Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Deuxième partie. L'ingénierie des archives orales

Chapitre III

La préparation intellectuelle de la campagne d’archives orales

Texte intégral

I. Un socle de connaissances solides à acquérir

  • 1  Tout intervieweur subit un examen de passage lors des premiers entretiens : tenue vestimentaire, f (...)

1Une campagne d’archives orales réussie suppose une préparation scientifique soignée : cette préparation permet aux archivistes-oraux de prendre connaissance de l’état de la question, de ses lacunes et de ses acquis et de mettre à distance une partie de leurs préjugés ; elle leur assure également lors des premiers entretiens un minimum de confiance en eux et un minimum de crédibilité auprès des témoins, ces derniers ne cessant de leur côté d’observer leurs intervieweurs et de les tester1.

2Cette préparation, classiquement, peut recouvrir quatre axes :

1. un axe d’histoire générale et nationale avec ses multiples intrications : politique et économique mais aussi militaire, sociale, internationale ou culturelle, etc. Les archivistes-oraux auront tout bénéfice à maîtriser la chronologie du dernier xxe siècle depuis les années trente et à s’y mouvoir avec aisance ;

  • 2  Cf. l’exemple déjà cité de la préparation de la nouvelle campagne d’archives orales du Comité pour (...)

2. un axe d’histoire technique ou sectorielle, déterminé par les caractéristiques et le positionnement de l’organisation concernée, avec constitution d’une bibliographie spécialisée et si possible l’obtention de l’accès au centre de documentation interne de l’organisation, s’il en existe un, pour les archivistes-oraux. On a vu qu’une formation courte pouvait être dispensée avec un grand bénéfice aux archivistes-oraux par un expert du champ scientifique concerné2 ;

  • 3  Dans le cas où les archives ne sont pas consultables, les dossiers de presse thématiques de Scienc (...)
  • 4  Là encore, l’administration est avantagée avec ses Bottins administratifs, ses Annuaires par minis (...)
  • 5  Il faut penser au Who’s who ? mais aussi au Bulletin quotidien de Bérard Quelin.
  • 6  Rappelons que pour les dossiers des personnels civils et militaires de l’État, la loi de 1979 prév (...)

3. un axe d’histoire institutionnelle ou d’histoire d’entreprise. Toutes les sources peuvent être mises à contribution : archives administratives, sources imprimées, dossiers de personnel, dossiers de presse3, publications officielles, presse professionnelle, presse interne, brochures d’information et de communication, conférences prononcées par les dirigeants ; un exposé sur l’histoire récente de l’organisation pourra être fait par un membre actif de l’organisation ou par un ancien, si aucun écrit n’est disponible sur le sujet.
On s’attellera parallèlement à la reconstitution des organigrammes4, à la recherche des biographies des dirigeants5 et des curriculum vitae des cadres, à la consultation des dossiers de personnel quand ils ont été conservés et qu’ils sont accessibles6. Toute cette documentation donne lieu à des fiches et à des dossiers thématiques mis à disposition de l’équipe d’archives orales. Ce travail peut être fait par chaque archiviste oral, mais pour gagner du temps et par mesure d’économie, le chef de projet peut se charger en amont de la majeure partie de ce travail et fournir ainsi aux intervieweurs une documentation de base utilisable par tous ;

4. un axe méthodologique concernant les archives orales et les techniques d’entretien en général. Cette formation, qui peut être assurée par le chef de projet lui-même ou par un intervenant extérieur, comportera également la présentation de la méthode choisie par le chef de projet pour mener la campagne d’interviews : questionnaire, canevas, grille, scénario d’entretien etc. De cette méthode dépendent « l’originalité et le style » propres de la campagne d’archives orales, ce qui se révèle déterminant pour la détermination de la propriété intellectuelle des interviews et pour établir les droits éventuels de l’intervieweur (voir infra la partie juridique). Cette formation sera complétée par des références bibliographiques, quelques études de cas et quelques expériences pratiques.

II. Le choix de la méthode d’entretien : questionnaire, grille d’entretien ou récit de vie ?

3Plusieurs méthodes d’entretien sont envisageables pour mener à bien des archives orales, on a vu que leur choix est largement fonction des objectifs poursuivis par l’institution productrice : archives orales patrimoniales généralistes ou enquête thématique, exploitation immédiate ou différée, traitement statistique ou usage qualitatif...

1. Le questionnaire directif et systématique

  • 7  Par exemple, mettre en relation les origines géographiques et sociales des candidats au concours d (...)

4Il s’applique surtout dans une perspective de recherche quantitative, lorsqu’on cherche, au moyen de régularités statistiques, à révéler au-delà des différences individuelles, des phénomènes collectifs concernant un groupe social. Le plus souvent, l’objectif est de mettre en lumière les liens de nature statistique qui existent entre certaines variables, de réunir des indicateurs mettant en évidence certaines déterminations et leur corrélation avec certaines pratiques ou certains comportements7. Pour cela, il faut recueillir des données exploitables et les restituer en distributions statistiques. Cette méthode, très utilisée en sciences sociales, suppose que soient réunies au moins les deux conditions suivantes :

— la sélection d’un échantillon qui soit représentatif de la population de référence, l’échantillon étant conçu comme un modèle en réduction de la population étudiée (« tirage » selon la technique des quotas ou selon la technique dite aléatoire) ; l’échantillon doit être au moins supérieur à 30 individus, et sa taille doit être d’autant plus importante que le groupe social étudié est étroit ; plus la population initiale est homogène, plus l’échantillon peut être faible ;

  • 8  Pour mieux approcher la réalité, nous pensons qu’il faudrait ajouter celle de la mère et celle des (...)

— la réalisation d’un questionnaire directif, systématique, avec des formulations fixes et un ordre de passation identique pour tous les témoins. Ce questionnaire comporte en général les variables déterminantes dites aussi indépendantes ou explicatives : l’âge, le sexe, le niveau scolaire mesuré par le diplôme de fin d’études, les origines sociales mesurées par la profession du père8, le patrimoine ou le revenu ; les variables de mode de vie : statut matrimonial, taille du ménage, commune de résidence. Les autres variables, appelées variables dépendantes, sont celles qui tiennent à l’objet de l’enquête.

5Les questions peuvent être en théorie ouvertes ou fermées mais, par commodité de traitement, les questions fermées sont souvent majoritaires, mixant trois modes de réponse : réponse par oui/non ; choix d’une réponse entre plusieurs propositions ; classement de plusieurs propositions selon un ordre de préférence. Le mode de passation, c’est-à-dire l’ordre et la formulation des questions, doit être exactement le même pour tous les informateurs. L’objectif est en effet de réunir des conditions d’enquête identiques pour tous, afin de pouvoir quantifier les réponses dans des conditions rigoureuses.

6Dans le système du questionnaire, la directivité de l’archiviste oral est forte, le témoin n’a pas l’initiative, il doit entrer dans le cadre contraignant qui lui est proposé, il a pour seule latitude la possibilité de refuser de répondre ; et l’on ne recueille des informations que sur les thèmes choisis par l’enquêteur. Cette méthode est généralement utilisée à l’écrit ; car, à l’oral, elle se montre très contraignante tant pour l’intervieweur que pour le témoin, voire impraticable ; elle s’apparente à une situation d’enquête administrative ou commerciale et ne laisse se développer aucune relation qualitative de rencontre ou de communication interpersonnelle ; elle repose sur une attitude distanciée de la part de l’enquêteur et engendre en général la même attitude chez l’enquêté.

2. Le récit libre ou l’entretien non directif

  • 9  C. Rogers, « The Non Directive Method as a Technic for Social Research », American Journal of Soci (...)
  • 10  J. Piaget, la représentation du monde chez l’enfant, 1926, PUF, 1996, p. IX, cité par A. Blanchet (...)
  • 11  H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, Prentice Hall, Paris, 1967.
  • 12  Sur l’entretien non directif en psychologie, M. Simonot, « Entretien non directif, entretien non p (...)

7Cette méthode s’inscrit dans la filiation de la démarche psychothérapeutique ou psychanalytique9 ; le langage est considéré comme le lieu d’expression de l’inconscient et de la souffrance, et il est également instrument de libération et de guérison ; dans un tel cadre, l’entretien consiste « non à faire répondre, mais à faire parler librement et à découvrir les tendances spontanées au lieu de les canaliser et de les endiguer »10. L’entretien non directif a été acclimaté dans les années soixante en science sociales, notamment dans la perspective ethnométhodologique11, et il est le plus souvent utilisé pour « rendre compte des systèmes de valeurs, normes, représentations, symboles propres à une culture ou à une sous-culture »12.

  • 13  Cf. les travaux de L. Passerini sur les militantes d’Action directe, ceux d’A. Wieviorka sur les d (...)

8Cette méthode est peu prisée des historiens, sauf cas extrêmes comme l’étude d’expériences historiques traumatiques telles que la déportation, l’emprisonnement, la violence, la persécution, la torture, la maladie13... Certains historiens l’assimilent à du « bavardage » ; au regard des impératifs d’objectivité et de précision assignés à l’histoire, ils jugent cette méthode peu pertinente, et en termes de productivité, ils la considèrent comme peu efficace et terriblement dévoreuse de temps...

  • 14  D. Aron-Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activité sur la constitution d’ar (...)

9Du fait de ces préventions, la méthode de l’entretien non directif n’a guère été utilisée pour la constitution d’archives orales et elle reste peu familière aux archivistes-oraux, du moins ceux issus des milieux historiens ou archivistiques. Néanmoins, on notera que les archives orales du Service historique de la Marine première manière et celles de la Sécurité sociale ont eu recours à une méthode plus ou moins non directive : dans ces deux cas, il n’est fait état ni de questionnaire ni de canevas d’entretien préalable et les responsables respectifs insistent tous deux sur la nécessité de laisser l’initiative au témoin14.

  • 15  C’est parfois le cas lorsque l’intervieweur est inexpérimenté ou fortement dominé par son témoin.

10Cela dit, même quand la méthode choisie se veut directive ou semi directive, il arrive quelquefois que l’entretien, malgré tous les efforts de l’intervieweur, tourne au monologue de la part du témoin, à coup d’associations libres, de coq-à-l’âne et d’anecdotes mises en récit15.

11Entre ces deux extrêmes, on trouve les deux méthodes les plus usitées en sciences sociales et en histoire : l’entretien semi-directif et le récit de vie.

3. L’entretien semi-directif

  • 16  Pierre Bourdieu, dans Le sens pratique, Paris, Éd. de Minuit, 1980, qualifie l’entretien d’« impro (...)

12C’est la méthode qui a le plus de succès auprès des historiens ; en effet, ces derniers cherchent en général à obtenir du témoin des informations sur une organisation ou un groupe social, sur une décision ou un événement, sur un thème circonscrit et construit comme un fait historique extérieur à la conscience, et ils espèrent par cette semi-directivité pouvoir croiser les témoignages entre eux et s’assurer de leur fiabilité (un certain nombre de questions sont posées à tous les témoins). La méthode semi directive admet un questionnement qui comporte, comme la méthode par questionnaire, des questions à variables explicatives souvent de nature biographique visant à définir l’identité des interviewés (le plus souvent assez courtes et concentrées en début d’interview) et des questions à variables dépendantes visant à explorer le thème de recherche. Mais les questions ne sont plus forcément les mêmes pour tous, leur formulation peut être personnalisée et varier d’un témoin à l’autre, de même que leur mode de passation ; enfin, elles sont plus souvent ouvertes que fermées pour permettre des développements qualitatifs qui sont particulièrement recherchés. Entre l’entretien directif et le semi-directif, il y a donc une différence dans le mode de formulation et de passation des questions, mais c’est surtout l’esprit de la conduite d’entretien qui diffère : l’entretien semi-directif implique une démarche participative de la part des deux interlocuteurs ainsi qu’une part d’improvisation16, de spontané, d’interactif et de créatif. L’entretien, au sens propre du terme, se substitue à l’interrogatoire. L’entretien semi-directif laisse une grande autonomie au témoin qui évolue au sein d’une grille d’entretien souple, appelée aussi canevas ou guide d’entretien, grille thématique, cadre de référence ou aide-mémoire, qui sert à baliser un territoire que le témoin parcourt en réalité à son rythme et à sa guise. Un noyau dur de questions systématiques peut néanmoins être inséré dans le canevas, de façon à introduire quelques exploitations comparatives et quantitatives, par grandes rubriques : identité sociale, formation, carrière, comportement, opinions, etc. Mais les maîtres-mots restent souplesse et adaptation : l’on procède davantage par grands thèmes glissants que par batteries de questions « fixes ». Cette méthode de l’entretien semi-directif est la méthode généralement adoptée par les organismes qui constituent des « archives orales d’en haut », que ce soit au sein de l’État ou dans les entreprises, et elle est l’instrument privilégié des campagnes d’archives orales thématiques.

  • 17  Daniel Bertaux parle de « filtre » d’entretien, qui « oriente et précentre l’entretien », Les réci (...)

13Ce type d’entretien, que l’on appelle aussi focalisé17, est sous-tendu par un pacte d’entretien particulier, qui se noue autour des objectifs cognitifs annoncés par la lettre d’appel à témoignage et précisés lors de l’entretien préalable : il vise avant tout à produire de la connaissance, et c’est un pacte de recherche de la vérité. Ce pacte, de nature contractuel, est implicite : si le témoin ne veut pas parler, il ne reçoit pas l’intervieweur ; si le témoin accepte le principe de l’interview et rencontre l’intervieweur, l’archiviste-oral est autorisé à poser des questions sur les thèmes annoncés et le témoin est « obligé » moralement d’y répondre ; le pacte d’entretien ne peut alors être rompu que par une violence (symbolique) imposée par l’un des interlocuteurs à l’autre : mauvaise qualité des questions, agressivité de la part de l’intervieweur, mauvaise foi délibérée du témoin, questions posées sur des thèmes étrangers au sujet de l’enquête annoncé... Le pacte d’entretien cognitif rend, selon nous, le mensonge délibéré assez difficile, car le témoin, à partir du moment où il accepte de recevoir l’archiviste-oral, est engagé dans un contrat moral qui lui assigne de répondre et de dire la vérité, ou en tout cas, sa vérité.

  • 18  Sur ce point, J.-C. Kaufrnann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 62.

14L’annonce dans la lettre des objectifs de la campagne d’archives orales dessine les attentes de l’archiviste-oral en matière d’informations et de connaissance et engendre chez le témoin qui accepte de répondre le désir de bien faire et de satisfaire l’enquêteur : c’est le complexe du bon élève, caractérisé par la recherche de la bonne réponse et par l’espérance de l’approbation de la part de l’intervieweur. Les phrases caractéristiques de cette attitude sont celles qui introduisent souvent l’interview : « Je ne sais pas si je saurais me souvenir », « Je ne vois pas très bien ce que je pourrais vous dire », « Je n’ai rien à vous apprendre » et celles qui ponctuent immanquablement la fin de l’entretien, telles que « Je ne sais pas si j’ai répondu à votre attente... » ou bien « J’espère que j’ai bien répondu à vos questions... », remarques par lesquelles le témoin attend qu’on le rassure sur ses capacités à avoir rempli correctement son rôle18.

4. Le récit de vie

  • 19  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997 ; J. Peneff, La méthode biographique, A. Colin, (...)
  • 20  La prosopographie, terme relevant du registre des sciences historiques, désigne à l’origine la sci (...)
  • 21  Voir les travaux de Philippe Lejeune sur l’autobiographie en tant que genre littéraire et son util (...)
  • 22  P. Lejeune, Je est un autre, l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980.

15La méthode du récit de vie, léguée ou adaptée de l’école de Chicago, a été la voie royale de « l’histoire orale » ancienne manière19 ; elle reste aujourd’hui très utilisée en histoire sociale, ainsi que dans la constitution d’archives orales patrimoniales à but prosopographique20. Il convient d’abord de bien distinguer récit de vie et autobiographie, où « autobiographie » désigne, selon Philippe Lejeune21, tout « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier l’histoire de sa personnalité »22. Il y a deux différences essentielles entre l’autobiographie et le récit de vie : la situation d’entretien et l’objet même de l’autobiographie.

  • 23  Nous sommes bien d’accord que dans l’autobiographie écrite, on pourrait considérer que l’auteur s’ (...)
  • 24  Pour nous contredire, mentionnons qu’il existe précisément un exemple de ce type d’autobiographie (...)

16Le récit de vie peut s’apparenter à une démarche autobiographique orale dans la mesure où comme dans l’autobiographie écrite, le témoin raconte sa vie en disant « je », mais il en diffère dans la mesure où l’autobiographie désigne avant tout la démarche d’un auteur solitaire. Car dans un entretien d’archives orales, même dans le cas où il est organisé selon le mode du récit de vie, non seulement le document est oral, mais surtout il est produit et réalisé par deux personnes, dans un contexte d’intercom-munication ; il y a un narrataire et un narrateur ; sans l’archiviste oral qui provoque par sa demande l’acte de raconter sa vie et à qui le témoin la raconte, le récit n’existerait probablement pas23. Quel individu se mettrait tout seul devant un magnétophone pour raconter sa vie et parlerait ainsi plusieurs heures d’affilée dans un soliloque narratif ? Il est hautement probable qu’il s’essoufflerait assez rapidement24.

17La situation d’interlocution, conjuguée à la méthode du récit de vie, fait naître elle aussi un pacte d’entretien, mais un pacte légèrement différent de celui de l’entretien focalisé semi-directif, un pacte qui est pourvu d’une dimension identitaire renforcée (cf. « l’identité narrative » de Paul Ricœur), et qui vient selon nous encore accentuer les effets de vérité : « Vous me racontez votre vie de la manière la plus sincère possible et moi, je vous aide à la reconstruire en vous écoutant ». L’enjeu est aussi un enjeu de vérité, mais il est à la fois différent et plus radical, car il porte sur l’identité du témoin lui-même et non sur une réalité extérieure à lui. Cette situation de dialogue et ce pacte d’entretien font la singularité de la méthode du récit de vie par rapport à l’autobiographie directe écrite ou par rapport au questionnaire envoyé par courrier : il y a dialogue, échange symbolique, intercommunication entre deux êtres, interaction réciproque, recherche de la vérité en duo.

  • 25  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, 1983, p. 50.

18Dans la démarche du récit de vie, il y a une autre différence avec l’autobiographie, qui tient cette fois-ci à l’objet de la recherche. En effet, dans l’autobiographie telle que Philippe Lejeune la définit, c’est avant tout l’histoire individuelle et intérieure d’une personne qui est racontée. Cette définition est proche de celle que donne Jean Poirier dans son ouvrage sur les récits de vie quand il parle de « psychobiographie »25. La psychobiographie est un récit centré sur l’acteur lui-même et sur sa vie psychologique et intérieure, où « la personne se raconte elle-même à travers une trame événementielle ». Cette méthode psychobiographique est héritière d’un modèle littéraire dominant, celui des Confessions de Saint Augustin, de Rousseau, ou des Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand, ou même du roman d’initiation ou de formation (Balzac, Flaubert, Stendahl). En histoire, cette démarche convient dans le cas d’un récit de vie unique ou pour les besoins d’une biographie ; elle s’adapte bien aux personnalités du monde littéraire, intellectuel, religieux ou politique et les journalistes contemporains ont su particulièrement bien exploiter cette tradition autobiographique française en l’adaptant sous la forme du livre-entretien. Cette démarche autobiographique ou psychobiographique doit être distinguée de « l’ethnobiographie », de la « sociobiographie » ou encore de la méthode des récits de vie croisés, qui ont toutes une dimension collective.

  • 26  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, op. cit., Paris, 1983, p. 51.

19Selon Jean Poirier26, l’ethnobiographie est « une biographie socioculturelle de l’être collectif dont le narrateur n’est que l’un des composants », et les récits de vie croisés et « polyphoniques » constituent le principal instrument d’investigation de cet être collectif ; dans le récit de vie, « la personne est considérée comme le miroir de son temps, de son environnement » et non pour elle-même.

  • 27  D. Bertaux, Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 7-10.
  • 28  Nous verrons plus loin que, dans le cas d’archives orales historiques, nous acceptons le recours à (...)
  • 29 D. Bertaux, op. cit., p. 70.

20Chez Daniel Bertaux, dans son manuel sur les récits de vie, le « récit de vie » désigne « l’entretien narratif, au cours duquel un chercheur [...] demande à une personne [...] de lui raconter tout ou partie de son expérience vécue »27 ; c’est une forme spéciale d’entretien, par laquelle il devient possible « d’étudier un fragment particulier de réalité sociale historique, un objet social ; de comprendre comment il fonctionne et comment il se transforme, en mettant l’accent sur les configurations des rapports sociaux, les mécanismes, les processus, les logiques d’action qui le caractérisent ». C’est le collectif qui est visé à travers l’individuel. Un peu plus loin, il en donne une autre définition : « une improvisation sans note (sans recours aux archives écrites28) se fondant sur la remémoration des principaux événements tels qu’ils ont été vécus, mémorisés et totalisés, et s’efforçant d’en discerner les enchaînements »29. Dans le récit de vie de Daniel Bertaux, l’aspect rétrospectif n’est pas occulté, il est même exhibé, et c’est ce qui fait l’intérêt de cette méthode : le récit est une tentative de totalisation et de rationalisation rétrospective. Daniel Bertaux attribue deux intérêts principaux à sa méthode : la structure diachronique de la narration qui permet d’appréhender les dynamiques de transformation, c’est-à-dire en clair le changement, ce qui est selon lui une spécificité du récit de vie ; et la possibilité de saisir « des pratiques en situation », ce qui permet d’envisager « la connaissance sociologique objective sur la base de témoignages par nature subjectifs » de l’objet de la recherche.

  • 30  N. Elias, La société des individus, Fayard, 1991, préface de R. Chartier.
  • 31  Il y a là un point de rencontre entre Norbert Elias, Maurice Halbwachs (les « cadres sociaux de la (...)
  • 32  La complication vient de ce que dans les archives orales rétrospectives, le témoin conserve les «  (...)

21Dans la méthode des récits de vie croisés, le regard est focalisé sur le groupe social et sur son insertion dans la société et dans le temps ; au fur et à mesure de l’accumulation de récits de vie, se dessine une réalité sociale polyphonique complexe. La caméra est dans l’œil du témoin et l’archiviste-oral procède par zooms plus ou moins rapprochés d’une personne à l’autre, par le mouvement tournant d’une caméra autour de son objet, se situant successivement dans l’œil de chaque témoin. Le témoin-source est considéré comme le médiateur par lequel on peut atteindre la réalité sociale ; l’individu est lui-même un concentré du monde social30, de son environnement et de son temps ; chaque individu possède en lui selon une structure particulière toute la société de son époque31, et c’est en passant par la conscience de l’individu que l’on peut espérer appréhender cette société32. Dans le récit de vie, on recherche donc les réfractions, les empreintes du temps sur le témoin, en même temps que l’on cherche à percevoir les insertions actives du témoin dans son environnement, c’est-à-dire les moments où il s’est fait acteur agissant. L’environnement dans lequel le témoin est inséré est conçu d’emblée comme complexe, tissé d’une imbrication d’« archipels », de sous-groupes ou de micro-cultures, de « microcosmes » que l’entretien vise précisément à découvrir et à reconstituer, mais toujours en partant de la subjectivité du témoin, en passant par la médiation de sa conscience et plus précisément de sa mémoire. De ce point de vue, les archives orales ne préparent pas seulement une « histoire vue d’en bas » mais surtout une histoire « vue du dedans », une histoire « vue de l’intérieur ».

22Une fois posées ces définitions entre autobiographies, psychobiographies, ethnobiographies, récits de vie, pouvons-nous nous en inspirer en histoire pour les archives orales patrimoniales qui nous sont demandées dans le cadre des entreprises ou dans les administrations et quelles adaptations pouvons-nous en faire ? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette méthode du récit de vie ?

  • 33  Une vie, c’est long et la méthode du récit de vie ménage une véritable marge de progression, à l’a (...)
  • 34  A condition d’en avoir bien informé préalablement le témoin pour qu’il ne soit pas désarçonné par (...)
  • 35  Nous avons personnellement énormément appris de la vie, de l’expérience de ceux dont nous avons ré (...)
  • 36  Les archives orales tiennent de la maïeutique socratique, mais elles s’appliquent ici à la mémoire (...)

23D’emblée, confessons que nous sommes une adepte inconditionnelle de la méthode du récit de vie. Cette méthode a, selon nous, des vertus très efficaces en histoire, en termes de contenu et aussi pour des raisons méthodologiques. D’abord pour la technique d’entretien : elle est celle qui favorise le plus la mise en confiance du témoin car elle laisse du temps au temps33, elle est propédeutique, elle est initiation, elle est apprivoisement mutuel, elle traduit un respect pour le témoin, qui n’est pas d’abord une source d’information, mais une personne ; elle est la plus confortable pour l’archiviste-oral comme pour le témoin, car elle commence par les débuts34 et par des aspects en apparence anodins - l’enfance, l’école, la formation -, et réserve pour plus tard les questions sensibles de l’âge adulte et de la carrière ; elle ménage pour le témoin un temps d’échauffement de la mémoire et de la parole, qui ne « (re)-viennent » pas si facilement face à un inconnu. On néglige trop souvent la part d’étrangeté qu’il peut y avoir dans la situation d’interview : la méthode du récit de vie permet de l’atténuer ou de la maîtriser en organisant temporairement une familiarité amicale entre les deux interlocuteurs, en organisant sur un autre mode l’entreprise inquisitoriale et cognitive qui guide généralement le chercheur : « Je vous écoute raconter votre vie et en échange, vous répondez à mes questions ; en vous écoutant je vous aide à reconstruire votre vie, et en échange vous m’enrichissez de vos expériences humaines »35. La méthode du récit de vie instaure une dimension de don et de contre-don dans la relation d’entretien, dimension qui disparaît dans l’entretien strictement thématique où l’interviewé doit donner les informations qu’on lui demande, mais où il ne reçoit pas grand-chose. La méthode du récit de vie est celle, à nos yeux, qui permet d’établir une relation équilibrée et harmonieuse entre le témoin et l’archiviste-oral par un co-accouchement36 du récit où s’entremêlent le récit « spontané » de l’interviewé et le questionnement de l’intervieweur. Dans le cas du questionnaire thématique, l’initiative revient d’abord à l’archiviste-oral alors que dans le récit de vie l’initiative reste au témoin. Dans le récit de vie, la relation qui se développe entre le témoin et son intervieweur est plus « égalitaire », plus respectueuse ; elle organise un dialogue et une réciprocité ; elle n’est ni extirpation d’informations, ni inquisition, ni jugement...

  • 37  La naissance d’une amitié se produit parfois, mais pas si fréquemment que cela, il y faut des cond (...)

24Cette relation d’échange, cette intimité parfois très forte qui peut naître au cours d’une série d’entretiens biographiques, à ne pas confondre avec un quelconque sentimentalisme, doit normalement cesser du jour au lendemain lorsque l’interview est terminée ; le professionnalisme de l’archiviste-oral se définit autant dans la relation d’entretien que dans sa capacité à savoir y mettre fin, sans nostalgie ni sentiment de dépendance. Dans le cas contraire, peut-être faut-il s’inquiéter soit d’une manipulation de l’archiviste-oral par le témoin soit en sens inverse d’une dépendance psychologique de la part du témoin à l’égard de son intervieweur, aucune de ces relations n’ayant théoriquement leur place dans les archives orales37. À cet égard, nous avons constaté qu’un témoin a rarement du plaisir à revoir son intervieweur, comme s’il y avait une impudeur extrême à se retrouver face-à-face dans la vie « normale » ; il y a comme une amnésie du témoin lorsqu’il le croise quelques semaines ou quelques années après l’interview ; sans doute le témoin trouve-t-il insupportable d’imaginer tout ce qu’il a confié et préfère-t-il faire comme s’il ne le reconnaissait pas, et ce serait du plus mauvais goût, de la part de l’archiviste-oral, que de commencer à rappeler au témoin le contenu des entretiens réalisés ensemble.

  • 38  P. Ricœur, Temps et récit, 3 tomes, 1983-1985 et Du texte à l’action, 1986.
  • 39  Sur « l’effet de vérité » engendré par la méthode compréhensive, J.-C. Kaufmann, L’entretien compr (...)

25La méthode du récit de vie introduit aussi dans un rapport fort à la vérité ; à cet égard, en suivant les travaux de Paul Ricœur38, nous croyons à l’affinité profonde entre trois notions-clés, action, temps et récit qui tissent à elles trois l’identité d’une personne. Le récit de vie, qui est une représentation articulée, rationalisée ex post, destinée à produire du sens et adressée à un narrataire, est un moment privilégié dans le processus de construction de l’identité personnelle, et cet enjeu identitaire inscrit la relation d’entretien dans un esprit de sérieux, de sincérité et de vérité, c’est le pacte du récit de vie. Il y a une exigence de vérité, d’authenticité qui s’impose en profondeur au témoin et il nous semble qu’il est plus facile de travestir la réalité sur quelques points externes évoqués en une heure d’entretien thématique que sur toute une vie racontée au long de six ou dix entretiens. Au bout d’un moment, il est impossible au témoin de dire « n’importe quoi », il est pris au piège de ses propres affirmations, de ses propres contradictions, de sa propre recherche mémorielle, de sa propre logique explicative ; plus il tente de mettre de l’ordre dans les événements, dans les causes et dans les conséquences, plus il s’engage dans cette remise en ordre et dans cette reconstruction de lui-même, moins il peut tricher. Le récit de vie en déplaçant les enjeux sur le témoin lui-même, l’oblige à une quête de la vérité39. Dans la pratique, on constate que le témoin oscille en fait entre deux attitudes : d’une part un travail sur la cohérence, sur l’unité de sa vie qui se fait parfois contre les objections formulées par l’archiviste-oral, et, d’autre part, un travail d’interrogation sur lui-même qui laisse une place aux alternatives, aux bifurcations, aux contradictions, et que le récit dévoile au témoin au moment même où lui-même l’élabore. L’archiviste-oral accompagne le témoin dans ce cheminement par une maïeutique qui fait tout l’intérêt de la méthode du récit de vie.

  • 40  En général, les informations recueillies par la méthode du récit de vie sont plus riches, plus « q (...)
  • 41  Cf. l’idée de trajectoire ou d’itinéraire développée par J.-C. Passeron, « Biographies, flux, itin (...)

26Sur le fonds maintenant, la méthode du récit de vie a de véritables atouts, qui concernent d’abord le témoin lui-même : elle donne des informations inédites de type biographique40 sur sa vie privée au sens large (origines géographiques, famille, patrimoine, statut matrimonial, situation sociale, éducation, instruction scolaire, formation secondaire et supérieure, opinions politiques, religieuses ou philosophiques, culture, réseaux amicaux et sociaux successifs) et sur les expériences existentielles qui marquent sa vie « publique » (apprentissages professionnels, carrière, métiers, actions ou responsabilités marquantes, etc.) ; elle est particulièrement apte à saisir le changement individuel et la mobilité41 (géographique, sociale, professionnelle), ou en tout cas à rendre compte de l’impression du changement ; mais a contrario, elle est également apte à capter l’immobilité, la permanence des comportements ou des façons de penser, l’identité de l’individu, la continuité des représentations et des structures.

  • 42  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 35.
  • 43  Le « moi multiple », cf. M. Douglas, « La connaissance de soi », La Revue du MAUSS, n° 8, 1990 et (...)

27La méthode du récit de vie est également propice à saisir la pluralité des « rôles » qui peuvent coexister dans un même sujet ou s’y succéder ; mieux, elle les met en scène. Elle permet de dégager les différentes facettes de l’acteur : familiale, militante, psychologique, professionnelle, associative, politique, en même temps que les différents rôles qu’il a endossés à chaque fois qu’il a changé de lieu géographique ou d’organisation, de fonctions ou de métier. À chaque rôle correspond un microcosme que l’entretien autobiographique permet d’explorer en profondeur successivement. Jean-Claude Kaufmann défend l’idée selon laquelle la personne « constitue son autonomie dans les transitions en passant d’une prise de rôle à une autre »42tout en incorporant successivement à l’intérieur de lui-même ces divers rôles. Cette théorie des rôles est particulièrement vérifiable pour les hauts fonctionnaires dont la carrière se doit d’être diversifiée, polyvalente et rapide, c’est-à-dire recouvrir en définitive le plus grand nombre de rôles possible (contrôle, expertise, coordination, conseil en cabinet ministériel, réforme, commandement, pouvoir managérial et, pour finir, parfois pouvoir politique ou onction électorale). Dans le récit de vie, le témoin, en évoquant chacun de ses rôles, cherche (et trouve) une cohérence, une unité qui fonde en définitive son identité : l’un à travers le multiple. La méthode du récit de vie dessine un sujet pluriel, « multiple »43 en proie à une construction d’identité sans cesse remise sur le métier et que l’exercice des archives orales permet de mettre en œuvre de façon privilégiée en raison de la présence d’un auditeur compréhensif. La pluralité des rôles explique les éventuelles contradictions que l’on rencontre parfois chez une personne et dans son récit de vie, ce qui ne doit donc pas étonner lors de l’analyse et ne doit surtout pas faire crier au mensonge ni même à l’inexactitude. En effet, des différents univers de référence auxquels se rattache l’individu, découlent des intérêts contradictoires, des systèmes de valeurs parfois divergents, qui le conduisent à intérioriser les conflits qui marquent les rapports de ces différents groupes et à tenter de les résoudre, sans toutefois toujours y parvenir.

  • 44  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Nathan, 1998, p. 59.

28Unité, contradiction, continuité, ruptures entre ces différents rôles, voilà ce que cherche à faire jaillir l’archiviste-oral, pour le plus grand profit futur de l’historien, du biographe ou du sociologue. La méthode du récit de vie, en restituant la pluralité des mondes auxquels le témoin appartient, manifeste que l’histoire personnelle d’un témoin n’est pas seulement le fruit d’une action purement individuelle de sa part, du hasard ou de déterminismes structurels, mais aussi l’amalgame d’éléments « hétéroclites incorporés »44, le produit de plusieurs autres histoires collectives combinées entre elles qui se nouent, à un moment donné, en un destin à la fois singulier et exemplaire. Par le récit de vie, la mise en résonance de plusieurs chronologies, de plusieurs durées est possible. De fait, la méthode du récit de vie accorde une grande place au contingent et aux brisures de la ligne de vie, c’est-à-dire finalement, au hasard, à l’événement, au temps qui passe (et donc au changement) ; le déroulement du fil de la vie y tient la première place, exprimé selon le mode du récit, ce qui explique aussi son succès auprès des historiens, et renvoie au déroulement d’un autre fil, celui de l’histoire dont ils sont les dérouleurs patentés...

  • 45  Voir pour « l’imaginaire » du fonctionnaire, qui cherche encore son historien, l’essai programmati (...)
  • 46  P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Raisons pratiques, Paris, Éd. du Seuil, 1994.
  • 47  P. Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Éd. du Seuil, 1971, 1978.
  • 48  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 37.

29Enfin, dernier point, cette méthode est plus favorable que d’autres pour tenter d’appréhender l’intériorité du témoin, son « vécu » existentiel, sa vie psychique, affective, onirique ou imaginaire45, y compris dans sa vie professionnelle, même s’il faut bien avoir à l’esprit que le discours étant rétrospectif, c’est un imaginaire reconstitué, en quelque sorte un rêve au présent du passé. Fugitif, difficile à saisir et à analyser, c’est aussi cet aspect du récit de vie qui fait sa séduction et sa force. Toutefois, ne cédons pas à « l’illusion biographique »46 ! Et gardons à l’esprit les avertissements de Dominique Schnapper : un récit de vie ou de carrière est une représentation du réel ou du « vécu » et en aucun cas le réel ou le « vécu » lui-même, il s’agit d’une version, d’une reconstitution où l’intelligence, la mémoire, la réflexion et l’affectivité ont tour à tour leur rôle, d’une « mise en intrigue »47 d’éléments épars, réels et « extra-réels » (de l’imaginaire ou de l’appris), que, par le pacte d’entretien et sous l’injonction historique de l’archiviste-oral, le témoin rassemble selon un principe de cohérence et de rationalité. Mais un récit de vie n’est pas pour autant une fiction, une foule d’éléments objectifs et réels, des événements personnels ou collectifs, des situations concrètes qui ont marqué l’existence du témoin y sont présents, et on peut dire globalement que la « structure diachronique »48 de cette vie reste fiable, même si l’enchaînement et la signification globale de ces événements peuvent se trouver affectés par le regard rétrospectif et la situation d’entretien.

  • 49  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 63.
  • 50  P. Bourdieu, « Comprendre », in La misère du monde, Éd. du Seuil, 1993, p. 1 408.
  • 51  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 63.

30Dans le récit de vie, à partir d’éléments réels, le témoin donne ou tente de donner un sens à sa vie, de lui trouver une rationalité rétrospective, de « lisser » sa trajectoire biographique, d’où l’épreuve affective et mémorielle que peut constituer un récit de vie ou de carrière si le témoin s’implique en profondeur dans l’exercice. Rappelons qu’un tel type d’entretien s’étale rarement sur moins de 5 ou 6 séances et que l’impact psychologique n’est évidemment pas le même dans le cas d’une simple enquête thématique où généralement l’interview se déroule sur une ou deux séances et porte sur un « objet » partiellement extérieur au témoin. Enfin, pour terminer sur les avantages de la méthode du récit de vie, il y a un réel plaisir du témoin à raconter sa vie, à parler de lui ; « on l’écoute, il développe des arguments et ses avis ont de l’importance. Il parle de lui et vérifie sa capacité à être doté d’une identité forte, stable et digne d’intérêt »49. Ce voyage peut être douloureux, il est toujours gratifiant et même au milieu de « la misère du monde », il y a un « bonheur d’expression »50, « un bonheur d’avoir à dire, de pouvoir dire, et de dire bien, qui pousse à dire toujours plus »51.

31Y a-t-il des inconvénients au récit de vie ? Les inconvénients de la méthode du récit de vie sont avant tout sa lenteur (on commence par le début et on déroule le fil), elle demande du temps et elle est donc beaucoup plus coûteuse. En outre, si l’on veut bien admettre l’intérêt de la méthode du récit de vie pour l’étude des acteurs ou des témoins eux-mêmes, on peut légitimement s’interroger sur les avantages du récit de vie pour l’étude d’une institution, d’une entreprise, d’un corps de fonctionnaires, d’un métier. Cette méthode semble en apparence inadéquate pour les enquêtes thématiques ou pour les études organisationnelles, en se focalisant trop sur la vie de l’individu et en s’encombrant de détails biographiques inutiles (sic) au détriment d’informations « objectives ».

5. Le récit de carrière « intégré » ou « imbriqué »

32Aussi, pour l’histoire des organisations, proposons-nous d’adapter la méthode du récit de vie en proposant celle du « récit de carrière intégré » ou « imbriqué ». De quoi s’agit-il ?

  • 52  D. Bertaux, op. cit., p. 34-35. Dans les concours autobiographiques tels qu’ils ont été organisés (...)
  • 53  Attention aussi à ne pas tomber dans le travers du curriculum vitae lu et commenté par le témoin ; (...)

33Le terme « carrière », d’abord. Il est fortement connoté, il sous-entend l’idée d’une évolution ou d’une progression, d’une mobilité, l’existence d’une organisation englobante et de règles régissant la place que chaque personne occupe dans l’organisation. La méthode du « récit de carrière intégré » que nous proposons s’adresse par conséquent aux fonctionnaires, aux membres des différents corps de l’administration ou des services publics, aux militaires, mais aussi aux cadres en général, à ceux des entreprises et des grands groupes privés, ainsi qu’aux élites dirigeantes, qu’elles soient politiques ou économiques. Pour les autres catégories, on reviendra au terme « récit de vie » en précisant éventuellement « professionnel » ou bien on emploiera « entretien biographique » complété du groupe social ou professionnel étudié (médecins, avocats, artisans, ouvriers, enseignants, etc.). Dans les deux cas, les récits de carrière ou de vie seront orientés, « focalisés », « filtrés »52 par une approche professionnelle et organisationnelle, annoncée comme telle au témoin, de manière à orienter le tri d’informations et la présentation que le témoin va faire de sa vie. Dans le sens où nous l’entendons, le récit de carrière n’est donc pas le curriculum vitae introductif rapide esquissé en une demi-heure, que réalisent parfois les chercheurs en sciences sociales ou en sciences politiques avant d’entrer dans l’enquête à proprement parler53 : notre récit de carrière se développe sur toute la durée de l’interview et structure la démarche d’entretien elle-même.

  • 54  Daniel Bertaux parle du récit de vie comme un « récit de pratiques en situation », à ne pas confon (...)
  • 55  Ce que nous voudrions montrer, ce sont les interactions constantes qui existent entre ces quatre n (...)

34Le terme « intégré » ou « imbriqué » désigne le fait que le récit de carrière doit combiner trois, voire quatre approches emboîtées, selon la métaphore des poupées russes : une approche autobiographique individuelle classique, centrée sur l’identité et l’action du témoin dans ses différents rôles ; une approche sociologique et organisationnelle qui intègre l’histoire du témoin dans celle du « micro-système » auquel il appartient (groupe social, bureau, service, entreprise, filiale, profession, corps, direction, ministère) et qui passe par un « récit de pratiques en situation »54, et enfin une approche chronologique dédoublée en histoire sectorielle et en histoire nationale55. L’idée consiste à concevoir l’interviewé comme placé au centre de plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres, en interaction réciproque, dotées de temporalités différentes (temps long, temps court, temps moyen) et à ne jamais oublier que ce qu’un témoin dit de lui ou de son action à une époque donnée est tributaire de l’environnement et du contexte dans lequel il se trouvait à cette même époque et dans lequel il se trouve aujourd’hui.

35En pratique, l’exercice consiste à ce que l’archiviste-oral, avec l’aide du témoin, construise un cheminement à base de « tranches de vie », le plus souvent fondées sur les différents postes occupés, les différents métiers exercés ou sur les différents rôles sociaux du témoin, ces « tranches de vie » dessinant en quelque sorte l’architecture générale de l’interview (voir plus loin la préparation d’un scénario d’entretien) ; et l’on essaie de faire correspondre à peu près la structure biographique du témoin et la structure de l’entretien. Chacune des « tranches de vie » fait l’objet d’une exploration d’abord biographique individuelle, puis on y injecte un « noyau dur » de questions semi-directives concernant l’organisation dans laquelle la personne a évolué, empruntées à l’enquête thématique focalisée, ce qui met notre méthode du récit de carrière intégré à mi-chemin entre le récit de vie et l’entretien semi-directif thématique : les parties biographiques (vie privée et expériences professionnelles) sont « librement » traitées par le témoin ou bien « travaillées » à partir d’une grille de questions personnalisées et ouvertes ; les parties thématiques, après analyse de la position du témoin dans le « microsystème », sont appuyées sur un mode de questionnement semi-directif pouvant comporter des questions systématiques sur l’organisation ou sur le thème de recherche (problématiques sociologiques, gestionnaires, économiques, psychosociales, historiques, etc.). On peut retenir une proportion d’un tiers de biographique et de deux tiers de thématique ou d’un quart/trois quarts, suivant les objectifs assignés à la campagne d’archives orales institutionnelle et le degré d’approfondissement thématique souhaité.

  • 56  Pour une discussion sur le concept de « matrice du temps présent », voir le Bulletin de l’IHTP, (...)

36Le fait de prévoir un troisième niveau de questionnement que l’on peut dédoubler en niveau sectoriel et en niveau « national » correspond au désir d’évaluer l’insertion du témoin dans son temps et de nourrir une réflexion sur la mémoire collective ; de ce fait, nous nous rattachons clairement au genre historique de la chronique et à la tradition mémorialiste, bien plus qu’au genre de l’autobiographie privée ou à celle du journal intime. La difficulté du questionnement à ce niveau-là est de trouver les bons événements à mettre en résonance avec la mémoire du témoin : les guerres « matrices du temps présent » sont évidemment incontournables pour l’histoire individuelle du témoin mais aussi pour la mémoire collective, familiale, politique et culturelle qu’elles ont structurées ; pour les générations successives de témoins, nés entre le début du siècle et 1935, les deux guerres mondiales et la guerre d’Algérie constituent des matrices de pensée et de comportement souvent structurantes56. Pour les plus jeunes, cela devient vite plus compliqué et plus incertain : les changements de république, Mai 68, les chocs pétroliers, la « société libérale avancée » de Valéry Giscard d’Estaing, le programme commun de la Gauche, 1981... Pour les hauts fonctionnaires habitués à suivre l’actualité gouvernementale et à s’en nourrir, les événements politiques tisseront peut-être une trame plus serrée, mais ce n’est même pas sûr. Il vaut peut-être mieux proposer aux témoins des périodes plutôt que des dates, en essayant de les lui faire caractériser, telles que la Libération, la reconstruction, la modernisation gaullienne des années soixante, les années de la contestation (post-1968), etc., mais il arrive souvent que les catégories construites par les historiens tombent à plat, et l’on découvre alors que les souvenirs du témoin tressent une autre chronologie, une autre mémoire. Il ne reste plus alors qu’à laisser au témoin le soin de mettre lui-même sa vie en perspective et à l’archiviste-oral de se mettre à l’écoute de ce qui émerge d’une histoire du temps présent en perpétuelle construction... Pour l’histoire sectorielle, le questionnement est aussi à construire, en essayant de proposer des dates-ruptures où l’on teste avec le témoin les accélérations du temps court ou bien au contraire des dates-plateaux où l’on tente de saisir des permanences de moyenne durée. La méthode du récit de vie « intégré » ou « imbriqué », qui entrelace plusieurs fils, le fil biographique et plusieurs fils thématiques, permet ainsi de restituer un enchevêtrement de chronologies, individuelle, collective et nationale, qui font la texture complexe et sensible de la mémoire.

  • 57  La dimension familiale est très importante, tant en amont du témoin qu’en aval : les ascendants, l (...)
  • 58  La personne mobilise les ressources de son expérience biographique afin de déterminer l’action à r (...)
  • 59  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 25.
  • 60  Nous développons dans la quatrième partie cette idée d’« expérience biographique » fondatrice ou m (...)

37Notre insistance à faire du biographique et ce en partant des origines familiales et de la petite enfance jusqu’à la fin de la carrière57, méthode contestable au demeurant et d’ailleurs contestée, nous vient, plus encore que d’une option théorique, de nos expériences pratiques sur le « terrain », de la plus grande facilité constatée pour le témoin à entrer dans l’interview par ce biais et surtout de la constatation du rôle frappant que jouent certains apprentissages fondamentaux, du rôle structurant de certaines expériences et de leurs itérations possibles tout au long de la carrière, d’un poste à l’autre, d’une organisation à l’autre ; la connaissance de ces expériences ou de ces intuitions fondatrices donne, sans pour autant tomber dans le plus grossier déterminisme, des clés de compréhension dont il serait dommage de ne pas se servir et sans lesquelles on risque de faire des contresens. On pourrait dire que chaque individu possède un capital existentiel ou capital biographique qui lui est propre, qu’il a constitué par expérimentation et stocké dans sa mémoire et qu’il mobilise chaque fois qu’il se trouve confronté à une situation ou à un problème58. Une vie peut ainsi compter un ou plusieurs « schèmes de conduite »59 qui « informent » sur l’histoire personnelle du témoin et qui sont dévoilés par le récit de vie60.

  • 61  Dominique Schnapper note que le simple fait d’être à la retraite a un impact sur le récit de carri (...)

38Si en général nous arrivons à faire admettre l’importance des expériences antérieures, sous-entendu antérieures à ce qui est l’objet de la recherche ou de l’enquête, la tentation est grande d’interrompre l’interview une fois que la « tranche de vie » visée a été explorée : « le reste de la carrière de cette personne ne nous intéresse pas puisqu’il quitte l’administration pour telle entreprise et que seule son expérience administrative nous préoccupe ! ». Affirmer cela, c’est ignorer que les expériences professionnelles ultérieures conditionnent et colorent le discours émis par le témoin sur ses expériences antérieures ; les succès, les échecs, les promotions, les déceptions, les événements professionnels chronologiquement postérieurs, le statut social obtenu en fin de carrière, les événements familiaux même, pour se cantonner au fil strictement biographique, contribuent à redessiner la représentation rétrospective que le témoin se fait de son itinéraire professionnel61. Les historiens ont bien mis en évidence les interactions entre le passé et le présent ainsi que les effets de reconstruction qui interfèrent dans les témoignages rétrospectifs, mais ils ont surtout mis l’accent sur les variations de la mémoire engendrées par les événements de la « grande » histoire, négligeant les effets de reconstruction « internes » provoqués par les propres expériences biographiques personnelles de l’individu.

  • 62  « Tout témoin a besoin d’un état civil », M. Bloch, Apologie pour le métier d’historien, 1993.
  • 63  C’est aussi la méthode du Service historique de l’Éducation pour les acteurs des politiques d’Éduc (...)

39Par exemple, la description que fait aujourd’hui de sa « période administrative » un haut fonctionnaire des Finances ayant « pantouflé » rend compte de ce qu’il a connu et expérimenté pendant cette période ; mais la relation qu’il en fait est colorée, pondérée par l’expérience qu’il a faite ultérieurement dans le secteur privé. Ainsi, s’il a bien réussi dans le privé, il mettra l’accent, sur son désir d’efficacité depuis son plus jeune âge, sur son esprit d’initiative ou sur son goût du risque, il stigmatisera systématiquement les processus routiniers ou la lenteur administrative alors que peut-être, sur le moment, ces aspects ne lui étaient pas si pesants... A l’opposé, s’il a moyennement réussi dans le privé ou s’il n’est pas parvenu à sortir de l’administration, il exaltera d’autant plus la mystique du service public et de l’intérêt général. Chacun des épisodes de sa carrière se trouve affecté par cette issue et inséré dans un projet identitaire récapitulatoire qui organise par nécessité téléologique le récit vers un point d’aboutissement unique : dirigeant de banque. D’une façon générale, nous croyons que le témoignage rétrospectif d’un individu sur son administration, sur son entreprise est le fruit de son expérience et de son itinéraire biographique au sein de cette même organisation : la façon dont M. X. parle de l’institution dans laquelle il a passé toute sa vie, ce qu’il en dit, les aspects qu’il en souligne, sont conditionnés par les expériences qu’il a faites au sein de cette entreprise, par les connaissances qu’il y a acquises, par les relations qu’il y a nouées, par le bilan qu’il fait rétrospectivement de son parcours professionnel, par le degré de satisfaction qu’il en a retiré. Autrement dit, les informations qu’un individu est capable de livrer sur son environnement social sont intrinsèquement liées au parcours qu’il a suivi et aux expériences qu’il a connues tout au long de sa vie. Bref, pour résumer, nous estimons qu’un témoignage, même thématique et ponctuel, ne peut être séparé du « capital biographique » qui le nourrit et lui donne sens. D’où la nécessité de mener l’entretien jusqu’à la fin de la carrière du témoin, car ce qui s’est passé après est aussi important que ce qui s’est passé avant, pour comprendre la présentation que le témoin fait de tel épisode de sa vie et de son action. Une bonne critique du témoignage rétrospectif exige de prendre en considération la totalité du récit de carrière ou du récit de vie62 : pour comprendre et situer une « tranche de vie » dans une vie et dans un récit, pour pouvoir évaluer le témoignage, il faut la restitution du tout. Cette exigence méthodologique, qui se résume à deux questions, « Qui parle ? » et « D’où parle-t-il ? » explique le recours au résumé de carrière en introduction à l’entretien chez les sociologues, dont Dominique Schnapper nous dit qu’il constitue « le premier élément de [la] critique [historique] »63.

40Enfin, dernier avantage méthodologique, dans le récit de vie, le téléologisme est souvent apparent, il peut être facilement détecté et contré par l’archiviste-oral qui peut pointer les hasards, les événements subis, les alternatives esquissées, les faux-choix et donc réfuter en partie le modèle rationalisant que le témoin met en œuvre ; l’historien dispose ainsi d’informations précieuses pour faire la critique des témoignages. A contrario, dans l’entretien thématique court (une ou deux séances), l’archiviste-oral est prisonnier de l’entretien-déclaration du témoin, il ignore souvent certains faits qui lui permettraient de savoir d’où parle le témoin, et la critique du document s’en trouve par suite affaiblie.

  • 64  La méthode compréhensive a deux origines intellectuelles : Wilhelm Dilthey, selon lequel par l’emp (...)
  • 65  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 26.
  • 66  En réalité, en histoire, il n’y a pas de dichotomie irréductible entre explication et compréhensio (...)

41La méthode du récit de vie ou du récit de carrière « intégré » appartient à la catégorie des méthodes qualitatives ; ces dernières visent à produire avant tout de la compréhension, d’où le nom de méthodes compréhensives64, elles ont davantage vocation à faire comprendre qu’à mesurer ou à comparer, à montrer qu’à expliquer ou à démontrer65, ce que font beaucoup mieux d’autres méthodes d’analyse. Grâce à l’entretien mené selon la méthode du récit de vie, il y a comme un partage des tâches : le témoin montre, l’archi-viste-oral comprend, l’historien explique66. Cette méthode implique dans tous les cas de la part de l’archiviste-oral une attitude d’empathie et de sympathie provisoire avec le témoin, attitude qui ne constitue qu’une étape, un moyen pour rentrer dam le « monde » du témoin, pour le mettre en confiance et le faire parler. À son tour, l’historien utilisateur de la source orale devra lui aussi entrer dans cette attitude « compréhensive » pour comprendre le témoignage et en retirer tout son suc. Une fois le « moment » de la compréhension du témoignage passé, l’archiviste-oral et le chercheur referment la parenthèse de l’empathie pour reprendre de la distance et pour pouvoir faire une analyse critique.

6. Autres méthodes d’entretien possibles

42D’autres méthodes peuvent être utilisées pour la constitution d’archives orales, notamment lorsque le service producteur dispose d’archives écrites (papiers privés, archives d’entreprise ou archives publiques) ; l’exercice consiste alors à interviewer le témoin en l’invitant à commenter les documents, à en éclairer le contexte, les tenants et les aboutissants, à faire le portrait des protagonistes, à éclairer la source écrite. C’est parfois la méthode suivie aux Archives nationales, telle que Chantai de Tourtier-Bonnazzi l’a inaugurée au début des années quatre-vingt, et qui s’applique particulièrement bien aux ministres, aux secrétaires d’État, aux hommes d’État, aux hauts fonctionnaires s’inscrivant dans une démarche de dépôt de leurs « papiers privés ».

  • 67  Sur un tel type de travail, on peut lire G. Thuillier, « Les archives orales des hauts fonctionnai (...)

43Moins usitée est la méthode qui consiste pour le témoin à établir tout seul, à partir de ses archives privées, une chronique des événements qu’il a traversés et à faire un commentaire des dossiers qu’il a eu à connaître. L’interview prend alors véritablement la forme de mémoires parlées, l’intervieweur n’est plus qu’un « porte-micro » et l’enregistrement n’est ici qu’une béquille permettant de tourner les difficultés et les austérités de l’écriture. On ne peut plus à proprement parler d’entretien. cette façon de faire, peu exigeante pour l’archiviste-oral qui se contente d’engranger passivement le récit, demande en réalité beaucoup de travail au témoin : classement des papiers, remémoration du contexte, choix d’un fil directeur, sélection des épisodes et des « affaires » à traiter, mise en récit, maîtrise du discours... Un tel témoin n’est pas fréquent67.

  • 68  Il nous semble que plus les témoins rajeunissent, plus la part biographique de leur interview dimi (...)
  • 69  Cf. au Comité pour l’histoire économique et financière, les archives orales concernant la DGI qui (...)
  • 70  Pour en savoir plus, M. Allaire et M.-T. Frank, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation d (...)

44Quelles que soient les méthodes d’entretien choisies au départ de la campagne d’archives orales, on ne peut que recommander la souplesse, car, au cours du déroulement de l’opération sur le terrain, la nécessité d’infléchissements ou de modifications dans les priorités ou dans les problématiques peut apparaître : il faut accepter de remanier une grille, un questionnaire, d’élargir ou de restreindre un corpus de personnalités, de passer du biographique au thématique et inversement ; car le « terrain » a aussi son mot à dire et les interviewés ne sont pas comparables à des cartons d’archives, ils réagissent, ils résistent, ils cherchent à intervenir et à peser sur l’enquête, ils s’enquièrent du devenir de leurs propos et, à partir du moment où on leur a demandé de parler, ne veulent plus se taire ! Le questionnement garde en quelque sorte toujours un caractère provisoire ou inachevé, une plasticité qui peut conduire à revoir les axes de recherche ou les techniques d’interrogation ; d’ailleurs, nous ne connaissons guère de cas d’entreprises d’archives orales qui n’aient été conduites à modifier leurs objectifs et leurs méthodes, ne serait-ce qu’en raison du rajeunissement des témoins68 ou encore pour des motifs prosaïquement budgétaires ou techniques. C’est ainsi que les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière oscillent entre le récit de carrière et l’enquête thématique, entre une approche prosopographique, une approche d’histoire des organisations et des problématiques d’histoire économique69. Au Service historique de l’Éducation, l’infléchissement s’est fait, excepté pour les « grands témoins », par une minoration progressive de la dimension biographique, réduite à un résumé de carrière au début de l’entretien, au profit de l’approfondissement des processus décisionnels mis enjeu dans les politiques éducatives menées par les différents ministres70.

Notes

1  Tout intervieweur subit un examen de passage lors des premiers entretiens : tenue vestimentaire, façon de s’exprimer, raison sociale et « mandat institutionnel », conception du projet lui-même, test de connaissances...

2  Cf. l’exemple déjà cité de la préparation de la nouvelle campagne d’archives orales du Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale, avec ses 3 conférences de 4 heures, dispensées aux futurs archivistes-oraux par Bruno Valat et Antoinette Catrice-Lorey, sur l’histoire de la Sécurité sociale entre 1945 et 1990.

3  Dans le cas où les archives ne sont pas consultables, les dossiers de presse thématiques de Sciences Po constituent une ressource documentaire très précieuse pour préparer une interview.

4  Là encore, l’administration est avantagée avec ses Bottins administratifs, ses Annuaires par ministère ou par corps, les états de service de ses cadres et son Journal Officiel ; l’idéal est d’en retrouver quelques exemplaires pour les transformer en usuels. Pour les entreprises privées ou même publiques, la plongée dans les archives s’impose.

5  Il faut penser au Who’s who ? mais aussi au Bulletin quotidien de Bérard Quelin.

6  Rappelons que pour les dossiers des personnels civils et militaires de l’État, la loi de 1979 prévoit 120 ans de réserve avant toute consultation à partir de la date de naissance de l’intéressé ; mais on peut toujours essayer d’obtenir une dérogation individuelle.

7  Par exemple, mettre en relation les origines géographiques et sociales des candidats au concours d’entrée à l’Inspection des Finances avant 1944 et celles des lauréats ; mettre en relation la localisation géographique, la pratique religieuse et le vote électoral…

8  Pour mieux approcher la réalité, nous pensons qu’il faudrait ajouter celle de la mère et celle des grands-parents comme le recommande la prosopographie historique la plus classique.

9  C. Rogers, « The Non Directive Method as a Technic for Social Research », American Journal of Sociology, 1945, n° 50-4, p. 279-284 ; La relation d’aide et la psychothérapie, l942, Paris, ESF, trad., 1977 ; Le développement de la personne, Paris, Dunod, 1967 ; R. Muccielli, La relation de face-à-face dans la relation d’aide, ESF, Paris, 1986.

10  J. Piaget, la représentation du monde chez l’enfant, 1926, PUF, 1996, p. IX, cité par A. Blanchet in L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, p. 11.

11  H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, Prentice Hall, Paris, 1967.

12  Sur l’entretien non directif en psychologie, M. Simonot, « Entretien non directif, entretien non préstructuré : pour une validation méthodologique et une formalisation pédagogique », Bulletin de psychologie, n° 343, 1979. Sur l’entretien non directif, G. Michelat, « L’utilisation de l’entretien non directif en sociologie », « Revue française de sociologie », XVI, 1975, p. 229-247. Pour une utilisation récente de cette méthode en sciences sociales, C. Dubar et D. Demazière, Analyser des entretiens biographiques, L’exemple de récits d’insertion, Nathan, 1997.

13  Cf. les travaux de L. Passerini sur les militantes d’Action directe, ceux d’A. Wieviorka sur les déportés, ceux de M. Pollak sur les déportés ou sur les malades du sida ou ceux de K. Bartosek sur les anciens prisonniers des prisons communistes tchèques...

14  D. Aron-Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activité sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980 ; M. Vigie, « La Marine et le magnétophone », Revue historique des Armées, n° 4, 1986, p. 107-118. M. Vigie parle de monologue, avec « le moins possible d’interventions directives » et Dominique Schnapper, quant à elle, laisse entendre qu’elle n’intervient pas lors du premier « jet » ou du premier entretien (l’entretien-déclaration). Nous avons tendance à penser que l’expérience de la Sécurité sociale, arrivée à son terme lorsque celle de la Marine commence, a inspiré pour partie celle du Service historique de la Marine, ce qui contribuerait à expliquer les similitudes entre les deux projets.

15  C’est parfois le cas lorsque l’intervieweur est inexpérimenté ou fortement dominé par son témoin.

16  Pierre Bourdieu, dans Le sens pratique, Paris, Éd. de Minuit, 1980, qualifie l’entretien d’« improvisation réglée ».

17  Daniel Bertaux parle de « filtre » d’entretien, qui « oriente et précentre l’entretien », Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 35.

18  Sur ce point, J.-C. Kaufrnann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 62.

19  D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997 ; J. Peneff, La méthode biographique, A. Colin, 1990 et « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, 27, 1994, p. 25-31.

20  La prosopographie, terme relevant du registre des sciences historiques, désigne à l’origine la science auxiliaire de l’histoire ancienne qui étudie la filiation et la carrière des notables de la société antique ; elle s’est étendue ensuite à des groupes sociaux entiers et s’est exportée en histoire médiévale et moderne où l’existence de corps constitués à l’intérieur d’une société d’ordres lui a procuré des champs d’expansion importants. La prosopographie pour la période contemporaine date des années soixante-dix et s’est particulièrement développée en histoire politique (les personnels politiques, parlementaires et ministériels), ainsi qu’en histoire administrative, notamment pour les corps de hauts fonctionnaires. Les travaux prosopographiques, qui trouvent souvent leur prolongement dans la réalisation de dictionnaires biographiques, ont pour objet d’établir et de réunir les biographies de personnages ayant appartenu à un même corps, occupé les mêmes fonctions ou appartenu à une même organisation (entreprise ou administration). On pourra utilement se reporter au Guide de recherche sur la prosopographie des élites françaises du XVIe au XXe siècle publié au CNRS en 1980 ou à M. Fleury, « Prosopographie et histoire de l’administration » dans Histoire de l’administration française depuis 1800. Problèmes et méthodes, Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’EPHE, Genève, Droz, 1975.

21  Voir les travaux de Philippe Lejeune sur l’autobiographie en tant que genre littéraire et son utilisation en sciences sociales. Bibliographie en fin d’ouvrage.

22  P. Lejeune, Je est un autre, l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980.

23  Nous sommes bien d’accord que dans l’autobiographie écrite, on pourrait considérer que l’auteur s’adresse à un interlocuteur virtuel, son futur lecteur, mais précisément, dans l’entretien, l’interlocuteur n’est pas virtuel, il est bien réel et surtout, il intervient dans le récit de vie qu’il oriente ou contribue à orienter par sa simple présence. Maurice Halbwachs a montré que tout acte de remémoration est déclenché par une sollicitation, qu’elle soit formelle ou informelle, issue du présent et par une marque d’intérêt de la part des autres. Dans le cas des archives orales, il y a fort à parier que la majorité des témoins n’auraient jamais pris un magnétophone pour monologuer sur leur vie et sur leur carrière, et très probable qu’ils n’auraient même jamais écrit leurs souvenirs, tant l’acte d’écrire demande d’effort et de travail. C’est pourquoi Denis Poupardin, responsable des archives orales de l’INRA, défend le concept « d’autobiographie assistée » : l’archiviste-oral sert principalement à assister le témoin dans « l’accouchement » de son récit de vie. Il nous semble cependant que cette notion minimise les interférences que l’intervieweur cause par sa présence et ses questions et sous-estime le rôle de l’intervieweur, co-producteur du récit de vie.

24  Pour nous contredire, mentionnons qu’il existe précisément un exemple de ce type d’autobiographie orale : il s’agit de celle de Fred Deux, alias Jean Douassot, dessinateur, qui vient de « publier » son autobiographie enregistrée, À vif, fruit d’un travail accompli sur lui-même pendant deux ans (24 cédés-audio chez André Dimanche éditeur, 1999).

25  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, Les récits de vie. Théorie et pratique, Paris, 1983, p. 50.

26  J. Poirier, S. Valladon, P. Raybaut, op. cit., Paris, 1983, p. 51.

27  D. Bertaux, Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 7-10.

28  Nous verrons plus loin que, dans le cas d’archives orales historiques, nous acceptons le recours à tout document servant de béquille à la mémoire : archives privées, archives, organigramme, curriculum vitae, chronologie... À condition que ces documents ne viennent pas tuer le récit.

29 D. Bertaux, op. cit., p. 70.

30  N. Elias, La société des individus, Fayard, 1991, préface de R. Chartier.

31  Il y a là un point de rencontre entre Norbert Elias, Maurice Halbwachs (les « cadres sociaux de la mémoire »), Marc Bloch et Lucien Febvre (les « outillages mentaux »).

32  La complication vient de ce que dans les archives orales rétrospectives, le témoin conserve les « cadres sociaux », les structures mentales du temps passé et ceux du présent.

33  Une vie, c’est long et la méthode du récit de vie ménage une véritable marge de progression, à l’archiviste-oral comme au témoin, pour rôder et développer un témoignage de qualité.

34  A condition d’en avoir bien informé préalablement le témoin pour qu’il ne soit pas désarçonné par des questions qui pourraient lui apparaître comme indiscrètes par rapport à sa vie privée. Toujours ce travail de pédagogie et d’explication !

35  Nous avons personnellement énormément appris de la vie, de l’expérience de ceux dont nous avons réalisé le récit de carrière...

36  Les archives orales tiennent de la maïeutique socratique, mais elles s’appliquent ici à la mémoire et non pas à la raison.

37  La naissance d’une amitié se produit parfois, mais pas si fréquemment que cela, il y faut des conditions particulières, une sorte d’égalité des deux interlocuteurs, une implication personnelle forte de même intensité de part et d’autre, et surtout un acte de volonté de la part des deux partenaires.

38  P. Ricœur, Temps et récit, 3 tomes, 1983-1985 et Du texte à l’action, 1986.

39  Sur « l’effet de vérité » engendré par la méthode compréhensive, J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 69-70.

40  En général, les informations recueillies par la méthode du récit de vie sont plus riches, plus « qualitatives » (il s’y mêle des jugements de valeur que l’on n’obtient pas par écrit) et souvent plus fiables que dans une enquête par questionnaire écrit. Nous reviendrons plus longuement sur les apports de la source orale autobiographique dans la quatrième partie.

41  Cf. l’idée de trajectoire ou d’itinéraire développée par J.-C. Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, XXXI, 1989, p. 3-22. Dans les archives orales constituées sur la période qui s’étend des années trente aux années quatre-vingt, la prégnance d’un modèle littéraire, le roman d’éducation ou d’initiation qui mêle aussi le stéréotype de l’ascension sociale, est forte ; mais les témoignages reflètent aussi la dynamique d’enrichissement et de mobilité sociale ascensionnelle qui a saisi la France dans les années d’après-guerre.

42  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 35.

43  Le « moi multiple », cf. M. Douglas, « La connaissance de soi », La Revue du MAUSS, n° 8, 1990 et J. Elster, The Multiple Self Cambridge University Press, 1985. Selon ces auteurs, notre moi est multiple et contradictoire, « parce que nous avons, en nous, au moins potentiellement, toutes les contradictions de la société », cité par J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 59.

44  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Nathan, 1998, p. 59.

45  Voir pour « l’imaginaire » du fonctionnaire, qui cherche encore son historien, l’essai programmatique de R. Catherine et G. Thuillier, L’être administratif et l’imaginaire, 1982 ; Psychologie de l’administration, in L’Univers de la psychologie, 1979 ; Conscience et pouvoir, 1974 ; Introduction à une philosophie de l’administration, 1969.

46  P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Raisons pratiques, Paris, Éd. du Seuil, 1994.

47  P. Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Éd. du Seuil, 1971, 1978.

48  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 37.

49  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 63.

50  P. Bourdieu, « Comprendre », in La misère du monde, Éd. du Seuil, 1993, p. 1 408.

51  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 63.

52  D. Bertaux, op. cit., p. 34-35. Dans les concours autobiographiques tels qu’ils ont été organisés par les Finances, La Poste et les Caisses d’épargne, on pourrait qualifier les récits de vie recueillis d’autobiographies « filtrées » ou « orientées », les deux filtres utilisés étant, d’une part, la carrière professionnelle dont on souhaite la restitution et, d’autre part, la vie de l’organisation sur laquelle on cherche à avoir des informations. Les aspects de vie privée et familiale sont minorés ou même passés sous silence par les auteurs. C’est en ce sens que l’on peut contester la qualité d’autobiographie à ces textes : ce sont en fait des récits de carrière « assistés », pour reprendre l’expression de Denis Poupardin.

53  Attention aussi à ne pas tomber dans le travers du curriculum vitae lu et commenté par le témoin ; même si cela prend trois heures, c’est assez inutilisable car le qualitatif est souvent réduit à la portion congrue, au profit de l’énumératif (ce qui n’est pas la même chose), et il y manque précisément les articulations, les enchaînements narratifs qui font un récit.

54  Daniel Bertaux parle du récit de vie comme un « récit de pratiques en situation », à ne pas confondre, selon lui, avec la méthode autobiographique, reprenant ainsi la distinction de Poirier et Valladon entre psychobiographie et sociobiographie : il ne s’agit pas pour lui de connaître un individu en soi, même si cela peut dans certains cas se révéler intéressant, mais de connaître un objet social collectif, un corps de fonctionnaires, une direction de ministère, une usine, une entreprise, un groupe social ou professionnel ; il s’agit d’« extraire des expériences de ceux qui ont vécu leur vie au sein de cet objet social des informations et des descriptions qui, une fois analysées et assemblées, aident à comprendre le fonctionnement et les dynamiques internes », Les récits de vie, p. 45.

55  Ce que nous voudrions montrer, ce sont les interactions constantes qui existent entre ces quatre niveaux.

56  Pour une discussion sur le concept de « matrice du temps présent », voir le Bulletin de l’IHTP, n° 75, juin 2000, et les contributions de H. Rousso et P. Lagrou.

57  La dimension familiale est très importante, tant en amont du témoin qu’en aval : les ascendants, les oncles et la parenté même lointaine expliquent nombre de décisions ou de parcours sociaux (par exemple, le fait de « monter » à Paris et de rentrer dans l’administration s’expliquent par un oncle rédacteur dans une administration centrale ou une tante dans les Postes) ; « l’économie familiale » financière mais aussi morale, doit retenir aussi l’attention, ainsi que dans la suite de la biographie, les choix matrimoniaux, la conciliation vie familiale/vie professionnelle, la venue des enfants qui expliquent parfois les « sorties » vers le secteur privé, etc., autant d’éléments qui expliquent en partie la biographie sociale et professionnelle du témoin. Nous pourrions faire la même remarque pour tout ce qui concerne les réseaux amicaux et plus largement relationnels qui ne laissent guère de traces écrites. La période de formation est également l’un des temps forts de l’entretien. Nous reviendrons sur tous ces sujets dans la quatrième partie. Pour les liens qui existent entre croyances religieuses et choix d’un environnement professionnel, nous renvoyons à A. Darbel et D. Schnapper, Les agents du système administratif, 1969 et Le système administratif 1972, qui ont mis en lumière la relation entre catholicisme, service de l’État et idéologie de l’intérêt général.

58  La personne mobilise les ressources de son expérience biographique afin de déterminer l’action à réaliser, ce qui ne signifie pas reproduire cette expérience à l’identique.

59  D. Bertaux, Les récits de vie, op. cit., p. 25.

60  Nous développons dans la quatrième partie cette idée d’« expérience biographique » fondatrice ou matrice.

61  Dominique Schnapper note que le simple fait d’être à la retraite a un impact sur le récit de carrière rétrospectif.

62  « Tout témoin a besoin d’un état civil », M. Bloch, Apologie pour le métier d’historien, 1993.

63  C’est aussi la méthode du Service historique de l’Éducation pour les acteurs des politiques d’Éducation depuis 1945. L’entretien est focalisé sur le processus décisionnel en matière de politique d’Éducation, mais le témoin est invité à résumer son parcours professionnel

64  La méthode compréhensive a deux origines intellectuelles : Wilhelm Dilthey, selon lequel par l’empathie on peut saisir le « savoir social incorporé par les individus » (W. Dilthey, Introduction à l’étude des sciences humaines : essai sur le fondement qu’on pourrait donner à l’étude de la société et de l’histoire, 1886, trad., PUF, 1942) et Max Weber (Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket, 1992), pour qui « les hommes ne sont pas de simples agents porteurs de structures mais des producteurs du social, donc des dépositaires d’un savoir important qu’il faut saisir de l’intérieur, par le biais du système de valeurs des individus ». D’après J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, p. 23.

65  J.-C. Kaufmann, L’entretien compréhensif, op. cit., p. 26.

66  En réalité, en histoire, il n’y a pas de dichotomie irréductible entre explication et compréhension.

67  Sur un tel type de travail, on peut lire G. Thuillier, « Les archives orales des hauts fonctionnaires », in Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, CHEFF, 1999, p. 565-570. Sans systématiquement suivre ce que préconise Guy Thuillier, tout témoin contacté dans le cadre d’une entreprise d’archives orales pourrait s’inspirer utilement de ses conseils.

68  Il nous semble que plus les témoins rajeunissent, plus la part biographique de leur interview diminue et plus la part thématique et spécialisée augmente.

69  Cf. au Comité pour l’histoire économique et financière, les archives orales concernant la DGI qui combinent un axe d’interrogation administratif sur « la fusion des régies » et un second axe économique sur les politiques fiscales et les différentes réformes menées dans ce domaine dans les années cinquante et soixante.

70  Pour en savoir plus, M. Allaire et M.-T. Frank, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération, t. 1, Inventaire de cinquante entretiens, SHE-INRP, 1995, p. 5-9, et intervention de D. Bernard à notre séminaire, le 9 juin 1999.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable