Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Nos seigneurs des comptes

Au XVIe siècle, l’office de la Chambre des Comptes de Paris comme investissement : Les marchands bourgeois face à la fonction publique

Robert Descimon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette communication est dédiée à mon ami
Jean-François Pernot,
connaisseur incomparable
de la Chambre des comptes parisienne.

Les magistrats de la Chambre des comptes n’étaient pas censés être des juristes savants comme les juges de la justice civile et criminelle. Leur juridiction financière requérait un savoir technique et comptable pour entendre, corriger et juger les comptes des receveurs généraux et particuliers de l’immense ressort de la cour parisienne1. La culture des marchands n’était pas en décalage avec les exigences de la profession de juges financiers, même si les techniques arithmétiques n’étaient pas forcément les mêmes2. Les deux métiers exigeaient application, précision et une certaine ascèse intellectuelle, l’esprit de routine, surtout chez les financiers3. Néanmoins les marchands parisiens et leurs fils ne semblent pas avoir fourni de forts contingents à la Chambre des comptes, à quelque niveau de la hiérarchie des magistrats de la Chambre que l’on se place (présid...

Auteur

Élu chercheur au CNRS en 1977, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales depuis 1990. Son sujet d’étude premier a été la Ligue et la Fronde parisiennes, et plus particulièrement les troubles urbains d’un point de vue sociologique avec, entre autres publications : Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris,Klincksieck, 1983 ; avec José Javier Ruiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Puis il s’est intéressé à l’histoire de l’État, et notamment à la vénalité des charges publiques en France. Parmi ses parutions sur ce thème, on peut citer : avec Fanny Cosandey, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2002 ; avec Alain Guery, dans Alain Burguière et Jacques Revel (dir.), « Un État des Temps modernes ? », Histoire de la France. La longue durée de l’État, volume dirigé par Jacques Le Goff, Paris, Éd. du Seuil, 2000, p. 209-513 et p. 521-534 ; « La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français. Le bien commun au pays des intérêts privés », dans La dette publique dans l’histoire, Jean Andreau, Gérard Béaur et Jean-Yves Grenier (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 177-242. Il est ensuite revenu à l’histoire politique de la municipalité de Paris. Ses travaux actuels concernent l’anthropologie de la parenté dans la noblesse de robe et la notabilité parisienne du xvie au xviiie siècle. Il a récemment dirigé avec Élie Haddad Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540