Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Une géographie en mouvement

La Chambre des comptes de Dole 1494-1771 : une intégration tardive au royaume

Maurice Gresset

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire de la Chambre des comptes est assez mouvementée dans ce « pays d’entre-deux » qu’est alors la Franche-Comté. Fondée par un Habsbourg1, supprimée par son fils2, recréée par Philippe II, conservée par Louis XIV, mais transformée par lui dix-huit ans après l’annexion de la Franche-Comté, elle est supprimée avant la fin de l’Ancien Régime par Louis XV. Nous verrons d’abord la Chambre de Dole au temps des Habsbourg et des premières années du régime français et ensuite, de 1692, date fort importante pour les institutions comtoises, jusqu’à sa suppression en 1771.

I. La Chambre des comptes sous les Habsbourg et les premières années du régime français 1494-1692 ou la Chambre des comptes du XVe au XVIIe siècle

A. La première Chambre des comptes, 1494-1500

En 1493, par le traité de Senlis, Charles VIII a rendu à Maximilien Ier empereur, veuf de Marie de Bourgogne, et à leurs enfants la Franche-Comté occupée par les Français depuis la mort du Téméraire. Dès 1494, Maximilien de Habsbour...

Auteur

Professeur émérite d’histoire moderne à l’Université de Besançon. Il a soutenu sa thèse sur « Le monde judiciaire à Besançon de 1674 à 1790 » à Paris en 1974, thèse publiée sous le titre Gens de justice àBesançon : de la conquête par Louis XIV à la Révolution française, 1674-1789,Paris, CTHS, 1978. Il est également l’auteur de L’Introduction de la vénalité des offices en Franche-Comté 1692-1704,Paris, Les Belles Lettres, 1989. Au cours de sa carrière, il a occupé différents postes : professeur d’histoire moderne en 1975, directeur du Centre de télé-enseignement de Besançon et vice-président de l’Association interuniversitaire de l’Est (1976-1978), président de la Société d’émulation du Doubs en 1976, membre de l’Académie de Franche-Comté en 1977. Il a été également directeur de l’Institut d’études comtoises et jurassiennes en 1980. Titulaire du prix Chaix d’Est-Ange de l’Académie des sciences morales et politiques en 1980 et chevalier de l’Ordre du mérite en 1995, il est parti en retraite en 1994.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable