Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Première partie. De l'histoire orale aux archives orales : histoire d'une acclimatation

Chapitre VI

De l’histoire orale aux archives orales

Texte intégral

I. Une nouvelle demande sociale en histoire de la part des organisations : « entre science et conscience »4

  • 4  Nous empruntons cette expression à D. Voldman, « L’histoire orale entre science et conscience », V (...)
  • 5  « Europe, construire le passé », entretien avec B. Geremek, « Mémoire des peuples », Projet, n° 24 (...)
  • 6  L. Theis, Clovis. De l’histoire au mythe, 1996.

1Le questionnement sur la mémoire, l’identité et la conscience nationale mais aussi européenne5, alimenté par la multiplication des commémorations comme le bicentenaire de la Révolution, le millénaire capétien ou le baptême de Clovis6, n’épargne pas non plus les institutions et les entreprises, elles aussi prises dans ce « moment-mémoire » qui s’impose à tous : à partir des années quatre-vingt, s’interrogeant sur leur devenir et à la recherche d’un projet collectif d’avenir, celles-ci se penchent sur leur passé, à la recherche de leur mémoire perdue et d’une compréhension d’elles-mêmes.

2Deux phénomènes dans le domaine qui nous occupe particulièrement, c’est-à-dire celui des organisations, illustrent ce mouvement à la fois mémoriel et de besoin de connaissance : le développement de l’histoire d’entreprise dans les entreprises et la multiplication des comités d’histoire dans les grandes administrations et dans les grands ministères. Ces derniers vont jouer un rôle important dans l’intégration des archives orales dans le patrimoine organisationnel et dans leur acclimatation définitive dans la panoplie des sources historiques.

1. Le développement de l’histoire d’entreprise et le recours à la parole des acteurs7

  • 7  Pour une bibliographie d’histoire d’entreprise, voir Bulletin de l’IHTP, n° 30, 1995 et Les entrep (...)
  • 8  Or, cette image institutionnelle influence aujourd’hui fortement les comportements des consommateu (...)

3Après la croissance des Trente Glorieuses, assise sur des modèles quantitatifs et sur des techniques de gestion rationnelle, eux-mêmes fondés sur la rupture avec le passé perçu comme archaïque et source de pesanteur, une nouvelle période s’ouvre pour les entreprises, marquée par des mouvements contradictoires : diversifications de métiers et d’activités suivies de recentrages ou de spécialisations, changements de taille (fusions, rachats, acquisitions) et d’échelle (mondialisation), restructurations et changements de statut (nationalisations et privatisations), concentrations, délocalisations ou décentralisation, alliances avec les concurrents de la veille, évolutions techniques très rapides et pas toujours maîtrisées, renouvellement rapide des générations dans le personnel des entreprises (départs des plus anciens par les plans de pré-retraite et rajeunissement brutal)... L’horizon externe apparaît incertain, imprévisible, les contours de l’entreprise se brouillent entre centre et périphérie, entre le centre et les filiales, entre le centre et ses fournisseurs ou ses sous-traitants ; l’image se trouble8, l’identité se fragilise, la conscience de soi et des objectifs prioritaires s’amenuise, les cohérences se perdent, les stratégies se cherchent...

  • 9  Nous laissons de côté la question du ralliement progressif de l’Université à cette histoire d’entr (...)
  • 10  Saint-Gobain, la Caisse des dépôts, Paribas, le Crédit lyonnais, la Société générale, la Banque de (...)

4Dans un tel contexte, émerge une forte demande sociale face à laquelle l’histoire d’entreprise9, portée par la mode anglo-saxonne et empruntant ses thèmes de prédilection aux sciences du management et à la stratégie, appuyée sur les efforts que commencent à faire les entreprises pour mettre de l’ordre dans leurs archives et pour créer des archives historiques10, est apparue pertinente et source de nouvelles réflexions. Qu’est-ce qui fait la spécificité, la singularité du devenir d’une entreprise, qu’est-ce qui en fait son identité ? Quels sont les fondements d’une culture d’entreprise ? Pourquoi et comment telle ou telle entreprise a-t-elle été créée, pourquoi et comment s’est-elle développée, pourquoi ainsi et pas autrement ?

  • 11  On peut reprendre pour l’identité des organisations ce que Fernand Braudel dit de l’identité natio (...)
  • 12  A. D. Chandler, Stratégies et structures des entreprises, MIT Press, 1962, Éditions d’organisation (...)

5Ces questions mettent en jeu un raisonnement historique où l’on procède à une archéologie des origines, où l’on dissèque les sédimentations successives déposées par le temps11, où l’on dévoile les processus de sélection, d’adaptation et de négociation qui ont affecté l’organisation par rapport à son environnement et lui ont permis de survivre, où l’on inscrit la réflexion entre structures et stratégie12, entre tradition et modernisation, entre permanences et changement. L’exercice se rapproche, pourrait-on dire, d’un audit, sorte de bilan historique des compétences et des savoirs accumulés, bilan d’un vivre-ensemble aussi, dont l’actif comme le passif demandent à être élucidés et connus pour être mieux maîtrisés.

  • 13  Nous empruntons cette expression à G. Thuillier, « Les archives orales », Revue administrative, 19 (...)
  • 14  Au sein d’un audit historique, il faudrait consacrer spécifiquement de la place et du temps à un a (...)
  • 15  Contre l’amnésie des entreprises et plus particulièrement sur la perte des connaissances technique (...)
  • 16  M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950, rééd. Albin Michel, 1997.
  • 17  Sur une démarche de ce type, voir l’histoire du Crédit agricole du Cantal, qui devant l’inexistenc (...)

6La mémoire dans un tel bilan n’est pas un élément anecdotique ; elle est un « capital »13, à l’image des autres actifs immobiliers ou financiers, à exhumer, à recenser, à entretenir, à faire fructifier, voire à rénover ou à recentrer14. Dans un telle démarche, à ne pas confondre avec les exercices de commémoration dont notre temps abuse, le recueil de la parole des acteurs, anciens et contemporains, devient légitime. En effet, la mémoire des « vivants » détient le souvenir des événements et des temps fondateurs, elle conserve des savoirs, des compétences et des savoir-faire qui ne demandent qu’à se transmettre15, des mythes qui créent de la cohésion (ou la détruisent), des (ir)rationalités qui expliquent beaucoup de choses inexplicables ; elle restitue un entrelacs relationnel qui fait que « cela marche », que « cela tient ensemble », bref, elle est l’un des éléments, la trame peut-être, de cette culture d’entreprise que les sociologues et les cabinets de conseil en organisation ou en stratégie cherchent si souvent à saisir. Au cours de l’entretien au cours duquel l’ancien employé, l’ancien cadre, l’ancien dirigeant s’essaient à dire leur parcours professionnel, leur métier, leur entreprise, s’expriment une représentation de soi, une identité individuelle mais aussi des bribes de mémoire et d’identité collective, des « morceaux de conscience collective »16 qu’il est fructueux de faire remonter au jour. En outre, les témoignages des anciens acteurs apparaissent comme bien utiles pour combler les « trous » de l’histoire la plus récente, alors même que les archives sont non classées, détruites ou inaccessibles, ou pour compléter avantageusement les procès-verbaux toujours trop elliptiques, les archives administratives trop souvent lacunaires et la littérature trop grise17.

  • 18  J.-F. Picard, A. Beltran, M. Bungener, Histoire(s) de l’EDF. Comment sont prises les décisions de (...)
  • 19  E. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, fonds Mercator, 1992 ; P. de Longuemar, « L (...)

7Voilà ce que découvrent les historiens d’entreprise française lorsqu’ils commencent à travailler, inspirés il est vrai par les acquis de la business history anglo-saxonne, qui, comme on l’a vu, ne néglige pas la source orale. Mais dans le cadre de cette histoire d’entreprise encore balbutiante (on est au tout début des années quatre-vingt), les entretiens, réalisés dans le cadre d’un ouvrage de commande, à caractère le plus souvent commémoratif, ne sont conçus que pour donner de la « chair » à quelques chapitres contemporains, à coup de citations anonymes et à la va-vite ; ils ne sont pas souvent enregistrés, et lorsqu’ils le sont, les bandes ne sont pas toujours conservées au sein de l’institution, quand elles ne sont pas parfois tout simplement détruites, ou « récupérées » par le cabinet d’histoire-conseil ou par l’historien « missionné ». Les témoignages oraux enregistrés ne sont pas encore considérés comme des éléments explicites du patrimoine de l’organisation qui néglige de les revendiquer ou d’en définir le propriétaire ultime ; la pratique des entretiens reste en définitive assez confidentielle, quasi clandestine, souvent artisanale et sélective (les témoignages des dirigeants sont privilégiés, ceux des opposants « internes » et « externes » écartés ou passés sous silence) ; elle n’est pas théorisée et conserve un caractère palliatif par rapport aux archives écrites. A cette pratique communément constatée, il y a évidemment de notables exceptions : nous pourrions citer la première grande enquête « d’histoire orale » menée en entreprise au début des années quatre-vingt (et publiée) sur la prise de décision à EDF, réalisée de façon pionnière par des chercheurs de l’IHTP et du CNRS, auprès des dirigeants, des cadres, des ingénieurs et des « savants », mais aussi des syndicalistes et des opposants écologistes18, ou encore les archives orales constituées par les Archives historiques de Paribas à l’occasion d’un travail historique sur la « vocation » internationale de Paribas19.

  • 20  Comité d’établissement de l’aérospatiale, Chatillon-sous-Bagneux, Mémoire d’usine, soixante ans à (...)

8Cette histoire d’entreprise orale, qui s’adresse majoritairement aux décideurs et aux cadres dirigeants et qui se préoccupe essentiellement des stratégies et des grandes décisions managériales, entre par ailleurs en résonance avec une histoire d’entreprise « vue d’en bas », issue de la demande des comités d’entreprise ou des comités d’histoire d’usines20, qui se soucie elle aussi de culture d’entreprise, mais en empruntant d’autres chemins que ceux du management : l’histoire du travail, l’histoire ouvrière, l’histoire des établissements industriels, l’histoire locale. Quoiqu’il en soit, histoire orale d’entreprise vue « d’en haut » ou histoire orale d’entreprise vue « d’en bas », un même esprit inspire les deux démarches : il s’agit de faire œuvre d’histoire appliquée en éclairant les problèmes du présent par le passé et de dégager une identité collective qui soit capable de définir une action pour le futur.

9D’un esprit assez nettement différent relève, selon nous, la démarche des comités d’histoire ministériels ; ces derniers manifestent eux aussi la montée des problématiques de mémoire dans les années quatre-vingt, mais, en inventant à la fin des années soixante-dix, le concept d’« archives orales », ils font basculer les témoignages oraux du côté du patrimonial et contribuent au renforcement du pôle archivistique oral en France (modèle Columbia).

2. Un nouvel acteur institutionnel sur le marché de l’histoire : les comités d’histoire ministériels

  • 21  M. Crozier, État modeste, État moderne, postface, 1991 ; G. Sorman, L’État minimum, 1985, pour ne (...)
  • 22  Ainsi, par exemple, pouvons-nous citer le conflit des Impôts en 1991 dont les archives orales du C (...)
  • 23  Sous la dir. de P. Muller, L’administration est-elle en crise ?, 1992 ; L. Rouban, « La modernisat (...)
  • 24  Il faut dire que l’histoire d’entreprise dans les années quatre-vingt a bénéficié d’un incontestab (...)
  • 25  Cf. les comités d’histoire qui jalonnent l’histoire de la recherche historique en France depuis l’ (...)
  • 26  Sur les Comités d’histoire, F. Descamps, « Les comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux (...)
  • 27  Voir à ce sujet le Bulletin de l’Association française d’histoire de l’Administration (siège au Co (...)

10Les remarques faites plus haut sur la montée des incertitudes dans la société française s’appliquent largement à l’État et à ses administrations, pris dans les bouleversements des années quatre-vingt (décentralisation et déconcentration, introduction de la micro-informatique et modernisation technique, allers-et-venues des nationalisations-privatisations, dysfonctionnement de la tutelle de l’État sur ses entreprises et ses banques nationales, montée de la Communauté européenne, ouverture des frontières, etc.), dans la remise en cause ou la critique du rôle de l’État21 et dans la rhétorique de la modernisation des services publics. Nous avons pu nous-mêmes, à notre poste d’observation du Comité pour l’histoire économique et financière, constater ces troubles, ces mêmes questionnements sur l’identité22, sur la nécessité de conduire le changement dans les administrations ou sur la capacité des pouvoirs publics à le mener et à le maîtriser23. Les réactions à ce nouveau contexte d’incertitude et à ces mises en question successives ne se sont pas tellement fait attendre, mais elles ont pris des formes différentes du secteur privé et sont passées dans un premier temps inaperçues, masquées par le phénomène médiatique de l’histoire d’entreprise24 et rendues discrètes en raison même de leur modalités : en effet, dans l’administration, conformément à une tradition assez bien établie en France d’encadrement de la recherche et de pilotage des travaux historiques25, il a été fait le choix de créer de petites structures d’animation historique permanentes, les comités d’histoire26, et de les implanter à côté ou au sein des organisations publiques concernées ; ce mouvement de création institutionnelle a nécessité du temps et il a fallu attendre les premiers rapports d’activités pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène27.

  • 28  C’est ainsi que Michel Bruguière et Guy Thuillier, futurs fondateurs du Comité pour l’histoire éco (...)

11Quelles sont les motivations des créateurs de comités d’histoire, au-delà de la concomitance facilement observable des créations avec la vague de mémoire ? On peut distinguer plusieurs types de motivations, suivant que ces comités ont été créés sur l’initiative de membres de la communauté scientifique ou à l’instigation des institutions elles-mêmes. Dans le premier cas, on trouve pêle-mêle une préoccupation d’intérêt général concernant la conservation des archives et le fait de vouloir obtenir un meilleur accès aux fonds publics pour les étudiants et les chercheurs28 ; le souci de combler les lacunes de la connaissance historique dans certains domaines et de développer des secteurs innovants ; la volonté de suppléer aux carences de l’organisation de la recherche universitaire en réintroduisant une dose de coordination et de programmation ; le souhait personnel pour tel ou tel « patron » d’obtenir des moyens financiers supplémentaires et de se constituer des espaces de liberté ou de pouvoir...

12Dans le deuxième cas, l’idée de créer un comité peut venir d’une prise de conscience de l’institution, qui réalise qu’elle a perdu la mémoire, qu’il lui faut remettre cette dernière en ordre ou qu’elle ne connaît plus son histoire ; elle peut venir en réponse à une demande sociale qui s’exprime de l’intérieur de l’organisation ou à une pression de l’opinion publique (les comptes juifs en déshérence) ; elle peut avoir des motifs matériels ou logistiques (que faire des archives ?), masquer des motivations de prestige, de notoriété ou d’émulation, ou encore répondre à un désir de valorisation ou de célébration des dirigeants. Lacunes dans les connaissances historiques, lacunes mémorielles ou patrimoniales, demande scientifique et universitaire, déficit d’image publique, demande identitaire interne, désir de valorisation personnelle des dirigeants ou obtention de positions de prestige ou de pouvoir de la part des membres scientifiques, tous ces facteurs peuvent se conjuguer pour déclencher la décision de créer un comité d’histoire et pour lui assurer, par la suite, une longévité pluridécennale.

  • 29  Dans le secteur public et notamment dans l’administration, le problème des archives se pose de faç (...)
  • 30  Voir le ton légèrement réticent adopté par l’auteur pour faire le compte rendu des travaux des com (...)
  • 31  La plupart des grandes entreprises françaises disposent aujourd’hui de travaux sur leur histoire, (...)
  • 32  Au Comité d’histoire des Finances, la règle est que les travaux de recherche se fassent dans le ca (...)

13Les comités d’histoire ministériels adoptent pour la plupart des programmes patrimoniaux (collecte, création, protection ou valorisation des archives29) et des programmes d’animation de la recherche concernant non seulement les domaines d’intervention des institutions qui les supportent, mais aussi l’histoire de ces institutions elles-mêmes, ce qui est plus neuf en France et révèle un grand déficit de connaissances en la matière, tout en manifestant une plus grande liberté d’esprit par rapport aux soupçons toujours renaissants d’« histoire-maison »30. En réalité, la prise de conscience de lacunes importantes dans la connaissance de l’histoire contemporaine des organisations ministérielles et administratives31 et du retard pris dans l’étude historique des bureaucraties modernes, ainsi que les garanties qui ont été prises pour que les méthodes en soient scientifiques et rigoureuses32, ont été plus fortes que la crainte de tomber dans les travers de l’hagiographie.

II. Une expérience pionnière et fondatrice : la constitution des archives orales de la sécurité sociale (1975-1980)

1. Le rôle d’un « éveilleur » : Guy Thuillier, promoteur des archives orales

  • 33  Il y aurait beaucoup à dire sur cette expression que l’on retrouve souvent sous la plume des promo (...)

14Pierre d’angle du défrichage de cette nouvelle (future) histoire institutionnelle, en réaction contre la traditionnelle histoire juridique des institutions faite par les facultés de droit, les comités d’histoire ministériels affichent généralement la constitution d’archives orales, conçues avant tout comme un programme de conservation de ce patrimoine particulier qu’est « la mémoire vivante » des membres de l’organisation33.

  • 34  G. Thuillier, Témoins de l’administration de Saint-Just à Marx, Paris, Berger-Levrault, 1967 ; La (...)
  • 35  G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, en collaboration avec R. Catheri (...)
  • 36  En collaboration avec J. Tulard La méthode en histoire, Paris, PUF, 1986, 1993 ; Le métier d’histo (...)

15À la source de ce courant patrimonial qui va prendre une certaine ampleur à la fin des années quatre-vingt, on trouve un personnage original, atypique même, Guy Thuillier, né en 1932, conseiller-maître à la Cour des comptes, ancien membre de cabinets ministériels notamment au ministère des Affaires sociales et à la Santé au début des années soixante-dix, historien local du Nivernais sous tous ses aspects et membre actif de sociétés savantes en tout genre, spécialiste de l’histoire de l’assistance, de la prévoyance et de la protection sociale, de la monnaie et de l’administration au xixe siècle34, érudit et biographe invétéré d’une foule de personnages touchant de près ou de loin à l’histoire de l’État, responsable à Science Po, en tandem avec Jean Tulard, pendant plusieurs années du cours sur l’histoire de l’administration depuis la Révolution jusqu’à nos jours, phénomé-nologue-philosophe-politiste de la haute administration aux xixe et xxe siècles35, fondateur, inspirateur ou membre militant de nombreux comités ou associations d’histoire en tout genre (Sécurité sociale, Finances, Industrie, Électricité, Chemins de fer, Poste, Armement, Agriculture, et nous en oublions sûrement), adepte des méthodes de programmation qu’il emprunte aux cabinets ministériels, aux groupes de travail du Plan et aux grands corps, théoricien du métier d’historien36 et essayiste-moraliste sous d’innombrables noms d’emprunt.

  • 37  367 entretiens pour 200 personnes interviewées : hommes politiques et anciens ministres des Affair (...)
  • 38  Il commence à défendre la constitution d’archives orales locales dès les années 1972-1973, notamme (...)
  • 39  G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », Gazette des archives, 1976, p. 28-32 et douz (...)

16C’est lui, d’après la chronologie des articles publiés, du moins ceux que nous avons retrouvés, qui aurait, le premier en France, lancé le concept « d’archives orales » par opposition au concept « d’histoire orale » que nous avons amplement développé dans les chapitres qui précèdent ; c’est lui qui, en 1973-1974, en soufflant à Pierre Laroque, président de la section sociale du Conseil d’Etat, de créer les archives orales de la Sécurité sociale, serait à l’origine d’une des plus importantes opérations d’archives orales institutionnelles réalisées dans le plus court intervalle de temps37 ; c’est lui qui a le plus œuvré pour la constitution d’archives orales patrimoniales, en militant activement auprès des archivistes des archives départementales38 et des Archives nationales dès le début des années soixante-dix39, et en inscrivant à partir de 1986 dans les priorités des comités d’histoire ministériels nouvellement créés, partout où il a pu peser en ce sens, un programme d’archives orales administratives.

  • 40  G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », Gazette des Archives, 1976, p. 28-32.
  • 41  Plus haut, il parle de « séries d’archives orales » ; lapsus, concession à l’air du temps et à la (...)
  • 42  C’est la différence essentielle, selon lui, avec les collectes ethnographiques « qui ne cherchent (...)
  • 43  Le fait qu’il n’y ait pas d’exploitation immédiate est la première différence entre ces archives o (...)
  • 44  On sort à peine de la mythique opération de rationalisation des choix budgétaires (RCB), préalable (...)
  • 45  C’est pour cela qu’il ne faut pas se précipiter sur l’histoire politique, qui possède beaucoup d’a (...)
  • 46  Il souligne, citant implicitement M. Bloch, qu’aujourd’hui l’historien doit allonger son questionn (...)
  • 47  G. Thuillier parle même de sauvegarder « les monuments de l’expérience » comme, au xixe siècle, le (...)
  • 48  Expression empruntée à P. Leuilliot. Sur le quotidien, G. Thuillier, Pour une histoire du quotidie (...)

17Mais quelle est sa doctrine en matière d’archives orales et d’où lui vient-elle ? En 1976, dans un article de la Gazette des archives, qui reproduit sa première note-programme sur les archives orales écrite le 13 octobre 1974 et adressée à Pierre Laroque, président du tout nouveau Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale pour l’inciter à décider la constitution d’archives orales pour la Sécurité sociale40, il expose sa théorie ; sa démarche est explicitement généraliste, mémorielle, patrimoniale, sérielle, volontariste, planificatrice et nationale : « Il s’agit de constituer pour [des] groupes-cibles bien définis [...] une accumulation d’archives orales41, c’est-à-dire des témoignages concernant un passé bien défini42 (par exemple avant 1914 ou avant 1945) en étendant cet inventaire sur plusieurs années. Au fond, il s’agit [...] d’exploiter une certaine mémoire collective et d’accumuler les documents pour les historiens futurs sans idée d’exploitation immédiate43 [...], en créant ou en inventant des archives là où, par la nature des choses, l’on ne dispose de rien ou de presque rien ». Par souci de rentabilité et d’« optimisation » des enquêtes44, au demeurant coûteuses, il faut privilégier les secteurs pour lesquels il n’y a pas d’archives écrites45 et les secteurs dans lesquels existe un « écart » entre la lettre et la pratique. Les thèmes privilégiés des archives orales devront être : le « vécu »46, les gestes, les mentalités, les attitudes mentales, les doctrines, les pratiques, les techniques, l’expérience professionnelle47, les métiers, la vie quotidienne, « l’invisible quotidien »48.

  • 49  Il développera plus tard cette notion d’ingénierie pour la gestion des comités d’histoire en voyan (...)
  • 50  En 1976, G. Thuillier préconise le recrutement d’enquêteurs suffisamment « âgés » pour éviter les (...)

18Concernant les méthodes, que propose-t-il ? Toute « l’ingénierie » des archives orales, celle que nous détaillerons en deuxième partie, est là, résumée en quelques lignes49 : définition d’un « groupe-cible », établissement d’une grille de questionnement avec élaboration de « schémas biographiques », connaissance du « milieu » d’enquête, enquête exploratoire, formation des enquêteurs50, recrutement d’un chef de projet coordinateur, envoi préalable du questionnaire à l’interviewé, collecte d’archives privées et commande de notes écrites complémentaires, incitation à l’écriture de « souvenirs », évaluation des entretiens, confidentialité et contrat de communicabilité, comité scientifique de « garantie déontologique », critique de la méthode de l’entretien et des effets d’interaction...

  • 51  Il publie ce texte exactement à mi-chemin entre les deux manifestes des Annales, « Faire de l’hist (...)
  • 52  Guy Thuillier connaît le regret de M. Bloch et de G. Duby qui auraient tous deux souhaité pouvoir (...)

19En relisant son article de 197651, on peut dire que Guy Thuillier a été l’un des premiers théoriciens des « archives orales » en France ; il appartient à ce petit groupe d’historiens contemporanéistes pionniers qui ont su lier étroitement histoire contemporaine des mentalités ou des pratiques sociales et archives orales provoquées (J. Ozouf ou P. Joutard) et tirer jusqu’à leur terme les réflexions de Marc Bloch et de Lucien Febvre sur l’allongement du questionnaire et sur la nécessité d’inventer les sources en adéquation avec l’objet que l’on étudie. Il est le premier à avoir affirmé aussi clairement que pour faire une telle histoire, « la source orale était irremplaçable » et que ce serait manquement aux devoirs de l’historien que de ne pas avoir recours « à ce “capital” symbolique et immatériel que l’on appelle expérience ou mémoire en recueillant les souvenirs des personnes âgées »52.

  • 53  Au Service historique de l’armée de l’Air, qui commence officiellement ses entretiens à la même ép (...)
  • 54  Guy Thuillier ne cite pas explicitement l’histoire orale anglo-saxonne, mais il en a eu connaissan (...)
  • 55  Dans les années quatre-vingt, alors que les initiatives historiques ministérielles fleurissent, il (...)

20Deuxièmement, alors que dans les années soixante-dix, tout le monde parle « d’histoire orale »53, il est l’un des premiers à utiliser l’expression « archives orales » et à défendre une conception patrimoniale et archivistique des témoignages oraux, se rapprochant ainsi du modèle « d’histoire orale » de l’université de Columbia54. Si l’on peut voir en Guy Thuillier le précurseur et le défenseur d’un « pôle columbien » entendu comme un pôle patrimonial de conservation par opposition à un pôle d’histoire orale-exploitation, il existe néanmoins deux différences fondamentales entre l’approche défendue par le département d’histoire orale américain et ce que préconise Guy Thuillier : les thématiques historiques et le choix des témoins. Donnant la priorité à l’histoire du « vécu », des mentalités et du quotidien, il est conduit à mettre l’accent sur l’histoire locale aux dépens de l’histoire nationale et à accorder plus d’importance au témoignage d’un domestique, d’un petit fonctionnaire, d’un curé, d’un instituteur ou d’une sage-femme qu’à celui d’un directeur d’administration centrale, d’un banquier, d’un membre de grand corps ou d’un homme politique ; les archives orales de Guy Thuillier, du moins dans cette première version, ne sont en rien des archives orales élitistes, elles sont avant tout des archives orales de la société locale, ce sont des archives orales « vues d’en bas » et, de ce point de vue, par-delà ses intérêts scientifiques personnels, il est bien représentatif de son temps et de sa décennie55. Enfin, dernier point, il est le premier à avoir esquissé en quelques lignes « l’ingénierie » des archives orales, et à avoir énuméré la chaîne complète des opérations nécessaires à la production de ces archives d’un nouveau genre, fabriquées de toutes pièces pour le bénéfice des historiens.

21Malheureusement, Guy Thuillier n’a pas le département d’histoire orale de Columbia derrière lui et sa position institutionnelle ne suffit pas pour entraîner derrière lui la communauté scientifique et archivistique. Unique en son genre, isolé, il reste une personnalité paradoxale et inclassable : énarque, il n’appartient pas au sérail universitaire des historiens ; historien contemporanéiste, il est directeur d’études à la IVe section de l’EPHE, antique conservatoire de l’érudition, temple du positivisme et tombée, depuis la scission de la VIe section devenue EHESS, aux mains quasi exclusives des antiquisants, des médiévistes et des philologues ; partisan des archives orales, il sévit dans le temple du culte du document écrit ; historien de l’administration, ce qui reste une spécialité contestée dans la discipline historique, il rejette au nom de la spécificité du modèle administratif français la sociologie des organisations, trop inspirée à son goût des théories anglo-saxonnes et des grandes entreprises ; voisin de l’école de sciences politiques ou des sciences administratives françaises, celle faite par les grands corps et plus particulièrement par le Conseil d’État, il en est néanmoins séparé parce que dix-neuviémiste et porte-drapeau de l’école d’érudition (le document, rien que le document !) ; féru d’archives et militant de la cause archivistique, il n’est ni chartiste ni archiviste de métier et ne peut donc se prévaloir d’une quelconque position institutionnelle pour faire valoir ses idées au sein de l’institution des Archives de France ; anti-soixante-huitard, il voit d’un fort mauvais œil les désordres causés par les maîtres-assistants, s’insurge contre la montée des sciences sociales et leur contagion en histoire et refuse « l’histoire orale » qui installe ses positions à la croisée de l’histoire et des sciences sociales ; ancien acteur décisionnel en tant que membre de cabinet ministériel, il défend, par identification aux témoins interviewés, une conception « congelée » des archives orales par rapport à une histoire orale faite « à chaud » et ouverte au public. Réciproquement, aux yeux des historiens du sérail, il n’appartient pas à la corporation universitaire ; membre d’un grand corps de l’État et à ce titre suspect, il ne risque pas de plaire aux partisans remuants et contestataires de l’école d’histoire orale « vue d’en bas » ; membre de l’EPHE (IVe section), il se voit séparé des partisans de la Nouvelle Histoire, concentrés à l’EHESS (ex-VIe section) dont il partage les intérêts mais pas forcément les méthodes de travail ni les modes d’écriture ; quant à ses congénères contemporanéistes, ils considèrent ses « rêveries » d’historien du local, du quotidien ou de l’administration comme « pas sérieuses », selon le mot d’un des plus distingués professeurs d’histoire économique ayant eu le plaisir de siéger avec lui au Comité pour l’histoire économique et financière. Bref, c’est un homme seul, qui pour faire avancer ses idées n’a pour armes que ses convictions et son pouvoir d’influence et de persuasion. Ce qui, une fois de plus, ne fait pas l’affaire de la source orale vouée décidément à être défendue par des hétérodoxes !

2. Les archives orales institutionnelles de la Sécurité sociale

  • 56  La clef de ces paradoxes « piquants » se trouve dans la Préface de Dominique Schnapper !
  • 57  Les Archives nationales, elles, ne commencent qu’en 1980.
  • 58  Ce sera là une référence constante pour tous les comités d’histoire qui suivront.
  • 59  D. Schnapper et D. Hanet, « Archives orales et institutions sociales », Revue française de sociolo (...)
  • 60  L’article avait, semble-t-il, été proposé à la Revue historique, mais il fut refusé par le Comité (...)
  • 61  « Questions impertinentes aux historiens oraux », Commentaire, n° 6, 1983.
  • 62  Un des aspects les plus intéressants de l’affaire provient du fait que le rappel à l’ordre provien (...)
  • 63  Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour (...)
  • 64  Dominique Schnapper n’utilise pas ce terme, de même qu’elle ne parle pas de mémoire. Nous sommes e (...)

22Le « salut » pour les archives orales vient avec la création des comités d’histoire ministériels et surtout du premier d’entre eux, le Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale institué en 1973, alors que Guy Thuillier est membre du cabinet d’Edgar Faure, ministre des Affaires sociales. Il convainc le président Laroque, fondateur de la Sécurité sociale en 1945 et président du tout nouveau comité d’histoire, de lancer une campagne d’archives orales sur la naissance et la constitution de la Sécurité sociale en France ; et pour ce faire, il fait appel à Dominique Aron-Schnapper, jeune sociologue, ancien membre de l’équipe de Bourdieu, en rupture de ban avec son ancien « patron », maître de conférence à l’EHESS et rattachée à l’époque au Centre de recherches historiques (CRH)56. Le fait d’avoir recours à Dominique Schnapper pour cette mission et de lui donner carte blanche se révèle absolument providentiel et décisif pour le devenir des archives orales. Car non seulement elle constitue de façon pionnière et en un laps de temps assez court (entre 1975 et 1979) l’une des plus importantes collections d’archives orales en France (363 entretiens, environ 400 heures d’entretiens, auprès de 200 témoins)57 et ce, à la demande d’une institution qui n’est ni un service d’archives ni un centre de recherche universitaire ou du CNRS, mais un comité d’histoire ministériel (innovation promise à un grand avenir)58 ; mais de surcroît, elle écrit entre 1980 et 1983 plusieurs articles-manifestes sur les archives orales, entre autres, dans la Revue française de sociologie59, dans les Annales60 et dans la revue Commentaire61 qui sonnent à la fois comme un coup d’envoi pour les archives orales en les faisant accéder à la notoriété et comme un rappel à l’ordre intellectuel des « historiens-oraux »62. Car, même si elle n’a pas encore conquis les positions qu’elle occupe aujourd’hui dans le champ intellectuel et même si le contexte politico-intellectuel ne lui est pas favorable à l’époque, Dominique Schnapper dispose malgré tout d’atouts non négligeables pour se faire entendre, chez les historiens oraux de toute obédience, « d’en haut » comme « d’en bas », chez les historiens comme chez les chercheurs en sciences sociales, chez les quantitativistes comme chez les partisans d’une sociologie plus qualitative et plus généralement dans le microcosme intellectuel... Membre du sérail, elle a les moyens d’assurer la promotion de son projet et de défendre son point de vue. Les « éclats » polémiques qui accompagnent le lancement du concept d’archives orales (articles et tables rondes) contribuent à faire connaître et à diffuser largement ce qu’un austère rapport d’activité de fin de mission, qui aurait pu rester confidentiel, a établi de façon très ferme et selon nous non dépassée jusqu’à aujourd’hui63, à savoir les bases doctrinales et méthodologiques de la méthode des archives orales institutionnelles patrimoniales64. De quoi s’agit-il ?

23Dominique Schnapper commence par un certain nombre de mises au point méthodologiques afin de définir le statut des archives orales.

  • 65  Dominique Schnapper a fait préalablement une enquête exploratoire sur l’histoire orale aux États-U (...)
  • 66  Voir également J. Peneff sur le même sujet, La méthode biographique, A. Colin, 1990.

24• Premièrement, l’oral history américaine est avant tout une création d’archives65. Revenant sur les pratiques de l’oral history à l’américaine et sur les confusions qu’ont causées les termes oral history ou oral historians, elle souligne que cette discipline recouvre avant tout la collecte et l’archivage de témoignages oraux enregistrés puis transcrits « pour remplacer ou compléter des documents écrits inexistants ou incomplets » au profit de l’historien du futur. Selon elle, les spécialistes de l’oral history américaine, se qualifient abusivement d’oral historians ; ils exerceraient en réalité plutôt le métier d’archivistes-oraux. Elle souligne ainsi discrètement les simplifications ou les confusions qui auraient été opérées par certains sociologues ou historiens français en découvrant l’oral history américaine : attirés par la reconstitution instantanée et émotionnelle du « vécu », ils n’auraient retenu qu’une partie des méthodes, la technique de l’entretien et l’histoire de vie, et laissé de côté les autres aspects, plus ingrats ou plus ennuyeux, tels que l’archivage, les techniques de transcription, ou le recoupement avec d’autres types de sources66.

  • 67  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 11.
  • 68  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 27. Dans la filiation d’Henri Marrou et de Paul Ve (...)
  • 69  Contre la tyrannie du document brut et l’illusion du « vécu », elle souligne qu’« aucun moyen ne p (...)
  • 70  Citant les philosophes-épistémologues de l’histoire, elle rappelle que « l’histoire que vivent les (...)

25• Un témoignage oral n’est pas l’histoire mais un document. Cette activité de création archivistique et patrimoniale au bénéfice de la communauté, dans un but d’intérêt général, diffère profondément de l’« histoire orale » immédiate telle qu’elle se développe depuis les années soixante-dix en France et dont elle souhaite dénoncer certaines confusions méthodologiques : « archives et témoignages ne sont pas de l’histoire »67. Elle rappelle que l’enregistrement d’un récit de vie constitue d’une part un document et d’autre part une représentation actuelle du témoin ; mais que le récit que le témoin fait n’est en aucun cas l’histoire réelle du témoin ni même son « vécu », mais une reconstruction de ce vécu68 ; que « l’interviewé, au moment où il parle, n’est plus celui qu’il était au moment des événements qu’il évoque » ; « que le récit du fait passé, par définition, n’est pas le vécu de ce fait »69 ; que la compilation juxtaposée de documents oraux et de récits autobiographiques ne fait pas l’histoire ; que l’histoire désigne le travail d’élaboration, d’interprétation et d’analyse réalisé par l’historien à partir de documents, écrits ou oraux, et d’un questionnement dérivé de son présent70.

  • 71  On n’en est pas au premier paradoxe dans cette affaire.
  • 72  De nombreux sociologues et politistes, pourtant adeptes de l’histoire orale, n’utilisent pas systé (...)
  • 73  Cela suppose un lieu de conservation et de consultation public ou à tout le moins accessible.
  • 74  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 51-52 ; 58-62 et p. 67.

26• Toute archive, tout document doit être critiqué et évalué. Cette vigoureuse mise au point concernant le statut « épistémologique » des documents oraux est complétée par un non moins ferme rappel de la nécessité de mettre en œuvre les méthodes traditionnelles de la critique historique (dite « positiviste »)71. Quelles sont ces règles ? Disposer du document enregistré original, intégral (non saucissonné en extraits ou en citations réécrites), et de sa transcription72, rendu accessible pour qu’il soit possible de s’y référer et de faire des vérifications73 ; procéder à une critique interne et externe du document74 ; croiser les sources entre elles (sources orales, sources imprimées et sources écrites) ; examiner et critiquer les conditions de production et d’interprétation du document (biais, interactions, problématiques d’enquête). Toutes ces opérations visent à démontrer que les témoignages oraux constituent des sources comme les autres, qu’ils n’ont pas de valeur en eux-mêmes, mais seulement valeur d’instruments et qu’ils ne prennent sens que par le questionnement qui les construit en objet d’histoire, et les uns par rapport aux autres.

27Après avoir fait la distinction avec l’histoire orale telle qu’elle se pratique à l’époque, Dominique Schnapper définit en positif les archives orales. Les archives orales telles qu’elle les décrit relèvent clairement du registre patrimonial, comme en témoignent plusieurs caractéristiques. Les témoignages sont collectés, entretenus, conservés et rendus accessibles dans un souci d’intérêt général, pour les historiens du futur, parce qu’ils sont crédités d’une valeur pour la collectivité toute entière. Là encore, les archives orales diffèrent de « l’histoire orale » qui exploite, en général immédiatement, des témoignages oraux collectés le plus souvent individuellement en vue d’un projet déterminé, mais ne les conserve pas ou ne les met pas à la disposition de la communauté. Le fait que leur exploitation soit différée pendant un temps de raison, principe dont on peut penser qu’il est lié autant à l’influence anglo-saxonne qu’à celle de Guy Thuillier, accentue le caractère patrimonial et désintéressé de ces archives.

  • 75  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 14.
  • 76  Cette théorie des points de vue et de la représentation des différents groupes sociaux est très im (...)
  • 77  Dominique Schnapper a cherché à obtenir des témoignages de la part des principaux groupes d’acteur (...)

28Par ailleurs, les archives orales ne doivent pas être guidées par une problématique particulière mais doivent être le plus ouvertes possible, de façon à ouvrir le plus grand possible le champ informationnel et à intéresser le plus grand nombre d’historiens du futur possible. Dominique Schnapper résume ainsi sa doctrine75 : il s’agit « de recueillir de la manière la plus large possible, une information maximum, donc contradictoire, en multipliant sur les mêmes événements les points de vue différents des différents acteurs historiques76, ». Ces archives orales doivent embrasser tous les points de vue des acteurs historiques concernés et ne pas se focaliser sur un seul type d’acteurs, les « dominés » ou les dirigeants par exemple ; il y a là une préoccupation d’intérêt général, ou, à tout le moins, le souhait d’intégrer la collectivité toute entière77. De ce point de vue, les archives orales de Dominique Schnapper ne sont ni des archives orales vues d’en haut ni des archives orales vues d’en bas, mais bien plutôt des archives orales vues de l’intérieur ; dans une telle approche les « petits » témoins ne s’opposent pas aux « grands témoins », mais tous sont considérés comme parties prenantes de dispositifs d’action concrets, de configurations interrelationnelles et de systèmes interactifs évolutifs.

  • 78  Les archives orales de la Sécurité sociale sont déposées aux Archives nationales sous les cotes 2  (...)
  • 79  On pourrait dire « publicise », au sens de rendre « public » par opposition à « privé ».

29Le caractère patrimonial provient aussi du fait que les témoignages collectés sont destinés à être conservés et qu’un système est mis en place pour assurer leur pérennité ; cet aspect est souligné par le fait que ces archives orales de la Sécurité sociale sont destinées à être versées aux Archives nationales78, ce qui officialise et « nationalise » les collections79, leur imprimant le sceau du bien public et de la continuité nationale.

  • 80  Dans une perspective halbwachsienne, on pourrait s’interroger sur ce processus de fixation de mémo (...)

30Enfin, le caractère patrimonial est accentué selon nous par le fait que les archives orales sont constituées autour d’une institution et de ses membres. En effet, il est plus facile de parler de patrimoine pour une personne morale, pour une institution ou une entreprise, qui ont des contours fermes et objectivables, que pour un groupe social, toujours plus ou moins informel. C’est en fait une mémoire collective, une mémoire organisationnelle et humaine que Dominique Schnapper a recueillie en interviewant les acteurs du « système Sécurité sociale » ; en la fixant sur les bandes puis par l’écrit, elle a matérialisé, solidifié cette mémoire en la constituant en monument80. De ce point de vue, les archives orales de la Sécurité sociale constituent aussi une expérience pionnière pour toutes les organisations publiques et privées désireuses de se constituer un patrimoine mémoriel institutionnel.

  • 81  Aujourd’hui, l’opposition terme à terme n’a plus vraiment de sens, car des enquêtes d’histoire ora (...)
  • 82  Au sein du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, alors qu’il était question de relancer une ca (...)

31Ouverture du champ informationnel, dimension institutionnelle, caractère contradictoire des témoignages et pluralité des « points de vue », exploitation différée, conservation et pérennité, parfum d’intérêt général, projection dans l’avenir et politique de postérité, voilà, selon nous, les caractéristiques fondamentales du modèle des archives orales patrimoniales selon Dominique Schnapper, modèle qui dessine en creux le schéma inversé d’une histoire orale focalisée et problématisée, à exploitation immédiate81, fondée sur les « intérêts particuliers » des historiens du temps présent82.

  • 83  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 13.

32Par ailleurs, soucieuse de dégager les spécificités de sa démarche, elle insiste sur le caractère volontaire, systématique, scientifique et organisé de cette création documentaire et archivistique, rejoignant les réflexions d’un Jacques Ozouf sur le caractère « provoqué » des souvenirs des instituteurs de la Belle Époque et celles de Guy Thuillier sur une ingénierie des archives orales qui ne dit pas encore son nom. Le fait que ces archives orales soient conçues dans des conditions épistémologiques et scientifiques déterminées pour « remplacer ou compléter des documents écrits inexistants ou incomplets »83 les distinguerait, selon elle, profondément, tant du point de vue des méthodes que des finalités, des témoignages recueillis par les conservateurs d’archives classiques, par les sociétés savantes ou par des amateurs distingués. D’un côté, on trouverait volontarisme, critique contradictoire et organisation volontaire de la polyphonie, programmation et planification, caractère concentré dans le temps et « industriel » de la campagne ; de l’autre, réception de témoignages ponctuels et hétérogènes, archivage passif, caractère artisanal de la collecte. Cette insistance à opposer les deux démarches peut s’expliquer par l’intention de Dominique Schnapper d’asseoir la légitimité d’une méthode dont elle se fait l’introductrice et de lui donner une doctrine ferme. Elle s’explique aussi par un contexte et une époque où, répétons-le, les archives orales ne sont pas encore pratiquées aux Archives nationales et où elles démarrent à peine dans les Archives départementales, la plupart du temps liées à la bonne volonté ou aux initiatives individuelles de conservateurs audacieux ou innovants. Son insistance provient aussi de l’idée de procéder dès le début de la collecte à un recoupement contradictoire des archives orales entre elles et à le poursuivre tout au long de la campagne, méthode qu’elle revendique comme l’une des spécificités de son entreprise et qui vient pallier le fait de n’avoir pas eu accès aux sources écrites.

  • 84  Avec les budgets spécifiques donnés par les conseils généraux ou régionaux, les choses changent da (...)

33À ces considérations, il faut ajouter le rôle joué par la question financière ; cette dernière tient en effet une place considérable dans l’aspect organisé et planifié des archives orales provoquées. Avec un budget, une lettre de mission et une autonomie de mouvement, on peut programmer, on peut organiser, on peut recruter, on peut transcrire... Nous sommes persuadés que nanti d’un budget « archives orales » reconduit chaque année, tout conservateur d’archives est capable de construire et de planifier lui aussi sa collecte d’archives orales. Il reste que de fait, historiquement et dans la pratique, ce sont surtout les comités d’histoire, les services historiques ou les laboratoires de recherche qui, en raison précisément de budgets affectés à cette mission, ont entrepris des « campagnes planifiées » d’histoire orale ou d’archives orales84 ; par effet retour, les archives orales provoquées sont devenues une marque distinctive des comités d’histoire.

  • 85  Grâce à la procédure des « emplois-jeunes » de Martine Aubry 
  • 86  C’est le cas dans les Archives départementales mais aussi aux Archives nationales où les responsab (...)

34Enfin, par son insistance sur le caractère planifié, construit et volontariste des archives orales provoquées, par son insistance sur les différences de finalités et de méthodes entre archives orales et histoire orale, il nous semble que Dominique Schnapper veut aussi tenter de dégager un nouvel espace professionnel et un nouveau métier dans le domaine historique, celui d’archiviste-oral, à côté du conservateur d’archives traditionnel et de l’historien. De ce point de vue, depuis 1980, on ne peut pas dire que les espérances de Dominique Schnapper se soient pleinement réalisées, pas plus d’ailleurs que celles très optimistes de Guy Thuillier sur le même sujet. Le métier d’archiviste-oral reste confidentiel : quelques postes existent à temps plein dans les Services historiques des Armées, au Comité pour l’histoire économique et financière, auprès de quelques rares conservateurs départementaux, dans quelques collectivités locales85 ; mais la plupart du temps, même dans les services les plus convaincus, la constitution d’archives orales relève du domaine du temps partiel pour les archivistes classiques (les entretiens viennent toujours « en plus » de leurs autres activités)86, ou de la mission ponctuelle pour les chercheurs en histoire.

  • 87  Parler de problématiques non déterminées ne signifie pas pour autant être dépourvu de cadres intel (...)
  • 88  Elle cite avec éclectisme les travaux de Joseph Goy, Raoul Girardet, Isabelle Bertaux, Philippe Jo (...)
  • 89  Elle reprend l’expression de Paul Leuilliot.

35Du point de vue du contenu, maintenant, Dominique Schnapper croise plusieurs approches : celle d’une « l’histoire orale » anglo-saxonne version Columbia (compléter les archives écrites et « rechercher l’inédit »), celle d’une sociologie des organisations (mettre au jour la construction du système d’action « Sécurité sociale » et en dévoiler le fonctionnement concret)87 et celle d’une sociologie qualitative et compréhensive soucieuse de recueillir le sens que les acteurs donnent à leur action (en vue d’une histoire des représentations et des mentalités88). Elle assigne de ce fait aux archives orales la mission de traquer « les petits faits vrais », « l’invisible quotidien »89, « le vécu » (avec les précautions qu’elle a elle-même rappelées).

  • 90  Rappelons qu’elle « sort » d’une grande enquête sur « la morphologie de la haute administration fr (...)
  • 91  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 17-27.

36En sociologue bonne connaisseuse des appareils bureaucratiques et administratifs90, elle attire particulièrement l’attention sur les pratiques de discours, d’un groupe d’acteurs à l’autre, (médecins, hauts fonctionnaires, partenaires sociaux, cadres dirigeants des caisses, syndicalistes, femmes, employés des caisses, usagers, implantation parisienne et localisation en province, administration centrale, caisses locales, etc.), sur les systèmes de valeurs, de motivations et de représentations présents dans les différentes catégories professionnelles interrogées, ainsi que sur le fonctionnement interne concret d’une grande organisation (pratiques et comportements, relations interpersonnelles, conflits, clivages internes, rapports de pouvoir)91.

  • 92  C. Rogers, La relation d’aide et la psychothérapie, 1942, Paris, ESF, 1970 ; « The Non-Directive M (...)

37Du point de vue de la méthode d’entretien, elle préconise apparemment l’entretien non directif, car nulle part il n’est question de questionnaire et elle souligne l’importance de la relation entre le témoin et l’intervieweur (empathie, confiance, garantie de confidentialité), initiant les historiens et les archivistes aux méthodes de la psychosociologie ou de la psychologie clinique selon Carl Rogers (il est l’un des théoriciens de l’entretien non directif92).

38Pour conclure, le grand apport de Dominique Schnapper, c’est donc non seulement d’avoir théorisé la méthode des archives orales, mais c’est aussi d’avoir opéré la réconciliation entre sociologie qualitative, histoire, création archivistique et rigueur des méthodes historiques critiques. En imposant à l’histoire orale un dégonflement de ses prétentions historiographiques et un retour à une saine conception instrumentale du document, en la faisant passer sous les fourches caudines de la critique historique des sources, elle a contribué à faire la synthèse entre les acquis de l’histoire méthodique et les nouveaux thèmes de l’histoire orale, préparant le chemin à une normalisation qui tardait un peu. Elle a ramené à sa juste place la source orale au sein des autres sources de l’histoire contemporaine (archives administratives, presse, sources radiophoniques et télévisuelles, photographies, etc.), elle les a soumises aux mêmes règles d’interprétation et au même statut d’instrument. Par sa réflexion méthodologique qui vient rectifier les excès d’une certaine histoire orale, Dominique Schnapper exprime en quelque sorte une « exception française » qui tient précisément à l’enracinement de ses positions scientifiques et à la force de son école historique méthodique : c’est par la réaffirmation des exigences critiques que l’histoire en tant que discipline peut accepter de se réapproprier la source orale et de l’intégrer à ses instruments ; à partir du moment où l’histoire orale accepte de se dépouiller de ses habits militants et d’en passer par les règles historiques, c’est-à-dire de se laisser rabaisser à l’état de source et rien d’autre, son acceptation n’est plus qu’une question de temps, de travaux et d’expérimentation. Avec les travaux de Dominique Schnapper, on passe d’une théorie de l’histoire orale où l’histoire est dite et faite par les acteurs-témoins à une théorie des archives orales, où les témoignages oraux ne sont qu’une source parmi d’autres, mis à la disposition de l’historien à qui incombe la responsabilité d’en restituer l’intrigue et l’intelligibilité.

39Par ailleurs, le fait que les témoignages soient promis à une exploitation différée et réservés pendant trente ans, par assimilation extensive à des archives publiques, les range dans le cadre commun et renforce leur normalisation ; cette congélation des archives orales, qui vise à refroidir une mémoire que chacun s’attache à reconnaître comme encore (trop) chaude, annule en partie le cadre général des problématiques de l’histoire du temps présent dans lequel le témoin vivant joue un rôle privilégié : ici, les vivants ne sont entendus qu’une fois morts ! À cet égard, la conception des archives orales, selon laquelle les souvenirs des acteurs doivent être recueillis de façon bilatérale dans la confidentialité d’un entretien sans public, mis au « secret » pendant quelque temps et destinés de façon différée aux historiens du futur, permet de soustraire l’écriture de l’histoire à la tyrannie des témoins.

  • 93  Guy Thuillier nous a recrutée en 1987 à la sortie de l’ENS pour occuper le poste de secrétaire sci (...)
  • 94  Le fait de pouvoir avoir accès aux archives écrites, en parallèle ou en amont des entretiens, modi (...)

40De notre point de vue, c’est-à-dire celui des archives orales organisation-nelles, c’est des écrits de Dominique Schnapper que sont sorties les pistes de réflexion les plus fécondes et les plus durables sur les archives orales, leur méthodologie, leur constitution et leur exploitation. En ce qui nous concerne personnellement et plus précisément pour les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, nous devons avouer que nous nous situons dans une étroite continuité et fidélité à l’enseignement de Guy Thuillier et de Dominique Schnapper, même si nous avons dû apporter quelques aménagements afférents au contexte et au ministère des Finances (voir infra pp. 189-19593). Nous nous sommes d’autant plus inspirée de la Sécurité sociale que, contrairement aux équipes d’archives orales des Archives nationales, du Service historique de l’armée de l’Air ou du Quai d’Orsay94, nous n’avions accès ni aux archives écrites ni aux dossiers de personnel pour préparer les entretiens ; nous nous sommes donc très naturellement tournée vers le seul modèle d’archives orales constituées sans archives écrites.

Notes

4  Nous empruntons cette expression à D. Voldman, « L’histoire orale entre science et conscience », Vingtième siècle. Revue d’histoire, janv.-mars 1990, p. 113-115.

5  « Europe, construire le passé », entretien avec B. Geremek, « Mémoire des peuples », Projet, n° 248, déc. 1996, p. 61-68 : contre Paul Valéry qui disait que l’histoire est un poison dangereux, « je ne crois pas que l’on puisse exister sous une forme sociale, civilisée, sans mémoire. Je ne pense pas que l’oubli donne une possibilité de s’orienter vers l’avenir [...]. L’expérience passée donne cette possibilité de voir loin : l’histoire est un immense champ d’expérience », p. 67.

6  L. Theis, Clovis. De l’histoire au mythe, 1996.

7  Pour une bibliographie d’histoire d’entreprise, voir Bulletin de l’IHTP, n° 30, 1995 et Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs, xixe-xxe siècles, mélanges en l’honneur de François Caron, sous la direction de M. Merger et D. Barjot avec la collaboration de M.-N. Polino, 1998. Pour comprendre les orientations et les problématiques récentes de l’histoire d’entreprise, on peut se reporter à « Organiser et s’organiser. Histoire, sociologie, gestion », Cahiers du Centre de recherches historiques, EHESS-CNRS, n° 25, octobre 2000, à « L’entreprise et ses mémoires », Communication et organisation, n° 7, Bordeaux, 1995 ; au numéro spécial de la revue des Caisses d’épargne, Épargne Finance, « Histoire et identité des entreprises financières », déc. 1994 ; à M. Ruffat, « Faire de l’histoire en entreprise », et A. Beltran, « Histoire des techniques et temps présent : une double difficulté », in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS, 1993 ; à F. Caron, « L’entreprise » in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, 1993, 3e partie, Les France, t. II, Paris, Gallimard, 1997, p. 3 307-3 350 ; à A. Beltran et M. Ruffat (dir.), Histoire et culture d’entreprise, Paris, 1991 ; à Y. Lequin et S. Vandecasteele (dir.), L’usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise, xixe-xxe siècle, 1990 ; à P. Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, nov.-déc. 1989, n° 6, p. 1 461-1 477 ; à M. Hamon, F. Torrès (dir.), Mémoire d’avenir : l’histoire dans l’entreprise, Paris, 1987 ; à la Revue française de gestion, aux Annales des mines, à la revue Entreprises et histoire... Nous donnons à la fin du manuel quelques titres supplémentaires dans la bibliographie générale.

8  Or, cette image institutionnelle influence aujourd’hui fortement les comportements des consommateurs, des partenaires, des clients ou des concurrents ; d’où la hantise de « l’image brouillée » pour les manageurs et leurs collaborateurs de la Communication.

9  Nous laissons de côté la question du ralliement progressif de l’Université à cette histoire d’entreprise, jusqu’ici laissée de côté ou méconnue, alors que les États-Unis pratiquent la business history (ou encore public history, littéralement « histoire appliquée ») depuis l’après-guerre dans les business schools et dans les universités les plus renommées. Ce qui est sûr, c’est que cette demande des chercheurs, qui était en même temps une offre de service, a rencontré la demande institutionnelle des entreprises, créant ainsi les conditions favorables au développement de la discipline, tandis que sur le modèle anglo-saxon, un nouvel acteur apparaissait en France : les cabinets de conseil en histoire. Félix Torrès, agrégé d’histoire, crée en 1983 le premier cabinet d’histoire d’entreprise, Public Histoire, il est suivi de plusieurs concurrents en histoire comme Clio-Média, Textuel, CréaPress ou même dans les années quatre-vingt-dix en histoire orale, Cassiopée et Pour mémoire.

10  Saint-Gobain, la Caisse des dépôts, Paribas, le Crédit lyonnais, la Société générale, la Banque de France, la Caisse nationale du Crédit agricole, Total, la RATP, France Télécom, le CCF, les AGF, la RATP, La Poste, la SNCF, etc., ont mis en place dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix des structures professionnelles d’archives. Pour en savoir plus, voir le Guide des services d’archives des entreprises et organismes du monde du travail, CNRS éditions, 1998, sous la direction de Roger Nougaret, sur l’initiative de l’Association des archivistes français (section des archives d’entreprise).

11  On peut reprendre pour l’identité des organisations ce que Fernand Braudel dit de l’identité nationale : c’est « Le résultat vivant de ce que l’interminable passé a déposé patiemment par couches successives, [...]. En somme, un résidu, un amalgame, des additions, des mélanges. Un processus, un combat contre soi-même, destiné à se perpétuer », L’identité de la France, t. 1, p. 17. L’auteur utilise aussi dans le t. 2 (p. 7) l’image du ressac, de « flux et de reflux » qui déposent sur la grève leurs sédiments imperceptibles.

12  A. D. Chandler, Stratégies et structures des entreprises, MIT Press, 1962, Éditions d’organisation, 1989, avant-propos de P. Fridenson.

13  Nous empruntons cette expression à G. Thuillier, « Les archives orales », Revue administrative, 1988, p. 563 ; « Comment préserver la mémoire d’un ministère », Revue administrative, 1991, p. 163, repris dans Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, CHEFF, 1999.

14  Au sein d’un audit historique, il faudrait consacrer spécifiquement de la place et du temps à un audit de la mémoire. Les archives orales en sont un des instruments d’investigation.

15  Contre l’amnésie des entreprises et plus particulièrement sur la perte des connaissances techniques, procédurales et organisationnelles au sein du parc des centrales nucléaires françaises, et sur la nécessité de reconstituer des mémoires cognitives, lire M. Girod-Séville, La mémoire des organisations, Paris, Éditions d’organisation, 1996.

16  M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950, rééd. Albin Michel, 1997.

17  Sur une démarche de ce type, voir l’histoire du Crédit agricole du Cantal, qui devant l’inexistence d’archives-papier, a dû, à l’occasion de son 90e anniversaire, avoir recours à la mémoire de ses anciens salariés, de ses anciens administrateurs et de ses anciens clients pour retracer l’histoire de cette caisse au xxe siècle. Source : intervention de M. Lettré, Journée d’étude à l’AFB, le 19 septembre 2000.

18  J.-F. Picard, A. Beltran, M. Bungener, Histoire(s) de l’EDF. Comment sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod 1985.

19  E. Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, fonds Mercator, 1992 ; P. de Longuemar, « La constitution de sources orales au sein d’un service d’archives historiques : l’expérience de Paribas », Entreprises et histoire, 1998, n° 20, p. 133-142.

20  Comité d’établissement de l’aérospatiale, Chatillon-sous-Bagneux, Mémoire d’usine, soixante ans à la production d’avions et d’engins tactiques, 1924-1985, Paris, 1985 et M. Hamon, F. Torrès (dir.), Mémoire d’avenir : l’histoire dans l’entreprise, Paris, 1987 ; « L’entreprises et ses mémoires », Communication et organisation, n° 7, Bordeaux, 1995.

21  M. Crozier, État modeste, État moderne, postface, 1991 ; G. Sorman, L’État minimum, 1985, pour ne citer que deux titres significatifs.

22  Ainsi, par exemple, pouvons-nous citer le conflit des Impôts en 1991 dont les archives orales du Comité pour l’histoire économique sont sorties indirectement renforcées : tirant les enseignements du conflit et du malaise exprimé par les agents de la DGI, Pierre Bérégovoy alors ministre des Finances, émet le souhait que les archives orales jusque-là consacrées aux inspecteurs des Finances, aux membres des cabinets ministériels et aux directeurs d’administration centrale, s’étendent par-delà la haute fonction publique aux cadres des administrations centrales et donnent la parole aux anonymes, aux sans-grades et surtout aux provinciaux, tout en centrant le questionnement sur la notion (perdue ?) de métier et d’identité administrative. Tentative en est faite auprès des agents du Trésor public, non couronnée de succès, qui conduit en 1993 à l’exploration d’un nouvel outil : le concours autobiographique (voir plus loin).

23  Sous la dir. de P. Muller, L’administration est-elle en crise ?, 1992 ; L. Rouban, « La modernisation de l’État et la fin de la spécificité française, Revue française de science politique, vol. 40, n° 4, août 1990 ; B. Jobert, « Représentations sociales, controverses et débats dans la conduite des politiques publiques », Revue française de science politique, vol. 42, n° 2, avril 1992 ; J.-L. Bodiguel et L. Rouban, Le fonctionnaire détrôné ?, 1991 ; P. Muller, « La crise du modèle français de politiques publiques », Revue française de science politique, avril 1991 ; La politique de modernisation des administrations économiques et financières, faculté de droit et de sciences économiques de l’université de Bordeaux I, IEP de Bordeaux, ministère de l’Économie et des Finances, 1993.

24  Il faut dire que l’histoire d’entreprise dans les années quatre-vingt a bénéficié d’un incontestable effet de mode (venant d’outre-atlantique), du contexte favorable à la redécouverte et à la réhabilitation de l’entreprise et d’un engouement des chercheurs pour ce domaine encore peu défriché, prometteur et rémunérateur. Elle a aussi bénéficié du développement des sciences de gestion et du management qui, à l’époque, redécouvrent les apports de l’histoire dans les concepts de « stratégie » ou de « culture d’entreprise ». Cette histoire d’entreprise s’est renforcée d’un soutien éditorial qui lui a donné sa visibilité (collections spécialisées d’histoire d’entreprise chez les éditeurs tels qu’Albin Michel, Économica, Jean-Claude Lattès, Éditions Rive-Droite ou Textuel), et du succès des autobiographies de grands patrons, d’industriels ou de grands financiers (cf. J.-M. Moine, « Avis de recherche. Autobiographie et discours public des chefs d’entreprise au xxe siècle. Du chuchotement au brouhaha », in L. Bergeron (dir.), La Révolution des aiguilles, 19e-20e siècle, Paris, EHESS, 1996, p. 182-191 et H. Bonin sur les autobiographies de banquiers in J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, CHEFF, 1993). Enfin, elle a trouvé depuis plus de quinze ans dans la revue Entreprises et histoire créée en 1992, à la croisée de l’histoire économique, de la gestion et de la sociologie, le support institutionnel universitaire qui lui manquait, une tribune d’expression et un lieu de débats entre décideurs, hommes d’entreprise, chercheurs et archivistes. Pour un aperçu bibliographique du dynamisme de l’histoire d’entreprise, A. Beltran, J.-P. Daviet, M. Ruffat, « L’histoire d’entreprise en France. Essai bibliographique », Les Cahiers de l’IHTP, n° 30, juin 1995.

25  Cf. les comités d’histoire qui jalonnent l’histoire de la recherche historique en France depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours, depuis le Comité des travaux historiques et scientifiques de Guizot au Comité pour l’histoire de la seconde guerre mondiale ; il reste que c’est la première fois que sont créés des comités d’histoire liés à une institution ou à un secteur et non à une grande question historique transversale et nationale : la Révolution française, les origines de la première guerre mondiale, la seconde guerre mondiale... D’aucuns pourraient y lire une fragmentation de la mémoire collective et l’émiettement du champ historique disciplinaire. En ce qui nous concerne, nous y voyons la montée et la prise en compte « d’un nouvel objet » historique : les grandes organisations, ainsi que le développement des travaux sur les politiques publiques.

26  Sur les Comités d’histoire, F. Descamps, « Les comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux acteurs de la recherche ? », Études et documents, X, Paris, CHEFF, p. 484-627.

27  Voir à ce sujet le Bulletin de l’Association française d’histoire de l’Administration (siège au Conseil d’État).

28  C’est ainsi que Michel Bruguière et Guy Thuillier, futurs fondateurs du Comité pour l’histoire économique et financière du ministère des Finances, se préoccupent dès 1982 et 1984 de la collecte et de la conservation des archives du ministère à propos duquel des rumeurs de déménagement s’accumulent ; quelques années plus tard lors d’une séance plénière du Comité, en 1989, Maurice Lévy-Leboyer ironise publiquement sur l’impossibilité de faire l’histoire économique et financière de l’entre-deux-guerres, puisque les archives monétaires, soumises à un délai de réserve de 60 ans, sont encore interdites d’accès. Il sortira de ces doléances historiennes une commission des Archives créée en 1992 et une procédure de dérogation générale qui permettra de libérer les fonds d’archives du ministère des Finances jusqu’au début des années soixante.

29  Dans le secteur public et notamment dans l’administration, le problème des archives se pose de façon moins aiguë que dans le secteur privé, étant donné l’existence soit de services autonomes d’archives soit de missions des Archives nationales. De ce fait, dans les comités d’histoire ministériels pour lesquels la question des archives est théoriquement réglée, l’effort porte principalement sur les instruments de travail (guides du chercheur, inventaires, catalogues) et sur les archives privées au sens large, archives orales et « papiers privés ».

30  Voir le ton légèrement réticent adopté par l’auteur pour faire le compte rendu des travaux des comités dans Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992. En effet, il est bien clair que les finalités d’un comité ne sont pas purement académiques ou cognitives mais mêlées : mécénat scientifique, accroissement de la connaissance certes, mais aussi construction d’une identité, renforcement d’une culture interne, création d’un sentiment d’appartenance à une communauté de destin, affirmation d’une image externe ou de prestige... De ce point de vue, une opération comme la constitution d’archives orales apparaît comme une véritable opération de communication interne : il s’agit de manifester publiquement la reconnaissance accordée aux générations qui ont construit l’institution et de montrer aux acteurs du présent la continuité de vie et de service dans laquelle ils s’intègrent ; les archives orales se donnent aussi comme une propédeutique à l’acclimatation d’une démarche historique en profondeur dans une organisation, car elles ont quelque chose de rassurant pour une administration et de « sans risque » par rapport à des projets ressentis comme d’un bénéfice moins direct (le mécénat universitaire) ou moins maîtrisable (une thèse, une synthèse historique).

31  La plupart des grandes entreprises françaises disposent aujourd’hui de travaux sur leur histoire, leur émergence et leur développement et parfois même sur le rôle qu’elles ont joué dans l’histoire économique du pays ; nous ne pouvons pas en dire autant des grands ministères régaliens pas plus que des administrations récentes hormis quelques exceptions comme le Commissariat au Plan qui a toujours beaucoup intéressé les historiens (cf. les travaux d’H. Rousso) : les monographies ministérielles sont rares et l’histoire de l’État s’est longtemps concentrée sur le processus décisionnel et sur les « politiques vues d’en haut » (cf. par exemple, les travaux de M. Margairaz ou de D. Voldman). Ainsi n’existe-t-il aucune histoire interne du ministère des Finances autre que celle faite à gros traits par des anciens administrateurs de ce même ministère (D. Leca, Du ministère des Finances, 1966 et J. Filippi et F. Closon, L’Économie et les Finances, 1968). On peut s’interroger sur cette lacune histo-riographique et essayer d’avancer quelques hypothèses : comment expliquer le désintérêt durable des historiens contemporanéistes pour le phénomène étatique dans son épaisseur humaine, administrative, organisationnelle, psychologique, culturelle et sociale, alors que paradoxalement cette histoire existe en histoire médiévale et en histoire moderne ? faut-il incriminer le primat d’une histoire juridique des institutions par les textes et le monopole institutionnel des facultés de droit, la prégnance des analyses marxistes sur l’institution étatique, la concurrence des sciences politiques, des sciences économiques ou des sciences administratives qui ont découragé pendant un temps les initiatives historiennes, l’absence de détermination et de différenciation disciplinaire (il n’existe pas de chaire d’histoire administrative), la difficulté d’accéder aux sources contemporaines, la réticence à aborder la question de la bureaucratie malgré les réflexions wéberiennes, la conception purement instrumentale de l’administration... A l’encontre de ce constat pessimiste, soulignons depuis une dizaine d’années le renouveau de l’histoire de l’État qui depuis le début des années 1990 commence à porter ses fruits, porté par les politistes regroupés autour de l’étude des politiques publiques, stimulé par la socio-histoire du politique, enrichi par l’histoire des organisations et par le développement d’une histoire politique de l’administration (cf. Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française, Paris, La Découverte, 2000). C’est précisément du début des années 1990, - 1992 exactement -, que date l’adoption par le Comité pour l’histoire économique et financière d’un programme de travail concernant l’histoire du ministère des Finances, soit cinq ans après son installation ; les historiens contemporanéistes du Comité d’histoire du ministère des Finances se rallient au projet progressivement entre 1992 et 1997, Guy Thuillier pour l’histoire de l’administration, Patrick Fridenson pour l’histoire des organisations et pour les sciences de gestion, René Girault et Alain Plessis respectivement pour le rôle du ministère des Finances dans la définition des politiques internationales, économiques et financières de la France et pour l’histoire des élites économiques ; ces historiens acceptent de diriger les premières thèses sur l’histoire des directions du ministère des Finances (des années trente à la fin des années soixante). Il est à noter que ce sont les mêmes qui ont soutenu la constitution d’archives orales au sein du Comité, à peu près dans le même ordre de ralliement. Et ce n’est pas simple coïncidence. Pas d’histoire organisationnelle sans archives orales.

32  Au Comité d’histoire des Finances, la règle est que les travaux de recherche se fassent dans le cadre de cursus académiques (maîtrises, DEA, thèses de doctorat, École des chartes) et soient systématiquement dirigés par des universitaires ou par des chercheurs confirmés, en général membres du comité.

33  Il y aurait beaucoup à dire sur cette expression que l’on retrouve souvent sous la plume des promoteurs des archives orales dans les administrations ou dans les entreprises. Cette expression est fréquente chez Guy Thuillier, qui reprend une thématique chère à Maurice Halbwachs : quand la mémoire des vivants s’interrompt, on n’a plus comme recours pour connaître le passé que de faire appel à l’histoire qui se sert des archives, mais les archives sont une mémoire morte. De ce point de vue, les archives orales, conçues comme « mémoire vivante », se donnent comme une tentative pour prolonger la mémoire et pour communiquer de la « vie » à l’histoire, l’histoire étant conçue comme une connaissance dévitalisée du passé.

34  G. Thuillier, Témoins de l’administration de Saint-Just à Marx, Paris, Berger-Levrault, 1967 ; La vie quotidienne dans les ministères au xixe siècle, Paris, Hachette, 1976 ; Bureaucratie et bureaucrates en France au xixe siècle, Genève, Droz, 1980 ; Histoire de l’administration française, avec Jean Tulard Paris, PUF, 1984, rééd. 1994 ; L’ENA avant l’ENA, Paris, PUF, 1984 ; La bureaucratie en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Économica, 1987 ; La femme dans l’administration depuis 1900, Paris, PUF, 1988. On peut aussi se reporter à la Revue administrative qui est truffée de ses études historiques à partir d’un document d’archives, à propos d’un personnage politique, d’un administrateur ou d’un théoricien.

35  G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, en collaboration avec R. Catherine, Paris, A. Colin, 1969 ; Science administrative. Conscience et pouvoir, en collaboration avec R. Catherine, Paris, Montchrestien, 1974 ; Regards sur la haute administration, Paris, Économica, 1979 ; L’être administratif et l’imaginaire, en collaboration avec R. Catherine, Paris, Économica, 1982 ; Les cabinets ministériels, Paris, PUF, 1982 et Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, CHEFF, 1999. Voir aussi N. Grandguillaume, Théorie générale de la bureaucratie, Économica, 1996.

36  En collaboration avec J. Tulard La méthode en histoire, Paris, PUF, 1986, 1993 ; Le métier d’historien, Paris, PUF, 1991, 1995 ; Les écoles historiques, Paris, PUF, 1990, 1993 ; Le marché de l’histoire, Paris, PUF, 1994 ; L’histoire entre le rêve et la raison. Introduction au métier de l’historien, Paris, Économica, 1998 ; L’histoire en 2050, Paris, CHEFF, 2000.

37  367 entretiens pour 200 personnes interviewées : hommes politiques et anciens ministres des Affaires sociales, hauts fonctionnaires du ministère des Affaires sociales ou des Finances, employés et employées des caisses, assistantes sociales, directeurs des caisses départementales et régionales, responsables des régimes non salariés, syndicalistes, médecins, etc.

38  Il commence à défendre la constitution d’archives orales locales dès les années 1972-1973, notamment auprès des sociétés savantes du Nivernais et auprès des Archives départementales de la Nièvre. En 1974, il entreprend la même sensibilisation dans les milieux littéraires : dans une note datée de juin 1974, il préconise la réalisation d’archives orales auprès des hommes de lettres, des éditeurs et des critiques littéraires, en complément d’une « politique d’ensemble des archives audiovisuelles littéraires ». On peut avoir un aperçu de son programme concernant les archives orales en histoire locale en lisant in G. Thuillier et J. Tulard Histoire locale et régionale, Paris, 1992, le chapitre VII « Les archives orales », p. 51-66. On trouve là le résumé de sa doctrine Archives orales depuis 20 ans, placée sous le magistère de P. Leuilliot, membre du mouvement des Annales, historien du local et du quotidien. Cf. P. Leuilliot, « Défense et illustration de l’histoire locale », Annales ESC, 1967, p. 154-177 et « Histoire locale et politique de l’histoire », Annales ESC, 1974, p. 139-150.

39  G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », Gazette des archives, 1976, p. 28-32 et douze ans plus tard, « Archives et mémoire de la nation : pour une politique des archives orales », Revue administrative, 1988, p. 563-567. Entre-temps sont nées les archives orales des Archives nationales, démarrées en 1981 (cf. Ch. de Tourtier-Bonnazzi, « Les archives orales : quelques réflexions sur leur genèse », Gazette des archives, n° 115, 4e trimestre 1981, p. 246-250) et celles du Quai d’Orsay. Les responsables actuels des archives orales du ministère des Affaires étrangères reconnaissent leur « dette » à l’égard de Guy Thuillier : à l’issue d’une enquête de la Cour des comptes, il aurait glissé la recommandation de constituer des archives orales sur les grands diplomates de l’entre-deux-guerres, notamment sur Alexis Léger en interviewant ses anciens collaborateurs. Ce qui fut fait à partir de 1981, puis poursuivi et élargi jusqu’à nos jours. Source : intervention de Catherine Oudin, conservateur au quai d’Orsay lors des Journées de l’école du Patrimoine, les 22-24 septembre 1999, à La Rochelle, Actes à paraître.

40  G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », Gazette des Archives, 1976, p. 28-32.

41  Plus haut, il parle de « séries d’archives orales » ; lapsus, concession à l’air du temps et à la Nouvelle Histoire ou espoir mis dans des corpus signifiants ?

42  C’est la différence essentielle, selon lui, avec les collectes ethnographiques « qui ne cherchent pas à dater ».

43  Le fait qu’il n’y ait pas d’exploitation immédiate est la première différence entre ces archives orales patrimoniales et les grandes enquêtes interdisciplinaires de sciences sociales telles que celle de Plozévet à laquelle il fait d’ailleurs allusion. La deuxième réside dans le fait que ces archives orales doivent « s’intéresser à l’histoire de l’individu » (souligné par Guy Thuillier dans son texte) avant que de s’intéresser au groupe social ou a fortiori à la classe sociale.

44  On sort à peine de la mythique opération de rationalisation des choix budgétaires (RCB), préalablement « vendue » par la direction de la Prévision comme « optimisation des choix budgétaires ».

45  C’est pour cela qu’il ne faut pas se précipiter sur l’histoire politique, qui possède beaucoup d’archives écrites, et pour laquelle la mémoire n’est pas fiable, car trop sujette à reconstruction.

46  Il souligne, citant implicitement M. Bloch, qu’aujourd’hui l’historien doit allonger son questionnaire et « s’intéresser surtout au perçu, au vécu, plus qu’à l’objet ou à l’événement ». Le voilà du côté des Annales et de la Nouvelle Histoire, alors qu’il passe pour appartenir au parti de l’école méthodique ! Mais rappelons qu’il a été un élève de la VIe section et qu’il y a publié plusieurs ouvrages !

47  G. Thuillier parle même de sauvegarder « les monuments de l’expérience » comme, au xixe siècle, les chartistes et les érudits parlaient de conserver les monuments littéraires, épigraphiques ou architecturaux de l’Histoire de France.

48  Expression empruntée à P. Leuilliot. Sur le quotidien, G. Thuillier, Pour une histoire du quotidien au xixe siècle en Nivernais, Paris, Mouton, 1977 et L’imaginaire quotidien au xixe siècle, Paris, Économica, 1985, sans oublier ses Vies quotidiennes des professeurs, des députés ou des domestiques au xixe siècle.

49  Il développera plus tard cette notion d’ingénierie pour la gestion des comités d’histoire en voyant travailler les secrétaires permanents de ces même comités, cf. G. Thuillier, « Comment préserver la mémoire d’un ministère ? », Études et documents, III, Paris, CHEFF, 1991, p. 361 ; « Pour une théorie de l’ingénierie historique », Études et documents, t. VIII, 1996, p. 599-617 et F. Descamps, « Les comités d’histoire, ornements inutiles ou nouveaux acteurs de la recherche historique ? », Études et documents, X, CHEFF, 1999, p. 484-627. Nous lui empruntons, par un juste retour des choses, cette expression pour qualifier le processus de création et de gestion des archives orales.

50  En 1976, G. Thuillier préconise le recrutement d’enquêteurs suffisamment « âgés » pour éviter les incompréhensions intergénérationnelles. Cette remarque est pertinente, mais en ce qui nous concerne, nous croyons à la fécondité de l’écart générationnel entre l’interviewé et l’intervieweur ; en effet, cet écart de génération permet au témoin de s’installer dans une posture de transmission et d’enseignement et d’établir plus rapidement une relation de confiance (absence de jugement).

51  Il publie ce texte exactement à mi-chemin entre les deux manifestes des Annales, « Faire de l’histoire » (1974) et « La Nouvelle Histoire » (1978), qui comporte un chapitre sur la mémoire collective (P. Nora).

52  Guy Thuillier connaît le regret de M. Bloch et de G. Duby qui auraient tous deux souhaité pouvoir avoir des « entretiens » avec leurs hommes du Moyen Âge (cf. le texte de G. Duby dans le volume de La Pléiade sur l’Histoire et ses méthodes sous la direction de Charles Samaran (1961), ouvrage qu’il cite souvent dans ses articles de méthode).

53  Au Service historique de l’armée de l’Air, qui commence officiellement ses entretiens à la même époque (1972-1974), on parle d’histoire orale ; en revanche au Service historique de la Marine, qui crée une section « AO » en 1979 (fermée en 1981), c’est le terme « archives orales » qui est retenu ; de même qu’aux Archives nationales en 1981, cf. Ch. De Tourtier-Bonnazzi, Gazette des archives, n° 115, 1981, p. 246-250. Le débat terminologique évolue ensuite dans les années quatre-vingt-dix, au profit des termes « témoignages oraux » et « sources orales ».

54  Guy Thuillier ne cite pas explicitement l’histoire orale anglo-saxonne, mais il en a eu connaissance précocement et sait par exemple que des témoignages sur l’histoire des sciences ont été collectés auprès d’anciens savants américains dès après 1945. Après son voyage aux États-Unis, Dominique Schnapper lui communique un certain nombre d’articles sur l’histoire orale américaine, versant Columbia, qui viennent le confirmer dans son intuition archivis-tique et patrimoniale, et la bibliographie qu’elle lui communique est de ce point de vue tout à fait éloquente (archives privées de G. Thuillier).

55  Dans les années quatre-vingt, alors que les initiatives historiques ministérielles fleurissent, il accorde son appui aux programmes élitistes d’archives orales (hommes politiques, membres de cabinet ministériels, grands corps) mais n’en oublie pas pour autant l’administrateur civil « de base » ou les cadres intermédiaires des administrations centrales ; les employés des services déconcentrés, les femmes, les cadres territoriaux reviennent au cœur de ses préoccupations avec le lancement des concours autobiographiques (voir infra).

56  La clef de ces paradoxes « piquants » se trouve dans la Préface de Dominique Schnapper !

57  Les Archives nationales, elles, ne commencent qu’en 1980.

58  Ce sera là une référence constante pour tous les comités d’histoire qui suivront.

59  D. Schnapper et D. Hanet, « Archives orales et institutions sociales », Revue française de sociologie, XIX, avril-juin 1978, pp 260-276.

60  L’article avait, semble-t-il, été proposé à la Revue historique, mais il fut refusé par le Comité de rédaction ; les historiens classiques n’étaient pas mûrs pour l’innovation des « archives orales », et ce furent les Annales qui en retirèrent tout le bénéfice intellectuel et innovateur. Cf. D. Schnapper, « D’Hérodote au magnétophone. Sources orales et archives orales », Annales ESC, l, janv.-fév. 1980, p. 183-199.

61  « Questions impertinentes aux historiens oraux », Commentaire, n° 6, 1983.

62  Un des aspects les plus intéressants de l’affaire provient du fait que le rappel à l’ordre provient d’une sociologue, en défense d’une conception traditionnelle de l’histoire et de ses méthodes, et le tout au profit d’une innovation dans le métier d’archiviste et d’historien ; les positions sont inversées et mélangées.

63  Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, 1980.

64  Dominique Schnapper n’utilise pas ce terme, de même qu’elle ne parle pas de mémoire. Nous sommes en 1980, l’idéologie du patrimoine et de la mémoire n’a pas encore frappé. Mais c’est le nom que nous avons donné aux archives orales selon Dominique Schnapper pour les différencier des archives orales thématiques ou focalisées, qui constituent une autre sorte d’archives orales, également pratiquées comme nous le verrons plus tard, et dérivées en réalité de l’histoire orale.

65  Dominique Schnapper a fait préalablement une enquête exploratoire sur l’histoire orale aux États-Unis versant université de Columbia ; son expérience d’archives orales s’inspire donc en partie du modèle columbien, du moins en ce qui concerne l’absence de problématiques particulières sous-tendant le questionnement, la conception du rôle de l’intervieweur comme archiviste et le choix de la transcription systématique. En revanche, son modèle comporte une originalité à laquelle l’auteur semble tenir beaucoup, à savoir le travail continu de croisement des entretiens à réaliser dès le démarrage et tout au long de la collecte.

66  Voir également J. Peneff sur le même sujet, La méthode biographique, A. Colin, 1990.

67  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 11.

68  D. Schnapper, Rapport d’activités, op. cit., p. 27. Dans la filiation d’Henri Marrou et de Paul Veyne, historiens-philosophes subjectivistes, elle ne parle pas de « reconstitution » du passé mais de « reconstruction » du passé.

69  Contre la tyrannie du document brut et l’illusion du « vécu », elle souligne qu’« aucun moyen ne permettra d’obtenir le vécu lui-même ; les archives orales, complétant les archives écrites, peuvent seulement prétendre aider à une reconstruction du passé plus proche du vécu » (p. 27).

70  Citant les philosophes-épistémologues de l’histoire, elle rappelle que « l’histoire que vivent les hommes est d’un autre statut épistémologique que l’histoire "fabriquée" par les historiens », que « la pratique historienne sait bien qu’il ne s’agit pas de revivre le passé, de le percevoir et de l’éprouver... mais de le présenter dans un discours qui le rende intelligible », (F. Chatelet, La naissance de l’histoire, 1974, p. 16), et qu’il existe par définition dans le travail de l’historien « ce décalage typique entre l’expérience vécue et la rétrospective qui n’est jamais résurrection et toujours reconstruction conceptuelle » (R. Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire, Gallimard, Paris, 1948, p. 95), cités par D. Schnapper, op. cit., p. 66.

71  On n’en est pas au premier paradoxe dans cette affaire.

72  De nombreux sociologues et politistes, pourtant adeptes de l’histoire orale, n’utilisent pas systématiquement le magnétophone et préfèrent prendre des notes au cours de l’entretien ; on sait que dans ces disciplines, le document n’a pas la même importance qu’en histoire. Mais le fait de ne pouvoir disposer de documents tangibles auxquels on puisse se référer a pu contribuer à discréditer l’histoire orale aux yeux des historiens traditionnels : cette méthode interdit en effet tout recoupement des sources et toute vérification d’informations, elle se rapproche aussi par trop du journalisme ! Aux États-Unis en revanche, l’histoire orale donne lieu à enregistrement, et systématiquement à transcription, ce qui permet de résoudre le problème de la conservation et accorde paradoxalement un statut de document para-écrit aux témoignages oraux. C’est un des principes que Dominique Schnapper a emprunté à l’histoire orale américaine. Depuis les archives orales de la Sécurité sociale, le Service historique de l’Éducation, Paribas et la cellule Archives orales de l’INRA procèdent également à la transcription des témoignages qu’ils collectent.

73  Cela suppose un lieu de conservation et de consultation public ou à tout le moins accessible.

74  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 51-52 ; 58-62 et p. 67.

75  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 14.

76  Cette théorie des points de vue et de la représentation des différents groupes sociaux est très importante pour la construction du corpus des futurs interviewés, c’est ce que personnellement nous appelons la polyphonie des archives orales. Sur cette théorie des points de vue, on peut lire aussi P. Bourdieu, La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 14.

77  Dominique Schnapper a cherché à obtenir des témoignages de la part des principaux groupes d’acteurs concernés par l’organisation « Sécurité sociale » : décideurs politiques, hauts fonctionnaires des Affaires sociales, hauts fonctionnaires de la direction du Budget, représentants du régime général et des régimes particuliers, dirigeants syndicaux, mutualistes et partenaires sociaux, médecins, cadres intermédiaires des caisses, « résistants » et « vichyssois », provinciaux et parisiens, simples employés des caisses... La constitution du corpus de témoignages demande une réflexion préalable sur l’institution et sur la position stratégique relative de chaque acteur ou de chaque groupe d’acteurs par rapport au sujet étudié.

78  Les archives orales de la Sécurité sociale sont déposées aux Archives nationales sous les cotes 2 AV 234 à 447 et 37 AS 1 à 20.

79  On pourrait dire « publicise », au sens de rendre « public » par opposition à « privé ».

80  Dans une perspective halbwachsienne, on pourrait s’interroger sur ce processus de fixation de mémoire : en fixant cette mémoire individuelle et collective sur des bandes et dans des transcriptions, Dominique Schnapper ne fige-t-elle pas cette mémoire « vivante » et ne la transforme-t-elle pas en archives « mortes », à l’image des archives-papier qui alignent chaque année un peu plus de km linéaires ?

81  Aujourd’hui, l’opposition terme à terme n’a plus vraiment de sens, car des enquêtes d’histoire orale thématiques et exploitées immédiatement sont souvent dans un deuxième temps versées dans des organismes patrimoniaux et réciproquement, des archives orales collectées à but patrimonial sont orientées de façon thématique ou exploitées à brève échéance.

82  Au sein du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, alors qu’il était question de relancer une campagne d’archives orales pour les trente années qui viennent de s’écouler, il s’est trouvé un historien pour s’élever contre l’idée de fabriquer des matériaux pour l’historien de 2030, arguant de la nécessité de soutenir prioritairement la recherche historique actuelle, soulignant la frustration des historiens à voir mettre ces archives orales sous clef et faisant part de son aimable désintérêt pour l’historien du futur. Certains clivages ont la vie dure 

83  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 13.

84  Avec les budgets spécifiques donnés par les conseils généraux ou régionaux, les choses changent dans les Archives départementales et des campagnes planifiées apparaissent. Par exemple, en Seine-Saint-Denis ou dans le Val-de-Marne, il existe plusieurs programmes de collecte sur la mémoire et la société des banlieues : Résistance, sociabilité de quartier, syndicalisme, militance syndicale et politique, femmes au travail ou en politique, guerre, ouvriers et industries en région parisienne... Les municipalités sont également très actives dans ce domaine (cf. le Guide du patrimoine sonore en préparation aux AN et au SHAT).

85  Grâce à la procédure des « emplois-jeunes » de Martine Aubry 

86  C’est le cas dans les Archives départementales mais aussi aux Archives nationales où les responsables successifs de la cellule Archives orales ne se sont jamais vus confier uniquement cette tâche.

87  Parler de problématiques non déterminées ne signifie pas pour autant être dépourvu de cadres intellectuels d’analyse et de compréhension : le Rapport d’activité sur la constitution des archives orales de la Sécurité Sociale est nourri de références scientifiques : Raymond Aron, Paul Veyne pour la méthode en histoire ou la philosophie de l’histoire, Carl Rogers pour l’entretien, mais aussi, quoique non explicitement, Michel Crozier et Pierre Bourdieu pour la sociologie.

88  Elle cite avec éclectisme les travaux de Joseph Goy, Raoul Girardet, Isabelle Bertaux, Philippe Joutard et Yves Lequin.

89  Elle reprend l’expression de Paul Leuilliot.

90  Rappelons qu’elle « sort » d’une grande enquête sur « la morphologie de la haute administration française », cf. A. Darbel et D. Schnapper, Les agents du système administratif et Le système administratif, Paris, Mouton, 1969 et 1972.

91  D. Schnapper, Rapport d’activité, op. cit., p. 17-27.

92  C. Rogers, La relation d’aide et la psychothérapie, 1942, Paris, ESF, 1970 ; « The Non-Directive Method as a Technique for Social Research », American Journal of Sociology, vol. L, n° 4, p. 279-289.

93  Guy Thuillier nous a recrutée en 1987 à la sortie de l’ENS pour occuper le poste de secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière au ministère des Finances ; ce comité d’histoire, frère mais pas jumeau du Comité pour l’histoire de la Sécurité sociale, a été créé en juillet 1987 par Édouard Balladur, ministre des Finances, à l’instigation de Guy Thuillier historien de l’administration et de Michel Bruguière, spécialiste d’histoire financière. C’est donc Guy Thuillier, fort de l’expérience Sécurité sociale, qui nous a donné les premières directives sur le programme d’archives orales à réaliser au ministère des Finances. Quant à Dominique Schnapper, c’est à elle que nous avons fait appel pour nous former sur la technique d’entretien et la philosophie des archives orales et pour former la première équipe d’archives orales. Néanmoins, nous avons innové en adoptant d’emblée la méthode du récit de carrière à laquelle nous tenions pour des raisons personnelles et qui nous paraissait la plus riche et la plus adaptée à la population des hauts fonctionnaires des Finances (des carrières très diversifiées).

94  Le fait de pouvoir avoir accès aux archives écrites, en parallèle ou en amont des entretiens, modifie profondément la méthode d’interview.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540