Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Nos seigneurs des comptes

Les gens des comptes de Montpellier aux XVIIe et XVIIIe siècles : reproduction sociale et homines novi

Stéphane Durand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Depuis l’édit d’union de juillet 1629, la Chambre des comptes de Montpellier, que François Ier avait créée en 15231, est unie à la Cour des aides de cette même ville, pour former une seule et unique Cour des comptes, aides et finances. Cette Cour unique, formée sous l’impulsion de Richelieu, a alors compétence pour un ressort s’étendant depuis le Rhône jusqu’à la Guyenne. Amputé de sa partie occidentale en 1642, son ressort est recentré sur le Languedoc. Dans cette province, les deux cours souveraines – le Parlement et la Cour des comptes, aides et finances – sont établies chacune dans une capitale de généralité – Toulouse et Montpellier –, et sont éloignées de plusieurs centaines de kilomètres.

La répartition géographique des pouvoirs dans la province n’est pas sans conséquence sur la composition de chacune des cours et sur leur recrutement respectif. Tandis que les magistrats du Parlement de Toulouse, liés aux trésoriers de France du bureau des finances de cette même vi...

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université d’Avignon. Auteur d’une thèse en 2000 dirigée par François-Xavier Emmanuelli sur le pouvoir municipal en Languedoc intitulée Pouvoir municipal et société locale dans les petites villes de l’Hérault aux xviiie et xixe siècles : le cas de Mèze de 1675 à 1815 (Université Montpellier III), il s’intéresse à l’histoire urbaine et a publié en 2006 une synthèse sur Les villes en France, xvie-xviiie siècle, Paris, Hachette. Il consacre la plus grande partie de ses travaux aux élites provinciales et au maniement des deniers publics. Membre d’un groupe de recherche sur les États de Languedoc dirigé par Arlette Jouanna et Élie Pélaquier, il vient de soutenir un mémoire d’habilitation portant sur le financement de l’aménagement du territoire : Finances, pouvoirs et territoires. Contribution à l’histoire des aménagements portuaires civils et à l’histoire des assemblées d’États (Provence, Languedoc, Roussillon, aux xviie et xviiie siècles), Université de Montpellier III, 2009. Il codirige avec A. Jouanna et É. Pélaquier un ouvrage collectif en cours Les États de Languedoc entre Fronde et Révolution, à paraître chez Droz, Genève.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540