Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Deuxième partie. L'ingénierie des archives orales

Chapitre V

Les conditions matérielles et l’environnement de l’entretien

Texte intégral

1Dans la préparation d’une campagne d’archives orales entrent aussi la question du lieu d’interview, du temps et bien sûr du matériel d’enregistrement et de conservation, puisqu’on se situe dans une logique de pérennité des documents.

I. Le lieu de l’entretien

2Plusieurs solutions sont envisageables pour réaliser une interview.

3a. Le domicile de l’interviewé : cette solution a pour avantages de favoriser l’instauration d’une certaine familiarité entre l’interviewé et l’archi-viste-oral, de permettre une rencontre avec l’époux(se) ou les enfants qui peuvent apporter un éclairage complémentaire, de donner des informations sur le cadre de vie du témoin (bureau, bibliothèque, mobilier, etc.), et de permettre l’accès à une documentation privée qu’il sera ensuite plus facile de négocier en vue d’un versement, d’un prêt ou d’une reproduction (archives personnelles, livres anciens et brochures ou rapports spécialisés introuvables, objets du passé ou vieilles photographies, etc.) ; enfin, cette solution est commode pour une personne âgée qui éprouve des difficultés à se déplacer. Les inconvénients afférents à cette solution sont un risque de moindre professionnalisme, un risque de glissement vers la conversation de salon, des interruptions fréquentes (téléphone, visites) et parfois même des mauvaises conditions d’enregistrement (fenêtre ouverte, absence de table pour poser le magnétophone et les notes de travail, problème de prise électrique, animal de compagnie (sic !)). Il faut alors remédier à tous ces défauts par les moyens adéquats : rallonge, transformateur, débranchement du télé- phone, enfermement du chien, toutes choses pas toujours faciles à obtenir des témoins.

4b. Le bureau du témoin quand il en a encore un à sa disposition. Là, les avantages l’emportent sur les inconvénients : un cadre professionnel, une secrétaire qui filtre les appels et tient l’agenda, même si parfois des urgences viennent troubler le cours de l’entretien. Le principal inconvénient réside dans le fait que si le témoin dispose d’un bureau, cela signifie qu’il a encore des activités professionnelles, et qu’il risque d’être moins disponible pour des entretiens approfondis et répétés.

5c. Un bureau au sein de l’institution productrice des archives orales (comité d’histoire, service des archives, service historique, musée, bibliothèque) : le témoin est mis d’emblée en condition et en situation « historique » ; la documentation est sur place (annuaires, Who’s Who, archives), la photocopieuse aussi, notamment pour faire une copie immédiate des documents apportés par le témoin ; la relation avec l’archiviste- oral est nécessairement d’ordre professionnel, sans l’ambiguïté de la visite à domicile. Les seules conditions à un tel dispositif sont la disponibilité d’un local isolé et silencieux, même par intermittence, et la possibilité pour le témoin de se déplacer.

  • 1  C’est par exemple l’expérience de Philippe Masquelier aux Caisses d’épargne, qui a dû pratiquer un (...)

6d. Autres lieux possibles : les lieux fréquentés habituellement par le témoin, qui sont en général des lieux de sociabilité et qui constituent une sorte de lieu intermédiaire entre les lieux de vie privée et les lieux publics ou professionnels. Ce peut être un café ou un restaurant ou bien pour les élites sociales leurs clubs (Cercle Interallié, Automobile Club, Polo de Paris, Cercle du Bois de Boulogne, Jockey Club, etc.). Certaines catégories de témoins affectionnent le restaurant, notamment en province où il faut sacrifier au rite du déjeuner1, avec tous les avantages et les inconvénients que cela peut engendrer au niveau de l’enregistrement (bruits parasites) ; dans un tel cas, l’archiviste-oral peut se contenter d’une prise de notes sans enregistrement, et reprendre tous les points évoqués lors de l’entretien cette fois- ci enregistré.

7Quelle que soit la solution adoptée, il faut bien être conscient des caractéristiques de chaque lieu et des interférences que cela peut produire dans l’esprit du témoin quant à sa conception de l’exercice des archives orales : exercice journalistique, registre patrimonial, conversation mondaine, cours ou conférence, confidences personnelles, entretien professionnel...

8Dans tous les cas, très prosaïquement, faut-il rappeler que le téléphone et les fenêtres ouvertes sont les ennemis d’une bonne prise de son, qu’une table est nécessaire pour prendre des notes et étaler sa documentation ?

II. La présentation de soi

  • 2  Cette pratique est aussi courante chez certains sociologues ayant commencé leur enquête par une lo (...)

9Puisque nous en sommes au chapitre des recommandations matérielles et élémentaires, deux mots très brefs de la tenue de l’archiviste-oral : elle doit être neutre, discrète, c’est-à-dire acceptable par le témoin, sans que l’intervieweur se sente pour autant déguisé, il ne s’agit pas de singer le milieu dans lequel le témoin évolue ! La cravate s’impose donc pour l’interview d’anciens hauts fonctionnaires, mais pas forcément le costume trois-pièces ! L’important, à nos yeux, est de faire comprendre, par son comportement, au témoin qu’il est respecté. Le vouvoiement est en général de rigueur, sauf pour les archives orales de la CFDT... où le tutoiement est de règle2 ! Il est vrai que les entretiens sont en général menés par un ancien membre du syndicat. Les règles usuelles de politesse sont à respecter, en particulier celle de la ponctualité.

10Cela dit, quelques précautions que l’on prenne, il faut souligner que la première entrevue tourne souvent à l’examen de passage pour l’intervieweur, notamment lorsque les témoins appartiennent aux classes supérieures de la société ou sont en position dominante (ce qui est généralement le cas, ne serait-ce que pour des raisons d’âge) : appréciation vestimentaire et du maintien général (cf. l’hexis du corps), contrôle de l’élocution et du langage, enquête discrète sur le statut professionnel et l’appartenance sociale, étonnement devant l’activité d’archiviste-oral, évaluation des compétences compte tenu du sujet abordé...

11La première entrevue est capitale et demande donc une préparation soigneuse. L’historien britannique Paul Thompson disait : « Pour qu’un entretien commence, il faut qu’un contexte social soit mis en place, que le but de l’entretien soit réaffirmé, et qu’au moins une première question soit posée ». Présentation de soi et du projet d’archives orales, canevas d’entretien et rédaction des premières questions, matériel en état de marche, autant d’éléments à bien préparer, le but principal étant d’établir la confiance, d’asseoir une crédibilité et d’obtenir... un second rendez-vous !

III. Le temps de l’entretien

12Combien de temps consacrer à un entretien ? La durée d’un entretien oscille en moyenne entre une et trois heure(s) ; l’idéal tourne probablement autour de deux heures, afin de laisser à la mémoire et à la parole du témoin le temps de se rôder et de s’élancer et de manière à avoir au final un entretien assez consistant ; se déplacer pour une heure seulement est coûteux et peu productif, et au-delà de deux heures d’entretien, les deux interlocuteurs se fatiguent et perdent en concentration comme en réactivité ; les temps de réécoute s’allongent et deviennent fastidieux.

13À quel moment de la journée faut-il prendre rendez-vous ? Le meilleur moment de la journée pour réaliser l’interview du point de vue du témoin nous semble, pour des raisons évidentes de vivacité et d’alacrité, être le milieu de matinée, avec le risque que l’entretien se prolonge par un déjeuner ; l’après-midi démarre trop souvent dans l’assoupissement et se prolonge indéfiniment sans que l’archiviste-oral puisse facilement mettre un terme à l’entretien. Si le témoin a un emploi du temps trop chargé et n’accorde qu’une demi-heure d’entretien, mieux vaut repousser à plus tard l’interview ; la disponibilité d’esprit et d’horaire est un gage de qualité. Du point de vue de l’archiviste-oral, mieux vaut ne pas multiplier les entretiens dans une même journée : réaliser un entretien demande une concentration importante et constitue un exercice fatiguant, l’après-midi sera utilement consacrée à d’autres tâches telles que les réécoutes, les fiches de compte rendu ou les lectures préparatoires.

  • 3  Les dirigeants, les manageurs, les très haut fonctionnaires évoluent plutôt dans une durée moyenne (...)

14Combien d’entretiens faut-il prévoir par personne ? Une fois de plus, tout dépend des objectifs poursuivis par la campagne, enquête thématique ou campagne de récits de carrière. Dans le premier cas, sans doute ne faudrait-il pas compter moins de deux ou trois entretiens par témoins (le premier biographique, le deuxième pour rentrer dans le vif du sujet et le troisième pour reprendre les points allusifs ou négligés la fois précédente), que l’on peut réduire à deux entretiens pour des raisons d’économies d’argent et de temps. Dans le cas d’une campagne de récits de vie, on ne peut guère envisager moins de 5 ou 6 entretiens par personne : le premier pour l’évocation de l’enfance, la famille, la jeunesse et la formation ; le deuxième pour les premières expériences professionnelles : les souvenirs qui y sont attachés sont d’autant plus marqués qu’ils sont confondus avec une expérience biographique forte, et que l’entrée dans le monde du travail relève des grands rites d’initiation d’entrée définitive dans l’âge adulte et d’intégration sociale ; en raison de la mobilisation intense des facultés qu’elles ont suscitée chez le témoin pour s’adapter, ces expériences « d’entrée » sont aussi des expériences sociologiquement fortes et particulièrement favorables pour saisir les caractéristiques de l’organisation à un instant t ; ensuite deux entretiens approfondis pour les temps forts de la carrière et un cinquième pour le « bilan ». À partir de ce socle minimal, on peut épaissir et gonfler certaines « tranches de vie » en fonction d’axes d’étude transversaux, ce qui allonge d’autant l’interview et peut conduire à dépasser 10 séances. Il nous semble que ce dépassement, envisageable pour un acteur de premier plan, ne devrait pas se produire pour un témoin « normal »3 et que c’est un gage de qualité que d’essayer de resserrer l’interview ; il faut éviter de tomber dans l’interview-fleuve en mettant au point un scénario d’entretien par « tranches de vie » et en s’imposant l’exigence de déterminer les questions et les thèmes pertinents (voir plus haut sur le scénario d’entretien). En outre, au-delà d’un certain nombre de séances, on sent poindre une certaine lassitude, une certaine impatience chez le témoin, un point de saturation, un seuil est atteint, au-delà duquel il faut savoir conclure.

15Quelle est la fréquence souhaitable des rencontres et faut-il étaler les entretiens ? Nous pensons qu’une à deux rencontres maximum par semaine est un bon rythme, afin de permettre à chacun des interlocuteurs de préparer les entretiens et à l’archiviste-oral de les réécouter d’une fois sur l’autre ; cela permet aussi de combiner l’interview de plusieurs personnalités dans la même semaine, ce qui est important pour éviter les « trous d’interview » dans le planning de l’équipe d’archives orales. Est-il nécessaire de préciser que de longues interruptions, pendant les vacances d’été par exemple, ne sont guère favorables à la suite dans les idées et que les changements d’archiviste-oral en cours d’interview ne sont guère propices à la confiance. Un trop grand étalement dans le temps, par exemple sur plus d’un an, n’est pas non plus très propice à la densité des entretiens.

IV. Le matériel et la prise de son4

  • 4  Pour plus de détails, on se reportera utilement au chapitre consacré au son dans le manuel des Arc (...)

16Ce qui doit présider au choix du matériel pour des archives orales, c’est une triple exigence de qualité pour les enregistrements : qualité des supports et du magnétophone lors de la prise de son elle-même, qualité du matériel pour la restitution et la réécoute des enregistrements, qualité des supports pour la conservation dans la longue durée. Sans oublier la qualité des gestes à accomplir par l’archiviste-oral lors de l’enregistrement : orientation du micro, maîtrise du fonctionnement de l’appareil.

  • 5  Ce dispositif suppose un studio de son et de faire déplacer le témoin.
  • 6  Cela supposait un changement très fréquent de bande ; aussi, pour éviter les interruptions, était- (...)
  • 7  Mais à l’Institut des archives sonores, chez Daniel Vallon et Franklyn Picard, certaines cassettes (...)
  • 8  Le Comité pour l’histoire économique et financière a évalué le coût du « repiquage » d’une heure d (...)
  • 9  Attention, les cassettes DAT ne sont pas pérennes : les enregistrements doivent être transférés su (...)
  • 10  Source : fiche technique du SHAT, H. Lemoine, 1998.

17Longtemps, le matériel le plus conseillé fut le magnétophone à bandes, inamovible5 type Revox, à deux pistes, à vitesse d’enregistrement rapide6qui garantissait et garantit toujours à la fois une bonne qualité de son et une durée de conservation d’au moins 70 ans ; puis vint le magnétophone à bandes portable type Uher 4200, mais pesant au moins 5 kg et assez peu confortable de maniement. Dans les années quatre-vingt, le magnétophone à cassettes, commode pour le transport et pour les duplications rapides, simple de maniement et plus discret que le magnétophone à bandes, peu coûteux, a constitué la tentation permanente des producteurs d’archives orales débutants ou soumis à des restrictions budgétaires. Les défauts de ce système sont bien connus : une moindre qualité de son en raison du défilement lent de la bande, la fragilité du ruban, l’instabilité du support (dioxyde de carbone) et le risque d’effacement des enregistrements à moyen terme (10 ans7). Les organismes qui ont choisi cette solution pour des raisons budgétaires ou de commodité se sont vus contraints de mettre en place parallèlement un dispositif de duplication sur bandes pour la conservation, ce qui est fort coûteux8. Aujourd’hui, avec le développement du son numérique et la numérisation des documents, les données du problème ont quelque peu changé ; les magnétophones à mini-disque ou à cassettes DAT9 permettent une excellente prise de son ; ils sont évidemment très maniables, ils sont discrets et peu encombrants, ils ont en général un chronomètre intégré et autorisent un repérage très précis des enregistrements par l’insertion de « plages » qui découpent l’enregistrement en séquences déterminées ; ils permettent aussi l’indexation de termes, de noms propres et donc une recherche par mots-clefs. Le transfert des enregistrements par un logiciel spécifique sur le disque dur de l’ordinateur et sur cédéroms permet d’aborder la question de la conservation et de la consultation de façon nouvelle ; le logiciel de gravage permet de réaliser trois types de cédéroms à partir du disque dur de l’ordinateur : un cédé-audio et un cédé compressé qui servent de masters de conservation et une série de masters de cédés compressés qui constituent les copies de consultation ; grâce à la technique de la compression, il est possible de stocker jusqu’à cinquante heures d’entretien sur un seul cédé10. Le système numérique ouvre également des possibilités d’exploitation immenses : ajout sur le même cédérom de documents écrits ou iconographiques, mise en réseau par des liens hypertextes avec des archives administratives, des documents iconographiques, des archives privées ou des bibliographies, images filmées, etc. C’est le système qu’a adopté de façon pionnière la cellule Histoire orale du Service historique de l’armée de Terre à partir de 1997 (responsable Hervé Lemoine) : un serveur intranet mis à la disposition du chercheur permet d’interroger la base de données constituées par l’ensemble des informations sonores, écrites et photographiques rassemblées sur les cédéroms. Rappelons que pour une meilleure conservation, il faut théoriquement « aérer » les cédéroms au moins une fois par an, en les écoutant en temps réel. Ce qui pose problème pour les collections très importantes et pas assez consultées.

18Dans tous les cas, quel que soit le matériel et les supports d’enregistrement choisis, il est important de prévoir, à côté de l’enregistrement original auquel on ne touche plus, une copie de conservation et une copie de consultation, soit bande, soit disque, soit cassette. Dans plusieurs comités d’histoire ou services d’archives orales, les archivistes-oraux pratiquent deux enregistrements simultanés, de manière à pouvoir disposer immédiatement d’un double, soit pour la consultation, soit pour le témoin s’il le souhaite. En dépit des avancées techniques des dernières années dans le domaine numérique, il nous semble qu’une certaine vigilance doit rester de mise en matière de conservation : rappelons qu’un document informatique n’est pas lisible sans support de lecture (lecteur de disquette, de cédérom ou de DVD). La rapidité de l’évolution technique des matériels informatiques pourrait rendre difficile, voire impossible à terme la lecture de certains documents ; la solution préventive consiste alors à organiser périodiquement la « migration » des données, ce qui consiste à traduire les documents sur des formats plus récents, en attendant les machines qui seront capables de déchiffrer tous les types de documents électroniques sans passer par les programmes qui ont permis de les créer et de les lire.

  • 11  On choisira de préférence un magnétophone fonctionnant sur le secteur ; à défaut, si le recours à (...)

19En ce qui concerne la prise de son, il ne faut pas oublier la question du micro11 : il est important de choisir un micro multidirectionnel de qualité, de préférence un micro comportant un pied de sol qu’un pied de table (les témoins ont tendance à toucher ou à cogner la table, les froissements de papier sont parfois gênants) que l’on orientera vers les deux interlocuteurs : combien d’enregistrements sont inaudibles en raison d’un micro mal dirigé ! Il existe aussi des micros-cravates tout à fait performants... Au cours de l’entretien, il faut faire attention à ne pas parler en même temps que le témoin et à bien articuler les questions. Car il est très frustrant à la réécoute d’avoir les réponses du témoin sans pouvoir comprendre les questions de l’archiviste-oral. Enfin il faut prévoir un casque pour les vérifications et le contrôle du son au cours de l’enregistrement et pour les réécoutes postentretien. Dans tous les cas, nous recommandons à chaque archiviste-oral de bien connaître son matériel, de l’entretenir précautionneusement et de ne pas hésiter à demander conseil à des techniciens du son ; cet apprentissage devrait faire partie de la formation pratique donnée aux archivistes-oraux avant qu’ils ne démarrent leurs entretiens.

  • 12  Un entretien peut s’étaler sur plusieurs cassettes : Entretien 2, cassette n° 2 ; Entretien 3, cas (...)

20Enfin, lors de la prise de son, quel que soit le magnétophone utilisé, il faut établir une bande-annonce d’identification, afin de reconnaître les enregistrements et d’éviter les pertes de supports ou les erreurs d’attribution. Sur cette bande-annonce figureront les informations suivantes :
— le numéro de la bande/cassette ou du minidisque,
— le numéro de l’entretien12,
— le nom du témoin,
— le nom de l’archiviste-oral et éventuellement ses qualités,
— la date de l’entretien et l’heure,
— le lieu de l’entretien (domicile, bureau, institution),
— les caractéristiques du support ou du magnétophone (notamment si, dans le service, plusieurs types de supports sont utilisés),
— l’objet de l’entretien (entretien biographique, thématique, etc.).

Notes

1  C’est par exemple l’expérience de Philippe Masquelier aux Caisses d’épargne, qui a dû pratiquer un certain nombre d’entretiens en province pour les Caisses d’épargne.

2  Cette pratique est aussi courante chez certains sociologues ayant commencé leur enquête par une longue période d’immersion ou par une longue période d’observation participante ou encore lorsque le degré de proximité sociale, professionnelle ou intellectuelle est fort entre les enquêteurs et les enquêtes (les membres d’un même corps ou d’un même parti).

3  Les dirigeants, les manageurs, les très haut fonctionnaires évoluent plutôt dans une durée moyenne de 6 à 10 séances, les présidents de la République ou les Premiers ministres ont droit à un nombre de séances illimité !

4  Pour plus de détails, on se reportera utilement au chapitre consacré au son dans le manuel des Archives nationales : sous la direction de C. de Tourtier-Bonnazzi, Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, 1990.

5  Ce dispositif suppose un studio de son et de faire déplacer le témoin.

6  Cela supposait un changement très fréquent de bande ; aussi, pour éviter les interruptions, était-on contraint d’utiliser deux magnétophones en différé, ce qui finissait par être assez compliqué et donc par exiger la présence d’une tierce personne pour le fonctionnement des magnétophones. Car pour réaliser une bonne interview, il vaut mieux que l’archiviste-oral soit concentré sur les propos de son interlocuteur plutôt que sur le défilement de la bande.

7  Mais à l’Institut des archives sonores, chez Daniel Vallon et Franklyn Picard, certaines cassettes ont plus de vingt ou trente ans d’âge.

8  Le Comité pour l’histoire économique et financière a évalué le coût du « repiquage » d’une heure d’enregistrement à 500 F TTC.

9  Attention, les cassettes DAT ne sont pas pérennes : les enregistrements doivent être transférés sur des CD-audio ou sur des cédéroms, par la technique du gravage.

10  Source : fiche technique du SHAT, H. Lemoine, 1998.

11  On choisira de préférence un magnétophone fonctionnant sur le secteur ; à défaut, si le recours à un magnétophone à piles s’impose, il faut bien étudier la durée de vie des piles en fonction de la durée d’entretien et avoir toujours sur soi des piles neuves de rechange. De la même manière, on aura toujours sur soi des cassettes ou des minidisques supplémentaires, car l’interview peut prendre plus de temps que prévu ou bien un disque être défectueux.

12  Un entretien peut s’étaler sur plusieurs cassettes : Entretien 2, cassette n° 2 ; Entretien 3, cassette n° 3 et cassette n° 4.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540