Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Deuxième partie. L'ingénierie des archives orales

Introduction

Texte intégral

1Le contexte historique ayant été survolé, au terme de cette saga de « l’histoire orale » et des archives orales, chacun peut maintenant se situer dans telle ou telle filiation, dans tel ou tel héritage intellectuel. Il n’était pas inutile de rappeler les discussions qui ont marqué l’introduction de la source orale en France, car qu’on le veuille ou non, tout « producteur » d’archives orales se trouve rapidement invité à justifier ses objectifs, ses méthodes, ses problématiques et à défendre les résultats qu’il veut faire valoir.

  • 1  Sur cette notion d’ingénierie, G. Thuillier, « Réflexion sur la gestion d’un système de recherches (...)

2Nous abordons maintenant la partie concernant « l’ingénierie »1 des archives orales rétrospectives ; notre approche sera délibérément organisationnelle, technique, pratico-pratique même, et nous suivrons dans le détail la chaîne des opérations à suivre pour lancer et gérer une campagne d’archives orales. Cette partie s’adresse en priorité aux administrations, aux établissements, aux entreprises, aux collectivités locales, aux associations historiques ou aux sociétés savantes qui souhaitent mettre sur pied une campagne d’archives orales patrimoniales. Notre démarche sera guidée avant tout par une approche institutionnelle, car c’est celle que nous connaissons le mieux et que c’est dans ce secteur selon nous que l’effort doit porter dans les années à venir - le fait que notre société soit désormais traversée de part en part par des organisations qui la structurent, la clivent, la dominent ou la servent est désormais un phénomène majeur à considérer - ; mais nous espérons que certaines de nos recommandations pourront être transposées au cas d’une recherche individuelle.

Notes

1  Sur cette notion d’ingénierie, G. Thuillier, « Réflexion sur la gestion d’un système de recherches » et « Théorie de l’ingénierie historique », in Pour une histoire de la bureaucratie en France, CHEFF, 1999, p. 71-88 et 369-376. Voir aussi, F. Descamps, « Quelques réflexions à propos des comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux acteurs de la recherche historique », Études et documents, X, 1998, CHEFF, p. 483-627. Ce terme, admis pour la gestion de projets dans l’industrie et même dans le domaine de la culture (cf. C. Mollard, L’ingénierie culturelle, Paris, PUF, 1994) désigne ici la combinaison de techniques, de ressources et de compétences humaines pour aboutir, au terme d’un processus planifié, à un résultat donné dans le secteur concerné.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540