Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Troisième partie. Archives orales et exploitation historique

Chapitre premier

De l’extraction des informations à la transcription intégrale

Texte intégral

I. Une utilisation « minimaliste » des archives orales

1. La consultation des inventaires et du dossier individuel

1De la façon la plus élémentaire, on peut se contenter d’utiliser les instruments de travail qui accompagnent les entretiens enregistrés, lesquels en effet, s’ils ont été soigneusement réalisés, fourmillent d’informations factuelles : noms de personnes, événements biographiques, lieux géographiques, formation secondaire et supérieure, orientation professionnelle et déroulement de carrière, institutions fréquentées professionnellement... Toutes ces informations devraient se trouver dans les fiches chronothématiques et la simple lecture d’un dossier individuel est très précieuse pour préparer un questionnaire ou un entretien, croiser un témoignage, faire une « reprise », identifier des réseaux relationnels, esquisser un parcours biographique, reconstituer un curriculum vitae... Mais attention, ces instruments de travail ne sont au mieux que des indicateurs de la succession des thèmes et des informations données par le témoin, sans que l’exhaustivité ni l’exactitude n’en soient jamais garanties, car même si des consignes identiques ont été données à tous les archivistes-oraux, chaque analyste a sa propre sensibilité à tel ou tel thème, son propre degré de concentration sur telle ou telle catégorie d’information et sa propre manière de les synthétiser dans les fiches d’analyse ou de compte rendu, sans parler des erreurs de compréhension qui ne manquent jamais d’émailler une « réécoute » de bande.

2. La simple écoute des enregistrements (sans prise de notes)

2Lorsque les conventions de consultation distinguent les trois notions, audition, transcription et citation, l’audition est parfois la seule autorisée par le témoin. D’un point de vue scientifique, il nous semble qu’en histoire, c’est d’un intérêt relativement limité, car nous ne voyons pas dans cette discipline le moyen de faire l’économie de la critique documentaire et donc du passage par la transcription ou la prise de notes ; c’est pourquoi nous estimons qu’il n’est pas forcément utile de faire apparaître cette distinction sur la fiche de communicabilité et qu’il faut sauter directement à l’étape suivante, en offrant au témoin le choix entre deux formes d’exploitation : l’exploitation anonyme ou les citations nominatives. Une simple écoute des interviews peut être néanmoins utile lorsqu’on démarre une recherche, que l’on est dans une phase d’élaboration d’hypothèses et que l’on cherche à s’imprégner d’une « ambiance », d’une « atmosphère », d’un langage, d’un milieu, à prendre « l’air du temps » ou que l’on a besoin d’effectuer quelques sondages. Mais il est bien évident que de ces simples écoutes, il restera au mieux un sentiment diffus, quelques souvenirs impressionnistes, quelques confirmations intuitives... En outre, comment, dans le cas d’un corpus important de témoignages, parvenir à retenir par la mémoire tous les extraits écoutés ainsi que leur contenu ? Il faut bien à un moment ou à un autre passer par l’écrit.

3. L’extraction d’informations et les tentations de l’analyse quantitative

  • 5  M. Mangenot, qui a soutenu récemment une thèse en sciences politiques sur les hauts fonctionnaires (...)

3Le stade suivant consiste dans la prise de notes résumées, par laquelle le « lecteur-auditeur » retraduit dans son propre langage le contenu des entretiens et extrait des entretiens les informations factuelles qui l’intéressent, débarrassées de tous les débordements du discours et des bavardages de l’oralité, sans se préoccuper du contexte d’énonciation de ces informations. L’intérêt de cette méthode réside essentiellement dans sa rapidité et s’applique dans le cas d’une étude où l’on recherche sur tel ou tel objet de recherche des informations « objectives », factuelles. Elle suppose une sorte de grille d’exploitation préalable que l’on applique à la source orale et dont on « coche » les « cases » au fur et à mesure des écoutes d’entretiens : ainsi, par exemple, si l’on souhaite étudier la formation progressive d’une haute fonction publique européenne, on écoutera les interviews de carrière des hauts fonctionnaires français en notant systématiquement les différentes voies professionnelles par lesquelles ils ont accédé aux institutions européennes ainsi que les caractéristiques de ces carrières d’un nouveau genre5.

  • 6  N. Carré de Malberg et F. Descamps, « L’historien devant le témoignage provoqué, le cas des ancien (...)
  • 7  C’est avant tout instructif pour la connaissance du corpus des témoignages sélectionnés : la seule (...)

4C’est là d’ailleurs que peut s’introduire la tentation de la quantification6. Compter les témoins qui répondent de la même manière à une même question, compter les récurrences, compter le nombre de fois où telle personnalité a été citée dans un corpus déterminé de témoignages, compter les témoignages semblables se rapportant à un même thème, décompter des informations factuelles telles que les diplômes, les origines socioprofessionnelles, les origines géographiques, les appartenances à des clubs de réflexion ou à des partis politiques, dénombrer les opinions semblables... Il est tentant de s’essayer à de telles opérations et c’est souvent très instructif7. Mais l’étape suivante peut se révéler infiniment plus délicate et plus sujette à caution, lorsqu’on se lance dans les pourcentages statistiques, qui visent, rappelons-le, à évaluer des corrélations stables et à mettre en valeur des lois générales.

  • 8  Ainsi par exemple, parmi les témoins de la direction générale des Impôts ayant témoigné sur la « f (...)

5En effet, comme nous l’avons vu précédemment, la constitution d’archives orales rétrospectives, sauf exception rarissime, n’obéit généralement pas aux règles rigoureuses de la statistique : l’échantillon-cible des témoins est souvent trop étroit, notamment dans le cas d’interviews réalisées auprès des décideurs ou des élites, il est par nature résiduel et n’est donc jamais représentatif ; enfin, il se trouve souvent déséquilibré par la surreprésentation de telle ou telle catégorie de personnes ou de telle ou telle génération8. Le questionnement, le plus souvent personnalisé, n’obéit pas non plus aux règles statistiques : questions non systématiques, à formulations variables, posées pas toujours dans le même ordre, ouvertes... Quant aux réponses, comment les quantifier ? Comment accorder la même valeur à une réponse laconique en une phrase et à un long développement de 20 minutes ? Que faire des réponses faites à des questions non posées ? Que faire des non-réponses à des questions posées ? Il est aujourd’hui généralement admis par tous que les matériaux recueillis par la méthode du récit de vie comme d’ailleurs dans une moindre mesure par celle de l’entretien semi-directif ne se prêtent guère à des analyses quantitatives et statistiques. Si l’on veut à tout prix obtenir des informations quantifiables, d’autres méthodes existent, plus efficaces et surtout plus économiques en temps et en argent !

  • 9  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux sciences historiques, op. cit., p. 165.
  • 10  N. Carré de Malberg, « Pourquoi devient-on inspecteur des Finances de 1913 à 1946 ? », Études et d (...)

6Néanmoins, une fois qu’il est bien acquis que les chiffres obtenus et que les pourcentages qui y sont attachés n’ont pas de réelle valeur statistique, on peut s’en servir comme indicateurs de tendances, comme des ordres de grandeur permettant de classer et de hiérarchiser ; cela permet de dégager des convergences, de rendre l’information lisible. Mais attention, des témoignages peuvent être totalement convergents, et ne pas dire pour autant la « vérité ». En effet, si les témoignages proviennent tous d’un même type de témoins, placés dans une même position, ils nous renseignent davantage sur l’opinion, les représentations et les cadres de pensée des témoins concernés que sur la réalité objective ; un fait ne peut être reconnu comme exact ou comme « vrai » que si les témoignages proviennent d’observateurs indépendants ou d’origines différentes9. Ainsi, par exemple, les témoignages des inspecteurs des Finances de l’ancien concours de recrutement, avant la création de l’ENA, sont quasiment unanimes pour décrire la difficulté du concours et le petit nombre de reçus ; or, Nathalie Carré de Malberg a montré par la consultation des dossiers de candidature et de concours que le concours n’était pas aussi sélectif que les heureux élus voulaient bien le dire10. La convergence des témoignages et leur unanimité ne sont en rien un gage d’exactitude.

4. L’analyse résumée ou « condensée »

  • 11  Dans une telle démarche, ce n’est pas le récit du témoin qui est placé au premier plan, mais la mi (...)

7Une autre méthode, que nous appellerons « condensé d’entretien », consiste à résumer le contenu de l’entretien, en sélectionnant dans l’entretien les informations ou les situations les plus importantes au vu de l’objet de recherche ; ces éléments sont ensuite « traduits » dans le langage du chercheur, immédiatement interprétés selon sa problématique et selon sa grille d’interprétation préalable et mis en récit11. C’est une méthode d’exploitation très couramment usitée en histoire orale. L’inconvénient principal est que, par ce procédé, le témoin disparaît en grande partie derrière le chercheur, que sa parole est en grande partie confisquée ou absorbée par le discours rationalisant du chercheur, que les conditions de production du témoignage sont généralement négligées et que le document n’est guère « donné à entendre », alors que l’expressivité du témoignage oral fait précisément la force (et le sens) de la source orale.

8Cette méthode d’exploitation se rapproche de l’« interprétation organisée » des Anglo-saxons. C’est la méthode qu’a appliquée, selon les principes de l’histoire d’entreprise britannique, Pierre de Longuemar aux Archives historiques de Paribas pour les entretiens qu’il a menés dans le cadre de l’ouvrage historique sur la stratégie internationale de Paribas. L’intérêt de cette méthode réside dans le fait que l’on part de la transcription littérale et que l’on conserve les mots du témoin, tout en la condensant et en l’organisant selon les besoins de l’historien. Nous verrons en quatrième partie l’utilisation que nous faisons de cette méthode dans une démarche de gestion des organisations (chapitre IV).

9Tous ces modes d’utilisation des témoignages oraux, qui visent à « extraire » directement le contenu des entretiens, ont leur intérêt, en particulier la rapidité ; mais ils font plus ou moins l’impasse sur le caractère oral et discursif de la source orale, sur son contexte très particulier d’énonciation (l’entretien dialogué) et considèrent les paroles du témoin comme de simples supports permettant la collecte d’informations objectives existant au-delà des mots. Ils peuvent également faire accroire que la source orale n’a pas encore droit de cité parmi les sources officielles de l’histoire, qu’elle est une source historique de seconde catégorie. En effet, puisque les historiens pratiquent un culte documentaire qui les oblige à « citer leurs sources », leurs documents doivent pouvoir être donnés à voir et à entendre, être décrits pour être mieux vérifiés, comparés, évalués, pesés aux yeux de tous, dans une problématique de la « preuve » qui imprègne toujours malgré tout la mentalité historienne. Le minimum consiste en tout cas, même lorsque l’on se contente d’extraire des informations d’un enregistrement ou de les résumer, à citer les références d’identification des documents (cotes, numéros de cassettes, dates d’entretiens, plages ou repères chronothématiques, noms de la personnalité interviewée et de l’archiviste-oral), qu’il est très facile de faire figurer en note de bas de page au même titre qu’une cote d’archivé. Le degré suivant dans l’utilisation de la source orale consiste dans la mise à disposition aux yeux de tous des documents oraux eux-mêmes, ce qui suppose soit la citation d’extraits conséquents soit la publication intégrale d’entretiens, opérations qui exigent de façon incontournable le passage par la transcription.

II. L’art de la transcription ou le respect de la source orale

10L’élévation de la source orale au rang de source historique à part entière suppose dans un premier temps qu’on puisse y avoir accès librement, qu’on puisse identifier les documents et en vérifier le contenu : c’est chose faite grâce au magnétophone qui a permis de fixer les affirmations une fois pour toutes et de les dater, grâce aux supports de plus en plus fiables qui permettent de conserver les documents, grâce aux institutions patrimoniales qui permettent de les mettre à la disposition des chercheurs, grâce aux instruments de travail et aux indexations qui permettent de retrouver les informations et de les croiser... Mais dans la démarche historique, il faut aussi pouvoir disposer des documents, pouvoir les analyser, les critiquer, les comparer, les discuter et les interpréter, ce qui constitue le travail même de l’historien. Comment accomplir ce travail sur des documents oraux qui se déroulent au rythme de la bande dans un flux rapide et continu, comment retenir les paroles qui s’enfuient sans en passer par un procédé de transcription ? Là est tout le paradoxe. Car, alors que l’on voulait précisément installer la source orale dans sa plénitude, on se trouve contraint d’en passer par une transcription, c’est-à-dire par un document para-écrit qui, malgré tous les efforts déployés, risque fort de n’être qu’une mutilation, qu’une mauvaise traduction du document oral ! Pourtant, l’exercice de la transcription, exercice dans lequel nous voyons, répétons-le, un pis-aller, est aussi un salutaire travail de compréhension et d’interprétation qui nous mène droit au cœur de la source orale et de ses richesses.

  • 12  Nous supposons résolue la question préalable de l’autorisation de transcription par le témoin. Là (...)

11Autour de la transcription, plusieurs questions se posent12 : qui transcrit le document ? Que transcrire ? Comment transcrire ? Quel est le statut de la transcription ?

1. Qui transcrit ?

12La transcription peut être confiée à plusieurs types de « transcripteurs » et chacun a ses avantages et ses inconvénients.

  • 13  Les archives orales de la Sécurité sociale, représentant environ 400 heures d’enregistrement, ont (...)
  • 14  Le Service historique de l’Éducation a la chance de disposer de transcripteurs qualifiés ; les « t (...)

13La meilleure solution est sans conteste celle où l’archiviste-oral transcrit lui-même l’interview qu’il a réalisée : il connaît les différentes phases de l’entretien et peut anticiper sur son déroulement, il est capable de restituer les propos inaudibles, de reconstituer les questions trop elliptiques ou abrégées, d’orthographier correctement les noms propres des personnes ou des institutions ; il connaît la voix de son interlocuteur et de mémoire, peut retranscrire les inflexions, interpréter les émotions ou les différentes tonalités. Il sait « de quoi il est parlé » et transcrit beaucoup plus vite que celui qui ignore ce dont il est question. Les risques d’erreur, de mécompréhension ou d’affabulation sont beaucoup moins importants. Une solution proche de celle-là est la transcription par un tiers, pas forcément spécialiste du sujet, mais assortie d’une relecture systématique et rigoureuse par l’intervieweur qui rectifie alors les erreurs, comble les « blancs » et contrôle soigneusement le texte. Ces deux solutions supposent que les transcriptions soient établies très rapidement après les entretiens, car sinon, on risque de perdre la trace des intervieweurs dont on a vu qu’ils n’étaient pas forcément stables, ce qui implique en pratique de disposer d’un budget conséquent et de transcripteurs rapides. Ce système a été pratiqué pour les archives orales de la Sécurité sociale : les entretiens étaient transcrits au fur et à mesure13 et les textes circulaient au sein même de l’équipe d’archives orales de manière à ce que chaque archiviste-oral fut informé de ce que disaient les témoins et qu’un croisement des témoignages fût organisé en temps réel. C’est aussi le système adopté par le Service historique de l’Éducation pour ses archives orales sur les politiques publiques d’Éducation14 ou par l’INRA. Le coût de la transcription qui est très important (une heure d’enregistrement demande 8 heures de travail au minimum) vient s’ajouter au coût de la collecte des témoignages (sur cette question du coût, voir la fiche sur le budget des archives orales).

  • 15  C’est la doctrine que défend Pierre de Longuemar, responsable des Archives historiques de Paribas, (...)

14Une autre solution consiste à laisser cette charge au chercheur externe ou interne, qui vient écouter les enregistrements et établit donc lui-même sa source en sélectionnant les extraits dont il a besoin. Les erreurs les plus grossières sont limitées, du fait que le chercheur connaît théoriquement le sujet dont il est question, il est lui aussi capable d’identifier les noms propres et les organismes cités par le témoin. Le principal avantage de cette solution est son absence de coût pour l’institution productrice, qui se repose sur les chercheurs pour la valorisation de son fonds d’archives orales : il suffit au service producteur-conservateur de demander un double des transcriptions réalisées par le chercheur au titre de sa contribution au « service public » ; mais ce n’est pas toujours facile à obtenir15. Le principal inconvénient réside dans l’effet « patchwork » prévisible de la transcription et dans le picorage de citations, le chercheur n’ayant guère le temps de se livrer à des transcriptions intégrales, ce qui ne facilite pas la critique méthodologique de la source et encourage l’usage purement « illustratif » des archives orales.

15La solution suivante consiste à utiliser les services d’une entreprise spécialisée, d’une dactylo ou d’étudiants ; tous ces dispositifs présentent l’inconvénient, outre le coût, d’être extérieurs à la réalisation de la campagne d’archives orales et d’être étrangers au domaine concerné. La précaution minimale à prendre est de faire relire et corriger les transcriptions par les intervieweurs eux-mêmes ou par leurs successeurs, ce qui dans tous les cas demande du temps et a donc un coût. La fidélisation des transcripteurs est également un objectif à atteindre afin de permettre la familiarisation avec le sujet de la collecte et de réduire les risques d’erreur.

16Dernier cas de figure : c’est le témoin lui-même qui souhaite prendre à sa charge la transcription de son interview, soit en la déléguant soit en la réalisant lui-même. C’est une solution séduisante et économique pour l’institution productrice, qui a néanmoins intérêt à proposer elle-même le transcripteur de façon à garder un droit de regard sur le document : le but est autant de pouvoir contrôler la qualité de la transcription que de pouvoir disposer d’une copie de la transcription littérale ainsi que des différentes versions qui ne manqueront pas d’être réalisées à la demande du témoin avant de parvenir à la dernière version validée par ses soins.

17Dans tous les cas, il faut essayer de conserver ces différentes versions en les datant soigneusement, et repérer par des crochets, des signes de couleur ou une police de caractère différente tous les « repentirs » du témoin ; ces indications peuvent nourrir des analyses originales sur le passage de l’oral à l’écrit, sur les règles du « bien dire », sur les phénomènes d’autocensure, sur la construction et la réécriture du récit et sur la présentation officielle de soi. De ce point de vue, la transcription d’un récit de carrière, validée et signée par le témoin, apparaît comme un degré supplémentaire dans la fixation officielle d’une image de soi par rapport au récit oral, plus flou et plus flottant.

2. Que transcrire ?

18Faut-il tout transcrire ? Ou ne transcrire que des extraits ? C’est un débat du même type que celui qui oppose pour les archives écrites les partisans de la photocopie intégrale du document et les partisans de la prise sélective de citations... Il y a des puristes dans les deux cas et ce au nom d’impératifs scientifiques et méthodologiques tout à fait valables. Nous nous situons en ce qui nous concerne dans le camp des partisans de la transcription intégrale des entretiens, et ce pour des raisons identiques à celles qui nous font préférer le récit de carrière à l’entretien thématique. Pouvoir disposer de l’intégralité de l’entretien permet une meilleure compréhension du document, une meilleure critique interne du texte par la confrontation des différents extraits se situant à des endroits différents de la bande sur un même thème (car un témoin est souvent conduit à revenir à plusieurs moments sur un même sujet), une meilleure prise en compte du contexte d’énonciation du témoignage. Il est ainsi, par exemple, important de noter si l’extrait vient en début d’entretien (parole réservée ou contrainte, conventionnelle) ou en fin d’entretien (parole libérée grâce à la mise en confiance). La transcription intégrale permet de replacer l’extrait choisi dans un dialogue et dans une communication interpersonnelle ; il ne faut pas oublier en effet qu’un entretien d’archives orales se joue entre deux personnes, ce n’est pas un monologue et, même si l’archiviste-oral semble en apparence peu intervenir, c’est lui qui par sa demande et ses marques d’intérêt déclenche l’acte de remémoration et de narration, c’est lui qui lors du pacte d’entretien a donné le fil directeur de l’entretien et c’est bien à lui et derrière lui, à une multitude d’interlocuteurs, que le témoin s’adresse.

19La transcription intégrale permet aussi de situer l’extrait choisi dans la vie du témoin et dans son discours : ainsi par exemple, même si seuls les extraits évoquant l’entrée dans l’administration sont utilisés par la suite dans l’étude historique, il est important d’avoir parcouru rapidement les épisodes biographiques qui précèdent et encore plus ceux qui suivent pour interpréter correctement les motifs allégués par le témoin pour expliquer son choix d’entrer dans l’administration : la suite de sa carrière dans la fonction publique et la satisfaction qu’il en a retirée, la possibilité qu’il a eue ou non de « pantoufler », sa réussite ou non dans le secteur privé ou au contraire son impossibilité de quitter l’administration, les expériences publiques ou privées qu’il a connues sont autant de facteurs qui viennent affecter l’évocation des motivations qui l’ont conduit à passer le concours de rédacteur au ministère des Finances plutôt que celui d’HEC ou de Centrale...

20Le dernier avantage de la transcription intégrale, et il n’est pas négligeable, est qu’elle permet de résoudre le problème de la conservation à long terme des documents, et tant pis si les puristes de l’oralité crient au sacrilège ou à la mutilation du sens. Il y a des situations où la transcription est toujours meilleure que la détérioration des enregistrements faute de moyens pour les entretenir ou pour les conserver dans de bonnes conditions.

  • 16  On peut considérer qu’une heure et demie d’entretien reviennent à 25-30 pages dactylographiées en (...)
  • 17  Le colloque sur le Plan Marshall, ou sur la direction du Budget dans les années cinquante ont donn (...)

21Mais attention, une transcription intégrale ne signifie pas pour autant un paquet informe de dizaines de pages dactylographiées, car le document en devient rapidement inutilisable16. Il faut la structurer en y insérant des parties et des sous-parties, des titres et des intertitres qui peuvent être plus ou moins décalqués des fiches chronothématiques, une table des matières, des index et une pagination. Il faut en faire un instrument de travail assez élaboré, qui permette de retrouver et de recouper l’information rapidement17. La transcription d’un enregistrement nécessite un premier travail de traduction, mais sa mise en forme finale en nécessite un second, qui peut également relever d’un certain arbitraire de la part du transcripteur : pourquoi choisir ce titre et pas tel autre ? Pourquoi faire ici un alinéa ? Pourquoi diviser ce développement en deux parties et en deux paragraphes ?

  • 18  Daniel Bertaux spécialiste du récit de vie ne propose pas de règle absolue en matière de transcrip (...)
  • 19  Dans le cas de transcriptions collectives par plusieurs transcripteurs simultanés, il faut veiller (...)
  • 20  C’est son statut de centre de recherche qui explique que le Service historique de l’Éducation tran (...)

22Il reste que le temps manque toujours, les crédits de transcription aussi, alors, bien souvent, en est-on réduit à sélectionner au plus juste les extraits à transcrire ou à prendre en notes18. C’est aujourd’hui le cas du Comité pour l’histoire économique et financière qui fait transcrire au coup par coup les entretiens dont il a besoin en fonction de ses programmes de recherche (le programme « Histoire du ministère des Finances ») ou de la préparation de ses colloques19 ; les institutions patrimoniales traditionnelles, elles, (Archives nationales, Services historiques des Armées, etc.) laissent ce privilège aux chercheurs... Il faut y voir un parti pris doctrinal concernant le respect du document oral, un souci d’économie et de prudence ainsi que la marque de leur mission plus patrimoniale que de recherche historique. A l’opposé, les centres de recherche prévoient quasiment dans la totalité des cas des crédits de transcription, de façon à pouvoir exploiter rapidement les matériaux collectés20.

23En cas de transcription partielle, il faut veiller à situer rigoureusement l’extrait dans son contexte, c’est-à-dire à trois niveaux : dans la vie du témoin (les événements dont il parle, les a-t-il vécus quand il était jeune ou vieux, débutant ou confirmé, avant ou après son expérience de cabinet ministériel, quand il était chef de bureau à la direction du Personnel ou quand il était contrôleur financier ?), dans la chronologie générale (parle-t-il du Budget dans les années cinquante ou dans les années soixante ?) et enfin, dans l’entretien (s’agit-il d’un des premiers entretiens ou du sixième, d’une réponse à une question ou d’un développement libre et spontané, d’un coq-à-l’âne ou d’un exposé démonstratif ?). Le cheminement personnel du témoin ainsi que les aspects discursifs et narratifs de l’entretien doivent être pris en considération afin de ne pas fausser l’interprétation des propos et d’éclairer la critique du témoignage. Toutes ces indications seront portées sur une fiche de transcription, correspondant à l’extrait choisi, mentionnant également le nom du témoin, le nom de l’archiviste-oral, la date d’entretien, les références de l’enregistrement, les repères chronothématiques, en vue des sacro-saintes notes de bas de page...

3. Comment transcrire ?21

  • 21  La transcription exige de nombreuses interruptions du déroulement de l’enregistrement et de va-et- (...)

24Nous préconisons dans un premier temps de transcrire intégralement et littéralement les enregistrements. « Littéralement » signifie mot à mot, avec les interjections, les tics de langage, les fautes de syntaxe et de concordance des temps, les subordonnées hachées ou bouleversées, les redites, les répétitions, les impropriétés de langage, les mots d’argot ou familiers, les mots de liaison ou de ponctuation du discours, les mots destinés à entretenir la communication ou l’attention de l’interlocuteur... À cette transcription littérale quasi mécanique viennent s’ajouter les indications propres à l’oralité que sont les silences, les soupirs et les respirations, les rires, les onomatopées, les sifflements, les claquements des lèvres, les changements de tonalité, les bafouillements, les hésitations, les émotions qui percent sous un ton brusquement assourdi ou au contraire strident, les bruits parasites (crayon qui tape nerveusement, pied qui frappe le sol, plat de la main sur la table), indications qui suggèrent déjà une première interprétation : ce silence correspond-il à une hésitation face à la question, à un temps de réflexion, à une réprobation, à une méfiance, ou à une incompréhension ?

  • 22  Ch. de Tourtier-Bonnazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives, Archives nationales, Paris, 1990 (...)

25Les spécialistes de littérature orale et les phonologues proposent un code de transcription admis désormais par tous22 :

— les passages peu audibles seront placés entre crochets carrés [ ] ou signalés par la mention (inaudible) ;
— les morceaux de phrases déplacées seront placés entre barres parallèles // // ;
— les coupures faites par le transcripteur seront signalées par les points de suspension placés entre crochets [...] ;
— les mots prononcés par une intonation plus forte seront soulignés par le caractère gras ou par des majuscules ;
— les digressions courtes ou les incises seront placées entre parenthèses (...) ;
— les émotions ou les changements de rythme seront soulignées par l’italique (colère, nervosité, rire, ironie, larmes) ;
— les silences, les hésitations, les interruptions de phrases seront rendues par les points de suspension...
— en cas d’exigence d’anonymat, les noms de personnes seront masqués par leurs initiales M. N. ;
— les interventions de l’intervieweur seront notées : INT. et placées à la ligne en début de paragraphe.

26On utilisera les notes de bas de page pour donner toutes précisions utiles concernant l’oralité ou le contexte d’énonciation ; les erreurs les plus flagrantes en matière de dates ou de noms de personnes, les lapsus, les confusions de termes seront rectifiés dans les notes de bas de page, jamais directement dans le texte.

27Une transcription même littérale est déjà un document interprétatif : la ponctuation, la création de paragraphes sont autant d’actes arbitraires qui mettent en forme le discours et constituent autant d’interventions du transcripteur. Le résultat, autant le dire, est un document touffu, défiguré, opacifié, dont le sens semble parfois même avoir disparu (alors qu’à l’oral le discours paraissait lumineux), le plus souvent sans relief et fastidieux à lire, insupportable généralement pour l’amour-propre du témoin, ce qui nous conduit à en déconseiller la communication à ce dernier, dans la crainte de le voir sous le coup de la déception en demander la destruction, voire pire la destruction des enregistrements eux-mêmes. Cette version « princeps », en termes d’exploitation scientifique, est plutôt destinée aux phonologues, aux linguistes, aux dialectologues, aux spécialistes de littérature orale ou du discours, mais elle constitue, malgré toutes ses imperfections, le document de base pour les historiens et à ce titre doit être soigneusement conservée.

  • 23  Cette version n° 3 est systématiquement pratiquée chez les historiens-oraux anglo-saxons (méthode (...)

28Néanmoins dans un but d’exploitation scientifique historique ou de citation, cette version littérale est peu utilisable ; il est nécessaire de réaliser une deuxième version, lissée, en français correct, débarrassée des scories du langage les plus inopportunes telles que « ben, euh, alors, bon, je disais, n’est-ce pas, etc. » et des fautes de français les plus grossières, syntaxiques notamment ; on réalise donc une version n° 2, toujours très proche de l’enregistrement, marquée par le style oral mais lisible, dont peuvent être extraites des citations, et c’est cette version qui, le cas échéant, peut être soumise au témoin pour relecture et validation. En retour, on obtient alors une version n° 3, corrigée et certifiée par le témoin23.

  • 24  Dans ce domaine, plusieurs méthodes existent : celle des historiens qui collent au document oral e (...)
  • 25  Sur la transcription conçue comme une interprétation, P. Bourdieu, « Comprendre », in La misère du (...)

29Si l’on envisage une publication24, un nouveau travail de réécriture commence qui donne lieu à une quatrième version, à nouveau soumise au témoin, ce qui fait déjà au total pas moins de cinq versions... On comprend que l’on puisse compter pour une heure d’entretien jusqu’à 20 heures et plus de travail (J. Goy) ! Dans le cas d’une transcription pour publication, on entre en réalité dans un nouvel exercice, un exercice de création littéraire, dans lequel la fidélité à « l’esprit » et au sens l’emporte sur le respect littéral du texte oral : « Transcrire, c’est nécessairement écrire, au sens de réécrire ; comme le passage de l’écrit à l’oral qu’opère le théâtre, le passage de l’oral à l’écrit impose, avec le changement de support, des infidélités qui sont sans doute la condition d’une vraie fidélité »25

  • 26  Lors de son interview, tel haut fonctionnaire avait parlé de deux ministres de la IVe République e (...)

30Quel que soit le nombre de versions, il est important de les faire figurer dans le dossier d’entretien, numérotées et datées, et d’attirer l’attention du chercheur qui en demande consultation sur les risques d’erreurs et d’approximation qui marquent toute transcription : oublis, saut de morceaux de phrases entières, ajouts, substitution consciente ou inconsciente par le transcripteur de mots du témoin au profit de ses mots à lui26, tendance instinctive à rectifier les erreurs et les « mal-dits », à résumer de façon plus concise ce que le témoin dit si péniblement, élimination des expressions « parasites », introduction d’une ponctuation trop directive, interprétation abusive... En tout transcripteur sommeille un professeur de français ou un maître d’école qu’il faut réduire au silence !

4. Le statut de la transcription

  • 27  Il fut un temps où le département d’histoire orale de Columbia détruisait les enregistrements, sou (...)

31Ces différentes versions posent le problème du statut de la transcription par rapport au document sonore original, hormis le cas où la transcription écrite a donné lieu à une version définitivement validée par le témoin et où ce dernier a souhaité que la version écrite soit la seule consultable, ce qui est d’ailleurs très dommageable historiquement, car les caractéristiques de la voix, les intonations, les inflexions, la prononciation, la diction entrent totalement dans la compréhension d’une personnalité et dans son impact : imaginerait-on seulement de n’avoir que les transcriptions des discours du général de Gaulle ou d’André Malraux sans posséder les enregistrements correspondants ? Comment pourrait-on avoir l’idée de ne conserver que les transcriptions des entretiens accordés au Comité Finances par des personnalités politiques et publiques telles qu’Antoine Pinay, Jacques Chaban Delmas, Michel Poniatowski ou Valéry Giscard d’Estaing et de se débarrasser des enregistrements correspondants27 ? Ce serait un réel appauvrissement ! Et quel risque de perte de compréhension ! Mais si ce principe de la spécificité irréductible de la parole s’impose sans discussion dans le cas des « grands » témoins, pourquoi ne s’appliquerait-il pas de la même manière pour les « petits » témoins ou pour les acteurs plus modestes ?

32La transcription n’est qu’un paradocument, un instrument de travail réducteur et approximatif, incapable de rendre compte de toute la subtilité de la relation interpersonnelle qui s’établit entre le témoin et son interlocuteur et qui passe par de multiples signaux non verbaux, incapable de restituer toute la finesse de l’expression de l’auteur. Les spécialistes considèrent en effet que la communication entre deux personnes passe par trois types de canaux différents : les intonations de la voix elle-même, les gestes non verbaux (gestes, mouvements de la tête, du corps et des yeux, expressions du visage) et les mots eux-mêmes, qui ne retiendraient selon certains linguistes et sémiologues que 10 % des messages transmis. D’où l’attention à porter aux gestes et aux expressions non verbales que l’enregistrement ne fixe pas et que seule l’image animée est capable de fixer et de restituer (d’où l’usage préconisé de la caméra). La kinésie ou kinésique est précisément la science qui étudie les comportements moteurs associés au langage, elle distingue les gestes linguistiques qui accompagnent le raisonnement et doublent la parole (main qui frappe sur la table, pied qui martèle sous la table, poing fermé qui scande le discours, froncement des sourcils, pauses, usages des silences) et les gestes linguistiques qui remplacent la parole (haussement d’épaules, sourire de dénégation ou de complicité, mimiques de doute ou désabusées, etc.) ainsi que les gestes interactifs de communication (main qui se pose sur le bras, doigt qui se tend, etc.) ; on parle aussi de proxénie, c’est-à-dire de l’usage personnel et culturel que font deux interlocuteurs de l’espace qui les sépare et les unit à la fois.

33Imaginons des propos prononcés avec ironie, où le ton à lui tout seul exprime la dénégation ; la transcription littérale aboutit à une version « aplatie » exprimant exactement le contraire de ce qu’avait voulu dire le témoin ; c’est le contresens assuré si le chercheur ne se reporte pas à l’enregistrement ! Imaginons cette fois que la même phrase ait été prononcée sur un ton à peu près neutre mais assortie d’un franc haussement d’épaules et d’un regard exaspéré lancé au plafond : ce n’est plus le magnétophone qu’il faut dans ce cas-là, mais une caméra pour saisir sur le vif tous ces gestes de communication, ces mimiques d’approbation ou d’énervement, ces grimaces d’anxiété ou ces sourires de cabotin, ces marques affichées d’impassibilité ou de séduction, l’acuité d’un regard ou le pétillant d’un clin d’œil... La transcription est bien impuissante à restituer tout cela, et l’on ne peut que tenter de s’en approcher par des indications prises sur le vif au cours de l’entretien (cf. la nécessité de tenir un journal de bord) ou lors de la transcription par des mentions spéciales ; mais cela n’est faisable que si c’est l’intervieweur qui réalise lui-même les transcriptions.

  • 28  Lorsque la transcription est publiée et que le texte a obtenu la validation du témoin, on peut cit (...)

34Toutes ces raisons font que, du moins en France, la doctrine concernant le statut de la transcription est la suivante : hormis le cas où le témoin a corrigé, validé, signé la transcription de sa main et exigé que la transcription soit le seul document qui fasse foi, archivistiquement, l’enregistrement seul constitue l’original, qui fait foi et référence contre toutes les transcriptions établies par des tiers. En conséquence, il faut toujours se reporter au document sonore, quitte à le réécouter en ayant la transcription sous les yeux, et s’abstenir de citer une transcription, puisque seules ont de la valeur les références des enregistrements28.

Pour conclure sur la transcription

  • 29  Sauf dans le cas où la transcription est validée par le témoin.

35Pour une institution productrice d’archives orales, la transcription systématique des entretiens constitue un moyen certain de conserver durablement les témoignages ; c’est aussi le moyen, dans le cas où l’on demande au témoin de valider le texte transcrit, d’approfondir le dialogue avec lui, d’obtenir des informations ou des précisions supplémentaires, de faire corriger les noms de personnes et d’institution. Mais la transcription a un coût financier très lourd et elle crée le risque de voir les chercheurs se passer de l’écoute des bandes pour se contenter d’un ersatz, sans saveur et potentiellement entaché d’erreurs29.

36Pour l’historien utilisateur, c’est un outil de travail dont il ne peut pas faire l’économie s’il veut utiliser de façon approfondie la source orale. Bien que cet exercice soit infiniment long, en acceptant de s’y plonger lui-même, il acquiert de l’intérieur une compréhension très fine de l’entretien et une familiarité extraordinaire avec le témoin et son « monde » (lexical, mental, psychologique, intellectuel) ; soucieux de percer les nuances du discours, il entre dans le déroulement de pensée de l’auteur, en suit les hésitations et les apories, en pénètre les allusions, les réticences et les lapsus ; il goûte le plaisir du mot juste ou le brillant d’un trait, sourit d’une anecdote bien menée, et connaît de véritables émotions... Plus risquée et moins jubilatoire est la lecture de la transcription réalisée par un tiers, que seule la nécessité d’aller vite peut justifier d’utiliser : au-delà des risques d’erreur et des contresens, on peut craindre un « rendu » plat, sans caractère, et à qui seul un travail qualitatif à base de réécoute permettra de rendre l’expressivité. Enfin, dernier intérêt de la transcription, dans le cas où le chercheur, après avoir réalisé ses entretiens, procède lui-même à la transcription de ses enregistrements, il prend conscience de ses défauts d’intervieweur, des lacunes de ses connaissances, de ses erreurs de conduite d’entretien, ce qui est souvent un test douloureux, mais peut contribuer efficacement à améliorer sa pratique ou sa grille d’entretien.

  • 30  A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1997, p. 24-25.

37En fait, il y a une parenté évidente entre la transcription des témoignages oraux et l’activité de recopie pour les archives écrites, dont Ariette Farge dit qu’elle peut paraître « imbécile » à l’heure de l’informatique et de la photocopie, mais qu’elle a en réalité une véritable utilité pour la compréhension en profondeur du sens des mots et des documents : « Le goût de l’archive passe par ce geste artisan, lent et peu rentable, où l’on recopie les textes, morceaux après morceaux, sans en transformer ni la forme, ni l’orthographe, ni la ponctuation. Sans trop même y penser. En y pensant continûment. Comme si la main, ce faisant, permettait à l’esprit d’être simultanément complice et étranger au temps et à ces femmes et à ces hommes en train de se dire [...] L’archive recopiée à la main est un morceau de temps apprivoisé ; plus tard on découpera les thèmes, on formulera des interprétations. Cela prend beaucoup de temps et parfois fait mal à l’épaule en tiraillant le cou ; mais avec lui, du sens se découvre »30. On ne pourrait mieux dire pour le lent et fastidieux travail de retranscription.

Notes

5  M. Mangenot, qui a soutenu récemment une thèse en sciences politiques sur les hauts fonctionnaires européens (Une Europe improbable. Les hauts fonctionnaires français dans la construction européenne 1948-1992, Université Robert Schuman, Strasbourg, déc. 2000), a utilisé le fonds d’archives orales du CHEFF. Voir aussi sa contribution au colloque sur Le rôle des ministères des Finances et des ministères de l Économie dans la construction européenne 1957-1978, organisé par le CHEFF, les 22-23-24 mai 1999, « La formation à l’Europe des hauts fonctionnaires des Finances français 1948-1978 », à paraître en 2001.

6  N. Carré de Malberg et F. Descamps, « L’historien devant le témoignage provoqué, le cas des anciens hauts fonctionnaires des Finances », Recherches contemporaines, Paris X-Nanterre, n° 1, 1993 et N. Carré de Malberg, « L’exploitation de la source provoquée orale et écrite ; l’exemple des inspecteurs des finances », Études et documents, VI, CHEFF, 1994.

7  C’est avant tout instructif pour la connaissance du corpus des témoignages sélectionnés : la seule chose que l’on puisse dire, c’est que sur les 25 témoignages pris en compte, 10 disent ceci, 8 cela et 2 n’en disent rien ; on peut aussi dire que 3 témoins tombent d’accord pour dire ceci ou cela et que 15 témoins disent autre chose. Mais il est dangereux de calculer des pourcentages, car sur des nombres inférieurs à 30 personnes, les chiffres n’ont guère de sens.

8  Ainsi par exemple, parmi les témoins de la direction générale des Impôts ayant témoigné sur la « fusion des régies » en 1968, les « anciens » de la régie de l’Enregistrement sont mieux représentés que les autres catégories d’administrateurs : à l’époque, ils étaient plus nombreux dans les postes de réorganisation ou de gestion des personnels et ils ont aussi mieux répondu à l’appel à témoignage lancé par le comité d’histoire. Intervention de P. Bas au séminaire « Les sources de l’histoire fiscale », Bercy, CHEFF, 12 mars 1999 et à notre séminaire, le 19 mai 1999.

9  Ch. Seignobos et Ch.-V. Langlois, Introduction aux sciences historiques, op. cit., p. 165.

10  N. Carré de Malberg, « Pourquoi devient-on inspecteur des Finances de 1913 à 1946 ? », Études et documents, III, CHEFF, 1991. Dans un tel cas, d’aucuns se croiront fondés à crier au mensonge ou à la désinformation et rejetteront la source orale comme non fiable. Mais faut-il pour autant jeter les témoignages oraux aux orties ? Il est évident qu’il faut, par le croisement des sources, évaluer les informations livrées et les rectifier en cas d’erreur, mais il faut aussi dans un second temps, comme l’a fait N. Carré de Malberg, les analyser au second degré et se demander ce que peut bien signifier une telle assertion de leur part et pourquoi les témoins font ainsi cette erreur systématiquement. Cette « erreur », ce « mensonge » diront certains, cette altération, nous dit en réalité quelque chose des croyances que les inspecteurs des Finances nourrissent à l’égard du concours, des critères d’entrée à l’Inspection et de la représentation qu’ils ont d’eux-mêmes. Pour résumer la démonstration de N. Carré de Malberg, la surestimation de la difficulté du concours nous donne des informations sur la conscience qu’ils ont de leur excellence et de leur supériorité, sur leur certitude qu’ils ont d’avoir été prédestinés aux responsabilités les plus hautes, et sur leur conviction d’appartenir à une élite, tous sentiments qui sont à la racine de leur esprit de corps...

11  Dans une telle démarche, ce n’est pas le récit du témoin qui est placé au premier plan, mais la mise en récit de l’historien.

12  Nous supposons résolue la question préalable de l’autorisation de transcription par le témoin. Là encore, il nous semble que le pacte d’entretien, de même qu’il devrait inclure obligatoirement l’audition future des entretiens, devrait inclure d’office la transcription des enregistrements ; la « négociation » contractuelle ne devrait porter que sur la question des citations en cas de publication (voir la fiche de communicabilité que nous proposons en ce sens).

13  Les archives orales de la Sécurité sociale, représentant environ 400 heures d’enregistrement, ont été déposées sous les cotes 2 AV 234 à 447 et AS 13 à 20 et les transcriptions sous les cotes 37 AS 1 à 12. Dominique Schnapper ne précise pas dans son rapport qui a réalisé les transcriptions.

14  Le Service historique de l’Éducation a la chance de disposer de transcripteurs qualifiés ; les « transcripteurs » font partie intégrante du dispositif « archives orales ».

15  C’est la doctrine que défend Pierre de Longuemar, responsable des Archives historiques de Paribas, qui demande un effort du même type aux chercheurs qui viennent consulter les archives de Paribas, en assortissant l’accès aux archives écrites de quelques classements ou de quelques travaux d’inventaires...

16  On peut considérer qu’une heure et demie d’entretien reviennent à 25-30 pages dactylographiées en simple interligne. Les archives orales de la Sécurité sociale ont été transcrites, mais les instruments de travail que nous préconisons n’ont pas été élaborés à l’époque, il manque notamment une table des matières.

17  Le colloque sur le Plan Marshall, ou sur la direction du Budget dans les années cinquante ont donné lieu à des transcriptions systématiques. L’enquête d’histoire orale réalisée sur la prise de décision chez EDF a donné lieu à 200 heures d’entretien auprès de 75 témoins, qui ont été transcrites, soit 4 000 pages de témoignages agrémentées d’un index « matières ». Cf. J.-F. Picard, A. Beltran, M. Bungener, Histoire(s) de l’EDF. Comment sont prises les décisions de 1946 à nos jours ? Paris, 1985.

18  Daniel Bertaux spécialiste du récit de vie ne propose pas de règle absolue en matière de transcription, mais il souligne que la transcription partielle, à base d’extraits sélectionnés, prend autant de temps que la transcription intégrale qui est, elle, quasi mécanique (op. cit., p. 66) ; nous avons nous-mêmes vérifié ce phénomène : le fait d’évaluer pour chaque membre de phrase si le passage en vaut la peine, d’indiquer les crochets et les points de suspension pour les morceaux coupés, de résumer les extraits non transcrits est extrêmement fastidieux et « chronophage » !

19  Dans le cas de transcriptions collectives par plusieurs transcripteurs simultanés, il faut veiller à leur donner des consignes identiques de sélection des extraits et de transcription.

20  C’est son statut de centre de recherche qui explique que le Service historique de l’Éducation transcrive systématiquement les entretiens qu’il réalise, il n’est pas un organisme patrimonial à proprement parler.

21  La transcription exige de nombreuses interruptions du déroulement de l’enregistrement et de va-et-vient ; répétées, ces manipulations risquent d’endommager le matériel et les enregistrements. Il existe des appareils spéciaux munis d’un système d’arrêt, actionnés notamment grâce à une pédale.

22  Ch. de Tourtier-Bonnazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives, Archives nationales, Paris, 1990, p. 27-28.

23  Cette version n° 3 est systématiquement pratiquée chez les historiens-oraux anglo-saxons (méthode Columbia). C’est aussi la méthode que suit Pierre de Longuemar pour les archives orales de Paribas sur le modèle de l’histoire orale anglo-saxonne ou Denis Poupardin pour les archives orales de l’INRA. Nous attirons l’attention sur la différence qui existe entre cette transcription validée et signée, qui fait foi, et la transcription établie par un chercheur pour son propre compte, version temporaire et personnelle lui servant d’instrument de travail intermédiaire, et non validée par le témoin.

24  Dans ce domaine, plusieurs méthodes existent : celle des historiens qui collent au document oral et qui « donnent à entendre », celle plus littéraire qui vise à reconstruire le récit et à le faire évoluer vers un texte littéraire de type autobiographique, dans lequel Pierre Bourdieu voit la véritable fidélité, celle du sens...

25  Sur la transcription conçue comme une interprétation, P. Bourdieu, « Comprendre », in La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 1 416-1 424. On a vu dans la partie juridique comment le fait de transcrire et de réécrire un entretien fait naître sur la tête du transcripteur des droits d’auteur ; or ce transcripteur, selon les cas, pourra être le témoin, l’archiviste-oral, l’organisme producteur ou un chercheur tiers.

26  Lors de son interview, tel haut fonctionnaire avait parlé de deux ministres de la IVe République en les qualifiant de « potiches », ce qui avait un certain sens ; à la transcription, le terme « potiche », pourtant éloquent, avait disparu et s’était vu remplacer par le terme « lampadaire », ce qui ne voulait plus dire grand-chose !

27  Il fut un temps où le département d’histoire orale de Columbia détruisait les enregistrements, sous prétexte que les transcriptions suffisaient et qu’il fallait réutiliser les cassettes ; cette doctrine, heureusement, ne dura pas. C’est aussi « l’erreur » que font parfois les apprentis historiens-oraux, notamment les étudiants peu argentés : ils effacent leurs cassettes une fois transcrits les extraits dont ils ont besoin et les réutilisent pour les entretiens suivants.

28  Lorsque la transcription est publiée et que le texte a obtenu la validation du témoin, on peut citer l’ouvrage, mais l’enregistrement n’est pas devenu pour autant inutile : l’écart entre le texte public et l’enregistrement d’origine est très intéressant à étudier et à analyser.

29  Sauf dans le cas où la transcription est validée par le témoin.

30  A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1997, p. 24-25.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable