Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Deuxième partie. Réformes et poursuites : un règne mouvementé

Chapitre V

Le contrôle des finances : un enjeu politique

Texte intégral

1L’Europe de la Renaissance n’ignore pas le mythe du pouvoir plus ou moins occulte de l’homme d’argent. Plusieurs figures emblématiques peuvent être évoquées, de Cosme de Médicis à Jacob Fugger. En France, plutôt qu’à des banquiers, il faut songer à Jacques Cœur ou à Semblançay. Mais, outre la différence de notoriété, la comparaison des destins est révélatrice : d’un côté de spectaculaires réussites, de l’autre des chutes non moins spectaculaires. Ceci nous incite à prendre doublement conscience de la spécificité du contexte français. Les grands financiers sont directement au service de l’État et ils agissent dans le cadre d’une monarchie puissante qui peut et sait se donner les moyens de les briser si nécessaire.

2En fait, il ne s’agit pas ici d’une simple question d’individus. Au début du XVIe siècle, tout un groupe, celui de « Messieurs des finances », est concerné. Le règne de François Ier est en effet décisif pour la destinée de ce petit noyau qui peut apparaître en 1515 comme un lieu de pouvoir financier. Il n’est évidemment pas le seul, ni même le principal d’entre eux : au centre du dispositif se tiennent déjà le roi et son Conseil. L’enjeu essentiel de ce chapitre est donc de dégager l’évolution des relations des diverses instances et des quelques individualités, roi inclus, qui sont les maîtres des choix dans le domaine des finances monarchiques. Cette approche permet de mettre en évidence le processus de la décision politique, aux plus hauts niveaux de l’État de la Renaissance.

3Mais il est souvent bien délicat d’éclairer dans le détail ce processus, en raison du caractère extrêmement lacunaire de la documentation. Ainsi seules quelques bribes des archives du Conseil ont subsisté jusqu’à nous. Il faut donc se plonger dans les correspondances du temps pour tenter d’arracher quelques lueurs. D’autant qu’étudier la vie politique, alors que le jeu des acteurs est mal connu, expose à un travers auquel il est parfois bien difficile d’échapper : celui de reconstituer une cohérence explicative en se référant à des pratiques et des comportements politiques qui nous sont plus familiers.

I. Le déclin politique des grands officiers de finance

A. Une menace politique ?

1. « Messieurs des finances », une structure de décision ?

4Deux remarques préalables s’imposent. Tout d’abord, l’attention se concentre ici sur le collège des généraux des finances et, accessoirement, celui des trésoriers de France : « Messieurs des finances », ce sont eux. Ensuite, une part importante de la documentation qui sert à étayer ce paragraphe provient du temps des poursuites. Elle apparaît alors doublement biaisée pour notre propos : par certains des accusés d’une part, qui cherchent à se dédouaner et à déplacer les responsabilités, par l’accusation elle-même d’autre part, lorsqu’elle avance des éléments peut-être infondés et des faits parfois difficiles à vérifier. L’utilisation rétrospective des sources est donc ici spécialement délicate et comporte des risques qu’il ne faut pas négliger.

  • 1 Jacqueton, Documents, p. 199 et 201 : citations extraites d’un traité sur les finances.
  • 2 Jacqueton, Épargne, 1re partie, p. 5.
  • 3 Clément, Trois drames, p. 398.

5Un faisceau d’éléments se dégage cependant, qui tend à mettre en évidence l’importance de ces grands officiers au début du XVIe siècle, importance telle qu’elle paraît pouvoir leur donner prise sur la décision politique au plus haut niveau. Au sein du collège des ordonnateurs, les divers membres disposent d’une compétence qui ne se limite pas à leur seule circonscription d’exercice. Même si trésoriers et généraux ont « plus grand esgard en ung lieu que en l’aultre », ils sont « ordonnez sur toutes icelles finances » et ont « regard partout »1. Certains historiens n’hésitent pas à parler de « surintendance collective » du groupe sur l’ensemble des revenus de la monarchie2. En théorie, le président de cette sorte de commission des finances est le général de Lan-guedoïl. Dans les faits, la répartition de l’autorité dépend du prestige respectif des divers titulaires. Le jeune général de Languedoïl Guillaume de Beaune, dont le principal titre à faire partie du collège est d’être le fils de son père, affirme que, lors des délibérations, il se gouverne sur ses aînés, « signant aucunes fois après eulx sans regarder que s’estoit »3. Certes, il s’agit de se justifier au temps des poursuites, mais la chose en soi n’a rien d’étonnant : il est sûr que face à Thomas Bohier ou Jaques Hurault, en 1516 ou 1518, son avis compte peu.

  • 4 Spont, Semblançay, p. 59 et 62.
  • 5 Maulde, Procédures politiques, p. 710-711.
  • 6 Spont, Documents, p. 322. Voir les remarques de Chevalier, Tours, p. 341 à ce sujet.

6Le poids d’ensemble du groupe paraît aller croissant. Un exemple local tend à montrer qu’il s’agit d’une volonté délibérée. Comme général de Languedoc, Semblançay lutte sous Charles VIII contre le visiteur général des gabelles pour asseoir son autorité sur le trafic du sel et faire « augmenter et croistre les droits dudit office de général et le prouffit et authorité » de la charge. Or, après l’arrivée de Louis XII sur le trône, Semblançay parvient à réaliser l’essentiel de son objectif4. Mais c’est sans doute avec le système du crédit, au sein duquel les généraux tiennent de plus en plus de place, que l’on mesure le mieux le phénomène. Lors de l’affaire du prêt de Duprat en 1505, qui consulte-t-on ? Les généraux. Qui demande à Duprat de prêter ? Les généraux. Qui avance les fonds à Duprat ? Encore eux. Qui prend ensuite en charge l’organisation du remboursement ? Toujours eux5. Et on sait le rôle qu’ils jouent dans les relations avec les marchands-banquiers lyonnais. En fait, beaucoup les soupçonnent d’avoir la haute main sur tout l’appareil financier de la monarchie. Eux qui ne sont pas comptables sont accusés, conjointement avec Semblançay, d’avoir « levé et receu par chacun an tous les deniers de [leurs] charge[s] ou la pluspart »6. De plus, le collège des généraux connaît une certaine expansion. À condition d’admettre que certains de ceux qui abandonnent leur office conservent une activité financière, ce qui n’est guère douteux. Le relais en Languedoïl entre Semblançay et son fils en 1516 ne met évidemment pas le père sur la touche. En septembre 1522, Henri Bohier abandonne le Languedoc à Jehan de Poncher. Cependant, en tant que bailli de Maçon et sénéchal de Lyon, il continue apparemment à jouer un rôle, en particulier sur le marché du crédit. Enfin, en novembre suivant, Raoul Hurault divise son généralat, conservant la Bourgogne, outre le comté de Blois, et cédant l’Outre-Seine à Morelet de Museau. Ainsi le groupe s’étoffe-t-il.

  • 7 Ibid., p. 322-323 (article V).

7Or, parallèlement, « Messieurs des finances » sont aussi accusés d’avoir multiplié les commissions financières extraordinaires, « pour pourvoir leurs parens, affins et serviteurs »7. C’est l’hydre du clan familial proliférant, constitué par les grands officiers et leurs fidèles, qui est ici dénoncée. Il est vrai que l’accusation a de quoi être étayée. En 1523, Semblançay est en effet le père du général de Languedoïl, le beau-père de celui de Bourgogne, le grand-oncle de celui de Languedoc, et l’oncle par alliance de celui de Normandie. On pourrait multiplier les liens, en évoquant tous ceux qui sont tissés par la famille Briçonnet. La mère de Jehan de Poncher et l’épouse de Thomas Bohier en font partie, tout comme la femme de Morelet de Museau ou celle du trésorier de France Pierre Legendre.

  • 8 Un exemple en A.N. Zla 54 f° 173 v° et sq.
  • 9 Valois, Étude historique, p. LXIII.
  • 10 Spont, Documents, p. 321.
  • 11 Spont, Semblançay, p. 126 note 3.

8Il est vrai qu’une telle tendance est commune à tous les corps d’officiers, voire à la plupart des milieux professionnels. Mais, ici, l’enjeu est exceptionnel car « Messieurs des finances » donnent l’impression de former une véritable puissance avec laquelle il faut compter. Vus d’en bas, les « généraulx des finances, et qui avoient toute puissance sur le fait d’icelles », sont des personnages auxquels on ne désobéit pas, même lorsque leurs initiatives financières vont à rencontre des prescriptions de l’État général des finances8. Au sommet, une règle est établie le 2 décembre 1484 : « Les requestes que seront doresnavant présentées au Conseil qui seront deppendans ou toucheront fait de finance, seront envoyez aux trésoriers ou généraulx des finances, selon que à chascun la matière pourra toucher et appartenir »9. Le roi Charles VIII croit devoir apporter cette précision au sujet de fonds qui lui auraient été fournis comptants : « Ne commanda jamais depescher lesditz acquictz [pour les obtenir], sinon qu’il eust premièrement esté délibéré et advisé par les généraulx qu’il se devoit ainsi faire ». Ce sont eux en effet qui ont été « inventifs desditz acquicts »10. Lorsqu’en avril 1516 François Ier met sur pied une crue de taille, il la justifie par la hausse des dépenses et ajoute : « Quelques retranchemens et recullemens que ayons faitz sur toutes les parties de nostre estât, où nous avons vacqué par plusieurs journées avec les gens de noz finances »11. Ce sont donc semble-t-il « Messieurs des finances » qui ont secondé le roi dans sa tâche, et non le Conseil.

  • 12 Harsgor, Recherches, p. 380 et sq. L’absence de signature, révélatrice en elle-même, ne signifie ce (...)

9Les rapports du collège des ordonnateurs avec cette dernière instance constituent évidemment le cœur du problème. Sous Charles VIII et Louis XII, les grands officiers de finance sont largement présents au Conseil du roi, y compris lorqu’il est question de matières non financières, comme en témoignent leurs signatures relevées par Mikhael Harsgor12. Pour les généraux qui poursuivent leur carrière sous le règne de François Ier, on relève ainsi dix-sept mentions de Jacques Hurault, neuf de Semblançay, cinq de Thomas Bohier, ainsi que seize du trésorier de France Florimond Robertet. Mais il est beaucoup d’autres séances où se marque leur présence « en corps » : les documents évoquent douze fois « les généraux », trois fois « les trésoriers de France » et six fois les « gens de finance ». Ce dernier point montre bien qu’il ne s’agit pas seulement d’une reconnaissance individuelle, telle qu’elle se manifeste par exemple sous Louis XII pour Robertet.

  • 13 Spont, Semblançay, p. 129, 130 et 132. On retrouve cette hésitation, ou du moins une nette différen (...)
  • 14 Voir Jacqueton, Documents, n° X p. 100.
  • 15 Spont, Semblançay, p. 137-138.

10Sur les relations entre grands officiers de finance et Conseil, l’approche des historiens est souvent embarrassée. A preuve les propos d’Alfred Spont à quelques pages d’intervalle. Les généraux apparaissent comme des auxiliaires qui « ne se réunissent que sur l’avis du Conseil privé ». Mais ces techniciens sont en même temps des partenaires indispensables et, en matière de finance, « le Conseil ne peut rien faire sans eux ». Allant plus loin, Spont voit même dans les généraux un « quatuorvirat » rival du Conseil du roi13. De fait, les généraux se réunissent hors des séances de ce dernier en un conseil spécifique où est discuté tout ce qui a trait aux finances14. Pour la mise sur pied de l’État général, leur « comité » joue donc un rôle essentiel. C’est le cas à la fin de décembre 1516, lorsque le roi envoie Semblançay à Tours « en la compaignie de MM. les généraulx, pour estre avec eulx à son affaire pour Testât et incontinant le luy porter à Romorantin ». Même si l’État général doit être arrêté en Conseil, l’intervention de celui-ci a dû être des plus brèves, car les états particuliers sont envoyés dès le milieu de janvier aux divers généraux, qui se sont entre temps séparés15. Le comité des ordonnateurs a visiblement fait l’essentiel du travail pour ce document qui engage fortement la politique royale.

  • 16 Antoine, Administration centrale, p. 512 ; Rey, Finances de Charles VI, p. 169-170.
  • 17 Du Lys, Traicté sommaire, p. 14.

11On peut soutenir avec Michel Antoine que « le monarque n’avait pas voulu, au-dessous de lui, une monarchie financière. Il lui préférait une double oligarchie ». Est-ce dans l’espoir de diviser sinon pour régner, du moins pour limiter les pouvoirs de chacun et pour arbitrer ? Il n’en reste pas moins que les propos de Maurice Rey pour le règne de Charles VI conservent au début du XVIe siècle une grande actualité : « Dans le désir qui le tenaillait de faire rentrer en hâte les sommes qui lui manquaient alors, le gouvernement royal ne cédait-il pas trop à la légère à la tentation de s’en reposer sur quelques hommes peu nombreux, mais mieux que personne au courant de ce qui se passait ? »16. Reste à analyser comment les cercles dirigeants ressentent cette situation. Les remarques de Charles du Lys, quoique largement postérieures, nous en donnent peut-être un aperçu. Les généraux, maîtres des finances « extraordinaires » en un temps où le domaine ne compte plus guère, « avoient de grandes occupations, puissances et authoritez, manians seuls un si grand revenu, le plus beau et quasi le total de toute la France. Ce qui les fit grandement envier, et entreprendre sur eux souz prétexte de les soulager »17.

  • 18 Spont, Documents, p. 339 (article VII).
  • 19 Spont, Semblançay, p. 178 et note 4.
  • 20 Potter, Picardy, p. 183 (d’après B.N. fr 3028 f° 64).
  • 21 B.N. fr 2987 fos 15 et 41.

12Certes il est facile de nuancer le tableau qui vient d’être dressé et qui fait de Messieurs des finances une puissance. Bien des arguments sont disponibles, dont le moindre, on le retrouvera, n’est pas leur fragilité financière. Le collège perd aussi beaucoup de sa cohérence quand on sait qu’il est la plupart du temps dispersé aux armées et aux quatre coins du royaume. On mesure les limites de l’autonomie quand on voit Semblançay affirmer que, pour passer un marché de munition, « n’en a jamais voulu faire conclusion sans premier en advertir le conseil du Roy ou le maître de l’artillerie »18. Mais qu’importe : au plus haut niveau, au début des années vingt, l’idée fait son chemin que, devant la monopolisation par une étroite coterie des fonds et de l’information financière, il n’est plus guère possible de savoir la vérité, voire de garder prise sur la politique financière. En septembre 1521, Bonnivet se croit obligé d’envoyer lui-même au roi un état détaillé de sa situation financière, « pour ce que je croys que MM. de voz finances delà vous donnent à entendre qu’ilz m’ont satisfait à tout ce qui m’est nécessaire ». Touchant le Milanais, deux mois plus tard, Louise de Savoie ne sait plus que croire, et les assurances de Semblançay ne lui suffisent plus : « Sans faire que ceulx des finances qui sont par-delà s’entre entendent avec led de Samblançay, il seroit impossible d’y congnoistre et savoir ce qu’il y fault faire, et pource fault-il que ils dient ouvertement ce qui leur a esté fourny et ce qui reste »19. Convaincu que « Messieurs des finances » mentent, Bonnivet déclare en octobre 1522 à Montmorency qu’il préférerait être « passé par les picques » plutôt que d’avoir affaire à eux20. Un an plus tard, le Bâtard de Savoie évoque dans une lettre, également destinée à Montmorency, une somme de cent mille lt qui doit parvenir à l’armée d’Italie. Il prend alors bien soin de préciser : « Si ce que l’on a dit au Roy est véritable », et d’ajouter : « On a derechef asseuré led sgr qu’elle a esté envoyé ». L’insistance est à mon sens révélatrice des préventions des conseillers du roi. Au début de janvier 1524, le propos est encore plus net. Il concerne les trésoriers des guerres : « Il me déplaist de la faulte des promesses aultant que à personne qui vyve, mais vous congnoissez les gens à qui l’on a affaire. Et soyez seur que, des promesses qu’ilz ont faictes […], l’on fera tel devoir de les solliciter qu’ilz seront comme contraincts de non y faillir »21. Ce florilège témoigne clairement de l’érosion de la confiance. La suspicion s’étend en fait, au-delà du collège des généraux, à tout le monde de la finance. Pour les proches du pouvoir, le risque de manipulation par les spécialistes paraît réel : il devient urgent de redresser la barre.

2. Semblançay homme de pouvoir

13Indissolublement lié aux ordonnateurs dont il ne se sépare légalement qu’en 1516, après plus de vingt ans de généralat, Jacques de Beaune, bientôt baron de Semblançay, ne peut cependant être réduit au rang de simple membre de ce groupe. Son cas, à la fois spécifique et emblématique, mérite un développement particulier. Il est en effet le plus beau fleuron de l’oligarchie urbaine des villes du Val de Loire, et singulièrement de Tours si bien étudiée par Bernard Chevalier. Il a su, avec habileté et grâce à un exceptionnel réseau d’alliances et de relations sociales, négocier en douceur le passage de Charles VIII à Louis XII et celui, plus délicat encore, de Louis XII à François Ier. Dans les deux cas, la continuité est fournie par les femmes. La reine Anne tout d’abord, que sert Semblançay. Puis Louise de Savoie, le tourangeau réussissant le tour de force de rester en grâce auprès de la première tout en obtenant les faveurs de la seconde. Or, on le sait, ces deux dames n’avaient l’une pour l’autre qu’une affection très modérée.

  • 22 Antoine, Administration centrale, p. 512.
  • 23 Rey, Finances de Charles VI, p. 304 ; Dessert, Fouquet, p. 94.

14Semblançay est finalement investi d’une confiance qui dépasse celle qui est habituellement accordée aux officiers dans l’exercice de leurs tâches professionnelles. Si son « pouvoir » de 1518 n’en fait pas, en titre, un surintendant, s’il doit compter avec les puissantes personnalités qui l’épaulent au sein du groupe des généraux, l’estimer surintendant de facto, le considérer comme l’homme qui « exerc[e] en fait […] la direction suprême » des finances, de 1518 à 1523 ne paraît pas exagéré22. À condition bien sûr de ne pas oublier les exigences de la collégialité et la tutelle du Conseil. Semblançay n’est pas un réformateur. On peut lui appliquer la réflexion de Maurice Rey à propos de Pierre des Essarts : « Il ne s’est jamais soucié durant son long stage dans les finances d’améliorer les méthodes imparfaites de son époque ». Ou celle de Daniel Dessert au sujet de Fouquet : « Il connaît admirablement les composantes du système fisco-financier […], système qu’il n’a jamais prétendu vouloir réformer mais dont il sait tirer le meilleur parti »23. Semblançay lui aussi sait jouer de toutes les ressources que lui offre un outil « imparfait ».

  • 24 Spont, Documents, p. 347 (article XX),
  • 25 Ibid., p. 340 (article IX) et 341-342 (article XI).
  • 26 Ibid., p. 349-350 (article XXIII).

15Cependant, ses fonctions officielles nous révèlent-elle l’essentiel de ce qui fonde sa position ? Cela n’est pas certain. Car autour de Semblançay s’est constituée une véritable administration parallèle, qui seconde, voire oriente, l’activité des services monarchiques. Les fonds maniés par les bureaux du tourangeau sont considérables. Son commis Guillaume de Frain aurait brassé quatre millions de lt. Certes, il s’agit avant tout de papiers financiers, mais, à ce niveau, cela n’a rien d’étonnant24. Semblançay entretient des relations directes avec les responsables de l’Extraordinaire des guerres ét règle ses comptes avec eux régulièrement et directement25. En toutes circonstances, il demeure enfin un important bailleur de fonds. Quand le roi fait acheter des objets de luxe « à Millan, Gennes et autres lieux loingtains », c’est Semblançay qui avance l’argent26.

16Sa position de pouvoir lui permet de contourner les procédures ordinaires, surtout à partir de 1518. Quoi de plus révélateur ici qu’une clause de la garantie royale obtenue le 4 novembre 1521, concernant les remboursements de prêts :

  • 27 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71.

« Vous [en] ferez voz rooles [et ordonnances signés] de votre main sans ce qu’il soit besoin en iceulx rolles et ordonnances nommer les person-naiges qui auront fait lesd prestz, ausquels auront esté par nous faiz lesd dons [ = intérêts] et lesquelz nous ne voulons y estre nommez ne qu’ilz soient tenus en bailler aucune quittance, ains seullement vosd ordonnances signées de votre main, que avons auctorisées et auctorisons et voulions estre d’un tel effect et valleur et pareillement lesd mandements que expédirez pour lesd remboursemens comme si par nous ilz estoient expédiez »27.

  • 28 Spont, Documents, p. 333 (article I).

17Semblançay n’est pas comptable. Mais il ne peut être non plus assimilé aux ordonnateurs réguliers. Il a le statut particulier d’homme de confiance. Ceci explique pourquoi les comptables n’hésitent pas à rendre compte sur les parties que Semblançay leur fournit, « sans sçavoir que c’est et si elles sont véritables », comme le souligne un tardif reproche exprimé lors du procès de 152728.

  • 29 Spont, Semblançay, p. 224 note 1. Il n’a eu la gestion de l’argent de Naples que par commandement v (...)
  • 30 Spont, Documents, p. 349 (article XXI) et p. 325 (article VIII).
  • 31 Favier. Marigny, p. 104.

18Cette position spécifique se manifeste aussi dans l’exécution d’ordres verbaux du souverain : « Il estoit prochain de la personne du Roy qui lui com-mandoit faire bailler lesdites sommes pour ses affaires et ainsi il avoit accous-tumé faire »29. L’action de Semblançay se manifeste dans le domaine de « l’extraordinaire des plaisirs » du roi. Il fait fournir des deniers « où il a pieu au Roy et à madite dame luy ordonner ». Il faut donner au mot « plaisirs » un sens très large : se dissimulent en effet sous ce vocable des affaires importantes. C’est ce que semblent corroborer les activités de Michel Chevalier, le maître-clerc de Semblançay : il « faisoit des payemens pour aucuns dons au nom du Roy, et par commendemens dudit sieur de Samblançay faisoit lesdits payemens »30. Ces dons sont-ils des intérêts pour les créanciers ou des versements diplomatiques ? L’ambiguïté du vocabulaire ne permet pas ici de trancher. Au bout du compte, la comparaison ne s’impose-t-elle pas avec Enguer-ran de Marigny qui devient, « avec le roi, le seul ordonnateur des dépenses royales, les trésoriers lui étant subordonnés de fait », et qui crée et entretient un système complexe pour s’assurer « la connaissance exclusive de l’ensemble du service financier »31 ? Lors de la crise militaire et financière de l’automne 1521, Semblançay affirme au roi : « Et se n’avez en vos finances personne de qui je puisse avoir quelque peu d’ayde ne secours ». Cet aveu qui, dans ce contexte précis, vise à justifier des carences, ne peut-il s’entendre aussi comme l’expression de la position exceptionnelle du personnage ?

  • 32 Spont, Semblançay, p. 193 note 4 et p. 194 note 2 ; B.N. fr 2963 fos 65 et 194.
  • 33 Spont, Semblançay, p. 168 et note 5 et p. 164-165 : les cinq autres sont le duc d’Alençon, le Bâtar (...)
  • 34 On pourrait ici évoquer Jacques Cœur : voir l’article de J.L. Biget. Dans un tout autre contexte, u (...)

19Homme en vue, Semblançay fait aux yeux des solliciteurs figure d’intermédiaire privilégié pour faire aboutir une supplique financière. Les notaires et secrétaires du roi s’adressent à lui pour échapper à un emprunt, après avoir vainement parlé au chancelier. La ville de Tours a recours au plus en vue de ses citoyens pour obtenir l’exemption d’un quartier du payement de cent hommes de pied. Il est particulièrement sollicité pour les remboursements les plus divers, depuis les frais d’un voyage en poste entre Rome et Paris jusqu’aux emprunts effectués en Suisse par l’ambassadeur Anthoine de Lamet32. C’est peut-être en 1520, dans les relations avec l’Angleterre, que l’on réalise le mieux le haut niveau atteint par Semblançay. Les grandes négociations financières sont « mises en termes à Guisnes » entre le Bâtard de Savoie, Wolsey et lui. De façon encore plus spectaculaire, au camp du Drap d’or, il est un des six Français, outre le roi, à disposer d’« ung pavillon de toille double tout prest, garny de pantes, franges, boys pour le dresser et cor-daiges »33. Cependant, à ce niveau élevé de visibilité politique, Semblançay se trouve dans une position délicate. En effet, plus il est en vue, plus il s’expose à une éventuelle disgrâce, en raison, entre autres, de ses obligations financières et de sa position sociale34. Plus dure sera la chute.

B. L’élimination politique

1. Le destin de Semblançay

a. L’effacement

  • 35 Spont, Semblançay, p. 193-201.

20Il ne faut cependant pas s’imaginer que l’apparition de la commission des comptes de 1523 marque une rupture dans la place des grands ordonnateurs. Semblançay et les généraux sont présents au sein même du conseil du 17 janvier qui établit cette commission. Elle ne vise, rappelons-le, que les comptables, et son lancement n’a rien de très neuf. En 1517 le général de Languedoc Henri Bohier avait été associé à une initiative du même ordre et, en 1521, Semblançay lui-même avait bien failli prendre la direction d’une telle opération. Les détails fournis par Spont, qu’il est inutile de reprendre ici longuement, soulignent que le tourangeau paraît solide à son poste tout au long de 152335. Le 2 novembre encore, il est appointé de 150 000 lt pour une partie du remboursement de ses avances.

  • 36 Spont, Semblançay, p. 191 et 197.

21Et pourtant, depuis quelques temps déjà, un certain nombre de signes montrent que sa position est moins assurée. Le recul de la confiance se comprend mieux si l’on garde à l’esprit le contexte des campagnes italiennes et de la perte du Milanais. Certes l’affaire des responsabilités financières dans la défaite de La Bicoque (27 avril 1522) relève sans doute pour l’essentiel de la légende. La procédure criminelle contre Semblançay n’y fera d’ailleurs pas la moindre allusion. Cependant, cet échec laisse des traces. Il manifeste une inefficacité dont la macule ne peut épargner le tourangeau. Indirectement, les problèmes militaires mettent en évidence les limites financières du groupe que constituent les généraux et Semblançay. Leur fragilité fait réfléchir sur leur utilité, ou du moins sur la nécessité pour le pouvoir d’en passer systématiquement par eux. Le roi, bientôt, se laisse aller à des menaces. En octobre 1522, au sujet du financement de l’expédition d’Ecosse, le Bâtard de Savoie se fait l’écho dans une lettre au roi des propos que le souverain a tenus au sujet des généraux : « S’il n’y estoit bientost par eulx pourveu, vous ne pourriez avoir cause de vous contenter d’eulx et y donneriez aultre provision ». En juillet 1523, toujours sur cette affaire, François Ier, qui s’adresse ici au seul Semblançay, est plus net encore : « Je m’en prendray à vostre personne, de sorte que je donneray à congnoistre à mes serviteurs que je ne vueil plus estre trompé »36.

  • 37 Bibl. de l’Institut, Godefroy 283 F 1.

22Certes, le roi revient bientôt sur des menaces qui ont, dit-il, « autant duré que la colère ». Mais il y a néanmoins de quoi s’inquiéter. Au début de 1524, en quelques mois, le tournant est pris. L’érection du nouveau trésor de l’Épargne n’y est sans doute pas pour rien. Dans les tous premiers mois de l’année, Semblançay est encore « opérationnel ». C’est ce que révèle une lettre du 17 février que lui adresse Thomas Bohier, alors en Italie37. Cependant, elle évoque aussi, malheureusement sans le moindre détail, les plaintes de Semblançay au sujet « de ce qu’on [lui] faisoit ». S’agit-il de l’arrêt de son remboursement ? Cela est possible. A partir de ce moment, il ne reçoit plus en effet de fonds des caisses royales pour faire face à ses obligations financières. Interruption définitive ou simple suspension en attendant d’y voir plus clair, alors qu’est mise en place une commission sur ses comptes ? La deuxième hypothèse paraît, sur le moment, la plus probable. Cependant le jugement favorable à Semblançay n’entraînera pas de reprise des versements. Il est vrai qu’on est alors au lendemain de Pavie. Si la commission Semblançay aboutit, et si vite, sur un dossier complexe, c’est aussi parce que le principal intéressé est favorable à la reddition de ses comptes et, contrairement aux comptables, ne fait pas traîner les choses. Et cela même s’il multiplie les réserves sur des points de détail et fait parfois preuve d’une maladroite obstination, qui a le don d’irriter. Le quitus final, comme celui de Marigny deux siècles plus tôt, n’est en définitive qu’une faible protection. Il suffira de déplacer les enjeux.

  • 38 Voir deux actes par exemple dans B.N. P.O. 248 (Beaune) not 74 et 75 (8-3 et 15-11-1524).
  • 39 Une lettre mal classée de la correspondance de Wolsey a induit en erreur Doucet, Parlement 1525-152 (...)
  • 40 Clément, Trois drames, p. 190 ; Boislisle, Surintendance, p. 250.
  • 41 Spont, Semblançay, p. 235 et 237 notes 2 et 3.
  • 42 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28. Il s’agit avant tout de baux à rente et à ferme.

23Sur le devenir de Semblançay entre 1524 et 1527, les informations manquent. Spont, à l’exception de la présentation des procédures de règlement de compte, est très peu disert sur cette période. Au cours de l’année 1524, l’homme d’argent déchu exerce encore ses fonctions de bailli et gouverneur de Touraine38. Mais il n’a plus aucune activité financière notable, y compris après Pavie, au printemps de 1525, alors que la gravité de la situation pousse la Régente à faire appel à tous les concours possibles39. La tradition veut qu’il se soit retiré en Touraine. Pour Pierre Clément, il s’établit dès 1524 sur sa terre de la Carte (à Ballan, près de Tours). Selon Boislisle, après son arrêt de compte au début de 1525, il a « toute liberté de se retirer dans une de ses terres de Touraine »40. Mais tous les deux s’appuient sur une source unique et tardive, l’Histoire de François Ier de Gaillard, dont l’exactitude laisse bien souvent à désirer. Cependant, à partir des mentions de localisation contenues dans Spont, entre la fin de 1524 et la fin de 1526, on ne repère effectivement Semblançay qu’à Tours41. Les sources notariales tourangelles viennent confirmer le fait. Ainsi, entre avril 1525 et février 1526, le notaire Foussedouaire passe-t-il onze actes le concernant, et Semblançay n’est qu’une seule fois représenté par procureur, le 8 juin 1525. Sa position en retrait est soulignée par le caractère banal des opérations auxquelles il se livre42.

  • 43 Bouchet, Annales, p. 412.
  • 44 Spont, Semblançay, fac-similé de la lettre du 9-8-1527, entre les p. 260 et 261.
  • 45 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 (20-5 et 3-6-1525) ; A.N. J 958 n° 4, recettes, nos 70-77. D’autres vent (...)
  • 46 A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (13-7-1550).

24Le chroniqueur Jehan Bouchet affirme qu’il est éloigné du roi en 1524 pour avoir refusé de prêter, par manque d’argent43. On comprend aisément que Semblançay, laissé sans remboursement, ne trouve plus guère de crédit et cherche à ménager ce qui lui reste de fortune pour faire face à ses créanciers. Il affirme, à la veille de sa mort, n’avoir pu aider le roi dans les années difficiles de 1525-1526 précisément à cause de ses propres difficultés : « Vous supply, Sire, aiez ceste créance que vous avoir veu en tent d’affaires que vous avez esté depuis, je n’eusse esté si malheureux que je ne vous eusse secouru et de tout ce que j’eusse finer, et vous supply, Sire, entendre que depuis deux ans souvent j’ay esté aux emprunctz pour vivre »44. Le tableau est probablement poussé au noir. Mais quelques indices soulignent que le tourangeau traverse effectivement une mauvaise passe. Les ventes de bois se multiplient, en mai-juin 1525 pour 3 735 lt, en octobre-novembre 1526 pour 2263 lt45. Le 10 novembre 1526, Semblançay emprunte 5000 lt à Jehan Charles, Jehan Mareschal et Jehan Briand, marchands de l’Argenterie46.

25La situation financière de Semblançay, analysée froidement par le monarque et les cercles dirigeants, explique en partie sa mise à l’écart : que peut-on faire d’un homme de finance qui ne peut plus ou ne veut plus avancer d’argent pour les paiements courants ? D’autant que celui-ci ne désespère pas de rentrer en partie dans ses fonds, pour faire face à ses propres obligations. Jean-Jacques Garnier, historien de la fin du XVIIIe siècle, affirme qu’après le jugement sur ses comptes, en janvier 1525, le remboursement de ce que le roi lui devait « lui fut assigné sur les recettes générales de l’année suivante ». On ne sait trop quelle valeur attribuer à cette précision, qu’aucun document contemporain n’étaye. Les projets royaux d’appel de la sentence rendent improbables cette assignation. De toute manière, la crise qui suit Pavie ne permet pas d’honorer ces (éventuels) engagements. Or, toujours aux dires de Garnier, Semblançay s’enferre :

  • 47 Garnier (Jean-Jacques), Histoire de France depuis rétablissement de ia Monarchie jusqu’au règne de (...)

« La prison du roi, les désastres de l’État auroient dû sans doute l’empêcher de solliciter trop vivement le remboursement qui lui avoit été promis, et de se plaindre qu’on lui manquât de parole : mais, trop attaché à sa fortune, il avoit poursuivi avec une sorte d’acharnement, ou son remboursement effectif, ou une nouvelle assignation. Cette démarche envenimée par ses ennemis lui avoit fait tort dans l’esprit du roi »47.

b. L’assaut contre Semblançay : étude critique

  • 48 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 226. Il se base à l’évidence sur les informations fournies par Spon (...)
  • 49 Spont, Semblançay, p. 238 et note 3.

26Cette insistance malheureuse serait donc à l’origine de son sort fatal. Cependant, le chemin est long qui mène de la réclamation, même inopportune, de créances, même importantes, jusqu’au gibet de Montfaucon. Il faut essayer, et c’est bien délicat, de mieux cerner les agents et les motifs de la fin cruelle de Semblançay. Quelques éléments ténus laissent-ils supposer qu’à partir de 1526 il se sent menacé ? C’est du moins ainsi que Doucet interprète les « précautions pour dissimuler sa fortune » qu’il prend alors48. Mais l’ensemble est peu convaincant. Il s’agit plutôt pour lui de faire face à ses créanciers que d’affronter des poursuites monarchiques. Un acte royal mutilé de 1529 mentionne « l’inventaire que ledit feu de Beaune avoit faict en son vivant de tous ses biens ». Spont estime qu’il a été effectué en cette même année 1526, conclusion un peu hasardeuse semble-t-il, puisque rien dans le texte n’étaye vraiment cette datation49. Mais, si elle est recevable, Semblançay n’agit-il pas ainsi pour rassurer ses créanciers en faisant étalage d’un patrimoine encore solide ? On ne voit guère en revanche en quoi dresser un état de sa fortune serait un moyen de dissimuler ses biens, tout au contraire.

  • 50 Voir par exemple Spont, Semblançay, p. 244.
  • 51 Spont, Documents, p. 332 (articles XXXIV-XXXVI).

27Un seul élément, à mon avis, va dans le sens de « précautions » face à d’éventuelles poursuites royales. À la fin de 1526, Semblançay se rend à Paris alors qu’il n’y est pas venu, d’après nos sources, depuis plus de deux ans. C’est là qu’il est arrêté. Ce déplacement est traditionnellement mis en rapport avec les accusations de Prévost, sur lesquelles je reviendrai plus loin50. Même si les deux éléments ne s’excluent pas, il est une autre explication, fort simple : à la suite de la mise sur pied de la commission du 24 novembre 1526, Semblançay éprouve le besoin de venir dans la capitale pour être plus à même de répondre à d’éventuelles accusations sur sa gestion. Son clerc Jehan Guéret met au net à Paris en janvier 1527, juste avant l’arrestation, un cahier des propos que Semblançay devra tenir « pour respondre aux interrogatoyres que on luy pourroit faire sur les abbuz, désordre des finances faictz par luy ou de son temps », pour reprendre la terminologie de ses accusateurs51. Il n’est donc pas venu dans la capitale en villégiature, mais pour préparer sa défense.

  • 52 Spont, Semblançay, p. 201, 243 (et note 1) et 255.

28L’affaire Semblançay comporte, comme il se doit, un méchant en la personne de Jehan Prévost : ancien commis à l’Extraordinaire des guerres et général de Guyenne, très compromis lui-même, il aurait dénoncé Semblançay pour faire oublier ses propres malversations. Or Prévost apparaît, au moins jusqu’en 1523, comme un homme du clan Semblançay. Ce dernier lui cède en mai 1522 sa place d’échevin de Tours. En 1523, Prévost lui assure une couverture comptable pour lui permettre de se dérober à une nouvelle demande d’argent de la part du roi52. Allons plus loin : le départ de Prévost de l’Extraordinaire des guerres au début de 1524 n’est-il pas à mettre en lien avec la disgrâce de Semblançay ? Spont parle en effet de « destitution » au sujet de son remplacement par Carré. Et pourtant le même Prévost fait l’objet, dès 1525, d’une protection assidue de la Régente, qu’on a vue à l’œuvre lors de la reddition de ses comptes. Alors que la rupture entre Madame et Semblançay est consommée, Prévost a-t-il, dès cette date, réussi un rétablissement qui lui assure de conserver une place dans l’appareil financier ? Là encore, il faut prendre la mesure des choses : la disgrâce de Semblançay est relative : elle n’empêche même pas son propre fils de rester général de Languedoïl. Rien d’étonnant donc à ce que Prévost demeure général : il n’est pas besoin d’y voir un « marché » avec le pouvoir. D’ailleurs, aucun comptable ne voit ses comptes clos par la commission de janvier 1523 : en ce domaine, la « protection » dont bénéficie Prévost le ramène tout simplement au sort commun. C’est peut-être le biais des sources qui en fait un cas exceptionnel.

  • 53 Spont, Documents, p. 330 (article XXIII).
  • 54 A.N. Xla 1529 f° 415 v° (20-10-1526).
  • 55 Faut-il même faire intervenir le peu que l’on sait de la psychologie des personnages ? Prévost est (...)
  • 56 A.N. Zla 53 f°s 298 et 325, 54 f° 29 v° et 263 v°.

29Cependant ses relations avec Semblançay se sont détériorées. Lors de la procédure de 1527, Jehan Guéret, serviteur du financier déchu, rapporte des propos très menaçants tenus par Prévost, sans doute en 1526 : « Si ledit sieur de Samblançay luy faisoit eschoffer la teste, il monstreroit qu’il le feroit bien marry et que ledit Samblançay retenoit au roi 100 000 francz ou 100 000 escuz, ne sçait lequel »53. Cet épisode appelle plusieurs remarques. Tout d’abord l’origine du contentieux semble devoir être cherchée du côté de Semblançay. On aimerait bien savoir ce qui risque « d’eschoffer la teste » de Prévost. Malheureusement le document n’en dit pas plus. Est-ce à rattacher à l’arrestation de Prévost ordonnée par le Parlement « pour estre interrogué sur aucuns poinctz concernans le bien et utilité de ce royaume »54 ? Ensuite, la menace est proférée en petit comité, en privé peut-on dire. Guéret tient ces propos de Françoys Becdelièvre, élu de Tours et neveu de Semblançay. Ne s’agit-il pas là uniquement d’un signal destiné à parvenir à ce dernier, dans le cadre d’une controverse dont tout nous échappe55 ? Peut-être même l’essentiel du contentieux est-il entre Prévost et Becdelièvre, que l’on découvre tous deux en procès peu après à la Cour des aides56.

  • 57 Bourgeois de Paris, Journal p. 303.
  • 58 O.R.F. t. IV p. 252 ; Spont, Semblançay, p. 252 et 257 ; Hauvette, Alamanni, p. 87 note 3.

30Reste enfin la question de l’arrestation de Prévost qui se produit en même temps que celle de Semblançay. « On disoit que c’estoit chose fainte et qu’il estoit accusateur envers le Roy du dict de Beaulne »57. Or, j’ai essayé de le montrer, rien n’est moins sûr avant janvier 1527. D’ailleurs les commissaires, qui savent les relations passées de Prévost avec Semblançay, ont de bonnes raisons de l’appréhender, aussi bien que d’autres de ses proches comme le receveur général Ruzé ou Robert Albisse. Il est facile de trouver des « traîtres », et Prévost, si on veut entrer dans cette logique, n’est pas le seul à pouvoir jouer le rôle. Que dire en effet du cas hautement suspect de Julien Bonacorsi ? Voici un officier qui est rappelé à l’ordre pour des pratiques financières irrégulières en 1526, qui est ancien commis de Semblançay, qui l’héberge au moment de son arrestation, qui abrite certains de ses papiers, qui est suspecté un peu plus tard en raison même de ses liens passés avec le tourangeau… et qui n’est même pas arrêté en 152758 ! Le schéma du traître correspond sans doute autant à une figure d’un récit convenu qu’à une réalité.

  • 59 Sur l’ensemble des accusations, voir Spont, Documents, p. 335 et sq.
  • 60 Spont, Documents, p. 336 note 2 parle par erreur de François Miron. Pour preuve du prénom Gabriel, (...)

31A partir du moment où le procès de Semblançay est entamé, il est clair en revanche que Prévost tente d’utiliser ce qu’il sait pour se disculper en chargeant son co-accusé. Avec Prévost, c’est en fait un véritable clan d’accusateurs qui se met en branle59. Bernard Fortia avec Gabriel Miron son beau-père60, François de Campobasso et Bernard Salviati se joignent en effet à lui. Semblançay a beau jeu de rappeler que Prévost est lui aussi gendre de Miron, que Fortia et Salviati sont en affaires ensemble, que Salviati est allié de Campobasso, lequel « a esté adhérent avec maistre Jehan Prévost, accusateur dudit de Beaune ». Autour de Prévost, voici donc une nuée d’étrangers (Campobasso et Salviati sont italiens, Miron, catalan, et Fortia sans doute également), à laquelle s’adjoint un autre horsain en la personne de Robert Albisse. Ce dernier, après son arrestation, choisit apparemment la même stratégie que Prévost. Cette présence massive des Italiens a-t-elle une signification particulière ? Leur situation moins établie dans le royaume les rend-elle plus sensibles à des pressions royales ? Quoi qu’il en soit, ce groupe mis à part, seuls le prévôt de Paris Jehan de la Barre et Louise de Savoie figurent dans les chefs d’accusation contre Semblançay. Le premier soutient que Semblançay a fait signer au roi des acquits pour des fonds non versés et la seconde contredit l’accusé au sujet d’un don au Bâtard de Savoie. Mais, malgré la surface sociale de ces deux derniers personnages, ce qui frappe, c’est le faible nombre des accusateurs. Et parmi eux, Prévost est le seul officier de finance. En effet les accusations lancées par Estienne Besnier ne prendront place qu’en 1528, après les appels du clan Beaune contre la sentence de mort.

  • 61 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 225-226.

32Outre Jehan Prévost et quelques autres qui cherchent à se sortir d’une situation délicate, qui a en définitive intérêt à la perte de Semblançay ? Roger Doucet évoque toute une série de gens qui sont, à son avis, dans ce cas61. Cette liste pose de nombreux problèmes. Sollicitant sa créance sur le roi, Semblançay pousse les « administrateurs des finances royales » à chercher à « se soustraire par n’importe quel procédé à cette obligation ». En l’absence de preuve d’une assignation, on ne voit pas comment Semblançay pourrait les inquiéter. En revanche, régler une bonne fois la question, tout en donnant satisfaction à Madame, peut effectivement tenter le roi et son Conseil, dans une décision qui relève ici du choix politique. Doucet ajoute que Semblançay se préoccupe aussi de se faire rembourser par de puissants particuliers. Mais le seul cas de démarche connu concerne la veuve de Bonnivet. Or, une fois son époux mort, lequel était d’ailleurs tenu en partie pour responsable du désastre de Pavie, celle-ci n’a plus qu’un poids politique des plus réduits. Les banquiers florentins associés de Semblançay seraient aussi « désireux de voir liquider sommairement les opérations effectuées en commun ». S’ils sont ses créanciers, ils prennent alors un gros risque : de telles poursuites, si elles aboutissent, conduiront à une confiscation des biens par le roi, un roi qui, en ces temps difficiles, rembourse déjà bien mal. Mais ceux parmi eux qui pourraient être ses débiteurs auraient en revanche tout intérêt à cette opération. Or, Robert Albisse est le seul pour lequel on puisse soupçonner cette éventualité. Il est alors moins étrange de le retrouver effectivement parmi les accusateurs.

  • 62 Bosher, Chambres de justice, p. 32.
  • 63 Vial, Cléberger, p. 86 note 1.

33Obnubilé par les « ennemis », Doucet néglige pour finir le fait que les créanciers de Semblançay, parmi lesquels on trouve, outre les marchands-banquiers lyonnais, les La Trémoille ou la duchesse de Nemours, ont tout à perdre à son élimination. D’autres historiens s’échinent à trouver d’autres raisons pour l’abattre. L’un voit en lui le pilier d’un système financier qu’on veut changer62. Argument recevable en 1524, mais, en 1526, Semblançay est déjà financièrement sur la touche. L’autre pense que cette condamnation vise à frapper indirectement les banquiers lyonnais, que le roi s’inquiète de voir en relations d’affaires avec l’Italie et l’Allemagne63. Cette interprétation laisse un peu rêveur.

  • 64 Paris, Etudes, p. 249.

34Hormis le souci de liquider les créances en liquidant le créancier, rien de bien solide me semble-t-il ne peut donc être retenu. Mais pour certains historiens, Spont en tête, il est clair qu’il y a complot politico-financier, avec deux coupables : Madame, en raison de sa créance et de sa rupture avec Semblançay, et Duprat, « de longtemps malmeu contre ledit sieur de Semblançay ». Ces auteurs reprennent ici les propres arguments du clan Beaune, au moins en ce qui concerne le chancelier. En l’absence de tout document qui ferait la lumière là-dessus, Paulin Paris, « avocat » de Louise de Savoie, a beau jeu de clamer qu’elle n’a eu aucune influence sur le second procès de Semblançay64. En définitive, il est extrêmement délicat d’affirmer qu’il ait pu être sacrifié à une coterie, contrairement à Marigny ou à Jacques Cœur, ou à un clan financier rival, dans la mesure où l’on voit bien mal quel Colbert viendrait relayer ce Fouquet.

c. Un mystère Semblançay ?

  • 65 Spont, Documents, p. 354.
  • 66 Ibid., p. 341.
  • 67 Spont, Semblançay, p. 264 et note 4.

35La difficulté à cerner les « responsabilités » individuelles ou collectives, au-delà des limites documentaires, renvoie pour finir à la lancinante question de l’élimination physique de Semblançay. Elle est liée tout d’abord, évidemment, au problème de sa culpabilité. Contrairement à ce qu’avance hâtivement Spont qui le fait « avouer ses compromissions », Semblançay ne se reconnaît pas coupable. Pour d’éventuelles erreurs ou approximations dans sa défense, il met en avant son grand âge et son manque de papiers et de conseil depuis six mois que dure l’instruction, et conclut : « Si en sondit affaire se trouvoit aucune erreur ou obmission, […] il n’est procéddé du dol ne malice dudit de Beaune, mais par inadvertance ou surprise »65. Dans sa lettre du 9 août 1527, il déclare au roi : « Vous plaise […] me pardonner si je ne vous ay si bien servy comme je suis tenu ». Mais ce n’est en rien un aveu de malversation. Au pire propose-t-il, en cas de découverte de procédures peu orthodoxes dans sa gestion, un compromis financier à l’avantage du roi : déduire de ce qui lui reste dû les sommes litigieuses, pour régler la question66. Enfin il s’abrite derrière les ordres du roi et de Madame pour justifier sa conduite. Faible recours : lorsque la confiance n’est plus là, il n’y a aucun moyen de s’abriter « légalement » derrière le roi. François Ier n’hésitera pas d’ailleurs à renier jusqu’au pouvoir de 151867.

  • 68 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 228-234.
  • 69 Ibid., p. 235. Le jugement lui apparaît d’ailleurs illogique : il prévoit la confiscation totale de (...)
  • 70 « Les faits retenus étaient vagues […]. C’était laisser apparaître les vraies raisons du procès » : (...)
  • 71 D’ailleurs le désir exacerbé de « justice » de la part du souverain révèle peut-être aussi une culp (...)
  • 72 Versoris, Livre de Raison, p. 201.
  • 73 Songeons aussi à l’accusation (non retenue) d’empoisonnement d’Agnès Sorel qui sert à abattre Jacqu (...)

36À ce niveau de responsabilité, la disgrâce implique presque fatalement les poursuites. À d’autres époques, bien des responsables financiers en font l’expérience. Sous François Ier, des hommes de premier plan comme Chabot ou Poyet subissent le même sort. On l’a compris : le procès de Semblançay, quelque riche qu’il soit pour nous sur le plan financier, est en définitive un procès politique. Doucet procède à une critique serrée de l’acte d’accusation et met en évidence la faiblesse des griefs précis reprochés à Semblançay68. Il souligne également l’indigence et le flou de l’arrêt rendu contre lui, « d’une brièveté singulière » qui laisse « supposer que les juges étaient en peine de motiver leurs conclusions »69. On retrouverait le même phénomène lors de la condamnation du chancelier Poyet70. Mais, ici encore, poursuite ne signifie pas exécution, le cas de Poyet est précisément là pour le rappeler. Les juges de Semblançay eux-mêmes, malgré leur sentence, ont au début d’août 1527 des réticences éloquentes à le voir monter au gibet. Comment comprendre alors ? Il faut tenter de percer le mystère, tout en gardant à l’esprit le caractère hypothétique des éléments avancés. Première « logique de l’événement », la pendaison de Semblançay peut être interprétée comme un élément important de la reprise en main du royaume après la « crise » de 1525-152671. Ce serait un signal destiné plus particulièrement au personnel royal. Signal renforcé par le fait que l’accusation porte sur les seules activités professionnelles de Semblançay. Celui-ci est en effet condamné pour « larrecins, faulcetez, abuz, malversations et maies administrations es finances du Roy »72, à l’exclusion de tout autre motif. Il n’est plus nécessaire, comme au temps de Marigny ou de Montaigu, ces autres victimes de procès politiques, d’avoir recours à l’hérésie ou à la trahison pour conduire à l’échafaud un grand serviteur de l’État73. Faillir dans l’exercice de sa charge suffit.

  • 74 Voir la mise au point récente de Knecht, Francis I and the « lit de justice », passim.

37Allons plus loin, à la lumière du contexte précis de l’été 1527. Lorsque François Ier, au début d’août, refuse la grâce de Semblançay, deux événements très importants viennent de se produire74. Le 24 juillet, le roi tient au Parlement de Paris un lit de justice pour y réaffirmer son autorité. Les 26 et 27 juillet, dans le même cadre, la condamnation du connétable de Bourbon (mort sous les murs de Rome en mai) est prononcée. Dans cette perspective, la pendaison de Semblançay peut se lire comme un double déplacement. Le roi, dans son édit du 24 juillet, déplore que la justice en France soit aux mains d’une poignée de familles solidaires entre elles et renforcées par la vénalité de leurs charges. Ne pourrait-on en dire autant des finances ? Mais surtout le président Guillart vient d’affirmer devant François Ier : vous « ne debvez pas vouloir tout ce que vous pouvez, ains seulement ce qui est bon et équitable, qui n’est autre que justice ». La réponse du roi en colère ne s’exprime-t-elle pas dans la violence faite à Semblançay quinze jours plus tard ? Quant à l’affaire Bourbon, il lui manque un cadavre. Alors que flotte encore dans l’air le parfum de la trahison, maintenant que le connétable est à jamais hors d’atteinte, la pendaison du 12 août n’a-t-elle pas lieu faute de mieux, comme succédané d’une autre exécution ? Nous sommes alors à un moment où le roi et ses proches jugent inconcevable de faire preuve d’une quelconque indulgence, de l’ordre de celle dont avait bénéficié Saint-Vallier, trois ans plus tôt, dans un tout autre contexte. La mise en garde solennelle et générale à destination du personnel que constitue l’exécution de Semblançay s’inscrirait ainsi très logiquement dans un temps fort de l’affirmation du pouvoir royal.

  • 75 Voir les remarques de Ruiz (Teofilo), « Une royauté sans sacre : la monarchie castillane du Bas Moy (...)

38Quoi qu’il en soit, cette opération « pédagogique » de réaffirmation de l’autorité du souverain est d’autant plus aisée, et d’autant moins gênante pour la marche de l’administration, que Semblançay est déjà financièrement sur la touche : l’exécution d’un ancien responsable, d’un homme du passé, ne peut pas perturber le fonctionnement de l’appareil monarchique. Cet acte hautement politique permet, accessoirement, de caresser l’espoir d’une opération financière intéressante. Mais pour celle-ci, la pendaison n’était pas nécessaire. Ce coup d’éclat présente donc un roi violent75. Il étonne d’autant plus que, par comparaison avec les nombreuses exécutions d’Henri VIII, il est exceptionnel. C’est, d’après Brantôme, le seul crime sérieux qui entache la mémoire du noble roi François. Pour ce dernier, la disgrâce est toujours apparue comme une peine suffisante, sauf ici. Même le « traître » Saint-Vallier, que l’on vient d’évoquer, est gracié au pied de l’échafaud. Doit-on tenir compte du fait que le seul exécuté du règne est un « roturier », malgré son titre ?

  • 76 Même si l’on pend encore, au XVIIe siècle, des financiers jugés coupables : Bayard, Monde des finan (...)
  • 77 L’évolution est inverse pour les grands et les pairs. À l’exception de Nemours et Saint-Pol, au plu (...)

39« Coup de majesté » dans ce qu’il peut avoir de plus archaïque : le droit de vie et de mort ? Logique des haines individuelles et des vengeances personnelles ? Tout ceci reste trop vague, ou trop peu fondé. La pendaison de 1527 conserve donc, me semble-t-il, un certain halo de mystère que les hypothèses avancées plus haut tentent de dissiper en partie. Constatons pour finir que, dans sa catégorie politique, Semblançay est la dernière victime de la monarchie76. Dorénavant tous les grands serviteurs de l’État, Fouquet inclus, sauveront leur tête77.

2. Les déboires de tout un groupe

  • 78 Voir un exemple de collusion qui unit justice et finance avec l’évocation au Grand Conseil, le 12 a (...)
  • 79 Spont, Semblançay, p. 132.
  • 80 Maugis, Parlement, t. I p. 356-359 ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 239-240 ; Quilliet, Officiers,(...)

40Le « cas » Semblançay n’est pas unique au sein du monde de la finance, y compris pour la peine de mort, puisque Jehan de Poncher est à son tour pendu en 1535. Cette seconde exécution constitue d’ailleurs une énigme subalterne et le manque de sources est ici encore plus criant que pour Semblançay. On en vient à se demander si le silence documentaire n’est pas, en lui-même, révélateur : là où la justice du roi passe avec toute sa rigueur, il n’y a pas place pour la controverse ou le débat. Au cœur de ce mystère s’élabore peut-être une certaine forme d’État. Ces deux pendaisons constituent le plus spectaculaire des déboires subis par le clan des ordonnateurs, fer de lance de l’oligarchie financière du début du règne de François Ier. Or, avec les années 1526-1527, ce règne connaît précisément un nouveau départ, après le retour d’Espagne, à tel point que l’on a pu parfois parler de second avènement. La reprise en main se traduit alors non seulement par l’exécution de Semblançay, mais par une série de mesures de tous ordres, dont certaines visent particulièrement les officiers. Au Parlement de Paris, on y a fait allusion, François Ier fait taire les oppositions, fréquentes dans la première partie du règne, du Concordat à l’affaire des bénéfices de Duprat, sans parler de l’assemblée de la Salle Verte. Il fustige le comportement de corps trop englués dans leurs relations sociales pour accomplir sereinement le service du roi78. Est-ce la moindre solidité du groupe ou la nature des enjeux, est-ce le sentiment d’un danger, réel ou supposé, matérialisé par « Messieurs des finances », qui explique que l’assaut soit plus poussé du côté des hommes d’argent ? Alfred Spont voit dans les mesures prises progressivement contre eux « la pression des événements qui conduisent par degré à l’absolutisme »79. Il n’est pas impossible que le Parlement de Paris ait eu conscience que l’attaque visait assez largement le monde de l’office, les liens entre gens de justice et de finances étant d’ailleurs multiples. La cour sait s’acharner à son tour sur ceux de ses membres qui prêtent la main à ces opérations, Pierre Laydet peut-être, mais surtout Gentil, La Mothe et Ravier, du moins quand la possibilité lui en est laissée par le pouvoir politique80.

  • 81 Sur l’affaire, voir Spont, Semblançay, p. 89 et sq. Bonne analyse dans Chevalier, Tours, p. 490-493
  • 82 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 151.

41L’attaque de la fin des années vingt n’est pas la première subie par le groupe des généraux. Au milieu du règne de Louis XII, à l’initiative de l’amiral de Graville, ils sont pareillement menacés d’une mise en accusation. Le contexte est alors celui de la perte de Naples mais surtout celui des rivalités politiques qui secouent les cercles proches du roi avec le procès du maréchal de Gié. Le clan tourangeau s’en sort avec les honneurs, en faisant la part du feu, avec la mise sur la touche d’un membre du groupe81. L’échec d’un tel assaut a-t-il pu donner aux généraux, et avec eux à l’ensemble des officiers de finance, le sentiment d’une relative impunité, l’impression d’être « protégés contre toute mesure de répression ou même de contrôle »82 ? Une telle analyse, peut-être psychologiquement explicable par l’ancienneté en fonction et le prestige social atteint par les plus en vue d’entre eux, relève cependant de l’aveuglement. Bernard Chevalier insiste avec raison sur la vraie nature de la « victoire » de 1505 acquise avec le soutien d’Anne de Bretagne, sans parler de Louise de Savoie : « Que serait-il advenu […] si l’appui du roi et de la reine leur avait manqué ? ». C’est de cet abandon qu’ils font l’amère expérience à partir de 1523 et plus encore de 1527.

  • 83 Michaud, Grande Chancellerie, p. 225.
  • 84 Du Lys, Traicté sommaire, p. 14.

42En fait, le recul des ordonnateurs commence d’une certaine façon dès le pouvoir de Semblançay de 1518. Sur le plan administratif, la désignation d’un « ordonnateur en chef » peut être analysée comme la première atteinte au collège des généraux. Cependant, la nature des liens qui unissent Semblançay et ses ex-collègues empêche pour l’heure cette nouveauté d’avoir un effet de cet ordre. Doit-on attacher de l’importance au fait que, sur les lettres de finance, les signatures des généraux, qui disparaissent quasi totalement à partir de 1523, se font plus rares dès 1520 ? Certes, « aucune indication ne permet d’établir une relation entre [cette] disparition […] et la modification apportée dans l’administration des finances royales »83. Mais cela peut difficilement relever de la simple coïncidence. Révélateur est aussi le fait que la rupture est préparée durant les années qui précèdent 1523. Dans les réformes, la vulgate historique établie depuis des siècles lit la volonté d’éliminer « Messieurs des finances » de la décision politique. Nul doute que cette interprétation, qui reçoit ici bien des éléments de confirmation, n’ait sa part de validité. Cependant, faut-il écarter les autres hypothèses, en l’absence d’un discours contemporain clair ? Du Lys, au XVIIe siècle, affirme qu’on entreprend sur les généraux « souz prétexte de les soulager »84. N’est-ce qu’un prétexte ? La complexité croissante des de l’administration financière royale et l’étendue de certaines circonscriptions tâches traditionnelles font naturellement songer à une intervention marquée par le souci d’une plus grande efficacité. On reviendra dans le chapitre suivant sur cette dernière notion.

  • 85 Sur la composition du conseil sous François Ier, voir Décrue, De consilio, p. 37 et sq. Il y a cert (...)
  • 86 Neufville cité dès 1536 in R.D.B.V.P. t. II p. 280.
  • 87 Quilliet, Officiers, p. 185.
  • 88 Voir Michaud, Grande Chancellerie, p. 148-149 et 153. Un signe de leur importance : au début de 154 (...)

43Le reflux politique des généraux se lit tout d’abord dans leur disparition du Conseil du roi à partir de 152485. Décrue ne mentionne pour les années qui suivent que Florimond Robertet. Mais sa présence s’explique par son poids politique individuel et son rôle comme secrétaire, non par son statut de trésorier de France. Il en va de même en 1544 de Philibert Babou. Cependant, à la fin du règne, un retour d’hommes venus du monde des finances semble s’amorcer. Outre Babou, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et Gilbert Bayart, deux anciens généraux ainsi que Nicolas de Neufville, trésorier de France, sont mentionnés86. Bohier a quitté les offices de finance. Bayart et Neufville sont en fait surtout présents en tant que secrétaires des finances, tout comme Jacques Bochetel, lui même fils de secrétaire des finances. Titulaires d’un office qui reste non vénal sous François Ier, ce qui n’exclut pas une succession héréditaire, ils sont particulièrement tributaire de la confiance directe du souverain87. A l’inverse des généraux et des receveurs généraux, les secrétaires, d’abord simples agents d’exécution, en viennent de plus en plus à prendre des initiatives : d’où leur poids accru, même s’il ne faut pas s’en exagérer l’importance sous François Ier88. Us apparaissent néanmoins comme les principaux rescapés du naufrage politique du groupe.

  • 89 A.N. J 966, 19/1 (Languedoc) et 27/18 (Outre-Seine) ; B.N. fr 20542 fos 12, 109 et 130 (Dauphiné).
  • 90 Voir par exemple leurs tâches évoquées en A.D. Côte-d’Or B 1851 fos 7-7 v°.
  • 91 C.A.F., t. III n° 9081 (13-6-1537).

44Dans l’exercice de leur charge, les généraux des finances perdent en effet le contact direct avec le niveau central de l’information et donc de la décision. Le symbole le plus net est leur repli provincial, hors structure collégiale. Limités à leur propre circonscription, ils doivent en effet seulement y mettre au point les états particuliers des finances. Ils les font parvenir ensuite à ceux qui centralisent dorénavant les données, chancelier ou trésorier de l’Épargne89. Certes, dans leurs généralités, ils conservent un poids certain90. Mais, même là, ils subissent une certaine concurrence : dans les diverses commissions financières, ils sont souvent flanqués d’un robin pour accomplir un travail qui relevait auparavant de l’exercice « normal » de leur charge ou, à défaut, de l’activité de commis qui leur étaient subordonnés. Le cas le plus net est celui de la mise sur pied des commissions tricéphales de décembre 1532 dans les diverses recettes générales. Les généraux sont certes associés à leur travail, mais, au mieux, sur le même plan que les parlementaires de ces nouvelles structures. Chargés d’aliéner en Languedoïl, le général Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et le conseiller au Parlement Pons Brandon sont ainsi conjointement désignés pour continuer les baux des fermes du domaine, et ceux des aides et impositions91. En 1544, dans les commissions exceptionnelles de juin et juillet, les généraux se retrouvent une fois encore associés à des parlementaires.

  • 92 A.N. J 967, 10/3.
  • 93 C’est le cas en Picardie : Guillaume Abot, conseiller au Parlement, taxe à Anthoine de Bezançon, cl (...)
  • 94 B.N. fr 3048 f° 1 ; P.O. 2326 (Poncher) n° 55.
  • 95 B.N. fr 2985 f° 60.

45Au quotidien, les officiers de finances ont apparemment plus affaire aux robins qu’aux généraux, jusqu’en 1538. Quand Guillaume Rousseau, commis à la recette des tailles de Bourbonnais, vient à Lyon en mai 1538 avec dix mille écus, il déclare que l’argent lui a été délivré à Moulins par le conseiller au Parlement Anthoine Hellin, en charge de la Languedoïl orientale, lequel lui a donné pour consigne de ne se dessaisir de son argent que sur ordre du chancelier. Hellin, ensuite, « depeschera homme pour voicturer et conduire bonne somme de testons et monnoye »92. Le droit de taxation des frais de gestion est alors exercé par le parlementaire93 ! On pourrait, dans le détail, multiplier les indices de l’abaissement subi. Le général de Languedoc, au début de 1528, se contente de donner son « adviz » au chancelier sur le marché de l’entrée des draps de soie à Lyon. Il n’apparaît plus comme agent de décision, mais de consultation, agissant sur « commission du roi et commandement verbal » de Duprat94. Pire encore, quelques années plus tard (en 1534 ?) il semble n’être même pas consulté lors de la fixation de la taille de sa généralité. Il en est réduit à demander à être « adverty de la somme toutalle du bloc de la taille que le Roy entend estre mis sus, pour selon icelle faire son département »95.

  • 96 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 100.

46Finissons sur un symbole. Alors qu’en Val de Loire, les châteaux royaux innovaient moins que ceux des grands financiers, en Ile-de-France, les premiers deviennent les « catalyseurs de l’événement artistique »96. Cette inversion paraît significative sur le plan politique. D’autant que le (relatif) éloigne-ment de la monarchie par rapport aux bords de Loire se produit précisément autour de 1527. C’est la fin d’un conditionnement hérité de la guerre de Cent Ans. Il disparaît en même temps que ces autres héritages « ligériens » que sont le personnel du clan Semblançay et le poids des grands ordonnateurs.

3. D’une élite dirigeante à une élite fonctionnelle

  • 97 Sur ce personnage, voir François, Del Bene, et Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, pas (...)
  • 98 Jacqueton, Politique extérieure, p. 16 et Épargne, lrc partie, p. 26-27 et 39.
  • 99 A.N. J 968, 12/1 [11-4-(1537 sd)].

47Réduits dorénavant au rang d’exécutants, cantonnés dans la mise en œuvre des décisions prises par le groupe dirigeant, les grands officiers de finances s’investissent exclusivement dans des tâches administratives et abandonnent toute prétention politique. De même, leur rôle sur le marché du crédit est-il désormais pratiquement nul. Nouveau symbole : sous Henri II, avec Albisse del Bene, c’est le marchand-banquier qui accède à un office taillé sur mesure pour lui, et ce au détriment des grands officiers « de carrière »97. Parler de déclassement est délicat, car cette notion comporte, me semble-t-il, des attendus sociaux qui n’entrent pas en jeu ici. Il n’empêche. Non seulement le conseil de « Messieurs des finances » disparaît en tant que tel, mais le groupe ne sécrétera plus de Semblançay pendant un long moment. Ou plus exactement les cercles du pouvoir ne distingueront plus de Semblançay parmi les serviteurs financiers de la monarchie. Les nouveaux trésoriers ne profitent guère, en ce domaine, de l’effacement des généraux. Ils sont bientôt eux aussi en position subalterne, y compris les trésoriers de l’Épargne « confinés dans leur obscure besogne de comptables en chef des deniers royaux ». Ce sont les caissiers du Conseil, des agents d’exécution98. En 1537 les clercs du commis à la recette générale d’Outre-Seine remettent une décision au retour de leur maître plutôt que de modifier une affectation à la demande du trésorier de l’Épargne Guillaume Preudhomme99. Le temps est loin où l’autorité de Semblançay et de Thomas Bohier était plus forte que les prescriptions de l’État général…

48À l’exception de certains secrétaires des finances, dont il faut d’ailleurs rappeler la position spécifique, sans relation avec le maniement des fonds, le déclin est donc général. Qu’il suffise d’évoquer la disparition du changeur du Trésor, l’effacement des trésoriers de l’Ordinaire des guerres pendant huit ans et la transformation en officiers de leurs subordonnés d’autrefois, ou la suspension des receveurs généraux. Leur retour, avec les réformes de 1542, se traduit par une démultiplication des recettes : cet éclatement, s’il permet peut-être une meilleure gestion, a aussi un sens politique, celui d’une mise sur la touche définitive. C’est donc, en ce domaine, l’ensemble du groupe qui est durement malmené. À terme, on peut opposer un personnel de type gouvernemental, mais placé dans une étroite subordination par rapport au pouvoir politique, à l’image des « nouveaux trésoriers » et un personnel de gestion régionale largement atomisé. Dans les deux cas, il n’est plus question de constituer une sphère de décision.

  • 100 Voir celles de Charles de Pierrevive, « trésorier et général des finances tant ordinaires qu’extrao (...)

49Pour autant, la « régionalisation » des officiers et leur fixation dans les provinces restent fort imparfaites. Les ordonnances royales laissent d’ailleurs en ce domaine une certaine marge de manœuvre, en particulier au moyen de l’obtention de lettres de non-résidence100. Mais une procédure officielle n’est sans doute pas toujours nécessaire ici. Elle n’est d’ailleurs pas requise pour les receveurs généraux. Malgré tout, un recrutement régional, au sens large, se développe. Il est particulièrement net alors dans le sud du royaume, spécialement pour les receveurs généraux, avec Bérenger Beringuier en Guyenne, Estienne Mazade à Toulouse ou Guillaume de Sabran à Montpellier. L’enracinement dans les terroirs entraîne à terme un autre rapport à la monarchie, au pouvoir central et à l’État. Au bout du compte, les bureaux des finances, héritiers des officiers « décentralisés », se muent en oligarchie locales âpres à la défense des privilèges, qu’il s’agisse des leurs ou de ceux de leur circonscription. L’éloignement des grands officiers de finance des centres de décision constitue une victoire pour les défenseurs d’une certaine idée de la « centralisation » du pouvoir. Mais, s’il contribue à renforcer l’armature administrative dans les provinces, il risque aussi de structurer des contre-pouvoirs régionaux qui, de blocages en rivalités, s’opposeront parfois aux nouvelles avancées de l’État monarchique.

50Il est au moins une province, la Bretagne, où la monarchie, dès le milieu du règne de François Ier, est de toute évidence attentive à ce danger. Les grands officiers bretons sont d’ailleurs parmi les premières victimes des poursuites. Quant à la suppression du généralat, elle ne touche que cette province. Au tout début de la mainmise française, Charles VIII avait tenté d’imposer dans le duché un personnel extérieur mais l’opération avait fait long feu. À la fin des années vingt, le pouvoir royal revient à la charge, prenant soin d’éliminer des fonctions financières principales les derniers membres des familles solidement implantées dans l’administration du duché depuis le temps de l’indépendance ou du moins de la reine Anne. À celles-ci succèdent des gens venus d’ailleurs, à l’image de Gilbert Bayard, originaire du comté de Montpensier, du bourguignon Palamède Gontier ou du lyonnais Anthoine Bullioud. Peut-être la mort de la reine Claude, en 1524, a-t-elle hâté le processus : on saisirait alors ensuite les occasions qui se présentent. Dans la perspective de l’union du duché au royaume, la politique suivie par la monarchie est claire et se poursuivra longtemps dans le monde de l’office. Le « cas » breton est alors sans doute l’exception qui confirme la règle d’un recrutement de plus en plus provincialisé.

II. La position renforcée des gens de conseil

  • 101 Le recours au conseil n’est pas le propre du pouvoir royal. C’est une structure normale de fonction (...)
  • 102 Michaud, Grande Chancellerie, p. 148 note 1.

51Au cours du règne de François Ier, le Conseil du roi prend donc directement en main la gestion des finances et se réserve les décisions touchant l’ordonnancement des fonds. Il le fait au détriment de la position de pouvoir occupée jusque-là par les grands officiers de finance. Cette réalité, maintenant bien établie, appelle une recherche plus approfondie sur les bénéficiaires de l’opération, une fois analysé le sort des perdants. Les conseils de la première moitié du XVIe siècle restent mal connus101. Ils n’ont laissé de leur activité au jour le jour que des traces ténues. Par ailleurs, rares sont les textes officiels qui organisent leur fonctionnement, alors qu’ils prolifèrent à partir de 1560102.

52Cette date paraît révélatrice : antérieurement, les conseils peuvent œuvrer dans un relatif vide législatif, tout simplement parce que leur bon fonctionnement ne nécessite pas les mises au point détaillées qui ont lieu en période de crise politique, au temps des Guerres de Religion. La pauvreté documentaire manifeste ici l’inexistence d’un grave problème de pouvoir, en un temps où la monarchie légifère avant tout pour faire face aux difficultés qui se présentent ponctuellement et non pour assurer une gestion au quotidien. Un des rares textes disponibles pour le règne de François Ier concerne précisément le fonctionnement d’un « Conseil privé » d’un genre particulier, siégeant à Lyon en 1536 en l’absence du roi qui est aux armées. Le Conseil, en un âge ni troublé, ni « bureaucratique » reste donc relativement informel, répondant au coup par coup aux besoins royaux immédiats.

  • 103 Avec des « élargissements » exceptionnels comme celui de l’assemblée de juillet 1515, pour trouver (...)
  • 104 Voir les propos de l’ambassadeur Giustiniano en 1535 : « Il n’y a qu’un bien petit nombre d’hommes (...)
  • 105 Doucet, Institutions, t. I p. 136, Knecht, Francis I and the « Lit de justice », p. 67, B.N. fr 550 (...)
  • 106 Valois, Etude historique, p. XXXIX-XL ; Guy, French King’s Council, p. 277-278.

53Autour du souverain se dessinent cependant deux structures : un conseil restreint et un autre plus large103. Le premier est politiquement le plus important104. Au début du règne, le vocabulaire n’est guère précis. Les ordonnances financières royales évoquent le « conseil » sans plus de précision. Progressivement apparaissent des indices plus nets d’une dichotomie. En 1527-1528, il est question de « conseil estroict » ; en 1534 de « privé Conseil »105. Les historiens datent en fait l’inflexion du retour d’Espagne, dès 1526106. La distinction est-elle pour autant très tranchée dans les faits ? La réponse n’est pas aisée. Mais ce qui nous importe ici, ce n’est pas le déchiffrement d’une évolution institutionnelle rigoureuse (rigueur qui semble d’ailleurs étrangère au règne), mais l’observation des conditions concrètes de l’exercice du pouvoir, avec en point de mire les choix financiers et ceux qui les orientent. Aussi ce qui retient l’attention ce sont les hommes, les « gens de conseil », plus que les institutions dont la plasticité, particulièrement éclatante pour ce qui touche au Conseil, permet d’ailleurs nombre d’accommodements.

A. Le conseil du roi : un succes politique

1. L’initiative en matière de réformes et de poursuites

  • 107 Auton, Chroniques, t. III p. 338.

54La part prise en ce domaine par les « gens de conseil » n’a rien de très neuf. On ne voit guère ici, étant donnée l’importance des enjeux, quelle autre instance que le Conseil du roi pourrait prendre l’initiative et mener les opéradons. En 1505 les membres de l’administration des guerres accusés de malversations « furent interrogez et ouys sur ce par messire Guy de Rochefort, chancellier de France, et tous ceulx du conseil du Roy »107. Au début des années vingt, on garde quelques traces de l’activité des conseillers en vue d’une réforme du système financier. Le premier projet est celui de Bonnivet. Le 12 août 1521, au cœur d’une campagne difficile aussi bien militairement que financièrement, il propose au roi une « organisation de crise ». Pour l’heure, il ne s’agit pas de réorganisation administrative, mais de répartition concrète des tâches pour utiliser au mieux les compétences. Laissons-lui la parole :

  • 108 B.N. fr 2994 f° 13 v°.

« Qu’il vous plaist départir les charges à gens qui en sceussent respondre, qui seroit que quant au fait des admortissemens et des greffes, vous en baillez la charge à monsr d’Azay [Gilles Berthelot, président de la Chambre des comptes], lequel avez mandé venir devers vous, pareillement à messieurs les généraulx de Languedoc [Henri Bohier], Hurault et de Beaune de respondre chacun de ce qui est en leur charge à monsieur de Samblanssay et au trésorier Megret [Extraordinaire des guerres] soubz lui, de soliciter cela envers eux, et monsieur le grant maistre [le Bâtard de Savoie] par dessus tous, qui leur ordonnera ce qu’ilz auront à faire ; et que chacun jour à vostre lever monsr de Saint Marsault [François Green] et Villeroy [Nicolas de Neufville] ayent à vous dire ce qui aura esté fait et ce qui restera à faire pour sur ce y donner provision promptement et sur l’eure, en sorte qu’il ne s’y perde point de temps »108.

55Cette organisation appelle bien des remarques. Tout d’abord, avec Berthelot en charge des ressources complémentaires (commission des amortissements dès octobre 1520, érection des greffes en office en juillet 1521), c’est un embryon de trésorier des finances extraordinaires qui se dessine. Le reste des fonds (la future Épargne ?) est regroupé sous l’autorité de Semblançay. Un personnage important, le grand maître, couronne tout l’édifice au sein duquel on remarque l’absence de Thomas Bohier, général de Normandie. C’est tout simplement qu’il accompagne Bonnivet alors en route vers le front de Navarre. Le roi doit être directement informé, et au jour le jour, car la rapidité de réaction est un élément décisif. Cette obsession de l’efficacité se retrouvera dans les réformes de 1523. Enfin la dissociation entre proximité du souverain et activité des ordonnateurs est manifeste, y compris pour Semblançay qu’on imagine pourtant bien aux côtés du roi dans un tel « organigramme ». Mon analyse cherche peut-être un peu trop systématiquement à déceler les changements à venir dans ce projet ponctuel et sans doute mal exécuté. Mais comme on l’a déjà évoqué, il paraît logique de supposer que les transformations ne se sont pas produites sans un minimum de maturation.

  • 109 Texte dans Wolfe et Zacour, The growing Pains, passim.

56Les propositions de Bonnivet sont relayées, dans cette généalogie largement reconstruite, par un projet beaucoup plus ambitieux, longuement examiné dans le chapitre précédent109. Il est probablement le fruit des réflexions de proches du pouvoir, parmi lesquels les éditeurs du texte voient avant tout la marque de Louise de Savoie et du chancelier Duprat. Sans doute ce document est-il destiné très directement à servir de support à un débat au Conseil. L’exemplaire conservé, d’une présentation et d’une calligraphie de grande qualité, est peut-être celui-là même qui fut remis au roi. Les liens directs qu’on décèle entre les propositions et les réformes effectives ont déjà été évoqués. Bien qu’il ne parle que du roi, placé seul en face de ses officiers, ce texte vise implicitement à réaffirmer l’autorité du Conseil en matière financière.

  • 110 Décrue, De Consilio, p. 66 note 2 ; B.N. fr 2987 f° 61.
  • 111 A.N. J 818 n° 2.

57A la fin de 1523, les bribes de correspondances disponibles nous permettent de deviner l’action de ce dernier. Il lui faut alors, d’un même mouvement, réformer les finances et fournir des fonds à l’armée envoyée en Italie du Nord. Le 14 décembre, Guillaume de Montmorency écrit à son fils Anne, l’un des chefs de cette armée : « L’on besogne tous les jours au conseil pour mectre ordre au faict des finances ». Quinze jours plus tard, au lendemain de la grande ordonnance du 28 sur le trésor de l’Épargne, le Bâtard de Savoie précise au même destinataire que tout le cercle dirigeant est sur la brèche, roi compris, et qu’il « n’y a nul icy ayant entremyse de ses afferes qui n’y face plus que son possible »110. Ces allusions, malheureusement trop vagues pour nous, sont malgré tout un témoignage précieux de l’activité politique du « temps des réformes ». On peut y joindre le rapport effectué par une commission envoyée en Bretagne qui présente au souverain et à son Conseil des propositions pour éviter les malversations des officiers111.

  • 112 Spont, Semblançay, p. 198. On retrouve ici la personnalité de Berthelot, accusé d’avoir inventé cet (...)
  • 113 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195.
  • 114 Voir par exemple l’intervention en sa faveur de Chabot pour l’obtention de la mairie de Dijon : B.N (...)

58Pour les redditions de compte ou les poursuites, d’autres signes éclairent l’engagement des conseillers. Peu après la création de la commission de 1523, devant les réticences de la Chambre des comptes, Bonnivet presse le roi de lui adresser une lettre « bonne et roide » pour faire cesser son opposition112. En février 1524, c’est en « pourvoiant à ses finances avec son conseil » que le roi décide de faire rendre compte à Semblançay113. On aimerait savoir qui pousse dans ce sens, et plus encore pour la commission de novembre 1526. Il est peut-être possible pour cette dernière de deviner qui l’inspire en observant le profil des membres désignés. Le président de Selve est un vieux serviteur des Angoulême. Anthoine du Bourg, président du conseil de Louise de Savoie, est originaire d’Issoire, comme Duprat. Jehan Ravier, conseiller au Parlement de Dijon, est traditionnellement présenté comme une « créature » du chancelier. Quant au président Jacques Minut, peut-être protégé par Louise, c’est à coup sûr un proche de Lautrec. N’a-t-on pas affaire ici tout simplement au trio qui tient alors, sous le roi, les rênes du pouvoir : Louise de Savoie, Duprat et Lautrec ? Outre Ravier, il y a deux autres « Bourguignons », provenant de la Chambre des comptes de Dijon. Est-ce à cause de l’influence de Chabot, gouverneur de la province ? L’un des deux maîtres des comptes, Pierre Sayve, fait en effet partie de sa clientèle114. Un grand absent en revanche dans cette constellation politique : le nouveau grand maître, Anne de Montmorency. Coïncidence intéressante : on le retrouvera plus tard comme défenseur de certains officiers poursuivis.

  • 115 Versoris, Livre de Raison, p. 194 ; Bouchet, Annales, p. 412.
  • 116 Canestrini, Négociations, t. II p. 888-889.
  • 117 Celle des héritiers de Morelet de Museau leur est accordée par le roi « par l’advis de son conseil (...)

59L’arrestation de Semblançay a lieu, d’après Versoris, « du vouloir, mandement et auctorité du Roy ». Bouchet insiste pour sa part sur le fait que la décision est prise en Conseil étroit115. Pourquoi cette opération, prise à l’initiative du cercle de pouvoir le plus restreint, se produit-elle à ce moment précis ? Deux éléments ont sûrement joué. Tout d’abord l’opportunité que représente la venue à Paris de Semblançay. Ensuite le retour de l’urgence financière qui transparaît en ce mois de janvier 1527. Le 10 janvier, ce ne sont pas moins de 370 000 lt pour divers postes qu’il faut trouver avant cinq jours116. Une telle situation exacerbe évidemment les rancœurs contre les malversations du personnel et les demandes de remboursements de Semblançay lui-même. Par ailleurs la saisie de ses biens, couplée à l’arrestation, peut apparaître au Conseil du roi comme un expédient financier appréciable. A l’autre extrémité du processus, mais dans la même perspective, on retrouve le Conseil lors de la mise au point des compositions des officiers condamnés117. Organiser les poursuites et mettre en œuvre des réformes : voilà donc deux excellents moyens pour le Conseil d’imposer sa marque sur la gestion des finances royales. Certes, ses interventions manquent parfois de cohérence. Certaines sont même un peu brouillonnes. Mais elles finissent par accroître sensiblement son rôle. La réduction de la spécificité des questions financières se traduit ainsi par une extension, à la fois technique et politique, des compétences du Conseil.

2. Un contrôle renforcé

  • 118 Spont, Semblançay, p. 69, p. 161 note 3 et p. 178 note 2 pour des exemples en 1511, 1519 et 1521.
  • 119 Jacqueton, Documents, p. 85 (article 34) et p. 88 (article 48).

60Le secteur financier exige une surveillance sinon constante, du moins récurrente. La méfiance envers les gestionnaires de l’argent du roi est une réalité déjà bien ancrée. Régulièrement, les responsables financiers doivent donner des assurances à ceux qu’ils servent118. Les fautes commises par eux reviennent constamment dans la législation royale. A titre d’illustration, le règlement pour la Chambre des comptes du 23 décembre 1454 rappelle que les « officiers comptables et procureurs, comme on a plusieurs foiz veu, se sont subtilliez et subtillient de plus en plus à décevoir et circonvenir leurs auditeurs ». D’ailleurs, « tous les officiers comptables ou la plus part sont négligens et délayent de venir compter »119. Mais il y a loin des rappels de ce type à une intervention décidée, de caractère politique. C’est précisément cette nouveauté que traduit l’action du Conseil sous François Ier. La méfiance réactivée par les échecs militaires s’est faite, comme on l’a vu, plus forte encore. La formule de Louise de Savoie, qui évoque de façon rétrospective les malversations des gens de finances de 1515 à 1522, fait évidemment de 1523 le moment décisif de l’inflexion de l’attitude du groupe dirigeant envers le personnel financier.

  • 120 Jacqueton, Épargne, 1re partie p. 16 et note 1.
  • 121 Ibid, p. 17. Un texte (B.N. fr 3005 f° 113) daté par Jacqueton des premiers mois de 1541 revient su (...)
  • 122 Ibid., 2e partie p. 31. « À chaque paragraphe des actes de 1542-1544 revient le nom du Conseil priv (...)
  • 123 A.D. Côte-d’Or B 1851 f° 7 v° (26-12-1538).
  • 124 Isambert, Recueil, t. XIII, p. 11-12 (articles 18 et 20).
  • 125 O.R.F., t. V p. 197 (11-11-1528).
  • 126 A.N. P 2307 p. 30-31.

61A partir des réformes, le Conseil prend solidement en main l’élaboration même de l’État général des finances120. Il tient aussi à exercer une surveillance beaucoup plus attentive sur les flux financiers. Le trésorier de l’Épargne est tenu dès 1523 de présenter des rapports hebdomadaires sur la situation de ses caisses121. Dans les années quarante, on lui fait aussi obligation de remettre au Conseil des états de quartier, « afin, dit le roi, que à toute heure qu’il nous plaira nous puissions veoir et entendre la vraye recepte et despense »122. Le principe des états trimestriels à envoyer au chancelier, pour les rentrées du moins, est déjà en place pour les commis aux recettes générales dans les années trente123. L’ordonnance d’avril 1547 d’Henri II précise que le trésorier de l’Épargne doit remettre deux états trimestriels au Conseil, l’un pour les fonds reçus et distribués au Louvre, l’autre pour ceux qui circulent « lez nous ». Les généraux non plus n’échappent pas à l’envoi d’un état au vrai tous les trois mois124. En 1528, le « Conseil estroict » tente de mettre sur pied un contrôle mensuel des fonds de l’Extraordinaire des guerres, qui passe par un enregistrement rigoureux des diverses étapes de la circulation des assignations et des espèces125. Le rétablissement des trésoriers des guerres en 1543 est lui aussi un moyen de faciliter le contrôle par le Conseil puisque l’un des deux titulaires est censé être à ses côtés en permanence126.

  • 127 A.N. J 967, 83 [19-9-(1536 sd)] ; B.N. fr 5125 f° 76 [14-11-(1536)] ; A.N. J 965, 7/4 (21-5-1537) : (...)
  • 128 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 188 [14-8-(1530)] et p. 258 (20-2-1532).
  • 129 A.N. M.C. XIX 63 (6-7-1529) ; B.N. fr 2977 f° 28 (30-9-1530) ; Du Bellay, Correspondance, t. I p. 5 (...)
  • 130 « Un credito di Giuliano Buonaccorsi […] non parere a questi signori del consiglio molto legittimo, (...)

62On a désormais maintes preuves que le suivi au quotidien des affaires financières n’échappe plus au Conseil. « Messeigneurs du conseil privé » sont les interlocuteurs du personnel du trésor du Louvre. Ils suivent attentivement les négociations, depuis la composition pour les velours de Gênes jusqu’aux ventes de rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris. Ils dressent l’état des sommes nécessaires aux opérations militaires127. Les distributions de fonds retiennent leur attention, en particulier pour tout ce qui concerne la politique internationale. Et ce non seulement pour des affaires de premier plan, comme le versement des pensions anglaises mais aussi pour des opérations de détail, comme pour « bailler charge à Mariot Rousselay [Rucellaï] qu’il fournisse argent » pour l’ambassadeur à Rome128. Très logiquement, le Conseil est désormais sollicité par tous ceux qui désirent obtenir remboursements et payements divers : des gendarmes et mortes-payes de Bourgogne pour leur solde au cardinal de Gramont pour des frais d’ambassade en passant par Julien Bona-corsi, trésorier de Provence, « sur ung faict de despense pour le grand nef que luy et ses frèrez ont faicte », navire sans doute nolisé par le roi129. Le même Bonacorsi est en 1530 aux côtés des Florentins lors de la renégociation de leurs anciennes créances. Malheureusement le Conseil lui reproche alors ses liens passés avec Semblançay130.

  • 131 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 129 [2-3-(1530)].
  • 132 B.N. Dupuy 486 f° 72.

63Parallèlement au règlement des dépenses, il convient aussi de rechercher des sources de financement. C’est, au temps de la rançon, aux gens du Conseil que Guillaume du Bellay soumet son offre de prêt de dix mille lt au roi131. On pourrait sûrement appliquer à nombre de séances du Conseil royal français les propos écrits le 16 novembre 1527 par Jehan de Calvimont, ambassadeur en Espagne auprès de Charles Quint : les membres du groupe dirigeant impérial « tiennent grands conseils tant au matin qu’après dîner, pour inventer moyens d’avoir argent, et crois qu’ils en pourront recouvrer, mais non pas tant à beaucoup près qu’ils se vantent »132. Même la remarque finale serait aisément transposable…

  • 133 Pelletier, Grand conseil, p. 89.
  • 134 O.R.F., t. VI p. 186-190.
  • 135 Doucet, Institutions, t. I p. 205.

64Le Conseil du roi, sous la forme juridique spécifique du Grand Conseil, a déjà, traditionnellement, son mot à dire dans bien des affaires d’argent. En témoigne le fait que, du règne de Charles VIII à celui de François Ier, le secteur pour lequel les avis émis sont les plus nombreux est celui des rabais de fermes, qu’il s’agisse des aides ou du domaine133. Mais on constate ici encore, à partir des années vingt, un élargissement des compétences en matière financière. En 1531 le Grand Conseil obtient de trancher les litiges relatifs aux gabelles et péages en Languedoc134. Puisqu’il joue un rôle important dans la prise en charge du contentieux des collectivités, il se voit également attribuer les procès relatifs aux décimes et ceux qui concernent les grands impositions urbaines, le tout au détriment de la Chambre des comptes135. Il s’agit, souvenons-nous en, de recettes fiscales parmi celles qui connaissent l’essor le plus net au cours du règne. Prélèvement et droit de regard du Conseil se développent donc ensemble, y compris pour le contentieux.

65Mais il faut toujours plus d’argent. Devant les « défaillances » des généraux et des marchands-banquiers, le Conseil en tant qu’organe politique, non content d’agir, peut, dans certaines circonstances exceptionnelles, chercher des relais extérieurs. C’est le cas avec l’assemblée des notables de décembre 1527, convoquée pour débattre du problème de la rançon. Cet épisode, certes isolé, semble cependant signifier que les gens de Conseil aimeraient parfois pouvoir déléguer une partie de la lancinante quête des fonds à d’autres instances. Mais une assemblée de notables n’est-elle pas, en définitive, un conseil très élargi ? Il est vrai que, par extension, on pourrait dire la même chose des États généraux… A l’échelon provincial, l’importance des levées effectuées à l’initiative des États du Dauphiné n’en est-elle pas un autre signe ? En matière de financement, la prise en main par le Conseil est peut-être une nécessité dictée par les circonstances beaucoup plus qu’une volonté délibérée.

  • 136 B.N. Dupuy 623 f° 33 v°.

66Celle-ci paraît présente, en revanche, dans le souci d’un contrôle plus rigoureux et plus précis de l’ensemble des finances monarchiques. Pierre Lizet, un des responsables de la Tour Carrée, parlant au roi en 1532 des « bons et grans personnages » qui sont autour de lui, à l’évidence les membres du Conseil, les voit comme ceux « qui ont eu et ont la superintendance du faict de vosd. finances »136. Est-ce une étape décisive, ou un simple retour à la situation antérieure à la montée en force des ordonnateurs et du clan « ligérien » à la fin du XVe siècle ? Il est difficile de le dire. Un fait est cependant révélateur de cette mainmise. A partir des années trente, en particulier pour la période bien documentée de la guerre de 1536-1537, on ne retrouve absolument plus les récriminations contre les grands officiers de finance qui étaient de mise au début des années vingt. N’est-ce pas parce que les responsables militaires, qui sont aussi les responsables politiques, ont compris que ce sont leurs propres insuffisances qu’ils risqueraient de mettre dorénavant en évidence en usant de tels propos ?

3. Quel Conseil pour quelles décisions ?

  • 137 B.N. fr 3005 f° 109.

67Un des rares documents officiels sur le fonctionnement des Conseils sous François Ier est un « roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son conseil pour le fait de ses finances » daté du 26 février 1543137. Outre deux secrétaires des finances et le trésorier de l’Épargne, il ne comprend que cinq conseillers au sens strict : Tournon, Montholon, Chabot, Annebault et François Errault. Il s’agit à cette date de l’équipe dirigeante. Dix autres personnages, nommément désignés, sont hors de ce Conseil. Parmi ces exclus figurent les Bourbon, le duc de Guise, les fidèles de Montmorency - connétable en disgrâce dont on ne parle même pas - que sont l’évêque de Soissons Longuejoue ou le président Bertrand. Or, au détour d’une phrase, le « roolle » nous apprend que ce conseil est « estably tant pour lesd finances que pour les matières d’estat ». Il ne reste plus aux réprouvés qu’à assister « aux requestes, s’ilz veullent ». Ce Conseil d’État et des finances me paraît être ici exactement à l’opposé de son lointain et homonyme successeur du XVIIe siècle : il est pour l’heure l’équivalent du futur Conseil étroit, chargé des affaires les plus importantes. Si la spécialisation financière est en fait largement fictive, notons cependant que ce sont les finances qui servent à départager les conseillers : être exclu des décisions financières, c’est être mis politiquement sur la touche. Ceci met en évidence la place des affaires d’argent parmi les préoccupations des dirigeants. Cette tentative pour établir une distinction presque officielle entre Conseil étroit et élargi se produit, mais est-ce une surprise, au cours de la période la plus mouvementée de la vie politique du règne, les années 1541-1543. Elle dure peu car, au bout de quelques mois, le noyau central est décapité par les disparitions de Chabot et de Montholon le premier et le douze juin 1543 respectivement.

  • 138 Guy, French King’s Council, p. 277. Sur la possible existence d’un Conseil des finances sous Charle (...)
  • 139 Voir par exemple Spont, Semblançay, p. 142 note 3 et p. 152 note 7. Même phénomène déjà au début du (...)
  • 140 Un agent du roi de Navarre fournit en mai 1516 une liste « des gens qui se trouvent au Conseil ». I (...)
  • 141 Ibid., p. 207 note 3.
  • 142 Pour 1528, Duprat, Montmorency, Chabot, Tournon, de Selve et Preudhomme : B.N. fr 5501 f° 381 ; pou (...)

68Reste à juger à l’aune de cet « acquis » de 1543 - la délibération financière relève du Conseil restreint - les données dont on dispose pour les années précédentes. Il faut d’abord rappeler que le schéma véhiculé par Du Tillet, celui d’une division tripartite du Conseil, avec une section financière autonome au début du XVIe siècle, ne repose sur rien dans les sources contemporaines138. Quand s’ouvre le règne de François Ier, les Conseils « financiers » (c’est-à-dire tout simplement ceux où l’on évoque les questions d’argent) sont marqués par la présence des grands officiers de finance139. En dehors d’eux, seules cinq ou six personnes ont droit à une mention140. La période de la Régence de 1525 offre un visage particulier avec un Conseil aux effectifs fortement accrus : le 18 mai, outre Robertet « pour faire les dépesches », seize noms sont cités, incluant une demi-douzaine de parlementaires dont deux simples conseillers au Parlement de Paris141. Mais il s’agit d’un cas d’espèce. Avec le retour du roi, le Conseil de gouvernement retrouve un nombre réduit : six présents au « conseil du roi estroict » du 24 août 1528 pour un prêt important ; six encore le 15 mars 1535 pour délibérer sur la décime ; six toujours le 8 juin 1537 pour arrêter les modalités du financement d’opérations militaires142.

  • 143 B.N. fr 3048 f° 139 (12-11- ?)
  • 144 Décrue, Montmorency, p. 156.

69Attention cependant à ne pas perdre de vue les réalités quotidiennes de l’exercice du pouvoir : être absent d’une de ces listes, qui ne sont pas, contrairement à celle du 26 février 1543, des « listes officielles », ne signifie pas la disgrâce, ni même le second rang. Ainsi par exemple, si Tournon n’est pas cité en 1537, c’est tout simplement qu’il est à Lyon avec une mission importante. De même quand Duprat s’adresse à Montmorency en disant : « Vous et les autres qui estiez au conseil feustes de ceste oppinion », c’est tout simplement qu’il en est lui-même matériellement éloigné pour un temps143. A l’inverse, l’entrée au Conseil d’un nouveau venu est un événement signifiant, comme en témoigne une lettre de Chabot à Montmorency le 15 avril 1530 : « Je vous advertís, Monsieur mon compaignon, que nous avons un compaignon de crue aux affaires du Roy qui est Monsieur le cardinal de Loreygne […] et fut la chose bien soudainement faicte »144.

70Les listes fournies par Décrue permettent cependant d’esquisser une évolution d’ensemble. Au cours du règne, la place des aristocrates laïques s’amenuise et les gens de finances sont en voie de disparition, malgré quelques cas d’espèce dans les années quarante. En revanche le poids des robins s’affermit et celui des dignitaires ecclésiastiques, en particulier les cardinaux, s’accroît nettement. La place prise par les clercs au sommet de l’État n’est peut-être pas sans rapport avec les effets progressifs de l’application du concordat de 1516. Même si nombre d’entre eux sont de la plus haute noblesse, l’évolution d’ensemble rend délicate une interprétation globale en terme de « réaction aristocratique ».

  • 145 Conseil à Angoulême le 22-11-1542 : B.N. fr 2965 f° 40.
  • 146 Spont, Semblançay, p. 161 note 6.

71De même, malgré ce qui est parfois écrit, on ne peut guère retenir l’idée de la mise sur pied d’un Conseil des finances spécifique. On a vu ce qu’il fallait penser du rôle de 1543. Pour la période antérieure, aucune précision particulière n’est fournie lorsque le roi regarde avec son Conseil comment « pour-veoir et donner ordre sur le faict, conduicte et maniement de ses finances »145. C’est sans doute avant 1523 et l’élimination des ordonnateurs que se dessinent en fait les linéaments d’un Conseil des finances distinct. L’aliénation du domaine du premier juin 1519 est décidée « par le Roy, vous [Duprat], le Bastard de Savoie, le sieur de Sainctblançay, les trésoriers de France, généraulx des finances et autres présens »146. Tous les responsables des finances, à des titres divers, sont réunis là autour du chancelier. Cela semble quelque chose de différent d’un simple Conseil restreint élargi aux généraux et à Semblançay. Mais cette structure peut-être empiriquement en cours d’élaboration succombe sous le coup des réformes.

  • 147 Boyvin, Mémoires, p. 277-278 et 280.
  • 148 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 2 et 27.

72Jusqu’ici, c’est le Conseil en tant qu’institution qui a été retenu comme cadre de la délibération financière. Mais se limiter à une vision « administrative » trop rigoureuse serait sous-estimer la plasticité du fonctionnement de l’État monarchique. Tout d’abord parce que le devoir de conseil est une obligation pour ceux qui servent le roi. Au lendemain du désastre de Saint-Quentin, en 1557, le conseil du gouverneur de Piémont fait ainsi parvenir à Henri II le fruit de ses réflexions pour trouver les fonds nécessaires à la reprise des opérations147. Ensuite et surtout parce que le Conseil n’est jamais que ce que le souverain en fait à un moment donné. En mai 1536, à la veille de la guerre, François Ier, outre les membres de son « conseil ordinaire », veut « y faire appeller pour estre à la délibération de ses affaires » d’autres personnes. A l’heure de la décision, le Conseil officiel peut n’être qu’une chambre d’enregistrement : « Après en avoir délibéré avecques aucuns de ses plus privez et qui avoient le principal maniement de ses affaires, [le roi] fist assembler son Conseil »148.

  • 149 Sous Henri VIII on repère aussi un petit groupe de personnes qui, sans rapport avec leur poste offi (...)
  • 150 Tournon, Correspondance, nos 12, 14 et 20.
  • 151 B.N. fr 20502 f° 135.
  • 152 A.N. M.C. Inv. Carré n° 2057.
  • 153 Wolfe, Fiscal System, p. 289.

73De fait, en matière de finances, ce sont souvent quelques conseillers qui conduisent les opérations149. Entre la fin de 1527 et le milieu de 1528, la correspondance de Tournon permet de repérer ceux qui, à Paris, cherchent à réunir des fonds pour les armées italiennes. Outre Tournon lui-même, il s’agit de Duprat et du président de Selve. Tous trois s’assemblent le 26 décembre 1527 chez le chancelier pour trouver 28 000 écus pour Lautrec, et se retrouvent de nouveau vers le 19 janvier, toujours pour envoyer des fonds à Naples. Le 31 mai 1528 ils se réunissent pour faire payer les soldes de trois mille hommes de pied et celles du personnel de l’artillerie de l’armée du comte de Saint-Pol150. Deux jours plus tard, Tournon écrit à Montmorency : « Nous allons demen disner à Venvres [sic pour Vanves] cheulx monsr le cardinal [Duprat] mais c’est pour besoigner après disner comme si nous estions en ceste ville »151. L’urgence de la situation incite donc l’archevêque de Bourges à justifier cette courte escapade dans la verdure… Quand, en juillet 1528, Jehan Carré, receveur général de Normandie doit s’obliger pour garantir quatorze mille lt de prêt « en son propre et privé nom », l’ordre lui vient là encore d’un mandement de Duprat, de Selve et Tournon152. Est-ce à ce type d’activité que songe Wolfe quand il évoque les réunions régulières de certains membres du Conseil, une ou deux fois par semaine, pour se pencher sur les finances153 ?

  • 154 B.N. fr 4754 F 14 [19-12-(1523)] ; fr 2987 F 69 [12-l-(1524)].
  • 155 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 327-328. Versoris, Livre de Raison, p. 162 (paragraphe 218) range d’ai (...)
  • 156 Canestrini, Négociations, t. II p. 1041.

74Il existe enfin des personnages qui ne sont jamais mentionnés comme appartenant au Conseil et qui ont cependant voix au chapitre en matière de finances. François Green, seigneur de Saint-Marsault, en fournit un bon exemple. Dès 1521, Bonnivet en faisait un des informateurs du souverain sur la situation financière au jour le jour. Pourtant, ce chambellan du roi ne tient aucune charge dans ce secteur, contrairement à Nicolas de Neufville qui lui est associé. Mais il est vrai que Semblançay, à partir de 1516, n’est plus lui aussi qu’un simple chambellan. Dans l’hiver 1523-1524, Saint-Marsault est au cœur des problèmes de financement de l’armée d’Italie. Guillaume de Montmorency en fait, avec le trésorier Robertet, un de ceux qui « y font ce qu’ils peullent [sic] ». Quelques semaines plus tard, il est envoyé dans la péninsule pour une mission dont on ignore les contours précis, mais qui a trait aux finances154. L’origine de son influence est clairement exprimée dans les Mémoires des Du Bellay. Avec Bonnivet, en février 1525, François Green persuade le roi de refuser des propositions de paix. Ce personnage « estoit fort près de la personne du Roy et bien ouy dudit seigneur, encores qu’il ne fust en estime d’homme de guerre mais bien entendant les praticques de la cour »155. Au-delà du Conseil, c’est en effet le monde de la cour qui entre en jeu dans la prise de décision. Au début de 1529, alors qu’ils sollicitent l’aide du roi de France, les Florentins cherchent à faire des cadeaux bien placés. Leur correspondant auprès du roi leur signale qu’outre le grand maître, il importe de se ménager les trois secrétaires Jehan Breton, François Robertet et Philibert Babou car « sono il nervo di questa corte »156. Les deux premiers sont d’ailleurs secrétaires des finances et le troisième le deviendra peu après. Sans aller plus loin, ce qui risquerait de trop diluer le centre effectif du pouvoir, constatons que l’étude des gens de Conseil est en ce domaine sûrement plus fructueuse que celle des cadres administratifs.

  • 157 Spont, Semblançay, p. 175 et sq.
  • 158 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 17.

75Reste un dernier élément de plasticité : le Conseil du roi peut, en pratique sinon en théorie, se dédoubler. Ce phénomène se produit plusieurs fois dans le règne, essentiellement lorsque le souverain est aux armées, car il emmène avec lui une partie du Conseil. En août 1521, François Ier, lorsqu’il part inspecter les garnisons de Champagne, laisse à Autun sa mère, le Bâtard de Savoie, Semblançay et peut-être Florimond Robertet : c’est ce « Conseil » de l’arrière qui est sûrement chargé de l’essentiel du travail financier. A l’automne, le roi est à l’armée de Picardie, alors que Madame se trouve à Meaux puis à Compiègne, et que Semblançay cherche à trouver des fonds à Paris. L’éclatement est net, qui nous vaut d’ailleurs d’abondantes correspondances, puisque les informations et injonctions ne peuvent circuler oralement157. Dans un tel contexte, plutôt que de parler de délibérations du Conseil, il paraît plus exact d’évoquer, pour orienter les décisions royales, l’action conjuguée de conseillers dispersés en fonction des besoins de l’heure. Avec la campagne d’Italie de 1524-1525, le gouvernement bicéphale prend une forme officielle où Madame, comme dix ans plus tôt, est investie de la régence. Mais l’existence d’un Conseil lyonnais n’empêche évidemment pas le roi de prendre depuis le Milanais nombre de décisions financières. L’ensemble des initiatives n’est d’ailleurs pas toujours facile à harmoniser158.

  • 159 O.R.F., t. VIII p. 138 (6-8-1536).
  • 160 Il retrouve une certaine existence, mais sans pouvoir connu, en octobre 1537, quand le cardinal et (...)
  • 161 B.N. fr 5125 f° 189.

76En août 1536, François Ier qui fait face à l’invasion de la Provence par Charles Quint se fixe à Valence puis à Avignon. Il établit à Lyon un « Conseil privé » qui, sans être un Conseil de Régence que Madame n’est plus là pour présider, y ressemble malgré tout étrangement159. Il est dirigé par le chancelier du Bourg, le cardinal de Tournon et le seigneur de Châteaubriant. Son fonctionnement est éphémère, car la remontée du roi vers le Nord disloque l’équipe. Le chancelier quitte Lyon le 12 octobre alors que Tournon reste sur place. Cette dispersion met fin de facto au fonctionnement du « Conseil privé »160. Mais la structure bicéphale ne persiste-t-elle pas en raison même des importants pouvoirs donnés à Tournon pour assurer son « proconsulat » lyonnais ? En théorie, et bien souvent en pratique, la décision ultime revient au Conseil. Cependant, sous l’aiguillon de la nécessité, Tournon prend parfois l’initiative. A la fin de décembre 1536, pressé par le besoin d’argent pour solder les troupes de Piémont, le cardinal écrit au chancelier qu’il va accepter les exigences des marchands-banquiers lyonnais pour bénéficier d’une avance de fonds. Il conclut : « Deussies vous aultres, messieurs du conseil, me fere pendre et le trouver le pyre du monde »161. Mais, quoi qu’il en dise, il peut en fait se permettre cette décision financière, donc politique : il sait en effet qu’il appartient aux quelques individualités qui ont voix au chapitre en ce domaine, même en dehors du cadre strict des séances du Conseil. A ce titre, sa marge de manœuvre est réelle.

B. Le rôle central de quelques individualités

1. Un préalable : l’implication du souverain

  • 162 B.N. fr 2978 f° 15 [18-10-(1521)].
  • 163 A.N. Xla 9322 f 181 [8-2-(1521)].

77La participation quotidienne de François Ier à la gestion des affaires d’argent, quel qu’en soit l’enjeu, est traditionnellement considérée comme des plus réduites. Lorsque la situation s’aggrave en octobre 1521, alors que le roi est à la tête de l’armée en Picardie, Louise de Savoie écrit à Robertet qu’il faut, en matière de finances, accomplir des « choses que l’on ne doit pas seulement dire très difficiles mais impossibles veu ce qui cest fait jusques icy ». Cependant, ajoute-t-elle, le roi doit être tenu à l’écart de ces préoccupations : « Toutefois, pour ne travailler point led sgr, qui n’a besoing pour ceste heure d’autre pensement que de l’affaire où il est, je luy donne espérance d’y satisfaire »162. Un tel comportement est-il vraiment le propre des périodes où le roi commande en personne ? Au début de cette même année, avant l’ouverture du conflit, le général Raoul Hurault rend compte dans une lettre au Parlement de ses efforts pour obtenir une réponse sur un dossier dont il ne précise pas la nature. Il constate cependant : « Les choses sont ung peu longues à cause que on ne parle pas souvent d’affaires oud sgr »163.

  • 164 Cité par Jacquart, François Ier, p. 196.
  • 165 « Sua Maestà Cristianissima è stata già dodici giorni lontan di qui venti cinque leghe verso la Cha (...)
  • 166 Bourgeois de Paris, Journal, p. 303 ; Versoris, Livre de Raison, p. 194 (parag. 340).
  • 167 B.N. fr 3048 f° 145.
  • 168 B.N. fr 2994 f° 4 et 13 v°.

78En janvier 1527, alors même que la situation financière est critique, à l’heure où Semblançay est mis sous les verrous, aux dires du nonce, le roi « se tourne tout entier vers des plaisirs proches et faciles à le réjouir », au grand dam des ambassadeurs de la ligue de Cognac164. Le 22, celui de Florence le dit parti à la chasse depuis douze jours165. Les chroniqueurs parisiens évoquent son départ pour Notre-Dame de Liesse, que Versoris date du 14, au lendemain de l’arrestation de Semblançay166. Quel que soit, au jour le jour, le partage exact entre souci de voyage, de chasse ou de dévotion, le roi, qui laisse à Saint-Germain-en-Laye Madame, le chancelier et les conseillers de robe longue, ne semble pas vouloir prendre une part active au labeur quotidien. Certains de ses proches manifestent d’ailleurs leur souci de le voir se tenir au courant. C’est précisément en janvier 1527 que Duprat, parallèlement à l’envoi au roi d’une longue lettre très technique sur les questions monétaires, écrit à Montmorency. S’il demande au grand maître de « faire en sorte de trouver telle opportunité que le Roy puysse lire tout du long et bien entendre le contenu en mes lettres », c’est que la chose ne va pas de soi167. Le « projet Bonnivet » d’août 1521 n’insiste sûrement pas pour rien sur la nécessité d’informer quotidiennement le roi. Au même moment, l’amiral lui conseille de prendre sa part, de « parler aux gens de [ses] finances pour y donner tel ordre qu’il ne puisse venir inconvénient »168.

  • 169 Clément, Trois drames, p. 182.
  • 170 B.N. fr 2987 f°61.
  • 171 B.N. fr 2976 f°83.
  • 172 B.N. Clairambault 332 fos 14-16 (8-4-1530).

79Pourtant, la vision d’un François Ier se tenant totalement à l’écart des questions financières ne correspond que partiellement à la réalité. En bien des circonstances, on le voit prendre sa part du travail, même s’il n’y met sans doute ni allégresse, ni enthousiasme. Ainsi son engagement paraît réel en avril 1519 quand il consacre trois jours, avec Semblançay, Babou et les gens de finances, pour trouver des sommes nécessaires à la levée de troupes : il s’agit de se donner les moyens d’une pression militaire, à la veille de l’élection impériale169. En décembre 1523, à l’heure des réformes et d’une expédition italienne, « le Roy prend luy mesmes la peyne de très souvent advyser et pencer » à ses finances. « Par Testât que led sgr a faict drecer, ajoute le Bâtard de Savoie à l’intention de Montmorency, congnoistrez très bien qu’il a ce point très à cueur »170. Le 29 juin 1529, alors qu’on hésite encore entre paix et guerre, le bailli François Robertet informe le grand maître que « ceste après disnée, le Roy a regardé au faict de ses finances ayecques le général de Nor-mandye (Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Épargne) et treuvé que les choses se conduyront bien d’icy à la my aoust »171. Cette mise au point s’est apparement déroulée en tête-à-tête entre François Ier et son trésorier. Au printemps de 1530, le rassemblement de la rançon retient toute l’attention du roi qui affirme à Montmorency : « D’heure à autre je désire et veulx scavoir et entendre à la vérité comment les affaires passent de par delà et quel argent l’on vous envoyé et par qui et quant il pourra estre arrivé devers vous et s’il sera à temps ou non ». Il déplore que Pierre d’Apestéguy le tienne dans l’ignorance pour les décimes et les dons de la noblesse et des villes : « Il ne me faict poinct scavoir ce qu’il reste encores à paier »172.

  • 173 Tournon, Correspondance, n° 8 et n° 21.
  • 174 Ibid., n° 19 (22-4-1528) ; B.N. fr 3031 f° 59 (1-5-1527) : Duprat, afin que Montmorency « donne à e (...)

80Bien des opérations se font en fait à l’initiative du souverain, en particulier pour le financement des campagnes militaires. Duprat peine en octobre 1527 à respecter les consignes royales en faveur de Lautrec. L’intervention de François Ier pèse d’ailleurs d’un poids spécifique. Pour rassembler 200 000 lt au milieu de 1528, Tournon pense qu’un courrier personnel du roi au trésorier de l’Épargne et aux receveurs généraux s’impose173. Quant il laisse agir ses hommes de confiance, François Ier doit en outre être tenu informé, que ce soit, en ces années, par Duprat ou par Montmorency174.

  • 175 Il y a aussi une tradition monarchique d’investissement en ce domaine si l’on en croit par exemple (...)
  • 176 « He had a strong sensé of financial reality and a prudent concern for the pennies » : Jack, Henry (...)
  • 177 Wolfe, Fiscal system, p. 93.

81Ainsi, l’attitude du souverain face aux sordides questions d’argent est-elle plus nuancée que ne le laisse penser une vision trop répandue du personnage175. D’ailleurs, Henri VIII fournit lui aussi un bon exemple de monarque prêt à de fortes dépenses quand le besoin, politique, se fait sentir de paraître généreux ou prodigue, et néanmoins attentif dans le détail à la gestion de ses finances176. Certaines sources de dépenses comme la reconquête du Milanais ou l’élection impériale, en raison de l’intérêt particulier que leur accorde le roi, mobilisent évidemment plus son attention que d’éventuelles difficultés de paiement de gages à la Chambre des comptes de Montpellier. Mais les domaines qui le retiennent au premier chef, la guerre et la paix, la haute diplomatie, sont aussi ceux qui pèsent le plus lourd sur les finances du royaume. Cependant, il ne faudrait pas tomber d’un excès dans l’autre et exagérer l’engagement monarchique. D’autant que les conceptions financières de François Ier restent très sommaires. Dire par exemple que le recours modéré, voire parcimonieux, aux rentes sur l’Hôtel de Ville sous son règne s’explique par le fait qu’il n’aime pas cette forme de crédit semble un peu étrange177. Il serait étonnant que le roi ait exprimé en la matière une opinion de cet ordre. Wolfe « déduit » ici de la faiblesse de l’utilisation une soi-disant réticence royale que rien n’étaye. Si son fils Henri en use plus abondamment par la suite, c’est sûrement moins par goût prononcé que par nécessité et comme une opportunité.

2. Les « tuteurs financiers »

  • 178 Spont, Semblançay, p. 160 note 4 ; Documents, p. 353.

82Parmi les conseillers du roi, et spécialement parmi les grands officiers de la couronne, un personnage paraît plus spécifiquement responsable du suivi des affaires financières. C’est, dans les premières années du règne, le grand maître Boisy qui tient ce rôle. Quand il s’agit, en janvier 1519, de rassembler des fonds pour l’élection impériale, les responsables des finances se retrouvent autour de lui, dans son hôtel. Faisant allusion lors de son procès à un versement d’intérêts inscrit dans un État général, Semblançay s’empresse de préciser que cet article avait été « entendu et ordonné au conseil […] auquel estoit présent feu M. le Grand Maistre de Boisy ». Il ajoute que « autrement n’eust voulu […] permectre qu’il y eust esté employé »178. Aux yeux du spécialiste des finances, mettre en avant ce nom semble donc une bonne manière de se couvrir.

  • 179 B.N. Clairambault 1164 f 178.
  • 180 Spont, Semblançay, p. 190 note 5 ; A.N. J 958 n° 18 (30-6-1523 et 29-7-1523). Prévost précise qu’il (...)
  • 181 B.N. fr 2987 f° 59 (24-9-?).
  • 182 A.N. J 958 n° 1 f° 12.

83Avec René, Bâtard de Savoie, successeur de Boisy, le phénomène est plus net encore. Avant 1519, il a déjà œuvré « en plusieurs charges et commissions touchant le fait desd finances »179. Ensuite il est, avec Semblançay, le principal responsable du rassemblement et de la répartition des fonds. Il apparaît comme l’intermédiaire essentiel, aussi bien pour faire remonter vers le roi les plaintes des généraux que pour recevoir les états du commis à l’Extraordinaire des guerres présentés au roi180. Lorsque François Ier accorde un don de douze mille lt à Montmorency, l’assignation relève du trésorier Morelet de Museau et du Bâtard de Savoie. « Adviserons entre luy et moy où ceste partie se pourra prendre pour estre baillée où vous adviserez », écrit alors le grand maître à Montmorency181. Rien d’étonnant donc à ce que, dans sa « cellule de crise » financière proposée en août 1521, Bonnivet le place « par dessus tous » les officiers de finance. Dans une lettre du 5 avril 1524, le roi exprime parfaitement la place occupée par son oncle de la main gauche. Il a été adjoint le 12 mai 1523 à la commission sur les comptes créée en janvier précédent parce qu’il a « la principalle charge et superintendance de nosd finances »182.

  • 183 Spont, Semblançay, p. 134 et note 4.

84Le grand mot est lâché. On a déjà vu que sa plasticité ne permettait pas de lui donner une signification administrative précise. Cependant, il qualifie bien, surtout dans un texte émanant de la monarchie elle-même, la position de pouvoir tenue par l’intéressé. Faut-il rappeler que, dans le « pouvoir » de Semblançay de 1518, le terme ne figure pas ? D’ailleurs ce dernier, quand il est sollicité, n’hésite pas à renvoyer au Bâtard, « qui a la charge des finances »183. C’est un bon moyen, évidemment, d’écarter une demande gênante. La mise en évidence d’un « tuteur » financier dès le début du règne permet donc de relativiser la coupure que représentent les années 1523-1524 pour les grands ordonnateurs. Avant cette date, leur autonomie, y compris pour Semblançay, n’est pas si grande en fait qu’on l’a parfois dit. Cependant, jusque-là, le travail semble s’être déroulé de façon harmonieuse : les relations du Bâtard de Savoie et de Semblançay sont excellentes et la « tutelle », quoique réelle, est aisée à supporter dans de telles conditions.

85Après la disparition du Bâtard à Pavie, la succession des responsables assurant des fonctions équivalentes est beaucoup moins nette. Ceci pose un problème délicat. L’explication réside-t-elle dans le contraste entre l’abondance d’informations, en particulier celles qui sont rassemblées par Spont, pour les dix premières années et une relative pauvreté ensuite qui trouble la régularité du phénomène ? N’est-ce pas plutôt parce que la reprise en main par le Conseil, qu’on a évoquée, et le rôle accru du chancelier, qu’on retrouvera bientôt, permettent de fonctionner sans un responsable sinon officiel, ce qu’il n’est jamais, du moins clairement avéré ?

  • 184 Jacqueton, Épargne, 1re partie p. 39 note 1.
  • 185 Décrue, De consilio, p. 66 note 2. Wolfe, Fiscal system, p. 288 présente la période qui suit 1523 c (...)
  • 186 B.N. Dupuy 486 f° 118 [24-11-(1536-40 ?)].
  • 187 Boislisle, Surintendance, p. 262-263.

86Jacqueton ne craint pas d’affirmer qu’il ne parle des décisinos du Conseil que par commodité, dans l’impossibilité de désigner clairement le conseiller « qui gouvernait seul les finances » et qui se cache derrière les options prises, lesquelles sont simplement entérinées par le Conseil184. C’est faire peu de cas d’un fonctionnement collégial qui garde une grande importance, par exemple lorsque « l’on besogne tous les jours au conseil pour mectre ordre au faict des finances »185. Le poids du collégial apparaît dans ces propos de Montmorency à Duprat : « J’ay aussi veu par vostred lectre comme vous et le général de Normandye avez regardé à tout Testât des finances. Mais que soyons à Paris, nous nous assemblerons et adviserons de pourveoir à tout suyvant l’intention dud seigneur [roi] »186. On peut néanmoins chercher à découvrir les successeurs de Boisy et du Bâtard. Les listes fournies par les historiens sont sujettes à caution : en l’absence de toute commission officielle, la part de subjectivité du chercheur est grande. Le summum de la confusion est sans doute atteint par Boislisle mélangeant, dans une même série de préposés à l’ordonnancement des finances, des trésoriers de l’Épargne (Babou, Preu-dhomme) et des hommes comme Montmorency ou Annebault187. Or ils se situent visiblement sur des plans différents.

  • 188 Dermenghem, Annebault, p. 41. Entre le temps de Montmorency et celui de Chabot, un correspondant de (...)
  • 189 Cité par Antoine, Administration centrale, p. 514, pas retenu par Doucet, Institutions, t. I p. 290 (...)

87Une possibilité s’ouvre alors : qu’en est-il de la place tenue par le nouveau grand maître, Anne de Montmorency, successeur en cette charge des deux « tuteurs » précédents ? On sait son importance financière à la charnière des années vingt et trente, tout d’abord en collaboration avec le chancelier Duprat, puis dans le cadre du rassemblement de la rançon. Cependant, son rôle apparaît bien moins net dans le domaine financier au long des années trente. Sa disgrâce à partir de 1541 le place hors jeu : à la fin du règne, le nom le plus fréquemment évoqué comme responsable est celui d’Annebault, après un bref épisode Chabot188. Faible impact dès les années trente et relais de grands officiers différents (deux amiraux) : la piste du grand maître semble bien tourner court. Le critère de la compétence technique est-il plus pertinent ? Cela n’est pas certain. A preuve les hésitations des historiens sur la place de Tournon parmi les « tuteurs financiers »189. Or avec lui on tient incontestablement un professionnel des questions d’argent. Il faut donc chercher ailleurs.

  • 190 Jacqueton, Politique extérieure, p. 138.
  • 191 Bedos Rezak, Montmorency, p. 130.
  • 192 Spont, Semblançay, p. 153-154 et 168.

88Une expression utilisée au sujet des négociations de 1520 avec l’Angleterre livre la clé du rôle de ces tuteurs. Lors des discussions sont intervenus, outre les spécialistes, « quelques personnaiges de autorité »190. Face aux officiers de finance qui disposent d’une efficacité technique et d’une bonne connaissance des circuits de l’argent, le « tuteur » se présente comme doté d’une compétence radicalement différente : celle d’une autorité politique partiellement déléguée, en raison de la confiance du souverain. Cela est particulièrement net quand, en février 1538, la désignation de Montmorency comme connétable lui donne, entre autres, « pouvoir sur [les] finances »191, Ceci n’exclut évidemment pas un intérêt de la part des « tuteurs » pour les problèmes financiers. Mais les origines et les préoccupations de ces membres de l’aristocratie rendent peu probable une réelle passion pour la gestion des deniers. Ils entendent ici servir le roi sur un autre plan. Ainsi, en l’absence d’une connaissance très technique des questions en cause, le relais peut-il se faire de façon souple entre le « tuteur » en titre et un suppléant momentané. Au cours de l’été 1518, Boisy, malade de la goutte, se décharge sur le Bâtard de Savoie de la direction des finances. A la fin de 1520, en l’absence du nouveau grand maître parti en Provence, c’est Bonnivet qui assure l’intérim192. Au niveau où ces Grands se placent, celui d’une impulsion proprement politique, sous le regard du roi, cela ne semble pas poser de problème. Ces deux exemples prennent place en des temps où la situation financière n’est pas très compromise. Sans doute l’engagement personnel est-il plus intense lors des périodes de tension.

3. La place ambiguë du chancelier

  • 193 Lot (Ferdinand) et Fawtier (Robert), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Paris, 1958 (...)
  • 194 Jacqueton, Politique extérieure, p. 10-13 insiste a contrario sur le poids politique que prend Flor (...)
  • 195 Sa fonction permet cependant à Duprat de conserver une certaine activité en ce domaine. Voir son in (...)
  • 196 Spont, Semblançay, p. 139 et note 3, p. 157-158.
  • 197 A.N. J 966, 27/4 [7-3-(1521/22)].

89Depuis le 14e siècle, le chancelier de France, grand officier de la couronne lui aussi, a acquis un droit de regard sur les activités financières193. Mais la fin du règne de Louis XII correspond, en ce domaine comme dans d’autres, à un relatif effacement de cette fonction194. Lors de l’arrivée sur le trône de François Ier, en raison de la retraite du chancelier Jean de Ganay pour cause de maladie, il n’y a qu’un garde des sceaux en fonction, l’évêque de Paris Estienne de Poncher. La désignation de Duprat ne semble pas, dans le domaine qui nous concerne, modifier les choses : la place occupée par les généraux et Semblançay laisse le chancelier au second plan195. Il faut probablement y voir une raison du peu d’amitié, voire de la haine, que Duprat manifeste à l’égard du Tourangeau et des siens. En 1517, il s’entête à refuser de sceller un brevet pour du Bouchage, un proche de Semblançay. En novembre de l’année suivante, il s’oppose à ce dernier à propos d’une décime196. Pourtant les deux hommes doivent travailler ensemble et le chancelier est conduit parfois à donner des ordres à Semblançay. Anthoine de Lamet, ambassadeur en Suisse, manquant de fonds, supplie Duprat de « voulloir faire commander à monsieur de Sainct-Blançay m’en faire tenir icy »197.

  • 198 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 62 (voir par exemple p. 75, paragraphe 37, sur le contrôle d (...)
  • 199 A ce propos, Descimon, Parlement, p. 156, parle de la « cohérence de la politique de crédit public (...)
  • 200 Barrillon, Journal, t. II p. 308.
  • 201 Sur ses tâches financières, voir par exemple Michaud, Chancellerie, p. 53. Noter aussi l’importance (...)

90Le projet de réforme financière de 1522-1523 envisage clairement de donner (ou plutôt de redonner ?) un rôle notable au chancelier198. Duprat lui-même, en raison de son rôle administratif, en est probablement l’un des inspirateurs. Pour lui réformer est un bon moyen de mettre un terme à la prééminence de son rival. Doit-on voir aussi la marque de Duprat dans les nouveautés financières de 1522, rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris et essor de la vénalité publique des offices ? Ce serait le signe d’une évolution déjà en marche199. Cependant, le récit que fait Barrillon du processus de création de la troisième Chambre des enquêtes ne présente le chancelier que comme l’exécutant d’une décision royale200. A partir de la mise sur la touche de Semblançay, il n’y a en revanche plus de doute possible : Duprat figure au premier rang des responsables financiers. Ainsi, mettre en avant le poids du chancelier au XVIe siècle pour souligner l’importance conservée par « l’État de justice » avant la montée en puissance de « l’État de finance » au XVIIe siècle, c’est commettre un malentendu sur la fonction. Le chancelier est en effet un homme clé des finances, à la Renaissance201. La réduction progressive de ses activités financières au cours de l’Ancien Régime n’est justement pas sans rapport avec son relatif déclin.

  • 202 B.N. fr 2977 f° 15 ; fr 3031 fos 7, 17, 59 et 103 v°.
  • 203 B.N. fr 3066 f° 79.
  • 204 Voir par exemple B.N. fr 2976 f° 44 : fonds pour « le deslogement de monsgr d’Angolesme » (Charles, (...)

91Si l’implication du chancelier est certaine à partir de 1525, elle présente des caractères spécifiques qui en font un objet d’étude assez complexe. Duprat, qui va nous retenir en premier lieu, est tout d’abord le maître d’oeuvre du rassemblement des fonds pour la guerre dans les années 1526-1529. Il est un temps épaulé, comme on l’a vu, par Tournon et de Selve. Il apparaît comme le principal responsable du versement de la contribution française à la ligue de Cognac202. En juillet 1529, pour faire face à l’arrivée de nouveaux lansquenets, « du paiement desquelz et de ceux qui sont jà par deçà pour ce moys nous sommes bien empeschez », Chabot informe Montmorency : « J’en escript à monsieur le cardinal chancellier afin de regarder où cela se prendra »203. En définitive, l’ensemble de la mobilisation des fonds relève alors de sa compétence204. Non content de surveiller et d’orienter les rentrées, Duprat est bientôt amené à s’investir dans les circuits du crédit. Il avance des fonds et en fait avancer par ses « amis ». En cas de nécessité, il s’adresse partout.

« Touchant le fait de l’argent dont le Roy et vous m’escrivez, répond-il à Montmorency, j’ay serché tous les moyens du monde pour les pouvoir trouver, et aux banques et ailleurs où il me sembloit y en avoir, et en eussions recouvert plus grosse somme si les eussions voullu assigner aux prochains deniers à recouvrer, ce que ne povons faire, obstant que le Roy en a fait estât ».

  • 205 B.N. fr 3048 f° 81 [27-12-(1527 ?)] ; f° 43 [4-4-(1528)].

92Du solde de ce qu’il faut fournir, « je n’ay encores trouvé argent à préster où je puisse avoir seureté encores que je y aye fait et face tout ce que je puis » informe-t-il le grand maître quelques mois plus tard205.

  • 206 B.N. fr 2977 f° 15 [24-10-(1527/28)].
  • 207 A.N. J 967, 10/3 (5-5-1538).
  • 208 B.N. fr 3031 f° 37 [6-4-(1528)].
  • 209 Décrue, Montmorency, p. 102-103 ; Bedos Rezak, Montmorency, p. 121.
  • 210 Spont, Semblançay, p. 243 note 2.

93Le rôle du chancelier en ces années rappelle étrangement celui de Semblan-çay autour de 1521. Duprat se trompe quand il écrit au roi que « faire de telles avances est le vray estât de celuy qui a le maniement et reçoit tous voz deniers, comme est le trésorier de l’Espargne »206. Comme au temps de Semblançay, la fonction n’est pas le propre d’un comptable, même de premier plan, mais d’un personnage spécifique. On retrouve cette distinction dix ans plus tard lorsque, pour délivrer l’argent des tailles du Bourbonnais, il faut à la fois un ordre du chancelier du Bourg et une quittance du trésorier de l’Épargne207. Le discours de Duprat, au milieu des difficultés, est d’ailleurs presque identique à celui que tenait Semblançay sept ans plus tôt : « Si j’avoys argent ou bon crédit, je vous promestz ma foy que le Roy ne monsgr de Lautrec ne seroient en ceste pene. Mais il me semble, attendu que je faiz ce qu’il m’est possible, que l’on se devroit contenter de moy. Pleust à Dieu qu’il y eust quelque ung sachant bien demesler ceste fusée qui fust en ma place »208. Signe révélateur : les chefs militaires en difficulté, que ce soit Lautrec ou Saint-Pol, font peser leurs reproches financiers sur le chancelier. Les critiques de 1528 font écho à celles que Lautrec est censé avoir portées contre Semblançay après la Bicoque209. On « dict en bons lieux estre avenue la perte devant Naples […] pour n’avoir principalement esté pourveu à feu M. de Lautrec d’argent et gens au temps et heures que le roy entendoit, par les faultes et longueurs dudit chan-cellier »210.

  • 211 Spont, Semblançay, p. 207 note 3 ; Valois, Étude historique, p. LXIII.
  • 212 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 29-30.

94Dès le printemps 1525 et la Régence, « s’il est question du fait des finances, on le renvoyé au chancelier qui en a la superintendance ». L’expression est reprise l’année suivante par le Parlement de Paris, dans une formulation plus abrupte encore : Duprat « a la totalle administración, superintendance et gouvernement des finances, et s’en repose le Roy sur luy du tout, et tellement que, en matière de finances, on ne saurait bailler un soit, sinon que par son commandement »211. Aussi Doucet en fait-il alors le « maître » des finances. Ici encore, l’ambiguité de la notion de surintendance éclate. Mais on a vu que le terme, au plus haut niveau, s’appliquait aux « tuteurs » financiers. Duprat peut-il rentrer dans cette catégorie, au moins pour les années 1525-1528, alors que Montmorency ne joue encore qu’un rôle limité ? Une chose est sûre : à la différence de Semblançay, Duprat est directement impliqué dans les rivalités politiques au sommet. Il se situe là sur un relatif pied d’égalité, politique sinon social, avec les Montmorency et autres Chabot. Dans la lutte des clans, que l’on retrouvera, il peut se placer sur le même terrain qu’eux. Il ne craint pas ainsi, en 1535, de mettre en avant le coût énorme que représentent les hommes de pouvoir pour les finances du roi, à cause des dons qu’ils reçoivent212. Jamais Semblançay n’aurait pu se permettre de porter de cette façon le débat sur un tel sujet.

  • 213 Il se fait fréquemment le défenseur des intérêts de la monarchie, refusant de laisser vendre un gre (...)
  • 214 Michaud, Chancellerie, p. 292.
  • 215 A.N. M.C. VIII 286 (5-11-1538). Ces papiers ont été remis au président Poyet, comme par hasard un f (...)
  • 216 A.N. Zla 54 f° 205 v° (2-6-1529). Le trésorier Spifame en fait ensuite « prendre copie ».
  • 217 C’est sans doute lui qui refuse un rôle de 28 000 écus préparé par Duprat pour Lautrec en décembre (...)

95D’autant que le chancelier, de par sa fonction même, dispose d’une position de pouvoir particulière qui en fait le chef de l’embryon d’administration monarchique. Toutes les décisions royales passent par lui. Il peut les bloquer, les retarder, les infléchir213. Fréquemment, le monarque lui laisse le choix des assignations, si important pour les intéressés214. Par ailleurs il est le destinaire des papiers financiers. Les papiers des comptes des « offices et cas casuelz » sont entre ses mains215. Un commis du responsable de l’Extraordinaire des guerres lui fait parvenir directement un état de recette pour deux mois en 1527, sans même passer par son supérieur direct216. Ce sont deux exemples entre mille de la capacité du chancelier à accumuler l’information. Ensuite, une fois retravaillée, cette information est communiquée au Conseil. Même si, en définitive, la décision revient à ce dernier217, qui ne voit combien cette position d’intermédiaire entre gens de finance et Conseil peut offrir d’opportunités ? Ainsi Duprat, selon les éléments que l’on retient, peut-il passer pour le successeur de Semblançay, pour un tuteur financier, pour le chef d’une administration en formation ou pour un relais entre personnel des finances et Conseil. Il est, je crois l’avoir montré, tout cela à la fois.

  • 218 Voir des exemples d’états envoyés au chancelier, à partir desquels le Conseil pourra travailler, da (...)
  • 219 Voir ainsi deux lettres de François Dupré, commissaire aux emprunts du clergé en 1538, où celui-ci (...)

96Avec du Bourg, les deux derniers aspects sont bien présents218. Chef de l’administration, il reste un interlocuteur important. Pour ceux qui travaillent à rassembler les fonds, son avis reste déterminant219. En revanche, au sommet de l’appareil monarchique, sa position paraît en retrait par rapport à celle de Duprat. Ce qui souligne une fois encore, s’il en était besoin, que la fonction n’est qu’un aspect de l’autorité, y compris pour les grands officiers de la couronne. Du Bourg, qui travaille en permanence avec le trésorier de l’Épargne, voire avec les généraux, se situe, si l’on peut dire, au niveau de Semblançay. Il rassemble les fonds. Vers lui montent les sollicitations des chefs militaires pour le Piémont et la Picardie. Jehan Breton, correspondant de Montmorency, a vu une dépêche d’Humières,

« laquelle vous feroit pitié à veoir, veu l’extrémité où est réduict ce bon chevalier […]. J’ay envoyé ladicte lettre à monsieur le chancellier, vous suppliant croire monseigneur que toutes les sollicitations par depesches sur depesches qu’il est en ma puissance de faire journellement et à toutes heures envers mond sieur le chancellier à ce qu’il le secoure promptement d’argent, je le faiz ».

  • 220 B.N. fr 3055 f° 67 (8-7-1537) et f° 79 (5-7-1537).

97Dans une autre lettre concernant la Picardie, Breton poursuit : « Vous ferez merveilleusement bien, monseigneur, de contynuer à escripre à monsieur le chancellier qu’il vous secoure d’argent »220.

  • 221 Ibid, P 29 (26-6-1537).
  • 222 B.N. Dupuy 486 P 118 (24-11- ?).

98Mais à la différence de Semblançay ou de Duprat, du Bourg n’est pas un pourvoyeur de crédit. En 1536-1537, l’organisateur en ce domaine est bien sûr Tournon, mais pour le seul Piémont. A quoi s’ajoutent les fonds fournis par Montmorency. Avec du Bourg, impossible enfin de parler de tutelle. Il paraît en position relativement subordonnée par rapport à un Montmorency en pleine puissance. Jehan Breton parle du chancelier au grand maître comme du « pouvre homme qui fait ce qu’il peult » pour assurer les financements. « Mais, ajoute-t-il comme pour ménager du Bourg, vous scavez mieulx que nul autre comme cela est aysé et facile à faire »221. Le ton de Montmorency à son égard est révélateur. Après lui avoir fait part, en matière de finance, de « l’envye que le Roy a d’estre bon mesnagier, à quoy je veult doresnavant entendre », il conclut : « Touteffoiz, quant aux petites parties, vous les pourrez vuyder, et les autres qui sont d’importance, les supercéder jusques à l’arrivée dud seigneur, sauf le fait de Piedmont. Et ferez bailler au présent porteur cent escuz pour ses postes »222. Ce ton de commandement n’est pas fait pour recevoir de réplique.

  • 223 Sur l’ensemble de sa politique financière, voir Porée, Poyet, p. 77.
  • 224 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 12.
  • 225 A.N. U 797 P 88 v° (mai 1544).

99Avec Poyet, promu chancelier après la mort accidentelle de du Bourg, un retour d’influence se manifeste-t-il ? On pourrait le croire, au vu d’une politique imaginative, sinon encore très productive, en matière d’expédients financiers, avec la loterie et les insinuations223. Le nonce ne craint pas d’affirmer à la fin de 1540 que le chancelier est bien vu du roi en raison des grands besoins d’argent de l’heure224. Lors du procès de Poyet, la « superintendance des finances du Roy » est évidemment évoquée225. Mais qu’en déduire dans un pareil contexte, tellement favorable aux transferts de responsabilité ? Nul doute que, si du Bourg était passé en jugement, malgré sa position un peu en retrait, il aurait été lui aussi honoré de ce beau titre. En fait, le rôle de Poyet en matière de finance est assez restreint. Cet obligé de Montmorency qui intervient peu dans les grandes affaires est avant tout un juriste. Au-dessus de lui, c’est le connétable qui s’affirme, ici comme ailleurs. L’arrestation de Poyet le 2 août 1542, directement liée à la disgrâce de Montmorency, fait de son passage aux affaires un épisode bref sur lequel la lumière est difficile à faire dans le détail : faiblesse de la documentation et absence d’opérations militaires (les deux phénomènes n’étant peut-être pas sans liens) laissent dans l’ombre bien des aspects de la décision financière à cette époque.

  • 226 Michaud, Chancellerie, p. 25 et 55.
  • 227 Un exemple, la commission avec Tournon pour aliéner les aides en Languedoïl, Outre-Seine et Normand (...)
  • 228 François, Tournon, p. 210 et 226. On aimerait savoir à qui précisément attribuer l’initiative de la (...)

100Se succèdent ensuite deux gardes des sceaux, François de Montholon d’août 1542 à juin 1543, puis François Errault jusqu’en septembre 1544. Après une période confuse - le nouveau garde des sceaux est-il Matthieu de Longue-joue ou François Olivier ? -, la destitution de Poyet au terme de son procès conduit en avril 1545 à une clarification : Olivier devient chancelier226. Ce sont tous des personnages de second rang, à l’exception d’Olivier, mais ils ont néanmoins une place non négligeable dans le domaine financier. Montholon est un des cinq membres du « Conseil des finances » (entendre Conseil étroit) désigné en février 1543. Errault multiplie les commissions portant sur les affaires d’argent227. Mais la « tutelle » ici leur échappe sans doute largement. Elle est aux mains de Chabot puis d’Annebault. Et c’est le temps de la plus grande influence de Tournon. Cependant, au côté des deux derniers, en 1546-1547, Olivier est l’un des organisateurs des emprunts228. Il retrouve ici les traces de Duprat, mais sans son poids politique.

4. Des « spécialistes » financiers ?

  • 229 Né à Gannat, il est en 1513 lieutenant du duc de Bourbon en « Occitania ». Il est d’abord évêque de (...)
  • 230 O.R.F., t. III p. 38 (7-7-1521) ; C.A.F., t. III n° 8006 (23-7-1535).
  • 231 O.R.F., t. III p. 222 ; A.N. P 2536 f° 124 v°.

101Tournon est le seul membre du Conseil pour lequel on puisse risquer ce qualificatif. Mais, avant de se pencher sur son cas, une autre figure au moins s’offre à nous pour évoquer une telle spécialisation : celle de l’archevêque d’Aix Pierre Filhol (ou Le Filleul)229. Il ne s’agit pas ici d’énumérer toutes les commissions financières auquelles ce grand serviteur de l’État, lié à Semblan-çay aussi bien qu’à Duprat, participe entre 1520 et 1535. Mais on ne peut que remarquer l’importance qui lui est donnée dans la surveillance des redditions de comptes. Il fait figure en ce domaine de délégué du pouvoir, et plus particulièrement sans doute d’œil du chancelier. On a déjà évoqué son action pour les comptes des décimes, aussi bien en 1521 qu’à partir de 1535230. Mais il est aussi présent auprès des « grandes » commissions. Le 21 janvier 1523, Filhol est adjoint à celle qui a été créée quatre jours plus tôt pour les comptables principaux. Le 10 décembre 1527, peu après la disparition de cette commission, il reçoit pour tâche de surveiller la procédure au sein d’une Chambre des comptes aux prérogatives retrouvées : il faudra l’appeler pour la clôture de tous les comptes231. L’archevêque d’Aix, tout en intervenant dans le rassemblement des fonds des finances extraordinaires (vente d’offices, décimes, emprunts), fait ainsi figure de spécialiste du contentieux financier.

  • 232 B.N. fr 5125 f° 172 (17-12-1536).
  • 233 François, Tournon, p. 478-479.
  • 234 François, Tournon, p. 135-136. François mentionne dès cette date « l’autorité qu’il s’était acquise (...)
  • 235 A.N. J 965, 7/57 [31-1-(1537)].

102Avec Tournon, on se situe un degré au-dessus : plus question ici de surveillance ou de relais du chancelier. A la fin de 1536, le cardinal affirme au roi découvrir à Lyon les questions d’argent, « desquelles je ne me suys jamais meslé jusques à présent, ny n’eusse fait sans la nécessité de voz afferes pour lesquelz il vous a pieu me laisser icy »232. Cette remarque semble fort étonnante. La tradition attribue en effet à Duprat la formation de Tournon en ce domaine233. Et surtout sa participation active au rassemblement de la rançon aux côtés de Montmorency est bien connue, en particulier pour ce qui touche précisément aux questions financières et monétaires les plus techniques. Mais il est sûr que sa figure ne prend tout son relief en ce domaine qu’en 1536, au contact direct de la place lyonnaise. Il y a tout d’abord l’action au sein du « Conseil privé » créé en août, suivie de la lieutenance générale dans le Sud-Est. Le choix de Tournon pour ce dernier poste, outre ses qualités personnelles (connaissance de la région, liens avec l’Italie), relève aussi un peu du hasard. Les « prétendants » possibles sont soit retenus auprès du roi (du Bourg) ou aux armées (Montmorency), soit déjà en charge (du Bellay à Paris), soit en disgrâce relative (Chabot)234. Pour la première fois depuis Semblançay, le milieu financier lyonnais a donc un interlocuteur valable et compétent. Le cardinal ménage les marchands-banquiers des bords de Saône et cherche à s’assurer de bonnes relations avec eux. Lorsqu’en janvier 1537 une opération de change sur Venise est montée depuis Paris, il s’empresse d’affirmer au chancelier : « Il n’y a florentin en ceste ville, à ce qu’ilz m’ont dit, qui ne l’eust faict à quatre pour cent là où led Melin [un banquier parisien] en a cinq […]. Je vous asseure que les florentins ne sont pas contentz de moy »235. Tournon, qui a besoin des hommes d’argent de la place, regrette visiblement de ne pas avoir pu leur donner la possibilité de participer à une affaire profitable.

  • 236 B.N. fr 5125 f° 76 (14-11-1536).
  • 237 A.N. J 965, 7/5 (2-6-1537).

103Mais ce proche, par nécessité, des milieux d’affaires, est avant tout un homme de conseil. Au cours de son séjour lyonnais, certains signes ne trompent pas. Le chancelier du Bourg prend le temps de l’informer longuement de décisions financières qui n’ont aucune incidence sur son activité lyonnaise, comme la vente de nouvelles rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris236. De même, seul un membre du cercle étroit des hommes de pouvoir peut se permettre des remarques sur la conduite d’ensemble des « affaires du Roy » pour lesquelles, « se l’on ne trouve moyen d’avoir paix, il fault que nous tenons une autre façon de faire. […] Je ne veoy ruyne en noz affaires que par la longueur et pour ne faire rien à temps »237. Le passage rhétorique des « affaires du Roy » Sà « noz affaires » est révélateur du niveau politique auquel se situent le discours et l’analyse de Tournon.

  • 238 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 207 ; Knecht, Francis I, p. 415.
  • 239 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 160.

104A partir de 1542, sa place s’affirme plus nettement encore. Premier cité dans le « Conseil des finances » de février 1543, il a su dès l’année précédente relancer les emprunts lyonnais. En juin 1543, le nonce signale que deux Conseils se tiennent chaque jour en sa présence pour trouver des fonds pour la guerre. L’année suivante, c’est un agent anglais qui note les réunions régulières du « Conseil des finances » au domicile de Tournon238. Si la position politique du cardinal repose pour une part sur sa compétence financière, cela ne signifie évidemment pas, en un temps qui ignore la spécialisation à ce niveau, une absence d’initiatives dans d’autres domaines, bien au contraire. Il a « le maniement des affaires [du roi] en l’absence de monseigneur l’Amiral [Annebault] » signalent les du Bellay en septembre 1543, sans songer particulièrement aux questions d’argent239. Sa situation semble désormais suffisamment assise pour lui permettre de surmonter plusieurs dangereuses attaques, de la part de la sœur et de la maîtresse du roi. Est-ce en lien avec sa particulière compétence financière ? Seule la mort de François Ier entraîne sa (provisoire) disgrâce.

105L’insistance sur le rôle croissant en matière financière du Conseil comme institution comporte un risque : celui de minorer sa place en ce domaine au cours de la période antérieure, en raison de l’importance prise dans la documentation, dans la recherche (d’Alfred Spont à Bernard Chevalier) et dans l’orientation de mon propre travail par le groupe des financiers tourangeaux autour des Beaune et des Briçonnet. Mais il semble acquis que la centralisation de l’information et les choix fisco-financiers, avec les débats y afférents, sont désormais mieux tenus en main. Et, de façon évidente, c’est du Conseil que part l’initiative de s’attaquer judiciairement à Messieurs des finances et à leurs séides.

106Reste un autre risque : l’illusion possible de l’approche institutionnelle. D’où la nécessité de mieux cerner la place tenue par les principaux conseillers, autour d’un roi sans doute plus actif ici qu’on ne le croit souvent. Les dirigeants s’impliquent individuellement dans le suivi des finances. Les « tuteurs », même si cette notion conserve une part de flou et d’arbitraire, sont grand maître, connétable ou amiral. Le chancelier associe une position administrative forte avec un poids politique extrêmement variable. Peu d’hommes de finances au sommet, sauf sans doute Tournon. Mais cette spécialisation, d’ailleurs toute relative, n’est pas indispensable au niveau politique auquel se situent les protagonistes.

III. Les finances révélatrices des tensions du groupe dirigeant

  • 240 Décrue, Montmorency, p. 402 ; Tournon, Correspondance, n° 349 (24-8-1542).

107La cour de France est devenue un véritable instrument de règne. En son sein on s’affronte pour le pouvoir, comme vient de le montrer l’allusion aux attaques lancées contre Tournon. Aussi apparaît-elle progressivement comme le monde de l’intrigue. Au centre des regards, un étroit groupe dirigeant est seul en mesure de peser directement sur les décisions. Comment le définir ? Une réponse « institutionnelle » retiendra en priorité les membres du « Conseil étroit » au cours du règne. Mais, en l’absence de listes officielles (à l’exception de celle de février 1543), on est renvoyé ici à l’empirisme d’une observation attentive, d’autant plus délicate que, comme on l’a vu, les absences n’ont pas toujours la même signification. Autre problème : ne convient-il pas d’élargir un peu le cercle, en incluant par exemple quelques chefs militaires dont l’action dirigeante sectorielle pèse un poids non négligeable ? A l’expérience, il apparaît que ceux qui comptent sont en fait ceux qui disposent de l’information. Il n’est pas sans signification de s’apercevoir que le courrier envoyé par les ambassadeurs n’est plus remis, à partir de 1541, au connétable, et de noter qu’en 1542 Tournon est habilité à ouvrir toutes les lettres adressées au roi qui passent par Lyon240. Une cartographie des circulations épistolaires, si elle était possible, nous livrerait sans doute une intéressante géographie du pouvoir.

108Au sein de ce milieu étroit, les rivalités sont féroces. Les enjeux financiers, si importants pour la monarchie, se retrouvent ici comme révélateurs de luttes qu’on peut qualifier de politiques. C’est tout d’abord l’orientation des deniers du roi en fonction des responsabilités des uns et des autres qui importe. C’est ensuite la possibilité de disposer de relais parmi le personnel financier pour accomplir les missions requises. Les gens de finances eux-mêmes, et surtout les offices qu’ils détiennent, deviennent enfin, au gré des successions et des poursuites, des motifs d’affrontements. Les hommes de pouvoir agissent à la fois en tant qu’acteurs de la politique royale qu’ils contribuent à orienter et comme bénéficiaires directs des retombées financières de l’État monarchique. Mais qui dit monarchie dit roi. C’est par le rôle de François Ier dans la conjoncture politique du règne qu’il faudra conclure.

A. Quand le succes depend des ecus

1. Trop d’armées pour trop peu d’argent

  • 241 Boyvin, Mémoires, p. 13. Il souligne dans sa préface, pour répondre à ceux qui l’accusent de trop p (...)
  • 242 Spont, Semblançay, p. 175 note 1.

109Les besoins d’argent du chef de guerre font de lui, suivant la belle formule de Boyvin du Villars à propos du maréchal de Brissac, un « obstiné solliciteur de finances »241. Or la multiplication simultanée des opérations militaires et diplomatiques impose des choix. Même dans l’urgence, le gouvernement monarchique ne fait pas n’importe quoi : il oriente les fonds en fonction de priorités parfois claires à nos yeux, et parfois moins nettes. Si les options stratégiques, pour discutables qu’elles soient, sont largement mises en avant, leur dimension politique, qui relève précisément des rivalités internes au sein du groupe dirigeant, est beaucoup plus difficile à cerner. Il est cependant des circonstances où les interventions des hommes de pouvoir paraissent directement influencées par ce dernier aspect des choses. La conjoncture militaire de l’été 1521 en fournit un exemple éclairant. François Ier envoie alors l’amiral Bonnivet opérer en Guyenne. Cette initiative n’est pas approuvée par les autres chefs militaires. « J’ay veu le partement de M. l’admyral pour son voyaige de Guyenne, que je n’ay jamais trouvé bon » écrit Lautrec. Le maréchal de Châtillon est plus net encore : « C’est une grosse despence, et sans propox ». Or Lautrec part à ce moment commander en Milanais et affirme au roi : « Le plus grand affaire que vous povez avoir pour ceste année sera en Ytalie »242. Quant à Châtillon, c’est un des chefs de l’armée de Champagne. La « grosse despence » entraînée par l’expédition de Bonnivet, au-delà d’une éventuelle utilité stratégique, signifie donc nécessairement une réduction des flux d’argent destinés aux autres fronts. Ce qui ne manquera pas de causer des difficultés de tous ordres, depuis l’approvisionnement jusqu’à la solde des mercenaires. Et, en cas d’échec militaire grave, une lourde part de responsabilité retombera sur le chef de l’armée, compromettant ainsi sa position politique.

  • 243 B.N. fr 3029 f° 13. Bonnivet n’est pas pleinement exaucé comme le montre une lettre au roi du génér (...)
  • 244 B.N. fr 2994 f° 4 v°.
  • 245 Spont, Semblançay, p. 176 note 3.
  • 246 Ibid., p. 177. Comme le remarque Potter, Picardy, p. 186, à propos de la campagne de 1537, « direct (...)

110Bonnivet, pour sa part, cherche à s’assurer une source de revenus spécifique. Il désire qu’on lui réserve les recettes de la généralité de Normandie. Il s’adresse le 7 septembre 1521 à Florimond Robertet pour que « l’on ne touche point aux parties de la charge de monsieur le général de Normandie ordonnées pour le quartier de deçà, et est besoing que le roy le commande bien expressément à mons. le grant maistre et à monsieur de Samblanssay. Je vous prie, monsieur le trésorier, de tenir la main à cela »243. L’amiral cependant paraît moins sectaire que ses collègues, lui qui, à propos du Milanais, pousse en juillet le roi à « parler aux gens de [ses] finances pour y donner tel ordre qu’il ne puisse venir inconvénient »244. Mais quel courtisan pourrait se permettre de dissuader le roi de succomber au « mirage italien » ? Ce serait un choix politiquement hasardeux. En revanche quand, à la mi-septembre, François Ier en personne prend la tête des opérations dans le Nord-Est, Bonnivet n’hésite pas, tout comme Lautrec d’ailleurs, à conseiller la défensive dans ce secteur. L’argument est vite trouvé : la saison est trop avancée. Vendôme, qui pour sa part commande des fantassins en Picardie, demande au contraire au roi de « haster son équipaige »245. Si « l’opinion des militaires varie », comme l’écrit Spont, ce n’est donc pas seulement en raison de divergences stratégiques. D’autant que les généraux sur les autres fronts savent qu’en raison même de la présence du roi, la priorité financière sera donnée au secteur où celui-ci commande. Et, de fait, Semblançay s’occupe ensuite plus particulièrement de l’armée du Nord246.

  • 247 Tournon, Correspondance, n° 19 (22-4-1528).
  • 248 Isaac, Tournon, p. 27.

111A d’autres moments, mais avec moins d’évidence, on retrouve des phénomènes comparables. Si Lautrec insiste au printemps 1528 sur la nécessité pour le roi de ne faire la guerre que d’un seul côté, est-ce seulement parce que cela permettra de licencier des lansquenets247 ? N’est-ce pas aussi pour s’assurer l’exclusivité militaire dans le royaume de Naples ? Lorsque Tournon demande d’abandonner les opérations du Nord-Est pour « tourner force et despence » du côté du Piémont, ne souhaite-t-il pas, en mettant en avant des arguments militaires louables, voir améliorer sa difficile situation dans le Sud-Est248 ? Sans perdre de vue que le service du roi ne se réduit pas à une égoïste sauvegarde de leurs intérêts immédiats, il serait cependant angélique de ne pas voir dans les avis des proches du souverain le souci d’aller dans le sens de leur réussite politique. L’idéal est évidemment de parvenir à concilier les deux.

2. Montmorency joue sa carrière sur la rançon

  • 249 Sur toute cette affaire, voir Décrue, Montmorency, p. 140-161.
  • 250 B.N. Clairambault 332 f° 14 (8-4-1530) et f° 17 (9-4-1530).

112C’est une partie délicate que joue au printemps 1530 le grand maître. Il a été investi par le roi de larges responsabilités pour faire aboutir le dernier acte du traité de Cambrai : l’échange de 1,2 million d’écus contre deux princes et une reine249. Pour ce faire, il vient s’établir à Bayonne, accompagné d’une équipe étoffée. L’importance de l’enjeu éclate dans les lettres que le roi lui écrit : « Je ne faiz nulle doubte, mon cousin, que vous ne cognoissiez clere-ment de combien l’affaire pour lequel je vous ay envoyé par delà me touche ». « Les gens à qui vous avez à besoigner sont saisis d’un gaige qu’il faut nécessairement recouvrer »250. Ainsi, sans qu’il y ait le moins du monde à lire ces propos comme une menace directe, Montmorency est-il prévenu : l’échec de l’opération sera son échec.

  • 251 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 373.

113Dès le départ, le grand maître s’engage pleinement. Il fait jouer toutes les ressources de sa prestigieuse position. Ses fidèles se dépensent pour convaincre la noblesse de prendre part au fardeau, à l’image de Saint-André en Lyonnais. D’autres sont à des postes clés : son cousin Brissac auprès des enfants de France ou son ami Humières pour organiser la remise de Hesdin. L’entourage familial prend sa part des prêts au roi. La maréchale de Châtillon, sœur du grand maître, avance six mille écus, madame de Villars, sa belle-mère, sept mille. Les fidèles là aussi y vont de leur bourse : le trésorier de France Claude Robertet, frère du bailli du palais François, un proche de Montmorency, fournit trois mille écus. Quant à Guillaume du Bellay, son ardeur à prêter tient sans doute pour beaucoup à son désir de servir les desseins du grand maître. Ce dernier, au terme du processus, finit par s’engager directement en cautionnant, le 15 août, la dette du roi. Quant aux vingt mille lt qu’il emprunte alors à Nicolas Le Coincte, leur destination est aisée à deviner251.

114L’engagement personnel vient ici épauler celui de l’appareil monarchique. L’argent afflue à Bayonne. Le rassemblement de la somme, malgré des difficultés monétaires non négligeables, ne pose cependant pas de problèmes majeurs, en raison de la priorité absolue donnée par le roi lui-même. Mais les Impériaux, échaudés, à juste titre, par la non-application du traité de Madrid, multiplient les arguties, les soupçons et les chicanes. Les retards s’accumulent. L’échange, lors de la signature du traité du Cambrai, avait été fixé au premier mars 1530. Il est régulièrement repoussé et le roi s’impatiente. Les adversaires politiques du grand maître, que l’on retrouvera bientôt pour une affaire liée à celle-ci, ont beau jeu de dénoncer l’immobilisation des fonds et l’inefficacité du négociateur alors qu’il y a bien d’autres urgences, à commencer par les pensions des Suisses et des Anglais. A en croire les détracteurs de Montmorency, on néglige tout pour satisfaire ses volontés. En juin, alors que les négociations s’éternisent, on le croit - et il se croit - menacé de disgrâce. Mais quelle peut être l’alternative ? En forçant le destin le premier juillet, alors qu’une nouvelle reculade impériale se dessine, Montmorency impose l’échange, sauve sa mise et rend caduque cette question. Dès lors, son succès lui permet d’asseoir solidement sa position politique. Dix ans plus tard, une démarche similaire d’entente avec les Impériaux, avec cette fois le Milanais pour enjeu, échoue. La disgrâce, alors, ne tarde guère.

B. Les rivalites provoquees par les officiers de finance

1. Des techniciens très demandés

115L’argent est indispensable, mais il faut pour le manier avec compétence des techniciens qualifiés. D’où l’ardeur des responsables à réclamer à leurs côtés la présence d’officiers de finance. A Bayonne, au printemps 1530, Montmorency a emmené avec lui aussi bien le trésorier de l’Épargne Guillaume Preu-dhomme que celui des finances extraordinaires et Parties casuelles Pierre d’Apestéguy, sans parler du général de Bretagne et secrétaire des finances Gilbert Bayard ou du général des monnaies Nicolas Le Coincte. Aux armées, l’aide offerte par les hommes de métier est aussi fort appréciée. A l’été 1521, Bonnivet en Guyenne entend se réserver non seulement les fonds normands, mais aussi les services du général de Normandie. C’est dans ce dessein qu’il ne lui fait pas de place dans son « organigramme » de cellule financière de crise soumis au roi au même moment. D’autant que l’intéressé, Thomas Bohier, est un homme chevronné, général depuis plus de vingt-cinq ans. Lau-trec le réclame d’ailleurs pour le seconder en Italie. Thomas Bohier s’est fait depuis longtemps une sorte de spécialité d’accompagner les armées dans la péninsule : ce fut le cas en 1494, 1504, 1507, 1509, 1511-1513 et 1515 ! Aussi la demande de Lautrec est-elle logique. Mais le roi n’y donne pas suite et le général de Normandie reste auprès de Bonnivet.

  • 252 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 469 (13-9-1536).
  • 253 Voir la lettre que le roi lui écrit le 23 août 1536 : « N’oubliez pas de solliciter les receveurs d (...)
  • 254 A.N. J 965, 8/11 [10-4-(1537)].

116Quinze ans plus tard, en 1536, on s’arrache toujours les officiers compétents. Le duc de Vendôme, qui commande en Picardie, doit faire face seul aux problèmes de financement de ses troupes, alors que le duc de Guise en Champagne peut se reposer sur le général des finances Anthoine de Lamet. Vendôme s’en plaint, non sans une certaine aigreur, auprès du cardinal du Bellay, lieutenant général à Paris et en Ile-de-France : « Je n’ay point de général avec moy comme ilz ont et faut que moy seul y entende »252. L’activité de Lamet à l’entour de Guise montre que les généraux n’ont évidemment pas disparu après 1523. Mais, quelqu’importante qu’elle soit, leur tâche se situe désormais résolument à l’échelon provincial et sans intervention dans les circuits du crédit253. Au printemps suivant, c’est au tour d’Humières, qui commande en Piémont, de réclamer la présence auprès de lui de Charles de Pierrevive. Ce trésorier de France en Languedoc est très apprécié aux armées. Il suit alors Montmorency en Picardie, et ce dernier le juge indispensable auprès de lui. Bien qu’Humières le « demande tous les jours, écrit-il au chancelier, nous ne nous en scaurions passer icy ». Mais le grand maître a une solution. Elle consiste à faire sortir de la prison où il croupit depuis longtemps le trésorier de France Jehan Grolier, et à l’envoyer en Piémont254. Entre Humières et Montmorency, la « rivalité » s’explique par la rareté du personnel disponible, non par une opposition politique. D’où le souci du grand maître de proposer une solution pour aider à organiser le front italien.

  • 255 B.N. fr 3064 f° 51 v° (18-2- ?).
  • 256 Voir les remarques d’Antoine. Genèse, p. 289 et 291 et Institutions en Italie, p. 808. En 1554, Bri (...)

117Ce besoin, peut-être plus vif dans les armées, se retrouve chez les responsables provinciaux, y compris en l’absence d’opérations militaires. Vers 1527-1528, le lieutenant de Montmorency en Languedoc cherche à obtenir du roi et du gouverneur en titre l’envoi dans la province du général de Languedoc, Jehan de Poncher, qui « feroit du service au Roy et [le] releveroyt de peine »255. Il s’agit semble-t-il d’assurer les paiements des gens de pied cantonnés dans la province. Gouverneurs et lieutenants généraux ne sont pas réticents à l’arrivée dans leur circonscription de spécialistes des finances et de la justice, bien au contraire. Ces derniers en effet ne sont pas perçus comme des rivaux, mais comme d’utiles auxiliaires dont on a plutôt tendance à vouloir se réserver les services, au détriment des autres responsables. C’est dans cette perspective qu’il faut observer les premiers pas des « intendants » aux armées ou dans les provinces, à l’époque d’Henri II256.

2. La lutte autour des nominations

118Pour qui occupe une position de pouvoir auprès du roi, la circulation des offices de finance importe beaucoup. Les changements de titulaires donnent lieu à des intrigues et à des négociations. A travers elles se mesure l’influence des principaux membres du groupe dirigeant. Peu d’affaires sont assez documentées pour permettre une approche de ces tractations. Aussi, plutôt qu’une aléatoire voire impossible étude d’ensemble, mieux vaut présenter un peu longuement deux « cas » révélateurs, pour lesquels la quantité et la précision de l’information disponible donnent quelque crédit aux hypothèses du chercheur…

a. La succession de Loys de Poncher

  • 257 B.N. fr 2963 f° 82. L’ensemble du dossier pour cette affaire se compose de sept lettres : quatre d’ (...)

119Nous sommes au début d’octobre 1521. Loys de Poncher, trésorier de France en Languedoïl, âgé d’une soixantaine d’années, est gravement malade. Il est d’abord victime d’un « fluz de ventre, et après de urine avecques fyevre continuelle »257. La « merveilleuse peinne et grand ennuy » qu’a son frère ainé, Estienne de Poncher, « de [le] veoir en Testât qu’il est » ne lui fait cependant pas perdre de vue les intérêts de la famille. Il s’agit d’assurer au clan Poncher la conservation du prestigieux office du malade. Le 6 octobre, Estienne écrit en ce sens à Florimond Robertet, influent collègue de son frère. Il a d’ailleurs déjà envoyé une missive en ce sens à Madame. Il est logique que ce soit Estienne qui accomplisse ces démarches : archevêque de Sens, ancien garde des sceaux de Louis XII, c’est le grand homme de la famille, le mieux placé pour négocier. Il pousse en avant son petit-neveu Jehan de Poncher, qui est pour l’heure trésorier de l’Ordinaire des guerres. Ce dernier, en cas de succession, « se mectera en son devoir, pour soubvenir aux affaires du Roy, [de lui laisser] faire son proufït de son office de trésorier des guerres ». Aussi Estienne « supplie humblement [Robertet] qu’il [lui] plaise avoyr son affaire pour recommandé ». Malgré sa position en vue, il ne peut en effet se passer de relais pour emporter la décision.

  • 258 Versons, Livre de Raison, p. 113.

120Mais un autre solliciteur se présente en la personne de Charles de Bourbon. Le lendemain de la mort de Loys de Poncher, qui s’éteint le 9 octobre258, le connétable, depuis « Bac à Bery » (Berry-au-Bac), écrit au roi. Étant donné son rang, il n’a pour sa part nul besoin d’intermédiaire pour présenter une requête à François Ier. « J’ay esté adverty de la mort du trésorier Poncher. Vous scavez, monseigneur, le désir que j’ay de vous faire service en la despence qu’il me convient faire, par quoy vous supplie, monseigneur, y avoir esgard et me donner led office pour me ayder à supporter la bonne voulenté que j’ay et y despendre ce qui en viendra et le reste de mes biens ». Il est encore possible de concilier les deux propositions : il suffit de céder au connétable l’office de trésorier des guerres abandonné par les Poncher. De moindre valeur que celui de trésorier de France, il constitue cependant un fort honnête cadeau.

  • 259 C.A.F., t. V n° 17424.

121Mais rien de tout ceci ne se produit car Louise de Savoie, qui a un homme à placer, impose son propre point de vue. Sa position politique est alors très forte, contrairement à celle du connétable. Ce n’est pas par hasard que la première démarche d’Estienne de Poncher était tournée vers elle. Mais celui-ci connaît bientôt « la délibération de madame » : l’office ira à Philibert Babou, contrôleur général des finances de Louise et l’un de ses fidèles dans le monde des officiers. Il est pourvu le jour même de la mort de Loys de Poncher259. Estienne regrette d’avoir été pris de court par la progression de la maladie et de ne pas avoir commencé ses démarches suffisament à temps : « Si j’eusse pansé le dangier de mort y estre si grand comme l’effect l’a monstre, j’eusse plutost fait diligence ». Mais les médecins ont longtemps donné « espérance de santé »… Evidemment, pour Estienne de Poncher, le choix qui a été fait par Louise est le meilleur… à l’exception du sien : « J’ayme mieux que celuy-là en soyt pourveu, puys que le temps ne s’est [trouvé] pour mondit neveu, [plutôt] que aucuns autres qui la poursuyvoyent ». Sans doute le connétable, entre autres, avait-il son candidat ? Sur ce point, on n’en sait pas plus.

  • 260 L’attribution un peu étonnante du titre de « monseigneur » à Robertet est déjà évoquée par Fauvelet (...)
  • 261 Crespin finira président au Parlement de Bretagne : C.A.F., t. III n° 10598.

122S’il est de bonne politique pour Poncher d’abonder dans le sens de la décision prise, il est opportun pour Madame de veiller à ne pas s’aliéner la famille lésée. L’approbation du chef du clan Poncher se comprend plus aisément à la lumière des « compensations » qu’elle obtient alors. Loys de Lon-gueil, conseiller au Parlement de Paris et au Parlement de Bretagne, est, en novembre, « en extrémité de maladie ». Estienne de Poncher s’empresse d’annoncer la nouvelle à Madame, qui cette fois n’hésite pas, au moins pour la charge parisienne : « Je vous prie parler au Roy de son office, écrit-elle à Robertet le 11 novembre, pour l’une des filles du feu trésorier Poncher ». Estienne en rajoute auprès de l’influent secrétaire : « Je vous supplie monsgr qu’il vous plaise m’y estre aydant pour les pouvres filles qui n’ont père ne mère »260. Cela servira à les marier : un tel office ne nuit pas en effet quand il s’agit de constituer une dot. La charge sera pourtant revendue, car ceux qui épousent les deux dernières filles à marier de Loys de Poncher, Anthoine Bohier en 1522 et Eustache Luillier en 1523, n’en héritent pas directement. Mais l’archevêque est gourmand et aimerait obtenir aussi la charge bretonne de Longueil pour un autre de ses neveux par alliance, François Crespin, pour l’heure conseiller au Parlement de Paris. Il s’y emploie en sollicitant Robertet, mais aussi Claude, la bonne reine-duchesse261.

123Et le connétable dans tout cela ? Pour autant que je sache, il n’a pas droit à la moindre compensation. Il est d’ailleurs révélateur de voir que sa demande est faite au lendemain de la provision de Babou. Charles de Bourbon, bien qu’en dignité le deuxième personnage du royaume, compte politiquement assez peu. C’est un problème que l’on retrouvera bientôt. L’influent Bonnivet, qui est alors en Navarre, est en revanche dûment et rapidement averti par Madame. Il approuve totalement l’opération : « J’ay veu par ce qu’il vous a pieu m’escripre comme le Roy à votre requeste a pourveu Babou […] ; me semble ma dame que n’eussez peu le mieulx faire employer ». Pour qui connaît la rivalité de l’amiral et du connétable, cette approbation prend une saveur particulière. Et, depuis avril 1521, s’est ouverte la grave question de la succession de Suzanne de Bourbon. Loys de Poncher « a faict bonne fin, à dieu en soyt la louange ». Sa mort, à un moindre échelon certes que celle de Suzanne, est aussi une bonne occasion d’observer la vie politique sous François Ier.

b. L’affaire Ruzé-Besnier

  • 262 Versons, Livre de Raison, p. 100.
  • 263 Ibid., p. 116.
  • 264 Bourgeois de Paris, Journal, p. 310.
  • 265 Voir par exemple B.N. fr 21413 f° 35 (24-11-1528). Comptes rendus jusqu’au 31-12-1528 : Mirot, Bévy (...)
  • 266 Spont, Documents, p. 356.

124Après ce drame en un acte, la querelle autour de la recette générale d’Outre-Seine, qui culmine au printemps 1530, fait figure de long roman. Il faut remonter au début de 1527 pour en saisir le sens et prendre un peu de recul avant de retrouver le groupe dirigeant. En janvier de cette année-là, le receveur général Jehan Ruzé, parent de Semblançay, est inquiété au moment de l’arrestation de ce dernier262. Ses relations avec son parent sont assez étroites et, si on ignore tout de son devenir au cours du procès de Semblançay, il apparaît, avec son cousin et homonyme, avocat du roi au Parlement, comme un de ceux qui « avoient conseillé à la vefve de feu mons. de Sainct-Blancet et à ses héritiers de former une appellation contre l’arrest ou sentence donnée contre ledict seigneur Blancet »263. Aussi, en juillet ou août 1528, est-il emprisonné au Petit Châtelet pour ce motif264. Mais il conserve cependant son office265. C’est Estienne Besnier, alors commis au paiement d’une compagnie d’archers de la garde, qui aurait dénoncé cet appel secret aux autorités. Premier et fondamental élément d’un contentieux entre les deux hommes. Besnier, peu de temps auparavant, était encore un fidèle de Semblançay : ayant des intelligences à la Bastille, il servait d’intermédiaire entre l’accusé et son fils266. Peut-être a-t-il changé de camp pour ménager sa propre situation.

  • 267 Bourgeois de Paris, Journal, p. 313.
  • 268 Ruzé est toujours cité comme receveur général les 17 et 30 juillet 1529 : A.N. Zla 54 f° 252 et 263 (...)
  • 269 Spont, Semblançay, p. 268 ; C.A.F., t. VII n° 27859.
  • 270 Voir, pour la gabelle, une allusion dans A.N. Zla 54 f° 250 v° (17-7-1529).
  • 271 Bourgeois de Paris, Journal, p. 314. De même Spont évoque sans preuve une lettre de rémission.
  • 272 B.N. fr 3046 f° 101 [2 l-l-(1530)] : Neufville à Montmorency. Une autre lettre du même au même, tro (...)
  • 273 C.A.F., t. II n° 4792 (28-8-1532) ; B.N.fr 2976 f 74. Dès août 1529, Ruzé avait étésollicité pour l (...)

125Le 11 février 1529, la commission qui statue sur l’appel rend sa sentence. Le jugement est validé. Ruzé est condamné aux amendes pécuniaires et honorables et perd son office de receveur général, « combien qu’il n’en fut parlé en son procès »267. La nature juridique de cette « perte » est peu claire, dans la mesure où, effectivement, la sentence n’y fait pas référence. Simple suspension ou destitution ? La première solution paraît la plus probable268. Une chose est sûre : c’est Estienne Besnier qui est commis à sa place le 18 mars 1529, moyennant un prêt de vingt mille lt269. Il doit recevoir tous les fonds dus depuis le premier janvier précédent270. Selon le Bourgeois de Paris, Ruzé aurait essayé en vain de récupérer l’office pour son fils, en proposant d’avancer dix mille écus au roi, mais la tentative elle-même n’est pas certaine271. Du moins l’ancien receveur parvient-il à refaire surface. Si les fonds du quartier d’octobre 1529 sont toujours gérés par Besnier, ceux de la taille du quartier de janvier 1530 le sont par Ruzé. C’est apparemment vers la mi-janvier qu’« il a pieu au Roy remettre monsieur le recepveur général Ruzé en son office »272. Ce retour est le fruit d’une négociation. Pour le Bourgeois de Paris, il est rétabli moyennant une avance de soixante mille lt. On garde trace d’un prêt d’au moins 41 500 lt, même si cette avance n’a probablement lieu qu’en février 1530273.

  • 274 B.N. fr 3011 f°44.

126Un homme, et non des moindres, paraît être à l’origine de ce partiel retour en charge : Anne de Montmorency. Si son absence parmi les détracteurs de Semblançay a un sens, on le retrouve ici, dans cet appui donné aux proches du financier exécuté. Mais la situation est fragile, car Besnier ne désarme pas. A la fin de février, il lance une grande offensive. Les conditions politiques lui sont de nouveau favorables. Montmorency en effet a quitté la cour à Moulins le 22 pour se rendre à Bayonne. Les conséquences de cette prise de distance sont immédiates, comme en témoigne une lettre de Jehan Breton au grand maître : « Dès le lendemain que vous partistes de Moulins, la chose fust mise sur le bureau et fust dit au Roy que led Besnyer offrait trente mil escuz plus que ne bailloit Ruzé et que cestoy chose à quoy l’on devoit bien penser veu les affaires que led sgr avoit, et ne fut oublyé une seulle chose à dire de ce qui povoit servir pour ayder aud Besnyer »274.

  • 275 B.N. fr 3001 f° 27 ; fr 3031 f° 75.
  • 276 B.N. fr 3001 f° 23 (6-3-1530) et f° 27 (10-3-1530).

127Même le versement de tout ce qu’il a promis ne peut donc mettre Ruzé à l’abri des surenchères. Dans l’urgence du rassemblement de la rançon, le roi prête une oreille attentive en priorité à ceux qui annoncent les plus gros chiffres. Les deux rivaux ne s’en privent pas. Les offres de Ruzé sont jugées risquées par Jehan Breton lui-même : « Je crains que le pouvre homme, pour faire service au Roy […], ait advancé chose qui luy sera bien difficile de retirer ». Celles de Besnier font dire au chancelier Duprat « qu’il acheptoit bien chèrement ung procès »275. Mais Besnier a le vent en poupe. Breton en avertit le grand maître au début de mars : « Monsieur de Stains ( = Jehan Ruzé) aura bien à faire de demourer en Testât que vous l’avez mis et [je] craings merveilleusement que votre absence luy soit grandement préjudiciable ». « Je me doubte fort que tout ce que vous avez faict pour monsieur de Stains s’en ira en fumée, car il a de fortes partyes »276. Notons au passage combien, aux dires de Breton, le retour de Ruzé devait aux efforts de Montmorency : ses propos sont ici sans équivoque.

128Besnier à lui seul ne constituerait pas une « forte partie ». Mais il dispose de soutiens de poids. Dans une lettre en partie codée du 18 mars, destinée à un serviteur du grand maître, Nicolas Berthereau, Jean du Bellay brosse un tableau assez sombre de la situation :

  • 277 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 132.

« Entendez que tout ce qui est possible de faire, l’Admirai [Chabot] le faict pour deffavoriser votre maistre comme s’il n’avoit d’aultre but en ce monde […]. Et autant en a faict le prévost de Paris [Jean de la Barre] et Dieu scay s’ilz ont, chacun en son endroict, faict là dessuz de belles gloses et de belles menées […]. En l’affaire de Besnier, […] leur partialité est si extrême que, combien que Robertet [François, bailli du Palais] leur donne bien à souffler et l’aultre [Jehan Breton] aussi, si [Montmorency] est-il en dangier de perdre le jeu »277.

  • 278 B.N. fr 3031 f° 75.
  • 279 B.N. fr 2976 f° 54 et 56.
  • 280 B.N. fr 3011 f° 44 (24-3-1530).

129Outre ces deux ténors, le chancelier lui-même semble défavorable au grand maître et donc à Ruzé. De son propre aveu, Duprat se dit « suspect en ceste affaire » aux yeux de Montmorency278. Par deux fois, au milieu de mars, François Robertet intervient auprès du roi pour critiquer, et Besnier, et ses offres279. Mais Breton, cet autre fidèle du grand maître, est témoin de son impuissance, malgré les courriers envoyés depuis Bayonne par Montmorency : « Aucuns personnages ont faict ce qu’ils ont peu pour ayder aud Ruzé, mais leurs forces ont été trop petites »280.

  • 281 B.N. fr 3044 f° 11.
  • 282 C.A.F., 1.1 n° 3646 ; B.N. fr 3001 fos 30 et 38. Contrairement à l’interprétation que fait Spont, S (...)
  • 283 B.N. fr 3001 f° 38.
  • 284 B.N. fr 3001 f° 41 et fos 45 v° -46 ; fr 3018 fOS 42 et 45.
  • 285 Tournon, Correspondance, n° 35.

130Le 18 mars, le roi écrit à Montmorency et Tournon pour leur expliquer pourquoi il accepte les propositions de Besnier, « que je suis seur que vous trouverez sy raisonnables que vous ne me desconseillerez de prandre et accepter pour ceste heure chose sy adventageuse pour moy qu’est ceste là »281. Besnier est donc réinstitué le 20 mars 1530, moyennant un prêt de quarante mille écus et des engagements financiers complémentaires, mais il tiendra toujours la recette générale sous la forme d’une commission282. Ce choix du plus grand avantage financier est aussi, selon le roi, le choix de la justice : « L’on m’a escript piéçà de Paris que le pis que je pourroys faire, ce seroit de remectre icellui Ruzé aud office et que, s’il y estoit une fois, il y a plusieurs choses de très grande importance et conséquence touchant et concernant le faict de mes finances, lesquelles choses sont sur le poinct d’estre advérées et esclarcies, qui ne le seroyent jamais »283. On devine ici l’intervention des gens de la Tour Carrée, bien relayés à coup sûr dans l’entourage royal. Bon prince, François Ier accorde cependant une priorité au remboursement des avances déjà faites par Ruzé. Mais en fait celui-ci devra attendre longtemps encore. L’affaire fait grand bruit dans les allées du pouvoir : « Tout le monde crye de plus en plus sur l’injustice faicte à Ruzé » constate Jean du Bellay le 28 mars. Montmorency persiste à écrire au roi à ce sujet, mais Jean Breton lui expose qu’on ne peut plus rien pour le moment en faveur de Ruzé284. A certains, le bruit fait par l’affaire semble disproportionné par rapport à l’enjeu. Le 12 avril, Tournon affirme à Jehan Breton qu’il y a des choses plus importantes à faire que de multiplier « répliques et dupliques du fait de Ruzé et Baynier »285.

  • 286 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 132 ; B.N. fr 3018 f° 42.

131L’échec du grand maître est ici patent. L’ampleur des besoins explique que le roi ait préféré Besnier, mais cela ne suffit pas. Il faut que les promesses de ce dernier, difficiles à tenir, lui aient été présentées sous un jour favorable. L’absence physique de Montmorency a pesé très lourd dans la balance. Telle est du moins l’opinion de ses fidèles, sur le témoignage desquels repose l’essentiel de ce développement. Pour Jean du Bellay, « son absence a faict cognoistre de quoy il sert ». L’avenir de l’affaire est suspendu à son retour auprès du roi : « Quant à l’affaire de monsgr de Stains, c’est une chose de quoy il ne fault plus parler jusques à vostre retour » conclut Breton286.

  • 287 En 1528, son poids politique est encore jugé moindre que celui de Duprat : « Où l’autre chante, le (...)

132Le conflit peut-il être interprété comme l’affrontement de deux clientèles ? Ruzé est sans doute un client ou du moins un protégé de Montmorency. En revanche, les soutiens de Besnier, dans leur diversité, ne s’apparentent guère qu’à une coalition momentanée des adversaires du grand maître. Ce dernier est en phase d’essor politique, au début du « test » de la rançon, et tous les moyens sont bons pour contenir son influence grandissante287. Montmorency, fragilisé par l’absence, dans un monde où le contact direct pèse lourd, peut de plus difficilement s’opposer à ce que le roi accepte la solution la plus avantageuse pour les finances royales : sa propre réussite à Bayonne dépend aussi de cela. Si seul son retour peut inverser la situation, c’est aussi parce qu’il signifiera, outre la fin de l’éloignement, la levée de l’hypothèque politique que représente alors pour lui le règlement de la rançon.

  • 288 B.N. Dupuy 623 f° 23 v° ; A.N. J 958 n° 38.
  • 289 Paris : A.N. M.C. XIX 86 pour Jaques Pinel (date illisible, liasse de juillet 1543) et pour Estienn (...)
  • 290 En ce qui les concerne, on parle clairement de « partis ». François de Dinteville, qui est proche d (...)
  • 291 Liens avec le premier : B.N. Dupuy 623 F 56 et A.N. Zla 59 F 597 v° ; prêt de vingt mille lt à Mont (...)

133Il est possible que derrière Besnier se cache un groupe financier disposé à prendre des places dans le contexte changeant des poursuites financières. On constate que des liens l’unissent en effet à Gaillard Spifame, général d’Outre-Seine ou à Jehan Prévost, général de Guyenne288. Sans parler de relais dans le monde des marchands-banquiers parisiens voire lyonnais289. Mais ceci n’est qu’une hypothèse. Pour mieux cerner la question, il faudrait pouvoir replacer tous ces gens dans le cadre de l’affrontement dominant au sommet, celui qui oppose alors Chabot et Montmorency290. C’est fort délicat, sauf à dire que ni Spifame ni Prévost n’a de relation privilégiée avec le grand maître. On ne peut guère aller au-delà de cette preuve par l’absence, dans la mesure où les sources sont infiniment moins riches pour le « clan » Chabot. Le cas de Nicolas Le Coincte, général des monnaies qui va bientôt devenir changeur du Trésor, pose problème dans cette perspective car celui-ci est lié à la fois à Besnier et à Montmorency291. Mais on ne peut évidemment supposer une étanchéité telle qu’elle opposerait deux camps séparés par un véritable « rideau de fer ». D’autant que Le Coincte occupe une position centrale sur le marché financier parisien du moment.

134Le succès de Besnier est très provisoire. Bientôt poursuivi pour sa gestion, il est emprisonné à une date inconnue, peut-être dès 1531. En août 1532, il est condamné par la Tour Carrée et meurt en prison peu après, probablement en septembre. Les sources disponibles ne permettent pas de rattacher ses déboires à une intervention directe de Montmorency. Mais il est probable que ce dernier a vu sans déplaisir les malheurs de celui qui avait voulu profiter de la situation au printemps 1530. Si Ruzé est « vengé », le sort cruel de son adversaire ne le fait pourtant pas revenir en charge. C’est alors le temps de la suspension des receveurs généraux. De plus, rien ne dit qu’il veuille retourner aux affaires, d’autant qu’il est lui aussi poursuivi pour sa gestion. A partir de 1532, il siège comme conseiller au Parlement de Paris et reste à ce poste jusqu’à sa mort, en mai-juitt 1539, après avoir à son tour fait l’objet d’une sentence de la Tour Carrée en 1536.

C. Le groupe dirigeant, le roi et l’etat de finance

1. La dépendance financière des membres du groupe dirigeant

  • 292 Greengrass, Montmorency, p. 377-382.
  • 293 Bourgeois de Paris, Journal, p. 8-10.
  • 294 B.N. P.O. 2655 (Savoie) dossier 58960 n° 33 (20-3-1517).

135La position de pouvoir des hommes en vue du règne leur assure des profits sérieux. Le service royal paie bien, au niveau du Conseil et de la cour. Il n’est que de voir les dizaines de milliers de livres de gages et de pensions que draine Montmorency. Celui-ci fera d’ailleurs encore mieux sous Henri II292. Aux revenus réguliers s’ajoutent des gratifications ponctuelles. A l’avènement de François Ier, les deux Gouffier (Boisy et Bonnivet), le Bâtard de Savoie, Lautrec et La Palisse se partagent de somptueux cadeaux : revenus de la grande prévôté de Nantes, profits des créations d’offices d’enquêteurs et de contrôleurs dans les villes, montant des droits de francs-fiefs et nouveaux acquêts. A en croire le Bourgeois de Paris, l’ensemble atteint environ 200 000 lt293. Et il ne s’agit pas d’un geste isolé : dès 1517, le Bâtard de Savoie et le grand maître Boisy reçoivent 64 475 lt « pour leurs services », en sus de leurs états et pensions294. On pourrait multiplier les exemples.

  • 295 Jacqueton, Épargne, 1re partie, p. 37 note 1 et 2e partie p. 14.
  • 296 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 29-30.

136La monarchie constitue une source privilégiée de liquidités pour les grands. L’ampleur des versements d’argent comptant éclaire d’un jour particulier les réformes financières centrées autour des trésors de l’Épargne et du Louvre. Pour les courtisans, la concentration des fonds à l’entour du roi permet de recevoir de beaux écus sans la contrainte d’assignations provinciales longues et aléatoires. L’argent est là, plus besoin d’aller le chercher. En ce domaine, on peut aisément déroger aux ordonnances qui réglementent strictement les dons. Le roi ne fait d’ailleurs pas de difficultés à ce que ses proches bénéficient des stocks accumulés295. Mais les fonds accaparés par les rivaux politiques sont toujours trop importants. Dimension classique de l’affrontement autour du pouvoir que celle de la lutte pour les dons royaux. Elle passe ici le plus souvent par une critique des largesses du monarque sur fonds de défense des intérêts de la monarchie. Au printemps de 1535, le chancelier Duprat produit un document qui parle de treize « millions d’or » de dons, sans doute depuis le début du règne, « essendo capi di lista il Granmaestro et l’Armiraglio, che ne havevano avuto buona parte »296. La dénonciation des dilapidations - le « roi dépensier » est « trop » généreux et doit être protégé contre sa propre largesse naturelle - est une méthode courante pour s’en prendre aux leaders politiques du moment.

  • 297 Isambert, Recueil, t. 12 p. 735 ; Greengrass, Montmorency, p. 381.
  • 298 B.N. fr 3873 f° 4.
  • 299 François, Tournon, p. 210.
  • 300 Temps appelé à durer : Bismarck, « s’il ne réalisa aucun profit illicite, n’avait aucun scrupule à (...)
  • 301 Brantôme, Œuvres, t. 111 p. 210. Il place dans la bouche de François Ier sur son lit de mort les pr (...)

137L’exploitation financière de la position de pouvoir ne se limite pas aux seuls revenus assurés par le souverain : le mouvement est beaucoup plus large. Parmi les dispensateurs de cadeaux, on trouve ainsi les États provinciaux, bourguignons pour Chabot et languedociens pour Montmorency297. S’assurer la bienveillance hautement rémunérée d’un gouverneur bien en cour est un placement qui paraît très rentable. Plus largement, le recours nécessaire aux intermédiaires pour obtenir du souverain une quelconque faveur entraîne la généralisation du système des cadeaux. Sous Louis XII, Florimond Robertet est réputé parmi les Italiens pour sa rapacité. Quant à l’amiral Chabot, il semble pratiquer un trafic d’influence à grande échelle pour adoucir le sort des officiers de finance en délicatesse avec la justice298. L’accès aux informations les plus fiables et les plus rapides se monnaie aussi, soit qu’on les transmette, soit qu’on les utilise pour son propre compte. N’est-ce pas le cas de Tournon quand il spécule sur une ferme lyonnaise299 ? Le « délit d’initié » est ici la chose du monde la mieux partagée, en un temps où d’ailleurs il n’est évidemment pas considéré comme un délit300. Le pouvoir en effet peut et doit enrichir. Brantôme fait de l’amiral d’Annebault un cas presque aberrant d’appauvrissement au service du roi301. Cependant, la frontière du licite et de l’illicite, qui sépare l’exploitation légitime du détournement de fonds, existe bien. Mais elle n’est elle-même mise en évidence à ce niveau qu’en fonction de nécessités politiques.

  • 302 Tommaseo, Relations, p. 107.
  • 303 Isambert, Recueil, t. 12, p. 721 et sq. (18-1-1541).

138Chabot, mettant à profit son implantation provinciale, ne se contente pas de bénéficier des largesses des États de Bourgogne. A plusieurs reprises, il aurait puisé indûment dans des caisses d’officiers du roi du cru, et même dans celle d’un commis à la recette générale de Languedoïl. Un prélèvement indu, c’est un prélèvement qui n’a pas de reconnaissance officielle. En l’absence de respect des formes légales, ce qui n’est pas rare, il n’a pas ou n’a plus l’aval du roi. En 1535, sur le plan financier, Chabot peut sans doute faire à peu près ce qu’il veut. Aux dires de l’ambassadeur vénitien Giustiniano, son « autorité est très grande sur l’esprit de sa majesté [qui] le laisse jouir en outre d’une infinité de revenus de l’état »302. A l’heure de la disgrâce en revanche, l’amiral est la cible de tous les reproches, et son arrêt de condamnation constitue un très éclairant catalogue des « méfaits », en particulier financiers, d’un homme de pouvoir au temps de sa splendeur303. Car ce pouvoir repose essentiellement sur une position politique entièrement dépendante du monarque. Quand, en Bourgogne, Chabot prélève des fonds « de son autorité », il ne s’agit en fait que de l’autorité déléguée à celui qui jouit officiellement de la confiance du souverain. Dès que cette confiance disparaît, tout vacille.

  • 304 Greengrass, Montmorency, p. 386-387.
  • 305 Voir les remarques de Bergin, Fortune de Richelieu, p. 181 et 263-264.

139Certes, la puissance sociale d’un grand aristocrate comme Montmorency est considérable, en dehors même du contact direct avec le pouvoir. Cependant, on constate sans surprise que le reflux de ses grands achats fonciers coïncide précisément avec le temps de sa disgrâce. Le flot de l’argent du roi, sans se tarir complètement, diminue. Les informations sur le marché foncier de haut niveau sont moins accessibles. Tout devient plus compliqué et plus onéreux alors que les ressources sont moindres304. Quand une grande fortune n’est plus protégée par une puissance politique suffisante, elle devient vite vulnérable305. Mais, pour le connétable, le temps de la disgrâce n’est heureusement qu’une parenthèse.

  • 306 Mousnier, Conseil du roi, p. 226 (article d’Yves-Marie Bercé).
  • 307 B.N. Clairambault, 1164 f° 178.

140Cette dépendance vis-à-vis du pouvoir impose aux membres du groupe dirigeant de s’investir quotidiennement dans le financement de la monarchie. Cet aspect a déjà été évoqué pour ce qui concerne leur participation au crédit sous toutes ses formes, des prêts simples au règlement des soldes des troupes en passant par les saisies de successions. La veuve de Boisy, victime du procédé en 1519, fournit une réponse révélatrice : « Elle sçavoit et congnoissoit que le bien que ledit deffunct son mary et elle avoient procédoit des bienffais que nostre dit seigneur [le roi] leur avoit faicts ; […] tous ses biens elle offroit au bon plaisir dudit seigneur »… moyennant cependant une solide garantie306. Les fonds dispensés par la royauté à ses grands serviteurs lui reviennent donc, en cas de besoin, pour une part appréciable. C’est en effet l’utilisation des capacités sociales des membres du groupe dirigeant, que ce soit pour drainer le crédit ou pour entraîner des soldats à la bataille, qui permet à l’État de fonctionner de façon moins inefficace. Entre les caisses royales et le groupe dirigeant, l’argent circule dans les deux sens. La monarchie, en « achetant » des fidélités, se donne en fait les moyens sociaux d’exister pleinement. Aussi le roi sait-il compenser et récompenser à la fois l’investissement financier des membres du groupe dirigeant dans l’État. En 1519, le Bâtard de Savoie reçoit soixante mille lt pour qu’il se rembourse de tous les « frais, mises et despens [qu’il] a parcydevant faictz en maintes manières » pour le service du roi307.

  • 308 Voir en priorité La Mure, Ducs de Bourbon, t. Il p. 546-565, en raison des notes extrêmement riches (...)
  • 309 B.N. fr 2978 f° 42 (8-8-1521).
  • 310 A.N. KK 289 f° 133-137. La levée auvergnate est « autorisée » par le roi : C.A.F., t. V n° 16201 (2 (...)

141Sur ce plan, le connétable de Bourbon constitue un cas d’espèce. Le sujet est peu étudié, aussi faut-il s’avancer avec précaution308. L’investissement du personnage au service de la monarchie paraît d’un niveau supérieur à celui des autres proches du roi. La campagne de Gênes en 1507 aurait coûté à Charles de Bourbon cent mille lt, celle d’Agnadel en 1509, quatre-vints mille lt, celle de Marignan, plus de cent mille lt. Comme gouverneur de Milan, il dépense aussi des sommes importantes. Sur le front du Nord-Est, en août 1521, il en est réduit à engager sa vaisselle pour financer les opérations militaires309. Or le trésor royal est fort peu généreux envers lui. Les historiens du connétable insistent sur le fait que ses pensions et gages ne lui sont plus versés à partir de 1516. Cette année-là, un violent incident oppose sur ce sujet Anne de Bourbon et Louise de Savoie. Aussi le connétable est-il contraint de financer une part importante de son action au service de la couronne avec ses revenus personnels. Ceux-ci seraient, sous bénéfice d’inventaire, considérables : peut-être cent vingt mille écus, plus vingt mille assurés par sa belle-mère, soit quelque deux cent cinquante à trois cents mille lt. En face, les dons et pensions, lorsqu’ils sont versés, comme en 1515 par exemple, ne dépassent pas la somme, déjà coquette, de 75 000 lt. Quant aux octrois des États d’Auvergne et de la Marche (cinquante mille lt + cinq mille lt sur cinq ans, de 1517 à 1521), ils gagnent directement les caisses de la recette générale de Languedoïl310.

  • 311 Chantelauze fournit dans La Mure, Ducs de Bourbon, p. 548 et sq. de nombreuses preuves de ce phénom (...)

142L’affaire est entendue : le roi tente d’exploiter financièrement son connétable311. Est-ce si surprenant ? Certes, le rappel du Milanais en 1516 ne peut être clairement interprété comme un signe de défaveur : les opérations terminées, il est logique que le connétable vienne prendre son service auprès du roi. Cependant, la cessation du versement des pensions cette même année est un signe fort inquiétant. A partir de 1519, les relations se tendent nettement. Est-ce un hasard si la première ouverture en direction de Charles Quint porte sur un contentieux financier ? Le connétable réclame à l’empereur les biens donnés à Gilbert de Montpensier, son père, dans le royaume de Naples. Charles Quint refuse, mais lui accorde une compensation de cent mille lt en dix annuités. Charles de Bourbon perçoit les trois premières. Auprès du roi en revanche, il est bientôt en semi-disgrâce. La remise du commandement de l’avant-garde à Vendôme, en 1521, est une claire preuve de défiance. On a vu cette même année la façon cavalière dont, dans la succession de Loys de Poncher, sa requête est traitée.

  • 312 Il faudrait pouvoir affiner toute cette analyse. En effet, sous Louis XII, Alain d’Albret, lui-auss (...)
  • 313 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 151 ; État général, p. 25-26 ; Jacquart, François Ier. p. 151. Sur (...)

143Bourbon offre la particularité toute « féodale » de ne pas dépendre assez, financièrement et donc politiquement, du roi et de ses coffres. C’est sans doute là l’essentiel : l’exploitation financière vise à affaiblir un homme dont la position socio-politique n’est pas suffisamment tributaire du roi312. Aussi, pour le connétable, une disgrâce ne saurait être suffisante pour réduire à néant son autorité politique. Il faut trouver autre chose, et le litige sur la succession de sa femme permet d’y parvenir. Au bout du compte, Bourbon doit faire figure de traître pour que sa discutable élimination puisse se justifier. Par ailleurs, sans que l’on puisse évaluer quel impact il a eu, le souci pour la monarchie en difficulté de disposer de ressources nouvelles n’est sûrement pas absent des suites données aux premières décisions judiciaires. Le séquestre est vite prononcé, dès août 1523, et la saisie suit dès mars 1524, après la « trahison » : tout ceci ressemble à s’y méprendre à un expédient financier pour période difficile, sans parler un peu plus tard de la vente des terres confisquées, la confiscation définitive n’intervenant qu’en juillet 1527313. L’affrontement spectaculaire du « dernier féodal » (Nevers excepté ?) et de son suzerain est donc, pour une part non négligeable, une affaire d’argent.

2. François Ier régulateur

  • 314 Tommaseo, Relations, p. 175 et 281.
  • 315 Propos de Lucas Rem d’Augsbourg cités dans Ehrenberg, Fugger, p. 30.

144En matière de gestion des finances au quotidien, la vulgate du règne veut que le roi suive l’opinion de ses proches, voire leur laisse toute latitude pour régler les questions techniques. « Le roi très-chrétien n’aime pas les affaires ni le souci de l’État, mais plutôt la chasse et les plaisirs […]. [Il est] docile à l’avis de ses conseillers » affirme François Giustiniano en 1537. Il lui oppose Charles Quint attaché à son labeur et se conduisant « d’après son propre avis ». Son successeur Marino Cavalli renchérit en 1546 : « Les soucis de l’esprit lui pèsent, et il s’en décharge presqu’entièrement sur le cardinal de Tournon et sur l’amiral [d’Annebault] […]. En toute chose, il s’en tient à leur avis »314. Henri VIII fait l’objet de propos semblables, les principaux ministres, Wolsey ou Cromwell contrôlant tout ce qui arrive, et parfois n’informant même pas le roi. Quant à l’empereur Maximilien, « il avait des conseillers, des fripons, qui le régentaient entièrement et presque tous devinrent riches »315. L’épisode Semblançay et l’attitude du roi en janvier 1527 semblent illustrer le désintérêt de François Ier, alors qu’ici pourtant l’affaire est d’importance.

  • 316 Barrillon, Journal, t. II p. XXXI, XXXIV et sq.
  • 317 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 160-161.
  • 318 Monluc, Commentaires, p. 142-148. En cherchant à convaincre, non pas le Conseil, mais le roi, Monlu (...)
  • 319 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. XXV.

145Cette vision est largement, sinon totalement, erronée. En cas de décision majeure précisément, nul ne saurait trancher si ce n’est le roi lui-même. Cavalli en 1546 le sait bien qui, quelques lignes après l’évocation de la docilité du roi aux avis, s’empresse d’ajouter : « Pour ce qui est des grandes affaires de l’état […], sa majesté […] veut que les autres obéissent à sa volonté. Dans ce cas-là, il n’est personne à la cour, quelque autorité qu’il possède, qui ose en remontrer à sa majesté ». Quand le roi a une position fermement arrêtée, le silence se fait. Son choix s’impose pour la campagne pour l’Empire : aucune voix discordante ne se fait alors entendre. Tout au plus est-il question de mener différemment la même politique316. Quand, en septembre 1543, le Conseil est d’avis d’évacuer Luxembourg après en avoir rasé les fortifications, François Ier, « quelque persuasion qu’on luy feist, demeur[e] en son opinion de garder ceste ville », et se préoccupe d’assurer le financement de l’approvisionnement de la place317. Pour autoriser la bataille à la veille de Cérisoles, l’année suivante, le roi décide de nouveau contre l’avis du Conseil : l’anecdote de Monluc est sans doute en partie reconstruite, mais elle n’en est pas moins fort éclairante318. Lors du choix d’un époux pour Madeleine de France, le cardinal de Lorraine, quant à lui, est très clair : il « s’est contenté de ce qui satisfait le roi »319.

146Attitude hautement révélatrice. Le silence qui entoure l’arrestation de Semblançay prend ainsi tout son sens. L’opération a le plein aval du roi. Mais François Ier n’a nul besoin de suivre l’affaire heure par heure : il laisse agir après avoir tranché. Si aucune voix, ici encore, ne se fait entendre en faveur du condamné, c’est que la décision royale contraint au silence celui qui a un minimum de souci de sa survie politique. La mort de Semblançay est peut-être une conséquence de ce silence. François Ier en effet n’est pas un monstre, mais personne, personne qui compte du moins, ne lui demande sans doute la grâce de son vieux serviteur avec suffisamment de conviction. L’indifférence aristocratique vis-à-vis du sort d’un roturier déchu peut jouer, mais elle ne suffit pas. Personne ne veut ou n’ose parler en sa faveur.

  • 320 Voir des exemples dans B.N. fr 3048 f° 139 et Dupuy 486 f° 118.
  • 321 Monluc, Commentaires, p. 147-148.

147Le poids du roi est donc décisif et, il faut y revenir, son rôle au quotidien dans la gestion des finances s’avère moins dérisoire qu’on ne le dit parfois. Si le chancelier peut régler seul les petites parties, « les autres qui sont d’importance » doivent attendre le retour du roi. Quand le Conseil a un avis, il le présente au roi qui choisit librement320. En conséquence, la responsabilité finale incombe bien au souverain. Là encore, l’anecdote de Cérisoles, quoique située sur un autre terrain, demeure instructive. Après la discussion, Anne-bault demande au roi : « Sire, quelle opinion vous prent-il à présent ? » François Ier ayant décidé d’autoriser le combat, l’amiral conclut : « Or doncques, il n’en faut plus parler […] ; si vous perdez, vous serez seul cause de la perte, et si vous gaignez, pareillement ; et tout seul en aurez le contentement, en ayant donné seul le congé »321.

  • 322 Bedos Rezak, Montmorency, p. 130.
  • 323 Nombre de « principaux ministres » sont ainsi qualifiés par les chroniques ou les ambassadeurs. Les (...)

148En conséquence, le thème du favori tout-puissant, figure de rhétorique souvent présente dans les témoignages du temps, en particulier ceux des ambassadeurs, est à manier avec précaution. L’absence d’autonomie politique ou du moins la très faible marge de manœuvre du personnage apparaissent rapidement. Ainsi il est maladroit de dire de Montmorency devenu connétable que « son pouvoir sur François Ier est lié à sa capacité à décharger ce dernier des soucis de gouvernement »322. Il s’agit en effet de collaboration, non de domination. Le favori n’est jamais que l’instrument du souverain et le rapport ne peut s’inverser. D’où l’ambiguïté redoutable de l’expression alors fréquemment employé de « quasi roi » ou à’alter rex à propos des personnalités politiques les plus en vue323. Elle doit se comprendre, non au sens de pouvoir concurrent, rival ou supérieur à celui du souverain, mais au sens de délégation de pouvoir extrêmement étendue, et justifiée, pour l’heure et sans la moindre garantie de durée, par la seule confiance du monarque envers l’intéressé. Il est incontestable cependant qu’un tel conseiller n’est pas sans influence, pas plus d’ailleurs que les autres personnages qui siègent au Conseil. Mais, sous François Ier du moins, cette influence semble inversement proportionnelle aux enjeux. Ainsi, pour Semblançay, le choix royal entraîne-t-il une - apparente - adhésion générale. Le litige Besnier-Ruzé en revanche offre un bon exemple de multiplication dans les cercles du pouvoir des « répliques et dupliques » au sujet du personnel financier. Alors que le poids de l’autorité royale fait taire chacun dans une « grande affaire de l’état », un enjeu secondaire peut donner lieu à un affrontement quasi ouvert entre les factions, parce que l’engagement personnel du roi y est réduit. Ce type de rivalité lui est au contraire fort utile, car il lui permet d’exercer pleinement son rôle d’arbitre et non seulement de maître.

  • 324 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 22.
  • 325 Jouanna, Devoir de révolte, p. 123.

149Sous François Ier, on voit donc fonctionner une régulation monarchique en période de pouvoir fort. La lutte pour le contrôle des finances, qui s’exacerbe lors des périodes de « crise » du pouvoir royal, est un sujet bien étudié. Il faut se tourner vers les quelques semaines qui suivent Pavie pour noter quelque chose d’un peu comparable, quand les divergences des clans qui s’affrontent au Conseil entraînent des retards financiers324. Sans compter l’intervention politique du Parlement de Paris. Mais cet épisode est bref et vite maîtrisé. Le temps du pouvoir fort, on l’a vu, n’est pourtant pas exempt de luttes, mais elles se déroulent sous le contrôle d’un monarque maître du jeu. Quand il réforme et cherche à assainir ses finances, nul ne s’avise d’y voir un programme partisan, comme c’est le cas lorsque les Guise font de même sous François II325. Quand il soutient son agent, comme cela vaut en définitive pour Montmorency en 1530, les traverses nombreuses n’empêchent pas d’aboutir. Jamais les conflits ne dégénèrent : entre rivaux on communique, on mange ensemble, on échange des services. Enfin, les membres du groupe dirigeant peuvent disposer de pouvoirs et de moyens importants sans trop de difficultés, en raison même de leur dépendance vis-à-vis du monarque. Cette redistribution régulée par le haut fait de la fidélité l’atout décisif dans la carrière politique. Le trouble naît précisément lorsque cette régulation n’est plus assurée, et qu’il faut se battre pour accéder à la fois au pouvoir et aux écus. La faiblesse du pouvoir royal est bien souvent un motif d’inquiétude et non d’euphorie pour l’entourage politique du monarque.

  • 326 Brantôme, Œuvres, t. II p. 346.
  • 327 On retrouve exactement le même phénomène avec Henri VIII. Mais ici sous une forme plus sanguinaire, (...)
  • 328 Voir les analyses de Lecoq, François Ier imaginaire, et les remarques de Marc Fumaroli dans la préf (...)

150On comprend mieux dans cette perspective l’admiration que le roi-chevalier porte à Louis XI. Il le « louoit extrêmement, fors qu’il estoit un peu trop cruel et sanguinaire, [car] c’estoit celui qui avoit jette les roys de France hors de page ». Louis XI « jugeoit, ordonnoit, condemnoit, pardonnoit, absol-voit, le tout à son bon plaisir. Et disoit le roy Françoys qu’ainsy il falloit régner »326. Aussi le temps de François Ier, qui offre en matière de pouvoir fort toutes les garanties requises, n’est-il pas celui de la sécurité. Au contraire, il abonde en disgrâce et en procès, des deux connétables à l’amiral Chabot et au chancelier Poyet, sans parler de Semblançay ou même, dans un registre un peu différent, du dauphin Henri. Si le roi donne parfois sa confiance, il sait aussi la retirer quand il lui convient. La disgrâce n’est pas ici, comme au XVIIIe siècle, un symptôme du blocage progressif du système politique. Elle n’est pas toujours la sanction d’un échec personnel bien précis. Elle apparaît comme une forme spécifique de régulation d’un pouvoir fort en phase ascendante327. Elle est indissociable de la personnalité du souverain, et de la façon dont il intègre en profondeur son rôle de roi et sa place dans le royaume328. L’individu François Ier tient en effet une place décisive dans la construction d’une image royale, image dont se nourrira longuement l’absolutisme politique. Elle implique une volonté farouche de se distinguer de tous les sujets, y compris les plus proches, et un souci, presque pédagogique, de mettre en évidence par l’expérience la fragilité de chaque destin politique. S’est-on beaucoup éloigné des finances ? Certes non. On a vu leur rôle central à la fois comme moyen pour tenir le groupe dirigeant et comme outil privilégié, via les diverses accusations de malversations, pour abattre ceux qui cessent de plaire.

Conclusion

  • 329 Jack, Henry VIII’s control of royal finances, p. 11.

151Pour les membres du groupe dirigeant, il est indispensable d’utiliser au maximum l’argent et les hommes de l’État de finances pour mener leur action au service de la monarchie, et donc pour asseoir leur propre réussite politique. Leur position de pouvoir leur assure en contrepartie un accès privilégié aux caisses de l’État. L’argent du roi leur garantit une position sociale hors pair. Mais il implique une dépendance étroite par rapport au monarque quand celui-ci, comme c’est le cas sous François Ier, est pleinement maître du jeu politique. Sa volonté changeante fait loi. Même si l’influence des conseillers est une réalité dans nombre de décisions du règne, il ne faut pas y voir une prise de contrôle du pouvoir politique de la part d’un homme ou d’un clan. Cela peut inspirer qui réfléchit sur le pouvoir. Qui le détient en définitive : celui qui est « réputé » détenir le pouvoir ? Celui qui occupe une « position de pouvoir » ? Celui qui prend une décision ? Celui qui inspire celle-ci ? L’objectif de François Ier, à l’évidence, c’est la fusion en sa personne des trois premiers éléments, ce qui ne laisse aux « autres » que le conseil et l’avis. Ils seront, au mieux, éminences grises, au pire, techniciens. Mais toujours un seul homme doit être mis en avant. Alors même qu’Henri VIII est censé être parfois tenu à l’écart par ses propres ministres, les changements financiers sont réputés se produire durant son règne sans intervention humaine autre que la sienne329. Quant à François Ier, il voit bientôt, ou du moins il dit bientôt voir, une inspiration divine dans les réformes de 1523-1524.

152La mise au pas des grands officiers de finance relève-t-elle aussi du même mouvement ? Autant qu’on puisse en juger, les inquiétudes sur la croissance du pouvoir politique de « Messieurs des finances » étaient assez peu fondées. Mais, d’un autre côté, la conviction d’être volé comme dans un bois par les officiers imposait d’agir. Et le remède réside évidemment dans une restriction de l’autonomie du personnel. Celle-ci passe alors par une reprise en main à la fois technique et politique.

153Avec le règne de François Ier, Mère Sotte se réjouit car :

  • 330 B.N. fr 17527 f° 61.

« Noblesse aura gouvernement
des princes et en manyement
les deniers que soulloient avoir
praticiens330… »

154Gardons-nous de prendre ces affirmations, ces espoirs plutôt, pour argent comptant. La noblesse, qui n’a pas été fiscalement brimée avant 1515, n’a pas non plus été à l’écart du pouvoir, loin s’en faut. Quant à la façon dont, à l’avenir, elle va gouverner les princes, on vient de voir ce qu’il en faut penser. Cependant, il est sûr que, sous l’égide du monarque, le groupe dirigeant, aristocrates clercs ou laïques en tête, avec l’appui de quelques robins, a renforcé son contrôle des deniers royaux. Cette influence accrue des non-spécialistes doit être maintenant mise en relation avec la forme que prennent au cours du règne les initiatives financières.

Notes

1 Jacqueton, Documents, p. 199 et 201 : citations extraites d’un traité sur les finances.

2 Jacqueton, Épargne, 1re partie, p. 5.

3 Clément, Trois drames, p. 398.

4 Spont, Semblançay, p. 59 et 62.

5 Maulde, Procédures politiques, p. 710-711.

6 Spont, Documents, p. 322. Voir les remarques de Chevalier, Tours, p. 341 à ce sujet.

7 Ibid., p. 322-323 (article V).

8 Un exemple en A.N. Zla 54 f° 173 v° et sq.

9 Valois, Étude historique, p. LXIII.

10 Spont, Documents, p. 321.

11 Spont, Semblançay, p. 126 note 3.

12 Harsgor, Recherches, p. 380 et sq. L’absence de signature, révélatrice en elle-même, ne signifie cependant pas nécessairement que l’intéressé n’a pas pris part à la délibération.

13 Spont, Semblançay, p. 129, 130 et 132. On retrouve cette hésitation, ou du moins une nette différence de tonalité, dans deux passages de Knecht, Francis I, p. 21 et p. 121. Dans le premier, le Conseil, responsable ultime de la politique financière, ne laisse aux officiers de finance que les aspects techniques. Dans le second, Robert Knecht insiste sur l’importance du comité financier constitué par Messieurs des finances, qui se réunit régulièrement, indépendament du Conseil, et dispose en certains domaines d’un pouvoir de décision.

14 Voir Jacqueton, Documents, n° X p. 100.

15 Spont, Semblançay, p. 137-138.

16 Antoine, Administration centrale, p. 512 ; Rey, Finances de Charles VI, p. 169-170.

17 Du Lys, Traicté sommaire, p. 14.

18 Spont, Documents, p. 339 (article VII).

19 Spont, Semblançay, p. 178 et note 4.

20 Potter, Picardy, p. 183 (d’après B.N. fr 3028 f° 64).

21 B.N. fr 2987 fos 15 et 41.

22 Antoine, Administration centrale, p. 512.

23 Rey, Finances de Charles VI, p. 304 ; Dessert, Fouquet, p. 94.

24 Spont, Documents, p. 347 (article XX),

25 Ibid., p. 340 (article IX) et 341-342 (article XI).

26 Ibid., p. 349-350 (article XXIII).

27 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71.

28 Spont, Documents, p. 333 (article I).

29 Spont, Semblançay, p. 224 note 1. Il n’a eu la gestion de l’argent de Naples que par commandement verbal : ibid, p. 169.

30 Spont, Documents, p. 349 (article XXI) et p. 325 (article VIII).

31 Favier. Marigny, p. 104.

32 Spont, Semblançay, p. 193 note 4 et p. 194 note 2 ; B.N. fr 2963 fos 65 et 194.

33 Spont, Semblançay, p. 168 et note 5 et p. 164-165 : les cinq autres sont le duc d’Alençon, le Bâtard de Savoie, Bonnivet, Montmorency et Duprat.

34 On pourrait ici évoquer Jacques Cœur : voir l’article de J.L. Biget. Dans un tout autre contexte, une citation de Stern (Fritz), L’or et le fer. Bismarck et son banquier Bleichrôder, Paris, 1990, p. 221, peut aussi être éclairante : « L’ironie du sort fut qu’en cherchant à s’élever davantage. Bleichrôder devint aussi une cible de plus en plus visible pour tous ceux qui enviaient, craignaient ou méprisaient l’ascension des riches juifs ».

35 Spont, Semblançay, p. 193-201.

36 Spont, Semblançay, p. 191 et 197.

37 Bibl. de l’Institut, Godefroy 283 F 1.

38 Voir deux actes par exemple dans B.N. P.O. 248 (Beaune) not 74 et 75 (8-3 et 15-11-1524).

39 Une lettre mal classée de la correspondance de Wolsey a induit en erreur Doucet, Parlement 1525-1527. p. 225 : en effet le cardinal d’York écrit à Semblançay au sujet d’une obligation financière, non le 31-10-1525 mais le 31-10-1520. Je remercie Charles Giry-Deloison d’avoir pris la peine de revoir pour moi le document original au Public Record Office de Londres (sous la nouvelle cote SP 1/36 F 101). Spont, Semblançay, p. 168, s’en était déjà tenu à 1520.

40 Clément, Trois drames, p. 190 ; Boislisle, Surintendance, p. 250.

41 Spont, Semblançay, p. 235 et 237 notes 2 et 3.

42 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28. Il s’agit avant tout de baux à rente et à ferme.

43 Bouchet, Annales, p. 412.

44 Spont, Semblançay, fac-similé de la lettre du 9-8-1527, entre les p. 260 et 261.

45 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 (20-5 et 3-6-1525) ; A.N. J 958 n° 4, recettes, nos 70-77. D’autres ventes sont évoquées, mais non datées (nos 72 et 78)

46 A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (13-7-1550).

47 Garnier (Jean-Jacques), Histoire de France depuis rétablissement de ia Monarchie jusqu’au règne de Louis XIV, Paris, 1774, t. 24, p. 254.

48 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 226. Il se base à l’évidence sur les informations fournies par Spont.

49 Spont, Semblançay, p. 238 et note 3.

50 Voir par exemple Spont, Semblançay, p. 244.

51 Spont, Documents, p. 332 (articles XXXIV-XXXVI).

52 Spont, Semblançay, p. 201, 243 (et note 1) et 255.

53 Spont, Documents, p. 330 (article XXIII).

54 A.N. Xla 1529 f° 415 v° (20-10-1526).

55 Faut-il même faire intervenir le peu que l’on sait de la psychologie des personnages ? Prévost est apparemment des plus coléreux. À titre d’illustration, ses propos alors qu’il est en prison, après une offre d’achat de son office de général de Guyenne. Jehan de Mondoulcet disait avoir charge de lui pour négocier l’affaire : « À quoy icelluy Prévost avoit faict responce […] qu’il désavouerait ledict de Montdoulcet pour ung lynot voire sa femme […] et qu’il ne venderoit pas son office » : A.N. M.C. XIX 71 (3-9-1532).

56 A.N. Zla 53 f°s 298 et 325, 54 f° 29 v° et 263 v°.

57 Bourgeois de Paris, Journal p. 303.

58 O.R.F. t. IV p. 252 ; Spont, Semblançay, p. 252 et 257 ; Hauvette, Alamanni, p. 87 note 3.

59 Sur l’ensemble des accusations, voir Spont, Documents, p. 335 et sq.

60 Spont, Documents, p. 336 note 2 parle par erreur de François Miron. Pour preuve du prénom Gabriel, voir Chevalier, Tours, p. 372 et note 12, ainsi que A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (3-5-1550).

61 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 225-226.

62 Bosher, Chambres de justice, p. 32.

63 Vial, Cléberger, p. 86 note 1.

64 Paris, Etudes, p. 249.

65 Spont, Documents, p. 354.

66 Ibid., p. 341.

67 Spont, Semblançay, p. 264 et note 4.

68 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 228-234.

69 Ibid., p. 235. Le jugement lui apparaît d’ailleurs illogique : il prévoit la confiscation totale des biens du condamné et, en même temps, envisage une restitution de 300 000 lt au roi. Ce chiffre, qui ne repose sur rien, doit-il servir de base de négociation pour un compromis financier ultérieur ?

70 « Les faits retenus étaient vagues […]. C’était laisser apparaître les vraies raisons du procès » : Jacquart, François Ier, p. 387.

71 D’ailleurs le désir exacerbé de « justice » de la part du souverain révèle peut-être aussi une culpabilité liée ici à l’échec de Pavie, ressenti comme une punition ? On retrouvera au chapitre VII, dans une autre perspective, la question de la culpabilité du monarque.

72 Versoris, Livre de Raison, p. 201.

73 Songeons aussi à l’accusation (non retenue) d’empoisonnement d’Agnès Sorel qui sert à abattre Jacques Cœur.

74 Voir la mise au point récente de Knecht, Francis I and the « lit de justice », passim.

75 Voir les remarques de Ruiz (Teofilo), « Une royauté sans sacre : la monarchie castillane du Bas Moyen Âge », A.ES.C, mai-juin 1984, p. 447 : « Les rois de Castille, malgré le droit et les marques de la royauté, exprimèrent leur pouvoir par la manifestation la plus grossière et la plus fondamentale du pouvoir individuel : par des actes personnels de violence ».

76 Même si l’on pend encore, au XVIIe siècle, des financiers jugés coupables : Bayard, Monde des financiers, p. 323. Mais il s’agit de personnages sans envergure politique.

77 L’évolution est inverse pour les grands et les pairs. À l’exception de Nemours et Saint-Pol, au plus fort du règne de Louis XI, ils ont été jusque là épargnés. Même le grand comploteur devant l’éternel que fut Jean d’Alençon a toujours été gracié, y compris par Louis XI. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que tombent les têtes, au temps de Biron, Chalais ou Montmorency.

78 Voir un exemple de collusion qui unit justice et finance avec l’évocation au Grand Conseil, le 12 août 1527 précisément, de l’affaire de la traite foraine à Toulouse à cause des liens de parenté entre les membres du Parlement et les marchands de la ville : O.R.F., t. V p. 83.

79 Spont, Semblançay, p. 132.

80 Maugis, Parlement, t. I p. 356-359 ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 239-240 ; Quilliet, Officiers, p. 749. Le rôle de Laydet dans le procès de Semblançay, faute de renseignements précis, reste mystérieux. Joue aussi à coup sûr chez les parlementaires le réflexe anti-Duprat qui retombe sur ses « créatures ».

81 Sur l’affaire, voir Spont, Semblançay, p. 89 et sq. Bonne analyse dans Chevalier, Tours, p. 490-493.

82 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 151.

83 Michaud, Grande Chancellerie, p. 225.

84 Du Lys, Traicté sommaire, p. 14.

85 Sur la composition du conseil sous François Ier, voir Décrue, De consilio, p. 37 et sq. Il y a certes toujours un écart entre les listes reconstituées à partir des mentions au pied des actes royaux et la présence effective au Conseil. Certains font partie des « autres présents » confondus dans l’anonymat, et d’autres n’ont pas même droit à une allusion. Cependant, sur une période assez longue, ce type de mention, seul utilisable, prend tout son sens.

86 Neufville cité dès 1536 in R.D.B.V.P. t. II p. 280.

87 Quilliet, Officiers, p. 185.

88 Voir Michaud, Grande Chancellerie, p. 148-149 et 153. Un signe de leur importance : au début de 1545. Charles Quint fait parvenir des cadeaux à trois conseillers du roi : huit mille écus à Tournon et Annebault et quatre mille à Bayard comme « primo secretario » : Canestrini, Négociations, t. III p. 144 (20-2-1545).

89 A.N. J 966, 19/1 (Languedoc) et 27/18 (Outre-Seine) ; B.N. fr 20542 fos 12, 109 et 130 (Dauphiné).

90 Voir par exemple leurs tâches évoquées en A.D. Côte-d’Or B 1851 fos 7-7 v°.

91 C.A.F., t. III n° 9081 (13-6-1537).

92 A.N. J 967, 10/3.

93 C’est le cas en Picardie : Guillaume Abot, conseiller au Parlement, taxe à Anthoine de Bezançon, clerc demeurant à Paris, quinze lt pour avoir aidé à compter les deniers du quartier d’octobre 1538 et à les apporter à Paris, ainsi que pour plusieurs autres voyages : A.N. M.C. XIX 151 (1-1-1539).

94 B.N. fr 3048 f° 1 ; P.O. 2326 (Poncher) n° 55.

95 B.N. fr 2985 f° 60.

96 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 100.

97 Sur ce personnage, voir François, Del Bene, et Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, passim.

98 Jacqueton, Politique extérieure, p. 16 et Épargne, lrc partie, p. 26-27 et 39.

99 A.N. J 968, 12/1 [11-4-(1537 sd)].

100 Voir celles de Charles de Pierrevive, « trésorier et général des finances tant ordinaires qu’extraordinaires établi à Lyon », octroyées par Henri II et justifiées auprès de la Chambre des comptes par un service aux armées : il « vient présentement avec nous pour nous servir en noz camp et armées que faisons dresser pour la tuition et deffence de noz ennemys » : B.N. fr 5085 f° 198.

101 Le recours au conseil n’est pas le propre du pouvoir royal. C’est une structure normale de fonctionnement pour les maisons aristocratiques et les personnages importants. En revanche, quand les officiers de finance utilisent cette notion, elle s’applique seulement aux avocats et procureurs chargés de leurs procès. Ainsi Charles de Pierrevive, trésorier de France, à propos d’une affaire judiciaire, affirme-t-iî qu’il en « parlera à son conseil » : A.N. M.C. CXXII 1132 (19-4-1543).

102 Michaud, Grande Chancellerie, p. 148 note 1.

103 Avec des « élargissements » exceptionnels comme celui de l’assemblée de juillet 1515, pour trouver des fonds : O.R.F., t. Il p. 46 ; Spont, Semblançay, p. 119-120. Avec ce dernier élément, on retrouve, ponctuellement, le schéma des trois conseils élaboré par Claude de Seyssel sur le modèle des relations entre le Christ et ses apôtres : voir Valois, Étude historique, p. XXXIX.

104 Voir les propos de l’ambassadeur Giustiniano en 1535 : « Il n’y a qu’un bien petit nombre d’hommes qui prennent part aux conseils secrets et ceux-là sont tout puissants dans l’État » ; Tommaseo, Relations, t. I p. 107.

105 Doucet, Institutions, t. I p. 136, Knecht, Francis I and the « Lit de justice », p. 67, B.N. fr 5501 f° 381 ; O.R.F., t. VII, p. 169. Il ne faut pas supposer alors une opposition entre « étroit » et « privé » à l’image de celle qui aura cours plus tard.

106 Valois, Etude historique, p. XXXIX-XL ; Guy, French King’s Council, p. 277-278.

107 Auton, Chroniques, t. III p. 338.

108 B.N. fr 2994 f° 13 v°.

109 Texte dans Wolfe et Zacour, The growing Pains, passim.

110 Décrue, De Consilio, p. 66 note 2 ; B.N. fr 2987 f° 61.

111 A.N. J 818 n° 2.

112 Spont, Semblançay, p. 198. On retrouve ici la personnalité de Berthelot, accusé d’avoir inventé cette commission. Bonnivet le mettait déjà en avant en 1521. Les deux hommes entretiennent-ils des relations privilégiées ?

113 Bourgeois de Paris, Journal, p. 195.

114 Voir par exemple l’intervention en sa faveur de Chabot pour l’obtention de la mairie de Dijon : B.N. fr 3873 f° 5 v°.

115 Versoris, Livre de Raison, p. 194 ; Bouchet, Annales, p. 412.

116 Canestrini, Négociations, t. II p. 888-889.

117 Celle des héritiers de Morelet de Museau leur est accordée par le roi « par l’advis de son conseil privé » : A.N. M.C. CXXH 1053 (17-1-1539).

118 Spont, Semblançay, p. 69, p. 161 note 3 et p. 178 note 2 pour des exemples en 1511, 1519 et 1521.

119 Jacqueton, Documents, p. 85 (article 34) et p. 88 (article 48).

120 Jacqueton, Épargne, 1re partie p. 16 et note 1.

121 Ibid, p. 17. Un texte (B.N. fr 3005 f° 113) daté par Jacqueton des premiers mois de 1541 revient sur cette prescription : l’obligation avait-elle été abandonnée ?

122 Ibid., 2e partie p. 31. « À chaque paragraphe des actes de 1542-1544 revient le nom du Conseil privé. Les attributions souveraines de cette assemblée en matière de finances y apparaissent en pleine lumière » : ibid., p. 33-34. Citation de A.N. P 2307 p. 287-288 (17-1-1544).

123 A.D. Côte-d’Or B 1851 f° 7 v° (26-12-1538).

124 Isambert, Recueil, t. XIII, p. 11-12 (articles 18 et 20).

125 O.R.F., t. V p. 197 (11-11-1528).

126 A.N. P 2307 p. 30-31.

127 A.N. J 967, 83 [19-9-(1536 sd)] ; B.N. fr 5125 f° 76 [14-11-(1536)] ; A.N. J 965, 7/4 (21-5-1537) : état pour Humières en Piémont.

128 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 188 [14-8-(1530)] et p. 258 (20-2-1532).

129 A.N. M.C. XIX 63 (6-7-1529) ; B.N. fr 2977 f° 28 (30-9-1530) ; Du Bellay, Correspondance, t. I p. 507 (1-6-1535).

130 « Un credito di Giuliano Buonaccorsi […] non parere a questi signori del consiglio molto legittimo, per havere dependentia da S. Blansè » : Hauvette, Alamanni, p. 87 note 3.

131 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 129 [2-3-(1530)].

132 B.N. Dupuy 486 f° 72.

133 Pelletier, Grand conseil, p. 89.

134 O.R.F., t. VI p. 186-190.

135 Doucet, Institutions, t. I p. 205.

136 B.N. Dupuy 623 f° 33 v°.

137 B.N. fr 3005 f° 109.

138 Guy, French King’s Council, p. 277. Sur la possible existence d’un Conseil des finances sous Charles VIII, voir Valois, Étude historique, p. LXII.

139 Voir par exemple Spont, Semblançay, p. 142 note 3 et p. 152 note 7. Même phénomène déjà au début du règne de Charles VIII. C’est quand il inclut « Messieurs des finances » que le Conseil prend alors, occasionnellement, le nom de « Conseil des finances » : Valois, Conseil du Roi et Grand Conseil, p. 623. Est-ce ce qui a induit du Tillet en erreur ?

140 Un agent du roi de Navarre fournit en mai 1516 une liste « des gens qui se trouvent au Conseil ». Il ne donne, outre le roi, que neuf noms, dont Semblançay, « quant est question de finances » : Spont, Semblançay, p. 127 note 1. Mais tous ne siègent pas dans les conseils financiers.

141 Ibid., p. 207 note 3.

142 Pour 1528, Duprat, Montmorency, Chabot, Tournon, de Selve et Preudhomme : B.N. fr 5501 f° 381 ; pour 1535, les quatre premiers plus le duc de Vendôme et Longuejoue : Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 21-22 ; pour 1537, du Bourg, Montmorency, Chabot, Poyet et les cardinaux du Bellay et de Bourbon : A.N. J 965, 11/4.

143 B.N. fr 3048 f° 139 (12-11- ?)

144 Décrue, Montmorency, p. 156.

145 Conseil à Angoulême le 22-11-1542 : B.N. fr 2965 f° 40.

146 Spont, Semblançay, p. 161 note 6.

147 Boyvin, Mémoires, p. 277-278 et 280.

148 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 2 et 27.

149 Sous Henri VIII on repère aussi un petit groupe de personnes qui, sans rapport avec leur poste officiel, sont chargées des questions financières. Elles se connaissent bien mais leurs réunions n’ont pas d’existence structurée : Jack, Henry VIII’s controï of royal finance, p. 14.

150 Tournon, Correspondance, nos 12, 14 et 20.

151 B.N. fr 20502 f° 135.

152 A.N. M.C. Inv. Carré n° 2057.

153 Wolfe, Fiscal System, p. 289.

154 B.N. fr 4754 F 14 [19-12-(1523)] ; fr 2987 F 69 [12-l-(1524)].

155 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 327-328. Versoris, Livre de Raison, p. 162 (paragraphe 218) range d’ailleurs « Sainct Marceau » parmi les trésoriers et financiers pris à Pavie. Il meurt avant le 14-5-1526 : C.A.F., t. V n° 18462 et t. VII n° 23884.

156 Canestrini, Négociations, t. II p. 1041.

157 Spont, Semblançay, p. 175 et sq.

158 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 17.

159 O.R.F., t. VIII p. 138 (6-8-1536).

160 Il retrouve une certaine existence, mais sans pouvoir connu, en octobre 1537, quand le cardinal et le chancelier sont de nouveau ensemble à Lyon alors que le roi est en route vers le Piémont où le précède Montmorency. Voir leur activité pour financer les opérations dans B.N. fr 3055 fos 132 v° et 156 v°.

161 B.N. fr 5125 f° 189.

162 B.N. fr 2978 f° 15 [18-10-(1521)].

163 A.N. Xla 9322 f 181 [8-2-(1521)].

164 Cité par Jacquart, François Ier, p. 196.

165 « Sua Maestà Cristianissima è stata già dodici giorni lontan di qui venti cinque leghe verso la Champagne per cacciare » : Canestrini, Négociations, t. II p. 892.

166 Bourgeois de Paris, Journal, p. 303 ; Versoris, Livre de Raison, p. 194 (parag. 340).

167 B.N. fr 3048 f° 145.

168 B.N. fr 2994 f° 4 et 13 v°.

169 Clément, Trois drames, p. 182.

170 B.N. fr 2987 f°61.

171 B.N. fr 2976 f°83.

172 B.N. Clairambault 332 fos 14-16 (8-4-1530).

173 Tournon, Correspondance, n° 8 et n° 21.

174 Ibid., n° 19 (22-4-1528) ; B.N. fr 3031 f° 59 (1-5-1527) : Duprat, afin que Montmorency « donne à entendre au Roy où ses deniers se despendent », fournit une liste des divers frais extraordinaires de Tannée écoulée, des obsèques de Claude de France aux charges de la guerre.

175 Il y a aussi une tradition monarchique d’investissement en ce domaine si l’on en croit par exemple Jean Chartier rappelant que Charles VII « besoignait aux finances avec ses conseillers » les mercredi, vendredi et samedi de chaque semaine ; Valois, Étude historique, p. LXII.

176 « He had a strong sensé of financial reality and a prudent concern for the pennies » : Jack, Henry VIII’s control of royal finances, p. 4.

177 Wolfe, Fiscal system, p. 93.

178 Spont, Semblançay, p. 160 note 4 ; Documents, p. 353.

179 B.N. Clairambault 1164 f 178.

180 Spont, Semblançay, p. 190 note 5 ; A.N. J 958 n° 18 (30-6-1523 et 29-7-1523). Prévost précise qu’il a baillé auparavant « ses estatz de moys en moys à monsieur le grant maistre et généraulx des finances » : ibid., (24-3-1523).

181 B.N. fr 2987 f° 59 (24-9-?).

182 A.N. J 958 n° 1 f° 12.

183 Spont, Semblançay, p. 134 et note 4.

184 Jacqueton, Épargne, 1re partie p. 39 note 1.

185 Décrue, De consilio, p. 66 note 2. Wolfe, Fiscal system, p. 288 présente la période qui suit 1523 comme marquée par une alternance entre « ministre des finances » et section du Conseil jouant le rôle de Conseil des finances.

186 B.N. Dupuy 486 f° 118 [24-11-(1536-40 ?)].

187 Boislisle, Surintendance, p. 262-263.

188 Dermenghem, Annebault, p. 41. Entre le temps de Montmorency et celui de Chabot, un correspondant de Matignon évoque le 2 août 1541 Saint-Pol comme chef du Conseil secret : Matignon, Correspondance, p. XXXIV. A-t-il un rôle en finances ?

189 Cité par Antoine, Administration centrale, p. 514, pas retenu par Doucet, Institutions, t. I p. 290 et évoqué seulement pour 1536-1537 par le biais d’une note dans Boislisle, Surintendance, p. 262.

190 Jacqueton, Politique extérieure, p. 138.

191 Bedos Rezak, Montmorency, p. 130.

192 Spont, Semblançay, p. 153-154 et 168.

193 Lot (Ferdinand) et Fawtier (Robert), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Paris, 1958, t. II p. 57-65 et 85-96.

194 Jacqueton, Politique extérieure, p. 10-13 insiste a contrario sur le poids politique que prend Florimond Robertet, qui contribue lui aussi à cet effacement.

195 Sa fonction permet cependant à Duprat de conserver une certaine activité en ce domaine. Voir son intervention sur les besoins financiers de la monarchie devant les députés des bonnes villes en mars 1517 : Barrillon, Journal, t. I p. 275 et sq.

196 Spont, Semblançay, p. 139 et note 3, p. 157-158.

197 A.N. J 966, 27/4 [7-3-(1521/22)].

198 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 62 (voir par exemple p. 75, paragraphe 37, sur le contrôle des deniers extraordinaires).

199 A ce propos, Descimon, Parlement, p. 156, parle de la « cohérence de la politique de crédit public que le chancelier Duprat mit sur pied ».

200 Barrillon, Journal, t. II p. 308.

201 Sur ses tâches financières, voir par exemple Michaud, Chancellerie, p. 53. Noter aussi l’importance des papiers financiers dans l’inventaire des dossiers du chancelier Poyet : B.N. Dupuy 79 fos 3 v° -16.

202 B.N. fr 2977 f° 15 ; fr 3031 fos 7, 17, 59 et 103 v°.

203 B.N. fr 3066 f° 79.

204 Voir par exemple B.N. fr 2976 f° 44 : fonds pour « le deslogement de monsgr d’Angolesme » (Charles, troisième fils du roi), pour « Laval » (sans doute Guy XVI, comte de Laval), mais surtout pour Lautrec et les Suisses.

205 B.N. fr 3048 f° 81 [27-12-(1527 ?)] ; f° 43 [4-4-(1528)].

206 B.N. fr 2977 f° 15 [24-10-(1527/28)].

207 A.N. J 967, 10/3 (5-5-1538).

208 B.N. fr 3031 f° 37 [6-4-(1528)].

209 Décrue, Montmorency, p. 102-103 ; Bedos Rezak, Montmorency, p. 121.

210 Spont, Semblançay, p. 243 note 2.

211 Spont, Semblançay, p. 207 note 3 ; Valois, Étude historique, p. LXIII.

212 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 29-30.

213 Il se fait fréquemment le défenseur des intérêts de la monarchie, refusant de laisser vendre un greffe au rabais ou exigeant l’accord du roi pour augmenter une avance pour frais de voyage, affirmant qu’il « ne vouldroit faire de cuyr d’aultruy large courroye » : B.N. fr 3066 f° 141 [22-9-0529)] et 3031 f° 149 (5-11-1529).

214 Michaud, Chancellerie, p. 292.

215 A.N. M.C. VIII 286 (5-11-1538). Ces papiers ont été remis au président Poyet, comme par hasard un futur chancelier. A ce niveau le roi tente d’éviter autant que faire se peut la patrimonialité des archives.

216 A.N. Zla 54 f° 205 v° (2-6-1529). Le trésorier Spifame en fait ensuite « prendre copie ».

217 C’est sans doute lui qui refuse un rôle de 28 000 écus préparé par Duprat pour Lautrec en décembre 1527 : Tournon, Correspondance, n° 11.

218 Voir des exemples d’états envoyés au chancelier, à partir desquels le Conseil pourra travailler, dans A.N. J 967, 8/10 et 8/19 (Tournon), 59 (payeur de compagnie), 78 (Jehan Grolier, trésorier de France), 83 (contrôleurs de l’Épargne), 128 (commis à la recette de Languedoïl)…

219 Voir ainsi deux lettres de François Dupré, commissaire aux emprunts du clergé en 1538, où celui-ci demande de façon répétée l’avis du chancelier pour chaque difficulté : A.N. J 966, 18/2 (trois fois) et 18/4 (deux fois).

220 B.N. fr 3055 f° 67 (8-7-1537) et f° 79 (5-7-1537).

221 Ibid, P 29 (26-6-1537).

222 B.N. Dupuy 486 P 118 (24-11- ?).

223 Sur l’ensemble de sa politique financière, voir Porée, Poyet, p. 77.

224 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 12.

225 A.N. U 797 P 88 v° (mai 1544).

226 Michaud, Chancellerie, p. 25 et 55.

227 Un exemple, la commission avec Tournon pour aliéner les aides en Languedoïl, Outre-Seine et Normandie : C.A.F., t. IV n° 13169 (26-6-1543).

228 François, Tournon, p. 210 et 226. On aimerait savoir à qui précisément attribuer l’initiative de la politique d’énormes levées de ces années-là.

229 Né à Gannat, il est en 1513 lieutenant du duc de Bourbon en « Occitania ». Il est d’abord évêque de Sisteron : Gallia Christiana, t. I, col. 329-330.

230 O.R.F., t. III p. 38 (7-7-1521) ; C.A.F., t. III n° 8006 (23-7-1535).

231 O.R.F., t. III p. 222 ; A.N. P 2536 f° 124 v°.

232 B.N. fr 5125 f° 172 (17-12-1536).

233 François, Tournon, p. 478-479.

234 François, Tournon, p. 135-136. François mentionne dès cette date « l’autorité qu’il s’était acquise en matière de finances ». Pour ce paragraphe, je renvoie dorénavant plus largement à cet ouvrage.

235 A.N. J 965, 7/57 [31-1-(1537)].

236 B.N. fr 5125 f° 76 (14-11-1536).

237 A.N. J 965, 7/5 (2-6-1537).

238 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 207 ; Knecht, Francis I, p. 415.

239 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 160.

240 Décrue, Montmorency, p. 402 ; Tournon, Correspondance, n° 349 (24-8-1542).

241 Boyvin, Mémoires, p. 13. Il souligne dans sa préface, pour répondre à ceux qui l’accusent de trop parler d’argent, qu’il ne peut y avoir de « grand capitaine » sans moyens conséquents et reprend le lieu-commun des « deniers » « premiers nerfs et les plus importans pivots de la guerre ».

242 Spont, Semblançay, p. 175 note 1.

243 B.N. fr 3029 f° 13. Bonnivet n’est pas pleinement exaucé comme le montre une lettre au roi du général Thomas Bohier le 5 octobre suivant : « Mondict seigneur l’amiral a esté adverty et moy semblablement que, quelque chose qu’il vous ayt pleu de commander de ne toucher aux deniers de ma généralité, qu’on a entreprins de y prendre XXV M lt pour le paiement des Suysses […]. Ce seroit du tout rompre l’ordre desd paiemens de ce cousté [de Guyenne] et au plus fort et droit point de l’affaire » : B.N. fr 2971 f° 138.

244 B.N. fr 2994 f° 4 v°.

245 Spont, Semblançay, p. 176 note 3.

246 Ibid., p. 177. Comme le remarque Potter, Picardy, p. 186, à propos de la campagne de 1537, « direct royal involvement probably led to smoother operations ».

247 Tournon, Correspondance, n° 19 (22-4-1528).

248 Isaac, Tournon, p. 27.

249 Sur toute cette affaire, voir Décrue, Montmorency, p. 140-161.

250 B.N. Clairambault 332 f° 14 (8-4-1530) et f° 17 (9-4-1530).

251 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 373.

252 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 469 (13-9-1536).

253 Voir la lettre que le roi lui écrit le 23 août 1536 : « N’oubliez pas de solliciter les receveurs de votre charge de faire leur devoir, et quant aux commisions des baulx des fermes de votred charge, ilz seront faictes et dresséez par deçà et à vous envoiées pour estre faict porter par les ellections de votred charge » : A.N. J 965, 4/8.

254 A.N. J 965, 8/11 [10-4-(1537)].

255 B.N. fr 3064 f° 51 v° (18-2- ?).

256 Voir les remarques d’Antoine. Genèse, p. 289 et 291 et Institutions en Italie, p. 808. En 1554, Brissac demande au roi un homme de finance pour le Piémont : « Seroit bon […], pour le meilleur mesnagement desdicts deniers que vous envoyiassiez quelque personnage qui n’eust autre charge ny affaire que cest-là » : ibid., p. 772.

257 B.N. fr 2963 f° 82. L’ensemble du dossier pour cette affaire se compose de sept lettres : quatre d’Estienne de Poncher à Robertet (B.N. fr 2963 f° 65, 82, 86 et 90), une de Louise de Savoie au même, une du connétable de Bourbon au roi (B.N. fr 2978 f° 33 et 77) et une de Bonnivet à Louise de Savoie (B.N. fr 2985 P 92). J’y renvoie une fois pour toutes.

258 Versons, Livre de Raison, p. 113.

259 C.A.F., t. V n° 17424.

260 L’attribution un peu étonnante du titre de « monseigneur » à Robertet est déjà évoquée par Fauvelet du Toc, Secrétaires d’Estat, p. 22. Il remarque que Commynes, « dans tous les endroits de ses Mémoires, ne donne la qualité de Monseigneur qu’aux princes, prélats et grands seigneurs qui avoient charge ou employ considérable […] et qu’en effet celuy de Robertet l’estoyt sans doute, puisqu’il avoit le secret du Roy son maistre ».

261 Crespin finira président au Parlement de Bretagne : C.A.F., t. III n° 10598.

262 Versons, Livre de Raison, p. 100.

263 Ibid., p. 116.

264 Bourgeois de Paris, Journal, p. 310.

265 Voir par exemple B.N. fr 21413 f° 35 (24-11-1528). Comptes rendus jusqu’au 31-12-1528 : Mirot, Bévy, p. 356.

266 Spont, Documents, p. 356.

267 Bourgeois de Paris, Journal, p. 313.

268 Ruzé est toujours cité comme receveur général les 17 et 30 juillet 1529 : A.N. Zla 54 f° 252 et 263 v°.

269 Spont, Semblançay, p. 268 ; C.A.F., t. VII n° 27859.

270 Voir, pour la gabelle, une allusion dans A.N. Zla 54 f° 250 v° (17-7-1529).

271 Bourgeois de Paris, Journal, p. 314. De même Spont évoque sans preuve une lettre de rémission.

272 B.N. fr 3046 f° 101 [2 l-l-(1530)] : Neufville à Montmorency. Une autre lettre du même au même, trois jours plus tôt, fournit la plus ancienne trace connue de ce « rétablissement » ; B.N. fr 2976 f° 62.

273 C.A.F., t. II n° 4792 (28-8-1532) ; B.N.fr 2976 f 74. Dès août 1529, Ruzé avait étésollicité pour le financement de la rançon : O.R.F., t. V, p. 224.

274 B.N. fr 3011 f°44.

275 B.N. fr 3001 f° 27 ; fr 3031 f° 75.

276 B.N. fr 3001 f° 23 (6-3-1530) et f° 27 (10-3-1530).

277 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 132.

278 B.N. fr 3031 f° 75.

279 B.N. fr 2976 f° 54 et 56.

280 B.N. fr 3011 f° 44 (24-3-1530).

281 B.N. fr 3044 f° 11.

282 C.A.F., 1.1 n° 3646 ; B.N. fr 3001 fos 30 et 38. Contrairement à l’interprétation que fait Spont, Semblançay, p. 268, du texte du Bourgeois de Paris, Journal, p. 314, il n’y a évidemment pas de cession de la charge par Ruzé à Besnier.

283 B.N. fr 3001 f° 38.

284 B.N. fr 3001 f° 41 et fos 45 v° -46 ; fr 3018 fOS 42 et 45.

285 Tournon, Correspondance, n° 35.

286 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 132 ; B.N. fr 3018 f° 42.

287 En 1528, son poids politique est encore jugé moindre que celui de Duprat : « Où l’autre chante, le crédit vous fault » lui écrit alors du Bellay : Spont, Semblançay, p. 243 note 2.

288 B.N. Dupuy 623 f° 23 v° ; A.N. J 958 n° 38.

289 Paris : A.N. M.C. XIX 86 pour Jaques Pinel (date illisible, liasse de juillet 1543) et pour Estienne Delange (12-7-1543). Lyon : ibid., LXXXVI 1 (22-5-1531) pour Loys de Ladey et CXX1I 1049 (11-12-1534) pour Jacques Lasneau.

290 En ce qui les concerne, on parle clairement de « partis ». François de Dinteville, qui est proche de Montmorency, évoque dans une lettre à Palamèdes Gontier, fidèle de Chabot, le cas d’un homme qui dit « que vous l’avez autreffois essayé de gaigner pour mond sgr l’admirai et laisser le party de mond sgr le grand me » : B.N. Dupuy 260 f° 331 (24-8-1532).

291 Liens avec le premier : B.N. Dupuy 623 F 56 et A.N. Zla 59 F 597 v° ; prêt de vingt mille lt à Montmorency en 1530 : Le Roux de Lincy, Grolier, p. 373.

292 Greengrass, Montmorency, p. 377-382.

293 Bourgeois de Paris, Journal, p. 8-10.

294 B.N. P.O. 2655 (Savoie) dossier 58960 n° 33 (20-3-1517).

295 Jacqueton, Épargne, 1re partie, p. 37 note 1 et 2e partie p. 14.

296 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 29-30.

297 Isambert, Recueil, t. 12 p. 735 ; Greengrass, Montmorency, p. 381.

298 B.N. fr 3873 f° 4.

299 François, Tournon, p. 210.

300 Temps appelé à durer : Bismarck, « s’il ne réalisa aucun profit illicite, n’avait aucun scrupule à exploiter pour ses investissements personnels les renseignements auxquels ses fonctions lui donnaient accès » : Stern (Fritz), L’or et le fer. Bismarck et son banquier Bleichrôder, Paris, 1990, p. 13.

301 Brantôme, Œuvres, t. 111 p. 210. Il place dans la bouche de François Ier sur son lit de mort les propos suivants : « Jamais, en toute sa faveur, (Annebault) n’avoit faict tort à personne, ny pillé, ny gaigné, comme beaucoup d’autres ; mais tant s’en faut, il s’y estoit apauvry, au contraire de tous les autres ». Aussi le roi souhaite-t-il qu’il obtienne un dédommagement - rien moins que cent mille lt - pour que tout rentre dans l’ordre.

302 Tommaseo, Relations, p. 107.

303 Isambert, Recueil, t. 12, p. 721 et sq. (18-1-1541).

304 Greengrass, Montmorency, p. 386-387.

305 Voir les remarques de Bergin, Fortune de Richelieu, p. 181 et 263-264.

306 Mousnier, Conseil du roi, p. 226 (article d’Yves-Marie Bercé).

307 B.N. Clairambault, 1164 f° 178.

308 Voir en priorité La Mure, Ducs de Bourbon, t. Il p. 546-565, en raison des notes extrêmement riches de l’éditeur, R. de Chantelauze. Accessoirement, voir Varennes, Ducs de Bourbon, p. 185-187, 203 et 212.

309 B.N. fr 2978 f° 42 (8-8-1521).

310 A.N. KK 289 f° 133-137. La levée auvergnate est « autorisée » par le roi : C.A.F., t. V n° 16201 (28-8-1516).

311 Chantelauze fournit dans La Mure, Ducs de Bourbon, p. 548 et sq. de nombreuses preuves de ce phénomène : engagement et vente de terres, gros emprunts, sans parler de l’appui financier de sa belle-mère, qui ne ménage pas son soutien au connétable.

312 Il faudrait pouvoir affiner toute cette analyse. En effet, sous Louis XII, Alain d’Albret, lui-aussi à la tête d’une principauté, est devenu très dépendant du roi et pallie l’insuffisance de ses revenus grâce à l’argent monarchique : Luchaire, Alain le Grand, p. 67.

313 Doucet, Parlement 1515-1525, p. 151 ; État général, p. 25-26 ; Jacquart, François Ier. p. 151. Sur la gestion des biens confisqués, voir C.A.F., t. VII n° 26434 et sq.

314 Tommaseo, Relations, p. 175 et 281.

315 Propos de Lucas Rem d’Augsbourg cités dans Ehrenberg, Fugger, p. 30.

316 Barrillon, Journal, t. II p. XXXI, XXXIV et sq.

317 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 160-161.

318 Monluc, Commentaires, p. 142-148. En cherchant à convaincre, non pas le Conseil, mais le roi, Monluc a bien compris l’enjeu, lui qui remarque : « Devant ces princes, il y a tousjours de belles opinions, mais pas tousjours bonnes. On ne parle pas à demy et tousjours à l’humeur du maistre. Je ne serois pas bon là, car je dis tousjours ce qu’il m’en semble ».

319 Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. XXV.

320 Voir des exemples dans B.N. fr 3048 f° 139 et Dupuy 486 f° 118.

321 Monluc, Commentaires, p. 147-148.

322 Bedos Rezak, Montmorency, p. 130.

323 Nombre de « principaux ministres » sont ainsi qualifiés par les chroniques ou les ambassadeurs. Les exemples sont multiples. En France, cela vaut pour Georges d’Amboise sous Louis XII (« ipse est vere rex Franciae ») ou en 1516 pour Boisy « quel si poi dir alter rex » : Buisson, Duprat, p. 56 et Spont, Semblançay, p. 134 note 1. Même formule en Angleterre pour Richard Fox, au début du règne d’Henri VIII, toujours sous la plume d’un ambassadeur vénitien ou pour Wolsey (« impression de négocier, non avec un cardinal, mais avec un autre roi ») : Minois, Henri VIH, p. 86 et Buisson, Duprat, p. 152

324 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 22.

325 Jouanna, Devoir de révolte, p. 123.

326 Brantôme, Œuvres, t. II p. 346.

327 On retrouve exactement le même phénomène avec Henri VIII. Mais ici sous une forme plus sanguinaire, car les exécutions sont nombreuses : Richard Empson et Edmond Dudley en 1510, Buckingham en 1521, Thomas More en 1535, Thomas Cromwell en 1540. Plus les disgrâces de Warham en 1515 et de Wolsey en 1529, sans doute mort à temps : Guy, Tudor England, p. 81, 89, 97, 115, 141 et 188.

328 Voir les analyses de Lecoq, François Ier imaginaire, et les remarques de Marc Fumaroli dans la préface de cet ouvrage, p. 8, 10, 13 et 14.

329 Jack, Henry VIII’s control of royal finances, p. 11.

330 B.N. fr 17527 f° 61.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable