Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Deuxième partie. L'ingénierie des archives orales

Chapitre II

La mise en place du système « archives orales »

Texte intégral

I. Définir une philosophie générale

1Plaçons-nous maintenant dans le cas où précisément la configuration est favorable et où sont toutes réunies les conditions définies ci-dessus : la décision de principe a été prise, un chef de projet recruté ou désigné, un budget conséquent accordé. Il est bon alors que le dialogue s’engage entre le chef de projet, /’éveilleur ou tout membre de la communauté scientifique intéressé par le projet, et les dirigeants de l’organisation concernée, afin de définir la philosophie générale du projet ainsi que ses objectifs, étape ultime du mûrissement historique dont nous avons essayé de décrire le fragile processus.

1. Une approche patrimoniale vouée à la recherche historique

2Nous nous plaçons ici dans le cas du lancement d’une campagne d’archives orales rétrospectives à but historique, et tous les termes ont ici leur importance :

— le terme « campagne », que nous préférons à « collecte », en raison de sa connotation volontariste, met l’accent sur l’aspect provoqué, organisé, ciblé dans le temps, circonscrit et renouvelable. Ce terme induit également l’idée de volume, d’ordre, de rationalité, d’homogénéité et suggère l’existence d’objectifs déterminés ;

— « archives orales historiques » indique que les matériaux collectés sont destinés à être conservés non seulement comme éléments du patrimoine de l’organisation, mais aussi (ils en acquièrent immédiatement le statut), comme sources pour l’historien, à qui ils sont en dernier ressort promis. Le terme « archives » induit aussi un ensemble de choses tournant autour du facteur « temps » (délais de collecte et de classement, durée de conservation, délais de communicabilité, postérité et transmission), il implique aussi à terme la mise à disposition des documents produits auprès des chercheurs. Ce double souci de pérennité et d’accessibilité est essentiel, car il oriente le choix des instruments techniques, le choix des méthodes d’analyse documentaire et oblige à prévoir dès le départ une structure de stockage et un lieu d’accueil pour les chercheurs ;

— le terme « rétrospectives » désigne le caractère a posteriori de cette création de sources et le dévoile comme tel, sans laisser place à aucune ambiguïté.

3La constitution d’archives orales patrimoniales rétrospectives relève d’un genre particulier : elle combine une démarche patrimoniale d’un côté et une démarche proprement historique de création de sources ; elle diffère de la démarche du doctorant ou du chercheur qui collecte ses témoignages sans souci de conservation ou d’accessibilité au-delà de la durée de vie de ses propres travaux et en fonction d’une problématique prédéterminée ; elle diffère de celle d’une institution qui à l’occasion d’un événement quelconque, procède à quelques interviews d’anciens pour illustrer tel ou tel épisode nécessairement glorieux de l’histoire de la Maison, sans accorder plus d’attention aux conditions de production, de conservation et d’exploitation des entretiens.

4La difficulté est de ne pas enfermer la constitution d’archives orales dans un exercice strictement patrimonial interne, à vocation de congélation, mais de les concevoir dès l’origine comme ordonnées à des fins historiques, en les enracinant dans la recherche historique en cours. De là, l’importance de recruter un chef de projet inséré dans la communauté historienne, qui saura utiliser toutes les ressources de sa formation historique et de son métier :

— utilisation de la bibliographie existante et des problématiques en cours,

— réflexion sur les méthodes de production et d’exploitation de la source, avec les utilisateurs virtuels ou réels,

— communication et évaluation des résultats,

— participation à des colloques ou à des journées d’études, organisation de séminaires.

5Le chef de projet, en s’adossant à la communauté scientifique, nourrit intellectuellement son projet et entretient un esprit de distance critique qui lui permet de conjurer le risque de l’histoire-maison.

6Réciproquement, les archives orales ne doivent pas être coupées de la vie présente de l’organisation et l’on doit éviter pour le chef de projet l’enfermement dans le strict tête-à-tête avec les anciens. C’est pourquoi nous plaidons pour une forte intégration - même temporaire - du chef de projet au sein de la structure, pour un rattachement à haut niveau et pour l’établissement de contacts réguliers avec les dirigeants : c’est bien sûr un gage de sécurité pour l’obtention de moyens financiers et matériels suffisants, mais c’est surtout indispensable pour l’intérêt du projet lui-même. Il est en effet fondamental que le chef de projet puisse intégrer les questions que les dirigeants se posent sur leur propre passé et leurs préoccupations du présent, sans pour autant céder à la complaisance. Le chef de projet doit pouvoir faire le pont entre les héritages du passé et les interrogations du présent et de l’avenir, il a une fonction de médiateur entre les praticiens du présent et ceux du passé et il est celui par qui le dialogue se noue. De même, auprès des dirigeants, il se fait la caisse de résonance des acquis et des interrogations des historiens, à la croisée du réflexif et de l’opérationnel. Bref, ces archives orales historiques doivent être vivantes, interactives, prises dans une dynamique passé-présent-futur, fruit d’un dialogue entre les acteurs, passés et présents, et ceux qui ont fait profession de chercher et de connaître.

7Pour des raisons à la fois pédagogiques et tactiques, les archives orales devront donc conjuguer plusieurs approches, qui s’adressent aux différents publics concernés par le projet « Archives orales » : une approche patrimoniale de conservation, une approche historique et scientifique, prévoyant une utilisation immédiate ou différée des documents oraux, une approche opérationnelle ou communicationnelle de valorisation des collections. Dès le début, il nous semble qu’il faut proposer une approche plurielle, combinant différents niveaux d’intervention (archives orales patrimoniales, collecte de témoignages thématiques, journée-témoins, publication de souvenirs, exposition, multimédia) afin que tous les acteurs du projet y trouvent leur intérêt. Le chef de projet veillera précisément à ce que tous ces niveaux soient « travaillés » parallèlement et qu’aucun ne prenne le dessus exclusif ! En conséquence, on ne sous-estimera pas le temps passé par le chef de projet à faire de la pédagogie, à expliquer tous ces aspects, à convaincre les responsables institutionnels, à rédiger notes et contre-notes, projets et avant-projets ; il y a là une véritable initiation à l’histoire, à ses objectifs, à ses métiers et à ses méthodes.

8En pratique, nous pensons que pour mener à bien ce dialogue, et afin que le maximum de personnes soient impliquées dans le système, il est souhaitable que le chef de projet puisse s’entourer d’un groupe de pilotage, formel ou informel (réseau de correspondants privilégiés).

2. Un groupe de pilotage

9Ce groupe de pilotage, ou comité scientifique, est de préférence un groupe restreint (5 à 6 personnes) réunissant les divers acteurs du projet :

— un responsable de l’institution concernée, avec un réel pouvoir de décision ;

— éventuellement l’éveilleur d’origine ;

— le ou les experts du champ historique concerné que le chef de projet aura invité à collaborer et qu’il faut choisir en fonction des critères suivants : la compétence scientifique, le rayonnement, les ressources « estudiantines », la dimension consensuelle, l’intérêt personnel pour le projet, la disponibilité d’emploi du temps, etc. ;

— l’archiviste s’il existe, ou le responsable de la documentation, qui sont les partenaires « naturels » du chef de projet et ses successeurs potentiels à l’issue de la première enquête ou dans le cas d’une extension du projet. À cet égard, il y a un véritable intérêt à ce qu’il suive la formation aux archives orales dispensée aux intervieweurs ;

— le chef de projet lui-même ;

— éventuellement, un représentant des « anciens », ce qui peut sembler naturel compte tenu du fait qu’ils sont la « cible » du programme d’interview ; cette présence dans le groupe de pilotage peut favoriser l’accueil du programme chez les retraités, mais elle n’est pas sans inconvénient : propension à accaparer la parole, à favoriser ses propres intérêts intellectuels ou de groupe, difficulté à appréhender le raisonnement historique lorsqu’on en est soi-même l’objet, liaisons « parasites » non contrôlables avec les « anciens »…

10Quel est le rôle du groupe de pilotage ?

— il approuve le programme de travail proposé par le chef de projet ;

— il fait circuler l’information et contribue à la bonne compréhension par tous de ce qui est fait ;

— il évalue et valide le travail accompli sur examen des rapports d’étape ou de synthèse remis par le chef de projet.

11Il est donc à la fois une instance de conseil et de validation, en interne comme en externe.

12Au sein du groupe de pilotage, le chef de projet a un rôle particulier, bien identifié ; il se voit confier les tâches suivantes et au besoin, ces taches peuvent être formalisées, dans son contrat de travail ou dans une lettre de mission :

— il définit et propose un programme de travail (population-cible, nombre de personnes, méthode, calendrier) ;

— il définit les moyens nécessaires à la réalisation du projet (budget, personnels, matériels) et les met en œuvre (recrutements, établissement du calendrier, établissement des contacts nécessaires avec les témoins) ;

— il rend compte de ses activités devant le groupe de pilotage par le biais de rapports d’étape et de synthèse ;

— il a la gestion opérationnelle et scientifique du projet et en est responsable devant le comité de pilotage et l’organisation commanditaire.

3. Définition des objectifs

13C’est au sein de ce groupe de pilotage, sur proposition du chef de projet, que sont débattus et définis les objectifs du programme « archives orales ». Quels sont brièvement et schématiquement les termes de l’alternative ?

  • 1  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 14.

14S’agit-il de constituer un fonds d’archives orales rétrospectives généralistes et institutionnelles, par mesure conservatoire et dans le seul souci de ménager une source supplémentaire à l’historien du futur ? Dans ce cas, il s’agit « de recueillir de manière la plus large et la plus ouverte possible, une information maximum, donc contradictoire, en multipliant sur les mêmes événements les points de vue différents des différents acteurs historiques »1. Ou bien s’agit-il de constituer un corpus de témoignages répondant à une problématique précise ? S’agit-il d’une campagne prosopographique ou thématique ? L’exploitation des documents collectés est-elle repoussée dans un avenir indéfini ou bien est-elle envisagée dès l’origine et à court terme ? Une publication est-elle prévue et de quel type (universitaire, de vulgarisation, communicationnelle) ?

15Ces choix ont bien évidemment des implications fortes :

  • 2  Si l’objectif est celui d’un large fonds polyphonique, on cherchera à rassembler le plus grand nom (...)

— sur le profil et le nombre des interviewés2,

  • 3  Dans le premier cas, le questionnement se fera selon un canevas ouvert, semi-directif ou non direc (...)

— sur le mode de questionnement ou le questionnaire3,

  • 4  Dans le premier cas, l’information collectée pourra n’être que fichée et indexée, dans le second, (...)

— sur le « compte rendu » d’information4,

  • 5  Dans le premier cas, des délais de réserve pourront être offerts aux interviewés, dans le second, (...)

— sur les conditions d’utilisation de l’information5,

  • 6  Dans le premier cas, on peut admettre l’hypothèse selon laquelle les informations sont moins sujet (...)

— sur la nature des informations obtenues6,

  • 7  Dans le premier cas, l’enquête peut relativement s’étaler dans le temps, dans les limites de la di (...)

— sur la durée de l’enquête et le volume des moyens mis à disposition7.

16Il s’agit en fait de définir « les buts de guerre » de la campagne d’archives orales.

17Pour schématiser, nous avons classé selon deux modèles les différentes caractéristiques des deux types principaux de campagnes d’archives orales rétrospectives.

Tableau récapitulatif

  • 8  Dans le premier cas, le corpus est assez volumineux et assez homogène pour constituer une source à (...)

Archives patrimoniales institutionnelles à exploitation différée

Témoignages oraux dans une enquête thématique à exploitation de court-terme

— Champ informationnel ouvert

— problématique prédéterminée

— recherche de la polyphonie dans le choix des interviewés (typologie)

— recherche des « meilleurs » informateurs possibles, exhaustivité, représentativité

— canevas d’entretien, récit de carrière, entretien non directif

— questionnaire semi-directif ou directif

— initiative au témoin

— initiative à l’historien

— inventaire et indexation simple

— transcription obligatoire

— délais de réserve possibles

— accessibilité libre et immédiate

— étalement dans le temps

— calendrier contraignant

— constitution d’un corpus-socle8

— échantillon-preuve

18La définition des objectifs sommairement présentée ci-dessus est absolument essentielle, car elle conditionne les moyens à mobiliser et donc le budget à consacrer à l’opération, ce qui est en général la première question que le décideur pose à ses interlocuteurs, ainsi que le choix des méthodes ; elle détermine aussi en profondeur la relation interviewé-intervieweur. En effet, le fait d’annoncer à l’interviewé une collecte de récits de carrière pour une lointaine histoire de leur corps d’origine ou pour une future histoire du ministère des Finances renvoyée aux calendes grecques n’a pas le même impact que la collecte de témoignages pour un colloque consacré à un grand directeur du ministère des Finances ou pour une thèse visant à montrer l’« impérialisme » d’un grand corps de l’État. Dans le premier cas, le témoin est le producteur d’une information encore « neutre », c’est-à-dire non encore « activée » par une problématique d’interprétation ; et c’est l’historien du futur, comparable à un chef de réseau de renseignement, qui réactivera ses correspondants en sommeil, qui saura interroger ses sources et les faire parler ; dans le second cas, la parole du témoin est dès l’origine considérée comme une source-preuve, partie prenante d’un débat, d’un procès en train de s’instruire. Dans le premier cas, la parole du témoin est source virtuelle, dans le second, elle est déjà prise à partie, convoquée dans un débat dont les termes sont théoriquement maîtrisés par l’historien et ont été souvent préconstruits à partir des archives écrites. Les deux démarches ne sont donc pas les mêmes épistémologiquement pour le chercheur ; elles ne sont pas non plus les mêmes psychologiquement et déontologiquement pour l’interviewé !

19Schématiquement aujourd’hui, on pourrait avancer que correspondent aux administrations et aux structures parapubliques les archives orales à dominante patrimoniale et généraliste et qu’aux entreprises privées correspondent les archives orales à vocation immédiate ; en fait, ce n’est pas si simple et tous les organismes qui pratiquent la collecte d’archives orales à grande échelle et avec un certain militantisme pratiquent de façon alternative ou simultanée les deux exercices ; en réalité, sur le terrain, les deux approches se combinent ou se succèdent dans le temps comme au Comité pour l’histoire économique et financière où une problématique de science administrative appliquée à l’histoire des grandes directions du ministère des Finances a succédé en 1992 à une enquête de nature biographique et prosopographique auprès des anciens hauts fonctionnaires de ce département ministériel ; l’existence de ce programme de fonds n’a par ailleurs jamais empêché la collecte de témoignages thématiques ponctuels pour la préparation de colloques d’histoire très contemporaine, pas plus que la réalisation d’interviews thématiques dans le cadre de thèses de doctorat.

  • 9  Voir sur ce sujet M. Ruffat, « À l’écoute des assureurs », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p.  (...)

20Toutes ces discussions préliminaires, tous ces travaux préalables de bornage du projet visent à définir fermement la philosophie générale du programme, ses objectifs ainsi que ses produits finaux ou intermédiaires : « Que veut-on obtenir en bout de course ? » ; ces prémices sont aussi l’occasion d’établir des bases contractuelles solides entre l’organisation et le chef de projet, le moyen pour ce dernier de se frayer un chemin dans l’institution, de se faire connaître et de conquérir une crédibilité professionnelle, de trouver des appuis et d’établir la confiance…9

  • 10  Dans les Services historiques des Armées, cohabitent sous la même tête la fonction « archives » et (...)

21C’est également au cours de cette phase que peut être fait le point sur les archives écrites, leur état de conservation, leur classement, leur accessibilité, leur intérêt et leur contribution possible à la préparation de la campagne d’archives orales, notamment la consultation des dossiers de personnel ou, à tout le moins, l’extraction des informations les plus importantes10.

II. Mise en place du dispositif opérationnel des archives orales

22Nous nous situons maintenant au début de la phase II, considérant que les conditions optimales décrites ci-dessus ont été réunies et qu’une parfaite harmonie règne entre les divers partenaires. Nous entrons maintenant dans le vif du sujet et détaillerons successivement les points saillants du dispositif des archives orales. Nous aborderons successivement la question de la population-cible ou du corpus des témoins, la question de l’équipe des archivistes-oraux, celle - essentielle - de la méthode d’entretien, de la conduite de l’interview et pour terminer, les questions matérielles du lieu, du temps et du matériel.

1. Les témoins

23Les questions que l’on se pose au premier abord paraissent simples : qui interviewer ? Combien de personnes ? Comment les contacter ? Quel accueil vont-elles réserver au projet ?

a. Un corpus de témoins « polyphonique »

24La réponse à cette question se trouve théoriquement résolue en partie par les conclusions qui ont été apportées à la définition des objectifs, c’est-à-dire par le choix de l’objet de l’étude : enquête biographique autour d’un décideur, constitution d’un fonds d’archives prosopographiques autour d’un corps, d’un métier ou d’une catégorie socioprofessionnelle, monographie organisationnelle (en histoire d’entreprise ou en histoire de l’administration), étude d’un processus décisionnel, enquête autour d’un événement, constitution d’archives patrimoniales généralistes à base de récits de carrière…

25Dans la démarche des archives orales rétrospectives, qui ont en général pour cible d’anciens acteurs, la constitution de l’échantillon n’obéit pas aux règles de la statistique ou de la représentativité (cf. les méthodes de la sociologie quantitative), ne serait-ce que parce que l’on travaille sur des « rescapés » du temps qui passe… Dans le cadre d’archives orales thématiques focalisées, on se rapproche davantage des méthodes de l’ethnologie où l’on recherche les meilleurs informateurs possibles, c’est-à-dire que l’on recherche avant tout la qualité des entretiens et des informations qu’ils recèlent ; cette recherche des témoins les mieux placés vis-à-vis de l’objet visé a aussi son pendant dans la réalisation du questionnaire où il faut poser les questions les plus pertinentes possibles compte tenu de la position de l’acteur.

  • 11  « Ce phénomène de multiples perceptions (et de pratiques multiples) d’une même réalité est fondame (...)

26Dans le cas d’archives orales patrimoniales organisationnelles ou prosopographiques, même si l’on ne se meut pas dans les strictes règles de la représentativité statistique, il est nécessaire de multiplier les prises de paroles selon les groupes d’acteurs, les positions au sein de l’institution et les points de vue11 ; c’est ce que nous appelons la polyphonie, notion qui nous paraît la plus adaptée aux archives orales organisationnelles ou institutionnelles. Les prises de parole doivent être multipliées entre le haut et le bas de la hiérarchie, entre le centre et la périphérie, entre le dedans et le dehors, entre les différentes composantes socioprofessionnelles et les différents corps, entre les générations successives, entre les sexes et les niveaux hiérarchiques, entre les différents métiers et les différents segments de l’organisation. Il y a en quelque sorte un système, un réseau de paroles à reconstituer et à retisser autour de l’objet considéré. Cette polyphonie n’est pas moins importante pour les archives orales consacrées à un homme politique ou à un décideur dont il ne faudrait pas en principe oublier d’interroger les opposants ou les détracteurs.

  • 12  Un exemple que l’on pourrait donner de ces multi-paternités revendiquées, si fréquentes dans l’adm (...)

27Dans le cas d’un objet restreint - étude d’un groupe de décideurs ou d’une décision, par exemple -, la polyphonie peut tendre à l’exhaustivité ; cette dernière reste néanmoins toute relative dans l’administration, car il est très rare de pouvoir attribuer une décision à un seul individu ou même à un petit nombre d’acteurs (hormis peut-être le cas des dévaluations ou de quelques décisions relevant de la Défense nationale), le processus décisionnel y est en effet sous des apparences hiérarchiques le plus souvent collégial ou participatif, voire capillaire : émission d’une idée - le plus souvent d’origine multipolaire12 -, préparation par les bureaux, consultations et expertises multiples, arbitrages, passage en conseil d’État, navettes diverses, amendements et modifications, décision finale, etc.

  • 13  T. Caudron et O. de Lagarde, sous la direction de F. Descamps, Rapport d’étape sur les archives or (...)

28L’idée à retenir, c’est que dans tous les cas, un corpus de témoins se construit à partir de l’analyse de l’objet de la recherche, qu’il n’est jamais un donné naturel : quels sont les contours de cet objet ? Quelles en sont ses différentes facettes ? Quels en sont les acteurs ? Quelles en sont les composantes ? Quels sont les témoins les mieux placés pour nous renseigner sur cet objet ? L’objectif en définitive est de réunir un corpus signifiant, doté d’une typologie riche et diversifiée ; cela demande une construction préalable de la part du chef de projet qui dessine au départ de façon grossière les contours théoriques de son corpus à l’aide de quelques variables simples : par exemple, si l’on devait réaliser des archives orales systématiques pour le corps préfectoral13, on pourrait construire l’échantillon en distinguant les profils de préfets selon plusieurs critères : le critère générationnel (nés avant 1920 et entrés dans l’administration préfectorale avant 1940 et ceux nés après 1920 et rentrés dans l’administration après 1945), le mode de recrutement (le concours de chef de cabinet, l’ENA, le tour extérieur), le critère de carrière (carrière sur le « terrain », carrière en administration centrale ou en cabinets ministériels), selon le critère géographique (préfectures « aux champs » ou préfectures urbaines), selon la taille et le rang des préfectures, selon les « colorations politiques », etc.

  • 14  D. Aron-Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., Association pour l’histoire de la Sécurité socia (...)
  • 15  F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, (...)

29Un autre exemple de typologie de témoins peut être trouvé dans le rapport de Dominique Schnapper sur les archives orales de la Sécurité sociale14 : on peut y « entendre » les médecins, les anciens membres des assurances sociales d’avant 1945, les femmes, les décideurs politiques, les hauts fonctionnaires, ceux de la Sécurité sociale et ceux des Finances, les syndicalistes, les employés, les cadres des caisses… On citera aussi l’étude des décisions prises à EDF dans l’après-guerre, effectuée par Alain Beltran, Jean-François Picard et Martine Bungener, où sont représentés les témoignages des décideurs politiques, de l’état-major de l’entreprise, des représentants des filières techniques, des représentants sociaux et des syndicats, des écologistes (un seul !) ou bien encore Les comptes de la puissance de François Fourquet15, qui réunit des témoignages d’anciens du Plan, du Service d’études économiques et financières ou de l’INSEE… Toutes ces enquêtes orales présentent les mêmes caractéristiques d’une caméra tournant autour de son objet.

  • 16  Lors de la soutenance de thèse de C. Hodeir sur le grand patronat colonial, un membre du jury a so (...)

30Dans la construction d’un corpus de témoins pour l’étude d’une institution, il faut résister à la tentation presque irrésistible de n’interviewer que les responsables ou les dirigeants ; cette tentation est partagée par les commanditaires de l’enquête qui sont en général des dirigeants eux-mêmes et que cela rassure de voir l’enquête limitée à leurs pairs, et par les chercheurs eux-mêmes, qu’ils soient en histoire d’entreprise, en histoire administrative ou en histoire politique, souvent plus coutumiers et plus friands d’interviews de manageurs ou de hauts fonctionnaires que d’obscurs subalternes. Cela peut se justifier dans le cas de l’étude des décideurs ou de hauts fonctionnaires, encore que la façon dont ces derniers sont perçus par leurs collaborateurs, leurs inférieurs hiérarchiques ou leurs partenaires externes ne soit pas dénuée d’intérêt16, mais cela nous semble particulièrement dommageable dans le cas d’archives orales organisationnelles ; c’est là que la vigilance du chef de projet ou du groupe de pilotage doit s’exercer : tendre vers cette polyphonie que par confort on abandonne si facilement !

31Le témoignage des dirigeants est très spécifique : prononcé à la première personne, il est volontiers abstrait, autojustificateur, souvent reconstruit de façon subtile, généraliste, plus interprétatif que descriptif ; le décideur condescend rarement à faire des portraits de ses collaborateurs (il ne parle que de ses homologues !) ou à se livrer à des analyses fouillées ; il répugne à parler de la vie matérielle, de la vie quotidienne, des règles et des procédures (« ce n’est pas de son niveau ! ») et ne voudrait parler que de « stratégie » ; il se pique de mener lui-même l’entretien. Son témoignage est souvent très séduisant, reconstruit, habile et subtil, et par conséquent très dangereux pour le chercheur. Le témoignage des éternels seconds est en revanche souvent plus technique, plus pointu, plus descriptif, plus analytique, moins reconstruit et de ce fait, beaucoup plus riche pour le chercheur qui s’intéresse au fonctionnement « concret » des organisations et s’attache à discerner les « jeux » qui existent entre les acteurs.

  • 17  S. Vandecasteele-Schweitzer et D. Voldman, « Historiens et témoins », IVe Colloque international d (...)

32À côté des numéros-un auprès de qui l’on tentera de saisir la stratégie, on privilégiera les témoignages d’observateurs privilégiés, bien « positionnés », et bien au fait de la « machinerie » de l’organisation. De ce fait, la distinction traditionnellement admise entre « grands témoins » et « petits témoins »17, établie sur le critère de positionnement social et sur la capacité à s’approprier son propre rôle, perd quelque peu de son importance : tout témoin est intéressant, comptent davantage la manière dont il est interviewé, l’objet de la recherche et le type d’informations que l’on veut recueillir ; à la limite, selon le questionnement et les problématiques de l’historien, un grand témoin peut se retrouver « objet » et un petit témoin « acteur-sujet »…

b. Quel est le nombre idéal d’interviewés ?

  • 18  Nous revenons sur ces questions d’échantillonnage et de représentativité à propos du questionnaire (...)

33Par nature, une entreprise d’archives orales est infinie : d’abord on peut étirer indéfiniment la liste des interviewés, particulièrement dans cette optique de la polyphonie (du haut en bas de la pyramide, du centre vers la périphérie, du dedans vers le dehors, du simple vers le multiple), mais on peut aussi étendre le champ du questionnement ou l’épaissir (passer du biographique au thématique, passer du vertical à l’horizontal), sans parler du fait que l’on peut revoir la même personne plusieurs fois sur le même sujet à intervalles espacés pour étudier les variations de sa mémoire. Enfin, le « vécu » individuel, avec sa profondeur existentielle et affective, son épaisseur psychologique et imaginaire est par essence extensible à l’infini… La principale difficulté est donc de savoir stopper une campagne d’archives orales, comme elle sera d’ailleurs de savoir mettre un terme à une interview biographique par nature inépuisable. En réalité, on peut constater une loi des rendements décroissants, qui rend toute recherche de l’exhaustivité économiquement délirante et scientifiquement inefficace : on peut considérer que dans un champ donné, dans une même strate d’âge et dans une même catégorie professionnelle, au-delà d’une quarantaine de témoins, 90 % des informations ont été restituées ; les sociologues parlent d’une « saturation » de l’information ou du modèle d’enquête ; il faut donc savoir dire « non » aux interviews supplémentaires comme il faut savoir arrêter des dépouillements d’archives. On pourrait émettre l’idée qu’à partir d’une trentaine d’individus, s’il est homogène, un corpus de témoignages peut commencer à pouvoir être pris en considération, tout en repoussant la tentation statistique car sur des nombres aussi étroits et si l’échantillon n’a pas été lui-même bâti sur des bases statistiques, les pourcentages n’ont guère d’autre valeur qu’indicative18.

34En dehors de la polyphonie catégorielle, il faudrait veiller à la représentation des diverses générations, mais c’est bien souvent le critère de l’urgence démographique, ce critère que sait si bien manier l’éveilleur, qui s’impose en priorité ! Ce qui a pour principale conséquence pratique de faire commencer toute entreprise d’archives orales par les « anciens » les plus âgés. Or, l’on constate qu’au-delà de quatre-vingts ans, sauf exception qui a le don de ravir l’archiviste-oral, les entretiens sont souvent décevants, hormis les périodes biographiques les plus reculées, notamment celles qui ont trait à l’enfance, la jeunesse et la formation. On commence toujours trop tard les archives orales ! Quant aux disparitions brutales de jeunes témoins stratégiques, elles font partie des risques du métier.

  • 19  Comme on l’a vu dans la première partie, ce fut à la mode dans les années soixante et soixante-dix (...)
  • 20  Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale, qui possède des antennes régionales grâce aux caisses (...)

35Reste le problème des grands nombres : nous pensons aux fonctionnaires pris dans leurs grandes masses, les personnels militaires, les ouvriers d’une grande unité de production ou même les cadres d’une grande entreprise ou d’une grosse administration centrale ; il y a comme une incompatibilité entre les grands nombres et les archives orales, démarche plus qualitative que quantitative et, il faut le dire, fort coûteuse. D’où la fréquence des programmes d’archives orales consacrées aux élites, qui possèdent la judicieuse caractéristique d’être étroites. On peut néanmoins regretter que dans les archives orales institutionnelles actuelles il n’y ait pas plus d’enquêtes consacrées aux cadres intermédiaires ou aux profils « moyens »19. La solution réside probablement dans la fragmentation, la spécialisation et la décentralisation des programmes, dans l’établissement de micro-enquêtes, comme il en existe de fait dans les archives départementales ou dans les facultés de province. Une tentative de ce genre a été faite par le Comité pour l’histoire économique et financière auprès des anciens percepteurs en Alsace dans le cadre du groupe de travail sur le Trésor public, mais elle n’a pas été concluante, faute d’intervieweurs de qualité sur le terrain, d’un pilotage scientifique suffisant et d’une réelle volonté d’aboutir20.

  • 21  Notre principale inspiration, alors que nous étions à la tête du secrétariat scientifique du Comit (...)
  • 22  Pour le Trésor public, 126 manuscrits (soit 8 200 pages) ont été collectés pour 17 000 retraités c (...)
  • 23  Pour les Impôts, 177 récits de carrière (soit 11 500 pages) ont été collectés pour 31 000 retraité (...)
  • 24  Pour les receveurs des Postes, M. Le Roux (dir.), Mémoires d’Algérie. Une génération de postiers r (...)
  • 25  Pour les Caisses d’épargne, 5 000 retraités ont été contactés en 1997 et 26 manuscrits (soit 950 p (...)
  • 26  La méthode du concours autobiographique telle qu’elle s’est pratiquée jusqu’à présent consiste à d (...)

36C’est cette tentative avortée qui a mené les responsables du Comité de l’époque à s’orienter vers un autre procédé de création de sources, également de nature autobiographique, mais utilisant cette fois-ci l’écrit21 : le concours littéraire à base de récits de carrière. Ce procédé a été successivement appliqué aux 17 000 retraités du Trésor public22, aux 31 000 agents des Impôts23, exporté chez les receveurs des Postes24 et dans les Caisses d’épargne25 ; il va l’être à nouveau prochainement chez les douaniers et chez les postières. Profondément différent des archives orales en raison du recours à l’écrit, de l’absence de dialogue témoin/archiviste-oral et de l’artifice du prix littéraire, le concours autobiographique s’en rapproche néanmoins par le souci de donner la parole aux acteurs, par le point de vue autobiographique et par la volonté de provoquer l’émergence d’une nouvelle source historique. Il va de soi que cette source provoquée doit être soumise à un examen critique et soigneusement recoupée avec les sources orales, les sources d’archives administratives et les sources imprimées26.

c. Le repérage des témoins et la confection de la liste

37Comment contacter ces témoins et tout d’abord comment les retrouver ? La liste des futurs interviewés peut être élaborée à partir de diverses sources :

— le chef de projet commence par dépouiller les archives disponibles, les bottins administratifs, les organigrammes, les annuaires, les bulletins de liaison ou les lettres d’information internes et pointe les noms des acteurs ayant un rapport avec sa recherche ;

— il peut aussi solliciter les experts scientifiques du champ concerné en leur demandant « leurs » témoins-sources, ceux qu’ils ont eux-mêmes déjà « éprouvés » dans le cadre de leurs travaux ;

— il peut également demander à l’institution de fournir elle-même une liste de « ses » grands anciens, exercice qui n’est pas aussi simple qu’il y paraît pour une entreprise ou pour une administration, mais toujours riche d’enseignements pour l’étude de la mémoire de l’organisation et pour l’image qu’elle veut donner ;

— il peut faire paraître un appel à témoignage dans le journal des retraités, de la mutuelle ou de l’organe syndical principal ; des candidatures spontanées se déclarent toujours ! ;

— ensuite, dès les premiers contacts, les anciens eux-mêmes peuvent être mis à contribution pour retrouver leurs vieux camarades, leurs anciens collègues ou leurs collaborateurs. Le bouche à oreille fait le reste et la première liste péniblement rassemblée risque bien de faire boule-de-neige et d’enfler au fur et à mesure de l’engagement de la campagne. Il convient d’ailleurs à cet égard de garder une marge de manœuvre pour les candidatures de dernière minute que l’on n’avait pas détectées, et de ne pas figer trop tôt la liste des personnes à interviewer.

38Il convient ensuite de croiser toutes ces listes, de les recouper et de les fondre en un document sur lequel le groupe de pilotage puisse réfléchir et se prononcer. L’essentiel consiste pour le chef de projet à ne pas se trouver prisonnier de la liste institutionnelle qu’on ne manquera pas de lui proposer et dont auront disparu comme par hasard les profils atypiques et contestataires, les syndicalistes ou les représentants de l’organisation absorbée vingt-cinq ans plus tôt ; il veillera à construire une contre-liste à opposer à la direction, incontestable, assortie d’arguments pertinents et de critères « scientifiques », de façon à ce qu’un accord puisse être trouvé. Une liste de témoins ne se « trouve » jamais naturellement, elle se construit, elle s’enrichit sans cesse, elle est mouvante, elle part dans une direction puis dans une autre au gré du bouche à oreille et des trouvailles. Et il ne faut d’ailleurs pas négliger le temps passé à la mettre au point.

  • 27  Toutefois, les lenteurs des fichiers manuels avant l’informatisation, les caprices des systèmes in (...)
  • 28  Pour le Comité pour l’histoire économique et financière, le service des Pensions a été et reste en (...)

39Parallèlement, la recherche des coordonnées, y compris téléphoniques, commence ; là encore les élites sont avantagées, puisqu’elles disposent de nombreux instruments pour se repérer et se recenser : annuaires des grandes écoles, Who’s who ?, annuaires par corps, etc. Le secteur administratif est de façon générale avantagé par la gestion centralisée des pensions de retraite de ses agents par un organisme unique, le service des Pensions de Nantes, et certaines entreprises nationales bénéficient également d’organismes de retraite centralisés, permettant de retrouver les pensionnés27. Pour les fonctionnaires, il est toujours possible de contacter le service des Pensions de Nantes, mais à condition d’utiliser un circuit institutionnel officiel : son efficacité est très grande pour retrouver des adresses introuvables et pour identifier les agents décédés28.

40Le secteur privé de son côté est beaucoup moins gâté et les difficultés peuvent s’avérer redoutables si la direction des Ressources humaines n’y met pas du sien, d’où l’importance de l’associer par exemple au sein du groupe de pilotage. Il reste ensuite à faire confiance au Minitel et à l’intuition du chef de projet pour retrouver les lieux de villégiature et de retraite favoris des « anciens » de la Maison. On voit là aussi combien les dirigeants ou les cadres supérieurs, qui dans leur grande majorité continuent de résider à Paris ou en région parisienne, sont d’emblée favorisés, tandis que pour atteindre les autres, une redoutable logistique commence à se profiler (lettre de mission, frais de déplacement à envisager) : la définition souvent « élitaire » et le caractère « discriminé » des programmes d’archives orales rétrospectives se jouent très souvent sur les questions matérielles d’intendance et de logistique.

  • 29  Certains « anciens » sont de véritables prescripteurs d’opinion à l’égard de leurs pairs ou au sei (...)

41Avant de commencer officiellement la campagne, il est également possible de définir un premier groupe-test en fonction de critères tels que l’âge, les fonctions exercées, le rayonnement sur l’ensemble du groupe de retraités, leur effet d’entraînement29, la position centrale ou marginale dans le champ, groupe-test sur lequel sera testé le questionnaire ou le canevas d’entretien.

42Enfin, la liste des témoins peut être divisée en tranches, de manière à étaler la campagne d’archives orales dans le temps, à en répartir le coût et à spécialiser les intervieweurs, soit par période chronologique, soit selon une spécialisation fonctionnelle ou thématique.

d. La lettre d’appel à témoignage

43Quelle est la méthode d’approche, dès lors qu’on a mis la main sur les précieuses adresses ?

  • 30  Intervention d’Éric Godelier à notre séminaire le 7 mai 1997.

44Pour les élites sociales (patronat, dirigeants d’entreprises, hommes politiques, hauts fonctionnaires, grande bourgeoisie parisienne, ancienne aristocratie, etc.), chacun sait qu’un parrainage ou des introductions sont de rigueur ; pour les autres groupes sociaux, contrairement à ce que l’on entend parfois dire, c’est la même chose, même, si les introductions ne passent pas par les mêmes canaux. C’est ainsi qu’Éric Godelier lors de son enquête historique auprès des ouvriers de l’usine de Montaterre a dû avoir recours à un introducteur syndicaliste pour parvenir à décrocher des entretiens avec les sidérurgistes, le canal hiérarchique de la DRH s’étant montré sans effet30. Les comités d’histoire ministériels et les associations d’histoire d’entreprise ont su là encore prouver leur utilité : ils sont de grands fournisseurs de parrainages, d’introductions et de références pour les jeunes chercheurs.

  • 31  La personnalisation de la lettre est souhaitable : indication de la période chronologique visée, d (...)
  • 32  Des termes comme « prosopographie », « problématique », « historiographie », ou même « informateur (...)

45Pour entrer en contact, la méthode la plus classique, la plus éprouvée et la plus efficace reste la lettre d’appel à témoignage personnalisée31 ; cette lettre doit comporter les éléments suivants, exposés très clairement et sans jargon32 :

  • 33  Lorsqu’il s’agit d’une opération d’archives orales lancée par un comité d’histoire ou un service h (...)

— le patronage de l’opération ou son origine institutionnelle33 ;

  • 34  Il va sans dire qu’il est rigoureusement déconseillé (et illégal) d’enregistrer les propos de quel (...)

— ses buts (archives orales biographiques, thématiques ou institutionnelles ; colloque à venir, thèse de doctorat, ouvrage de synthèse en préparation, produit multimédia, etc.) et ses moyens (notamment l’usage du magnétophone34 ou de la caméra) ;

  • 35  Il est prudent d’annoncer au témoin si l’exercice va recouvrir un ou plusieurs entretiens, afin qu (...)

— l’objet de l’entretien, sa longueur potentielle, son déroulement approximatif35 ;

— l’engagement au respect de la confidentialité, et le cas échéant, le cadre juridique dans lequel prend place l’entretien ;

— le sort ultime des enregistrements (lieu et institution de conservation ; mise en consultation pour les chercheurs).

  • 36  Formulaires en annexe de cette partie.
  • 37  De la même manière que Philippe Lejeune parle de l’instauration du pacte autobiographique entre l’ (...)

46À cet égard, deux solutions sont envisageables : soit le témoin est informé dès le départ que ses propos peuvent être « protégés » par des délais de réserve et les diverses formules juridiques d’autorisation de consultation lui sont soumises dans le même courrier36 ; soit le témoin est simplement averti du cadre juridique général et les différentes formules lui seront proposées en fin d’interview ; la deuxième solution a le mérite de ne pas effrayer prématurément le témoin par des subtilités qui pourraient quelque peu l’inhiber. Cette lettre est extrêmement importante, elle a pour objectif d’instaurer le pacte d’entretien37, qui est une sorte de protocole encadrant la prise de parole, précisant la destination du témoignage, les droits et les devoirs de chacun des protagonistes.

  • 38  On verra plus loin la question des droits de l’archiviste-oral.
  • 39  C’est ce qui se passe par exemple à la CFDT où c’est le secrétaire général qui signe la lettre d’a (...)

47Une des questions, qui se pose parfois de façon délicate, est la question du signataire de la lettre d’appel à témoignages38. Là aussi, plusieurs solutions se présentent : la première attribue au responsable de l’institution l’initiative de l’opération (président, directeur général, ministre, directeur d’administration centrale, secrétaire général, chef de service), les archives orales y prennent une teinte plus institutionnelle et mémorielle (c’est la mémoire de la Maison qui est recueillie sur l’initiative des dirigeants39) ; le principal inconvénient réside dans le « marquage » du projet qui peut rebuter certains, dans l’allongement des délais de signature et dans l’écran éventuel que cela peut créer entre le chef de projet et les témoins (contacts téléphoniques « parasités » par les instances supérieures).

48La seconde a notre préférence, elle attribue au chef de projet la signature de la lettre d’appel à témoignage et la responsabilité directe des contacts avec les témoins : l’aspect scientifique, archivistique et patrimonial est ainsi mis en avant. Cette solution présente aussi des avantages pour la gestion du calendrier des entretiens : le chef de projet a ainsi les mains libres pour planifier les interviews des témoins et organiser son planning en fonction des emplois du temps de l’équipe. Ne serait-ce que pour ces raisons, il nous semble que la gestion des courriers, des réponses et des relances doit être confiée au chef de projet, le compromis consistant à ce que la lettre d’appel à témoignage soit signée par le responsable institutionnel, mais que dans la lettre, le chef de projet soit nommément désigné comme responsable « scientifique » de l’opération et comme interlocuteur principal pour la prise de rendez-vous.

49Quelques jours après l’envoi de la lettre, un contact téléphonique entre le chef de projet et le témoin permet de réexpliquer les objectifs des archives orales, d’obtenir l’accord définitif du témoin, et d’établir la date du premier rendez-vous.

e. La réception du projet « archives orales » par les anciens acteurs

50Quelles sont les réactions des personnes sollicitées ? On distingue généralement les archives orales consacrées aux élites ou aux classes sociales supérieures et celles réalisées auprès d’autres catégories sociales plus modestes dont l’aisance à l’oral serait moindre et pour lesquelles l’allégation du « Je n’ai rien à dire » reviendrait souvent. Il semble en effet que le niveau hiérarchique soit déterminant : plus on s’élève dans la pyramide sociale, plus on a eu des responsabilités importantes, plus on a de choses à dire, plus le fait d’être interviewé va de soi… Le degré d’engagement et d’investissement dans l’organisation (temps passé dans l’entreprise ou dans tel ou tel service, implication affective ou psychologique) est aussi un critère discriminant dans l’accueil des archives orales. Mais en définitive, c’est la manière de présenter les finalités des archives orales et la pertinence des arguments avancés par le chef de projet qui est déterminante, d’où également l’importance stratégique de la lettre d’appel à témoignage et de la première entrevue.

  • 40  Il semblerait que la multiplication des « affaires », leur pénalisation et leur médiatisation ait (...)

51On souligne parfois les réticences à s’exprimer devant un magnétophone. C’était peut-être le cas dans les années soixante-dix, à une époque où la pratique de l’entretien pouvait apparaître comme journalistique ou chargée de polémiques, mais ces réticences nous semblent avoir pour une grande part disparu, du moins au sein des organisations que nous avons fréquentées ; il est loin le temps où, comme il était conseillé dans les manuels des années soixante-dix, il fallait renoncer au magnétophone pour se contenter de prises de notes ; le magnétophone aujourd’hui a perdu sa charge idéologique, il s’est banalisé ! En effet, la collecte d’archives orales est sortie de l’état confidentiel dans lequel elle était maintenue, pour se répandre dans tous les milieux professionnels : du ministère des Finances au Quai d’Orsay en passant par les Armées, l’Éducation nationale et la Culture, l’Industrie et les entreprises, un mouvement de contagion s’est incontestablement produit et un vrai travail de familiarisation s’est accompli. Quand on est un jeune haut fonctionnaire retraité, on n’est plus surpris d’être contacté, on est étonné de ne pas s’être vu plus tôt proposer une interview ! Le bouche à oreille a très efficacement fonctionné. Il existe aussi, nous semble-t-il, un effet d’âge et de formation : les témoins les plus âgés sont moins familiarisés avec les nouveaux objets d’étude en histoire ainsi qu’avec les méthodes des sciences sociales ou des sciences politiques que ne le sont leurs cadets, et ces derniers se prêtent facilement et volontiers à l’opération de l’interview40.

  • 41  C’est l’illusion classique du témoin qui se croit le seul détenteur d’une information et la surval (...)
  • 42  C’est une motivation forte en milieu militaire.
  • 43  C’est par exemple le cas des ingénieurs de l’Armement. Intervention à notre séminaire de Béatrice  (...)
  • 44  Notamment chez « les perdants » de l’histoire : par exemple, Catherine Hodeir souligne cet état d’ (...)
  • 45  La demande très fréquente de la remise d’un double des cassettes, à défaut d’une transcription, à (...)

52Pour conclure, les réactions sont dans l’ensemble favorables : au-delà d’un court instant de scepticisme (« À quoi ça sert ? ») ou de modestie, souvent rhétorique (« Je n’ai rien d’intéressant à vous dire ! »), s’expriment confusément un très grand nombre de sentiments favorables : la secrète satisfaction d’amour-propre d’être contacté et de se voir reconnu personnellement plusieurs années après le départ en retraite, la conviction d’avoir à dévoiler des faits « inédits »41, un esprit de serviabilité et le désir de continuer à contribuer à l’intérêt général, un sentiment réactivé d’utilité sociale, un véritable intérêt pour le projet historique annoncé, l’envie de passer à la postérité, le désir de dresser « un monument aux morts » pour tous ceux dont le « sacrifice » est tombé dans l’oubli42, le désir de voir reconnaître au groupe auquel on appartient un rôle social ou technique jugé insuffisamment connu de l’opinion publique43, l’émulation amicale entre corps ou entre ex-concurrents, un désir de régler ses comptes avec l’institution ou avec d’anciens acteurs (assez rare finalement), un désir de voir son point de vue écouté et pris en compte44, le désir de « raconter » aux générations futures un passé dont ils ont l’impression qu’il n’est plus compréhensible sans une explication pédagogique45, la volonté d’attester la rapidité du changement, la volonté de se justifier aux yeux des générations suivantes (Vichy reste une pierre d’achoppement dans le dialogue inter-générations), la volonté de se justifier professionnellement ou de se faire rendre justice, la volonté de sortir de l’anonymat, la nostalgie ou la solitude tout simplement… autant de motivations qui peuvent traverser l’esprit de nos témoins. Sans oublier le plus important : le plaisir que l’on peut éprouver à parler de soi devant un interlocuteur attentif et bienveillant !

53En réalité, on manque d’éléments pour répondre à cette question des motivations du témoin, question par ailleurs bien connue des spécialistes de l’autobiographie ou des mémoires qui, eux, ont souvent à leur disposition des indices pour étudier les intentions de leurs auteurs : avant-propos, préface, dédicace, adresse, post-face, correspondance littéraire ou éditoriale, etc. Dans les archives orales, les témoins s’expriment peu sur le sujet et se contentent pour la plupart des buts officiels et explicites qui leur sont présentés, c’est-à-dire des buts « scientifiques » ; mais il est clair que d’autres intentions se glissent dans l’acte de collaboration aux archives orales. Ces intentions souvent floues sont lisibles, audibles devrait-on dire, dans les conversations qui entourent l’interview, lors de la première entrevue, lors du dernier entretien, sur le palier ou au téléphone ; elles tracent un méta-entretien, dont il est important de garder trace dans un journal d’interview ou dans le dossier individuel.

  • 46  Sur la préparation de l’entretien considérée du point de vue de l’interviewé, G. Thuillier, « Les (...)

54Une fois l’accord donné par téléphone, il reste à l’interviewé à préparer son interview46. Un entretien préalable avec l’intervieweur ainsi que l’envoi du canevas d’entretien peuvent l’y aider ; le témoin a ainsi tout loisir pour retrouver ses souvenirs, feuilleter ses archives privées s’il en a, réfléchir à son propre discours. Car l’acte de témoignage, la prise de parole restent des actes singuliers : « Pourquoi devrais-je parler ? Qu’est-ce qui me fait parler ? Et comment devrais-je en parler si je me décide à parler ? Qu’ai-je d’intéressant à dire ? Que puis-je dire ? Que ne puis-je pas dire ? Qu’ai-je le droit de dire ? Quel est mon rapport à la vérité ? Vais-je répondre aux questions que l’on me pose et uniquement à celles-là ? Et tant pis si elles passent à côté du vrai problème ! Ou vais-je de moi-même construire un récit ? ». Bref, c’est la question des règles du jeu et d’une déontologie de l’interviewé qui se pose ici, celles de l’archiviste-oral étant en partie explicitées par la lettre d’appel à témoignage qui fixe au préalable un certain nombre de principes et par les règles traditionnelles de la pratique de l’entretien en sciences sociales ou en histoire.

  • 47  Chez les hauts fonctionnaires, cette règle est assez bien respectée, elle s’affaiblit plus on mont (...)
  • 48  Depuis la loi de 1970, qui vient s’ajouter à la loi de 1881 sur la diffamation, la vie privée se t (...)
  • 49  Pour un point de vue opposé, voir Guy Thuillier et ses conseils aux mémorialistes, repris in Pour (...)

55Cette prise de parole du témoin peut être encadrée par des règles telles que le devoir de réserve des fonctionnaires, le secret-Défense des militaires ou le secret professionnel pour certaines professions (médecins, banquiers, notaires, avocats, agents du fisc, etc.). Mais avec le temps et l’âge, avec la retraite, ces règles peuvent s’affadir et perdre de leur légitimité, le doute s’insinue sur la levée possible du secret. La parole peut également être enserrée dans un filet de règles non dites telles que celles de l’esprit de corps qui interdisent de dire autrement qu’à mots codés du mal de ses camarades47, ou tout simplement par les règles de bienséance et de politesse qui interdisent de dire, alors qu’ils ne peuvent répondre aux accusations portées contre eux, du mal de son patron, de ses collaborateurs ou de ses subalternes. Les attaques ad personam sont beaucoup plus rares dans les archives orales qu’on le croit, il y a une retenue de la part des témoins qui conjugue la prudence (les témoins ne sont pas sans connaître les risques de la loi sur la diffamation ou sur les atteintes à la vie privée d’une personne48), le respect d’autrui et le souhait de ne pas apparaître devant la postérité comme un esprit dénigreur, aigre ou jaloux. Le témoin sculpte son image sur la bande du magnétophone, il a sa dignité, un souci de sa réputation, il suit en réalité un code de bonne conduite… En outre, n’est pas Saint Simon qui veut et il faut beaucoup d’esprit à la méchanceté pour passer à la postérité sans que l’auteur en soit lui-même discrédité49 ! Cette « morale » de l’interviewé explique la réticence des témoins à faire des portraits, à porter des jugements sur les personnes ou leurs actes, à prendre parti ; ce type de discours est autorisé en privé, « off record », mais pas en public ; or les archives orales sont un discours potentiellement public.

  • 50  Au Comité pour l’histoire économique et financière, 70 % des interviewés accordent au Comité tout (...)
  • 51  Sur cette question de la péremption rapide du caractère confidentiel et sensible des informations (...)

56À cette question de la liberté de parole de l’interviewé est étroitement liée la question du droit de réserve accordé au témoin sur les propos qu’il a tenus au cours de l’entretien (voir infra les questions juridiques attachées aux droits d’auteur). Le principe en est simple : le témoin a le droit de rendre incommunicables les enregistrements auxquels il s’est prêté, pendant un temps de raison ou jusqu’à son décès et l’institution productrice prévoit plusieurs modalités en ce sens. Que révèle la mise en place d’un tel contrat de la part du témoin comme de l’instance productrice ? Quels en sont les présupposés ? On part en effet du principe que le témoin peut proférer des propos, des jugements, susceptibles de porter tort à une tierce personne ou de porter atteinte à la sûreté de l’État ; le délai de réserve est donc proposé pour désamorcer l’impact des propos, sous-entendu : « Entretemps, les protagonistes seront tous morts, l’affaire n’aura plus la même importance, il y aura prescription ! ». Ce délai de réserve répond donc à la fois à une exigence de courtoisie, à une règle de prudence, mais aussi plus prosaïquement au besoin de protection du témoin (et de l’institution productrice) qui a peur de s’attirer des « ennuis » ! Soulignons que le délai de réserve ne protège pas totalement contre le délit de diffamation : les enfants ou la veuve d’un témoin diffamé peuvent toujours se retourner contre l’auteur des propos et contre l’organisme producteur ou conservateur. En conséquence, par mesure de prudence, le témoin se charge lui-même de sa propre protection : il met en œuvre une subtile pratique de l’euphémisme et de l’autocensure, de telle sorte que les archives orales prennent bien plus souvent la forme de discours autojustificateurs que de mises en causes personnelles d’autrui, jugées inconfortables et trop risquées pour celui qui les prononce. Cette attitude morale, cette déontologie - qui est propre à chacun et plus ou moins rigoureuse selon les personnes - est incontestablement repérable dans le comportement des témoins ; elle explique, selon nous, d’une part la globale réticence des témoins à porter des jugements et à faire des portraits et d’autre part au final, le nombre finalement restreint de témoins à avoir recours aux restrictions pour la communicabilité de leurs enregistrements50 : en réalité, ils n’en ont pas besoin car ils se sont abstenus de verser dans des propos vengeurs ou d’emblée diffamatoires ! Il existe aussi le cas de ceux qui veulent préserver certaines informations dont ils pensent, à tort ou à raison, qu’elles revêtent un caractère sensible (dévaluation monétaire, politique de défense, affaires militaires ou internationales, secrets industriels, secret professionnel etc.). Mais quoi de plus relatif que le caractère sensible d’une information, surtout trente ou quarante ans après les faits51 ! Les témoins d’eux-mêmes finissent par en convenir à la fin de l’interview et abandonnent assez souvent les réserves qu’ils croyaient à l’origine vouloir appliquer sur tel ou tel épisode de leur carrière. D’où l’intérêt de faire signer les formulaires de communicabilité à la fin de la série d’entretiens plutôt qu’à la fin de chaque entretien. Restent les affaires criminelles ou pénales, les délits ou les infractions à la loi ; on peut comprendre que sur ces questions, des attitudes de prudence, de réserve ou de secret soient observées.

57En définitive, le délai de réserve temporaire que tout témoin se voit proposer dans le cadre du pacte d’entretien avant de commencer est surtout fait pour rassurer l’interviewé en amont, pour lui assurer un certain confort psychologique ; il découvre souvent à l’issue de l’entretien qu’il n’a rien dit de compromettant et il adopte alors un protocole de communicabilité libéral, à savoir le plus souvent, la communicabilité immédiate ou la remise à l’institution conservatrice du pouvoir de juger des demandes de consultation. Dans ce dernier cas, un filtrage en aval se substitue au filtrage en amont (voir infra p. 392-396).

58C’est aussi tout l’art de l’archiviste-oral de faire parler un témoin sans qu’il ait l’impression de donner des informations sensibles ou compromettantes ; un archiviste-oral n’est pas un journaliste cherchant à obtenir des scoops ou des potins de bureaux ; il y a une manière de poser les questions qui évite de mettre en cause les personnes dans leur vie privée ou de façon disqualifiante. La déontologie de l’archiviste-oral vient engager un dialogue avec celle de l’interviewé pour tisser dans la confiance une interview de qualité, sans recherche du scandale ou de la polémique, interview sur laquelle s’exercera ensuite la déontologie de l’historien.

  • 52  J.-Cl. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 70.

59Cette morale du témoin peut être confondue abusivement avec des phénomènes d’autocensure, et souvent les détracteurs de la source orale en tirent argument contre les archives orales. Mais plutôt que la notion d’autocensure, c’est la notion d’euphémisation que nous voudrions retenir : en réalité, le témoin livre un très grand nombre d’informations sur lui et sa vie, notamment si l’entretien s’étale sur plusieurs séances. Ensuite, pour parler de lui, d’autrui ou d’« événements » sensibles, il fait beaucoup d’efforts pour dire les choses sans les dire, et il a recours à de nombreux procédés détournés : par exemple, il utilise des « explications indirectes », procédé qui consiste à « parler de soi à travers ce qu’on dit des autres »52, ou encore il fait un usage massif de l’euphémisme et c’est à l’archiviste-oral et plus tard à l’historien utilisateur que revient la tâche de décoder et d’interpréter les propos.

60Pour finir sur ce thème, le refus de contribuer aux archives orales est donc rare ; la maladie et l’extrême vieillesse, l’obscurité des fonctions, des mémoires déjà publiés ou l’éloignement géographique, un emploi du temps trop chargé, le désintérêt déclaré pour l’exercice, l’hostilité au principe de l’enregistrement ou de l’interview pour des raisons de secret, voilà pêle-mêle les raisons avancées le plus couramment pour refuser le principe des archives orales, les deux dernières restant étonnamment peu fréquentes. Ce que l’on peut remarquer, c’est qu’avec l’âge (au-delà de 80 ans), la proportion de refus augmente ainsi que le risque d’entretien-fleuve d’ailleurs ; l’âge idéal pour une interview rétrospective se situe probablement entre 65 et 75 ans, moment où peuvent s’installer une certaine sérénité, une disponibilité intellectuelle, une certaine réflexivité, une distance vis-à-vis de la carrière qui favorise la maturation historique et l’acquisition de la posture rétrospective du témoin. Avant, c’est souvent trop tôt surtout si des activités paraprofessionnelles ont relayé une première carrière ; après, hormis l’enfance, la jeunesse et les premières expériences « existentielles », la précision des souvenirs s’édulcore et les témoignages s’avèrent moins facilement utilisables.

61Pour conclure, nous voudrions insister sur l’importance de la pédagogie et de la transparence vis-à-vis des témoins ; le fait d’expliquer de manière concise mais ferme les objectifs et la philosophie des archives orales permet de nouer une relation contractuelle dès le départ et pas seulement au moment de la mise au point des conditions de communicabilité ; une bonne présentation du projet des archives orales conditionne la qualité de la relation entre le témoin et son archiviste-oral et l’instauration de la confiance entre les deux interlocuteurs ; elle permet aussi de guider le témoin dans son travail de préparation de l’entretien, ce qui est à la fois gage de qualité et promesse de gain de temps.

2. Les archivistes-oraux

62Une fois la cible des témoins définie, le temps est venu de se pencher sur les moyens nécessaires à la mise en œuvre de l’enquête. Comment constituer une équipe d’intervieweurs ? Comment les recruter ? Comment les former ?

a. Leur profil

  • 53  Ces avantages, indéniables, expliquent le succès de cette formule dans un certain nombre de servic (...)

631re solution : solliciter les « anciens » de la Maison. C’est l’idée qui vient le plus naturellement à tout le monde et donc c’est a priori celle dont il faut se méfier le plus ! Un ancien transformé en archiviste oral a les mêmes qualités qu’un ancien nommé chef de projet « archives orales » : il connaît la Maison, il possède la culture interne et technique de la Maison, ses codes et son organigramme ; il a accès aux ressources internes de l’organisation (services du personnel, documentation, archives)53 ; il est le plus souvent bénévole. Il en a également les défauts : il croit déjà savoir ; il peut faire écran en imposant ses propres souvenirs d’« ancien combattant » et en oubliant d’écouter celui qui est sensé parler ; il se contente de l’allusif et se complaît dans l’implicite complice, car il « entend » tout ce dont il s’agit sans avoir à le faire décrire et expliciter. Suivant la carrière qu’il a menée, il possède forcément une image en interne : celle-ci peut rebuter les témoins ou disqualifier l’opération « archives orales » auprès des autres anciens. Si ce choix est fait par nécessité interne, méthodologique ou financière, qu’il soit fait en connaissance de cause. Nous recommandons à cet égard que la personne suive une session de formation accélérée aux méthodes historiques et en tout cas aux méthodes des archives orales, soit par les soins du chef de projet lui-même soit par le biais d’une formation externe et qu’une réflexion particulière soit menée sur la méthode d’entretien et sur les corrections à apporter aux biais introduits par la qualité de l’intervieweur. Ces remarques s’appliquent également dans le cas où l’intervieweur est choisi parmi les actifs de l’organisation.

64Variante hybride de cette première solution, celle du petit « jeune », nouvel entrant dans la maison à qui l’on donnerait pour mission d’interviewer les « grands anciens » : c’est pour nous l’exemple-type de la fausse bonne idée ! Elle est coûteuse (il est rare qu’une organisation soit assez riche pour détourner ses jeunes diplômés vers des tâches aussi peu opérationnelles) et utopique : quel jeune diplômé, promis à un riche avenir professionnel, accepterait de se voir réduit à écouter, sans en ressentir un immense ennui, le récit des hauts faits de ses prédécesseurs ! Être archiviste-oral constitue un vrai métier, et le fait d’être en service commandé ne peut remplacer une véritable motivation intellectuelle et historique.

  • 54  S’il s’agit d’un étudiant en doctorat et que c’est dans le cadre de sa thèse qu’il réalise les ent (...)
  • 55  C’est ce que nous avons expérimenté dans le cadre de la seconde campagne d’archives orales de la S (...)

652e solution : recruter des étudiants « avancés ». Leur profil peut être plutôt généraliste (histoire, sociologie, sciences politiques, IEP, ENS, Capes ou agrégation d’histoire) ou déjà en voie de spécialisation (ne pas descendre en dessous du DEA pour les formations universitaires pour une raison de culture générale, de crédibilité et d’âge). Les atouts des étudiants ne sont pas négligeables : disponibles, pourvus d’une bonne culture générale et encore en phase de formation (ce sont des habitués des bibliothèques et des fiches bibliographiques), ils sont capables d’absorber rapidement la matière chronologique et thématique du champ concerné ; surtout, leur jeunesse et le décalage générationnel avec les témoins créent une situation d’interview propice à la transmission de connaissances, à la communication d’expérience de « l’ancien » vers le plus jeune ; leur neutralité dans le domaine concerné favorise la confiance, leur statut de « novice » en situation d’apprentissage autorise une certaine indulgence de la part des témoins pour les erreurs inévitables du début et incite le témoin à faire preuve de pédagogie. Les inconvénients sont évidents : ils ne possèdent pas la culture de la Maison, ni les connaissances techniques, sauf si leurs propres recherches historiques les ont portés à s’intéresser à des domaines proches ou si leurs travaux portent directement sur le sujet de la campagne d’archives orales (dans ce cas, il faut faire attention à ce que les problématiques de recherche individuelles ne prennent pas le pas sur les objectifs collectifs de la campagne tels qu’ils ont été décidés en groupe de pilotage)54 ; leur jeunesse peut les desservir en termes de crédibilité ; ils sont aujourd’hui rarement bénévoles… Si le choix de cette solution est fait, là encore, nous recommandons une formation intensive aux méthodes des archives orales, une session « histoire sectorielle ou institutionnelle »55, ou bien une courte session « histoire-maison » dispensée par un membre de l’institution par exemple, s’il n’existe rien de lisible sur le sujet.

663e solution : utiliser le concours de professeurs, d’universitaires ou de chercheurs confirmés. Les avantages sont évidents : connaissances approfondies et méthodes de la recherche parfaitement acquises, maîtrise du champ scientifique concerné, pratique approfondie des archives, aspect flatteur pour le témoin. Des inconvénients peuvent n’en pas moins surgir : un coût élevé (depuis que les prestations sur honoraires se répandent dans la communauté historienne), une moindre propension à se laisser diriger ou à accepter une ligne d’interview collective, la méconnaissance de la culture interne de la Maison, le risque d’importer un mode d’interview plus inspiré des méthodes de la thèse que des archives orales patrimoniales (le témoin est là pour infirmer ou confirmer une thèse), une disponibilité acrobatique compte tenu de leur emploi du temps très chargé. Si cette solution est retenue, il vaut mieux lui attribuer en même temps la direction globale de l’opération, celle de chef de projet ou de conseiller historique de l’opération.

  • 56  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 60-61.

674e solution : des spécialistes de la constitution d’archives orales. Ce profil commence à se répandre dans le sillage des divers programmes d’archives orales des comités d’histoire et grâce à l’accumulation d’expériences diversifiées. Ces professionnels des archives orales maîtrisent les méthodes et la technique de l’entretien56, mais présentent en général l’inconvénient de ne pas connaître le secteur pour lequel ils sont sollicités. Mais depuis quelques années, on assiste à un début de spécialisation par domaine, ce qui les rend plus rapidement opérationnels : hauts fonctionnaires financiers ou banquiers, haute administration, monde agricole, Armées, Éducation nationale, ingénieurs et corps techniques, monde militaire, institutions culturelles, etc. Là encore, il faut prévoir en amont un module de formation sur l’histoire de l’institution et sur celle du secteur concerné.

  • 57  Le système du binôme a souvent été utilisé dans les débuts des archives orales, par exemple à l’ar (...)
  • 58  Nous doutons quelque peu, au nom du principe de la relation de confiance et de la singularité de l (...)

685e solution : utiliser des binômes (ancien/archiviste-oral ; membre de l’organisation actif/archiviste-oral ; historien spécialiste/archiviste-oral ; archiviste-papier/archiviste-oral), soit sur la durée totale de l’interview soit sur certaines séances en fonction du questionnaire57. L’intérêt de cette formule est qu’elle allie compétence et confiance, dans la mesure où l’archiviste-oral est la pièce permanente du dispositif58, présent du début jusqu’à la fin de la série d’entretiens, garant de la cohérence et de l’homogénéité de l’entreprise, gardien du fil biographique tandis que l’intervenant spécialisé joue la carte du questionnement thématique et de la spécialisation. Cette solution est sans doute la meilleure pour les profils les plus « lourds » ou les plus « pointus », elle demande une excellente coordination tant dans la conception globale de l’interview que dans la préparation de chacune des séances et suppose une bonne entente entre les deux intervieweurs ; elle permet une dynamique d’entretien (la technique du rebond) que la situation bilatérale n’autorise pas toujours. Elle a l’inconvénient majeur de mobiliser deux personnes et donc d’être deux fois plus coûteuse (sauf à ne pas payer l’une des deux personnes).

  • 59  Ainsi nous-mêmes, en 1988, avons-nous pu bénéficier, ainsi que toute l’équipe des intervieweurs du (...)

69Le dispositif idéal consiste probablement, comme d’habitude, à pouvoir jongler avec plusieurs systèmes d’entretiens, en fonction du « poids » des témoins, du degré de technicité de l’interview et du degré de détail exigé. Il est tout à fait possible de réunir dans une même équipe, du moins dans une première phase de formation, des « anciens » et des chercheurs confirmés venant assister les plus jeunes jusqu’à ce qu’ils soient opérationnels. Il faut voir aussi que l’expérience est très cumulative et que les archivistes-oraux acquièrent relativement vite les connaissances qui leur sont nécessaires pour procéder à l’interview de leurs témoins, surtout si ces derniers ont été regroupés par filière ou par secteur. Dans tous les cas, quel que soit le dispositif choisi, ce qui est important, c’est de prévoir et de mettre en place une formation aux archives orales et à la méthode d’entretien59.

70Individuellement, les qualités que l’on peut souhaiter aux intervieweurs sont les suivantes : la motivation pour le projet (intérêt pour le domaine d’investigation, pour la méthode de l’interview) ; le goût pour le travail individuel et l’autonomie mais aussi pour le travail d’équipe (partage d’informations et mise en commun des connaissances) ; le goût du contact et de la relation humaine, l’intérêt pour autrui ; l’absence de timidité et l’aisance à l’oral ; le sérieux et la conscience professionnelle pour le travail d’analyse et d’inventaire.

71Souvent il nous est demandé si, pour constituer l’équipe d’archivistes-oraux, il faut préférer les femmes aux hommes. D’aucuns avanceront que la pédagogie et la « séduction féminine » font merveille (sic !), d’autres diront que les questions techniques « sortent » mieux si les témoins ont un interlocuteur masculin, d’autres encore que les notations quotidiennes ou matérielles, les informations relevant de la sphère privée viennent plus facilement lorsque l’archiviste-oral est une femme… Encore ne faudrait-il pas caricaturer outre mesure la situation. Dans tous les cas, en situation d’entretien, tout archiviste-oral produit des interférences, et celle du sexe en constitue une parmi d’autres, il convient seulement d’en prendre la mesure afin d’en corriger les éventuels effets. C’est la compétence de l’archiviste-oral qui en définitive est le véritable facteur discriminant : sa capacité à expliquer le projet et à instaurer la confiance, la préparation des entretiens, la pertinence de ses questions, la maîtrise qu’il a de la conduite de l’interview, les qualités humaines qu’il déploie dans la relation d’entretien…

72Autre question pratique que l’on nous pose régulièrement : le nombre d’intervieweurs. Il va de soi que plus il y a d’archivistes-oraux, plus l’enquête progresse rapidement et plus le temps imparti à l’enquête peut être concentré. Mais plus le coût augmente ! Il faut sans doute trouver un juste milieu entre les archives orales réalisées en solitaire, lentes et peu productives (l’accumulation des connaissances est poussive) et celles réalisées en « batteries » où la qualité est sacrifiée à la quantité. Nous déconseillons, pour l’avoir expérimenté, de dépasser le nombre de six intervieweurs, car le contrôle de la qualité des entretiens devient impossible, la gestion de l’équipe s’alourdit de problèmes administratifs et d’emploi du temps, les recoupements d’informations deviennent trop difficiles à mettre en œuvre. La taille idéale d’une équipe se situe sans doute entre 3 et 5 personnes maximum, y compris le chef de projet. Maniable, réactive, souple, disponible, voilà les qualités principales d’une équipe d’archivistes-oraux opérationnelle !

b. La gestion de l’équipe des archivistes-oraux

73Les difficultés les plus régulièrement rencontrées dans la gestion d’un programme d’archives orales sont le contrôle de la qualité lié à l’augmentation du volume d’heures d’entretien (les archivistes-oraux sont souvent rémunérés à l’heure et ont intérêt à accumuler les entretiens), ainsi que la rotation trop rapide des intervieweurs que l’on n’arrive pas à conserver suffisamment longtemps (c’est surtout le cas des étudiants). Or, il est très important de fidéliser les archivistes-oraux au moins sur deux années, afin d’assurer la rentabilité de la formation d’origine et des investissements en connaissances sectorielles. En effet, il y a une très forte progressivité d’un archiviste-oral au cours de la première année : on compte 3 à 6 mois d’apprentissage suivant le rythme des entretiens ; puis le même temps pour acquérir une réelle aisance tant avec les témoins que dans le domaine d’investigation ; la deuxième année, et les suivantes, sont donc particulièrement fructueuses…

74La solution aux problèmes décrits plus haut se trouve dans une rémunération correcte, probablement forfaitaire de l’interview : elle seule permet de fidéliser les archivistes-oraux, d’éviter qu’ils ne « tirent à la ligne » (à la bande) et d’empêcher la chute de la qualité (les temps de préparation sont rognés par tous les bouts) ; elle seule permet aussi de pallier les réductions d’activité pendant les périodes de vacances scolaires ou lors des indisponibilités des témoins. À cet égard, la conséquence pratique de ces « trous » d’activité est la nécessité d’organiser le recouvrement de plusieurs interviews afin d’éviter les semaines chômées et de mettre en musique une combinaison d’entretiens, ce qui finit par aboutir à mener de front quatre ou cinq interviews, soit en réalité un temps plein, si l’on compte tous les temps de préparation, de réécoute, d’inventaire et de transport. La saturation est proche !

75La gestion du calendrier, des témoins et des enquêteurs, de l’attribution et de la répartition des interviews, du contrôle-qualité des entretiens revient au chef de projet qui se trouve en position d’animateur d’équipe.

76Une équipe d’archives orales fonctionne en définitive à deux niveaux :

— un travail individuel, personnalisé, autonome qui commence à partir du moment où la personne est attribuée à son archiviste-oral,

— un travail d’équipe que l’on a tendance sur la longue durée à escamoter et qu’il faut maintenir coûte que coûte car c’est un gage de qualité et d’efficacité : les séances collectives de formation, les réunions de synthèse au moins une fois par mois ou mieux toutes les trois semaines, la mise au point d’instruments de travail collectifs (fichiers, thésaurus, inventaires, catalogues), la réflexion sur la source orale et ses exploitations possibles, les rappels sur des points de doctrine ou de méthodologie, les échanges d’informations, les partages d’« écoutes » ou de transcriptions, les contrôles de qualité et l’évaluation des archivistes-oraux, les recherches de solutions pour les problèmes de propriété intellectuelle, autant de points qui demandent une réflexion collective.

77En conclusion, pour le bon fonctionnement d’une équipe d’archives orales, le plus important est sans doute la formation préalable des archivistes-oraux, avant de lancer la campagne, et une exigence de formation continue tout au long de l’enquête. L’étape suivante dans la mise en place du dispositif des archives orales, après la phase de définition des objectifs (que veut-on faire ?) et après la phase de recrutement et de formateurs des intervieweurs, consiste en la préparation intellectuelle de la campagne.

Notes

1  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 14.

2  Si l’objectif est celui d’un large fonds polyphonique, on cherchera à rassembler le plus grand nombre de témoignages possibles, avec l’éventail le plus large et le plus complet possible des catégories sociales, professionnelles, corporatives, techniques, démographiques représentées. À l’opposé, dans le cas d’une enquête thématique, on recherchera les meilleurs informateurs possibles en lien direct avec la problématique concernée.

3  Dans le premier cas, le questionnement se fera selon un canevas ouvert, semi-directif ou non directif, ou selon la méthode du récit de vie ; dans le second, on utilisera un questionnaire systématique, semi-directif ou directif et éventuellement à questions fermées.

4  Dans le premier cas, l’information collectée pourra n’être que fichée et indexée, dans le second, la transcription est impérative.

5  Dans le premier cas, des délais de réserve pourront être offerts aux interviewés, dans le second, la communication des enregistrements devra être libre et immédiate.

6  Dans le premier cas, on peut admettre l’hypothèse selon laquelle les informations sont moins sujettes à autocensure ou moins biaisées que dans le second.

7  Dans le premier cas, l’enquête peut relativement s’étaler dans le temps, dans les limites de la disponibilité des témoins ; dans le second, elle est impérativement resserrée dans le temps. Les moyens financiers sont plus concentrés dans le second cas que dans le premier.

8  Dans le premier cas, le corpus est assez volumineux et assez homogène pour constituer une source à part entière à côté des archives écrites ; dans le second cas, l’échantillon de témoignages vient jouer un rôle confirmatif ou « illustratif » au profit d’une « thèse » parfois formulée à partir d’archives écrites.

9  Voir sur ce sujet M. Ruffat, « À l’écoute des assureurs », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 75-79 et « Faire de l’histoire en entreprise », in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, CNRS, 1993.

10  Dans les Services historiques des Armées, cohabitent sous la même tête la fonction « archives » et la fonction « histoire » et les archivistes-oraux ont accès aux dossiers de l’époque ainsi qu’aux dossiers individuels des témoins qu’ils interviewent ; c’est bien évidemment la configuration optimale pour la préparation des interviews. Ailleurs, malheureusement, la séparation entre les services et une application stricte de la loi de 1979 ne permettent pas toujours de réunir les documents qui seraient utiles à la préparation de l’enquête. Pouvons-nous nous livrer ici à un plaidoyer en faveur d’un véritable partenariat entre archivistes et historiens, notamment dans le cadre des comités d’histoire ministériels qui devraient être des lieux de collaboration et de renforcement mutuels ?

11  « Ce phénomène de multiples perceptions (et de pratiques multiples) d’une même réalité est fondamental : la perception qu’un acteur élabore d’une situation donnée constitue pour lui la réalité de cette situation », D. Bertaux, Les récits de vie, Nathan, 1997, p. 22.

12  Un exemple que l’on pourrait donner de ces multi-paternités revendiquées, si fréquentes dans l’administration, serait la création de la TVA ou l’idée de fusionner les régies fiscales en 1948 ou encore « l’invention » de la vignette-auto en 1956, etc.

13  T. Caudron et O. de Lagarde, sous la direction de F. Descamps, Rapport d’étape sur les archives orales du Corps préfectoral, déc. 1997.

14  D. Aron-Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980.

15  F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, Encres, 1980.

16  Lors de la soutenance de thèse de C. Hodeir sur le grand patronat colonial, un membre du jury a souligné l’intérêt qu’il y aurait dans certains cas à avoir le point de vue des employés sur ces grands patrons !

17  S. Vandecasteele-Schweitzer et D. Voldman, « Historiens et témoins », IVe Colloque international d’histoire orale, Aix-en-Provence, 1982 et D. Voldman, « L’invention du témoignage oral », Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, p. 85-86.

18  Nous revenons sur ces questions d’échantillonnage et de représentativité à propos du questionnaire et de l’exploitation quantitative des témoignages.

19  Comme on l’a vu dans la première partie, ce fut à la mode dans les années soixante et soixante-dix de donner la parole aux « petits » et aux « humbles » ; il faudrait y revenir, mais avec de nouveaux groupes sociaux, avec de nouvelles problématiques. Les employés, les cadres intermédiaires, par exemple sont des populations encore peu travaillées par les archives orales. À cet égard la thèse d’Odile Join-Lambert sur les receveurs des Postes (EHESS, 1999, à paraître chez Belin, 2001), qui allie un corpus de témoignages oraux à côté d’une enquête par questionnaire, une étude statistique de dossiers de personnel et les récits du concours autobiographique sans omettre le dépouillement d’archives écrites est tout à fait exemplaire et encourage la poursuite de travaux sur ce type de populations.

20  Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale, qui possède des antennes régionales grâce aux caisses de Sécurité sociale, dispose de correspondants qui pourraient jouer un rôle dans ce domaine. L’Association pour l’histoire des Caisses d’épargne pourrait elle aussi bénéficier d’un réseau déconcentré de responsables locaux travaillant en lien avec les universités de province.

21  Notre principale inspiration, alors que nous étions à la tête du secrétariat scientifique du Comité, a été à l’époque l’enquête de Jacques et Mona Ozouf sur les instituteurs de la Troisième République au tournant du siècle (Nous les maîtres d’école, autobiographies d’instituteurs à la Belle Époque, Paris, 1973 et La République des instituteurs, Gallimard/Éd. du Seuil, 1992) et un volume de témoignages sur la diaspora juive par L. Valensi et N. Wachtel, Mémoires juives, Paris, Gallimard/Julliard 1987. Notre démarche fut avant tout intuitive et empirique avant d’être scientifique et méthodique, elle visait avant tout à résoudre un problème d’urgence : trouver des matériaux autobiographiques qualitatifs pour une histoire professionnelle, culturelle et psychosociologique des percepteurs ! Depuis, nous avons appris que la méthode du concours d’histoires de vie était très ancienne et classiquement usitée en sociologie ou en histoire sociale, notamment aux États-Unis, au Canada et en Europe centrale (Pologne notamment).

22  Pour le Trésor public, 126 manuscrits (soit 8 200 pages) ont été collectés pour 17 000 retraités contactés, soit 0,74 % de réponses favorables, accompagnés de centaines de documents d’archives (carnets de bord, instructions anciennes, dossiers de carrière, photographies, coupures de journaux). Parmi les 126 auteurs, 31 sont des femmes. Le premier prix a d’ailleurs été attribué à une femme, Blanche Py, et son autobiographie publiée dans la collection du comité dans la série « Mémoire » : Mémoires d’une employée du Trésor public, CHEFF, Paris, 1996 ; un recueil de « morceaux choisis » est en préparation par Catherine Jumeau chargée de recherches au Comité.

23  Pour les Impôts, 177 récits de carrière (soit 11 500 pages) ont été collectés pour 31 000 retraités contactés, soit un taux de réponse de 0,57 % ; la majorité des concourants sont des provinciaux et parmi eux 86 % sont des fonctionnaires de catégorie A. L’âge moyen des participants est de 70 ans et ils sont entrés dans l’administration dans les années 1945-1950 et ont pris leur retraite en 1980-1990. Seulement 18 femmes ont participé, mais c’est parmi elles qu’a été choisie la lauréate dont l’autobiographie a été publiée dans la série « Mémoire » : Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des Impôts, CHEFF, Paris, 1998. 4 autres prix ont été décernés à une autre femme et 3 hommes. Un volume de morceaux choisis est également en préparation par Jean-François Coste, chargé de recherche au Comité. Source : Lettre du CHEFF, n° 5, sept. 1998, p. 4.

24  Pour les receveurs des Postes, M. Le Roux (dir.), Mémoires d’Algérie. Une génération de postiers raconte…, Paris, Textuel, 1998.

25  Pour les Caisses d’épargne, 5 000 retraités ont été contactés en 1997 et 26 manuscrits (soit 950 pages) sont parvenus à l’association pour l’histoire des Caisses d’épargne, soit 0,52 % de réponses favorables. Il y avait 21 hommes et 5 femmes. 5 manuscrits ont été primés, dont une femme, et les récits ont été publiés sous le titre de Mémoires d’écureuil dans un même volume, tant les témoignages ont paru complémentaires. Le jury, comme à La Poste, était un jury composé majoritairement de responsables actifs ou retraités des Caisses d’épargne, mais deux historiens y ont participé.

26  La méthode du concours autobiographique telle qu’elle s’est pratiquée jusqu’à présent consiste à demander aux anciens de raconter leur vie professionnelle - il s’agit d’obtenir des informations sur un métier, ou sur l’organisation à laquelle ils ont appartenu -, sans pour autant expulser totalement les aspects de la vie privée, du moins ceux qui sont en lien direct avec la vie professionnelle. La difficulté de l’exercice provient de l’ambiguïté qui subsiste entre un projet de type autobiographique et une invitation à écrire une chronique du temps qui passe. Pour stimuler le passage à l’écriture chez les apprentis chroniqueurs-autobiographes, les comités d’histoire ont choisi le biais du concours littéraire dont les prix sont assortis d’une promesse de publication. Les atouts du concours autobiographique sont indéniables : un coût financier nettement inférieur à celui des archives orales (un publipostage), une plus grande rapidité de résultats (en un an, plusieurs dizaines d’autobiographies peuvent être réunies), des textes publiables ou exploitables tels quels (sans transcriptions préalables) ; d’un autre côté, les inconvénients et les biais sont nombreux : celui du concours littéraire n’est pas le moindre avec ses normes d’écriture et ses héros stéréotypés, le contenu historique est assez orienté (cf. le canevas et la chronologie proposés dans le courrier d’appel à concourir), les auteurs-écrivains sont rarement représentatifs de l’ensemble de l’institution, et le caractère « Maison » est fortement marqué (signalons que c’est en général précisément ce que l’on recherche du point de vue de l’étude des cultures administratives ou d’entreprise). Comme pour les archives orales, le traitement de cette source est avant tout qualitatif, mais le concours autobiographique portant en général sur la totalité d’une population donnée, une exploitation statistique peut être envisagée (à condition que l’échantillon de réponses soit suffisant et suffisamment représentatif).

27  Toutefois, les lenteurs des fichiers manuels avant l’informatisation, les caprices des systèmes informatiques en voie d’installation, ont parfois causé quelques déceptions aux chercheurs…

28  Pour le Comité pour l’histoire économique et financière, le service des Pensions a été et reste encore un partenaire remarquable pour les archives orales et pour l’organisation de tout concours autobiographique auprès des retraités de l’administration des Finances ; sans lui, rien n’aurait pu être fait, et en tout cas pas aussi rapidement (cf. les déboires rencontrés par J. Ozouf au sein de l’Éducation nationale pour sa grande enquête auprès des instituteurs de la Belle Époque). Il est vrai qu’aujourd’hui, les progrès informatiques viennent en aide aux chercheurs.

29  Certains « anciens » sont de véritables prescripteurs d’opinion à l’égard de leurs pairs ou au sein de leur groupe social.

30  Intervention d’Éric Godelier à notre séminaire le 7 mai 1997.

31  La personnalisation de la lettre est souhaitable : indication de la période chronologique visée, dates du poste ou des responsabilités ayant retenu l’attention des responsables de la campagne, commentaire (favorable !) sur le rôle présumé de l’acteur… Attention à ce que la lettre ne ressemble pas trop à une circulaire administrative !

32  Des termes comme « prosopographie », « problématique », « historiographie », ou même « informateurs » « enquête » et « sociologie administrative » sont parfois mal « reçus » ou tout simplement incompris.

33  Lorsqu’il s’agit d’une opération d’archives orales lancée par un comité d’histoire ou un service historique dépendant d’un ministère ou d’une entreprise, il n’y a aucune raison de cacher sa raison sociale ; il est évident que l’affichage du rôle de l’institution dans la décision de collecter des archives orales a un impact fort dans la réception du projet par les anciens (rejet ou mise en confiance), mais c’est en général plutôt un facteur favorable, et pour toutes les institutions marquées par le « secret » ou la confidentialité, c’est un canal obligé.

34  Il va sans dire qu’il est rigoureusement déconseillé (et illégal) d’enregistrer les propos de quelqu’un sans qu’il en soit averti ; le pacte d’entretien doit se faire sur des principes transparents, soit l’enregistrement soit la prise de notes.

35  Il est prudent d’annoncer au témoin si l’exercice va recouvrir un ou plusieurs entretiens, afin qu’il puisse, dans le cas d’une interview biographique, s’y préparer psychologiquement, intellectuellement et… organiser son emploi du temps ! Un canevas général indicatif peut également être annoncé de façon à donner au témoin un aperçu de l’esprit dans lequel sera faite l’interview, assorti de quelques thèmes suggestifs.

36  Formulaires en annexe de cette partie.

37  De la même manière que Philippe Lejeune parle de l’instauration du pacte autobiographique entre l’auteur et son lecteur.

38  On verra plus loin la question des droits de l’archiviste-oral.

39  C’est ce qui se passe par exemple à la CFDT où c’est le secrétaire général qui signe la lettre d’appel à témoignage (intervention de Mme Kuhnmunch à notre séminaire, le 20 mai 1998).

40  Il semblerait que la multiplication des « affaires », leur pénalisation et leur médiatisation ait un impact sur l’acceptation des archives orales dans certains milieux, mais il est un peu tôt pour dire s’il s’agit d’un mouvement de rétractation durable et généralisé.

41  C’est l’illusion classique du témoin qui se croit le seul détenteur d’une information et la survalorise ; heureusement, le plus souvent, l’archiviste-oral s’aperçoit que la fameuse information « inédite » est en réalité partagée par trois autres témoins et que si le premier témoin a jugé bon de la mettre sous réserve, le second ne l’en a pas jugée digne ! Le scoop en archives orales, contrairement aux idées reçues, est assez rare ! Plus largement, sur le problème du secret, on peut lire A. Dewerpe, Espion : une anthropologie du secret contemporain, Paris, Gallimard 1994.

42  C’est une motivation forte en milieu militaire.

43  C’est par exemple le cas des ingénieurs de l’Armement. Intervention à notre séminaire de Béatrice Failles et d’Anne Rasmussen, le 10 mai 2000.

44  Notamment chez « les perdants » de l’histoire : par exemple, Catherine Hodeir souligne cet état d’esprit chez les anciens grands patrons coloniaux : ayant fait l’objet d’une certaine forme de stigmatisation politique et sociale, ils sont tout simplement heureux de voir leur point de vue écouté et pris en compte. Intervention à notre séminaire, le 24 mai 2000.

45  La demande très fréquente de la remise d’un double des cassettes, à défaut d’une transcription, à destination des petits-enfants, atteste de l’existence d’un projet privé ou à caractère familial.

46  Sur la préparation de l’entretien considérée du point de vue de l’interviewé, G. Thuillier, « Les archives orales des hauts fonctionnaires », in Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, CHEFF, 1999, p. 565-570. Rappelons que Guy Thuillier, après avoir pendant vingt ans prôné la création d’archives orales, s’est lui-même plié à l’exercice avec le Comité pour l’histoire économique et financière, pour une partie de sa carrière.

47  Chez les hauts fonctionnaires, cette règle est assez bien respectée, elle s’affaiblit plus on monte dans la hiérarchie, c’est-à-dire plus on sort de la norme du corps ou du groupe et plus on s’approche du monde politique ou des décideurs. Elle s’affaiblit également chez ceux qui se sont marginalisés ou qui se considèrent comme des atypiques dans leur corps ou dans leur carrière.

48  Depuis la loi de 1970, qui vient s’ajouter à la loi de 1881 sur la diffamation, la vie privée se trouve fortement protégée et les témoins ne sont pas sans l’ignorer. Identité corporelle, sexuelle, sociale et familiale, culturelle et politique, philosophique ou religieuse, autant de sujets qui relèvent bien de la sphère privée et qui demandent prudence et discrétion de la part des interviewés ; en revanche, selon la jurisprudence, la vie ou les activités professionnelles d’un individu ne relèvent pas systématiquement de la sphère de la vie privée et pourraient donc faire l’objet de commentaires sans tomber sous l’article 9 du Code civil, mais dans le doute, les témoins préfèrent souvent s’abstenir de commenter la carrière ou les actions de leurs congénères. Pour un point récent sur cette question, voir « Transparence et secret. L’accès aux archives contemporaines », Gazette des archives, n° 177-178, 2e et 3e trimestre 1997, et particulièrement la partie consacrée à « L’individu, l’État et la vie privée », p. 196-218.

49  Pour un point de vue opposé, voir Guy Thuillier et ses conseils aux mémorialistes, repris in Pour une histoire de la bureaucratie, Paris, CHEFF, 1999, p. 565-577. Sa recommandation d’adopter une totale liberté de parole se conjugue assez logiquement et juridiquement avec un très long délai de réserve.

50  Au Comité pour l’histoire économique et financière, 70 % des interviewés accordent au Comité tout pouvoir de juger de l’opportunité des consultations (ce qui regroupe l’audition et la transcription des témoignages). Les demandes de consultation sont étudiées par le secrétariat permanent du comité, étant bien entendu que les consultations sont subordonnées à un projet de recherche scientifique officiel mené dans un cadre universitaire ou académique. Ce pourcentage important atteste de la confiance accordée au comité, et à juste titre nous semble-t-il : la structure est en effet solide, indépendante intellectuellement de l’administration et ses responsables successifs ont su faire accepter des exigences déontologiques fortes dans le domaine de la confidentialité ; en conséquence, ils ont la responsabilité directe des autorisations de consultation (par assimilation en fait à un service producteur et verseur). 15 % des témoins mettent une réserve temporaire de 5 à 20 ans ou jusqu’à leur mort et 15 % des personnalités exigent leur accord préalable ou celui de leurs ayants-droit. Si l’on prend en compte qu’un très petit nombre de demandes de consultation sur les interviews soumis à autorisation personnelle se sont vues refusées et que les demandes de dérogation pour les témoignages couverts par une réserve temporaire sont presque toujours acceptées, on obtient un pourcentage de témoignages potentiellement libres avoisinant les 99 %. Source : Lettre du CHEFF, n° 4, sept. 1997, p. 2.

51  Sur cette question de la péremption rapide du caractère confidentiel et sensible des informations contenues dans les documents réservés pendant 60 ans, voir l’intervention de M. Constant chef de la division historique au ministère des Affaires étrangères, Gazette des archives, op. cit., p. 172 et celle du lieutenant-colonel Bodinier du Service historique de l’armée de Terre sur le secret-Défense qui, selon lui « d’une façon générale, […] vieillit très vite. », op. cit., p. 184. La question du secret-Défense reste néanmoins très délicate pour tout ce qui touche au nucléaire et aux relations internationales financières non couvertes par la loi.

52  J.-Cl. Kaufmann, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996, p. 70.

53  Ces avantages, indéniables, expliquent le succès de cette formule dans un certain nombre de services d’archives orales : le Service historique de l’armée de l’Air où par tradition, le chef du service historique réalise lui-même des interviews, Paribas, le Crédit lyonnais, la CFDT où un ancien secrétaire confédéral effectue les interviews avec l’archiviste, le Comité d’histoire de l’Armement, le Service historique de la Marine, l’INRA…

54  S’il s’agit d’un étudiant en doctorat et que c’est dans le cadre de sa thèse qu’il réalise les entretiens, il faut penser à rédiger une convention spéciale supplémentaire concernant les conditions d’exploitation des entretiens qu’il réalise et ses droits de propriété intellectuelle. Il faut aussi que le témoin en soit explicitement averti.

55  C’est ce que nous avons expérimenté dans le cadre de la seconde campagne d’archives orales de la Sécurité sociale lancée en 2000 : un module de 12 heures de formation a été prévu pour former l’équipe d’archives orales sur l’histoire du système de Sécurité sociale en France de 1945 à nos jours, avec la participation de deux spécialistes, Bruno Valat et Antoinette Catrice-Lorey.

56  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 60-61.

57  Le système du binôme a souvent été utilisé dans les débuts des archives orales, par exemple à l’armée de l’Air ou aux Archives nationales, notamment pour des raisons techniques (le maniement des gros magnétophones à bandes était délicat et pour éviter l’interruption de l’enregistrement lors du changement de bandes, il valait mieux faire fonctionner deux matériels en même temps, de façon différée), par souci de sécurité, ou par choix méthodologique (une personne s’occupe du matériel, l’autre de l’entretien). Depuis la simplification des procédés d’enregistrement, c’est surtout au nom de considérations scientifiques que le système du binôme est utilisé, par exemple au Quai d’Orsay, aux Archives nationales, au Service historique de l’Éducation ou au Comité pour l’histoire économique et financière pour certaines personnalités. Nous avons nous-mêmes expérimenté ce système avec le directeur des Archives historiques de Paribas pour un inspecteur des Finances ayant présidé au destin de cette banque et le résultat, nous semble-t-il, a été assez probant.

58  Nous doutons quelque peu, au nom du principe de la relation de confiance et de la singularité de la relation d’entretien, du modèle d’entretien où se succèdent, sur le mode du « saucissonnage » par tranche, une série de spécialistes.

59  Ainsi nous-mêmes, en 1988, avons-nous pu bénéficier, ainsi que toute l’équipe des intervieweurs du Comité pour l’Histoire économique et financière, avant de démarrer les archives orales du ministère des Finances, de plusieurs séances de formation de la part de Dominique Schnapper ancienne responsable de la campagne d’archives orales de la Sécurité sociale et directeur d’études à l’EHESS.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540