Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Deuxième partie. Réformes et poursuites : un règne mouvementé

Chapitre VII

Politique et personnel financier : devant Dieu et devant les hommes

Texte intégral

1Les chapitres qui précèdent sont centrés sur l’appareil monarchique. A les lire, l’impression peut prévaloir d’un fonctionnement en circuit fermé. Les sujets du roi sont largement absents. Ils n’apparaissent de façon ténue, quoique essentielle, que comme les pourvoyeurs désincarnés des espèces monétaires indispensables au pouvoir. Or, la politique financière de la monarchie ne se réduit pas à cela. Elle se construit aussi dans une relation avec l’ensemble de la société, depuis les réalités des contacts quotidiens jusqu’aux soubassements idéologiques qui orientent, aux dires du roi et des siens, l’action de l’État.

2Entre le monarque, ses agents et le peuple, le dialogue financier est une constante. Mais les intervenants, en actes ou en paroles, diffèrent selon qu’il s’agit de dialogue institutionnel réglé ou de révolte fiscale. De l’un à l’autre pôle, tout un dégradé de comportements et de propos peut être mis en évidence, mais l’essentiel reste la tonalité d’ensemble du règne en matière fiscale. La relation qui unit ces attitudes et le discours financier tenu par la monarchie n’est pas évidente. Le recours à la notion d’opinion publique appelle, pour l’époque, quelques réflexions. Du moins l’existence d’un discours justificatif émanant du pouvoir est-elle un fait acquis. La pression fiscale ne peut s’exercer sans se dire, et le roi se croit tenu de rendre compte à ses peuples de ses choix, car leurs incidences les touchent directement. Il le fait en particulier dans ses ordonnances. Ces textes combinent de façon étonnante la recherche d’une adhésion des sujets et la dissimulation de l’information, double dimension qui se retrouve parallèlement dans certaines pratiques quotidiennes.

3Il est du moins un regard toujours posé sur le roi : celui de Dieu. Ceci explique que le bien soit la catégorie fondamentale de l’action politique dans le discours royal. Comptable de ses actes qui engagent l’ensemble du peuple dont il a la lieutenance, François Ier doit se situer, devant le souverain juge, en tant que collecteur de fonds, et de fonds importants. Est-ce pour compenser les inquiétudes qui transparaissent alors dans le discours que le roi cherche à rétablir l’ordre dans le domaine financier ? En empêchant ou en sanctionnant les débordements de son personnel et de l’ensemble des hommes d’argent, le roi contribue à l’avènement d’un ordre moral dont il est en théorie le garant. Ce faisant, il rétablit un ordre social perturbé, par le recours à des gestes à forte charge émotionnelle et symbolique.

4A terme, la question se pose d’une véritable tentative de « diabolisation » du personnel financier par les hommes de pouvoir. Les officiers de finances en tant que groupe, et au premier chef le personnage emblématique qu’est Semblançay, sont-ils la cible d’une opération politique dont la logique éventuelle demande à être explicitée ? Au-delà de l’analyse de la démarche entreprise, il faut jauger son impact sur l’ensemble de la société, en utilisant les traces ténues qu’elle laisse dans les sources disponibles. L’étude du « cas » Semblançay, particulièrement bien documenté en raison de sa résonance exceptionnelle, permet d’affiner une réponse globale qui ne peut être qu’assez grossière.

I. Les sujets et la politique financière

A. La negociation et ses limites

  • 1 Barrillon, Journal, t. I p. 108.
  • 2 Guéry, Roi dépensier, p. 1256.

5A la veille de Marignan, François Ier, lors de négociations de la dernière chance avec les Suisses, doit réunir d’urgence cent cinquante mille écus. Il les trouve dans son propre camp en quelques heures. La bonne volonté des sujets, en cette circonstance, « est bien pour démonstrer la grande amour que les Français ont à leur prince »1. Mais le cercle du camp, proches du roi, capitaines et officiers de finances mêlés, est un monde bien spécifique où coexistent l’amour le plus sincère, parce que le plus intime, du souverain, et la pression maximale que ce dernier peut exercer. L’octroi de subsides par des groupes beaucoup plus nombreux de sujets, le plus souvent fort éloignés de la présence royale, est une tout autre réalité. Si l’amour, cette catégorie politique essentielle du temps, n’en est pas pour autant absent, il n’en reste pas moins que la négociation prend souvent un caractère beaucoup plus mesquin. La société politique qui retiendra ici l’attention, c’est celle qui prend une part active à ces négociations. Elle comprend aussi bien les États provinciaux que les villes, l’ordre du clergé que les grands corps d’officiers. Tous ceux qui sont sollicités, en vertu de privilèges anciens et âprement défendus, cherchent à sauvegarder leur libre consentement dont le principe même ne saurait être remis en cause. Pour eux, l’objet du débat doit se limiter à l’analyse des motifs qui justifient la demande royale et à la fixation du montant de ce qui peut et doit être octroyé2.

  • 3 Tommaseo, Relations, p. 295.

6Le fait même de négocier un montant avec le roi ne peut être ici retenu comme critère unique, sans quoi il faudrait aussi intégrer les fermiers qui, de façon récurrente, viennent supplier le monarque d’accorder des rabais, avec chaque fois les meilleures raisons du monde. Si le jeu de la sollicitation peut paraître ici inversé, en fait il n’en est rien : obtenir un dégrèvement suit la même logique que limiter un prélèvement. Mais les fermiers ne représentent qu’eux-mêmes. Or la délégation me paraît nécessaire dans ce cadre pour donner à la confrontation - agents du roi face aux représentants d’un corps -le caractère d’une négociation politique. Les conditions de ce dialogue doivent être présentées avec prudence. Certaines sources n’ont en effet pas une grande fiabilité, comme en témoigne la description faite par Marino Cavalli en 1546 : « Le roi écrit tous les ans aux gouverneurs des provinces, en leur ordonnant de rassembler dans une des principales villes de leur gouvernement les trois états, c’est à dire le clergé, les bourgeois et les campagnards, car les gentilhommes ne payent rien »3. A lire Cavalli, on pourrait croire que ce mode de perception vaut pour toutes les provinces, ce qui est faux. Quand aux « trois ordres » qu’il mentionne, ils n’ont guère de réalité. Et l’exemption fiscale, d’ailleurs variable selon les régions (qu’on songe à la taille réelle), n’empêche nullement la noblesse de jouer un rôle actif dans les débats.

  • 4 Voir un exemple provençal dans O.R.F., t. IV p. 252.
  • 5 Knecht, Francis I, p. 353.

7En matière de dialogue entre la monarchie et les communautés privilégiées, la tradition historiographique est depuis longtemps établie : le roi demande et obtient à peu près ce qu’il veut. Sous François 1er, il est aisé d’apporter bon nombre d’éléments à l’appui de cette thèse. En contrepartie des demandes qu’il adresse aux divers Etats provinciaux, le roi est prié de répondre aux doléances que ses sujets font alors monter vers lui. François Ier ne reste pas sourd et certaines plaintes sont effectivement suivies d’effets4. Mais la question essentielle, du moins pour la théorie politique, est celle de l’antériorité des doléances par rapport à l’octroi des subsides. Quoi de plus révélateur alors que de voir François Ier interdire en 1538 à ses commissaires de répondre aux sollicitations des États de Languedoc avant que ceux-ci aient accordé l’argent qu’il leur demande5 ? II ne saurait être question ici d’une négociation sur un pied d’égalité : la réponse royale aux doléances n’est qu’une grâce libéralement accordée.

  • 6 Tommaseo, Relations, p. 297.
  • 7 B.N. fr 3048 f° 1.
  • 8 A.N. J 966, 28/6 [22-6-0 536-1537)].
  • 9 C.A.F., t. IV nos 12646 et 12772-12774. Ils ont donc obtenu, par rapport à la demande initiale, un (...)
  • 10 Mollat, Jacques Cœur, p. 224.

8Dans le quotidien de la négociation, il peut être de bonne guerre de présenter une proposition très élevée pour ensuite, sous la pression des interlocuteurs, faire un beau geste et réduire ses exigences. « Si le roi veut six cent mille écus, explique Cavalli, il demande un million : on discute ; on rabat ; à la fin on s’accorde »6. Duprat conseille aux commissaires auprès de la municipalité parisienne, en février 1528, de viser haut, pour intégrer la remise qui sera à coup sûr sollicitée : « Et si vous saurons meilleur gré du rabais que de leur avoir demandé au commencement »7. Mais les pratiques des agents de la monarchie sont parfois franchement sujettes à caution et il est des procédés fort discutables. Le premier est le versement de gratifications, pour ne pas dire de pots-de-vin. Le gouverneur de Bretagne, Jehan de Châteaubriant, demande au chancelier du Bourg dix mille It pour les pensionnaires de la province. Il souhaite les « avoir avant le terme de l’assignation desd estatz pour contenter [...] les principaulx, car ceste petite somme sera cause que le Roy en aura libérallement une bien grosse »8. Viennent ensuite, en cas de réticence, les menaces et les pressions. Elles manifestent, au passage, les limites de l’obéissance spontanée des sujets. Le 26 juillet 1542, le roi désigne une commission pour emprunter vingt mille écus en Dauphiné. Visiblement, l’enthousiasme des Dauphinois est plus que relatif. Aussi, pour « convaincre » les leaders naturels de la province, le roi fait-il saisir les gages des membres du Parlement de Grenoble et du procureur des États. Ils en obtiennent mainlevée le 3 octobre, sans doute après avoir accepté une levée effective de quarante mille lt9. La tradition des pressions est ancienne. Un témoin au procès de Jacques Cœur affirme que, aux États de Languedoc où il était commissaire, l’argentier « tenoit termes durs [...], de grande authorité et usoit aucunes foiz de commination ». Il ne s’agit pas de simples calomnies car l’intéressé ne s’embarrasse pas, à le lire, de beaucoup de précautions face à l’assemblée. Il écrit en 1447 : « Je suys passé par icy pour avancer les Estatz car ils ne vouloient ne besogner ne avancer mais je les feray expédier [...]. Estoit nécessaire, et le Roy aura ce qu’il demandoit »10.

  • 11 Un exemple dans C.A.F., t. VII n° 24227 (10-1-1536) : don de 9 000 lt aux commissaires aux États de (...)
  • 12 Spont, Semblançay, p. 25 note 3 ; p. 82 et p. 84, note 1.
  • 13 Versoris, Livre de Raison, p. 121 (paragraphe 96).
  • 14 Bourgeois de Paris, Journal, p. 183.

9Les agents du roi n’adoptent cependant pas tous une telle attitude. Ils sont loin d’être toujours des tyrans de province. D’autant que les instances locales, qui connaissent leur monde, pensionnent grassement, à leur tour, les représentants du souverain11. Semblançay, dont le comportement fait écho à celui de Jacques Cœur, a le souci, sous Charles VIII, de défendre la cause des gens du Languedoc face aux exigences royales, obtenant parfois même pour eux des dégrèvements. Sa situation devient même franchement délicate lorsque les intérêts de « sa » province entrent directement en contradiction avec ceux de sa protectrice Anne de Bretagne, à propos du douaire de celle-ci. Il en devient suspect aux officiers de la reine, « pour ce qu’il portoit le pays »12. Leminente dignité du délégué du roi peut être un moyen de faire passer une demande particulièrement mal ressentie. Le 12 décembre 1522, c’est le chancelier Duprat qui se présente devant les Parisiens et leur explique « que le roy, par son conseil, n’avoit peu et ne povoit trouver manière plus honneste d’avoir argent. Telle ou samblable remontrance contenta ung peu le peuple »13. Parfois même c’est François Ier en personne qui se déplace. Le 6 mars 1524, « le Roy alla à l’hostel de ville de Paris où y estoient les prévost et eschevins de la ville, et remercia la ville et habitans de l’argent qu’ilz lui avoient baillé, assçavoir cent mil escus »14. Ces deux derniers exemples soulignent que la capitale bénéficie d’une attention particulière, non sans raison, on le verra.

  • 15 Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 203 et 325.

10Mais, au-delà des précautions et des procédés discutables, la monarchie n’hésite pas à piétiner parfois nettement les prétentions des provinces et des corps. Il est vrai que les moyens de contrôle et d’action sont limités. Que dire par exemple des Etats bretons qui, certes, votent les fouages, mais n’assurent ni leur « esgail », ni leur levée, ni le contrôle des officiers de finances responsables ? On est ici fort loin de l’évolution castillane, où la Diputación del reino, comité permanent issu des Cortés et mis en place en 1525, est autorisée par Charles Quint à partir de 1536 à prendre une place notable dans l’organisation et le contrôle de la levée des alcabalas, la plus importante source de revenus de la Couronne15.

  • 16 Knecht, Francis I, p. 354 ; BN fr 2985 f° 60.
  • 17 C.A.F., t. IV n° 11234.
  • 18 Knecht, Francis I, p. 356 ; Contamine, Histoire militaire, t. I p. 266-267.

11De plus, François Ier n’hésite pas à anticiper sur les décisions, par exemple en faisant des assignations sur des crues que les États de Languedoc n’ont pas encore votées. De même, le département de la taille de la province est-il mis sur pied avant l’octroi formel de son montant16. La capacité du roi à contourner les décisions prises est considérable. En Bretagne, il ne se sent guère tenu par les délibérations des États du duché. Le 5 octobre 1539, il donne ordre au général de Bretagne de lever l’impôt de sept sols par feu, réclamé lors de la session des États par Jean de Châteaubriant, impôt qui avait été refusé17. En Languedoc, une part appréciable des taxes, évaluée aux deux cinquièmes par Dognon, est tout simplement inconnue des États. Alors que ceux-ci avaient obtenu en 1484 qu’il ne pourrait y avoir de crue sur le sel sans leur accord, cette charge supplémentaire est définitivement instituée à l’initiative royale en 1537. Le roi n’hésite donc pas à user de contrainte : il passe ainsi par dessus les protestations des États pour leur imposer de contribuer au financement des fortifications de Narbonne18.

  • 19 Spooner, Frappes, p. 115-116 et 128 note 1.

12A l’échelle du royaume, le recours aux assemblées de notables est un bon moyen d’éviter la confrontation avec d’éventuels États généraux, mais aussi avec d’autres corps politiques. En 1516 et 1517, les bonnes villes sont consultées sur les questions économiques et monétaires. Ces dernières donnent d’ailleurs lieu à « plusieurs assemblées de bons et notables personnages de tous estatz » dans le cours du règne19. L’ensemble reste d’une importance limitée. Mais lorsque, à la fin de 1527, il s’agit de débattre de la question de la rançon, le choix est le même, qui privilégie, dans l’incontournable cadre de la réunion par ordre, l’appel à une assemblée parfaitement dans la main du monarque.

  • 20 Le Roy Ladurie (Sous la dir. de), Histoire de la France Rurale, t11 (1340-1789), Paris, 1975, p.  (...)
  • 21 Knecht, Francis I, p. 354-355 ; Gay, Bourgogne, p. 189 ; C.A.F., t. V n° 17479 (14-5-1522).
  • 22 Matignon, Correspondance, p. XLIV et p. 95.

13Ainsi, dans un dialogue réglé fortement biaisé, le roi paraît donc imposer son point de vue et ses exigences. Lorsqu’il fait droit aux demandes des paroisses montagnardes du Comminges en répartissant plus équitablement leur charge fiscale par rapport à celle des communautés des vallées, il se contente de ventiler différemment un fardeau qui reste stable, et n’ampute donc pas ses revenus20. Même l’obtention de compositions par les provinces peut s’interpréter ainsi : pour le roi, ce qui compte avant tout est la rentrée de l’argent. Pour lui, il ne s’agit que d’un simple déplacement du motif du versement. L’annulation, moyennant finance, de la création d’une Chambre des comptes à Rouen ou le rachat de taxes et d’offices de justice en Bourgogne, le tout dans les années quarante, vont dans le même sens, tout comme l’octroi par les Bourguignons, en 1522, de cinquante mille lt pour l’abolition d’un subside sur le vin (outre leur quote-part pour la solde des gens de pied)21. Au début de 1544, les pays de quart-bouillon, en basse Normandie, envisagent de donner « ung gros pot de vin au Roy », soit cent mille lt pour éviter « un merveilleux impoz qui va se mettre pour le sel »22.

  • 23 Voir par exemple les pressions bordelaises ou languedociennes couronnées de succès pour la suppress (...)

14Ce dernier cas débouche sur une question de méthode. En effet, la menace de l’impôt devient, entre les mains du pouvoir, comme une invitation à composer. Elle manifeste alors la ruse de celui qui sait comment obtenir de l’argent de privilégiés menacés. Mais, menée à son terme pour l’ensemble de la négociation financière, cette explication, fondée sur la suprême habileté des hommes de pouvoir, fait problème. Lorsque le montant obtenu est inférieur à ce qui est demandé au départ, pourquoi ne pas soutenir systématiquement que les agents du roi avaient majoré leurs exigences de façon à aboutir au chiffre souhaité, c’est-à-dire à celui sur lequel s’achèvent les tractations ? Cavalli et Duprat ont fait allusion plus haut à ce procédé, qui existe bel et bien. Dans cette logique, la marge de manœuvre des interlocuteurs est tout simplement nulle, manipulés qu’ils sont par les commissaires royaux. Restituer aux sujets leur capacité de négociation, c’est reconnaître parallèlement aux agents du roi la possibilité de l’échec, au moins partiel, de leurs entreprises, ce qui n’a rien d’impossible23.

  • 24 Gay, Bourgogne, p. 186 et 210.

15Reste que cette querelle d’interprétation, qui peut sembler arbitraire, voire ridicule quand elle est ainsi systématisée, pèse sur l’analyse de chaque aspect précis du dialogue financier. Qu’est-ce en effet, dans cette perspective, qu’une résistance vigoureuse, mais d’efficacité limitée, comme celle qu’observe en Bourgogne J. L. Gay ? Est-ce à dire que les gens des États ont lutté pour l’honneur mais se sont inclinés devant les pressions et l’habileté des commissaires ? Est-ce au contraire que, dans les délais obtenus, les réductions grignotées, les doléances reprises, ils ont su affirmer leur place dans la décision financière à l’échelle de la province ? Quand la résistance des États transforme une demande de cent vingt mille lt en un octroi de cinquante mille lt, quelle est la part du recul tactique et presque planifié des commissaires et celle des concessions arrachées de haute lutte par la province24 ?

  • 25 Beik (William), Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Aristocracy i (...)
  • 26 Bien, Offices, p. 394-397 et 401.

16S’obstiner dans cette voie conduit à négliger le caractère de partenariat et non plus d’affrontement qui prévaut fréquemment dans les relations entre les États et le monarque. Par ce biais, l’inégalité apparente du dialogue peut être de nouveau relativisée. Les travaux de William Beik pour le XVIIe siècle ont mis en évidence une collaboration entre les États de Languedoc et le pouvoir royal qui s’avère fructueuse pour les deux parties25. La monarchie, comme le montrent les analyses de David Bien, a pour sa part tout intérêt à favoriser l’existence de corps solides, en particulier pour garantir son crédit26. Dans les deux cas, le privilège, y compris fiscal (peut-être surtout fiscal), est la clef du système. Il faut cependant garder à l’esprit le fait que le dialogue profite avant tout aux membres des assemblées ou des divers corps eux-mêmes, ou du moins à leurs ténors, choyés, voire achetés par le pouvoir royal pour aller dans le sens de ses désirs.

  • 27 Van Doren, War taxation, p. 80-81 : les États de Dauphiné reçoivent une « virtual autonomy in the p (...)
  • 28 Vernus-Moutin, États de Dauphiné, p. 118.
  • 29 Souriac (René), « L’autonomie provinciale du Comminges au xvie siècle », Revue Géographique des Pyr (...)
  • 30 Voir pour les cités picardes, Potter, Picardy, p. 258-264. Potter insiste sur le fait que, parfois, (...)

17Il importe, une fois ces bases posées, de s’interroger sur une autre stratégie monarchique : celle qui consisterait, pour les agents du pouvoir, à utiliser ces relais locaux pour assurer à moindre coût financier, social et psychologique un prélèvement fiscal d’un maniement toujours délicat. Dans le Dauphiné, une des rares provinces où l’avancement des travaux permette quelques conclusions, l’accroissement du fardeau passe précisément par l’élargissement des responsabilités locales et provinciales27. Ce qui, à terme, entraîne des affrontements entre les diverses parties prenantes, en raison même de leur autonomie de décision dans certains secteurs. De fait, la participation à la gestion est, dès le XVe siècle, une source d’impopularité pour les États du Dauphiné28. En donnant ou en laissant une (relative) marge de manœuvre financière en matière d’assiette et de collecte des taxes, le souverain accroît donc les enjeux de pouvoir locaux, avive les tensions sociales et finit par disloquer les solidarités. La monarchie n’a plus alors qu’à s’engouffrer dans la brèche. Phénomène identique apparemment en Comminges, au temps de la grande « Recherche » de 1534-1552. Cette enquête fiscale marque le déclin des États face aux agents royaux. Or ce sont les Commingeois eux-mêmes, en raison de leurs rivalités fiscales internes, déjà évoquées plus haut, qui ont fait appel au Conseil et à l’administration royale pour trancher leurs différends29. Une évolution semblable se retrouve, semble-t-il, pour les villes30. Le roi tente en effet de les amadouer en leur donnant une large autonomie dans la levée des charges croissantes qu’il fait peser sur elles. Elles sont ainsi largement en mesure de déterminer qui prendra sa part du fardeau, d’où de sérieuses empoignades pour savoir comment celui-ci sera réparti. Il y a là une des facettes des crises urbaines qui se multiplient à partir des années quarante et qui déboucheront là encore, à terme, sur une avancée monarchique.

18Alors, faut-il en définitive faire de la politique royale une lecture « absolutiste » ou une lecture « transactionnelle » ? Dans le domaine de la négociation financière, cette opposition me paraît largement factice. Ou, pour mieux dire, l’une n’empêche pas l’autre. Dans sa pratique, la monarchie assume en effet sans complexe son absence totale de dogmatisme. Ce qui lui importe avant tout, c’est le résultat, c’est-à-dire la collecte de fonds. Ainsi, ce serait se voiler la face que d’ignorer pressions, menaces et corruption : quand ils le peuvent, le roi et ses agents ne se privent pas de tenter le passage en force, au nom bien sûr d’une meilleure compréhension des intérêts collectifs. Mais, de l’existence de ces méthodes, il serait absurde de déduire le refus de tout dialogue. La monarchie n’a rien contre le fait de négocier, à condition qu’elle trouve en face d’elle des interlocuteurs valables, c’est-à-dire disposant de la légitimité et des capacités nécessaires pour permettre le rassemblement des fonds. Il n’y a pas, de la part du Conseil, de plan concerté de réduction des autonomies et c’est donc sans le vouloir, du moins au XVIe siècle, qu’il lui arrive de fournir à ses partenaires des moyens d’action accrus qui, comme on vient de le voir, deviennent des armes qui se retournent contre eux.

  • 31 Spont, Semblançay, p. 46.

19Cependant ce pragmatisme atteint rapidement ses limites en dehors des pratiques de la gestion quotidienne. Il est un « domaine réservé » sur lequel la monarchie ne souhaite pas transiger. Tout d’abord, le contrôle de l’emploi des fonds reste largement hors d’atteinte des instances représentatives. Quant à la législation, elle doit également demeurer l’apanage du pouvoir central. En 1509, Semblançay morigène à ce sujet les Dauphinois : « J’ay esté adverty que MM. de la Court ont fait une ordonnance sur la manière de recouvrer les deniers de la taille, [ce] qui est entièrement aller contre l’ordre général de tout le royaume. Et quand le roy en seroit adverty, il n’en seroit content »31. Ce contrôle législatif assez strict, étayé par la réaffirmation fréquente de principes généraux très fermes, donne au pouvoir une grande maîtrise du déroulement du jeu fiscal. A condition cependant que ses partenaires acceptent d’en respecter les règles…

B. Les oppositions

1. Les figures de la contestation non violente

  • 32 Buisson, Duprat, p. 261-262.
  • 33 Maugis, Parlement, t. I p. 159-161.
  • 34 Buisson, Duprat, p. 126.

20Entre négociation et obstruction, la transition, dans le cadre du dialogue réglé, est sans solution de continuité. Quand le clergé normand fait tout, en 1517, pour échapper à la décime, mais finit par être contraint de céder32, son attitude le place-t-il encore sous les auspices de la collaboration (il plie en définitive) ou de la résistance (il récuse jusqu’au bout le principe même) ? Et que dire, dans cette perspective, du combat mené en 1543 par le Parlement de Paris contre la création de la Chambre du domaine33 ? Une forte hostilité et une action de retardement de la part de l’auguste sénat servent vite d’opportunité pour une critique plus large de la politique royale. Comme le constate Duprat dès le début du règne, les parlementaires sont prompts à affirmer « que tout est mal gouverné et mal guidé et si, par nécessité, on leur recule un quartier de leurs gages [...] tout va mal et les finances sont dérobées »34. Les débats du Parlement font alors office de caisse de résonance.

  • 35 Bourgeois de Paris, Journal, p. 44 ; Lecoq, François Ier, p. 176-178.

21Le monde de la justice, et surtout celui de la basoche, joue un rôle important dans la formulation et la diffusion de la contestation de la politique royale, en particulier financière. L’autre groupe phare est celui des étudiants. Les pièces de circonstance qui circulent dans les grandes villes sortent en règle générale des plumes des uns ou des autres. Le théâtre contestataire dans la capitale, farces de Mère Sotte gouvernant la cour ou farce de maître Cruche, trouve ici son origine et son premier public35. En Anjou, un agent du chancelier signale au milieu des années trente que

  • 36 A.N. J 967, 37 [(31-3-(1536-1538)].

« les officiers d’Angers ont permys aux bazochiens jouer au carreffour du pillory le Roy et ceulx qui ce sont mesler de la gabelle, le plus excécrablement que l’on sauroyt dire, disant que le Roy estoit gouverné par foui conseil qui mectoyt les gens en piesse par exactions de gabelles, faisans plusieurs mallédictions de ceulx qui s’en melloient et qui les failloyt sacager »36.

22Cet exemple est particulièrement révélateur. Il souligne la complicité de certaines autorités locales et met en évidence le lien perçu entre pouvoir royal et pression fiscale, une pression qui prend la forme ici d’une relative nouveauté, car l’introduction de la gabelle en Anjou date du début du règne. Les thèmes de la contestation s’inscrivent dans une tradition déjà ancienne, aussi anciennne en fait que le prélèvement lui-même et la première cible notable fut Philippe le Bel, et avec lui ses conseillers avides :

« Un tel ne semblable outrage
Onques mais nul temps ne levèrent
Les rois qui avant toi régnèrent. »

  • 37 Favier (Jean), Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 601-602.

23Et malgré cela, continue Geoffroy de Paris, le Trésor royal est vide. Les proches du roi l’ont « devers eux saqué, et en leurs grands manoirs caché »37. Sur ce thème classique viennent s’ajouter au fil des générations des variations récurrentes. Au début du XVIe siècle, le personnel royal est trop abondant ou inefficace :

  • 38 B.N. fr 17527 f° 97. Une thématique semblable sous Louis XII avec le « défaut du Garillant », après (...)

« Nos capitaines sont trop riches,
Nos gendarmes sont trop gorriers.
Nous avons trop de trésoriers
Et nos gouverneurs sont trop chiches »38.

24Or l’administration coûte de plus en plus cher. L’extension de ses activités oblige le pouvoir à multiplier les « novelletés », en matière fiscale comme dans la législation. D’où l’incontournable appel à la tradition :

  • 39 B.N. fr 17527 f° 97 v°.

« Gardons les vielles ordonnances,
Les statuz et les observances
Que firent nos prédécesseurs,
En pugnissant les transgresseurs
Tant en justice qu’en finances »39.

  • 40 O.R.F., t. II p. 239 (28-6-1518).
  • 41 C.A.F., t. IV n° 12829 (6-12-1542).
  • 42 O.R.F., t. VII p. 127.

25En matière d’imposition, c’est déjà la gabelle qui provoque le plus de critiques, comme en témoigne la réaction angevine évoquée plus haut. Au-delà des textes, il est une forme de contestation plus active, une autre réponse à ce qui est ressenti comme une agression monarchique : la contrebande, et en particulier le faux-saunage. Ce dernier semble devenir une spécialité du Maine et de l’Anjou, s’il faut en croire une ordonnance de 1518 : « Les principaulx qui contreviennent à ladite ordonnance [sur la gabelle] sont ceux de nostre pays et duché d’Anjou et conté du Maine, [...] se monstrans rebelles et desobeyssans et donnans mauvais exemple aux autres »40. Rien d’étonnant à cela : ils sont alors les plus récemment touchés par l’extension de cet impôt. On observe sans doute un phénomène comparable en 1542 avec la commission octroyée au général de Guyenne, Pierre Secondât, pour procéder contre ceux qui ont contrevenu à l’édit sur la gabelle41. Plus largement, la fraude fiscale est fréquente dans le royaume. En 1534, elle réduit ainsi des trois quarts, aux dires du roi, les profits des droits sur le vin dans l’élection de Paris et des quatre cinquièmes ceux portant sur les bois42.

  • 43 La famille Versoris fait déjà preuve d’une sensibilité ultra-catholique qui la pousse à une condamn (...)
  • 44 Versoris, Livre de Raison, p. 114 et 119-120.
  • 45 Ibid., p. 132.

26Les chroniqueurs parisiens témoignent des réticences de la population face au prélèvement, en particulier l’avocat Nicolas Versoris. Son Livre de Raison multiplie les propos acerbes sur l’accroissement des charges que subissent les bourgeois de la capitale dans les années 1521-152243. A l’automne 1521, l’emprunt forcé de vaisselle d’argent est une « exaction indue sur les Parrisiens ». Un an plus tard, il évoque de nouveau cette « vesaille que [le roi] avoit sans propos ne raison exigée et extorquée des bourgeois de Paris », avant de poursuivre sur l’achat forcé de rentes : « Combien que à ce eussent fort contredict et empesché oucuns desd habitans, néanmoins, plus par crainte et timeur que par amicttié et libéralité, fust fourny lad somme, non sans grosses murmuracions ». Trois conseillers du Parlement qui protestent contre la politique financière sont emprisonnés le 4 décembre 1522. Versoris rapporte longuement leurs propos : ils avaient exposé au Parlement, malgré la présence du chancelier, « que l’on devoit adviser ce que l’on faisoit des deniers du Roy et à quoy ils estoient employés et qu’il avoit gros revenu et néanmoins que d’icelluy n’estoit fait aucune chose profitable pour le royaulme et la chose publique, et que partant il estoit à inférer que ses deniers ou la plus grant partie d’iceulx estoient mis et emploiez pour les bourses et les profictz particuliers »44. L’écho des vers de Geoffroy de Paris est ici bien présent. Le Parlement sert de tribune pour une critique assez radicale, à supposer que les propos prêtés aux trois conseillers aient bien été tenus, car les audiences ne sont pas publiques. Peut-être est-ce Versoris lui-même qu’ils engagent. Au bout du compte, en 1523, l’avocat tire une conclusion radicale, qu’il élargit à toute la ville : le roi, tout à ses projets transalpins, abandonne la capitale, pourtant menacée d’invasion : « Il sambla pour ung temps aux bourgeois de Paris estre destituez et délaissez de tout confort et ayde, parce que lors la grant puissance de France estoit envoyé en Italie pour recouvrer Millan, ce qui affoiblissoit le royaulme »45.

  • 46 Bourgeois de Paris, Journal, p. 121, 134, 160 et 180.

27Bien que moins violent, le Journal du Bourgeois de Paris fait lui aussi écho à ce sentiment d’oppression ressenti, s’il faut les croire, par beaucoup de Parisiens. La taxe pour les hommes de pied est accordée « par amour ou par force [...] dont, à cause de ce, le peupple fut fort oppressé et molesté et pour iceux payer en fut en grande peyne ». Quant aux emprunts forcés, « le peuple du royaume en eust beaucoup à souffrir, mesmement à Paris ». Outre l’arrestation des parlementaires, le Journal mentionne aussi le cas de maître Pantha-léon Lebeuf qui est fait prisonnier le 18 novembre 1523 « parce qu’il estoit refusant de paier la somme de X livres à laquelle il avoit esté imposé » sur une taxe de seize mille lt46. De telles interventions manifestent la fermeté du pouvoir. Il tente parallèlement de détourner l’orage en adoptant, on le verra, la stratégie du bouc émissaire.

  • 47 Versoris, Livre de Raison, p. 211.
  • 48 Knecht, Paris, p. 32-33 ; A.N. J 967, 127 [12-3-(1537)].
  • 49 « La città di Parigi mandi ambasciatori a sua Maestà, a reclamare, e dire che non possono reggere p (...)
  • 50 « Francis never had to face a serious rebellion in his capital, but his relations with the citizens (...)

28Cette période n’est pas la seule où la tension règne dans la capitale. Il est probable que, malgré son incontestable justification, la levée des 150 000 lt de contribution parisienne pour la rançon ne s’est pas faite sans murmures. Versoris parle d’une somme octroyée « indiscrètement et ligèrement » par la municipalité47. La levée d’hommes de pied en 1536 et les problèmes de leur solde donnent lieu au moins à un incident sérieux à Paris, au grand mécontentement des habitants. A la même époque réapparaît chez eux le sentiment de « n’avoir ayde dud seigneur [roi] en l’affaire de présent de Picardie »48. En 1545 encore, l’ambassadeur florentin mentionne des démarches de la municipalité de la capitale pour alléger un fardeau qui nourrit sans doute le mécontentement populaire49. Ce dernier est moins net à cette époque, ou peut-être en fait est-il moins bien connu en raison de la disparition des chroniques pour ces années. Ainsi, « François Ier n’a jamais eu à faire face à une rébellion sérieuse dans sa capitale, mais ses relations avec les bourgeois ont souvent été tendues »50. Et ceci vaut au premier chef pour les questions fiscales. N’est-ce pas un signe avant-coureur des crises entre Ville et Roi dans la seconde moitié du siècle ?

  • 51 Cité par Chevalier, Bonnes villes, p. 95.
  • 52 Doucet, Parlement 1525-27, p. 28.
  • 53 Doucet, Parlement 1525-27, p. 56, 68-69, 79-86, 98 et 106-110.
  • 54 Ibid., p. 93.

29La capitale est sans doute un lieu privilégié de la contestation. Mais il est aussi un moment privilégié pour l’expression des critiques : ce sont les mois qui suivent la défaite de Pavie. Le pouvoir affaibli doit faire face aux reproches de tous ordres qui montent jusqu’à lui. Il est parfois obligé de solliciter lui-même les critiques. Un tel contexte d’après désastre n’a rien de nouveau : au lendemain de Crécy, en 1347, les bonnes villes réclament de « savoir ce qu’était devenu le grand trésor qu’on avait levé dans le royaume par le passé en dixièmes, maltôte, subsides, forge de monnaie et toutes autres extorsions, par lesquels leurs gens avaient été malmenés et tourmentés, les soudoyés mal payés, le royaume mal gardé et défendu »51. Après Pavie, nombreux sont aussi ceux qui veulent faire le point. Le maître des requêtes René Ragueneau, fort mal vu du roi, demande comme il se doit la fin du gaspillage et des dissimulations. Mais Guillaume de Montmorency lui-même, guère suspect pour sa part de manque de loyalisme, cherche aussi à savoir où vont les deniers du royaume52. Le Parlement s’associe à la municipalité dans le cadre de l’assemblée de la Salle Verte pour prendre des initiatives financières. Il émet de solennelles remontrances, et accuse les « favoris » d’être à l’origine du désastre53. La régente, tout comme Duprat, semble particulièrement réticente à voir la cour s’intéresser de très près aux questions d’argent. Le 24 juillet, le président Guillard déclare que Madame entend lui interdire « le manyement des finances », lui laissant « seullement la superintendance de la justice »54.

  • 55 Bourgeois de Paris, Journal, p. 233.
  • 56 Sur le traité, voir Jacqueton. Politique extérieure, passim.
  • 57 Prentout, Etats de Normandie, t. I p. 268-271.
  • 58 Bourgeois de Paris, Journal, p. 267 (assemblée du 30-10-1525).

30La contestation de la politique financière se manifeste aussi dans les provinces. Les initiatives normandes sont les mieux connues. « Les Normands arresterent tous les deniers de la duché [destinés à la régente, basée à Lyon], disant par eulx qu’ilz les avoient en leur garde pour subvenir aux affaires de la duché »55. Les Etats de Normandie mènent ensuite une résistance acharnée contre l’obligation qui leur est faite, ainsi qu’à d’autres collectivités, de garantir le traité du More, ce grand succès de la diplomatie de Louise de Savoie face à l’Angleterre56. Le raisonnement est le suivant : « Ratification équipolle à obligation, et d’avant tout obligation, se qui est faict par l’homme est voluntère, mais après obligation, voluntère est convertie en nécessère ». Si les trois états ratifient, ils se lient. Or l’Église ne peut payer sans l’autorisation du pape. Quant aux nobles, ils sont exempts. Reste le Tiers. Si le pouvoir soutient que la ratification n’oblige pas à payer, les Normands répondent qu’il n’y paraît guère, puisque les impôts sont déjà augmentés pour solder le premier terme dû à Henri VIII : si on l’oblige à payer avant ratification, que sera-ce ensuite ? Or cette taxe est levée en contradiction avec le serment du prince et les privilèges normands. Si on lève une taille de force, la ratification importe peu. Mais en ce cas les Normands sont serfs et non libres, et « ung serf ne se peut obliger ». La boucle est bouclée. Les Normands ne cèdent pas, aussi est-ce François Ier qui, à son retour d’Espagne, doit garantir le traité57. Cette victoire est sans doute, sur le long terme, une victoire à la Pyrrhus. Les réticences à s’engager ne renforcent-elles pas le pouvoir royal, qui apparaît comme seul garant possible, en raison même de la défection des États ? Les Normands refusent clairement de s’engager dans un processus financier « national », qui pourrait conduire à la définition d’une « dette publique » juridiquement distincte du monarque. Leur opposition étouffe dans l’œuf cette possibilité. Les Parisiens font le même choix : « Finablement, après gros débat et murmurerie audict hostel [de Ville], ilz déclarèrent tous qu’ilz n’en feroient rien et que jamais ilz ne se obligeroient »58.

  • 59 Voir par exemple Versoris, Livre de Raison, p. 196 (paragraphe 345).
  • 60 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 25 et 56.
  • 61 Versoris, Livre de Raison, p. 172 (paragraphe 272).
  • 62 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 316-317 ; Parlement 1525-1527, p. 63-65 ; Versoris, Livre de Raison (...)
  • 63 Knecht, Francis I, p. 208 ; sur ce dossier voir Hauser (Henri), « Le traité de Madrid et la cession (...)

31Durant la crise - si le mot n’est pas trop fort - la prudence est de rigueur pour le pouvoir. Il faut ainsi attendre avril 1527 et le raffermissement définitif de l’autorité pour que les ténors de l’opposition parisienne au traité du More soient arrêtés59. Pour l’heure, la régente choisit de freiner au maximum les dépenses, y compris militaires, pour éviter un mécontentement lié à une surcharge fiscale, d’autant que les prix des grains sont au plus haut et qu’il faut songer à nourrir les pauvres, par charité mais aussi par peur des troubles60. La baisse des prix à partir de la récolte de 1525 n’empêche pas le populaire de rester très sensible aux questions d’approvisionnement. La trêve signée en septembre 1525 est fort mal ressentie. Les Parisiens murmurent, « alléguens que c’estoit en intention que les ennemis eussent des blés et vins du Royaulme, dont bruit estoit qu’il estoient bien malgarnis »61. Le pacte de famine n’est pas loin… Or il existe alors des risques politiques. Dans la capitale, et même dans certains corps de troupes de la région, le connétable de Bourbon est fort estimé, malgré (ou à cause de) sa « trahison »62. Il faut éviter tout débordement en ce domaine, d’où pour l’heure un souci d’apaisement dans les procédures engagées contre le connétable. En 1526, quand vient l’heure de revenir sur les promesses du traité de Madrid, le pouvoir ménage aussi particulièrement la Bourgogne. Officiers payés ponctuellement, réductions d’impôts : il faut s’assurer d’une province moins unanime dans son « patriotisme » qu’on a pu l’écrire parfois. Certains Bourguignons sont en effet allés jusqu’à se réjouir de la défaite royale, qui peut leur permettre de retrouver leurs libertés63.

2. Soumission et révolte

  • 64 A.N. J 968, 33/2 (28-4-1538).
  • 65 Spont, Semblançay, p. 190 note 1.
  • 66 B.N. fr 3048 f° 131.

32Mais les inquiétudes du pouvoir sont brèves, et peut-être excessives. Sur l’ensemble du règne, la soumission aux demandes royales, en particulier sur le plan fiscal, est remarquable. Voici les notables lyonnais, assemblés pour trouver comment payer la solde de douze cents hommes de pied : ils « se sont fort estonnez fournyr si grosse somme, néantmoins, comme bons et très loyaulx subjectz, se perforceront faire tout leur pouvoir et possibilité »64. Les exemples abondent où, comme ici, alors même que l’ampleur du prélèvement semble faire problème, les intéressés disent se plier à la volonté du souverain. Évoquant la réaction éventuelle des sujets à l’emprunt (sacrilège ?) des trésors des églises par le roi, le Parlement craint qu’ils soient « merveilleusement espovantez et intimidez », mais non qu’ils se soulèvent contre de telles mesures65. Une remarque du chancelier Duprat, à la fin des années vingt, va dans le même sens : il faut éviter les retards de paiement des gendarmes et des cours de justice, car d’eux « vient plus de murmure que de nul autre cousté de ce royaulme ». Ce qui signifie implicitement que la collecte, elle, ne fait pas de difficulté66. Et, de fait, l’absence de troubles graves ou répétés s’impose à l’historien, avec cependant une réserve pour l’extrême fin du règne.

  • 67 Lestocquoy, Nonces 1541-Î546, p. VIÏ ; Tommaseo, Relations, p. 97 et 403.
  • 68 Ehrenberg, Fugger, p. 31 et note 61.
  • 69 Schick, Fugger, p. 169.

33Cette facilité à percevoir frappe tout particulièrement les étrangers. Ils sont largement à l’origine du lieu commun de l’obéissance totale. Le roi « peut demander à ses peuples ce qu’il veut [...] sans une réplique au monde ». « Plus ses peuples sont grevés et plus ils payent gaiement ». On peut les mettre à contribution « sans crainte de les révolter : c’est comme s’ils étaient des esclaves »67. Des esclaves, on passe aux animaux. Le roi de France, aux dires de Maximilien, règne sur des ânes qu’il peut charger comme il le souhaite68. D’où le corollaire, développé en particulier par la propagande Habsbourg au moment de l’élection impériale, selon lequel les Français, clergé compris, sont abrutis de taxes, avec beaucoup de « nouvelletez et invencions »69. Il faudrait, pour prendre toute la mesure de ces critiques, mener à l’échelle européenne une étude sur la perception des politiques fiscales. Mais, souvent, les analyses développées par les observateurs incluent la réfutation même des affirmations générales trop systématiques auxquelles ils se laissent aller. Ainsi le Vénitien Marino Giustiniano affirme que le roi peut augmenter les tailles à volonté, mais il ajoute un peu plus loin que ce fardeau pèse surtout sur les paysans, qui sont très pauvres : « Toute charge nouvelle leur deviendrait insupportable ». L’extension est donc bien bridée, sauf à tailler nobles et villes exemptes, ce qui pose d’autres problèmes.

  • 70 Tommaseo, Relations, p. 297.
  • 71 Ibid., p. 403 et 97 note a.

34Pour les étrangers, cette obéissance prend d’abord sa source dans la docilité naturelle du peuple français, solidement épaulée par la crainte du bâton : « Tout cela se paye avec une grande facilité et, si quelqu’un résiste, on le rudoie de belle manière »70. Là encore, la contradiction affleure : l’existence de réticences montre bien que la docilité n’est que relative… Reste enfin le dévouement et l’attachement des Français envers leur roi qu’ils « révèrent » et « adorent ». Le peuple est « veneratore religiosissimo délia maestà regia »71. L’ensemble va dans le sens d’une cohésion qui, quels qu’en soient les fondements précis, paraît aux yeux des étrangers beaucoup plus forte qu’ailleurs. En définitive, en tant que représentants de pouvoirs établis, ces observateurs manifestent peut-être une certaine envie face aux moyens que ses nombreux sujets fournissent sans trop rechigner au roi de France. Mais les explications avancées sont un peu courtes, voire partiellement erronées. C’est en effet du côté de la prospérité économique qu’il faut d’abord se tourner pour comprendre la facilité et la bonne volonté relatives avec lesquelles les contribuables font face à leurs obligations. Il est clair aussi que, dans ce contexte, les sujets sont assez peu imposés. La hausse des impôts est faible ; il y a même un recul en valeur réelle pour la taille. Quant aux innovations, elles sont rares en comparaison de ce qui se fera un siècle plus tard.

  • 72 Demurger (Alain), Temps de crises, temps d’espoirs xive-xve siècle, Paris, 1990, p. 146 : « mutemaq (...)
  • 73 Chevalier, Bonnes villes, p. 101-103.

35Le calme du royaume est en lui-même un signe que le fardeau reste léger : ce n’est pas parce qu’il est écrasé de taxes et presque amorphe que le peuple français demeure paisible jusqu’aux années quarante, bien au contraire. En définitive, le roi est obéi d’autant plus facilement qu’il demande peu. Cette analyse semble appeler quelques restrictions. Les énormes tailles exigées par Louis XI à la fin de son règne n’ont en effet pas entraîné de troubles graves. Est-ce en raison de l’important dispositif militaire alors mis en place ou de la brièveté de l’effort ? Il n’en demeure pas moins que le règne a été marqué, en particulier lors de l’imposition de « novelletés », par toute une série de mouvements de révoltes, principalement urbains72. Et ce malgré la politique fiscale, globalement favorable aux villes, du souverain73. En outre, la réaction politique sera forte au temps des États généraux de 1484.

  • 74 Tommaseo, Relations, p. 297.
  • 75 Heller. Conquest of Poverty, p. 218-219.

36Pour autant, ce qui est « léger » au regard d’autres périodes de l’histoire du royaume, peut légitimement paraître lourd à qui vient de pays moins chargés. Mais ceci ne vaut pas pour les Vénitiens, s’il faut en croire l’ambassadeur Cavalli, qui déclare : « La Normandie est toujours la plus grevée de toutes les provinces ; les Normands payent plus que les sujets de votre sérénité : mais ailleurs on est mieux que chez nous »74. La taille du royaume joue ici son rôle. L’importance de la masse fiscale est telle qu’elle permet au roi d’imposer peu chaque contribuable tout en collectant plus que les autres souverains. Il faut attendre le milieu du siècle pour observer une dégradation sérieuse de l’ambiance fiscale, quand se conjuguent accroissement net du prélèvement et retournement de la conjoncture économique. Et le pouvoir d’achat, lentement grignoté, commence à atteindre des seuils alarmants. Le tournant se situe sous Henri II. Un exemple peut avoir valeur de symbole : pour la première fois, en décembre 1555, la municipalité de Valence émet une remontrance pour se plaindre de ce que la capacité de payement de la ville face aux demandes royales est épuisée75.

  • 76 B.N. Dupuy 79 f° 25 v° (sd 1538-1542).
  • 77 A.D. Gironde, 1B2 fos 178-179 (5-8-1516).
  • 78 C.A.F., t. I n° 1538 (27-4-1522) ; O.R.F., t. IV p. 69 ; Zeller, Institutions, p. 265 ; Gay, Bourgo (...)

37Mais les premiers symptômes se font en fait sentir dès la fin du règne de François Ier. La règle du « calme plat », sur laquelle on vient de s’appesantir longuement, connaît, comme tant de règles, des exceptions. Ou plutôt sa validité tend à diminuer au fil du règne. Les manifestations ponctuelles de mauvaise humeur ne disparaissent jamais en matière fiscale, mais leur impact est très faible et leur fréquence épisodique jusqu’aux années quarante. Cela commence par des manifestations hostiles. Ainsi des Bourguignons « avoient proféré aucunes parolles injurieuses et sonnantes » contre le receveur ordinaire de Dijon qui exécute des « lettres royaux » concernant la réforme du domaine. Une information est ouverte contre eux76. En 1516, le roi évoque des procès engagés à Bordeaux, à cause d’excès et de rebellions « sur le fait des fermes et aussi pour les offices de la jurade ». L’évocation est justifiée par les « discors, querelles et divisions » découlant d’un problème de juridiction entre André de Foix, lieutenant général en Guyenne, et le Parlement de Bordeaux77. L’établissement en 1522 d’un nouveau droit sur le vin sortant du royaume provoque une agitation dans les pays viticoles, agitation suivie d’effet puisque la Bourgogne est exemptée dès 1523 et la Guyenne en 152578.

  • 79 B.N. fr 11645 f° 36.
  • 80 O.R.F., t. V p. 1-2 (4-1-1527).
  • 81 Voir C.A.F., t. V n° 16635 et VIII p. 320 a n° 833 bis.

38Les charges financières sont une des causes de la révolte de Sarlat durant l’hiver 1526-1527. En 1526, les consuls de la ville avaient d’ailleurs présenté une requête au roi pour obtenir une dispense de certaines impositions. Ils prétendaient ne pouvoir y faire face à cause de la peste79. Cependant, la description de l’agitation ne met pas en évidence son origine fiscale : « Se sont assemblez audict pays [de Périgord], et mesmement au ressort de Sarlat, grand nombre de gens portans enseigne, cryans quelzques cris, qu’ilz ont controuvés, disans et publians qu’il fault thuer tous les gentilzhommes et gens de justice, [...] crians : Vive la gayté »80. Mais peut-être ce récit officiel, qui parle de trois à quatre mille révoltés, occulte-t-il les aspects financiers du mouvement. De même, les précisions manquent sur les troubles du Rouergue en 151881.

  • 82 Bercé, Croquants et Nu-pieds, p. 12.
  • 83 Chevalier, Bonnes villes, p. 98, 99. Au cours du règne de Charles V se sont conjugués en fait dans (...)
  • 84 Prentout, Etats de Normandie, t. II p. 155 et 266-269.
  • 85 Voir Valiez (Jean-Marie), « Cartographie des régimes et des circonscriptions des gabelles en Norman (...)
  • 86 Matignon, Correspondance, p. XLVIII et 148 note 1.
  • 87 C.A.H., t. II n° 3984 (novembre 1548).

39La cible principale des émotions populaires est la gabelle. Elle est à l’origine, dans les dernières années du règne, des seules révoltes notables, les premières après un bon siècle de calme relatif82. Elles se situent plus dans la lointaine postérité des soulèvements urbains de 1382, eux-aussi dressés contre les prétentions fiscales de la monarchie, gabelle en tête, que dans celle des Jacques avant tout antinobiliaires83. Les années quarante voient toute une série d’initiatives royales pour étendre la gabelle ou du moins modifier le régime de la fiscalité du sel. En Normandie, une tentative d’extension de l’impôt dès le début du règne provoque une « grand clameur de peuple », et la mesure est rapportée84. Mais à partir de 1544, le pouvoir central tente de nouveau sa chance, en particulier en établissant entre les pays de quart bouillon et de grande gabelle un secteur à régime de sel d’impôt85. Au début de 1548, Henri II fait loger des troupes par Joachim de Matignon, lieutenant général de la province, dans les villages des environs d’Alençon qui se sont soulevés contre les officiers et commissaires du roi sur la gabelle, et ce jusqu’à l’achèvement des informations contre les coupables86. Pour une part au moins, malgré cette répression, les contribuables obtiennent gain de cause. Dans la vicomte d’Orbec, Henri II octroie des lettres de rémission aux habitants des paroisses qui se sont soulevés au sujet de l’établissement du sel d’impôt87. Et la vicomte continue de faire partie du secteur de vente volontaire.

  • 88 Voir Gigon, Révolte, passim ; Bercé, Croquants et Nu-pieds, p. 19-43.
  • 89 Sur les conséquences fiscales de ces troubles, en particulier les très faibles rentrées d’une crue (...)

40Mais c’est dans le Sud-Ouest qu’éclatent les troubles les plus graves, directement liés aux aléas de la législation royale. L’enchaînement des mouvements est bien connu88. La première révolte est centrée sur l’Aunis et les marais salants, en 1542. Le Périgord prend le relais en 1545, suivi par la Saintonge l’année suivante89, en attendant l’embrasement beaucoup plus grave de 1548, avec comme épicentre, outre Bordeaux, l’Angoumois et de nouveau la Saintonge. Normandie et Sud-Ouest : la géographie des troubles préfigure celle des grands soulèvements du règne de Louis XIII.

  • 90 Canestrini, Négociations, t. III p. 154.
  • 91 Voir les conclusions de Roudié, Embarras, p. 78.
  • 92 Heller, Conquest of Poverty, p. 191 et 186.

41En fait, durant les années quarante, la tension est quasi permanente dans le Sud-Ouest. Au printemps de 1545 par exemple, le roi envoie à La Rochelle et dans les environs un maître des requêtes avec une compagnie de gendarmes « per far danari e augumentare le gabelle de sali e altro ». Ce type de démarche annonce les méthodes des intendants de Richelieu. Mais il est bien difficile d’agir : « S’intende quei popoli essere tutti sotto sopra e quasi ammutinati » conclut l’ambassadeur florentin90. Et la gabelle n’est pas seule en cause dans ce climat tendu. L’aggravation générale de la fiscalité dans les années quarante, en particulier dans les villes, joue son rôle91. Une chronique de Saint-Maixent, en Poitou, donne le ton au milieu de 1544. Le roi demande alors la levée d’un emprunt sur les cités de la province, « pour laquelle payer est convenu vendre les trésors des Églises de Saint-Saturnin et de Saint-Léger. Et c’est encore une seconde taille, outre la grande taille, les francs-fiefs, les arrières-bans et encore la garnison qui se tient, dont le peuple est fort fatigué ». Un an et demi plus tard, alors que les troupes multiplient les déprédations en Poitou, le lieutenant général de la sénéchaussée écrit au gouverneur qu’il est « très nécessaire [d’y] pourveoir, autrement y aura dangier de pragier en ce pays »92. « Pragier », c’est évidemment se révolter, comme au temps de la Praguerie, sous Charles VII, un mouvement qui avait touché au premier chef le Poitou.

  • 93 Voir Guiffrey (éd), Chronique, p. 413-425 ; Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 101-107.
  • 94 C.A.F., t. IV n° 13167 (25-5-1543) ; cf A.N. M.C. XLIX 72 (19-5-1544) : vente par deux procureurs d (...)
  • 95 Lestocquoy, Nonces ¡541-1546, p. 186.

42Malgré le poids des troupes, la stratégie adoptée par le pouvoir n’est cependant pas celle d’une répression à tous crins. L’épisode du pardon royal aux Rochelais, le 31 décembre 1542, est bien connu93. Cependant, ce pardon n’est pas gratuit : le roi lève une amende de quinze mille muids de sel sur les marais salants, qui doivent être fournis au grenier de Rouen. On est en pleine guerre : le souci de ménager les populations n’empêche pas de chercher à obtenir des fonds par tous les moyens. La monarchie tire ensuite des profits sérieux de ce sel, soit en le vendant directement, soit en dédommageant en nature des créanciers, procédure qui a déjà été évoquée94. Pour autant, le pardon ne se dissocie pas d’une démonstration de force, en dehors même de la séance rochelaise. Au début de 1543, cinq mille lansquenets font l’objet d’une montre à Saint-Jean-d’Angély, puis remontent vers le nord jusqu’aux frontières de la Bretagne. Un avocat du roi s’y rend également pour traiter d’affaires concernant la gabelle95. En Périgord, Jean Caracciolo, prince de Melfi et maréchal de France, chargé de la reprise en main de la province qui s’est révoltée en 1545, s’en tient pour sa part à une relative modération. La grande révolte de 1548 en revanche donne lieu à une répression sévère, orchestrée, entre autres, par le connétable de Montmorency. Cependant, à la différence des autorités du XVIIe siècle, Henri II, une fois l’ordre rétabli, annule en 1549 les dispositions qui furent à l’origine du soulèvement et rétablit en 1550 les privilèges de Bordeaux. La négociation avec les États et les représentants des provinces concernées débouche sur le rachat des droits sur le sel par le Sud-Ouest en 1553. L’obtention du statut de province rédimée découle sans doute plus des nécessités financières du moment que d’une volonté royale de favoriser la région.

II. L’information financière : le discours du pouvoir

A. « Faire l’opinion »

  • 96 Cinquante et une lettres ont fait l’objet d’une étude approfondie : trente et une sont adressées à (...)

43Officiers de finance et soldats ne sont pas les seuls instruments de la monarchie dans sa quête de fonds. A la nécessité de contraindre répond le souci de convaincre. Celui-ci passe par un discours structuré et cohérent. Contrairement à ce qu’écrit Versoris lors d’une de ses attaques, le roi ne prélève pas « sans propos ne raison ». La ponction monarchique ne peut pas plus se passer de mots que de collecteurs ou d’espèces métalliques : il faut précisément exprimer des « propos » et des « raisons ». Ils figurent dans les préambules des Ordonnances des Rois de France du règne. Celles qui sollicitent des fonds doivent en effet exposer quelles circonstances motivent les demandes royales. Une cinquantaine de textes ont été ici retenus96. Ce regroupement n’a rien d’exhaustif, mais il est largement représentatif et fournit une bonne base de départ pour un travail efficace. Rien n’interdit d’ailleurs de recourir à d’autres documents pour compléter les analyses.

44Le désir d’informer et de se justifier paraît donc être à la base du message et, partant, de la démarche de la monarchie. Mais qui s’agit-il d’informer ? Et, quand on s’immerge dans ce discours, ce désir résiste-t-il à l’analyse ? La justification monarchique ne s’adresse pas nécessairement à ceux que l’on croit…

1. « Opinion » : une notion recevable ?

  • 97 Autrand, Parlement, g. 228 ; Schick, Fugger, p. 166 ; Wolfe, Fiscal System, p. 99. Réflexions génér (...)
  • 98 Voir par exemple ses propos lors de la demande royale portant sur 50 000 hommes de pied pour quatre (...)

45Les historiens de la première modernité n’ont guère de scrupules à recourir à la notion d’opinion publique, y compris pour ce qui touche au domaine financier. Pour Françoise Autrand, « l’opinion publique, mal habituée aux nouvelles fortunes tirées des fonctions, trouvait juste que l’argent venu du roi retourne au roi ». Léon Schick note en 1519 que, « pour la première fois en Allemagne, l’opinion publique exerça une certaine pression sur les électeurs ». Enfin Martin Wolfe voit en elle « a potent impediment to bizarre fiscality »97. D’ailleurs, s’appuyer comme je l’ai fait sur le témoignage des chroniqueurs sans analyser leur discours, n’est-ce pas postuler implicitement que « l’opinion publique » parle à travers eux ? Or le recours à un tel concept, en dehors d’un éventuel dérapage de plume, est, pour les époques historiques anciennes, assez délicat. Une critique élémentaire repose sur la fragilité des éléments disponibles pour fonder la connaissance d’une telle « opinion ». Pour le début du XVIe siècle, ce n’est pas une vaine interrogation que de se demander qui parle au travers des remarques financières des chroniqueurs. Que penser par exemple de l’adhésion assez nette qu’exprime Jehan Bouchet, clerc poitevin et juriste réputé, pour ce qui touche aux besoins de la monarchie dans les années quarante98 ? Reflète-t-elle la seule conviction de l’auteur, dans une région traversée par la grogne antifiscale, ou un plus vaste courant de loyalisme, qui expliquerait, entre autres, l’absence d’explosion marquée ?

  • 99 Champagne (Patrick), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, 1990, p. 70.
  • 100 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 241 et 88.
  • 101 Fogel (Michèle), Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, (...)
  • 102 Voir sur ce changement la synthèse de Fogel (Michèle), L’État dans lu France moderne de la fin du x (...)

46Mais là n’est pas l’essentiel, qui se situe dans une critique beaucoup plus radicale mettant en cause le recours même à la notion d’opinion publique, trop souvent confondue avec la simple expression d’une demande émanant du corps social. Les sociologues nient la validité de l’utilisation rétroactive d’un concept et d’une réalité nés au XXe siècle : « En ce domaine, connaître, c’est aussi faire exister, et l’ignorance équivaut ici à une quasi-inexistence sociale. Mobilisant toutes les ressources disponibles [...], [les historiens] fabriquent une « opinion publique » qui, en fait, n’a jamais existé ainsi pour personne, faisant disparaître du même coup la spécificité de cet objet éminemment historique »99. Ce jugement sans appel souligne que la mise à jour d’une « opinion publique » ne prend tout son sens que dans l’instant, lorsque sa définition par les divers agents de la reconnaissance sociale et politique est un enjeu immédiat de lutte. A l’inverse, la tentative de construction d’une « opinion » par l’historien n’est d’aucun fruit, y compris scientifique, puisqu’elle méconnaît les réalités de la formation et de l’expression des opinions dans un contexte donné. Cela ne peut conduire que sur de fausses pistes. La réflexion historique vient épauler les réserves des sociologues, au moins pour ce qui concerne la première modernité : « Les lieux de la discussion active, ceux dans lesquels on « opine », ne sont pas publics. Et quant à ceux où se tenaient des discussions publiques, on ne saurait leur reconnaître la capacité de transformer des « bruits » en opinion. Une opinion publique qui n’aurait pas conscience de son existence, cela peut-il exister ? ». La conviction de l’historien relaie ici celle des contemporains : « Aucun écrivain ne croit alors à la clairvoyance politique du commun. Ni même qu’il puisse avoir de véritable opinion »100. Au XVIe siècle, souligne Michèle Fogel, le roi est attentif, non pas à l’« opinion », mais aux seules plaintes et doléances de ses sujets101. La mutation, en ce domaine, ne se produira à Paris que sous Louis XV102. Le risque qui se profile indirectement ici est peut-être de ne plus pouvoir caractériser une société autrement que par ses propres catégories. Qu’on se rappelle, en un autre domaine, la querelle sur « ordre et classe »…

  • 103 Bonne mise au point sur cette notion dans Sabatier (Gérard), « Les rois de représentation. Image et (...)

47De toute manière, l’existence d’une opinion « éclairée » (opinion publique restreinte ? opinion collective non publique ?) et à l’intérieur de celle-ci, la circulation d’informations et de prises de position ne fait en revanche pas de doute103. Elle seule, lors des moments de tension extrême, comme èn 1525, peut se permettre de demander au roi et à ses agents des informations sur la situation des finances. L’étendue de cette « opinion » susceptible de s’exprimer est plus ou moins vaste selon les secteurs. Au début du XVIe siècle, la capacité de prise de parole est probablement plus grande dans le domaine religieux que dans le domaine financier. Plus nombreux sont ceux qui se reconnaissent le droit à l’opinion dans le premier cas que dans le second. Encore cela nécessite-t-il bien des nuances. Quelle est l’autonomie de choix chez ceux qui rompent avec le catholicisme ? Et le droit à l’opinion n’est pas plus (et sans doute moins encore) accepté par les autorités en religion qu’ailleurs. Enfin la révolte peut-elle être considérée, dans le domaine fiscal, comme l’expression d’une opinion ?

2. Les messages monarchiques

  • 104 O.R.F., t. III p. 175.
  • 105 B.N. fr 5085, f° ! 15-16. La formule date ici du règne de Louis XII.
  • 106 Liste très complète : O.R.F., t. VII p. 61-62 ; variante plus courte : O.R.F., t. VIII p. 180 : « d (...)
  • 107 O.R.F., t. I p. 281 (3-8-1515) ; t. II p. 178 (27-7-1522).

48Ces réflexions générales, et les réserves qu’elles entraînent, ne troublent évidemment pas la monarchie. Dans ses ordonnances, elle a le ferme désir de s’adresser à tous ceux qui verront ou entendront les lettres qu’elle produit. Au premier abord, les sujets sont les évidents destinataires de cette prose. Le désir d’informer semble net, comme le préambule d’un mandement du 24 juillet 1522 pour une levée de taille en Comminges le rappelle : « Désirons bien que nosdicts bons et loyaulx subjectz congnoissent et entendent que, pour la tuicion et deffence de nostredict royaume et d’eulx, n’avons rien obmys et ne voulions obmectre de ce qui estoit pertinent »104. Aussi les ordonnances royales s’étendent-elles sur les diverses dépenses qui motivent les demandes de fonds pour « l’entretenement de Testât de la chose publicque de nostre royaume »105. L’allusion aux frais représentés par l’ordinaire est irrégulièrement présente106. Très logiquement, l’insistance sur cet aspect permanent des besoins se fait plus forte lors des périodes de paix, en 1518-1520 ou en 1533-1534. Cependant cela n’a rien de systématique : en période d’opérations militaires, en 1515 ou 1522, l’ordinaire est aussi évoqué107.

  • 108 O.R.F., t. III p. 28 (29-5-1521).
  • 109 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 150
  • 110 O.R.F, t. I p. 384 (30-3-1516).
  • 111 O.R.F., t. III p. 283.

49Mais, traditionnellement, les textes s’attardent surtout sur la guerre, figure imposée du discours. Encore faut-il argumenter correctement, tous les comportements guerriers n’ayant pas la même efficacité rhétorique et idéologique. La présentation des faits s’efforce de faire coïncider le conflit de l’heure avec la posture la plus satisfaisante moralement et donc politiquement, celle de la guerre défensive. Agissant « pour la tuition et deffence » du pays, François Ier doit « obvier et résister à plusieurs entreprinses [...] qui se meuvent et conspirent à rencontre de [lui] et de [son] dit royaume »108. De ce fait, il est aisé de justifier la résistance aux attaques dont la France est victime. Dans une lettre au Parlement de Paris du 23 mai 1522, le roi déplore que la détresse du Trésor fasse obstacle à la défense du royaume menacé d’invasion109. En revanche, les subtilités du jeu italien imposent des contorsions plus délicates. Cependant le schéma reste le même : laisser l’ennemi bafouer les droits français dans la péninsule, comme il l’a si souvent fait sous Louis XII, lèse à terme le royaume car Charles Quint ne s’arrêtera pas en chemin. Une fois les Français « déchassez de l’Ytalie, [...] par après luy et ses aliez [pourront] nous venir courir sus en noz royaumes, pays et seigneuries de deçà »110. Ainsi jamais le « mirage italien » ne justifie à lui seul, dans ces textes du moins, la guerre et donc le prélèvement. Certes, le pouvoir destiné à la régente, en août 1523 affirme qu’il y aurait « grant honte et vergongne » à « habandonner nosd amys, serviteurs et subjectz » du Milanais, d’Asti et de Gênes, mais c’est pour ajouter aussitôt : « Si nous y laissons asseurer et fortifier [nos ennemys], veu leur mauvaise et dampnée volonté et les autres grosses puissances qu’ilz tiennent par delà, mectons en émynent péril et danger de ruyner nostred royaume, pays et seigneurie de deçà »111. En conséquence, dans le discours, l’Italie n’est jamais prioritaire, et le royaume toujours. La menace anglaise sur la Picardie en 1522 oblige d’y envoyer des troupes qui étaient parties « outre-monts » à la reconquête du duché de Milan. Il n’y a donc que des guerres défensives.

  • 112 R.D.B.V.P., t. I p. 222 et 230.
  • 113 Lecoq, François Ier imaginaire, p. 203.

50Ce discours est parfois repris à leur compte par les contribuables. En mai 1515, un des arguments avancés pour accorder au roi des fonds, dans une assemblée parisienne, est le fait « que c’estoit pour la deffence de ce royaume ». Or il s’agit du Milanais. C’est sans doute cette bonne volonté qui explique qu’un an plus tard François Ier sollicite une aide précisément en raison de l’intervention de Maximilien en Italie du Nord112. Le passage en Milanais est aussi magnifié par les Lyonnais lors de l’entrée du roi dans la ville, en juillet 1515. François Ier éloigne en effet du royaume, par sa campagne italienne, le spectre de l’invasion, très présent deux ans seulement après le déferlement suisse en Bourgogne. Louis XII avait dû prendre alors des mesures de défense fort onéreuses pour la cité. Aussi l’expédition outre-monts doit-elle à terme réduire le fardeau financier de Lyon113. En revanche, la volonté du roi, en 1523, de ne pas laisser le royaume « dépourvu de gens de guerre ni de conseil » alors qu’il part vers l’Italie, ne semble pas convaincre tout le monde, s’il faut en croire l’opinion déjà citée de Nicolas Versoris. Italie et défense du royaume ne font plus ici bon ménage.

  • 114 O.R.F., t. III p. 66 (11-8-1521).
  • 115 O.R.F., t. VIII p. 441-442 (7-10-1537).

51Le roi, à le lire, pousse parfois la bonne volonté jusqu’à mettre sur pied une armée pour « empescher et garder que [les ennemis] ne nous facent invasion » et ce sans chercher à faire « quelque exploict de guerre, [...] fort seulement garder nostre dict royaume et subjectz »114. La figure militaire la plus adaptée à ce discours est évidemment la fortification. Elle garantit d’un même mouvement la bonne foi du pacifique et la défense efficace de l’agressé. L’exaltation des places « commodes et proufitables pour la seureté et desfence de nostre dicte frontière » se fait de plus en plus fréquente vers la fin du règne, en lien avec un effort matériel plus important115. Mais si la guerre coûte cher, la paix entraîne aussi de lourdes dépenses. Le roi revient sur ce point chaque fois que le contexte diplomatique l’y invite. A l’effort fait lors du conflit doit s’ajouter un effort supplémentaire pour parachever, garantir, en un mot acheter la paix, que ce soit pour le règlement de la rançon ou les versements aux alliés. D’une certaine manière, la construction de solides places fortes peut apparaître aussi comme une sauvegarde de la paix. Ainsi donc le discours adressé aux sujets ne peut-il être qu’un discours du manque et de l’insuffisance. Les difficultés financières empêchent le monarque de faire face à ses obligations : c’est pour cette raison qu’il lui faut prélever encore.

  • 116 L’imprimerie a fortement accru les capacités de propagande monarchique. Trente ans plus tôt, lors d (...)
  • 117 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 39.
  • 118 Tommaseo, Relations, p. 179 ; Canestrini, Négociations, t. II p. 765.
  • 119 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 113. En janvier 1543 encore, le nonce souligne qu’il est plus faci (...)
  • 120 Tommaseo, Relations, p. 305.
  • 121 B.N. fr 4525 f° 93-96.

52Destinataires privilégiés, les sujets ne sont cependant pas les seules cibles du discours monarchique. Les méandres de la diplomatie imposent la production d’une propagande à tonalité ou à finalité financière. La lutte de libelles est chaude avant l’élection de 1519, entre les attaques des agents Habsbourg qui mettent en avant le fardeau fiscal écrasant qui pèse sur les régnicoles, et les assurances multipliées par la propagande française116. En mai 1536, le roi veut réunir les marchands allemands présents à Lyon pour, en personne, « leur tenir des propos accomodez au temps »117. Nul doute qu’il espère en faire, dans l’Empire, des relais du discours monarchique. Et cela prioritairement dans des milieux financiers particulièrement sensibles à la conjoncture internationale, et que tout pouvoir responsable cherche à ménager. L’efficacité de l’intoxication à usage externe, qui passe souvent par le canal des ambassadeurs, est relative. Si le Vénitien François Giustiniano ne craint pas d’affirmer en 1537 que les finances du roi « lui donnent tout ce dont il a besoin. Ainsi ce n’est pas le manque d’argent qui le pousserait à une paix sans utilité et sans honneur », à l’inverse, en février 1516, l’ambassadeur florentin doute fortement de la bonne santé financière dont se vante le roi118. Il se livre en ce domaine une véritable guerre de chiffres. Le nonce, d’après des informations qu’il juge fiables, estime au début de 1542 que le roi peut, en cas de guerre, réunir en six mois six à sept millions d’écus119. En 1546, l’ambassadeur vénitien Cavalli tient de « Sa Majesté et d’autres personnes » que les dépenses de guerre de 1542-1543 se sont montées à douze millions d’écus, soit plus du double de la réalité120. Ces anticipations ou ces bilans largement surestimés ne peuvent avoir pour but que de majorer les capacités du monarque et donc de mettre en valeur l’importance de ses moyens. Au discours du manque à usage interne répond un discours de l’abondance, destiné à l’extérieur. Un « budget » des années 1518-1519, exceptionnellement gonflé, avec des rentrées ordinaires supérieures à sept millions de lt, se termine par cette remarque : si besoin est, « led seigneur [roi] demande deux ou troys millions de francs ou une autre somme telle qu’il luy plaist et que ses affaires le requièrent », et ce sans la moindre réflexion sur les expédients possibles121. La destination de ce document est ignorée. Mais ne pourrait-il s’agir d’un outil de propagande ? Y confluent en effet l’utilisation de chiffres excessifs et le topos du roi imposant à volonté et sans limites ses sujets. Cette vision d’un roi libre de solliciter - et d’obtenir - ce qu’il veut serait donc, en partie du moins, produite par le pouvoir lui-même pour faire illusion sur ses possibilités réelles, pourtant déjà considérables. On est ici au cœur du royaume du « faire croire ».

3. Créer les conditions d’une adhésion

53Durant l’hiver 1521-1522, le représentant de François Sforza, fraîchement rentré dans le duché de Milan, cherche des fonds.

  • 122 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 205.

« Pour trouver un moyen d’avoir deniers, avoit introduict un augustin nommé frère André de Ferrare, lequel, estans excellent en éloquence, persuada tant par ses preschemens et sermons, qu’il mist en l’opinion du peuple de Milan que l’ire de Dieu estoit tombée sur les François : de sorte que qui n’avoit que deux escus en portoit un libéralement pour contribuer à la guerre »122.

54L’éloquence sacrée au service de la collecte des fonds : sainte alliance des stratégies de persuasion… Cependant le recours du Sforza à un tel agent est le signe évident des difficultés des structures administratives sur lesquelles s’appuie son pouvoir. Le Milanais disposait pourtant en ce domaine de bases solides. L’épisode, il est vrai, se situe dans une période fort troublée. Il manifeste le « bricolage » d’un prince disposant de relais encore fragiles.

55En France, les pratiques de la collecte sont infiniment mieux établies et les procédures rodées. L’importance de la répétition du message royal au cours des générations n’a sans doute pas été négligeable. Son impact est difficile à mesurer. Cependant, outre les facteurs explicatifs déjà évoqués, n’a-t-il pas sa part dans l’adhésion, même passive, des sujets à la politique financière du règne et, partant, dans le petit nombre des révoltes ? Cette interrogation dépasse évidemment le cadre des finances. L’échec total du connétable de Bourbon à entraîner dans sa « trahison » des Français qui ne lui sont pourtant pas nécessairement hostiles va dans le même sens.

  • 123 On retrouve ici indirectement les réflexions des sociologues sur la pratique des sondages…
  • 124 Sur le discours politique adressé au roi, cf. Lecoq, François Ier imaginaire, p. 482-485.
  • 125 Voir la célèbre formule du président Guillart le 24 juillet 1527 : « Nous ne voulons revocquer en d (...)

56En fait, pour revenir sur la question initiale, c’est essentiellement le discours monarchique qui fait exister une « opinion » en matière de finance. En prétendant donner au peuple les moyens de juger des choix qui sont faits, le roi modèle comme il l’entend son interlocuteur. Il l'« informe », au double sens du terme, car c’est en lui adressant la parole qu’il le fait naître123. En effet la demande d’information, au niveau où se placent les réflexions des ordonnances royales, est pour ainsi dire inexistante. Il n’y a quasiment pas de discours financier montant du « peuple » vers le roi, ce qui n’est pas vrai dans d’autres domaines124. Ainsi la monarchie erée-t-elle sa propre demande pour mieux y répondre en manifestant un apparent souci d’expliciter son action. Avant de déterminer ce que signifie ce désir d’une fictive transparence, une constatation s’impose donc : il n’y a pas, en matière financière du moins, de mouvements d’opinion qui imposent au pouvoir de rendre des comptes. L’autonomie de l’opinion, entendue ici au sens d’expression politique globale indépendante du pouvoir monarchique, tend vers zéro. Il va de soi que l’inexistence d’une opinion constituée en ce domaine n’empêche en rien les sujets de manifester, de façons diverses, leurs critiques ou leurs refus, et en fait leurs refus plus que leurs critiques, en particulier dans le cadre des révoltes. Le temps est encore à venir où les sujets se persuaderont de leur droit et de leur compétence à critiquer et désobéir125, quand « l’usage public de leur raison par des personnes privées », reconnu par Kant comme constitutif des Lumières, prendra toute sa place. Pour l’heure, il n’est d’autre discours financier que celui de la monarchie, qui se cherche, au cœur même de sa pratique discursive, un interlocuteur moins évident qu’il n’y paraît au premier abord.

  • 126 Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 236.

57La monarchie, pour « faire croire », dispose cependant encore de moyens limités. Elle peut toujours « sous-traiter » aux spécialistes de la chose une partie du travail, et s’aboucher avec tous les frères André de Ferrare du royaume. Ils sont toujours disponibles, surtout si on promet à l’éloquence une belle récompense. Dans le cas de frère André, comme l’insinuent les du Bellay, il ne s’agit de rien moins que de l’archevêché de Milan. En un temps où les possibilités d’action du pouvoir ne sont pas illimitées, il lui faut savoir mettre en valeur ce qui est fait. « Agir peu, faute de moyens, tout en magnifiant cette action par la propagande. Cet aphorisme pourrait être la devise de mainte administration d’Ancien Régime »126. D’où le souci du coup d’éclat, y compris en matière de finance, de la création du trésor de l’Épargne à la suspension des receveurs généraux. La majesté du pouvoir s’y manifeste clairement : n’est-ce pas là le cœur du message ? Les actes les plus spectaculaires procurent un retentissement maximal. A travers les pendaisons de Semblançay et de Jehan de Poncher, le roi entend manifester à la fois la vigueur de l’autorité souveraine, le souci de la justice, le rétablissement d’un ordre social perturbé et le grand ménage des finances. C’est beaucoup, trop sans doute, comme on le verra. Malgré tout, par de tels événements, dont la vertu pédagogique doit éclater aux yeux du plus grand nombre, en particulier dans la capitale, le pouvoir cherche à « faire l’opinion ». Ces manifestations sont d’autant plus précieuses qu’elles permettent d’agir sans diffuser d’informations financières. Ce mutisme trouve place en fait au cœur même du discours.

B. Faire silence

1. Dissimuler l’information

  • 127 O.R.F., t. III p. 61.
  • 128 B.N. fr 2978 f° 30.

58Avant toute chose, il faut rappeler l’évidence : taire certaines informations financières est d’abord une preuve de sagesse politique. Ainsi, il est peu souhaitable que l’ennemi dispose de renseignements valables sur la réalité des finances royales, en particulier quand la conjoncture est mauvaise. Outre l’intoxication, qu’on a déjà vue à l’œuvre, les hommes de pouvoir recourent à d’élémentaires précautions. Ils cherchent par exemple à masquer, autant que faire se peut, la dramatique situation de 1521. Dans une commission pour aliéner en Dauphiné, le roi ordonne le 11 août que les commissaires usent d’une procédure plus discrète que la traditionnelle « publication es lieux requis [des] places et portions qui seront vendues », et ce « pour obvier que noz ennemys n’en soient advertiz »127. Le 8 octobre, à propos des difficultés que rencontre Lautrec en Milanais pour payer ses Suisses, Louise de Savoie écrit à Robertet que le roi « n’est content que on leur satisface par hostaiges ou engaigement de ville de la duché ». Elle ajoute : « Je ne le puis trouver bon ; [...] ce seroit que les estrangiers et ennemys du Roy congneussent ses affaires estre en telle extrémité »128.

  • 129 Jacqueton, Documents, p. 54 (article 6) et p. 78 (article 13).
  • 130 Favier, Marigny, p. 104.

59Mais le secret est aussi d’usage dans certaines institutions. Il est théoriquement de rigueur en matière de contrôle financier. A la Chambre des comptes, la déclaration du 26 novembre 1447 ordonne que « ledit correcteur et pareillement les clercs de nosdiz Comptes tiengnent secret, comme faire doivent, les restes et sommes quelzconques qu’ilz trouveront nous estre deues par lesdiz comptes ». Plus généralement, le règlement du 23 décembre 1454 souligne que « les faiz et escriptz de ladicte Chambre doivent estre tenuz secrectz et plus que nulz autres, ce qui n’a pas tousjours esté bien gardé jusques cy ». Les « suppostz de ladicte Chambre » doivent respecter désormais cette injonction, qui concerne également « les consultacions, oppinions et délibérations d’icelle Chambre », et ce « sur peine de privación de leurs offices »129. La cour, qui comprend désormais des officiers et non plus de simples fidèles du roi, amenée à plonger dans les arcanes de l’alchimie administrative et financière, sert donc un peu de laboratoire en ce domaine. Mais depuis longtemps déjà les trésoriers sont eux aussi astreints au silence. A la fin du règne de Philippe le Bel, ils prêtent serment « que Testât de leur recepte à home nul, se n’est à monseigneur de Marreigny, il ne révéleront de cy à II ans [...] et que les noms des persones de qui les empruns seront faiz il ne révéleront devant autre temps »130. La discrétion comme garantie pour les prêteurs, évoquée ici, est toujours une réalité au début du XVIe siècle.

  • 131 Doucet, Grand Parti, 2e partie p. 5. Même cas de figure en 1596 en Espagne, lorsque les gros prêteu (...)
  • 132 Voir Jack, Henry VIII’s control of royal finances, p. 1, 3 et 16.

60Cependant, le « secret des finances » peut aussi se retourner contre eux. C’est par l’ignorance de la situation réelle des caisses royales que Roger Doucet explique la bonne tenue du cours des obligations du Grand Parti en 1559 encore, alors que la crise financière, pour qui dispose des données valables, est déjà largement ouverte. Et l’historien de conclure benoîtement : « Le mystère qui entourait l’administration était une méthode très sage dont nous apprécions ici les résultats »131. Le secret devient donc une arme contre les étrangers, les officiers soupçonnés de fraude ou les prêteurs. La même logique est à l’œuvre dans l’Angleterre d’Henri VIII. Sybil Jack pense même que l’incohérence apparente de certains circuits comptables peut servir à égarer ceux qui cherchent à connaître d’un peu trop près les finances de la monarchie132.

  • 133 Coyecque, Recueil, t. I n° 2446.

61Pour les sujets, un des moyens de tourner ce secret est la justice. Dans le cadre des procès, la monarchie ne peut parfois éviter de communiquer des informations précises. C’est sans nul doute une contestation portant sur les impositions qui permet aux marguilliers de Sceaux, en novembre 1542, d’avoir accès à « ung compte escript en parchemyn des tailles et équivallent de la prévosté et vicomte de Paris contenant trente six feuilletz de parchemyn escriptz »133. Ce document adapté aux nécessités de l’affaire ne fournit cependant que des données partielles.

  • 134 Le Roux de Lincy, Grolier. p. 22.

62A leur tour, les contribuables ne manquent pas d’opposer le plus d’opacité possible aux regards du pouvoir. Une intervention du trésorier de France Jehan Grolier en 1557 fournit une illustration des appuis dont ils peuvent bénéficier en ce domaine. Grolier, qui plaide pour une diminution du fardeau fiscal des Lyonnais, écrit en effet à la municipalité de la ville pour lui donner des conseils de discrétion. Il s’agit d’éviter que certains officiers du roi puissent utiliser les renseignements obtenus pour exiger plus d’argent de la cité : « Il y a dans Lyon des officiers de finances et d’autres de justice joints ensemble, qui ne cessent journellement de s’enquérir de vos affaires et les descouvrir au conseil privé pour se montrer bons varletz. Je vous supplie que vos affaires soient secrets pour le prouffit du public, car la complexion du courtizan n’est sinon de veoir où en pourra prendre »134. Au passage s’exprime ici, dans la bouche d’un officier de finance solidaire de sa ville natale, une opposition paradoxale entre intérêt public et fiscalité royale qui est irrecevable par le discours financier du roi.

2. Le secret des finances comme principe

  • 135 O.R.F., t. I p. 193 et 220 ; t. H p. 108 et 248.
  • 136 Ibid., t. II p. 523 et t. III p. 292.
  • 137 Ibid., t. IV p. 47.
  • 138 O.R.F., t. IV p. 120 et 127 (300 000 lt pour les Suisses) et p. 161 (300 000 lt pour le roi d’Angle (...)

63La démarche de la monarchie telle qu’elle se dégage sous François Ier - mais ce n’est à coup sûr qu’une étape - va bien au-delà du calcul immédiat ou de la simple prudence. L’analyse des « lettres royaux » montre comment, au cours du règne, le silence se fait progressivement. A l’exception des sommes que le roi demande, une évolution nette se dessine dans ces textes pour ce qui concerne la mention de données chiffrées. Jusqu’en 1518, six lettres sur neuf contiennent des précisions importantes sur le montant des dépenses engagées, que ce soit pour une campagne militaire (1,5 à 1,6 million de lt), pour cinq mois d’Extraordinaire des guerres (0,6 million de lt) ou pour les Suisses (1,1 million en un an). On revient même sur le règne précédent, en particulier sur les 1,4 million de lt du passif laissé par Louis XII135. Cependant l’évocation précise du déficit accumulé depuis le début du règne semble taboue. Malgré cette restriction, les textes fournissent donc des renseignements précis et intéressants. A partir de 1519, le silence se fait. Jusqu’en 1524, sur douze textes, aucun nouveau chiffre de dépenses. Seules apparaissent quelques vagues données touchant les recettes : la pension de Naples que Charles Quint rechigne à payer ou, fin 1519, une remarque : il faudrait bien trois millions de lt de taille pour l’année qui vient, mais le roi, « pour la pitié et compassion que [a] de son peuple », saura se contenter de 2,4 millions136. Est-ce le climat de tension qui explique l’hapax de septembre 1524 ? Le roi donne alors le coût mensuel de l’Extraordinaire des guerres, soit environ 300 000 lt137. Mais, avec la déroute de Pavie et la crise politique consécutive, l’hapax s’avère précurseur : dans chacune de ses lettres en effet, Louise de Savoie fournit des chiffres. Cependant les montants mentionnés sont très partiels et ne peuvent être comparés aux précisions du début du règne138.

  • 139 Ibid., t. V p. 755. En décembre 1527, lors d’une Assemblée convoquée au sujet de la rançon du roi, (...)

64Le retour de François Ier n’en ramène pas moins un silence quasi total de 1526 à 1528. Une seule exception, la quote-part mensuelle de la France à la Ligue de Cognac (150 000 lt)139. Mais il s’agit d’une information officielle, accessible par d’autres canaux, au moins en théorie. A partir de 1528, les chiffres se mettent à refleurir dans les lettres. Mais ils ne concernent qu’un seul poste de dépense : la rançon du roi. Chiffre global (deux millions d’écus d’or dont 1,2 million d’écus lors de l’échange) ou ventilations internes servent ainsi d’ultime alibi « numérique » jusqu’en 1533. Avec les neuf derniers textes du corpus, le silence est désormais complet. Aux officiers et aux représentants locaux des populations de se satisfaire des allusions sans cesse reprises et désormais seules présentes aux « très grands et incroyables despences » auxquelles il faut faire face.

  • 140 Six signataires : Nicolas de Neufville, Florimont Robertet, Robert Gedoyn, Jehan Breton, Gilbert Ba (...)

65Est-ce aller trop loin que de chercher à lire ici une évolution du discours de la monarchie sur elle-même ? Une explication plus simple peut tenir à la personnalité des rédacteurs des actes, à travers l’observation du renouvellement au cours du règne des secrétaires signant en finance140. Une étude de détail montre malheureusement qu’il n’y a aucune corrélation possible en ce domaine. Le cas le plus net concerne la période 1517-1520 : à une exception près, Robert Gedoyn signe toutes les lettres retenues (soit neuf sur dix). Or c’est pourtant à ce moment que se fait la rupture, et que l’on passe des données précises à une phase de mutisme. L’alternance des périodes de paix et de guerres ne se révèle pas pertinente non plus. Ne reste donc qu’une évolution révélatrice de la montée du « secret des finances ». Le creusement progressif du déficit serait-il tel que le roi se refuserait à toute précision ? Cela aussi est peu probable. D’une part cette donnée est absente dès le début du règne. Par ailleurs, si la situation est effectivement critique de ce point de vue en 1523 ou 1538, en revanche les années 1533-1535, celles où s’installent un silence complet, sont relativement favorables puisqu’elles permettent même la constitution d’un trésor.

  • 141 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 65 (paragraphe 3). D’après Wolfe, Fiscal system, p. 83. les (...)
  • 142 Kauch, Épargne, p. 704, 707-708, 717-718.

66En bonne logique, l’inflexion décisive devrait avoir lieu en 1523, dans le cadre de la recomposition d’ensemble du système financier. D’autant que le projet de réforme de 1522-1523 est très clair sur ce point : « Lesditz affaires [financières] du Roy seront tenus plus secretz qu’ilz n’ont esté, car il est advenu le plus souvent que, par les acquictz que les financiers ont voulu avoir [...], lesdictz affaires ont esté sceuz et manifestes avant que de commencer à les exécuter »141. Le mot d’Épargne lui-même n’est pas innocent, qui situe le trésor royal dans la lignée de caisses privées et secrètes du XVe siècle, que ce soit en Bourgogne ou sous les rois Charles VI et Louis XI142.

  • 143 O.R.F., t. II p. 408-409 et p. 469.

67Malheureusement, si l’on peut dire, la rupture dans le discours se produit plus tôt, dès 1518-1519. Un élément conjoncturel fournit peut-être l’explication de l’apparition de cette attitude nouvelle. La période est en effet marquée par une dépense importante que le pouvoir ne tient pas à mettre en avant dans son discours : la candidature à l’Empire. Les lettres se font alors très imprécises. Le 20 février 1519, après mention des frais entraînés par le Milanais, les alliés suisses et anglais, figure la formule sibylline : « Aussi pour plusieurs autres [affaires] qui à présent se offrent et sont d’importance ». Le 18 mai, la fabrication d’écus soleil et de gros testons est faite « pour subvenir à la chose publicque et mesmement à aucun gros affaire que avons à conduire et qui à présent occurre »143. Cette discrétion avait déjà été observée dans le cadre des emprunts. Il est sûr que les initiés n’ont guère de mal à lire entre les lignes. Cependant c’est le fonctionnement du discours lui-même qui importe ici. Taire alors tout énoncé précis se comprend en fonction de la dépense même qui fait l’actualité. L’habitude prise alors se serait conservée, ayant, dès 1523, trouvé une justification plus acceptable dans les réformes et les bonnes résolutions du pouvoir. Le « mutisme » de 1519 offre l’exemple d’une innovation sans justification théorique, opérée sous le coup de l’événement, et qui ouvre néanmoins la voie à un changement durable dans le discours.

  • 144 Isambert, Recueil, t11 p. 658.

68La coupure importe d’autant plus que les premières années du règne de François Ier s’inscrivent, semble-t-il, dans des formes antérieures à 1515. Ainsi une déclaration de Louis XII du 27 janvier 1514 sur l’engagement du domaine mentionne clairement un besoin de financement pour l’Extraordinaire des guerres de « onze cens mille francs et plus »144. Avec un peu de recul, il paraît clair qu’après le dialogue agité qui se nourrit des débats des assemblées représentatives des XIVe et XVe siècles, débats dont les États généraux de Tours constituent la dernière véritable occasion, la rétention de l’information financière se fait de plus en plus systématique. Le discours financier reflète cette évolution, qui va de pair, en définitive, avec la mainmise plus affirmée d’un cercle plus étroit, celui du Conseil, sur la politique financière du royaume. Si le secret gagne dans les textes, c’est qu’il progresse aussi dans l’esprit de ceux qui organisent le prélèvement.

  • 145 L’exemple castillan de 1623 est lui aussi éclairant : c’est… pour s’assurer les bonnes grâces des C (...)

69Le secret, qui devient rapidement secret d’État, est une réalité très importante du fonctionnement de la monarchie absolue. Le règne de François Ier offre un aperçu de sa progressive mise en place dans le domaine financier. L’information, même biaisée, devient alors un événement exceptionnel. La révélation par le gouvernement royal aux États généraux du montant énorme de la dette joue son rôle dans la crise politique qui se noue en 1560. Le compte rendu de Necker en 1781 ouvre une brèche similaire. Dans les deux cas la publicité donnée, pour des motifs différents, à ce qui demeure en temps normal réservé aux initiés, manifeste la crise ouverte du modèle, du discours et des pratiques de la monarchie absolue145.

  • 146 Sabatier (Gérard), « Rappresentare il principe, figurer l’État. Les programmes iconographiques d’Ét (...)
  • 147 Plus profondément encore, sur « le silence nécessaire qui entoure le pouvoir légitime », voir les r (...)

70Le secret de l’État se développe parallèlement au secret du prince, pour lequel François Ier représente aussi une étape cruciale. Secret de l’affirmation de soi, manifesté par le caractère privé de bon nombre des pièces rassemblées par Anne-Marie Lecoq. L’alchimie idéologique se façonne dans l’intimité du cercle familial. Secret des significations de la galerie de Fontainebleau, dont l’accès lui-même est réservé à quelques privilégiés146. Ainsi se construit la dimension insondable du Prince, et sa radicale spécificité. Tout incite à penser que le secret d’État conduit à mettre en évidence l’insondable de l’État, et au premier chef de ses finances147. Ce qui amène à conclure que le discours politique véritable ne peut être destiné au peuple. Mais, dans le même temps, l’exaltation du pouvoir par le pouvoir doit lui assurer une audience et un prestige accrus. Avec alors la tentation, à la fois logique et paradoxale, de fonctionner en vase clos.

3. Clore le discours sur lui-même

a. Un discours indifférent au destinataire

  • 148 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 77.
  • 149 O.R.F., t. II p. 518. Pour un texte postérieur à 1532, voir t. IX n° 946 p. 634 et sq. (20-8-1539).

71Cette tentation est directement à l’œuvre dans le discours financier de la monarchie. Il faut partir d’une interrogation sur ceux qui l’ont reçu. Avant l’historien, qui a lu ou entendu ces textes ? Dans le cas des commissions pour la tenue d’États provinciaux, la question du destinataire paraît claire : les « lettres royaux » fournissent un canevas d’intervention pour les commissaires du roi. Lors de la tenue des États ils peuvent aisément exposer l’objet de la séance et les besoins du roi à partir du contenu de leurs lettres et formuler ensuite la « proposition », c’est-à-dire la demande de fonds officielle. Les débats s’ouvrent ensuite. La répétition comme figure centrale du « faire-croire » apparaît bien dans le retour régulier des mêmes arguments. Faut-il nécessairement qu’ils soient convaincants ? Ce n’est pas sûr car l’efficacité du discours est parfois plus subtile : « Nous finissons par acheter sa quincaille au camelot à force de ne pas croire à son boniment »148. L’impression d’une communication avec un interlocuteur précisément ciblé semble renforcée par la comparaison des préambules utilisés pour les diverses provinces. La Bretagne affiche ainsi clairement sa spécificité, y compris après l’édit d’Union de 1532. L’argent demandé est destiné à la seule satisfaction des besoins bretons. Les intérêts du duché passent parfois, affirment les textes, avant ceux du royaume : « Pour soulaiger [les Bretons], avons mieulx aymé vendre et aliéner nostre propre domaine et mettre creue sur les tailles de nostre royaume, amoindrir Testât et train de nostre maison et reculler plusieurs pensions des seigneurs et princes de nostre sang pour, à tout nostre pouvoir, garder nos subgectz dudict pays d’estre foulez ne oppressez »149. En Bourgogne et comté d’Auxonne, les convocations de 1515 évoquent les graves événements de 1513 et l’invasion suisse. Mais le cas breton est juridiquement à part puisque le roi n’est que l’usufruitier du duché. Quant à l’originalité bourguignonne, elle disparaît totalement après 1515.

  • 150 Certaines des provinces concernées, comme le Rouergue et le Périgord, possèdent des États particuli (...)
  • 151 B.N. fr 2940 f° 4 [16-10-(1522)]. Contrairement à l’acquit de février 1522, cette lettre n’a pas va (...)

72Une comparaison d’ensemble entre les textes permet d’entrevoir le fond du problème. Les commissions de taille comportent un préambule de même nature que celle qui sont destinées aux commissaires aux États. Or il n’y a ici, hormis les officiers royaux, pas d’interlocuteur150. Il en va de même des commissions pour aliéner le domaine et des textes généraux sur les aliénations. L’argumentaire y est seulement parfois un peu plus sommaire. Mieux encore, et il faut ici sortir du corpus, une lettre du roi à Semblançay, un homme que Ton peut raisonnablement supposer au courant de la situation militaire et financière du royaume, reprend longuement le même type de développement, avec pour objectif de presser, comme toujours, les rentrées d’argent et de prier le responsable financier d’user de son crédit151. Le discours reste donc identique quelle que soit la nature des interlocuteurs et leur degré d’information, qu’ils soient réels, potentiels voire inexistants. Il s’écrit toujours avec les mêmes mots. Il trouve sa seule logique, non dans le souci d’un dialogue, mais dans la finalité de sa production : obtenir des fonds pour les caisses royales. Puisqu’il peut être nécessaire aux agents de la monarchie ou aux délégués des contribuables de montrer la demande royale, il faut bien qu’elle soit rédigée. Mais elle trouve sa fin en elle-même, discours passe-partout qui vaut pour tous et donc pour personne. User d’une rhétorique unique quel que soit l’objet précis des demandes de fonds peut apparaître comme une étape vers la mise à égalité de l’ensemble des sujets devant le prélèvement.

b. Nier l’information fournie

  • 152 O.R.F., t. VIII p. 440 note 1.

73Autre dimension de la fermeture du discours : dans sa composition, il dénie aux développements qu’il produit le statut d’information pour un (éventuel) lecteur. Certes, de longs propos sont tenus sur les diverses opérations militaires et l’effet de réel fonctionne alors à plein : la gravité de la situation s’exprime au travers de noms propres, villes prises, perdues ou assiégées le plus souvent. La commission du 7 octobre 1537 pour imposer au Languedoc sa quote-part de la taille cite Thérouanne, Hesdin, Saint-Pol et Turin152. Mais, vu de Pézenas, où se rassemblent les États, qu’est-ce que cela peut signifier ? Que le roi veut rendre au peuple sous la forme d’un récit l’équivalent des impôts obtenus ? Il s’agirait alors d’une compensation symbolique pour ce qui est payé. Mais de telles précisions sont-elles des informations ou seulement des mots dans le vide d’une incapacité à appréhender l’espace concerné et les problèmes stratégiques qui s’y rattachent ? Sur cette pente, l’analyse vient buter derechef sur la question que je viens d’essayer d’évacuer : celle du destinataire.

74En fait la vérité documentaire du discours financier s’exprime de façon particulièrement nette dans le passage suivant :

  • 153 O.R.F., t. III p. 177.

« L’affaire est en divers lieux, esquelz partout nous convient tenir grosse force, c’est assavoir en nostre païs de Languedoc pour le costé de Rossillon, en Picardie pour le costé de la comté de Guynes, Haynault, Flandres et Arthoys, et en noz païs de Guienne pour le costé de Fontara-bye, Navarre et Espaigne, sans celles qu’il nous convient tenir en noz païs de Champaigne, Bourgogne, Normandie et Bretaigne, oultre l’armée de mer que avons mise sus, le tout pour résister à nosdictz ennemys »153.

75Bref, la menace est générale et l’accumulation des localisations géographiques sert à montrer que chacun est concerné. Ces noms propres n’ont plus de fonction en eux-mêmes : ils servent à alimenter la machine rhétorique. D’ailleurs, une simple menace locale, y compris « outre-monts », fait, comme on l’a vu, courir un risque à l’ensemble du royaume. « Chacun » le sait, car c’est à « chacun » que s’adressent les préambules et non aux commissaires pour lesquels le « vous » serait alors de rigueur.

  • 154 Ibid., t. III p. 33 et 175 ; t. VIII p. 441.
  • 155 Ibid, t. III p. 98.
  • 156 OR.F., t. III p. 175.

76Or, et c’est là l’essentiel, les textes sont pleins de formules tendant à montrer qu’ils n’ont rien à apprendre à ceux qui pourraient les lire : « Pour ce que chacun scet assez les grosses affaires que avons euz… », « chacun scet assez la despense que feismes l’année passée… », « comme il soit assez notoire et congneu à tout le monde… »154. L’idée est toujours la même : le texte ne fait que répéter ce qui est posé comme déjà su par le texte lui-même. Le discours peut aller plus loin encore dans la construction de l’évidence qu’il postule en affirmant : « Comme chacun ait assez veu et congneu par expérience le mauvais vouloir et affection [de] noz ennemys… », faisant ainsi pratiquement de « chacun » la victime directe de l’adversaire155. Le mandement pour la levée de la taille en Comminges daté du 24 juillet 1522 vient couronner l’édifice. Chacun sachant les entreprises de l’ennemi, « il n’est ja besoing, actendu que lesdictes affaires sont si notoires, d’en faire autre déclaracion »156. Et pourtant, sur deux pages, le texte se poursuit par un récit détaillé des opérations, y compris la descente des Anglais à Morlaix. Il n’est pas nécessaire de dire ce que tout le monde sait, mais il faut quand même le dire. Tout est déjà su, mais il convient cependant de l’écrire de nouveau. De quel ordre est cette nécessité, puisqu’il ne s’agit pas d’informer le peuple ? La logique du discours renvoie aux préoccupations propres des rédacteurs des lettres.

C. Le dieu cache

1. Prélèvement et culpabilité

  • 157 A.N. I 966, 19/1 [7-3-(1536-1538)].

77L’observation concrète de la procédure de rédaction d’une lettre fait entrer directement dans leur monde. Charles du Plessis, général de Languedoc, écrit au chancelier du Bourg : « Il seroit temps de tenir les estatz dud pays de Daulphiné et me semble que le plus tost sera le meilleur. A ceste cause vous envoyé le double de la commission de l’année passée, avec un petit mémoire de ce que l’on a accoustumé de faire, pour remectre en mémoire le secrétaire qui fera la dépesche »157. C’est donc ici un des futurs commissaires qui, par chancelier interposé, tient la plume du secrétaire qui rédige et met en forme la lettre. Ce type de discours, qui n’est pas propre à un homme, ni même à un corps précis, véhicule donc l’état d’esprit de l’ensemble du monde de ceux qui, au sein de l’administration royale, interviennent d’une façon ou d’une autre dans le prélèvement. Et, à leurs côtés, c’est évidemment le roi en personne qui s’engage dans les propos tenus.

  • 158 O.R.F., t. I p. 394. Duprat ne tente pas autrement de justifier devant le Parlement des créations d (...)
  • 159 O.R.F., t. I p. 193 ; t. III p. 203.
  • 160 Tommaseo, Relations, p. 403 (relation de 1561).
  • 161 Voir sur ce point les remarques de Descimon (Robert), « La royauté française entre féodalité et sac (...)

78Ces gens sont techniquement compétents : les textes, il faut le souligner, ne proviennent ni de naïfs, ni d’ignorants des dures réalités financières. La mise entre parenthèse du destinataire conduit à traquer dans le discours tenu un usage interne, c’est-à-dire une réflexion propre à l’appareil monarchique sur l’impôt. Ce dernier apparaît tout d’abord comme un moindre mal. Les fonds sont levés « pour éviter à plus grant inconvénient où l’on eust peu tomber », la chose n’ayant lieu, à suivre le roi, qu’à son « très grant regret »158. Le regret de la taxation, dans cette logique, ne peut être une « clause de style ». Aux yeux du roi et de ceux qui prélèvent, il vaut mieux emprunter qu’imposer : « Nous fauldra [...] aider par emprumpt d’aucuns noz bons serviteurs et officiers, et sur nos bagues et vesselle [...], ce que nous aymons mieux faire que d’en charger nostredict peuple et subjectz ». Une même logique est à l’œuvre lorsqu’il s’agit des ressources complémentaires : une crue de taille est levée « après ce que avons touché à la vérité qu’il ne se y treuve aucun autre expédient »159. La conclusion est évidente : il n’est pas normal de taxer et le recours à l’impôt n’est pas naturel. Pour son ordinaire, le roi devrait effectivement vivre du sien et seules les contraintes extérieures obligent à l’impôt, d’où l’insistance sur les aléas diplomatiques et militaires. Le droit du roi sur les biens de ses sujets reste donc encore flou et surtout fragile. L’ambassadeur vénitien saisit mal les enjeux quand il croit pouvoir affirmer : « Les rois, en cas de guerre, [peuvent] se servir comme bon leur semble de la richesse de leurs sujets dont ils sont les maîtres absolus »160. Si certains abus pratiques sont manifestes, la théorie en revanche, encore en gestation, est loin de tels excès161. Mais y a-t-il en fait une justification théorique de l’impôt avant le XVIIIe siècle ? La richesse du pays, leitmotiv des auteurs du temps, n’autorise en rien un prélèvement. Dans les lettres royaux, le peuple, quand il n’est pas bon ou loyal n’est que « pouvre » et objet de « pitié et compassion ». Quant au commun profit, quoiqu’il transparaisse dans le souci royal d’assurer paix et prospérité aux sujets, il ne figure jamais en tant que tel.

  • 162 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 129.

79Pour autant le consentement des sujets a-t-il disparu ? Ce serait un sérieux recul théorique par rapport à la fin du Moyen Age et au principe du « Quod omnes tangit ab omnibus approbetur ». En fait ce consentement est toujours présent. Mais, à l’échelle du royaume, il ne se manifeste qu’une fois au cours du règne par l’intervention réelle des sujets, avec l’assemblée de 1527 réunie pour la rançon. En dehors de cela, dans les textes, il n’apparaît plus que grâce à une manipulation rhétorique, qui repose sur la répétition des « comme il est notoire » et « comme chacun scet ». Si, comme l’affirment des délégués aux États généraux de 1484, l’impôt prélevé d’autorité est un vol, le discours financier reste l’ultime lieu permettant de mettre en scène un consentement implicite. « Raconter ce que tout le monde sait ou a vu est un moyen de postuler l’existence d’un regard commun »162. Il suffit pour mettre à jour le mécanisme de remodeler la phrase : dire que tout le monde sait ce qu’on raconte est un moyen de postuler l’existence d’un accord commun. Èt ce parce que la situation décrite n’a qu’une issue logique, qui implique un prélèvement.

  • 163 Réflexions sur les relations entre libéralité et impôt dans Guéry, Roi dépensier, passim et en part (...)
  • 164 Cité par Knecht, Francis I and the « Lit de justice », p. 67. Guillart s’inscrit dans toute une tra (...)
  • 165 O.R.F., t. III p. 33 et 66.

80Que deviennent, dans cette perspective, le roi libéral et le roi chevalier, deux figures idéologiques (et pratiques) qui font les beaux jours de la monarchie du temps, modèles auxquels s’identifie à coup sûr François Ier ? Ils semblent au moins partiellement en contradiction avec le discours financier ici tenu163. La libéralité du roi, tout d’abord, ne saurait porter que sur ses ressources propres. Il ne peut être libéral avec l’argent des impôts qui doit payer les seuls gens de guerre. « C’est pécune publicque et sacrée » affirme en juillet 1527 le président Guillart164. N’y a-t-il pas lieu ici, pour les hommes de pouvoir qui savent ce qu’il en est, de redoubler de mauvaise conscience ? Quant à la posture chevaleresque, elle ne peut s’appliquer qu’à la défense par le roi en personne du royaume agressé. En soi la guerre est condamnable : « Sommes venuz à la guerre à nostre très grant regrect et desplaisir ». Les belliqueux jeux de Mars sont interdits au roi de France : « Nous n’avons jamais voulu que nostredicte armée ait faict jusques icy quelque exploict de guerre, comme elle eut bien pu faire, fors seulement garder nostredict royaume et subjectz »165.

  • 166 Voir dans un domaine en définitive pas si éloigné la réflexion de Chevalier, Bonnes villes, p. 290  (...)
  • 167 Cité par Guéry, Roi dépensier, p. 1257.

81Un patient travail de justification est donc à l’œuvre dans les ordonnances. En l'« absence » de destinataire, en quoi est-il nécessaire ? C’est que prélever pose un problème moral, donc religieux, pour lequel manque une réponse juridique argumentée. Il y a donc risque de péché166. Aussi est-ce devant Dieu, en dernière analyse, que la partie se joue. N’est-il pas d’ailleurs le seul auquel le roi ait effectivement à rendre des comptes ? La tradition, en ce domaine, est pesante. Au Haut Moyen Age, remarque Ferdinand Lot, « les rois eux-mêmes semblent considérer la levée de l’impôt comme une opération peu recommandable, tyrannique, comme un péché dont leur âme est chargée »167. Bien plus récemment dans l’histoire française, cette mauvaise conscience s’est manifestée lors de l’abolition des fouages par Charles V. Au fil des lettres de François Ier court aussi un permanent souci de justification.

2. Produire une demande juste

  • 168 O.R.F., t. I p. 192.
  • 169 Ibid., t. III p. 67.
  • 170 O.R.F., t. III p. 98.
  • 171 Ibid., t. IX p. 70 et t. III p. 175.
  • 172 A.C. Agen, BB 26 f° 290 (22-9-1540).
  • 173 Lecoq, François Ier imaginaire, p. 346.

82Ce n’est pas la raison d’État qui fait agir le roi de France. Le mot de raison n’est pas absent des textes, mais il y prend une toute autre valeur. Ainsi, pour les funérailles de Louis XII, François Ier a procédé « comme la raison estoit », le plus honorablement qu’il a pu168. La « raison » se veut ici dynastique et familiale. Elle touche à la justice, à l’honneur et au soin à rendre aux morts - une des sept œuvres de miséricorde - en fonction de leur état. Quand, en août 1521, le roi déplore la « rompture de paix », il affirme avoir tout fait pour l’empêcher et pour se « mectre plus que en [son] devoir, et avoir Dieu et la raison de [sa] part »169. Raison est ici entendue au sens de bon droit, de justice. C’est ainsi sans doute que l’utilise Versoris quand il évoque un prélèvement opéré par le roi « sans raison ». Cette dernière est associée à Dieu, auquel il n’est guère de lettre qui ne fasse allusion. Les récits offerts ont tous une forte connotation morale. D’où le vocabulaire utilisé pour évoquer les ennemis. Ils représentent l’injustice à l’état pur : « Non contens de ce qu’ilz en ont faict, qui a esté injustement et sans aucune raison ne occasion, se préparent et font groz appareil de retourner en nostred royaume »170. Leur intervention n’a pas de finalité politique précise : ils sont de simples agents destructeurs. Il faut empêcher que Charles Quint « ne ruyne, destruise et mecte en perte nosd roiaulme, païs et subgectz, comme il se jacte et vante tant en publicq que en privé ». En définitive, la France est victime de « dampnées machinations, conspirations et entreprinses [...] tendans à [la] piller, butyner, ruyner et destruire »171. Derrière l’ennemi, il y a Satan. En 1540, alors que le royaume est en paix, François Ier redoute « l’indiction de celui qui est ennemy et adversaire de paix »172. A plus forte raison est-il à l’œuvre en temps de guerre : il prend alors directement la forme de l’ennemi. « L’assimilation de l’adversaire à Satan [...] témoigne assez de la violence du ton dans les polémiques déclenchées par les guerres d’Italie »173.

  • 174 O.R.F., t. 1 p. 394.
  • 175 Davis (Natalie), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, 1988, p. 94.
  • 176 O.R.F., t. I p. 193 ; t. V p. 190.
  • 177 Davis, op. cit. p. 240.

83Face aux méchants, le roi de France plaide l’innocence et affirme : « Le fait et disposition desdictes guerres [...] n’a esté à nostre faulte et coulpe, ainsi que scet nostredict créateur »174. Face au jugement de Dieu, clairement sous-entendu ici, les sujets sont rhétoriquement pris à témoin de la pureté des intentions du roi. Mais, n’ayant pas voulu la guerre, le roi de France justifié a-t-il pour autant le droit moral d’imposer son peuple ? Un détour peut être éclairant. Dans les lettres de rémission du XVIe siècle, Natalie Davis constate l’absence du terme « repentir ». Au mieux le suppliant se dit-il « fort marry et desplaisant » ou plein de « grand regret et desplaisir ». Aucun ne se déclare repentant175. Or le discours monarchique reprend exactement ces termes. Le roi, à chaque demande de fonds, se déclare « très fort desplaisans et ennuyé de ce que par contraincte et nécessité il [lui] convient bailler [à ses sujets] ladicte charge », ou « ayans très grant regrect et desplaisir que lad somme ne peult estre moindre »176. Avec les préambules se dessine peut-être alors l’image d’un roi qui cherche à se faire pardonner pour l’argent qu’il prélève. Le rapprochement s’impose d’autant plus avec les lettres de rémission que les notaires et secrétaires du roi sont les rédacteurs des deux séries de textes. Voilà qui peut expliquer aussi pourquoi les formulations se répondent. Si le récit qu’ils mettent en forme fonctionne bien, le pardon n’est-il pas alors accordé de lui-même ? « Savoir façonner un récit à partir d’une action terrible permet de mettre une distance entre soi-même et l’événement, au pire en s’illusionnant, au mieux, en se pardonnant »177.

3. Produire un discours juste

  • 178 O.R.F., t. VIII p. 442.
  • 179 Ibid., tIV p. 46.
  • 180 B.N. fr 2940 f° 4.
  • 181 O.R.F., t. VIII p. 441.

84Pour parvenir à ce résultat, le roi, face aux « méchants » ses ennemis, doit apparaître pleinement bon. Loin des compromissions morales et des accommodements avec le ciel auxquels la pratique contraint parfois, le discours financier dans les préambules se doit d’être quasi angélique. Il s’y emploie de multiples façons. Tout d’abord, face à un adversaire aux sataniques motivations, les fondements du projet politique royal sont la paix, la justice, l’honneur ou l’amitié. Dans la conduite même des opérations militaires, le roi qui se refuse, on le sait, à « l’exploict de guerre », n’hésite pas, en Picardie, en 1537, à accorder une trêve à ses adversaires « pour aucunes bonnes causes, et mesmement pour le bien et soullaigement du paovre peuple d’icelle frontière qui tant a esté travaillé, tourmenté et foullé que c’est chose incréable »178. Jamais les difficultés et les défaites ne poussent les textes vers une logique du bouc émissaire, en particulier des ennemis de l’intérieur qui seraient ici jetés en pâture à la vindicte générale. Les coupables, car il y en a, sont les ennemis, rejoints une seule fois par un traître : le connétable de Bourbon « lequel, en grand ingratitude [...] s’est rendu de la part de nos ennemys chef et conducteur principal » pour l’armée qui envahit la Provence en 1524179. A cette exception près, les sujets ne sont jamais mis en cause. Pas même les officiers de finances sur lesquels les hommes de pouvoir font pourtant peser de lourdes responsabilités, comme on le verra. De même le roi n’exprime guère dans ses préambules le désir de vengeance qui figure par exemple dans la lettre « privée » destinée à Semblançay : « J’ay résisté [à mes ennemis] [...] et suis délibéré [...] les grever et endommager [...] pour venger mes pouvres subjectz »180. Une seule fois est évoqué le désir « d’endommaiger nostred ennemy ainsi qu’il nous [avoit] faict en nostre frontière de Picardye »181. Mais le mot de vengeance lui-même n’est pas prononcé.

  • 182 A.N. J 965, 4/1.
  • 183 Casati, Lettres royaux, p. 29. La date retenue par Casati (23-4-1515) est très certainement erronée (...)

85Enfin, et ce trait est sans doute décisif, jamais le roi ne profère la moindre menace contre d’éventuelles réticences à payer de la part de ses sujets. Or cette dimension se fait au contraire insistante lorsque le roi adresse une demande de fonds à un destinataire précis. La lettre envoyée à chaque prélat du royaume le 6 septembre 1521 pour le solliciter de prêter illustre cette différence de ton : se dérober serait une faute, « car si vous le faisiez, vous nous donneriez occasion de n’estre jamais plus content de vous »182. Ecrivant à Gênes pour obtenir un « don et octroy » de cent vingt mille écus au début de son règne, François Ier espère que ses sujets de la cité de Saint-Georges l’accorderont de bonne grâce, « sinon ilz en auraient à jamais regret et lui desplaisir »183. Il est vrai que le traitement appliqué aux sujets d’outre-monts diffère probablement de celui qui est à l’œuvre dans les préambules étudiés ici, qui ne concernent que les sujets « de deçà ». Le monde des ordonnances est donc pur, sans compromis, il évacue toute évocation d’un rapport de force entre souverain et sujets. Il ne s’agit pas du tout de consignes pour préparer les négociations réelles, par exemple avec les États provinciaux. Sans véritables enjeux terrestres, les préambules sont écrits par ceux qui prélèvent sous le regard de Dieu. C’est ainsi qu’il faut y lire le discours financier de la monarchie, un discours qui tente de régler de façon rhétorique la délicate question morale et religieuse que pose l’existence même du prélèvement.

III. Les hommes d’argent comme cible

A. Le pouvoir politique en action

  • 184 Il y aurait beaucoup à dire, par ailleurs, sur le rapport à l’argent dans la société du temps, qu’i (...)

86La posture du roi-juste qui triomphe dans les « lettres royaux » ne fait cependant pas disparaître totalement le sentiment de culpabilité. La mauvaise conscience face au prélèvement reste présente. Une solution s’offre au souverain : déplacer la culpabilité hors de l’appareil monarchique ou la circonscrire à l’intérieur de celui-ci. Le pouvoir se met à désigner à son tour des comportements moralement condamnables en matière de maniement d’argent184. Il lui reste alors à châtier les coupables et à moraliser les pratiques sociales pour reconquérir son prestige et accomplir pleinement sa fonction éthique.

1. L’argent impur

  • 185 B.N. fr 3048 f° 1.
  • 186 Isambert, Recueil, t12 p. 560.
  • 187 Hocquet (Jean-Claude), « L’impôt du sel contre la modernité de l’État », dans Genêt, L’État moderne (...)

87Le jeu offre un excellent exemple de transfert de culpabilité. Lorsque Duprat évoque les taxes parisiennes destinées à la rançon, il affirme qu’elles ne dépasseront pas cinquante écus par tête, et ajoute : « On les joue bien à ung soir aux cartes ou aux dez »185. En tentant de dévaloriser la moralité des futurs payeurs, le chancelier, pour cette demande pourtant très légitime, ne cherche-t-il pas à faire contrepoids à la mauvaise conscience induite par le fait de prélever ? Du prélèvement justifié par le jeu, on passe, avec l’instauration de la blanque en mai 1539, à l’innovation financière destinée à moraliser le jeu : ce dernier entraîne la perte de biens pour certains particuliers et est source de blasphèmes. Aussi, « pour faire cesser lesdits inconvéniens [...], ne se trouveroit meilleur moyen que de permettre et mettre en avant quelques autres jeux et ébatemens, esquels nous, nosdits sujets et chose publiques ne pussent recevoir aucun intérest [au sens de préjudice] »186. C’est donc le souci du bien commun qui fait ici agir la monarchie. Deux siècles plus tôt, l’attachement à cette même valeur avait entraîné l’intervention royale dans le trafic du sel en raison de la spéculation et des problèmes d’approvisionnement187.

  • 188 O.R.F., t. VI p. 256.
  • 189 B.N. fr 5086 f° 36.

88Les deniers publics eux-mêmes ne sont pas à l’abri de manipulations douteuses en ce domaine. L’interdiction de jouer avec eux est une nouvelle fois rappelée le 14 juin 1532188. Elle n’est pas vaine, comme en témoigne un épisode un peu antérieur. Les trésoriers des guerres René Thizart et Jehan Gro-lier viennent exposer au roi la faute commise par Pierre Godefroy. Il s’agit d’un de leurs clercs, envoyé vers les receveurs des aides et tailles de Meaux et Château-Thierry pour recouvrer une assignation. « Lequel Pierre Godefroy retourné en [la] ville de Paris, fut affronté et persuadé par Pierre Legras, marchant de [la] ville, qui le mena couscher en sa maison puis l’instiga et enhorta de jouer, et de luy eut aud jeu la somme de sept à huit cens escuz solleil [des] deniers ordonnez pour le payement [des] gens de guerre, et dont led Pierre Godefroy ne pouvoit user ne disposer ». Le roi commet alors huissier et sergent pour recouvrer l’argent189. Mais c’est bien du temps perdu, et de l’énergie aussi, alors que les nécessités sont pressantes. Ici victime du jeu et de la malignité de ses sujets, le souverain sait parfois les utiliser à son profit. Mais son intervention n’est valide que s’il agit toujours en vue d’un meilleur fonctionnement social.

  • 190 Bouchet, Annales, p. 371.
  • 191 O.R.F., t. 111 p. 235. A cette occasion, les cas de quatre « usuriers » sont évoqués : trois marcha (...)

89Ce faisant, il sert son peuple, qui ne peut autrement retirer que déboires de la pratique du jeu. Il le sert plus encore en poursuivant avec conviction les « usuriers » au cours du règne. Les mentalités administratives manifestent la persistance de ces procédures par l’inclusion de lettres de poursuites dans les formulaires. La pratique reste effectivement courante. Le chroniqueur Jehan Bouchet évoque des lettres patentes de juin 1522 décernées à Lyon par le roi « pour s’enquérir de ceux qui notoyrement commettoient usures »190. Les commissaires, aux dires de Bouchet, font du zèle, ce qui donne lieu à des abus. Et les accusés se défendent, ce qui oblige le roi à intervenir derechef. Le 20 mars 1523, les appels des sentences de Jean de la Roche, seigneur de la Rochebeaucourt, gouverneur d’Angoumois et commissaire sur les usures en Périgord, Saintonge et Angoumois, sont évoqués au Grand Conseil. Les lettres rappellent à cette occasion que les poursuites sont générales, faites « en plusieurs et divers lieux et endroictz [du] royaulme »191.

  • 192 Versement de fonds par acquit du roi du 2-8-1532 : A.N. J 958 n° 4, dépenses, n° 1. Voir aussi le m (...)
  • 193 Si le Jehan Houel de l’affaire est bien le même que Jehan Houet, marchand bourgeois de Paris cité e (...)
  • 194 C.A.F., t. IV n° 13877 (28-5-1544).
  • 195 C.A.F., t. V nos 14977 (9-4-1546) et 15212 (9-7-1546).

90L’opération est renouvelée à partir de 1532. Une commission est mise sur pied, qui se compose de quatre conseillers au Parlement de Paris (Jehan Prévost, Jacques Mesnager, Nicole Quélain et Pierre de l’Estoile), flanqués d’un greffier, Michel Fontenay, procureur en Parlement192. Des arrestations ont lieu vers le mois de juin dans la capitale. Parmi les emprisonnés, Jehan Brice, les frères Danès, et Thomas Turquam. Pour l’ensemble des poursuites, douze noms sont connus, la plupart, outre les chroniques, par le versement de leur amende en 1535. Un seul n’est pas parisien (Claude Berthier, de Troyes), et tous sont des marchands193. Ainsi l’action de la commission est-t-elle plus circonscrite qu’en 1522-1523, en l’absence d’allusion à des activités provinciales. Mais elle paraît aussi plus efficace. Il semble en fait que des commissaires sur le fait des usures soient restés en activité sur l’ensemble du royaume. En 1544, le roi leur renvoie une requête visant un marchand clandestin et usurier, Pierre Vasseur194. En ce milieu des années quarante, les usuriers du gouvernement de Guyenne sont particulièrement visés et le président au Parlement de Bordeaux René Brinon est commis à leur poursuite195.

  • 196 Dumoulin, Contractz, f° 126 v°.
  • 197 Spont, Documents, p. 336 (article IV).
  • 198 Bodin, République, p. 893.
  • 199 Claude de Rubys cité dans Doucet, Grand Parti, 1re partie, p. 496.

91Outre les amendes, les usuriers sont condamnés à rendre leurs usures : Bouchet le rappelle en 1522, le Bourgeois de Paris en 1534. La mesure est traditionnelle, et Charles Dumoulin prône toujours en 1547, pour ceux qui font profession « d’usure improbe, infame et damnable », la restitution « aux paovres par eulx pillez ou destruicts »196. Le risque de voir une telle décision prise à rencontre des créanciers du roi qui exploitent sa détresse financière n’est pas complètement absent. Dans son interrogatoire, Semblançay fait allusion à la possibilité que « ceulx qui ont heu et prins intérestz du Roy fussent tenuz les rendre »197. Le sentiment est largement répandu que les rois « payent usures excessives de tous costes »198. Du moins la fin (provisoire) de l’histoire est-elle morale : les particuliers qui, dans le cadre du Grand Parti, ont prêté au roi à des taux élevés sortent ruinés de l’opération « pour avoir voulu exercer une usure si exorbitante avec leur roy et telle que les payens même n’en souffrirent jamais de pareille »199. L’immoralité de l’usure contre laquelle le roi lutte en faveur de ses sujets, mais que ses nécessités financières l’obligent à subir, n’a donc pas le dernier mot. Force reste à la pureté…

2. La mise en cause des officiers de finance

  • 200 A titre d’exemples, les remarques de Monluc et de Boyvin. Le premier, évoquant les trésoriers, préc (...)
  • 201 Cité et resitué par Spont, Semblançay, p. 208.
  • 202 O.R.F., t. VI p. 244 (1-6-1532).

92Un grand nettoyage est aussi nécessaire au sein même de l’appareil monarchique. Les fauteurs de troubles y sont rapidement localisés, en la personne des manieurs de fonds. Les officiers de finance sont des voleurs. Le thème, bien qu’il ait déjà servi, conserve cependant encore une certaine fraîcheur. Au fil du siècle, il deviendra d’une grande banalité200. C’est pendant le règne de François Ier que les membres du Conseil semblent prendre, après une longue éclipse depuis Jacques Cœur, une conscience aiguë de cette réalité. Le témoignage du Journal de Louise de Savoie en fournit un bel exemple. « L’an 1515, 16, 17, 18, 19, 20, 21 et 22 [...] fusmes continuellement desrobez par gens de finances » et ce sans que le roi et les siens puissent y « donner provision »201. Est-ce à dire qu’ils sont impuissants ? Certes non. Mais la prise de conscience de Louise, qui se noue autour de 1522-1523, conduit à une relecture de la période antérieure et rend plus insupportables encore les forfaits commis, comme en témoigne l’obsédante répétition des années. Elle manifeste la profondeur de la crise de confiance du pouvoir envers son personnel ou du moins une part notable de celui-ci. Il est donc nécessaire de faire justice, de faire rendre gorge aux prévaricateurs. Agir ainsi, c’est pour François Ier manifester une véritable sollicitude envers ses sujets, victimes des agissements des gens de finances plus encore que lui-même. Car les receveurs volent le peuple « pour soutenir le gros estât qu’ilz meinent, non se contentans de vivre en la parsimonie de ce que leurs biens et gaiges peuvent porter »202. La chambre de justice et la recherche des financiers sont de bons instruments pour restaurer l’ordre social perverti par un enrichissement trop rapide, excessif et frauduleux.

  • 203 Ibid, p. 246 et sq.
  • 204 Voir Jouanna, Ordre social, p. 127-128 et Fogel (Michèle), « Modèles d’État et modèle social de dép (...)
  • 205 Cité dans Dubost (Jean-François), « Absolutisme et centralisation en Languedoc au xviie siècle », R (...)
  • 206 Isambert, Recueil, t11 n° 46.
  • 207 Bourgeois de Paris, Journal, p. 50-53.
  • 208 Meynial, Etudes sur l’histoire financière, p. 471. Le texte, outre les aspects somptuaires et le dé (...)

93Pour contrôler les manifestations extérieures de ces excès, le souverain promulgue le 8 juin 1532 une ordonnance somptuaire qui vise expressément les officiers de finance203. L’immoralité sociale en ce domaine doit être soigneusement réfrénée. Interdiction du drap de soie, des « fourures de martres, zeblines ou de pays, loups cerviers et genettes noires ou autres », des chaînes d’or de plus de dix écus, des bagues et pierres de plus de trente écus. A suivre la lettre du texte, les mesures prises ne concernent que ceux des officiers qui en font trop, et non le groupe en tant que tel. Le roi paraît distinguer soigneusement les dépenses somptuaires financées par l'« ancien patrimoine » des officiers et celles qui découlent de leurs malversations. Dans le premier cas, une dispense pourra assouplir la rigueur de l’ordonnance. Cependant la violence de la condamnation et la généralisation des soupçons à l’ensemble du groupe emportent aisément cette frêle distinction. En définitive, tous sont visés, puisque tous sont coupables d’une façon ou d’une autre. Les mesures somptuaires sont un lieu commun de la pratique socio-politique de la monarchie204. Richelieu en 1624 considère « l’excès de luxe » qui entraîne une confusion complète entre les états comme un des deux signes les plus nets de la décadence de l’État, l’autre étant la faiblesse même de l’autorité royale205. Sous François Ier, la référence en matière de législation somptuaire est un texte de Charles VIII du 17 décembre 1485206. Le 18 février 1517 paraît une ordonnance qui prohibe les importations de draps précieux. Outre sa dimension « pré-mercantiliste », elle dénonce chez certains la « superfluité et désordre des habillemens, [...] qui ne convient porter à leur estât »207. Ce n’est cependant qu’à partir de 1543 que les textes se multiplient. On en compte dix jusqu’en 1606. En ce domaine, la demande sociale est forte : les États d’Orléans et de Pontoise s’en sont fait l’écho. Mais l’initiative de 1532 offre ceci de particulier qu’elle vise un groupe spécifique et non, comme en 1485, l’ensemble des roturiers. La force du ressentiment des hommes de pouvoir est mise en évidence par cette focalisation sur les officiers de finance. Pour Meynial, c’est « le document qui révèle le mieux l’irritation du roi » à leur encontre208.

94La remise en cause de la gestion des officiers débouche finalement sur toute une série de condamnations. Les aspects pécuniaires ont déjà été évoqués. Mais ces arrêts ont une autre dimension. Ils servent à manifester à la fois le déshonneur des coupables et le retour à l’ordre social, grâce à une cérémonie traditionnelle : l’amende honorable, qui donne à voir publiquement, dans un même mouvement, la gravité des larcins, l’efficacité de la justice et le repentir des fautifs. Les sources ne fournissent de renseignements que sur cinq de ces amendes. Dans la mesure où il s’agit parfois du seul texte de l’arrêt, l’exécution n’est pas certaine. L’amende honorable requise contre Besnier a eu lieu en août 1532, celle de Lallemant le jeune le 12 mai 1535. Celle de Ruzé (en 1536) est probable, celle d’Henri Bohier (en 1530) possible. En revanche celle qui est décrétée à rencontre de Guillaume de Beaune n’a jamais eu de suite.

  • 209 Voir B.N. fr 3876 f° 297 (Lallemant) et fr 17527 f° 187 v° (Bohier) ; A.N. J 958 n° 14 (Ruzé) ; Car (...)

95Effectives ou non, ces cinq liturgies judiciaires peuvent être analysées ensemble209. La procédure se structure autour de deux séquences centrales. L’une semble valoir pour tous : le condamné, nus pieds et nue tête, portant une torche de trois ou quatre livres, sort de la Conciergerie où il est enfermé pour venir s’agenouiller sur le perron de marbre situé au pied des grands degrés de la porte du Palais. Là, il demande pardon à Dieu, au roi et à la justice. La disparition de l’arrêt contre Besnier fait que manquent dans son cas les précisions concernant l’agenouillement et la formule prononcée. Mais il ne peut s’agir que d’une lacune des sources, le rituel étant ici parfaitement rodé. Il connaît cependant quelques ajouts. Ainsi Besnier a-t-il « la corde au col » au cours de la cérémonie. Quant à Lallemant et Ruzé, ils subissent en outre un passage par la Chambre des comptes. L’arrêt très explicite du premier précise que, dans le grand bureau, les faux dont le condamné a été reconnu coupable seront lacérés en sa présence.

  • 210 Bourgeois de Paris, Journal, p, 313 : « Fut condamné le dict maistre Jehan Ruzé, recepveur général, (...)

96Tout ceci se déroule dans un espace relativement clos, l’enceinte du Palais de la Cité. Pour donner tout leur retentissement aux condamnations, un passage dans l’espace public de la capitale s’impose. Trois condamnés sont donc conduits jusqu’au pilori, près des Halles. Pour Bohier et Ruzé, les sources n’évoquent pas cette séquence. Pourquoi sont-ils épargnés ? Jehan Ruzé a déjà pris part en 1529 à l’amende honorable d’Emery Lopin, le conseiller juridique de la famille de Beaune210. C’est peut-être ce qui incite les juges à rendre moins rude le rituel imposé par sa propre condamnation en 1536. Par ailleurs, celle-ci est la dernière qui est prononcée par la Tour Carrée : la virulence de la commission a pu s’atténuer. Le cas d’Henri Bohier est peu clair en raison de l’imprécision des sources. Peut-être est-ce l’intervention du chancelier Duprat en sa faveur qui explique cette absence. Quant aux trois autres, une charrette ou un « tumbereau » les mène, en compagnie du bourreau, jusqu’au pilori autour duquel ils doivent être tournés trois fois. Ils regagnent ensuite la Conciergerie. Pour Besnier, la richesse des mentions permet d’envisager en fait un cérémonial un peu plus riche, à supposer que les précisions apportées soient exactes. La Cronique du roy Françoys Premier affirme qu’il a été « condamné à estre trainé sur une claye [...] jusques au pillori dudict lieu, où illec fut tourné trois tours et depuis ramené en ladicte conciergerie en ung tumbereau où l’on mène les fanges et boues de Paris ». D’après une lettre adressée à l’évêque d’Auxerre François de Dinteville, Besnier a été « mené par tous les carrefours de Paris » avant de venir au pilori. La rudesse de l’humiliation subie a-t-elle à voir avec la mort du condamné dès le mois suivant, en septembre 1532 ? Rien ne permet de l’affirmer et le Bourgeois de Paris attribue son décès à la peste.

  • 211 Bourgeois de Paris, Journal, p. 440.
  • 212 Voi r les analyses de Gauvard (Claude), « De Grâce espécial » Crime, État et société en France à la (...)

97Le traitement le plus infamant est destiné à Guillaume de Beaune, condamné à être « flétry au front d’une fleur de lys de fer chaud », apparemment sur le pilori. Mais il s’agit d’un arrêt contre un contumace, qui n’a pas de suite. La violence de la sentence ne s’exprime-t-elle pas d’autant plus qu’elle n’aura pas à être appliquée ? Les amendes honorables de trois « courtiers des usures » en décembre 1534 peuvent être comparées à celle des officiers de finance. Elles sont mal connues mais la dimension religieuse est fortement soulignée par un passage, après la « pierre de marbre » du Palais, devant Notre-Dame de Paris211. Outre le spectacle offert à l’édification des spectateurs, l’amende honorable se veut aussi une cérémonie de purification, qui tend à la pénitence publique. Ceci passe par une inversion des conduites qui ont rompu l’ordre de la société. A forfait dissimulé, réparation au grand jour, à crime contre le roi et les sujets, cérémonie devant le temple de la justice du royaume, à péché par désir inconsidéré d’élévation et d’enrichissement, humiliation et honte profonde212.

  • 213 Bourgeois de Paris, Journal, p. 409.
  • 214 Ibid., p. 307 ; Versoris, Livre de raison, p. 199. Les sources diffèrent sur le couvre-chef du cond (...)

98Corollaire quasi systématique de l’amende honorable, la privation d’office est mentionnée dans tous les cas, celui de Jehan Ruzé excepté. Il fait ici encore figure de « privilégié ». En revanche, la privation de tous honneurs, en particulier la réduction à l’état roturier, ne concerne que les condamnés à mort, Semblançay et Jehan de Poncher. Avec un nouveau problème posé par Henri Bohier, pour lequel un document porte trace d’une telle mesure. Il est vrai que le Bourgeois de Paris se fait l’écho d’une rumeur selon laquelle Bohier aurait d’abord été condamné à être décapité, puis aurait été gracié à la suite de l’intervention de Duprat213. Le mode d’exécution évoqué complique encore l’affaire, car la perte de la noblesse implique une mise à mort par pendaison. Le dossier reste donc ouvert. Sur le chemin du gibet les condamnés à mort sont accompagnés par un rituel qui peut s’apparenter à l’amende honorable. En l’absence de sources concernant Poncher, seul le traitement réservé à Semblançay, le 12 août 1527, est connu. Il est d’abord « défait et desvetu de l’orde de chevallerie ». Puis par trois fois, de la Bastille à Montfaucon, « luy fut faict son cry », un « cry fort inhomineulx, c’est asçavoir pour les pilleries et larcins commis des deniers du Roy », qu’il écoute tête nue214. Déshonneur, forfait exprimé devant tous et attitude du condamné répondent aux procédures déjà évoquées.

  • 215 Favier, Marigny, p. 217.
  • 216 Spont, Semblançay, p. 263-264.
  • 217 Guiffrey (éd), Cronique, p. 109 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 462. Rey (Auguste), Fin de Ponche (...)
  • 218 Spont, Semblançay, p. 275 note 4.

99Mais, avec l’exécution capitale, l’infamie va beaucoup plus loin que la pire des amendes honorables. La justice et le pouvoir s’acharnent à cette occasion sur les corps des suppliciés. Marigny était resté deux ans pendu au gibet avant de trouver la paix d’une sépulture chrétienne215. Sous François Ier, les cadavres donnent lieu à de véritables luttes. Les serviteurs de Semblançay font inhumer ses restes à Sainte-Catherine-du-Val-des-Ecoliers. Duprat réclame leur exhumation, le retour au gibet et la punition des coupables216. Mais ces velléités n’ont pas de suite. Il n’en va pas de même pour le corps de Jehan de Poncher en 1535 : « Depuis [la pendaison], par ses amis fut despendu, et, affin qu’il ne fust cognu, on luy couppa la teste, et son corps mis et gecté en ung marescaige ; et depuis la court, advertie de ce, ordonna qu’il seroit de rechef pendu audict Monfaulcon, ce qui fut faict ». Ce récit est repris dans une autre chronique : « Trois ou quatre jours après qu’il fut pendu, fut secrètement dépendu et enterré aux champs, là où il fut trouvé, et rependu à chaisnes de fer. Mais il fut mis en pièces et osté de là, tellement qu’on ne sceut qu’il devint »217. Le combat autour des corps est donc sans merci. Ceux-ci sont en partie dévorés par les animaux : « Le corps d’icelluy Semblançay avoyt esté trayné dedans les vignes, dessiré et desmembré par les bestes auprès d’un village nommé Panthin ». Il est possible que le cadavre de Poncher ait ainsi fini. Ce sort atroce est le complément d’une mort infamante. Jehan Prévost, qui a la dent dure et déteste les Bohier, aurait souhaité, dans le cadre des poursuites, faire « déterrer les os du corps de feu messire Thomas Bohier [mort en 1524] pour les faire pendre au gibet »218. La démarche suit la même logique, avec ici en plus l’accomplissement d’une vengeance personnelle, fort éloignée de la sérénité que doit manifester la justice. Mais, avec l’implication directe du chancelier, sans parler de celle du monarque, la vengeance est-elle totalement absente au niveau même de l’État ?

  • 219 B.N. fr 3943 f° 65.
  • 220 Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.
  • 221 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 108 et 136.

100Un dernier corps fait l’objet d’une décision judiciaire : celui de Gaillard Spifame, mort le 25 ou le 26 mars 1535 à la Conciergerie. Par arrêt de la Tour Carrée du 3 mai suivant, le cadavre est délivré à l’huissier Bachelier « pour icellui faire inhumer et enterer au cymetière en la fosse de Saincte-Catherine, rue Sainct-Denis, où led Bachelier le fera porter de nuit et à la lanterne, sans que lors ne après soit faict aucun cry, convoy, armoyrye ne aultre pompe funèbre »219. La fosse Sainte-Catherine, c’est « la fosse des misérables » du cimetière des Innocents. Les juges semblent cependant avoir fait preuve d’une relative indulgence, car ils avaient d’abord envisagé de pendre le cadavre, sans doute à Montfaucon220. La question de la gravité du traitement réservé à Spifame est compliquée par un doute sur la nature de son décès : mort accidentelle, comme le croit le Bourgeois de Paris ou suicide, parce qu’il se savait à la veille d’une rude condamnation, peut-être d’une exécution, comme l’affirme la Cronique du Roy Françoys Premier221 ?

  • 222 Voir les textes des 30-3-1515 (avènement), 25-9-1523 (trahison de Bourbon), 14-2-1525 (campagne de (...)

101Le retour à l’ordre implique donc une forme de violence de la part du pouvoir, violence purificatrice, à la fois symbolique et physique. Cette violence ne peut s’exercer qu’avec l’appui de Dieu, car l’ordre social est un ordre moral, donc un ordre divin. La dimension religieuse n’est pas réservée au discours financier. Dans les comportements, le recours à une chambre de justice manifeste le souci de l’expiation des péchés commis, et la multiplication des réformes implique toujours chez ceux qui les mettent en œuvre la nécessité d’une conversion. L’importance attachée, à chaque période de tension, à la lutte contre les blasphèmes met en évidence cette omniprésence du religieux dans les comportements politiques222.

  • 223 B.N. fr 3048 f° 85 [2-6-(I528) J ; A.N. KK 352 f° 31 v°. Le Grand Conseil déclare Acarie « incapabl (...)

102Cependant, à un degré inférieur de la hiérarchie des offices, les enjeux politiques et religieux sont moins présents. Il est possible à ce niveau de substituer de beaux écus au rituel déshonorant. Jacques Acarie, trésorier des offrandes, est condamné en 1528 par le Grand Conseil à cinq cents lt d’amende « prouffictable » et à l’amende honorable. Pour éviter cette dernière, Acarie propose de verser mille lt de plus. Le chancelier Duprat pousse à accepter cette proposition. Son argumentation repose sur l’urgence : « Vous voyez les affaires dud seigneur » rappelle-t-il à Montmorency. L’accord est donné et les 1 500 lt tombent dans la caisse des Parties casuelles223. La même procédure a pu avoir lieu pour d’autres victimes. Même (surtout ?) pour les manieurs de fonds, plaie d’honneur est plus grave que plaie d’argent. D’où, de l’autre côté, le souci de la monarchie de voir se dérouler au moins quelques cérémonies expressives et humiliantes à souhait.

  • 224 B.N. Dupuy 623 f° 33 v°.

103L’impossibilité ou le refus, au-delà des lois somptuaires, de faire peser ce fardeau sur tous les officiers de finance entraîne une focalisation de l’action judiciaire sur quelques ténors du milieu, qui a valeur d’exemple et d’édification pour les gens de finance et pour le peuple tout entier. L’usage interne des mesures prises, répressives et réformatrices, apparaît aussi dans la demande que fait en 1532 le roi à Pierre Lizet, le président de la Tour Carrée, de l’avertir « des moyens [de] rendre plus craintifz les comptables à l’advenir ». La réponse de Lizet met en avant non des mécanismes techniques, mais l’amélioration morale des agents. Le meilleur remède est dans la loyauté des officiers et dans la diligence de ceux « qui ont la charge de la contraincte », c’est-à-dire ceux qui les contrôlent224. A usage externe, c’est-à-dire en direction de l’ensemble des sujets, la monarchie, en s’attaquant à son personnel comme aux usuriers, se présente comme celle qui rétablit un tissu social menacé par les abus et les excès des gens de finances. Elle vise, ce faisant, à créer un consensus social sur leur responsabilité dans les aléas de la politique financière. Mais la « réponse » des sujets ne rentre pas toujours dans le cadre que la monarchie tente d’imposer.

3. L’officier de finance bouc émissaire : un calcul politique ?

  • 225 Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.
  • 226 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 23.
  • 227 Champollion-Figeac, Captivité, p. 395.
  • 228 B.N. fr 3048 f° 183.

104La mise en cause par le pouvoir politique des gens de finances dans les échecs et les dysfonctionnements du règne est une pratique courante. L’angélisme du « discours financier », imposé par des préoccupations élevées mais fort spécifiques, n’a plus cours ici. Ainsi la monarchie fait-elle retomber sur l’administration de l’Extraordinaire des guerres, au premier rang de laquelle figure Gaillard Spifame, la défaite de Pavie. Spifame est emprisonné, « chargé d’avoir dérobbé des deniers du Roy plus de trois ou quatre cens mille francs quand il avoit la charge de l’extraordinaire des guerres, [...] parquoy avoit esté cause de la perdition de la guerre et journée à laquelle le Roy fut prins, par faulte de payer les gens d’armes »225. Or les causes de la défaite sont beaucoup plus à chercher du côté de la stratégie et de la tactique du roi et de son conseiller Bonnivet que dans des difficultés de financement. Cette accusation tardive sert à l’évidence à déplacer les responsabilités. Même chose, dans l’instant, pour le Conseil et la régente au milieu de 1525. En juillet, les autorités feignent de découvrir que les troupes n’ont pas été payées depuis longtemps par la faute des trésoriers, alors que les fonds destinés à la solde sont systématiquement mis en réserve pour pouvoir faire face à des besoins imprévus226. Faisant l’éloge de sa politique devant le Parlement, en novembre suivant, Louise de Savoie fait remarquer que, « depuis la prinse dudict seigneur, elle n’avoit fait aucuns emprunts sur le peuple, ne pris aucuns deniers sur les gens d’église, ne argent à interest, ne usure, ne autrement, comme avoient parcy-devant fait les gens de finances »227. L’officier de finance est donc appelé à servir de cible pour les mécontents. Il est plus difficile de savoir si les critiques de Duprat dans les années 1527-1528 sont ainsi biaisées. Du moins ne manquent-elles pas. En octobre 1528, se démenant pour payer des lansquenets, le chancelier constate : « Le Roy ne feust en ceste peyne si ses financiers alloient le droit chemyn »228.

  • 229 Barrillon, Journal, t. I p. 281.
  • 230 B.N. fr 2963 f° 181 ; Rott, Représentation, t. I p. 394.

105Les reproches ne concernent pas les seules opérations militaires. En 1517, ce sont les officiers des monnaies qui sont mis en cause dans un discours de Duprat aux notables : « Au fait des monnaies, il y a un grand abus et désordre [...] lesquels abus sont venus par la faute, négligence ou coulpe des officiers »229. En 1531-1532, c’est la fuite de Sapin qui justifie toutes les difficultés financières, depuis les problèmes du versement à Charles Quint du solde de la rançon jusqu’au retard des pensions. Face aux Suisses toujours avides, et qu’il faut combler d’or, les trésoriers font d’excellents boucs émissaires. L’ambassadeur Lamet se charge de leur dispenser la bonne parole en ce domaine. En juillet 1521, alors que des versements se font attendre, il a « fait en sorte que les sgrs des ligues ont bien congneu que la faulte venoit des trésoriers qui en avoient la charge ». Douze ans plus tard, le contentieux s’est alourdi. Lamet, de retour dans les Cantons avec quelques fonds, met les retards et la faiblesse des payements du roi sur le compte de Lambert Meigret, qui vient de mourir, et de la corruption générale des finances. Il affirme que les sommes ordonnancées par le roi èt le Conseil subissent une déperdition d’un tiers avant d’atteindre leur destination230.

  • 231 A.N. J 818 n° 2.
  • 232 O.R.F., t. VI p. 154 et 155.
  • 233 B.N. fr 3876 f° 297 ; fr 4310 f° 76 ; Dupuy 38 f° 227 ; Joly de Fleury 2504 f° 71.

106Un tel climat rend logique le désir du pouvoir, à partir des années vingt, de mettre fin aux forfaits commis. Les coupables sont clairement désignés le 4 avril 1530 : « Nous, nostre royaume et subjectz [avons] beaucoup souffert, perdu et enduré à faulte d’avoir esté secouru du nostre en temps et lieu, de ceulx qui avoient de nosd deniers entre mains, dont aucuns les recelloient ». Ce qui contraint le roi à emprunter : faute de disposer de ses propres deniers, « luy a esté nécessité souvent prendre argent à grant intérest »231. Tout ceci dépasse l’interprétation du seul épisode de Pavie pour s’ériger en vérité générale. Les officiers sont condamnables, « actendu le gros mal et inconvénient qui est advenu en nostre royaume par leur faulte »232. Les manieurs de fonds sont présentés comme collectivement responsables des déboires subis. Ce discours est destiné aussi bien aux étrangers, en particulier les alliés qui pestent contre les mauvaises manières françaises, qu’aux sujets. Pour ces derniers, il est diffusé non pas tant à travers les ordonnances que dans le cadre même des procédures judiciaires impliquant les officiers. Outre les cérémonies, des amendes honorables aux exécutions, sans parler des arrestations, les arrêts eux-mêmes, repris et copiés, font l’objet d’une certaine publicité. Quatre versions au moins de celui qui frappe Jean Lallemant le jeune, qui n’est pourtant pas un des hommes les plus en vue du groupe, sont ainsi conservées233.

  • 234 Versoris, Livre de Raison, p. 114, 119, 120 et 121.
  • 235 Spont, Semblançay, p. 206 et note 3.
  • 236 R.D.B.V.P., t. I p. 291.
  • 237 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 98.

107Les gens de conseil sont confrontés à la nécessité de mettre en avant des coupables parce qu’ils trouvent en face d’eux un autre discours, dans lequel les responsabilités sont situées à un autre niveau. L’analyse du sentiment qui prévaut dans la population ne peut être conduite qu’à Paris, et elle repose sur des témoignages peu nombreux, au premier rang desquels s’impose celui de Versoris. La grogne face aux prélèvements conduit à critiquer les choix du pouvoir politique. Or les cibles ne sont nullement les gens de finances, mais le Conseil et le roi, auxquels s’ajoutent parfois les commissaires directement chargés des levées. C’est parmi eux, à la fin de 1521, entre le président Guillart et l’archevêque d’Aix Pierre Filhol, que figure Semblançay, seul officier en cause. Pour le reste, en 1521-1522, les responsables sont « ceulx qui avoient ce consillé le Roy », « le Roy et son conseil » qui ont « trové manière de contraindre les bourgois et habitans de Paris », le conseil encore qui, aux dires du chancelier, remontre au roi qu’il « ne povoit trouver manière plus honneste d’avoir argent »234. En mars 1524, François Ier se croit obligé de venir rendre compte de sa politique devant la municipalité parisienne. Est-ce par coïncidence que s’ouvre précisément alors la procédure comptable contre Semblançay235 ? Le fusible est clairement désigné. Sans grand succès pour l’heure car, après Pavie, les Parisiens déplorent le rôle des favoris dans le Conseil, non celui des financiers. Les délégués envoyés à la régente par la capitale, le 19 avril 1525, « luy supplièrent qu’elle voulsist dès or mais soy conduire par bon conseil et bon nombre et non par ung, deux ou trois, car l’on a veu les inconvénients advenuz »236. Les favoris sont donc responsables du désastre. Aux premiers rangs d’entre eux figure Bonnivet, d’autant plus facile à accuser qu’il est mort sur le champ de bataille, mais aussi le chancelier. C’est seulement comme séides du pouvoir que certains financiers comme Prévost ou Babou sont dénoncés237.

  • 238 Champollion-Figeac, Captivité, p. 374-375.
  • 239 Spont, Semblançay, p. 243, notes 2 et 3.
  • 240 R.D.B.V.P., t. I p. 292.
  • 241 Aucune allusion à une quelconque ferveur dans le Bourgeois de Paris, Journal, p. 283-284. A la fin (...)
  • 242 Versoris, Livre de Raison, paragraphe 424.

108L’impopularité de Duprat est grande : Versoris en fait un « homme fort hay et mal voullu en France, fort ambicieux et hay du peuple et de Paris ». Un « tract » de 1525 le dénonce comme père des expédients fiscaux : francs-fiefs, nouveaux acquêts, croisade, saisie de la grille de Tours…238. Dans les années 1527-1528, les ambassadeurs étrangers se font l’écho de ce phénomène, et reprennent à leur compte ce jugement sévère. Ne va-t-on pas jusqu’à faire porter le poids de l’échec à Naples aux « faultes et longueurs dudit chancelier »239 ? En fait, c’est la popularité même du souverain qui est en cause. Lorsque les délégués de Paris se rendent à Blois en avril 1525 pour voir les princes, ils sont émerveillés, spécialement par le dauphin François « qui, à leur advis, fera une foiz grant fruit, et resemble à feu le roy Loys douziesme »240. Lapsus révélateur ou perfidie consciente : le grand-père est pris pour modèle, ce qui souligne que le père n’est pas une référence valable. Lorsque François Ier est libéré, en 1526, les Parisiens ne s’en émeuvent guère. Hormis les cérémonies officielles, l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous241. Quel contraste avec l’annonce quatre ans plus tard de la libération des Enfants de France, y compris chez Versoris : « Le mardy cinquiesme juillet [1530], à deux heures du matin, furent apportées lettres et nouvelles moult désirés et appelés du peuple, qui aussy estoient de grant joye et exultation. [...] De ceste tant bonne nouvelle fut le peuple de France tant resjouy et consolé, mesmement le peuple de Paris, que, tost incontinent [il fut] esmeu de dévotion et de joye »242.

109C’est donc par tout un faisceau d’indices que se manifestent les réticences d’une partie de la population par rapport au pouvoir politique. Ce dernier essaie alors de détourner l’orage en mettant en avant le plus souvent possible la responsabilité des officiers de finance. Le roi et son Conseil succombent à la tentation de faire croire que le poids de la fiscalité et les difficultés d’exécution sont entièrement imputables aux malversations et à la mauvaise volonté des manieurs d’argent. Il est révélateur que, des remontrances du Parlement de Paris exprimées le 10 avril 1525, la seule suggestion retenue et mise en œuvre soit l’établissement d’une chambre de justice. Guère d’écho en revanche au désir de voir le Conseil réorganisé. Il s’avère difficile de dégager, dans cette orientation de la politique royale, la part du coup monté et celle de la conviction partagée. Le Conseil est en effet convaincu de l’existence de prévarications aux dramatiques conséquences. Mais peut-il éviter de se rendre compte qu’il écarte de lui toute recherche de responsabilité en orientant les soupçons exclusivement vers les officiers de finance ? Il ne s’agit pas de sacrifier à « l’opinion » des innocents pour sauver des coupables. Mais le tri parmi les responsables est en lui-même le signe du refus de certaines remises en cause.

  • 243 Voir ses réflexions et la pièce en vers intitulée « Le défaut du Garillant » : Auton, Chroniques, t (...)
  • 244 Spont, Semblançay, p. 89 note 3.

110La chute de Naples, dès Louis XII, fournit un bon exemple de cette focalisation. Dans ses Chroniques, Jean d’Auton partage le fardeau de l’échec entre les soldats sans « ordre de guerre ni discipline de chevalerie », les capitaines « divisez entre eulx et envyeulx de gouverner », les conseillers qui « au besoin soubdain perdirent le sens », les trésoriers qui « avoyent retenu [l’argent] dedans leurs coffres » et même l’ensemble des Français, ingrats envers Dieu, dispensateur des succès passés243. Dans ses instructions pour son ambassadeur en Angleterre, Louis XII en revanche n’accuse plus que ceux « qui avoient la charge de payer lesdites gens de pié », lesquels « ont pris, dérobé et pillé la pluspart desdits deniers ». Il est vrai qu’il y inclut des capitaines, mais, lors des poursuites, seuls les gens de finances sont mis en cause244.

  • 245 Bouchet, Annules, p. 371.
  • 246 B.N. fr 3048 f° 89 [11-10-(1526)].

111Se dessine alors ici une variante d’un thème classique : celui de l’exécutant malintentionné de mesures pourtant justes prises par le pouvoir. Il en va ainsi des réflexions de Bouchet, pourtant clerc lui-même, sur les amortissements des biens de mainmorte autour de 1522 : « En cela y avoit quelque apparence de justice, à la considération qu’ils tenoient les biens que gens lays dévoient tenir : mais on y fist plusieurs abus, pilleries et exactions, dont le Roy fut adverty : lequel ordonna qu’on en fist justice »245. Le pouvoir politique est ici parfaitement dédouané par le chroniqueur : il impose à bon droit et intervient pour rétablir l’ordre troublé par la faute de percepteurs irresponsables ou intéressés. L’essentiel est de montrer que la monarchie ne profite pas des difficultés causées par la pression fiscale, au contraire : elle est dans le même camp que les sujets car elle aussi est dépouillée par les gens de finance. Ces derniers ne recherchent que la satisfaction de leurs intérêts particuliers, quand l’intérêt collectif est le plus beau dépôt du pouvoir royal. La critique rejoint celle que Duprat adressait aux marchands-banquiers : « Il ne leur chaut comment tout aille mais qu’ilz facent leurs besognes particullières »246. Un acharnement trop grand à s’enrichir fait oublier totalement la vraie nature des enjeux. C’est dans cette perspective, d’après le roi et le Conseil, qu’il faut considérer l’action des officiers de finance.

  • 247 Cité par Wolfe. Fiscal System, p. 72 note 11.
  • 248 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 233-234.
  • 249 Voir la mise au point de Spont, Semblançay. p. 186-188.
  • 250 Voir Paris, Etudes, p. 191.
  • 251 Monluc, Commentaires, p. 612.

112Toute la question est de savoir si ce discours est entendu. La postérité le reprend largement à son compte. Jean Bourgoin, dans Le pressoir des esponges du roi paru en 1623, rend Semblançay et les autres officiers de finance responsables de Pavie et « autres accidents sinistres »247. Et il y a surtout l’épisode de La Bicoque, dont le récit par les du Bellay constitue la vulgate248. Depuis longtemps déjà, il est clair qu’il s’agit d’une grossière déformation des faits249. Cependant, même si les du Bellay soulignent plus la culpabilité de Louise de Savoie que celle de Semblançay, il n’en reste pas moins que la mémoire de ce dernier est désormais entachée d’un reproche d’inconséquence voire de malveillance. D’autant que circule une autre tradition qui prend sa source chez Arnoul Le Ferron et fait peser toute la responsabilité sur Semblançay250. Le raccourci le plus saisissant, et le plus inexact, entre la Bicoque et l’exécution de 1527 se trouve chez Monluc. Lautrec est venu se justifier auprès de François Ier. « A la fin le Roy l’escouta et en fist pendre Sainct Blançay »251. Mais peu importe, pour l’heure, au Conseil ou à Lautrec ce (relatif) succès posthume. Ce qui compte, dans le tumulte des années vingt, c’est l’efficacité immédiate de la mise en avant du bouc émissaire. S’il n’est pas aisé d’en juger, l’observation de l’attitude d’ensemble des populations par rapport aux hommes d’argent permet cependant d’y voir un peu plus clair.

B. Le regard de la societe

113En ce domaine se pose avec une particulière acuité la question des sources. Elles sont rares, et souvent biaisées. Comment interpréter par exemple les remarques du Journal d’un Bourgeois de Paris, quand on sait précisément qu’il s’agit de tout sauf d’un journal ? Faut-il y lire un discours manipulé par le pouvoir via les informations qu’il distille, ou y chercher un contre-pouvoir prenant en charge les réflexions et les a priori d’une introuvable « opinion » ? La réponse est probablement plus complexe. D’autant que le petit nombre des éléments disponibles interdit au moins une chose : ne pas utiliser tout ce qui est disponible. Tout en ayant conscience que les publics visés sont variables. Celui d’un occasionnel en français sur le destin de Semblançay n’est pas le même que celui de distiques élégiaques latins sur la mort de Jehan de Poncher.

1. De l’officier de finance à l’homme d’argent

  • 252 B.N. fr 17527 f° 13.

114Du groupe des officiers de finance, chroniques et poèmes n’ont qu’une perception rudimentaire. Les textes parlent souvent indistinctement de « gens de finances », de « trésoriers » ou de « receveurs ». Ces œuvres d’actualité, celles du moins qui subsistent, sont pour une bonne part consécutives à l’exécution de Semblançay. Cet événement est le point central du règne pour ce qui touche à la diffusion sur la place publique des questions relatives aux officiers de finance. On y reviendra. C’est Semblançay qui fait surgir autour de lui l’ensemble du groupe, dont il apparaît comme le leader, le « guidon », pour reprendre l’expression d’un poème du temps252. L’approche de ce monde est souvent sommaire, comme en témoignent certaines des remarques des chroniqueurs. Ainsi la lecture que fait Bouchet des réformes financières de la fin 1523 : « Fut cassé le nombre d’un tas de petits Trésoriers, par lesquels la finance publicque de France estoit consumée ». Et comme il y a eu en novembre une gelée qui a ravagé blés, choux et pommiers, « aucuns par gaudisserie firent ce distique :

  • 253 Bouchet, Annales, p. 380.

L’an mil cinq cent vingt et quatre moins un,
Le choux d’hyver et trésoriers tout un »253.

  • 254 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195.
  • 255 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 61.

115L’analyse est pour le moins courte. Sans doute mieux informé, le Bourgeois de Paris fournit en revanche une interprétation correcte de l’événement, en particulier du transfert de pouvoir du collège des ordonnateurs au Conseil. Cependant, un détail manifeste aussi les défaillances de son information : le fait qu’il désigne encore, à cette date tardive, Semblançay comme général254. En 1527, une fois rapportés les déboires de ce dernier et des siens, la Cronique du roy Françoys Premier conclut par un bien vague : « Pour certain fut celle année moult suspecte pour les trésoriers et gens de finances »255.

  • 256 Bourgeois de Paris, Journal, p. 460-461.
  • 257 Voir Dessert (Daniel), « Le « laquais-financier » au Grand Siècle : mythe ou réalité ? », xviie siè (...)
  • 258 Cité par Rey (Auguste), Fin de Poncher, p. 92.
  • 259 Maugis, Parlement, t. I p. 357-359.

116L’identité du groupe est assez floue, et sa personnalité tout autant. Ceci s’explique par l’absence de critères distinctifs disponibles pour le qualifier. Certains officiers s’enrichissent avec célérité et la chose est sûrement connue. Mais, en ce domaine, ils trouvent évidemment leur maître en Duprat. Les rumeurs vont bon train sur l’ampleur des fonds que laisse à sa mort le chancelier mal aimé. Outre les 300 000 lt de ses coffres de la capitale, « en sa maison d’Hercules, près les Augustins », bientôt « empruntés » par le roi, le Bourgeois de Paris lui attribue sans hésiter 800 000 écus, sans compter la vaisselle, dissimulés à Nantes ( ?) et Nantouillet256. L’ensemble avoisinerait alors les deux millions de lt de liquidités… Preuve de plus qu’on ne prête qu’aux riches. Il faut noter ici, à propos des modalités de l’enrichissement, l’absence chez les chroniqueurs, seule source utilisable, d’un lieu commun qui fleurit au XVIIsiècle, celui du laquais-financier257. Les origines sociales des officiers de finance ne donnent pas lieu, sous François Ier, à ce type de discours. Signe supplémentaire, mais qui reste fragile, de la différence de tonalité face à l’homme d’argent à un siècle d’écart. Le châtiment et le gibet ne sont guère plus discriminants puisque les juges rejoignent à Montfaucon ceux qu’ils y ont fait envoyer ! Le président Gentil y est pendu et les conseillers Ravier et La Mothe meurent « à temps » en prison. Les rôles peuvent alors être inversés puisque c’est le « méchant » Gentil qui fait « mourir par injuste ordonnance le bon Poncher, au gibet estendu »258. « Sa main était à prendre toujours prompte », affirme une épitaphe satirique de Ravier259. L’avarice, vice dénoncé par Auton chez les trésoriers, est ici passée de l’autre côté du tribunal. Et la réputation des chanceliers Duprat et Poyet n’est plus à faire en ce domaine. Juges et condamnés sont confondus dans le même opprobre. Sans doute le rôle de la basoche est-il important dans cette attaque contre les ténors de la justice. Dans les reproches d’ensemble adressés aux officiers du roi, il n’apparaît donc pas que les gens de finances fassent l’objet d’un traitement particulier.

  • 260 Tommaseo, Relations, p. 305.
  • 261 Guéraud, Chronique, n° 13.
  • 262 R.D.B.V.P., t. III p. 107-109.
  • 263 Voir les remarques de Schnapper, Rentes, p. 284-285 : « On craint l’usure très sincèrement et on se (...)

117L’ambassadeur Cavalli, dans un autre registre, déplore les fraudes du personnel royal : « On escamote [au roi] par centaines et par milliers la paye des soldats qui ne paraissent pas aux revues : les trésoriers y consentent, et ils ont leur part des sommes volées. Si l’on faisait pendre tous les coupables, il n’y aurait guère de trésoriers en France tant le mal est profond »260. Mais en fait ces derniers ne sont pas les seuls en cause, comme le montre bien le début du propos de Cavalli. Son analyse débouche plutôt sur la dénonciation d’une corruption généralisée. Celle-ci s’explique par « la prodigalité habituelle des Français : ils dépensent leur bien si follement qu’il faut après cela qu’ils portent la main sur le bien d’autrui ». Cette attention au caractère national, pour ne pas dire racial, des tempéraments, se retrouve dans les critiques dont font l’objet les étrangers qui s’intéressent dans le royaume aux affaires d’argent. Non régnicoles, les marchands-banquiers peuvent être suspectés d’espionner pour le compte des ennemis ou de faire passer la richesse du royaume au-delà des frontières. Jean Guéraud s’emporte en 1540 contre l’établissement de la gabelle sur les draps de soie à Lyon, écrivant : « Notre Seigneur veuille pugnir ceulx qui sont cause de telles choses et adviser le prince de rellever son peuple de telles charges »261. Sa virulence ne tient-elle pas au fait que l’innovation « a esté inventée ainsy qu’on dict, par Guillaume de Noble, maître des ports et Nicollas de Noble, lucquois demeurant à Paris » ? De même l’opposition farouche de la municipalité parisienne à l’établissement d’une banque dans la capitale en 1548 n’est sans doute pas sans rapport avec l’identité du promoteur du projet, l’italien « Vincent de Sainct Donyno »262. Il est délicat de dissocier la condamnation qui vise le horsain et celle qui accable l’homme d’argent. Du moins une part importante de la population partage-t-elle avec les hommes du Conseil une réticence certaine face aux manipulations et autres jongleries financières, rapidement assimilées à des pratiques illicites, et ceci aussi bien de la part des officiers que des marchands-banquiers. Sur ce point, un relatif consensus se dégage, qui conduit d’ailleurs à relativiser fortement, en ce domaine, la « modernité » du XVIe siècle263.

  • 264 Voir, à la fin du siècle, les remarques d’Antoine Hotman (qui datent de 1598) publiées dans Opuscul (...)
  • 265 Versoris, Livre de Raison, p. 147.
  • 266 A.N. M.C. XLIX 74 (27-4-1545) et R.D.B.V.P., t. III p. 231 (9-12-1550) ; Croix (Alain), La Bretagne (...)
  • 267 Versoris, Livre de Raison, p. 113. Même cas de figure un siècle plus tard pour Sébastien Zamet qui (...)
  • 268 Versoris, Livre de Raison, p. 160. Étrangement, Versoris désigne ici le mort comme le « trésorier d (...)
  • 269 O.R.F., t. VI p. 244.
  • 270 Charpin-Feugerolles, Florentins, p. 27 et 29 ; Vial, Cléberger, p. 88 et sq. et p. 100 et sq.
  • 271 Garin (Eugenio) (dir.), L’homme de la Renaissance, Paris, 1990, p. 243. Ce type de comportement, à (...)

118Ainsi seule cette méfiance bien réelle donne prise à une condamnation d’ordre socio-professionnel de l’officier de finance, et avec lui de tous les hommes d’argent. Mais elle n’est pas le critère essentiel. Ce qui importe au premier chef est l’usage que font les riches de leur fortune. La richesse est une valeur positive, à condition de faire le bien264. Le discours de l’Église elle-même va dans ce sens. Les chroniques ne s’attachent guère aux conditions de son acquisition et aux procédures d’enrichissement pour juger de la vertu des hommes. L’attitude face aux pauvres est en revanche décisive. Comme tous les responsables, les hommes d’argent se doivent d’être attentifs « au régimen, estât et prospérité de la chose publicque et des pauvres »265. D’où l’importance de l’engagement de certains des officiers de finance : le trésorier de l’Extraordinaire des guerres Anthoine Pétremol participe à la gestion de l’hôpital des Enfants Rouges ; l’ancien commis à la recette générale de Bretagne Olivier Harouys est chargé du deuxième mois des donations de pain à Nantes lors de la famine de 1532 ; le trésorier de Bretagne Florimond Le Charron assure le 31 janvier 1544 la fourniture de « pain blenct et chayr » pour les malades et le personnel de l’hôpital de Nantes266. Les chroniqueurs portent témoignage de ce dévouement, qui leur sert à faire le tri entre les officiers. Quand disparaît le trésorier de France Loys de Poncher, en octobre 1521, il est réputé « homme de bien et bien renommé et plain fort des pouvrez »267. A l’inverse, quand s’éteint le trésorier de France Pierre Legendre, l’oraison funèbre de Nicolas Versoris est fort sèche, le 15 février 1525 : « Led trésorier estoit grand riche homme et puys c’est tout »268. Ce dernier appartient sans doute à cette catégorie d’hommes « aveuglez d’avarice et cupidité, sans nulle charité et pitié du populaire, non ayans Dieu devant les yeulx », modèle que la monarchie cherche à faire admettre pour tout le groupe269. Parmi les hommes d’argent, d’autres figures charitables se remarquent. Thomas Gadaigne fonde des hôpitaux pour les pestiférés à Lyon et Avignon. Quant à Jean Cléberger, le « bon Allemand », il multiplie les charités dans la capitale des Gaules et est, par ses dons, l’un des actifs promoteurs de la création de l’Aumône générale270. Dans « l’autre camp », le quartier de la Fuggerei fondé à Augsbourg pour cent six familles pauvres est plus révélateur encore271.

  • 272 Bouchet, Annales, p. 498 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.
  • 273 B.N. Dupuy 736 f° 154.

119Ainsi l’officier de finance ou le marchand-banquier n’est-il pas en tant que tel condamnable. Il n’est guère possible de déceler une vision de groupe structurée et uniment négative. Jehan Bouchet, évoquant le sort cruel de Jehan de Poncher, affirme : « Il fust estimé un des hommes de bien de France ». Il est vrai que la part prise en l’affaire par Gentil renverse les rôles. Gaillard Spifame lui aussi, qui meurt la même année dans sa prison, « estoit homme de bien », aux dires du Bourgeois de Paris. Un signe ne trompe pas : la veille de sa mort, il avait fait ses Pâques272. Dieu aurait-il fait mourir un méchant juste après qu’il a été lavé de ses péchés et nourri du corps du Christ ? L’élégie latine sur la mort de Poncher introduit d’ailleurs dans le portrait de la victime bien des nuances273. Certes, ses malheurs viennent pour une part de sa « mortelle passion de l’opulence ». Le texte ne dissimule pas qu’il a commis des « délits ». Cependant Poncher manifeste un grand amour pour sa patrie, outre son affection pour sa famille. Et, c’est le mort qui parle, loin d’être damné, il demande au lecteur : « Souhaite-moi la félicité. Que le ciel ait mon corps et que mon esprit soit devant Dieu ». Or ce poème ne reprend nullement la thèse de l’erreur judiciaire commise à l’instigation de Gentil. A ce texte unique sur une victime de second ordre répond une abondante littérature concernant le « guidon » des gens de finances.

2. Le cas Semblançay

  • 274 Versoris, Livre de Raison, p. 114 ; Spont, Semblançay, p. 192 note 5 et p. 209 note 4 (qui parle pa (...)

120Le dossier nourri qui concerne Semblançay permet de mener une analyse plus fine, avec tous les risques que fait courir la focalisation sur un cas exceptionnel pour lequel on est réduit à postuler une valeur plus générale. Quelques détails des années 1521-1524 soulignent que, dans certains milieux au moins, Semblançay n’a pas alors très bonne presse. Pour Versoris, il ne gagne « aucune louange ou honneur » comme commissaire aux emprunts de vaisselle à Paris en 1521. Jehan Badonvilier qui sera son juge, et Jehan Brinon, tous deux membres de la Chambre des comptes, s’opposent à lui, le premier à cause des « inventions » qu’il fait peser, entre autres, sur ladite Chambre, et le second pour son rôle dans l’imposition d’amortissements aux maladreries et aux hôpitaux274. Ces reproches isolés sont très probablement partagés par beaucoup. Ainsi les critiques concernant Semblançay visent-elles avant tout la politique d’expédients du moment, à laquelle il ne peut pas ne pas être associé. Cependant, comme je l’ai montré, il n’est qu’une des cibles du mécontentement.

a. Un sujet porteur

  • 275 Favier, Marigny, p. 215.
  • 276 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 61-63. Deux autres textes du même type dans B.N. fr 24029 f°135 (dorén (...)

121Pour la réputation de Semblançay, tout se joue autour de son second procès et surtout de son exécution. A cette date, il n’a plus d’activité financière et le ressentiment qui a pu exister à cause des expédients s’est forcément atténué. Mais l’ampleur de sa disgrâce fait de son aventure un sujet de conversation et oblige à une lecture ou à une relecture correctement orientée de son existence passée. Qu’un tel événement suscite un large intérêt n’a rien de très neuf. La condamnation de Marigny était déjà un sujet de conversation répandu, aussi bien à Paris qu’en Hainaut et « cil qui le mains en savoit, plus en parloit », (formule efficace, soit dit en passant, pour disqualifier la validité des « opinions » ici publiquement exprimées)275. Deux siècles plus tard, l’ambiance est la même : « On ne parloit à Paris que de la mort dudict Semblançay ». Devant cette demande populaire, producteurs de texte et imprimeurs se mettent au travail : la fin de Semblançay donne lieu à une floraison d’écrits. Apparemment, l’arrêt de condamnation lui-même a fait l’objet d’une large diffusion. Il est copié par Versoris et repris dans le Bourgeois de Paris. Les occasionnels apparaissent rapidement, en particulier sous la forme de poèmes. « De luy furent faictes plusieurs ballades » affirme le compilateur de la Cronique du roy Françoys Premier, qui en insère une « qui fut trouvée sur le pont aux musniers trois jours après sa mort » et qui est de la plume de Marot276. Le motif du pendu renvoie évidemment à Villon, que la complainte de Marot ne peut ignorer quand elle fait parler le défunt de son propre cadavre :

« Mes yeux, jadis vigilans de nature,
De vieux corbeaulx sont devenuz pasture ; [...]
Mon corps, jadis bien logé, bien vestu,
Est à présent de la gresle battu,
Lavé de pluye et du soleil seiche… »

La verve linguistique des Grands Rhétoriqueurs demeure de rigueur :

« Mon col, qui eut l’accol de chevalier,
Est accolé de troup mortel collier. »

  • 277 Bouchart, Grandes cronicques, f° 258 v°.

122A leur tour, les chroniqueurs s’attardent sur le procès et la pendaison. Les Parisiens, Versoris surtout, témoin oculaire, sont souvent originaux dans leur description de la scène. Alain Bouchart, plus éloigné de l’événement, s’est contenté de reproduire un occasionnel, qui est repris aussi dans la Cronique du roy Françoys Premier277. Mais, au-delà des détails de l’exécution, l’interprétation à donner se retrouve dans toutes les sources. Versoris lui-même achève son récit - de nature privée - par une courte méditation dont les thèmes recoupent directement ceux des œuvres de circonstances qui paraissent alors. Il se peut d’ailleurs qu’il s’en soit inspiré.

b. Le drame se noue

123A l’occasion de sa chute, les textes reviennent brièvement sur la carrière de Semblançay. Ses origines ne font guère problème : il sort de la marchandise tourangelle. En lisant le passage qui suit de la première épitaphe, on songe à l’image pieusement conservée d’un autre grand homme de finance, modeste et honnête « marchand drapier de Reims », à la veille de son « offre au roi » :

« Adonc scavoiz que l’aulne contenoit
Aussi comment mesurer convenoit
Et que valoit chacune marchandise ».

124Sans doute le jeune Jacques de Beaune sait-il cela, mais il est peu probable que, dans ses magasins, il soit chargé de mesurer lui-même les tissus, comme le laisse entendre ce poème. L’essentiel ici est que Semblançay jouisse dès le départ d’une situation sociale aisée :

« Un temps je fus en estât de marchant
Qui fuz assez de richesse approuchant ».

  • 278 Ce type de discours existe pourtant dès l’époque : un poème anti-Duprat de 1525 dénonce les origine (...)
  • 279 Spont. Semblançay, p. 112-114.

125Il apparaît donc comme tout autre chose qu’un « laquais-futur financier »278. Il faut un conflit familial pour voir surgir, dans les années 1510, une accusation de ce type. Semblançay, oncle par sa femme des enfants d’Adam Fumée, est devenu leur tuteur. Un litige Financier l’oppose bientôt à eux. Les enfants Fumée insinuent au Parlement qu’il « n’estoit fort opulent, mais lui sont venuz les biens à cause du maniement qu’il a eu des biens dudit Fumée et de sa femme [à partir de leur mort en 1494]. Quant il vint à la maison des Fumée, il estoit pauvre, et print là son commencement et moyen d’avoir des estatz »279.

  • 280 Mollat, Cœur, p. 350-351. Pour le jugement sur J. Cœur, la profondeur des oppositions politiques ch (...)

126Le reproche est évidemment aussi infondê que la plupart de ceux concernant les gens de finances du XVIIe siècle. Mais ce qui importe ici, c’est que l’accusation ne rencontre pas le moindre écho en dehors de la procédure judiciaire, pourtant apte à servir de caisse de résonance. Un demi-siècle plus tôt, Jacques Cœur est en revanche généralement crédité de modestes origines. Mais cela n’apparaît pas condamnable en soi aux yeux de nombre de chroniqueurs. Beaucoup attribuent alors pour une large part ses succès à ses exceptionnels mérites280.

127Mais l’ampleur de l’enrichissement et de l’ascension sociale ne peut manquer de faire problème dans une société certes fluide, mais qui nie largement cette fluidité. Déjà les chroniqueurs marquaient leur étonnement devant « l’avidité » de Marigny. Les acquisitions immobilières effrénées de Jacques Cœur entraînent une attitude semblable. Il en va de même pour Semblançay, devenu, comme le rapporte la seconde épitaphe,

« De Tours vicomte et Baillif de Touraine,
Dont suis natif et seigneur du dommaine
De Samblançay, la Carte et autres lieux
Et [ses] enfans fait presque Semydieux. »

128Versoris évoque « ses biens, dont il avoit à milliers ». Cela fait trop et, comme l’explique Marot :

« Les grands trésors, en lieu de secourir,
Honteusement me menèrent mourir. »

  • 281 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195-196.
  • 282 Voir Spont, Semblançay, p. 206 note 1 : une lettre de Louis Martine prouve qu’une enquête a bien li (...)

129Le drame, aux dires du Bourgeois de Paris, se noue autour de l’affaire de L’Aigle, emblématique des mystères de l’argent. « Il avoit faict de grosses acquisitions, mesmement il avoit acquis la ville de l’Eigle en Normandie. [...] Or est-il ainsy que le Roy et son conseil s’esmerveilloient des dictes grosses acquisitions et gros bastimens. Ledict de Beaulne avoit achepté la dicte ville de l’Eigle IIIIXX m escus d’or »281. Le souverain ordonne alors une enquête282. La trahison se met de la partie, car le vendeur supposé de la baronnie de L’Aigle n’est autre que René de Brosse, gendre d’un proche de Semblançay, Ymbert de Batarnay, mais qui, complice du connétable, « depuis cette vendition, s’en alla rendre et prendre le parti de l’empereur contre le Roy ». La morale est sauve, car il meurt à Pavie, tout comme l’autre traître, Bourbon, mourra devant Rome en 1527. Il n’empêche : cela fait à Semblançay un étrange et bien malsain voisinage. Richesse rapide, richesse suspecte, richesse qui fait défaut au roi à partir de 1523, et qui finance au même moment un traître en puissance : c’est beaucoup.

  • 283 Bouchet, Annales, p. 412 : Bourgeois de Paris. Journal, p. 306 ; Versoris, Livre de Raison, p. 200. (...)

130Parallèlement se développe le thème d’un Semblançay tout-puissant, sinon jusqu’à sa chute, du moins jusqu’aux réformes de 1523-1524. « Longtemps [se] feit appeller Roy de Tours » affirme Marot. Mais les chroniqueurs vont plus loin : « Il n’y avoit homme qui osast le dédire », « il avoyt gouverné trois roys », « je l’ai veu estre estimé quasi roy en France »283. Aussi pour articuler cet excès de pouvoir à la violence de sa chute, le recours à la « fortune » s’impose-t-il. Elle revient, obsessionnelle, dans les divers poèmes. Versoris lui-même y renvoie, qui lit dans l’événement « instabilité et mutation de fortune ». Celle-ci offre aux auteurs du temps une façon commode de penser un changement brutal. Elle peut aussi, pour une part, dissimuler le rôle joué par les autorités, et au premier chef par le roi, sur lequel on reviendra. Car si la « fortune » est maîtresse du jeu et du destin de Semblançay, le pouvoir politique est mis sinon hors de cause, du moins hors de champ. Encore faut-il s’entendre sur la nature de cette fortune. Est-elle une entité morale qui punit, à terme, les méchants, Dieu sous un autre nom, ou une puissance aveugle qui agit au hasard, héritage des Anciens ? Les textes insistent avant tout sur la dépendance de Semblançay par rapport à elle, dépendance qui entraîne un véritable asservissement. L’idée d’un pacte n’est pas loin, comme le souligne la première êpitaphe :

« Fortune alors quérant ma chalandise,
Existimant que fusse convoyteulx
Et que mon cueur repputasse honteulx
De tant tenir marchande maisonnette
[...] dame Fortune
Qui se montra vers moy si opportune
Que je preste consentement exprès
De tout laisser pour la suivir de près ».

  • 284 Auton, Chroniques, t. III p. 336-337 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 308.

131Cela donne en fait à la fortune son troisième et véritable visage, celui d’une puissance maléfique : elle assure les succès puis, d’un coup, balaye comme fétu celui qui n’est qu’un jouet entre ses mains, car elle « perd souvent ceux lesquels trop l’honnorent », selon la seconde épitaphe. Pour ce faire, elle a besoin d’un agent : le traître. Déjà les poursuites de 1504-1505 n’avaient été possibles que grâce à un dénonciateur. Le rôle est ici assuré par Jehan Prévost, parfois tenu pour neveu par alliance de Semblançay, ce qui aggrave encore son cas284. Tout en l’inondant de faveur, la fortune, nous dit la victime sous la plume de Marot, de

« sa main gauche très horde,
Secrettement me filloit une corde
Que ung de mes serfz, pour saulver sa jeunesse,
A mis au col de ma blanche vieillesse. »

La première épithaphe, au cœur d’une longue métaphore cynégétique, revient sur ce point :

« L’un de mes chiens que j’avoye maintenu
Et bien à poins en chasse financière,
Tant qu’il estoit ma confidence entière,
Pour évader m’a si fort abboyé
Que j’ay esté à la mort envoyé. »

c. Le grand passage

  • 285 Voir la synthèse des faits dans Spont, Semblançay, p. 262-263.

132Les récits en prose comme en vers de la fin de Semblançay sont produits dans un évident souci d’édification285. Tous s’attardent en premier lieu sur la fermeté d’âme dont fait preuve le vieillard : il donne une leçon sur la façon de mourir. En prenant « moult saigement sa mort et fortune en patience », il réussit pleinement son « examen de passage », si pleinement

« Que l’on cuidoit, pour vray, qu’il menoit pendre
A Montfaulcon le lieutenant Maillart. »

  • 286 Favier, Marigny, p. 217.

133Ce calme et cette dignité sont fort éloignés du spectacle donné par Marigny deux siècles plus tôt, qui crie son innocence sur le chemin du gibet et demande des prières286. Semblançay, lui, « portoit son adversité en si merveilleuse constance que tous ceulx qui le veoyent en estoyent esmerveillez ». Le mérite du condamné est d’autant plus grand qu’il fait clairement figure de bouc émissaire, portant seul les péchés de tout un groupe. Aussi les autres coupables, qui ont la vie sauve, doivent-ils comprendre en leurs oraisons

« l’âme du cappitaine,
En suppliant à la cour souveraine
Que ses péchés lui soient pour rien comptez
Puis’u'il, sur tous qui se sont mescomptez,
Supporte mort, aux siens non reprouchable. »

134Cela tend vers une figure christique, n’était-ce une différence majeure : Semblançay n’est pas, lui, un innocent qui meurt pour les coupables. Cependant, l’insistance à rappeler sa mort « entre larrons » évoque aussi le calvaire.

  • 287 B.N. fr 17527 f° 11 v°.

135Mais l’édification vaut surtout par le message qu’une telle fin délivre sur la vie à mener. Semblançay réussit une belle, donc bonne, mort, mais sa destinée doit servir aussi d’enseignement pour mieux vivre. Les premiers « bénéficiaires » en sont évidemment les autres gens de finances auxquels une pièce rappelle à chaque strophe : « Souviegne vous de la mort Santblancey », pour mieux les inciter à s’amender287. Ce dernier mot est repris par la première épitaphe pour mettre en garde ceux qui manient les « deniers publicqs » :

« Un jour viendra où tous les maleffices
Que assez on voit, amender conviendra.
Chacun de vous s’il est sage tiendra
Au plus entier de sa bonne mémoire »

qu’un même jugement le guette, aussi,

« Retirez-vous de votre affection
Sans plus hanter lieux plainz de faction. »

136Mais le message vaut plus largement pour tous ceux qui sont appelés à « gouverner », comme le rappelle la seconde épitaphe :

« Mirez-vous y, qui gouvernez les Princes,
Villes, Citez, Communautez, Provinces. »

137L’événement doit enseigner la valeur d’un comportement droit, mais tout autant la prudence de rigueur face à la réussite terrestre :

« Ne vous fiez en Fortune, et la Court,
Ni aux honneurs du monde, où chacun court. »

  • 288 Ce type de propos est un lieu commun dans la bouche des disgraciés, à l’échelle européenne. « If I (...)

138La fin tragique de Semblançay montre bien, estime Marot, « que vault grant charge à bailler et à prandre ». Jehan Bouchet rapporte les propos attribués au condamné au pied de l’échafaud. Ils vont au-delà des leçons jusqu’ici évoquées, en remettant en cause les fondements même de l’engagement mondain : « Si j’eusse autant prins de peine et labeur et par si long temps à servir Dieu, comme j’ay à servir le Roy, il ne m’en fust pas ainsy mal. J’ay bien mérité la mort, pour avoir plus servy aux hommes qu’à Dieu »288. Avec cette affirmation, le véritable sens de l’épisode est donné : tout en définitive doit être accompli pour Dieu : servir ailleurs, c’est se fourvoyer. L’exécution de Semblançay a accompli la totalité du chemin qui la transfigure, à terme, en un exemplum offert en parabole aux croyants.

d. Le jugement populaire

139Il peut paraître difficile de s’appuyer sur l’attitude des spectateurs d’une exécution capitale pour essayer de déduire leur « opinion » sur le condamné. La nature spécifique du rituel impose en effet un certain type de comportement. Marot a bien vu la chose, qui fait dire à Semblançay :

« A mon loz n’est chouse demourée
Que une constance en face coulorée
Qui jusques au pas de mort m’accompaigna,
Et qui les cueurs du peuple tant gaigna
Que estant meslée avec mes ans vieulx
Fist larmoyer mes propres envieulx. »

  • 289 Favier, Marigny, p. 198, 209 et 215.
  • 290 Bouchet, Annales, p. 413.

140La fameuse épigramme est écrite dans le même esprit. Cependant, l’absence totale d’animosité est un indice sérieux. Marigny avait été conduit au gibet sous les huées, avant que l’« opinion » ne se retourne après sa mort289. Aucune manifestation de ce genre pour Semblançay, du moins d’après les sources disponibles. Au contraire les spectateurs espèrent jusqu’au bout qu’il sera gracié : « Il fut fort plainct et regreté du peuple, lequel eust bien voullu qu’il eust pieu au Roy le saulver » affirme Versoris. Les Parisiens avaient, trois ans plus tôt, accueilli avec joie la grâce royale destinée à Saint-Vallier, complice de Bourbon, au pied de l’échafaud. Beaucoup comptaient probablement, comme Semblançay lui-même, que « le Roy luy [ferait] telle grâce comme il avoit fait au seigneur de Sainct Vallier »290.

141Aucun jugement entièrement négatif n’est porté contre lui. Certes sa culpabilité est admise, ainsi que l’équité d’un procès qui a été « bien et justement fait », comme le reconnaît Versoris lui-même, bien qu’il ait été mené par une commission et non par une juridiction ordinaire. Certes, Semblançay a été, comme tant d’autres, égaré par l’avarice, ce « criminel vice » qui pousse à l’enrichissement excessif. Il s’est acoquiné avec des marchands parisiens « par finesse et cautelle », et la présence de plusieurs hommes d’affaires étrangers autour de lui, de Thomas Gadaigne à Robert Albisse n’est peut-être pas sans rapport avec sa faute. Si la Fortune lui a accordé quatre dons, comme l’explique la première épitaphe, le dernier lui est fatal. Outre l’accès au prince, le maniement de ses deniers et la richesse personnelle, Semblançay reçoit en effet « grande mesco-gnoissance » - c’est-à-dire aveuglement - qui lui fait perdre tout sens de la mesure et le met pour finir en la « puissance » de Fortune. Cette disparition des repères le conduit à « chasser dans les forestz » des grands seigneurs, voire à « prendre authorité sur ceux du sang ». Pour autant, il a de nombreuses circonstances atténuantes. Tout d’abord d’avoir su rester « pendant qu’il estoit en si gros honneur [...] humble et gracieux aux gentilshommes et au peuple qui avoit affaire à luy ». Il est demeuré « homme prudent, saige et de grant conduicte ». L’ingratitude de ceux qu’il a souvent obligés est flagrante, et la première épitaphe insiste particulièrement sur celle des puissants :

« L’esprit de mon malheur lassé
Remect en jeu le secours et service
Dont j’ay été en mon temps si propice
[...] Aux grands seigneurs que j’ay toujours servy
Mon corps et biens ont esté asservy,
Et néanmoins voyez la récompense. »

Marot l’exprime d’une formule :

  • 291 Songeant au maréchal de Brissac, François Boyvin parle de ces chefs d’armée qui « ne se doivent jam (...)

« J’euz en effect des plus grands la faveur
Où au besoin trouvé fade saveur. »291

  • 292 Bibliothèque de l’Institut, Godefroy 284 f° 11.
  • 293 Driart, Chroniques, p. 128.

142Un témoignage exceptionnel est fourni par une lettre d’une Clarisse de Gien datant peut-être de mars 1527. Elle dépeint Semblançay, son destinataire, sous les traits du bon riche chargé d’épreuves : « Ayes force de portés en passience, ayant mémoire du bon juste Jop. Après sa passience nostre bon dieu luy doubla tous ces biens [...]. Je croy, monsgr, qui veulz veoir la vostre pareillement en vous donnant quelque ennuy et dêsolassion. » Il ne peut que triompher de l’épreuve, car la prière de beaucoup monte vers Dieu en sa faveur en raison de « la bonne sorte dont vous estes gouverné aux grans aferes et charges qui vous ont esté commises, car vous avez réconforté les povres membres de Jhésus en plusieurs sortes, dont de nostre partie nous l’avons senti et santons tous les jours »292. Le bon usage fait par Semblançay de son pouvoir et de son argent donne à son statut social sa signification éthique, la seule valable. Ainsi le jugement porté sur lui est-il nuancé. Sur son cas, les avis sont contradictoires : coupable ou victime ? Dans les conversations parisiennes d’août 1527, après sa mort, « les aulcuns en disoient du bien, les aultres du mal ». Mais nul mouvement de haine collective, nulle joie devant son supplice ne transparaît. De la teneur de l’arrêt qui le condamne, « on fut moult esbahy », mais non réjoui293.

  • 294 Brantôme, Oeuvres complètes, t. III p. 90. Malgré l’emploi du mot « compère », aucun document ne pe (...)

143Parmi tous ceux qui l’ont abandonné, le roi n’est pas oublié. L’absence de « miséricorde » de la part du souverain terrestre fait mieux ressortir l’infinie bonté du vrai juge et apparaît comme un signe d’imperfection du pouvoir terrestre. Le roi, bien peu paternel en la circonstance, laisse agir sa justice « près de Rigueur, loin de Miséricorde ». « Service de seigneur n’est pas héritage ne grâce éternelle » en conclut Versoris. Beaucoup semblent choqués par la cruauté et l’ingratitude d’un roi qui oublie rapidement aussi bien la (relative) intimité qu’il a pu avoir avec Semblançay que les bons services qu’il lui a rendus tout au long de sa carrière. « Du Roy estoit appelle compère » rappelle-t-on alors, et Brantôme, qui juge que l’exécution de Semblançay est le seul crime sérieux de François Ier, rapporte une anecdote éclairante. La duchesse d’Uzès, que le roi venait de nommer « ma fille » aurait ajouté : « J’ay grand peur qu’il ne m’en face autant qu’à M. de Saintblançay, qu’il appeloit tant son père »294.

  • 295 Cité dans Clément, Trois Drames, p. 213.
  • 296 Voir pour un aperçu sur Montaigu : Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 437-439.

144Aussi le roi semble-t-il avoir du mal à faire accepter le bien-fondé de l’exécution. Elle reste plus comme une tache sur sa réputation que comme une œuvre de justice. D’autant qu’elle est accomplie par une commission extraordinaire, procédure qui n’est elle non plus guère populaire. Un épisode rapporté par Estienne Pasquier se veut ici édifiant. François Ier visitant le couvent des Célestins de Marcoussis s’y arrête devant le tombeau de Jean de Montaigu, leur fondateur, responsable des finances sous Charles VI et exécuté en 1409. Comme il s’étonne que ce personnage ait été mis à mort par ordre de justice malgré ses grands services envers le roi et l’État, un moine lui rétorque, « d’une parole assez brusque, qu’il s’abusoit aucunement, parce que le procès du sieur de Montaigu n’avoit été fait par juges, mais seulement par commissaires »295. L’allusion au sort de Semblançay est évidente, d’autant que bien des ressemblances rapprochent les deux « parvenus »296.

145Reste donc à prier pour le salut de l’âme du défunt, thème qui revient dans les différents poèmes.

« Priez à Dieu, ô peuple vénérable,
Que l’âme soit traittée sans esmoy,
Mieux que le corps… »

  • 297 B.N. fr 17527, f° 11 v°.

demande Semblançay dans la complainte de Marot, soulignant au passage, une fois de plus, que son sort terrestre n’est sans doute pas pleinement ce qu’il aurait dû être. Même dans une œuvre très violente à l’égard de l’ensemble des « larrons gros et petits » qui hantent les finances, ce souci est présent, durant une strophe entière297. Ce qui signifie qu’à la différence, par exemple, du mauvais riche de la parabole évangélique du pauvre Lazare, l’officier de finance, même prévaricateur, n’est pas nécessairement destiné aux flammes de l’Enfer. C’est un signe de plus que la malédiction « populaire » à son égard reste bornée dans d’étroites limites. Le sort tragique du « guidon » des financiers fraudeurs doit servir à les mettre en garde. Si la menace n’est pas absente, elle n’exclut pas un amendement des coupables permettant un retour à l’ordre et à la justice.

146Après le procès et la condamnation de Semblançay, durant lesquels

« [Ses] serviteurs, [ses] amis et parens’N'ont peu servir que de pleurs apparans »

  • 298 Doucet, Parlement ¡525-1527, p. 238.
  • 299 B.N. fr 17527 f° 51.
  • 300 O.R.F., t. VI p. 24-27.
  • 301 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 240 note 1. Laydet est par ailleurs un conseiller-clerc de la « fou (...)

selon Marot, ses fidèles se lancent dans une tentative de réhabilitation de la mémoire du défunt. C’est en définitive ce à quoi tendent les appels de ses proches. Sans espoir probablement d’aboutir à un succès rapide, ces procédures visent au moins, dans une lutte symbolique révélatrice, à « outrager ceux qui avaient mené l’affaire », au premier rang desquels figure le chancelier298. L’appel voulait mettre en évidence le discrédit de la justice en affirmant qu’il ne pourrait valablement être relevé que « en temps et lieu que justice règneroit en France »299. La phrase fait scandale. Cette campagne familiale échoue sur le plan juridique, mais connaît un retentissement certain, dont les chroniques portent témoignage. A mon sens, elle est un nouvel indice qu’une partie de la population n’a jamais été hostile à Semblançay. Sans doute a-t-on aussi largement approuvé l’ensevelissement en terre chrétienne des restes du condamné. Le roi lui-même, un peu plus tard, accordera sa rémission aux serviteurs fidèles qui avaient voulu rendre ce dernier hommage à leur maître disparu300. Enfin le Parlement de Paris, au travers des mesures qu’il prend contre certains de ses membres impliqués dans la condamnation, manifeste peut-être indirectement sa sympathie envers la victime. Pierre Laydet affirme à la fin de 1527 que la cour lui est hostile en raison de « certains papiers qu’il dit avoir baillez contre le seigneur de Samblançay et les dispositions et confrontation à ceste cause faictes aud de Samblançay »301. Mais la fragilité des sources interdit ici d’être trop catégorique.

Conclusion

147Le règne de François Ier est traversé par de classiques et récurrentes traces de réticences face à l’impôt. Même la prospère capitale, pourtant privilégiée sur le plan fiscal, témoigne d’une animosité certaine et chronique envers un roi qui demande toujours plus. Mais, sauf à la fin du règne pour ce qui touche à la fiscalité du sel, ces oppositions ne débouchent pas sur des troubles graves. Coercition efficace ? Conscience nationale surmontant les égoïsmes locaux ? Probablement pas : l’État comme la Nation sont encore trop faibles. Cependant l’habitude du paiement, pour les taxes traditionnelles du moins, est dorénavant bien prise. Par ailleurs la « demande d’État » des populations n’est pas nulle. Ceci devrait les inciter à contribuer au financement de son action. Mais parviennent-elles pour autant à concevoir comme un tout cohérent et indissoluble une légitime exigence de justice et de paix d’une part et une taxation toujours douloureuse et souvent mal employée de l’autre ? Ce qui facilite, au début du XVIe siècle, l’action de la monarchie tient tout d’abord à la conjoncture, c’est-à-dire à la relative modération du prélèvement et à la bonne santé de l’économie. Ensuite, de façon plus durable, la collaboration du pouvoir avec des élites locales et régionales en matière de finance est déjà partiellement en place. Organisation des levées voire prise de certaines décisions se font dans un cadre décentralisé, comme en témoigne le Dauphiné. Mais seules des études plus précises et plus nombreuses permettront de l’établir clairement.

  • 302 Une réflexion de Denis Crouzet ouvre plus largement cette piste : « C’est par le langage que le roi (...)

148La monarchie, qui perçoit les réserves de ses sujets, produit un discours financier qui n’est pas à lire comme une tentative de réponse directe à l'« opinion ». Les propos tenus, en particulier dans les préambules d’ordonnances, sont cependant révélateurs de caractéristiques idéologiques soit traditionnelles, comme la tentative de prise en charge de l’intérêt collectif ou la culpabilité devant lé prélèvement, soit plus novatrices, comme l’importance croissante prise par le secret des finances. S’il y a « réponse », c’est beaucoup plus dans l’attitude du pouvoir et des gens de Conseil vis-à-vis de l’argent et des hommes d’argent qu’il faut aller la chercher. Textes de référence, actions judiciaires et cérémonies symboliques servent à déplacer les responsabilités, à la fois aux yeux de pouvoir lui-même et, espère-t-il, aux yeux de l’ensemble des sujets302.

149Cette politique ne rencontre qu’un succès limité. La médiocrité des moyens d’investigation de l’historien pour percevoir les réactions des sujets répond à la probable médiocrité des moyens dont dispose le pouvoir pour faire passer son message. L’opposition farouche aux officiers de finance est largement absente. Elle ne semble pas relayer la mise en cause des gens de Conseil, nette au début des années vingt, et qui se poursuit probablement ensuite. Cette mise en cause révèle d’ailleurs une vision assez pertinente des conséquences des réformes du règne. Il faudrait pouvoir faire le point au milieu du siècle, mais les sources ne le permettent guère. Le flot des poursuites financières a-t-il pu avoir raison de la focalisation des Parisiens sur le Conseil ? Quelques spectaculaires procès politiques, comme ceux de Chabot ou Poyet n’encouragent guère les sujets à cesser leurs critiques sur la façon dont les décisions se prennent au sommet, puisque le roi lui-même met en accusation ses principaux agents. Aussi, à l’égard des officiers de finance, ce qui frappe est le poids dominant d’un discours très nuancé, particulièrement riche dans le cas de Semblançay. Il ne se nourrit pas encore des stéréotypes qui feront les beaux jours des terribles attaques qui fleurissent au XVIIe siècle contre l’ensemble des gens de finances.

Notes

1 Barrillon, Journal, t. I p. 108.

2 Guéry, Roi dépensier, p. 1256.

3 Tommaseo, Relations, p. 295.

4 Voir un exemple provençal dans O.R.F., t. IV p. 252.

5 Knecht, Francis I, p. 353.

6 Tommaseo, Relations, p. 297.

7 B.N. fr 3048 f° 1.

8 A.N. J 966, 28/6 [22-6-0 536-1537)].

9 C.A.F., t. IV nos 12646 et 12772-12774. Ils ont donc obtenu, par rapport à la demande initiale, un rabais de 5 000 lt.

10 Mollat, Jacques Cœur, p. 224.

11 Un exemple dans C.A.F., t. VII n° 24227 (10-1-1536) : don de 9 000 lt aux commissaires aux États de Provence.

12 Spont, Semblançay, p. 25 note 3 ; p. 82 et p. 84, note 1.

13 Versoris, Livre de Raison, p. 121 (paragraphe 96).

14 Bourgeois de Paris, Journal, p. 183.

15 Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 203 et 325.

16 Knecht, Francis I, p. 354 ; BN fr 2985 f° 60.

17 C.A.F., t. IV n° 11234.

18 Knecht, Francis I, p. 356 ; Contamine, Histoire militaire, t. I p. 266-267.

19 Spooner, Frappes, p. 115-116 et 128 note 1.

20 Le Roy Ladurie (Sous la dir. de), Histoire de la France Rurale, t11 (1340-1789), Paris, 1975, p. 338.

21 Knecht, Francis I, p. 354-355 ; Gay, Bourgogne, p. 189 ; C.A.F., t. V n° 17479 (14-5-1522).

22 Matignon, Correspondance, p. XLIV et p. 95.

23 Voir par exemple les pressions bordelaises ou languedociennes couronnées de succès pour la suppression de taxes sur le vin et le pastel : O.R.F., t. IV p. 69 (4-5-1525) et t. V p. 11 (3-2-1527).

24 Gay, Bourgogne, p. 186 et 210.

25 Beik (William), Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Aristocracy in Languedoc, Cambridge, 1985, XVII1 + 375 p. Voir aussi Dubost (Jean-François), « Absolutisme et centralisation en Languedoc (1620-1690) », R.H.M.C., juillet-septembre 1990, p. 369-397.

26 Bien, Offices, p. 394-397 et 401.

27 Van Doren, War taxation, p. 80-81 : les États de Dauphiné reçoivent une « virtual autonomy in the preparation of parcelles » ; p. 94 : extension de la juridiction administrative dans le domaine fiscal à partir de 1537. En mettant l’accent sur le processus de décentralisation, Van Doren se place dans la lignée des réflexions de Russell Major, Représentative Institutions, p. 3-13.

28 Vernus-Moutin, États de Dauphiné, p. 118.

29 Souriac (René), « L’autonomie provinciale du Comminges au xvie siècle », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1989, p. 243-255.

30 Voir pour les cités picardes, Potter, Picardy, p. 258-264. Potter insiste sur le fait que, parfois, c’est le pouvoir royal qui est manipulé à leur profit par certains acteurs locaux.

31 Spont, Semblançay, p. 46.

32 Buisson, Duprat, p. 261-262.

33 Maugis, Parlement, t. I p. 159-161.

34 Buisson, Duprat, p. 126.

35 Bourgeois de Paris, Journal, p. 44 ; Lecoq, François Ier, p. 176-178.

36 A.N. J 967, 37 [(31-3-(1536-1538)].

37 Favier (Jean), Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 601-602.

38 B.N. fr 17527 f° 97. Une thématique semblable sous Louis XII avec le « défaut du Garillant », après la chute de Naples en 1504 : Auton, Chroniques, t. III p. 340-346.

39 B.N. fr 17527 f° 97 v°.

40 O.R.F., t. II p. 239 (28-6-1518).

41 C.A.F., t. IV n° 12829 (6-12-1542).

42 O.R.F., t. VII p. 127.

43 La famille Versoris fait déjà preuve d’une sensibilité ultra-catholique qui la pousse à une condamnation morale sévère de la politique monarchique. On se situe ici dans une préhistoire du monde ligueur. Voir sur ce point Descimon (Robert), Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Mémoires de la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de France, Paris, 1983, p. 225-226.

44 Versoris, Livre de Raison, p. 114 et 119-120.

45 Ibid., p. 132.

46 Bourgeois de Paris, Journal, p. 121, 134, 160 et 180.

47 Versoris, Livre de Raison, p. 211.

48 Knecht, Paris, p. 32-33 ; A.N. J 967, 127 [12-3-(1537)].

49 « La città di Parigi mandi ambasciatori a sua Maestà, a reclamare, e dire che non possono reggere più, nè pagare tanti danari » : Canestrini, Négociations, t. TU p. 154.

50 « Francis never had to face a serious rebellion in his capital, but his relations with the citizens were often tense »: Knecht, Paris, p. 33.

51 Cité par Chevalier, Bonnes villes, p. 95.

52 Doucet, Parlement 1525-27, p. 28.

53 Doucet, Parlement 1525-27, p. 56, 68-69, 79-86, 98 et 106-110.

54 Ibid., p. 93.

55 Bourgeois de Paris, Journal, p. 233.

56 Sur le traité, voir Jacqueton. Politique extérieure, passim.

57 Prentout, Etats de Normandie, t. I p. 268-271.

58 Bourgeois de Paris, Journal, p. 267 (assemblée du 30-10-1525).

59 Voir par exemple Versoris, Livre de Raison, p. 196 (paragraphe 345).

60 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 25 et 56.

61 Versoris, Livre de Raison, p. 172 (paragraphe 272).

62 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 316-317 ; Parlement 1525-1527, p. 63-65 ; Versoris, Livre de Raison, p. 129 (paragraphe 121) parle de la « sagesse, prouesse et vertu » prêtées à Bourbon par le « commun peuple de France ». Sur la popularité des « traîtres », voir un siècle plus tard le cas de Biron et l’émotion lors de sa condamnation : Babelon (Jean-Pierre), Henri IV, Paris, 1982, p. 894-896.

63 Knecht, Francis I, p. 208 ; sur ce dossier voir Hauser (Henri), « Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles Quint. Étude sur le sentiment national bourguignon en 1525-1526 », Revue bourguignonne, vol. 22, n° 3, 1912.

64 A.N. J 968, 33/2 (28-4-1538).

65 Spont, Semblançay, p. 190 note 1.

66 B.N. fr 3048 f° 131.

67 Lestocquoy, Nonces 1541-Î546, p. VIÏ ; Tommaseo, Relations, p. 97 et 403.

68 Ehrenberg, Fugger, p. 31 et note 61.

69 Schick, Fugger, p. 169.

70 Tommaseo, Relations, p. 297.

71 Ibid., p. 403 et 97 note a.

72 Demurger (Alain), Temps de crises, temps d’espoirs xive-xve siècle, Paris, 1990, p. 146 : « mutemaque » de Reims et « tricotterie » d’Angers (1461), troubles à Bourges (1474), au Puy (1477), à Agen (1481)… Si les cas de Dijon (1477) et d’Arras (1479) sont spécifiques car liés à l’annexion française, la composante antifiscale compte sans doute aussi dans les révoltes. En milieu rural, voir le cas un peu isolé, et mal connu, des « Galants de la Feuillée » en Bourbonnais : Le Roy Ladurie (sous la dir. de), Histoire de la France rurale, t. II (1340-1789), Paris, 1975, p. 96.

73 Chevalier, Bonnes villes, p. 101-103.

74 Tommaseo, Relations, p. 297.

75 Heller. Conquest of Poverty, p. 218-219.

76 B.N. Dupuy 79 f° 25 v° (sd 1538-1542).

77 A.D. Gironde, 1B2 fos 178-179 (5-8-1516).

78 C.A.F., t. I n° 1538 (27-4-1522) ; O.R.F., t. IV p. 69 ; Zeller, Institutions, p. 265 ; Gay, Bourgogne, p. 189.

79 B.N. fr 11645 f° 36.

80 O.R.F., t. V p. 1-2 (4-1-1527).

81 Voir C.A.F., t. V n° 16635 et VIII p. 320 a n° 833 bis.

82 Bercé, Croquants et Nu-pieds, p. 12.

83 Chevalier, Bonnes villes, p. 98, 99. Au cours du règne de Charles V se sont conjugués en fait dans les villes un fort prélèvement royal et une fiscalité municipale accrue.

84 Prentout, Etats de Normandie, t. II p. 155 et 266-269.

85 Voir Valiez (Jean-Marie), « Cartographie des régimes et des circonscriptions des gabelles en Normandie » dans Hocquet (Jean-Claude), Le roi, le marchand et le sel, Actes de la table ronde des 23-25 septembre 1986, Villeneuve d’Asq, 1987, p. 187-199 (+ cartes).

86 Matignon, Correspondance, p. XLVIII et 148 note 1.

87 C.A.H., t. II n° 3984 (novembre 1548).

88 Voir Gigon, Révolte, passim ; Bercé, Croquants et Nu-pieds, p. 19-43.

89 Sur les conséquences fiscales de ces troubles, en particulier les très faibles rentrées d’une crue de quinze lt par muid de sel qui devait payer les gages du parlement de Bordeaux : C.A.H., 1.1 n° 1714 (11-12-1547) et t. II n° 2326 (29-2-1548).

90 Canestrini, Négociations, t. III p. 154.

91 Voir les conclusions de Roudié, Embarras, p. 78.

92 Heller, Conquest of Poverty, p. 191 et 186.

93 Voir Guiffrey (éd), Chronique, p. 413-425 ; Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 101-107.

94 C.A.F., t. IV n° 13167 (25-5-1543) ; cf A.N. M.C. XLIX 72 (19-5-1544) : vente par deux procureurs du roi de 883 muids de sel venant de Saintonge et La Rochelle, pour 70 610 It (soit 80 It le muid) à Jehan de la Chesnaye, secrétaire des commandements, François Allamant, contrôleur général des fautes et abus sur le fait du sel, Jaques Pinel, Loys Saulsoye et Martin Quatrehommes, bourgeois de Paris.

95 Lestocquoy, Nonces ¡541-1546, p. 186.

96 Cinquante et une lettres ont fait l’objet d’une étude approfondie : trente et une sont adressées à des commissaires qui se présenteront devant des Etats provinciaux (vingt pour le Languedoc, de loin la série la plus homogène, trois pour la Bretagne ou le comté d’Auxonne, deux pour la Bourgogne, un pour le Dauphiné. la Normandie et la Provence), quatorze textes sont destinés à des officiers chargés de prélever directement tailles ou crues de tailles (dix cas) ou impositions diverses (quatre cas) ; enfin cinq lettres ont trait au domaine et une à des prélèvements de gages sur le personnel monarchique.

97 Autrand, Parlement, g. 228 ; Schick, Fugger, p. 166 ; Wolfe, Fiscal System, p. 99. Réflexions générales sur l’opinion à la fin du Moyen Age dans Cazelles (Raymond), Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1982, p. 3-5.

98 Voir par exemple ses propos lors de la demande royale portant sur 50 000 hommes de pied pour quatre mois en février 1545 : les villes closes de Poitou doivent verser 24 000 It, « a quoy le dit païs s’accorda, comme la raison le vouloit et veut, veu les grandes affaires du Roy et du Royaume » : Bouchet, Annules, p. 552.

99 Champagne (Patrick), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, 1990, p. 70.

100 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 241 et 88.

101 Fogel (Michèle), Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, 1989, p. 11-15. Évoquant les « clameurs » des sujets, elle affirme, p. 13 : « A aucune de ces manifestations audibles n’était cependant reconnu le statut de discours articulé. 11 revenait à la sagesse du roi justicier de trancher dans les plaintes et les demandes, à son savoir de leur donner une forme élaborée, à sa puissance de rétablir l’ordre et le silence par la publication de ses décisions ».

102 Voir sur ce changement la synthèse de Fogel (Michèle), L’État dans lu France moderne de la fin du xve au milieu du xviie siècle, Paris, 1992. p. 176-178.

103 Bonne mise au point sur cette notion dans Sabatier (Gérard), « Les rois de représentation. Image et pouvoir (xvie-xviie siècle) », Revue de synthèse, juillet-décembre 1991, quatrième série, p. 419.

104 O.R.F., t. III p. 175.

105 B.N. fr 5085, f° ! 15-16. La formule date ici du règne de Louis XII.

106 Liste très complète : O.R.F., t. VII p. 61-62 ; variante plus courte : O.R.F., t. VIII p. 180 : « despense et paiement de noz officiers domesticques et autres charges ordinaires ».

107 O.R.F., t. I p. 281 (3-8-1515) ; t. II p. 178 (27-7-1522).

108 O.R.F., t. III p. 28 (29-5-1521).

109 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 150

110 O.R.F, t. I p. 384 (30-3-1516).

111 O.R.F., t. III p. 283.

112 R.D.B.V.P., t. I p. 222 et 230.

113 Lecoq, François Ier imaginaire, p. 203.

114 O.R.F., t. III p. 66 (11-8-1521).

115 O.R.F., t. VIII p. 441-442 (7-10-1537).

116 L’imprimerie a fortement accru les capacités de propagande monarchique. Trente ans plus tôt, lors de la rupture de la promesse de mariage entre Charles VIII et Marguerite d’Autriche, les ambassadeurs allemands se plaignent déjà des Français qui « impriment des lettres qu’ils appellent instructions et informations, et qu’ils répandent par tout le royaume » pour appuyer leur position : Demurger (Alain), Temps de crises, temps d’espoirs, xive-xve siècle, Paris, 1990, p. 228.

117 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 39.

118 Tommaseo, Relations, p. 179 ; Canestrini, Négociations, t. II p. 765.

119 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 113. En janvier 1543 encore, le nonce souligne qu’il est plus facile pour les Français que pour leurs adversaires de faire des préparatifs militaires : ibid., p. 185.

120 Tommaseo, Relations, p. 305.

121 B.N. fr 4525 f° 93-96.

122 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 205.

123 On retrouve ici indirectement les réflexions des sociologues sur la pratique des sondages…

124 Sur le discours politique adressé au roi, cf. Lecoq, François Ier imaginaire, p. 482-485.

125 Voir la célèbre formule du président Guillart le 24 juillet 1527 : « Nous ne voulons revocquer en doubte ou disputer de votre puissance. Ce seroit espèce de sacrilège… » : Jacquart, François Ier, p. 201.

126 Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 236.

127 O.R.F., t. III p. 61.

128 B.N. fr 2978 f° 30.

129 Jacqueton, Documents, p. 54 (article 6) et p. 78 (article 13).

130 Favier, Marigny, p. 104.

131 Doucet, Grand Parti, 2e partie p. 5. Même cas de figure en 1596 en Espagne, lorsque les gros prêteurs d’argent « sont littéralement surpris par le decreto royal de la mi-novembre par lequel Philippe II suspend les paiements » : Braudel, Méditerranée, t. I p. 464.

132 Voir Jack, Henry VIII’s control of royal finances, p. 1, 3 et 16.

133 Coyecque, Recueil, t. I n° 2446.

134 Le Roux de Lincy, Grolier. p. 22.

135 O.R.F., t. I p. 193 et 220 ; t. H p. 108 et 248.

136 Ibid., t. II p. 523 et t. III p. 292.

137 Ibid., t. IV p. 47.

138 O.R.F., t. IV p. 120 et 127 (300 000 lt pour les Suisses) et p. 161 (300 000 lt pour le roi d’Angleterre).

139 Ibid., t. V p. 755. En décembre 1527, lors d’une Assemblée convoquée au sujet de la rançon du roi, François Ier fournit des chiffres. Mais, au début de la rencontre, le chancelier fait jurer aux auditeurs « que de chose que le Roy leur diroit, et déclareroit présentement, ils ne le révèleroient » : Godefroy, Cérémonial, p. 481. Le principe du secret est ainsi réaffirmé, mais bien mal respecté : les chiffres se retrouvent en effet dans le compte-rendu de la séance fait par la municipalité parisienne lors d’une assemblée de ville : R.D.B.V.P., t. II, p. 1-2.

140 Six signataires : Nicolas de Neufville, Florimont Robertet, Robert Gedoyn, Jehan Breton, Gilbert Bayart et Guillaume Bochetel. Plus une signature de Thierry Dorne en 1526.

141 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 65 (paragraphe 3). D’après Wolfe, Fiscal system, p. 83. les réformes entraînent d’ailleurs effectivement « a significantly greater degree of secrecy in royal affairs ».

142 Kauch, Épargne, p. 704, 707-708, 717-718.

143 O.R.F., t. II p. 408-409 et p. 469.

144 Isambert, Recueil, t11 p. 658.

145 L’exemple castillan de 1623 est lui aussi éclairant : c’est… pour s’assurer les bonnes grâces des Cortes que la monarchie sous l’impulsion d’Olivarès révèle la gravité de la situation financière (dette de 116 millions de ducats) aux « représentants » : Elliott (John), Olivarès (1587-1645), L’Espagne de Philippe IV, Paris, 1992, p. 177.

146 Sabatier (Gérard), « Rappresentare il principe, figurer l’État. Les programmes iconographiques d’État en France et en Italie du xve au xviie siècle », dans Genêt, L’État moderne : genèse, p. 255-256.

147 Plus profondément encore, sur « le silence nécessaire qui entoure le pouvoir légitime », voir les réflexions de Chiffoleau (Jacques), « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xiie au xve siècle », A.E.S.C., mars-avril 1990, n° 2, p. 289-324 et spécialement p. 311.

148 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 77.

149 O.R.F., t. II p. 518. Pour un texte postérieur à 1532, voir t. IX n° 946 p. 634 et sq. (20-8-1539).

150 Certaines des provinces concernées, comme le Rouergue et le Périgord, possèdent des États particuliers : Doucet, Institutions, t. I p. 340 et 354-355. Mais aucune allusion n’y est faite dans les lettres, qui ne sont en rien des commissions pour la tenue des États.

151 B.N. fr 2940 f° 4 [16-10-(1522)]. Contrairement à l’acquit de février 1522, cette lettre n’a pas valeur de garantie particulière. Rien ne « justifie » donc une particulière solennité.

152 O.R.F., t. VIII p. 440 note 1.

153 O.R.F., t. III p. 177.

154 Ibid., t. III p. 33 et 175 ; t. VIII p. 441.

155 Ibid, t. III p. 98.

156 OR.F., t. III p. 175.

157 A.N. I 966, 19/1 [7-3-(1536-1538)].

158 O.R.F., t. I p. 394. Duprat ne tente pas autrement de justifier devant le Parlement des créations d’offices. 11 « est besoin couler et passer beaucoup de chose [...] pour éviter plus grant inconvénient » : Buisson, Duprat, p. 257.

159 O.R.F., t. I p. 193 ; t. III p. 203.

160 Tommaseo, Relations, p. 403 (relation de 1561).

161 Voir sur ce point les remarques de Descimon (Robert), « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur ou roi magistrat ? », Revue de synthèse, juillet-décembre 1991, quatrième série p. 466-467.

162 Jouhaud (Christian), Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, 1985, p. 129.

163 Réflexions sur les relations entre libéralité et impôt dans Guéry, Roi dépensier, passim et en particulier p. 1262.

164 Cité par Knecht, Francis I and the « Lit de justice », p. 67. Guillart s’inscrit dans toute une tradition de la fin du Moyen Age, qui s’est largement exprimée aux Etats de 1484. Voir aussi, à titre d’exemple, Lewis (Peter), Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, Paris, 1992, t. III p. 120-123. Dès le XIVe siècle, l’argent destiné à payer les gens de guerre est détourné à d’autres fins.

165 O.R.F., t. III p. 33 et 66.

166 Voir dans un domaine en définitive pas si éloigné la réflexion de Chevalier, Bonnes villes, p. 290 : « Les honnêtes gens, pas plus que les malfaiteurs, n’ont la claire notion d’un ordre public qui se surimposerait efficacement à la crainte du péché ».

167 Cité par Guéry, Roi dépensier, p. 1257.

168 O.R.F., t. I p. 192.

169 Ibid., t. III p. 67.

170 O.R.F., t. III p. 98.

171 Ibid., t. IX p. 70 et t. III p. 175.

172 A.C. Agen, BB 26 f° 290 (22-9-1540).

173 Lecoq, François Ier imaginaire, p. 346.

174 O.R.F., t. 1 p. 394.

175 Davis (Natalie), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, 1988, p. 94.

176 O.R.F., t. I p. 193 ; t. V p. 190.

177 Davis, op. cit. p. 240.

178 O.R.F., t. VIII p. 442.

179 Ibid., tIV p. 46.

180 B.N. fr 2940 f° 4.

181 O.R.F., t. VIII p. 441.

182 A.N. J 965, 4/1.

183 Casati, Lettres royaux, p. 29. La date retenue par Casati (23-4-1515) est très certainement erronée. Le document est sans doute du 23-4-1517.

184 Il y aurait beaucoup à dire, par ailleurs, sur le rapport à l’argent dans la société du temps, qu’il s’agisse par exemple des hommes d’église, des parlementaires ou de la noblesse, Voir, à titre de piste à suivre, les réflexions de la conclusion de Bayard, Eglise et financiers, p. 24.

185 B.N. fr 3048 f° 1.

186 Isambert, Recueil, t12 p. 560.

187 Hocquet (Jean-Claude), « L’impôt du sel contre la modernité de l’État », dans Genêt, L’État moderne : genèse, p. 119-120.

188 O.R.F., t. VI p. 256.

189 B.N. fr 5086 f° 36.

190 Bouchet, Annales, p. 371.

191 O.R.F., t. 111 p. 235. A cette occasion, les cas de quatre « usuriers » sont évoqués : trois marchands, de Sarlat, Périgueux et « Nanteul » (= Nantheuil) en Périgord, plus Marie Julhard, veuve de Jehan Tixendier, sans état indiqué.

192 Versement de fonds par acquit du roi du 2-8-1532 : A.N. J 958 n° 4, dépenses, n° 1. Voir aussi le mandement non daté au trésorier de l’Épargne pour délivrer 1200 lt aux conseillers qui ont vaqué aux procès contre les usuriers par ordonnance de Jean Prévost et Nicole Quélain : C.A.F., t. VII n° 25628.

193 Si le Jehan Houel de l’affaire est bien le même que Jehan Houet, marchand bourgeois de Paris cité en 1545 dans Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 1875. Pour l’ensemble du dossier, voir Bourgeois de Paris, Journal, p. 428 et 440 ; Driart, Chroniques, p. 175 ; B.N. Dupuy 623 f° 57 ; fr 15633 fos 175-177.

194 C.A.F., t. IV n° 13877 (28-5-1544).

195 C.A.F., t. V nos 14977 (9-4-1546) et 15212 (9-7-1546).

196 Dumoulin, Contractz, f° 126 v°.

197 Spont, Documents, p. 336 (article IV).

198 Bodin, République, p. 893.

199 Claude de Rubys cité dans Doucet, Grand Parti, 1re partie, p. 496.

200 A titre d’exemples, les remarques de Monluc et de Boyvin. Le premier, évoquant les trésoriers, précise que si de l’argent transite par eux, « quelque chose leur demeure tousjours dans les pattes » : Monluc, Commentaires, p. 815. Boyvin, par deux fois en 1557, revient sur ce thème. Une somme doit être rassemblée à l’initiative du connétable, en dehors de l’administration financière, pour éviter que « les trésoriers, les pensées desquels ne s’estendent pas plus avant que leur vie, [y] fassent la moindre bresche ». Quelques mois plus tôt, Boyvin escorte lui-même des fonds jusqu’en Piémont « sans passer par les mains des trésoriers, qui y feraient quelque bresche » : Boyvin, Mémoires, p. 278 et 269.

201 Cité et resitué par Spont, Semblançay, p. 208.

202 O.R.F., t. VI p. 244 (1-6-1532).

203 Ibid, p. 246 et sq.

204 Voir Jouanna, Ordre social, p. 127-128 et Fogel (Michèle), « Modèles d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », dans Genet (Jean-Philippe) et Le Mené (Michel), Genèse de l’État Moderne. Prélèvement et redistribution, Paris, 1987, p. 227-235.

205 Cité dans Dubost (Jean-François), « Absolutisme et centralisation en Languedoc au xviie siècle », R.H.M.C., juillet-septembre 1990, p. 369. A suivre Michèle Fogel (op. cit., note précédente), la confusion des états, marquée par les usurpations roturières, est plutôt un thème des ordonnances du XVIe siècle, et l’excès de luxe, qui ruine directement la noblesse, plutôt un leitmotiv des textes du XVIIe siècle.

206 Isambert, Recueil, t11 n° 46.

207 Bourgeois de Paris, Journal, p. 50-53.

208 Meynial, Etudes sur l’histoire financière, p. 471. Le texte, outre les aspects somptuaires et le désir de d’interdire « la superfluité des despens », aggrave aussi les peines prévues pour les délits financiers.

209 Voir B.N. fr 3876 f° 297 (Lallemant) et fr 17527 f° 187 v° (Bohier) ; A.N. J 958 n° 14 (Ruzé) ; Carré de Busserolle. Dictionnaire, vol. 1.1. I p. 188 (Beaune). Le dossier de Besnier est le plus étoffé : Bourgeois de Paris, Journal, p. 427 ; Driart, Chroniques, p. 158 ; Guiffrey (éd), Cronique, p. 107 ; François (Alexis), Meigret, p. 25-26.

210 Bourgeois de Paris, Journal, p, 313 : « Fut condamné le dict maistre Jehan Ruzé, recepveur général, d’assister [...], aiant la teste nue et à genoulx, sans rien dire ».

211 Bourgeois de Paris, Journal, p. 440.

212 Voi r les analyses de Gauvard (Claude), « De Grâce espécial » Crime, État et société en France à la fin du Moyen Age, Paris, 1991, vol. 2, p. 745-749.

213 Bourgeois de Paris, Journal, p. 409.

214 Ibid., p. 307 ; Versoris, Livre de raison, p. 199. Les sources diffèrent sur le couvre-chef du condamné. Pour Versoris, il quitte la Bastille tête nue. Pour le Bourgeois de Paris, il part avec un bonnet, qu’on lui ôte ensuite. Driart, Chroniques, p. 128 le fait aussi quitter la Bastille « son bonnet en sa teste ».

215 Favier, Marigny, p. 217.

216 Spont, Semblançay, p. 263-264.

217 Guiffrey (éd), Cronique, p. 109 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 462. Rey (Auguste), Fin de Poncher, p. 95-96 pense avoir retrouvé la trace de sa sépulture à Esclimont. Mais, selon toute apparence, il confond le trésorier de Languedoc avec son fils et homonyme, qui est effectivement maitre des requêtes comme le porte Pépitaphe attribuée à son père, détail où Rey veut voir un moyen de dissimulation supplémentaire.

218 Spont, Semblançay, p. 275 note 4.

219 B.N. fr 3943 f° 65.

220 Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.

221 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 108 et 136.

222 Voir les textes des 30-3-1515 (avènement), 25-9-1523 (trahison de Bourbon), 14-2-1525 (campagne de Pavie), 18-3-1528 (campagne de Naples) : C.A.F, t. I n° 160 et 2120 ; O.R.F., t. III p. 302, t. V p. 137. Après Azincourt, c’était déjà la première mesure prise par les autorités.

223 B.N. fr 3048 f° 85 [2-6-(I528) J ; A.N. KK 352 f° 31 v°. Le Grand Conseil déclare Acarie « incapable à jamais de tenir et exercer offices royaulx ». François Charbonnier lui succède à la trésorerie des offrandes en mai 1528 : A.N. KK 101.

224 B.N. Dupuy 623 f° 33 v°.

225 Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.

226 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 23.

227 Champollion-Figeac, Captivité, p. 395.

228 B.N. fr 3048 f° 183.

229 Barrillon, Journal, t. I p. 281.

230 B.N. fr 2963 f° 181 ; Rott, Représentation, t. I p. 394.

231 A.N. J 818 n° 2.

232 O.R.F., t. VI p. 154 et 155.

233 B.N. fr 3876 f° 297 ; fr 4310 f° 76 ; Dupuy 38 f° 227 ; Joly de Fleury 2504 f° 71.

234 Versoris, Livre de Raison, p. 114, 119, 120 et 121.

235 Spont, Semblançay, p. 206 et note 3.

236 R.D.B.V.P., t. I p. 291.

237 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 98.

238 Champollion-Figeac, Captivité, p. 374-375.

239 Spont, Semblançay, p. 243, notes 2 et 3.

240 R.D.B.V.P., t. I p. 292.

241 Aucune allusion à une quelconque ferveur dans le Bourgeois de Paris, Journal, p. 283-284. A la fin de l’année, le roi séjourne dans la région, à Vincennes, Saint-Denis, Ecouen ou Saint-Germain, « sans venir en la ville de Paris, sinon que par nuict » : ibid., p. 300.

242 Versoris, Livre de Raison, paragraphe 424.

243 Voir ses réflexions et la pièce en vers intitulée « Le défaut du Garillant » : Auton, Chroniques, t. III p. 339-345.

244 Spont, Semblançay, p. 89 note 3.

245 Bouchet, Annules, p. 371.

246 B.N. fr 3048 f° 89 [11-10-(1526)].

247 Cité par Wolfe. Fiscal System, p. 72 note 11.

248 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 233-234.

249 Voir la mise au point de Spont, Semblançay. p. 186-188.

250 Voir Paris, Etudes, p. 191.

251 Monluc, Commentaires, p. 612.

252 B.N. fr 17527 f° 13.

253 Bouchet, Annales, p. 380.

254 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195.

255 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 61.

256 Bourgeois de Paris, Journal, p. 460-461.

257 Voir Dessert (Daniel), « Le « laquais-financier » au Grand Siècle : mythe ou réalité ? », xviie siècle, n° 122, janvier-mars 1979, p. 21-36.

258 Cité par Rey (Auguste), Fin de Poncher, p. 92.

259 Maugis, Parlement, t. I p. 357-359.

260 Tommaseo, Relations, p. 305.

261 Guéraud, Chronique, n° 13.

262 R.D.B.V.P., t. III p. 107-109.

263 Voir les remarques de Schnapper, Rentes, p. 284-285 : « On craint l’usure très sincèrement et on se méfie du crédit [... ]. Et comme les banquiers sont souvent italiens ou allemands, un peu de xénophobie donne une base politique à ces conceptions, dans les milieux parlementaires. »

264 Voir, à la fin du siècle, les remarques d’Antoine Hotman (qui datent de 1598) publiées dans Opuscules françoises des Hotmans, Paris, 1616, p. 179 : « Moyennant qu’un homme riche soit homme de bien, les autres n’en sentiront aucun dommage. [...] Moyennant que ce soit sans faire tort à autruy et sans injustice, plus y aura de riches en ce monde, plus y aura de gens de bien. [...] Plus un homme est riche, plus il est heureux, et plus il a de moyens de bien faire ».

265 Versoris, Livre de Raison, p. 147.

266 A.N. M.C. XLIX 74 (27-4-1545) et R.D.B.V.P., t. III p. 231 (9-12-1550) ; Croix (Alain), La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie - la mort - la foi, Paris, 1981, t. II p. 1265 ; A.C. Nantes, GG 712 f° 34 v°.

267 Versoris, Livre de Raison, p. 113. Même cas de figure un siècle plus tard pour Sébastien Zamet qui « fut pleuré des pauvres pour sa charité et ses libéralités » : Bayard, Église et financiers, p. 20.

268 Versoris, Livre de Raison, p. 160. Étrangement, Versoris désigne ici le mort comme le « trésorier de La Croix », alors que celui-ci est disparu en fait dix ans plus tôt, en mars-avril 1515. Même si la confusion demeure étonnante, il ne peut s’agir que d’un lapsus, en l’absence d’autre La Croix dans les finances parisiennes du temps, le trésorier de France Pierre Legendre s’éteignant précisément à Paris le 13 février 1525.

269 O.R.F., t. VI p. 244.

270 Charpin-Feugerolles, Florentins, p. 27 et 29 ; Vial, Cléberger, p. 88 et sq. et p. 100 et sq.

271 Garin (Eugenio) (dir.), L’homme de la Renaissance, Paris, 1990, p. 243. Ce type de comportement, à la fois dans le public et chez les hommes d’argent, persiste longtemps. Voir les remarques de Stern (Fritz), L’or et le fer. Bismarck et son banquier Bleichrôder, Paris, 1990, p. 564 sur l’importance de la philanthropie, les exceptions confirmant la règle. Ainsi, peu de gens sont affligés en 1879 à Londres par la mort de Lionel de Rothschild parce qu’il « n’a pas su se faire aimer et n’a presque rien fait pour les pauvres ».

272 Bouchet, Annales, p. 498 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 454.

273 B.N. Dupuy 736 f° 154.

274 Versoris, Livre de Raison, p. 114 ; Spont, Semblançay, p. 192 note 5 et p. 209 note 4 (qui parle par erreur de Guillaume Badonvilier).

275 Favier, Marigny, p. 215.

276 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 61-63. Deux autres textes du même type dans B.N. fr 24029 f°135 (dorénavant « première épitaphe ») et Bouchet, Annales, p. 413 (dorénavant « seconde épitaphe »). Y ajouter bien sûr la célébrissime épigramme de Marot et une autre moins connue citée par Spont, Semblançay, p. 263 note 3.

277 Bouchart, Grandes cronicques, f° 258 v°.

278 Ce type de discours existe pourtant dès l’époque : un poème anti-Duprat de 1525 dénonce les origines sociales indignes du chancelier : « Toy, filz d’un faiseur de sabotz, portes des robes de drap d’or. » Champollion-Figeac, Captivité, p. 376.

279 Spont. Semblançay, p. 112-114.

280 Mollat, Cœur, p. 350-351. Pour le jugement sur J. Cœur, la profondeur des oppositions politiques chez les chroniqueurs (entre « Bourguignons » et « Royaux » avant tout) vient brouiller les choses. Rien de tel pour Semblançay.

281 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195-196.

282 Voir Spont, Semblançay, p. 206 note 1 : une lettre de Louis Martine prouve qu’une enquête a bien lieu. La façon qu’a Martine d’enchaîner les faits fournit un bon exemple de la logique des connexions : il y a tellement de liens entre la baronnie de L’Aigle et Semblançay qu’il ne peut qu’y avoir quelque chose de vrai dans les soupçons royaux.

283 Bouchet, Annales, p. 412 : Bourgeois de Paris. Journal, p. 306 ; Versoris, Livre de Raison, p. 200. Rappelons que le thème du quasi-roi est un lieu commun du temps.

284 Auton, Chroniques, t. III p. 336-337 ; Bourgeois de Paris, Journal, p. 308.

285 Voir la synthèse des faits dans Spont, Semblançay, p. 262-263.

286 Favier, Marigny, p. 217.

287 B.N. fr 17527 f° 11 v°.

288 Ce type de propos est un lieu commun dans la bouche des disgraciés, à l’échelle européenne. « If I had served God as diligently as I have done the King, he would not have given me over in my grey hairs » affirme Wolsey en 1529 : Guy, Tudor England, p. 115. Un bon siècle plus tard, Olivares lui fait écho. « Il ressassait, écrit John Elliott, l’inconstance des choses et l’ingratitude des hommes et la fatale erreur qu’il avait commise en plaçant sa confiance dans les hommes plutôt qu’en Dieu » : Elliott (John), Olivares (1587-1645). L’Espagne de Philippe IV, Paris, 1992, p. 778.

289 Favier, Marigny, p. 198, 209 et 215.

290 Bouchet, Annales, p. 413.

291 Songeant au maréchal de Brissac, François Boyvin parle de ces chefs d’armée qui « ne se doivent jamais reposer sur les promesses et paroles de ceux qui gouvernent ». Évoquant les déboires habituels des troupes françaises en Italie il ajoute : « Qui en demanderait des nouvelles à ce bon seigneur de Semblançay, il dirait que les grands en ces demeslemens jouent de la vie des petits, comme fit madame la Régente de la sienne » : Boyvin, Mémoires, p. 186.

292 Bibliothèque de l’Institut, Godefroy 284 f° 11.

293 Driart, Chroniques, p. 128.

294 Brantôme, Oeuvres complètes, t. III p. 90. Malgré l’emploi du mot « compère », aucun document ne permet de supposer que le roi aurait été le parrain d’un des enfants de Semblançay.

295 Cité dans Clément, Trois Drames, p. 213.

296 Voir pour un aperçu sur Montaigu : Autrand, Charles VI, Paris, 1986, p. 437-439.

297 B.N. fr 17527, f° 11 v°.

298 Doucet, Parlement ¡525-1527, p. 238.

299 B.N. fr 17527 f° 51.

300 O.R.F., t. VI p. 24-27.

301 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 240 note 1. Laydet est par ailleurs un conseiller-clerc de la « fournée » de création de 1522 : C.A.F., t. VI n° 25991 (18-6-1522), ce qui ne contribue sans doute pas à le rendre populaire.

302 Une réflexion de Denis Crouzet ouvre plus largement cette piste : « C’est par le langage que le roi se fait obéir de ses sujets, par le mythe, et il est évident que la fragilité de l’architecture étatique renaissante tient à ce que tout est construit moins sur une réalité du pouvoir absolu que sur le pouvoir rhétorique des images et des rituels » : « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV », Revue de synthèse, juillet-décembre 1991, quatrième série, n° 3-4, p. 424.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540