces institutions, notamment en matière d’univers symboliques socioprofessionnels (les fameuses « valeurs »). Il reste que ce type d’analyse de contenu et de contenant n’est guère familier aux historiens, et qu’elle n’est pas forcément pertinente pour tous les objets de recherche : elle est surtout adaptée pour étudier les représentations d’un groupe social et pour comprendre le sens que les personnes donnent à leur action, à leur vie ou au monde. En tout cas, elle exige des concours interdisciplinaires que nous espérons voir surgir un jour, qui pour l’instant ne se sont pas encore véritablement manifestés autour des collections d’archives orales patrimoniales, mais dont nous sommes convaincue qu’ils seraient d’une grande efficacité et d’une grande richesse. Les archives orales ne sont pas la propriété des historiens, même s’ils s’affichent comme les spécialistes du passé ; elles peuvent intéresser des psychologues, des spécialistes du langage, des ethnologues, des sociologues, des anthropologues, des neuro-scientifiques, des spécialistes de la mémoire ou de la cognition, etc.

3. L’analyse de contenu en histoire

  • 48  J. Poirier et alii, Les récits de vie, théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, p. 157.
  • 49  Daniel Bertaux, lui, distingue trois niveaux d’appréhension du récit : la réalité historico-empiri (...)

31En histoire, la méthode d’analyse de contenu la plus usitée est celle de l’analyse thématique, à laquelle on pourrait ajouter pour les adeptes du récit de vie l’analyse par « profils biographiques »48. L’analyse de contenu commande dans tous les cas, quelle que soit la méthode choisie, une nouvelle lecture, cette fois-ci annotée et attentive, du corpus de transcriptions puis une mise en fiche de chacun des entretiens ou des extraits. Les annotations seront de deux types, les unes centrées sur l’objet d’étude en lien avec la problématique de départ (les faits, les thèmes transversaux, ce qui est dit et signifié) et les secondes centrées sur l’interview elle-même, sur le discours (la façon de dire, le signifiant) et sur l’auteur49. On peut travailler manuellement et directement sur le corpus des transcriptions, sur support-papier, en annotant avec des couleurs différentes les marges, les hauts et les bas de pages ; on peut préférer l’ordinateur et utiliser toutes les ressources du traitement de texte : double ou triple interligne, police et tailles de caractère, styles, soulignement, encadrements, colonnes parallèles, notes de bas de page... Les données sont résumées sur une fiche, une fiche par extrait ou par transcription, avec au recto les informations biographiques, au verso les informations thématiques. De ce travail surgit un foisonnement d’informations, un jaillissement de pistes de recherche ou de thèmes d’étude qui font dire à tout historien-oral dans un soupir de découragement et d’excitation : « Ça part dans tous les sens ! ». Une première mise en ordre s’impose. La clarification du corpus peut se faire de deux manières : soit par élaboration de « profils biographiques », soit par élaboration progressive d’une grille thématique.

a. La méthode des profils biographiques

  • 50  Sur le détail de cette méthode, J. Poirier et alii, Les récits de vie, théorie et pratique, op. ci (...)
  • 51  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 87.
  • 52  Cette approche vise à mettre en lumière la complexité des interdépendances dans lesquelles se trou (...)

32La première méthode convient mieux pour l’étude d’un groupe social ou pour une étude prosopographique, elle respecte le fil diachronique des récits de vie et fait du fil biographique le fil directeur de sa démarche50 : le fait biographique, l’événement biographique est au centre de l’analyse et fait l’objet-même de l’étude. Au sein du déroulement diachronique des récits de vie, Daniel Bertaux distingue transversalement trois niveaux d’analyse51 : tout ce qui concerne l’acteur, tout ce qui a trait à son environnement et au système dans lequel il est inséré, et enfin les relations intersubjectives ou interpersonnelles52. Cette classification permet de définir et de décrire les différents « états de vie » d’une personne : à chaque « tranche de vie » correspond un certain « état » de la personne qui recouvre son état physique, psychologique ou philosophique, l’état de ses relations interpersonnelles et l’état de sa situation sociale (situation professionnelle, situation économique, etc.). Tout événement qui se produit à l’un de ces trois niveaux se répercute sur les autres et, en modifiant « l’état de vie » de la personne, le précipite dans une autre « tranche de vie ».

  • 53  D. Bertaux, op. cit., p. 94 ; « C’est à partir de la comparaison des différents “cas” que représen (...)
  • 54  O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, thèse EHESS, 1999, à paraître e (...)
  • 55  C. Attias-Donfut, Générations et âges de la vie, Paris, PUF, 1991.

33Cette méthode permet de dégager la notion de « parcours biographique » et de faire des typologies à partir de la comparaison des parcours entre eux et par agrégation (notion de « profils biographiques » ou « profils de carrière »). C’est à partir de la comparaison des différents « cas » que représentent les récits de vie que s’élabore progressivement la connaissance du groupe social étudié53. Odile Join-Lambert dans sa thèse sur les receveurs des Postes entre 1944 et 1973 a identifié quatre profils principaux de receveurs des Postes : le « bernard-l’ermite » (celui qui entre au plus bas et qui sort au plus haut) ; « le passe-muraille » (celui qui entre au plus bas mais s’arrête à un échelon intermédiaire) ; « l’enraciné » (celui qui fait sa carrière sur place) ; « le parachuté » (celui qui brûle les étapes)54. La notion de « parcours biographique » met également en valeur des moments-clés, tels que l’enfance et la première éducation, la jeunesse et les années de formation, les grands rites d’insertion sociale ou de passage (le service militaire, le mariage, l’entrée dans le monde du travail), et trouve son prolongement dans la notion « d’âges de la vie »55.

  • 56  Sur le modèle idéologique très particulier qui sous-tend la carrière des employés de la Sécurité s (...)

34De cette notion de « parcours biographique », on peut également retenir l’idée que chaque milieu social mais aussi chaque monde professionnel sécrète sa propre norme de « parcours » biographique et professionnel et sa propre norme de durée pour le parcourir, norme par rapport à laquelle le parcours dont le témoin fait le récit se trouve nécessairement en décalage, en avance ou en retard, y compris dans son propre esprit à lui. C’est particulièrement manifeste chez les fonctionnaires ou chez les militaires qui ont perpétuellement à l’esprit leur tableau d’avancement et pour lesquels le déroulement de carrière dessine un parcours professionnel réglementé et étalé dans la durée (avancement à l’ancienneté56), mais qui admettent tous de façon explicite ou inconsciente l’existence de variations (dose d’avancement au mérite), encadrés par la « belle carrière » ou à l’opposé par la carrière ratée. Mais il faut aussi se poser cette question de la norme de carrière ou de vie professionnelle pour les autres catégories de témoins, hors du schéma bureaucratique : quel est le schéma de carrière ou de vie professionnelle qu’ils portent en eux ? Que signifie pour eux réussir professionnellement ? Quelle conception du travail et de la vie professionnelle portent-ils en eux ? À quel modèle social adhèrent-ils ?

  • 57  Pour une réflexion sur les catégories biographiques, M. Leclerc-Olive, Le dire de l’événement (bio (...)

35Ce type de méthode permet enfin de réfléchir sur le genre autobiographique lui-même, sur ses modes narratifs et sur les catégories que le narrateur emploie telles que « origines », « tournant », « carrefour », « orientation », « impasse », « moment charnière », « concours de circonstance », « hasard », « événement dans ma vie », « catastrophe »57, etc.

b. La méthode thématique

  • 58  L’histoire est une « connaissance par traces » et par indices !
  • 59  A. Blanchet et A. Gotman vont jusqu’à parler de « manipulation », in L’enquête et ses méthodes : l (...)
  • 60  C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, op. cit., p. 5-45.
  • 61  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 7 et p. 18-20.

36La méthode de la grille thématique est la plus familière aux historiens, car ils conçoivent la source orale, à l’image de la source écrite d’ailleurs, comme un instrument, comme un support, - indirect et imparfait58 - destiné à leur livrer des informations sur des « faits », des événements, des phénomènes ou des réalités historiques conçues comme « objectifs ». Dans ce cadre conceptuel, les chercheurs en histoire, sauf exceptions, s’intéressent principalement aux « contenus signifiés », sans se préoccuper de la façon dont ce « signifié » a pu être produit ; ils laissent de côté les théories sur le langage et peu leur importe en général de n’utiliser que des extraits ou des bouts de phrase, de fragmenter les récits de vie, et de substituer ainsi un autre ordre à leur flux spontané d’origine ou à leur juxtaposition successive et répétitive. C’est bien évidemment cette fragmentation du discours qui déplaît si fortement aux puristes du récit de vie59 ou aux adeptes de la sémantique structurale barthienne, pour qui le signifié est inséparable du signifiant et pour qui le sens d’un discours s’enracine dans une totalité60. Mais ils vont plus loin : à cette exploitation thématique « éclatée » du corpus de récits, correspondrait en réalité une conception de la méthode des entretiens qui ne serait qu’un déguisement de la méthode du questionnaire directif, voire de l’enquête judiciaire ou policière, masquée sous une grille de questions ouvertes au départ et sous une « fausse » grille d’analyse de contenu à l’arrivée, grilles qui s’ajusteraient forcément l’une à l’autre et qui viendraient imposer les catégories de l’historien-archiviste-oral sans que le témoin ne soit véritablement entendu61.

37De fait, la méthode thématique conduit en pratique à disloquer tous les témoignages et tous les récits, à mélanger les fiches et à les reclasser selon de nouvelles catégories thématiques qui vont dessiner la nouvelle grille d’analyse ; on parle aussi de thèmes dominants, de référents-noyaux, ou de noyaux de sens. Dans cette méthode, les informations thématiques, les informations dites objectives, sont privilégiées par rapport aux informations biographiques ou discursives, qui ne serviront plus que comme auxiliaires de la critique des sources.

  • 62  Les adversaires de cette méthode parlent de « sacs à thèmes », A. Blanchet et A. Gotman, op. cit.,(...)

38À l’arrivée, la grille d’analyse se compose de rubriques et de sous-rubriques62, de façon à décomposer l’information le plus finement possible ; elle développe une démarche qui va du général au particulier, alors que dans la mise en fiches on faisait le mouvement inverse. Cette grille d’analyse, issue directement des matériaux analysés, même si elle est encore proche de la grille d’entretien d’origine s’est généralement déplacée. Il est bien clair que plus la méthode d’entretien a été directive, plus la grille d’analyse de contenu sera proche de la grille de départ, ce qui justifie en grande partie les critiques adressées à la méthode thématique ; en revanche, plus la méthode d’entretien a été non directive, plus le chercheur peut espérer avoir recueilli une information « pas trop manipulée » et plus la grille d’analyse de contenu peut surgir, innovante, imprévisible, de la parole des témoins.

  • 63  En sociologie, la méthode inductive des historiens a son correspondant, entre autres, dans la théo (...)

39Même si la méthode d’analyse de contenu thématique peut comporter des imperfections en regard des exigences de l’analyse du discours, par rapport au « picorage » de citations « illustratives », elle a le mérite de prendre la source orale au sérieux et de lui appliquer le même traitement qu’aux sources écrites, en adoptant vaille que vaille la même démarche inductive, qui consiste en histoire à produire des connaissances à partir des documents, et non pas à partir d’hypothèses ou de théories prédéterminées à l’avance63.

  • 64  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, 199 (...)

40Après le dépouillement et la mise en fiches, après l’élaboration de la grille thématique, on en arrive à l’étape suivante, à savoir la ventilation du corpus dans la grille, travail qui fait appel aux bons vieux procédés de la photocopie, des ciseaux et de la colle, à peine modernisés par le « couper/ coller » du traitement de texte informatique. On constitue pour chaque thème et sous-thème un mini-corpus de textes, d’extraits qui vont être analysés en eux-mêmes et pour eux-mêmes (analyse du vocabulaire, confrontation et comparaison des fragments, critique documentaire, croisement avec d’autres sources documentaires). C’est sur ces mini-corpus que des analyses lexicographiques et philologiques pourront être faites, éventuellement aussi des analyses quantitatives, par exemple par comptage des lignes64, ce qui peut paraître un peu naïf, ou par l’évaluation des récurrences ou des régularités d’évocation ; dans tous les cas, la mesure de la prégnance d’un thème dans un corpus de témoignages reste très délicate : comment interpréter le fait qu’un fait soit passé sous silence (oubli, refoulement, désintérêt, ou non-mémorisation à l’origine...) et réciproquement, comment interpréter que tous les témoins citent spontanément telle ou telle personnalité ? Est-ce dû aux interactions générées par l’intervieweur et à son questionnaire ou à l’impact du personnage en question ?

c. La réalisation d’un thésaurus-lexique

  • 65  J. Poirier et alii, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, 1996, p. 160-163.

41C’est à cet endroit de l’analyse que l’on peut insérer ce que Jean Poirier et Suzanne Valladon (ethnologues) recommandent de constituer, à savoir un « thésaurus-lexique »65 : « Le thésaurus est le relevé de la terminologie propre de la population étudiée, c’est-à-dire l’univers particulier du discours. » Autrement dit, il existe une dimension sociale du langage et il faut s’attacher à dégager une sémantique historique de ce langage. L’exercice consiste à relever tous les termes utilisés par le témoin pour parler de lui, de son temps, de son travail ou de son environnement, les habitudes langagières, les jargons professionnels, les codes, à recenser autour d’un mot-noyau tous les synonymes, toutes les formulations d’une même rubrique... Le grand intérêt de ce thésaurus est de s’imprégner des catégories du témoin, de « coller » au discours et d’éviter la tentation paraphrastique ; il y a un « savoir indigène » qu’il faut assimiler pour mieux le comprendre, pour mieux le rendre intelligible et le restituer ; en outre, le vocabulaire employé est à lui tout seul un témoignage, un témoignage sur l’époque, sur le témoin, sur le monde auquel il appartient et à ce titre, il mérite d’être traité comme tel, c’est-à-dire analysé et critiqué.

  • 66  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 136.
  • 67  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit.,-p. 142.

42Mais attention, dans les témoignages rétrospectifs, plusieurs registres linguistiques s’entremêlent souvent : celui du témoin reprenant des expressions de son milieu familial pour parler de sa jeunesse dans les années trente, celui de son métier dans les années cinquante, celui du témoin se retournant sur sa vie mais avec un vocabulaire des années quatre-vingt, celui de l’archiviste-oral qui impose par ses questions un certain type de langage et de vocabulaire... Repérer les anachronismes de langage est d’ailleurs un bon indice d’anachronisme tout court, c’est-à-dire d’un souvenir reconstruit ; a contrario, un terme spécifique peut trahir l’authenticité et la véracité d’un récit : par exemple, le terme « bolchevique » ne s’exporte guère après 1944 et serait en quelque sorte la signature permettant, avec d’autres indices, d’authentifier un souvenir d’époque « scarifié ». Par cette méthode, on peut aussi identifier des concepts, des notions qui seront peut-être érigées au final en catégories d’analyse ; « son vocabulaire, l’histoire le reçoit [...], pour la plus grande part, de la matière même de son étude »66, mais « estimer que la nomenclature des documents puisse suffire entièrement à fixer la nôtre reviendrait, en somme, à admettre qu’ils nous apportent l’analyse toute prête », met en garde Marc Bloch67, et le médiéviste de rappeler comment l’historien mène en réalité son analyse avec une double orientation, en utilisant d’une part le langage des acteurs et de l’époque qu’il étudie et d’autre part celui de son temps et de sa discipline.

  • 68  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 128 et, plus loin, p. 138, il parle du travail de (...)

43En définitive, l’analyse de contenu des témoignages oraux se caractérise par ce travail d’extraction, de sélection et de classification, qui ne diffère en rien de celui qu’accomplit l’historien de la source écrite et en lequel Marc Bloch voit la marque même du métier de l’historien : « Comme tout savant, [...], l’historien choisit et trie. En un mot, il analyse »68.

4. La démarche comparative ou la source orale en dialogue avec elle-même

44Après le classement et la clarification du corpus, l’analyse se poursuit par la confrontation des extraits et des récits entre eux ; la démarche est là aussi, dans la méthode thématique comme dans les typologies de parcours biographiques, fondamentalement comparative : il s’agit de comparer les extraits comme on compare les profils biographiques les uns avec les autres, de comparer les constantes d’un récit à l’autre, de repérer les contradictions, les complémentarités, les « absences », les variations, les répétitions, d’identifier les attitudes communes et les régularités de comportement, de mettre en évidence « l’identique apparent », les récurrences thématiques qui traduisent des logiques d’action ou des schémas de pensée, qui éclairent des processus organisationnels ou des mécanismes sociaux, le tout servant à décrire de l’intérieur et en profondeur l’objet historique concerné et son fonctionnement. C’est par la comparaison que des hypothèses imaginées à partir d’un petit nombre de témoignages, voire d’un seul, se précisent, se confirment et prennent une forme distanciée avec les représentations du sens commun.

  • 69  C’est Max Weber qui a introduit le premier le concept d’idéal-type (« Les concepts fondamentaux de (...)
  • 70  Sur les différentes méthodes typologiques, voir C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 272-290. Le (...)
  • 71  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 129.
  • 72  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 79, relisant M. Bloch.

45C’est encore par la comparaison que l’on peut agréger les données entre elles pour parvenir à l’établissement de typologies. Une typologie désigne une classification abstraite structurant un groupe social et ses pratiques. Chaque type dégagé doit posséder une spécificité qui le distingue des autres mais aussi une cohérence interne qui permette de mettre en lumière des processus sociaux ou des mécanismes organisationnels69. La méthode typologique permet de rationaliser les données et de les agréger, d’où le surnom de « méthode des tas »70. En histoire, cette méthode n’est pas inconnue, même si elle ne porte pas ce nom et même si elle n’a pas été définie aussi rigoureusement : Marc Bloch parle ainsi de classement par « genres » : classer par genres, « c’est [...] mettre à nu des lignes de force d’une efficacité capitale »71. Mais la recherche des similitudes ne suffit pas, il faut aussi faire la chasse à l’exception, au cas singulier, au « cas négatif », aux dissonances, aux profils « hétérodoxes » et aux témoignages « marginaux », car les « « écarts » révèlent en creux la pertinence de l’interprétation et la confirment, ou bien au contraire obligent à reformuler les hypothèses. L’analyse historique organise donc tout un va-et-vient de l’identique au dissemblable, du ressemblant au différent, du singulier au général, un « jeu simultané d’opposition » et « de rapprochement », « un travail dialectique fondé sur la confrontation »72.

  • 73  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 107-108.

46En réalité, dès le départ, dans la constitution d’un corpus d’archives orales, tout a été normalement construit pour rendre les comparaisons possibles et fructueuses et même pour les faciliter : définition d’une problématique d’ensemble, construction d’un corpus d’interviewés-cibles dont les points de vue professionnels, générationnels et organisationnels sont recueillis de façon à pouvoir être comparés (recherche des points de vue divergents pour pouvoir établir des convergences), grille d’entretien à questions systématiques (de là d’ailleurs provient le soupçon de questionnaire directif masqué de la part des adeptes de l’entretien non directif), consignes méthodologiques communes au départ à tous les archivistes-oraux... En définitive, en amont comme en aval, c’est cet esprit de comparaison qui irrigue la démarche des archives orales comme de l’histoire en général ; dans la phase suivante, c’est ce même esprit de comparaison qui guidera le croisement des sources, la critique des documents et la confrontation avec la bibliographie : « On n’interprète jamais un document que par insertion dans une série chronologique ou un ensemble synchrone. C’est en rapprochant les diplômes mérovingiens tantôt entre eux, tantôt avec d’autres textes, différents d’époque ou de nature, que Mabillon a fondé la diplomatique ; c’est de la confrontation des récits évangéliques qu’est née l’exégèse. À la base de presque toute critique s’inscrit un travail de comparaison. Mais les résultats de cette comparaison n’ont rien d’automatique. Elle aboutit, nécessairement, à déceler tantôt des ressemblances, tantôt des différences »73.

  • 74  Selon l’expression de P. Veyne dans Comment on écrit l’histoire.

47Cette analyse de contenu qui se donne avant tout comme une analyse compréhensive n’est pas le point d’aboutissement du travail pour l’historien, il reste encore à passer les extraits des témoignages au tamis comparatif de la critique méthodique des sources afin de n’en retenir que les plus riches et surtout les plus fiables et à les croiser avec les autres sources, ce qui est la spécificité de la méthode historique depuis maintenant plus d’un siècle, et qui consacre ses prétentions à la vérité. Nous consacrons plus loin un chapitre spécial à cette question de la critique des sources et de la validité des témoignages oraux ; aussi sautons-nous dès maintenant jusqu’à l’étape suivante : le travail de synthèse et de recomposition, la mise en « intrigue »74 qui donne un sens aux éléments documentaires jusque-là fragmentés ou juxtaposés et le récit qui constitue à proprement parler l’exercice historique.

48On a déjà vu plus haut comment l’utilisation de la source orale pouvait osciller entre sous-utilisation (absence de citations, extraction simple d’informations, absence de références archivistiques) ou sur-utilisation expressive, comment on pouvait hésiter entre usage « illustratif » et usage « restitutif » ; maintenant, à notre stade de réflexion, comment traiter les témoignages oraux sélectionnés ? Comment doser, dans le corps de l’analyse, la part des sources écrites, des sources orales, de l’exposé argumentatif, du récit et des citations ? Comment utiliser la source orale au maximum de ses capacités et ne pas la réduire à un usage anecdotique ou purement ornemental ?

5. Un équilibre entre exposé argumentatif et citations documentaires

49Formellement déjà, on l’a vu, plusieurs solutions de présentation existent. Premier cas, le commentaire forme l’essentiel du corps du texte, les entretiens sont résumés, l’informateur voit son parcours biographique rappelé en quelques lignes introductives ou en notes de bas de page et les citations sont le plus souvent anonymes ; c’est un mode de présentation que l’on rencontre parfois dans les travaux de sociologie ou de science politique mais qui passe plus difficilement en histoire, du fait que l’historien respecte généralement l’usage qui consiste à citer nominativement ses sources. Le risque principal d’une telle méthode réside dans le mélange du discours du témoin et du commentaire de l’historien, dans une appropriation plus ou moins paraphrastique et plus ou moins inconsciente des idées de l’interviewé par l’historien, et réciproquement, ce qui n’est pas forcément très rigoureux ; mais ces écueils sont en théorie familiers aux historiens, formés aux rigueurs de l’épreuve du commentaire de document.

50Deuxième façon de procéder, les extraits de récits de vie ou d’entretiens thématiques forment le corps du texte et le commentaire vient en introduction, en note infrapaginale ou en postface : l’exercice relève alors davantage du recueil de documents, de l’anthologie ou de l’édition critique d’une source que d’un exposé véritablement historique (voir plus haut).

  • 75  La vertu d’expressivité de la source orale doit être apprivoisée, utilisée sans pour autant être m (...)
  • 76  Ce risque est particulièrement grand avec les décideurs ou les hauts fonctionnaires les plus brill (...)
  • 77  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 114.

51Troisième solution : essayer de combiner de façon équilibrée le commentaire et le document oral, sans l’occulter, en le donnant à voir et à entendre75, et en lui accordant la place qui lui revient dans le développement de la réflexion et dans le processus de démonstration. Et sur ce point, nous ne résistons pas à l’envie de donner la parole à Daniel Bertaux qui nous semble avoir pointé avec beaucoup de pertinence des pratiques auxquelles nous sommes trop souvent tentée de succomber. Daniel Bertaux, dans son manuel sur les récits de vie, relève les défauts méthodologiques les plus courants concernant le traitement des entretiens dans le compte rendu final d’une étude à base de sources orales : « L’erreur la plus courante consiste à avancer une hypothèse, par exemple sur un mécanisme social, puis à citer l’extrait des récits de vie qui “illustre parfaitement” ce mécanisme. Ce faisant, on donne à un cas particulier le statut de confirmation de thèse ou d’une hypothèse générale ; de plus, il est probable qu’on inverse ainsi artificiellement l’ordre de la découverte. Si l’exemple cité illustre particulièrement bien l’hypothèse, c’est sans doute en effet parce que c’est à partir de lui qu’on a, dans le courant de la recherche, élaboré cette hypothèse : il avait en réalité rempli la fonction d’indice et on voudrait lui conférer maintenant un statut de preuve ? Si le procédé est courant chez les essayistes, il est scientifiquement inacceptable. Les extraits dans le texte doivent tenir la même place que celle qu’ils ont occupée dans le déroulement de l’enquête. S’ils ont fonctionné comme indice ouvrant une piste, qu’ils jouent à nouveau ce rôle dans le texte de la rédaction finale. Si l’un d’eux a fait basculer une hypothèse, que le chercheur n’attribue pas ce basculement à la toute puissance de sa réflexion critique. Les extraits ayant confirmé une intuition, une hypothèse, seront inclus en tant que tels. Si un sujet perspicace a fourni une description particulièrement éclairante d’un événement ou d’un mécanisme social, économique76, on ne s’en attribuera pas la découverte en la faisant “confirmer” par l’extrait en question, mais on aura l’honnêteté et l’humilité de citer sa source initiale, quitte à expliquer en quoi cette description nous & paru convaincante et par quelles autres données on a pu la confirmer »77. À ces règles méthodologiques édictées pour les étudiants de sciences sociales, il nous semble qu’il n’y a rien à ajouter et que l’apprenti historien utilisateur de la source orale trouverait grand bénéfice à s’en inspirer.

52Moins grave que ces défauts méthodologiques mais de façon répandue, on rencontre tout simplement un usage ornemental de la citation orale, convoquée pour confirmer ou infirmer une thèse conçue indépendamment et en dehors d’elle-même (en général à partir de la source écrite), extraite d’un récit de carrière, détachée de son contexte discursif et placée là dans le corps du texte pour sacrifier à une certaine rhétorique d’exposition. Cet usage, qui fait partie de la pratique historienne, s’accommoderait facilement, nous l’avons déjà dit, d’une rigueur accrue à l’égard des références des documents, d’une présentation rapide du témoin, du contexte et de la situation d’entretien.

  • 78  La pertinence des remarques d’Ariette Farge pour les archives orales s’explique par le fait qu’une (...)
  • 79  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 91.
  • 80  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 99-100.
  • 81  Il est important de réfléchir aux conventions de langage qui unissent un groupe social, un milieu (...)

53S’il est déjà difficile d’employer de façon à la fois pertinente et rigoureuse une citation, il n’est pas plus facile de choisir parmi les fragments ou les extraits retenus celui qui conviendra le mieux : quelle citation choisir entre la plus précise, la plus émouvante, la plus brillante ou la plus juste... Quel discernement exercer ? Ariette Farge, historienne de l’Ancien Régime et spécialiste des archives judiciaires, met en garde le chercheur contre les « pièges » des archives écrites, dont il nous semble qu’ils sont encore accentués dans le cas des sources orales78 : renforcées par l’impact de la voix, les archives orales savent, elles aussi, comme les archives écrites, se faire « séductrices, déployant une infinité d’indications neuves, judicieuses et détaillées » et un peu plus loin, l’historienne ajoute : « la citation a tant de charme qu’il est bien difficile d’y résister : le charme de l’étrangeté, celui de la justesse et de l’exotisme mêlés de la langue d’autrefois, et encore celui de l’aveu »79. Mais précisément, rappelons que l’excès de détails est suspect et que la prolifération d’indications, trop précises pour être authentiques, devrait alerter la vigilance de l’historien des sources écrites comme celui des sources orales. Ainsi Marc Bloch peut-il souligner la tentation du pittoresque et du « faire-vrai » dans les témoignages narratifs des temps passés ; il dénonce « [les] broderies, sur un fond grossièrement véridique, de détails inventés. On interpole, généralement par intérêt, on brode souvent pour orner » ; il dénonce aussi « les conventions d’une rhétorique dont l’âge n’a point usé les prestiges », les facilités « d’une fallacieuse esthétique », « le respect d’une psychologie stéréotypée, la rage du pittoresque »80, et l’on pourrait ajouter à cette énumération pour nos sources orales les codes rhétoriques du bien-dire81.

  • 82  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 91-92.
  • 83  A. Farge, op. cit., p. 92-93.

54Ariette Farge, un peu plus loin, conclut sur l’usage de la citation82 : « Il faut réfléchir à son emploi pour qu’elle n’apparaisse ni comme une facilité ni comme le moyen trompeur d’apporter des preuves là où un raisonnement serait nécessaire. La citation ne peut jamais être une preuve, et l’on sait bien qu’il est toujours possible de fournir une citation contraire à celle qu’on vient de choisir [...]. Quand on cite, on avoue implicitement ne pas pouvoir trouver de mots meilleurs ou d’ajustements de phrases plus pertinents que ceux dénichés dans l’archive. Ou bien on camoufle une sorte d’impuissance à réfléchir plus avant, profitant au maximum du statut de vraisemblance, voire de véridicité, qu’impose toute citation ». Alors, si la citation n’est pas une preuve, quel rôle peut-elle bien avoir ? Pour Ariette Farge, son rôle est directement lié à l’écriture de l’histoire, elle est en quelque sorte un procédé obligé de la rhétorique d’exposition en histoire et l’auteur lui assigne principalement trois fonctions83 : la citation-amorce (celle qui fait démarrer ou progresser le récit) ; la citation-rupture (son but : étonner, décentrer, rompre une évidence, désinstaller l’historien et le lecteur, casser le récit) ; la citation-halte (une pause, une plage de repos dans un argumentaire, une respiration dans un exposé dialectique, une contemplation...).

55Mais la citation n’est pas seulement convention rhétorique, elle est aussi la trace du va-et-vient du raisonnement dialectique historique, qui part du document pour aller vers l’hypothèse, repart de l’hypothèse vers la source initiale pour la réinterroger dans un jeu infini et « alterné d’exclusion et de réintégration ».

56Après cette étape de la sélection des citations, vient l’ultime étape dans l’utilisation des sources orales, celle de l’avant-publication, qui consiste à vérifier si les témoignages oraux convoqués à la barre sont juridiquement et déontologiquement « citables » nominativement. À moins que l’interdiction, de la part du témoin, de publier toute citation ne vienne simplifier radicalement la question !

IV. Déontologie de l’exploitation des archives orales : de l’esprit de finesse et du devoir de responsabilité de l’historien

57Étape ultime dans le processus d’exploitation des archives orales, nous en arrivons au problème de la divulgation d’informations et à celui de la publication de propos tenus par un témoin.

  • 84  Nous supposons également le problème des droits de l’archiviste-oral réglé, soit que son contrat d (...)
  • 85  Qu’entend-on par publication ? Une thèse de doctorat soutenue publiquement est un document public, (...)

58Nous avons vu précédemment qu’il fallait en premier lieu distinguer la nature et l’usage du travail dans lequel sera insérée la citation (étude interne au sein du service producteur, maîtrise universitaire, thèse de doctorat en histoire, communication dans un colloque scientifique, recueil de documents ou florilège, anthologie, exposition, ouvrage grand public, émission radiophonique ou télévisuelle, document multimédia) en mesurant le caractère « plus ou moins public » qui lui est associé. Nous supposons ici pour les besoins de la démonstration que ces questions ont été réglées en amont lors du contrat de cession des droits et lors de l’établissement de la fiche de communicabilité84 ; nous supposons que l’utilisation des archives orales s’insère dans un cadre scientifique, à caractère désintéressé, à but documentaire ou de valorisation patrimoniale. Nous supposons enfin que le témoin a autorisé l’audition et la transcription de son témoignage. Subsiste alors, -c’est le cas le plus fréquent -, la clause selon laquelle toute citation publiée doit être soumise à l’autorisation écrite du témoin85.

1. La soumission des citations au témoin

  • 86  TGI Paris, 20 avril 1983, Mme M. c/ Filipacchi (JCP 1983, II, 20434, obs. Lindon), cité par Hervé  (...)
  • 87  TGI Paris, 1 déc. 1991, Mme L. c/ Paris-Match (Légipresse, janv.-fév. 1992, n° 88, p. 1), cité par (...)

59Comment procéder lorsque le chercheur souhaite citer et publier un extrait ou une phrase qui l’intéresse particulièrement ? Le chercheur commence par transcrire littéralement l’extrait choisi en prenant les précautions rappelées plus haut, en situant cet extrait dans son contexte (toujours transcrire largement en « prenant » ce qui est avant et ce qui vient après) et en notant rigoureusement les références ; puis il réalise une version « lissée », mais respectueuse, de l’enregistrement d’origine qu’il envoie ou que le service dépositaire envoie au témoin. Il accompagne la transcription d’une lettre exposant les buts de sa recherche et les motivations qui l’ont conduit à sélectionner ces citations et restituant brièvement le contexte dans laquelle la citation va venir prendre place. Cette honnêteté intellectuelle qui interdit le détournement des intentions du témoin permet en général d’obtenir les autorisations de citation et prévient toute contestation future ; elle contribue aussi à entretenir la confiance entre le témoin et le service producteur ou dépositaire. On mesure dès lors combien cette procédure de l’autorisation écrite de citation peut se montrer à long terme lourde à gérer pour un service d’archives orales, surtout si les collections s’accroissent et si elles font l’objet de consultations nombreuses, et combien elle peut être longue et fastidieuse pour le chercheur individuel, notamment lorsqu’il a un grand nombre de citations à faire valider auprès d’un grand nombre de témoins. Autrement dit, la procédure de l’autorisation écrite entrave incontestablement le développement de l’utilisation des archives orales : trop long, trop compliqué, trop difficultueux... Faut-il dès lors s’étonner que l’historien retourne avec soulagement vers ses chères archives écrites, dont l’emploi est quand même plus simple, plus rapide et plus confortable ! On comprend mieux également pourquoi les historiens recourent à une exploitation anonyme des témoignages. Supposons maintenant que l’autorisation de citation a été obtenue dans les délais impartis ; le chercheur est-il quitte pour autant de toute obligation ? La liberté du chercheur et notamment celle de l’historien, qui peut invoquer « les nécessités de l’histoire »86 et de la connaissance, y compris pour évoquer certains faits touchant à la vie privée des personnes87, est encadrée néanmoins par les règles de son métier lui-même et par la législation concernant le respect de la vie privée et la diffamation.

2. Le devoir d’objectivité et de responsabilité de l’historien

  • 88  Voir la note ci-dessus.
  • 89  TGI Paris, 21 juin 1995, Forum des associations arméniennes de France c/ Lewis (Petites affiches, (...)
  • 90  Cour de cassation, 15 juin 1994, de Portes c/ J.-J. Servan-Schreiber, (JCP 1994, IV, 2077), cité p (...)

60La nécessité pour l’historien de croiser ses sources et de présenter le résultat de ses recherches avec rigueur et impartialité a été rappelée par les tribunaux qui parlent des « devoirs de prudence et d’objectivité » à respecter88 ; la jurisprudence sanctionne les « manquements du biographe aux obligations qui s’imposent normalement à lui »89, telles que les citations inexactes, les omissions volontaires ou involontaires d’éléments contraires à la thèse soutenue par l’auteur, les divulgations illicites d’inédit ou lorsque « lorsque la présentation des thèses soutenues manifeste, par dénaturation, falsification ou négligence grave, un mépris flagrant pour la recherche de la vérité »90. Le rappel de ces exigences déontologiques professionnelles vient compléter et préciser un régime général de responsabilité défini par l’article 1382 du Code civil : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ». Cette responsabilité personnelle de l’historien ou du chercheur s’applique particulièrement au respect de l’image et de la vie privée des personnes citées.

3. Atteinte à l’image et à la vie privée des personnes et diffamation

  • 91  Exposé de C. Chadelat, « Transparence et secret, l’accès aux archives contemporaines », Gazette de (...)
  • 92  C. Chadelat, op. cit., p. 201.
  • 93  « La publication de renseignements d’ordre patrimonial, exclusifs de toute allusion à la vie et à (...)

61Le droit pour tout citoyen au respect de sa vie privée et de sa propre image s’est vu notablement renforcé depuis plusieurs décennies : l’article 9 du Code civil, issu de la loi 70-6643 du 17 juillet 1970, affirme que « chacun a droit au respect de sa vie privée » et le nouveau Code pénal sanctionne par son article 226-1 « le fait, au moyen d’un procédé quelconque, volontairement, de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui ». Qu’entend-on par intimité de la vie privée ? Là est toute la question. Car « il n’y a pas de définition juridique de la vie privée », souligne Catherine Chadelat, sous-directrice à la direction des Affaires civiles et du Sceau au ministère de la Justice91, seuls existent des « indices » et « encore ces indices ne sont-ils pas concordants ». S’il fallait résumer l’exposé qu’elle a fait lors de la Journée d’étude de l’Association des archivistes français, le 28-29 mars 1996, sur les problèmes d’accès aux archives contemporaines, on pourrait retenir que « grosso modo, ce qui a trait à l’individu et à sa vie familiale entre dans le cadre de sa vie privée et que, en revanche ce qui a trait au patrimoine et à la vie professionnelle ne permet pas l’utilisation de l’article 9 du Code civil »92. Sont protégées au nom du respect de l’individu les mentions concernant son identité physique ou charnelle (santé par exemple), juridique, psychologique, comportementale (mœurs, sexualité), spirituelle (opinions religieuses, philosophiques et politiques). Sont protégées également toutes les questions se rapportant à sa famille, à ses proches, à ses amitiés, à sa vie conjugale. Sur les aspects professionnels et patrimoniaux, la jurisprudence a évolué dans le sens d’une plus grande transparence : la Cour de cassation a considéré en 1993 que le patrimoine ne constitue plus un élément de la vie privée dès lors que la divulgation n’est pas accompagnée de commentaires touchant la personnalité ou la vie même de l’intéressé93. L’atteinte à la vie privée ne peut être invoquée pour la description de l’activité professionnelle, et pas même pour la dénonciation d’une malversation, ou d’une malhonnêteté commise par un fonctionnaire dans ses fonctions. En revanche, bizarrement, la description du contrat de travail soumis au droit privé peut être considérée comme portant atteinte à la vie privée de la personne.

62On voit que, compte tenu de la richesse des entretiens menés selon la méthode du récit de vie ou du récit de carrière, l’historien utilisant et diffusant les informations biographiques qu’il trouve dans les entretiens peut s’exposer sérieusement à l’accusation d’atteinte à la vie privée. C’est d’ailleurs ce même risque qui contraint également les témoins à se montrer prudents dans leurs jugements sur autrui et qui explique leur réticence à faire des portraits un peu « mordants ». C’est aussi ce risque d’atteinte à la vie privée, rappelons-le, qui peut inciter à préconiser la « congélation » des archives orales pendant un délai de réserve d’au moins 30 ans, afin que les témoins puissent parler librement... et que les historiens puissent faire leur travail de biographes en toute tranquillité. En effet, les actions fondées sur l’article 9 du Code civil ne peuvent s’intenter par le témoin que de son vivant. Autrement dit, un témoignage recueilli auprès d’un témoin de 75 ans en 1995 et mettant en cause des contemporains dans les années cinquante, divulgué en 2025 par un historien, a fort peu de chance d’être attaqué par le témoin ou par les contemporains mis en cause : historiens et témoins sont à l’abri ! Néanmoins, il faut souligner que les héritiers et les ayants droit ont la possibilité de défendre la mémoire d’une personne décédée en ayant recours au régime spécifique de la presse (loi de 1881, art 29, 34 et 35), et l’on tombe alors sur la question de la diffamation.

  • 94  Notons que dans le cas de nos archives orales, les faits cités remontent presque toujours à plus d (...)
  • 95  B. Blanc, in Ch. de Tourtier-Bonnazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives, op. cit., p. 55-59 (...)
  • 96  H. Bastien, Droit des archives, op. cit., p. 122.
  • 97  B. Blanc, op. cit., p. 59.
  • 98  Il s’agissait d’une personne dont il était dit dans l’article qu’elle ne parlait pas l’anglais et (...)

63Dans la loi du 29 juillet 1881 relative à la presse, modifiée à plusieurs reprises, trois articles peuvent retenir l’attention de l’institution productrice d’archives orales ainsi que celle de l’historien utilisateur de témoignages : l’article 29 qui définit la diffamation, l’article 34 qui définit la diffamation contre la mémoire des morts, et l’article 35 qui pourrait s’appliquer à des travaux historiques dans la mesure où selon cet article, « la vérité des faits diffamatoires peut toujours être prouvée, sauf [...] lorsque l’imputation se réfère à des faits qui remontent à plus de dix années »94. Peut être qualifiée de diffamation « toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé », mais le délit n’est constitué qu’à partir du moment où il y a publicité, c’est-à-dire à partir du moment où l’allégation en question a été rendue publique, par voie de presse, de télévision, de radio ou d’édition. L’auteur du délit est la personne ayant « publié » l’information (historien, écrivain, chercheur, journaliste) ou l’organe ayant assuré cette « publication » (journal, revue, radio, chaîne de télévision, éditeur). La personne mise en cause (ou ses ayants droit) pourrait-elle se retourner contre l’institution productrice qui a permis la fixation de propos diffamatoires ou contre l’organisme qui a communiqué les enregistrements ? Dans le manuel des Archives de France sur les archives orales, Brigitte Blanc répond ainsi : « Fournir les moyens de la diffamation, c’est en être complice. Le témoin, qui a porté des accusations contre un tiers, s’expose donc au délit de complicité, ainsi que le service d’archives qui a communiqué son témoignage »95. Si des historiens ou des journalistes ont pu avoir maille à partir avec les tribunaux pour des affaires mettant en cause la vie privée des personnes ou pour des affaires de diffamation, Hervé Bastien, dans son Manuel de droit des archives, souligne qu’« aucune espèce de jurisprudence fondée sur la loi de 1881 n’a pour l’heure impliqué de service d’archives »96, et selon Brigitte Blanc des Archives nationales, « le risque de condamnation [...] paraît plus théorique que réel »97. De notre côté, alors que nous étions secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière et que nous avions la responsabilité des archives orales, il n’est arrivé qu’une seule fois qu’un témoin se plaigne du traitement dont il avait fait l’objet, à la suite d’un article scientifique exploitant des informations tirées du fonds d’archives orales du Comité98 ; l’affaire s’est réglée à l’amiable entre l’auteur et le témoin.

  • 99  C. Pennetier, Gazette des archives, op. cit., p. 211-213.

64Les contraintes qui enserrent l’utilisation des archives orales, notamment celles à caractère biographique ou prosopographique, si elles doivent être connues et prises au sérieux, ne doivent pas pour autant entraîner de frilosité chez l’archiviste-oral, effrayé à l’idée de recueillir des informations touchant à la vie privée des personnes, car c’est ce qui fait le principal intérêt des archives orales ; elles ne doivent pas non plus entraîner de frilosité chez le témoin, tétanisé à l’idée de se voir accusé de diffamation, ni de frilosité de la part de l’institution productrice ou conservatrice tentée d’empiler réglementation sur réglementation pour la consultation. Il faut en dépit de tous les « risques » (virtuels) faire confiance à l’esprit de prudence et de responsabilité de l’historien, à son esprit de finesse, lorsqu’il utilise ce type de source, bref au devoir de « respect du biographie » qui s’impose au biographe, pour reprendre l’expression de Claude Pennetier à propos des notices du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron99 : « Respecter le biographie, c’est transmettre de sa vie privée les éléments nécessaires à la compréhension de son itinéraire et en revanche abandonner les informations à caractère anecdotique ou sulfureux. [...] Je crois que le biographe a besoin de tout savoir pour ne pas tout dire et pour ne pas dire n’importe quoi. Savoir lui permet de trier et de comprendre et c’est aussi pour cela que l’historien ne sombre pas dans le sensationnalisme : en croisant les informations entre elles et en les replaçant dans leur contexte, il neutralise l’impact spectaculaire que certaines pourraient avoir. Parce qu’il sait, le biographe ne multiplie pas les hypothèses, ne laisse pas de sous-entendus [...] ; de même il trouve les formulations qui ne blessent pas, qui ne gênent pas mais qui éclairent ».

65Avec la publication des extraits d’entretiens, nous voici arrivés en fin de parcours ; parfois, une ultime phase s’ouvre avec la discussion entre témoins et historiens, entre acteurs et chercheurs ; ces débats peuvent même être prévus dans la recherche et organisés de façon formelle, elle prend alors le nom de phase de restitution. Il est toujours intéressant de prendre connaissance des réactions des témoins, de voir comment ils ont perçu l’utilisation de leurs témoignages. La confrontation peut même faire rebondir et la réflexion et la remémoration. L’exercice peut aussi parfois tourner vinaigre, quand les témoins ne retrouvent pas leur point de vue individuel dans l’exposé général de l’historien, ou du moins quand ils estiment que leur témoignage n’occupe pas la place qui lui reviendrait selon eux. La phase de restitution occasionne souvent un choc frontal entre le vécu individuel qui s’enracine dans le subjectif et l’exposé historique général qui vise à l’objectivité.

  • 100  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 84 : « Certains [indices] brillent et nous (...)
  • 101  Voir la quatrième partie sur les apports et la richesse des sources orales.

66Pour conclure ce chapitre sur les formes d’utilisation de la source orale, que l’on choisisse une démarche analytique, esthétique ou « illustrative », nous pensons qu’il est possible de prendre la source orale au sérieux et de la traiter comme les autres sources historiques. Nous pensons que la source orale peut servir, dès le début de la recherche, au moment de la formulation des premières problématiques, en ayant une fonction exploratoire, qu’elle peut être présente en cours de recherche documentaire, en parallèle et en réseau avec les archives écrites, qu’elle peut être mobilisée lors de l’analyse et de l’interprétation, et enfin, qu’elle peut être mise à l’honneur lors de la mise en récit et de la rédaction du texte final. Nous pensons aussi que de sa confrontation avec elle-même et avec les autres sources, il jaillit quelque chose de spécifique et que l’historien doit apprendre à travailler avec elle, sans la restreindre à un rôle purement palliatif ou ornemental. Au-delà de leur efficacité « illustrative », esthétique ou « expressive », les sources orales peuvent être considérées comme des instruments de réflexion et d’argumentation à part entière, où chaque information, de la plus factuelle à la plus subjective, de la plus objective à la plus reconstruite, fonctionne comme un « indice »100 et a une signification, mais une signification spécifique selon des problématiques et des questionnements adéquats101.

Notes

1  Nous empruntons cette distinction à D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997 et à D. Demazière et C. Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997, p. 16.

2  Sur l’usage « illustratif » des entretiens en sciences sociales, on peut lire C. Dubar et D. Demazière, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997, p. 16-24.

3  Sur l’usage « restitutif » des témoignages, on peut lire C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 24-33.

4  D. Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980, p. 64.

5  Par exemple, dans des registres différents, P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, 1993 ; L. Valensi et N. Wachtel, Mémoires juives, Paris, Gallimard/Julliard,1987 ou M. Le Roux (dir.), Une génération de postiers raconte..., Paris, Textuel, 1998.

6  C’est négliger que dans un recueil de témoignages, le chercheur-éditeur intervient nécessairement dans le choix des extraits, dans leur ordre de publication, dans leur présentation, dans les notices, dans les titres ou les intertitres qu’il introduit dans le corpus.

7  P. Bourdieu, La misère du monde, op. cit., p. 1 419. Dans le chapitre « Comprendre », Pierre Bourdieu expose la méthode qu’il a suivie pour ses entretiens et l’on notera avec intérêt les emprunts qu’il fait au registre religieux chrétien, voire mystique, pour qualifier la relation qui doit exister entre l’intervieweur et l’interviewé : « révélation », « parabole », « discours prophétique », « conversion » (p. 1 419), « exercice spirituel », « oubli de soi », « disposition accueillante », « amour intellectuel de Dieu » (p. 1 406), « condition de félicité » (p. 1 407), « ouverture oblative » (p. 1 402). Notons que les Évangiles constituent une mise par écrit de témoignages oraux, concernant non seulement les faits qui ont marqué la vie de Jésus, mais surtout les paroles qu’il a prononcées, et notamment des paroles échangées. Il y a un lien intrinsèque entre le Verbe, les mots, la révélation et la communion des personnes.

8  M.-C. Dubreil-Villatoux, « Algérie 1959-1960 : Souvenirs d’aviateurs », Revue historique des Armées, n° 3, 1995 ; M.-C. Dubreil et F. de Ruffray, « Suez : des aviateurs témoignent », Revue historique des Armées, n° 2, 1997.

9  M. Le Roux (dir.), Une génération de postiers raconte..., Paris, 1998.

10  P. Bourdieu (dir.), La misère du monde, « Comprendre », Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 1 418-1 419 ; M.-A. Charas, M. Hervo, Bidonvilles, Paris, Maspéro, 1971 ; J.-F. Laé, N. Murard Les Récits de malheur, Paris, Descartes et Cie, 1995.

11 L. Valensi et N. Waechtel, Mémoires juives, Paris, Gallimard/Julliard, 1987. Nous attendons la parution prochaine des deux recueils de morceaux choisis issus des deux concours autobiographiques du Trésor public et des Impôts organisés par le Comité pour l’histoire économique et financière.

12  Par exemple, M. Catani, Tante Suzanne. Une histoire de vie sociale, Librairie des Méridiens, Paris, 1982.

13  L’IHTP a publié des journaux de guerre ou des témoignages écrits, assortis d’un apparat critique (« Notes de prison » par B. d’Astier de la Vigerie, édition annotée de L. Douzou, Les Cahiers de l’IHTP, n° 25, oct. 1993, « Souvenirs inédits d’Yvon Morandat », édition établie et présentée par L. Douzou, Les Cahiers de l’IHTP, n° 29, sept. 1994) ; certains des chercheurs de l’IHTP ont « accompagné » et enrichi historiquement la publication de Mémoires qu’ils avaient auparavant « provoquées » par leurs demandes de témoignages oraux dans le cadre de travaux universitaires : par exemple, D. Veillon, notes et préface pour J.-P. Lévy, Mémoires d’un franc-tireur. Itinéraire d’un résistant (1940-1944), Bruxelles, Complexe, 1998, 2000 ; mais à notre connaissance, l’IHTP n’a pas publié de façon annotée et critique un entretien oral réalisé par l’un de ses chercheurs. Essayant de s’inscrire dans cette tradition d’annotation critique, le Comité pour l’histoire économique et financière a créé une sous-collection « Mémoire », destinée à accueillir des souvenirs d’acteurs de la vie économique et financière, à condition qu’ils soient accompagnés d’une introduction ou de notes critiques (citons, par exemple, J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez 1920-1971, édition critiquée et annotée par N. Carré de Malberg et H. Bonin, CHEFF, 1993). En 1996, le Comité a souhaité faire une expérience d’édition critique, appliquée à un témoignage choisi parmi son fonds d’archives orales : cf. N. Carré de Malberg, Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des finances : Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958. Texte établi, présenté et annoté par Nathalie Carré de Malberg, CFTEFF, Paris, 1997.

14  Cf. Le Journal du septennat de Vincent Auriol, dont l’édition critique complète, sous la direction de Pierre Nora, devrait compter 7 volumes (6 ont d’ores et déjà été publiés et une version raccourcie a été publiée chez Gallimard en 1970 ; cf. aussi J.-N. Jeanneney, Journal politique de Jules Jeanneney, Paris, A. Colin, 1972 ; C. Rist, Une saison gâtée. Journal de la Guerre et de l’Occupation, 1939-1945, Paris, Fayard, 1983 ; O. Dard, Journal de guerre, Henri Queuille, Paris, Pion, 1995 ; H. et P. Levillain (éd.), Raymond de Sainte-Suzanne, Une politique étrangère : le Quai d’Orsay et Saint-John Perse, à l’épreuve d’un regard. Journal, novembre 1938-juin 1940, V. Hamy, 2000, pour ne citer que quelques exemples concernant le xxe siècle.

15  Le journal de ma vie : Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Éd. Daniel Roche, A. Michel, 1998. Et pour le xixe siècle, selon un exercice un peu différent, A. Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998 ou M. Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, 1895, rééd. Paris, Hachette, 1976.

16  Sur cet exercice du choix du « biographie », on peut lire N. Carré de Malberg sur Roger Goetze. Notons que cette question du choix du témoin se pose plus généralement pour tout exercice biographique en histoire, cf. O. Feiertag et W. Baumgartner, E. Kocher-Marbeuf et J.-M. Jeannneney, Y. Beauvois et L. Noël, etc. Pour une réflexion sur le genre biographique en histoire, G. Piketty, « La biographie comme genre historique ? Étude de cas », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 63, juil.-sept. 1999.

17  Intervention de N. Carré de Malberg à notre séminaire, le 23 avril 1997, sur l’édition des témoignages provoqués.

18  Il faudrait ajouter les notes liées à la présence de l’archiviste-oral.

19  Ainsi, au Comité pour l’histoire économique et financière, les souvenirs de Jacques Georges-Picot ont-ils été annotés par un spécialiste de l’inspection des Finances et par un spécialiste d’histoire bancaire ; et l’entretien de Roger Goetze par une spécialiste de la haute fonction publique et par un spécialiste d’histoire algérienne.

20  A. Farge, Le goût de l’archive, 1997, p. 87.

21  Selon la distinction de F. de Saussure.

22  J. Péneff, La méthode biographique, Paris, 1990, p. 85.

23  Sur le rôle de la description dans la démarche ethnographique, F. Laplantine, La description ethnographique, Paris, Nathan, 1996 ; D. Fabre, « L’ethnologue et ses sources », in G. Althabe, D. Fabre, G. Lenclud, Vers une ethnologie du présent, Paris, MSH, 1992 ; S. Moscovisci et P. Henri, Problèmes de l’analyse de contenu, Langage II, 1968, p. 36-60 : les auteurs distinguent la perspective descriptive ou taxinomique qui est une démarche d’analyse ouverte sans grille fixée à l’avance et l’analyse systématique ou productive qui répond à un cadre prédéterminé en amont.

24  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 128.

25  M. Bloch, op. cit., p. 77.

26  M. Bloch, op. cit., p. 77 ; M. Bloch parle ici des témoignages écrits ou archéologiques des temps très anciens, mais nous n’avons pas résisté au désir de le citer à propos des archives orales, tant les termes qu’il emploie correspondent à notre situation.

27  E. Cassirer, La philosophie des formes symboliques, « I. Le langage », 1923, Paris, Éd. de Minuit, 1923, trad. 1972, p. 33. Cité par C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, op. cit., p. 38.

28  En dehors de toute théorie linguistique ou sémantique particulière des entretiens, c’est aussi cette conception du langage qui justifie pour l’historien de rechercher dans les sources orales les « systèmes de représentations », les cadres mentaux qui structurent la conscience et la mémoire des témoins qu’il interviewe.

29  Nous suivons ici la présentation qu’en font C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 38-42. Voir aussi A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992.

30  Pour en savoir plus, R. Ghiglione, Les Dires analysés : l’analyse propositionnelle du discours, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 1985 ; M. Messu, « L’analyse propositionnelle du discours (APD) », Cahier de recherche, CREDOC, n° 15, 1991.

31  En principe, ces noyaux-référents sont peu nombreux : une quinzaine de référents doit permettre d’indexer 80 % des propositions.

32  C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, op. cit., p. 39.

33  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 40-42. Pour en savoir plus, H. Raymond Une méthode de dépouillement et d’analyse de contenus appliquée aux entretiens non directifs, Paris, Institut de sociologie urbaine, 1968 ; M. Messu, « L’analyse des relations par opposition (ARO) », Cahier de recherche, n° 31, CREDOC, 1992.

34 On pensera au couple mis en valeur par P. d’Iribarne, « le noble et le vil », dans La logique de l’honneur, gestion des entreprises et traditions nationales, Paris, Éd. du Seuil, 1989.

35 H. Raymond « Analyse de contenu et entretien non directif : application au symbolisme de l’habitat », Revue française de sociologie, IX, 1968, p. 168-179 et H. Haumont et H. Raymond Les pavillonnaires, Paris, CRU, 1966.

36 C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 41.

37  Les récits de vie que C. Dubar et D. Demazière ont collectés, lors d’une enquête collective menée entre 1993 et 1995, auprès déjeunes en difficulté d’insertion dans le monde du travail, portaient sur les sept dernières années de leur vie, depuis leur sortie du système scolaire sans le baccalauréat en 1986. La méthode d’entretien adoptée était celle de la non-directivité, de façon à obtenir des interviewés un récit libre sur leur parcours, tout en recueillant leur jugement rétrospectif et moral sur ce parcours (« Qu’est-ce qui a été important pour vous ? ») et ce qu’ils en tiraient comme enseignement. Notons bien que non-directivité des entretiens ne signifie pas que l’interviewé n’intervient pas, mais signifie qu’il n’a pas de questionnaire prérédigé ni même de grille de rubriques à suivre ou à « remplir » : « Il s’agissait de recueillir ce que D. Bertaux appelle des "récits de pratiques" et de relancer le sujet pour comprendre ses raisons, susciter des justifications, explorer des significations », Cl. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 88.

38  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 7.

39  E. Cassirer, La philosophie des formes symboliques, « I. Le langage », Paris, Éd. de Minuit, 1923, trad. 1972, p. 52.

40  La narration est « un processus créateur de valeurs », A. J. Greimas, Du sens. Essais sémiologiques, Paris, Éd. du Seuil, 1970, 1978, cité par Cl. Dubar et D. Dumazière, op. cit., p. 99.

41  R. Barthes, L’analyse structurale du récit, Paris, Éd. du Seuil, 1981 et A. J. Greimas, Sémantique structurale, Paris, PUF, 1986 et pour une utilisation en sociologie, J.-P. Hiernaux, L’institution culturelle. Méthode de description structurale, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires, 1977.

42  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 101-104.

43  Tout entretien a une « logique narrative » par laquelle le témoin construit son récit et son argumentaire, en reconstruisant son passé, en jugeant son présent, en anticipant (éventuellement) un avenir possible et en voulant, au final, en convaincre son interlocuteur. Dans le cas de nos archives orales rétrospectives, l’élément de projection dans le futur est évidemment minoré si les personnes interviewées sont très âgées, mais il ne doit pas pour autant être nié ou considéré comme négligeable, il est souvent présent sous une forme normative. Cette logique narrative ne préexiste pas à l’entretien, elle se construit en interaction au cœur de la situation d’entretien.

44  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 271.

45  Il ne s’agit pas de faire ici une typologie de groupes d’individus mais une typologie d’univers symboliques et langagiers cohérents : dans le cas cité, il s’agissait d’élucider pour ces jeunes en difficulté « les significations subjectives des processus d’insertion » dans la vie active et dans la société des adultes.

46  Ce n’est pas nouveau en histoire ; dans les années trente, Marc Bloch et Lucien Febvre préconisaient déjà de s’intéresser à la psychologie et les historiens des mentalités ne s’en sont pas fait faute ; quoi qu’il en soit, le fait de recourir aux entretiens oraux en histoire contemporaine conduit forcément à s’intéresser aux travaux de ceux qui étudient les discours, les processus de production du sens et le lien entre représentations subjectives et expression de la réalité sociale.

47  Dans l’utilisation de nos archives orales telles que nous les préconisons, la difficulté pourrait surgir de la longueur des entretiens, qui sont souvent des récits de vie complets, et du fait que les vies sont fort longues, puisque nos témoins sont des retraités ou des personnes âgées. Mais on peut toujours choisir de ne prendre en compte qu’une « tranche de vie » : par exemple, le « moment » de l’entrée dans la vie professionnelle, le « moment » de l’entrée dans l’organisation ou celui de la « sortie »...

48  J. Poirier et alii, Les récits de vie, théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, p. 157.

49  Daniel Bertaux, lui, distingue trois niveaux d’appréhension du récit : la réalité historico-empirique (les événements, les faits biographiques rapportés) ; la réalité psychique et sémantique (ce que pense rétrospectivement le témoin de son passé et de ses expériences, sous une forme totalisante) ; la réalité discursive (les aspects narratifs et le contexte d’entretien). Ces trois niveaux sont directement dérivés de la théorie de F. de Saussure en linguistique et en sémantique : le réfèrent, le signifié, le signifiant, cf. D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 68. De ce point de vue, la méthode biographique proposée par D. Bertaux est une méthode à mi-chemin entre des analyses centrées sur le langage et la méthode thématique centrée sur le signifié.

50  Sur le détail de cette méthode, J. Poirier et alii, Les récits de vie, théorie et pratique, op. cit., p. 157-160.

51  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 87.

52  Cette approche vise à mettre en lumière la complexité des interdépendances dans lesquelles se trouve prise une personne, cf. N. Elias, La société des individus, 1987, trad., Paris, Fayard, 1991.

53  D. Bertaux, op. cit., p. 94 ; « C’est à partir de la comparaison des différents “cas” que représentent les récits de vie que s’élabore le modèle d’abord grossier et entaché des présupposés initiaux, puis de plus en plus précis et riches en formulations sociologiques » (où « modèle » est le mot utilisé en sociologie pour dire « comment ça se passe » ou « comment ça fonctionne » au sein de l’objet étudié.)

54  O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, thèse EHESS, 1999, à paraître en 2001 chez Belin, pp. 349-452. Pour établir ces profils, elle a utilisé plusieurs sources et plusieurs méthodes, qui se sont confirmées entre elles : une étude statistique sur les dossiers de personnel, une étude quantitative et qualitative sur 120 réponses à un questionnaire écrit, des entretiens oraux post-questionnaire (19 témoins) et l’étude des manuscrits du concours autobiographique de La Poste (56 témoignages).

55  C. Attias-Donfut, Générations et âges de la vie, Paris, PUF, 1991.

56  Sur le modèle idéologique très particulier qui sous-tend la carrière des employés de la Sécurité sociale (convention collective de 1945), voir les travaux d’A. Catrice-Lorey sur l’institution Sécurité sociale.

57  Pour une réflexion sur les catégories biographiques, M. Leclerc-Olive, Le dire de l’événement (biographique), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1997.

58  L’histoire est une « connaissance par traces » et par indices !

59  A. Blanchet et A. Gotman vont jusqu’à parler de « manipulation », in L’enquête et ses méthodes : l’entretien, op. cit. p. 98 ; Daniel Bertaux, lui, craint dans ce procédé l’appauvrissement, voire la modification du sens, mais il admet la méthode thématique pour la description de pratiques sociales et leur contexte ; il la récuse en revanche pour l’analyse « d’idéologies personnelles, qui constituent en principe des totalités relativement cohérentes » (Les récits de vie, p. 91). Quoi qu’il en soit, en cas de découpage des récits de vie, il préconise de bien vérifier que le sens des morceaux ainsi isolés n’en est pas transformé, et de faire précéder l’extrait d’un résumé de la vie ou du récit du témoin.

60  C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, op. cit., p. 5-45.

61  C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 7 et p. 18-20.

62  Les adversaires de cette méthode parlent de « sacs à thèmes », A. Blanchet et A. Gotman, op. cit., p. 98.

63  En sociologie, la méthode inductive des historiens a son correspondant, entre autres, dans la théorie dite de la Grounded Theory de B. Glaser et A. Strauss (cf. The Discovery of Grounded Theory, 1967), qui consiste à partir des matériaux recueillis sur le « terrain » et à les comparer, pour ensuite produire des connaissances sur le phénomène étudié et le théoriser. Sur la grounded theory, C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 47-66.

64  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, 1996, p. 184.

65  J. Poirier et alii, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, PUF, 1983, 1996, p. 160-163.

66  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 136.

67  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit.,-p. 142.

68  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 128 et, plus loin, p. 138, il parle du travail de classement comme « figurant au premier rang de ses devoirs ». A. Farge résume elle aussi ainsi cette phase du travail de l’historien : « Dépouiller, extraire, organiser, classer », Le goût de l’archive, op. cit., p. 79.

69  C’est Max Weber qui a introduit le premier le concept d’idéal-type (« Les concepts fondamentaux de la sociologie », Économie et société, Paris, Plon, trad., 1971, p. 17-18). Chez Max Weber, les idéaux-types sont des abstractions, des « objets idéels » par rapport auxquels on compare des « objets historiques réels ».

70  Sur les différentes méthodes typologiques, voir C. Dubar et D. Demazière, op. cit., p. 272-290. Les auteurs distinguent « la démarche de réduction des attributs » et celle des « tas », par laquelle on regroupe les unités « à partir d’un petit groupe d’entre elles choisies comme noyaux de la typologie ».

71  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 129.

72  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 79, relisant M. Bloch.

73  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 107-108.

74  Selon l’expression de P. Veyne dans Comment on écrit l’histoire.

75  La vertu d’expressivité de la source orale doit être apprivoisée, utilisée sans pour autant être mise au service de la recherche du sensationnel ou du pittoresque. Cf. Camille Jullian cité in La méthode en histoire de G. Thuillier et J. Tulard p. 11 : « [L’historien] s’effacera devant ses documents ; il laissera parler ses auteurs. L’histoire la plus séduisante sera peut-être celle où l’écrivain apparaîtra le moins et où le lecteur sera plus directement frappé par l’expression de la vérité ». On trouve chez Camille Jullian cette volonté de laisser la parole aux documents, mais on détecte aussi dans cette phrase la tentation (l’auteur parle d’une histoire « séduisante ») de « faire » vraisemblable ou authentique. Tout historien utilisateur de la source orale connaît un jour cette tentation de choisir la citation la plus marquante ou la plus séduisante... mais pas forcément la plus exacte !

76  Ce risque est particulièrement grand avec les décideurs ou les hauts fonctionnaires les plus brillants, ceux qui, parés des atours de la distanciation historique, aiment à repasser non seulement le fil de leur vie mais à produire des rationalisations subtiles et séduisantes de leur action, devant des apprentis historiens éblouis par tant de profondeur d’analyse et de détachement.

77  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 114.

78  La pertinence des remarques d’Ariette Farge pour les archives orales s’explique par le fait qu’une grande partie des archives judiciaires ou policières qu’elle utilise sont précisément constituées de témoignages oraux retranscrits (les témoignages de gens ordinaires consignés pendant une enquête, une instruction ou un procès, voir La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Éd. du Seuil, 1992, et Le cours ordinaire des choses dans la cité du xviiie siècle, Paris, Éd. du Seuil, 1994). Ainsi peut-elle écrire : « L’historien épris de sources originales, entretient avec l’archive un rapport de fascination tel qu’il ne devrait jamais cesser de s’en justifier et de contrôler chez lui et chez les autres tout ce qui, à partir d’elle, pourrait faire croire à une dépossession de son système de rationalité. L’impact que l’archive a sur lui - et qu’il ne reconnaît presque jamais explicitement - a parfois pour conséquence un déni de sa valeur : belle mais piégée, elle aurait pour corollaire de sa beauté toute une mise en scène de l’illusion. Elle attire mais trompe et l’historien la prenant comme compagne ne se méfierait pas assez de l’improbable trace des images qu’elle sécrète », in La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 7, cité par D. Voldman, « L’invention du témoignage », Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987, p. 78.

79  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 91.

80  M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 99-100.

81  Il est important de réfléchir aux conventions de langage qui unissent un groupe social, un milieu professionnel, une institution ou même les acteurs d’une époque, de penser aux usages de politesse qui régissent une conversation ou un dialogue.

82  A. Farge, Le goût de l’archive, op. cit., p. 91-92.

83  A. Farge, op. cit., p. 92-93.

84  Nous supposons également le problème des droits de l’archiviste-oral réglé, soit que son contrat de travail autorise la publication de son entretien soit qu’il en ait donné l’autorisation explicite.

85  Qu’entend-on par publication ? Une thèse de doctorat soutenue publiquement est un document public, auquel tout lecteur peut avoir accès en se rendant au centre de recherche ou à la bibliothèque universitaire concernée ; mais toute thèse n’est pas forcément publiée. En ce qui nous concerne, nous considérons comme documents publiés les documents ayant reçu un numéro d’ISBN, les documents imprimés dans la presse ou dans un périodique. C’est d’ailleurs à ce titre que les informations, allégations ou jugements de l’historien, sont soumis au régime de responsabilité de la presse (loi de 1881), voir ci-dessous.

86  TGI Paris, 20 avril 1983, Mme M. c/ Filipacchi (JCP 1983, II, 20434, obs. Lindon), cité par Hervé Bastien, La Documentation française, Droit des archives, 1996, p. 121.

87  TGI Paris, 1 déc. 1991, Mme L. c/ Paris-Match (Légipresse, janv.-fév. 1992, n° 88, p. 1), cité par H. Bastien, op. cit. p. 121 : « L’historien ou le journaliste peut à nouveau faire état [de ces faits], même s’ils ont trait à la vie privée de la personne mise en cause, dès lors qu’il n’est pas manqué aux devoirs de prudence et d’objectivité qu’ils doivent respecter ».

88  Voir la note ci-dessus.

89  TGI Paris, 21 juin 1995, Forum des associations arméniennes de France c/ Lewis (Petites affiches, n° 117, 29 sept. 1995, p. 17), note d’O. Roumelian, cité par H. Bastien, Droit des archives, op. cit., p. 121.

90  Cour de cassation, 15 juin 1994, de Portes c/ J.-J. Servan-Schreiber, (JCP 1994, IV, 2077), cité par H. Bastien, op. cit., p. 121. Sur la question plus générale du droit et de l’histoire, J.-D. Bredin, « Le droit, le juge et l’historien », Le Débat, nov. 1984.

91  Exposé de C. Chadelat, « Transparence et secret, l’accès aux archives contemporaines », Gazette des archives, n° 177-178, 1997, p. 196-203.

92  C. Chadelat, op. cit., p. 201.

93  « La publication de renseignements d’ordre patrimonial, exclusifs de toute allusion à la vie et à la personnalité [des intéressés] ne porte pas atteinte à la vie privée des personnes », Cour de cassation, 1e ch. civ., 20 oct. 1993, Expansion c/ Bich, Recueil Dalloz, 1994, p. 594.

94  Notons que dans le cas de nos archives orales, les faits cités remontent presque toujours à plus de 10 ans ; cette durée décennale pourrait être retenue dans le cas où l’on souhaite fixer un délai de réserve fixe pour la communicabilité des archives orales. Ce qui est raisonnable, à condition de l’assortir d’une procédure individuelle dérogatoire.

95  B. Blanc, in Ch. de Tourtier-Bonnazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives, op. cit., p. 55-59 (le chapitre consacré aux problèmes juridiques des archives orales).

96  H. Bastien, Droit des archives, op. cit., p. 122.

97  B. Blanc, op. cit., p. 59.

98  Il s’agissait d’une personne dont il était dit dans l’article qu’elle ne parlait pas l’anglais et dont on apprenait ensuite qu’elle avait été nommée au poste d’attaché financier à Washington entre les deux guerres ; or, la façon dont les deux informations étaient reliées dans le corps du texte pouvait conduire le lecteur à mettre en doute les compétences et le succès de la personne dans ce poste ; de fait, c’est bien ainsi que le témoin concerné l’a pris... L’affaire n’a pas donné lieu heureusement à une action en justice pour atteinte à la vie privée ou à l’image d’une personne ; le témoin s’estimant mis en cause s’est contenté d’envoyer une lettre de protestation à l’auteur ; l’affaire s’est résolue à l’amiable. Le Comité pour l’histoire économique et financière qui publiait l’article n’a même pas été saisi officiellement, mais c’est un bon exemple pour recommander la prudence et la délicatesse dans les formulations ou les jugements de valeur concernant les personnes ! Les faits objectifs n’étaient pas mis en cause, mais l’image de la personne concernée (et accessoirement celle du corps de l’Etat auquel il appartenait) pouvait se trouver affectée par la façon de dire de l’historien.

99  C. Pennetier, Gazette des archives, op. cit., p. 211-213.

100  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 84 : « Certains [indices] brillent et nous frappent d’emblée, tandis que d’autres restent longtemps cachés dans la gangue de leur apparence banale. [...] Chacun des indices repérés doit être considéré comme la pointe à peine visible d’un immense iceberg ».

101  Voir la quatrième partie sur les apports et la richesse des sources orales.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540