Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Troisième partie. Archives orales et exploitation historique

Introduction

Texte intégral

  • 1  C’est le cas au Comité pour l’histoire économique et financière, aux Caisses d’épargne, dans les S (...)
  • 2  Nous empruntons ce terme à G. Thuillier, « Pour une théorie de l’ingénierie historique », Études e (...)

1Depuis une vingtaine d’années, sous les efforts répétés des comités d’histoire ministériels, des associations d’histoire d’entreprise, des services historiques et des Archives de France, les archives orales ont fait leur entrée dans les institutions patrimoniales et se sont nettement professionnalisées ; elles ont donné naissance en quelque sorte à un nouveau métier, archiviste-oral, puisque dans certains centres patrimoniaux, leur collecte est pratiquée à plein temps par des professionnels dont c’est l’unique activité1. Les différentes expériences parallèles ou successives, par un processus d’accumulation et de fécondation, ont permis l’élaboration d’un corpus de méthodes et de doctrines désormais éprouvées, et même si des spécificités subsistent ici ou là, il y a désormais un véritable consensus sur ce que l’on pourrait appeler l’ingénierie des archives orales2, caractérisé par une meilleure conscience des enjeux méthodologiques et par une exigence de rigueur à tous les stades du processus de constitution de la source, dans le choix de la problématique, de la méthode d’entretien, dans la définition du corpus-cible des témoins, dans la formation des archivistes-oraux, dans les choix techniques, dans la conception des instruments de travail et dans les travaux de valorisation.

  • 3  Comme exemples de travaux ayant donné une place importante à la source orale et l’ayant traitée de (...)
  • 4  L’apprenti-historien pêche ici, soit par naïveté (il méconnaît ou sous-estime le pouvoir de la sou (...)

2Si l’on peut estimer que du côté de la « production », les archives orales ont atteint désormais un seuil professionnel de volume et de crédibilité, il serait souhaitable qu’un même saut qualitatif et quantitatif soit accompli pour la deuxième phase, à savoir l’exploitation scientifique et intensive des archives orales. De ce côté, beaucoup de progrès peuvent encore être faits, que ce soit au niveau de la formation des étudiants ou au niveau de la valorisation de la source orale. Malgré les avancées d’institutions pionnières comme l’IHTP ou de certains centres de recherche qui utilisent depuis longtemps la source orale en sciences politiques, en sciences sociales ou en histoire et qui accompagnent leurs étudiants, il est encore peu fréquent de rencontrer dans les départements d’histoire contemporaine, en maîtrise ou en DEA, un enseignement systématique et critique développé sur la source orale, à l’image de ce qui se fait en histoire ancienne ou en histoire médiévale avec les sciences dites « auxiliaires » de l’histoire ; heureusement, cette idée fait progressivement son chemin, et nous constatons qu’ici ou là des modules de méthodologie des témoignages commencent à être mis en place pour les étudiants d’histoire contemporaine (Hervé Lemoine à Sciences Po, Danièle Voldman à Paris I). Cela dit, en matière de légitimation scientifique, on ne pourra considérer la partie véritablement comme gagnée que lorsque toutes les maîtrises et tous les doctorats d’histoire contemporaine ayant utilisé des témoignages oraux comporteront une introduction méthodologique et un apparat critique conséquent sur le sujet3 et lorsque le commentaire d’une interview sera donné en sujet d’épreuve du commentaire de document au CAPES ou de l’agrégation d’histoire ! D’un point de vue formel, on constate parfois que les travaux de maîtrise et même de doctorat ne comportent pas toujours de présentation critique des sources orales utilisées, que les notes de bas de page sont bien souvent inexistantes, étiques ou elliptiques (« entretien avec l’auteur »), que les annexes ne mentionnent pas les sources orales ou les présentent de façon lacunaire (liste de témoins sans indications de nombre d’entretiens, de dates ou de durée, et sans identification biographique). Ce statut de source documentaire de seconde catégorie apparaît également dans le corps de la démonstration, lorsque les citations, le plus souvent sans référence et anonymes, sont convoquées à titre illustratif ou anecdotique, sans discussion critique. Plus dommageable encore et plus délicate méthodologiquement nous apparaît la pratique qui consiste à faire certains entretiens auprès de quelques témoins privilégiés, « juste pour voir » ou « juste pour vérifier », sans vouloir véritablement s’en servir comme source directe et explicite ; les idées du témoin risquent fort d’influencer à son insu l’historien, notamment si les interviews ont lieu en amont de la recherche, et, en se refusant à faire état explicitement de ces entretiens, ce dernier se prive du moyen de mettre à distance le témoignage, de l’évaluer et de le critiquer4.

3Il nous semble donc qu’après la phase d’acclimatation des archives orales comme nouvelle technique archivistique mémorielle et patrimoniale, il faudrait concentrer les efforts désormais sur l’exploitation scientifique des archives orales, sur leur valorisation, sur la formation des étudiants et sur les exigences critiques à faire valoir pour toute utilisation de la source orale. Mais en définitive comment utiliser ces archives orales ? Comment les faire parler ? Comment les interroger ? Il est vrai que la chose n’est pas simple et que cette source a de quoi rebuter ou déconcerter le chercheur habitué aux archives administratives ou aux sources imprimées : caractère imprécis, fuyant de l’information qui se délaie dans un verbe approximatif et se délite dans une transcription malhabile ou simplement illisible, caractère insaisissable ou intraduisible de l’oralité, primat du discours et interposition de l’acteur-témoin entre l’historien et son objet d’étude, interactions dues à l’archiviste-oral, biais dans la construction de la source, effets de rétrospectivité et d’induction...

4En réalité, on peut envisager plusieurs types d’utilisation des archives orales, de la plus basique et la plus factuelle à la plus « englobante », de la plus « sèche » à la plus « second degré », et ces diverses utilisations, « minimalistes » ou « maximalistes », dépendent en réalité du questionnement que l’historien applique à la source orale, de ses objectifs de recherche et du statut qu’il accorde à la parole et au discours.

Notes

1  C’est le cas au Comité pour l’histoire économique et financière, aux Caisses d’épargne, dans les Services historiques des Armées...

2  Nous empruntons ce terme à G. Thuillier, « Pour une théorie de l’ingénierie historique », Études et documents, VIII, CHEFF, 1996, p. 599-617. Voir aussi sur cette notion, F. Descamps, « Les comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux acteurs de la recherche ? », Études et documents, X, CHEFF, 1998, p. 483-627.

3  Comme exemples de travaux ayant donné une place importante à la source orale et l’ayant traitée de façon rigoureuse, nous pouvons citer les travaux récents de N. Carré de Malberg au Comité pour l’histoire économique et financière, la thèse d’École des chartes de S. Lepage sur la direction des Finances extérieures du ministère des Finances, la thèse de L. Quennoüelle sur la direction du Trésor, le DEA d’A. Terray sur la naissance de la direction de la Prévision, le DEA d’A. de Castelnau sur l’histoire du SGCI ou la thèse d’O. Join-Lambert sur les receveurs des Postes (1944-1974). Tous ces travaux sont disponibles au CHEFF. Voir bibliographie générale en fin d’ouvrage.

4  L’apprenti-historien pêche ici, soit par naïveté (il méconnaît ou sous-estime le pouvoir de la source orale), soit par oubli des règles élémentaires du croisement des points de vue, soit par intention délibérée (il est en panne d’interprétation), soit par engagement partisan (il défend le point de vue de tel ou tel groupe mais cherche à le dissimuler en n’utilisant que les sources d’archives et en ne dévoilant pas ses sources « idéologiques »).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540