Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Quatrième partie. Vers des solutions régionales

Chapitre V

Le bloc-or : une première expérience d’entente économique régionale en Europe occidentale

Texte intégral

1La viabilité du bloc-or tel que sommairement défini lors de la conférence de Londres, reposait sur deux critères essentiels. Sur le plan des échanges, il s’agissait de savoir s’il constituait un espace au sein duquel un développement significatif de ce type de relations jouerait le rôle moteur que l’on pouvait en attendre quant à l’activité économique de chacun de ses membres. Sur le plan financier, les pays excédentaires (France, Suisse, Pays-Bas) pourraient-ils alimenter suffisamment leur principale partenaire déficitaire en capitaux, la Belgique ? Dans les deux cas on ne pouvait répondre a priori par la négative. La période 1930-1933 avait en effet vu un développement relatif des relations économiques entre les membres de ce groupement de pays. La bonne volonté française, à l’égard de la Belgique en particulier, ne faisait aucun doute. La constitution du bloc-or supposait donc la capacité de ces puissances à formaliser leurs relations dans un cadre délibérément préférentiel et à accentuer un processus déjà engagé. L’échec de cette tentative, marqué par la chute du cabinet Theunis et la dévaluation du franc belge, ne doit pas empêcher d’examiner la nature des efforts réalisés ni celle des entraves internes et externes qui les rendirent vains.

A. La première tentative de mise en œuvre et son échec

1. Aspects multilatéraux

  • 1 MAEB-CNCE, 2-8-1933 - 13-11-1933. MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 3-10-1933. Papiers Hymans 453, Co (...)
  • 2 MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 3-10-1933. Tél. Gaiffier, 29-8-1933. Gaiffier à Hymans, 26-8-1933 - (...)

2La Belgique constituait la principale puissance intéressée à la mise en œuvre efficace d’une politique visant à favoriser les échanges à l’intérieur du bloc-or. Ses exportations à destination des cinq pays concernés (France, Italie, Pays-Bas, Suisse, Pologne) représentaient 40 % de ses ventes en 1933 et avaient connu, en parts de marché, une expansion relative continue depuis 1929 (de 30,9 % à 40 % du total). Initiatrice du projet de convention d’Ouchy, elle se fit la championne de sa mise en œuvre dans ce nouveau cadre. Cette politique fut défendue par Van Langenhove et Suetens, responsables de la politique économique extérieure au ministère des Affaires étrangères, par G. L. Gérard pour le CCI et, d’une manière générale, par les membres du CNCE. L’accent était en particulier mis sur la nécessité du renforcement des liens économiques avec la France qui représentait, assez nettement, le principal marché pour les produits belges. Il n’en demeurait pas moins que l’engagement de la Belgique au sein du bloc-or n’excluait pas d’autres formules. G. Theunis doutait de son succès, au moins à court terme ; le CNCE préconisa donc en même temps une exploitation plus intensive des possibilités du marché intérieur (rapport Van Zeeland au Comité restreint du commerce en octobre 1933) et un monnayage systématique des importations belges. La politique économique extérieure du gouvernement belge peut donc être caractérisée par deux aspects principaux : une politique de réciprocité vis-à-vis des pays extérieurs au bloc-or, une politique expansionniste à l’intérieur. À cet effet, elle proposait de ne plus appliquer de contingents pour les produits en provenance des pays du bloc-or en échange de concessions équivalentes en importance pour les produits belges. À la France elle demandait une augmentation globale du tiers de ses contingents1. La politique de la France fut définie à la fin août à l’occasion d’une conférence présidée par Daladier. Elle fut officialisée en décembre et reposait sur le monnayage des contingents d’importations. Les contingents attribués aux pays étrangers sur la base de leurs importations pendant la période de référence seraient répartis en deux masses : la première, de 25 %, serait attribuée d’office. La seconde, de 75 %, serait réservée comme arme de négociation. Il était entendu que l’on tiendrait compte au cours de celles-ci du statut monétaire et de la politique commerciale des partenaires de la France et que les pays du bloc-or, dont la Belgique, seraient privilégiés. Dans l’immédiat, pour la durée de la trêve des contingentements instituée entre pays du bloc-or jusqu’à la fin de 1933, les importations belges ne seraient pas touchées. Pour 1934, on promettait à celle-ci le maintien quasi certain de la totalité de ses contingents antérieurs. En revanche, l’obtention par les pays du bloc-or de quotas supplémentaires devrait être négociée et ces quotas ne seraient obtenus qu’en échange de contreparties. En fait la France, soucieuse d’améliorer une balance des paiements en déficit, s’orientait vers une politique de réciprocité accentuée, tempérée par une préférence au profit du bloc-or. Dans ce cadre plus restreint, il s’agissait cependant de préserver un commerce en excédent servant à solder les déficits à l’égard des autres puissances industrielles ; il n’était donc pas question d’une politique d’expansion des échanges, plus libérale mais plus risquée en termes d’équilibres qui aurait pu satisfaire la Belgique2. Les divergences que nous venons de noter entre les deux pays se trouvèrent en réalité accentuées sur le plan multilatéral. Elles relevaient pour la plupart du cadre trop restreint que constituait l’espace considéré.

  • 3 SDN. Comité économique, Chiffres essentiels du commerce des pays du bloc-or, p. 8-9.
  • 4 MAEB. 2451 bis. Herry au ministre, 26-9-1933. Film 116, Gaiffier à Hymans, 24-8-1933. Tél. pour Van (...)
  • 5 MAEF-SDN 1214. Le ministre de France à La Haye, 29-9-1933 - 3-10-1933.
  • 6 MAEB. Film 116, Van Langenhove à Stucki et réponse, 10-10-1933 - 17-10-1933. Ligne à Hymans, 11-8-1 (...)

3Si les exportations en direction du bloc-or représentaient 40 % des ventes de l’UEBL et 36 % des ventes de la France (hors empire colonial) en 1933, ces chiffres tombaient à 34 % pour la Suisse, 29 % pour les Pays-Bas et un peu moins de 22 % pour l’Italie. En revanche, si l’on ajoute à cet ensemble l’Angleterre et l’Allemagne, on parvient à des chiffres supérieurs à 60 % sauf pour l’Italie (45,5 %)3. On mesure là le drame de l’Europe économique, fractionnée en trois sous-ensembles divergents. Indirectement la nécessité d’une construction élargie, sur le modèle imaginé par les promoteurs de la conférence de 1927, transparaît dans l’attitude des différentes puissances à l’automne 1933. Tout comme à la fin des années vingt les positions française et belge sont déterminées par les relations avec l’Allemagne. Coulondre et Van Langenhove sont partisans, en octobre 1933, d’accélérer le processus de constitution d’une entité économique dans le cadre du bloc-or. L’évolution possible des monnaies anglo-saxonnes domine leurs préoccupations. L’un et l’autre sont soucieux d’éviter une chute du mark à la suite d’une nouvelle baisse de la livre. Dans cette perspective et dans le but secondaire de contrecarrer le dumping allemand ils tentent d’élargir le bloc-or à l’Allemagne. Ritter, responsable des services économiques de la Wilhelmstrasse, y est favorable et se montre prêt à adhérer à une convention économique dans le cadre du bloc-or4. L’échec vient des autres partenaires des Franco-belges. Les Pays-Bas subissent fortement la concurrence allemande et recherchent plutôt une ouverture vers l’Angleterre comme le prouve le voyage, au demeurant infructueux, de Colijn à Londres à la fin septembre 19335. Les principales objections proviennent de la Suisse, résolument hostile à toute concession envers le dumping et toute forme d’adhésion de l’Allemagne. Les démarches de Coulondre et de Van Langenhove auprès de Stucki n’y changent rien. Cette attitude oppose la Suisse à l’Italie pour qui le marché allemand est essentiel mais qui, d’autre part, se refuse à tout engagement multilatéral et préconise des formules de négociation bilatérales6.

  • 7 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 21-10-1933. Note Suetens, 23-10-1933.

4C’est donc sur le plan strictement bilatéral que les négociations destinées à favoriser les relations économiques internes au bloc-or purent s’ouvrir. Étant donné le poids économique de ces deux pays et leurs relations étroites, c’est entre la France et la Belgique qu’elles furent les plus importantes. Pourtant, l’échec d’une formule multilatérale et surtout le caractère restreint du cadre de l’espace concerné limitèrent d’autant les possibilités de résultats. Dès la fin de l’année 1933, dans le cadre de la nouvelle politique définie par la France, il apparaissait que les possibilités d’expansion commerciale que pourrait offrir la France à son partenaire seraient sous l’étroite dépendance de l’évolution des relations commerciales franco-allemandes. Comme l’indique Suetens à la suite d’un entretien avec le directeur des relations commerciales au ministère français de l’Industrie : « La France compte […] entamer […] des négociations avec certains pays dont la Belgique pour le placement de la part […] ravie à l’Allemagne. Pour chaque produit, elle fera la balance entre le préjudice auquel elle s’expose dans le Reich et l’avantage qu’elle aura pu obtenir d’autres pays7. »

2. Les relations bilatérales : l’arrangement du 4 août 1934

5Les négociations bilatérales franco-belges s’ouvrirent à la fin décembre 1933. Elles se développent jusqu’à l’été 1934 sur des bases profondément inégales. D’un côté la Belgique se trouve en position de demandeur. Face à un marché mondial de plus en plus fermé elle cherche en France un débouché privilégié pour ses produits industriels ; le succès ou l’échec de cette politique conditionnerait, à terme, celui de son appartenance au bloc-or, ce dont, semble-t-il, on ne prit conscience qu’au milieu de l’année 1934. Dans le cadre de sa politique de réciprocité, même tempérée par une préférence au profit de la Belgique, la France pouvait-elle satisfaire à cette nécessité ?

  • 8 H. Hoffner, La politique commerciale de la France, p. 331. MAEB. 2451 bis. Note sur les négociation (...)
  • 9 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 29-12-1933.
  • 10 MAEB 2451 bis. Note pour le ministre sur les relations commerciales avec la France, 30-7-1934. Ibid (...)
  • 11 MAEB 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 3-5-1934. Notes 19 et 28-6-1934.
  • 12 MAEB. 2451 bis. CR négociations franco-belges, 12-3-1934. Note du 30-7-1934.
  • 13 Papiers Jaspar 8. Gaiffier à Jaspar, 30-7-1934.
  • 14 MAEB. 2451 bis. Suetens à Bouchet, 30-5-1934. Séances des 11 et 12-7-1934. Note du 30-7-1934.
  • 15 MAEB. 2451 bis. Entrevue avec Lesage (ministère français de l’Agriculture), 10-3-1934. Note séances (...)

6Contrairement à l’inflexion marquée au cours du second semestre 1932, la France procède à partir de la fin de 1933 au développement de sa politique de contingentement. Elle résulte de la suppression de la surtaxe de change qui touchait les produits britanniques à compter du 1er janvier 19348. C’est donc dans ce cadre que la France négocia avec l’UEBL. Dans un premier temps, le 28 décembre 1933, la Belgique put obtenir le maintien de la totalité de ses contingents sans contrepartie pour la tranche des 75 % négociables9. En revanche, les accroissements souhaités par la Belgique firent l’objet de négociations qui s’ouvrirent à partir du 9 février 1934. Les nouvelles concessions proposées par la France portèrent sur des contingents supplémentaires de 40 millions de francs belges par an à accorder à la Belgique sur des bases de réciprocité ; en échange elle demandait une série de déclassements qui furent assez facilement accordés, la passation de commandes publiques aux entreprises françaises (environ 28-29 millions de francs belges intéressant surtout la défense nationale) et le renforcement du régime de protection des vins français en Belgique10. Les deux derniers points firent traîner la négociation jusqu’à l’été. En particulier le régime des vins à définir risquait de provoquer, pour la Belgique, des difficultés avec les pays méditerranéens concurrents de la France et les négociants belges (pour des motifs fiscaux)11. Dans un premier temps, à la mi-mars, la France accepta d’accorder, à titre provisoire, à la Belgique, 60 % des suppléments initialement prévus. L’accord définitif ne fut paraphé que le 19 juillet 193412. Il était fondé sur la base d’une stricte réciprocité : suppléments de contingents de 40 millions de francs belges pour la Belgique contre 28 millions de commandes publiques belges et un régime de répression aggravé contre les fraudes sur les appellations viticoles. Les principales branches concernées du côté belge étaient la métallurgie, la papeterie. Jugé satisfaisant pour les branches de l’industrie belge concernées, il fut signé le 4 août 1934. Pourtant on est obligé de constater que cet accord est bien loin de satisfaire les autorités belges au point que Jaspar évoque, au 30 juillet 1934, la possibilité d’une guerre de contingents et de tarifs avec la France13. L’accord du 4 août 1934 se révèle en effet d’une portée très limitée pour la Belgique. Un accroissement de 40 millions ne représente en fait que 0,3 % de ses exportations totales en 1934 et 1,6 % de ses exportations vers la France. En termes absolus, la balance risquait même de s’avérer négative. En matière industrielle, les nouveaux contingents mis en vigueur par la France touchaient particulièrement certaines productions belges. Ainsi des différends graves subsistaient entre la France et la Belgique pour les engrais phosphatés et le sulfate de cuivre (réduction, dans deux cas, de 50 % des exportations belges environ)14. En outre, aucun accord n’était en vue pour le renouvellement des contingents agricoles contenus dans l’accord du 15 avril 1931 et qui était parvenu à échéance en 1934. Le ministère français de l’Agriculture ne consentait à le renouveler que sur des bases réduites et contre compensations ; il fallut donc une intervention personnelle de Jaspar auprès du ministre de l’Agriculture Van Cauwelaert pour lui faire accepter l’arrangement du 4 août15.

  • 16 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 18-12-1934. H. Hoffher, op. cit., p. 331-333.
  • 17 MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 18-09-1933. Gaiffier à Hymans, 22-12-1933.
  • 18 Ibid. PV négociations franco-belges, 25-6-1934. Herry à Hymans, 22-9-1933.

7L’évolution des échanges franco-belges durant les premiers mois de 1934, selon les statistiques présentées par Stoppani, confirment amplement le caractère décevant de l’évolution des relations commerciales entre les deux pays. En effet si les exportations de l’UEBL vers la France représentaient 20,7 % du total des ventes de ces pays en 1933, elles tombent à 17,9 % pour les neuf premiers mois de 1934. Pour l’ensemble de l’année, les statistiques belges indiquent respectivement 20,5 % et 17,5 %. Ces chiffres contrastent avec l’évolution des échanges avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne qui, dans les deux cas, sont en progrès. Certes la baisse de la production industrielle comme du revenu national en France constituent un élément important d’explication. Il est probable cependant que cette diminution tient pour partie à la politique menée par la France ; la part des importations en provenance de l’UEBL poursuit sa chute en 1934 : 8,2 % en 1932, 6,9 % en 1933 et 6,3 % pour les huit premiers mois de 1934 selon les statistiques de Stoppani. Dans cette perspective, l’évolution des relations avec l’Angleterre comme de l’Allemagne joua en grande partie au détriment de la Belgique. Les négociations franco-anglaises évoluèrent en effet de manière défavorable aux intérêts de la Belgique. Le ministre du Commerce semble avoir désiré, à la fin de 1933, mettre fin à la surtaxe de change qui frappait les produits anglais en échange d’une diminution des contingents par voie de négociation. Les mesures de rétorsion prises par le gouvernement britannique en décidèrent autrement ; à la suite de difficiles négociations, entre mars et mai, l’accord signé le 17 juin 1934 accordait à la Grande-Bretagne 100 % de ses contingents d’origine ainsi que certaines garanties ou contingents supplémentaires16. Avec l’Allemagne les ambitions étaient grandes mais se révélèrent vite en partie vaines. Le Quai d’Orsay pensait faire accepter par l’Allemagne une réduction de ses contingents afin de rééquilibrer les échanges entre les deux pays. Au pire, on était prêt à une dénonciation pure et simple du traité de 1927 si l’Allemagne n’acceptait pas ce programme17. Les Belges espéraient ainsi bénéficier pour une bonne part des effets d’une éventuelle rupture. En fait, l’incertitude qui pesa sur le sort des relations franco-allemandes explique pour partie le temps que l’on mit, du côté français, à négocier avec les Belges et l’impossibilité d’offrir des concessions durables (les contingents supplémentaires offerts à la Belgique ne l’étaient que pour trois mois) et vraiment importantes. Au demeurant il semble que dans bien des cas les produits belges ne pouvaient se substituer aux produits germaniques18.

8Ainsi la première tentative de mise en œuvre, sur le plan économique, du bloc-or s’avérait être un échec. Celui-ci reposait à la fois sur le caractère restreint de cet ensemble mais également sur la formule de négociation, strictement bilatérale, adoptée. La prise de conscience en fut cependant rapide dans certains milieux et détermina une seconde tentative, plus réfléchie et de plus grande ampleur pour le mettre en œuvre.

B. La tentative majeure : mars 1934-mars 1935

1. La pression des milieux libéraux et la seconde tentative multilatérale

  • 19 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 215-217.
  • 20 MAEB. Film 116, Biart à Van Langenhove, 9-2-1934. MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce fr (...)
  • 21 MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce international, comité français à Coulondre, 7-6-1934 (...)

9Cette seconde tentative de mise en œuvre économique du bloc-or a été évoquée par J.-B. Duroselle19. Elle justifie cependant une analyse plus précise à la lumière des archives que nous pûmes consulter. La constitution, le 22 mars 1934 à Lausanne, d’un « Comité de rapprochement économique du bloc-or » en constitue la première manifestation. Il réunit les principales chambres de commerce étrangères en Suisse relevant des pays du bloc-or, par conséquent des milieux de tradition économique libérale atteints par la réduction des échanges provoquée par la crise. L’initiative de cette création revient à E. Biart, principal animateur de la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise en Suisse. Son projet s’inscrivait donc dans la ligne définie par le gouvernement belge depuis l’automne 1933 et il s’était mis dès février 1934 en relations étroites avec Van Langenhove à qui il avait demandé appui et instructions20. Il obtint assez rapidement de larges soutiens : gouvernements et organisations patronales en Belgique et au Luxembourg, milieux financiers en Hollande et en Suisse (instituts d’émission). En France il fut suivi par la Chambre de commerce de Marseille, chef de file des milieux libéraux et fermement partisane d’une orientation européenne de la France dans le cadre du bloc-or. Des organismes plus importants rallient bientôt le mouvement dont le CGPF. L’institution ainsi étoffée se transforme en octobre 1934 en un « groupe des grands organismes économiques favorables à une entente entre les pays du bloc-or », présidé par E. Fougère (Association nationale d’expansion économique) ; Biart en assure le secrétariat général21.

  • 22 MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce française de Lausanne au ministre, 5-4-1934.

10Le programme de ces deux organismes manque de précision à l’origine : stabilité des monnaies, défense contre le dumping monétaire, développement des complémentarités entre pays du bloc-or22. Il était donc propre à concilier les milieux les plus divers en mêlant aspirations protectionnistes et tendances à l’ouverture des marchés. La conférence économique du bloc-or tenue à Bruxelles les 19 et 20 octobre 1934 et préparée à Genève en septembre peut à bon droit être considérée comme le résultat de cette initiative. Pourtant, la mise en forme d’un programme et les contacts entre gouvernements furent surtout l’œuvre de P. Stoppani, chef du service économique de la SDN, très proche par ses options et ses fonctions du milieu des fondateurs du Comité de rapprochement.

  • 23 ANF. 30 - 1418, Stoppani à Germain-Martin, 16-3-1934 - 18-5-1934. - MAEF. SDN 1214 bis. Note entret (...)
  • 24 ANF. 30 - 1418. Note Stoppani, 10-5-1934 (également dans MAEF - SDN 1214 bis).

11Dès mars 1934 il se rend à Paris et rencontre les principaux membres du cabinet Doumergue constitué le mois précédent. Il rencontre également Coulondre, interlocuteur de Van Langenhove lors de la tentative d’organisation économique du bloc-or de l’automne 1933, ainsi que plusieurs personnalités du monde patronal (Duchemin, Lambert-Ribot, Gignoux). À titre officieux, il est chargé d’une enquête auprès des principaux gouvernements des pays concernés23. Il en transmet les principaux résultats à Germain-Martin (Finances) dans une note datée du 10 mai 193424.

12Stoppani tire les leçons de l’échec de l’automne 1933 comme des difficultés économiques aggravées des pays du bloc-or depuis le second semestre de cette même année. Ce ralentissement contraste avec la reprise économique que connaissent les pays à monnaie dépréciée et en particulier l’Angleterre. Cette anémie représente un danger pour ces pays et, en dernier ressort, pour leur projet monétaire lui-même. L’une des raisons de cette situation tient aux politiques de déflation que Stoppani n’envisage pas de remettre en cause. Elle est cependant aggravée par la surélévation des prix qui empêche d’exporter. Dans cette perspective, les politiques protectionnistes menées par la France et ses voisins contribuent à entretenir ce niveau de prix élevé, et effacent les effets de la déflation. Le projet de Stoppani est de promouvoir une reprise économique par la reprise des échanges entre pays du bloc-or. Le moyen doit en être l’attribution de contingents supplémentaires - ou leur suppression - négociée par une voie bilatérale entre ces pays, cette formule étant la seule susceptible d’échapper aux contraintes imposées par la clause de la nation la plus favorisée. Ce projet ne constitue pourtant qu’une première étape d’une durée d’environ douze mois. Stoppani ne s’accommode en effet pas de l’idée d’un bloc-or replié sur lui-même. D’une part, nous l’avons vu plus haut, certains pays (Hollande, Italie) ne peuvent se couper des marchés allemands et surtout anglais. De même, l’Angleterre n’accepterait un régime préférentiel de cette nature que pour une courte période. Cette première étape serait donc suivie d’un élargissement de la négociation à l’Allemagne et surtout à l’Angleterre. Elle constituerait en fait une période d’adaptation préalable à un désenclavement du bloc-or dans une Europe plus large. Dans cette hypothèse, le rôle de la Belgique serait déterminant ; le niveau des prix dans ce pays, en raison de sa politique plus libre-échangiste, se situait en position intermédiaire entre la France et la Hollande d’un côté, l’Angleterre de l’autre. Sur le plan diplomatique, la formule Stoppani s’intégrerait dans la réactivation de la Conférence monétaire et économique mondiale ; un sous-comité des pays du bloc-or, présidé par Colijn (Pays-Bas), serait constitué afin de la mettre en œuvre et de la rendre acceptable par l’Angleterre. La pensée de Stoppani est donc d’inspiration libérale et s’inspire des projets belges contenus dans la convention d’Ouchy.

  • 25 MAEF. SDN 1214 bis, Stoppani à Queuille, 18-5-1934.
  • 26 ANF. 30 - 1418, Stoppani à Doumergue, 30-5-1934.

13Sur le plan politique la mise en œuvre de ce programme reposait en grande partie sur la France. En particulier sa capacité à pratiquer une certaine ouverture en matière de contingents agricoles était mise en doute par ses principaux partenaires. Tout reposait donc sur la capacité du gouvernement d’union nationale présidé par Doumergue à imposer des sacrifices à certains intérêts25. À la fin du mois de mai Stoppani rencontre à nouveau les principaux ministres ; le 28 mai Doumergue lui indique que ses propositions ont été abordées en conseil des ministres. Cet entretien semble avoir été positif puisque Stoppani prend aussitôt contact avec Hymans qui l’autorise à confirmer au président du Conseil que le gouvernement belge « qui, à maintes reprises, a d’ailleurs fait des déclarations publiques dans ce sens, reste tout disposé à aborder le problème et à entrer dans la voie que j’ai l’honneur de vous indiquer26 ».

  • 27 MAEB. 2451 bis, Gaiffier à Jaspar, 21-8-1934. - Papiers Jaspar 8, Gaiffïer à Jaspar, 6-8-1934 - 25- (...)
  • 28 MAEB. 2451 bis. Note Suetens, 13-9-1934.

14La mise en œuvre du programme Stoppani ne fut pas immédiate. Il fallut attendre la fin des négociations franco-anglaises et surtout franco-belges pour qu’une initiative intervienne. Celle-ci revint à Gaiffier qui chercha à ménager une entrevue entre Jaspar et les principaux responsables français : Doumergue et Barthou. Pour l’ambassadeur le marché français était le seul, face au protectionnisme anglais et au régime restrictif imposé par l’Allemagne en matière de devises, à permettre une expansion des exportations belges. Cela ne serait possible que dans le cadre d’un accord préférentiel à faire admettre par l’Angleterre. Il serait ensuite étendu aux autres pays du bloc-or27. L’entrevue en question eut lieu au début de septembre 1934. Elle aboutit à deux résultats. Sur le plan bilatéral une réunion de fonctionnaires (Suetens pour la Belgique, Bonnefon-Craponne et de La Baume pour la France) aboutit à la constitution d’une commission d’études franco-belge destinée à favoriser le développement des relations commerciales bilatérales « dans un esprit nouveau »28. Sur le plan international, elle aboutit à la réunion de délégués des pays du bloc-or à Genève les 24 et 25 septembre.

  • 29 M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banquiers, p. 11.
  • 30 MAEF. RC 1918-1940. B. 713, Claudel à Barthou, 20-9-1934. Papiers Jaspar 141. Note Suetens, 21-9-19 (...)
  • 31 ANF 30. 1418. Communiqué de presse, 25-9-1934.

15L’idée en avait été préparée par une série d’interviews données par Broqueville, Jaspar et Francqui à des journaux français (L’Information, Agence économique et financière). Le 19 septembre, Van Langenhove la reprit officiellement dans le cadre de la SDN29. La formule imaginée était le résultat des analyses de Stoppani : régime préférentiel sur la base des contingents entre pays du bloc-or à faire accepter par l’Angleterre30. Les résultats des réunions des 24 et 25 septembre tels qu’ils furent communiqués à la presse s’inspirent directement des résultats de ses études : rappel de l’attachement des États participants à l’étalon-or ; importance d’une reprise des échanges sur le plan international ; accord limité dans un premier temps aux pays du bloc-or ; contacts avec les autres gouvernements pour un élargissement ultérieur. On décida par conséquent de la constitution d’une commission chargée de mettre en œuvre ce programme dont la présidence fut attribuée à Jaspar31.

  • 32 ANF 30. 1418. Tél. Genève, 25-9-1934. Papiers Jaspar 141, réunion du 24-9-1934.
  • 33 ANF 30. 1418. CR de la commission du 29-9-1934. MAEF. RC 1918-1940. B. 713, Agriculture à Commerce, (...)

16Dans quelle mesure la France était-elle prête à appuyer efficacement un tel programme ? Dans un premier temps, la force d’inertie des intérêts particuliers semble l’emporter. À Genève la délégation française avait imposé certaines restrictions aux négociations à entreprendre. D’une part il avait été question de porter les contingents au niveau atteint en 1931, conformément au schéma proposé par Stoppani. Le ministre du Commerce fit supprimer toute référence à une année précise (la France avait connu de très fortes importations en 1931) et à un objectif chiffré. De même, l’idée de concessions françaises sur le plan agricole avait été écartée. Les propositions françaises semblaient donc s’écarter de l’idée d’une véritable politique d’expansion des échanges, contrairement aux options proposées par Stoppani32. Les conclusions de la commission interministérielle préparatoire à la conférence de Bruxelles, le 29 septembre 1934, confirment cette première orientation. La trêve des contingents agricoles est écartée par le ministère de l’Agriculture, ce que confirme le ministre le 9 octobre. Quant au régime des contingents il apparaît impossible de l’améliorer au profit des pays du bloc-or du fait de l’accord franco-anglais du mois de juin qui accorde à la Grande-Bretagne le bénéfice de la clause de la nation la plus favorisée en ce domaine. On se limiterait donc à proposer aux pays du bloc-or les reliquats non utilisés par les autres pays. La seule possibilité d’expansion résidait en fait en une possible substitution du bloc-or à l’Allemagne en cas de rupture avec ce pays. Celle-ci, pensait-on, était prévisible tant du fait de l’évolution politique générale (action de Barthou) que sur la question sarroise qui allait bientôt se poser. Notons qu’il s’agissait là d’une simple substitution et non d’une reprise économique fondée sur celle des échanges33.

  • 34 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713, Bouchet à Lamoureux, 11-10-1934. ANF 30. 1418. Note Boisanger, 12-10-1 (...)
  • 35 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 217. ANF 30. 1418, Affaires étrangères à Finances, 30-10-1934.

17Cette première approche, extrêmement décevante, fut corrigée à la suite de deux interventions. L’inspecteur des Finances Maxime Robert, de retour de mission en Belgique jette un véritable cri d’alarme dans un rapport du 9 octobre. Il est soutenu par le directeur du Mouvement général des fonds Boisanger ; l’échec de la conférence du bloc-or servira de prétexte aux partisans de la dévaluation en Belgique pour accentuer leur effort de propagande, jusque-là discret. « Le caractère très limité des projets que la délégation française apportera à la conférence du bloc-or » était dangereux du point de vue monétaire. Le 11 octobre, un rapport de l’attaché commercial au ministre du Commerce accentue ces premières remarques. Le cabinet belge était divisé ; les vieilles équipes dirigeantes, peu favorables à la dévaluation, devraient, en cas d’échec, « céder la place aux éléments nouveaux introduits à regret dans les récents cabinets ». On songe à Van Zeeland qui, dès le 5 octobre, avait officieusement remis sa démission à Broqueville. Bouchet plaidait donc pour des concessions « substantielles » sinon, on courait à « l’aventure » et l’on risquait fort de voir la Belgique devenir… « un sous-dominion » de l’Angleterre34. La situation était d’autant plus grave que les milieux hollandais étaient très divisés entre l’engagement au sein du bloc-or et l’orientation vers l’Angleterre, tandis que l’Italie plaidait pour la renonciation pure et simple à la réunion de la conférence35.

  • 36 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. Note Coulondre, 16-10-1934, et PV du 15-10-1934.

18Une nouvelle réunion eut donc lieu au ministère du Commerce le 15 octobre. On décida de proposer aux partenaires de la France d’opter purement et simplement pour des tarifs préférentiels à faire accepter par l’Angleterre par une démarche commune des pays concernés. En cas de refus de ses partenaires, la France proposerait de jouer sur les contingents. Elle suggérerait, en matière agricole, une trêve de 6 mois. Cette évolution notable procède d’une véritable prise de conscience d’un danger et d’un choix politique, soutenu par le ministère du Commerce et Coulondre au Quai d’Orsay36. On ne peut manquer de se demander ici ce qu’aurait pu donner une politique continue et ferme dans ce domaine. On sait quel désastre fut pour l’évolution de la politique du pays l’assasinat de Barthou le 9 octobre 1934.

  • 37 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. PV des réunions 19 et 20-10-1934. Note du 22-10-1934. ANF 30 1418. CR (...)

19La conférence tenue à Bruxelles les 19 et 20 octobre 1934 constitue en fait un échec. Le rôle de la Belgique dans la préparation de la conférence fut jugé nul par la délégation française. En fait le cabinet Broqueville était à la veille de tomber ; c’était donc à la France de faire des propositions. La division notée plus haut entre les puissances concernées fut confirmée dans les faits. La France proposa une réaffirmation de l’attachement des puissances aux parités-or, ce que l’Italie et les Pays-Bas n’acceptèrent qu’avec réticences. Quant à la proposition tendant à une démarche commune auprès de l’Angleterre, elle fut repoussée ; la délégation française obtint qu’elle reste à l’étude et ne soit pas définitivement écartée. Le protocole du 20 octobre 1934 fut jugé satisfaisant par Coulondre. En fait il ne prévoyait que la tenue de négociations bilatérales visant à accroître les échanges, dans la mesure du possible, de 10 % en volume sur la base de la période juillet 1933-juin 1934, et ce dans un délai d’une année. Toute perspective d’organisation multilatérale et tout engagement ferme semblaient donc exclus37. Restait à voir si, sur le plan bilatéral, la France et la Belgique sauraient mettre en application cet objectif. La constitution du cabinet Theunis, à Bruxelles, le 19 novembre, offrait une dernière chance.

2. Deuxième tentative sur le plan bilatéral : de la bonne volonté à l’échec (novembre 1934-février 1935)

  • 38 MAEB. 2451 bis. Note Van Langenhove, 29-9-1934. - Jaspar à Gaiffier, 5-10-1934.
  • 39 MAEB. 2451 bis. Note, 8-11-1934.
  • 40 MAEB. 2451 bis. Note de la chambre de commerce et d’industrie du Centre (La Louvière).
  • 41 MAEB. 2451 bis. Gutt à Van Langenhove, 26-3-1934.

20Les négociations qui s’ouvrirent à partir du 5 novembre 1935 entre la France et la Belgique apparaissent, au moins rétrospectivement, comme la dernière chance du bloc-or. Les Belges sont particulièrement désireux de les faire aboutir, aussi bien dans le cadre général que sur le plan bilatéral. Ainsi pressent-ils le gouvernement français de mettre sur pied la commission bilatérale franco-belge dont la constitution avait été décidée au début septembre38. Une première réunion, officieuse, eut donc lieu le 12 octobre 1934, les véritables négociations commencèrent le 5 novembre. L’importance de ces négociations était d’autant plus grande pour la Belgique que les exportations belges en France avaient connu une très forte diminution à partir de juillet 1934. Ainsi, d’une moyenne mensuelle de 135 millions de francs entre juillet 1933 et juin 1934, elles étaient tombées à environ 100 millions entre juillet et octobre39. Outre cette approche quantitative, les griefs belges tenaient aux effets pervers de la politique des contingents menée par la France. Une note de la chambre de commerce et d’industrie du Centre (la Louvière) permet de les appréhender : au-delà de leurs effets quantitatifs, les contingents introduisent l’insécurité dans le régime des échanges marqué par des changements de politique incessants du gouvernement français. En outre la référence à une période de base de plus en plus éloignée de la situation du moment figeait des situations appartenant au passé. L’industrie de la gobeleterie par exemple demandait une amélioration immédiate puis, dans un deuxième temps, la suppression de ce régime. Dans le cas contraire, elle réclamait une politique de défense et de représailles40. Le pessimisme qui gagnait ainsi une part notable de l’industrie belge se traduisait par un sentiment croissant d’irritation au cours de l’année 1934. On peut donner l’exemple des contingents de sulfate de cuivre importé par la Compagnie générale des minerais en France : la répartition en quatre trimestres égaux du contingent attribué diminuait, en fait, la quantité exportée de moitié en raison du caractère saisonnier de la vente de ce produit. Le conflit se prolonge toute l’année 1934 et l’administrateur-délégué de la société, C. Gutt (ministre des Finances dans le « gouvernement des banquiers » de novembre 1934 à mars 1935), le ressentit vivement : « On se fiche décidément de nous. Nous, c’est les Belges41. »

  • 42 MAEB. 2451 bis, Consul général de Belgique à Lille du ministre, 11-10-1934.
  • 43 MAEB. 2451 bis, Note du 8-11-1934.

21La situation est d’autant plus difficile que la pression des industriels français contre les importations de produits belges est très forte. C’est notamment le cas pour ceux du Nord et du Pas-de-Calais qui réclament une application rigide du contingentement. Le consul général de Belgique à Lille en vient donc à conseiller une grande prudence dans la politique de propagande commerciale et d’exportation belge en France de peur de voir accentuée la politique de protection42. Tout reposait donc sur la capacité du gouvernement français à imposer sa politique aux milieux économiques. Le 8 novembre 1934 Suetens analysait la situation en ces termes : « Les industriels français (…) demandent (…) qu’on réduise le contingent normal d’un certain nombre de produits qui nous intéressent (…). Jusqu’à présent la direction des Accords commerciaux et le Quai d’Orsay se sont opposés à ces prétentions. Ils étaient soutenus par M. Doumergue ; mais on peut se demander si cet appui leur sera maintenu et ce qu’il adviendra de la question si, demain, M. Doumergue doit abandonner le pouvoir43. » L’issue du bloc-or était en fait également une affaire de crédibilité politique.

  • 44 Ibid. Note du 9-11-1934. - Suetens, La politique commerciale…, p. 270.

22Les négociations se développent en deux phases, séparées par une interruption en décembre et janvier. Dans un premier temps, la bonne volonté, marquée de part et d’autre permit la signature d’un protocole pour les produits agricoles, révisant les conditions de l’avenant du 15 avril 1931. Les principales dispositions prévoyaient l’échange de contingents de chevaux belges contre bovins français à tarif de protection réduit. Il faisait également état des contingents agricoles belgo-luxembourgeois sur le marché français44.

  • 45 MAEB. 2451 bis, Négociations franco-belges, séance du 5-11-1934.
  • 46 Ibid., Séance du 7-11-1934.
  • 47 Ibid. Séance du 17-11-1934. Note Traux de Wardin, 19-11-1934.
  • 48 J. Néré, La crise de 1929, p. 182.

23Le principal enjeu porta sur les échanges de produits industriels. Dès la fin novembre il était clair que les positions de fond, entre les deux parties, étaient telles qu’aucun accord d’importance ne serait possible. Les principes généraux qui guidèrent la délégation française furent posés dès le 5 novembre par Bonnefon-Craponne : il n’accepterait de demandes que compatibles « avec la situation intérieure de telle sorte qu’il n’y ait pas de dualité entre les intérêts vitaux de l’économie nationale et les intérêts belges45 ». Dans cette perspective, il proposait deux méthodes pour parvenir à un élargissement significatif des échanges internes au bloc-or : d’une part des droits préférentiels pour les produits ne touchant pas directement les exportations anglaises, principe que la France entendait proposer une nouvelle fois à ses partenaires lors d’une prochaine réunion du bloc-or46 ; surtout, cette proposition fut présentée le 17 novembre pour les machines-outils puis d’une manière plus globale le 19 novembre, que la Belgique développe largement son régime de contingentement47. Sur cette base, des échanges de concessions plus larges seraient possibles, permettant à la France de s’ouvrir plus largement aux produits belges en préservant, pour l’essentiel, les structures de son marché. C’était donc à une modification de sa politique économique extérieure que le gouvernement français conviait la Belgique. Une telle orientation aboutirait à un rapprochement de la structure et du système de prix de l’économie belge du modèle français. Or, l’on sait que la préservation d’un relatif libre-échange avait, jusque-là, permis à la Belgique de se situer, en terme de niveau de prix, dans une situation intermédiaire entre la France et la zone sterling48. Il s’agissait d’une orientation opposée à celle préconisée par Stoppani qui comptait utiliser la Belgique comme un « pont » afin de permettre une réintégration du bloc-or dans l’économie mondiale.

  • 49 M Suetens, op. cit., p. 261-265. MAEB. 2451 bis. Commission d’études franco-belge, séance du 12-10- (...)
  • 50 MAEB. 2451 bis. Négociations franco-belges, 5-11-1934. Note Traux de Wardin, 19-11-1934.

24La Belgique était donc à nouveau conviée à un choix fondamental qui, en fait, faisait l’objet d’un débat depuis la fin de 1933. L’année 1933 avait en effet vu la constitution d’un comité restreint du commerce, dit comité des cinq [Theunis, G. L. Gérard, Jussiant [chambre de commerce d’Anvers], Mullie [intérêts agricoles], Van Zeeland [Banque nationale] chargé d’examiner les orientations à donner à la politique de la Belgique. Le rapport du comité semble s’être orienté vers une conception plus protectionniste en mettant l’accent sur le monnayage des importations. Le modèle français des 75 % négociables des contingents avait été cité dans le rapport. Une telle évolution est également perceptible dans les propos tenus par Suetens lors de la première réunion de la commission franco-belge du 12 octobre. Il évoquait la possibilité de négocier le quart des contingents et surtout d’augmenter leur nombre. Une telle politique rencontrait l’opposition des milieux du négoce, en particulier de la Fédération des chambres de commerce de Belgique. De même, la commission des Affaires étrangères du Sénat, par son rapporteur Segers (député d’Anvers) évoqua les « dangers de la politique nouvelle49. » Aussi, le 5 novembre 1934 n’en fut-il plus officiellement question ; la position prise par Suetens était celle d’un libre-échange interne au bloc-or qui n’était pas dans la conception française. En fait une accentuation de la protection eût été contraire à la politique de déflation entreprise par Theunis. Une note du ministre des Affaires étrangères à Bruxelles précisait que l’orientation préconisée par la France n’était pas envisageable « dans l’état actuel des choses50 ».

  • 51 MAEB. 2451 bis. Note du 8-11-1934.
  • 52 MAEB. 2451 bis. Séance du 16-11-1934. Note du 20-11-1934.
  • 53 MAEB. 2451 bis. Note du 17-12-1934.

25En fait la nature des propositions françaises, tout comme l’évolution de la situation économique, ne plaidaient pas pour une telle orientation. Une application stricte des accords de Bruxelles (augmentation de 10 % du trafic sur la base des échanges de la période juillet 1933-juin 1934) aurait exigé des deux partenaires bien plus que de simples facilités commerciales. Au demeurant, la France avait, sur ce seul plan, bien peu à offrir. Le chiffre des exportations belges vers la France était en effet passé d’une moyenne de 135 millions par mois en 1933-1934 à une moyenne de 100 millions à l’automne 1934. Une augmentation de 10 % des échanges supposait donc à la fois un rattrapage de ces 35 millions et un supplément de 13 millions soit un total de 48 millions, ce qui signifiait une augmentation des importations françaises en provenance de Belgique de près de 50 %51. Les propositions du ministère du Commerce en date du 20 novembre n’atteignaient qu’environ 17 millions de contingents supplémentaires par trimestre. Après avoir vainement tenté de proposer une interprétation restrictive des objectifs envisagés à Bruxelles (augmentation sur la base du trafic actuel), les experts français durent admettre l’impossibilité, sur la base de la politique actuelle de la France, d’aboutir à un résultat satisfaisant. Certes ils firent justement remarquer que l’effondrement en valeur des importations en provenance de Belgique était pour partie dû à la baisse des prix, mais ils durent convenir de ce que la capacité d’absorption du marché français était amoindrie52. Implicitement la politique de déflation était donc remise en cause. La seule possibilité réelle pour la Belgique résidait par conséquent en une rupture franco-allemande à propos de la Sarre qui permettrait éventuellement certaines formes de substitution. À la fin décembre la politique belge était devenue celle du « wait and see » et on semblait se résigner à un accord modeste sur la base d’une légère amélioration de la situation existante53.

  • 54 MAEB. 2451 bis. Note du 21-1-1935. Séance du 12-2-1935.
  • 55 MAEB. 2451 bis. Note du 21-1-1935. J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 128.

26La reprise des négociations à partir du 21 janvier 1935 marque une rupture dans la mesure où elle aboutit à une accentuation de la politique française défavorable au bloc-or. Les nouvelles propositions françaises en date du 21 janvier reposent sur des bases « sensiblement différentes ». Les offres faites à la Belgique sont réduites de 25 à 10 millions de francs de contingents supplémentaires par trimestre. Sur le plan qualitatif, des demandes importantes de la Belgique sont refusées ou satisfaites de manière symbolique. Ainsi des propositions belges visant à augmenter les importations de charbons belges en France sont-elles repoussées, même au profit des Charbonnages de Campine où les capitaux français étaient fortement implantés54. En fait la Belgique a été victime de l’inflexion de la politique de Laval et de Marchandeau vis-à-vis de l’Allemagne, sur la question sarroise en particulier. Confronté à un choix, le gouvernement a sacrifié le bloc-or. Au cours des négociations qui aboutissent à l’accord du 3 décembre 1934, signé à Naples le 18 février 1935, la France a détourné une partie des contingents supplémentaires initialement réservés à la Belgique, au profit de l’Allemagne. Quant à la rétrocession des mines de charbon, elle est en partie compensée par une augmentation des livraisons allemandes, ce qui explique le sort fait aux demandes belges55.

  • 56 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 14-2-1935. Hymans à Gaiffier, 16-2-1935.

27Le milieu de février 1935 est l’occasion d’une prise de conscience des Belges. Gaiffier montre à Hymans qu’un accroissement des importations françaises de 11 millions ne représente que 0,3 % des ventes belges à la France en 1929 et donc est « sans influence sur notre activité industrielle ». Gaiffier « se demande s’il convient que nous nous placions encore vis-à-vis des Français en solliciteurs et s’il ne serait pas préférable de les attendre sur nos positions ». Il est soutenu dans cette voie par Suetens. Hymans se raccroche cependant à l’idée d’un accord, même très restreint. Il agit aussi bien pour des motifs diplomatiques qu’eu égard aux objectifs monétaires du gouvernement Theunis : « Vous ferez ressortir combien il serait fâcheux, en ce moment où les deux pays mènent une lutte difficile pour la défense d’une politique monétaire commune, de donner le spectacle de leur désaccord et de leur impuissance à traduire dans les faits leur solidarité. » Il pose cependant la vraie question en indiquant au gouvernement français que « sans son plein concours, il serait vain de vouloir continuer l’action entreprise56 ».

  • 57 Ibid. Note pour le ministre, 21-2-1935.

28Un accord put être signé, conformément aux désirs d’Hymans dès le 20 février 1935. Il prévoyait l’attribution de contingents supplémentaires de 36 millions à la Belgique pour 1935, en échange de commandes de l’administration belge à la France de 33 millions. Une négociation ultérieure était envisagée, fondée sur l’échange de concessions belges pour les vins, françaises pour le charbon57. Bien que jugé satisfaisant dans son caractère limité, cet accord ne correspondait pas aux besoins réels de la Belgique. Suetens en tire toutes les conséquences dans une note du 12 mars 1935 destinée à son ministre, soit quelques jours avant la visite des ministres belges à Paris et la chute du cabinet Theunis : « Comme on le voit, cet accord est essentiellement fragmentaire et ne sert que bien peu le développement des échanges commerciaux entre les deux pays. Il ne peut être considéré comme la réalisation du vœu de la conférence du bloc-or qui visait à intensifier lesdits échanges de 10 %. »

29L’une des raisons de cet échec est évoquée par Suetens et sa conclusion est éclairante quant à la signification du voyage de Theunis à Paris :

« Il est à noter encore que la France, par ses accords avec l’Allemagne et l’Angleterre, se voit interdire la conclusion des arrangements préférentiels recommandés par la Conférence du bloc-or, et que, par conséquent, il ne semble pas possible d’envisager une amélioration de ce côté. »

  • 58 M. Suetens, op. cit., p. 279. MAEB. 2451 bis. Note pour le secrétaire général, 13-2-1935.

30En fait les conséquences de cet échec étaient déjà tirées. Suetens conseillait dès le 13 février de se contenter d’un accord limité avec la France afin d’avoir les mains libres avec certains pays plus intéressés par l’économie belge. Le 27 février un très important accord commercial était signé par la Belgique avec les Etats-Unis58. La dévaluation de mars 1935 est bel et bien la conséquence de l’échec économique que représentait le bloc-or sur le plan des échanges. La dévaluation pouvait permettre de tirer pleinement partie de la nouvelle orientation que représente l’accord du 27 février.

  • 59 MAEB. 2451 bis. Tél. Gaiffier, 18-2-1935.

31Du côté français, l’incapacité à faire des choix paraît dominante. Entre le choix impérial et le choix européen, entre le bloc-or et l’Allemagne ou l’Angleterre, les gouvernements hésitent et ne choisissent pas. Au-delà des incertitudes politiques (Marchandeau affirme ne pas être au courant du programme d’action du bloc-or à Gaiffier le 18 février59) et de la faiblesse du régime, il faut mettre l’accent sur l’entrave fondamentale que politique de déflation et protectionnisme imposaient au pays. Au-delà, les insuffisances que comportait un espace aussi restreint et la fondamentale appartenance de l’Allemagne à l’Europe occidentale renforçaient le caractère d’impasse de la situation de la France au début de 1935. Il nous reste à analyser sur le plan monétaire dans quelle mesure les responsables français prirent vraiment conscience de l’importance de la partie que le pays se préparait à perdre.

C. La dévaluation du franc belge (mars 1935) : sanction monétaire d’un échec économique et financier

1. L’échec financier du bloc-or

  • 60 L. H. Dupriez, Les réformes monétaires en Belgique, p. 93-104. R. L. Hogg, Structural rigidities an (...)
  • 61 E. Bussière, La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres, RBHC, p. 353.

32L’échec du bloc-or, tel que conçu à l’initiative des Belges à partir de l’été 1933, est sanctionné par la dévaluation du franc belge en mars 1935. Les causes en sont bien connues. La « quiétude technique » (L. Dupriez) sur la situation de la monnaie, confortée par l’importance de la couverture or (60 % au moment de l’institution du contrôle des changes), le taux élevé de couverture des importations par les exportations (entre 94 et 99 % pour les années 1931-1934) ont masqué une situation fondamentalement malsaine. Du fait de la surélévation du coût de la vie et des prix belges par rapport au marché mondial et en particulier de la zone sterling, les entreprises belges vendirent à perte au point, selon Dupriez, de ne plus couvrir leurs amortissements60. À titre d’exemple les calculs que nous avons faits pour Ougrée montrent que les « immobilisations matérielles », après deux exercices fastes (321 millions pour 1930-1931 et 1931-1932) tombent à 75 millions pour les deux suivants, ce qui correspond au strict entretien des installations61. Cette situation a ses conséquences quant à l’activité économique et au niveau de l’emploi (chute de 24 % de la production entre 1929 et 1934) mais aussi sur les structures financières publiques et privées.

33Nous avons analysé dans les deux premières parties de ce chapitre l’échec du bloc-or à apporter à la Belgique un soutien à son activité industrielle par le biais des échanges. La dévaluation de 1935 s’explique également, dans une certaine mesure, par un défaut de même nature, bien que moins accentué, dans le domaine financier.

  • 62 Institut belge des finances publiques, Histoire des finances publiques en Belgique, vol. II, p. 283
  • 63 Archives Paribas, dossiers 99/4 - 99/5 - 99/6-8.

34L’effort de déflation réalisé par le gouvernement belge trouva sa sanction dans le domaine budgétaire. Le déficit qui atteignait encore 2 627 millions en 1932 se trouve ramené à 750 millions en 1933 et 1 323 millions en 193462. Or nous avons vu dans un chapitre précédent le rôle important joué par le marché français au profit des finances publiques belges jusqu’en 1933. L’instauration du bloc-or lors de la conférence de Londres aurait dû se traduire par la continuation sinon l’accentuation de cette solidarité. Le bilan des opérations effectuées par le Gouvernement ou des institutions qui en sont proches comme la SNCB se révèle décevant à cet égard. Trois opérations d’une certaine importance eurent lieu entre décembre 1933 et mars 193563. L’emprunt de 600 millions de francs à 5,5 % émis en décembre 1933 eut pour but le remboursement des 500 millions de bons du Trésor émis en début d’année. Émis à 91,75 % avec 5 % de commissions il représente un apport net d’environ 520 millions pour le gouvernement belge et par conséquent un transfert réel quasiment nul au profit de la Belgique. Il en est de même pour l’emprunt de conversion 5 % émis en décembre 1934 à 91 % (commissions 4 %). Il rapporta environ 410 millions au Trésor belge ce qui, après déduction des 300 millions restant à rembourser sur le 6,5 % 1923, laissait un solde assez faible. Enfin l’emprunt 225 millions 5 % SNCB de mars 1935 ne pouvait constituer qu’un faible soutien au change belge mais non un appui financier au Trésor.

  • 64 MAEF. Z Europe 203, note 30-9-1933. Papiers Jaspar 2, Gaiffier à Jaspar, 25-10-1933. Archives Parib (...)
  • 65 MAEF. Z Europe 204, Gaiffier à Laval, 27-11-1934. Note 6-12-1934. Archives Paribas 99/5, note 2-11- (...)

35Ces difficultés proviennent de la capacité d’absorption réduite du marché français à partir de 1934. Dans les deux cas cités, les demandes initiales de la Belgique avaient été réduites par le ministère des Finances. En 1933 les autorités belges avaient demandé un milliard, soutenues par Daladier (une partie de l’emprunt devait être consacrée à des dépenses de défense nationale). Les banques avaient fixé une limite de 800 millions, on dut se contenter de 600 millions64. En novembre 1934, la demande initiale portait sur 600 millions ; elle fut réduite à 400 puis portée à 475 millions à la mi-décembre à titre de soutien à la politique monétaire du gouvernement Theunis65.

  • 66 MAEF. Z Europe 204, L. Judas au ministre, 8-12-1934.

36Toutes ces opérations restent dirigées par le même groupe, Paribas-Mannheimer qui répartit les titres à souscrire entre les marchés français, suisse, hollandais. Les difficultés du marché parisien se traduisent cependant par un passage progressif du leadership à Mannheimer. En décembre 1934, « l’emprunt Mendelsohn » de 75 millions de florins négocié par le gouvernement Theunis pour soutenir le franc et alléger la trésorerie fut en réalité réalisé par le même groupe. Paribas n’intervient plus comme chef de file mais semble impliqué dans le consortium66.

  • 67 MAEB. 2574 bis, IV 2, Maeskens à Hymans, 12-3-1935.

37Les soutiens apportés par la France et les pays du bloc-or apparaissent donc affaiblis en 1934-1935 au moment où la solidarité aurait dû jouer à plein. Elle se révèle, de plus, très coûteuse : le 5,5 % émis en décembre 1933 revient en réalité à 6,3 % au Trésor belge. Par ailleurs, les concessions demandées par les pays émettants, représentent une charge supplémentaire. Ainsi le gouvernement néerlandais exige-t-il des concessions fiscales évaluées à 70 millions par an pour permettre une éventuelle consolidation de l’emprunt Mendelsohn67.

  • 68 Archives SGB, dossiers 466 et 379/2.
  • 69 Ibid., dossier 327.
  • 70 Ibid., dossier 466.

38Quant à l’appui du marché parisien aux entreprises belges, nous avons vu qu’il s’était tari dès 1932. Les années 1933-1934 ne font que confirmer cet état de fait. Plus grave, les liens entre groupes financiers qui s’étaient développés depuis le début du siècle s’estompent davantage. Le phénomène est très net pour le groupe de la Société générale de Belgique et est marqué par trois opérations qui prennent place au printemps 1934. En mars est décidée une réorganisation de la BUP. Celle-ci voit son capital diminué de 300 à 100 millions puis porté à 200 millions. Cette opération se traduit par l’arrivée d’un nouveau partenaire, le groupe Lubersac-Bungener qui garantit l’augmentation de capital en échange d’une option sur les immeubles de la banque (à titre de garantie sur certaines avances). Le comité de direction est à cette occasion remanié et Bungener, avec le titre d’administrateur-délégué, est en mesure d’assurer la direction effective de la banque. Il s’agit donc d’une perte d’influence de la SGB qui presse, dès lors, celle-ci de rembourser le fonds de garantie créé en 1931 et auquel elle participe68. La SGB est engagée au même moment dans une opération du même ordre avec la Banque générale du Nord. Les engagements de celle-ci ont compromis son avenir et son absorption par le Crédit du Nord est décidée en mars 1934. Dans cette opération la SGB obtient 20 000 actions CDN pour ses apports (50 000 actions Banque générale du Nord) ; son influence dans le nouvel organisme s’en trouve considérablement réduite mais des relations de correspondant sont établies entre les deux établissements69. Enfin, en juin 1934, la Banque belge pour l’étranger, émanation de la SGB sur les principales places européennes, transforme sa succursale parisienne en filiale autonome. La majorité des titres passe entre les mains de la Générale70.

39Cette dissociation des liens financiers au sein du groupe de la Générale et de ses principaux partenaires est le résultat d’une évolution engagée dès 1931. Elle n’est cependant que plus symbolique du relâchement des liens financiers privés entre les places de Paris et de Bruxelles à un moment où le bloc-or tendait à s’institutionnaliser. Ce relâchement trouve dans un premier temps sa conclusion dans les réformes de structure financière engagées par le gouvernement belge au cours de l’été 1934.

  • 71 R. L. Hogg, Structural rigidities and policy inertia in interwar belgium, p. 139.
  • 72 H. Van der Wee, La Banque nationale…, op. cit., p. 261. E. Bussière, La sidérurgie…, op. cit., p. 3 (...)
  • 73 V. Janssens, op. cit., p. 239. H. Van der Wee, op. cit., p. 262-263.

40La faillite de la Banque belge du travail en mars 1934 ne constitue en effet qu’une première alerte, significative, pour le système bancaire et industriel de la Belgique. Les banques mixtes en particulier sont très engagées auprès des entreprises sous la forme d’avances en compte courant. Ainsi leur montant pour la SGB passe-t-il de 1 980 millions en 1932 à 2 566 millions en 1934, se substituant ainsi au marchés obligataires national et étranger défaillants71. Or une grande partie de ces avances était immobilisée auprès d’entreprises essentielles pour la vie économique du pays. La métallurgie était la principale branche concernée ; sur les 695 millions de crédits mobilisés par la suite par la SGB, la plus grande partie relevait de ses participations sidérurgiques. De même Ougrée-Marihaye put-elle faire la même opération pour son propre compte au prix d’une sévère réorganisation, pour un montant de 212 millions72. Le phénomène est d’autant plus significatif pour un groupe si lié à la France et qui, en 1930-1931, y avait trouvé une partie importante des ressources qui lui étaient nécessaires. La scission des banques mixtes en août 1934, la mobilisation de 2 milliards d’actifs bancaires auprès de la Banque nationale par l’intermédiaire de la SNCI constituent bien la première étape d’une évolution vers de nouvelles solutions. Le rôle joué dans ces opérations par Van Zeeland au moment du vote des arrêtés-lois d’août 1934 peut être considéré comme une des prémices de la dévaluation de mars 193573.

2. La France face à la dévaluation du franc belge

  • 74 L. H. Dupriez, op. cit., p. 103-106. M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banqu (...)

41L’évolution de la crise financière et politique en Belgique entre juin 1934 et mars 1935 est suffisamment connue pour qu’il soit nécessaire de faire plus que d’en rappeler les principales étapes. En juin 1934 Broqueville doit remanier son cabinet qui voit l’arrivée de Sap aux Finances, encadré de Ingenbleck et surtout de P. Van Zeeland. Jaspar succède à Hymans aux Affaires étrangères. Le nouveau cabinet engage la réforme des banques qui doit permettre, grâce au concours de la Banque nationale et de la SNCI, de leur rendre plus de liquidités. La crise du Boerenbond et des divergences sur la politique financière à mener provoquent la désagrégation interne puis la chute du Gouvernement le 13 novembre. Le nouveau cabinet Theunis, formé le 19 novembre s’engage dans une nouvelle tentative de déflation dont le programme est élaboré par Francqui le 15 novembre. Hymans est aux Affaires étrangères, Gutt aux Finances, Francqui ministre sans portefeuille. De nouvelles pressions s’exercent sur le cabinet et déclenchent la crise finale. Sur le plan interne, aux difficultés du Boerenbond s’ajoutent au début mars 1935 celles de la Banque mutuelle de crédit et d’épargne d’Anvers. Sur le plan externe, une baisse brutale de la livre (105,20 FB au 1er janvier, 100 F le 4 mars 1935) semble rendre l’effort déflationniste de plus en plus vain. À ces difficultés il faut ajouter l’agitation sociale contre la baisse des salaires en janvier-février. Dans cette perspective, confronté à une situation financière et politique de plus en plus difficile, à une spéculation des plus actives contre le franc (1 883 millions de francs d’or exportés de janvier 1934 au début mars 1935, 947 millions du 12 au 16 mars) Theunis tente une dernière démarche à Paris le 17 mars. Le 18 mars le contrôle des changes est institué et le cabinet démissionne le lendemain. Un nouveau cabinet Van Zeeland, constitué le 25 mars, dévalue le franc belge de 28 % le 31 mars74.

  • 75 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 12-7-1934. Ibid. 205. Tél. Claudel, 29-3-1935.
  • 76 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 28-9-1934.
  • 77 Archives Paribas 48/109, Urban à Finaly, 17-10-1934.

42Il serait faux de croire que ces événements, en particulier l’échec de la tentative Theunis et la dévaluation, constituèrent une surprise pour le gouvernement français. P. Claudel est remarquablement informé par les principaux acteurs politiques de ce drame final. Très proche de Francqui il eut de longs entretiens avec ce dernier dès sa nomination à Bruxelles en 1933. De même, Van Zeeland et Theunis se confient-ils volontiers à l’ambassadeur75. Les informations transmises à Paris par le consul de France à Liège, Sarrien, ne laissaient rien ignorer de la situation aux responsables français. L’un des ministres du cabinet, Broqueville, la lui dépeint en ces termes à la fin septembre 1934 : la situation financière de la Belgique est « franchement mauvaise ; les arrêtés-lois n’ont pas donné le résultat espéré. Si tu as des valeurs belges, vends-les sans tarder ; personnellement je n’en ai plus. Il y a de grandes chances pour que nous ne puissions maintenir le franc à son taux actuel76. » Ces informations pouvaient être également complétées par celles qui circulaient dans les milieux financiers. Ainsi Urban, très au fait des difficultés internes au cabinet Broqueville, annonce-t-il la dévaluation comme probable à Finaly dès le 17 octobre 1934 : « Pourra-t-on s’en sortir autrement ? Les gens pondérés pensent que non77. »

  • 78 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 12-7-1934.
  • 79 M. R. Thielemans, La grande crise… op. cit., p. 21. MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 20-11- (...)

43Sur le fond, les analyses de Claudel sur les expériences tentées par la Belgique pour préserver le franc méritent d’être relevées. Le 12 juillet, il prédit l’échec de Broqueville : « Les phénomènes que j’ai vu se développer en Amérique pendant les dernières années du régime Hoover se reproduisent sur un plus petit théâtre avec une exactitude qui ne laisse pas d’être impressionnante. » Il annonce dès lors une tentative Franc-qui de la dernière chance : « Un seul homme peut faire face (…) c’est M. Emile Francqui. Je sais que le roi le considère comme sa suprême réserve et sa dernière ressource78. » Le programme de Francqui, transmis par Claudel au gouvernement français le 10 novembre et appliqué par le gouvernement Theunis, correspond très bien à cette analyse : équilibre budgétaire, concentration et assainissement des entreprises, dégel des crédits. En cas de nécessité : dévaluation. Celle-ci était donc inscrite dès le début de la tentative Theunis comme une éventualité possible. La pression des événements devait confirmer cette hypothèse79.

  • 80 V. Janssens, op. cit., pp. 246-247.
  • 81 MAEF. Z. Europe 205. Tél. Claudel, 7-3-1935 - 9-3-1935.

44Correctement informé, le gouvernement français fut plusieurs fois invité par les ministres belges à une relance du bloc-or. Hymans tente de mettre en œuvre une nouvelle réunion sur le modèle de celle de Bruxelles d’octobre 1934. Gutt se rend deux fois à Paris, en décembre 1934 et au début de 1935 et ne parvient pas à décider Germain-Martin80. Il fut placé une dernière fois en face de ses responsabilités le 7 mars 1935. Claudel est, à Bruxelles, averti des inquiétudes de Gutt, face à la baisse de la livre. Le même jour, Gaiffier est chargé d’une démarche visant à annoncer la visite de Theunis à Paris, afin de rencontrer les principaux ministres. Il s’explique longuement sur ses intentions le 9 mars au soir avec l’ambassadeur : « La baisse considérable et continue de la livre sterling a produit en Belgique où tout le monde vit plus ou moins de l’exportation un effet formidable. La cause de la dévaluation a gagné immédiatement beaucoup plus de terrain que les manifestations extérieures ne peuvent l’indiquer. Elle a pour elle les banquiers, les exportateurs, beaucoup d’industriels, les intérêts de Gand et d’Anvers, une bonne partie des socialistes et des catholiques (…). Je crois nécessaire d’aller à Paris pour me rendre compte de ce qu’on y pense. M. Hymans m’accompagnera. Notre voyage aura lieu, probablement le 18. Je veux voir si le bloc-or n’est plus qu’un vain mot ou si c’est une réalité. Il n’y a que des concessions économiques importantes et immédiates qui pourraient soulager la conjoncture économique en Belgique. » Theunis annonce, en cas d’échec, sa démission et la constitution probable d’un cabinet Francqui qui, ce dernier le confirme à Claudel le 8 mars, instituera le contrôle des changes81.

  • 82 M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banquiers, p. 65-66.

45En fait le bloc-or est un échec économique (comme le montre la note de Suetens citée plus haut) et financier. La visite de Theunis à Paris apparaît bien comme une démarche de circonstance à destination de l’opinion publique belge. La crise finale (semaine du 12 au 16 mars 1935) précipite les choses : la visite des ministres belges à Paris est avancée au 17 mars tandis qu’un arrêté de contrôle des changes est préparé dès le 15 mars82.

  • 83 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. Note Coulondre, 7-1-1935. AN F 30 1418. Note Coulondre, 11-3-1935. R.  (...)

46Les difficultés dans lesquelles se débattait la Belgique furent envisagées par les principaux responsables français. Le sous-directeur des relations commerciales, Coulondre, avait admis depuis janvier 1935 l’échec économique que représentait le bloc-or. Il précise sa pensée dans une note du 11 mars 1935. La cause essentielle de cet échec réside dans l’étroitesse du marché concerné. Un autre facteur, qu’il n’évoque qu’indirectement, est constitué par la méthode de négociation choisie : échange de concessions chiffrées sur la base du principe de réciprocité. Dans l’hypothèse d’une dévaluation belge qu’il juge quasi certaine, la France, confrontée à son tour à une spéculation vive, devra soit dévaluer, soit entrer dans un système d’économie fermée générateur d’une nouvelle baisse d’activité. Coulondre propose donc une nouvelle orientation de la politique vers l’Angleterre et les États-Unis en vue d’une stabilisation concertée des monnaies. Il envisage dans cette perspective une démarche commune franco-américaine vers l’Angleterre et compte demander à la Belgique de suspendre toute décision et de s’y associer. De fait, cette proposition sera faite à Theunis par Flandin le 17 mars83.

  • 84 AN F 30. 1418. Note du directeur du Mouvement général des fonds, 12-3-1935. Tél. New York, 13 et 14 (...)
  • 85 AN F 30. 1418. Commission des accords commerciaux, 15-3-1935.

47Au ministère des Finances, il semble que l’on ait jugé encore possible d’éviter une dévaluation belge. Le directeur du Mouvement général des fonds a bien conscience des réalités. « La venue de M. Theunis à Paris nous oblige à formuler une politique du bloc-or qui soit faite, non d’apparences, mais de réalités. » Pourtant, tout comme Coulondre, il estime nécessaire un élargissement du bloc-or vers les États-Unis et l’Angleterre. À cet effet une démarche est envisagée auprès du président Roosevelt ; mais les premières approches ne sont pas favorables84. Aussi doit-on se rabattre sur des satisfactions plus immédiates à offrir à la Belgique. La commission des accords commerciaux réunie le 15 mars fait le tour des possibilités. Les contingents supplémentaires (reliquats) ne peuvent suffire. La suppression de certains contingents intéressant ce pays (cuirs et peaux, verre) provoquait trop de protestations des industriels. Une augmentation de la part de la Belgique dans le cadre des contingents existants se heurterait à l’accord franco-anglais de 1934. Reste une possibilité : attribution de contingents à titre frontalier85. Celle-ci est faite aux ministres belges le 17 mars. Cependant, outre son caractère limité (100 millions par an), sa mise en œuvre risquait d’être difficile du fait des réserves de la direction des Affaires commerciales et du ministère de l’Agriculture.

  • 86 MAEF. Z. Europe 205. Tél. Claudel, 18-3-1935. M. R. Thielemans, op. cit., p. 66-67.

48Les propositions faites par le gouvernement français à Theunis le 17 mars : augmentation des contingents pour un montant de 100 millions, prêt de la Banque de France de 2 milliards consolidé par la suite, afin d’éviter le contrôle des changes, démarche commune auprès des Anglo-Saxons ne révèlent pas de modification fondamentale par rapport à la politique menée depuis 1933. L’échec de cette entrevue était donc inévitable86.

49L’analyse des statistiques commerciales explique pour une grande part la dégradation des relations franco-belges à partir de 1933 et l’échec du bloc-or. La part de la France dans le commerce extérieur de la Belgique passe par un maximum en 1933, très net en particulier pour les exportations. Quant aux importations elles connaissent une relative stabilisation dans le déclin jusqu’en 1933. Pour la France, la part de la Belgique dans ses échanges extérieurs n’est marquée que par une stabilisation jusqu’en 1932 ; les exportations en particulier se stabilisent à un niveau stable mais bas (11-12 %) entre 1931 et 1935 tandis que la place est ici largement prise par l’Empire qui joue un rôle accentué à partir de 1931. Les statistiques révèlent donc bien que la Belgique espérait dans cette tentative un débouché pour ses produits industriels, sur la lancée de la période 1930-1933. Le phénomène est assez net si l’on observe les exportations de métaux et produits chimiques belges en France jusqu’en 1933.

50Globalement le décalage est donc total entre les faits et les tentatives institutionnelles. L’importance que revêt le commerce franco-belge décline pour chacun des deux partenaires, dès 1933 pour la France, 1934 pour la Belgique. Surtout, les exportations belges vers la France chutent, en importance relative, dès 1934, signe de l’échec de cette tentative pour la Belgique.

51D’une manière plus globale, l’échec du bloc-or, dans le cadre franco-belge, relève d’une signification différente de cette tentative pour les deux pays. Pour la Belgique il relève d’une double continuité. Celle de l’aspiration de la grande industrie à un débouché privilégié sur le marché français, renforcée entre 1931 et 1934 par la volonté des milieux financiers de préserver les acquis de la stabilisation de 1926. La seconde correspond à la recherche, à partir de 1930-1932, d’une solution régionale dictée par la fermeture de certains marchés lointains, la constitution de « blocs » économiques et la recherche d’un certain équilibre économique et politique. Si la spécificité de la tentative de 1933 a été reconnue par la Belgique, il n’en fut pas de même pour la France ; son véritable engagement, malgré les efforts de certains milieux (haute administration, milieux libéraux), est plutôt impérial. La solution européenne n’est pas mûre ; qui plus est, celle qui était proposée était tardive et déséquilibrée. La prolongation, en 1934 et 1935, de la politique de la « bonne volonté » ne pouvait suppléer les déficiences du schéma proposé ni pallier le déclin relatif de l’économie du pays.

Notes

1 MAEB-CNCE, 2-8-1933 - 13-11-1933. MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 3-10-1933. Papiers Hymans 453, Comité restreint du commerce, 27-9-1933 - 27-10-1933. Rapport Van Zeeland, 31-10-1933. MAEF. RC 1918-1940. C. Belgique 39, Claudel au ministre, 28-9-1933.

2 MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 3-10-1933. Tél. Gaiffier, 29-8-1933. Gaiffier à Hymans, 26-8-1933 - 2-2-1934. H. Hoffher, La politique commerciale de la France, p. 323.

3 SDN. Comité économique, Chiffres essentiels du commerce des pays du bloc-or, p. 8-9.

4 MAEB. 2451 bis. Herry au ministre, 26-9-1933. Film 116, Gaiffier à Hymans, 24-8-1933. Tél. pour Van Langenhove, 6-10-1933.

5 MAEF-SDN 1214. Le ministre de France à La Haye, 29-9-1933 - 3-10-1933.

6 MAEB. Film 116, Van Langenhove à Stucki et réponse, 10-10-1933 - 17-10-1933. Ligne à Hymans, 11-8-1933.

7 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 21-10-1933. Note Suetens, 23-10-1933.

8 H. Hoffner, La politique commerciale de la France, p. 331. MAEB. 2451 bis. Note sur les négociations des 5 et 6 janvier 1934.

9 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 29-12-1933.

10 MAEB 2451 bis. Note pour le ministre sur les relations commerciales avec la France, 30-7-1934. Ibid., note 12-12-1934.

11 MAEB 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 3-5-1934. Notes 19 et 28-6-1934.

12 MAEB. 2451 bis. CR négociations franco-belges, 12-3-1934. Note du 30-7-1934.

13 Papiers Jaspar 8. Gaiffier à Jaspar, 30-7-1934.

14 MAEB. 2451 bis. Suetens à Bouchet, 30-5-1934. Séances des 11 et 12-7-1934. Note du 30-7-1934.

15 MAEB. 2451 bis. Entrevue avec Lesage (ministère français de l’Agriculture), 10-3-1934. Note séances des 12-4-1931 - 6-7-1934 - 23-7-1934. Jaspar à Van Cauwelaert, 26-7-1934. MAEF RC 1918-1940. C Belgique 39, Bouchet au ministre, 9-8-1934.

16 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 18-12-1934. H. Hoffher, op. cit., p. 331-333.

17 MAEB. 2451 bis. Herry à Hymans, 18-09-1933. Gaiffier à Hymans, 22-12-1933.

18 Ibid. PV négociations franco-belges, 25-6-1934. Herry à Hymans, 22-9-1933.

19 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 215-217.

20 MAEB. Film 116, Biart à Van Langenhove, 9-2-1934. MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce française de Lausanne au ministre, 5-4-1934.

21 MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce international, comité français à Coulondre, 7-6-1934. Chambre de commerce de Marseille au ministre, 8-8-1934. Clauzel (Berne) au ministre, 15-10-1934.

22 MAEF. RC 1918-1940, B 713, Chambre de commerce française de Lausanne au ministre, 5-4-1934.

23 ANF. 30 - 1418, Stoppani à Germain-Martin, 16-3-1934 - 18-5-1934. - MAEF. SDN 1214 bis. Note entretien Stoppani-Coulondre, 19-3-1934.

24 ANF. 30 - 1418. Note Stoppani, 10-5-1934 (également dans MAEF - SDN 1214 bis).

25 MAEF. SDN 1214 bis, Stoppani à Queuille, 18-5-1934.

26 ANF. 30 - 1418, Stoppani à Doumergue, 30-5-1934.

27 MAEB. 2451 bis, Gaiffier à Jaspar, 21-8-1934. - Papiers Jaspar 8, Gaiffïer à Jaspar, 6-8-1934 - 25-8-1934.

28 MAEB. 2451 bis. Note Suetens, 13-9-1934.

29 M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banquiers, p. 11.

30 MAEF. RC 1918-1940. B. 713, Claudel à Barthou, 20-9-1934. Papiers Jaspar 141. Note Suetens, 21-9-1934.

31 ANF 30. 1418. Communiqué de presse, 25-9-1934.

32 ANF 30. 1418. Tél. Genève, 25-9-1934. Papiers Jaspar 141, réunion du 24-9-1934.

33 ANF 30. 1418. CR de la commission du 29-9-1934. MAEF. RC 1918-1940. B. 713, Agriculture à Commerce, 9-10-1934.

34 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713, Bouchet à Lamoureux, 11-10-1934. ANF 30. 1418. Note Boisanger, 12-10-1934. M. R. Thielemans, op. cit., p. 12.

35 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 217. ANF 30. 1418, Affaires étrangères à Finances, 30-10-1934.

36 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. Note Coulondre, 16-10-1934, et PV du 15-10-1934.

37 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. PV des réunions 19 et 20-10-1934. Note du 22-10-1934. ANF 30 1418. CR des réunions transmis par Affaires étrangères, 23-10-1934.

38 MAEB. 2451 bis. Note Van Langenhove, 29-9-1934. - Jaspar à Gaiffier, 5-10-1934.

39 MAEB. 2451 bis. Note, 8-11-1934.

40 MAEB. 2451 bis. Note de la chambre de commerce et d’industrie du Centre (La Louvière).

41 MAEB. 2451 bis. Gutt à Van Langenhove, 26-3-1934.

42 MAEB. 2451 bis, Consul général de Belgique à Lille du ministre, 11-10-1934.

43 MAEB. 2451 bis, Note du 8-11-1934.

44 Ibid. Note du 9-11-1934. - Suetens, La politique commerciale…, p. 270.

45 MAEB. 2451 bis, Négociations franco-belges, séance du 5-11-1934.

46 Ibid., Séance du 7-11-1934.

47 Ibid. Séance du 17-11-1934. Note Traux de Wardin, 19-11-1934.

48 J. Néré, La crise de 1929, p. 182.

49 M Suetens, op. cit., p. 261-265. MAEB. 2451 bis. Commission d’études franco-belge, séance du 12-10-1934.

50 MAEB. 2451 bis. Négociations franco-belges, 5-11-1934. Note Traux de Wardin, 19-11-1934.

51 MAEB. 2451 bis. Note du 8-11-1934.

52 MAEB. 2451 bis. Séance du 16-11-1934. Note du 20-11-1934.

53 MAEB. 2451 bis. Note du 17-12-1934.

54 MAEB. 2451 bis. Note du 21-1-1935. Séance du 12-2-1935.

55 MAEB. 2451 bis. Note du 21-1-1935. J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 128.

56 MAEB. 2451 bis. Gaiffier à Hymans, 14-2-1935. Hymans à Gaiffier, 16-2-1935.

57 Ibid. Note pour le ministre, 21-2-1935.

58 M. Suetens, op. cit., p. 279. MAEB. 2451 bis. Note pour le secrétaire général, 13-2-1935.

59 MAEB. 2451 bis. Tél. Gaiffier, 18-2-1935.

60 L. H. Dupriez, Les réformes monétaires en Belgique, p. 93-104. R. L. Hogg, Structural rigidities and policy inertia in interwar Belgium, p. 110.

61 E. Bussière, La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres, RBHC, p. 353.

62 Institut belge des finances publiques, Histoire des finances publiques en Belgique, vol. II, p. 283.

63 Archives Paribas, dossiers 99/4 - 99/5 - 99/6-8.

64 MAEF. Z Europe 203, note 30-9-1933. Papiers Jaspar 2, Gaiffier à Jaspar, 25-10-1933. Archives Paribas 99/4, note 3-11-1933.

65 MAEF. Z Europe 204, Gaiffier à Laval, 27-11-1934. Note 6-12-1934. Archives Paribas 99/5, note 2-11-1934.

66 MAEF. Z Europe 204, L. Judas au ministre, 8-12-1934.

67 MAEB. 2574 bis, IV 2, Maeskens à Hymans, 12-3-1935.

68 Archives SGB, dossiers 466 et 379/2.

69 Ibid., dossier 327.

70 Ibid., dossier 466.

71 R. L. Hogg, Structural rigidities and policy inertia in interwar belgium, p. 139.

72 H. Van der Wee, La Banque nationale…, op. cit., p. 261. E. Bussière, La sidérurgie…, op. cit., p. 357. V. Janssens, Le franc belge…, op. cit., p. 239.

73 V. Janssens, op. cit., p. 239. H. Van der Wee, op. cit., p. 262-263.

74 L. H. Dupriez, op. cit., p. 103-106. M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banquiers, p. 9-16 et 58-59. H. Van der Wee, op cit., p. 267-272. V. Janssens, op. cit., p. 250-256.

75 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 12-7-1934. Ibid. 205. Tél. Claudel, 29-3-1935.

76 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 28-9-1934.

77 Archives Paribas 48/109, Urban à Finaly, 17-10-1934.

78 MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 12-7-1934.

79 M. R. Thielemans, La grande crise… op. cit., p. 21. MAEF. Z Europe 204, Claudel au ministre, 20-11-1934. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 92, Claudel au ministre, 20-11-1934.

80 V. Janssens, op. cit., pp. 246-247.

81 MAEF. Z. Europe 205. Tél. Claudel, 7-3-1935 - 9-3-1935.

82 M. R. Thielemans, La grande crise et le gouvernement des banquiers, p. 65-66.

83 MAEF. RC. 1918-1940. B. 713. Note Coulondre, 7-1-1935. AN F 30 1418. Note Coulondre, 11-3-1935. R. Girault, « Léon Blum et la dévaluation de 1936 », RI, n° 13, p. 94-95.

84 AN F 30. 1418. Note du directeur du Mouvement général des fonds, 12-3-1935. Tél. New York, 13 et 14 mars 1935. Tél. à l’ambassadeur à Washington, 14-3-1935.

85 AN F 30. 1418. Commission des accords commerciaux, 15-3-1935.

86 MAEF. Z. Europe 205. Tél. Claudel, 18-3-1935. M. R. Thielemans, op. cit., p. 66-67.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540