Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Première partie. De l'histoire orale aux archives orales : histoire d'une acclimatation

Chapitre VII

La constitution d’un pôle patrimonial « columbien » (les années quatre-vingt-dix)

Texte intégral

I. Les archives orales et les institutions patrimoniales traditionnelles

  • 1  La Journée d’étude de la FNSP de 1977, la Table ronde de l’IHTP de 1986, par exemple, pour ne cite (...)
  • 2  De façon schématique, nous aurions tendance à dire qu’il y a l’histoire orale avant et après Domin (...)

1Par ses diverses prises de position publiques dans ses articles ou dans les tables rondes auxquelles elle participe à l’époque1, Dominique Schnapper encourage et conforte tous ceux qui, au sein des institutions patrimoniales traditionnelles, sont convaincus de l’intérêt d’une telle source et de la nécessité de collecter les témoignages avant qu’il ne soit trop tard2. En ces tout débuts des années quatre-vingt, quatre initiatives sont lancées de façon pionnière au sein de services d’archives centraux, pour l’une exactement contemporaine des archives orales de la Sécurité sociale et pour les trois autres immédiatement postérieures, contribuant à la création d’un pôle patrimonial en quelque sorte « columbien » des archives orales.

2Ces archives orales sont patrimoniales, au sens où les collections constituées sont promises à conservation et pérennité, elles sont pour trois d’entre elles nettement institutionnelles et mémorielles, et présentent dans tous les cas un caractère historique marqué, par opposition aux archives orales à caractère ethnographique recueillies de façon pionnière dans les années soixante-dix par les archives départementales, par les musées ethnographiques ou par les centres de recherche en histoire sociale.

1. La section « Histoire orale » du Service historique de l’armée de l’Air (1974).

  • 3  Général Charles Christienne, « L’histoire orale au SHAA », Actes du IVe Colloque international d’h (...)

3Le Service historique de l’armée de l’Air, créé en 1934, est chargé de conserver les archives de l’armée de l’Air, d’écrire l’histoire de l’aviation militaire et de garder les traditions de cette armée. Dès 1972, sous l’impulsion du général Christienne, qui à la suite d’un voyage aux États-Unis a pris connaissance de l’histoire orale en milieu militaire, commencent les premiers entretiens avec d’anciens pilotes de la Première Guerre mondiale ou d’anciens constructeurs d’avant 1914 ; d’après les souvenirs de Patrick Fridenson, qui effectue son service militaire au SHAA en 1968 et qui a lui-même réalisé des interviews, les entretiens auraient commencé quelques années auparavant. Quoi qu’il en soit, en 1974, est créée officiellement la section d’Histoire orale qui se donne trois objectifs : « Compléter des fonds lacunaires, notamment celui de la Première Guerre mondiale ; expliquer la production des notes officielles ; enfin, saisir la mentalité, les attitudes et les aspirations de la société des aviateurs militaires »3. L’histoire orale est conçue comme une méthode pour combler les lacunes de l’écrit, en éclairer les dessous (il y a dans l’armée une très forte conscience de l’écart qui existe entre ce que les archives restituent et ce qui a pu se faire ou se vivre dans la réalité), mais aussi comme la production d’une source spécifique pour saisir les attitudes mentales d’un groupe humain qui se donne comme une « société » à part au sein de la société française. En ce sens, par rapport à la Sécurité sociale, les archives orales du SHAA sont davantage « sociales » et culturelles qu’institutionnelles, sauf à définir précisément l’institution militaire comme une société à part entière, comme « un fait social total » pour reprendre l’expression de Marcel Mauss.

4Après avoir donné la priorité aux plus âgés et aux personnalités les plus connues des années vingt et trente (notamment les as de la guerre de 1914-1918), le corpus des interviewés s’élargit : pilotes, observateurs, mécaniciens, aérostiers, ingénieurs aéronautiques, ministres de l’Air et leur entourage, généraux, officiers, officiers supérieurs, état-major, infirmières, convoyeuses de l’Air, parachutistes, médecins, constructeurs, personnel naviguant, mécaniciens, etc.

5En 1982, le SHAA a réalisé 380 interviews, soit 800 heures d’écoute, auprès de 300 témoins. La méthode d’entretien utilisée est semi-directive ; certains entretiens se font sur le mode du récit de carrière, notamment pour certains officiers supérieurs, mais pas systématiquement, et la majorité des entretiens ne portent que sur telle ou telle période (la guerre d’Indochine par exemple), sur telle ou telle opération (l’expédition de Suez) ou sur telle ou telle partie de la carrière du témoin. Les interviews font l’objet de « fiches chronothématiques », c’est-à-dire d’un relevé chronométré des thèmes évoqués par le témoin (la transcription a été rapidement abandonnée afin de respecter la richesse de l’oralité).

6Dans les années quatre-vingt, le corpus s’élargit encore avec la prise en compte de toute la pyramide hiérarchique et de l’éventail des professions ; les périodes historiques couvertes se rapprochent du temps présent avec l’étude de la Seconde Guerre mondiale (notamment l’engagement et l’action des FAFL), la mise en place de l’Otan, la guerre froide (le pont aérien de Berlin, l’expédition de Suez), l’impact des guerres de décolonisation, l’introduction de l’arme nucléaire, les interventions sur des théâtres d’opérations extérieures (le Tchad par exemple), la guerre du Golfe... Les types d’interview se diversifient, entretiens thématiques, récits de carrière, entretiens collectifs sous forme de table ronde ou d’entretiens à deux témoins.

  • 4  Intervention à notre séminaire de F. de Ruffray responsable de la section Histoire orale au SHAA e (...)
  • 5  M.-C. Dubreil-Villatoux, « Algérie 1959-1960 : souvenirs d’aviateurs », Revue historique des Armée (...)
  • 6  M.-C. Dubreil et F. de Ruffray, « Témoignages oraux, Suez », Air Actualités, juin 1996 ; M.-C. Dub (...)

7En 1990, le fonds s’élève à près de 600 interviewés, soit 2 000 heures d’enregistrement, et en 1997 à 820 témoins4. En moyenne, un entretien dure un peu plus de 3 heures, divisé le plus souvent en deux entretiens, mais certains dépassent les vingt heures. Un catalogue est mis en chantier et publié progressivement à partir de la fin des années quatre-vingt, contribuant à valoriser et à faire connaître ce qui se révèle être le fonds d’archives orales enregistrées le plus ancien, le plus complet et le plus important en France, du moins à notre connaissance : en 2 000, le fonds s’élève à plus de 900 personnes interviewées, et à plus de 2 600 heures d’enregistrement, ce qui est absolument considérable. À partir des années quatre-vingt-dix, les exploitations historiques des collections se multiplient, soit à la faveur de recherches réalisées par les membres du service soit par des étudiants ou des chercheurs extérieurs : la guerre d’Algérie5, l’affaire de Suez6, la formation initiale des officiers à l’École de l’Air, l’École de Guerre, le transport aérien militaire dans l’après-guerre, etc. Les premières exploitations plus pédagogiques ont lieu à la fin des années quatre-vingt-dix, avec le prêt de « voix » à l’Institut d’archives sonores, éditeur de disques « parlés » (Les Voix de l’aviation et Les Voix de la Grande Guerre).

  • 7  Préface au tome IV de l’Inventaire, p. 3, général Silvestre de Sacy, SHAA, mars 2000.

8Enfin, dernièrement, toujours en avance d’une étape, le SHAA est également le premier à avoir expérimenté la réalisation d’archives orales contemporaines, constituées à chaud, en temps réel si l’on peut dire, et ce dans deux directions différentes7 : la première initiative concerne une enquête menée auprès de 41 jeunes appelés de l’armée de l’Air, au moment même où la conscription est suspendue dans les armées françaises ; la seconde, toujours en cours, consiste en l’interview d’une série d’acteurs engagés au Kosovo (une quarantaine de personnes interviewées à ce jour), ce qui a supposé quelques aménagements particuliers dans le système d’interview. C’est ainsi que, par décision particulière, les interviewés ont été libérés de leur devoir de réserve et de leur obligation d’observer le secret défense ; d’autre part, leurs témoignages ont été placés sous le régime de communicabilité trentenaire.

9Enfin, la plus ancienne institution française d’archives orales historiques se préoccupe d’entretenir ses collections et a commencé à entreprendre le transfert des enregistrements à partir des bandes analogiques d’origine vers des supports numériques.

2. Les archives orales du Service historique de la Marine8 (1979).

  • 8  M. Vigie, introduction au Catalogue des archives orales du SHM et « La Marine et le magnétophone » (...)
  • 9  De ce point de vue, Marc Vigie, à l’inverse de Dominique Schnapper, ne disqualifie pas l’entretien (...)
  • 10  C’est une des rares expériences d’archives orales institutionnelles qui revendique la méthode de l (...)
  • 11  M. Vigie, « La Marine et le magnétophone », in Revue historique des Armées, n° 4, 1986, p. 110. M. (...)

10Créée en 1979 sous l’impulsion de l’amiral Duval et du capitaine de vaisseau Bonnafont au sein du Service historique de la Marine, la section des archives orales démarre ses entretiens en 1980 avec le concours de Marc Vigie, agrégé de l’université. Au-delà des aspects institutionnels, la collecte des témoignages nous semble ressortir, plus encore que pour l’armée de l’Air, d’une volonté de mémoire institutionnelle : volonté d’étudier les mécanismes de construction d’une mémoire collective à travers les mémoires individuelles, mais aussi volonté délibérée de contribuer à la formation de cette mémoire, ou du moins à sa formalisation en faisant s’exprimer ces mémoires individuelles : « le rassemblement de tous les témoignages en un fonds permet la construction indirecte d’une certaine mémoire d’une institution comme la Marine nationale ». Ce ne sont pas uniquement les informations factuelles, objectives qui préoccupent les promoteurs de cette initiative, mais la mémoire elle-même dans son fonctionnement, dans ses manifestations, dans ses expressions. À l’image de ce qui est recherché dans les archives orales de la Sécurité sociale, ce sont le vécu, « la nouvelle vision d’une institution de l’intérieur, c’est-à-dire les dimensions psychologiques et affectives, à l’échelle individuelle comme au niveau collectif, de l’action historique de la Marine », « les petits faits vrais », les émotions, la vie quotidienne, « le sensible » qui sont recherchés de façon prioritaire pour préparer une histoire institutionnelle rénovée. Pour atteindre de tels objectifs, la méthode autobiographique et la méthode d’entretien non directive ont été privilégiées, avec une forte insistance sur l’importance de la narration et la prise en compte des aspects discursifs9, ce qui est une originalité par rapport à d’autres types d’archives orales institutionnelles davantage marquées par un questionnement de type historisant. Ici, « l’interview se déroule en fait pratiquement sous la forme d’un monologue », souffrant « le moins possible d’interventions directives »10. Chaque interview est en réalité conçue non seulement comme un témoignage « individuel et individualisé », expression du « vivant », considéré pour lui-même et en lui-même, mais aussi comme une « œuvre » esthétique, relevant d’un processus de création et comme une œuvre littéraire, pourvue de plusieurs niveaux de lecture et nécessitant un travail d’élucidation et d’interprétation11.

  • 12  M. Vigie, « La Marine et le magnétophone », op. cit., p. 109.

11Point commun avec les archives orales de la Sécurité sociale et celles du SHAA, on trouve la volonté de prendre en compte « l’éventail complet, si possible, des grades et des spécialités, ainsi que la gamme des fonctions et des carrières la plus exhaustive possible »12. Point commun avec la Sécurité sociale, également, la soumission de ces enregistrements au délai trentenaire ou soixantenaire suivant les cas.

12En 1981, l’expérience s’interrompt prématurément ; le fonds d’archives orales compte une trentaine de récits autobiographiques et les témoins y abordent tous les grands événements dans lesquels la Marine française et ses membres ont été impliqués : la Seconde Guerre mondiale, bien sûr, avec ses deux grands traumatismes, Mers-el-Kébir (3 juillet 1940) et le sabordage de la flotte à Toulon (27 novembre 1942), mais aussi l’affaire de Dakar, le débarquement allié en Afrique du Nord, le Débarquement en Italie, en Corse ou en Provence, la présence en Indochine et la décolonisation, les événements d’Algérie, l’affaire de Suez, l’Otan, l’avènement du nucléaire, la guerre froide, l’informatisation des services, etc.

13De courte durée et de faible ampleur (1979-81 et 1983-86), l’expérience des archives orales de la Marine illustre la fragilité de ce type d’entreprise et la difficile alchimie qui préside à la pérennité d’une telle initiative ; souvent liée à une personnalité charismatique et convaincante, l’expérience s’interrompt lorsque la personne en question s’en va, et il faut attendre le retour d’une configuration « astrale » favorable (décideur convaincu, budget, ressources humaines, demande institutionnelle, motivation des partenaires, conjoncture budgétaire) pour pouvoir relancer le projet, ce qui peut prendre plusieurs années.

14Après plus de quinze ans d’interruption, la Marine souhaite renouer le fil de la parole et refaire tourner les magnétophones ; un groupe de travail a réfléchi pendant un an au lancement d’une nouvelle campagne d’archives orales et une cellule d’archivistes-oraux a été formée et mise en place à l’automne 1999 sous la direction de Jean de Préneuf. Les thèmes d’étude, en lien avec ce que font les autres services des Armées, devraient être prioritairement l’introduction de l’arme nucléaire dans la Marine (notamment sur les sous-marins), le Renseignement, la guerre d’Algérie. La méthode choisie est la méthode biographique complétée d’un questionnement thématique semi-directif sur certains thèmes. Le fonds compte actuellement près de 100 témoins interrogés.

3. Les archives orales aux Archives nationales13 (1980).

  • 13  C. de Tourtier-Bonnazzi, « Les archives orales : quelques réflexions sur leur genèse », Gazette de (...)
  • 14  Article 1 : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme e (...)
  • 15  Le XXVIIe Congrès des archivistes français en 1985 porte sur « les archives audiovisuelles » (Pari (...)
  • 16  Le fait que les archives orales des Archives nationales soient nées au sein des archives privées a (...)

15En 1979, dans la foulée de l’élargissement de la notion d’archive et de la redéfinition du terme « document » contenus dans la loi sur les archives du 3 janvier 197914, les Archives de France qui commencent à s’intéresser aux « nouvelles archives », notamment aux archives audiovisuelles15, adhèrent à l’Association des archives sonores (AFAS), association nouvellement créée qui se propose « d’étudier les problèmes posés par la gestion d’un fonds d’archives sonores [...], d’encourager les recherches et les publications relatives aux archives sonores, enfin de développer la constitution d’archives sonores publiques et privées à des fins de recherche ». En 1980, Chantai de Tourtier-Bonnazzi, conservateur à la Section Contemporaine des Archives nationales16, dans le cadre de la collecte des « papiers privés » des ministres et des secrétaires d’État de 1871 à 1974, a l’idée et prend l’initiative d’interviewer les personnalités qu’elle rencontre à l’occasion du dépôt de leurs papiers et de leur demander des précisions sur leur jeunesse, leur formation, leur carrière ou leurs relations, ainsi que sur les événements ou les actions dont il est fait état dans les archives privées qu’ils déposent.

16Cinq ans plus tard, au congrès des archivistes français de 1985, Chantai de Tourtier-Bonnazzi fait le point sur le démarrage des archives orales aux Archives nationales : en 1982, un groupe de travail « Archives orales » a été créé au sein de l’Association des archivistes français qui réunit quelques archivistes « centraux » et de nombreux conservateurs départementaux, et un programme de travail a été défini. Quatre objectifs prioritaires ont été dégagés : la conservation et la préservation des collections déjà existantes (notamment allocutions et discours présidentiels), la réalisation d’inventaires et de fiches informatives pour identifier cet existant, la tenue d’un fichier des chercheurs et des institutions « productrices » et enfin l’interview des « déposants » de papiers privés (ministres, secrétaires d’État, hauts fonctionnaires). Conformément à ce programme, 30 heures d’interview sont réalisées entre 1981 et 1985.

  • 17  Chantal de Tourtier-Bonnazzi a longtemps été la seule à faire des entretiens et bien sûr, jamais à (...)

17A partir de la seconde moitié des années quatre-vingt, la collecte des témoignages s’accélère quelque peu, en dépit de la modestie des moyens mis à disposition de la cellule « témoignages oraux »17 ; elle se professionnalise avec la réalisation de deux instruments de travail, mis périodiquement à jour : un fichier des chercheurs et des centres de collecte d’archives orales, un catalogue des entretiens réalisés auprès de ministres ou de secrétaires d’État ou les concernant. Une réorganisation administrative au cours des années 1990 clarifie les structures et les missions ; les collections audiovisuelles sont finalement rattachées à la section XXe siècle des Archives nationales, on y distingue les documents audiovisuels au sens strict du terme et une cellule « témoignages oraux », dont le nombre de documents s’accroît sensiblement : 1 200 documents en 1988 et 5 000 en 1998.

  • 18  J.-J. Becker, A. Callu et P. Gillet, La Quatrième République : des témoins pour l’histoire, Paris, (...)

18Dans les années quatre-vingt-dix, l’accroissement des collections de témoignages s’effectue de deux manières, par le dépôt d’enquête réalisées de façon externe et indépendante par des chercheurs extérieurs et par les enquêtes développées directement par les conservateurs de la section. Les axes de travail de ces derniers restent dans la continuité des orientations d’origine ; les « grands témoins » font toujours l’objet d’un intérêt soutenu : élites politiques de la IVe République et de la Ve République18, acteurs du deuxième conflit mondial, histoire de la Résistance, hauts fonctionnaires ; les « oubliés de l’histoire » sont intégrés à ce programme par le biais de l’histoire de la Résistance ou de la déportation. Pour ces acteurs, c’est la méthode du récit de carrière, du récit de vie, ou à tout le moins de l’entretien approfondi qui est pratiquée (les entretiens peuvent compter plus d’une dizaine d’heures).

19Toujours dans les années quatre-vingt-dix, les Archives nationales diversifient leur collecte par le lancement d’enquêtes thématiques : histoire de la Seconde Guerre mondiale (STO, prisonniers de guerre en Allemagne et histoire des Offlags), histoire de la guerre d’Algérie (le SGDN entre 1960 et 1962, en partenariat avec le Service d’histoire orale du SHAT), l’histoire culturelle (les instituteurs des années cinquante, le Conservatoire de musique de Paris sous l’Occupation), etc.

  • 19  Les informations que l’on vient de lire sont tirées de la présentation qu’a faite Agnès Callu des (...)

20Les sources orales constituées par des historiens dans le cadre de leur thèse peuvent également faire l’objet de dépôts, pour peu qu’elles s’intègrent dans les grands domaines thématiques définis plus haut : histoire de la Seconde Guerre mondiale et histoire politique de la IVe et de la Ve République. Enfin, toujours sur ces mêmes thèmes, les Archives nationales nouent des conventions avec des centres de recherche universitaires ou indépendants et conservent les collections de témoignages oraux que ces centres ont constituées : le CERAC de Jacques Bariéty en relations internationales, l’association « Témoignages pour mémoire », antenne des archives Fortunoff de l’université de Yale, l’Institut Pierre-Renouvin, le programme inter-européen piloté pour la France par Gérard Bossuat sur la construction européenne, l’association Georges-Pompidou, le Service historique de l’Éducation...19

  • 20  Cf. les conventions de dépôt nouées entre les archives départementales et le CREHOP à l’université (...)
  • 21  E.  Gautier-Desvaux, « Des récits de vie aux radios locales. Les expériences multiformes des Archi (...)

21Par ailleurs, dès le Congrès des archivistes français de 1985, il apparaît de façon manifeste que les Archives départementales, en lien avec les sociétés savantes locales ou avec les universités locales20, ont de façon anticipatrice et innovante largement contribué dès les années soixante-dix à accumuler des collections d’archives orales à caractère folklorique, ethnographique, linguistique et sociologique, ainsi que dans une moindre mesure des archives orales à caractère historique (interviews de résistants ou d’anciens combattants par exemple). Tout au long des années quatre-vingt, les collections se sont accrues, soit sous la forme de dépôts (le plus souvent) soit sous forme d’enquêtes directes21 : en 1988,25 services départementaux d’archives déclarent dans leur compte rendu d’activité avoir accru leurs fonds sonores et audiovisuels cotés dans la série AV Les Archives départementales privilégient souvent les populations ne maîtrisant qu’imparfaitement l’écrit et adoptent une approche ethnographique locale : les métiers artisanaux en voie de disparition, les pratiques et les savoir-faire ancestraux, les rites agraires, la vie domestique et villageoise, les sociabilités rurales, les fêtes et les liturgies religieuses, la pharmacopée et la médecine des « simples », l’économie agraire, sylvestre ou montagnarde, les migrations et l’exode rural, les travailleurs saisonniers ou immigrés... Les témoignages sont souvent accompagnés de photographies, de cartes postales, d’ethnotextes ou d’enregistrement musicaux et chantés.

  • 22  On citera pour exemple l’association MEMOR (Mémoire de l’Occupation et de la Résistance en zone in (...)
  • 23  Interview de personnalités locales : syndicalistes, hommes politiques, décideurs ou artistes locau (...)
  • 24  Citons par exemple l’association « Mémoire collective en Béarn » qui réalise un travail de fonds a (...)

22Les archives orales à caractère historique, moins abondantes à première vue, ne sont pas pour autant ignorées, focalisées sur les « crises » et les guerres, notamment la seconde guerre mondiale22, la résistance locale et l’Occupation, alimentées également pour la période immédiatement contemporaine par les bandes radiophoniques des radios locales, publiques ou « libres » qui s’installent dans le « paysage audiovisuel français » dans les années quatre-vingt23 ; des embryons d’archives orales administratives, institutionnelles ou judiciaires s’esquissent dans quelques départements. On ne dira jamais assez le rôle joué par les associations locales et les sociétés savantes dans cet enrichissement des collections, véritables acteurs de la reconquête de la mémoire régionale ou locale24. Dans certains départements, des formations pratiques et méthodologiques sont dispensées aux « apprentis archivistes oraux » et aux chercheurs par les conservateurs du Patrimoine.

23De son côté, la Société d’ethnographie française et sa revue Ethnologie française, créée en 1971, soutiennent les efforts de la direction du Patrimoine du ministère de la Culture (une mission du Patrimoine ethnographique est créée en 1980 ainsi que la revue Terrain) qui met en place des ethnologues régionaux auprès des DRAC. Cela dit, les collectes d’archives orales en milieu local restent malgré tout en quelque sorte « sauvages », elles ne sont ni systématiques, ni planifiées, ni coordonnées, elles restent dépendantes de la bonne volonté ou du militantisme des conservateurs départementaux, des concours qu’on veut bien leur prêter (bénévoles des associations, enseignants) et des financements locaux (collectivités locales, institutions, associations, « mécènes » généreux).

  • 25  Intervention de E. Bosman, directeur des archives départementales du Val-de-Marne aux Journées de (...)
  • 26  Intervention d’A. Magnien, directeur des Archives de Seine-Saint-Denis, aux Journées de l’École du (...)

24Depuis la décentralisation, néanmoins, les financements départementaux et régionaux, voire municipaux se multiplient et contribuent à développer certains programmes spécialisés (par exemple, le département audiovisuel des archives départementales du Val-de-Marne est abondamment financé par le conseil général)25. À côté des programmes « ruralistes » et ethnographiques des départements ruraux, à l’issue de ce xxe siècle qui a vu l’apparition, le développement des grandes banlieues et leur transformation post industrielle, l’émergence des villes nouvelles ou des départements de région parisienne, se développent maintenant des programmes de collecte de témoignages urbains. C’est ainsi qu’en 1995, il a été décidé de créer « une mémoire orale » pour le département de Seine-Saint-Denis en collectant des témoignages d’anciens banlieusards, et ce dans plusieurs directions : la Résistance, la mémoire ouvrière, le militantisme politique et syndical (en lien avec les travaux du Dictionnaire sur le mouvement ouvrier de Jean Maitron, l’Institut d’histoire de la CGT qui a déposé ses archives orales et écrites aux Archives départementales et l’université Paris XIII), les sociabilités ouvrières et immigrées, la création administrative et politique du département en 1968, l’entrée des femmes en politique...26. La grande enquête lancée au printemps 1999 conjointement par Agnès Callu des Archives nationales et par Hervé Lemoine responsable du laboratoire multimédia du SHAT devrait permettre de mesurer l’extension des collections de témoignages rétrospectifs détenus par les centres d’archives départementaux et municipaux, les bibliothèques, les musées, les universités et les centres de recherche en province (plus de 5 000 organismes « virtuels » ont été repérés et 700 réponses ont d’ores et déjà été collectées).

4. Les archives orales du Quai d’Orsay (1981).

25Les archives orales du Quai d’Orsay démarrent en 1981, après le passage de Guy Thuillier en service commandé pour la Cour des comptes, qui aurait suggéré, entre autres choses, de collecter des témoignages sur les grands personnages du Quai d’Orsay entre les deux guerres tels qu’Alexis Léger, plus connu sous le nom de Saint-John Perse. Les premières interviews, menées par Cécile Pozzo di Borgo puis par Catherine Oudin, conservateurs à la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères, commencent autour de la personne de Saint-John Perse avec Léon Noël, René Massigli ou Crouy-Chanel ; ces derniers, personnalités eminentes de l’après-guerre, évoquent à leur tour leurs souvenirs de l’Italie mussolinienne, de la Pologne de l’avant-guerre, de la Seconde Guerre mondiale...

  • 27  C. Oudin, conservateur au ministère des Affaires étrangères, intervention aux Journées de l’École (...)

26À la suite de cette première initiative, il est décidé d’interviewer systématiquement les ministres des Affaires étrangères, les secrétaires d’État et les ambassadeurs de France dignitaires, à qui il est demandé de relater l’ensemble de leur carrière. Les archives orales du Quai d’Orsay sont conçues moins comme une création de sources inédites que comme un complément des sources écrites, déjà elles-mêmes fort riches (archives écrites, correspondance officielle) : il s’agit « d’offrir aux historiens une source secondaire permettant une meilleure compréhension de l’histoire des relations internationales et de la politique étrangère de la France [...]. Aussi les archives orales permettent-elles de faire revivre l’environnement dans lequel les événements se sont déroulés, les acteurs qui sont intervenus, et avec le recul du temps, analyser l’événement et ses conséquences, le resituer dans le contexte général des relations internationales de l’époque. Ce va-et-vient entre le vécu du témoin et l’analyse historique a donc pour objectif de combler éventuellement les lacunes des archives écrites et de redonner une épaisseur humaine à la correspondance officielle »27. La volonté d’alimenter efficacement une histoire des relations internationales et de la politique étrangère française explique une particularité des archives orales du Quai d’Orsay : les entretiens sont conduits par un archiviste du ministère et par un historien, spécialiste des affaires internationales ; pendant longtemps, cela a été le professeur Maurice Vaïsse, auquel a succédé le professeur Élizabeth du Réau... Dans cette approche, on est plus proche « d’une histoire orale vue d’en haut » archivée que de la création d’une source ex nihilo telle que les archives orales institutionnelles de la Sécurité sociale. En 1990, 36 personnalités ont été interviewées, au cours d’une centaine d’entretiens et un certain nombre de « papiers privés » ont pu être recueillis à l’occasion des interviews.

  • 28  Le Centre de Colmar a décidé d’adopter le nom d’archives orales (cotées AOR).
  • 29  Pour en savoir plus, S. Einhorn-Heiser et C. Lorentz, « Les archives orales du Centre des archives (...)

27Dans les années quatre-vingt-dix, l’entreprise de constitution des collections se poursuit et se diversifie : à partir de 1998, la direction des Archives recueille les témoignages « concernant les moments particulièrement significatifs de l’histoire d’une zone géographique (ex. : l’Asie, le Moyen-Orient) », adoptant une approche plus thématique que biographique. Aujourd’hui, le fonds dépasse les 400 heures d’écoute pour une soixantaine de personnalités interviewées, ce qui correspond à une durée moyenne d’entretien de six heures, soit trois ou quatre entretiens par personne. À Colmar, le Centre des archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche a démarré en 1996 une collecte d’archives orales auprès des témoins de cette période28 ; les dirigeants de premier plan ayant disparu (général Bethouard, général Koenig, Gilbert Granval, Emile Larron), ce sont leurs collaborateurs directs et les différents échelons administratifs intermédiaires qui sont sollicités. Les interviews sont menées avec le concours d’un historien spécialiste de ces problèmes conformément au modèle Quai d’Orsay. Une trentaine de personnes ont été entendues depuis 1996, au cours d’entretiens thématiques d’une heure à deux heures, et le fonds s’élève aujourd’hui aune cinquantaine d’heures d’enregistrement29.

  • 30  Les fondations à la mémoire d’un homme politique sont de ce point de vue aussi bien placées que le (...)

28Ces quatre expériences patrimoniales du début des années quatre-vingt, SHAA, AN, SHM et Quai d’Orsay, désignées sous le nom d’archives orales ou d’histoire orale (le SHAA a adopté le terme générique anglo-saxon) ont plusieurs points communs : elles sont nées dans des services d’archives institutionnels, y ont trouvé leur place définitive et, de ce fait, ont acquis d’emblée un caractère patrimonial ; elles sont menées par des membres de l’institution ou par des archivistes « de la Maison » ; elles sont préparées, produites à partir des archives écrites ou des archives privées auxquelles les intervieweurs ont accès de façon privilégiée (soit parce qu’ils appartiennent eux aussi à l’institution, soit parce qu’ils ont accès à l’ensemble des documents en tant qu’archivistes, soit parce qu’ils en sont les dépositaires (pour les papiers privés par exemple). Ces caractéristiques les distinguent des archives orales de la Sécurité sociale constituées, sans consultation d’archives, par une équipe d’archivistes-oraux non spécialistes, au profit d’un Comité d’histoire, et les distinguent encore aujourd’hui des archives orales des autres comités d’histoire classiques qui n’ont en général pas accès aux dossiers d’archives ni aux dossiers de personnel30.

29Ainsi donc, tout au long des années quatre-vingt, on assiste à une montée du pôle patrimonial en termes d’archives orales et à un rééquilibrage par rapport à l’histoire orale, dont on a vu qu’elle était à double entrée : une histoire orale « vue d’en bas » et une histoire orale « vue d’en haut ». Pour les archives orales, on retrouve, bien que moins contrasté, ce léger clivage. Les archives orales qui se développent aux Archives nationales et au Quai d’Orsay sont très proches d’une approche d’histoire orale « vue d’en haut » telle que les historiens peuvent la pratiquer (confrontation des propos du témoin avec les sources écrites, confrontation du témoin et des « thèses » des historiens, réflexion rétrospective, construction d’une histoire des décideurs ou de la décision, priorité accordée aux élites) ; ce sont des « archives orales vues d’en haut ». Les archives orales des deux Services historiques des Armées nous semblent d’une nature quelque peu différente, elles s’apparentent plus à des archives orales de l’institution et de la société militaire qu’à des archives orales des politiques de défense, même si elles n’ignorent pas cet aspect ; comme les archives orales de la Sécurité sociale, elles s’apparentent davantage à des archives orales « vues de l’intérieur » qu’à de strictes archives orales « vues d’en haut ».

II. L’extension du pole patrimonial des archives orales : les comites d’histoire, les associations pour l’histoire des entreprises et les services historiques

30Quoi qu’il en soit, ce pôle patrimonial traditionnel reçoit une impulsion nouvelle avec la vague de création des comités d’histoire ministériels et des associations d’histoire d’entreprise, qui se multiplient à partir du milieu des années quatre-vingt, micro-institutions néo-patrimoniales d’un nouveau genre, « émergentes », portées par la vague de fonds de la mémoire et de la commémoration et par le volontarisme scientifique de quelques-uns ; ces organismes recueillent directement ou indirectement, par l’intermédiaire de Guy Thuillier, plus persévérant que jamais et présent sur tous les fronts, l’héritage de l’expérience pionnière de la Sécurité sociale.

  • 31  L’opposition aux témoignages oraux exprimée par J.-J. Becker lors de la table ronde organisée par (...)
  • 32  De ce point de vue, le clivage entre les défenseurs d’une exploitation différée des archives orale (...)

31L’initiative du Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale est restée en effet isolée pendant une dizaine d’années et n’a pas semblé avoir de suites immédiates ou directes, en dehors du recentrage méthodologique tout à fait essentiel préconisé par Dominique Schnapper et du soutien « moral » qu’elle a apporté de fait aux Services historiques des Armées et aux Archives nationales. Des réticences continuent de s’exprimer ça et là dans l’université contre les témoignages rétrospectifs31, certains historiens continuent de marquer leurs distances à l’égard d’une source « subjective » et provoquée a posteriori, et soulignent la minceur des apports par rapport aux limites intrinsèques de la source ; à l’opposé, pour les « historiens oraux » les plus fervents ou les plus militants, la théorie des « archives orales » (avec congélation pendant 30 ans) apparaît comme bien ingrate en comparaison d’une « histoire orale » immédiate, directement valorisable et valorisante32.

  • 33  Sur la quarantaine d’organismes d’animation patrimoniale ou historique répertoriés dans le Guide d (...)
  • 34  Hormis le Quai d’Orsay, où c’est un universitaire, professeur d’histoire des relations internation (...)

32Mais à la fin des années quatre-vingt, le vent idéologique a cette fois-ci bien tourné, la recherche des racines et la quête de la mémoire collective prévalent sur des projets tels que la démocratisation de l’Histoire ; une véritable demande sociale, organisationnelle et institutionnelle se lève et cherche des réponses satisfaisantes ; les administrations embrayent le pas aux Services historiques des Armées, en créant des comités d’histoire ministériels et décident la collecte d’archives orales33. Par-delà l’effet de mode et d’émulation entre ministères ou grandes entreprises, c’est une réelle dynamique d’intégration de la source orale qui est enclenchée par les comités d’histoire, dynamique que l’Université va accompagner de loin puis de près34, dynamique professionnelle quantitative et qualitative qui va acclimater définitivement l’idée que les archives orales font désormais partie de l’éventail des sources à la disposition des historiens contemporanéistes au même titre que les archives administratives, les sources imprimées ou les sources statistiques.

33Le fait de créer des corpus de témoignages homogènes et systématiques, volumineux, (faire trois interviews dans le cadre d’une thèse ne suffit pas pour parler d’archives orales ou de sources orales), qui s’apparentent à des « séries » d’archives, traitées en amont comme en aval de façon professionnelle, assorties d’instruments de travail, valorisées par des exploitations partielles réalisées dans des délais assez brefs (c’est la différence majeure avec les archives orales de la Sécurité sociale et la grande concession qui a été faite au modèle « histoire orale »), distanciées (ce ne sont pas les personnes qui ont produit la source qui l’exploitent, mais des tiers utilisateurs comme pour toute archive), assimile véritablement ces témoignages oraux à des archives comme les autres, derrière lesquels, en définitive, les personnages en chair et en os finissent par disparaître. Le contact avec la voix certes subsiste, mais le face-à-face entre le témoin et l’historien n’est plus aussi direct ; le témoin se trouve masqué, recouvert par le document oral, de même que les réalités historiques que l’historien souhaite appréhender ne sont saisissables que par l’intermédiaire de documents écrits, traces indirectes des événements et des actions des hommes. Et lorsque les entretiens donnent lieu à transcription, l’assimilation documentaire et archivistique est encore plus flagrante, puisque le témoignage se dépouille de son oralité, qui lui donnait toute son humanité, pour devenir lui-même un texte écrit. Or dans le système de représentations qui gouverne encore les mentalités historiennes, le document par excellence demeure l’archive écrite.

34Dans ce processus d’accumulation, de création de collections et de classement, apparemment anodin parce que purement matériel ou technique, se joue en réalité l’accession des témoignages oraux au statut d’archives et de source pour l’historien. Tous les efforts des comités d’histoire et des services historiques visent à « archiviser » les témoignages oraux en les traitant comme leurs autres archives, à les domestiquer, à les banaliser et à les normaliser pour pouvoir mieux les proposer comme sources aux historiens. Jusque dans les procédures de consultation qui visent à faire naître chez l’historien-lecteur-auditeur le sentiment qu’il est bien dans un service d’archives comme un autre : rendez-vous avec le « conservateur » pour délimiter la recherche, consultation des catalogues et des inventaires, identification de la cote, obtention du document et mise en fiches, possibilité de dérogation...

35La multiplication des comités d’histoire au début des années quatre-vingt-dix, structures néo-patrimoniales et mémorielles, propulse les témoignages oraux sur la scène patrimoniale, leur donne des moyens d’expérimentation à grande échelle ainsi qu’un cadre spécifique, un cadre institutionnel, délimité autour d’un objet, d’une organisation et de son action ; à cet égard, les archives orales des comités d’histoire des années quatre-vingt-dix présentent de nombreux points communs avec celles des Services historiques des Armées et diffèrent de celles des Archives nationales ou de la FNSE qui restent organisées autour d’une problématique « élitaire », biographique et individuelle.

1. Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (1988).

  • 35  G. Thuillier, « Archives et mémoire de la nation : pour une politique des archives orales », Revue (...)

36A la fin des années quatre-vingt, Guy Thuillier peut réitérer son expérience de la Sécurité sociale avec toute une série de comités d’histoire qui se créent en enfilade et dans lesquels il milite activement35. Son nouveau comité-cobaye (ou comité-pilote) est le tout récent Comité pour l’histoire économique et financière créé en 1987 au ministère des Finances, sous le ministériat d’Edouard Balladur. Sa doctrine en matière d’archives orales s’est enrichie de l’expérience de la Sécurité sociale et se concentre désormais sur l’histoire administrative ; elle est assise sur six axiomes qui sont autant de convictions personnelles indéracinables, nés de sa triple nature de haut fonctionnaire-acteur-témoin, d’archiviste-producteur de sources et d’historien de l’administration.

  • 36  Cette expression de « vécu » administratif qui revient sans cesse sous sa plume est un des points (...)

37• L’administration n’est pas faite seulement de textes, de règlements et de circulaires, mais elle est un univers « vécu »36 de coutumes, de gestes, d’attitudes, de comportements, de relations de pouvoir, de pratiques et de doctrines ; elle est faite d’hommes qui vivent, pensent, craignent, souffrent, rêvent, espèrent, agissent, et là, c’est autant l’historien des mentalités administratives qui parle que le haut fonctionnaire observateur de ses congénères.

38• Cet univers administratif n’est pas accessible par la voie des archives écrites, mais il peut l’être par les souvenirs des anciens acteurs, et là, c’est autant l’historien du xixe siècle qui parle, friand des mémoires et des souvenirs autobiographiques des anciens ronds-de-cuir trop rares à son goût, que le praticien actuel de l’administration.

39• Puisqu’on ne possède pas de souvenirs écrits pour l’époque contemporaine et que, de toute façon, ils n’en disent jamais assez, il faut les provoquer et constituer des collections de souvenirs professionnels, mais aussi de souvenirs privés et psychologiques, en enregistrant de façon systématique les survivants de ces époques que Guy Thuillier voit comme prochainement et irrémédiablement révolues.

40• Il y a urgence, car la dernière génération des témoins de « l’ancien régime », celui de l’administration du xixe siècle va disparaître sous les coups de boutoir de la modernisation, de la micro-informatique, de la décentralisation, de Bruxelles et des transformations de la société française. Il faut donc engager de toute urgence des campagnes d’archives orales en leur consacrant des moyens prioritaires ; le papier, lui, peut attendre !

  • 37  Il a été « passé » aux archives orales par le Comité pour l’histoire économique et financière en 1 (...)

41• Pour que les témoins parlent, il faut leur offrir une garantie de confidentialité totale et la meilleure solution est encore de mettre sous réserve trentenaire les témoignages collectés en les assimilant aux archives administratives régies par la loi de 1979 ; là encore, c’est autant l’acteur que l’historien qui parle : s’identifiant au futur témoin interviewé37, il souhaite protéger ses propos par un délai appréciable, au terme duquel il espère que toutes les personnes mises en cause auront disparu ! En tant qu’amateur érudit des mémoires et des souvenirs, il souhaite une large liberté de parole pour l’auteur parlant d’outre-tombe et, en tant qu’historien héritier de la vieille école méthodique, il souhaite un recul, une distance entre la production du témoignage et son utilisation par le chercheur.

42• Ces archives orales doivent être destinées aux historiens et aux historiens du futur seulement (cf. le point 5).

  • 38  G. Thuillier, L’être administratif et l’imaginaire, Paris, Économica, 1982 ; « Comment faire une h (...)
  • 39  Les mots en italique sont soulignés par Guy Thuillier lui-même.

43D’où lui viennent ces convictions ? Pour nous, c’est sa double nature, d’historien et de haut fonctionnaire, qui l’a conduit à expérimenter l’écart qui existe entre le « vécu » du haut fonctionnaire et les archives qui subsistent de son activité administrative, l’écart entre la règle et la pratique, qui l’a amené à réagir contre l’histoire institutionnelle et trop strictement juridique de l’administration qu’il considère comme un appauvrissement, voire un contresens. Son projet est d’étudier le fait administratif comme un fait « total » sous tous ses différents aspects : politique, social, culturel et idéologique, technique, quotidien, anthropologique, littéraire, etc., et cela au cours des temps. Pour atteindre ce but, la source orale lui paraît être l’instrument ad hoc, dont il espère qu’elle lui permettra de cerner cet « être administratif » qu’il cherche depuis toujours38. Ses objectifs sont donc les suivants : « combler les lacunes des documents administratifs », « créer de toutes pièces un système de témoignages sur une institution, un secteur, en vue de satisfaire les besoins des historiens futurs », « constituer les archives du patrimoine biographique, qui serviraient notamment à une histoire psychologique des habitudes, des métiers, du vécu quotidien »39. C’est aussi sa double appartenance au monde des historiens et au monde des témoins qui le conduit à vouloir préserver la liberté de parole et... la tranquillité du témoin en demandant la mise sous réserve des témoignages pendant trente ans.

  • 40  C’est Dominique Schnapper qui assure la formation de l’équipe des archivistes-oraux recrutée en ma (...)
  • 41  Discours d’inauguration prononcé par Edouard Balladur, ministre des Finances, le 17 février 1988.

44Le Comité pour l’histoire économique et financière de la France, créé en 1987 par le ministre des Finances de l’époque, Edouard Balladur, sur l’incitation de Guy Thuillier et de Michel Bruguière, met donc à son programme la création d’archives orales. Les instructions données au jeune secrétaire scientifique recruté à l’occasion de la création du comité sont conformes à la doctrine Schnapper présentée comme référence méthodologique40 et à la doctrine Thuillier quant aux objectifs scientifiques de contenu, tels qu’ils ont été rappelés ci-dessus. Mais lors de l’installation officielle du Comité par Edouard Balladur, ministre des Finances, en février 1988, les axes de la campagne d’archives orales sont définis de manière un peu différente : « Le ministère a su accueillir des personnalités éminentes qui se sont identifiées à son activité et dont les noms constituent autant de références. La possibilité de recueillir, au cours d’entretiens préparés, les souvenirs de ces fonctionnaires qui ont participé directement aux événements majeurs de la vie économique du pays constitue une chance unique de mener une recherche originale, directement avec les acteurs de notre histoire récente. C’est un capital inestimable, qui doit être sauvegardé et qui constitue le complément naturel et enrichissant des archives écrites »41. Les axes de ce programme d’archives orales sont à la fois mémoriels, voire « hagiographiques » (honorer la mémoire des grandes figures de ce ministère), élitistes et articulés à une histoire économique et financière « vue d’en haut » ; ils n’ont retenu qu’une partie du programme thuilliero-schnapperien (un tiers du programme) et dessinent en quelque sorte la version « Finances » des archives orales du Quai d’Orsay.

  • 42  Pouvons-nous dévoiler que le discours du ministre a été rédigé à partir d’au moins quatre contribu (...)
  • 43  N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des Finances de la première (...)

45Dans cette inflexion, il faut voir la marque d’une quadruple influence : celle du temps (l’humeur générale est à la commémoration) ; celle du ministre lui-même et de la « maison » Finances, qui souhaitent mettre en valeur les grandes figures de l’institution42 ; celle des historiens contemporanéistes du comité qui sont intéressés avant tout par une histoire « orale » des décisions de politiques économiques et financières et qui restent attachés à une histoire des élites politiques et administratives (sur le modèle FNSP-IHTP-ParisX-ParisI) ; celle enfin, conjoncturelle mais durable, d’une demande scientifique particulière, liée à un chercheur individuel, Nathalie Carré de Malberg, qui travaille sur les inspecteurs des Finances entre les deux guerres et qui, intéressée par cette collecte de récits de carrière, propose au secrétariat scientifique d’introduire son propre questionnaire dans le canevas d’entretien proposé aux témoins contactés par le Comité43.

  • 44  F. Descamps, « Une contribution à l’histoire du Plan Marshall : la mémoire des hauts fonctionnaire (...)
  • 45  A cet égard, nous avons suivi en très large partie les conseils de Mme Bonnazzi et adopté le modèl (...)

46De cette conjonction d’intérêts institutionnels et scientifiques émerge une première phase des archives orales du ministère des Finances, qui va durer de 1988 à 1992, très inspirée des sciences politiques, élitiste (les ministres, les membres des cabinets ministériels, les directeurs d’administration centrale), prosopographique (centrée à 80 % sur l’inspection des Finances et les grands corps en général), appuyée sur la méthode du récit de carrière, traversée d’exploitations thématiques ponctuelles, menées dans le cadre des grands colloques d’histoire économique organisés par le Comité, tels que « Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe » ou le colloque sur « Le franc des années trente à nos jours »44, très proche finalement de « l’histoire orale vue d’en haut » telle qu’elle se pratique dans les centres d’histoire du temps présent dans la même période. Ultime concession à l’histoire orale du temps et sur la volonté expresse de Maurice Lévy-Leboyer, vice-président du Comité, les témoignages ne sont pas systématiquement « congelés » pendant 30 ans sur le modèle des archives publiques, mais sont assortis d’un protocole contractuel de communicabilité, conclu entre le témoin et le comité, protocole qui permet au témoin d’autoriser la consultation de son témoignage même à court terme45. Toutefois, la doctrine archivistique est parfaitement assimilée et les témoignages collectés sont traités comme des archives, inventoriés de façon détaillée, indexés, classés, catalogués et mis en consultation quasiment immédiatement pour les chercheurs, si les interviewés l’ont autorisé.

  • 46  F. Descamps, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière ou la fabric (...)

47De 1988 à 1991, en commençant par les plus âgées (nées avant 1905), 120 personnalités sont interviewées, dont plus de 90 appartiennent au monde politique ou aux grands corps ; le fonds dépasse 1 320 heures d’enregistrement, soit une moyenne de 10 heures d’entretien par personne (rappelons que nous avons fait le choix du récit de carrière) et couvre majoritairement la IVe République46.

  • 47  Discours de P. Bérégovoy, lors de la 3e séance plénière du Comité en juin 1990.

48En 1991, une réorientation importante s’annonce ; à la suite du conflit des Impôts et du déménagement du ministère de Rivoli à Bercy (l’impact de cet événement institutionnel a été très important), Pierre Bérégovoy qui a succédé à Edouard Balladur, se tourne vers le comité d’histoire pour lui demander de s’intéresser à l’histoire du ministère des Finances lui-même et à ses agents : « Je souhaite pour ma part que l’équipe des historiens archivistes en place puisse enrichir ce fonds d’archives orales d’un volet concernant l’histoire interne de notre ministère. Je vois plusieurs avantages à cette collecte de documents : elle apportera des éléments pour l’histoire de la fonction publique et sur un plan intérieur, elle nous permettra peut-être de faire une étude de ce ministère dans ses différentes composantes et catégories de personnel ; peut-être nous donnera-t-elle aussi des éléments susceptibles de confirmer l’idée selon laquelle l’ensemble du personnel appartient à une même communauté administrative »47. La boucle est bouclée, c’est le grand retour des problématiques thuilliero-schnapperiennes, problématiques plus institutionnelles, plus organisationnelles, et finalement surtout plus sociologiques.

  • 48  Colloque, La France et l’outre-mer. Un siècle de relations monétaires et financières, colloque ten (...)

49Ces axes de travail rencontrent un soutien renouvelé au sein du comité ; alors que des professeurs comme René Girault (Paris I), Alain Plessis (Paris X) ou François Caron (Paris IV) ont soutenu les archives orales « vues d’en haut », d’autres prennent le relais pour soutenir ces archives orales « vues de l’intérieur » ou « vues d’en bas » : à cette occasion se constitue un binôme paradoxal mais très efficace constitué de Guy Thuillier pour l’histoire administrative (EPHE) et de Patrick Fridenson pour l’histoire des organisations et les sciences de gestion (EHESS). Cette nouvelle orientation, plus organisationnelle et plus sociologique, vient se superposer à la précédente qu’elle n’annule pas, bien au contraire, et qu’elle espère même éclairer et enrichir par l’exploration des liens unissant bureaucratie, pouvoir politique et politiques publiques. L’axe décisionnel ne disparaît pas, il demeure un des thèmes majeurs des travaux du Comité, mis en œuvre soit dans le cadre de la campagne d’archives orales soit dans le cadre des colloques ou des journées d’étude d’histoire économique48.

50La nouvelle orientation pose néanmoins de nombreux problèmes méthodologiques et même scientifiques : si la bibliographie est surabondante sur les grands corps et sur le pouvoir politique et technocratique, il n’en est pas de même pour les administrations centrales et a fortiori pour les services extérieurs dits déconcentrés ; si les méthodes sont bien rodées pour interviewer les élites et les hauts fonctionnaires, comment faire pour des catégories qui ne sont ni des « dominés » ni des « exclus » selon la phraséologie en cours dans les années soixante-dix, mais majoritairement des cadres intermédiaires, des cadres moyens, des cadres supérieurs (sans être dirigeants), des employés, des « cols blancs » ? Et comment régler le problème des grands nombres ? Avec qui travailler, faut-il abandonner le compagnonnage avec les politologues pour adopter celui des sociologues ?

51Toutes ces questions méthodologiques expliquent le retard mis pour répondre à la demande de Pierre Bérégovoy. Du côté des services extérieurs, alors que la direction de la Comptabilité publique va fêter le centenaire du décret de 1962 sur la comptabilité publique et qu’elle formule pour la première fois une demande d’histoire, de façon exploratoire et expérimentale, il est tenté, en 1992-1993, une expérience de collecte d’archives orales en Alsace auprès de percepteurs et auprès d’employés du Trésor public. Pour des raisons à la fois de personnes, de logistique, de compétences, de financement et de pilotage scientifique, l’expérience tourne court. De cet échec et du découragement devant l’ampleur de l’entreprise alors que les moyens ne suivent absolument pas, naît l’idée, inspirée du modèle de Jacques Ozouf et de ses instituteurs de la Belle Époque, de lancer une collecte de récits de vie auprès des retraités du Trésor public.

  • 49  Il a été fait auparavant une enquête pour retrouver des souvenirs d’agents du Trésor public ; l’un (...)
  • 50  Blanche Py, Blanche. Mémoires d’une employée du Trésor public, Paris, CHEFF, 1995 ; Yvonne Mathé, (...)
  • 51  En attendant la publication du recueil de morceaux choisis, on peut se reporter à C. Jumeau, Les p (...)

52Les points communs avec les archives orales sont évidents : le caractère provoqué de la collecte49, la volonté de recueillir des matériaux qualitatifs, le recours à la méthode du récit de carrière, l’inscription dans une histoire du changement administratif et dans une histoire nationale... La grande différence, c’est bien entendu le recours à l’écrit et l’aspect littéraire de l’exercice, puisque la méthode choisie pour inviter les retraités du Trésor public à écrire leurs souvenirs est celle du concours autobiographique, avec à la clef la publication du premier prix. Quoi qu’il en soit, au cours de l’année 1994, un peu plus de 120 récits sont rassemblés, soit 8 200 pages de textes, couvrant tout l’éventail hiérarchique du Trésor public, du TPG à l’employé de catégorie C, et survolant l’histoire de cette administration de l’avant-guerre au début des années quatre-vingt. La direction générale des Impôts emboîte le pas en 1996-1997 à la Comptabilité publique et recueille 177 manuscrits, soit 11 500 pages de texte. Dans les deux cas, ce sont deux femmes qui sont primées et publiées50 ; les manuscrits restants sont promis à une exploitation transversale dans le cadre de publication de « morceaux choisis » ou de travaux universitaires à venir51. Les Douanes projettent à leur tour de recueillir la mémoire de leurs agents (échéance du concours : 2001).

  • 52  Le directeur de la Communication de l’époque a une forte demande en histoire et souhaite, par la d (...)

53Pour l’administration centrale du ministère des Finances, la réponse à la demande de Pierre  Bérégovoy s’organise selon un mode différent : après une première « démocratisation » des archives orales en 1990-1991 (interview d’énarques non-inspecteurs des Finances et non-directeurs, contrôleurs financiers, trésoriers-payeurs généraux), à la faveur d’un changement de rattachement du Comité dans l’organigramme (on passe d’un rattachement cabinet du ministre au directeur de la Communication52), en 1992, l’équipe d’archives orales, jusque-là constituée d’archivistes-oraux généralistes et « horizontaux », est réorganisée verticalement, avec une spécialisation par grandes directions, selon l’hypothèse de travail suivante : au sein de l’administration centrale coexisteraient non seulement des catégories hiérarchiques différentes mais des métiers différents, des cultures administratives différentes, des expertises différentes, dont l’accumulation et l’articulation feraient l’efficacité et la puissance historique de ce ministère ; ces directions, il conviendrait dans un premier temps de les étudier séparément, avec l’idée de chercher dans un second temps comment et où se fait la synthèse, et de voir si une identité, une culture commune ne peuvent pas être définies à l’échelle du ministère.

54Au sein de l’équipe d’archives orales, chaque archiviste-oral se voit confier une direction, qu’il explore verticalement (du haut de la hiérarchie jusqu’à l’administrateur civil débutant) et sur la moyenne durée (1945 aux années quatre-vingt) ; le questionnaire jusque-là biographique et généraliste se voit infléchi par une grosse partie thématique directionnelle, sociologique et administrative ; le fil biographique de la carrière est néanmoins conservé.

  • 53  On notera que le fonds d’archives orales du Service historique de l’armée de l’Air et celui du Com (...)

55En parallèle, le programme « Histoire du ministère des Finances par ses directions d’administration centrale » est lancé officiellement et les archivistes-oraux se voient proposer de contribuer à ce programme, non seulement par la collecte de témoignages destinés à servir à d’autres, mais par des recherches personnelles sanctionnées par un diplôme universitaire (DEA ou thèse) ; c’est ainsi qu’en 1993, une petite dizaine de DEA, suivis l’année suivante de deux thèses en histoire et d’une thèse de l’Ecole des chartes sont mis en route, sous la direction de membres de la commission scientifique et du secrétariat scientifique. Les mêmes professeurs, membres du comité, qui avaient soutenu la constitution des archives orales, soutiennent maintenant les travaux d’histoire administrative, et ces derniers orientent désormais le contenu des entretiens. En 1994, le fonds s’élève à 2 000 heures d’enregistrement et à 190 personnalités interviewées ; en 1997, à 2 300 heures et à 210 témoins ; en 2 000 à 2 700 heures et 260 témoins53, ce qui fait des archives orales des Finances l’un des deux plus gros fonds français, avec celles du SHAA.

  • 54  Des chercheurs confirmés tels que N. Carré de Malberg ou G. Bossuat ont utilisé ce fonds d’archive (...)

56Cette organisation de l’équipe d’archives orales du ministère des Finances est toujours valable aujourd’hui, avec de nouvelles spécialisations en fonction des travaux doctoraux entamés successivement (direction du Trésor, direction des Finances extérieures, direction de la Prévision, direction de la Comptabilité publique, direction générale des Impôts, direction du Budget, Assurances). Le rythme d’accroissement des collections s’est ralenti depuis 1995-1996, et le fonds d’archives orales s’enrichit désormais au rythme des recherches faites autour de l’histoire des directions ou des services particuliers du ministère (par exemple le SGCI qui s’occupe de la construction européenne). Des enquêtes thématiques interviennent également en fonction des demandes du ministère ou de la communauté scientifique. Les chercheurs du Comité collectent les témoignages dont ils ont besoin pour leurs travaux et exploitent ceux qui ont été engrangés par d’autres depuis maintenant plus de dix ans. De ce point de vue, ce que Danièle Voldman pouvait qualifier d’encore assez peu usité, à savoir exploiter des archives orales constituées par des tiers, est aujourd’hui totalement acquis au Comité d’histoire du ministère des Finances. L’approche est donc aujourd’hui en grande partie mixte : constitution d’archives orales organisationnelles et professionnelles patrimoniales de long terme et exploitations thématiques partielles dans le cadre de travaux d’histoire universitaires ; histoire « vue d’en haut » pour les décisions de politique économique, histoire vue de « l’intérieur » pour l’appareil administratif du ministère des Finances, histoire « vue d’en bas » ou « du milieu » pour les services extérieurs. Les consultations des archives orales par des chercheurs externes sont également en hausse et malgré l’absence regrettable de catalogue publié, les chercheurs commencent à connaître l’existence de ce fonds d’archives orales et à y recourir54.

2La multiplication des opérations d’archives orales institutionnelles dans les années quatre-vingt-dix.

  • 55  Alors que le Service historique de l’armée de l’Air et le Service historique de la Marine ont préc (...)
  • 56  Nous nous attacherons de manière particulière à ces expériences, car elles correspondent à cette d (...)

57Les autres comités d’histoire qui se créent à partir du milieu des années quatre-vingt et tout au long des années quatre-vingt-dix sous des noms variés ne sont pas en reste et lancent à leur tour des programmes d’archives orales ou en adoptent le principe : le Comité d’histoire de la Radiodiffusion dès les années quatre-vingt, les groupes de travail sur l’histoire du CNRS qui préparent la création du Comité d’histoire du CNRS à la fin des années 1990, la CFDT dès 1985, le Comité pour l’histoire de l’Industrie dès 1988, relayé ensuite par l’Institut d’histoire industrielle, l’Institut pour l’histoire de l’Aluminium dès sa création en 1986... Les années quatre-vingt-dix voient surgir une cohorte de programmes : l’Association Georges-Pompidou, le Service historique de l’Éducation, les Archives historiques de Paribas, le Crédit lyonnais, puis suivent très vite les Caisses d’épargne, l’ONIC (Office national interprofessionnel des céréales), l’Association pour l’histoire de l’Agriculture, 1THESI (Institut des hautes études pour la Sécurité intérieure), le Comité d’histoire du ministère de la Culture, le Service historique de l’armée de Terre qui se rallie aux témoignages oraux en 199655, le Comité d’histoire de l’Équipement, le Comité d’histoire du Travail, l’INRA, le Comité pour l’histoire de l’Armement, La Poste, la SEITA et le Service historique de la Marine à partir de 2000, et nous en oublions certainement... Dans le Guide des comités d’histoire et des services historiques (SIG, 1999) qui compte plus d’une quarantaine d’organismes, la grande majorité d’entre eux affichent la réalisation ou la programmation d’archives orales (une petite dizaine d’entre eux seulement n’en parlent pas)56.

  • 57  C’est le cas des archives orales de Paribas, qui à l’origine constituées pour la publication d’un (...)

58Parmi les initiatives des comités d’histoire en matière d’archives orales, il faudrait commencer par distinguer celles qui relèvent d’une volonté de constituer des collections patrimoniales durables et celles qui se limitent à la collecte de témoignages ponctuels pour la réalisation d’un ouvrage ou d’un colloque. Cette distinction est néanmoins aujourd’hui datée, elle tend à s’estomper et s’appliquerait davantage aux archives orales des années quatre-vingt qu’à celles des années quatre-vingt-dix ; il est aujourd’hui difficile de faire admettre l’idée de constitution d’archives orales sans prévoir une quelconque exploitation, ne serait-ce qu’en termes de retour sur investissement pour l’institution productrice, et réciproquement, il arrive fréquemment aujourd’hui qu’une série d’entretiens enregistrés à titre ponctuel et à usage immédiat, éditorial notamment, soient soigneusement conservés et acquièrent avec le temps un statut patrimonial, notamment à la mort des témoins57.

59Parmi les collections patrimoniales des comités d’histoire et des services historiques logés dans les grandes organisations, on peut distinguer schématiquement trois grands types d’entreprises d’archives orales.

a. Des archives orales « vues d’en haut ».

  • 58  J.-P. Rioux, « Pour une histoire du temps présent », in Á la recherche du temps présent, CRDP d’Am (...)
  • 59  L’Institut d’histoire industrielle a pour méthode de constituer ses archives orales en fonction de (...)
  • 60  M.-T. Frank, « Pour une histoire orale de l’Education depuis 1945 », in Histoire de l’Éducation, n (...)
  • 61  Dans les statuts de l’Association Georges-Pompidou, la dimension patrimoniale est première : il s’ (...)
  • 62  Au Service des archives historiques du Crédit lyonnais, sous la direction de Roger Nougaret et de (...)
  • 63  Pour l’histoire des politiques de défense, plusieurs organismes conjuguent leurs efforts : le Cent (...)
  • 64  Le Comité pour l’histoire de l’Armement manie deux approches en matière de témoignages oraux : la (...)
  • 65  L’Association pour l’histoire de l’Agriculture, créée en 1997, a choisi, classiquement et devant l (...)
  • 66  Une trentaine de témoins ont été entendus dans le cadre du Comité pour l’histoire de l’Équipement. (...)
  • 67  Plus de 10 ans avant la création du Comité d’histoire du CNRS (1999), le CNRS, dans le cadre de so (...)
  • 68  La CFDT possède une collection d’entretiens biographiques concernant les dirigeants ou les acteurs (...)
  • 69  Dans la continuité des colloques organisés par le Comité d’histoire du ministère de la Culture sur (...)
  • 70  La SEITA, sous la direction de N. Carré de Malberg, a interviewé une quinzaine d’anciens et la col (...)

60Le premier modèle, qui est en quelque sorte le plus classique et qui est majoritaire parmi les comités d’histoire ministériels, est celui des « archives orales vues d’en haut », variante archivistique et patrimoniale de l’histoire orale « vue d’en haut » des années quatre-vingt ; ces archives orales « vues d’en haut » combinent la plupart du temps une approche thématique, que l’on pourrait schématiquement regrouper sous l’appellation « Étude des décisions stratégiques », et une démarche autobiographique ou biographique qui les apparente au genre des « mémoires parlées » selon l’expression de Jean-Pierre Rioux58. Ces archives orales concernent surtout les décideurs, les dirigeants et leurs proches (hommes politiques, chefs d’entreprise, banquiers, hauts fonctionnaires, intellectuels, etc.) et les politiques mises en œuvre par ces acteurs : histoire des grandes décisions de politique industrielle sous la IVe et la Ve République59, histoire des politiques d’éducation60, histoire de Georges Pompidou étendue à l’histoire des « années Pompidou »61, histoire des stratégies bancaires (le Crédit lyonnais et Paribas62), histoire des politiques de défense63, histoire des politiques d’armement64, avec un sujet en commun pour ces deux derniers secteurs qui est le domaine du nucléaire, histoire des dirigeants du monde agricole et des politiques publiques agricoles65, histoire des politiques économiques et financières, histoire des politiques de reconstruction, d’urbanisme et d’équipement66, histoire des politiques de recherche scientifique67, histoire des relations internationales, histoire du syndicalisme68, histoire des politiques culturelles69, histoire des entreprises publiques70...

  • 71  Deux ouvrages références en histoire orale peuvent leur avoir servi d’inspiration : l’ouvrage de F (...)

61Dans un tel type d’archives orales, c’est l’étude des processus décisionnels et des élites politiques, administratives et managériales qui est apparue comme l’angle d’attaque le plus intéressant et le plus mobilisateur pour les historiens71, tant en histoire économique qu’en histoire politique, en histoire d’entreprise qu’en histoire des relations internationales. Cette approche a l’avantage d’être familière aux historiens (c’est celle qui est pratiquée depuis vingt ans en histoire politique), les recoupements avec les archives écrites sont relativement aisés et la plupart des problématiques sont déjà en place ; enfin, elle est très gratifiante pour l’intervieweur qui trouve plaisir, consciemment ou inconsciemment, à interroger les « grands » de ce monde. La méthode la plus couramment utilisée est thématique, mais un fil biographique est parfois conservé, notamment lorsque la carrière de l’homme politique ou du décideur le justifie et qu’il témoigne de sa propre action. Ces archives orales pourraient être qualifiées de politiques ou de stratégiques ; pour ce qui concerne l’État, elles ont pour ambition principale de renouveler une histoire du politique et de nourrir une histoire des politiques publiques.

b. Des archives orales « vues de l’intérieur ».

  • 72  La mission Archives orales de l’ONIC a démarré en 1996 et en fonction du budget qui lui avait été (...)
  • 73  Une première campagne d’entretiens a été menée par Marie-Ange Rauch entre 1994 et 1996 sur la créa (...)
  • 74  Les Caisses d’épargne ont commencé des archives orales en 1995-96, sur l’initiative de Jean Borens (...)
  • 75  On a vu que le Comité d’histoire de l’Équipement, créé en 1995, a lui aussi le souhait de constitu (...)
  • 76  Le Comité d’histoire du ministère du Travail, installé en 1996, réfléchit depuis 1998 à la constit (...)
  • 77  L’INRA a mis en place une mission Archives en 1993 chargée de réfléchir au règlement du problème d (...)
  • 78  Le Comité d’histoire de l’Armement, créé en 1998, a démarré ses archives orales en 1999, sous la d (...)

62Le deuxième modèle, davantage inspiré des archives orales de la Sécurité sociale, est celui des archives orales institutionnelles, un modèle qui se développe lentement, car il exige plus de moyens et plus de temps ; c’est l’histoire organisationnelle à travers la mémoire de ses personnels et de ses hommes qui est privilégiée, ainsi que l’histoire des structures et des changements qui l’ont affectée, le tout inséré dans une histoire politique, économique ou sociale de la France : le ministère des Finances, les Armées, l’Office national interprofessionnel des céréales (ONIC)72, le Comité pour l’histoire du ministère de la Culture73, les Caisses d’épargne74, l’Équipement75, le Travail76, 1TNRA77, la Délégation à l’Armement78 ont intégré ou souhaitent intégrer une dimension institutionnelle et sociologique dans leurs programmes d’archives orales.

  • 79  E. Feller et M.-F. Charrier, « L’action sociale aux chemins de fer dans la première moitié du xxe  (...)

63La mémoire de micro-services peut également être privilégiée au sein d’institutions ou d’entreprises très vastes, comme par exemple à la SNCF où un groupe de travail sous la direction d’Élise Feller collecte la mémoire du service social, service qui a été pionnier en matière sociale mais dont les origines et les développements restaient jusqu’ici mal connus79.

64Les aspects « internes » ou « externes » sont plus ou moins développés d’un programme à l’autre, suivant la taille de l’organisation, son insertion dans l’actualité politique et économique du temps, suivant le secteur économique dans lequel elle est intégrée et suivant la nature de ses activités, administratives, industrielles, scientifiques, commerciales ou de service. Le questionnement est de façon générale équilibré autour de trois axes, les acteurs, les structures (organisation, institution, pouvoirs, fonctionnement concret) et l’action, le tout dynamisé par des problématiques articulant les permanences et le changement.

65On peut essayer de distinguer les administrations et les entreprises, mais la balance penche de façon écrasante du côté des institutions publiques en matière de collections d’archives orales patrimoniales. Du côté des administrations, les aspects prosopographiques, organisationnels, administratifs, politiques sont naturellement davantage présents ; du côté des entreprises, les activités, les produits, les activités de production, les systèmes de gestion, les personnels, les aspects d’innovation, les stratégies sont prioritairement traités. Les archives orales de l’administration ou des Armées sont plus souvent à base de récits de carrière alors qu’elles sont peut-être plus souvent thématiques pour les entreprises : la longueur des entretiens, conséquence de la méthode biographique, semble en effet poser moins de problèmes dans le public que dans le privé, probablement en raison des coûts de main-d’œuvre et de facilité de procédure (il est plus facile à une administration de recruter des vacataires, d’employer des archivistes ou des scientifiques du contingent qu’à une entreprise privée), d’une moindre contrainte budgétaire mais peut-être plus encore pour des raisons culturelles : le phénomène de carrière est véritablement un trait structurant de l’univers professionnel et mental du fonctionnaire ou du militaire (avancement, mobilité, ancienneté, mérite, tableau, promotion, alternance de postes de commandement et de postes fonctionnels, importance de la « sortie », de la seconde carrière et du « débouché », etc.) et cela n’étonne jamais un ancien fonctionnaire ni d’ailleurs un responsable administratif de se voir proposer une méthode d’interview basée sur le récit de carrière.

66Toutefois, en dépit de ces différences public/privé, on constate depuis quelques années une uniformisation des programmes qui va plutôt dans le sens de la conservation patrimoniale systématique et d’une multiplication des entretiens de carrière approfondis ; en outre, la mise en place de conventions collectives, la structuration hiérarchique et pyramidale du monde des cadres et le rapprochement des profils des dirigeants du public et du privé dans les années soixante-dix et quatre-vingt (le modèle des grandes écoles), favorisent l’adoption de la méthode du récit de carrière.

  • 80  La prosopographie est à l’origine la science auxiliaire de l’histoire ancienne, qui étudie la fili (...)
  • 81  M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éd. du Seuil, 1963 ; A. Darbel et D. Schnapper, Le (...)
  • 82  Cf. par exemple les travaux de N. Carré de Malberg sur l’inspection des Finances. Dans le cadre de (...)
  • 83  Esprit de corps : « Cet ensemble de vues, de traditions et de sentiments » (Rapport de J. Ferry ci (...)
  • 84  Les « doctrines » sont constituées de connaissances et de manières de penser sur un sujet, constru (...)
  • 85  On peut citer principalement deux « idéologies » pour la haute fonction publique : celle de l’inté (...)
  • 86  M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Éd. du Seuil, 1977 et E. Friedberg, Le (...)

67Dans l’administration, on l’a dit, l’approche prosopographique est souvent sollicitée, on pourrait même dire qu’elle est mère de l’histoire administrative80 ; bien connue en histoire, elle se combine admirablement, sous réserve de quelques adaptations, avec la méthode du récit de vie des sociologues et s’applique particulièrement bien à la multitude de corps particuliers qui segmentent le corps administratif et à la complexité de l’organisation de l’appareil de l’État81 ; elle permet l’adoption de microprogrammes différenciés, par corps82, par directions ou par services. Des approches thématiques peuvent venir ensuite enrichir le questionnaire, de manière à englober le fonctionnement du système tout entier. Reprenant à leur compte les acquis de la sociologie des organisations, des sciences de gestion et des sciences administratives, les archives orales peuvent quitter les sommets des élites décisionnelles, s’enfoncer dans les administrations centrales et dans les bureaucraties déconcentrées, se déplacer vers des groupes de fonctionnaires moins étudiés et se focaliser sur de nouveaux thèmes, tels que le fonctionnement et l’évolution de « sous-systèmes administratifs » ; elles peuvent mettre l’accent sur le recrutement, l’acquisition du métier et des compétences, la formation et la structuration de cultures spécifiques, les pratiques, les outils de gestion et les procédures, l’organisation et les méthodes, les « esprits de corps »83, les « doctrines »84, les systèmes de valeurs, les « idéologies »85, les stratégies et les rapports de pouvoir86...

  • 87  G. Thuillier, « Pour une prospective de l’histoire administrative contemporaine », Mouvement socia (...)

68D’une manière générale, ces archives orales institutionnelles souhaitent préparer la revitalisation de l’histoire de l’État et l’émergence d’une histoire administrative « en épaisseur »87, ainsi que nourrir le développement de l’histoire des organisations en général. L’avenir et les travaux qui seront menés à partir de ces archives orales en croisement avec les archives administratives diront si les espérances de leurs promoteurs auront été satisfaites. C’est à cette seconde partie du programme que les comités d’histoire les plus anciens doivent s’atteler maintenant : après avoir constitué leurs collections d’archives orales, il leur reste à faire en sorte que ces dernières soient correctement exploitées et qu’elles démontrent ainsi définitivement leur validité par l’utilisation qui en sera faite !

  • 88  Les archives orales de la Sécurité sociale ont attendu 20 ans pour trouver leur utilisateur : Brun (...)
  • 89  Au Comité, les archives orales ont démarré en 1988, les premières thèses d’histoire administrative (...)
  • 90  De ce point de vue, plusieurs thèses d’histoire, anciennes ou récentes, font une utilisation abond (...)

69Or, le « bouclage » scientifique d’un programme d’archives orales, du démarrage de la collecte à la soutenance de thèse, est terriblement long : il faut compter quatre ans pour réaliser un programme d’archives orales conséquent (un an de préparation et de rodage, deux ans d’enquête et une cinquantaine de personnes interviewées, un an de transcription, de valorisation et de publicité) ; et il faut compter cinq années supplémentaires pour faire aboutir une thèse d’histoire utilisant ces mêmes archives orales88. Ces délais d’investissement intellectuel expliquent en partie l’abondance des publications méthodologiques et la rareté relative des travaux d’exploitation89 ; ils interdisent aussi de mesurer encore véritablement l’impact des archives orales sur la recherche historique ; certes, on peut faire une tentative d’évaluation à partir des colloques organisés par les comités d’histoire et à partir des articles ponctuels publiés depuis dix ans utilisant la source orale, mais pour nous, le vrai bilan méthodologique et historiographique des archives orales ne pourra se faire qu’après la soutenance des thèses ayant utilisé de façon conséquente ces sources ; c’est là que se joue véritablement le sort des archives orales : évaluation de leur intérêt historique, légitimation scientifique et universitaire90, élaboration d’une déontologie du témoignage et du respect du témoin, encouragements institutionnels et scientifiques à poursuivre la collecte...

c. Des archives orales « vues d’en bas ».

  • 91  Cette distinction entre les interviewés conçus comme acteurs et les interviewés comme témoins nous (...)

70Le troisième type d’archives orales est celui hérité ou dérivé de « l’histoire orale vue d’en bas » avec la constitution de collections de « récits de vie », consacrés aux silencieux de l’histoire ou aux anonymes, enrichi de nouvelles problématiques centrées autour de la notion de métier ; cette dernière thématique, qui vient renouveler l’histoire sociale et l’histoire du travail, et qui nous vient aussi des sciences de gestion, permet de mixer une approche d’histoire du travail (qui exerce ce métier et comment ?), une approche institutionnelle (dans quel cadre, dans quel environnement et selon quelles contraintes ce métier se développe-t-il ?) et une approche sociologique centrée sur les pratiques et les représentations. Dans ce type d’archives orales, ce sont les acteurs qui sont placés au centre de la démarche et non plus l’institution (modèle n° 2) ou la « grande » histoire, sur laquelle on leur demanderait de témoigner (modèle n° l)91.

  • 92  Le programme d’archives orales de l’INRA intègre dans ses problématiques d’interview un axe de tra (...)

71Ce type d’archives orales passe généralement par la méthode du récit de vie, mais pas seulement, et se développe dans les très grandes organisations, caractérisées par un très grand nombre d’agents, notamment de catégorie intermédiaire, et par une dissémination sur l’ensemble du territoire : les grands services publics, les grandes entreprises notamment nationales, les services administratifs, les services déconcentrés des grands ministères régaliens, les institutions de recherche92, les professions sociales ou de santé, les enseignants...

  • 93  On citera dans un genre assez proche, la constitution en cours sous la direction de Marcel Grandiè (...)
  • 94  Dans le cadre du tricentenaire de la fondation de l’hôpital de Saint-Jean-d’Angély, un partenariat (...)
  • 95  Cf le Comité d’établissement de l’aérospatiale, Châtillon-sous-Bagneux, Mémoire d’usine, soixante (...)
  • 96  Cf. M. Ropars, Tranches de vie de mairie, Éd. Ikon, 1998. Cet ouvrage réunit les témoignages d’une (...)
  • 97  Cf. les travaux d’E. Feller sur le service social à la SNCF, déjà cités.
  • 98  Certains comités ou services historiques bénéficient de structures-relais en province : l’associat (...)

72Les difficultés méthodologiques et logistiques propres aux grands nombres expliquent le nombre relativement faible de ce type de réalisations au sein des comités d’histoire généralement liés aux structures centrales et parisiennes ; de telles archives orales supposent des partenariats avec des structures de recherche expérimentées dans ce type d’enquête (le concours de laboratoire de recherche en sciences sociales s’avère indispensable, ne serait-ce que pour la détermination du corpus-cible) ou bien des « fragmentations » régionales et locales, à l’échelle d’un département, d’un établissement93, d’un hôpital94, d’une usine95, d’une collectivité locale96, d’un service97 ; ce type d’enquête suppose une logistique importante, un réseau de correspondants actifs ou une très bonne intégration universitaire, ce qu’un Comité d’histoire ne possède jamais d’emblée98.

  • 99  L’IHESI, créé en 1989 et confronté au « vide créé par la curieuse gestion de certaines archives », (...)
  • 100  Cf. M. Gardet, V Peyre, F. Têtard (dir.), Elles ont épousé l’éducation spécialisée. Educatrices et (...)
  • 101  Le Comité d’histoire de la Poste réfléchit depuis quelques années à la constitution d’archives ora (...)
  • 102  E. Feller, « Agents et retraités des Transports parisiens, trajectoires individuelles et changemen (...)
  • 103  À ce sujet, consulter la bibliographie très abondante de G. Ribeill.
  • 104  J.-M. Berlière, « L’histoire orale : les récits de vie des policiers », Les Cahiers de l’IHESI, (...)

73On peut citer à titre d’exemples la collecte des récits de vie de policiers conservés à l’IHESI99 ou, dans la même inspiration que les travaux de Yvonne Kniebielher sur les assistantes sociales et les sages-femmes, la collecte par le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée (CNAHES) des témoignages d’éducateurs, d’éducatrices et de femmes d’éducateurs dans les années quarante-cinquante100. Le Comité pour l’histoire de la Poste semble avoir également choisi cette optique, en s’intéressant aux métiers de la Poste, à celui de receveur (thèse d’Odile Join-Lambert, EHESS, 1999), et maintenant à celui des postières101... La mission Mémoire de la RATP s’intéresse également aux anciens agents de la Régie et cherche à croiser dossiers de personnel102 et témoignages, la SNCF se penche sur ses assistantes sociales et ses cheminots103, l’IHESI sur ses policiers104...

  • 105  Intervention de M. Le Roux à notre séminaire le 9 juin 1999.

74Ces archives orales gardent parfois une coloration quelque peu militante ou du moins, plus « participante » ; même si elles constituent des collections patrimoniales cohérentes, elles portent encore souvent l’appellation « histoire orale » ; la notion de transmission de mémoire et d’expérience aux générations futures ou de transmission d’identité professionnelle ou sociale y joue un rôle important et la notion de « restitution de la parole » aux acteurs demeure une préoccupation des chercheurs (cf. Muriel Le Roux responsable de la publication du recueil de témoignages des receveurs des Postes en Afrique du Nord105).

  • 106  C. Gorgeon, « L’Institut des hautes études de la Sécurité intérieure », Bulletin de l’IHTP, n° 58, (...)

75Ainsi de façon significative, à l’IHESI, la collecte des récits de vie des policiers des années trente aux années soixante a été effectuée par des policiers volontaires, qui après une formation méthodologique, historique et sociologique, ont mené l’essentiel du travail, depuis la mise au point du guide d’entretien jusqu’à la transcription. Le responsable de la campagne s’exprime ainsi sur les buts « secondaires » de l’entreprise : « Nous avons voulu que cette campagne de recueil de récits de vie soit aussi une réflexion de toute une institution sur sa propre histoire, la réappropriation d’un passé méconnu et ignoré, voire refoulé. Pour que cette découverte de leur propre passé revête le caractère pédagogique et cathartique souhaité, il a semblé que le meilleur moyen serait que des policiers soient étroitement associés au processus »106.

  • 107  Y. Renouard « La notion de génération en histoire », Revue historique, n° 1, 1953. A. Kriegel, « L (...)

76Les trois types d’entreprises d’archives orales décrits ci-dessus peuvent bien évidemment se confondre, se combiner, se succéder dans le temps ou cohabiter de façon juxtaposée : le ministère des Finances conduit ainsi plusieurs programmes en parallèle, à savoir la poursuite de la collecte de matériaux biographiques sur l’Inspection générale des Finances, un programme consacré à l’histoire de l’administration centrale des Finances et des programmes plus ponctuels sur telle réforme ou sur telle décision de politique économique ou financière ; c’est aussi le cas des Services historiques des Armées qui combinent divers programmes d’interview... De façon générale, on retiendra qu’au-delà de la méthode du récit de vie ou de carrière adoptée spécifiquement par un certain nombre d’organismes, la dimension biographique est souvent présente, ne serait-ce que sous une forme allégée, en raison des exigences bien comprises d’une critique des témoignages qui se veut rigoureuse (il faut savoir qui parlé), de l’importance accordée unanimement à la période de formation et d’insertion dans l’univers professionnel, de la prégnance du modèle ascendant de la carrière, et de la banalisation de la problématique générationnelle107.

  • 108  Par exemple pour le seul ministère des Finances, en 1944, on trouve la création de la Caisse centr (...)
  • 109  Les réformes de la refondation étatique gaullienne sont nombreuses : pour ne citer que quelques ex (...)
  • 110  Par exemple ont été fêtés le bicentenaire de la Banque de France, du Conseil d’État, du Corps préf (...)
  • 111  La même propension commémorative existe dans les entreprises, la date-anniversaire de création éta (...)

77Enfin, dernier type d’archives orales, on trouve le cas d’archives orales créées à titre commémoratif ou d’archives orales sur lesquelles vient se greffer une dimension commémorative, alors même que le programme était conçu à l’origine comme strictement patrimonial ou scientifique. C’est parfois ce qui s’est passé dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, lorsque l’administration toute entière est entrée à la fois dans la commémoration des innovations de la Libération et des débuts de la IVe République108, de la modernisation gaullienne109 de 1958-1966 et des fondations napoléoniennes110 ; ce phénomène a dans l’ensemble plutôt contribué à renforcer les comités existants, parfois à en créer de nouveaux, tout en les tirant vers une fonction commémorative qu’ils n’avaient pas forcément à l’origine111.

78Dans ce contexte de célébration des « grands fondateurs », les archives orales ont soulevé un intérêt nouveau de la part des institutions commémorantes et sont apparues comme un instrument d’intégration institutionnelle intéressant : fonder une communauté d’appartenance, insister sur les cohésions et les continuités, mettre en valeur la durée et la capacité à durer de l’institution ; célébrer les « pionniers » et les « grands ancêtres »...

  • 112  Cf. pour le Comité pour l’histoire économique et financière, la Journée témoins sur le Plan Marsha (...)

79Mais, ordonnés à des fins « appliquées » et soumis à un calendrier resserré, les entretiens se sont révélés peu maniables et lents à exploiter, car ces entretiens, il faut le temps de les réaliser, le temps de les transcrire puis de les réécrire ! Le fait de constituer des archives orales patrimoniales, dont on savait pertinemment qu’on n’aurait probablement pas le temps de les exploiter pour la date anniversaire, était-il un acte symbolique suffisant pour régler sa dette envers le passé et envers les « anciens », était-ce suffisamment probant et marquant pour les acteurs du présent ? Non, il fallait faire plus et « plus » public : dès lors, à la campagne d’archives orales réalisées dans le secret de l’entretien bilatéral s’est ajoutée, désormais incontournable, l’organisation de « journée-témoins »112, au cours desquelles historiens et anciens acteurs dialoguent publiquement sur un thème donné et défrichent ensemble un passé récent ; la difficulté de l’exercice réside alors clairement dans le dosage subtil entre scientifiques et témoins, entre débats contradictoires et monologues justificateurs, entre évaluation et autocélébration, entre « acte de mémoire » et examen réflexif. La tentation fait jour parfois de qualifier ces manifestations de travail historique, ce qui revient à retomber dans le péché « d’histoire orale » première manière ; faut-il redire que dans ces colloques, comme dans les archives orales, on ne recueille de la part des témoins que des matériaux intermédiaires, dans des conditions de production particulièrement délicates, compte tenu du fait qu’il s’agit d’une prise de parole publique, et que ces témoignages demanderaient à être particulièrement explicités et critiqués.

80Quoi qu’il en soit, que les archives orales soient patrimoniales, commémoratives, institutionnelles, prosopographiques, thématiques ou « participantes », il est surtout très important de définir explicitement leurs objectifs et de faire les choix méthodologiques adéquats en connaissance de cause. Nous traiterons de l’ingénierie des archives orales et des questions méthodologiques dans la seconde partie.

  • 113  Inventaire des témoignages, Service historique de l’armée de l’Air, 4 volumes, 1988-2000 ; M. Vigi (...)

81Avec l’émergence et l’étoffement de ce pôle néo-patrimonial, les archives orales atteignent une masse critique, à la fois en volume et en qualité, ce qui leur donne à la fois visibilité et crédibilité. D’un point de vue méthodologique et professionnel, les comités d’histoire et les services historiques ont élaboré, en plus de vingt-cinq ans de pratique un corpus de doctrines et de méthodes qui sont désormais relativement éprouvées et respectées par la majorité des intervenants dans le secteur, en harmonie avec celles des Archives nationales dont ils partagent la philosophie globale. Aujourd’hui, les plus gros centres d’archives orales commencent à publier des instruments de recherche et des catalogues113, ce qui va encore contribuer à faire connaître les richesses de cette source et à la légitimer archivistiquement. En matière technique également, les progrès ont été notables entre le gros magnétophone à bandes des années soixante-dix et quatre-vingt, et les cassettes DAT, les mini-discs, les cédé-audios ou les cédéroms qui ont fait leur apparition depuis cinq ans environ ; ces nouveaux outils numériques ouvrent des possibilités tout à fait intéressantes en matière de mise en réseau des sources et d’instruments de travail et d’exploitation.

  • 114  C’est le cas par exemple d’A. Wieviorka pour sa thèse sur la mémoire de la déportation, cf. A. Wie (...)

82Le débat « histoire orale/archives orales » tend à s’estomper, d’autant plus dépassé que les archives orales constituées dans les grands ministères, dans les entreprises ou dans les institutions traditionnelles patrimoniales sont toutes plus ou moins rattachées à des programmes de recherche universitaire ou scientifique ; intégrées dans la recherche en cours, elles acquièrent un statut comparable aux autres sources et se normalisent aux yeux des scientifiques. Réciproquement, les chercheurs individuels ou les laboratoires de recherche en histoire ou en sciences sociales acquièrent petit à petit le réflexe de déposer, une fois leur thèse ou leur recherche collective achevée, les témoignages qu’ils ont collectés aux Archives nationales ou dans les archives départementales114. En outre, la rigueur des temps budgétaires et la nécessité d’un retour sur investissement n’autorisent plus la constitution d’archives orales sans que soit prévue d’une façon ou d’une autre une exploitation à court ou à moyen terme, ou du moins une valorisation de cette source.

  • 115  L. Starr, « Oral History », Encyclopedia of Library and Information Science, Marcel Dekker Inc., N (...)

83Au-delà de la dispute entre histoire orale et archives orales, les sources orales, normalisées, banalisées commencent à trouver une place qui n’est ni de seconde zone ni de simple appoint aux côtés des sources écrites, et cherchent à se donner les moyens de revendiquer un statut identique à ces dernières pour la production de connaissances spécifiques ou pour l’émergence de problématiques nouvelles. « Plus qu’un outil et moins qu’une discipline » pour reprendre l’expression de Louis Starr115, elles sont tout simplement une source nouvelle et un moyen efficace « d’allonger le questionnaire » de l’historien.

Notes

1  La Journée d’étude de la FNSP de 1977, la Table ronde de l’IHTP de 1986, par exemple, pour ne citer que deux exemples...

2  De façon schématique, nous aurions tendance à dire qu’il y a l’histoire orale avant et après Dominique Schnapper, comme il y a le récit de vie avant et après Daniel Bertaux. Cet impact méthodologique et intellectuel fort s’explique par le caractère innovant de l’expérience, par la position institutionnelle de Dominique Schnapper, membre d’une des institutions de recherche les plus dynamiques de son temps, sociologue confirmée, disposant de plusieurs tribunes d’expression, mais aussi par la qualité de sa réflexion, à la croisée de l’histoire, de la sociologie et des archives. Les Services historiques des Armées, qui se montrent également innovants dans ce domaine, adoptent pour leur part un comportement plus discret, mais participent activement aux congrès internationaux d’histoire orale. Quant aux Archives nationales, malgré l’enthousiasme et la persévérance de Chantai de Tourtier-Bonnazzi, une fois passée la première période d’engouement pour les « nouvelles archives », il faut bien dire que les archives orales ont mis un certain temps à percer au sein de l’institution de façon officielle et à faire l’objet d’une promotion systématique.

3  Général Charles Christienne, « L’histoire orale au SHAA », Actes du IVe Colloque international d’histoire orale, Aix-en-Provence, 1982, p. 17-24.

4  Intervention à notre séminaire de F. de Ruffray responsable de la section Histoire orale au SHAA en 1990 et en 1997.

5  M.-C. Dubreil-Villatoux, « Algérie 1959-1960 : souvenirs d’aviateurs », Revue historique des Armées, n° 3, 1995.

6  M.-C. Dubreil et F. de Ruffray, « Témoignages oraux, Suez », Air Actualités, juin 1996 ; M.-C. Dubreil et F. de Ruffray, « Suez : des aviateurs témoignent », Revue historique des Armées, n° 2, 1997.

7  Préface au tome IV de l’Inventaire, p. 3, général Silvestre de Sacy, SHAA, mars 2000.

8  M. Vigie, introduction au Catalogue des archives orales du SHM et « La Marine et le magnétophone », m Revue historique des Armées, n° 4, 1986, p. 107-118.

9  De ce point de vue, Marc Vigie, à l’inverse de Dominique Schnapper, ne disqualifie pas l’entretien-déclaration qui exprime en quelque sorte l’identité officielle du témoin et son message justificateur, mais le prend en compte en tant que tel, car c’est là que trouveraient à s’exprimer l’identité et la mémoire collective du groupe.

10  C’est une des rares expériences d’archives orales institutionnelles qui revendique la méthode de l’entretien non directif.

11  M. Vigie, « La Marine et le magnétophone », in Revue historique des Armées, n° 4, 1986, p. 110. M. Vigie parle d’auteur pour le témoin et de créateur pour l’intervieweur.

12  M. Vigie, « La Marine et le magnétophone », op. cit., p. 109.

13  C. de Tourtier-Bonnazzi, « Les archives orales : quelques réflexions sur leur genèse », Gazette des archives, n° 115, 1981, p. 246-250 ; en collaboration avec E. Gautier-Devaux, « Les archives de France et les archives orales », IVe Colloque international d’histoire orale, 1982, p. 4-16 ; « Les Archives nationales et les sources orales », Actes du XXVIIe Congrès national des archivistes français, Paris, Archives nationales, 1986 ; « La collecte des témoignages oraux », Gazette des archives, n° 139, 1987, p. 249-252 ; (dir.), Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990. Intervention d’A. Callu à notre séminaire le 5 mai 1999 et au séminaire de l’École du Patrimoine, à La Rochelle, le 22 septembre 1999.

14  Article 1 : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne [...] et par tout service [...] dans l’exercice de leur activité ». Sur ce sujet, J.-L. Delmas, « L’élargissement de la notion de source », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien 1945-1995, Paris, MSH, 1995, p. 111-117.

15  Le XXVIIe Congrès des archivistes français en 1985 porte sur « les archives audiovisuelles » (Paris, Archives nationales, 1986) ; XXVIIIe congrès en 1986 porte sur « Les nouvelles archives, formation et collecte » (Paris, Archives nationales, 1987).

16  Le fait que les archives orales des Archives nationales soient nées au sein des archives privées a certainement aiguillé les responsables sur la voie de la définition des archives orales comme archives privées et non comme archives publiques ; le régime de communicabilité qui en découle est de fait nettement différent : aucun délai de réserve déterminé n’est imposé au témoin, un contrat de communicabilité et d’exploitation en revanche est à instituer entre le témoin et l’institution dépositaire (voir infra le chapitre sur la question juridique pp. 377-396). On notera que les archives orales du Service historique de l’armée de Terre (SHAT) ont trouvé également leur origine dans le département des Archives privées, réunies aujourd’hui sous la même responsabilité, celle de Hervé Lemoine, ce qui est parfaitement cohérent. Signalons que les recommandations faites dans le cadre de l’Avis du Conseil économique et social sur les témoignages oraux (JO, 17 janvier 2001) proposent de revenir sur cette qualification juridique en assimilant les archives orales recueillies auprès d’un fonctionnaire à des archives publiques, et de ce fait soumises à la loi de 1979.

17  Chantal de Tourtier-Bonnazzi a longtemps été la seule à faire des entretiens et bien sûr, jamais à plein temps ; aujourd’hui, la situation est en définitive sensiblement la même : Agnès Callu est seule pour s’occuper de cette cellule « Témoignages oraux » ; les collections s’accroissent surtout, en réalité, grâce aux dépôts d’enquêtes et grâce à des partenariats extérieurs. Il semble que malgré les professions de foi et les déclarations-manifestes, malgré les progrès institutionnels et réels de la source orale, les témoignages oraux rétrospectifs peinent encore à faire entendre leur petite voix aux Archives nationales. La saisine du Conseil économique et social devrait permettre de donner un nouvel élan aux archives orales au sein des Archives nationales et suscite beaucoup d’espoirs de la part de ses experts-rapporteurs.

18  J.-J. Becker, A. Callu et P. Gillet, La Quatrième République : des témoins pour l’histoire, Paris, Honoré Champion, 1999.

19  Les informations que l’on vient de lire sont tirées de la présentation qu’a faite Agnès Callu des collections de témoignages oraux des Archives nationales au cours d’une séance de notre séminaire le 5 mai 1999.

20  Cf. les conventions de dépôt nouées entre les archives départementales et le CREHOP à l’université d’Aix-en-Provence.

21  E.  Gautier-Desvaux, « Des récits de vie aux radios locales. Les expériences multiformes des Archives territoriales », in C. de Tourtier-Bonazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990, p. 33-43.

22  On citera pour exemple l’association MEMOR (Mémoire de l’Occupation et de la Résistance en zone interdite) qui réalise des enquêtes orales dans la région Nord-Pas-de-Calais.

23  Interview de personnalités locales : syndicalistes, hommes politiques, décideurs ou artistes locaux.

24  Citons par exemple l’association « Mémoire collective en Béarn » qui réalise un travail de fonds auprès des représentants des différentes communautés, rurales, paysannes, villageoises et des anciens métiers (publication de Cahiers thématiques reproduisant les témoignages collectés sur les Béarnais en Amérique, dans la guerre, en captivité, pendant la guerre d’Espagne ; sur le vêtement, l’école et les instituteurs, les artisans, etc.).

25  Intervention de E. Bosman, directeur des archives départementales du Val-de-Marne aux Journées de l’École du Patrimoine, 22-24 septembre 1999 à La Rochelle, à paraître.

26  Intervention d’A. Magnien, directeur des Archives de Seine-Saint-Denis, aux Journées de l’École du Patrimoine, 22-24 septembre 1999 à La Rochelle, à paraître.

27  C. Oudin, conservateur au ministère des Affaires étrangères, intervention aux Journées de l’École du Patrimoine, 22-24 septembre à La Rochelle, à paraître.

28  Le Centre de Colmar a décidé d’adopter le nom d’archives orales (cotées AOR).

29  Pour en savoir plus, S. Einhorn-Heiser et C. Lorentz, « Les archives orales du Centre des archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche. Bilan de deux années de collecte », Gazette des archives, n° 182-183, 3e et 4e trimestre 1998.

30  Les fondations à la mémoire d’un homme politique sont de ce point de vue aussi bien placées que les services d’archives officiels, voire mieux, puisque les archives « privées » qu’elles possèdent peuvent devenir accessibles par simple autorisation des déposants ou des mandataires.

31  L’opposition aux témoignages oraux exprimée par J.-J. Becker lors de la table ronde organisée par l’IHTP sur les questions de méthode en 1986, peut être tenue pour exemplaire de l’attitude et du discours plus ou moins explicite des professeurs d’histoire contemporaine et illustre selon nous les réticences qui demeurent dans l’école historique classique (cf. « Le handicap de l’a posteriori », p. 95-97, Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987). Mais il n’est pas le seul : en janvier 1986, lors de sa soutenance de thèse sur les khâgneux et les normaliens de l’entre-deux-guerres, Jean-François Sirinelli a également réfuté les témoignages oraux pour cause de défaillances de la mémoire et de non-fiabilité et Marc-Olivier Baruch pour sa thèse sur l’État sous Vichy, dix ans plus tard a fait de même. Il est vrai que dans les deux cas, un long délai s’était écoulé entre les faits et l’étude de ces mêmes faits, et que les témoins directs étaient à la fois fort âgés et fort peu nombreux.

32  De ce point de vue, le clivage entre les défenseurs d’une exploitation différée des archives orales, dont le chef de file serait Guy Thuillier, et les historiens-oraux, partisans d’une accessibilité rapide aux témoignages reste prégnant ; les termes du débat n’ont guère changé depuis 1980.

33  Sur la quarantaine d’organismes d’animation patrimoniale ou historique répertoriés dans le Guide des comités et des services historiques, plus d’une trentaine ont mis à leur programme de travail ou ont déjà réalisé des collectes de témoignages.

34  Hormis le Quai d’Orsay, où c’est un universitaire, professeur d’histoire des relations internationales qui réalise les interviews, en collaboration il est vrai avec un conservateur d’archives du ministère des Affaires étrangères, il faut bien noter que, du moins dans la première période de floraison des comités, ce ne sont pas les universitaires qui ont pris l’initiative de lancer des programmes d’archives orales, pas plus qu’ils ne les ont gérés ; au mieux, ils ont participé à leur conception au sein d’un comité de pilotage, quand il y en avait un, ou en adoptant une position de consultant externe ; la plupart du temps, ces programmes ont été conçus par des généralistes (diplômés de l’IEP de Paris, agrégés d’histoire, normaliens, professeurs du second degré, chartistes, membres actifs de l’institution, retraités de l’institution) recrutés à cet effet, et réalisés par des archivistes-oraux possédant le même profil. Ce n’est que dans un second temps (la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix) que les universitaires se sont rapprochés et ont collaboré de façon plus étroite aux archives orales soit en prenant le pilotage scientifique en direct (par exemple, à l’Association Georges-Pompidou), soit en réalisant des interviews eux-mêmes (Robert Frank au Comité pour l’histoire économique et financière).

35  G. Thuillier, « Archives et mémoire de la nation : pour une politique des archives orales », Revue administrative, 1988, p. 563-567.

36  Cette expression de « vécu » administratif qui revient sans cesse sous sa plume est un des points communs que Guy Thuillier a avec ses concurrents de « l’histoire orale » ; ce n’est pas totalement étonnant, il y a des mots d’ordre et des « airs du temps » qui sont suffisamment prégnants pour s’imposer d’un bout à l’autre de l’éventail intellectuel et scientifique.

37  Il a été « passé » aux archives orales par le Comité pour l’histoire économique et financière en 1996-1997 (comme on passe à la question).

38  G. Thuillier, L’être administratif et l’imaginaire, Paris, Économica, 1982 ; « Comment faire une histoire psychologique de l’administration ? », « La collecte des récits autobiographiques », « Pour une anthropologie administrative », « Archives orales et psychologie administrative », textes parus dans la Revue administrative ou dans l’Annuaire de l’EPHE (Sciences historiques) repris dans Pour une histoire de la bureaucratie, Paris, CHEFF, 1999.

39  Les mots en italique sont soulignés par Guy Thuillier lui-même.

40  C’est Dominique Schnapper qui assure la formation de l’équipe des archivistes-oraux recrutée en mai-juin 1988.

41  Discours d’inauguration prononcé par Edouard Balladur, ministre des Finances, le 17 février 1988.

42  Pouvons-nous dévoiler que le discours du ministre a été rédigé à partir d’au moins quatre contributions différentes ; celle de Guy Thuillier que nous ne présentons plus, celle de Michel Bruguière, historien des élites financières au xixe siècle, celle de Florence Descamps, secrétaire scientifique du tout nouveau comité, celle de Jean Bontoux, secrétaire général du comité, administrateur civil au ministère des Finances, et qu’il a été visé par Nicolas Tenzer, membre du cabinet d’Edouard Balladur, normalien, et chargé des discours du ministre... !

43  N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des Finances de la première guerre mondiale à nos jours », Revue historique, avril-juin 1981 ; « Les attachés financiers en 1938 et leur perception de la puissance économique de la France », Relations internationales, n° 33, 1988 ; « Pourquoi devient-on inspecteur des Finances de 1913 à 1946 ? », Études et documents, III, CHEFF, Paris, 1991.

44  F. Descamps, « Une contribution à l’histoire du Plan Marshall : la mémoire des hauts fonctionnaires », in Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe, CHEFF, Paris, 1993.

45  A cet égard, nous avons suivi en très large partie les conseils de Mme Bonnazzi et adopté le modèle de contrat des Archives nationales, du moins au départ.

46  F. Descamps, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière ou la fabrication d’une source », Études et documents, III, CHEFF, Paris, 1991, p. 511-531.

47  Discours de P. Bérégovoy, lors de la 3e séance plénière du Comité en juin 1990.

48  Colloque, La France et l’outre-mer. Un siècle de relations monétaires et financières, colloque tenu à Bercy les 13, 14 et 15 novembre 1996, CHEFF, 1998 ; journée d’études La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur ou témoin ? Journée d’études tenue à Bercy, le 10 juin 1997, CHEFF, 1998 ; colloque Le rôle des ministères des Finances dans la construction européenne, mai 1999, à paraître.

49  Il a été fait auparavant une enquête pour retrouver des souvenirs d’agents du Trésor public ; l’un des rares exemples a été réédité dans la collection « Mémoire » du Comité dans laquelle jusqu’alors, seuls des souvenirs de hauts fonctionnaires centraux avaient été publiés : Marcel Mompezat, Journal d’un percepteur, Paris, CHEFF, 1993. Le succès de cette édition a également aiguillé le secrétariat scientifique du comité sur la voie du concours autobiographique littéraire.

50  Blanche Py, Blanche. Mémoires d’une employée du Trésor public, Paris, CHEFF, 1995 ; Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des Contributions directes, Paris, CHEFF, 1998.

51  En attendant la publication du recueil de morceaux choisis, on peut se reporter à C. Jumeau, Les percepteurs 1918-1981, DEA, Paris IV, 1996 (disponible au CHEFF).

52  Le directeur de la Communication de l’époque a une forte demande en histoire et souhaite, par la démarche historique, stimuler et nourrir un sentiment d’appartenance et d’identité commun à tous les agents du ministère des Finances, par-delà précisément tous les corporatismes et tous les cloisonnements directionnels. Il accepte néanmoins l’idée qu’il faut en passer d’abord par une exploration individualisée, monographique, des grandes directions du ministère, dans l’attente d’une synthèse ministérielle à venir.

53  On notera que le fonds d’archives orales du Service historique de l’armée de l’Air et celui du Comité pour l’histoire économique et financière sont à peu près comparables en termes de volume horaire, mais que le nombre d’interviewés est trois fois supérieur à l’armée de l’Air, ce qui s’explique à la fois par la méthodologie d’entretien (plus de thématique d’un côté et plus de récits de carrière de l’autre) et par le « rang » des témoins (plus de témoins « ordinaires » au SHAA qu’aux Finances).

54  Des chercheurs confirmés tels que N. Carré de Malberg ou G. Bossuat ont utilisé ce fonds d’archives orales pour leurs travaux ; pour N. Carré de Malberg, voir sa bibliographie en fin d’ouvrage. Pour G. Bossuat, on peut se reporter à « Les hauts fonctionnaires du ministère français des Finances et la construction européenne 1948-1974 », in colloque CHEFF, Le rôle des ministères des Finances dans la construction européenne, mai 1999, à paraître en 2001. Les doctorants et les élèves de maîtrise y ont également recours. Par exemple, A. Le Masson pour sa thèse sur la Caisse centrale de la France d’outre-mer (Paris X), D. Berthereau pour ses travaux sur les Charbonnages de France et sur le contrôle des entreprises publiques (maîtrise Paris IV) ; O. Feiertag pour sa thèse sur W. Baumgartner (Paris X) ; T. de Valence pour son DEA sur la politique conjoncturelle sous Pompidou (DEA, Paris IV 1998) ; A. de Castelnau pour son DEA sur le SGCI (Paris I), M. Mangenot pour sa thèse en sciences politiques sur les hauts fonctionnaires européens (Strasbourg), C. Hodeir pour sa thèse sur le grand patronat colonial (Paris I), etc.

55  Alors que le Service historique de l’armée de l’Air et le Service historique de la Marine ont précocement amorcé la constitution d’archives orales, le Service historique de l’armée de Terre s’est rallié plus tardivement à l’histoire orale ; en cela, il illustre bien le mouvement général de méfiance à l’égard de cette méthode en France puis de ralliement de la communauté scientifique à cette source au cours des années quatre-vingt-dix ; les réticences qui ont retardé la création d’archives orales au SHAT ne diffèrent pas de celles communément partagées par les historiens traditionnels, les responsables institutionnels et les archivistes : réticence persistante à travailler sur le très contemporain, réticence à prendre en compte les témoignages rétrospectifs des acteurs, réticence à rompre le devoir de réserve... On peut néanmoins s’étonner de ces réticences quand on sait la propension des officiers français à tenir journal, à conserver des documents, à écrire leurs souvenirs et à entretenir la mémoire des hauts faits de leurs prédécesseurs ou de leurs camarades, et aussi quand on connaît la richesse des archives privées du SHAT, qui n’a aucune commune mesure avec les maigres séries de « papiers privés » des autres départements ministériels. Quoi qu’il en soit, la prise de conscience de la « valeur ajoutée » des souvenirs des anciens acteurs par rapport aux sources écrites officielles, souvent éloignées de l’expérience du « terrain » et insuffisantes pour restituer la richesse des cultures militaires, la mise en place d’une configuration favorable au niveau institutionnel (un chef de service convaincu, un chef de projet convaincant) ont permis la création en 1996 d’une section « Histoire orale » au sein de la division Archives-Mémoire du SHAT, confiée à Hervé Lemoine, historien politiste et oral convaincu.

56  Nous nous attacherons de manière particulière à ces expériences, car elles correspondent à cette demande de mémoire qui caractérise les organisations et elles obéissent à des logiques institutionnelles qui sont celles qui nous intéressent en priorité. Nous prions les responsables des collections que nous aurions oubliées de bien vouloir nous excuser et les remercions de bien vouloir nous faire connaître leurs réalisations.

57  C’est le cas des archives orales de Paribas, qui à l’origine constituées pour la publication d’un ouvrage, ont acquis un statut patrimonial et sont régulièrement enrichies par le responsable des Archives historiques de Paribas.

58  J.-P. Rioux, « Pour une histoire du temps présent », in Á la recherche du temps présent, CRDP d’Amiens, 1987.

59  L’Institut d’histoire industrielle a pour méthode de constituer ses archives orales en fonction des colloques qu’il organise ; il collecte les témoignages des anciens acteurs ou des anciens témoins, soit en amont du colloque lors de la phase préparatoire, soit lors du colloque lui-même, soit même en aval pour la publication. On peut se reporter aux Actes des colloques qu’il a organisés et publiés dans la collection « Politique industrielle de la France » aux Ed. Rive-Droite : L’ambition technologique : naissance d’Ariane, Paris, 1995 ; A. Beltran, A. et G.-H. Soutou (dir.), Pierre Guillaumat 1909-1991 : la passion des grands projets industriels, 1995 ; E. Chadeau (dir.), Airbus, un succès industriel européen : industrie française et coopération européenne, 1965-1972, 1996 ; Georges Besse : des grands projets aux restructurations industrielles, 1998 ; Entre Plan Calcul et Unidata : informatique, politique industrielle, Europe, 1999 ; TGV, service public, technologie et industrie, 1999.

60  M.-T. Frank, « Pour une histoire orale de l’Education depuis 1945 », in Histoire de l’Éducation, n° 53, janvier 1992, p. 13-37 ; M. Allaire et M.-T. Frank, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération, t. 1, Inventaire de cinquante entretiens, Service historique de l’Éducation, TNRP, Paris, 1995 ; Christian Beullac. Un patron dans l’Éducation 1978-1981, SHE-INDP-CNDP, 1998. Les archives orales de l’Éducation nationale, qui démarrent en 1990 au sein du SHE sous la direction de Marie-Thérèse Frank, Martine Allaire puis Pierre Mignaval, ne sont ni institutionnelles ni prosopographiques, mais consacrées au « processus de décision dans l’Éducation nationale de la Libération à nos jours », ce qui donne à ce programme une inspiration fortement historique, teintée de science politique, et une moindre coloration sociologique ou organisationnelle. On pourrait rapprocher les archives orales du SHE de l’enquête menée par J.-F. Picard, A. Beltran et M. Bungener autour du processus décisionnel à EDF, Histoire(s) de l’EDF Comment sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, 1985. Ce choix de l’étude du processus décisionnel a été fait en raison de la place majeure que tiennent les réformes dans ce secteur et dans ce ministère (25 réformes au moins depuis 1958). L’idée première était de combler les lacunes des archives écrites, notamment sur les phases préparatoires des décisions, d’essayer de saisir l’efficacité de ces décisions et les modalités de leur réception en aval, de retrouver ce qui n’avait pas abouti et pourquoi, et de dénouer l’enchevêtrement des différents niveaux de décision et des différents pouvoirs (présidence de la République, gouvernement, ministre de l’Éducation, cabinet ministériel, Parlement, groupes de pression des parents d’élèves, syndicats enseignants, opinion publique, experts). Le corpus des interviewés dessine des cercles concentriques autour du groupe des décideurs (ministres de la IVe et de la Ve République) ou des « témoins privilégiés », de manière à reconstituer « le système » Éducation nationale dans sa dynamique ; plus d’une centaine de témoins ont été ainsi interrogés. Le questionnement est semi-directif, élaboré à partir de la consultation des archives quand c’est possible et il est enraciné dans les débats problématiques et historiographiques en cours ; le récit de vie exhaustif n’est utilisé que pour les « grands témoins » et la partie biographique se voit limitée pour les autres interviewés ; le nombre moyen de séances tourne autour de deux entretiens par témoin ; l’entretien se déroule en présence de deux intervieweurs et les enregistrements, systématiquement transcrits, font l’objet de croisements contradictoires au sein de l’équipe d’archives orales. Les matériaux constitués sont réservés prioritairement aux travaux des chercheurs du SHE et seront plus tard versés aux Archives nationales ; ils viennent alimenter la réflexion des chercheurs du SHE, notamment dans le cadre des colloques d’histoire contemporaine organisés par ce centre de recherches. Dans le cas des archives orales du SHE, on se rapproche davantage du modèle traditionnel de l’enquête d’histoire orale, il ne s’agit pas à proprement parler d’une entreprise patrimoniale, mais plutôt d’une entreprise historique ; mais, grand acquis des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, les aspects techniques et archivistiques sont intégrés et traités de façon rigoureuse et professionnelle, de manière à préserver les chances d’une postérité durable et d’une recherche future. Le fonds d’archives orales du SHE s’élève aujourd’hui à 570 heures, pour 150 personnalités interviewées. Intervention orale de D. Bernard à notre séminaire, le 9 juin 1999.

61  Dans les statuts de l’Association Georges-Pompidou, la dimension patrimoniale est première : il s’agit de conserver la mémoire de Georges Pompidou, de son action, de sa pensée, de ses collaborateurs et de son œuvre. Dans le cadre de ce programme de travail, le classement des archives écrites du ministre-président a fait apparaître des lacunes importantes dans le domaine économique et culturel : le recours aux archives orales s’est imposé rapidement. Lors du lancement, les principales difficultés de l’exercice ont résidé dans le grand nombre de témoins survivants (la première liste de témoins comptait pas moins de 200 noms), dans le fait que bon nombre d’entre eux avaient déjà écrit leurs souvenirs ou comptaient le faire à brève échéance, et dans le fait de les inviter à collaborer à un projet dont ils n’étaient pas l’objet central (cf. la difficulté qu’il y a à obtenu le témoignage de quelqu’un sur un autre personnage que lui-même !). Lancé au début des années quatre-vingt-dix, le premier programme retient une série de thèmes sur l’homme d’État, sur l’homme politique et ses grands domaines d’intervention (économie, aménagement du territoire, société, culture et arts, vie militaire et internationale) ; puis les axes d’étude se diversifient : le professeur, les institutions qu’il a traversées ou servies... Trois cercles de témoins privilégiés sont définis : ses anciens collaborateurs ministériels et politiques, ses collègues professionnels, ses proches et ses familiers. A la fin de la première période, en 1995, 36 entretiens ont été réalisés par J.-P. Williot auprès des contemporains de l’ancien président, tous inventoriés mais non transcrits. À partir de 1995, le programme d’archives orales biographiques est allongé avec la prise en compte de sa biographie toute entière, notamment de ses années de formation, mais surtout élargi dans un sens à la fois plus général et plus « objectif » : les années Pompidou. Le champ devient immense. L’approche biographique est maintenue afin d’accumuler les informations sur le personnel politique des années Pompidou et de dessiner la géographie des réseaux pompidoliens, mais elle est désormais combinée d’approches thématiques spécialisées, définies à partir des problématiques de la recherche universitaire en cours et orientées par le choix des colloques organisés par l’Association (l’Europe, l’aménagement du territoire, la culture). Intervention de J.-P. Williot, N. Castagnez-Ruggiu et de V. Pradier à notre séminaire, le 3 juin 1998.

62  Au Service des archives historiques du Crédit lyonnais, sous la direction de Roger Nougaret et de Bernard Desjardin, les archives orales commencent en 1990 ; elles démarrent de façon exploratoire et artisanale (les entretiens ne font pas systématiquement l’objet d’enregistrement), puis se rationalisent à partir de 1993-1994 : une douzaine de personnes sont alors interviewées et enregistrées ; les témoins approchés sont en majorité des cadres ayant quitté récemment la banque, hormis quelques très anciens témoins nés au début du siècle ; l’approche est thématique et porte sur des thèmes « objectifs » d’histoire bancaire tels que la création de filiales de banque d’affaires au Crédit lyonnais, l’entrée dans le capital de grandes entreprises françaises, le portefeuille des participations, le développement du réseau en France ou dans le monde, l’encadrement du crédit, la mise en place d’une comptabilité générale et le développement des comptes consolidés, la libéralisation financière, etc. Les entretiens enregistrés sur cassettes traditionnelles ont été récemment transférés sur cédé-audio et sur cédérom par les soins de l’entreprise « Pour mémoire ».
Créé en 1990, le Service des archives historiques de Paribas a d’abord pour mission la préservation et le classement des archives-papier de la banque. Mais cette création coïncide avec la décision quasi simultanée de publier un ouvrage consacré à l’histoire européenne et internationale de Paribas ; pour la période contemporaine, très vite s’impose la nécessité d’avoir recours aux témoignages des anciens dirigeants de la banque afin de compléter les archives d’entreprise, trop souvent lacunaires ou inaccessibles. Pierre de Longuemar, directeur des archives historiques, formé aux méthodes de l’histoire orale britannique puis aux archives orales à la française dans le cadre du Comité pour l’histoire économique et financière, entreprend une série d’entretiens thématiques auprès des « anciens de la maison » et pratique tour à tour les récits écrits ou les entretiens oraux. Quarante personnalités sont ainsi interviewées entre 1990 et 1992 ; les enregistrements sont transcrits, validés par le témoin, inventoriés, indexés et répertoriés dans la base de données documentaires du Service, ce qui fait des archives historiques de Paribas l’un des rares services d’archives d’entreprise à posséder une collection d’archives orales consultables par les chercheurs et immédiatement exploitables. Sur le même schéma, une vingtaine de témoins supplémentaires ont été entendus sur la présence et les activités de Paribas au Maroc au cours du xxe siècle avant et après la chute du Protectorat. De façon générale, ce sont les thèmes stratégiques qui ont retenu l’attention du Service, les grands événements externes (guerre, Occupation, nationalisation, privatisation) et internes (changement de président, création de nouveaux départements) ainsi que le rôle des dirigeants successifs de Paribas. On peut se reporter à E. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, fonds Mercator, 1992 et P. de Longuemar, « La constitution de sources orales au sein d’un service d’archives historiques : l’expérience de Paribas », Entreprises et Histoire, 1998, n° 20, p. 133-142.

63  Pour l’histoire des politiques de défense, plusieurs organismes conjuguent leurs efforts : le Centre d’étude pour l’histoire de la Défense (premier responsable : Maurice Vaïsse), les Services historiques des Armées, le Comité pour l’histoire de l’Armement, les Archives nationales. Devant l’immensité de la tâche et le nombre d’acteurs interviewables à l’armée de Terre, le Service Historique de l’armée de Terre (SHAT) a choisi de privilégier une histoire des élites militaires et une histoire de l’institution militaire par ses responsables, programme d’étude qui recouvre trois axes de travail : l’interview approfondie (le plus souvent sur le mode du récit de carrière) des plus hauts responsables de l’institution (chefs de corps, chefs d’unités engagées, état-major, hauts responsables politiques et administratifs, membres de cabinets ministériels, diplomates) ; une approche institutionnelle avec l’étude d’un organe particulier (le SGDN en partenariat avec les Archives nationales ou la fonction d’état-major, les services de Renseignement) avec la constitution d’un corpus de témoins homogènes et des entretiens plutôt thématiques ; l’étude d’un événement historique important ou d’un thème transversal (la déportation pendant la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide, la guerre d’Algérie, la crise de 1958, le putsch des généraux) pour lesquels les témoins sont choisis en fonction de leur implication ou de leur positionnement stratégique par rapport à cet événement ou ce thème et interviewés en fonction des problématiques en cours dans la recherche scientifique actuelle. À cet égard, de façon significative, la nouvelle cellule a choisi de s’intituler section d’histoire orale et non pas section d’archives orales, car elle tient à s’enraciner dans les débats historiographiques en cours et à contribuer au travail historique en train de se faire. Dans tous les cas, les interviews sont longues (de 8 à 16 heures d’enregistrement, voire plus) et mobilisent une forte contribution biographique, même si ce n’est pas systématique ; outre ce que le témoin a vu, entendu et fait, la culture de chacune des « familles » militaires fait l’objet d’un questionnement approfondi (valeurs morales et spirituelles, influences intellectuelles, opinions, mythes, symboles, concepts, normes, vertus militaires, esprit de corps, traditions, réseaux, écoles, etc.) ainsi que les motivations et les circonstances qui ont conduit le témoin à entrer dans l’armée et à y rester. La richesse des interviews, la longueur de leur préparation, le parti pris de la qualité et le degré important d’approfondissement des entretiens expliquent un contingent annuel d’interviewés volontairement limité : aujourd’hui le fonds s’élève à une soixantaine de témoins et à près de 700 heures d’entretien. Intervention orale de H. Lemoine à notre séminaire le 11 mai 1998, on peut aussi se reporter à « Une nouvelle mission de mémoire au Service historique de l’armée de Terre : la création d’une section d’histoire orale », Bulletin de liaison de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels et sonores, septembre 1998, n° 10 et « La parole à la Grande Muette ? », séminaire de l’École du patrimoine à La Rochelle, le 23 septembre 1999, à paraître. Voir aussi H. Lemoine et alii, Histoire orale. Inventaire analytique des sous-séries 3K et 4K. Tome premier et tome deuxième, Service historique de l’armée de Terre, Paris, 1997 et 2000.
Quant au Service historique de la Marine (SHM) qui s’apprête à reprendre le fil interrompu des archives orales au sein de la Marine, sous la direction de Jean de Préneuf, il s’oriente vers trois axes de travail principaux, ce qui n’exclut pas l’interview de personnalités exceptionnelles isolées : le Renseignement au cours du xxe siècle, le nucléaire après 1945 et, en lien avec le programme du SHAT, la crise de 1958 et le putsch d’Alger. On notera avec intérêt que si l’on totalise les heures d’enregistrement des trois Services historiques des Armées, on obtient près de 3 500 heures de témoignages, ce qui est absolument considérable, et place, loin devant, les Armées à la tête des institutions de mémoire orale. La Grande muette est devenue la Grande bavarde ! Comment expliquer ce phénomène ? Nous suggérons quelques pistes de réflexion qui seraient à creuser ; il y a d’abord les caractéristiques de l’institution militaire : son autonomisation au sein de la société civile, une culture spécifique fondée sur des valeurs particulières (l’honneur, l’obéissance etc.), l’emprise de la mort, l’importance de la fonction « mémoire » ne serait-ce que par respect pour les anciens, une fonction politique dans la formation et la continuité de la nation, un droit à la parole publique limité, ce qui peut nourrir paradoxalement un goût certain pour la parole privée... Et puis il y a la question des structures : les Services historiques ont été plus précocement constitués que partout ailleurs et de ce fait, ils ont constitué un terrain favorable au développement de la fonction « archives orales » qui est venue s’ajouter à la fonction « archives écrites » ; en outre, le fait même que les services soient distincts a permis une fructueuse émulation entre les cellules.

64  Le Comité pour l’histoire de l’Armement manie deux approches en matière de témoignages oraux : la collecte de récits de carrière individuels (une vingtaine de personnes ont été interviewées depuis 1999) et la participation de « grands témoins » aux séances mensuelles du groupe de travail « Naissance de la DMA, 1955-1965 » sous la direction de Dominique Pestre (sept personnalités « auditionnées »).

65  L’Association pour l’histoire de l’Agriculture, créée en 1997, a choisi, classiquement et devant l’immensité du champ « secteur agricole » et aussi compte tenu de la modicité de ses moyens, d’interviewer les « grands témoins agricoles » de l’après-guerre sans privilégier un axe administratif, qui ne serait pas pertinent compte tenu de l’importance des autres acteurs du monde agricole (fédérations professionnelles, groupes de pression, syndicats agricoles). Des expérimentations au niveau départemental et local sont actuellement en cours. A l’heure actuelle, une dizaine de personnalités ont été interviewées, selon une approche biographique croisant les grandes étapes de la modernisation agricole dans notre pays (5 à 10 heures par personne en moyenne). La modestie des moyens de l’Association ne permet malheureusement pas une avancée rapide du programme. En conséquence, l’Association souhaite voir se développer des collections indépendantes d’archives orales dans les institutions agricoles (CNASEA, FNSEA, INRA, Crédit agricole, chambres d’agriculture, etc.). Intervention de L. Quennouëlle à notre séminaire le 2 juin 1999. À cet égard le projet Mémoire 2000 de la chambre d’Agriculture de l’Aisne qui, depuis septembre 1995, collecte des témoignages oraux sur la vie agricole et rurale dans le département depuis l’entre-deux-guerres mérite d’être connue : entre 1995 et 1996, plus de 80 anciens agriculteurs et agricultrices, salariés agricoles, cadres d’organisation agricoles, éleveurs, ingénieurs agronomes, syndicalistes, industriels et hommes politiques locaux ont été interviewés. La chambre de commerce et d’industrie de Limoges a le projet de lancer un programme d’archives orales consacré aux entreprises et aux industries du Limousin et souhaiterait collecter les souvenirs des chefs d’entreprise de la région.

66  Une trentaine de témoins ont été entendus dans le cadre du Comité pour l’histoire de l’Équipement. Cette campagne d’archives orales & été complétée par une Journée témoins consacrée à la création du « grand » ministère de l’Équipement, dont les actes ont été publiés et font la part belle aux témoignages des anciens acteurs. 1966, création du ministère de l’Équipement, actes de la Journée d’étude de l’Association Blaise-Pascal du 14 octobre 1998, mai 2000.

67  Plus de 10 ans avant la création du Comité d’histoire du CNRS (1999), le CNRS, dans le cadre de son cinquantenaire et de ses différents groupes de travail, procède dès la fin des années quatre-vingt à l’enregistrement des anciens acteurs administratifs et surtout scientifiques de l’institution. Voir les Cahiers pour l’histoire du CNRS 1939-1989, Paris, 1988-1990, et en particulier le volume 2 constitué de sept témoignages et d’une critique historique par D. Pestre « Quelques commentaires sur les témoignages oraux », n° 2, 1989. Le Collège de France, inspiré par le modèle américain d’histoire orale des sciences et sous l’influence de Guy Thuillier, a pendant un temps (1997-1998) eu des velléités de constituer des archives orales biographiques auprès de ses éminents professeurs : profil socio-biographique, origines familiales, études et formation, choix d’une spécialité, construction d’une carrière, œuvre scientifique, rayonnement français et international, fonctionnement « interne » du Collège de France, anatomie d’un système de recherche et de production scientifique, etc. Voilà quelles étaient les grandes lignes d’un programme qui s’est malheureusement interrompu après le deuxième interviewé (chacun des deux entretiens compte plus de vingt heures d’enregistrement) ; il ne reste plus qu’à espérer qu’à l’instar de la Marine, le Collège de France reprenne un jour le fil des entretiens, notamment pour les scientifiques qui, hormis quelques exceptions politico-médiatiques comme Louis Leprince-Ringuet, Laurent Schwartz ou Philippe de Gennes, n’ont pas coutume de se livrer à des essais d’ego-histoire.

68  La CFDT possède une collection d’entretiens biographiques concernant les dirigeants ou les acteurs principaux de l’histoire de la CFDT pour les quarante dernières années. Dès la création du Service des archives confédérales en 1985, se fait jour la préoccupation de collecter des témoignages sur la CFTC avant 1940 et même sur la période précédant 1919, date de la création de la CFTC par regroupement des principaux syndicats chrétiens. Louisette Battais, responsable du service des archives, établit des listes d’anciens dirigeants du syndicat, qui rassemblent les membres du bureau national et de la commission exécutive et les membres du secrétariat confédéral. Le questionnaire est biographique, il porte sur l’itinéraire du syndicaliste, sa « carrière » au sein de l’organisation syndicale, les mouvements ou les associations auxquels le témoin a adhéré, la vie et la sociabilité syndicales, les grandes dates du mouvement syndical et de l’histoire interne de la CFDT (notamment ses crises), les grandes dates du mouvement social en France (les grèves de 1947, celles de 1953, mai 68, etc.), la guerre et l’Occupation... 70 témoignages de militants et de responsables nationaux ont été recueillis entre 1985 et 1996 ; ils n’ont pas été transcrits mais ils ont été inventoriés et complétés d’annexés biographiques ou chronologiques. Voir Louisette Battais, « Les archives syndicales CFTC-CFDT », Le Bulletin de l’IHTP, n° 66, 1996 et l’intervention de Mme Kuhnmunch, conservateur des Archives confédérales de la CFDT, à notre séminaire le 20 mai 1998.
De son côté, à partir de 1980, la FEN a procédé également au recueil de témoignages auprès de ses anciens militants : les entretiens portent sur les itinéraires des témoins ou sur des thèmes particuliers tels que la guerre d’Algérie. Les documents sont consultables à la FEN ou au Centre des archives du travail à Roubaix. Enfin, FO et la CGT possèdent également des collections d’archives orales, commencées dans les années quatre-vingt, centrées sur l’histoire du syndicalisme. Depuis 1993, les archives orales de la CGT sont consultables aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis.

69  Dans la continuité des colloques organisés par le Comité d’histoire du ministère de la Culture sur le rôle des ministres de la Culture, une campagne d’archives orales devrait être lancée en 2000 sur « la politique culturelle du premier ministère Lang », dans le cadre d’un programme triannuel sous la direction scientifique de Pascal Ory. Trois axes d’étude ont été retenus : les changements introduits par le ministère Lang dans la politique culturelle, les réalisations, les débats qui ont entouré la conduite de cette politique. Par ailleurs, une campagne d’entretiens, sur l’initiative du Comité pour l’histoire de la Culture, a été menée par Éric Lengereau, sur les politiques architecturales de 1959 à 1981, dans le cadre de sa thèse (La Cinquième République et la politique de l’architecture, 1958-1981. Les hommes, les idées, les dispositifs, thèse Paris I, 1999). D’autre part, l’Institut français d’architecture (127-129, rue de Tolbiac, 75013 Paris) s’intéresse également de près à la question et souhaiterait constituer dans un proche avenir des archives orales dans le domaine de l’architecture (cf. le Rapport de N. Lesquins sur Les archives orales en histoire de l’architecture, oct. 1999, sous la direction de D. Peyceré, conservateur du Patrimoine). Une journée d’étude les 11 et 12 décembre 2000 devrait permettre de déterminer les grandes lignes de ce programme (Actes à paraître).

70  La SEITA, sous la direction de N. Carré de Malberg, a interviewé une quinzaine d’anciens et la collecte se poursuit.

71  Deux ouvrages références en histoire orale peuvent leur avoir servi d’inspiration : l’ouvrage de F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, 1980, qui a largement inspiré les entretiens du ministère des Finances, et l’enquête d’histoire orale menée par J.-F. Picard, A. Beltran et M. Bungener autour du processus décisionnel chez EDF, Histoire(s) de l’EDF. Comment sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, 1985.

72  La mission Archives orales de l’ONIC a démarré en 1996 et en fonction du budget qui lui avait été accordé, a déterminé un programme d’interviews d’une trentaine de témoins portant sur l’histoire de l’ONIB pendant les années trente, puis de l’ONIC de la Libération à nos jours. Le corpus de témoins mêle les responsables successifs et les cadres dirigeants de l’Office, mais aussi les chefs de services régionaux et départementaux, les hauts fonctionnaires des ministères tutélaires, Agriculture et Finances, ainsi que les responsables syndicaux. Le rôle particulier et mythique des résistants à l’ONIC a été également pris en compte. Le mode de questionnement est thématique (il porte sur l’institution ONIC et sur l’ONIC dans l’histoire), mais la perspective biographique est présente grâce à la restitution des positions successives occupées par le témoin dans l’organisation (3 entretiens par personne en moyenne, 5 séances pour les « grands » témoins). Intervention de L. Quennouëlle à notre séminaire le 2 juin 1999.

73  Une première campagne d’entretiens a été menée par Marie-Ange Rauch entre 1994 et 1996 sur la création du ministère des Affaires culturelles en 1959 et sur le rôle privilégié qu’y ont joué un certain nombre d’administrateurs de la France d’outre-mer, séduits par cette aventure administrative et culturelle, alors même que l’empire colonial français entrait dans une phase de rétractation. Treize anciens fonctionnaires de la France d’outre-mer ont été interrogés, puis une dizaine de témoins ayant servi au ministère de la Culture mais n’ayant pas appartenu à la FOM. Les entretiens, pour partie biographiques, mettent en lumière chez ces anciens acteurs un goût pour le terrain, un esprit d’initiative, « un bonheur d’entreprendre », qui ont trouvé à s’épanouir successivement dans le développement outremer puis dans le développement culturel sur l’ensemble du territoire français ; cet esprit de conduite de projets, ce transfert de savoir-faire expliqueraient à la fois le succès de la greffe de ces administrateurs à la Culture et la pérennité de cette institution nouvelle. Voir M.-A. Rauch, Les administrateurs de la France d’outre-mer et la création du ministère des Affaires culturelles, Comité d’histoire du ministère de la Culture, Paris, La Documentation française, 1998. Le Comité d’histoire de la Culture a également recueilli, en 1998-1999, au cours d’une enquête thématique les souvenirs d’une vingtaine de personnes ayant appartenu aux commissions départementales ou régionales du Service de l’inventaire général, supprimées en 1982. On voit ainsi comment le Comité d’histoire de la Culture conjugue deux approches, l’une d’histoire orale avec les « années Lang » et l’autre plus institutionnelle avec l’histoire des structures ou des personnels « internes ». Signalons aussi le démarrage en septembre 2000 des archives orales de la BN sous la direction du Comité d’histoire de la BNF.

74  Les Caisses d’épargne ont commencé des archives orales en 1995-96, sur l’initiative de Jean Borenstein, secrétaire de l’Association pour l’histoire des Caisses d’épargne ; une trentaine de personnalités, ont été interviewées par Philippe Masquelier, des responsables centraux mais aussi et surtout des responsables des caisses régionales ou locales, compte tenu du caractère fortement décentralisé du fonctionnement des Caisses d’épargne et de l’importance croissante de la notion de « réseau ». L’approche est biographique afin de mettre en valeur les formes de recrutement en vigueur dans les caisses, la formation des agents et les types de carrières qui se développent au sein des caisses, ce qui n’exclut pas des questionnements thématiques sur la culture d’entreprise, l’insertion locale et le rôle des caisses dans le développement régional, la modernisation du réseau dans les années soixante, les changements qui affectent la société française dans l’après-guerre, et les réformes financières et organisationnelles plus récentes qui s’accélèrent à partir des années soixante-dix et quatre-vingt... Sur le modèle du concours autobiographique « Trésor public », un concours littéraire a été lancé auprès des retraités des Caisses d’épargne (de tout niveau hiérarchique) et les trois premiers manuscrits primés ont été publiés. P. Masquelier (introduction), Mémoires d’écureuil, Éd. de l’Épargne, 1999. Dans le cadre de ce concours autobiographique, des entretiens complémentaires ont été menés auprès de quelques employés des caisses et l’organisation d’un atelier d’écriture est envisagée pour les concourants. Le volet « Dirigeants » devrait se poursuivre en l’an 2001.

75  On a vu que le Comité d’histoire de l’Équipement, créé en 1995, a lui aussi le souhait de constituer des archives orales ; une première campagne exploratoire a été menée auprès d’une trentaine de personnes, notamment sur la création du ministère de l’Équipement en 1966, et une Journée d’étude témoins a eu lieu sur ce sujet le 14 octobre 1998. Voir les actes de cette journée, 1966, création du ministère de l’Équipement, Association Blaise-Pascal et Comité pour l’histoire de l’Équipement, mai 2000.

76  Le Comité d’histoire du ministère du Travail, installé en 1996, réfléchit depuis 1998 à la constitution d’archives orales et hésite entre plusieurs alternatives concernant la population-cible : l’audition de témoins appartenant aux périodes les plus récentes et en fonction d’un thème prédéterminé ; l’audition systématique des plus hauts responsables de cette administration ou l’audition de témoins de tout grade en essayant de consumer un panel représentatif. Plusieurs thèmes sont également envisagés : l’évolution des structures administratives depuis l’après-guerre, la genèse et la mise en place des politiques publiques... Compte rendu de la réunion du 9 juin 1998. Une première campagne exploratoire a commencé sous la direction de P. Maclouf et des options définitives devaient être prises au cours de l’année 1999.
L’Association pour l’histoire de la Justice a envisagé à plusieurs reprises le lancement d’archives orales (cf. l’intervention de Guy Thuillier en ce sens en 1990) et nous a consultée plusieurs fois sur les modalités scientifiques et logistiques d’un tel projet. À notre connaissance, les choses n’ont pas encore abouti.

77  L’INRA a mis en place une mission Archives en 1993 chargée de réfléchir au règlement du problème des archives écrites qui s’accumulent sans traitement approprié. Dans ce cadre, se fait jour la difficulté d’entretenir et même de définir une mémoire collective scientifique durable, compte tenu de la « volatilité » d’un certain nombre d’informations (informatique, images satellites, téléphone, fax, etc.), de la moindre pérennité des unités de recherche et de la variable sensibilisation des laboratoires à la nécessité de conserver leurs archives. La collecte de la mémoire orale des anciens chercheurs apparaît comme une solution partielle à ce problème. La perspective du cinquantième anniversaire de l’INRA permet de dégager des crédits et en 1995, un programme d’entretiens thématiques, sous la responsabilité de Denis Poupardin, est mis sur pied avec trois axes d’étude principaux : l’histoire de la recherche agronomique, l’histoire des méthodes de travail à l’INRA et l’histoire de l'institution elle-même. Plus de 200 témoignages, représentant plus de 700 heures d’enregistrement, ont d’ores et déjà été recueillis auprès d’anciens chercheurs, le plus souvent localisés en province, entrés à l’INRA entre 1946 et 1968, mais à terme, l’idée est de recueillir le témoignage de tous les agents avant leur départ en retraite. La méthode conjugue une approche biographique (origines familiales, parcours scolaire, formation supérieure, entrée à l’INRA, déroulement de carrière et construction d’une expertise) et des rubriques transversales systématiques ; les enregistrements sont systématiquement transcrits, revus et enrichis par les témoins. Dans le cadre du cinquantenaire, l’opération « Archorales » a permis de publier et de valoriser ces témoignages, dont plus d’une cinquantaine ont été édités. D. Poupardin, Archorales INRA. Les métiers de la recherche : témoignages, t. 1, t. 2, t. 3, t. 4, t. 5, INRA, 1997-1998-2000-2001. Intervention de D. Poupardin et B. Desbrosses à notre séminaire, le 2 juin 1999. Pour en savoir plus, D. Poupardin et M. Jean, « Les archives des unités scientifiques de recherche : le point de vue de l’INRA », Gazette des archives, n° 176, p. 28-49, 1999 et D. Poupardin, « Les archives écrites et orales de l’INRA, Des matériaux utiles à son histoire et à sa mémoire », Bulletin de liaison de l’Association pour l’histoire de l’Agriculture au xxe siècle, supplément au n° 5, janvier 2000.

78  Le Comité d’histoire de l’Armement, créé en 1998, a démarré ses archives orales en 1999, sous la direction d’A. Rasmussen ; d’ores et déjà, une vingtaine d’ingénieurs de l’Armement, ayant exercé des responsabilités importantes au sein de la DGA ont été interrogés, et le nombre d’heures enregistrées s’élève à plus d’une soixantaine d’heures. La méthode d’entretien suit la carrière du témoin, ce qui permet d’étudier les processus à travers lesquels se construit une expertise individuelle, mais aussi de passer à travers l’ensemble de l’institution, compte tenu de la diversité des profils de carrière et des postes occupés par chaque acteur. Compte tenu des caractéristiques de la population interviewée, les aspects techniques et scientifiques sont très présents (le nucléaire est un domaine particulièrement exploré), mais les aspects organisationnels, sociologiques et culturels (« le milieu Armement ») ne sont pas négligés.

79  E. Feller et M.-F. Charrier, « L’action sociale aux chemins de fer dans la première moitié du xxe siècle. Aspects et témoignages », dact, 1999, 236 p.

80  La prosopographie est à l’origine la science auxiliaire de l’histoire ancienne, qui étudie la filiation et les carrières des grands personnages des sociétés antiques. Cette « technique » s’est ensuite exportée en histoire médiévale et moderne (les officiers royaux, les parlementaires, les ingénieurs du roi) puis plus récemment en histoire contemporaine, depuis le début des années soixante-dix, pour étudier les corps de hauts fonctionnaires, les titulaires de mandats électoraux, nationaux ou locaux, les universitaires, les officiers de l’armée française, les membres de telle ou telle institution, les élites patronales, les intellectuels, les membres des grandes écoles, les élites en général... Sur la méthode prosopographique appliquée à l’administration, M. Fleury, « Prosopographie et histoire de l’administration », in Histoire de l’administration française depuis 1800. Problèmes et méthodes, EPHE, IVe section, Genève, Droz, 1975 et Guide des recherches sur la prosopographie des élites françaises du xvie au xxe siècle, CNRS, Paris, 1980.

81  M. Crozier, Le phénomène bureaucratique, Paris, Éd. du Seuil, 1963 ; A. Darbel et D. Schnapper, Le système administratif. Les agents du système administratif, Paris, Mouton, 1969 et Morphologie de la haute administration française, Paris, Mouton, 1972, p. 68 ; J. Chevallier, Science administrative, Paris, Thémis, 1992.

82  Cf. par exemple les travaux de N. Carré de Malberg sur l’inspection des Finances. Dans le cadre de la préparation du bicentenaire du Corps préfectoral, une première campagne exploratoire a été tentée en 1997-1998 auprès d’anciens préfets et une vingtaine d’entretiens biographiques ont été réalisés sous notre direction ; la collecte ne s’est malheureusement pas poursuivie.

83  Esprit de corps : « Cet ensemble de vues, de traditions et de sentiments » (Rapport de J. Ferry cité par P. Soudet, L’administration vue par les siens... et par d’autres, Berger-Levrault, 1960, p. 40-41) que renforce encore « un réseau d’interrelations, d’interdépendances et de réciprocité qui lui donne toute son efficacité », A. Darbel et D. Schnapper, op. cit., p. 67-80.

84  Les « doctrines » sont constituées de connaissances et de manières de penser sur un sujet, construites dans le temps, par la coutume ou par la jurisprudence, que l’on trouve à l’état solidifié, oral ou écrit, dans un service ou dans une direction.

85  On peut citer principalement deux « idéologies » pour la haute fonction publique : celle de l’intérêt général et celle de la technique. Sur les idéologies technocratiques, lire A. Darbel et D. Schnapper, op.cit., p. 134-135 : « Les idéologies d’inspiration technocratique [...] ont en commun de supposer implicitement un certain primat de la technique sur la politique [considérée comme impure] [...]. [Elles] affirment la supériorité des faits et la nécessité de l’analyse rigoureuse des faits, indépendamment de leur dimension politique » ; R. Catherine, dans Le fonctionnaire français, A. Michel, 1961, p. 29, lui, souligne l’esprit de service, qui est la qualité nécessaire à la mise en œuvre de l’intérêt général : le (haut) fonctionnaire « est animé par un souci de servir bien plus que de se servir ». Ces « idéologies » technocratiques ou de service public accompagnent ou masquent parfois sous des dehors désintéressés et altruistes un formidable instinct de pouvoir, dans lequel, nous, nous ne serions pas loin de voir la caractéristique psychologique principale du haut fonctionnaire français.

86  M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Éd. du Seuil, 1977 et E. Friedberg, Le pouvoir et la règle, Paris, Éd. du Seuil, 1993, 1997.

87  G. Thuillier, « Pour une prospective de l’histoire administrative contemporaine », Mouvement social, octobre 1991, p. 71-83 ; « La demande en histoire administrative », Études et documents, III, 1991, p. 471-508 ; « Comment préserver la mémoire d’un ministère ? », Revue administrative, 1991, p. 163-171 ; avec F. Monnier, « Pour une prospective de l’histoire administrative 1995-2005 », Revue administrative, n° 284, 1995 ; « Comment étudier une direction de ministère », Revue administrative, n° 287, 1995, p. 472-482. Tous ces articles et bien d’autres sur les objectifs et les méthodes de l’histoire administrative ont été récemment réunis in G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie, Paris, CHEFF, 1999.

88  Les archives orales de la Sécurité sociale ont attendu 20 ans pour trouver leur utilisateur : Bruno Valat, « Gouverner la santé ? L’impossible maîtrise des dépenses du régime général de la Sécurité sociale, 1945-1967 », thèse Paris VII, 1999, à paraître en 2001 chez Economica. Il est vrai que les archives orales de la Sécurité sociale étaient « réservées » théoriquement pour 30 ans, ce qui a nécessité un système lourd et contraignant de demandes de dérogations individuelles.

89  Au Comité, les archives orales ont démarré en 1988, les premières thèses d’histoire administrative sur le ministère des Finances ont été lancées en 1994 et voient le jour à partir de l’an 2000 : L. Quennouëlle, Entre modernisation et recherche de l’équilibre, la direction du Trésor, 1944-1967, (janvier 2000, EHESS, sous la direction de P. Fridenson), A. Terray et la direction de la Prévision (soutenance 2001), F. Tristram sur la DGI (échéance 2002), S. Kott sur le contrôle financier (échéance 2001)... Mais on peut d’ores et déjà lire la thèse de l’École des chartes de S. Lepage sur La direction des Finances extérieures. Le magistère de Guillaume Guindey, 1945-1953, 1996 ; la thèse de A. Le Masson sur la Caisse centrale de la FOM (Paris X) ou celle de B. Touchelay (Paris XII) sur l’INSEE ; toutes ces thèses ont utilisé la source orale.

90  De ce point de vue, plusieurs thèses d’histoire, anciennes ou récentes, font une utilisation abondante ou stratégique des témoignages oraux : celle de P. Mounier-Kuhn sur l’informatique, celle d’E. Godelier sur Usinor-Sacilor pour l’histoire de la création d’un groupe industriel, celle d’O. Join-Lambert sur les receveurs des Postes en histoire sociale, celle de L. Quennouëlle sur la direction du Trésor en histoire économique, celle d’E. Mension-Rigau sur l’éducation des grands bourgeois et des aristocrates, celle de C. Hodeir sur le patronat et la décolonisation, celle de N. Ponsard sur les pratiques de lecture en milieu ouvrier, celle d’A. Terray sur la novation dans l’administration, celle de N. Duval sur l’École des Roches, etc.

91  Cette distinction entre les interviewés conçus comme acteurs et les interviewés comme témoins nous paraît fondamentale ; dans un cas, les interviewés sont eux-mêmes directement objet de recherche et de connaissance, dans le second ils constituent une source intermédiaire sur autre chose qu’eux-mêmes, à savoir un événement, un décideur, une décision, une institution, un processus, une pratique, un objet...

92  Le programme d’archives orales de l’INRA intègre dans ses problématiques d’interview un axe de travail sur les métiers de la recherche agronomique.

93  On citera dans un genre assez proche, la constitution en cours sous la direction de Marcel Grandière dans les Pays-de-Loire, d’archives orales sur la formation des maîtres dans les anciennes écoles normales d’instituteurs dans cette région. En France, les monographies d’établissements d’enseignement secondaire, d’établissements universitaires (rares) ou de grandes écoles (un peu mieux couvertes) existent, mais les témoignages oraux y servent trop souvent uniquement de sources d’appoint ou d’ornements illustratifs (M.-T. Frank, « Pour une histoire de l’Éducation en France depuis 1945 », Revue d’histoire de l’Éducation, n° 53, janv. 1992, p. 29 et bibliographie p. 29-30). On attend avec impatience la thèse de N. Duval (Paris IV) qui a eu recours de façon notable à la source orale pour sa thèse sur l’École des Roches. Les universités, notamment celles de création récente (post-1968), pourraient utilement et facilement se constituer des archives orales patrimoniales, « d’en haut » comme « d’en bas », compte tenu du nombre maîtrisable de témoins.

94  Dans le cadre du tricentenaire de la fondation de l’hôpital de Saint-Jean-d’Angély, un partenariat entre les archives départementales des Charentes-Maritimes et l’hôpital a permis la collecte d’archives orales hospitalières auprès d’anciens personnels de l’hôpital (médecins, infirmières, agents techniques ou administratifs, personnel laïc et religieuses de la congrégation des Filles de la Sagesse, administrateurs) pour la période postérieure à 1945. Devant le succès remporté par ce programme, il est envisagé de le poursuivre avec une collecte thématique sur l’enfance malheureuse et délinquante à travers deux institutions locales, la Congrégation des Dames blanches (lutte contre la prostitution féminine) et à travers le Centre de Sablonceaux (enfants de justice). Intervention de P. Even, directeur des archives départementales de la Charente-Maritime aux Journées de l’École du patrimoine, 22-24 septembre 1999, La Rochelle, à paraître. Un projet d’histoire de l’hôpital de Garches est également à l’étude, qui mobiliserait les souvenirs des « anciens ». On doit noter à cet égard le dynamisme des établissements ou des institutions travaillant dans le secteur sanitaire et social, qui semblent s’éveiller à leur tour depuis une dizaine d’années aux problématiques de mémoire et d’histoire. Un groupement d’associations d’histoire œuvrant dans le secteur du travail social existe, le G5 ( !), il regroupe le CNAHES déjà nommé, l’association pour l’histoire de l’éducation surveillée (Justice), le Réseau d’histoire du travail social, Mémoires vives-centres sociaux et Alter (histoire du handicap). Toutes ces associations travaillent sur les institutions et les acteurs des politiques sociales mises en œuvre sur le « terrain » depuis l’entre-deux-guerres, en collectant témoignages et récits de vie auprès des anciens acteurs.

95  Cf le Comité d’établissement de l’aérospatiale, Châtillon-sous-Bagneux, Mémoire d’usine, soixante ans à la production d’avions et d’engins tactiques, 1924-1985, Paris, 1985 ; Georges Leprince, Les Alpins de l’Alu, 1880-1993, Les travailleurs de l’aluminium Pechiney, Scandéditions, Paris, 1993 (54 entretiens avec des salariés en activité ou en retraite, et des syndicalistes) ou la thèse d’E. Godelier sur Usinor-Sacilor, EHESS, 1997, à paraître en 2001 aux Éd. Rive-Droite, pour laquelle il a collecté de nombreux témoignages, notamment auprès des salariés (ouvriers, cadres, maîtrise) de l’usine de Montaterre.

96  Cf. M. Ropars, Tranches de vie de mairie, Éd. Ikon, 1998. Cet ouvrage réunit les témoignages d’une trentaine d’employés municipaux (pompiers, assistantes maternelles, éboueurs, jardiniers, employés administratifs, cantonniers, maçons) sur leur vie de travail et sur les changements qui ont affecté « leur » ville, Saint-Brieuc, depuis le début des années soixante.

97  Cf. les travaux d’E. Feller sur le service social à la SNCF, déjà cités.

98  Certains comités ou services historiques bénéficient de structures-relais en province : l’association pour l’histoire de l’Électricité, l’Association pour l’histoire des chemins de fer, les Caisses d’épargne, l’Institut pour l’histoire de l’Aluminium, le Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale, le CNAHES... Mais un réseau intrainstitutionnel ne suffit pas, il faut le doubler d’un réseau de correspondants scientifiques et d’universitaires locaux, sur le modèle de ce qu’a su faire l’IHTP avec ses correspondants locaux.

99  L’IHESI, créé en 1989 et confronté au « vide créé par la curieuse gestion de certaines archives », lance son premier programme d’archives orales en 1991, il est consacré aux policiers ayant exercé des fonctions entre les années trente et les années soixante (« les années noires de la police »). Les intervieweurs sont des policiers en activité, réalisant les entretiens hors de leur temps de service, auprès d’anciens policiers, tous volontaires, contactés par voie de presse interne ou par bouche-à-oreille et représentatifs des différentes composantes de l’institution policière (préfecture de police, polices municipales, Sûreté et Police nationale). Dès la fin 1994, 48 témoins ont déjà été interrogés, les enregistrements sont transcrits au fur et à mesure ; fin 1997, 70 récits de vie ont été engrangés et une quarantaine transcrits (avec une durée d’entretien moyenne de deux heures, mais des pointes de 7 heures). Cf. C. Gorgeon, « L’Institut des hautes études de la Sécurité intérieure », Bulletin de ITHTP, n° 58, déc. 1994, p. 87-88 ; J.-M. Berlière, « L’histoire orale : les récits de vie des policiers », Les Cahiers de la Sécurité intérieure, n° 17, 1994, p. 34-43 ; I. Charras, « Notes et études : récits de vie de policiers : état des lieux », Les Cahiers de l’IHESI, n° 30, 1997, p. 205-216 ; et dans le même Cahier et du même auteur, « Comment on devient policier (1930-1960). L’entrée dans la police à travers les récits de vie recueillis par l’IHESI », p. 217-227 ; J.-M. Berlière, « Une source inédite pour la guerre d’Algérie : les récits de vie des policiers », in S. Wolikow (dir.), Traces de la guerre d’Algérie, 40 ans de turbulences dans la vie politique française. Territoires contemporains. Les Cahiers de l’IHC, n° 2, 1995.

100  Cf. M. Gardet, V Peyre, F. Têtard (dir.), Elles ont épousé l’éducation spécialisée. Educatrices et femmes d’éducateurs il y a cinquante ans, Paris, L’Harmattan, 1999. Le CNAHES favorise la collecte d’archives orales « décentralisées » (Alsace, Bourgogne, Bretagne, Ile-de-France, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais) auprès d’anciens éducateurs et educatrices ; en Alsace, une première expérience a démarré, qui devrait s’étendre sur 4 ans, consacrée au travail social depuis la fin de l’entre-deux-guerres et dans l’après-guerre, cf. la journée d’étude « Le travail éducatif et social en Alsace : patrimoine, mémoire et transmission », 1er octobre 1999 à Strasbourg. La réalisation d’un dictionnaire des éducateurs sur le modèle du Maitron ou de celui des militants de l’éducation populaire de G. Pujol est aussi envisagée, en prolongement de cette constitution d’archives orales biographiques.

101  Le Comité d’histoire de la Poste réfléchit depuis quelques années à la constitution d’archives orales au sein de l’institution centrale et s’interroge sur les orientations à donner à ce programme ; plusieurs options existent ; l’une d’entre elles privilégie plutôt un programme prosopographique des cadres et des responsables de La Poste, mais à notre connaissance, rien n’a encore commencé. Le Comité a par ailleurs lancé un premier concours autobiographique auprès des receveurs des Postes et recueilli une cinquantaine de manuscrits. Une première exploitation scientifique en a été faite par O. Join-Lambert dans sa thèse et une première valorisation du corpus a été entreprise par la publication d’un volume de morceaux choisis sur « l’expérience algérienne » de ces receveurs ; de fait, 85 % des auteurs avaient été en poste en Algérie, mettant ainsi en lumière un effet de génération auquel les organisateurs n’avaient pas pensé à l’origine ; des archives orales complémentaires ont été menées afin de compléter le corpus de témoignages sur l’Algérie ; cf. sous la direction de M. Le Roux, Mémoires d’Algérie. Une génération de postiers raconte..., préface de B. Stora, Paris, Textuel, 1998. Le Comité d’histoire de La Poste, devant le succès remporté par la première publication a décidé de lancer un second concours autobiographique concernant cette fois-ci les postières, afin d’accumuler des sources inédites sur « ces ouvrières du tertiaire » et sur l’histoire des femmes au travail. Une anthologie de témoignages est également prévue.

102  E. Feller, « Agents et retraités des Transports parisiens, trajectoires individuelles et changement social dans l’entre-deux-guerres », RATP, mission Archives, Mémoires et documents, n° 1 ; « Une cohorte de pionniers : agents et retraités des Transports parisiens dans l’entre-deux-guerres », communication au colloque de la Société d’Ethnologie française, Territoires et personnels des Transports parisiens, 23-24 nov. 1998 ; « Les origines géographiques et sociales d’une cohorte d’employés des Transports parisiens du début du xxe siècle », Journée de l’AHICF du 8 avril 1999...

103  À ce sujet, consulter la bibliographie très abondante de G. Ribeill.

104  J.-M. Berlière, « L’histoire orale : les récits de vie des policiers », Les Cahiers de l’IHESI, n° 17, 1994, p. 34-43.

105  Intervention de M. Le Roux à notre séminaire le 9 juin 1999.

106  C. Gorgeon, « L’Institut des hautes études de la Sécurité intérieure », Bulletin de l’IHTP, n° 58, déc. 1994, p. 88.

107  Y. Renouard « La notion de génération en histoire », Revue historique, n° 1, 1953. A. Kriegel, « Le concept politique de génération : apogée et déclin », Commentaire, automne 1979, vol. 2, n° 7, p. 390-399 ; R. Girardet, « Du concept de génération à la notion de contemporanéité », RHMC, t. XXX, avril-juin, 1983 ; J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard 1988 ; J.-F. Sirinelli, « Générations intellectuelles », Les Cahiers de l’IHTP, n° 6, 1987.

108  Par exemple pour le seul ministère des Finances, en 1944, on trouve la création de la Caisse centrale de France d’outre-mer, en 1946 la création de l’INSEE, en 1947 la mise en place du Plan Marshall et la création du SGCI, en 1948, la fusion des régies financières et la création de la DGI ainsi que la création du SEEF, etc., autant de dates-anniversaires qui ont suscité des manifestations commémoratives et pour lesquelles le concours du CHEFF a été sollicité ; il est intéressant de constater que les rôles sont demeurés distincts entre les organisations « célébrantes » qui ont mené leurs opérations de communication interne et le Comité d’histoire qui, dans la plupart des cas, s’est limité à un rôle de conseil, d’intermédiation avec la communauté scientifique ou d’ingénierie historique, lorsqu’il y trouvait son intérêt (ouverture anticipée d’archives, récupération de « papiers privés », lancement d’archives orales ou concours autobiographique).

109  Les réformes de la refondation étatique gaullienne sont nombreuses : pour ne citer que quelques exemples, la création du ministère de la Coopération, celle du ministère de la Culture, celle de l’Equipement et du Logement, la réforme du ministère de l’Agriculture et de celui des Affaires sociales, au ministère des Finances, la fusion entre la direction du Trésor et celle des Finances extérieures, la fusion des régies financières en une direction générale des Impôts unifiée, la création de la direction de la Prévision, etc. A. Darbel et D. Schnapper précisent que sur les 337 directions existant en 1970, plus du tiers (139) ont été créées depuis 1958 (Le système administratif, Mouton, 1972, p. 64).

110  Par exemple ont été fêtés le bicentenaire de la Banque de France, du Conseil d’État, du Corps préfectoral, celui de la Cour des comptes étant en préparation, etc.

111  La même propension commémorative existe dans les entreprises, la date-anniversaire de création étant la première motivation, qui mène des dirigeants à se préoccuper d’histoire et à commander un ouvrage de synthèse, le tout à livrer si possible dans les six mois, ce dernier détail ne faisant guère l’affaire des historiens universitaires mais beaucoup plus celle des cabinets de conseil. Mais faut-il pour autant négliger cette petite flamme d’intérêt et ne faut-il pas a contrario souffler dessus avec des instruments adaptés ?

112  Cf. pour le Comité pour l’histoire économique et financière, la Journée témoins sur le Plan Marshall, les journées consacrées au trentième anniversaire du décret de 1956 et à l’action de R. Goetze à la tête de la direction du Budget entre 1949 et 1957, les journées d’étude sur la TVA et l’harmonisation européenne ; pour le Comité d’histoire de la Culture, les journées d’étude consacrées à André Malraux et Jacques Duhamel ; pour le Service historique de l’Éducation, la journée consacrée à Christian Beullac ; pour l’Équipement, la journée d’étude consacrée à la naissance du ministère en 1966 ; pour le Comité d’histoire de l’Armement, les journées d’études consacrées à la guerre électronique au xxe siècle, aux arsenaux d’outre-mer ou aux problèmes d’armement sous la IVe et la Ve République, etc.

113  Inventaire des témoignages, Service historique de l’armée de l’Air, 4 volumes, 1988-2000 ; M. Vigié, Catalogue des archives orales, Service historique de la Marine, Paris, 1981 ; M. Allaire, M.-T. Frank, Témoins et acteurs des politiques de l’Education depuis la Libération, t. 1, Inventaire de cinquante entretiens, Service historique de l’Éducation, INRP, Paris, 1995 et t. 2 (60 entretiens), 2000 ; H. Lemoine et alii, Histoire orale. Inventaire analytique des sous-séries 3K et 4K. Tome premier et tome deuxième, Service historique de l’armée de Terre, Paris, 1997 et 2000. D. Poupardin, Archorales INRA. Les métiers de la recherche : témoignages, t. 1, t. 2, t. 3, t. 4, t. 5, INRA, 1997-1998-2000-2001. Nous regrettons l’absence de catalogue publié pour les archives orales du ministère des Finances, alors qu’elles constituent à Paris l’un des plus gros fonds institutionnel d’archives orales.

114  C’est le cas par exemple d’A. Wieviorka pour sa thèse sur la mémoire de la déportation, cf. A. Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Pion, 1992. Cela dit, cette pratique, courante aux États-Unis, n’est pas encore passée dans les mœurs universitaires ou doctorales et la tradition individualiste reste forte ; l’idée de faire don à la collectivité de ses propres matériaux de recherche rencontre des résistances, alimentées tant par la tendance naturelle à la rétention des sources qu’à l’inquiétude de dévoiler ses pratiques d’historien-oral. Il reste que le don ou le dépôt de sources orales par les chercheurs devraient se développer dans les années qui viennent, du fait même des exigences de la discipline historique : les témoignages doivent pouvoir être accessibles et vérifiables par la communauté scientifique.

115  L. Starr, « Oral History », Encyclopedia of Library and Information Science, Marcel Dekker Inc., New York, 1977, p. 454, cité par P. Joutard Ces voix qui nous viennent du passé, op. cit., p. 76.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540